Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 23:37

 

 

Image placée par eva

Valls-fuhrer-copie-1.jpg

 

 

Comment Valls s'impose au Monde


Rédigé par Juan S. le Lundi 31 Mars 2014 à 23:26 | 47 commentaire(s)


C'est une énigme, Manuel Valls va devenir premier ministre. Juste avant le second tour des municipales, un article signé David Revault d'Allonnes dans les colonnes du Monde daté de samedi 29 mars, célèbre encore l'actuel ministre de l'intérieur.


Le titre pourrait faire hurler: "Manuel Valls se prépare discrètement pour Matignon."


Notez le choix du terme: "discrètement". Onze ans après l'Autre, on nous rejoue le même scénario du ministre de l'intérieur populaire, agité et ambitieux. Qui a vu de la discrétion ?
 
S'en suit deux longues colonnes où des proches de Manuel Valls expliquent pourquoi leur mentor est incontournable pour remplacer Ayrault le plus rapidement possible.

On attend la contradiction. 

Elle intervient dans la seconde partie de l'article. Elle est modeste. Jamais le journaliste ne pointe-t-il l'évidence: en quoi le ministre le plus populaire et le plus à droite de cette équipe Hollande pourrait il être exonéré de toute responsabilité dans les résultats du scrutin municipal ?

Pire, en quoi cet homme censé incarner la loi et l'ordre - ministère oblige - a-t-il contribué à désactiver l'instrumentalisation systématique de l'immigration et de la sécurité dans le débat politique ?

A t on noté un quelconque effet Valls dans les communes qu'il a visité ? 
 
La gauche de gouvernement perd son électorat et voici qu'on penserait à Manuel Valls. Dans son article, le journaliste normalise un peu plus l'idée de cette nomination, en amoindrissant les critiques, en gommant la réalité politique du scrutin local le plus récent.
 
Incroyable.
 
Ou pas.
http://www.marianne.net/sarkofrance/Comment-Valls-s-impose-au-Monde_a1432.html
 


 

valls-bilan-negatif.jpg

.
A lire, Valls :

 

 

La France modelée par le CRIF conduit à la France franquiste de Valls

 

 http://aspeta.blogspot.fr/

 

....

 

 

Remaniement ministériel, 1er avril : François Hollande et Manuel Valls beaucoup plus forts que La Plume !

 

 

Nouveau gouvernement :

Plus ça change et plus c’est la même chose

http://www.upr.fr/actualite/france/nouveau-gouvernement-ca-change-cest-meme-chose

 

marionettes-hollande.

 

.

  .

L’amour fou de Manuel Valls pour Israël, le Qatar et le Maroc
Par : Jacques-Marie Bourget


Valls à contretemps
Par Jacques Sapir


Re(ma)niements
Par Jacques Sapir

..

.

Lettre ouverte au locataire du Quai d’Orsay
De Jan Varoujan

mercredi 2 avril 2014, par Comité Valmy


Voir en ligne : SYRIE : Un appel à tous les Arméniens à travers le monde des Arméniens de Kessab - Nouvelles d’Arménie

Lettre ouverte au locataire du Quai d’Orsay

Jan Varoujan

30.03.2014

Monsieur le Ministre,

Tout en admettant que le champ géopolitique et diplomatique est un terrain où l’on joue un jeu dont les règles ne sont pas toujours comprises par le vulgum pecus, où la morale n’a pas sa place, où l’on applique aisément la règle du deux poids deux mesures, il est néanmoins difficile d’admettre certains excès.

C’est ainsi que vous prétendez combattre le terrorisme d’al-Qaïda (et de ses « produits dérivés ») en Afrique tout en soutenant les mêmes catégories de barbares en Syrie. Syrie où récemment les terroristes étrangers (et non pas des opposants rebelles) ont attaqué la ville frontalière de Kessab dont la population est majoritairement arménienne, et détruit ses églises. Les quelques photos ci-jointes montrent, avec éloquence, les « hauts faits d’armes » de ces sauvages… Vous verrez aussi les « tchétés djihadistes » composé de recrues turques. Ces brutes qui se sont introduites en Syrie avec l’aide, et sous la couverture militaire, de la Turquie, le pays de « votre ami Ahmet » comme vous l’appeliez Ahmet Davutoglu lors de sa visite en France le 5 juillet 2012. Turquie où, à la frontière de Syrie, en présence de l’ambassadeur Laurent Bili, vous avez déclaré le 17 août 2012 que « Assad ne mériterait pas d’être sur la terre ». Un appel au meurtre qui serait considéré comme un délit pour n’importe quel citoyen lambda.


Un groupe de Turkmènes.

 

Kessab a une importance symbolique pour les Arméniens. Ce « village », situé à proximité de la frontière entre la Syrie et la Turquie présente la particularité d’être composé essentiellement de chrétiens, descendants des rescapés du génocide perpétré par la Turquie contre les Arméniens. Ah mais j’oublie… pour vous le Génocide Arménien est à mettre entre guillemets, comme vous l’aviez fait, geste à l’appui, devant la commission des Affaires Étrangères de l’Assemblée Nationale, le 17 juillet 2012. Comme le font d’ailleurs les négationnistes de ce funeste crime contre l’humanité.

Regardez ces quelques photos et demandez-vous pourquoi vous n’avez même pas eu un mot de compassion pour ces Arméniens de Kessab tués et des églises profanées.


 

J’ai commencé cette lettre en m’adressant au locataire du Quai d’Orsay. J’aime bien ce libellé. Cela montre que celui qui occupe cette place n’est là que tout à fait temporairement.

Je ne me permettrai pas d’être aussi brutal que vous l’étiez vis-à-vis du Président Assad, mais simplement vous dire que vous ne méritez sans doute pas d’être au Quai d’Orsay. Par conséquent, aussi paradoxal qu’elle puisse paraître, ma plus grande satisfaction serait que cette lettre n’arrive jamais à son destinataire.

Source :
Blog de Jan Varoujan : éditorialiste, chercheur, photographe. Spécialiste de l’Asie mineure et du Caucase.

Mise en ligne CV : mardi 1er avril 2014

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4438

 

 

Laurent Fabius désavoué : Le gouvernement renonce sans le dire à la décision de ne pas livrer les navires Mistral à la Russie 

http://www.upr.fr/presse/communiques-de-presse/lupr-demande-laurent-fabius-soit-demis-ses-fonctions-ministre-affaires-etrangeres

 

 

 

 

 http://aspeta.blogspot.fr/

(voir tout sur ce lien)

 

aspeta-PS.jpg

.

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 15:41

crifbanquise-copie1

http://www.mecanopolis.org/?p=3990

Comme chaque année, le Lobby Sioniste parisien organise son dîner, cérémonie obligatoire d’allégeance au Sionisme à laquelle les politiciens de droite comme de gauche se sentent obligés de participer par crainte de se faire traiter d’antisémite et d’être excommuniés de la vie publique


 

Le CRIF écrit-il les discours de Hollande sur la Palestine ?

http://blog.mondediplo.net/2012-11-…

 

Mardi 27 novembre 2012, par Alain Gresh du Diplo (Monde diplomatique)

Finalement, le gouvernement français votera en faveur de la reconnaissance de l’Etat palestinien. A reculons, après avoir longtemps hésité, en demandant mille et une garanties à l’Autorité palestinienne. Il est loin le temps où la France défendait une position originale, appelait à l’autodétermination des Palestiniens et au dialogue avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), passant outre aux injonctions des Etats-Unis et d’Israël.

L’information de l’hebdomadaire L’Express ne semble pas avoir suscité de fortes réactions. Dans un article du 8 novembre de Marcelo Wesfreid, « Paul Bernard, la plume de l’ombre de François Hollande », on apprend en quoi consiste le travail de Paul Bernard :

« De l’ouverture de la conférence sociale à l’anniversaire de la Libération de Paris, de la commémoration du Vél’ d’Hiv à celle de la tuerie de Toulouse, du discours sur l’école à celui sur la mutualité française, il est celui qui rédige les premières trames, amendées ensuite par son supérieur hiérarchique, le conseiller politique Aquilino Morelle, puis remodelées par le président lui-même. Paul Bernard planche aussi sur les interviews télévisées et les Légions d’honneur, quand il ne s’occupe pas d’une préface de livre. »

Qui est donc cet homme de l’ombre ?

« Les plumes ne ressemblent jamais aux technocrates qui peuplent les cabinets. Et Paul Bernard n’a pas le parcours type d’une plume. En sortant de Normale-Sup, un DEA sur la littérature de l’époque napoléonienne en poche, il entre chez Publicis comme chargé de mission auprès du magnat de la publicité Maurice Lévy. Il participe pour le compte de l’homme d’affaires à la rédaction du rapport commandé en 2006 par le ministre des finances Thierry Breton, sur l’“économie de l’immatériel”, cosigné avec Jean-Pierre Jouyet.

Parallèlement, il rejoint le Mouvement juif libéral de France (MJLF), un courant du judaïsme progressiste qui s’est notamment illustré en menant campagne pour l’accès des femmes aux fonctions du culte. Le touche-à-tout a récemment intégré le comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). »

Rappelons que parmi les objectifs du CRIF figure celui de soutenir l’Etat d’Israël. Et que, depuis des années, cette organisation a toujours soutenu toutes les aventures militaires israéliennes, de la guerre contre le Liban en 2006 à celle contre Gaza en 2012.

Mais ne croyez surtout pas que l’homme est de parti pris. Il explique : « Il faut oublier ce qu’on pense et ne pas chercher à peser dans le sens de ses propres idées. »

Imagine-t-on un instant un citoyen français de confession musulmane, engagé dans une association de soutien au peuple palestinien, chargé d’écrire les discours du président de la République ?

Je ne sais pas si M. Bernard cherche ou non à imposer ses propres idées sur le conflit, mais comment ne pas remarquer ce que le président français a dit lors de la conférence de presse avec le premier ministre Netanyahou : « Il y a aussi la tentation pour l’Autorité palestinienne d’aller chercher à l’Assemblée générale de l’ONU ce qu’elle n’obtient pas dans la négociation (…). Seule la négociation pourra déboucher sur une solution définitive à la situation en Palestine. » (Lire, par exemple, « Sur la Palestine, Hollande conforte Netanyahou », L’Humanité, 2 novembre.)

Or c’est, au mot près, ce que disent les dirigeants israéliens depuis des mois (« Statements by Israeli leaders », ministère israélien des affaires étrangères), et qui est repris par le CRIF. On peut aussi se reporter à la déclaration de M. Netanyahou l’an dernier (« B. Netanyahu : “La vérité c’est que les Palestiniens bloquent les négociations” », RTBF, 18 septembre 2011) :

« Mon voyage [aux Nations unies] a un double objectif : faire en sorte que la tentative [des Palestiniens] de contourner des négociations directes échoue (…) La vérité, c’est qu’Israël veut la paix et que les Palestiniens font tout leur possible pour bloquer des négociations directes (…). Ils doivent comprendre que la paix ne peut être obtenue que par des négociations, et non en essayant de les contourner par la voie de l’ONU. »

Une simple coïncidence ? Sans doute, et le réalignement de la politique française sur la Palestine dépasse, bien évidemment, le travail de tel ou tel homme de l’ombre.

M. Bernard a aussi rédigé, si l’on en croit L’Express, le discours de Hollande du 1er novembre, lors de la cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat du 19 mars 2012 (Ecole Ohr Torah - Toulouse). La cérémonie s’est tenue en présence de M. Netanyahou.

« Ces enfants de la France reposent aujourd’hui à Jérusalem. Nos deux pays, nos deux peuples, sont réunis autour de leur souvenir. Monsieur le Premier Ministre, vous représentez un pays créé, au lendemain de la Shoah, pour servir de refuge aux juifs. C’est pourquoi chaque fois qu’un juif est pris pour cible parce que juif, Israël est concerné. C’est le sens de votre présence. Je la comprends, je la salue, je vous accueille. »

Il est donc normal qu’Israël soit concerné par la situation des juifs de France ? A-t-on demandé leur avis aux juifs de France qui ne veulent rien avoir à faire avec Israël et qui ne se reconnaissent pas dans cet Etat ? A-t-on demandé leur avis aux juifs de France qui ne se reconnaissent pas dans un premier ministre qui mène une politique d’oppression des Palestiniens ?

Il est paradoxal que ceux-là même qui dénoncent l’importation du conflit israélo-palestinien en France invitent le premier ministre d’Israël à une telle cérémonie, favorisant les amalgames nauséabonds entre juifs, sionistes et Israël. Les mêmes qui dénoncent la mobilisation des banlieues ou des musulmans de France en faveur des Palestiniens soutiennent celle des juifs de France (ou de certains d’entre eux) en faveur d’Israël.

Ce « deux poids deux mesures » encourage la montée d’un antisémitisme stupide, qui veut faire croire que les juifs de France disposent d’un statut différent de celui des autres citoyens.

Dans une déclaration du 22 novembre, l’Union française juive pour la paix (UJFP) s’interrogeait aussi pour savoir « Qui représente les Juifs et la “communauté juive” en France ? » et s’inquiétait du soutien inconditionnel du CRIF à l’Etat d’Israël dans son attaque contre Gaza. Cette prise de position contribue davantage à la lutte contre l’antisémitisme en France que toutes les déclarations du CRIF ou de certains de nos responsables politiques (lire aussi la lettre du grand rabbin à l’organisation et la réponse de celle-ci).

Lorsque l’on a un ministre de l’intérieur, Manuel Valls, qui peut proclamer que, par sa femme, « il est lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël », nous pouvons nous inquiéter. Valls a tenté d’obtenir la suppression de cette citation, notamment dans sa biographie sur Wikipedia et en demandant à la radio de Strasbourg, sur laquelle il a proféré ces insanités, de les retirer au nom du droit d’auteur. Mais la censure ne peut rien contre Internet.

Dans une tribune publiée par l’hebdomadaire Marianne (22 novembre), « Un citoyen étonné », Pierre Conesa s’étonne que le président français n’accorde aucune place à certaines des victimes non juives de Merah.

« Avant les assassinats de l’école juive, Mohamed Merah avait exécuté de sang-froid trois parachutistes (le maréchal des logis Imad Ibn Ziaten, 30 ans, et deux militaires du rang, Abel Chennouf, d’origine algérienne, 26 ans, et Mohamed Legouad, Français musulman d’origine algérienne, 24 ans) et avait blessé grièvement à la tête un quatrième (Loïc Liber, 28 ans) les 11 et 15 mars à Toulouse et à Montauban. Aucun membre de ces familles n’a été associé à la visite présidentielle à Toulouse. Qu’en est-il de ces victimes aujourd’hui ?

Le ministre de l’Intérieur avait reçu en octobre, à la préfecture de Haute-Garonne, Hatim Ibn Ziaten, frère aîné du premier soldat tué, à Toulouse, la sœur de Mohamed Legouad et le père d’Abel Chennouf, et leurs avocats. L’avocate Me Maktouf a évoqué “un ras-le-bol, un mal-être insupportables”. L’un de ses clients, Albert Chennouf, perçoit 700 euros de retraite et a déjà dû faire l’avance de 1 700 euros de frais en tant que partie civile. Les avocats de ces soldats veulent avec raison faire reconnaître que les quatre militaires visés sont “morts pour la France”, permettant ainsi une prise en charge partielle de leurs frais de justice et une aide à leurs familles. Ce serait là un signe à l’égard de la communauté maghrébine qui, à travers ces jeunes engagés, a démontré son attachement à la France et a payé un très lourd tribut.

Pour l’heure, le président Hollande n’a pas jugé bon de les recevoir, leur faisant répondre par un courrier d’un conseiller. Sarkozy s’était au moins senti obligé de leur adresser une lettre manuscrite… »

 


http://blog.mondediplo.net/2012-11-…

 

Hollande fait écrire ses discours

par un dirigeant du CRIF !

 

C’est Paul Bernard, un dirigeant du CRIF, qui écrit les discours du président de la république "française". La fRANCE (petit "f" et grand "RANCE") fait donc effectivement partie des territoires occupés par Israël.

Rappelons que parmi les objectifs du CRIF figure celui de soutenir l’Etat d’Israël quoiqu’il fasse. Et que, depuis des années, cette organisation a toujours soutenu toutes les aventures militaires israéliennes.

Dans chacune des anciennes colonies françaises d’Afrique, depuis qu’elle a soit-disant été décolonisée, se tient au côté de son "président" quelqu’un directement nommé par Paris, qui prend toutes les décisions importantes. On l’appelle le "résident français".

Et bien, la fRANCE étant maintenant une colonie israélienne, il est donc tout à fait normal que le résident israélien se tienne auprès du "président" de la "république" française pour prendre les décisions importantes concernant notre pays, rédiger ses discours, et décider de la guerre : Libye, Syrie, etc.


do
http://mai68.org

 

-
A lire :

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 00:17

 

Communiqué de la Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence

Dénonciation de l’immixtion belliciste de la France en Syrie et affirmation du droit du peuple syrien à disposer de lui-même souverainement

dimanche 27 janvier 2013, par Comité Valmy


Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence

Communiqué du 28 janvier 2013

 

Le 28 janvier 2013, M. Fabius accueille à Paris les représentants de la Coalition pour la Syrie, une structure fantoche créée à la demande des dirigeants états-uniens et qu’il considère depuis deux mois comme les « seuls représentants légitimes du peuple syrien ». Il choisit de les recevoir le jour même où l’opposition syrienne patriotique qui refuse toute ingérence étrangère ainsi que la guerre civile, se réunit à Genève.


Cette rencontre constitue le volet diplomatique d’une ingérence dans les affaires syriennes qui dure maintenant depuis deux ans. Le gouvernement français a déjà largement pris part à l’agression contre la Syrie en recrutant, entraînant et fournissant aux rebelles du matériel divers et prenant la direction des opérations, aux côtés de la CIA et des services de renseignements turcs de la formation des combattants (artillerie et transmission)1) . Cette ingérence est en contradiction avec les principes du droit international et de la charte l’ONU en 1945. « Aucun Etat ne doit entreprendre d’action visant au renversement par la force du régime en place dans un pays tiers. » Sur le plan diplomatique, le gouvernement français cherche donc à contourner la légalité du droit international pour favoriser la reconnaissance d’une « légitimité » factice par diverses organisations régionales (Union européenne, Ligue arabe, Amis de la Syrie) pour une coalition créée par l’OTAN qui n’a aucune représentativité populaire.


Créée au Qatar, la « Coalition de Doha » est dirigée par M. Mouaz Al Khatib, un imam lié aux Frères musulmans, qui, selon le géographe F. Balanche, en constituent la « colonne vertébrale ». La Coalition reconnaît comme premier allié, Jabhat Al-Nosra, un groupe terroriste qui est une émanation directe d’Al Qaida. Et pour cause, c’est ce groupe qui inflige les plus lourdes pertes au gouvernement syrien 2) et à la population civile. M. Fabius a même fait part de son soutien implicite aux terroristes en affirmant que « sur le terrain, ils [Al Nosra] font du bon boulot ».3)

La diplomatie française cherche à prendre les devants d’une politique états-unienne de remodelage du « Grand Moyen Orient », en éliminant l’« Axe du Mal » (Syrie, Iran) (lire : axe de la Résistance) et en favorisant un axe pro états-unien (Turquie, Etats du Golfe). 4)

C’est donc une politique consciente d’escalade dans la guerre que le gouvernement français cherche à attiser, au moment même où la même France s’attaque au Mali aux groupes qui sont en relation directe avec ceux qu’elle soutient en Syrie. Comprenne qui pourra.

La Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence dénonce fermement cette politique d’immixtion dans les affaires des pays souverains, affirme le droit du peuple syrien de choisir lui même ceux qui le gouvernent, ainsi que le refus de tout armement des « djihadistes » ou de « l’ASL » en soulignant que ce conflit, extrêmement polarisé, pourrait dégénérer en un embrasement généralisé déclenchant une guerre mondiale.

Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence



1) Le Canard enchaîné, 8 août 2012.
2) Le Figaro, 21/12/12
3) Le Monde, 14/12/12
4) Courrier international, n° 1152, « Vers la création d’un axe sunnite proaméricain »

Contact : Chrysanthie - chrysantheme1410@rocketmail.com

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article3171


 http://www.comite-valmy.org/spip.php?article3171


 

honneur-patrie-reseau.png

 

 

 

.http://honneur-patrie.com/

.

Lire aussi :

 


La colère des militaires contre la France vendue à l'UE, aux USA, à Israël


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 23:53

 

 

 

Vidéo : les entrevues de l’idiot – La soumission des médias à l’idéologie atlantiste

Le 22 octobre 2012 · Catégories : Vidéos, Vidéos de l'idiot
 
OTAN_Sang2_500-w

 

 

« Sans la collaboration des médias, il ne serait possible à l’Atlantisme d’imposer ses fondamentaux dans l’esprit de l’opinion publique. Les médias font partie intégrante de la machine de guerre atlantiste. [...]


Les pourvoyeurs de l’information commettent des crimes médiatiques lorsqu’ils se font les relais pur et simple de la propagande atlantiste, comme nous l’avons vu lors de la guerre contre la Serbie, de l’invasion de l’Afghanistan et du bombardement de la Libye par l’Otan, de la guerre en Irak, de la déstabilisation de la Syrie (toujours par l’Otan) ou comme nous le constatons à propos du nettoyage ethnique continu dont sont victimes les Palestiniens. Dans chacun de ces cas, les médias cautionnent les explications officielles, leur donnent force et crédibilité, mettent en avant des intentions humanitaires, alors même qu’elles recouvrent des crimes qui devraient soulever notre indignation et aboutir à la mise en cause judiciaire et politique de leurs principaux responsables. »

Extrait de l’article L’Atlantisme est un totalitarisme par Guillaume de Rouville.

 

 


 

 

Guillaume de Rouville, La Démocratie ambiguë, Éditions Cheap.

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 03:04

Claude Sérillon, « conseiller en communication, « spin doctor »... donc menteur ?


Bernard GENSANE
Président US : "Courrez ! Votre vie en dépend !" - Conseiller : "Ce qu’il veut dire par là, c’est que le jogging est bon pour votre santé".

Claude Sérillon, ainsi que sa compagne Catherine Ceylac, sont deux grands professionnels, sympathiques, sans esbroufe. Le problème est que le bon Claude vient de franchir un certain pas en devenant « conseiller en communication » du président de la République.

Il n’est pas éloigné le temps où le comparse de Drucker dénonçait ses collègues journalistes devenus de simples chargés de communication. Il va désormais leur fournir de la matière première.

À l’annonce de la nomination de Sérillon, des dépêches – plus ou moins bien intentionnées – l’ont qualifié de « spin doctor » de François Hollande, un rôle qu’il semble avoir joué depuis quelque temps déjà de manière officieuse. Malheureusement, le diable se cache toujours dans les mots.

Le concept de « spin doctor » nous vient des États-Unis. Donc, prudence. Il est apparu dans les années trente, et a été popularisé dans les années quatre-vingt lors de l’affrontement entre Ronald Reagan et Walter Mondale. Un « spin doctor » est donc un conseiller en communication ET « marketing », chargé de « vendre » une personnalité politique. Une des techniques favorites du « spin » est de raconter des histoires, le désormais célèbre « storytelling ». En illustration de ce que sont devenus les bobards officiels, on peut se remémorer le mensonge de Sarkozy, en 2008, concernant l’amputation des mains d’Afghanes s’étant vernis les ongles, pour justifier l’intervention occidentale dans ce pays : « Il est impossible de dialoguer avec des gens qui ont amputé d’une main une femme parce qu’elle avait mis du vernis à ongles ». Ce mensonge (qui ne dédouanait en rien le fanatisme des talibans) circulait sur la toile depuis des années. Tantôt sous la version d’une femme adulte à qui l’on avait coupé la main, tantôt sous la version plus “ douce ” d’une gamine de dix ans à qui l’on avait arraché les ongles. Un colonel de l’armée étatsunienne expliqua que l’histoire des ongles arrachés avait été scénarisée par le « spin » du Premier ministre Tony Blair, Alastair Campbell. Dès novembre 2001, Laura, la femme de George Bush, avait fait courir ce bobard, sous forme d’hypothèse : « Seuls les terroristes et les talibans menacent d’arracher les doigts qui ont les ongles vernis ». Conjecture reprise, encore plus prudemment, par Cherie, la femme de Tony Blair : « En Afghanistan, si vous avez du vernis à ongles, vous pouvez avoir les ongles arrachés ». Le kleiner Mann ne s’embarrassa pas de ces précautions rhétoriques. Pourtant, en septembre 2007, le mensonge avait été éventé par Jim Wilkinson, conseiller en communication à la Maison blanche : « la meilleure chose que nous ayons faite pour obtenir le soutien de pays où la coalition antiterroriste se heurtait un grand scepticisme ».

En anglais, le verbe « to spin » a deux sens : faire tourner (a spinning top = une toupie), avec la connotation, qui nous intéresse ici, de l’effet que l’on donne à une balle de tennis. Un effet qui tord les faits pour les présenter de manière favorable. Ce verbe signifie également « filer » (ou tisser), avec une connotation qui devient rapidement péjorative : « he spun me a yarn » = il m’a débité une longue histoire, « to spin a web of lies » = inventer un tissu (une toile) de mensonges, par exemple en forgeant des slogans, des éléments de langage, comme on dit désormais, en faisant de la « pédagogie » pour orienter la compréhension des faits dans le sens voulu par les émetteurs du message. Lorsque l’on est dans le spinning, on ne sait plus très bien où l’on en est : « my head is spinning round = j’ai la tête qui tourne ». Le conseiller en relations publiques est donc un façonneur d’images, et il peut devenir une éminence grise, voire un gourou. En tout état de cause, nous sommes loin de la démocratie, loin d’un rapport de vérité au peuple.

Les deux plus célèbres « spin doctors » de ces vingt dernières années furent Karl Rove (qui fréquenta six universités sans décrocher le moindre diplôme), le mauvais génie de George Bush, capable d’inventer et de faire passer un mensonge à l’heure, et Alastair Campbell qui, avant d’avoir mené en bateau les opinions publiques au sujet de la guerre en Irak, avait vendu la doctrine blairiste du New Labour aux militants du parti pendant que le futur Premier ministre négociait avec le milliardaire de la presse Rupert Murdoch.

Sérillon n’en est pas là. Pour l’instant.

 

Bernard Gensane

 

http://bernard-gensane.over-blog.com/

URL de cet article 18857
http://www.legrandsoir.info/claude-serillon-conseiller-en-communication-spin-doctor-menteur.html
.
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 05:56

 

Les Journalistes-Autruches, tête dans le sable.

Publié le 17 avril 2009 par Pensezbibi

    Les Autruches, tête dans le sable.

 

 

«Les journalistes, ce sont des nullards, il faut leur cracher à la gueule, il faut leur marcher dessus, les écraser. Ce sont des bandits. Et encore, les bandits, eux, ont une morale».


Tout le Monde a reconnu les propos de Little Nikos. Ils sont ramenés par Le Canard Enchainé de cette semaine.


Et pendant ce temps-là, Laurent Valdiguié prépare tout tranquillement les JDD de la fin de semaine. Et pendant ce temps-là, Karl Laske de Libération et auteur d’un livre sur le Canard, ne bronche pas. Et pendant ce temps-là, Jean Daniel félicite Little Nikos pour son discours de Dakar. Et pendant ce temps-là, Laurence Ferrari se promène sur la Une de Paris-Match au bras de Renaud Capuçon. Et pendant ce temps-là, Jean-Luc Hees choisit son smoking d’intronisation. Et pendant ce temps, Val prépare la soupe. Et pendant ce temps-là, André Glucksmann, émerveillé par Little Nikos, reçoit sa Légion d’Honneur sous les vivas de Kouchner et BHL. Et pendant ce temps-là, Françoise Laborde, nouvelle membre du CSA, épouse Jean-Claude Paris, ancien dirigeant d’I.TV sous les applaudissements de droite à « gauche » : Henri Guaïno, Michel Boyon, Claire Chazal, Bayrou,, Jean-Paul Huchon et Bertrand Delanoë. Et pendant ce temps-là, Olivier Nuc, Michèle Stouvenot, Christian de Villeneuve, Jean-Michel Aphatie, Olivier Jay, Claude Askolovitch, Nicolas Demorand, Virginie Le Guay se taisent, se terrent, se couchent.


 

Salutaire et juste fut ce coup de gueule d’Alain Accardo qui s’adressait dernièrement aux journalistes dans une chronique (1) :


«Pour pouvoir crier au loup de façon crédible, il faudrait que vous commenciez par reconnaître la lourde part de responsabilité qui est la vôtre dans la situation indigne où l’Audiovisuel public a sombré depuis bien longtemps, à force d’agenouillement devant le Pouvoir de l’Argent et d’adhésion au Nouvel Esprit du Capitalisme. Il faudrait que, au lieu de servir la soupe aux puissants, vous vous soyez battu(e)s inlassablement contre «la main mise du Pouvoir», les atteintes à «l’indépendance» et la «dégradation» des programmes. Mais, à l’exception d’une infime minorité de journalistes qu’on doit saluer avec respect parce qu’ils/elles ont eu la probité et le courage, au milieu de rédactions hostiles ou indifférentes, de dénoncer l’aliénation du milieu journalistique par l’argent et les amitiés politiques, la très grande majorité d’entre vous, par conviction partisane, par carriérisme, par lâcheté, par inculture ou par bêtise, est restée muette quand elle n’a pas collaboré (…). On ne vous a pas entendus protester, sinon du bout des lèvres, contre l’instrumentalisation hypocrite du CSA par le Pouvoir ni contre la précarisation massive du travail des jeunes au sein de vos rédactions (…). Franchement, on a du mal à vous plaindre, et plus encore à vous prendre au sérieux ».

______________________________________________________________________

(1) Chronique d.Alain Accardo : «Jérémiades audiovisuelles» (Journal La Décroissance, février 2009).

Tags : Alain Accardo, Canard enchainé, Françoise Laborde, Jean Daniel, Jean-Luc Hees, Jean-Michel Aphatie, Laurence Ferrari, Little Nikos, Olivier Jay, Olivier Nuc, Virginie Le Guay

En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/1828148/les-journalistes-autruches-tete-dans-le-sable/#ft1XAQAdFU1D5kVY.99

 

http://www.paperblog.fr/1828148/les-journalistes-autruches-tete-dans-le-sable/

 

 

Et nous ?

 

Le mouton, le pigeon, l'autruche, le perroquet - et 2013

 

 

Les Autruches, tête dans le sable.

 

 

" Il faut rompre avec 4 mauvaises habitudes (..)



Quatre animaux me semblent correspondre, de façon humoristique, aux mauvaises habitudes...:



1) le mouton apathique, qui suit le troupeau sans trop se poser de questions


2) le pigeon, qui écoute les bonimenteurs et se fait toujours pigeonner


3) l’autruche, qui ne veut rien savoir et qui pense échapper au danger en laissant son croupion bien en vue


4) et le perroquet quasi convaincu, qui débite inlassablement ce que les médias lui ordonnent de dire pour paraître respectable en public.



Un sursaut citoyen est donc nécessaire, mais de façon raisonnée et intelligente."

 

http://www.u-p-r.fr/responsables?resp_id=58

 

 

show_dees.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 03:50

blog.breizh.bz

 

Interview exclusive du Breton Vincent Bolloré haut perché dans la Tour Bolloré

 

 

Vincent Bolloré a avoué explicitement qu’il n’investissait dans les médias qu’avec l’intention de contrôler leur ligne éditoriale [5].


Peut-on penser que ce soit différent pour ses semblables : Dassault, Bouygues, Rothschild ou Lagardère-Qatar ?

 

5] «Je ne suis pas un investisseur financier, je suis un investisseur industriel. Je dois donc avoir le contrôle de l’éditorial». Télérama, novembre 2007, http://www.telerama.fr/monde/21352-...

 

.

Extrait de

 

L’Humanité-Qatar : une liaison dangereuse

http://french.irib.ir/info/international/item/221305-l%E2%80%99humanit%C3%A9-qatar-une-liaison-dangereuse

 

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 22:17

Nicolas Sarkozy Des Paroles et des Actes émission politique

 

http://www.meltybuzz.fr/des-paroles-et-des-actes-nicolas-sarkozy-actu97966.html

 

Honteuse partialité de FR2-Pujadas-Bornstein

par eva R-sistons

 

 

NB : Bornstein Rédacteur en Chef de l'émission

au service de la Pensée unique

 

Cette émission, comme toutes celles orchestrées par les amis (très sionistes) du "Lobby qui n'existe pas",  fait tout pour donner l'apparence d'impartialité. Mais ils sont rusés, ces gens-là ! Cela fait partie de leurs caractéristiques. Et tout en donnant l'illusion d'objectivité, ils sont en réalité très partisans, scandaleusement partisans - et communautaristes, d'ailleurs. Et leurs analystes sont de fervents propagandistes de la Pensée Unique, ultra-libérale, anti-populaire, va-t-en guerre, etc. Ils sont tous dans le Système, à fond dans le Système. Et les mêmes défilent, indéfiniment, sur C dans l'Air de Calvi comme au micro des Pujadas. En particulier le directeur de Valeurs actuelles, journal très à droite. De la plus anti-populaire !

 

Et après avoir tout fait pour donner l'illusion que l'émission est neutre, après s'être arrangé pour mettre en difficulté François Hollande et à dédouaner Nicolas Sarkozy (en recourant même à un rappel d'un mot du Gl de Gaulle, "aidez-moi"), après avoir fait parler en dernier le plus réactionnaire des journalistes, le valet du pouvoir, Pujadas, termine ainsi cette fausse émission d'information :

 

Il s'adresse (et ce n'est pas anodin mais délibéré) au Directeur de Valeurs actuelles pour conclure : "Les 2 candidats sont compétents tous deux, mais l'un c'est la normalité, l'autre la combativité (Sarkozy), et en période de crise quoi de plus important ?"

 

Et là le lauréat de la "Laisse d'or du journaliste le plus servile", David Pujadas, ne peut retenir sa partialité : "Eh bien, ce sera le mot de la fin" !

 

Oyez, bonnes gens, avec la valetaille des journaleux véreux et des politiciens ultra réacs ! Votez pour le plus courageux, Super Sarko, "si important en période de crise"... pour (ce n'est pas dit, évidemment) transférer les richesses de la France et l'argent des Français dans les coffre-forts du Cartel bancaire et de ses alliés usraéliens.

 

Eva R-sistons à l'intolérable désinformation et presse de propagande au service des ennemis du peuple

 

NB : Je vomis Sarkozy et je n'apprécie pas Hollande. Mais là, la dignité du candidat de la Gauche éclatait face au roquet de la Droite, énervé, hargneux, ayant du mal à se contenir et tellement bonimenteur ! 

 


 


#DPDA “Des Paroles et des Actes” : François Hollande bat Nicolas Sarkozy par K-O

Publié le26 avril 2012

0

 

François Hollande ce soir sur France 2 (Des Paroles et des Actes)

François Hollande ce soir sur France 2 (Des Paroles et des Actes 26-04-2012)

 

.

Plus de hauteur, plus de tenue; plus de classe, plus de prestance. C’est clair, sans soutenir François Hollande, malgré le fait que je déteste la politique de Sarkozy, il n’y a pas eu photo. Dommage, David Pujadas parle d’immigration, insiste et persiste. Or, la France a environ 1717 milliards de dettes. Le chômage a encore fait un bond ce mois. Quant aux déficits, ils sont abyssaux. Ah, le journalisme !


J’ai bien aimé comment il a coincé François Lenglet avec sa charge sur la taxation à 75%  des hauts revenus. Son exemple (Lenglet) sur les joueurs de football qui iraient voir ailleurs où les taxes  seraient moindres, a fait sourire Hollande. Il a alors posé la question de savoir pourquoi le football belge ou luxembourgeois ne faisait pas des étincelles. De fil à aiguille, il n’a pas du tout été déstabilisé. Bref, pas de navigation à vue. Il a notamment déclaré: ”Le premier ministre sera socialiste. Je veux être clair, cohérent”. C’est dit.


Nicolas Sarkozy sur France 2 (Des Paroles et des Actes 26-04-2012)

Nicolas Sarkozy sur France 2 (Des Paroles et des Actes 26-04-2012)

 

Quant au petit roitelet élyséen, que de la gesticulation, du mensonge. A peine entré dans le studio, il commence avec une polémique ridicule sur les “principaux débats” selon lui, qu’il fallait organiser. Puis, le bonimenteur est rattrapé par ses mensonges. Il fait son mea-culpa mais enchaîne sur une polémique et encore un mensonge: “j’ai parlé de Fukushima avec le premier ministre japonais”;”je voulais parler de la vraie fête du travail”. Ah, le mythomane !


“J’ai voulu me mettre en première ligne et j’en paie le prix, c’est normal”. Poursuivant dans son mensonge, notamment sur l’économie, il s’est caché derrière du chinois comme langage, pour miner son propos complètement incompréhensible. L’abus du “je” s’est aussi expliqué et vu sur la croissance selon François Hollande et Mario Draghi le président de la BCE. Sur le travail, incapable d’apporter des solutions, il s’est encore caché et s’est même énervé. Et puis…..immigration style FN. Qui peut encore nier ça ?  Et le mensonge sur Tariq Ramadan qui avait parlé avant le premier tour de battre Sarkozy.

 

Frantz-Olivier Giesbert sur France 2 (DPDA 26-04-2012)

Frantz-Olivier Giesbert sur France 2 (DPDA 26-04-2012)

 

J’attendais FOG, qui s’était lâché la dernière fois. Un peu sarkozyste sur les bords, il reconnait à demi mot la victoire de François Hollande. Il prouve ce que nous avons dit plus haut, l’agressivité de Sarkozy qui est un chant du cygne. L’homme a peur de perdre.

 

http://allainjules.com/2012/04/26/dpda-des-paroles-et-des-actes-francois-hollande-bat-nicolas-sarkozy-par-k-o/

 

 

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 09:13

http://storage.canalblog.com/66/98/108368/55008140.jpg

 

Pujadas reçoit sa Laisse d'or du journaliste le plus servile (de la Droite)

 

http://storage.canalblog.com/66/98/108368/55008140.jpg

 

 

 

 

Pujadas invite jeudi 15 mars François Hollande,

 

dans son émission Des paroles et des actes.

 

Il met toujours en valeur Sarkozy,

 

pour le booster, pour le défendre.

 

Gageons qu'au contraire, il mettra en difficulté

 

le candidat de la Gauche,

 

tout sera fait pour le discréditer.

 

Du grand journalisme de cour !

 

eva R-sistons

 

 

 

.

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 20:03

 

.
Samedi 10 mars 2012

http://www.metrofrance.com/_internal/gxml!0/4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf$l8btiaoueoupxx3y3w76e0wqs95uhtc/gorbatchev.jpeg

http://www.metrofrance.com/_internal/gxml!0/4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf$l8btiaoueoupxx3y3w76e0wqs95uhtc/gorbatchev.jpeg

 

.

http://www.lexpress.fr/pictures/474/242807_l-ex-president-sovietique-mikhail-gorbatchev-le-en-aout-2011-a-moscou.jpg

http://www.lexpress.fr/pictures/474/242807_l-ex-president-sovietique-mikhail-gorbatchev-le-en-aout-2011-a-moscou.jpg

 

(eva) Article publié hier sur mon nouveau blog politique destiné aux JEUNES, ici :

Comment les Médias aux ordres des puissants nous manipulent (Russie)

 

Gorbatchev sur FR2

journal de 20 h le 11 mars 2012

Pour défendre les intérêts de l'Occident

contre la Russie libre !

Alerte, propagande mensongère !

Par eva R-sistons

 

 

 

Salut, encore moi !

 

Juste pour dire que je viens d'entendre sur FR2, l'une des chaînes qui désinforment le plus (avec TF1, Arte, France24...), qu'au Journal de 20 h, on allait interviewer Gorbatchev, qui est à la solde de l'Oligarchie qui a détruit l'URSS et le communisme pour affaiblir cette puissante fédération, et imposer le libéralisme qui a dévasté le pays ! Qu'on en juge :

 

Communisme

(j'ai visité l'URSS avant son effondrement provoqué par l'Occident § hégémonique) :

- Pas de chômage, pas de sans-logis, de sdf

- Logement au prix d'une voiture, car toit estimé nécessaire

- TOUT gratuit: De la crèche à la retraite, de l'école à la fac, en passant par la Santé (rien à payer !), le Sport et les vacances

- Produits de 1e nécessité, vitaux, subventionnés

- Métro beau et moderne presque gratuit (prix symbolique), etc

 

Et Gorbatchev est apparu, l'URSS a été désintégrée, dépecée, et le libéralisme anglo-saxon dévastateur s'est installé :

- Les Oligarques sont apparus, milliardaires à la tête de conglomérats industriels et avec les ressources soviétiques partagées avec les prédateurs de l'Etranger ! Au lieu de faire en sorte, comme avec Poutine, que les richesses du sous-sol  profitent à tous les Russes, à la nation toute entière

- Disparition de la classe moyenne, pauvreté généralisée, citoyens (notamment les retraités) chassés des centres villes, devenant sdf (enfants abandonnés, vivant dans les  égoûts, se droguant etc), et les riches s'installent à la place

- Chômage, sans-domiciles, pauvreté généralisée, privatisation des services publics, etc

 

Et Gorbatchev est l'homme qui a littéralement offert l'URSS à l'étranger, avec Eltsine également marionnette de l'Oligarchie anglo-saxonne (LES ANGLO-SAXONS, il faut le savoir, sont les ennemis de l'humanité, avec leur libéralisme financier criminel comme en Grèce, et leurs guerres), jusqu'au moment où Poutine est arrivé, homme fort, énergique, aimant son pays, le relevant, lui rendant sa dignité, sa souveraineté, son indépendance - et s'opposant aux Anglo-Saxons ! C'est pour ça qu'il est détesté par eux et pour ça, aussi, que les Médias (beaucoup les appellent les MERDIAS) diabolisent Poutine, qu'ils craignent !

 

A savoir : Poutine est l'ami de la paix, d'un monde multipolaire,

Gorbatchev est un TRAITRE à son pays, c'est l'homme de l'Occident

 

Et c'est pour ça que les MERDIAS lui donnent la parole demain, pas à Poutine !

 

Et c'est dans presque tous les médias pareil, comme sur C dans l'Air ! Désinformation et propagande, au profit des nantis, contre les peuples...


 

Eva R-sistons


 

http://images.lpcdn.ca/435x290/201112/02/443767-dernier-dirigeant-urss-mikhail-gorbatchev.jpg

 

http://images.lpcdn.ca/435x290/201112/02/443767-dernier-dirigeant-urss-mikhail-gorbatchev.jpg

 

Gorbatchev et Poutine


 

§ Occident (appelé frauduleusement Communauté internationale car veut imposer anti-démocratiquement son modèle unique ultra-libéral et va-t-en guerre), c'est-à-dire :

 

Angleterre, avec sa diabolique City financière (c'est là que se décident les guerres mondiales)

Etats-Unis, loi du plus fort, et pas le Droit, la Diplomatie: Le plus fort écrase le plus faible, on vole, on pille, on tue partout - comme dès le départ, avec les Indiens, Esclavage des Noirs - et on ment pour justifier des actes criminels (comme guerre "humanitaire", "pour la démocratie", contre "armes de destruction massive", etc, tout est mensonge)

Et Etats Anglo-Saxons comme Canada, Australie

Israël, Etat derrière tous les conflits, mais discrètement, Etat raciste, militaire, déstabilisateur des pays (comme en Syrie, pour dominer le pays par marionnettes interposées, eh oui !) et qui vénère le Veau d'Or, l'argent

La France de Sarkozy, en tête de toutes les guerres avec le "cow-boy" Sarkozy.

Plus généralement l'Europe aux ordres, dans l'OTAN, et créée.. par les Etats-Unis, pour servir LEURS intérêts ! § 2

 

§ 2 Voir

L’Union Européenne (créée par USA), c’est la Guerre ! Au service des Américains

L’Union Européenne, ce n'est pas la paix, c’est la Guerre ! (+ vidéos)

.




Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 03:30

 

 

Arianna Huffington lance Anne Sinclair et le Huffington Post en France

lundi 23 janvier 2012

Un raz-de-marée de journalistes dans les locaux du copropriétaire Le Monde à Paris a confirmé l’intérêt des médias français pour le lancement ce 23 janvier du pure player Huffington Post en France.

C’est la première version en langue « étrangère » du site américain qui revendique le leadership aux Etats-Unis et promet une remise en question du journalisme dans l’hexagone. Anne Sinclair assurera « un poste à plein temps » en tant que directrice éditoriale qui prône un modèle « sérieux mais divertissant ».

Une ruée de 200 journalistes pour une petite start-up de huit salariés sur internet. Cela s’appelle un buzz ou le lancement du Huffington Post en France. Mentionner le pays n’est d’ailleurs plus à la mode, probablement pour ne pas donner l’impression qu’il s’agit d’une colonie américaine ou une simple traduction qui attend les internautes français. C’est bien un site pour les Français et fait par huit journalistes français qui était mis en ligne ce matin, avec le savoir-faire technologique et la recette du site américain : un mélange savant entre l’information et le divertissement qui sont pris gratuitement d’autres sites, enrichis d’opinions et d’articles de bloggeurs qui contribuent gracieusement avec leurs tribunes. Le Huffington Post ne se considère pas comme producteur d’information, mais d’abord comme un espace de débat. Des carnets de campagne sur la présidentielle, commandés à Rachida Dati (UMP) et Julien Dray (PS), illustrent le slogan « Ni de gauche ni de droite, mais pas sans point de vue ».


« Loin des réactions parisiennes et convenues »


La principale raison d’être affichée par le site est un virulent règlement de compte avec l’état du journalisme en France. Le projet éditorial parle d’ « une société qui est aujourd’hui bouleversée et sclérosée », il envisage de promouvoir un journalisme « loin des réactions parisiennes et convenues » et promet « d’offrir un espace de débat aujourd’hui trop étroit dans notre pays ».

Pourtant, rien n’est moins sûr que la Huffington Post soit une véritable offensive contre les fameux conflits d’intérêt ou la collusion souvent déplorée entre journalistes et politiques en France. « La démocratisation du débat », autoproclamée par le Huffington Post, est censée être réalisée et garantie par une directrice éditoriale nommée Anne Sinclair et qui avait publiquement comparé l’affaire DSK à l’affaire Dreyfus. Arianna Huffington avait embauché Anne Sinclair en pleine tempête médiatique concernant son mari, le socialiste Dominique Strauss-Kahn. Lors de la conférence du lancement du site, personne n’avait demandé à Anne Sinclair dans quelle rubrique elle mettrait l’affaire DSK sur le site du Huffington Post, mais elle a assuré avec sa légendaire voix grave et inébranlable : « Toute information importante sera traitée normalement comme elle l’aurait été ailleurs. »


L’image du Monde


Avec un budget tenu secret, le site sera financé par la publicité et espère atteindre son équilibre à partir de 2014. Pour le lancement en France, le site a conclu pour la première fois un partenariat : une collaboration avec le prestigieux journal Le Monde qui a fusionné son site participatif Le Post avec le site du pure player américain. Le partenariat (Le Monde détient 34 % du capital du Huffington Post) ne sera aucunement éditorial mais uniquement industriel et capitalistique, et pourtant, certaines voix critiques au sein du Monde craignent déjà que le site brouillera l’image du quotidien du soir.

Après la France, le Huffington Post lancera en mars et avril des sites en Espagne et en Italie, suivis d’autres pays : la Turquie, le Brésil, l’Allemagne

 

http://www.yolele.com/spip.php?article1491

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 03:38

  http://a6.idata.over-blog.com/540x371/2/03/61/62/ACTUALITES-9/jeanne-d-arc-sort-des-portes-d-orleans.jpg

  http://a6.idata.over-blog.com/540x371/2/03/61/62/ACTUALITES-9/jeanne-d-arc-sort-des-portes-d-orleans.jpg

 

On boute l'Anglais dehors, ou on s'y perd ?

Par eva R-sistons

 

 

Court télescopage...

 

On croit rêver ! Sarkozy l'Américain, qui fait courbettes et risettes à Bush honni du monde entier avant de conquérir la France en 2007, pour notre malheur, Sarkozy l'Anglais si Anglais qu'il réserve son premier déplacement à nos zamis anglo-saxons, Sarkozy l'agent de la CIA qui entraîne la France à entreprendre toutes les guerres de l'OTAN pour le compte des Américains, Sarkozy qui livre la France aux Yankees pour qu'ils imposent leur modèle inégalitaire et brutal, au-dessus des Lois, Sarkozy qui veut nous voir tous parler l'Anglais au lieu du Français, cet homme-là ose revendiquer l'héritage de Celle qui a jeté dehors les Anglais, hors de France ? Il ose se dire patriote, alors que sa seule patrie est celle de Neuilly, de l'Argent-Roi  apatride ? Mais de qui se moque-t-il ? 

 

Après avoir flirté avec les Musulmans en tant que Ministre du Culte pour capter en 2007 leurs voix, voici que l'Occupant de l'Elysée veut les quelques 700.000 voix des Arméniens en France en les caressant dans le sens du poil, et il chasse même sur les terres du FN en faisant semblant de s'intéresser à l'Histoire de France, à l'héroïne qui bouta dehors les Anglais, lui le valet des Anglo-Saxons ? Mais de qui se moque-t-on ? 

 

http://storage.canalblog.com/24/56/54235/71644693.jpg

http://storage.canalblog.com/24/56/54235/71644693.jpg

 

Quant à Obama le Prix Nobel de la Paix, le voici qui mène plus de guerres que Bush n'aurait rêvé d'en entreprendre, et pour les masquer, il se pose en Président qui retire les troupes d'Irak (en y laissant les agents de la CIA, et les miliciens de Blackwater et Co sans foi ni loi, c'est encore pire) mais... pour mieux les déployer en Asie ! Et cela apparaît clairement dans la Conférence de Presse qu'il a donnée le 5 janvier pour expliquer sa nouvelle stratégie militaire...

 

Conférence de Presse d'Obama sur la nouvelle stratégie militaire US

 

Ainsi, tout n'est qu'imposture: Faux patriote français et vrai américain va-t-en guerre, voilà Sarkozy et son ami Obama...

 

Quand boutera-t-on cette clique anglo-saxonne de France et de tous les Etats du monde ? A travers Jeanne d'Arc, c'est la seule question qui mérite d'être posée. Basta le modèle anglo-saxon militaro-financier, il n'a pas sa place dans la France de Jeanne d'Arc, de 1789, de Jaurès, de de Gaulle... Retrouvons notre identité et notre indépendance !

 

eva R-sistons

 

NB Et pendant ce temps, la lèpre journalistique, ardemment sioniste, poursuit son travail de conditionnement pour nous préparer à la guerre mondiale: Dernier exemple, sur France24, le journaliste passé des Chaînes parlementaires à France24 (la télé des néoconservateurs Ockrent-Kouchner pour propager la parole française, en réalité usraélienne, quelle imposture là aussi) nous prépare à accepter la future guerre syrienne aussi humanitaire qu'en Libye, on connaît la chanson ! On met hors d'état de nuire les vilains Syriens (laïcs, sic !) pour sauver les bons Syriens (d'Al Quaïda, sic !), on protège les habitants en bombardant les civils comme toutes les infrastructures, on réduit le pays moderne et laïc à un Etat en ruines et en proie aux luttes intestines, bref le journaleux au service des intérêts d'Israël et plus généralement, de l'Empire assassin, nous conditionne pour approuver l'engagement de la France sarkozienne au service des intérêts usraéliens ! Nos médias abondamment sionisés sont un scandale... et au final, qu'aura-t-on ?=

   Le plan anglo-sioniste et néocon d'attaque de la Syrie - Punir l'incitation à la guerre

 

 

Iran : Scénario d’une catastrophe - pour quand ? Quelles conséquences ?

 

Bientôt un holocauste nucléaire sur une grande partie du Moyen-Orient ?

 

Un Rabbin anti-sioniste annonce que la fin d'Israel est proche (vidéo 1mn)

 

Retrait des Américains d’Irak : Le chaos en cadeau d’adieu

 

 

Lettre ouverte aux Généraux, aux Officiers, à la troupe: Soyez lucides !

 

et plus généralement,

 

Quand la comédie tournera t-elle à la tragédie ? (Le Liesi)

 

Ecroulement d'un monde, déchaînement bientôt (F. Lordon, Dir. Rech.CNRS)

 

N'oubliez pas :

 

Message type à envoyer à nos Députés (adresse fournie) contre guerre

 

 

 

http://larecherche.typepad.fr/.a/6a00e54eff70fa883401543211d585970c-800wi

http://larecherche.typepad.fr/.a/6a00e54eff70fa883401543211d585970c-800wi

 

Lire aussi,

 

 

A propos des guerres, un Lecteur

me suggère de les rebaptiser :

Assassinats de masse !

.

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 05:02

 

 

http://www.hns-info.net/spip.php?article24680

 

Les obsessions de Pujadas,

 

par eva R-sistons

 

 

Ce 18 octobre 2010,

 

Journal de 20 h sur (F)rance2,

 

Pujadas y étale ses obsessions habituelles :

 

L'Opposition de Gauche ou à Sarkozy,

 

et bien sûr, en fervent supporter d'Israël,

 

l'Islam, à chaque Journal critiqué, dénoncé, dénigré -

 

directement, ou indirectement, sournoisement ou subtilement.

 

 

Sa haine de la populace, de la Gauche, des manifestants,

 

Pujadas (Lauréat de la Laisse d'or de la désinformation,

 

"Larbin" pour Mélenchon - appellation amplement justifiée)

 

la propose en direct ce lundi soir, dans le titre du Journal:

 

"Lycéens, les casseurs s'invitent".

 

Allons, citoyens, vite, n'hésitez pas à faire l'amalgame

 

entre lycéens et casseurs !

 

Il est temps de préparer une sortie à la crise

 

comme en mai 68: Avec une France profonde apeurée,

 

se jetant dans les bras du Sauveur Sarkozy,

 

avec, aussi, une Chambre introuvable.

 

Au passage, le "larbin" en chef du pouvoir

 

invite Angela Merckel pour qu'elle soit

 

l'avocate de l'"indispensable" réforme des retraites.

 

Aucune ficelle n'est trop grosse pour la star de la désinformation !

 

Tous les jours, ou presque,

 

il invite des membres du Gouvernement

 

pour qu'ils justifient la politique gouvernementale.

 

Et quand l'Opposition intervient,

 

c'est pour être, au pire, discréditée,

 

ramenée à ses querelles internes

 

(jamais la Droite, pourtant déchirée),

 

au mieux réduite à critiquer le "style" de Sarkozy

 

(on se garde d'aborder les questions de fond),

 

ou à dire des insignifiances.

 

En effet, tout ce qui est gênant pour le Gouvernement

 

est impitoyablement traqué,

 

les invités sont coupés dès qu'ils deviennent compromettants. 

 

 

Quant à l'Islam, tout est fait pour le discréditer.

 

Objectif: Justifier le futur choc de civilisations

 

cher au coeur des gouvernements israéliens

 

et même au coeur de célèbres pseudos Nobel

 

comme Elie Wiesel ou Shimon Peres.

 

Ce soir, donc, l'occasion est fournie par

 

l'interview d'une catholique convertie à l'Islam,

 

portant voile intégral et partageant la vie d'un polygame.

 

"La polygamie est préférable, dit-elle,

 

à  l'adultère hypocrite".

 

Et cerise sur le gâteau, l'islamophobe Pujadas

 

(qu'en pensent la LICRA, le MRAP...)

 

demande perfidement à Angela Merckel:

 

"L'Allemagne est-elle menacée par les immigrés

 

ou par l'Islam ?". Ainsi, jour après jour,

 

le faux journaliste et vrai propagandiste

 

distille dans l'esprit des télespectateurs

 

que l'islam constitue pour eux une menace.

 

 

Sur une chaîne publique, c'est tout simplement scandaleux.

 

Pujadas mérite au mieux le dégoût, au pire l'opprobe.

 

Il est temps que l'imposture éclate au grand jour !

 

Mais celui qui fréquente le club des ennemis du peuple, "Le Siècle",

 

ne fera-t-il pas jouer ses amitiés

 

pour échapper aux conséquences de ses interventions ?

 

Affaire à suivre...

 

 

Eva R-sistons à l'intolérable

 

TAGS : Pujadas, France 2, Elie Wiesel, Shimon Peres, Prix Nobel, Islam, Angela Merckel, Laisse d'or de la désinformation, Sarkozy, Le Siècle, LICRA, MRAP, catholique, Droite, Gauche, Mélenchon

 

 

mis en ligne mardi 13 juillet 2010 par jesusparis

David Pujadas reçoit sa Laisse d’or

Source / auteur :

Le plan B

 

 

Le 30 juin 2010 vers 21 h 30, alors que le présentateur du journal télévisé de France 2 David Pujadas quittait les bureaux de France Télévisions, une délégation l’attend sur le trottoir pour lui remettre le trophée le plus convoité du Parti de la presse et de l’argent (PPA) : la Laisse d’or.

 

L’objet, composé d’un collier en métal robuste et d’une lanière en cuir véritable, avait été acheté le jour même dans une quincaillerie parisienne et enduit d’une fine mais alléchante couche de peinture dorée. Une boîte de cirage, une brosse et un plumeau multicolore doté, selon son fabricant, du pouvoir d’« attirer la poussière » complétaient la panoplie.

 

En décernant ce kit au présentateur du « 20 heures » de France 2, les organisateurs entendaient récompenser le « journaliste le plus servile », comme ils l’ont expliqué au Plan B, qui passait par là. Selon eux, Pujadas mérite la Laisse d’or pour son amour des euros (12 000 euros de salaire mensuel), sa haine des syndicalistes [1] et son dévouement pour les puissants, réaffirmé récemment dans le film culte de Denis Jeambar, Huit journalistes en colère (Arte, 9.2.10), qui le montrait fustigeant la surmédiatisation des humbles : « Le journalisme des bons sentiments, c’est aussi une bien-pensance. C’est l’idée que, par définition, le faible a toujours raison contre le fort, le salarié contre l’entreprise, l’administré contre l’État, le pays pauvre contre le pays riche, la liberté individuelle contre la morale collective. En fait, c’est une sorte de dérive mal digérée de la défense de la veuve et de l’orphelin. »

 

La cérémonie fut brève mais solennelle. Au moment où le journaliste « en colère » s’apprête à enfourcher son scooter, le comité des fêtes surgit d’un arrêt de bus pour l’acclamer, le couvrir de confettis et lui enrouler sa laisse autour du cou (qu’il a fort bas). Le récipiendaire ne cache pas son émotion, laquelle redouble lorsque ses hôtes entreprennent de dorer intégralement son scooter en le vaporisant de peinture aérosol. « Vive le laquais du Siècle ! Vive le roi des laquais ! », exulte la foule en liesse, cependant que la monture du présentateur se métamorphose en carrosse royal (voir photo).

 

Sans doute intimidé par cette profusion d’hommages, et soucieux manifestement d’y convier les vigiles, David Pujadas prend alors ses jambes à son cou pour s’engouffrer dans l’immeuble de France Télévisions, où le sas de sécurité le retient une bonne trentaine de secondes, le temps pour l’assistance de se disperser dans la bonne humeur. On le verra ensuite donner l’ordre aux vigiles de recouvrir la selle plaquée or de son carrosse d’une bâche en plastique. Après quoi il grimpera dessus et quittera fièrement les lieux dans une explosion de dorures et de vrombissements.

 

David Pujadas n’a pas souhaité donner plus de retentissement à son embouffonnage. Mais que le public se rassure : les images de la scène figureront dans le prochain film de Pierre Carles…

.

 

 

 

Notes

[1] Exprimée notamment lors de son interview en direct de Xavier Mathieu, le porte-parole CGT des grévistes de l’usine Continental de Clairoix, le 21 avril 2009. Lire à ce propos « Des journaux télévisés face aux “violences” des salariés » sur le site d’Acrimed, http://www.acrimed.org/article3132.html.

 

http://www.hns-info.net/spip.php?article24680


 


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 02:00

 " Aucun chiffre de voitures brûlées ne sera communiqué pour la nuit du 13 au 14 juillet afin de mettre fin à cette tradition malsaine consistant à valoriser, chaque année à la même époque, des actes criminels. Des consignes ont été données aux préfectures afin qu'elles ne communiquent pas non plus sur le nombre de voitures brûlées dans leur département. "

 


Voici ce qu’on peut lire sur le site du Ministère de l’Intérieur.


La muselière d’Etat : Cachez ces chiffres que nous ne saurions voir.

 

 

Mais en même temps, on montre, on exhibe dans la débauche du grand spectacle. : celui du départ du Président de son palais pour se rendre à la French Pride des Champs Elysées.


Grand moment d’une télévision officielle à la botte du Président, marchant à son pas de l'oie blanche quand il faut faire parler la Première Dame, quand on interview Woertz et Bachelot, quand l’écran se divise en de multiples inserts montrant le Président quand il est présentable et le déroulement d'un carnaval d’une grandeur révolue entre temps des colonies et no future. (Et FR2 enfonce le clou: "Sarkozy et Bruni main dans la main", eva)


Propagande qui, comme tout spectacle totalitaire, dans son arrangement, sa perfection, se désigne malgré tout comme artifice.


Car il y manquait juste ce qu’est le 14 juillet : Le Peuple et la République.


Le maître mot de ce carnaval totalitaire fut :" émotion".
Pleurons. Petit père des Peuples. Trémolos. Combattants blessés. Enfants meurtris. Emotion. Ce fut le seul mot "politique" du jour!
Mais de la République et de ses valeurs, il n’y eut rien.

 

Pour la première fois nous assistions à ce spectacle tragique d’un peuple absent. Relégué si loin qu’il en était invisible, remplacé par l’écran hypnotique, tel un nouveau mur de la honte, de ce pouvoir sans politique avec ses représentants n’existant qu’en qualité de courtisans agrippés à leurs titres…

 

Quelque chose de pathétique ressortait du décorum, quelque chose de funèbre dans ces images du Président dans son cocon d’invités et constamment entouré par les regards inquiets d’une armée costarisée et sombre de gardes du corps aux aguets…

Comme si le maître mot de ce pouvoir là, c’était désormais la peur.

La paranoïa est le symptôme d'un pouvoir totalitaire.


Comme si de l’autre côté de ce Mur de la honte et de l’argent, il y avait le Peuple qu’il fallait évacuer… ce jour même où il devait être mis à l’honneur.

Ce peuple invisible était la terreur de Sarkozy.

Le Mur allait-il tenir longtemps?

 


Auteur : Nouvel Hermes - Source : Nouvel Hermes

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14280&rech=24680#14280

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 14:17


Copains-coquins,

duo Pujadas-Sarkozy,

par eva R-sistons

 

sarkozy2_narrowweb__300x491_0.jpg

 

 

Ce soir,


Fr2 la télé animée par les supporters du CRIF,

 

via Arlette Chabot la copine de Sarkozy,

 

a délégué David Pujadas, le copain de Sarkozy,

 

son plus fidèle valet

 

("Laisse d'or" du journaliste le plus servile,

 

star de la désinformation),

 

pour faire la promotion du Boss en déconfiture.

 

David Pujadas chargé d'organiser une session de rattrapage

 

pour que Sarkozy ne coule pas complètement !

 

Ouais, pour permettre au Président de l'UMP

 

(qui osera encore dire des Français ?)

 

de se justifier devant une opinion dégoûtée !

 

T'en fais pas, Lecteur, Lectrice,

 

le David saura trouver les questions

 

qui auront l'air d'être gênantes,

 

indépendantes, pour faire croire

 

qu'il n'est pas le copain du sieur Sarkozy !

 

Mais pff ! Dans le fond,

 

tout sera soigneusement préparé

 

pour au final justifier l'injustifiable.

 

Olé, caramba ! La voix de son Maître

 

dans toute sa splendeur,

 

oyez, bonnes gens,

 

ce soir c'est la fête des copains-coquins !

 

PujadasTV-copie-2.jpg

 

Déjà, FR2 voix du CRIF, du MEDEF, de l'Empire

 

et de p'tit, tout p'tit Sarkozy

 

(Sarko, comme dit l'autre compère Yves Calvi

 

pour nous rendre plus proche celui qui n'en a rien

 

à branler des Français qui ne sont pas milliardaires),

 

FR2, donc, s'évertue jour après jour

 

à nous dissimuler les péripéties fâcheuses

 

de l'Affaire Woerth, et à cocoricoter

 

que ouais, Woerth il est blanc comme neige,

 

immaculée conception du Système UMP,

 

il n'a trempé dans rien, juré, promis,d'ailleurs

 

ses copains au Parquet, au Fisc et au Gouvernement

 

se tuent à nous le dire.

 

Vous avez dit Justice dépendante ?

 

Fisc aux ordres de Bercy ?

 

Médias complices du Nabot ?

 

Hé, hé, ce soir on va rigoler !

 

On va voir comment Pujadas va permettre

 

à Sarkozy de pérorer à son avantage !

 

Vous avez dit la République des copains-coquins ?

 

 

MEME PAS PEUR.jpg

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14192

 

 

Si quelques veaux sont dupes, convaincus,

 

réconciliés avec leur Président,

 

alors oui, sont vraiment veaux, irrémédiablement veaux !

 

Et nous, nous, qui sommes si intelligents,

 

ce soir, olé ! Oui on va bien rigoler,

 

FR2 atteindra un nouveau sommet du ridicule,

 

de la complaisance,

 

de la manipulation.

 

Vous avez dit télé de connivence ?

 

Lanterne rouge de la désinformation et de la propagande !

 

Rions un bon coup ce soir,

 

et demain, surtout, surtout,

 

oublions cette caricature de télé...

 

sauf pour la dénoncer !

 

Eva R-sistons aux copains-coquins

 


 

Sarkoverdose.jpg



Lettre ouverte à Sarkozy, d'une citoyenne indignée

 

 

Monsieur le Président,


Ce soir, lundi 12 juillet 2010, vous avez décidé de vous adresser aux Françaises et aux Français sur une chaîne de télévision publique. Ce soir, Monsieur le Président, j’ai décidé de ne pas vous écouter.


Je ne fais que reproduire votre propre attitude : Entendez-vous la colère des salariés qui manifestent, de plus en plus nombreux, contre votre politique sociale injuste et destructrice de tous leurs acquis durement gagnés depuis des décennies ? Non.

Entendez-vous les résistances qui s’opposent à la casse de l’école de la république, au traitement inhumain que vous infligez non seulement aux détenus, mais aux sans-papiers, même aux demandeurs d’asile en attente de régularisation ? Non, vous semblez même sourd aux condamnations des organismes internationaux : aucune honte, aucun remords.

Entendez –vous l’opposition, même quand elle se manifeste dans votre propre camp ? Non, vous semblez imperméable à toute critique. Et, surtout, inutile de vous demander une mesure de justice sociale telle que l’annulation du « bouclier fiscal » : Là, votre audiogramme est complètement plat. Ce bouclier est sacré, c’est sans doute la valeur la plus immuable de votre république. Vous saccagez des principes constitutionnels comme la laïcité, les droits de l’Homme, ou encore le code du travail, mais « Pas touche au bouclier fiscal » !


S’il vous arrive de répondre, c’est par la censure, souvent déguisée en « licenciements » pour cause de renouvellement, ou encore par la décision d’étendre un peu plus votre pouvoir vers l’absolutisme. Vous confondez d’ailleurs, vous ou vos ministres à votre botte, la liberté d’expression démocratique et le fascisme, fascisme ainsi banalisé. Est-ce vraiment votre opinion, Monsieur le Président de notre République ? Ce serait inquiétant et je n’ose pas y croire. Une autre réponse est parfois apportée à l’expression du mécontentement populaire, surtout à l’encontre de notre jeunesse, mais jamais directement par votre personne : les arrestations arbitraires, qui suivent souvent des provocations policières ou d’agitateurs sortis d’on ne sait où, les jugements des syndicalistes, militants, manifestants, humanitaires.


Vous allez sans doute m’opposer votre légitimité garantie par votre élection. Puis-je vous dire ce que je pense ? J’ai sincèrement l’impression qu’il y a eu quelques légers malentendus en 2007. Vous vous êtes présenté comme le président de la rupture, mais vous auriez du à mon avis préciser avec quoi vous prétendiez rompre. Vous étiez aussi le président du pouvoir d’achat, mais vous avez oublié de dire qu’il s’agissait de l’augmentation du pouvoir d’achat des plus riches grâce à une paupérisation de tous les autres. Quant à la république irréprochable que vous promettiez, je n’ai pas le souvenir que vous ayez pris des mesures avant que les scandales aient éclatés. En ce qui concerne le dernier, le fait que seules des instances liées à votre pouvoir politique l’aient étudié n’évitera pas la persistance de soupçons. Pourquoi refuser de passer l’affaire à un juge d’instruction indépendant ? Les Français penseront qu’il doit y avoir une raison. Et le renvoi de deux ministres ne suffira pas à fermer ce chapitre : ils ressemblent trop aux « lampistes » bien commodes.


C’est pour toutes ces raisons, Monsieur le Président, que j’ai décidé d’être aussi sourde que vous et que, pour ne pas perdre mon temps, j’ai choisi de ne pas écouter France 2 ce soir. J’invite toutes les citoyennes et tous les citoyens qui pensent comme moi à faire de même et je vous prie de bien vouloir accepter mes regrets les plus sincères.


                                                                                       Danièle Dugelay – Les Ulis (91)               

                                                                                        Le 12 juillet 2010  (lettre ouverte)

 

 

PAUL LE POULPE.jpg

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14197

 

 

 



Auteur : Olivier Bonnet - Source : Plume de Presse

mort

gay

On connaissait Nicolas Sarkozy est mort et Nicolas Sarkozy est gay. Et maintenant, il y a ce que vous allez découvrir plus bas. Il fallait oser ! Enfin, en tout cas Le Monte l’a fait. "Nous caricaturons juste l’hyper-président de manière vulgaire et outrancière", déclare au Post Stéphane de Rosnay, éditeur du bimestriel. Pour le numéro annonçant la bonne nouvelle le décès du chef de l’Etat, le directeur de la publication, Frédéric Lafeuille, avait été convoqué par la police pour "atteinte à la dignité de la personne". Pour celui révélant son orientation sexuelle, l’imprimeur et la société qui distribue le journal avaient reçu "la visite de policiers agissant dans le cadre d’une réquisition judiciaire visant des faits d’atteinte à la représentation de la personne", relatait le blogueur multicartes Guy Birenbaum. Mais Rosnay, nullement intimidé, persiste. Ce coup-ci, son directeur de publication Lafeuille est convoqué aujourd’hui pour être entendu par la Brigade de répression de la délinquance. A cause de la croustillante Une ci-dessous, donc.

 prison

L’association de l’image et du titre est véritablement obscène ! Mais non, pas l’aimable pochade ci-dessus. C’est d’un autre journal que nous parlons. Regardez ci-dessous et tâchez de réprimer le haut-le-coeur.

figNous avons déjà fustigé la Une proclamant Claire Thibout dénonce « la romance de Mediapart » : "un titre qui devrait valoir au directeur du journal le goudron et les plumes, tant il bafoue la réalité donc la déontologie journalistique". La Pravda sarkozyste s’était tout simplement mise au service d’une manipulation venue de l’Elysée. Elle récidive aujourd’hui dans la malhonnêteté. Quel est ce "rapport qui blanchit" Woerth ? Le Figaro le présente comme celui de l’Inspection générale des finances (IGF) et il ment. Daniel Schenidermann l’avait à l’avance prédit sur @rrêt sur images : "Ecoutez bien, dans les jours et les heures qui viennent, les présentateurs qui vous parleront "du rapport de l’Inspection des Finances", censé apprendre lundi au pays soulagé qu’Eric Woerth, non, quelle surprise, n’a pas donné d’instructions écrites, en trois exemplaires, avec copie carbone et exemplaire aux Archives Nationales, demandant de ne pas contrôler le patrimoine de Liliane Bettencourt. (...) à chaque fois qu’ils évoqueront "le rapport de l’Inspection générale des Finances", ils vous tromperont. Ce n’est pas un rapport de l’IGF, qui va être rendu lundi, mais un rapport personnel de son chef, Jean Bassères, très estimable haut fonctionnaire certainement, mais nommé par son ministre, et dont le sort ultérieur (promotion ou placard) dépend de lui (...) Se faire blanchir par l’administration placée sous ses ordres : si Poutine (au hasard) avait recours à cette grosse ruse, on entend d’ici les ricanements de la presse française." Gilles Klein, toujours chez @rrêt sur images, précise ce qu’il faut penser de ce rapport : "François Baroin veut "obtenir de l’inspection générale des finances (IGF) la preuve de l’absence d’intervention de son prédécesseur, Eric Woerth, dans le dossier fiscal de la milliardaire Liliane Bettencourt", constate Le Monde, mais la procédure choisie n’est pas habituelle. "Le rapport n’a pas été commandé à l’IGF, comme il est d’usage, mais à son chef, Jean Bassères." "L’IGF n’a pas travaillé selon ses méthodes habituelles, collectives, contradictoires et inquisitoriales. Ce ne sera pas un rapport de l’IGF, mais de son patron. Il a été confié directement par le ministre au haut fonctionnaire qu’il a nommé", souligne un ancien chef de l’IGF." Le délai très court imparti à M. Bassères pose aussi question. "Ce ne sont pas de bonnes méthodes, relève un autre expert de l’IGF. Comment huit jours peuvent-ils suffire pour voir ce qu’a fait l’administration générale, aller au fond du dossier transmis par le procureur de Nanterre - en janvier 2009, sur de possibles fraudes fiscales liées à l’enquête pour "abus de faiblesse" visant le photographe François-Marie Banier ?" "Jamais par le passé, rappelle cette source, un rapport de l’IGF n’a mis en cause un ministre ou un gouvernement." "On ne peut demander l’impossible à ses membres, ils ne bénéficient pas des garanties de neutralité ou d’inamovibilité des magistrats de la Cour des comptes ou du Conseil d’Etat."

ldcÇa n’empêche pas Le Figaro d’écrire, sous la plume de Laurence de Charette* : "Les conclusions du rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) sont formelles : « Éric Woerth, durant la période où il était ministre du Budget, n’est pas intervenu auprès des services placés sous son autorité pour demander, empêcher ou orienter une décision ou un contrôle portant sur Mme Bettencourt, MM. (François-Marie) Banier et (Patrice) de Maistre, ainsi que sur les sociétés Téthys et Clymène  » où travaillait son épouse Florence. Rendu public hier, ce document, signé par Jean Bassères, haut fonctionnaire plutôt classé à gauche, contribue largement à laver Éric Woerth des soupçons qui pesaient sur lui." Ah, trop fort le coup du "plutôt classé à gauche" ! Relisons à nouveau Schneidermann : "ce haut fonctionnaire a fait une partie de sa carrière sous des ministres de gauche. Imaginez jusqu’où il pousse le trotskisme : il a dirigé "pendant quelques jours" le cabinet de Laurent Fabius à Bercy. Le seul fait qu’il ait accepté cette mission, dans ces conditions mirobolantes, démontre d’ailleurs assez sa parfaite indépendance : au moins, il ne craint pas les critiques". Voilà donc Woerth, par la grâce du Figaro, "lavé des soupçons qui pesaient sur lui".

dpC’est à n’en pas douter l’air de pipeau que va nous jouer à son tour Nicolas Sarkozy ce soir sur France 2, face à David Pujadas : "Ce sera donc dans le cadre détendu du jardin de l’Elysée. Ou dans la bibliothèque, si le temps ne le permet pas. Car la météo est bien la seule inconnue de l’opération, annonce ce matin Schneidermann. (...) On aurait pu imaginer que, mis en cause, le président de la République irréprochable se déplaçât jusqu’au studio du 20 Heures. Mais non. Pourquoi aller à Pujadas quand Pujadas est au garde-à-vous, prêt à sauter sur son scooter pour déférer à la convocation ? Qu’on n’ait aucune crainte sur l’indépendance du présentateur. On ne cesse de vous le répéter : il n’y a pas davantage de pressions sur la presse, que sur la Justice, ou sur l’Inspection des finances, tous corps cultivant une farouche indépendance. Pujadas aime d’ailleurs tellement l’indépendance, qu’il s’en est forgé une définition toute personnelle, désormais légendaire. L’essentiel, à ses yeux, est la lutte contre la "bien-pensance". Entendez par bien-pensance "l’idée que, par définition, le faible a toujours raison contre le fort, le salarié contre l’entreprise, l’administré contre l’Etat, le pays pauvre contre le pays riche, la liberté individuelle contre la morale collective." Nul doute qu’il saura parfaitement mettre en pratique sa conception. On observera donc avec intérêt sa lutte contre les affreuses tentations de la bien-pensance, qui pourraient le conduire, s’il n’y prenait garde, à donner raison à la petite comptable contre la banquière de luxe, au majordome contre le gestionnaire de fortune, ou au site de presse contre l’Elysée irréprochable."

ewSi seulement Pujadas pouvait faire son métier ! Interpeller ainsi le président sur les mensonges de Woerth que rappelle Le Post, "J’ai rencontré (Liliane Bettencourt) deux-trois fois. Elle ne me reconnaîtrait pas" : c’est ce qu’avait déclaré le ministre à la fin du mois de juin. Or quelques jours plus tard, Le Monde révélait que le ministre avait dîné chez l’héritière l’Oréal le 30 janvier 2008. Marianne publie le procès verbal attestant que ce repas a bien eu lieu. L’hebdomadaire précise qu’un autre dîner a eu lieu, au printemps 2008, où étaient notamment présents le couple Woerth et Patrice de Maistre, bras droit de Liliane Bettencourt. Ce repas était organisé par l’association qui regroupe les plus gros donateurs de l’UMP, dont Eric Woerth est trésorier. "Madame Bettencourt a fait l’objet de nombreux contrôles fiscaux" : c’est ce qu’Eric Woerth a déclaré le 27 juin lors de grand jury RTL-LCI-Le Figaro. Or quelques jours plus tôt, le 22 juin, Liliane Bettencourt annonçait, par communiqué, "la régularisation fiscale de l’ensemble de ses avoirs qui seraient encore aujourd’hui à l’étranger" : "J’ai décidé de faire procéder à la régularisation de l’ensemble des avoirs familiaux qui seraient encore aujourd’hui à l’étranger, en collaboration avec l’administration fiscale française," a-t-elle fait savoir. Comment, si des contrôles fiscaux avaient effectivement eu lieu, l’héritière l’Oréal pouvait-elle encore se trouver en situation irrégulière par rapport au fisc ?" Ajoutons un autre élément à charge, souligné dans notre billet récapitulant le Bettencourtgate, qui démentit le ministre : "En douze ans, ma cliente, qui était chargée d’établir les déclarations d’impôt et l’ISF de Mme Bettencourt, n’a jamais été saisie de la moindre demande ou vérification émanant d’un contrôleur fiscal", le contredit formellement l’avocat de l’actuelle comptable personnelle de la milliardaire. Deuxième mensonge avéré de Woerth. Puisse Pujadas aborder aussi - soyons fou - une troisième menterie ministérielle : "Je n’ai jamais déclenché de contrôle fiscal (...) comme je n’ai jamais empêché un contrôle fiscal", a déclaré l’ex-ministre du Budget, interrogé sur l’affaire Bettencourt lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCILe problème, c’est que les journalistes ne comprennent pas comment fonctionne le fisc".

postLe Post complète d’une autre citation woerthienne : "Le contrôle fiscal (...) fonctionne de manière autonome du ministre". Or Bakchich écrit : "Eric Woerth a déclaré vendredi soir avoir lui-même autorisé en 2009 un contrôle fiscal de François-Marie Banier. "Eric Woerth (…) souligne que c’est sous son autorité qu’a été lancé un contrôle fiscal sur Monsieur Banier", affirme un communiqué du ministère du Travail." Effectivement, le journaliste que nous somme ne comprend pas comment fonctionne le fisc : si ce n’est pas le ministre qui déclenche ou empêche un contrôle fiscal, pourquoi revendique-t-il de l’avoir fait pour Banier ? D’autant qu’une phrase du rapport du patron de l’IGF contredit le communiqué cité par Bakchich : "La mission a vérifié que le lancement du contrôle de M. Banier n’a pas été demandé, empêché ou orienté par le ministre", est-il précisé. Aucune intervention de Woerth donc, d’après le "rapport qui blanchit", ce dont il se vantait pourtant lui-même dans un communiqué ! De toute façon, la version du rapport est à son tour contredite : "selon un représentant du parquet de Nanterre contacté par Marianne, relève Le Post, le ministère aurait à l’inverse conseillé au fisc de "jeter un oeil" sur les comptes personnels de François-Marie Banier, en raison d’ "un certain nombre de mouvements de fonds". Et Marianne de s’interroger : "Pourquoi une éventuelle fraude de François-Marie Banier soulève-t-elle l’intérêt (légitime) du parquet alors qu’une possible fraude de Mme Bettencourt ne l’intéresse pas ?" On s’y perdrait presque ! Alors, Woerth-le-serial-menteur est-il ou pas intervenu ? A votre avis ? Depuis le début de l’affaire, le pouvoir nous enfume. Attendons-nous ce soir, avec Sarkozy lui-même sur France 2, à une apothéose de foutage de gueule, exercice dans lequel il est depuis longtemps passé virtuose.

 

 

*Laurence de Charette est une récidiviste de la désinformation : elle avait déjà signé en mars dernier un article titré La CEDH ne remet pas en cause le statut du parquet, ce qui était exactement, comme c’est amusant, la position de Michèle Alliot-Marie, récompensée pour cela dans nos colonnes d’un Bonnet d’âne : la ministre comme la zélée propagandiste du Figaro faisaient juste semblant de ne pas avoir lu que l’arrêt de la Grande chambre de la Cour européenne des droits de l’Homme, qu’elles étaint censées commenter, écrit textuellement : "Le procureur de la République n’est pas une autorité judiciaire au sens que la jurisprudence de la Cour donne à cette notion : comme le soulignent les requérants, il lui manque en particulier l’indépendance à l’égard du pouvoir exécutif pour pouvoir être ainsi qualifié". Pas une autorité judiciaire, mais le statut du parquet n’est pas remis en question ? Laurence de Charette est enfin aussi l’auteure d’un article où elle explique tranquillement Pourquoi un enfant sera passible de prison dès 12 ans, se félicitant dès la première ligne que "La ­justice des mineurs s’émancipe de son carcan d’après-guerre". Vous aurez noté l’emploi du mot "carcan". Une "journaliste" comme on les aime en Sarkozie !


Auteur : Olivier Bonnet - Source : Plume de Presse
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14199
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 00:54

Kouchner en conflit d'intérêts avec Ockrent sur l'audiovisuel extérieur ?


© SIPA


Bernard Kouchner, qui a écopé des missions du Secrétaire d’Etat à la Coopération démissionnaire, Alain Joyandet, devra-t-il démissionner pour conflit d’intérêt avec sa compagne, Christine Ockrent, directrice adjointe de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF) ?

Chiche”, lance le Canard enchaîné dans son édition parue ce mercredi 7 juillet. L’hebdo rappelle les propos du ministre des Affaires étrangères en mars 2008: “Si on pouvait déceler un conflit d’intérêts entre le ministre des Affaires étrangères que je suis pour le moement et Christine Ockrent, c’est moi qui démissionnerais. Ce sera la première fois qu’un mec s’en ira parce que sa femme est promue (…). Et ça fera du bien à la France”.

Alain Joyandet, rattaché au ministère des Affaires étrangères, avait notamment pour mission de superviser l’AEF, permettant au ministre Kouchner de se dédouaner de tout conflit d’intérêts, souligne, par ailleurs, le Canard enchaîné.

Aucun conflit d’intérêts pour Luc Châtel

Je n’ai pas le sentiment qu’il y aura de conflit d’intérêts nouveau depuis dimanche en la matière”, a déclaré, de son côté Luc Chatel en rendant compte à la presse des travaux du Conseil des ministres.

Christine Ockrent a été nommée en mars 2008 directrice générale de l’audiovisuel extérieur de la France (AEF), la holding qui chapeaute France 24, RFI et TV5 Monde. lire la suite...

 

http://teleobs.nouvelobs.com

 

 

La charge de Rufin contre un Quai d'Orsay «complètement marginalisé et sinistré»



On les disait amis, ils semblent désormais sérieusement brouillés. L'écrivain Jean-Christophe Rufin, ex-ambassadeur de la France au Sénégal, se livre à une charge sévère contre Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères. Décrivant dans un entretien au «Monde» un Quai d'Orsay «complètement marginalisé et sinistré», des diplomates dans le «désarroi le plus total», Rufin regrette que le co-fondateur de Médecins sans frontières se laisse dicter sa politique africaine par Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, et des «réseaux de lobbying».



Le fond de l'affaire n'est pas nouveau. L'impuissance de l'ancien french doctor aux Affaires étrangères a déjà été décrite, notamment par Libération. Kouchner lui-même a reconnu qu'il devait s'accommoder d'influences parfois contraires. Mais Jean-Christophe Rufin, nommé à Dakar en 2007 par Nicolas Sarkozy, et débarqué fin juin sur insistance du président Abdoulaye Wade, détaille par le menu cette diplomatie si paradoxale: «D'un côté, il y a un Quai d'Orsay qui sert de vitrine à la fois "people" et morale, et, de l'autre, une realpolitik faite par derrière et par d'autres.»

Invité de RTL ce matin, l'auteur de «Katiba» a évoqué «une politique africaine indiscutablement en crise». Selon lui, «le Quai d'Orsay ne pèse plus rien dans les affaires africaines». Celles-ci sont gérées par Claude Guéant. «Très influent», l'ancien préfet «agit d'autant plus librement qu'il n'en répond ni devant l'Assemblée ni devant le gouvernement». «Il dépend du seul président de la République, dont j'ignore s'il est complètement informé des initiatives de son collaborateur», s'inquiète Rufin.

Kouchner devrait «savoir partir»


L'ancien président d'Action contre la faim s'en prend aussi aux «intermédiaires officieux qui ont été remis en selle depuis trois ans». «Les réseaux se sont reconstitués», explique-t-il à RTL, «on a quelque chose de très... lire la suite de l'article sur Libération.fr


http://fr.news.yahoo.com/76/20100706/twl-la-charge-de-rufin-contre-un-quai-d-1a8f422.html

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 05:10

publié par babelouest (crisonnier mais libre) le 04/07/2010 15H51 

 

S’il devait retourner à l’école, il serait au premier rang, ne cessant d’applaudir le maître que pour appeler à la discipline et exhorter ses camarades à travailler plus. Gérard Carreyrou a passé l’âge, mais il reste - à TF1 hier comme à France Soir aujourd’hui - le fayot de service, bramant toujours dans le sens du pouvoir. À tel point qu’il a réussi à redonner tout son lustre au mot "propagande". Respect !

lundi 28 juin 2010, par JBB


68 ans, et toujours au turbin ! Un exemple pour cette France qui rechigne à se lever tôt et à travailler plus longtemps. Un modèle, même. Loin, très loin de ces petits saligauds de grévistes qui « rêvent toujours d’une oasis de facilité au milieu d’un monde cruel » [1], croient encore - les naïfs ! - dans le « paradis terrestre des utopistes de l’État providence » [2] et restent « englués dans un passé mitterrandien qui commence à dater » [3]. Gérard Carreyrou a beau être passé de TF1 à France Soir comme on tombe de Charybde en Scylla, directeur de l’information de l’alors plus puissante chaîne française devenu éditorialiste de luxe en un canard qui peine à s’affirmer [4], il ne lâche rien. Et livre chaque jour - ou peu s’en faut - à des lecteurs qui n’en demandent peut-être pas tant un petit bijou de propagande gouvernementale. Un édito aussi sirupeux, tout en courbettes et amour pour le pouvoir, qu’agressif en sa forme propagandesque [5].

.

Ne pas faire retraite

Gérard Carreyrou parle de (presque) tout. Mais il n’est jamais aussi bon que quand il évoque (souvent, très souvent) la « nécessaire » réforme des retraites. En décembre 1995, déjà, il tempêtait vent debout contre ces manifestants refusant l’évidence - c’est-à-dire un plan Juppé allongeant notamment la durée de cotisation. Et il fustigeait, au 20 Heures de TF1, « un mouvement où les fantasmes et l’irrationnel brouillent souvent les réalités » [6], en même temps qu’il louait la bravoure du Premier ministre : « M. Juppé a marqué sans doute un point, celui du courage politique. » Et Serge Halimi de constater, dans Les Nouveaux chiens de garde : « La langue de bois des Importants venait de laisser voler ses plus jolis copeaux : d’un côté — celui du pouvoir et de l’argent — le "courage" et le sens des "réalités" ; de l’autre — celui du peuple et de la grève — les "fantasmes" et l’"irrationnel". Ce mouvement social aurait-il l’impudence de remettre en cause vingt années de pédagogie de la soumission ? »

Quinze ans après, rien n’a changé - c’en serait presque rassurant, les mots et dogmes de Gérard Carreyrou comme certitude qu’il y aura toujours, en ce monde, quelque chose d’intangible à quoi se raccrocher, fut-ce le plus bel exemple de crétinerie mensongère. Juppé était « courageux » en 1995 ? Fillon est « rigoureux » en 2010 [7], « crédible et courageux » [8] et « son discours sur les déficits s’inspire tout à la fois de Churchill (…) et de Kennedy (…) » [9]. Le plan Juppé en appelait au sens des « réalités » ? La « grande réforme » [10] aussi, « ambitieuse et nécessaire pour assurer la pérennité des retraites des Français », « qui marque une rupture avec le passé de facilité mais [qui] est incontournable et nécessaire dans le contexte de la crise et de nos déficits abyssaux » [11]. C’est juste une question de bon sens, finalement : qui pourrait bien refuser « des propositions mesurées qui passeront fatalement par un allongement progressif de la durée de cotisation et par le glissement ou le contournement du tabou des 60 ans » [12] ? C’est mesuré et fatal, on vous dit…
La « grande réforme » est même si inéluctable qu’une grande partie des habitants de ce pays en a pris conscience et s’y est résignée. Contre mauvaise fortune bon cœur : « une majorité de l’opinion sait qu’il n’y a pas d’autres choix » [13], « l’opinion française est (…) en train de comprendre qu’il n’y a pas d’alternative à la réforme des retraites, beaucoup d’hommes et de femmes de gauche comme de droite sont préparés, sinon enthousiastes, à faire cet effort national » [14], « la réforme des retraites est passée dans les têtes avant de s’inscrire dans la loi » [15], « une large partie de l’opinion (…) sent bien dans ses profondeurs qu’on n’a pas d’autre choix » [16], etc… Finalement, Gérard Carreyrou lit dans l’opinion comme une mauvaise cartomancienne dans le Ricoré ; au fond de la tasse, entre deux gouttes, c’est la résignation et l’acceptation qu’il trouve.

.

Propagande à l’arme lourde

C’est en cela que les très nombreux éditos de Gérard Carreyrou sont si révélateurs : sans s’embarrasser de quelques précautions ou nuances - ce n’est pas le genre du bonhomme… - , convaincu de s’adresser à des classes populaires (puisque c’est le lectorat cible de France Soir) qu’il imagine sans doute complétement crétines et idiotes, l’homme répète, martèle, pilonne. Il bombarde, même. Celui qui, à l’antenne et en compagnie de Michèle Cotta, s’extasiait au premier soir de l’offensive en Irak [17] devant les images de bombardement au laser diffusées par les forces américaines - « Ce sont effectivement des images tout à fait étonnantes (…). Dans quelques instants, d’autres images tout à fait étonnantes. » [18] - fait preuve du même goût pour l’arme lourde quand il s’agit de mettre en avant l’action gouvernementale. Même sa justification ultérieure, quand il tente d’analyser a posteriori son effarante fascination pour le tapis de bombe US, vaut aussi grille d’analyse pour son incessant bombardement éditorial sur la réforme des retraites : « Bien sûr, certains disent qu’on jubile à l’antenne, qu’on semble y prendre du plaisir. Je ne dis pas que c’est bien. Je dis que c’était inévitable parce qu’enfin - si j’ose dire - le système qu’on avait mis en place depuis des mois allait pouvoir fonctionner. » [19] C’est cela même : le système qu’on avait mis en place depuis des mois allait pouvoir fonctionner… À cette différence que cela fait des années que Gérard Carreyrou (comme ses semblables) ronge son frein. Une fois venu le moment de l’hallali sur les 60 ans, il s’agit de se lâcher : taïaut !

Rien d’autre qu’une offensive, donc. Gérard en a l’habitude, lui qui a été à bonne école (militaire), celle de son ami de toujours, l’ancien soldat Charles Villeneuve. Eux deux ont fait les 400 coups (antisociaux) ensemble. Se sont imposés de concert à Europe 1 [20], avant de lâcher Jean-Luc Lagardère pour Bouygues. Ont tous deux fait partie de l’équipe dirigeante de TF1 [21]. Et ont surtout produit ensemble Le Droit de Savoir, émission qui n’avait de cesse de vanter l’exemplaire travail de la police, de fustiger les prétendus profiteurs du système ou de dénoncer « la France qui triche »« Les uns profitent à l’excès de l’assurance chômage, les autres fraudent le RMI, d’autres encore fabriquent des arrêts maladie bidons. Des milliards d’euros leurs sont versés chaque année par les organismes de protection sociale », attaque ainsi bille en tête Charles Villeneuve en mai 2007. Juste avant les présidentielles, quel hasard…
D’une certaine façon (ou même : d’une façon certaine), Gérard Carreyrou a donc participé à l’élection de Nicolas Sarkozy. L’ancien militant PSU des années 60 - devenu depuis giscardien, balladurien [22] et enfin sarkozyste - en tire sans doute une légitime fierté, lui qui porte aux nues, dans France Soir, le président en exercice. Jusqu’à le comparer à Roosevelt - parce qu’il « n’a pas changé depuis son élection mais grandit dans l’épreuve » [23]. Ou à le créditer de toutes les réussites : « Omniprésent et hyperactif dans la mise en œuvre d’une solution européenne face à la crise, Nicolas Sarkozy démontre une nouvelle fois qu’il a la stature d’un président des temps difficiles, comme il l’avait prouvé aussi bien dans la crise financière de 2008 que dans la crise Russie-Géorgie. » [24] Tant d’amour en deviendrait presque touchant.
-

.

Contre le bolchévisme, le syndicalisme et la lutte armée…

Ça fait longtemps que Gérard Carreyrou a choisi son camp. Pas seulement pour Sarkozy. Mais surtout contre les syndicats, la gauche, les grévistes et - de façon générale - la piétaille. Quand, il y a 20 ans, Le Canard Enchaîné publie la déclaration d’impôt de Jacques Calvet, alors patron de Peugeot Citroën, et montre que celui-ci a vu son salaire augmenter de 45 % en deux ans, c’est Gérard qui vient pleurer à l’antenne de TF1 : « Ils ont braqué un revolver chargé sur la nuque du grand pédégé. » [25] Solidarité de classe, déjà : au mitan des années 90, révèle Le Nouvel Observateur, c’est un salaire de 2,8 millions de francs annuels que touche l’apparatchik de TF1. Entre grands patrons, on se comprend…
C’est sans doute au nom de cette même solidarité que Gérard Carreyrou bave tant qu’il peut quand L’Express publie en 2008 un entretien avec Jean-Marc Rouillan. L’éditorialiste de France Soir monte au créneau, admonestant l’ancien d’Action Directe du haut de son confortable fauteuil : « J’estime que vous devriez avoir la décence de vous taire, monsieur l’assassin condamné à la perpétuité. » [26] Et s’attire une cinglante réponse de Pierre Carles, publiée dans CQFD : « Dans sa chronique de France Soir, Carreyrou explique que Jean-Marc Rouillan aurait "lâchement assassiné" le général Audran "parce que son nom de famille commençait par la première lettre de l’alphabet". Puis ce fut au tour du PDG de Renault, Georges Besse, "dont le nom commençait par un ’b’". Enfin, il lâche à l’adresse de Jean-Marc Rouillan : "Vous vous prépariez à un autre assassinat dont le nom de la victime aurait commencé par un ’c’". C comme… Carreyrou ? »

Gérard peut dormir tranquille : Rouillan est retourné moisir en taule. Et l’éditorialiste a tout loisir de poursuivre son incessante propagande, sans sueurs froides ni regards jetés en arrière pour s’assurer qu’aucun vengeur social n’approche dans son dos. Serein, il peut savourer la faible mobilisation syndicale du 27 mai, y revenant par deux fois, juste avant et juste après. Dans Echec probable, il gage que « la raison l’emporte[ra] sur les pesanteurs de l’immobilisme social » ; dans L’échec du 27 mai, il se félicite de l’absence de « véritable dynamique de contestation ». Que celle-ci se fasse jour, près d’un mois plus tard, et Gérard Carreyrou évacue en deux lignes ce « baroud d’honneur avant les grandes vacances » [27], avant de longuement revenir sur un fallacieux et mensonger sondage du Figaro [28]. C’est ainsi : le sarkozysme est apostolat, le servir dans France Soir impose certaines œillères. Il faut bien tenir bon la barre quand l’heure est grave : «  Déjà écrasé par les déficits financiers qui n’ont fait que croître et embellir avec la crise, notre pays semble aujourd’hui menacé par un déficit encore plus grave, un déficit moral. » [29] Et il ne sera pas dit que celui qui invitait, sur l’antenne de TF1 en 1989 et en réaction aux (faux) charniers de Timisoara, à créer des Brigades internationales pour « mourir à Bucarest », sera resté bras croisés en 2010. Mourir pour le sarkozysme, c’est une jolie invitation, non ? Allez, dépêche-toi, Gérard…

Notes

[1] Édito de France Soir, le 24 juin : Lucidité et manifestations.

[2] Ibid.

[3] Édito de France Soir, le 29 mai : L’échec du 27 mai.

[4] Malgré les rodomontades de son nouveau propriétaire, Alexandre Pougatchev, et en dépit de tout l’argent injecté (20 millions d’euros pour la seule campagne de communication autour de la nouvelle formule), les ventes de France Soirelles se situaient en moyenne à 86 715 exemplaires ; bien loin, encore, de l’objectif fixé à 150 000 exemplaires pour fin 2010 et à 200 000 pour fin 2011. ne décollent pas autant que son nouveau propriétaire le voudrait. Pour le mois d’avril,

[5] Quand elle est à ce point frontale, la propagande tient quasiment de la trouée allemande dans les Ardennes.

[6] Cité par Serge Halimi, Le Monde diplomatique, janvier 1996.

[7] Édito de France Soir, le 26 juin : Fillon le rigoureux.

[8] Édito de France Soir, le 5 mai : Grèce, retraites : le lien.

[9] Édito, Fillon jusqu’en 2012 ?

[10] Si, si, c’est comme ça qu’il l’appelle. C’est même le titre de son édito du 26 mai : Le choix de la grande réforme.

[11] Édito du 17 juin : Sévère mais juste.

[12] Édito de France Soir, le 5 mai : Grèce, retraites : le lien.

[13] Édito du 17 juin : Sévère mais juste.

[14] Édito du 5 mai, Grèce, retraites : le lien.

[15] Édito du 29 mai : L’échec du 27 mai.

[16] Édito du 10 juin : Égalité et équité.

[17] Soit le 18 janvier 1991.

[18] Cité par Arnaud Mercier, « Médias et violence durant la guerre du Golfe », Cultures & Conflits.

[19] Interview à L’Evénement du Jeudi, le 21/02/1991, citée par Arnaud Mercier, ibid.

[20] Ils n’étaient pas seuls, d’ailleurs. À défaut d’un quelconque autre titre de gloire, Europe 1 restera comme cette radio qui, dans les années 1970, a chaleureusement couvé, sous l’autorité d’Étienne Mougeotte (et surtout de Jean-Luc Lagardère), certains des pires pousses d’une nouvelle caste médiatique : Gérard Carreyrou, Jean-Claude Dassier, Robert Namias et Charles Villeneuve, soit l’essentiel du futur état-major de TF1. Ces caricatures de journalistes - giscardiens aux dents longues - s’étaient même baptisés, en 1974 et en référence à la révolution des Œillets, du pompeux terme de « capitaines portugais ».

[21] Charles Villeneuve y a été directeur des sports, ainsi que directeur général de TAP, filiale de TF1 et directeur des opérations spéciales. Gérard Carreyrou, lui, a notamment occupé les postes de directeur de la rédaction et de directeur de l’information de TF1.

[22] Gérard Carreyrou a été l’un des artisans du matraquage pro-Balladur de TF1. Ce qui lui vaudra d’ailleurs une temporaire mise à l’écart, une fois acquise la victoire de Chirac.

[23] Édito du 4 décembre 2008 : A la Roosevelt.

[24] Édito du 11 mai : Retour présidentiel, contradictions au PS.

[25] Cité par Nicolas Cori, dans Les Cordons de la Bourse.

[26] Édito du 1er octobre 2008 : L’indécence de l’assassin.

[27] Édito du 24 juin : Lucidité et manifestations.

[28] Voir sur le sujet ce bon article d’Arrêt sur Image : Sondage : Les Français approuvent (enfin) la réforme des retraites.

[29] Dans l’édito titré Déficit moral.

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14009

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 04:26
Yves Calvi photographié par le Studio Harcourt en 2010.
Yves Calvi photographié par le Studio Harcourt en 2010. (Wikipedia)
Il peut se payer un portrait chez Harcourt, grâce à nos sous ! eva R-sistons à l'intolérable 

 


,

Calvi-Krettly (C dans l'Air, faux débats sur la V)

ou le journalisme de caniveau, de connivence,

par eva R-sistons

 

 

Vous voulez voir comment le faux journaliste Calvi-Krettly parle de la "rigueur" dans son émission de faux débats C dans l'Air réunissant presque exclusivement (sauf quelques rares opposants hésitants, sans conviction, s'exprimant avec difficulté...) des partisans acharnés du libéralisme assassin, de l'Empire anglo-saxon ou des néo-sionistes ? Voyez l'émission du mardi 29 juin 2010, "Rigueur: Le hors-d'oeuvre", écoutez : http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1472 (C dans l'Air, France V).

 

Vous entendrez par exemple dire que le problème c'est le coût des fonctionnaires (il convient donc de les supprimer, et plus rapidement), qu'il faut "externaliser" (missions de service publics effectuées par le secteur privé) etc etc, ou encore que 100 emplois publics coûtent à la collectivité 133 emplois privés; Calvi le journaleux demande même (au nom des télespectateurs mais en jubilant) s'il faut mettre à la charge des syndicalistes le coût des grèves, et puis on entend dire que ce que gagne un Ministre c'est finalement peu, Calvi intervient encore pour demander si la France a  toujours les moyens de payer les prestations sociales, réponse d'un ultra-libéral: "Ce sont de faux droits, cause de vrais déficits"... Que d' énormités !

 

On voit à quoi sert  Calvi dans les Médias PUBLICS : Cracher sur tout ce qui est public, avantages sociaux, etc, ce n'est pas un journaliste, il trahit sans cesse sa fonction, il est payé avec les sous des Français pour détruire tout ce à quoi ils tiennent et qui a été conquis au fil des siècles, laborieusement, souvent au prix de leur vie, par leurs aïeux,  il est uniquement là pour être un RELAIS du Gouvernement qui liquide la France, là pour être son porte-parole, pour faire de la propagande, pour être... un COLLABO !

 

Avons-nous vraiment réalisé ce qu'est réellement Calvi-Krettly (de son vrai nom) ? Un traître à sa fonction, et à la Nation française ! Qu'attend-on pour lui réserver le même sort qu'à Pujadas (voir article  "David Pujadas reçoit la laisse d'or du journaliste le plus servile (eva R-sistons)") ?

 

Cette télé est à VOMIR, les Calvi, Delahousse, Darmon, Chabot, Drucker, Pujadas, Leymergie, Benoît Duquesne... sont de simples propagandistes payés fort cher pour nous mentir, pour nous tromper, pour nous faire du mal, pour servir les intérêts des milliardaires au détriment de l'ensemble des intérêts des Français... Leur place est devant un Tribunal ! L'Histoire, de toutes façons, jugera !

 

Eva, journaliste indignée par tous ceux qui abaissent les Médias Français au rang des caniveaux, qui tuent la liberté d'information et la démocratie, et qui conduisent notre Presse à être lanterne rouge en Europe ! Vous avez dit république irréprochable ? Ou Mafia squattant nos Médias publics ?

 

 


Commentaire lu:

 

 

4.Posté par kouid well le 05/07/2010 22:57

L'émission C dans l'air est une sorte d'autoroute à deux voies mais à sens unique, aucun avis contradictoire n'est soulevé par ses pseudo-analystes "béni-oui-oui", des analystes ne caressant Israël que dans le sens du poil et l' avantage de cette émission, c'est qu'on sait que les intervenants sont choisis pour leur partialité sans faille et leur engagement connu d'avance, mais ce qui dérange c'est d'une part leur autosuffisance affichée et leur penchant inné au mensonge présenté en pâture aux ignares sous forme d'analyse "d'experts en stratégie en tout genre" ... Lorsqu'ils s'agit des turpitudes criminelles des sionistes ils se rangent d'avance sur toutes les thèses israéliennes aux quelles ils n'osent jamais y introduire le moindre petit iota de doute...si Israël annonce que deux plus deux font dix-huit ...ils acceptent avec le sourire le plus imbécile.. Alors pour moi,C dans l'air m'amuse et me divertit parce que je sais d'avance ce qu'ils vont dire et quelle est leur conclusion finale: tout le monde il est beau , tout le monde il est gentil dans cet Occident tenu fermement en laisse par le lobby israélien....les grands méchants sont toujours les victimes du génocide que mène Israël en Palestine  

 

 

http://www.alterinfo.net/Calvi-Krettly-icone-du-journalisme-de-connivence-de-caniveau-_a47892.html

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 03:11

(" Cible " Woerth ? Le pôvre ! Eva)

  • Posted: 2010-06-28 12:59:54
    "Ne sous-estimez pas ma capacité de résistance". Le ministre du Travail, Eric Woerth, empêtré depuis une dizaine de jours et les révélations du site Médiapart dans l'"affaire Bettencourt", s'est à nouveau longuement défendu dimanche 27 juin 2010 sur le plateau du "Grand jury RTL-Le (...)

    MEDIA ENCLOSURE: http://www.france5.fr/c-dans-l-air/IMG/arton5870.jpg

http://feeds.feedburner.com/france5/cdanslair   VIDEO du 28 juin 2010

 

 

scroll haut HAUT 
/ BAS scroll bas

Alors que le ministre du Travail, pris dans la tourmente de l’"affaire Bettencourt", estime être "une cible politique", Florence Woerth dit avoir "sous-estimé le conflit d’intérêts" entre son emploi et les fonctions de son époux. Le PS demande l’ouverte d’une enquête. 


"Ne sous-estimez pas ma capacité de résistance". Le ministre du Travail, Eric Woerth, empêtré depuis une dizaine de jours et les révélations du site Médiapart dans l’"affaire Bettencourt", s’est à nouveau longuement défendu dimanche 27 juin 2010 sur le plateau du "Grand jury RTL-Le Figaro-LCI", de toute intervention dans ce dossier.

Entouré de plusieurs autres membres du gouvernement et de la majorité, l’ancien ministre du Budget et trésorier de l’UMP s’est posé en homme serein. "Je ne suis pas affaibli. Je ne souffre pas du tout, parce que je n’ai rien à me reprocher", a-t-il affirmé. En réalité, Eric Woerth se dit être une "cible politique, parce qu’on veut ralentir le rythme et la réussite de la réforme des retraites", dont il a charge. "Je suis visible, donc à abattre. Mais j’ai la confiance du président", a-t-il souligné.

Il est vrai que le ministre du Travail, engagé dans la délicate réforme des retraites et cité il y a peu comme "Premier ministrable", peut compter sur le soutient du chef de l’Etat - qui lui a réitéré à deux reprises sa confiance ce week-end, en marge du G20 de Toronto - ainsi que sur celui du gouvernement et de l’UMP. De Jean-François Copé à François Fillon en passant par Xavier Bertrand et François Baroin, la majorité a fait bloc pour défendre "le soldat Woerth" contre les


http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1471

 

 

 

Et toi Calvi le journaleux, tu ne le soutiens pas aussi au lieu de faire ton boulot de journaliste ? Coquins-copains ???? eva

 

 


Lire sur l'affaire Woerth:

 

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-quand-l-affaire-woerth-liliane-bettencourt-l-oreal-n-est-que-le-signe-avant-coureur-d-une-longue-et-fatale-maladie-2-2-53266862.html



Et surtout,

l'Histoire secrète de l'Oréal,


 

http://www.voltairenet.org/spip.php?page=liste-article&id_article=12751

 

link


et d'une façon générale, toute l'actualité comme les Médias ne vous en parlent pas, sur mon blog

 

http://sos-crise.over-blog.com

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 23:30

 

David Pujadas

Communiqué : David Pujadas reçoit sa laisse d'or

samedi 3 juillet 2010

Le 30 juin 2010 vers 21 h 30, alors que le présentateur du journal télévisé de France 2 David Pujadas quittait les bureaux de France Télévisions, une délégation l’attend sur le trottoir pour lui remettre le trophée le plus convoité du Parti de la presse et de l’argent (PPA) : la Laisse d’or.

L’objet, composé d’un collier en métal robuste et d’une lanière en cuir véritable, avait été acheté le jour même dans une quincaillerie parisienne et enduit d’une fine mais alléchante couche de peinture dorée. Une boîte de cirage, une brosse et un plumeau multicolore doté, selon son fabricant, du pouvoir d’« attirer la poussière » complétaient la panoplie.

En décernant ce kit au présentateur du « 20 heures » de France 2, les organisateurs entendaient récompenser le « journaliste le plus servile », comme ils l’ont expliqué au Plan B, qui passait par là. Selon eux, Pujadas mérite la Laisse d’or pour son amour des euros (12 000 euros de salaire mensuel), sa haine des syndicalistes [1] et son dévouement pour les puissants, réaffirmé récemment dans le film culte de Denis Jeambar, Huit journalistes en colère« Le journalisme des bons sentiments, c’est aussi une bien-pensance. C’est l’idée que, par définition, le faible a toujours raison contre le fort, le salarié contre l’entreprise, l’administré contre l’État, le pays pauvre contre le pays riche, la liberté individuelle contre la morale collective. En fait, c’est une sorte de dérive mal digérée de la défense de la veuve et de l’orphelin. » (Arte, 9.2.10), qui le montrait fustigeant la surmédiatisation des humbles :

La cérémonie fut brève mais solennelle. Au moment où le journaliste « en colère » s’apprête à enfourcher son scooter, le comité des fêtes surgit d’un arrêt de bus pour l’acclamer, le couvrir de confettis et lui enrouler sa laisse autour du cou (qu’il a fort bas). Le récipiendaire ne cache pas son émotion, laquelle redouble lorsque ses hôtes entreprennent de dorer intégralement son scooter en le vaporisant de peinture aérosol. « Vive le laquais du Siècle ! Vive le roi des laquais ! », exulte la foule en liesse, cependant que la monture du présentateur se métamorphose en carrosse royal (voir photo).

Sans doute intimidé par cette profusion d’hommages, et soucieux manifestement d’y convier les vigiles, David Pujadas prend alors ses jambes à son cou pour s’engouffrer dans l’immeuble de France Télévisions, où le sas de sécurité le retient une bonne trentaine de secondes, le temps pour l’assistance de se disperser dans la bonne humeur. On le verra ensuite donner l’ordre aux vigiles de recouvrir la selle plaquée or de son carrosse d’une bâche en plastique. Après quoi il grimpera dessus et quittera fièrement les lieux dans une explosion de dorures et de vrombissements.

David Pujadas n’a pas souhaité donner plus de retentissement à son embouffonnage. Mais que le public se rassure : les images de la scène figureront dans le prochain film de Pierre Carles…

Notes

[1] Exprimée notamment lors de son interview en direct de Xavier Mathieu, le porte-parole CGT des grévistes de l’usine Continental de Clairoix, le 21 avril 2009. Lire à ce propos « Des journaux télévisés face aux “violences” des salariés »http://www.acrimed.org/article3132.html. sur le site d’Acrimed,

 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

A noter la réaction outrée de Bruno Roger-Petit dans le Post

BO

sabre au clair


Source : Le Plan B

 

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=13989#13989

 

 

  • R-sistons à la désinformation


Dernier exemple du plus servile des journaleux:

Bravo les Zaméricains en Irak !!!!

par eva R-sistons:


L'Irak, vous connaissez ? Un million et demi de morts, quatre millions de réfugiés, des hordes de blessés, d'handicapés, de vies brisées, et un pays propulsé plusieurs siècles en arrière, divisé, exsangue: L'horreur absolue ! Merci les Anglo-Saxons ... et les Israéliens (leurs complices et muses).


Vu par David Pujadas, le valet du grand capital anglo-saxon et israélien (Journal de 20 h, 1.7.2010, FR2):


"The American Village", tête de pont américaine en Irak, au Kurdistan (reconnaissant !!!).


"Les Américains ont libéré l'Irak ! On aime l'Amérique ! On est ouvert à la concurrence ! L'environnement est favorable aux affaires !"

"C'est l'autre visage de l'Irak (avec les bienfaiteurs américains, sans doute !!!!), là-bas pas d'attentats et de violence..."


Du Grand Pujadas, de l'ignoble pur, de la propagande pour les criminels Anglo-Saxons et israéliens qui font du business en assassinant les peuples et en tuant les Etats, un sommet inégalé ! Oui, Pujadas est bien le plus servile laquais du grand capital apatride qui dévaste la planète ! Honte à lui ! Et ce misérable journaliste a une carte de presse ? Quel scandale !


Eva R-sistons à l'INTOLERABLE de cette chaîne servile entre toutes

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 08:27

Le Siècle est un club, fondé en 1944 par Georges Bérard-Quélin[1], réunissant des membres influents de la « classe dirigeante » française. On y retrouve des hauts fonctionnaires, des chefs d'entreprises, des hommes politiques de droite ou de gauche, des syndicalistes, ou encore des représentants du monde de l'édition et des médias de premier plan. En 2005, le Siècle comptait 580 membres et 160 « invités » qui attendaient une décision sur leur demande d'admission[1].

Chaque dernier mercredi du mois les membres du Siècle se réunissent à l'Automobile Club de France, place de la Concorde à Paris[2].

 

Source Wikipédia:

Le Siècle - Wikipédia

 

Vidéo sur la mafia du siècle, un club de réflexion ou l'élite industrielle, politique et médiatique se réunit pour parler ( et surement pour prendre des décisions non-démocratiques )... Ce genre de groupe est hautement nuisible à la démocratie et doit être dénoncé avec force car ce n'est pas dans les médias ( qui leur obéissent aveuglement, car dans le cas contraire on entendrait parler d'eux plus souvent ) que le peuple sera correctement informé des agissements de cette véritable mafia !!!

 

 

VIDEOS :

 

 

http://www.marcfievet.com/article-le-siecle-48828846.html

 

 

 

liste complète

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 23:18
PujadasTV.jpg

 

S’il était encore besoin d’une preuve de la manière dont la presse occidentale et singulièrement française participe de ce que Chomsky appelle un système, de propagande, on le trouverait dans la sécheresse de ce constat: Il y a plus d’assassinats de journalistes en Amérique latine que dans le reste du monde. Où ont lieu ces assassinats ?  A Cuba, au Venezuela ? Non! Pourtant n’est-ce pas ce  que notre presse nous laisse entendre tous les jours?  Non! Les deux pays phares en matière d’assassinat de journalistes en ce début d’année 2010, sont  le Honduras et le Mexique, sous la tutelle directe du grand frère nord-américain.  Vous l’ignoriez si vous ne lisez que les quotidiens et les hebdomadaires de la presse dite « libre ». Dites vous bien que la blogueuse cubaine félicitée par Obama ne tiendrait pas huit jours au Honduras aujourd’hui. Si  elle prétendait raconter au jour le jour la manière dont le nouveau pouvoir issu du coup d’Etat réprime à tour de bras.

 
Le 7 avril  la Campaña Emblema de Prensa (PEC).a dénoncé le fait que plus de la moitié des 22 assassinat de journalistes qui ont eu lieu durant le premier trimestre de 2010 dans le monde ont eu lieu en Amérique latine, et la majorité de ces derniers assassinats  est intervenu au Honduras et à Mexico. Sur 22 assassinats dans le monde de janvier à mars, 5 ont eu lieu dans le seul mois de mars au Honduras. Passez, il n’y a rien à voir, tout est rentré dans l’ordre a déclaré madame Clinton.

 

Et la presse se conduit au Honduras comme elle s’était conduite en 1989 au Panama. C’est ce mois de décembre là que personnellement j’ai compris ce qu’elle vallait, ce qu’on pouvait en attendre. A ce moment là, il y eut une campagne médiatique d’une ampleur inouïe, on avait sorti les morts de mort naturelle des morgues pour monter la fiction de la découverte d’un charnier à Timisoara, en Roumanie. Au même moment, l’aviation nord-américaine bombardait Panama, y faisait 3000 morts, les Etats-Unis agissaient ainsi pour reprendre pied et chasser leur ancien stipendié Noriega. Ce dernier manifestait des velleité d’indépendance. Il n’y eut pas le moindre entrefilet dans la presse, pas un mot sur les 3000 morts mais les grandes orgues se déchaînèrent sur les cadavres sortis de la morgue comme preuve de l’inhumanité des communistes.

 

Et bien l’affaire de Zapata, celle des « dames en blanc » soutenues à Miami par le « vertueux » Posada carriles, une ordure qui a couvert le continent de ses meurtres et tortures, la pseudo révélation de la collusion de Chavez avec les FARC à coup d’ordinateur truqué, tout cela  masque l’essentiel, la manière dont l’empire américain  tente de reprendre pied dans le continent rebelle, et pour cela s’appuie sur des criminels, des assassins, des narcotrafiquants. ceux qui veulent dire ce qui se passe, sortir de l’omerta, sont assassinés comme un vulgaire syndicaliste. Et vous vous taisez, vous faites ce que l’on vous dit : écrire des articles mensongers, construire des sujets pour le journal du soir… sur Cuba et le Venezuela…

 

Parce que le plus extraordinaire est la servilité des journalistes, pas un mot, pas un doute sur la nature immonde de l’opération à laquelle ils se prêtent par leur silence et leurs aboiements sur ordre, leur absence de la moindre compassion pour ceux qui tentent encore au péril de leur vie de faire honnêtement leur métier et qui le payent de leurs vie. Partout dans le monde, le plus dangereux, les faits sont là, est la reprise en main d’un pays qui se rebelle par des pouvoirs qu’ils servent contre les peuples.

 

Rien de plus sûr en revanche que d’être correspondant de votre presse, celle des ordures qui vous tiennent en laisse , que d’être installé à Cuba ou au Venezuela. Non seulement vous êtes en totale sécurité, vous n’êtes pas empêchés dans votre travail, mais vos articles sont écrits à l’avance et vous n’avez pas à vous fatiguer à connaître la réalité du pays, il vous suffit de fréquenter les ambassades et la section des intérêts nord américains où l’on vous donnera le calendrier des « dissidents ». De toute manière, inutile de vous fatiguer votre journal ne passera rien d’autre.

 

Surtout pas le fait qu’au Honduras, cinq journalistes ont été assassiné rien que dans le dernier mois de mars. Dans ce pays, le silence est de rigueur vous savez bien que le journal qui vous emploie qu’il s’agisse du Monde, du Figaro ou de Libération a une ligne que vous devez adopter:  «  »après un bref temps de désordre où malheureusement on a du chasser le président élu », mais où des « élections libres » en ont aussitôt élu un autre la situation est redevenue « tranquille ». Donc on ne parle ni du Honduras, ni des manifestations populaires qui y ont lieu malgré les risques, on laisse le silence se faire sur la révolte populaire comme sur les assassinats de syndicalistes et de journalistes. 

 

L’actualité, celle que vous fabriquez,  c’est le défilé des « dames en blanc », leur « répression » par les méchants dictateurs que sont les frères Castro. C’est la presse libre censurée au Venezuela, et vos micros tendus pour recueillir les délires haineux de Uribe contre Chavez. 

Donc au Honduras, cinq journalistes ont été assassinés durant le seul mois de mars et vous vertueux reporters et éditorialistes vous n’en direz pas un mot. C’est ce qu’on appelle avoir le culte de la gamelle à défaut de celui de la vérité.

 

Le cas du Mexique – qui vient juste derrière le Honduras- est me direz-vous différents, on y assassine les journalistes comme les femmes à Juarez… Quel rapport avec le pouvoir ami des Etats-Unis? Rien si ce n’est que ce pays terre ouverte aux capitaux nord-américain et frontière fermée aux êtres humains,  la situation est arrivé à un tel degré de corruption que des pans entiers du territoire national sont aux mains des trafiquants de drogue et que les cinq journalistes assassinés depuis le début de l’année l’ont été dans la guerre ouverte menée par cette mafia. On ne peut pas ignorer que ce pays est celui où la plus extrême pauvreté coexiste avec les premières fortunes mondiales et que pour garantir de telles inégalités, il faut des gangsters, des paramilitaires comme en Colombie. Notons qu’en Colombie où traditionnellement l’assassinat de journalistes et de syndicalistes, leur torture fait partie des moeurs gouvernementales, les trafiquants de drogue, leurs paramilitaires sont directement au pouvoir.Parce que pour tenir l’Amérique latine, il faut promouvoir les assassins, les trafiquants , les mafias, ceux qui sont capables de vendre père et mère pour se faire du fric, pour s’en sortir aux dépends des autres. Vous le savez bien et vous n’ignorez pas que la CIA a toujours été cherché une partie de son petit personnel dans le lumpen prolétariat. Et que la destabilisation au Venezuela, à Cuba et ailleurs a besoin de ces gens là… « Dissidence » et délinquance font bon ménage.

 

L’assassinat, le terrorisme, la torture font partie de la domination depuis toujours exercée sur l’Amérique latine. Cuba a été longtemps gouvernée par les gangsters vos alliés, et vous cherchez encore et toujours dans les bas fonds de quoi déstabiliser les gouvernements qui gênent votre pillage.Que vous en soyez à transformer des délinquants en héros de la liberté prouve sur qui et sur quoi repose votre système, les vais gangsters sont à Wall street , la collaboration est ouverte depuis pas mal de temps entre la CIA, la mafia, le FBI dans la lutte contre les rouges, quitte à assassiner au passage un président des etats-Unis indocile.

Messieurs les journaliste, allez vous me faire croire que vous ignorez cette réalité là? Alors à force de vous taire que devons-nous penser de vous ? Que vous êtes prêts à sacrifier ceux des votres qui refusent de côtiser à la mafia, la votre, la seule qu’a jamais défendu votre inénarable Robert mesnard, RSF et autres dirigeants corporatistes du fascisme auquel vous participez.

 

Le reste du monde,même si la situation y est moins périlleuse obéit à la même logique, c’est dans le sillage de ceux que vous soutenez qu’il y a le plus de meurtres de journalistes. La plus critique est celle du Nepal, où deux journalistes ont été assassinés durant le premier trimestre de cette années, là aussi cela va avec la volonté d’interdire aux maoïstes pourtant largement vainqueurs par les armes et les urnes de mener une politique en faveur du peuple. Par ailleurs on note que durant la même période de janvier à mars 2010, un journaliste a été assassiné en Bulgarie, à Chypre, en Afghanistan, en Angola, au Yemen, en Russie, au Pakistan.

 

Le chiffre de 22 assassinats dans le premier trimestre est comparable à celui de la même période de 2008, où il y a eu 20 journalistes assassinés, il est égal à celui de 2007, mais inférieur au chiffre de 2009, où l’augmentation était due à l’offensive israélienne à Gaza, au conflit en Somalie,Irak et Pakistan. L’année passée a rappelé la PEC ont été assassinés 122 journalistes dans le monde entier a rappelé la PEC, aucun de ces assassinats n’a eu lieu à Cuba, au Venezuela faut-il le noter? Il n’empêche vous allez continuer… Alors je vais vous dire ce que je pense de vous, vous n’êtes pas à mes yeux plus coupables que ceux qui fabriquent des armes, mais le pire chez vous est qu’en plus vous prétendez nous fourguer de vertueux discours sur la défense de la démocratie, et c’est là que vous êtes réellement écoeurants, à vomir…

 

Vous fonctionnez toujours à, la manière dont jadis on faisait fonctionnetr les journalistes de la presse hersant, on les envoyait dans les « colonies » où ils devaient dire le contraire de ce qu’ils voyaient sur le terrain, quand ils avaient accepté cela, ils étaient murs pour revenir en France et y couvrir les conflits sociaux, les problèmes de « politique » française…

Danielle Bleitrach


Auteur : Danielle Bleitrach - Source : Changement de société

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 05:40

Livre Bien entendu c'est off ce que les journalistes politiques ne racontent jamais


Chronique de lecture sur le site Attac du Var

Daniel Carton, «Bien entendu, c’est off...», vu par un site d’Attac


Publié le 19 janvier 2003


A propos de " Bien entendu... c’est off". Ce que les journalistes politiques ne racontent jamais, de Daniel Carton (Albin Michel, 2003).


[...] [Carton] est promu correspondant à Paris au début des années 80. Il y reste 3 ans, avant de passer par La Croix, pour atterrir au service politique du Monde au milieu des années 80. C’est l’émerveillement, malgré le déménagement des locaux du mythique siège des Grands Boulevards vers un bâtiment plus froid du XVème arrondissement, malgré les couleuvres que l’on avale dans la profession, malgré le nouveau directeur Jean-Marie Colombani...


Et en 1995, c’est le déchirement, le journal fait ouvertement la course à la présidentielle pour (avec ?) Ballamou. Il s’en va, puis intègre Le Nouvel Obs, qu’il quitte quelques mois plus tard : il est en effet au coeur d’une mini-crise interne déclenchée par la révélation du petit jeu Chirac-Rocard afin que ce dernier obtienne le poste prestigieux de ministre des Affaires Etrangères dans le premier gouvernement Jospin. [...]


Le but affirmé est de mettre à jour, par quelqu’un de "l’intérieur", les connivences entre journalistes politiques et hommes politiques. Mêmes écoles, mêmes relations, même milieu (classe ?) social (dont l’auteur, « plouc miraculé », ne fait pas partie à l’origine), mêmes dîners en ville, mêmes intérêts parfois, "le plus beau métier du monde" en prend un coup. L’indépendance et l’intégrité journalistiques apparaissent inéluctablement comme de belles illusions, ou tout au moins une gageure intenable pour qui veut réussir professionnellement dans le traitement de l’actualité politique. France d’en haut, France d’en bas, expressions détestables mais bien mieux illustrées dans ce livre que dans tous les discours démagogiques du bossu du Poitou.


Une fois posés le parcours de l’auteur, sa découverte des "combines et dépendances" et le quotidien des connivences entre journalistes et acteurs politiques de haut rang, Daniel Carton ouvre bien grand sa bouteille de vitriol et livre des chapitres qui provoquent simulanément consternation, colère, rire jaune, désespoir...

[...]


14 janvier 2003. (Les propos n’engagent que l’auteur de l’article).

Lire tout l’article Chronique de lecture : "Bien entendu ... c’est off".

P.-S.

Lire aussi sur le même site, son dossier Médias.

http://www.acrimed.org/article898.html

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Connivences
commenter cet article

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • R-sistons  à  la  désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages