Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 22:44




AlterInfo en danger, alerte !
Défendons la liberté de la presse
et la liberté d’expression !



Je vous écris un peu dans l’urgence ce soir, mais je pense réellement qu’il faut que chacun d’entre nous se sente concerné par l’affaire AlterInfo car elle pourrait arriver à chacun de ceux qui tiennent un blog ou un site. Ce que je défends ce soir, c’est la liberté d’expression et de la presse et ce n’est pas rien ! C’est même ce qui me semble être le principal pilier d’une démocratie digne de ce nom !


    Ce nouveau coup porté cette fois au directeur d’AlterInfo, fait partie à n’en point douter du vaste projet d’intimidation du gouvernement et de tous ceux qui ont leurs entrées à l’Elysée pour museler la presse indépendante et les sites d’information alternatifs présents sur le Net. Rappelons-nous le discours du premier Ministre François Fillon lors du dîner du CRIF ; il disait en substance : « Nous devons veiller à ce que les nouvelles technologies ne deviennent pas, à leur tour, le canal de la haine. » Or, faire une analyse de ce qui s’est passé à Gaza et dénoncer les vingt-deux jours d’infamie qu’ont subis les Palestiniens, c’était dans la bouche de Mr Prasquier et de Mr Fillon le parfait exemple de ce que peut être une terrible incitation à la haine !... N’oublions pas non plus, que ce mercredi 01 avril Pierre Haski (directeur de la publication de Rue89) et Augustin Scalbert (journaliste spécialiste des médias) seront entendus par la police judiciaire, le même jour que deux autres journalistes de France3 au sujet de à l'affaire de la vidéo de « Sarkozy off » sur FR3.

    Le procès qui aura lieu après demain à Mulhouse semble se présenter assez mal pour Monsieur Zeynel Cekici, Président de l’association Alter Info et directeur de publication de l’agence de presse associative du même nom. En effet, se conformant à l’avis de son avocat, Mr Cekici ne devait pas être présent à l’audience or, aujourd’hui, des policiers se sont présentés à une adresse qu’ils pensaient être celle de Mr Cekici (il s’agissait en fait de l’adresse de ses parents) afin d’exécuter un mandat d’amener. Ordre a en effet été donné de le faire comparaître comme mis en examen soumis à un ordre d’amener : il sera mis entre deux gendarmes lors de son procès qui doit commencer à 8h30 ce jeudi 02 avril à Mulhouse ;  cette manière de procéder nous amène à penser que la justice a la ferme intention d’en découdre avec lui ; elle doit en faire un exemple à tout prix pour tous ceux qui oseraient s’aventurer sur un terrain, que ni le CRIF ni Mr Sarkozy ne peuvent tolérer !  Monsieur Zeynel Cekici, comparaît devant la justice correctionnelle de Mulhouse qui doit statuer sur une accusation de culpabilité pour le chef d’accusation d’« antisémitisme » ou encore d’ « incitation à la haine raciale ».

Motif de cette comparution : le site a reproduit un article intitulé « l’impérialisme du capital juif » disponible depuis plusieurs années sur le Net. Rappelons encore que ledit article n’était pas une nouveauté sur Internet et que Mr Cekici n’en était aucunement l’auteur. Nous nous demandons comment la reproduction d’une publication déjà disponible sur le Net peut constituer une raison suffisante pour que de façon inattendue, la machine judiciaire s’emballe de la sorte contre le site Alterinfo traînant ainsi, tel un criminel, son directeur de publication devant un tribunal ?

    Ce soir, nous sommes très inquiets pour la suite de ce procès et nous estimons que tout un chacun qui en a les moyens se doit d’agir pour défendre Mr Cekici. Que tous ceux qui le peuvent fassent le déplacement à Mulhouse et pour les autres et bien qu’ils fassent des papiers de protestations sur leur blog ou sur leur site. Il est intolérable que dans notre pays la liberté d’informer soit de plus en plus menacée. Nous ne le répèterons jamais assez,  la liberté d’expression est un droit universellement reconnu ; elle a trouvé dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 son expression la plus catégorique : « 1- Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression. 2- Ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen que ce soit. »

Même si cette affirmation vigoureuse est mitigée par le paragraphe 3 du même article 19 qui déclare que : « L’exercice des droits définis au paragraphe 2 de cet article implique des devoirs et des responsabilités spéciales. Il peut donc être soumis à certaines restrictions, mais qui ne seront autres que celles définies par la loi et nécessaires : (a) au respect des droits et de la réputation d’autrui ; (b) à la sauvegarde de la sécurité nationale ou de l’ordre public, ou de la santé et de la moralité publique. » Nous ajoutons en outre que la liberté d’expression fait partie de ces droits qui bénéficient de garanties très fortes, notamment constitutionnelles, dans l’ensemble des pays démocratiques dont la France auxquelles il faut adjoindre les différentes conventions internationales réaffirmant elles aussi ce principe fondateur de l’exercice démocratique. Et contrairement aux « droits-créances », tels que le droit au travail, à la santé, à l’éducation qui représentent des « droits à », qui supposent une intervention active de l’Etat, les « droits libertés », dont le droit à la liberté d’expression, s’accommodent d’une régulation étatique minimale.

    Qu’on nous explique alors ce qui motive le procès du directeur de publication d’AlterInfo puisque la dite publication incriminée n’a pas été sanctionnée par des magistrats avant lors de ses précédentes reproductions sur le Net français ? Faut-il voir la ferme volonté des autorités françaises de s’en prendre uniquement au site AlterInfo parce qu’il dérange beaucoup, voire  trop, la « bien pensance » qui devrait avoir cours dans notre pays et en particulier après les insoutenables massacres de Gaza. Il est incontestable que le site AlterInfo a été une tribune qui a permis à bon nombre d’auteurs, et pas des moindres, de s’exprimer sur cette tragédie et on peut gager qu’un grand nombre de ces articles n’ont pas été du tout appréciés, ni par le pouvoir politique de notre pays ni par les organisations telles que le CRIF ; tous deux ayant manifesté avec la plus grande force un soutien inconditionnel à Israël et à Tsahal lors de l’opération Plomb durci…

    Nous sommes donc convaincus que le pouvoir politique veut faire un exemple de ce procès et que l’article incriminé n’est qu’un prétexte fallacieux ; le but de la manœuvre étant de créer un climat de peur chez tous ceux qui ont pris la mauvaise habitude de s’exprimer par le biais de l’Internet sur des sujets auxquels il ne saurait être question d’avoir un avis autre que celui émis par « ceux qui font la France... »

    C’est pourquoi je demande à tous ceux qui considèrent que ce procès est une grave menace  pour l’avenir de la liberté d’expression de le dénoncer aussi vigoureusement que possible. Demain, ce sera peut-être nous qui ne pourrons plus ni écrire nos opinions, ni diffuser les articles qui nous semblent pertinents sur nos blogs et sur nos sites !

Nelly LEBOUCHER

 

Je rappelle le jour et l’heure du procès :
jeudi 02 avril 2009 à 8h30 heures
au Tribunal de Mulhouse.



http://www.alterinfo.net/Defendons-la-liberte-de-la-presse-et-la-liberte-d-expression-!_a31247.html?PHPSESSID=8e6175d49aee43708da1610f81241e02

http://bridge.over-blog.org/article-29732225.html



Mercredi 1 avril 2009
Bonjour,

Le 2 avril à 9 heures, Monsieur Zeynel Cekici, directeur de publication
du site Internet http://www.alterinfo.net va être présenté devant le
tribunal correctionnel de la vile de Mulhouse, encadré par deux
policiers. En effet, un ordre d'amener a été émis à son encontre et ce
jour, mardi 31 mars 2009, deux policiers se sont déjà présentés à son
domicile pour l'arrêter. Il n'était pas chez lui. Mais, joint par
téléphone, il a confirmé qu'il se présenterait bien devant les magistrats.

Il sera alors appelé à répondre de son activité en tant que directeur de
publication du site d'information alternative le plus consulté en
France, notamment par la communauté musulmane, arabe, africaine,
asiatique ou plus généralement par tous les lecteurs à la recherche
d'une information ant-sioniste et anti-impérilaiste.

On lui reproche le fait que lui ou un de ses collaborateurs bénévole ont
mis en ligne deux articles d'un auteur Henry Markow.

La plainte provient de deux organisations juives l'Union des Etudiants
Juifs de France et "j'accuse"qui sont dans la mouvance de l'organisation
officiellement pro sioniste, le CRIF. Elles reprochent à Monsieur Cekici
la mise en ligne d'écrits antisémites et d'être coupable d'incitation à
la haine raciale.

Or ces accusation sont totalement fausses et infondées.

Il est à remarquer qu'une recherche sur le moteur Google sur le nom de
l'auteur, Henry Markow, des articles donne une liste de sites français
et étrangers comprenant plus de 22 pages ! Monsieur Henry Markov n'a été
jugé ni sanctionné nulle part. Ses écrits ne sont interdits nulle part !

Dès lors deux questions se posent :
1 / que contiennent ces deux articles d'aussi grave ?
2 / pour quelle raison s'en prendre en particulier au site alterinfo ?

*Réponse 1 :*
Les deux articles sont écrits d'une manière imparfaite, imprécise et
parfois brouillonne, comme ont trouve souvent sur le sites Internet
amateurs d'information. On y critique " Nouvel ordre mondial dominé par
les banques centrales", les communistes, les féministes, les Juifs, les
francs-maçons, etc. Les concepts ne sont pas précis et les
démonstrations fumeuses.

En tout cas, il s'agit de généralités du "café du commerce" que l'on
trouve "en plus piquant" dans beaucoup de livres anti sionistes,
notamment écrits par des Juifs.

Si on se promène dans le site alterinfo, on peut trouver des articles
anti sionistes beaucoup plus aiguisés, plus pointus, mieux argumentés.

Donc la première réponse qui s'impose est que ces articles sont des
prétextes. Les ennemis de la ligne éditoriale générale du site alterinfo
cherchaient une faute et ils croient l'avoir trouvée. Elle existe dans
des centaines d'autres sites ; mais cela ne les intéresse pas. ce qui
les intéresse c'est qu'ils ont trouvé dans le site alterinfo une faute
ou un semblant de faute, voire une négligence.

La plainte contre le directeur de publication du site alterinfo est une
provocation qui a trouvé un procureur et un tribunal pur l'accueillir.

*Réponse 2 :*
Le caractère léger de l'accusation signifie que la condamnation de
Monsieur Cekici n'est pas acquise, sauf grave, très grave dérapage
judiciaire.
Mais alors pourquoi tout ce tin-toin ?
la réponse est simple :
Les milieux sionistes de France veulent empêcher les sites alternatifs,
derniers lieux de liberté, de fonctionner normalment. Ils ont donc
décidé de les harceler judiciairement pour les épuiser financièrement et
pour embourber les bénévoles dans un travail de réponse aux plaintes
successives et les détourner de leur travail d'information.

S'ils trouvent des soutiens dans l'appareil judiciaire, des ambitieux ou
des magistrats idéologues, ils iront dans l'intimidation jusqu'à
sanctionner pour de faux prétexte les bénévoles les plus actifs qui se
trouvent dans les endroits les plus sensibles. D'autant plus que cette
demande est relayée par l'Exécutif : le Premier ministre, Monsieur
Fillon a fait un discours lors de la soirée du CRIF dans lequel il
établit une confusion entre sionisme et judaïté pour dire en fin de
compte que nul n'a le droit de critiquer Israël et que critiquer Israël,
c'est de l'antisémitisme.

Je dois préciser que les sites d'information alternatifs anti
impérialistes, anti coloniaux, anti sionistes ne reçoivent aucune
subvention publique. Les associations anti musulmane reçoivent des
subventions importantes. Pour cette raison, le sites alternatifs ne
disposent pas des moyens financiers qui leur permettraient d'engager du
personnel qualifié pour la rédaction. Ils font appel à des bénévoles. La
qualité du travail est forcément irrégulière. Et là, les autorités
françaises utilisent ce manque de professionnalisme comme un prétexte
pour sanctionner les animateurs des sites les plus engagés politiquement.

On remarquera pour le cas présent, que des articles plus structurés et
plus carrément anti sionistes n'ont pas été reprochés à au site
alterinfo, mais un article de troisième ou quatrième choix qui a été mis
en ligne non par Monsieur Cékici, mais par un collaborateur bénévole non
professionnel : on a recherché le point faible, le moment d'inattention.

C'est un procédé déloyal.

C'est une démocratie à géométrie variable.
Et elle est particulièrement défavorable aux sites animés par des
Français anti sioniste, par des Musulmans, des Africians, des Asiatiques
en soutien de la cause Palestinienne.

Pour cette raison, j'appelle toutes les bonnes volonté à exprimer leur
soutien à Monsieur Zeynel Cekici et à s'organiser pour donner une base
de fonctionnement normal à ces sites qui sont actuellement en France les
seuls espaces de liberté d'expression.

J'appelle les agences de la presse arabe et de la presse musulmane d'une
façon générale à s'en faire l'écho.

Abdellah Ouahhabi

http://bridge.over-blog.org/article-29731867.html



_________________________________________________________________________________________





A l’appel du SNJ-CGT France Télévisions et Audiovisuel, aura lieu un rassemblement, mercredi 1er avril à partir de 9h00, au 122 rue du Château des Rentiers (métro Nationale) devant les locaux de la Police judiciaire.

2 journalistes de France 3 sont en effet convoqués par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne, conformément à une instruction du Procureur du Tribunal de grande instance.

Ils auraient été à l’origine de la diffusion des enregistrements « off », hors antenne, précédant l’intervention de Nicolas Sarkozy sur France 3, le 30 juin 2008.

Ces images avaient montré un Président de la République exerçant personnellement une forme d’intimidation à l’encontre des journalistes du service public et s’exprimant avec une morgue et un mépris proprement écœurants (voir l’article en lien).

Les pressions exercées maintenant à l’encontre de ces journalistes confirment la tentative de mise au pas de la télévision publique, de France 3 en particulier. La contre-réforme de l’audiovisuel public, déguisée avec la suppression de a publicité, trouve déjà une de ses traductions anticipées : la répression judiciaire et policière.

Aucun citoyen ne saurait sous-estimer la menace pour l’avenir des libertés publiques, de la liberté de la presse

http://pcf-paris14.over-blog.org/article-29714035.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

E

On nous pousse à la haine anti Musulmans, maintenant ! C'est abominable !

cordialement, eva


Répondre
M

Ça fait plaisir de vivre dans un pays qui ne cède pas devant la haine raciale sous prétexte d'un "chantage à la liberté de la presse".


Répondre

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages