Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 09:40

Les Tsiganes furent, comme les Juifs,

interpellés et mis dans des camps.
Voici une carte des camps de concentration en France.

Les camps pour Tsiganes figurent en bleu :


Carte des camps en France

 

Un autre peuple victime de l'extermination : les Tsiganes

« Et les Tsiganes ? » me demande-t-on. « Pourquoi est-ce qu'on en parle presque pas ? »

Il faut comprendre que les Tsiganes sont un peuple de l'oral plus que de l'écrit. Aussi a-t-on beaucoup moins de témoignages de survivants. D'autre part, le racisme contre les gitans, tsiganes, gens du voyage a continué après la guerre, et de nos jours encore.

Sommaire :

Un exemple de camp pour Tsiganes : le camp de Jasenovac en C

 

Le camp de concentration pour Tsiganes de Montreuil-Bellay
Le camp de concentration pour Tsiganes de Montreuil-Bellay

Ces camps furent rapidement détruits et oubliés après la guerre. Il fallut attendre 1985 pour qu'une plaque soit apposée à Poitiers :

Plaque commémorative apposée en 1985 à Poitiers

Plus tard, en 1994, une plaque additive fut apposée, qui évoquait le fait que ces crimes contre l'humanité avaient été « commis sous l'autorité de fait de l'Etat français ». En effet, ces camps étaient administrés, gardés par le régime de Vichy.

Une extermination qui a touché toute l'Europe

La déportation des Tsiganes vers les camps d'extermination
Source : Martin Gilbert, Atlas de la Shoah, Editions de l'Aube, 1992
La déportation des Tsiganes vers les camps d'extermination
La carte signale l'existence de divers camps et aussi de lieux où les femmes tsiganes étaient stérilisées contre leur volonté.
Ce fut le cas à Valognes, dans le département de la Manche (50).


Carte du génocide des tsiganes
Source : Richard Overy, Atlas historique du IIIe Reich, Editions Autrement, 1999

    Furent exterminés :

  • plus du quart des Tsiganes de France ou de Hongrie,
  • près de la moitié des Tsiganes de Yougoslavie ou de Lettonie,
  • les trois quart des Tsiganes d'Allemagne ou de Belgique,
  • la totalité des Tsiganes des Pays-Bas, du Luxembourg  et de Lituanie .

(Extrait de

Génocides: Tsiganes, Juifs, Indiens.. Pour la commémoration commune)

Vendredi 4 février 2011 5 04 /02 /Fév /2011 00:54

 

 

Commentaire reçu sur ce post

 

 

Bonjour,

Votre carte des camps d'internement des Tsiganes ne comporte pas celui d'Arc-et-Senans (Doubs). J'y ai consacré un ouvrage intitulé "Chronique des jours immobiles", édité par L'Harmattan en janvier 2011.

Bien cordialement.

Alain Gagnieux

 

 

Voici donc des articles sur ce livre :

 

 


rectoverso
CHRONIQUE DES JOURS IMMOBILES
Les nomades internés à Arc-et-Senans 1941-1943
Alain Gagnieux
Préface de Jacques Sigot
Mémoires du XXe siècle
HISTOIRE DEUXIÈME GUERRE MONDIALE EUROPE France


Le 6 avril 1940, un décret présidentiel assigne à résidence ceux que la loi de 1912 désigne comme "nomades". Il s'agit de populations itinérantes (Manouches, Roms, Gitans, Yéniches, forains), englobées sous le vocable Tsiganes, mais françaises de souche pour la plupart. L'occupation allemande scelle leur destin : dans l'indifférence générale, ils sont traqués et internés dès l'automne 1940, dans une trentaine de camps. Cet ouvrage retrace le quotidien des internés d'Arc-et-Senans, dans le Doubs, à partir d'archives et de témoignages.
http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=33240
Le 6 avril 1940, sous la IIIème république finissante, un décret présidentiel assigne à résidence ceux que la loi de 1912 désigne comme " nomades ".
Il s'agit de populations itinérantes hétérogènes (Manouches, Roms, Gitans, Yéniches, forains), englobées sous le vocable de Tsiganes, mais françaises de souche pour la plupart. Avec l'occupation allemande, leur destin est scellé. Dès l'automne 1940, les " nomades " sont traqués pour être internés dans la trentaine de camps érigés par le gouvernement de Vichy. Dans l'indifférence générale, ils y seront parqués plusieurs années.
À Arc-et-Senans, dans le département du Doubs, c'est un site prestigieux, l'ancienne saline Royale de Nicolas Ledoux, qui servit à emprisonner pendant près de deux ans, dans des conditions indignes, plus de 370 personnes dont près de la moitié étaient des enfants de moins de 15 ans. À partir des archives et des témoignages, cet ouvrage a pour objet d'accompagner ces hommes et ces femmes, ces garçons et ces filles, dans l'interminable déroulement des jours d'enfermement qu'ils eurent à subir, pour la seule et simple raison qu'ils étaient - comme on les nomme aujourd'hui - des Gens du voyage.
http://www.decitre.fr/livres/Chronique-des-jours-immobiles.aspx/9782296139305
Nomades internés à Arc-et-Senans 1941-1943
21 février 2011
Par Jean Claude Farcy

Parution de Alain Gagnieux, Chronique des jours immobiles. Les nomades internés à Arc-et-Senans 1941-1943, Paris, L’Harmattan, collection « Mémoires du XXe siècle », 2011, 324 p. ISBN : 978-2-296-13930-5

 

Présentation de l’éditeur

Le 6 avril 1940, sous la IIIème république finissante, un décret présidentiel assigne à résidence ceux que la loi de 1912 désigne comme ” nomades “.
Il s’agit de populations itinérantes hétérogènes (Manouches, Roms, Gitans, Yéniches, forains), englobées sous le vocable de Tsiganes, mais françaises de souche pour la plupart. Avec l’occupation allemande, leur destin est scellé. Dès l’automne 1940, les ” nomades ” sont traqués pour être internés dans la trentaine de camps érigés par le gouvernement de Vichy. Dans l’indifférence générale, ils y seront parqués plusieurs années.
À Arc-et-Senans, dans le département du Doubs, c’est un site prestigieux, l’ancienne saline Royale de Nicolas Ledoux, qui servit à emprisonner pendant près de deux ans, dans des conditions indignes, plus de 370 personnes dont près de la moitié étaient des enfants de moins de 15 ans. À partir des archives et des témoignages, cet ouvrage a pour objet d’accompagner ces hommes et ces femmes, ces garçons et ces filles, dans l’interminable déroulement des jours d’enfermement qu’ils eurent à subir, pour la seule et simple raison qu’ils étaient – comme on les nomme aujourd’hui – des Gens du voyage.

L’auteur

Alain Gagnieux est né en 1949 à Villemomble (Seine-Saint-Denis).
Professeur au lycée Victor Hugo de Besançon (Doubs) de 1995 à 2008, chargé du service éducatif des Archives départementales du Doubs de 2003 à 2008, il est l’auteur de Planoise 1960-1990, une petite ville au sein de Besançon et de Etrangers de chez nous – L’immigration dans le Doubs et à Colombier-Fontaine (1850-1950).

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Publications, Ouvrages

 

http://criminocorpus.hypotheses.org/?p=2678

 

Les "nomades" internés à Arc-et-Senans - 1941-1943

Préface de Jacques SIGOT

 
   

Editions L'Harmattan (2011)________Mémoires du XXe siècle

 
   

Le 6 avril 1940, sous la IIIème république finissante, un décret présidentiel assigne à résidence ceux que la loi de 1912 désigne comme « nomades ». Il s’agit de populations itinérantes hétérogènes (Manouches, Roms, Gitans, Yéniches, forains, …), englobées sous le vocable de Tsiganes, mais françaises de souche pour la plupart.

Avec l’occupation allemande, leur destin est scellé. Dès l’automne 1940, les « nomades » sont traqués pour être internés dans la trentaine de camps érigés par le gouvernement de Vichy. Dans l’indifférence générale, ils y seront parqués plusieurs années.

À Arc-et-Senans, dans le département du Doubs, c’est un site prestigieux, l’ancienne saline Royale de Nicolas Ledoux, qui servit à emprisonner pendant près de deux ans, dans des conditions indignes, plus de 370 personnes, dont près de la moitié étaient des enfants de moins de 15 ans.

A partir des archives et des témoignages, cet ouvrage a pour objet d’accompagner ces hommes et ces femmes, ces garçons et ces filles, dans l’interminable déroulement des jours d’enfermement qu’ils eurent à subir, pour la seule et simple raison qu’ils étaient ce qu’on appelle aujourd’hui des Gens du voyage.

Alain Gagnieux est né en 1949 à Villemomble (Seine-Saint-Denis). Professeur au lycée Victor Hugo de Besançon (Doubs) de 1995 à 2008, chargé du service éducatif des Archives départementales du Doubs de 2003 à 2008, il est l’auteur de Planoise 1960-1990, une petite ville au sein de Besançon ? et de Etrangers de chez nous – L’immigration dans le Doubs et à Colombier-Fontaine (1850-1950).

Sommaire

Pour commander :

- directement en ligne sinon

- télécharger le bon de commande

 

 

 

   

Retour au sommaire "Migrations"

 

http://alain.gagnieux.pagesperso-orange.fr/migrations/nomades/arc_et_senans/chronique_presentation.htm

Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 04:30

 

 

 

Libye - rassemblement devant l’Assemblée Nationale
à Paris, samedi 9 avril 2011 - de 14h à 17h

 

 

 

Séismes : le gouvernement américain

pris en flagrant délit de mensonge

http://www.solidariteetprogres.org/article7623.html

 

 

Le CSFRStop FessenheimStop Transports-Halte au Nucléaire, Alsace Nature avec les associations amies, badoises et suissesappellent les citoyens de la Tri-Regio à un pique-nique antinucléairesur l’île du Rhin, côté digue est du Grand Canal à proximité de lacentrale hydroélectrique de Fessenheim (en direction de Hartheim Allemagne) le :

 

dimanche 10 avril 2011 à 14h00

 

 

Plus que jamais, il est urgent d'arrêter la doyenne française des centrales nucléaires, avant que l’irréparable ne se produise

 

.

http://socio13.files.wordpress.com/2010/03/otan-criminel-mondial1.jpg

 

 

La dernière trouvaille d'Attali le héraut du NOM,

sur Bibliothèque Médicis de son ami Elkabbach (8.4.11) :

 

"L'OTAN est l'instrument de la démocratie !"

 

Pour moi, c'est

"l'Organisation Terroriste Anti-Nations"

eva R-sistons

 

 

 

 

 

Comprendre la guerre en Libye (2/3)
Les véritables objectifs vont bien au-delà du pétrole

MICHEL COLLON

Après "Des questions qu'il faut se poser à chaque guerre", envoyé hier, voici la deuxième partie de cet article : "Les véritables objectifs des USA vont bien au-delà du pétrole"

Objectif n°1 : Contrôler l'ensemble du pétrole. Pourquoi ces rivalités USA - France - Allemagne - Italie ?
Objectif n° 2 : Sécuriser Israël.
Objectif n° 3 : Empêcher la libération du monde arabe. "Révolutions Facebook", grand complot US ou vraies révolutions ?
Objectif n° 4 : Empêcher l'unité africaine. Kadhafi a défié le FMI.
Objectif n° 5 : Installer l'Otan comme gendarme de l'Afrique. Pourquoi ne parle-t-on pas d'Africom ? Quelles seront les prochaines cibles en Afrique ?

DEMAIN : 3ème partie : Pistes pour agir

Lire l'article Comprendre la guerre en Libye (2/3)

 

 

extrait :

Objectif n° 3 : Empêcher la libération du monde arabe

 
Qui règne aujourd’hui sur l’ensemble du monde arabe, son économie, ses ressources et son pétrole ? Pas les peuples arabes, on le sait. Mais pas non plus les dictateurs en place. Certes, ils occupent le devant de la scène, mais les véritables maîtres sont dans les coulisses.
Ce sont les multinationales US et européennes qui décident ce qu’on va produire ou non dans ces pays, quels salaires on paiera, à qui profiteront les revenus du pétrole et quels dirigeants on y imposera. Ce sont les multinationales qui enrichissent leurs actionnaires sur le dos des populations arabes.
Imposer des tyrans à l’ensemble du monde arabe a des conséquences très graves : le pétrole, mais aussi les autres ressources naturelles servent seulement aux profits des multinationales, pas à diversifier l’économie locale et à créer des emplois. En outre, les multinationales imposent des bas salaires dans le tourisme, les petites industries et les services en sous-traitance.
Du coup, ces économies restent dépendantes, déséquilibrées et elles ne répondent pas aux besoins des peuples. Dans les années à venir, le chômage va encore s’aggraver. Car 35% des Arabes ont moins de quinze ans. Les dictateurs sont des employés des multinationales, chargés d’assurer leurs profits et de briser la contestation. Les dictateurs ont pour rôle d’empêcher la Justice sociale.
Trois cent millions d’Arabes répartis en vingt pays, mais se considérant à juste titre comme une seule nation, se trouvent donc placés face à un choix décisif : accepter le maintien de ce colonialisme ou devenir indépendants en empruntant une voie nouvelle ? Tout autour, le monde est en plein bouleversement : la Chine, le Brésil et d’autres pays s’émancipent politiquement, ce qui leur permet de progresser économiquement. Le monde arabe demeurera-t-il en arrière ? Restera-t-il une dépendance des Etats-Unis et de l’Europe, une arme que ceux-ci utilisent contre les autres nations dans la grande bataille économique et politique internationale ? Ou bien l’heure de la libération va-t-elle enfin sonner ?
Cette idée terrorise les stratèges de Washington. Si le monde arabe et le pétrole leur échappent, c’en est fini de leur domination sur la planète. Car les Etats-Unis, puissance en déclin économique et politique, sont de plus en plus contestés : par l’Allemagne, par la Russie, par l’Amérique latine et par la Chine. En outre, de nombreux pays du Sud aspirent à développer les relations Sud – Sud, plus avantageuses que la dépendance envers les Etats-Unis.
Ceux-ci ont de plus en plus de mal à se maintenir comme la plus grande puissance mondiale, capable de piller des nations entières et capable de porter la guerre partout où ils le décident. Répétons-le : si demain le monde arabe s’unit et se libère, si les Etats-Unis perdent l’arme du pétrole, ils ne seront plus qu’une puissance de second rang dans un monde multipolaire. Mais ce sera un grand progrès pour l’humanité : les relations internationales prendront un nouveau cours, et les peuples du Sud pourront enfin décider de leur propre sort et en finir avec la pauvreté.

 

 

 

3. Pistes pour agir
Les 5 principes de la propagande de guerre appliqués à la Libye - Qui nous informe ? - Distinguer deux questions différentes - Droit d'ingérence ? - Que faire ?

Lire l'article :
Comprendre la guerre en Libye (3/3) Pistes pour agir

 


 

 

download?mid=1%5f21076014%5fAN6xktkAADRh



Comité Valmy : www.comite-valm.org - - - info@comite-valmy.org

nouveautésDERRIÈRE LES VICTOIRES APPARENTES, EN PERSPECTIVE LA DÉROUTE DES VALETS DE L’EMPIRE par Claude Beaulieu et Franck de Bouvineshttp://www.comite-valmy.org/spip.php?article1367

Rassembler les idées et les forces » dans la lutte contre les guerres coloniales - par Domenico Losurdo et Giuletto Chiesa http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1366

Côte d’Ivoire : Ce n’est pas ma France qui fait la guerre - par Fanck De Bouvines -http://www.comite-valmy.or/spip.php?article135

Derrière la démocratie états-unienne : l’État profond par Peter Dale Scott, Maxime Chaix , Anthony Spaggiarihttp://www.comite-valmy.org/spip.php?article1359

La France en Côte d’Ivoire : la démocratie au canon - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1365

Le nom volé d’une idée violée par Michel Peyret - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1358

Quand la police traque les personnes de couleur noire, place de l’Etoile, à Paris - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1364

L’ONU et l’OTAN Quelle sécurité et pour qui ? par Hans Christof von Sponeck, ancien suppléant du Secrétaire général de l’ONU
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article173

Alerte ! Une nouvelle guerre coloniale commence "au nom de la France" en Côte d’Ivoire, par Jean LEVYhttp://www.comite-valmy.org/spip.php?article1356

Non à l’exclusion de Maxime Gremetz du groupe « Gauche démocrate et républicaine » à l’Assemblée Nationale - Une lettre d’André Gérin
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1357

Côte-d’Ivoire : le néo-colonialisme, arme de destruction massive de l’Afrique et de la France - Antoine Manessishttp://www.comite-valmy.org/spip.php?article1353

Orwell, l’OTAN et la guerre contre la Libye par Domenico Losurdo - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1351

A propos des mensonges sur la Côte d’Ivoire et, Ingérence de la France et ONUCI en Cote d’Ivoirehttp://www.comite-valmy.org/spip.php?article1352


Côte d’Ivoire : après les massacres à Duékoué, la France va-t-elle continuer de soutenir un "criminel de guerre"? par Jean LEVY
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1350

La Syrie, prochaine cible de l’OTAN ? par Gilles Munier - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1354


Côte d’Ivoire : UN MESSAGE DE DESEPOIR DE DUEKUE - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1349
La Syrie et la dignité arabe par Soraya Hélou - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1347

Guerre en Côte d’Ivoire : La nuit où Laurent Gbagbo ne mourut point ! et, Comment Lumumba est-il devenu le combattant de la liberté (vidéo)
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1348

 

.


 

 

 

Paris enferré en Libye et en Côte d'Ivoire
par Kharroubi HABIB

Quand les Français se rendront compte que l'activisme agité de leur
président aura contribué à générer les impasses dans lesquelles vont se
retrouver la Côte d'Ivoire et la Libye, alors le retour de manivelle n'en
sera que plus brutal.

Laurent Gbagbo, le président ivoirien sortant, est fini. Son départ au
moment où nous écrivons est question d'heures. Il en sera de même à plus ou
moins longue échéance pour le leader libyen Muammar El-Kadhafi. Ces deux
aboutissements (...)

->
http://www.legrandsoir.info/Paris-enferre-en-Libye-et-en-Cote-d-Ivoire.html

..........................................................

7 avril 2011
Entretien avec Alex Callinicos, professeur de Théorie Sociale au King's
Collège de Londres
La crise du capitalisme (Socialist Worker)
par DIVERS

Le Socialist Worker a demandé à Alex Callinicos qu'il nous explique la
crise du capitalisme global qui se poursuit et si il croit que les
gouvernements pourront faire que ce soit la classe travailleuse qui la
paie.

Il semble que cette crise ne se calme pas. Comment nous sommes nous
fourrés dans ce pétrin ?

Certains économistes et historiens économiques décrivent cette crise en
disant que c'est la première Grande Dépression du XXIe siècle et la compare
avec la Grande Dépression de (...)

->
http://www.legrandsoir.info/La-crise-du-capitalisme-Socialist-Worker.html

..........................................................

7 avril 2011

Les raisons de Cuba : Agents pour le changement ?
par REPRISE d'ARTICLE

Les services secrets des Etats-Unis attachent la plus haute priorité à la
fabrication de « leaders sociaux » • Ils centrent leur recherche sur
des groupes d'intérêt : les jeunes, les artistes et intellectuels, des
individus « capables » de mener cette « transition », celle qu'ils
souhaitent à Cuba • A ce travail qui n'a rien de diplomatique
participe, au premier chef, la Section des intérêts des Etats-Unis à La
Havane (SINA) • C'est ce que nous (...)

->
http://www.legrandsoir.info/Les-raisons-de-Cuba-Agents-pour-le-changement.html

..........................................................

6 avril 2011

Le reniement honteux de Goldstone (The Electronic Intifada)
par Ilan PAPPE

"Si j'avais su ce que je sais aujourd'hui, le rapport Goldstone aurait été
différent". C'est ainsi que commence le papier que Goldstone a fait
paraître dans le Washington Post et qui soulève tant de commentaires. J'ai
vraiment l'impression que l'éditeur a probablement modifié le texte et que
la phrase originelle devait être quelque chose comme : "Si j'avais su que
cela ferait de moi un Juif qui a la haine de soi (self-hating Jew dans le
texte) aux yeux d'Israël ma bien aimée, et aux yeux de (...)

-> http://www.legrandsoir.info/Goldstone-retourne-sa-veste.html

..........................................................

6 avril 2011

Les Pieds Nickelés, Bras Armé de l'Occident Chrétien en Croisade
par Pathé MBODJE

Cruel retour des choses : après près de trois semaines de bombardements
sans retenue, la réalité est là que Khadafi résiste toujours et reprend
même du poil de la bête sur des pieds nickelés sans envergure réels mais
armés par des croisés modernes pour déloger le héros d'hier qu'il faut
désormais liquider.

Les troupes loyalistes sont en effet toujours aussi actives et les
coalisés-croisés s'enlisent, passent de l'Otan aux États-Unis et
inversement. Il faut désormais déclarer une guerre qui (...)

->
http://www.legrandsoir.info/Les-Pieds-Nickeles-Bras-Arme-de-l-Occident-Chretien-en-Croisade.html

..........................................................

5 avril 2011
un pilote aux commandes d'un avion militaire est un « civil », mais un
enfant qui lance des pierres est un « terroriste »
Orwell, l'OTAN et la guerre contre la Libye
par Domenico LOSURDO

Les mots ont-ils encore un sens ? En lisant des articles sur la guerre de
Libye dans la presse anglo-saxonne et italienne, Domenico Losurdo a été
frappé par l'inversion des signifiés. La propagande de l'OTAN, comme celle
imaginée par George Orwell dans son célèbre roman d'anticipation, passe
d'abord par un grossier trucage sémantique.

En 1949, tandis que fait rage une guerre froide qui risque de se
transformer d'un moment à l'autre en holocauste (...)

->
http://www.legrandsoir.info/Orwell-l-OTAN-et-la-guerre-contre-la-Libye.html

..........................................................

5 avril 2011

Une laïcité à géométrie variable - Le procès récurrent de l'Islam
par Chems Eddine CHITOUR

« La France n'est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une
religion, c'est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il
n'y a pas de Français de souche, il n'y a qu'une France de métissage »

Éric Besson (ancien ministre français de l'identité nationale)

Le mardi 5 avril, l'UMP, le parti de la droite française ouvre la boite de
Pandore de la laïcité et des religions. Les observateurs ne s'y trompent
pas, c'est l'Islam, encore une fois, dont on examinera la (...)

->
http://www.legrandsoir.info/Une-laicite-a-geometrie-variable-Le-proces-recurrent-de-l-Islam.html

..........................................................

5 avril 2011

Le mieux et le plus intelligent
par Fidel CASTRO

(nouvelle traduction mise en ligne 7/4/2011)

Hier, pour des motifs d'espace et de temps, je n'ai dit mot du discours
sur la guerre de Libye que Barack Obama a prononcé le lundi 28. Je
disposais d'une copie de la version officielle distribuée à la presse par
le gouvernement étasunien. J'avais souligné certaines choses. Je l'ai
révisé et je me suis convaincu qu'il ne valait guère la peine de trop
dépenser de papier à ça.

Je me suis rappelé ce que (...)

-> http://www.legrandsoir.info/Le-meilleur-et-le-plus-intelligent.html

..........................................................

5 avril 2011

l'OMS sous l'influence de l'industrie pharmaceutique
par Thierry BRUGVIN

Introduction

C'est seulement depuis le début de l'année 2010 que certains médias
dénoncent l'influence de l'industrie pharmaceutique sur les pouvoirs
publics, tels l'OMS et le gouvernement français notamment. Or, la mainmise
des lobbies pétrochimiques vis-à-vis de l'OMS remonte quasiment à sa
création. L'ONU, et particulièrement l'OMS, sont l'objet d'un intense
lobbying des multinationales, de la création du Global Compact à (...)

->
http://www.legrandsoir.info/l-OMS-sous-l-influence-de-l-industrie-pharmaceutique.html

..........................................................

4 avril 2011

Huit propositions urgentes pour une autre Europe
par Éric TOUSSAINT

La crise secoue l'Union européenne jusque dans ses fondations. Pour
plusieurs pays, le nœud coulant de la dette publique s'est refermé sur
eux et ils sont pris à la gorge par les marchés financiers. Avec la
complicité active des gouvernements en place, de la Commission européenne,
de la Banque centrale européenne et du FMI, les institutions financières à
l'origine de la crise s'enrichissent et spéculent sur les dettes des États.
Le patronat profite de la (...)

->
http://www.legrandsoir.info/Huit-propositions-urgentes-pour-une-autre-Europe.html

 

 

Autres extraits :

Comprendre la guerre en Libye (2/3)
Les véritables objectifs vont bien au-delà du pétrole

 
Ceux pour qui la démocratie est dangereuse
 
Les puissances coloniales ou néocoloniales d’hier nous jurent qu’elles ont changé. Après avoir financé, armé, conseillé et protégé Ben Ali, Moubarak et compagnie, voilà que les Etats-Unis, la France et les autres nous inondent de déclarations touchantes. Comme Hillary Clinton : « Nous soutenons l’aspiration des peuples arabes à la démocratie. »
C’est un mensonge total. Les Etats-Unis et leurs alliés ne veulent absolument pas d’une démocratie arabe, ne veulent absolument pas que les Arabes puissent décider sur leur pétrole et leurs autres richesses. Ils ont donc tout fait pour freiner la démocratisation, pour maintenir au pouvoir des responsables de l’ancien régime. Et, quand cela échoue, pour imposer d’autres dirigeants à eux, chargés de démobiliser les résistances populaires. Le pouvoir égyptien vient par exemple de prendre des mesures anti-grèves très brutales.
Expliquer la guerre contre la Libye par cette idée qu’après la Tunisie et l’Egypte, Washington et Paris auraient « compris » et voudraient se donner bonne conscience ou en tout cas redorer leur blason, ce n’est donc qu’une grosse tromperie. En réalité, la politique occidentale dans le monde arabe forme un ensemble qui s’applique sous trois formes diverses : 1. Maintenir des dictatures répressives. 2. Remplacer Moubarak et Ben Ali par des pions sous contrôle. 3. Renverser les gouvernements de Tripoli, Damas et Téhéran pour recoloniser ces pays « perdus ». Trois méthodes, mais un même objectif : maintenir le monde arabe sous domination pour continuer à l’exploiter.
La démocratie est dangereuse quand on représente seulement les intérêts d’une toute petite minorité sociale. Ce qui fait très peur aux Etats-Unis, c’est que le mécontentement social a éclaté dans pratiquement toutes les dictatures arabes… En Irak (et nos médias n’en ont rien dit), de nombreuses grèves ont touché le pétrole, le textile, l’électricité et d’autres secteurs. A Kut, les troupes US ont même encerclé une usine textile en grève. On a manifesté dans seize des dix-huit provinces, toutes communautés confondues, contre ce gouvernement corrompu qui abandonne son peuple dans la misère. A Bahrein, sous la pression de la rue, le roi a fini par promettre une bourse spéciale de 2.650 $ à chaque famille. A Oman, le sultan Qaboos bin Said a remplacé la moitié de son gouvernement et augmenté le salaire minimum de 40%, ordonnant de créer cinquante mille emplois. Même le roi saoudien Fahd a débloqué 36 milliards de dollars pour aider les familles à bas et moyens revenus !
Evidemment, une question surgit de suite chez tous les gens simples : mais s’ils avaient tout cet argent, pourquoi le gardaient-ils dans leurs coffres ? La question suivante étant : combien d’autres milliards ont-ils volé à leurs peuples avec la complicité des Etats-Unis ? Et la dernière : comment mettre fin à ce vol ?
 
« Révolutions Facebook », grand complot US ou vraies révolutions ?
 
Une interprétation erronée s’est répandue sur Internet : les révolutions arabes auraient été déclenchées et manipulées par les Etats-Unis. Ils en auraient tiré les ficelles pour opérer des changements bien contrôlés et pouvoir attaquer la Libye, la Syrie, l’Iran. Tout aurait été « fabriqué ». L’argument pour cette thèse : des organismes plus ou moins officiels avaient invité aux USA et formé des « cyberactivistes » arabes qui ont joué un rôle en pointe dans la circulation des infos et qui ont symbolisé une révolution de type nouveau, la « révolution Facebook ».
L’idée de ce grand complot ne tient pas. En réalité, les Etats-Unis ont tout fait pour maintenir aussi longtemps que possible Moubarak, dictateur bien utile. Cependant, ils le savaient en mauvaise santé et « fini ». Dans ce genre de situations, ils préparent évidemment un « Plan B » et même un « Plan C ». Le Plan B consistait à remplacer Moubarak par un de ses adjoints. Mais ça avait peu de chances de marcher, vu la colère profonde du peuple égyptien.
Donc, ils avaient préparé aussi un, voire plusieurs Plan C, comme ils le font d’ailleurs dans pratiquement tous les pays qu’ils veulent contrôler. Ca consiste en quoi ? Ils achètent à l’avance quelques opposants et intellectuels - que ceux-ci s’en rendent compte ou non - et « investissent » donc dans l’avenir. Le jour venu, ils propulsent ces gens sur le devant de la scène. Combien de temps ça marchera, c’est une autre question dès lors que la population est mobilisée et qu’un régime, même relifté, ne peut résoudre les revendications populaires si son but est de maintenir l’exploitation des gens.
Parler de « révolution Facebook » est un mythe qui arrange bien les USA. Autant nous avons signalé depuis longtemps l’importance cruciale des nouvelles méthodes d’info et de mobilisation sur Internet, autant est absurde l’idée que Facebook remplacerait les luttes sociales et les révolutions. Cette idée convient bien aux grands capitalistes (dont Moubarak était le représentant), mais en réalité ce qu’ils craignent par dessus tout, c’est la contestation des travailleurs, car elle met directement en danger leur source de profits.
 
Le rôle des travailleurs
 
Facebook est une méthode de lutte, ce n’est pas l’essence de la révolution. Cette présentation veut escamoter le rôle de la classe ouvrière (au sens large), qui serait remplacée par Internet. En réalité, une révolution est une action par laquelle ceux d’en bas donnent leur congé à ceux d’en haut. Avec un changement radical non seulement du personnel politique, mais surtout dans les rapports d’exploitation sociale.
Aïe ! Selon nos grands penseurs officiels, ça fait longtemps qu’on n’aurait plus le droit d’employer le terme « lutte de classe » qui serait dépassé et même un peu obscène. Pas de chance pour vous, le deuxième homme le plus riche du monde, le grand boursier Warren Buffet, a lâché le morceau il y a quelque temps : « D’accord, il y a une lutte de classe en Amérique. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui fait la guerre et nous la gagnons. ». [4] Ça, Monsieur Buffett, il ne faut jamais en jurer avant la fin de la pièce ! Rira bien…
Mais les réalités tunisiennes et égyptiennes confirment la réalité de la lutte des classes, en accord avec Monsieur Buffett… Quand Ben Ali a-t-il fait sa valise ? Le 14 janvier, quand les travailleurs tunisiens étaient engagés dans une grève générale. Quand Moubarak a-t-il quitté son trône ? Lorsqu’une puissante grève des ouvriers égyptiens a paralysé les usines de textile, la poste et même les médias officiels. Explication par Joel Beinin, professeur à l’université de Stanford et ancien directeur à l’université américaine du Caire : « Ces dix dernières années, une vague énorme de protestations sociales avaient touché plus de deux millions de travailleurs dans plus de trois mille grèves, sit-ins et autres formes de protestation. Tel était l’arrière-plan de tout ce soulèvement révolutionnaire des dernières semaines… Mais dans les derniers jours, on a vu des dizaines de milliers de travailleurs lier leurs revendications économiques avec l’exigence d’abolir le régime Moubarak… ». [5]
La révolution arabe ne fait que commencer. Après les premières victoires populaires, la classe dominante, toujours au pouvoir, tente d’apaiser le peuple avec quelques petites concessions. Obama souhaitait que la rue se calme au plus vite et que tout reste comme avant. Cela peut marcher un temps, mais la révolution arabe est en route. Elle peut prendre des années mais sera difficile à arrêter.
 

Objectif n° 4 : Empêcher l’unité africaine

 
Continent le plus riche de la planète, avec une profusion de ressources naturelles, l’Afrique est aussi le plus pauvre. 57% vivent sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins d’1,25 $ par jour.
La clé de ce mystère ? C’est justement que les multinationales ne paient pas ces matières premières, elles les volent. En Afrique, elles pillent les ressources, imposent des bas salaires, des accords commerciaux défavorables et des privatisations nuisibles, elles exercent toutes sortes de pressions et chantages sur des Etats faibles, elles les étranglent par une Dette injuste, elles installent des dictateurs complaisants, elles provoquent des guerres civiles dans les régions convoitées.
L’Afrique est stratégique pour les multinationales, car leur prospérité est basée sur le pillage de ces ressources. Si un prix correct était payé pour l’or, le cuivre, le platine, le coltan, le phosphate, les diamants et les produits agricoles, les multinationales seraient beaucoup moins riches mais les populations locales pourraient échapper à la pauvreté.
Pour les multinationales des Etats-Unis et d’Europe, il est donc vital d’empêcher l’Afrique de s’unir et de s’émanciper. Elle doit rester dépendante. Un exemple, bien exposé par un auteur africain, Jean-Paul Pougala… « L’histoire démarre en 1992 lorsque quarante-cinq pays africains créent la société RASCOM pour disposer d’un satellite africain et faire chuter les coûts de communication sur le continent. Téléphoner de et vers l’Afrique est alors le tarif le plus cher au monde, parce qu’il y avait un impôt de 500 millions de dollars que l’Europe encaissait par an sur les conversations téléphoniques même à l’intérieur du même pays africain, pour le transit des voix sur les satellites européens comme Intelsat.
Un satellite africain coûtait juste 400 millions de dollars payable une seule fois et ne plus payer les 500 millions de location par an. Quel banquier ne financerait pas un tel projet ? Mais l’équation la plus difficile à résoudre était : comment l’esclave peut-il s’affranchir de l’exploitation servile de son maître en sollicitant l’aide de ce dernier pour y parvenir ? Ainsi, la Banque Mondiale , le FMI, les USA, l’Union Européenne ont fait miroiter inutilement ces pays pendant quatorze ans. C’est en 2006 que Kadhafi met fin au supplice de l’inutile mendicité aux prétendus bienfaiteurs occidentaux pratiquant des prêts à un taux usuraire ; le guide libyen a ainsi mis sur la table 300 millions de dollars, La Banque Africaine de Développement a mis 50 millions, la Banque Ouest Africaine de Développement, 27 millions et c’est ainsi que l’Afrique a depuis le 26 décembre 2007 le tout premier satellite de communication de son histoire. Dans la foulée, la Chine et la Russie s’y sont mises, cette fois en cédant leur technologie et ont permis le lancement de nouveaux satellites, sud-africain, nigérian, angolais, algérien et même un deuxième satellite africain est lancé en juillet 2010. Et on attend pour 2020, le tout premier satellite technologiquement 100% africain et construit sur le sol africain, notamment en Algérie. Ce satellite est prévu pour concurrencer les meilleurs du monde, mais à un coût dix fois inférieur, un vrai défi.
Voilà comment un simple geste symbolique de 300 petits millions peut changer la vie de tout un continent. La Libye de Kadhafi a fait perdre à l’Occident, pas seulement 500 millions de dollars par an mais les milliards de dollars de dettes et d’intérêts que cette même dette permettait de générer à l’infini et de façon exponentielle, contribuant ainsi à entretenir le système occulte pour dépouiller l’Afrique. (…) C’est la Libye de Kadhafi qui offre à toute l’Afrique sa première vraie révolution des temps modernes : assurer la couverture universelle du continent pour la téléphonie, la télévision, la radiodiffusion et de multiples autres applications telles que la télémédecine et l’enseignement à distance ; pour la première fois, une connexion à bas coût devient disponible sur tout le continent, jusque dans les zones rurales grâce au système par pont radio WMAX. » [6]
Tiens, voilà quelque chose qu’on ne nous avait pas raconté sur le méchant Kadhafi ! Qu’il aidait les Africains à s’émanciper de l’étouffante tutelle des Occidentaux. Y aurait-il encore d’autres non dits de ce genre ?
 
Kadhafi a défié le FMI et Obama joue les pick-pockets
 
Oui. En soutenant le développement du « Fonds monétaire africain » (FMA), Kadhafi a commis le crime de défier le Fonds Monétaire International (FMI). On sait que le FMI, contrôlé par les Etats-Unis et l’Europe, et présidé par Dominique Strauss-Kahn, exerce un véritable chantage sur les pays en développement. Il leur prête seulement à condition que ces pays acceptent de se défaire de leurs entreprises au profit des multinationales, de passer des commandes inintéressantes ou de réduire leurs budgets santé et éducation. Bref, ce banquier FMI est très nuisible.
Eh bien, de même que les Latinos ont lancé leur propre Banco Sur, pour contrer les chantages arrogants du FMI et décider eux-mêmes quels projets vraiment utiles ils veulent financer, voici que le FMA pourrait commencer à offrir une voie plus indépendante aux Africains. Et qui finance le FMA ? L’Algérie a fourni 16 milliards, et la Libye 10 milliards. Soit ensemble 62% de son capital.
Mais, dans la plus grande discrétion médiatique, Obama vient tout simplement de voler trente milliards au peuple libyen. Comment ça s’est passé ? Le 1er mars (bien avant la résolution de l’ONU), il a donné l’ordre au Trésor US de bloquer les dépôts de la Libye aux USA. Puis, le 17 mars, il s’est arrangé pour insérer dans la résolution 1973 de l’ONU une petite phrase autorisant à geler les avoirs de la banque centrale de Libye mais aussi de la compagnie nationale libyenne du pétrole. On sait que Kadhafi a amassé un trésor pétrolier qui lui a permis d’investir dans de grandes sociétés européennes, dans de grands projets de développement africain (et peut-être aussi dans certaines campagnes électorales européennes, mais ceci ne semble pas constituer une forme efficace d’assurance-vie !)…
Bref, la Libye est un pays assez riche (200 milliards de dollars de réserves) qui a attiré les convoitises d’une puissance hyper-endettée : les Etats-Unis. Alors, pour détourner les dizaines de milliards de dollars de la banque nationale libyenne, bref pour faire les poches du peuple libyen, Obama a simplement baptisé tout ça « source potentielle de financement du régime Kadhafi » et le tour était joué. Un vrai pick-pocket.
Malgré tous ses efforts pour amadouer l’Occident en multipliant les concessions au néolibéralisme, Kadhafi inquiétait toujours les dirigeants des Etats-Unis. Un câble de l’ambassade US à Tripoli, datant de novembre 2007, déplore cette résistance : « Ceux qui dominent la direction politique et économique de la Libye poursuivent des politiques de plus en plus nationalistes dans le secteur de l’énergie. » Refuser la privatisation tous azimuts, ça mérite donc des bombardements ? La guerre est bel et bien la continuation de l’économie par d’autres moyens.
 
 

Objectif n° 5 : Installer l’Otan comme gendarme de l’Afrique

 
Au départ, l’Otan était censée protéger l’Europe contre la « menace militaire soviétique ». Donc, une fois l’URSS disparue, l’Otan aurait dû disparaître aussi. Mais ce fut tout le contraire…
Après avoir bombardé en Bosnie en 1995, Javier Solana, secrétaire-général de l’Otan, déclarait : « L’expérience acquise en Bosnie pourra servir de modèle pour nos opérations futures de l’Otan ». A l’époque, j’avais donc écrit : « L’Otan réclame en fait une zone d’action illimitée. La Yougoslavie a été un laboratoire pour préparer de prochaines guerres. Où auront-elles lieu ? ». [7] Et je proposais cette réponse : « Axe n° 1 : Europe de l’Est. Axe n° 2 : Méditerranée et Moyen-Orient. Axe n° 3 : le tiers monde en général. » Nous y sommes, c’est ce programme qui se réalise aujourd’hui.
Dès 1999, l’Otan bombardait la Yougoslavie. Une guerre pour soumettre ce pays au néolibéralisme, ainsi que nous l’avons vu. Etudiant les analyses des stratèges US, je soulignai alors cette phrase de l’un d’eux, Stephen Blank : « Les missions de l’Otan seront de plus en plus ‘out of area’ (hors de sa zone de défense). Sa fonction principale deviendrait donc d’être le véhicule de l’intégration de régions toujours plus nombreuses dans la communauté occidentale économique, de sécurité, politique et culturelle. » [8]
Soumettre des régions toujours plus nombreuses à l’Occident ! J’écrivis alors : « L’Otan est l’armée au service de la globalisation, l’armée des multinationales. Pas à pas, l’Otan se transforme bel et bien en gendarme du monde. » [9]. Et j’indiquais les prochaines cibles probables de l’Otan : Afghanistan, Caucase, retour en Irak… Pour commencer.
Aujourd’hui que tout cela s’est effectivement réalisé, certains me demandent : « Vous aviez une boule de cristal ? ». Pas besoin de boule de cristal, il suffit d’étudier les documents du Pentagone et des grands bureaux de stratégie US, qui ne sont même pas secrets, et de saisir leur logique.
Et cette logique de l’Empire est en fait très simple : 1. Le monde est une source de profits. 2. Pour gagner la guerre économique, il faut être la superpuissance dominante. 3. Pour ça, il faut contrôler les matières premières, les régions et les routes stratégiques. 4. Toute résistance à ce contrôle doit être brisée : par la corruption, le chantage ou la guerre, peu importent les moyens. 5. Pour rester la superpuissance dominante, il faut absolument empêcher les rivaux de s’allier contre le maître.
 
Expansion de l’Otan : sur trois continents déjà !
 
Pour défendre ces intérêts économiques et devenir le gendarme du monde, les dirigeants de l’Otan sèment la panique : « Notre monde sophistiqué, industrialisé et complexe a été assailli par bon nombre de menaces mortelles : changement climatique, sécheresse, famine, cybersécurité, question énergétique » [10], Ainsi, des problèmes non militaires, mais sociaux et environnementaux sont utilisés comme prétextes pour augmenter les armements et les interventions militaires.
Le but de l’Otan est en fait de se substituer à l’ONU. Cette militarisation du monde rend notre avenir de plus en plus dangereux. Et cela a bien sûr un coût terrible : les Etats-Unis prévoient pour 2011 un budget militaire record de 708 milliards. Soit 2.320 dollars par habitant ! Deux fois plus qu’aux débuts de Bush. De plus, le ministre US de la Guerre, Robert Gates, ne cesse de pousser les Européens à dépenser plus : « La démilitarisation de l’Europe constitue un obstacle à la sécurité et à une paix durable au 21ème siècle. » [11]Les pays européens ont dû s’engager envers Washington à ne pas diminuer leurs dépenses militaires. Tout profit pour les firmes d’armement.
L’expansion mondiale de l’Otan n’a rien à voir avec Kadhafi, Saddam Hussein ou Milosevic. Il s’agit d’un plan global pour maintenir la domination sur la planète et ses richesses, pour maintenir les privilèges des multinationales, pour empêcher les peuples de choisir leur propre voie. L’Otan a protégé Ben Ali, Moubarak et les tyrans d’Arabie saoudite, l’Otan protégera ceux qui vont leur succéder, l’Otan brisera seulement ceux qui résistent à l’Empire.
Pour devenir gendarme du monde, l’Otan avance en effet pas à pas. Une guerre en Europe contre la Yougoslavie, une guerre en Asie contre l’Afghanistan et à présent, une guerre en Afrique contre la Libye. Déjà trois continents ! Elle avait bien été tentée d’intervenir aussi en Amérique latine en organisant des manœuvres contre le Venezuela il y a deux ans. Mais là, c’était trop risqué, car l’Amérique latine est de plus en plus unie et refuse les « gendarmes » des USA.
Pourquoi Washington veut-elle absolument installer l’Otan comme gendarme de l’Afrique ? A cause des nouveaux rapports de forces mondiaux, analysés plus haut : Etats-Unis en déclin, contestés : par l’Allemagne, la Russie, l’Amérique latine et la Chine, et même par des pays petits et moyens du tiers monde.
 
Pourquoi ne parle-t-on pas d’Africom ?
 
Ce qui inquiète le plus Washington, c’est la puissance croissante de la Chine. Proposant des relations plus égalitaires aux pays asiatiques, africains et latino-américains, achetant les matières premières à meilleur prix et sans chantage colonial, proposant des crédits plus intéressants, réalisant des travaux d’infrastructure utiles au développement, la Chine leur offre une alternative à la dépendance envers Washington, Londres ou Paris. Alors, que faire pour contrer la Chine ?
Le problème, c’est qu’une puissance en déclin économique a moins de moyens de pression financière même sur les pays africains, les Etats-Unis ont donc décidé d’utiliser leur meilleure carte : la carte militaire. Il faut savoir que leurs dépenses militaires dépassent celles de tous les autres pays du globe réunis. Depuis plusieurs années, ils avancent peu à peu leurs pions sur le continent africain. Le 1er octobre 2008, ils ont installé « Africom » (Africa Command). Tout le continent africain (à l’exception de l’Egypte) a été placé sous un seul commandement US unifié regroupant l’US Army, l’US Navy, l’US Air Force, les Marines et les « opérations spéciales » (débarquements, coups d’Etat, actions clandestines…). L’idée étant de répéter ensuite le mécanisme avec l’Otan pour appuyer les forces US.
Washington, voyant des terroristes partout, en a trouvé en Afrique aussi. Comme par hasard aux alentours du pétrole nigérian et d’autres ressources naturelles convoitées. Donc, si vous voulez savoir où se dérouleront les prochains épisodes de la fameuse « guerre contre le terrorisme », cherchez sur la carte le pétrole, l’uranium et le coltan, et vous aurez trouvé. Et comme l’Islam est répandu dans de nombreux pays africains, dont le Nigéria, vous avez déjà le prochain scénario…
Objectif réel d’Africom : « stabiliser » la dépendance de l’Afrique, l’empêcher de s’émanciper, l’empêcher de devenir un acteur dépendant qui pourrait s’allier à la Chine et à l’Amérique latine. Africom constitue une arme essentielle dans les plans de domination mondiale des Etats-Unis. Ceux-ci veulent pouvoir s’appuyer sur une Afrique et des matières premières sous contrôle exclusif dans la grande bataille qui s’est déclenchée pour le contrôle de l’Asie et pour le contrôle de ses routes maritimes. En effet, l’Asie est le continent où se joue d’ores et déjà la bataille économique décisive du 21ème siècle. Mais c’est un gros morceau avec une Chine très forte et un front d’économies émergentes qui ont intérêt à former un bloc. Washington veut dès lors contrôler entièrement l’Afrique et fermer la porte aux Chinois.
La guerre contre la Libye est donc une première étape pour imposer Africom à tout le continent africain. Elle ouvre une ère non de pacification du monde, mais de nouvelles guerres. En Afrique, au Moyen-Orient, mais aussi tout autour de l’Océan indien, entre l’Afrique et la Chine.
Pourquoi l’Océan indien ? Parce que si vous regardez une carte, vous voyez que c’est la porte de la Chine et de l’Asie toute entière. Donc, pour contrôler cet océan, Washington cherche à maîtriser plusieurs zones stratégiques : 1. Le Moyen-Orient et le Golfe persique, d’où sa nervosité à propos de pays comme l’Arabie saoudite, le Yemen, Bahrein et l’Iran. 2. La Corne de l’Afrique, d’où son agressivité envers la Somalie et l’Erythrée. Nous reviendrons sur ces géostratégies dans le livre Comprendre le monde musulman – Entretiens avec Mohamed Hassan que nous préparons pour bientôt.
 
Le grand crime de Kadhafi
 
Revenons à la Libye. Dans le cadre de la bataille pour contrôler le continent noir, l’Afrique du Nord est un objectif majeur. En développant une dizaine de bases militaires en Tunisie, au Maroc et en Algérie ainsi que dans d’autres nations africaines, Washington s’ouvrirait la voie pour établir un réseau complet de bases militaires couvrant l’ensemble du continent.
Mais le projet Africom a rencontré une sérieuse résistance des pays africains. De façon hautement symbolique, aucun n’a accepté d’accueillir sur son territoire le siège central d’Africom. Et Washington a dû maintenir ce siège à… Stuttgart en Allemagne, ce qui était fort humiliant. Dans cette perspective, la guerre pour renverser Kadhafi est au fond un avertissement très clair aux chefs d’Etat africains qui seraient tentés de suivre une voie trop indépendante.
Le voilà, le grand crime de Kadhafi : la Libye n’avait accepté aucun lien avec Africom ou avec l’Otan. Dans le passé, les Etats-Unis possédaient une importante base militaire en Libye. Mais Kadhafi la ferma en 1969. C’est évident, la guerre actuelle a notamment pour but de réoccuper la Libye. Ce serait un avant-poste stratégique permettant d’intervenir militairement en Egypte si celle-ci échappait au contrôle des Etats-Unis.
 
Quelles sont les prochaines cibles en Afrique ?
 
La question suivante sera donc : après la Libye, à qui le tour ? Quels autres pays africains pourraient être attaqués par les Etats-Unis ? C’est simple. Sachant que la Yougoslavie avait aussi été attaquée parce qu’elle refusait de rentrer dans l’Otan, il suffit de regarder la liste des pays n’ayant pas accepté de s’intégrer dans Africom, sous le commandement militaire des Etats-Unis. Il y en a cinq : Libye, Soudan, Côte d’Ivoire, Zimbabwe, Erythrée. Voilà les prochaines cibles.
Le Soudan a été scindé et placé sous la pression de sanctions internationales. Le Zimbabwe est sous sanctions également. La Côte d’Ivoire s’est vu imposer une guerre civile fomentée par l’Occident. L’Erythrée s’est vu imposer une guerre terrible par l’Ethiopie, agent des USA dans la région, elle est sous sanctions également.
Tous ces pays ont été ou vont être l’objet de campagnes de propagande et de désinformation. Qu’ils soient dirigés ou non par des dirigeants vertueux et démocratiques n’a rien à voir. L’Erythrée tente une expérience de développement économique et sociale autonome en refusant les « aides » que voudraient lui imposer la Banque mondiale et le FMI contrôlés par Washington. Ce petit pays remporte de premiers succès dans son développement, mais il est sous menace internationale. D’autres pays, s’ils « tournent mal », sont également dans le collimateur des Etats-Unis. L’Algérie particulièrement. En fait, il ne fait pas bon suivre sa propre voie…
Et pour ceux qui croiraient encore que tout ceci relève d’une « théorie du complot », que les USA ne programment pas tant de guerres mais improvisent en réagissant à l’actualité, rappelons ce qu’avait déclaré en 2007 l’ex-général Wesley Clark (commandant suprême des forces de l’Otan en Europe entre 1997 et 2001, qui dirigea les bombardements sur la Yougoslavie) : « En 2001, au Pentagone, un général m’ a dit : ‘Je viens de recevoir un mémo confidentiel (‘classified’) du secrétaire à la Défense : nous allons prendre sept pays en cinq ans, en commençant par l’Irak, ensuite la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et pour finir l’Iran’. » [12] Des rêves à la réalité, il y a une marge, mais les plans sont là. Juste retardés.
 
 
Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 04:18

http://img.over-blog.com/374x400/2/47/37/13/Dossier-9---4-10/ECOLE.jpg

http://img.over-blog.com/374x400/2/47/37/13/Dossier-9---4-10/ECOLE.jpg

 

 

Le samedi 9 avril aura lieu à NICE la journée consacrée à l'avenir de l'école publique intitulée:
"Quellé école aujourd'hui
pour quel citoyen demain ?"

 
 
 
Cette manifestation est organisée par la FCPE06. Afin de compléter votre information sur ce sujet, je vous adresse en pièces jointes des informations complémentaires:
 
  • Le dispositif "CLAIR" L'ancien recteur de l'académie de Nice, monsieur NIQUE, est chargé d'expérimenter ce projet dans quelques établissements afin d'en faire bénéficier tout le monde très très vite. Il s'agit d'installer l'autonomie des établissements (EPLE) en les transformant en véritables entreprises, toutes en concurrence effrénée les unes par rapport aux autres sur le marché de l'éducation. Afin de concilier "performance" et "suppression de postes" à cause de "la fameuse RGPP", le chef d'éablissement devient un véritable chef d'entreprise chargé de recruter des enseignants sur postes à profil pour une durée donnée avec la capacité de licencier son personnel. Au passage il faut rappeler la directive qui permet le licenciement des fonctionnaires. Afin de permettre la mise au pas des enseignants il doit installer "Le conseil pédagogique" aux ordres, sous la férule d'un professeur méritant appelé "Préfet pédagogique". Afin de rendre possible cette mutation, le chef d'établissement, le préfet pédagogique et les professeurs méritants du conseil pédagogique pourront bénéficier d'avantages conséquents. Comme pour les préfet départementaux ou les préfets de région ou les recteurs, une part importante de leurs revenus sera constituée de primes au mérite. Environ 50% de leurs rémunérations seront attribués par ce biais ce qui augmentera très sensiblement les traitements de ces personnels.
 
  • Un document concernant mle licenciement des fonctionnaires
 
  • UN PPS sur l'évolution des exigences pédagogiques au cours du temps.
 
  • Le programme précis de cette journée.
 
  • Un lien vers un article très intéressant.
 

 

Les fonctionnaires vont pouvoir être licenciés !

Publié par Sauvons l'Ecole Les fonctionnaires vont pouvoir être licenciés Le décret sur "la réorientation professionnelle" des fonctionnaires d'Etat a été publié mardi 16 novembre au journal…

Pour lire la suite cliquez ici

 

 

 

 

Lire aussi sur mon blog sos-crise :

 

Réformes dans l'Education - La mort de l'école publique ?

 

 

Fermetures de classes et suppressions de postes

Feu sur les enseignants

par Gilles Balbastre

Depuis qu'ont été dévoilés, département par département, les arbitrages sur la carte scolaire pour la rentrée de septembre 2011, parents d'élèves et enseignants multiplient les manifestations, occupations d'écoles et pétitions. Fermetures de classes et suppressions de postes soulèvent l'incompréhension et parfois la colère face à « une logique purement comptable ». Une logique qui rejoint la stratégie « managériale » que développe depuis une dizaine d'années le gouvernement pour tenter d'affaiblir le statut des enseignants, un corps traditionnellement revendicatif.

« Dynamique et réactif », « disponible », « grand sens de l'autorité naturelle, alliant fermeté et souplesse », « ouverture d'esprit », « capacité à mener des projets », « capacité à innover ». Les exigences des employeurs qui déposaient à la veille de l'été 2010 leurs « fiches de recrutement » sur Internet n'étonnent guère. Plus inhabituelle, cependant, est la catégorie professionnelle à laquelle ils s'adressent : les enseignants. Un bouleversement ? Pas vraiment.

Depuis une petite dizaine d'années, différents ministres se sont évertués à accommoder le service public de l'Education nationale aux principes du management « moderne ». Avec la volonté d'imiter le modèle de relations sociales du secteur privé, en transformant chaque établissement en petite entreprise autonome.

Annoncé à bas bruit par le ministre de l'éducation, M. Luc Chatel, au cours des Etats généraux de la sécurité à l'école, en avril, le programme Clair (Collèges et lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite) constitue le dernier avatar de cette « révolution ». Encore expérimental et restreint à une centaine d'établissements « concentrant le plus de difficultés en matière de climat scolaire et de violence », ce dispositif donne la possibilité aux chefs d'établissement de « recruter les professeurs sur profil ». En d'autres termes, les enseignants, y compris les détenteurs du certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré (Capes) ou de l'agrégation, seront désormais nommés sans passer par le mouvement national de mutations qui leur garantissait depuis des décennies une indépendance d'action par rapport à leur direction administrative.

Autre mesure essentielle du dispositif : « Un préfet des études est désigné pour chaque niveau. Elément central de la cohérence des pratiques, du respect des règles communes et de l'implication des familles, il exerce une responsabilité sur le plan pédagogique et éducatif. » Avec la création de ces « préfets », sorte de contremaîtres, une hiérarchie intermédiaire voit ainsi le jour dans le corps des enseignants, jusqu'à présent relativement égalitaire.

Derrière le prétexte d'une consensuelle lutte contre la violence scolaire, « les choses sont claires, si je peux me permettre ce jeu de mots, grimace M. Willy Leroux, professeur de technologie depuis seize ans à Grande-Synthe, près de Dunkerque. Cette réforme est là pour remettre en cause notre statut » - un statut hérité des années 1950 (...)

Lire la suite de cet article de Gilles Balbastre, publié dans Le Monde diplomatique d'octobre 2010 :

http://www.monde-diplomatique.fr/2010/10/BALBASTRE/19740

Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 04:14

LA VOIE DEMOCRATIQUE    nahjlogo       L e 5 avril 2011

 

Monsieur Le Président de La République Française, NicolasSarkozy

Objet : Ambassade de France au Maroc

 

 

Monsieur le Président de la République Française

Des fonctionnaires de l’ambassade de France au Maroc, sont, sur instruction de Monsieur l’Ambassadeur de France au Maroc, entrés en contact avec des jeunes marocains faisant partie du mouvement du 20 février

D’après le journal marocain AKHBAR EL YOUM, ces fonctionnaires ont demandé à ces jeunes d’accepter les propositions du roi annoncées dans son discours du 09 mars 2011 visant la modification de quelques articles de la constitution. Ils ont insisté auprès de ces jeunes pour dénigrer le travail et la volonté de changement radical portés par le parti de « La Voie Démocratique » : celui-ci revendique une assemblée constituante, seule habilitée à traduire la volonté du peuple marocain dans une constitution qui sera proposée au référendum. Notre parti œuvre pour un changement réel qui rend sa volonté au peuple marocain et qui fait de lui la source unique du pouvoir et le seul détenteur de la souveraineté. Cette volonté s’exprimera dans les urnes

Nous considérons de tels agissements comme une ingérence inacceptable dans les affaires intérieures du Maroc que nous refusons et condamnons.

Nous vous interpelons, Monsieur le Président, pour que cessent ces comportements inadmissibles

Dans l’attente d’une réaction circonstanciée de votre part, nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République Française, en l’assurance de nos salutations distinguées


LA VOIE DEMOCRATIQUE

 

 

 

http://www.annahjaddimocrati.org/fr/index.htm

Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 04:07

La fin des USA ?

 

Gilles Bonafi

 

extraits

 

Comme vous le savez tous, la crise est terminée. Voici une succession d'analyses sur la situation chaotique des USA basée sur les données de l'Office of the Comptroller of the Currency (OCC, trésor US) ainsi que ceux du centre de recherche de la fed de St Louis. Du très fiable donc.

Explosion des saisies immobilières aux USA en 2011

Le moratoire sur les saisies immobilières touchant à sa fin les saisies réelles vont donc à nouveau exploser. Les dossiers d'instruction de saisies immobilières sont ainsi passés de 1 201 622 à 1 290 253 soit une augmentation de 7,4 % ce qui représente 14 024 saisies par jour !

Explosion du chômage de longue durée

Inflation ou l'hyperinflation ?

Effondrement du dollar et North American Union

http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=24191

 

Lire aussi :

 

http://www.express.be/business/fr/economy/7aa6cff1221e92c44750e1ebcd508927-71/143841.htm

.

http://storage.canoe.ca/v1/blogs-prod-static/mediam/amrica.jpg

http://storage.canoe.ca/v1/blogs-prod-static/mediam/amrica.jpg

 

La Chine va-t-elle lâcher l'Amérique finie ?

 

 

▪ Vous ne connaissez sans doute pas Zhang Yuyan ? Moi non plus... jusqu'à ce mercredi matin. Ce Chinois est le "directeur de l'institut de politique et d'économie mondiale à l'académie des sciences sociales chinoises". Pour avoir un titre pareil, il est sans doute un bon petit soldat du régime...

Eh bien figurez-vous que ce M. Zhang a déclaré lors de sa dernière conférence de presse : "la dépréciation du dollar est la tendance prévue à long terme". C'est une des premières fois qu'un économiste chinois fait une sortie aussi nette sur la tendance de la devise américaine et surtout sur l'inquiétude que cela génère en Chine.

▪ Pas de doute, la Chine est inquiète pour son trésor de guerre...
La politique de dévaluation compétitive menée par le Trésor US et la Fed pour doper l'économie américaine, n'est pas du goût de la Chine qui voit ses montagnes de dollars de réserves fondre comme neige au soleil.

 

La Chine veut bien financer le déficit de la cigale américaine, mais sûrement pas si le pays tire à boulets rouges sur ses économies. L'avertissement est net : Pékin est prêt à lâcher Washington si ces derniers n'envoient pas de signes clairs de préservation de la valeur du billet vert.

▪ ... Et menace la dette américaine
La Chine, premier créancier des Etats-Unis, met ainsi sous pression les décideurs américains, et en premier lieu Ben Bernanke. Or ce dernier est pris en étau, avec deux camps qui s'affrontent au sein même du comité monétaire.

- D'un côté, les partisans d'une hausse de taux visant à envoyer un signal rassurant aux créanciers et aux agences de notations.
- De l'autre, ceux qui veulent abreuver les marchés de liquidités pour préserver les résultats en trompe-l'oeil d'une croissance poussive.

Une chose est sûre : les Etats-Unis ont besoin de financer leur dette astronomique et ne peuvent se permettre d'inquiéter davantage encore leurs prêteurs. Une hausse de taux sera inévitable, surtout qu'un invité surprise arrive dans le débat : l'inflation !

▪ L'inflation va sonner la fin de la récréation
L'inflation, encore ignorée et minorée par les chiffres américains, est de retour et se moque bien de savoir si l'emploi s'améliore ou si la confiance des consommateurs est au beau fixe. Le seul remède pour lutter contre l'inflation : une hausse des taux. Voilà qui va sonner la fin de l'argent facile aux Etats-Unis.

Les marchés vont pouvoir reprendre leurs droits après une période d'intenses manipulations et de sauvetages artificiels en tout genre. Je traduis : les spéculateurs vont massivement se dégager de leurs positions. Je m'explique...

▪ La fin du dollar carry trade
Grâce à des taux historiquement bas, le dollar, à l'instar du yen, est devenu un vecteur du carry trade. On emprunte des dollars à bas coût, puis on les vend pour les placer dans des devises rémunératrices comme le dollar australien. Objectif : encaisser le différentiel de taux.

Que va-t-il se passer si la Fed remonte ses taux ?  Les spéculateurs pris en étau vont devoir vendre leurs positions en catastrophe et racheter du dollar pour rembourser leurs emprunts. Ce dégagement massif provoquera alors une forte poussée du billet vert.

C'est la clé des marchés des changes dans les prochains temps : la réduction naturelle des écarts de taux au nom de la maîtrise de l'inflation.

▪ Euro : en attendant la chute...
Nous voici donc aujourd'hui avec un dollar condamné par tous, et qui a de très bonnes raisons de rebondir demain. En face, l'euro est à des plus hauts de 15 mois face au billet vert. Et poursuit sa hausse en attendant l'implosion d'une Zone euro sans gouvernance ni sans conviction. Pourquoi monte-t-il ?

Tout simplement parce que tout le monde est focalisé sur la hausse des taux de Jean-Claude Trichet, en s'imaginant que les mauvaises nouvelles sont déjà intégrées dans les cours.

Erreur ! Croyez-moi, les mauvaises nouvelles ne sont pas encore arrivées. La Grèce, le Portugal, L'Espagne, l'Italie et la France (oui, vous avez bien lu) ne pourront supporter un resserrement monétaire sans voir leur croissance retomber comme un soufflé.

▪ Euro/dollar : retour vers les 1,2850 ?

(Chronique Agora)

.

 

Le modèle américain n'a plus de sens

Bill Bonner

 

▪ "La hausse des prix du pétrole commence à freiner les conducteurs [américains]", titrait hier le Financial Times.

Comme prévu, les politiques d'argent facile des autorités se transforment en difficultés pour la classe moyenne. Les prix du pétrole ont grimpé en même temps que le bilan de la Fed. Pour chaque dollar ajouté par la Fed, le prix du pétrole a grimpé aussi. Pour lire la suite...

 

Et si le genre de séïsme que redoute Wall-Street était d'abord politique ? Pour lire la suite...

 

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

 

 

Le 16 mai, le gouvernement américain

devra fermer ses portes

Gilles Bonner

 

(..) Où est-ce que tout ça nous mènera ? A nouveau, si l'on regarde l'ensemble du tableau, les autorités continueront à injecter de l'argent et du crédit faciles... et puis l'inflation finira par arriver.

 

Le gouvernement va devoir fermer le 16 mai, selon le Secrétaire au Trésor US, Tim Geithner. Selon lui, c'est à ce moment-là qu'on atteindra le plafond d'endettement pour l'Etat américain. Et dans la mesure où le gouvernement fonctionne avec de l'argent emprunté, s'il ne peut plus emprunter, il devra éteindre les lumières et fermer la porte derrière lui.

Nous avons vu passer un rapport selon lequel, durant le mois de mars, les autorités américaines ont dépensé huit fois plus qu'elles n'ont récolté en taxes. Un mois atypique, certes... mais peut-être de mauvais augure.

La rumeur veut que pas mal de gens aimeraient voir le gouvernement en cessation d'activité -- au moins temporairement. Les adeptes du Tea Party pensent que ça enverra un message à la nation... et facilitera les coupes budgétaires. Les démocrates veulent que le gouvernement ferme parce qu'ils pensent que les électeurs seront consternés, ce qui saperait le soutien aux républicains.

En ce qui nous concerne, nous voulons juste voir ce qu'il se passerait.

Rien, probablement. Mais pour ceux qui meurent d'envie de mettre le feu à une forêt nationale... de dévaliser une réserve fédérale... ou de faire exploser un bureau de poste...

... C'est un jour à marquer d'une croix rouge sur le calendrier !

 

http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

.

 

.

 

Après le printemps arabe,
bientôt une grève générale aux États-Unis ?

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 04:00

U.E. : Pacte pour l'Euro plus,

pacte de destruction des droits sociaux

 

 

Patrick Le Hyaric
.
Crise économique et sociale en Europe : Le Conseil européen des 24 et 25 mars a adopté un pacte, au mépris des Parlements nationaux et du Parlement européen, dont les dispositions vont encore plus loin que le traité de Lisbonne en matière d’austérité et de destruction des droits sociaux.
Crise économique et sociale en Europe : Le Conseil européen des 24 et 25 mars a adopté un pacte, au mépris des Parlements nationaux et du Parlement européen, dont les dispositions vont encore plus loin que le traité de Lisbonne en matière d’austérité et de destruction des droits sociaux.
Commentaire :

Alors, à quand cette pétition citoyenne, je suis certaine que le million sera vite atteint ? C’est même une pétition qui peut exploser en nombre.

Faut-il que l’on entame une marche vers le Conseil européen avec pelles, râteaux, pavés, etc…. pour se faire entendre ?

La voilà votre Europe :

http://www.ladepeche.fr/article/2011/04/07/1053212-Albi-Morte-seule-avec-son-chien-a-ses-cotes-depuis-50-jours.html#xtor=EPR-1

http://www.ladepeche.fr/article/2011/04/07/1053705-Apres-le-plombier-polonais-les-gaziers-portugais.html#xtor=EPR-1

Magnifique n’est-ce pas.. et c’est tous les jours comme ça !!!

 

 

Heureusement qu'il y a les Elus communistes pour tirer la sonnette d'alarme et dénoncer !

Un million de signatures permettrait de changer ce Pacte ignoble..

(note d'eva)

 

 




 

 

Pétition en faveur des Plantes Médicinales :
l'Ouragan sur Internet

 

.

Chers amis,

  • Notre pétition contre la directive européenne sur les plantes médicinales (THMPD) a déclenché un ouragan sur Internet. Faites circuler la nouvelle version de notre vidéo, qui est à l'adresse suivante : www.defensemedecinenaturelle.eu

  • Compte tenu de la dimension européenne du problème et de vif débat suscité sur les sites francophones, nous lançons une version anglaise de la pétition. Cliquez ici pour y accéder. Ou transférez ce lien à vos contacts européens : http://savenaturalhealth.eu

  • Lisez en bas de ce courriel l'interview de Thierry Souccar sur les dangers qui pèsent sur la santé naturelle en Europe. Thierry Souccar est le fondateur du site de référence  www.lanutrition.fr, et co-auteur du best-seller "Santé, Mensonge et Propagande", aux Editions du Seuil. (Thierry Souccar publie aussi une newsletter sur les nouvelles découvertes de la santé naturelle : vous pouvez la recevoir gratuitement en cliquant ici).

  • Nous répondons ci-dessous aux fausses rumeurs qui ont suivi notre pétition. Vous pourrez constater que loin d’être une vue de l’esprit, comme certains l'ont écrit, la menace contre les plantes médicinales est bien réelle.

  • Notre but est maintenant de faire évoluer cette réglementation dans le sens d’une plus grande liberté d’accès aux plantes.

  • L'objectif est UN MILLION de signatures. Nous vous demandons donc de faire circuler le lien vers notre vidéo en français www.defensemedecinenaturelle.eu, ainsi que notre vidéo en anglais auprès de toutes les personnes que vous connaissez et qui peuvent jouer les relais dans les autres pays européens :  http://savenaturalhealth.eu


Réactions... et contestations


Notre vidéo et notre pétition ont déclenché un intense débat public, y compris des articles dans la grande presse (Le Point) et une émission à la télévision belge. Vos signatures ont d'ores et déjà obligé les autorités européennes à clarifier leur position, et notre mouvement a été l'occasion pour les différents acteurs de préciser leurs analyses.

Le danger de la directive 2004/24/CE (le nom officiel de la THMPD) étant majeur, nous avons immédiatement reçu le soutien de centaines de blogs et sites Internet, et de dizaines de milliers d'internautes qui ont relayé notre appel.

En revanche, plusieurs voix influentes ont critiqué notre action, alors que nous pensions au départ que nous pourrions compter sur leur soutien.

Nous avons été très surpris de ces réactions négatives, d'autant plus que certains ont été jusqu'à faire circuler sur Internet des messages accusant notre Collectif de n'être qu'un faux-nez de l'industrie des compléments alimentaires. Pire encore, des rumeurs ont circulé sur Internet prétendant que la THMPD ne représente AUCUN danger pour les plantes !!

Nous souhaitons répondre méthodiquement à ces accusations infondées, tout en précisant que, pour beaucoup, elles portaient plus sur la forme que sur le fond :

 

L’article du Point


Le magazine Le Point a publié le 29 mars un article dénonçant notre mobilisation comme une simple fausse rumeur sur Internet. A l'appui de cette violente accusation, la réaction de Frédéric Vincent, porte-parole de la Commission européenne sur les questions de santé, qui déclare, sans rougir, que « Cette rumeur relève du délire ». « Il est hors de question pour nous de retirer ces produits du marché », martelle-t-il.

Les choses sont-elles si claires ? Absolument pas, comme en témoigne la suite de l'article :

« Il y avait des autorisations délivrées sur des bases un peu légères », continue Frédéric Vincent. « La Commission a donc imaginé un système de régulation calqué sur le modèle des médicaments classiques, mais simplifié. »

Nous y voilà. Après avoir dit que l'alerte que nous diffusons « relève du délire », le fonctionnaire européen admet précisément ce que nous dénonçons : une nouvelle procédure d'agrément pour les plantes médicinales à usage thérapeutique, certes simplifiée, mais néanmoins inspirée de la procédure prévue pour les médicaments classiques, et donc coûteuse et potentiellement hors de portée pour d'innombrables petits fabricants qui n'ont pas les départements de juristes des industries pharmaceutiques.

La suite de l'article est à l'avenant.

Le journaliste écrit en toute lettre que « Aucun test sur l'efficacité ou la sécurité des herbes ne sera exigé », et qu'il suffira aux fabricants de donner « des preuves que le produit a été utilisé à but médical pendant les trente dernières années, dont au moins quinze ans au sein de l'Union européenne ».

Mais d'une part, rien n'indique que réunir de telles preuves sera si simple que cela. Pour de nombreux fabricants artisanaux, monter de tels dossiers pourrait bien se révéler hors de portée, et c'est justement ce que nous dénonçons.

D'autre part, et c'est bien plus grave, le journaliste, qui vient d'affirmer que « aucun test d'efficacité ne sera exigé » conclut son paragraphe sur une déclaration du même fonctionnaire européen, Frédéric Vincent, qui affirme, goguenard : « Ceux qui n'ont rien fait paniquent. Il leur suffit pourtant de prouver que leurs herbes ont une efficacité. » (Source)

Il faudrait savoir ! Les fabricants devront-ils ou non apporter des « preuves », au sens où on l'entend pour les médicaments, de l'efficacité des plantes médicinales ?

Comment, dans ces conditions, nous accuser de « fausse rumeur », alors que le porte-parole de la Commission européenne, confirme exactement ce que nous dénonçons : la nouvelle procédure européenne obligera les petits fabricants à « prouver l'efficacité » de tous les remèdes utilisés à base de plantes, avec les coûts, les délais, et les tracasseries administratives que cela implique.

D'autres critiques, plus sérieuses, ont émergé de part et d'autre.

La position de Thierry Thévenin,
président du syndicat SIMPLES (artisans herboristes)

Le Président du syndicat d'herboristes SIMPLES, Thierry Thévenin, que nous citions dans notre vidéo, a lui aussi dénoncé notre pétition comme de la « propagande ».

Mais le problème, c'est qu'il faut lire la suite de ce qu'a écrit Thierry Thévenin. Certes, il écrit que notre texte accumule « raccourcis et effets d'annonce chocs ».

Mais juste après, Thierry Thévenin écrit :

« Cet appel présente toutefois le mérite de soulever et de porter au débat public la question du développement inquiétant (voire terrifiant) de l’arsenal des normes, des experts, des homologations qui aboutit au verrouillage et au contrôle du secteur des plantes médicinales, des médecines complémentaires et de l’herboristerie, comme d’ailleurs celui de presque tous les autres secteurs de notre civilisation. » (Source)

Ailleurs sur le site, il écrit que :

« [Cet appel] a le mérite de mettre en lumière un phénomène bien réel et inquiétant : l’inflation galopante des outils et des procédures réglementaires qui, sous le louable prétexte de protéger le public, le déresponsabilisent et l’assujettissent progressivement aux rares groupes de pression ou d’intérêt - groupes de lobbying - (industriels, distributeurs, médias,…) qui sont suffisamment organisés et puissants pour avoir les moyens de décrypter, analyser, orienter ces mesures ou même plus simplement d’exister légalement en passant à travers le crible de ces dispositions juridiques d’une incroyable complexité. Si vous en doutez ou si voulez simplement mesurer cette complexité, allez explorer l’adresse suivante:
http://ec.europa.eu/health/human-use/herbal-medicines/index_en.htm »(Source)


Nous sommes donc d'accord sur le fond avec Thierry Thévenin. Sous couvert d'assurer « notre sécurité », de nouvelles directives liberticides sont mises en oeuvre par l'Administration sous la pression de lobbys, et c'est exactement ce que nous dénonçons, une nouvelle fois.

Cette nouvelle réglementation européenne est tout sauf un fantasme ; le processus d'étouffement des médecines complémentaires est en cours, et ne fera que s'accélerer si les citoyens ne se mobilisent pas.

Il est plus qu'urgent aujourd'hui d'opposer un front uni à « l'inflation galopante des outils réglementaires » dénoncée par Thierry Thévenin, qui porte atteinte à nos libertés les plus fondamentales, à commencer par notre liberté de nous soigner autrement.

Il est plus urgent que jamais de poursuivre notre mouvement, et de lui donner une ampleur européenne. Merci de continuer à faire circuler notre vidéo (nouvelle version) : www.defensemedecinenaturelle.eu

Une autre critique

Une autre critique, reprise par plusieurs commentateurs, a consisté à nous reprocher de dénoncer une directive entrant en application le 30 avril 2011, alors qu'elle a en réalité été votée dès 2004, et que les fabricants ont donc eu sept années pour « se mettre aux normes ».

Sur un plan strictement juridique, nous faisons notre mea culpa : Au lieu d'écrire, « une nouvelle directive entrera en application le tant », nous aurions dû écrire : « une directive de 2004 entrera en vigueur de plein droit le tant ». Nous avons changé notre vidéo en ce sens.

Cependant, sur le principe, nous ne retirons pas un cheveu à ce que nous dénonçons :

La Commission Européenne nous dit : « attention, nous allons vous imposer de nouvelles restrictions. Mais ne vous plaignez pas, vous avez un délai pour vous préparer. » Pour nous, le fait qu'il s'agisse d'une directive entrant en application en plusieurs étapes n'enlève rien à son caractère abusif.

Le syndicat des fabricants de compléments alimentaires

Enfin, nous voulons aussi répondre aux propos du syndicat des fabricants de compléments alimentaires Synadiet, repris aussi par certains blogs.

Selon eux, cette directive européenne, dans la mesure où elle offrirait un cadre juridique simplifié aux plantes médicinales, ne change rien par rapport à la législation française en application jusqu'à présent, et pourrait même leur être favorable.

Pour le Synadiet, « le seul impact que pourrait avoir cette directive 2004/24/CE concerne les produits de médecine chinoise et indienne ».

Outre que, selon nous, la médecine chinoise et la médecine indienne peuvent difficilement être considérées comme une simple épiphénomène de la médecine par les plantes, il nous semble utile de rappeler que la législation française est, justement, extrêmement pointilleuse et restrictive sur le sujet de la médecine naturelle, et que le fait que l'Europe entérine cette législation justifie nos craintes et le mouvement de dénonciation que nous avons souhaité initier.

La raison en est simple, et c'est une question de principe : au lieu d'interdire la vente de remèdes à base de plantes dont la dangerosité et la toxicité ont été prouvées, ce qui serait évidemment souhaitable et parfaitement légitime, l'administration française a pris historiquement le parti d'interdire toutes les plantes qu'elle n'avait pas explicitement autorisées.

Le résultat est connu : sur des dizaines de milliers de plantes médicinales existant dans le monde entier, donc plus de 1500 en France métropolitaine seulement, selon le Professeur Fournier, seules 34 – oui, trente-quatre ! - ont été autorisées en France jusqu'au début des années 2000.

Avec l'Union Européenne, on a observé un léger frémissement, le nombre de plantes autorisées passant à 148, en dix ans.

Il n'en reste pas moins que, à ce rythme, et avec les coûts que cela induit pour les fabricants, les citoyens européens seront, durant des décennies, privés de milliers de plantes médicinales, et ce par le fait de la directive, la THMPD, que nous jugeons donc arbitraire, et que nous souhaitons dénoncer.

Nous avons besoin de vous

Plus que jamais, nous voulons nous mobiliser, et continuer à mobiliser, les citoyens autour de nous, pour amender la directive THMPD et, si possible, la supprimer.

Après l'onde de choc que nous avons provoquée à la Commission Européenne par notre seule pétition en français, il est clair que nous pouvons engager un vrai bras de fer si notre mouvement s'étend.

Alors merci de continuer à faire circuler notre pétition www.defensemedecinenaturelle.eu, et de faire connaître à tout votre entourage européen l'existence de notre vidéo en anglais : http://savenaturalhealth.eu

Enfin, pour les personnes qui souhaitent aller plus loin sur le sujet de la THMPD, nous avons décidé de donner la parole à un expert incontesté du sujet, Thierry Souccar, co-auteur avec l'avocate Isabelle Robard du best-seller « Santé, Mensonge et Propagande » (éditions du Seuil).

Dans l'interview exclusive ci-dessous, Thierry Souccar fait le point sur les dangers qui pèsent aujourd'hui sur la médecine naturelle en Europe.

Avec tous nos remerciements de votre mobilisation.

Augustin de Livois
Pour le Collectif pour la Protection de la Santé Naturelle


Trois questions à Thierry Souccar

Thierry Souccar, vous êtes co-auteur du best-seller « Santé, Mensonges et Propagande » (Editions du Seuil) qui dénonce notamment les excès des réglementations sur les compléments alimentaires. Que pensez-vous de cette campagne contre la directive THMPD ?

Thierry Souccar. Il faut d’abord dire ce qu’est cette directive européenne. Elle a été prise en 2004, pour une application en 2011, et elle poursuivait deux objectifs : donner un cadre règlementaire aux plantes médicinales traditionnelles sans usage médicinal bien établi mais dont l’usage est traditionnel depuis au moins 30 ans dans la communauté (ou 15 ans dans un pays tiers), et assurer au consommateur une sécurité d’utilisation. Par rapport aux médicaments, les formalités d’enregistrement sont allégées puisqu’il suffit de déposer un dossier reposant sur la démonstration d’un usage traditionnel pour l’indication retenue et attestant de la qualité des procédés de fabrication. Il est possible, en étant optimiste, qu'en offrant un cadre législatif aux plantes médicinales, elle en facilite l'usage, notamment en France. Malgré tout, l’émoi suscité par la date butoir d’avril 2011 et la campagne qui a suivi est légitime. Tout d’abord, les fabricants qui ne se sont pas mis en conformité ne pourront pas continuer à commercialiser leurs plantes, donc le consommateur craint à juste titre d’avoir des difficultés à se procurer ses plantes habituelles, au moins momentanément, et il ne l’accepte pas. Ensuite, certains reprochent à la directive de favoriser les plantes européennes, et dans une moindre mesure chinoises et indiennes (ayurvédiques) au détriment des centaines ou de milliers de plantes « exotiques » africaines ou américaines ou d’Océanie. Enfin, il y a le coût d’enregistrement, qui varie considérablement d’un pays à l’autre. On craint une course à l’armement, de plus en plus lourde, de plus en plus contraignante, de plus en plus coûteuse qui ne profite qu’aux grosses structures. On aurait pu imaginer une procédure plus simple, sur la base de monographies mises à disposition par l’Europe, assorties d’un coût d’enregistrement réduit, par exemple quelques dizaines d’euros comme c’est d’ailleurs le cas en république tchèque.

L'approche adoptée par la Commission européenne pour encadrer l’utilisation des médicaments est-elle une menace pour la liberté thérapeutique ?
Tout d’abord s’agissant de santé, la priorité est évidemment d’être extrêmement vigilant. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de règles, de contrôles et d’une administration capable de les exercer avec mesure et équité. Jusqu’ici, en matière de libertés thérapeutiques, l’Europe a joué un rôle positif ; elle a servi de rempart contre les débordements d’administrations nationales qui sont, comme en France, souvent hostiles aux médecines complémentaires. Par exemple, l’utilisation dans les compléments alimentaires des plantes médicinales inscrites à la Pharmacopée était bien plus limitée en France que dans la majorité des autres états membres de l’Union Européenne. Or, grâce à l’Europe, depuis 2008 un décret a fait passer de 34 à 148 les plantes qui ne relèvent plus du monopole de distribution pharmaceutique. C’est insuffisant, mais c’est mieux. Par ailleurs, le cadre juridique mis en place au niveau européen a permis à des fabricants et des thérapeutes de gagner des procès face à l’administration française, et la France a aussi été condamnée à de maintes reprises par la Cour européenne de justice pour abus de droit et non respect des règles européennes, de libre circulation par exemple. A nous tous de faire en sorte que l’Europe reste cet espace de liberté et surtout qu’elle l’élargisse. Nous devons par exemple exiger plus de transparence de l’Agence européenne du médicament, qui est traversée par les mêmes conflits d’intérêt que ceux mis à jour à l’Afssaps. Nous devons amener Bruxelles à élargir le périmètre des allégations, des substances et des doses autorisées dans les compléments alimentaires. Nous devons avoir cette même démarche d’élargissement pour les plantes médicinales d’usage traditionnel et pour d’autres pratiques complémentaires comme la naturopathie ou la médecine chinoise. Nous devons aussi veiller à ce que l’arsenal règlementaire reste raisonnable.

Quels sont les principaux dangers, selon vous, qui pèsent actuellement sur les médecines naturelles, en Europe ?
En ce qui nous concerne, nous Français, les principaux freins viennent de notre administration nationale qui est, comme je l’ai déjà dit, traditionnellement hostile aux compléments alimentaires, hostile à la libération des plantes qui relevaient ou relèvent du monopole pharmaceutique, hostile à la naturopathie, à la médecine chinoise etc. La réglementation prise au niveau européen oblige la France à desserrer son étau, mais l’Europe est encore très perméable aux exigences des Etats-nations. Certains de ces états qui ont une vision extrêmement restrictive des médecines naturelles exercent une influence sur la règlementation. Par exemple, dans le cas des compléments alimentaires on sait que la France a tout fait pour limiter la portée des mesures prises au niveau européen. Il est donc nécessaire d’exercer un véritable contre-pouvoir au niveau des instances qui discutent de ces règlements touchant aux médecines naturelles pour permettre l’accès à des substances ou des pratiques de santé qui ont prouvé leur intérêt, mais qui restent aujourd’hui inaccessibles aux Européens, quand elles ne sont pas purement et simplement illicites.

Thierry Souccar diffuse par courrier électronique des informations gratuites sur les nouvelles découvertes de la médecine naturelle et de la nutrition. Pour vous inscrire vous aussi, cliquez ici

******************

Ce email vous est envoyé par le Collectif pour la Protection de la Santé Naturelle.

Pour nous écrire : contact@defensemedecinenaturelle.eu

Pour nous envoyer de la documentation par courrier, merci de vous adresser à :

Collectif pour la Protection de la Santé Naturelle
253A Chaussée de Wavre
1050 BRUXELLES - BELGIQUE

 .

 

 

 

http://www.philippetastet.com/contenu/abonnes/Magic/images/ue-bove-ogm.jpg

 

L’affaire de la commercialisation du maïs Monsanto vient de connaître un nouveau rebondissement : après l’échec de la tentative de la Commission Européenne pour interdire son interdiction, la multinationale reprend son combat avec l’aide de la Cour de Justice Européenne.

 

 

L’UE contre les Etats et les peuples


Il y a un très large consensus dans les pays européens et au sein des gouvernements pour ne pas autoriser la culture des OGM. Si on peut comprendre les regrets des scientifiques, le principe de précaution est tout de même recevable. Il y a suffisamment de littérature soulignant les dangers à long terme de certaines innovations scientifiques pour n’autoriser que très progressivement l’utilisation de ces nouvelles technologies, après des tests sérieux.

Mais malgré l’opposition des peuples et des gouvernements, cette europe cherche absolument à faire valoir les intérêts de Monsanto. Après un feuilleton incroyable, la Commission Européenne avait trouvé le moyen d’interdire aux Etats d’interdire la culture d’un certain nombre de plantes OGM. Mais les Etats avaient bloqué la manœuvre en réunissant 75% des voix  contre le projet de Bruxelles (il faut noter qu’en-deçà de deux tiers, le projet de la Commission passait !).

Mais cet échec n’a pas découragé Monsanto, qui tente une nouvelle manœuvre par le biais de la Cour Européenne de Justice. Son avocat général a tranché dans le sens de Monsanto, jugeant illégale l’interdiction faite par la France de la culture du maïs Monsanto. Il aurait fallu demander à la Commission, dont on connaît bien les penchants pour les produits transgéniques, ou même pour les farines animales, qu’elle essaie d’autoriser de nouveau.

 

Une Europe anti-démocratique et soumise aux intérêts particuliers


Il y a énormément d’aspects choquants dans ce mauvais feuilleton. Tout d’abord, cette Europe cherche à imposer la culture de produits que ni les peuples ni les gouvernements ne souhaitent. Après d’innombrables affrontements où la Commission a été mise en large minorité, il est vraiment révoltant que cette autorisation revienne par la fenêtre de la Cour Européenne de Justice. Il y a un manque de respect très préoccupant pour les avis exprimés démocratiquement par les Etats.

Mais ce n’est pas tout. Comme pour les farines animales, il est difficile de ne pas y voir des affaires de gros sous. Monsanto va bien, très bien. De 2003 à 2009, son chiffre d’affaire est passé de 5 à 12 milliards de dollars, et ses profits ont été multipliés par 20, à 2 milliards. Bref, Monsanto a beaucoup d’argent pour essayer de peser sur les décisions de cette europe, qui semble particulièrement ouverte à l’influence financière des lobbys et autres intérêts privés.

Pire, il est question de conflits d’intérêts entre les autorités européennes chargées des avis scientifiques sur les OGM. En clair, certains des décisionnaires européens travaillent directement pour les industriels, ce qui permet de questionner leur indépendance et leur perméabilité à l’avis de ces mêmes grands industriels, gouvernés par la seule logique du profit maximal et non de la sécurité maximale. D’ailleurs, c’était l’Europe qui avait imposé à la France la commercialisation du Red Bull…


Cette affaire de la commercialisation des semences transgéniques de Monsanto éclaire d’une lumière très inquiétante ce projet européen, antidémocratique et qui semble à la botte des intérêts des puissants au mépris de l’avis des peuples et des gouvernements.


http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/

 

OGM : l’Union Européenne au service de Monsanto et contre les peuples

 

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 03:52

Par Ivan du Roy (7 avril 2010)

Dans un appel, près de 400 économistes, syndicalistes ou personnalités politiques dénoncent les graves conséquences sociales qu’entraînerait un allongement de la durée de cotisations. Pour pérenniser le système de retraite, ils proposent un nouveau partage de la richesse produite.


© Droits réservés

Les mesures envisagées par le gouvernement pour financer les retraites « condamneraient à la pauvreté la plupart des futurs retraités, surtout les femmes et tous ceux et celles qui ont connu et connaîtront des périodes de chômage et de précarité importantes ». Et ce, dans un contexte où, depuis quinze ans, la succession des réformes du système de retraite a « déjà fait baisser le niveau des pensions d’environ 20 % ». Ce réquisitoire est dressé par près de 400 universitaires, économistes, sociologues ou philosophes, de Philippe Corcuff à Henri Sterdyniak (Observatoire français des conjonctures économiques). Ils ont été rejoints par des responsables syndicaux (CGT, Solidaires, FSU, Unef) ou associatifs (Attac, Fondation Copernic, Agir contre le chômage…), et par plusieurs élus ou personnalités de gauche, de Cécile Duflot à Olivier Besancenot, en passant par Noël Mamère, Marie-George Buffet, Patrick Braouezec, Jean-Luc Mélenchon, des proches de Benoît Hamon, comme Razzy Hammadi, secrétaire national du PS, ou des nouveaux élus d’Europe Écologie. Ils lancent ensemble, ce 7 avril, un appel pour « faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites ».

Face à des syndicats très divisés sur le sujet, et à des leaders politiques, en particulier au PS et à Europe Écologie, plutôt timorés, cet appel vise à lancer la mobilisation alors que la première phase de concertation s’ouvre le 12 avril, sous l’égide du nouveau ministre du Travail Eric Woerth, et que le Conseil d’orientation des retraites (COR) doit adopter son nouveau rapport le 14. La bataille autour des retraites est lancée.

Solidarité entre générations

Les principales pistes gouvernementales, et du Medef, pour assurer le financement du système – l’allongement de la durée de cotisation et la suppression de l’âge légal de départ - sont battues en brèche par les signataires : « Exiger que les salariés travaillent et cotisent plus longtemps, alors que l’âge moyen de cessation d’activité est de 59 ans, ne vise qu’à baisser le niveau des pensions. De plus, cette logique remet en cause la solidarité intergénérationnelle. Il n’y a aucun sens à augmenter l’âge de la retraite alors que le chômage de masse sévit pour les jeunes. » Ils craignent également que le COR ne change le mode de calcul des cotisations, donc le montant des pensions perçues, au gré des exigences de financement de l’assurance vieillesse. « Cela aggraverait encore la baisse du niveau des pensions et contraindrait les salariés, particulièrement les salariés pauvres et effectuant les travaux pénibles, à travailler toujours plus longtemps. »

Plutôt que d’allonger l’âge de départ à la retraite « à 62, voire 65 ou 67 ans, comme le demande le Medef », l’appel propose un nouveau partage de la valeur ajoutée qui résorberait les déficits des caisses de retraite. Ses signataires rappellent que les dividendes ont explosées, passant de 3,2 % du PIB en 1982 à 8,5 % en 2007, pendant que la part des salaires dans la valeur ajoutée chutait en parallèle. Il s’agit donc de s’attaquer aux revenus financiers, qui profitent largement aux plus riches, plutôt que de demander aux salariés de « travailler toujours plus ». « Le financement des retraites est possible à condition d’en finir avec l’actuel partage éhonté de la richesse au bénéfice des revenus financiers. C’est ce partage qui constitue le tabou à faire sauter, et non l’âge de départ. Il s’agit là d’un choix politique de justice et de solidarité. » Une mobilisation « citoyenne » qui doit se mettre en place d’ici l’automne, quand le Parlement se saisira du projet de réforme.

Ivan du Roy

Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 03:24

http://www.bakchich.info/IMG/jpg_Areva-en-Afrique.jpg

http://www.bakchich.info/IMG/jpg_Areva-en-Afrique.jpg

 

 

 

http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=781


01/04/2011
Fukushima : un document interne d'AREVA démontre tout le cynisme de l'industriel


Anne Lauvergeon, la n°1 d'AREVA, est actuellement en déplacement au Japon pour « apporter l'aide et l'expertise d'AREVA » dans la gestion de la catastrophe de Fukushima. À cette occasion, le Réseau « Sortir du nucléaire » rend public un document interne d'AREVA qui démontre que, loin de se soucier réellement du sort des Japonais, l'industriel se préoccupe avant tout des impacts éventuels de la catastrophe de Fukushima sur la construction de nouvelles centrales nucléaires... et donc sur son chiffre d'affaire !

Le déplacement d'Anne Lauvergeon, parallèle à celui de Nicolas Sarkozy, relève d'une stratégie de communication, de la part du pays leader sur le marché nucléaire mondial. Il s'agit d'instrumentaliser la catastrophe de Fukushima pour valoriser les technologies nucléaires d'AREVA, sous couvert d'apporter à Tepco une aide pour le moins hypothétique.

Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce le cynisme dont fait preuve AREVA au moment même où la population japonaise souffre des conséquences dramatiques de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Consultez le document interne d'AREVA (en anglais) intitulé « Impact of Fukushima event on nuclear power sector » en date du 25 mars 2011 en cliquant ici : http://groupes.sortirdunucleaire.org/alerte-japon/DocinterneAREVA-25Mars2011.pdf

Ci-dessous deux des extraits les plus significatifs de ce document.

Contacts presse :
François Mativet : 06 03 92 20 13
Opale Crivello : 06 12 40 59 51




TRADUCTION EN FRANCAIS DES EXTRAITS DE CE DOCUMENT INTERNE AREVA :

Page 4 :

Principaux effets attendus de l'évènement de Fukushima sur le secteur électro-nucléaire

    * La plupart des pays engagés dans le nucléaire ou dans un programme de construction ont eu des réactions plutôt rationnelles suite à l'événement de Fukushima
      - L'énergie nucléaire est nécessaire
      - Ne surfent pas sur une vague émotionnelle
      - Des leçons doivent être tirées de la crise japonaise

    * La plupart des pays ont annoncé des contrôles de la sécurité de leurs installations nucléaires existantes:
      - Pour quatorze pays européens, ces contrôles incluront des audits

    * Quelques pays ont déjà annoncé qu'ils reverront leurs standards de sécurité

    * Seule l'Allemagne a annoncé d'emblée des mesures plus rigoureuses à l'égard de leurs installations (fermeture temporaire des sept centrales les plus vieilles, moratoire de trois mois sur l'allongement de leur durée de vie).

    * Les nouvelles constructions – particulièrement celles avec les dates d'entrée en service commercial les plus proches – pourront être reportées pour tenir compte de standards de sécurité et de procédures d'autorisation modifiés.

    * Il n'est cependant pas question – en-dehors du Japon – d'annuler un quelconque programme de construction, ou d'arrêter des constructions en cours





EXTRAITS DU DOCUMENT INTERNE ORIGINAL D'AREVA

Page 4 :

Main potential impacts of Fukushima event on nuclear power sector

    * Most countries with a nuclear installed base and/or a New Build program have had pretty rational reactions following Fukushima event
      - Nuclear energy is necessary
      - Do not surf on the wave of emotion
      - Lessons have to be learned from Japanese crisis

    * Most countries announced safety reviews on their existing NPPs :
      - For 14 European countries, those reviews will include check-ups

    * A few countries have also already announced that they will review their safety standards

    * Only Germany directly announced more stringent measures regarding its installed base (temporary shut-down of 7 oldest plants, 3-month moratorium on lifetime extension)

    * New Builds – especially the ones with the closest CODs – may be delayed in order to integrate amended safety standards / licensing process

    * However there is no question – outside of Japan – to cancel New Build programs or stop current constructions





Lien permanent vers ce communiqué: http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=781

 

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 14:12

 

Blanchiment D`argent - Le cas du couple Ado-Dominique Nouvian

image dépèche
Le couple Ouattara

   

En Occident, la tendance est à la lutte contre le blanchiment d'argent sale et les paradis fiscaux. Cela, pour moraliser le monde de la finance. En Côte d'Ivoire, il y a pourtant un candidat à l'élection présidentielle qui a des liens avec ces réseaux mafieux qui mettent souvent à mal, les économies de leurs pays. Ouattara se dit propriétaire d'une impressionnante fortune.

 

Comment l'a-t-il acquis ?

 

Le temps vous propose un document qui vous dit tout sur la fortune de ce couple qui veut, par tous les moyens, diriger la Côte d'Ivoire. Arrivé aux affaires après avoir battu au deuxième tour de l'élection présidentielle française, la candidate socialiste Ségolène Royal en mai 2008, Nicolas Sarkozy a hérité d'un grand nombre de dossiers chauds de son prédécesseur Jacques Chirac.

 

Au nombre de ces dossiers, figure en bonne place la crise ivoirienne qui a, ces 5 dernières années, rendu totalement exécrables les relations entre la Côte d'Ivoire et la France. Français en qui les opposants à Laurent Gbagbo voyaient en ''Chirac bis'' Le nouveau patron de l'exécutif. Afin de mieux connaitre les principaux acteurs politiques ivoiriens, une enquête est ouverte sur chacun d'eux.

 

En somme, une carte de visite complète de présidentiable ivoirien que les barbouzes français se chargent de confectionner à l'attention du ''grand patron''. A l'exercice, les petites notes blanches sur Ouattara sont les plus nombreuses. Les raisons ? Nul ne le sait car le rapport des agents est muet sur la question. Mais il ressort des investigations des services secrets de l'Elysée qu'Alassane Dramane, est totalement inconnu des fichiers du fisc français et ne détient en son nom propre, aucun bien immobilier.

 

On pourrait croire qu'il y a erreur sur la personne de M. Ouattara. Eh bien, non ! Il s'agit bel et bien du patron du Rdr et son état civil est ainsi établi dans le document top confidentiel des services de renseignements français dont nous avons obtenu copie : ''Né le 1er janvier 1942 à Dimbokro (Côte d'Ivoire), de nationalité ivoirienne, titulaire d'une carte de séjour privilégiée valable 10 ans. Figure également sur le registre des diplomates accrédités auprès des autorités françaises, est marié avec madame Nouvian Dominique Claudine, veuve Folloroux, née le 16 décembre 1953 à Constantine (Algérie), de nationalité française.

 

De statut résident étranger, il fait élection de domicile à Paris, 140 avenue Victor Hugo- Paris 16e, dans un appartement propriété de son épouse. A Abidjan où il réside régulièrement, il demeure quartier Ambassade Cocody 01 BP 1206 Abidjan - Côte d'Ivoire.'' On ne peut s'empêcher de se demander comment une personnalité de la trempe de Ouattara, qui a résidé de longues années en France où il disposait de comptes en banque, peut-il être ''inconnu des services fiscaux français''.

 

Avec lui, son épouse Dominique Nouvian dont les contributions sont jugées nettement en deçà de ses avoirs tant en nature qu'en numéraire. Ayant trouvé cela suspect, les enquêteurs de l'Elysée ont suivi des pistes qui leur ont permis de mettre au grand jour les pratiques du couple Ouattara pour échapper au fisc français et s'enrichir de façon illicite. Les autres membres de la famille ne sont pas ignorés ; les activités et avoirs de chacun sont passés au peigne fin.

 

Le mythe sur les comptes de Ouattara

Avec étonnement, les renseignements se sont rendus à l'évidence que l'homme politique ivoirien n'est propriétaire d'aucun compte bancaire ni d'un quelconque bien, imposable, sur le territoire français. Ils découvrent, après un travail de longue haleine, qu'en 1993, alors qu'il était le tout puissant premier ministre d'Houphouët-Boigny, Alassane Ouattara a ouvert un compte spécial dans une banque parisienne. Notamment, à la City Bank Paris.

 

Ce compte a fonctionné régulièrement jusqu'au 30 octobre 1999, date à laquelle le titulaire a décidé de sa fermeture et du transfert de tous les fonds qui y étaient logés, à la ''City Bank Génève''. A cette date, ce compte classé rouge selon le jargon bancaire, géré par le fondé de pouvoirs, était créditeur à sa fermeture d'environ 9,5 milliards Fcfa. Il était alimenté par des fonds en provenance soit des Caraïbes, soit des Antilles anglaises, les paradis fiscaux attitrés.

 

Mais aussi des dépôts au guichet. L'analyse des mouvements sur ce compte entre 1996 et 1999 montre que les fonds qui y logeaient ne restaient jamais plus de trois à quatre mois en place. Ils étaient transférés vers d'autres destinations, au gré des placements effectués par l'ancien gouverneur de la Bceao. Ce compte géré par un haut responsable de la City Bank Paris faisait l'objet d'une attention toute particulière et aucune information ne pouvait être livrée si ce n'est dans le cadre d'une enquête comme celle menée par les grandes oreilles françaises.

 

En réalité, la City Bank Paris, une fois le compte fermé, n'en conserve aucune archive. Tous les documents et informations y afférents sont transférés pour partie, à l'agence où le compte est nouvellement domicilié, c'est-à-dire à la City Bank Genève. C'est là qu'un service centralisé va se charger de leur traitement et leur conservation.

 

Selon les investigateurs, Ouattara n'a fait à ce jour, aucune vente de patrimoine et n'a aucun enregistrement à son nom aux services des hypothèques de Paris, du Var et des bouches du Rhône. La plupart des biens où l'on retrouve ses traces sont la propriété de son épouse Dominique Nouvian et son fils Loïc Folloroux, né le 16 avril 1975 à Buhl en ex-République fédérale d'Allemagne.

 

Dominique Nouvian Folloroux comme Ouattara

C'est en 1990 que Dominique Nouvian, officialise devant le maire de Paris, sa relation amoureuse avec le premier ministre de Côte d'Ivoire d'alors, Alassane Ouattara. Alors qu'elle résidait dans le pays depuis de longues années et avait même à charge la gestion des biens immobiliers de l'Etat ivoirien tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Elle n'était donc pas une inconnue à Abidjan où elle s'est établie également Cocody Ambassades avant son mariage avec Ouattara.

 

Dans la capitale française, ''la blanche colombe'' habite avec son mari une résidence au 140, avenue Victor Hugo - Paris 16e. Son compte principal, de type spécial est repéré à la Société générale Paris, 29 BD Hausmann Paris 9e, n° 30003 0 3000 000 500 85 153/20, au nom de Nouvian Folloroux épouse Ouattara. Au moment de l'investigation qui remonte à quelque six mois, ce compte qui, selon toute vraisemblance, est la propriété du couple, était créditeur de plus de sept milliards de Fcfa.

 

Comme son époux, un compte où elle disposait de fonds énormes à la City Bank Paris, géré dans les mêmes conditions de confidentialité que celui de son époux, a été fermé. En même temps que celui-ci de Ouattara. Les fonds suivent le même trajet pour se retrouver dans la succursale de la City Bank de Genève. Pour échapper aux fiscs français. A sa fermeture, il contenait un peu plus de 4,2 milliards de francs Fcfa. Ainsi Dominique Ouattara, qui partage le rêve de son époux d'élire domicile un jour à la résidence présidentielle de Cocody, peut contribuer à forcer le destin à coups de billets de banque.

 

Tout en échappant à la dextérité des services de renseignements français qui ne manqueraient pas de lui demander des comptes concernant les flux financiers du compte en cas de décaissement de sommes faramineuses. La trouvaille est donc de taille et il fallait certainement être un économiste de la trempe de Ouattara pour faire tout ce montage. En outre, Mme Nouvian Folloroux Ouattara est propriétaire en nom propre de deux appartements de 126 m2 l'un et 142 m2 l'autre au 140, avenue Victor Hugo.

 

C'est l'un de ces appartements qu'elle occupe avec son époux quand la seconde est habitée par son fils Loic Folloroux. Ces biens immobiliers sont évalués à neuf cents millions de Fcfa , soit 48 millions pour le premier et 52 millions pour le second. Sous le nom de Dominique Nouvian, son nom de jeune fille, Mme Ouattara est également titulaire d'une propriété dans le Sud de la France, à Mougins (06) sur le front de mer au 598 chemin Pablo Picasso, référence cadastrale CD 26. Bâtie sur une superficie de 6.495 m2 avec piscine. Cette résidence qui est une propriété privée de Mme Ouattara est estimée à plus de 12 millions FF, soit 1,2 milliard de Fcfa; la taxe foncière à 28.306 FF (2 millions 830 mille 600 Fcfa) et la taxe d'habitation à 44.295FF ( 4 millions 429 mille 500 Fcfa).

 

C'est dans cette maison que réside le couple Ouattara et l'on ne peut savoir à ce jour si elle a été cédée ou non à l'ancien premier ministre. La vérité, c'est qu'il n'y a aucun document attestant qu'il en est le propriétaire. Toujours au titre des biens immobiliers, les renseignements français signalent une maison à Sanary sur mer, propriété des parents de Dominique Nouvian, qui revient à la famille Ouattara, d'une valeur estimée entre 2,5 et 3 millions, soit 250 à 300 millions de Cfa.

 

*Les affaires du couple

La seule entreprise de Madame Ouattara officiellement connue est l'Agence internationale de commercialisation immobilière (Aici.Sa) dont elle est le Pdg. Avec pour objet, selon ses statuts, la création et l'exploitation de tous les fonds de commerce d'agences immobilières, de négociation mobilière, immobilière et commerciale. Avec un capital de 5 millions FF, son siège est situé 124, avenue Victor Hugo Paris 16e. L'entreprise possède un compte bancaire à la Société générale également à l'avenue Victor Hugo.

 

Et en plus de ce compte, gros de plusieurs millions, et dont les opérations au moins à chiffres témoignent de la bonne santé de l'entreprise, Aici.Sa, qui a de nombreuses succursales à travers le monde, garde ses avoirs dans un compte secondaire logé à la banque Gallière, 38 rue Laffite, à Paris 9e. Cet autre compte est également créditeur de plusieurs millions. Le chiffre d'affaires de la société entre 1995 et 1998 montre bien qu'elle brasse des millions qui bénéficiait largement au trésor public français à travers les impôts sur le revenu et autres taxes à laquelle elle était soumise.

 

On note 3913 millions de FF (391,3 milliards de Fcfa) en 1995, 527,2 milliards de Fcfa en 1996, 539,1 milliards de Fcfa en 1997 et 692,0 milliards de Fcfa en 1998. Depuis 1999, date de l'ouverture de comptes bancaires à la City Bank Genève, les fonds générés à l'extérieur par Aici ne profitent plus à la France. Désormais, ils dorment dans les paradis fiscaux. Les actions de l'entreprise sont reparties entre trois entités qui ramènent unilatéralement à la famille Nouvian Folloroux Ouattara. La famille Folloroux se taille la part du lion avec plus de 50% des parts.

 

Alassane Ouattara, selon les chiffres, ne détiendrait que 22% des parts de l'entreprise quand d'autres Loïc Folloroux a à son actif plus de 25%. Tout naturellement, on retrouve comme administrateurs de Aici.Sa, outre Dominique Ouattara, le Pdg, Mme Nouvian Véronique épouse Cornuel qui s'est remariée le 8 août 1992 avec M. Padovany Marcel Hubert, après avoir divorcé de son premier époux.

 

Sur la liste, figurent également les noms de Folloroux Loïc et d'Alassane Ouattara. En somme, une affaire familiale qui emploie une quinzaine de personnes mais brasse des fonds énormes. Surtout en vendant et rachetant par des circuits détournés des biens immobiliers de l'Etat ivoirien principalement dans la période où le chef de famille était aux affaires à Abidjan.

 

A travers notamment l'opération de privatisation qui devrait servir à renflouer les caisses de l'Etat, des biens immobiliers de l'Etat se retrouveront en grand nombre dans l'escarcelle de M. et Mme Ouattara par le biais de prête-noms et autres sociétés écrans.

 



Les entreprises écrans

Il faut noter également que Aici.Sa de Madame Ouattara est propriétaire à 100% de la Sarl Malesherbes Gestion, au capital de 1 million FF, soit 100 millions Fcfa, et dont le siège est situé à 3 rue Mérimée Paris 16e. Cette société spécialisée dans la gestion d'immeubles résidentiels emploie une vingtaine de personnes avec des chiffres d'affaires largement supérieurs à ceux de Aici.Sa sur la même période de 1995 à 1998. Respectivement, on a 652,8 milliards Fcfa en 1995 ; 726,3 en 1996 ; 709,5 en 1997 et 812,6 milliards Fcfa en 1998.

 

Madame Ouattara dont les biens se confondent ainsi à plusieurs niveaux avec ceux de son époux est aussi propriétaire de Radio Nostalgie Afrique dont le siège est basé 22, rue Boileau Paris 16e, avec un capital de 2.500.000 FF, soit 250 millions Fcfa. De cette entreprise dont Ahmed Bakayoko, actuel ministre des Nouvelles technologies de la communication sous la bannière du Rdr de Dramane Ouattara, est l'un des administrateurs, découle Radio Nostalgie Côte d'Ivoire. Notons que cette radio, dans sa volonté de défendre la cause de l'homme politique, a souvent eu maille à partir avec les population abidjanaises.

 

En outre, madame Ouattara est titulaire de franchises Jacques Dessanges, des espaces très fréquentés, aux Etats-Unis et particulièrement à New York. Ces quelques structures qui ont été repérées, exerçant dans les secteurs les plus divers et ayant un lien direct ou indirect avec les Ouattara, leur permettent de blanchir des fonds provenant de pratiques illicites. Dans le même but, Dominique Nouvian a eu la géniale idée de créer l'association ''Children of Africa'' dont le siège est à New York avec des bureaux à Paris, dans les locaux de Aici.Sa et à Abidjan.

 

Cette structure humanitaire est un maillon essentiel dans le procédé assez complexe pour faire circuler, loin de tout soupçon, l'argent sale. Fait remarquable, indique le document des renseignements généraux français, c'est Dramane Ouattara en personne qui est le représentant légal de ''Children of Africa'' en France. Et comme par hasard ( ?) le compte principal de l'Ong est logé à la City Bank de New York.

 

Dans l'impossibilité de trouver des éléments de réponse à certaines questions relatives aux ramifications entre Aici.Sa, Children of Africa et l'homme politique ivoirien, la Dgse aurait décidé de poursuivre les investigations dans ce sens. Afin de mettre au grand jour les pratiques par lesquelles des fonds devant alimenter les caisses de l'Etat français lui échappent, par le bien de l'Ong.

 

Un Israélien comme homme lige

Renseignés sur le fonctionnement des paradis fiscaux et judiciaires, dotés de systèmes très complexes qui ont pour but d'empêcher la localisation de fonds d'origine illicites, les agents des services secrets français ont passé au peigne fin les opérations menées sur les différents comptes dont l'existence a été révélée.

 

Mais aussi toutes les actions menées sur des comptes soupçonnés d'avoir un lien direct ou indirect avec les Ouattara. Ils ont fini par se rendre compte, souligne une source, que Ouattara s'est offert les services d'un Israélien rompu aux arcanes de la haute finance. Du nom de Midale Simon, ce proche du couple, expert comptable ou avocat de formation, largement rémunéré pour ses services, est le patron visible de l'empire financier frauduleux des Ouattara.

 

Toujours entre deux avions, il est soit en déplacement pour exécuter les ordres de son employeur et séjourne régulièrement à Abidjan, Genève, Tel Aviv (Israël), dans les îles Caraïbes, dans les îles anglaises et aux Etats-Unis. L'Elysée et Matignon en sont persuadés, Midale Simon est le gestionnaire des avoirs de Alassane Ouattara dans les paradis fiscaux. Très discrets, les renseignements de l'Hexagone notent que l'homme a le profil de l'emploi et joue bien son rôle en tant que prête, nom. Mais pendant combien de temps encore Ouattara pourra-t-il continuer de se cacher derrière ses sociétés écrans et autres prête-noms pour continuer de ne pas payer des impôts au fisc français ?

 

Trois mois avant le coup d'Etat de 1999

Néanmoins, des indices existent, qui permettent d'établir un lien entre la fermeture du compte de Ouattara en France, le transfert de ses fonds dans les paradis fiscaux où la confidentialité sur les mouvements financiers est très rigide, et les événements marquants de la Côte d'Ivoire post Houphouët-Boigny. En octobre 1999, la guerre ouverte entre les héritiers Bédié et Ouattara atteint son point culminant.

 

En effet, courant juillet 1995, l'ancien premier ministre décide de quitter son poste de directeur général adjoint du Fonds monétaire international (Fmi). Il annonce son retour en Côte d'Ivoire où il compte disputer à Henri Konan Bédié le fauteuil présidentiel qu'il n'avait pu accaparer par la force à la mort de Houphouët-Boigny. Il s'en suit un mandat d'arrêt lancé contre lui par le pouvoir en place, pour ''faux sur l'identité et usage de faux documents administratifs''. Ouattara qui avait certainement mûri son idée avant d'annoncer son départ du Fmi ne se laissera pas pour autant intimider, lançant à maintes reprises des menaces à peine voilées à celui qui est aujourd'hui son allié dans le cadre du Rhdp.

 

''Lorsque je déciderai de frapper ce pouvoir, il tombera'', ne cessait-il de répéter. Le 24 décembre 1999, c'est chose faite. Bédié est renversé par le général Guéi et Ouattara se fait présenter comme étant le nouveau président de la République de Côte d'Ivoire dans l'avion qui le ramène de Paris où il vivait en exil. Les mois qui suivent, les Ivoiriens finiront par se rendre à l'évidence qu'il était le véritable commanditaire de ''la révolution des œillets'' version ivoirienne.

 

Le choix des paradis fiscaux pour loger ses avoirs en France dès octobre 1999, soit moins de trois mois avant l'entrée en scène du général Guéi et ses jeunes gens, n'était donc pas fortuit. Les renseignements généraux français qui avaient choisi jusque-là de fermer l'œil sur les activités des Ouattara indiquent même clairement dans leur rapport que ce sont ces fonds qui ont servi à fomenter le coup d'Etat. Et au- delà, la quasi-totalité des actes attentatoires à la sûreté de l'Etat, particulièrement le coup d'Etat manqué de septembre 2002 qui a engendré la rébellion. Avec le soutien de la France alors dirigée par Chirac qui vouait une haine viscérale à Laurent Gbagbo.

 

Enrichissement illicite !

Une manne, nous l'avons souligné, constituée parfois dans des conditions irrégulières et gardée dans les paradis fiscaux à travers le monde. Son passage à la tête du gouvernement entre 1990 et 1993 avait été déterminant pour l'ancien gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Bceao) qui profitera de la maladie du président Houphouët-Boigny pour pomper les caisses de l'Etat.

 

Premier ministre et ministre de l'Economie et des Finances, les recettes des différentes régies financières, y compris le trésor public, convergeaient vers la Primature où le seul maitre à bord du navire Ivoire à cette époque, se servait à sa guise. Lui seul avait la maitrise du mécanisme mis en place pour la gestion de ces ressources. Une bonne partie de cet argent échappera totalement à l'Etat, transportée en Europe de façon régulière par l'ancien premier ministre.

 

Le prétexte était tout trouvé : l'hospitalisation du chef de l'Etat agonisant dans les hôpitaux français, puis en Suisse. Les fréquentes visites à son cheveu permettront, en tout cas, à Ouattara de disposer dans des comptes ouverts dans les banques européennes des centaines de milliards. Il avait pourtant été appelé à la rescousse par le vieux pour assainir les caisses de l'Etat.

 

Tous ces fonds ont été convoyés, nous le signifions, hors du pays et placés dans les paradis fiscaux. Avec les investigations menées par les renseignements français au sujet des Ouattara, on peut le dire, le voile se lève progressivement sur les origines des fonds dont Ouattara se sert pour mettre sans cesse à mal la sureté de l'Etat ivoirien depuis plus d'une décennie. Il se bat bec et ongles pour s'installer au palais présidentiel du Plateau. N'hésitant pas à combattre une rébellion qu'il a lui-même élevée contre la République.

 

Pourquoi maintenant ?

La célérité avec laquelle une enquête a été commanditée par le président français au sujet de Ouattara et son épouse soulève des interrogations. Surtout que Nicolas Sarkozy fut le témoin de mariage de Dramane Ouattara avec qui il a beaucoup d'amis en commun. A son arrivée à l'Elysée, le président du Rdr et le Rhdp avaient jubilé, voyant en Sarko celui qui viendrait parachever l'œuvre de Chirac.

 

Tout est parti du fait que l'opposant politique échappe aux fichiers des services des impôts de la France dont il se targue d'être un allié. C'est donc pour avoir le cœur net sur cette question, au moment où les élections approchent à grands pas en Côte d'Ivoire, que le président français instruit les services de renseignements français. Une tâche qui ne sera pas au-dessus des moyens des services secrets français qui avaient déjà mené pareille investigation sur Ouattara, du temps de la transition militaire du général Guéi Robert.

 

Le dossier avait été déposé en son temps sur la table de Jacques Chirac qui avait préféré le mettre dans le fond de son tiroir. Il est remis au goût du jour. Avec de nouvelles annotations qui tiennent compte de la réalité du moment. Et dont le contenu est clair sur le clair- obscur qui entoure les relations que Ouattara entretient avec la France. Sous le prétexte des visites donc au Bélier de Yamoussoukro dont l'état de santé préoccupait la nation tout entière, Ouattara fera sortir du pays des fonds énormes. Sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

 

Chaque semaine, il prenait la destination de l'Europe où il planquera son butin dans les paradis fiscaux. Des personnes qui ont participé à ces opérations de transferts de fonds et que nous avons pu rencontrer dans le cadre de nos investigations sont convaincues que ce sont des centaines de milliards qui ont été ainsi emportés entre 1993 et 1994. Le général Abdoulaye Coulibaly, (né à Adjamé, originaire de Banfora, Burkina, et non de Korhogo, contrairement à un autre Général Coulibaly de Korhogo, issu de la famille Gbon) qui était le pilote d'Houphouët-Boigny, à en croire ces témoins des faits dont certains travaillaient à Codival, est bien placé pour dire la destination de ces fonds.

 

Décembre 1993, Houphouët- Boigny décède ... mais Ouattara peut désormais jouir de la manne importante dont il dispose, logée dans les banques suisses, dans la principauté de Monaco, au Luxembourg... Avec la dévaluation, les montants emportés deviennent deux fois plus importants. Du simple au double.

 

Dans sa tentative de faire main basse sur le pouvoir par tous les moyens, y compris les coups d'Etat, il n'hésitera pas à s'en servir". "En dehors des fonds emportés des caisses de l'Etat, qui ont permis à Alassane Ouattara d'ouvrir des comptes dans les paradis fiscaux, Ouattara dispose de biens immobiliers et autres à travers le monde. Des biens acquis pour la plupart avec l'argent volé dans les caisses de l'Etat.

 

Avec le concours de Mme Dominique Nouvian Folleroux, la patronne de l'Agence internationale de la commercialisation immobilière (Aici) qui deviendra plus tard son épouse, de nombreuses réalisations du patrimoine de l'Etat passeront aux mains de Ouattara. Contre un franc symbolique ou moyennant des sommes en deçà de la valeur des biens ainsi frauduleusement acquis". Exemple : leur appartement du boulevard Suchet à Paris appartenait à Houphouët. "Hors de la Côte d'Ivoire, il faut dire que le leader du Rdr a acheté à des millions de dollars en Haiti une vaste plantation de canne à sucre. Cela, sur conseil de son parrain, feu Grégoire Yacé Philippe.

 

Aussi possède-t-il des bateaux commerciaux qu'il s'est offerts après son départ de la primature, qui lui rapportent énormément. Au Burkina Faso, il détient une cimenterie rachetée et qui n'est pas le seul bien à son actif dans ce pays. Mais c'est au pays d'El Hadj Oumar Bongo que se concentrent la plupart de ses biens. Un parc maritime et des biens de natures diverses à son nom sont dans ce pays de l'Afrique centrale où l'ex-chef de l'Etat Omar Bongo qui se présentait comme son parrain lui faisait de nombreuses faveurs.

 

Par ailleurs, le fonctionnaire international qui a des liens solides dans le milieu de la haute finance depuis Dakar, se livre au blanchiment d'argent. Ayant une parfaite maitrise des flux financiers à travers le monde, l'ancien premier ministre se sert de structures écrans pour se livrer à des activités pour le moins répréhensibles. Ainsi, derrière les actions de haute portée humanitaire dont l'Ong Children's of Africa, qui est une propriété de son épouse peut se vanter, circule de l'argent sale.

 

Le circuit que suit ce réseau est tellement complexe et bien pensé qu'il serait impossible à n'importe quel spécialiste de la lutte contre le blanchiment d'argent d'épingler l'Ong. De nombreuses sociétés exerçant dans les secteurs les plus divers, donc beaucoup d'affaires et de sous, se cachent en tout cas derrière le choix des Ouattara de s'adonner à une activité humanitaire. Outre Children's of Africa, il y a Jacques Desange. Et une autre structure comme l'International institute for Africa (Iia) basée à Washington, avec délusion entre Ouattara et cette société. Elle a été mise sur pied depuis son passage à la Primature et a pour mission essentielle de financer de façon subtile les activités subversives du leader politique et de faire du lobbying à son profit dans certains cercles.

 

Mais bien entendu, cette structure de droit américain tire ses revenus du recyclage de l'argent sale en provenance de pays sous embargo. A l'image du Liberia et de la Sierra Leone où la vente de diamant et d'or a été longtemps interdite par le conseil de sécurité de l'Onu. Au pays où il a vécu de longues années en tant qu'étudiant puis directeur général adjoint du Fmi, il a pu intégrer les réseaux mafieux de vente d'armes et c'est par des sociétés écran telles l'International institute for Africa (Iia) qu'il a armé sans discontinuer les auteurs des coups d'Etat à répétition qui déboucheront sur une rébellion après un énième échec en septembre 2002." Le président du Rdr dispose de plusieurs comptes dans les paradis fiscaux et des pays comme la France et les Etats-Unis où il a des intérêts.

 

En Suisse et à Luxembourg particulièrement, on dénombre au total six comptes où s'effectuent des opérations de diverses natures. Selon qu'il s'agisse d'une activité lucrative ou d'une autre se rapportant à ses activités politiques ou subversives. Dans ce dernier cas, c'est l'International institute for Africa (Iia) qui est actionnée. Cette structure qui est sa propriété comme nous l'avons déjà indiqué plus haut, détient un compte à la Dexia Banque internationale à Luxembourg sise à 69 rue d'Esch, L-2953 Luxembourg. ''Dexia Banque internationale à Luxembourg est une banque à vocation résolument européenne. Le compte de Alassane Dramane Ouattara dans cette banque date de juillet 1999.

 

Et le fait qu'il porte le nom de la société de droit américain ne doit pas étonné car il s'agit d'une société écran. Le vrai propriétaire du compte est bel et bien Alassane Ouattara comme ont pu le confirmer des hauts cadres de l'établissement bancaire qui ont réquis l'anonymat pour des raisons de confidentialité. A en juger par sa date de création, on se rend bien compte que c'est au moment où il démissionnait de son poste de directeur général adjoint du Fmi. Il annonça dans la même période son désir de rentrer en Côte d'Ivoire pour y prendre part à la vie politique. Surtout, il envisageait de se présenter à la présidentielle. Quelques mois après, soit en décembre 1999, alors qu'il venait de dire publiquement qu'il allait attenter à la sureté de l'Etat, une banale mutinerie emportera le pouvoir Bédié".

 

Dossier réalisé par

Safiatou Ouattara et Alain Pierre à Paris

Article mis à jour le 01/09/2009.

Lien : http://www.directabidjan.com/voir_news.php?id=309

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 13:51

Gbagbo-Cote-d-ivoire-930x620_scalewidth_300.jpg

 

Sans aucun mandat, en pleine illégalité et malgré les appels à l'arrêt des bombardements demandés par la Russie et l'Union Africaine, la France de Nicolas Sarkozy est en train de bombarder la résidence du chef de l'État ivoirien, Laurent Gbagbo. L'objectif du président français Sarkozy semble être de "ramener le cadavre de Laurent Gbagbo pour le journal de 13H". 


Ivoiriens, Africains, Amis de la Souveraineté, de la Liberté et de la Démocratie, levons-nous tous pour protester contre les agissements de Nicolas SARKOZY en CÔTE D’IVOIRE.


En ce moment même, mercredi 6 avril 2011 à 10h30, selon le porte-parole du Gouvernement, les hélicoptères et les chars français de la Force Licorne sont en train de pilonner la résidence du Président de la République de CÔTE D’IVOIRE, au mépris de la Charte des Nations Unies, à la Convention de Genève sur le Droit de la Guerre de 1949 et des intérêts français.



Signataires :


 

Calixte BELAYA, écrivain, Lucie BOURTHOUMIEUX, Avocat à la Cour,

Grégory PROTCHE, rédacteur en chef Gri-Gri International, Dr Boga Sako Gervais, Enseignant-chercheur à l’Université, Expert en Droit de l’Homme, Président-Fondateur à la FIDHOP (Fédération Ivoirienne pour l’Observation et la Surveillance des Droits de l’Homme et de la Vie Politique), Me Hervé Gouaméné, Avocat à la Cour, Président de l’APDH (Actions pour la Protection des Droits de l’Homme), Mme Jacqueline BOUABRE, Présidente de la FIDENACI (les fidèles à la démocratie et à la Nation de Côte d'Ivoire), Bernard TOURE et M. Martial AKOUN, Présidents du CO.PA.VI.L (Collectif des Patriotes Victimes de la Licorne)

Mme Viviane GNAHORE, Présidente de l’A.N.F.S.Z.A (Association Nationales des Femmes Sorties des Zones Assiégées), M. Sékou KOUAME, Président de la Fédération Nationale des Victimes de Guerre de CÔTE D’IVOIRE, Maurice GNAGNE, Professeur de médecine, Dedy SERI, Ethnologue, Arsène DOGBA, politologue, Mohamed AREF, Avocat et défenseur des Droits de l’Homme,

Agnès KRAIDY, journaliste, Hervé-Emmanuel N’KOM, Charles Tchoungang, Bâtonnier, Henriette Ekwe, Anicet Ekane, Célestin Kengoum, Avocat 

Dr Samuel Mack Kit, Michel Etia, Avocat, Abanda Kpama, Paul Géremie Bikidik, Emmanuel Mbiga, Valentin Dongmo Fils, Guillaume Manga, Faustin Bekolo, Oscar Batamack, Pr Takam, Moussala Michaut, Christian d'Alayer, journaliste, Malick Noël SECK, Coordonateur de convergence socialiste...

 

 

 

Reçu d'un Lecteur :

 

 

J’ai vécu de nombreuses années en Côte d’Ivoire, cette situation là-bas m’attriste beaucoup, car c’est en quelque sort mon pays de « cœur »

 

J’ai répondu à un article sur le Parisien, + réponse à un post, c'est publié

 

Voici le contenu :

 

Cordialement,

 

Michel

 

 

 

« A méditer...

 

L'avenir va devenir sombre pour la Côte d'Ivoire... La France n'avait certes pas le droit d'intervenir, mais Sarkozy œuvre directement pour le nouvel Ordre Mondial, donc c'est en accord avec les américains qu'il a effectué cette action. Avec un Outtara issu du FMI la porte est ouverte aux société telles que Monsanto, qui viendra pourrir un peu plus le sol ivoirien, aux labos qui vont maintenant inonder le pays de vaccins pourris, les banques qui vont se "sucrer sur le dos du peuple ivoirien". La technique a été parfaite, on met le pays par terre, et on arrive avec "un sauveur" ami de DSK et Sarko le 2 grands prédateurs au service du CFR et de la CIA, et le tour est joué ! Bon courage amis ivoiriens ! http://lemotdhumeurdejeancharlesfatiga.ivoire-blog.com/archive/2010/10/21/dominique-ouattara-femme-fatale-a-la-cote-d-ivoire-les-secre.html »

 

Le lien : http://www.leparisien.fr/reactions/crise-cote-d-ivoire/.php?article=cote-d-ivoire-les-forces-de-ouattara-lancent-l-assaut-final-06-04-2011-1396025&page=0#reaction_01 

 


 

Le pseudo et l’heure de parution : 34 le 06/04/2011 à 11h36

 

J’ai répondu à cet abruti (qui ferait bien de retourner à l’école) qui a écrit ca : 04thoninos le 06/04/2011 à 11h40desolation d'entendre des conneriesoui la FRANCE est intervenue sous mandat ONUSIEN, alors arrêtés de dire des conneries aussi grosses que vous. La France aurait du intervenir plus tôt et la CI n'aurait pas eu tous ces morts innocents. Si vous soutenez GBAGBO, c'est que vous aussi vous etes des assasins. Avec ce genre de comportement, vous n'arriverez jamais à vivre sans l'aide de l'exterieur

 

Ma réponse :

 

L'ONU ? Quelle ONU ? Ils n'ont même pas été capables d'éviter l'invasion américain en Irak ! Mais par contre on met en place un Ouattara à la solde des Américains qui n'ont pas leur pareil pour déstabiliser tous les pays ! C'est leur "sport" favori ! Et nous Français nous ne sommes que leurs larbins ! 

 

34 le 06/04/2011 à 11h43

 

Lien : http://www.leparisien.fr/reactions/crise-cote-d-ivoire/.php?article=cote-d-ivoire-les-forces-de-ouattara-lancent-l-assaut-final-06-04-2011-1396025&page=0#reaction_04

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 03:35
Désinformation : Orwell se retourne dans sa tombe

 

Orwell 1984
Orwell se retourne dans sa tombe de Robert Kane Pappas, se veut la critique définitive du quatrième pouvoir, considéré autrefois comme le bastion de la démocratie américaine.
En se demandant si l’Amérique est entrée dans un monde orwellien au double langage où les mensonges peuvent passer pour la vérité, Pappas explore ce dont les médias n’aiment pas parler, c’est-à-dire eux-mêmes.


Orwell se retourne dans sa tombe fournit une tribune essentielle pour les idées qui ne seront jamais entendues dans les médias traditionnels. D’après Danny Schecter de chez Globalvision, “Nous pensons à tort que notre pays est une démocratie alors qu’il s’est transformé en une médiacratie où les médias qui sont censés contrôler les abus politique font partie des abus politiques”.
En analysant le monopole des médias et le processus par lequel ils sont arrivés à décider de ce qui sera diffusé ou non, Orwell se retourne dans sa tombe parcourt une liste préoccupante de questions et d’évènements d’actualité qui ne sont pas abordés par les médias traditionnels, et restent toujours sans réponse…


Film documentaire de Robert Kane Pappas, 2005. Etat des lieux sans concession du système médiatique américain par des journalistes de renom, des professeurs d'université, un membre du Congrès, l'ancien procureur de Los Angeles, Michael Moore, des producteurs de TV et d'autres intervenants directement concernés. Un immanquable pour qui veut toucher du doigt l'état de dépendance des médias au pouvoir. Certaines similitudes frappantes avec la situation vers laquelle évolue la France, n'échapperont à personne.

Orwell se retourne dans sa tombe de Robert Kane Pappas, se veut la critique définitive du quatrième pouvoir, considéré autrefois comme le bastion de la démocratie américaine.

En se demandant si l'Amérique est entrée dans un monde orwellien au double langage où les mensonges peuvent passer pour la vérité, Pappas explore ce dont les médias n'aiment pas parler, c'est-à-dire eux-mêmes.

Retraçant méticuleusement le processus par lequel les médias déforment et censurent les évènements d'actualité, Pappas présente de fascinantes et éloquentes interventions de professionnels des médias. Parmi les intervenants, l'on trouve Charles Lewis, directeur du Centre pour l'Intégrité Publique ; Vincent Bugliosi, ancien procureur de Los Angeles ; le réalisateur et auteur Michael Moore ; le Républicain Bernie Sanders ; Danny Schecter, auteur et ancien producteur pour ABC et CNN ; et Tony Benn, ancien membre du Parlement britannique.

Orwell se retourne dans sa tombe fournit une tribune essentielle pour les idées qui ne seront jamais entendues dans les médias traditionnels. D'après Danny Schecter de chez Globalvision, “Nous pensons à tort que notre pays est une démocratie alors qu'il s'est transformé en une médiacratie - où les médias qui sont censés contrôler les abus politique font partie des abus politiques”.

Le professeur des médias Mark Crispin Miller de l'université de New York nous dit que “Ces entités commerciales luttent maintenant avec le gouvernement pour le contrôle de nos vies. Elles ne sont pas un contrepoids sain au gouvernement. Goebbels disait que ce que l'on demande aux médias - il parlait des médias nazis - est de présenter une diversité apparente qui cache l'uniformité réelle”.

En analysant le monopole des médias et le processus par lequel ils sont arrivés à décider de ce qui sera diffusé ou non, Orwell se retourne dans sa tombe parcourt une liste préoccupante de questions et d'évènements d'actualité qui ne sont pas abordés par les médias traditionnels, et restent toujours sans réponse.

Recevons-nous l'information qu'une démocratie doit fournir pour notre survie, ou sommes-nous lobotomisés électroniquement ? La frénésie d'explosion des médias a-t-elle mené à une situation absurde et dangereuse, où la majorité de la population est devenue réellement moins informée ?

Certaines similitudes frappantes avec la situation vers laquelle évolue la France n'échapperont à personne. Rappelons qu'au classement mondial de la liberté de la presse 2006 effectué par Reporters Sans Frontières, la France est en effet passée de la 11ème à la 37ème place, et ce au cours de la seule période 2002-2006.

Orwell se retourne dans sa tombe nous rappelle que 1984 n'est plus une date du futur.


Source : Reopen911

 

http://wisher.unblog.fr/tag/orwell-et-realite/?ubref=aHR0cDovL2ltYWdlcy5nb29nbGUuY29tL2ltZ3Jlcz9pbWd1cmw9aHR0cDovL3dpc2hlci51bmJsb2cuZnIvZmlsZXMvMjAwOC8xMS9vcndlbGwuanBnJmltZ3JlZnVybD1odHRwOi8vd2lzaGVyLnVuYmxvZy5mci90YWcvb3J3ZWxsLWV0LXJlYWxpdGUvJnVzZz1fX2xHel9ITlo2TXVxWjR4bExXUGI3NHRFeFRMVT0maD0zNzYmdz0yNDgmc3o9MTkmaGw9ZnImc3RhcnQ9MCZzaWcyPW9VbGEyUXhSZFdDX3JPNDc5VWtBY0Emem9vbT0xJnRibmlkPVNZWXExUkZJV1dJcWVNOiZ0Ym5oPTEyOCZ0Ym53PTg0JmVpPVZKeWFUY21XTVlqV3RBYW9pc25xQlEmcHJldj0vaW1hZ2VzP3E9b3J3ZWxsJmhsPWZyJnJscz0lMjU3Qm1vejpkaXN0cmlidXRpb25JRCUyNTdEOiUyNTdCbW96OmxvY2FsZSUyNTdEOiUyNTdCbW96Om9mZmljaWFsJTI1N0QmYml3PTE0NDAmYmloPTcxMSZ0Ym09aXNjaCZpdGJzPTEmaWFjdD1oYyZ2cHg9OTYxJnZweT0zMDgmZHVyPTQyOTYmaG92aD0yNzcmaG92dz0xODImdHg9MTE1JnR5PTE2NCZvZWk9Vkp5YVRjbVdNWWpXdEFhb2l

zbnFCUSZwYWdlPTEmbmRzcD00MSZ2ZWQ9MXQ6NDI5LHI6Mjcsczow

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 03:24

 

http://www.id2sorties.com/sorties/786950_faut-il-un-debat-sur-la-laicite-.aspx

faut-il-un-debat-sur-la-laicite-

 

 

Débat sur la Laîcité en cours

par eva R-sistons


 

Applaudissements nourris pour le Grand Rabbin

(il y en a de petits, alors ?),

qui trône sur l'estrade, lui.


On comprend que les dignitaires Musulmans n'aient pas participé à ce RV de la stigmatisation, du racisme, de la haine,

un RV avec sur l'estrade les Coppé,

les Gérard Longuet (l'ancien d'Occident !),

les Barbier - qui prônait la guerre contre l'Irak -, etc,

tous les magnats de l'UMP, et même le Maire de Montfermeil.


Quant aux propos, le débat sur la laïcité se transforme en effet

en stigmatisation des Musulmans, encore et toujours.

Pauvre France occupée par le CRIF,

incitant à la chasse aux sorcières musulmanes

pour détourner l'attention des politiques anti-sociales

au profit de l'Oligarchie.


J'espère qu'aucun de mes Lecteurs ou Lectrices

ne sera dupe de cette mascarade

organisée pour le seul profit des tenants du Nouvel Ordre Mondial

préparant le choc de civilisations juteux pour eux.

 

"On décrit la gangrène islamiste, la menace islamiste,

jamais de l'Islam de modernité, de Lumières,

ni des échecs de la politique de la ville",

dit le Représentant de la Communauté Musulmane

l'écrivain Farid Hannache.

Le Haut Commissaire à la Diversité

fait du Communautarisme, ajoute-t-il.

 

Pourquoi ne pas appeler tout simplement ce débat .. "sur l'islam" ?

demande le journaliste des Chaînes Parlementaires. Voilà qui est dit !

 

 

UMP-debat-laicite0001.jpgUMP jeunes laicité0001-copie-1

 

 

http://echevin.over-blog.com/

 

 

 

Débat laïcité, suite

 

"Le problème aujourd'hui ce n'est pas qu'une Musulmane

souhaite être soignée par un homme.

Le problème, c'est que l'on ne puisse plus se soigner"

(médecin Musulman, "Ca vous regarde", LCP).

 

Mme Khiari, Sénatrice PS, Musulmane :

"Guéant crée un ennemi de l'intérieur,

c'est le Ministre de la croisade de l'Intérieur".

 

Hervé de Charette :

"Le débat, ce n'est pas pour apaiser,

mais pour inquiéter.

Le débat, ce n'est pas pour rassembler,

mais pour opposer".

 

"Nous sommes tous des fils d'Abraham",

dernier mot de l'émission,

dans la bouche d'un Député UMP chrétien

réprouvant ce débat.

 

Au fait, cette émission ("Ca vous regarde", sur LCP),

est une vraie émission de débats, comme "Ce Soir ou Jamais",

animées par deux journalistes juifs comme on les aime:

Pas d'esprit de clocher, pas d'esprit partisan,

mais universalistes, neutres, faisant honnêtement leur métier !

Note d'eva

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 03:17

 

 

Yemen: Ce n'est pas Al Quaïda que les USA combattent

mais la démocratie

L'actualité place de nouveau le Yémen sous les feux médiatiques : deux colis piégés à destination des Etats-Unis ont été interceptés ce week-end à Dubaï et à Londres. Les colis étaient envoyés depuis le Yémen et porteraient, selon les enquêteurs, la marque d'Al-Quaïda. Nous vous proposons, à cette occasion, l'interview de Mohamed Hassan sur le Yémen réalisée en janvier 2010. A cette époque, le pays de la péninsule arabique faisait la une de l'actualité : il avait été décrété base-arrière du terrorisme islamiste après qu'un jeune nigérian, entraîné au Yémen, ait tenté de faire exploser un avion aux Etats-Unis. Dans cette interview, Mohamed Hassan nous explique les causes profondes de l'instabilité au Yémen et ses répercussions sur la politique de Washington. L'article ici

 

http://www.michelcollon.info/Yemen-ce-n-est-pas-Al-Quaida-que.html?lang=fr

 

 

Yémen : La révolution arabe va-t-elle emporter
le régime d’Ali Abdallah Saleh ?

Mohamed BELAALI

 

La tempête de révolte qui souffle très fort sur le monde arabe risque d’emporter dans son sillage le régime d’Ali Abdallah Saleh. Tous les jours à Sanaa, à Aden, à Al Mukalla et dans toutes les villes du Yémen, les manifestants scandent « le peuple veut renverser le régime ». Ali Abadallah Saleh, allié des Etats-Unis dans ce qu’ils appellent « la lutte contre le terrorisme », concept hérité de l’administration Bush, va-t-il être jeté à la poubelle de l’histoire à son tour comme l’ont été avant lui Ben Ali et Moubarak ?

 

lire sur

 

http://www.legrandsoir.info/Yemen-La-revolution-arabe-va-t-elle-emporter-le-regime-d-Ali-Abdallah-Saleh.html

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 03:12

operation_licorneLes forces françaises de l`opération Licorne ont pris le contrôle de l`aéroport international d`Abidjan, et la France a dépêché 300 soldats supplémentaires en renfort en Côte d`Ivoire, a annoncé dimanche l`état-major des armées à Paris.
"Licorne, en coordination avec l`ONUCI (Opération des Nations unies en Côte d`Ivoire, NDLR) a pris le contrôle de l`aéroport Félix Houphouët-Boigny", a déclaré à l`AFP le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l`état-major. Il a ajouté que "deux compagnies supplémentaires (soit près de 300 hommes, NDLR) ont été déployées à Abidjan par des appareils de transport Hercules C-130 et Transall". Le porte-parole n`a pas précisé leurs unités d`origine ni le lieu de leur départ.
Avant ces nouveaux renforts, les effectifs de Licorne avaient déjà été portés ces derniers jours de 900 à près de 1.100 hommes.
La Vérité que la France cache à travers cette opération est la suivante:

La Licorne occupe la piste de l’aéroport FHB. Elle y a déployé un nombre impressionnant d’hommes en armes, ainsi que 30 chars et au moins 14 véhicules blindés. La tour de contrôle a été vidée de son personnel, les gendarmes ivoiriens désarmés, les agents de sécurité chassés. L'opératrice de guidage est prise en otage. 200 à 300 légionnaires français sont attendus pour prendre le relai des rebelles.
Dominique Ouattara, femme fatale à la Côte d’Ivoire.

Dominique20Ouattara
Les secrets de l’ascension des Ouattara enfin révélés ! (rappel)
Dominique Nouvian, d’origine juive sépharade, nait le 16 décembre 1953 à Constantine (Algérie), elle est de nationalité française et épouse, en 1973, un professeur au lycée technique d’Abidjan, très âgé, le Pr Folleroux.
Il est l’ami du ministre de l’enseignement professionnel et technique, Bamba Vamoussa (il a été ensuite ministre de l’éducation nationale de 1990 à 1993), avec lequel elle commence une relation forte, elle est son 2e bureau. Elle rentre alors en contact avec le gouverneur de la BCEAO, Abdoulaye Fadiga, dont elle est également le 2e bureau. Son ascension dans les circuits de pouvoir en est facilité et, dès 1979, elle crée AICI (société immobilière), structure qui gère le patrimoine présidentiel ivoirien, qu’elle détourne à son profit au fil des ans.
Par Fadiga, elle connaît ADO (Alassane Ouattara), dont elle devient la maîtresse. Il est à cette époque vice-gouverneur de la BCEAO à Dakar, pour le compte de la Haute Volta (Burkina Faso), poste qu’il occupe de janvier 1983 à octobre 1984. De novembre 1984 à octobre 1988 il est directeur Afrique du FMI à Washington. Après la mort de Fadiga (le 11 octobre 1988), il rentre en Côte d’Ivoire où, sur la pression insistante de Dominique, il est nommé gouverneur de l’institution bancaire pour la Côte d’Ivoire (octobre 1988 à décembre 1993).
Pendant ce temps, notre Dominique nationale part à la conquête de l’Europe en créant une agence AICI à Paris, dans le 16ème arrondissement. Cette agence, située avenue Victor Hugo, devient rapidement la vitrine de ce qui est devenu le Groupe AICI en Europe. La même année, elle est élue présidente d’honneur de la Chambre Syndicale des Agents Immobiliers de Côte d’Ivoire (CSDAIM). Suivent, en 1991, la création d’une agence à Cannes, et en 1993, un cabinet de gestion de Syndic de copropriétés à Paris qui gère plus de 200 immeubles parisiens.

Entretemps, le président Houphouët-Boigny, tombe sous l’influence de Dominique Ouattara (ses adversaires, déjà nombreux la surnomment « la putain dangereuse »). Il nomme ADO président du Comité interministériel de relance de l’économie ivoirienne (avril à novembre 1990).C’est alors,
en octobre 1990, qu’elle épouse ADO. C'est déjà Nicolas Sarkozy qui célèbre leur mariage dans sa mairie de Neuilly! Ensuite la « femme fatale » pousse le président Houphouët-Boigny, qui ne dispose déjà plus de toutes ses facultés, à nommer ADO premier ministre,fonction qu’il occupe du 7 novembre 1990 au 9 décembre 1993 . Elle obtient, du président Houphouët-Boigny, à l’arrivée d’ADO à la Primature, qu’il soit chargé de lancer le processus de privatisation des structures étatiques de l’économie ivoirienne.
ADO et son épouse lancent alors une gigantesque opération de prédation du patrimoine de la Côte d’Ivoire. Après la mort du président Houphouët-Boigny, ADO devient directeur général adjoint du FMI (1er juillet 1994 au 31 juillet 1999). Il en profite pour fonder à Washington,, le 10 Juin 1999, l’Institut International pour l’Afrique (IIA) à Washington.
Puis, le 1er août 1999, le RDR (Rassemblement Des Républicains), dont il prend la présidence.Dominique profite des fonctions internationales de son époux pour faire prospérer ses affaires. En 2001, une nouvelle agence AICI voit le jour au Gabon, à Libreville. En février 2006, AICI International s’installe à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Parallèlement à la poursuite de ses activités dans le domaine immobilier, Dominique Ouattara devient, en 1996, la patronne d’EJD Inc., société qui gère l’Institut Jacques Dessange basé à Washington. Celui-ci est aujourd’hui un des endroits les plus fréquentés de la capitale américaine.
Dominique Ouattara acquiert, en 1998, les franchises Jacques Dessange aux Etats-Unis. Elle devient alors la présidente de la compagnie French Beauty Services à Washington,regroupant toutes les franchises Jacques Dessange du pays : salons de coiffure, instituts de beauté, école de coiffure, distribution des produits Jacques Dessange. Le Groupe se développe et représente aujourd’hui un des actifs les plus prometteurs du groupe Jacques Dessange.
Le cumul des activités très rémunératrice d’ADO et l’empilement de « pompes à fric » de Dominique supposent des moyens de réintégration « légale » sur des comptes en banques des fortunes ainsi dégagées. Il faut donc couvrir cela sous une apparence inattaquable. C’est donc l’humanitaire qui devient la priorité. Tout d’abord, à partir 1980, elle effectue des missions « humanitaires » en Côte d`Ivoire. Les flux financiers prenant de l’ampleur, elle décide, en 1998, de créer la fondation Children
of Africa. Quoi de plus imparable ? Qui croirait que les enfants d’Afrique sont la couverture d’un gigantesque système de prédation et de transferts de fonds. Cosa Nostra en a rêvé, Domnique Ouattara l’a fait !
__________
*
http://lemotdhumeurdejeancharlesfatiga.ivoire-blog.com/archive/2010/10/21/dominique-ouattara-femme-fatale-a-la-cote-d-ivoire-les-secre.html

 

 

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/04/03/20804930.html

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 03:00

05 mars 2011

Silence Médias ! Europe contre les peuples

(Eat_bankers_LondonNouvelle Solidarité) – « Ils veulent tous couler les banques », s’alarme le quotidien britannique The Telegraph , porte-voix de la City de Londres, en réaction au bond électoral des partis irlandais opposés au plan de renflouement UE-FMI. Pourtant, ce sont les deux partis d’opposition les moins radicaux qui formeront le nouveau gouvernement. Mais la défaite historique du Fianna Fail, le parti de droite qui a servi de relais aux spéculations des banques anglo-européennes et a soumis l’Irlande à l’austérité supranationale pour les renflouer, a ouvert les portes à une politique nouvelle en Europe : liquider les dettes financières illégitimes !

Meneur de la fronde, le Sinn Fein, parti qui arracha l’indépendance du pays contre l’Empire britannique, se retrouve désormais à la tête d’une opposition mandatée pour imposer une restructuration de la dette bancaire. Le parti dirigé par Gerry Adams, devenu une figure nationale alors qu’il était exclu des médias depuis 1993, a remporté entre 13 et 15 sièges au Parlement, soit un triplement du nombre de ses députés.

 

L’Alliance de la gauche unie (ULA) a emporté 5 sièges et les indépendants ont doublé leur score. Ces trois forces politiques ont en commun de refuser en bloc tout renflouement bancaire et toute politique d’austérité, et ont levé le tabou européen de laisser faire faillite les banques qui ont trop spéculé. Comme l’a souligné le Sinn Fein, il s’agit avant tout de « sauver le peuple » et pour cela, il faut oser « griller les créanciers ». Le parti propose, à la place des renflouements, d’investir massivement dans les infrastructures et les services publics pour rétablir un progrès économique sur le long terme.

Sous cette pression et celle du peuple, le parti démocrate-chrétien Fine Gael, qui mènera un gouvernement de coalition avec le Parti travailliste, a d’ores et déjà annoncé qu’il allait renégocier les taux d’intérêts jugés « punitifs » hérités du plan UE-FMI, et imposer des pertes plus conséquentes aux créanciers des banques irlandaises.

Cela tombe très mal pour les autres dirigeants européens qui s’efforcent de sauver le système au détriment des peuples, et qui doivent discuter dans les semaines qui viennent des mécanismes européens de renflouement en vue de la mise sous tutelle du Portugal.

La peur se lit dans les réactions de ces Dieux de l’Olympe en culotte courte. Alors que les Irlandais se rendaient aux urnes vendredi, la Commission européenne a déclaré sèchement que les termes du renflouement UE-FMI « doivent être appliqués », quel que soit l’avis du peuple.

 

Un important diplomate européen a même déclaré au Sunday Telegraph , sous couvert d’anonymat : « Plus les Irlandais feront publiquement toute une affaire de cette renégociation, plus les attitudes à leur égard se durciront. Il n’y a même pas de ’c’est à prendre ou a laisser’ ; c’est scellé. Le seul rôle de l’Irlande désormais est d’appliquer le programme conclu avec l’UE, le FMI et la BCE. Quoi qu’on leur ait raconté, les électeurs irlandais ne font pas partie de ce processus. »

Mais ce que n’a pas compris ce « diplomate » (est-il français !?), c’est que nous sommes entrés dans une période de soulèvement de masse. Plus l’attitude des institutions supranationales se durcira, plus le peuple irlandais se révoltera. Si le nouveau Premier ministre Enda Kenny essuie un refus dans ses négociation, le peuple se tournera vers l’opposition Sinn Fein-ULA-Indépendants pour organiser un référendum actant un rejet total du plan de renflouement…


The Telegraph

Posté par rusty james

 

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/04/03/20804930.html

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 02:53

Le couple Ouattara proche de la CIA, DSK, FMI - Le « gentil » Ouattara, va t-il triompher du « méchant » Gbagbo ?

 


http://tchadonline.com/wp-content/uploads/2008/11/fmi1.jpg

 

http://tchadonline.com/wp-content/uploads/2008/11/fmi1.jpg

 

Côte d'Ivoire et Nouvel Ordre Mondial

La main-mise sur l'Afrique

 

Ouattara, alias ADO pour les intimes, est un pote de DSK au FMI, mais serait aussi lié à la CIA. Beaucoup de sigles en 3 lettres non ? Derrière l’habituel catéchisme des médias, on retrouve tous les ingrédients du Mondialisme le plus carnassier. Dernier gibier dans la ligne de mire : la Côte D’Ivoire. Une nation africaine forte, possédant d’immenses ressources naturelles, qui est priée de laisser sa place à la construction d’un Bloc Africain unifié, pour le plus grand bonheur des marchés, multinationales et autres vampires apatrides.


Conte de Noël Ivoirien


Difficile d’échapper au nouveau matraquage qui agite la médiacratie française en ce moment sur la Côte d’Ivoire. Comme d’habitude avec nos journalistes, la situation est simple et se découpe entre les gentils emmenés par le très gentil Alassane Outarra, contre les méchants, avec à leurs têtes, le très méchant Laurent Gbagbo qui s’accroche au pouvoir comme une sangsue à sa proie. Les « défenseurs de la démocratie occidentaux », Naboléon en tête, sont bien sûr là pour que la liberté l’emporte. Cette belle histoire, vous la connaissez, on nous l’a assez servie comme « conte de Noël » entre deux diatribes contre la neige qui empêche nos bons français de « consommer » leurs vacances dans des contrées exotiques et pas chères. Une unanimité qui ne souffre d’aucune nuance. Au passage, nous pouvons admirer et tirer notre chapeau à l’ensemble de la presse française qui se distingue encore une fois par sa profonde inutilité et malhonnêteté. Ont il une seule fois donné la parole au camp adverse ? donner la parole aux Ivoiriens ? Les envoyés spéciaux sont ils sortis de l’Hotel de luxe dans lequel campe le camp de Ouatarra ?
Bref, avant même de commencer à se renseigner, un esprit habitué aux fourberies du Système aura déjà ressenti la puanteur de la manipulation à grande échelle qui s’exhale des dossiers médiatiques servis aux français sur ce sujet. Nos médias sont sûrement trop occupés à relayer benoîtement les gesticulations du nain de l’Elysée, lui-même dernier wagon de la locomotive Américaine en matière de politique étrangère.
Donc Gbagbo est le « mal » incarné en Afrique, accusé de fraudes éléctorales, et ne veut pas quitter le pouvoir, ce serait le Roi « illégitime », qui empêche le bon ADO de mener les réformes réclamée par cette fameuse « Communautée Internationale ». D’abord fraude, il y a eu des deux côtés, l’une est elle plus grave que l’autre ? Gbagbo serait illégitime ? Plus qu’un Moubarrak régulièrement élu avec 95 % des voix et dont le régime ne tient que par perfusion de dollars US. Bien sûr Moubarrak n’a pas son pareil pour maintenir la bande de gaza hermétiquement close, et son muselage des Frères Musulmans arrange tout le monde Washington à Tel Aviv en passant par Paris…. Bref, Gbagbo est un « dictateur » qui ne sert plus à rien, qu’il est temps de remplacer par quelqu’un de plus « attentif » aux intérêts »internationaux ». Plusieurs forces travaillent de manière souterraine dans ce conflit. Des « forces » que nous ne connaissons que trop bien et qui travaillent inlassablement au même but : la construction de cinq blocs continentaux unifiés, appelés à devenir le squelette du futur gouvernement mondial qu’ils appellent de leurs voeux.

 

La « Françafrique »

 

Bien sûr, nous venons vite aux intérêts économiques en Afrique et ils sont énormes, suscitant les appétits et la convoitise de toutes les organisations supranationales qui se repaissent des cadavres des Nations. on retrouve les traces de tabliers mal lavés dans cette crise ivoirienne. : « Au plan africain, les ennemis les plus acharnés du régime de Laurent Gbagbo sont des francs-maçons très actifs. » (…) Certains analystes pensent qu’il est exagéré de penser que les francs-maçons sont les ennemis objectifs de la Côte d’Ivoire républicaine. Pour eux, le fait principal est qu’après la disparition des réseaux Foccart et l’atonie des réseaux Pasqua, le « club » le plus efficace utilisé par la « Françafrique » est celui de la « maçonnerie ». Ainsi, il n’est pas inutile de noter l’imbrication historique entre les services secrets français et les « frères de lumière » : deux patrons du « Grand Orient », ces dernières années, ont été des hommes du renseignement : Michel Baroin et Philippe Guglielmi. En Côte d’Ivoire aussi, des francs-maçons ont souvent été des « honorables correspondants »…

Comme on le voit l’activité des Frères .: en Afrique est pour le moins visible et puissante, les réseaux français qui ont perpétués le pillage des ressources dans un contexte de Post-colonisation sont les intérêts financiers, servis par les relais maçonniques. Evidemment, on ne peut passer sous silence les intérêts de Bolloré en Côte d’Ivoire, ami proche de Sarkozy, . Celui-ci va plus loin : « Philippe Evanno souligne que cette affaire traduit «une opposition entre l’ONU et une nation. Plus généralement, on peut se demander si nous ne sommes pas en train d’assister à un renversement de situation concernant la gestion des dossiers africains et leur domination actuelle par les organisations internationales contrôlées par les États-Unis». En réalité, «cette crise a eu pour mérite de manifester au grand jour le fait que les organisations africaines étaient sous contrôle américain.«

 

ADO, l’homme lige des élites internationalistes

 

Ce système de domination s’appuie sur des réseaux, la Franc Maçonnerie, les multinationales, les organisations non gouvernementales, les organisations supranationales et sur des pions que l’on couvre de titres ronflants qui permettent d’infuser ce sentiment d’unanimité partout. l’homme de la situation, depuis ses débuts de jeune économiste au FMI dont il a gravit les échelons jusqu’a devenir directeur adjoint de l’institution, en passant par un poste de ministre , ADO a vraiment le profil Mondialiste type. A ce titre, il pratique le copinage, les intrigues et les « petits arrangements entre amis » comme un précepte quasi « religieux ». Son épouse juive séfarade de Constantine (Algérie) est fidèle aux « valeurs » de son mari. Cette « femme fatale » n’a cessé d’agir dans l’ombre des chefs d’Etat africains, allant de manigances en combines financières pour se hisser, ainsi que son mari, jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir. Ce qui permet à ce même bloggeur ivoirien de conclure après avoir décrit les nombreux « business » de Madame : « Le cumul des activités très rémunératrice d’ADO et l’empilement de « pompes à fric » de Dominique supposent des moyens de réintégration « légale » sur des comptes en banques des fortunes ainsi dégagées. Il faut donc couvrir cela sous une apparence inattaquable. C’est donc l’humanitaire qui devient la priorité. Tout d’abord, à partir 1980, elle effectue des missions « humanitaires » en Côte d`Ivoire. Les flux financiers prenant de l’ampleur, elle décide, en 1998, de créer la fondation Children of Africa. Quoi de plus imparable ? Qui croirait que les enfants d’Afrique sont la couverture d’un gigantesque système de prédation et de transferts de fonds. Cosa Nostra en a rêvé, Dominique Ouattara l’a fait ! »

Un couple modèle avec de bonnes relations dans les cercles de pouvoir et notoirement lié à la CIA s: « il est évident que depuis longtemps la CIA téléguide avec quelques longues cornes, et assez facilement semble-t-il, le couple Alassane et Dominique Ouattara ».

On retombe toujours sur les péchés mignons des mondialistes : les ONG, les organisations supranationales, les « think thank », CIA, l’humanitaire… Jamais les voies de l’Enfer n’avaient été aussi bien pavées de toutes leurs bonnes intentions.

Il serait injuste de clôturer ce chapitre sur ADO, sans le citer dans le texte. A l’instar de ses amis, il pratique l’Open Conspiracy et a déjà livré ses intentions et ses objectifs dans des discours. Il est à ce titre utile de remonter un petit peu en arrière lorsque le jeune Ouattara faisait l’espoir de ses maîtres au FMI. Ainsi, ce discours tiré du site du FMI est éloquent à plus d’un titre sur ce qu’il se passe vraiment en Afrique et dont la Côte d’Ivoire n’est que la terrible illustration :

 

Allocution de M. Alassane D. Ouattara
Directeur Général Adjoint du Fonds Monétaire International
à la 1ère Conférence des Ministres de l’Économie
et des Finances de la Francophonie
Monaco, le 14 avril 1999


Le discours n’est qu’un recyclage africain des poncifs mondialistes : « l’Afrique n’échappera pas à la Mondialisation, il ne faut pas essayer de s’y soustraire » … « les pays en voie de développement n’ont pas vraiment le choix … ils devront s’intégrer aux marchés internationaux s’ils veulent réussir… » On peut noter aussi l’exaltation du modèle de l’Union Européenne comme voie à suivre ses « succès depuis les années 50 sont une preuve des avantages de l’intégration régionale ». On retrouve aussi ce discours récurrent des mondialistes, à savoir que de toute façon nous n’avons pas le choix, il y a une seule solution et ce sont eux qui nous la proposent et de toute façon nous l’imposeront !
C’est le mécanisme bien connu de mise en place du Nouvel Ordre Mondial par la création de Blocs Continentaux Unifiés. Les références à ce sujet ne manquent pas : Pierre Hillard, Aldous Huxley…. : » Une Union mondiale pourrait être construite comme une super-structure et un système commun de politiques des cinq continents. On pourrait concevoir cinq Unions continentales: l’Union européenne, union Américaine, union Africaine, union Asiatique et une Union Australienne. »
Vers l’Union Africaine et vers le Nouvel Ordre Mondial

Une fois que les mondialistes auront eu la peau de Gbagbo, ils vont pouvoir installer leur domination d’une manière plus efficace. Une grande Nation comme la Côte d’Ivoire, doit être mise à genoux pour laisser place à l’Union Africaine, calquée sur le modèle de l’UERSS. Les calendriers étant décidément bien fait avec un budget de 42.68 milliards de dollars. Le but serait de faciliter l’intégration effective et prévisible des économies africaines à travers notamment l’harmonisation des politiques économiques et financières, l’élimination progressive des taux de change différents et des entraves à la production et au commerce, ainsi que l’octroi de ressources financières nécessaires pour assurer la stabilité des fondements macroéconomiques des États parties.

On touche donc là la vraie signification de toute cette mascarade, de cette « croisade » médiatique et politique contre le « mal ». « Aujourd’hui, c’est la place et la domination des États-Unis sur le continent africain qui sont en jeu. Le bouclage de cette domination se joue sur la présidentielle ivoirienne, puisque c’est sur cette présidentielle que l’on joue l’annulation pure et simple de la souveraineté des Etats africains». Une perte de souveraineté de Etats pour l’accélération des plans de « fusion/acquisition » des Continents par les internationalistes. Peut être, aussi que les immenses richesses naturelles de Côte d’Ivoire (pétrole, cacao, bois, café, ressources minières…) les rendent aussi impatients? Surtout dans un contexte de rivalité avec les chinois, bien décidés eux aussi à profiter des richesses de l’Afrique.

En tout cas, le grand mouvement est lancé…

Les derniers bastions de souverainetés nationales sont en train de tomber, le Nouvel Ordre Mondial est en marche, et comme il nous l’avait promis, Sarkozy nous y entraîne sans que rien ne semble pouvoir les arrêter. Ici comme ailleurs, les derniers Etats souverains doivent faire allégeance au futur pouvoir mondial, ceux qui refusent sont les « méchants », l’histoire retiendra surtout qu’ils furent les pions usés d’un pouvoir supranational qui n’a pas d’amis, mais qui n’a que des esclaves. Cela ne vous rappelle personne ?


Serge Touré

 

Source : Ivoire Business

 

http://www.news225.net/2014452.htm

 

 

 

© Ivoire Business - Ouattara et sa femme, anglaise

 

  Le couple Ouattara proche de la CIA, DSK, FMI - Le « gentil » Ouattara, va t-il triompher du « méchant » Gbagbo ?

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 02:40

http://lasserpe.blogs.sudouest.fr/media/02/02/1768715940.jpg

http://lasserpe.blogs.sudouest.fr/media/02/02/1768715940.jpg

 

Proposition de loi tendant à faciliter l’utilisation des réserves militaires et civiles en cas de crise majeure

mis à jour le 31.03.2011 

La proposition de loiProposition de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative d’un ou plusieurs parlementaires. a été adoptée en première lecture par le Sénat le 30 mars 2011.


Elle avait été déposée au Sénat le 21 décembre 2010 par M. Michel Boutant et Mme Garriaud-Maylam.

De quoi s'agit-il ?

Ce texte met en place un dispositif particulier de mobilisation des réserves appelé "réserve de sécurité nationale" devant permettre de "faire face à des événements majeurs qui, par leur ampleur ou leur durée, saturent les capacités des forces d’active des armées, des forces de protection civile et de secours".


En cas de crise majeure, le Premier ministre peut recourir à ce dispositif de réserve de sécurité nationale en convoquant par décret les réservistes qui sont alors dans l’obligation de rejoindre leur affectation sous peine d’amendes. Les réservistes employés dans une entreprise d’importance vitale pour le fonctionnement du pays pourront cependant déroger à cette obligation. Une protection juridique est assurée aux réservistes convoqués qui, notamment, ne peuvent être licenciés pour absence.


Il est prévu par ailleurs de mettre en place un dispositif pour inciter les entreprises à employer des réservistes. C’est ainsi que celles qui maintiendront les salaires des réservistes pendant leur activité au titre de la réserve pourront déclarer ces sommes au titre du mécénatMécénatSoutien matériel apporté, sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une oeuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général..

 

http://www.vie-publique.fr/actualite/panorama/texte-discussion/proposition-loi-tendant-faciliter-utilisation-reserves-militaires-civiles-cas-crise-majeure.html?xtor=EPR-56

 

 

_________________________________________________________________________________________

 

 

.

Vous trouverez ci-dessous deux liens sur la nouvelle loi en discussion au Parlement, déjà passée en première lecture au Sénat, sur l'utilisation des milices en temps de "crise majeure".


>

Je découvre la chose, et ne suis pas sûr d'avoir tout compris, mais ce qui est clair, c'est qu'aux termes de cette nouvelle loi dont l'intention est de compléter l'article 113 de la Loppsi que nous avons dénoncé, il ne s'agirait plus seulement de volontariat, mais le Premier ministre pourrait, par décret, mobiliser autant de citoyens que nécessaire.


>

Ceux-ci quitteraient leurs entreprises pour une période de trente jours éventuellement extensible par un nouveau décret, tout en conservant leur emploi, bien sûr.


>

Le projet de loi prévoit y compris que les réservistes ainsi mobilisés conservent leurs salaires…


>

Les entreprises contribueraient ainsi à l'effort patriotique – et la mobilisation ainsi opérée ne coûterait rien au budget de l'État.


>

Était prévu un dispositif comparable au mécénat, permettant aux entreprises de défiscaliser les salaires ainsi versés. Mais une "nouvelle taxe" serait à élaborer dans la loi des finances pour que le budget de l'État ne souffre pas de ce manque à gagner fiscal…


>

Les sénateurs ont annulé ces dernières dispositions, considérant qu'elles sont trop complexes, et prenant en compte le fait que le Medef fait objection. Ils ont renvoyé l'examen de ces questions à la discussion sur la loi des finances et proposent de ne voter pour le moment que le premier volet de la loi qui autorise la mobilisation par décret.


>

À noter que cette proposition de loi est déposée conjointement par un sénateur "socialiste" et une sénatrice UMP, et que les discussions ne semblent avoir suscité aucune d'opposition sérieuse pour le moment.


>

Il est toujours possible que l'Assemblée reprenne le texte dans sa version d'origine, avec ses dispositions financières, mais on peut spéculer qu'au contraire le Parlement choisisse la version "prudente" proposée par le Sénat qui verrait cette disposition adoptée en deux temps, renvoyant à la loi des finances de rendre possible que ce dispositif soit gratuit pour le budget de l'État, et se mette en œuvre par la mobilisation "patriotique" des entreprises. On comprend que le Medef discute les modalités de ce qui serait en fait un nouvel impôt à charge des entreprises, et qu'il veuille négocier éventuellement des compensations. Il est peu vraisemblable en revanche que le patronat s'oppose réellement à ce qui semble bien une intention très sérieuse, destinée à faire face à toute éventualité – y compris à des troubles politiques "majeurs".


>

Mon avis est que la coordination antiloppsi devrait absolument se remobiliser pour dénoncer l'ambition de l'État de se doter de moyens extraordinaires, particulièrement sophistiqués, qui parachèvent le projet d'État milicien que nous avons déjà dénoncé, et qui sont rigoureusement contraires à tout contrat démocratique.


>

Est-il nécessaire de souligner ici combien ces mesures sont signifiantes à l'heure où l'on voit nombre d'États recourir à des systèmes miliciens pour réprimer la volonté populaire ?


>

Michel Sitbon


>

Collectif contre la xénophobie


>

http://www.senat.fr/leg/ppl10-194.html

 

http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/utilisation_reserves_crise.asp

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 02:37
Le président Laurent Gbagbo parle
Le président Laurent Gbagbo parle
© regardscroises.ivoire-blog.com


Le président Gbagbo vient de mettre les pendules à l'heure!
Sur la chaîne française LCI, le président Gbagbo a accordé une interview au cours de laquelle il a indiqué que les généraux de l'armée ivoirienne avaient demandé un cessez le feu à l'ONUCI pour pouvoir engager des négociations et que les pourparlers en cours concernaient les modalités de ce cessez le feu. Il n'a jamais été question de négocier la reddition du président élu de Côte d'Ivoire.
Le président s'est aussi demandé pourquoi, pour un simple contentieux électoral, réglé dans tous les pays par la cour constitutionnelle ou les plus hautes juridictions, la France s'est retrouvée en guerre contre lui?
Pourquoi la France a-t-elle complètement détruit la Radio Télévision Ivoirienne? Pourquoi a-t-elle bombardé les dépôts de munitions de l'armée ivoirienne?
Le président demande un cessez le feu pour entamer des négociations. A la question de savoir si il consentirait à partir si cela signifiait le retour de la cohésion sociale, il a répondu qu'il n'était pas prouvé que son éloignement ramènerait la paix en Côte d'Ivoire. Loin de là?
Voila donc la mise au point apportée aujourd'hui par le président Laurent Gbagbo sur son éventuelle reddition. On est alors en droit de se demander avec qui les autorités française et l'ONU sont en train de négocier le départ "imminent" de Laurent Gbagbo.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 02:31
Un commando de la LDJ a attaqué le cinéma St Michel à Paris qui programme le film "Gaza-strophe, Palestine"
par Samir Abdallah et Khéridine Mabrouk - publié le lundi 4 avril 2011



 

 

Dimanche 3 avril à 17h55, un commando d’une vingtaine de nervis d’extrême droite pro-Israël de la LDJ (Ligue de Défense Juive), s’est attaqué au Cinéma Espace St Michel (Paris Vème) qui projette en ce moment notre film documentaire "Gaza-strophe, Palestine". Grâce à l’intervention du projectionniste, leur opération a échoué, et les séances programmées ont pu se dérouler comme prévu.

Si les nervis de la LDJ auraient voulu "discuter" avec nous, eh bien c’est raté : nous étions à 2000 km de Paris, à Belgrade, où notre film a été présenté au 58e Festival de film documentaire et de court métrage, ce week-end.

En fait, nous étions en train d’admirer le Danube avec un couple d’amis depuis la forteresse turque qui domine Belgrade, lorsque le responsable du cinéma St Michel nous a appelés pour nous raconter ce qui venait de se passer : Equipé d’antivols, le commando (formé de jeunes gens très excités) a tenté d’enfermer le projectionniste et l’ouvreuse derrière la caisse du cinéma afin de pouvoir interrompre la séance. Mais le personnel du cinéma a courageusement résisté à l’agression et appelé la police.

Visiblement surpris par cette résistance inattendue, les brutes ont rapidement pris la fuite, après avoir frappé le projectionniste, et promis de brûler le cinéma. Ils ont collé dans le hall les autocollants de la Ligue de Défense Juive, et jeté des tracts haineux. Une plainte a été déposée par le projectionniste, le directeur du cinéma envisage les suites judiciaires et dénonce l’agression contre son cinéma. Alertés dans la soirée, plusieurs sympathisants de la lutte pour les droits humains en Palestine ont accouru sur les lieux pour apporter leur soutien au personnel du cinéma. Ils se sont donné rendez-vous aux prochaines séances.

Après les pressions diverses des groupes intolérants pro-israël qui ont conduit à la déprogrammation du film à Versailles, et d’un débat à Ris Orangis, le 16 mars, les menaces et intimidations de leurs nervis racistes (dont le guide spirituel le rabbin Meir Kahane appelait à tuer les Arabes et à former le grand Israël sur toute la Palestine après en avoir expulsé tous les Palestiniens) ne nous empêcheront pas de continuer à animer sereinement les projections du film à Paris et ailleurs.

 

Les réalisateurs, Samir Abdallah et Khéridine Mabrouk

 

http://oumma.com/Un-commando-de-la-LDJ-a-attaque-le

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 05:11

http://medias.francetv.fr/bibl/url_images/2009/06/27/image_55720687.jpg

http://medias.francetv.fr/bibl/url_images/2009/06/27/image_55720687.jpg

Servent et Drucker

 

 

Médias et Libye - Des experts militarisés déguisés en civils : le cas de Pierre Servent
Mars était le nom du dieu de la guerre des romains, c’est aussi, en cette année 2011, le mois de l’offensive médiatique de l’« expert » en questions militaires et (surtout) du colonel de réserve Pierre Servent.
Il est normal que l’armée française et le ministère de la défense exposent et défendent leurs points de vue dans les médias, et que des services officiels comme le Service d’information et de relations publiques des armées (Sirpa) se consacrent à cette activité.
Toutefois, il est plus troublant de voir et d’entendre toujours les mêmes points de vue partisans de la politique militaire française exposés par des « experts » dont les médias ne nous donnent pas les liens passés et présents avec les institutions militaires et diplomatiques.
Suivons l’offensive médiatique de l’un de ces « experts » : Pierre Servent.
Les états de service de Pierre Servent

A lire ses notices sur le site de son éditeur Buchet-Chastel et sur le site de Glam Speak, une « agence conseil en conférenciers et animateurs », Pierre Servent a un curriculum vitae pouvant impressionner des médias en mal d’experts :
- « Diplômé de l’IEP et DEA d’Histoire contemporaine »
- « journaliste, chroniqueur et essayiste », « journaliste indépendant »
- « ancien du Monde », « écrit régulièrement des chroniques dans le quotidien La Croix »
- « auteur de plusieurs ouvrages politiques et historiques »
- « Directeur de la communication du groupe Caisse d’Épargne de 2002 à 2005, il exerçait les mêmes fonctions au groupe Vivendi Waters (Veolia) de 1997 à 2002 »
- « excellent animateur [tarifé] de conventions »
- « spécialiste des conflits et de l’armée », « consultant « Défense et Stratégie » pour un grand nombre de médias audiovisuels français et étrangers »
Une lecture plus approfondie de ces notices [1] nous amène à rajouter quelques brillants galons à ce CV :
- « a servi comme officier dans les Balkans, en Afghanistan et en Afrique (notamment au sein de l’état-major de la Force Licorne/Côte d’Ivoire, au côté du général Poncet) »
- « a été conseiller du Ministre de la Défense de 1995 à 1997 et Porte-parole de ce Ministère avec en point d’orgue la création du point presse hebdomadaire en 1996 »
- « Colonel de réserve »
- « Président de la Réunion des ORSEM (association regroupant plus de 1200 officiers de réserve français et européens spécialistes d’état-major) »
- « directeur de séminaire au Collège Interarmées de Défense (CID) »
- « conseiller du Commandement des opérations spéciales (COS) »
On le voit, les liens passés et présents de Pierre Servent avec les institutions militaires sont si forts que les passer sous silence ne permettrait pas de comprendre ses prestations médiatiques qui ne contredisent jamais le point de vue des autorités françaises sur les interventions militaires… de l’armée française.
Pierre Servent, spécialiste de l’expertise ou expert en spécialités ?

Et pourtant... tout au long de ce mois de mars 2011, les médias qui ont fait appel, de manière directe ou indirecte, à l’ « expertise » de Pierre Servent (près de quarante fois !) ont été d’une remarquable discrétion sur ses liens avec l’armée française et très imaginatifs pour le qualifier. « Spécialiste » ? « Expert » ? « Journaliste » ? Qu’on en juge plutôt avec cet inventaire à la Prévert :
« Spécialiste » par lepelerin.info le 9 mars, france-info.com le 20 mars ; « spécialiste des conflits et de l’armée » par radiobfm.com le 5 mars ; « spécialiste de la défense » par le parisien.fr le 22 mars, 20minutes.fr le 22 mars ; « spécialiste des questions de défense » par Europe1.fr le 18 mars, france-info.com le 20 mars, parismatch.com le 19 mars, site du téléphone sonne de France Inter le 3 mars, le site de C dans l’air de France 5 les 16 et 18 mars ; « spécialiste des questions militaires » par pelerin.info le 9 mars, lexpress.fr le 18 mars, lepoint.fr (dans 2 dépêches) le 18 mars ; « spécialiste des problèmes de défense » par rfi.fr le 20 mars ; « spécialiste des affaires militaires » par le jdd.fr le 20 mars ; « spécialiste des conflits » par letemps.ch le 22 mars.
« Expert en stratégie militaire » par le dauphine.com le 2 mars, le site de C dans l’air de France 5 les 16 et 18 mars, leparisien.fr le 20 mars ; « expert » par ledauphine.com le 2 mars, l’ estrepublicain.fr le 22 mars ; « expert militaire » par l’ estrepublicain.fr le 22 mars ; « expert en défense » par le parisien.fr le 22 mars ; « expert en questions militaires » par le site des matins de France Culture le 18 mars ; « expert des questions militaires » par pelerin.info le 9 mars.
« Journaliste indépendant » par radiobfm.com le 5 mars, lejdd.fr le 20 mars ; « journaliste spécialiste des questions stratégiques et militaires » par le site d’Inter activ’ de France Inter le 18 mars ; « analyste » par lexpress.fr le 18 mars, lepoint.fr le 18 mars ; « consultant militaire » dans Mots croisés sur France 2 le 28 mars.
Et enfin :
« Enseignant au Collège Interarmées de Défense » par ledauphine.com le 2 mars ; « professeur à l’Ecole de guerre » par le site du téléphone sonne de France Inter le 3 mars, letemps.ch le 22 mars ; « professeur au Collège interarmées de Défense » par le site des matins de France Culture le 18 mars.
Mission accomplie ! Pierre Servent est bien un « pro » de la communication car il arrive à se faire percevoir et présenter par la quasi totalité des médias comme il le souhaite, c’est à dire comme un « spécialiste », un « expert », un « journaliste », c’est à dire comme quelqu’un d’indépendant des pouvoirs militaires et diplomatiques… ce qu’il n’est évidemment pas.
Psychologie de guerre

Notre « expert » atteint son objectif d’occultation quasi-totale de ses engagements présents aux côtés des autorités françaises, et, depuis le début du mois de mars 2011, en bon petit soldat de « la communication de crise », il n’a tenu aucun propos dissonant par rapport au discours officiel. Et délesté de son bel uniforme, il traduit en langage civil la ligne diplomatico-militaire du moment, avec un tropisme « psychologisant » prononcé : « mener une action psychologique » [2], « Casser le moral de l’armée. Abîmer psychologiquement les généraux (…) le mental des troupes (…) mener une guerre psychologique » [3], « une phase militaire et psychologique importante (…) sidérer psychologiquement » [4], « la psychologie des généraux du régime » [5], « les mensonges et manipulations psychologiques (…) politiquement et psychologiquement » [6]. Etc.
D’une certaine façon, Pierre Servent est un peu au traitement médiatique de la guerre, ce que Christian de Boissieu [7] ou Daniel Cohen sont au traitement médiatique de l’économie : des partisans. Si ces derniers sont acteurs dans la finance (car membre d’institutions financières ou bancaires), ils ne sont pas moins des commentateurs – des « experts » - adoubés par les médias. Il en est de même avec Pierre Servent, « expert » médiatique et militaire.
Quand un individu doit sa position sociale à une institution (militaire, par exemple), qu’il est formé aux techniques de communication et qu’il est reconnu comme « spécialiste » ou « expert » par des médias, il officie, sans s’en rendre compte, comme un porte-parole de cette institution lorsqu’il est convié dans les médias.
Nicolas Boderault
http://www.acrimed.org/article3566.html
Notes
[1] Voir aussi l’article « Mission séduction pour l’armée française » paru dans Le Monde diplomatique d’août 2010.
[2] estrepublicain.fr le 22 mars
[3] leparisien.fr le 20 mars
[4] europe1.fr le 18mars
[5] lejdd.fr le 20 mars
[6] letemps.ch le 22 mars
[7] Voir « Un expert médiatique : Christian de Boissieu, économiste engagé… dans la finance ».

http://www.acrimed.org/article3566.html http://www.acrimed.org/article3566.html


Lundi 4 Avril 2011
Nicolas Boderault
http://www.alterinfo.net/Medias-et-Libye-Des-experts-militarises-deguises-en-civils-le-cas-de-Pierre-Servent_a57134.html
Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 05:07

 

 

 

.

 

Les autres vidéos ici :

 

http://www.alterinfo.net/Guerre-en-Cote-d-Ivoire-causes-acteurs-et-consequences_a57083.html

 

Komla KPOGLI se prononce sur la guerre en Côte d'Ivoire. Il dresse le portrait des acteurs, rappelle quelques évènements historiques et décrit le rôle de l'ONU et de la France dans cette guerre. Web. http://lajuda.blogspot.com

 

 

1.Posté par azer le 03/04/2011 13:35

IL FAUT ALLER VITE SUR CE SITE, et mettre cette vidéo en ligne sur tous les blogs!!!
Radio Canada dévoile les massacres de Ouattara:

http://www.tagtele.com/videos/voir/69465/

Après avoir visionné la vidéo, cliquez 2 fois sur (plus). Bernard Desgagné a fait vraiment du bon travail. (voilà son site : http://www.vigile.net/) Lire la guerre civile et le parti pris occidental.
Un grand Bravo à notre ami canadien!!!
Cette guerre est avant tout une guerre de communication, il faut absolument faire passer cette vidé et les écrits de Desgagné sur tous nos blogs :
http://afrohistorama.over-blog.com/
http://www.laurentgbagbo-president.com/
http://resistances.akwedo.com/
http://www.legrigriinternational.com/
http://infoscotedivoire.net/fr/
http://indignez-vous.hautetfort.com/
http://cotedivoire-lavraie.over-blog.fr/
http://laurentgbagbo.wordpress.com/
http://www.abidjan-verites.net/

http://directscoop.net

 

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 05:02
Mardi 5 avril 2011 2 05 /04 /Avr /2011 03:21

 

http://i.agoravox.fr/local/cache-gd2/49145f17b692de746480f31853bf2e6c.jpg

 

 

http://i.agoravox.fr/local/cache-gd2/49145f17b692de746480f31853bf2e6c.jpg

 

 

Guerres folles,

monde fou,

par eva R-sistons


 

En cherchant une illustration sur Google,  j'ai atterri sur un site contenant, en note d'article, cet excellent post que j'ai aussitôt remarqué, et qui a un tort, sans doute, celui d'avoir raison trop tôt. Pour moi, il est prophétique, hélas... Je crois aussi qu'un jour, surtout avec des cow-boys à la gâchette facile (comme Sarkozy ou Bush, préférant la force au Droit), les armées seront privatisées, et les scrupules disparaîtront complètement. On fera des guerres pour le profit, et tant pis pour les dommages collatéraux sur les populations. Je crois plausible tout ce qui est écrit dans cet article. Notre monde sera... immonde !  Et ces guerres, suprême cynisme, se feront discrètement, grâce au silence complice des Médias occidentaux, aux ordres...


Quant à la privatisation de l'Etat, au gouvernement par les multinationales, on y vient : Ce sera la conséquence directe du Nouvel Ordre Mondial.

Ne nous voilons pas la face : Les politiques sont déjà dictées par les Multinationales, et dans l'intérêt d'actionnaires toujours plus voraces. La Police, la Gendarmerie, l'Armée... seront privatisées. Bientôt, les services et les équipements publics, les protections sociales, la Sécurité Sociale, l'Enseignement gratuit, la Santé pour tous, le Droit du Travail, etc, seront du passé. Et quand cela ne suffira pas, une fois que tout sera privatisé, une fois que les citoyens précarisés, appauvris,  ne pourront plus être pressurés davantage, il restera l'ultime solution pour encore et toujours, faire du profit : La guerre mondiale, source de gains juteux pour les multinatinales de l'Armement, de la Chimie, du Pétrole, du Nucléaire, de la Reconstruction...


Aux mains d'individus sans foi ni loi, sans scrupules, comme Sarkozy ou Berlusconi, obsédés par l'Argent, la réussite, la gloire et insensibles à la souffrance humaine, le monde est condamné. Il court à sa perte. 


Déjà, la nature est blessée, les animaux sont torturés, les guerres se multiplient. Les Révolutions sont provoquées, confisquées, détournées, récupérées, quand elles ne sont pas réprimées ou bombardées. Au moment où j'écris, je regarde un documentaire retraçant l'histoire de la révolution georgienne. Encore une révolution provoquée pour permettre à l'Occident anglo-saxon et isaélien de substituer, comme en Yougoslavie ou en Afghanistan, un pouvoir totalement soumis, aux ordres, à un gouvernement indépendant, souverain. Les manifestants croient qu'ils ont eu ce qu'ils voulaient : En réalité, ils ont eu ce que d'autres, à Washington, à Londres ou à Tel-Aviv, ont décidé pour eux, et contre leurs intérêts.

 

Conditionnement, manipulation, encore et toujours. Souvenez-vous, en Ukraine: Les manifestants, glacés, étaient ravitaillés en soupes chaudes via des "organisations juives charitables" pour qu'ils tiennent le coup. Les peuples sont toujours dupés ! Ces organisations n'avaient rien de charitable... Ukraine comme Georgie sont des régions stratégiques, notamment pour les pipe-lines.  Et en agissant ainsi, Israël préparait les prédations futures...


Il faut voir le bonheur des manifestants georgiens... mais de courte durée ! Quelques mois après,  le désenchantement pointait déjà. La situation, loin de s'améliorer, avait empiré !  Evidemment, car les multinationales anglo-saxonnes, les financiers, les grands dirigeants, se moquent pas mal de l'intérêt des peuples. Ce qu'ils veulent, c'est piller les ressources des nations, soumettre les habitants, tout contrôler. Et tant pis si les citoyens sont piétinés, écrasés, broyés, sacrifiés, tant pis si la planète retentit des cris des opprimés, des meutris, des affamés, des désespérés, des blessés...


Tunisiens, Egyptiens, attention ! Ne vous faites pas voler vos révolutions..

Et vous citoyens libyens, syriens, africains de Côte d'ivoire, vous avez peut-être des dirigeants qui ont concentré entre leurs mains le pouvoir, qui en ont abusé, aussi, mais n'oubliez pas : Ce que l'Occident vous offrira sera pire encore, comme avec Areva en Guinée où tout est peu à peu pollué, contaminé. Comme en Irak où des murs se dressent entre des communautés désormais prêtes à s'entre-déchirer (sans parler du reste: infrastructures détruites, Education et Santé en pleine régression, pétrole rationné... !), comme en Yougoslavie, aussi, où l'unité, et le  niveau de vie ont explosé, comme au Kosovo où la Mafia règne en maître, sans parler de l'URSS désintégrée sous les coups de butoir de l'Occident et du Vatican, et où les disparités, colossales, ont fait leur apparition, chassant les plus modestes, même très âgés, hors de leurs logements, ou dans la rue, et jetant dans les égoûts des hordes d'enfants livrés à eux-mêmes...


Kadhafi avait fait de la Libye le pays le plus riche du continent africain (§). La Côte d'Ivoire était, en Afrique, un pays phare. Livrés à l'Occident, à la fureur guerrière de dirigeants occidentaux et à l'appétit du FMI (via Ouattara) comme des multinationales, que vont-ils devenir ? On peut prévoir le scénario, celui que les apprentis-sorciers d'  Occident préfèrent : Guerres civiles, scissions, destabilisations, guerres ethniques ou rivalités de clans, pillage des ressources, appauvrissement des citoyens, ruines,  infrastructures détruites... sans parler des innombrables victimes, morts, bessés, handicapés, familles décimées, et même, à travers l'utilisation d'armes de destruction massive, malformations, cancers, etc...


Amis Lecteurs, nos ennemis ne sont pas iraniens, musulmans, russes, chinois... Nos vrais  ennemis, les vrais ennemis de l'humanité toute entière, sont à côté de nous. En Occident. Un Occident de plus en plus fou, de plus en plus prédateur, de plus en plus assassin... Plus les ressources se raréfient, plus il dévaste la planète pour satisfaire les appétits de son Oligarchie.


Jamais le monde n'a été aussi loin dans la barbarie... Assisterons-nous, inertes, à l'auto-destruction de l'humanité ?


eva R-sistons à l'intolérable

 

§ "N’oublions pas que les citoyens libyens avaient une espérance de vie plus haute que les autres nations arabes environnantes, qu’elles ne payaient pas d’impôts, ni la lumière, ni le gaz, ni l’électricité, qu’un million et demi de travailleurs étrangers étaient venus en Libye pour y trouver du travail qu’ils n’ont maintenant plus. L’essence coûtait jusqu’à aujourd’hui un euro… les 18 litres. (..) Les Libyens savent qu’ils devront payer après l’occupation otanienne car le pétrole et le gaz ne seront plus leur propriété Comment l'Occident intervient : Libye, Syrie, Côte d'Ivoire... comme en Iran ou à Cuba

 http://i.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L350xH350/51x997Q1oML-_SS500_-3e26f-2-db8dd.jpg

http://i.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L350xH350/51x997Q1oML-_SS500_-3e26f-2-db8dd.jpg

 

La force de frappe française bientôt privatisée ?
par "Krokodilo"

 



Dit comme ça, on pense à une mauvaise blague, mais il n’en est rien.
Une réflexion sur la privatisation de nos forces armées est bien engagée au sein du gouvernement, dans les états-majors et au sein de « think tank » discrets et influents qui regroupent nombre d’officiers généraux et de membres éminents du lobby militaro-industriel.


Historiquement, les mercenaires ont une solide tradition pleine de hauts faits d’arme. Ils ont occupé des fonctions prestigieuses : pensons aux gardes suisses du Vatican. Ils incarnent depuis l’antiquité le culte du guerrier, commun à de nombreuses cultures, de la philosophie spartiate aux célèbres samouraïs.


Récemment, les États-Unis ont expérimenté les armées privées en Irak et en Afghanistan, à une échelle encore jamais vue, et avec succès : le vrai coût de la guerre peut être masqué aux parlements, et on peut toujours leur attribuer les bavures éventuelles. De toute façon, les drones sont dirigés depuis le pays par des civils sous contrat avec le Pentagone. Les guerres modernes ont de moins en moins besoin de soldats classiques : pourquoi salarier tant de fonctionnaires, quand l’heure est aux coupes claires dans la fonction publique ?


En France même, le développement des polices municipales a été très avantageux : la mégalomanie des élus locaux a été comblée par le fait d’avoir « leur » police, l’État s’est désengagé de certaines missions de service public trop coûteuses et a taillé dans les budgets formation de la police ; pourquoi gaspiller des centaines de balles en formation quand une seule bien placée suffit ?


Qui ignore la réputation de discipline des écoles privées ? Nos prisons seront demain en crédit-bail, et notre Pentagone à la française sera construit par Bouygues en location-vente. Tous les signes sont là.


D’une manière générale, sous l’impulsion des accords du GATT et de AGCS, relayés par l’UE, la notion même de service public s’efface devant celle de la marchandisation et de la mise en concurrence des biens et des services, y compris l’eau potable, l’éducation - et maintenant l’armée.


Le commerce des armes est, depuis longtemps, international : on ne marchande plus avec les Arabes comme des marchands de tapis, mais entre clients et marchands de mort : ti m’rachètes tes vieux zavions français tout pourris, et j’ti prends quelques Rafales, mais ti’m fais un prix pour l’ilectronique.


La guerre s’est internationalisée, professionnalisée ; après le matériel, il était inévitable que le commerce des hommes eux-mêmes s’ensuive au 21e siècle.


Les troufions ont cédé la place aux pros ; maintenant, les pros eux-mêmes deviendront les mercenaires des multinationales, bardés de « high-tech ». Après quoi celles-ci loueront leurs services aux États, au prix fort.


Areva, très bientôt privatisée, est pressenti pour « manager » (gérer, en français) la force de frappe nucléaire – ils ont une grosse expérience, tant pour frapper des citoyens au porte-monnaie que pour « subventionner » tous les réfractaires, citoyens, élus ou scientifiques. Ils connaissent le nucléaire, l’arme financière et la guerre psychologique n’ont pas de secret pour eux : ils sont fin prêts.


Avantage annexe : il sera facile de rentabiliser nos forces militaires privées. Là où jadis quelques scrupules ou d’obscures notions d’éthique bridaient les États, là où des accords internationaux nous empêchaient d’intervenir, seul le profit guidera nos décisions : la chose militaire sera enfin gérée comme une société, avec en balance les coûts et les profits, le retour sur investissement. Si telle mission paye bien, rapporte du gaz ou du pétrole, OK, on fonce ! Si c’est pour libérer des femmes voilées dont on ne sait même pas si elles sont jolies, tout en protégeant leurs trafiquants de drogue de maris, on passe !


Appliquant strictement le modèle marchand à notre défense stratégique, ils feront largement appel à la publicité pour baisser les coûts d’exploitation : nos missiles balistiques seront équipés de bandeaux publicitaires « Ce missile vous est offert par Pschittola, la boisson qui pétille ! » ou « Famas, le fusil qui vous rattrape ! », « Bad Luck, le drone qui vous voie », « le missile de croisière s’amuse », etc. Pourquoi la guerre serait-elle toujours triste, privée de la jeunesse et de la joie de vivre qui débordent de nos écrans ? D’ailleurs, avec de tels slogans publicitaires, ne vendra-t-on pas plus facilement notre production ? Eurosatory avec les nanas du salon de l’auto, ça aurait quand même plus de gueule, non ?


Mieux : Areva ou Thalès savent aussi rationaliser la production : pourquoi mettre tant de plutonium dans nos bombes atomiques ? Je prends le pari qu’en quelques mois, ils auront diminué de moitié la taille de nos missiles, et donc de nos sous-marins nucléaires, ce qui veut dire des ports plus petits, et au final une meilleure empreinte écologique.


Avec quelques brainstormings et en boostant les process, je pense qu’on pourra raccourcir la piste d’envol du Charles-de-Gaulle, au lieu de la rallonger comme des militaires subventionnés.


On peut prévoir quelques troubles sociaux, car, pour des questions de coût, les équipages de La Royale seront naturellement Maltais, Ukrainiens ou Indiens, comme dans la marine marchande. Honnêtement, les cargos font leur job correctement, non, avec leurs équipages cosmopolites et privés ? Ce sera pareil pour les sous-marins nucléaires et les porte-avions.


Naturellement, les centres de commandement seront externalisés, et le PC de Taverny transféré à Pekin ou New-Delhi.


Ultime étape de cette privatisation de la force de frappe, et de l’armée dans son ensemble : privatiser l’État, et transférer le pouvoir aux multinationales – ne riez pas, c’est en cours...

 

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EFpElyplyZdXpczRib.shtml

 

http://www.clan-m4k.com/images/sections/fo/description/mis1.jpg

http://www.clan-m4k.com/images/sections/fo/description/mis1.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 05:00

Quand l'assassin exerce ses pressions sur le juge et exploite la juridiction



Lundi 4 Avril 2011


Quand l'assassin exerce ses pressions sur le juge et exploite la juridiction
Le rapport Goldstone  qui dirigeait une commission onusienne avait estimé que l'occupation israélienne avait commis de crimes de guerre contre la population de la bande de Gaza.

Dans un article publié par le Washington Post, le juge Goldstone, auteur d'un rapport de l'ONU sur des crimes de guerre lors de l'agression de l'occupation  israélienne «Plomb Durçi» à Gaza du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009, écrit samedi que son rapport aurait été «un document différent» aujourd'hui.

«On en sait bien davantage aujourd'hui sur ce qu'il s'est passé pendant la guerre de Gaza que lorsque je présidais la commission d'enquête», explique le magistrat dans une tribune du quotidien.

«Bien qu'Israël ne nie pas, depuis la publication de notre rapport, la perte tragique de vies civiles, je regrette que notre commission d'enquête n'ait pas eu accès aux preuves sur les circonstances dans lesquelles nous estimons que des civils ont été visés à Gaza», confesse Goldstone.

«Cela aurait probablement modifié nos conclusions sur l'intentionnalité des crimes et l'existence de crimes de guerre», ajoute-t-il, tout en attaquant le Hamas concernant le lancement des roquettes.

Richard Goldstone se dit malgré tout préoccupé par le fait que «peu d'enquêtes israéliennes ont été conclues» et qu'elles auraient dû être rendues publiques.

En dépit de la suavagerie des forces armées occupantes israéliennes et leur offensive très sanglante au sein de la population civile Gazaouite, tuant au moins 1400 morts palestiniens, dont une majorité d'enfants et de femmes, selon des sources officielles palestiniennes, Goldstone vient actuellement à changer d'opinion en faveur de la barbarie israélienne et du viol des normes judiciares concrètres, par sa commission elle-même.

Le juge Goldstone avait recommandé la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye si les autorités israéliennes et palestiniennes refusaient d'ouvrir des enquêtes crédibles afin de punir les coupables.

En réagissant aux nouvelles allégations du juge de race juive, le ministre de la guerre Ehud Barak a pour sa part affirmé dans un communiqué qu'il serait bon que Goldstone ne «se contente pas de publier un article, mais qu'il publie ses conclusions actuelles pour la communauté internationale».

Depuis la parution du rapport Goldstone fin 2009, les autorités occupantes israéliennes, qui avaient refusé de collaborer avec l'enquête de l'ONU, se sont déchaînées contre le juge sud-africain, accusé de faire le jeu du Hamas à Gaza, aprés leur avoir accusées de viol des lois de la guerre et portant atteinte au droit international.

En outre, le premier ministre sioniste Benjamin Netanyahou a appelé samedi l'ONU, après ces allégations "Goldstonistes!!",  à «annuler immédiatement» le rapport Goldstone sur l'offensive de son entité sioniste contre la bande de Gaza fin 2008.

«J'appelle l'ONU à annuler immédiatement le rapport Goldstone. Il faut jeter ce rapport dans les poubelles de l'Histoire», a affirmé Netanyahu lors d'une brève allocution à la télévision hébreu.

Des analystes, des observateurs et des juristes ont fortement critiqué les récentes allégations de Goldstone, les qualifiant une vraie atteinte aux normes juridiques et droit international, ainsi une violation à la justice, considérant que ces allégations sont intervenues suite à de forte pressions du gouvernement de l'entité sioniste sur l'Onu et sur le juge Goldstone lui-même en crainte de rendre justice aux victimes des familles palestiniennes Gazaouites.


Hamas : Goldstone n’est pas propriétaire du rapport des Nations-Unies
Le Hamas a pressé dimanche les Nations-Unies de confirmer leur rapport sur l’offensive d’Israël de 2008/2009 contre la bande de Gaza, après que l’auteur du rapport ait déclaré que ses conclusions auraient été différentes si Israël avait coopéré à l’enquête.
(JPG)
Un petit enfant blessé lors d’une attaque aérienne israélienne sur la ville de Gaza le 14 janvier, est soigné à l’hôpital Shifa - Photo : Mohamed Al-Zanon/MaanImages

La mission d’enquête du juriste sud-africain Richard Goldstone (*) sur l’opération Plomb durci a constaté qu’Israël et le Hamas pouvaient avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. La mission a trouvé la preuve qu’Israël avait commis « de graves violations de la Quatrième Convention de Genève pour ce qui est des meurtres délibérés et des grandes souffrances causées sciemment à des personnes protégées ».

Elle a recommandé aux deux parties de conduire des enquêtes sur les allégations.

Dans un article d’opinion publié vendredi (1er avril) dans The Washington Post, Goldstone critique le Hamas pour n’avoir conduit « aucune enquête sur les tirs de roquettes et de mortiers contre Israël ».

Goldstone félicite Israël d’avoir ouvert des enquêtes, bien qu’il note que peu d’entre elles n’aient été conduites à terme.

Hamas : le rapport n’est pas une « production privée » de Goldstone

Dans une déclaration de dimanche (3 avril), le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, a mis en doute les regrets de Goldstone sur le rapport, et il a fait remarquer qu’Israël avait refusé de coopérer avec les enquêteurs des Nations-Unis « alors que dans la bande de Gaza, on les avait accueillis et facilité leur travail ».

Le responsable du Hamas a noté aussi que Goldstone n’avait pas une autorité exclusive sur le rapport, lequel rapport est un document international et non sa « production privée ».

Abu Zuhri d’ajouter : « Le rapport n’est pas la propriété privée de Goldstone, il est cosigné par lui et aussi par un groupe de juges internationaux.

« En outre, le rapport s’est fondé sur des documents et des témoignages qui lui donnent crédibilité et force. »

Le haut responsable du Jihad islamique, Ahmad Al-Mudallal, s’est déclaré également « déçu par les commentaires de Goldstone » qui, dit-il, résultent « de pressions exercées sur lui par le lobby sioniste ».

Il a ajouté qu’Israël pouvait se saisir des remarques de Goldstone comme prétexte pour engager une nouvelle guerre contre la bande de Gaza et « commettre encore plus de massacres ».

Israël demande aux Nations-Unies d’annuler le rapport

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré samedi que le commentaire de Goldstone « confirmait ce que nous tous avons toujours su... Je pense que nos soldats et notre armée se sont comportés conformément aux règles internationales les plus élevées. »

« Nous comptons que cette farce soit immédiatement corrigée » a-t-il ajouté lors d’une brève allocution télévisée.

Le ministre de la Défense d’Israël, Ehud Barak, a déclaré que l’article d’opinion du Washington Post était « un développement extrêmement important et que dès maintenant, nous multiplions nos efforts pour obtenir que ce rapport soit retiré ».

Goldstone : le processus d’investigations d’Israël est en cours

Dans son commentaire, Goldstone se réfère à l’enquête de l’armée israélienne sur le meurtre par ses soldats de 29 membres de la famille Samouni dans leur maison à Gaza.

« Si la lenteur de cette enquête est frustrante, il apparait qu’un processus approprié est lancé, et je suis convaincu que s’il est constaté que l’officier a été négligent, Israël réagira en conséquence ».

Cependant, dans un récent rapport des Nations-Unies par des experts indépendants chargés de donner suite aux recommandations de Goldstone, la Commission a dit qu’elle « n’avait pas d’informations suffisantes pour établir l’état actuel des investigations criminelles en cours sur les meurtres d’Ateya et Ahmad Samouni, l’attaque contre la maison de Wa’el Al-Samouni et le tir sur Lyad Samouni. »

La Commission a noté que l’officier qui avait approuvé les raids aériens qui ont tué 29 membres de la famille était « prétendument » conscient que des civils avaient reçu l’ordre d’attendre dans la maison. Le même officier avait refusé de permettre aux ambulances d’accéder au secteur.

Toutefois, la Commission a constaté que les enquêteurs militaires israéliens « n’avaient pas conclu qu’il y avait quoi que ce soit sortant de l’ordinaire dans le raid ».

La Commission s’est dite « incapable de déterminer si une quelconque enquête avait été effectuée » par Israël en lien avec plusieurs autres allégations de crimes de guerre.

Le rapport de contrôle ajoute : « La Commission réitère la conclusion de son précédent rapport qu’il n’y a aucune indication qu’Israël ait ouvert des enquêtes sur les actes de ceux qui ont conçu, planifié, ordonné et supervisé l’opération Plomb durci ».

Les forces israéliennes ont tué plus de 1400 Palestiniens durant l’offensive de 22 jours sur l’enclave côtière assiégée, commencée le 27 décembre.


 

2009 - Ma’an News Agency
-  L’implacable rapport Goldstone - 22 octobre 2009 - Henrik Lindell - Témoignage chrétien

Gaza Ville, le 3 avril 2011 - Ma’an - avec la contribution de l’AFP - traduction : JPP

http://www.palestine-info.cc/fr/ http://www.palestine-info.cc/fr/


Lundi 4 Avril 2011


Furl Y! Wists Blinkbits Wikio Facebook Google MySpace

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 04:55

Une vidéo à voir absolument - je l'ai vue voici quelques années, c'est magnifique ! note d'eva

 

 

lundi 4 avril 2011

Juliano Mer-Khamis a été assassiné aujourd'hui à Jénine (vidéo)
Palestinien, cinéaste de génie, acteur et activiste politique Juliano Mer-Khamis, 53 ans, a été abattu lundi dans le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie.
Selon le chef police de Jénine, Mohammed Tayyim, Mer-Khamis a été abattu de cinq balles par des militants palestiniens, mais que la police enquête toujours sur les circonstances de cet assassinat. Gilad Atzmon attends pour en savoir plus sur l'incident tragique, comme nous le savons, les FDI ont des unités spéciales qui opèrent déguisés en militants Palestiniens.
Mer-Khamis était bien connu comme acteur pour son film et ses rôles aux théâtres, à la fois en Israël et à l'étranger, et comme activiste politique, aussi.
Mer-Khamis était affilié avec le théâtre local à Jénine, établi par sa mère dans les années 1980. En 2006, Mer-Khamis a ouvert le Théâtre Liberté à Jénine, avec Zakariya Zubeidi, l'ancien chef militaire des Brigades Al-Aqsa Martyrs dans cette ville de Cisjordanie.
Sa mère Mer-Khamis, Arna Mer, était une activiste juive israélienne pour les droits des Palestiniens. Son père, Saliba Khamis était Palestinien. Mer-Khamis est né et a grandi à Nazareth.
Source Gilad Atzmon

ttp://www.youtube.com/watch?v=a6EXrA3UFwM&feature=player_embedded

 

http://sergeadam.blogspot.com/

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 04:46

 

 

http://www.cartoradiations.fr/
traduction Next-up :


02 04 2011 Source Japan Atomic Energy Agency : Le président de l’Agence de l’Energie Atomique Japonaise a déclaré "La situation est très grave, on ne peut pas exclure la possibilité d’une contamination radioactive généralisée au Japon qui nécessitera de mobiliser toutes les connaissances et les expériences fondées sur une catastrophe nucléaire, cela pourra nécessiter de l’État et des collectivités locales de prendre des mesures spéciales qui viseront à faire face à la situation d’urgence". Tanaka Toshikazu membre de l’agence et Président de la sûreté nucléaire de Yuans Matsuura Shiyouzi a averti : "En l’absence de système de refroidissement d’urgence  une partie du combustible qui s'accumule au fond de la cuve du réacteur est en train de fondre (corium), les parois de la cuve qui sont sous pressions sont fragilisées par la chaleur et risquent de se briser".  Il a rajouté en remarque "Le combustible restant dans les trois réacteurs est beaucoup plus radioactif que celui de Tchernobyl"


Source Japan Atomic Energy Agency: The president of the Agency of Atomic energy stated " The situation is very serious, one cannot exclude the possibility of a radioactive contamination generalized in Japan which will require to mobilize all the knowledge and the experiments based on a nuclear catastrophe, that will be able to require State and the local government agencies to take special measures which will aim at facing the situation d'urgence". Tanaka Toshikazu member of the agency and President of the nuclear safety of Yuans Matsuura Shiyouzi informed: " In the absence of emergency cooling system part of the fuel which s' accumulate at the bottom of the reactor vessel is melting (corium), the walls of the tank which is under pressures is weakened by heat and risks biser". It added in remark " The fuel remaining in the three engines is much more radioactive than that of Tchernobyl" Source Japan Atomic Energy Agency

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages