Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 22:02
Mardi 7 février 2012
Se312770_250229411699179_100001363671692_613111_952180859_n.jpgnt: Tuesday, February 07, 2012. Subject: http://www.silviacattori.net/article2787.htmlHoms, une ville plongée dans l'horreur organisée par des groupes armés et non par Damas
Le Syrien qui témoigne ici vit à Homs, dans le quartier où a été tué Gilles Jacquier en même temps que huit sympathisants syriens du gouvernement Assad. Les obus tombaient tout autour de son immeuble au moment où nous parlions. Tétanisé par la peur et l’angoisse de la mort qui rôdait, il parlait à voix basse, difficilement.

Nous croyons ce que ce cadre, père de deux enfants, nous a dit avec sobriété. Nous croyons en sa sincérité. Ce qu’il affirme contredit ce qu’affirment les autorités politiques -impliquées dans le conflit- et nos médias, qui persistent à nier la réalité ; à attribuer les destructions et les assassinats aux forces armées syriennes et à affirmer à tort qu’elles torturent des enfants, violent des jeunes filles, tuent intentionnellement des civils.

En opposant leur véto à la résolution proposée par l’Occident et ses alliés arabes des pays du Golfe, la Chine et la Russie viennent de montrer qu’elles ne sont pas dupes de cette colossale désinformation. Mais, depuis que le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni, ces bandes armées ont redoublé de sauvagerie se sentant de toute évidence fortes du soutien que leur apporte la prétendue « communauté internationale ».

Silvia Cattori : Dans un article du 4 février, le journaliste de l’AFP, Khaled Soubeih [1], affirme que, selon des militants, « dans la nuit, les forces du régime ont bombardé au mortier et au char plusieurs quartiers rebelles comme Baba Amro, Bab Dreib, Bab Sebaa, Bayada, Wadi Araba, et surtout Khaldiyé. » Le Conseil national syrien (CNS) fait, lui, état d’au moins 260 morts et de centaines de blessés. Est-ce bien votre point de vue sur ce qui s’est passé dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 février 2012 ?

Réponse : Ils tirent de tous côtés…ils veulent juste tuer…Leurs tirs ont tué 20 militaires qui se trouvaient dans notre quartier (Hadara)… Ce sont eux qui tirent et nous bombardent. Vous entendez ? Ils lancent des bombes sur notre quartier en ce moment [11h40 du dimanche 5 février] Ils tirent et tuent pour tuer aussi bien des alaouites que des sunnites dont ils contrôlent les quartiers.

Silvia Cattori : Quand vous dites « ils », « eux » qui désignez-vous ?

Réponse : Je parle des opposants armés contre Bachar.

Silvia Cattori : On a vu des images montrant des opposants devant des dizaines de corps recouverts de linceuls blancs que l’on a dit avoir été tués dans le quartier de Khaldiyé. Alors, selon vous, ce sont les corps de civils et de militaires exécutés par des groupes armés ?

Réponse : Oui. Ce sont eux qui les ont tués. Parmi ces corps, des gens de notre quartier ont reconnu des personnes qui avaient été kidnappées [2], certaines depuis longtemps. Ils ont enlevé beaucoup de gens. Les enlèvements ont commencé en avril.

Silvia Cattori : A-t-on reconnu parmi ces corps une personne enlevée que vous connaissiez ? Le ministre des Affaires étrangères françaises, Alain Juppé, a parlé de 100 enfants tués à Homs l’autre jour…

Réponse : Des parents de mon quartier ont reconnu, parmi ces cadavres, une vingtaine d’hommes qui avaient été kidnappés. Ils portaient des traces de torture. Ils n’ont pu voir tous les corps. Ils n’ont vu ni femmes ni enfants, parmi les cadavres. Ils ont vu les corps d’hommes, de disparus, de parents, présentant pour certains des traces de torture apparemment antérieures à la mort ; ils ont assuré que ces hommes avaient été enlevés auparavant, qu’ils paraissaient avoir été exécutés et non pas tués par des obus.

Silvia Cattori : Savez-vous combien de personnes ont été enlevées par ces groupes armés depuis avril ?

Réponse : On ne sait pas exactement…mais beaucoup d’hommes ont disparu. L’un d’eux est mon cousin. Ils l’ont kidnappé il y a 15 jours. On n’a plus eu aucune nouvelle. Il y a des familles ici qui ont eu des fils, des pères ou des oncles kidnappés. On estime à quelques 400 le nombre de personnes enlevées, disparues.

Je connais un autre cas récent. Celui du frère d’une amie. Il est parti en voiture le 24 janvier et on ne l’a plus revu. Sa famille a eu des nouvelles de lui par téléphone il y a 4 jours disant que ses ravisseurs demandent une rançon. La famille est en train de trouver une somme importante … Il arrive que, une fois trouvé, l’argent se perde en route, car le médiateur se fait tuer…

Silvia Cattori : Mais, ici, on dit que l’armée viole, torture les enfants...On dira en vous lisant que c’est peut-être l’armée qui kidnappe les gens ?

Réponse : Tout cela ne reflète pas ce que nous voyons depuis notre côté. Ce sont les opposants armés qui assiègent, qui kidnappent, qui tuent et torturent les enfants dont l’on voit ensuite la photo sur Aljazeera. Ils attribuent leurs crimes à l’armée syrienne. Les destructions, les morts, les blessés que nous avons, ce sont les opposants armés qui en sont responsables.

Silvia Cattori : Toujours est-il que ce chiffre de 260 civils [3] « dont une centaine d’enfants et de femmes », qui auraient péri sous les obus de l’armée d’Assad dans le faubourg de khalidiya, à Homs, la nuit du vendredi 3 février, ont mis le monde en émoi ; ce qui n’arrange pas les choses. Or, parmi les corps exposés à Khaldiyé on ne voit ni femmes ni enfants. On voit des jeunes hommes dont les corps portent des traces de tortures. Ils ne paraissent pas avoir été tués sous les décombres, suite à des bombardements. Tout cela confirme ce que vous nous avez dit. Que les tueries sont davantage le fait de groupes armés. Il est important de mettre cela au clair ; car si ce que vous dites - que les corps exposés sont ceux de gens qu’ils ont préalablement enlevés et exécutés - cela incrimine ceux qui, comme Obama et Sarkozy, couvrent les atrocités de ces opposants car ils veulent obtenir le renversement d’Assad coûte que coûte. Y a-t-il des photos des immeubles qu’ils auraient bombardés ?

Réponse : Oui. Ils ont bombardé Hadara, notre quartier (là où ils ont tué Gilles Jacquier - Nda) vendredi nuit. Les tirs partaient depuis Baba Amro, Bab Dreib, Bab Sebaa, Bayada, Khaldiyé …dans tous les sens. Ce n’étaient pas des tirs qui partaient de l’endroit où se trouvaient des forces armées gouvernementales qui sont ici dans notre quartier pour nous protéger. C’est un petit quartier le nôtre.

Silvia Cattori : Alors, ce qu’ont rapporté des Syriens par téléphone au journaliste de l’AFP n’est pas vrai ?

Réponse : Non, ce n’est pas vrai. Ils sont lourdement armés. Ils ont pris le contrôle de Baba Amro, Bab Dreib, Bab Sebaa, Bayada, Khaldiyé... Ils détruisent, tuent, blessent les gens. Ils bombardent en ce moment…Ce sont eux (les groupes islamistes armés) qui font exploser des bâtiments, qui menacent les gens pas seulement dans notre quartier, partout. Il y a des tirs en ce moment dans plusieurs endroits. Les habitants appellent l’armée à l’aide.

Silvia Cattori : Avez-vous peur en ce moment ?

Réponse : Oui, on est effrayés. C’est très dangereux pour nous.

Silvia Cattori :On peine à comprendre comment ces groupes peuvent « contrôler » la population de quartiers entiers de la ville de Homs ?

Réponse : Ils sont entrés dans les quartiers ; ils s’y sont installés par la terreur ; ils maintiennent les habitants sous la menace ; ils les obligent à collaborer pour les protéger ; ils les obligent à fermer leurs échoppes, les écoles.

Silvia Cattori : Qu’est-ce qui est le plus difficile pour vous qui êtes exposés à leurs tirs ?

Réponse : On ne peut pas sortir, on ne peut pas voir d’autres gens, on vit dans la crainte permanente qu’une bombe nous touche, nous tue. Nous ne vivons pas en sécurité…Je ne peux pas aller à mon travail ; il y a sans cesse des bombardements dehors ; ils nous tuent dès que l’on sort ; la maison de mon voisin a été détruite…

Silvia Cattori : Depuis quand la situation est-elle devenue à ce point intenable ?

Réponse : Depuis deux jours cela est allé de pire en pire. Mais les choses se sont aggravées depuis sept jours.

Silvia Cattori : Avez-vous l’impression que l’administration d’el-Assad ne fait pas ce qu’il faut pour vous protéger ?

Réponse : Ils font de leur mieux dans un contexte très difficile.

Silvia Cattori : Les journalistes des médias traditionnels parlent de manifestants pacifiques, d’une révolution qui promet la démocratie…

Réponse : Non, il n’y a pas de manifestations pacifiques de leur côté. Toutes leurs manifestations sont violentes, sont des incitations à la violence.

Silvia Cattori : Ce que vous dites atteste que ce que les politiques et les médias qualifient chez nous de « militants pro-démocratie » sont en réalité des groupes armés qui terrorisent la population. C’est tout de même une douloureuse équation. Que ressentez-vous quand vous entendez MM. Alain Juppé et Gérard Araud, l’ambassadeur de France à l’ONU, donner raison à ces opposants armés qui vous tuent, vous kidnappent et tuent les soldats qui, avec la meilleure volonté, n’arrivent pas à vous protéger ?

Réponse : Ce que je ressens ? De la tristesse. Je suis très triste pour mon pays, mon peuple…je ne cesse de me demander pourquoi ils mentent…Nous sommes ici face à l’inconnu…Je remercie la Russie et la Chine pour avoir opposé leur veto au Conseil de sécurité. Car si eux aussi laissent faire ce que veulent d’autres pays, ce qui est arrivé en Libye arrivera ici en pire…

J’aimerais dire aux journalistes et aux responsables politiques que par leurs mensonges, par leur biais en faveur des opposants armés qui nous terrorisent, ils détruisent l’esprit, et surtout l’âme de notre jeunesse.

Silvia Cattori : Nous vous remercions d’avoir accepté de nous répondre. Nous allons faire de notre mieux pour faire connaître votre témoignage.

*****
Atterrée par ce que nous venions d’entendre, nous avons posé le téléphone tout en sachant que nos politiciens et nos médias ne voudront pas l’entendre [4]. (5 février 2012 )

Post scriptum

Ce matin, 6 février, alors que nous nous apprêtions à publier ce témoignage, en entendant dire sur France Culture que l’armée syrienne pilonnait sans discontinuer depuis samedi les opposants, et l’invité du matin, Salam Kawabiki, opposant syrien résidant à Paris, se plaindre que « malheureusement les médias du régime (sont) relayés par des sites d’extrême droite français... » [5], nous avons dressé l’oreille. Salam Kawabiki parlait de plus de 400 morts du côté des opposants dans la nuit de vendredi. Opposants qu’il présente comme étant totalement pacifiques, manifestant en chantant, comme les membres d’une révolution qui a «  développé un humour syrien ».

Nous ne l’avons pas cru. Tout ce qu’il disait transpirait la propagande, ne cadrait aucunement avec ce que, depuis des mois, nos contacts à Homs, terrorisés par les opposants armés, disent et répètent. Nous les avons rappelés pour leur demander qui les pilonnait aujourd’hui. Il nous ont dit : « Aujourd’hui les groupes armés ont attaqué le centre de communication ; ils ont fait exploser des immeubles dans le quartier d’al-Nazihin et le quartier al-Inchaat ; ils ont menacé de faire sauter d’autres immeubles dans d’autres quartiers ; sur les toitures des pneus brûlent [6] ; les habitants appellent l’aide de l’armée ».

Silvia Cattori

Pour des raisons de protection nous n’indiquons pas le nom de nos correspondants.

Cet entretien n’aurait pas pu être réalisé sans le précieux soutien de Rim, une jeune Syrienne.

 


 

[1] « Syrie : choc et horreur dans la ville dévastée de Homs », par Khaled Soubeih, (AFP) 4 février 2012.

[2] Mgr Jean-Clément Jeanbart dit lui aussi que « des gens sont tués en plein jour, kidnappés par des gangsters, qui demandent des rançons élevées » Voir :
http://www.silviacattori.net/article2780.html

[3] Le correspondant de la BBC en Arabe qui se trouvait à Homs du côté des rebelles estime lui à 50 le nombre des tués (et non pas 260), tout en précisant que, dans le chaos actuel, il est difficile de compter.

[4] Voir : « Les Syriens sont une majorité à soutenir le président Assad, mais ce n’est pas des médias occidentaux que vous pourriez l’apprendre », par Jonathan Steele, The Guardian, 17 janvier 2012.

[5] Il y a de nombreux sites d’information en France, de sensibilités politiques diverses, qui publient des auteurs sérieux et sans biais, (traduisent également des auteurs étrangers comme MAHDI DARIUS NAZEMROAYA, BILL VAN AUKEN, PEPE ESCOBAR, JEREMY SALT, JONATHAN STEELE, etc), infiniment plus crédibles, au sujet de ce qui se passe au Moyen et au Proche Orient, que les journalistes Christophe Ayad ou Georges Malbrunot, publiés par Le Monde et Le Figaro

[6] Il y a deux jours, sur Facebook, de prétendus « révolutionnaires démocrates épris de liberté » ont appelé à mettre le feu a des pneus sur les toitures

166934 234517459950607 100001770649973 533313 995009093 n

.Voir aussi :

Témoignage d'une Syrienne dont le frère a été tué à Homs par des "opposants"

 

Sur ce blog,

La coopération sino-allemande pleine d'espérance

connaît des perspectives d'avenir prometteuses.

La coopération sino-allemande pleine d'espérance connaît des perspectives d'avenir prometteuses La Chancelière allemande Angela Merkel a entamé depuis le 2 février sa visite officielle en Chine et…


Pour lire la suite cliquez ici


 

 

§§§§§

 

 

International, voir aussi :

 

 

 

La Révolution arabe pour arriver à ça ?


 

 

Il veut forcer la main, là aussi, comme pour le Traité de Lisbonne ?

Il veut séduire et corrompre Medvedev, plus malléable ?

 

 

 

  .

Les pays de l’ALBA dénoncent à leur tour l’ingérence des « Contras » en Syrie

Dans un communiqué publié en marge du XIème sommet de l’organisation, les 9 États membres de l’ALBA (Alliance Bolivarienne pour les peuples de notre Amérique) ont rejeté ce dimanche la « politique systématique d’ingérence et de déstabilisation » qui cherche à « imposer par la force un changement de régime au peuple Syrien ».


Reseau Voltaire
Mardi 7 Février 2012


Les pays de l’ALBA dénoncent à leur tour l’ingérence des « Contras » en Syrie
La résolution des membre de l’ALBA condamne « les actes de violence armée que des groupes paramilitaires appuyés par des puissances étrangères on lancé contre le peuple syrien ».

Les chefs des États membres de l’organisation d’intégration latino-américaine ont manifesté leur soutient à la « politique de réforme nationale initiée par le Gouvernement du président Bashar al-Assad, qui cherche à trouver une solution politique à la crise actuelle », « dans le respect de la souveraineté du peuple syrien et de l’intégrité territoriale de la Syrie ».

Les États atlantistes et du Golfe, ainsi que leurs relais de communication, accusent le gouvernement syrien de réprimer dans le sang une contestation pacifique. Au contraire, le gouvernement syrien affirme que ces mêmes pays occidentaux soutiennent des groupes armés qui mènent des opérations de sabotage dans le pays, ayant entrainé la mort de plusieurs milliers de citoyens, civils et militaires.

Les observateurs de la Ligue arabe ont invalidé les accusations de leurs propres gouvernements et ont partiellement validé le point de vue syrien.

Bien que le cynisme qu’implique la mise en œuvre d’une stratégie de déstabilisation puisse laisser les Européens incrédules, il n’en est pas de même pour les latino-américains. Là-bas l’épisode des « Contras » est encore dans toutes les mémoires, et le parallèle avec la situation syrienne est immédiat.

Ces groupes armés (en espagnol : « Contre-Révolutionnaires ») avaient été soutenus et entrainés d’abord par la dictature Argentine, en tant que sous-traitant, puis directement par les administrations Carter et Reagan pour renverser le gouvernement socialiste du Nicaragua durant les années 80. Ils opéraient des raids contre l’économie et la population du Nicaragua à partir de bases arrières situées au Honduras.

Le bilan de cette fausse guerre civile organisée par les États-Unis contre un État et un peuple souverains est estimé à 57 000 victimes, dont 29 000 morts.

Les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN et du CCG, eux, multiplient les déclarations à l’encontre de la Syrie, à leurs yeux « plus isolée que jamais ».

Résolution du XIème sommet de l’ALBA-TCP sur la République Arabe Syrienne

Les chefs d’États et de gouvernements de l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA) réitèrent leur condamnation de la politique systématique d’ingérence et de déstabilisation contre notre sœur la République Arabe Syrienne, qui a pour but d’imposer par la force un changement de régime au peuple Syrien.

Les pays membres de l’ALBA condamnent les actes de violence armée que des groupes paramilitaires appuyés par des puissances étrangères ont lancés contre le peuple syrien, et formulent le vœu que la société syrienne retrouve le calme et la paix.

Les pays de l’ALBA réitèrent leur appui à la politique de réforme nationale initiée par le Gouvernement du président Bashar Al Assad, qui cherche à trouver une solution politique à la crise actuelle, dans le respect de la souveraineté du peuple syrien et de l’intégrité territoriale de ce pays arabe frère.

http://www.voltairenet.org/Resolution-du-XIeme-sommet-de-l

http://www.voltairenet.org/Les-pays-de-l-ALBA-denoncent-a http://www.voltairenet.org/Les-pays-de-l-ALBA-denoncent-a

 

http://www.alterinfo.net/Les-pays-de-l-ALBA-denoncent-a-leur-tour-l-ingerence-des-Contras-en-Syrie_a70878.html

 

.

 

.

.

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 17:05

http://www.lepoint.fr/images/2012/01/23/huffington-post-france-sinclair-485916-jpg_331304.JPG

http://www.lepoint.fr/images/2012/01/23/huffington-post-france-sinclair-485916-jpg_331304.JPG

 

 

 

Nouveau Média identique aux autres,

pire encore ? Voici le Huffington Post

par eva R-sistons

 

 

 

Un nouveau Média, Huffington Post version française,

 remplace hélas le Post permettant à tous de s'exprimer !

Désormais, c'est la Pensée Unique qui s'installe,

en association avec le groupe Le Monde

qui n'est plus le journal neutre d'avant,

d'information tout simplement,

mais inféodé à l'Occident ultra-libéral et va-t-en guerre.

 

Et ce nouveau Média est orchestré

par le clone de Christine Ockrent à France24,

en l'occurrence la femme

du désormais tristement célèbre DSK,

Anne Sinclair, connue pour son attachement inconditionnel

- comme son époux ou comme C. Ockrent - à l'Etat hébreu

(Etat qui impulse une politique particulière),

et donc inévitablement... communautariste, partiale.

Vous vous attendez à de la neutralité, à de l'info, vous,

venant d'un Média à la consonance anglo-saxonne,

et à la dévotion des Hébreux ?

Non, tout sera partisan,

au service de l'idéologie dominante,

ultra-libérale, et impérialiste.

Au service de la domination usraélienne sur le monde,

tout simplement !

 

Alors, rien de nouveau sous le soleil occidental.

Sinon qu'un Média ouvert, Le Post, est remplacé

par un média au seul service de la Pensée Unique dominante !

Un de plus !

Alors, vous n'en avez pas marre

de lire toujours les mêmes choses ?


 

Morceaux choisis (titres) de ce 7 février 2012,

vous reconnaîtrez la propagande habituelle

contre la Syrie, la Russie..

ou contre le Vénézuela de Chavez !

 

- "REPRESSION en Syrie: Les dernières infos"

- "Ca CHAUFFE en Russie" (contre Poutine)

- "Pourquoi le protectionnisme européen est un LEURRE"

- "Le pouvoir chaviste confronté à l'épreuve des urnes"

Chavez, le bien-aimé Président du peuple vénézuelien,

est présenté ainsi :

"Après plus de treize ans de pouvoir quasi-absolu d'Hugo Chavez et de son parti, le PSUV, réparer les DOMMAGES (aux intérêts des multinationales américaines, note d'eva)  du chavisme ne sera pas une tâche aisée pour le gouvernement qui prendra le relais, tôt ou tard, du leader vénézuélien"

 

J'arrête, tout est dit.

Ce Post là est au service des intérêts anglo-saxons et israéliens

qui mettent le monde en coupe réglée. C'est tout.

Fallait-il s'attendre à autre chose de la part

de la femme du Directeur du FMI

qui chaque matin se lève en se demandant comment servir Israël

(confession sur Tribune Juive),

et qui est un fervent supporter de l'ultra-libéralisme

militaro-financier qui dévaste la planète ?

 

Conclusion : Fuyez ce nouveau support

comme tous les Médias officiels, dominants,

au service de l'Oligarchie euro-atlantiste !

 

Eva R-sistons

 

 

 

« À défaut d’avoir recours à la force pour contrôler les populations, on peut parfaitement les contrôler par l’opinion » Harold Laswell, spécialiste des médias.

"La presse libre n'existe pas. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes les pantins qui sautent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous sommes les laquais des puissances financières derrière nous. Nous ne sommes rien d'autre que des intellectuels prostitués. Le travail du journaliste est la destruction de la verite, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l'opinion au service des Puissances de l Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses". John Swaiton, l'éditeur du New York Times, lors de son discours d'adieu.

 

 

.

 

.

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 17:01
Les médias passent sous silence les morts dont les Etats-Unis sont responsables
Un million de morts en Irak (Socialist Worker)
Danny LUCIA

Plus d’un million d’Irakiens sont morts dans la guerre américaine.

Cette phrase est un test décisif. La réaction immédiate de certaines personnes est de dire "Ce n’est pas possible" parce que les Etats-Unis ne pourraient pas faire une chose pareille. Ou parce que des crimes d’une telle envergure ne se produisent plus. Ou parce qu’ils se produisent mais seulement dans des endroits épouvantables que les Etats-Unis n’ont pas encore libérés.

Un million de morts c’est un chiffre qui vous fait dire "Grand-papa, pourquoi n’as-tu rien fait pour empêcher ça ?". C’est un chiffre qui place indéniablement les Etats-Unis au rang des méchants de l’histoire. Ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas accepter cela ne peuvent pas non plus admettre qu’un million d’Irakiens soit mort. Leur cerveau rejette cette éventualité comme s’il s’agissait d’un virus étranger.

Noam Chomsky a écrit un jour que "le signe d’une culture vraiment totalitaire est que des vérités importantes ont tout simplement perdu tout sens pour les gens et sont assimilées à des provocations du niveau de ’Va te faire foutre !’ et ne peuvent générer en réponse qu’une torrent parfaitement prévisible d’injures."

C’est en effet à peu près la manière dont les médias ont réagi au chiffre de un million quand il a été annoncé en 2007 par la firme de sondages britannique, Opinion Research Business (ORB) (En fait la firme estimait que 1 220 580 Irakiens étaient morts, ce qui confirmait en la mettant à jour une étude réalisée l’année précédente par des chercheurs de l’Université Johns Hopkins et publiée dans le journal médical The Lancet).

Prenons par exemple Kevin O’Brien, le rédacteur en chef du Cleveland Plain Dealer. Quand il a reçu le mail qui l’informait des résultats des recherches de ORB qui a parmi ses clients le Parti Conservateur Britannique et Morgan Stanley, il a répondu : "Enlevez-moi de votre mailing list et épargnez-moi votre propagande cousue de fil blanc".

* * * *

"Nous ne tenons pas le compte des cadavres" est la célèbre réponse que le Général Tommy Franks a faite à un reporter qui l’interrogeait sur les pertes civiles. Il n’est pas le seul dans son cas.

Dans les commentaires moroses du mois dernier sur la fin de la guerre en Irak, on a rarement trouvé un chiffre correspondant au nombre d’Irakiens morts. Les reporters ont répété que les chiffres des pertes irakiennes "n’étaient pas connus", ce qui montre que les médias ont à peu près le même intérêt pour le nombre de morts en Irak que pour le nombre d’écureuil morts dans un feu de forêt.

Ce que Mary Milliken de Reuters a écrit est typique : "Aujourd’hui nous avons commémoré la mort dans cette guerre d’un nombre inconnu d’Irakiens et celle de presque 4 500 Etasuniens."

Combien d’Etasuniens sont morts, Mary ? - Presque 4 500. Et combien d’Irakiens ? - Oh, vous savez, beaucoup. Un grand nombre.

"Un nombre inconnu" signifie qu’il n’y a pas d’estimation disponible du nombre exact de morts irakiens. En fait, il y en a deux : une organisation intitulée Iraq Body Count (IBC) a estimé à environ 110 000 le nombre d’Irakiens morts, sur la base des rapports des médias et des statistiques du ministère de la Santé. IBC admet que ce total est sûrement inférieur à la réalité parce que les armées d’occupation et les combattants de guerres civiles sectaires n’ont pas l’habitude de bien tenir leurs livres de comptes, mais il n’est pas d’accord avec le chiffre plus élevé de ORB et Johns Hopkins indiqué plus haut.

Sans vouloir entrer dans un débat méthodologique, il y a des chiffres disponibles qui permettraient de se faire une bonne idée des pertes civiles en Irak. Mais les reporters comme Kevin O’Brien et Mary Milliken ne les font pas "connaître".

Le silence qui entoure les chiffres n’est pas tant une conspiration que l’évidence que certains chiffres sont absolument incompatibles avec la mentalité impériale étasunienne.

Prenons un autre chiffre funeste d’une décennie antérieure : selon le Fond pour les Enfants de l’ONU, 500 000 enfants irakiens sont morts dans les années 1990 à cause des sanction imposées par l’ONU (sous la pression des Etats-Unis) qui empêchaient les médicaments et autres produits de première nécessité d’entrer dans le pays.

En 2000, le coordinateur des l’aide humanitaire de l’ONU a donné sa démission pour protester contre les sanctions, deux ans après que son prédécesseur ait fait la même chose. Ces deux diplomatiques expérimentés ont plus tard utilisé le mot "génocide" pour décrire la politique étasunienne.

Si vous ignorez ces faits ou les avez oubliés, vous n’êtes pas le seul. Il en est de même pour ceux qui ont décidé d’attaquer l’Irak. Il n’y a pas d’autre explication au fait que la stratégie de guerre et d’occupation étasunienne reposait sur la présomption que leur soldats seraient accueillis en libérateurs par les parents de ces 500 000 enfants. (Les sanctions d’ailleurs n’avaient pas été imposées au nord kurde, la seule partie d’Irak qui n’a pas offert de résistance massive à l’occupation étasunienne).

Ce n’est pas par hasard que la plupart des militants pacifistes les plus engagés sont des révolutionnaires d’une couleur ou d’une autre. Nous sommes capables d’appréhender l’atrocité du crime commis contre l’Irak parce que nous sommes radicaux. Et vice-versa.

Nous, les révolutionnaires, nous sommes confrontés ironiquement à la sagesse conventionnelle qui nous accuse d’être des adeptes fanatiques de "la fin justifie les moyens" sans aucun souci du sang versé, parce que nous voulons transformer la société.

Mais c’est Madeleine Albright, la Secrétaire d’Etat de l’époque, qui a dit en parlant de la mort des 500 000 enfants irakiens que "c’était le prix à payer". Et c’est Leon Panetta, le secrétaire de la Défense actuel qui a utilisé exactement la même expression à propos de la seconde invasion et occupation de l’Irak.

Ces paroles sont l’expression d’une ordre fanatique auquel nous devrions tous nous opposer de toutes nos forces.

Danny Lucia

Pour consulter l’original : http://socialistworker.org/2012/01/30/one-million-dead

Traduction : Dominique Muselet


URL de cet article 15724
http://www.legrandsoir.info/un-million-de-morts-en-irak-socialist-worker.html
Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 16:54

Médias juifs et non juifs, quels mots, quelle liberté d'expression, quel impact ?

 

Médias juifs et non juifs, quels mots, quelle liberté d'expression, quel impact ?

Internet permet à chaque citoyen de s'exprimer sans engager de frais considérables. Un ordinateur, un netbook, une connexion et hop, c'est parti ! Résultat, l'information n'est plus monopolisée par ceux qui en vivent, et l'argent juif peut moins intervenir pour fausser le jeu.

Que l'on soit journaliste exclu des médias traditionnels ou simple citoyen lassé par les mensonges de la télévision, on peut ouvrir un blog ou un site web et s'improviser "web journaliste" pour donner son avis ou écrire des articles, exactement comme je le fais en ce moment.

La parole n'est plus mono-ethnique, la plupart des bloggeurs et des sites ne sont pas juifs, et quand ils le sont tout de même, ils affichent leur opposition au sionisme, en exhibant très fièrement des rabbins manifestant contre Israël, ou en citant Gilad Aztmon ou Noam Chomsky à tout propos, comme si le monde avait besoin des juifs pour penser !

La grande majorité des sites ne cautionnent pas les mensonges de la presse écrite, et tentent d'expliquer la situation, de prévenir des dangers, de révéler les scandales, mais sans y parvenir vraiment parce qu'ils restent dans le cadre imposé, utilisent la terminologie imposée, les idées imposées, et ne franchissent jamais la ligne blanche imposée qu'on peut résumer en un seul mot : "judaïsme".

En clair, ils disent tout, écrivent tout, révèlent tout, mais jamais, ô grand jamais le mot "juif" n'apparait et ne doit apparaitre autrement qu'en termes élogieux, compatissants ou shoatiques. Le juif doit être victime, et non agresseur, même si on déplore avec Israël que ce soit faux, même si on sait ou soupconne fortement que toute l'histoire est censurée parce que complètement falsifiée, on n'en parle pas parce qu'on n'a pas le droit, parce qu'on ne veut pas que son blog soit fermé, parce qu'on ne veut pas avoir un procés comme Jean Michel Larqué, perdre son travail, se faire agresser comme Faurisson ou emprisonner comme Reynouard.

On a peur et on s'auto-censure. Malgré l'énorme travail accompli par des Dieudonné ou Hervé Ryssen, chacun dans sa partie, beaucoup de gens n'osent pas encore prononcer le mot "juif".

Sur beaucoup de sites, on vous dira que les responsables du chaos mondial ne sont pas des juifs, mais des "illuminatis".

Chez David Icke, le pote de Robbie Williams, ce sont des "reptiliens", ce qui ne l'a pas empéché d'être harcelé par des juifs qui ont bien compris l'allusion et notamment par l'escroc Richard Warman (voir The Lizard & the Jews).

Chez le très estimable Thierry Meyssan, ce sont des "Straussiens", adeptes du philosophe juif allemand Leo Strauss, on s'approche, mais ce n'est pas encore ça.

Et puis il y a toutes ces histoires de "vrais juifs", de "faux juifs", de "juifs talmudiques", de juifs de la Torah", de "juifs sionistes", de "juifs non sionistes"... autant de versions à l'export qui ont toutes pour dénominateur commun le mot "juif", le judaïsme, dont le concept de base est d'être "élu", ou "choisi", c'est à dire supérieur aux autres par la race juive, cette race mentale construite de toutes pièces. Sans même parler du talmud, respecté par 99% des juifs malgré le fait qu'il enseigne que le non-juif est né pour servir le juif (!), on constate que le judaïsme, dans son essence, avec ses histoires de race juive "élue", prône la supériorité par la race, le racisme, alors que dans un même temps, les organisations juives comme "SOS racisme" pourchassent le blanc qui ose parler de race ! Cherchez l'erreur !

Vous allez dire que nous voyons des juifs partout et que nous ne parlons que d'eux.
Non, nous ne voyons pas des juifs partout, nous les voyons là ou ils sont, c'est à dire dans la finance, dans la politique pour protéger la finance, dans l'éducation et les médias pour tromper le peuple et protéger la finance... Ils se sont emparé des commandes du navire et le dirigent tout droit vers la falaise. Devrait-on parler du matelot de la salle des machines plutôt que du capitaine pirate qui est à la barre ?


Mais alors, comment se fait-il que les peuples ne s'en rendent pas compte ?
Les peuples s'en rendent compte, de plus en plus, surtout avec internet. Mais comme le mot "juif" est évité, il est difficile de faire le lien. Par exemple, pour les attentats du 11 septembre, reopen911 avait bloqué la diffusion du documentaire "Missing links" qui met clairement en évidence le rôle d'Israel.

Prenez Strauss-Kahn : avant d'être pris en flag, il claironnait partout qu'il était un pauvre juif, que la France étant "antisémite", et qu'à cause de ces méchants antisémites, lui, le Dreyfus du 21eme siécle, avait peu de chances d'être élu président.
Mais depuis qu'il s'est fait attraper, qui met en avant sa judéité dans le viol d'une femme de chambre noire ?


Qui évoque la similitude avec l'affaire Polanski ?
Le journal "Sud Ouest" rappelle les protagonistes de cette affaire... tiens, bizarre, Strauss-Kahn n'est plus juif, et pour bien le faire comprendre, on écrit que Benjamin Brafman, son avocat, lui, est ... "juif orthodoxe".

Encore une autre tromperie : "juif orthodoxe" !
Quand, dans une sombre affaire, on ne peut vraiment plus éviter de prononcer le mot "juif" parce que c'est trop évident, on dit "juif orthodoxe", ou encore mieux, "juif ULTRA orthodoxe" pour bien indiquer qu'il ne faut pas confondre avec un juif "normal".

Par contre, pour les musulmans, on a le droit de confondre les intégristes avec l'islam "normal", les médias juifs parlent "d'islamistes". A quand les "juifistes" ?

Même chose pour "juif laic" ! Dit-on "musulman laic", 'catholique laic" !!??

On pourrait illustrer cette tromperie permanente par des milliers d'exemples.
Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'on ne peut pas lutter contre quelque chose qu'on ne désigne pas clairement, qu'on ne voit pas. C'était le sens des mesures controversées d'identification des juifs à travers les âges (étoile jaune, rouelle...).

Entre eux, les juifs se reconnaissent, allez sur les forums juifs, Harissa et compagnie, vous trouverez des listes de personnalités juives et vous constaterez que leur principale préoccupation, lorsqu'une personne fait l'actualité, est de savoir s'il est juif ou non, pour savoir s'ils doivent être pour ou contre.

En revanche, ils feignent de s'indigner quand un non-juif signale la judéité de l'un d'entre eux, prétextant des listes, des rafles, et ça se termine toujours par l'argument suprême, "le crime des crimes" comme dit Dieudonné... la shoah ! Ou shoahnanas, c'est selon. Cette fameuse shoah de plus en plus controversée par les historiens et scientifiques révisionnistes du monde entier, cette même shoah dont Jean Claude Pressac, pourtant tout acquis à la cause juive,   disait "qu'en fin de compte le dossier officiel de l'histoire des camps de concentration nazis était «pourri» "...


Voila, pour conclure, il est bon de rappeler qu'employer le mot "juif" n'est pas interdit par la loi. "Juif" n'est pas une insulte, et afficher la judéité de quelqu'un n'est pas un délit. Si vous avez un doute, si vous hésitez à placer le mot "juif" dans une expression, testez la en remplaçant le mot "juif" par le mot "musulman", ou "catholique". Vous verrez, tout de suite, ça a l'air moins interdit. C'est ça le conditionnement. Vous serez même surpris de constater à quel point on ne contrôle pas ce genre de petits détails que les manipulateurs, eux, contrôlent. 


Et à ce jeu, vous risquez d'être étonnés, et vous trouverez peut être plus simple de désigner "qui n'est pas juif" plutôt que "qui est juif", la fameuse sur-représentation des juifs, 99% sur France Inter...


bobGratton pour propagandes.info


Commentaires
Full StarFull StarFull StarFull StarFull Star Moyenne des notes
muku a écrit:Détail amusant sur l'avocat de Strauss-Kahn : l'article du journal "sud-ouest" le décrit comme un "fils d’immigrés victimes de l’holocauste"... Donc ses parents auraient émigré aux USA après avoir péri dans les chambres à gaz. Peut-être même après avoir été transformés en savon. Plus sérieusement, tous les Juifs ayant vécu en Europe centrale dans les années 40 sont considérés comme des miraculés. Pourtant en 1997, 50 ans après les faits, le gouvernement israélien reconnaissait encore le statut de rescapé à 1 million de personnes. Ca fait beaucoup de miracles, surtout si on y ajoute tous les survivants morts (mort naturelle, accidents, meurtres...) entre 1945 et 1997. En comptabilisant tous les "miraculés" vivants et tous ceux qui sont morts entre 1945 et aujourd'hui, je vous fiche mon billet qu'on obtient un nombre proche des 6 millions.

Par ailleurs, l'article de "sud-ouest" parle aussi d'un homme "issu des quartiers pauvres", ce qui est parfaitement inexact : aux USA, les populations se regroupent davantage par race que par classe sociale (par exemple on trouve un certain nombre de Noirs aisés dans les quartiers noirs ; mais on n'y trouve pas de Blancs, même parmi les Blancs les plus pauvres). Donc il aurait été plus juste de dire que ce Brafman est "issu des quartiers juifs".

12-12-11 15:20
Aryana a écrit:excellent et tellement vrai ! les juifs s'introduisent aussi sur les plus improbables sites (bibliothèques, musiques, si si ! ) internet pour monopoliser et interdire toute opinion politique autre que celle de leurs interets sionistes . sans parler des sites qui se font la promo d'etre "alternatif" mais refuse avec acharnement d'appeler un chat un chat ;ainsi Alex Jones sur PrisonPlanet ne parle que de globalistes et fdsouche que de mondialistes sans jamais aborder que cette mafia des banksters sont d'abord et surtout juifs/sionistes (Sarkozy/Cameron/GoldmanSach/Wallstreet/Pentagone,etc) ! 23-08-11 19:48
muku a écrit:Ils n'ont quasiment plus besoin de nous fliquer, tant ils sont bien secondés par les Goyim abrutis qui n'hésitent pas à vous dénoncer dès que vous émettez une opinion, une idée ou un sentiment qui ne colle pas avec leur vision d'aliénés.12-12-11 16:24
Sauron a écrit:Malgré mes maigres compétences littéraire ou philosophique, c'est encore un lien fort intéressant que je vais me faire un plaisir de faire suivre ;-) 23-08-11 06:22
Full StarFull StarFull StarFull StarFull Star
pff a écrit:Pas un mot à retirer à cette analyse ! 23-08-11 02:04

 

http://www.propagandes.info/product_info.php/mdias-juifs-et-non-juifs-quels-mots-quelle-libert-dexpression-quel-impact-p-944

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 14:22

 

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/Sans-titre---2_0_0.gif

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/Sans-titre---2_0_0.gif

 

 

France24, Arte, FR2 et tous les autres...

Les pires Médias d'Europe !

par eva R-sistons

 

 

Comment ne pas exprimer son dégoût

face aux médias pourris, prostitués, corrompus, criminels ?

 

Qu'est ce que l'information, en France,

si elle est juste le vecteur de la propagande de l'OTAN,

des Anglo-Saxons, des Israéliens et du caniche français ?

 

Choquant ! Scandaleux !

Je regarde France24, "une semaine (de propagande !) au Moyen-0rient",

reportage, comme toujours, sur les opposants au Régime syrien.

Jamais rien sur ceux, les plus nombreux,

favorables au laïc Bachar-el-Assad !

Jamais cette chaîne, comme la sulfureuse Arte (de propagande),

ne donne le point de vue de ceux qui défendent leur pays attaqué

par la Coalition impériale avide de s'emparer de la Syrie

pour l'offrir d'abord à l'Etat hébreu, soi-disant pour sa sécurité,

ensuite aux Anglo-Saxons rêvant de dominer le monde entier.

Colonialisme pas mort, au contraire,

plus que jamais offensif, belliqueux, dévastateur, assassin !

 

Et lorsque ces chaînes infâmes daignent faire allusion

au point de vue du pays agressé,

c'est juste un mot, vague, imprécis, voire insultant,

c'est une information à sens unique, partisane,

notre télévision est un vil instrument de guerre

au service des Industriels de l'Armement,

au service des intérêts de l'Oligarchie anglo-saxonne

et de ses alliés hébreux - ou européens (accessoirement) !

Notre télévision est un instrument de désinformation,

de propagande stalinienne, et pire encore,

de déstabilisation des Etats souverains,

un immonde facteur de guerre.

Les agitateurs (ou les terroristes, comme vous préférez)

qui se prétendent journalistes,

sont d'authentiques criminels

puisqu'ils incitent à la haine

(notamment raciale à l'encontre des Arabes ou des Musulmans),

et surtout, surtout, à la guerre !

 

Honte à ces Médias poubelles au service de l'Oligarchie,

ils piétinent les intérêts des peuples !

Honte aux Médias occupés, sionisés, prostitués !

 

Et lorsqu'ils organisent un "débat",

il est truqué car il oppose des gens

défendant la Pensée unique libérale et néo-coloniale !

 

 

http://static2.dmcdn.net/static/video/380/339/37933083:jpeg_preview_medium.jpg?20111126074921

http://static2.dmcdn.net/static/video/380/339/37933083:jpeg_preview_medium.jpg?20111126074921

Les Observateurs animés par de fervents néo-sionistes,

et donc juges... et parties !

Fatalement partisans et manipulateurs ! Scandaleux ! (eva)

 

Et que dire des Infos relayées par les Observateurs de France24 ?

Voici la définition :

"Les Observateurs est un site

et une émission participative de France 24.

Nous couvrons l'actualité internationale

au travers des témoignages directs".

Imposture ! Les Observateurs sont

soigneusement sélectionnés :

Pour être agréés, ils doivent UNIQUEMENT soutenir

les groupes terroristes inféodés à l'Occident,

les bandes armées qui déstabilisent des Etats souverains

pour permettre aux Anglo-Saxons et aux Israéliens

de dominer le monde, de le contrôler et de le piller.

Jamais les observateurs, en fait agents de l'Occident

ou jeunes conditionnés par ces terroristes au service de l'Oligarchie,

jamais  ces pseudo observateurs ne s'écartent de la Pensée unique

imposée anti-démocratiquement

par les soi-disant défenseurs de la démocratie !

Ils sont juste là pour propager les idées,

les projets, les valeurs du Nouvel Ordre Mondial anglo-saxon,

juste là pour défendre l'ultra-libéralisme

et toutes les guerres impériales,

impérialistes et néocoloniales, au profit de l'Elite mafieuse !

Jamais nous ne verrons le point de vue

de ceux qui soutiennent les pays attaqués 

par la mafia militaro-financière qui dévaste le monde,

jamais ils ne pourront se défendre !

Ne soyons pas surpris si avec des Chaînes comme

France24, Arte, FR2 et tant d'autres en France,

nos Médias sont les pires d'Europe !

Lanterne rouge d'Europe !

Quelle honte pour la Patrie des Droits de l'Homme !

Quel cancer pour notre société !

Quelle vomissure !

Lorsqu'on entend un journaliste d'ailleurs,

un Allemand par ex, la parole est plus libre !

Et la France d'aujourd'hui, occupée, infectée,

n'évoque même pas librement l'imposture du 11 septembre ! 

Partout dans le monde ou presque,

on parle de cet événement librement,

et les 3/4 des citoyens du monde entier

savent désormais qu'ils ont été bernés

par la honteuse imposture du 11/9

pour nous asservir davantage ! §

 

Boycottons ces torchons !

Lisons seulement les Médias alternatifs

comme ceux de la blogosphère,

MichelCollon, par ex, informe vraiment,

ou le site de Thierry Meyssan (Voltairenet.org),

à la pointe du combat pour la vérité

au Moyen-Orient et au Proche-Orient !

 

Informons nos concitoyens,

propageons la vérité,

et boycottons les chaînes prostituées !

 

eva R-sistons

 

§

Attentat du 11/9/2001: L’Ex-Agent de la CIA, Susan Lindauer, témoigne

 

medias-TV-decrohons.jpg

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 02:52

 

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/000_Was6191583_0.jpg

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/000_Was6191583_0.jpg

 

Honteux !

 

Les Médias aux ordres de l'Occident

et en particulier des Industriels de l'Armement,

discréditent la position des Russes et des Chinois

à l'ONU, concernant la Syrie.

 

Tout n'est que désinformation !

Tout n'est que propagande :

Pour nous aider à accepter

la guerre en préparation contre la Syrie

et ensuite celle contre l'Iran,

PRELUDES

à la guerre mondiale en préparation

contre la Russie et contre la Chine

qui refusent de voir les Etats-Unis

diriger le monde... à leur seul profit.

 

Ces 2 pays plaident, finalement,

pour un monde multipolaire,

où un seul Etat, les Etats-Unis,

n'imposerait pas sa loi à tous les autres.


 

Syrie:

 

Tout n'est que mensonges, désinformation.

Comme en Libye,

c'est le même scénario,

il n'y a pas de révolte populaire,

pas de bombardements du Pouvoir,

même si le Régime est obligé de se défendre.

 

Il y a des opposants au Régime laïc de Bachar-el-Assad,

ils sont islamistes,

et il y a de jeunes adeptes des Réseaux Sociaux

où des agents de l'Etranger (CIA, Mossad etc)

leur lavent le cerveau,

en diabolisant le pouvoir en place,

et en leur faisant miroiter le mirage de l'Occident,

"la démocratie",

qui est un faux prétexte.

 

Il ne s'agit pas de protéger les civils attaqués,

il ne s'agit pas de promouvoir la démocratie,

(sinon elle serait promue aussi

dans les Monarchies corrompues du Golfe alliées à l'Occident),

non, il s'agit de prendre le contrôle de la Syrie

comme en Libye après avoir ruiné le pays,

provoqué des luttes de clans ou confessionnelles. 

Et cela afin d'avoir une base militaire, ensuite,

pour attaquer l'Iran allié de la Russie et de la Chine.

L'Etat hébreu, lui aussi, est intéressé

pour comme en Irak, construire le Grand Israël

sur les ruines de la Syrie détruite.

 

Les massacres, comme le jour du vote de l'ONU,

sont en réalité

commis par des bandes armées, dument payées par l'Occident

pour déstabiliser le pays,

pour provoquer la guerre civile

qui conduira l'Occident à intervenir.

Les morts ? Des militaires fidèles au régime syrien,

des civils pris volontairement pour cibles

(notamment des enfants, afin que les Médias aux ordres

relaient ces images symboliques),

et bien sûr aussi des combattants payés par l'Occident.

Sans parler des images de massacres anciens

comme en Libye ou au Yémen

abusivement relayées maintenant.

Ou des séquences tournées dans les studios du Qatar,

pays dirigé par des milliardaires corrompus

alliés aux Occidentaux

par amour de l'argent et du pouvoir.

 

Chinois et Russes ont raison d'opposer leur véto

à une résolution décrétée par l'Occident pour,

après avoir de toutes pièces

provoqué une fausse révolution,

demander le changement de Régime.

L'Occident veut une marionnette à sa dévotion

comme en Georgie ou en Afghanistan.

 

En agissant ainsi, Russes et Chinois, finalement,

défendent la souveraineté des Etats,

ils refusent l'ingérence étrangère.

 

Et surtout, surtout,

ils défendent un monde multipolaire

seul garant de la paix.

Si après la Libye § la Syrie tombe, puis l'Iran,

la guerre mondiale sera proche :

Contre la Russie et contre la Chine,

mais les Français seront au premier plan,

car avec Nicolas Sarkozy à la solde des Américains,

ils ont pris la tête de la croisade militaire

qui sera planétaire et cette fois, nucléaire.

 

Et justement, la France,

avec ses centrales nucléaires partout,

sera la plus exposée.

 

Est-ce cela que nous voulons ?

Pour protéger la paix, ce Bien le plus précieux,

disons non au va-t-en guerre Sarkozy,

et oui au véto russe et chinois !

 

Plutôt à nouveau la "guerre froide", comme

commencent à le dire les Médias,

que la guerre... chaude,

très chaude, et même nucléaire !

Ainsi, l'enjeu est de taille !

 

Eva R-sistons

 

§ Désormais, des Libyens sont envoyés en Syrie

se battre contre les Syriens (55%) fidèles au régime !

 

NB : Au fait, nos bons démocrates occidentaux

  s'indignent-ils quand l'Etat hébreu "martyrise"

(expression employée à tort par les Médias aux ordres

pour le Régime syrien)

les Palestiniens en violant toutes les lois internationales ?

Pas du tout !

Les vertueux démocrates sont absents, aussi,

quand les Anglo-Saxons martyrisent

les peuples du monde entier

par les guerres prédatrices ou par la finance impitoyable.

Alors, 2 poids 2 mesures, encore et toujours ?

 


Rappel :

 

Une pétition contre la guerre qui se prépare contre l'Iran :

http://stopwaroniran.org/petition.shtml

 


Merci de faire circuler la pétition

 

.

 

NS-Merckel-biberon-copie-1.jpg

 

Les derniers posts d'eva R-sistons,

Stop la Pensée unique !

 

 

sarko-merkel-soumis.jpg

http://cafardages.over-blog.com/article-angela-nicolas-je-t-aime-moi-non-plus-91310072.html

 

 

.

http://storage.canalblog.com/07/14/60471/72437837.jpg

 

http://storage.canalblog.com/07/14/60471/72437837.jpg

  .

.

claude guéant,sarkozy

 

.

 

.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 02:34

 

.

http://www.danstontarn.fr/wp-content/uploads/2011/06/gerard-privat-2.jpg

  http://www.danstontarn.fr/wp-content/uploads/2011/06/gerard-privat-2.jpg

 

Le jeudi 09 février à 20:00, Gérard PRIVAT, candidat à la Présidentielle 2012″, sera sur www.opinews.com


Vous pouvez regarder l’émission en direct sur son blog de campagne (http://gerard-privat.fr/actualites/)

 

Gérard PRIVAT répond à vos questions : vous pourrez également intervenir en direct et échanger vos points de vue pendant l’émission.


Pour participer à l’émission vidéo interactive en webcam ou en tchat, inscrivez-vous gratuitement dés aujourd’hui sur http://www.opinews.com/Emission/embed.aspx?room=0704b074b2c041078f8b9d5ab06c22ad


Vos soutiens individuels sont précieux, n’hésitez pas à diffuser ces informations via vos réseaux sociaux et vos messageries.


Pour participer à l’action d’Avenir Solidaire, rendez-vous sur http://www.avenir-solidaire.fr/adhesion.html


Avenir Solidaire


Pour lire les textes fondamentaux, visitez le site d’Avenir Solidaire.


Pour partager et échanger, visitez le blog « La Pensée Citoyenne ».


Avenir Solidaire et la Présidentielle 2012, voir  le blog de campagne de Gérard PRIVAT

 

 

avenir-solidaire.jpg

 

La ligne politique


 

            Affirmer l’autorité politique et donc l’autorité du peuple et de ses délégués élus, sur tous les domaines qui peuvent influencer la vie sociale, comme par exemple l’économie.

            Construire une démocratie citoyenne.
            Instaurer le vote blanc, à valeur identique aux votes exprimés sur les noms des candidats ; ce vote blanc pouvant annuler toute élection s’il est majoritaire.
            Le référendum systématique à mi-mandat est un autre moyen de sanctionner des dirigeants qui ne se conformeraient pas aux engagements pris.
            Développer la pratique de véritables référendums d’initiatives populaires locaux, départementaux et nationaux, concernant les différents domaines de la vie publique ; cette compétence du peuple pouvant concerner la révocation des élus.

            Mettre réellement en œuvre les divers moyens de fonctionnement démocratique pour éviter toute dictature, qu’elle soit politique ou économique, ainsi que toute dérive totalitaire.
            Interdire le cumul des mandats publics et limiter les mandats successifs.
            Des mesures strictes et efficaces doivent assurer la séparation et l’indépendance des trois grands pouvoirs institutionnels : exécutif, législatif et judiciaire.

            Renforcer la démocratie par la laïcité de l’État.
            En effet, la laïcité de l’État signifie son indépendance à l’égard des institutions religieuses, pour garantir la liberté de croyance et de culte, et pour favoriser la tolérance et le respect mutuels.
            La laïcité de l’État doit aussi inclure son indépendance envers les institutions privées à prétention scientifique afin d’éviter les idées dogmatiques, cela notamment en finançant intégralement les organismes de recherche publics, sans parti pris théorique.

            L’éducation aura un rôle essentiel par rapport à la laïcité, car elle préparera les enfants et les jeunes gens à devenir citoyens, et leur apprendra le discernement qui les préservera des dérives fondamentalistes ou sectaires de toutes natures.

            Redéfinir et réguler l’économie par des mesures politiques strictes.

            Reconsidérer la nature et l’estimation de la richesse, en fonction de l’harmonie sociale, de l’épanouissement humain et de la préservation de l’environnement.

            Repenser la création, la fonction et l’usage de la monnaie pour favoriser les échanges humains.
            Pour cela l’État doit battre librement sa monnaie, le Franc, sous sa responsabilité directe par l’intermédiaire de la Banque de France.

            Créer l’Europe des peuples pour un développement solidaire sur des projets communs et des valeurs humaines vraiment partagées.
            Pour cela, dénoncer les Traités successifs qui constituent l’actuelle Union Européenne néo-libérale.

            Redonner à l’État la pleine responsabilité des grands domaines de la solidarité qui permettent de satisfaire les besoins essentiels et de garantir la dignité de chacun.
            Réinstaller des services publics en lieu et place des monopoles privés, partout où l’indépendance de l’État doit être garantie pour le meilleur fonctionnement de la société.
            Quelques exemples : l’éducation ; la santé ; l’eau ; l’énergie ; le traitement des déchets ; la poste et les télécommunications ; les voies routières ; les voies et transports ferroviaires, aériens et maritimes…

            Réorganiser l’État en réduisant le nombre des divisions administratives.
            Revenir aux trois niveaux démocratiques de base de la République (communes, départements, État) et redéfinir leurs rôles pour faciliter la solidarité et l’efficacité.
            Les communes et les départements auront la possibilité de se regrouper, avec l’accord des populations concernées, pour faciliter des projets importants dans les meilleures conditions.

            Activer une politique du mieux-être en faveur du plus grand nombre, en mettant en œuvre les moyens nécessaires pour plus de justice sociale.
            Instaurer le revenu vital pour remplacer la multitude des aides et allocations, compenser les trop forts écarts entre revenus et préserver la dignité de chacun.
            Le revenu vital s’ajoutera aux salaires, aux retraites et aux autres revenus. Il sera ainsi soumis à l’impôt sur le revenu, proportionnellement à l’ensemble des revenus de chaque personne physique.
            Reconnaître la valeur de toute activité utile à la société, quel que soit le statut et le niveau d’études du travailleur, et s’assurer que ces activités bénéficient de rémunérations équitables.

            Modifier profondément le système fiscal.
            L’impôt sur le revenu est le plus équitable car il est progressif. Aussi sera-t-il le seul conservé.
            Si d’autres impôts doivent être instaurés, ils devront faciliter la justice sociale tout en restant des accessoires de l’impôt sur le revenu.
            Les impôts locaux seront revus dans le sens de la justice sociale.
            Par ailleurs, deux taxes seront instaurées pour préserver l’économie, en évitant les spéculations financières : l’une sur les placements financiers ; l’autre, plus conséquente, sur les transferts financiers.

            Répartir équitablement les moyens financiers pour faciliter, à tous les niveaux, une véritable solidarité et la coopération qui dépasseront la charité et l’humanitarisme.
            En répartissant équitablement les moyens financiers, l’État devra s’assurer, pour chacun, de l’accès à un logement correct ainsi qu’aux ressources alimentaires et matérielles de base.

            Faciliter la liberté d’expression par l’indépendance et la diversité des acteurs des différents secteurs concernés : organes de presse, documents multimédias, édition et diffusion de livres, théâtre, musique, cinéma et autres expressions artistiques...
            Favoriser la liberté des utilisateurs de l’Internet, en facilitant notamment le développement de systèmes informatiques et de logiciels libres.
            Encourager la qualité et l’innovation utile pour le plus grand nombre, et encadrer l'usage des brevets pour éviter les monopoles privés.

            Soutenir la recherche scientifique publique, fondamentale et appliquée, en garantissant son objectivité et son utilité sociale par un financement exclusivement public et en limitant aux seuls organismes de recherche publics la possibilité de publier dans des revues scientifiques publiques de référence.
            Ceci permettra de sortir des croyances ou des manipulations scientifiques de certains « experts » indument soutenus par de puissants groupes privés et par les médias qui en dépendent financièrement.     
            On évitera ainsi de nombreuses dérives qui nuisent au fonctionnement de la société comme pour la santé publique (grippe A), l’agriculture (dogme agro-chimique), l’économie (laxisme néo-libéral)…

            Soutenir le développement des activités industrielles qui favorisent l’autosuffisance et un confort raisonnable, en imposant le respect de l’environnement et l’utilité sociale.
            Utiliser le développement technologique afin de libérer l’homme des contraintes physiques et matérielles qui paralysent son épanouissement.
            Ceci permettra de réduire le temps de travail pour les travaux pénibles et fastidieux, sans réduire le niveau des salaires ou les conditions de la retraite.
            Pour cela, il sera certainement utile de soutenir la création des sociétés coopératives, qui ont un fonctionnement démocratique, dans la mesure où elles faciliteront la mise en place de ces projets.   

            Restaurer et préserver l’environnement, notamment en réduisant les nuisances provoquées par un néo-libéralisme aveuglé par l’égoïsme et asphyxié par la compétition.
            La volonté d’harmonie sociale et d’épanouissement humain, étroitement liée à la qualité environnementale, entraînera certaines mesures protectionnistes pour se préserver des prédateurs internationaux.

 

.

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 01:41

Patrice Lumumba, héros africain

 

Assassinat de grands dirigeants africains par l'Etranger - Lumumba,voici 50 ans

Un jeune étudiant camerounais m'a contactée. Je suis éblouie par ses dons : Pensée, écriture, maturité etc. Je propose son talent aux Editeurs. Des pistes ? Agone à Marseille (par ex pour l'hommage aux leaders africains engagés) ? Le Cerf à Paris (éditeur chrétien engagé) ? Nouvelle Cité ? Mille.et.une.nuits ? Ou encore ? Contactez-le... eva R-sistons

 

2006-2011 : Etudiant (24 ans) en français, anglais et espagnol à l’Université de Dschang (Ouest Cameroun)
Diplôme le plus élevé : Licence
Occupation en 2012 : Ecrivain
Adresse e-mail :  tsassephinees@yahoo.com   
Ecrits : Les scandales du monde (roman non-publié)
Les chemins de l’avenir (recueil de poèmes abordant les sujets sociaux, existentiels et politiques)
Un recueil de nouvelles non-publié (titre non-arrêté).
Les soldats de l’impérialisme (roman sur lequel je travaille actuellement)
Ce que je projette écrire après le roman sur lequel je travaille :
Un recueil d’hommages à quelques leaders africains qui ont lutté pour l’avancement de l’Afrique et qui ont été tués ou emprisonnés. (Titre non arrêté)
Useless identities (identités inutiles) qui sera écrit en anglais, est un recueil de textes qui montrent comment au Cameroun, la tribu, le statut financier ou social…  conditionnent l’obtention d’un emploi, d’un service dans un bureau, etc. et comment l’Etat entretient cyniquement cette situation.
Squandered generation (Génération gaspillée)
Jésus, ma rançon

http://www.larevolutionencharentaises.com/local/cache-vignettes/L250xH349/Complexe_medico-industriel-6daf4.jpg

 

http://www.larevolutionencharentaises.com/local/cache-vignettes/L250xH349/Complexe_medico-industriel-6daf4.jpg

 

 

Les scandales du monde est un roman (..) terminé depuis Novembre 2011.

         L’histoire se déroule dans une ville anonyme d’un pays anonyme. Elle commence avec le personnage principal qui se nomme Symel, un étudiant âgé de 20 ans qui passe la majeure partie de son temps à méditer sur la société, et ce sont ses méditations que l’auteur écrit au passé. Avec son ami Soal qui est étudiant comme lui, ils discutent, lisent et réfléchissent sur les problèmes du monde. Ils profitent des vacances pour lire un livre que Symel a acheté. Le livre est intitulé le chandelier.
L’écriture de l’auteur alterne donc entre les méditations des deux protagonistes, leurs conversations et la lecture du livre acheté dans une bibliothèque de la ville (anonyme). 
Les sujets abordés sont les suivants :  
 
Système médico-industriel mondial soucieux de revenus plutôt que de la santé des personnes 

(…) En tout cas, Symel avait eu beaucoup de chance ; il avait vingt ans, et il n’était pas mort comme les autres enfants. Il était allé à l’école à l’âge de quatre ans, il se souvenait de ses camarades, de l’innocence de leur enfance. Il pensa à Vinie, c’était une fille  maladive et toujours pâle, elle n’était pas pleine de vie comme les autres enfants. Vinie était tout de même très intelligente. Vinie était brillante en toutes les matières, et ses capacités intellectuelles lui promettaient un avenir radieux. Elle était cependant gravement malade. Souvent, quand on la regardait, dans ses petits yeux brillait l’envie d’être aussi forte que les autres. Elle voulait jouer comme les autres enfants, mais Vinie était impuissante. Elle était privée de cette vie gaie que les autres enfants avaient. Son absence à l’école était régulière, et il arriva un temps où elle ne venait même plus. Elle resta deux mois à la maison, puis revint à l’école pour quelques semaines, et finalement elle ne vint plus. Quelque temps après, Vinie mourut. Elle n’avait que six ans. Le lendemain de sa mort, la maîtresse demanda à toute la classe une minute de silence en sa mémoire. Symel se souvint qu’il pleura. La maîtresse avait dit qu’elle était morte d’une leucémie, mais Symel ne comprit rien à ce mot-là. Une leucémie, il savait au moins que c’était une maladie, et que toute maladie se traitait dans un hôpital. En plus, il avait appris qu’elle était morte à la maison, parce que ses parents n’avaient pas eu assez d’argent pour la maintenir hospitalisée.  
Cette minute de silence, il la trouva coupable. Il eut honte de son pays, car on y vendait la santé à prix d’or. Seuls les riches avaient la chance de vivre. Tant pis pour Vinie si elle avait eu envie de vivre. (…)
(…) Ils marchaient à pas lents, tantôt côte à côte, tantôt l’un derrière l’autre. Les chambres étaient des deux côtés des couloirs, certaines avaient des portes et d’autres pas. Ils passèrent devant une salle où il y avait plusieurs malades couchés, et ces malades étaient trop nombreux pour cette salle-là. L’air était horrible dans cet hôpital, il sentait le moisi, les produits et les médicaments. Chaque inspiration était un supplice. S’il n’y avait pas eu les fenêtres qui étaient tout de même insuffisantes, il aurait été impossible de respirer. Le système de ventilation fonctionnait cahin-caha dans les salles des malades - certaines devant en disposer n’en n’avaient même pas - mais dans les bureaux des médecins et des chefs de l’hôpital, il fonctionnait à merveille. Des techniciens venaient presque tous les mois pour parfaire le fonctionnement des machines.
Peu importait si les malades crevaient de chaleur, s’ils étaient parqués comme des vivres sur une étale, s’ils désiraient un peu d’intimité. Ils n’avaient qu’à guérir vite et rentrer chez eux. Mais pouvaient-ils guérir dans cet hôpital ? Ils étaient au milieu d’une insalubrité inouïe, d’une laideur maladive. Les malades se sentaient ici dans l’antichambre de la mort. Il était banal qu’ils meurent par manque de soins, parce que les médecins étaient peu nombreux. Des  centaines de malades n’avaient pour espoir de survie que quelques médecins, qui parfois affichaient des attitudes répugnantes envers eux. Etait-ce à cause de l’excès de travail et de stress ? Peut-être oui, mais c’était aussi parce que certains médecins avaient ce mauvais caractère comme seconde nature. Ces trois raisons pouvaient faire beaucoup de mal à ces malades qui avaient besoin de confort et de paix. (…)
(…) Assurément, dans cet hôpital, le médecin s’adressant parfois à certains malades, faisait un discours plein de connotations, de suspenses, de réconfort rempli d’angoisse, et à la fin lançait : « Désolé, on ne peut plus rien pour vous » ou encore « Désolé on ne peut plus rien pour lui ». Oui, pour le médecin c’était toujours difficile de dire la vérité au malade, il préférait la dire à la famille du malade ou à un proche de ce dernier. Ces phrases étaient le plus souvent les conséquences d’une pénurie, d’une inexistence de médicaments ou d’appareils médicaux. Pendant ce temps, d’énormes sommes d’argent étaient déboursées pour construire des murs afin de séparer des peuples, ou encore pour acheter des armes afin de tuer des hommes. Parfois, c’était aussi la phrase : « Ici, nous ne pouvons rien pour vous ; vous devez être transporté ailleurs ». Les médicaments et les appareils médicaux se trouvaient ailleurs, la santé aussi. Les hôpitaux manquaient de moyens pour des soins banals, et ils comptaient sur l’ailleurs qui n’existait parfois pas. C’était lamentable ! Si le malade mourait, surtout avec tout ce qui signifiait être transporté ailleurs, il n’allait être qu’un cas parmi tant d’autres. Transporter ailleurs signifiait avoir les moyens, gérer l’urgence, souffrir le mauvais état des routes, supporter la pléthore de demandes paperassières pour le transport. Il fallait parfois aller hors du pays ; c’était la globalisation, aussi limitée que ses treize lettres, elle ne pouvait pas communiquer des médicaments ni des appareils aux hôpitaux qui n’en avaient pas. « Désolé on ne peut plus rien pour vous », « Vous devez être transporté ailleurs ». Ces phrases sonnaient ordinaires, mais c’était le début de l’angoisse, du supplice pour le malade qui savait qu’il allait mourir. Savoir qu’on va mourir est une souffrance pire que la mort elle-même. Savoir qu’on ne reverra plus son père, sa mère ou son frère… pour la famille une attente dure à subir, trop dure, pour le malade, plus que mortel.
Mais c’était facile pour ceux qui pouvaient changer cet état de choses, de faire du médecin leur porte-parole malgré lui. Après avoir répété d’innombrables fois les phrases morbides, les médecins ne s’étaient jamais habitués, puisque c’était toujours difficile de dire à un malade qu’il allait mourir. Mourir parce que le médecin ne pouvait rien pour lui,  parce que ses mains étaient attachées d’en haut. (…)
(…) Symel se demanda ensuite pourquoi certaines maladies avaient des remèdes et d’autres pas. Pourquoi les chercheurs trouvaient certains remèdes et semblaient laisser d’autres maladies sévir de longues décennies sans remèdes ? Il y avait des maladies qui exterminaient des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, mais ces maladies n’avaient pas de remèdes, elles n’avaient que des palliatifs. On ne guérissait pas de ces maladies-là, sinon par chance, et Dieu seul sait si la chance existait dans ce pays. D’autres maladies menaient directement à la mort ; il n’y avait rien pour rendre moins virulentes leurs manifestations.
                Ces maladies qui tuaient, pourquoi prenait-on tant de temps à les arrêter ? Celles pour lesquelles on avait trouvé des palliatifs, pourquoi jusqu’ici n’avait-on pas trouvé des remèdes définitifs ? Avait-on intérêt à laisser sévir ces maladies ? N’était-ce pas pour continuer à se faire du fric en vendant les palliatifs, que de trouver des remèdes qui allaient guérir une fois pour toutes ? Des questions ! Symel se dit qu’il en posait trop, mais il continua quand même. A qui profitait ce crime ?
Il y avait des maladies qui n’avaient pas de remèdes. Celles qui menaient à la mort illico. On se souciait à peine de ces maladies-là. Ceux qui allaient en mourir avaient toujours droit à leur minute de silence. C’était encore pire quand ces dernières sévissaient dans ces parties pauvres du monde. Les endroits pauvres ne contenaient que des gens pauvres. Si donc on produisait un remède, avec quoi ces pauvres allaient-ils l’acheter ? Pour les entreprises et les laboratoires, il fallait être rentables. La rentabilité de l’entreprise : dans les grandes écoles d’économie, on avait enseigné cela. Il fallait faire du profit ;  malheureusement, les malades pauvres n’offraient pas cela. (…)
                (…) -Vive la rentabilité ! s’exclama Symel.
                -La rentabilité ? demanda Soal.
Symel comprit qu’il avait pensé à haute voix.
                -La mortalité ! rectifia-t-il maladroitement, rentabilité et mortalité, ça rime n’est-ce pas ?
                -Oui et pourquoi ? demanda Soal en le regardant curieusement.
                -C’est la vie Soal, je fais juste des vers, dit Symel.
                -Tout va de travers et toi tu fais des vers ?
                -Non, ce ne sont pas de simples vers, suis-moi entre les lignes Soal, ce que je dis n’est pas innocent, tout est coupable autour de nous.
                -Tu délires, dit Soal avec un sourire au coin de la bouche.
                Le silence tomba à nouveau entre eux et Symel se remit à méditer.
Toutes les lois de l’économie capitaliste, enfin presque toutes, recherchaient le gain  au mépris de la personne humaine. Les laboratoires pharmaceutiques existaient en grand nombre, et parmi eux, il y en avait qui ne recherchaient que le gain et se fichaient de l’humanité. Symel imagina qu’il y en avait qui étaient certainement capables – il en était sûr - de produire des médicaments qui traitaient une maladie et en même temps provoquaient une autre. Une autre pour laquelle ils fabriquaient encore un médicament et le cycle recommençait. Il se dit qu’il avait exagéré et il se rétracta. Non, il n’avait pas exagéré, tout était désormais possible dans cette société, le libéralisme avait rendu tout pratiquement possible. La rentabilité ne demandait qu’une régularité de la clientèle. En réalité, c’était la dépendance médicale que les entreprises recherchaient. Pour avoir une clientèle fidèle, la publicité était l’arme la plus contraignante et la plus facile à utiliser. A la télé, à la radio, ou sur les affiches, la publicité ne disait pas par exemple que la solution contre la fatigue c’était un bon repos ni que pour lutter contre l’obésité, il fallait manger moins gras et faire beaucoup d’exercices… Tout se réglait par des cachets, des pilules, des breuvages. Le stress avait son cachet, la beauté, le bronzage, même la transpiration… On était loin d’imaginer le résultat. Tous ces cachets et médicaments chimiques apportaient beaucoup de problèmes pour lesquels il y avait toujours des cachets. Les clients dépendants étaient très rentables. Les médicaments nocifs pullulaient aussi, mais la loi du profit faisait passer cela sous silence, et leur nocivité n’était avouée qu’après d’immenses dégâts. Certains produits pharmaceutiques faisaient l’objet de contrôle complice, et parfois d’aucun contrôle de la part des instituts de surveillance médicale. Ces produits  étaient déversés sur le marché et les conséquences étaient graves. Les malades étaient rendus encore plus malades, et les plus malades rendus cadavres. Quand cela arrivait et que la pression des victimes recevait assez de soutiens pour  être forte, on leur donnait leur minute de silence et puis, on les indemnisait. Indemnités plus quelques personnes qui étaient poussées à la démission ou à la prison, et puis la vie continuait. Ceux qui n’allaient plus jamais se lever d’une chaise roulante, ceux qui étaient déjà morts,  tous ces gens condamnés par des médicaments-poisons, on avait volé leur avenir. Une fille au visage angélique, amoureuse des monts, n’allait plus jamais gravir une montagne, ses seuls soutiens allaient être ses béquilles. Un garçon robuste, naguère plein de vie, était couché dans un lit pour le restant de ses jours. Son rêve était d’être pilote.
Dans cette société, on n’était nullement assuré d’être en santé. (…)

http://exdisciplesleblog.unblog.fr/files/2007/05/6vjj0vpe.jpg
http://exdisciplesleblog.unblog.fr/files/2007/05/6vjj0vpe.jpg
 
Une analyse des médias et de la propagande qu’ils véhiculent :
La politique conçue par les puissants pour priver les peuples de pouvoir
Une critique de l’éducation fabriquée pour dominer les peuples
Les inégalités dans le monde et les politiques subtiles qui les entretiennent
La pauvreté dans le monde
            (..)   « Univers fétide. Le Monde est si grand, mais il ne parvient pas à nourrir son petit monde. La faim est devenue chronique, et ses manifestations sont alarmantes ».
                Soal se leva du lit, se frotta les yeux, puis alla s’asseoir à sa table de lecture et continua
Les hommes en armes : exécutants dociles des ordres criminels des puissants
La léthargie des peuples face aux scandales des puissants
Appel au réveil des peuples
Instrumentalisation de la religion chrétienne, et l’importance du message de la Bible pour un monde meilleur.

                (…) Malheureusement, il y avait des gens qui avaient bafoué son essence et trahi sa mission. Ils avaient tordu son message pour atteindre et défendre leurs intérêts égoïstes. Ils interprétaient faussement son message pour commettre des abominations, pour aller religieusement à la guerre.
                Avec la bible, on créait de  multiples religions, afin de commettre les crimes que la bible condamnait. Tout cela, La bible l’avait déjà prévu. Quel livre ! Ce livre de paix, d’intégrité et de dignité, était utilisé à des fins criminelles, pour des politiques antipopulaires et pour le commerce.
                Le business religieux était juteux. Pour s’enrichir, il fallait créer une dénomination religieuse, simuler une foi, édulcorer la vérité amère de la bible – amère pour les coupables - flatter les fidèles et s’approprier les offrandes, les dîmes et les collectes.
                La religion avait créé l’Etat le plus riche du monde, et ce dernier, ses ministres et son chef, vivaient grassement des offrandes des milliards de fidèles. Ces fidèles venaient à l’église en quête de paix, avec l’ardent désir d’avoir une relation avec Dieu. Ces foules innombrables affluaient dans les églises pour le salut de leurs âmes, mais on les dupait, et on se moquait cyniquement d’elles. (…)
                (…) Esaïe 48 ; 17-18 disait : « …Moi, l’Eternel, ton Dieu, Je t’instruis pour ton bien, Je te conduis dans la voie que tu dois suivre. Oh ! Si tu étais attentif à mes Commandements ! Ton bien-être serait comme un fleuve, et ton bonheur comme les flots de la mer ».
                Loin de l’idée que Dieu puisse tout faire à la place des hommes, le plus important c’est que les hommes associent Dieu à tous leurs projets. Que les hommes reviennent - de tout leur cœur - à cette dimension de la véritable spiritualité qu’ils ont trop longtemps négligée. Cette spiritualité est l’ingrédient le plus important dans le combat pour la liberté.

NB : En dehors de ces thèmes généraux, des sous-thèmes  sont aussi abordés..
tsassephinees@yahoo.com 

.
http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/23284_115370098480018_7420_n.jpg
http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/23284_115370098480018_7420_n.jpg
.
Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 00:50

 

 

Tsassé  Phinées

 

Une analyse des médias et de la propagande qu’ils véhiculent 
Extraits du roman de Tsassé Phinées
"Les scandales du monde"
voir :
.
(…) Symel mit le téléviseur en marche. Sa chambre était modeste et relativement belle.
                « Mesdames et messieurs, merci de regarder Canalvision, les titres du journal. L’avion présidentiel a été volé tôt ce matin. Les enquêtes ont commencé pour identifier les responsables de cette disparition mystérieuse.
Grève à la compagnie ferroviaire. Les employés demandent des augmentations de salaires.
Le colloque réunissant les agriculteurs autour du thème : « Une agriculture responsable et productive » a pris fin ce jour. Reportage sur les conclusions de cette rencontre par notre envoyée spéciale.
En Orient, des missiles sol-sol et sol-air ont été exposés au public dans le musée de l’armée. Les pays voisins dénoncent une provocation. Nous écouterons leurs porte-parole joints par notre correspondant dans la région.
Un spectaculaire accident de circulation dans la banlieue ce matin. Heureusement, aucune victime. Témoignage de notre correspondant sur place ». (…)
(…) Symel commença :

-Parlons du journaliste qui nous apparaît à la télévision, et qui nous présente le journal. Son regard est projeté dans le nôtre, et cela joue déjà psychologiquement. Son regard, sa mine et sa voix nous forcent à l’écouter. Il parle avec tant d’assurance, c’est ainsi que nous prenons ses informations pour argent comptant. Il y a ensuite la récurrence de l’information. Les chaînes de télé ou de radio diffusent et rediffusent souvent de fausses informations, et le corollaire c’est que, ces informations qui passent chaque trente minutes, chaque une heure et chaque jour, s’installent dans l’esprit et deviennent indéboulonnables. Un mensonge répété plusieurs fois devient une vérité.

                - Rappelle-toi de ce pays d’Orient, celui qui a subi tout un lynchage médiatique l’année surpassée, fit Soal.
                -Oui, acquiesça Symel, chaque jour il y avait une information négative sur ce pays. On l’accusait d’être une menace pour la paix dans cette région, d’être un Etat terroriste, bref, un pays de l’axe du mal. Chaque événement, même un accident de chien, était une occasion pour diaboliser ce pays. Et ce qui arriva fut tragique.
                -Souviens-toi, renchérit Soal, en ce temps-là, nous étions convaincus par la version des médias, et pourtant leurs informations étaient fausses. Les richesses de ce pays étaient l’objectif des grandes puissances qui nous manipulaient avec leurs grands médias. On nous fit non seulement accepter cette guerre, mais on nous poussa à la soutenir. Les dirigeants de ce pays d’Orient étaient opposés à l’impérialisme et à une exploitation abusive de leurs richesses. Il fallait donc les chasser du pouvoir pour installer des dirigeants plus malléables.

          Symel reprit :  
- Tu vois comment il est si fréquent et si facile pour les médias de fabriquer une vision erronée des choses, de procéder à un véritable lavage des cerveaux en liberté.
                -Guilfa, dit Soal, souviens-toi de lui. Ce garçon qui ne croyait pas à tout ce que les médias disaient. Il pestait parfois que certaines maisons d’éditions étaient au service des bourgeois, et qu’elles promouvaient la pensée unique. Il ajoutait que celles-ci publiaient les livres qui servaient les intérêts et les idéologies des bourgeois, et refusaient de publier ceux qui étaient dérangeants. Nous nous moquions de lui, le traitant d’adepte de la théorie du complot ou d’ami des terroristes. Il déclara - sans douter un instant - que l’attentat le plus spectaculaire et le plus meurtrier du siècle était un complot gouvernemental. Selon lui, le gouvernement de ce pays puissant avait lui-même perpétré l’attentat. Il contredisait ainsi la version officielle que les médias relayaient. Cet attentat permettait à ce gouvernement de trouver des prétextes pour attaquer les pays riches en pétrole et autres matières premières, en les accusant de soutenir les terroristes. Plus tard, ce qu’il disait se révéla vrai. Nous le traitions pourtant de fou. Comme nous étions si ignorants, si ridicules !
               
                Symel se leva et dit :
                -Les médias sont des déclencheurs de guerres. Les grands groupes industriels ou les pays puissants cherchent toujours à ériger une seule information, et pour cela, ils mettent les moyens dans les médias qu’ils détiennent ; ils ne commettent jamais l’erreur de ne pas en détenir. Ils utilisent ces médias pour la désinformation et en l’occurrence la manipulation. Ils font tout ceci afin d’obtenir le pétrole, le diamant, bref, les matières premières. Les journalistes sont utilisés comme des relais conscients ou inconscients de ces manœuvres détestables. (…)

(…) -Les hommes politiques ont compris une chose, commença Soal. Ils ont compris qu’il est nécessaire de s’emparer des médias et de les contrôler. Ils sont les amis des propriétaires de médias, ou bien propriétaires eux-mêmes. Les patrons des médias sont les amis des dirigeants politiques, puisqu’il est important qu’il y ait des connivences entre les journalistes et les politiques sur un plan privé, pour un bon encadrement de l’information. Ainsi, ils forment des couples aux relations très intéressées. Les informations sont d’ailleurs confectionnées à domicile ; informations favorables aux politiques bien sûr. Alors, quand le peuple se fait avoir par des informations fabriquées, et que les dirigeants et les politiques vont bien, les journalistes de leur côté ont des augmentations, des avancements… Ils deviennent vedettes, présentateurs des grands journaux télévisés, des émissions politiques. C’est le renvoi d’ascenseur ; tout se négocie.
                -Ils peuvent faire dire aux journalistes tout ce qu’ils veulent, fit Symel avec indolence.
                Soal poussa un grand soupir et dit :
                -Les groupes publicitaires leur appartiennent, et ces derniers ont une manière très subtile d’encenser les hommes politiques, de les défendre, ou encore de les aider dans l’accomplissement de leurs projets parfois cyniques. Ils les installent carrément dans le quotidien des gens, et les moins perspicaces se font berner et deviennent des soutiens inconditionnels.

                Symel ajouta :  
- Les instituts qui réalisent les sondages, voilà d’autres pions ! Ils vous martèlent des chiffres en faveur de leur candidat préféré, si bien que vous ne prenez plus la peine de soutenir un autre candidat. Vous avez l’impression d’être une infime minorité.
                -Le mois passé, chez nos amis du pays voisin, n’a-t-on pas vu l’un de ces instituts violer carrément la loi électorale pour…  Soal ne termina pas sa phrase. (…)
               
                (…) -Et tu sais pourquoi ils ont passé leur temps à démolir le président sortant ? demanda Soal à brûle-pourpoint.
                Symel répondit sans hésiter :
                -Il réduit l’écart entre les riches et les pauvres, et cela, les riches qui détiennent les médias et ces instituts de faux sondages ne veulent pas l’accepter.
                -Revenons à notre sujet. Nos journalistes sont pour la plupart des prisonniers privilégiés.
                -Explique-toi, dit Symel en bâillant.
                -Ils ne sont ni dans les chaînes ni dans les cellules, mais des plates-formes leur sont offertes pour s’exprimer. Mais curieusement, ils ne disent pas ce qu’ils pensent, fit Soal fermement. (…)
                (…) Les deux garçons semblaient un peu fatigués.

                Symel reprit la parole et dit :
                -On leur impose une éternelle ligne éditoriale, et au fil du temps, ils se laissent convaincre que le traitement de l’information émane d’eux et non de leurs chefs. C’est pour cette raison qu’ils ne voient pas leurs menottes.
                -Parlons des vedettes qui nous présentent les journaux des heures de grande écoute
                -Ceux qui présentent les belles émissions, compléta Symel.
                -Voilà ! s’exclama Soal, ils sont pour la plupart ceux qui ont fait allégeance à la classe dirigeante et opulente. Ils ont prêté serment de ne rien faire allant à l’encontre des intérêts de cette classe.
                Symel changea presque de sujet et dit :
                -Certains journalistes au moment où ils prennent leur retraite, fondent des maisons de presse ou bien créent des ‘blogs’ sur la toile, afin de s’exprimer librement. C’est pour laver la honte de l’oppression qu’ils ont subie toute leur carrière durant. (…)

                (…) -Cela s’installe involontairement dans le subconscient. Il n’est pas facile de résister à ces propos qui détruisent les nations et même les continents. Tu vois que ce sont toutes ces choses qui appellent à cor et à cri le tribalisme, le séparatisme, et s’ensuivent guerres civiles, génocides et que sais-je encore. Les puissants divisent ainsi pour régner et exploiter.
                -Aujourd’hui, reprit Soal, les médias sont si puissants qu’on pourrait dire qu’ils sont dans certaines situations le premier pouvoir. Parfois, ce sont les médias qui façonnent l’exécutif, le législatif et le pouvoir judiciaire. Ils ont l’art d’user et d’abuser du mensonge, de la calomnie et de la diffamation. Il suffit d’appliquer à certaines informations, surtout les plus importantes, le principe de l’info des quatre doigts pour espérer avoir la vérité.
                -C’est quoi  l’info des quatre doigts ? demanda Symel. (…)

                (…) -Voilà ! lança Soal en souriant. En fait, il est diabolisé par les puissants parce qu’il empiète sur leurs intérêts, et ose défier ouvertement les pays qui se sont érigés en gendarmes de la planète. Le plus paradoxal c’est que ceux qui piétinent vraiment les droits de l’Homme et la démocratie ne sont jamais vilipendés. Aucun doute : c’est parce qu’ils protègent les intérêts des puissants, qui se fichent aussi des droits de l’Homme. Dans la majorité des cas, quand ces médias encensent un homme politique, c’est une mauvaise personne. Si tu cherches à mieux connaître cette personne, tu auras tout le contraire de ce qu’ils disent de lui. (…)

                (…) Les médias sont devenus des puissantes armes de déstabilisation des pays et des régimes anti-impérialistes. Ils fabriquent des reportages, offrent leurs antennes aux opposants de ces régimes, accusent lesdits régimes de tous les maux, même les maux qui existaient avant eux… Ils simulent dans les reportages des morts qu’ils attribuent à ces régimes. Les médias corrompent les civils afin que ceux-ci disent ce qu’ils veulent diffuser. Les puissants n’hésitent pas à donner aux médias ces sommes qui servent à corrompre. Ce sont des investissements qui rapportent gros quand ces régimes tombent. Ils discréditent par tous les moyens les pouvoirs en place dans les pays hostiles à l’impérialisme. Ils appellent subtilement leurs armées à la révolte. Ils mettent par exemple en avant certains chefs de ces armées, pour leur faire tous les éloges, afin que leurs frères d’armes se rallient à eux pour créer le désordre et installer les pantins des bourgeois.

                Symel se leva de la chaise et ajouta :    
                -Avec les mots, on convainc facilement les petits esprits. La peur est devenue le terreau sur lequel pousse l’arbitraire. Pour atteindre leurs buts criminels, il suffit que des personnes ou des gouvernements malintentionnés la distillent.
                -Peur, terreau du crime, fit Soal pensif.
                -Oui, reprit Symel. Ils distillent (…)
                (…) -Ils appellent ces guerres : Missions salvatrices,  Guerre pour la paix, c’est tellement cynique et bidon. Le pire dans tout cela, c’est qu’ils sèment la haine des autres. On voit les autres peuples comme des dangers potentiels ; et pourtant, derrière toutes ces manipulations, se cachent des intérêts égoïstes (…)


Tsassé  Phinées
Etudiant camerounais
Ecrivain

tsassephinees@yahoo.com 

 

.
Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 02:30

   

Voici le blog de cette jeune femme qui a enfariné François Hollande !

 

http://unmicrosousvotreoreiller.unblog.fr/

 

La voici en psychiatrie…

Claire Seguin, l'enfarineuse de François Hollande, admise en infirmerie psychiatrique

 

http://metrofrance.com/blog/pastureau/files/2012/02/fran%C3%A7ois-hollande-enfarin%C3%A9.png

http://metrofrance.com/blog/pastureau/files/2012/02/fran%C3%A7ois-hollande-enfarin%C3%A9.png


Le HuffPost/AFP   Geoffroy Clavel Première Publication: 2/02/2012 12:48 Mis à jour: 2/02/2012 16:00


Claire Seguin, la femme qui a jeté de la farine au visage de François Hollande, avant d'être placée en garde à vue dans un commissariat du XVe arrondissement, a été admise mercredi soir à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris (IPPP), a-t-on appris ce jeudi 2 février de source policière.


La décision de ce transfert a été prise vers 22h30 "en raison de son état" et, "apparemment, de troubles psychologiques". Cette "mal logée" a jeté mercredi de la farine au visage de François Hollande, perturbant de manière spectaculaire une intervention du candidat PS dans une manifestation sur le "mal logement" Porte de Versailles à Paris.


Ce dernier, qui n'a pas été blessé, avait alors dédramatisé ce geste, évoquant "l'irresponsabilité" de cette femme. Celle-ci a notamment posté sur un blog des vidéos dans lesquelles elle se disait "harcelée" par l'Éducation nationale, la justice ainsi que "de jeunes hommes".



Réaction de F. Hollande à son enfarinage par francoishollande


Sécurité renforcée pour Hollande


François Hollande, selon la source policière, n'aurait pas l'intention de déposer plainte. Hasard du calendrier, l'équipe chargée de la sécurité du candidat socialiste est passée ce jeudi de deux policiers à quatorze, dirigés par une commandante. Un renforcement décidé de longue date et n'ayant aucun rapport avec l'incident de la farine, a bien précisé son équipe de campagne.

"Nous devons faire attention à tout et moi le premier mais, en même temps, je ne veux rien changer dans la manière avec laquelle je veux m'adresser aux Français", a nuancé François Hollande devant la presse.

Confirmant des informations du Monde.fr, le préfet Nacer Meddah, secrétaire général de la campagne de François Hollande, a indiqué à l'AFP qu'il avait été décidé dès la fin décembre de compléter le dispositif, avec 14 experts, dont deux capitaines, sous l'autorité d'une commandante. Leur nombre permettra la présence en permanence et par roulement de trois policiers auprès de François Hollande.

C'est Daniel Vaillant, ancien ministre de l'Intérieur, qui a négocié ce renforcement avec la place Beauvau, a précisé le préfet. Les fonctionnaires appartiennent au Service de protection des hautes personnalités (SPHP). Une réunion est prévue ce jour au QG pour tirer tous les enseignements de l'incident de mercredi, a encore dit M. Meddah.

 

 

.

Alerte !

 

Le réalisateur de GasLand arrêté - Pétition, 03/02/201.

Mercredi 1 février 2012 Le réalisateur de GasLand arrêté Associated Press Washington / La Presse.ca Le réalisateur de GasLand, un documentaire nommé aux Oscar l’an dernier, a été arrêté alors qu’il…


Pour lire la suite cliquez ici

 

.

 

.

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 02:07
Le double veto pour interdire
la guerre impériale contre la Syrie
Le CCG et l’OTAN perdent leur leadership



Contrairement à ce qui s’était passé lors de l’attaque de l’Irak, la France n’a pas défendu les principes du droit international dans l’affaire syrienne, mais s’est ralliée au camp impérial et à ses mensonges. Avec le Royaume-Uni et les Etats-Unis, elle a essuyé une défaite diplomatique historique, tandis que la Russie et la Chine sont devenues les champions de la souveraineté des peuples et de la paix. Le nouveau rapport de force international n’est pas seulement la conséquence de la décadence militaire des Etats-Unis, il sanctionne aussi le déclin de leur prestige. En définitive, les Occidentaux viennent de perdre le leadership qu’ils se sont partagé durant tout le XXe siècle parce qu’ils ont abandonné toute légitimité en trahissant leurs propres valeurs.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 5 février 2012
+
JPEG - 43.9 ko
Son Excellence M Bashar Ja’afari, représentant permanent de la Syrie à l’ONU durant le la 6710ème réunion du Conseil de Sécurité sur la situation au Moyen-Orient.

Par deux fois, le 4 octobre 2011 et le 4 février 2012, des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies ont rejeté des projets de résolution sur la situation en Syrie. Cet affrontement a opposé les membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique-Nord (OTAN) à ceux de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS).


La fin du monde unipolaire

Ce quadruple veto scelle la fin d’une période des relations internationales qui a débuté avec l’effondrement de l’Union soviétique et a été marquée par une domination sans partage des États-Unis sur le reste du monde. Il ne signifie pas un retour au système bipolaire précédent, mais l’émergence d’un nouveau modèle dont les contours restent à définir. Aucun des projets de Nouvel Ordre Mondial ne s’est concrétisé. Washington et Tel-Aviv ne sont pas parvenus à institutionnaliser le fonctionnement unipolaire qu’ils voulaient ériger en paradigme intangible, tandis que le BRICS n’a pas réussi à créer le système multipolaire qui aurait permis à ses membres de se hisser au plus haut niveau.

Comme l’avait anticipé à juste titre le stratège syrien Imad Fawzi Shueibi, c’est la crise syrienne qui a cristallisé un nouveau rapport de forces, et partant de là une redistribution de la puissance que personne n’a pensé, ni voulu, mais qui s’impose désormais à tous [1].

Rétrospectivement la doctrine d’Hillary Clinton de «  leadership par l’arrière » apparaît comme une tentative des États-Unis de tester les limites qu’ils ne peuvent plus dépasser, tout en faisant porter la responsabilité et les conséquences de leur test à leurs alliés britannique et surtout français. Ce sont ces derniers qui sont se sont mis en scène en leaders politiques et militaires lors du renversement de la Jamahiriya arabe libyenne et qui ambitionnaient de l’être à nouveau pour renverser la République arabe syrienne, même s’ils n’agissaient qu’en vassaux et sous-traitants de l’Empire états-unien. Ce sont donc Londres et Paris, plus encore que Washington, qui ont essuyé une défaite diplomatique et en supporteront les conséquences en termes de perte d’influence.

Les États du tiers-monde ne manqueront pas de tirer leurs conclusions des derniers événements : ceux qui cherchent à servir les États-Unis, comme Saddam Hussein, ou à négocier avec eux, comme Mouammar el-Kadhafi, pourront être exécutés par les troupes impériales et leur pays pourra être détruit. Au contraire, ceux qui résisteront comme Bachar el-Assad et sauront nouer des alliances avec la Russie et la Chine survivront.

JPEG - 39.7 ko
Son Excellence M Li Baodong, représentant permanent de la Chine aux Nations Unies.
Triomphe dans le monde virtuel,
défaite dans le monde réel

L’échec du CCG et de l’OTAN fait apparaître un rapport de force que beaucoup soupçonnaient, mais que personne ne pouvait vérifier : les Occidentaux ont gagné la guerre médiatique et ont du renoncer à la guerre militaire. Pour paraphraser Mao Zedong : ils sont devenus des tigres virtuels.

Durant cette crise, et encore aujourd’hui, les dirigeants occidentaux et les monarques arabes ont réussi à intoxiquer non seulement leurs propres peuples, mais une large partie de l’opinion publique internationale. Ils sont parvenus à faire accroire que la population syrienne s’était soulevée contre son gouvernement et que celui-ci réprimait cette contestation politique dans le sang. Leurs chaînes sattelitaires ont non seulement réalisé des montages fallacieux pour induire le public en erreur, mais elles ont aussi tourné des images de fiction en studio pour les besoins de leur propagande. En définitive, le CCG et l’OTAN ont inventé et fait vivre médiatiquement durant dix mois une révolution qui n’existait qu’en images, tandis que sur le terrain la Syrie devait affronter seule une guerre de basse intensité menée par la Légion wahhabite appuyée par l’OTAN.

Cependant, la Russie et la Chine ayant fait une première fois usage de leur veto et l’Iran ayant annoncé son intention de se battre aux côtés de la Syrie si de besoin, les États-Unis et leurs vassaux ont dû admettre que poursuivre leur projet les absorberaient dans une guerre mondiale. Après des mois de tension extrême, les États-Unis ont admis qu’ils bluffaient et qu’ils ne disposaient pas des bonnes cartes dans leur jeu.

Malgré un budget militaire de plus de 800 milliards de dollars, les USA ne sont qu’un colosse aux pieds d’argile. En effet, si leurs forces armées sont capables de détruire des États en voie de développement, épuisés par des guerres précédentes ou par de longs embargos, comme la Serbie, l’Irak ou la Libye, elles ne peuvent ni occuper des territoires, ni se mesurer à des États capables de leur répondre et de porter la guerre en Amérique.

Malgré les certitudes du passé, les USA n’ont jamais été une puissance militaire significative. Ils ne sont intervenus que quelques semaines à la fin de la Seconde Guerre mondiale face à une ennemi déjà épuisé par l’Armée rouge ; ils ont été défaits en Corée du Nord et au Vietnam ; ils ne sont pas parvenus à contrôler quoi que ce soit en Afghanistan ; et ils ont été contraints de fuir l’Irak de crainte d’y être écrasés.

Durant les deux dernières décennies, l’Empire états-unien a effacé la réalité humaine de ses guerres et a communiqué en assimilant guerre et jeux vidéos. C’est sur cette base qu’il a conduit ses campagnes de recrutement, et toujours sur cette base qu’il a formé ses soldats. Aujourd’hui, il dispose de centaines de milliers de joueurs vidéos en guise de soldats. Par conséquent, au moindre contact avec la réalité, leurs forces armées sont démoralisées. Selon leurs propres statistiques, la majorité de leurs morts ne tombe pas au champ d’honneur, mais se suicide, tandis qu’un tiers de leur personnel sous les drapeaux souffre de troubles psychiatriques rendant inapte au combat. La démesure du budget militaire du Pentagone est incapable de compenser son effondrement humain.

JPEG - 45.6 ko
Son Excellence M Vitaly I. Churkin, représentant permanent de la Fédération de Russie auprès des Nations Unies.

De nouvelles valeurs :
la sincérité et la souveraineté

L’échec des États du CCG et de l’OTAN est aussi celui de leurs valeurs. Ils se sont présentés en défenseurs des droits humains et de la démocratie, alors qu’ils ont établi la torture en système de gouvernement et que la plupart d’entre eux sont opposés au principe de souveraineté populaire.

Même si l’opinion publique en Occident et dans le Golfe est sous-informée sur ce sujet, les États-Unis et leurs vassaux ont mis en place depuis 2001 un vaste réseau de prisons secrètes et de centre de tortures, y compris sur le territoire de l’Union européenne. Sous prétexte de guerre contre le terrorisme, ils ont semé la terreur, enlevant et torturant plus de 80 000 personnes. Durant la même période, ils ont créé des unités d’opérations spéciales dotées d’un budget de près de 10 milliards de dollars annuel qui revendiquent des assassinats politiques dans au moins 75 pays, selon leurs propres rapports.

En ce qui concerne la démocratie, les États-Unis actuels ne font pas mystère de ce qu’elle ne signifie pas à leurs yeux « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » selon l’expression d’Abraham Lincoln, mais uniquement la soumission des peuples à leur volonté comme l’ont montré les propos et les guerres du président Bush. Au demeurant, leur constitution récuse le principe de souveraineté populaire et ils ont suspendu leurs libertés constitutionnelles fondamentales en instituant un état d’urgence permanent avec le Patriot Act. Quand à leurs vassaux du Golfe, il n’est pas nécessaire de rappeler que ce sont des monarchies absolues.

C’est ce modèle, qui associe sans honte crimes à grande échelle et discours humanitaire, qui a été défait par la Russie et la Chine ; des États, dont le bilan en matière de droits de l’homme et de démocratie pour autant qu’il soit très critiquable n’en est pas moins infiniment supérieur à celui du CCG et de l’OTAN.

En faisant usage de leur veto, Moscou et Beijing ont défendu deux principes : le respect de la vérité, sans laquelle la justice et la paix sont impossibles ; et le respect de la souveraineté des peuples et des États, sans lequel aucune démocratie n’est possible.

Le moment est venu de de se battre pour reconstruire la société humaine après une période de barbarie.

[1] "Russia and China in the Balance of the Middle East : Syria and other countries", par Imad Fawzi Shueibi, Voltaire Network, 27 janvier 2012.

Thierry Meyssan

Thierry Meyssan Intellectuel français, président-fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace. Il publie des analyses de politique étrangère dans la presse arabe, latino-américaine et russe. Dernier ouvrage en français : L’Effroyable imposture : Tome 2, Manipulations et désinformations (éd. JP Bertand, 2007).

 
Mensonges et vérités sur la Syrie
Mensonges et vérités sur la Syrie
Guerre médiatique
 
Le lynchage de Mouammar Kadhafi
Le lynchage de Mouammar Kadhafi
 http://www.voltairenet.org/Le-CCG-et-l-OTAN-perdent-leur
.
____________________________________________________________________________________
.
Alain Juppé : « L’intervention française en Libye
est un investissement sur l’avenir »

Une fois écrasée Tripoli dans le sang, les membres de la Coalition conduite par l’OTAN tombent le masque. Ainsi, le ministre français des Affaires étrangères —qui avait planifié l’intervention quatre mois avant les événements de Benghazi, alors qu’il était encore ministre de la Défense— s’appesantit moins sur la prétendue « protection de la population civile » agonisant sous les bombes, et évoque les retours sur investissements de cette opération coloniale.

Réseau Voltaire | Paris (France) | 3 septembre 2011
+
JPEG - 33.8 ko
Alain Juppé à bord d’un véhicule blindé.

Vendredi 26 août, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, dans un entretien au quotidien Le Parisien, a déclaré : « Quand on m’interroge sur le coût de l’opération – le ministère de la Défense parle de 1 million d’euros par jour – je fais remarquer que c’est aussi un investissement sur l’avenir. Les ressources du pays ont été confisquées par Kadhafi qui a accumulé les stocks d’or. Cet argent doit servir au développement de la Libye ; une Libye prospère sera un facteur d’équilibre pour la région ».

Interrogé sur les origines de l’intervention de la France dans le conflit, le ministre des Affaires étrangères a reconnu : « On nous a reproché du retard à l’allumage lorsque que se sont déclarées les manifestations du Printemps arabe […] C’est fini. Notre ligne, qui a déjà prévalu en Côte d’Ivoire, c’est de privilégier les aspirations des peuples et la protection des populations civiles  ».

Nous notons que les régimes de Ben Ali et de Moubarak étaient des alliés de la France. Ce qui se passe en Libye n’est pas une révolution populaire (« Printemps arabe ») comme on a pu le constater en Tunisie ou en Égypte, mais une ingérence militaire étrangère dans le but de déstabiliser le régime en place. Ainsi, sous couvert humanitaire, la France s’immisce dans les affaires d’un État souverain comme la Libye.

Et c’est également le cas pour la Syrie, la France se vantant d’avoir « dit la première que Bachar al-Assad devait quitter le pouvoir » ! Selon Alain Juppé, la France est « à la pointe de la mobilisation internationale pour faire pression sur le régime par des sanctions politiques et financières ». Il a cependant concédé que : « L’intervention militaire n’est évidemment pas envisageable aujourd’hui, car il faut tenir compte de la situation régionale et internationale du dossier syrien ». Ainsi donc, après le démantèlement du régime libyen, la France se prépare à faire de même en Syrie !

Le ministre des Affaires étrangères s’explique ensuite sur les différences entre les dossiers libyen et syrien : « La première différence, c’est qu’il n’y a pas de mandat international ». Et il s’exclame : « Nous n’allons pas, sous notre propre responsabilité, nous lancer dans une opération militaire ! » Serait-ce en réalité dû au fait que « la Russie, mais aussi la Chine, le Brésil ou l’Inde s’y opposent » ?

La France et l’Occident ont d’autres desseins en Libye et au Sahel. Ce n’est nullement la démocratie, ni la souveraineté des peuples, qui les intéressent, mais plutôt la situation stratégique du Sahel.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 00:16
Propagande médiatique, politique, idéologique
Les associations des droits de l’Homme sont les “chevaux de Troie de l’occident”
RT
Samedi 4 Février 2012


Les associations des droits de l’Homme sont les “chevaux de Troie de l’occident”

L’exemple libyen prouve au monde que les organisations soi-disant des “droits de l’Homme” sont en réalité les chevaux de Troie de la politique étrangère occidentale, a dit à RT l’expert du Moyen Orient Sukant Chandan depuis Londres. Médecins sans frontières a récemment suspendu sa mission à Misrata, disant qu’ils ont eu à traiter des patient pour blessures reçues durant leur interrogatoire. Chandan pense que les soi-disantes organisations humanitaires comme Human Rights Watch, Amnesty International et Médecins sans frontières ont traditionnellement un penchant eurocentrique pour tout ce qu’ils font.
“Ils semblent donner des justifications concernant “les droits de l’Homme” pour certaines politiques occidentales et agression étrangère”, a t’il dit; et une fois que le pays est envahi par les organisations “humanitaires” aidant à justifier l’agression, il y a toujours la surprise qu’une telle intervention puisse mener à des violations des droits de l’Homme que ces groupes sont supposés protéger.
“Médecins sans frontières exprime sa surprise, mais franchement ils sont utilisés à cet effet et ils autorisent le fait d’être utilisés de cette façon là. Il est temps pour les gens à travers le monde de voir ces organisations pour ce qu’elles sont vraiment, en fait les chevaux de Troie de la politique étrangère de l’occident.” Continue Chandan.
La Libye s’est développée en un état totalitaire pratiquant le torture dit Chandan, alors que durant la période de Kadhafi “il y avait une bien meilleure situation concernant les droits de l’Homme, et de loin.”
Les groupes des droits de l’Homme disent que la torture et les assassinats de détenus sont des problèmes récurents en Libye, mais il est très douteux que les milices responsables de ces tortures ne soient jamais tenues pour responsable, dit Chandan.
Et avec le nouveau gouvernement libyen accusé d’abus dans ces centres de détention du pays, il a été révélé qu’un ancien haut responsable a aussi été victime de torture.
L’ex-ambassadeur de Libye en France, Omar Brebesh, est décédé en détention le jour d’après avoir été détenu par un groupe armé.
Chandan a indiqué que cela avait été perpétré par la milice de la ville de Zantani, qui a été accusée de torturer les opposants politiques à mort.
“Il y a beaucoup de jeux politiques se passant en Libye”, a t’il dit à RT, expliquant pourquoi la milice de Zantani est sous les feux de la rampe:”La milice de Zantani retient captif Seif al-Islam Kadhafi, et l’occident, spécifiquement la cour pénale internationale, craint ce que la milice va faire avec Seif al-Islam.”
Parce que le fils de Kadhafi n’a aucun moyen de communication et qu’il n’a fait aucunes déclarations publiques, il demeure “l’atou politique majeur” de la milice.
En regardant ce qu’il s’est passe en Afghanistan et en Irak, nous pouvons dire que la stabilité et la paix ne sont pas près de se produire en Libye, a conclu Chandan.
 
RT
url de l’article original (avec vidéo): http://rt.com/news/libya-human-rights-exposed-chandan-483/
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

http://www.alterinfo.net/Les-associations-des-droits-de-l-Homme-sont-les-chevaux-de-Troie-de-l-occident_a70771.html

 

.

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 00:12
Propagande médiatique, politique, idéologique
Bill Gates sponsorise des techniques
pour nous stériliser


Ethan A. Huff
 

 

Bill Gates sponsorise des techniques pour nous stériliser

 

Natural News, Ethan A. Huff, 1er février 2012


 

      La vaccination de masse n’est apparemment pas la seule stratégie de dépopulation adoptée par la Fondation Bill & Melinda Gates, puisque de nouvelles recherches financées par cette organisation ont développé un moyen pour détruire à volonté les spermatozoïdes avec un système à ultrasons. BBC News signale que la fondation Gates a accordé une subventions à des chercheurs de l'université de Caroline du Nord pour développer cette nouvelle méthode de contraception.

 

      Dans le cadre de son étude, l'équipe de l’université de Caroline du Nord a testé les ultrasons sur des rats de laboratoire et constaté que deux doses de 15 minutes « réduisaient considérablement » tant le nombre de spermatozoïdes que leur intégrité. Quand ils sont administrés à deux jours d'intervalle dans un bain d'eau tiède salée, les ultrasons font chuter le nombre de spermatozoïdes sous les dix millions par millilitre dans le sperme de rats, ce qui représente cinq millions de moins que le seuil de stérilité, et le sperme reste dans cet état jusqu'à six mois durant.

 

      L’article affirme que cette technique servira uniquement à la contraception et non pas à provoquer la stérilité. Or, le Dr James Tsuruta, qui a dirigé la recherche, a déclaré aux journalistes qu'il n'est pas clair si ce moyen peut ou non créer des dommages permanents, et que d’autres recherches sont nécessaires pour le déterminer.

 

      La fondation Gates a adjugé 100.000 dollars à chacun des 78 projets de recherche différents dans le cadre de son « Grand Challenges in Global Health Program » [Programme de santé mondial et ses grands défis]. Selon le TIME, parmi ces projets, dix concernent précisément les nouvelles techniques de contraception, l’un d’eux s’intéresse à une pilule qui inhibe la croissance et la maturation des spermatozoïdes, et un autre vise à créer des composés chimiques qui empêchent les spermatozoïdes d'atteindre l'ovule.

 

      « Nous pensons que cela pourrait faire bénéficier les hommes d’une contraception non hormonale fiable à faible coût, d’une durée maximum de six mois en une seule séance de traitement, » ont écrit les chercheurs dans leur rapport. « Notre objectif à long terme est d'utiliser les ultrasons... comme un contraceptif masculin, peu coûteux, de longue durée, réversible, adapté pour l’usage dans les pays du tiers monde en expansion. »

 

      En 2010, Bill Gates a expliqué aux participants à la conférence TED de cette année-là ses idées pour réduire la population mondiale, dont une impliquant l’augmentation du taux de vaccination. Aujourd’hui, son organisation finance efficacement la recherche de méthodes contraceptives perfectionnées qui pourraient rendre les individus stériles. Coïncidence ?



Original : www.naturalnews.com/034834_Bill_Gates_sperm_infertility.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

 

http://www.alterinfo.net/Bill-Gates-sponsorise-des-techniques-pour-nous-steriliser_a70587.html

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 00:01
Dimanche 5 février 2012
34448-char-1,bWF4LTY1NXgwRony Brauman ne peut bien entendu pas se départir d'une certaine bienséance de langage, et traite au passage comme le veut la tradition, Kadhafi de Tyran. Cela déforme évidemment ce qu'il dit, car après tout, tout est bon pour se débarrasser d'une tyrannie, non?, mais l'essentiel n'est pas là. Aujourd'hui il nous faut bien hurler tous en coeur contre ces salauds de Russes et de Chinois qui empêchent le si brave Occident de venir en aide aux Syriens, - et parler le moins possible des conséquences directes d'une telle «aide», ou alors sur le ton des phénomènes naturels inévitables.
    
En Libye, la responsabilité de protéger à l'épreuve des faits
 
Par Rony Brauman, membre du Crash (http://www.msf-crash.org/)
 
MSF vient de retirer ses équipes de Misrata (Libye), refusant le rôle d'auxiliaire médical de la torture que voulaient lui attribuer des chefs de milices locales. En prenant cette décision, MSF s'est appliquée la règle éthique qui, du code de Nuremberg à l'appel d'Amnesty aux médecins, nous enjoint de ne soigner qu'au bénéfice du patient. Traiter un blessé pour permettre à ses bourreaux de le torturer à nouveau, c'est s'inscrire dans le processus même de la torture et c'est ce refus qu'a justement exprimé MSF.
 
La nouvelle n'est pas passée inaperçue mais a filé dans le flot d'une actualité au demeurant chargée. Discrète, elle n'a manifestement pas troublé ceux qui n'avaient pas assez de mots pour dénoncer ces pratiques il y a quelques mois, lorsqu'elles servaient de paravent de légitimité à l'opération «Unified Protector».
 
Cette guerre, on le sait, a été conduite au nom de la «responsabilité de protéger les populations civiles» (dite R2P), ce qui appelle une responsabilité politique particulière de la part des «protecteurs» vis-à-vis des «protégés». Rappelons que c'est pour fournir un bouclier à la population de Benghazi que fut enclenchée la campagne militaire, et que de cet objectif limité, l'Otan est passée à une guerre contre le régime lui-même. C'est notamment parce que les conséquences de cette guerre me paraissaient à l'évidence impossibles à assumer que j'ai pris position contre elle. De fait, la situation en Libye se dégrade continûment. Les affrontements entre groupes armés se multiplient, la société se militarise et se fragmente en identités locales, on se bat pour le contrôle des ressources. Le CNT est impuissant. Reconnu dans une précipitation sans précédent (à peine trois semaines après sa constitution, dans l'ignorance de sa composition), dûment consacré «révolutionnaire», «démocratique» et «légitime» par la France et le Royaume Uni, il n'est visiblement rien de tout cela aux yeux d’une bonne partie de la population libyenne.
 
Le gouvernement de transition n'a pas plus de pouvoir, ne disposant d'aucune base institutionnelle sur laquelle (re)construire un État comme l'a montré Patrick Haimzadeh dans le livre et les articles qu'il a publiés à ce sujet [1] . Au moment où les forces occidentales entamaient leur retrait d'Afghanistan et d'Irak, avouant à demi-mot leur total échec, les mêmes s'engageaient en Libye pour en changer le régime également, mais avec une nouvelle recette intitulée «no boots on the ground». Cette fois-ci, ça allait marcher. De fait, cette guerre sans aucune perte du côté Otan s'est conclue par la mise à mort du tyran. La victoire militaire est incontestable, ce dont personne ne pouvait douter sérieusement. Son résultat politique, autrement dit les conséquences pratiques pour les Libyens, est une tout autre affaire, dont se détournent visiblement ceux que la Libye semblait encore obséder il y a peu. On les comprend car il n'y a pas lieu de pavoiser. La guerre est le terrain d'élection des entrepreneurs de violence, elle a sa dynamique propre, favorise les plus radicaux ; les réactions en chaîne, les mèches qu'elle allume sont incontrôlables, et c'est pourquoi la notion de «guerre humanitaire» réapparue sous le nom de code R2P est à mon sens intenable.
 
[1] Au cœur de la Libye de Kadhafi, JC Lattès, mars 2011, « Libye: qui veut lâcher BHL? », Mediapart, 22 avril 2011.
  
++++
  

Libye: Un ancien ambassadeur en poste à Paris torturé à mort
Reuters le 03.02.12

 
Omar Brebech, qui était ambassadeur de Libye en France en 2008, a été torturé à mort le mois dernier par des miliciens révolutionnaires de la ville de Zentane, affirme ce vendredi le groupe de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW).
 
Zentane, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tripoli, est la ville où est détenu Saïf al Islam Kadhafi et l'annonce de la mort d'Omar Brebech renforce les craintes sur le sort réservé au fils de l'ancien «guide» libyen.

Blessures multiples et plusieurs côtes cassées
 
Selon un rapport d'autopsie que HRW a pu consulter, l'ancien ambassadeur libyen à Paris a été retrouvé mort le 20 janvier à Zentane, au lendemain de son arrestation à Tripoli. Il avait des blessures multiples et plusieurs côtes cassées.
 
«Human Rights Watch a consulté le rapport de la police judiciaire de Tripoli qui précise que Brebech est mort sous la torture et qu'un suspect non identifié a reconnu l'avoir tué», précise l'ONG basée à New York.
  
 
HRW ajoute que des photos du corps montrent bien que Brebech a été torturé. La milice de Zentane qui serait responsable de cet assassinat, Al Chohada Achoura, n'a pu être jointe vendredi.
 
Omar Brebech, qui était âgé de 62 ans, a été en poste à Paris de 2004 à 2008, d'abord comme attaché culturel puis comme ambassadeur par intérim lors des neuf derniers mois de son affectation en France.

Reuters
 
++++++
 

Libye: le premier procès de partisans de Kadhafi est reporté au 15 février

AFP, 5/02/12

BENGHAZI — Le premier procès de partisans de Mouammar Kadhafi s'est ouvert dimanche devant un tribunal militaire à Benghazi (est), avec 41 personnes accusées d'avoir comploté contre la révolution libyenne, avant d'être reporté au 15 février à la demande de la défense.

"Nous ouvrons le premier procès en relation avec la révolution du 17 février", a déclaré le juge Ali Hamdi à l'ouverture d'une audience publique entourée de strictes mesures de sécurité.

La défense composée d'une quinzaine d'avocats a contesté la tenue du procès devant un tribunal militaire, la grande majorité des accusés étant des civils.

Les partisans de Kadhafi sont accusés notamment de "soutenir l'ancien régime contre la révolution libyenne" déclenchée le 17 février, de former "une bande dans le but de commettre des actes criminels" et d'aider des détenus à s'évader de leur prison.

Les accusés ont été arrêtés fin juillet à Benghazi après un raid meurtrier mené par les ex-rebelles libyens contre un groupe de partisans de l'ancien régime, qui avait fait 15 morts, dont quatre ex-rebelles.

[...] Ce procès se tient au moment ou des milices formées d'anciens rebelles qui avaient combattu le régime Kadhafi font l'objet de critiques grandissantes de la part d'organisation de défense des droits de l'Homme, qui les accusent de torturer des prisonniers, pour la plupart des fidèles à l'ancien pouvoir.

La semaine dernière, Amnesty International et Médecins sans frontières (MSF) ont dénoncé une pratique "généralisée" de la torture, parfois à mort, sur des détenus partisans présumés de l'ancien régime. Les autorités ont assuré jeudi qu'elles enquêteraient sur ces affaires.

Les Nations unies ont aussi pointé du doigt les "brigades révolutionnaires" accusées de détenir des milliers de personnes dans des prisons secrètes. Selon les ONG, la Libye compte environ 8.500 détenus dans une soixantaine de prisons gérées en majorité par les milices.


317482_237618702960250_100001363671692_580537_1810-copie-1.jpg

 

.

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 23:59
Dimanche 5 février 2012
Déni de Démocratie, Témoin du voyage en Ariège de Monsieur Sarkozy en France, il témoigne

Subject: SARKO402062_266026783452775_100001363671692_648725_2018526701_n.jpg en ARIEGE, vécu par Jean Donat, prof du lycée de MIREPOIX a la retraite .On peut s'envoyer des mails humoristiques, touristiques ... et c'est bien
agréable !

On peut parler de météo, de foot, de ski, de VTT, de loisirs, de voyages, de
la famille...

Mais on est aussi des citoyens et j'espère pouvoir évoquer avec des
interlocuteurs "ouverts", ce qu'est devenue, en 2012, la nation française,ce que vit actuellement le peuple français, le peuple grec, le peuple espagnol ... !

Dans cette optique et vu que mon "statut de retraité" m'en laisse le temps,
je me suis intéressé à la venue de SARKO en Ariège!

N'étant ni élu, ni militant de l'UMP, je n'ai bien sûr pas été invité...

Mais, je n'ai pas voulu manquer un tel ... EVENEMENT, même vu de l'extérieur
et je ne le regrette pas, car j'ai vécu intensément
>
QUATRE moments "forts", que j'ai envie de vous narrer et de partager avec
vous !

1°) UN FORMIDABLE DEPAYSEMENT : Etant donné que je connais comme ma poche
toutes les routes du secteur "visité" par Sarko, le matin j'ai ...exploré le
coin ! Des Pujols, via La Tour du Crieu, Riveneuve du Bosc, Las Parets,
Villeneuve du Paréage et zone industrielle du Pic de Pamiers.

Le quartier de Cazalas était "interdit" et Jojo Doussat n'a pas dû vendre  beaucoup de pain...!

J'ai réussi à me "faufiler" en voiture, en invoquant des destinations
fictives et je me suis retrouvé en COREE du NORD: véhicules et groupes de
policiers à chaque intersection, plus policiers tout le long des routes:
près de chaque maison, de chaque chemin .. de chaque arbre... PAMIERS était
devenu PYON GYANG !

2°) J'AI COTOYE la FRANCE "d'EN HAUT":

Puis j'ai essayé de m'approcher, en voiture, de la salle de la Rijole, dans
la zone industrielle. J'ai réussi à franchir un premier barrage en venant de
l'abattoir et en exigeant d'aller chez Arnaudiès: les policiers, je pense,
ont noté mon numéro et m'ont laissé passer. Deuxième barrage, un policier
que je connaissais m'a dit "Mr Donat, je vous laisse passer mais vous ne
pourrez pas arriver chez Arnaudiès" ... et le 3° barrage m'a été fatal: il
m'a fallu laisser la voiture. Donc j'ai continué à pied ... et j'ai avancé,
en compagnie de gens qui "portaient du beau linge" !!! J'ai vu une noria de
bus débarquer des gens, sans doute venus d'autres départements pour remplir
la salle de la Rijolle et je n'ai connu personne ... (il n'y avait sans
doute pas assez d'"invitables" en Ariège).

Puis ce fut le barrage "fatal", ou il fallait présenter: accréditation,
invitation, badge ... et je n'ai pas pu aller plus loin, le "filtrage" étant
impitoyable !

Pour approcher Sarko, il faut le ...mériter !!!

Si vous avez vu à la télé Sarko serrer des mains, ce n'était que des
sympatisants soigneusement triés et filtrés au sein de l'espace
protégé(d'ailleurs cinq personnes non invitées ont été arrêtées ...)

Donc, il ne me restait plus, pour continuer, qu'à aller participer à la
manif ...

3°) J'AI COTOYE la FRANCE "d'EN BAS" :

Là, je me suis senti parmi les miens ... des copains ... des enseignants,
beaucoup de retraités, beaucoup de femmes, des syndicalistes, des militants,
des élus qui avaient boycoté Sarko, notamment: Nicole Quillem (maire de
Mirepoix), Jean Cazanave (conseiller général de Mirepoix)... ils m'ont dit
avoir été relancé 6 ou 7 fois par la préfecture, pour "honorer leur
invitation ..." puis se sont joints aux manifestants, les ouvriers de
l'usine.

La manif, loin de Sarko, était autorisée à la place St Hélène (la place de
Millane étant réquisitionnée pour les véhicules des invités de Sarko)

La manif était "bon enfant", 3 policiers et 2 RG empéchaient la montée vers
la gare. Puis la manif grossissant, l'avant a commencé à monter et les
policiers se sont écartés.

Alors, logiquement, s'est mis en place un cordon de sécurité
infranchissable, au niveau du rond point sous la gare: véhicules de police
cote à cote, cohortes de policiers "cosmonautes" avec boucliers et
harnachements... impressionnant !!!.

Le cortège des manifestants s'est arrêté à quelques mètres avec banderolles,
chansons ... Je suis allé devant, voir les manifestants, il n'y avait ni
casseurs, ni holligans... que des banderolles, des slogans et des "vieux"
comme moi, qui chantaient la Marseillaise!

Et on était "surveillé" par un hélico qui stationnait au dessus de la manif
... du jamais vu pour moi !

Mais des pétards (amenés par des manifestants ) ont éclaté au sein de la
manif ... alors là, grosse panique en face. Crime de "lèse majesté", Sarko
risquait d'entendre le bruit des pétards ... et de la contestation et tout
d'un coup, brutalement ...

4°) J'AI RAJEUNI de 44 ANS :

On a été arrosé de bombes lacrymogènes et des balles ( en caoutchouc ?? )
ont été tirées

Je n'avais plus vu ça depuis mai 68.

J'ai vu des gens se tordre de douleur par terre... , nos yeux et nos poumons
brûlaient ... effrayant !!! Incroyable !!!
Là, écoeurés, mes copains et moi, sommes partis et je suis allé m'oxygéner les yeux et les poumons à la campagne ...

Voilà ce que j'ai vécu: la France coupée en deux: les "petits fours" d'un
coté et les "grenades et la violence" de l'autre ....!

Et rassurez vous, braves gens, c'est pas la crise pour tous: la salle de la
Rijole à Pamiers a été spécialement refaite de neuf ... moquette au sol,
goudronnage autour ...les cire pompes de Sarko craignaient qu'il salisse les
siennes.

L'Elysée a même veillé à ce que les personnels approchés par Sarko soient habillés de neuf ...

Rassurez vous Trigano (maire de Pamiers ) a affirmé que ça ne couterait rien
au contribuable (sans doute ces frais seront payés par une valise venant
d'Andorre !!!). Puisque ça ne coute rien au contribuable, pourquoi donc
Sarko ne visiterait pas 10 000 villes en France, 10 000 sites seraient
refaits à neuf, ça donnerait du boulot aux entreprises ... sans rien couter
aux contribuables !!! Ils nous prennent pour des débiles !!!

Autre malaise, dans l'armée, cette fois, puisque Sarko est passé devant la
caserne du 9°RCP et ne se serait pas arrêté se recueillir sur la stèle de
plusieurs soldats de Pamiers, qu'il a envoyé se faire tuer en Afganistan
!!!!

-----------------

Bref, j'étais Sarko-phobe et je suis devenu Sarko-phage et .. désolé pour
mes lecteurs Sarko-philes !!!

Et je pense que la prochaine élection va être capitale concernant la société
française: comment et surtout QUI va payer la dette abyssale actuelle de la
France ???? Est ce que ce sera encore le peuple ???

Je me permets de rappeller que la dette était de 1150 milliards d'Euros
après Chirac et qu'elle est à ce jour de 1780 milliards d'Euros.

Au sujet de la dette, je me permets de conseiller aux curieux de lire le
"Mariane" de cette semaine, c'est très instructif !!!

Sarko a augmenté la dette de 630 milliards d'Euros: 130 pour la gestion de
la crise et 500 pour sa gestion ( et ce, malgré les milliers de suppressions
de postes de fonctionnaires et l'état actuel pittoyable, notamment, de
l'éducation nationale).

Il ne faut pas tout ramener à notre argent et il y a d'autres problèmes
cruciaux à traiter, mais, à titre indicatif je viens de calculer que notre
pension nette a augmenté de 1,8% entre novembre 2006, pour moi, et février
2011(4 ans et demi ) puis de 1,7% en février 2011....comparez aux
augmentations de ce que nous payons !!!

Les fans de Sarko me diront, "ça ne sera pas mieux avec l'opposition", je
leur répondrai : "c'est possible, mais ce qui est sûr, ça ne pourra pas être
pire pour le peuple" !!!!!

Alors ????? Attendons les élections !!

----------------------------------------------------------------------------

Pour conclure, voici une prose ... d'humour ! " P A T A TR A S !!!
L A Fr A nce A chuté !!!

Faut pas que SARKO mence !

Le coBAY ROUgit d'impatience !

Faut pas croire HOLLANDE mains qui chantent !

Le PEN va augmenter !

Mais ne MELANCHON pas tout ! "

Pourquoi ce mail??? A mon avis, pour s'apprécier entre proches, il faut se
connaître mutuellement et que chacun puisse s'exprimer librement, tel qu'il
est ...

C'est ce que j'ai essayé de faire ci dessus et je souhaite que mon ressenti,
ne contrariera personne ...

Certains m'ont dit, même à propos de dessins humoristiques: je ne veux pas
entendre parler de politique, donc, à ceux là, je n'envoie pas ce mail
Cordialement

 

Quand Moniseur Sarkozy se déplace à nos frais pour faire campagne, il ne laisse rien au hasard: un dictateur n'en fait pas plus...
Voyez ce témoignage d'un prof en retraite, en Ariège,  qui a osé s’approcher du monarque sans y être invité...

Quand on pense qu'il s'agit d'un délinquant financier que certains lecteurs du gaulois doutent de" l'utilité "de la loi pour tirer sur la foule de juin l'année dernière, ils vont bientot voir à quoi elle va bien servir,nous ne leur répondons pas, nous leur disons patience.....
voilà donc un exemple de ce qu'on a fait en France de la liberté d'expression, de la liberté de manifestation . Il n'a vraiment rien à envier à Bocassa....
  • Facebook

À propos de legauloisdechaine

Un commentaire à Déni de Démocratie, Témoin du voyage en Ariège de Monsieur Sarkozy en France, il témoigne
  1. Merci Monsieur,

    cela ne me surprends pas du tout et moi aussi je suis sarkophage, mais j’ai bien peur que ces politiques soient tous les marionnettes d’un ordre encore plus puissant caché dans l’ombre et qui tire les ficelles !
    Notre France et notre planète sont déjà entre les mains de queques tout puissants !
    Le vote n’est plus un droit ! C’est une mascarade !
    Le dernier qui a voulu nous prévenir était JFK, voyez ce que cela lui a coûté !!!

    Mille merci pour votre témoignage qui, je l’espère, réveillera un peu tous ces moutons aveugles

942587-1118893
Sur ce blog,
379847 318201644879112 100000678381250 1036336 121912958 n

Elle avait 48 ans;compétente dans son travail ,elle était avenante,coquette,et belle.

Elle s'est enfermée dans son bureau,et s'est jetée par la fenêtre.

Le commandant de police,les inspecteurs et médecins du travail,la Sécurité sociale témoignent: "harcèlement avéré","pathogène" de la victime,et de maints autres employés.

Non,ce n'est pas France Télécom privatisée,c'est une école.Une école privée de la chambre patronale d'Amiens,où les dirgeants,sans doute,appliquent à leurs propres employés les doctrines du "management par la terreur". (..)

.

 

Lire aussi sur le blog de Bab :

En soutien à Franck Boissier, pas coupable d'être militant

 

Samedi 4 février 2012
312561_245904705464983_100001363671692_603783_1489-copie-1.jpgMercredi 1 février 2012
  
Le réalisateur de GasLand arrêté
 
Associated Press Washington / La Presse.ca
 
Le réalisateur de
GasLand,
un documentaire nommé aux Oscar l’an dernier, a été arrêté alors qu’il assistait à une audience à la Chambre des représentants.
 
Joshua Fox tentait de filmer le déroulement de l’audience sans toutefois avoir en sa possession les autorisations requises. Il a été escorté à l’extérieur
de la salle, menottes aux poignets, puis accusé d’entrée par effraction par la police du Capitole. Le résident de Milanville, en Pennsylvanie, a réalisé
un documentaire portant sur les conséquences de l’exploitation des gaz de schiste aux États-Unis.
 
Ce long métrage, intitulé GasLand, a été finaliste aux Oscar l’an dernier. M. Fox milite contre la fracturation hydraulique, une technique employée pour
l’exploitation des gaz de schiste. Il est accusé par l’industrie pétrolifère et gazière de verser dans le sensationnalisme.
 
Les discussions du sous-comité de la Chambre sur la science, l’espace et la technologie portaient sur la fracturation hydraulique. Les démocrates ont forcé
la tenue de deux votes, un premier visant à permettre à Joshua Fox de filmer les discussions, et un second pour suspendre les audiences pendant une semaine
afin de permettre au cinéaste d’obtenir les autorisations nécessaires au cours de cette période.
Les deux motions ont été défaites par un vote soumis à la discipline de parti.

PETITION POUR SA LIBERATION :
 
  • [Yanninfo] Le réalisateur de GasLand arrêt é - Pétition, Yann Fiévet, 03/02/201
 
 

 392755_316860208346589_100000678381250_1030934_1580869407_n.jpg

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 03:28

 

Le : 13 Décembre 2011

Poutine a-t-il vraiment perdu les élections russes?

unie poutine medvedev élections russie 

 

 Des urnes s'est dégagé un vote de volonté de puissance


Alors qu'ils adorent Gorbatchev, qui n'a plus aucune audience en Russie, les médias français détestent Vladimir Poutine. Il est, pour l’idéologie médiatique, trop russe, trop autoritaire et sans doute aussi, inconsciemment, trop blanc. Sa synthèse des énergies historiques russes, incluant l’héritage tsariste et stalinien, est aussi répréhensible qu’incompréhensible pour ceux qui instrumentalisent de façon totalement manichéenne les fractures nationales de l’histoire. L’ancien du KGB est, certes, un personnage plus qu’ambigu, mais ses efforts pour rétablir une fierté russe sont incontestables. Incontestable également le caractère autoritaire de l’homme et de son régime.


Quand on regarde les résultats électoraux, on ne peut nier que le parti du futur président, mené au combat électoral par le futur Premier ministre, a connu un revers. Avec 49,5% des voix, Russie Unie, arrive bien en tête et conserve la majorité des sièges à la Douma (parlement). Mais, il recule de 14 points par rapport au scrutin de 2007 où il avait obtenu 64% des suffrages.

Trois autres partis progressent. Le Parti communiste se place en deuxième position avec 19% (contre 11,6% en 2007). Arrivent ensuite le Parti Libéral-démocrate (nationaliste) du leader populiste Vladimir Jirinovski avec 12% (contre 8,1% en 2007) et Russie Juste, avec 13% (7,7% précédemment). Aucun autre parti ne franchit le seuil des 7%, nécessaire pour être représenté à la Douma. Au Parlement, Russie Unie bénéficiera d'une légère majorité en sièges avec 238 élus sur 450. Les communistes en obtiennent 92 ; Russie Juste, 64 ; les ultra nationalistes 56.

Le message des électeurs est clair ; ils veulent un retour de la puissance russe, et cela va du rouge vif au brun foncé. Russie unie a peut être bourré les urnes, mais le vote va dans une unique direction. Quand Poutine dit qu’il va tenir compte de la volonté des Russes, on aurait tort de croire qu’il va « libéraliser » le régime pour complaire aux Occidentaux, comme l’envisagent quelques commentateurs superficiels. Au contraire, le message est « il était temps ». Temps que Poutine revienne au Kremlin et dirige seul le pays. Les Russes veulent un Poutine fort, pour un pays puissant, et pas un Medvedev lisse et complaisant, pour ne pas heurter l’étranger.


Ne pas se tromper de vaincu

L’opposition démocratique existe certes. Elle est dans la rue quand elle peut, et occupe, grâce à la technologie nouvelle et aux soutiens américains, une surface médiatique. Mais, malgré cette ingérence évidente, les démocrates militants sont encore moins représentatifs que les blogueurs égyptiens. Ils sont marginaux et surmédiatisés.

En fait, selon des analystes russes cités par Le Courrier International, Poutine a bien joué en se démarquant d’un parti lié à Medvedev et en perte de vitesse. « Ce résultat en baisse s'explique, entre autres, par l'atmosphère consécutive à la crise, par le fait que le parti n'était pas emmené par Poutine lui-même [c'est Dimitri Medvedev qui était la tête de liste] et par la multiplication des critiques contre Russie Unie, durant la campagne. Mais la raison principale de cette chute est, certainement, que Vladimir Poutine n'avait pas besoin que Russie Unie fasse un score impressionnant », estime le politologue Sergueï Tcherniakhovski…

D'après lui, toutes les lois indispensables ont déjà été adoptées, et c'est sous le mandat de la Douma sortante que Poutine avait besoin de pouvoir provoquer un impeachment, tant que Dmitri Medvedev était président. « Vu le résultat d'aujourd'hui, on se demande ce que pèse Medvedev », poursuit Tcherniakhovski, pour qui Russie Unie l'emportait largement quand Poutine était à la tête du parti.

« Ces législatives remettent en question le destin politique de Medvedev », renchérit le politologue Rostislav Tourovski. Le vice-président du Centre de communication politique, Gueorgui Tchijov, partage cet avis : en cédant la direction du parti à Dmitri Medvedev, Poutine a « bien joué et a évité de se retrouver associé à un parti qui est sur la pente descendante »


Un message nationaliste

En fait, Poutine sait que le nationalisme est la valeur montante, liée à un rejet des immigrés. C’est ce qui explique la percée du parti de Vladimir Jirinovski, malgré la réputation sulfureuse de ce leader plus que controversé, ridiculisé même depuis des années. Mais toujours là. Il veut rétablir l’empire dans ses frontières soviétiques et rejoint, par les propositions sociales, le parti communiste qui renaît petit à petit de ses cendres. Staline reste l’une des personnalités préférées, malgré ses crimes, reconnues et acceptés des Russes.


Les Russes n’ont pas voté contre Poutine pour plus de démocratie. Ils ont voté pour plus de nationalisme et de grandeur, contre la soft Russie de Medvedev. Voilà le vrai message.


Jean Bonnevey


09/12/2011
Metamag.fr, le magazine de l’esprit critique

Correspondance Polémia – 13/12/2011

Image : affiche de Russie Unie

Jean Bonnevey

 

.

 

Dernières contre-infos :

 

9/11:

Pour les endormis qui n'ont toujours rien compris : après 10 ans de silence, l'ex-Agent de la CIA, Susan Lindauer peut désormais témoigner sur le 11 Septembre 2001 (vidéo):



Syrie:

L’archevêque d’Alep : «Il faut donner sa chance à Assad»:

«La Syrie est une tête de pont pour une agression contre l’Iran» entretien de Joëlle Penochet à La Nouvelle République:


Les Forces spéciales britanniques, la CIA et le MI6 appuient l’insurrection armée. Une intervention de l’OTAN est envisagée:

Iran:
                         L'intox du nucléaire iranien militaire:

Nouvelle opération sous faux drapeau possible: "Surveillez le porte-avions américains USS Enterprise ! (vidéo sous-titrée):


Pétrole iranien boycotté : les Français, premières victimes!, par Mireille Delmarre:


L'AFP en flagrant délit de manipulation sur Chavez et Ahmadinejad ! (vidéo):


Libye:

MSF fait état de tortures dans la Libye ’’libérée’’ (vidéo sous-titrée):

.
Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 03:08
Les médias internationaux se rendent complices de la légitimation des colonies israéliennes (Palestine News Network)
Alessandra BAJEC


Incroyable mais vrai : plus de 70 journalistes des principaux médias ont pris part à une visite des colonies israéliennes en Cisjordanie palestinienne jeudi dernier 19 janvier.

La chaîne nationale israélienne d’information télévisée, Arutz Sheva, a communiqué la nouvelle le jour suivant, en parlant d’une visite de la Samarie à laquelle s’étaient joints les médias étrangers, sur invitation du directeur du Conseil Régional de Samarie, Gershon Mesika, et du ministre de l’Information de la Diaspora, Yuli Edelstein.

Les participants étaient des journalistes de médias bien connus comme le Guardian britannique, l’agence Reuters et des reporters de France, Pologne, Chine, Allemagne, Amérique du Sud, Etats-Unis, Radio Londres et plusieurs chaînes de TV russes.

On a emmené les visiteurs voir des communautés, des sites industriels, des cultures et des vignobles en Samarie. Ils se sont rendus notamment sur le site industriel de Lipski, au Mont Gerizim, à la communauté d’Itamar et à la ferme de Givot Olam.

Les relais d’information israéliens ont proclamé avec fierté que cette visite de la région était la plus importante jamais réalisée par des reporters et des journalistes étrangers reconnus.

Ce qui est frappant c’est le simple fait qu’une (large) délégation de professionnels des médias internationaux se soit rendue dans des colonies qui sont toutes considérées comme illégales par le droit international. En d’autres termes, un groupe des professionnels des médias appartenant aux pays mêmes qui condamnent les colonies illégales en Palestine occupée, a participé à un événement qui viole manifestement le droit international.

S’il est besoin de rappeler, pour la énième fois, en quoi consistent les colonies, voici ce qu’a écrit la Cour internationale de Justice en juillet 2004 : "Les colonies israéliennes dans les Territoires Occupés Palestiniens y compris à Jérusalem Est, sont illégales et constituent un obstacle à la paix et au développement social et économique [....et] ont été établies en violation du droit international."

Et le paragraphe 6 de l’Article 49 de la Quatrième Convention de Genève stipule que "la puissance occupante ne déportera pas et ne transférera pas une partie de sa propre population dans les territoires qu’elle occupe."

Parmi les journalistes qui ont participé à cette visite dans les colonies, il y avait Lars Larson, un animateur étasunien de radio qui a aussi assisté à une séance de la Knesset portant sur la diplomatie publique et les médias internationaux pendant la semaine.

Larson a déclaré tranquillement que se rendre en ’Judée Samarie’ (dans les colonies implantées dans cette région, pour être précis) ne suscite pas "trop de controverses". Et cela ne nous surprend pas puisque Larsen a exprimé ouvertement son amour d’Israël : "C’est mon quatrième voyage en Israël, j’adore ce pays" a-t-il affirmé, selon Arutz Sheva qui le cite "C’est le seul pays étranger du monde où j’ai exporté mon programme radiophonique".

Il n’est pas surprenant que quelqu’un qui aime tant Israël ne tienne aucun compte des lois internationales puisque Israël viole ces mêmes lois et réussit à maintenir son statut privilégié d’état au dessus des lois. Mais il est plus surprenant d’entendre une telle déclaration publique dans la bouche d’une personne qui est aussi journaliste et qui, pour enfoncer le clou, choisit Israël (ou plus exactement les colonies israéliennes en l’occurrence) pour y diffuser son émission de radio. C’est vraiment, de la part d’un journaliste, un parti pris qui va bien au-delà des opinions personnelles ordinaires.

Pendant la visite des colonies israéliennes Larson a dit à Arutz Sheva une autre chose tout aussi extraordinair, à savoir que la "couverture médiatique est anti-israélienne’’ — on reste sans voix. Non seulement on ne relève pas le moindre commentaire hostile à Israël dans les médias mais Israël exerce au contraire une influence indéniable dans la presse étrangère. Il est clair que l’amitié indéfectible qui lie les Etats-Unis et Israël, ajoutée à la sympathie dont l’état hébreu bénéficie en Europe (encouragée par les lobbys pro-israéliens et les réseaux sionistes) ne peut qu’aboutir à un déséquilibre dans la couverture médiatique des médias dominants, ce n’est pas difficile à comprendre. Pour ceux qui se rendent compte du peu de couverture médiatique dont bénéficient les évènements qui concernent le plus proche voisin d’Israël et pour ceux qui constatent à quel point la réalité quotidienne de la Palestine est peu évoquée dans les médias dominants quand elle n’est pas déformée ou carrément cachée, rien n’est plus étonnant que d’entendre un journaliste affirmer une chose pareille.

A sa décharge, on peut dire que Larson a fait preuve de courage en disant clairement ce qu’il pensait (dans une vidéo diffusée sur le site de Arutz sheva). Mais qu’en est-il des 70 autres journalistes internationaux ? Il aurait été agréable et approprié de savoir ce que les reporters des principaux médias avaient à dire sur leur visite. Sont-ils tout aussi inconscients de s’être rendus dans des colonies unanimement condamnées pour leur illégalité ? Ou les agences médiatiques sous influence israélienne pour qui ils travaillent les ont-elles encouragé à fermer les yeux sur la question des colonies ? Il semble qu’il soit ok pour les médias internationaux de considérer simplement cette visite comme n’importe quelle visite de terrain et de négliger d’informer les auditeurs et les lecteurs sur la teneur du problème.

Le simple fait de visiter des colonies israéliennes en Palestine Occupée est un affront au droit international, cela révèle la complicité des journalistes dans l’effort de légitimation des colonies israéliennes. Pire encore, le fait que les médias internationaux acceptent de se prêter à une visite de ce genre montre qu’ils se rendent complices de l’entreprise de couverture des crimes de guerre d’Israël. C’est une attitude tout à fait indigne qui discrédite les médias principaux et leur travail.

On voit bien la contradiction entre leur comportement et ce qu’on lit dans ces mêmes médias internationaux sur les positions régulièrement réaffirmées de l’Angleterre, les Etats-Unis, l’Union Européenne et l’ONU contre l’expansion des colonies sur de la terre (internationalement reconnue) palestinienne ; et sur le fait que la construction continuelle de colonies illégales crée une situation dans les faits qui sabote le processus de paix et rend impossible la création d’un état palestinien viable.

Ironiquement, en début de semaine, nous avons appris par des fuites au Guardian, que dans un rapport confidentiel sur Jérusalem Est, des diplomates européens suggéraient à l’UE de revoir la législation pour empêcher les entreprises et les organisation de s’engager dans des actions qui soutiennent la colonisation israélienne.

La même semaine, nous avons entendu aux nouvelles que le vice-premier ministre anglais avait critiqué violemment la politique coloniale israélienne en Cisjordanie. Nick Clegg aurait dit en référence à la construction des colonies que "c’était une acte de vandalisme délibéré" qui "ruinait" les espoirs de paix.

Parmi les récents rapports condamnant les politiques israéliennes il y avait aussi un rapport de parlementaires français qui soulignait la disparité entre les quantités d’eau allouées aux colons et celles allouées aux Palestiniens en Cisjordanie ; et un rapport interne de l’UE qui critiquait "l’augmentation de la colonisation" en 2011.

Il n’est pas surprenant que la visite d’un grand groupe de journalistes internationaux dans les colonies israéliennes n’ait été mentionnée qu’aux informations israéliennes. Aucun des principaux médias internationaux n’a envie de parler de cette visite embarrassante.

Alessandra Bajec

Pour consulter l’original : http://english.pnn.ps/index.php/israeli-settlements/733-inte...

Traduction : Dominique Muselet


URL de cet article 15712
http://www.legrandsoir.info/les-medias-internationaux-se-rendent-complices-de-la-legitimation-des-colonies-israeliennes-palestine-news-network.html
.
Sur LegrandSoir :
.
Le Grand Soir
Voici les nouveautés de la semaine :
Pour vous désabonner, voir à la fin.
par Thomas POSADO
Fin 2011, une nouvelle organisation supranationale a vu le jour, la Communauté des états latino-amérciains et caraïbes (CELAC) rassemblant l’ensemble des 33 pays de la région. Les chefs d’états ou de gouvernement réunis ont été accueillis à Caracas par Hugo Chávez pour fêter l’événement. Preuve de son importance, tous avaient répondu présent à l’exception des présidents péruviens et costaricain tentant de contenir de forts mouvements sociaux dans leur propre pays. Pour la première fois, les Etats (...) lire la suite
par Loic RAMIREZ
« Moi aussi je trouve que Barcelone est plus jolie, mais bon, ça reste mon avis ! » s’amuse à me confier Albert quand je lui annonce que la capitale catalane me semble plus belle que sa consoeur, Madrid. Ce dimanche 21 janvier 2012, sous l’Arc de Triumf (l’arc de triomphe) j’ai rendez-vous avec le jeune militant des CJC (Collectifs des Jeunes Communistes), protagoniste malgré lui d’une saga judiciaire dont j’ai déjà relaté les détails. Arrêté avec deux autres camarades à lui en novembre 2007 lors d’une (...) lire la suite
Le mouvement BDS - Boycott Désinvestissement & Sanctions
par Eric WALBERG
La troisième conférence annuelle du BDS s’est ouverte le 17 décembre au Centre pour le Bonheur des Enfants de Hébron "pour que la société civile palestinienne intensifie la mise en oeuvre du BDS qui est au coeur de la lutte palestinienne." Le coordinateur européen du BNC (*) européen a affirmé : "Le BDS est désormais le cadre principal de la solidarité. Nous sommes sur le point de fermer le marché européen à Israël." Le Boycott a enregistré un énorme succès en janvier quand un étudiant de terminale (...) lire la suite
par Flora Carpentier
“32 ans de présence, 32 ans à appuyer sur la pédale avec le chrono derrière, et on arrive à quoi ? A rien du tout, on nous met un coup de pied au cul, c’est tout !” L’humiliation vécue par cette ouvrière de l’usine Lejaby d’Yssingeaux qui vient d’apprendre la délocalisation de l’usine où elle a travaillé depuis son adolescence reflète ce que vivent de nombreux ouvriers et ouvrières jetés à la rue à l’heure de la crise économique mondiale. Alors que les révoltes contre les dégradations des conditions de vie se (...) lire la suite
par Thierry BRUGVIN
Les marchés financiers continuent à jouer avec le sort de l’Euro, de l’Europe et de la Grèce en pesant sur la dette publique de cette dernière. Or, la dette issue des prêts des banquiers et actionnaires privées est un instrument de contrôle adémocratique et néolibérale de l’économie des Etats et des peuples. LA DETTE PUBLIQUE : LE POUVOIR DES FINANCIERS SUR LES ETATS Les politiques d’austérité néolibérales favorisent les rentiers et les spéculateurs. Attac France explique que « Tout comme l’accroissement (...) lire la suite
Les médias passent sous silence les morts dont les Etats-Unis sont responsables
par Danny LUCIA
Plus d’un million d’Irakiens sont morts dans la guerre américaine. Cette phrase est un test décisif. La réaction immédiate de certaines personnes est de dire "Ce n’est pas possible" parce que les Etats-Unis ne pourraient pas faire une chose pareille. Ou parce que des crimes d’une telle envergure ne se produisent plus. Ou parce qu’ils se produisent mais seulement dans des endroits épouvantables que les Etats-Unis n’ont pas encore libérés. Un million de morts c’est un chiffre qui vous fait dire (...) lire la suite
par Mohamed BELAALI
« Mon cœur abrite toute la tristesse d’une vie entière Mais si j’me laisse faire , c’est un aller direct au cimetière » MANU KEY, Karl et Yezy L’Escroc : « Dans nos têtes et dans nos coeurs » Ali Ziri 69 ans, Mohamed Boukrourou 41 ans, Abou Bakari Tandia 38ans, Pascal Taïs 32 ans, Abdelkarim Aouad 30 ans, Wissam El-Yamni, 30 ans, Mohammed Saoud 26 ans, Abdelilah El Jabri 25 ans, Malik Oussekin 22 ans, Hakim Ajimi 22 ans, Zied et Bouna 17 et 15 ans … La liste des hommes morts dans les (...) lire la suite
Interview de Seyed Mohammad Ali Hosseini, ambassadeur d’Iran à Rome
par Marina FORTI
Un groupe d’inspecteurs de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (Aiea) a commencé dimanche une visite en Iran : conduite par le directeur-adjoint Herman Nackaerts, la mission tentera d’affronter les doutes que l’Aiea a soulevé dans son rapport de novembre dernier quand, sur la base d’informations recueillies par les services secrets d’autres pays, elle avait pointé les soupçons sur certaines expérimentations iraniennes qui pourraient avoir une « importance militaire ». La visite a commencé (...) lire la suite
par Michael HASTINGS, Julian ASSANGE
Assigné à résidence en Angleterre, le fondateur de Wikileaks se confie sur son combat contre le « Times », son incarcération en isolement ainsi que l’avenir du journalisme A quelques jours de Noël Julian Assange vient de déménager dans sa nouvelle demeure cachée quelque part dans l’Angleterre profonde. La maison de deux chambres, prêtée par un supporteur de Wikileaks, est confortable mais moins que la demeure où il a vécu pendant 363 jours en attendant la décision de la Justice britannique sur la demande (...) lire la suite
par Samuel MOLEAUD
Le bal des clowns aux nez de toutes les couleurs, des rouges, roses, oranges, bleus, et bruns touchera bientôt à sa fin. Fin janvier 2012, et les jeux semblent déjà faits, disent les journalistes de grande audience. Tu m’étonnes ! Comme d’habitude, les médias tronquent les débats, fixent le temps de parole, adoubent celui qui fâche le moins les institutions financières et règnent en maîtres sur la dictature de l’agenda. Ils sur-médiatisent les thèmes néolibéraux et leurs porte-banderoles. Et ils (...) lire la suite
par Alessandra BAJEC
Incroyable mais vrai : plus de 70 journalistes des principaux médias ont pris part à une visite des colonies israéliennes en Cisjordanie palestinienne jeudi dernier 19 janvier. La chaîne nationale israélienne d’information télévisée, Arutz Sheva, a communiqué la nouvelle le jour suivant, en parlant d’une visite de la Samarie à laquelle s’étaient joints les médias étrangers, sur invitation du directeur du Conseil Régional de Samarie, Gershon Mesika, et du ministre de l’Information de la Diaspora, Yuli (...) lire la suite
par Bernard GENSANE
Parce qu’il est aux abois, le kleiner Mann a décidé de mordre. Ce qui n’empêche pas un discours de contrition feinte comme quand il prétend regretter la nuit au Fouquet’s le soir de sa victoire à l’élection présidentielle. Le problème n’est pas le Fouquet’s. Cette célébration aurait très bien pu avoir lieu chez Gégène, à Joinville-le-Pont (Pon ! Pon !). Le problème, c’est la mise en coupe réglée du pays, l’organisation méthodique de l’appauvrissement du peuple au profit de quelques centaines de personnes, dont (...) lire la suite
par Farirai Chubvu
Charles Ray -l’envoyé des Etats-Unis ici- se décrit comme le symbole du monde libre, un champion des droits de l’homme et de la démocratie, et se vante du rôle de son pays dans l’invasion de la Libye, mais en réalité, il semble que, tout comme la guerre du Vietnam et d’autres guerres illégales avant elle, la guerre de Libye soit une énorme sujet d’embarras pour l’Oncle Sam. Un rapport publié la semaine dernière par des organisations des droits de l’homme au Moyen-Orient prouve à l’envie que des crimes de (...) lire la suite
par COMAGUER
Plusieurs sites Internet (*) ont reproduit la traduction française d’une interview d’un ancien diplomate iranien réalisée par une journaliste italienne et publiée dans le quotidien italien « Il Manifesto ». Dans le bulletin qui suit nous avons tenté de décrypter le rôle de ce diplomate dans l’actuelle campagne d’intoxication de masse contre l’Iran - COMAGUER (*) http://www.legrandsoir.info/seyed-hossein-mousavian-l-embarg... et (...) lire la suite
par Marina FORTI
S. H. Mousavian (*) a été ambassadeur de la République Islamique d’Iran en Allemagne, chef de la commission affaires étrangères du Conseil de sécurité nationale pendant la présidence Khatami, et a conduit, de 2003 à 2005, les négociations entre l’Iran et les trois nations européennes sur le nucléaire. Après l’élection de M. Ahmadi Nejad à la présidence de la République Islamique d’Iran, il a été conseillé du nouveau négociateur en chef Ali Larijani. Il est actuellement chercheur associé à l’université (...) lire la suite
par Agnès-Mariam de la Croix
Chers tous, J’ai reçu d’un très cher ami un article du Monde du 28.01.12 intitulé "Il est 16h30, un massacre a eu lieu à Nasihine..." Me demandant "comment l’interprétez-vous". Et ajoute : "Je trouve toutes ces informations très tristes". Pour répondre à cette interrogation j’ai fait mon enquête depuis le matin. Je n’ai reçu de réponse définitive que la nuit vers 21 heures. La raison est que la région en question est totalement coupée d’accès par les bandes armées. Personne ne peut y pénétrer. Il a fallu (...) lire la suite
par Mariam Nabil
Le ministre palestinien des Affaires des Prisonniers, Issa Qaraqe, accompagné d’une délégation ministérielle s’est rendu dans le camp de réfugiés de Askar à Naplouse chez le prisonnier Ahmad Nabhan Da’san Saqer, 47 ans, qui a été arrêté en 2008 et condamné à la prison administrative. Le prisonnier Ahmad Saker est considéré comme le plus ancien prisonnier sous détention administrative israélienne : il a été arrêté trois fois de suite ce qui fait qu’il a passé 12 ans dans les prisons israéliennes. Un ennemi (...) lire la suite
par Georges STANECHY
« La chétive Pécore s’enfla si bien qu’elle creva » - La Fontaine (1) Un confetti Qatar… Excroissance côtière du Golfe Persique, péninsule de 160 km de longueur face à l’île de Bahreïn, confetti géographique frontalier de l’Arabie saoudite, couvrant 11.437 km2. Superficie, à 10% près, similaire à celle du département français de la Gironde. En population, l’équivalent d’un autre département celui des Vosges : 400.000 habitants ou nationaux. Car le chiffre de sa population globale, approchant les 2 millions (...) lire la suite
par Hedy BELHASSINE
Plus de cent immolations depuis un an. La contagion du désespoir gagne tout le pays. Les Tunisiens flambent comme les bagnoles en banlieue. Président et gouvernement tentent d’éteindre le feu. Les jeunes récusent la révolution sans solutions. Ils revendiquent et ne veulent rien entendre. Entre ceux qui travaillent et ceux qui chôment le dialogue est impossible. Foin des cahiers de doléances, ils réclament la répartition du pain. Les ministres le voudraient bien ; ils ordonnent la distribution. En (...) lire la suite
par Robert BIBEAU
Salim, assis dans la première rangée face au conférencier, s’appliquait à noter les billevesées de cet « expert » ayant commis six gros volumes sur le « conflit israélo-palestinien » (sic). Plus Salim écoutait et cherchait à comprendre les méandres de la pensée étriquée de l’invité, moins il comprenait. Soudain, Salim bondit et applaudit l’universitaire ébaubi, non pas pour ce qu’il avait dit mais parce qu’il avait enfin fini ! Pourtant, la question palestinienne n’est pas si compliquée pour qui ne s’évertue (...) lire la suite
par John LAFORGE
Des chercheurs français viennent de confirmer que les taux de leucémie infantile sont tragiquement élevés chez les enfants qui vivent à proximité des centrales nucléaires. Le "Journal Internationale du Cancer" a publié en janvier une étude scientifique établissant une corrélation indéniable entre le risque de leucémie aigue et la proximité d’une centrale nucléaire. Le document s’appelle "La leucémie infantile à proximité des centrales nucléaires françaises — Etude Geocap, 2002-2007".* Ce rapport (...) lire la suite
par Fidel CASTRO
Le président Chávez a fait rapport devant le parlement vénézuélien de l’action de son gouvernement en 2011 et de son programme pour l’année en cours. Après avoir rempli rigoureusement toutes les formalités qu’implique cet important exercice, il s’est adressé aux autorités officielles de l’État, aux parlementaires de tous les partis, aux sympathisants et aux adversaires dans le cadre de la cérémonie la plus solennelle du pays. À son habitude, le leader bolivarien a été aimable et respectueux envers toutes (...) lire la suite
par Rosa LLORENS
Le cinéma indépendant fête le premier anniversaire de la Révolution égyptienne. Reflet Médicis a inauguré le Festival mercredi 25 avec un film italien de Stefano Savona, Tahrir, Place de la Libération. L’événement a fait salle comble, une salle chauffée par un bel Egyptien à la chemise immaculée, surmonté d’un casque de cheveux bouclés et muni d’un grand mouchoir dans le style Oum Kalthoum, qui a fermement invité le public à battre des mains au rythme de ses chansons, très théâtralement exécutées. (...) lire la suite
par Francis JOURNOT
L’exemple du textile, secteur emblématique du phénomène de délocalisation, est révélateur de la proximité entre certaines entreprises, organisations professionnelles, patronales et pouvoir politique. Les premières délocalisations du textile habillement ont débuté il y a plus de 30 ans mais la chute du secteur s’est précipitée au cours des dix dernières années. En 2002, Guillaume Sarkozy, fervent partisan des délocalisations, Président de l’UIT (Union des industries textiles), Vice-président du MEDEF et (...) lire la suite
Chers amis, en ce jour où nous célébrons la fête majeure de notre communauté, celle de l’Unité, notre coeur est dans l’amertume mais non sans lever les yeux au ciel d’où vient tout secours. Notre vision s’éclaircit petit à petit : elle perce le mur inexpugnable de la désinformation. La réalité n’est pas binaire comme on nous l’assène. Elle est complexe. Les chrétiens de Syrie ont-ils encore une place au sein de la destabilisation entamée d’une société composite ? Le sort de la Syrie sera-t-il calqué sur celui (...) lire la suite
par Fidel CASTRO
Cuba a été contrainte de se battre pour son existence face à une puissance expansionniste, située à quelques milles de ses côtes et qui ne cachait pas ses visées d’annexion dans la mesure où sa seule destinée était censément de tomber dans son giron tel un fruit mûr. Nous étions voués à l’inexistence comme nation. Dans la glorieuse multitude de patriotes qui se battit durant la seconde moitié du XIXe siècle contre l’abominable colonialisme imposée par l’Espagne pendant trois cents ans, José Martí fut celui (...) lire la suite
par Mya GUARNIERI
HEBRON —Une grand-mère Palestinienne a fait la grève de la faim la semaine dernière pour protester contre les violentes attaques de colons israéliens. Hana Abu Heikel a fait la grève de la faim au nom de sa famille après que des colons aient brûlé leur voiture le week-end précédent. Depuis que des colons israéliens se sont installés dans des maisons proches de celle de la famille Abu Heikel à Hébron en 1984, les Abu Heikel ont vu les colons brûler 8 voitures et en fracasser 6 autres. Les colons ont aussi (...) lire la suite
BREVES
Communiqué de presse – 2 février 2012 : Le Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde (CADTM) a décidé de dégrader la note du Fonds monétaire international (FMI) pour sa lourde responsabilité dans la détérioration des conditions de vie des populations dans les pays appliquant l’austérité qu’il (...) lire la suite
Monsieur le Président, Nous sommes déjà en février 2012, et les cinq patriotes cubains Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Fernando González, Ramón Labañino, et René González ne sont toujours pas libérés. On ne peut pas dire de René González qu’il soit libre, il n’est pas autorisé par votre justice à (...) lire la suite
"Ce soir, ils (les prisonniers) prendront un dernier repas" avant d’entamer leur grève de la faim, déclarait hier le chef de l’Association des jeunes bahreïnis pour les droits de l’Homme, Mohammed al-Maskati. En effet, des détenus et des militants bahreïnis condamnés pour avoir pris part à des (...) lire la suite
La médecine cubaine vient d’enregistrer un progrès considérable dans un domaine affectant des millions d’hommes et de femmes victimes du plus ravageur des crabes, le cancer du poumon. L’équipe médicale au travail depuis plus de vingt ans annonce avoir mis au point un vaccin thérapeutique (et non (...) lire la suite
Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 02:27

 

DES AVENTURES GUERRIERES SE PREPARENT - LES FRANÇAIS VEULENT SAVOIR

 

Guy Poussy
Jeudi 2 Février 2012


DES AVENTURES GUERRIERES SE PREPARENT - LES FRANÇAIS VEULENT SAVOIR
En septembre 2001, Georges BUSH président des Etats Unis, avait programmé sept guerres pour » remodeler le moyen Orient ». Alors qu’un état est toujours refusé aux Palestiniens, trois guerres ont été engagées, IRAK, AFGHANISTAN, LIBYE, les résultats sont désastreux. Aujourd’hui quels mauvais coups se préparent contre l’IRAN, et contre la SYRIE ? Le proche Orient qui produit des ressources économiques vitales pour l’économie de la planète, en particulier celle des pays occidentaux, menace d’exploser. Aussi est il curieux de constater  que le risque de guerre au proche Orient, et la paix mondiale qui tient à un fil parce que fragilisée par la crise qui secoue le système capitaliste, ces graves sujets sont totalement absents de la campagne de l’élection présidentielle. Domaine réservé de SARKOZY, lors de son émission télévisée du dimanche 29 janvier, celui-ci n’évoque pas la politique étrangère de la France. Les journalistes ne lui posèrent aucune question. Dans le face à face HOLLANDE JUPPE du 25 janvier le candidat du PS ne posa aucune question au ministre des affaires étrangères.

Ce silence assourdissant doit être rompu. Les français ont le droit de connaitre le prix en euros, et en vies humainees de l’intervention militaire de la France en Libye. Les français ont le droit de savoir si, à la différence de 2003 ou la France refusa d’entrer en guerre contre l’IRAK aux cotés des Etats Unis et de la Grande Bretagne, le président de la république engagerait notre pays dans une agression contre l’Iran accusé d’élaborer l’arme nucléaire en secret . Ce serait en quelque sorte la répétition du vaste mensonge que BUSH utilisa en 2003, sur de prétendues armes de destruction massive détenue par L’Irak pour justifier l’invasion. S’agissant de la Syrie accusée de ne pas rompre avec l’Iran, et le pouvoir accusé d’assassiner son peuple, au nom du droit d’ingérence humanitaire, la France est elle engagée dans la préparation d’une agression militaire à la libyenne ? Les français ont droit à la vérité

Les Etats Unis n’ont de cesse de chauffer à blanc la situation. Le 24 janvier dans son discours sur l’état de l’union OBAMA a réaffirmé avec force que » L’Amérique reste la nation indispensable dans les affaires du monde, j’entends qu’il en reste ainsi » Concernant l’Iran OBAMA a affirmé avec force que » Toutes les options étaient sur la table ». Des journalistes ont écrit qu’il avait envie d’en découdre. Son engagement à toute épreuve se traduit par une coopération militaire la plus étroite qui ait jamais existé avec ISRAEL.

La paix dans le monde ne fait pas partie du souci majeur des candidats à l’élection présidentielle. Aux citoyennes et aux citoyens de les ramener sur terre. La constitution de 1958 a accordé des pouvoirs exorbitants au Président de la République. Depuis De Gaulle l’usage, et les pratiques des différents présidents, notamment celles de SARKOZY, n’ont fait qu’accentuer le caractère monarchique du régime. La politique internationale, et militaire de la France est totalement son   « Domaine réservé ». Il exclu de fait la politique étrangère des prérogatives de l’Assemblée Nationale. Les députés se couchent aux pieds du monarque et laisse faire. Ces questions vitales de la guerre et de la paix dans le monde engagent l’avenir de chacun, de nos enfants, et de notre pays. Le peuple doit donc se faire entendre haut et fort.
Lire aussi les Appels d'eva R-sistons

Citoyens du monde entier, mobilisons-nous contre les guerres et la guerre mondiale à venir ! 

Comment empêcher les Américains  

de nuire au monde entier

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 20:57

Sommaire :

- Nouvelle stratégie de l'armée US pour déstabiliser le monde et le dominer

Guerres de l'ombre

par eva R-sistons

- Des troupes spéciales déployées partout

- Les opérations clandestines de déstabilisation des Etats, liens

 

 

Alerte, ingérence planétaire !

Nouvelle stratégie de l'armée US, guerres de l'ombre

et opérations clandestines partout !

Par eva R-sistons

 

 

Les Etats-Unis ne sont pas un Etat chrétien, attaché à l'Evangile, comme les Américains le prétendent et le claironnent partout, ou alors leur Evangile, inversé, est celui de l'arrogance, de la convoitise, des mensonges, du vol, de la compétition, du culte de l'Argent, de la "réussite" à tous prix, de la violence, des guerres mortifères ! La vérité, c'est que les  Etats-Unis sont un Etat diabolique, le principal Etat terroriste de la planète, la principale menace qui pèse sur le monde entier ! Et pour nous opposer à leur stratégie machiavélique qu'ils mettent en oeuvre, aujourd'hui, en Syrie - comme hier en Libye et demain partout -, notre meilleur allié est la Russie de Poutine (qui elle prône un monde multipolaire), voilà la réalité !

 

Et afin d' atteindre leur but, afin d'être les seuls à dominer le monde et à imposer leur loi de la Jungle (le plus fort écrase le plus faible, le plus fort accapare les ressources, le plus fort impose sa Loi piétinant toutes les lois humaines...), nos "amis américains" - comme disent les Médias vassaux -, viennent d'élaborer une stratégie machiavélique qui passe par une nouvelle utilisation de leur armée et par le lancement d'opérations clandestines partout ! (http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=29028, l'Armée des Etats-Unis dans la clandestinité). Et donc, pour moi, l'Armée américaine va devenir, en quelque sorte, une armée de l'ombre - comme en Syrie, actuellement, ou hier, déjà, en Libye ! Encore plus redoutable et pernicieuse, évidemment...

 

Le calcul est simple : Les Etats-Unis n'ont plus les moyens matériels de leur ambition dévorante. Et leur appétit ne cesse de croître, puisque d'une façon ou d'une autre, ils veulent plus que jamais dominer la planète entière alors même que leur idéologie est contestée partout, que leur économie s'effondre et qu'elle ne subsiste plus que sous perfusion artificielle, et que leurs ravages guerriers sont dénoncés de plus en plus. Leur appétit ne cesse de croître, car ils ne veulent plus seulement s'emparer des principales ressources vitales de la planète mais aussi contrôler d'une façon ou d'une autre tous les gouvernements, vassaux de gré - comme les Etats européens qui ont perdu leur âme (et leur modèle social) en l'enchaînant au diable américain sans foi ni loi - ou de force, soit discrètement avec la mise en place de marionnettes stupidement dociles comme en Georgie, soit en faisant assassiner le chef d'Etat de l'Etat souverain qui dérange, comme en Libye dernièrement. 

 

Les Etats-Unis n'ont plus les moyens de financer leur sale politique de domination plus ou moins imposée au monde, mais dans le même temps, leurs ambitions s'étendent désormais à la planète entière. Hitler voulait imposer sa loi à l'Europe, les Américains,  eux, ne veulent plus de frontières mais un Etat unique, finalement, le leur, obligeant le monde entier à adopter leur modèle (qui ne profite qu'à quelques-uns et sacrifie tous les autres), et à se soumettre à leurs diktats. Le hic, le problème, c'est que de plus en plus d'Etats s'éveillent et se rebiffent, même en Europe, comme la Hongrie qui tente d'envoyer promener le joug du Cartel bancaire anglo-saxon. Et ne parlons pas de l'Amérique latine  "bolivarienne" ! Ce qui est plus gênant pour le loup anglo-saxon, c'est que l'Asie, à son tour, se réveille,  et que l'on voit par exemple l'Inde continuer, malgré les menaces américaines, à commercer avec l'Iran diabolisé par l'Occident qui brûle d'en découdre avec cet Etat berceau de la civilisation pour le tenir enfin à sa merci (avec ses richesses d'ailleurs), ou la Russie et la Chine se rapprocher pour mieux, ensemble, défier ceux, anglo-saxons, qui cherchent à les soumettre pour ensuite mieux imposer leur modèle (l'ultra-libéralisme hégémonique meurtrier et va-t-en guerre), leur démantèlement de l'Etat protecteur et redistributeur, leur monnaie et leur culture uniques, leurs dettes, leur désindustrialisation, leur chômage, leur précarité exponentielle, leur loi du plus fort, la jungle implacable, la souffrance sociale, le saccage de la nature et du vivant, et j'en passe... De plus en plus de citoyens refusent ce modèle-là, implacable et hégémonique ! Et de grands Etats émergents, comme le Brésil, l'Afrique du Sud, la Russie, la Chine, l'Inde, l'Iran... veulent décider eux-mêmes de leur politique, et ils rejettent un monde unipolaire dictatorial !

 

Changement de stratégie:

Les guerres clandestines des Anglo-Saxons

 

L'article de mondialisation.ca qui présente la nouvelle stratégie américaine, je l'étends aux Anglo-Saxons et aux Israéliens, car bien sûr les Anglais et les Américains font toujours leurs sales coups ensemble, partageant la même idéologie militaro-financière impulsée par les néo-conservateurs en tous genres; quant aux Israéliens, si discrets mais si efficaces, je les soupçonne d'être les muses de la nouvelle stratégie américaine, prenant en compte à la fois l'assèchement des ressources, donc l'effondrement de l'économie US, et les ambitions croissantes de domination du monde par le "peuple" des financiers de la City et de Wall-Street. Certes les bienheureux "Elus" de Dieu, ou plutôt de Yahvé,  souhaiteraient ramasser toute la mise, mais à défaut - du moins pour l'instant - d'y parvenir, ils se contentent des miettes offertes par l'hydre à deux têtes, anglaise et américaine. Pourquoi les muses ? Car la nouvelle stratégie sent tellement l'ombre, le complot, l'économie de moyens pour un résultat global, planétaire, et en même temps la discrétion machiavélique, qu'elle ne peut être signée que par les spécialistes du genre, nos bons "amis" israéliens !

 

Or donc, finies les guerres meurtrières hollywoodiennes, faisant la joie des Industriels de Mort (armement, Chimie etc) et des Médias plus soucieux de vendre leurs torchons que d'information impartiale (digne de ce nom), finis les bombardements épiques décimant les populations et dévastant toutes les infrastructures des pays (les ramenant des siècles en arrière, comme en Irak) et qui portent ombrage à l'image que les Américains veulent donner d'eux, de bon gendarme gérant en bon père de famille les affaires du monde. Les Etats-Unis l'ont dit, et répété : Les troupes quittent l'Irak, l'Afghanistan...  Certes (encore qu'elles soient remplacées sur place par les armées privées non soumises aux lois de la guerre, elles), mais pour où ? Chut, une partie d'entre elles s'installe en Libye, afin de mater définitivement le peuple qui résiste à l'occupation sauvage de l'OTAN via ses marionnettes islamistes. Curieusement, les Médias sont étonnamment silencieux quand l'Occident est mis en cause, défié, rejeté par les peuples épris de liberté (ou lorsque surgissent des révolutions réussies comme celle, aujourd'hui, d'Islande) !

 

En réalité, l'armée américaine ne rentre pas chez elle, mais s'installe... partout. Partout où il n'y a pas de marionnette servile, comme en France (mais les contrecoups, nous les subirons plus tard, en pleine guerre mondiale quand nos centrales nucléaires seront visées), partout où il n'y a pas de gouvernement dompté par la force - en clair : Partout où il y a des "méchants", comprenez des non-alignés, des insoumis au Nouvel Ordre Mondial dictatorial anglo-saxon, des grains de sable dont on ne fait qu'une bouchée comme en Irak (parce qu'ayant eu le tort de ne pas posséder d'armes de destruction massive capables de les protéger des attaques de l'Occident), ou de gros morceaux comme la Syrie parce que soutenue par la Russie, ou de très gros morceaux comme les Etats du BRIC (Chine, Inde, Russie etc).

 

Certes, l'Armée va retirer ses treillis; on les a suffisamment vus à Haïti, où après le tremblement de terre (L'arme US Haarp est-elle si étrangère  à ces événements ? Après tout, Haïti occupe une position stratégique !) les bons Samaritains américains apportaient leur aide dument militarisée. Elle va se faire subtile, discrète, presqu'incolore et inodore. Mais si efficace... plus présente que jamais !

 

Certes aussi, il y a sur place les Ambassades, ces nids d'espions, d'agents, de terroristes à la mode américaine qui pullulent et infestent les pays "occupés" si subtilement, et puis plein d'ONG soi-disant humanitaires et en réalité très impérialistes, à la fois néo-coloniales et néo-conservatrices les deux allant aujourd'hui de pair, luttant pour la démocratie à la sauce américaine... si peu représentative des aspirations populaires. Et il y a aussi un peu partout (j'en ai été témoin à Marseille), des hordes d'évangélistes squattant tous les lieux sensibles comme les Universités, pour mieux apporter aux jeunes encore malléables l'Evangile de la compétition, de la concurrence - américaine, évidemment !

 

Mais cela ne suffit pas. Pour bien déstabiliser un pays rebelle, travailler de l'intérieur un peuple, moins subtilement cette fois, le gouvernement américain a décidé de recycler ses soldats, vous savez tous ces Noirs à qui on ne donne aucune chance de s'en sortir sinon en tant que chair à canons, ou tous ces étudiants ne pouvant plus payer leurs études sans apport "extérieur"... En Syrie, par exemple, que les Médias nous présentent (surtout en plein vote de l'ONU §) comme impitoyablement dévastée par son propre Pouvoir pourtant plébiscité par plus de 55 % de ses citoyens (un score que ne dédaigneraient pas tous les Sarkozy d'aujourd'hui), en Syrie, donc, les soldats américains dument "recyclés" parmi les Islamistes opposés au laïc Bachar-el-Assad, Musulman modéré, ou parmi les adversaires du Régime (on trouve toujours des opposants, en Libye par ex partisans de la Monarchie corrompue, ou libéraux pro-Occident), tous ces militaires estampillés US se déguisent en "bons" syriens pour tirer sur la foule,  les civils, les enfants (militaires que les Médias s'empresseront de désigner à la vindicte publique de l'opinion anesthésiée comme étant des partisans du Régime en place), quand ils ne forment pas les armées de déstabilisation d'Etats souverains adversaires parce que non alignés sur la Dictature unique anglo-saxonne. Et tout cela se fait aujourd'hui, en Libye comme en Côte d'ivoire ou en Afghanistan comme en Syrie ou ailleurs, avec l'aide, sinon la complicité, la collaboration, de notre glorieuse armée française - si glorieuse, au fait, lorsqu'elle agit au seul service des intérêts américains ?

 

  http://darussia.blogspot.com/2008/11/igreja-ortodoxa-prope-criao-de-milcias.html

Vsevolod Tchaplin


Ces "guerres" clandestines seront très subtiles :

Exemple de la Russie de Poutine

 

La nouvelle stratégie de conquête américaine sera modulable. Elle dépendra du pays visé: Ici, on armera discrètement les opposants; là, on fera preuve de plus de subtilité, par exemple on conditionnera la jeunesse sur les Réseaux sociaux; ailleurs, on enverra les missionnaires prêcher la bonne parole.  En Russie, il y a Poutine, le plus fermement opposé au monde unipolaire décrété par les Anglo-Saxons à condition qu'il soit sous leur égide. Un adversaire de poids, qu'il faut remplacer, au pire, par un Medvedev inconsistant, au mieux, par un pion totalement docile, acceptant de voir les immenses ressources du pays pillées par les multinationales américaines. Alors, cette nouvelle "armée de l'ombre" décrétée par les Soros ou les Kissinger, en coulisses, faute de pouvoir susciter en Russie un enthousiasme populaire pour les oligarques libéraux qui ont ruiné le pays, a élaboré une stratégie de combat plus subtile, infiniment subtile. Voici donc les agents américains occupés à convaincre, via les opposants à Poutine sur place, le pilier du pouvoir russe, l'Eglise orthodoxe en personne !

 

Le principal Média agent de l'Etranger "usraélien", France24, pavoise le 29 janvier 2012 en parlant de futur "divorce" entre l'Eglise et le Kremlin : "Le Patriarche a presque le statut d'un Chef d'Etat. C'était un proche de Vladimir Poutine; Mais il semble prendre ses distances, aujourd'hui, il sort de sa réserve pour la 1e fois. Mais le Pouvoir reste insensible, c'est un mauvais signe qu'il envoie. Le patriarche peut même appeler à la désobéissance civile, à la prise de distance avec le Parti au pouvoir, dont le nouveau sobriquet est "Parti de voleurs" ! (Note d'eva : Plus c'est gros, plus ça passe ! Les plus gros voleurs ne sont-ils pas les oligarques mis en place par l'Occident après avoir disloqué l'URSS ?). Dans l'immédiat, l'Eglise semble s'orienter vers un dialogue avec l'Opposition. L'Archiprêtre Vsevolod Tchaplin, Porte-Parole de l'Eglise orthodoxe de Russie, va s'exprimer de plus en plus "pour plus de Justice", il devrait autoriser les prêtres à participer aux Elections voir aussi à se présenter eux-mêmes !". France24 jubile, France24 a du mal à contenir son honteuse partialité... Tout est fait pour discréditer le pouvoir en place, pour le déstabiliser... Les médias occidentaux sont devenus staliniens ! Seul compte pour eux le but: Nous amener à accepter le Système ultra-libéral et les guerres plus ou moins subtiles de l'Occident hégémonique et néo-colonial ! C'est un détournement de la fonction de journaliste à des fins de propagande, c'est un scandale qu'il faut absolument dénoncer !

 

Ainsi, la discrète politique de remodelage du monde se fait aujourd'hui grâce aux militaires recyclés, et plus seulement avec l'aide des pseudo Ambassades ou ONG ou avec les jeunes internautes enrôlés par les faux indignés. Et bien sûr, grâce aux Médias honteusement collabos, grands agents de déstabilisation. Ils ne nous montreront plus les sales images des guerres "propres", mais ils discréditeront les fidèles des Régimes attaqués par l'Armée de l'ombre américaine, ils monteront de véritables opérations de conditionnement contre les Pouvoirs non-alignés, et parfois, même, pour servir les intérêts de leurs amis euro-atlantistes, ils n'hésiteront pas à relayer des opérations montées de toutes pièces jusque dans les studios du Qatar, avec des figurants dument payés !

 

L'Armée américaine recyclée est encore plus redoutable, et les plus dangereux ennemis de la paix et de la liberté demeurent bien les stratèges anglo-saxons et israéliens du chaos - et les Médias menteurs. Il faudra bien un jour crever ces abcès !

 

eva R-sistons

http://r-sistons.over-blog.com

 

 

§ Ce 4 février 2012, France24 la chaîne des néo-sionistes au services des guerres impériales, annonce sans sourciller : "Massacre terrifiant de Homs, 250 morts", en pointant du doigt les Syriens favorables au Pouvoir en place,  mais une autre chaîne (BFMTV ? Je zappe tellement que je n'ai pu noter en écrivant ces lignes) avance à chaud une explication certainement plus proche de la réalité : L'Armée fidèle au Régime aurait répondu à une provocation, à un piège de l'"Armée libre"  qui juste avant le vote de l'ONU,  aurait pris en otage 19 de ses soldats, à Homs. Tout est fait pour discréditer, déstabiliser, et imposer un Régime fantoche, favorable aux seuls intérêts de l'Occident

 

A l'instant, je vois ce nouveau post sur mondialisation.ca

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=27376, les opérations clandestines de Washington contre l'Iran

 

TAGS : Ingérence, opérations clandestines, stratégie armée US, Anglo-Saxons, Nouvel Orde Mondial, Non-Alignés, BRIC, Russie, Iran, Chine, Islande, Amérique latine bolivarienne, Syrie, Bachar-el-Assad, Libye, Sarkozy, Vsevolod Tchaplin, Poutine, Etats-Unis, Israël, ONU, Homs, ONG, OTAN, évangélistes, Médias, City, Wall-Street, Europe, Médias, Hongrie, Asie

 

 

 

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz-copie-4.jpg

Des troupes spéciales déployées partout sur la planète


 

3.2.2012 - Selon le Stars and Stripes , un média du département de la Défense des États-Unis, le Pentagone se prépare à déployer des troupes d’opérations spéciales dans le monde entier au moment où l’on diminue le nombre d’opérations militaires traditionnelles. L’initiative est présentée comme un moyen de réduire les frais.

Grâce à cette nouvelle stratégie, les États-Unis remplacent les opérations de théâtre à grande échelle par des opérations militaires clandestines, rentables et de moindre envergure. Cela aboutit inévitablement à la violation de la souveraineté nationale du pays ciblé.

 

Le chef étasunien du commandement des opérations spéciales, l’amiral Bill McRaven, qui a mené le raid contre ben Laden au Pakistan, a proposé que les troupes quittant les zones de guerre en Irak et en Afghanistan soient redéployées dans des zones « quelque peu négligées durant la décennie centrée sur Al-Qaïda ».

Cela se ferait dans le but de faciliter le lancement de raids par les Forces Spéciales, comme celui qui aurait tué ben Laden, une opération clandestine ayant violé la souveraineté pakistanaise.

Selon AP , le déploiement de commandos « plus près de nouvelles zones de crise remplacera les invasions terrestres comme celles de l’Irak et de l’Afghanistan […] par des raids d’opérations spéciales laissant peu de traces, ou mieux encore, des raids effectués par des forces locales amies entraînées par les États-Unis, les aidant à combattre, côte à côte, des ennemis mutuels ».

Ces troupes pourraient effectuer des raids, ou seraient probablement davantage appelées à travailler avec des alliés locaux pour leur apprendre à cibler des ennemis régionaux ainsi qu’à promouvoir des relations à long terme, entre soldats, pouvant aider à désamorcer une crise ou un coup éventuels. (Kimberly Dozier, Special operations expanding as wars recede , Associated Press, 27 janvier 2012)

Cela aidera « à désamorcer une crise ou un coup éventuels » ou à les fomenter?

Le but, selon un représentant de la Défense, est d’« augmenter la coopération avec les armées étrangères, de travailler avec elles pour vaincre les menaces locales au lieu de faire porter le poids de ces combats aux États-Unis ».

AP rapporte par ailleurs que « le financement pour les opérations spéciales et la recherche de renseignements augmenteront, puisqu’ils sont tous deux des moyens privilégiés par l’administration Obama pour confronter de nombreuses menaces mondiales après une décennie d’invasions terrestres coûteuses en Irak et en Afghanistan.

Cela signifie essentiellement que l’armée des États-Unis entre dans la clandestinité. Au niveau planétaire.

AP mentionne également que « les commandements des opérations spéciales à l’étranger pourraient aussi servir de cadre pour une coopération accrue entre les agences étasuniennes, fusionnant non seulement les alliés régionaux mais également des agences comme la CIA, le FBI et la Drug Enforcement Administration ».

 

Jule Lévesque a collaboré à ce reportage

Articles de Mondialisation.ca publiés par Mondialisation.ca -  http://www.wikistrike.com/article-l-armee-des-etats-unis-entre-dans-la-clandestinite-98498564.html

 

.

(..) Le jeune blogueur Sami A., opposant de la première heure, à Homs, a fait part à Arabi Press de sa déception devant le constat de la tournure terroriste qu'ont prise les évènements. Syriascope, un groupe de jeunes Syriens, tente de diffuser les informations recueillies par le Syrian Observatory on Violence, Victims and Terrorism (www.sovvt.sy) : nouvelles et photos des victimes des bandes armées, des personnes kidnappées, torturées et assassinées. Mais cet Observatoire ne trouve aucune audience auprès des médias internationaux. C'est ce que Fidel Castro appelle la « dictature des médias ».(..) 
Que font les États-Unis pour aider la contestation en Russie ?

http://www.alterinfo.net/Que-font-les-Etats-Unis-pour-aider-la-contestation-en-Russie_a70658.html

 

 

http://membres.multimania.fr/wotraceafg/nucleaire_iran.jpg

http://membres.multimania.fr/wotraceafg/nucleaire_iran.jpg

 

Liens conseillés :

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-la-russie-serait-prete-a-une-guerre-contre-l-occident-pour-sauver-la-syrie-98516398.html

 

.

 

Syrie-290112.jpg

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-jeu-de-geostrategie-98544750.html

.

Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 23:30

http://www.platanas.be/images/michel-collon-investigaction.png

http://www.platanas.be/images/michel-collon-investigaction.png

 

 

Chers lecteurs d'Investig'Action,

Vous l'aurez constaté : notre site www.michelcollon.info s'est fait hacker et saboter à plusieurs reprises ces jours-ci. Liens d'articles bloqués, site de vente des livres inutilisable. Toutes nos excuses pour ces désagréments ! Notre équipe met à chaque fois tout en oeuvre pour réparer au plus vite les dégâts.

Qu'en penser ? Visiblement, notre action dérange. La liste est longue, certains intérêts ne veulent absolument pas que vous ayez accès à une information indépendante et sans tabous. En sabotant la vente des livres, ils veulent nous ruiner financièrement car c'est avec ces revenus que notre association paie les salaires de l'équipe.

Que faire ? Surtout ne renoncez pas à visiter le site : c'est exactement ce que cherchent les saboteurs. Au contraire, revenez régulièrement puisque nous faisons vite le nécessaire. Pour passer une commande, il vous suffit d'aller sur le site et si vous rencontrez un problème, merci de bien vouloir envoyer un e-mail à l'adresse secretariat@michelcollon.info en précisant votre commande.

D'ici quelques jours, nous vous en dirons davantage sur une campagne qui cherche à nous détruire. A bientôt donc, et merci pour votre soutien !

Michel Collon et l'équipe Investig'Action.

Les livres et DVD d'Investig'Action:

Israël, parlons-en, 18 euros
La Stratégie du chaos, Impérialisme et islam, 20 euros
Libye, Otan et médiamensonges, 9 euros
Syriana, la conquête continue, de Bahar Kimyongür, 9 euros
Les 7 péchés d'Hugo Chavez, 20 euros
Promo Israël, Parlons-en + Les 7 pêchés d'Hugo Chavez, 30 euros
Les Damnés du Kosovo, existe en français, anglais, espagnol et serbe, 9 euros
Bruxelles - Caracas, existe en français, anglais et espagnol, 10 euros
Media Lies and the Conquest of Kosovo, 20 euros
Liar's Poker, existe aussi en néerlandais, 14 euros
Bush le cyclone, 9 euros

Pour nous soutenir vous pouvez également faire un don

.
Un des derniers posts sur le site de Michel Collon


 

2 février 2012

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Cher militant de notre grand projet, tout va bien, l'avenir s'annonce radieux ! Après plus de 60 ans d'efforts, notre conquête du territoire palestinien sera bientôt complète. Le plan de nettoyage ethnique que nous avions élaboré et lancé en 1948 est en bonne voie de finition.

 

Avec le soutien actif des USA, notre indéfectible allié, et la collaboration silencieuse des pays européens, nous sommes devenus – et de loin – la plus grande puissance militaire du Moyen-Orient et la 6ème puissance nucléaire du monde !
Ces soutiens des Occidentaux sont parfois décriés alors qu'ils sont totalement légitimes et justifiés... Il aurait en effet été scandaleux de ne pas les voir soutenir l'œuvre civilisatrice d'autres Occidentaux !
Dernière bonne nouvelle : la préparation de l'attaque contre les mécréants iraniens, s'accélère... Pas question qu'un autre Etat que nous développe le nucléaire, même civil, au Moyen-Orient !
Tout va bien, donc !

Cependant, la perfection n'étant pas de ce monde, il faut bien constater une certaine réticence de l'opinion publique internationale à approuver le développement de notre œuvre colonisatrice et reconnaître notre rôle moteur dans la défense de l'Occident.
Devant ces critiques absurdes et hostiles, il est primordial que chaque sioniste se mobilise pour modifier la vision négative d'Israël qui se répand actuellement et fasse taire ceux qui osent nous blâmer !
Comme vous le savez, de nouveaux moyens financiers ont été dégagés par notre gouvernement pour soutenir cette campagne de réhabilitation et donner à nos antennes de propagande les armes pour écraser toute velléité de s'opposer à notre suprématie. 
Comme sioniste, n'oublions jamais que notre seule véritable patrie est Israël... et que tout sioniste doit remplir son rôle de lobbyiste dans le pays où il réside !
Tout va bien !

Afin de mieux épauler nos militants dans cette croisade, il est nécessaire de leur donner quelques outils pour museler les critiques et étouffer les révélations nuisibles au sionisme : les informations qui suivent doivent vous permettre de clouer le bec à ceux qui ont l'arrogance de contester.
Mais les mensonges et calomnies utilisés par nos ennemis antisémites pour délégitimer notre mouvement étant très nombreux, nous n'aborderons ici que quelques thèmes... pour cette fois !

Mais avant tout, n'oubliez pas que tout antisioniste est un antisémite !
Martelez ce slogan à toute occasion, qu'il devienne une évidence pour le citoyen lambda... Ainsi il ne verra pas l'absurdité et le ridicule de l'expression (suivant cette logique... antinazi = anti Allemand, anticommuniste = anti Russe, antifranquiste = anti Espagnol, etc).


A propos du sionisme


Depuis la fondation de notre mouvement à la fin du XXème siècle, les critiques n'ont pas manqué et des traîtres comme Albert Einstein et Hanna Arendt ont même osé, en compagnie d'une bonne vingtaine d'intellectuels juifs renégats, affirmer que notre idéologie était fasciste. 
Heureusement, personne ne les a écoutés. Ainsi nous avons pu occulter l'image de conquérants et continuer à nous poser en victimes.
Là, Ben Gourion a été génial !
Lui qui, en 1942 (!), disait que "le désastre qu'affronte le Judaïsme européen n'est pas mon affaire !" a su merveilleusement utiliser le sentiment de culpabilité provoqué par le génocide hitlérien pour emporter le morceau à l'ONU.
Certains, tel Norman Finkelstein (encore un traître) , ont dénoncé cette utilisation du massacre à des fins politiques... Méprisez-les ! 
Et si on vous casse les pieds avec le soi-disant problème des survivants de l'Holocauste qui vivent en Israël sous le seuil de pauvreté (± 200.000), rappelez les paroles du rabbin Yosef Ovadia : C'est la punition de Dieu pour leurs péchés !
Si notre grand rabbin le dit, c'est que c'est ainsi !
Tout va bien !

Vive Ben Gourion !
Grâce à lui et à ses compagnons, le mythe de la petite nation pacifique obligée de se défendre contre des Arabes sanguinaires a pu se propager !
Ce statut nous a permis de dédaigner les lois internationales, de snober les résolutions de l'ONU et les condamnations du tribunal de La Haye sans entraîner la moindre sanction contre nous.
Comme disait notre grand Ariel Sharon : Israël peut avoir le droit de juger les autres, mais certainement personne n’a le droit de juger le peuple juif ou l’État d’Israël !
Faut dire que Ben Gourion avait déjà évité pas mal d'écueils depuis les années 30 et nos premiers attentats à la bombe contre les civils arabes à Jérusalem et à Jaffa.
Il avait, entre autres, fait taire Simon Wisenthal, le chasseur de nazis, qui l'apostropha au congrès sioniste de 1946 : Cela ne nous aurait pas fait de mal d’organiser notre propre procès de Nuremberg contre tous ceux (les dirigeants sionistes) qui n’avaient pas accompli leur devoir envers nous, nos familles et le peuple juif 

D'autres juifs renégats, tel Marek Edelman, le soi-disant héros du ghetto de Varsovie, ont rejoint les opposants à notre glorieuse colonisation, mais l'efficacité de notre service de propagande est bien connue... Et cela n'a pas fait trop de vagues.
Nous sommes aussi parvenus à masquer pas mal de faits gênants pour notre image... même à faire oublier que nos dirigeants avaient collaboré avec le régime nazi – Itzak Shamir, futur premier ministre, fit même de la prison pour ça.
Mais tout va bien : sionisme n'est toujours pas assimilé à fascisme !
C'est fort, non ?
Aujourd'hui encore les traîtres pullulent (Daniel Barenboim, Amos Oz, Noam Chomsky, Richard Gere, Naomi Klein...). Ne laissez pas ces juifs honteux injurier notre noble cause et fermez le caquet à tous ceux qui, juifs ou non, nous critiquent et nous traitent de fascistes !
Il n'y a qu'une seul vérité : la nôtre !
... Et comme le disait un de nos éminents représentants en Europe : Ceux qui sont contre Israël sont des animaux, des chiens enragés, des hyènes !
Pas de pitié pour tous ceux qui osent dire que le Grand Israël est une utopie criminelle !



A propos de l'apartheid


On nous accuse en plus d'avoir une politique d'apartheid.
Honteux !
Tout ça parce que, pour optimiser la vie en commun avec les 20% d'Arabes vivant dans l'Etat des juifs, nous avons été amenés à instaurer des tribunaux particuliers, une carte d'identité spécifique, restreindre l'utilisation des transports publics, limiter l'accès au travail et aux études universitaires, interdire les mariages mixtes (... manquerait plus qu'on se mélange !)... Etc, Etc.
Il faut bien contrôler ces indigènes, non ?
On nous reproche aussi les quelques centaines de kilomètres de mur découpant la Judée-Samarie (la "Cisjordanie" pour nos ennemis), le rationnement de l'eau... et même les 800 check-points qui empêchent la libre circulation des autochtones.
Faut bien nous défendre contre les terroristes, non ?
C'est vrai qu'il y a parfois des dommages collatéraux inévitables, comme la mort de ces 35 bébés et de ces 5 mères décédées pendant leur accouchement sur la route. 
N'ont qu'à pas faire autant d'enfants ces... crocodiles, comme les qualifiait Ehud Barak, notre glorieux ministre. 

Il est aussi scandaleux qu'un Nelson Mandela ose nous accuser de racisme... Encore un antisémite que nous aurions mieux fait d'éliminer du temps de notre collaboration suivie avec Willem Botha !
Savez-vous qu'il n'a pas hésité à comparer notre œuvre civilisatrice au régime d'apartheid de l'Afrique du Sud et a osé écrire : Les Palestiniens ne luttent pas pour un "Etat" mais pour la liberté, la libération et l’égalité, exactement comme nous avons lutté pour la liberté en Afrique du Sud (...)
Si vous suivez également le système judiciaire en Israël, vous verrez qu’il y a discrimination contre les Palestiniens, et si vous considérez plus particulièrement les territoires occupés en 1967, vous verrez qu’il y a déjà deux systèmes judiciaires à l’œuvre, qui représentent deux approches différentes de la vie humaine : une pour la vie palestinienne et l’autre pour la vie juive (...)
Les soi-disant "Zones autonomes palestiniennes" sont des Bantoustans. Ce sont des entités restreintes au sein de la structure de pouvoir du système israélien d’Apartheid (...) La discrimination raciale d’Israël est la vie quotidienne de la plupart des Palestiniens (...)
L’Apartheid est un crime contre l’humanité. Israël a privé des millions de Palestiniens de leur liberté et de leur propriété. Il perpétue un système de discrimination raciale et d’inégalité.
Il a systématiquement incarcéré et torturé des milliers de Palestiniens, en violation du droit international. Il a déclenché une guerre contre une population civile et en particulier contre des enfants. 

Heureusement ce propos abject est contredit par nos amis politiques d'Europe et par la plupart des journalistes occidentaux qui, eux, considèrent que c'est une calomnie de nous accuser de pratiquer l'apartheid. 
Merci à tous ces parlementaires et à la presse pour leur bonne collaboration.



A propos du nettoyage ethnique


Quelques historiens félons sont allés farfouiller dans nos archives militaires et ont découvert que, deux mois avant le vote de l'ONU nous accordant un territoire, nos dirigeants avaient élaboré un "Plan D" (Daleth en hébreu) de nettoyage et l'avaient lancé dès l'annonce de la création de notre Etat. 
Cette révélation est inacceptable !
Elle ne peut être le fait que d'antisémites juifs qui veulent salir notre image.
C'est vrai que 800.000 indigènes prirent la fuite à cette époque... Mais c'était leur choix !
C'est vrai que quelques 500 villages furent détruits... IIs gênaient notre avancée !
C'est vrai qu'il y eut quelques bavures (appelées indûment "massacres")... Ils n'avaient qu'à ne pas protester !
Nous étions parvenus à cacher l'existence de ce plan de nettoyage ethnique (idem pour la bombe atomique !) que nous avons poursuivi sans anicroches jusque ces dernières années... Et il a fallu qu'un Ilan Pappé, et d'autres traîtres à notre cause, vendent la mèche !
Que faire ?
Niez ! Dites que tout ça est inventé, que ces révélations sont fabriquées par un esprit malade !
Ne négligez aucun moyen ou argument !
La vérité est secondaire, seul notre projet est important !
Tout va bien !


A propos des origines


Nous pouvons être fiers de nos services de propagande. Ils sont d'une redoutable efficacité !
Je n'en veux pour preuve que les nombreuses fariboles que nous avons fait gober aux naïfs.
Par exemple, ils croient toujours que les Romains ont chassé les juifs de Palestine... Alors que nos propres historiens reconnaissent que c'est pure invention et qu'il n'y a quasi aucun citoyen de notre Etat qui peut revendiquer un quelconque ancêtre issu de la terre que nous avons maintenant conquise.
Il faut absolument clouer le bec à ces Shlomo Sand ou Israël Bartal, ces professeurs d'universités israéliennes qui ont admis que nous sommes tous essentiellement les enfants d'Européens, d'Orientaux et de Nord-africains convertis à la religion juive. 
Heureusement, ces révélations ont pu, jusqu'à présent, être plus ou moins étouffées et nous arrivons encore à maintenir la fiction du peuple retournant dans la terre de ses ancêtres... Mais il est fondamental de contredire violemment les découvertes de ces soi-disant historiens, de les réduire au silence ! Menteurs ! Faussaires ! Affabulateurs ! Paranoïaques ! Négationnistes !... Ne négligez aucune injure contre ces chiens !
La vérité historique ne compte pas ! Seule compte la Torah qui dit que c'est Dieu qui nous a donné cette terre ! Nous sommes son peuple élu, non ?
Tout va bien !


A propos des idiots utiles


Une de nos grandes forces a été de parler de paix depuis 60 ans, de proposer des négociations, d'afficher une volonté de solution pacifique... tout en continuant notre expansion territoriale.
Nous sommes les rois du "faire traîner", les experts du piétinement !
Et ça marche toujours !
De nombreux idiots utiles nous ont été, et nous sont toujours, d'un grand secours pour propager ce discours lénifiant "Ils ne demandent qu'à négocier" nous évitant ainsi de devoir parler de justice et de droit... de répondre de nos actes !
La plupart des politiciens européens de la gauche "bon chic, bon genre" soutient, par exemple, le projet de deux Etats... alors qu'un simple coup d'œil sur la carte montre que c'est devenu impossible.
Merci à eux ! Pendant qu'ils discutaillent, nous on agit et on donne un coup de fouet à l'extension de nos colonies et au nettoyage ethnique.
De nouveaux alliés nous sont aussi arrivés : les groupuscules d'extrême-droite européens et les évangélistes créationnistes américains !
Eux, ils ont compris que nous étions la citadelle du monde occidental face aux barbares !
Ils pensent comme nous et sont nos frères dans la lutte contre nos détracteurs.
C'est à bras ouverts que nous les avons accueillis !
Collaborez avec eux dans votre pays ! Ils nous soutiennent pour ameuter la presse et l'opinion publique dès qu'un événement quelconque, même mineur, se révèle utile à notre cause (injure raciste dans une école, jet de roquette près d'une colonie...etc), pour pousser les hauts cris à chaque information négative (rapports de l'ONU, émissions télévisées...) et récuser avec force la réalité de tous les faits, présents ou passés, nuisibles à Israël.
Ce sont des potes !



A propos des perspectives


Elles sont ensoleillées !
Des colonies (pardon, des "implantations dans les territoires contestés") se construisent chaque jour avec la bénédiction de nos rabbins pendant que nos braves colons détruisent les oliveraies palestiniennes sous la protection de notre glorieuse armée.
Nous occupons de plus en plus le terrain, au point qu'on ne voit plus très bien ce qu'il y a à négocier avec ces Arabes qui prétendaient vouloir un pays. Quand nous aurons tout nettoyé, il ne leur restera plus qu'à se soumettre ou partir.
On leur laissera la bande de Gaza (toujours "contrôlée", bien entendu). Promotionnée comme les réserves apaches, ça peut être intéressant pour le tourisme.
Tout va bien !
Chaque jour, on tue quelques Palestiniens sans le moindre écho dans les medias occidentaux, on lance quelques bombes sur Gaza, on assassine quelques opposants ou gêneurs à l'étranger (très bonne collaboration Mossad/CIA !), on arrête quelques indigènes (faut bien refaire le stock après la libération du millier de Palestiniens de fin 2011), on édifie un nouveau check point, on coupe l'eau à quelques villages, on détruit quelques maisons, on construit un grand camp de concentration pour les immigrés clandestins...
Tout va bien !
La population israélienne n'est pas au courant ou préfère ne pas le savoir.
A part quelques rares journalistes, la presse occidentale a adopté la politique des trois singes (mains sur les yeux, les oreilles et la bouche) et informe le moins possible.
La plupart des politiques européens n'en ont rien à foutre ou se manifestent mollement.
Seuls les Droitsdel'Hommistes invétérés (antisémites, évidemment !) s'informent et protestent.
Les USA viennent de renforcer notre armement... Ça ne peut pas aller mieux !
Nous n'attendons plus que le Docteur Folamour pour lancer la grande offensive !


Rudi Barnet

 

 

http://www.michelcollon.info/Tout-va-bien-Aux-defenseurs-du.html

Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 22:45

 

Note d'eva R-sistons :

 

On se croirait au Qatar, où nombre de scènes des Révolutions arabes (Libye, Syrie... comme déjà avant en Irak) sont tournées dans les studios de ce pays avec des figurants, pour nous conditionner ! eva

 

Des ouvriers rajoutés sur la route de Sarkozy

 

 

Par Marion Sauveur et Martin Feneau

 

L'Elysée aurait expressément demandé au responsable du chantier qu'a visité Nicolas Sarkozy jeudi de doubler le personnel. La raison ? Garantir une présence importante sur le site.

 

 

L'Elysée aurait expressément demandé au responsable du chantier qu'a visité Nicolas Sarkozy jeudi de doubler le personnel. La raison ? Garantir une présence importante sur le site. © REUTERS

Des personnes ont joué les ouvriers lors de la visite du président dans l'Essonne jeudi.

"Ils voulaient plus de monde autour de Nicolas Sarkozy". Un cadre du chantier de Mennecy, dans l'Essonne, qu'a visité jeudi le chef de l'Etat, s'est confié anonymement à Europe 1. Selon lui, l'Elysée aurait organisé dans les moindres détails ce déplacement, allant jusqu'à demander de doubler les effectifs le temps du passage du président.

De 60 à 120 ouvriers

Plusieurs dizaines de personnes, n'appartenant pas au chantier, seraient ainsi venues en plus de la soixantaine d'ouvriers présents quotidiennement, pour garantir une présence importante sur le site. Cette requête présidentielle n'est pas passée inaperçue aux yeux de ceux qui travaillent réellement sur le chantier.

"Il y en a qui sont venus d'autres chantiers", a affirmé Ambroise, un maçon intérimaire mois au micro d'Europe 1. "J'en ai reconnus deux ou trois mais je ne connaissais pas les autres", a-t-il conclu.

Des fournisseurs, des partenaires, des chefs de chantiers et même des inconnus parfois travaillant à l'autre bout du département francilien auraient été ainsi invités à venir faire de la figuration, selon un autre ouvrier. Ce dernier parle même de consignes patronales.

Les ouvriers et les faux ouvriers auraient été même priés de faire semblant de travailler devant la presse. Une consigne donnée, alors qu'à cause de la température glaciale ce jour, il leur était pourtant interdit de travailler. Aucun n'aurait dû se rendre sur le chantier. D'ailleurs, dès la fin de la visite, tous les ouvriers sont rentrés chez eux.

La possibilité pour tous d'"être présents"

Des consignes que l'Elysée ne nie pas. "Nous avons simplement voulu donner la possibilité d'être présents, à tous ceux qui ont, par le passé, ou auraient à l'avenir à travailler sur ce chantier", a expliqué le service communication de la présidence à Europe 1

 

Voir aussi :

http://www.ladepeche.fr/article/2012/02/03/1276967-des-faux-ouvriers-pour-faire-le-nombre-autour-de-nicolas-sarkozy.html=

 

 

Figurants: De faux ouvriers pour faire le nombre autour de N. Sarkozy

_______________________________________________________

 

A lire également :

 

 

Rue89.com - L'Assemblée a adopté, en première lecture, une proposition de loi du député UMP Bernard Carayon qui pénalise la « violation du secret des affaires », passible d'une sanction de trois ans de prison et de 375 000 euros d'amende.

 

Tempsreel.nouvelobs.com - Avec cette nouvelle loi, votée par l'Assemblée, des scandales comme le Mediator ou les implants mammaires n'auraient peut-être pas éclaté.

 

 

habitants-SP.jpg

Favelas en feu au Brésil

.

 

Dernières infos non alignées sur mon blog sos-crise :

 

Liste complète

 

.

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 01:47

http://membres.multimania.fr/wotraceafg/nucleaire_iran.jpg

http://membres.multimania.fr/wotraceafg/nucleaire_iran.jpg

 

 

Nucléaire iranien... Intox ? 


On se souvient que, le 11 janvier dernier, un universitaire, travaillant sur le site nucléaire de Natanz en Iran, a été tué dans une explosion à la voiture piégée, le quatrième depuis janvier 2010. Les autorités iraniennes ont accusé Israël et les USA qui ont démenti toute implication.
Or, on relève sur un site américain (consortiumnews.com du 24/01/2012) qu’un « consensus semble émerger au sein des agences de renseignement et des agences militaires des Etats-Unis – et d’Israël – selon lequel l’Iran n’a PAS décidé de construire une arme nucléaire. Au cours des derniers jours, ce jugement a été exprimé par des personnalités de haut niveau dans les établissements de défense des deux pays : le secrétaire de la défense américain Leon Panetta et le ministre de la défense d’Israël Ehoud Barak. On aurait pu penser qu’on en aurait entendu un peu plus parler, n’est-ce pas ? Les Etats-Unis et Israël sont d’accord pour dire que l’Iran n’est PAS en train de construire une bombe nucléaire. Mais cette appréciation conjointe selon laquelle l’Iran n’a PAS décidé de construire une bombe nucléaire représentait apparemment un trop gros changement par rapport à la version acceptée pour que le Times et le reste de la FCM s’emparent du sujet » (Traduction Polémia). Par ailleurs, on sait qu'aux Etats-Unis, si les militaires sont opposés à la guerre, les politiques en sont farouchement partisans. Et quand l’oligarchie politique veut…

 

 

 

Le : 30 Janvier 2012

L'Inde paie en or le pétrole qu'elle achète à l'Iran pour contourner l'embargo américano-européen : le monde multipolaire est en marche !

     banque or inde chine iran      

Une délégation indienne s’est rendue en Iran pour mettre au point les modalités de paiement du pétrole iranien en fonction de l’embargo imposé à l’Iran par les USA et l’Europe. (L’Inde importe pour $12 milliards de pétrole iranien par an, soit 12% de sa consommation.) Le résultat est le choix de l’or pour ce paiement, selon DEBKAfile du 23 janvier 2012. L’information est reprise par PressTV.com (site iranien) le 24 janvier 2012, ce qui semble apporter la caution implicite de sources iraniennes. La Chine devrait suivre cette voie, tandis que des mécanismes bancaires sont mis en place pour permettre ces transactions, notamment avec des banques turques (*). La Russie doit également mettre en place une structure de cette sorte pour ses transactions avec l’Iran.

«L'Inde est le premier acheteur de pétrole iranien à accepter de payer ses achats en or au lieu du dollar américain selon des sources exclusivement iraniennes et des informations fournies par DEBKAfile. Ces mêmes sources s'attendent à ce que la Chine (*) suive. L'Inde et la Chine importent environ 1 million de barils par jour, ou 40% du total des exportations de l'Iran qui  se chiffrent à 2,5 millions de bpj. L'une et l'autre sont deux superpuissances si l'on considère leurs avoirs en or.


«En négociant en or, New Dehli et Pékin permettront à Téhéran de contourner le gel de ses avoirs à la banque centrale et l'embargo pétrolier sur lequel les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne se sont mis d'accord, le 23 janvier, pour le lui imposer. L'Union européenne achète actuellement environ 20% des exportations de pétrole de l'Iran. Les énormes sommes impliquées dans ces transactions devraient, en outre, entrainer une augmentation du prix de l'or et une baisse de la valeur du dollar sur les marchés mondiaux.

«Deuxième plus important client de l'Iran derrière la Chine, l'Inde achète pour environ 12 milliards de dollars de brut iranien par an, soit environ 12% de sa consommation. Dehli, selon nos sources, doit effectuer ses transactions par l'intermédiaire de deux banques d'Etat : la UCO Bank, basée à Calcutta, dont le conseil d'administration est composé de représentants du gouvernement indien et de la banque centrale de l'Inde et la Halkasie (Banque populaire), septième banque turque en importance (*), détenue par le gouvernement.» (L'Inde paie en or et non plus en dollar le pétrole iranien, le marché est stupéfait - Traduction Polémia.)

D’une façon générale, à mesure que les détails pratiques de ces transactions apparaissent, on commence à prendre conscience qu’il s’agit de la mise en place d’un «bloc» économique et commercial central avec tous ses mécanismes, et dont les acteurs sont des puissances incontestables. Cela implique la création de liens monétaires, bancaires, etc., entre l’Iran, la Turquie, la Russie, la Chine et l’Inde. Sur ces schémas de base tendant à former une structure puissante, d’autres acteurs vont venir se greffer tandis que l’objet des transactions peut évidemment dépasser le pétrole lui-même, qui reste néanmoins le facteur de base «solidifiant» de cette nouvelle structure qui se développe. Cette «structure» elle-même est une puissante force qui se met en place, contre la domination monétaire et commerciale du dollar certes, mais également de l’euro lorsqu’il est perçu comme auxiliaire (notamment politique) du dollar à cet égard, à l’intérieur de la structure dominatrice du bloc BAO (Bloc américaniste-occidentaliste). L’ironie est complète à cet égard, et mesure le chemin parcouru dans le sens de la Chute par le bloc BAO ; par les USA en tant que puissance en cours d’effondrement ; par l’Europe en tant que puissance qui se voulait alternative des USA dans ce domaine (l’euro remplaçant le dollar) et qui s’avère supplétive des USA au moment où les USA s’effondrent (même manœuvre que celle du brillant Sarko rejoignant l’OTAN en 2009, il y a une constante chez les Européens dans la bassesse et l’inversion du jugement). L’Europe suivra donc le mouvement, dans un acte d’abdication non seulement de sa puissance monétaire et commerciale qui va largement nourrir les mouvements de contestation de l’euro et du retour aux monnaies nationales dans nombre de pays européens, mais dans un mouvement d’abdication de sa propre civilisation puisque cette question iranienne doit être perçue comme un symptôme du mal général. On ne regrettera rien puisqu’il s’agit en fait d’une contre-civilisation.

La manœuvre cruelle et lâche de l’embargo, qui est la manière favorite des USA et du bloc BAO, est donc en train de créer une force concurrente d’une très grande puissance, où l’Iran a notamment sa place, mais constitue la dynamique initiale fondamentale. Le rejet du dollar et de l’euro est une chose remarquable, qui va dans le sens décrit plus haut. Mais le choix de l’or est aussi un fait remarquable en lui-même. Il renforce toute une école d’opposition spécifique, au sein du bloc BAO lui-même, qui proclame la nécessité de la fin du monopole du dollar (ou du dollar-euro, dans le cas de la complicité-servitute USA-Europe, dans le cadre du bloc BAO) ; c'est une opposition technique, technico-politique dans certains cas, qui met en cause le principe de la monnaie unique (monopole) qui est l'arme et le symbole du système bancaire en général du Sytème. C’est notamment l’argument de Ron Paul aux USA, qui veut mettre fin au monopole du dollar aux USA même. C’est aussi l’argument d’un Zoelick, directeur de la Banque Mondiale, qui estime discrètement mais fermement, sans mesurer les implications métahistoriques de ce prolcessus, que l’affaiblissement du dollar nécessite l’adoption de l’or comme “monnaie” parallèle de transaction internationale à l’équivalent du dollar.

Politiquement, le résultat est prodigieusement rapide et significatif. L’“isolement” de l’Iran se présente comme son exact contraire, comme un leurre, un piège monté par le bloc BAO contre lui-même, et où le bloc BAO fonce tête baissé. (Processus désormais classique de surpuissance aboutissant à l'autodestruction.) Au lieu de résistances sporadiques et dispersées à l’hégémonie du dollar comme on en enregistrait ces dernières années, c’est une structure puissante de résistance qui est en train de se créer, qui regroupe les plus formidables puissances concurrentes et alternatives du bloc BAO, autour de l’Iran pour le pétrole, qui tendrait alors à devenir leur fournisseur de plus en plus privilégié et institutionnalisé en pétrole, et est ainsi sur la voie d’acquérir un statut politique international équivalent à celui de l’Arabie, mais en beaucoup plus dynamique, beaucoup plus autonome du point de vue politique ; et, bien entendu, une structure qu'on doit qualifier objectivement d'antiSystème. En fait d’isolement, c’est le bloc BAO qui est en train de façonner le sien, avec des USA en cours d’effondrement et une Europe informe, aveugle, servile par impuissance à envisager une politique qui lui soit propre, par intoxication par aveuglement bureaucratique et idéologique.

La crise iranienne, qui se manifeste en mode virtualiste depuis 2005, est enfin en train d'acquérir une véritable substance. Et l’essence de cette substance se distingue dans son apport formidable à l’entreprise métahistorique naturelle du fracassement et de l’effondrement du bloc et de son hégémonie. Nous doutons que cela soit nécessairement une alternative, car le système général du monde reste en substance, dans ses caractères profonds, celui du Système qui inspire et dirige le bloc BAO avec tous ses caractère imprescriptibles de nuisance, et qui lui-même (le Système) s’effondre. Mais c’est sans aucun doute une participation puissance et vertueuse à l’accélération de cet effondrement. Le résultat de la schizophrénie américaniste-occidentaliste dans la crise iranienne, principalement menée par la politique maniaque des USA, d’Israël, soutenue par une Europe qu’il faudrait plutôt nommer absolument «anti-Europe» ou «Europe invertie», commence à prendre forme.

(*) Note de la rédaction : A rapprocher de l'information donnée par Faits & Documents n°329, 1er-15/02/2012 : «En dépit d'une baisse de son prix, l'or ne cesse de renforcer sa part dans les réserves des grandes banques centrales mondiales, au détriment du papier. Très discrètement, la banque centrale turque a annoncé cette évolution. Il en est de même de la banque centrale de Chine, pays où il est impossible d'expliquer par la seule demande privée l'incroyable explosion des importations d'or via Hong-Kong en quelques mois.»


 

 

Un commentaire qui suit l'article

Franck du Faubourg
26/01/2012

On reste interdit devant le choix d'un quasi-suicide économico-financier - et politique ! - que nos soi-disant élites nationales (dans le cas français) et européennes ont décidé pour «notre bien».
Pierre Hillard dans ses nombreux ouvrages devrait pouvoir donner quelques explications...

Le bombardement de la Libye - probablement motivée par la mise en place prévue par Kadhafi d'un dinar-or - n'aura donc indirectement servi qu'à accélérer le mouvement de fuite hors du monde euro-dollar... Pendant que les réseaux pro-Kadhafi commencent discrètement à reprendre le contrôle du pays .


Cruelle ironie.
Antal Fekete, Jim Rickards, et bien d'autres pensent que les pays de la zone euro devraient transformer l'euro en une monnaie commune (et non pas unique) de référence, basée sur l'or (et non pas sur de la dette à intérêts fractionnaires), ce qui permettrait une politique monétaire souveraine ajustée pour chaque Etat membre, et leur permettre de sortir d'une asphyxie inéluctable..

Comme c'est contraire au Dogme, il y a peu de chances que ça arrive..
Sommes-nous donc condamnés à assister à notre tragédie sans rien pouvoir faire?

Dedefensa.org
25/01/2012
Aimablement transmis par un correspondant

Correspondance Polémia - 30/01/2012

Image : raffinerie pétrolière à Assalouyed en Iran.

Dedefensa.org

 

.

http://www.polemia.com/article.php?id=4509

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 01:00

http://2.bp.blogspot.com/-XzZZtBTjgw8/Ttya4j-URjI/AAAAAAABAY8/0F8YlS4EAMg/s1600/0212-SCHRANK-A_0.jpg

 

http://2.bp.blogspot.com/-XzZZtBTjgw8/Ttya4j-URjI/AAAAAAABAY8/0F8YlS4EAMg/s1600/0212-SCHRANK-A_0.jpg

 

 

Europe: Toute l'info, le dossier ici :

 

Jeudi 2 février 2012

Dossier UE de Merckel, des Américains, du Nouvel Ordre Mondial

 

sur mon blog R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com/article-dossier-ue-de-merckel-des-americains-du-nouvel-ordre-mondial-98447087.html

 

 

.

.
.

http://www.les-crises.fr/images/0820-dettes/0822-financement-grece/dessin-cartoon-grece-11.jpg

 

http://www.les-crises.fr/images/0820-dettes/0822-financement-grece/dessin-cartoon-grece-11.jpg

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 23:52

 

A voir aussi, autres silences médias :

(Parlement) Vers un fichage généralisé des “gens honnêtes”, silence Médias

La vérité sur la Syrie : Des hommes fous en costume gris

Israël kidnappe les prisonniers récemment libérés !

.

La révolution en cours de l’Islande
deena stryker


La révolution en cours de l’Islande
On se souvient que, au début de la crise financière de 2008, l'Islande fit littéralement faillite. Les raisons ne furent mentionnées qu'en passant, et depuis lors, ce membre peu connu de l'Union Européenne a semblé s’éclipser de l’actualité.
 
A mesure qu’un pays Européen après l'autre fait face a une quasi-faillite, mettant en péril l'euro, l'Islande devient un phare d'espoir pour avoir choisi les gens avant le profit. voici pourquoi:
 
Cinq ans d'un régime néo-libéral ont conduit à une privatisation de toutes les banques en Islande, (320.000 habitants, pas d'armée). afin d'attirer les investisseurs étrangers, ces banques offraient des services bancaires en ligne dont les coûts minimes leur ont permis de fournir des taux de rendement relativement élevés.
 
Ces comptes (bancaires), appelé Icesave, ont attiré de nombreux petits investisseurs anglais et néerlandais. à mesure que les investissements augmentaient, les dettes étrangères des banques augmentaient aussi. en 2003, la dette de l'Islande équivalait à 200 fois son pnb (produit national brut), et en 2007, elle était de 900 pour cent.
 
La crise financière mondiale de 2008 devint le coup de grâce. les trois principales banques islandaises firent faillite et furent nationalisées, tandis que la couronne (monnaie de l'Islande) perdit beaucoup de sa valeur par rapport à l'euro. a la fin de cette année-là, le pays a se déclara en faillite.
 
 
Les citoyens récupèrent leurs droits
 
Contrairement aux attentes mondiales, la crise a conduit la population à prendre le pouvoir de son pays, à travers un processus de démocratie participative directe. Ceci a finalement conduit à une nouvelle constitution, mais seulement après une persévérance féroce.
 
Geir Haarde, le premier ministre d'une coalition gouvernementale sociale-démocrate, négocia un prêt de plus de deux millions de dollars, auquel les pays nordiques ajoutèrent deux millions et demi de dollars supplémentaires. mais la communauté financière étrangère fit pression pour que l’Islande impose des mesures drastiques.
 
Des protestations et des Émeutes s’ensuivirent, obligeant finalement le gouvernement a être remplacé par une coalition de gauche nouvellement formée.
 
La coalition plia finalement face aux exigences provenant de l'extérieur et selon lesquelles l'Islande devait payer un total de trois millions et demi d'euros. cela aurait exigé de chaque islandais de payer 130 $ par mois pendant quinze ans, a 5,5% d'intérêt, afin de rembourser une dette contractée par des parties privées vis-a-vis d’autres parties privées. ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.


Ce qui s'est passé ensuite fut extraordinaire. la croyance selon laquelle les citoyens devaient payer pour les erreurs d'un monopole financier, qu'une nation entière devait être taxée afin de rembourser les dettes privées, fut brisée.
Les relations animées entre les citoyens et leurs politiciens, habilitèrent les dirigeants de l'Islande à agir aux cotés de leurs électeurs. le chef de l'état, Olafur Ragnar Grimsson, refusa de ratifier la loi qui rendait les islandais responsables des dettes bancaires, et soutint les appels pour un referendum.
 
La communauté internationale furieuse
 
Le monde ne fit qu'accroître la pression. la Grande-bretagne et la Hollande mirent en garde contre des représailles terribles qui isoleraient le pays, incluant l’arrêt de l'aide du FMI  et le la gel des comptes bancaires islandais étrangers.
 
Durant le referendum du mois de mars 2010, 93% de la population votèrent contre le remboursement de la dette. le FMI gela immédiatement son prêt. mais l'Islande n’allait pas se laisser intimider. comme Grimsson le dit: « on nous a dit que si nous refusions les conditions de la communauté internationale, nous deviendrions le Cuba du nord. Mais si nous les avions acceptées, nous serions devenus l'Haïti du nord ».
 
Avec le soutien des citoyens furieux, le gouvernement lança des enquêtes civiles et pénales contre les personnes responsables de la crise financière. en conséquence, l'ancien ministre des finances purgea une peine de prison de deux ans, alors qu'Interpol émit des mandats d'arrêt internationaux contre les banquiers impliques dans le krach.
 
Les islandais se mirent également d’accord sur certaines mesures de réduction budgétaire comme le démantèlement de leurs infrastructures militaires - l'Islandic Defense Agency (agence islandaise de la défense, ou IDA), cessa d'exister en janvier 2011.
 
La nouvelle constitution de l’Islande

Afin de libérer le pays du pouvoir exagéré de la finance internationale et de l'argent virtuel, le peuple de l'Islande décida de rédiger une nouvelle constitution

Ils élirent 25 citoyens parmi 522 adultes n'appartenant à aucun parti politique, mais recommandés par au moins trente personnes.Les réunions des électeurs furent diffusées en ligne, et les citoyens purent envoyer leurs commentaires et suggestions, étant les témoins de ce document à mesure qu'il prenait forme. la constitution qui émergea de ce processus de démocratie participative fut soumise au parlement pour approbation cet automne.
 
On a dit au peuple grec que la privatisation de leur secteur public est le seul moyen de garder le pays à flot. les peuples de l'Italie, de l'Espagne et du Portugal sont confrontés à des pressions similaires. eux, ainsi que le reste d'entre nous, pourrions apprendre beaucoup de l'Islande, en refusant de se plier a des intérêts etrangers et en declarant haut et fort que les gens peuvent reprendre et reprendront leur pouvoir.
 
Davantage d'informations:
www.stjornlagarad.is/english
 
Traduit de
 
Iceland’s On-going Revolution
http://www.positivenewsus.org/editions/fal11/fal1105.html
http://www.alterinfo.net/La-revolution-en-cours-de-l-Islande_a70545.html

Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 23:49
Les Nouveaux Chiens de garde et les aboiements de Laurent Joffrin


Henri Maler
Mercredi 1 Février 2012


Les Nouveaux Chiens de garde et les aboiements de Laurent Joffrin
« Laurent Joffrin : “Les nouveaux chiens de garde ? Une opération politique”  »  : tel est le titre de l’entretien que Laurent Joffrin a accordé à Renaud Revel, pour Lexpess.fr, le 16 janvier 2012. Parlant du film, en effet, Laurent Joffrin affirme  : « on voit bien qu’il participe d’une opération politique menée par un petit groupe venu de l’extrême gauche. » Que voit-il exactement ?
Depuis près de trente ans au moins, depuis la diffusion de la mémorable émission « Vive la crise », le 22 février 1984, Laurent Joffrin modernise et refonde la gauche [1 ] : c’est son droit, c’est même son job ! C’est, du même coup, l’une de ses principales occupations de… journaliste. Alors, vous pensez bien qu’en matière d’opération politique, c’est un connaisseur ! Et il a failli deviner que la question des médias est une question démocratique, et donc une question politique... mais pas au point de comprendre que l’est, particulièrement, la question du rôle des patrons de presse, des éminences du journalisme de commentaire et des experts en expertises. Un petit monde dont Joffrin fait partie et dont il tente de se faire le porte-voix.
Joffrin lui-même est un expert : un expert, non seulement en refondation permanente de la gauche, mais aussi en critique de la critique des médias. Il a même écrit un livre. Mais si ! Son titre ? Média paranoïa. Son contenu ? Nous en avons extrait la substance sous le titre « Laurent Joffrin, polémiste et psychiatre : Sancho Panza contre les moulins à vent ». Média paranoïa est un chef-d’œuvre méconnu. L’entretien avec Renaud Revel est une réédition abrégée de ce chef-d’œuvre, pour celles et ceux qui n’ont pas perdu leur temps à le lire. Que trouve–t-on dans cet abrégé ? Que « tout cela n’a aucun fondement ». Quoi donc ?
Méprisables méprises
« Cela » désigne, pour reprendre les termes du sujet de dissertation proposé par Revel, « les compromissions et la collusion d’une série de journalistes et de patrons de presse, dont vous-même, avec les élites politiques ou économiques ». Ce qui, somme toute, ne concerne qu’un tiers du film. Passons.
La preuve que « cela » n’existe pas ? Apprenti prestidigitateur, Joffrin transforme la « collusion » en « assimilation » et, contrairement au film, entretient la confusion entre l’escouade des médiacrates et l’ensemble des journalistes : « Faut-il assimiler les journalistes et les patrons de presse aux dirigeants qu’ils interviewent ou qu’ils fréquentent ? C’est absurde ! » De qui parle-t-il et que font-ils ? « Ce n’est pas parce que des journalistes côtoient, rencontrent, fréquentent, dans le cadre de leur travail quotidien, des industriels ou des dirigeants politiques, qu’ils sont pour autant inféodés à ces derniers. » Qu’importe si ce journalisme de fréquentation inscrit ses bénéficiaires dans un cercle étroit où se cultivent des différences qui ne touchent pas à l’essentiel ! Qu’importe si ce journalisme de fréquentation prétend se confondre avec le journalisme d’information ! Qu’importe si se trouvent ainsi amalgamés les préposés aux commentaires et des journalistes politiques qui, quoi que l’on pense de leur travail, sont spécialisés dans le « suivi » d’institutions et de formations politiques particulières : Joffrin, refondateur de la gauche, parle pour tous !
La « série de journalistes » devient peu à peu « les » journalistes, et ce n’est pas fini. Car Laurent court après son idée comme un chiot après un os qu’il aurait lui-même lancé. Il finit par englober toutes les rédactions, pour les protéger d’une critique qui vise les hauts dignitaires dont il fait partie. « Il est idiot de penser qu’ une profession est aux ordres quand elle ne fait que son travail. » Ce qui est idiot, c’est tout simplement de nous prendre pour des idiots. Mais ce qui est idiot n’en finit jamais de l’être : « Que de clichés et d’amalgames... C’est méconnaître les fondamentaux de ce métier. Et c’est surtout mépriser des rédactions entières […]  » De sa « réfutation » de la critique sans mépris du petit monde de quelques dignitaires, Joffrin, qui ne veut rien en savoir, est passé à celle du prétendu mépris des « rédactions entières » : ce qui est méprisable, c’est d’imputer ce mépris à un film qui est consacré exclusivement aux chiens de garde de l’ordre médiatique et social existant… qui prétendent du même coup au rôle de chiens de garde de « la profession ».
Méprisables mépris
Mais qu’ont-elles fait, ces « rédactions entières » dont Joffrin se proclame le défenseur ? Elles « ont acquis au fil des décennies leur autonomie et leur indépendance ». Leur indépendance face à des patrons de presse qui ont privé les sociétés de rédacteurs (au Monde et à Libération, par exemple) de tout pouvoir sur leur entreprise ? Leur indépendance face à des responsables de la programmation audiovisuelle dont les journalistes dépendent indirectement ? Leur indépendance face à des chefferies éditoriales qui vident les conférences de rédaction de tout pouvoir sur l’orientation globale de l’information, comme on peut le vérifier à TF1 et à France 2 ? On se demande bien alors pourquoi, par exemple, les syndicats de journalistes exigent que les rédactions soient dotées d’un statut juridique.
Méprisable mépris de Joffrin pour des rédactions qui résistent encore pour maintenir une très relative indépendance et pour les syndicats de journalistes qui, jour après jour, s’efforcent d’obtenir de nouveaux droits. Méprisables mépris de Joffrin, non seulement pour les réalisateurs du film, mais surtout pour les dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont vu et auxquels il s’adresse en ces termes : « Vous aurez toujours des gens pour fantasmer. Pour vous expliquer que le monde des médias est une planète opaque, avec sa boîte noire et ses complots sous-jacents. Et que les patrons de presse constituent une oligarchie à la botte des puissants. Bref, que tout est pipé, que tout n’est que complot. » Il ne manquait plus que la méprisable accusation de complotisme : Joffrin, à court d’idées, ne pouvait pas la manquer !…
… Avant de s’offusquer, en guise de conclusion : « Tout cela est insultant pour la profession de journalistes et ne mérite pas que l’on s’appesantisse, car c’est là le signe d’une méconnaissance totale de ce métier et de ses rouages. Ont-ils mis une fois le pied dans une rédaction, les auteurs de ce brûlot, qui font le procès de celles et ceux qui travaillent chaque jour à la fabrication de l’information ? » Ce qui est méprisable, c’est le mépris que Joffrin affiche pour les auteurs et les réalisateurs, qui à l’exception de l’un d’entre eux sont ou ont été journalistes.
Ce qui est insultant pour la profession, c’est de s’abriter derrière le simulacre de sa défense contre un procès imaginaire pour ne rien répondre aux critiques bien réelles contre ses hauts dignitaires. Insultant pour la profession et pour les spectateurs.
Henri Maler
Nota bene Les vitupérations de notre expert en opérations politiques permettent une petite vérification quasi-expérimentale de l’étroitesse du cercle. Renaud Revel, de L’Express, n’a pas apprécié le film et l’a dit haut et fort [2 ]. Et que croyez-vous qu’il fit ? Il invita Laurent Joffrin à partager le même point de vue. En l’interrogeant pour Lexpress.fr. Éric Mettout, rédacteur en chef de Lexpress.fr, n’a pas non plus apprécié le film. Et il l’a dit haut et fort. Et que croyez-vous qu’il fit ? Il écrivit qu’il était totalement d’accord avec le point de vue de Laurent Joffrin [3 ]. Une prochaine fois, Le Nouvel Observateur, invitera Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express… Les rumeurs de fusion entre les deux hebdomadaires sont totalement infondées.

 

 

http://www.alterinfo.net/Les-Nouveaux-Chiens-de-garde-et-les-aboiements-de-Laurent-Joffrin_a70581.html

 

.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages