Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 00:01

 

.

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img14/sionisme_medias.png

 

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img14/sionisme_medias.png

 

 

 

Les Médias communautaristes, ça suffit !

Par eva R-sistons

 

 

Très vite, après avoir pris conscience du rôle écrasant des supporters d'Israël, des Sayanim, des inconditionnels de l'entité sioniste, dans NOS médias français, j'ai dénoncé cette main-mise au détriment de la nécessaire neutralité de l'information et du pluralisme, de la diversité. Regardez bien les intervenants, qui sont les dirigeants, les spécialistes de la politique dans nos Médias: Ce sont quasiment tous des gens comme DSK disant, sur Tribune Juive, que lorsqu'il se levait le matin, il se demandait comment il allait servir Israël au mieux de ses intérêts. Je vous pose sincèrement la question : Peut-on servir 2 Etats, 2 maîtres à la fois ? Non, c'est impossible, il faut choisir. Gare aux conflits d'intérêts ! Un bon exemple: Christine Ockrent orchestrant la désinformation partisane et de propagande notamment militaire sur France24, au service d'Israël... et d'ailleurs aussi au moment même où son mari était le Ministre néo-conservateur de Sarkozy (Affaires Etrangères).

 

Or donc, outre le conflit d'intérêt, nous voyons bien que nos médias ont tous la même couleur, car modelés par le même type d'individus : Point de débats, pas de neutralité, pas de diversité - les journaleux politiques, aujourd'hui, représentent SEULEMENT les intérêts financiers et militaires, particulièrement ceux d'Israël. Pour quels résultats ?

 

Finie notre Presse indépendante, impertinente, audacieuse... mais la sordide Pensée unique mondialiste, atlantiste, impérialiste, pro-israélienne ! Et une Lanterne bien rouge pour l'Europe.  Cette Lanterne-là est décernée aux Médias les plus serviles...

 

Et nous assistons à quoi ? A un déferlement idéologique en faveur de la mort des Nations, de l'indépendance, du social, des valeurs de justice, de solidarité, de coopération, de paix... et à des campagnes intolérables contre une partie de l'humanité - musulmane, arabe. D'un côté on nous apitoie sur les Rafles de Juifs, et de l'autre on nous pousse jour après jour vers de nouvelles Nuits de Cristal, on nous incite à rejeter ceux qui ont choisi le Coran et la Charia, on désigne à notre vindicte les Arabes et les Musulmans, en les amalgamant d'ailleurs avec les Islamistes ! Les Médias communautaristes, atrocement communautaristes et vecteurs de la Pensée Unique ultra-libérale et va-t-en guerres soi-disant humanitaires ou pour la démocratie, sont une honte pour notre pays, un danger pour la démocratie, la liberté, et une menace pour les peuples incités à préférer la compétition, la concurrence, le Veau d'or, le choc de civilisations... à la simplicité de vie, à la coopération fraternelle et à la communion des individus ! 

 

Il est temps d'exiger le juste retour à la diversité, au pluralisme, à la neutralité de l'information. Sans quoi nos "merdias" communautaristes, intolérants, intransigeants, monolithiques, plaidant pour la mondialisation, l'Europe du Cartel bancaire, les guerres d'ingérence, et donc en filigrane le Nouvel Ordre Mondial, ces Médias-là vont devenir les pires ennemis de nos vies. Et cela, c'est intolérable !

 

Citoyens, libérons nos médias occupés ! Et exigeons le retour à la diversité d'opinion, de pensée.  Il y va de la liberté, de notre indépendance, de la démocratie, de la justice sociale, de la paix !

 

Eva R-sistons

 

http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/

 

libert__de_la_presse


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Communautarisme
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 20:41

 

 

medias-propagande-guerre.jpg

 

Un article de Roland Hureaux
Syrie : L’information est devenue une arme de guerre


L'information comme arme de guerre :

27 juin 2012 | Il n’est pas nécessaire d’être un partisan du régime du président Assad, mais simplement un observateur aimant la vérité pour être perplexe devant les récits d’atrocités liées à ce qu’il faut bien appeler la guerre civile de Syrie.

 

Un article de Charlie Skelton
L’opposition syrienne : qui produit le discours ?
16 juillet 2012 | Les médias ont été trop passifs au sujet des sources de l’opposition syrienne, sans s’intéresser à leur nature et à leurs affiliations politiques. Il est temps d’y regarder de plus près…


SYRIE - Vers la réconciliation : plus de 300 combattants prêts à déposer les armes à Homs
12 juillet 2012 | Plus de 300 combattants des différentes factions armées de l’opposition syrienne à Homs ont accepté de déposer les armes, de se placer sous la protection du Comité populaire interreligieux Mussalaha et de continuer une « opposition politique non armée ».


Un nouvel (*) article de Rainer Hoffman sur le massacre de Houla
« L’extermination » par les rebelles sunnites
17 juin 2012 | Le journaliste allemand du Frankfurter Allgemeine Zeitung Rainer Hermann confirme ici son premier article selon lequel le massacre de Houla a été perpétré par les rebelles sunnites. Et non par l’armée régulière syrienne comme cela a été rapporté.

 

Ce que la Syrie veut dire pour la Russie
Première partie : un « message » balistique Topol-M
par Fida Dakroub
.


.

Et puisqu'on ne donne jamais la parole au Régime syrien,

moi je la donne (eva)

 

 

Syrie : Interview du Président Al-Assad
avec un représentant des Médias Turcs

Un article de Piotr Iskenderov
La France prépare un scénario libyen pour la Syrie


15 juin 2012 | La situation autour de la Syrie ressemble de plus en plus au cas libyen. Le président français François Hollande estime qu’il est nécessaire de durcir les sanctions contre les autorités syriennes en allant même jusqu’au recours à la force « dans le cadre de la Charte des Nations unies ».

 

Un article de Rainer Hermann
Le massacre de Houla perpétré par la rébellion syrienne


11 juin 2012 | .

 

Un article de John Rosenthal
Syrie : Les rebelles sont responsables du massacre de Houla


10 juin 2012 | C’était, selon les propres termes de l’envoyé spécial de l’ONU Kofi Annan, « le point de bascule » du conflit syrien : le massacre sauvage de plus de 90 personnes, en majorité des femmes et des enfants que la presse occidentale presque unanime a imputé immédiatement au régime de Bachar al-Assad.

 

 

 

Un témoignage d’Alex Thomson, journaliste de Channel 4
Syrie : Journalistes envoyés à la mort par les rebelles

Lettre ouverte à François HOLLANDE par un prêtre arabe de Syrie
9 juin 2012 | .

 

Une analyse de Ghaleb Kandil
Syrie : Des mensonges qui ne changeront pas la dure réalité pour l’Occident


18 juin 2012 | La Syrie n’est jamais apparue le centre du monde autant qu’elle l’est aujourd’hui. Tous les jours, des centaines de reportages, de rapports, de nouvelles, d’images truquées et de fausses rumeurs, sont répandus par des médias internationaux, véhiculant des prises de positions et des déclarations contradictoires de dirigeants occidentaux.

 

La vérité sur les atrocités commises par l' "Armée Syrienne Libre"

 

TF1: 

Homs : une goutte de vérité dans un océan de mensonges

 

▸ les atrocités commises par les rebelles « syriens » S/T


Un article de Russ Baker
Tout ce qu’ils nous disent sur la Syrie…est-il faux ?
11 juillet 2012 | Vendredi, nous avons lu dans le New York Times et ailleurs qu’un des plus importants soutiens et alliés du régime du président Syrien Bachar al-Assad avait fait défection. L’impression laissée par cette information est que le gouvernement de M. Assad est en voie d’effondrement, ce qui donne de la crédibilité à ceux qui poussent Assad à céder le pouvoir.

 

Israël se préparerait à la guerre avec l’Egypte !


 

Dans une fatwa, le religieux sunnite Adnan Arour a menacé ainsi les loyalistes syriens : “Nous allons vous découper en morceaux et les jeter à manger aux chiens” ».
   

http://www.dailymotion.com/video/xjp3zr_adnan-al-arour-says-that-they-will-chop-the-alawaites-who-oppose-the-syrian-revolution_news


Adnan Al-Arour... The godfather of the Syrian Revolution 2011... A Sheikh lives in Saudi and receives their ultimate support.. You can see his ugly face on Wisal and Safa TV Sat-Channels... These two channels promote religious hatred against specific sects especially the Alawaites and the Shiites.. I despise Saudi, the state that hosts such a criminal, and such disgusting channels and allow them to emit their poisons.. I despise Saudi that promotes and supports terrorism wherever US government needs it... And shame on the west who allied himself with this disgusting state... In this interview Arour says that they Syrian rebels will chop the Alawaites who opposed the so-called revolution and feed their flesh to the dogs...


 


http://www.assistnews.net/Stories/2012/s12070063.htm


« Selon des sources internes [aux Églises] en Syrie, les chrétiens sont de plus en plus pris pour cibles et chassés de leurs maisons et de leurs quartiers. Quelque 138 000 chrétiens ont fui Homs terrorisés après que leurs églises ont été pillées et occupées par les forces rebelles. Au moins 9 000 chrétiens ont fuit la ville de [d’al-] Qusayr, à l’ouest et proche [d’Homs] après que les chefs d’une faction rebelle ont lancé un ultimatum qui a été répété depuis les minarets des mosquées. Dans les zones contrôlées par les rebelles, la ligne dure du sunnisme fondamentaliste rend impossible la coexistence islamo-chrétienne. Pour les djihadistes, la neutralité n’est pas une option et les chrétiens (comme les musulmans) qui refusent de soutenir le djihad sont torturés, expulsés et assassinés. Dans une fatwa, le religieux sunnite Adnan Arour a menacé [ainsi] les loyalistes syriens : “Nous allons vous découper en morceaux et les jeter à manger aux chiens” ».

 


Syrie : Moscou dit NIET au départ de Bachar Al-Assad

by Allain Jules

Avec délectation et une saveur particulière, tous les médias occidentaux annoncent que Damas, le symbole du pouvoir syrien de Bachar Al-Assad, est en proie à de violents combats qui opposent l'armée et les rebelles. Un tournant, semble-t-il,  a été amorcé, et le pouvoir ne tient plus qu'à un fil nous disent les médias"mainstream". Mais, en réalité, de [...]

 

L'imposture de la désinformation en vidéo,

scandale à l'Elysée

http://www.lepetitmondecozillon.fr/2012/07/scandale-a-lelysee/

À propos  →  Le néant qui anéantit. Les journalistes assassines par les commandos de l’Otan. L’incompétence et l’indécision de François Hollade. Thierry Messan du réseau Voltaire témoigne.


lire l'interview ici :

http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/74538918/79846900.html

 


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 03:55
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Désinformation
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 03:49

Les nano-drones sont-ils parmi nous ?…

Vrai ou faux? les nanotechnologies font déjà bien parler d’elles et cet article est assez terrifiant si ce qui y est relaté est réel.

Cela fait déjà plusieurs années que les rumeurs et les observations de taille d’insectes drones micro ont commencé à apparaître à travers le monde.

Vanessa Alarcon était une étudiante d’université quand elle a assisté en 2007 à une manifestation anti-guerre à Washington, DC et elle a entendu quelqu’un crier: « Oh mon Dieu, regardez ça ! »

« Je lève les yeux et je me demande ,« Qu’est-ce que c’est que ça? ‘ » dit elle au Washington Post. « Ils ressemblaient à des libellules ou de petits hélicoptère. Mais je veux dire, ce n’étaient pas des insectes, » a t-elle poursuivi.

Un avocat a confirmé qu’ « ils ressemblaient à des libellules, mais qu’ils n’étaient pas vraiment des insectes ». Et il a probablement raison.

En 2006, « Flight International » a rapporté que la CIA avait testé le développement micro-drones depuis déjà les années 1970 à son siège à Langley depuis 2003.

Alors que nous pouvons aller sur roachbots inscription, l’essaimage nano drones, robots et synchronisée du Alan Lovejoy, trader privé et ancien ingénieur logiciel, souligne que l’avenir de la nano drones pourrait devenir encore plus inquiétant.  

Lovejoy a trouvé cette maquette 3D de drone moustiques équipés de la «capacité» de prendre des échantillons d’ADN ou d’injecter des objets sous la peau.

Selon Lovejoy, un tel dispositif pourrait être contrôlé à partir d’une grande distance et est équipé d’une caméra, d’un microphone. Il pourrait atterrir sur vous et ensuite utiliser son aiguille pour prélever un échantillon d’ADN avec la douleur d’une piqûre de moustique.

Ou il pourrait injecter un dispositif de repérage par micro RFID sous la peau.

Il pourrait atterrir sur vous et y rester, de sorte que vous le prenez avec vous dans votre maison. Ou il pourrait voler dans un bâtiment par une fenêtre. Il y a des projets de recherche bien financés qui travaillent sur de tels dispositifs avec de telles capacités précise t’il.

Auteur : neotrouve.com

Source : www.neotrouve.com

Article relayé par : mich pour Sos-Planète

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/07/10/les-nano-drones-sont-ils-parmi-nous/

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 03:40

"Tuez les tous, ça ira plus vite"

 

"Tuez les tous, ça ira plus vite"

 

 

A 7h30, lundi 9 juillet, la police encercle le campement situé au niveau de l’esplanade des taxis de la gare de Lyon Perrache. Plus personne n’est autorisé à rentrer ou à sortir du périmètre de sécurité.
Un officier de la PAF (Police de l’Air et des Frontières) est à l’affût. Comme un chasseur qui flaire sa proie, il passe de tente en tente avec une traductrice et demande frénétiquement : « Il y a des roumains ? Il y a des roumains ? »
Les roumains, c’est du gros gibier. Si la PAF peut en attraper un qui est en France depuis plus de 3 mois, c’est le jackpot. Ce soir la préfecture communiquera sur : « la police démantèle un campement de roms et expulse des étrangers en situation irrégulière. »
Mauvaise pioche. Pas plus de roumains dans le camp que de socialisme dans la politique de Valls.
Ce campement est en effet occupé par des demandeurs d’asile qui sont tous en situation parfaitement régulière sur le territoire français.
Théoriquement, ils devraient être hébergés en CADA (Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile). Théoriquement seulement, parce qu’à Lyon, cela fait belle lurette que les centres sont saturés et que des centaines de demandeurs d’asile sont abandonnés à la rue.

Toutes les personnes sont recensées, fichées puis regroupées dans un coin avant d’être autorisées à prendre leurs affaires et à partir.
Les enfants, le regard perdu entre des dizaines de policiers, ne comprennent pas ce qui leur arrive. Les adultes non plus. L’un d’entre eux regrette : « Pourquoi on nous autorise à demander l’asile politique en France si c’est pour nous jeter à la rue ? La France n’avait qu’à nous dire qu’elle ne veut pas de nous, on serait allé dans un autre pays. »
En voyant les familles regroupées dans un coin et encerclées par la police, un parent d’élève dont le fils était en classe avec un enfant du campement se désole : « Je n’étais pas là en 40, mais les rafles, ça devaient ressembler à ça. »

Dans l’après-midi les familles ont été bloquées sur la place Carnot située juste à côté de la gare par la police qui les empêchait de quitter les lieux alors que la matin même elle avait promis de les empêcher de s’y installer. Pour être exact, les familles avaient le droit de circuler, mais pas d’emmener leurs affaires, de peur qu’elles se réinstallent autre part.
C’est nouveau, en France, si vous êtes étranger, vous n’avez plus le droit de circuler avec une tente et des couvertures.
Pourvu que le préfet du Rhône, monsieur Carenco ne soit pas appelé à des fonctions nationales sinon il va ruiner notre activité touristique en interdisant le territoire aux millions de hollandais qui viennent camper en France chaque année.

En fin de journée, le préfet à reçu une délégation conduite par Nathalie Perrin-Gilbert, la maire du 1er arrondissement de Lyon et Armand Creus, conseiller régional du Front de Gauche.
Le bilan de la réunion est bien maigre, mais le numéro de théâtre du préfet valait le déplacement. Lyon, c’est la ville de Guignol.
Morceaux choisis.
Le préfet n’a plus d’argent pour héberger les demandeurs d’asile. En revanche, il en a encore beaucoup pour les expulser par charters… s’ils acceptent. Tous étant en situation régulière, il a besoin de leur accord…
Le droit au logement n’est pas inconditionnel et il est réservé en priorité aux français.
Ses interlocuteurs n’en croyant pas leurs oreilles lui ont demandé de répéter car ils ne pensaient pas qu’un préfet pouvait ignorer à ce point la loi.
Cerise sur le gâteau, le préfet a finalement proposé que les familles l’attaquent au tribunal administratif afin qu’il les reloge lorsqu’il sera condamné. Autrement dit, il sait qu’il est hors la loi en laissant des femmes et des enfants dehors, mais si un juge ne le lui rappelle pas avec une condamnation sous astreinte, il ne les logera pas.

Plus de 3 mois après l’élection de François Hollande, les préfets sarkozystes continuent donc à appliquer la politique inhumaine de stigmatisation des étrangers de leur ancien patron. A moins qu’ils n’appliquent tout simplement la nouvelle politique définie par messieurs Hollande et Valls.

Ce matin, des dossiers pour des référés libertés vont être constitués afin d’attaquer l’état socialiste pour qu’il ne laisse pas dormir à la rue des demandeurs d’asile qui devraient être hébergés en CADA.
En attendant, plus de cent personnes ont passé cette nuit dans des tentes ou à la belle étoile, à quelques dizaines de mètres de l’endroit où elles étaient la veille.

Ce soir à Lyon, des orages sont annoncés. Où les familles vont-elles dormir ?

La police avait expliqué lors de l’expulsion avoir reçu des consignes pour que les familles ne s’installent nulle part. Un militant a fait remarquer aux policiers qu’elles seraient encore à Lyon ce soir et qu’il faudra bien qu’elles dorment quelque part : « Ce n’est pas en les pourchassant jour et nuit que vous réglerez le problème d’autant plus qu’ils sont en situation régulière. Tuez-les tous, ça ira plus vite. »

 

http://www.alterinfo.net/Tuez-les-tous-ca-ira-plus-vite_a78892.html

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 03:07

 

Rue 89 se lance dans la chasse à l’homme

http://www.enquete-debat.fr/archives/rue-89-se-lance-dans-la-chasse-a-lhomme-34037

 

6 juin 2012, 19:20 Auteur : Jean 2 commentaires
   Share1

Le rachat de Rue 89 par le Nouvel Obs n’a pas réussi au site anciennement indépendant et libre. Depuis le 31 mai dernier, Rue 89 a lancé une véritable chasse à l’homme (ou aux sorcières, si vous préférez) contre un candidat du Front de gauche, René Balme (photo). Parce que celui-ci a publié des articles qui déplaisent à Rue 89, le Front de gauche devrait s’en séparer. Et la liberté d’expression dans tout ça ?


On avait l’habitude que les sites de gauche (voire parfois de droite) traquent, scrutent, épient et fichent des membres du Front National, afin de montrer que le ventre est toujours fécond d’où la bête immonde etc. Et quand ils identifient des candidats défendant des idées indéfendables, ils demandent leurs têtes au parti… qui s’exécute. Cette fâcheuse habitude, pour des journalistes qui devraient plutôt défendre la liberté d’expression que la censure, est à sens unique, puisque les grands partis sont le plus souvent épargnés par cette vigilance de tous les instants. Pourtant les affaires vont bon train dans ces partis au pouvoir, et sont d’une tout autre importance qu’au FN qui reste une PME familiale, sans grande possibilité d’envahir la Pologne dès demain. 


Et voici qu’une autre force émerge, le Front de gauche, et aussitôt nos nouveaux chiens de garde viennent scruter, épier et traquer la bête immonde d’extrême-gauche. Ainsi, un candidat nommé René Balme est le premier à en faire les frais, taxé de “conspirationniste”, proche de Dieudonné, de Meyssan et de Soral, contempteur du lobby juif et j’en passe. Certes, c’est vrai. Mais pourquoi faire pression sur le Front de gauche pour qu’il se sépare de ce candidat, qu’il connait parfaitement bien ? Au contraire, laissez-le s’exprimer, au moins on saura à qui on a affaire !


C’est tout le problème des censeurs en général, c’est qu’ils empêchent par leur action de savoir de qui on parle, et de quoi il s’agit. René Balme a vite supprimé de nombreux articles “aux relents nauséabonds” comme on dit en novlangue, et montre ainsi qu’il n’assume même pas ses propos. En défenseur de la liberté d’expression avant tout que nous sommes, nous aurions préféré que cette polémique débouche sur la mise en avant des articles litigieux, pour qu’on en discute, sereinement, dans l’espace public. Rue 89 reproche l’emploi du terme “lobby juif” à M. Balme. Rue 89 va donc nous expliquer qu’il n’existe pas de lobby juif en France, contrairement à ce que pense Elisabeth Schemla ou l’UPJF ? Ridicule.


Plus on interdit la parole libre, par quelque position d’indigné vertueux, plus on radicalise les mouvements qui veulent dénoncer ce qu’ils considèrent comme des errements de la société dans laquelle ils vivent. C’est pourquoi la loi Gayssot a fait des négationnistes de véritables stars internationales, et a permis au négationnisme de se développer à vitesse grand V, alors qu’il n’était que groupusculaire avant la loi. C’est pourquoi Dieudonné reste l’humoriste à faire le plus d’entrées en France, malgré un talent certes toujours présent mais des sketches pour le moins redondants. C’est pourquoi Alain Soral séduit de plus en plus de jeunes en quête de gourou, celui-ci se présentant comme la victime d’un système alors qu’il est passé plus de 100 fois à la télévision française (ce à quoi  peu d’intellectuels dignes de ce nom peuvent prétendre, vous l’avouerez).


Alors qu’il suffit de débattre avec ces gens-là (qui refusent justement le débat la plupart du temps) pour démontrer et démonter leur système de pensée qui est finalement assez pauvre, mono-obsessionnel (“tout le monde sont juifs ou franc-maçons”) et manichéen (les pauvres sont dominés par les riches, l’Occident pille les richesses de l’Afrique, etc.). Nous avons fait notre part du travail en organisant un débat avec Soral, et un autre avec Dieudonné. Ce n’est pas un hasard si ce sont les deux vidéos les plus visionnées du site : avec Internet plus rien n’est véritablement censurable. Dieudonné et Soral bénéficiant de leur statut de people passé, ils attirent du monde sur le net avec un certain talent bien que les idées ne soient pas vraiment au rendez-vous. Sur internet aussi, le fond est moins important que la forme. Mais les médias qui voudraient se débarrasser de ces gens-là ne peuvent pas leur rendre un meilleur service que d’appeler à leur boycott et à leur censure, ils ne font que grossir leurs rangs artificiellement.


De toute façon, proposer comme système de valeur la chasse à l’homme et la censure (propres à l’extrême-droite que Rue 89 dénonce au passage) ne peut qu’éloigner un maximum de gens de ce qu’est le droit chemin selon Rue 89.


Lire l’article de Rue 89 du 31 mai, ou celui du 6 juin.

 

Commentaires :

 

Kévin

J’ignore si Rue*8*9 a directement fait pression sur le Front de Gauche (à travers son article ou en-dehors), mais il était tout de même intéressant de mettre en évidence les activités de M. Balme tant le mouvement auquel il adhère est épidermique à tout ce qui touche de près ou de loin à So*ral et Dieudonné. Un peu comme si on avait trouvé un candidat FN dirigeant un site défendant le mariage gay ou le droit à l’avortement… Après, si le simple fait de le noter et de demander des explications conduit le Front de Gauche à vouloir l’exclure, on ne peut pas en venir à reprocher au journaliste de souligner le fait car c’est alors remettre en cause sa liberté d’expression à lui… Les conséquences de ce qu’il met sur la place publique ne sont pas censées être de son ressort. En tout cas, il faut expliquer à M. Balme que s’il veut bénéficier d’une totale liberté d’expression, il ne faut pas s’engager dans un quelconque parti, c’est juste incompatible. S’il venait à être exclu, il n’aurait selon moi aucune raison de se plaindre.

 

Kévin

Le hasard fait que je suis actuellement plongé dans des recherches sur la démocratie participative et il se trouve que la ville de Grigny, dont René Balme est maire, est apparemment en pointe sur ce sujet avec un dispositif à la limite de la démocratie directe, le budget participatif. Grigny est également fondatrice du Réseau national de la démocratie participative. Plus d’infos sur les liens ci-dessous. Ce serait intéressant à mon avis de solliciter une interview de ce monsieur.

http://www.mairie-grigny69.fr/Demopart/Budget-participatif
http://www.mairie-grigny69.fr/Demopart/Reseau-national-de-la-Demopart/3eme-Forum-de-la-Democratie-Participative-creation-du-Reseau-National

Un article de Jean Bricmont
A propos de l’ « affaire Balme »,
du Front de Gauche et de « qui est pris qui croyait prendre ».
http://www.silviacattori.net/article3435.html
Pendant des décennies, la gauche, particulièrement la «  gauche radicale », a utilisé la «  lutte contre le fascisme et l’antisémitisme » (ou la « lutte contre le fascisme, le racisme et l’antisémitisme », pour être plus politiquement correct) comme arme contre l’extrême-droite et, parfois même contre la droite, en faisant fi du fait que, d’une part, cette lutte avait pour fonction essentielle de faire taire les critiques « excessives » de la politique israélienne ou de ceux qui la soutiennent en France, et, d’autre part, violait souvent des principes fondamentaux en ce qui concerne la liberté d’expression. (*)
11 juillet 2012

 

Mais lorsque la même arme a été utilisée par Rue 89 contre René Balme, militant du Parti de gauche, maire de Grigny et candidat du front de gauche aux élections législatives [1] son parti l’a simplement abandonné, ce qui a entraîné sa démission [2] et un communiqué particulièrement affligeant du Parti de gauche [3] .

Que reproche-t-on à René Balme ? D’avoir été l’animateur d’un site (oulala.net, aujourd’hui fermé) ou l’on trouve des articles ou des liens avec des anti-sionistes « obsessionnels » (Israël Shamir, Gilad Atzmon), avec des « complotistes » (Thierry Meyssan) ou avec Dieudonné et Soral.

Personne n’a donné le moindre argument montrant que René Balme lui-même a en quoi que ce soit des opinions racistes ou antisémites. Ce que l’on fait, c’est éplucher soigneusement un site, contenant des milliers d’articles, pour en exhiber certains qui sont qualifiés de « suspects », dont on se dispense d’ailleurs d’en faire une critique détaillée.

Dans le réquisitoire de Rue 89, on trouve, par exemple, des perles comme : « René Balme s’est inspiré de la télévision vénézuélienne Vive TV pour créer Vivé (pour « vidéo-vérité »), école internationale de vidéo et de TV participative après un voyage en 2006 au pays d’Hugo Chavez ».

C’est vrai, quand on a déjà TF1, pourquoi créer d’autres médias ? Et n’est-il pas « suspect » de voyager «  au pays d’Hugo Chavez » ? Par ailleurs, tout le monde sait que la TV participative est un dangereux pas vers le fascisme.

La même méthode, de culpabilité par association, est d’ailleurs utilisée contre des sites comme Le Grand Soir [4] ou celui de Michel Collon [5]. Eh bien, jouons à ce jeu, mais différemment. Le parti travailliste israélien a participé à la colonisation des territoires occupés, à l’offensive contre Gaza, et à plusieurs guerres israéliennes. Or ce parti est dans l’Internationale Socialiste. Et, hop, culpabilité par association : tous les partis socialistes sont « liés » à la colonisation, aux guerres etc. Le tour est joué. Pire : Mélenchon, qui a appelé à voter pour les candidats socialistes aux élections présidentielle et législative, est aussi « lié à » tout cela. Ou prenons les dirigeants américains : ils ont tous des liens avec les principaux partis français et ont presque tous attaqué des pays qui ne les menaçaient pas, bombardé des civils, violé le droit international, assassiné sans jugement (au moyen de drones par exemple).

Peut-on m’expliquer pourquoi être « lié » à cela est moralement plus acceptable qu’être « lié » à un film de Dieudonné ou à un livre de Meyssan ou de Soral ? La différence étant que, dans un cas, on parle de morts (par centaines de milliers), dans l’autre, de mots ou d’images. Et, dans les deux cas, on a tout autant affaire à des choix délibérés (sans doute bien plus dans le cas des partis, puisqu’on peut difficilement s’attendre à ce que René Balme, maire de Grigny, vérifie soigneusement le contenu de chaque article de son site).

Je ne connais pas bien René Balme, mais pour autant que je puisse voir, il est une sorte d’écologiste radical, partisan d’une démocratie participative qui, par ailleurs, prend fait et cause pour le peuple palestinien. Le type même du « fasciste » (dans la triste France d’aujourd’hui).

En réalité, à moins de vivre totalement coupé du monde, chacun a des contacts avec toutes sortes de gens, par nécessité, par hasard, par intérêt... La culpabilité par association, c’est comme la censure-elle n’est utilisée que par les forts contre les faibles et, si elle était appliquée de façon impartiale, elle mènerait vite à une condamnation universelle.

Cette culpabilité par association, tout comme la censure, la diffamation, les accusations sans preuves, ne devraient pas faire partie de l’arsenal d’une gauche véritable ; pour utiliser le langage de la gauche morale, toutes ces tactiques devraient être « contraires à ses valeurs ». Mais quand il s’agit de «  combattre le fascisme et l’antisémitisme », on a décidé que « tous les moyens étaient bons ». C’est la racine du problème et, ce que l’affaire Balme montre, c’est que ces moyens finissent par se retourner contre la véritable gauche elle-même. Des armes telles que censure, amalgame, diffamation, légitiment l’arbitraire et sont toujours, en fin de compte, les armes du pouvoir.

Par ailleurs, quand on voit les obstacles rencontrés par les révolutions française, russe, chinoise, vietnamienne, algérienne, cubaine, iranienne, ou par des réformateurs comme Allende, Chavez et Lumumba, on peut difficilement prendre au sérieux un parti qui prétend « combattre le capitalisme » et qui capitule à la première salve du canon de la « lutte contre le fascisme et l’antisémitisme ».

Jean Bricmont
11 juillet 2012.

URL de cet article :
http://www.silviacattori.net/article3435.html



Jean Bricmont est Docteur en Sciences et a travaillé comme chercheur à l’Université Rutgers puis a enseigné à l’Université de Princeton, situées toutes deux dans l’Etat du New Jersey (États-Unis). Il enseigne aujourd’hui la physique théorique en Belgique et est l’auteur de « Impérialisme humanitaire : Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ? »

(*) Voir
http://www.dailymotion.com/video/xrw0zl_jean-bricmont-resister-au-sionisme-defendre-la-liberte-d-expression_news
pour une discussion plus détaillée des problèmes posés par la censure, en ce qui concerne la solidarité avec la Palestine.

Source : Jean Bricmont

 


[1] http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/05/30/une-tache-rouge-brune-dans-la-campagne-du-front-de-gauche-232622

[2] http://www.rene-balme.org/24h00/spip.php ?article1449

[3] http://www.lepartidegauche.fr/actualites/actualite/declaration-au-sujet-la-demission-rene-balme-16184#.T_lTG5g8NyM

[4] http://www.legrandsoir.info/

[5] www.michelcollon.info/

 

 

René Balme - Site officiel de René Balme, maire de Grigny 69520.

www.rene-balme.org/

Le Parti de gauche a publié sur son site internet une déclaration me concernant, particulièrement ambiguë, qui m'oblige à réagir et à rendre publique la lettre de ...

 

Des attaques scandaleuses ...

Les élus de la majorité municipale de Grigny (Rhône) apportent ...

 

  1. René Balme, maire Front de Gauche de Grigny ... - ReOpen911

    www.reopen911.info/.../rene-balme-maire-front-de-gauche-de-grign...
    René Balme, maire Front de Gauche de Grigny, accusé de « conspirationnisme » sur Rue89 et dans la presse mainstream. 03 juin, 2012 by GeantVert. Coup de ...
  2. ReOpen911 – News » Réponses du maire de Grigny René Balme et ...

    www.reopen911.info/.../reponses-du-maire-de-grigny-rene-balme-et-...
    4 juin 2012 – Nous relayons ici les réponses du site oulala.net et de René Balme, maire Front de Gauche de Grigny, aux propos injurieux d'Ornella Guyet .

 

.

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Scandale
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 03:01

 

 

Russ Baker

http://auisstudent.blogspot.fr/2011/05/auis-professor-answers-russ-baker-come.html

 

 

Un article de Russ Baker
Tout ce qu’ils nous disent sur la Syrie…
est-il faux ?

 

Vendredi, nous avons lu dans le New York Times et ailleurs qu’un des plus importants soutiens et alliés du régime du président Syrien Bachar al-Assad avait fait défection. L’impression laissée par cette information est que le gouvernement de M. Assad est en voie d’effondrement, ce qui donne de la crédibilité à ceux qui poussent Assad à céder le pouvoir.
11 juillet 2012

 

Mais ce que les médias ne signalent pas est que le général de brigade Manaf Tlass n’a pas fait directement défection du cercle rapproché d’Assad. Il était déjà tombé en disgrâce au début de la révolte et avait perdu son commandement en mai 2011 – il y a 14 mois. Si vous aviez eu cet élément d’information complémentaire, vous auriez interprété les articles de presse de manière complètement différente.

Quand un élément factuel qui contredit une impression d’ensemble est absent d’un reportage, le reportage en tant est alors presque sans valeur.

Il en va de même des reportages sur des évènements horribles sans vérification factuelle ni enquête de terrain. Vous vous souvenez du massacre de Houla ? Qui l’a perpétré ?

Houla Whoops

Les médias nous ont dit que plus de 100 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été sauvagement massacrés à bout portant dans le village de Houla en mai dernier. La tuerie, rapportée dans le monde entier, avait été attribuée à une milice loyale à Assad, les Shabiha. Voici un exemple tiré du site web de la BBC :

« Des survivants du massacre dans la région de Houla en Syrie ont parlé à la BBC de leur stupeur et de leur effroi quand les forces du régime sont entrées dans leurs maisons et ont tué leurs familles…
La plupart des témoins qui se sont exprimés auprès de la BBC ont dit qu’ils pensaient que l’armée et des miliciens shabiha étaient responsables. »

« Nous étions à la maison, les shabiha et les forces de sécurité sont entrés avec des kalashnikovs et des pistolets automatiques, » a déclaré un survivant, Rasha Abdul Razaq.

Par la suite, des informations sorties au compte gouttes ont mis en doute cette version, d’autant que les personnes tuées étaient en majorité elles-mêmes en faveur d’Assad. Le reportage de la BBC ne nous dit pas qui était Rasha Abdul Razaq et n’a donné aucune preuve qu’elle était vraiment présent sur place ni, si elle était sur place, qu’elle avait des éléments quelconques pour affirmer que les tueurs étaient identifiables par leur affiliation. La BBC a cité une autre source qui n’a donné aucun nom. Malgré la faiblesse de ce compte rendu le récit de la BBC a été repris dans le monde entier et a été considéré comme la version définitive des faits.

Vous n’avez donc sans doute pas eu connaissance d’un article de la Frankfurter Allgemeine-Zeitung, un bon vieux et sérieux journal allemand pour lequel j’ai écrit par le passé. Ce journal a publié il y a un mois un article d’un de ses correspondants qui a recueilli des témoignages oculaires de personnes dont il dit qu’elles sont allées dans la région de Houla. Le correspondant, Rainer Hermann dit que selon des témoins oculaires les victimes étaient des opposants à Assad ; et ont affirmé que les partisans du gouvernement n’étaient pas responsables du massacre.

Les sources de Hermann décrivent les évènements de la manière suivante : des rebelles anti-Assad ont attaqué des barrages routiers de l’armée disposés aux abords immédiats de Houla pour protéger les vllageois affiliés en majorité alaouite des attaques des milices sunnites. Les soldats postés aux barrages se sentant en minorité, ont alors appelé du renfort, ce qui a débouché sur une bataille de 90 minutes qui a vu les deux camps subir de lourdes pertes. C’est dans ce laps de temps que des miliciens non identifiés sont entrés dans Houla.

Comme Hermann l’écrivait le 7 juin :

« Selon des témoins oculaires… ceux qui ont été tués étaient presque exclusivement de familles appartenant aux minorités chiites et alaouites de Houla. Plusieurs dizaines de membres d’une même famille ont été massacrés, c’étaient des convertis de l’Islam sunnite à l’islam chiite. Des membres de la famille Shomaliya, des Alaouites, ont aussi été tués tout comme la famille d’un membre sunnite du parlement syrien qui est considéré comme un collaborateur. Juste après le massacre, les auteurs auraient filmé leurs victimes pour les présenter comme des victimes sunnites dans des vidéos postées sur internet » (...) « Leurs constatations contredisent les allégations des rebelles qui ont accusé les miliciens shabiha proches du régime. »

Ainsi, Hermann a apparemment été en mesure de faire quelque chose dont la plupart des journalistes occidentaux ont été incapables : il a trouvé des opposants à Assad qui lui ont fourni des témoignages qui ne servaient pas leurs propres intérêts.

Leurs histoires d’affrontements intercommunautaires est plus logique que celle qui a fait le tour du monde. Mais tout le monde doit néanmoins donner des précisions de sorte que l’on puisse être en mesure de déterminer ce qui est vrai.

Presque tous les récits dans les articles des grands médias ont la caractéristique d’émaner de l’opposition et presque tous imputent tous les maux au régime et presque tous indiquement au passage que les informations « n’ont pu être vérifiées de manière indépendante. »

Parlons Turquie

Bien que le journalisme classique se targue d’être « objectif » et de ne pas prendre parti, je ne me souviens pas avoir beaucoup entendu mentionner le point de vue du gouvernement syrien. On a presque l’impression que le gouvernement syrien ne se manifeste pas. Or il s’avère que ce n’est pas le cas.

Avec le voisin turc de la Syrie de plus en plus en pointe pour que l’OTAN renverse Assad, il est intéressant de voir qu’un journal turc a voulu savoir ce que le dirigeant syrien avait à dire. Dans un entretien accordé au journal turc Cumhuriyet, Bachar al-Assad a adressé une critique extraordinairement intéressante du premier ministre Turc Recep Tayyip Erdogan. Dans la première partie de l’entretien, avant de soulever des questions sur les motivations de l’alliance qui cherche à le renverser, Assad met en avant sa bonne volonté à l’égard du peuple turc :

Assad : …. Aujourd’hui Erdogan verse des larmes hypocrites sur le peuple syrien. Pourquoi n’a-t-il pas pleuré sur tous ceux qui ont été tués dans certains pays du Golfe alors que ce sont des gens innocents, pacifiques et désarmés ? Pourquoi ne parle-t-il pas de la démocratie dans certains pays du Golfe ?

Le journaliste : Quel pays ?

Assad : Le Qatar, par exemple. Pourquoi n’a-t-il rien fait après l’incident du Mavi Marmara à part gesticuler ? Pourquoi a-t-il défié Israêl puis il a tout soudain accepté de déployer le bouclier antimissile en Turquie ? L’a-t-il déployé pour protéger la Turquie de l’attaque d’un pays hostile ? Les États Unis ont-ils construit ces bases pour leur propre protection dans cette région ? Quel pays de la région est en mesure de menacer l’Amérique ? Aucun.

Pas besoin d’être un admirateur d’Assad pour trouver de l’intérêt à lire ses propos. Entendre, pratiquement pour la première fois, l’autre partie est un choc salutaire – qui me rappelle une règle qu’on nous enseignait à l’école de journalisme mais dont on n’entendait plus parler par la suite, sauf sous ses aspects les plus superficiels. Pour découvrir ce qui se passe vraiment, faites un véritable effort pour parler avec les deux camps.

Rien qu’Hillary, Tout le temps

Alors que les médias occidentaux ignorent purement et simplement les déclarations des dirigeants syriens, ils fonctionnent comme une image inversée de l’agence de presse syrienne officielle, publiant un flot continu de déclarations des dirigeants qui veulent la chute d’Assad. Par exemple, à nouveau dans le New York Times, les propos souvent repris de Mme Clinton sur Tlass.

« Plus tard, lors d’une conférence de presse, Mme Clinton a déclaré que la nouvelle de la défection du général Tlass et d’autres officiers supérieurs était un signal très fort de la fin prochaine du régime Assad. Elle a présenté le général Tlass comme un « allié de longue date et très proche du régime » du président Assad et de son père. »

On a donc une Hillary Clinton qui présente de manière distordue l’évènement Tlass et une presse qui n’est que trop heureuse de la suivre.

Il y a de plus en plus de preuves que nous, Américains, sommes trompés par notre gouvernement sans que les élus du peuple ne pipent le moindre mot dans la presse à ce sujet. C’est une situation qui n’est malheureusement pas une information nouvelle.

 

Russ Baker,


WhoWhatWhy (USA), 8 juillet 2012.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Désinformation
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 02:53
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 04:33

 

http://zorgonaute.files.wordpress.com/2011/03/principes-c3a9lc3a9mentaires-de-propagande-de-guerre.gif?w=640

Ingérence occidentale en Syrie: L’échec du système propagandiste impérialiste et les escadrons de la mort de l’OTAN…

le juillet 10, 2012 par Résistance 71

Le néant qui anéantit. Les journalistes assassinés par les commandos de l’OTAN. L’indécision et l’incompétence de François Hollande. Thierry Meyssan du Réseau Voltaire témoigne

 

Entretien de Thierry Meyssan avec la radio “La Voix de la Russie”

 

url de l’article original:

http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/74538918/79846900.html

 

 

Pendant la guerre d’Irak, lors de l’attaque de Bagdad un blindé de l’OTAN a fait délibérément feu sur l’hôtel où étaient réfugiés les journalistes.A l’époque, lors de l’instruction du dossier le commandant du char a fait valoir qu’il s’était trompé de cible. Il y a quelques jours nos confrères ont trouvé la mort fusillés d’une balle dans la nuque par les paras habillés en treillis et aux allures des militaires professionnels. Cette fois-ci cela s’est passé en Syrie. Ce rapprochement que nous avons opéré cherche à prouver que les représentants des médias ne sont plus traités comme une partie neutre par les troupes occidentales et leurs Alliés. La théorie de la guerre veut que l’information puisse porter des fruits autrement plus dévastateurs qu’un simple tir de mortier. Les événements en Russie des années 90 tout comme d’ailleurs l’avènement des bolcheviks quelques 80 ans plus tôt le prouvent de façon incontestable. La théorie de l’information et de l’utilisation des masses-média à des fins militaires a été créé par les Allemands qui ont su plonger la Russie dans le chaos en la faisant sortir des rangs des Alliés pendant la Première Guerre mondiale. Cette théorie a été ensuite développée par Rudolph Hess, élève de Haushofer et peaufinée par les Américains dans le cadre du projet dissident dit projet Harvard qui a causé beaucoup de calamités dans la Russie eltsinienne.

La Syrie est devenue un enjeu, un lieu de combat où se jouent tous les scénarios d la prochaine guerre. Les grands maîtres s’essaient autour de cet échiquier stratégique. Les joueurs sont nombreux – la Russie, la Chine, les Etats-Unis, l’Europe, la Ligue arabe, etc. Seulement les uns cherchent à préserver coûte que coûte la paix et les autres rêvent d’en découdre. En fait les rôles sont distribués depuis les croisades. La Russie est un pays en voie de développement qui à plusieurs reprises a failli se retrouver à la place de la Syrie: au cours des guerres de Napoléon, au moment de la Première Guerre mondiale, à la Seconde Guerre et après la débâcle communiste. A chaque fois le danger venait de l’Occident. Et à chaque fois c’était bien sûr pour civiliser les barbares russes… Même Hitler le mettait dans sa propagande. Nous avons évoqué ces faits pour que vous compreniez qu’après avoir eu la chance de se défendre et et d’avoir pris leur essor, les Russes veulent prêter main forte aux autres pour ne pas se retrouver touts seuls face à l’Occident qui cherche à pérenniser son pouvoir. Cela explique la sympathie à l’égard des peuples opprimés y compris les Syriens. Les mobiles de l’Occident sont autrement plus pragmatiques : contrôle du pétrole et du gaz naturel de la région, déstabilisation au nom du chaos pour rafler la mise économique. Barak Obama a bien déclaré que le pôle économique du Vingt-et-unième siècle doit se trouver en Californie sur la côte Est des Etats-Unis. Pour ce faire il faut détruite les autres pôles ensemble avec leurs Etats et économie. A la fin il ne doit en rester qu’un seul !

Thierry Meyssan est une figure de proue du journalisme international indépendant. Créateur du réseau internet Voltaire qui accueille plus de 2,5 Millions de visiteurs au quotidien, il est toujours aux premières loges de l’actualité. Cette fois-ci il est en Syrie où il a voulu se rendre pour tirer ses propres conclusions des faits exposés de façon controversée par les grands médias. Voici ce qu’il nous a livré au péril de sa vie comme vous vous en doutez :

La Voix de la Russie. Monsieur Meyssan, merci d’être avec nous sur les ondes de la Voix de la Russie. Vous êtes au cœur de l’actualité proche-orientale. Vous voyez les choses évoluer au jour le jour et pouvez témoigner de la situation à Damas. Que pensez-vous de la mise en pratique du plan de Kofi Annan qui, d’après vous, a largement puisé dans l’initiative d’un Serge Lavrov, chef du Quai d’Orsay russe ?

Thierry Meyssan. Le plan Kofi Annan est la reprise du plan Lavrov. On a juste modifié une clause qui concerne le statut de la presse. Et c’était une bonne manière de faire puisque M. Lavrov avait réussi à trouver un accord avec la Ligue arabe. Donc cela pouvait paraître une plateforme de discussion correcte. Cependant au moment même où Monsieur Lavrov avait négocié cela avec la Ligue arabe, le président de séance de la Ligue à ce moment-là, c’est-à-dire le représentant qatari avait donné une conférence de presse, quelques minutes après celle de M. Lavrov en tenant des propos en totale contradiction avec le contenu du plan. Et aujourd’hui on est toujours dans la même situation, c’est-à-dire que tout le monde se réclame du plan Lavrov, maintenant du plan Annan, mais certaines parties au conflit s’expriment d’une manière qui ne laisse aucun doute sur leur refus de l’appliquer. Parce que les bases de cette idée, du plan de paix, est que tout le monde doit cesser le feu de manière unilatérale. On ne doit pas attendre que les autres fassent une démarche et descendre progressivement. Chacun doit s’arrêter de tirer. Or, l’armée syrienne a fait des efforts considérables, s’est retirée des grandes villes malgré les protestations des gens, des manifestations – non pas contre l’armée mais des manifestations pour l’armée ; des gens récl amant la protection militaire face aux groupes des mercenaires. Et puis en face il n’y a pas du tout d’arrêt, les actions commandos continuent. Il y a beaucoup d’actions ciblées soit pour détruire l’infrastructure, soit assassiner des responsables de l’Etat ou des personnes qui ont manifesté leur soutien au pays.

La Voix de la Russie. Est-ce que d’après vous il subsiste ne serait-ce qu’une infime chance de pacification de la Syrie ?

Thierry Meyssan. Oui ! La chance, elle est toute simple ! Si les armes et l’argent arrêtait d’arriver de l’étranger… Si on arrêtait d’envoyer des mercenaires… Il y a constamment des mercenaires qui franchissent la frontière avec la Turquie comme l’a souligné le représentant russe au Conseil de Sécurité. On a transféré des combattants qui étaient en Libye vers la Turquie en utilisant d’ailleurs les moyens des Nations Unies. On a installé un camp des prétendus réfugiés qui est en fait une base arrière de cette pseudo-armée syrienne libre. Et puis constamment ces gens franchissent la frontière et viennent pour commettre des crimes sur le territoire syrien. Donc si on arrêtait ce soutien extérieur aux bandes armées, il ne resterait plus rien ! Après on va se retrouver dans une situation normale avec un gouvernement qui est largement majoritaire, une opposition qui existe, qui a les moyens de s’exprimer, qui fait sont travail d’opposition, qui propose des nouvelles choses, etc. Il y aurait un débat démocratique comme cela existe dans de nombreux pays. Là quand se réunit maintenant le groupe de contact initié par la Russie, la question est est-ce que les Etats-Unis qui sont la puissance titulaire à la fois de l’Occident et du Conseil de Coopération du Golfe, est-ce que les Etats-Unis vont demander leurs alliés d’arrêter ce jeu en sous-main ? Ou est-ce qu’ils vont au contraire continuer à les encourager à jeter de l’huile sur le feu ?

La Voix de la Russie. Une autre question, cette fois-ci beaucoup plus délicate, plusieurs de nos confrères, journalistes d’une télévision locale, ont été sauvagement assassiné par la prétendue Armée libre syrienne soutenue par la Turquie et les Occidentaux. Croyez-vous qu’on s’attaque à la presse pour créer un blocus médiatique, pour priver les citoyens des pays occidentaux et arabes de toute information véridique ? Quels ont été les mobiles de ces criminels ?

Thierry Meyssan. Je pense qu’il y a deux éléments qui vont ensemble. D’une part, au cours des vingt dernières années, nous avons vu les mêmes scènes se reproduire successivement en Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Lybie et maintenant en Syrie. Il y a des puissances qui systématiquement détruisent les médias des pays qu’ils attaquent. Et c’est simple. Il y a constamment derrière cela les Etats-Unis et l’OTAN. Personne d‘autre ne se comporte comme ça dans le monde. Il n’y a pas de plus grand ennemi de la liberté d’expression que les Etats-Unis et l’OTAN. Quoi qu’on en dise, ce sont les faits qui le montrent.

Deuxièmement, il était prévu dans le cas particulier de la Syrie une immense campagne en décrochant des satellites les canaux syriens et en leur substituant des canaux qui étaient des programmes qui ont été fabriqués par la CIA qui a créé plusieurs chaînes satellitaires au cours des derniers mois. Donc l’idée c’était qu’on allait diffuser des images fictionnelles tournées dans les studios, des images de synthèse pour faire croire à l’effondrement de l’Etat syrien et pour que les gens en Syrie quand ils avaient branché leur télévision, au lieu de voir leur chaîne habituelle, ils auraient vu autre chose avec de fausses images. Et ils auraient pensé – voilà ! c’est trop tard ! Il faut se résigner, la patrie est perdue, elle est occupée par des forces étrangères. Eh bien, ça ça n’a pas été possible parce qu’il y a eu d’abord une mobilisation incroyable dans le monde entier. Il y a des dizaines de très grands journaux qui ont consacré des pages entières à ce sujet… Il y a eu des centaines de sites internet qui ont véhiculé tous les détails de cette opération. Finalement le MilSat avait refusé d’enlever les chaînes syriennes de son satellite. La Ligue arabe a été forcée de reculer avec ArabSat. Les Syriens ont installé sur de nouveaux satellites leur télévision… Enfin ils ont saisi le Conseil de Sécurité avec une lettre très importante sur ce sujet. Et surtout M. Lavrov a inscrit comme point numéro un à l’ordre du jour de la réunion du groupe de contact l’arrêt immédiat de la guerre médiatique contre la Syrie.

Alors l’OTAN s’est vengée comme ça. Ils ont envoyé un commando. Cette télévision était installée à une quinzaine de kilomètres à la sortie de Damas, à la campagne, en fait. C’était un lieu pas du tout défendu. Le commando était arrivé – des gens avec des systèmes de visée nocturne, avec tout ce qu’il faut. Ils ont tué les gardiens. Il y avait juste 4 gardiens. Ils sont rentrés. Ils ont arrêté 3 présentateurs qu’ils ont ligotés et qu’ils ont exécutés sur place. Et puis après ça ils ont mis le feu. Ils ont fait tout sauter. Maintenant ce ne sont que des gravois cet endroit-là. Il y a juste un bâtiment qui est encore debout.

Encore une fois ce n’est pas nouveau. Les Etats-Unis et l’OTAN font ça partout depuis 20 ans. C’est quelque chose d’incroyable. Parce que ce sont les mêmes personnes qui pratiquent ces actes barbares et qui dans les organisations internationales se présentent comme les défenseurs de la liberté d’expression ! C’est le monde à l’envers ! La réalité nous dit l’inverse de leurs paroles ! Et pour nous, journalistes, ceci devient impossible à vivre. C’est bien clair. Si toute personne qui veut s’opposer à cet impérialisme et qui se retrouve dans un pays qui n’a pas les moyens importants pour se défendre est désormais en danger.

La Voix de la Russie. Et qu’en est-il de la position de la France par rapport à la Syrie. On voit François Hollande louvoyer à tous les vents et zigzaguer sans cesse comme s’il ne savait à quel saint se vouer… Qu’est-ce que vous en dites ?

Thierry Meyssan. Comme vous dites : François Hollande zigzague et louvoie. C’est-à-dire qu’il ne sait pas quelle est sa politique ; Il essaie de suivre son mouvement. Il se rend bien compte que la position officielle sur la Syrie n’est pas tenable. Mais en même temps il n’est pas capable d’en dégager une autre. Il n’est pas capable de ça parce qu’il n’a pas de marge de manœuvre. Il accepte que la France continue comme au cours du mandat de Nicolas Sarkozy à être le suiveur des Etats-Unis. Comment pourrait-il énoncer une nouvelle politique dans ces conditions ? Il a à côté de lui l’administration du Quai d’Orsay, les diplomates français qui ne cessent de lui répéter que nous commettons une erreur très grave avec la Syrie. Que normalement la France et la Syrie devraient être alliés comme c’était le cas dans le passé. La France a été la puissance mandataire pendant l’entre-deux-guerres ici. Il y a une incapacité à s’adapter. Cette incapacité, elle s’est exprimée clairement lors de la première rencontre de François Hollande et de Vladimir Poutine à l’Elysée. C’était quelque chose d’un peu grotesque en fait! Les deux Chefs d’Etat ont fait une liste de sujets à aborder dont la Syrie qui occupait une grande part de la discussion. Et ils n’ont trouvé aucun point d’accord. C’est honteux ! Aucun point d’accord ! Pourquoi ? Parce que sur chaque sujet Vladimir Poutine exprimait les demandes de la Russie en les argumentant. Nous voulons ceci parce que cela… Et il donne ses arguments. Et en face il y avait un François Hollande qui lui répondait : « Nous pensons que… » Sans arguments.. ! C’est-à-dire il n’y a rien à négocier. C’est juste l’affrontement d’un point de vue borné en face d’une position ouverte. Et quand on a abordé plus précisément la question syrienne, ceci est devenu encore plus ridicule ! Puisque le Président français a évoqué seize mille morts dont serait responsable le gouvernement, etc. Le Président Poutine lui demanda : « Mais d’où tenez-vous ces chiffres ? De l’Observatoire syrien des droits de l’homme ? Mais nous avons envoyé notre ambassadeur à Londres. Il a vu ces gens –là : c’est un marchand de kebab avec une petite échoppe. C’est ça la source des renseignements français ? La Russie pendant ce temps, nous avons cent mille Russes qui sont déployés sur l’ensemble du territoire syrien ! Rien ne nous échappe ! Nous pouvons tout vérifier ! Et nous pouvons vous affirmer évidemment que ce que raconte ce marchand de kebab à Londres n’a aucune valeur ! »

Il est incontestable que monsieur Meyssan agit en citoyen et journaliste responsable. Il n’a pas peur de mettre sur la sellette l’OTAN et parle sans ambages de l’incompétence de la présidence française.

Nous espérons tous que ses efforts soutenus également par La Voix de la Russie vous permettent de comprendre et de suivre le fil de l’actualité pour ne pas vous faire leurrer par les bureaucrates qui considèrent les gens comme pions sur leur échiquier stratégique. Ensemble avec le réseau Voltaire, en France comme à l’étranger La Voix de la Russie continuera à vous donner les informations non engagées que cela plaise ou non aux grands décideurs.*

 

Voir aussi :

 

 

(..) Seule la Russie aujourd’hui cherche à bloquer les tyrans occidentaux qui courent derrière ce projet inique de déchirer la souveraineté des nations et tondre leurs peuples pour payer des intérêts iniques aux maçons de la Babel antichristique.(..)

La patte de l’ours moscovite… et l’incapacité sans doute provisoire de l’Occident à briser l’axe Téhéran-Damas

 

.

Les détails du plan états-unien contre la Syrie


Poutine critique les USA et l'UE pour la « démocratie » assise sur les missiles Le président de Russie Vladimir Poutine a déclaré à Moscou que la domination des Etats-Unis et de l'UE dans le monde s'est affaiblie suite aux désarrois socio-économiques internes des pays évolués. C'est pourquoi d'aucuns dans l'arène mondiale font feu de tout bois pour conserver leur influence habituelle. « Cela se traduit par l'exportation d'une « démocratie » assises sur les missiles et les bombes et par l'ingérence dans des conflits […]

.

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 04:26

 

Valls, où es-tu ? Hortefeux bis ? Guéant bis ? C'est ça la Gauche ??? Et tu ambitionnes de diriger un jour la France de gauche ? Tu te moques de qui ? Eva NB : Et silence Médias pour ces agressions, toujours le 2 poids 2 mesures ! 

 

Lundi 9 juillet 2012

LDJ la haine C’est une anomalie française peu glorieuse qui en fait une spécificité éminemment antirépublicaine, la présence sur le territoire national de la Ligue de Défense Juive (LDJ), notoirement connue pour son extrême dangerosité, pose question et inquiète grandement.

Un gouvernement chasse l’autre, et la France continue de briller par une inertie suspecte et déshonorante face aux nervis ultra-sionistes de ce groupuscule très structuré, qui sème la violence pour récolter la tempête. Agressions à répétition contre des cinémas, des théâtres, ratonnades, insultes racistes, appels au lynchage, l’éventail des graves exactions perpétrées par la LDJ est large, cassant indifféremment de l’Arabe comme du juif traître à la cause, mais aussi du Palestinien dans les territoires illégalement occupés.

Interdite, depuis 1994, aux États-Unis et même en Israël (un comble !), où elle a rejoint la liste noire des mouvements terroristes, cette milice fasciste impose crânement son diktat dans l’Hexagone, au vu et au su de tous, sa dissolution maintes fois exigée étant restée invariablement lettre morte. Quelle ahurissante impunité au pays des droits de l’Homme et de la France laïque et si éclairée des Lumières !

Il est vrai que dans notre République bananière, sous influence, il est plus facile de mettre au ban de la société les militants pacifiques qui appellent au boycott d’Israël, en les condamnant pour « incitation à la haine et à la violence », que d’éradiquer l’engeance du mal absolu jouissant d’appuis précieux.

Le 28 juin dernier, un commando de choc de la LDJ s’en est pris à Olivia Zemor, présidente de CAPJPO-EuroPalestine, en signe de représailles contre la préparation d’une nouvelle mission internationale "Bienvenue en Palestine" qui, du 24 au 31 août, visera à encourager la rentrée scolaire des enfants palestiniens et à affirmer le droit de circulation en Palestine.

Alors qu’elle était tranquillement assise à la terrasse d’un café à la Bastille, Olivia Zemor a été lâchement attaquée de dos, frappée à la tête, et aspergée sur le visage et le corps de peinture à l’huile très toxique qui a nécessité un transport aux urgences. Une plainte a été déposée et une enquête a été ouverte, d’autant que la LDJ s'est enorgueillie de son "exploit" en publiant une vidéo sur internet. La police prend l’affaire très au sérieux.

Cette agression en bande a tristement précédé celle de Jacob Cohen, le 5 juillet, un écrivain qui a le tort de dénoncer les méthodes de recrutement du Mossad en France, et sur lequel la LDJ a lâché ses meutes dans le quartier de Saint-Paul, où elle fait régner la terreur. 

L’ère Hollande du changement et de l’exemplarité sera-t-elle celle de l'impérieux sursaut républicain qui a cruellement fait défaut jusqu’ici ?

CAPJPO-EuroPalestine appelle tous les démocrates à signer une pétition pour saisir Manuel Valls et exiger l’interdiction de la LDJ, en cliquant ICI.

Source : Oumma.com

A voir ou à revoir, la vidéo de l’irruption brutale de la LDJ, le 5 mai 2011, dans la mairie du 14ème arrondissement de Paris, lors d’une réunion de l’Association France Palestine Solidarité, en présence du maire d’arrondissement.

 

.
..
..

La Ligue de Défense Juive Agresse Des Personnes Gratuitement

 

 

Lettre ouverte au Ministre de l'Intérieur sur les agissements de la Ligue de Défense Juive


Monsieur le ministre   Une fois encore la LDJ ("Ligue de défense Juive") vient d’agresser d’une part la militante d’Europalestine Olivia Zémor le 28 juin et d’autre part  l’écrivain Jacob Cohen le 5 juillet. Jusqu’à maintenant les nombreux [...]


Lire la suite

 

.

On me signale ces liens, d'actualité :


10 juillet 2012 | Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, invité sur la radio communautariste juive, Radio J, a lancé une violente charge contre les Français de confession musulmane sans véritablement les nommer.  

.

.

http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2012/07/10/convocation-ordinaire-dun-citoyen-antisioniste-devant-la-police-francaise/

 

 

Montpellier L'agresseur présumé parle : "Je n'ai pas eu de propos antisémites"

Recueilli par FRANCOIS BARRERE
08/07/2012

.

"...j’ai pas peur de toi“, je recule, il m’envoie un coup de tête, je lui envoie une droite..."
"...j’ai pas peur de toi“, je recule, il m’envoie un coup de tête, je lui envoie une droite..." (MICHAEL ESDOURRUBAILH)

Yassine, 18 ans, ce Montpellierain accusé d’avoir agressé un jeune juif dans le TGV pour Lyon mercredi dernier, parle pour la première fois.


Pourquoi avez-vous pris le TGV pour Lyon mercredi ?

Avec mon collègue, on devait passer des tests pour rentrer dans l’armée. J’ai arrêté les études en troisième, depuis j’ai toujours travaillé. Je voulais entrer dans l’armée pour devenir maître-chien, dans l’infanterie. On a pris le TGV de 17 h 24 à Montpellier, on était dans le wagon 15, un duplex.

Comment est survenu l’incident avec ce jeune homme ?

Une heure après le départ, j’entends un jeune qui parle constamment dans son portable, alors qu’on n’a pas le droit de téléphoner depuis les wagons. Il y avait un bébé qui dormait à côté. Je me retourne pour lui demander de parler moins fort, il me fait un geste de la main, style : “Va parler dehors”. Au bout de dix minutes, il recommence, je me retourne encore, il me fixe pendant dix secondes et me fait un signe de la tête, genre : “Viens dehors”.

Que se passe-t-il alors ?

Je sors dans le sas, il me suit et dit : “J’ai que 15 ans mais j’ai pas peur de toi”. Je recule, il m’envoie un coup de tête, je lui envoie une droite, il se jette sur moi au niveau de la ceinture. Je l’attrape à la tête, on tombe, il est sur moi, il m’attrape les testicules, mon collègue fonce pour nous séparer, ça dure 40 secondes et un monsieur nous sépare. Il l’a mis dans le wagon et le jeune m’a dit : “T’es mort, t’es mort !”

Et ensuite ?

On était à 10 minutes de Valence, la sûreté ferroviaire est montée, je leur ai dit : “S’il porte plainte, je porte plainte.” Le jeune a dit : “Personne porte plainte et chacun rentre chez soi, c’est mieux comme ça.” On est ensuite arrivés à Lyon, on est allés à la caserne, le lendemain on a fait nos examens médicaux, tout était bon, on pouvait faire ce qu’on voulait à l’armée. A 11 h, la police est venue nous chercher.

Comment s’est passée la garde à vue ?

C’était la première fois de ma vie. Quand la police est venue, j’ai compris que c’était pour la bagarre, mais on n’était pas au courant des propos antisémites qu’il avait rajoutés. On ne savait pas que ça avait pris des proportions aussi intenses. La première audition a été déterminante : si un de nous avait menti, on était cuits. On a dit la vérité tous les deux. Ils ont compris que ce qu’on disait était cohérent et que les témoins confirmaient ce qu’on disait.

Avez-vous été confrontés ?

Oui, le jeune a essayé de mentir, en disant qu’il était monté avec un billet, alors qu’il était en fraude, et qu’il a eu une amende.

Qu’en est-il de vos blessures ?

Lui, il a des marques au dos, c’est sûr, mais je ne l’ai pas ouvert. Moi il m’a pété le nez, j’ai encore mal et je saigne quand je me mouche.

Et ces accusations d’antisémitisme ?

Les témoins ont dit que je n’ai pas eu de propos antisémites, mais c’est vrai qu’il y a eu un moment dans la bagarre où on n’était que tous les deux. Moi, je sais que je n’ai rien dit. Lui raconte qu’on l’a agressé parce qu’on a entendu le prénom de son frère, mais comment il s’appelle, son frère ? A l’heure qu’il est, je ne connais pas leur prénom à eux deux.

Quelles conclusions tirez-vous ?

Je retiens qu’on est rien dans ce monde et qu’à tout moment tout peut basculer dans votre vie. Je retiens que je préfère mettre une gifle, une bonne grosse tarte à quelqu’un qu’insulter un juif.

N’est-ce pas déplorable de se battre dans un train ?

Oui. Ce qui me chagrine énormément, c’est que j’aurais pu passer mes tests, rentrer à l’armée, et servir la France. Et voilà ce qui nous arrive, à cause de ce jeune qui nous accuse de l’avoir insulté. Ce qui énerve dans cette société d’aujourd’hui, c’est que deux Français qui se battent, c’est 24 h de garde à vue, deux arabes qui se battent, c’est 24 h de garde à vue. Mais si c’est un arabe et un juif qui se battent, tu peux prendre dix ans.


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 04:22

 

angleterre-reine-GB.jpg

 

De Lady Diana au Sieur David Cameron.

Par eva R-sistons:


Surchargée de travail, je n'ai pas eu le temps de rédiger un article sur la Couronne d'Angleterre lors de la célébration des 60 ans de règne d'Elizabeth II, enquête qui aurait été au vitriol, vous vous en doutez, connaissant mon dégoût pour tout ce qui est anglo-saxon. J'avais déjà, ici ou là, publié des articles sur la Mafia britannique qui notamment avait kidnappé toute une population d'une île bien située pour offrir cette zone à l'OTAN et à ses guerres criminelles §.

 

Je me doutais que Lady Diana gênait en raison de tout ce qu'elle savait sur cette Famille, et en raison de sa proximité avec un citoyen arabe: Un peu comme pour Michael Jackson (commençant à dénoncer le Nouvel Ordre Mondial et sur le point  de se convertir à l'Islam) §§. Mais je n'avais pas imaginé que le Prince Philip, Duc d'Edimbourg, pouvait lui-même être à l'origine d'une telle infamie. Ni que le Peuple Elu, spécialisé dans les assassinats ciblés, serait sollicité pour cette besogne très particulière. On n'est vraiment jamais assez imaginatifs ! Le prince Philip est d'ailleurs un délicieux personnage : Comme Attali et tant d'autres aujourd'hui, il rêve de dépopulation !

 

Sarkozy l'Américain n'a pas manqué de marier notre Défense à celle des Anglais dont de Gaulle se méfiait, à juste titre ; à peine élu, il a d'ailleurs offert la première visite de la France à la Couronne d'Angleterre, et les Médias aux ordres se sont pâmés sur l'élégance de la starlette Carla Bruni, rappelant celle de Jackie Kennedy. Sur les accords passés entre ces 2 puissances pourtant faites pour se détester, nous n'avions rien su. L'essentiel, c'est que le sex symbol se soit muée en Première Dame capable de bien s'agenouiller devant Sa très Gracieuse Majesté aux chapeaux époustouflants (Un jour, elle avait même un nid sur la tête !).


Et Hollande a fait les yeux doux à l'Empire Britannique financier et militaire en s'empressant de rapprocher ses positions de celles du Dandy Cameron qui enrichit Lords et traders en dépouillant ses électeurs. Avec Flamby, les discours contre la City sont pour les gogos, et les amabilités pour l'Oligarchie.. au point même qu'une Europe sur mesure a été imaginée pour nos bons zamis anglais, à plusieurs vitesses s'il vous plaît ! Nous sommes déjà loin de la campagne électorale... et si près des guerres impériales et impérialistes contre la Syrie, mais pas seulement ! L'Iran, l'Iran arrive sur le tapis... bien rouge ! De la Gauche, ou du sang des futures victimes, au fait ?

 

La politique est vraiment très belle. Surtout parée de toutes les vertus que les Médias veulent bien lui accorder...

 

Pour mieux nous berner, encore et toujours !

 

Eva R-sistons 

 

§ Ile de Diego Garcia: Le vrai visage du capitalisme anglo ... - R

 

§§ Michael Jackson a-t-il été assassiné pour des raisons géo-politiques ?

 

http://todays-stars.blogspot.fr/

 

On savait que les relations entre Diana et sa belle-famille étaient tendues. Mais pour un réalisateur de documentaire, cela aurait été encore au-delà…
Le site 7sur7 raconte que le réalisateur d’un documentaire sur la mort de Lady Diana affirme avoir en sa possession un enregistrement d’une conversation téléphonique tenue par l’ancienne Princesse de Galles, un an avant sa mort. Elle y expliquerait craindre pour sa vie. Elle affirmerait être un problème pour la famille royale et que cette dernière chercherait à solutionner ce problème de manière violente.

 

Vendredi 19 août 2011

Exclusivité WikiStrike

 

Lady Diana assassinée :

Un ancien agent du Mossad témoigne

 

dodidi11.jpg

 

 

Ce qui va suivre ici est une information à haut risque qui pourrait entraîner prochainement la fermeture du site, mais devant l’importance d’une telle information, notre décision ne s’est pas fait attendre ; un ancien agent du Mossad nous a adressé un témoignage capital, l’équipe de Wikistrike remercie ici cet homme courageux pour lever le voile sur l’affaire de la princesse Diana et sur son  supposé « accident »…

 

Le privilège insolent de posséder des services secrets n’est pas seulement l’apanage de quelques pays qui s’arrogent le droit de croire encore qu’ils représentent de grandes puissances, ce privilège est un droit qu’ont repris par mimétisme stratégique les firmes internationales. Ce n’est pas un luxe qu’elles se sont octroyé, mais bien une nécessité fondamentale pour se prémunir de l’espionnage industriel tout en ayant les moyens de l’appliquer pour leur propre compte. Si bien qu’au fil du temps ce sont devenus de véritables services de renseignement omnipotents, capables de produire des leviers d’influence sur n’importe quel marché et sur n’importe quel homme. Elles ont fait main basse sur les centres financiers, fixant le prix des brosses à dents, des voitures, des denrées alimentaires et du papier-cul qui vous lèche la merde industrielle que vous avalez tous les jours en achetant leurs produits pleins de pesticides, de colorants, de conservateurs et d’anti-vomitifs.

 

 Ces services de renseignements privés ont constitué au fil des années des ramifications impressionnantes, par exemple des milices de spéculateurs qui travaillent ainsi contre les intérêts communs des peuples du monde ; ils ont même infiltrés, et ce depuis longtemps, les agences de notations dont l’indépendance n’est qu’une vaste fumisterie. Certains diront ici qu’il est toujours aisé de s’insurger à tort sur les spéculateurs, que c’est quelque chose de trop facile, de bien trop vulgaire. Et pourtant, c’est à force de ne pas nommer les choses et de laisser faire que l’exosquelette  économique internationale s’est gravement dégradée.

 

A l'heure actuelle, certains fonds d'investissements privés et américains ont un intérêt financier à mettre des pays de la zone euro en faillite. Ils le font en achetant des CDS sur les dettes européennes et en balançant sur le marché une masse nauséabonde de rumeurs. La réaction des autorités de marché devrait consister à identifier les spéculateurs dangereux et à interdire les CDS. Pourquoi ? Réponse : parce-que le mécanisme des CDS permet à une banque de prêter sans assumer le risque complet d'une transaction et sans augmenter ses besoins de capitaux de garantie. Il s’agit là d'un simple moyen de contourner les règles bancaires en créant un risque collectif extrêmement dangereux. Les CDS sont ainsi la principale source de diffusion incontrôlée des risques de crédit. C’est une fausse assurance et un moyen de spéculer. C’est l’escroquerie devenue à la fois forme d’art et pouvoir totalitaire. Il faut donc supprimer les CDS afin de mieux réguler l’économie mondiale. Nous sommes engagés malgré nous dans une guerre financière sans précédent. Qu’on se rappelle la timidité suspecte des agences de notation concernant leurs triple A sur les subprimes de 2008...

 

  J’ai travaillé, il y a longtemps, pour une de ses firmes, et puis plus tard pour une agence gouvernementale : le Mossad.  J’ai appris beaucoup sur la condition des hommes. Ces derniers sont faits pour produire et se reproduire : travailler jusqu’à ce que mort s’ensuive, et larguer sur des zones de combat des enfants qui feront de même en fermant leur gueule de ratés, d’esclaves, de sous-merdes prolétariennes.

 

J’ai été un de ses agents de renseignements, j’y ai perdu mon âme, et depuis pas mal d’années maintenant j’essaie de la regagner… La meilleure définition de l’informateur qui m’ait été donné d’entendre fut formulé par une vieille connaissance, un ancien agent secret du Mossad, Uzi Mahnaimi :

 

« Vous passez des jours, voir des heures, avec lui ; suivez ses progrès pas à pas, vous l’aidez, vous l’assistez dans toutes ses démarches, vous regardez ses photos de famille, vous connaissez les prénoms et l’âge de ses enfants. Et pourtant, l’informateur n’est pas un être humain ; il ne faudra jamais le considérer comme tel. L’informateur n’est qu’une arme, le moyen d’atteindre une cible, un peu comme une Kalachnikov, point à la ligne. S’il faut l’envoyer à l’abattoir, n’y réfléchissez pas à deux fois. L’informateur n’est pas une personne. C’est un numéro. »

 

Et si vous saviez le nombre de blaireaux qui remplissent cette fonction à la perfection…

 

L’espionnage est une affaire d’intelligence et de secrets partouzant derrière une porte blindée. Pour l’ouvrir, aucune balle ni aucune tête chercheuse ne suffiraient, même pendant une fusillade de mille ans. Que faut-il faire ? Réponse : savoir persuader son geôlier par le raisonnement, la flatterie manipulatoire, et, s’il le faut, par la menace.

 

Je regrette l’ancien temps de ma jeunesse, se tenir constamment informé des alliances politiques, bancaires, économiques, aussi mouvantes soient-elles, savoir quel marché va tomber, vendre des informations essentielles, être reçu comme un roi dans des hôtels de luxe où se côtoient négociants en armes et contacts douteux.

 

Un jour, je fus mêlé au destin tragique de Diana, la princesse de Galles, et de son amant, Dodi al-Fayed, playboy et fils du riche propriétaire du Ritz, Mohammed al-Fayed. Le Mossad, à l’époque, avait décidé de recruter des informateurs permanents au Ritz. C’était une équipe de professionnels dont je faisais partie. On saisissait au vol les propos de ses hôtes, on observait leurs attitudes, notant leurs allées et venues, relevant l’identité des personnes qu’ils fréquentaient. Souvent, les paparazzis agglutinés en permanence devant le Ritz pour mitrailler les prestigieux clients de l’établissement posaient problème. Une armée d’appareils photographiques est toujours un sérieux problème. Des mesures prudentielles s’imposaient, nos visages n’existent pas et n’existeront jamais, peut importe ce qu’on doit faire pour cela.

 

Les jours passaient, les clients arabes et surtout saoudiens se faisaient nombreux. Je me rappelle que le personnel de l’hôtel ne les aimait pas, ils étaient grossiers, vulgaires, et claquaient du doigt pour appeler, hurlant si le service n’était pas assez rapide à leur goût. On avait besoin de recruter un informateur non juif, on fit donc une « approche froide » ; en général, pour recruter un informateur, on dit souvent qu’on travaille pour une société désireuse de réactualiser sa banque de données et qui paye un bon prix ceux qui l’y aident. On ajouta à celui que l’on avait jugé apte que nombre de clients du Ritz détenaient des informations susceptibles d’intéresser la société que l’on représentait. L’homme mordit rapidement à l’hameçon…L’argent est roi en son royaume.

 

L’homme en question était fragile, on le harcelait, il noyait son angoisse dans l’alcool. On lui mettait la pression, il arriva un moment où il ne pouvait plus reculer, sinon on balançait à la direction de l’hôtel les informations confidentielles qu’il donnait aux paparazzis pour de belles petites rémunérations de fouine. On le tenait par les couilles, les dossiers qu’on avait sur sa vie étaient une chose qui suffisait à rappeler à cette merde, chef adjoint de la sécurité de l’hôtel, ce qu’on exigeait de lui.

 

Le dimanche 31 août 1997, à 1 heure du matin environ, un accident de voiture se produisit dans le tunnel de l’Alma : une Mercedes roulant à grande vitesse percuta un pilier de béton armé. Les morts, au nombre de trois, n’étaient autres que la princesse Diana, mère du futur roi d’Angleterre ; Dodi al-Fayed, fils de Mohammed al-Fayed, le propriétaire égyptien des magasins Harrod’s et du Ritz ; et le chauffeur de la Mercedes, notre informateur, Henri Paul. Quant au garde du corps, il était grièvement blessé.

 

_44527079_crash_226.jpg 

Très peu de gens, hors des services secrets israéliens, ont une idée du rôle joué par le Mossad dans la fin tragique de la femme la plus célèbre du monde, ainsi que dans les agences de notation à travers le monde. La méthode est la même : vanité, arrogance, pouvoir, manipulations, secrets. Les humains sont si stupides, personne ne se pose jamais de questions, l’opinion publique a accepté la version officielle de l’accident sans relever les incohérences monstrueuses du dossier.

 

imagesCA005558.jpg 

Seul un homme, Mohammed al-Fayed, père de la victime, a quant à lui échappé à cette règle ; cet homme tenace, dont le fils a été lâchement assassiné, possède un cerveau et posa à l’époque les bonnes questions qui bien sûr restèrent sans réponse :

 

« Pourquoi a-t-il fallu une heure quarante pour conduire la princesse à l’hôpital ? Pourquoi certains photographes n’ont-ils pas restitué les photos prises sur place ? Pourquoi y a-t-il eu un cambriolage cette nuit-là au domicile londonien d’un des paparazzi ? Pourquoi les caméras de télévision en circuit fermé de ce quartier de Paris n’ont-elles pas produit une seule image ? Pourquoi les caméras de contrôle de la circulation n’étaient-elles pas branchées ? Pourquoi le théâtre de l’accident, au lieu d’être isolé, a-t-il été rouvert à la circulation au bout de quelques heures ? Pourquoi, parmi les paparazzis massés à l’extérieur du Ritz, y en avait-il un dont l’équipement était celui d’un photographe d’actualités ? Et qui sont les deux hommes non identifiés qui, après s’être mêlés à la foule des badauds, se sont retrouvés plus tard au bar du Ritz ? Ils ont passé commande en anglais, sans cesser d’observer et d’écouter ce qui se passait, avec une attention soutenue. »

 

La vérité est que c’est moi qui ait pris le contrôle à distance du système électronique de la  Mercedes. Ensuite, cela fut un véritable jeu d’enfants, comme diriger une voiture téléguidée, de faire en sorte que…d’un seul coup…

 

84801.jpg

 

L’assassinat de Lady Diana a été commandité par la Couronne d’Angleterre, et plus particulièrement par le prince Philip, duc d’Edimbourg, et le contrat a été donné au MI6, service de renseignement extérieur du Royaume-Uni et au Mossad. La famille royale d’Angleterre ne voulait pas d’un prétendant au trône d’origine arabe, voir même musulman…

 

Je demande pardon à Mohammed al-Fayed pour ce crime, ce que je faisais c’était pour l’argent et pour rien d’autre ; je sais que mes excuses ne valent rien, mais j’espère me racheter aux yeux de Dieu en révélant ce que je sais, et n’oubliez jamais ceci :

 

Le racisme n’est pas un défaut, c’est une maladie.

 

                                                                                               Karl  Weizmann

 

alma_l10.jpg 

                                         

 Tout ce qui est écrit ici est la pure vérité, cela a été confirmé par Thomas Gordon, journaliste d’investigation gallois, spécialiste des services secrets du monde entier, il a publié une quarantaine de livres dans ce domaine, ainsi que par beaucoup d’autres journalistes spécialisés, et aussi par un membre de la gendarmerie nationale travaillant pour le Mossad.

 

L’équipe de Wikistrike est fier d’appartenir à un des derniers sites internet où la vérité survit, et nous tenons à remercier ici Mr Karl Weizmann d’avoir contacter le site Wikistrike en reconnaissance de notre travail et de notre dévouement malgré les menaces perpétuelles dont nous faisons l’objet. Et nous vous donnons ici des informations capitales sur le Mossad, peut-être plus anecdotiques :

   

Les directeurs généraux du Mossad

 

1951-1952                Reuven Shiloah

1952-1963                Isser Harel

1963-1968                Meir Amit

1968-1974                Zvi Zamir

1974-1982                Yitzhak Hofi

1982-1990                 Nahum Admoni

1990-1996                 Shabtai Shavit

1996-1998                 Danny Yatom

1998-2002                 Efraim Halevy

2002-2010                 Meïr Dagan

2010-à nos jours       Tamir Pardo

   

Lexique du Mossad :

 

AL……………….Unité spéciale israélienne opérant

                                clandestinement aux Etats-Unis

Aman…………….service israélien de renseignement militaire

APM……………..Avtahat Peylut Medinit, division de

                                sécurité intérieure du Mossad

Approche froide….Approche visant à recruter un informateur

                                étranger

couverture légère…couverture diplomatique d’un katsa

dardasim………….agents opérant en Chine

katsa………………agent d’opération du Mossad

kidon……………...tueur du Mossad

lakam……………..Bureau pour les relations scientifiques

                                 du ministère israélien de la Défense

légende……………fausse biographie attribuée à un katsa

mabuah……………informateur non-juif

mehabelim………...terroristes

melukha……………Département de recrutement

memuneh…………..titre donné au directeur général du Mossad

miketel……………..micro permettant d’intercepter ou

                                   enregistrer les coups de téléphone

mishlashim…………boîte aux lettres où un agent peut laisser

                                   où recevoir des informations

sayanim…………….juifs volontaires pour aider le Mossad

Shin Beth…………..Sherout Bitakhon, service de sécurité intérieure

                                   (équivalent israélien du FBI)

Yahalomin…………membres de l’unité spéciale du Mossad chargée

                                   De la communication avec les katsas

 

 

Karl Weizmann réside aujourd’hui à Ashdod, en Israël, sous une nouvelle identité. Il a arrêté ses activités de renseignement et se consacre aujourd’hui à l’écriture.  Le nom de K. Weizmann est évidemment un pseudonyme utilisé pour des raisons de sécurité.

 

Wikistrike demande la réouverture du dossier Lady Diana, compte tenu des nouveaux éléments apportés à l’opinion publique. Nous tenons à apporter ici notre affection et notre soutien à Mr Mohammed al-Fayed, qui s’est battu avec ténacité pour la vérité sur la mort de Lady Diana et de son fils Dodi al-Fayed.

 

 Salutem Punctis Trianguli

 

 

.

Il y a 40 ans, le Mossad assassinait le grand écrivain palestinien Ghassan Kanafani

Le 8 juillet 1972, Ghassan Kanafani, le grand écrivain et journaliste palestinien mourait à l’âge de 36 ans, en même temps que sa nièce de 15 ans, assassiné par une charge de dynamite placée sous sa voiture, à Beyrouth, par les services secrets israéliens.

 

lire la suite

 

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 16:53

 

 

 

Conseil de Guerre de l'OTAN contre la Syrie

Traduit par Dominique Arias

Mardi 26 juin, à Bruxelles, le Conseil de l'Atlantique Nord - la plus haute instance de commandement du bloc militaire de l'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique Nord), dominé par les États-Unis - doit aborder la question de la Syrie sous l'angle des clauses de son texte fondateur qui, tout au long de la dernière décennie, a été à l'origine de déploiements préliminaires de forces armées conduisant au déclenchement de guerres totales
.
Ce conseil est constitué des ambassadeurs des 28 États membres, représentant une population totale de 900 millions d'habitants. Ses membres fondateurs comptent trois puissances nucléaires - les USA, la France et l'Angleterre - dont la première s'est autoproclamée unique puissance militaire mondiale.

Jusqu'à la veille de cette réunion, l'OTAN devait examiner une requête de l'un de ses membres, la Turquie, de tenir des consultations conformément aux dispositions de l'Article 4 du Traité de l'Atlantique Nord, qui autorise tout État membre à appeler l'intégralité des membres de l'Alliance à répondre à ce qu'il considère comme une attaque contre sa sécurité et son intégrité territoriale.

Le 25 juin, trois jours après que le chasseur bombardier supersonique F14 eut été abattu au-dessus des eaux territoriales syriennes, la Turquie annonça qu'elle demanderait que l'alliance militaire en réfère à l'Article 5, lequel stipule que « toute attaque armée contre un ou plusieurs États membres en Europe ou en Amérique du Nord doit être considérée comme une attaque contre tous », les alliés de l'OTAN étant alors tenus de « porter assistance à la, ou aux parties ainsi attaquées, en engageant sur le champ, individuellement et en concertation avec les autres parties, toute action jugée nécessaire, y compris le recours à la force armée... »

L'Article 5 avait été invoqué en octobre 2001, pour la première et unique fois en date, et fonde toujours, depuis une dizaine d'années, le déploiement en Afghanistan de troupes des 28 États membres et de leurs 22 partenaires. L'Article 4 fut invoqué pour la première fois le 16 février 2003, à nouveau par le Conseil de l'Atlantique Nord et à nouveau au sujet de la Turquie, à la veille de l'invasion anglo-américaine de l'Irak. Cela entraîna le déclenchement de l'Opération « Display Deterrence » [déploiement d'une force de dissuasion], et le déploiement en Turquie de cinq batteries de missiles d'interception 'Patriots' - trois allemandes et deux américaines - ainsi que de quatre appareils de surveillance aérienne AWACS [Airborne Warning and Control Systems : Systèmes aéroportés de Contrôle et d'Alerte], en conjonction avec le Système de Défense Aérienne Élargi Intégré de l'OTAN.

L'OTAN déploya, selon ses propres termes, « 1 000 techniciens spécialisés et extrêmement compétents » pour conduire l'Opération. Les premiers avions AWACS arrivèrent le 26 février, et trois semaines plus tard l'invasion et le bombardement de l'Irak étaient lancés. Bien qu'il n'y ait eu à l'époque en Irak que 25 millions d'habitants, contre 70 en Turquie, et bien que l'armée turque ait été la plus formidablement équipée de la région - tandis que l'Irak sortait affaibli de huit années de guerre contre l'Iran dans les années 1980, de la campagne de bombardements des États Unis et de leurs alliés en 1991 et depuis, et de douze années de sanctions écrasantes, l'OTAN ne tarissait pas d'éloges sur l'Opération Display Deterrence, qui venait de « tester et prouver la capacité des forces de l'OTAN à répondre immédiatement et avec la force offensive appropriée, à une menace évoluant rapidement contre l'un des membre de l'Alliance ».

Dans quelle mesure un Irak aussi mortellement affaibli avait réellement pu représenter pour la Turquie « une menace évoluant rapidement », cela ne fut jamais précisé. Les AWACS sortirent sur une centaine de missions et les batteries de Patriots allemandes furent notamment équipées de missiles Patriot Advanced Capability-2, « un missile plus moderne fourni par l'Allemagne » expliqua l'OTAN. L'Opération prit fin le 3 mai, soit 65 jours après son déclenchement et 45 jours après le début de l'invasion de l'Irak. Pour donner une idée de ce que l'OTAN pourra déclarer à l'issue de cette réunion au sommet, l'Ambassadeur turc de l'époque, auprès de l'OTAN, déclara après avoir invoqué l'Article 4 : « Encore une fois, je tiens à témoigner de la sincère gratitude du peuple et du gouvernement turcs envers la solidarité dont l'Alliance a su faire preuve en renforçant la défense de mon pays en réponse à la dernière crise en Irak. Nous sommes convaincus que, à travers un déploiement d'une force de dissuasion aussi active et collective, l'OTAN a non seulement tendu la main et offert une aide infiniment appréciable à l'un de ses membres en grande difficulté, mais il a aussi prouvé une fois de plus sa crédibilité et sa pertinence, en tant que pierre de touche de la sécurité collective dans la zone Euro-Atlantique ».

La Turquie était alors, tout comme aujourd'hui, présentée comme la victime - « en grande difficulté » qui plus est - tandis que l'Irak, en état de siège et sur le point d'être anéanti, était considéré comme l'agresseur. La population syrienne se trouve à l'heure actuelle dans la même position que l'Irak à l'époque, sauf que la Turquie est cette fois une nation quasiment trois fois plus grande. La Syrie est isolée et ses forces militaires sont dérisoires par rapport à celles de son voisin turc. Ce dernier peut en outre compter sur le soutien de 27 alliés, au nombre desquels la plupart des plus grandes puissances militaires du monde. Les États-Unis disposent déjà d'environ 90 bombes nucléaires tactiques B61 stationnées sur la base aérienne d'Incirlik, à 35 miles des côtes méditerranéennes de Turquie.

C'est en outre au moins la seconde fois depuis avril dernier que le Premier Ministre turc Recep Tayyip Erdogan demande l'activation de la clause d'assistance militaire mutuelle de l'article 5 - qui implique le déclenchement d'une guerre. La première ayant eu lieu plus de deux mois avant la destruction du chasseur bombardier turc survenue la semaine dernière. Le 25 juin, le vice Premier ministre turc Bulent Arinc avait annoncé que sa nation « avait déposé auprès de l'OTAN toutes les demandes requises concernant l'Article 4 et l'Article 5 ».

Selon l'agence de presse Associated Press, il aurait ajouté : « Il est important de comprendre que, dans le cadre légal, nous userons bien évidemment jusqu'à la fin, de tous les droits que nous garantit le droit international. Cela inclut notamment l'auto-défense. Cela inclut aussi toutes les formes possibles de représailles. Cela inclut toutes les sanctions applicables à l'État agresseur en vertu du droit international. La Turquie ne négligera absolument rien en la matière... ».

Les États-Unis et l'OTAN avaient impérativement besoin d'un prétexte pour attaquer la Syrie, et la Turquie, seul membre de l'OTAN frontalier de la Syrie, a toujours été le prétexte idéal auquel recourir pour attaquer une nation arabe.

L'incident de vendredi dernier et la réunion de l'Otan qui y a fait suite, marquent le début du quatrième acte d'une tragédie que le reste du monde n'a que trop peu de temps pour empêcher.
-------------
.

Guerre ou Intox ?

Par Menthalo - Les forces spéciales Britanniques auraient attaqué en force en Syrie ce mardi 26. Une force d’invasion aurait pénétré par la Turquie dans le Nord de la Syrie. Les mêmes sources Britanniques, Françaises et Turques de Debka rapportent de lourds combats contre les forces de la Garde présidentielle dans les faubourgs de Damas. Des sources en provenance du Golfe persique auraient confirmé cette présence militaire britannique en Syrie.

Les télévisions britanniques et du Golfe, d’après Debka, passeraient des interviews de soldats syriens faits prisonniers, au cours de ces différentes batailles. Poutine était ce matin même en Israël pour ré-affirmer le fait que Moscou ne tolérera pas une intervention militaire occidentale en Syrie. Pendant ce temps-là, la Turquie fait des moulinets de sabre en disant que son chasseur abattu par les forces syriennes ne restera pas impuni. 

Quelques jours après la révélation par Thierry Meyssan des plans de l’OTAN pour une “Opération d’intoxication” en Syrie, avec de fausses vidéos tournées en studio ou dans le Golfe pour abuser le peuple syrien et faire croire à une fuite de Assad, je reste extrêmement circonspect.

NB. DEBKA est un organe de presse 100% sioniste.

 

Ras le bol de ces fachos de l’OTAN, qui veulent mettre en place “la mission anglo-saxonne“.

 

Vous aurez compris qu’avec l’effondrement du système, ces fous-furieux veulent mettre en place leur Armageddon. Au moment où tout s’écroule, il devient urgent de faire monter la tension internationale.

Je salue François Hollande qui a retiré les forces françaises de l’OTAN. Est-ce déjà trop tard ?

 

 

_______________________

 

 

Auttres infos non alignées,

 

La stratégie du choc est à l'oeuvre, cf Etats-Unis en faillite (+ 2 vidéos)

Quand Israël assassine le Théâtre de la Liberté. Pétition - Les enfants d'Arna

UE Dictature Fasciste Incitant Aux Actes De Terrorisme Contre Les Medias Syriens

Non à la ratification par la France du pacte budgétaire (Opinions)

De la Grèce au Niger, comment le FMI favorise l’austérité et la pauvreté

Echec total du sommet de la dernière chance - Implosion de l'euro ?

 

 


 

 

Ils ont déclaré la guerre aux chômeurs !

Facebook : Utilisé pour dénoncer, lyncher, appeler à assassiner..

Vigilance ! Tentatives de déstabilisation de la démocratie en Amérique Latine

Les crimes de l' "Armée syrienne libre" - Il n'y a plus de droit international

Double offensive des forces de droite au Paraguay et en Bolivie

Dirigeants psychopathes US, drones, agent orange, guerre perpétuelle...

Le lobby agroalimentaire étend son influence dans le monde de la santé

INDECT : Cauchemar virtuel. Depuis 2009, l'UE subventionne le projet (+ vidéo)

Guerre souterraine contre la Russie (2), à lire absolument (méthodes OTAN)

Guerre souterraine contre la Russie (2), à lire absolument (méthodes OTAN)

 

Les États-Unis offrent l’asile sur leur territoire à des dizaines de terroristes et de repris de justice

 

UE Dictature Fasciste Incitant Aux Actes De Terrorisme Contre Les Medias Syriens

 

 

 

Les médias libres coopératifs indispensables pour une société plus humaine

 


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Désinformation
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 16:51

 

 

Un ancien kidnappé par les opposants syriens témoigne

 

Homs : tout ce qui est raconté est à l’envers


En nous entretenant avec un habitant de Homs qui observe ce qui se passe au jour le jour dans son pays (*), nous avons appris que les forces gouvernementales n’ont pas bombardé la ville de Homs, ces dix derniers jours, comme rapporté par la presse internationale.
24 juin 2012 | Thèmes (S.Cattori) : Rôle des médias Syrie

 

Homs - Une "image-document" publiée par Shaam News de l’opposition syrienne.

Ainsi, tout ce qui nous est raconté par les médias est à l’envers. Il n’est pas vrai que Homs est pilonnée par l’armée gouvernementale depuis dix jours. Il n’est pas vrai que les autorités syriennes empêchent le CICR d’accéder aux blessés et aux malades. Il n’est pas vrai que Homs est une ville assiégée par les forces gouvernementales. Ce sont quelques centaines de rebelles qui pilonnent, qui massacrent, qui maintiennent une partie de la ville de Homs et de sa population, sous siège.

Silvia Cattori : Les images que nos médias nous présentent de Homs montrent une ville fantôme. Nous sommes inquiets pour vous. Que se passe-t-il dans votre quartier ? Pouvez-vous sortir normalement ?

Réponse : Oui nous sortons tout à fait normalement.

Silvia Cattori : Ce n’est donc pas pour vous à Homs la période la plus difficile, « la plus sanglante », comme l’affirmait ce matin Valérie Crova sur France Culture ?

Réponse : Non ce n’est pas la période la plus difficile car nous pouvons sortir, aller acheter le pain, sortir de Homs, voyager. Nous avons connu des périodes bien plus dures où nous ne pouvions pas sortir. Le plus dur et préoccupant c’est ce que subissent les familles qui sont séquestrées depuis des mois par les forces rebelles de l’Armée libre [Armée syrienne libre].

Silvia Cattori : Alors nos médias mentent quand ils affirment que Homs est toujours soumise aux bombardements intensifs de l’armée régulière [1] ? Ne vous sentez-vous pas en danger ?

Réponse : Je ne me sens pas personnellement en danger. Premièrement, dans notre quartier tout est calme. Deuxièmement, il n’y a pas à Homs de bombardements de la part des forces du gouvernement. Il y a des tirs à l’artillerie lourde mais ce sont les rebelles qui tirent en direction précisément des lieux où il y a les forces de sécurité. Troisièmement, l’armée régulière n’intervient pas. Seules les forces de sécurité sont présentes.

Silvia Cattori : Nous avons vu, hier encore des images impressionnantes de destructions d’immeubles à Homs que l’on attribue aux bombardements de l’armée ?!

Réponse : Les déstructions que vous avez dû voir ne sont pas récentes. Ce sont des images d’immeubles qui ont été détruits pour la plupart lors de la prise de Baba Amr. Ces destructions ne sont pas dues aux bombardements des forces de sécurité. Ce sont des destructions faites par les rebelles selon un procédé qu’ils utilisent depuis des mois. Ils minent un immeuble, ils le font exploser, ils allument des pneus qui produisent une épaisse fumée noire, puis diffusent ces images qui font croire que l’armée du gouvernement bombarde en permanence. [2].

Silvia Cattori : Cela, ils le font toujours ?

Réponse : Ils font cela quotidiennement. En réalité il y a des quartiers où les gens vivent normalement. Par contre, notamment dans les vieux quartiers du centre de Homs où les rebelles se sont mêlés à la population sunnite et chrétienne, les gens pris en otage, sont en grand danger. Cela représente un carré qui n’est pas très grand mais difficile d’accès pour les forces de l’ordre. Les rebelles ont miné le pourtour de ce carré. C’est pourquoi les forces de sécurité ne se résolvent pas à envisager une intervention pour ne pas faire courir des risques aux familles que les rebelles armés utilisent comme boucliers. Ce carré comprend les quartiers de Khaldiye, Warche, Bustan Diwan, Akrama et Hamidieh, aujourd’hui vidé de ses habitants en majorité chrétiens, où les rebelles ont pris leurs quartiers et ont vandalisé et brûlé les églises [3]. Je tiens à préciser que nous n’avons pas été élevés en Syrie dans le confessionnalisme. Les forces de sécurité sont embarrassées pour intervenir car, lorsqu’elles interviennent, les rebelles se vengent sur les otages. Ils jettent les cadavres à l’extérieur des quartiers qu’ils maintiennent sous siège. Ils jettent les corps…Ils jettent les cadavres des victimes sur la voie publique. Les corps sont ligotés avec des chaînes…

Silvia Cattori : Cela s’est-il produit récemment ?

Réponse : Cela s’est produit trois fois la semaine passée. Onze corps ont été trouvés en une semaine.

Silvia Cattori : Des femmes, des enfants ?

Réponse : C’étaient des hommes qui avaient été enlevés dans divers quartiers par les rebelles.

Silvia Cattori : La population de Homs n’est-elle pas impatiente de voir libérés ces lieux et leurs habitants ?

Réponse : Oui bien sûr. Nous, en tant qu’habitants, nous sommes très perturbés par le fait que les forces de sécurité ne sont pas intervenues pour les déloger depuis longtemps. On voudrait qu’elles interviennent avec fermeté et que Homs soit totalement débarrassée de ces bandes armées. Si la décision était prise d’intervenir, les forces de sécurité pourraient les déloger en quelques heures. Elles ne sont pas intervenues jusqu’ici car elles courent le risque de causer, par les échanges de tirs avec les rebelles, des victimes innocentes parmi les quelques huit cent personnes qui servent de bouclier aux rebelles. Chaque intervention peut entraîner des victimes civiles, les rebelles se vengent sur elles, les exécutent.

Silvia Cattori : Ces rebelles, combien sont-ils ?

Réponse : Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est ce qu’ils m’ont fait subir.

Silvia Cattori : Vous avez été vous-même enlevé. Comment aviez-vous pu en réchapper ?

Réponse : J’ai été libéré dans le cadre d’un échange, deux mois après mon enlèvement.

Silvia Cattori : Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

Réponse : Je porte toujours les traces des tortures subies depuis qu’ils m’ont relâché [nous ne donnons pas la date pour protéger la sécurité du témoin].

Question de l’interprète : Peut-on vous demander quel genre de tortures ?

Réponse : Au début c’était de la torture physique. Ils me frappaient avec de gros câbles électriques ; ils me cisaillaient le cou, ils me menaçaient de m’égorger avec un couteau, ils m’aspergeaient d’eau froide, c’était l’hiver et il faisait très froid. Puis ça a été de la torture psychologique. J’avais tout le temps les yeux bandés sauf quand ils m’autorisaient à me rendre aux toilettes. J’étais toujours seul. Une seule fois j’ai pu voir un homme qui avait été torturé ; on lui avait arraché toute la peau du dos, il était sanguinolent jusqu’au coude, je voyais l’os sortir. C’était un simple employé de la municipalité. Le simple fait qu’il travaillait pour les autorités locales faisait de lui un allié du gouvernement el-Assad.

Silvia Cattori : France Culture vient de dire que « la Croix rouge regrette l’intransigeance du régime syrien qui interdit au CICR l’accès à la ville de Homs où les blessés attendent des secours depuis 10 jours ». Frédéric Joli, porte parole du CICR en France, interrogé par cette radio [22 juin, 12h30] n’a pas précisé, comme vous le faites, que les raisons qui empêchent l’accès aux quartiers tenus par les rebelles n’incombent pas aux autorités [4]. Tout ce cela serait faux ?

Réponse : Tout cela est totalement faux. Si le gouvernement syrien ne voulait pas laisser les secouristes intervenir, pourquoi les aurait-il autorisés à entrer en Syrie ? Ce n’est pas uniquement à cause des mines placées aux alentours des quartiers où des gens sont pris en otage qu’il n’a pas été possible d’entrer aux membres de la Croix rouge internationale. Hier, j’ai vu les véhicules du CICR et du Croissant rouge endommagés par les tirs des rebelles. Par ces tirs ils les ont obligés à rebrousser chemin. Les autorités collaborent étroitement avec la délégation du CICR pour pouvoir accéder aux familles prises en otages par les rebelles.

Silvia Cattori : Si je comprends bien, ce dont la Syrie a le plus besoin ce n’est pas de secouristes internationaux. Le problème de votre pays est de savoir comment en finir avec les actions violentes des groupes armés ?

Réponse : Oui, effectivement. Nous n’avons besoin ni de la Croix rouge internationale, ni d’observateurs, ni d’aucune ONG venant de l’extérieur. En Syrie nous avons tout ce dont la population a besoin. La seule chose dont nous avons besoin, est que des forces extérieures cessent de ravitailler les rebelles de l’ASL (Armée syrienne libre), qu’elles cessent de leur envoyer des armes sophistiquées, des lunettes de vision nocturne, etc. Si le soutien qui est apporté aux rebelles depuis l’extérieur cesse, les choses vont se calmer. Le plus grand problème est que notre gouvernement, que l’on a tant accusé de blocage à l’extérieur, ait accepté de laisser entrer des ONG humanitaires qui nous créent plus de problèmes qu’autre chose. Il y a sans doute des gens honnêtes mais il y a aussi, parmi leurs membres, des gens qui ne le sont pas, et dont le témoignage trahit la réalité et aggrave notre situation en rapportant les choses de manière à donner une image faussée du gouvernement et de ce qui se passe en vérité ici. Au milieu de tout cela, le plus dur pour nous est de savoir que ce sont les grandes puissances qui sont à l’origine de nos souffrances ; ce sont elles qui soutiennent la rébellion pour mettre à exécution leurs visées sur la Syrie. Elles savent que, compte tenu du refus de ces visées par le peuple syrien, qui soutient sur ce point le gouvernement el-Assad, elles ne pourront mettre à exécution leur projet que si elles font tomber ce gouvernement.

Image diffusée le 16 juin 2012 par l’opposition syrienne montrant une épaisse fumée au-dessus d’une mosquée à Homs disant qu’elle avait été bombardée par l’armée (Shaam News Network/AFP). En fait, cette mosquée n’a pas été bombardée.

URL de cet article :
http://www.silviacattori.net/article3370.html

Silvia Cattori

(*) Entretien réalisé le 22 juin 2012 et traduit simultanément de l’arabe en français par Mme Rima ATASSI. Pour des raisons évidentes nous ne révélons pas le nom de notre témoin, un cadre indépendant, âgé de 61 ans, qui réside à Homs.

 


[1] L’ensemble des médias montrent des images de bombardements récents par les forces d’el-Assad qui n’ont pas eu lieu. Voir ici quelques exemples :
- « Syrie : Homs toujours violemment bombardée », Le Nouvel Observateur, 14 juin 2012.
http://tempsreel.nouvelobs.com/video/xrjs6r.VID/syrie-homs-toujours-violemment-bombardee.html
- « SYRIE. Homs de nouveau sous les bombes de l’armée », par Le Nouvel Observateur avec AFP, 17 juin 2012.
http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120617.OBS8880/syrie-homs-de-nouveau-sous-les-bombes-de-l-armee.html
- « Syrie : la ville rebelle de Homs de nouveau pilonnée », Le Monde.fr, 17 juin 2012.
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/06/17/syrie-la-ville-rebelle-de-homs-de-nouveau-pilonnee_1720009_3218.html
- « Syrie : l’armée pilonne de nouveau la ville de Homs », RTL.fr, 17 juin 2012.
http://www.rtl.fr/actualites/international/article/syrie-l-armee-pilonne-de-nouveau-la-ville-de-homs-7749629185
- « Syrie : l’armée s’acharne sur Homs et Deraa », Le Point.fr, 21 juin 2012 , un article de l’AFP repris par de nombreux médias.
http://www.lepoint.fr/monde/syrie-l-armee-s-acharne-sur-homs-et-deraa-21-06-2012-1476209_24.php

[2] Nous avons visionné quelques vidéos sur la Syrie présentées par les médias « d’amateurs » pour tester la véracité du stratagème décrit par notre témoin. Résultat : on comprend qu’il s’agit de vidéos fabriquées par des professionnels à des fins de propagande. On comprend que ce sont des montages. On voit comme notre témoin le décrit, un immeuble exploser, un grand panache de fumée noire, le tout ponctué par Allah akbar (Dieu est le plus grand) et des tirs de rafales. Nos télévisions diffusent ces vidéos manipulées. Voir :
- « Syrie : Homs violemment bombardée », vidéo de l’AFP, 8 juin, reprise par Libération et de nombreux quotidiens. Il est dit en arabe : « À Homs…le quartier rebelle de Khaldiyé a subi son "bombardement le plus violent depuis le début de la révolte", avec une moyenne de 5 à 10 obus par minute depuis le matin, selon l’opposition ». Tout est falsifié :http://www.dailymotion.com/video/xreq7w_syrie-homs-violemment-bombardee_news
- Le commentaire dit : « Incendie des maisons suite aux tirs des RPG, de l’artillerie, et des chars T72. Allah akbar, le vieux Homs, Allah akbar, la mosquée Khaleb bin al Walid est bombardée. Allah akbar, ou sont les observateurs ? Le vieux Homs, Khaldiye sont bombardes par les RPG et les chars [le 18 juin 2012] ». Il ressort que cette vidéo, prise par un autre angle, dont la description des lieux est faite par la même voix, est tirée de la précédente. Seules les dates diffèrent.
https://www.youtube.com/watch ?v=FCpvZjXtyiA&feature=player_embedded
- « Syrie : la province de Homs toujours pilonnée », 19 juin 2012, France 24, montage vidéo de date incertaine, mis sur YouTube et repris par l’ensemble des médias malgré le fait que c’est du bidonnage.
http://www.france24.com/fr/20120618-syrie-internet-pilonnage-province-homs

[3] Voir : « Églises vandalisées et désacralisées à Homs », par Silvia Cattori, 19 juin 2012 (dossier d’images transmises par Vox Clamantis)
http://www.silviacattori.net/article3344.html

[4] Voir :
- « À Homs, le CICR attend que les bombardements cessent pour accéder aux blessés », france24.com, 21 juin 2012.
http://www.france24.com/fr/20120621-syrie-homs-comite-international-croix-rouge-croissant-bombardements-al-assad-insurges

 

.

http://www.silviacattori.net/article3370.html

 

.


Mêmes mensonges que pour la Libye de Kadhafi :

 

.

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 16:49

 

 

La nanotechnologie, la nouvelle menace alimentaire

À la suite du génie génétique, la nanotechnologie représente la dernière tentative de la haute technologie de s'infiltrer dans nos réserves de vivres. De grands scientifiques ont prévenu que la nanotechnologie, la manipulation de la matière à l'échelle atomique et moléculaire, introduit de nouveaux risques graves pour la santé humaine et l'environnement. Pourtant, sans débat public, contrôle ni réglementation, des aliments non étiquetés, fabriqués en utilisant la nanotechnologie, commencent à apparaître sur les rayons de nos supermarchés.

Aux quatre coins du monde, l'intérêt augmente pour l'alimentation, la santé et l'environnement. Où sont fabriqués les produits, comment, pourquoi, par qui, viennent-ils de loin, combien de temps ont-ils été stockés etc. ? Des mouvements pour la nourriture bio et locale ont surgi comme une réponse instinctive et concrète à l'usage croissant des produits chimiques dans la production alimentaire et à l'aliénation montante des industriels de l'agro-alimentaire envers les systèmes agricoles globalisés. Les gens choisissent de manger des aliments biologiques parce qu'ils se soucient de la santé de leur famille et du bon état de l'environnement. L'agriculture biologique permet aussi aux gens d'entretenir une agriculture respectueuse de l'environnement et des techniques bien choisies plutôt que les produits chimiques intensifs de l'agriculture industrielle.

Le soutien en faveur de l'agriculture biologique a aussi grandi en réaction directe aux efforts des géants de la biotechnologie pour modifier génétiquement nos cultures vivrières. Les agriculteurs et les acheteurs de nourriture du monde entier ont été, et continuent d'être, rendus furieux par l'introduction du génie génétique dans les cultures vivrières. Pour beaucoup, la conclusion inévitable est que, alors que les compagnies de biotechnologie bénéficient de l'entrée des aliments génétiquement modifiés dans la chaîne alimentaire, les consommateurs, les agriculteurs et l'environnement supportent tous les risques.

Aujourd'hui, la nanotechnologie introduit une nouvelle vague de menaces dans notre alimentation. La nanotechnologie est de la haute technologie, un procédé atomique opposé à l'agriculture biologique, dont la valeur, grâce à ses propriétés de fraîcheur et aux aliments complets non raffinés, procure la santé naturelle. En outre, la nanotechnologie transforme la ferme en extension automatisée d'usine de production de haute technologie, utilisant des produits brevetés qui concentreront inévitablement le contrôle des entreprises. Elle introduit aussi de nouveaux risques graves pour la santé humaine et l'environnement.

Introduction à la nanotechnologie : C'est quoi, pourquoi est-ce différent ?

La nanotechnologie est une puissante technique nouvelle de démontage et de reconstruction de la nature au niveau atomique et moléculaire. Elle incarne le rêve selon lequel les scientifiques peuvent refaire le monde au niveau de l'atome, en utilisant la manipulation au niveau atomique pour transformer et construire une vaste gamme de nouveaux matériaux, dispositifs, organismes vivants et systèmes techniques.

La nanotechnologie et la nanoscience impliquent l'étude des phénomènes et des matériaux, et la manipulation des structures, dispositifs et systèmes qui existent à l'échelle nanométrique, inférieure à la taille de 100 nanomètres (nm). Pour replacer 100nm dans son contexte : un brin d'ADN fait 2,5nm de large, une molécule de protéine fait 5nm, un globule rouge 7.000nm et l'épaisseur d'un cheveu humain fait 80.000nm.

Les propriétés des nanoparticules ne sont pas régies par les mêmes lois physiques que celles des particules plus grosses, mais par la mécanique quantique. Les propriétés physiques et chimiques des nanoparticules, par exemple la couleur, la solubilité, la solidité, la réactivité chimique et la toxicité, peuvent donc être assez différentes de celles des particules plus grosses de même substance.

Les propriétés altérées des nanoparticules ont rendu possibles de nombreux nouveaux produits et applications rentables. Des nanoparticules conçues sont utilisées dans littéralement des centaines de produits déjà disponibles sur les rayons des supermarchés, notamment des écrans solaires transparents, des cosmétiques diffractant la lumière, des hydratants à pénétration renforcée, des colorants et parfums répulsifs pour tissus, des revêtements repoussant la saleté, des peintures de longue durée et des vernis de meubles, et même certains produits alimentaires.

Le Asia Pacific Economic Cooperation (APEC) Center for Technology Foresight a prédit que la nanotechnologie révolutionnera tous les aspects de notre économie et de la société, avec de grands bouleversements sociaux.

Comment sera utilisée la nanotechnologie pour la production et la transformation alimentaire ?

Les analystes de l'industrie et les promoteurs prévoient que la nanotechnologie servira à transformer la nourriture au niveau de l'atome : « Grâce à la nanotechnologie, l'alimentation de demain sera conçue en manipulant les molécules et les atomes. La nourriture sera enveloppée dans des emballages de sécurité « intelligents, » qui pourront détecter les détériorations ou les contaminants nocifs. Les produits du futur amélioreront et ajusteront leur couleur, saveur, teneur en éléments nutritifs pour s'accommoder au goût ou aux besoins de santé de chaque consommateur. Et dans l'agriculture, la nanotechnologie promet de réduire le recours aux pesticides, d'améliorer les plantes et les animaux d'élevage, et de créer de nouveaux produits nano-bio-industriels, comme le déclare le dernier rapport de l' sur l'usage de la nanotechnologie dans l'alimentation et l'agriculture (disponible sur www.nanotechproject.org). US Project on Emerging Nanotechnology

L'industrie alimentaire et agricole a investi des milliards de dollars dans la recherche en nanotechnologie, avec, déjà sur le marché un nombre inconnu de nanoproduits alimentaires non étiquetés. En absence de toute obligation d'étiquetage des produits partout dans le monde, il est aujourd'hui impossible de dire combien de produits alimentaires commerciaux contiennent des nanoingrédients. Le Helmut Kaiser Consultancy Group, un analyste en faveur de la nanotechnologie, suggère qu'il existe maintenant plus de 300 nanoproduits alimentaires disponibles sur le marché mondial. Il estime que le marché mondial de la nanonourriture valait 5,3 milliards de dollars en 2005, et passera à 20,4 milliards de dollars en 2010. Il prédit que la nanotechnologie sera utilisés dans 40% de l'industrie alimentaire d'ici à 2015.

Il existe quatre domaines de recherche clefs dans la nanotechnologie alimentaire :

- nanomodification des semences, engrais et pesticides

- « renforcement » et modification de la nourriture

- nourriture interactive « intelligente »

- emballage et suivi alimentaire « intelligents »

Nanomodification des semences, engrais et pesticides

Ses promoteurs disent que la nanotechnologie servira à automatiser davantage le secteur de l'agro-alimentaire moderne. Tous les intrants, semences, engrais, pesticides et main-d'œuvre, seront de plus en plus modifiés par la technologie. La nanotechnologie supplantera le génie génétique agricole dans l'étape suivante de l'ingénierie atomique. L'ingénierie atomique pourrait permettre de réorganiser l'ADN des graines en vue d'obtenir des plantes aux propriétés différentes, notamment la couleur, la saison de pousse, le rendement etc. Des engrais et pesticides hautement efficaces, conçus au niveau atomique, seront utilisés pour subvenir aux besoins de la croissance des plantes. Des nanocapteurs rendront possible la croissance de la plante en surveillant de loin son PH, la présence de nutriments, l'humidité, les parasites ou les maladies, réduisant sensiblement le besoin de main-d'œuvre agricole. Dans son rapport qui fait école, Down on the Farm, (disponible sur www.etcgroup.org ), l'organisme concerné, Action Group on Erosion, Technology and Concentration (ETC), prévient : dans un avenir façonné par la nanotechnologie, « la ferme sera une vaste zone de bioproduction qui pourra être contrôlée et gérée à partir d'un ordinateur portable, et la nourriture sera élaborée avec soin par des concepteurs à partir de substances qui apporteront efficacement les nutriments à l'organisme. »

« Renforcement » et modification de la nourriture

Les compagnies de nanotechnologie travaillent à renforcer les aliments transformés avec des éléments nutritifs nanoencapsulés, à améliorer leur apparence et goût grâce à des couleurs mises au point par nanotechnologie, à retirer ou neutraliser les matières grasses et sucres contenus par nanomodification, et à améliorer leur « consistance en bouche ». Le « renforcement » de la nourriture servira à accentuer les revendications nutritionnelles pouvant être faites sur les produits alimentaires transformés, par exemple l'inclusion de nanocapsules « bénéfiques médicalement » permettront bientôt aux cookies avec des éclats de chocolat d'être commercialisés comme promoteurs de santé ou décalaminants pour les artères. La nanotechnologie permettra aussi à la malbouffe, comme la crème glacée et le chocolat, d'être modifiée pour réduire leur quantité de lipides. Cela pourrait se faire soit en remplaçant certains sucres et graisses par d'autres substances, soit en utilisant des nanoparticules qui empêchent le corps de digérer ou d'absorber ces composants de la nourriture. De cette manière, la nanoindustrie pourrait commercialiser de la MacBouffe renforcée en vitamines et en fibres, dont les matières grasses et les sucres sont neutralisés, et faire leur promotion pour la santé et la perte de poids.

Nourriture interactive « intelligente »

Des entreprises comme Kraft et Nestlé sont en train de concevoir des aliments « intelligents » qui interagiront avec les consommateurs pour « personnaliser » la nourriture, changer sa couleur, saveur ou éléments nutritifs à la demande. Kraft développe une boisson claire de sans goût qui contient des centaines de nanocapsules de saveurs latentes. Un four à micro-ondes domestique pourrait servir à déclencher la libération de la couleur, saveur, concentration et texture au choix de la personne. Des aliments «intelligents» pourraient aussi s'apercevoir qu'un individu est allergique à un composant alimentaire et neutraliser ce dernier. Ou, alternativement, l'emballage « intelligent » pourrait libérer une dose d'éléments nutritifs supplémentaire pour ceux qu'il reconnaît comme ayant des besoins nutritionnels particuliers, par exemple des molécules de calcium pour les personnes souffrant d'ostéoporose.

Emballage et suivi alimentaire « intelligents »

La nanotechnologie étendra considérablement la durée de vie de la nourriture. Mars Inc. a déjà un brevet pour un nano emballage invisible et comestible qui enveloppe les aliments, empêchant les échanges gazeux et l'humidité. L'emballage « intelligent » (contenant des nano capteurs et des activateurs antimicrobiens) est en cours d'élaboration. Il sera capable de détecter la détérioration des aliments et libérera des nano-anti-microbes pour prolonger la durée de vie de la nourriture, permettant aux supermarchés de garder les aliments pendant encore plus longtemps avant leur vente. Les nanocapteurs, intégrés dans les produits alimentaires, des puces minuscules invisibles à l'œil humain, serviraient aussi de code barre électronique. Ils émettraient un signal qui permettrait à l'alimentation, notamment aux produits alimentaires frais, d'être suivie du champ à l'usine, au supermarché et au-delà.

Quelles sont les principales préoccupations concernant la nanotechnologie alimentaire et agricole ?

Les préoccupations relatives à l'usage de la nanotechnologie dans l'agriculture et la production alimentaire se rapportent à la poursuite de l'automatisation et à l'aliénation de la production alimentaire, aux nouveaux risques de toxicité grave pour l'homme et l'environnement, et à la perte de la vie privée, car la nanosurveillance suit chaque étape de la chaîne alimentaire. Le manquement des gouvernements à adopter des lois de protection publique et environnementale contre les risques de la nanotechnologie est un grave sujet d'inquiétude.

La nanotechnologie dans l'agriculture se fonde sur les prémisses que nous pouvons améliorer l'efficacité et la productivité des semences au niveau atomique, développer des intrants chimiques encore plus efficaces, utiliser la haute technologie pour permettre la surveillance électronique de l'état de la ferme à la place des gens, et pousser davantage l'automatisation des intrants pour la croissance des plantes. Les applications de nanotechnologie dans la transformation des produits alimentaires supposent que les humains peuvent « améliorer » le goût, la texture, l'aspect, le contenu nutritionnel et la longévité de la nourriture en la manipulant à l'échelle atomique. On a même avancé que la nourriture qui en résultera sera « plus sûre. »

Ces hypothèses sont fondées sur la conviction erronée que l'homme peut refaire le monde naturel au niveau atomique, et obtenir un meilleur résultat. Ça suppose pouvoir prévoir les conséquences de nos actions, même quand nous avons affaire à des processus ou forces hautement imprévisibles, comme la mécanique quantique. Malheureusement, l'histoire nous dit que nous ne sommes tout simplement pas très bons dans la prévision des conséquences des systèmes complexes, comme en témoignent les catastrophes qui ont résulté de l'introduction de contrôles biologiques tels que le Cane Toad, un grand crapaud toxique, ou les lapins et les renards pour le sport. L'histoire est jonchée d'exemples similaires d'énormes problèmes sanitaires et environnementaux, qui découlent de l'incapacité de réagir aux signes d'alerte précoces sur des matières perçues auparavant comme « étonnantes», du genre CFC, DDT ou amiante. Cela suggère que nous devrions prendre très au sérieux les signes d'alerte précoces associés à la toxicité des nanoparticules.

La peu importante mais grandissante documentation toxicologique suggère que les nanoparticules soient plus réactives, plus mobiles, et plus susceptibles de toxicité pour l'homme et l'environnement que les particules plus grosses. La recherche scientifique préliminaire a montré que nombre de types de nanoparticules peuvent provoquer l'augmentation du stress oxydatif, pouvant entraîner la formation de radicaux libres, dont peuvent résulter le cancer, la mutation de l'ADN et même la mort de cellules. Des fullerènes, ou nanoparticules de carbone, ont été trouvées à l'origine de lésions cérébrales chez la perche à grande bouche, une espèce admise par les organismes de régulation comme modèle pour définir les effets éco toxicologiques.

Dans son rapport de 2004, la Société Royale du Royaume-Uni a reconnu les graves risques de la nano toxicité, et a conseillé que « les ingrédients sous forme de nanoparticules devraient faire l'objet d'une évaluation d'innocuité de la part d'un organisme scientifique consultatif avant d'être autorisés dans les produits. » Malgré ce conseil, deux ans après le rapport de la Société Royale, il n'existe encore aucune loi réglementant l'usage des nanomatériaux dans les produits de consommation, afin d'assurer qu'ils ne fasse aucun tort au public qui les utilise, aux employés qui les produisent, ou dans l'environnement où sont libérés les déchets des nanoproduits.

Le recours à la nanosurveillance dans les emballages alimentaires créera aussi de nouveaux soucis pour la vie privée. Puisque l'usage du nano suivi augmentera dans le secteur alimentaire, il gagnera la capacité de suivre le mouvement des denrées alimentaires depuis le champ, à l'usine, du supermarché jusqu'à votre assiette. Cela soulèvera de nouveaux graves problèmes de vie privée pour lesquelles nous sommes mal préparés.

D'une manière alarmante, en dépit de la délivrance dans les supermarchés et dans l'environnement de nano produits agricoles et alimentaires, les gouvernements du monde entier n'ont pas encore présenté de réglementation pour gérer les risques de la nanotechnologie.

Lutte pour l'avenir alimentaire sain - Quelles sont les alternatives à la nanotechnologie ?

À quoi ressemblera notre nourriture et la technologie futures ? Nous sommes dans une bataille épique pour le contrôle de notre approvisionnement alimentaire. Corporatif ou propriété communautaire, global ou local, petit contre géant, transformé contre salubre. Ce sont les paradigmes que nous devons choisir. Un principal moyen de promouvoir la santé, l'agriculture holistique, est à favoriser avec nos choix d'achats. Les aliments certifiés biologiques offrent une meilleure santé, un meilleur environnement et une direction pour soutenir un avenir sans nanoaliments. Avec les produits de soins personnels, achetez bio ou dans une société qui déclare ne pas recourir à la nanotechnologie.

Il existe de nombreuses façons de créer un avenir alimentaire sain. Allez aux provisions au marché de la ferme ou achetez une caisse de régime directement à l'agriculteur, achetez dans les magasins bio ou au rayon biologique du supermarché. Envisagez de vous impliquer dans un jardin communautaire, ou commencez votre propre jardin. Commencez la cuisine bio dès l'école. Lirez l'étiquette des produits, impliquez-vous et intéressez-vous. Parlez à vos amis et famille des problèmes alimentaires qui comptent le plus pour vous. Faites savoir aux compagnies, grâce à leurs 1.800 lignes de commentaires, que vous êtes préoccupé par le recours à la nanotechnologie dans leurs produits. Dites à votre député que vous souhaitez voir étiqueter les produits contenant des ingrédients de nano ingénierie pour vous permettre d'avoir un choix d'achat bien renseigné.

Il est excitant de voir la politique alimentaire débattue par nos grands médias et nos institutions de recherche et d'enseignement. Cependant, bien qu'il y ait déjà disponibles dans nos supermarchés des produits alimentaires non étiquetés contenant des ingrédients de nanoingénierie, la nanotechnologie commence à peine à éveiller un peu l'attention. Il n'existe aucune réglementation en place pour protéger la santé et l'environnement, et presque aucun argent corporatif ou public n'est dépensé pour regarder les conséquences à long terme de la manipulation au niveau atomique de nos produits alimentaires. La ressemblance avec l'introduction du génie génétique plus le danger du fait qu'il n'y a aucune surveillance réglementaire donne la chair de poule.

Nous devons tous être actifs politiquement avec la nanotechnologie, comme nous l'avons été avec le génie génétique. Il est essentiel d'obtenir le décret d'un moratoire sur l'usage de la nanotechnologie jusqu'à la mise en place d'un système de réglementation pour protéger la santé humaine et environnementale, et tant que nous n'aurons pas une véritable participation publique dans les décisions concernant l'introduction de la nanotechnologie. Nous devons aussi nous assurer que nos gouvernements placent les sous durement gagné par le contribuable dans le soutien de la filière biologique.

Ensemble, nous pouvons créer une alimentation future saine, qui profite à notre communauté, et non pas aux entreprises.

Lire l'original en anglais : Nanotechnology - the new threat to food, 30 octobre 2008.

Traduction : Pétrus Lombard

Georgia Miller, coordonnatrice du Nanotechnology Project des Amis de la Terre, et Scott Kinnear, membre du conseil d'administration des agriculteurs biologiques de l'Australie et propriétaire de Organic Wholefoods.

Source d'origine : Clean Food Organic magazine
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 17:09

 

Alerte ! Les Médias n'informent plus sur les guerres, ils font eux-mêmes les guerres en désinformant massivement, ce sont des acteurs essentiels ! Note d'eva

 

 

..

 

 

Un nouvel (*) article de Rainer Hoffman sur le massacre de Houla
« L’extermination » par les rebelles sunnites
http://www.silviacattori.net/article3336.html

Le journaliste allemand du Frankfurter Allgemeine Zeitung Rainer Hermann confirme ici son premier article selon lequel le massacre de Houla a été perpétré par les rebelles sunnites. Et non par l’armée régulière syrienne comme cela a été rapporté.



17 juin 2012

Funérailles d’une des victimes civiles de Houla © AFP

Le massacre de Houla marqua un tournant dans le drame syrien. Il y eut un grand nombre de réactions indignées à travers le monde lorsqu’on appris que 108 personnes avaient été tuées à Houla le 25 Mai, dont 49 enfants. Les demandes pour une intervention militaire afin de faire cesser le bain de sang en Syrie se firent de plus en plus forte tandis que la violence s’en est allé crescendo depuis lors. Basés sur les « nouvelles » délivrée par les médias des pays du Golfe et les dires des observateurs de l’ONU le jours suivant le massacre, l’opinion mondiale condamna quasiment sans exception l’armée régulière syrienne et les milices Shabiha proche du régime pour le massacre perpétué.

Au cours des semaines qui suivirent, et sur la base de témoins des événements, le Frankfurter Allgemeine Zeitung contesta cette version officielle des événements. Il rapporta que les civils tués étaient soit des alaouites soit des chiites. Ils furent tués de sang froid par des sunnites à Taldou, une ville située dans la plaine de Homs, tandis que de violents combats faisaient rage aux check points entourant le village entre l’armée régulière syrienne et l’« Armée Syrienne Libre ». Notre article fut passé sous silence par de nombreux médias à travers le monde et rejeté par les autres sous prétexte qu’il n’était pas crédible. Ce qui nous amène à poser quatre questions :
Pourquoi l’opinion mondiale a-t-elle suivi jusqu’à maintenant une autre version des événements ?
Pourquoi le contexte de la guerre civile rend-il douteux ce qui est vraisemblable ?
Pourquoi les témoins sont ils crédibles ?
Quels sont les autres faits qui renforcent notre version des faits ?

© F.A.Z.

Premièrement, pourquoi l’opinion mondiale suit elle une autre version des faits ? Il n’est pas douteux que durant les premiers mois du conflit, alors que l’opposition ne possédait pas d’armes et se trouvait sans défense, toutes les atrocités qui furent commises le furent par le régime. On assuma donc qu’il était évident que cela continuerait ainsi [1]. De plus les médias syrien gouvernementaux n’ont aucune crédibilité. Par exemple ils se servent de l’étiquette « gangs de terroristes armés » depuis le début du conflit. Du coup personne ne les croit, même quand c’est effectivement le cas. Deux chaines de médias, Al Jazeera et Al Arabia sont devenues les chaînes d’information de référence alors que leurs propriétaires, le Quatar et l’Arabie Saoudite, sont deux États activement impliqués dans le conflit en cours. Nous avons de très bonnes raisons de faire nôtre le dicton : « Dans une guerre c’est la vérité qui meurt en premier ».

Deuxièmement, pourquoi dans ce contexte de guerre civile, la version douteuse est-elle celle qui apparaît comme vraie ? Depuis quelques mois de très nombreuses armes furent infiltrées en Syrie et les rebelles ont des armes de calibres moyens depuis très longtemps. Chaque jour plus de 100 personnes sont tuées en Syrie, pour moitié environ entre chaque camp. Les milices qui opèrent sous la bannière de l’« Armée Syrienne Libre » contrôlent de larges parties des provinces de Homs et de Idlib et elles tentent d’étendre leur domination sur d’autres parties du pays. L’augmentation du chaos a fait apparaître une vague de kidnapping criminels et a favorisé le règlement de vieilles disputes. Si on regarde les pages de Facebook où parlent des Syriens : tout le monde a des histoires quotidiennes de nettoyages ethniques à raconter, des histoires de gens assassinés uniquement parce qu’ils sont alaouites où sunnites.

La plaine de Houla, qui se trouve entre la ville sunnite de Homs et les montagnes des allaouites, est majoritairement peuplée de sunnites ; elle a une longue histoire de tensions entre sectes. Le massacre se produisit à Toulda, un des plus grand villages d’Houla. De tous les noms des civils tués, 84 sont connus. Ce sont ceux des pères, mères et 49 enfants de la famille Al Sayyid et des deux branches de la famille Abdarrazzaq. Les habitants de la ville affirment que les victimes étaient des alaouites ou bien des sunnites convertis au chiisme. A quelques kilomètres de là, près de la frontière Libanaise, cela les rend suspect d’être des sympathisants du Hezbollah, haïs par les sunnites. Furent également tués à Toulda des parents du membre du parlement, fidèle au gouvernement, Abdalmuti Mashlab.

Les maisons de ces trois familles sont situées dans différentes parties de Taldou. Tous les membres de ces familles furent sélectionnés puis assassinés sauf un. Aucun voisin ne fut blessé. Une connaissance du terrain était indispensable pour mener à bien ces tueries. L’agence Associated Press cite le seul survivant de la famille Al Sayyid, Ali, 11 ans : « Les meurtriers étaient chauves et avaient de longues barbes ». Cette description est celle de djihadistes fanatiques et non pas des milices Shabiha. Ali raconta qu’il survécut car il fit semblant d’être mort et qu’il se macula avec le sang de sa mère.

Les sunnites rebelles liquident toutes les minorités.

Le 1er avril, la soeur Agnès-Maryam, du monastère de Jacob (« Deir Mar Yakub ») qui se trouve au Sud de Homs dans le village de Qara, a décrit dans une longue lettre ouverte le climat de violence et de peur qui régne dans la région. Elle concluait que les rebelles sunnites avait pour objectif l’élimination planifiée de toutes les minorités. Elle décrit les expulsions des alaouites et des chrétiens de leurs maisons, qui sont ensuite occupées par les rebelles, les viols de jeunes filles que les rebelles s’attribuent comme trophées de guerre. La soeur vit de ses yeux les rebelles tuer un marchand dans une rue de Wadi Sajjeh à l’aide d’une voiture piégée et ensuite les entendre déclarer aux cameramen d’Al Jazzera que c’était un crime du gouvernement. Finalement elle raconte comment des rebelles sunnites ont enfermés dans une maison du district de Khalididja à Homs des chrétiens et des alaouites pris en otages pour la faire exploser pour ensuite attribuer cette horreur au gouvernement syrien.

Pourquoi, donc, les témoins syriens de mon article peuvent ils être considérés comme fiables ? Parce qu’ils n’appartiennent à aucun parti en conflit, parce qu’ils sont pris au milieu de ce conflit et qu’ils ont tout intérêt à faire cesser au plus vite toute escalade de la violence. Plusieurs de ces gens ont déjà été tué ce qui explique pourquoi aucun ne veut plus révéler son identité. Dans une période où une vérification indépendante des faits sur place n’est pas possible, il ne peut y avoir aucune certitude que chaque détail des faits décrits se soit exactement passé de la manière ainsi décrite. C’est ainsi que même si le massacre d’Houla s’est bel et bien passé de la manière décrite, on ne peut pas en tirer de conclusion pour les autres massacres. Comme pour les événements du Kosovo, chaque massacre devra être l’objet d’une enquête spécifique après ces événements.

Quels sont les autres faits qui corroborent notre version des faits ? Le Frankfurter Allgemeine Zeitung ne fut pas le seul ni le premier à rapporter une nouvelle version du massacre de Houla. D’autres rapports ne purent entrer en compétition avec les grands médias internationaux pour faire entendre leur version des faits. Celui du journaliste russe Marat Musin par exemple, qui travaille pour la petite agence ANNA et qui se trouvait à Houla les 25 et 26 mai, non seulement fut en partie témoin de ce qui se produisit là-bas mais il publia également les témoignages d’autres témoins oculaires des faits. Autre exemple : le journaliste hollandais arabophone, indépendant et vivant à Damas, Martin Janssen, contacta le monastère de Jacob à Qara, qui a accueilli de nombreuses victimes du conflit et dont le travail humanitaire des nonnes est exemplaire.

Les rebelles ont présenté aux observateurs de l’ONU leur version du massacre

Les nonnes lui racontèrent comment, le 25 mai ,plus de 700 rebelles armés, venant de Rastan, débordèrent un check point de l’armée sur la route de Taldou et comment ils empilèrent les corps de leurs victimes civiles et militaires devant la mosquée et comment, le jour suivant, ils racontèrent leur version du massacre,qu’ils attribuèrent à l’armée gouvernementale, aux oreilles complaisantes et gagnées à leur cause des grands médias internationaux tout comme des observateurs de l’ONU. C’est ainsi que le Secrétaire Général de l’ONU annonça au Conseil de Sécurité de l’ONU que les circonstances exactes de ce massacre n’étaient pas claires. Cependant l’ONU pouvait confirmer : « il y a bien eu des tirs d’artillerie et de mortier. Il y eut également d’autres formes de violence, des exécutions rapprochées ainsi que graves abus ».

On peut reconstituer la suite des événements de la manière suivante : le 25 mai, après la prière du Vendredi, plus de 700 rebelles armés, sous la direction de Abdurrazzaq Tlass et Yahya Yusuf, arrivèrent en trois groupes de Rastan, Kafr Laha et Akraba ; ils attaquèrent trois check points tenus par l’armée régulière autour de Toulda. Les rebelles, numériquement les plus forts, et les soldats de l’armée, en majorité sunnites, se battirent violemment ; ces engagements coûtèrent la vie à deux douzaines de soldats, en partie des conscrits. Durant et après ces combats les rebelles, aidés par des habitants de Toulda, supprimèrent les familles Sayyid et Abdarrazzaq.
Elles avaient refusé de se joindre à l’opposition.

Rainer Hermann
Frankfurter Allgemeine Zeitung, 13.06.2012.

.

 

Voir aussi :

 

 Jean Bricmont : Guerre en Syrie ? « On va vers une espèce de folie »


http://www.silviacattori.net/article3336.html

 

Journaliste allemand: Massacre de Houla perpétré par les rebelles sunnites

 

.

 

Autre guerre :

 

Le régime de Kagame entretient la guerre civile au Kivu

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 04:52

 

 31/05/2012

Syrie: Les Etats-Unis disent qu'ils pourraient se passer de l'ONU
http://www.alterinfo.net/notes/Syrie-Les-Etats-Unis-disent-qu-ils-pourraient-se-passer-de-l-ONU_b4318980.html

 

Evhee Beuder

 

http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau?sk=wall&filter=2

 

Les Etats-Unis disent qu'ils pourraient se passer de l'ONU
Faute d'une initiative rapide du Conseil de sécurité pour faire pression sur la Syrie, les Etats membres devront envisager d'agir sans mandat de l'ONU, a averti mercredi Susan Rice, ambassadrice américaine auprès de l'organisation.

Pour la diplomate, qui s'adressait à l'issue d'une audition de Jean-Marie Guéhenno, adjoint de Kofi Annan, émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie, il n'y a que trois moyens de mettre fin au conflit.

Le Premier serait que Damas respecte le plan en six points conclu par M. Annan, qui prévoit notamment le repli des forces impliquées dans la répression du soulèvement populaire et l'ouverture d'un dialogue avec l'opposition en vue d'une "transition politique", a dit Susan Rice.

Le deuxième passerait par une initiative du Conseil de sécurité à même de contraindre le régime de Bachar al-Assad à se conformer à ce plan, a-t-elle poursuivi.

Aucun de ces deux scénarios ne parait viable dans la mesure où les autorités syriennes ne semblent pas décidées à respecter leurs engagements et parce que la Russie reste hostile à la voie des sanctions internationales.

"En l'absence de ces deux scénarios, il semble qu'il n'y ait qu'une alternative et c'est le pire des cas", a dit Mme Rice.

"C'est celui de l'escalade de la violence, de l'extension et de l'intensification du conflit", a estimé l'ambassadrice américaine, évoquant l'issue "la plus probable".

Ce conflit "implique(rait) d'autres Etats de la région, il prend(rait) une forme de plus en plus sectaire et nous (serions)face à une crise majeure, non seulement en Syrie, mais dans la région", a-t-elle ajouté.

En pareil cas, le plan Annan deviendrait caduc et "les armes afflueraient de partout", a-t-elle poursuivi.

"Les membres du Conseil et de la communauté internationale n'auraient d'autre choix que d'envisager une action en dehors du cadre du plan Annan et de l'autorité du Conseil", a ajouté Susan Rice, sans préciser la nature de cette action.
Les Etats-Unis se sont passés de l'aval de l'ONU pour intervenir au Kosovo et en Irak, mais Washington et ses alliés occidentaux ont jusqu'ici exclu le recours à la force contre le régime syrien et se refusent à armer les rebelles.

(ats / 31.05.2012 02h09)

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 04:41

 

 

 

Cet article fait suite à celui-ci :

 

 

Charnier de Timisoara

Le faux charnier de Timisoara, ou la faillite totale des médias

Vous avez oublié les photos bidons du faux charnier de Timisoara en Roumanie ?

http://jemmerde.wordpress.com/2010/11/01/jemmerde-uribe-et-lindignation-occidentale-a-geometrie-variable/

 

 

Les vautours de Timisoara

(et du Panama !)


par Serge Halimi, le octobre 2000


Avant la guerre du Golfe, avant le Kosovo, une autre " juste cause " avait mobilisé les médias occidentaux...

C’était il y a un peu plus de dix ans, quelques jours avant Noël. L’actualité était à l’époque occupée par deux événements de politique internationale. A Panama, l’armée américaine intervenait pour expatrier manu militari avant de le juger à Miami le chef de l’Etat panaméen, Manuel Noriega, un ancien agent de la CIA qui avait cessé d’être utile à George Bush, lui même ancien directeur de la CIA devenu président des Etats-Unis. Cette opération de police internationale fut présentée par la plupart des grands médias comme une promenade de campagne. On apprendrait plus tard qu’elle avait fait près de 2000 morts.


C’était il y a un peu plus de dix ans, quelques jours avant Noël. En Roumanie, une dictature s’écroulait devant les caméras. On parla beaucoup de sang. TF1 expliqua : " Ceaucescu, atteint de leucémie, aurait eu besoin de changer son sang tous les mois. Des jeunes gens vidés de leur sang auraient été découverts dans la forêt des Carpates. Ceaucescu vampire ? Comment y croire ? La rumeur avait annoncé des charniers. On les a trouvés à Timisora. Et ce ne sont pas les derniers. [1]" L’Evénement du jeudi titra : " Dracula était communiste. " (28/12/1989)

On parla de " génocide ", de " charniers ", de " massacres ", de " femmes enceintes éventrées ", de " tortures ", de " corps brûlés dans un crématorium". On évoqua ces " chauffeurs de camions qui transportaient des mètres cubes de corps, qui étaient abattus d’une balle dans la nuque par la police secrète pour éliminer tout témoin. [2]" On parla de 70 000 morts en quelques jours. Sur TF1, Gérard Carreyrou lança un appel à la formation de brigades internationales prêtes à " Mourir à Bucarest. " Il ne dit pas s’il aurait été volontaire. Mais on devina que non.

On parla de Timisoara. Timisoara, 350 000 habitants. Ville martyre. Le 23 décembre 1989, on chiffrait à plus de 10 000 morts le nombre des victimes de la Securitate, la police du régime. Selon l’envoyé spécial d’El Pais, " A Timisoara, l’armée a découvert des chambres de torture où, systématiquement, on défigurait à l’acide les visages des dissidents et des leaders ouvriers pour éviter que leurs cadavres ne soient identifiés. " On découvrit un charnier gigantesque. D’ailleurs, à titre d’exemple, mais seulement à titre d’exemple, on exposa devant les caméras dix-neuf corps, côte à côte, plus ou moins décomposés. Dont celui d’un bébé posé sur le cadavre d’une femme, qu’on imaginait être sa maman. Tous extraits d’une fosse commune. Le 22 décembre, les agences hongroise, est-allemande et yougoslave, qui seront reprises par l’AFP à 18h 54, parlaient de 4 632 cadavres de victimes des émeutes des 17 et 19 décembre, " soit par balles soit par baïonnette " (Tanjung), de 7 614 manifestants fusillés par la Securitate. Un chapeau du Monde annonçait 4 000 à 5000 morts.

Sur la Cinq, Guillaume Durand donna le chiffre de 4 630 corps comme un " bilan tristement officiel." Sur France Inter, le correspondant de la station annonça à son tour comme une certitude avérée la découverte de 4630 cadavres à Timisoara. Derrière lui, en plateau, le commentateur reprit : " 4630 cadavres, vous avez bien entendu, dans une seule fosse commune !" A quatre reprises au cours de ce journal, le chiffre de 4 630 cadavres fut cité sans que nulle source ne fût jamais indiquée. Dans Libération (23/12/1989), un titre sur deux pages fit état des 4 630 cadavres ; il était accompagné d’un éditorial de Serge July titré " Boucherie ". On lisait : " Timisoara libéré découvre un charnier. Des milliers de corps nus tout juste exhumés, terreux et mutilés, prix insupportable de son insurrection. " Le rédacteur en chef, Dominique Pouchin, expliqua : " Tout nous laissait penser, y compris les images qui arrivaient, que l’info était vraie. " (Libé, 4/4/90) Le Monde félicita La Cinq d’avoir " révélé l’horrible charnier des victimes des manifestations du dimanche ?précédent ? " [3].

Le bilan officiel des victimes pour toute la Roumanie est de 689 morts, pas 70 000. A Timisoara, il y aurait eu entre 90 et 147 victimes, pas 12 000. Et, comme le remarqua Jean-Claude Guillebaud, " 90 morts dans une ville de province, c’est beaucoup. " La maman présumée avait succombé à une cirrhose du foie le 8 novembre 1989. La petite fille, qui n’était pas sa fille, avait péri de la mort subite du nourrisson [4]. On avait déterré leurs corps de la fosse commune.


A Panama, il y avait eu 2000 morts, civils pour la plupart, soit trois fois plus de victimes qu’en Roumanie. Personne n’avait cependant parlé de " génocide panaméen " ou de " charnier ". On s’était même amusé des techniques de l’armée américaine qui, pendant des jours entiers, essaya de déloger Manuel Noriega du bâtiment consulaire où il était réfugié en jouant au volume maximum la musique qu’il détestait le plus. Tant d’humanité ...

Mais comme il est dur, dans ce métier, en France, de faire son autocritique. Trois mois après l’imposture de Timisoara, Guillaume Durand prétendait encore : " Le bilan est satisfaisant professionnellement. Si les éditorialistes assis dans leurs fauteuils cherchent la bagarre, ils vont l’avoir. " [5] Un an après la guerre du Kosovo, Jacques Julliard a l’audace de se montrer tout aussi offensif : " Nous n’avons que faire, je le dis hautement, de ces réquisitoires de procureurs et de pions ; de ces tonitruants discours de tranche-montagnes, entrecoupés des gémissements de tous les déçus de l’Histoire. Nous sommes de bonne volonté. Mais si l’on nous cherche, on nous trouvera. " [6]

Serge Halimi

Publié dans La Vache folle n°27, août-octobre 2000, p. 9

Notes

[1] Cité par Jean-Claude Guillebaud, " Roumanie : qui a menti ? ", Le Nouvel Observateur, 5/4/1990.

[2] Cité par Ignacio Ramonet, " Télévision nécrophile ", Le Monde diplomatique, mars 1990.

[3] Le Monde, 24/12/1989.

[4] Libération, 4/4/1990.

[5] L’Evénement du jeudi, 15/3/1990.

[6] Le Nouvel Observateur, 20/4/2000.

 

http://www.acrimed.org/article1.ht

Repost 0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 17:09
 

Mercredi 30 mai 2012
PRESSE ET MEDIAS
(Illustration sur.http://www.alterinfo.net)

 

Dossier spécial mensonges

sur la guerre contre la Syrie

 

STOP les mensonges dans les Médias ! Tout est faux, propagande de guerre au bénéfice de l'Occident anglo-saxon,  impérialiste, criminel, Occident qui veut dominer la planète et ses ressources ! (eva) NB : Le massacre de Houla rappelle celui qui a été mis en scène par l'OTAN pour justifier la guerre contre la Yougoslavie. L'Histoire  est un éternel recommencement ! 

.

Alerte info: en Syrie (Houla), l’ONU dédouane finalement le Gouvernement syrien.

 

houla.jpg?w=594&h=294 

Alerte info :

.

Le régime syrien avait nié dimanche 27 mai toute responsabilité dans la mort d’une centaine de personnes vendredi dernier à Houla(centre), attribuant le massacre à des terroristes et annonçant l’ouverture d’une enquête sur ces violences. 

“Nous réfutons totalement toute responsabilité gouvernementale dans ce massacre terroriste qui a visé les habitants”, avait déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jihad Makdissi mais, les condamnations fusaient.

Or ce matin, selon l’enquête de l’ONU, les victimes de Houla ont été “sommairement exécutées”. Du coup, on sait que ce ne sont plus les forces gouvernementales puisqu’on parlait de… bombardements des forces de Bachar al-Assad. Or, le constat est amer pour les menteurs: aucune artillerie lourde utilisée pour exécuter ces gens.La piste Al Qaïda avec ses égorgeurs, alliés de l’Occident et des renégats syriens ne fait plus aucun doute.

Il ne faut jamais aller plus vite que la musique !

La France vient d’expulser l’ambassadrice syrienne. Hollande annonce la couleur. Quelle honte !

 

http://allainjules.com/2012/05/29/alerte-info-en-syrie-houla-lonu-dedouane-finalement-le-gouvernement-syrien/


 

 

HOULA: LA GRANDE MISE EN SCÈNE

   

.

LA MANIPULATION ET LE MENSONGE AU SERVICE DE LA HAINE ET DE LA GUERRE. L'OCCIDENT EN EST DEVENU UN CHAMPION. C'EST COMME SI L'IRAK, L'AFGHANISTAN, LA LIBYE N'ÉTAIENT PAS SUFFISANTS POUR NOUS EN CONVAINCRE, VOILÀ QUE C'EST MAINTENANT LA SYRIE.


oscar fortin
Mercredi 30 Mai 2012
HOULA: LA GRANDE MISE EN SCÈNE



Un véritable scénario de « mission impossible » : comment prendre le contrôle d’un pays par la force, alors que la communauté internationale, les Nations Unies en l’occurrence, ne donne pas le feu vert pour couvrir l’intervention des belligérants? Dans le cas de la Libye, le « cuisinage » de l’opinion publique et la manipulation des membres du Conseil de sécurité avaient été rapides et particulièrement efficaces par rapport à ce qui se passe en Syrie.

Dans le cas de cette dernière, l’opinion publique demeure plus sceptique à l’endroit de ces apôtres « humanitaires » qui ont laissé la Libye sous des décombres et avec des dizaines de milliers de morts. Certains parlent même de plus de 120 000 morts. Ces « humanitaires» sont repartis après avoir mis la main sur les milliards de dollars du peuple syrien et s’être assuré du contrôle des richesses pétrolières. Par rapport à ces comportements peu humanitaires, la Russie et la Chine s’opposent maintenant à ce qu’une opération semblable se réalise en Syrie.

Que faire alors pour se débarrasser du président Bachar Al-Assad et prendre le contrôle de la Syrie? Il y a tout de même un certain décorum à respecter de la part du prix Nobel de la paix 2009 : entamer une guerre sans l’accord du Conseil de sécurité des Nations Unies serait mal vu par l’opinion publique internationale. Par contre, faire appel à des mercenaires qui n’ont pas de permissions spéciales à demander au Conseil de sécurité devient une alternative intéressante.

Il suffit de les armer, de les payer, de leur apporter un soutien technique et logistique. Pendant qu’eux feront la vie dure à Bachar Al-Assad et au peuple syrien, « les humanitaires » s’assureront que les médias répercutent leur violence et leurs crimes comme résultats des interventions de l’armée syrienne. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), mis en place à Londres par leur propre service d’intelligence, recevra les photos des victimes ensanglantées alors que des spécialistes rédigeront des textes démontrant la cruauté du régime de Bachar Al-Assad. Les grandes agences occidentales et leurs satellites régionaux n’auront plus qu’à diffuser le scandale d’autant de crimes horribles commis par le gouvernement syrien.

Cette première étape de la guérilla n’a pas donné les résultats escomptés. Le référendum sur la nouvelle constitution a pu se réaliser tel que convenu et la participation a dépassé les 58 % de l’électorat syrien et elle fut acceptée avec plus de 50 % de ce même électorat. Il en fut de même pour les élections législatives du début de mois de mai. En dépit des actions terroristes, ces élections ont pu se réaliser dans le cadre de la nouvelle constitution et permettre à 9 partis politiques de faire leur entrée à l’Assemblée législative. S’ajoute le fait que la présence de groupes terroristes et de mercenaires à la solde de pays étrangers est de plus en plus évoqué par les observateurs de la mission de paix et par certains pays, dont la Russie et la Chine, opposées à une intervention militaire de pays étrangers. Même le Secrétaire général des Nations Unies qu’on ne peut accuser d’être en faveur du régime syrien a dû reconnaître qu’il y avait des groupes terroristes dans le pays et que la violence provenait de diverses sources. Le gouvernement n’en avait pas seul le monopole.

Le temps était donc venu, pour les pays belligérants, de frapper un grand coup. Selon diverses sources, des affrontements ont été provoqués, entrainant la mort de soldats et de terroristes, mais aussi de nombreux civils, dont des enfants. Selon ces mêmes sources, des commandos auraient regroupé plusieurs de ces morts dans un même endroit et auraient utilisé des produits balistiques susceptibles d’incriminer le gouvernement syrien d’être l’auteur unique de ce massacre.

Il faut croire que ce scénario avait été préparé de longue date puisqu’à peine connu ce massacre, les principaux opposants au régime syrien se mobilisèrent : réunion d’urgence du Conseil de sécurité, expulsion des ambassadeurs syriens, campagne orchestrée des médias disposant déjà de photos et de vidéos, prêts à être mis en ligne et publiés. Les communiqués de presse parlaient déjà du gouvernement syrien comme du seul responsable du massacre alors qu’aucune enquête n’avait encore été menée.

On s’est peu préoccupé si le général Robert Mood, chef des observateurs de la mission de paix sur le terrain, avait quelque chose à dire. Par la suite, ce dernier a fait état de la tragédie et il en a attribué la responsabilité aux deux parties en conflit. Ces nuances sur les responsabilités partagées ne semblent pas avoir eu de l’importance pour nos gouvernements et nos médias. Kofi Annan qui s’est rendu à Damas pour rencontrer les autorités gouvernementales a fait appel à toutes les parties armées pour qu’elles mettent leurs armes de côté et qu’elles s’assoient autour d’une même table pour régler pacifiquement le conflit.

La Russie et la Chine confirment leur soutien au plan de Kofi Annan et s’opposent à toute intervention militaire visant le renversement du gouvernement et le changement de régime. Cette dernière prérogative appartient au peuple et à lui seul.

Si l’opinion publique n’a pas toujours le temps de se retourner pour analyser ce qui lui est dit et pour prendre en considération la crédibilité de ceux qui le disent, d’autres s’en chargent, de sorte que la grande tromperie, celle du gros méchant qui ne mérite que la potence et celle de ce pauvre peuple qui n’attend que la main humanitaire pour le libérer ne passent plus. Voici à titre d’exemple l’entrevue accordée par le sociologue, Alain Soral, à une radio française portant spécifiquement sur cette dernière mise en scène.

 


Irib 2012.05.29 A.Soral par Hieronymus20

Il y a eu trop de mensonges par le passé, trop de crimes commis et de guerres sanglantes, fondés sur la tricherie et la manipulation, pour que cette fois, ces mêmes menteurs et manipulateurs, puissent nous en passer une autre. Ce sont eux qui ont fait plus de 100 000 morts en Libye sans verser une seule larme et là, devant 100 morts dont nous ne connaissons toujours pas les coupables, ils sont prêts à partir en guerre pour en faire des dizaines de milliers d’autres. Non, merci, je n’embarque pas.

Quelques références :

http://www.liberte-algerie.com/international/syrie-le-chef-des-observateurs-previent-d-un-risque-de-guerre-civile-apres-le-massacre-de-houla-qui-a-fait-plus-de-90-morts-178879

http://www.alterinfo.net/Guerre-civile-en-Syrie-et-ingerence-occidentale-Les-escadrons-de-la-mort-de-l-OTAN-ont-ils-oeuvre-a-Houla_a76987.html

http://www.alterinfo.net/notes/Syrie-Moscou-exige-une-enquete-objective-de-l-ONU-sur-la-tragedie-de-Houla_b4315005.html

http://www.alterinfo.net/Le-gouvernement-syrien-nie-toute-responsabilite-et-donne-sa-version-des-faits_a76964.html

Oscar Fortin
Québec, le 29 mai 2012
http://humanisme.blogspot.com

 

 

http://www.alterinfo.net/HOULA-LA-GRANDE-MISE-EN-SCENE_a77010.html

 

.

 

Le Massacre De Houla Fait Partie Du Nettoyage Ethnique Du Gouvernorat D’Homs Prévu Comme Base Arrière Pour L’ASL


L’ASL et ses soutiens occidentaux dont la France de Hollande sont passés au plan B en Syrie : établir une zone tampon type Benghazi entre Homs la frontière libanaise et turque pour servir de base arrière pour les extrémistes de l’ASL Al Qaeda et consorts cherchant à renverser Assad. Hollande tout comme Sarkozy n’hésite pas à soutenir clandestinement des massacres de civils syriens dans le cadre du nettoyage ethnique du gouvernorat d ’Homs vidés de ces Chrétiens Alaouites et Sunnites fidèles à Assad. Et il faudrait voter pour ces terroristes de l’ UMPS enracinés dans leur néo colonialisme sanglant ?!!!!!! JAMAIS ! !!!!! Et qu'en pense Mme Taubira l'irréductible " indépendantiste" ?



Le Massacre De Houla Fait Partie Du Nettoyage Ethnique Du Gouvernorat D’Homs Prévu Comme Base Arrière Pour L’ASL


Ce que les médias occidentaux soutenant la guerre contre le gouvernement syrien de Bashar Al Assad ne vous disent pas sur les massacres de Houla où 116 personnes dont 32 enfants de moins de 10 ans ont été exécutées froidement :

D’abord faut être stupide ou corrompu jusqu’à la moelle ce qui semble le cas du gouvernement Hollande pour s’imaginer que le gouvernement syrien à la veille d’un rapport de mission du chef des forces de maintien de la paix au CSONU aurait commis ce type de massacres.

Cela fait plus d’un an que les forces armées et de sécurité syriennes sont diabolisées par ces médias propagandistes occidentaux qui justifient les actes terroristes de l’ASL Al Qaeda et consorts parce qu’ils sont partie prenante du changement de régime voulu par les Américano sionistes et leurs laquais dont Hollande en Syrie. La collusion médias responsables politiques n’est plus à prouver en France on le voit dans l’équipe de Hollande et pour Hollande lui -même « embedded « -(au lit avec) à une journaliste.

Et le régime syrien serait aussi suffisamment stupide pour laisser les tortionnaires de l’ASL Al Qaeda et consorts filmer tranquillement ces massacres qu’on l’accuse sans preuve d’avoir commis ?! De nombreuses vidéos ont été mises en ligne mais leurs sources les lieux de tournage date et autres éléments essentiels de référence pour leur accorder une quelconque crédibilité journalistique manquent.

Néanmoins -tout en considérant ces documents filmés avec méfiance - quand on analyse en détails les photos des victimes y compris celles des enfants on constate des traces de balles dans la tête et le visage principalement le bas du corps ayant été « épargné ». Il semble donc que la plupart des victimes ait été liquidée à l’arme à feu à bout portant. Ceci n’infirme pas le fait qu’il y a eu des échanges à l’arme lourde dans la zone en question entre les terroristes de l’ASL et l’armée syrienne.

Par conséquent difficile d’affirmer en ce qui concerne les victimes comme l’a fait l’organe de propagande des Frères Musulmans basée à Londres l’ Organisation syrienne des Droits de l’homme (OSDH) « qu’ils ont péri dans des bombardements intensifs des forces gouvernementales » une version des faits reprises en boucle par les médias occidentaux menteurs. De plus les opposants se sont empressés de récupérer les cadavres et de les enterrer pour éviter toute expertise sérieuse post mortem concernant ces massacres. Le gouvernement syrien a mis sur pieds une commission d’enquête pour faire la lumière sur ce qui s’est passé à Houla mais se heurtera inévitablement au refus des familles d’autopsier les cadavres pour des motifs religieux et cela les opposants le savent.

C’est sur la base de ce type d’information douteuse non vérifiée que la France de Hollande se précipite au CSONU pour déposer une résolution - déjà prête depuis longtemps concoctée par Sarkozy - cherchant une nouvelle fois comme son prédécesseur à imposer sa « solution » de corridors humanitaires avec cargaisons d’armes et de forces spéciales pour aider à renverser Assad comme cela s’est fait en Libye pour Kadhafi.

Le massacre de Houla arrive comme par hasard au moment ou le chef des forces de maintien de la paix onusiennes, le général Robert Mood, devait faire un compte rendu de mission devant le CSONU sur les avancées du plan Annan.

La France De Hollande et la Grande Bretagne voulaient faire adopter ce soir une résolution au CSONU condamnant le gouvernement syrien exigeant que l’armée syrienne « arrête d’utiliser des armes lourdes et retire ses troupes des villes et de leurs alentours «

Autrement dit que l’armée syrienne capitule face à une armée de mercenaires à la solde de puissances étrangères et autres extrémistes salafistes massacrant sauvagement la population syrienne et que le gouvernement syrien renonce à défendre sa souveraineté nationale et son peuple.

Un dictat néo colonial sur lequel repose la politique étrangère du PS comme de celle de l’UMP ces deux partis n’ayant jamais condamnés bien au contraire les atrocités commises par la France coloniale.

La Russie est intervenue ce soir au CSONU pour demander à ce que ce dernier entende d’abord le GL Mood.

Hollande tout comme Sarkozy n’hésite pas à soutenir clandestinement des massacres de civils syriens dans le cadre du nettoyage ethnique du gouvernorat d ’Homs vidés de ces Chrétiens Alaouites et Sunnites fidèles à Assad pour que cette région soit transformée en base arrière pour l’ASL comme Benghazi en Libye.

En clair Hollande mène pour la Syrie la même politique étrangère d’ingérence néo coloniale que celle menée par Sarkozy non pas pour défendre les intérêts de la France mais ceux hégémoniques des US et d’Israël au Moyen Orient.

Et il faudrait voter pour ces terroristes de l’ UMPS enracinés dans leur néo colonialisme sanglant ?!!!!!!
JAMAIS ! !!!!!

PS : Et qu’en pense Mme la ministre de la justice, Christiane Taubira l’irreductible « indépendantiste » de cette politique néocoloniale du gouvernement Hollande dont elle fait partie ?


Dimanche 27 Mai 2012
Mireille Delamarre

 

 

Une photo d’Irak pour illustrer le massacre de Houla en Syrie

 

L'article de la BBC sur le massacre de Houla en Syrie illustrée par une photo d'Irak. Image prise sur la page Facebook de Marco di Lauro, auteur du cliché irakien.
 
L'article de la BBC sur le massacre de Houla en Syrie illustrée par une photo d'Irak. Image prise sur la page Facebook de Marco di Lauro, auteur du cliché irakien.

Dans la presse Erreur d'illustration sur le site de la BBC.

Bévue, aujourd’hui, sur le site de la BBC. Pour illustrer un article sur le massacre de Houla en Syrie, qui fait les gros titres de l’actualité depuis samedi, le site de la BBC a publié une photo montrant un enfant sautant au dessus de rangées de cadavres emmaillotés dans un linge blanc.

 

En découvrant le cliché, son auteur, le photographe Marco di Lauro, qui travaille pour Getty Images, dit au Télégraph avoir "failli tomber de sa chaise". Et pour cause, la photo a été prise le 27 mars 2003 en Irak, au sud de Bagdad.

En légende de la photo publiée sur le site de la BBC, il est écrit que le cliché a été transmis par un activiste, que son authenticité n’a pu être vérifiée mais qu’il est censé montrer les victimes du massacre de Houla.

 

Le régime syrien ne laissant pas les photographes et journalistes étrangers entrer et travailler librement en Syrie, de nombreuses publications à travers le monde ont recours à des photos envoyées par des activistes de la révolution syrienne. Des clichés dont l’authenticité est, effectivement, souvent très difficile à évaluer.

 

Un responsable de la BBC a indiqué que la photo avait été enlevée. Il a précisé que la BBC avait tenté de retrouver la source de l’image et avait souligné que son authenticité n’était pas établie.

"Ce qui me surprend vraiment, c’est qu’une entreprise d’information comme la BBC ne vérifie pas ses sources et soit prête à publier n’importe quelle image envoyée par n’importe qui : un activiste, un citoyen journaliste ou qui que ce soit. C’est tout", explique di Lauro au Telegraph.

 

Sur sa page Facebook, le photographe dénonce également le fait que quelqu’un utilise sa photo comme moyen de propagande contre le gouvernement syrien.

 

.http://www.lorientlejour.com/category/%C3%80+La+Une/article/761033/Une_photo_d%27Irak_pour_illustrer_le_massacre_de_Houla_en_Syrie.html#.T8X7Zy4ZtFc.twitter

  .

 

VIDEOS en commentaires cliquer ici :

 

Une photo d’Irak pour illustrer le massacre de Houla en Syrie

#???

(Trouvé sur Twitter, communiqué par François Asselineau, ainsi que le texte ci-dessous)

 

 

Voir aussi ici,

 

François a gardé le même ministre des Affaires étrangères et Défénse que Sarkozy = Bernard Henri Lévy


Syrie : BHL suggère à Hollande de plaider

pour une intervention militaire

 

Source: lci.tf1.fr

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/05/29/syrie-bhl-suggere-a-hollande-de-plaider-une-intervention-militaire/#more-26279

 

 

Un philosophe combattant s'expose à bien des dangers. Au fait, il ne s'est pas trouvé un seul islamiste libyen pour entarter BHL... ?

Un philosophe combattant s'expose à bien des dangers. Au fait, il ne s'est pas trouvé un seul islamiste libyen pour entarter BHL... ? - http://www.infosyrie.fr/decryptage/la-verite-si-je-mens-bhl-nous-dit-pourquoi-il-a-fait-bombarder-la-libye/

 

 

Note d'eva R-sistons sur BHL  :

 

Au lieu de fanfaronner devant les Médias et au Festival de Cannes §, le faux philosophe BHL devrait se retrouver devant un Tribunal pour crimes contre l'humanité, puisqu'il est Celui qui aujourd'hui, incite le plus aux guerres impériales et impérialistes : Libye, Syrie, demain l'Iran.

 

§ Festival de Cannes dont le Président est, certainement pas par hasard, un soutien d'Israël, entité qui orchestre en coulisses la déstabilisation de la région, Irak, Libye, Syrie, etc, avant d'attaquer l'Iran, le gros morceau, mais pour cela tous ces pays doivent être soumis, comme la Libye désormais, afin, ensuite, de  servir de base arrière à la guerre en préparation contre l'Iran, qui dérivera en guerre mondiale; l'enjeu est donc terrible, BHL avec sa propagande prépare en fait la grande guerre planétaire de dépopulation. A noter que BHL aimerait, paraît-il,  briguer la présidence d'Israël. Le personnage est aussi gourmand que cynique. (eva)

 

.

 

Manipulation médiatique occidentale: une photo d'Irak pour illustrer le massacre de Houla en Syrie

jammas.hussain20120529022619250.jpg

Bévue, hier  sur le site de la BBC. Pour illustrer un article sur le massacre de Houla en Syrie, qui fait les gros titres de l'actualité depuis samedi, le site de la BBC a publié une photo montrant un enfant sautant au dessus de rangées de cadavres emmaillotés dans un linge blanc.

 

lire la suite

 

.

BHL appelle à l’intervention militaire en Syrie

images_475.jpg

Quand il s'agit de bombarder des populations civiles arabes , BHL déploie toute son énergie de lâche pour tenter de convaincre le président François Hollande d'une intervention militaire en Syrie. Ce plumitif de la guerre au service d'Israël, a publié  un texte  dans plusieurs journaux européens dans lequel il appelle à  une intervention militaire en Syrie:  "La France fera-t-elle, pour Houla et Homs, ce qu'elle a fait pour Benghazi et Misrata ?


lire la suite

 

 

Texte intégral de la Conférence de presse de Bachar El Assad à l'ONU

En réponse à la déclaration des Nations Unies concernant le massacre d’al-Houla

 

Texte intégral de la conférence de presse du Dr Bachar Al-Jaafari à l’ONU

Texte intégral de la conférence de presse au cours de laquelle l’ambassadeur de Syrie à l’ONU, Bachar Al-Jaafari, a dénoncé « le tsunami de mensonges qui ont été dits il y a quelques minutes par certains membres du Conseil. » - Silvia Cattori

 

 

Vidéo sur le site :

Texte intégral de la Conférence de presse
transcrit [1] et traduit de l’anglais par JPH pour silviacattori.net


En Syrie il y a eu un crime épouvantable, horrible, injustifié, et injustifiable. Ce massacre a été condamné par mon gouvernement dans les termes les plus forts. Et sur ce point, la version de la condamnation de mon gouvernement a rejoint exactement la formulation adoptée il y a quelques minutes par le Conseil de Sécurité.

Je voudrais également condamner ici, au nom de mon gouvernement, le tsunami de mensonges qui ont été dits, il y a quelques minutes, par certains membres du Conseil qui ont tenté de vous induire en erreur en disant que leur manière de lancer des accusations contre mon gouvernement était basée sur ce qu’ils ont affirmé être des « preuves ». Ils ont tort et ils vous induisent en erreur. Ni le Général Mood, ni qui que ce soit d’autre n’a dit au Conseil de Sécurité et à la session informelle qu’il blâmait les forces du gouvernement syrien pour ce qui est arrivé. Il est vraiment pitoyable et regrettable que certains membres du Conseil soient sortis -quelques minutes après que le Général Mood ait terminé son exposé- pour vous induire en erreur et vous dire des mensonges sur ce qui s’est passé.

Je vous invite tous à regarder ce qui s’est passé à al-Houla dans son intégralité. Dans ce tableau complet, ce qui s’est passé hier al-Houla se situe dans un contexte que nous devons comprendre pour saisir et comprendre qui a perpétré ce crime.

Hier, après la prière du vendredi, deux cents à trois cents hommes armés se sont réunis vers deux heures de l’après-midi. Ils se sont réunis en fait en plusieurs points, et ensuite ils se sont déplacés pour se regrouper en un seul endroit, à al-Houla. Ils avaient des voitures pick-up chargées d’armes lourdes comme des missiles anti-chars, des mortiers et des mitrailleuses, à la manière libyenne que vous avez pu voir il y a quelques mois, et ils ont commencé à attaquer les forces de l’ordre qui étaient positionnées dans la région en cinq endroits différents ; les attaques armées ont duré de deux heures de l’après-midi jusqu’à onze heures du soir.

Donc, ici, nous ne parlons pas d’une attaque armée qui aurait eu lieu et se serait terminée en une demie heure. Il s’agit d’une opération armée d’envergure planifiée à l’avance avec de nombreux objectifs. Après avoir attaqué les positions des forces de l’ordre, les groupes armés se sont tournés vers les civils, puis ils se sont rendus dans un autre village qui est tout proche d’al-Houla, à une distance d’un kilomètre, où ils ont brûlé l’hôpital national, ils ont brûlé les récoltes des agriculteurs et ils ont brûlé des maisons. Ils ont aussi tué des dizaines de civils innocents dans un autre village, également proche d’al-Houla, appelé Shomaria. Donc, ici, nous ne parlons pas d’un seul incident qui aurait eu lieu dans un endroit précis, nous parlons d’un théâtre d’opérations qui a englobé beaucoup de petits villages de la région.

Mon gouvernement a nommé une Commission nationale d’enquête qui a pour mission de découvrir qui sont les auteurs de cet horrible massacre afin qu’ils soient traduits en justice. Ceux qui ont commis ce crime en seront tenus responsables par les autorités syriennes, devant la loi de notre pays.

Le communiqué de presse adopté aujourd’hui par le Conseil de Sécurité, a adopté en quelque sorte la version des évènements présentée par le Général Mood. Si vous regardez la formulation du communiqué de presse, vous constaterez que rien n’indique que le Conseil rejette le blâme sur les forces du gouvernement syrien pour les meurtres et la perpétration des massacres. Au contraire il identifie d’autres éléments dans ce tableau qui peuvent être responsables de ce qui s’est passé. Je dis cela parce que le communiqué de presse dit que le Conseil de Sécurité condamne dans les termes les plus forts les meurtres confirmés par les observateurs des Nations Unies. Je confirme également ici au nom de mon gouvernement que des dizaines de civils ont été tués, cent quatorze – et ensuite une attaque qui a impliqué des tirs d’artillerie et de chars sur un quartier résidentiel.

Ensuite, les membres du Conseil de Sécurité ont également condamné le meurtre de civils par des tirs à bout portant et par de graves violences physiques. La plupart des meurtres qui ont eu lieu à al-Houla sont dûs à ce genre d’assassinats, des gens tués à bout portant, et non en raison des tirs d’artillerie, car des tirs d’artillerie n’auraient pas laissé les corps des victimes dans l’état où vous les avez vus. Nous parlons ici du style de meurtres qu’a connu l’Algérie au début des années nonante.

Mon gouvernement ne ménagera aucun effort, quels qu’ils soient, afin de trouver les auteurs de ces massacres, et de les traduire en justice.

Je voudrais ajouter à cela, que le Conseil de Sécurité devrait se réunir également pour identifier ceux qui arment les groupes terroristes en Syrie, qui les accueillent, qui les suscitent et les incitent à la violence, et qui les protègent, et appeler à ce qu’ils soient également traduits en justice. Certains membres du Conseil, leurs fonctionnaires l’ont dit publiquement. Certains d’entre eux sont des membres permanents. Leurs hauts fonctionnaires ont dit publiquement qu’ils ne ménageraient pas leurs efforts pour fournir des armes à l’opposition syrienne, et certains d’entre eux ont parlé d’ « armes non-létales », je ne sais pas ce que cela signifie. Mais le résultat immédiat de cette militarisation de l’opposition s’est traduit sous la forme de l’enlèvement des pèlerins libanais revenant d’Irak au travers du territoire turc, et sous la forme d’attentats-suicides et de l’infiltration du territoire syrien par al-Quaida.

Nous n’avons donc pas besoin d’un double langage au Conseil de Sécurité. Nous devons tenir chacun responsable devant la justice, même si nous touchons à certains membres permanents. Ceux qui disent avoir grand intérêt à arrêter la violence et à la réussite du dialogue national en Syrie devraient cesser de s’ingérer dans nos affaires intérieures, cesser d’armer, d’héberger, de financer et de protéger les groupes terroristes armés dans mon pays. On ne peut pas être en même temps pyromane et pompier. Et Malheureusement, c’est exactement le cas de certains membres de ce Conseil de Sécurité. Les dimensions arabe, régionale et internationale de la crise syrienne ne sont pas la situation la plus trouble, et chacun sait ce dont nous parlons.

Je suis à votre disposition.

Question : Dans la déclaration il est dit « Les attaques ont comporté des tirs de l’artillerie et des chars du gouvernement syrien sur des quartiers résidentiels ». Êtes-vous en désaccord avec cela ?

Bashar Al-Ja’afari : Je suis en désaccord avec l’interprétation qui vous a été fournie de cette phrase par l’ambassadeur allemand, l’ambassadeur britannique, et d’autres. L’interprétation était erronée. Il appartient au Général Mood de présenter les faits. Et pas à l’ambassadeur allemand, ou l’ambassadeur britannique, ou d’autres ambassadeurs.

Question : Mais le fait qu’il y a eu des bombardements gouvernementaux sur un quartier résidentiel, était-ce un fait ?

Bashar Al-Ja’afari : Le Général Mood n’a pas dit cela.

Question : Vu que les circonstances n’étaient pas claires, le Général Mood est-il plus factuel que le Secrétaire Général ?

Bashar Al-Ja’afari : C’est exactement ce que je voulais dire à votre collègue. Le Général Mood a dit cela, que les circonstances n’étaient pas claires en ce qui concerne qui était à blâmer pour ces attaques. Oui, il a dit cela, mais dans ce contexte, pas dans le contexte qui vous a été fourni par certains ambassadeurs.

Question : Pensez-vous que cette lettre du Secrétaire Général est plus proche de la déclaration des ambassadeurs allemand et britannique ou de la déclaration faite par le Général Mood dans les consultations ?

Bashar Al-Ja’afari : Plus encline à sympathiser avec les ambassadeurs allemand et britannique, bien sûr.

Question : Qu’en est-il de l’enquête ?

Bashar Al-Ja’afari : Il y a une coopération étroite entre le gouvernement syrien et l’UNSMIS [United Nations Supervision Mission in Syria] en Syrie. Bien sûr après avoir nommé la Commission nationale syrienne d’enquête, les autorités syriennes vont partager avec le Général Mood le résultat de ces enquêtes, et ensuite, naturellement, le Général Mood va partager cette information avec le Conseil de Sécurité et M. Kofi Annan.

Un point important, messieurs : vous-vous souviendrez peut-être que chaque fois que le Conseil de Sécurité avait prévu une session pour discuter de la crise syrienne, quelque chose devait se produire en Syrie. Ou un attentat-suicide, ou une attaque terroriste, ou une forme de massacre, celle que, malheureusement, nous discutons aujourd’hui. Donc, ce n’est pas une coïncidence fortuite que ce massacre ait eu lieu seulement un jour avant l’arrivée de M. Kofi Annan en Syrie. Cette dimension est très importante parce qu’elle jette des doutes sur les motivations réelles de ceux qui ont perpétré ce crime horrible. Ils cherchent l’escalade, ils cherchent à mobiliser le Conseil de Sécurité contre le gouvernement syrien. Aucun gouvernement que ce soit ne massacrerait ses propres citoyens pour parvenir à une victoire politique sur ses opposants. L’utilisation de l’artillerie et les tirs de chars et de missiles n’auraient pas tué ces civils innocents de la façon dont ils ont été tués. Et cela a été notifié par la déclaration de presse du Conseil de Sécurité qui dit qu’ils ont été tués à bout portant. Cela signifie que c’est un pur assassinat, il ne s’agit pas du recours à l’artillerie et aux tirs de chars.

Question : Vous dites que ce n’est pas le gouvernement syrien, mais qui l’a fait ?

Bashar Al-Ja’afari : Les groupes terroristes armés ont lancé ce type d’attaques terroristes depuis le début de la crise en Syrie. Ce n’est pas ici le premier incident qui a eu lieu en Syrie. Bien sûr, ce qui s’est passé hier est un crime horrible, épouvantable, injustifié et injustifiable. Mais aucun gouvernement sur terre ne commet ce type de meurtre. Il s’agit de groupes armés, il s’agit d’un crime terroriste. Nous ne pouvons pas le décrire avec d’autres termes. Ceux qui ont commis ce crime seront tenus responsables devant la justice syrienne, et la Commission nationale d’enquête nommée hier par le gouvernement devra présenter son rapport dans les trois jours à compter d’aujourd’hui. Donc, assurément, nous allons savoir qui est derrière ce crime horrible ; c’est une affaire de trois jours.

Question : Ne serait-ce pas un prétexte pour blâmer le gouvernement qu’ils donnent par procuration aux membres du Conseil de Sécurité ?

Bashar Al-Ja’afari : Comme je l’ai dit au début, nous devrions regarder le tableau dans son intégralité. La question n’est pas d’aller dans les détails. Parfois les détails sont importants mais parfois ils ne le sont pas. La question est d’avoir le bon jugement sur ce qui s’est passé. Et pour avoir le bon jugement vous devez considérer le tableau dans son intégralité dans son contexte historique, avec ses dimensions géopolitiques. Comme je l’ai dit, il y a une dimension arabe, il y a une dimension régionale et une dimension internationale de la crise syrienne. Et certains pays disent publiquement qu’ils vont appuyer – et ils ont déjà appuyé – la branche militaire syrienne de l’opposition avec des armes. Les gens devraient être très prudents en lisant la carte de ce qui se passe en Syrie.

Question : Serait-ce pour pousser à augmenter la taille de l’UNSMIS, peut-être pour armer son personnel, pour une sorte d’internationalisation ?

Bashar Al-Ja’afari : C’est peut-être un des objectifs visés par ceux qui ont commis ce crime. Cela pourrait être une des raisons. Une raison très importante pour perpétrer ce genre de crime horrible : accentuer l’internationalisation de la crise syrienne, et augmenter le personnel de l’UNSMIS.

Merci.


URL de cet article :
http://www.silviacattori.net/article3266.html

(UN BLOG A VISITER, note d'eva)

 

Vidéo aussi

 

Texte intégral de la conférence de presse du Dr Bachar El Assad à l'ONU

 

   

Et aussi :

Guerre civile en Syrie et ingérence occidentale: Les escadrons de la mort de l’OTAN ont-ils œuvré à Houla ? 

Le gouvernement syrien nie toute responsabilité et donne sa version des faits 

Houla : la Russie a-t-elle lâché le régime Assad?

 

.

Et à l'instant, je reçois ceci :

En marge de Houla : bilans truqués & photo recyclée

29 mai 2012 Posté par benji sous complots et théories

 

Voilà, lorsqu’on n'a pas de preuves, on recycle les images du passé et on fait croire que c’est d’actualité! Triste de voir autant de corps alignés, sauf que la photographie date de 2003 et concerne l’Irak… J’ai quand même souhaité vérifier les propos puisque actuellement la désinformation fait des ravages, mais cela correspond, l’info est confirmée par le journal the telegraph ainsi que par le site de l’auteur de la photo.


BBC.jpgLa frontpage du site de la BBC : le prestigieux média britannique a réagi dans l’urgence quitte à faire n’importe quoi, un peu à l’image des journalistes et dirigeants occidentaux

La tuerie de Houla le ferait presqu’oublier, mais la mort violente est un phénomène quotidie en Syrie. L’OSDH parle d’un nouveau « massacre » de 41 « civils à Hama dimanche, naturellement perpétré par l’armée, décidément subitement prise d’une folie meurtrière très utile pour les adversaires intérieurs et extérieurs du régime. Les militaires de Bachar poussant « l’obligeance » à inclure à nouveau des enfants  dans la liste de leurs victimes. L’OSDH incrimine en l’espèce une « offensive » des forces armées syriennes. Une offensive contre qui ? Des enfants en bas âge ou des combattants de l’ASL ?


Nous jugeons toujours, comme d’ailleurs le gouvernement russe, que les responsabilités et circonstances ne son toujours pas clairement établies en ce qui concerne la tuerie survenue à Houla – pour désigner le groupe de localités voisines qui ont été touchée par des violences meurtrières. Et nous ne savons pas, comme d’ailleurs les États-Unis, le Quai d’Orsay et I-Télé ce qui s’est passé à Hama dimanche. Nous sommes absolument certains en revanche que l’OSDH est une officine de propagande stipendiée du gouvernement britannique et au service du CNS et de l’ASL c’est-à-dire des Frères musulmans. Et que ni la France, ni la Grande-Bretagne, ni les États-Unis – ne parlons pas du Qatar et de l’Arabie séoudite – ne sont intéressés vraiment par la vérité, ni d’ailleurs par la liberté : ils poursuivent tous un but géopolitique et diplomatiquement beaucoup plus « profane ».


Urgent : BBC recherche photo cadavre arabes pour article anti-syrien


Nous venons de parler, et avons parlé maintes fois avant, du rôle des médias comme relais de la propagande CNS et OTAN. On vIent justement d’avoir une preuve nouvelle, à propos de Houla, de leur rigueur professionnelle. Le grand photographe-reporter Marco di Lauro -  récompensé en plus de vingt ans de carrière par une vingtaine de prix et distinctions internationaux, et qui, entres autre médias, travaille avec Paris-Match -  a eu la surprise de tomber, en consultant la page d’accès du site de l’honorable et vénérable BBC, sur une de ses photos censée illustrer le massacre de Houla. Le problème c’est que cette photo de dizaines de corps enfermés dans des sacs blancs, di Lauro l’a prise… le 27 mai 2003 à al Musayyib, en Irak ! On suppose que pour les journalistes citoyens (« citizens » ?) de la BBC, l’urgence iconographique excuse toute les approximations et puis, après tout, des cadavres arabes dans des sacs c’est toujours des cadavres arabes, non ? Et tant pis si ces Irakiens ont été victime de ces Américains qui jouent aujourd’hui les amis de la liberté et les protecteurs des Arabes  ! Enfin, ce n’est pas grave, en tous cas moins grave que la désinformation continuelle de articles et analyses, de la BBC et de ses confrères et consoeurs du monde « libre ».


Ceci dit, redit et re-redit, voyons du côté des victimes qui intéressent si peu la majorité des membres du Conseil de sécurité. L’agence Sana annonce le tout dernier haut-fait des stipendiés du Golfe et des auxiliaires objectifs de l’OTAN : un bus transportant des soldats est tombé dans une embuscade près de Ménine dans les environs de Damas ; le bilan est de quatre morts et de onze blessés


Et comme un rappel entêtant et funèbre de tout ce qui vient d’être dit, redit et re-redit, la journée du dimanche 27 mai a vu de nouvelles obsèques de « martyrs » des forces de l’ordre : 16 cercueils drapés de tricolore de plus, emmenant à leur champ de repos un lieutenant, deux adjudants-chefs, un adjudant, sept sergents-chefs, deux caporaux, deux conscrits et un policier, tombés à Deraa, Deir Ezzor, Alep, Hassaké et Damas sous les balles et les bombes des fanatiques que les croisés de la démocratie à la sauce atlantiste ne veulent pas entendre parler. Mais que l’armée syrienne continuera à traquer et à éliminer quoiqu’en pensent les faux-témoins et faux vertueux de l’Occident plus trop chrétien et absolument plus progressiste et héroïque.

 

20120527-142841_h421719.jpg

 

Source: Infosyrie

 

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/05/29/en-marge-de-houla-bilans-truques-photo-recyclee/#more-26273

 

.

Les Etats-Unis préparent une guerre par procuration et sur plusieurs fronts contre la Syrie

   

Depuis la parution, le 16 mai, de l’article du Washington Post sur un afflux d’armes aux forces d’opposition syriennes, le projet du gouvernement Obama d’une guerre par procuration contre la Syrie est devenu encore plus évident.

  
Chris Marsden
 


Les Etats-Unis préparent une guerre par procuration et sur plusieurs fronts contre la Syrie
http://www.alterinfo.net/Les-Etats-Unis-preparent-une-guerre-par-procuration-et-sur-plusieurs-fronts-contre-la-Syrie_a76847.html

..

 

.

Plus ancien, mais révélateur (et sur un blog que je vous recommande) :

mardi 13 mars 2012

Massacre à Homs : Les victimes soutenaient le président Assad

0+Homs.jpg
Le ministre syrien de l’Information Adnane Mahmoud a imputé à des « gangs terroristes » la tuerie de femmes et d’enfants à Homs et accusé l’Arabie saoudite et le Qatar d’être « complices » de ces groupes, dans une déclaration lundi à l’AFP.
« Les gangs terroristes ont perpétré le plus atroce des massacres dans le quartier de Karm al-Zeitoun à Homs pour exploiter le sang syrien et faire pression en vue de susciter des réactions internationales contre la Syrie », a-t-il dit. suite sur le lien
ou ici : Silvia Cattori
.

mardi 27 septembre 2011

Syrie, mise en garde sur la situation

Communiqué du Parti communiste syrien
logo_annour.png
Les communistes syriens soutiennent le mouvement pour des réformes démocratiques, mais mettent en garde sur l’ingérence impérialiste croissante et les risques d’un « scénario libyen ».

.

Et aussi, 29 et 30.5.12 :

 

Syrie [Réseau Voltaire]

Le plan de déstabilisation de la Syrie [Réseau Voltaire]

La débâcle de Syrie [Réseau Voltaire]

Mensonges et vérités sur la Syrie [Réseau Voltaire]

Revue de presse Syrie [Réseau Voltaire]

La triple alliance contre la Syrie [Réseau Voltaire]

Au crible des informations tendancieuses, la situation en Syrie ...

.

Accuser Bachar al-Assad d'avoir égorgé des bébés en bombardant Houla serait d'une stupidité crasse !
 

 
D'un côté, les bombes ou les balles n'égorgent pas les gens ; de l'autre, Bachar al-Assad n'aurait jamais bombardé Houla pendant que ses hommes étaient à l'oeuvre au sein même de la ville !
 
Par ailleurs, l'égorgement au couteau est la marque des islamistes.
 
Et l'on sait bien que ce sont les Américains qui financent les islamistes, souvent par l'intermédiaire du Qatar, leur société écran du moment :
 
 
>  
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a appelé à enquêter sur la tragédie, avant d'imputer la responsabilité du carnage aux autorités officielles ou aux anti-Assad. Selon Moscou, le pilonnage de Houla pourrait constituer une provocation de la part de l'opposition. En gros, un nouveau Timisoara!
 
Auparavant, les médias syriens ont annoncé que les assaillants avaient utilisé des couteaux, ce qui constitue un signe distinctif des islamistes. D'après le ministère syrien des Affaires étrangères, l'attaque contre Houla a été perpétrée par plusieurs centaines de terroristes armés.
 
Le plan de paix de Kofi Annan passe par la victoire sur le terrorisme et l'arrêt de la contrebande d'armes.
 
On comprend par conséquent les réactions russe et chinoise :
 
.

.

Propagande de guerre USA – John Rendon Mr Propagande, manipulateur, faiseur de guerre de Bush et profiteur
.

 

Syrie, suite liens :

.

 

Un “instant magique” de la vérité du monde
dedefensa.org

30 mai 2012, par Comité Valmy

Un “instant magique” de la vérité du monde
Les évolutions “diplomatiques” autour du massacre de Houla valent bien les évolutions des circonstances du même massacre (voir ce 30 mai 2012). Elles sont particulièrement significatives du côté américaniste, notamment par les circonvolutions intérieures de la position officielle, montrant bien que, pour Obama, la Syrie (comme l’Iran) est d’abord une bataille intérieure. (Les élections présidentielles, certes.) Dans ce cas, et sans surprise pour nous, la (...)


rubon12.jpg

Syrie : la manipulation bat son plein... le sectarisme aussi

30 mai 2012, par Comité Valmy

Les phases de l’insurrection syrienne
Il faut croire que la contestation syrienne est entrée depuis le massacre de Houla dans une nouvelle phase.
Militarisée dès ses premiers jours, elle se lança de plein pied dans des attaques contre les forces de l’ordre, les commissariats de police sans oublier les bâtiments officiels comme les ministères ou autres. En plus des militaires et des policiers, elle enleva et liquida des civils, des professeurs d’université, des proches des personnalités proches du (...)
.

 

 

 

 

16 mai – Syrie : Le rendez-vous avec l’Histoire de François Hollande
Par Franck de Bouvines

 

 

16 mai – Fabius au Quai d’Orsay : on a changé de Juppé ? Par Louis Denghien

 

 

26 mai – Le Venezuela brise une nouvelle fois l’embargo contre la Syrie
Réseau Voltaire | 25 mai 2012

 

 

 

 

._______________________________________________________________________________

 

 

Libye, Afrique et Africom : une catastrophe en cours (Counterpunch)
arton16793-b2656.jpg
Dan GLAZEBROOK

La destruction du pouvoir régional indépendant qu’était la Libye a pavé la route pour la reconquête militaire de l’Afrique.

L'étendue de la tragédie que l'OTAN et ses alliés ont engendrée en Libye devient de plus en plus tristement évidente avec chaque jour qui passe. Les estimation sur le nombre des victimes varient, mais il semble qu'il y en ait eu au moins 50 000 ; à vrai dire, le ministère de la Défense britannique se vantait déjà en mai dernier que la massacre avait fait 35 000 morts. Mais ce chiffre ne cesse d'augmenter. La destruction des forces de l'état par le blitzkrieg Anglais, Français et Etasunien a laissé le pays dans un état de totale anarchie - au pire sens du terme. Les anciens "rebelles", qui n'avaient rien d'autre pour les unir que la volonté temporaire de servir de soldats au sol à l'OTAN, se retournent les uns contre les autres. 147 ont été tués au cours d'un conflit interne dans le sud de la Libye plus tôt dans l'année, et ces dernières semaines des bâtiments gouvernementaux - dont les quartiers du premier ministre - ont été attaqués par des "rebelles" qui réclamaient leurs salaires. 1,4 milliards de (...) Lire la suite »
Déclaration commune de 35 partis communistes et ouvriers : L’OTAN, menace pour la paix mondiale !
Communiqué du Collectif communiste Polex Deux poids, deux mesures ! Le massacre de populations civiles en Syrie est criminel. Mais il est abject d’en attribuer la responsabilité au seul pouvoir de Bachar el-Assad, alors que certains insurgés multiplient les attaques armées et les attentats, et (...)
"Flame", une cyber-arme visant peut-être l’Iran, détectée par le russe Kaspersky (fabricant d’antivirus)
Le spécialiste russe de la lutte antivirus Kaspersky Lab a découvert un nouveau virus informatique au potentiel d’infiltration inégalé, qui serait utilisé comme une cyber-arme contre des pays tels que l’Iran, probablement au profit de l’Occident et d’Israël. Le logiciel malveillant, connu sous le nom (...)
Israël à nouveau impliqué dans un trafic d’organes, cette fois-ci avec le Kosovo
Un suspect dans un scandale de trafic d’organes humains découvert au Kosovo en 2008 a été arrêté en Israël, a déclaré ce vendredi la police de l’Union européenne et la mission de la justice dans le pays des Balkans. Moshe Harel a été arrêté avec plusieurs autres personnes dans le cadre d’une enquête (...)
.
.

Moscou et Pékin rejettent

toute intervention armée en Syrie

arton94.png

 

Moscou et Pékin rejettent toute intervention armée en Syrie

Syrie/pressions: la Russie et la Chine contre toute intervention militaire

Syrie : La nouvelle géopolitique

«Roulette russe» de l'Occident en Syrie  

30/05/2012

«Roulette russe» de l'Occident en Syrie
http://www.alterinfo.net/notes/Roulette-russe-de-l-Occident-en-Syrie_b4318597.html
.
.
Jeudi 31 mai 2012

Syrie  Un massacre en Syrie, vendredi 25 mai 2012 dans la ville de Houla, a dépassé le seuil critique dont usent les media pour donner de l’importance à un fait dans le cas d’un conflit dit de « faible intensité ». Cent morts, d’un seul coup, ont été annoncés plusieurs fois, souvent faussement et sans qu’on puisse réellement vérifier la véracité des sources.

 

Cette fois pourtant, toutes les parties du conflit syrien concordent : la gamme des atrocités mesurées à Houla se mesure sur une échelle atroce et vérifiable, celle du carnage de masse qui touche principalement les innocents. Pour moitié des enfants.

 

Voice venu le temps des premiers articles annonçant la faillite imminente du plan de paix de Kofi Annan accepté le 27 mars par le gouvernement syrien. Mais durant ces deux derniers mois, peu d’articles ont fait état des énormes difficultés et des actions irresponsables qui ont affaibli jusqu’à le vider de sa substance le plan des Nations-Unies.

 

Le massacre de Houla n’est que le dernier fait parmi les milliers de violations comptabilisées, parmi les bombes criminelles destinées à toucher au cœur les principales instances du pouvoir syrien, parmi les actions de guérilla, parmi les massacres interethniques perpétrés par des escadrons de la mort, parmi les trafics transfrontaliers d’armes (avec une tension toujours plus grande au Liban),  jusqu’à la naissance de véritables no man’s lands qui annoncent une guerre civile endémique et une internationalisation du conflit.

 

Le mot « libanisation », vieux de plusieurs décades, illustre parfaitement ce que pourrait malheureusement connaître la Syrie.

 

L’implication de chars d’assaut dans les combats de Houla comme l’unique cause du massacre a été interprétée par une organisation londonienne peu digne de foi : l’observatoire syrien pour les droits humains. Les morts ont ainsi été imputés à un bombardement de l’armée gouvernementale durant les manifestations anti-régime de vendredi. Une grande partie des media occidentaux et des pétromonarchies accrédite cette version. Les terrifiantes images des victimes ne soulèvent pourtant aucun doute : les victimes n’apparaissent pas avoir été frappées par un bombardement mais semblent avoir purement et simplement été exécutées, y compris les enfants.

 

Dans ce film d’horreur, vous ne verrez pas la tête d’une gamine surgissant des décombres, comme à Gaza en 2009, mais des corps d’enfants étendus sur le côté le long d’un mur intact, des corps d’enfants desquels s’échappe un flux de sang. Dans l’échelle de l’horreur, c’est du pareil au même. Mais dans la compréhension des faits, ça change tout.

 

Même à cette occasion, le centre d’information « vox clamans » du diocèse gréco-catholique de Homs recueille des témoignages qui décrivent un scénario analogue à celui des autres massacres survenus ces derniers mois : des bandes toujours mieux armées attaquent soit l’armée syrienne, lui causant d’importantes pertes, soit des civils de différentes ethnies.

 

Une stratégie criminelle est en train d’émerger dans la lignée des précédents tristement célèbres d’Amérique centrale ou d’Irak, et qui est en mesure de mettre définitivement à mal le niveau minimum de sécurité que les États ont le devoir de garantir dans le cadre du pacte de citoyenneté. C’est un type de pression qui en soi remet à zéro n’importe quel plan de paix ou n’importe quelle tentative de vouloir ramener à une autorité régalienne le monopole légitime de la violence.

 

Alors, qui est derrière tout ça ? Le plan Annan ne plaît pas à ceux qui veulent coûte que coûte un changement de régime. Il ne plaît pas non plus aux États-Unis ni aux pétromonarchies. Une des violations les plus patentes à ce plan de paix a été l’escalade des trafics d’armement à partir de l’étranger en faveur des éléments les plus inflexibles de l’opposition syrienne. Le plan ne plaît pas également aux groupes toujours mieux équipés de type djihadiste, des milices d’assassins fanatiques qui veulent sceller violemment leur alliance objective avec Washington et Riyad. Et il ne plaît manifestement pas aux secteurs incroyablement myopes et rétrogrades du régime syrien, qui sentent menacées leurs rentes par les réformes imposées par Bachar al-Assad sous la pression des événements.

 

Il y a beaucoup d’observateurs qui regardent se dérouler en Syrie le film de l’horreur avec un prisme déformé jusqu’à attribuer à une unique main assassine les milliers de morts. La réalité se présente au contraire sous de multiples facettes. C’est la raison pour laquelle nous devrions être très prudents dans nos jugements. Á moins qu’on ne veuille nous désinformer. Auquel cas, nous serons là aussi très vigilants.

 

Capitaine Martin

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 16:40

 

dessin humour cartoon

© Olivier Ménégol – www.ledessindelasemaine.fr

 

 

12 05 15 Europe

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2012/05/et-si-la-gr%C3%A8ce-d%C3%A9cidait-de-faire-faillite-en-restant-dans-leuro.html


 

 

Europe,Crise,Finance.. clefs pour l'imbroglio européen et questions à se poser

 

Crise, Mondialisation financière, Europe de Bruxelles.

Quel rôle pour François Hollande ?

Des clefs pour comprendre l'imbroglio actuel.

Les questions qu'il faut se poser.

Par eva R-sistons

 

 

 

 

Grèce travaux d'hercule

Mediapart.fr

 

 

La Dictature Des Usuriers Goldman Sachs Deutsche Bank - La Grèce Ruinée Israël Veut La Piller

http://www.planetenonviolence.org/La-Dictature-Des-Usuriers-Goldman-Sachs-Deutsche-Bank-La-Grece-Ruinee-Israel-Veut-La-Piller_a2609.html

 


REVUE - MANIERE DE VOIR n°119 - CRISE BANCAIRE

 

LE CASSE DU SIECLE

 

-

 

Terriblement d'actualité.....

 

-

 

"Comme l'Alchimie, le commerce débridé de l'argent repose sur le mythe de la création de richesse ex nihilo. Il ne s'amende pas, il ne se régule pas. Il s'effondre."



(Pierre Rimbert - Editorial)
http://jcmemo-34.blogspot.fr/2011/10/revue-maniere-de-voir-n119-crise.html
.

.

 

.

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Infos - Actualité
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 01:28

 

J'avais promis à mes Lecteurs, voici 4 ans, un dossier sur l'OTAN. Débordée par la masse des documents toujours plus accumulés, je n'ai pas trouvé le temps de le publier. Michel Collon a fait le dossier à ma place. Merci ! eva


 

http://sergeadam.blogspot.fr/2011/09/libye-lotan-visage-deux-faces-menteur.html

 

L'Otan pour les nuls sur Investig'Action -

www.michelcollon.info


Ces 20 et 21 mai se tiendra à Chicago un nouveau sommet de l'Otan. L'occasion pour l'alliance militaire euratlantique d'affiner la redéfinition de ses missions. Car si l'Otan a officiellement été créée en 1949 pour prévenir l'Europe de l'Ouest d'une invasion soviétique, on pourrait bien se demander, 21 ans après la chute de l'URSS, à quoi sert encore l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord aujourd'hui. A moins que cet objectif officiel cache une autre vérité, moins avouable... C'est ce que nous vous proposons de découvrir dans ce dossier spécial consacré à l'Otan : comment l'alliance fut créée, quels objectifs poursuit-elle, quels scandales entachent son histoire et quels exploits elle a déjà accompli depuis la chute de l'URSS : de la Yougoslavie à la Libye en passant par l'Afghanistan.



A QUOI SERT VRAIMENT L'OTAN ?
 


21 ans après la fin du « péril rouge », pourquoi encore l'Otan ? - Roland Marounek
L'URSS évaporée, l'Otan subsiste... et poursuit toujours le même objectif fixé à sa création.

OTAN : le Pitbull Impérial - Edward S. Herman
"On dit que l'Otan fut créée comme une organisation défensive : c'est parfaitement faux !"

L'Otan, un outil pour des intérêt géostratégiques - Ludo De Brabander, Georges Spriet
"Malgré les tentatives de changement, l'alliance reste le pouvoir exécutif des stratégies US"



DES METHODES DISCUTABLES MAIS PEU DISCUTEES 


Le terrorisme non revendiqué de l'OTAN - Entretien avec Daniele Ganser - Silvia Cattori
Stratégie de la tension : les false-flags de l'Otan...

Les 15 mensonges de Jamie Shea et de l'OTAN - Michel Collon
Pour bombarder la Yougoslavie, l'ancien porte-parole de l'Otan a joué les Pinocchio. 



L'URSS PASSE, L'OTAN RESTE 


Évolution du rôle de l'OTAN à la faveur des guerres yougoslaves (1991-1999) - Georges Berghezan
Le coup de maître de l'Otan : survivre à la chute du bloc soviétique.

Bail prolongé pour l'OTAN au Kosovo - Georges Berghezan
Comment devenir pompier pyromane en dix leçons et quelques guerres.

De la Libye à la Syrie : tenir l'Otan en laisse - Vijay Prashad
Les pays du Sud ne sont plus dupes et n'accepteront pas une intervention en Syrie.

Syrie : « Une situation bien plus nuancée que celle présentée en Occident » - Bert De Belder
Le récit d'observateurs internationaux, loin des tambours de guerre de l'Otan.



USUAL SUSPECTS


La « Gauche » francophone belge et l'Otan - Roland Marounek
"Le bras armé des intérêts occidentaux ne peut être celui des nations du monde unies."



Flashmob for Peace - No to NATO!
20 mai 2012 - 14h - Bruxelles


Intal organise le dimanche 20 mai une action nationale visant à dénoncer l'existence et le rôle de l'Otan. A l'aide d'un flashmob et d'une performance, nous voulons isoler l'Otan et révéler les intérêts qu'elle défend.
Pour réussir cette action, nous devons être au moins 230 participants. Nous comptons ici sur vous!
Et que dois-je faire ? Tout d'abord vous vous inscrivez via ce lien. Vous choisissez le pays que vous désirez représenter parmi la liste des pays encore disponibles et nous vous ferons parvenir un drapeau de ce pays.

Données pratiques: Nous vous donnons rendez-vous le dimanche 20 mai après-midi dans le quartier de la gare Centrale à Bruxelles. L'action en elle-même durera maximum 1 heure. Envie de donner un petit coup de main pour la préparation? Envoyez un mail à lars.van.densen@telenet.be, il y a suffisamment de tâches pour lesquelles nous avons besoin d'aide le jour-même ou avant! Nous comptons sur votre participation afin de faire de cette action un véritable succès!

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 01:02

 

Syrie : Bachar al-Assad menacerait la France avec une virulence inouïe

Publié le17 mai 2012

1

 

Bachar al-Assad

 

Alors que le Washington Post indique dans son édition d’hier que les Etats-Unis aident à coordonner l’arrivée d’armes en Syrie à destination des rebelles qui luttent contre le régime du président Bachar al-Assad, on peut être rassuré. Ce n’est pas dans les médias français, mâtinés par du racisme quand il faut parler de la Syrie qu’on verra ça. 

Il est incompréhensible que la Russie n’envoie pas de troupes sur place pour éradiquer ces terroristes. Mardi dernier, lors d’un entretien sur la chaîne russe Rossia-24, le président syrien met en garde les nouvelles autorités françaises. J’ai suivi Soir 3 et la présentatrice du journal dit que le président russe “menace la France.” Un refus de relever la nuance dans le propos de Bachar al-Assad. En réalité, que dit le président syrien ?

Il dit que ce soutien inconditionnel aux terroristes ne pourra que se propager à termes ici aussi en Occident, compte tenu de la proximité avec le Moyen-orient.

Petits tracks backs:

Sur Sarkozy

“La question est de savoir ce que la France a gagné ces dernières années avec ses positions sur la Syrie et la Libye, notamment”

“Puisque nous parlons de la France, vous savez qu’elle a participé à des offensives militaires et qu’elle est responsable de la mort de centaines de milliers de Libyens.”

“J’espère que le nouveau président pensera à l’intérêt de la France. Je suis certain qu’il ne réside pas dans de nouvelles incitations au chaos et à la crise au Proche-Orient et dans le monde arabe”

Sur le terrorisme et son soutien occidental et celui du golfe (Qatar et Arabie saoudite)

“Ce qui se passe au Moyen-Orient, le chaos qu’on y créé – le terrorisme – aura un effet négatif en Europe aussi, parce que ce n’est pas loin de notre région”

“Pour les dirigeants de ces pays, il devient clair que ce n’est pas le ‘printemps’ mais le chaos et, comme je l’ai dit, si vous semez le chaos en Syrie vous pourriez être touché vous-même, ce qu’ils comprennent parfaitement”

Donc, lorsque des journalistes osent piétiner la déontologie qui est celle d’informer uniquement, c’est triste. D’ailleurs, les racistes qui ne comprennent rien nous accusent d’être des défenseurs des dictateurs (voir photo en dessous d’une page Facebook qui justifie le terrorisme). C’est simplement hallucinant de constater que ces gens ne comprennent pas l’enjeu de cette guerre qui cache en fait le contrôle du gaz. Passons.

Lisez le mode d’emploi du délire de ces clowns, ça ressemble étrangement aux pratiques de ceux de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), que tous les médias reprennent honteusement.


 

Syrie : Bachar al-Assad menacerait la France avec une virulence inouïe

by Allain Jules

 

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 00:12

 

manuel_valls_-_sebrieu.jpg

http://portrait.sebrieu.com/post/2011/01/03/Manuel-Valls-invit%C3%A9-%C3%A0-rejoindre-l-UMP., Sebrieu

 

 

Les Médias lancent Manuel Valls

comme une vulgaire lessive

pour nous berner !

Par eva R-sistons

 

 

Démocratie ?

 

Pas du tout !

 

Non seulement il n'y a pas alternative,

mais simple alternance de 2 partis presque identiques,

comme aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne...

 

Ensuite on nous impose, à force de matraquage,

de "choisir" un homme, de voter pour lui  !

 

Médias, sondeurs, tous s'y mettent,

avec en arrière plan le meneur de jeu, le CRIF :

Nous devions voter Sarkozy, "super Sarko",

nous aurions du voter DSK,

nous devrons voter Valls - ou Copé.

 

Valls est arrivé dernier pour le PS à la Primaire,

trop à droite. Martine Aubry a raison:

Cet homme n'a rien à faire à Gauche,

elle voulait l'expulser du PS !

Le moins aimé des Electeurs de Gauche pour ses idées de Droite

est maintenant en tête des sondages !

 

Il est vrai que les Médias le mettent en avant,

on le voit en premier,

on ne voit presque que lui,

il est valorisé, encensé,

et lorsqu'on fait un reportage sur un nouveau Ministre,

c'est lui qu'on choisit !

 

Il est lancé comme une vulgaire poudre à laver !

 

Valls est l'homme du Bilderberg,

il est choisi parce qu'il est un homme de droite,

parachuté au PS pour tuer définitivement

tout ce qui lui reste de gauche,

pour l'aligner sur le libéralisme le plus brutal,

l'atlantisme et le sionisme les plus durs.

D'ailleurs, comme DSK il reconnaît que sa priorité est Israël !

C'est une taupe, un infiltré comme Attali, BHL, Cohen au PS,

Cohn-Bendit chez les Verts...

 

Il n'est pas sincère, il est juste ambitieux !

Pendant la campagne, il suivait Hollande comme son ombre,

et il faisait tout pour s'assurer les faveurs de sa compagne Valérie.

Son unique but est de diriger à son tour la France

en se faisant passer pour un socialiste

alors qu'il a reconnu un jour que

"sa volonté est de réformer la Gauche",

comprenez, faire en sorte qu'elle soit le clone de la Droite !

 

D'ailleurs, il pense comme l'UMP :

Pour la retraite retardée, pour la TVA "sociale", etc.

Voilà la vérité !

 

Alerte ! Les médias sont en train de nous imposer

Manuel Valls comme choix contre notre gré et nos besoins !

Déjouons le piège avant d'en être les victimes !

Alertons partout nos concitoyens,

mettons-les en garde,

révélons la vérité !

Manuel Valls est l'homme du Club Bilderberg !

 

Voyez mon dossier :

 

 

 

 

Manuel Valls : « Je suis lié de manière éternelle à Israël »

 

http://oumma.com/Manuel-Valls-Je-suis-lie-de

 

.

Pendant que j'écris, je regarde LCP, " Ca vous regarde "

 

Un reportage sur la révélation de la campagne :

Manuel Valls !

Le même reportage que celui diffusé par FR2 !

 

Commentaires :

" Très belle promotion pour Manuel Valls

Regardez, pour ceux qui ne le connaissent pas, son portrait...

 

Il est pour l'allongement de la cotisation des retraites,

pour la TVA anti-sociale,

il est pour une politique de sécurité musclée,

il place ses partisans dans l'équipe de campagne de F. Hollande,

il se rapproche de sa compagne,

il est omniprésent ! "

 

 

Bien joué Bilderberg,

Bien joué le CRIF,

Bien joué les Médias aux ordres !

 

eva

 

 

BFMTV le propulse aussi.

Et un signe qui ne trompe pas,

Valls à l'Intérieur est bien accueilli

par le Syndicat de Police Alliance (très à Droite),

selon Jean-Claude Delage son Secrétaire général.

 

 

.

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Communautarisme
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 01:59

 

François Hollande élu : Ce qui va changer dans le rapport du Président aux médias

Modifié le 15-05-2012

Par Le Conseiller
Spécialiste en communication

LE PLUS. Dès le début de son mandat, Nicolas Sarkozy avait beaucoup parlé aux médias et avait annoncé qu'il s'adresserait régulièrement aux Français. Cette couverture médiatique intense continuera-t-elle ? Quel client François Hollande sera-t-il pour l'industrie médiatique ? Explications avec "Le Conseiller", spécialiste en communication qui tient à conserver l'anonymat.

Édité par Melissa Bounoua  

 Les couvertures des quotidiens au lendemain du second tour de l'élection présidentiel (T. COEX/AFP)

 Les couvertures des quotidiens au lendemain du second tour de l'élection présidentiel (T. COEX/AFP)

 

Parmi les poncifs serinés ad nauseam depuis le 6 mai, celui d'un Nicolas Sarkozy "vendeur de journaux" figure probablement sur le podium. L'hyperactivité, le goût de la provocation lui ont certes ouvert les pages et offert les "unes" de l'ensemble de la presse française, parce que ces marques de fabrique faisaient vendre.

 

Je fais le pari que la présidence Hollande va accompagner une évolution profonde de la hiérarchie médiatique, avec un retour probable vers des équilibres anciens. En clair ? Une chance donnée aux médias capables à la fois de montrer et décrypter une communication présidentielle qui ne "sur-soulignera" pas son propos et dont les signes seront soigneusement limités.

 

 

François Hollande a démontré dans sa conquête du pouvoir la maîtrise de quelques principes de communication essentiels : la répétition comme preuve de la constance (la rhétorique du changement, l'ambition pour la jeunesse, les bons mots sur le sortant), et la construction d'une image globale par tableaux successifs (présidentialisation à la suite des primaires par des interventions à l'austérité assumée, gestion de la métamorphose du candidat avec le discours du Bourget, retour à une attitude plus libre à l'approche de l'élection).

 

Sauf reniement spectaculaire de ce qui a fait son succès, sa communication ne sera pas sans conséquence sur le contenu médiatique des années à venir.

 

1. François Hollande ne sera pas un bon client pour les médias d'information en continu.

 

Le rapport au temps de François Hollande, fait, comme évoqué ci-dessus, de construction de messages puissants et durables par touches impressionnistes, favorisera la presse d'analyse au détriment des médias en temps réel. Le temps de la dramatisation des sommets internationaux auxquels participait Nicolas Sarkozy est bel et bien révolu.

 

Les journalistes ne seront plus abreuvés de SMS envoyés par l'entourage du président, faisant fuiter chaque rebondissement de la négociation, pour permettre aux chroniqueurs des chaînes d'information en continu de renouveler leurs commentaires sur l'image fixe de portes closes. Il fallait montrer que le président ne lâchait rien, que les difficultés étaient nombreuses, les nuits courtes et la volonté intacte. Les ressorts de la communication de François Hollande seront inévitablement différents, l'enjeu n'étant pas de manifester une énergie ou une volonté, mais une capacité à modifier l'ordre établi.

 

2.Une transformation profonde du "off" présidentiel.

 

En redonnant à la fonction présidentielle la hauteur et la distance perdues au cours des cinq dernières années, le "off" effectué par ses communicants, à la fois pédagogie et décryptage de ce qui ne peut être dit face caméra, sera déterminant. Nicolas Sarkozy se chargeait parfois en personne du "off" en recevant lui-même les journalistes, qui reprenaient ensuite certains propos en les mettant dans la bouche d'un "proche du président".

 

Jeu dangereux, qui pousse à questionner la sincérité du "off" et le degré de manipulation : la vraie valeur du "off" se mesure à sa préciosité et à sa rareté. L'épisode guyanais en début d'année en a marqué la faillite : un "off" qui doit être corrigé, démenti, précisé, est une sortie de piste.

 

C'est pourquoi la nomination de Christian Gravel, proche de Manuel Valls, à la tête de la communication élyséenne témoigne de cette volonté de fermeté dans la maîtrise de la parole présidentielle – et fait d'ailleurs écho à mon article du 5 mai : alors que François Hollande a déjà annoncé qu'aucun conseiller ne serait autorisé à s'exprimer dans la presse, parions que cette interdiction s'étendra également sur les confidences informelles qui nourrissent le bruit médiatique.

 

Tout écart de conduite vaudra au fautif un recadrage ferme et définitif par Christian Gravel. Aussi, la presse devra se désaccoutumer de cette perfusion de "off" qui, à trop forte dose, encourage à la paresse journalistique.

 

Je fais donc le pari de l'émancipation de certains médias ou du moins de certains journalistes, et d'un retour en grâce d'une presse écrite capable d'offrir à ses lecteurs une information non-soumise à la tyrannie du temps réel. Ce pari que je fais aujourd'hui est tout autant une conviction qu'un acte de foi, l'espoir d'une presse qui jouera davantage son rôle d'analyse en cessant de courir après le "live".

 

Tout l'écosystème y gagnera : on prend trop souvent les communicants pour des manipulateurs. Ils n'en n'ont pas toujours le pouvoir et ne devraient pas en revendiquer la capacité. Un vrai communicant ne peut correctement exercer son métier que dans le cadre de règles du jeu claires et face à des médias forts.

 

Communiquer, c'est prendre un risque ; un communicant est là pour gérer ce risque et le tourner en bénéfice. Constat magnifique : on ne peut bien communiquer que dans une presse de qualité.

 

 

"Le Conseiller" a tenu une chronique hebdomadaire dans "Le Nouvel Observateur" intitulée "Le journal du sorcier". Le dernier épisode a été publié dans l'édition du 10 mai.

 

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/551701-francois-hollande-elu-ce-qui-va-changer-dans-le-rapport-du-president-aux-medias.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20120515

 

.

 

Dernières parutions sur mon blog sos-crise

que vous ne trouverez pas dans les Médias :

 

 

 

Manifestation de soutien aux détenus palestiniens des prisons israéliennes, lundi 7 mai, à Gaza.

 

 

 

 

MMBlackOrganisations4.gif


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Emprise de Sarkozy
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 01:45

 

La zone euro de mal en pis, le désarroi se répand partout : En Grèce, dans les instances européennes, en Espagne, en Italie...

Publié le 15 mai 2012 dans Facebook 

http://www.u-p-r.fr/actualite-facebook/la-zone-euro-de-mal-en-pis-le-desarroi-se-repand-partout

 


La journée du 14 mai 2012 a marqué une nouvelle et forte dégradation de la situation globale en zone euro

:

EN GRÈCE

Alors que des rumeurs avaient circulé pendant le week-end sur un possible « gouvernement de technocrates » qui aurait permis de ne pas reconvoquer des élections, la Grèce n’est toujours pas parvenue, ce lundi, à se sortir du casse-tête politique, économique et social dans laquelle l’a plongée l’euro.

La probabilité que la toute nouvelle assemblée nationale soit dissoute dans l’espoir de voir émerger une coalition majoritaire s’est donc encore accrue.

Mais ce pourrait être un remède pire que le mal aux yeux des européistes, qui craignent que tout cela ne débouche sur une majorité plus écrasante encore en faveur d’un rejet des plans de destruction du pays concoctés par la Commission européenne, le FMI et les grands établissements bancaires.

DANS LES INSTANCES EUROPÉENNES

Cette perspective de plus en plus chaotique en Grèce a conduit l’inamovible président de « l’eurogroupe », le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, à se livrer à un exercice de « langue de bois » digne de la Haute Époque brejnévienne. D’un coup de menton, cet européiste caricatural a affirmé devant la presse que « les pays membres de la zone euro ont l’intention inébranlable de conserver la Grèce dans l’union monétaire ».

Pour qui connaît les allées du pouvoir européiste, cette déclaration signifie exactement le contraire. Car M. Juncker n’aurait jamais affirmé pareille certitude si le problème, justement, ne se posait pas.

Il l’a d’ailleurs puérilement avoué quelques instants après, en critiquant violemment la « propagande » [sic !] de ceux qui évoquent la possibilité qu’Athènes soit exclu de l’euro. Il a ainsi éructé : « Nous sommes 17 États membres copropriétaires de notre monnaie commune, je n’envisage pas une seconde que la Grèce quitte la zone euro, c’est du non-sens, c’est absurde, c’est de la propagande. »

Notons au passage, pour les amateurs de précision, que M. Juncker parle bien de « monnaie commune » et non pas de « monnaie unique ». Cela confirme ce que j’expose depuis des années dans mes interviews et dans mes conférences. Cela prouve aussi qu’à la différence de certaines de nos « vedettes » de l’élection présidentielle (qui croyaient malin de proposer de transformer l’euro en… une monnaie commune, ce qu’elle est déjà !!), M. Juncker sait au moins comment fonctionne l’euro.

EN ESPAGNE

Un malheur n’arrivant jamais seul, on a appris le même jour que l’Espagne peinait à emprunter les 3 milliards d’euros dont elle avait besoin. Elle est parvenue à lever tout juste 2,903 milliards d’euros à 12 et 18 mois et elle a dû concéder des taux en hausse sensible sur les deux échéances : à 2,985% pour les bons à 12 mois (contre 2,623% le 17 avril) et à 3,302% pour les bons à 18 mois, (contre 3,110% à la même date).

Cette dégradation des conditions d’emprunt signifie que les marchés financiers sont de nouveau inquiets sur l’Espagne, et en particulier sur son secteur bancaire, sur la crise de l’immobilier espagnol, et sur l’impact de tout cela sur la BCE et sur l’euro.

On a en effet appris que la dette des banques espagnoles envers la Banque centrale européenne a atteint en avril un record historique, à 263,5 milliards d’euros. Ce montant témoigne de la difficulté extrême des banques espagnoles à recourir au marché (au lieu de la BCE) pour se financer. Le recours des banques espagnoles à la BCE, qui avait grimpé jusqu’à 131,9 milliards d’euros en juillet 2010, avait depuis régulièrement baissé, descendant jusqu’à 42,2 milliards en avril 2011.

Avec 263,5 milliards d’euros, il a donc été multiplié par 6 en un an !
C’est dire à quel point le climat de défiance des marchés financiers est général vis-à-vis de l’Espagne.

Pour tenter d’y porter remède, le gouvernement de M. Rajoy vient d’obliger les banques à provisionner dans leurs comptes encore 30 milliards d’euros supplémentaires en 2012. Les quatre plus grands établissements financiers espagnols (Santander, BBVA, CaixaBank et Bankia en voie de nationalisation partielle), devront à elles seules passer plus d’un tiers de ce montant (11,3 milliards d’euros).

Cette nouvelle exigence s’ajoute aux précédentes mesures introduites en février, qui imposaient déjà 53,8 milliards d’euros de provisions de plus en 2012 aux banques.

C’est dire que le gouvernement espagnol estime qu’il y a au moins 83,8 milliards d’euros de créances immobilières pourries dans le système bancaire du pays… La spéculation immobilière place ainsi notre voisin ibérique de plus en plus près du gouffre.

EN ITALIE

Enfin, cerise sur le gâteau immangeable de l’euro, on a appris ce 14 mai au soir que l’agence de notation Moody’s a décidé d’abaisser immédiatement la note de crédit de long terme de… 26 banques italiennes.

Les abaissements vont d’un à quatre crans, avec un cran pour les deux plus grandes banques du pays UniCredit et Intesa Sanpaolo, toutes deux ramenées à A3.

Plus grandiose encore, la perspective est négative pour toutes les banques concernées. Ce qui signifie que Moody’s envisage d’abaisser encore ces notes, si les problèmes de financement s’aggravent, en cas de récession prolongée ou encore en cas d’abaissement de la note de l’État italien.

Les notes des banques italiennes font maintenant partie des plus basses chez les pays européens avancés.

 

CONCLUSION

L’enfoncement de la Grèce dans le chaos a fait plonger toutes les bourses mondiales (Paris a perdu -2,3 % et Wall Street près de – 1%) et a fait baisser l’euro par rapport au dollar.

On imagine à peine ce qu’il en serait si c’était ensuite au tour de l’Espagne et de l’Italie de sombrer à leur tour dans « l’euro-chaos ».

Dans ce contexte d’effondrement général, la seule chose qui grimpe, c’est… le nombre des adhérents de l’UPR. Le flux d’adhésions à notre mouvement se poursuit de plus belle ; nous aurons l’occasion de faire le point prochainement pour nos lecteurs.

 

à lire également
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Silence médias sur...
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 01:21

 

 

Dr Didier MOULINIER Bordeaux Cauderan par Didier Moulinier

Appel au secours du Docteur Didier Moulinier de Bordeaux Caudéran pour la défense d'une médecine alternative dans le domaine de la cancérologie et la liberté du choix thérapeutique dans l'intérêt des malades .Pour l'application de traitements plus individualisés en médecine.
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Silence médias sur...
commenter cet article

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • R-sistons  à  la  désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages