Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 07:47

 

Bonne rentrée à toutes guerres du monde !

 

israel_2312197b.jpgSelon un expert du Moyen-Orient, Israël pourrait attaquer entre le 15 septembre et le 15 octobre et ses sources auraient ajouté que le pays pourrait utiliser une arme secrète


Selon l'expert du Moyen-Orient Mike Evans, qui dit avoir eu des discussions avec de hauts responsables israéliens cette semaine, il y a de fortes probabilités que des attaques soient menées sur l'Iran entre le 15 septembre et le 15 octobre. 

Evans estime à 75 pour cent que les attaques seront effectuées dans cette fenêtre de 30 jours.  Evans ajoute que des hauts dirigeants israéliens auraient dit détenir une arme secrète qu'ils ont l'intention de déployer, mais sans nommer de quoi il s'agit.  L'expert du Moyen-Orient croit qu'il pourrait s'agir d'une arme à impulsion électromagnétique (EMP), ce qui viendrait endommager sérieusement le réseau électrique de l'Iran.

Evans dit ne pas être surpris de constater que l'administration Obama refuse de cautionner toute attaque d'Israël sur l'Iran.  Il rapporte également que le directeur de la CIA, David Petraeus, et d'autres responsables américains font fortement pression sur les dirigeants israéliens pour se tenir à distance de toutes attaques avant les élections américaines.

Source:
Source française: conscience du peuple

Israël: Netanyahu annule une réunion du cabinet après des "fuites" sur l'Iran

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annulé une réunion du cabinet de sécurité prévue mercredi à la suite de "fuites" dans la presse sur des dissensions censées rester secrètes à propos de l'Iran, a annoncé un communiqué de son bureau.  

 

"Peu après la fin de la réunion de mardi, une chose très grave s'est produite: une fuite sur les discussions du cabinet de sécurité.  La sécurité de l'Etat et des citoyens dépendent de la capacité de mener des discussions confidentielles en profondeur au sein du cabinet de sécurité où tous les faits sont présentés, ainsi que toutes les opinions et implications", selon le communiqué.

 

Au cours de la réunion de mardi, les chefs des agences de renseignement israéliennes ont présenté leur rapport annuel, concernant en particulier le programme nucléaire controversé de l'Iran.

 

"Quelqu'un a gravement porté atteinte à la confiance que les citoyens israéliens accordent à ce forum (...). Il a également porté atteinte à la réputation de ceux qui étaient présents à cette réunion qui ne se sont pas livrés à des fuites", accuse le communiqué.

 

La colère de M. Netanyahu s'est exprimée après des fuites sur cette réunion dans le quotidien Yediot Aharonot, qui titrait mercredi: "Désaccords sur l'Iran entre les services de sécurité".

 

"Je ne me plains pas des médias: ils font leur travail (...) je suis responsable vis-vis à des citoyens israéliens et de la sécurité de l'Etat et j'ajourne cette réunion", a affirmé le Premier ministre.

 

Selon le journal, l'une des divergences entre les services porte sur l'étendue des dommages que pourrait infliger Israël en cas d'attaque contre les installations nucléaires iraniennes, soupçonnées malgré les dénégations de Téhéran de dissimuler un volet militaire.

 

"Nous avons entendu des informations détaillées et très inquiétantes sur les progrès du programme nucléaire iranien. Les Iraniens sont lancés dans la course à la bombe et il semble que rien ne puisse les arrêter", a affirmé une source non identifiée "qui a participé à la réunion", selon le quotidien.

 

Les ministres se sont également vu présenter une liste de nouvelles sanctions "paralysantes" contre Téhéran, telles qu'un embargo commercial ou l'interdiction de tous les vols vers l'Iran, a poursuivi le Yediot Aharonot.

 

Lors d'une cérémonie militaire, le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a cependant répété mercredi qu'Israël avait les capacités d'agir n'importe quand et à n'importe où, une allusion à l'Iran.

 

L'armée "se tient forte, organisée et prête à agir pour assurer la sécurité d'Iraël dans n'importe quel intervalle de temps et à n'importe quelle distance géographique", a déclaré M. Barak à Haïfa.

 

Plus tôt mercredi, le président israélien Shimon Peres avait déclaré "ne pas pouvoir imaginer que les Etats-Unis et l'Europe permettent que le Moyen-Orient tombe aux mains de l'Iran", selon un communiqué de son bureau.

 

Il règne en Israël un climat de fébrilité et de rumeurs, alimenté par d'incessantes déclarations de responsables politiques et d'analystes, sur l'éventualité d'une prochaine opération militaire israélienne contre l'Iran, avec ou sans l'assistance des Etats-Unis.

 

Dans ce contexte, l'armée de l'air israélienne a déployé mercredi une batterie de missiles antimissiles Iron Dome (Dôme de fer) dans la région de Tel-Aviv dans le cadre d'un exercice d'entraînement, selon une porte-parole militaire.

 

Source:http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/israel-netanyahu-annule-une-reunion-du-cabinet-apres-des-fuites-sur-l-iran-05-09-2012-2151586.php

 

.

La vocation d'Israël : "Unifier l'humanité autour de lui" (Rabbin, vidéo)

 

Rappel :

 

Idéologie sioniste contenue en germe

dans un Livre, le Talmud :

 

Un peuple élu

Une race supérieure

Domination du monde par ce "peuple élu"

Extermination des "goys"

(ceux qui ne font pas partie de ce "peuple élu")

Mise en esclavage d'une partie de la population

 

Voir un extrait de cette idéologie :

 

 

Rbbin Rivon Krygier au cours d'une célébration juive.jpg

Rabbion Rivon Krygier

www.akadem.org/.../pourquoi-israel.../la-vocation-d-israel-dans-le-tal...

La vocation d'Israël dans le Talmud, retrouvez l'actualité Pourquoi Israël? La quête du ... Les guerres d'Israël .... Ce verset de la paracha Le'h Le'ha mentionne pour la première fois dans la Tora l'appellation "hébreu "pour désigner Abram.

 

Vidéo Rivon Krygier - rabbin de la communauté Adath Shalom à Paris, enseignant

54 mn

 


http://www.akadem.org/sommaire/colloques/pourquoi-israel-la-quete-du-sens-de-l-existence-juive/la-vocation-d-israel-dans-le-talmud-04-04-2008-7257_4189.php

 

.

La révolution dont on ne parle pas,

au Bahrein,

car sur son territoire

il y a une base militaire US,

donc elle est écrasée dans le sang

avec la complicité des Américains

 

 

 

 


Bahreïn : CNN étouffe un reportage sous la pression du régime

 

..

L'appel du Comité Valmy 


Appel à faire cesser l’agression contre la Syrie et à refuser la participation de la France à celle-ci

Appel mis en ligne le 18 août 2012 


.

.

.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 07:44

 

 

Oui, nous voulons des Médias indépendants ! Mais la Presse de "Gôche" est une fausse presse indépendante, comme Libération de Rothschild ne cédant rien sur l'essentiel (Libéralisme, mondialisation, Europe, guerres impérialistes...). eva


ARTICLE FORMIDABLE ENFIN UNE AUTRE VERSION !
Merci Le Figaro Michel 

"L'écroulement de la Syrie
serait catastrophique"


Par Renaud Girard Mis à jour le 03/09/2012 à 11:31 | publié le 02/09/2012 à 16:54 Réactions (202)


Le général libanais Jamil Sayyed est resté très proche d'Assad.
Le général libanais Jamil Sayyed est resté très proche d'Assad. Crédits photo : Grace Kassab/ASSOCIATED PRESS

INTERVIEW - Celui qui fut le tout-puissant directeur de la Sûreté générale libanaise lance une mise en garde à l'Occident.

De 1998 à 2005, dernières années de l'hégémonie syrienne au Liban, le général Jamil Sayyed fut le tout-puissant directeur de la Sûreté générale libanaise. Très proche encore d'Assad, il a reçu Le Figaro dans son appartement de la banlieue sud de Beyrouth, en permanence protégé par des soldats de la Sûreté générale.


LE FIGARO.- Le régime syrien est-il aux abois?


Général Jamil SAYYED.- Contrairement à ce que dit la propagande diffusée par les télévisions satellitaires du Golfe et par les médias occidentaux, la Syrie a un État et cet État est fort. Cela fait dix-huit mois qu'on nous prédit le renversement imminent du gouvernement de Bachar el-Assad, et il est toujours en place! Vous connaissez beaucoup d'États qui, placés dans la même situation, auraient si bien résisté? La Syrie est confrontée à une guerre médiatique planétaire sans précédent, à l'hostilité de tous ses voisins, à l'ingérence des pays arabes du Golfe, qui consacrent des ressources financières illimitées à aider les rebelles en les armant. L'État syrien n'a jamais cherché à plaire, il n'a jamais voulu se plier aux diktats des Américains dans la région, que ce soit sur la question palestinienne, que ce soit sur le soutien aux mouvements de résistance Hezbollah et Hamas, que ce soit sur l'invasion de l'Irak, que ce soit sur sa relation étroite avec l'Iran. C'est un empêcheur de tourner en rond. L'Amérique, suivie par la France et l'Angleterre, qui sont devenues volontairement ses vassaux au Moyen-Orient, a donc entrepris de détruire l'État syrien. Elle le fait grâce à la collaboration des pétromonarchies, qui doivent tout à Washington. Malheureusement pour elle, la Russie, avec Poutine, a repris du poil de la bête et n'est plus prête à laisser tomber ses alliés historiques.


Comment pouvez-vous reprocher aux Américains de soutenir l'avènement de la démocratie au Proche-Orient?


Assez d'hypocrisie! Le régime syrien était loin d'être parfait ; mais à comparer avec les autres régimes arabes toujours appuyés par l'Occident, il reste de loin le meilleur. Au moins, c'est un État laïque, où régnaient la liberté religieuse, la liberté de la femme, ainsi qu'une vie sociale intercommunautaire ouverte et pacifique. Rien à comparer avec ce qui se passe dans d'autres pays arabes grands alliés des États-Unis, où par exemple il est interdit de dire la messe et où les femmes n'ont pas le droit de conduire ou de voyager toutes seules! À Bahreïn, que s'est-il passé? La majorité chiite a manifesté pacifiquement pour demander l'établissement d'une monarchie parlementaire, c'est-à-dire l'élection par le peuple du premier ministre. Les pays du Golfe y ont envoyé leurs chars et les Américains n'ont rien trouvé à y redire. La Syrie n'était pas parfaite, mais aucun État n'est parfait au Moyen-Orient! Regardez le Liban. Certes, ce n'est pas une dictature. C'est une démocratie, mais elle est dominée par de petites dictatures communautaires, qui volent l'État quand elles s'entendent entre elles et qui le détruisent quand elles se disputent.

La réalité, c'est que le retrait américain peu glorieux d'Irak est une défaite occidentale sans précédent. Pour compenser cette défaite, qui a paniqué leurs alliés régionaux, pour regagner de l'influence dans la région, les Américains cherchent maintenant à rallumer le vieil affrontement sunnites-chiites.


Que vous inspire la déferlante «Frères musulmans», dans le monde arabe?


En dépit de maintes déclarations apaisantes, cette vague met grandement en danger les communautés chrétiennes d'Orient, lesquelles existaient bien avant le début de l'islam. Contre ce froid, les chrétiens disposaient d'un manteau, d'une veste et d'un pull. Ils ont perdu leur manteau en Irak, leur veste en Égypte, et maintenant on voudrait qu'ils perdent leur pull en Syrie et qu'ils se retrouvent en sous-vêtements au Liban!

La Syrie d'Assad est vue par beaucoup d'habitants de la région, et notamment par les chrétiens, comme un mur. C'est un mur, dont l'écroulement serait catastrophique. Cela fait peur même aux gens qui n'aiment pas ce régime. Car l'écroulement de ce mur va provoquer de multiples guerres intestines, visant à créer une nouvelle carte géopolitique du Moyen-Orient. Le mur syrien actuel protège les minorités, principalement chrétiennes. Et vous, occidentaux, vous avez entrepris de détruire ce mur: vraiment, je ne vous comprends pas!


N'exagérons pas. Les Occidentaux ne réclament que le départ d'Assad du pouvoir…


Mais ne comprenez-vous pas que le départ d'Assad aujourd'hui signifierait la dislocation de l'unité de la Syrie, le déchirement de son armée, l'anarchie, puis le déclenchement de petites guerres civiles partout en Syrie, dont personne ne sortirait vainqueur, à l'exception des groupes fanatiques islamistes? Les chrétiens seraient condamnés à l'exil. L'exemple de l'Irak ne vous a-t-il pas suffi?


Alors, quelle solution préconisez-vous?


L'arrêt immédiat de la violence armée des deux côtés, et l'établissement d'un dialogue politique entre le gouvernement Assad et l'opposition. Je connais bien Assad. Je suis sûr qu'il serait prêt à organiser des élections libres. Que ces élections se fassent dans un climat de paix civile et en présence d'observateurs internationaux! Si Bachar arrive à réunir 51 % des voix, qu'il reste ; sinon, qu'il quitte le pouvoir dignement, dans le calme, et qu'une amnistie générale soit prononcée. Vous me dites qu'Assad a beaucoup de sang sur les mains, je vous réponds: qui n'en a pas en Syrie actuellement? La paix est toujours le fruit d'un dialogue entre des parties qui, peu de temps auparavant, s'entre-tuaient.


N'est-il pas anormal que le Hezbollah, parti libanais, combatte, en Syrie, aux côtés de l'armée de Bachar?


C'est faux! Dans toute cette affaire, le Hezbollah est le parti libanais qui a montré le plus de retenue et d'esprit de responsabilité. Certes, il ne cache pas son affection pour le gouvernement syrien, lequel ne l'a jamais laissé tomber dans sa résistance à Israël. Mais il ne voit pas de gaieté de cœur couler le sang syrien ; il souhaite une solution politique. Au Liban, le Hezbollah garde son calme et fait tout pour que le conflit syrien ne déborde pas chez nous.


Une personnalité controversée

Peut-être la plus influente personnalité de la période syrienne au Liban, le général Jamil Sayyed est né en 1950 dans une famille chiite de la Bekaa. Enfant à Beyrouth, il est scolarisé dans les écoles chrétiennes, en français. En 1971, il sort major de sa promotion d'officiers à l'Académie militaire libanaise et, à ce titre, est envoyé en France, en stage à l'École de cavalerie de Saumur. En 1975, la guerre civile divise l'armée libanaise, chrétiens et musulmans de chaque côté ; le capitaine Sayyed se met à l'écart, jusqu'en juin 1976, date de l'entrée de l'armée syrienne au Liban, appelée au secours par les chrétiens dans leur lutte contre les Palestiniens. Il s'engage dans les rangs des unités multicommunautaires de l'armée libanaise, regroupées par les Syriens dans la Bekaa, et est nommé plus tard chef du service de renseignement de l'armée dans la région. En 1998, le général prosyrien Émile Lahoud, devenu président de la République, le nomme directeur de la Sûreté générale libanaise, l'équivalent de notre DCRI.


À maintes reprises, il rencontre Bachar el-Assad en tête à tête. Mais, après l'assassinat de l'ancien premier ministre Rafic Hariri en février 2005, les manifestants antisyriens réclament sa tête. Il démissionne en mai. Les enquêteurs du tribunal spécial des Nations unies sur le Liban le font incarcérer en août. Il est libéré quatre ans plus tard, le tribunal n'ayant pas réussi à retenir de preuves contre lui. À sa sortie de prison, il porte plainte, en France, pour diffamation, contre le juge allemand Detlev Mehlis, principal responsable de son incarcération. L'affaire n'est toujours pas jugée.


LIRE AUSSI:


» Les Turcs s'inquiètent du soutien apporté à l'ASL

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 07:37

 

 

http://free-medias.com/site/

 

 

La guerre contre la Syrie

pour les "Nuls".

Par Chantal Dupille

 

 

 

L'OTAN a déclaré la guerre à la Syrie, et nous ne le savons pas.


Les Médias sont au service de l'Occident, donc au service de ses guerres et de sa mondialisation financière ultra-libérale. En France, nombre de grands titres de la Presse appartiennent aux industriels de guerre, aux marchands de mort. Donc, tout n'est que mensonges et propagande de guerre. Honte aux journalistes vendus aux puissants, "prostitués", honte aux "Merdias" ( pour reprendre les expressions des blogueurs engagés pour la Vérité) !

 

Il suffit de voir qui ils interviewent pour comprendre leur parti-pris : Débats à sens unique donc faux débats, interviews d'opposants au Régime... on ne voit jamais à l'écran un partisan de Bachar-el-Assad expliquer la situation, défendre le point de vue du pays ! Il faut dire et répéter que nos Merdias sont orchestrés, en France, depuis Sarkozy, par des "Sayanims", en quelque sorte par des agents d'Israël défendant exclusivement les guerres de l'OTAN, la mondialisation financière, les ingérences de l'Occident dans les pays insoumis, les Révolutions "de couleurs"...  -  et tout cela au détriment de l'Information digne de ce nom, honnête (celle que je défends). Et à propos des "Sayanims", il faut aussi savoir qu'ils occupent actuellement dans notre pays, au détriment de son indépendance, tous les postes essentiels non seulement dans la Presse, mais au sein du gouvernement, dans les hautes administrations, etc. Voici des noms de dirigeants : Sarkozy, Copé, Jacob à Droite, et à Gauche, hier DSK aujourd'hui Hollande, Delanoë, Huchon, demain Valls, Hidalgo, Harlem Désir ou Cambaliéris... Autrement dit, la direction des Partis comme les Postes de Président de la République, de Maire de Paris, de Président du Conseil Général etc, sont détenus par une seule Communauté au détriment de la diversité - et de notre pays ! Seule Martine Aubry échappait à la règle, mais elle va être remplacée à la tête du PS, et tant Dominique de Villepin dauphin de Jacques Chirac que Ségolène Royal ont été évincés, ou discrédités par les Médias aux ordres du CRIF. Il est inadmissible de voir tous les secteurs clefs verrouillés par les membres d'une même Communauté au service non de la France, mais en réalité d'Israël et plus largement de l'Occident de plus en plus criminel. Et même les conseillers des Présidents sont sortis du même moule: Attali, DSK, BHL - BHL ce va-t-en guerres pour le compte d'Israël qui devrait se retrouver devant le Tribunal de la Haye, vient d'être reçu par Hollande comme hier par Sarkozy, alors que le nouveau Président a promis le changement !

 

La Syrie est attaquée par l'OTAN qui se sert de l'opposition des islamistes radicaux, fanatiques, obscurantistes et barbares, contre le Régime de Bachar-el-Assad laïc et tolérant envers les minorités religieuses ou ethniques. Elle use, par tous les moyens à sa disposition,  de son légitime DROIT de défendre son territoire agressé. Le pays est en guerre, il est attaqué de l'extérieur !


Il n'y a pas de Révolution arabe "spontanée" comme en Tunisie ou en Egypte - d''ailleurs en fait provoquée par les Services Secrets de l'Occident pour déstabiliser les pays, soit parce qu'ils ne sont pas soumis, alignés, soit parce qu'à leur tête il y a des "dictateurs" corrompus, comme Ben Ali ou Moubarak monopolisant les ressources à leur profit et appuyés sur une armée financée par les Américains (donc corrompue elle aussi). L'Occident veut remplacer les dictateurs par des marionnettes dociles laissant par ex les multinationales piller le pays conquis. En d'autres termes, l'accaparement des richesses d'un territoire n'est plus au profit d'un Clan, d'une famille, mais de l'Occident néo-colonial prédateur.

 

Les Anglo-Saxons ne défendent pas la démocratie dans le monde, ils la piétinent en permanence en favorisant l'accession au pouvoir de dictateurs comme en Amérique Latine des années 80, ou comme en Iran avec le Shah (coup d'Etat de la GB contre le dirigeant iranien démocratiquement élu, Mossadegh, parce qu'il était nationaliste). Et ils n'hésitent pas à s'appuyer sur les barbus d'Al Quaïda pour détruire un Etat souverain tel que la Syrie, voler ses ressources comme le gaz, contrôler le pays, s'en servir ensuite comme rampe de lancement contre l'Iran, exactement comme avec la Libye contre la Syrie.


Une démocratie, d'ailleurs, ne peut pas être exportée, encore moins bombardée !

 

Le dirigeant Bachar-el-Assad déplaît à l'Occident parce qu'il refuse de se soumettre à lui, parce qu'il veut protéger la souveraineté de son pays, parce qu'il a créé des liens avec des Etats non alignés comme lui (l'Iran, par exemple), parce qu'il défend le peuple palestinien contre l'armée d'occupation israélienne...


Il y a toujours eu une Opposition à Bachar-el-Assad, des intellectuels séduits par les mirages de l'Occident prétendument démocratique, et surtout des islamistes fondamentalistes radicaux. Mais ce qui se passe aujourd'hui, c'est la déstabilisation d'un pays souverain par les USA, Israël, la GB et leurs alliés français, du Qatar, d'Arabie Saoudite, de Turquie. Les monarchies pétrolières sont toutes corrompues et la Turqui est un allié fidèle de l'OTAN.


Aujourd'hui, les Islamistes sont financés et armés par l'Occident judéo-chrétien qui soit dit en passant, aspire à chasser les chrétiens des terres d'Orient là où ils ont toujours fait bon ménage avec les Arabes ou avec les Musulmans (Ex: Palestine occupée, Irak, Libye, Syrie, Iran..). Et ces fanatiques sont prêts à tout pour abattre Bachar-el-Assad laïc et nationaliste.


Les massacres sont soit mis en scène dans les Studios du Qatar, soit ils proviennent d'anciennes images (d'Irak par ex), soit, aujourd'hui, ils sont commis par les islamistes eux-mêmes ivres de fureur contre la Syrie laïque, moderne, et prêts à tout pour parvenir à leurs fins. Ces massacres sont présentés par les "Merdias" comme étant perpétrés par l'Armée fidèle au Régime, alors qu'ils sont commis par les islamistes barbares. Tout n'est que mensonges. L'Armée syrienne dite "libre" n'est pas libre mais financée et payée par l'Occident pour servir ses intérêts. Et l'Observatoire des Droits de l'Homme n'est qu'une officine au service des intérêts de l'Occident (pas neutre, donc), et il est basé en GB. Tout n'est qu'imposture !

 

Quant aux bombardements, il ne s'agit pas pour Bachar-el-Assad diabolisé par l'Occident d'assassiner son peuple, mais de le défendre, et ces bombardements ne sont pas exécutés pour tuer les civils, mais afin d' éliminer les terroristes islamistes réfugiés dans des maisons, ou même dans des établissements publics (hôpitaux, Monuments historiques..). Il faut savoir que les mercenaires de l'Occident se réfugient dans des ruelles étroites pour ne pas être attaqués par les tanks : En prenant en otage la population, en égorgeant des civils fidèles à Bachar-el-Assad, en massacrant pour que les Merdias instrumentalisent les faits contre le Régime.

 

Ingérence de la France :


Pourquoi la France de François Hollande fait-elle la même politique que sous Sarkozy (agent de la CIA et du CRIF) en s'ingérant dans les Affaires des autres ? En nommant Fabius le Sayanim à la tête du Ministère des Affaires Etrangères, Hollande a délibérément choisi de poursuivre la politique impériale et impérialiste de son prédécesseur à l'Elysée. Avec lui, il n'y aura pas de changements : Il est prisonnier du CRIF, c'est juste un fidèle exécutant des décisions du CRIF lui-même au service exclusif des intérêts d'Israël. En clair, comme Sarkozy et contrairement à un Chirac ou surtout à un de Gaulle, Hollande sous influence entraînera la France, sans concertation et sans l'accord des Français, dans les aventures impériales et impérialistes de l'Occident criminel seulement soucieux de contrôler tous les Etats de la planète... et leurs ressources !


Jusqu'à quand tolèrerons-nous les mensonges des Médias et ces guerres économiques sanguinaires ruinant des pays entiers (Irak, Libye, états africains...) ? Jusqu'à quand laisserons-nous les pires atrocités se produire au nom de la France ? Jusqu'à quand supporterons-nous de voir notre pays, en tête de ces croisades abominables, risquer de subir des représailles sur son sol truffé de centrales nucléaires ?


Il est important de se poser ces questions. Car la réflexion précède l'action contre la guerre...


Chantal Dupille 

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

 

Voir aussi :

La guerre en Syrie vue par une télévision syrienne (vidéo en Français)

 

.

A lire ou à voir :


http://www.legrandsoir.info/l-iran-celui-dont-nos-medias-ne-parlent-pas.html

 

http://www.dailymotion.com/video/xt4cvj_interview-de-rene-balme-maire-de-grigny-par-reopen911_news#from=embediframe

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 03:37

 

 

 

ALEP (Syrie) : Le retentissant et cuisant échec des faiseurs de guerres humanitaires [vidéos]

Publié le29 Août 2012

56

 

Bachar Al-Assad

Bachar Al-Assad

 

Dans les miasmes de leurs propos guerriers d’aujourd’hui, se cache en réalité, l’histoire secrète d’un échec retentissant.  Ces paroles putrides à l’encontre d’un homme, en l’occurrence Bachar Al-Assad, relève maintenant de la psychiatrie lourde. Quand on n’est même plus capable de condamner un attentat, c’est à dire l’horreur absolue, simplement parce que ça touche les proches d’un ennemi ou considéré comme tel, alors, tout ce qu’il nous reste d’humain, c’est l’aspect physique comme l’a mentionné, hier, la posteuse Estelle. La paix, la démocratie, l’amour ou la raison, ne sont que de vains mots (maux ?), dans leur bouche. 

En amour,  comme le dit le proverbe « ceux qui en parlent le moins en font plus”. Et par conséquent, tous ces mamamouchis qui n’arrêtent pas de parler de paix, d’amour, de démocratie et de raison, sont ceux-là même qui en font le moins. Ils ont atteint des cimes dans le dossier syrien. Pour parler de paix, il faut être deux. En Syrie, c’est tout seul qu’ils veulent faire la paix. En “face c’est maïs” comme le disent nos amis Ivoiriens, désignation qui signifie “quantité négligeable”. Donc, la perpétuelle arrogance. La démocratie, ils la respectent chez eux…et encore, mais, veulent l’imposer ailleurs, même à coup de kalachnikov. Est-ce ça vouloir résoudre les problèmes du monde et s’habiller d’oripeaux élogieux pour célébrer sa civilisation ? Que nenni.

Sachant que l’opposition syrienne est incapable de fédérer et même de s’organiser, Obama et Cameron forment, semble-t-il, à coup de millions de dollars, ces derniers, tout en finançant les terroristes. Mais, sur le terrain, ils sont  en pleine déconfiture. 

Alep: hier, au moins 150 terroristes ont été tués. En réaction ce matin, comme dernier soupir, les terroristes se sont rendus en force vers l’aéroport militaire de Taftanaz entre Idleb et Alep et disent avoir détruit cinq hélicoptères militaires…Selon nos informations, ils ont été repoussés et les deux chars dans lesquels ils se trouvaient ont été détruits.  Profitant de cette situation, les forces de sécurité se sont rendues dans les sièges de ces derniers dans les villages de Pejanon et Alsakhur pour les détruire, coupant ainsi un retrait possible. Toujours à Alep, l’armée a détruit 17 véhicules équipés de mitrailleuses à proximité de la porte de Achteran.

 

suite et vidéos ici :


ALEP (Syrie) : Le retentissant et cuisant échec des faiseurs de guerres humanitaires [vidéos]

.

DARAYA (Syrie) : Quand Robert Fisk démoli la version wahabbo-salafo-occidentale du massacre

by Allain Jules


Les "qui" peuvent oublier l'hallali accusateur et les indignations suscités hier, lorsque les pyromanes pompiers soi-disant opposants syriens mais surtout terroristes ont annoncé avoir découvert plus de 300 corps à Derayya ? C'est chacun qui allait de son petit refrain en Occident. Pour Hollande, "Assad ne respecte pas la vie", bref, que des accusations précipitées sans [...]

Lire la suite

 

.

Morsi appelle les alliés de la Syrie à lâcher Bachar al Assad (Reuters)

Reuters  le 27-08-2012 à 23h30

LE CAIRE (Reuters) - Le président égyptien, Mohamed Morsi, qui se prépare à faire ses débuts sur la scène diplomatique, a appelé les pays alliés de la Syrie, tels que la Russie et la Chine, à aider à l'éviction du président syrien Bachar al Assad. _/

  _
/   Il a répété que "les amis du peuple syrien en Chine et en Russie et dans d'autres États" doivent soutenir les Syriens eux-mêmes. _/



La dépêche complète est ici


Comme si les Syriens eux-mêmes ne devaient pas être aussi débarrassés des bandes de mercenaires qui se déversent en Syrie via la frontière turque avec leurs armes lourdes, et bombardent, massacrent la population civile afin de créer le chaos.
Comme si les Syriens ne savaient pas que, malgré son despotisme cruel, le baassisme est le seul rempart de la laïcité et de l'harmonie entre les communautés et les religions, comme au Liban. Les envahisseurs, salafistes, ou pire wahhabistes, ne sont porteurs que de l'intolérance la plus vicieuse, et massacrent tous ceux qui n'ont pas l'heur d'épouser leur fanatisme.
Plus grave encore, parmi ces porteurs de mort et de discorde se glissent des "instructeurs" européens et étatsuniens, y compris des français. C'est un colonel des service spéciaux de la DCRI qui a été capturé récemment avec une dizaine de soldats français. C'est une information qui fait désordre, et qui occupe rarement la Une des journaux de l'hexagone.  Par la faute de ceux qui les ont envoyés là, notre pays sera bien vite au ban des nations, comme l'axe Washington-Tel Aviv. Qu'en pensez-vous, Messieurs Fabius et Hollande ? Si vous vous retrouvez devant le tribunal de La Haye, rares seront les compatriotes qui viendront vous défendre.
.
Ou encore,
Syrie : La guerre secrète (le petit Blanquiste)
Syrie : La guerre secrète
syrieDans l’indifférence générale, le 23 novembre 2011, Le Canard enchaîné révélait que des agents de la DGSE interféraient dans les évènements de Syrie afin de déstabiliser le régime de Bachar Al Assad.
Un mois plus tard, le député François Loncle interrogeait le gouvernement sur le rôle exact joué par le service action de la DGSE et le Commandement des opérations spéciales (COS) dépêchés en Turquie et au Liban. Mutisme du gouvernement et de la presse. [1]
Il faut donc attendre le 6 août dernier pour qu’un grand quotidien national confirme que le service action de la DGSE menait des opérations de formation et de soutien aux groupes terroristes au plan des transmissions et de l’artillerie (mortiers, missiles antichars et canons de 105 mm). [2]
Bien sûr, la DGSE n’est pas la seule à organiser la subversion contre la Syrie.
La CIA opère également dans le sud de la Turquie où elle est impliquée dans l’acheminement d’armes aux terroristes opérant en Syrie, armes financées par la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar. [3]
syrieQuant au BND - le service secret allemand - on vient d’apprendre qu’il usait d’une frégate-espion  actuellement positionnée dans l’Est de la Méditerranée. [4]
Le matériel électromagnétique très perfectionné dont est doté le navire lui permet de détecter tous les mouvements des troupes sur le sol syrien. Les données ainsi recueillies sont transmises aux services américains et britanniques qui, eux-mêmes, les ventilent aux terroristes.
Les services britanniques procèdent à la même collecte et à la même diffusion de renseignements mais à partir d’une station implantée à Chypre.
syrie
Frégate allemande d'espionnage
Cette guerre secrète menée contre la Syrie, en plus de contrevenir aux lois internationales, est responsable de la prolongation du conflit et du bain de sang qui en résulte.
●●●
[1] François Loncle est député de l'Eure (PS) et membre de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.
[2] Le Parisien, 6/08/2012, Richard Labévière, http://www.leparisien.fr/crise-egypte/l-option-diplomatiq...
[3] Le Figaro, 21/06/2012, La CIA aiderait l'opposition syrienne depuis la Turquie, http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/21/01003-201...
[4] Le Figaro, 22/08/2012, La navire espion Oker fait des vagues en Allemagne, http://www.lefigaro.fr/international/2012/08/22/01003-201...
JPD
 
 
bhlevy.jpg-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-
 
En aparté, et afin de couper à certains amis l'idée de commenter au point de désamorcer l'indignation : oui, le gouvernement bassiste de Damas est tout, sauf la crème.
 
Mais, on l'a déjà découvert en Irak et en Syrie, ce qui est à l'œuvre là est encore bien pire, et notre nouveau gouvernement en est une cheville maîtresse, comme en Libye le précédent (avec les mêmes, en partie). J'ai dit.
bab
.
Sur ce site,
Notre-Dame des Landes : des opposants se retrouvent au tribunal 

Conspiration ? Non. Conspirations, alliances, coups fourrés ? Oui.

"Promenades d'un économiste solitaire" par Jacques Sapir (Ria Novosti)
Condamnation de Kokopelli : René Balme s’adresse à François Hollande (lu sur LGS et approuvé)

 

Et ailleurs,

 

  .

 

 

Conroy_And_Belhaj_HumanTrash.jpg

En bleu, Paul Conroy de la presse britannique. À sa gauche, une mitraillette au cou, Mahdi al-Harati du GICL, aujourd’hui à la tête des brigades de l’ASL en Syrie. À sa gauche en veste de camouflage, Abdul Hakim. (Ibid.)

.

 

Syrie: Les États-Unis légalisent le financement du terrorisme

 

L'armée syrienne face à des monstres froids, à des fanatiques robotisés

.

Syrie, Sarkozy fait des émules : Fillon et surtout de Villepin, pauvre France!

.

MNA, le Mouvement des Non Alignés et l'offensive de paix iranienne

.

"Rayer l'Iran de la carte", un objectif pour Israël ? (Voir Ovadia Yossef) 

.

 

 

Laurent Fabius

Laurent Fabius Photo : Sipa

http://www.metrofrance.com/video/metrozap-quand-laurent-fabius-appelle-europe-1/mler!jiMbly6uQUfOc/



 

Dès que j'ai entendu Fabius parler comme il l'a fait §, persuadée depuis longtemps que ce saynim fera tout pour que les plans de Tel-Aviv se réalisent (Grand Israël etc), je savais, et je l'ai annoncé sur mon blog R-sistons, que l'on nous préparait à l'attaque de la Syrie par la France : le prétexte sera tout trouvé ! 

 

§ Il a annoncé que la France ne tolèrerait pas d'armes chimiques, et qu'elle entrerait en guerre si la Syrie les utilisait. Manquait le prétexte, il arrive ! A moins que par notre information, le coup ne soit désamorcé ? (eva)

 

Possible Opération Sous Faux Pavillon pour accuser Bashar Al Assad: L'Opposition Se Dote D'Armes Chimiques, gazer des civils pour intervention US/OTAN/Israël

Des groupes terroristes qui s'opposent au gouvernement syrien se sont équipés d'armes chimiques en provenance de la Libye, annonce dimanche l'agence iranienne FARS se référant aux médias syriens.


Selon l'agence, des terroristes, se trouvant actuellement sur le territoire turc, s'entraînent à manier les gaz de combat. Leur objectif est de perpétrer une attaque contre la population civile et en accuser ensuite l'armée gouvernementale de la Syrie.

"Toute information publiée actuellement ou à l'avenir sur un éventuel recours à  l'arme chimique par l'armée gouvernementale syrienne ne signifiera que les terroristes ont recouru à cette arme contre la population (civile) pour en  faire porter la responsabilité à l'armée et au gouvernement syrien", annoncent les médias syriens cités par l'agence FARS.


Depuis plus d'un an, la Syrie est en proie à une vague de contestation du régime en place. Les affrontements ont déjà fait plus de 12.000 victimes parmi civils et militaires, selon l'Onu. Un cessez-le-feu a été décrété dans le pays en avril 2012, conformément au plan de sortie de crise proposé par l'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe Kofi Annan, mais les parties en conflit font régulièrement état de nouveaux affrontements et victimes.

Le 7 juin dernier, lors d'une réunion informelle de l'Assemblée générale de l'Onu, la Russie a proposé de convoquer d'urgence une conférence internationale sur la Syrie.

 

http://fr.rian.ru/world/20120610/195008234.html

 

..

Fabius met la Syrie en garde contre l’emploi d’armes chimiques..

Est ce que le sang contaminé et utilisé en toute connaissance de cause, peut être considéré comme une « arme chimique » monsieur Fabius??

?modified_at=1346350524&ratio_x=03&ratio

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s'exprime sur la situation en Syrie, le 30 août 2012 à New-York (AFP)

Le ministre des Affaires étrangères promet une réponse «immédiate et fulgurante» en cas de recours par Damas aux armes chimiques ou bactériologiques.
La réponse internationale en cas d’utilisation par le régime syrien de ses armes chimiques serait «immédiate et fulgurante», a déclaré vendredi le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius sur Europe 1.

«Il est certain que nous jugeons M. Bachar al-Assad responsable de l’utilisation de ces armes et s’il y avait la moindre tentative d’en faire utilisation directement ou indirectement la réponse serait immédiate et fulgurante», a dit Laurent Fabius.

Washington et Paris ont déjà prévenu que l’utilisation d’armes chimiques par Damas constituerait une ligne rouge et entraînerait une réaction internationale.

«Nous sommes absolument intransigeants sur ce point. Ces armes bactériologiques et chimiques sont d’un danger extrême», a insisté le ministre. Interrogé sur la nécessité d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU pour intervenir, il a souligné que «le bactériologique et le chimique, c’est d’une autre nature que les armes ordinaires». 

«La réglementation est différente, là il est certain que compte tenu des conséquences on ne peut pas supporter même un instant la manipulation de ces armes», a-t-il ajouté sans préciser quelle procédure s’appliquerait pour une éventuelle intervention internationale.

La France a organisé jeudi une réunion du Conseil de sécurité essentiellement consacrée à la situation humanitaire en Syrie et dans les pays limitrophes.

«Sur le plan humanitaire il y a des choses qui peuvent avancer, sur le plan politique il faut bien reconnaître que le Conseil de sécurité est divisé à cause de l’attitude des Russes et des Chinois», a reconnu Laurent Fabius.

«La France est le pays qui est le plus en pointe dans son soutien à l’opposition à Bachar», a-t-il affirmé. «Nous travaillons beaucoup sur l’unification de l’opposition» afin qu’un futur gouvernement syrien soit «représentatif» et garantisse le respect de toutes les communautés.

«Il ne s’agit pas de se débarrasser de Bachar al-Assad si c’est pour avoir ou bien des intégristes ou bien un régime» similaire à celui de Bachar, a-t-il fait valoir.

«Renforcer les sanctions» sur l’Iran

Evoquant l’Iran, Laurent Fabius a déploré que le pays «n’ait pas bougé» sur la question du nucléaire et estimé qu’il fallait «renforcer les sanctions», au lendemain d’un rapport sévère de l’AIEA sur le programme nucléaire iranien.

«L’Iran n’a pas bougé de ses positions. Il faut renforcer les sanctions et il faut en même temps que l’Iran fasse des gestes», a dit Laurent Fabius sur Europe 1. «Je ne crois que les faits. Pour l’instant les faits constatés ne vont pas dans (la) direction» souhaitée par la communauté internationale, a-t-il ajouté.


Lire la suite

Source Libération avec ©AFP

 

.

  Voir aussi :

 

 

.

 

.

 

bachar-el-assad.jpg

Le vrai Bachar-el-Assad, à contre-courant + vidéo Bachar à visage découvert

..

Un article de Robert Fisk
Déraya - comment un échange de prisonniers raté s’est transformé en massacre

 29 août 2012 | Les hommes et les femmes auxquels nous avons pu parler, dont deux ont perdu des êtres chers dans l’infamie de Déraya qui s’est déroulé il y a quatre jours, ont relaté une histoire bien différente de la version qui a été répétée dans le monde entier : la leur est un récit de prise d’otages par l’Armée Syrienne Libre et de négociations désespérées d’échange de prisonniers entre les opposants au régime armés et l’armée syrienne, avant que les forces gouvernementales de Bachar el-Assad ne prennent la ville d’assaut pour la reprendre des rebelles.

Moscou : En Syrie, l’aide occidentale aux rebelles déstabilise le Proche-Orient

 29 août 2012 | L’aide financière et militaire, ainsi que les renseignements fournis aux rebelles par des pays occidentaux risquent de déstabiliser la situation aussi bien en Syrie que dans l’ensemble du Proche-Orient, indique un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères mis en ligne mardi sur son site.

Un article de Kourosh Ziabari
Les victimes silencieuses des sanctions contre l’Iran

 29 août 2012 | Alors que les États-Unis et l’Union européenne se font farouchement concurrence dans une course apparemment sans fin pour imposer des sanctions à l’Iran, les citoyens iraniens ordinaires subissent de plein fouet les impacts les plus durs de cet impitoyable embargo.

Le journaliste d’investigation face aux manipulations des services
La déstabilisation de la Syrie et du Liban pour atteindre l’Iran

 

29 août 2012 | Cet entretien réalisé en 2007 demeure d’actualité. Le journaliste allemand Jürgen Cain Külbel y révélait les difficultés auxquelles peut se heurter un journaliste honnête dans ses investigations et certaines pratiques utilisées par les divers pouvoirs, en soulignant la façon dont Israël et les États-Unis, en collusion avec des journalistes à leurs ordres, étaient déjà à la manœuvre pour pousser la soi-disant « communauté internationale » à affaiblir le gouvernement de Bachar el-Assad

 

Un article d’Eric Walberg
Le sommet du Mouvement des Non Alignés, l’Egypte, l’Iran...

 28 août 2012 | L’écart entre la réalité au Moyen-Orient et la vision de la presse occidentale est effarant. Le leader égyptien Moubarak était considéré comme un bon garçon et un allié solide jusqu’à ce que, tout à coup, il devienne un méchant, un homme corrompu, un tyran bon à jeter.

.

Les mécanismes de destruction d'une nation - Non à la Sarkomania

nation.jpg.

 

 

11-9-imposture.jpg ;;;

 

.

Appel à faire cesser l’agression contre la Syrie et à refuser la participation de la France à celle-ci.

 

À TOUS LES FRANÇAIS

.
Nous sommes aujourd’hui l’objet d’une longue et importante campagne médiatique qui nous abreuve de mensonges à propos de la Syrie. Cet acharnement des médias de la pensée unique a pour but de nous faire accepter la participation de la France à une agression criminelle contre un pays souverain, qui fut longtemps un pays ami et que nous avons aussi, autrefois occupé sous mandat de la SdN. Cette agression que subissent déjà l’Etat-nation et le peuple syrien, viole les lois internationales, les traités signés par notre pays, notre constitution et nos lois.


Comité Valmy


Appel à faire cesser l’agression contre la Syrie et à refuser la participation de la France à celle-ci.
Ainsi :

Comment qualifierait-on, en France, l’appui que donneraient l’Allemagne, la Suisse ou l’Espagne par exemple, par la mise à la disposition de bases, d’armements, d’argent, de munitions, de matériel de communication, de service de propagande sans nuance, à des groupes armés et fanatisés, ces groupes attaquant notre gendarmerie, notre police, détruisant à l’explosif les trains, les aéroports, les lignes électriques, assassinant fonctionnaires, journalistes, élus, choisis sur critères ethniques ou religieux ? Que diraient les Etats-Unis si le Canada ou le Mexique se livraient contre eux à des attaques semblables ?

Qui est tué en Syrie ? La moitié des morts estimées entre 17 et 20.000 par les occidentaux appartiennent aux forces gouvernementales, dites de « répression ».

Le seul correspondant accepté par nos journalistes et les médias en France, leur source unique concernant la situation en Syrie est une officine partisane (une seule personne en réalité) pilotée par les services secrets britanniques, l’autoproclamé « Observatoire Syrien des Droits de l’Homme ».

Comment qualifiait-on chez nous pendant l’Occupation la radio et les journaux inféodés à l’ennemi du peuple et de la nation ? « Radio Paris est allemand ».

Même si, et beaucoup d’entre nous ont conscience que ce n’est pas le cas, Bachar Al Assad était bien le dictateur affirmé par les médias du système, les Syriens qui refusent l’agression de leur pays souverain par des hordes étrangères seraient-ils pour autant des suppôts de cette prétendue dictature ?

La France et l’Angleterre sont entrées en guerre pour défendre la Pologne de Pilsudski, qui coopérait juste avant avec Hitler ; les millions de personnes qui ont dénoncé les guerres US contre l’Irak soutenaient le peuple irakien agressé et pas nécessairement Saddam Hussein.

Comment ose-t-on parler de « la communauté internationale », comme si elle était unie ou majoritaire, alors que les réunions organisées par l’OTAN et les émirats et rassemblant de pseudo « amis de la Syrie », concernent moins de population que la dernière réunion de Téhéran, le jeudi 9 août 2012, où plus de la moitié de la population mondiale était représentée ? Cette majorité des peuples, n’en déplaise aux pseudos « humanitaires » ou aux « bobos de gauche ou de droite », dénonce l’alliance agressive de l’OTAN, des euro occidentalistes, du Japon avec des émirs et djihadistes du Proche-Orient. Les peuples prennent conscience du risque grandissant de guerre mondiale qui ne pourrait être que nucléaire. Ils n’acceptent plus les guerres d’agression déclenchées sous des prétextes aussi divers que mensongers comme en Irak, Afghanistan (il n’y eut aucun ultimatum ni déclaration de guerre), Yougoslavie, Côte d’Ivoire, Libye, et qui aujourd’hui avec la Syrie servirait de détonateur à une conflagration généralisée.

Si la France officielle installée dans une logique de guerre et qui déjà soutient de différentes manières l’agression extérieure, notamment en fournissant des armements et des spécialistes aux extrémistes aux origines diverses, franchissait le pas de la guerre ouverte que certains réclament dans ses rangs, alors nous nous trouverions du mauvais coté, celui des fauteurs de guerre que nous imposent les politiques, les journalistes et les « élites » autoproclamées qui monopolisent le pouvoir au détriment de la souveraineté populaire.

Nous, organisations et citoyens d’horizons divers, de sensibilités différentes, estimons avoir le devoir d’alerter sur le péril imminent qui menace non seulement l’honneur et les valeurs de la France, les principes de notre République, mais également, au-delà, notre sécurité, notre vie et celle de nos enfants. Au nom de la paix et du respect de ces valeurs, nous demandons que cesse cette agression contre la Syrie, afin de briser l’engrenage d’une nouvelle guerre mondiale, que seuls les peuples peuvent empêcher.


Cet appel ouvert à la signature des citoyens qui souhaitent contribuer à cette initiative, est initié par le Bureau national du Comité Valmy ainsi que par des personnalités et des militants d’organisations et de sensibilités diverses.

La liste des premiers signataires sera publiée ultérieurement.

Contact et signatures :
Claude Beaulieu
info@comite-valmy.org

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2760 http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2760

 

http://www.alterinfo.net/Appel-a-faire-cesser-l-agression-contre-la-Syrie-et-a-refuser-la-participation-de-la-France-a-celle-ci_a80393.html

 

.

  .

Capture d’écran 2012-01-13 à 14.24.53

  http://www.jemproductions.fr/cinema/les-nouveaux-chiens-de-garde/


Et aussi :

Mort suspecte d’Arafat : L’affaire prend un nouveau tournant judiciaire en France

Solution finale désormais pour tous. Imperceptible Auschwitz atomique lent

Afrique du Sud, l’art de la guerre : Les armes du nouvel apartheid

L'europe c'est la guerre, c'est un glacis géopolitique américain (+ vidéos)

Le dogme européiste entraîne la destruction du Portugal - Elus traîtres

.

mitterrand.jpg

La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre
avec l’Amérique - François Mitterrand

François Mitterrand: La France est en guerre avec l'Amérique (+ vidéo, + Russie)

.

.

Partager cet article
Repost0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 14:23

 

 

 

Comment prendre le contrôle d'une nation ? (méthode gratuite !)

 

nation.jpg

Voici une méthode en 10 étapes

pour prendre le contrôle d'une nation :


  1. Demandez a un banquier (Pompicsou- Rothschild) de devenir copain avec le gars intelligent qui gouverne le pays (De Gaulle), pour qu'il devienne premier ministre (1962)
  2. Faites tomber le gars intelligent qui gouverne (De Gaulle) avec une révolution (mai 1968)
  3. Faites élire le banquier (Pompicsou) a la tête du pays (1969)
  4. Faites lui voter une loi privant le pays du droit de créer sa propre monnaie (1973)
  5. Cela oblige ainsi l'état a emprunter auprès des banques et des investisseurs internationaux
  6. Attendez patiemment que les politiques dépensent plus que l'état n'encaisse (1973 - 1998)
  7. Créez une banque supranationale indépendante (BCE) battant sa propre monnaie (1998). S'il le faut appuyez vous sur un bel idéal (l'Europe) pour faire passer la pilule
  8. Attendez patiemment que les politiques dépensent plus que l'état n'encaisse (1998 - 2012). Si ça ne va pas assez vite créez une bonne crise (Subprime 2008) pour qu'ils s'endettent plus vite
  9. Enfin mettez un ancien banquier (Mario Le Dragon - Goldman Sachs) a la tête de cette banque supranationale (2011)
  10. Attendez patiemment que les états soient en faillite pour leur imposer ce que vous avez décidé. Si ça ne va pas assez vite créez une crise, voire quelques guerres par ci par là

 

Résultats : 



La BCE tient désormais l'ensemble des pays de l'Union Européenne par les « cojones ». 

Quand vous devez x milliards a la banque, et que vous ne pouvez plus payer les y milliards d'intérêts, ce n'est plus vous qui décidez de votre vie, c'est la banque.

  • Les gagnants: Les propriétaires de Rothschild, Goldman Sachs & Cie
  • Les perdants: Le peuple
  • Les complices: Les politiques et les médias

 

 

Résumé :


  • « Donnez moi le droit d'émettre et de contrôler l'argent d'une Nation, et alors peu m'importe qui fait ses lois » - Mayer Amschel Rothschild (1744-1812)

 

La Suite:


  • Laisser les politiques et les médias expliquer aux citoyens pourquoi il n'y a pas d'autre choix que de les tondre (les citoyens)
  • Adopter si possible un discours rationnel (y a plus d'argent) et proposer un faux choix : soit on augmente les impôts, soit on diminue les prestations (sécu, retraite, enseignement)
  • Prétexter une bonne crise pour faire les 2 (augmenter les impôts ET diminuer les prestations)
  • Puis vendre les bijoux de famille (transport, énergie, immobilier) aux multinationales
  • Enfin abandonner le pouvoir a des gens non élus par le peuple, comme en Italie (Mario Montagne)

 

 

Questions :


  • La Grèce est elle encore une démocratie ?
  • Après la Grèce, a qui le tour ?
  • Pour la France, a quand le tour ?
  • Que faire pour éviter que ce soit votre tour ?

 

 

NDLR :


  • toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite
  • .

 

banksters

 

 

Le mot d'eva R-sistons


 

Et tandis que j'écris ces quelques lignes,

j'entends FR2 sur le 13 h faire de la pub

pour son poulain Sarkozy

le "bienfaiteur" du Nouvel Ordre Mondial des banksters

- pardon, de ce qu'il reste de la nation française.

 

 

Plus c'est gros, plus ça passe :

"Sarkomania",

"objets à son effigie",

"Sarkozy c'était bien, c'était une merveille",  

"que Sarkozy revienne vite"

(pour encore doubler son salaire,

pour avoir un train de vie plus important

que celui de la Reine d'Angleterre sur notre dos, etc..),

"on a la nostalgie de Sarkozy" ...

 

Rappel pour ceux qui ont la mémoire courte

et se laissent impressionner par la Communication :


 

Sarkozy nous a fait rentrer dans l'OTAN

l'Organisation Terroriste Anti-Nations,

il a bradé notre souveraineté,

une partie de notre or,

notre patrimoine,  

nos territoires, méconnaissables, 

notre industrie,

nos emplois,

et puis il a sérieusement commencé le détricotage 

de nos retraites,

de nos protections sociales,

de notre système de Santé,

de nos services publics,

de notre Droit du Travail,

de notre Ecole,

de notre Armée et de nos moyens de Sécurité,

de notre laïcité,

de nos libertés...

et les Médias sont désormais totalement verrouillés, aux ordres,

sans parler des guerres néo-coloniales dévastatrices

qu'il a menées contre des Etats souverains en notre nom

et au service de Washington, de Tel-Aviv, de Londres.....

 

Et pendant ce temps sur FR2-désinformation,

comme sur les autres Médias (C dans l'Air, etc),

on cherche par tous les moyens

à discréditer ce qui reste de la Gauche.

Alors que sous la précédente Présidence tout était fait

pour vanter les mérites du Gouvernement,

taire ses méfaits,

justifier son action en invitant ses porte-paroles

(et en réduisant les interventions de l'Opposition

à une simple phrase sans signification),

pendant ce temps, aujourd'hui,

tout est fait pour critiquer

les mesures positives pour nous

 (quand il y en a)

du Gouvernement Hollande-Ayrault,

et plus généralement la Gauche.


Le Grand capital financier ne lâche rien,

et l'Empire veut soumettre

Nations et peuples jusqu'à la moëlle.

 

Eva R-sistons

.

Partager cet article
Repost0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 07:19

 

 

 

La BBC censure une vidéo montrant des rebelles syriens forçant un prisonnier à commettre un attentat suicide

La BBC vient de censurer un article et une vidéo montrant les rebelles de l'ASL en train de forcer un prisonnier à commettre un attentat suicide, sans doute parce que cela ne collait pas très bien avec l'image de "courageux combattants de la démocratie" qu'il convient de leur accoler.


video-syria-rebel-tactics-articleLarge-1

La vidéo, dont une copie peut être vue ici ou (la version originale de la BBC a été supprimée), montre des rebelles de l'Armée syrienne Libre préparant une bombe qui est chargé sur l'arrière d'un camion pour exploser à un poste de contrôle du gouvernement dans la ville d'Alep.

 

  . 

Les VIDEOS de CE post sont ici :

Syrie: Les atrocités qu'on cache. Rebelles forçant à commettre attentats, etc

 

 

Le reportage montre comment les rebelles ont réquisitionné un appartement appartenant à un capitaine de la police syrienne. On voit les rebelles se moquant des photos de famille du capitaine de police et batifolant joyeusement dans sa piscine.

La vidéo montre ensuite un prisonnier qui, selon les rebelles, appartiendrait à une milice pro-gouvernementale (shabbiyas). Ecchymoses et autres séquelles de torture sur son corps sont expliquées comme ayant été causées par ceux qui l'avaient capturé avant qu'il ne soit pris en charge par les rebelles qui eux, font mine de bien le traiter, lui offrant une cigarette et lui proposant une douche.

Ensuite, les rebelles lui affirment qu'il va faire l'objet d'un échange de prisonniers. Le prisonnier a les yeux bandés et on lui dit de conduire un camion vers un poste de contrôle du gouvernement.
"Ce qu'il ne sait pas, c'est que le camion est celui qui a été chargé de 300 kilos d'explosifs au début du film", affirme le narrateur.
Le clip montre ensuite les rebelles revenant déçus après qu'il se soit avéré que le détonateur à distance a fait long feu et que la bombe n'a pas explosé.
Le narrateur de la BBC admet que forcer les prisonniers à devenir des kamikazes "serait certainement considéré comme un crime de guerre."
Les reporters du New York Times qui ont réalisé la vidéo, affirment qu'ils n'avaient aucune connaissance du complot. Une version plus longue du film est sur le canal YouTube du New York Times . Un film à la gloire des combattants rebelles pompeusement nommés "Les Lions du Tawhid".

Quelques heures seulement après sa mise en ligne, l'article a subitement disparu du site de la BBC pour ne plus laisser apparaitre qu'un message "404 NOT FOUND".

230812shot1j101d-75355.jpg


 En outre, une version YouTube de la même vidéo initialement publié sur le site officiel "BBC News 2012" a été également supprimé. YouTube prétend que la vidéo a été retirée après une "revendication du droit d'auteur par la British Bro

adcasting Corporation" pourtant la vidéo n'a pas été envoyée par un tiers, mais a bien été postée sur le canal officiel de la BBC , comme la capture d'écran ci-dessous le prouve.

230812shot2j12b1-6af08.jpg

 

Il semble clair que cette vidéo a été supprimée car elle ne collait pas avec la "narrative" officielle des médias nous présentant les rebelles comme des "combattants de la liberté" mais plutôt avec celle du régime de Damas les qualifiant de "terroristes", obligeant la Bib à opérer un rétropédalage en catastrophe quelques heures seulement après avoir bien imprudemment publié cet embarrassant reportage sur son site et sa page YouTube.

Source : PrisonPlanet.com 

Plus d'infos sur : http://gaideclin.blogspot.fr/

par Bertrand Du Gai Déclin (son site) vendredi 24 août 2012 - 17 réactions

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-bbc-censure-une-video-montrant-121624

 

;

Un mercenaire terroriste avoue avoir égorgé avec son gang des Syriens innocents dans la banlieue d'Alep
Damas / Le terroriste NON-SYRIEN Jaber Chihabi a avoué avoir égorgé avec son gang terroriste des gens innocents dans la zone d'al-Bab dans la banlieue d'Alep après avoir été enlevés sous les ordres de leur chef du gang terroriste Abou-Bakr Saddiq.
PeaceForce Mercredi 22 Août 2012

 

Un mercenaire terroriste avoue avoir égorgé avec son gang des Syriens innocents dans la banlieue d'Alep
Devant la caméra de la TV syrienne, Chihabi a indiqué ce soir qu'il est originaire d'al-Bab dans la banlieue d'Alep et un jour il a été enrôlé avec son cousin Mohamed Ali par un certain Mohamed Kheir Darwish alias Abou Talal appartenant à la brigade terroriste d'Abou-bakr Saddiq pour un travail précis contre une somme d'argent. Cette besogne consiste à enlever et égorger des gens contre 50 mille LS la tête.

La 1ère mission c'était la traque d'un policier, Mohamed Dib, avant de le kidnapper et ensuite l'égorger de la nuque dans une école, puis il a déplacé le corps avec l'aide son cousin pour être enterré au cimetière Chabieh. Nous avions reçu chacun 50 mille L.S.

La 2ème mission consistait à enlever et égorger deux soldats. Nous étions trois mais cette fois-ci avec un autre cousin qui s'appelait Rami Mohamed Chihabi. "Nous avions conduit les deux soldats conformément aux vœux de notre chef au sommet du mont et nous les avions égorgés de la nuque également. Comme d'habitude, Abou Talal nous a versé pour les deux têtes 10 mille L.S. chacun", a-t-il précisé dans ses aveux.

Chihabi a expliqué que les armes du groupe leur provenaient d'un certain Abou Fadi de Rastane, via les frontières du Liban, vers Talkalakh et qui étaient acheminées dans des véhicules transportant des légumes, dans camions-citernes de carburant et quand l'approvisionnement se fait rare à partir du Liban et nous les assurait de Jarabouls à la lisière de la frontière turque en réglant la note à demi prix, car les fonds lui provenait des monarchies du Golfe.

Les membres du gang terroriste, étaient selon lui, des zones d'al-Bab, Raï, Tell Rifaat, d'Idleb, de Homs et de Hama. Le gang en question s'est déplacé à Alep pour y perpétrer des actes de vol et de vandalisme pour faire payer les habitants d'Alep de leur non participation aux manifestations contre l'Etat.

T. Slimani


Tiré de Sana.sy
http://www.alterinfo.net/Un-mercenaire-terroriste-avoue-avoir-egorge-avec-son-gang-des-Syriens-innocents-dans-la-banlieue-d-Alep_a80499.html
.
.
Enfin de l'information digne de ce nom !
..
 
.
ALEP (Syrie) : Une foule en délire, après la purification d’une partie de la ville [vidéo]

Publié le23 Août 2012

Armée arabe syrienne hier, dans l'après-midi, à Alep

Armée arabe syrienne hier, dans l’après-midi, à Alep

Que les terroristes nous envoient leurs exploits passés, ce serait intéressant de comparer. Comme nous vous l’avons indiqué, Alep, méthodiquement, lentement mais surement, pour ne pas tuer un grand nombre de civils, l’armée arabe syrienne avance, avance, et avance encore, malgré les salmigondis des “mainstream”.

VIDEO

http://allainjules.com/2012/08/23/alep-syrie-une-foule-en-delire-apres-la-purification-dune-partie-de-la-ville-video/
.

.

Israël vs Iran : Netanyahu et Barak, pour une guerre au nom de la Torah ?

 

israellovesiran.jpg?w=594&h=217Comme tout le monde le sait, la “menace iranienne” est un leurre. Un face à face entre Israël et l’Iran n’est pas envisageable, et ceci risque même de menacer l’existence d’Israël puisque ses ennemis n’attendent que ça. En donnant dans le folklore le plus absolue, son premier ministre, Benyamin Netanyahu, se ridiculise. A l’aide d’un tout petit exemple à la fin, vous comprendrez pourquoi cette préfabrication de la “menace iranienne” est une escroquerie. Néanmoins, essayons de décrypter cette folie guerrière d’Israël, qui frise même le risible du risible. La vraie urgence, à mon humble avis, c’est d’aider Israël a se débarrasser de ses vieux démons.  

Yossef et Netanyahu

Yossef et Netanyahu

Toute honte bue, après un bon repas casher bien arrosé et au sortir d’une prière démoniaque dans une synagogue du diable, en compagnie de Benyamin Netanyahu et Ehud Barak, le général Benny Gantz, chef d’état major de Tsahal déclare:«Ceux qui pensent qu’ils peuvent détruire Israël et qui prennent des décisions dans ce sens seront confrontés à la puissance de l’armée israélienne». Tout ça est risible et à proprement parler un nom sens, pour peu qu’on se renseignât de la gouvernance iranienne. Les déclarations d’opérettes de Mahmoud Ahmadinejad ne sont que des réponses au bellicisme israélien, bien plus, des salmigondis. Il faut quand même rappeler que ça fait des années qu’Israël, au nom d’un droit qu’il a inventé mais en violation des règles internationales, projette d’aller attaquer l’Iran. Comment voulez-vous alors que les Iraniens se taisent ? 

Sans déclaration de guerre et avec des frappes préventives sur l’Iran, Israël s’inscrit comme hors-la-loi. On ne le dira jamais assez. Malheureusement, ce sont plutôt les Israéliens qui ripostent contre leurs dirigeants va-t-en-guerre en leur disant: Not ready to die in your war (image, pas prêt à mourir pour votre guerre). Il faut condamner le laisser faire des médias qui passent leur temps à relayer la propagande israélienne ou l’iranienne. Il faut condamner les chancelleries qui ne disent pas à Israël qu’il roule à tombeau ouvert. Il faut avoir le courage de dire à Israël STOP, au lieu de continuer à culpabiliser avec ce qui s’est passé pendant la 2e guerre mondiale et donc dire à Israël de se méfier…

Même le  rabbin Ovadia Yossef dont on connaît le racisme exacerbé, craint une attaque contre l’Iran, selon ses proches. Là, au moins, on voit bien une personne qui aime Israël. Quant aux deux farfelus Benyamin Netanyahu et Ehud Barak, qui veulent faire cette guerre au nom de la Torah, on se pose des questions. Netanyahu, en dépêchant un émissaire auprès du rabbin Ovadia Yossef, parce que ce dernier serait  un sage de la Torah, qui connaît par cœur les livres sacrés et maîtrise toutes les subtilités de la loi judaïque, on sent que lui même a peur. Peur de la réaction iranienne. D’ailleurs, il faut être devin pour la mesurer mais, les autorités iraniennes ont bien précisé que leur pays ripostera.

J’ai envie de dire à ces deux personnalités israéliennes de penser à leur peuple, et rien d’autre. Mais, chose promise chose due. Pourquoi cette préfabrication de la “menace iranienne” est une escroquerie ? Figurez-vous que, une bombe n’est pas Cyclope. Elle n’a ni un oeil ni même deux yeux. J’entends par cette formule que, si l’Iran venait à se doter de la bombe atomique avec pour seul but la destruction d’Israël, un tout petit territoire, sachez qu’en larguant cette bombe, la Palestine disparaîtra aussi de facto. Ah, ça vous en bouche un coin ? Alors les “cancer sioniste” de Mahmoud Ahmadinejad et autres “Pas d’Iran nucléaire” de Barack Obama et tutti quanti, ne sont là que pour amuser la galerie. Tous le savent et, n’allez pas le leur dire…

 

http://allainjules.com/2012/08/23/israel-vs-iran-netanyahu-et-barak-pour-une-guerre-au-nom-de-la-torah/

Syrie vs Occident : Dans les méandres d’une défaite annoncée

Publié le23 Août 2012

Bashar al-Assad

Bashar al-Assad

 

Plus on avance dans la guerre, plus les ennemis de la Syrie deviennent nerveux. Échec patent des courants falsificateurs. Le nihilisme face à une vérité implacable. Face à l’indécence de leurs propos, il est préférable de garder la tête froide, malgré des accusations sorties de derrière les fagots, pour encore une fois, triturer le trait. L’armée syrienne, en grande majorité, lutte pour la libération de son pays face à une invasion étrangère, pour un homme, aussi, Bachar al-Assad, n’en déplaise aux esprits chagrins qui veulent installer le chaos en Syrie. Tous ces pousse-au-crime évitent de parler des actes de leurs amis égorgeurs, salafistes et wahhabistes dont chacun connaît l’idéologie. 

 

Cette tentative malhonnête de conférer au non-être des groupes armés et du terrorisme en Syrie est une manœuvre dilatoire sans équivoque, pour éviter d’avaliser la terreur. Hélas, leurs héros et hérauts, ont filmé leurs faits d’armes chevaleresques. C’est ainsi qu’aucune image de la libération des villes ou des quartiers par l’armée syrienne ne font pas partie, même d’une brève dans les “mainstream”. Comme celle de la prise d’une partie de la ville d’Alep, avec une foule en délire. Récemment infestée de renégats et de coupeurs de têtes, de nombreux journalistes occidentaux vivaient dans cet endroit-là, à Alep, accompagnés de ces malfrats sans foi ni loi, et sans but. La triste réalité: ils combattent parce que le président Bachar al-Assad est Alaouite, et pour le djihad, disent-ils. Quelle folie !


Selon les dernières informations reçues, la soi-disant opposition syrienne se retrouve ce soir avec, excusez du peu, 7 Gouvernements différents. C’est un signe indéniable d’échec et par conséquent, ceux qui, machinalement, dans une critique univoque et dans une pensée linéaire restent prisonniers de leur prose morbide et mortifère, ils se réveilleront quand il sera trop tard. Eux mêmes ne peuvent pas vous dire aujourd’hui pourquoi Bachar al-Assad doit partir. Ils récitent, déclament, aboient tels des chiens enragés “Assad doit partir”. La question existentielle qu’il faut se poser logiquement, c’est qu’est-ce qui leur confère ce droit-là ? Ils ne pourront répondre et les journalistes militants n’oseront pas leur poser ces questions. Leur attitude est oncogène (cancérigène), c’est l’heure de la métastase et de l’irrationalisme.

La fuite en avant est perceptible. C’est ontologique. Il ne faut pas dévier, malgré les échecs. Cherchez donc de quel côté se trouvent les extrémistes. Et pendant ce temps-là, l’armée syrienne avance méthodiquement et avec brio, pour éradiquer la vermine, la bête immonde qu’est le terrorisme. Elle le fait, avec une volonté inébranlable, une foi dans la justice, et un professionnalisme que même les armées des grandes démocraties autoproclamées reconnaissent. C’est ainsi que la saignée des terroristes se poursuit inéluctablement. Mais au juste, pourquoi l’armée syrienne gagne-t-elle ? les choses sont simples, elle lutte contre une horde d’étrangers et par conséquent, ces monstres ne connaissent pas la Syrie…Mais, en Occident, n’entendent-ils pas les échos du terrain ? Ne sont-ils pas au courant que de nombreux quartiers chrétiens ont été libérés par l’armée syrienne ? Que faut-il de plus pour dire à ces fous à lier qu’ils sont proche d’une défaite ?

Damas: un grand nombre de terroristes, surtout venant des villes avoisinantes, ont été tués après un affrontement avec les forces de sécurité dans Babila.

Alep (Aleppo): des détenus ont trahi leurs chefs, en indiquant à l’armée syrienne, leur planque. Les terroristes sont ainsi décapités. Un communiqué de l’armée parle de 20 tués. Étêtés, il faut avouer que leurs opérations suicides se feront plus rares. L’armée a poursuivi son opération d’assainissement, en tuant et capturant des terroristes, près d’une école nommée Goliath, où, ils se cachaient pour tirer au mortier.


Aleppo google map

Majdal Shams: vaste opération de l’armée dans une base qui se trouvait dans une école  d’un quartier de la ville. Nombreux morts. Mais, le succès de l’armée syrienne se résume à la mise hors d’état de nuire, les principaux chefs de gang.

Majdal Shams google map

Syrie vs Occident : Dans les méandres d’une défaite annoncée

 

.

Jeudi 23 août 2012

Assad et la SyrieGhaleb Kandil, journaliste à New Orient News (Liban), publie dans Tendances de l’Orient n° 96, 20 août 2012, une analyse de la situation en Syrie.

 

Les derniers développements en Syrie ont apporté une série d’indices importants qui auront des conséquences décisives sur le cours de la guerre mondiale menée par les États-Unis pour détruire ce pays. Contrairement aux informations et aux impressions des stratèges américains et de leurs complices européens et arabes, véhiculées par des centaines de médias (presse, audiovisuel, et électronique) engagés dans la bataille, les escadrons de la mort, les mercenaires et les groupes takfiristes acheminés de toutes les régions du monde, ont essuyé un cuisant revers dans les combats.

 

Pourtant, les responsables turcs et leurs alliés qataris et saoudiens avaient promis, comme ils l’avaient déjà fait l’année dernière à la même époque, que le mois du ramadan verrait la chute du régime résistant en Syrie. Ces illusions se sont encore une fois dissipées sur les champs de batailles, où les bandes armées ont laissé des milliers de morts, de blessés et de prisonniers.

 

En effet, l’offensive générale lancée par les extrémistes contre Damas s’est soldée, de l’aveu même des médias occidentaux, par des pertes énormes. La force composée de mercenaires locaux et de djihadistes du monde entier a été littéralement anéantie par l’armée syrienne qui pourchasse les rescapés dans la campagne de la capitale. Des tonnes d’armes ont été saisies et une lourde infrastructure a été détruite et démantelée. Il faudra des mois pour reconstruire une telle capacité de nuisance… s’ils y parviennent.

 

L’issue de la bataille d’Alep est désormais connue. Les extrémistes tombent par milliers devant l’avancée méthodique de l’armée, qui a quasiment réussi à rompre les lignes de ravitaillement des mercenaires venus des camps d’entrainement dirigés par la CIA en Turquie. Les bandes armées ne parviennent plus à acheminer des renforts dans la ville qu’au prix de pertes énormes. Leurs colonnes motorisées faites de 4x4 équipés de mitrailleuses lourdes, offertes par leurs sponsors régionaux, avancent à découvert sous le feu des hélicoptères et des chasseurs de l’armée, et tombent dans les embuscades tendues par les unités d’élite, infiltrées derrière les lignes ennemies.

 

Selon des experts, le tiers des extrémistes est composé de jihadistes venus du Maghreb arabe, de Libye, du Golfe, d’Afghanistan, du Pakistan et de Tchétchénie. Le directeur des renseignements de l’Union européenne, le Français Patrice Bergamini, a reconnu (dans une interview accordée vendredi 17 août au quotidien libanais Al Akhbar) l’importance du rôle joué par les jihadistes dans le conflit syrien et souligne que l’opinion publique occidentale est désormais consciente du danger qu’ils représentent. Il est clair que le nettoyage par l’armée syrienne de la ville d’Alep et de sa campagne n’est plus qu’une question de temps.

 

Les cuisant revers subis par les bandes armées partout en Syrie montrent que l’Armée arabe syrienne, bâtie sur de solides bases idéologiques, a très vite assimilé les leçons de la guerre et a développé des stratégies de contre-guérilla urbaines et rurales, qui lui ont permis d’asséner des coups durs aux extrémistes, en dépit des énormes moyens militaires, matériels, financiers et médiatiques, mis généreusement à leur disposition par une coalition de plusieurs dizaines de pays. Sans oublier les sanctions adoptées contre le peuple et l’État syriens, en dehors du cadre des Nations unies.

 

Il est également important, pour comprendre et deviner l’évolution de la situation, d’analyser l’état d’esprit du peuple syrien. Sans un authentique appui populaire - bien évidemment occulté par les médias occidentaux - le président Bachar el-Assad et son armée n’auraient pas pu résister et repousser cette offensive.

 

Ce soutien populaire est dû à trois facteurs :

 

  • une majorité de Syriens sont conscients que leur pays est la cible d’un complot visant à vassaliser la Syrie pour l’inclure dans le camp occidentalo-impérialiste et, par conséquent, la supprimer de toutes les équations régionales. Alors que ces quatre dernières décennies, la Syrie était au coeur de ces rapports de force et rien ne pouvait se faire au Moyen-Orient sans elle. Ces larges franges de la population sont attachées à l’indépendance politique de leur pays et sont prêtes à combattre pour la défendre. Cela explique que des milliers de jeunes gens se portent volontaires pour rejoindre les rangs de l’armée ;

 

  • ensuite, les experts estiment que 20% de l’opinion publique, qui ont sympathisé à un moment ou à un autre avec l’opposition, ont découvert le vrai visage des extrémistes, qui multiplient les exactions sauvages dans les régions qu’ils contrôlent (viols, exécutions sommaires, massacres, pillages…). Les médias occidentaux se font de plus en plus l’écho de ces agissements barbares ;

 

  • ensuite, profitant de ce changement d’humeur de la population, notamment dans les régions rurales où les gens sont fatigués, l’État syrien a mis en place des moyens de communications discrets, qui permettent à la population d’informer l’armée de la présence des terroristes. Cela explique pourquoi et comment ces dernières semaines, les unités spéciales et l’aviation réussissent à mener avec succès des frappes ciblées contre les repères et les bases des bandes armées.

 

En parallèle à tous ces développements sur le terrain, les alliés régionaux et internationaux de Damas font preuve d’une fermeté à toute épreuve et développent des initiatives politiques et diplomatiques, évitant ainsi de laisser le terrain libre aux Occidentaux. Le succès de la rencontre de Téhéran, qui a regroupé 30 pays dont la Chine, l’Inde, la Russie, neuf pays arabes et des États d’Amérique latine et du sud et d’Afrique, illustre ces nouveaux rapports de force.

 

La formation de ce groupement d’États a constitué un message fort aux Occidentaux et compromet sérieusement leur projet d’établir, en dehors du cadre des Nations unies, une zone d’exclusion aérienne dans le nord de la Syrie.

 

Les derniers mois de 2012 seront décisifs dans l’élaboration de nouveaux équilibres régionaux et internationaux et dessineront une image nouvelle à partir de Damas, grâce à la victoire de l’État national syrien dans la guerre universelle lancé contre lui.

 

Ghaleb Kandil

Source : Silvia Cattori

 

.

 

Syrie : La démission de Bachar al-Assad ou la dernière arnaque de l’Occident

http://allainjules.com/2012/08/21/syrie-la-demission-de-bachar-al-assad-ou-la-derniere-arnaque-de-loccident/

 

.

FACE AU CHAOS SYRIEN : L'EFFONDREMENT DE LA CONSCIENCE POLITIQUE ARABE

http://www.alterinfo.net/FACE-AU-CHAOS-SYRIEN-L-EFFONDREMENT-DE-LA-CONSCIENCE-POLITIQUE-ARABE_a80411.html

 

.

Syrie : Le foudre de guerre syrien contre la horde de barbares

Publié le25 Août 2012

6

 

Bashar al-Assad

Bashar al-Assad

Les stratèges de l’armée syrienne sont entrain de donner une leçon de choses à la coalition diabolique qui oeuvre dans l’ombre et à découvert pour la destruction de la Syrie. Le plus pathétique dans ces basses oeuvres, ce sont les pays occidentaux, qui crachent pourtant sur leurs salafistes, à Paris ou ailleurs. Ils renvoient des imams chez eux, font incarcérer, très souvent pour dénonciation calomnieuse donc sans enquête, des femmes et des hommes honnêtes, qui ont parfois ce tort-là, de porter un nom à consonnance arabe.  Et pourtant, à moins de 6h à vol d’oiseaux, donc ailleurs, comme en Syrie aujourd’hui, ils choisissent sans vergogne, ces salafistes syriens et étrangers, porteurs de ce fondamentalisme-là, qu’ils disent urbi et orbi combattre.


Bien sûr, selon la formule consacrée, ils disent toujours qu’ils sont minoritaires parmi ceux qu’ils nomment “insurgés”. Ces étrons wahabbo-salafistes, profitent donc de ce double langage cynique et barbare, popur assouvir leur soif de sang. De vrais vampires ! En fait, les barbares se rejoignent en Syrie. D’un côté, il y a ceux qui s’habille en Prada, costume et cravate, de l’autre, des barbus, une kalachnikov en bandoulière pour ceux qui sont sur le terrain, et dans les salons feutrés aux senteurs de narguilé, de Doha ou de Riyad, les enturbannés portent le jallabieh (longue robe, genre djellabah) et les cafetans brodés à la main avec des fils d’or et d’argent.


Le coran étant ‘objet fétiche mais lu à l’envers, est un véritable exutoire pour ces clowns. Des prétextes abscons, pour détruire un pays. La menterie professionnelle, pour anéantir les autres. Heureusement, à l’assaut de cette horde de barbares, qui veulent détruire la Syrie au nom d’un djihad osbcure, approximatif, galvaudé, manichéen et surtout sans perspective, il y a un mur, l’armée syriene arabe. Donc, n’en déplaise aux esprits chagrins, aux aboyeurs des plateaux de télévision, aux professionnels du “choquage” et aux rois de la propagandastafel à la Goebbels, agrégés ès trituration des faits, l’heure est grave. Comme le dit le sage Africain: “Le mensonge peut courir cent ans, mais la vérité le rattrape en un jour”. Nous y sommes presque… (..)

 

Syrie : Le foudre de guerre syrien contre la horde de barbares

 

..

 

Syrie : Barack Obama, Nobel de la paix, va-t-en-guerre comme George Bush Jr.

.

by Allain Jules

Texte dédié à mon pote José L., il se reconnaîtra Nous avons été b*. Barack Hussein Obama, le président américain a été présenté comme étant l'homme de la situation, celui qui allait apporter la paix dans le monde. Hélas, il a été choisi pour venir terminer le travail de Georges Bush Jr. Cet homme, est [...]

 

.

 

La guerre en Syrie a le mérite de liquider les réserves de salafistes du monde entier...

Les USA ne pourront plus mener de guerres à distance

 

Toutes les vidéos ici :

Syrie: Les atrocités qu'on cache. Rebelles forçant à commettre attentats, etc

 

A voir aussi :


Syrie (entre autres) : Tout ce que les Médias ne vous diront pas

La France de Fabius projette d’éliminer physiquement Bachar al-Assad

 

 

Palestine :

 

Palestine Solidarité, l’engagement courageux d’un Français

 

et aussi :

 

Tunisie. Le fascisme vert à l'offensive - et le jeu machiavélique de l'Occident

 

Les chrétiens appellent l'ONU à accorder un statut particulier à Jérusalem

 

ALEP (Syrie) : La presse britannique confirme aussi
le complot international contre la Syrie

mi6.png?w=594L’hebdomadaire allemand Bild am Sonntag a donc confirmé ce qu’on savait déjà. Alors, n’en déplaise aux esprits chagrins, ce que le président syrien Bachar al-Assad dit depuis des mois et que, nous aussi, à notre petit niveau, indiquons, se révèle donc vrai. Oui, la Syrie est victime d’un complot international ourdi par l’Occident. Mais, ce dernier, avec sa morgue habituelle, ses cris d’orfraie et ses indignations sélectives, jure, la main sur le coeur, qu’il est de bonne foi et veut la paix en Syrie. Or, tout le monde sait que, derrière la façade et les discours convenus et mortifères à la fois, se cachent des monstres, les dirigeants occidentaux qui n’ont rien, mais alors rien à foutre du peuple syrien. Si aujourd’hui tout ces pays se fient aux renseignements de l’Allemagne, c’est que nous sommes en face d’une coalition nazie…La presse occidentale devrait s’inspirer de L’hebdomadaire allemand Bild am Sonntag. Ce n’est pas demain la veille. 

Malheureusement, malgré tous les efforts déployés, la ruse, la rage, la médiocrité, la violence, avec l’argent du contribuable américain, français, anglais etc, ces gens ne parviennent pas à leur but ultime jusqu’à présent. Étonnant, non ?  C’est comme s’il y a une force invisible quelque part qui met en échec leur projet de destruction de la Syrie. Après le Bild am Sonntag, c’est le Sunday Times qui prend le relais. Selon lui, qui cite un responsable de la soi-disant opposition, les services secrets britanniques en anglais Military intelligence section 6 (MI6)  ont aidé les terroristes à mener plusieurs attaques. Vous avez bien lu ? On savait déjà que l’attaque spectaculaire à Damas contre des hauts responsables syriens ne pouvaient pas logiquement venir de ces gens sans une aide extérieure. La vérité finira par triompher dans ce dossier…

Mais, sur le terrain, l’armée syrienne va de victoires en victoires, tandis que les terroristes et leurs alliés sataniques, vont de défaites en défaites. Selon nos informations, il y aura un feu d’artifice à Alep d’ici à deux jours. Je n’en dirai pas plus, ces services secrets étant dans tous les réseaux pour servir les bas-instincts des dirigeants occidentaux et d’Al Qaïda. Effectivement, à regarder de plus près, on constate que Al Qaïda fait plus de victimes arabes qu’autre chose. Est-ce son contrat avec la CIA ? Quelqu’un disait que Bachar al-Assad ne contrôle que…30% du territoire syrien ? Avec ce qui va suivre, vous comprendrez que c’est une propagande qui va faire que, l’ancien premier ministre, sera obligé de se taire à jamais. 

Homs: Découverte d’un tunnel reliant le quartier Ashyra à celui de Dair Baalba d’une longueur de 2 km. De nombreux terroristes s’y cachaient. Ils ont été liquidés et l’armée syrienne a pris possession du lieu. Du coup, ils ne peuvent plus se cacher dans la ville, à moins qu’ils ne soient chez l’habitant. L’étau se resserre donc sur eux. 

Alep: Le compte à rebours est commencé. Des hélicoptères ont survolé la ville, à très basse altitude aujourd’hui- mais où étaient donc les fameux maîtres d’Alep?-, pour distribuer des tracts sans concession, s’adressant aux habitants d’Alep et au x terroristes et disant:

Sabah Othmane 

“il est encore temps de vous rendre, c’est votre dernière chance. Toute personne hébergeant des terroristes sera responsable de ce qu’il adviendra”

Sabah Othmane

Damas (à confirmer): Des échauffourées ont eu lieu juste après la fin de la prière, dans le quartier de Mazzé, derrière l’ambassade d’Iran.  Ce quartier est un centre névralgique pour le pouvoir, d’autant plus que c’est ici que se trouvent la plupart des ambassades. C’est un groupe de terroristes, qui a voulu pénétrer semble-t-il, à l’ambassade iranienne. L’action aurait été un échec cuisant. Ils ont été mis en déroute. 

Damas: Lors d’une opération dans la banlieue de Damas, à Douma, l’armée syrienne a mis aux arrêts une jeune terroriste de 22 ans au doux nom de Sabah Othmane. Rassurez-vous, rien à voir avec la reine de Sabah, malgré sa beauté. Elle est passée aux aveux complets, reconnaissant qu’elle jouait un rôle prépondérant, en interrogeant les femmes enlevées, violées puis assassinées. Mais, elle a indiqué qu’elle a été enrôlées de…force. Un nouvel enseignement qui prouve que les fous d’Allah sont en fait les fous de satan, égorgeurs et violeurs. Quelle idée de soutenir ces gens ?  

Le jour où ce monde s’éveillera, plus dure sera la chute des terroristes, et de leurs soutiens !


http://allainjules.com/2012/08/20/alep-syrie-la-presse-britannique-confirme-aussi-le-complot-international-contre-la-syrie/

 


.

Syrie : La presse allemande confirme que la Syrie est victime d’un complot international

Bachar al-Assad ce matin dans la mosquée d'al-Hamad (quartier d'al-Mouhajirine à Damas)

Bachar al-Assad ce matin dans la mosquée d’al-Hamad (quartier d’al-Mouhajirine à Damas)

L’art de la mise en scène occidentale, l’hypocrisie et le cynisme qui va avec est innommable. Depuis le début du conflit imposé à la Syrie, le président Bachar al-Assad a toujours répété que son pays est victime d’un complot international. On ne peut oublier les diatribes de nos journaux, qui n’hésitent pas à le traiter de mythomane. Or, la vérité devient implacable.  Le journalisme est tombé dans les bas-fonds du terrorisme intellectuel. Quand vous soutenez la souveraineté d’un pays, en l’occurrence de la Syrie, sans argumentation aucune, vous êtes traité de “partisan de la coalition brune”. On ne sait même pas ce que ça veut dire. 

Les supporters et financiers d’Al-Qaïda en Syrie ont du avoir les oreilles qui sifflent en apprenant que l’hebdomadaire allemand Bild am Sonntag a signalé que des agents du Service fédéral de renseignement (BND) opèrent depuis des bateaux au large de la côte syrienne, grâce à une technologie permettant d’observer les mouvements des troupes jusqu’à 600 km au coeur du pays. De Merkel à Hollande, en passant par Obama ou Cameron, tous sont au courant. Alors, quand certains, qui ne maîtrisent pas la situation et osent même dire que le président Bachar al-Assad a toujours refusé de négocier, c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité. Ces gens n’ont jamais voulu la paix et l’ont signalé à leurs poulains terroristes.

Selon le Bild am Sonntag, ils transmettent leurs renseignements à des officiers américains et britanniques qui fournissent ensuite l’information aux terroristes. Donc, quand on voit Laurent Fabius aboyer à tue-tête, on se rend vraiment compte que la France est à l’image de ses dirigeants, des incapables et des hypocrites menteurs. Les Allemands ne parlent pas mais, visiblement, agissent en faveur du terrorisme international. Selon un responsable américain s’exprimant sous couvert de l’anonymat, aucun service de renseignement occidental n’a d’aussi bonnes sources en Syrie que le BND allemand. Les agents allemands sont également actifs dans le conflit syrien depuis la base de l’Otan dans la ville turque d’Adana, selon le Bild.

Le seul but de cette guerre imposée aux Syriens, est la chute du régime d’Assad et rien d’autre. Et par conséquent, ces gens ont eu des soutiens en Syrie, du côté des clowns qui croient qu’on s’occupe d’eux alors qu’on se moque d’eux pour affaiblir leur pays. Triste constat. Mais, malgré cette coalition nazie internationale, sur le terrain, les choses ne se passent pas vraiment comme les occidentaux le veulent. Assad est encore en poste, et bien en poste. Il a d’ailleurs assisté, ce matin (photo), à la fête de l’Aïd al-Fitr dans la mosquée d’al-Hamad dans le quartier d’al-Mouhajirine, à Damas. Sur le terrain, les forces apocalyptiques continuent à avoir de sérieux revers. Nous y reviendrons dans quelques heures.
http://allainjules.com/2012/08/19/syrie-la-presse-allemande-confirme-que-la-syrie-est-victime-dun-complot-international/

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 14:38

 

La puissance des médias

La presse sérieuse et la télévision de service public doivent être au service de la démocratie

Rainer Rothe
Vendredi 10 Août 2012


La puissance des médias
La presse sérieuse et la télévision de service public doivent être au service de la démocratie
par Rainer Rothe, avocat

.

La manipulation par l’engagement varié et nuancé des médias, est un moyen de puissance. Il n‘y a pas de hasards. Il existe déjà une communication juridique (cf. Rademacher/Schmitt-Geiger (édit.). «Litigation-PR: Alles was recht ist», 2012). Rien n’est laissé au hasard.
Le professeur de droit public expérimenté Martin Kriele rappelle ce processus fondamental à l’aide de l’intervention contre Christian Wulff, l’ancien président d’Allemagne. Il décrit dans son article dans le périodique Zeitschrift für Rechtspolitik (ZRP, 2012, 53sq., «Zwischenruf: Die Macht der Medien», www.martinkriele.info), que des journalistes n’ont pas fait de recherches sur les reproches contre Wulff – recherches qu’ils auraient été obligés de faire – à l’aide des normes du code pénal (§§ 331, 332 CP), bien que le débat ait occupé les médias durant deux mois, mais qu’ils ont créé un scandale qui n’existait pas.
Entretemps, Focus écrit dans son dernier numéro (no 31 du 30/7/12, p. 17) qu’il n’y a actuellement pas de présomption de culpabilité suffisante dans l’information judiciaire lancée contre Wulff.
En 1990 déjà, un professeur allemand de premier plan en droit de la personnalité (droit civil), qui par hasard occupait un bureau au même étage que moi à l’université, m’a rappelé avec insistance que le problème de l’abus de la liberté de la presse a commencé quand on a coiffé Ebert, le président du Reich, d’une tête d’âne et que par conséquent, le respect de la fonction et de la personne avait été blessé, avec des conséquences graves pour l’Etat de droit et la démocratie.
Dans le contexte de la démission de Köhler et Wulff, le professeur Kriele écrit à présent ce à quoi j’ai toujours dû penser:
«Le déclin de la République de Weimar a commencé avec la moquerie du président du Reich Friedrich Ebert et les manipulations d’opinion du groupe Hugenberg. Au fond, le respect de la fonction du président fédéral et du peuple qu’il représente, interdit de faire des coups portés au président un amusement public: qui tiendra le coup le plus longtemps, lui ou les médias?»
Une fois de plus je le remercie d’exiger le respect de ces principes de la part de la presse spécialisée et qu’il rappelle, en tant que solution et espoir, les principes de la démocratie et de l’Etat de droit, et par là la mission et le rôle ainsi que l’engagement juridique des médias. Il renvoie au fait que «c’est un problème de la culture politique de notre démocratie». Que les médias ont «peu de motifs d’autojustification morale». Il distingue, comme le fait dans sa systématique l’article 5, al. 1 de la Constitution, l’expression d’opinions et la diffusion de faits. Il rappelle que c’est la tâche des établissements de radio et de télévision avant tout de réfléchir aux «préceptes qui garantissent un minimum de mesure, d’objectivité et de respect mutuel.» ((BVerfGE 12, 205 [262 f.] = NJW 1961, 547).
La liberté d’expression et la diffusion d’une opinion doivent être clairement distinguées de la liberté du reportage (transmission de faits) garanti par la radio et le film (art. 5, al. 1, phrase 2 CF). Aujourd’hui, l’interdiction de la désinformation selon l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) est malheureusement souvent ignorée par les tribunaux.
Pour moi, le juge suprême de la République fédérale d’Allemagne a de nouveau précisé l’importance pour la démocratie du citoyen et de ses droits dans son attitude de la semaine passée, quand il a justifié l’anticonstitutionnalité de l’éligibilité au Bundestag. Focus online titrait le 12/7/12: «la démocratie ne fonctionne pas sur commandement» (voir l’article à la page 4). La radio de droit public et la télévision ne pourraient pas du tout exister sans les redevances que chacun doit payer. La contrainte de payer des redevances se justifie par la fonction particulièrement importante entre autre d’une information objective du citoyen et de sa signification pour le processus démocratique. Les médias doivent s’y conformer et doivent renoncer à toute manipulation et désinformation. C’est là justement aussi une question de culture politique.     •

Le cartel des médias

km. Voici ce que le professeur de droit public Martin Kriele, partant d’un examen de la façon de traiter l’ancien président fédéral Christian Wulff, exige: une presse sérieuse et des télévisions de service public qui se sentent engagés envers leur mission démocratique – c’est ce que la journaliste Eva Herman illustre avec pertinence dans son livre qui vient de paraître: «Das Medienkartell. Wie wir täglich getäuscht werden.» (ISBN 978-3-86445-030-3). A l’aide de nombreux exemples concrets, elle illustre des déclarations sérieuses concernant les dysfonctionnements dans un conglomérat qu’elle appelle le «cartel des médias» composé de médias, d’économie et de politique.
Au début de son livre déjà, Eva Herman écrit: «Le reportage public […], par son orientation souvent partisane et unilatérale, est devenu entre-temps un danger pour nos valeurs démocratiques fondamentales.» En Allemagne, «instaurés quotidiennement à nouveau, le politiquement correct, les muselières et les interdictions de penser règnent aujourd’hui». (p. 8)
Le grand pouvoir des médias résulte de la concomitance avec d’autres pouvoirs: «Après avoir examiné les cas des médias les plus flagrants, on s’aperçoit vite que les ‹médias coupables› ne le sont pas tout seuls. Il s’agit bien plus d’une alliance de la ‹presse de qualité› des soi-disant médias dominants et des décideurs politiques de Berlin, Bruxelles et Washington ainsi que des groupes, banques et lobbyistes agissant de concert qui donnent leurs ordres de tout en haut. Appelons-les tous ensemble le cartel des médias.» (p. 8)
Voici les méthodes des médias: «Les slogans de RP rhétoriquement astucieux, les reportages publicitaires soigneusement coordonnés et les stratégies polémiques et même l’incitation sans scrupules à la guerre, s’ajoutent sans retenue aux reportages quotidiens, afin de mettre le peuple au pas: celui qui s’oppose à ces agissements, celui qui proteste ou essaie d’intervenir, se voit sans autre forme de procès mis au placard.» (p. 11)
Plus loin dans le livre, l’auteure se fait encore plus précise: «Quand on considère la déchéance croissante du reportage de notre ‹presse de qualité›, dont font partie malheureusement les vérités réprimées, la paresse, les fausses nouvelles et parfois la chasse aux sorcières contre des contemporains déplaisants, on peut parfois se sentir mal. Quand en même temps on considère le comportement des représentants de la presse pris individuellement, qui se présentent parfois comme si par principe ils avaient tous les droits de juger des personnes comme cela leur chante justement, on se sent parfois rappelé au Moyen Age, où on livrait au bûcher des contemporains indésirables pour avoir dit la vérité». (p. 161)
L’ancien président fédéral Wulff était un de ceux qui en a fait les frais. Mais Eva Herman ne se borne pas à rapporter les faits de façon détaillée, elle va plus loin: «La question importante des raisons de la chasse aux sorcières des médias se pose toujours. Qu’est-ce que Wulff avait commis pour que tous se précipitent soudainement sur lui et provoquent la rupture de tous les liens amicaux et politiquement corrects? […] Etaient-ce peut-être ses discours en clair sur l’actualité la plus récente concernant le MES, les euro-bonds et les machinations de l’élite financière globale?» (p. 156 sq.)
«Face à la crise de l’euro, Christian Wulff avait vigoureusement attaqué les activités des hommes politiques de premier rang et de la BCE. L’ancien président fédéral avait dit dans un discours public qu’il jugeait ‹douteux sur le plan juridique› le rachat massif par la BCE d’emprunts souverains de certains Etats, et que l’article 123 du Traité sur la méthode de travail de l’Union européenne interdisait à la BCE l’achat direct de titres de créance publics, pour protéger l’indépendance de la banque d’émission. ‹Cette interdiction n’a de sens que si les responsables ne la contournent pas par des achats importants sur le marché secondaire› selon Wulff.» (p. 159)
Le Président, dont la chancelière allemande avait d’abord cru qu’elle pourrait le manipuler tout à fait selon ses idées, se révéla être trop autonome: «En affichant ce mélange de conscience de sa propre valeur débordante soudainement, d’inquiétude pour l’avenir et de la perception simultanée de notre système fichu, Wulff n’était plus une marionnette que la chancelière Merkel pouvait joliment faire danser selon son humeur du moment. Celui qui est renseigné sur ce qui attend l’Allemagne, l’Europe et le monde entier ces temps prochains, comprend quels développements pouvaient avoir débuté selon les claires paroles de Wulff.» (p. 160)
En allant plus loin, Herman ajoute: «Qu’on se représente seulement qu’arrive prochainement en réalité ce que des observateurs craignent depuis longtemps et à quoi des troupes de crise comme l’armée privée Eurogendfor ou Frontex, les troupes de frontière se préparent depuis longtemps: des troubles en Europe, des fermetures de frontières à cause de l’effondrement de l’euro, des conversions de monnaie, des manques de denrées alimentaires ainsi que des mesures d’urgence de toutes sortes. Dans le cas d’une guerre au Proche-Orient, la dernière chose que la chancelière fédérale aimerait affronter, serait un président fédéral buté qui ne signe pas les lois d’urgence à ratifier rapidement, parce qu’il veut d’abord les vérifier dans le calme. Reste à attendre si, avec le nouveau Président Joachim Gauck, la fonction sera occupé par un chef d’Etat complaisant.» (p. 160)
Le bilan que dresse Eva Herman de l’attitude des médias à l’égard de Christian Wulff est incontestable: «L’affaire Wulff a modifié le paysage médiatique allemand. Ce qui n’était certainement pas prévu, c’est que bien des choses ont été divulguées, et là il ne s’agit pas seulement des transgressions de Wulff. Nos représentants des médias, que ce soit à la radio, à la télévision ou dans la presse écrite, ont montré leur visage. Ils ont été souvent énervants, se sont montrés pusillanimes par un côté presque autistiques par rapport à ce qu’ils imposaient au citoyen, et que celui-ci devait chaque jour supporter à nouveau. Ils ont fait tout cela dans une entente effrayante et apparemment sans grands scrupules.» (p. 167)
L’auteure y voit ses convictions de base confirmées: «Les importants piliers de notre société d’autrefois, tels que les valeurs traditionnelles, la liberté et la démocratie, ont en vérité depuis longtemps cédé à un système de surveillance et de contrôle qui revient à un reflet peu glorieux de l’agitation de la RDA d’alors. Il ne faut plus regarder avec reproches en direction de l’Est pour s’irriter du manque de liberté d’opinion: Entre-temps nous avons assez à faire dans notre propre pays pour retrouver un jour une bonne situation.» (p. 11 sq.)
Eva Herman examine aussi les questions de droit public concernant le développement du paysage médiatique: «Par l’influence croissante des médias, la séparation des pouvoirs, c’est-à-dire la répartition dans notre pays de l’autorité de l’Etat sur plusieurs organes étatiques, a apparemment adopté une nouvelle hiérarchie de la répartition, acceptée tacitement. Officiellement, on désigne encore les pouvoirs instaurés dans le but de la limitation du pouvoir et de la sauvegarde de la liberté et de la démocratie par: la législation (législatif), l’exécution (exécutif) et la justice (judiciaire). Mais il y a longtemps que ce sont de puissants éditeurs et leurs représentants qui bras dessus, bras dessous avec les décideurs politiques font à présent publiquement la pluie et le beau temps et dirigent les destins du pays: le cartel des médias s’est hissé au niveau d’un quatrième pouvoir.» (p. 41)
Mais ça signifie: «Ce qui autrefois a été réparti sur les épaules de plusieurs institutions comme mesure législative importante contre toute forme de concentration de pouvoir et d’arbitraire, s’exprime ici sans aucune base légale: des lois autonomes invisibles, des lois de mise au pas […] sont également installées dans notre pays, reçoivent leur bénédiction à Berlin, sont répandues publiquement et exécutées. Celui qui s’oppose est soumis arbitrairement à une procédure ‹judiciaire› sans aucune base légale.» (p. 41)
En considérant les réactions actuelles des citoyens allemands, elle écrit: «Nos valeurs, le fondement de notre liberté, les racines de l’Occident chrétien, sont actuellement abolis et exclus de la vie publique, par les méthodes médiatiques parfois cruelles, souvent mises au pas, à l’instar de ce qu’on appelle aujourd’hui la démocratie. On nous vole les piliers de base de la société, et nous? Nous regardons sans rien faire! Nous ne nous battons pas! Nous ne disons pas: ­arrêtez! L’Allemagne dort! Encore!» (p. 45)

Eva Herman, Das Medienkartel, Wie wir täglich getäuscht werden; ISBN 978-3-86445-030-3

Plus de 270 professeurs d’économie ont signé la lettre ouverte contre l’union des banques

km. Le 5 juillet la «Frankfurter Allgemeine Zeitung» a publié sur son site Internet une lettre ouverte de plus de 172 professeurs d’économie (cf. Horizons et débats no 29 du 16/7/12). Les économistes ont mis en garde contre la mise en vigueur des décisions prises lors du Sommet de l’UE du 29 juin. Ils ont particulièrement critiqué la chancelière allemande Angela Merkel, pour avoir soutenu ces décisions bien que son pays soit confronté à de nouveaux cautionnements énormes. Les chefs d’Etat et de gouvernement avaient décidé de vouloir créer une union des banques européennes où tous les pays de l’euro seraient responsables de payer collectivement les dettes cumulées par les banques dans tous les pays de l’euro. Ce signifierait que ce ne serait plus chaque pays qui serait lui-même responsable de payer les dettes des banques de son propre pays. Dans les pays en crise de la zone euro, les dettes des banques s’élèvent à plus de neuf billions d’euros actuellement, à peu près le triple des dettes d’Etat encourues par ces pays. La lettre des économistes a rencontré une attention mondiale et depuis sa publication, elle est largement discutée. Entretemps, plus de 270 professeurs d’économie ont signé cette lettre.

http://www.horizons-et-debats.ch

 

http://www.alterinfo.net/La-puissance-des-medias_a80069.html

 

.

Partager cet article
Repost0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 12:46

Des membres des forces de sécurité égyptiennes en position durant une opération dans le Sinaï, le 8 août 2012

http://www.20minutes.fr/monde/egypte/984381-attaque-sinai-met-fin-lune-miel-entre-egypte-hamas

 

GAZA - Égypte- Israël
  
Attaque du Sinaï = coup monté.
  
 
Bonjour à toutes et à tous,
 
L'armée égyptienne est toujours au pouvoir, et est toujours financée par les USA. Et est donc toujours alliée avec israël !
 
Rien d'essentiel n'a changé depuis l'éviction de Moubarak.
 
Personne à Gaza n'avait intérêt à se fâcher avec l'Egypte !
 
À qui profite le crime sinon à Israël ? !
 
Il est évident que l'attaque des gardes frontières égyptiens dans le Sinaï "par des islamistes radicaux" est un coup monté de toutes pièces, d'un commun accord entre l'armée égyptienne et la CIA et le Mossad, pour justifier auprès de la population égyptienne la fermeture du terminal de Rafah et la fermeture des tunnels de ravitaillement.
 
Il fallait fermer tout ça, mais il fallait en même temps maintenir l'illusion que quelque chose a changé depuis la "révolution". Les dirigeants des Frères musulmans sont à la solde de la CIA, mais la base de ce mouvement ne le sait pas et doit rester dans l'ignorance, et il ne faut pas qu'elle se révolte contre ses dirigeants. Cela serait dangereux ! Par conséquent, il fallait une excuse pour fermer les tunnels et le terminal. Comme ils n'en avaient aucune, ils en ont fabriqué une. Voilà tout ! C'est évident !
 
 
Bien à vous,
do
.
.
Guerres : Echos dissidents
..

 

.

Le Rapport Anti-Empire
par William BLUM
Afghanistan dans les années 80 et 90... Bosnie et Kosovo dans les années 90... Libye en 2011... Syrie en 2012... Lors de conflits armés dans chacun de ces pays, les Etats-Unis et Al-Qaeda (ou une de ses filiales) se sont retrouvés dans le même camp. (1) Que faut-il donc penser de la « guerre contre le terrorisme » des Etats-Unis ? Dans chaque cas, l’objectif des Etats-Unis était un changement de régime : renverser des communistes (ou des « communistes »), des Serbes, Slobodan Milosevic, Moammar (...) lire la suite
.
par Hend Kortam
Une organisation à base suédoise se lance dans un voyage en mer avec l’espoir de sensibiliser les consciences sur la situation désespérée des Gazaouis. Le Estelle, bateau qui a pris la mer pour briser le blocus de Gaza, a commencé sa traversée en partant de Suède. Cette dernière initiative en date pour briser le siège est organisée par l’organisation Un Bateau pour Gaza, basée en Suède et aidée par une coalition qui s’appelle Flottille de la Liberté III. Les organisations qui aident le collectif Un (...) lire la suite
.
Entretien avec Karin Leukefeld, journaliste indépendante allemande installée en Syrie
par Karin Leukefeld
Mme Leukefeld, on entend constamment dans les médias que les insurgés se seraient désormais emparés de la capitale syrienne, qui serait « libérée ». Comment cette libération est vécue par la population syrienne ? Comment la population syrienne perçoit-elle ces insurgés ? Tout d’abord, je dois dire que cette représentation n’est pas tout à fait correcte. Damas est une ville de plusieurs millions d’habitants, près de deux millions dans le centre, quatre millions environ dans la banlieue. Les insurgés sont (...) lire la suite
.
par Shamus COOKE
Un revirement fascinant s’est opéré dans les médias-systèmes étasuniens : Au bout d’un an de propagande anti-syrienne et de mensonges, des bribes de la vérité commencent à être révélées au public. Il se peut que ce soit trop peu et trop tard : le pays se débat dans un cauchemar de nettoyage ethnique religieux et de massacres. Après avoir incité à la guerre sans discontinuer, le New York Times s’est donné une seconde pour essuyer le sang de ses mains avant de se mettre à décrire le véritable état des choses (...) lire la suite
.
par Guillaume DE ROUVILLE
Comme nous le montrent les conflits en Libye et en Syrie, les démocraties occidentales peuvent instrumentaliser le terrorisme islamique avec leurs alliés d’Arabie saoudite et du Qatar, provoquer et entretenir des guerres civiles dans des pays en paix, se rendre coupables de crimes contre l’humanité pour accomplir les objectifs géostratégiques de leurs élites libérales, sans que leurs opinions publiques ne s’en émeuvent outre mesure. Cette atonie de l’opinion publique occidentale s’explique en partie (...) lire la suite
.
par Noam CHOMSKY
L’anniversaire d’Hiroshima, le 6 août, devrait être une jour d’amère réflexion, non seulement sur les terribles évènements de ce jour de 1945 mais aussi sur ce qu’ils nous ont révélé : à savoir que les êtres humains, dans leur effort incessant pour augmenter leurs capacités destructives ont finalement trouvé un moyen de s’approcher de la limite ultime. Cette année, les cérémonies de commémoration ont un sens particulier. Elles ont lieu peu avant le 50ième anniversaire du "moment le plus dangereux de l’histoire (...) lire la suite
.
Il suffit d’une course poursuite, d’une intervention un peu musclée, d’un jet de pierre, pour ramener des images
.
par Laurent BONELLI
Comment un certain traitement de la sécurité s’est-il imposé ? Quelles ont-été les modalités de ce traitement à la télévision, en particulier dans les magazines télévisés ? À ces deux questions, l’ouvrage de Laurent Bonelli – La France a peur [1] - apporte des réponses. Si l’enquête qu’il propose s’arrête en 2005, il ne fait aucun doute que, pour l’essentiel, elles valent pour les années qui ont suivi. Nous publions donc, avec l’accord de l’auteur, deux articles extraits de son livre. Le premier – « Les médias (...) lire la suite

par André BOUNY
Le 10 août est la Journée des victimes de l’Agent Orange, 2012, le 51ème anniversaire du premier épandage. Les années passent, la dioxine demeure. De nouvelles victimes naissent tandis que d’autres meurent. Voici comment les victimes de l’Agent Orange sont otages des géostratégies du monde et des firmes multinationales. Les États-Unis tergiversent, refusant de reconnaitre leur responsabilité dans le crime de l’Agent Orange. Il y a plusieurs années, ils évoquèrent l’étude d’un projet visant à dépolluer (...) lire la suite
.
par Robert J. Burrowes
La récente tuerie du Colorado (sans parler des guerres en cours et autres formes de violence dans le monde) soulève à nouveau la question "Pourquoi les êtres humains sont-ils violents ?" Sommes-nous génétiquement programmés pour être violents ? La société nous enseigne-t-elle la violence ? Ou y a-t-il simplement des individus "psychotiques" ? La question la plus importante est peut-être : est-il possible de mettre fin à la violence humaine ? Du fait que deux de mes oncles sont morts pendant la (...) lire la suite
.
Guy Delorme :
.
.
.
On a appris, de source OSDH, la défection du Premier ministre syrien, nommé en juin dernier par Bachar al-Assad, Riad Hijab : la télévision syrienne a...
http://www.voltairenet.org/
.
(Thierry Meyssan)
Jeroen Oerlemans, le photographe néerlandais enlevé en Syrie et libéré jeudi, a été retenu dans un camp « jihadiste » où aucun Syrien n’était présent,
.
Sur le Réseau Voltaire :
.
Par Thierry Meyssan
par Salim Lamrani
.
.
.
« Horizons et débats », 12e année, n° 32, 6 août 2012
Il y a longtemps que la guerre contre l’Iran a commencé
Partenaires, 6 août 2012
« Tendances de l’Orient »
.
La résistance de l’État syrien s’organise
par Pierre Khalaf, Partenaires, 6 août 2012
« Horizons et débats », 12e année, n° 31, 30 juillet 2012
.
L’objectif est toujours le même : faire la paix
Partenaires, 30 juillet 2012
« Tendances de l’Orient »
.
Assad en 2012 comme Nasser en 1956
par Pierre Khalaf, Partenaires, 30 juillet 2012
Tous ces articles sont ici :
www.voltairenet.org/

.
Syrie, FR2 : Martine Laroche-Joubert, porte-parole des « rebelles »
.
Syrie : Martine Laroche-Joubert, porte-parole des « rebelles »
Autres articles
Martine Laroche-Joubert se prétend journaliste à France 2, mais c’est faux : elle est la porte-parole des « rebelles », et, appliquant le cahier des charges que lui a fixé sa chaîne, elle ne rend pas compte de la situation en Syrie, mais transmet les commandes des « rebelles ».

Á Alep, où ils ont tenté de créer une base avec la complicité de la Turquie, elle se plaint des bombardements de l’armée syrienne : « de vieux Mig soviétiques » précise l’experte. Son idéal serait une « zone d’exclusion aérienne », comme en Libye, mais ça va pas être possible !

Alors elle demande, au nom de ses « rebelles », au moins des missiles sol-air ! C’est quand même bien la moindre des choses qu’on pourrait leur offrir ! Parce que les « rebelles » n’ont que des armes « prises à l’ennemi ». Bien sûr, elle a un petit doute, vu la proximité de la frontière turque, mais des missiles, ce serait rudement bien !

Elle a déjà sévi en Irak, en Libye, et maintenant, d’une mine sévère, elle se met au service de l’Empire dans son agression contre la Syrie.

Ce sont ces journalistes, ayant dans le cœur la haine des peuples, qui montent à l’assaut de la désinformation.

D.R.

http://www.resistance-politique.fr/
.
http://www.alterinfo.net/Syrie-Martine-Laroche-Joubert-porte-parole-des-rebelles_a79985.html
.
.
« Après la fragmentation de la Syrie,
viendra le tour du Liban... »
11/08/2012

Le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Danny Ayalon a affirmé hier que le Liban connaîtra le même sort que la Syrie si elle finit par être divisée, a rapporté la radio militaire israélienne.

Il faut dire que des experts prédisent que si le président syrien venait à perdre le contrôle de Damas, il pourrait être tenté de trouver refuge chez les alaouites dans les montagnes du nord de la Syrie où, selon l’opposition, il aurait déjà stocké des armes. Le roi Abdallah II de Jordanie avait d’ailleurs mis en garde mardi dernier contre un tel scénario qu’il a qualifié de « catastrophique. J’ai le sentiment que si Bachar el-Assad ne peut pas diriger la Grande Syrie, alors peut-être que le plan B est une enclave alaouite », avait-il prédit. « Je pense que ce serait pour nous le pire des scénarios, parce que cela signifierait alors une division de la Syrie. Si elle implosait, cela entraînerait des problèmes que nous mettrions des décennies à résoudre », avait-il martelé.
 

Lire aussi

Israël pourrait frapper l’Iran avant novembre

 

..
IRAN : 

.
.
Syrie - Hollande camoufle-t-il sa guerre
en opération bumanitaire ?
  
Laos - exemple d'une guerre camouflée
en opération humanitaire
  
 
.
(Pour voir la vidéo Arte sur le laos cliquer ci-dessus)

La CIA s'est déguisée en organisme humanitaire pour faire en secret sa guerre et sa propagande. Si l'on veut comprendre les guerres du XXIe siècle, il faut avoir vu cette vidéo bourrée de témoignages de diverses origines.

Bonjour à toutes et à tous,
Avant tout, je vous invite à voir la vidéo dont j'ai indiqué le lien ci-dessus. Il FAUT avoir vu cette vidéo, même si vous ne lisez pas mes commentaires !

Les Américains n'étaient chez eux ni au Laos ni au Vietnam ; ils n'avaient rien à y faire !

Dans la vidéo que je vous propose, l'on entend aussi parler des H'mong utilisés comme mercenaires par les Amerloques, et des rapports entre CIA et opium.

La guerre américaine du Laos a duré de nombreuses années avant que certains apprennent son existence. Cela prouve par l'exemple que les "complots" peuvent exister sans être trop vite démasqués.

Même le congrès américain ignorait totalement les agissements du gouvernement au Laos !

Pendant 9 ans, il y eut au Laos une attaque aérienne américaine toutes les 8 minutes !

Ils tiraient sur tout ce qui bougeait.

Ils utilisèrent des enfants laotiens pour faire la guerre.

Les Amerloques ont voulu imposer la "démocratie" occidentale aux Laotiens ; mais, ceux-ci étaient de sales anarchistes qui refusaient d'obéir, et qui vivaient traditionnellement, depuis la nuit des temps, selon le communisme primitif décrit par Marx et Engels. Les Laotiens n'avaient nul besoin de gouvernement ; et encore moins d'un gouvernement régi par les règles de la prétendue "démocratie" occidentale.

Pour mener ses opérations de guerre et de propagande au Laos, la CIA s'était déguisée en organisme humanitaire. Aujourd'hui, François Hollande prétend mener une opération humanitaire auprès des Syriens.

François Hollande n'est-il rien de plus qu'un vulgaire sioniste au service de l'impérialisme américain ?

Si, dans quelques temps, les prétendus "opposants syriens" reprennent du poil de la bête, nous saurons que la réponse à notre question est OUI ! et qu'Hollande a camouflé une opération de guerre et de propagande en opération humanitaire.

De toute façon, qu'il soit bien clair qu'en aucun cas l'opération française menée soit-disant "exclusivement auprès des réfugiés syriens" ne sera qu'humanitaire. Il y aura de toute évidence auprès de ceux-ci au minimum une intense propagande mensongère anti-Bachar el-Assad. La question est de savoir si la France ira jusqu'à les inciter à revenir en Syrie servir de mercenaires, et si elle les armera, les formera, les encadrera, et si des agents français les accompagneront en Syrie pour leur servir de supérieurs hiérarchiques pour faire la guerre.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip

Article complet et vidéo INDISPENSABLE au lien ci-dessous :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4429

 

.

Partager cet article
Repost0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 09:58
Propagande médiatique, politique, idéologique
Informer sur l’information - Petit manuel de l’observateur des médias
Acrimed
Jeudi 9 Août 2012


Informer sur l’information - Petit manuel de l’observateur des médias
Edité en février 2004, réédité en mars 2004, épuisé depuis plusieurs années, ce jalon de la critique des médias vous est désormais offert en .pdf, depuis février 2012.

- Février 2004. Nous écrivions ici même : « La critique des médias est en passe de devenir un produit médiatique comme un autre, à en juger par la multiplication des émissions convenues, des médiateurs conformes et des " enquêtes " bâclées. Mais il s’agit d’une une affaire trop sérieuse pour être abandonnée aux seuls journalistes, ou aux experts médiatiques. La critique des médias est encore trop peu l’affaire de tous ceux qui sont engagés dans la contestation de l’ordre social - et donc médiatique. Elle peut, elle doit le devenir. L’objectif de ce petit manuel est d’y contribuer » [1 ]
- Février 2012. Ce manuel, publié en 2004 et désormais épuisé, devrait être s’agissant des méthodes de la critiques, des moyens techniques de l’observation, des thèmes abordés et des thèmes choisis, considérablement enrichi, infléchi, précisé ; il ne s’agit là que d’une étape d’un travail de longue durée.
 
Acrimed (Action critique médias)
et PLPL (Pour Lire Pas Lu)
Présentent :
INFORMER SUR L’INFORMATION
PDF - 8.6 Mo
Petit manuel de l’observateur critique des médias

AU SOMMAIRE
Préambule : Quelle critique ? - Une critique radicale - ... intransigeante... mais juste
I. Préparatifs
1. Outils et objectifs - Les outils ? Equipement cérébral et équipement technique. - Les objectifs ? Les réactions " à vif " et les connexions cumulatives.
2. Saisies et décryptages - Tous médias confondus : à l’école du journalisme idéal - Radios et télévisions : le dur labeur de la transcription.
3. Sources et ressources - Gagner du temps - Faire usage des ressources disponibles.
4. Organisation du travail - La constitution de banques de données et fichiers - La division du travail d’observation.
II. Démontages
1. Quelques objectifs - Rendre visible ce qui est visible et ... ce qui est moins visible.
2. Quelques " angles " - Tous médias confondus : lexique, postures, silences, figures imposées, amnésies. - Radio et télévision : Informations, images, chroniques, débats.
3. Quelques thèmes - Cibles prioritaires : la " pensée de marché ", la publicité, les médias et questions sociales, les médias face aux mouvements sociaux, les mouvements sociaux face aux médias, les médias et la vie démocratique.
Conclusion : L’observation critique des médias, pour quoi faire ? - Pour faire savoir - Pour cesser de laisser faire.
Bibliographie partielle et partiale
Notes
[1 ] Produit d’une expérience collective, ce texte a été rédigé par Henri Maler (pour Acrimed) et Pierre Rimbert (pour PLPL) épaulés par une cohorte de... " consultants " : Gilles Balbastre, Patrick Champagne, Mathieu Colloghan, Clothilde Dozier, Samuel Dumoulin, Serge Halimi, Patrick Lemaire, Marc Pantanella, Yves Rebours, François Ruffin, Will Salama, Béatrice Vincent. Les exemples sont extraits des abondantes archives d’Acrimed et de PLPL. Maquette & images : Mathieu Colloghan. Correction : Christophe Baffier-Candès.

Acrimed
.
http://www.alterinfo.net/Informer-sur-l-information-Petit-manuel-de-l-observateur-des-medias_a80026.html
.
.
Partager cet article
Repost0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 01:36

 

 

Samedi 11 août 2012

 

Iran versus USA
en termes de dangerosité !

jeudi 9 août 2012


Nos amis canadiens nous envoient ce tableau comparatif,

qui dresse la liste des pays attaqués par l’Iran et par les Etats-Unis,

avec le commentaire suivant :

"Un bon croquis vaut parfois mieux qu’un long discours" !

 

Dangérosité

 

 

Pays attaqués par des bombardements, des actes de sabotage

ou des tentatives de renversement des gouvernements

depuis la seconde guerre mondiale.

 


 

Score des attaques : Iran : 0 - USA : 51.


http://www.europalestine.com/spip.php?article7533

 

.

§§§§§

 

.

 

http://www.solidariteetprogres.org/La-veritable-histoire-de-ce-qui-se-joue-en-Syrie_08973

 

 

.

Partager cet article
Repost0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 01:24

 

michelle jeune

 

Sur le blog politique de la talentueuse écrivain Michelle MEYER, un destin à découvrir par tous (voir sa fiche Wikipedia), une grande dame de l'Edition engagée
.

 

http://michellemeyerpol.canalblog.com/   

link

 

.

Le "cri" de Lucien Pons

sur Marianne (commentaire)

.

 

Je suis scandalisé et agacé par la déferlante en faveur de ces fameux combattants de la liberté qui ont déjà si bien opéré en Libye, en Irak et en de nombreux autres pays. Les forces du bien, islamo atlantistes répandent partout la bonne parole ultralibérale. Pour eux la liberté serait donc synonyme de malheur et de mort. Pour ces chevaliers des temps modernes, en fait pour ces chevaliers de l’apocalypse, l'émancipation passe par la charia.

Les femmes, ces créatures du mal, doivent se soumettre à l'autorité suprême de l’homme et accepter de se voiler sous la menace. La vague impressionnante de femmes voilées dans notre pays devrait nous faire réfléchir quant à la démarche de ces adeptes du libre marché. Pour eux, le communautarisme est un allié indispensable pour créer des métastases dans le corps social. Les alliés objectifs de la stratégie de choc, sont soutenus et armés en prêcheurs intégristes par les pires régimes du moyen orient. Dans les monarchies du Golfe, pas question de liberté, pas question de démocratie, ils ont écrasé dans le sang le printemps arabe du Bahreïn, sans susciter la moindre émotion parmi la caste bien-pensante occidentale. Monsieur Botul, alias BHL, n’a pas levé d’armée pour venir en aide à ces personnes éprises de liberté.

La manipulation mentale est une arme absolue, comme dans le meilleur des mondes on sacrifie aux rituels démocratiques tout en confisquant les vrais pouvoirs aux élus du peuple.


Nous devrions nous interroger sur la constance de l'alignement de notre politique étrangère sur les pires travers de l'alliance atlantique. Pourquoi ne parle-t-on pas de la sortie de la France du gouvernement intégré de l'OTAN? Pourquoi notre indépendance ne fait-elle pas parti des sujets offerts aux débats ? Pourquoi cette armée de supplétifs doit garantir la suprématie de l'empire américain partout dans le monde ? Je crois me souvenir que cette alliance a été crée au départ pour protéger chaque pays membre d'une agression extérieure. En quoi la Libye menaçait-elle un des pays de l'alliance? En quoi l'Irak, la Serbie, etc..., mettaient-ils en danger les intérêts vitaux d'un de ses membres?

Pour en revenir à la Syrie, j'en ai par dessus la tête de voir la presque totalité des média se transformer en officine de propagande en faveur du renversement du régime actuel.
La plupart des observateurs indépendants, la plupart des journalistes étrangers, mettent en avant la présence de groupes armés violents qui sèment la terreur, la désolation et la mort auprès de la population civile. La présence de mercenaires d'Al-Quaïda au sein de l’armée de libération de la Syrie est une information donnée par beaucoup de journalistes étrangers. Je vous invite à lire le reportage du journaliste britannique, Alex Thomson, concernant son expérience personnelle sur l’attitude des rebelles à propos des reporters étrangers utilisés à des fins de propagande. Son témoignage personnel, « Syrie : Journalistes envoyés à la mort par les rebelles (Channel 4) » par Alex Thomson.
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31374

Dans les grands média français, nos grands reporters se contentent de filtrer les informations et de répéter à satiété la litanie selon laquelle le président Bachar El Assad massacrerait sa population dans un accès de folie meurtrière.

Afin d'enfumer un peu plus le bon peuple on met en avant des fameuses ONG, telles "Human Rights Watch" ou bien le site pétitionnaire "Avaaz", afin de conforter les certitudes que nous devons tous avoir. Le seul problème est que ces belles officines sont des têtes de pont de la CIA afin de manipuler les opinions publiques à travers le monde. L'une d'entre elles a-t-elle déjà engagé une quelconque action en faveur des indignés du Québec, d'Espagne, d'Israël, ou d'ailleurs? Cherchez bien, la réponse est non. Le calme plat est la seule réponse envisagée dans ce cas.

Comment se fait-il que les média dominants ne cherchent pas à nous informer? Pourquoi leurs préoccupations sont-elles seulement bellicistes en faveur des lobbys du complexe militaro financier, états-uniens de préférence? La polémique autour du rôle de Thalès est éloquente dans l’article de Marianne. Thalès est un concurrent sérieux il convient de prendre sa place.

J'attendrais des grands média qu'ils m'informent.
J'attendrais des grands média qu’ils fassent des enquêtes sérieuses.
J'attendrais des grands média qu'ils n'essaient pas de manipuler les citoyens.
J'attendrais des grands média qu'ils agissent en faveur de la paix.
J'attendrais des grands média qu'ils favorisent les manifestations citoyennes en faveur de la paix dans le monde.

Hélas, rien de cela ne nous est proposé, seul un salmigondis de mensonges plus ou moins forts est servi en pâture au public, afin de le transformer en va-t-en-guerre.

Comment peut-on se plaindre encore que la grande presse va mal, que les citoyens délaissent les canaux officiels de l’information, tout en servant cette soupe de propagande quotidienne?

Les grands journalistes existent. Ils sont épris de l’éthique d’Albert Londres. Ils veulent informer, analyser, recouper, en un mot exercer leur métier normalement. Il est insupportable que les intérêts des oligarchies leur imposent le silence.

 

Posté par Lucien PONS le 16/06/2012 20:22

 

http://www.marianne2.fr/Syrie-malgre-les-massacres-le-commerce-des-armes-continue_a219677.html?com&order=2&start=20#comments

 

http://michellemeyerpol.canalblog.com/

 

.

 

Derniers messages
.

.

Partager cet article
Repost0
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 06:16

 

 

 

ImageImage L'ETA

http://www.booska-p.com/forum-rap-francais/manifestation-en-lybie-17-fevrier-prochain-t38354-120.html

 

Mohamed Belaali : La Libye après l’intervention impérialiste.


 

Dans « l'impérialisme est l'ennemi des peuples : le cas de la Libye », nous avons écrit : « Profitant de la révolte du peuple libyen contre le régime de Kadhafi devenu despotique et anachronique, l’impérialisme américain et son caniche européen tentent par tous les moyens d’intervenir en Libye pour installer un régime qui servira leurs intérêts (…) Le peuple libyen serait alors privé de sa révolution, de sa richesse et connaîtrait une situation aussi tragique que celle que subit actuellement le peuple irakien ou afghan par exemple » (1).


 Aujourd'hui cette tragédie est de plus en plus évidente. Règlements de comptes, torture, violence ethnique, corruption généralisée, milices surarmées formées d'anciens « rebelles » se retournant les unes contre les autres, tribus réclamant leur autonomie, pouvoir central impuissant et compagnies pétrolières étrangères pompant allègrement le pétrole du peuple libyen, voilà à quoi ressemble la Libye après l'intervention impérialiste.


Du 27 juin au 1er juillet 2012, des affrontements entre tribus rivales ont fait 47 morts et plus d'une centaine de blessés dans le sud-est libyen


(2). Dans le sud-ouest et plus précisément dans les villes de Mizdah et Al-Chakika des combats entre les tribus de Zentan et d’Al-Machachiya ont fait 105 victimes et des centaines de blessés. En avril 2012, des groupes armés s'affrontaient près de Zouara à 80 km de Tripoli (3). Les différentes milices (plus de 100 rien qu'à Tripoli !) non contentes de s'entretuer, font régner une véritable terreur sur l'ensemble du territoire libyen. Leurs trafics notamment d'armes et d'alcool dégénèrent en règlements de comptes violents : « Chaque milice a son quartier et une véritable économie de la violence s’est mise en place. Il y a de l’alcool, des armes, des trafics des luttes d’influence. Tout cela dégénère très vite en règlements de comptes ; on a tous les ingrédients d’une guerre civile larvée... »disait Patrick Haimzadeh ancien diplomate français (4). Dans son dernier rapport sur la Libye, Amnesty International constate que « un an après le soulèvement, des milices au comportement "anarchique" commettent des violations massives ». Les milices de Misratah et de Zintan « ont ainsi chassé de chez eux tous les habitants de Tawargha, soit environ 30 000 personnes, et ont pillé et incendié leurs logements en représailles contre des crimes que des Tawarghas sont accusés d’avoir commis pendant le conflit. Des milliers de membres de la tribu des Mashashyas ont eux aussi été forcés à quitter leur village par des miliciens de Zintan » (5). Il ne s'agit là que de quelques exemples de ces crimes, de ces affrontements entre tribus, milices et autres seigneurs de guerre. Malgré cette « guerre de tous contre tous », la production de pétrole assurée par des compagnies étrangères, quant à elle, coule à flots. Elle a même retrouvé son niveau d'avant l'intervention impérialiste !


La violence, l'arbitraire et l'anarchie, au mauvais sens du terme, font partie intégrante du quotidien des libyens auxquels l'OTAN avait pourtant promis démocratie, liberté, respect des droits de l'Homme et tutti quanti. Non seulement le Conseil National de Transition (CNT) tolère ces crimes, mais il les encourage. Ainsi le 2 mai 2012, le CNT a voté une loi(loi 38) protégeant les responsables de ces exactions si elles ont pour but de « promouvoir ou protéger la révolution » (6).


L'intervention impérialiste a brisé également l'unité du peuple libyen. En mars 2012, la Cyrénaïque, un tiers du territoire, où se trouve l'essentiel des ressources pétrolières et gazières a proclamé son autonomie. Son Conseil intérimaire est dirigé par le prince Ahmed Al Zoubaïr al Senoussi petit neveu du roi Idriss Al Sanoussi.


A quelques jours des élections de l'assemblée constituante du 7 juillet 2012, des incidents violents se sont produits dans cette région de l'est libyen.


Le 1er juillet 2012, des hommes armés ont saccagé les bureaux de la commission électorale de Benghazi pour protester contre la répartition des sièges dans la future assemblée constituante qui devrait être élue le 7 juillet. Ils réclament pour la Cyrénaïque un nombre de sièges égal à celui des des deux autres régions, la Tripolitaine (ouest) et le Fezzane (sud). Le 5 juillet, c'est le dépôt contenant le matériel électoral qui a été incendié à Ajdabiya. Le 6 juillet, un fonctionnaire de la commission électorale a été abattu. Son hélicoptère, qui transportait des urnes, a été la cible des tirs d'armes légères (7). Le 7 juillet, un homme hostile aux élections a été tué dans un échange de tirs à Ajdabiya.

La Cyrénaïque comme d'ailleurs les Toubous (ethnie du sud d'origine africaine) appellent au boycott du scrutin du 7 juillet 2012.

Berbères, Toubous et autres Touaregs revendiquent, eux, leur spécificité culturelle et linguistique (8) et les tensions avec les tribus arabes dominantes se règlent souvent les armes à la main faisant plusieurs dizaines de morts. L'éclatement de la nation libyenne, construction récente et fragile, en entités plus ou moins indépendantes du pouvoir central et dominées par des tribus s'entretuant mutuellement est un risque réel, conséquence directe de l'intervention impérialiste.

L'autre conséquence directe de l'intervention militaire occidentale en Libye est le morcellement du Mali. Car si l'OTAN n'avait pas envahi la Libye et imposé un CNT à sa solde, jamais le Nord du Mali n'aurait pu être occupé par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) et ses alliés islamistes. L'occupation de vastes territoires maliens est rendu possible grâce à la complicité des États-Unis, de la France et de leurs serviteurs locaux regroupés dans la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Les armes qui ont permis aux assaillants de s'emparer des deux tiers du territoire malien provenaient des arsenaux libyens. Le Qatar qui a participé à la guerre en Libye et qui finance avec l'Arabie Saoudite l'opposition syrienne, apporte son soutien financier, sous couvert d'aide humanitaire, aux mouvements armés qui agissent au nord du Mali. « Le gouvernement français sait qui soutient les terroristes. Il y a le Qatar par exemple qui envoie soi-disant des aides, des vivres tous les jours sur les aéroports de Gao, Tombouctou etc. » disait Sadou Diallo maire de Gao (9). Mais ce que le maire n'a pas compris, c'est que la France dont il demande l'intervention militaire, travaille main dans la main avec le Qatar sous la houlette des États-Unis qui, eux, agissent bien sûr à travers l'OTAN mais aussi à travers l'AFRICOM (Commandement militaire des États-Unis pour l'Afrique ). Ce commandement leur permet non seulement de contrer la présence chinoise en Afrique, mais aussi et surtout de s'approprier les immenses richesses minières et pétrolières du continent. C'est dans ce cadre général qu'il convient de situer l'intervention impérialiste en Libye et ses prolongements au Mali.

L'intervention impérialiste en Libye a fait des dizaines de milliers de victimes innocentes. Elle a détruit l'essentiel de l'infrastructure économique du pays. Elle a brisé l'unité de la nation libyenne. L'impérialisme américain et son supplétif européen ont imposé au peuple libyen par la violence un pouvoir sans légitimité aucune, mais qui leur est totalement soumis. Les bourgeoisies occidentales, à travers leurs compagnies, peuvent désormais pomper, tels des vampires, le pétrole libyen en toute quiétude. Mais ces rapaces sont insatiables. Leurs visées impérialistes portent maintenant sur le sous sol de tout le Sahel africain en exploitant les mécontentements des populations marginalisées par les régimes en place. La destruction de la Libye rappelle étrangement la destruction de l'ex-Yougoslavie, de l'Irak, de l'Afghanistan, de la Côte d'Ivoire et bien d'autres États encore. Aujourd'hui, l'impérialisme américain et européen avec l'aide de leurs alliés locaux (Arabie Saoudite, Qatar, Turquie etc.) sont en train de détruire la Syrie pour imposer, là encore, un pouvoir à leurs bottes. Toutes les nations qui n'ont pas les moyens militaires pour se défendre sont des cibles potentielles de l'impérialisme. Cette violence exercée sur des peuples sans défense est intimement liée aux fondements même du système capitaliste dont le seul et unique but est la maximisation du profit par tous les moyens. Rien n'arrêtera cette minorité d'exploiteurs d'exercer sur l'immense majorité d'exploités, à travers le monde, une répression et une cruauté sans limite pour atteindre leur objectif. La résistance et le combat pour la destruction du capitalisme doivent être planétaires.

Mohamed Belaali

http://www.belaali.com/ 


--------------

(1) http://www.belaali.com/article-l-imperialisme-est-l-ennemi-des-peuples-le-cas-de-la-libye-68565735.html 

(2) http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120701101410/ 

(3)http://www.rfi.fr/afrique/20120404-libye-reprise-affrontements-entre-groupes-armes-zouara-ouest-tripoli 

(4)http://www.bbc.co.uk/afrique/nos_emissions/2012/02/120215_invite.shtml

(5) http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Crises/Afrique-du-Nord-Moyen-Orient/Actualites/Libye-un-apres-le-soulevement-des-milices-commettent-des-violations-massives-4673 

(6) http://allafrica.com/stories/201205110309.html 

(7) http://www.humanite.fr/monde/libye-premieres-elections-sous-tension-500391 

(8) http://www.irinnews.org/fr/Report/95542/LIBYE-Les-minorit%C3%A9s-libyennes-revendiquent-leurs-droits 

(9) http://www.rtl.fr/actualites/culture-loisirs/international/article/sadou-diallo-maire-de-gao-au-mali-le-gouvernement-francais-sait-qui-soutient-les-terroristes-il-y-a-le-qatar-775034 

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-libye-apres-l-intervention-120029

 

 

Libye : Dossiers 

 Analyse, Géopolitique et stratégie 

n°31 du 08-08

 C.De Broeder & M.Lemaire

 

Et bien d'autres posts excellents sur la Libye sur ces sites


 

 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

 

  

Syrie :

 

 

 

 

 

http://www.alterinfo.net/La-Syrie-devient-le-pays-des-mercenaires-etrangers_a79933.html

link

 

 

http://allainjules.com/2012/08/08/syrie-alep-les-terroristes-tombent-et-tuent-des-civils-en-represailles/

 

.

  .


Dans cet entretien avec Mouin Rabbani, réalisé pour le Journal of Palestine Studies, Noam Chomsky parle de son implication dans la question palestinienne. Il évoque son engagement précoce et son évolution. Il évalue aussi comment les choses ont changé – ou non –, et comment le conflit israélo-palestinien devrait et pourrait évoluer. L’entretien s’est déroulé à Lexington, dans le Massachusetts, en 2009 et 2010. Le texte complet est disponible dans le numéro du printemps 2012 du Journal of Palestine Mouin (...) lire la suite
.
par Georges STANECHY
« Les contradictions à l’œuvre dans la logique des Droits de l’Homme … disent l’imminence d’un monde où l’extermination pourra se décider sous la bannière des démocraties » Catherine Coquio (1) La Nef des Fous Fin juillet. Mitt Romney, le candidat milliardaire du “parti républicain” aux élections présidentielles des USA, en novembre prochain, vient d’accomplir son pèlerinage en Israël. Multipliant les déclarations à l’encontre de la Nation Palestinienne qui attend vainement, depuis plus de 60 ans pour (...) lire la suite

.
par Chems Eddine CHITOUR
« Au lieu de donner un poisson à quelqu’un, il faut lui apprendre à pêcher ». Mao Tsé Toung La semaine dernière s’est tenu à Pékin le forum de la coopération Chine-Afrique. Ce rendez-vous traditionnel - ignoré superbement par l’Occident - a pour ambition de développer un partenariat winn-winn, désintéressé en ce sens qu’il n’est pas connoté par des arrière-pensées paternalistes, reliquat d’un colonialisme qui ne veut pas mourir. Naturellement, cette coopération est brocardée notamment par les anciennes (...) lire la suite
Partager cet article
Repost0
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 06:04

 

 

 

 

 

Peut-on exiger une vraie information sans être partisan de la Syrie de Bachar Al-Assad ?
Le traitement médiatique de la guerre en Syrie
Frédéric ANDRE

Il suffit aujourd’hui simplement de s’interroger sur un sujet ou les médias -dans leur majorité- ont un parti pris pour tomber dans le viseur des cerveaux bien-pensants. Le cas de la guerre actuelle en Syrie en est un exemple parmi tant d’autres.

 

Toute personne, journaliste, écrivain, homme/femme politique, ou simple citoyen qui ose s’interroger sur le bien-fondé de ladite rébellion syrienne ne peut être qu’un complotiste nourri aux sites antisémites et aux thèses nauséabondes.


"Comment pouvez-vous soutenir le tyran Bachar Al-Assad ?! Vous savez ce qu’il se passe là-bas ?!

Vous n’y êtes pas allé ! Vous avez vu les images ?! C’est un bain de sang ! Ils ont bien raison de se révolter !!

Le sujet est souvent pris sous l’angle émotionnel, sur le Net et en particulier les réseaux sociaux, on diffuse en masse des photos de cadavres, de personnes mutilées, d’enfants carbonisés.

On le sait bien, cette méthode dispense souvent d’avoir à expliquer les évènements en profondeur et dans leur complexité.

Car c’est bien de cela dont il s’agit, d’une situation bien plus complexe que ne le laissent penser les diffuseurs d’images morbides et les journalistes de grands médias parlant de bombardement massifs, de morts civils et de répression.

Comment le spectateur du JT peut t-il se faire une opinion du conflit et en comprendre les éléments constitutifs dans ce cas.

Cela relève de l’impossible.

La ligne suivie par les grands médias est en revanche elle, dénuée de complexité : il s’agit d’une guerre civile opposant un dictateur et son armée meurtrière à un peuple révolté menée par d’héroïques combattants. Florence Aubenas dans un article du Monde datant du 30 juillet parle même d’un "rebelle" de l’armée syrienne libre comme d’un "un grand type aux yeux verts, beau comme un soldat de cinéma."

Il est très facile de manipuler l’opinion ainsi, d’autant que concrètement, la Syrie de Bachar Al-Assad n’est pas un paradis de démocratie, et qu’il existe au sein du régime et de ses affiliés une corruption importante.

Ensuite il s’agit de mettre toutes les "révolutions arabes" dans le même panier.

Tunisie, Egypte, Yémen, Libye, Syrie, tout ça c’est la même chose : il s’agit de régimes dictatoriaux contre lesquels les peuples de ces pays se sont révoltés.

Dans nos médias de masse, peu importent les particularités de chaque pays et de chaque conflit, ce sont tous des pays "arabes", donc tous dictatoriaux, les gens y crèvent tous la dalle et ne peuvent pas s’exprimer, donc la révolte est légitime. La révolution est légitime.

Il est intéressant de voir comme les journalistes apprécient les révolutions loin de leur pays, plus particulièrement lorsqu’il s’agit de révoltes contre des régimes diabolisés, mais rejette ce mot aussitôt qu’il s’agit de contester l’ordre libéral, dès lors la "révolution" est implacablement associée au chaos, à la gauche radicale, au communisme, au goulag..

Les médias de masse mettent davantage l’accent sur les ripostes de l’armée syrienne que sur les attaques des "rebelles".

Car quel que soit la position que l’on prend, tout le monde est d’accord pour reconnaître que l’ASL entreprend des attaques et commet des attentats sur le sol syrien. Ainsi les journalistes ne peuvent faire autrement que de reconnaître que l’armée syrienne mène des contre-offensives. Elle mène des contre-attaques comme le ferait n’importe quelle armée nationale face à une guérilla armée.

Après, il est possible évidemment de débattre de l’ampleur de ces contre-attaques.

Il y a une autre chose frappante dans la couverture médiatique sur le conflit syrien : la plupart des chiffres sur les "massacres" commis par l’armée syrienne sont donnés par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Il est étonnant de voir que des médias censés être neutres, utilisent des chiffres d’une ONG clairement engagée en faveur des insurgés syriens.

Mais une question vitale devrait se poser : qui est l’armée syrienne libre ? et qui sont les membres du conseil national syrien ?

Qui sont ceux qui combattent et que l’ont présente si souvent comme des combattants de la liberté massacrés par le régime syrien.

Il ne s’agit pas ici de prendre position contre Bachar Al-Assad ou contre le CNS, mais de se poser les questions essentielles à la compréhension du conflit. Et pour cela il faut connaitre les belligérants.

En quoi montrer une image romanesque des combattants anti-régime va t-il aider à cela ?

Si l’ASL fut formée par des militaires syriens déserteurs, elle ne se limite pas à cela.

En premier lieu, soulevons un point essentiel : la place des combattants étrangers au sein de l’opposition syrienne.

Parmi eux : nous trouvons Mahdi Al-Harati, l’un des leaders de la rébellion libyenne qui a renversé et tué le colonel Kadhafi.

AL-Harati fut le numéro deux du gouvernement militaire de Tripoli derrière l’ancien djihadiste Abdelhakim Belhadj.

Il dirige aujourd’hui le groupe islamiste extrémiste Liwa al-Umma qui combat aux côtés de l’ASL et qui est très présent dans l’actuelle bataille d’Alep (la deuxième ville du pays).

Il y a quelques jours, le journaliste hollandais à peine libéré Jeroen Oerlemans affirmait qu’il n’avait vu aucun syrien dans le camp djihadiste où il se trouvait.

L’ASL et ses alliés ont pu compter sur l’arrivée d’un certain nombre de combattants salafistes venues de Lybie mais aussi de tout le monde Arabe et d’Europe.

Elle a une base en Turquie, et reçoit le soutien de ce pays ainsi que du Qatar, de l’Arabie Saoudite, des Etats-Unis et de la plupart des pays européens.

Mais l’opposition syrienne si elle est unie dans le combat, ne forme pas une force homogène.

Il existe en son sein des islamistes radicaux, des libéraux, etc.

Les grands médias sont en train de nous vendre chacun à leur façon (directe ou indirecte) une Syrie post-Assad, démocratique, débarrassée de la violence et du totalitarisme. Nul besoin d’être un spécialiste de politique internationale pour comprendre qu’il s’agit d’une énorme tarte à la crème déjà servie.

Quand nous nous rappelons de ce qu’ils disaient sur la Libye post-Kadhafi, et quand nous constatons ce qu’est devenu ce pays depuis sa chute, nous pouvons légitimement nous interroger sur la nature de l’information qui nous est diffusée sur le conflit syrien.

Il y a peu l’ex ministre des affaires étrangères français Bernard-Henri Levy affirmait sur le plateau d’Eric Naulleau et Eric Zemmour que l’objectif en Libye n’était pas d’établir la démocratie et la laïcité mais d’en finir avec l’ère Kadhafi.

Ce même BHL affirmait à la une de Libération : "Quoi qu’il arrive la Libye nouvelle sera meilleure".

En cas de renversement de Bachar Al-Assad, ce sont ces mêmes journalistes qui se choqueront des massacres de Chrétiens syriens (12% de la population) et de la minorité alaouite par certains rebelles. Comme ils ont été pris pour cible en Irak après la victoire américaine. Dans le village de Hama le Père Basilios Nassar fut assassiné pour avoir tenté d’aider un homme agressé en pleine rue. A Homs plus de 200 Chrétiens furent tués par des rebelles.

Mais le plus écœurant dans tout cela c’est certainement le deux poids deux mesures opéré par les grands médias, car ceux-ci ont étrangement été peu bavards lors de la répression des manifestants dans le Royaume de Bahreïn par les troupes saoudiennes avec la bénédiction des Etats-Unis, grands alliés des deux monarchies.

La bataille pour l’information n’existe donc pas que dans les dictatures visibles au JT. Elle n’est pas près de s’arrêter, et les forces en présence dans chaque camp restent très inégales. C’est peut être sur ce terrain que les journalistes devraient commencer à être parties prenantes.

Frédéric André


URL de cet article 17347
http://www.legrandsoir.info/le-traitement-mediatique-de-la-guerre-en-syrie.html

 

 

 

 

 

La Syrie, théâtre ‘décisif’ de lutte des «Grands»

by Allain Jules

Vers la fin de l’unilatéralisme par l’échec du stratagème «Nouveau Moyen-Orient» ? TRIBUNE LIBRE DE DJERRAD AMAR Le terrorisme est devenu aussi bien une arme qu’utilisent des organisations ou groupes contre un pouvoir en place pour imposer les changements que l’on souhaite instaurer qu’un instrument  de guerre de déstabilisation des pays dans l’objectif de renverser les [...]

 

.

 Sur mon blog No-War,

 

 

Sur mon blog SOS-CRISE,

 

 

et aussi :

 

.

OTAN / Syrie : la Guerre Médiatique continue

Par menthalo -  La Guerre médiatique de l’OTAN contre la Syrie s’intensifie. Hier, twitter a été utilisé pour faire croire à un attentat, puis à la mort du Président Bachar al Assad, en usurpant l’identité du Ministre de l’intérieur de Russie, Vladimir Kolokoltsev.

Ce compte Twitter avait été créé quelques jours auparavant.

Un démenti officiel a été envoyé par le Ministre russe de l’Intérieur. A la place du journaliste italien, j’irai prendre des vacances discrètes sur une ile perdue du Pacifique.

Les messages twitter d’après zerohedge auraient eu un effet immédiat sur les cours du brut WTI, qui se sont envolés.

Contrepoint

Le pétrole après une forte chute d’avril à juin remonte dans un canal vers les 116$, poussé à la fois par les tensions au M.O. et une faiblesse du Dollar.

Piteuse sortie

Le Premier Ministre de la Syrie était l’homme politique choisi par les puissances occidentales cherchant à détrôner Bachar Al Assad.

Riad Hijab devait assurer une continuité politique de l’état, lorsque le Président syrien aurait été abattu.

Démasqué, il a été exfiltré par l’OTAN vers le Liban, dimanche dernier…

 

.

.

Syrie – JO d’Alep : Les “maîtres” d’Alep ne contrôleraient plus que des ruelles ?

by Allain Jules


Le mensonge selon sa définition, est l'énoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité. Or,  ils nous ont fait croire qu'une bande de zozos djihadistes, pourtant rejettés par le peuple d'Alep, contrôlaient la ville. Il n'en était rien et il n'en est rien. D'ailleurs, nous évoquions cette falsification médiatique dans [...]

 

.

Partager cet article
Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 07:16

 

 

eugenisme--depopulation-copie-1.jpg

 

 

L'Empire britannique:

Une pieuvre criminelle

 

Bonjour


J'ai déjà eu l'occasion, à plusieurs reprises, de parler des crimes de la GB et de sa funeste City dans plusieurs posts, et à défaut de trouver le temps de rédiger en ce moment un article fouillé sur la sinistre Couronne d'Angleterre §, voici quelques rappels et une vidéo édifiante: En quelques minutes vous aurez une idée de ce qu'est réellement cet Empire britannique que la Presse aux ordres nous présente de manière idyllique, avec ses très gracieuses majestés, ses jolis mariages royaux, ses princes et princesses de charme, ses jeux olympiques (dont on nous tait l'arrière-plan militaire), etc. Assurément, cette Couronne-là est rouge du sang de millions de malheureux à travers le monde, et ses plans de dépopulation n'ont rien à envier à ceux des tenants du Grand Israël ou du Nouvel Ordre Mondial sous la bannière américaine. L'Axe du Mal est bien là: Londres, Tel-Aviv, Washington. Sans oublier le nouveau venu qatar, et depuis l'occupation de l'Elysée par Sarkozy, la France du CRIF. D'ailleurs, les premières révérences de l'ex-Président ont été destinées à Londres, après le Texas d'un Bush pourtant déjà décrié dans le monde entier. Les faits sont là: La France a désormais scellé son sort au moins militaire à celui de la Couronne d'Angleterre (dont se méfiait tant l'avisé Gl de Gaulle).

 

Pour le meilleur... et surtout pour le pire !

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com


§ A qui l'on doit par ex ....

 

 

Pardon, au nom du Passé, pour avoir envahi votre pays, nous être livrés à des atrocités et participé à son pillage, pendant un siècle


Vous, vous n'avez jamais envahi l'Europe. Ni aucun autre continent, d'ailleurs. Votre Grande Muraille, est là pour en témoigner. Vous avez toujours voulu vous défendre des agressions extérieures, et vous concentrer sur votre unité. Ce qui ne fut pas une entreprise facile, dans votre immense pays, au cours des siècles de votre histoire. Une des plus longues de l'humanité.


Nous, nous avons envahi votre pays. Nous avons contribué à son pillage, pendant un siècle. Il est si grand, que nous nous sommes réunis à plusieurs pour le faire.

 

 


Quand vos autorités ont interdit l'usage et l'importation de l'opium en 1839, nous n'avons pas apprécié. Ce trafic était géré par nos amis britanniques, à partir de leurs possessions en Inde, de la province du Bengale plus précisément. Faire rentrer la drogue à partir du port de Canton (Guangzhou), était une véritable mine d'or pour beaucoup en Occident. Civils, militaires, politiciens...


Les promoteurs de ce trafic, à l'origine d'immenses fortunes personnelles, ainsi que de celle des politiciens européens qu'ils soudoyaient, méritaient d'être pendus. Ils ont été anoblis par la Couronne britannique... Une bonne partie de la Chambre des Lords actuelle est constituée, ainsi, des héritiers de ces trafiquants, de ces dealers. Nous, dans notre République, il n'y a plus de titres de noblesse, on donne des promotions, des décorations ou, mieux, des rentes de situation. (..)

Tibet : Excuses d’un Français au Peuple Chinois …

.

Eugénisme et agenda mondial de dépopulation

«Dans l’éventualité où je serais réincarné, je voudrais revenir comme un virus mortel, afin de contribuer en quelque chose pour résoudre la surpopulation» – Extrait de la préface de la biographie «Si j’étais un animal» du Prince Philip

 

L'article, passionnant, ici, sur un formidable blog :

 

http://www.lepetitmondecozillon.fr/category/bon-plan/cinema/page/3/

 

Eugénisme & darwinisme social

Eugenics_congress_logo

                                                              

Darwinisme social

.

Le darwinisme social est une déformation de la théorie de la sélection naturelle, faisant passer celle-ci du statut d’explication de l’évolution des êtres vivants à celui de précepte appliqué aux populations et sociétés humaines. Le darwinisme social participe, à la fin du XIXe siècle, à l’émergence des thèses racialistes et eugénistes.

Cette théorie est basée sur l’idée de la «sélection des plus aptes» pour survivre (Survival of the fittest). Le darwinisme social suggère donc que l’hérédité (les caractères innés) aurait un rôle prépondérant par rapport à l’éducation (les caractères acquis). Il s’agit ainsi d’«un système idéologique qui voit dans les luttes civiles, les inégalités sociales et les guerres de conquête rien moins que l’application à l’espèce humaine de la sélection naturelle» (Source)

 

http://les7duquebec.com/2009/08/04/eugenisme-darwinisme-social/

 

 

L'Empire britannique et ses crimes,

vidéo à voir absolument

 

 

.
Après la Libye, la pression s'accentue pour une guerre de l'OTAN contre l'Iran et la Syrie... Un tel conflit ne se limiterait pas à la région, impliquerait instantanément la Russie et la Chine, et déclencherait une catastrophe thermonucléaire entre le monde transatlantique et les puissances d'Asie-Pacifique. Le seul moyen d'enrayer ce processus est d'en attaquer la cause: l'Empire britannique, qui depuis 250 ans promeut guerre et dépopulation pour empêcher les peuples et les nations de croître, de progresser... et de le renverser.
Production: LaRouche PAC ; Traduction: Solidarité & Progrès

Partager cet article
Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 07:12

 

 

Guerre monétaire & Cyber-War

Par Menthalo- Dimanche 29 juillet

L’Inde sans électricité, sans métro, sans feux de signalisation, sans industrie, sans lumière, sans ordinateurs,…

Les médias, qui comme toujours racontent n’importe quoi, prenant leurs lecteurs pour de parfaits imbéciles, vous diront que cela vient du fait d’une mauvaise mousson. Un manque de pluie, qui a obligé les paysans à pomper dans les nappes phréatiques, déclenchant une surconsommation d’électricité, qui a déséquilibré le réseau électrique indien. Après, ce sont les dominos qui tombent et mettent le pays dans le noir.

L’Inde est le 6ieme producteur d’électricité de la planète, mais sa croissance démographique et économique est telle, qu’elle a du mal à répondre à la demande. L’Inde connait un déficit énergétique de 8 à 12%. C’est probablement l’un de ses talons d’Achille. Dans la nuit de dimanche à lundi, du 29 au 30 juillet, une panne d’électricité géante bloquait une grande partie du pays. 48 heures  plus tard, une nouvelle panne créait à nouveau le chaos…. Pur hasard ?

 

GAZ, GOLD & GUERRE

Il y a quelques semaines, l’Inde défiait les Etats-Unis en concluant un accord avec l’Iran: Gaz contre Gold. Passant outre l’interdiction donnée par l’Empire de commercer avec l’Iran, l’Inde a contourné l’interdit par un troc, gaz iranien contre or indien. Ce faisant, l’Inde mettait en pratique la politique monétaire que préconisent la Chine et les rebelles à l’hégémonie du Dollar.

Ce black-out a été provoqué.

Il y 1000 manières de faire la guerre sans réveiller la masse moutonnière. Le plus simple est d’utiliser l’arsenal existant. Israël et les Etats-Unis ont développé une série de virus informatiques pour attaquer les centrales iraniennes.

Une arme informatique, mise en place par George Bush et utilisée par Barack Obama. Ce n’est pas le scénario d’un nouveau James Bond, mais les informations bien réelles que révèlent nos confrères du New York Times. Selon les experts du programme “Stuxnet” qui ont développé le virus, cette attaque aurait permis de retarder de cinq ans la mise en place du programme nucléaire iranien. Moshé Yaalon, ministre israélien des affaires stratégiques a reconnu les faits : “il est justifié, pour quiconque considère la menace iranienne comme une menace significative, de prendre différentes mesures, y compris celle-là, pour la stopper.” D’autres virus informatiques ont été découverts depuis “Stuxnet”. Il y a eu “Flame” et plus récemment “Duqu”, des virus dérivés de Stuxnet et donc provenant des mêmes sources.

La Guerre avec l’Iran n’a strictement rien à voir avec une quelconque menace nucléaire iranienne, faut-il encore le rappeler ? L’Iran est un état “terroriste” parce qu’il a dénoncé les accords américains de 73, imposant que les hydrocarbures soient facturés en Dollar. L’Iran a déclaré il y a plus de 6 ans, qu’il facturerait son gaz en Yen, en Euro, en Yuan ou en Roupie en fonction de la monnaie de ses acheteurs. Ce faisant, l’Iran a créé une lézarde dans la digue, créée pour protéger la monnaie fiduciaire américaine. Cette lézarde est depuis devenue une déchirure et c’est l’ensemble du système monétaire occidental qui s’effondre aujourd’hui sous nos yeux.

Les Maîtres du Monde d’hier n’ont pas l’intention de se laisser déposer de leur trônes sans combattre. Utilisant l’arsenal de virus informatiques à leur disposition, il leur a été facile de faire chuter la production d’électricité de l’Inde, créant instantanément un chaos total pour 700 millions d’indiens.

 

Réponse du berger à la bergère ?

Ce que vous ne savez peut être pas, c’est que l’Inde est l’un des pays les plus pointus en génie logiciel. Ce secteur représente plus de deux millions d’emplois directs et 4 à 6 millions d’emplois indirects. Bengalore, appelé Sillicon-City, est la Mecque de l’informatique indienne, qui a réalisé 76 Milliards de $ en 2010 et vise 225 B$ en 2020. Les Banques américaines ont beaucoup fait appel aux sociétés indiennes pour développer leurs programmes informatiques de trading électronique. Même si ce marché a fortement souffert depuis la crise des subprimes, les firmes de Wall Street sont très largement équipées de logiciels “made in india”.

Deux jours après une cyber-attack contre les centrales nucléaires indiennes, l’un des plus gros intervenants du trading électronique de Wall-Street, Knight Capital Corp, voit son programme informatique prendre la main et semer le chaos dans les cotations de 140 actions sur le NYSE. Je parie votre hot-dog contre mon curry d’agneau, que Knight a fait développer ses programmes à l’étranger. La plupart des programmeurs se gardent une “porte de derrière”, une entrée secrète pour aller faire des corrections de programme. Microsoft a offert une porte aux services américains, qui en usent et en abusent. Que les indiens en fassent autant, me semble de bonne guerre. Puisse t’il mettre par terre JPM de la même façon… mais peut être, l’ont ils déjà fait … ?

La première estimation évaluait les pertes brutes subies par Knight dans la journée à 440 M$, alors que leur marge du deuxième trimestre avait culminé à 30M$. Knight a du fermer ses ordinateurs cette semaine, perdant tous ses clients. Knight est en faillite. Le “détraqueur” a été détraqué.

A qui le tour ? 

Dans cette étude réalisée par le Center for Strategy & Technology de la US-AF, rédigée en 1996 et déclassifiée depuis, où les futurologues étudiaient le rôle à venir de l’Air Force dans les années 2025, vous trouverez page 55, que “Wall Street a été détruite en 2012 par un HERF, qui a détruit toutes les données informatiques … La tourmente économique aux Etats-Unis dura des semaines, nécessaires à la reconstruction des données“.

Si vous allez voir page 54, de ce même document, vous verrez que ce même scénario envisageait: “en 2009, une pandémie de grippe frappa la Chine, puis se répandit rapidement partout dans le Monde… Personne ne put jamais déterminer, si le virus était du à une mutation naturelle ou à un travail de laboratoire.

Nous sommes donc en pleine guerre, n’en déplaise aux nostalgiques des canonnades et des charges à la baïonnette, et cette guerre monétaire, bancaire, économique et informatique, est tout aussi ruineuse que les précédentes.

Donc, chers lecteurs, nous ne saurions trop vous recommander de ne pas laisser votre capital en bourse, dans les mois qui viennent.

 
36 Comments

Publié par le 4 Août 2012 dans Non classé

 

Sur ce site

Vers la conquête des nations par la dette

De la manipulation de titres boursiers pour quel scénario attendu ?

Des analystes américains ont signalé des volumes absolument anormaux ces derniers jours sur certaines actions des marchés américains. Ils font remarquer que ces mouvements sont identiques à ceux que l’on avait enregistrés juste avant les attentats du 11 septembre 2001.
Ces mouvements surviennent tandis que la crise financière continue de secouer la Grèce. Les télévisions américaines montrent des gens en colère, des manifestations à Athènes. D’aucuns affirment que des nuages ne cessent de s’accumuler sur l’Europe, et que la somme des problèmes pourrait finalement déclencher une vague de panique.

C’est dans ce contexte que l’on signale des volumes absolument anormaux sur 140 actions. Les responsables de la bourse de New York ont déclaré qu’ils enquêtaient… mais on prétend déjà que c’est une somme d’erreurs.
Pour Josey Wales, le groupe qui se trouve derrière ces manœuvres est absolument le même qui a spéculé outrageusement quelques jours seulement avant les événements du 11-Septembre. A l’époque, l’action de ces “gens-là” s’est traduit par des volumes considérables sur les compagnies aériennes et les sociétés d’assurance.

Peu de temps après les événements du 11-Septembre la SEC a diligenté une enquête sur les mouvements de quelques titres, relevés 8 jours avant le 11-9 :

American Airlines, United Airlines, Continental Airlines, Northwest Airlines, Southwest Airlines, US Airways compagnies aériennes, Martin, Boeing, Lockheed Martin Corp, AIG, American Express Corp, American International Group, AMR Corporation, AXA SA, Bank of America Corp, Bank of New York Corp, Bank One Corp, Cigna Groupe, CNA Financial, Carnaval Corp, Chubb groupe, John Hancock Financial Services, Hercules Inc, L-3 Communications Holdings, Inc, LTV Corporation, Marsh & McLennan Cos Inc, MetLife, Progressive Corp, General Motors, Raytheon, WR Grace, Royal Caribbean Cruises Ltd, Lone Star Technologies, American Express, Inc Citigroup, Royal & Sun Alliance, Lehman Brothers Holdings, Inc, la réalité Vornado Trust, Morgan Stanley, Dean Witter & Co., XL Capital Ltd, et Bear Stearns.

Un article du 19 octobre 2001 dans le San Francisco Chronicle en a fait état.

Avec les événements survenus quelques jours après, ce groupe de spéculateurs a pu engranger des milliards de dollars.
Des mouvements similaires furent constatés le 1er août 2012 sur les options de certains titres.

Michael Ruppert, un ancien officier de police de Los Angeles, a expliqué pourquoi les enquêtes n’aboutissent jamais. Il y a dans notre monde, certains groupes occultes qui ont tous les pouvoirs.

Si dans le cadre d’une activité criminelle, l’on interroge des agents impliqués dans la sécurité nationale, ils diront qu’il leur est impossible de parler au nom du secret défense. En fait, ils savent qu’ils n’ont pas le droit d’exposer des éléments clés de la manipulation du gouvernement ou de réseaux plus élevés sans s’exposer personnellement à de graves problèmes. Eux-mêmes, comme de nombreux fonctionnaires, vivent sous la menace. C’est ainsi que de nombreuses enquêtes criminelles dans le domaine financier n’aboutissent pas. Des témoins majeurs refusent de parler ou disparaissent s’ils ont dépassé la règle de confidentialité à laquelle ils sont tenus.

En ce qui concerne ces mouvements absolument anormaux survenus le 1er août 2012 sur 140 titres de la bourse de New York, on sait déjà que les enquêtes n’aboutiront à rien… Reste à savoir ce que savent les acteurs de ces manipulations… Une super opération de CAMOUFLAGE ou une grande descente? Force est de constater que les points donnés par Trader Noé fonctionnent parfaitement. En 48 heures, on a touché tous ses points et les rebonds se sont réalisés comme par enchantement. Que préparent-ils ? Là est la question.

Partager cet article
Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 07:03

 

 

 

 

 
Syrie : L’institutionnalisation galopante du terrorisme en Syrie

Publié le4 Août 2012

 

http://allainjules.com/2012/08/04/syrie-linstitutionnalisation-galopante-du-terrorisme-en-syrie/

 

Syrie:Institutionnalisation du terrorisme - JJ Bourdin, RMC (vidéo), la vérité émerge

 

 

 

 

.

Syrie : La guérilla médiatique s’intensifie


20 juillet 2012 | La franco syrienne qui s’exprime ici affirme qu’il n’y a pas à Damas ce vent de panique décrit à l’extérieur et que les informations diffusées par la presse internationale seraient abondamment falsifiées, ne reflétant pas la situation telle que perçue par les Syriens qui en leur majorité soutiennent Bachar el-Assad et sont opposés à un changement par la force.

 

Guy Delorme*
02/08/12 :: 6:25
inv

Syrie: le 2 août,

la lutte contre la désinformation officielle continue

inv
Ce matin du 2 août, les médias français relaient avec leur empressement habituel la nouvelle du bombardement par l’ASL de l’aéroport militaire de Menagh, situé à 30 kilomètres au nord-ouest d’Alep. Selon un porte-parole de l’ASL, ce « bombardement » est effectué par… un char capturé dans des combat précédents (sans doute à Anadane, non loin de Menagh). Et c’est ce genre de non événement militaire qui permet à I-Télé d’annoncer ce matin que les rebelles « consolident leur positions » à Alep !


C’est de la base de Menagh que décolleraient les avions qui opèrent au-dessus des quartiers encore tenus par les rebelles, comme l’attestent des déclarations d’observateurs de l’ONU et des images diffusées hier et ce matin.


Prise d’un QG des rebelles


À Alep même, on n’a pas vraiment le sentiment que les rebelles « consolident » quoi que ce soit. En tous cas pas à Salaheddine, pratiquement reconquis ni à Sarhour où le QG ASL, installé dans une école, a été repris mercredi 1er aoüt par l’armée. Selon le réseau (iranien) Press TV, ce ne sont pas moins de 150 insurgés qui ont été tués dans cette opération. On peut toujours crier à la propagande, à l’exagération partisane, mais des médias français – et donc pro-ASL – comme le Figaro soulignent l’importance des pertes subies par les insurgés depuis l’offensive générale de l’armée, samedi 28 juillet. La télévision libanaise hezbollah al-Manar affirme pour sa part que l’armée régulière traque les miliciens dans le quartier Salaheddine, bastion de l’insurrection, tuant et blessant des dizaines d’entre eux. Selon le correspondant de cette chaine, des snipers rebelles sont postés sur les toits des maisons de ce quartier pour retarder l’avancée des soldats de l’armée. Al-Manar aussi parle de 150 miliciens rebelles tués à Salaheddine mercredi.


Ci-dessous, le lien vers Press TV :

(http://presstv.com/detail/2012/08/01/253877/syrian-troops-kill-150-rebels-in-aleppo/)


Présent à Alep depuis le début des combats, le correspondant de la chaîne iranienne arabophone satellitaire al-Alam Hussein Mourtada a réaffirmé dans un reportage diffusé dans l’après-midi de mercredi que le quartier d’al-Hamdanyeh (entrée sud-ouest de la ville) était libéré, et celui voisin de Salaheddine « presque libéré ».. N’oublions pas qu’un quartier comme Salaheddine doit s’étendre sur 3 km2.


Ci-dessous le lien vers le reportage de Mourtada (en version française) :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=E1-h-jmyopY


Dans le quartier Handarate, selon le site pro-gouvernemental Syrian Documents, de nombreux miliciens ont également été abattus, dont des étrangers, et des accrochages violents ont lieu dans le quartier Sakhour au cours duquel des armements lourds ont été utilisés.
En revanche et d’après le site aleppin Taht-l-mijhar, la milice islamiste Tawhid a déclaré avoir pris le contrôle du palais de justice et du secteur située au bas de la citadelle d’Alep, qu’elle attaquait depuis plusieurs jours déjà : 2 miliciens et 10 soldats auraient été tués dans les accrochages selon un bilan rebelle. Taht-l-mijhar signale toutefois que les miliciens n’ont diffusé pas sur You Tube de vidéo illustrant cette prise du palais de justice, ce qui est tout à fait contraire à leurs pratiques « communicantes ».


Dans la province d’Alep, Arab Press fait part d’embuscades tendues par l’armée contre les miliciens dans la localité de Chahhara à l’ouest d’Alep, dans la région d’Atareb. Il est également question d’accrochages dans les localités de Kfar-Alep et Khanasser. Des dizaines de miliciens ont été tués, dont de nombreux étrangers, des véhicules équipés de mitrailleuses ont été détruits ou endommagés et cinq autres capturés.


Mardi, une source de l’armée a révélé que des unités ont tendu au début des hostilités à Alep une embuscade contre quelques 400 miliciens, tuant et blessant 150 d’entre eux. S’exprimant pour Arab Press, cette source qui a requis l’anonymat affirme que les miliciens qui appartiennent tous à la milice Tawhid – d’obédience salafiste et à la pointe des combats d’Alep – se trouvaient à proximité d’une pompe à essence dans le quartier Soukkari (accès sud de Damas, au sud-est d’al-Hamdanyeh) lorsqu’ils ont fait l’objet de tirs nourris, ayant provoqué l’explosion de station.


Enfin, un reportage de la chaîne française BFMTV, diffusé ce jeudi matin donne des éléments sur la situation prévalant à Anadane, ville située à moins de dix kilomètres au nord-ouest d’Alep sur la route de la Turquie, et dont l’ASL a pris le contrôle voici quelques jours : la journaliste de BFMTV monte dans une voiture conduite par un rebelle qui veut lui monter la base aérienne — celle de Menagh ? ; le chauffeur dit que tous les véhicules empruntant la route Alep-Anadane et jugés suspects sont mitraillés par les hélicoptères, et il suit une route passant à travers des vergers, non sans signaler que des soldats peuvent à tout moment surgir. Arrivés en vue de l’aérodrome, le chauffeur et sa passagère descendent, et trois hélicoptères sont vus à distance. Ce reportage confirme d’autres informations relatives à plusieurs embuscades sanglantes tendues à l’ASL dans ce secteur au nord d’Alep : l’armée y est toujours bien présente et s’attaque aux convois et groupes des rebelles tentant de secourir leurs camardes encerclés dans la ville.


Bref, au sixième jour de l’offensive de l’armée arabe syrienne, les terroristes d’Alep ne sont pas, globalement en bonne posture et leur « offensives » servent surtout à entretenir la machine médiatique occidentale. Mais ce ne sont pas les médias occidentaux qui peuvent gagner la bataille d’Alep. Et pas d’avantage 4 000 (ou moins) fous de Dieu encerclés, pilonnés et désorganisés. Ceux-ci ne peuvent qu’espérer entraîner un maximum de monde dans la mort avec eux.
_______
*
http://www.infosyrie.fr/
http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EFuFAEFAElJHNcBcjB.shtml
___________________________________________________________________________________________________
Actualité, voir aussi :
.
Partager cet article
Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 06:22

 

 

tepcamAvec le temps, puisqu’on n’en parle presque plus, on pourrait penser que la crise nucléaire est terminée. Oui, la crise spectaculaire, avec ses explosions, ses émanations gigantesques, ses déplacements de population, est terminée. Mais la crise nucléaire est maintenant permanente au Japon. Pour les évacués qui ne peuvent pas rentrer chez eux, pour les évacués à qui les autorités demandent de rentrer chez eux alors que c’est encore contaminé, pour les familles séparées, pour les enfants qui ne peuvent plus jouer dehors parce qu’ils savent que c’est dangereux, pour les personnes dont on a repéré des nodules dans la thyroïde, pour les parents qui doivent surveiller quotidiennement la nourriture de leur famille, pour les milliers d’ouvriers qui travaillent dans l’ex-centrale de Fukushima Daiichi, pour les personnes recrutées pour décontaminer les zones interdites, pour les personnes contaminées, pour ces centaines de milliers de Japonais qui manifestent régulièrement pour sortir du nucléaire,  la crise n’est pas terminée.

Difficile de faire une synthèse. Car cette catastrophe n’aura sans doute pas de fin. Voici plutôt quelques aspects actuels de cette crise nucléaire permanente, abordée par thèmes.

 

 

Nouvelles sur l’ex-centrale de Fukushima Daiichi

 

unité1Unité 1

Le scénario du pire est confirmé : il y a eu meltdown et rupture de confinement.

Depuis qu’il avait été mis sous tente par Tepco, le réacteur 1 ne faisait plus trop parler de lui. Mais le 22 mai 2012, on apprenait qu’il ne restait plus que 40 centimètres d’eau au fond de la cuve du réacteur et qu’une fuite existait probablement au niveau de la canalisation reliant la cuve du réacteur à la piscine torique. Le 26 juin 2012, une analyse endoscopique a été réalisée : la radioactivité de l’eau située dans les soubassements prouve unerupture de confinement.

 

unité2Unité 2

Le scénario du pire est confirmé : il y a eu meltdown et rupture de confinement.

Un nouveau thermomètre semble défectueux : le thermocouple "TE-2-3-69N1" montrait une température anormalement élevée de 144°C le 22 juillet 2012. Petit à petit, les ex-réacteurs (officiellement, ce ne sont plus des réacteurs depuis le 19 avril 2012) se dégradent, l’eau salée, les coriums et la forte radioactivité accélérant la corrosion des matériaux.

Selon Arnie Gundersen, du combustible se serait échappé de l’enceinte de confinement, d’après l’observation du 28 juin 2012 au fond de la chambre de suppression n° 1.

 

robotUnité 3

Le scénario du pire est confirmé : il y a eu meltdown et rupture de confinement.

Le 11 juillet 2012, un robot n’est pas revenu de l’une de ses explorations dans le réacteur n°3. Même les robots conçus pour résister à la radioactivité ont des problèmes. Et encore, ce sont de tout petits robots.

 

Unité 4

Le 11 juillet 2012, Tepco a fini de démanteler le sommet du bâtiment réacteur 4.

Les 18 et 19 juillet 2012, deux assemblages neufs ont été retirés de la piscine 4, ce qui porte à 1533 le nombre d’assemblages restant à retirer : 1331 de combustible usé et 202 de combustible neuf. Le début de ce transfert phénoménal ne se fera pas avant décembre 2013. D’où l’inquiétude légitime qui motive cette pétition.

 

Fuites et pannes

Il y a toujours des fuites à Fukushima Daiichi, mais on en parle moins car elles sont régulières, ce n’est plus spectaculaire. Le 26 juillet 2012, les sous-sols du bâtiment turbines de l’unité 6 étaient encore inondés, il a fallu pomper et transvaser durant 6 heures. D’où vient cette eau ? Mystère. Est-elle radioactive ? On peut le supposer car l’eau récupérée a été stockée dans un réservoir.

 

Pollution

chaudAir : 16 mois après le terrible mois de mars 2011, le site rejette toujours 10 millions de Bq/h de radio-césium. Où vont ces poussières mortelles ? La plupart vers l’océan pacifique, mais le vent peut les pousser aussi vers les terres. Autre moyen de transport rapide pour la dissémination planétaire : le jet stream.

 

decontamination4---Copie.jpgTerre : personne ne veut de la terre contaminée qu’on racle partout dans les territoires touchés par les retombées radioactives. On en fait quoi ? Si on était sûr qu’elle ne contenait que du césium, il « suffirait » de la mettre de côté durant 300 ans.

 

Eau : 228 000 tonnes d’eau contaminée sont actuellement stockées sur le site. Tepco aimerait s’en débarrasser en la rejetant à la mer, mais pour l’instant l’opérateur n’a pas d’autorisation. L’objectif de réutiliser l’eau en circuit fermé ne marche pas car la nappe phréatique remplit les sous-sols. On en fait quoi ? Il y aura un moment donné où, matériellement, il ne sera plus possible de la stocker.

 

On trouve aussi de l’eau contaminée très loin de Fukushima, à 25 km du centre de Tokyo. Si aujourd’hui les nappes phréatiques sont polluées, c’est à cause de la migration progressive des radionucléides dans le sous-sol, partout où il y a eu des retombées.

 

Le MEXT a mis en ligne des résultats de mesures très fines sur l'eau du robinet : du césium 134 et 137 est détecté à des concentrations très faibles dans 11 provinces.

 

Irradiation

plombOn vient de découvrir qu’une société filiale de Tepco demandait à ses employés d’insérer leur dosimètre dans un boîtier en plomb. Ce qui évidemment fait baisser la dose enregistrée et permet aux ouvriers de travailler plus longtemps sur le site contaminé. Par la même occasion, leur espérance de vie va sans doute diminuer, mais les entreprises de l’industrie nucléaire se moquent bien de ce genre de détail, on l’avait déjà remarquédepuis longtemps.

 

 

Nationalisation 

Au terme d’un long processus, Tepco est désormais nationalisée, le pourcentage d’actions de l’Etat ayant dépassé 50% mardi 31 juillet 2012. Par un tour de passe-passe, l’opérateur ruiné à cause de la catastrophe nucléaire éponge ses dettes grâce au contribuable japonais. L’entreprise a subi une perte nette de 3 milliards d'euros entre le 1er avril et le 30 juin 2012, causée pour plus de moitié par le versement d'indemnisations pour les victimes.

 

Santé

L’institut japonais des maladies infectieuses montre des résultats toujours inquiétants pour certaines affections. L’année 2011, suite aux explosions de la centrale nucléaire, avait montré une augmentation des cas de pneumonie à mycoplasme. L’année 2012 est encore pire, comme le montre ce graphique. Les poussières radioactives invisibles sont disséminées partout dans le pays. La maladie avance sournoisement.

 

graphique

 

Le bilan des doses reçues par les intervenants sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi pour les mois d'avril à juin 2012 est en ligne sur le site de Tepco. Selon l’analyse de l’ACRO, ce sont toujours les sous-traitants qui prennent les doses les plus fortes, avec un maximum de 23,53 mSv en un mois.

 

Pêche

Le Japon, soucieux d’oublier la catastrophe nucléaire, a décidé de réintroduire  sur les étals des produits de la mer en provenance des eaux de Fukushima. Pourtant, d'autres pays comme la Corée du Sud renforcent plus que jamais leurs régulations à l'importation dans un souci de limiter la diffusion de la contamination marine. Et ils ont bien raison car après un recul au printemps, elleaugmente au large d'Hokkaido : le plus haut relevé a été de 70 Bq/Kg (Cs-134 : 31 Bq/Kg, Cs-137 : 39 Bq/Kg) sur un échantillon pris le 1eraoût 2012 (sourceMEXT).

 

Démographie

Selon Fukushima Diary, la chute de la population japonaise (Décès - Naissances) entre janvier et mai 2012 est 4 fois plus forte que sur la même période de 2007. Si l'on compare avec 2006, c'est 5 fois plus fort.
Ces données sont basées sur le tableau de bord du service de la statistique démographique du ministère de la Santé, du Travail et de l'Aide Sociale du Japon. Le rapport de juin 2012 n'est pas encore paru.

tableau

Justice

Pour les anti-nucléaires, un “acte criminel” qualifiant le drame de Fukushima aurait été commis par l’entreprise électrique Tepco et par le gouvernement. Plusieurs procureurs viennent d’accepter de mener une enquête (après le dépôt de 1300 plaintes quand même !). S’ils arrivent à prouver que la catastrophe nucléaire de Fukushima a été la conséquence de négligences, des poursuites pourraient être lancées contre les responsables. On pourrait leur suggérer de s’appuyer sur les résultats de la commission d’enquête indépendante dont lerapport a été publié récemment.

 

Presse

Depuis la catastrophe de Fukushima, la mainmise du lobby nucléaire sur les médias connaît quelques failles. En effet, 3 quotidiens ont décidé de résister : le Mainichi Shinbun, le Tokyo Shinbun, et le Shinbun Akahata. A Tokyo, avec la Révolution des Hortensias en cours, l’enjeu est important. Les manifestations antinucléaires apparaissent en une du journal Tokyo Shinbun qui ne prend plus de gant pour soutenir la sortie du nucléaire.

 

Redémarrage des centrales nucléaires du Japon

Le gouvernement a décidé de relancer au forceps deux réacteurs à la centrale nucléaire d’Ohi (préfecture de Fukui, dans l'ouest du pays). Selon Courrier International, le Tokyo Shimbun, quotidien désormais antinucléaire, dénonce une décision politique, sans garanties quant à la sûreté, comme s'il ne s'était rien passé à Fukushima.

Kansaï Electric a déjà planifié le redémarrage des unités 3 et 4 de la centrale nucléaire de Takahama, située à environ 250 km à l’ouest de Tokyo. Comme pour l’unité 3 de Fukushima Daiichi, le réacteur 3 de Takaham utilise du MOX.

 

Mobilisation

francetvA chaque rendez-vous, le nombre de participants à la Révolution pacifiste des Hortensias progresse. La grande manifestation du 29 juillet 2012 a conduit la foule à encercler complètement le parlement. Il y a une semaine, un ancien Premier ministre, Yukio Hatoyama, s'était joint à la manifestation hebdomadaire devant la résidence du premier ministre actuel Noda. Tout semble s’accélérer. Alors qu’au départ les manifestations ne se tenaient qu’à Tokyo, une trentaine de villes emboîtent le pas en organisant une manifestation chaque vendredi : Sapporo, Morioka, Mizusawa, Sendai, Koriyama, Mito, Sodegaura, Sakuragicho, Niigata, Kofu, Nagano, Toyama, Kanazawa, Nagoya, Gifu, Ogaki, Fukui, Otsu, Kyoto, Osaka, Kobe, Himeji, Okayama, Maigo, Hiroshima....

Il est prévu que le groupe des organisateurs des manifestations de Tokyo (dont 13 organisations citoyennes) rencontre le premier ministre Noda. La nominationde Tanaka Shunichi pour la nouvelle instance de sécurité nucléaire sera sans doute sur la table des négociations, mais rien n’est encore joué.

 

Nouvelle instance de sécurité nucléaire

Le gouvernement projette d’établir en septembre une nouvelle organisation qui s’appelle New Nuclear Regulatory Commission. Elle prendra toutes les décisions qui concernent la politique nucléaire : redémarrages de centrales, évacuations des habitants, seuils de radioactivité, etc. Mais Shunichi TANAKA, en tant que Shunichi-TANAKA.jpgprésident de cette commission, est un problème majeur pour le mouvement antinucléaire, car cet homme, actuellement chargé de la décontamination à Fukushima, a travaillé longtemps pour « le village nucléaire ». Il est connu pour ses positions peu glorieuses pour la population : c’est lui qui affirme que 1 µSv/h est tout à fait acceptable (=8,7 mSv/an !), et il s’est opposé à l’évacuation d’habitants de certaines régions de Fukushima.

Les autres candidats-membres à cette commission sont aussi presque tous pro-nucléaires : par exemple, Kayoko NAKAMURA travaille pour Japan Isotope Associsation, Toyoshi FUKETA pour Japan Atomic Energy Agency.

Si Tanaka devient chef de cette commission, ce sera une nouvelle catastrophe pour le Japon. C’est pourquoi les parlementaires sont très sollicités (pétitions…) pour voter contre ces candidatures. A suivre fin de semaine prochaine.

 

Futur

On aurait pu penser qu’après la catastrophe nucléaire la pire au monde (3 meltdowns), l’agence de sécurité nucléaire japonaise devienne plus sage et corrige le tir. Eh bien non, la nouvelle agence vient de décréter que l’unité 1 de la centrale de Genkaï, située dans l’extrême Sud du Japon, serait bonne pour le service durant 58 ans ! Tepco envisage même de redémarrer un jour les unités 5 et 6 de Fukushima Daiichi, ainsi que les réacteurs de la centrale de Fukushima Daini. Alors que la colère gronde dans la population japonaise, c’est une nouvelle provocation à la demande d’arrêt de production électrique atomique.

 

Les autorités nippones n’ont manifestement pas compris l’enjeu vital et sacrifient l’avenir du pays en l’embarquant à nouveau dans cette énergie catastrophique.  Pourtant il y a urgence à régler d’abord la crise de Fukushima Daiichi, en particulier en mettant à l’abri les 1533 assemblages de combustible de la piscine de l’unité 4 qui menaceront l’avenir du monde durant encore au moins un an et demi !

 

imagepetitionContinuez à signer et à faire signer la pétition demandant une prise en charge internationale de la catastrophe de Fukushima !

 

 

 

_________________________

 

Pour continuer à suivre l’actualité au jour le jour, consulter

 

en français :

la page de l’ACRO, La catastrophe de Fukushima au jour le jour

le site Gen4

Les Veilleurs de Fukushima

Fukushima Diary en français

le scoopit Fukushima Information

Pectine actualités

 

en anglais :

les journaux japonais en anglais avec Fukushima is still news

les blogs japonais traduits en anglais avec Dissensus Japan

Fukushima Diary

The Watchmen of Fukushima

 

Source: Fukushiula.over-blog

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 08:18

 

Qui se bat en Syrie ?
Depuis 18 mois, la Syrie est en proie à des troubles qui n’ont cessé d’augmenter jusqu’à devenir un vaste conflit armé ayant déjà causé la mort d’environ 20 000 personnes. S’il y a consensus sur ce constat, les narrations et les interprétations divergent au-delà.
  


Thierry Meyssan
Mardi 24 Juillet 2012


Logo Armée Syrienne Libre (ASL)
Logo Armée Syrienne Libre (ASL)

 

 

Pour les États occidentaux et leur presse, les Syriens aspireraient à vivre à l’occidentale dans des démocraties de marché. Suivant les modèles tunisien, égyptien et libyen du « printemps arabe », ils se sesraient soulevés pour renverser leur dictateur Bachar el-Assad. Celui-ci aurait réprimé les manifestations dans le sang. Alors que les Occidentaux auraient souhaité intervenir pour faire cesser le massacre, les Russes et les Chinois, par intérêt ou par mépris de la vie humaine, s’y seraient opposés.

Au contraire, pour tous les États qui ne sont pas vassalisés par les USA et pour leur presse, les États-Unis auraient lancé une opération contre la Syrie qu’ils planifiaient de longue date. D’abord par le truchement de leurs alliés régionaux, puis directement, ils auraient infiltré des bandes armées qui ont déstabilisé le pays, sur le modèle des Contras du Nicaragua. Cependant ceux-ci n’auraient trouvé qu’un très faible soutien intérieur et auraient été mis en déroute pendant que la Russie et la Chine aurait empêché l’OTAN d’anéantir l’armée syrienne et de renverser ainsi l’équation régionale.



Qui dit vrai ? Qui se trompe ?
Les groupes armés en Syrie ne défendent pas la démocratie,
ils la combattent



En premier lieu, l’interprétation des événements syriens comme un épisode du « printemps arabe » est une illusion car ce « printemps » n’a pas de réalité. C’est un slogan publicitaire pour présenter positivement des faits hétéroclites. S’il y a bien eu une révolte populaire en Tunisie, au Yémen et au Bahrein, il n’y en a pas eue, ni en Égypte, ni en Libye. En Égypte, les manifestations de rue se sont limitées à la capitale et à une certaine bourgeoisie, jamais, absolument jamais, le peuple égyptien ne s’est senti concerné par le spectacle télégénique de la place Tahrir [1]. En Libye, il n’y a pas eu de révolte politique, mais un mouvement séparatiste de la Cyrénaïque contre le pouvoir de Tripoli, puis l’intervention militaire de l’OTAN qui a coûté la vie à environ 160 000 personnes.

La station libanaise NourTV a connu un vif succès en diffusant une série d’émissions d’Hassan Hamade et Georges Rahme intitulée « Le printemps arabe, de Lawrence d’Arabie à Bernard-Henri Lévy ». Les auteurs y développent l’idée que le « printemps arabe » est un remake de la « révolte arabe » de 1916-1918 orchestrée par les Britannique contre les Ottomans. Cette fois, les occidentaux ont manipulé les situations pour renverser une génération de leaders et imposer les Frères musulmans. De fait, le « printemps arabe » relève de la publicité mensongère. Désormais, le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Égypte, et Gaza sont gouvernés par une confrérie qui d’un côté impose un ordre moral, et de l’autre soutient le sionisme et la capitalisme pseudo-libéral, c’est-à-dire les intérêts d’Israël et des Anglo-Saxons. L’illusion s’est dissipée. Certains auteurs, comme le Syrien Said Hilal Alcharifi raillent désormais le « printemps otanien ».

Deuxièmement, les dirigeants du Conseil national syrien (CNS) comme les commandants de l’Armée syrienne libre (ASL) ne sont aucunement des démocrates, au sens qu’ils seraient favorables à « un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », suivant la formule d’Abraham Lincoln reprise dans la Constitution française.
Ainsi, le premier président du CNS fut l’universitaire parisien Burhan Ghalioun. Il n’était aucunement « un opposant syrien persécuté par le régime » puisqu’il venait et circulait librement dans son pays. Il n’était pas non plus un « intellectuel laïque » comme il le prétend, puisqu’il était le conseiller politique de l’Algérien Abbassi Madani, président du Front islamique du salut (FIS), aujourd’hui réfugié au Qatar.
Son successeur, Abdel Basset Syda [2], n’est entré en politique qu’au cours des derniers mois, et s’est immédiatement affirmé comme un simple exécutant des volontés états-uniennes. Dès son élection à la tête du CNS, il s’est engagé non pas à défendre la volonté de son peuple, mais à appliquer la « feuille de route » que Washington a rédigé pour la Syrie : The Day after.
Les combattants de l’Armée syrienne libre ne sont pas plus des militants de la démocratie. Ils reconnaissent l’autorité spirituelle du cheikh Adnan al-Arour, un prêcheur takfiriste, qui appelle à renverser et à tuer Bachar el-Assad non pour des motifs politiques, mais uniquement parce qu’il est de confession alaouite, c’est-à-dire hérétique à ses yeux. Tous les officiers identifiés de l’ASL sont sunnites et toutes les brigades de l’ASL portent des noms de figures historiques sunnites. Les « tribunaux révolutionnaires » de l’ASL condamnent à mort leurs opposants politiques (et pas seulement les partisans de Bachar el-Assad) et les mécréants qu’ils égorgent en public. Le programme de l’ASL est de mettre fin au régime laïque installé par le Baas, le PSNS et les communistes au profit d’un régime confessionnel sunnite pur.

 


Le conflit syrien a été prémédité par les Occidentaux



La volonté occidentale d’en finir avec la Syrie est connue et elle suffit largement à expliquer les événements actuels. Rappelons ici quelques faits qui ne laissent aucun doute sur la préméditation des événements [3].

La décision de faire la guerre à la Syrie a été prise par le président George W. Bush lors d’une réunion à Camp David, le 15 septembre 2001, juste après les attentats spectaculaires de New York et Washington. Il était prévu d’intervenir simultanément en Libye pour montrer la capacité d’action sur un double théâtre d’opération. Cette décision a été attestée par le témoignage du général Wesley Clark, ex-commandeur suprême de l’OTAN, qui y était opposé.

 

Dans la foulée de la chute de Bagdad, en 2003, le Congrès a adopté deux lois donnant instruction au président des États-Unis de préparer une guerre contre la Libye et une autre contre la Syrie (le Syria Accountability Act).

En 2004, Washington a accusé la Syrie de cacher sur son sol les armes de destruction massive que l’on ne parvenait pas à trouver en Irak. Cette accusation a fait long feu lorsqu’il a été admis que ces armes n’avaient jamais existé et n’étaient qu’un prétexte pour envahir l’Irak.

En 2005, après l’assassinat de Rafik Hariri, Washington a tenté d’entrer en guerre contre la Syrie, mais n’y est par parvenu car elle a retiré son armée du Liban. Les États-Unis ont alors suscité des faux témoignages pour accuser le président el-Assad d’avoir commandité l’attentat et ils ont créé un tribunal international d’exception pour le juger. Mais ils ont en définitive été contraints de retirer leurs fausses accusations après que leurs manipulations aient été mises à jour.

En 2006, les États-Unis ont commencé à préparer la « révolution syrienne » en créant le Syria Democracy Program. Il s’agissait de créer et de financer des groupes d’opposition pro-occidentale (comme le Mouvement pour la Justice et le Développement). Au financement officiel du département d’État s’est ajouté un financement secret de la CIA via une association californienne, le Democracy Council.

Toujours en 2006, les États-Unis ont sous-traité à Israël une guerre contre le Liban, dans l’espoir d’y impliquer la Syrie et de pouvoir intervenir. Mais la rapide victoire du Hezbollah a fait échouer ce plan.

En 2007, Israël a attaqué la Syrie, bombardant une installation militaire (Opération Orchard). Mais là encore, Damas a gardé son sang-froid et ne s’est pas laissé entraîné dans la guerre. Des vérifications ultérieures de l’Agence internationale de l’énergie atomique ont montré qu’il ne s’agissait pas d’un site nucléaire, contrairement à ce qui avait été affirmé par les Israéliens.

En 2008, lors de la réunion que l’OTAN organise annuellement sous le titre Groupe de Bilderberg, la directrice de l’Arab Reform Initiative, Bassma Kodmani, et le directeur de la Stiftung Wissenschaft und Politik, Volker Perthes, exposèrent brièvement au Gotha américano-européen les avantages économiques, politiques et militaires d’une possible intervention de l’Alliance en Syrie.

En 2009, la CIA a mis en place des outils de propagande à destination de la Syrie comme la chaîne BaradaTV, basée à Londres, et OrientTV basée à Dubai.

À ces éléments historiques, ajoutons qu’une réunion s’est tenue au Caire, la seconde semaine de février 2011, autour de John McCain, Joe Lieberman et Bernard-Henry Lévy, des personnalités libyennes comme Mahmoud Jibril (alors numéro 2 du gouvernement de la Jamahiriya) et des personnalités syriennes comme Malik al-Abdeh et Ammar Qurabi. C’est cette réunion qui donna le signal des opérations secrètes qui débutèrent à la fois en Libye et en Syrie (le 15 février à Benghazi et le 17 à Damas).

En janvier 2012, les départements US d’État et de la Défense constituèrent le groupe de travail The Day After. Supporting a democratic transition in Syria qui rédigea à la fois une nouvelle constitution pour la Syrie et un programme de gouvernement [4].

En mai 2012, l’OTAN et le CCG mirentt en place le Working Group on Economic Recovery and Development of the Friends of the Syrian People, sous co-présidence allemande et émiratie. L’économiste syro-britannique Ossam el-Kadi y élabora un partage des richesses syriennes entre les États membres de la coalition, à appliquer le « jour d’après » (c’est-à-dire après le renversement du régime par l’OTAN et le CCG) [5].

 


Révolutionnaires ou contre-révolutionnaires ?
Les groupes armés ne sont pas issus des manifestations pacifiques de février 2011. Ces manifestations dénonçaient en effet la corruption et réclamaient plus de libertés, tandis que les groupes armés —nous l’avons vu plus haut— ressortent de l’islamisme.

Au cours des dernières années, une terrible crise économique a frappé les campagnes. Elle était due aux mauvaises récoltes, qui ont été à tort appréhendées comme des malheurs passagers alors qu’elles étaient la conséquences de changements climatiques durables. À cela se sont ajoutées des erreurs dans la mise en œuvre de réformes économiques qui ont désorganisé le secteur primaire. Il s’en est suivi un fort exode rural auquel le gouvernement a su faire face, et une dérive sectaire de certains paysans que le pouvoir a négligé. Dans de nombreuses régions, l’habitat rural n’était pas concentré en villages, mais dispersé sous forme de fermes isolées, personne n’a mesuré l’ampleur du phénomène jusqu’à ce que ses adeptes se regroupent.

En définitive, alors que la société syrienne incarne le paradigme de la tolérance religieuse, un courant takfiriste s’est développé en son sein. Il a fourni la base des groupes armés. Ceux-ci ont été richement financés par les monarchies wahhabites (Arabie saoudite, Qatar, Sharjjah).

Cette manne a suscité le ralliement de nouveaux combattants parmi lesquels on trouve des parents de victimes de la répression massive du sanglant coup d’État manqué des Frères musulmans, en 1982. Leur mobile est souvent moins idéologique que personnel. Il ressort de la vendetta.

De nombreux voyous et repris de justice appâtés par l’argent facile se sont ajoutés : un « révolutionnaire » est payé 7 fois le salaire moyen.

Enfin, des professionnels ayant combattu en Afghanistan, Bosnie, Tchétchénie ou Irak ont commencé à affluer. Au premier rangs desquels les hommes d’Al Qaida en Libye, conduits par Abdelhakim Belhaj en personne [6]. Les médias les présentent comme des jihadistes, ce qui est inapproprié, l’islam ne concevant pas de guerre sainte contre des coreligionnaires. Ce sont avant tout des mercenaires.

La presse occidentale et du Golfe insiste sur la présence de déserteurs dans l’ASL. C’est certain, mais il est par contre faux qu’ils aient fait défection après avoir refusé de réprimer des manifestations politiques. Les déserteurs en question rentrent presque toujours dans les cas que nous avons précédemment cités. Au demeurant, une armée de 300 000 hommes a forcément parmi elle ses fanatiques religieux et ses voyous.

Les groupes armés utilisent un drapeau syrien à bande verte (au lieu de la bande rouge) et à trois étoiles (au lieu de deux). La presse occidentale le qualifie de « drapeau de l’indépendance », car il était en vigueur au moment de l’indépendance du pays, en 1946. En réalité, il s’agit du drapeau du mandat français qui resta en vigueur lors de l’indépendance formelle du pays (1932 à 1958). Les trois étoiles représentent les trois districts confessionnels du colonialisme (alaouite, druze et chrétien). Utiliser ce drapeau, ce n’est certainement pas brandir un symbole révolutionnaire. Au contraire, c’est affirmer vouloir prolonger le projet colonial, celui de l’Accord Sykes-Picot de 1916 et du remodelage du « Moyen-Orient élargi ».

Au cours des 18 mois d’action armée, ces groupes armés se sont structurés et plus ou moins coordonnés. En l’état actuel,la grande majorité sont passés sous commandement turc, sous le label Armée syrienne libre. De fait, ils sont devenus des supplétifs de l’OTAN, le quartier général de l’ASL étant même installé sur la base aérienne de l’OTAN à Incirlik. Les islamistes les plus durs ont formé leurs propres organisations ou ont rejoint al-Qaida. Ils sont sous le contrôle du Qatar ou de la branche sudeiri de la famille royale saoudienne [7]. De facto, ils sont rattachés à la CIA.

Cette constitution progressive, qui part de paysans pauvres pour se terminer avec un afflux de mercenaires, est identique à ce que l’on a connu au Nicaragua lorsque la CIA organisa les Contras pour renverser les sandinistes, ou que l’on avait connu à Cuba lorsque la CIA organisa le débarquement de la Baie des cochons pour renverser les castristes. Précisément, c’est de ce modèle que les groupes armés syriens se revendiquent aujourd’hui : en mai 2012, les Contras cubains ont organisé à Miami des séminaires de formation à la guérilla contre-révolutionnaire pour leurs homologues syriens [8].

Les méthodes de la CIA sont partout les mêmes. Ainsi les Contras syriens ont concentré leur action militaire d’une part sur la création de bases fixes (mais aucune n’a tenu, même pas l’Émirat islamique de Baba Amr), puis sur le sabotage de l’économie (destruction des infrastructures et incendie des grandes usines), enfin sur le terrorisme (déraillement de trains de passagers, attentats à la voiture piégée dans des sites fréquentés, assassinat de leaders religieux, politiques et militaires).

Par conséquent, la partie de la population syrienne qui pouvait avoir de la sympathie pour les groupes armés au début des événements, pensant qu’ils représentaient une alternative au régime actuel, s’en sont progressivement désolidarisés.

Sans surprise, la bataille de Damas a consisté à faire converger vers la capitale les 7 000 combattants dispersés dans le pays et des armées de mercenaires en attente dans les pays limitrophes. Des dizaines de milliers de Contras ont tenté de pénétrer le pays. Ils se sont déplacés simultanément en nombreuses colonnes de pick-up, préférant traverser les déserts que prendre les autoroutes. Une partie d’entre eux a été stoppée par des bombardements aériens et a du rebrousser chemin. D’autres après s’être emparés de postes-frontière sont parvenus à la capitale. Il n’y ont pas trouvé le soutien populaire escompté. Au contraire, ce sont les habitants qui ont guidé les soldats de l’Armée nationale pour les identifier et les déloger. Au final, ils ont été contraints de battre en retraite et ont annoncé qu’à défaut de prendre Damas, ils prendraient Alep. Au demeurant, cela montre qu’ils ne sont ni des Damascènes en révolte, ni des Alepains, mais des combattants itinérants.

L’impopularité des groupes armés doit être comparée avec la popularité de l’Armée régulière et des milices d’auto-défense. L’Armée nationale syrienne est une armée de conscription, c’est donc une armée populaire, et il est impensable qu’elle puisse servir à une répression politique. Depuis peu, le gouvernement a autorisé la constitution de milices de quartiers. Il a distribué des armes aux citoyens qui se sont engagés à consacrer chaque jour 2h de leur temps pour défendre leur quartier, sous encadrement militaire.
Infiltration de Contras via le désert près de Dera
Des vessies pour des lanternes


En son temps, le président Reagan rencontra quelques difficultés pour présenter ses Contras comme des « révolutionnaires ». Il créa pour cela une structure de propagande, le Bureau de la diplomatie publique, dont il confia la direction à Otto Reich [9]. Celui-ci corrompit des journalistes dans la plupart des grands médias US et ouest-européens pour intoxiquer le public. Il lança entre autres une rumeur selon laquelle les sandinistes disposaient d’armes chimiques et risquaient de les utiliser contre leur propre peuple. Aujourd’hui la propagande est dirigée depuis la Maison-Blanche par le conseiller de sécurité nationale adjoint chargé des communications stratégiques, Ben Rhodes. Il applique les bonnes vieilles méthodes et a ressorti contre le président el-Assad la rumeur des armes chimiques.

En collaboration avec le MI6 britannique, Rhodes a réussi a imposer comme principale source d’information des agences de presse occidentales une structure fantôme : l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).
Les médias n’ont jamais questionné la crédibilité de cette signature, alors même que ses affirmations ont été démenties par les observateurs de la Ligue arabe et par ceux des Nations Unies. Mieux, cette structure fantôme, qui n’a ni locaux, ni personnel, ni expertise, est également devenue la source d’information des chancelleries européennes depuis que la Maison-Blanche les a convaincues de retirer leur personnel diplomatique de Syrie.
En attendant le direct, le correspondant d’Al-Jazeera Khaled Abou Saleh téléphone à sa rédaction. Il prétend que Baba Amr est bombardé et organise les bruitages. M. Abou Saleh était invité d’honneur de François Hollande à la 3e Conférence des Amis de la Syrie.

Ben Rhodes a également organisé des spectacles pour journalistes en mal d’émotions. Deux tours operators ont été mis sur pied, l’un au cabinet du Premier ministre turc Erdogan et le second au cabinet de l’ex-Premier ministre libanais Fouad Siniora. Les journalistes qui le souhaitaient étaient invités à entrer illégalement avec des passeurs en Syrie. On offrait durant des mois un voyage depuis la frontière turque dans un village témoin situé en montagne. On pouvait y réaliser des séances photos avec des « révolutionnaires » et « partager le quotidien des combattants ». Puis, pour les plus sportifs, on pouvait depuis la frontière libanaise aller visiter l’Émirat islamique de Baba Amr.

Fort étrangement, nombre de journalistes ont observé eux-mêmes d’énormes falsifications, mais ils n’en ont tiré aucune conclusion. Ainsi, un célèbre reporter-photographe a filmé les « révolutionnaires » de Baba Amr brûler des pneus pour dégager de la fumée noire et faire accroire à un bombardement du quartier. Il a diffusé ces images sur Channel4 [10], mais a continué à affirmer qu’il avait été témoin du bombardement de Baba Amr relaté par l’Observatoire syrien des Droits de l’homme.

Ou encore, le New York Times a relevé que des photos et vidéos transmises par le service de presse de l’Armée syrienne libre et montrant de valeureux combattants étaient des mises en scène [11]. Les armes de guerre étaient en réalité des répliques, des jouets pour enfants. Le quotidien a néanmoins continué à croire en l’existence d’une armée de déserteurs de près de 100 000 hommes.
Lecture d’une déclaration de l’Armée syrienne libre. Les fiers « déserteurs » sont des figurants qui portent des armes factices.

Selon un schéma classique, les journalistes préfèrent mentir que reconnaître qu’ils se sont fait manipuler. Une fois bernés, ils participent donc consciemment au développement du mensonge qu’ils ont découvert. Reste à savoir si vous, lecteurs de cet article, préférerez aussi fermer les yeux ou si vous déciderez de soutenir le peuple syrien contre l’agression des Contras.



[1] La place Tahrir n’est pas la plus vaste du Caire. Elle a été choisie pour des raisons de marketing, le mot Tahrir se traduisant dans les langues européennes par Liberté. Ce symbole n’a évidemment pas été choisi par les Égyptiens, car il existe plusieurs mots en arabe pour désigner la Liberté. Or, Tahrir indique la Liberté que l’on reçoit, pas celle que l’on acquiert.

[2] La presse occidentale a pris l’habitude d’orthographier le nom de M. Syda en ajoutant un « a », en « Sayda », de manière à éviter la confusion avec la maladie du même nom. Ndlr

[3] Le terme « préméditation » s’emploie normalement en droit criminel. En matière politique, le terme adéquat est « complot », mais l’auteur s’est abstenu de l’utiliser car il suscite une réaction hystérique de la part de ceux qui s’appliquent à faire croire que la politique occidentale est transparente et démocratique. Ndlr

[4] « Washington a rédigé une nouvelle constitution pour la Syrie », Réseau Voltaire, 21 juillet 2012.

[5] « Les « Amis de la Syrie » se partagent l’économie syrienne avant de l’avoir conquise », par German Foreign Policy, traduction Horizons et débats, Réseau Voltaire, 14 juin 2012.

[6] « L’Armée syrienne libre est commandée par le gouverneur militaire de Tripoli », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 décembre 2011.

[7] Pour plus de détails, lire « La Contre-révolution au Proche-Orient », par Thierry Meyssan, Komsomolskaïa Pravda/Réseau Voltaire, 11 mai 2011.

[8] « L’opposition syrienne prend ses quartiers d’été à Miami », par Agence Cubaine de Nouvelles, Jean Guy Allard, Réseau Voltaire, 25 mai 2012.

[9] « Otto Reich et la contre-révolution », par Arthur Lepic, Paul Labarique, Réseau Voltaire, 14 mai 2004.

[10] « Syria’s video journalists battle to telle the ’truth’ », Channel4, 27 mars 2011.

[11] “Syrian Liberators, Bearing Toy Guns”, par C. J. Chivers, The New York Times, 14 juin 2012.


http://www.voltairenet.org/Qui-se-bat-en-Syrie,175109 http://www.voltairenet.org/Qui-se-bat-en-Syrie,175109

http://www.alterinfo.net/Qui-se-bat-en-Syrie_a79420.html

VIDEOS sur le site
__________________________________________
.
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 07:19

 

 

L'Europe sécuritaire - Une conférence de François ASSELINEAU

 

Lyon, 15 juin 2012


Conférence inédite, le sujet porte notamment sur le durcissement des mesures de sécurité dans les pays de l’Union Européenne. Lois sur la propriété intellectuelle : HADOPI et ACTA, caméras de surveillance, fichiers biométriques, partage des données bancaires SWIFT ou des données sur les passagers PNR avec les USA : toutes ces mesures sont symptomatiques du processus de délitement démocratique que nous vivons : des atteintes à la liberté individuelle et à l’anonymat, qui convergent vers une centralisation toujours plus aigüe sous la houlette de personnes non élues.

 

http://cmick23r.wordpress.com/2012/07/23/leurope-securitaire-une-conference-de-francois-asselineau/?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

 

 

..
.
Dernières infos non alignées
sur mon blog sos-crise :


Partager cet article
Repost0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 06:24

Giesbert_-_LCP-58ea4.jpg

par Henri Maler, Nicolas Galy, le 18 juillet 2012

 

Franz-Olivier Giesbert est un cumulard omniscient. Cumulard : Le Point, France 2, France 5, La Chaîne parlementaire (LCP), etc. Omniscient : politique politicienne, culture cultureuse et géopolitique planétaire sont ses spécialités. Sur LCP (chaîne d’État s’il en fut), il « anime » une émission mensuelle (seulement…) – « Parlez-moi d’ailleurs » – qui se présente comme « Le rendez-vous géopolitique » et prétend « décrypter » [1]. Le 31 mai 2012, Giesbert « décryptait » « Le phénomène Chavez », en présence de quatre invités. Une confrontation très virulente qui donne l’occasion d’échanger les arguments habituels. Mais il fallait choisir. Et nous avons choisi de ne retenir que les interventions du présentateur, avec juste ce qu’il faut de contexte pour comprendre l’étendue du savoir de l’omniscient en charge d’un interrogatoire à sens unique.

 

Quatre invités donc. Deux d’entre eux sont chargés de représenter les « pro-Chavez » : Farid Fernandez (conseiller à l’ambassade du Venezuela à Paris) et Maurice Lemoine (ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique). Les deux autres incarnent les « anti-Chavez » : Renée Fregosi (directrice de recherche à la Sorbonne, plus précisément à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine) et François-Xavier Freland (journaliste, correspondant de RFI et TV5 au Venezuela). Le « match » peut commencer et « l’arbitre » déployer son parti-pris et, en guise d’arguments, ressasser quelques slogans.

Giesbert_-_LCP-58ea4.jpg

Présentation de l’émission… 
- Franz-Olivier Giezbert (FOG) : « […]
 Pour débattre de ce personnage étrange, à la tête d’un pays de vingt-huit millions d’habitants, un pays assis sur des réserves pétrolières qui sont les plus grandes du monde [on n’a pas fini de l’apprendre] : deux cents quatre-vingt-seize, peut-être même deux cent quatre-vingt-dix-sept milliards de barils… plus… plus que l’Arabie saoudite… […] »

… Puis vient l’introduction d’un premier reportage (ou de la première séquence d’un même reportage qui semble avoir été fractionné). 
- FOG : « Alors, avant de commencer le débat, je vous propose de regarder tout de suite d’un peu plus près
 “la bête”  ; oui, on va regarder un petit sujet autour de Chavez. »

Le reportage évoque les conditions d’accès au pouvoir de Chavez - de sa tentative de coup d’État de 1992 à son élection en 1998 -, omet le coup d’État et les grèves fomentées par l’opposition, et donne la parole à des témoins. Les uns expriment leur déception et parlent de marche vers la dictature, quand d’autres disent qu’il s’agit d’un régime démocratique, mais « personnifié », « très incarné ». Suit alors l’évocation des apparitions de Hugo Chavez à la télévision : jusqu’à huit heures, parfois quotidiennement. Témoignages d’opposants à l’appui, le reportage, sur la liberté de la presse, invite à distinguer la liberté d’opinion, qui serait totale, et la liberté d’information, qui serait restreinte. Tout cela est discutable, mais comment ?

Leçon « experte » du premier reportage. 
- FOG : « Alors quand
 “César” Chavez est arrivé au pouvoir, à la fin du siècle dernier, il faut bien dire que la situation était absolument catastrophique. Ça s’est redressé, d’ailleurs. Il y avait à l’époque, je crois, 30 % de Vénézuéliens qui vivaient au-dessous du seuil de pauvreté. Il y a un peu plus de partage aujourd’hui, mais enfin, c’est quand même pas terrible quoi, non ?  »

Le « débat » s’amorce par la confrontation sur les restrictions dont seraient victimes les médias d’opposition. Puis, alors que Fregosi soutient que la situation économique est revenue à l’état catastrophique de l’avant-Chavez, Giesbert l’interrompt pour préciser sa « pensée ». 
- FOG : « En même temps, on a vu l’aspect démocratique :
 Hugo Chavez c’est César, c’est “César” Chavez, enfin il y a un petit côté césarien ridicule, avec ce petit personnage qui est tout le temps à la télé, qui parle tout le temps, qui chante… »

Fregosi l’interrompt et mentionne un collègue historien qui a « évolué parce que c’est un homme intelligent lui aussi » et qu’il a constaté la « dérive autoritaire ». Enchaînement subtil : 
- FOG : « Alors vous, Farid Fernandez, qui êtes un homme intelligent, qui parlez d’ailleurs un français remarquable, est-ce que vous avez évolué sur Hugo “César” Chavez
 [Fernandez tente de parler] le petit César [nouvelle tentative] le petit César du Venezuela. »

Fernandez répond que Chavez a gagné douze élections sur treize, des élections particulièrement fréquentes, et qu’il n’est pas sérieux, à ses yeux, de parler de dictature, ou d’autoritarisme, ou […] d’une marche vers la dictature… ». Mais « l’arbitre » ne s’en laisse pas conter. 
- FOG : « Qui fait quand même
 un petit peu dictature d’opérette  : par exemple les dernières élections législatives ont été perdues par Chavez. [Fernandez le nie] Non parce qu’effectivement il a eu plus de députés mais il avait moins de voix, donc ça existe pas ce système-là. [Fernandez tente à nouveau de le nier] Non, non, il avait moins de voix puisque l’opposition, alors on peut demander à madame Fregosi, elle fait 52 %, elle perd les élections, c’est le seul pays au monde, enfin c’est un des rares pays au monde…  »

Ce décalage entre le nombre de voix et le nombre de députés (qui, même si on peut le déplorer, existe dans d’autres pays, dont la France), s’explique par les divisions de l’opposition et le découpage des circonscriptions (parfois défavorable aux partisans de Chavez). Mais « l’arbitre » n’en a cure. 
- FOG : « Il reste quand même que l’opposition qui a plus de voix que le parti de Chavez a moins de députés : il y a quelque chose qui va pas. »
 
- Fernandez : « Ce n’est pas exactement le cas… »
 
- FOG : « C’est tout à fait le cas. »

Quelques échanges plus loin, alors que Freland évoque le fait que Chavez passe quotidiennement plusieurs heures à la télévision, « l’arbitre » surenchérit. 
- FOG : « Ben
 ça ressemble un peu à la Corée du Nord là ? De ce point de vue ? Ben oui, c’est la Corée du Nord. Ben oui, c’est la Corée du Nord…  »

Ce coup de main, tout en nuances, aux thèses de l’opposition appelait un retour à l’équilibre que « l’arbitre » introduit ainsi : 
- FOG : « Alors, Maurice Lemoine… Maurice Lemoine, qui va donner un petit coup de main à Farid Fernandez…
  »

Lemoine est immédiatement interrompu par Freland, qui se dit catastrophé par le décalage existant à ses yeux entre les articles duMonde diplomatique et la situation « réelle » au Venezuela. 
- Lemoine : « On a affaire à un procureur ? »
 
- FOG (avouant ainsi qu’il s’agit d’une émission à charge contre Chavez) : « Vous plaidez,
 vous êtes l’avocat, et il y a le procureur et… C’est un débat télévisé. »

S’ensuit un vigoureux échange entre les participants, notamment autour des chiffres avancés par Lemoine, en particulier sur la réduction de la pauvreté. Giesbert brandit sa fiche. 
- FOG : « S’il vous plaît, je voudrais donner quelques chiffres et demander à monsieur Fernandez comment il explique, quand même, ce phénomène, parce que…
 C’est un pays très riche , le Venezuela, puisque comme je le disais, il a plus de réserves pétrolières que l’Arabie Saoudite . C’est quelque chose qui est assez méconnu, hein ? Deux cents quatre-vingt-dix-sept milliards de barils de réserves c’est un chiffre absolument hallucinant… Et comment se fait-il que, malgré ça, aujourd’hui, le taux de croissance du Venezuela soit si faible, de l’ordre de 3 % ? Alors c’est vrai qu’il était en baisse auparavant, avant l’arrivée de Chavez… Et comment se fait-il, aussi, qu’il y ait un taux d’inflation aussi considérable : plus de 27 % ? Il ne faut pas oublier que c’est au Venezuela que le taux d’inflation est le plus élevé, aujourd’hui, au monde, et que l’inflation… elle ne bénéficie pas aux classes les plus défavorisées, ça c’est clair, hein ? [Fernandez acquiesce] En général, ce sont les premières à payer l’inflation. »

Fernandez montre les chiffres de l’inflation avant et après l’arrivée de Chavez au pouvoir, selon une source – la Cepal – que Freland et Fregosi contestent. Mais FOG l’interrompt. 
- FOG : « Ah ben non, mais personne ne nous dit que c’était bien avant Chavez, hein, monsieur [2].

Quelques instants plus tard, en guise de transition et de présentation du deuxième reportage (ou de la deuxième séquence du reportage), retour à la Corée du Nord. 
- FOG : « Qu’est-ce que c’est que cette démocratie vénézuélienne ? Je vous propose une petite pause, parce que les esprits sont un peu échauffés, on va essayer de calmer tout ça… Une petite pause avec un reportage pour aller voir sur place :
 qu’est-ce que la démocratie vénézuélienne ? Ben c’est un potage assez bizarre avec un zeste de démocratie participative, et puis avec des images qu’on aurait pu voir effectivement dans des reportages en Corée du Nord, ou autrefois au temps de Staline. On regarde. »

Ce reportage s’efforce d’être ou de paraître équilibré : il donne la parole à des Vénézuéliens qui participent à des conseils communaux et à des opposants qui déplorent d’en être exclus. Selon les premiers, ces conseils permettent à la communauté de définir elle-même ses besoins, pour une meilleure allocation des ressources. Les projets y sont exposés à la communauté et soumis au vote. On voit ceux qui y participent se féliciter du fait que cela donne du pouvoir aux gens directement concernés. Des opposants, quant à eux, reprochent que l’organisation de ces conseils soit interdite à ceux qui ne font pas partie du parti présidentiel, alors qu’un participant à l’un de ces conseils soutient que les opposant sont acceptés quand ils ne cherchent pas à « saboter » le travail des conseils. Le reportage s’achève sur l’évocation des missions bolivariennes (des « programmes sociaux ciblées répondant aux besoins formulés par le peuple lui-même ») ainsi que leurs succès en matière d’alphabétisation et de réduction de la pauvreté. L’expert en démocratie participative, qui a tout compris, conclut. 
- FOG : « Voilà :
 des cartes postales un peu nunuches, qui rappellent les beaux temps du communisme. S’agit-il de démocratie ou d’embrigadement ? Je crois que c’est la question qu’on peut se poser quand on voit ces gens qui répondent un peu avec des phrases stéréotypées, et puis notamment on entend ces mots de “saboteurs”… Il y en a beaucoup, comme chacun sait, en Corée du Nord, ou dans les pays où ça va pas… »

Plus tard, Fernandez reproche aux intervenants de chercher à appliquer des cadres d’analyse « euro-centristes » (jugés « universels » par Fregosi). 
- Fernandez : « Vous avez utilisé les termes, monsieur Giesbert, de communisme, de socialisme… »
 
- FOG : « Ben,
 c’est un peu rigolo, quoi, c’est tout…  » 
- Fernandez : « L’Amérique latine, pendant les années 80, a été le, disons, le terreau d’expérimentation des politiques néolibérales… »
 
- FOG : « Enfin d’extrême droite, il y a eu beaucoup d’extrême droite, bien entendu, parce que c’est… »
 
- Fernandez : « Et il y a eu, disons, le démantèlement des États, la privatisation des services publics… Tout ceci a, disons, frappé de plein fouet différents pays, dont… »
 
- FOG : « 
 Oui, mais il y a eu beaucoup de dictatures d’opérette qui ressemblent à celle que… Avec des personnages qui ressemblent à Chavez. »

C’est ce que l’on appelle avoir de la suite dans les « idées »…

Fernandez continue sur l’histoire récente de l’Amérique latine et du Venezuela. Oui, mais… 
- FOG : « Oui, mais alors, de ce point de vue, il y a une réussite incroyable en Amérique latine ; tout le monde la reconnaît… C’est la réussite de Lula, hein ? Au Brésil… Chavez c’est quand même plus que discutable, alors qu’il profite de… Alors qu’il a des réserves…
 Le pays a des réserves pétrolières incroyables.  »

Fernandez avance que, pendant trois ans, le Venezuela a eu une croissance parmi les plus élevées du monde. Oui, mais… 
- FOG : « Oui, avec,
 je le rappelle, des réserves pétrolièresque beaucoup de pays aimeraient avoir. » 
- Fernandez : « Mais les réserves pétrolières sont là depuis le début du XXe siècle, pourquoi est-ce que le Venezuela n’est pas le pays le plus riche du monde, alors ? »
 
- FOG : « Ben il devrait l’être, oui, bien sûr. »

Le débat se poursuit, quand un nouvel échange éclaire le téléspectateur sur la « pensée » de Giesbert. 
- Lemoine : « J’ai quand même vu tout à l’heure dans ce reportage, vous… J’imagine que c’est pour lancer le débat, vous parlez de la Corée du Nord, vous n’êtes pas sérieux quand même, j’espère, Giesbert ? »
 
- FOG : « Non, mais
 il y a un petit côté “cucul” , vous voyez bien, dans tout ça. [Lemoine tente de parler] Ces gens qui parlent un langage… On a l’impression qu’ils l’ont appris par cœur, vous voyez ce que je veux dire  ? C’est des reportages qu’on a déjà vus dans tous les pays un petit peu totalitaires , vous voyez ce que je veux dire ? C’est un peu de la propagande, quoi. »

Quelque temps plus tard, alors que le « débat » porte déjà sur l’insécurité qui règne au Venezuela, Giesbert introduit un dernier reportage sur la persistance de ladite insécurité, malgré la présidence de Chavez, en raison, notamment, de la faiblesse de l’État. Il s’achève, sur fond d’une musique déchirante, sur le témoignage d’une mère (en l’occurrence, de l’opposition), inquiète quand son fils sort le soir. Mais l’« arbitre » n’a que le pétrole en tête.
- FOG : « Alors, la question qui se pose après ce reportage édifiant, c’est pourquoi un tel fiasco,
 alors que le Venezuela dispose, je le répète, on ne le dira jamais assez, des réserves pétrolières les plus importantes du monde, plus importantes encore que celles de l’Arabie saoudite ? »

Le bilan négatif, en matière d’insécurité, n’est contesté par personne, bien que son ampleur et ses motifs soient discutés sur le plateau. Mais l’interrogatoire à sens unique conduit par Giesbert n’est pas fini. Ainsi, alors que Fregosi parle de l’espoir, à ses yeux déçu, qu’a suscité pour beaucoup l’arrivée de Chavez, « l’arbitre » dégaine l’un de ses arguments préférés. 
- FOG : « Il y avait beaucoup d’espoir sur lui, comme il y avait sur Lula, d’ailleurs. Mais sauf qu’il y en a un qui a réussi, et l’autre pas. »

Et ainsi de suite jusqu’à la fin de l’émission. Retenons encore cette tirade de « l’arbitre ». 
- FOG : « Alors, après tout ce qu’on a dit.
 [Il est interrompu par Fernandez, qui ajoute quelques mots.] Alors après tout ce qu’on a dit, moi, c’est une question que… La question qu’on peut se poser, c’est… Et monsieur Lemoine, on aimerait avoir son avis là-dessus, c’est après, disons, ce côté un peu grotesque et ridicule qu’on a abordé  : les discours de huit heures ; sa fille, Rosa Virginia, qu’elle essaye de pousser (sic) pour prendre sa suite ; son gendre qui est ministre des Sciences et des Technologies… Enfin, etc. Ce côté un peu dictature d’opérette, même s’il y a des élections de temps en temps, qui ne correspondent pas tout à fait, d’ailleurs, aux résultats, à l’arrivée, c’est-à-dire que bon…[Fernandez rappelle qu’il y a eu treize élections en treize ans.] Oui, oui, mais qu’il perd et qu’il gagne de toute façon (sic) … Enfin, bref, on a l’impression, de toute façon… Quels que soient les résultats de toute façon, il les emportera toujours… Et est-ce que… Comment on explique cette fascination par (sic) la gauche de la gauche ? C’est ça qui est incroyable : pourquoi a-t-il réussi à fasciner tellement la gauche de la gauche, alors que son “copain” Lula, finalement, a beaucoup mieux réussi ?

* * *

Le processus en cours au Venezuela suscite espérances et inquiétudes. Qu’on lui soit favorable ou hostile, il appelle à la vigilance. Cette vigilance peut-elle s’exercer sans enquête effective ? La réponse est dans la question. Qu’a-t-on appris sur le Venezuela et sur Chavez grâce à Giesbert ? Rien. Qu’a-t-on appris, en revanche, sur Giesbert ? Finalement, pas grand-chose. La propagande est son métier. Suffisance et arrogance, désinvolture et mépris, prétention et vanité : tout cela fait un grand journaliste d’opérette dans un pays, la France, qui n’est pas la Corée du Nord.

Nicolas Galy et Henri Maler

Notes

[1] Modeste présentation de l’émission : « Le monde change, évolue, se transforme. Alors, comment comprendre ce monde en perpétuelle évolution et mieux connaître ces pays qui nous entourent ou découvrir ces contrées plus lointaines ? Pour décrypter la géopolitique, et ses répercussions d’un pays à l’autre, “Parlez-moi d’ailleurs” aborde chaque mois un dossier international au cœur de l’actualité. Urgence humanitaire… engagement mondial… crise planétaire… À travers plusieurs reportages, Franz-Olivier Giesbert, entouré de députés et d’experts, revient sur les problématiques qui agitent notre planète. »

[2] À ce moment-là, pour reprendre FOG sur sa remarque à propos des réserves de pétrole, Fernandez développe sur ce que l’on appelle la « maladie hollandaise », bien connue, excepté par notre omniscient.

http://www.acrimed.org/article3862.html

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 14:28
Photo de couverture
https://plus.google.com/116536894056162235467/posts
.
.
France24 champion de la désinformation
et de la propagande de guerre.
Lettre ouverte
Par eva R-sistons
.
.
Bonjour

.

En réalité, je ne vous salue pas, car vous êtes méprisables. Vous deviez rayonner dans le monde au nom de la France, vous deviez être la vitrine de notre pays, donner une image positive de son Information, et vous contribuez à faire en sorte que nos Médias, deviennent, en Europe, Lanterne rouge en matière d'information !

 

En créant ce Média, vous avez en réalité créée le plus scandaleux et le plus pervers outil de propagande qui soit pour la mondialisation ultra-libérale et surtout pour l'Empire qui met à feu et à sang la planète afin de mieux la piller et de la contrôler de façon d'ailleurs anti-démocratique - j'ose le mot, de façon "dictatoriale" avec le Nouvel Ordre Mondial, mais c'est un autre débat. 

 

Vous détournez la fonction de journaliste à des fins partisanes. C'est indigne de la France, c'est indigne de la profession ! En réalité, votre objectif réel est non d'informer de façon neutre et plurielle, mais de conditionner l'Opinion - en particulier arabe - afin qu'elle épouse vos idées. Et un observateur tant soit peu averti sait que vous roulez en réalité d'abord pour l'Etat cher au coeur de Christine Ockrent et de Bernard Kouchner, Israël, ensuite pour les Anglo-Saxons, qui ensemble quadrillent la planète pour mieux l'asservir et accaparer les richesses des nations à leur seul profit. Au final, au lieu d'informer les citoyens, vous les manipulez afin qu'ils acceptent les politiques décrétées à Washington, à Londres, à Tel-Aviv -  et à Bruxelles, aux ordres : Donc l'Europe du Cartel bancaire, le capitalisme financier, les guerres impériales, l'ingérence diaboliquement "humanitaire" dans les Nations encore souveraines. 

 

A l'instant, je viens de voir votre dernier reportage sur les terroristes islamistes au service des intérêts de l'Occident - pardon, vous utilisez le mot d'"Armée libre" à leur égard. Libre de quoi ? De jeter dehors le dirigeant (Bachar-el-Assad) soutenu par plus de 80 % de la population, et en particulier par les Chrétiens menacés, justement, par le fanatisme aveugle des Musulmans les plus radicaux ? D'imposer les mesures les plus rétrogrades aux Syriens laïcs et en particulier aux femmes de ce pays évolué ? De torturer, de tuer, de  massacrer en masse ? 

 

Je suis scandalisée par votre indignation sélective. Le reportage que je viens de voir ciblait - encore et toujours - l'Armée de la grande nation syrienne, à qui vous reprochiez de torturer. Mais dites-moi, vos amis israéliens ne passent-ils pas une partie de leur temps à torturer, notamment les petits Palestiniens, les enfants (cela ne vous dérange pas lorsqu'ils sont arabes ou musulmans ?), et à former les tortionnaires aux quatre coins du monde ? Et les amis américains des Israéliens vos "frères" (car presque tous les journalistes, sur votre Chaîne comme d'ailleurs dans les Grands Médias, appartiennent à la même Communauté défendant, dans l'ensemble, les intérêts de l'Entité Sioniste, et donc ils sont juges ET parties, voilà un authentique conflit d'intérêt à dénoncer !) ne cessent de torturer partout, et pas seulement à Guantanamo ! Et c'est hélas une pratique de guerre... Pourquoi dénier à la Syrie le droit universel de se défendre alors qu'elle est attaquée de l'extérieur par une horde de fondamentalistes radicaux et violents manipulés, formés, armés par l'Occident impérial ?

 

Pour moi, votre Chaîne n'est pas au service de la démocratie, de l'information libre, mais des terroristes du Qatar, d'Arabie Saoudite, de Turquie, de la Libye désormais asservie, de la CIA, du Mossad, des Services Secrets français tous au service des vampires de  la Haute Finance et des Industriels de Mort (Armement, Pétrole, Nucléaire, Chimie etc). Et surtout, connaissant l'attachement insensé du couple de néo-conservateurs Ockrent-Kouchner pour Israël, on devine qu'en réalité vous visez un seul but : Rendre tolérables et même souhaitables les guerres néo-coloniales de prédation, de pillage, de domination, comme actuellement en Syrie.

 

medias-france24-fr.jpg

 

Et votre désinformation est si caricaturale, que jamais il n'y a de vrais débats entre partisans et adversaires en Syrie, jamais nous n'entendons le point de vue du Régime syrien confronté à une attaque criminelle de l'Occident déguisée en guerre "humanitaire", "pour la démocratie", et autres mensonges. Non, un seul "angle"', celui des tortionnaires de la Syrie présentés comme les Défenseurs de la liberté alors qu'ils ne sont que des fanatiques ou des prédateurs sans scrupules.

 

De vulgaires agents de l'Etranger,

et sans scrupules

 

Cela commence à se savoir sur le NET, déjà. L'Observatoire syrien des Droits de l'Homme est une imposture, les icônes (femmes, enfants, "héros"..) sont des trouvailles issus des cerveaux des propagandistes du Pentagone, les massacres sont des mises en scène tournées dans les studios du Qatar ou d'anciennes images de la guerre d'Irak, lorsqu'ils ne sont pas perpétrés, à des fins de propagande,  par ceux que vous présentez comme "libres", "démocrates", "humanitaires".

 

Et ce sont les sous des citoyens français qui financent ces mensonges ? Vous n'avez pas honte ? Vous êtes des agents de l'Etranger... sans scrupules !  Car toutes les atrocités de l'Europe de Bruxelles, de la mondialisation financière, des guerres criminelles de l'Occident font de la vie des peuples un enfer. Et en désinformant, en travestissant, en mentant, en faisant une propagande continue pour les guerres criminelles de l'OTAN, en réalité vous travaillez CONTRE les intérêts des Nations souveraines, des peuples, des citoyens, au lieu de remplir votre mission d'informateurs honnêtes.

 

Vous savez que la mondialisation ultra-libérale, l'Europe, les guerres nuisent aux intérêts des peuples. Et pourtant tout est fait, avec vous, pour que nous acceptions l'intolérable. C'est ignoble, c'est machiavélique, c'est monstrueux. Vous êtes abjects, il n'y a pas d'autre mot !

 

    .

 

 

Aujourd'hui France24, comme Arte d'ailleurs, ou FR2, ou C dans l'Air (à l'instant encore) ou tant d'autres, sont des instruments de guerre à part entière, de véritables acteurs de l'apocalypse imposée aux peuples contre leur volonté. Les journalistes ne sont même plus des journaleux, mais des laquais, des prostitués. Et c'est une journaliste qui vous parle, révulsée de voir à quoi servent les Médias comme les vôtres, aujourd'hui, les "meRdias" comme les appellent les blogueurs ayant ouvert les yeux sur la terrible réalité que vous offrez en pâture aux  quatre coins de la planète... en particulier, d'ailleurs, aux Arabes et aux Musulmans que vous cherchez à conditionner en leur servant tous les jours votre potion empoisonnée, malsaine, honteusement mensongère. Vous n'avez pas honte de leur "parler" à travers des émissions spéciales pour leur faire accepter tout ce qui est contraire à leurs intérêts ? Oui, manipulateurs de France24, vous travestissez chaque jour la réalité pour dresser les Musulmans les uns contre les autres et pour les amener à choisir la boussole, le modèle, la "démocratie", les plans proposés par l'Occident alors qu'ils sont seulement des pièges qui se refermeront sur eux - comme sur chaque citoyen de la planète, d'ailleurs. Vous abusez de votre fonction, et vous salissez l'image de la France ! Quelles odieuses responsabilités !

 

Et que dire de vos choix dans des émissions sur le NET ou sur les Observateurs ? Ceux qui sont mis en valeur sur votre infâme support de désinformation et de propagande sont seulement des agents de l'Empire militaire et financier, des inconditionnels des Anglo-Saxons, des Atlantistes, des Sionistes, de l'Europe tremplin du Nouvel Ordre Mondial, des guerres impériales et impérialistes ; C'est une imposture ! Quand verrons-nous par exemple un reportage à chaud, via vos prétendus Observateurs impartiaux, sur tout ce que subit le peuple syrien quotidiennement à cause des visées israéliennes et anglo-saxonnes sur le gaz du pays (principal producteur), sur les victimes de l'agression de l'Occident hégémonique ? Non, tout est à sens unique pour manipuler, conditionner, amener à accepter les politiques ultra-libérales ou guerrières des vrais terroristes : Occidentaux !

 

Alors oui la journaliste que je suis vous dit : Vous êtes tous des imposteurs qui salissez la profession, et l'image de la France !

 

Eva R-sistons  

 

link  (du blog)

 

Medias-France_24-contre-Musulmans.jpg

 

Islamophobie constante : Tout est prétexte pour dénigrer les Musulmans. Les Occidentaux se soucient-ils des chrétiens d'Irak ou de Syrie ? Non, ils les ont broyés dans leurs guerres infâmes. Et les Evangéliques que je connais bien pour m'être convertie dans leur milieu, sont envoyés en mission partout pour amener les gens à croire comme eux et surtout ... à penser comme eux, c'est-à-dire comme les Occidentaux ! (eva)

 

.

 

Sur les pseudos Observateurs libres de France24,

voici ce que j'ai écrit fin 2010 :

.

.http://observers.france24.com/fr
.
.
Résistons à l'intolérable :
tous observateurs !
Par eva R-sistons
30 décembre 2010
.
Face à l'horreur en préparation,
nous avons un devoir de résistance.
Voici une nouvelle idée, captée sur France 24:
Tous OBSERVATEURS,
tous acteurs de l'information !
  .

 

Amis Lecteurs, 

.

La désinformation, ça suffit !

La télé-propagande pour les malfaiteurs au sommet, ça suffit !

Je l'ai déjà dit: Soyons tous journalistes, informons partout,

et formons à Internet tous les isolés, ou nos anciens.

Car ils doivent eux aussi savoir,

comme dit la Sagesse populaire, "savoir c'est pouvoir".

.

Voici une idée, glanée sur France 24

la télé-Ockrent au service des intérêts

de l'Oligarchie qui sévit sur la planète.

France 24 a lancé l'idée des "Observateurs",

ces citoyens devenus ACTEURS de l'information.

A Gaza, face à l'occupation barbare,

comme en Amazonie face aux Multinationales du Pétrole,

au Nord de la Côte d'Ivoire aux mains des tenants du FMI

comme en Colombie colonisée par les Yankees

qui établissent partout des bases militaires

en piétinant les droits des populations,

(dont le premier, à la paix),

dans les rues américaines livrées à la brutalité

de ceux qui ont la charge de l'"ordre"

et qui abusent de leur pouvoir surtout envers les citoyens noirs,

comme dans les camps roms,

partout, munis de nos portables ou mieux de caméras,

observons, captons, enregistrons, filmons,

autant de pièces à conviction

contre les bourreaux de l'humanité.

A tout instant, nous devons être prêts

à être des acteurs de l'information,

à être des relais de la vérité, sur le terrain.

France 24 appelle cela

"Les réseaux participatifs interactifs",

et la Chaîne au service de l'Occident

se sert, elle, des informations à des fins de propagande,

contre, en définitive, nos intérêts à tous,

par exemple en favorisant les Révolutions de couleurs

un peu partout, pour qu'elles aboutissent à la mise en place

de marionnettes dociles,

  au service des Organismes comme le FMI,

en Côte d'Ivoire comme en Georgie ou en Iran.

Ne soyons pas dupes !

.

Et nous, saisissons-nous de cette idée,

mais pour la retourner contre nos bourreaux,

comme autant de pièces à conviction.

Nous devons VOIR concrètement

les résultats de leurs politiques criminelles.

Et relayer l'information, sur Internet ou ailleurs,

mieux encore, en envoyant ces témoignages aux Tribunaux:

Comme preuves irréfutables.

.

Mes amis, l'avenir nous appartient

si nous savons le saisir, le dessiner, le modeler.

Alors à vous, observateurs, à vous, acteurs de l'information,

sur le terrain, de votre fenêtre, partout !

En 2011, prenez cette résolution positive !

 

Cordialement, votre eva

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS: France 24, Observateurs, information, journalistes, Colombie, Iran, FMI, Côte d'Ivoire, pétrole, multinationales, Internet, Yankees, Ockrent, Oligarchie

 

.

--------------------------------------------

 

Encore de la propagande.. A Durban, un vent de liberté a soufflé, et cela déplaît à ceux qui passent leur temps à la travestir ! (eva)

 

image

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 16:09

 

 

medias-guerre-info.jpg


Syrie : La vraie nature de l’opposition

Il existe encore des journalistes,
de vrais journalistes,
au service de l' Information,
comme Charlie Skelton de The Guardian (GB),
saluons-les ! (Chantal Dupille)


Charlie Skelton - The Guardian (UK)


Les médias ont été trop passifs
au sujet des sources de l’opposition syrienne,
sans s’intéresser à leur nature
et à leurs affiliations politiques.
Il est temps d’y regarder de plus près…

16 juillet 2012

C’est un cauchemar qui se déroule en Syrie, dans les maisons d’al-Heffa et dans les rues de Houla. Et nous savons tous comment l’histoire va finir : avec des milliers de soldats et de civils tués, des villes et des familles détruites, et le président Assad battu à mort dans un fossé.


C’est l’histoire de la guerre en Syrie, mais une autre histoire doit être dite. Une histoire moins sanglante, mais néanmoins importante. C’est une histoire des faiseurs de contes : les portes paroles, les « spécialistes de la Syrie », les « militants démocrates. » Les faiseurs de déclarations. Les gens qui « exhortent, » et « avertissent »et « appellent à l’action. »


C’est une histoire sur les membres les plus cités de l’opposition syrienne et leur connexion au business anglo-américain de fabrication d’oppositions. Les médias d’information grand public ont été, pour l’essentiel, remarquablement peu regardants au sujet des sources syriennes : en les présentant simplement comme « portes parole officiels » ou « militants pour la démocratie » sans, en général, examiner leurs déclarations, leurs trajectoires ou leurs affiliations politiques.


Il est important de le souligner : enquêter sur la trajectoire d’un porte-parole Syrien ne revient pas à mettre en doute la sincérité de son opposition à Assad. Mais une passion haineuse contre le régime Assad n’est en rien une garantie d’indépendance. En fait, in certain nombre de personnalités importantes du mouvement syrien d’opposition sont des exilés de longue date qui étaient subventionnés par le gouvernement US pour affaiblir le gouvernement Assad bien avant le déclenchement du Printemps arabe.


Même si la déposition du président Assad par la force n’a pas encore été ouvertement affichée par le gouvernement des Etats Unis, ces portes parole plaident ouvertement pour une intervention militaire en Syrie et sont de ce fait des alliés naturels pour les néoconservateurs US bien connus qui avaient soutenu l’invasion de l’Irak par Bush et font maintenant pression sur l’administration Obama pour qu’elle intervienne. Et comme nous le verrons, plusieurs de ces portes parole ont trouvé un soutien auprès de ceux qui, des deux côtés de l’Atlantique, sont en faveur d’ une intervention militaire, et dans certains cas, ils ont développé d’anciennes et lucratives relations avec eux.


« Le temps est compté » [Le sable s’écoule dans le sablier] a déclaré Hillary Clinton dimanche. Il est donc grand temps, au moment où les combats en Syrie s’intensifient, et où des bateaux de guerre russes font route vers Tartous, de regarder de plus près ceux qui parlent au nom du peuple syrien.

 

Le Conseil National Syrien


Les portes-parole d’opposition les plus cités sont les représentants officiels du Conseil National Syrien (CNS). Le CNS n’est pas la seule organisation d’opposition – mais il est généralement considéré comme « la principale coalition d’opposition » (BBC). Le Washington Times le décrit comme « une organisation qui coordonne des factions rivales basées hors de Syrie. » Le CNS est certainement l’organisation d’opposition qui a les relations les plus étroites avec les puissances occidentales et qui a appelé à une intervention étrangère dès les premières phases du soulèvement. En février de cette année, à l’ouverture du sommet des Amis de la Syrie en Tunisie, William Hague [ministre britannique des affaires étrangères, NdT] avait déclaré : « Je rencontrerai les dirigeants du Conseil national Syrien d’ici quelques minutes… Nous, ainsi que d’autres nations, les traiterons et les reconnaîtrons en tant que représentants légitimes du peuple syrien. »

Le plus haut porte-parole officiel du SNC est l’universitaire syrienne établie à Paris, Bassma Kodmani.

 

Bassma Kodmani §


Kodmani est membre du bureau exécutif et chargée des affaires étrangères au Conseil National Syrien. Kodmani est proche du centre de la structure de pouvoir du CNS, et elle est un des porte-paroles du CNS les plus actifs. « Aucun dialogue n’est possible avec le régime en place. Nous ne pouvons discuter que de la manière d’aller vers un système politique différent, » a-t-elle déclaré cette semaine. On la retrouve, citée par l’AFP : « L’étape suivante requiert une résolution sous le chapitre VII [de la charte de l’ONU] qui autorise l’usage de tous les moyens légitimes, de moyens coercitifs, d’un embargo sur les armes ainsi que l’usage de la force pour obliger le régime à se conformer » [à la résolution].


Cette déclaration a été titrée de la manière suivante : « Les Syriens appellent à une force armée de maintien de la paix » (Herald Sun, Australie). Quand il est fait appel à une action militaire internationale de grande ampleur, il semble tout simplement raisonnable de demander : qui exactement fait cet appel ? Nous pouvons dire simplement, « un porte-parole officiel du SNC, » ou nous pouvons regarder d’un peu plus près.


Cette année, c’était le deuxième Bilderberg pour Kodmani. A la conférence de 2008, Kodmani était inscrite en tant que française ; en 2012 sa francité avait disparu et elle était inscrite simplement comme « internationale » - sa patrie était devenue le monde des relations internationales.


Quelques années en arrière, Kodmani travaillait pour la Ford Foundation au Caire, où elle était directrice de son programme de gouvernance et de coopération internationale. La Ford Foundation est une vaste organisation dont le siège est à New York et Kodmani avait déjà un rang assez haut placé. Mais elle était sur le point de monter d’une division.


Vers cette époque, février 2005, les relations syro-étatsuniennes s’étaient gravement détériorées, et le président Bush avait rappelé son ambassadeur à Damas. De nombreux projets d’opposition datent de cette période. « L’argent US pour des personnalités de l’opposition syrienne a commencé à affluer sous le président George W. Bush après qu’il a effectivement gelé les relations politiques avec Damas en 2005, » explique le Washington Post.


En septembre 2005, Kodmani a été nommée directrice exécutive de l’Arab Reform Initiative (ARI)- un programme de recherche initié par une puissante organisation de lobbying, le Council on Foreign Relations (CFR).


Le CFR est un think tank d’élite en matière de politique étrangère, l’Arab Reform Initiative est présenté sur son site web comme un « projet du CFR. » Plus précisément, l’ARI a été lancée par une organisation interne au CFR appelée le US/Middle East Project" – un groupe de diplomates de haut niveau, de financiers et d’officiels du renseignement, dont l’objectif affiché est d’entreprendre une « analyse politique » régionale de sorte « à prévenir les conflits et à promouvoir la stabilité. » L’ US/Middle East Project poursuit ces objectifs sous la supervision d’un conseil international présidé par le général en retraite Brent Snowcroft.

Brent Snowcroft (président émérite) est un ancien conseiller pour la sécurité nationale du président des Etats Unis – il avait succédé dans ce rôle à Henry Kissinger. A côté de Snowcroft dans le bureau international, nous trouvons son collègue en géostratégie Zbigniew Brzezinski qui lui avait succédé comme conseiller pour la sécurité nationale, et Peter Sutherland, le PDG de Goldman Sachs International. Donc, dès 2005, nous avions une partie du gratin de la banque et du renseignement en occident qui sélectionnait Kodmani pour diriger un projet de recherche sur le Moyen Orient. En septembre de cette année là, Kodmani avait été nommée directrice à plein temps du programme. Plus tôt en cette année 2005, le CFR avait assigné le « contrôle financier » du projet au Centre for European Reform (CER). C’est là que les Britanniques entrent en scène.


Le CER est supervisé par Lord Kerr ; le vice président de Royal Dutch Shell. Kerr est un ancien chef du service diplomatique et est conseiller principal à Chatham House (un think tank qui réunit les meilleurs cerveaux de l’establishment diplomatique britannique).


En charge de la gestion au jour le jour du CER, nous avons Charles Grant, ancien rédacteur en chef de la rubrique défense de The Economist, et membre en ce moment de l’ European Council on Foreign Relations (ECFR), un « thinktank paneuropéen » rempli de diplomates, d’industriels, de professeurs et de premiers ministres. Dans la liste de ses membres, vous trouverez le nom : « Bassma Kodmani (France/Syrie) – Directrice Exécutive, Arab Reform Initiative. »


Autre nom sur la liste : George Soros – le financier dont l’organisation à but non lucratif ‘Open Society Foundations » est une des principales sources de financement de l’ECFR. A ce niveau, les mondes de la banque, de la diplomatie, de l’industrie, du renseignement et les divers fondations et instituts de stratégie politique se retrouvent tous ensemble et, là, au milieu de tout ça, se trouve Kodmani.


Ce qu’il faut relever, c’est que Kodmani n’est pas une quelconque « militante pro-démocratie » qui s’est retrouvée par hasard devant un microphone. Elle dispose de références diplomatiques impeccables : elle a le statut de directrice de recherche à l’Académie Diplomatique Internationale – « une institution indépendante et neutre qui a pour vocation de promouvoir une diplomatie moderne ». L’Académie est présidée par Claude Cousseran, un ancien chef de la DGSE – le service de renseignements extérieurs français.


L’image qui se forme est celle de Kodmani comme fidèle lieutenant de l’industrie anglo-américaine de promotion de la démocratie. Sa « province d’origine » (d’après le site internet du CNS) est Damas, mais elle a des relations professionnelles étroites et anciennes avec précisément ces mêmes puissances qu’elle appelle à intervenir en Syrie.


Et nombre de ses collègues porte-paroles ont également de bonnes relations.


Radwan Ziadeh


Un autre représentant du SNC souvent cité est Radwan Ziadeh – directeur des relations extérieures du Conseil National Syrien. Ziadeh a un CV impressionnant : senior fellow d’un think tank de Washington financé par le gouvernement fédéral, l’US Institute of Peace (le conseil d’administration de l’USIP est plein d’anciens du Département de la Défense et du National Security Council ; son président est Richard Solomon, ancien conseiller de Kissinger au National Security Council).


En février de cette année, Ziadeh s’est associé à un groupe de faucons de l’élite de Washington pour signer une lettre appelant Obama à intervenir en Syrie : parmi ses cosignataires figurent James Woolsey (ancien chef de la CIA), Karl Rove (le mentor de Bush junior), Clifford May (Committee on the Present Danger) et Elisabeth Cheney, ancienne directrice de l’ Iran-Syria Operations Group au Pentagone.


Ziadeh est un organisateur infatigable, un parfait initié de Washington en relation avec certains des plus puissants think tanks de l’establishment. Les connections de Ziadeh s’étendent jusqu’à Londres. En 2009, il est devenu chercheur invité à Chatham House, et en juin de l’année dernière, il était présent dans le groupe d’experts d’un de leurs évènements – « Imaginer l’avenir politique de la Syrie » - partageant le plateau avec un autre porte-parole du CNS, Ausama Monajed (des informations sur Monajed ci-dessous) et un membre du CNS, Najib Ghadbian.


Le Wall Street Journal a identifié Ghadbian comme un des premiers intermédiaires entre le gouvernement US et l’opposition syrienne en exil : « Un premier contact entre la maison Blanche et le Front du Salut national (FSN) avait été assuré par Najib Ghadbian, un politologue de l’université de l’Arkansas. » C’était en 2005. Une année qui a marqué un tournant.


En ce moment, Ghadbian est membre du secrétariat général du CNS, et est au conseil de surveillance d’une organisation politique basée à Washington, le Syrian Center for Political and Strategic Studies (SCPSS) – une organisation dont il est le co-fondateur.


Ziadeh construit ce genre de relations depuis des années. En 2008, Ziadeh avait participé à une réunion avec des personnalités d’opposition dans des locaux gouvernementaux à Washington : une mini-conférence intitulée « Syria In-Transition ». La réunion avait été co-sponsorisée par un organisme basé aux USA appelé le Democracy Council et une organisation basée au Royaume Uni appelée le Movement for Justice and Development (MJD). Ce fut un grand jour pour le MJD – son président, Anas Al-Abdah, s’était déplacé de Grande Bretagne aux Etats Unis pour l’occasion avec son directeur des relations publiques. Ci-après, une description de cette journée tirée du site internet du MJD : « La conférence a vu une affluence exceptionnelle puisque la salle était bourrée à craquer d’invités de la Chambre des représentants et du sénat, ce représentants de centres d’études, de journalistes et dde Syriens expatriés aux USA. »


La journée avait débuté par un discours inaugural de James Prince, directeur du Democracy Council. Ziadeh participait à un groupe d’experts présidé par Joshua Muravchik (l’auteur ultra-interventionniste de la lettre ouverte « Bomb Iran » en 2006). Le thème de la discussion était « l’émergence d’une opposition organisée. » Assis à côté de Ziadeh danns ce groupe de discussion, se trouvait le directeur des relations publiques du MJD – un homme qui deviendra plus tard son collègue porte-parole au CNS – Ausama Monajed.


Ausama Monajed


Avec Kodmani et Ziadeh, Ausama (ou parfois Osama) Monajed est un des plus importants porte-paroles du CNS. Il y en a d’autres, bien sûr – le CNS est une structure énorme qui comprend les Frères Musulmans. Le spectre de l’opposition à Assad est très large, mais ce sont là quelques voix essentielles.


Il y a d’autres porte-paroles officiels qui ont une longue carrière politique, comme George Sabra du Parti Démocratique Populaire Syrien – Sabra a subi l’arrestation et un long séjour en prison pour son combat contre le « régime répressif et totalitaire en Syrie. » Et il existe d’autres voix d’opposition en dehors du CNS comme l’écrivain Michel Kilo, qui parle avec éloquence de la violence qui ravage son pays. « La Syrie est en cours de destruction – rue après rue, ville par ville, village après village. Qu’est-ce que ce genre de solution ? Pour le maintien au pouvoir d’un petit groupe, tout le pays est détruit. »


Mais il est hors de doute que la principale organisation d’opposition est le CNS et on constate que ce sont souvent Kodmani, Ziadeh et Monajed qui le représentent. Monajed apparaît souvent comme commentateur sur les chaînes télévisées d’informations. On le voit ici s’exprimant depuis son bureau à Washington. Monajed n’édulcore pas son message : « Nous voyons tous les jours à la télévision des civils assassinés et des enfants assassinés et tués, et des femmes violées »


Dans le même temps, sur Aljazeera, Monajed parle de « ce qui se passe vraiment, en réalité, sur le terrain, » des « miliciens d’Assad » qui « viennent et violent les femmes, tuent les enfants et les personnes âgées. » Monajed est devenu, depuis seulement quelques jours, blogueur sur le Huffington Post UK, où il explique en long et en large ; « Pourquoi le monde doit intervenir en Syrie » - appelant à une « assistance militaire directe » et à une « aide militaire étrangère. » Une fois de plus, la bonne question pourrait être : qui est ce porte-parole qui appelle à une intervention militaire ?


Monajed est membre du CNS où il est conseiller du président et il est, selon sa biographie au CNS, « le fondateur et directeur de Barada Television, » une chaîne satellitaire basée à Vauxhall, Londres sud. En 2008, quelques mois après avoir assisté à la conférence Syria In-Transition, Monajed était reparti pour Washington, invité à dîner avec George W. Bush avec d’autres dissidents bien en cour (on peut voit Monajed sur la photo souvenir, le troisième à partir de la droite, cravate rouge, non loin de Condoleeza Rice –à l’opposé de Garry Kasparov).


A cette époque, en 2008, le Département d’Etat US connaissait Monajed en tant que « directeur des relations publiques pour le Mouvement pour la Justice et le Développement (MJD) qui dirige la lutte pour un changement démocratique et pacifique en Syrie. »


Examinons de plus près le MJD. L’an dernier, le Washington Post a sélectionné une information de Wikileaks qui a publié des quantités de communications diplomatiques piratées. Ces communications montrent qu’un important flux financier va du Département d’Etat US au Mouvement pour la Justice et le Développement dont le siège se trouve en Grande Bretagne. Selon l’article du Washington Post : « Barada TV est étroitement affiliée au Mouvement pour la Justice et le Développement, un réseau d’exilés Syriens établi à Londres. Les câbles diplomatiques américains classifiés montrent que le Département d’Etat a donné pas moins de 6 millions de dollars à cette organisation depuis 2006 pour qu’elle fasse fonctionner la chaîne satellitaire et pour financer d’autres activités à l’intérieur de la Syrie. »


Un porte-parole du Département d’Etat avait réagi à cet article en déclarant : « Essayer de promouvoir une transformation vers un processus plus démocratique dans cette société ne porte pas nécessairement atteinte au gouvernement en place ». » Et ils ont raison, « pas nécessairement. »


Questionné au sujet de l’argent du Département d’Etat, Monajed dit lui-même « ne pas pouvoir confirmer » un financement du Département d’Etat US pour Barada TV, mais déclare : « Je n’ai personnellement pas reçu un centime. » Malik al -Abdeh, tout récemment encore chef de la rédaction à Barada TV insiste : « Nous n’avons pas eu de liens directs avec le Département d’ Etat US. » La signification de cette phrase tourne autour du mot « directs ». Il convient de noter que Malik al -Abdeh, se trouve aussi être un des fondateurs du Mouvement pour la Justice et le Développement (destinataire de 6 millions de dollars du Département d’Etat selon le câble rendu public). Et il est le frère du président de la chaîne, Anas Al-Abdah. Il est aussi copropriétaire de la marque déposée du MJD : ce que Malik al Abdeh reconnaît, c’est que Barada TV reçoit une bonne part de ses financements d’une fondation américaine : le Democracy Council. Un des co-sponsors (avec le MJD) de la mini-conférence Syria In-Transition. Donc, ce que nous avons en 2008, lors de cette même réunion, ce sont précisément les dirigeants de des organisations identifiées dans les câbles Wikileaks comme étant le canal (le Democracy Council) et le bénéficiaire (le MJD) de grosses sommes d’argent du Département d’Etat.


Le Democracy Council (un pourvoyeur de subventions basé aux Etats Unis) cite le Département d’Etat comme étant une de ses sources de financement. Il travaille ainsi : le Democracy Council sert d’intermédiaire pour gérer des subventions en tant qu’intermédiaire entre la "Middle East Partnership Initiative" du Département d’Etat et des « partenaires locaux » (comme Barada TV). Comme l’explique le Washington Post :

« Plusieurs câbles diplomatiques émanant de l’ambassade à Damas révèlent que les exilés Syriens reçoivent de l’argent d’un programme du Département d’Etat appelé la Middle East Partnership Initiative. Selon ces câbles, le Département d’Etat a fait transiter l’argent à l’organisation en exil via le Democracy Council, une fondation dont le siège se trouve à Los Angeles. »


Le même article attire l’attention sur un câble de 2009 émis par l’ambassade US en Syrie qui indique que le Democracy Council a reçu 6,3 millions de dollars du Département d’Etat pour réaliser un programme concernant la Syrie, la "Civil Society Strengthening Initiative". Le câble la décrit comme « un discret effort de collaboration entre le Democracy Council et des partenaires locaux » dans le but de produire, entre autres choses, « divers concepts de diffusion [des idées]. » Selon le Washington Post : « D’autres câbles indiquent clairement qu’un de ces concepts était Barada TV. »


Il y a encore quelques mois, la Middle East Partnership Initiative (MEPI) du Département d’Etat était supervisée par Tamara Cofman Wittes (elle est maintenant à la Brookings Institution – un thinktank influent de Washington). Selon elle, la MEPI a « créé une ‘image’ positive des efforts des USA pour promouvoir la démocratie. » Quand elle travaillait sur ce dossier, elle avait déclaré : « Il y a de nombreuses organisations en Syrie et dans d’autres pays qui veulent des changements dans leurs gouvernements… C’est un agenda auquel nous croyons et nous allons le soutenir. » Et par soutien, elle veut dire financier.


L’argent


Ce n’est pas nouveau. Revenez un moment au début 2006, et vous avez une annonce par le département d’Etat d’une nouvelle « opportunité de subventionnement » appelée le « Syria Democracy Program. » Avec une offre de subventions d’un montant de « 5 millions de dollars sur l’année fiscale fédérale 2006. » Le but de ces subventions ? « Accélérer le travail des réformateurs en Syrie. »


En ce moment, l’argent afflue encore plus vite que jamais (Cf le 18.7.12, attentat du "garde du corps" de Bcahar-el-Assad, grassement payé, note de CD). Au début juin 2012, le Syrian Business Forum a été lancé à Doha par des dirigeants de l’opposition, dont Wael Merza (secrétaire général du CNS). « Ce fonds a été établi pour soutenir toutes les composantes de la révolution en Syrie, » avait déclaré Merza. Le niveau de ce fonds ? Quelque 300 millions de dollars. La provenance de l’argent n’est pas claire du tout, quoique Merza « a fait allusion à un puissant soutien financier des Etats arabes du Golfe pour le nouveau fonds » (al Jazeera). A son lancement, Merza avait dit que quelque 150 millions de dollars avaient déjà été dépensés, en partie pour l’Armée Syrienne Libre (ASL).


L’organisation d’hommes d’affaires Syriens de Merza était présente à une conférence du Forum Economique Mondial intitulée « Plateforme pour la coopération internationale » qui s’est tenue à Istanbul en novembre 2011. Tout cela s’inscrit dans le processus par lequel le SNC a grandi en réputation, pour devenir selon les propres termes de William Hague, « un représentant légitime du peuple syrien » et être capable de gérer ouvertement ces sommes énormes.


Construire la légitimité – de l’opposition, de sa représentation, de l’intervention – est l’essentiel de bataille propagandiste.

 

Dans une lettre ouverte publiée en février de cette année par USA Today, l’ambassadeur Dennis Ross déclarait : « Il est temps de rehausser le statut du Conseil national Syrien. » Ce qu’il voulait, urgemment, était « la création d’une aura d’inévitabilité du CNS comme alternative à Assad. » L’aura d’inévitabilité. Gagner la bataille à l’avance.


Un combattant essentiel dans cette bataille pour les esprits et les cœurs est le journaliste Américain et blogueur pour le Daily Telegraph, Michael Weiss.


Michael Weiss


Un des experts de la Syrie les plus cités dans les médias occidentaux – et un enthousiaste d’une intervention occidentale – Michael Weiss fait écho à l’ambassadeur Ross quand il dit : Une intervention militaire en Syrie n’est pas tant une question de préférence que d’inévitabilité. »


Certains écrits interventionnistes de Weiss peuvent être trouvés sur le site web beyrouthin pro-Washington appelé ‘NOW Lebanon’ – dont la section ‘NOW Syria’ est une source importante d’actualités syriennes. NOW Lebanon a été créé en 2007 par Eli Khoury, un cadre de Saatchi & Saatchi. Khoury est présenté dans l’industrie publicitaire comme « un spécialiste de la communication stratégique, spécialisé dans le développement de l’image de marque des entreprises et des gouvernements. »


En mai dernier, Weiss avait déclaré à NOW Lebanon que grâce à la fourniture d’armes aux rebelles Syriens, « nous avons déjà commencé à voir quelques résultats. » Il avait montré une approbation semblable pour les développements militaires quelques mois auparavant dans un article pour le New Republic : « Au cours des dernières semaines, l’Armée Syrienne Libre et d’autres unités rebelles indépendantesont fait de gros progrès – à la suite de quoi, comme tout blogueur peut le faire, il avait présenté son « Plan d’action pour une intervention militaire en Syrie. »


Mais Weiss n’est pas seulement un blogueur. Il est aussi le directeur de la communication et des relations publiques de la Henry Jackson Society, un thinktank de politique étrangère ultra-ultra-belliciste.


Parmi les parrains de la Henry Jackson Society à l’international, figurent : James "ex-CIA boss" Woolsey, Michael "secrétaire à la sécurité intérieure" Chertoff, William "PNAC" [Project for a New American Century] Kristol, Robert "PNAC" Kagan’, Joshua "Bomb Iran" Muravchick, et Richard "Prince des Ténèbres" Perle. La société est dirigé par Alan Mendoza, conseiller en chef du groupe parlementaire interpartis sur la sécurité internationale et transatlantique.


La Henry Jackson Society est intransigeante sur sa « stratégie avancée » pour la démocratie. Et Weiss est chargé du message. La Henry Jackson Society est fière de la grande influence de son chef des relations publiques : « Il est l’auteur de l’influent rapport « Intervention en Syrie ? Une évaluation de la légalité, de la logistique et des risques, » qui a été repris et approuvé par le Conseil national Syrien. »


Le rapport original de Weiss a été rebaptisé "Safe Area for Syria" – et a fini sur le site web officiel syriancouncil.org, comme pièce de la littérature stratégique de leur bureau militaire. La reprise du rapport de la Hery Jackson Society a été orchestrée par le fondateur et directeur exécutif du Strategic Research and Communication Centre (SRCC) – un certain Ausama Monajed.


Donc, le fondateur de Barada TV, Ausama Monajed, a édité le rapport de Weiss, l’a publié via sa propre organisation (le SRCC) et l’a transmis au Conseil national Syrien avac le soutien de la Henry Jackson Society.


La relation ne pouvait pas être plus étroite. Monajed en vient même à traiter des demandes pour des « interviews de la presse avec Michael Weiss. » Weiss n’est pas le seul stratégiste à avoir esquissé une feuille de route pour cette guerre (de nombreux thinktanks y ont réfléchi, de nombreux faucons en ont parlé), mais certains des aspects les plus saillants sont le produit de sa réflexion.


L’Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme


La justification pour « l’inévitable » intervention militaire est la sauvagerie du régime du président Assad : les atrocités, les bombardements, les violations des droits de l’homme. L’information est cruciale ici, et une source domine toutes les autres quant à la fourniture d’informations sur la Syrie. Elle est citée à chaque fois : « Le directeur de l’Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme (OSDH) a déclaré à la Voice Of America que les combats et les bombardements avaient tué au moins 12 personnes dans la province de Homs. »


L’OSDH est communément utilisé comme unique source pour d’informations et de bilans statistiques. Cette semaine, par exemple, l’AFP a publié cette dépêche : « Les forces syriennes ont bombardé les provinces d’Alep et de Deir Ezzor et au moins 35 personnes ont été tuées dimanche dans tout le pays, dont 17 civils, a annoncé un organisme d’observation. » Différentes atrocités ainsi que des chiffres de pertes sont énumérés, tous en provenance d’une seule source : « Rami Abdel Rahman, le directeur de l’Observatoire a déclaré par téléphone à l’AFP. »


Des statistiques plus horribles les unes que les autres émanent en nombre de « l’Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme » (AP). Il est difficile de trouver une information de la presse sur la Syrie qui ne le cite pas. Mais qui sont-ils à l’OSDH ? « Ils », c’est Rami Abdulrahman (ou Rami Abdel Rahman), qui réside à Coventry.


Rami Abdullrahman chez lui à Coventry


Selon une dépêche Reuters de décembre de l’an dernier : « Quand il ne répond pas aux appels téléphoniques de la presse internationale, Abdulrahman n’est qu’à quelques minutes, plus bas dans la rue, dans son magasin de vêtements qu’il gère avec sa femme. »

Quand le blog Middle East live du Guardian avait cité « Rami Abdul-Rahman de l’ Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme, » il avait aussi proposé un lien vers un article sceptique du Modern Tokyo Times, un article qui invitait les organes d’information à être un peu « plus objectifs quant à leurs sources » quand ils citent « cette soi-disant entité, » qu’est l’OSDH.


Ce nom, « Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme », sonne si respectable, si inattaquable, si objectif. Et pourtant, quand Abdulrahman et son « ONG basée en Grande Bretagne » (AFP/NOW Lebanon) sont la seule source pour de nombreuses informations sur un sujet aussi important, il pourrait sembler raisonnable de soumettre cet organisme à un examen un peu plus approfondi que ce qui a été fait jusqu’à présent.


Cet Observatoire n’est en aucun cas la source syrienne d’informations à qui on peut faire confiance aveuglément ou presque…


Hamza Fakher


La relation entre Ausama Monajed, le CNS, les faucons de la Henry Jackson Society et un média accepté sans condition peut s’observer dans le cas de Hamza Fakher. Le 1er janvier, Nick Cohen écrivait dans l’Observer : « Pour avoir un aperçu du niveau de la barbarie, écoutez Hamza Fakher, un militant pour la démocratie qui est une des sources les plus fiables sur les crimes que cache le blackout du régime sur l’information. »


Il poursuit en reprenant les horribles récits de Fakher de tortures et de massacres. Fakher parle à Cohen d’une nouvelle technique de torture dont il a entendu parler, la plaque brûlante : « imaginez toute la chair fondant jusqu’à l’os avant que le prisonnier tombe sur la plaque. » Le lendemain, Shamik Das, écrivant sur la « base de preuves » dans le blog progressiste Left Foot Forward, cite la même source : « Hamza Fakher, un militant pour la démocratie, décrit l’affligeante réalité… » - répète le compte rendu de Cohen sur les atrocités.

 

Alors, qui est exactement le « militant pour la démocratie » Hamza Fakher ?


Il se trouve que Fakher est le co-auteur de Revolution in Danger, un « briefing de le Henry Jackson Society » publié en février 2012. Il a co-rédigé ce document avec Michael Weis, le directeur de la communication de la Henry Jackson Society. Et quand il ne co-écrit pas des briefings de la Henry Jackson Society, Fakher est le directeur de la communication du Strategic Research and Communication Centre (SRCC) basé à Londres. Selon leur site web, « Il a rejoint le centre en 2011 et a été chargé de la stratégie et des produits de communication du centre. »


Comme vous vous en souvenz sans doute, le SRCC est dirigé par Ausama Monajed : « M. Monajed a fondé le centre en 2010. Il est largement cité et interviewé dans la presse et les médias internationaux. Il travaillait auparavant comme consultant en communication en Europe et aux Etats Unis et a été directeur de Barada Television… »


Monajed est le patron de Fakher.


Si ce n’était pas suffisant, pour la touche finale de Washington, on trouvera au conseil d’administration du Strategic Research and Communication Centre, Murhaf Jouejati, profeseur à la National Defence University, à Washington – « la première institution de formation militaire interarmes (JPME oint Professional Military Education) qui est « sous l’autorité de son président, le chef d’état-major inter armes. »


Si vous aviez envie d’aller faire un tour au "Strategic Research and Communication Centre" de Monajed, vous le trouverez à cette adresse : Strategic Research & Communication Centre, Office 36, 88-90 Hatton Garden, Holborn, London EC1N 8PN.

 

Office 36 à 88-90 Hatton Garden est aussi l’endroit où vous trouverez le siège londonien de The Fake Tan Company, Supercar 4 U Limited, de Moola loans (une société de crédit), d’Ultimate Screeding (for tous vos besoins de nivelage), and The London School of Attraction – « un centre de formation londonien qui aide les hommes à développer les compétences et la confiance pour rencontrer et attirer les femmes. » Et encore une autre centaine d’entreprises. C’est un bureau virtuel. Il y a d’ailleurs quelque chose d’étrangement approprié dans tout ça. Un « centre de communication » - qui n’a même pas de local – au nom pompeux mais sans substance concrète.


C’est la réalité de Hamza Fakher. Le 27 mai, Shamik Das de Left Foot Forward a cité à nouveau un récit d’atrocités relaté par Fakher qu’il présente cette fois comme « le récit d’un témoin oculaire » (ce que Cohen n’a jamais affirmé) et qui maintenant s’est cristallisé comme étant « le dossier du régime Assad. »


Ainsi, un rapport sur des atrocités fourni par un stratégiste de la Henry Jackson Society qui est le responsable de la communication du service des relations publiques de Mosafed a pris l’envergure d’un « dossier » historique.


Je ne veux pas dire que les récits d’atrocités sont forcément faux, mais combien parmi ceux qui les prennent pour argent comptant s’intéressent à leurs origines ?


Et n’oublions pas, la déstabilisation qui a été entreprise dans le domaine de l’information et de l’opinion publique l’est encore plus sur le terrain. Nous savons déjà que (au minimum) « la CIA et le Département d’Etat… aident l’Armée Syrienne Libre de l’opposition à développer des routes logistiques pour acheminer des fournitures à l’intérieur de la Syrie et donnent une formation dans le domaine des [télé]communications. » (Comme la France de Fabius, note de C D)


Les soutes à bombes sont ouvertes. Les plans ont été préparés.


Ces choses étaient en préparation depuis longtemps. L’énorme énergie et la planification méticuleuse qui ont été investies dans ce changement de régime – c’est à vous couper le souffle. La force de persuasion et les entrées politiques des grandes fondations et des think tanks politiques sont considérables, mais l’examen des sources ne se contente pas de titres pompeux, de bourses de recherche et de « briefings de stratégie. » On doit demander : directeur exécutif de quoi exactement. Le fait d’avoir les mots « démocratie » ou « droits de l’homme » dans l’intitulé de votre job ne vaut pas dispense de ce contrôle.


Et si vous êtes un « responsable de la communication, » cela implique que vos paroles doivent être accueillies avec une prudence extrême. Weiss et Fakher, tous deux responsables de communication sont des professionnels des relations publiques. Lors de l’évènement de Chatham House en juin 2001, Monajed était inscrit en tant que « directeur de la communication de la National Initiative for Change » et il était directeur des relations publiques pour le Mouvement pour la Justice et le Développement (MJD). Le craéteuutr du site web d’informations NOW Lebanon, Eli Khoury, est un cadre publicitaire de Saatchi. Ces responsables de la communication travaillent dur pour créer ce que Tamara Witts appelait une [image de] « marque positive. »


Ils vendent l’idée d’une intervention militaire et d’un changement de régime, que la presse grand public est pressée d’acheter.

 

Beaucoup de « militants » et de porte-paroles de l’opposition syrienne sont étroitement liés (souvent financièrement) aux Etats Unis et à Londres : à ceux-là mêmes qui feraient l’intervention. Ce qui veut dire que les informations et les chiffres donnés par ces sources ne sont pas nécessairement de la pure information ; ce sont des arguments de vente dans une campagne de relations publiques.


Mais il n’est jamais trop tard pour poser des questions, pour examiner des sources. Poser des questions ne fait pas de vous un admirateur d’Assad ; c’est un argument spécieux. Cela vous rend seulement moins susceptible d’être induit en erreur par la propagande.

 

La bonne nouvelle, c’est qu’il nait un sceptique par minute.


Charlie Skelton - The Guardian (UK)
12 juillet 2012



 

 

Charlie Skelton est un de ces journalistes atypiques dont la Grande Bretagne semble avoir le secret, qui associe l’excentricité à la culture générale et à la rigueur professionnelle.


Pour Bassma Kodmani: « Le Conseil national syrien souhaite aussi impliquer les voisins arabes de la Syrie, qui ont un rôle important à jouer.» Crédits photo : NOUVELOBS/SIPA/SIPA

 

http://www.lefigaro.fr/international/2011/10/03/01003-20111003ARTFIG00775-bassma-kodmaniil-faut-asphyxier-le-regime-syrien.php/

La controverse à propos de Basma Kodmani

Une caution moderniste à une alliance rétrograde

(..) Mais la propulsion au poste de porte-parole de l’opposition syrienne de cette chercheuse à l’IFRI (Institut Français de Relations Internationales), le fortin atlantiste de la pensée stratégique de la diplomatie française, de surcroît ancienne directrice de la branche régionale de la Ford Foundation au Caire, et auditrice assidue au Forum de Bilderberg, la plateforme décisionnelle des cosmocrates de la trilatérale (Etats-Unis, Europe, Japon) a été perçue par des franges de l’opinion arabe comme une volonté de conférer un halo de modernité à une opposition largement dominée par les «Frères Musulmans».


Un effet d’image destiné à gommer dans l’opinion le congrès de juillet 2011, tenu à Paris par les Frères Musulmans, sous l’égide de Bernard Henry Levy, le plus en vue des intellectuels français pro-israéliens, désastreux pour la crédibilité de l’opposition syrienne. Une opération de ravalement cosmétique à une alliance rétrograde, boudée d’ailleurs à ce titre par d’authentiques résistants de l’intérieur.

 

Pour un duo qui se veut représentatif de la future Syrie libre, moderne, démocratique et indépendante, son placement sous tutelle de l’ancien pouvoir colonial, un des grands soutiens aux dictateurs arabes déchus (Egypte, Tunisie), artisan du démembrement de leur pays d’origine, la Syrie, au bénéfice de la Turquie, par détachement du district d’Alexandrette, et, maitre d’œuvre du blocus de Gaza sous la mandature Sarkozy, pouvait difficilement se percevoir comme une marque de génie politique, nonobstant les effets corrosifs de cette servilité sur la crédibilité du leadership de l’opposition.

 

Sans charisme, sans relief, sans véritable marge de manœuvre, le noyau français au sein de l’opposition syrienne est apparu, neuf mois après son lancement, comme tributaire de ses commanditaires, à la merci de leur agenda diplomatique, oubliant ou feignant d’oublier que la stratégie occidentale de la dernière décennie a visé à sanctuariser Israël et à ostraciser l’Iran en vue de consacrer une mise sous tutelle durable du monde arabe à l’hégémonie israélo-américaine.

 

Nicolas Sarkozy, le pivot européen de l’axe israélo-américain, Alain Juppé, le ministre gaulliste néo atlantiste concédant arbitrairement et unilatéralement à Israël, en pleine bataille de Syrie, le droit de se dégager de ses obligations internationales concernant les territoires palestiniens de 1967, assurant de surcroit se ranger du côté d’Israël en cas de guerre régionale, la Turquie, l’autre manche de la tenaille qui étrangle, avec Israël, leur pays d’origine, l’Emir du Qatar, l‘artisan de la désarticulation de la Libye et Youssef al Qardawi, l’ancienne bête noire de l’Occident reconverti dans l’honorabilité par le fait des royalties princiers …on aurait rêvé meilleure caution morale à une entreprise d’une telle ampleur, la transformation démocratique de la Syrie, et, au-delà du Monde arabe.

 

Circonstance aggravante, le précédent géorgien de Salomé Zoubachvili, binationale franco-géorgienne, nommée ministre des Affaires étrangères de Géorgie après avoir été ambassadeur de France, a pointé la nature hybride du duo et joué en sa défaveur en ce qu’elle a posé le problème du bien-fondé d’une décision visant à confier la direction de l’opposition syrienne à des membres de la fonction publique française, c’est-à-dire à des salariés de l’ancien pouvoir colonial.

 

Pour rappel à l’ordre, à l’intention du lecteur arabophone, le code de conduite édicté par Nasser à l’égard des menées impérialistes:http://www.youtube.com/watch?v=DdgivvmnZGA&feature=youtu.be


Et pour le lecteur francophone le résumé suivant:


Répliquant à une menace américaine de lui couper l’assistance financière, Nasser a proclame «Les Américains menacent de nous affamer. Eh bien on mangera quatre jours sur sept, un jour sur deux, un repas sur deux. (..)

 

En la imagen, Bassma Kodmani, representante del Consejo Nacional Sirio (CNS). EFE/Archivo

  http://www.que.es/ultimas-noticias/internacionales/fotos/imagen-bassma-kodmani-representante-consejo-f523645.html

.

Voir aussi :

saidabiida.blog.fr/.../france-syrie-les-mercenaires-infeodes-a-la-franc...
20 févr. 2012 – Bassma Kodmani qui est aussi agent de la DGSE et opère au ... ce qui devrait selon le contexte justifier la présence d'Israël parmi eux ( !) ...
www.infosyrie.fr/.../lopposition-na-pas-transforme-lessai-de-damas/
20 févr. 2012 – Bassma Kodmani participant à un débat télévisé dans lequel elle exprime son admiration pour « Israël » et les Israéliens et estime que « les ...
Partager cet article
Repost0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 08:52

 

 

http://rceezwhatsup.blogspot.fr/2011/03/second-fukushima-explosion-japan.html
.

 

 

 

.

.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 05:26

(Photos : Caroline Poiron).

diplomatie.gouv.f

Gilles Jacquier assassiné par les renégats Syriens: nous l’avons dit le 20 janvier 2012 [vidéos]

by Allain Jules

 

A trop vouloir accuser le régime de Bachar Al-Assad, les anciennes autorités françaises viennent de voir leurs thèses foireuses mises à nue. Nous étions les premiers à dénoncer le bidouillge de France 2 sur la mort de Jacques Jacquier, son grand reporter dans un article intitulé [Info Allain Jules ] Gilles Jacquier: bidouillage d'Envoyé Spécial. Nous étions le [...]

Lire la suite

 

Choix d'infos alternatives :


Avec le transfert d’Ibrahimovic au PSG le Qatar nous dit: ” La mondialisation c’est maintenant!”

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/07/17/le-lobbying-de-suez-contre-la-gestion-publique-de-leau/#more-28564


 

http://gold-up.blogspot.fr/2012/07/peugeot-proche-de-la-banqueroute.html

 

Ingérence impérialiste en Syrie: Le crime contre la paix d’Hillary Clinton !

 

Acta fut un projet foireux qui est tombé à l’eau, cela ne les arrête pas pour autant, ils lui ont déjà trouvé un remplaçant, encore plus abouti, encore plus dangereux voire encore plus fascisant : CETA !  


Libye :

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-libye-elections-tortures-et-business-107982247.html

 

Syrie :

http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/74538918/79846900.html

 

.

 

Syrie : Moscou dit NIET au départ de Bachar Al-Assad

.

 

http://www.breitbart.com/Big-Peace/2012/06/27/Why-Is-Sec-Clinton-Giving-Hundreds-of-Millions-of-U-S-Dollars-to-the-Muslim-Brotherhood

 

.

 

Le témoignage d'une soldate israélienne

Ce témoignage fort et encore rare, même s'il est à l'unisson d'autres récits d'ex-soldats israéliens traumatisés par leur immersion au sein de l'armée d'occupation, émane d'une jeune femme, qui a quitté le treillis du colonialisme illégal et sauvage, bouleversée et en larmes.

lire la suite

 

Enquête d' Haaretz : Les touristes juifs se font pigeonner en Israël : qui est antisémite ?

http://www.israel-infos.net/Le-tour...

.

 

Connaissez-vous un État de droit où des criminels ne sont pas poursuivis ?

http://www.silviacattori.net/article3439.html

 

.

 

 

 

.

La véritable signification des élections libyennes

http://www.alterinfo.net/La-veritable-signification-des-elections-libyennes_a79018.html

 

Pacte d’austérité, libéralisations : l’Europe persévère (compte-rendu session)

.

L'anti Alain Minc yankee prédit l’apocalypse

 

Qui parle du prochain Convoi de Gaza ?

Convoi Gaza 2012 : Communiqué de presse

 

Devant l'ampleur de la tragédie du ghetto et camp de concentration de Gaza, devant l'horreur des bombardements, des exécutions, des enlèvements d'enfants, des incarcérations, des tortures et des viols, des souffrances, des peurs et des humiliations, devant la complicité des gouvernements français successifs livrant armes, argent, technologies, colons et soldats à l'agresseur, criminel contre l'humanité, devant l'absence de réaction d'ampleur de la société civile des Droits de l'Homme devant telle tragédie, des citoyens français décident de prendre leur responsabilités et engagent un projet de convois humanitaires pour Gaza. Car il s'agit plus de créer une ligne régulière de solidarité française pour Gaza, que d'un seul convoi.

 

 

 

 

 

 

 

Alerte !  Le projet INDECT
Lien : http://spread-the-truth777.blogspot.com/2012/07/le-projet-indect.html

 

 

ONG soi-disant humanitaires ....

 

 

 

Cliquer sur ce post :

 

 

Le prochain sommet du Mouvement des non-alignés (MNA) aura lieu les 30 et 31 août prochains à Téhéran.

 

.

Iran : Le chef spirituel a appelé le peuple à se préparer à la guerre  11/07/2012 (La Russie aussi, d'ailleurs, et Poutine a prévenu les Russes qu'ils devaient se préparer à de lourds sacrifices - comme du temps de Napoléon et d'Hitler ? Car la Russie, au sous-sol si riche, est visée par l'OTAN... note d'eva)

 

 

http://www.alterinfo.net/notes/Iran-Le-chef-spirituel-a-appele-le-peuple-a-se-preparer-a-la-guerre_b4504591.html

 

 

 

Chute de l’empire ou avènement du Nouvel Ordre Mondial ?…

url de l’article original:  http://www.paulcraigroberts.org/2012/07/08/the-collapsing-us-economy-end-world/  
 ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

http://www.alterinfo.net/L-effondrement-de-l-economie-americaine-et-la-fin-du-monde_a78964.html

 

 

L'Egypte n'envisage pas de bloquer le transit de pétrole iranien via le canal de Suez en dépit de l'entrée en vigueur de l'embargo pétrolier imposé contre Téhéran par l'Union européenne, rapporte dimanche le journal égyptien Al Ahram.

http://www.news26.tv/proche-orient/2153-iran-legypte-refuse-lembargo.html

 

Hugo Chavez : "Ce monde est à l'envers"

 

 

 

 

L' Europe sécuritaire par François Asselineau .

 

 

 

Communiqué de l'UPR
L'UPR DEMANDE SOLENNELLEMENT AU GOUVERNEMENT FRANÇAIS DE RAPPELER IMMÉDIATEMENT EN CONSULTATION SON AMBASSADEUR EN ESTONIE ET DE SAISIR SES PARTENAIRES DE L'UE POUR DEMANDER LA MISE EN ŒUVRE DE L'ARTICLE 7 DU TUE À L'ENCONTRE DE L'ESTONIE.

L'Union Populaire Républicaine (UPR) tient à faire part de son émotion et de son indignation devant les nouvelles déclarations d'un ministre du gouvernement estonien, faisant une nouvelle fois l'apologie des Waffen-SS nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.
LE WALL STREET JOURNAL ET LES MARCHÉS FINANCIERS DÉCOUVRENT AVEC 9 JOURS DE RETARD TOUT CE QUE J'AI EXPLIQUÉ SUR LE TRIBUNAL DE KARLSRUHE DEPUIS LE 2 JUILLET
FLASH EN PROVENANCE DE L'AGENCE RUSSE NOVOSTI !
L'ALLEMAGNE ACHÈVE DE VERROUILLER LE FUTUR M.E.S. EN IMPOSANT LA NOMINATION DE KLAUS REGLING À SA TÊTE
LES TAUX A 10 ANS SUR L'ESPAGNE BONDISSENT AU-DESSUS DE 7,00 %, L'ITALIEN MONTI DÉNONCE LA FINLANDE ET LES PAYS-BAS, LE FRANÇAIS MOSCOVICI SE RÉFUGIE DANS LE DÉNI
M. Schäuble confirme ce 8 juillet qu'il n'y aura pas d'aide directe aux banques espagnoles de la part de l'UE en 2012
A l'aube d'une crise systémique
LE CONSEIL DES EXPERTS ÉCONOMIQUES DU GOUVERNEMENT ALLEMAND ÉVOQUE POUR LA PREMIÈRE FOIS LE RISQUE D'« UNE CRISE SYSTÉMIQUE, QUI MENACE LA SURVIE DE LA MONNAIE COMMUNE ET LA STABILITÉ ÉCONOMIQUE DE L'ALLEMAGNE.
La propagande européiste ne prend plus
LES EFFETS « EUPHORISANTS » DU PRÉTENDU « SUCCÈS » DU SOMMET EUROPÉEN DU 29 JUIN ONT DÉJÀ DISPARU. LA SITUATION CONTINUE DE S'AGGRAVER.

Le fameux « sommet européen de la dernière chance » du 29 juin 2012 n’a fait illusion que 2 jours.
Nouveau coup de théâtre sur l'euro-titanic !
LE BOBARD DE L'APOCALYPSE S'EFFONDRE : LA FINLANDE ANNONCE OFFICIELLEMENT QU'ELLE PRÉFÈRE SORTIR DE L'EURO PLUTÔT QUE DE PAYER LES DETTES DES AUTRES.
Les vidéos de l'UPR
VOUS AIMERIEZ MONTRER DES PETITES "VIDÉOS CHOCS" DE L'UPR A VOTRE ENTOURAGE ? => CONSULTEZ LA VIDÉOTHÈQUE UPR CONSTITUÉE PAR LE FORMIDABLE TRAVAIL DE "DJAMELITO", NOTRE AMI ET MILITANT DU NORD-PAS DE CALAIS
Nouveau scandale à Bruxelles !
LE PRÉSIDENT DU CONSEIL DE L'UE EN EXERCICE DÉMASQUE LE CARACTÈRE PRÉDATEUR DE LA PRÉTENDUE "SOLIDARITÉ EUROPÉENNE" ET RIDICULISE LA "TROÏKA" UE-BCE-FMI !
Airbus, a plane made in USA !
APRÈS SON USINE D'ASSEMBLAGE D'A-319 ET A-320 OUVERTE EN 2009 EN CHINE (Tianjin), AIRBUS DÉCIDE D'OUVRIR UNE PREMIÈRE USINE D'ASSEMBLAGE D'A-320 AUX ÉTATS-UNIS
Royaume-Uni : remise en cause de la construction européenne
LA REMISE EN CAUSE DE LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE S'AMPLIFIE AU ROYAUME-UNI
 
Jul
2
Coup de théâtre en Allemagne
--> UNE PARTIE DE L'OPPOSITION ET 12.000 CITOYENS ALLEMANDS SAISISSENT LE TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL FÉDÉRAL DE KARLSRUHE POUR QU'IL DÉCIDE QUE LE PACTE BUDGÉTAIRE ET LE M.E.S. VIOLENT LA DÉMOCRATIE ET LA CONSTITUTION ALLEMANDE.

 

Jul
2
Belles leçons venues d'Islande
OLAFUR GRIMSSON RÉÉLU PRÉSIDENT DE L'ISLANDE CONTRE SA VOLONTÉ, POUR AVOIR DÉFENDU LES INTÉRÊTS DU PEUPLE CONTRE CELUI DES BANQUES

Olafur Grimsson vient d'être réélu président de l'Islande pour un 5ème mandat, ce qui constitue un record. Il a recueilli 52,8 % des voix contre 33,2 % pour sa principale concurrente.

En janvier dernier, M. Grimsson, socialiste, avait affirmé qu'il ne se représenterait pas à l'issue de son 4ème mandat de 4 ans.
"Sauver l'euro est criminel !" confirment des économistes mondialement reconnus
LES DEUX PRIX NOBEL D'ÉCONOMIE JOSEPH STIGLITZ ET PAUL KRUGMAN S'INDIGNENT UNE NOUVELLE FOIS DE LA POLITIQUE  « CRIMINELLE » ET « RIDICULE » DES PARTISANS DE L'EURO
Indignation à géométrie variable
TOTAL REMPORTE UN PERMIS D'EXPLORATION PÉTROLIÈRE OFFSHORE AU LARGE DU KENYA. MAIS QUE VONT DONC DIRE NICOLE BRICQ ET ARNAUD MONTEBOURG ?
Business as usual
WESLEY CLARK, LE GÉNÉRAL AMÉRICAIN RESPONSABLE DE L'INDÉPENDANCE DU KOSOVO, PASSE À LA CAISSE

L'ex-général américain Wesley Clark, qui était à la tête de la campagne militaire de l'Otan ayant évincé au printemps 1999 les forces serbes du Kosovo, pourrait y investir jusqu'à 5,6 milliards de dollars.
 
Jun
28
Situation catastrophique à Fukushima
LOIN DE S'ARRANGER, LA SITUATION EMPIRE : DES NIVEAUX RECORDS DE RADIATIONS VIENNENT D'ÊTRE ENREGISTRÉS DANS LE BÂTIMENT DU RÉACTEUR N°1

 

Jun
28
Un record de plus !
NOTRE PAGE FACEBOOK BAT SES RECORDS DE FRÉQUENTATION : PLUS DE 80.000 VISITEURS DIFFÉRENTS L'ONT CONSULTÉE EN UNE SEMAINE (du 19 au 25 juin)

Facebook permet aux administrateurs d'une page d'avoir une bonne idée des évolutions de sa fréquentation, même si les statistiques demeurent partielles et, bien entendu, totalement anonymes.
Partager cet article
Repost0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 00:03

 

medias-manipulent.JPG

 

Comment FR2 vous désinforme chaque jour

L'exemple de la politique fiscale du Gouvernement Hollande

Par eva R-sistons 

 

 

Je n'ai pas le temps d'écrire sur cette Chaîne de télévision en ce moment, mais la coupe DEBORDE ! Les merdias, ça suffit ! Les journalistes prostitués, ça suffit ! La Presse française lanterne rouge en Europe, ça suffit !

Pendant la campagne électorale, j'ai pris des notes en regardant, le soir, ce torchon de désinformation qu'est FR2. Comme je suis très occupée (blogs, création de sites perso , édition), je plongerai dans ces notes vers la fin de l'année. En attendant, 2 remarques :

- Propagande de guerre, notamment pour la Syrie. Comme dans tous les grands médias français, aux ordres des puissances financières et des multinationales notamment de l'armement,  jamais vous n'entendrez intervenir des partisans du pays attaqué par l'OTAN et ses sbires israélien, américain, anglais, français ; tout au plus une phrase creuse, vide de sens. Nous ne connaissons que les points de vue de l'Armée syrienne dite abusivement "libre", ou du faux organe de Défense des Droits de l'Homme (tenu par un partisan de l'Empire). Les images § montrées sont celles de guerres anciennes, ou elles sont tournées dans les studios du Qatar, ou bien les massacres et les actes de terrorisme sont ceux des Islamistes formés, armés et financés par l'OTAN.

Et en permanence Arabes et Musulmans sont ciblés, comme les pays non-alignés: Russie, Chine, Cuba, Iran, Vénézuela etc..., en attendant d'être attaqués.

- Politique intérieure : Quand la Droite était au pouvoir, chaque fois qu'il y avait une nouvelle mesure (anti-populaire), un membre du Gouvernement était invité à justifier la politique choisie. La Gauche était à peine citée, ou seulement de manière non significative. Maintenant que le PS est au pouvoir, c'est l'Opposition qui est constamment invitée à attaquer, à discréditer les mesures du Gouvernement. Et le temps de parole de la Gauche est réduit au minimum. Le journaleux de service n'invite pas les membres du Gouvernement à expliquer le bien-fondé de la politique choisie; Lorsque la gauche est sollicitée, c'est pour être interrogée... sur les querelles internes ou avec ses partenaires !

Ce 16 juillet, donc, au menu "le détricotage" des mesures de Nicolas Sarkozy en matière fiscale. Tout est fait, dans les titres, les schémas, les images, les paroles,  pour discréditer hypocritement, sous une apparente neutralité et force chiffres, tableaux ou comparaisons avec l'Etranger § 2, les nouvelles mesures (jamais expliquées, encore moins défendues, malgré une présentation habile, destinée à convaincre l'Opinion du sérieux de l' "information") pour qu'au final, on en vienne à regretter l'ancien Président et à rejeter la Gauche. C'est subtil, c'est rusé, c'est signé ! La Communauté représentée par les "journalistes" politiques comme les Leymergie ou les Calvi est réputée pour son habileté et sa rouerie. Au PS, un Ministre représente bien cette mentalité : Fabius, pathelin, douceureux, faussement débonnaire, faussement de gauche, comme lorsqu'aux Primaires du PS, sentant un créneau à prendre, lui le grand libéral s'est mué en représentant de l'aile gauche du Parti ! Une jolie imposture...

Je rappelle que le valet de l'Oligarchie, Pujadas, commentait à peine, ou passait sous silence, toutes les mesures anti-sociales débattues au Parlement du temps de son poulain - celui du CRIF, Sarkozy. En revanche, le journaleux s'empresse de commenter toutes les mesures de la Gauche pour mieux discréditer le Gouvernement.

Or donc, ce 16 juillet, au 20 h, voici ce qu'on a pu entendre - la charge était énorme :

- Le travailler plus pour gagner plus, c'est terminé !

- La mesure phare était la défiscalisation des heures supplémentaires. Maintenant, c'est terminé !

- Les heures supplémentaires seront soumises aux cotisations sociales.

- Donc le pouvoir d'achat des salariés, des ouvriers, diminuera.

- Le pouvoir d'achat des classes moyennes fera les frais de cette politique. (NB : A-t-on jamais vu le sieur David Pujadas dire cela à propos de la politique constamment anti-sociale de Sarkozy ? Au moment, par ex, de la mise en place du bouclier fiscal pour protéger les plus riches au détriment de tous, ou au moment de la mise en place de toutes les "niches" fiscales afin d'enrichir encore plus les nantis ?).

- C'est la première mesure d'injustice  (Eh non, c'est l'inverse ! Sur ce plan-là, justement, le Gouvernement cherche à apporter un peu de justice, enfin !)

- Est-ce que cela concerne peu de salariés, comme dit la Gauche ? Faux ! Un sur trois !

- Est-ce que cela concerne 9 millions de personnes, comme dit la Droite ? Vrai ! Cela pénalisera... la classe moyenne !

L'ignominie atteint des sommets avec les... faux journalistes ! Est-ce tout ? Pas du tout ! Sur le tableau, en grosses lettres, on voit apparaître un titre : "Les classes moyennes seront touchées". 

Une vraie saloperie de conditionnement ! C'est subliminal ! Malin, répugnant, infâme, scandaleux ! Et il n'y a personne pour reprendre la carte des faux journalistes, et la déchirer ?

Au fait, toujours pour voir jusqu'où ira la télé la plus communautariste, j'ai un peu regardé le 14 juillet sur FR2, animé par l'incontournable soubrette des marchands d'armes et d'Israël, Marie Drucker (une de plus !). J'ai été frappée par le gros plan montrant la femme la plus détestée de France, la première "girl-friend" du Président, saluer avec chaleur son sosie, la nouvelle compagne de Valls (vous savez, le type très à droite maniaque de la sécurité, l'Espagnol qui a pris la nationalité française pour mieux nous berner sur ordre des Bilderberg, le clone de Sarkozy infiltré au PS pour tuer ce qui lui reste de gauche). Petite allusion de FR2 à la proximité des deux femmes, à leur complicité, et donc à Valls lui-même. J'ai tout de suite pensé au travail formidable du sayanim Valls pour, sur ordre de l'Oligarchie, se rapprocher le plus possible du sommet du pouvoir afin, ensuite, de le ramasser et, tout en se prétendant de gauche, de l'offrir aux vampires de la Finance. Je rappelle que le bel Hidalgo, comme son compère Sarkozy, était le champion de la réforme de la retraite (honnie par les Français) et de la TVA anti-sociale, tout en se prétendant de gauche !

Or donc, j'ai aussitôt pensé d'une part au travail de conditionnement de la télé pour nous "rapprocher" de Ministre de l'Intérieur et le rendre incontournable, et d'autre part, au patient travail des Valls pour amadouer la blonde copine de Hollande afin d'être au premier rang. Ah, il est doué, le "Peuple Elu", pour entortiller le monde entier ! Attali avec Mitterrand, DSK avec Jospin, "Cohen-Bandit" avec les Verts, BHL avec Royal, avec Sarkozy, avec Hollande, avec tout le monde du moment qu'il peut servir les guerres israéliennes, de nouveau Attali avec Hollande, Mme Valls avec la copine de Hollande, etc etc. On a toujours un de ses représentants dans l'ombre, dans les coulisses, sous la jupe, partout !

Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à notre brebis... galeuse (le journaleux de service). Etait-ce tout ? Pas du tout ! On en remet une couche...

- La défiscalisation des heures supplémentaire, c'était un outil pour RECOMPENSER les salariés. (Et pour les patrons, surtout, car c'était une mesure voulue par le MEDEF pour s'en mettre plein les poches, et ça on se garde bien de le dire. Autant de milliards en moins pour le Fisc, et en plus sur le dos des salariés et des inactifs qui allaient devoir payer leurs produits plus cher avec l'augmentation de la TVA, ce que le journaleux Pujadas se garde bien de dire ).

- Et encore "le pouvoir d'achat va être réduit". (Et toc ! Bourrage de crâne !) Ca sera 1,2 % de revenus de perdus ! Compter 300 euros pour les cotisations, et 130 euros pour les avantages impôts.

 

medias-lavage-cerveau.jpg

 

Et la Gauche, dans tout ça ? "Pour elle, cette mesure était un frein à l'emploi". Un frein seulement ?

Sur d'autres médias, on est moins abjects, voici ce que j'ai pu glaner :

- Nous ne remettons pas en cause la majorité des heures supplémentaires.

- La défiscalisation des heures supplémentaires était une mesure trop coûteuse, contreproductive, et destructrice d'emplois

- C'était une mesure d'exonération des revenus qui ne sont pas ceux du travail

- Les exonérations sur le capital pesaient lourd dans les déficits

- Notre politique créera de l'emploi (évidemment, ceux qui ont, n'auront pas plus, mais ceux qui n'ont rien verront des emplois se libérer)

- Cette mesure sera efficace sur le plan économique, et juste sur le plan social. Et les revenus du capital seront aussi taxés, pas seulement ceux du travail !

- Le pouvoir d'achat des consommateurs sera amélioré

- Nous voulons des pratiques plus vertueuses

- Nous allons rendre + de dix milliards d'euros de pouvoir d'achat aux Français

- Les 3 milliards d'euros de TVA "sociale" ? Il n'y a pas de preuve de leur efficacité. Ils seront au détriment de la consommation et donc de la croissance.

Et tout cela, on ne l'entendra jamais chez le pseudo journaliste Pujadas, juste là pour justifier les politiques de Droite, les guerres impériales, et inciter à la haine raciale envers les Musulmans. Et évidemment pour discréditer la Gauche. Jusqu'à quand tolèrerons-nous cette désinformation ?

Je rappelle que le sieur David Pujadas, "star" de FR2, a reçu la Laisse d'or du journaliste le plus servile (et sa moto a été badigeonnée d'or). Et ce déshonneur, il le mérite parfaitement !

Eva R-sistons à l'imposture des journaleux au service non de l'information, mais des intérêts de l'Oligarchie militaire et financière et d'Israël.

 

http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/

 

 

 

 

§ http://www.lepetitmondecozillon.fr/2012/07/scandale-a-lelysee/

 

§§ 2 en choisissant le moins disant, car il s'agit de nous amener à accepter le nivellement par le bas qui profitera, en définitive, à l'Oligarchie néoconservatrice judéo-protestante, donc  aux Goldman Sachs, aux Rothschild, etc etc. N'oublions pas que la presque totalité des journalistes politiques, en France, ont d'abord des préoccupations communautaristes, qu'ils sont moins au service de notre pays que d'Israël, entité à la pointe du combat pour la mondialisation... ultra-libérale et néo-coloniale ! 

 

.

.

Commentaire reçu d'un Lecteur :


Personnellement, il y a déjà un long moment que je boycotte les médias marchands. Je me refuse à subir le lavage de cerveau appliqué avec perversité par ces soit-disant "journalistes".

Comme beaucoup de Français je ne crois plus un mot de ce qui nous est présenté comme de "l'information" et qui n'est en réalité que mensonges et propagande.

Puis, quand on constate que 90% des "journalistes" et autres intellectuels occupant en permanence les plateaux de TV, sont sionistes et donc liés à Israël et à ses intérêts, chacun comprend que dans ce système pourri, la France est utilisée comme mercenaire pour défendre des intérêts qui ne sont pas les siens.

Entre une classe politique majoritairement corrompue et soumise à Israël, des journalistes sionistes liés à Israël, des médias appartenant à d'autres sionistes liés à Israël, il est facile de comprendre que notre pays est rongé de l'intérieur par des agents qui ne défendent ni la vérité ni le droit mais l'intérêt exclusif de l'Etat raciste et criminel qu'est Israël.

Chère Eva, comme je vous l'ai souvent dit, vous êtes l'honneur de la profession de journaliste.

Malheureusement, beaucoup de ceux qui se prétendent journalistes, n'ont ni votre courage ni votre talent.

Il faudrait beaucoup d'Eva pour combattre ce monde orwellien où le mensonge devient "vérité", et où le mal devient le bien.

De tout coeur avec vous.

Cordialement,
Saint Just

 

.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages