Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 23:46

 

La fronde hongroise de Viktor Orban

Léon Camus
 


La fronde hongroise de Viktor Orban
Un procès uniquement à charge instruit par une presse servile !

À Budapest l’actuel Premier ministre Viktor Orban - revenu aux affaires en mai 2010 après avoir dirigé le pays une première fois de 1998 à 2002 - est accusé par des procureurs médiatiques affligés pour l’éternité de strabisme divergent, d’un insupportable autoritarisme : « Orban, s’empare peu à peu de tous les leviers du pouvoir et façonne une Constitution à sa botte. Une ‘démocrature’ prend forme au sein de l’Europe » nous assène en guise d’entrée en matière l’envoyé spécial de l’Express [11 janv. 2012]… Nous administrant aussitôt une preuve imparable de l’impopularité du Chavez européen 1  : une manifestation anti-Orban, le 2 janvier à Budapest - pour s’opposer à la nouvelle Constitution entrée en vigueur la veille 1er janvier - aurait rassemblé « plus de 70 000 personnes, chiffre considérable, dans ce petit pays de 10 millions d’habitants, où les rassemblements politiques sont rares » 2 .
Pas si rares que cela puisque le samedi 21 janvier ce sont, d’après les médias la-voix-de-son-maître quelque 100 000 Hongrois venus des coins les plus reculés du pays qui ont convergé vers la capitale hongroise pour exprimer leur soutien à leurs dirigeants. La Hongrie comptant environ dix millions d’habitants, ce chiffre représentait en conséquence 1% de la population totale, ce qui équivaudrait en France à 650 000 manifestants… en réalité d’après d’autres estimations moins restrictives, il se serait plutôt agi de 400 000 personnes, soit 4% de la Hongrie et en Hexagonie, environ 2 millions !
Deuxième grief formulé par l’envoyé très spécieux de l’Express, Orban aurait façonné « une Constitution à sa botte… afin de donner une apparence de légalité à la ‘démocrature’ hongroise : 200 lois et près de dix modifications constitutionnelles votées en l’espace d’un an » ! Certes, mais Orban n’a certainement pas été élu pour se tourner les pouces et apparemment – voir supra – ses électeurs n’en sont pas mécontents. Telle est la loi de la démocratie, la légitimité appartient à la majorité des suffrages exprimés 3 une loi cependant applicable chez nous seulement lorsque le « peuple » se prononce conformément aux attentes des idéocrates, en accord avec les « valeurs » et du sens supposé et imposé de l’histoire.

L’argumentaire de liquidation : le catalogue des délits

L’Express toujours : « la nouvelle Constitution, de style baroque. Promulguée dans les derniers jours de décembre et entrée en vigueur le 1er janvier, elle grave dans le marbre le caractère nationaliste et droitier de l’État hongrois. Ainsi l’appellation “République de Hongrie“ disparaît au profit de “Hongrie“ tout court. Une référence explicite à Dieu (“Dieu bénisse les Hongrois“) figure au préambule. Le forint, la monnaie nationale, est sanctuarisé. Le taux d’imposition sur les revenus est fixé à 16%. La personne du Premier ministre est déclarée “intouchable“. L’embryon humain est considéré comme un être humain dès le premier jour de la grossesse [atroce]. Et le mariage est explicitement décrit comme une union entre un homme et une femme afin d’empêcher tout débat sur le mariage gay, [pire qu’atroce !]. De plus, la Constitution rend rétroactivement responsables les actuels dirigeants du Parti socialiste (ex communistes) des “crimes commis sous le régime communiste jusqu’en 1989“. Et elle instaure une réforme de la banque centrale, qui a perdu, de fait, son indépendance. En contradiction radicale avec les règles communautaires de l’Union européenne ».
Un véritable compendium d’horreurs. Sans oublier la liberté de la presse qui serait remise en question tout comme le subventionnement aux sectes et associations religieuses. Orban et sa politique concentrent à eux seuls toutes les hideurs du crapaud (pardon à ce bel animal à la voix flûtée) et les nuisances de la peste (brune). Tout ce qu’il ne faut pas penser, dire et faire et bien le Fidesz - pourtant banalement situé au centre-droit sur le spectre politique - le fait, le dit et le pense. Parce qu’en Hongrie, la droite radicale existe bel et bien et occupe un place suffisamment importante pour ne pas être mentionnée autrement qu’anecdotiquement dans la libre presse de l’ancien Monde libre [l’Europe de l’ouest.] On l’a bien compris Orban et son parti membre du Parti populaire européen et ne peut être immédiatement labellisé extrême droite “fascistoïde“ à l’instar du Parti Jobbik 4 . Précisons que le PPE, groupe conservateur du Parlement européen inclut l’UMP de M. Sarkozy, lequel doit faire le grand écart entre sa fidélité aux « valeurs » européennes et sa nécessaire “alliance“ de fait avec avec Orban, lui-même vice-président du PPE.

Le crime des crimes

Mais laissons ici, pour l’heure, le catalogue de griefs non rédimables pour mieux nous concentrer sur les questions de divergences fondamentales par rapport aux critères de Maëstricht, celles qui créent aujourd’hui un violent contentieux entre le Portugais commissionnaire Barroso, la Secrétaire d’État américaine Clinton, la Chancelière allemande Merkel, le futur éventuel présidentiable français Juppé 5 d’une part, et Viktor Orban de l’autre.

À commencer par le retour de la Banque centrale sous la tutelle de l’État. Car où va-t-on si les financiers perdent leur indépendance vis-à-vis des politiques auxquels leurs décisions seraient soumises ? Plus encore que l’avortement, le mariage homo, Dieu et l’Identité nationale, la transgression du tabou des tabous est d’abord la dénonciation de la dictature du fric. Aucun crime autre que celui de lèse phynances 6 n’est plus terrible ni plus punissable : Orban s’est attaqué au saint des saint, autrement dit à l’État-profond, le pouvoir indicible, celui dont on ne parle pas mais dont l’omnipotence dicte leur destin aux peuples et aux nations sur des bases et selon des critères purement métapolitiques au service exclusif des cryptarchies régnantes 7 .

Après la séparation de l’Église et de l’État, de la justice autonome par rapport aux pouvoirs législatif et exécutif, l’administration et l’émission monétaire échappent à l’État 8 , ces fonctions étant désormais transférées à un organisme supranational, en l’occurrence la Banque centrale européenne. Or, comme, les États se voient contraints d’emprunter sur les marchés extérieurs en vertu du Traité de Maëstricht 9 leur souveraineté monétaire se trouve de facto réduite a quia. Il appert donc que l’UE évolue tendanciellement vers un modèle à l’américaine où la Réserve fédérale n’a de « fédérale » que le nom n’étant en réalité qu’un consortium de banques privées. Qu’Orban ait voulu revenir en arrière et casser cette évolution vers une fragmentation ou une segmentation toujours plus poussée de l’État et de ses fonctions régaliennes en une multiplicité d’entités institutionnelles séparées – c’est-à-dire autonome voire indépendante – est proprement impardonnable.

Reste que la « déréglementation », la suppression insidieuse de l’État et de ses fonctions par l’abrogation de la loi, ne supprime pas – sauf dans la mythologie libéraliste, dans les phantasmes et le verbiages des économistes, des universitaires, des médiacrates et des idéologues de tous poils – l’arbitrage et la surveillance qui réapparaissent immanquablement sous la forme d’organismes prenant en charge la « régulation » d’un secteur d’activité donné ou de l’une ou l’autre des fonctions vitales du corps social. Ici la gestion monétaire, et il s’agit dans tous les cas de déshabiller Pierre pour habiller Paul : « moins d’État » signifie toujours plus de transferts de pouvoirs vers de nouvelles féodalités, certes décentralisées voire délocalisées, diffuses peut-être mais agissantes, au seul profit d’un système dominé par les oligarchies détentrices de tous les leviers financiers, politiques, militaires et industriels.
Or qu’à voulu faire le vilain M. Orban, rendre à l’État central ce qui lui appartient, l’administration de sa monnaie et qui plus est, celle de sa Justice. Crimes inexpiables à l’heure de la déconstruction de l’État et de son dépérissement [prévus et programmés tant par le Marxisme que par l’ultra-libéralisme friedmannien et l’École de Chicago] au profit de nébuleuses bureaucratiques façon Bruxelles elles-mêmes et d’entités du type des dictatoriales Agences de notation, relais multiples et truchements tentaculaires du divin Marché et des Club terriblement élitistes des tireurs de ficelles, toujours les mêmes !

Menaces, rétorsion et sanctions

Sous couvert de discipline budgétaire collective, la Commission Barroso a lancé le 18 janvier sa première salve – car il s’agit de faire un exemple ! - en demandant de lourdes sanctions financières contre la Hongrie en vue de sanctionner un dérapage budgétaire « insoutenable ». Le déficit public magyar atteindrait en effet 6% du PIB en 2011 au lieu des 3% annoncés par le gouvernement de Viktor Orban. La veille, le 17, Bruxelles avait en outre adressé au Premier ministre hongrois une triple lettre comminatoire de mise en demeure lui enjoignant de réviser trois textes législatifs litigieux « d’ici un mois ». Lois qui, aux yeux avertis des juristes de Bruxelles, violent l’esprit ou la lettre des Textes européens fondateurs. En cause, l’indépendance de la Banque centrale, celle des juges hongrois et pour finir l’autonomie de l’Autorité de protection des données.

Menacé ainsi des pires sanctions financière par la Commission de Bruxelles, M. Orban a dû venir à Canossa s’expliquer à Strasbourg où il s’est fait copieusement invectiver par le « délinquant sexuel » Cohn Bendit 10 , lequel a donné une fois de plus une image fort reluisante – et quelque peu débraillée - des nouveaux maîtres de l’Europe ! Car, quoique la Hongrie ne soit pas membre de l’Euroland, son endettement est tel qu’elle ne saurait se passer pour éviter la banqueroute des subsides de la BCE et du FMI. En substance une ligne de crédit de 10 à 20 mds d’€ pour passer le gué hivernal.

Au demeurant, si à l’étranger et en Europe de l’Ouest la cote politique de Viktor Orban n’est pas au plus haut - à l’instar de la monnaie nationale, le Forint – la situation dans son pays est tout à fait différente avons-nous vu… Aussi est-il à prévoir que les menaces du triste sire Barroso seront davantage un coup d’épée dans l’eau qu’une mortelle estocade ! Notons que la « comparution » de Viktor Orban devant le Parlement européen a été de sa propre initiative. Une première, puisqu’aucun chef d’État n’était auparavant venu en quelque sorte « défier » l’Institution en son propre palais…
Pourtant le Premier ministre hongrois n’aura pas d’autre choix que de composer avec les puissances extérieures - Bruxelles, Londres et Manhattan - à propos d’un inenvisageable retour de la Banque centrale hongroise dans le giron étatique. À prendre cependant en considération le fait que la marge de manœuvre de la Commission n’est pas aussi confortable qu’il y paraît de prime abord : sanctionner Budapest certes, mais en évitant de précipiter le pays dans l’abîme au moment où la Grèce et l’Eurozone partent elles-mêmes en vrille. Chacun se souviendra du fiasco de la politique de sanction adoptée en 2000 à l’encontre de l’Autriche lorsque le parti « xénophobe » de Jörg Haider fit son entrée au gouvernement. Là encore intervinrent des décisions communautaires contreproductives parce que dictées non par la raison et l’intérêt collectif mais eu égard à une dogmatique et un sectarisme idéologique révélateurs des véritables finalités de la construction dite « européenne », à savoir la destruction programmée et irréversible de peuples de l’Europe.

C’est en travers d’un tel projet - hélas déjà bien avancé - que Viktor Orban s’est placé aujourd’hui, et c’est bien là que le bât blesse ! Le réveil des peuples d’Europe n’était pas à l’ordre du jour quand un micro État et ses dix millions d’âmes, auparavant puissant avant d’être démantelé par le Traité du Trianon du 4 juin 1920, ayant connu l’épouvantable « République socialiste » de Bela Kun 11 et la « République populaire de Hongrie » pendant laquelle la révolte des masses, en 1956, fut écrasée sous les chenilles des chars soviétiques, entend à présent reconquérir une authentique indépendance… et avec elle son identité et se nommer selon son cœur « Hongrie » en rupture avec un passé de servage et de souffrance vers lequel le « Politburo » des Commissaires politiques européens voudraient maintenant la ramener pieds et poings liés.

Notes

(1 ) Un « Hugo Chavez de droite » selon l’eurodéputé Cohn-Bendit en référence au non-aligné président vénézuélien, haut en couleur, celui qui dit ses quatre vérités à l’Amérique néoconservatrice et prédatrice. Deux hommes politiques logés à la même enseigne si l’on en croit le président des É-U s’exprimant le 19 Décembre 2011 dans le quotidien « El Universal » : « Le gouvernement d’Hugo Chavez restreint les droits universels du peuple vénézuélien, menace les valeurs démocratiques et met en péril la sécurité de la région ». Chavez lui répondait le même jour à l’occasion du Conseil des ministres en le traitant d’irresponsable et surtout d’imposteur, qualification assénée trois fois avec une remarquable force de conviction.
(2 ) Unanimité de la presse : ainsi Le Progrès titrait-il le 4 janvier « Hongrie : Viktor Orban sent le vent tourner : Vertement critiqué à l’étranger, le Premier ministre hongrois Viktor Orban sent aussi la colère monter dans son pays, où il est accusé de se comporter comme un ‘dictateur’ par des manifestants de plus en plus nombreux ». Le ton était donné en totale contradiction avec la réalité des faits les plus patents.
(3 ) 54% en faveur du Fidesz, l’Union civique hongroise, parti présidentiel
(4 ) Jobbik Magyarországért Mozgalom, « L’Alliance des Jeunes de Droite-Mouvement pour une meilleure Hongrie » compte 47 députés nationaux et 22 européens. Le Jobbik plaide en faveur de l’identité nationale pour le retour aux valeurs chrétiennes, de la famille et de l’autorité, autrefois illustrées par le régent du royaume de Hongrie, l’amiral Miklós Horthy entre 1920 à 1944. Jobbik milite contre le libéralisme politique, le communisme et le mondialisme apatride et cosmopolite.
(5 ) Monsieur je-me-mêle-de-tout, paladin de la Démocratie indirecte voire subversive comme en Syrie, considérait le 3 janvier sur I-télé que la Hongrie et sa nouvelle Constitution font « problème aujourd’hui ! …Il appartient à la Commission européenne de vérifier que ces nouveaux textes constitutionnels respectent ce qui fait le bien commun de tous les pays de l’Union européenne, c’est-à-dire l’État de droit et le respect des grandes valeurs démocratiques... Nous appelons la Commission européenne à prendre les initiatives nécessaires pour que ces principes fondamentaux soient respectés partout, y compris en Hongrie  ». Message reçu 5/5 puisque la menace de sanctions européennes a été immédiatement brandie à Bruxelles.
(6 ) Alfred Jarry « Ubu roi » 1896 - Concernant la Banque centrale hongroise : l’influence du gouvernement s’y trouve renforcée ; son président ne sera plus libre de désigner ses trois adjoints ceux-ci étant nommés par le Premier ministre. Le gouvernement hongrois – qui commence bien mal – est parvenu à rapatrier dans les caisses de l’État 11 mds d’€ jusque là détenus par des Fonds de pension étrangers, tout en imposant une taxe exceptionnelle aux banques et aux grandes entreprises étrangères. Par ailleurs une loi autorise les Hongrois ayant souscrit des crédits en Francs suisses, Euros ou Yens, à travers des produits financiers complexes émis par des banques étrangères, à effectuer leur remboursement en Forints hongrois. Les particuliers auront ainsi la faculté de rembourser leurs dettes à un taux de change fixe préférentiel. Les demandeurs de fonds pourront également bénéficier de crédits en Forints pour financer leurs transactions, ceci reviennant à reconvertir ces crédits en monnaie hongroise, imposant aux établissements bancaires de couvrir la différence… Cf. Maurice Gendre « Bombarder Budapest ? » 19 janv. 2012
(7 ) Le sénat français en adoptant ce 23 janvier 2012 la Loi pénalisant la négation de tous les génocides, et en particulier du génocide arménien de 1915, n’obéit pas, en flattant les suffrages arméniens, à la seule arithmétique électorale, ni même au-delà en visant le vote des communautés israélites. Il s’agit en vérité d’ériger un mur défensif autour du « crime contre la pensée unique et totalitaire » institué par la loi Gayssot-Fabius… archétype des dispositifs juridiques, présents et avenir, de contention de la liberté de penser blanc ou noir. Un motif idéologique – la protection des grands mythes fondateurs du monde actuel, à commencer par ceux de la démocratie et de l’autonomie de consentement dans l’adhésion aux nouvelles religions contemporaines – plus puissant que tous les intérêts économiques et moraux immédiatement en jeu dans les choix prioritaires à effectuer… au regard par exemple d’une Turquie, partenaire commercial et industriel de première importance. Ce qui en période de crise aiguë, donne la mesure du mépris de nos dirigeants vis-à-vis de l’urgence d’un sauvetage économique, humain et sociétal, lequel devrait en principe s’imposer toutes affaires cessantes. Le même raisonnement s’applique au dossier iranien entretenu au prétexte d’un programme nucléaire prétendument menaçant pour la paix du monde. Nul ne croit bien entendu à ces billevesées, mais l’embargo pétrolier européen qui vient d’être adopté ce 23 janv. 2012 – lequel pourrait entraîner par mesure de rétorsion la fermeture du Détroit d’Ormuz et partant, créer les conditions d’une conflagration régionale - condamne un peu plus la Grèce au marasme en raison de sa dépendance à hauteur de 30% du pétrole persan [pour la satisfaction de ses besoins énergétiques et 20% pour l’UE en général et en particulier l’Italie et l’Espagne, deux pays durement touchés par la crise budgétaires]. Là encore se sont des raisons métapolitiques faisant litière des intérêts, aussi impérieux qu’immédiats de l’Europe réelle, qui l’emportent sur toutes autres considérations. Retenons que la soif de puissance hégémonique et la concurrence biologique sont des paramètres surdéterminants des tensions internationales actuelles, situées bien au-delà de simples guerres pour les monopoles énergétiques ou le $ comme monnaie exclusive des transactions pétro-gazières.
(8 ) Une indépendance théorisée, à la suite de John Locke, par Montesquieu dans L’Esprit des lois (1748) à une époque où la justice ne se mêlait pas autant de politique et n’entendait pas se placer en contrepouvoir institutionnel systématique, ou en courroie de transmission idéologique, ou pire comme instrument politique au service de tel ou tel parti.
(9 ) En France, avec la Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France, texte surnommée « Loi Pompidou-Giscard » ou « Loi Rothschild », l’État s’automutile en s’interdisant grosso modo de l’autofinancement par l’emprunt intérieur ou la création monétaire : l’État délègue ou abandonne ainsi son droit régalien de création monétaire au système bancaire privé. La loi “Pompidou-Rothschild“ a été abrogée à la date symbolique du 4 août 1993 ; elle est entrée en application le 1er janvier 1994 lors de la transcription dans nos codes du Traité de Maëstricht.
(10 ) « Hongrie : défilé monstre pro-Orban » Figaro le 21 janv. 2012, commentaires : « Orban n’a pas de leçons à recevoir d’un délinquant sexuel ! » à propos de M. Cohn-Bendit « né en France de parents juifs allemands dix mois après le débarquement de Normandie ».
(11 ) Sur la « République de Bela Kun » lire Jérôme et Jean Tharaud « Quand Israël est roi » Plon 1921. Téléchargeable - Université de Toronto : http://www.archive.org/details/quan...

http://www.geopolintel.fr

 

 

http://www.alterinfo.net/La-fronde-hongroise-de-Viktor-Orban_a70582.html

Repost 0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 23:28

 

 

ALERTE !! DANGER ! 

Terrifiante opération sous faux drapeau bientôt ?

A dénoncer, à déjouer,

à relayer par tous pour éviter le pire,

la guerre contre l'Iran programmée

par les Hébreux et les Anglo-Saxons,

la guerre mondiale voulue par les Euro-Atlantistes

pour continuer à imposer leur domination sur le monde

qui, avec les pays émergents,  s'émancipe de plus en plus !

Désamorçons l'imposture à venir en informant ! (eva)

 

 

 

 

 

Alerte,opération Israël contre navire US imputée à Iran pour déclencher guerre ? (vidéo 2 mn à relayer)

 

http://www.dailymotion.com/video/xn2rgz_max-keiser-sur-le-scandale-mf-global-s-t_news
.
Voir aussi l'article sur mon blog no-war :

http://a1.idata.over-blog.com/442x353/1/18/15/06/D12---mai-10/droits-ho-porter-armes.jpg

http://a1.idata.over-blog.com/442x353/1/18/15/06/D12---mai-10/droits-ho-porter-armes.jpg

 

 

Du golfe du Tonkin au golfe Persique, de l'USS Maddox à l'USS Enterprise, prélude à une nouvelle agression américaine

inv
Si vous avez oublié votre Histoire du Lycée, je vous invite à aller réviser les incidents dits du « Golfe du Tonkin ». Le 2 et 4 aout 1964, les USA ont prétendu avoir subi une attaque à la torpille contre le navire USS Maddox.


En 1995, le General Vo Nguyen Giap, très bon ami de la France depuis Dien Bien Phu (1954), a déclaré que ses forces n’ont jamais attaqué les Américains. Plus tard, en 2005, la NSA déclassifie des documents dont un rapport interne datant de 2001 et selon lequel l’attaque du 4 aout n’a jamais eu lieu.


Ces attaques ont servi comme prétexte à la guerre du Vietnam causant 2 millions de morts chez les locaux et 50’000 morts US. Le cycle prétexte / guerre se perpétue de génération en génération. Les politiques et le complexe militaro-industriel s’enrichissent et les jeunes qui veulent « défendre leur patrie » partent au casse-pipe, massacrant au passage des populations civiles.


Aujourd’hui, les USA veulent la peau de l’Iran. Ce n’est ni le premier, ni le dernier pays qui subit leurs attaques. Dans 50 ans, à moins qu’ils aient fait faillite, ils seront encore en train de fabriquer des raisons pour attaquer d'autres pays.


Connaissant donc la méthode habituelle, on ne peut que s’inquiéter de l’envoi du vieux porte-avion Etasunien "USS Enterprise" dans le golf Persique (1). Ce porte avion a été commandé en 1957 et a été commissionné en 1961. Arrivant à la fin de sa vie, son démantèlement est prévu pour l’année prochaine. Ce navire est propulsé par des turbines à vapeur prenant leur énergie dans 8 réacteurs nucléaires qui coutent très cher à démanteler.


L’idée d’aller l’agiter sous le nez des Iraniens n’est pas totalement bête. Ces derniers pourraient se fâcher, s’en approcher et soudainement il explosera et coulera chez les Arabes. On est ultra proches du 11 septembre là. Donc la presse annonce que les Iraniens ont coulé l’USS Entreprise. On connait déjà la triste suite.

Réjouissons nous de la guerre qui vient. Du chaos sortira la révolution...

http://fr.ria.ru/world/20120126/193156615.html
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EFkZylZZAVJnmbwqUP.shtml
.
Voir aussi :
.

Golfe Persique : les grands préparatifs se poursuivent…

Tandis que les eurocrates cherchent à rassurer sur un avenir serein (de leur point de vue), Trader Noé nous dit voir tout le contraire et nos sources bancaires parlent le même langage. La dégradation est persistante et s’accélère sur le calendrier que nous avons indiqué dans la lettre LIESI.


 

Un autre élément confirme ce scénario : l’empressement des Etats-Unis à renforcer leurs forces dans le Golfe Persique en vue d’une attaque de l’Iran. C’est ainsi que le sous-marin nucléaire américain Annapolis, accompagné du destroyer USS Momsen, viennent de franchir le canal de Suez et de gagner la mer Rouge. Si le point de destination des deux navires n’est pas annoncé, leur entrée en mer Rouge coïncide avec l’apogée des tensions entre Washington et Téhéran. Rappelons que Marine américaine a déjà réuni dans le Golfe persique un nombre important de navires, dont les porte-avions Carl Vinson et Abraham Lincoln. Un autre porte-avions, l’USS Enterprise est attendu dans la région au mois de mars 2012.

 

Voir aussi sur mon blog No-War :

 

Sarkoléon lance la campagne d’Iran

http://www.tribords.com/images/277m.jpg
http://www.tribords.com/images/277m.jpg
.
.

 .

 

http://no-war.over-blog.com/article-israel-des-preparations-majeures-en-cours-98304076.html

 

http://no-war.over-blog.com/article-guerre-contre-l-iran-role-usa-france-repercussions-caucase-bombes-devastatrices-98301341.html

.

 

4highres_00000402076839.jpg

 

Impérialisme économique: L’Union Européenne plus larbin que jamais de l’empire s’accorde sur l’embargo du pétrole iranien….

Les USA pourraient rejouer le scénario yougoslave en Iran 

 

Nécessaire mobilisation internationale contre la guerre qui rôde

 

 

Avant les Elections, les psychopathes qui dirigent les grandes nations ont tous intérêt à faire une sale guerre (au risque qu'elle devienne planétaire) car en temps de conflit, il y a une sorte d'union sacrée qui perpétue leur pouvoir (Obama, Cameron, Sarkozy, Merckel etc)  même au prix du sang des Nations. Débarrassons la terre de ces Malfaisants avant que l'irréparable ne soit commis ! Jugeons-les ! Note d'eva R-sistons

 

Effectivement, et de tous temps, la guerre a été une issue à une crise intérieure, économique ou politique. Ce processus a été largement utilisé par les USA et d’autres.

On se rappelle qu’ils sont les grands bénéficiaires de la deuxième guerre mondiale qui a ravagé la moitié de la planète. Leurs usines ont tourné à plein, pendant qu’ils vendaient d’énormes quantité d’armement aux alliés. Une première fois (?) les USA ont appris à fonctionner avec l’endettement des autres pays. Ils ont continué de la sorte.

Après l’invasion Irakienne, dont le but n’est toujours pas clair, on nous prépare intensément à une nouvelle guerre contre l’Iran, voire la Syrie en les diabolisant et manipulant l’information. Une nouvelle fois, les usines vont tourner à plein, les ouvriers avoir du travail, et les actionnaires des multinationales gagner des milliards.

Et l’effondrement économique, comme la remise en cause du "système en place" passera au second plan.

Il est grand temps d’ouvrir les yeux sur les crimes à répétition de "l’Empire" pour lequel des millions de vies sacrifiées n’ont aucun intérêt...

 

Commentaire ici :

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/declin-us-et-guerre-mondiale-109051

 

 

Sur Artemisia College, je trouve à l'instant la reprise du texte plus haut, mais le site ajoute ce que je place en bleu :

 

L'idée est de prévenir un tel sénario, en... prévenant, en alertant... (citoyens, presse, députés...). Nous avons le mois de février pour faire échouer ce plan potentiel...
 
 
Les USA envoient un très vieux porte avions vers l’Iran…

« Si vous avez oublié votre Histoire du Lycée, je vous invite à aller réviser les incidents dits du « Golf du Tonkin ». Le 2 et 4 août 1964, les USA ont prétendu avoir subi une attaque à la torpille contre le navire USS Maddox. (..) (voir texte plus haut)
La même question se pose pour Pearl Harbor, le Tonkin, le 11 septembre…
Dans la situation préoccupante du golfe d’Ormuz, il y a l’Iran mais, Israël , la Chine, la Russie cela fait un cocktail pour le moins détonnant en terme de megatonnes nucléaires.
Il faut souhaiter que notre psychopathe ne soit plus au pouvoir en mai et qu’aucune aggravation ne puisse créer des affrontements, car sinon on va passer en mode guerre avec application article 16 de la constitution donnant les pleins pouvoirs au président afin d’occulter les élections en France. .

 

.

.

TOMSK (Sibérie), 25 janvier - RIA Novosti

Les Etats-Unis cherchent à dominer le monde et utilisent pour cela la contestation de la légitimité des procédures politiques en vigueur dans d'autres pays, a déclaré mercredi le premier ministre russe et candidat à la présidentielle de mars Vladimir Poutine.

"Ils (Américains) veulent tout contrôler (…) J'ai parfois l'impression que les Etats-Unis n'ont pas besoin d'alliés, mais de vassaux, et qu'ils préfèrent la domination à un partenariat d'égal à égal", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec les étudiants de l'Université polytechnique de Tomsk (Sibérie occidentale).

Et d'ajouter que coopérer sur un pied d'égalité signifiait définir en commun les menaces et élaborer en commun un système de gestion de ces menaces.

"Ils s'y refusent catégoriquement", a rappelé M.Poutine, en citant l'exemple du bouclier antimissile que les Américains s'apprêtent à déployer en Europe.

Le chef du gouvernement a aussi évoqué un autre moyen d'influence américain, celui de "remettre tout en doute, prétendant la non-conformité à des standards quelconques".

"Et ce sont eux-mêmes qui élaborent ces fameux standards", a conclu M.Poutine.

 

Lien : http://fr.rian.ru/world/20120125/193145989.html

 

Vladimir Poutine
18:54 25/01/2012

 

La Russie devient le garant de la paix dans la région.

La partie d’échec contre l’empire continue. Comme nous l’avions dit il y a plusieurs mois, il semblerait que la Russie ait sacrifié politiquement la Libye à la vindicte impériale, sachant que cela ferait “jurisprudence” sur le cas de la Syrie. Le Modus Operandi étant identique, il est clair que Lavrov boit du petit lait en disant “j’ai déjà vu çà”… La Russie a maintenant l’exemple pathétique des crimes de l’Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord à mettre en exergue pour disqualifier un scenario identique sur la Syrie, qui représente un enjeu géostratégique bien plus important pour la Russie, que l’était la Libye du fantasque Kadhafi.

Bien évidemment, dans leur empressement et leur arrogance les criminels impérialistes occidentaux sont tombés dans le panneau. La Russie tient une position diplomatique avec la Chine très forte, qui s’appuie sur les échecs et les crimes de l’OTAN en Libye.

 

Pour Lavrov, c’est l’aboutissement d’une carrière… Savoir que la clownesque Clinton fulmine au téléphone pour lui parler, croyant que le sommer de venir discutailler séance tenante allait faire ramper le russe au téléphone… Hilarant Hillary !… Rien que cela vaut toute la chienlit de la politique.

Si les criminels occidentaux passent en force ou outre le conseil de sécurité (ce qui est possible), alors le jeu sera à nu: plus de façade pseudo-légale d’une ONU à la botte de l’empire. Les Russes l’ont joué fine sur le coup de la Libye, ils ramassent les dividendes maintenant. L’empire dans son arrogance sans borne est tellement prévisible, que la partie devient monotone…

Et Poutine n’est pas encore revenu président… çà promet !

A suivre donc…

– Résistance 71

Dans l’arène de l’ONU: Le clash des titans à propos de la Syrie

RT http://rt.com/news/un-resolution-syria-russia-131/

.

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

.

Les diplomates occidentaux et arabes vont pousser une résolution conjointe à l’Onu appelant le président syrien Al Assad à quitter le pouvoir. La Russie et la Chine ont rejeté ce qu’elles voient comme un changement de régime forcé et disent qu’elles vont bloquer le mouvement  et advienne que pourra.

La diplomatie occidentale fait une nouvelle tentative d’utiliser l’ONU comme un outil de sa politique étrangère, écrivant et proposant une nouvelle résolution ambigüe sur la Syrie, qui établit la feuille de route pour évincer le président Bachar Al Assad. La résolution ne prend pas en compte les positions des pays comme la Russie et la Chine, qui ont présentés un front uni s’opposant au changement de régime à Damas.

Moscou dit que la nouvelle résolution contient une menace “d’adopter plus de mesures si la Syrie n’obéit pas aux termes de la résolution”, ce qui ouvre immanquablement la voie à une intervention étrangère du style de la Libye dans le pays miné par les conflits.

D’après certains rapports, les tensions sont si intenses que la porte-parole de la ministre des affaire étrangères américaines a accusé le ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, qui est actuellement en visite en Australie, de ne pas avoir été disponible par téléphone lorsqu’Hillary Clinton a cherché à le joindre pour discuter de la situation.

Sergei Lavrov a dit aux journalistes qu’ilétait simplement impossible pour lui de prendre des communications téléphoniques au milieu de négociations avec ses collègues australiens, mais a promis de disctuter de la Syrie avec Hillary Clinton à la première opportunité.

Il a dit que les Américains ont insisté de programmer le coup de téléphone durant une période où il parlait à Sydney, ce qui ne pouvait pas être changé dans le calendrier. Commentant sur l’impossibilté de Washington à réarranger la communication téléphonique, le ministre russe a spéculé que “cela pourrait-être expliqué par leurs manières.”

Sergei Lavrov a dit que le conseil de sécurité ne soutiendra jamais un tour de force contre la Syrie.

“Si l’opposition syrienne refuse de s’assoir à la table des négociations avec le régime, quelle est l’alternative ? Bombarder le régime ? J’ai déjà vu cela avant”, a dit Lavrov, “Je peux garantir que le conseil de sécurité n’approuvera jamais cela”.

Clinton doit rejoindre ses contre-parties française et britannique au QG de l’ONU Mardi pour ajouter une puissance de feu supplémentaire pour la poussée de l’occident à faire voter cette résolution.

Échec et mat! ;)

 

Syrie: la résolution marocaine bloquée par la Russie

http://fr.ria.ru/world/20120128/193179085.html  

 

Les vassaux comme dirait Poutine

http://chiron.over-blog.org/article-les-usa-ont-besoin-de-vassaux-pas-d-allies-poutine-97885679.html

Lien : http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=9362#comment-37101

 

Echec à l’empire en Syrie: la Russie (et la Chine) secoue l’arrogance impérialiste occidentale à l’ONU…

 

.

Quelques réflexions d'eva R-sistons :


 

Rafale-Dassault vendus : 12 milliards ! Ce qui marche, dans notre sale société, aujourd'hui, c'est l'industrie militaire qui tue les peuples pour enrichir les misérables à la tête des multinationales de l'armement, de mort ! Les dirigeants devraient se retrouver devant un Tribunal pour crimes contre l'humanité, mais non, on leur déroule des tapis rouges et on commémore leurs crimes monstrueux en aposant des plaques de rues à leur nom !

 

Pourquoi l'Etat hébreu n'attaque-t-il plus massivement Gaza ? Pour se faire oublier et continuer, discrètement, à ravager la région, bref pour continuer la politique du fait accompli de manière à rendre irréversible la situation : Etat palestinien gruyère donc impossible à mettre en place, tout cela avec la complicité des Anglo-Saxons et de leurs vassaux européens.

 

Notre monde est dangereux à cause des psychopathes qui le dirigent, la seule solution pour éviter le pire est d'exiger leur traduction devant un Tribunal des Nations. Où sont les juges intègres comme le Juge Garzon en Espagne pour faire le travail que les peuples attendent tous ?

 

Eva R-sistons

 

Lisez ceci :

 

http://www.decitre.fr/gi/25/9782916721125FS.gif

 

http://www.decitre.fr/gi/25/9782916721125FS.gif

 

 

 

La ponérologie politique ou la science du Mal appliquée à des fins ...

.

Ponérologie Politique

La science du Mal


La ponérologie politique ou la science de la genèse du Mal

appliquée à des fins politiques


L'article ici :

 

 http://femmesdelafrancophonie.org/2008/03/la-ponrologie-p.html

 

 

(Extrait) Jamais nous ne sommes trouvés en position aussi précaire, aussi proche de la destruction totale.(Note d'eva : Le Nouvel Ordre Mondial en marche)


Laura Knight-Jadczyk et Henry See pensaient que la situation terrible à laquelle cette planète et ses habitant-es sont confrontés pouvait avoir un lien avec la question de la psychopathie. Les phénomènes abordés dans La ponérologie politique — en rapport avec les groupes et la façon dont ceux-ci sont corrompus par des déviants pathologiques qui s’y infiltrent sous l’aspect de la normalité — leur étaient très familiers. Ils savaient qu’il se passait quelque chose d’étrange, mais ils ne savaient pas encore le nommer ou le catégoriser. Ils avaient trouvé certaines dénominations et catégorisations dans des textes sur la psychopathologie, mais qui n’abordaient pas la dimension sociale, jusqu'à ce qu'ils aient accès à l’ouvrage d'Andrzej Lobaczewski. Dans La ponérologie politique – La science de la genèse du mal, appliqué à des fins politiques (Political Ponerology), Lobaczewski présente le sujet d’une manière radicalement différente des autres textes sur la psychopathie, en suggérant que l’influence des psychopathes et autres déviant-es n’est pas qu’une simple influence parmi tant d’autres affectant la société, mais que, si les circonstances sont favorables, elle détermine la manière dont nous vivons, ce que nous pensons, et la façon dont nous jugeons ce qui se passe autour de nous.


Quand on comprend la véritable nature de cette influence : qu’elle est sans conscience, sans émotion, égoïste, froide et calculatrice, dénuée de tous standards moraux ou éthiques, on est horrifié, mais en même temps, tout commence à s’éclairer soudainement. Notre société perd de plus en plus son âme parce que les personnes qui la dirigent et qui donnent l’exemple sont sans âme — ils n’ont littéralement aucune conscience. Quand vous en venez à comprendre que les rênes du pouvoir politique et économique sont entre les mains de personnes sans conscience qui ne possèdent pas de faculté d’empathie, cela permet de regarder ce que nous appelons le "Mal" d’une façon totalement nouvelle. Le "Mal" n’est plus seulement une question morale; il peut alors être analysé et compris scientifiquement.

 

 http://femmesdelafrancophonie.org/2008/03/la-ponrologie-p.html

 

 

 

La stratégie du choc :

 

 

.

Repost 0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 23:19

 

 

 

 

Et aussi sur Soir3 (France3, 31.1.2012)

 

.

Voir :

 

Circus politicus

de Christophe Deloire, C Dubois

 

http://s3.static69.com/m/image-offre/e/7/7/a/e77a93610d3fe8a125aa989eae1299e1-300x300.gif 

 

Résumé du livre

.

Circus politicus révèle les dessous d'un véritable 'putsch démocratique ', une tentative de neutralisation du suffrage universel par une superclasse qui oriente la décision publique. Il montre comment le Pouvoir a capitulé devant les puissances financières. Il dévoile les stratégies de double discours et d'hypocrisie française entre Paris et Bruxelles. Histoires, anecdotes, preuves, documents… tout dans ce livre tend à démontrer que les Indignés ont raison de réclamer une 'vraie démocratie '! Entrons dans ce Circus politicus où le peuple est jugé dangereux et la démocratie archaïque. Nous voici dans les réunions ultra secrètes des Conseils européens où tout se joue, dans les coulisses, dans de mystérieux clubs d'influence où les banquiers américains expliquent la vie à nos politiques, dans les officines et les bureaux d'agents secrets… La France est sous la tutelle d'un pouvoir aveugle. La souveraineté, nationale ou européenne, n'est plus qu'une image pieuse entretenue par des 'idiots utiles '. Une enquête inédite, iconoclaste qui fait surgir une réalité qu'il vaudrait mieux affronter plutôt que de la nier.

 


Note d'eva R-sistons:

 

France 3, au Soir3 du 31 janvier 2012, a interviewé l'un des auteurs de Circus Politicus, Christophe Deloire. Joie ! Enfin, cela bouge ! Même dans les Médias ! Le monde dessiné par les dirigeants psychopathes est trop sale, trop dangereux.. Cela ne peut plus durer ! Même les Médias aux ordres finissent par laisser transparaître la terrible réalité ! Lisez ce livre, il est explosif, et ce que j'ai entendu ce soir, sur France3, est tonique, parce que vrai ! On a parlé de réseaux, de Club mystérieux - Bilderberg - , de Trilatérale, de la dictature de Bruxelles, de pouvoir de l'ombre ! Oui, mes ami(e)s, on a osé aborder la vérité, enfin ! 

 

Ami(e)s Lecteurs et Lectrices, ça bouge enfin !

Reprenons espoir ! 

 

 

63eccfc8.gif


http://memoires-notes.over-blog.com/article-l-espoir-est-une-bougie-dans-l-obscurite-63639184.html

 

Publié la nuit dernière,

sur mon blog R-sistons,

 

 

et depuis, ce soir, je trouve cela :

 

 

New post on Résistance Inventerre

 

Circus politicus : le putch démocratique

by werdna01

Evene.fr - Livres - 1er Février 2012 Genre : Actualité - Parution : 1 Février 2012 chez Albin Michel Prix editeur : 21€00  -  Isbn : 9782226238597 Christophe Deloire,directeur du Centre de formation des journalistes, et Christophe Dubois grand reporter de l’émission 7 à 8 viennent après une enquête de fond de sortir un livre étonnant, [...]

Lire la suite

Circus politicus : le putch démocratique

 

Genre : Actualité - Parution : 1 Février 2012 chez Albin Michel
Prix editeur : 21€00  -  Isbn : 9782226238597
Christophe Deloire,directeur du Centre de formation des journalistes, et Christophe Dubois grand reporter de l’émission 7 à 8 viennent après une enquête de fond de sortir un livre étonnant, iconoclaste dans ce monde de connivence entre politique industrie lobbys et médias. Ce livre doit être fort peu au goût de ces oligarchies il expose une réalité terrible celle d’une Europe fasciste “ce mot est un euphémisme face au fonctionnement de l’ue où des commissaires non élus travaillant parfois pour des banques dont la fameuse goldman prennent les décisions sans être les representants du peuple” ,un monde dirigé par des clubs privés, la finance a mis son plan à exécution, il y a eu un putsch de la part de gens qui ont décidé d’être au-dessus du système démocratique.

 

 
Médiapart - 1er février 2012 – Lorelei Avalon
Tout commence par l’histoire d’un certain David Rockfeller dont l’objectif était de mettre la finance au pouvoir de s’approprier le pouvoir monétaire et financier, et de mettre en place une crise au niveau mondial pour faire accepter aux peuples le nouvel ordre mondial.
Dans un dernier discours prophétique datant du 17 Janvier 1961, le président Dwight Eisenhower avait averti les Américains que le lobby militaro-industriel pourrait faire planer un jour une menace sur la liberté et la démocratie.
Le dernier président des états unis libre avait raison de chercher à avertir les peuples, nous vivons une ère où la stratégie de choc, les manipulations mentales, l’usage du fichage des citoyens, les armes silencieuses ainsi de suite vont mettre en place un monde qui l’air de rien est le monde dont rêve des hommes non élus par les peuples et qui gouvernent le monde dans tous les domaines.
Ce livre qui est un véritable chef d’œuvre d’investigation et nous expose une terrible réalité monstrueuse la destruction de la démocratie sur un ton tranquille l’air de rien, des clubs de Rome et autres commissions, voir des groupes comme Bilderberg fondé par en 1954 à l’Hôtel Bilderberg à Osterbeek à l’invitation du Prince Bernhard des Pays-Bas, co-fondateur du Groupe avec David Rockefeller dirigent le monde en le destrusant morceau par morceau pour le bien être d’une hyper minorité completement psychotique dont l’un est bien entendu Kissinger.
Ces groupes ont littéralement neutralisé la démocratie pour imposer leurs visions du monde. Et c’est là que nous constatons que la propagande des médias, la majorité des journalistes  connaissent l’existence de ces groupes et le hold up de la démocratie qui a eu lieu et aucun d’eux jusqu’à présent n’a fait d’investigation traitant de « complotistes », ceux qui tentèrent d’alerter le monde de la présence d’un plan dont le but est clairement la décapitation du système démocratique à travers la mise en place du désordre économique, cela amenant à vous faire croire que vous n’avez que le choix d’être pauvre surveillé, zombifiés à travers l’usage de diverses drogues vendus par les big pharmas etc…
MMBlackOrganisations4.gifVoir l’image de l’orgnigramme en grand sur ce blog et sur ce site on peut y trouver toutes les organisations qui dirigent le monde, des gens non élus comme les commissaires européens dont certains travaillèrent pour la fameuse banque Goldmann and Sachs.
On peut encore nier la réalité, croire que la démocratie ne mérite pas que l’on se batte pour elle, accepter d’être des soumis à un plan plus que machiavélique, on peut se dire que les indignés ont tort et qu’il faut accepter ce que les autorités affirment et plier les genoux devant leurs propagandes dont l’ampleur est si grande que peu d’entre s’en rendent comptent, et pourtant leurs guerres, leurs crises financières sont leurs décisions, pourtant ils font des recherches sur la manipulation mentale des peuples depuis les années 50, pourtant ils paupérisent l’éducation, le savoir, et mettent en place tout ce qui favorise un état léthargique.
Si nous acceptons cette propagande consistant à sabrer les emplois,  et la stratégie de choc, nous sommes juste mort nous deviendrons leurs jouets et ils ont à leurs bottes toutes les institutions, d’ailleurs si internet est pour eux la bête à tuer c’est justement quelque chose qu’ils ne contrôlent pas entièrement mais ils feront tout absolument tout pour avoir le 8eme continent sous leurs coupes aussi…
En bonus on peut voir que même les employés de la Goldman était au courant de l’arrivée imminente d’une crise financière, ils savaient et nos politiques sont totalement soumis aux diktats de groupes qui ne devraient même pas exister et pourtant ils sont là et ils ont le contrôle total de l’économie, et bien plus… il suffit de voir ce qu’est l’institut tavistock en realité…et vous verrez que ce qu’ils veulent faire de l’humanité est à l’image de l’idéologie nazie.
http://www.dailymotion.com/embed/video/x9l3j5
http://www.dailymotion.com/embed/video/xmcef9_goldman-sachs-les-nouveaux-maitres-du-monde_news
Au passage on ne peut que remercier les deux journalistes qui sont l’honneur de leurs professions, car je me souviens avoir entendu sur une chaîne publique dont je tairais le nom par charité, des journalistes nierent l’existence du groupe bilderberg et autres commissions, on peut remercier ces deux journalistes…pour avoir eu le courage de faire ce travail d’investigation et surtout d’avoir eu ce fameux courage citoyen d’avertir de ce que ses groupes nous préparent, en espérant que les gens liront ce livre et comprendront que la réalité dépasse la fiction et que les complots existent bel et bien, et là nous avons affaire à une conspiration à l’échelle de la terre…et si on osait se pencher sur cette affaire on comprendrait que nous avons affaire à des hitlers en puissance et que leurs pouvoirs sont réelles et destructeurs.

.

Repost 0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 04:12

Le rapport de Mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie: texte intégral !

 


Omar Mezri, Safwene Grira et Ahmed Manai
Lundi 30 Janvier 2012


 Le rapport de Mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie: texte intégral!


Le rapport de Mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie
Mission d’observation de la Ligue arabe en Syrie


Au Nom d’Allah, le Miséricordieux, le Très Miséricordieux
{Certes, Nous avons proposé la responsabilité aux Cieux, à la terre, et aux montagnes : ils ont refusé de l’assumer, et l’ont redoutée, alors que l’Homme l’assuma, car lui, il se permet de persister dans l’injustice et de persister dans l’ignorance.} : Saint Coran.
Rapport
Le Chef de la Mission des observateurs de la Ligue Arabe en Syrie de la période du 24/12/2011 au 18/01/2012 :
Premièrement : Considérations juridiques.
1 - Le conseil de la Ligue arabe a adopté la résolution numéro 7436 en date du 02/11/2011 l’inscrivant comme plan de travail arabe annexé à la résolution, et il a salué l’approbation du Gouvernement syrien de ce plan. Il a également souligné la nécessité de s’engager à la mise en œuvre immédiate et complète du contenu de ce plan et de l’ensemble de ses parties.
2 - Le conseil de la Ligue arabe a adopté la résolution numéro 7439 en date du 16/11/2011 approuvant le projet de protocole sur le statut juridique et les fonctions de la Mission d’observation de la Ligue arabe en Syrie chargée de vérifier l’application des termes du plan arabe pour résoudre la crise en Syrie et de fournir une protection pour les civils syriens. Il a demandé au Secrétaire général de la Ligue des États arabes à prendre les mesures appropriées pour désigner le président de la Mission d’observation de la Ligue arabe et à prendre les contacts nécessaires avec le gouvernement syrien afin de signer le Protocole d’accord.
3 – Le conseil de la Ligue arabe a adopté la résolution numéro 7441 en date du 24/11/2011 qui demandait au Secrétaire général d’envoyer une mission d’observateurs de la Ligue arabe auprès de la République arabe syrienne qui doit s’acquitter de ses missions en conformité et dans les plus brefs délais avec les dispositions du Protocole dès sa signature.
4 – La République arabe syrienne et le Secrétariat général de la Ligue des États arabes ont signé, le 19/12/2011, le Protocole sur la constitution de la Mission composée d’experts militaires et civils des États arabes et des candidats d’organisations non gouvernementales concernés par les droits de l’homme devant se rendre sur le territoire de la République arabe syrienne. Il est à noter que l’article V mentionne que la Mission d’observation envoie des rapports périodiques sur ses conclusions au Secrétaire général de la Ligue des États arabes et au Gouvernement syrien en vue de soumettre son rapport – pour examen et prise des mesures adéquates – au Conseil des ministres par le biais du Comité ministériel désigné pour le suivi de la situation en Syrie.
5 - Le Conseil de la Ligue arabe a approuvé en date du 20/12/2011, la nomination du général Mohammad Mustafa Ahmed al-Dabi de la République du Soudan en qualité de Président de la Mission d’observation de la Ligue arabe.
Deuxièmement : Constitution de la Mission
6 – Le Secrétariat général a demandé aux États membres et aux organisations non gouvernementales arabes de notifier les noms des candidats devant rejoindre la Mission d’observation en Syrie. Et à la lumière de cette procédure, la Mission d’observation des observateurs de la Ligue arabe est constituée – à ce jour - par 166 membres en provenance de 13 pays arabes et de six organisations non gouvernementales arabes concernées.
Troisièmement : Visite en Syrie d’une délégation du Secrétariat général.
7 – Dans le cadre de la préparation de la mission, une délégation préliminaire du Secrétariat général s’est rendue auprès de la République Arabe Syrienne le 22/12/2011 pour discuter de tous les préparatifs logistiques nécessaires à la Mission.
8 – En application des dispositions du Protocole, le Gouvernement syrien a confirmé sa disponibilité à fournir toutes les facilités, à livrer l’équipement technique nécessaire au travail de la mission, à garantir la liberté de circulation pour tous les membres de la mission sur l’ensemble du territoire syrien, à assurer la sécurité de ses membres et à ne pas entraver ou empêcher sur le plan sécuritaire et administratif la réalisation des objectifs de la Mission. Il a également insisté sur son engagement à respecter la liberté de la Mission d’organiser les rencontrer et les réunions nécessaires et de fournir à cet effet une protection complète à ses membres tout en mettant en relief la responsabilité des membres de la mission en cas de leur insistance à visiter les zones sur lesquelles les services de sécurité auraient mis en garde contre leur visite. Il a également confirmé son engagement de permettre l’entrée au territoire syrien des journalistes et des médias des pays arabes et internationaux en conformité avec les listes nominatives et avec les règlements en vigueur en Syrie.
Quatrièmement. L’arrivée du chef de la Mission en Syrie et ses visites à caractère exploratoire.
9 – Le général Mohammed Ahmed Mustafa al-Dabi, chef de la Mission d’observation auprès de la République arabe syrienne, est arrivé le samedi soir 24/12/2011. Il a tenu une série de réunions avec M. Walid Mouallem, ministre des Affaires étrangères, et avec des fonctionnaires du gouvernement syrien qui ont confirmé leur volonté de coopérer pleinement avec la Mission et sont désireux de la réussite de sa mission et leur disposition à faciliter la visite pour surmonter tous les obstacles rencontrés, comme cela a été déjà convenu sur les engagements en matière de logistique et de sécurité garantie pour la Mission.
10 – La partie syrienne a averti qu’il y a certaines zones qui ne seront pas en mesure d’être garanties par les forces de sécurité qui ne peuvent assurer la protection des accès tant pour eux que pour les observateurs craignant leur exposition à la colère des citoyens. Le Chef de la Mission considère que cette situation est par contre favorable à un contact direct avec la population et avec l’opposition sans la surveillance du gouvernement. Il s’agit ainsi de lever la barrière de la peur et mettre les citoyens à l’abri d’éventuelles poursuites ou conséquences qu’ils pourraient redouter des autorités syriennes.
11 – Le chef de Mission a terminé les préparatifs de la mission sur le terrain tant sur le plan technique que sur la fourniture des moyens de transport et des dispositifs de communication nécessaires pour le démarrage de la mission. Il a également rencontré les membres de la délégation qui venaient d’arriver en Syrie et il les a informés sur les obligations de leur mission et des termes de référence pour effectuer le travail selon les dispositions du protocole. Ensuite, les membres de la Mission ont prêté le serment de réaliser leur mission sur la base du texte que le chef de la Mission a préparé à cet effet.
12 – Le 27/12/2011, le chef de la Mission, accompagné par 10 observateurs, a effectué une visite à caractère exploratoire à la ville de Homs considérée comme l’une des zones les plus sensibles, celle qui a vu des actes de violence et d’affrontements armés entre les militaires et l’opposition syrienne et où il y a encore quelques barrières de sécurité qui séparent les quartiers.
13 - Après son arrivée à Homs, le chef de mission a immédiatement rencontré le Gouverneur de la ville qui a expliqué qu’elle souffre de la propagation de la violence du fait des groupes armés, des cas d’enlèvements, des actes de sabotage des installations étatiques et civiles, du grand manque de nourriture en raison du siège imposé par les groupes armés dont le nombre est estimé à 3.000 membres. Le Gouverneur de la ville a souligné l’échec de toutes les tentatives pour arriver à une accalmie malgré l’effort des hommes du clergé et des dignitaires de la ville qui ont demandé le recours aux moyens adéquats pour régler le problème des soldats et des équipements pris en otage à l’intérieur du quartier de Bab Amrou.
14 – La mission a visité certains quartiers résidentiels (Bab Amrou, Karam as Zeytoun, Khalidiya, Ghouta) sans gardes de protection. Elle y a rencontré un certain nombre de citoyens, les opposants qui ont manifesté contre l’état de terreur, l’état de siège et la violence dont ils souffrent de la part des forces gouvernementales. Elle a vu les effets de la dévastation et la destruction des quartiers le long des périphériques. Cette visite a eu lieu alors que s’effectuaient de tirs nourris entre les antagonistes. La mission a constaté un échange de tirs nourris dans Bab Amrou entre l’armée et l’opposition. Elle a également vu quatre véhicules militaires dans certaines zones incitant le véhicule de la Mission à quitter les lieux. De retour au chef-lieu de la province, il a été convenu avec le gouverneur de maintenir sur place cinq membres de la Mission à Homs pour le lendemain afin de continuer à faire l’évaluation de la situation sur le terrain et de rencontrer le plus grand nombre possible de citoyens.
15 – Immédiatement après le retour de Homs, le chef de la Mission a tenu une réunion avec la partie gouvernementale et lui a demandé de faire retirer les véhicules militaires de la ville, d’arrêter la violence, de protéger les civils, de procéder à la levée du siège et d’assurer la fourniture de nourriture en plus d’échanger les cadavres entre les deux parties.
16 - La partie syrienne a confirmé, lors de la réunion, l’évacuation de la ville et des quartiers de toutes les formes de conflits armés, sauf le maintien de trois véhicules militaires en panne et encerclés. Il a été demandé l’assistance de la Mission pour la récupération d’un véhicule militaire aux mains des groupes armés contre la libération de quatre membres des groupes et l’échange de cadavres tués (5 de chaque partie). Il a été convenu la permission de l’acheminement des denrées alimentaires de base vers la population de la ville ainsi que l’envoi du véhicule de nettoyage pour enlever les déchets. Il a été convenu, à la fin de la réunion, sur une autre visite de la mission à Homs, le lendemain, accompagné par le major général Hassan Sharif coordinateur de la sécurité de la partie gouvernementale.
17 – Cette visite a été l’occasion de faire connaissance avec une des figures de proue de l’opposition agissant en qualité de responsable de l’information dans l’Assemblée nationale et avec qui s’engagea un long débat sur l’offre faite par le gouvernement syrien ainsi que sur le meilleur moyen de mettre en œuvre cet accord. Ainsi s’est réalisé le retrait et la récupération de tous les véhicules militaires, l’échange des corps des morts, l’entrée des camions chargés de la nourriture et la libération de trois prisonniers et deux femmes de leurs familles en présence de la Mission. Ceci a conduit à calmer la situation dans la ville.
18 – Cinq jours après le déploiement des observateurs de la Mission dans cinq secteurs, la commission ministérielle arabe a demandé au chef de la Mission de présenter aux autres membres du Comité un rapport sur sa mission. Il s’est donc dirigé vers Le Caire et le 01/08/2012 il a donné un exposé oral devant le comité. Il a été décidé de poursuivre la Mission et de présenter un rapport final comme prévu à la fin de la période déclarée dans le Protocole en l’occurrence le 19/1/2012.
Le chef de la mission est revenu à Damas pour poursuivre ses fonctions et faire face à certaines difficultés survenues de la part des parties pro-gouvernementales et des parties de l’opposition, surtout après les déclarations qui ont suivi la réunion du Comité et communiquées aux médias, mais cela n’a pas d’incidence sur le travail de la mission et son déploiement étendu et progressif dans des zones multiples.
19 – Durant la période écoulée, depuis l’arrivée de la Mission et à ce jour, la Mission a reçu de nombreuses correspondances émanant du Comité syrien chargé de la coordination avec la Mission qui indiquent les pertes humaines et matérielles subies par les institutions et les offices du gouvernement syrien à la suite à des actes de sabotage – selon leurs propos – qui ont affecté – comme ils le mentionnent – tous les secteurs vitaux et les services publics dans l’État syrien.
Cinquièmement : Le déploiement de la Mission des observateurs de la Ligue des États arabes en Syrie.
20 – La mission a déployé ses membres sur 15 secteurs couvrant 20 villes et régions dans l’ensemble de la Syrie, selon les dates indiquées ci-dessous. La raison de la différence de ces dates est la faiblesse de la préparation administrative, technique, y compris l’arrivée de véhicules et des personnes, en tenant compte du fait que la distribution a été équilibrée où chaque secteur a été doté de 10 membres, presque de toutes les diverses nationalités arabes. Ces détachements de la Mission se sont déployés dans les secteurs, les provinces et les villes de Syrie comme suit :
- le 29/12/2011 la Mission a fait démarrer les 6 secteurs de Damas, Homs, le Rif de Homs, Idlib, Doura Hama.
- le 04/01/2012 a été lancé le secteur d’Alep.
- Le 09/01/2012 ont été lancés les deux secteurs de Lattaquié et de Deir Al-Zour. Cependant le 01/10/2012, ils sont retournés à Damas après une exposition à des attaques ayant provoqué des blessures sur deux observateurs à Lattaquié ainsi que des pertes matérielles sur les véhicules.
- Le 10/01/2012 s’est déployé un secteur à Qamishli et Hassaka.
- Le 12/01/2012 s’est déployé un secteur à Damas.
- le 13/01/2012 4 secteurs ont démarré couvrant Souida, Abu Kamal Abu, Deir Zor, Palmyre, Sokhna, Banias et Tartous.
- Le 15/01/2012 ont été lancés les deux secteurs couvrant Raqqa, Lattaquié et Thora.
Annexe 1: répartition détaillée indiquant le nombre d’observateurs, de leurs nationalités et des lieux de leur déploiement
21 – La répartition des membres des groupes de la Mission s’est effectuée en mettant à leur disposition ce qui suit :
- Carte topographique de la région.
- Code de conduite de l’observateur.
- Les fonctions du chef de secteur.
- Les fonctions de l’observateur
- Du matériel et de l’équipement technique nécessaire (ordinateurs – Caméras – matériel de communication … etc.)
22 – Il a été ouvert également une salle d’opération au siège du bureau de la Ligue arabe à Damas. Cette salle exploitée 24 heures par jour est directement liée à la salle des opérations de la Ligue arabe au Caire et aux différents groupes déployés sur le terrain en Syrie. La salle d’opération reçevait les rapports quotidiens des équipes de terrain et tenait à jour l’information et les directives pour assurer de part et d’autre le suivi et l’observation. Le nombre important de tâches a obligé la Mission à ouvrir une salle d’opération annexe au sein de la résidence de la Mission à Damas. Sa vocation était de coordonner la répartition du personnel de la Mission, les comités de suivi, le comité des détenus, le comité des médias, les ressources financières. Elle assure la liaison coordonnée avec la salle d’opération du bureau de la Ligue.
23 – La Mission a rencontré à Lattaquié et à Deir Al-Zour des difficultés en provenance des citoyens loyaux envers le gouvernement et tout particulièrement à Lattaquié où des milliers de personnes se sont rassemblés autour des voitures de la Mission, scandant des slogans en faveur du président et des slogans hostiles à la mission. La situation est devenue hors contrôle allant jusqu’à l’agression contre les observateurs occasionnant des blessures mineures à deux d’entre eux et la destruction intégrale du véhicule blindé chargé du transport des membres de la mission. La situation est revenue à la normale après que la question a été abordée par le chef de la Mission qui a pris contact avec la commission suprême syrienne chargée de la coordination avec la Mission. Malgré cela, le chef de la Mission ordonna aux chefs des secteurs de retourner immédiatement à Damas. Ensuite, il a rencontré Monsieur le ministre des Affaires étrangères à qui il a présenté une protestation officielle très ferme ; de son côté, la partie syrienne a dénoncé avec vigueur cet incident et a présenté des excuses officielles, tout en expliquant que l’incident n’était nullement prémédité. Pour confirmer ses bonnes intentions, Monsieur le vice-ministre des Affaires étrangères a rencontré des membres de la mission de Lattaquié et leur a expliqué que le gouvernement syrien allait corriger très rapidement les dysfonctionnements afin d’assurer la sûreté et la sécurité du personnel des missions, où qu’ils soient, et s’est excusé pour les événements qu’il considérait comme regrettables et involontaires. Enfin, les membres de ces deux secteurs ont été redéployés vers de nouveaux secteurs après leur avoir accorder un repos de 4 jours.
Sixièmement : La mise en œuvre de la mission, en conformité avec les dispositions du Protocole
24 - Le chef de la Mission tient à souligner que cette observation qui concerne les 24 termes du Protocole est une synthèse de l’évaluation des secteurs, elle est rédigée à partir des indications fournies par les chefs de secteurs au cours de leur rencontre avec le chef de la Mission le 17/1/2012.
A- La surveillance et le suivi de l’application intégrale de la cessation de toutes les formes et de toutes les sources de violence dans les villes et les quartiers.
La violence et sa source dans les villes et les quartiers :
25 - Lorsque les observateurs ont été déployés dans les différents secteurs, ils ont repéré au début de leur mission des actes de violence commis par les forces gouvernementales et des échanges de tirs avec des éléments armés à Homs et Hama. En raison de l’insistance de la mission de faire arrêter tous les actes de violence et de provoquer le retrait des véhicules et du matériel, alors a commencé le processus inverse : enregistrer un retour au calme progressif.
Les derniers rapports de la récente mission enregistrent un calme remarquable et une réelle retenue de la part des sources et des canaux de la violence.
26 - La Mission a observé dans les deux secteurs de Homs et Hama des actes de violence du fait des groupes armés contre les forces gouvernementales, qui ont fait des tués et des blessés parmi les troupes gouvernementales. Dans certaines situations, les forces gouvernementales ont recours à la violence comme réaction aux attaques perpétrées contre ses membres. Les observateurs de la mission ont noté que les groupes armés ont recours aux bombes thermiques et aux missiles anti-blindage.
27 – La Mission a été témoin dans les secteurs de Homs, Idlib et Hama des actes de violence contre les troupes gouvernementales et contre les citoyens entraînant de nombreux décès et blessures. C’est le cas de l’explosion de l’autobus civil, tuant huit personnes et blessant plusieurs autres, dont des femmes et des enfants ; celui du sabotage à l’explosif d’un train chargé du transport du diesel ainsi que d’autres événements à Homs, dont la destruction de l’autobus de la police tuant deux d’entre eux, l’attaque à l’explosif du pipeline de carburant, et autres attentats de moindre importance.
28 – La mission a noté l’émission de faux rapports émanant de plusieurs parties faisant état de plusieurs attentats à la bombe et de violence dans certaines régions. Lorsque les observateurs se sont dirigés vers ces zones pour enquêter, les données recueillies ont montré que ces rapports n’étaient pas crédibles.
29 – La mission a noté également, se basant sur les documents et les rapports émanant des équipes sur le terrain, qu’il ya des exagérations médiatiques sur la nature et l’ampleur des accidents et des personnes tuées ou blessées à la suite des événements et des manifestations qui ont eu lieu dans certaines villes.
B – La vérification que les manifestations pacifiques étaient à l’abri tant des attaques des services de sécurité syriens que des opérations de sape menées par des groupes organisés
30 - L’observation des rapports récents reçus par les chefs d’équipes sur le terrain en conjugaison avec la réunion tenue directement avec le chef de la Mission du 17/01/2012 pour la préparation de ce rapport montrent qu’il y a des manifestations pacifiques dans certaines régions. Les partisans comme les adversaires de l’autorité n’ont été soumis à aucune répression. Il est à noter que les frictions observées étaient dirigées contre la Mission ou entre les partisans et les opposants du régime sans qu’il y ait à signaler des pertes, et ce depuis le dernier exposé qui a eu lieu avec le comité ministériel sur la Syrie lors de sa réunion du 08/01/2012
31 – Les rapports sur le terrain et les déclarations des chefs de secteurs mettent en évidence que les opposants parmi les citoyens syriens informent la mission de ses rassemblements et en profitent pour faire du déploiement de la Mission un bouclier faisant obstruction à l’intervention des forces de sécurité. Ce phénomène a commencé à s’estomper progressivement.
32 – La mission a reçu également de l’opposition à Homs et Doura des réclamations demandant le maintien de la présence des observateurs de la Mission, exprimant peut-être leur crainte de subir des agressions après le départ de la Mission.
C- L’Assurance de la libération des détenus du fait des événements actuels.
33 - La Mission a reçu des communiqués en provenance de l’extérieur de la Syrie faisant état du nombre de détenus syriens s’élevant à 16237. Elle a reçu des communiqués en provenance de l’opposition à l’intérieur de la Syrie faisant état du nombre de détenus syriens s’élevant à 12005.
Les équipes de terrain de la Mission se sont attelées à vérifier la validité de ces chiffres découvrant ainsi l’existence de déclarations contradictoires, des informations incomplètes, inexactes, et la présence de noms dupliqués. La Mission poursuit son investigation avec les agences gouvernementales concernées pour parvenir à la véracité des chiffres.
34 - La Mission a remis au Gouvernement syrien toutes les listes reçues et provenant de l’opposition de l’intérieur et de l’étranger, tout en exigeant la libération de ces détenus conformément à la mise en œuvre du Protocole.
35 – En date du 15/1/2012, le Président Bachar al-Assad a promulgué un décret dont les termes et le contenu sont l’octroi d’une amnistie générale pour les crimes commis dans le contexte des événements qui sont survenus depuis le 15/03/2011 jusqu’à la date de publication du présent décret. L’application de ce décret incombe aux autorités gouvernementales compétentes afin de libérer des détenus dans les différentes régions par vagues successives à l’exclusion des personnes poursuivies pour d’autres affaires judiciaires. La Mission avait pour rôle de superviser la libération des détenus et de suivre l’actualité du problème avec le gouvernement, en assurant la pleine coordination avec le gouvernement et en interpellant le gouvernement qui est tenu d’apporter des réponses.
36 – Le gouvernement syrien a rapporté le 19/1/2012 que 3569 détenus ont été libérés par les juridictions militaires et civiles. La mission a vérifié, jusqu’à ce jour, la libération effective de 1669 détenus. Et la Mission continue de poursuivre la mise en application de ce décret tant avec le gouvernement qu’avec l’opposition jusqu’à la confirmation définitive de la libération de tous les détenus, et ce en présence des Observateurs de la Mission ou par l’authentification des documents relatifs à cette procédure.
37 – La Mission a constaté, à ce jour, que le nombre total de détenus libérés par le gouvernement syrien est comme suit :
- Avant le décret d’amnistie: 4035 détenus.
- Après le décret d’amnistie: 3569 détenus.
Soit un total de 7604 prisonniers libérés comme rapporté par le gouvernement.
38 – La mission a enquêté sur la validité du nombre de détenus qui ont été libérés et elle est parvenue, à ce jour, à mettre en évidence les éléments suivants:
- Avant le décret d’amnistie 3483 détenus libérés.
- Après le décret d’amnistie 1669 détenus libérés.
Portant le total des détenus libérés que confirme la Mission à 5152 détenus. La Mission poursuit son travail de vérification sur le terrain et continue d’effectuer le suivi auprès du gouvernement syrien afin de libérer les autres détenus.
D – L’assurance du retrait et de l’évacuation de toutes les formes d’expression armée des villes et des quartiers qui ont vécu ou peuvent vivre des manifestations et des mouvements de protestation.
39 – La Mission a confirmé à travers les rapports des chefs d’équipes sur le terrain et sur la base de la rencontre directe effectuée entre tous les chefs de secteurs de la Mission du 17/1/2012, que tous les véhicules militaires, les véhicules blindés et l’armement lourd ont été retirés de l’intérieur des villes et des quartiers même s’il persiste toujours une présence sécuritaire qui se reflète par les monticules de terre, et par certaines barricades dans les principaux édifices et places publiques, mais ces barricades sont hors d’atteinte des citoyens. À ce titre, il faut noter ici que lors de la rencontre du chef de la Mission avec le ministre syrien de la Défense le 05/01/2012, ce dernier l’a assuré de sa disponibilité à l’accompagner dans tous les sites et villes désignés par le chef de la Mission, où la Mission pourrait y soupçonner la présence de forces armées et d’armement non retirés afin que sur place les ordres de retrait et d’évacuation émanant du ministre de la Défense viennent combler sur-le-champ et immédiatement les manquements ou les violations observées sur le terrain.
40 - La présence de véhicules blindés (transporteurs, de troupes) sur certains postes de contrôle, l’un à Homs, et certains dans Madaya et Zabadani proche de Damas, a été signalée. Et de fait, ils ont été immédiatement retirés de Homs. Il a été permis de s’assurer également que les habitants de Zabadani et Madaya avaient conclu un accord bilatéral avec le gouvernement qui a abouti au retrait immédiat des barrières et des véhicules militaires.
E – Vérification des agréments accordés par le gouvernement syrien aux médias arabes et internationaux, et enquête sur les possibilités offertes à ces médias de se déplacer librement dans toutes les régions de la Syrie
41 – Le gouvernement syrien, par la voix de son ministre de l’information, a confirmé avoir accordé l’agrément à 147 divers médias arabes et étrangers depuis le début de décembre 2011 et jusqu’au 15/01/2012. 112 divers médias étrangers nouveaux ont visité le territoire syrien en plus des 90 médias déjà présents sur le territoire syrien qui disposent de correspondants permanents.
42 - La Mission a suivi cette question et a observé la présence de 36 médias arabes et étrangers et un certain nombre de journalistes dans un certain nombre de villes syriennes. Elle a reçu quelques plaintes qui indiquent que le gouvernement syrien a accordé des autorisations pour certains médias d’opérer en Syrie pour une durée n’excédant pas 4 jours considérés comme durée insuffisante de leur point de vue, en plus de ne pas permettre leur déplacement à l’intérieur du pays à moins d’indiquer au préalable leur destination et de demander une autre certification pour se rendre à certaines zones sensibles. Le gouvernement syrien se dit prêt à accorder aux médias des mandats de 10 jours renouvelables.
43 – Des rapports et des déclarations de certains secteurs de la Mission montrent l’existence de restrictions gouvernementales sur le déplacement des médias dans les secteurs de l’opposition, incitant ces journalistes à se déplacer, dans de nombreux cas, derrière le déplacement de la mission, pour exercer leurs fonctions.
44 - La ville de Homs a été le témoin de l’assassinat d’un journaliste français travaillant pour France 2, et de la blessure d’un journaliste de nationalité belge. Sur ces deux cas, le gouvernement et l’opposition ont échangé les accusations sur la responsabilité de chacun dans ces incidents et ils ont publié, chacun, des déclarations condamnant la partie adverse. Le gouvernement syrien a constitué une commission gouvernementale d’enquête sur l’incident pour déterminer ses causes. Il faudrait noter que les rapports de la Mission de la Ligue arabe à Homs indiquent que le journaliste français a été tué à la suite des tirs de mortier par l’opposition.
Annexe 2 : Identification des médias qui ont été observés sur place par la Mission et des médias qui sont entrés en Syrie (selon les déclarations officielles)
Septièmement : Les obstacles rencontrés par la mission.
A- les observateurs
45 – Il n’a pas été tenu compte, dans certains cas, de la nomination d’experts dans le domaine de l’observation capables d’assumer leurs responsabilités et disposant d’une expérience préalable dans le domaine.
46 - Certains observateurs n’ont pas évalué le poids réel de leurs responsabilités ni l’importance de faire prévaloir les intérêts arabes sur les intérêts personnels.
47 – Durant le travail de terrain a été constaté le manque flagrant de compétence de certains observateurs à affronter la complexité et à faire face aux situations difficiles qui sont pourtant au cœur de leurs prérogatives, sachant que la spécificité de ces fonctions nécessite des qualifications singulières et des spécialités adéquates avec la mission d’observateur.
48 – Un certain nombre d’observateurs participant à la Mission présentent un âge trop avancé alors que d’autres présentent un état de santé déficient les rendant ainsi inaptes à exercer les fonctions pour lesquelles ils ont été proposés.
49 - Vingt deux (22) observateurs se sont excusés de ne pouvoir continuer d’accomplir leur mission pour des raisons personnelles, certains ont avancé d’autres arguments factices que le chef de mission a jugés inacceptables, alors que d’autres se sont avérés agissant pour leur propre agenda.
Annexe 3 : dévoilement de la liste des observateurs de la mission d’observation de la Ligue des États arabes qui n’ont pas poursuivi leur mission.
50 – Le manque d’engagement de certains observateurs, la violation de leurs obligations et du serment prêté le jour de leur engagement, l’entrée en contact avec des responsables de leurs pays d’origine et la communication avec transfert des informations sur les activités de la Mission d’une manière exagérant la situation réelle. Tout ceci a conduit certains fonctionnaires à une compréhension erronée de la situation réelle présentée à tort comme sinistre, et à évaluer les résultats probants acquis sur le terrain d’une manière malsaine.
51 – Certains observateurs des secteurs ont exigé un hébergement similaire à celui de leurs homologues résidents à Damas sinon à une rétribution correspondant à la différence des standings d’hôtels, de lieux d’hébergement ou de séjour à Damas, ou bien encore à vouloir demeurer sur place à Damas et ne pas se rendre sur le terrain. Cette situation se passe de tout commentaire.
52 – Les situations à risque dans certains endroits, la peur de certains observateurs d’accomplir leurs devoirs dans cette atmosphère de risque, le manque de véhicules blindés dans chaque poste d’observation et des gilets pare-balles ont fini par avoir un impact négatif sur la performance des fonctions et l’exercice des obligations de certains membres de la Mission.
Commentaire du Chef de la Mission sur les observateurs :
53 – Certains observateurs, malheureusement, voyaient leur présence en Syrie comme un voyage d’agrément et de loisir, mais ils ont été surpris par la réalité du terrain, par le déploiement à travers les secteurs, et par le maintien dans des postes d’observation en dehors de la capitale, se trouvant ainsi confrontés à des difficultés auxquelles ils ne s’attendaient pas et n’y étaient pas préparés.
54 - Le déficit de sensibilisation des observateurs au terrain et de connaissance de la région et de sa géographie ainsi que le manque de véhicules blindés et de gilets pare-balles ont eu un effet désastreux sur l’esprit de certains observateurs.
55 – La confrontation de certains observateurs aux provocations des partisans tant de l’opposition que du gouvernement a eu également un impact négatif sur leur moral.
56. Malgré toutes les remarques qui ont été émises, on dira que le rendu de beaucoup d’observateurs a été remarquable, et mérite compliments et considération. Les quelques maladresses enregistrées vont être corrigées avec la pratique et les instructions qu’il faut.
B. Les contraintes sécuritaires :
57. Malgré l’accueil favorable réservé par le Gouvernement aux membres la Mission et son chef et son assurance de ne pas vouloir imposer des restrictions sécuritaires de nature à entraver l’activité de la mission, il n’en demeure pas moins que le Gouvernement a essayé, par le biais d’une stratégie bien ficelée, d’empêcher que la mission n’arrive au fin fond des régions et il s’est employé à la distraire par des questions relevant de son seul intérêt. Mais la mission a fini par juguler ces manœuvres pour poursuivre son entreprise et a dépassé les obstacles érigés devant elle.
C. Moyens de communication :
58. La mission des observateurs se met en contact avec différents groupes en passant par le réseau national syrien, plus précisément les téléphones portables et les télécopies. Etant donné que ces moyens de communication sont indisponibles par moments, cela rend impossible la prise de contact.
59. Le nombre de téléphones satellitaires Thuraya mis à la disposition de la Mission sont au nombre de 10. Mais en raison de difficultés de liaisons par satellite, leur utilisation s’est trouvée compromise à l’intérieur des bâtiments. Les téléphones cellulaires et les télécopies les ont remplacés pour l’envoi des rapports quotidien, mais ce sont deux moyens de communication non sécurisés.
60. Quant aux moyens de communication dont devaient disposer les observateurs Qataris, ils ont été saisis sur les frontières jordaniennes nonobstant leur réclamation par le chef de la Mission. Mais quand bien même les autorités syriennes consentiraient à les autoriser, ils seraient insuffisants pour couvrir tous les sites et toutes stations.
61. Comme la Mission ne disposait pas de quoi établir et maintenir la communication au sein d’un même groupe, l’ambassade chinoise a mis à la disposition de la Mission 10 talkie walkie. Ceux-ci n’ont été utilisés que dans trois secteurs.
62. Le réseau internet est indisponible dans certaines régions, et irrégulier, dans certaines autres régions dont la capitale.
63. Il n’existe pas de caméras à bord des voitures, qui auraient facilité la mission des observateurs dans les zones dangereuses.
C. Moyens de transport :
64. Le total des voitures utilisées par la Mission est au nombre de 38 (23 voitures blindées et 15 non blindées) dont 28 sont des 4×4 et les 10 autres de simples berlines, sachant que la nature de la mission des observateurs aurait impliqué que toutes les voitures soient des 4×4 blindées. Ainsi le nombre actuellement disponible est insuffisant dans la mesure où il ne permet pas de se déplacer dans toutes les zones chaudes.
65. La Mission a procédé à la location de voitures sur le marché local pour les utiliser dans le cadre de son travail. Mais devant les troubles déclenchés par l’arrivée des groupes d’observateurs sur le terrain, les sociétés de location ont résilié les contrats, soucieuses qu’elles étaient de la sécurité de leurs chauffeurs et de leurs voitures.
66. La Mission a rencontré des problèmes pour trouver des chauffeurs en raison du refus de membres de l’opposition à ce que des chauffeurs liés à des organismes de sécurité gouvernementale accèdent à leurs régions. Ce qui a finalement obligé les observateurs à conduire eux-mêmes les voitures.
67. Certains observateurs ont demandé à utiliser les voitures que leurs pays respectifs ont envoyées, ce à quoi s’est opposé le Président de la Mission qui a procédé à la distribution des voitures suivant les besoins de chaque secteur.
D. Les médias :
68. La Mission a fait l’objet d’une propagande médiatique féroce depuis le commencement de ses travaux et qui se poursuit aujourd’hui. Certains médias ont même publié des déclarations infondées en les imputant au Président de la Mission. Ils se sont également employés à exagérer certains faits de sorte que la réalité s’en est trouvée altérée.
69. Ce traitement médiatique faussé a contribué à augmenter la frustration des syriens et a nui au travail des observateurs. Il a également utilisé certains observateurs aux fins de nuire à la réputation de la Mission et son Président et faire échouer la mission.
Point huit : Les besoins essentiels de la Mission en cas de prorogation:
Ajouter cent nouveaux jeunes observateurs, avec une préférence pour les militaires.
30 nouvelles voitures blindées.
Des gilets pare-balles légers.
Des appareils photos transportables dans les voitures
Des moyens de communication élaborés.
Des lunettes de vision nocturne
Neuvième point : la réforme :
70. L’objectif visé par le protocole est la protection des citoyens syriens en engageant le gouvernement syrien à arrêter les violences, à libérer les détenus et à retirer l’armée des villes et zones habitables comme première étape visant à aboutir à un dialogue entre les différentes parties syriennes qui se concrétiserait politiquement. Le cas échéant, l’opération des observateurs s’enliserait sans réaliser sur le terrain les résultats escomptés.
71. La Mission a constaté l’existence d’un élément armé non visé par le Protocole et dont l’apparition (antérieure à son arrivée) a été la conséquence de l’utilisation excessif de la violence de la part des forces de sécurité à l’occasion des manifestations qui ont appelé à la chute du régime. Cet élément armé agresse dans certains secteurs les forces de sécurité syriennes et les citoyens syriens, ce qui provoque une réaction de la part du Gouvernement. Les citoyens innocents qui se trouvent en étau, en paient un lourd tribu en morts et blessés.
72 Dans toute la Syrie, la Mission a été favorablement reçue par l’opposition. La présence de la Mission a inspiré un sentiment de confiance chez les citoyens qui les a incité a lui présenter leurs doléances, et ce malgré la crainte éprouvée par l’opposition devant autant de franc-parler, car pesait encore sur elle la crainte des arrestations dont elle avait souffert avant l’arrivée de la Mission en Syrie, si l’on exclut la période qui a suivi la parution du dernier communiqué du comité interministériel, qui a vu l’intensité de la violence se réduire progressivement.
73. La Mission a également constaté la bonne disposition du Gouvernement à réussir sa mission et l’aider à dépasser toutes sortes d’obstacles. Le Gouvernement a également facilité la tenue de toutes sortes de rencontres sans exception et n’a pas cherché à imposer des restrictions quant aux déplacements des observateurs et les rencontres qu’ils effectuèrent avec les citoyens syriens, qu’ils soient au nombre des pro-gouvernementaux ou des opposants.
74 La Mission a relevé un état de grave frustration dû à l’injustice et l’oppression éprouvées par les Syriens. Ceux-ci sont néanmoins convaincus de la nécessité d’une résolution pacifique et arabe la crise syrienne, sans l’internationaliser, pour qu’ils puissent vivre en paix et sécurité, et pour que se réalisent les réformes et les changements escomptés. La mission a pris également connaissance du fait qu’une partie de l’opposition a pris les armes, notamment à Deraa Homs Hama et Edleb, en réaction à la grande souffrance du peuple syrien, à son oppression par le régime politique et à la corruption qui a touché tous les secteurs de la société, sans compter la pratique de la torture et les atteintes aux droits de l’homme.
75. L’occurrence de certains évènements est une évolution pouvant creuser davantage le fossé entre les diverses parties et accroître leur amertume. Les conséquences de ces évènements sont graves : pertes en vies humaines et divers dommages matériels. Il s’agit plus précisément des explosions qui ont pris pour cible les bâtiments, les trains et les véhicules de ravitaillement en carburant, les forces de police, les institutions médiatiques et le transport par pipeline.
Certaines de ces opérations ont été revendiquées par l’Armée Libre, d’autres par des parties armées liées à l’opposition.
76. La Mission a procédé à l’exécution de sa tâche de la manière la plus conforme à ce qui a été stipulé dans le Protocole, à travers une présence quotidienne sur le terrain, en observant une neutralité et une indépendance garantissant une perception fidèle et transparente de la réalité. Et ce malgré les difficultés rencontrées et le comportement de certains éléments indisciplinés.
77. La durée d’un mois fixée par le Protocole pour le travail de la Mission ne suffit pas à l’accomplissement des préparatifs administratifs, elle est a fortiori insuffisante pour l’accomplissement du travail lui-même, dont la durée effective n’a été que de 23 jours. C’est une durée insuffisante eu égard au grand nombre de stipulations du Protocole dont il faudrait s’acquitter et à la nécessité de côtoyer les syriens pendant une assez longtemps s’étendait sur quelques mois et parfois de nombreuses années.
78. La crédibilité de la Mission a été mise en doute auprès des téléspectateurs et auditeurs arabes et étrangers qui suivent certains médias usant de techniques d’information visant à déformer les réalités. Il demeure difficile de juguler cette difficulté sauf à faire bénéficier la Mission d’un soutien politique et médiatique. Et quand bien même ressurgiraient alors certaines lacunes, cela n’en demeure pas moins normal dans ce genre de missions et d’activités.
79. La Mission est arrivée en Syrie après que des sanctions aient été imposées à ce pays pour l’amener à accepter le Protocole. Malgré cela, la Mission a été bien reçue tant par les militants progouvernementaux que par les opposants ou même le Gouvernement lui-même. Mais demeure la question quant à la façon par laquelle la Mission poursuivra son travail. Il est à relever dans ce sens que la tâche assignée à la Mission, telle que fixée par le Protocole, a subi quelques changements au vu des évolutions du terrain et des violentes réactions qui ont parfois suivi de la part de parties non citées par le Protocole. Autant d’évènements rendant nécessaire un changement et une évolution dans la nature de la tâche dévolue à la Mission. Il est alors nécessaire de rappeler que le point de départ demeure l’arrêt de toute violence pour que la Mission puisse accomplir sa tâche dans un climat susceptible de déblayer la route, in fine, vers l’accord politique.
80. Si accord il y a, quant à la fixation de la durée de travail de la Mission, il faudra que celle-ci dispose des équipements et des moyens de communication et de transport nécessaires à l’accomplissement de sa mission sur le terrain.
81. D’un autre côté, mettre un terme au travail de la Mission après une si courte durée aura raison des résultats positifs – même incomplets – réalisées jusque là. Cela aboutirait également sur le terrain à un état de chaos, étant donné que les parties concernées ne sont ni prêtes ni disposées à présent à entamer le processus politique devant résoudre la crise syrienne.
82. Les intentions des uns et des autres à l’égard la Mission, depuis sa constitution, n’ont pas été sincères et pour ainsi dire pas sérieuses. Avant même que la Mission entame son travail et avant même l’arrivée des observateurs, une campagne féroce a pris pour cible la Ligue arabe et le Président de la Mission. L’intensité de cette campagne s’est renforcée pendant la mission. La Mission souffre encore d’un manque de soutien politique et médiatique l’empêchant de mener à bien sa tâche. Si la durée de cette mission devait se prolonger, les objectifs du Protocole ne pourraient se réaliser que moyennant l’apport d’un tel soutien qui renforcerait la Mission et permettrait de faire aboutir la Solution Arabe à la crise.
Dixième point : les recommandations :
83. A la lumière de ce qui a été énoncé, et considérant ce qui a été réalisé en termes de résultats conformément aux dispositions du Protocole que le Gouvernement syrien s’est engagé à exécuter, je suggère:
La nécessité d’apporter toutes sortes de soutien administratif et logistique que requiert la Mission en vue de bien s’acquitter de sa tâche.
D’apporter un soutien médiatique et politique en vue de créer un climat propice à l’accomplissement convenable de la mission.
D’insister sur la nécessité d’accélérer le processus politique et lancer le dialogue national en parallèle avec le travail de la Mission en vue de favoriser un climat de confiance permettant la réussite de la Mission et évitant un vain maintien en Syrie.
Que Dieu nous aide.
Le Président de la Mission
Lieutenant Général Mohamed Ahmad Moustapha El Dabi
_________________________________________________


Traduit de l’arabe par Omar Mazri, Safwene Grira et Ahmed Manai
Le rapport de Mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie
http://tunisitri.wordpress.com/2012/01/30/le-rapport-de-la-mission-des-observateurs-arabes-en-syrie/#more-4548/

 

Le rapport de Mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie: texte intégral!

http://www.alterinfo.net/Le-rapport-de-Mission-d-observation-de-la-Ligue-arabe-en-Syrie-texte-integral_a70441.html

 

 

Voir aussi :

 

Mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie

La Syrie est menacée d’entrer dans une guerre civile qui pourrait mener à sa division

La Ligue Arabe prépare le terrain pour l'intervention extérieure en Syrie

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 11:07

 

http://photo.lejdd.fr/media/images/politique/nicolas-sarkozy-dans-la-salle-des-fetes-de-l-elysee/7597186-1-fre-FR/Nicolas-Sarkozy-dans-la-salle-des-fetes-de-l-Elysee.jpg

http://photo.lejdd.fr/media/images/politique/nicolas-sarkozy-dans-la-salle-des-fetes-de-l-elysee/7597186-1-fre-FR/Nicolas-Sarkozy-dans-la-salle-des-fetes-de-l-Elysee.jpg

.

 

Nicolas Sarkozy a déclaré la guerre aux Français

Pourquoi ? Par eva R-sistons

.

 

Nicolas Sarkozy a repris l'initiative, en prononçant un discours d'une violence sociale inouïe. Tout en se préparant à la candidature ("J'ai RV avec les Français", donc  candidature implicite), l'Occupant de l'Elysée... semble déclarer la guerre aux Français, ce qui apparaît contradictoire. Pourquoi ce "jeu" double ? Pour moi, une seule réponse, presque machiavélique.

 

Voyons d'abord les propositions, d'une rare violence  sociale : Car en misant plus que jamais sur la logique de la compétitivité (qui ne produit en réalité que désindustrialisation et perte d'emplois comme du pouvoir d'achat pour tous au lieu de lutter contre le chômage), Nicolas Sarkozy opère un immense transfert des ressources du patronat aux salariat, très exactement : Un transfert massif des cotisations sociales qui  pèseront désormais, à travers la TVA "sociale", sur les seuls salariés (et sur les retraités comme sur les chômeurs et les ménages), au lieu d'être réparties équitablement entre patronat et travailleurs, ce qui augmentera encore le pouvoir du Capital, et des capitalistes, sur le dos des travailleurs (et des retraités). Et la dérégulation du Marché du Travail laissera libre cours à la loi de la Jungle. Plus que jamais !

 

Plus que jamais, en effet, Nicolas Sarkozy impose ses propres thématiques, ultra-libérales, qui pourtant, et c'est un comble, choquent même un Madelin : "Il s'agit d'un hold-up patronal sur le pouvoir d'achat des salariés", assure-t-il. Si Madelin, le champion du libéralisme, le dit, cela doit être vraiment très grave, en effet.

 

Le prétexte, on le connaît : Si on diminue le coût du travail, on évite la destruction des emplois et les délocalisations, on permet la croissance. En théorie seulement, parce qu'en pratique, les choses ne sont pas si simples.

 

Que propose Nicolas Sarkozy ?

 

Passons sur la création d'une banque d'entreprises (encore un cadeau au MEDEF, il ne s'agit pas d'une banque nationale mais d'une banque pour... les entreprises), sur la flexibilité du temps de travail chère aux ultra-libéraux (finie la durée légale du Travail, l'Etat se désengage), ou sur une augmentation de 30 % de la surface constructible  soi-disant pour abaisser le coût du logement ("le propriétaire architecte" pourra faire n'importe quoi, construire plus sur un même terrain ou ajouter des étages), passons sur tout cela, et même sur la fin inexorable (ou tout au moins la très grande limitation) des emplois publics, sur la suppression des droits de succession (encore une mesure pour favoriser les plus nantis),  sur la politique familiale (il ne s'agira pas de redistribution sociale mais de favoriser la natalité chère à l'électorat le plus traditionnel) ou sur la taxation symbolique (0,1 % !) des transactions financières §... Passons sur tout cela,  pour arriver au coeur du dispositif Sarkozy : La TVA dite sociale, en réalité anti-sociale, ou si l'on préfère, "patronale".

 

La TVA sociale... anti sociale

 

On connaît le refrain, "il faut s'adapter au monde nouveau", en oubliant de dire que ce monde-là est décidé unilatéralement, anti-démocratiquement (et mis en oeuvre  servilement par les pseudo Elus de la Nation) par le Grand patronat, celui du MEDEF, et au seul service du Grand Capital. Dérégulons, dérégulons, une fois l'Etat protecteur démantelé il ne restera rien pour les travailleurs, ni Droit ou protection du Travail ni durée légale du travail ni même un jour, le salaire minimum... Désormais, si l'employé n'accepte pas la réduction de son salaire ou l'augmentation des heures de travail, on considèrera qu'il commet une faute grave et il sera licencié. C'est cela, la "modernisation", l'"adaptation au monde nouveau" : Une régression générale des droits !

 

Donc, morceau de choix, la TVA Sarkozy, dite abusivement "sociale" - ou "anti-délocalisations". Elle passera par la réduction du coût du travail, qui profitera aux entreprises puisqu'elles ne financeront plus comme avant (c'est-à-dire en partie, conjointement avec les travailleurs) notre protection sociale, notre modèle social si original et auquel nous tenons tous tant. Pour l'Occupant de l'Elysée, le raisonnement est simple : "Si nous perdons des emplois, c'est parce que le coût du travail est trop élevé, en tous cas plus élevé qu'ailleurs". Ce qui compte, avec l' "accord compétitivité-emploi", c'est la sacro-sainte compétitivité, qui passe toujours par la réduction des salaires ou la réduction des emplois. En réalité, tout cela entre dans un vaste plan d'ensemble, d'ailleurs favorisé par la crise provoquée de toutes pièces pour favoriser le transfert massif du public au privé, et du salarié au patron - plus précisément, du salarié au grand patron, celui du MEDEF. Mais pour faire passer la pilule du désengagement de l'Etat (il n'interviendra plus, la durée du travail et les salaires se négocieront entreprise par entreprise), du démantèlement du Droit du Travail et de sa protection, de l'abaissement des salaires et donc du pouvoir d'achat, du nivellement général par le bas, on invoque abusivement... la sauvegarde des emplois et de la croissance !

 

En réalité, en réduisant le coût du travail pour les entreprises, en favorisant la régression générale pour les travailleurs et en instituant en France une politique de "rigueur" (car c'est bien de cela qu'il s'agit, puisqu'avec la TVA sociale le prix des produits augmentera de 1,6 % pour tous, salariés comme chômeurs ou retraités), en instaurant, donc, la TVA dite abusivement "sociale", on ne créera ni entreprises ni emplois, on ne favorisera pas la croissance, au contraire - puisque le pouvoir d'achat diminuera pour tous. Il est pratiquement sûr, comme pour les restaurateurs, que les entreprises ne répercuteront pas sur le prix de leurs produits, la cotisation payée en moins pour les travailleurs. La TVA dite "sociale" augmentera les profits, elle ne créera ni emplois ni croissance. C'est le MEDEF, et lui seul, qui inspire cette politique anti-sociale, pénalisant les plus modestes et les classes moyennes, et c'est lui qui, aujourd'hui, triomphe.  Face à cela, les inégalités et la pauvreté vont exploser, comme au Portugal, en Grèce, en Espagne, et les prix vont augmenter...  La nouvelle politique de Sarkozy aggravera encore un peu plus la situation. A travers l'Occupant de l'Elysée, les plus favorisés déclarent la guerre aux Français. Comme partout ailleurs en Europe, les peuples seront plus que jamais spoliés, piétinés, sacrifiés !

 

http://www.urtikan.net/wp-content/uploads/2012/01/120127-sarkozy-dimanche.jpg

http://www.urtikan.net/wp-content/uploads/2012/01/120127-sarkozy-dimanche.jpg

 

 

La guerre est déclarée aux Français - aux peuples !

 

Le Gouvernement prétend ne pas augmenter les impôts : Quelle hypocrisie ! La TVA "sociale" est un impôt, indirect, et le plus injuste de tous, car au lieu de peser sur les plus nantis, il pèse sur tous, salariés comme familles, retraités ou chômeurs ! Nous ne devons pas nous laisser abuser par le chantage aux délocalisations : Si les entreprises ne paient plus avec nous notre protection sociale, si nous sommes seuls à la payer en particulier par l'impôt indirect de la TVA "sociale", il n'y aura pas moins de délocalisations - mais plus d'inégalités, plus de pauvreté ! Et la taxe symbolique sur les transactions financières est une imposture : Le financement de la protection sociale sera assuré, en gros, à 85% par les ménages, et seulement à 15 % par les revenus financiers.

 

L'ultra-libéralisme, la mondialisation, c'est ça : La dérégulation du Marché du Travail, la déréglementation, le démantèlement de l'Etat protecteur, le nivellement par le bas, l'alignement sur le moins disant, le désengagement des entreprises comme de l'Etat, la destruction du droit du Travail... Il s'agit d'un plan concerté, auquel sont soumis tous les peuples d'Europe. Le modèle social européen qui était envié dans le monde, est en train de mourir sous nos yeux ! Il ne reste plus que des nations sacrifiées, des Etats moribonds, des PME en difficulté, des peuples en voie de paupérisation complète, pour le seul profit des plus grandes entreprises, des multinationales, des actionnaires, des spéculateurs, de la haute finance ! Notre monde est devenu fou, et avec des dirigeants au service du MEDEF comme Nicolas Sarkozy, la loi de la jungle s'étend, ravageuse !

 

Le modèle allemand imposé aux Français. Sarkozy l'Etranger

 

Comment vont réagir les Français aux nouvelles dispositions de Nicolas Sarkozy ? Certainement très mal, car avec l'Occupant de l'Elysée, qui n'aime pas la France et qui la dessert, c'est un modèle étranger qu'on tente d'imposer, modèle qui profite certes aux grosses entreprises, à la "compétitivité" (les plus gros absorbant les plus faibles), mais qui par ses inégalités, de plus en plus d'ailleurs comme aux Etats-Unis, précarise l'ensemble des travailleurs et donc des ménages.

 

Il est très grave en effet de voir que Nicolas Sarkozy ne parle jamais des Français, mais des Américains, des Allemands... S'il voulait tuer le modèle français, l'Histoire de notre pays, sa culture, il ne s'y prendrait pas autrement ! En agissant ainsi, le Président heurte de plein fouet le patriotisme français. En plus d'accroître les inégalités, la précarité déjà très préoccupante ! A terme, le mécontentement va grandir et gagner les couches moyennes...

 

 

Pourquoi la stratégie de la rigueur avant les Elections ?

 

En réalité, si Nicolas Sarkozy ose défier les Français à trois mois des élections, c'est qu'il a, pour moi, un plan - que je qualifierais de machiavélique. Car il sait que ses mesures ne peuvent que heurter les Français !

 

Dès aujourd'hui, gouvernement, patrons et syndicats vont se rencontrer. Les Syndicats, évidemment, sont très remontés. Des manifestations sont déjà annoncées .

 

Et si tout cela, en effet, était une stratégie délibérée du gouvernement, avant les Elections ? Nicolas Sarkozy est très impopulaire : Sa personnalité comme sa politique sont très décriées. Alors, pourquoi proposer aux Français, maintenant, et alors même que François Hollande a le vent en poupe, une aggravation de leur sort ? Comme si on voulait les provoquer ! Pour la Presse aveugle ou complice, la cause est entendue; Ainsi, la Croix annonce une explication saugrenue : "Nicolas Sarkozy veut rester dans les mémoires" !  Et un autre Editorialiste : "Ce que Sarkozy veut faire, c'est aller plus vite que François Hollande" ! Vraiment ?

 

Car pour moi, en effet, c'est plutôt de cela qu'il s'agit : Nicolas Sarkozy mise sur un mécontentement populaire grandissant, et donc sur des manifestations. Souvenez-vous : Mai 68, la colère des manifestants, les émeutes, et pour finir, le défilé des Champs-Elysées. Et la France profonde qui réagit en votant pour le pouvoir en place... Machiavéliquement, à mon avis, Nicolas Sarkozy joue sur le mécontentement à venir, puis sur la peur de la France profonde, pour se poser en Protecteur énergique de la paix "sociale" et être... réélu. Envers et contre tout ! Car les lendemains déchanteront terriblement pour ceux qui, à chaud, auront réagi en confiant à nouveau leur avenir au Fossoyeur de la France et en particulier de son modèle social.

 

A nous de déjouer la manoeuvre et d'informer nos concitoyens pour qu'ils ne tombent pas dans le piège tendu...

 

Eva R-sistons

 

http://sos-crise.over-blog.com

 

http://www.humanite.fr/sites/default/files/imagecache/une_article_vertical/une_4.jpg

http://www.humanite.fr/sites/default/files/imagecache/une_article_vertical/une_4.jpg

 

 

§  Monsieur Sarkozy a décidé unilatéralement, contre l’avis de ses partenaires européens, d’adopter la taxe Tobin.

    Il faut savoir que l’idée de cette taxe a été lancée par James Tobin en 1972.

    A cette époque là, il y a quarante ans, la taxe Tobin aurait eu une réelle utilité dans l’économie mondiale.

    Cette taxe aurait pu, à cette époque là, limiter et réguler la spéculation financière qui s’annonçait, suite à l’abandon des accords internationaux de Bretton Woods en 1971.

    Mais maintenant la taxe Tobin est dépassée.

     Nicolas Sarkozy propose cette taxe Tobin paradoxalement car souvenons-nous qu’en arrivant au pouvoir il a fait supprimer la taxe sur les transactions boursières.

     De plus, il a déjà affirmé son opposition à cette taxe de manière virulente.

     Mais vu son double langage habituel, il peut très bien dire au peuple qu’il appliquera une taxe conséquente et rédhibitoire tout en rassurant en coulisses les spéculateurs qui verront la taxe compensée et donc réduite à zéro.

     Par ailleurs…

     La spéculation financière est maintenant poussée à l’extrême.

     Elle appauvrit chaque jour davantage le monde du travail.

     Elle est maintenant assimilable à du vol organisé et donc à du grand banditisme.

      Taxer cette spéculation équivaut à la rendre définitivement légale.

      Or, la spéculation financière internationale ne doit pas être taxée mais interdite. 

Taxe Tobin ? Non, la spéculation financière doit être mise hors-la-loi

.http://a34.idata.over-blog.com/0/53/69/44/998/urtikan.jpg

http://a34.idata.over-blog.com/0/53/69/44/998/urtikan.jpg

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 20:37
Dimanche 29 janvier 2012 7 29 /01 /Jan /2012 12:53

  

occuppy-hotel-de-ville-Oakland.jpg


Sgt. Christopher Bolton du Département de police d' Oakland a déclaré que le nombre de manifestants arrêtés était probablement entre 200 et 300. "Nous sommes encore le train de faire le débriefing des arrestations", a-t-il déclaré. Il s'exprimait après la publication d'une déclaration sur le site de la ville d' Oakland qui a chiffré le nombre des arrestations à 200. "Ce chiffre est probablement sous estimé et nous n'avons pas encore le total éxact", précise le Sgt Bolton. 




Dans sa déclaration, publiée dans un fichier au format PDF, le maire Oakland, Jean Quan dénonce le mouvement : "Encore une fois, un groupe dissident du Mouvement violent "Occupy" est engagé dans des actionsviolentes contre la ville d'Oakland " La déclaration a également dit qu'il y avait eu des rapports de dommages à l'intérieur de l' Hôtel de Ville lors de la manifestation.




OAKLAND - La police a arrêté environ 300 personnes à Oakland du mouvement "Occupy" manifestants qui ont été contrecarrés quand ils ont essayé de "réquisitionner" un centre de congrès vacant et un YMCA (centre d'hénergement pour jeune hommes célibataires), mais plus tard, ils ont fait irruption dans l'hôtel de ville, où ils ont brûlé un drapeau pris à l'intérieur.




La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des flash balls ainsi que des grenades assourdissantes dans l'après-midi contre les 2.000 manifestants qui ont tenté de démolir les clôtures autour d'une salle de congrés, le "Kaiser Convention Center", où ils espéraient établir leur nouveau camp. La police a prétexté que certains manifestants ont commencé à jeter des objets en direction des agents de police. Il y a eu au moins 19 arrestations dans l'après-midi.




Après 18 heures, la police anti-émeute a ciblé un groupe de manifestants qui s'étaient rassemblé près de la YMCA et refusaient de se disperser. La police a déclaré qu'environ 100 manifestants ont été arrêtés au YMCA.
Plusieurs manifestants du YMCA semblaient avoir été violemment jetés à terre par police, et au moins un manifestant avait son visage ensanglanté.
Les manifestants scandaient: «Laissez-nous protester démocratiquement", mais la police avait visiblement reçu des ordres stricts.
Certains manifestants ont affirmé qu'ils tentaient de fuir la police en parcourant le YMCA plutôt que de prendre d'assaut le bâtiment.




Plus tard dans la soirée, environ 100 policiers ont entouré l'hôtel de ville tandis que d'autres bratissaient l'intérieur de l'édifice.
La police a chargé peu après que les manifestants aient fait irruption dans l'hôtel de ville d'Oakland, aient volé un drapeau américain du conseil municipal pour finalement y mettre le feu. 
Auparavant, les manifestants s'étaient réunis à Frank Ogawa Plaza vers midi et se sont dirigé vers le centre ville dans l'espoir d'établir leur nouveau lieu de rencontre et de débat social.


Les responsables d'Oakland ont déclaré qu'environ 250 personnes étaient dans le groupe où la protestation a commencé, mais la foule a rapidement grossi à environ 2000 manifestants.
Plus tôt au cours de la manifestation l'un des organisateurs, Shake Anderson, a déclaré: «Nous sommes ici pour protéger les indignés et leur permettre d'exprimer leur choix de la désobeissance civile... Nous le faisons pour changer le monde, pas seulement aujourd'hui mais chaque jour."

 
Les manifestants marchaient à travers Laney College autour de 14h30 Certaines personnes portaient des bandanas sur la bouche et d'autres tenaient des pancartes disant: "Nous sommes les 99%." Une fanfare habillée en tutu rose et noir et des collants fluo était aussi dans la foule afin de souligner le coté démocratique et non violent des protestataires ; cela n'a pas empéché la police équipée comme des gladiateurs romains de multiplier les provocations.


La police dit qu'elle se tiens prête à arrêter ceux qui enfreignenraient la loi à nouveau : «La ville d'Oakland ne sera pas intimidé par les menaces de violence venant d'une activité illégale".


Ces épisodes ne sont pas sans rapeller les émeutes et manifestations qui avaient secoué les Etats Unis pendant la guerre du Viet-Nam.


 Source: zebuzzeo.blogspot


.
Sur ce site également,
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 20:32

 

http://chomeur93.owni.fr/files/2010/04/p%C3%B4les.jpg
http://chomeur93.owni.fr/files/2010/04/p%C3%B4les.jpg
Dimanche 29 janvier 2012  

Vrais Chiffres du Chômage DECEMBRE 2011, + de 8,5 MILLIONS environ de demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres et précaires, intermittents. (+ de 3 millions de chomeurs totalement invisibles des statistiques)


284 700 RADIATIONS en DECEMBRE juste pour :

- défaut actualisation 192 200 - 3,4 % ( - 0,6 % sur 1 an ) 

- radiation administrative (punis) 40 900 + 13,6 % ( - 11,3 % sur 1 an ).

- mystérieuse rubrique "autre cas" 51 600 - 4,1 % ( - 7,4 % sur 1 an ) 

Les radiations pour maladie, maternité, retraite 34 600 stable ( - 10,8 % sur 1 an ) 7,5 % des sorties totales

Les radiations pour entrée en stage 37 700 + 19,3 % ( + 12,9 % sur 1 an ) 8,2 % des sorties totales

Quant aux sorties des listes pour "reprise d'emploi déclaré", 103 900 + 2,6 % ( + 13,1 % sur 1 an) et ne représentent que 22,5 % des sorties totales des 5 listes.

Décryptage donc des vrais chiffres connus ( Décembre 2011 ) des demandeurs d’emploi, ceux dont les médias conventionnels ne parlent quasi jamais.

Les Médias "conventionnels" en France c'est une CATASTROPHE, pas plus tard que le 23 mai dernier, ils titraient TOUS suite à interview de Monsieur Christian Charpy, directeur général de Pôle-Emploi, que les radiations administratives ( punitions) étaient d'environ 2 000 par mois, TOUS dans la propagande, sans exception .. la réalité etant environ 40 000 à 50 000 par mois ! et vous pouvez toujours leur dire, qu'ils se plantent etc, ils en ont strictement RIEN A FAIRE, ils ne publieront JAMAIS un article, pour rectifier, JAMAIS.

Ils occultent donc, les catégories D et E quasi systématiquement, les DOM TOM quasi systématiquement, et encore pire, une énorme partie des radiés mensuels (des centaines de milliers tout les mois, radiés, pour autre motif que reprise d'emploi ), et ils ne parlent évidemment JAMAIS des centaines de milliers de demandeurs d’emploi qui ne dépendent carrément pas du tout de pôle emploi pour diverses raisons. ( explications plus bas, environ 3 millions en tout ne sont comptés nulle part )

DECEMBRE 2011, les chiffres sont toujours catastrophiques.
Les chiffres des travailleurs précaires et pauvres toujours énormes, en même temps que celui du chômage de longue durée qui ne cesse d'augmenter + 9,3 % en 1 an, et de très longue durée ( + de 3 ans ancienneté ) + 22,5 % sur 1 an ( pour seules catégories A B C ) donc + dans la réalité.

A noter que 50,4 % des demandeurs d’emploi inscrits, ne sont aucunement indemnisés, ni par les Assedics, ni par la solidarité nationale (RSA ou ASS).

Chomeur de 50 ans et +, + 15,5 % sur 1 an (pour seules catégories ABC)

Licenciements économiques + 5,7 % ce mois ci

Offres d'emplois collectées - 5,5 % ce mois ci

Plus de 8 millions de demandeurs d'emploi et travailleurs précaires par intermittences, soit 25% à 30% de la population active, on est très très très loin des annonces mensongères de environ 9,5% de chômeurs (seule catégorie A, inscrits chez pôle-emploi qui sert à la propagande)

DOM TOM compris en chiffres bruts Pôle Emploi, on est à + de 5 MILLIONS de demandeurs d'emplois inscrits chez Pôle-emploi.
Officiellement ( données brutes ) + 4,7 % sur 1 an 5 206 100 ( dom tom compris ) du jamais vu !!
 

Mon analyse :
VRAIS chiffres du chômage DECEMBRE 2011 : 

+ 29 700 chômeurs disent les médias catégorie A , ou + 25 900 catégorie A, B et C ? 
 
Réalité : résultat net, catégories A, B, C, D et E + 38 500 demandeurs d’emplois inscrits à Pôle Emploi entre Novembre 2011 et Décembre 2011 : 
 
catégorie A + 1 % ( + 5,6 % sur 1 an )
catégorie B + 1,8 % ( + 4,7 % sur 1 an )
catégorie C - 1,6 % ( + 6,1 % sur 1 an )
catégorie D + 2,3 % ( - 4,1 % sur 1 an )
catégorie E + 2,1 % ( + 3,4 % sur 1 an )
 
catégorie A : 2 874 500
catégorie B et C : 1 396 200 
catégorie D et E : 602 200 

catégorie A, B, C, D et E Novembre 2011 : 4 834 400 (hors dom-tom)
catégorie A, B, C, D et E Décembre 2011 : 4 872 900  (hors dom-tom) + 4,9 % sur 1 an

TOTAL : + 38 500 demandeurs d’emploi, par rapport à Novembre. 

 LE POT AUX ROSES est toujours là donc (les chiffres JAMAIS JAMAIS JAMAIS mis en avant) : 

sorties des listes de pôle emploi pour autres cas que ces 3 cas là :

  • reprise d’emploi déclaré ( 103 900 ) + 2,6 % ( + 13,1 % sur 1 an ) seules "vraies" sorties.. et encore pour quels emplois ?! y compris contrats aidés de 7h/semaine. 
  • ou entrée en stage ( 37 700 ) + 19,3 % ( + 12,9 % sur 1 an ) 
  • ou arrêts maladie, retraite, maternité ( 34 600 ) stable ( - 10,8 % 1 an ) 

donc les Radiés qui échappent complètement au 5 catégories, à toutes les statistiques que l'on peut entendre dans les médias "conventionnels"  : 

  • disparitions des listes pour cessation d’inscription suite à défaut d’actualisation : 192 200 personnespour ce mois de Décembre 2011 - 3,4 % - 0,6 % sur 1 an VOILA LA COMBINE ... ce chiffre, il represente à lui seul 41,7 % des sorties des listes.
  • disparitions des listes pour radiation administrative ( les punis ) 40 900 personnes pour ce mois de décembre ( + 13,6 % de difference par rapport à octobre, - 11,3 % sur 1 an )
  • sorties des listes inexpliquées, classées dans mystérieuse rubrique "autres cas" 51 600 personnes ( - 4,31% - 7,4 % sur 1 an ) 

soit 284 700 demandeurs d’emploi sortis artificiellement des 5 listes A B C D et E ... ce mois ci 

 

Ne sont donc pas comptés dans ces chiffres de 4 872 900 demandeurs d'emploi "officieux" :

  • Des RSastes qui pour une grosse partie ne sont pas inscrits à pôle emploi , (autre suivi) seuls 694 800 inscrits, sur environ 2,02 millions, soit  1 325 200 RSastes environ echappent aux statistiques
  • Des personnes en AAH ou sous pension d'invalidité, qui ne dépendent pas de pôle emploi, environ un million de personnes
  • Les dom-tom ( Réunion, Guadeloupe, Martinique et Guyane ) , estimation 500 000 personnes minimum 
  • Des sans droits, car moins de 25 ans, qui ne perçoivent RIEN, incalculable ( les + concernés, par trafics de stup, prostitution, violences, vols, braquages, meurtres par réglements de comptes, ou lors de bavures, engorgement des tribunaux et des prisons, suicides ) 
  • Des sans droits radiés ou désinscrits, car dépassement du plafond de ressources dans un couple, qui sont donc privés du RSA ou de l’ASS et qui n’ont droit à rien ( exemple votre époux perçoit 600€ d'assedic, vous n'aurez pas droit vous même au RSA, car vous depasserez le plafond de ressources couple 588€ ) des centaines de milliers de personnes
  • Des retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable
  • Des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires incalculable
  • Des auto-entrepreneurs qui ne gagnent rien ou presque de leur activité et cherchent un emploi 

Estimation 3 MILLIONS au bas mot à rajouter aux chiffres "officieux", soit en tout, + de 8,5 MILLIONS de demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres intermittents, ce qui correspond à un taux de demandeurs d'emploi, de 25% à 30% environs de la population en age de travailler ( entre 16 et 67 ans )

Seuls 39% des 55 ans et +, sont encore en activité 

Seuls 32% des 16/24 ans sont en activité en France, j'invite ces jeunes à lire, mon analyse sur le RSA JEUNES : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/rsa-jeune-c-est-du-pipeau-86935

Source ayant aidé au décryptage rapport de 19 pages de la DARES : http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-WaR87-2.pdf  et non pas simple communiqué de presse de 2 pages, qui entre bien moins dans les détails et qui est envoyé aux médias.

Rendez-vous Vendredi 24 FEVRIER 2012, après 18h00, pour connaitre les vrais chiffres du chômage de Janvier 2012.

-catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ;

-catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (de 78 heures ou moins au cours du mois) ;

-catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (de plus de 78 heures au cours du mois) ; 

-catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’un arrêt maladie court, d'un arrêt maternité …), sans emploi, on y trouve des travailleurs gratuits, ou c'est le patron qui est payé 5€ de l'heure ou +. 

-catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (essentiellement bénéficiaires de contrats aidés ou l'employeur peut avoir de 50% jusqu'à 105% du salaire payée par l'état et les collectivités locales) on y trouve très souvant, tri en déchetterie, ménage, repassage, aide à la personne, élimination de gravats, débroussaillage, plonge en restauration collective ou non, mais ça touche aussi parfois des métiers à BAC + 5 dans des domaines divers et variés ( tourisme, commerce, administrations, etc ) !! 

 

Source: agoravox

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 11:52

http://www.jemproductions.fr/wp-content/uploads/img-les-nouveaux-chiens-de-garde-big-01.jpg

http://www.jemproductions.fr/wp-content/uploads/img-les-nouveaux-chiens-de-garde-big-01.jpg

 

 

 

Les médias se proclament "contre-pouvoir". Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartient à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir.


Le film sera projeté  Le vendredi 3 février à 20 h 30, au cinéma "Le Central" à Colomiers, et à 21 heures au cinéma "Le Mermoz" à Muret, projection-débat autour du film de Gilles Barbastre "Les nouveaux chiens de garde".


http://lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=198:les-nouveaux-chiens-de-garde-&catid=13:agenda&Itemid=59

 

 

 

Les médias se proclament « contre-pouvoir ». Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations prémâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur.


> Lire la suite


 

 

Gilles Balbastre et Yannick Kergoat


Serge Halimi a publié Les Nouveaux chiens de garde en 1997, au sortir des grèves de décembre 1995. Le poids des « prescripteurs d’opinions » a-t-il évolué depuis ?

Yannick Kergoat : Pas suffisamment pour qu’on renonce à se battre sur ces questions. Ce qui a changé depuis 1995, c’est la crise de la presse, qui se traduit notamment par des réductions d’effectifs dans de nombreux journaux. Ce qui n’enlève rien à la nécessité de la critique, au contraire. Régulièrement, il faut réarmer le fusil et tirer un nouveau coup de semonce. 

 

La critique des Médias, pourquoi faire ?

par Henri Maler, fondateur et co-animateur d’Acrimed

Depuis une quinzaine d’années, des livres (comme ceux de Pierre Bourdieu et Serge Halimi), des films (comme ceux de Pierre Carles), des journaux (comme PLPL, puis Le Plan B) et l’association Acrimed (son site et désormais, Médiacrique(s), son magazine) contribuent à une critique radicale et intransigeante des médias qui s’était assoupie pendant les décennies précédentes.

Cette critique s’étend à la contestation en actes fomentée par des médias associatifs et alternatifs et à la résistance pratiquée par les soutiers de l’information avec le soutien des syndicats de journalistes. Elle se diffuse sur des sites indépendants et de nombreux blogs.


Sur le Web

  • Acrimed | Action Critique Médias
  • Action-CRItique-MEDias [Acrimed] est un Observatoire des médias. Acrimed intervient publiquement pour mettre en question la marchandisation de l’information, de la culture et du divertissement. (...)
 

http://lesnouveauxchiensdegarde.com/ 

 

"Les Nouveaux chiens de garde" :

interview de Yannick Kergoat, co-réalisateur

Cinéma  >  Interviews  | Posté par AlloCiné - mercredi 11 janvier 2012


Le documentaire de critique des médias "Les Nouveaux chiens de garde" sort en salles. Un film militant, très documenté qui ne devrait pas passer inaperçu... Interview avec l'un de ses co-réalisateurs, Yannick Kergoat.


%22Les+Nouveaux+chiens+de+garde%22+%3a+interview+de+Yannick+Kergoat%2c+co-r%c3%a9alisateur


Les Nouveaux chiens de garde de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, avec Arlette Chabot, Laurence Ferrari, David Pujadas... Au cinéma mercredi 11 janvier.

 

Synopsis : En 1932, l’écrivain Paul Nizan publiait Les chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en véritables gardiens de l’ordre établi.
Aujourd’hui, les chiens de garde sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques, ouvertement devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, Les Nouveaux chiens de garde dénonce cette presse qui, se revendiquant indépendante, objective et pluraliste, se prétend contre-pouvoir démocratique. Avec force et précision, le film pointe la menace croissante d'une information produite par des grands groupes industriels du Cac40 et pervertie en marchandise.

 

Allociné : "Les Nouveaux Chiens de garde" tire son nom d'un essai de Serge Halimi. Si l'adaptation de romans au cinéma est assez courante, le passage de l'essai vers le documentaire l'est beaucoup moins...

Yannick Kergoat : A proprement parler, ce n’est pas une adaptation. On a repris le nom de l’essai de Serge Halimi, un des co-auteurs du documentaire. Mais c’est un essai cinématographique qui est inspiré de tout un courant critique sur la question des médias, qui a émergé il y a une quinzaine d’années. Le livre de Serge Halimi en était l’un des déclencheurs, mais il n’est pas le seul : il y a les essais de Pierre Bourdieu, les livres de Noam Chomsky...  Ca s’est poursuivi à travers les publications du Monde diplomatique., de PLPL (Pour Lire Pas Lu), du Plan B, à travers des films comme ceux de Pierre Carles... Mais aussi beaucoup à travers le travail d’associations comme Acrimed (Action Critique Média).

C'est très compliqué de prétendre adapter un essai au cinéma. Je pense qu’on reprend la question du livre de Serge Halimi complètement autrement, à la fois au niveau du ton, de la construction, de l’équilibre des idées... Serge Halimi a contribué à l’écriture du scénario, c'est-à-dire mettre en place, dessiner les grandes lignes de ce que sera le film. Mais il faut bien être conscient qu’un film comme ça se fabrique aussi beaucoup au montage, ou à travers le choix des archives. Serge Halimi a collaboré au même titre que Renaud Lambert ou Pierre Rimbert, Gilles Balbastre et moi-même.

 

Photo - FILM - Les Nouveaux chiens de garde : 194641

 

Le film sort 15 ans après l'essai de Serge Halimi. Pourquoi?
Y.K. La réalité des phénomènes décrits dans le livre de Serge Halimi, publié en 1997, est encore tout à fait d’actualité aujourd’hui. Faire un film procède d’une autre intention, d’une autre économie. Mais les faits que le film dénonce sont effectivement tout à fait comparables à ceux que le livre dénonçait à l’époque. Ca n’a pas beaucoup changé, ça c’est certain ! La réalité décrite n’a pas beaucoup évolué. On va même dire d’une certaine manière, cela s’est empiré, avec la concentration des médias français et la crise de la presse que tout le monde connait.
Ensuite, pourquoi faire un film ? D’une part, le film est né du désir de son producteur, qui s’appelle Jacques Kirsner. Il est un peu à l’origine de ce projet et a réuni l'équipe autour de lui. On espère à travers ce film dire, et redire, fortement -puisque c’est un film de combat, qui a été fait pour interpeller-, les questions qui sont soulevées à la fois à travers ce que Serge Halimi a écrit, et encore une fois à travers tout le courant critique qui s’est développé depuis.  

Le film comprend énormément d'archives, parfois rares. Comment les avez-vous choisies?
Y.K. Il y a trois raisons principales qui conduisent à choisir telle ou telle archive. D’abord, ces archives, on les connaissait pour une partie. Parce qu'elles sont justement issues de ce courant critique, elles ont été décrites dans des livres, dans des articles… On avait des références dans les articles d’Acrimed, du Monde diplomatique, etc. Ca a contribué à faire un premier tri.

Ensuite, le second tri, vient de leur accessibilité. Est-ce qu’on est capable de les retrouver ou un équivalent ? On a beaucoup utilisé un outil extraordinaire, qui s’appelle INA media pro (les archives numérisées par l’INA).
Enfin, le choix était également lié à l’écriture des séquences. Telle archive fonctionne bien, telle autre un peu moins. Telle archive résonnait bien avec une idée qu’on voulait amener… Par exemple, une scène nous est venue tout d’un coup, parce que par hasard, on a découvert telle ou telle émission, ou parce que pendant le cours du travail, il s’est passé ceci ou cela dans la presse, à la TV… C’est le cas notamment de la crise des subprimes, qui a été un événement très important. Il a fallu réécrire une partie du film à la lumière de ces événements et du rôle des médias dans cette crise.

 

Photo - FILM - Les Nouveaux chiens de garde : 194641

 

Combien de temps avez-vous passé à faire le film ?
Y.K. Ca a été un travail assez long. Ce travail d’aller-retour entre les archives, l’écriture, le montage, etc. est assez long. Mais il n’y a pas que des archives ; il y a aussi eu des tournages, donc il a fallu accumuler du matériau avant de se dire "on est prêt à monter". Ensuite ça a été assez long aussi parce que le producteur a financé seul le film. Il a espéré pendant un temps pouvoir bénéficier du soutien d’une chaîne de télévision, d’organismes d’aide du cinéma, etc. Mais ça s’est avéré impossible. Il l’a produit absolument seul, avec sa propre société.

 

Quelles ont été les difficultés, les barrières, avant de venir à bout du film ?
La censure économique était l’une des principales. Ni Arte, ni Canal+, ni une chaîne du service public n’ont voulu entendre parler de ce film… Malgré le fait que les auteurs de ce film sont journalistes, que l’un des auteurs aient publié un essai tiré à plus de 250 000 exemplaires... Ils n’ont pas voulu entendre parler de ce film. Jusqu’à la décision du CNC (Centre National de la Cinématographie) de ne pas accorder l’avance sur recette après réalisation. On a là une censure de fait. Ce n’est pas une censure nous interdisant de faire le film, mais une censure puisqu’elle concourt à créer des difficultés très importantes pour mener à bien un projet comme celui-là. Mais nous n'avons eu aucune difficulté de la part du producteur. Il nous a accompagné jusqu’au bout. A aucun moment, il nous a demandé de lever le pied, d’être moins incisif. Bien au contraire. Donc de ce point de vue là, le travail en interne était parfaitement soudé. On a pu travailler en bonne intelligence.

Des projections ont déjà eu lieu. Quels ont été les premiers retours?

Y.K. On a travaillé avec un attaché de presse, comme cela est l'usage pour n’importe quel film. Il s’est formidablement battu pour essayer de faire connaitre le film auprès des médias. Evidemment, on n’arrive pas au contact des journalistes avec un film qui critique les médias de la même façon qu’on y arrive quand on réalise un film de fiction. Nous avons observé deux phénomènes : d’abord, une très grande curiosité de la part des journalistes, qui vivent à l’intérieur de leur rédaction, dans le cadre de leur travail, les phénomènes qui sont décrits dans le film. Ils sont donc tout à fait au courant et tout à fait concernés par ce que nous dénonçons. Il y a une très large majorité de journalistes qui sont venus voir le film, qui sont tout à fait d’accord avec ce que le film peut dénoncer. Ces questions les intéressent et pour une grande partie d’entre eux, ils sont plutôt en sympathie avec ce film.

Mais là où le bât blesse, c’est que leur direction l'est beaucoup moins. Et on a des effets très clairement de censure qui nous sont aujourd’hui rapportés, via l’attaché de presse. On sait très bien que certains médias ne rendront pas compte du film, à cause de la mise en cause de certaines personnes. Mais on n’est pas complètement surpris ! On peut même dire qu’on s’y attendait !

Ensuite, il y a une autre forme de censure, peut être plus perverse. Ce sont les journalistes qui nous disent : "tout ce que vous dites, ce sont des choses qu’on connait déjà". Et sous prétexte qu’on connaitrait les phénomènes qui sont décrits, et évidemment on les connait, ils voudraient s’interdire d’en parler. Cette censure vise à désamorcer la critique politique contenue dans le film.

L’intérêt de ce film, c’est aussi d’être en contact avec le public. Aller dans les salles, organiser des débats après les projections. Il y a un certain nombre de choses que les gens perçoivent, ressentent, mais n’articulent pas vraiment comme des arguments. Pour beaucoup de gens, ce qui se passe est sensible, mais nous le réunissons dans un paysage cohérent.

 

Photo - FILM - Les Nouveaux chiens de garde : 194641

 

Une critique qu'on a dû couramment vous faire est que ne donnez pas la parole aux personnes que vous visez dans le film...

Y.K. Pour une raison toute simple. On fait un film pour prendre la parole. Et la parole, ils l’ont largement ! Des milliers d’heures de télévision, de colonnes de journaux, d’articles… On veut dénoncer cette dérive de l’information comme marchandise. Pour l’heure 40 qu’on a pris beaucoup de mal à fabriquer, on ne va pas en plus leur laisser un droit de réponse ! Il ne faut pas exagérer ! C’est vrai que cette critique, elle nous est souvent faite. Mais on ne fait pas un film qui rend compte d’un débat, on fait un film de combat, on fait un film pour dénoncer cette situation. Ensuite, le débat peut avoir lieu.

 

Avez-vous été interpellés par les personnes que vous visez ?

Y.K. Ceux que nous nous appelons les "chiens de garde" ne se sont pas encore manifestés, non. Pas de réaction officielle. Mais ce qu’on espère, ce sont des réactions des organisations politiques puisque in fine la question des médias est une question politique, et donc elle intéresse les organisations politiques, qui sont censées agir sur l’organisation de la société. Que les programmes politiques sur les médias ne restent pas lettre morte. La question des médias est une question importante. Ne la laissons pas aux journalistes eux-mêmes; faisons-en une question politique. Il faut que les citoyens s'en saisissent !

 

Propos recueillis par Brigitte Baronnet

 

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18609987.html

 

Bron, Cinéma Les Alyzés

  • Projection le dimanche 29 janvier à 16h30
  • En présence d’Olivier Cyran et Julien Brygo

Sainte-Foy-la-Grande, cinéma de la Brèche

  • Séance le 29 janvier à 18h
  • En présence de Gilles Balbastre

Les Nouveaux chiens de garde à la radio

Écoutez les deux émissions de Là-bas s'y j'y suis
consacrées au film…

Émission 1    Émission 2

Téléchargez le journal des Nouveaux chiens de garde

PDF - 1 Mo

Au sommaire :

- La carte du PPA (Parti de la presse et de l’argent)
- Le procès d’Arnaud Lagardère
- Le grand cirque de l’euro
- Grands journalistes cherchent petits pourboires
etc. (pdf, 1Mo)

 

 

 

http://www.avoir-alire.com/IMG/jpg/les_nouveaux_chiens_de_garde_port-folio.jpg

 

 

 

 

 

.

 

 

Repost 0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 23:23

« 100 jours pour redresser la France » (communiqué du Réseau Vercors)

 

La France connaît aujourd’hui une vraie faillite républicaine.


Tous les partis politiques institutionnels entretiennent un système électoral corrompu qui détruit le pays.

La seule alternative présentée par le Front National est inadaptée.

Une véritable action de redressement républicain s’impose.


Hommes de droite comme de gauche, amoureux de la France et de la République – militaires et policiers, magistrats, hauts fonctionnaires, syndicalistes, anciens militants de tous bords – nous appelons l’ensemble du pays à se tenir prêt.


La rupture républicaine de 100 jours que nous devons mettre en œuvre en 80 points est une nécessité pour la France. Elle débouchera sur l’objectif ultime de notre projet républicain : « remettre le pouvoir au peuple de France ».

C’est à une véritable œuvre de redressement national et républicain à laquelle nous appelons aujourd’hui l’ensemble des français dans l’esprit de nos prédécesseurs glorieux, ceux du CNR.

 

***Mesures d’application immédiate :


- Nous proclamons « la République en danger » ;

- Installation d’un Comité de salut public national ;

- Mise en place de Comité de salut public dans tous les villages et toutes les villes de France

- Mise en place d’une garde patriotique nationale ;

- Création de tribunaux populaire de citoyens tirés au sort par canton ;

- Création d’une Haute cour de citoyens élus pour juger ministres et chef d’Etat ;


Mesures politiques :


- Dissolution de l’Assemblée nationale;

- Dissolution du Sénat ;

- Assignation à résidence de tous les parlementaires français ;

- Présentation des parlementaires devant des tribunaux populaires ;

- Présentation de tous les membres du corps préfectoral français en poste depuis vingt ans devant les Tribunaux populaires, chargés d’évaluer leur mérite républicain ;

- Présentation de tous les magistrats français devant les tribunaux populaires chargés d’évaluer leur mérite républicain

- Inéligibilité à vie de tous les parlementaires ayant voté l’adoption du traité de Lisbonne en 2008 ;

- Inéligibilité à vie de tous les députés européens français ayant exercé un mandat depuis 1992, portant ainsi atteinte à la souveraineté de la France ;

- Présentation de Nicolas SARKOZY devant la Haute Cour pour haute trahison;

- Déferrement devant les tribunaux populaires de l’ensemble des membres des exécutifs français ayant exercés des fonctions gouvernementales depuis 1992 ;

- Dissolution de l’ensemble des partis politiques français – UMP, PS, PCF, MODEM, et FN – pour avoir autant dénaturé le caractère républicain de la France ;

- Lancement d’une procédure d’élection d’une Assemblée Constituante sous 100 jours ;

- Dissolution des Conseils régionaux ;

- Renforcement du rôle des nouveaux Préfets ;

- Renforcement du rôle des maires ;

- Dissolution de toutes les organisations intercommunales sauf les syndicats ;

- Ordonnance sur la nouvelle coopération territoriale ;


Mesures économiques et fiscales :


- publication de toutes les déclarations patrimoniales de l’ensemble des élus français nationaux et locaux ;

- transparence fiscale : publication de toutes les déclarations de revenus en France avec les montants exacts des impôts acquittés par tous les ménages ;

- transparence fiscale : publication de toutes les déclarations de revenus en France avec les montants exacts des impôts acquittés par toutes les entreprises françaises ;

- déchéance de la nationalité française immédiate pour tous les exilés fiscaux ;

- Lutte contre la corruption : Mise en place de tribunaux exceptionnels à compétences financières dotés de 100 magistrats et d’un corps d’un millier d’agent de police à disposition ;

- Rétablissement du franc et de tous les pouvoirs de la Banque de France ;

- Nationalisation des 20 premières médias français (chaînes de radio, télévision française, presse écrite) ;

- Nationalisation des 10 plus grandes banques françaises ;

- Nationalisation des cinq plus grands laboratoires pharmaceutiques français ;

- Nationalisation des cinq plus grands opérateurs de télécommunication français ;

- Nationalisation des cinq plus grandes entreprises d’armement français;

- Initiatives auprès des autres Nations européennes pour instaurer un système monétaire commun avec parité appréciable ;

- Suspension de tous les plan sociaux en cours en France;


Mesures diplomatiques et militaires :


- La France dénonce les traités instituant l’Euro et l’Union Européenne ;

- La France dénonce les accords Schengen ;

- La France rétablit dans son intégralité le contrôle à ses frontières ;

- La France dénonce le Traité de l’Atlantique Nord et sort de l’OTAN ;

- Initiative diplomatique immédiate de renforcement des liens entre la France et l’Allemagne – signature d’un nouveau traité franco-allemand ;

- Fermeture des ambassades des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne en France ;

- Rappel de nos ambassadeurs en poste à Washington et à Londres;

- Initiatives de coopérations militaires avec la Russie et la Chine ;

- Initiatives diplomatiques visant à instaurer des accords entre la Zone Franc et la Zone Yen-Yuan ;

- Initiatives diplomatiques majeures vers les pays arabes pour travailler à émanciper le monde arabe de tout contrôle OTAN ;

- Initiative immédiate pour renforcer l’amitié entre les peuples français et israélien ;

- Initiative internationale immédiate de la France en faveur de la reconnaissance d’un Etat palestinien ;

- Initiative diplomatique immédiate de renforcement des liens entre la France et l’Algérie ;

- Rappel de nos troupes engagées sur tous les théâtres étrangers hormis ceux de l’Afrique et du Liban où la France a su établir de véritables liens de coopération ;

- Initiatives diplomatiques majeures en direction des pays d’Amérique du sud et de l’Alba pour renforcer notre coopération économique et militaire ;

- Initiatives diplomatiques majeures en direction des pays de l’Afrique aspirant légitimement à gagner leur liberté et construire leur démocratie ;


Mesures diverses :


- Dissolution de l’ensemble des grandes centrales syndicales françaises ayant bénéficié du financement occulte des organisations patronales et siégeant au sein du CES;

- Suppression de l’ENA ;

- Disparition de la double nationalité ;

- Mise en place d’un service national obligatoire d’une durée de deux ans, dont une année consacrée à l’instruction militaire, pour les citoyens français des deux sexes ;

- Dissolution de toutes les congrégations religieuses présentes en France ;

- Dissolution des deux plus grandes obédiences maçonniques françaises – le Grand Orient de France et la Grande Loge Nationale Française – pour avoir porté atteinte au jeu libre de la démocratie parlementaire ;

- Inéligibilité à vie de tous les hauts dignitaires franc-maçon français ayant exercé leur mandat à compter de 1992 ;

- Ordonnance encadrant les religions et congrégations religieuses en France ;

- Ordonnance encadrant les associations de Libres pensées en France ;

- Ordonnance sur l’organisation des Partis politiques;

- Ordonnance sur l’organisation des syndicats en France ;

- Ordonnance d’orientation nationale pour relancer la grande tradition de la Mutualité en France ;

- Ordonnance d’orientation sur le fonctionnement de la Sécurité sociale ;

- Mise en place d’un grand service public à la jeunesse avec encadrement de la jeunesse – patronage laïque, clubs de sports, arts & musiques – obligatoire pour l’ensemble des jeunes de notre pays ;

- Déploiement de près de 150.000 adultes – salariés à temps plein – référents auprès des jeunes dans les établissements scolaires et dans les quartiers en difficultés ;

- Tout étranger qui s’engage à servir la Patrie – et qui aura bien mérité d’elle – bénéficiera d’une procédure accélérée d’acquisition de la Nationalité française ;

- Mesure d’urgence pour renforcer l’ordre des savoirs au sein des établissements scolaires ;

- Rétablissement du respect total du maître dans sa classe ;

- Dissolution de toutes les associations 1901 dirigées par des ressortissant étrangers et interdiction de toute association étrangère en France ;

- Mise en place d’un revenu parental équivalent au SMIC à compter du troisième enfant versé jusqu’à l’âge de 18 ans du dernier des enfants ;

- Instauration d’une journée nationale de la Laïcité et d’une fête de la Laïcité;


Peine de Mort & sécurité :


- Référendum pour le rétablissement de la Peine de Mort réservée aux récidivistes ou aux auteurs de crimes ayant entraînés plusieurs homicides;

- Elargissement de la peine capitale aux crimes d’origine sanitaire, écologique (chimique, nucléaire…) ayant entraîné le décès de plusieurs personnes ;

- Réouverture des procédures pour les crimes suivants : sang contaminé ; hormones de croissance ; farine animale ; rejet industriel de dioxine ; fuite nucléaire ; trafics de déchets hospitaliers …

- Ouverture d’établissement fermé pour la jeunesse délinquante sous encadrement sportif sévère;

- Ouverture de centre fermé pour la jeunesse récidiviste encadrée par des éducateurs judiciaires et des militaires ;

- Renforcement des pouvoirs de la Justice par un accroissement du nombre de magistrats et des corps de contrôles (d’inspecteurs du travail, d’inspecteur sanitaire et social …)

 

Après les 100 jours :

 

- Premier rendu des travaux de l’Assemblée constituante pour accoucher d’une nouvelle constitution avec pour base de travail, la constitution de 1962 ;

- Dès l’élaboration de la nouvelle constitution, il sera procédé à l’élection de nouveaux représentants de la Nation;

- Sont déclarés inéligibles tant au sein de la Constituante que du nouveau Parlement tous les anciens parlementaires ou ayant exercé un mandat dans les trente dernières années ;

- Election au scrutin à la proportionnelle ;

- Totale parité entre les sexes et les âges ;


http://www.mecanopolis.org/?p=24777

 

Article placé le 27 jan 2012, par Mecanopolis

 

 

Réseau Vercors: Lire le précédent communiqué du Réseau Vercors
 

LA FRANCE A BESOIN DE NOUS !Tenez-vous prêts ! Aux Armes pour la France ! Vive la France ! Vive la République !

 

.

Vers un coup de force prochain en France ? (Réseau Vercors)

Article placé le 18 avr 2010, par Agata Kovacs (Genève)

vercors

 

La France est décidément un pays étonnant.

La déréliction de l’appareil d’État français; la corruption et la vulgarité étalées au plus haut sommet de l’État; la désorganisation police-gendarmerie-armée; la destruction programmée de la Justice; le climat pré-insurrectionnel dans les banlieues où les livraisons d’armes se multiplient via des services étrangers de pays dit « amis » … le tout sur fond de crises économique et sociale dures, il n’en fallait pas plus pour que quelques hommes décident de s’organiser.

Le Réseau VERCORS le sait bien, un Homme décidé plus un Homme décidé égale une force.


Pour le Réseau VERCORS, il s’agit de « stopper » le processus de « solution finale » appliquée à la Nation France.


Ne s’agit-il d’ailleurs pas, des mêmes forces financières et industrielles qui – ayant soutenu l’accession de Hitler au pouvoir en 1933 puis l’ayant lâché quelques années plus tard – cherchent aujourd’hui à détruire les Nations en Europe et en premier lieu celle primordiale de la France ?


Le Réseau VERCORS l’affirme : " Si la France tombe, toute l’Europe tombe " ! C’est dire que le réseau revendique également des appuis au delà des frontières françaises.


Dans une logique de résistance totale, le Réseau VERCORS proclame la nécessité de restaurer la France, la République dans l’esprit du programme du CNR.


Réunissant d’après nos renseignements – Magistrats, Officiers d’actives, hauts fonctionnaires, militants et syndicalistes – le Réseau opérationnel « VERCORS » s’inscrit dans la vieille tradition française – celle des comités de Salut public, des Comités insurrectionnels et des Comités de grèves générales – de quoi prendre très au sérieux les informations qui nous parviennent.

La récente réorganisation de la sécurité autour de N.SARKOZY n’est d’ailleurs pas étrangère à ces bruissements qui inquiètent au plus haut sommet de l’État.

La candidature de N.SARKOZY en 2012 – actée depuis son récent voyage aux États-Unis – ne peut que renforcer la détermination de ceux qui s’inscrivent dans un processus de libération de la France, notamment en se fixant pour objectif, la sortie immédiate de l’OTAN.

Enfin, les tensions dans l’entourage de N.SARKOZY, les inquiétudes grandissantes sur son état de santé psychique ne peuvent qu’accroître la volonté d’en finir au plus tôt. Le Réseau VERCORS est-il prêt ? Difficile à dire.

Réseau jeune, il progresse depuis des mois dans un maillage territorial qui – d’après nos informations – est d’ores et déjà bien avancé.

Inutile de préciser que nous suivons de très près cette actualité de la plus haute importance .. 

 


 

 

Et dans les Médias, qui parlera de :

 

Samedi 28 janvier 2012

 

Samedi 28 janvier 2012

Le trafic de drogue en Afghanistan par voies aériennes est assuré par des militaires US

Samedi 28 janvier 2012

Banquiers kamikazes ? - L'austérité tue - Enfants abandonnés en Grèce

http://www.presseurop.eu/files/images/blog/1201-grece.jpg?1327079042

http://www.presseurop.eu/files/images/blog/1201-grece.jpg?1327079042

 

 

 

Vendredi 27 janvier 2012

Phrases décisives, et significatives, entendues au Sommet de Davos

Vendredi 27 janvier 2012

Le projet occulte du sionisme. Il passe par l'Irak,la Syrie,le Liban,l'Iran.. La kabbale

Vendredi 27 janvier 2012

Menace US sur le monde au prix du sacrifice de tous, même de ses citoyens

 

 

Pour connaître la situation réelle de l'économie, de la finance,

de la crise, et bien d'autres choses encore,

je vous conseille de suivre quotidiennement l'information sur le Liesi :

 

http://liesidotorg.wordpress.com/

 

 

  .

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 22:57

Loin du Nicaragua… où l’on informe d’une seule voix (ou presque)

Nils SOLARI

Mardi 10 janvier 2012, le président Daniel Ortega prêtait serment pour entamer son troisième mandat à la tête du Nicaragua. Le 11 au matin, les pages internet des médias français qui relaient l’information, le font par le biais d’une voix quasi-unique en reproduisant la dépêche de l’Agence France-Presse (AFP) [1], et pour certains, la dépêche de l’agence Reuters, sans prendre soin de les compléter. Des dépêches où l’on n’apprend pas grand-chose sur la situation du pays mais qui ressassent surtout les traditionnels poncifs sur l’Amérique latine… et ses « dangereux alliés ».



Pluralisme… quand tu nous tiens

Des « grands quotidiens » (Le Monde.fr, Libération.fr, Les échos) aux magazines (lepoint.fr), en passant par la télévision (tv5.org, france24), jusqu’à la presse quotidienne régionale (nicematin.com), voire les confrères étrangers (lalibre.be, la RTBF, letemps.ch), tous traitent de l’actualité nicaraguayenne sous l’angle unique proposé par l’AFP [2].

Ce constat ouvre sur une question et une observation. Les titres français auraient-ils parlé du Nicaragua si les agences de presse n’en avait pas fait état ? Tout porte à croire que non. Mais outre l’illustration du poids fonctionnel des agences dans la mise sur agenda d’un évènement à l’étranger, voilà une belle démonstration de l’absence de pluralisme et d’unicité de la ligne éditoriale de ces médias, à l’égard de l’Amérique latine en général et de ce pays en particulier.

«  L’ancien guérillero » deviendra dictateur…

Un jour avant la publication de la dépêche en question, une première alertait les rédactions : « Nicaragua : Ortega étrenne mardi son troisième mandat avec un pouvoir renforcé » [3]. Qu’apprend-on à sa lecture ?

Premièrement, à l’image de son homologue vénézuélien que l’on dépeint souvent comme « l’ancien lieutenant-colonel putschiste », Ortega est tout d’abord présenté comme « l’ancien guérillero »… certes, mais d’un mouvement qui était actif dans les années 1960-1970, soit il y a plus de 30 ans ! La précision qu’il s’agit là d’un rappel historique ne viendra que bien après : « M. Ortega avait déjà été, entre 1984 et 1989, le premier président élu du Nicaragua, après que la guérilla sandiniste, dont il était l’un des principaux dirigeants, eut renversé en 1979 la dictature des Somoza » [4]. Dans la même phrase d’introduction, le Nicaragua est décrit comme « un des pays les plus pauvres du monde, avec une domination consolidée au Parlement qui fait craindre à ses opposants une dérive autocratique ». À l’image d’autres leaders latino-américains, le belliqueux Ortega ne peut à terme que devenir un autocrate... En deux phrases, le ton est donné. Et pour appuyer cette analyse, l’AFP donne la parole à un invité de marque : «  À 66 ans, Ortega "dispose désormais de tout le pouvoir qu’il n’avait pas avant [...], il a la grande opportunité de décider d’être un dictateur ou un homme d’État", résume l’ex-vice-ministre des Finances, René Vallecillo, dans un entretien avec l’AFP  »...

Nicaragua, Iran, Venezuela… même combat !

Le 11 janvier, une deuxième dépêche vient donc confirmer la précédente, et rappelle à nouveau dès l’introduction, la crainte des « opposants [d’]une dérive autocratique du régime ». Le terme « régime » n’est peut être pas fortuit, comme le souligne Luis Alberto Reygada : « S’il est vrai que l’expression "régime politique" fait référence à la manière dont le pouvoir est organisé et exercé au sein d’une entité politique donnée, ce mot à une connotation fortement péjorative dans l’inconscient collectif culturel occidental (surtout grâce à la domination culturelle occidentale qui s’est accentuée à la fin de la guerre froide en imposant une image très négative au "régime soviétique") » [5]. Il n’est jamais question de « régime » quand les médias parlent de la France ou des démocraties occidentales…

On les annonçait « attendus » la veille, ils sont bel et bien là : «  Daniel Ortega a prêté serment en présence de chefs d’État étrangers, parmi lesquels l’iranien, Mahmoud Ahmadinejad, en pleine crise diplomatique avec les pays occidentaux en raison de son programme nucléaire, et le vénézuélien, Hugo Chavez ». Même si « plus de huit mille invités ont participé à la cérémonie », il fallait en effet insister sur la présence de ces deux personnages, qu’ils soient « en pleine crise diplomatique » ou « leader de la gauche radicale sur le continent  » [6].

Le journaliste n’aura qu’à poursuivre un peu plus loin : « Ortega a par ailleurs défendu le droit des pays à "développer l’énergie atomique" […]. Le "Comandante Daniel", qui a troqué l’uniforme vert du guérillero pour les chemises blanches et les envolées messianiques, a été réélu en novembre avec 62 % des suffrages - un résultat contesté par l’opposition »… S’il ne nous appartient pas de juger ici du caractère opportun pour l’Iran de développer son programme atomique, il est important de souligner le parallèle subtil qui est fait entre la référence à ce pays dans la bouche du président nicaraguayen, et la manière dont celui-ci partagerait ensuite, des caractéristiques souvent ressassées autour de son homologue vénézuélien, comme « l’uniforme » ou les « envolées messianiques ».

Ou comment faire croire que l’on informe sur un pays en faisant appel aux représentations malveillantes – et déjà bien assises par ailleurs - qui pèsent sur deux autres.

Or, le parallèle avec les deux autres chefs d’État va se poursuivre jusqu’à la fin de l’article :

« Ortega peut notamment compter pour cela sur son allié Hugo Chavez qui verse annuellement environ 500 millions de dollars au Nicaragua - quasiment un salaire minimum par habitant. […] À son arrivée à Managua le président Ahmadinejad s’est déclaré "très heureux d’être sur la terre de la Révolution". [...] "Ces deux peuples (nicaraguayen et iranien), en différents points de la Terre, luttent pour établir la solidarité et la justice", a-t-il affirmé, saluant son "frère révolutionnaire Ortega". […] Ahmadinejad, qui a visité le Venezuela lundi, doit se rendre mercredi à Cuba et jeudi en Équateur ».

Voilà comment, en quatre phrases, on parle de trois pays distincts, on passe de l’un à l’autre tout en donnant une savante apparence d’assimilation…

***

Il est vrai que l’AFP n’en était pas à un premier coup d’essai cette même semaine, puisqu’une autre dépêche – télévisée celle-ci - avait « rendu compte » de la visite d’Ahmadinejad au Venezuela, sans hésiter à manipuler le discours de Chavez [7]... comme l’avait d’ailleurs prédit ce dernier dans la version complète du discours tronqué par l’agence [8].


Outre la relative misère de l’information sur le Nicaragua, l’objectif, semble t-il, était donc de profiter de cette occasion pour continuer à stigmatiser la « gauche radicale latino-américaine » en la dépeignant comme (entre autres) peu démocrate, autoritariste et porteuse d’une tradition belliqueuse. Le pouvoir de nuisance de l’AFP est tel que la même dépêche en espagnol se retrouve presque mot pour mot dans de nombreux quotidiens hispanophones…

Nils Solari

SOURCE : http://www.acrimed.org/article3753.html


Notes

[1] Marcelo Brusa, Nicaragua : Ortega prête serment pour un 3e mandat en présence d’Ahmadinejad et de Chavez, AFP, 11/01/2012.

[2] La liste n’est pas exhaustive…

[3] Marcelo Brusa, AFP, 10/01/2012.

[4] C’est nous qui soulignons ici et par la suite.

[5] Voir « Le rôle de la presse dans la construction de la représentation du Venezuela » publié sur le site du Grand Soir, 10 décembre 2011.

[6] Tel que Chavez était présenté dans la dépêche de la veille.

[7] Comme l’a relevé entre autres le site Arrêt sur images : « Ahmadinejad / Venezuela : l’AFP TV déforme le discours de Chavez », 12/01/2012. Lire à ce propos après le « correctif » du titre apporté par l’agence, la réponse à la polémique que ce sujet à déclenchée, et les nombreux commentaires qui s’en sont suivis, sur sa page Facebook, au sujet de la Birmanie : https://www.facebook.com/notes/agen...

[8] « Les porte-paroles de l’impérialisme disent… les médias de l’impérialisme disent…et leurs laquais dans ces pays le répètent comme des perroquets… que l’Iran est au Venezuela… qu’Ahmadinejad est à Caracas, car en ce moment même, à 2h30 de l’après-midi… nous allons, Ahmadinejad et moi… pratiquement depuis les sous-sols de Miraflores [le palais présidentiel]… ajuster notre tir en direction de Washington… et que vont sortir de là de grands canons… et des missiles, car nous allons attaquer Washington. C’est pratiquement ce qu’ils disent. Ou que nous sommes en dessous de cette colline, où sont les journalistes, là-bas, et que supposément ceci va s’ouvrir ainsi… et qu’une grande bombe atomique va sortir… C’est pratiquement cela qu’ils disent… ceci peut nous faire rire, mais cela doit également nous mettre en alerte ».

URL de cet article 15659
http://www.legrandsoir.info/loin-du-nicaragua-ou-l-on-informe-d-une-seule-voix-ou-presque.html
Repost 0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 22:54

http://www.profencampagne.com/article-jean-michel-aphatie-une-obsession-segolene-royal-47921351.html


Lettre ouverte à Jean-Michel Aphatie

Posted: 26 Jan 2012 10:12 AM PST

 

En 2007, vous avez démontré une impartialité entre les différents candidats qui vous a honoré, et qui vous vaut sans doute de n’avoir jamais pu interviewer le président Sarkozy depuis son élection, ce qui serait pourtant légitime. Néanmoins, depuis quelques temps, je crois que vous vous égarez.

Le débat sur l’euro est parfaitement légitime
Vous vous êtes égaré au Grand Journal, quand, après un reportage d’une très grande partialité sur l’euro, seulement trois minutes ont été consacrées aux questions économiques et que vous avez balayé tout débat d’un revers de main. Cette attitude ne vous fait pas honneur à plusieurs titres. Tout d’abord, 36% des Français souhaitent la sortie de l’euro et il est donc légitime de débattre sereinement de cette question comme cela est le cas en Allemagne par exemple.
 

En outre, vous ne pouvez pas balayer cette hypothèse en évoquant des épouvantails trop commodes. Des dirigeants politiques de gauche comme Jacques Nikonoff, ancien président d’Attac, ou Jean-Pierre Chevènement, en parlent également. Mais surtout, de très nombreux économistes, de tous les horizons, soutiennent qu’une sortie de l’euro serait bénéfique à notre économie, comme l’illustre la récente tribune publiée dans le Monde signée par douze économistes.

Plus récemment, Paul Krugman, le « prix Nobel » d’économie 2008 a affirmé sur son blog que « l’élite européenne, de toute son arrogance, a bloqué le continent en un système monétaire qui a recréé la rigidité du modèle d’excellence, et (…) celui-ci s’est transformé en piège mortel ». Il soutient que « l’Europe se porterait sans doute mieux s’il s’écroulait plutôt aujourd’hui que demain ». Bref, le débat est plus que légitime et il n’est pas normal que vous ne le reconnaissiez pas.
Au-dessus des lois et de la démocratie ?
Sur LCI, vous avez qualifié de « bêtise française incroyable » l’égalité de temps de parole des candidats à l’élection présidentielle. Que 5 semaines sur 260, l’ensemble des forces politiques puissent débattre à totale égalité de temps de parole vous semble une perturbation inacceptable des grilles radios ! Cette spécificité française, voulue par le Général de Gaulle en 1965, est pourtant un moment de respiration démocratique que peu de pays offrent. Quel fantastique courant d’air politique !
N’est-il pas à la fois non seulement juste mais souhaitable que 2% du temps politique d’un quinquennat, une dizaine de candidats puissent s’exprimer à égalité pour permettre aux Français de débattre des sujets de fond afin de pouvoir faire émerger de nouvelles idées et renouveler notre vie politique ? En remettant en cause cet acquis fondamental de notre vie publique, vous vous prononcez pour une confiscation du débat démocratique par les « grands » médias et les « grands » partis.
Malheureusement, ce n’est pas totalement surprenant de votre part. En effet, depuis un an, Nicolas Dupont-Aignan a été reçu à deux reprises sur la matinale de RTL. Une telle fréquence est en soi relativement légitime étant donné que notre parti a réuni 2% des voix lors des élections européennes de 2009 et 4% aux élections régionales d’Ile de France en 2010. Mais il est plus que regrettable qu’à chaque fois, cela l’ait été par votre remplaçante, pendant vos vacances…
Oui, Monsieur Aphatie, vous pouvez être un des meilleurs journalistes de notre pays. Mais depuis quelques temps, vous vous égarez en déniant aux Français un vrai débat démocratique, que ce soit en refusant un débat sérieux sur l’euro ou vous opposant à l’égalité de traitement des candidats à l’élection présidentielle.
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Journaliste
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 03:27

La présidence de la Ligue Arabe cherche à étouffer le rapport de ses experts - Réseau Voltaire


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 25 Janvier 2012 - 18:55 Lettre ouverte au deshonorable Ban Ki-moon

Mercredi 25 Janvier 2012 - 10:16 La situation dans le détroit d'Ormuz


Depuis le début des événements qui endeuillent la Syrie, deux versions des faits s’opposent : pour les Occidentaux et leurs alliés du Golfe, le régime réprime dans le sang une révolution populaire, tandis que pour la Syrie et ses alliés du BRICS, le pays est attaqué par des groupes armés venus de l’extérieur.

Réseau Voltaire
Vendredi 27 Janvier 2012

 

La présidence de la Ligue Arabe cherche à étouffer le rapport de ses experts
Pour faire toute la lumière sur ces événements, la Ligue arabe a créé une Mission d’observation composée par des personnalités nommées par chaque État membre (sauf le Liban qui n’a pas souhaité participer). Cette diversité des experts garantit l’impossibilité de manipuler le résultat, leur nombre (plus de 160) et la durée de leur mission (1 mois) permet de dresser le tableau bien plus large que tous ceux dont on disposait précédemment. A ce jour, aucun organisme tiers ne peut prétendre avoir conduit une enquête aussi vaste et aussi rigoureuse, et par conséquent ne peut prétendre mieux connaître la situation en Syrie.

Le Comité ministériel de la Ligue Arabe, chargé du suivi du Plan arabe et composé de 5 États sur les 22 membres de la Ligue (Algérie, Égypte, Oman, Qatar, Soudan) a validé le rapport de la mission par 4 voix contre 1 (celle du Qatar) et a décidé de prolonger d’un mois la mission des observateurs.

Le problème c’est que le rapport confirme la version du gouvernement syrien et infirme celle des Occidentaux et des monarchies du Golfe.
Notamment, il atteste qu’il n’y a pas eu de répression létale de manifestations pacifiques et que tous les engagements pris par Damas ont été scrupuleusement respectés.
Il valide aussi le fait capital que le pays est déstabilisé par des groupes armés, responsables de centaines de morts parmi les civils syriens et de plusieurs milliers dans les rangs de l’armée, ainsi que plusieurs centaines d’actes de terrorisme et de sabotage.


C’est la raison pour laquelle le Qatar cherche désormais
à empêcher la diffusion du rapport par tous les moyens.
En effet, celui-ci se révèle être une véritable bombe
pouvant se retourner contre lui
et son dispositif de communication.


Le Qatar exerce actuellement la présidence de la Ligue ; non pas que son tour soit venu pour cela, mais parce qu’il a acheté à l’Autorité palestinienne son propre tour de présidence.

La présidence de la Ligue a donc décidé de ne pas diffuser le rapport de la Mission d’observation, de ne pas le traduire, et même de ne pas placer la version originale arabe sur son site internet.


Le risque pour l’Émirat wahhabite est énorme.
Si par malheur le public occidental avait accès au rapport,
c’est bien au Qatar et à ses relais qu’il risquerait
de demander des comptes en matière de démocratie
et d’implication dans le massacre de populations.


http://www.voltairenet.org/La-presidence-de-la-Ligue-Arabe http://www.voltairenet.org/La-presidence-de-la-Ligue-Arabe

 

La présidence de la Ligue Arabe cherche à étouffer le rapport de ses experts

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 02:45

Abuzed Omar Dorda, ancien représentant de la Libye aux Nations Unies, a soutenu Kadhafi jusqu'au bout. Il a été arrêté en septembre 2011 et depuis, il est détenu et torturé. En octobre, on a avisé des membres de sa famille qu’il avait été transporté dans un hôpital de Tripoli, mais il leur était interdit de le contacter. Selon eux, des gardiens l’ont jeté en bas du deuxième étage de la prison où il était détenu et il a été violemment battu.

Libya's ambassador to the United Nations, Abuzed Omar Dorda, gestures as he speaks 29 September to the 53rd session of the General Assembly at United Nations headquarters in New York (AFP Photo / Matt Campbell)
Abuzed Omar Dorda à l'ONU

Son fils a lancé un cri d’alarme récemment:

« ll semble que mon père ait été capturé par une milice la nuit dernière à l’hôpital. Il est toujours dans une situation critique et ne devrait pas quitter l'hôpital pour préserver sa santé. Certaines personnes responsables de sa torture et qui le surveillaient à l'hôpital font parti des kidnappeurs.

Vu la condition physique de mon père, je ne pense pas qu'il survivra longtemps entre les mains des terroristes. Plus les gens seront au courant de ce qui arrive à mon père, plus les terroristes seront effrayés des conséquences possibles. »

La Libye est toujours en guerre. Maintenant qu’un gouvernement fantoche a été installé, la Libye n’est plus un sujet chaud et ne fait plus les manchettes dans les médias occidentaux. Pourtant la guerre se poursuit. Au yeux des médias dominants, les violences sont pratiquement toujours imputables aux « partisans du régime déchu », malgré les reportages indépendants faisant état des crimes commis par ceux que la presse mainstream a présenté jusqu'à ce jour comme des « militants pro-démocratie », en nous les montrant paradoxalement armés jusqu’aux dents.

Les médias dominants ne dénoncent pas le traitement inhumain infligé à cet ancien représentant libyen aux Nations Unies. Les dirigeants des pays de l’OTAN ne se prononcent peu ou pas sur la torture infligée à de nombreux libyens dits pro-Kadhafi comme Abuzed Omar Dorda. Est-ce en raison de leurs préférences politiques? Faut-il être en faveur de l’OTAN et des nouveaux maîtres libyens pour mériter un traitement humain et éviter la torture? Peut-on appeler ces tortionnaires des démocrates?

Ces nouveaux dirigeants libyens soumettent des hommes à la torture, mais sont tout de même appuyés par les dirigeants occidentaux. Pourtant, n’était-ce pas un des reproches faits à Kadhafi, que la presse aimait surnommer le « dictateur sanguinaire »? L’OTAN n’avait-elle pas pour mission de « protéger les civils de la répression sanglante » des forces libyennes?

Où sont les médias maintenant? Les crimes commis à l’endroit des Libyens par les nouveaux dirigeants ne sont-ils pas dignes des manchettes comme ceux que l’on imputait à Kadhafi?


Iman al-Obeidi à l'hôtel Rixos

Tous se souviendront du battage médiatique autour d’Iman al-Obeidi, cette libyenne inconnue jusque-là, ayant fait irruption dans l’hôtel Rixos et accusé les soldats libyens de l’avoir violée. Or, qui a entendu parler du traitement inhumain infligé à Abuzed Omar Dorda, ancien représentant à l’ONU? La logique journalistique voudrait qu’il ait davantage de couverture médiatique qu’une libyenne inconnue.

Le silence médiatique à son sujet démontre que les médias, à l’instar des criminels, choisissent leurs victimes.

 

Un ancien représentant à l'ONU torturé par les rebelles libyens

par Julie Lévesque, 26.1.2012
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Scandale
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 13:42

Boycottons  les  Médias  menteurs,

appuis  des  dissidents  aux  Etats  souverains,

fauteurs  de  troubles  et  de  guerres !


 

Encore ce soir, Arte ose dire contre toute vérité, que Bachar-el-Assad ne pense qu'à "massacrer les civils" ! Ceux qui "égorgent", ce ne sont pas les Syriens fidèles au Pouvoir, mais les Syriens vendus à l'Etranger (Américain, Anglais, Israélien, Français...) et les Libyens du CNT - plus que jamais, et pour autant les Médias pourris comme Arte et France24 font silence sur leurs exactions quotidiennes, comme d'ailleurs en Côte d'Ivoire avec les tenants de l'usurpateur Ouattara, l'homme du FMI installé à la tête du pays via la France de Sarkozy !

Quelle mauvaise foi ! Un ramassis de menteurs ! Ces chaînes sont seulement là pour appuyer les dissidents des Etats souverains, afin qu'ils tombent dans l'escarcelle des multinationales ! Et là, maintenant, elles commencent à évoquer les dissidents russes et cubains, pour contribuer à déstabiliser ces Etats, et pour nous conditionner ! C'est une haute trahison, c'est criminel ! Les journalistes n'informent plus, ils deviennent de vulgaires agents de déstabilisation ! Eva R-sistons, après les Infos d'Arte du 29 janvier 2012 ! 

 

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/screen-investiture-ouattara-france24_0.jpg

 

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/screen-investiture-ouattara-france24_0.jpg

 

 

Arte et France24 sont des instruments de l'Empire,

de simples relais  de l'Oligarchie militaire et financière,

à la solde des intérêts anglo-saxons et israéliens.

ils sont donc les ennemis de nos intérêts

par eva R-sistons

 

 

Il suffit que l'on regarde attentivement les informations de ces Médias pour comprendre qu'ils roulent pour l'Empire. Tout est fait pour discrediter les Etats souverains, indépendants, non-alignés sur les diktats de l'Occident, qu'il s'agisse du Vénézuela ou de Cuba ou encore de la Russie, de la Chine, de l'Iran, de la Syrie, du Liban, de la Biéolorussie, du Zimbawe etc, comme avant eux, l'Irak, la Côte d'Ivoire,  la Libye déstabilisés, bombardés, ruinés, dépecés... 

 

Les Américains sont représentés comme des défenseurs de la démocratie, alors que leur pays plonge peu à peu dans la dictature (interdiction des potagers, citoyens arrêtés et torturés sans procès etc) et qu'ils attaquent des pays souverains en les déstabilisant, en les bombardant, en les ruinant, en les pillant; la Couronne d'Angleterre est dépeinte sous les traits les plus favorables, alors qu'elle orchestre les politiques les plus criminelles dans le monde, comme son homologue américain; Sarkozy est représenté comme super-Sarko ou comme sauveur de la Libye, alors qu'il en est le fossoyeur; l'Etat voyou israélien est présenté comme menacé, alors qu'il met en péril non seulement les Etats alentour mais l'ensemble de l'humanité par ses projets mortifères risquant d'entraîner une conflagration nucléaire; l'Europe n'est jamais  montrée sous son vrai visage, instrument de soumission et de dépossession de ses citoyens au profit des prédateurs du Cartel bancaire;  jamais un débat de fond sur les vrais problèmes n'est organisé, et surtout pas avec des partisans de l'Iran, du Hamas, du Hezbollah, de la Syrie souveraine, de Poutine, etc... Donc tout est truqué.

 

Arte et France24 sont des Chaînes dirigées par de fervents sionistes soutiens d'Israël et plus généralement, par des ultra-libéraux, des mondialistes partisans de la domination des Anglo-Saxons sur le monde, avec tout ce que cela implique : Mort des Etats-Nations, destruction des libertés, privatisation des services publics, dislocations des protections sociales, appauvrissement de tous les peuples, saccage de la nature par le grand Capital, nucléarisation de la planète, guerres impériales monstrueuses ruinant les pays non alignés au Club de Bilderberg, etc etc. Les Russes - menés par Poutine, un authentique patriote aimant son pays - ou les Chinois sont sans cesse discrédités, comme l'Iran millénaire, les résistants palestiniens, le démocrate socialiste Chavez, etc...

 

Pour tout dire, dirigés par des sionistes notoires comme la femme de Kouchner, ces Médias aux ordres nous inondent d'interviews partiaux (comme celui d'Ouattara, l'homme du FMI qui grâce à la France, a supplanté par la force le dirigeant élu Gbagbo, pour offrir le pays à l'Occident, appauvrir les populations, les diviser, et piller les ressources), de fausses informations, de mensonges de propagande, etc. C'est très grave ! Car c'est un détournement de l'information, une confiscation des chaînes publiques au service d'intérêts qui sont opposés à ceux des peuples;  Dit autrement, Arte et France24 sont nos ennemis.

 

Exemple de conditionnement : France 24 va insister sur la mort d'un enfant en Syrie (en réalité tué par des snippers aux ordres des déstabilisateurs de l'Occident), mais jamais sur les innombrables gamins assassinés par l'OTAN en Irak ou en Libye, ou sur les petits Palestiniens qui osent braver les chars à mains nues;  Il va braquer la caméra, comme son compère Arte, sur un Observateur de la Ligue arabe en Syrie critique envers la Mission, et scandaleusement (comme Arte et les autres chaînes de désinformation), il va censurer les résultats du Rapport de ces Observateurs :

 

La présidence de la Ligue Arabe cherche à étouffer le rapport de ses experts

 

Orchestrés par des néo-sionistes au service des intérêts d'Israël (passant par les anglo-saxons), ils poussent à la guerre (c'est criminel), ils poussent au choc de civilisations, ils incitent à la haine raciale - contre les Arabes et contre les Musulmans -, et afin d'arriver à leurs fins (la domination de la coalition des Anglais, des Israéliens et des Européens - vassaux - sur le monde), ils mentent en permanence, ils falsifient l'information comme pour la Syrie, où seuls les anti-Bachar-el-Assad, très peu nombreux et manipulés de l'extérieur, ont droit à la parole, et les séquences sont elles-mêmes sujettes à caution : Comme pour celle, symbolique, de la guerre en Irak, où l'on voyait des habitants déboulonner la statue de Sadam Hussein, en réalité il s'agissait de figurants payés par l'Armée américaine. Et c'est ainsi que des plans sont tournés, aujourd'hui encore, avec des figurants, et même dans les studios du Qatar, pays arabe qui trahit les intérêts de son peuple pour servir ceux des américains ! Et la réalité est complètement falsifiée : Les morts sont en effet plus des soldats fidèles au régime syrien ou des civils (notamment des enfants) tués par des snippers payés par les Services de Renseigements américains ou israéliens, que des civils par l'Armée régulière défendant la Syrie (dégâts collatéraux), ou des "volontaires" de la prétendue Armée libre (armée en réalité financée par l'Occident pour déstabiliser la Syrie, donc au service des projets israéliens de "Grand Israël" concoctés avec les Américains soucieux de piller les ressources des pays qui en ont, et qui refusent de se soumettre, c'est-à-dire de brader leurs richesses au profit des multinationales prédatrices et mortifères comme celles du nucléaire, par exemple, ou de la Chimie, du Pétrole...) !

 

Ainsi, tout est imposture, pas seulement désinformation volontaire, mais mensonges, et pire encore, propagande contre les intérêts des peuples, notamment en poussant constamment à la guerre et aux Révolutions de couleurs privant les Etats de leur souveraineté et les peuples de leurs ressources, puisque celles-ci sont confisquées par les multinationales étrangères !

 

http://plumedebarbare.files.wordpress.com/2011/05/islamophobie-en-france-pourquoi-elle-est-notre-ennemie.jpg

http://plumedebarbare.files.wordpress.com/2011/05/islamophobie-en-france-pourquoi-elle-est-notre-ennemie.jpg

 

En servant des intérêts criminels, le Veau d'or, les guerres de dépopulation ruinant les Etats, en faisant circuler de fausses informations, en falsifiant la vérité, en conditionnant les électeurs comme les citoyens, ils contribuent à faire de nos médias les pires d'Europe, et ce qui est encore plus grave, en diabolisant une catégorie d'individus, en l'occurrence les Arabes ou les Musulmans, ils incitent à la haine raciale et au choc de civilisations !

 

Les Observateurs, sur France24, prétendent laisser la parole aux citoyens, mais en réalité ils se servent de l'émission pour promouvoir les Révolutions orange provoquées par la CIA et les autres Services Secrets.

 

Arte et France24, en manipulant constamment l'information, en conditionnant sans cesse les citoyens, en incitant à accepter les guerres criminelles et même à les soutenir, constituent un vrai danger pour la France et ses habitants. Leurs dirigeants devraient non seulement ne pas détenir la carte de presse, pour des raisons déontologiques, mais ils devraient être traduits devant un Tribunal pour haute trahison et pour incitation au choc de civilisations et aux guerres qui finiront par conduire à l'embrasement planétaire final, nucléaire.

 

Quant à nous, nous avons l'impératif devoir de cesser de regarder ces chaînes infâmes au service des pires prédateurs et criminels de la planète, et nous devons mettre en garde nos concitoyens. Avant qu'il ne soit trop tard !  Si ces Chaînes, comme leurs homologues France2, TF1 etc, continuent à sévir, à prostituer l'information, nous devons être prêts à faire le siège de leurs Rédactions pour imposer, enfin, une information digne de ce nom : Neutre, impartiale, honnête, plurielle. Evidemment !

 

Eva R-sistons, journaliste non alignée sur l'Information officielle, mensongère et même criminelle

 

Ouattara est en France, pour "booster" l'homme qui l'a marié à Neuilly au moment où il ne décolle pas dans les sondages. Les événements de Côte d'Ivoire sont une honteuse tache pour la France. Et pourtant, les médias collabos des Pouvoirs en place, surtout va-t-en guerres, s'évertuent à faire passer les  crimes de notre pays pour des faits d'armes. Et à présenter l'homme du FMI qui par la force, a supplanté l'Elu Gbagbo, comme un dirigeant au service de son pays, alors qu'il est juste là pour offrir les richesses ivoiriennes au Cartel bancaire et aux multinationales. A vomir !

 

 

Désinformpation sur FR2, même style qu'Arte ou France24 !

Comment une télé sioniste manipule l'opinion...

 

n

 

arte

 

http://laregledujeu.org/2010/10/07/3020/arte-cest-leurope/

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Presse courtisane
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 11:07

 

http://www.01net.com/genere/article/fichiersAttaches/1327304107-anonymous_propaganda_by_raithesheep-417x540.jpg

http://www.01net.com/genere/article/fichiersAttaches/1327304107-anonymous_propaganda_by_raithesheep-

 

.

 

Qui sont les Anonymous ?

 

Voyez ce que j'ai publié sur sos-crise :

 

Mardi 24 janvier 2012

 

Mais voyez aussi ceci :

2441482349_889f5174ee.jpgIl est évident que les Anonymous, comme Wikileaks, sont une création des services secrets leur permettant de restreindre et de circonscrire les dissidents, de manipuler et de leurrer l'opinion en introduisant du faux dans du vrai. Un Ben Laden, une nébuleuse de l'Internet en quelque sorte. D'ailleurs leur soi-disant combat mondial contre la scientologie offre plutôt une énorme publicité à l'Église et non l'inverse. 

Comment se fait-il, d'après vous, qu'Anonymous soit reçu sur tous les plateaux Télé occidentaux, CNN, Canal + et les autres et que tous les médias en parlent, alors qu'ils appellent à la désobéissance civile( ce n'est pas rien) et qu'ils pirateraient des sites sensibles ? Par ce que 100% des chaînes sont 100% sionistes.

Ils se disent défendre la liberté d'expression sous anonymat. C'est un étrange concept prônant la lâcheté et qui ne sert à rien avec les énormes moyens qui existent aujourd'hui pour démasquer quiconque. Les Indignés, les vrais, ceux dont l'action est censurée ici en masse et minimisée par les médias, ceux qui échappent au contrôle et qui ne sont pas des créatures fabriquées n'ont pas de masques et affrontent courageusement la violence policière quand celle-ci ne tire pas à balles réelles. Bien au contraire ce mouvement veut être le plus visible possible. Ils disent également combattre les dictatures à tous les niveaux et, comme par hasard, ils ont été très actifs contre l'Iran et la Tunisie. Cherchez l'erreur ? Ils se revendiquent également comme l'un des principaux successeurs de Wikileaks et de Guy Fawkes un bon chrétien, comme par hasard, pour mieux noyer le poisson. 

Ils ne sont qu'un leurre pour démasquer de vrais cybers et de vrais révolutionnaires en herbe ou affranchis. En créant son propre ennemi qui domine l'information par ses actions extravagantes cela dissuade les vrais opposants de monter une telle structure et de telles opérations en permettant de faire de vrais faux piratages pour donner du crédit au mouvement. D'ailleurs  Megaupload était comme par hasard un des rares sites à n'être tenu par aucune personne de culture ou de religion juive.

Posez-vous la question de savoir pourquoi ce groupe de hackers qui aurait soi-disant  piraté le ministère de la Défense, le FBIl'Elysée, Visa, MasterCard etc, est toujours actif quand tout le monde est aujourd'hui identifiable. Demandez-vous pourquoi ils ont une telle scène médiatique à leur disposition quand pour bien moins que cela Dieudonné ou d'autres en sont exclus et sont diabolisés à l'extrême ? (..)

 

 

 Dossier : ARNAQUE WIKILEAKS ANONYMOUS

 

 

Commentaires :

 

Tout ceci se tient à mes yeux, il est donc de bon ton de se méfier d'Anonymous à l'avenir et de se concentrer sur les buts premier du Peuple, à savoir sa prise de Pouvoir, totale et définitive. Je vais m'informer au sujet des agissements d'Anonymous contre l'Iran, quoiqu'il en soit, quelles que soient la teneur de leurs attaques envers ce pays, elles témoignent nettement de leurs véritables ambitions. Amicalement

 

 

Que voulez-vous dire par "elles témoignent nettement de leurs véritables ambitions" dans quel sens l'employez-vous ?

 

 

Au risque de répetter:

 

1) Anonymous n'attaquera JAMAIS facebook, twitter, youtube ou tout autre site de diffusion d'information. Celà vaut aussi pour les sites de médias, tout anonymous attaquant un site de média "au nom d'anonymous" n'est qu'un petit hackeur égocentrique.

 

2) Guy Fawkes n'était pas seulement un chrétien, je te suggère d'aller lire sa bio complète avant de citer son nom, ce qui t'évitera de balancer des absurdités sur un blog public.

 

3) Anonymous est une idée. Les Anonymous ne sont que les incernations vivantes de cette idée. Il n'y a pas de chef ou d'organisation hiérarchique. Tout le monde peut être Anonymous. Ce n'est pas parce que dans nos sociétés actuelles 90% des gens sont habitués à connaitre une architécture de pouvoir qu'il en va de même pour Anonymous. Anonymous est tout, anonymous n'est rien, anonymous EST, tout simplement.

 

4) Si tu suivais un peu l'actualité, tu verras que la nécessité d'agir masqué est de plus en plus grande (lois ACTA/SOPA/PIPA/HADOPI, basculement de la Hongrie vers une dictature autoritaire, loi pénalisant la divulguation d'informations dites "sensibles" ect). Aujourd'hui, c'est soit on reste un gentil mouton dans le troupeau présidentiel, ou on se prends des coups de tatane jusqu'à ce que mort s'ensuive.

 

 

Bref, avant de poster un article ou tu fais en sortes de paraitre intelligent, renseigné et cultivé, merci de lire un peu les blogs Anons, leurs actions et j'en passe.

 

Nous sommes Anonymous.

Nous ne pardonnons pas.

Nous n'oublions pas.

Attendez-vous à nous.

 

 

Vindicatif, agressif et menaçant ! Et bien je ne vois ni de l'intelligence, ni le sens de la mesure ni de la tolérance et encore moins de discernement dans vos propos. Mais le plus amusant et que vous exprimez exactement le contraire de la soi-disant liberté d'expression,  de pensée et de parole que vous dites défendre et que vous prônez partout. Ce qui veut tout dire.

Le monde ne changera pas grâce à des hommes masqués qui sont agressifs en plus envers le Peuple ou avec les internautes; mais je reconnais bien là certaines façons de faire. C’est à nous de changer, de cesser de croire et de modifier nos pensées et nos comportements. C'est le seul moyen de faire imploser tout seul un système pervers et nuisible et non avec des acteurs nébuleux qui, de plus, ne seraient même pas une entité cohérente, donc instable et manquant de sérieux.

C’est vrai que vos IP changent et le pays aussi mais vous avez toujours 0 en dictée

Ah ! si avant d'aboyer vous aviez visité les catégories et les sujets traités sur mon blog vous vous seriez rendu compte que je m'intéresse à plus de domaines d'actualité que vous. NA !

 

 

vous vous rendez même pas conte des bétise que vous écrivez....

anonymous est devenu un concept, anonymous est un concept... il n'y a jamais eux un groupe anonymous et il n'y en aura jamais....

Si des hacker/cracker/agent travaillant pour une organisation lembda, ils ne sont pas anonymous,

ce n'est pas parcque des gusgus se font passé pour tel qu'il le sont réellement, aucun anonymous ne passe a la tv, ce sont juste des démago et autre...

 

ne faite pas un amalgame et évité les propos racistes, vous ne faites que rentré dans le jeux de ceux qui veulent déstabilisé le mouvement.

 

anonymous est libre de pensé, anonymous n'oublie pas, anonymous vaincra

 

 

Et bien j'espère que vous n'aurez pas à écrire de tracts appelant à la désobéissance civile car avec un 0 en dictée vous ferez rigoler tout le monde. Idem si vous postez des commentaires sur la toile. Quant à votre passage en 5éme il faudra réviser le français sinon c'est le redoublement. A moins que ces énormes fôtes ne soient là que pour masquer votre maturité. Il est singulier aussi que vous n'osiez pas écrire le mot juif et que vous disiez gugusse.

Autrement je suis d'accord avec vous, Anonymous est un concept, comme la nébuleuse Al Qaïda créée par le Pentagone/CIA. Sans entité distincte, qui agit de la même façon et à qui on peut faire dire n‘importe quoi et faire agir à n‘importe quel endroit. Sinon il n'est pas utile d'adhérer à ce concept pour être libre de penser, ni pour ne pas oublier, ni pour vaincre. La liberté de penser est propre à chacun, et dès qu'elle se fond dans celle des autres elle devient impropre et s'insère dans une pensée unique qui perd sa substance première. Et faire des membres d'une structure qui n'existe pas est le comble de la manipulation réussie. Bon courage quand même !

Au fait qui agit toujours à visage masqué ?

 

 

 

Je ne saisis pas la trame de votre raisonnement.

Vous expliquez qu'en fait, les Anonymous seraient une création du pouvoir oppresseur, notre ennemi, et qu'ils seraient là pour les intérêts de ce dernier. Je rappelle que les Anonymous sont vous, moi, votre voisin, quiconque désire en faire partie à partir du moment où il le décidera, donc comment serait-il possible de manipuler un telle masse, qui plus est si éphémère et impalpable ? Ensuite, vous taxez leur obsession à rester anonymes comme étant une preuve de lâcheté : oseriez-vous agir à visage découvert, face caméra, dictant votre message au monde en sâchant que l'on aura une belle photo de votre visage ? Vous dites que sur le net, tout le monde est identifiable ?!! Vous n'avez pas idée de ce dont sont capables les hackers, car vous n'affirmeriez pas cela si vous le saviez, pour eux, rester insaisissable est une véritable partie de plaisir, cela ne leur demande même aucun effort, je peux vous le garantir.

Vous enchainez en écrivant que l'on veut les faire passer pour des "ados taquins", mais qu'en voyant leur stature à la télévision ou sur les clichés, on se rend compte qu'ils n'ont rien de jeunes ados boutonneux... je ne comprends pas là encore comment vous appréhendez Anonymous, mais je vais me répéter : tout le monde peut en être, donc comment pourrions-nous les classifier en fonction de leur apparence physique ? Comment pouvons-nous affirmer que les personnages que l'on voit parler à l'écran ne sont pas de simples porte-paroles (il en faut bien un ou deux pour communiquer) et non pas des gourous ou autres maîtres à penser ? Nous n'avons aucune preuve nous permettant d'affirmer quoi que ce soit à ce sujet non plus. A partir du moment ou une personne décide de porter ce masque, elle est un/une Anonymous, quel que soit son âge, sa taille, sa couleur... et sa stature.

Puis cette vidéo sur YouTube ??!! Comment pouvez-vous croire que les deux personnes qui s'affichent à visages découverts (!!) devant la caméra puissent être de véritables dissidents ? Pour moi, les imposteurs ce sont eux ! Le ridicule est à son comble quand ils arrivent, le masque à la main ! Je l'avoue : j'ai trouvé ça drôle et assez pitoyable de leur part. Je n'y crois pas une seconde.

Pour finir, je voudrais avoir plus d'informations au sujet de leurs actions contre l'Iran car là, j'ai été plus qu'étonné. S'ils ont vraiment agis contre ce pays, je commencerai à me poser des questions quand à leur véritable motivation.

Merci

 

   

Oui les anonymous se composent de tous ceux qui croient en sa pertinence et à sa vocation, c’est le but de draguer large pour circonscrire au mieux les opposants et les ficher ; c‘est classique. Pour manipuler les masses, comme avec le faux printemps arabe dirigé par les services secrets étrangers et de faux blogueurs, quoi de mieux qu’Internet ? C’est l’outil idéal et la bonne foi crédule fait le reste.

Pour la lâcheté je réitère, car les Indignés ( la vraie révolution qui leur échappe) eux sont à visages découverts et cela malgré la forte répression et les blessures occasionnées par les services d’ordre quand ils ne tirent pas à balles réelles en faisant des morts. Oui ça c’est du courage et de vrais contestataires exhortant au renversement du système. Pas besoin de masque pour dire que nous ne sommes pas d’accord. Vous avez déjà vu un mouvement révolutionnaire agir masqué ? Jamais.

Et pourquoi lors des arrestations seuls de jeunes lambdas d’Anonymous sont-ils interpellés d’après vous ? Quand à la vidéo je précise dans l’article que leur créature leur échappe et qu’il devient nécessaire de stopper les effets néfastes qui se retournent contre eux en mettant en scène des juifs sionistes. Ce qui discrédite le mouvement. Sans doute comme Wikileaks va-t-il disparaître en étant démasqué.

En ce qui concerne l’Iran taper Anonymous Iran et vous aurez tous les articles et leurs actions contre ce pays

 

 

http://www.questmachine.org/article/Anonymous_:_Hackers_r%C3%A9volutionnaires

 

 

Les Anonymous sont-ils sincères ?

Opinion d'eva R-sistons

 

Je m'interroge de plus en plus, moi aussi. Les Anonymous sont-ils sincères ? En effet, comme pour Avaaz, ou pour les faux médias de gauche style NouvelObs, Libé etc, il y a de quoi se poser des questions !

 

D'abord aimant par-dessus tout la clarté, je me méfie de ce qui avance masqué.

 

Ensuite, j'ai déjà écrit sur Avaaz et sur les faux médias de gauche, qui pour mieux nous berner cèdent sur l'accessoire (un peu de social, défendre les populations les plus faibles, les Roms, etc...) mais se coulent dans le moule de la Pensée Unique pour l'essentiel : La mondialisation ultra-libérale qu'ils défendent, les guerres impériales, néo-coloniales sous des prétextes fallacieux,  comme celles contre la Yougoslavie (dislocation de la Fédération alliée à la Russie, principale base US installée au Kosovo Etat voyou), l'Irak, la Libye, la Côte d'Ivoire, bientôt la Syrie, l'Algérie ou l'Iran... Pour rappel, le Nouvel Obs s'oppose à la démondialisation, il défend les Anglo-Saxons et leurs guerres de prédation en Libye ou en Syrie...  Quant à Avaaz, il appelle à s'opposer à certaines lois liberticides, mais pour mieux nous entraîner à dénoncer le pouvoir de Kadhafi ou de Bachar-el-Assad, ou à défendre le Tibet du Dalaï-Lama  au service de la CIA et des intérêts américains opposés à ceux de la Chine. 

 

Quant à Anonymous, on voit en effet de quel côté il penche vraiment : Contre les Etats souverains iranien ou syrien - même s'ils dénoncent le Bahrein qui réprime les manifestations, pour faire bonne mesure ? - donc contre les Etats non-alignés au Nouvel Ordre Mondial anglo-saxon, israélien et européen (car l'Europe a complètement fait allégeance aux Américains et à l'OTAN, pour son malheur : La fin de son modèle social, par exemple, et les guerres néo-coloniales ou bientôt la guerre mondiale contre l'Asie - contre la Chine, la Russie, l'Inde...).

 

Par ailleurs, sachant que les très discrets mais très redoutables néo-sionistes - ces Juifs laïcs adorateurs du Veau d'or ou les Talmudistes racistes et qui portent tort aux croyants juifs sincères, fidèles à la Thora, en alimentant l'antisémitisme par leurs choix - infiltrent tous les centres névralgiques, tous les centres de pouvoir ou d'influence (politique, médias, cinéma à Hollywood, télévision, Instituts de sondages, livres d'Histoire..), il y a fort à parier qu'ils ont "squatté" voir créé cette nouvelle créature masquée, dans laquelle vont s'investir des militants idéalistes. Masqués ? Tiens donc ! Ils seront vite repérés... par ceux qu'ils dénoncent de bonne foi. 

 

Et  les néo-sionistes sont sans doute à l'oeuvre là comme ailleurs : Dès que quelque chose est créé, c'est toujours par leurs adeptes, même le seul journal des internautes engagés, qui comme par hasard ne parlait jamais des sites comme les miens trop engagés dans le sens de la vérité, donc pour démasquer les mensonges - cherchez l'erreur !

 

Israël, créé de manière ambigüe et judicieusement concocté aux USA pour servir leurs intérêts  (eh oui, Hitler serait une création américaine notamment de la famille Bush, au mépris des vies juives innocentes), est un Etat illégitime, voyou, qui piétine toutes les lois internationales, qui se moque du Droit afin de réaliser ses plans hégémoniques et de prédation des ressources vitales comme l'eau, le gaz (au large de Gaza, tiens donc !), le pétrole etc.

 

Ce minuscule Etat est grand par l'influence, et il est, par les Etats-Unis interposés, le maître de l'ONU, par exemple : Ainsi, le droit de véto que détiennent les USA est au service des intérêts israéliens, Etat pourtant voyou et criminel ne cherchant qu'à imposer ses vues néo-coloniales. C'est donc Israël, en définitive, qui détermine la marche du monde, ce qui est proprement, ou salement, scandaleux.

 

Donc, Israël, via le CRIF, occupe la France, Etat qui n'est plus libre de choisir ses politiques et la paix (il est entraîné dans les guerres usraéliennes pour le profit des pays anglo-saxons et israélien). Et il influence toutes les politiques, via ses agents élus (Sarkozy, Copé, DSK, Hollande, Valls, Delanoë etc) ou dans l'ombre, Attali par exemple (pour Mitterrand) ou machiavéliques comme BHL le faux philosophe qui s'ingère à Droite (Sarkozy) comme à Gauche (conseiller de S. Royal en matière de politique étrangère, d'où les tirades enflammées de celle-ci, candidate, contre l'Iran).

 

La vérité n'est pas toujours bonne à dire ! Et elle na rien à voir avec l'antisémitisme. Une souverainiste de gauche comme je le suis doit défendre l'indépendance de la France et la justice;  Tant pis si cela déplaît aux communautaristes qui nous conditionnent et nous manipulent en permanence pour profiter de nous, pour nous asservir et nous racketter, via le Cartel bancaire !

 

Et Israël, toujours à l'affût de moyens pour mieux arriver à ses fins de domination et de contrôle, crée les instruments de son influence, les réseaux sociaux par exemple, ou... pourquoi pas, Avaaz, Anonymous ? En tous cas, nous sommes tous floués en lisant la fausse presse "libre", annoncée progressiste, comme le Nouvelobs, Libération, le Courrier International ou Marianne, tous sans hasard, dirigés... par les mêmes, fervents sionistes, supporters d'Israël et même du grand Israël, très grand Israël au point d'être... volontiers planétaire, avec les Talmudistes épris d'influence et n'ayant que mépris raciste pour tout ce qui n'est pas leur Communauté !

 

Alors, Anonymous instrument pour identifier les militants épris de justice, et pour en définitive faire avancer les plans très néo-sionistes ? Dieu (ou Yahvé) seul le sait, mais lui s'Il n'avance pas masqué, Il est trop Haut pour nous le dire...

 

Eva R-sistons

 

Le groupe Anonymous a choisi la fête du travail pour s'attaquer à des sites du gouvernement iranien.

Anonymous-op-iranLes cibles d'Anonymous sont très larges. Ces hacktivistes sont " légion, ne pardonnent pas et n'oublient pas ". Dans leur arsenal d'armes, l'attaque par déni de service distribué a la cote. Une telle attaque nécessite la collaboration de plusieurs volontaires afin de constituer un botnet via le logiciel LOIC et s'en prendre aux devantures Web de certaines sociétés quand il s'agit par exemple de venger WikiLeaks, punir Sony, mais aussi s'en prendre à un gouvernement.

Cela semble plus rare, mais ReadWriteWeb nous rappelle qu'Anonymous a déjà frappé le Zimbabwe, la Tunisie, l'Égypte, le Yémen et le Bahreïn afin de stigmatiser dans ces pays les entraves à la liberté d'expression. La dernière cible en date est l'Iran.

Le jour de la fête du travail, une opération Iran a ainsi eu lieu, menée en soutien avec le peuple iranien. " Partout dans le monde, les travailleurs prennent leur destin en main. [...] Peuple d'Iran vos droits vous appartiennent. Vous avez le droit à la liberté d'expression, la liberté de la presse, la liberté de vous rassembler et d'être en sécurité ".

D'après Secure Computing, plus d'une douzaine de sites des autorités iraniennes ont ainsi été attaqués dimanche, et certains sont encore inaccessibles. Aux yeux d'Anonymous, ces sites dont ceux de plusieurs ministères sont responsables de " l'oppression de la liberté d'expression, de l'information et des idées ".

 

http://www.generation-nt.com/iran-ddos-anonymous-attaque-actualite-1197981.html

 

 

Message d'Anonymous aux Médias

 

Le fait qu'il soit dit que les Anonymous ne s'attaquent pas aux Médias

qui constituent pour eux la base de la démocratie et de la liberté

(alors qu'occupés par les néo-sionistes,

ils ne font que mentir, désinformer, et de la propagande),

semble prouver qu'ils ne sont pas sincères !

Eva R-sistons

 

 

 

 

 

Sur les réseaux sociaux, sur Internet, sur la télévision... lire aussi :

 

 

Facebook : Israël, Illuminati : La mission de Mark Zuckerberg

4616277382_9fba20a8dc.jpg

 

 

 

Êtes-vous heureux d'être manipulé et d'être pris pour un imbécile ?

2805907264_bbeb16038e.jpg

 

 

La face cachée de la perverse Fondation Bill Gates et de son capital de 67 milliards de $

Les faux humanistes et philanthrophes

1568730_7b5d091bf0.jpg

Une puce secrète sur votre carte d'identité

 

 

.

Alerte, Avaaz est en fait un instrument de la CIA, au service de l'Empire

.

 

Quand les Réseaux sociaux abusent de notre confiance

.
.
Repost 0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 00:46

 

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Désinformation
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 00:14

 

La liste cachée de Sarkozy

Che4ever - 24 janvier 2012 -

Ensemble, tout est possible. La République irréprochable et quelques uns de ses acteurs : 

 

Alain Agostini (UMP) 2008, condamné pour proxénétisme aggravé en bande organisée. 
Alain Carignon (UMP) 1999, condamné pour corruption, abus de biens sociaux et subornation de témoins. 
Alain Ferrand (UMP) 2006, condamné pour faux et usage de faux. 1998, condamné pour prises illégales d’intérêts et condamné pour fraude fiscale. 
Alain Juppé (UMP) 2007, condamné pour abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt. 
Alain Tuduri (UMP) 2009-2010, condamné pour discrimination raciale, pour avoir préempté les biens immobiliers que voulait acheter des personnes d’origines étrangères dans sa commune. 
Axel Poniatowski (UMP) 2010, condamné pour diffamation. 
Brice Hortefeux (UMP) 2010, condamné pour atteinte à la présomption d’innocence. Il a également été condamné pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine. Le Parquet Général a requis sa relaxe, la décision a été mise en délibéré au 15 septembre. 
Brigitte Barèges (UMP) 2011, condamnée pour refus de mariage. 
Bruno Sandras (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts. 
Charles Fabre (UMP) 2010, mis en examen pour favoritisme.
Charles Pasqua (UMP) 2009 à 2010, condamné pour trafic d’influence, pour favoritisme, pour faux, financement illégal de campagne et abus de confiance. Il est cité dans l’affaire de recel d’abus de biens sociaux pour l’association France Afrique Orient. Il également mentionné dans l’affaire du financement occulte du ministère de l’Intérieur et de l’Union des groupements d’achats publics.
Christian Vanneste (UMP) 2006 et 2007, condamné pour propos homophobes, condamnation confirmée par la Cour d’Appel puis annulée par la Cour de Cassation. Il avait déclaré l’homosexualité inférieure à l’hétérosexualité et que l’homosexualité était une menace pour l’humanité.
Claude Polony (UMP) 2001-2009, reconnu coupable de prise illégale d’intérêt, favoritisme et détournements de fonds.
Daniel Simonpieri (FN puis UMP), condamné pour favoritisme, fausses factures et emploi fictif. Il avait déjà été condamné pour harcèlement moral.
Damien Meslot (UMP) 2010, condamné pour outrage à magistrat, mis en examen pour atteinte ou tentative d´atteinte à la sincérité d´un scrutin.
Denis Gautier-Sauvagnac (UMP) 2008, mis en examen pour blanchiment d’argent.
Denis Jacquat (UMP) 2011, condamné pour abus de confiance et infraction à la législation sur le financement des campagnes électorales.
Didier Schuller (RPR-UMP) 1994, il s’enfuit aux Bahamas après la révélation d’une tentative de déstabilisation du juge Éric Halphen puis il continue sa cavale en Dominique Républicaine où il bénéficie d’une protection diplomatique, avant de revenir en France.
2005, condamné pour financement illégal de sa campagne.
2007, condamné pour avoir fait financer de façon occulte des activités politiques.
Dominique Paillé (UMP) 2004, condamné pour abus de confiance.
Frédéric Chazal (UMP) 2010, condamné pour diffamation.
Gaston Flosse (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.
Georges Tron (UMP) 2011, mis en examen pour harcèlement sexuel, agression sexuelle et viol.
Gérard Dezempte (UMP) 2006, condamné pour discrimination.
Gérard Larrat (UMP) 2011, condamné pour constitution de partie civile abusive ou dilatoire dans le but de nuire à son adversaire socialiste.
2011, mis en examen pour complicité d’atteinte à la sincérité du scrutin, complicité de faux administratif et usage et complicité de manœuvre frauduleuse tendant à l’exercice irrégulier du vote par procuration, son élection a été annulée.
Gilles Forray (UMP) 2006, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.
Guy Drut (UMP) 2005, condamné pour avoir bénéficié d’un emploi fictif.
Guy Wildenstein (UMP) 2011, mis en examen pour recel d’abus de confiance.
Henry Chabert (UMP) 2002, condamné pour recel d’abus de biens sociaux.
Jacques Blanc (UMP) 2009, mis en examen pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêt.
Jacques Masdeu-Arus (UMP) 2006 à 2009, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.
Jacques Myard (UMP) 2009, condamné pour diffamation.
Jean Reynaud (UMP) 2004, condamné pour prise illégale d’intérêt. 2006, condamné pour harcèlement moral et dégradation des conditions de travail.
Jean Tiberi (UMP) 2009, condamné pour occupation illégale des locaux de sa permanence et fraude aux électeurs.
Jean-Louis Garnier (UMP) 2011, condamné pour coups et blessures.
Jean-Louis Masson (UMP) 1997, condamné pour avoir financé la campagne d’un concurrent afin d’affaiblir sa rivale à droite.
Jean-Paul Alduy (UMP) 2008, son élection est annulée pour fraude.
Jean-Paul Fournier (UMP) 2009 à 2010, condamné pour prise illégale d’intérêt.
Joëlle Ceccaldi-Raynaud condamnée (UMP) 2006, condamnée pour diffamation et complicité de diffamation.
Joëlle Ferrand (UMP) 2010, condamnée pour prise illégale d’intérêt et malversations.
Laurence Spicher-Bernier (UMP) 2010 à 2011, condamnée pour exercice illégal de la profession d’avocat et escroquerie.
Lionel Cressiot (UMP) 2011, mis en examen pour injures et diffamation.
Lucette Michaux-Chevry (UMP) 2002, condamnée pour favoritisme dans l’attribution de marchés publics.
Manuel Aeschlimann (UMP) 2009, condamné pour favoritisme dans l’attribution d’un marché public.
Marie-Jeanne Bozzi (UMP) 2002, condamnée pour proxénétisme aggravé, association de malfaiteurs et dissimulation de travail clandestin.
2007, condamnée pour soustraction au paiement de l’impôt, omission de déclaration et fraude fiscale.
2009, mise en examen pour association de malfaiteurs en vue de la commission d’un homicide en bande organisée.
Maurice Gutman (UMP) 2010, condamné pour proposition sexuelle à une mineure de 12 ans.
Michel Buillard (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.
Michel Habig (UMP) 2006, condamné pour avoir fait incendier 14 caravanes appartenant à des Roms installées sur un terrain municipal.
Nicolas Bazire (UMP) 2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.
Olivier Deleu (UMP) 2011, mis en examen pour injures et diffamation.
Olivier Rey (UMP) 2008, condamné pour violences, menaces et dégradation grave du bien d’autrui à raison de la religion.
Pascal Buchet (UMP) 2007-2011, condamné pour harcèlement moral ayant mené au suicide.
Patrick Balkany (UMP) 2003, condamné pour injure publique et pour diffamation. 1999, condamné pour avoir rémunéré aux frais du contribuable trois personnes désignées comme des employés municipaux mais qui ne s’occupaient que de son appartement de Levallois-Perret et de sa résidence secondaire près de Giverny.
Philippe Brun (UMP) 2011, condamné pour fraudes et multiples abus de biens sociaux.
Pierre Bédier (UMP) 2009, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.
Philippe Pemezec (UMP) 2010, condamné pour injures. 2007, condamné pour irrégularités lors de sa campagne, son élection sera annulée.
Renaud Donnedieu de Vabres (UMP) 2004, condamné pour blanchiment d’argent.
2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.
René Vestri (UMP) 2009, condamné pour travail dissimulé.
2010, mis en examen pour blanchiment à titre habituel et en bande organisée, trafic d’influence et association de malfaiteurs.
Richard Cazenave (UMP) 1999, condamné pour abus de biens sociaux.
2004, condamné pour recel et complicité d’abus de biens sociaux.
Serge Dassault (UMP) 1998, condamné pour corruption. 2010, condamné pour procédure abusive.
2009, condamné pour avoir acheté des voix lors des municipales.
Thérèse Aillaud (UMP) 2002, condamnée pour détournement de fonds publics.
Thierry Gaubert (proche de l’UMP, collaborateur de Sarközy) 2008, mis en examen pour abus de biens sociaux et escroquerie.
2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.
Thierry Leprince (UMP) 2007, condamné pour viol sur une mineure de 12 ans.
Vincent Toni (UMP) 2008 et 2011, condamné pour corruption passive.
Xavier Dugoin (UMP) 1997, condamné pour trafic d’alcool, salaires fictifs et corruption.
1999 à 2000, condamné pour abus de confiance, détournement de fonds publics, falsification de documents administratifs et prise illégale d’intérêt.
2001, mis en examen dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs du conseil général de l’Essonne, cette procédure sera annulée pour vice de forme.

2010, un cadre de l’UMP dont le nom n’a pas été diffusé a été mis en examen pour vol de carte bancaire d’un ancien dirigeant et pour le piratage, lors de la guerre interne à l’UMP 31, de l’ordinateur de l’ex-présidente Christine de Veyrac.
Les policiers ont retrouvé des objets acquis frauduleusement au domicile du jeune homme.

L’UMP condamnée pour atteinte au droit à l’image avec son LipDub en diffusant pour le clore la photo d’une jeune femme n’y ayant pas consenti.

L’UMP, à l’origine de la loi Hadopi, condamnée pour piratage d’une musique de MGMT utilisée lors de leurs meetings et pour illustrer plusieurs vidéos diffusées sur Youtube.

 

http://resistanceinventerre.wordpress.com/2012/01/25/la-liste-cachee-de-sarkozy/

 

 

 

Les infos que vous ne trouverez pas

dans la Presse officielle aux ordres :

 

 

Pouvoirs de l'ombre, chute de Berlusconi et de la Libye, ascension de Monti

 

Les pressions occidentales sur l'Iran se répercutent dans le Caucase

 

Libye, le chaos. Les troupes US et françaises quittent l'Afghanistan pour la Libye

 

L’histoire du Cartel pharmaceutique, ses origines

 

Qui veut la peau du non-alignement algérien ? Ingérence étrangère là aussi

 

Science et Recherche détournées à des fins diaboliques par l'Occident (eva)

 

Les Labos profitent des pays émergents pour effectuer leurs essais cliniques

 

Une nouvelle opposition "Made in Russia" - Ingérence de l'Occident

 

L’Apocalypse financière qui vient. Euro presque mort. Bataille navale, jeu de Go

 

Europol : La vente des pesticides contrefaits explose !

 

Le Brésil démontre à nouveau les bienfaits du protectionnisme

 

Soros : "Chaos économique, émeutes en Europe et guerre civile aux USA"

 

L’incroyable Pétrole Bleu qui pourrait changer le cours de l’histoire

 

Menace sur nos neurones: Alzheimer, Parkinson.. Ceux qui en profitent (vidéo)

 

Nigeria: L’intervention étrangère et la prolifération d’armes derrière les massacres

 

Mise à mort de la Grèce - L'Allemagne cherche des alternatives à l'euro

 

Toutes nos activités peuvent être espionnée par l'Elysée. Espions partout

 

Ce qu'il faut savoir sur la dette

 

Toutes les tragédies frappant l'humanité portent le sceau sournois de la Haute Finance

 

On nous cache le basculement linguistique, Anglais pour l'UE - Référendum

 

Al-Qaïda en Syrie: Les ambitions "impériales" de l'émirat du Qatar

 

Alerte ! Loi anti-pauvres votée en catimini, pour précariser encore plus !

 

L'OTAN a détruit l'Irak berceau de l'humanité, froid sibérien, vie paralysée

 

Une économie au service des banques et qui asservit les peuples

 

Ils ont été à Bilderberg : Manuel Valls, Lionel Jospin, Bill Clinton... (+ vidéo)

 

Le cas d'Alan Gross organisant l'opposition interne à Cuba et les "5 Cubains"

 

Loi adoptée en catimini : Les “affaires” au secret !

 

L'offensive des pro-Kadhafi en Libye - Silence Médias (Texte + vidéos)

 

Primaires US : Ron Paul est différent des autres candidats (vidéo)

 

Se chauffer pour 20 euros par an sera bientôt possible (Fusion froide)

 

Le mécanisme de la crise économique capitaliste - Subversion et guerres locales

 

Sarkoléon lance la campagne d’Iran prétexte à l'éclatement de la guerre mondiale

 

Stratégie anglo-saxonne du chaos pour Pétrole et Finance, privatisation de la terreur

 

Les néo-libéraux sont en train de ruiner l'Ecole publique

 

Recherche (privée). Mainmise sur l'être humain, fusion homme-machines

 

Le machiavélisme d'Israël qui divise pour régner - Le Plan Kivounim

Détournement de la science par le NOM à des fins économico-eugénistes


Voir aussi :

 

Et silence des Médias sur l'Islande modèle de société !

 

Islande, un modèle : Refus de payer la dette, nationalisations banques, Constituante, croissance..

 

.

 

.

 

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 00:06

http://www.dissident-media.org/infonucleaire/le_monde_13_mai.jpg

 

http://www.dissident-media.org/infonucleaire/le_monde_13_mai.jpg

 

Chère Eva,
 
Je vous envoie un modèle de courrier de réabonnement
aux journaux qui nous (des)informent si bien !
 
 
 
Bonsoir,

Je viens une nouvelle fois de recevoir une offre "alléchante"d'abonnement,
malheureusement tant que vos pseudos journalistes donneront une continuelle désinformation imposée par leurs Maîtres de la haute finance internationale, je me contenterai d'aller sur les sites d'infos alternatives où je serai sùr d'avoir une information impartiale !

Je me désespère du monde Orwellien dans lequel nous sommes entrés où le mensonge d'état est érigé en vérité absolue ...

Et pour illustrer mes propos je vous renverrai à cette déclaration !

La presse libre déclare John Swaiton, éditeur du New York Times, lors de son discours d'adieu, n'existe pas. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes les pantins qui sautent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous sommes les laquais des puissances financières derrière nous. Nous ne sommes rien d'autre que des intellectuels prostitués. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l'opinion au service des Puissances de l Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses ».

Ne vous étonnez pas de la désaffection de votre lectorat, vous êtes les premiers responsables de votre perte par votre lâcheté !

Patrice Sanchez 

http://a6.idata.over-blog.com/439x500/4/35/68/95/Quand-Le-Figaro-pratique-la-desinformation-.jpg
http://a6.idata.over-blog.com/439x500/4/35/68/95/Quand-Le-Figaro-pratique-la-desinformation-.jpg
Repost 0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 23:40

Ce lundi au Sénat la boîte de Pandore des crimes non-niables


michel lhomme
Mercredi 25 Janvier 2012


INQUISITION ET AUTOCENSURE MÉDIATIQUE
Chesterton disait que le sens commun ne consistait pas à répéter ce que tout le monde piaille, de ci de là, sans ton ni accent, dans l’ignorance béate de ce qui nous entoure. Mais qu’il consistait à retrouver ce que tous savent (ou ce que tous, nous savons entre nous), mais que personne ne se risque à déclarer, la plupart du temps, par autocensure individuelle et auto-répression personnelle.

Le problème du manque de liberté d’expression, dans la société moderne, ne se trouve pas dans la censure qui, pratiquement, n’existe plus; on peut blasphémer sans scrupules sur la Sainte Famille ! Le problème réside dans une mise sous le boisseau volontaire, une intériorisation de l’inquisition médiatique. Or, dans ce tribunal, ce dont on ne parle pas, n’existe tout simplement pas.

Le plus grand succès de l’inquisition médiatique, de la "nouvelle inquisition", demeure l’intériorisation de Torquemada chez tous les journalistes. Il y a bien, officiellement, la liberté d’expression, mais personne n’en use vraiment, ou si peu et, disons-le brutalement, par autocastration.

La liberté d'expression soumise à une loi anticonstitutionnelle

Cependant, en France, il nous faut rappeler une situation d’exception. Depuis la loi Gayssot, l’expression, comme telle, est verrouillée. Cette loi considère comme un délit la négation de la Shoah ou, plus exactement, qualifie de délit toute contestation des crimes définis par le tribunal international de Nuremberg. La loi Gayssot a, ainsi, créé abusivement une « vérité » obligatoire en matière de recherches historiques. Une loi anti constitutionnelle est légale

Mais, les politiques français sont pris à leur propre piège. En dénonçant l’inopportunité de la loi sur la négation du génocide arménien, Dominique de Villepin a qualifié d’« erreur » le fait de légiférer sur la mémoire. Pourtant, alors qu’il est en campagne électorale, il s’est bien gardé, hypocritement, de dénoncer la loi Gayssot proprement dite. Pire, comptant sans doute sur quelques voix de la communauté juive pour augmenter un score qui, de toutes façons, ne sera guère brillant, il a tenu à défendre le principe même de la loi, en soulignant qu’elle avait cherché, selon lui, à « agir sur le terrain de l’antisémitisme et du racisme à un moment où il y avait le risque d’une montée de l’antisémitisme et du racisme en France ».

On a les fantasmes sur le Front National que l’on peut. Mais Jack Lang, en service commandé, a immédiatement emboîté le pas, pour défendre la loi Gayssot. Seul, Robert Badinter a reconnu que ce texte n’était pas conforme à la Constitution puisqu’il entravait, dit-il, la liberté d’expression. Nonobstant, la loi Gayssot restera en vigueur. On préférera sans doute parler, à l’Assemblée, du mariage homosexuel ou de la libéralisation du cannabis.

Quant on commence à censurer, on ne peut plus s’arrêter

En ce qui concerne la question polémique du génocide arménien, on aurait presque envie de dire qu’« il ne fallait pas commencer » ! Sinon, il faudrait, en effet, nous expliquer pourquoi, on ne pourrait pas nier le génocide nazi, sous peine de sanctions, mais on pourrait occulter le génocide arménien. La France s’est donc retrouvée prise au piège des lois mémorielles. Une fois validé, le terme de "génocide", pour les massacres de 1915, ce qui a été le cas en France depuis la loi du 29 janvier 2001, la suite était logique et même inéluctable. La "boîte de Pandore" des crimes "non-niables" a été ouverte et la Turquie a eu beau jeu de répliquer en dénonçant les tortures et les exécutions françaises sommaires en Algérie.

Quant on commence à censurer, on ne peut plus s’arrêter. Erdogan a accusé la France d’«avoir exterminé 15 % de la population algérienne« à partir de 1945 » et, il a même ajouté que « les Algériens ont été brûlés objectivement dans les fours ». La manœuvre est habile et facile à entendre. Mais ne voudrait-elle pas dire aussi qu’à un mensonge grossier, on opposerait un autre mensonge plus subtil ? Israël n’a, curieusement, pas réagi et a, presque, laissé faire ce sous-entendu embarrassant. Quant à la France, elle a été renvoyée à la défensive, mais s’est refusé de contre-attaquer.

Pourtant, en Turquie, ce ne sont pas les motifs d’attaque qui manquent ! La France aurait très bien pu dénoncer, par exemple, l’interpellation récente de nombreux journalistes kurdes. En effet, dans le cadre d’une enquête sur des liens présumés entre militants kurdes et éléments séparatistes armés, la Turquie a arrêté au moins 38 personnes, pour la plupart des journalistes.

La France plus silencieuse sur les Kurdes que sur les Syriens

Quelques 70 journalistes sont déjà emprisonnés en Turquie. Mais les autorités assurent qu’ils ne sont en détention que pour des délits ou des crimes sans rapport avec leur profession ! Vingt-cinq autres personnes, encore et surtout des journalistes, ont été arrêtées récemment à Istanbul. Plus de dix journalistes de l’agence pro-kurde, Dide, ont aussi été interpellés. Une avocate représentant Dide a dit qu’il ne restait, au bureau stambouliote de l’agence, que des policiers occupés à copier des documents et des disques durs d’ordinateurs. Elle a dit ne pas connaître le nombre exact de journalistes en état d’arrestation. Dans le cadre de la même enquête, lancée il y a deux ans, des centaines de personnes sont en procès pour leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan.

La Turquie a toujours soutenu que les chiffres des morts arméniennes ont été multipliés par trois et souligné –ce qui est vrai– que ces massacres sont survenus dans un contexte de guerre mondiale, où la Turquie se défendait contre un ennemi de l’intérieur. La reconnaissance du génocide arménien, défendu en particulier par le clan Devedjian qui avait joué un rôle non négligeable dans l’ascension politique, à ses débuts, de Nicolas Sarkozy aujourd’hui aux abois, n’a pas que froissé les Turcs, elle a sérieusement agacé les Juifs.

Le fait n’est pas sans intérêt puisque, pendant longtemps, il était entendu que le seul génocide officiellement reconnu, officiellement susceptible de sanctions vis-à-vis de ses négateurs, était le génocide juif. En fait, la loi Gayssot en France avait voulu verrouillé la mémoire, en réservant toutes ses foudres à la négation de l’Holocauste. Aujourd’hui, une commission parlementaire israélienne serait à la veille de mettre le massacre d’un million et demi d’Arméniens sur un pied d’égalité comparable.

La réaction n’a pas tardé : dés le lundi 26 décembre, le Ministre des Affaires étrangères israélien mettait en garde ses parlementaires, en soulignant le différent franco-turc, face à une initiative qui aurait pourtant, cette fois, à la Knesset des chances d’aboutir, après un premier raté en 2007.

Le génocide vendéen aurait-il sa conférence de Wannsee?

La Turquie n’ignorait pas, soit dit en passant, ce calendrier parlementaire israélien. Et la surenchère turque contre la France n’était, sans doute, qu’une bonne occasion de gêner le processus israélien qui, d’ailleurs, gêne les deux pays. Le Premier ministre turc Erdogan ne peut pas sous-estimer le poids des nationalistes laïcs qui tiennent l’armée à laquelle il lui faut, sans cesse, apporter des gages. Notons, au passage, que les Turcs nationalistes ont répondu à l’aplomb français par des attaques informatiques ciblées. C’est une belle leçon d’un nationalisme vivant et branché. Il est cybernétique, cyberguerrier.

En France, lors du débat sur la loi, personne n’a vraiment relevé la proposition d’amendement de Dominique Souchet. Le député de la Vendée a demandé, en toute logique et sans succès, que le génocide vendéen soit inscrit dans la loi votée sur le génocide arménien. Cela n'empêche pas la vérité sur ce drame de faire son chemin.

En fin s'année, Reynald Secher, le grand spécialiste de la Vendée, hier censuré et licencié de l’Education nationale, a publié un livre incontournable, "Du génocide au mémoricide". Sans doute un événement historique. Il y montre le caractère légal, systématique et organisé du génocide vendéen, dénoncé à l’aide d’archives du Comité de Salut Public et de la Convention jusqu’alors inexploitées et découvertes, par hasard.

A cet égard, la volonté française de reconnaître et de protéger la mémoire du génocide arménien est à la fois hypocrite et aberrante. Il faut, en effet, d’abord nettoyer devant sa porte : la Vendée, la guérilla napoléonienne contre l’Espagne, la Guerre d’Algérie, le Rwanda (responsabilité partielle de la France), sans oublier l'esclavage. Au lieu de se gargariser de lois mémorielles, dont le seul but, inavoué, est, en fait, de limiter la liberté d’expression sur la question juive. L’affirmation du génocide vendéen est, aujourd’hui, non punie par la loi, en en plus, officiellement rejetée, ignorée ou ridiculisée.

http://metamag.fr/
http://www.alterinfo.net/INQUISITION-ET-AUTOCENSURE-MEDIATIQUE_a70195.html
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 04:32

Les journalistes du "Petit Journal" de Yann Barthès vont-ils perdre leur carte de presse ?

" Le Petit Journal " de Yann Barthès est-il une émission d'information comme une autre ou un simple divertissement ? Ses journalistes ont-ils droit à la carte de presse comme les reporters de TF1, France 2 ou les rédacteurs de la presse écrite ? Ce sont les questions posées par le site Arrêt sur images à la commission de la carte des journalistes professionnels après la polémique avec Jean-Luc Mélenchon qui accusait l'émission de "tordre la réalité" .


"Je pense que la question de ce renouvellement (de leurs cartes de presse) peut se poser. Est-ce que le Petit journal, c'est du divertissement ou de l'information ? s'interroge Eric Marquis, président de la commission de la carte des journalistes professionnels (...) Je suis assez réservé sur le mélange des genres (...) Les auteurs des Guignols, par exemple, n'ont pas de carte de presse. Ce n'est pas parce que l'on utilise les mêmes outils - reportage, interview ... - qu'il y a une démarche d'information derrière".


Quelle définition du journaliste ?


Si la question se pose pour les journalistes du Petit Journal, elle devrait aussi se poser pour bon nombre d'émissions où des journalistes travaillent en coulisses pour un format qui n'est pas de l'information pure et dure. " Le Grand Journal ", " L'Edition Spéciale ", " Salut les terriens", "C'est au programme", "Toute une histoire", "[show_restrictif=40928]Midi en France " ne sont pas des émissions d'information, elles ne dépendent pas de la direction de l'info de leurs chaînes mais bien souvent des divertissements. On parle alors d' infotainment , formats mélangeant divertissement et information.


Par ailleurs, les reporters et rédacteurs du "Petit Journal" n'exercent-ils pas un métier journalistique quand ils relèvent une tentative de bidonnage sécuritaire dans une (...)

 

... Lire la suite sur Puremedias

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Médias
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 04:22

 

 

Mardi 24 janvier 2012 28362-copie-1.jpg
Par Jeremy Salt* (revue de presse : Palestine Chronicle – extraits - 13/1/12)

Dans son discours à l’Université de Damas, la semaine dernière, Bashar al-Assad  a évoqué un  complot contre la Syrie. Vous pouvez chercher un autre mot, et bien sûr il y en a un. Les fantassins de cette campagne pour abattre le gouvernement syrien sont des hommes armés qui s’appellent l’Armée Libre de Syrie et des gangs en armes, ramassés au hasard. Aucun de ces groupes ne pourrait poursuivre les violences constatées sans un soutien extérieur. A moins d’une intervention armée directe, ils ne peuvent pas renverser le régime syrien. Ce qu’ils peuvent faire, c’est continuer de tuer et de déstabiliser en espérant qu’il s’effondrera.

Seul point d’accord :
détruire le régime baasiste

Leurs parrains sont les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Frères Musulmans, le Conseil National Syrien, un assortiment d’« exilés », certains très étroitement liés au Foreign Office britannique et au Département d’Etat, et aux salafistes de la région. Les réformes ne sont pas l’enjeu et même si leurs agendas divergent, ils convergent tous sur un point : leur volonté de détruire le régime baasiste. Pour les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne – « l’Occident » - l’objectif est de se débarrasser d’un gouvernement et d’un parti politique qui se sont mis sur leur chemin, depuis trop longtemps.

Pour l’Arabie Saoudite,  il s’agit de confronter l’Iran et de contenir l’expansion du chiisme dans la région. Pour les Frères Musulmans, la répression de leur mouvement par Hafez al- Assad en 1982 doit être vengée par  la mise à bas d’un gouvernement séculier et l’installation, en remplacement, d’une domination fondée sur la charia. Pour les salafistes et les Frères, la question est aussi de détruire les Alaouites comme force socio-politique en Syrie.

Les Etats-Unis tout comme l’Arabie saoudite considèrent l’Iran, la Syrie et le Hezbollah comme les facettes d’un même problème. L’Arabie saoudite voit en l’Iran la « tête du serpent » et cherchait, dans les dernières années de l’administration Bush, à ce qu’il soit attaqué, mais une guerre ouverte, levant le voile sur la guerre souterraine qui se déroule déjà, aurait été catastrophique pour les pays y prenant part. (…)

Depuis le début de l’année, la carte géopolitique de la région a été dramatiquement redessinée. Les partis islamistes sont au gouvernement, ou en feront partie, que ce soit au Maroc, en Tunisie et en Egypte. Ils obtiendront de bons résultats en Libye lors des  prochaines élections. Ce que les partis politiques disent en tant qu’opposants et ce qu’ils accomplissent une fois au pouvoir sont généralement deux choses différentes et les partis islamistes ne font pas exception. Sur la question épineuse des relations avec Israël, Rachid Ghanouchi, le chef du parti Al-Nahda, a eu des entretiens discrets avec les Israéliens à Washington et il a indiqué que la Palestine ne serait pas une question prioritaire pour le nouveau gouvernement tunisien. (…)

L’Occident est à l’affût
d’une nouvelle guerre au Moyen-Orient

Dans ce paysage politique en constant changement, la Syrie est un Etat qui tient. Il résiste aux Etats-Unis et Israël d’une part, et aux islamistes/salafistes de l’autre. L’opposition pacifique a, depuis longtemps, été balayée par la violence, avec l’armée se battant contre «des déserteurs » et des gangs armés dont la création, selon les médias, est l’œuvre du gouvernement. La presse doit toujours interviewer les familles des milliers de soldats et de civils qui sont tombés sous les balles de ces «déserteurs » et autres bandes armées pour savoir ce qu’ils pensent des événements dans leur pays. Ne se fondant que sur les accusations non vérifiées d’ «activistes » et de sources suspectes, elle a joué un rôle critique dans la propagation de nouvelles fausses. La semaine dernière, The Guardian a touché le fond en publiant une accusation fournie par un « activiste » basé à Londres accusant les forces de sécurité  syriennes d’enfourner des détenus dans des containers qu’il jetait ensuite à la mer… Aucune preuve n’a été apportée, mais cela donne un exemple de la manière dont The Guardian a informé ses lecteurs de bout en bout. Quand Damas a été victime d’un attentat à la bombe, le Guardian et la BBC ont entonné l’accusation que ces attentats étaient, selon les opposants, le fait du gouvernement Aucune preuve n’a été donnée à l’appui alors même que les Syriens étaient encore en train de laver le sang des rues et de ramasser les débris des corps de ceux qui  avaient été tués. Quand la Ligue arabe a émis une déclaration provisoire sur la mission de ses émissaires en Syrie dans laquelle elle demandait au gouvernement syrien et aux bandes armées de faire cesser la violence, la BBC sur sa page web tronquait l’appel pour ne le concentrer que sur l’appel destiné au gouvernement.

L’Occident est à l’affût d’une nouvelle guerre au Moyen-Orient car telle est l’essence de la campagne contre la Syrie. L’Iran reçoit des provocations tous les jours de sorte qu’un scientifique nucléaire iranien a été assassiné dans l’espoir que l’Iran réagirait et enclencherait la nouvelle intervention militaire qu’en Israël et aux Etats-Unis beaucoup souhaitent.

Il ne fait aucun doute que la Syrie doit procéder à des réformes mais, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas ce qui motive les Etats-Unis, la France, l’Arabie saoudite, la Grande-Bretagne et le Qatar. Ceux qui le pensent font un doux rêve. Chaque information provenant des activistes aussi énormes soit-elle, a une audience respectueuse des médias, correspondant à leurs attentes. La fin de la violence n’est pas au programme de ces protagonistes. Ils veulent qu’elle continue jusqu’à la chute du gouvernement syrien et ils en ont les moyens, presque indéfinis. S’ils plongent et provoquent une attaque ouverte contre la Syrie ou l’Iran, ils enclencheront une guerre régionale et, de l’avis de certains, une guerre générale. Dans leurs costumes gris et leurs cravates pastel, ces gens sont fous comme l’étaient les nazis en chemises brunes.

Traduction : Xavière Jardez - Titre et sous titres: AFI-Flash
Texte intégral : Truth About Syria: Crazy Men In Grey Suits
Jeremy Salt enseigne l’histoire à l’Université de Bilkent à Ankara, au Département du Moyen-Orient moderne à la Faculté de Science Politique. Il collabore au site Palestinechronicle.com

http://www.france-irak-actualite.com/article-des-verites-sur-la-syrie-97784842.html

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 03:30

 

 

Arianna Huffington lance Anne Sinclair et le Huffington Post en France

lundi 23 janvier 2012

Un raz-de-marée de journalistes dans les locaux du copropriétaire Le Monde à Paris a confirmé l’intérêt des médias français pour le lancement ce 23 janvier du pure player Huffington Post en France.

C’est la première version en langue « étrangère » du site américain qui revendique le leadership aux Etats-Unis et promet une remise en question du journalisme dans l’hexagone. Anne Sinclair assurera « un poste à plein temps » en tant que directrice éditoriale qui prône un modèle « sérieux mais divertissant ».

Une ruée de 200 journalistes pour une petite start-up de huit salariés sur internet. Cela s’appelle un buzz ou le lancement du Huffington Post en France. Mentionner le pays n’est d’ailleurs plus à la mode, probablement pour ne pas donner l’impression qu’il s’agit d’une colonie américaine ou une simple traduction qui attend les internautes français. C’est bien un site pour les Français et fait par huit journalistes français qui était mis en ligne ce matin, avec le savoir-faire technologique et la recette du site américain : un mélange savant entre l’information et le divertissement qui sont pris gratuitement d’autres sites, enrichis d’opinions et d’articles de bloggeurs qui contribuent gracieusement avec leurs tribunes. Le Huffington Post ne se considère pas comme producteur d’information, mais d’abord comme un espace de débat. Des carnets de campagne sur la présidentielle, commandés à Rachida Dati (UMP) et Julien Dray (PS), illustrent le slogan « Ni de gauche ni de droite, mais pas sans point de vue ».


« Loin des réactions parisiennes et convenues »


La principale raison d’être affichée par le site est un virulent règlement de compte avec l’état du journalisme en France. Le projet éditorial parle d’ « une société qui est aujourd’hui bouleversée et sclérosée », il envisage de promouvoir un journalisme « loin des réactions parisiennes et convenues » et promet « d’offrir un espace de débat aujourd’hui trop étroit dans notre pays ».

Pourtant, rien n’est moins sûr que la Huffington Post soit une véritable offensive contre les fameux conflits d’intérêt ou la collusion souvent déplorée entre journalistes et politiques en France. « La démocratisation du débat », autoproclamée par le Huffington Post, est censée être réalisée et garantie par une directrice éditoriale nommée Anne Sinclair et qui avait publiquement comparé l’affaire DSK à l’affaire Dreyfus. Arianna Huffington avait embauché Anne Sinclair en pleine tempête médiatique concernant son mari, le socialiste Dominique Strauss-Kahn. Lors de la conférence du lancement du site, personne n’avait demandé à Anne Sinclair dans quelle rubrique elle mettrait l’affaire DSK sur le site du Huffington Post, mais elle a assuré avec sa légendaire voix grave et inébranlable : « Toute information importante sera traitée normalement comme elle l’aurait été ailleurs. »


L’image du Monde


Avec un budget tenu secret, le site sera financé par la publicité et espère atteindre son équilibre à partir de 2014. Pour le lancement en France, le site a conclu pour la première fois un partenariat : une collaboration avec le prestigieux journal Le Monde qui a fusionné son site participatif Le Post avec le site du pure player américain. Le partenariat (Le Monde détient 34 % du capital du Huffington Post) ne sera aucunement éditorial mais uniquement industriel et capitalistique, et pourtant, certaines voix critiques au sein du Monde craignent déjà que le site brouillera l’image du quotidien du soir.

Après la France, le Huffington Post lancera en mars et avril des sites en Espagne et en Italie, suivis d’autres pays : la Turquie, le Brésil, l’Allemagne

 

http://www.yolele.com/spip.php?article1491

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 03:24

 

LES MULTIPLES VISAGES

DE LA COLONISATION ISRAÉLIENNE:

L'apartheid de l'eau enfin reconnu

«J'ai vu l'humiliation des Palestiniens aux points de passage et aux barrages routiers, souffrant comme nous quand de jeunes policiers blancs nous empêchaient de circuler. Cela ressemble beaucoup à ce qui est arrivé aux Noirs de l'Afrique du Sud.»

Evêque Desmond Tutu Prix Nobel de la paix

 

Professeur Chems Eddine Chitour
Mercredi 25 Janvier 2012

 

LES MULTIPLES VISAGES DE LA COLONISATION ISRAÉLIENNE: L'apartheid de l'eau enfin reconnu

 

 

Une information ignorée par les médias lourds en France est le rapport de mission du député socialiste Jean Glavany décrivant la situation de la répartition de l'eau en Palestine comme étant un apartheid exercé par la puissance occupante. Le rapport provoque un tollé en Israël. Il décrit la question de l'eau comme ´´révélatrice d'un nouvel apartheid au Moyen-Orient´´.

Sur la méthodologie, le député dit s'être rendu ´´une petite semaine´´ avec d'autres élus français dans la région - Liban, Jordanie, Israël, territoires palestiniens - et avoir rencontré ´´les ministres israélien et palestinien de l'eau, des diplomates et des ONG´´. (..) Sur place, précisément, loin des bureaux de l'Assemblée nationale, Gidon Bromberg, directeur israélien de Friends of the Earth Middle East - une ONG qui rassemble Jordaniens, Israéliens et Palestiniens pour la promotion de la paix et du développement durable dans la région - évoque la question ´´historique´´ de l'eau dans la région. ´´Israël ne partage pas l'eau de façon équitable avec les Palestiniens´´, commente ce spécialiste des questions d'eau.(1)

«Pour Mark Zeitoun, spécialiste des questions de gouvernance environnementale, ´´si l'on définit apartheid' comme une discrimination réalisée sur la base de la race, alors on peut parler d'apartheid de l'eau´´. ´´Il faut savoir, par exemple, que les 450.000 colons israéliens en Cisjordanie utilisent plus d'eau que 2,3 millions de Palestiniens´´, écrit le rapport de M.Glavany. Le rapport Glavany évoque ainsi un fonctionnement ´´sur le mode du consensus, ce qui donne de facto un pouvoir de veto à Israël´´. (...) Dans le détail, le rapport évoque la destruction ´´systématique´´ par l'armée israélienne des puits construits ´´spontanément´´ par les Palestiniens. (..)Face à l'absence de ressources, les Palestiniens doivent acheter de l'eau municipale qui ´´est bon marché mais limitée´´, explique l'expert sur les questions d'eau. Les habitants se tournent vers l'approvisionnement privé». (1)

«Selon la Banque mondiale, les Palestiniens vivant en Cisjordanie dépensent 8% de leur revenu en eau. Pour l'eau non municipale, ´´il n'existe pas de contrôle: [l'eau] peut être contaminée, avec les conséquences que l'on connaît: douleurs abdominales, diarrhées´´. De son côté, Stéphanie Oudot décrit cette image: ´´Des piscines et des jardins arrosés du côté des colons, tandis qu'à côté, les Palestiniens se rendent au puits avec un seau´´. Le partage des eaux, poursuit Flora Genoux, en Cisjordanie est déterminé par les accords d'Oslo II de 1995. L'accord ne tient en outre pas compte des besoins en eau d'une population qui a doublé depuis 1995, selon les estimations de la Banque mondiale. ´´A Ghaza c'est encore pire; la qualité de l'eau y est épouvantable´´, témoigne Gidon Bromberg.(...) Dans une région surpeuplée, où les habitants pompent de l'eau rare, c'est donc de l'eau salée qui sort de terre. ´´Les Ghazaouis ne peuvent plus boire de l'eau du robinet,´´ témoigne Stéphanie Oudot, qui alerte sur une ´´situation humanitaire d'urgence´´. Selon la Banque mondiale, à Gaza ´´seule 5% à 10% de l'aquifère correspond aux standards de qualité´´.(1)

Dans son rapport, M.Glavany, souligne que ´´la priorité est donnée aux colons en cas de sécheresse, en infraction au droit international´´, que ´´les puits' forés spontanément par les Palestiniens en Cisjordanie sont systématiquement détruits par l'armée israélienne´´ et qu'´´à Ghaza, les réserves d'eau ont été prises pour cible en 2008-2009 par les bombardements´´.´´Nous sommes étonnés et indignés par ce rapport de M.Glavany qui a introduit une terminologie extrême dans le document, au dernier moment, sans en informer ses collègues´´, s'insurge le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Ygal Palmor, qui dénonce dans Haaretz un rapport ´´rempli d'un verbe emprunt de propagande vicieuse, bien éloignée de l'esprit critique professionnel´´. (2)


Les guerres de l'eau depuis la fondation du sionisme

Dès le départ, le sionisme a fait de l'accaparement de l'eau l'objectif principal des guerres avec les Arabes et on s'aperçoit que toutes les guerres se sont soldées par un fait accompli qui aboutit à la situation actuelle. L'étude suivante pose les termes de la problématique. «Le Proche-Orient, lit-on, est une zone géographique qui connaît ce que les experts appellent, une situation dite de «stress hydrique», c'est-à-dire un déséquilibre structurel entre son capital en eau limité et sa consommation, en très forte croissance compte tenu de son rythme démographique et de son développement économique. La question de l'eau a pris un caractère géopolitique évident dans les relations entre Israël et les Palestiniens de Cisjordanie et de Ghaza, où les tensions prennent leur origine dans une disparité flagrante de consommation entre ces deux communautés qui partagent les mêmes sources d'approvisionnement en eau. (...) On peut se demander alors quelle place occupe l'eau, dans la culture et dans la religion de l'Etat d'Israël. Comment l'Etat hébreu pourrait-il accepter de partager de manière plus équitable cette ressource si rare et risquer de se mettre en péril? (...) Dans ce contexte alarmant, Israël exploite la majeure partie des ressources en eau laissant les Palestiniens se contenter de la portion congrue.» (3)

L'étude décrit ensuite les étapes clés de ce hold-up. Il faut remonter lit-on, au début du XXe siècle pour saisir la complexité et la sensibilité du problème des frontières et celui de l'eau, au moment où commence la colonisation juive, lancée par Théodore Herzl, le théoricien du sionisme. (...) En1917, par la Déclaration Balfour, la Grande-Bretagne promet la «création d'un foyer national juif en Palestine». (...)Ce retour à la terre s'est immédiatement heurté à un obstacle majeur: le manque d'eau. La Palestine est une terre aride où la seule réserve d'eau douce importante est le lac de Tibériade qui fait frontière avec la Syrie et la Transjordanie. En 1919, le président de l'Organisation mondiale sioniste, adresse une lettre au Premier ministre Lloyd George, lui demandant d'étendre la frontière nord de la Palestine de manière à englober toutes les sources d'eau tenant ainsi compte au-delà des considérations historiques ou religieuses, des considérations hydrauliques». (3)

«C'est dans ce contexte, poursuit l'étude, qu'un hydrologue américain, Elwood Mead, sera invité par les sionistes à venir en Palestine, c'est chose faite en 1923 et en 1927. (...) Il donnera ensuite, des indications pour irriguer le Néguev, aride, en prélevant l'eau du Jourdain. Ses travaux inspirent le Plan Hayes du nom d'un ingénieur américain qui préconise «l'irrigation des terres de la vallée du Jourdain, la dérivation des eaux du Jourdain et du Yarmouk pour la création d'énergie hydraulique, le détournement des eaux du nord de la Palestine vers le désert du Néguev au sud et l'utilisation de l'eau du Litani au sud du Liban». Ceci confirme l'importance que revêt l'eau dans la construction et la viabilité de l'Etat d'Israël sur le plan humain, économique et sécuritaire. En 1953, Israël va mettre en pratique notamment les directives du plan Hayes et commencer à détourner les eaux du Jourdain. Il entreprend la construction du «National Water Carrier», colonne vertébrale à partir du nord du lac de Tibériade qui lui permet de détourner vers elle la majeure partie de l'eau».(3)

Que font les Arabes? Comme d'habitude ils se plaignent! «La Syrie et la Jordanie, lit-on dans le rapport, se plaignent et les Nations unies critiquent ces actions israéliennes. Le président Eisenhower décide d'envoyer en «médiateur» ou plutôt en conciliateur, Eric Johnston pour proposer un plan de répartition des ressources hydrauliques. Après plusieurs négociations, en 1955 il fait une proposition favorable aux Israéliens. Israël va donc poursuivre ses projets. En 1964. Israël a fini de réaliser à partir du lac de Tibériade, l'interconnexion des eaux sur l'ensemble du territoire jusqu'au désert du Néguev, mis en valeur par l'irrigation, réussissant ainsi à réaliser l'idéal sioniste qui consiste à «faire fleurir le désert». Les Arabes ripostent à plusieurs reprises, mais sans succès. En 1967. La «Guerre des Six-Jours» est d'une certaine manière une guerre pour l'eau puisque les territoires désormais dits «occupés» par Israël lui permettent de contrôler la totalité des ressources, c'est-à-dire: le Golan, véritable château d'eau; plus une partie du cours du Yarmouk; ainsi que les trois grandes nappes aquifères de Cisjordanie, ce qui lui permet donc le contrôle de tout le cours du Jourdain. Cette guerre lui permet d'achever la mise en oeuvre de ses plans hydrauliques et son emprise sur toute la Cisjordanie, Ghaza et les hauteurs du Golan».(3)

«Cette Guerre des Six-Jours sera suivie d'une politique de colonisation, c'est-à-dire d'implantations de juifs dans ces territoires conquis par la force. En 1978 elle occupe le Sud-Liban pour achever en quelque sorte cet approvisionnement - avec notamment l'usage et le détournement d'une partie du fleuve Litani par un système de pompage - Sud-Liban qu'elle ne libérera qu'en 2000, suite à une résistance acharnée du Hezbollah installé dans cette région. Israël contrôle tout le système de l'eau des territoires occupés de Palestine. Il organise un partage inégal et délibéré des ressources en eau: Israël détourne 75% des ressources en eau des territoires occupés, ne laissant que 25% aux Palestiniens. La consommation moyenne en eau par habitant d'un Israélien est 5 fois plus importante que celle d'un Palestinien. Outre le rationnement en eau, les Palestiniens sont victimes de destruction de puits, de canalisations d'eau et d'assainissement, par l'armée israélienne».(3)

Pour couronner le tout, l'étude nous apprend que «la 26e mission de protection du peuple palestinien, en juillet 2002 a relevé: La destruction des puits dans la bande de Ghaza et dans la région de Rafah, du système d'assainissement et des canalisations en eau, la destruction des citernes sur les toits, mitraillés par l'armée (à Ramallah, Jénine et Rafah), les vertes collines des colonies juives dans la vallée du Jourdain et leur arrosage incessant parfois inutile, à côté des espaces caillouteux et secs occupés par les Palestiniens. Aujourd'hui, les 2/3 des besoins d'Israël sont assurés par les ressources provenant de l'extérieur des frontières de 1948: 75% de l'eau des Territoires occupés est consommé par Israël et ses colonies. Le rapport de population entre Israël et les Territoires est de 2 à 1 et celui de la consommation d'eau de 11 à 1!» Tout est dit.(3)


L'apartheid structurel mis en place

On peut s'interroger si les termes du rapport du député français ne sont pas trop forts. Dans les faits il n'en est rien. Un apartheid - développement séparé- C'est ainsi, écrit Leila Farkash que l'évêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, décrivait-il sa visite en Terre sainte. On a souvent établi un parallèle entre l'apartheid sud-africain et la situation israélo-palestinienne, mais sans toujours clairement l'expliciter. Les deux conflits sont historiquement issus du colonialisme. Les colons blancs de l'Afrique du Sud, tout comme les pionniers du sionisme, se sont installés dans un pays où vivait déjà un autre peuple. Comme en Afrique du Sud, les colonisateurs de la Palestine vont expulser la population indigène arabe de sa terre, soit les deux tiers des Palestiniens vivant sur le territoire qui deviendra Israël en 1948, s'emparer de leurs terres et de leurs biens et faire longtemps subir à ceux qui restent dans ce qui est désormais défini comme un «Etat juif» une législation ségrégationniste. (...) En Palestine, le projet sioniste cherche à nier l'existence d'une population indigène non juive vivant sur ce territoire. Evoquant «un peuple sans terre pour une terre sans peuple».(4)

Pour nous rendre compte des multiples facettes au quotidien de - ce développement séparé- dans les 500 barrages érigés par Israël pour contrôler les Palestiniens et les maintenir dans un stress permanent, l'ambiance qui règne dans ces postes de contrôle a été vécue et décrite, admirablement, par le philosophe Régis Debray.

Il écrit: «Nous étions en voiture sur un chemin de terre, en plein midi, à la queue leu leu, escortés d'ânes, de carrioles et de gamins, lorsque des soldats ont arrêté la circulation. Nous sommes restés là à rôtir au soleil, assoiffés, poussiéreux, une petite demi-heure. Mes voisins résignés, sans souci apparent, et moi, intrigué, me demandant pourquoi cette halte. Un accident, sans doute. Jusqu'à voir majestueusement, à cent mètres de distance, sur une belle route asphaltée dite de contournement, un 4x4 véhiculant une radieuse famille de colons, toutes vitres ouvertes, enfants riant aux éclats, maman bronzée, épanouie, papa au volant, cheveux dans le vent. Le chemin des gueux jouxtait la route des seigneurs. Tout devait s'arrêter jusqu'à leur passage, sécurité oblige. Après cette vision quasi surréelle d'un bonheur familial et triomphant, d'un geste de la main, les troufions du check-point nous firent signe d'avancer, mais désirant sans doute s'amuser, ils pointaient du doigt l'une ou l'autre des voitures en convoi pour faire sortir les passagers du véhicule et les faire poireauter en pleine chaleur, for the fun of it. C'est sans doute grisant, ce pouvoir de se faire obéir au doigt et à l'oeil. Quand je suis passé à mon tour devant eux, le chauffeur palestinien m'a mis en garde dans un mauvais anglais: «Ne les regarde pas en face. Baisse la tête. Ce sont nos maîtres.»»(5)

Le professeur Haïdar Eid va plus loin, il pense que l'apartheid s'applique à la situation à Ghaza. Il en dégage des comparaisons révélatrices avec le combat contre l'apartheid en Afrique du Sud et soutient que le mouvement national palestinien en a ignoré les enseignements, à ses propres dépens. Actuellement, tant en Israël que dans les Territoires palestiniens occupés (TPO), il existe deux systèmes de routes, deux systèmes de logements, deux systèmes d'enseignement, et des systèmes judiciaires et administratifs différents selon que l'on est juif ou non juif. (..) A ces lois, correspondent des lois israéliennes, «la loi du Retour», les lois «temporaires» de 2003 sur l'Interdiction des mariages mixtes, les lois sur l'Enregistrement de la population, sur la Citoyenneté et l'Entrée en Israël, sur la Nationalité israélienne, et les lois sur la Terre et la Propriété. Comme en Afrique du Sud. Le type d'apartheid d'Israël se mêle à un colonialisme de peuplement»..(6)

Il semble que la vérité commence à émerger pour rendre justice au peuple palestinien harassé par un siècle d'injustice et qui aspire à vivre en paix, dans la dignité sur moins de 20% de la Palestine originelle. A quand un «Printemps palestinien»?


1. F. Genoux Israël-Palestine: Rapport explosif sur la question de l'eau Le Monde.fr 20.01.12

2. Des députés français dénoncent «un nouvel apartheid» dans la gestion de l'eau en Israël Le Monde 17.01.2012

3. La symbolique de l'eau:http://www.irenees.net/fr/fiches/analyse/fiche-analyse-531.html

4. http://www.monde-diplomatique.fr/2003/ 11/Farsakh/10683

5. Régis Debray: A un ami israélien, avec une réponse d'Elie Barnavi, Flammarion 2010

6. Haïdar Eid: Les multiples visages de l'apartheid israélien à Ghaza. Traduit de l'anglais par JPP: http://www.info-palestine.net/ article.php3?id_article=9239


Professeur Chems eddine Chitour
Ecole Polytechnique enp-edu.dz

 

LES MULTIPLES VISAGES DE LA COLONISATION ISRAÉLIENNE: L'apartheid de l'eau enfin reconnu

.

 

Samedi 28 janvier 2012

Communiqué de l'AFPS

 

http://www.cawa.fr/IMG/arton5337.jpg


Après Aziz Dweik, Marwan Barghouti :

Liberté pour les députés palestiniens


http://www.france-palestine.org/Apres-Aziz-Dweik-Marwan-Barghouti

  

L'Association France Palestine Solidarité (AFPS) se félicte qu’« Amnesty International » vienne de prendre une initiative internationale positive pour exiger la libération du président du Parlement palestinien, Aziz Dweik, et des 20 autres parlementaires palestiniens placés en détention administrative.

 

C’est un fait unique au monde : il y a au total 132 membres au Parlement palestinien et 27 au total sont actuellement emprisonnés. Au mépris de leur immunité parlementaire, ce sont donc 20% des membres du Parlement palestinien qui connaissent cette situation ! Rapporté à la France, cela équivaudrait à ce que 200 parlementaires soient en prison. Pouvons-nous imaginer cela une seule seconde ? 

 

Mais visiblement ces mesures contraires à la démocratie ne suffisent pas. C'est Marwan Barghouti qui est maintenant l’objet de mesures punitives supplémentaires, dont une nouvelle mise en isolement carcéral. Pourquoi ? Parce qu’il a osé déclarer devant la presse que « Si Israël retournait aux frontières de 1967, le conflit serait terminé. » Des propos limpides mais insupportables pour les dirigeants israéliens. Pourquoi ?

 

Ainsi, une nouvelle fois, les hommes et les femmes qui tout à la fois résistent à l’occupation, qui sont favorables à l’unité inter-palestinienne et qui proposent la paix sur la base du droit sont spécialement visés aujourd’hui par Israël qui a peur de ces voix porteuses d’espoir et de paix.

 

Nous ne pouvons accepter ces mises en cause et l’emprisonnement de ces parlementaires légalement élus. Nous dénonçons ces pratiques contraires fondamentalement au droit qui sont aussi destinées à saboter les efforts d’unité nationale du peuple palestinien.

 

Nous nous adressons solennellement aux dirigeants français et européens pour qu’ils agissent, comme ils en ont les moyens, notamment avec la suspension de l’Accord d’association UE-Israël, dont l’article 2 est une fois de plus clairement violé par Israël, pour qu’il soit mis fin à ces pratiques inhumaines et ces emprisonnements illégaux.

 

En même temps que nous assurons leurs familles de notre solidarité, nous exigeons haut et fort la libération de Marwan Barghouti, d’Aziz Dweik et des 25 autres parlementaires palestiniens. Leur place n’est pas en prison mais au Conseil législatif palestinien dont les travaux sont délibérément entravés par cette situation insupportable.

Nous prendrons des mesures adaptés pour que montent ces exigences conformes au droit et à la paix. Ca suffit ! Ca suffit amplement !

 

Liberté pour les parlementaires palestiniens !


Le bureau national,
Paris, le 28 Janvier 2012

Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 03:08

 

http://www.easyvoyage.com/images/cartes/fr_FR/MALOUINES.gif

 

Le litige des Malouines

 

Le Times a révélé hier le plan du gouvernement britannique pour envoyer de nouvelles troupes aux îles Malouines. Cette mesure a fait suite à la récente montée des tensions avec les pays voisins et notamment avec l'Argentine qui revendiqe l'archipel. Déjà  2 000 soldats britanniques stationnent sur l'île ( pour 2 800 habitants). Le premier ministre David Cameron à l'issue d'une réunion de son Conseil national de sécurité le 18 janvier n'avait pas hésité à accuser l'Argentine de "colonialisme" (une attaque qu'on pourrait croire humoristique quand on sait que le Royaume Uni fut la plus grande puissance coloniale de l'histoire, responsable à ce titre de crimes nombreux).

 

Le 20 décembre l'association de pays d'Amérique du Sud Mercosur avait manifesté sa solidarité avec l'Argentine et adopté une mesure d'interdiction des navires battants pavillon des Malouines dans les ports sud-américains (le pavillon des Malouines est un pavillon de complaisance accordé à diverses nationalités, 25 bateaux seraient concernés dont des bateaux de pêche). Les pays bolivariens comme - le Venezuela, l'Equateur, la Bolivie - mais aussi des pays d'Amérique centale comme le Panama et le Honduras ont aussi soutenu cette mesure. Le lendemain l'ancien chef d'état major de la marine britannique suggérait l'envoi d'un sous-marin nucléaire dans la région et le 17 janvier le "gouvernement autonome" des Malouines a interdit à 3 500 passagers (dont beaucoup d'Argentins) d'un paquebot entre le Chili et le Brésil de faire escale dans l'archipel au motif que certains auraient eu une gastro-antérite.

 

La guerre des Malouines en 1982 dont on fête bientôt le trentième anniversaire a causé la mort de 649 soldats argentins et 255 Britanniques. Les Malouines font régulièrement l'objet de débats aux Nations-Unies, en tant que territoire où le respect du droit à l'autodétermination fait problème (comme Guam, Porto Rico, le Sahara occidental etc). En 1833 le Royaume-Uni avait expulsé les Argentins de l'archipel. Il tire prétexte aujourd'hui du fait que la population des Malouines exclusivement britannique refuse les négociations pour exclure toute discussion bilatérale avec Buenos Aires (en juin dernier Cameron avait même parlé avec arrogance de "point final de l'histoire", en violation de la résolution 31/49 de l'assemblée générale des Nations-Unies du 1er décembre 1976).

 

Dans un discours du 20 décembre la présidente argentine Cristina Fernandez-Kirschner a donné au dossier une dimension propre à mobiliser tous les pays du Sud derrière elle en déclarant que les Malouines n'étaient pas un enjeu national argentin mais un thème "global". Elle a souligné que dans le monde actuel les pays qui ont la force iront chercher les ressources naturelles "où qu'elles soient et comme ils veulent". Contraindre Londres à négocier répond donc à un objectif de justice planétaire selon elle pour ne pas cautionner la loi du plus fort.

 

La Grande-Bretagne surexploite les ressources pétrolières et piscicoles de la région. Dans les années 1980-1990 l'activité de pêche organisée par le gouvernement autonome pro-britannique a profondément détrioré le milieu naturel entraînant la disparition de 90 % des pingouins. Les réserves pétrolières de l'archipel sont quant à elles évaluées à un potentiel de 3,5 millions de barils par jour (exploitées par Argos Resources, Borders and Southern, Falkland Oil & Gas Limited (FOGL), Desire Petroleum, FOGL & Hardman et Rockhopper Exploration).

 

Par ailleurs il convient de rappeler que les Malouines doivent recevoir 4,6 millions d'euros au titre du Fonds européen de developpement (EDF) entre 2008 et 2013, soit 232 euros par habitant d'après les calculs de la commission, environ 20 fois plus que la Polynésie française ou la Nouvelle Calédonie. Le 22 décembre le président de la chambre des députés argentine a saisi le président du parlement européen Jerzy Buzek en visite à Buenos Aires pour demander à son parlement de reconnaître l'existence d'un litige territorial entre Londres et Buenos Aires. Le but est de faire retirer les Malouines du Traité de Lisbonne qui reconnaît aux Malouines le statut de territoire d'outre-mer du Royaume Uni.

 

Djibril Cissoko

 

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-malouines-l-argentine-refuse-la-loi-du-plus-fort-97520780.html

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/af/CaribbeanIslands.png/790px-CaribbeanIslands.png

 

 

Les Caraïbes :

 

Les pays à fort potentiel économique comme les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ne sont pas les seuls à résister aux diktats occidentaux. C'est aussi le cas de petits pays pauvres qui bordent la mer des Caraïbes (lesquels d'ailleurs profitent indirectement de l'émancipation des BRICS).

 

On a cité en 2011 le rapprochement du Surinam et du Guyana avec le Venezuela. La dernière initiative remarquable dans le même registre est celle de la Jamaïque.

 

Le nouveau premier ministre de cette île Mme Portia Simpson-Miller, du Parti  national du peuple (PNP) qui a remporté les élections du 29 décembre dernier face aux travaillistes (centre droit), a déclaré jeudi lors de sa prise de pouvoir son intention de faire sortir son pays du Commonwealth pour en faire une république, ce qui signifie que la reine d'Angleterre cessera d'en être la souveraine.

 

"J'aime la reine (Elizabeth II) qui est une femme excellente (…), une femme sage et remarquable (…) Mais il est temps d'achever le processus d'accession à l'indépendance", a déclaré Mme Simpson-Miller.

 

En France le quotidien de droite Le Figaro (le 8 janvier), qui qualifie ce premier ministre de "populiste" note que "cette volonté de rompre les liens avec l'ex-empire apparaît comme un camouflet pour les Britanniques, aux premiers jours de l'année du jubilé de diamant d'Élisabeth II". "Le sentiment républicain progresse en Jamaïque depuis plusieurs décennies, ajoute le quotidien conservateur. En 1975, la chanson de Bob Marley No Woman, no Cry était censée faire référence à la reine." Un référendum devrait prochainement entériner cette réforme constitutionnelle.

 

Au lendemain de sa prise de fonction le 6 janvier, la chef du gouvernement de la Jamaïque a reçu le vice-président du Conseil d'Etat cubain Esteban Lazo Hernández. L'agence de presse cubaine Granma qui relate cette nouvelle rappelle que l'ancien premier ministre  Percival Patterson qui gouverna l'île de 1992 à 2006 et qui appartient au même parti que Mme Simpson-Miller était lui-même un "ami de Cuba". En 2001 il s'était prononcé contre l'exclusion de Cuba du CARICOM (organisation régionale pro-occidentale) qui frappait La Havane depuis plusieurs décennies. Sous son mandat, la Jamaïque avait intégré Petrocaribe, le projet qui permet à la Jamaïque de bénéficier du pétrole bon marché et de prêts à 1 % d'intérêt en provenance du Venezuela. Hugo Chavez a immédiatement appelé Mme Simpson-Miller après son élection pour l'inviter à Caracas. Celle-ci a répondu : "Je suis avec vous et avec le véritable esprit bolivarien" (cf AVN).

 

La Jamaïque bénéficie des soins attentionnés de nombreux médecins cubains : la Mission miracle, déployée gratuitement par les services médicaux cubains à travers le monde pour traiter les problèmes ophtalmologiques, a soigné 20 000 Jamaïcains, des bons offices qui sont en concurrence avec ceux des pays du Nord comme la mission floridienne Don Daly financée par la Sandals Foundation (la Fondation philanthropique de la chaîne hotelière de luxe Sandals Resorts International qui possède Air jamaica et multiplie les profits malgré la crise économique que connaît l'île).

 

La Chine est aussi impliquée pour aider le non-alignement jamaïcain. Le 7 janvier la premier ministre et des membres de son gouvernement ont rencontré l'ambassadeur chinois Zheng Qingdianqui pour discuter du prêt de 400 millions d'euros que Pékin va octroyer au Programme jamaïcain d'urgence pour l'emploi (PEEP).

 

L'élection de Mme Simpson-Miller (qui avait déjà été premier ministre en 2007) a été acquise à une très large majorité (elle détient 42 sièges sur 63 au Parlement). Dans ce pays de 2,8 millions d'habitants où la dette atteint 130 % du PIB, le premier ministre, qui est née dans un ghetto de Kingston, s'est engagée à combattre la pauvreté et créer des emplois. Elle a aussi des positions plus ouvertes que ses adversaires sur des thèmes sociétaux comme l'homosexualité (ce qui lui vaut des accusations au sein de son propre parti d'être financée par des groupes homosexuels étrangers et lui a valu une mise en garde et l'incitation du pasteur Wellesley A Blair membre du PNP dans un de ses prêches pour qu'elle préserve la souveraineté du pays à cet égard aussi).

 

A une autre échelle, Haïti, malgré le terrible tremblement de terre qui l'a ravagée en 2010, et malgré l'occupation militaire d'une mission de "maintien de la paix" de l'ONU depuis le renversement d'Aristide par les Français et les Américains, tient tête elle aussi aux exigences occidentales en poursuivant son projet de reconstruire un armée de métier pour se défendre.En novembre dernier, le Canada qui est devenu un auxiliaire important de l'ingérence des pays du Nord en Amérique latine (il était monté au créneau aussi après la réélection de Daniel Ortega au Nicaragua à l'automne dernier), avait fait savoir qu'il s'opposait à la recréation de cette armée en raison du coût de l'opération. Quelques jours plus tard tous les Occidentaux avaient déclaré qu'ils ne paieraient pas pour financer ce projet. même l'ancien président costaricain et prix nobel de la paix Oscar Arias avait été mobilisé pour dissuader le Président haïtien Michel Martelly de rétablir l'armée, après que celui-ci eût précisé dans une conférence de presse à la Havane (ce n'est sans doute pas un hasard) où il devait rencontrer  Raul Castro, qu'il était prêt à former 500 hommes, pour un coût de 25 milions de dollars qui pourraient être prélevés sur le budget de la police. Une commission a été chargée d'examiner le projet et a rendu un rapport favorable, rendu public le 1er janvier à l'occasion du 208e anniversaire de l'indépendance du pays. Pour beaucoup d'Haïtiens le remplacement de la force de l'ONU par une armée nationale est indispensable à la dignité et à la souveraineté du pays.

 

Les relations d'Haïti avec le Venezuela et Cuba, comme celle de la Jamaïque avec ces deux pays, sont au beau fixe. Le Venezuela a été le premier pays (juste devant les Etats-Unis en volume) pour les promesses de don à Haïti après le tremblement de terre de 2010, les dons alimentaires en provenance de Caracas ont afflué tout au long de l'année 2010, et les installations énergétiques qui traitent le pétrole vénézuélien bon marché dans le cadre de l'accord Petrocaribe représenterait un cinquième de la consommation d'énergie électrique du pays. Des centaines de médecins cubains officient à Haïti, l'Ecole latinoaméricaine de Médecine (Elam) de Cuba a également formé quelque 700 médecins haïtiens et 300 autres sont en cours de formation dans une annexe de l'Elam à Santiago de Cuba.

 

Delphine Jaen

 

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-haiti-jamaique-l-influence-occidentale-recule-dans-les-caraibes-96709483.html


http://www.jesuiscultive.com/IMG/jpg/Kazakhstan.jpg

 

 

Le Kazakhstan

 

 

Le 16 décembre à l'occastion du vingtième anniversaire de l'indépendance du Kazakhstan, des émeutes ont éclaté dans la ville Janaozen causant de nombreux morts chez les manifestants et les forces de l'ordre

 

Dans une interview du 21 décembre 2011 sur KPRF-TV, Viacheslav Titiokine, membre du comité central du Parti communiste de la fédération de Russie, livrait ses impressions en ces termes sur les événements au Kazakhstan :

 

"Le Kazakhstan est un des 20 plus grands producteurs de pétrole au monde. Il exploite plus d'un million de barils par jour, et avec une population de 16 millions de personnes, cela pourrait sans doute lui permettre de vivre à un haut niveau de vie. En même temps, nous avons reçu des informations en provenance du Kazakhstan selon lesquelles, malgré la prospérité apparente et le luxe que représente la nouvelle capitale qu'ils ont construite sur un mode assez artificiel au coeur du pays, en réalité les problèmes sociaux s'accumulaient, et le facteur déclencheur a été précisément ces contradictions internes au pays. Les gens qui sont montés pour ainsi dire sur les barricades ont fait face aux forces de l'ordre au Kazakhstan avaient sans doute des motifs pour démontrer leur indignation : ils reçoivent des salaires bas, il y a eu des licenciements massifs. Ca les a aussi gêné de voir que les Chinois qui travaillent là sont mieux payés que les employés locaux. Il y a eu un facteur de discrimation nationale, qui heurte la sensibilité. Au Kazakhstan a surgi très vite une classe sociale de "nouveaux riches". Il y a déjà une demi-douzaine de multimillionnaires (...) alors qu'une couche de la population vit dans la misère absolue. Les gens qui travaillent dans le secteur pétrolier ne perçoivent pas un salaire digne. Pour cela l'accumulation de contradictions sociales d'une manière inévitable a débouché sur cette explosion sociale. (...)

 

Mais nous devons aussi prêter attention à la manière dont les protestations se sont développées dans les pays du Proche-Orient. Bien sûr dans ces pays il existait encore plus de conditions pour que surgisse une tention sociale. Néanmoins depuis le début tous les observateurs ont signalé l'influence extérieure. Des forces extérieures sont intervenues immédiatement dans les événements. Pourquoi ces forces ont-elles intérêt à déstabiliser le Kazakhstan? Parce que la destabilisation ou le chaos organisé comme ils l'appellent est le moyen pour eux de contrôler ce pays. Le Kazahstan a une grande importance pour l'Occident. C'est une des grandes puissances extractrices de pétrole, qui a gardé des liens forts avec la Russie. (...) Ces forces étrangères ont utilisé l'indignation légitime des gens afin de déstabiliser le Kazakhstan et de l'entraîner dans l'orbite d'influence occidentale. (...) Les forces de l'oligarchie internationale agissent par l'intermédiaire des services secrets de l'OTAN. Et nous avons vu comment ces services ont agi en Yougoslavie, en Ukraine, en Géorgie et ailleurs. C'est la même signature du Renseignement occidental."

 

Le ministre des affaires étrangères chinois Zhang Hanhuy est allé dans le même sens. Il a manifesté son soutien au gouvernement kazakh et stigmatisé avant-hier les pays extérieurs à la région qui interfèrent dans les affaires des pays asiatiques "sous divers prétextes, les soi-disant droits de l'homme, la démocratie et ainsi de suite de temps en temps". "Le seul résultat d'un tel soin est le chaos, la destruction de la stabilité, a-t-il ajouté. Voyez ce qui se produit le Moyen-Orient et en Afrique du Nord où les personnes armées ont renversé un gouvernement légitime. Et qu'ont-ils donné au peuple, excepté les victimes, le désordre, la pauvreté et le chaos ? Rien !"

 

Le 19 novembre dernier, le président Nazerbaïev qui pourtant entretient d'excellentes relations avec les Etats-Unis avait condamné les ingérences étrangères en Libye et en Syrie et avait refusé toute action contre l'Iran. En octobre le ministre des affaires étrangères du Kazakhstan en visite à Téhéran s'était aussi opposé à toute intrusion étrangère dans les affaires des pays riverains de la Caspienne pour l'exploitation des ressources (notamment pétrolières) de cette mer.

 

Mais pour l'heure la présence d'éventuels agents provocateurs étrangers dans les événements de Janaozen n'est pas démontrée. On note seulement les initiatives de Human Right Watch, liée au multi-millionnaire américain Soros, dans la dénonciation de la répression.

 

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-kazakhstan-des-voix-s-elevent-contre-l-ingerence-occidentale-94340732.html

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 00:14

Syrie : assassinat du journaliste, défection d’un observateur... et désinformation


Al-Manar


Toute une armada politico-médiatique s’attelle pour induire en erreur l’opinion publique et laisser entendre que la mort du reporter de France 2 en incombe aux autorités syriennes.


Au lendemain de la mort de Gilles Jacquier tué alors qu’il effectuait un reportage à Homs, épicentre de la rébellion contre le régime syrien, les responsables occidentaux de premier rang se sont tous mis de concert pour mener à bien cette tâche.

D’aucuns ont exigé aux autorités syriennes de protéger la presse. (Juppé et le Clinton). Insinuant que c’est en raison de leur déficience que le journaliste a été abattu. D’autres ont réclamé l’ouverture d’une enquête (Sarkozy et Ashton).

Alors que le chef de la diplomatie britannique s’est engagé dans un discours mesquin et pitoyable volontairement déconnecté de l’incident, évoquant « le prix terrible payé par la population de Homs et le courage des journalistes qui prennent de grands risques pour faire savoir ce que vit la population syrienne ». Seul Human Right Watch va droit au but, demandant à la Ligue arabe « de condamner d’urgence les forces de sécurité qui tirent sur les protestataires pacifiques qui cherchent à contacter les observateurs arabes ».

Sans oublier le vice-président américain Joe Biden qui se veut devant le Premier ministre et chef de la diplomatie qatari « condamner les violences perpétrées par le régime Assad en Syrie »


Le journaliste tué au sein d’une manif pro Assad


Bien entendu aucune allusion chez tous ceux-là au fait que le journaliste français qui faisait partie d’un groupe de journalistes (un autre de France 2, cinq belges, deux suisses, deux Libanais et un journaliste syrien, selon un collègue de Jaquier, Mohammad Ballout cité par le Figaro) a été tué au milieu d’une manifestation pro Assad qui, a peine attroupée a été victime de tirs de mortiers et de RPG, armement favori des rebelles syriens. Et naturellement, les responsables occidentaux omettent de signaler que 8 civils syriens ont aussi été tués dans ce pilonnage et qu’ils sont tous des sympathisants du président syrien.

Même l’Observatoire syrien des droits de l’homme qui diffuse des chiffres sur les victimes sans donner de preuves, tente dans sa réaction une démarcation, disant ignorer l’origine des tirs et réclamant l’ouverture d’une enquête. Tellement les faits sont évidents.

Défection douteuse d’un observateur... Al Jazeera encore

Une autre affaire liée également à la crise syrienne révèle la manière d’agir manipulatrice des sbires des insurgés syriens.

Mercredi, un des observateurs de la Ligue arabe (LA), l’algérien Anouar Malek a déclaré pour AlJazeera sa décision de se retirer de la commission des observateurs sous prétexte qu’il s’est « trouvé en train de servir le régime syrien ».

De Doha, Malek a accusé le régime syrien de commettre « les actes les plus sales », de tuer ses partisans pour étayer sa version des faits. Il a dit avoir vu dans les régions qu’il a visitées (Bab Amro, Khalidiyya, Sultaniyyé, Bab Sibae) « des spectacles honteux, des cadavres torturées, ---, des enfants martyrisés ». Il a dit avoir vu de ses propres yeux les partisans du régime ouvrir le feu sur les manifestants...

Or il s’avère que les propos de cet observateur n’ont rien à avoir avec la réalité. Selon le quotidien libanais AsSafir, la Ligue arabe et par la voix de son vice-secrétaire général Ahmed Ben Helli a tenu à signaler que personne d’autre que le porte-parole de la commission, le général soudanais Mohammad Ahmad al Dabi ne peut parler en son nom.

« ... quant à celui qui voudrait renchérir ou mentir, il n’exprime en rien la position de la Ligue arabe, de sa délégation ou tout autre », a-t-il précisé.

Selon l’AFP, le chef de la mission d’observation, le général soudanais Mohammed Ahmed al-Dabi, a déclaré dans un communiqué que "les déclarations d’Anouar Malek sur une chaîne satellitaire sont sans fondement".

"M. Malek était déployé avec une équipe à Homs, mais pendant six jours il n’a pas quitté sa chambre et ne s’est pas joint aux autres membres sur le terrain en prétextant être malade", a-t-il ajouté.

Selon le général Dabi, M. Malek avait demandé à aller à Paris pour y être soigné, mais est parti sans attendre l’autorisation.

Un responsable de l’organisation pan arabe ayant requis l’anonymat a affirmé selon AsSafir que le témoignage de Malek est erroné, et quoiqu’étant réellement un des observateurs de la mission, mais il est resté au lit dans sa chambre d’hôtel en raison de sa maladie.

Il a indiqué que Malek qui est un algérien résident en France est membre de la Commission arabe des droits de l’homme dont le siège se trouve à Paris, qu’il sert d’autres agendas, sachant qu’il a des lien de parenté avec le chef du Conseil national syrien (CNS) Bourhane Ghalioune, ( de par sa première épouse algérienne, ndlr)et qu’il est en contact avec Haytham Mannaa qui est le chef de l’organisme de coordination des forces du changement démocratique à l’étranger.

Le ministre algérien des affaires étrangères s’est lui aussi exprimé sur le faux témoignage de Malek, indiquant qu’il n’a pas été dépêché par le gouvernement algérien et que les dix autres observateurs algériens de la commission ont « des avis différents du sien ».

Sa défection avant la publication des conclusions finales ne soient publiées semble être une tentative de décrédibiliser la mission des observateurs, surtout si ces conclusions seront différentes des attentes de l’opposition qui n’a cessé de la futiger.


AlArabi : le spectre de la guerre civile


A cet égard, le chef de la Ligue Arabe Nabil AlArabi a mis en garde contre l’éclatement d’une guerre civile en Syrie. dans un entretien télévisé, rapporte le site en ligne alArab Online, il a signalé que la Syrie est un pays influent dans la région et que les problèmes dont il souffre auront des séquelles sur l’entourage.

Selon lui, le scénario d’ingérence étrangère en Syrie a l’instar de ce qui s’est passé avec la Libye n’est pas envisageable : « La Syrie n’est pas séduisante pour des pays qui utilisent leurs armes et trouvent qui leur payer. Elle n’a pas de pétrole et les Etats-Unis ont des élections cette année et par conséquent je ne pense pas qu’ils veuillent entrer dans des aventures militaires », a-t-il expliqué, indiquant avoir dit ceci a plusieurs reprises à l’opposition syrienne.

Alarabi pense qu’en exerçant des pressions et un embargo politique et économique de la part de plusieurs pays sur le régime syrien et l’opposition aussi pourrait porter ses fruits et faire cesser la violence. D’après lui, la situation s’est beaucoup compliquée et les rapports qui lui parviennent du bureau de la LA à Damas, via le général al Dabi sont « particulièrement inquiétants ».

Concernant la saisine du Conseil de sécurité, réclamée incessamment par l’opposition pro occidentale, AlArabi estime que s’il voulait vraiment interférer, il l’aurait fait effectivement, et n’a pas besoin d’une décision de la LA pour le faire.

Mercredi, l’organisation pan arabe a décidé de surseoir à l’envoi de nouveaux observateurs en Syrie après une attaque contre la mission lundi, au cours de laquelle trois d’entre eux ont été blessés légèrement.


Pékin hostile toujours à l’internationalisation de la crise


De leur coté, les Chinois à l’instar des Russes ne changent pas de position d’un iota et refusent toute internationalisation de la crise syrienne.

L’émissaire de Pékin pour le Moyen-Orient Wu-Sike a réitéré cette position lors d’une rencontre avec AlArabi au Caire devant lequel il a insisté sur la solution de cette crise dans le cadre de la Ligue arabe.

Faisant état de difficultés auxquelles font face les observateurs de la Ligue arabe en Syrie, il s’est refusé, cpntrairement aux positions occidentales et arabes, a en incomber la responsabilité exclusivement au gouvernement syrien .

"Le gouvernement syrien et les autres parties syriennes devrait faire en sorte que la mission bénéficie de conditions convenables pour l’accomplissement de son travail", a-t-il déclaré à l’issue d’une rencontre avec le chef de l’institution panarabe, Nabil al-Arabi.

Pékin "espère que les observateurs feront preuve de patience et poursuivront leurs efforts afin de réaliser leurs objectifs pour le bien de la Syrie et de son peuple", a-t-il ajouté.

 

URL de cet article 15594
http://www.legrandsoir.info/syrie-assassinat-du-journaliste-defection-d-un-observateur-et-desinformation.html
.
Lire aussi,

 

Une grande figure du journalisme anglais dénonce le bourrage de crâne sur la Syrie

Une grande figure du journalisme anglais dénonce le bourrage de crâne sur la Syrie Par Louis Denghien, le 19 janvier 2012 Jonathan Steele : une pointure du journalisme britannique, et un dénonciateur…


Pour lire la suite cliquez ici

 

"La Syrie est une tête de pont pour une agression contre l’Iran" entretien de Joëlle Penochet à La NR

"La Syrie est une tête de pont pour une agression contre l’Iran"

 

Syrie : « Nous sommes la Révolution ! » - Pierre Piccinin
Les carnets de voyage ne racontent pas les mêmes histoires que les feuilles de choux.

 

.

 

SYRIE : Mensonges médiatiques ou le prétexte à une autre «guerre humanitaire» - Manifestations en Syrie: Qui compte les morts?
 
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=27865
DOSSIER SYRIE :
Désinformation médiatique et dangers
d'une nouvelle guerre

 

.

 
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Désinformation
commenter cet article

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • R-sistons  à  la  désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages