Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 05:02

 

 

http://www.hns-info.net/spip.php?article24680

 

Les obsessions de Pujadas,

 

par eva R-sistons

 

 

Ce 18 octobre 2010,

 

Journal de 20 h sur (F)rance2,

 

Pujadas y étale ses obsessions habituelles :

 

L'Opposition de Gauche ou à Sarkozy,

 

et bien sûr, en fervent supporter d'Israël,

 

l'Islam, à chaque Journal critiqué, dénoncé, dénigré -

 

directement, ou indirectement, sournoisement ou subtilement.

 

 

Sa haine de la populace, de la Gauche, des manifestants,

 

Pujadas (Lauréat de la Laisse d'or de la désinformation,

 

"Larbin" pour Mélenchon - appellation amplement justifiée)

 

la propose en direct ce lundi soir, dans le titre du Journal:

 

"Lycéens, les casseurs s'invitent".

 

Allons, citoyens, vite, n'hésitez pas à faire l'amalgame

 

entre lycéens et casseurs !

 

Il est temps de préparer une sortie à la crise

 

comme en mai 68: Avec une France profonde apeurée,

 

se jetant dans les bras du Sauveur Sarkozy,

 

avec, aussi, une Chambre introuvable.

 

Au passage, le "larbin" en chef du pouvoir

 

invite Angela Merckel pour qu'elle soit

 

l'avocate de l'"indispensable" réforme des retraites.

 

Aucune ficelle n'est trop grosse pour la star de la désinformation !

 

Tous les jours, ou presque,

 

il invite des membres du Gouvernement

 

pour qu'ils justifient la politique gouvernementale.

 

Et quand l'Opposition intervient,

 

c'est pour être, au pire, discréditée,

 

ramenée à ses querelles internes

 

(jamais la Droite, pourtant déchirée),

 

au mieux réduite à critiquer le "style" de Sarkozy

 

(on se garde d'aborder les questions de fond),

 

ou à dire des insignifiances.

 

En effet, tout ce qui est gênant pour le Gouvernement

 

est impitoyablement traqué,

 

les invités sont coupés dès qu'ils deviennent compromettants. 

 

 

Quant à l'Islam, tout est fait pour le discréditer.

 

Objectif: Justifier le futur choc de civilisations

 

cher au coeur des gouvernements israéliens

 

et même au coeur de célèbres pseudos Nobel

 

comme Elie Wiesel ou Shimon Peres.

 

Ce soir, donc, l'occasion est fournie par

 

l'interview d'une catholique convertie à l'Islam,

 

portant voile intégral et partageant la vie d'un polygame.

 

"La polygamie est préférable, dit-elle,

 

à  l'adultère hypocrite".

 

Et cerise sur le gâteau, l'islamophobe Pujadas

 

(qu'en pensent la LICRA, le MRAP...)

 

demande perfidement à Angela Merckel:

 

"L'Allemagne est-elle menacée par les immigrés

 

ou par l'Islam ?". Ainsi, jour après jour,

 

le faux journaliste et vrai propagandiste

 

distille dans l'esprit des télespectateurs

 

que l'islam constitue pour eux une menace.

 

 

Sur une chaîne publique, c'est tout simplement scandaleux.

 

Pujadas mérite au mieux le dégoût, au pire l'opprobe.

 

Il est temps que l'imposture éclate au grand jour !

 

Mais celui qui fréquente le club des ennemis du peuple, "Le Siècle",

 

ne fera-t-il pas jouer ses amitiés

 

pour échapper aux conséquences de ses interventions ?

 

Affaire à suivre...

 

 

Eva R-sistons à l'intolérable

 

TAGS : Pujadas, France 2, Elie Wiesel, Shimon Peres, Prix Nobel, Islam, Angela Merckel, Laisse d'or de la désinformation, Sarkozy, Le Siècle, LICRA, MRAP, catholique, Droite, Gauche, Mélenchon

 

 

mis en ligne mardi 13 juillet 2010 par jesusparis
David Pujadas reçoit sa Laisse d’or

Source / auteur :

Le plan B

 

 

Le 30 juin 2010 vers 21 h 30, alors que le présentateur du journal télévisé de France 2 David Pujadas quittait les bureaux de France Télévisions, une délégation l’attend sur le trottoir pour lui remettre le trophée le plus convoité du Parti de la presse et de l’argent (PPA) : la Laisse d’or.

 

L’objet, composé d’un collier en métal robuste et d’une lanière en cuir véritable, avait été acheté le jour même dans une quincaillerie parisienne et enduit d’une fine mais alléchante couche de peinture dorée. Une boîte de cirage, une brosse et un plumeau multicolore doté, selon son fabricant, du pouvoir d’« attirer la poussière » complétaient la panoplie.

 

En décernant ce kit au présentateur du « 20 heures » de France 2, les organisateurs entendaient récompenser le « journaliste le plus servile », comme ils l’ont expliqué au Plan B, qui passait par là. Selon eux, Pujadas mérite la Laisse d’or pour son amour des euros (12 000 euros de salaire mensuel), sa haine des syndicalistes [1] et son dévouement pour les puissants, réaffirmé récemment dans le film culte de Denis Jeambar, Huit journalistes en colère (Arte, 9.2.10), qui le montrait fustigeant la surmédiatisation des humbles : « Le journalisme des bons sentiments, c’est aussi une bien-pensance. C’est l’idée que, par définition, le faible a toujours raison contre le fort, le salarié contre l’entreprise, l’administré contre l’État, le pays pauvre contre le pays riche, la liberté individuelle contre la morale collective. En fait, c’est une sorte de dérive mal digérée de la défense de la veuve et de l’orphelin. »

 

La cérémonie fut brève mais solennelle. Au moment où le journaliste « en colère » s’apprête à enfourcher son scooter, le comité des fêtes surgit d’un arrêt de bus pour l’acclamer, le couvrir de confettis et lui enrouler sa laisse autour du cou (qu’il a fort bas). Le récipiendaire ne cache pas son émotion, laquelle redouble lorsque ses hôtes entreprennent de dorer intégralement son scooter en le vaporisant de peinture aérosol. « Vive le laquais du Siècle ! Vive le roi des laquais ! », exulte la foule en liesse, cependant que la monture du présentateur se métamorphose en carrosse royal (voir photo).

 

Sans doute intimidé par cette profusion d’hommages, et soucieux manifestement d’y convier les vigiles, David Pujadas prend alors ses jambes à son cou pour s’engouffrer dans l’immeuble de France Télévisions, où le sas de sécurité le retient une bonne trentaine de secondes, le temps pour l’assistance de se disperser dans la bonne humeur. On le verra ensuite donner l’ordre aux vigiles de recouvrir la selle plaquée or de son carrosse d’une bâche en plastique. Après quoi il grimpera dessus et quittera fièrement les lieux dans une explosion de dorures et de vrombissements.

 

David Pujadas n’a pas souhaité donner plus de retentissement à son embouffonnage. Mais que le public se rassure : les images de la scène figureront dans le prochain film de Pierre Carles…

.

 

 

 

Notes

[1] Exprimée notamment lors de son interview en direct de Xavier Mathieu, le porte-parole CGT des grévistes de l’usine Continental de Clairoix, le 21 avril 2009. Lire à ce propos « Des journaux télévisés face aux “violences” des salariés » sur le site d’Acrimed, http://www.acrimed.org/article3132.html.

 

http://www.hns-info.net/spip.php?article24680


 


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages