Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 02:54

Sommaire :

Edito d'Eva : Promotion de la lessive Strauss-Kahn

DSK sur A vous de Juger, France 2


DSK, un directeur
du FMI
comme les autres

À moins d’une semaine du G20, le directeur général du FMI était sur le plateau d’«A vous de juger» sur France 2. Attention, il n'y a pas de candidat socialiste caché derrière le patron du FMI.


(photo : Marie-Lan Nguyen - Wkimedia commons) 
(photo : Marie-Lan Nguyen - Wkimedia commons)


« Le point de retournement 
» devrait avoir lieu « au premier semestre 2010 ». Tous les patrons du
Fonds Monétaire International, au cours de leurs carrières, ont eu à se prêter au petit jeu des prédictions. Mais en période de crise, les prédictions d’un directeur général d’une telle organisation valent leur pesant d’or. Invité, hier soir, sur France 2,
Dominique Strauss-Kahn a livré la sienne : le retour de la croissance serait donc pour l’année prochaine. « Mais il y a des “si” » prévient-il aussitôt : « Les Américains mettent plus l’accent sur la relance. Les Européens mettent plus l’accent sur la régulation. Si j’ai un appel à faire ce soir pour le G20, c’est que ce ne sera pas suffisant. » Et pour l’ancien ministre socialiste d’évoquer une troisième voie : « assainir le secteur bancaire », le débarrasser de ces fameux « actifs toxiques » évalués aujourd’hui par le FMI à « 2 300 milliards de dollars » : « Il faut absolument faire sauter la thrombose » car l’économie mondiale ne pourra pas se remettre sur pied « tant que [le secteur bancaire] ne [recommencera] pas à prêter de l’argent. »


La méthode ? Peu importe.
« Ce qu’il faut, c’est faire » !

Le hic, c’est que DSK, qui dit jouir aujourd’hui d’une « parole libre », ne s’autorise pas à trancher sur la méthode à adopter pour venir à bout de « la thrombose ». Faut-il rentrer au capital des banques ou simplement leur prêter l’argent dont elles manquent ? Il fut un temps où il prônait les « nationalisations temporaires ». Aujourd’hui il se refuse à faire publiquement un choix. La faute à sa fonction sans doute : « Toutes les techniques sont utilisables. Ce qu’il faut, c’est faire. Lorsque la maison brûle, il faut sortir la lance à incendie. » Mais prêter de l’argent aux organismes bancaires, sans contreparties ou presque, comme a pu le faire la France, n’est-ce pas alimenter le grand incendie ? Les Français d’ailleurs, sont-ils prêts à voir leur gouvernement renflouer à nouveau les banques ? Sûrement pas.


Le protectionnisme
conduit au « repli sur soi »

En revanche, quand il s’agit du protectionnisme, Dominique Strauss-Kahn s’autorise à trancher. Et il s’autorise, par la même occasion, tous les clichés. Dans un réflexe quasi pavlovien, il évoque « les années 1930 » et la menace du « repli sur soi ». Aurait-il oublié qu’il est socialiste ? Lui dit l’être « autant qu’avant ». D’ailleurs, il voit une « victoire idéologique de la social démocratie qui est en train de se passer aujourd'hui ». Alors peut-être a-t-il oublié que certains de ses camarades, entre autres, ont théorisé un protectionnisme moderne, bien éloigné de celui des « années 1930 », comme Laurent Fabius et son « juste échange » ? Non, DSK est simplement dans son rôle de dirigeant du gendarme de la finance mondiale tant décrié par les altermondialistes et les ultra-libéraux. Des ultra-libéraux qu’il a malgré tout dû irriter en se réjouissant de la fin du « dogme » de l'autorégulation et de l’émergence d’un « modèle de développement plus environnemental, plus soucieux du cadre de vie, plus moral, refusant tout ce qui tourne autour de l’argent-roi. » Encore que, vu la situation actuelle, ça n’est presque pas étonnant. Même de la part d’un patron du FMI…


Et patron du FMI, DSK l’est vraiment. Lorsque sont évoquées les affaires intérieures de la France, il tient le rang qui est le sien en évitant soigneusement de faire le moindre commentaire. Tout juste repousse-t-il d’un revers de la main la rumeur qui le disait futur Premier ministre de Nicolas Sarkozy : « Ce n’est pas sérieux. On ne sortira pas de la crise par des combinaisons politiques. » Il ne se livre pas à ce genre de prédiction, Dominique Strauss-Kahn. Il est au-dessus de ça : il est directeur général du FMI. Un directeur terriblement comme tous les autres…




Vendredi 27 Mars 2009 - 07:00
Gérald Andrieu
http://www.marianne2.fr/DSK,-un-directeur-du-FMI-comme-les-autres_a177497.html


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-29537177.html


___________________________________________________

Eva :
Promotion de la lessive
sioniste Strauss-Kahn


Insupportable émission de la Chabot où, comme d'habitude, elle fait la promotion des produits commandés par ses patrons néo-sionistes, hier Rachida Dati en perte de vitesse, aujourd'hui Strauss-Kahn, au cas où Sarkozy serait trop impopulaire et que les masses populaires décideraient de reporter leur bulletin de vote sur un candidat de la Gauche. Celui-ci, pour plaire, doit impérativement être issu du Clan, véhiculer ses idées, être au service d'Israël. N'a-t-il pas d'ailleurs lui-même dit qu'il était d'abord et avant tout au service des siens ? Et que le Pouvoir devait être conquis dans ce but ? Tant il est vrai que les néo-sionistes placent leurs poulains dans tous les partis, dans toutes les grandes Institutions, dans toutes les associations qui comptent, pour qu'ils leur servent de relais. Regardez bien : Vous trouverez des sous-marins du Clan partout, et d'abord dans les Médias. Pour jour après jour manipuler l'opinion, organiser la désinformation, véhiculer les idées partisanes... Toute la politique est orientée par les néo-sionistes au service de leurs seuls intérêts, pas de celui des Français.

Et bien sûr, Strauss-Kahn a servi des discours plein de compassion envers le peuple de France qui souffre et qui se lève tôt pour gagner moins, ou pour chercher un hypothétique travail, et il a fait la promotion, habilement, des idées néo-libérales (dont les Français ne veulent pourtant pas), et par la même occasion, du Nouvel Ordre Mondial.

Bravo la Chabot, aussi, pour l'équité, tous les invités sont du même bord §, comme d'habitude, hormis le porte-parole de Gauche de service, réduit à la portion congrue, naturellement.

C'est ce qu'on appelle de la télévision.

Moi, j'appelle ça de la propagande et de la désinformation

Honte à la télé-poubelle FR2.

Et félicitations aux maquilleuses, qui savent si bien masquer les poches sous les yeux et autres imperfections de l'âge.

Eva 

§ On nous a même servi l'ultra-libéral et néoconservateur Aznar, fervent supporter du dangereux crétin Bush.

A remarquer d'ailleurs la façon dont il a été présenté : "Plutôt libéral". 

Sur les chaînes sionistes, on ne présente pas souvent les gens tels qu'ils sont. Haro sur la Gauche ,  et les libéraux sont présentés sous leur meilleur jour ! Rarement tels qu'ils sont...



_______________________________________________________________________________________


Commentaire reçu, avec liens :

Bonsoir,

Je suis en tous points d'accord avec Eva : Strauss-Kahn, représente l'après Sarkozy rêvé (qui en 2012, aura tellement détruit la France sociale, qu'il devra partir en courant ! ) pour la clique capitaliste (Bouygues, Dassault, Lagardère, Bolloré, et Cie), qui la fait parvenir au pouvoir ...

Ci-dessous les liens de quelques articles citoyens, qui vont dans ce sens :

A.S.A = DSK sera-t-il candidat à la présidentielle en 2012 ? (Le Figaro.fr du 27/03/09) :

http://rpubliquejetaime.typepad.fr/antidote_dmocratique_anti/2009/03/asa-dsk-sera-t-il-candidat-%C3%A0-la-pr%C3%A9sidentielle-en-2012-le-figarofr-du-270309.html

Strauss-Kahn, potentat de la gauche caviar, pacsé politiquement avec Sarkozy, « joli cœur », n’apprécie pas, que Stéphane Guillon (France Inter), le brocarde, moi si !

http://rpubliquejetaime.typepad.fr/antidote_dmocratique_anti/2009/02/strauss-kahn-potentat-de-la-gauche-caviar-pacs%C3%A9-politiquement-avec-sarkozy-joli-c%C5%93ur-nappr%C3%A9cie-pas-que-st%C3%A9p.html

La « Gauche » dont raffole Sarkozy, roule en limousine :

http://rpubliquejetaime.typepad.fr/antidote_dmocratique_anti/2008/08/la-gauche-dont.html

Longue vie à ce blog, soyons unis dans la légitime contestation.

Cordialement

A.D.A

http://rpubliquejetaime.typepad.fr/  

Partager cet article
Repost0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 00:56

 


UN AUTRE REGARD SUR CE QUI SE PASSE AU DARFOUR

Le rôle des USA et d' Israël


P
osted by libertesinternets

[Emceebeulogue - 14/03/2009]

Keith Harmon Snow est un enquêteur indépendant sur les droits humains et un correspondant de guerre qui a travaillé pour “Survivors Rights International” (2005-2006), pour Genocide Watch (2005-2006) et pour les Nations Unies (2006) afin de recueillir des informations concernant le génocide et les crimes contre l’humanité au Soudan et en Ethiopie. Il a travaillé dans 17 pays d’Afrique, et récemment en Afghanistan. Son site <http://www.allthingspass.com/>  .


La guerre secrète
d’Africom au Soudan


[Keith Harmon Snow, Africom’s Covert War in Sudan -Dissident Voice - 6 mars 2009 - Trad: ???]


J’ai reçu récemment un coup de téléphone d’un Australien qui m’a expliqué qu’il enquêtait pour le compte du procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) à la Haye, aux Pays Bas. L’enquêteur et son collègue avaient lu mon livre (”Merchant’s of Death: Exposing Corporate Financed Holocaust in Africa” <
http://www.dissidentvoice.org/2008/12/merchants-of-death-exposing-corporate-financed-holocaust-in-africa/>  ) et voulaient que je leur donne davantage d’informations sur les seigneurs de guerre responsables des massacres de Bogoro au Congo que j’avais brièvement décrits dans mon livre.

Au bout de quelques semaines d’échanges où je reprenais mes notes et les photos que j’avais, pour rassembler les informations en ma possession, je leur ai envoyé un mail au moment même où il était prévu qu’ils recevraient de ma part une brève documentation sur l’affaire en question (qui, m’avaient-ils assuré, “avait soulevé beaucoup d’intérêt” à la CPI).


Je leur ai alors avoué que je n’étais plus sûr qu’il soit éthiquement correct de ma part de collaborer avec une cour de justice internationale qui ne poursuivait que des noirs africains.


J’ai fait part de mes inquiétudes pour “Sandrine”, une jeune fille dont je parlais dans mon livre qui avait livré les noms de chefs de guerre, les dates des exécutions, et qui avait, elle-même, manié la machette au cours d’un massacre ethnique et avait été violée par des miliciens.


Je leur ai fait remarquer que les témoins cités à comparaître devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda  avaient été assassinés ou avaient disparu mystérieusement, précisé que j’avais conscience de l’injustice qu’avaient constituée les Tribunaux pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda, et exprimé ma consternation devant la ligne que la CPI avait choisie.
 

Je leur ai dit que je ne pouvais pas en conscience collaborer avec eux si la CPI n’arrêtait pas les criminels de guerre en col blanc qui s’égayaient en toute liberté aux quatre coins de la planète.

J’ai compris que j’avais pris la bonne décision quand j’ai appris qu’ils avaient à nouveau porté des accusations contre un noir, et arabe, avec ça. C’était un choix d’orientation fort stupide, faisait remarquer quelqu’un. Le 4 mars 2009, le procureur général de la CPI annonçait qu’ils avaient enfin pris la décision de poursuivre al-Bashir, le président arabe du Soudan, une inculpation que la cour avait longtemps menacé de mettre à exécution, et une première à l’encontre un chef d’état en exercice.


Dans la même période, des “pirates” somaliens au large de l’Afrique orientale libéraient un navire ukrainien immatriculé au Panama, avec un équipage ukrainien et sous pavillon du Belize. Le cargo, qui transportait des tanks, des roquettes et des munitions destinées au Darfour, appartient à Vadim Alperin, ‘homme d’affaires” israélien, et agent du Mossad reconnu.



Il est difficile de comprendre ce qui se passe au Darfour – surtout si on part de l’idée qu’il s’agit d’un “génocide” unilatéral commis actuellement par des Arabes sur des Noirs par le régime d’al-Bashir – mais ainsi va la propagande de l’establishment. La véritable version de l’histoire est bien plus longue et bien plus complexe que cela, et tourne autour de personnages plus ou moins connus mais troubles.
 

Ce qui suit est un résumé bref mais imparfait des réalités géopolitiques bien plus profondes qui sous-tendent la lutte pour le Soudan.


La politique
de crimes de guerre



En préambule, je dirai que la CPI peut désormais être considérée comme un agent de la politique étrangère hégémonique des Etats-Unis, où les armes employées par les USA et leurs alliés peuvent aller jusqu’à des accusations ou des poursuites pour violations des droits humains, crimes de guerre et crimes contre l’humanité.


Pour comprendre cela, il faut se demander pourquoi aucun Blanc n’a encore jamais été déféré, pour ces crimes-là ou d’autres, devant la CPI, qui a, à ce jour, déjà fait incarcérer cinq “seigneurs de la guerre” noirs africains et compte mettre sous les verrous et juger un autre Noir, arabe, de surcroît, Omar Bashir.


Pourquoi donc George Bush n’a-t-il pas été poursuivi? Et Donald Rumsfeld? Et Dick Cheney? Et Henry Kissinger? Et Ehud Olmert? Et Tony Blair? Et Vadim Alperin? Et John Bredenkamp ?
 

Juste après l’annonce que la CPI, ayant retenu 7 chefs d’inculpation, poursuivait al-Bashir pour crimes de guerre, était aussitôt diffusé un communiqué par tous les médias occidentaux, entrant dans chaque foyer aux Etats-Unis avant la fin de la journée, que le président Bashir ordonnait l’expulsion de dix ONG internationales sur place au Darfour qui prétendaient agir par pur souci “humanitaire”.
 

Ce qui n’a été dit nulle part dans la presse anglophone, c’est que les Etats-Unis viennent d’intensifier les opérations militaires actuelles pour s’assurer le contrôle du Soudan et de ses ressources: le pétrole, le cuivre, l’or, l’uranium, les terres fertiles pour planter de la canne à sucre et de la gomme arabique (indispensable à Coca, Pepsi et à Ben & Jerry’s).
 

Cette guerre se joue sur le terrain au Darfour par l’intermédiaire de soi-disant ONG “humanitaires”, de sociétés paramilitaires privées, d’opérations de “maintien de la paix” et d’opérations militaires secrètes soutenues par les US et ses proches alliés.
 

Cependant cette guerre des Etats-Unis destinée à prendre le contrôle du Soudan a toujours tourné autour d’opérations “humanitaires” (présentées comme étant neutres et uniquement soucieuses de protéger les vies de personnes innocentes) qui fournissent souvent une couverture à des activités et des interventions clandestines en vue de déstabiliser le régime.


Il faut que les Américains prennent conscience que le choix du gouvernement d’Obama d’intensifier cette guerre pour placer le Soudan sous contrôle des Etats-Unis s’inscrit en droite ligne du programme permanent établi à la fois par les Républicains et les Démocrates sur les guerres à mener dans le monde.

La déstabilisation actuelle du Soudan reflète la guérilla clandestine illégale qui avait été menée au Rwanda (également lancée et armée depuis l’Ouganda entre octobre 1990 et juillet 94). Les Forces Armées Rwandaises (appelées alors “Armée Patriotique Rwandaise”), dirigées par le commandant en chef Paul Kagamé, atteignaient ainsi l’objectif des US de réaliser un coup d’état au Rwanda grâce à cette campagne, et le président Paul Kagamé est devenu depuis un interlocuteur privilégié dans le conflit obscur qui a actuellement lieu au Darfour, Soudan.
 

Au cours du mandat présidentiel de George Bush, le gouvernement américain faisait partie de l’appareil des services secrets du gouvernement soudanais. En même temps, d’autres groupes financiers et politiques américains poussaient à faire accuser le gouvernement soudanais de génocide. Actuellement, avec le changement de gouvernement aux Etats-Unis et la nomination de hauts responsables par Hillary Clinton qui ont été impliqués dans les opérations secrètes au Rwanda, en Ouganda, au Congo et au Soudan pendant les années Clinton (Bill), la pression s’est intensifiée pour déstabiliser le gouvernement soudanais, qualifié de régime arabe “terroriste”, mais il s’agit d’une entité qui opère en dehors du système bancaire US.

 
La précédente opération avait consisté en des actions militaires secrètes où des missiles avaient été lancés par l’armée américaine contre l’usine pharmaceutique au Soudan (1998); c’était un crime de guerre international perpétré par le gouvernement Clinton et auquel avaient participé les hauts responsables actuellement au pouvoir.

La lutte géopolitique complexe pour prendre le contrôle du Soudan se manifeste à travers la situation explosive au Darfour où sont engagées des factions aussi diverses que la Lord’s Resistance Army (LRA - ou Armée de Résistance du Seigneur <http://afrikarabia2.blogs.courrierinternational.com/tag/lord’s%20resistance%20army>  ), soutenue par Khartoum, qui est également impliquée dans les guerres au Congo et au nord de l’Ouganda.

Sont également impliqués le Tchad, l’Erythrée, et l’Ethiopie, l’Allemagne, la République Centrafricaine, la Libye, la France, Israël, la Chine, Taiwan, l’Afrique du Sud et le Rwanda. Il y a des forces spéciales américaines sur le terrain des pays limitrophes, le Tchad, l’Ouganda, l’Ethiopie et le Kenya et les deux grandes questions qui se posent sont:

  • 1) Combien de ces massacres imputables aux forces américaines de substitution ont été attribués à Al-Bashir et au gouvernement soudanais?
  • 2) Qui finance, arme et entraîne les rebelles?


L’agence américaine
pour la destruction du monde.



 
Des rebelles? Des insurgés? Le matraquage de la propagande occidentale présente le conflit comme une action unilatérale: une contre-insurrection à objectif génocidaire du gouvernement soudanais (selon les propres termes d’Eric Reeves) contre les bons samaritains de la communauté des ONG “humanitaires” … plus, quelques rebelles (indéfinis).
 

“Le Soudan a ordonné mercredi qu’au moins 10 organisations humanitaires soient expulsées du Darfour à la suite du mandat d’arrestation émis par la CPI a émis à l’encontre du président” écrit Ellen M. Lederer reporter de l’AP.

Selon Marie Okabe, porte-parole adjointe de l’ONU, “le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a déclaré que cette action ‘représente un grave revers pour les opérations humanitaires au Darfour’ et a enjoint le Soudan de revenir sur sa décision.”


Cependant, quand, récemment, Ban Ki-moon a rencontré Paul Kagamé, l’homme fort du Rwanda, il n’a pas réclamé l’arrestation de Kagamé, malgré les conclusions de deux cours pénales internationales qui ont émis des mandats contre les hauts responsables de la République du Rwanda. Au lieu de cela, Ban Ki-moon a fait les éloges de Kagamé, et appelé les pays africains à pourchasser et arrêter les Hutus censés avoir participé au pseudo “génocide” rwandais en 1994.
 

Les organisations non gouvernementales qui ont été chassées du Darfour par le président al-Bashir le 4 mars sont: Oxfam, CARE, MSF-Holland, Mercy Corps, Save the Children, the Norwegian Refugee Council, the International Rescue Committee, Action Contre la Faim, Solidarités et CHF International.
 

Evidemment, les medias occidentaux sont en émoi depuis l’annonce des expulsions du Darfour de ces organisations “humanitaires” lucratives. Les ONG, et les médias qui vendent leurs images poignantes de malheureux bébés, geignent que maintenant des centaines de milliers de réfugiés innocents seront désormais à la merci de tragédies atroces sans pouvoir être secourus – contrairement aux tragédies d’avant où ils pouvaient être secourus – mais ne se soucient pas de savoir, avec un tant soit peu de sérieux et d’honnêteté, pourquoi et comment ces personnes déplacées et ces réfugiés en sont venus au départ à être déplacés ou à se retrouver sans toit.
 

De même qu’ils ne se soucient pas de tout cet argent qui est dépensé, des coopérations entre services secrets, des contrats, et de la collaboration avec des agences militaires privées ou gouvernementales.


Les grandes ONG “humanitaires” (ainsi que les ONG pour la “préservation de la nature”) fonctionnent exactement comme des multinationales axées sur les profits privés massifs et la souffrance humaine.


Dans des pays comme la République Démocratique du Congo, l’Ouganda et le Darfour, ces ONG collaborent activement également, au niveau des infrastructures, de la logistique et des renseignements, au programme gouvernemental et militaire des Etats-Unis dans la région. La plupart sont affiliées aux grandes fondations, à des sponsors privés et à USAID <
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7897>  - association qui elle même collabore étroitement et depuis longtemps aux opérations menées par AFRICOM et le Pentagone.


Les réfugiés et les populations déplacées sont des outils stratégiques des gouvernements et des politiques des affaires étrangères, de même que les ONG “humanitaires” se servent constamment de la nourriture comme arme et des populations comme boucliers humains.


L’histoire de la guerre secrète des Etats-Unis au Sud-Soudan fourmille d’exemples où l’Armée populaire de libération du Soudan <
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_populaire_de_lib%C3%A9ration_du_Soudan>  (la SPLA) et ses alliés “humanitaires”, en particulier les organisations “caritatives” chrétiennes, ont commis ces crimes de guerre et ces crimes contre l’humanité (*).
 

Care International a reçu des dons de la part de Lockheed Martin Corporation <http://fr.wikipedia.org/wiki/Lockheed_Martin_Corporation>  , le premier producteur mondial d’armes de destruction massive et le plus secret, et “Care” et “Save the Children” sont toutes deux liées par d’autres biais aux industries de l’armement et d’extraction de minerai. Si on jette un coup d’œil sur le conseil d’administration <http://www.savethechildren.org/about/board.html>  de “Save the Children”, on comprend pourquoi les médias américains mentent autant sur le Darfour. De la même façon l’International Rescue Committee
<
http://fr.wikipedia.org/wiki/International_Rescue_Committee>  (IRC) ne travaille pas avec les réfugiés mais sert de groupe de pression pour faire revenir en occident les fonds privés investis par l’occident. L’IRC a également été cité pour avoir participé à des interventions militaires en RDC et il est très lié à des gens comme Henry Kissinger.


L’industrie de l’aide (lisez: “du malheur”) humanitaire au Soudan était représentée au milieu des années 90 par Operation Lifeline Sudan (OLS) <http://en.wikipedia.org/wiki/Operation_Lifeline_Sudan>  , le regroupement d’associations soi-disant “humanitaires” le plus important au monde, figurant une forme d’inégalités organisées, un système temporaire et mobile de privilèges de Blancs, de l’aventurisme et bien sûr de la bonne volonté (sic).
 


L’industrie du malheur



s’est désintéressée du Sud Soudan pour s’occuper du Darfour à la suite de l’organisation de la signature d’un pseudo “traité” de paix mettant un terme à la guerre qui durait depuis des dizaines d’années entre la SPLA (Armée populaire de libération du Soudan) et le gouvernement soudanais; les Etats-Unis et Israël soutiennent la SPLA depuis 1990.
 

Ces 12 ans de conflit de faible intensité secret et illégal au Soudan se sont terminés par la création de l’état souverain indépendant du Sud-Soudan vers 2005 – un état sous contrôle de groupes religieux chrétiens et juifs et de multinationales occidentales.
 

Une grande partie des infrastructures de l’aide humanitaire au Soudan a, à un moment ou à un autre, été utilisée comme arme grâce à l’utilisation de boucliers humains, la distribution de vivres aux réfugiés inséparables des rebelles, et l’acheminement d’armes effectués par les ONG “humanitaires”.
 

C’est une politique à la fois de circonstance et calculée. Les ONG d’obédience chrétienne ont joué un rôle considérable dans le soutien à l’insurrection secrète menée par les occidentaux au Soudan. Par exemple, la Norwegian People’s Aid (Organisme humanitaire connu sur le terrain sous le gentil sobriquet de “Armée du peuple norvégien”) est une importante ONG qui a été impliquée dans les livraisons d’armes.
 

Au Darfour, le programme du gouvernement américain est de prendre le contrôle des ressources naturelles et d’acculer le gouvernement arabe pour mettre enfin en place un gouvernement plus “conciliant” qui correspondra aux intérêts privés des Etats-Unis, du Canada, de l’Europe, de l’Australie et d’Israël.


Parmi les groupes de réflexion (entendez: de propagande, de lobbying et de pression) qui tirent les ficelles pour déstabiliser le Soudan, il y a: Foundation for the Defense of Democracy, Center for American Progress, Center for Security Policy, International Rescue Committee et International Crises Group.

Ce sont des personnes apparemment d’horizons politiques et idéologiques divers qui sont à la tête de ces organismes, des groupes capitalistes ultranationalistes avec pour objectif la domination militaro-économique mondiale.


Parmi les anciens hauts responsables de Bill Clinton qui se sont évertués à déstabiliser le Soudan, il y a Susan Rice, Madeleine Albright, Roger Winter, Prudence Bushnell, Hillary Clinton, John Podesta, Anthony Lake et John Prendergast.
 

Samantha Power la cofondatrice de Carr Center for Human Rights (*), actuellement au conseil de sécurité nationale d’Obama, a, quant à elle, contribué à couvrir l’engagement militaire clandestin au Soudan.

John Prendergast, lui, organisait la désinformation sous couvert de préoccupations humanitaires grâce à l’”International Crisis Group” (ICG), et à ses nombreux clones comme “ENOUGH”, “ONE” et “RAISE HOPE FOR CONGO”.


Prendergast est un des principaux responsables de l’opération de détournement d’attention de l’opinion publique grâce au mouvement hypocrite (aujourd’hui discrédité) “Save Darfur” (”Urgence Darfour”).



Parmi les importants agents
de désinformation sur le Soudan,


on trouve également Alex de Waal et le professeur Eric Reeves de Smith College.

C’est par leur intermédiaire et par celui d’autres informateurs des grands médias privés que l’histoire du “génocide” au Soudan est colportée comme étant un problème entre Noirs et Arabes qui n’a rien à voir avec les intérêts occidentaux.


En 1992, Rakiya Omaar et Alex de Waal, deux enquêteurs sur les droits humains fondaient à Londres l’ONG African Rights.


En août 1995, African Rights publiait: “le Rwanda: la mort, le désespoir, et la provocation”, un de ces nombreux articles fondamentaux sur les “droits de l’homme” qui mentaient sur la situation au Rwanda, préparaient le terrain pour la justice de vainqueur au tribunal pénal international sur le Rwanda et commençaient le processus de déshumanisation de millions de Hutus destiné à couvrir les véritables terroristes: Yoweri Museveni, Paul Kagamé, l’Armée patriotique Rwandaise et leurs soutiens occidentaux.


L’homme de la situation
pour un nouveau Soudan

 

L’atout majeur des services secrets qui œuvrait sur le terrain au Soudan à déstabiliser et renverser le gouvernement du Soudan, c’est Roger Winter, dont est paru le portrait mensonger dans un reportage de 7 pages du New York Times Magazine du 15 juin 2008.


Il est intéressant de noter que l’article “l’homme de la situation pour un nouveau Soudan”, œuvre de mystification de l’establishment destinée à camoufler l’engagement du duo armée /services secrets américains au Soudan, a été écrit par Eliza Griswold, membre deNew America Foundation, groupe de réflexion de gauche et lobby à l’idéologie mal définie mais de tendance nationaliste militariste, toutefois. (la NAF, qui dépend, de toute évidence, des crédits alloués aux fondations, n’a apparemment pas de programme tangible sur les Grands Lacs africains ou la Corne d’Afrique, des conflits dont l’association ne parle absolument pas).


“Quand, le jour de Pâques, le Cessna de Roger Winter s’est posé près de la ville soudanaise d’ Abyei, une foule d’hommes désespérés ont envahi l’avion”, raconte Griswold.


“Certains arrivaient en courant sur la piste d’atterrissage rouge et cahoteuse. D’autres s’entassaient dans un minibus qui fonçait vers Winter, cet homme de 65 ans, au moment où il descendait la passerelle de l’avion. Certains Soudanais appellent Winter “Tonton” d’autres “Commandant”.


Le poste spécial de Winter au Département d’Etat avait été créé exprès pour lui et pour son “travail” au Soudan. Pourquoi les Soudanais l’appelaient-ils donc “Commandant” ?
 

Roger Winter est l’intermédiaire principal servant à la déstabilisation secrète en cours au Soudan. Ses opérations sont essentiellement menées depuis l’Ouganda, le gouvernement terroriste d’Yoweri Museveni qui apporte son soutien grâce à l”alliance des “Forces de Défense ougandaises” (l’UPDF, Uganda Peoples Defence Force) avec l’Armée populaire de libération du Soudan - la SPLA).

La SPLA est de fait la clé de voûte de l’Armée de Libération du Soudan, une des prétendues factions principales engagées au Darfour; la SPLA fournit l’aide militaire et logistique du Pentagone à l’Ouganda par le biais de différentes filières secrètes, mais qui très vraisemblablement, passe par les états voisins clients du Pentagone tels l’Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie, le Tchad et l’Erythrée.


Les principaux agents ougandais qui soutiennent la guerre US au Darfour ont toujours été et sont encore le Brigadier Général James Kazini, neveu du dictateur ougandais Museveni et commandant en chef de l’UPDF, le général Salim Saleh, demi-frère de Museveni, et le président Yoweri Museveni lui-même.
 

Un des principaux protagonistes dans le conflit du Darfour est l’actuel régime militaire du Rwanda, dont les troupes ont été engagées au Darfour sous couvert d’une opération “indépendante” de “maintien de la paix” chapeautée par l’Union Africaine, l’organisme de “maintien de la paix” – et soutenue par l’OTAN et les des sociétés militaires privées.


Peu connu et souvent très mal compris est le rôle qu’ont joué les Etats-Unis et leurs armées par procuration, l’UPDF et l’Armée patriotique Rwandaise (APR), dans les innombrables crimes contre l’humanité, les crimes de guerre et le génocide au Rwanda entre 1990 et 1994.
 

Avant l’invasion du Rwanda par l’APR (venu de l’Ouganda) en octobre 1990, l’APR et la Diaspora Tutsi Rwandaise diffusaient des périodiques comme “Impuruza” imprimés aux Etats-Unis entre 1984 et 1994 (date à laquelle était renversé par l’APR Habyarimana, le président rwandais, à la suite d’un coup d’état). Les réfugiés Tutsis s’en remettaient à Roger Winter, qui était à l’époque directeur du comité américain pour les réfugiés (United States Committee for Refugees), pour recevoir des aides pour financer leur journal.

Le rédacteur en chef, Alexander Kimenyi, est un ressortissant rwandais qui enseigne à l’université d’état de Californie. Comme la plupart des publications de l’APR, Impuruza circulait sous le manteau au Rwanda parmi les élites Hutus et Tutsis et préconisait une idéologie génocidaire à l’encontre des Hutus.

L’”Association of Banyarwanda in Diaspora USA”, soutenue par Roger Winter, avait organisé à Washington en 1988 la Conférence Internationale sur le Statut des Réfugiés (Tutsis) Banyarwanda”, et c’est à cette occasion qu’il avait été opté pour une solution militaire au problème des Tutsis. C’est le comité américain pour les réfugiés qui aurait, dit-on, fourni l’hébergement et le transport.
 

Roger Winter a été l’un des principaux architectes de la guérilla menée par l’APR, et organisée depuis Washington en 1989, et qui s’est soldée, à partir de 1990, par la mort de plus de 10-12 millions de personnes dans la région des Grands Lacs d’Afrique. Winter servait de porte-parole à l’Armée Patriotique Rwandaise et à ses alliés, et, à ce titre, passait dans les grands médias télévisés américains comme PBS ou CNN.


Philip Gourevitch, l’écrivain new-yorkais, et Roger Winter avaient pris contact, au nom de l’APR, avec les grands journaux américains, en particulier le Washington Post, le New York Times et Time magazine.

Winter circulait au Rwanda au cours de l’invasion de l’APR, faisant le tour des différents fronts de la guerre secrète en qualité d’émissaire prépondérant du Pentagone et du Département d’Etat américain en collaboration avec l’alliance terroriste Kagamé-APR.


Entre 1990 et 1994, Winter avait effectué des allers-retours entre la zone contrôlée par l’APR et Washington, où il rendait compte des actions qui avaient été menées et coordonnait les opérations avec les hauts responsables de l’armée, des services secrets et du gouvernement américains.


Roger Winter est proche d’USAID, et collabore depuis longtemps avec Susan Rice, ancienne assistante du Sous Secrétaire d’état aux affaires africaines (1997-2001), assistante spéciale du Président Clinton (1995-1997), et membre du Conseil de Sécurité nationale (1993-1997).
 

Susan Rice est aujourd’hui ambassadrice du gouvernement Obama aux Nations Unies et ennemie jurée d’Omar al-Bashir.
 

Roger Winter est également un fervent partisan du député Donald Payne, un des principaux démocrates qui poussent à “mettre un terme au génocide au Darfour”.


C’est Payne qui avait présenté au Congrès le projet de loi “Darfur Genocide Accountability Act” (projet non adopté, qui visait, entre autres, à imposer des sanctions contre les auteurs de crimes contre l’humanité et le génocide au Darfur, Soudan, NDT) et qui avait été arrêté en 2001, en même temps que John Eibner, directeur de Christian Solidarity International (”association internationale de solidarité chrétienne”), pour avoir manifesté contre le gouvernement soudanais.


Christian Solidarity International a un rapport très spécieux à la “paix” et à la “religion” au Soudan, et elle a fait partie, en particulier, des principales organisations à accuser le gouvernement d’al-Bashir d’esclavagisme, une question vivement contestée et controversée qui avait été montée en épingle et orchestrée par les ONG chrétiennes et juives et les organisations missionnaires comme Christian Solidarity International, Samaritan’s Purse, Servant’s Heart, and Freedom Quest International qui opèrent au Soudan.


“Roger Winter dirigeait les services de logistique des Tutsis (de l’APR) dès le milieu des années 90″, explique Remigius Kintu, spécialiste des droits de l’homme en Ouganda, “et jusqu’à leur victoire en 1994, ils opéraient depuis le 1,717 Massachusetts Avenue NW à Washington.


Roger Winter a annoncé à un exilé (nom supprimé) du Sud Soudan à l’époque (en 1994): “Maintenant que j’ai stabilisé le Rwanda, je vais maintenant m’occuper sérieusement du Soudan”. A la suite de cela, Winter a baissé le rideau au Rwanda pour s’installer à Kampala afin de s”occuper du Soudan”.

Quelques années plus tard, le Darfour explosait et grâce aux manigances de Winter, c’est le Rwanda qui a été le premier à envoyer des troupes dans cette zone perturbée.


D’après mes sources, les Forces de Défense rwandaises (chapeautées par l’ Union Africaine) ont assassiné des civils et fait venir leurs spécialistes des médias pour faire porter le chapeau aux troupes gouvernementales soudanaises.

C’est le même procédé qui a été employé dans la campagne de terreur de Kagamé et de Museveni en Ouganda, au Rwanda et en RDC. La majorité des campagnes de terreur lancées par les forces armées alliées (Forces de Défense ougandaises / APR) au Rwanda en 1990 ont été étouffées par les conseillers spéciaux de Human Rights Watch, Alison Des Forges <http://fr.wikipedia.org/wiki/Alison_Des_Forges>  (décédée en février 2009) et Timothy Longman, maître de conférences en études africaines et sciences politiques au Vassar College (état de New York).


De la même façon, pendant toute la durée de la longue guerre au Sud Soudan et maintenant au Darfour, les atrocités commises par les factions soutenues par les US ont été minimisées, rejetées ou tues, alors que celles qui étaient commises par les factions adverses étaient amplifiées et faisaient la une des médias. Egalement, si on considère la stratégie des activités criminelles de l’alliance Forces de Défense ougandaises (UPDF) / APR (tels que les massacres commis secrètement et / ou attribués à l’ennemi) pour lesquelles il y a actuellement toute une documentation, et en l’absence d’enquête vraiment indépendante, on ne peut pas affirmer qui sont les véritables auteurs de ces massacres toujours attribués au gouvernement soudanais ou aux milices “Janjawid”.


Un expert soudanais du sud m’a récemment expliqué que ce n’était pas le gouvernement soudanais mais, en fait, l’UPDF et la SPLA qui armaient les Janjawid -ces prétendues “milices arabes” accusées d’avoir perpétré le génocide “arabes contre noirs” (génocide qui a largement été dénigré depuis).

C’est le professeur Timothy Longman et Alison Des Forges qui ont rédigé ensemble l’énorme traité sur le “génocide” au Rwanda, “Ne laisser à personne le soin de raconter l’histoire”, publié en 1999. Longman et Des Forges ont produit de nombreux documents, fondés sur des enquêtes de terrain réalisées au Congo (Zaïre), au Rwanda et au Burundi entre 1995 et 2008, présentés triomphalement comme un rapport sur les droits humains indépendant et objectif, mais toujours faussés par des intérêts occultes.


Longman et Des Forges entretenaient tous deux des relations avec le Département d’état américain, Le Conseil de sécurité national et le Pentagone, tous deux étaient conseillers à USAID, et ont sans aucun doute travaillé avec Roger Winter, l’arme secrète du Pentagone au Soudan.


Le 25 septembre 2008, un cargo ukrainien était capturé par des “pirates” au large des côtes de la Somalie et était retenu jusqu’à ce que soit versée, le 5 février 2009, une rançon d’un montant de 3,2 millions de dollars (les pêcheurs somaliens, privés de leurs droits à cause des déchets toxiques - peut-être même nucléaires - déversés par les compagnies internationales au large de la Somalie sont qualifiés de “pirates” quand ils luttent pour leurs droits et leurs libertés).
 


Le cargo MV Faina,


enregistré au Belize, appartenant à une société enregistrée au Panama, avec à son bord un équipage ukrainien.


Le Faina, qui transportait 33 chars d’assaut T-72 de conception soviétique, mais aussi 150 lance-roquettes RPG-7, des batteries anti-aériennes, des lance-roquettes multiples et des munitions, faisait route vers le port kényan de Mombasa, la principale base américaine sur la côte orientale africaine.

La 5° Flotte de la marine américaine a surveillé le cargo ukrainien pendant les quatre mois d’impasse, le cargo MV Faima <http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/le-mv-faina-libere-par-les-pirates-somaliens_739180.html?xtor=RSS-186>  ayant été immobilisé par au moins six navires de guerres américains et 4 européens.
 

Le propriétaire du bateau est le ressortissant israélien Vadim Alperin (alias Vadim Oltrena Alperin), qui serait, dit-on, un agent du Mossad impliqué dans des activités souterraines grâce à des sociétés de façade dans des paradis fiscaux et au blanchiment d’argent sale.


La cargaison du navire a été déchargée à Mombassa le 12 février et les armes sont destinées à Juba, au Sud-Soudan.


Certains disent que l’armement comprenait également des têtes de munitions à l’uranium appauvri pour tanks et qu’ils auraient pour destination finale les “rebelles” du Darfour du mouvement “Mouvement pour la Justice et l’Egalité” (JEM) soutenu par Israël.


Le Soudan avait précédemment accusé Israël d’aider les “rebelles” dans la guerre au Darfour.

Les marchands d’armes internationaux font passer régulièrement des armes de l’”époque soviétique” destiné au crime organisé international, dont, entre autres, les opérations militaires secrètes où participent des armées mercenaires et des gouvernements nationaux au Soudan, en Uganda, au Congo, en Somalie, en Ethiopie, au Kenya et au Rwanda.


Notes annexes

Africom <http://www.africom.mil/indexFrancais.asp>
(*) Carr Center for Human Rights
Harvard’s Humanitarian Hawks <http://www.thenation.com/doc/20070730/hayden>  (article en anglais)

http://libertesinternets.wordpress.com/2009/03/15/un-autre-regard-sur-ce-qui-se-passe-au-darfour/#more-3573

http://bridge.over-blog.org/article-29115222.html

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 07:48
Au Québec aussi, la  



Lundi 2 mars 2009
par L' Aviseur publié dans : De l'avidité d'un Etat prédateur ajouter un commentaire
« Il est plus aisé de forger des mythes que de les dissiper. C’est pourquoi, 60 ans après la création de l’Etat d’Israël, et malgré le travail d’enquête fait par les « nouveaux historiens » israéliens dans les années 1980, bon nombre d’idées martelées par la propagande occidentale ont la vie dure. Tout comme il existe un comique de répétition, il y a un tragique de répétition, tout aussi efficace, basé sur le mensonge »*http://www.librairie.resistances.com

Il faut dire que dans le domaine de la formation des mythes et de la désinformation, ou encore, de la propagande, Israël est passé maître (…). 

Voici comment procède la machine de propagande d’Israël : 

1.Définir les termes du débat pour remporter le débat.

Très tôt, les Israéliens ont travaillé à définir le contexte, le point de départ et la ligne éditoriale qui fourniraient le corps du discours pour comprendre une guerre. Dans le cas qui nous concerne (la guerre de Gaza en 2009), ils réussirent, par un martelage incessant, à établir la notion que le point de départ de cette guerre a été le 19 décembre, fin de la trêve de six mois. Israël l’a qualifiée de décision unilatérale du Hamas. Les Israéliens ne disaient évidemment pas qu’ils l’avaient eux même violée, en novembre 2008, en refusant d’honorer leur engagement de rouvrir les points de passage de Gaza. Ils ne disaient pas non plus qu’ils avaient réduit Gaza en une dépendance, processus commencé il y a longtemps et poursuivi après leur retrait en 2005. Parce qu’ils savent que la plupart des Américains ne suivent pas de près l’évolution du conflit et qu’ils sont enclins à les croire (…), cette tactique de définition préemptive et de répétition fonctionne parfaitement.

2.Reconnaître l’œuvre des stéréotypes.

Parce que, pendant des générations, le conflit israélo-palestinien a baigné dans des images culturelles positives pour Israël et des stéréotypes négatifs pour les Palestiniens, les propagandistes israéliens ont joué sur du velours. Parce que le conflit a toujours été vu comme « l’humanité d’Israël confrontée au problème palestinien », la couverture médiatique de tout conflit a toujours commencé par la question de savoir « comment le problème » affecte le peuple israélien. Comme le disait Golda Meir, « nous pouvons pardonner aux Arabes de tuer nos enfants, nous ne pourrons jamais leur pardonner de nous forcer à tuer les leurs ». Et ainsi, il n’y avait rien d’étonnant à ce qu’en dépit des souffrances disproportionnées infligées aux Palestiniens, les médias essayent d’ « équilibrer » les reportages en donnant un traitement extensif, photos à l’appui, de l’angoisse et de la peur des Israéliens et de l’impact de la guerre sur leur vie. En comparaison, lorsque la couverture médiatique était vitale, les Palestiniens en général étaient réduits, comme toujours, à de simples nombres ou choséïfiés « comme dommages collatéraux ».

3.Anticiper et profiter des bévues de vos adversaires.

Les erreurs du Hamas ont aidé la stratégie d’Israël. L’Etat hébreu espérait que le Hamas lancerait des roquettes et le menacerait pour en tirer profit auprès de l’opinion occidentale. Ce fut un avantage pour sa propagande.

4.Etre omniprésent et dire la même chose - et s’assurer que les adversaires sont aussi invisibles que possible.

Israël commence toujours ses guerres en déployant un nombre incalculable de porte-parole parlant anglais (beaucoup, nés en Occident) disponibles à tout moment et pour tout média (rien d’étonnant ainsi qu’il ait un Consul Général « Arabe » à Atlanta, là où officie CNN). Le travail de ces porte-parole, présents partout aux Etats-Unis, est une garantie de succès pour sa propagande. Parallèlement, Israël empêche tout accès médiatique à Gaza, n’autorisant de journalistes occidentaux que dans la zone de guerre sous contrôle des forces armées israéliennes. Israël peut ainsi moduler chaque aspect de leurs reportages et interdire toute enquête indépendante sur les horreurs perpétrées à Gaza.

5.Ne rien lâcher.

 Puisque une grande partie des reportages est déterminée par ce que disent ou font les hommes politiques, l’appareil politique à Washington est mis sous pression. Il doit s’assurer que la Maison Blanche et le Congrès ne s’écartent pas de la ligne prévue. Les communiqués du Congrès reflètent, en conséquence, ces prises de position. C’est ainsi que les discours des porte-parole d’Israël, des commentateurs politiques et lesdits communiqués se font écho les uns les autres.

6.Nier, nier, nier.

Quand les évènements et la réalité parviennent à contredire la relation des faits donnée par Israël, que des reportages paraissent contredisant la version imposée, la machine de propagande travaille sans relâche, niant, niant, niant, (disant effrontément : « Qui croyez vous : vos yeux qui vous mentent ou moi ?). Elle concocte une contre-histoire qui déplace la responsabilité du blâme (« Nous n’avons pas fait cela, ils nous ont forcés). De cette manière, la mort de civils palestiniens est toujours la faute de quelqu’un d’autre ou alors les reporters ou leurs adversaires mettent en scène des images de douleur (comme pour dire « Les Arabes ne pleurent pas comme nous pleurons »).

7.Le dernier refuge… Quant tout a failli, on met le doigt sur quelques actes outrageants d’anti-sémitisme, les généralisant, suggérant que c’est ce qui motive les critiques. Cela blesse, mais même si cela a trop été utilisé, cela réduit au silence ou met les esprits critiques sur la défensive. 

http://www.huffingtonpost.com/james-zogby/how-israels-propaganda-ma_b_156767.html
___________
*président-fondateur de l’Arab American Institute
Bulletin des Amitiés Franco-Irakiennes du 1er mars 2009.



http://www.marcfievet.com/article-28524755.html




VIDEO] Aymeric Chauprade riposte ! Version imprimable Suggérer par mail
Publié le 25 février 2009

A
ymeric Chauprade, l'éminent géopolitologue banni du Collège Interarmées de Défense sur ordre du ministre Morin répond en exclusivité à soutien-chauprade.com. 

Jusqu'à quand les journalistes français feront-ils le black-out sur cette affaire ?

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 23:52



Chers lecteurs,

Juste quelques mots pour vous dire qu'une fois de plus, FR2-télé-sioniste-au-service-de-Sarkozy-et-de-l'Empire a dépassé les limites : Il se sert d'une chaîne publique, donc de l'argent des contribuables,  afin de faire de la propagande pour le gouvernement;  C'est un détournement des fonds publics au service de l'oligarchie financière qui écrase les peuples !

J'ai regardé le dernier Mots Croisés du 26 janvier 2009 d'un oeil, mais j'ai constaté que comme d'habitude le débat était un faux débat, avec des personnes presque toutes du même bord, et deux syndicalistes, l'un, celui de la CFDT, choisi parce qu'il collabore avec le gouvernement, et donc avec un discours presque consensuel, l'autre, celui de Sud-Rail, sans doute parce qu'il a un look (cheveux et barbes longs) a faire frémir la France profonde et parce qu'il s'exprime mal, de façon empruntée, hésitante, face aux professionnels de la parole. Autant dire que le pseudo débat tourne à la gloire du gouvernement, d'autant qu'ensuite, le deuxième sujet est conçu de telle sorte qu'il met en valeur les intentions de Sarkozy en matière de contrôle des rémunérations des grands patrons, pour calmer l'ardeur revendicatrice des Français. En clair : "Français, ne manifestez pas contre le gouvernement, il travaille pour vous". En oubliant de dire que les annonces médiatisées de Sarkozy sont rarement suivies d'effets, qu'elles sont de la poudre aux yeux, et qu'en définitive elles finissent toujours par consolider le Grand Capital qui broie les peuples.

Cette seconde partie est en définitive destinée à désamorcer la colère des Français, en leur faisant croire que le gouvernement travaille en leur faveur, en faveur de la Justice sociale. 

Pire encore : Fort judicieusement, la Direction de FR2-télé propagande, qui doit chaque jour veiller à ce que chaque information serve en définitive les intérêts du gouvernement et de ses amis, programme un "Expression Directe" consacré à l'UMP, titre : "Ensemble pour faire gagner la France". Quelques minutes pour démontrer que Sarkozy travaille pour les Français, qu'il tient ses promesses, que ses mesures vont dans le bon sens, et notamment celui de la Justice sociale. On se croirait revenus à la Campagne présidentielle, avec les mêmes slogans, les mêmes images, la même musique, de la propagande pure...

Bref, du début à la fin, du lavage de cerveau en faveur d'une idéologie, celle de l'ultra-libéralisme, et le tout sous couvert d'information, de débat, de pluralisme.

La France des Droits de l'Homme est confisquée par un clan, essentiellement néo-sioniste, au service de ses intérêts et de ceux de ses amis. L'information est une masacarade, une imposture, nous sommes obligés de subir une télévision que Berlusconi lui-même ne renierait pas.

FR2 ? La télé poubelle dans toute sa splendeur. Je vous conseille de lui réserver le sort qu'elle mérite : La poubelle. En la boycottant, au nom de la France, de la liberté, de la démocratie. En écrivant à ses promoteurs, pour leur dire tout le mépris qu'ils nous inspirent.

Eva

NB :  Mots Croisés est animée par Yves Calvi, à qui l'on doit l'émission quotidienne de faux débats C dans l'Air. Aujourd'hui, par exemple, quatre libéraux bon teint, toujours les mêmes, étaient invités à débattre du mouvement de grève du lendemain :  Christophe Barbier, le directeur du libéral l'Express, des spécialistes des Instituts de Sondages tous au service du gouvernement, etc. Quatre libéraux pour débattre de la France qui souffre du libéralisme et manifeste contre lui ! Dois-je vous faire un dessin ???

TAGS : Mots croisés, médias, Yves Calvi, C dans l'Air, FR2, télé communautariste, néo-sioniste, libéralisme, grèves, Droits de l'Homme, UMP, Sarkozy, Expression Directe, Sud-Rails, Syndicats, CFDT, Berlusconi, télé-poubelle, Christophe Barbier, l'Express, Instituts de sondage.




___________________________________________________________________________


Etats généraux de la presse :
'Ça n'est qu'une partie
de la réponse'

LeMonde.fr LeMonde.fr


Dans son discours de clôture des états généraux de la presse, vendredi 23 janvier,
Nicolas Sarkozy a annoncé une série de mesures en faveur du secteur, pour un coût total de 600 millions d'euros sur trois ans. La ministre de la culture, Christine Albanel, souligne que les propositions des groupes de travail des états généraux sont 'très largement suivies' et voit dans ces annonces 'un plan extrêmement complet'. Un point de vue réfuté par Dominique Candille, secrétaire générale du SNJ-CGT: 'Ça n'est qu'une partie de la réponse.' Son syndicat considère que cette intervention était principalement adressée aux éditeurs. 'Les mesures en faveur des journalistes sont bien moins concrètes' regrette-t-elle. Lire la suite l'article

De leurs côtés, les éditeurs saluent l'engagement de l'Etat. Alain Metternich, président de la Fédération nationale de la presse française (éditeurs), a salué 'des engagements d'investissements (...) non négligeables'. Les diffuseurs, au centre du dispositif d'aides, sont pour leur part satisfaits des décisions de Nicolas Sarkozy. Rémy Pfimlin, directeur général des NMPP (principale société de distribution de presse) considère que 'l'impulsion donnée par le président de la République va [leur] permettre d'aller plus loin'. Les ouvriers du Livre, représentés par Michel Muller, secrétaire général de la Filpac-CGT, restent vigilant : 'L'idée d'un nouveau contrat social ne nous fait pas peur [mais] le tout est que les choses soient bien cadrées.'


La plupart des participants aux états-généraux de la presse considèrent que leurs recommandations ont été suivies. A l'exception de François Dufour, rédacteur en chef de Mon Quotidien et président du pôle presse et société des états généraux, 'déçu' que Nicolas Sarkozy n'ait gardé qu'une seule des 'recommandations phares' de son groupe de travail : la charte de déontologie.


L'idée de proposer un abonnement gratuit à un quotidien aux jeunes de 18 ans divise. Didier Quillot, président du directoire de Lagardère Active, considère que c'est 'une très bonne idée pour faire aimer la presse quotidienne aux jeunes'. Bruno Frappat, président du directoire de Bayard presse est plus sceptique : 'Il y a déjà beaucoup de culture de la gratuité dans cette génération, je ne suis pas sûr qu'il faille en rajouter une louche.'

 

 
 
 
Etats généraux de la presse, ça n'est qu'une partie de la réponse

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 03:54




Depuis la guerre du Vietnam où les US avaient appris à leur dépens toute l'importance de la médiatisation d'un conflit, en passant par celles de l'Irak où les armées déployaient leur propre service de Presse pour fournir en images les TV du monde, jusqu'à Israël qui interdit publiquement la présence des Reporters lors de sa dernière opération sur Gaza, "plomb durcit",
 nous assistons à une pratique de plus en plus élaborée dite "L'Info-Guerre".

 

L'Info-Guerre relève d'une philosophie introduite dans la conduite des hostilités par les centres de réflexion Anglo-Saxon, tendance néo-conservatrice, afin de régenter les perceptions collectives des manoeuvres guerrières.

 

Sans aborder le fait que les ennemis avérés des pratiques colonialistes d'un certain nombre de gouvernements occidentaux, ces derniers étant toujours prêts à justifier leur prédation par un risque et une lutte contre le terrorisme, sont au fait de ces évolutions et s'y conforment allégrement eux-mêmes, nous pouvons déceler que l'hémisphère Nord poursuit en sous-main, à travers ce qu'il faut bien appeler la propagande, l'établissement sur la planète d'une dictature à la fois financière, économique, culturelle qui ne veut pas dire son N.O.M. : le nouvel ordre mondial.


Au point que les opérations militaires nouvelles ayant vues le jour ces trente dernières années sont classées comme des opérations de service d'ordre (Afganisthan, Gaza, Georgie, Kosovo...) aux frontières d'un Empire Romain Moderne qui, là encore, ne veut pas dire son N.O.M. !


"Images en guerre, guerre des images", voilà ce que cache la manipulation des perceptions collectives de la pratique guerrière occidentale : le propagandisme en vu d'un Super-Etat planétaire.

L'électronique n'est donc pas entré dans nos vies par hasard...  pas plus que la TV.    




Voir la vidéo : cliquez ...

VIDEO  : Une superbe vidéo de jmarc2006.rueblog.fr

http://www.come4news.com/gaza-la-presquguerre-673916#comment-50069


De jmarc2006 aussi :

SARKOZY & BUSH complotent contre leurs populations ?
3610 vues
Plus de 600 centres d'internement de civils laissés vides et construits aux USA par les gouvernements successifs ces 12 dernières années, des milliers de wagons de prisonniers... L'élite US se prépare t'elle a





A voir aussi :


http://www.dailymotion.com/jmarc2006



Regardez comment les médias vous manipulent  :

http://www.dailymotion.com/bookmarks/jmarc2006/video/x6s2qt_regardez-comment-les-medias-vous-ma_news
Partager cet article
Repost0
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 04:30
 

Combien de divisions ?
publié le dimanche 11 janvier 2009

Uri Avnery 

Dans cette guerre, comme dans toute guerre moderne, la propagande joue un rôle majeur. La disparité entre les forces, entre l’armée israélienne – avec ses avions, ses hélicoptères de combat, ses drones, ses navires de guerre, son artillerie et ses tanks – et les quelques milliers de combattants du Hamas légèrement armés, est peut-être de un à un million. Sur le plan politique, le fossé entre eux est encore plus grand. Mais en termes de propagande de guerre, le fossé est presque infini

C’est la description qui serait faite dans les livres d’histoire aujourd’hui – si les Allemands avaient gagné la guerre.


Absurde ? Pas plus que les descriptions quotidiennes dans nos médias, qui répètent ad nauseam : Les terroristes du Hamas utilisent les habitants de Gaza comme "otages" et exploitent les femmes et les enfants comme "boucliers humains", ils ne nous laissent aucune alternative que de procéder à des bombardements massifs, dans lesquels, à notre grand regret, des milliers de femmes, d’enfants et d’hommes désarmés sont tués et blessés.


DANS CETTE GUERRE, comme dans toute guerre moderne, la propagande joue un rôle majeur. La disparité entre les forces, entre l’armée israélienne – avec ses avions, ses hélicoptères de combat, ses drones, ses navires de guerre, son artillerie et ses tanks – et les quelques milliers de combattants du Hamas légèrement armés, est peut-être de un à un million. Sur le plan politique, le fossé entre eux est encore plus grand. Mais en termes de propagande de guerre, le fossé est presque infini.


Presque tous les médias occidentaux ont au début répété la ligne de propagande officielle israélienne. Ils ont presque entièrement ignoré la version palestinienne de l’histoire, et n’ont fait aucune mention des manifestations quotidiennes du camp de la paix israélien. La raison avancée par le gouvernement israélien ("l’Etat doit défendre les citoyens contre les roquettes Qassam") a été acceptée comme la pure vérité.

L’autre version, selon laquelle les lancements de Qassam sont des représailles pour le siège qui affame le million et demi d’habitants de la bande de Gaza, n’a pas du tout été mentionnée.


C’est seulement quand les horribles scènes venant de Gaza ont commencé à être montrées sur les écrans des télévisions occidentales, que l’opinion publique mondiale a commencé à changer.


Certes, les chaînes occidentales et israéliennes n’ont montré qu’une toute petite partie des événements meurtriers qui apparaissent 24 heures sur 24 chaque jour sur la chaîne arabe Al Jazira, mais une photo d’un enfant mort dans les bras de son père terrifié est plus forte qu’un millier de phrases bien structurées du porte-parole de l’armée israélienne. Et c’est ce qui est décisif à la fin.


La guerre, toute guerre, est le royaume des mensonges. Si on en appelle à la propagande ou à la guerre psychologique, tout le monde accepte l’idée qu’on a le droit de mentir pour son pays. Celui qui dit la vérité prend le risque d’être traité de traître.

L’ennui est que c’est pour celui qui la porte lui-même que cette propagande est la plus convaincante . Et après, vous vous convainquez qu’un mensonge est la vérité, vous falsifiez la réalité, et vous ne pouvez plus prendre de décisions rationnelles.


Un exemple de ce processus entoure l’atrocité la plus choquante de cette guerre : le bombardement de l’école de l’ONU Fakhura dans le camp de réfugiés de Jabaliya.

Dès après que l’événement a commencé à être connu dans le monde, l’armée a "révélé" que des combattants du Hamas avaient tiré des obus de mortier depuis l’entrée de l’école. Pour preuve, ils ont fourni une photo aérienne qui montrait en effet l’école et le mortier. Mais peu de temps après, le menteur officiel de l’armée admettait que la photo datait de plus d’un an. En bref : une falsification.


Par la suite, le menteur officiel a déclaré que "nos soldats étaient ciblés de l’intérieur de l’école". Il fallut à peine un jour pour que l’armée soit obligée d’admettre vis-à-vis d’un agent de l’ONU que c’était un mensonge aussi. Personne n’a tiré de l’intérieur de l’école, et aucun combattant du Hamas ne se trouvait dans l’école, qui était pleine de réfugiés terrifiés.


Mais cette reconnaissance n’avait plus vraiment d’impact. Entre temps, les Israéliens avaient été complètement convaincus qu’"ils tiraient de l’intérieur de l’école", et les présentateurs de télévision avaient annoncé cela comme un fait.


Il en va de même pour les autres atrocités. Chaque bébé est transformé, en mourrant, en terroriste du Hamas. Chaque mosquée bombardée devient instantanément une base du Hamas, chaque immeuble d’habitation une cache d’armes, chaque école un poste de commande terroriste, chaque bâtiment du gouvernement civil un "symbole de l’administration Hamas". Ainsi l’armée israélienne garde sa pureté et reste "l’armée la plus morale du monde".


LA VÉRITÉ est que les atrocités sont le résultat direct du plan de guerre. Il reflète la personnalité d’Ehoud Barak – dont le mode de pensée et les actions sont ce que l’on appelle "alinéation morale", un trouble sociopathe.


L’objectif réel (A part gagner des sièges aux prochaines élections) est de mettre fin au gouvernement Hamas dans la bande de Gaza. Dans l’imagination de ses concepteurs, Hamas est un envahisseur qui a pris le contrôle d’un pays étranger. La réalité est bien sûr toute autre.


Le mouvement Hamas a obtenu la majorité dans des élections éminemment démocratiques qui ont eu lieu en Cisjordanie, à Jérusalem-est et dans la bande de Gaza. Il a gagné parce que les Palestiniens étaient arrivés à la conclusion que l’approche pacifique du Fatah n’avait rien obtenu d’Israël – ni gel de la colonisation, ni libération des prisonniers, ni aucun pas en direction de la fin de l’occupation et de la création d’un Etat palestinien. Le Hamas est profondément enraciné dans la population – pas seulement comme mouvement de résistance qui lutte contre l’occupant étranger, comme l’Irgun et le groupe Stern dans le passé – mais aussi comme organisation politique et religieuse qui fournit des services dans les domaines social, éducationnel et médical.


Pour la population, les combattants du Hamas ne sont pas un corps étranger, mais les fils des familles de la bande de Gaza et d’autres régions de Palestine. Ils ne "se cachent pas derrière la population", la population ne les considère que comme ses défenseurs.


Donc, toute l’opération est basée sur de fausse hypothèses. Transformer sa vie en enfer ne conduit pas la population à se soulever contre le Hamas, mais au contraire, à l’unir derrière le Hamas et à renforcer sa détermination à ne pas se rendre. La population de Léningrad ne s’est pas dressée contre Staline, pas plus que les Londoniens ne se sont retournés contre Churchill.


Celui qui donne l’ordre d’une telle guerre avec de telles méthodes dans un territoire si densément peuplé sait qu’il causera des massacres de civils. Apparemment cela ne l’a pas troublé. Ou il a cru qu’"ils changeront de voie" et que "cela engourdira leur conscience" de sorte qu’à l’avenir ils n’oseront plus résister à Israël.


Une autre priorité pour les donneurs d’ordre de la guerre était de réduire au maximum les victimes parmi les soldats, sachant que l’état d’esprit d’une large partie de l’opinion pro-guerre changerait s’il y avait de telles victimes. C’est ce qui est arrivé dans la première et la seconde guerres du Liban.


Cette considération joue un rôle particulièrement important parce que toute la guerre fait partie de la campagne électorale. Ehoud Barak, qui a remonté dans les sondages dans les premiers jours de la guerre, savait que son score chuterait si des images de soldats morts défilaient sur les écrans de TV.


Donc une nouvelle doctrine a été utilisée : pour éviter les pertes parmi nos soldats, tout détruire sur leur passage. Les auteurs de cette idée n’étaient plus seulement prêts à tuer 80 Palestiniens pour sauver un soldat israélien, come c’était le cas, mais 800. L’économie de victimes de notre côté est le commandement premier, qui cause un record du nombre des victimes civiles de l’autre côté.


Cela signifie le choix conscient d’une sorte de guerre particulièrement cruelle – et c’est son talon d’Achille.


Un homme sans imagination, comme Barak (son slogan électoral : "Pas un brave type, mais un leader") ne peut pas imaginer comment les braves gens à travers le monde réagissent aux actions comme l’assassinat de familles entières, la destruction de maisons sur la tête de leurs habitants, les cortèges de garçons et de filles dans leur linceul blanc prêts à être inhumés, les reportages sur les gens qui trouvent la mort au bout de plusieurs jours parce que les ambulances n’ont pas pu arriver à temps, l’assassinat de médecins et d’infirmiers en route pour sauver des vies, l’assassinat de chauffeurs de l’ONU apportant de la nourriture. Les images des hôpitaux, avec la mort, les morts et les blessés étendus ensemble sur le sol par manque de place, ont choqué le monde. Aucun argument n’est assez fort après l’image d’une petite fille blessée gisant sur le sol, se tordant de douleur en criant "Maman ! Maman !"


Les commanditaires de la guerre ont pensé qu’ils arrêteraient la diffusion de ces images en empêchant la couverture de la presse. Les journalistes israéliens, pour notre honte, ont accepté de se contenter des reportages et photos fournis par le porte parole de l’armée, comme si c’était des informations authentiques, alors qu’eux-mêmes restent à des kilomètres du théâtre des événements. D’autre part, les journalistes étrangers n’étaient pas autorisés, jusqu’à ce qu’ils protestent et soient pris, pour des tours rapides dans des groupes sélectionnés et contrôlés. Mais, dans une guerre moderne, un tel point de vue stérile fabriqué ne peut pas complètement exclure les autres – les cameras sont à l’intérieur de la bande de Gaza, au centre du brasier, et ne peuvent pas être contrôlées. Al Jazira diffuse les images au fil des heures et entre dans toutes les maisons.


LA BATAILLE pour l’écran de télévision est une des batailles décisives de la guerre.

Des centaines de millions d’Arabes, de la Mauritanie à l’Irak, plus d’un milliard de musulmans du Nigéria à l’Indonésie voient les images et sont horrifiés. Ceci a un fort impact sur la guerre. Beaucoup de téléspectateurs considèrent les dirigeants d’Egypte, de Jordanie et de l’Autorité palestinienne comme des collaborateurs d’Israël qui commet ces atrocités contre leurs frères palestiniens.


Les services de sécurité des régimes arabes enregistrent une dangereuse tendance parmi les peuples. Hosni Moubarak, le dirigeant arabe le plus exposé parce qu’il est près du passage de Rafah face aux réfugiés terrifiés, a commencé à faire pression sur les décisionnaires de Washington, qui jusqu’à présent ont bloqué tout appel au cessez-le-feu. Ceux-ci commencent à comprendre la menace pour les intérêts vitaux américains dans le monde arabe et ont soudain changé d’attitude. – ce qui a causé la consternation parmi les diplomates israéliens.


Les gens qui sont en état d’aliénation morale ne peuvent pas comprendre les motivations des gens normaux et deviner leur réactions. "Combien de divisions a le Pape" ironisa Staline. "Combien de division ont les gens de conscience ?" pourra demander Ehoud Barak.


Comme c’est en train d’advenir, ils en ont. Pas nombreuses. Pas très rapides de réaction. Pas très fortes et organisées. Mais, à un certain moment, quand les atrocités dépassent les bornes, et que les masses de protestataires se regroupent, cela peut décider d’une guerre.


L’ERREUR de compréhension de la nature du Hamas a conduit à une erreur d’appréciation des résultats. Non seulement Israël est incapable de gagner la guerre, mais Hamas ne peut pas la perdre.


Même si l’armée israélienne parvient à tuer tous les combattants du Hamas jusqu’au dernier, le Hamas gagnerait. Les combattants du Hamas seraient considérés comme les paragons de la nation arabe, les héros du peuple palestinien, les modèles pour l’émulation de tous les jeunes du monde arabe. La Cisjordanie tomberait dans les mains du Hamas comme un fruit mûr, le Fatah disparaîtrait dans un océan d’oubli, les régimes arabes seraient menacés d’effondrement.


Si la guerre prend fin avec le Hamas encore debout, meurtri mais invaincu, face à la puissante machine militaire israélienne, elle ressemblera à une fantastique victoire, une victoire de l’esprit sur la matière.


Ce qui restera dans la conscience du monde sera l’image d’Israël comme un monstre tâché de sang, prêt à tout moment à commette des crimes de guerre et pas prêt à accepter la moindre contrainte morale. Ceci aura de graves conséquences pour notre avenir à long terme, notre place dans le monde, notre chance de parvenir à la paix et à la tranquillité.


Au final, cette guerre est un crime contre nous-mêmes aussi, un crime contre l’Etat d’Israël.

Quelque temps avant cela, un crime semblable avait été commis en Angleterre. La bande à Churchill se cachait dans la population londonnienne, utilisant les millions de citoyens comme boucliers humains. Les Allemands ont été obligés d’envoyer leur Luftwaffe et de réduire la ville en ruines. Ils ont appelé cela le Blitz.

Article écrit en hébreu et en anglais le 10 janvier 2009, publié le 11 sur le site de Gush Shalom – Traduit de l’anglais "How Many Divisions ?" : SW

http://www.france-palestine.org/article10814.html
Partager cet article
Repost0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 01:10
Tous le 29 ! Les Journalistes y seront !
http://www.cgt.fr/spip.php?article35524




Je propose de lancer
 une pétition contre FR2 :

Il est intolérable de voir une chaîne publique, financée par les contribuables, colonisée par un clan, au service d'intérêts étrangers qui ne sont pas les nôtres !

Dès le matin, c'est un défilé permanent de néo-sionistes !

Une télévision de propagande

- pour le Oui à la Constitution européenne
- pour Nicolas Sarkozy
- contre la gauche
- pour la politique impériale
- pour Israël
- en faveur du libéralisme militaro-financier
- en faveur des guerres
- et en prime, la Shoah servie à toutes les sauces !

Aujourd'hui,
aux Informations, Gaza : Une image choc montrant la détresse des israéliens bombardés,
et les souffrances palestiniennes représentées par des images furtives, lointaines, aseptisées

les résistants Palestiniens sont des "terroristes",  ils sont donc disqualifiés d'office,
Israël est bombardé,
il ne fait que se défendre

au lieu de montrer les souffrances des Palestiniens, longues séquences sur l'extension du conflit en France, avec les synagogues prises pour cibles

Enfin, toujours au Journal de 20 h, séquence sur les armes employées à Gaza, avec pour les défendre, un porte-parole d'Israël, débitant toujours les mêmes rengaines, Israël n'emploie que des armes autorisées, il fait preuve de mesure, il se défend seulement contre les terroristes du Hamas !

Ce soir, Mots Croisés Gaza et Sarkozy, comme d'habitude faux débat : Un défilé d'ultra-libéraux atlantistes et sionistes ! Mme Leila Shahid représente (sans qu'on lui laisse longtemps la parole, et en orientant l'entretien) la Palestine, face à l'ambassadeur d'Israël et au Ministre des Affaires Etrangères néoconservateur, Kouchner ! Et les plus atlantistes se relaient, à commencer par le très néoconservateur Pierre Servent ! Ensuite, du people, et pour parler de la crise, l'économiste attitré de Sarkozy, Baverez, en cachant ses orientations ! Non, ce n'est pas un économiste parmi d'autres, neutre, c'est le plus proche de Sarkozy ! Et pour finir, la va-t-en guerre Monique Atlan, ultra-sioniste, avec son étagère littéraire qui au moment de la guerre d' Israël, interviewe l'auteur d'un livre sur la photo la plus connue de la Shoah, représentant un gamin pris dans une rafle ! Pour que nous compatissions aux malheurs d'Israël, encore et toujours !

Comment peut-on être juge et partie ? Comment une chaîne aux mains d'un  clan inféodé à Israël, peut-il traiter l'info de manière indépendante ? Pareil pour la Marie Drucker ! Propagande éhontée !
La honte qui défile sur nos écrans !

Il faut que cesse ce scandale ! Il faut une chaîne pluraliste, permettant à tous d'être représentés, et pas à un clan de monopoliser la parole ! C'est injuste, c'est intolérable ! C'est contraire à la déontologie, à la démocratie !

Je propose donc que l'on fasse circuler une pétition, pour que cette chaîne publique appartienne aux Français, et non à Israël, aux marchands d'armes et aux banquiers ! Il faut faire prévaloir le pluralisme, la neutralité et l'indépendance !

Eva

Et ça continue ! Tous les jours, la même rengaine : Israël se défend, le Hamas, ce sont des terroristes, etc. Des images précises pour le premier, de vagues plans d'ensemble pour le second, sur des ruines,
par exemple.

Tiens, voici une photo de ce qui s'y passe... Ce qu'on vous cache ! 



France 2, déjà La Voix de son Maître

Olivier Bonnet


Nous annoncions le 27 juin dernier le retour de la télé d’Etat. France 2 vient de nous en offrir coup sur coup deux exemples navrants. D’abord bien sûr le documentaire ultra complaisant diffusé hier soir sur Carla Bruni-Sarkozy, sous le titre de Quelqu’un m’a léché le cul dit. Mais on pouvait aussi bien décider de ne pas regarder ce qui s’annonçait comme une hagiographie de l’épouse du président, qui se dit "épidermiquement de gauche" mais s’est mariée avec le pire des réactionnaires, qui n’a de cesse de draguer l’électeur d’extrême droite avec ses quotas d’immigrés expulsés et sa politique pénale ultra-répressive, sans compter le démantèlement du service public avec le non remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux : "épidermiquement de gauche", vraiment, madame Tartuffe ?

Rappelons alors ce que notre ami
le docteur Lehmann nous avait fait remarquer à l’époque de cette déclaration de la Bruni dans Libération : l’épiderme n’est que la couche superficielle de la peau ! Boycotter donc ce documentaire dégoulinant, ne serait-ce que pour éviter, un lendemain de réveillon, de souiller le salon de vomissures.


Mais plus gênante encore est une scandaleuse atteinte à la déontologie journalistique perpétrée au cœur du journal télévisé : dans l’édition du 29 décembre, France 2 donne la parole au professeur Philippe Juvin, à propos du décès d’un patient six heures après sa prise en charge par le SMUR, pour cause d’insuffisance de place dans les hôpitaux de la région parisienne. Doit-on, comme le docteur Patrice Pelloux (Association des médecins urgentistes de France), s’indigner de ce que la marchandisation de la santé pousse les établissements à rogner sur les postes de remplaçants des praticiens en vacances, afin de ne pas augmenter leur déficit, l’équilibre financier devant primer sur l’efficacité de la prise en charge des malades ? Pour Juvin, là n’est pas du tout la question : il insinue en passant que le patient serait peut-être mort même s’il avait trouvé un lit d’hôpital et pointe un défaut d’organisation, en niant totalement qu’il puisse exister un problème de moyens. Il conclut en vantant la future loi Bachelot qui, d’après lui, corrigera le mal. Qui est ce fan de la politique menée par la ministre de la Santé ? Le chef du service des Urgences à l’hôpital Beaujon de Clichy, comme nous l’enseigne le bandeau du bas de l’écran au début de son intervention. L’homme doit donc savoir de quoi il parle, pensent sans doute des millions de télespectateurs. Or ce qu’omet de préciser France 2, c’est que Juvin, avec son écharpe d’élu aux côtés de sa ministre chérie sur la photo ci-contre, est aussi maire de la Garenne-Colombe, vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine, suppléant du député de la 3e circonscription du département et secrétaire national de l’UMP. Un "détail" qui change sacrément la perception que l’on peut avoir de son discours, qui est en fait celui d’un militant sarkoziste pur jus. Honte à France 2 de l’avoir seulement présenté comme chef des Urgences de Clichy !


PS
 : merci à Grand-Père Marcel, qui nous a signalé la manipulation, et à
Lutopick, créateur du logo Office de Radio-Télévision Sarkoziste

http://www.plumedepresse.com/spip.php?article1045#forum6541


  



Irresponsable et impardonnable …

 

Des massacres et atrocités commis à Gaza, les médias ne montrent que des images lointaines ou furtives. Un jeu vidéo aseptisé, pour être vu par les moins de dix ans.

 

Un avion larguant une bombe, un hélicoptère ses tirs de missiles, ou un char l’éclair du départ de l’obus...

 

Une colonne de fumée, à l’horizon …       

 

Dans la bousculade, un brancard avec une forme non identifiable, dirigée vers un centre de soins, ou du moins ce qu’il en reste …

 

Pas de mort. Pas de blessé.

 

L’anonymat de l’atrocité.

 

Mise en scène du “crime parfait”. Ni vu, ni connu…

 

Censure, gérée par les médias.

 

Jamais, les Médias Publics et les “Pompes à Pub” privatisées ne nous montrent la réalité des massacres de ce “nettoyage ethnique”, où femmes et enfants sont les cibles prioritaires. Réglage du compteur démographique oblige… (1)

 

Oui. Ne pas altérer les mensonges de la propagande culpabilisant les victimes, et non les bourreaux. Dissimulant ces crimes contre l’humanité commis avec la complicité de “La Communauté Internationale”.

 

Alors, n’oublions pas !... (2)

 

Car, nous ne pourrons pas dire, à nos consciences et à nos enfants, que nous ne savions rien du Massacre des Innocents…


(1)   Maintenant que les photos, les vidéos, de ces crimes ont été diffusées dans le monde entier, on pourrait s'amuser, si le contexte n'était pas horrible, devant les contorsions hypocrites des médias occidentaux, notamment français.

Invoquant le fait, pour excuser leur censure et leur complicité, que leurs "reporters ne pouvaient pas entrer dans la Bande de Gaza"... Ou encore, qu'il était "difficile de contrôler les sources des photos"...

Alors que des journalistes non palestiniens notamment algériens, dont un vient d'être assassiné par la soldatesque, sont présents sur place depuis plusieurs mois. L'embargo de la famine imposé à Gaza dure, en effet, depuis 18 mois !...

Hypocrisie, cynisme, malhonnêteté sans bornes, de ces soi-disant spécialistes de l'information...


(2)   Consulter le blog de
vanchopilanak pour y lire un texte et des témoignages formidables. Ainsi que des extraits de la Charte du Likoud, expliquant la planification et l'application de ces crimes contre l'Humanité.

 





Crédit photos :  AA News Services - Electronic Intifada - The Guardian  






 

Dimanche 4 janvier 2009

 


Nos médias de la propagande occultent l’immense soutien, dans toutes les parties du monde, aux Palestiniens. Notamment pour ceux enfermés dans le ghetto de Gaza, population livrée à l’arbitraire d’une soldatesque ivre de violence, avec la complicité des castes politiques internationales.

 

Propagande, privatisée et publique…

 

L’une et l’autre rivalisant dans l’abjection de la désinformation et du mensonge. Celle des médias publics se distinguant par son zèle cynique. Véhiculant uniquement les déclarations des représentants du gouvernement et de l’armée de l’entité coloniale. Renforcées des commentaires serviles des “correspondants” de ces mêmes médias, à Tel Aviv…

 

Et, dire que certains s’inquiètent des menaces sur “la liberté”, “l’indépendance”, de nos “médias publics”, dès lors qu’on supprimerait tout apport de budgets publicitaires ou qu’on modifierait le mode de nomination de leurs dirigeants !...

 

N’importe quoi …

 

Partout, Europe, Asie, Amérique latine, ce n’est que condamnation des crimes de la colonisation occidentale dans cette partie de notre planète.

 

Rien qu’en Grande-Bretagne, samedi dernier, ce sont 18 manifestations dans différentes villes qui se sont tenues. Les plus importantes depuis l’invasion et la destruction de l’Irak.

 


 

A Londres, plus de 60.000 personnes se sont rassemblées au cœur de la ville.

 

Bien sûr, les  médias n’en parlent pas.

 

Devant la rue menant à la résidence du Premier Ministre, le 10 Downing Street, barrée par les forces de police, ce sont plus d’un millier de chaussures qui ont été jetées !... En souvenir du geste héroïque de Muntazir Al-Zaydi.

 

Cette manifestation a réuni des gens de toute croyances et de toutes provenances. Notamment, des juifs orthodoxes qui n’ont pas hésité à manifester un samedi, jour de sabbat, pour condamner les dérives sanguinaires du sionisme.

 

Evidemment, les médias n’en parlent pas. N’en montrent aucune image…

 

Soucieux uniquement de véhiculer la propagande guerrière, hyper violente, justifiant les pires crimes, assouvissant la mégalomanie raciste et prédatrice de la ploutocratie au pouvoir en Occident.

 

Remarquez-le : Les rares photos ou images publiées par les médias ne le sont que pour illustrer qu’il ne peut s’agir que de musulmans. Ou, des sauvages, fanatiques brûleurs de drapeaux. Quand ce ne sont pas des casseurs de vitrines ou de voitures…

 

Manœuvres, classiques, de désinformation destinées à déconsidérer ces manifestations, via des provocateurs infiltrés. Et, d’une pierre faisant deux coups, à entretenir l’islamophobie, dans cette fantasmagorie du “clash des civilisations”.

 

Mais, “l’insurrection des consciences”, qu’ils le veuillent ou non, propagande ou pas, provocation ou pas, est bien là.

 

Signe, témoignage, que rien, en ce siècle, ne pourra s’édifier contre la Justice, au mépris du respect de La Dignité Humaine.

(Deux articles, et photos, du blog stanechy)

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 23:52


Wounded child in Gaza



Répandre les thèses israéliennes
avec autant de
partialité : Ca suffit ! Ce blog
rétablit l'équilibre






UN ARTICLE TRES INTERESSANT POUR COMPRENDRE LE SIONISME...SA PROPAGANDE MENSONGERE !!!
Des bombes à fragmentation sur Gaza


Le lien de cet article m’a été gracieusement offert par l’un des visiteurs/commentateurs  de ce blog : Liberty…

Merci à nos amis québécois !!!!

 

L’article est tellement riche d’enseignement que, je me devais de le proposer en page centrale de ce blog :

 
GAZA :

LORSQUE LA VIE ET LA VERITE SONT SACRIFIES

On dit que la première victime de la guerre est la vérité.  Comme Sun Tzu le disait: tout l’art de la guerre est fondé sur la duperie.  La devise du Mossad se traduit par à peu près ceci:

“Au moyen de la tromperie, tu feras la guerre
“.

Le Mossad est né d’une petite organisation clandestine sioniste nommée Mossad Le’aliyah Bet qui avait pour mission d’assurer la sécurité des habitants juifs en terre de Palestine depuis le début du XXe siècle et de faciliter le retour des juifs vers Israël.

Cela vient de l’idéologie sioniste qui est l’aspect politique des enseignements judaïques prônant l’existence d’un
État juif en Palestine. Sur un plan idéologique et institutionnel, le sionisme entend œuvrer à redonner aux Juifs un statut perdu depuis l’Antiquité, à savoir celui d’un peuple regroupé au sein d’un même État.


Le mouvement sioniste est né à la fin du
XIXe siècle, parmi les communautés ashkénazes d’Europe centrale et orientale. Les Ashkenazis n’ont aucun lien génétique avec les Hébreux bibliques.

Ils ont été convertis par les juifs en cour de route, mais ne sont pas de descendance sémite, comme le sont les arabes juifs en Palestine. Ils ont eu besoin de
créer un mythe justifiant l’existence du peuple Juif d’Israël pour justifier la réalisation de leur rêve biblique désigné sous “le nom d’Eretz Israël (terre d’Israël) la terre promise par Dieu au peuple juif, terre des deux royaumes israélites (voir Royaume d’Israël et Royaume de Juda).”


Au cours du
XXe siècle, la question de l’appartenance de la Jordanie (surtout de sa partie occidentale) à Eretz Israël a fait débat au sein du mouvement sioniste (voir le chapitre La scission des sionistes révisionnistes (1925-1935)).


Au début du
XXIe siècle, ce terme désigne généralement l’État d’Israël + Les territoires palestiniens occupés durant la guerre des Six Jours en 1967: la Cisjordanie + Jérusalem-Est + la Bande de Gaza.


Par principe, la plupart des tendances politiques du mouvement sioniste considèrent que Eretz Israël appartient de droit au peuple juif (pour des raisons au moins historiques, voire pour des raisons religieuses chez les sionistes religieux).

Mais toutes les tendances du mouvement sioniste ne revendiquent pas un État juif sur la totalité de Eretz Israël : certaines sont favorables à un certain degré de partage avec les Palestiniens, d’autres y sont hostiles. (
Source)



Au début du sionisme, le terme prendra une dimension plus politique que religieuse et il vise le territoire revendiqué pour la création d’un État juif.

Alors, pour revenir à notre Mossad, ils étaient là pour faciliter le retour des juifs en Palestine avant la création de l’État d’Israël en 1948.

Dès lors, le but des sionistes était créer le mythe du peuple Juif en tant que nation, alors que les vrais juifs étaient unis par leur religion et non en tant que peuple. Les vrais descendants sémites des Hébreux bibliques vivaient déjà en terre promise.

L’idée sioniste va à l’encontre du Judaïsme qui enseigne que cet État sera apporté par Dieu et non par la force et la violence.

En attendant, Dieu leur a commandé de vivre amicalement et en paix parmi les autres peuples du monde et de s’y intégrer, ce qu’ils furent en parfaite harmonie pendant des siècles.

Pensez seulement qu’en Iran où les juifs vivent très bien avec leur confrères iraniens. Les juifs en général ne voulaient pas nécessairement aller vivre en Palestine puisqu’ils étaient relativement bien en Europe aussi.

Donc il fallut les y pousser un peu… et la Shoah est apparue.

Pourquoi est-ce que le seul génocide de l’histoire à propos duquel il est interdit de faire des recherches, de façon légitime et non-partisane par les meilleurs historiens du monde, soit la Shoah?

Pourquoi est-ce le plus important, alors que le Congo a vu le sien en plein 21e siècle avec deux millions de morts, côte-à-côte avec celui en Irak et ses trois millions de mort depuis 1991 ou
celui des Palestiniens sous occupation militaire depuis 60 ans, ayant perdu plus de 80% de leur territoire dans cette période?
Parce que des sionistes, dont l’éminent banquier privé de Londres nommé Rothschild (qui figure sur la monnaie israélienne) et d’autres banquiers de Wall Street comme Prescott Bush, le grand-père de l’autre criminel de guerre qui a reçu des chaussures par la tête par un irakien, ont énormément financé et appuyé le régime nazi de Hitler.

Tout comme IBM, Ford, Standard Oil des Rockefeller et les autres. Rappelez-vous de ceci: on ne peut parler de fascisme sans parler de capitalisme.



En s’appuyant sur les ambitions
coloniales britanniques au Moyen-Orient, le mouvement sioniste obtient par la déclaration Balfour (1917), la conférence de San Remo (1920) et le mandat de la Société des Nations (1922) un « Foyer national juif » en Palestine, contre l’avis des Arabes palestiniens qui craignent d’être à terme dépossédés.

La Palestine est alors placée sous mandat britannique : on parlera pour cette période de « Palestine mandataire ». Voir aussi le chapitre de Histoire du sionisme : le mandat de la SDN.

De 1918 à 1948, au cours de l’Aliyah, la population juive en Palestine passe de 83 000 personnes à 650 000.

La croissance est due à une forte natalité, mais surtout à une forte immigration due à l’antisémitisme en Europe, lequel culmine dans la
Shoah.


À compter de 1939, la Grande-Bretagne prend une orientation plus pro-arabe, et arrête l’immigration juive. Après
un conflit violent entre 1944 et 1947, les britanniques abandonnent la Palestine. (Source)



Ce violent conflit fut généré pour chasser les Britanniques de la Palestine. En 1944, le groupe Stern qui comprenait Itzhak Shamir et Menachem Begin essaya de tuer Lord Moyne.

En 1946, la pression juive urgeait d’ouvrir les frontières contrôlées par les Britanniques pour laisser entrer plus de 100,000  immigrants juifs. La même année, le groupe Stern tue 6 hommes du Sixth Airborne britannique.

Le tout culmine le 22 juin 1946 à l’ Hotel King David qui fut attaqué à la bombe par des juifs terroristes du groupe Stern et de l’Irgoun, tuant un peu moins d’une centaine de personnes dont plusieurs britanniques et diplomates. Ce massacre prémédité fut piloté par l’Irgoun en accord avec les plus hautes autorités juives en Palestine, l’Agence Juive ayant à sa tête David Ben Gourion.


Le 22 juillet 1946, Menahem Begin coordonne l’attaque de l’hôtel King David à Jérusalem. Des membres de l’Irgoun, déguisés en Arabes, font sauter la partie de l’hôtel abritant le Secrétariat Britannique, le Commandement Militaire et une branche de la Division d’Investigation

Criminelle. Malgré le coup de téléphone prévenant de l’attaque les britanniques ne firent pas évacuer le bâtiment. Quatre-vingt-onze personnes sont tuées, la plupart employées du Secrétariat ou de l’hôtel: 28 Britanniques, 41 Arabes, 17 Juifs et 5 non répertoriés. Environ 45 personnes sont plus ou moins grièvement blessées. (
Source)


Oui, vous avez bien lu l’Irgoun, ce groupe terroriste dont faisait partie le papa de Rahm Emanuel, que Barack Obama a nommé au poste de chef de cabinet. Si vous vous souvenez de
l’article que j’ai publié sur Obama, vous vous rappellerez  que ce dernier possède une double nationalité israélienne et américaine et que son père fut impliqué dans le groupe terroriste sioniste Irgoun.

J’expliquais que les liens de Rahm Emanuel avec le Mossad, agence des services secrets du renseignement israélien, était tellement évidents que Bill Clinton a dû l’écarter de la Maison Blanche en 1998, après quoi il est retourné en Israël pour servir dans les forces armées en tant qu’espion durant la guerre du Golfe en 1991.



Alors voilà, après avoir subi de lourdes pertes, les Britanniques ont abandonné leur mandat en mai 1948 et retirent leurs troupes.

Le chaos s’en suit. Count Bernadotte, un officiel de l’ONU sera assassiné.

Le 9 avril 1948, un brutal massacre de Palestiniens, hommes, femmes et enfants se produit aux mains des terroristes du Stern et de l’Irgoun, tuant une centaine de personnes et jetant leur corps dans des puits.

Voici ce qu’on dit du groupe Stern, ou Lehi:



Le Lehi (acronyme
hébreu pour Lohamei Herut Israel, « Combattants pour la liberté d’Israël »,
לח”י - לוחמי חירות ישראל) fut un groupe armé radical créé en septembre 1940 et n’hésitant pas à se décrire comme terroriste[1], qui se fixait notamment pour but l’éviction par la force du Mandat britannique sur la Palestine afin de permettre une immigration sans restriction des Juifs en Palestine et la formation d’un État juif sur toute la Palestine et l’actuelle Jordanie.


Dans son combat contre les Britanniques, le groupe tentera sans succès des contacts en
1941 avec les Italiens et avec les autorités nazies[2],[3]. À cette date, le groupe se déclarait notamment « étroitement lié aux mouvements totalitaires européens, par sa conception du monde et ses structures »[4].


L’organisation commettra de nombreux attentats contre les Britanniques, de 1941 à 1948, puis contre les Arabes de Palestine, en 1947-1948.


Ce pattern de terrorisme causant d’énormes pertes de vies est une partie normale de l’histoire des sionistes: un acte criminel est commis, apparemment par des groupes isolés, mais ils sont en réalité autorisés par les plus hautes autorités sionistes, que ce soit l’
Agence Juive durant la période de Palestine mandataire ou par le gouvernement d’Israël qui la remplacera après 1948.


En novembre 1947, l’ONU propose un
plan de partage de la Palestine entre un État juif (sur 55 %) et un État arabe.


Le nouvel État est
proclamé le 14 mai 1948 avec à sa tête David Ben Gourion. Le 13 décembre 1949, Ben Gourion autorise l’établissement du Mossad, cet institut de coordination s’occupant du département politique et coordonnant les services de sécurité intérieure de renseignement militaires.

Entre la fin 1947 et le début 1949, l’État d’Israël est en guerre contre cinq États arabes qui contestent son existence et envoient leurs armées dans le territoire attribué par le plan de partage de novembre 1947 :

c’est la Guerre israélo-arabe de 1948. (Source)


Le 7 mai 1967, le US Navy Intelligence Ship
USS LIBERTY est attaqué par Israël en eaux internationales, tuant 34 Americains. Il y a aussi l’affaire Lavon. Le 7 juin 1989, Israël bombarde le réacteur nucléaire d’Osirak en Irak sous prétexte qu’ils craignent que le pays cherche à se procurer la bombe nucléaire.

Sachant cela, il devient moins surprenant d’apprendre que la semaine passée, Israël a attaqué un bateau de secours qui tentait d’apporter des médicaments dans la bande de Gaza, malgré le blocus israélien. Ce bateau qui porte le nom de Dignity
fut attaqué par des navires militaires de l’armée israélienne qui l’ont percuté à trois reprises - un accident selon les autorités israéliennes. Sur le Dignity se trouvait une représentante américaine Cynthia McKinney qui elle, n’a pas manqué de faire le parallèle avec le USS Liberty.

Ces médicaments auraient été très utiles puisqu’ils sont presque tous épuisés et Israël refuse de laisser entrer des nouveaux dans Gaza; en plus du fait que
Israël a détruit le seul entrepôt majeur de médicaments qui restait dans la bande de Gaza. À voir dans le reportage de la CBC. Il n’y a plus de médicaments.



L’histoire des massacres perpétrés par Israël ne s’arrête pas là. Vous pouvez voir la longue liste
sur ce site.



LA SUITE
… LES PHOTOS  VOUS LES  TROUVEREZ LA :

 

http://les7duquebec.wordpress.com/2009/01/06/gaza-lorsque-la-vie-et-la-verite-sont-sacrifies/

http://hadria.riviere.over-blog.com/article-26558423.html

Articles récents

liste complète 



                                                      "Quand ils sont venus chercher les communistes,                               
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas catholique.
Puis ils sont venus me chercher,
Et il ne restait personne pour protester »


Poème de Martin NIEMÖLLER –




Pour éviter de se laisser manipuler
soyons bien informés



C'EST UNE  COLONISATION,  INIQUE ET IRREFUTABLE, PARCE  QUE LES FAITS L'ATTESTENT...

ET, SEULEMENT LES FAITS

IL EXISTE AUSSI UNE AUTRE VERITE, UN AUTRE FAIT
 INDENIABLE ET INDISCUTABLE :


LA PALESTINE, APPARTIENT  AUX PALESTINIENS...
COMME  HIER L'ALGERIE  A ETE DECOLONISEE ET RECONQUISE PAR LES  ALGERIENS...
DEMAIN, LA PALESTINE  SERA DECOLONISEE ET RECONQUISE PAR LES  PALESTINIENS...
CE N'EST... QU'UNE QUESTION DE TEMPS !!!!







IL NOUS APPARTIENT DE LUTTER ACTIVEMENT, POUR  LA PRESERVATION
DU PEUPLE PALESTINIEN....PAR SOLIDARITE,
MAIS AUSSI PARCE QUE... DEMAIN...
CE SERA NOTRE TOUR !!!!
CE N'EST  NI UNE LUTTE DE RELIGION, NI DE CIVILISATION,
 SEULEMENT UNE LUTTE DE CLASSE.....
UNE LUTTE IDEOLOGIQUE.....
D'UN COTE,
 LES OPPRESSEURS SOUS PERFUSION, VISCERALEMENT RELIES
A L'IDEOLOGIE NEOCONSERVATRICE ULTRALIBERALE....
CAR SANS,
 L'IDEOLOGIE NEOCONSERVATRICE/ULTRALIBERALE/INTEGRISTE RELIGIEUSE,
COMMENT JUSTIFIER ET ORGANISER  L'OPPRESSION DE MILLIERS D'INVIDUS,
SUR LA TOTALITE DE LA PLANETE ?
DE L'AUTRE,
LES OPPRIMES.... SOUS CONTRÔLES PERMANENTS,
DE VERITABLES BETES DE SOMME,
QUE,
LES OPPRESSEURS ONT REDUIT EN ESCLAVAGE
ET QUI, POURTANT CONTINUENT DE RESISTER....!!!!!

 


http://hadria.riviere.over-blog.com/article-26565914.html



Lisez tous :

"J'accuse"

http://r-sistons.over-blog.com/article-26482555.html

Un lecteur a envoyé ce texte aux Députés
et aux Sénateurs !

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 03:19


Construire l’ennemi
Des « barbares » bombardés à Gaza
par Mona Chollet
Le 2 janvier 2009


Qu’elle était naïve, décidément, cette idée selon laquelle, avec l’expansion des moyens de communication, il ne serait plus possible de commettre une exaction sans que l’opinion internationale, aussitôt alertée, réagisse par une protestation unanime... Alors que, pour compenser ce rétrécissement spectaculaire de la planète, il suffisait d’intensifier en proportion les efforts de propagande. Les bombardements israéliens sur Gaza en offrent la démonstration la plus achevée. Vous croyez voir une population prise au piège, privée de tout par un blocus inhumain, se faire massacrer par un Etat qui, soutenu par la première puissance mondiale et assuré, quels que soient ses forfaits, de ne jamais être inquiété, occupe illégalement des territoires et opprime un peuple depuis quarante ans, en violant sans cesse ses engagements ? Abracadabra ! Mais non : vous voyez un pauvre petit Etat merveilleusement démocratique se défendre contre les méchants islamistes qui veulent sa perte. Et le pauvre petit Etat est vraiment désolé de devoir au passage réduire en charpie quelques gamins - les seuls Palestiniens que l’on daigne considérer comme « innocents », ce sont les enfants ; et encore... - pour parvenir à atteindre les fourbes activistes méritant mille fois la mort qui se cachent lâchement parmi eux.

« A partir du moment où l’autre est l’ennemi, il n’y a plus de problème. » On avait déjà eu l’occasion de citer ici cette phrase par laquelle, dans le roman de Stéphanie Benson Cavalier seul, un personnage explique comment on peut justifier les pires crimes. Croit-on vraiment qu’un seul massacre ait pu se commettre sans que ses auteurs se persuadent et persuadent les autres qu’ils y étaient obligés par le danger que représentaient leurs victimes ? Dans son livre La peur des barbares (Robert Laffont, 2008), Tzvetan Todorov rappelle : « Quand on demande aux policiers et aux militaires sud-africains pourquoi, au temps de l’apartheid, ils ont tué ou infligé des souffrances indicibles, ils répondent : pour nous protéger de la menace que les Noirs (et les communistes) faisaient peser sur notre communauté. "Nous n’avons pris aucun plaisir à faire cela, nous n’en avions aucune envie, mais il fallait les empêcher de tuer des femmes et des enfants innocents (1)." »

Transformer le faible en fort et le fort en faible

Ainsi, le sort fait aujourd’hui aux Gazaouis a été permis par une longue et obstinée construction de l’ennemi. Depuis le mensonge fondateur d’Ehud Barak sur la prétendue « offre généreuse » qu’il aurait faite en 2000 à Camp David, et que les Palestiniens auraient refusée, les politiciens et les communicants israéliens s’y emploient avec zèle ; et, ces jours-ci, ils intensifient leurs efforts (lire par exemple « Internet, l’autre zone de guerre d’Israël », Le Figaro, 31 décembre 2008). Mais le 11 septembre 2001, en poussant l’Occident à la frilosité grégaire et au repli identitaire, leur a offert un terrain favorable en leur permettant de jouer sur la nécessaire solidarité des « civilisés » face aux « barbares » : innocence inconditionnelle pour les premiers, culpabilité tout aussi inconditionnelle pour les seconds. Dans son éditorial de Libération du 29 décembre, Laurent Joffrin met ingénument en garde Israël contre le risque de perdre sa « supériorité morale » : en effet, on frémit à cette hypothèse. Quant à Gilad Shalit, il n’est pas le soldat d’une armée d’occupation capturé par l’ennemi, ce qui fait quand même partie des risques du métier, mais un « otage » (2).

La focalisation hypnotique, obsessionnelle, sur l’« intégrisme musulman », relayée avec zèle par d’innombrables éditorialistes et tâcherons médiatiques, tous ces « meilleurs spécialistes de l’islam de tout leur immeuble » qui, conformément au désormais bien connu « théorème de Finkielkraut » (moins tu en sais sur le sujet dont tu causes, plus on t’écoute), y ont trouvé un fonds de commerce providentiel et l’occasion d’une gloire facile, est parvenue à persuader l’opinion occidentale que celui-ci représentait aujourd’hui le plus grand danger menaçant le monde. « Pour ma part, je soutiens Israël et les Etats-Unis. La menace islamiste est, à mes yeux, beaucoup plus terrifiante », ânonne ainsi un intervenant sur un forum - les forums constituant un témoignage accablant de l’ampleur et de la réussite du lavage de cerveau. Bassiner jour après jour des citoyens occidentaux désorientés par l’évolution du monde et peu sûrs d’eux-mêmes avec la « menace islamiste » a eu pour effet de faire disparaître tout le reste, et en particulier de gommer comme par magie tout rapport de forces objectif. Le résultat, c’est qu’un type qui insulte une femme voilée dans le métro parisien n’a pas l’impression de s’en prendre à plus faible que lui, mais de poser un acte de résistance héroïque (« M’agresser est quasiment vécu par l’agresseur comme de la légitime défense », observe Malika Latrèche dans Les filles voilées parlent). Et qu’Israël passe non pas pour l’agresseur, mais pour la victime : « Les Israéliens ont toute ma sympathie dans cette épreuve », lit-on sur les forums du Nouvel Observateur, alors que les Gazaouis pataugent dans le sang et les gravats.

Massacrer les Palestiniens pour libérer leurs femmes

Le matraquage sur l’« islamisme » a été si efficace que l’occupation israélienne, qui constitue pourtant la donnée première de la situation au Proche-Orient, a tout simplement disparu des radars. Au mieux, quand on reste un peu sensible au malheur palestinien, on fait comme s’il était symétrique au malheur israélien - toujours cette « fausse symétrie » que pointaient Denis Sieffert et Joss Dray dans La guerre israélienne de l’information. Si d’aventure l’opinion occidentale est quand même prise d’un doute passager, « euh, vous êtes sûrs que vous n’y allez pas un peu fort, là, quand même ? », elle est aussitôt invitée à se rappeler que, de toute façon, ces gens-là ne sont que des bêtes malfaisantes qui détestent les juifs par pure méchanceté d’âme (eh bien oui, pour quelle autre raison cela pourrait-il bien être ?) et qui oppriment leurs femmes - on espère que les femmes palestiniennes seront au moins reconnaissantes à Israël de les débarrasser de tels monstres en tuant leurs maris, leurs pères, leurs frères, leurs fils. Faut-il en déduire que le machisme mérite la peine de mort ? Dans ce cas, suggérons que la sanction soit aussi appliquée en Occident : je sens qu’on va rigoler. Oh, mais pardon, bien sûr, j’oubliais : il n’y a pas de machos en Occident, où règne une égalité parfaite entre les sexes. Et il n’y a pas d’antisémitisme non plus. Six millions de morts, c’était avant le déluge, d’ailleurs nos grands-parents étaient tous résistants, et de plus ces salauds d’Arabes étaient pronazis, ce qui prouve quand même leur malfaisance foncière. Avoir été pronazi, c’est vachement plus grave que d’avoir été nazi ou collabo, non ?

Cette analyse faisant de l’intégrisme musulman le plus grand péril menaçant la planète est parfois posée au détriment du plus élémentaire bon sens, comme le montrait par exemple en 2004 Sadri Khiari dans sa lecture du livre de Caroline Fourest et Fiammetta Venner Tirs croisés. Il relevait la contradiction entre le tableau que peignaient les auteures de la puissance respective des différents intégrismes monothéistes et les conclusions qu’elles en tiraient, à savoir que l’islamisme était le plus redoutable : « Malgré ses bombes humaines, son argent sale, ses foules arabo-musulmanes fanatisées et impuissantes, l’islamisme semble bien inoffensif par rapport à la puissance des intégrismes chrétien et juifs, du moins tels qu’elles nous les présentent, influençant la politique des Etats les plus puissants du monde. Or, c’est à l’idée inverse qu’elles aboutissent : "A côté de l’intégrisme musulman, les intégrismes juifs et chrétien donnent l’impression de phénomènes marginaux plutôt folkloriques, en tous cas sans conséquences." »

Israël fera la paix... « quand les Palestiniens seront Finlandais »

Mais surtout, cette focalisation sur l’« islamisme » est désastreuse parce qu’elle s’en prend à un phénomène de nature essentiellement réactive et défensive, qu’elle ne fait qu’alimenter encore davantage. La prise de pouvoir du Hamas est présentée comme une preuve de l’arriération et du caractère belliqueux des Palestiniens, alors qu’elle résulte de l’exaspération d’une population qui a vu l’occupant poursuivre inexorablement sa politique de terreur et de spoliation. « On nettoie, et ensuite, peut-être qu’on verra enfin émerger un partenaire palestinien raisonnable », disent en substance les autorités israéliennes aujourd’hui - comme si elles ne s’étaient pas acharnées auparavant à discréditer, à diaboliser, à éradiquer les partenaires raisonnables qu’elles avaient en face d’elles, assiégeant le quartier général de Yasser Arafat tandis que les infrastructures du Hamas et du Djihad islamique restaient debout. Selon toute vraisemblance, c’est plutôt les Palestiniens qu’il s’agit de « nettoyer ». « Sharon fera la paix... quand les Palestiniens seront finlandais », prédisait à juste titre Charles Enderlin (Libération, 20 octobre 2004). C’est tout aussi vrai d’Ehud Olmert. Et cela risque malheureusement d’être encore plus vrai de celui ou celle qui lui succédera en février.

Comment pourrait-il en être autrement ? C’est l’existence même des Palestiniens qui gêne. Dans un texte publié le 30 décembre, « On Gaza », l’activiste altermondialiste américaine Starhawk écrit : « Je suis juive, de naissance et d’éducation, née six ans après la fin de l’Holocauste, élevée dans le mythe et l’espoir d’Israël. Le mythe dit ceci : "Pendant deux mille ans nous avons erré en exil, nulle part chez nous, persécutés, presque détruits jusqu’au dernier par les nazis. Mais de toute cette souffrance est sortie au moins une bonne chose : la patrie à laquelle nous sommes revenus, enfin notre propre pays, où nous pouvons être en sécurité, et fiers, et forts." C’est une histoire puissante, émouvante. Elle ne présente qu’un seul défaut : elle oublie les Palestiniens. Elle doit les oublier, parce que, si nous devions admettre que notre patrie appartenait à un autre peuple, elle en serait gâchée. Le résultat est une sorte d’aveuglement psychique dès qu’il s’agit des Palestiniens. Si vous investissez réellement Israël comme la patrie des juifs, l’Etat juif, alors, vous ne pouvez pas laisser les Palestiniens avoir une réalité à vos yeux. Golda Meir disait : "Les Palestiniens, qui sont-ils ? Ils n’existent pas." Nous entendons aujourd’hui : "Il n’y a pas de partenaire pour la paix. Il n’y a personne à qui parler." » Face à cet aveuglement, une seule alternative s’offre à la communauté internationale, au sein de laquelle les leviers de décision sont encore occidentaux : soit obliger les Israéliens à voir les Palestiniens ; soit approuver cet aveuglement - « mais non, bien sûr, vous avez raison, ces gens n’existent pas, mais larguez donc encore quelques bombes pour vous en assurer, si cela peut vous soulager » - et cautionner, voire encourager, un sociocide. Il semble qu’elle ait fait son choix.

Se mettre à la place des dominés, c’est trop fatigant

Ce choix a été largement facilité par la résurgence du mépris colonial le plus cru - élément que Starhawk néglige quelque peu. Pouvoir déchaîner son inconscient colonial à l’abri du noble combat pour ceux que l’on a autrefois si allègrement génocidés, avouons que c’est quand même une formidable aubaine. La propagande pro-israélienne compte sur l’imprégnation persistante des cerveaux par les vieux clichés coloniaux, qui empêche toute appréhension réelle du malheur des Palestiniens. Ensevelis sous les représentations racistes, parlant une langue dont les accents ont été moqués par des générations de comiques troupiers, ceux-ci inspirent toujours la méfiance et le soupçon : quand Arafat avait reconnu Israël, on était persuadé qu’il s’agissait d’une ruse. Leur douleur est toujours suspectée d’être une mise en scène, une fourberie destinée à abuser l’Occidental trop naïf (une militante féministe, citée dans Les filles voilées parlent, à une femme voilée qu’elle vient d’agresser : « Arrêtez avec vos larmes de crocodile »). La propagande pro-israélienne parie sur l’impossibilité d’une identification du pékin occidental avec les Palestiniens, comme en témoigne le succès de l’argument que l’on voit copié-collé ad nauseam sur tous les forums : « D’accord, mais mettez-vous à la place des malheureux Israéliens qui vivent sous les tirs de roquettes, quel Etat au monde accepterait cela », etc. Ce n’est jamais à la place des Palestiniens qu’on est invité à se mettre. Le fait de vivre sous la menace d’une mort violente, menace qui se concrétise rarement, est considéré comme plus intolérable que celui de vivre avec l’omniprésence de la mort effective, qui plus est dans des conditions matérielles et morales infernales, et de subir une occupation depuis des décennies.

L’obsession de l’islamisme et l’effacement du rapport de forces réel - son inversion, même - ont été d’autant plus faciles à installer qu’ils permettent de faire l’économie de toute identification aux dominés. Et cela tombe bien, parce que justement, de toute façon, en France ou ailleurs, on ne meurt pas d’envie de se mettre à la place des dominés, d’essayer de comprendre ce qu’ils vivent ou comment ils voient les choses. On laisse désormais cet exercice pénible à ceux qui ont, dit-on, la « haine de soi ». A propos d’Amira Hass, rare journaliste israélienne à travailler dans les territoires palestiniens, un intervenant ricane sur un forum : « Plutôt qu’Amira Hass, c’est Amira Selbsthass [« haine de soi » en allemand] qu’elle devrait se nommer ! » L’opinion majoritaire, c’est que les victimes nous emmerdent avec leurs pleurnicheries, qu’elles font un drame de tout - à preuve, les dénonciations très en vogue de la « victimisation ».

Cette profonde réticence, le refus de fournir cet effort d’identification - car cela demande bien un effort -, cet enfermement dans le confort de ses certitudes et de sa position dominante, produisent une sous-estimation permanente des souffrances de l’autre. On reste sans voix, par exemple, en entendant certains, en France, affirmer leur incrédulité quant au fait que l’histoire coloniale continuerait de produire des effets dans notre réalité présente : « C’était il y a longtemps », arguent-ils... Sous-estimation, aussi, dans tous ces discours qui affirment que l’ancien tiers-monde ne doit sa piètre situation qu’à lui-même, et non à l’héritage colonial. Pire : la possibilité même de l’existence d’un point de vue sur le monde autre que le point de vue blanc et occidental suscite le scepticisme. C’est peut-être bien cela que signifient les accusations de « relativisme culturel », si fréquentes ces dernières années à l’égard de tous ceux qui défendent encore la nécessité d’un décentrage : il n’y a au monde qu’un seul point de vue valide et respectable, c’est le point de vue occidental ; et la seule alternative offerte aux autres est soit de l’embrasser, soit de rester dans les ténèbres de leur sauvagerie.

« Les commentateurs occidentaux, qui évoquent les "sanglants attentats-suicides", ne parlent jamais de la "sanglante occupation" »

Cette sous-estimation du préjudice causé à l’autre, le journaliste néerlandais Joris Luyendijk la pointait en 2007 dans un article du Monde diplomatique intitulé « Les mots biaisés du Proche-Orient » : « Le mot "occupation" peut-il être, lui aussi, vide de sens pour les lecteurs et les téléspectateurs occidentaux ? Un tel vide expliquerait pourquoi on multiplie les pressions sur l’Autorité palestinienne pour qu’elle prouve qu’elle "en fait assez contre la violence" alors qu’on ne demande presque jamais aux porte-parole du gouvernement israélien s’ils "en font assez contre l’occupation". Nul doute qu’en Occident le citoyen sait ce qu’est la menace terroriste, ne serait-ce que parce que les responsables politiques le lui rappellent régulièrement. Mais qui explique aux publics occidentaux la terreur qui se cache derrière le mot "occupation" ? Quelle que soit l’année à laquelle on se réfère, le nombre de civils palestiniens tués en raison de l’occupation israélienne est au moins trois fois supérieur à celui des civils israéliens morts à la suite d’attentats. Mais les correspondants et les commentateurs occidentaux, qui évoquent les "sanglants attentats-suicides", ne parlent jamais de la "sanglante occupation". » Et pourtant, imaginons un seul instant l’impact qu’aurait, par exemple, l’instauration d’un check-point tenu par des soldats hostiles dans les rues de Paris ou de New York...

Non seulement l’occupation reste une abstraction, mais on sent aussi percer l’idée qu’après tout, des métèques, semblables à ces colonisés et à ces immigrés que l’on tutoie avec mépris, ne devraient pas être aussi chatouilleux sur leur dignité ou sur les conditions de vie qu’on leur impose. N’est-ce pas leur destin naturel, après tout ? On détruit leur société ? Oui, bon, pour ce qu’elle vaut, leur société... De là à estimer que leur oppression par un peuple « civilisé » représente pour eux une chance, il n’y a qu’un pas - que Bernard-Henri Lévy, dialoguant en mars 2008 avec l’écrivain arabe israélien Sayed Kashua à l’occasion du Salon du livre de Paris, franchissait joyeusement : « Vous ne parleriez pas l’hébreu, et vous ne le parleriez pas si bien et avec tant de grâce et de talent, si l’Etat d’Israël n’existait pas », avait-il le culot prodigieux de lui dire (3)...

Non seulement la majorité des gens, biberonnés à la propagande télévisuelle, cramponnés à leurs « principes » comme à des bouées de sauvetage, ne veulent même plus essayer de comprendre ce que vivent et ressentent des non-Blancs ou des non-Occidentaux, ne veulent plus essayer de se mettre à leur place ne serait-ce qu’un instant, mais ceux qui en ont encore le désir deviennent suspects, comme si, ce faisant, ils choisissaient leur camp, ou posaient un acte criminel. Déplacer un tant soit peu la perspective revient à trahir sa communauté, à se ranger du côté des barbares, des terroristes. Lorsqu’on a rendu compte, sur ce site, du livre Les filles voilées parlent, les quelques mails scandalisés qu’on a reçus en retour ne disaient pas simplement, comme c’était encore le cas en 2003, quand le « débat » sur le sujet a été lancé : « Je ne suis pas d’accord avec vous. » Cette fois, ils disaient : « Je suis atterré, je suis abasourdi, moi qui aimais tant vos livres... » Autrement dit : « Je vous croyais du côté de la culture, et vous étiez du côté de la barbarie. »

La divergence des points de vue, s’agissant du Proche-Orient, est particulièrement exacerbée. D’un côté, des Occidentaux, profondément marqués par le génocide des juifs d’Europe, et que le double ressort d’une mauvaise conscience mal placée et d’un vieux complexe de supériorité raciste conduit à accorder à Israël un chèque en blanc moral. De l’autre, des pays, des communautés, des individus épars, marqués par une tout autre histoire — ou pas, d’ailleurs —, qui ne comprennent pas pourquoi c’est aux Palestiniens de payer les crimes commis par des Européens ; qui sentent bien, pour certains d’entre eux, que, à travers l’abandon et l’écrasement de ce peuple, c’est leur vie à eux aussi que l’on insulte, que l’on traite pour rien ; et qui, voyant l’étau de la propagande se refermer sur eux, perdent peu à peu tout espoir de voir une issue à l’injustice. On leur souhaite de ne pas se laisser défigurer par la haine, de résister à ce que l’on veut faire d’eux. Mais il faut avouer qu’on a vu des années commencer sous des augures moins sinistres.

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11586


1) Phrase citée par Desmond Tutu dans son livre Il n’y a pas d’avenir sans pardon, Albin Michel, 2000.

(2) Lire aussi, dans Le Monde diplomatique de janvier 2009, « La mémoire refoulée de l’Occident », par Alain Gresh.

(3) « L’appel au boycott du Salon du livre est une prise d’otages », Libération, 13 mars 2008.

Sur le(s) même(s) sujet(s) dans Périphéries :
Israël / Palestine


_______________________________________________________________________________________



Sur http://www.liberez-les.info/

----
Gaza
Permis de tuer !

Par Nabil El-Haggar,
universitaire,
Université de Lille

Quand la vérité n’est pas libre,
la liberté n’est pas vraie

Prévert

Il est 11h 30 du matin, c’est la sortie de l’école des filles. Le visage peureux, une mère ne trouve pas sa fille de dix ans. Son regard figé comme s’il se préparait à plonger dans le vide, à s’éloigner de la vie pour fuir la réalité qu’il devine, exprime à lui tout seul la souffrance de millions de palestiniens qui dure depuis plus de soixante ans. Réfugiée de génération en génération, comme des milliers de palestiniens, cette femme a vécu dans la peur du lendemain, la peur d’une arrestation, d’une humiliation, d’un bombardement, peur de mourir ou de voir les siens mourir.

Un missile vient de frapper les alentours de l’école. Il sera difficile d’identifier le corps de la fillette sans nom. Écoles, mosquées, universités, maisons, magasins, hôpitaux, postes de polices et ministères sont bombardés : plus de 360 morts et 1600 blessés. Grands et petits, écoliers et policiers, filles et garçons, commerçants, employés et combattants, personnes n’est à l'abri de raids et bombardements aussi ciblés soient-ils.

Une fois de plus, Israël a lâché sa puissance destructrice sur Gaza pour « se défendre contre le harcèlement par le Hamas », disent les officiels israéliens. On pourrait croire qu’il s’agit d’un Etat puissamment armé qui harcèle l’Etat hébreu, lequel ne fait que « se défendre » et ça marche ! . Il est vrai que la puissance israélienne ne réside pas seulement dans sa puissance militaire, elle est aussi dans sa capacité, avec la complicité bienveillante d’une partie des médias, à se faire passer pour victime.

Or qui ne sait pas encore que le territoire de Gaza est palestinien et qu’Israël est la puissance occupante qui a pillé ses ressources, fait souffrir sa population des décennies durant et le soumet depuis deux ans, par la puissance militaire, à un blocus total qui a asphyxié l’ensemble des activités et un million et demi de personnes qu’elle a pourtant l’obligation de protéger en vertu du droit international. Ce n’est donc pas le Hamas qui a commencé les hostilités. Le porte parole du gouvernement israélien ne fait qu’entonner que « les Israéliens ont le droit de vivre en sécurité ».

Les Palestiniens, eux sont réduits depuis 1967 à vivre sans droit aucun, à côtoyer l’horreur de l’occupation militaire. Quelle comédie de faire croire que le Hamas serait véritablement menaçant pour Israël… Cela en rappelle une autre qui s’est passée en Irak !

Nous savons qu’Israël ne fait rien au hasard. Alors, quels sont les messages de l’opération militaire dite "plomb durci" ? Le premier est électoral, adressé aux Israéliens qui doivent élire la nouvelle équipe gouvernementale. Plus l’équipe de la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni se montre intransigeante, plus elle sera gagnante.

Le deuxième est à destination de l’équipe Obama : Israël n’acceptera aucun éventuel changement dans la politique américaine à son égard.

Le troisième est adressé à l’Autorité palestinienne, laquelle pourrait récolter le fruit de l’offensive contre le Hamas en échange d’une soumission encore plus grande aux exigences israéliennes.
Enfin, la dernière est à l’attention de l’ensemble des résistants en Palestine et aux Palestiniens citoyens d’Israël. La Ministre Livni lors d’une réunion de la Knesset s’est adressée à un député palestinien : « va à Gaza et ne reviens pas » !

Alors après un tel massacre, que se passera-t-il ?
D’abord, précisons que le Hamas, malgré ses déclarations menaçantes, n’a pas les moyens d’arrêter l’offensive.

Il est clair que la résistance armée telle qu’elle a été menée n’est pas en mesure de vaincre une telle machine de guerre. Il est de la responsabilité de la résistance palestinienne d’en tirer enfin la leçon pour repenser la nature de sa résistance.

Il est de la responsabilité de l’Autorité palestinienne de reconnaître son incapacité à protéger son peuple. Par conséquent, elle devrait arrêter toute négociation avec Israël, se dissoudre et mettre les territoires palestiniens sous protection de la communauté internationale, tout en organisant la résistance populaire contre l’occupation. 

Quant aux pays arabes, incapables d’instaurer le moindre rapport de force face à Israël,   vont-ils enfin comprendre que chaque jour de souffrance palestinienne est un jour en moins dans la survie de leurs régimes ?

Reste à savoir si l’Occident se rendra compte que chaque jour de souffrance palestinienne, d’impunité d’Israël et d’absence d’une solution politique respectueuse de tous les droits de Palestiniens est un affaiblissement de droits de l’Homme et de sa crédibilité dans la région. Ce qui se traduit par le renforcement de la confessionnalisation du conflit israélo-palestinien et de l’intégrisme  islamiste au Moyen-Orient et au cœur de l’Occident.



Partager cet article
Repost0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 07:50
Lundi 15 décembre 2008

FR2 télé poubelle
fait de la propagande
contre la Russie




Alertes !
FR2 - T.V. poubelle !
Avec nos sous, cette chaîne
vraiment communautariste
ose faire une propagande éhontée
contre la Russie, au mépris de la vérité,
pour nous préparer à une guerre
qui bénéficiera à Israël,
aux USA, et aux marchands de mort.


Arme de l'information pour nous
inciter à la confrontation militaire !
Comment on manipule les citoyens.

L'Europe est appelée par FR2

à s'opposer à la Russie,

au moment même où Israël
étend son influence dans l' U.E,
à l'insu des citoyens, et sans vote.

Démocratie assassinée.
Indépendance et pluralisme presse tués.
Tout est scandaleusement inversé !


Contre la propagande éhontée
et les manipulations,
soyons tous journalistes !

 
J'accuse FR2 de salir le métier de journaliste,
et la Russie, pour des raisons communautaristes


Mes amis,

FR2 vient de nous offrir une des pages les plus sombres de l'histoire du journalisme ! Honte à cette chaîne soi-disant publique, financée avec nos sous, pour servir les intérêts, tenez-vous bien... d'Israël ! C'est une journaliste attachée au pluralisme et à la neutralité de la presse qui vous parle, et une journaliste attachée, aussi, à l'indépendance nationale. Or, notre pays est avec Sarkozy vassal des USA, et colonisé par le CRIF, qui défend les intérêts d'Israël. Le Général de Gaulle doit se retourner dans sa tombe : La France n'est plus libre ! Et en particulier sur FR2 télé communautariste, les journalistes, les animateurs etc, ont presque tous la même origine, sans le dire ouvertement. C'est hypocrite ! Même l'émission littéraire du lundi au vendredi, est confiée à Monique Atlan, qui fait ouvertement campagne pour la guerre contre l'Iran !!! C'est très grave, car les sujets proposés, les prises de position, le choix et le traitement de l'information, découlent de cette main-mise par un seul groupe, au service d'un seul pays qui n'est pas le nôtre, et dont les intérêts sont dangereusement liés à ceux des Anglo-Saxons qui ravagent la planète.  Le libéralisme est défendu, avec ses promoteurs tous ennemis des intérêts du peuple, et en favorisant leur élection ; l'Occident est mis en valeur, au détriment de tout le reste ; le martyr des Palestiniens est ignoré ; la Shoah est servie quotidiennement, sur tous les tons, comme un leit-motiv lancinant ; les guerres impériales sont présentées comme une nécessité ; les pays non-alignés sont dépeints sous leur plus mauvais jour, ou défigurés, etc, la liste est interminable...

Curieusement, l'émission à l'origine de mon article, "Un oeil sur la planète : Russie", n'est pas présentée par le journaliste habituel, mais par une personne au nom sonnant comme presque tous ceux défilant à FR2. Et bien entendu chargée de discréditer la Russie, à coups de falsifications et de mensonges, à coups de slogans simplificateurs et haineux, et même pire encore, en insinuant que la politique "apaisante" de l'Europe à l'égard de la Russie est sans doute bien naïve. L'objectif de cette émission étant en réalité de dresser les Français contre les Russes, et de les inciter à considérer ceux que le Général de Gaulle voyait pourtant prolonger l' Europe, comme des ennemis potentiels. Loin d'informer ou de pousser les peuples à s'entendre, cette chaîne prône ouvertement la confrontation, la rend souhaitable, l'attise même, au bénéfice des seuls intérêts des Anglo-Saxons et des Israéliens, et au mépris des règles déontologiques.

Cette chaîne, encore plus que toutes les autres, propose des programmes uniformes, à sens unique, et elle fait de la propagande à longueur d'antenne, en réalisant par ex des télé-films favorables à Sarkozy, à l'Occident, à Israël. La nécessaire neutalité de l'information est bafouée à chaque instant. Quand les médias ne sont plus libres mais exclusivement de propagande comme FR2, disons-le clairement, la démocratie est assassinée, la liberté est assassinée, la France, patrie des Droits de l'Homme et des Lumières, est assassinée. C'est intolérable !

Tout est inversé

Tout en écrivant, je regarde d'un oeil l'émission de propagande contre la Russie. Tout est inversé.  Et cela prouve qu'une télévision aux mains d'un seul groupe (de surcroît dont les intérêts sont aux antipodes de ceux des Français), déforme la réalité, de façon malsaine, perverse.  En mentant ! Par exemple, il est fait état des menaces potentielles sur l'approvisionnement en énergie de l'Europe.  Faux ! Russie et U.E. alliées, l'indépendance énergétique est assurée. Par contre, cette solution menacerait... les intérêts d' Israël, qui préfère dominer la région avec ses amis anglo-saxons. Est-ce que nous devons défendre les intérêts de l'Empire usraélien ? Un Empire d'ailleurs outrageusement dépeint dans cette émission sous les traits... de la Russie !  Oui, tout est inversé. 

Brefs rappels. L'affaire georgienne ? L'agression de l'Ossétie par la Georgie a été menée de concert avec les USA, dont on a retrouvé des soldats... noirs, morts au "champ d'honneur" (des  multinationales criminelles), et avec Israël, qui armait et formait les militaires georgiens. Les Russes ont défendu leurs ressortissants attaqués. Et le nettoyage ethnique n'est pas le fait de la Russie, mais de la Georgie, jusqu'à ce que ses visées criminelles soient stoppées par ... les Russes. 

L'Occident veut rester maître du jeu caucasien. Après avoir démantelé l'Empire russe en détachant une partie de son territoire, après avoir encerclé la Russie et limité sa puissance, il voudrait aussi prendre le contrôle des richesses pétrolières de la région, et de ses oléoducs. Par ailleurs, Israël craint d'être à la portée des tirs russes si le Caucase est, sinon aux mains des Russes, du moins partagé. Tout doit être fait pour affaiblir la Russie. C'est là qu'entrent en jeu des médias comme FR2, presque entièrement aux mains des supporters de ce pays, et chargés de déverser la propagande haineuse à l'encontre des Russes. Je rappelle par ailleurs qu'Israël a un autre but, peu connu du grand public, grâce au silence complice des médias :  Son adhésion à l'UE, sinon officiellement, du moins officieusement. Afin, ensuite, de la phagocyter. Avec les conséquences que l'on imagine, entre autres la confrontation avec la Russie qui, depuis Poutine, retrouve sa place dans le monde, et des guerres impériales de domination de la planète, pour le seul bénéfice de la Haute Finance et des multinationales de mort.  Vous voyez les ramifications d'une émission comme celle-là, soi-disant d'information, en réalité de propagande contre la Russie, et donc contre nos intérêts réels à nous Français, et pour le bénéfice de Puissances étrangères qui se servent seulement de nous, et qui nous utiliseront un jour comme chair à canons dans une immense confrontation contre la Russie, dont l'Empire ensuite se partagera le cas échéant toutes les richesses. Sordide !

Une gigantesque destabilisation

Au nom de la vérité, nous devons savoir que comme la Colombie est un sous-marin des USA en Amérique Latine, Israël est l'instrument de la politique américaine en Europe. Ce pays est derrière chaque étape décisive. Un exemple ? Les fameuses révolutions "oranges", présentées comme une réussite de la démocratie, et qui ont permis en réalité de faire passer l'Ukraine et la Georgie de la dépendance à la Russie, à la dépendance à l'Occident impérialiste et conquérant (dans l'émission, c'est la Russie qui est présentée comme "conquérante", alors qu'elle cherche juste à stopper son encerclement, et à retrouver, légitimement, une part de son influence confisquée), les Révolutions Oranges, donc, ont été patronnées par Israël. Je rappelle son rôle auquel j'ai déjà fait allusion, après avoir un jour assisté en direct aux manipulations de la télévision "publique" :  A midi, on voit les ONG juives servir des soupes chaudes aux manifestants ukrainiens pour la "démocratisation" de leur pays, afin de leur permettre de continuer leur révolution malgré le froid ; le soir même, cette "précision" cruciale (comme quoi, tout ce qui est décisif nous est caché - qu'est devenu le journaliste ayant laissé passer une telle information, au fait ?) avait disparu des écrans. Et elle seule... Chers lecteurs, vous conviendrez avec moi que les dites ONG n'étaient pas là toutes les nuits pour faire oeuvre de charité... Je ne vois pas souvent ce type d'associations venir en aide à des personnes qui ne sont pas de leur communauté !

Quant à la Yougoslavie, elle constituait pour les Usraéliens un enjeu de taille sur la route de la domination des territoires caucasiens, enjeu stratégique, géographique, politique (trop forte, trop proche des Russes, trop communisante). Et c'est ainsi que des populations entières ont été sacrifiées à la soif de domination de quelques-uns, et qu'une entité forte s'est retrouvée, elle aussi, comme sa soeur russe, démantelée, affaiblie, divisée, nettoyée ethniquement (une autre inversion des faits, puisque dans l'émission ce sont les Russes qui sont présentés comme des nettoyeurs), privée de ses libertés, de sa souveraineté, au profit de la Démocratie occidentale "irréprochable", pour parler comme le sieur Sarkozy, et d'une base militaire américaine gigantesque au Kosovo.

Ah, que la démocratie est jolie quand elle est exportée, imposée, et bombardée !

Derrière Oeil sur la Planète, une partie décisive

Or donc, ce qui se joue maintenant est crucial. Via des médias poubelles comme FR2, on nous prépare à une gigantesque confrontation contre la Russie en nous la présentant comme on devrait présenter l'Empire usraélien, anglo-saxon et israélien : C'est à dire conquérant, raciste, destabilisateur, carnassier, en un mot, dangereux. Oui, tout est inversé. Celui qui vient au secours de ses ressortissants en Ossétie est présenté comme l'agresseur de la Georgie, celui qui a fait preuve de maîtrise et de modération est dépeint comme annonciateur de grandes catastrophes, celui qui n'aspire qu'à une réorganisation plus juste des rapports planétaires est représenté comme cynique, colonisateur, celui qui n'aspire qu'à redevenir un acteur influent est présenté comme une menace pour tout l'Occident. Comme quoi, Fr2 travaille au rapprochement des peuples, à la paix ! Quelle ignominie...

Morceaux choisis, parmi d'autres : "La Russie défend ses citoyens à l'étranger mal dans leur peau", "l'invasion" russe est mise sur le même plan que "la nazie", la Russie est qualifiée, tenez-vous bien, d'Empire, en Ukraine c'est la Russie qui "mène le jeu" (alors que le divorce est complet entre les dirigeants inféodés à l'Occident, et le peuple russophone), il faut "craindre" les ambitions russes, en Estonie on doit voir "l'ombre de la Russie" avec d'inquiétantes "cyber-attaques", les Russes "font payer à la Georgie leur ralliement à l'Europe", ou encore cette perle : "L'Armée Rouge a envahi la Georgie et détruit ses infrastructures", le pays "est en morceaux". Oui, vous avez bien lu, l'Armée Rouge !!!! C'est de la terreur intellectuelle, non ? FR2 est un "média terroriste", pour reprendre l'expression à la mode, car spécialisé dans la désinformation, l'intoxication, et la propagande. 

L'accent est d'ailleurs mis sur la peur à l'égard de la Russie. Voudrait-on inoculer ce sentiment aux télespectateurs, qu'on ne s'y prendrait pas autrement !

Pour une politique européenne plus musclée

Mais ce n'est pas tout ! Le but, au final, est d'amener les Européens à changer leur politique, jugée par FR2 "trop apaisante". Allons, amis télespectateurs, réagisez, prenez parti contre les Russes, et priez vos gouvernements de durcir leur politique, au risque d'une guerre et même d'un conflit planétaire !

Que dit cette émission, en effet : " A-t-on vraiment pris la mesure de ce qui s'est passé en Georgie ? On ne se pose pas assez de questions sur les visée du Kremlin". "Si le monde ne nous aide pas, nous ne pourrons pas faire face à ces "BARBARES",  la Georgie n'existera plus". "Au mépris de la vérité, l'Europe fait marche arrière. L'EMPIRE est de retour, l'Europe finira par avoir de graves problèmes". "L'Europe ne veut rien savoir, le temps viendra où l'Europe aura honte de ce qui se passe en Georgie". 

Et le journaliste, après cela, ose parler de "guerre de propagande permanente", de la "nécessité de la véracité des faits" ? Caucase, non ? Pardon, cocase ! Ou plus exactement, criminel. Car ce n'est pas de l'information neutre, c'est de la désinformation, de la manipulation, du mensonge, et c'est même une incitation à la confrontation, à la haine. Est-ce le rôle d'un média digne de ce nom ?

Concrètement, que faut-il en extrapoler  ?

- 1 - Quand on voit ce que signifie un média aux mains d'un groupe, et d'un groupe défendant les intérêts d'un pays étranger, on ne peut que redouter la main-mise de ce groupe sur l'Europe. 

Mes amis, si nous nous taisons, l'Europe sera bientôt une colonie de l'Empire usraélien, dirigée par Israël en liaison avec les Anglo-Saxons qui sévissent sur la planète. Avec tout ce que cela implique de souffrances pour les peuples, et aussi, j'insiste là-dessus, de guerres effroyables, et d'abord contre la Russie qui devrait être notre meilleur allié pour une Europe forte, de paix, indépendante.

- 2 - Face à une désinformation aussi dévastatrice, aussi criminelle - le mot convient si l'on songe aux conséquences de cette incitation au troc d'une politique d'apaisement contre une politique de confrontation -, il ne nous reste plus qu'à devenir nous-mêmes des journalistes, si vous préférez, à nous transformer en informateurs. A temps, et à contretemps.

Il y va de notre intérêt à tous, et de la paix.

Eva

Voyez mon spécial "tous journalistes",  
http://r-sistons.over-blog.com/article-18915143.html

TAGS : Guerre, Révolutions Orange, désinformation, médias menteurs, FR2, Un oeil sur la planète, Occident, Yougoslavie, Russie, Caucase, Ukraine, Georgie, communautarisme, propagande, paix, Anglo-Saxons, barbarie, Europe, UE, Armée rouge, ONG, multinationales, Kosovo, finance, Poutine, Ossétie, Israël, démocratie, Sarkozy, USA, Droits de l'Homme, Général de Gaulle, Palestiniens, CRIF, Shoah...

http://r-sistons.over-blog.com/article-25839526.html



J'ai publié cet article sur mon blog http://r-sistons.over-blog.com, et j'ai reçu cette réaction qui est très significative. Elle écrit clairement ce que tous pensent... puisse FR2 le lire ! Ces Infos du matin sont une caricature sur TOUS les plans, et il y a même au bout le visage repoussant de Monique Atlan, visage qui réflète sa personnalité (celle-là qui incite... - je reprends, en extrapolant,  le terme employé dans le commentaire joint pour les moutons - à "égorger" les Arabes, en attaquant l'Iran au risque d'un conflit nucléaire mondial. Comment ? En incitant à la guerre contre l'Iran, de nettoyage ethnique sous le prétexte fallacieux de lutte contre la terreur nucléaire). Eva


Le commentaire du 16. 12. 8 :

Bonsoir Eva et merci pour votre site qui est le reflet de ce qui se passe dans les coulisses du monde et dans le monde cependant relatés par les médias qui nous servent au quotidient leur désinformation qui pue le parti pris, l'analyse est parfaite les mots sont justes pour tous vos articles bravo.. de mon coté je vais suivre a un maximum de monde le lien de votre site..

pour ce qui est de france deux et des medias en général c'est vrai qu'il ya qu'un seul naguy lol mais il y a télématin(100%sioniste) qui degueule chaque matin au reveil leur formatage contre islamiste,terroriste, ils emploie des mots pour choquer du style égorgé(pour les moutons de la fete de lahîd) alors que les abattoirs francais ont fait comme avec les porcs et les veaux?? On les coupe pas pour les bouffer bref tout est dit de maniere à détruire les arabes et les autres au bénéfice d'israel


______________________________________________________________________

L'émission "un oeil sur la planète" diffusée actuellement sur France 2 est un grand moment de propagande.

Je me suis insurgé contre les analyses, ou plutôt les silences accompagnés d'insultes sur le 11 septembre 2001, mais ce soir, au sujet de la Russie, on touche véritablement le fond...

Ca ne tient même pas la route. Ils veulent nous faire croire que la guerre en Géorgie, cet été, est de l'expansionisme russe...
Alors pourquoi les russes n'ont pas envahit la totalité du pays?... Ils l'auraient fait en une semaine...peut-être moins...

Non, ils ont réagi à l'agression géorgienne sur l'Ossetie du Sud, attaquée par bombardements massifs...

Comme si on pouvait ressouder un pays à coups de roquettes...

Et on reconnait le Kosovo, mais hors de question de reconnaître l'Ossétie...La diplomatie occidentale est une pute sans vergogne.

Nous touchons le fond dans notre pays. Il n'est plus question d'informations, d'analyses ou de libertés. Nous sommes entre les mains fascistes d'un système qui ne pense que par ses intérêts financiers.

Ce soir, il n'y a plus de doute possible, nous sommes dans une logique de guerre, servie par une massive propagande.

Et dire que nous payons pour que nos esprits soient ainsi asservis...


http://changementclimatique.over-blog.com/article-25839454-6.html#anchorComment


________________________________________________________________________________________


Partager cet article
Repost0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 09:44

Reprise de mon article sur

http://r-sistons.over-blog.com

 

Alerte !

Intolérable !

 

Les médias à la solde des industriels de l'armement

nous préparent à la guerre !

Des généraux de l'OTAN préconisent

la guerre préventive à l'encontre de pays n'attaquant personne,

simplement parce qu'ils sont non-alignés ou puissants,

et aussi, horreur suprême, la guerre permanente

même mondiale et nucléaire !

Et les médias dominés par les multinationales de l'armement

se font les relais serviles de la machine de guerre impériale

méprisant le Droit international

et les vies humaines, même civiles, même innocentes !

 

Après Benoît Duquesne,

sur France 2, avec son

"Mourir pour la France",

voici maintenant Marie Drucker

sur France 3, mercredi 3 décembre,

avec son "Prêts à mourir pour la France ?",

"retour sur la France des héros"

 

 

 

Alerte, mes amis !

On nous ment !

 

Nous n'allons pas mourir pour la France,

mais pour la caste militaro-financière

qui va s'engraisser sur le dos de nos vies sacrifiées,

en laissant un champ de ruines dont se saisiront

les industriels de la reconstruction ou du pétrole

avec à leur tête les Bush ou les Cheney,

 

 

 

Oui vous, tous les peuples,

 

proclamez partout

qu'on nous manipule,

qu'on se sert de nous,

qu'on nous trompe,

 

faites savoir partout

qu'il ne s'agit pas de donner

notre unique existence

pour la patrie, mais pour

les multinationales apatrides,

 

qui se repaissent de notre sang

en provoquant la joie

des requins de la Bourse,

 

car notre malheur,

nos licenciements,

nos dégraissages,

nos délocalisations,

et surtout nos champs de ruines

et tous les sacrifices humains,

font monter les cours de la Bourse

et réjouissent ceux qui sont aux commandes !

 

 

Veuve, la statue. Blog de Joke

 

Duquesne, Drucker,

en faisant indirectement "l'apologie"

de ces guerres misérables,

en les présentant, par des titres menteurs,

comme conçues pour protéger

ou sauver la patrie,

ou encore en parlant de "héros",

de héros mourant pour la France,

vous vous rendez complices

de l'intolérable !

 

 

 

http://laplote.fr

 

Duquesne, Drucker,

vendus,

soumis,

serviles,

propagandistes

sans le dire ouvertement,

mais certainement pas journalistes,

 

en parlant de héros

qui meurent pour leur pays,

vous préparez les esprits

à accepter de se sacrifier

pour la mafia militaro-financière,

vous les préparez à vivre l'enfer

pour banquiers et multinationales de la mort,

vous faites le jeu des ennemis des peuples,

vous faites le jeu des Rockefeller ou des Rothschild

qui sont des adeptes de l'eugénisme,

vous faites le jeu des apprentis-sorciers

ou des psychopathes ivres de puissance

et adorateurs du veau d'Or, 

vous incitez à la guerre,

   

 

 

 

 

 

Qu'attendez-vous pour remplir votre mission d'informateur,

qu'attendez-vous pour alerter sur ce qui se trame,

qu'attendez-vous pour provoquer des débats

sur les vraies raisons des politiques, ou

pour dénoncer l'absence de concertation des peuples ?

 

Drucker, Duquesne, vous travaillez

sur des Chaînes Publiques,

vous êtes payés avec l'argent des contribuables,

le nôtre, pour informer,

pas pour nous préparer à accepter

joyeusement les pires souffrances

que l'humanité puisse connaître !

 

 

Cela ne vous suffit pas de faire constamment

l'apologie du libéralisme financier

qui dévaste nos vies,

ou de pointer le doigt

contre des ennemis imaginaires,

Musulmans ou Rouges

menaçant soi-disant la France,

au risque des pires amalgames, 

non, il vous faut maintenant aussi

présenter la guerre comme un honneur !

 

 

 

En somme, si l'on vous écoute,

bonheur du capitalisme,

mondialisation "heureuse",

avec ses riches et (surtout) ses pauvres,

 

 

 

et guerres fabriquant des héros,

joyeux de naître pour mourir au seuil de la vie,

avec un nom gravé à jamais...

dans le marbre inerte !

 

Vous n'avez pas honte ?

Eh bien, nous vous disons NON !

Non, nous ne céderons pas

à vos sirènes mortifères,

non, nous ne fabriquerons plus

votre panoplie d'engins de mort,

non, nous ne tirerons pas sur

des adversaires fabriqués de toutes pièces, 

non, nous n'engraisserons pas 

les criminels et les assassins des peuples !

 

 

 

Oui, nous voulons voir l'unité du genre humain,

oui nous voulons voir fraternellement

notre prochain, 

oui nous sommes tous citoyens du même monde

pour coopérer et nous aimer, 

oui nous sommes membres de la

grande famille humaine,

riche de sa diversité, 

oui nous sommes enfants du même Dieu

et nous voulons respecter la vie de chacun

qui est sacrée, unique, précieuse,

oui, nous n'acceptons pas vos questions fallacieuses

qui sont autant d'incitations à rejeter

nos frères et soeurs humains,

oui, nous vouons tous

être d'ardents défenseurs de la paix,

car la paix est notre bonheur,

notre programme, notre avenir !

Oui, les Béatitudes plutôt que l'Apocalypse !

Eva

 

 

" Heureux ceux qui

  procurent la paix "

_____________________________________

TAGS : Guerre, paix, Dieu,

Benoît Duquesne, Marie Drucker,

OTAN, mafia militaro-financière,

multinationales de mort,

citoyens du monde, Bourse,

capitalisme, chaînes publiques,

Musulmans, Rouges,

Bush, Cheney, Veau d'Or...

 

 

 

 

 

Commentaire reçu, je le mets ici, car très significatif :

J'avais un professeur de sociologie en fac de droit d'une culture gigantesque et qui nous avait répété une centaine de fois de toujours envisager la réalité effective des choses.Effectivement avec un tel préalable,bien des illusions seraient dissipées: il est fini le temps des propagandistes que l'on entendait venir avec leurs gros sabots.Tout est plus fin, le citoyen a l'illusion qu'il n'est pas passif, qu'il participe à un processus, seulement le bruit de fond dont il est inondé parasite sa capacité de réflexion, le drogue : comment expliquer sinon qu'il ne se rende pas compte que le libéralisme aggrave les choses depuis des décennies, que la recherche du bouc émissaire est un os à ronger pour "ciller" les yeux de ceux qui ne veulent déjà pas voir.Martin Luther King le disait dans un discours, tous les conquérants et dictateurs se sont drapés dans les oripeaux du mot "paix",dans des idéaux élevés(Napoléon,Hitler....).


C'est vrai qu'on ne dit plus ministère de la guerre comme on ne dit plus ministère de la propagandes mais des affaires étrangères(encore que le mot affaires est vicieux sans qu'ils s'en soient rendus compte).En revanche, ministère de la culture et de la communication pour cette inculte d'Albanel,il y a un mot de trop.Cf Kahn, c'est bien la peine qu'il ouvre sa bouche contre le système, si c'est pour servir la soupe à Bayrou

commentaire n° : 1 posté par : morsli le: 30/11/2008 10:00:20

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 05:39
Je reprends ici mon article sur mon blog R-sistons à l'intolérable, parce que j'aborde la question des médias,
Non à la dictature de la Pensée Unique
Non à la censure, non à l'ostracisme, non à la Dictature de la Pensée, non à la Pensée Unique,  non à la "démocratie irréprochable" qui nous prive de démocratie, non à l'aliénation de la Pensée, non à la Liberté qui tue nos libertés, non au Libéralisme qui est une imposture, non aux média-mensonges, non à toutes les manipulations pour nous faire accepter l'inacceptable... Eva

 

logo valmy pjmComité Valmy

Voici le mail reçu ce jour :
Chère Eva,
        Merci pour votre message sur notre site. Il est tout à fait encourageant.   La répercussion de ce texte sur votre blog est particulièrement utile et précieux car en général, en dehors de ce type d'expression de solidarité, le Comité Valmy est méthodiquement censuré et ostracisé ( nous ne nous demandons pas pourquoi)
       
Bravo pour l'excellent travail que de votre coté vous réalisez avec votre blog.
         Très cordialement, Claude B.

Voilà exactement le genre de message qui me fait sortir de mes gonds, moi qui me bats entre autres pour le pluralisme et l'équité. La dictature d'un parti, d'un clan, d'un groupe ou d'une idéologie, à plus forte raison dévastatrice pour les peuples et hypothéquant l'avenir de nos enfants (dette, saccage de la nature, accaparement des richesses et des ressources...), je ne l'accepte pas. L'intolérable se combat. On ne pactise pas avec le diable. La tyrannie d'un clan sur l'humanité est une monstruosité, elle doit être dénoncée sans relâche, et combattue avec énergie et détermination.

 

Notre combat, aujourd'hui, est existentiel. Civilisation, ou barbarie ? Dictature de la finance sur les peuples, au risque de les éliminer, de les asservir, de faire leur malheur ? Ou humanisme, un Système qui met au coeur de tout l'humain, l'humain dans sa diversité et dans sa dignité ? Oui, notre combat est EXISTENTIEL, car ce n'est pas seulement le type de société dans lequel nous voulons vivre qui est à définir, mais, déjà, avant tout, la lutte pour la survie de l'espèce humaine. Car notre pseudo civilisation a les moyens de se détruire. Et des dirigeants fous, pathologiquement obsédés par l'Argent et le Pouvoir, ne font aucun cas de la vie humaine. Ils préparent une forme totalitaire, fascisante, anti-démocratique, de gouvernement mondial, à leur seul profit ainsi qu'à celui de leurs amis ou de leurs valets. Quel être humain normalement constitué peut accepter d'être promis à la sélection eugénique, à la précarité, à la flexibilité, à la délocalisation ou  au "dégraissage", ou tout simplement à la boucherie ?

Et si personne ne réagit, c'est parce que nous sommes sous le règne de la Pensée Unique, qui distille jour après jour son venin pour nous asservir davantage. Ainsi, l'Occident judéo-chrétien au service de l'oligarchie financière utilise quotidiennement les médias pour faire de nous des esclaves du divertissement, des jeux, de l'abrutissement, de l'apathie, de la résignation, de fallacieux bonheurs (Dès tôt le matin, William, sur FR2, nous assène sa vision du bonheur ayant un lointain rapport avec la réalité), prêts à mourir en chantant pour les guerres impériales, ou à subir l'affaiblissement continu de notre pouvoir d'achat en bénissant nos bourreaux. Suprême victoire ! Voilà comment les tyrans perpétuent leur domination sur les masses, au cours des siècles, en travestissant la réalité, leurs véritables projets. Mais jamais cette domination n'a été aussi pernicieuse, dévastatrice, carnassière, criminelle, et lourde de dangers, étant donné les moyens utilisés (techniques meurtrières, contrôle complet, OGM, mines anti-personnel, bombes à fragmentation, armes biologiques ou nucléaires, ... ou Bourse ! etc). Elle menace non seulement le présent des populations, mais leur avenir et même l'existence de l'homme sur terre. Je reproduis le commentaire N°6 que j'ai fait sur un récent post de mon blog :

 

" A noter qu'en ce moment FR2 aux Infos se tait sur ce qui se prépare (Iran, crise etc) et parle des beaux rêves des Français, du bonheur des Français, et des salaires mirobolents des golden-boys, "comblés de bonheur" eux aussi. Les seuls fausses notes concernent... l'opposition.  Evidemment. Et sur La chaîne Parlementaire, au moment même où le G20 est un échec complet et où Sarkozy est ridiculisé, on parle de Sarkozy bonne fée du G20, en qq sorte ! Et en ce moment, FR2 TV communautariste (presque tout le personnel passant à l'écran a les mêmes origines, parfois c'est scandaleux avec l'émission littéraire quotidienne confiée à Monique Atlan, qui ... fait l'apologie de la guerre contre l'Iran qui va nous conduire tous au suicide collectif)  annonce, pour changer (!), une soirée consacrée aux souffrances... des Juifs. Encore, en permanence ! J'ai appris qu'il sortirait (?) 100 films par an faisant allusion aux drames vécus par les Hébreux, pour bien moins de dix aux Arabes. Bonjour le pluralisme !!!!  Il faudrait finir par boycotter la TV. Tout y est scandaleux. Nous n'avons plus rien à envier à Berlusconi... Une honte !!! On croit rêver... Jamais l'info n'a été autant COUPEE DE LA REALITE !!!! La démocratie est morte.... (cf éloges N. Sarkozy au G20, et ce qui s'est passé en fait) "

 

Aujourd'hui, démarrage en fanfares du bonheur made in FR2, une équipe au complet qui en effet ne risque rien avec la réforme de l'audio-visuel, tant elle est au service du Pouvoir; un C dans l'Air, tenez-vous bien, consacré aux Talibans qui menacent la France, ça va loin vous voyez, maintenant un film consacré aux malheurs des Juifs (bien réels à l'époque, mais dont on nous submerge en permanence, au risque de produire l'effet inverse de celui recherché), etc. Vous en déduisez quoi ? Que tout va bien, ne manifestez pas Français contre la politique de Sarkozy, pardon, contre les effets de la crise - puisque le coupable présenté est bien évidemment la crise, alibi si commode pour faire oublier les effroyables méfaits de la politique sarkozienne au bénéfice exclusif de ses amis milliardaires -; ayez de la compassion pour les enfants d'Israël en ne débattant jamais de leur désir de rayer l'Iran, et les pays alentour, de la carte, pour dominer la région; et craignez, bonnes gens, l'ultra-Gauche fort opportunément ressuscitée pour les besoins de la crise (il faut bien trouver des boucs-émissaires), ou l'invasion des hordes "barbares" d'étrangers, ou redoutez ces affreux Talibans qui menacent de voiler notre Tour Eiffel et nos femmes... Après ça, soumission parfaite au Nouvel Ordre Mondial dont Attali ne manque pas de nous vanter les charmes, ou aux aventures épiques en Afghanistan pour complaire à nos zamis yankees. Les veaux Français sont prêts à accepter le Pouvoir qui va les contrôler et les broyer, ou les chocs de civilisation contre les ennemis du moment, arabes, russes, ou chinois. Rideau.

 

Il existe des résistants. Oui, il y en a encore.

 

 

 

Jean Moulin

 

Celui-ci, c'est Jean Moulin. Voici un extrait de Wikipedia :

 Il dirigea le Conseil national de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Souvent considéré comme un des principaux héros de la Résistance, il est inhumé au Panthéon des grands hommes de la République française.

C'est lui que vous voyez représenté sur le logo du Comité Valmy.

Je suis comme lui une résistante à l'intolérable. C'est le nom de mon blog, d'ailleurs, R-sistons à l'intolérable.

 

Comme je suis une résistante,  j'ai décidé d'ouvrir mon blog (et il est lu par au moins 1500 lecteurs par jour - en constante augmentation - en incluant les abonnés et les sites qui reprennent les articles, sans parler de ceux de journalisme citoyen qui publient régulièrement mes posts, ou des forums de discussion qui organisent des débats autour de mes publications engagées et ouvertes) à ceux qui sont privés de la parole par la Pensée Unique qui, au nom sans doute de la "démocratie irréprochable" chère au magicien Sarkozy, confisque la démocratie, la liberté, et, au final, notre avenir et celui de nos enfants, au profit de la caste prédatrice monstrueuse qui s'est emparée, SANS mandat, des commandes du monde, à seule fin d'étendre son pouvoir à notre détriment à tous.

Vous ne partagerez peut-être pas les options du Comité Valmy. Mais vous saurez qu'il existe, et parler d'eux, c'est un acte de liberté, un acte de résistance à la Pensée Unique totalitaire. Voici ses derniers écrits. Je suis sûre que mes lecteurs apprécieront tous le premier texte, qui dénonce la perte de la souveraineté de la France, son asservissement à des intérêts étrangers. Mon blog ne tolère ni la dépendance à des pays extérieurs, ni la dépendance aux Puissances de l'Argent-roi. Alors, un texte comme celui-ci est du pain béni.

A bientôt, Eva
TAGS : Comité Valmy, Résistance, Pensée Unique, démocratie, liberté, censure, FR2, barbarie, civilisation, médias-mensonges, totalitaire, NOM, OGM, bombes à fragmentation, armes nucléaires, mines ant-personnel, Attali, Hébreux, Juifs, Islam, Arabes, Iran, Afghanistan, Talibans, Sarkozy, Ultra-Gauche, G20, humanisme, dégraissage, flexibilité, délocalisations, Berlusconi, choc des civilisations, C dans l'Air... 
Derniers textes Comité Valmy
EN FINIR AVEC L’ALIÉNATION
EURO-ATLANTIQUE !
Claude Beaulieu

La politique de la France doit être décidée par son peuple, à Paris et nulle part ailleurs !

dimanche 23 novembre 2008,

par Comité Valmy


 

Depuis plus de 60 ans, la politique social démocrate en France est conditionnée par le fédéralisme européen, l’atlantisme et la soumission aux dirigeants américains. C’est l’une des causes fondamentales de l’éloignement grandissant du peuple républicain des dirigeants du Parti Socialiste. L’enracinement de ceux-ci dans le dogme supranational source de régression sociale, et leur attachement inconditionnel à l’OTAN source de guerres, a conduit, lors des trois dernières élections présidentielles, des millions de citoyens républicains et progressistes à cesser de voter pour le candidat présenté par le PS, alors même que celui-ci se réclamait de telle ou telle variante d’une "union de la gauche" qui a progressivement perdu toute crédibilité.

 

L’Europe fédérale et atlantiste est avant tout, un outil de l’hégémonie de l’impérialisme étasunien sur le monde. Elle est complice de la mondialisation, de la vision unipolaire et des guerres, que celui-ci développe depuis des décennies. Cette domination agressive des USA aujourd’hui en déclin, et de ses vassaux, n’est plus une perspective tolérable par les peuples du monde dont la résistance contre leur ennemi commun, commence à converger dans une sorte de front anti-impérialiste, encore relativement informel.

 

La scission du mouvement ouvrier dans notre pays lors du congrès de Tours, aura joué un rôle déterminant dans l’ancrage anti- soviétique et anti-communiste qui demeure toujours l’un des fondements idéologiques inspirant la politique des dirigeants socialistes. Il est souhaitable de prendre en considération notre histoire depuis la deuxième guerre mondiale ; elle illustre une réelle continuité politique. A la Libération, l’influence populaire importante que le PCF avait acquise grâce à son rôle dans la Résistance, inquiétait les diverses forces politiques qui, selon leur rôle dans la lutte des classes, lui étaient hostiles.

 

Pourtant, dès cette époque et jusqu’à nos jours ses dirigeants ont toujours été dépourvus de toute velléités de prise du pouvoir et ont choisi une voie démocratique, républicaine et nationale. En réalité, ceux des dirigeants du Parti Communiste qui en contrôlent l’appareil, ont après l’éloignement de Georges Marchais, imposé une "mutation" qui abandonnait la vision à la fois nationale et internationaliste du parti. A bas bruit, ils se sont alignés sur la négation nationale trotskyste et le fédéralisme social-démocrate.

 

Au moins à partir de 1942, la puissance des communistes et leur rôle dans la lutte patriotique et anti-nazie en France, sert de prétexte aux dirigeants américains pour s’ingérer gravement dans la vie politique de notre pays. Ainsi ils se sont opposés directement à Jean Moulin et financé ceux qui dans la Résistance, s’opposaient à lui et dont certains iront jusqu’à le trahir. Ils ont été hostiles au Général de Gaulle, à l’alliance gaullistes- communistes, à l’existence du CNR, dont ils ne voulaient pas. Ils ne furent pas pour rien dans la mise en sommeil rapide de celui-ci, peu de temps après la Libération.

 

Après les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, crimes contre l’humanité et instruments de leur chantage nucléaire, ils ont entrepris leur stratégie de "guerre froide" contre une URSS sortie exsangue et épuisée de la guerre, avec une industrie pratiquement détruite par les nazis. Comme l’a montré Noam Chomsky, ils parviendront " à créer aux USA " une véritable psychose du "péril rouge" et à "manipuler la pensée de la plus grande partie du monde" sous leur domination.

 

Mobilisant les réseaux à leur service, qu’ils ont constitués en France avant, pendant et après la guerre, les impérialistes américains orchestrant l’anti-soviétisme, ont développé sur notre continent leur stratégie de domination dans deux directions inséparables : la création de l’OTAN et le lancement de l’Europe fédérale. Celle-ci était entre autres, destinée à détruire les nations qui dans la propagande US reprise par leurs émules, sont depuis présentées comme étant historiquement dépassées. Avec leurs agents ils s’attaquèrent dans un long processus qui perdure, à la souveraineté populaire, à la forme républicaine de notre Etat-nation et à tous les éléments pouvant permettre aux Français et aux autres peuples, de préserver leur droit inaliénable à disposer d’eux-mêmes, à refuser de devenir des instruments vassalisés, au service des propres objectifs nationalistes des USA.

 

Dès mars 1946, Léon Blum annonça clairement l’alignement de son parti sur la stratégie américaine. A Washington où il négociait les accords Blum-Byrnes, il fit ses offres de services dans un discours dont le sens profond ne fait aucun doute : "Je sais bien que la France ne vous laisse pas indifférents. Je crois qu’aujourd’hui encore elle possède un pouvoir d’influence spirituelle et d’orientation politique pour l’ensemble du continent européen, et je ne crois pas me montrer trop présomptueux si j’affirme qu’en Europe, la France est encore aujourd’hui, comme elle l’était jadis, la position stratégique dominante de la démocratie et que sur le plan mondial, sa coopération active est et restera un élément indispensable pour cette organisation pacifique du monde où votre pays a pris l’initiative principale et dont il a assuré la principale responsabilité."( La Revue socialiste » janvier 1951)

 

A propos de la réalité ou non de la "menace soviétique", de son caractère mensonger, manipulateur et, d’instrument de la lutte des classes à l’échelle internationale, au sein du Comité Valmy, il n’existe certainement pas une opinion monolithique, car il rassemble des militants issus des principales sensibilités de l’arc républicain. On y retrouve pourtant une réelle unanimité sur la conviction que si par hypothèse elle a existé à une époque, cette "menace" a disparu en même temps que l’Union soviétique.

 

Celle-ci comme le Pacte de Varsovie n’existent plus. L’OTAN dont la création a précédé de six ans celle du Pacte de Varsovie, n’a plus aujourd’hui aucune raison avouable d’exister, ni aucune légitimité. (Si toutefois elle en a jamais eue). L’alliance atlantique et son organisation militaire intégrée, dans laquelle Nicolas Sarkozy obéissant à son suzerain, a réinsérée la France, sont plus manifestement que jamais, l’outil d’une politique d’agression et de guerre, sous le contrôle absolu des dirigeants étasuniens.

 

Orienté en particulier contre la R P de Chine, la Russie, l’Iran, l’Afghanistan etc.., l’OTAN, on le voit bien, peut également être utilisée contre n’importe lequel des peuples du monde. Il peut aussi servir à attiser le choc des civilisations, si l’appareil oligarchique occulte qui détient véritablement le pouvoir, poussait la nouvelle administration américaine à conserver cette stratégie qu’elle a commencée par l’intermédiaire de Georges W Bush.

 

Le Parti Socialiste vient de tenir son 75 ème Congrès. Le bon peuple à son sujet, a été submergé par la propagande déversée par les médias sarko-régulés. La première constatation possible, c’est qu’il n’y aura pas eu de débat de fond lors de cet exercice de politique-spectacle.

 

La ligne euro-atlantiste tracée dans les années quarante, reste intangible, non discutable et déterminante. Il est impensable qu’elle puisse être remise en cause, même 20 ans après la disparition de l’URSS dont l’existence prétendait la légitimer.

Après ce congrès, toujours pré-déterminé par le carcan de l’euro-atlantisme, le Parti socialiste reste incapable de développer sur l’essentiel, une politique différente de celle de Nicolas Sarkozy.

 

Nos concitoyens ont pu constater à travers le traitement de faveur réservé par la domesticité politico-médiatique du pouvoir, que Ségolène Royal demeurait la candidate choisie par le clan de Nicolas Sarkozy. On comprend que le chef compradore de l’Etat aimerait bien lui voir prendre à nouveau, la tête de l’opposition officielle et recréer le couple Royal / Sarkozy, dépourvu d’antagonisme politique de fond et intégré dans une pratique électoraliste inspirée dans les deux cas, par l’exemple américain.

 

Si Ségolène Royal qui a pris politiquement en exemple Anthony Blair, l’avait emporté, le Parti Socialiste, aurait perdu ce qui permet encore relativement de le considérer comme un parti de militants, pour devenir une sorte de copié-collé du Parti Démocrate américain.

 

Il est vrai que sa volonté affichée d’alliance avec les chrétiens démocrates du MODEM peut être comprise comme une sorte d’épuration intégriste en faveur de l’Europe fédérale des régions, un retour logique aux pires sources de l’euro-atlantisme et adoptant les méthodes américaines de conditionnement des peuples.

 

Les dirigeants du Parti Socialiste en crise, sont généralement aliénés par un euro-atlantisme systémique qui élimine ou stérilise en eux, toute capacité de définir une politique à la fois conforme à l’intérêt du peuple, de la nation et de la République une, indivisible, laïque et sociale. Du "pareil au même" disait JP Chevènement en comparant les politiques des renégats de la nation situés à droite comme à "gauche". L’élection contestée de Martine Aubry première Secrétaire du PS, ne changera en rien cette réalité et ses incantations sur une mythique Europe sociale, n’ont aucune chance de connaître un début de concrétisation

 

Pourtant en s’opposant au traité de Lisbonne, l’aile gauche de ce parti représentée par Benoît Hamon, a fait un pas qui marque un progrès dans la bonne direction, celle qui peut ramener à la souveraineté populaire, sans laquelle toute ambition de progrès social est illusoire. Nous avons salué avec sympathie les démissions du Parti Socialiste de Jean-Luc Mélenchon et de Marc Dolez lequel, à une occasion au moins, s’est déclaré favorable à la souveraineté nationale qui selon nous, est inséparable de la souveraineté populaire.

 

Il reste à espérer que les réalités économiques sociales, et politiques qui ont amené une certaine radicalisation de leurs analyses, amèneront ces camarades à aller au bout de leur logique et à rompre clairement avec toute démarche supra-nationale.

 

Dans notre pays, une dynamique de compréhension a progressé pas à pas dans le peuple-nation qui a entrepris de tirer les leçons de son expérience concrète de plus de soixante ans de "construction européenne" accompagnée de démagogie, de mensonges et en permanence de manipulation idéologique.

 

Cette "construction" à l’étape actuelle de cette prise de conscience, est analysée de plus en plus fréquemment par les citoyens, comme une régression économique, sociale et politique, comme un véritable recul de civilisation et comme un totalitarisme en marche. Elle a amené le peuple souverain à dire non au traité constitutionnel européen. Pour bien apprécier l’importance fondamentale de ce non de Résistance, il convient de se rappeler qu’il a été exprimé, en dépit d’une intense campagne politico-médiatique, massivement antidémocratique et menée par l’oligarchie supranationale à double face, qui monopolise le pouvoir tout en contrôlant les médias.

 

Il est trop tôt pour être très précis sur ce que sera la politique des dirigeants américains sous Barack Obama. Il a déjà annoncé sa volonté de poursuivre la politique de domination mondiale des États Unis. Nombreux parmi ceux qui lui font confiance seront certainement déçus. Ce qui est déjà nettement perçu par les peuples, c’est la mise en échec presque partout dans le monde, de la politique guerrière conduite sans discontinuité par Georges W Bush pendant sa présidence. L’impérialisme américain n’a plus totalement les moyens d’imposer partout et toujours cette volonté hégémonique dans le monde qui a cessé d’être unipolaire. Le recul américain qui tend à s’accentuer, est aussi celui de ses alliés, vassaux et supplétifs. Les plus lucides d’entre-eux en France, notamment parmi ceux qui sévissent dans le cadre de l’alliance supranationale UMPS, devraient envisager leur recyclage.

 

Aujourd’hui la donne politique internationale se modifie rapidement et en profondeur. La France doit se libérer de l’OTAN, cesser d’être la vassale des USA et rétablir son indépendance nationale.

 

Il devient indispensable et urgent que l’ensemble des organisations, personnalités et militants, se réclamant de la République et de la souveraineté populaire, qui ont en commun pour objectif de changer la société en combattant pour le progrès social et la paix dans le monde, intègrent les nouvelles réalités de la situation mondiale dans leurs analyses. La volonté partagée au delà des différences de construire une nouvelle perspective de rassemblement populaire appelé à devenir majoritaire, en sera renforcée et les convergences clarifiées.

 

Le Comité Valmy internationaliste et patriote, membre fondateur de l’Arc Républicain de Progrès, considère que la politique de la France doit être décidée par son peuple à Paris et nulle part ailleurs. Il inspire sa démarche de rassemblement de l’exemple de la Résistance et de son esprit. Il propose la réactualisation du programme du Conseil National de la Résistance qui, dans son essence, garde une grande modernité et une réelle capacité à répondre aux problèmes que connaît aujourd’hui la France républicaine.

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article111 

 

 

suite sur mon blog http://r-sistons.over-blog.com/article-25146970.html

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 26 novembre 2008
Si le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) avait perdu les élections municipales dimanche cela aurait fait la "Une" de vos journaux qui auraient fait leur titre sur le "déclin de Chavez". Manque de chance pour eux, c'est une victoire chaviste dans 77% des régions, 81% des communes, 18 des 24 capitales d'Etats. Notamment le PSUV n'a pas perdu le fief de Caracas et cumule 5,5 millions de voix (http://larepublica.es/spip.php?article13490)
Le journal Le Monde, qui se console comme il peut, préfère parler des quelques localités qui basculent dans le camp de l'opposition (les chavistes dominaient jusque là l'écrasante majorité des institutions locales - par exemple 20 des 22 régions en 2004 suite au boycot partiel du scrutin par l'opposition).
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 02:59

sarkozy.1225211822.jpg 


Des aides en baisse...
présentées comme un événement !


La communication Elyseéenne en plein travail !

En 2007 il y avait 1.196.237 salariés  embauchés sur contrats aidés par l’Etat! Sarkozy et son team  arrivent au pouvoir , ils estiment que cette aide doit etre significativement freinée ! Pour l' année 2009,  ils avaient décidé de ramener ces aides à 230000 soit une baisse de 80°/°!!!! Donc un désengagement presque total de l' Etat pour l' emploi dans ce domaine.

La crise est là , il faut faire des annonces , il faut trouver des chiffres qui frappent  100000 en plus.... soit  330000 !

Voila la formule magique qui sera reprise par toute la presse aux ordres du pouvoir !

Mesdames , Monsieurs , Comment arriver à faire passer un désengagement sans précèdent par une augmentation virtuelle ....  Sarkozy   venait d' arriver à réduire de 72°/° la participation de l' Etat sous les applaudissements d' un peuple de France conquit! 

Le Général de Gaulle avait raison , les Français sont des veaux, à ma grande tristesse!

Sly


http://vigicitoyen.canalblog.com/

L' ARTICLE COMPLET :

http://dechiffrages.blog.lemonde.fr/2008/10/28/les-emplois-aides-100000-de-plus-ou-866000-de-moins/

Le  voici  : 

28 octobre 2008

 sarkozy.1225211822.jpg 


Certains parlent d’un « grand retour » des emplois aidés. Le discours de Nicolas Sarkozy à Rethel les a visiblement impressionnés. C’était évidemment son but. Parlant de 100.000 emplois aidés de plus, afin d’en porter le nombre à 330.000, le Chef de l’Etat a suggéré une augmentation de moitié, ou presque. Bigre.

Une fois encore, cependant, il est prudent de repasser au ralenti le film présidentiel, dont la communication effervescente continue de faire songer à une partie de bonneteau.

contrats-aides-situation-et-perspective.1225211997.PNG

 En 2007, pas moins de 1.196.237 salariés ont été embauchés sur contrats aidés par l’Etat, dont 801.688 dans le secteur marchant (celui des entreprises), et 394.549 dans le secteur non marchand (celui des associations). Ce sont les chiffres du ministère du Travail.

En avril 2008, le gouvernement décida de freiner ces dispositifs des quatre fers. Le chômage diminuait. Et d’ailleurs, toute la politique de l’emploi de Nicolas Sarkozy visait moins à réduire le chômage qu’à ralentir l’effet favorable du papy-boom sur l’emploi. Il fut alors décidé qu’on ne signerait plus que 280.000 contrats aidés en 2009.

Et la dégringolade commença. A la fin septembre 2008, guère plus de 560.000 contrats aidés avaient été signés depuis le début de l’année. A peine la moitié du total de 2007. Quant au projet de budget pour 2009, si l’on suit bien le Président, il a encore réduit la voilure et ramené le nombre de ces contrats aidés à 230.000 l’an prochain.

Malheureusement, les perspectives de l’emploi ne sont plus aussi roses. Dans son dernier point de conjoncture, l’Insee prévoit même une remontée du chômage en fin d’année, de 7,2% à 7,4% de la population active. Le papy-boom amortit le choc, mais il ne anpe.1225212128.jpgl’annule pas.

Au demeurant, il s’agit d’un pronostic optimiste. L’Insee l’accompagne d’ailleurs de ce commentaire : « Cette prévision repose sur l’hypothèse que les turbulences financières ne s’aggravent pas et que les ménages et les entreprises ne doivent pas faire face à un durcissement trop marqué des conditions de crédits de la part des banques ».

Espérons que l’hypothèse de l’Insee se vérifiera et qu’en 2009, la crise ne sera plus qu’un mauvais souvenir. En tous cas, il ne faudra pas compter sur les contrats aidés pour contenir le chômage.

Même si leur nombre atteint finalement 330.000, cela fait 866.000 de moins qu’en 2007 – une excellente année pour l’emploi.



Super Sarko, ou super-imposture ?
(avec l'aide des médias complices)
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/post/6391235/super-sarko-ou-super-imposture-



Derniers articles sur mon blog
http://r-sistons.over-blog.com  :


liste complète




Derniers articles sur mon blog
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 06:05

Propagande anti-russe

LA RUSSIE VUE PAR LA PRESSE DE LA CEI
ET DES PAYS BALTES !




ESTONIE :


Les médias estiment que la Russie est capable de lancer une agression contre l'un des pays baltes au nom de ses intérêts géopolitiques.

"L'accroissement du nombre de russophones -dont la plupart ont des problèmes de langue- au sein de notre peuple change totalement notre paysage politique.

N'importe quelle raison conviendrait à la Russie en vue d'attaquer un de ses petits voisins :
parce que ce dernier offense les citoyens russes ou la population russophone ayant des passeports du pays de résidence.

La Russie pourra atteindre plus facilement ses objectifs impériales si ses petits voisins délivrent de façon irréfléchie des passeports nationaux aux anciens sujets de l'URSS et à leurs descendants". -Postimees, 10.10-.

"Une guerre éclair victorieuse de la Russie contre certains petits Etats voisins dans le contexte de nouvelles difficultés en matière de versement des pensions et des salaires pourrait être pour les locataires du Kremlin un moyen d'essayer de rester debout sur un terrain qui tremble sous leurs pieds.

Cela signifie que la cible sera non pas l'Ukraine, mais l'un des Etats baltes". (Parnu Postimees, 10.10).

"Nous avons vu en Estonie quelles méthodes emploient en vue de faire monter la tension ceux qui ne veulent pas reconnaître la souveraineté des Etats du "bloc soviétique" et leur sortie de la sphère d'influence de Moscou...

Les attaques propagandistes ont pour but non seulement de saper la confiance dans l'Estonie, mais aussi d'influer sur les gens qui y résident et de créer des tensions à l'intérieur de l'Etat". -Eesti Paevaleht, 10.10-.

LETTONIE  :

Certains médias critiquent âprement les propos tenus par le ministre des Transports Ainars Slesers qui a qualifié de démarche irresponsable pour l'économie nationale le soutien apporté par la Lettonie à la Géorgie dans le conflit contre la Russie.

"Il y a plusieurs politiques étrangères.
L'une consiste à coopérer avec l'OTAN et l'UE.

Une autre, avec les pays voisins de l'UE. Enfin, une autre encore pourrait se résumer ainsi : l'argent n'a pas d'odeur.

Le fait que de tels propos sortent de la bouche d'un ministre semble étrange.

Il faut renoncer à la politique fondée sur l'avantage économique, sinon il pourrait sembler plus avantageux d'adhérer à la CEI -Communauté des Etats indépendants- ou même de s'intégrer à la Russie...

Les propos de Slesers nous ont mis dans une situation scandaleuse, embarrassante devant l'Occident.

On peut en déduire que la Lettonie doit rejoindre la Russie, ou presque, car du point de vue économique, ce sera "tout ce que nous voulons"...

Si on laisse la Russie faire tout ce qu'elle veut, il faut se demander qui sera la victime suivante:

l'Ukraine, la Moldavie?.. -Latvijas Avize, 10.10.-.

"Pour qui ne se soucie que de son porte-monnaie, la politique n'est qu'un moyen supplémentaire de le remplir.

Mais il en est autrement lorsqu'un ministre commence à tenir ce langage.

Ce n'est plus un intérêt mesquin, mais une véritable politique.

Pour résumer: si l'on fait plaisir à la Russie, on en profitera d'une manière ou d'une autre". -Latvijas Avize, 11.10-.

LITUANIE :

 Les journalistes arrivent à la conclusion que les autorités russes refusent de reconnaître l'envergure réelle de la crise financière.

D'après eux, le conflit russo-géorgien a été un facteur qui a aggravé la situation sur les marchés des valeurs.

"En Russie, aux financiers qui s'arrachaient les cheveux, le gouvernement a répondu qu'il n'y avait aucune crise dans le pays et conseillé aux chaînes publiques d'éviter d'employer les mots "crise" et "krach".

Ce n'est qu'après l'intervention de la Russie en Géorgie, lorsque les actions des entreprises russes ont chuté d'un tiers et que les Etats occidentaux ont commencé à menacer de prendre des sanctions, que les milliardaires et millionnaires russes se sont demandé s'il fallait continuer à soutenir Vladimir Poutine et sa politique.

A présent, alors que le gouvernement a déclaré que rien de grave ne s'était produit en Russie, et que les conséquences de la crise ne se feraient sentir que dans l'Amérique haïe et en Occident, les hommes d'affaires qui ont perdu des millions ne sont plus de grands fans du Kremlin.

Vladimir Poutine et son président Dmitri Medvedev continuent à ne pas rater une seule occasion de critiquer l'Amérique et l'Occident".
 -Lietuvos zinios, 10.10-.
"Les experts qui prédisent la chute de la puissance des Etats-Unis ne voient souvent que ce qu'ils ont envie de voir.

Quelles que soient les pertes occasionnées par les crises, l'économie des Etats-Unis est plus souple, et elle possède suffisamment de réserves pour sortir le pays de l'impasse.

La situation de la Russie est en réalité bien plus difficile.

La crise mondiale, au fond, a coïncidé avec l'agression de la Russie en Géorgie, après quoi la confiance des investisseurs est tombée en flèche.

Les analystes étrangers soulignent que Moscou, à la différence des Etats-Unis, s'appuie sur une base particulièrement instable:

les exportations de pétrole et de gaz. -Lietuvos rytas, 08.10-.

BIELORUSSIE :

 La presse évoque avec indignation les actions de Gazprom sur le marché et met en garde les dirigeants de la république contre des démarches inconsidérées en matière de coopération avec le géant russe du gaz. Gazprom se conduit en Russie comme un maître incontrôlé.

Avec le Kremlin, il constitue un puissant système de canalisation de la richesse nationale de la Russie en faveur des élites politiques.

Pour un prix relativement bas du gaz pour la Biélorussie, Gazprom pourrait exiger le droit d'acheter toutes sortes d'actifs dans notre pays.

En utilisant des schémas éprouvés en Russie, on peut faire en sorte que le budget biélorusse reçoive des kopecks, alors que la majeure partie des recettes provenant des ventes reviendront à une partie de la nomenklatura actuelle.

Dans un premier temps, la Biélorussie recevra du gaz bon marché, mais par la suite, les prix, les conditions de livraison du gaz et la qualité du travail de Gazprom en Biélorussie seront déterminés à Moscou.

Par conséquent, il est extrêmement important que les décisions sur la coopération avec le monopole russe du gaz soient réfléchies et transparentes". -BelGazeta, 12.10-.

Des commentateurs se déclarent certains que le but final du Kremlin est d'assurer l'intégration politique la plus vaste possible des deux pays, quitte à ce que la Biélorussie perde sa souveraineté.

"Si Alexandre Loukachenko renonce aux crédits, la Russie pourrait élever le prix du gaz jusqu'à 250-300 dollars...

Ce crédit, c'est de l'argent qui est avalé, gaspillé... afin de soutenir les entreprises qui travaillent par inertie.

La Russie entraîne la Biélorussie dans une stagnation structurelle, afin de nous avancer, d'ici un an ou deux, de sérieux arguments en faveur d'un rouble unique et d'une intégration politique.

Alors, Alexandre Loukachenko sera effectivement placé devant un choix: ou bien rester le président d'un Etat indépendant, ou bien se heurter à une grave crise financière et à une crise générale du système, lorsque le créditeur de la dernière chance refusera de remplir sa fonction". -Solidarnost, 08.10-.

UKRAINE :

De nombreux auteurs sont certains que le Kremlin essaiera de profiter au maximum des frictions dans les échelons supérieurs des autorités ukrainiennes.

"Une crise politico-étatique a éclaté en Ukraine" -Dmitri Medvedev-...

C'est ainsi que Moscou a réagi aux événements qui ont eu lieu la semaine dernière à Kiev. Le "fripon Iouchtchenko" -Vladimir Poutine- n'a pas seulement confisqué l'avion de son premier ministre, il a aussi poussé le pays vers de nouvelles élections anticipées.

Le Trésor ukrainien n'a pas, semble-t-il, d'argent pour organiser le vote, les banques de Kiev font faillite l'une après l'autre.

Nous allons leur demander un prix tellement élevé pour le gaz, que Les politologues du pool du Kremlin ne cachent pas leur satisfaction:

voilà à quoi mènent l'aspiration des Ukrainiens d'adhérer à l'OTAN "contre la Russie" -Sergueï Lavrov- et leur amitié avec la Géorgie". -Gazeta 24, 13.10-.

Les analystes déplorent que Kiev soit incapable de s'en tenir à des positions plus ou moins conséquentes dans ses rapports avec Moscou, ce que Minsk réussit à faire avec succès, d'après eux.

"Seulement quatre jours séparent les rencontres de Vladimir Poutine avec Ioulia Timochenko et Alexandre Loukachenko.

Dans les deux cas, Vladimir Poutine ne paraissait pas particulièrement optimiste ou satisfait.

Les Russes ne semblent pas avoir envie de traiter avec les deux parties, ils y sont plutôt contraints.

Mais les résultats des négociations de Minsk et de Novo-Ogarevo sont très différents. Moscou comprend que Loukachenko ne pense qu'à ses intérêts et qu'il n'est pas prêt à reculer d'un iota sur la souveraineté réelle, et non déclarative, de la Biélorussie.

L'essentiel, c'est que le batka -petit père- est prêt à garantir le respect de ses engagements.

Ioulia Timochenko est incapable de le faire, même si elle le voulait.

L'élite ukrainienne, où font rage en permanence des conflits internes, est incapable d'appliquer fermement telle ou telle politique dans l'arène internationale". -Kommentarii, 09.10-.

MOLDAVIE :

 Les médias de Tiraspol -capitale de la Transnistrie- essaient de persuader la population que seule la Russie est capable d'aider à régler le conflit en Transnistrie.

"La Russie s'en est toujours tenue au principe selon lequel les parties doivent s'entendre elles-mêmes.

Elle affirme jusqu'à ce jour qu'elle acceptera n'importe quelle décision conforme au droit international...

Notre peuple s'est prononcé clairement lors d'un référendum: il ne veut adhérer ni à l'UE, ni à l'OTAN, il veut être avec la grande Russie". -
Lenta PMR, 08.10-.

"Les récents événements dans le Caucase ont montré que le monde unipolaire était un échec.

En dépit des intérêts des Etats-Unis et de l'OTAN, il a été enterré par la Russie qui s'est renforcée.

C'est à présent le tour de la Transnistrie et de ses rapports avec la Moldavie.
La Russie a proposé aujourd'hui à la Moldavie et à la Transnistrie de s'entendre elles-mêmes sur une forme de coexistence et elle n'a pas l'intention d'exercer telle ou telle pression sur les parties ou de leur imposer des propositions.

Seule la Russie est capable d'apporter un soutien réel à la Transnistrie". -Pridnestrovie, 10.10-.

Les médias opposés aux autorités de Chisinau ne sont pas tendres en décrivant les malheurs qui menacent une Moldavie sous influence russe.

"Les excès nationalistes, les revendications chauvines et l'ambition revancharde de redevenir une superpuissance renaissent aujourd'hui grâce aux complexes géopolitiques du Kremlin et atteignent même la Moldavie.

Ils apportent la roumanophobie, le mépris des valeurs démocratiques, la haine de l'Occident, le culte du bâton et les intimidations, la vénération de la force au détriment du droit, etc.

La poutinisation de la Russie, achevée dans son pays d'origine, se fraie à présent un chemin vers d'autres républiques de l'ex-URSS.

Grâce aux dirigeants de Chisinau, elle a déjà pénétré sur notre territoire". -Jurnal de Chisinau, 14.10-.

ARMENIE :

 Les experts continuent à dresser le bilan du conflit armé en Ossétie du Sud et des actions entreprises par les grands pays européens en vue d'arriver à la paix.

"La guerre d'août n'a pas seulement révélé la longue lutte de position entre la Russie et les Etats-Unis pour le partage des zones d'influence, elle a aussi posé un sérieux problème géopolitique, en ouvrant la porte à une révision du rôle de la Russie dans la politique mondiale...

A la suite de la guerre, la Géorgie s'est "libérée" de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, qui l'empêchaient, entre autres, d'adhérer à l'OTAN.

Elle a reçu la perspective de pouvoir accueillir d'immenses investissements.

La Russie a acquis ces deux territoires et manifesté sa volonté de participer à nouveau aux processus mondiaux.

Les Etats-Unis ont entièrement "arraché" la Géorgie à la Russie et ont reçu un espace réel pour s'affirmer solidement dans le Caucase du Sud". -
Azg, 14.10-.

"Le succès du plan Medvedev-Sarkozy est le premier signal attestant que les hommes politiques européens cessent de dépendre de la position des Etats-Unis et qu'ils veulent prouver qu'on peut régler les problèmes dans le Vieux Monde par ses propres forces...

Ni la France, ni l'Allemagne ne voudront détériorer -leurs relations- avec la Russie à cause d'un petit pays qui ne représente aucune valeur stratégique, aussi triste que cela soit pour M. Saakachvili". -Ayastani anrapetoutioun, 14.10-.

Les observateurs commentent avec un mécontentement évident les déclarations du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sur les moyens possibles de régler le problème du Karabakh.

"L'interview de Sergueï Lavrov -au quotidien Rossiïskaïa gazeta- a, semble-t-il, dégrisé une partie de la société arménienne qui comptait encore sur l'aide de la Russie dans le règlement du problème du Karabakh.

Le ministre russe des Affaires étrangères a laissé clairement entendre que, sans la Turquie, le règlement est pratiquement impossible.

A la lumière des récents événements dans la région, les déductions de Sergueï Lavrov s'expliquent facilement:

le diplomate haut placé a eu beau ruser, la Russie est intervenue non pas pour défendre les citoyens de l'Ossétie du Sud, mais pour rétablir son pouvoir dans le Caucase". -PanArmenian.net, 09.10-.

"Pourquoi le ministre russe des Affaires étrangères pousse-t-il l'Arménie vers la Turquie?

Le but est évident :

la Turquie a des problèmes avec l'Arménie sur laquelle la Russie a une grande influence.

Cette dernière attend beaucoup de l'Azerbaïdjan, sur lequel la Turquie exerce une grande influence.

Le règlement des problèmes de la Turquie n'est pas contraire aux intérêts de la Russie et le règlement des problèmes de la Russie n'est pas contraire aux intérêts de la Turquie.

Par conséquent, la Russie et la Turquie ont une réelle possibilité de tomber d'accord, en partant de leurs intérêts mutuels, et elles tentent d'y parvenir". -Azg, 14.10-.

GEORGIE :

 L'examen des résultats de l'application du plan Medvedev-Sarkozy au sommet de l'UE n'a pas inspiré d'optimisme particulier auprès des commentateurs.

"Si aucun accord sur le retrait des Russes d'Akhalgori -région de l'Ossétie du Sud- n'intervient, l'Union européenne devra poser la question des sanctions économiques.

Si, bien entendu, l'UE veut vraiment employer des moyens de pression contre la Russie". -IA Georgia News, 13.10-.

"Une catastrophe s'est produite dans le pays. C'est une catastrophe de se demander qui de Silvio Berlusconi ou Nicolas Sarkozy a défendu Tbilissi contre l'entrée des troupes russes.

L'Occident n'a pas du tout envie de prendre des sanctions contre la Russie, mais il sera contraint de le faire." -The Georgian Times, 08.10-.

De l'avis de certains politologues, les actions de la Russie à l'égard de la Géorgie sont irrationnelles, c'est pourquoi il est pratiquement impossible de prévoir ses actions prochaines.

"Les Russes ont dépassé les limites du rationnel. Ce peuple est malade et ne veut pas renoncer à l'Eurasie. Vladimir Poutine se trouve toujours... en Union soviétique.

L'Occident a réagi à toutes ses diatribes avec un sourire forcé.

Avant le 9 août, l'Amérique était certaine que les Russes n'oseraient pas entrer ouvertement en Géorgie.

Si l'Amérique y croyait, à qui devons-nous alors demander des comptes?" -The Georgian Times, 08.10-.

AZERBAIDJAN :

Les experts retiennent que les leaders des Etats de la CEI sont inquiets du comportement de la Russie dans le domaine énergétique, entre autres, des tentatives de dicter ses conditions à l'Union européenne.

"La Russie va d'un extrême à l'autre, elle essaie de créer une coalition anti-américaine.

Les pays de l'UE sont effrayés par les tentatives de la Russie de leur dicter les règles du jeu en se servant du levier énergétique. La Russie oublie l'existence dans l'UE de la "cinquième colonne" des Etats-Unis constituée des pays de l'ancien bloc de l'Est.

Après avoir connu l'amère expérience des rapports "fraternels" avec la Russie, ces pays vont torpiller toutes les "velléités" de l'Union européenne d'établir des rapports étroits avec Moscou.

En ce qui concerne l'Azerbaïdjan et l'Ukraine, ils n'ont aucun intérêt à participer à tous ces jeux anti-américains de la Russie. Il ne faut pas non plus réveiller le chat qui dort". -Zerkalo, 09.10-.

Commentant le retrait de la Géorgie de la CEI, les journaux écrivent que l'Azerbaïdjan n'est pas près de prendre une telle décision.

"Les pays faisant partie de la CEI se prémunissent contre la pression de la Russie. Cette appartenance forcée à la CEI durera tant que la menace économique et militaire de la Russie restera réelle.

Qu'est-ce que la CEI? C'est une sorte de club de gentlemen, un "bazar forcé" pour les pays postsoviétiques...

L'Azerbaïdjan n'est pas un membre bénévole de cette organisation. Notre pays a adhéré à cette structure sous la contrainte". -Zerkalo, 10.10-.

Sous la pression de la communauté mondiale et à la suite d'une grave crise financière, le Kremlin sera contraint, selon les médias, d'assouplir peu à peu sa position sur la Transcaucasie, mais chaque concession de Moscou sera le résultat d'un marchandage cruel.

"Moscou commence à comprendre qu'il est tombé dans un piège en introduisant ses troupes en Géorgie.

Mais la Russie a prouvé par sa politique agressive qu'elle peut à tout moment attaquer un allié des Etats-Unis et entrer dans sa capitale.

L'intervention en Géorgie a été effectuée en vue de démontrer la puissance et les moyens d'influence de Moscou.

Le Kremlin a ainsi donné un avertissement aux autres pays de la CEI. Des éléments d'un marchandage politique sont perçus même dans le retrait des troupes russes.

Y a-t-il une entente entre l'Europe et la Russie sur le retrait des troupes russes et la diminution du rôle des Etats-Unis dans la région?

Ou bien la Russie est-elle parvenue à s'entendre sur le ralentissement du processus d'admission de la Géorgie à l'OTAN?" -Halg Djebhessi, 10.10-.

KAZAKHSTAN :

Dans les conditions de la crise financière mondiale, les commentateurs considèrent les ressources énergétiques comme un puissant facteur capable de changer les rapports entre les Etats, et ce, non seulement dans le cadre de la CEI.

"L'ensemble du monde pro-américain a réagi avec indignation aux actions de la Russie en Ossétie du Sud et en Abkhazie, en proposant même d'exclure Moscou du G8 et de rompre les rapports avec lui dans le cadre de l'OTAN.

Cependant, depuis la fin de la semaine dernière, le Kremlin est devenu tout à coup l'ami principal de la vieille Europe, et Condoleezza Rice s'est rendue dans le monde pro-russe en y donnant des assurances d'amitié éternelle et en exprimant l'espoir d'un "renforcement de la coopération".

La Russie riche de ressources énergétiques est devenue tout à coup un pays frère et un ami pour tout le monde.

L'Ukraine a enfin signé le Mémorandum sur le passage en trois ans aux prix du marché pour le gaz.

Apparemment, Ioulia Timochenko, qui avait déclaré à plusieurs reprises qu'elle ne se laisserait pas faire par Moscou sur ce point, a compris que le temps des grimaces était révolu.

La Russie n'a qu'à fermer un seul robinet pour qu'en pâtisse non seulement l'Ukraine, mais aussi ses voisins occidentaux qui ont été ces dernières années les sponsors de tous les shows politiques de Kiev". -Novoïe pokolenie, 10.10-


http://hadria.riviere.over-blog.com/article-24030007.html

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 05:20


Jean-Luc Melenchon dit la vérité
aux médias pourris :



Jean-luc Melenchon, et quelques réactions de lecteurs. Edifiantes. A méditer par les journalistes... Qu'ils voient un peu ce que pensent les Français de leur soupe libérale... Eva



Jean-Luc Mélenchon à la Fête de l'Humanité en 2008
wikipedia.org



Politis -
oct 13


Arrêt  sur images
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=2097

Jean-Luc Mélenchon, sénateur PS, invité de l'émission Dimanche +, parle de la crise économique, et met en cause "un personnel politique, médiatique et économique qu'il faut pousser vers la sortie."

"Médiatique ?" demande Anne-Sophie Lapix qui présente l'émission."
Vous voulez un nom ? Votre collègue Jean-Marc Sylvestre qui nous fait le catéchisme néolibéral, depuis bientôt dix ans, sur TF1 matin, midi et soir. Il n'analyse rien du tout, il fait de la propagande." répond Mélenchon - émission du dima,che 12-10-2008

________________________________________________________________________________________



ET POURTANT ELLE TOURNE!
 

Pour avoir dit à canal plus dans l’émission « Dimanche plus » de Anne Sophie Lapix ce que je pensais de la  responsabilité morale de ceux qui se sont engagés depuis des années dans l’apologie du libéralisme, notamment dans les médias, et avoir, à ce propos, cité comme exemple le cas du journaliste Jean-Marc Sylvestre, je fais l’objet d’une série de mise en cause musclée. Sauf contre ordre de dernière minute, qui ne serait pas de mon fait, je serai ce soir à 19 heures sur LCI en face de Jean-Marc Sylvestre sur le plateau de Michel Field. Je ne dis rien de plus d’ici là. Mais je demande à ceux que cette histoire intéresse de visionner la vidéo qui se trouve à gauche sur cet écran et qui présente l’intégrale de mon entretien avec Anne Sophie Lapix. Après m’avoir écouté mes lecteurs se demanderont si mes propos mettent en cause le métier de journaliste, s’ils évoquent une volonté de mise sous contrôle politique des médias bref s’ils constituent le « dérapage total » que m’imputent messieurs Morandini et Revel sur leurs blogs. Je reproduis en fin de ma note la retranscription mot à mot de mon entretien sur ce sujet et j’y joins le texte du blog des deux journalistes avec le lien qui permet d’aller vérifier si ce que je recopie est bien leur texte. Le mystère après cela reste de savoir d’où des journalistes aussi scrupuleux et professionnels tirent des citations entre guillemets de mes propos qui sont de pures re-créations. Puisque je suis de retour devant mon clavier, j’en profite pour évoquer d’autres responsabilités morales dans la crise que nous vivons. 


Les promesses aveuglées de Nicolas Sarkozy
 
Le crédit immobilier – à la source de l’actuelle crise - a été encouragé de longue main par les responsables politiques de la droite. On se souvient déjà que dans « paquet fiscal » de l’été 2008 il y avait un crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt qui était une puissante incitation à l’endettement. En fait c’était là le fond de la philosophie économique de Nicolas Sarkozy. On retrouvera avec intérêt ses propos publiés dans la Revue Banque n°690 en avril 2007 alors qu’il était candidat à la présidence de la République,. « Les ménages français, gémissait-il, sont aujourd’hui les moins endettés d’Europe. Or, une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui  ne croit pas en l’avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du  lendemain. » Cette apologie du modèle américain de développement sur des montagnes de dettes sonne aujourd’hui tragiquement. Heureusement que Sarkozy n’a pas eu le temps de mettre ses projets en application. Voyez plutôt : «  C’est pour cette raison que je souhaite développer le crédit  hypothécaire pour les ménages et que l’État intervienne pour garantir l’accès au crédit des personnes malades.Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir  leur emprunt par la valeur de leur logement. Il faut réformer le crédit hypothécaire. Si le recours à l’hypothèque  était plus facile, les banques se focaliseraient moins sur la capacité  personnelle de remboursement de l’emprunteur et plus sur la valeur du  bien hypothéqué. Ceci profiterait alors directement à tous ceux dont les  revenus fluctuent, comme les intérimaires et de nombreux indépendants »..Ce recours hasardeux et dangereux à l’extension du crédit hypothécaire a cependant été encouragé par des mécanismes nouveaux qui permettent de cautionner des prêts et d’en engager de nouveaux. Pour cela deux mécanismes on été mis en place depuis 2006, notamment sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy à Bercy. D’abord le « viager hypothécaire », qui prévoit le versement d’un viager à des personnes âgées sur l’hypothèque de leur logement. Ensuite, le plus dangereux comme incitation au surendettement, « l’hypothèque rechargeable », qui permet aux accédants à la propriété d’obtenir de nouveaux crédits au fur et à mesure du remboursement de leur prêt hypothécaire. On voit bien ici derrière la fabrication d’un mythe de l’accession à la propriété, comment ces mécanismes poussent les ménages à s’endetter et à se mettre à la merci du marché et de ses soubresauts. 
 
 
  Récidives et récidivistes.
 
On se souvient du concert de louanges qui monta autour autour du rapport Attali et de la dérision qui avait entouré ceux qui le dénonçaient. C’est le moment de revenir au texte de ce petit génie de la gauche caviarissime. Alors que la crise des subprimes avait déjà éclaté depuis plusieurs mois, le Rapport Attali  n’en avait tiré aucune leçon. Relisons-le. Il faut, disait-il, « Permettre aux Français d’accéder plus largement à la propriété à l’instar des Américains dont 66 % sont propriétaires contre 57 % en France ». Bien sur cette trouvaille était enrobée comme d’habitude sur de vertueuses considérations compassionnelles. « Proposer à tous les locataires modestes d’accéder à la propriété du logement ». Et tous les gogos d’applaudir sans se demander s’il n’est pas plus judicieux de demander à l’état de construire de logements de qualité en nombre suffisant de façon à en réduire le coût pour chacun et permettre de vrai parcours locatif pour les ménages selon leur âge et leurs besoins. Mais Attali est battu dans le genre surréaliste. Au début de ce mois d’octobre 2008, un nouveau rapport officiel Conseil d’analyse économique, organe rattaché au 1er ministre François Fillon, prône lui encore le recours au le crédit hypothécaire. Totalement déconnecté de la réalité de la crise immobilière et financière, intitulé « Loger les classes moyennes » il est rédigé par les économistes Jacques Mistral et Valérie Plagnol, il préconise encore d’ « élargir l’accès au crédit immobilier » et de « développer le recours à l’hypothèque » pour « loger les classes moyennes ». Il invite le gouvernement à " réduire les coûts liés à la prise d'hypothèque, pour y encourager les emprunteurs à y recourir". Et, cerise sur le gâteau, il vante « la titrisation bancaire comme outil de développement du marché immobilier ». Alors que c’est là exactement ce mécanisme qui a contaminé tous les marchés américains !
 
L’affaire Natixis.

Dans cette série de responsabilité on doit aussi évoquer le jeu de certaines banques avec la confiance de ceux qui leur confient leurs dépôts. Ici il s’agit de Natixis, d’une banque d’investissement et d’affaires créée en 2006 par la fusion deNatexis, la banque d’investissement des Banques Populaires et d’Ixis, la banque d’investissement des Caisses d’ Epargne et de la Caisse des dépôts. Cette banque était aussitôt devenue le n°2 français du financement immobilier, le n°1 français de la gestion d’actifs et le n°1 français de la gestion d’épargne salariale. Par exemple, le fonds d’épargne entreprise des assistants parlementaires est géré par Natixis….Cela ne suffisait pas aux petits génies de la finance qui dirigeaient cette affaire. La Banque s’est donc lourdement exposée sur les financements immobiliers aux Etats-Unis en investissant sur marché des rehausseurs de crédits. Elle y a évidemment perdu  4 milliards d’euros. La composition du capital faisait que 35 % étaient possédés par les Caisses d’Epargne, 35 % par les Banques populaires. Et il y avait aussi 30 % flottant sur le marché boursier. C’est là que se concentre le problème social le plus cruel. Les courtiers ont fait du zèle auprès des déposants de leur banque, de modestes possesseurs de livret d’épargne. La pression aux résultats a été tellement forte que les 90 000 employés des deux banques ont aussi été enrôlés dans les opérations d’achat. Au total,  1,2 millions de petits actionnaires français, clients des caisses d’Epargne et des banques populaires, ont été pris au piège. Un piège en effet. L’action a été  lancée à 20 euros en 2006, elle vaut aujourd’hui autour de 1,75 euros. Les économies placées de cette façon ont donc été divisées par onze ! Une catastrophe. Elle n’a aucune autre cause qu’une politique d’investissement aberrante car les maisons mères étaient des acteurs solides. A présent ceux qui se sont engagés ne sont couverts par aucune garantie puisqu’il s’agit d’action et non de dépôts. Il leur faut attendre que le cours remonte. Mais s’ils ont besoin de fond tout de suite pour payer quoique ce soit, y compris des mensualités d’emprunt a leur banque, il est peu probable que celle-ci payent a leur place ou bien leur consente un moratoire…


RETOUR SUR IMAGE ET SON

Renaud Revel (l’Express  titre sur son blog (13 octobre) : « Quand Mélenchon dérape..Voici son texte : « Invité de l’émission politique de Canal+, Dimanche+, le socialiste Jean-Luc Mélenchon a totalement dérapé ce week-end, en s’en prenant au « personnel médiatique et économique », accusé d’avoir plongé le monde dans la crise. « Il faut virer le personnel médiatique et économique, qui nous a conduit dans le mur », a t-il lancé, avant de s’en prendre directement à un journaliste de TF1, désigné à la vindicte: « ll faut virer quelqu’un comme Jean-Marc Sylvestre, le chroniqueur économique de TF1, qui depuis des années, ne fait pas de l’info sur TF1, mais de la propagande ». Ce type de sortie rappelle les fatwas de 1981, quand la gauche excommuniait une partie de la profession et organisait des charrettes dans l’audiovisuel. Que ferait Mélenchon s’il était en situation de gouverner ? Des listes noires à l’entendre. La charge est en tous les cas peu reluisante et caricaturale. La Société des journalistes de la chaîne devrait prendre, en tous les cas, position aujourd’hui. Quand à Jean-Marc Morandini, il semble disposer de citations légèrement différentes. Mais des citations tout de même. Entre guillemets et en italiques, bien sur, comme dans un vrai verbatim. Le titre est catégorique : Mélenchon (PS): "Il faut virer Jean Marc Sylvestre de TF1 !"  Voici le texte : « C’est une charge sans précédent qu’a lancé le sénateur socialiste Jean Luc Mélenchon qui était l’invité ce midi de l’émission Dimanche + sur Canal +. Interrogé sur la crise financière et ses conséquences, il a affirmé : ‘Il faut virer le personnel médiatique et économique qui nous a conduit dans la mur !" Interrogé par Anne Sophie Lapix, surprise par l’expression "de personnel médiatique", Mélenchon a précisé : "Je vais vous donner un nom ! Il faut virer quelqu’un comme Jean Marc Sylvestre, chroniqueur économique sur TF1 qui depuis des années ne fait pas de l’information sur TF1, mais de la propagande ! Voilà les gens qu’il faut virer !" 


VOUS VOULEZ UN NOM ?

Et maintenant voici le verbatim réel de mes propos. Ceux qui doutent de ma retranscription peuvent vérifier par eux-mêmes en écoutant la vidéo qui se trouve à gauche de la page d’accueil de ce blog….

Et pourtant, messieurs les ayatollahs, elle tourne ! Comme disait Galilée devant ses juges de l’église intouchable d’alors.
"Anne Sophie Lapix : L’actualité de la semaine ce sont les bourses qui s’effondrent et la crise du système financier. Est-ce que vous buvez du petit lait ?
 
JLM : Non. Mais je devrais car ce n’est pas faute d’avoir annoncé tout ça, on parlait à l’instant d’ATTAC, des altermondialistes de manière générale, des forums sociaux, combien de réunions avons-nous fait, combien de livres avons-nous écrit pour annoncer que ça allait mal finir et que cette économie de casino s’effondrerait. Mais maintenant, je suis comme beaucoup de gens qui ont lu les livres et qui connaissent leur histoire ; tout ce ci est dramatique, parce que tout le monde va être mis sous tension, la crise va passer de la finance à l’économie, de l’économie au social, du social à la politique et à l’international.
 
ASL : Et vous avez la solution vous, le nouveau modèle économique qui sauvera le monde ?
 
JLM : Vous pensiez que je l’exposerai là en quelques mots bien sûr … Non évidemment …
 
ASL : Vous avez peut-être une petite idée ?
 
JLM : Oui bien sûr. Je sais une chose. Il faut de toute façon, vaille que vaille, dans le moyen terme faire deux ruptures. L’une avec le modèle capitaliste d’accumulation sans fin, l’addition des intérêts particuliers sans intérêt général. L’autre rupture c’est avec le modèle productiviste, c’est-à-dire qu’on produit n’importe quoi, n’importe comment et on bousille la planète. Je mets en garde : les mêmes voyous qui ont pillé leur pays et ceux des autres sont en train de piller la planète, ce sont les mêmes.
 
ASL : On sait ce que vous refusez mais qu’est-ce que vous proposez ?
 
JLM : Il faudrait déjà se mettre dans la tête qu’il va bien falloir arrêter ce cirque. Car si vous les sauvez ils vont recommencer le lendemain.
 
ASL : Il faut les laisser mourir donc ?
 
JLM : Non il faut les punir et les chasser. A l’heure qu’il est il y a toutes sortes de grandes réunions mais dans les banques qui ont été nationalisées, ce sont les mêmes qui continuent à spéculer, parce que quand on vous dit les marchés ceci, les marchés cela, les marchés paniquent, mais c’est à cause des mêmes que ceux qui prenaient les décisions auparavant, ce n’est ni vous ni moi qui avons été faire la queue à la banque pour récupérer nos dépôts et heureusement, nous on fait de preuve de sens des responsabilités, pas eux.
 
ASL : Donc on les punit ?
 
JLM : On punit, vous comprenez l’expression, ça signifie qu’il faut savoir tourner la page et ne plus leur faire confiance. Ecoutez, ne faites pas confiance aux gens qui vous ont cassé les bras et les jambes pour venir vous les soigner. Donc cela veut dire qu’il y a tout un personnel médiatique, politique, économique qu’il faut pousser vers la sortie.
 
ASL : Y compris médiatique ?
 
JLM : Bien sûr, vous voulez un nom ?
 
ASL : Oui, allez-y ?
 
JLM : Votre collègue Jean-Marc Sylvestre qui nous fait le catéchisme libéral depuis bientôt 10 ans sur TF1, matin, midi et soir, en expliquant qu’il faut acheter des actions, qu’il faut faire des fonds par capitalisation
 
ASL : Il ne fait qu’analyser la situation, c’est un analyste !
 
JLM : Non pas du tout, il n’analyse rien du tout. Il fait de la propagande matin, midi et soir.
Alors vous m’avez posé une question concrète. Là je vous ai dit ce qu’il faudra faire à moyen terme. Mais il y a l’immédiat. Il faut mettre un pare feu entre la crise et l’économie réelle, l’économie productive. Il faut protéger l’outil de production et les travailleurs eux-mêmes. Parce que c’est ça qui va remettre le pays en route. (...) il ne faut pas supprimer les postes dans la fonction publique …
 
ASL : Vous avez parlé de bouclier social, je crois ?
 
JLM : Voila …
 
ASL : En quoi cela peut consister ?
 
JLM : Le bouclier social cela veut dire qu’on arrête de supprimer des postes dans la fonction publique, qu’on arrête de privatiser les grands services publics comme La Poste …
 
ASL : Donc on arrête tout alors, on arrête la politique de Nicolas Sarkozy ?
 
JLM : On arrête la politique libérale, bien sûr, mais ce n’est pas que ça. Il y a aussi les salaires, qui va relancer l’économie ? Tout le monde peut comprendre ça. L’économie ce n’est pas vos banquiers qui vont la relancer, c’est vous par votre travail productif. Donc il faut protéger les producteurs et protéger l’outil de production. Et donc tourner la page de la politique libérale. Est-ce que cela ne vous paraît pas plein de bon sens, ce que je dis ?
 
ASL : Mais bien sûr, bien entendu, mais je n’ai pas à juger …

 

155 réponses à
“ET POURTANT ELLE TOURNE!”
Extraits

Nipontchik
dit:
ATTAC a été créé en 1996 si je me souviens bien (donc avant l’arrivée du gvt Jospin en 1997), cette assoc (et d’autres avant elle, voir sur son site le rappel des discours de JP Chevenement-mais il ne remonte pas jusqu’en 1983!!!) avait mis en garde contre les privatisations et la dérégulation.
Sarkozy a pu dire des bêtises utiles à rappeler en 2006 et 2007 mais il n’ a quand même pas le pouvoir de déclencher une crise MONDIALE avec épicentre aux Etats-Unis.
Et puis rappelons-nous les crises monétaires européennes de 1992 et 1993 (les suédois ont eu des taux d’intérêt de 400 %!!!) qui ont été résolues par une séries de dévaluations-rrévaluations te par le jeu des taux d’intérêt.
Eh bien ça c’était avant la globalisation induite par l’euro. Qu’est ce qui se passe quand il n’y a plus d’ajustements possibles entre monnaies (comme autrefois entre franc, lire, mark, peseta, etc…)???

Réponse en 2008: l’ajustement sur les marchés d’actifs, immobilier, actions, matières premières, et c’est autrement plus dangereux pour l’économie réelle, la production et les échanges.
La dérégulation de 1983 (E.Plenel a la mémoire + longue que vous Sénateur!!!), les critères de convergence de 1992, le grand marché unique européen, à côté de ça Sarko reste un nain (il y a certes les privatisations-mais avec noyaux durs - de Balladur-Sarko en 1993…).
Y aura-t-il 1 journaliste assez sérieux pour vous le rappeler?

B. Samson dit:
Courage! Vous allez en prendre plein les dents. Tous les journalistes et les experts qui causent dans le poste vont vous traîner dans la boue.
Mais j’espère que vous arriverez à vous faire - un peu - entendre.
PS : j’adore le ” Il (Jean-Marc Sylvestre) ne fait qu’analyser la situation, c’est un analyste” de la blonde de Canal

MH2 dit :
Merci pour vos paroles percutantes !
On en a viré pour moins que ça dernièrement à France 24 !
On ne va pas pleurer sur Jean-Marc Sylvestre qui plein d’arrogance et de mépris nous a assommé pendant des décennies !

Renault licencie en ce moment 2000 personnes, est -ce que Elie Cohen et Jean-Marc sylvestre les pleurent ces gens là ?
Et bien non, bien sûr, ils s’en foutent !
Avec les salaires mirobolants que ces deux thuriféraires ont engrangés depuis des siècles on ne va pas sortir les mouchoirs si tant est que l’un des deux disparait de l’écran et si l’autre cesse d’être invité ! Et je ne parle même pas des privilèges que le système leur octroie en plus pour aboyer chaque jour sur les chaînes privées ou publiques. C’est bien simple ils sont partout !
Jamais les directions des chaînes n’ont ouvert leurs micros aux contradicteurs, aux économistes non orthodoxes, toujours les mêmes sempiternellement le furent, répétés à l’infini dans le miroir aux alouettes.
Les fameux ” experts néolibéraux ” qui pleurent désormais sur ces mêmes antennes de France et de Navarre pour que l’on vienne en aide aux banques. Soyons sûrs qu’ils y ont laissé leur magot et qu’ils n’ont pas envie que celui-ci s’envole en fumée !

Regardons plutôt cette petite vidéo non dénuée d’humour. Elle explique parfaitement la folie de ce système. Pédagogique, elle nous fait autant rire qu’elle nous enseigne.
Pluralité de l’intelligence. Expert ? Vous avez dit Expert ?
Nous sommes toutes et tous des experts de ce système puisque nous le subissons de l’intérieur.
Approfondissons dès lors l’expertise. Et rions de celui-ci.
http://www.solidariteetprogres.org/article4676.html

Tom dit :
Les petits marquis de la presse se défendent entre eux. Je signale qu’@si a rapporté les propos du bon docteur Méluch sans les déformer. (ils les ont quand même tronqués.
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=2097

Bruno dit:
Jean-Marc Sylvestre nous sert effectivement sa soupe libérale depuis des lustres sur France Inter. Il est remplacé depuis la rentrée par Dominique Seux : guère mieux mais un peu moins agaçant cependant. Si je peux me permettre un modeste conseil : surtout ne pas vous laisser enfermer dans une querelle tatillonne du genre “ce n’est pas exactement ce que j’ai voulu dire…” : dénoncez la propagande de cette clique qui nous enfume depuis des années, rappelez à l’envie l’épisode de la campagne du référendum et demandez à vos contradicteurs qui vous accusent de “chasse aux sorcières” pourquoi on ne les entend pas quand Sarko fait virer les patrons de journaux qui ne lui plaisent pas.
Et au passage n’hésitez pas à rappeler les liens des principaux médias et journaux avec les grands groupes financiers ou industriels… et l’amitié de ces grands patrons avec Nicolas Sarkozy.

A contrario je recommande à ceux que cela intéresse la lecture de “L’antimanuel d’économie” (éditions Bréal) de l’autre chroniqueur économique de France Inter Bernard Maris. C’est très intéressant et plein d’humour.

segolene
dit:
un journaliste doit il nous faire partager ses opinions ?
Les faits, seulement les faits. Sinon ça ne s’appelle pas journaliste.

Laurent64
dit:
 Tant mieux si cette confrontation avec Jean-Marc Sylvestre permet d’apporter des arguments d’un coté comme de l’autre. Espérons que l’émission ne sera pas déprogrammée.
Les médias sont de moins en moins neutres et des journalistes s’auto censurent de peur d’être la prochaine victime comme le démontre le licenciement du journaliste Richard Labévière viré par la nouvelle direction de RFi.
Bravo de mettre certains journalistes en face de leurs incohérences mais il faudrait surtout soutenir les courageux qui en ont bien besoin ! Si les excellents journalistes français (ils sont nombreux) ne sont politiquement pas soutenus, ils plieront !

H2 dit:
@ Ph Gardiol
Tout d’abord votre raisonnement est faux du fait qu’il n’ y a aucune pluralité véritable dans les médias télévisuels. A vrai dire très peu sur les ondes radiophoniques.
Il est risible que vous essayiez de faire peur avec le président Chavez qui a lui toutes les télés privées contre lui, dont certaines ont participé au coup d’Etat de 2002 au Vénézuéla qui a renversé la démocratie pendant 48 heures avant que le Peuple ne se rebelle ainsi qu’une bonne partie de l’armée loyaliste.
Et pour finir, vous voulez définitivement nous faire mourir de peur en suspectant M.Mélenchon d’en vouloir aux libertés publiques tandis que vous faites silence sur les licenciements visiblement abusifs de Grégoire Deniau et Bertrand Coq par la direction de France 24 chapeautée notamment par Madame Ockrent femme du ministre des affaires étrangères.
Je vous passe sous silence les graves atteinte aux libertés privées dans ce pays depuis un an.

H2 dit:
Sarkozy l’ami de M. Lagardère se demande comment faire avaler le Travail le Dimanche …Facile ! Il suffit de modeler les cerveaux en les matraquant de fausses nouvelles ! Car il faut que ça rentre dans les crânes à coup de masse.
Le “Journal du dimanche” qui appartient au groupe Lagardère vient de commander un sondage à Ipsos ( avec des questions biaisées ) pour savoir si les Français sont d’accord pour bosser comme des cons le dimanche (..)

rosay dit:
Il faut reconnaitre que J.L.M s ‘en sort très bien face aux journaleux médiatiques .
Souvenez-vous lords de la dernière présidentielle ” Laurent Fabius ” proposait un smic à 1500 euros .
Trichet le tricheur , ne voulait pas entendre parler d ‘augmentation de salaires pour cause d’inflation , ( mon oeuil !) La droite à rejeté Fabuis !!!
Aujourd’hui les fumistes de Banquiers , ont à leurs pieds des Milliards d ‘Euros - gratos grace à Trichets et consorts .
Faut vous marer,c ‘est vous qui allez casquer ces Milliards d’Euros ,
Faut pas rèver !!!!!

H2 dit:
” Tout en se positionnant délibérément dans l’action Nicolas Sarkozy a voulu rassurer lundi avec un leitmotiv : “le contribuable sera gagnant” à la fin du plan de 360 milliards d’euros de sauvetage des banques conduit en France.”
Le contribuable sera gagnant ! hi ! hi ! 360 milliard d’ Euros ( pas de francs) !
Et dire qu’ils veulent privatiser la Poste pour qu’elle leur en rapporte trois !
Trois pauvres milliards d’ Euros !

jean-mamhoud
dit:
JLM a mille fois raison mais plutôt que de le pousser vers la sortie , jm sylvestre devrait faire publiquement son mea-culpa, live and direct! mais au moins est-il sur une chaîne privée, commerciale, obsédée par le fric et donc à sa place…
plus coupable est selon moi l’équipe de france télévisions, la clique néolibérale des petits copains d’yves calvi: les cohen, marseille, goddet, touati… tous ces “bons clients” qui continuent à défendre coûte que coûte leur modèle exsangue- bon dieu, la gueule de cohen devant le refus du congrès du plan paulson! au secours! un vrai lapin pris dans les phares… il devait penser à la valeur de ses jetons de présence dans les differents conseils d’administration qu’il honore de son expertise…
espérons que le tsunami boursier nous débarasse de ces pitres…
dieu sait qu’il y a d’autres économistes mais n’étant pas dans la ligne du parti, ils sont rarement invités à s’exprimer ou alors très tard le soir, chez taddéi… ok, on a parfois droit à bernard maris, libéral de gauche-c’est tout dire de l’aventurisme télévisuel…
mais bon,
c’est france televisions, une télé d’état qui en bon petit soldat capitaliste et libéral se doit de servir la soupe aux annonceurs…

MITCH 13
dit:
ce journaliste bien dans la ligne et valet servile des puissants, il a surement chez Bouygues des stocks options. Ses analyses pour fête foraine au stand des pipes en “platre” au choix du lecteur. J’apprecie votre présence dans les débats, ce n’est jamais neutre on vous caricature comme Ségolène. Je ne suis point socialiste, ni gauche ni droite, mon métier l’ audit, du préventif, on informe on prend les décisions, cas d’école classique et non pas pour le”banditisme” financier. Les agités actuels de bons de mauvais plan voir d’arrière plan ont été incapable malgré les soubressauts et les alertes d’anticiper. Ils sont responsables:
Une europe harmonisé, socialement, fiscalement, économiquement etc
De ne pas avoir aboli le secret bancaire.
D’accepter l’existence des paradis fiscaux.
D’avoir cautionné les méthodes virtuelles de placements, un nobel de mathématiques s’y perd, encore aujourd’hui ils sont tous enfumés.
De refuser, les controles à tous niveaux dans les entreprises, l’administration etc de la part des salariés par des audits indépendantes.
De ne pas s’etre attaqué aux différentes fraudes,
Suppression des parachutes, une belle fumisterie, qui a crée cette loi ? dès l’instant que l’on donne sans controle la possibilité d’obtenir un bonus les comptes sociaux sont “bidouillés” toute la chaine y trouve son avantage.
 L’occident, les capitalistes, les libéraux etc. ont un créancier le parti communiste chinois; Une leçon que donne tous ses spéculateurs sans patrie et que l’on a favorisés pour des profits y compris la répartittion inavouableil aime le “rouge” pas le bleu.

Mickey dit :
En effet, à sa mesure, Sylvestre est un agent du système.Et le Système est STRUCTURELLEMENT voué à reproduire ce genre de crises.Et les drames sociaux, et les guerres qui vont avec…

marsouin dit:
Et il n’y a pas que M Sylvestre à chasser, il y a des tas de journalistes qui ne font pas leur boulot : “celui d’analyser les situations” et non celui de se faire les “porte paroles” du pouvoir en place et je citerai par exemple Mr Duhamel, Mr Apathie, Mr Calvi..etc !
A quand une chaine totalement indépendante ou l’on pourrait s’exprimer librement ou on ne serait pas farci à longueur de journée de contre-vérités, de mensonges d’état, de propagande !

Et pour ce qui est de la crise financière, j’ai bien peur que tout ce cirque ne reparte de plus belle, c’est malheureux à dire mais je pense que pour que cela fusse salutaire qu’il eût été bon que la crise s’aggrave et mette définitivement le système libéral sur les rotules !

DiGeo
dit:
Cela dit, je vous apporte tout mon modeste SOUTIEN pour votre émission de ce soir, car vous aurez façe à vous
la lie du journalisme de l’économie et de la politique.
Leurs méthodes, leur idéologie, leurs intérêts sont devenus le pue de notre Occident.
Attaquez les au coeur de leur faiblesse, l’image et le mensonge, et donnez des chiffres et des noms, simples, clairs.

xyz dit:
eh oui, la video a disparu comme tu dis marsouin…
cela signifie certainement que canal plus a expressément demandé à mélenchon de la retirer, prétextant du droit de propriété, qui peut mener en justice.
pas bon du tout… et pourtant elle tourne!
peut être, bien que je ne le conseille pas pour des raison évidentes de droits, les afficionados de mélenchon feraient bien de sauvegarder l’intervention sur LCI (ainsi que celle sur canal tant qu’elle est dispo sur le site) via leurs live box ou boitiers freebox ou autres, et éventuellement par une capture en ligne.
mais je ne conseille pas…

DIVADI dit:
Monsieur MELANCHON, quoique ne regardant jamais TF1et LCI, je serais devant mon poste pour voir et entendre votre intervention.Je suis de ceux, qui comme beaucoup” filerais des baffes” à JM Sylvestre et consort, si l’occasion se présentait.Marre de tous ces salauds!

paul
dit:
Un blog de ce type peut-il être un outil politique comblant en partie la démission des partis, sensés être un outil républicain de transmission de l’information du peuple vers sa représentation?
Celà impliquerait un comité de lecture des posts par PRS ou autre membres du staff de Melenchon, et un renvoi de cette écoute. Un modérateur, même s’il est utile, ne remplit pas cette fonction

H2
dit:
Site de Canal + : Emission d’ Anne-Sophie Lapix en présence de Jean-Luc Mélenchon.
http://www.canalplus.fr/tous-les-programmes/c-les-emissions/pid2180-c-p-dimanche.html?

segolene dit:
Sur LCI , la presentatrice du mini journal annonce:
“l’europe met 1700 MILLIARD d’euros pour les banques !!!!”
Quand je pense qu’on nous presse comme des citrons!!!




suite à http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=628#more-628

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages