Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 17:54

 

P-e-calcines-2.jpg

 

Enfants carbonisés par les bombardements israéliens... à Gaza !

Ceux-là sont oubliés des Médias (note d'eva)

 

 

La scandaleuse utilisation des enfants par les Médias

eva R-sistons

 

 

Juste un mot pour attirer l'attention sur la scandaleuse utilisation des enfants dans les Médias, pour apitoyer l'opinion et lui faire accepter les guerres impériales, néo-coloniales, économiques, prédatrices, et meurtrières (avec armes de destruction massive) des Occidentaux tant Anglo-Saxons qu'israéliens.

 

Les photos que vous voyez concernent des enfants palestiniens.

 

Mais lorsqu'il s'agit des innombrables victimes palestiniennes, irakiennes ou libyennes, black-out total ! Par contre, les Médias occidentaux aux ordres des Industriels de l'armement se gargarisent avec les enfants blessés en Syrie, exhibés à qui mieux mieux.

 

Et on se souvient de la scandaleuse exploitation des couveuses (une mise en scène, comme sans doute celle, hier, des victimes civiles syriennes ou jadis, yougoslaves...) par les Médias, alors que tout était inventé. Et que dire de l'utilisation des studios du Qatar contre la Libye de Kadhafi ou la Syrie de Bachar-el-Assad ?

 

En prendre conscience, relayer cette utilisation abusive à des fins de propagande de guerre, c'est déjà lutter contre l'intolérable

 

eva R-sistons

 

 

Attention, image difficile plus bas

Petite victime palestinienne de la barbarie sioniste

 


 

 

 

P-e--crane-8.jpg

Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 05:30

 

Dimanche 11 mars 2012 7 11 /03 /Mars /2012 12:03

Le financement des guerres serait dissimulé

 

afghan.jpg Afin de pouvoir affirmer que les États-Unis n’ont plus de troupes en Afghanistan en 2014, le Pentagone pourrait transférer ses troupes spéciales sous le contrôle de la CIA. Ainsi, elles deviendraient des espions, selon un article d’AP citant deux représentants anonymes du Pentagone.

Les militaires, tels que les SEALs et d’autres unités, changeraient seulement de titre puisqu’ils « continueraient à cibler des militants dans des raids conjoints et à former les forces afghanes pour qu’elles puissent être autonomes », selon AP. (Kimberly Dozier, Pentagon may put special ops in Afghanistan under CIA control to meet 2014 pullout deadline, 3 mars 2012)

Le porte-parole du Pentagone a nié que de tels plans étaient envisagés. Certains commandants, note AP, « veulent que leurs unités demeurent autonomes afin de garder leurs troupes dans le cadre légal du département de la Défense ».

Ce plan de la Défense pourrait avoir un lien avec un article récent paru dans le Stars and Stripes, un média du département de la Défense des États-Unis, indiquant que le Pentagone se prépare à « déployer des troupes d’opérations spéciales dans le monde entier au moment où l’on diminue le nombre d’opérations militaires traditionnelles ».

AP ajoute :

Une guerre menée par la CIA signifierait que le public étasunien ne serait pas informé du financement des opérations comme cela se fait dans le cas d’une guerre traditionnelle. La supervision reviendrait à la Maison-Blanche, à de hauts dirigeants du renseignement et à quelques comités du Congrès. (Ibid.)

Le véritable montant alloué à la guerre serait plus facile à dissimuler advenant ce manque de supervision du public sur le financement. Bref, s'il était mis en oeuvre, ce plan dissimulerait aux Étasuniens le nombre de troupes déployées ainsi que le financement réel des guerres.


Julie Lévesque a collaboré à ce reportage.

Source: Mondialisation.ca

Partager cet article
Repost0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 08:42

 

Le « journaliste » Paul Conroy, agent opérationnel du MI6

Présenté comme reporter photographe au Sunday Times, Paul Conroy, qui vient de s’échapper de l’Émirat islamique de Baba Amr, est un agent du MI6 britannique.

  


Réseau Voltaire
Mardi 6 Mars 2012



Le « journaliste » Paul Conroy, agent opérationnel du MI6
Sur cette photo, on le voit en Libye (en gilet pare-balles bleu) avec les dirigeants d’Al-Qaeda : à sa droite Mahdi al-Harati (en gilet pare-balles noir) et Abdelhakim Belhaj (en vareuse camouflée).

.
• Mahdi al-Harati a épousé une Irlandaise et a vécu à Dublin. Paul Conroy est Irlandais du Nord, élevé à Liverpool.

Selon l’ancien Premier ministre José Maria Aznar, Mahdi al-Harati est toujours recherché en Espagne pour son implication dans les attentats de Madrid du 11 mars 2004.

En 2010, avec une barbe plus soignée et la couverture d’une ONG, Mahdi al-Harati était infiltré par le MI6 au sein de la « Flottille de la Liberté » qui tenta d’apporter de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mahdi al-Harati dirigeait la brigade d’Al-Qaeda qui assiégea l’hôtel Rixos de Tripoli, en août 2011. Selon Khamis Kadhafi, il était encadré par des instructeurs français. Selon une source militaire étrangère de très haut niveau, al-Harati avait reçu pour mission de l’OTAN de capturer les dirigeants libyens réfugiés dans une facilité secrète de l’hôtel, et d’assassiner dans l’hôtel l’ex-congressman et assistant de Martin Luther King, Walter Fauntroy. Il devait aussi éliminer les deux collaborateurs du Réseau Voltaire Thierry Meyssan et Mahdi Darius Nazemroaya qui résidaient à l’hôtel Radisson, où al-Harati installa son centre de torture. Cette décision avait été prise lors d’une réunion restreinte au commandement de l’OTAN à Naples quelques jours plus tôt. Le compte-rendu fait mention de la présence à cette réunion d’Alain Juppé. Interrogé à ce sujet, son secrétariat dément toute participation du ministre français des Affaires étrangères et indique qu’il était en vacances à cette date.

En octobre 2011, Mahdi al-Harati a mis en scène en Syrie, un village témoin situé dans la montagne à la frontière turque. Durant deux mois, il y a reçu des reporters occidentaux pour leur vanter la « révolution » syrienne. Le village est habité par une tribu qui était rémunérée pour jouer des manifestations et poser pour la presse. Al-Harati y a notamment reçu Paul Moreira de Canal Plus et Édith Bouvier du Figaro.

• Abdelhakim Belhaj est le bras droit d’Ayman al-Zawahiri, et l’actuel numéro 2 d’Al-Qaida. Bien qu’il soit officiellement toujours un des criminels les plus recherchés dans le monde, il a été promu par l’OTAN gouverneur militaire de Tripoli.

Abdelhakim Belhaj dispose d’un titre de résident au Qatar.

Abdelhakim Belhaj a effectué récemment plusieurs séjours en Turquie, où il a disposé d’un bureau sur la base de l’OTAN à Incirlik, et en Syrie où il a infiltré plusieurs groupes jusqu’à atteindre un total de 1 500 combattants. Selon Ayman al-Zawahiri, ses hommes ont notamment perpétré les attentats de Damas et d’Alep.

Son organisation, le Groupe islamique combattant en Libye, a fusionné avec Al-Qaeda mais figure toujours sur la liste des organisations terroristes du Département d’État US et du Département de l’Intérieur Britannique.

En s’associant à des terroristes reconnus, Conroy tombe sous le coup de la loi à la fois aux États-Unis et au Royaume-Unis pour soutien ou association à un groupe terroriste. Il encourt 15 ans de prison, sauf à faire valoir son immunité en excipant de sa qualité d’agent de Sa Majesté.

http://www.voltairenet.org/Le-journaliste-Paul-Conroy-agent http://www.voltairenet.org/Le-journaliste-Paul-Conroy-agent

 

http://www.alterinfo.net/Le-journaliste-Paul-Conroy-agent-operationnel-du-MI6_a72603.html

 

 

 

Désinformation :

 

Reconnaissons enfin le caractère criminel du gouvernement de Tony Blair

La Grèce peut-elle disparaître ? - Et l' Espagne ?

Le rôle des Israéliens dans les événements syriens - Les buts

 

Guerres impérialistes et leurre de la “démocratie” made in USA (Paul Craig)

 

Le "financiarisme" - Industriels et patrons font la valise vers les pays esclavagistes

 

Réunion Aipac: Une jeune juive ose décrier Israël ! - Libye: Noirs en cage

 

France en Syrie: Dilemne pour récupérer ses agents, payer cher en secret, ou moins - mais face aux Français

 

La conférence des « Amis de la Syrie » ou L’échec de la Sainte-Alliance arabo-atlantique

 

"Israël a kidnappé 380 Palestiniens en février" (IMEMC)

 

Le déclin états-unien en perspective – 1ère partie

 

Le déclin états-unien en perspective – 2ème partie
.
Le mythe héroïque et la vérité incommodante sur les reportages de guerre (The Independent)
.
.

Le gouvernement israélien poursuit les arrestations de Palestiniens, la Commission européenne continue de fermer les yeux

 

 

 

Nouveau sur Investig'

 Action -www.michelcollon.info



DICTATURE EUROPEENNE
FESF et MES contre les peuples d'Europe - Eric Toussaint - Damien Millet - François Sana
Le racket des peuples sera-t-il institutionnalisé ?

Qui a peur du CRIF ? - Dominique Vidal
Interdiction d'un colloque : les élites françaises face à leur contre-sens.

L'Italie torture - Mauro Palma
La négation perpétuelle de ce problème n'aidera pas à panser les plaies.

SYRIE
Syrie : l'envers du mouroir - Bahar Kimyongür
La Syrie, vue autrement que par les clichés de la propagande de guerre.

Siège de Homs : à qui la faute ? - Bahar Kimyongür
« Et si, pour les enfants de Homs et pour la survie de la Syrie, on osait la paix ? »

AU RAYON DES DIRIGEANTS
Il est temps que nous reconnaissions la criminalité du gouvernement de Blair - John Pilger
Mister B-liar sera-t-il jugé pour ses crimes de guerre ?

Le courage d'un homme encore indispensable - Jean Ortiz
Chavez de nouveau malade : quel risque pour le Venezuela ?

La résistible ascension d'Alassane Ouattara - Comaguer
« Son élection tient plus à la puissance de ses soutiens qu'à ses mérites. »

COLOMBIE
Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves - Collectif
Appel pour sauver un peuple martyrisé par l'oligarchie depuis bien trop longtemps.

Arrêter la main destructrice de ENDESA-ENEL dans l'Amazonie colombienne - Véronique Coteur
Les intérêts des multinationales doivent-ils primer sur ceux des collectivités locales ?

VIDEO
MES, le nouveau dictateur européen
Qui est ce despote amené à nous gouverner ?

Investig'Action - www.michelcollon.info ne peut exister que grâce à vos dons et commandes de livres

 

 


Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 02:06

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/3358922-4824420.jpg?v=1318850981

 

 

L'enfer d'un monde dessiné par les Occidentaux

Par eva R-sistons

 

 

ENFER !

 

ENFER ! 

 

ENFER !

 

Enfer de Homs, bien sûr.... Les qualificatifs ne manquent pas pour la Syrie ! Toujours mesurés, voyons, et les mêmes partout, à croire qu'on se refile la patate chaude : Habitants affamés, asphyxiés, c'est un cauchemar, une dictature sanguinaire, la barbarie totale, etc, rien n'est trop gros pour convaincre le bon peuple que le Régime de Bachar-el-Assad est monstrueux, comme avant lui ceux de Libye, de Côte d'Ivoire, d'Irak, de Serbie, et j'en passe ! Et savez-vous comment les rebelles Islamistes extrémistes sont qualifiés ? De héros qui se font massacrer !  Et on entend ça tous les jours, pour justifier la guerre qui viendra à bout d'un Etat non-aligné ! Son crime ? Ne pas se soumettre à Washington - et défendre les Palestiniens !

 

Les Sarkozy et les Hillary Clinton ont juré la perte du dirigeant syrien pour plaire à leur ami israélien. Quand verra-t-on Bachar-el-Assad torturé, écartelé, sodomisé, etc, par les Islamistes inspirés par l'Occident si joliment démocrate, comme Kadhafi il y a peu ?  

 

Ainsi, les Révolutions arabes pour la démocratie débouchent sur cela, la mise en place de pouvoirs radicaux, islamistes, aux ordres des Américains et des Sionistes ? Comme quoi, ces fameux Printemps arabes ont bel et bien été élaborés dans les salons dorés du Capitole, avec les Soros et Compagnie ! D'ailleurs, ils sont célébrés dans des Médias scélérats comme Arte, la chaîne franco-allemande au service des sionistes et de leurs amis, et même qualifiés d'événements de l'année ! Jusqu'à quand abusera-t-on des peuples ? Je vais vous dire, moi, ce que les tenants diaboliques du Nouvel Ordre Mondial anglo-saxons sont en train de mettre en place en divisant pour... régner ensuite : La stratégie du choc, la stratégie du chaos, qui  mettra à genoux les peuples pour leur faire accepter enfin ce dont ils ne veulent pas, la dictature planétaire des Grandes banques, la Nouvelle Gouvernance Mondiale !

 

Et tandis que les Médias scélérats tonnent contre la Syrie de Bachar-el-Assad, en bons Pères la Vertu, souvenons-nous de leur silence assourdissant quand la ville la plus fidèle à Kadhafi était détruite maison par maison, habitant par habitant : A part le témoignage à chaud de Matthieu Mabin (France24), édulcoré d'ailleurs, qu'avons-nous su de l'enfer vécu par les Libyens attaqués dans leur pays par la horde barbare de l'Occident, et cela pendant un mois sans être nourris, soignés, dans l'indifférence générale des grands démocrates anglo-saxons, français et israéliens ? Qu'avons-nous su ? Une chose :  Le Grand Mufti avait autorisé les fidèles, faute de mieux, à manger leurs chats et leurs chiens...

 

Et que penser de la boucherie de Jénine ? Nul n'en a rien su, les "démocrates" israéliens avaient interdit le territoire aux témoins, aux journalistes, aux médecins, etc. Et maintenant, ils osent protester lorsque le Régime syrien ne tolère pas la Presse malveillante quand il tente de reconquérir comme il peut la ville attaquée ? Où est la démocratie invoquée en Syrie lorsqu'on laisse les Hébreux massacrer comme ils veulent les innocents Palestiniens, utiliser des armes prohibées, tirer sur les ambulanciers, et même bombarder les Mosquées ? Pourquoi laisse-t-on l'Entité sioniste violer les lois de la guerre comme le Droit international en toute impunité ?

 

Et aucun Média ne s'émeut de voir la Libye, l'Irak, l'Afghanistan, etc, dévastés par les belles démocraties occidentales ?  Là, plus de caméra, plus de journaliste ! La Libye était un pays prospère, elle est devenue un champ de ruines et le terrain d'affrontements de citoyens hier frères. Stratégie  du chaos, encore et toujours, mise en place par ceux-là mêmes qui osent protester bruyamment lorsqu'un pays souverain attaqué défend ses intérêts, ses citoyens ! Qui dans les Médias s'insurge contre les enfants massacrés en toute impunité par les armées de l'OTAN ou par Tsahal ?

 

Le 2 poids 2 mesures est de plus en plus intolérable aux peuples... Jusqu'à quand les Sarkozy pourront-ils prendre la tête des croisades contre des Etats souverains, et en prime, oser demander que leurs dirigeants défendant leur pays soient traduits pour crimes contre l'humanité ?

 

Quel Juge se lèvera au nom des citoyens lésés pour réclamer que Justice soit faite, qui osera traduire devant un tribunal les vrais coupables, les vrais criminels ? Jusqu'à quand laissera-t-on l'Occident judéo-chrétien décider à la place des Etats, se substituer aux Pouvoirs en place afin d'imposer son Ordre inégalitaire, sa civilisation dégénérée et barbare, jusqu'à quand laissera-t-on la France de Sarkozy, ou Londres, Washington, Tel-Aviv, s'immiscer dans les affaires des autres pour soumettre les populations à leurs diktats, à leurs banques, à leurs dévoiements ? 

 

Ce qui se joue actuellement, c'est la colonisation de la planète entière pour l'asservir aux atrocités du Nouvel Ordre Mondial. Nous devons soutenir le courageux et sympathique Bachar-el-Assad lui-même plébiscité par plus de 80 % de sa population (notamment par les chrétiens), nous devons être reconnaissants aux Russes et aux Chinois de marquer des limites à l'avidité pathologique des pseudo démocrates de l'Occident !

 

Il y va, justement, de la démocratie, de la liberté, et surtout, surtout, de la paix, ce Bien le plus précieux... 

 

Eva R-sistons

 

.......

 

 

Voici ce qu'ont vécu les Libyens, dans un silence médiatique assourdissant ! Article oh combien d'actualité, que j'ai écrit l'an dernier ! (eva)

 

Mercredi 26 octobre 2011

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/3358922-4824420.jpg?v=1318850981

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/3358922-4824420.jpg?v=1318850981

 

Les guerres sanguinaires de l'OTAN,

l'exemple de Syrte (Libye)

par eva R-sistons

 

 

Je regarde les infos, alternant les Chaînes Parlementaires et France24 pour l'International.

 

Subitement, un reportage, un vrai, comme on les aime. Qui dit la vérité, tout simplement. Mais n'ayons aucune illusion : France24 n'a pas arrêté de désinformer, en présentant Kadhafi comme un dictateur, ou un tyran, sanguinaire, et les Libyens (fidèles au Colonel, la majorité) comme des rebelles, des mercenaires, des snippers.. Comme dans tous les Médias, les exactions sont celles des combattants libyens, jamais celles de l'OTAN. Et quand France24 présente un fait, c'est pour dissimuler l'essentiel : Par exemple, "les libérateurs vont de maison en maison"... sans dire pourquoi: Tuer les habitants mâles (et pas seulement), violer les femmes et piller les lieux. Un joli nettoyage, un authentique génocide ! Le pays le plus prospère d'Afrique, grâce à Kadhafi, est en ruines, et des massacres ont été commis par l'OTAN et ses mercenaires.

 

France24, donc, après avoir désinformé en permanence sur la Libye, comme ses confrères, se permet, une fois la Libye "libérée" (comprenez, aux mains des tenants de l'Empire, du Nouvel Ordre Mondial), un instant - rare - d'information. Un peu comme le NouvelObs qui, maquillant ses options alignées sous un vernis de gôche, après avoir soutenu la guerre de l'OTAN contre un dirigeant populaire, se permet de critiquer la mort "sauvage" de Kadhafi (§ 1). C'est ça, la presse de "gauche" : Soutien inconditionnel au libéralisme et aux guerres impériales ainsi qu'au choc de civilisations, et tout cela sous un vernis de démocratie, de progressisme... passant par Hollande, mais surtout pas par Montebourg ! (Mon blog sur le Nouvelobs a été rendu inaccessible à partir du moment où j'ai plaidé pour ce dernier). Il est temps de réaliser l'imposture des Médias de "gôche" comme le Nouvelobs ou Libération !

 

Or donc, voici ce que l'on voit sur France24, aujourd'hui même (reportage de Matthieu Mabin, envoyé spécial à Syrte, qu'on sent horrifié par ce qu'il voit, évidemment).

 

Extraits : "C'est une ville fantôme, avec encore une petite poignée d'habitants et quelques rebelles qui occupent la ville (en ruines). Les maisons sont visitées trois ou quatre fois et le pillage est institutionnalisé. Violence considérable de la destruction, y compris les bâtiments civils, cibles de frappes aériennes ne pouvant venir que de l'OTAN car seul l'OTAN est intervenu sur la ville. Les cadavres pourrissent à ciel ouvert, personne pour s'en occuper, ni ONG, ni associations, aucun soutien. Le CNT est absent" (et pendant les bombardements de la ville martyr, Hillary Clinton se préoccupait seulement de prendre mort ou vif Kadhafi, comme les cow-boys texans, note d'eva R-sistons). 

 

Alors, c'est ça, la protection des habitants, M. BHL, philosophe belliciste si communautariste, au service des seuls intérêts d'Israël ? Ca vaut la Shoah des Juifs, non ? C'est aussi radical, net, chirurgical. Sauf que là, c'est pour servir les multinationales comme Total ou Areva, pour priver les Africains de leur indépendance et de leurs ressources (Kadhafi étant un partisan actif du non-alignement et de la libération des peuples du colonialisme), et pour nuire aux Chinois qui eux, servent leurs intérêts tout en participant au développement de l'Afrique. 

 

La réalité ? Comme l'Irak, et avant la Syrie et l'Iran, la Libye est victime d'un massacre de l'OTAN sanguinaire, elle est bombardée, ruinée, bientôt morcellée et en proie au chaos, aux divisions, à la guerre civile. Car Kadhafi, lui, avait su maintenir une unité (pourtant difficile à réaliser dans un pays de tribus) profitant à tous. L'OTAN est une Organisation hautement terroriste, maléfique, nuisible pour les nations et pour les peuples. Sous la féruule de l'Occident, la Libye, pays riche et sans dette, va redevenir un pays arriéré (§ 2) comme avant l'arrivée au pouvoir de Kadhafi. Et certaines de ses villes, comme Syrte, sont désormais en ruines. L'OTAN est passé par là, et Sarkozy comme BHL, aussi. Pour le malheur des peuples et des Etats.

 

Quand verrons-nous en face la réalité ?

 

Eva R-sistons

 

 

 

http://sos-crise.over-blog.com

 

TAGS : Syrte, Kadhafi, Libye, Chine, BHL, Sarkozy, Israël, Afrique, Total, Areva, Nouvelobs, OTAN, France24, Matthieu Mabin, génocide, Chine, Irak, Syrie, Iran, dette, Occident, Libération

 

On peut reproduire tous mes articles, en indiquant la source, évidemment

 

 

(§1) "On peut être un opposant à Kadhafi, un des pires tyrans du XXe siècle et condamner tout aussi fermement la manière dont les soldats du CNT ont lynché puis assassiné ce même Kadhafi, contrevenant ainsi de manière flagrante, aux principes de tout pays démocratique comme aux valeurs de toute conscience humaine". (http://leplus.nouvelobs.com/contribution/207146;mort-de-kadhafi-bhl-ou-la-barbarie-a-visage-libyen.html)

 

(§2) "Kadhafi a fait de son pays le plus arriéré, en 7 ans, le plus prospère d'Afrique" (Le Monde 1.9.1976)

 

Lire l'article de l'AFP :

 

Natif de Syrte, Ibrahim Alazhry fait partie des rares habitants à avoir pris les armes au côté des forces du CNT. Mais il enrage contre le saccage et le pillage de la ville qui sonnent comme une vengeance.

(..) Mais pourquoi entrer dans les maisons, les saccager, les brûler?", s'énerve-t-il

"Les gens de Syrte comme moi commencent à haïr cette révolution" qui tourne selon lui aux représailles contre les habitants, considérés comme des pro-Kadhafi."

Court extrait d'un article :

Libye: ultime bataille à Syrte dévastée par les combats

De Jay DESHMUKH et Daphné BENOIT (AFP).

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jUdUa048i3-23Ble_UUeQ63y6lTw?docId=CNG.cb005007bd0014b12e7028eb64289d0d.921

 

____________________________________________________________________________________________

 

 

 

  Autres infos :

 

 

Syrie :

 

Bachar-al-Assad, longtemps chouchouté par l'Occident, et garant de la stabilité de la région, devient désormais un "dictateur" pour la Communauté internationale (c'est à dire le seul Occident). L'OTAN, surtout sous la pression d'Israël d'ailleurs, convoite ardemment ce pays pour le contrôler et cerner l'Iran en prévision de son attaque prédatrice et meurtrière.

 

eva R-sistons

 

*

 

Quelques avantages dont jouissaient les Libyens avant l'assassinat de Kadhafi :

 

 

1-L’électricité à usage domestique est gratuite  


  


2 – L’eau à usage domestique est gratuite  
 

 


3- Le prix d’un litre d’essence est de 0,08 EUROS
 

 


4- Les banques libyennes accordent des prêts sans intérêts
 

 


5- Les citoyens n’ont pas d’impôts à payer, et la TVA n’existe pas  


  


6- La Libye est le dernier pays dans la liste des pays endettés. La dette publique est à 3,3% du PIB. En France, elle est à 84,5%. Aux US, 88,9%. Au Japon à 225,8%
 

 


7- Le prix pour l’achat d’une voiture (Chevrolet, Toyota, Nissan, Mitsubishi, Peugeot, 
 Renault…) est au prix d’usine (voitures importées du Japon, Corée du sud, Chine, Etats-Unis…)


  


8- Pour chaque étudiant voulant faire ses études à l’étranger, le « gouvernement » attribue une bourse de 1 627,11 Euros par mois
 

 


9- Tout étudiant diplômé reçoit le salaire moyen de la profession du cursus choisi s’il ne trouve pas d’emploi  


  


10- Lorsqu’un couple se marie, l’ « Etat » paie le premier appartement ou maison (150 mètres carrés)
  

11- Chaque famille Libyenne, sur présentation du livret de famille, reçoit une aide de 300 EUROS par mois


12- Pour tout employé dans la fonction publique, en cas de mobilité nécessaire à travers la Libye, l’Etat fournit une voiture et une maison gratuitement. Et quelque temps après, ces biens sont à lui.

 

.

Partager cet article
Repost0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 11:28

 

Propagande médiatique, politique, idéologique
Les obus de l’armée syrienne sur Homs
et l’artillerie lourde de la propagande occidentale

 


Mardi 14 Février 2012


Les obus de l’armée syrienne sur Homs et l’artillerie lourde de la propagande occidentale

Un ancien militaire US traite de manière anonyme d’une des dernières manœuvres de la propagande occidentale contre le gouvernement syrien. Il analyse en effet de manière très serrée, en nous donnant tous les moyens de contrôler son raisonnement, des photos satellite publiées par l’ex ambassadeur US en Syrie sur son compte Facebook ainsi que par le Département d’Etat.

Son verdict est sans appel et l’œuvre de propagande est efficacement démontée. Du moins pou ceux que la recherche de la vérité intéresse.

L’armée syrienne peut être brutale, et même extrêmement brutale ainsi que les Frères Musulmans avaient pu s’en apercevoir lors du siège meurtrier de Hama en 1982. Mais pour l’heure, force est de constater que cette armée a fait preuve d’une retenue dont elle n’était pas coutumière. Une attitude qui montre que le président Assad cherche à éviter que l’irréparable soit commis afin de laisser un espace à une issue pacifique.

Ce n’est pas pour rien que, s’ils n’ont pas été « blanchis » par le rapport de la mission d’observation de la Ligue Arabe, les services de sécurité n’ont guère été plus accablés que les rebelles qui ont pris les armes.

Le Département d’Etat ment avec ses photos satellite de la Syrie – pas de «déploiement» d’artillerie 

Moon of Alabama (USA) 11 février 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Une note de l’ambassadeur Ford  sur les récents évènements en Syrie montre une photo satellite de Homs en Syrie, avec la légende « Escalade des opérations sécuritaires à Homs »  et « Quartier de Bab Amr ». La photo aurait été prise le 6 février 2012 quoique l’incrustation du copyright mentionne “© 2011 Digital Globe”.

Un examen plus approfondi de la photo de l’ambassadeur révèle qu’elle ne montre pas ce qui est indiqué par la légende. En fait, la photo ne montre que des éléments ambigus de l’extrême limite de Bab Amr et non de l’intérieur de la ville.

Il existe d’autres photos satellite sur le site du Département d’Etat qui sont supposées montrer un “déploiement opérationnel” de l’artillerie syrienne.

L’analyse des photos satellite du Département d’Etat, qui ont été reprises  par les agences de presse  et divers journaux  montre clairement que ces images de canons d’artillerie «déployés opérationnellement contre XYZ» ont toutes été prises pendant des phases d’entraînement à l’intérieur de cantonnements militaires ou de zones d’exercice connues et non dans le cadre d’un déploiement réel.

 Il n’y a pour l’heure aucune preuve d’un déploiement quelconque de l’artillerie quoique nous sachions que des mortiers ont été utilisés côté rebelle. Le Département d’Etat sait à l’évidence ce que montrent réellement les photos mais essaye d’utiliser le mensonge du déploiement de l’artillerie contre les rebelles comme argument dans les pressions pour une intervention militaire.

La photo de l’ambassadeur:

 agrandir

Certaines zones de l’image portent des étiquettes “incendies”, “véhicules militaires” et “fumée”. Mais quand on compare la version agrandie de cette image avec des images plus anciennes provenant de Google Map et de Gogle Earth, toutes les zones étiquetées semblent être à l’extérieur de Bab Amr et ne représentent rien qui soit à l’évidence militaire par nature.

 L’endroit étiqueté “incendies” se trouve en fait au niveau du coude d’un canal à l’extérieur de la ville et ce que la photo nous montre en train de brûler semble être à l’écart de la ville, sur ou à juste à côté d’un canal (Note : la direction de la flèche qui montre le nord dans cette photo comme dans celles qui suivent est différente de celles de Google Map qui pointent toujours vers le haut. Il faut utiliser Google Earth ou son cerveau pour faire la correction) dans une zone agricole avec un peu d’activité industrielle. Je ne parviens pas à identifier une quelconque construction qui aurait pu brûler à cet endroit, alors ce sont peut-être bien des déchets ou quelque chose qui a à voir avec l’agriculture qui brûle.

La partie étiquetée “véhicules militaires” désigne une zone agricole avec quelques maisons et de petites routes. L’agrandissement montre un endroit à quelque 750 mètres au nord-ouest de là au carrefour de la route nationale M1, l’entrée ouest de Homs. On voit nettement une douzaine de camions garés en rang sur la route dans la photo de l’ambassadeur mais on ne sait pas vraiment pourquoi ces véhicules sont supposés être militaires, surtout que certains d’entre eux semblent être de couleur claire et non camouflés.

La partie étiquetée « cratères d’impact », « bâtiments en feu » et « fumée » ne semble rien montrer de tel. Les « cratères d’impact » sont dans la partie sud d’un terrain de football rouge-brun et boueux et même l’agrandissant au maximum et la comparaison avec des photos plus anciennes tirées de Google Earth ne montre pas de différences entre elles et la présence de cratères ne semble pas évidente. Le prétendu « bâtiment en feu» du côté nord-est du terrain de football ne semble pas du tout être une construction mais de la fumée vient d’un parking au nord à proximité du «marché de fruits et légumes.» Peut-être quelqu’un fait-il brûler les déchets de la journée ?

Les trois secteurs repérés dans la photo de l’ambassadeur (repères jaunes) sont nettement à l’extérieur et à la limite ouest des zones bâties de Homs et de Baba Amr. On n’y voit aucune « opération sécuritaire » évidente. En quoi [ce qu’on voit sur la photo] devrait avoir un rapport avec une ville d’un million d’habitants n’est guère compréhensible.

agrandir

Le Département d’Etat a un jeu supplémentaire de photos intitulées Appui d’artillerie  aux opérations sécuritaires du gouvernement. La première est une carte qui montre la disposition géographique des huit photos satellite des positions de l’artillerie syrienne qui suivent.

 

agrandir

Avec la carte du Département d’Etat et Google Earth dont les dernières photos de ces zones remontent généralement à mars 2010, j’ai essayé de trouver où les photos des huit positions d’artillerie présentées par le Département d’Etat ont été réellement prises.

 La première position marquée Graphic 2  se trouve à une dizaine de kilometers au sud-ouest d’Al Zabadani. Le matériel visible sur la photo est difficilement identifiable. La position semble se trouver au sommet de cette colline, probablement sur ce coude (faites mentalement une rotation à 90° vers la droite pour positionner le nord sur la droite comme dans Graphic2). Cela semble faire partie d’une position militaire plus ancienne et d’un lieu d’entraînement ainsi que la position anciennement excavée et les cratères d’impact le montrent.

La position étiquetée Graphic 3  et celle étiquetée Graphic 4  sont à quelque 15 kilomètres ay sud d’Al Zabadani. Des photos plus anciennes sur Google Earth/Map montrent clairement un terrain d’entraînement militaire à cet endroit précis. Il y a des positions enterrées caractériques de celles prévues pour les blindés ou l’artillerie. Ces positions ne sont pas d’orientation commune et ne sont donc probablement que des positions d’entraînement.

Graphic 3  montre quatre canons, probablement des canons auto tractés 2S1 M-1974 Gvodzika  de calibre 122 dont la Syrie possède environ 400 exemplaires. Sa position exacte peut être identifiée et est clairement à l’intérieur du camp d’entraînement. La position exacte de Graphic 4,  qui montre quatre canons de campagne, peut aussi être identifiée. Graphic 4 est étiquetée « Artillerie déployée opérationnellement vers Al Zabadani.» Mais ces canons sont sur un terrain d’entraînement militaire. Ce sont très probablement des obusiers tractés D-30 2A18M 122-mm  dont la Syrie possède environ 500 exemplaires. Les camions nécessaires pour tracter ces canons et leurs munitions ne sont pas visibles sur la photo et il n’y a pas de fosse à munitions à côté d’eux.

Le D-30 et le S21 Gvodzika ont une portée efficace maximale de 15,3 kilomètres. Les lieux où ils sont positionnés de trouvent à 15 kilomètres de distance d’Al Zbadani. Aucune armée ne déploierait des pièces d’artillerie ayant une portée maximale de 15 kilomètres contre une cible située à 15 kilomètres. Il faut être beaucoup plus près de la cible pour avoir une meilleure chance de toucher vraiment quelque chose et avoir un peu de marge au-delà de la cible en cas de besoin. Ce sont donc très probablement des unités d’artillerie qui ne font que s’entraîner  sur leurs terrains d’entraînement habituels, PAS des unités déployées contre Al Zabadani.

Graphic 5  est supposée représenter une zone à sept ou huit kilomètres de Halbun. Oh, comme c’est pratique, c’est à la limite nord-est d’un autre complexe militaire important mais cette fois avec des casernements et des parkings pour des camions et d’autres engins. Le complexe se trouve au nord de la ville de Qudssaya. La photo proposée montre les canons entre de jeunes arbres. Comme les photos de Google Earth sur lesquelles je travaille sont plus anciennes, je ne peux pas retrouver ces jeunes arbres ni l’exacte position des canons.

Sur Graphic 6, à quelque 10 kilomètres sud sud-est de et «déployés opérationnellement contre»  Bankus. Cet endroit se trouve exactement ici (comme toujours ajustez pour l’orientation nord) en plein milieu d’une zone militaire qui comporte des casernements, des aires de stationnement, des ateliers, des zones d’entraînement et des dépôts de munitions. Le toit arrondi d’un des bâtiments sur la photo est facile à identifier. Les canons à « deux jambes » sur la photo du Département d’Etat sont certainement des canons de 130 mm tractés  dont la Syrie possède 750 exemplaires. La photo du Département d’Etat montre quatre d’entre eux alignés mais ç une distance de 10 mètres l’un de l’autre.

Celui qui veut tirer avec de tels obusiers ne doit pas les déployer si près les uns des autres sur un terrain de parade plat. L’effet de souffle  (et le bruit) de ces pièces d’artillerie est puissant et sonore et n’importe quel manuel militaire vous dira que la distance entre des canons déployés pour le tir devrait être de cinquante mètres au minimum. C’est aussi parce que toute riposte ou accident de tir ne toucherait pas un seul canon mais ferait aussi exploser l’engin voisin. Les canons sur la photo ont été sortis aux fins d’inspection, d’entraînement de base ou de maintenance. Il ne s’agit pas d’artillerie «déployée de manière opérationnelle.»

Graphic 7  se trouve à douze ou treize kilomètres à l’est sud-est de Rankus. Allez-y avec Google Earth et vous débarquerez en plein milieu, oui, d’une autre installation militaire juste au nord de la ville de Heleh. (Si vous vous demandez pourquoi il y a tant de bases militaires dans la région, souvenez-vous que nous sommes près de la capitale damas et que la Syrie a un voisin agressif pas bien loin d’ici). La position montrée dans Graphic 7 est ici et même des photos Google datant de deux ans montrent des traces de chenilles de blindés sur des terrains très utilisés. Ce qui est le digne d’il est tout à fait normal de voir ces véhicules stationner et circuler à cet endroit.

Graphic 8  est supposée nous montrer un camion du type orgue de Staline dans une zone à dix kilomètres au sud-est de Homs. Mais attendez, il y a là un grand site militaire où se trouvent des centaines de camions. L’endroit précis où le photo satellite montre les camions est ici, un lieu qui ressemble à une zone de maintenance ou de formation (notez que l’orientation nord donnée dans Graphic 8 n’est pas correcte. La flèche indiquant le nord devrait pointer en bas à droite, pas vers la droite).

Et dernier point, mais non des moindres, Graphic 9  qui représente une zone à 15 kilomètres à l’est sud-est de Homs.

Cette zone se trouve en fait à seulement une centaine de mètres du lieu où la photo Graphic 8 a été prise et dans le même complexe d’entraînement et de casernements.

Graphic 9  montre clairement un terrain d’entraînement militaire. Il y a de nombreuses tranchées en U qui protègent à l’avant et sur les côtés et permettent de sortir par l’arrière. Ils sont orientés dans diverses directions. Il y aussi des creux causés par le souffle sur le sol probablement en raison de l’usage de munitions d’entraînement. Les canons qu’on voit sont exposés en plein air, non camouflés et sans piles de munitions ou quoi que ce soit y ressemblant visible à proximité.

Ces artilleurs Syriens sont des veinards. Ils semblent toujours « déployés opérationnellement » à seulement quelques centaines de mètres de leurs casernes et sans avoir à faire les excavations fastidieuses ni à transporter les munitions comme on doit le faire en situation de déploiement réel.

Alors quand le Département d’Etat dit que ces photos montrent des canons “déployés opérationnellement contre XYZ,” je dis que c’est un mensonge et de la foutaise. En tant qu’ancien officier de l’arme blindée qui a été formé en champ de tir avec de l’artillerie tractée et autoportée, je suis tout à fait sûr que toutes ces photos d’artillerie présentées par le Département d’Etat sont des images de missions de routine d’entraînement et de maintenance dans des casernes et des centres d’exercice de l’armée et non des images d’un « déploiement opérationnel » contre quiconque.

 

Il semble que le Département d’Etat a simplement commandé des photos satellite non classifiées à Digital Globe, a examiné les camps d’entraînement bien connus de l’armée syrienne et quant il y a immanquablement trouvé quelques petites unités d’artillerie en exercice de routine, il a concocté cette histoire avec ces canons «déployés opérationnellement» contre les rebelles Syriens.

Les images des alentours de Homs montraient seulement des tirs indirects de mortiers, pas de gros obus tires par de l’artillerie lourde. Le rapport escamoté de la mission d’observation de la Ligue Arabe  note que les rebelles ont utilisé des mortiers contre l’armée régulière syrienne et que ce sont des mortiers de ce genre qui ont tué un journaliste Français.

44. A Homs, un journaliste Français qui travaillait pour France 2 a &été tué et un journaliste belge a été blessé.

Il faut relever que les rapports de la mission à Homs indiquent que le journaliste Français a été tué par des obus de mortier de l’opposition.

Il n’y a pour l’heure absolument aucune preuve d’un quelconque déploiement d’artillerie par le gouvernement syrien contre les rebelles. Les photos satellite du Département d’Etat ne constituent aucunement une telle preuve et les photos des dégâts dans les villes, comme on peut les voir dans des vidéos ou des photos, ne sont pour l’instant pas d’une ampleur compatible avec l’usage de l’artillerie lourde.

Pour ceux qui souhaiteraient vérifier mon analyse, vous trouverez ici  (clic droit et enregistrer sous) un ficier KMZ pour Google Earth  intitulé SateDepSyriaSat avec les divers endroits mentionnés précédemment.

http://mounadil.wordpress.com/

 

http://www.alterinfo.net/Les-obus-de-l-armee-syrienne-sur-Homs-et-l-artillerie-lourde-de-la-propagande-occidentale_a71303.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 04:53

 

http://observers.france24.com/files/images/teaser_obs.jpg

http://observers.france24.com/files/images/teaser_obs.jpg

 

Les Observateurs : Propagande de guerre 

au service de l'Occident menteur et criminel

eva R-sistons

 

Bonjour

 

Soyez en alerte !

 

Ces pseudo Observateurs ne donnent pas la parole à tous : Mais seulement aux citoyens qui dénoncent les pays refusant la dictature de l'Empire euroatlantiste c'est-à-dire Anglo-Saxon (GB et USA), Israélien (qui prépare la guerre mondiale via l'Iran qu'il veut attaquer alors que ce pays n'a jamais attaqué personne, et qu'il a droit à l'arme atomique de dissuasion, pour se protéger) , et européen (En réalité, l'Union Européenne a été conçue par les Américains pour l'utiliser à leur profit notamment comme supplétif de leurs guerres; elle est un toutou obéissant, surtout à travers Sarkozy l'Américain).

 

Les pays qui ne veulent pas être dominés par les Américains, les pays qui tiennent à leur indépendance politique, sont entre autres la Russie, la Chine, l'Inde maintenant, l'Afrique du Sud, l'Iran, la Syrie, la Biélorussie, le Liban, l'Algérie etc,

- c'est pour cela qu'on les discrédite en permanence dans les Médias, 

- et qu'on tente de les déstabiliser de l'intérieur (en formant et en armant les opposants, les dissidents, comme au Tibet, ou en Syrie comme avec l'Armée dite "libre", en réalité ce sont des Islamistes extrémistes adversaires du régime laïc de Bachar-el-Assad, et instrumentalisés par les Américains ! §).

 

Jamais dans "Les Observateurs" de France24 vous ne trouverez un témoignage de partisans de ces pays.  C'est à SENS UNIQUE pour conditionner l'opinion et lui faire accepter, par ex, les guerres en préparation  - guerres soi-disant "nécessaires" pour permettre à l'Employeur N°1 des Etats-Unis, le Complexe Militaro-Industriel, de continuer à faire des affaires sur le dos des populations attaquées ! 

 

Donc, vous ne verrez que les témoignages des "témoins" (parfois via une mise en scène pour mieux convaincre, comme pour les prétendues armes de destruction massive de l'Irak, ou la statue de S. Hussein déboulonnée. Ceux qui détiennent et utilisent des armes de destruction massive, sont en réalité les Occidentaux) favorables aux intérêts de l'Empire, ou abusés par l'Occident via les Réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, manipulés, conditionnés - surtout les jeunes, plus malléables, proies faciles.

 

Des ONG d'obédience américaine sont d'ailleurs spécialisées dans le conditionnement des internautes. Donc, ces pseudos "témoins" feront tout pour discréditer, au prix des pires mensonges ou mises en scène, les pays ciblés, comme la Syrie, l'Iran, la Chine, la Russie de Poutine, etc, pour leur autonomie par rapport à la politique décrétée (anti-démocratiquement) par Washington. §§

 

Pareil pour C dans l'Air sur la V, par exemple. Emission de faux débats, "opposant" des gens du même bord ce qui fausse les débats, car ils sont TOUS d'accord sur l'essentiel (Europe, guerres, ultra-libéralisme, etc, comme les journalistes du Figaro ou de Valeurs Actuelles, ou Barbier de l'Express partisan, à l'époque - et contrairement à Jacques Chirac -  de la guerre US contre l'Irak). Et donc vous ne verrez jamais, pour un vrai débat, de partisans de Bachar-el-Assad, ou de l'Iran, ou du Hezbollah libanais, ou du Vénézuela, ou du Cuba de Castro, ou de la Russie de Poutine... etc.

 

Ce n'est plus du débat, de l'information neutre, mais de la désinformation partisane.

 

Une certitude : Les Médias mentent en permanence. Ce sont des organes de désinformation, au service notamment des Industriels de l'Armement qui, en France, possèdent les plus importants, il faut le savoir. D'où la ligne "pro-guerres". 

 

D'où, aussi, un triste record pour les Médias français aujourd'hui: Ils sont les derniers, en Europe, en matière d'honnêteté de l'Information, ils sont  "lanterne rouge" de la désinformation !!! De vrais Médias staliniens... Quel exploit, pour la Patrie des Drois de l'Homme !

 

Eva R-sistons

 

 

§ Sur le site du Comité Valmy, Gaullistes de gauche (cliquer sur les liens)

 

 

 

§§ "Ce n’est pas Bachar el-Assad qui est visé, mais la Syrie en tant que pays laïc, nationaliste et indépendant, ennemi d’Israël et rétif à l’instauration du Nouvel Ordre Mondial. Après l’Iraq et la Libye, ce pays doit inéluctablement être détruit à son tour pour permettre la réalisation du vieux projet atlantiste de « Grand Moyen Orient ». Par ailleurs, la Syrie est une tête de pont pour une agression contre l’Iran et la poursuite de l’encerclement de la Russie et de la Chine."

Partager cet article
Repost0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 23:56

Syrie : Ambassadeur US cherche pays à déstabiliser

par eva R-sistons

 

http://0.tqn.com/d/middleeast/1/0/M/F/-/-/Ambassador-Robert-S-Ford.jpg

http://0.tqn.com/d/middleeast/1/0/M/F/-/-/Ambassador-Robert-S-Ford.jpg

 

 

Robert S.Ford est un ambassadeur américain actuellement sans ambassade. Pour cause de problèmes avec la Syrie, qu'il a cherché à déstabiliser par tous les moyens, même en faisant prendre des photos du pays par satellite. Des réunions se tenaient discrètement chez lui, réunissant tous les opposants au Régime, particulièrement islamistes, d'ailleurs - très extrémistes, du genre dénoncés par les Américains sous d'autres cieux -, cherchez l'erreur ! Bref, cet agitateur américain ne pouvait rentrer qu'en conflit avec le pouvoir syrien en place. Il va donc falloir chercher un autre pays à déstabiliser pour le compte des banksters et des Industriels de mort, cher espion, pardon cher agent de l'Etranger, allez je suis bonne fille : Cher Ambassadeur. Pfff ! Cachez cet Ambassadeur que les non-alignés ne sauraient voir !

 

Donc, maintenant, le bonhomme va devoir chercher d'autres pays à déstabiliser, pour le compte des si vertueux démocrates US ou hébreux, par ex la Biélorussie, le Pakistan, l'Ukraine à nouveau, le Liban, l'Iran, la Russie, le Tibet, etc etc, gageons qu'il ne chômera pas, le vertueux homme !

 

Alors, le sieur en question, pour l'instant, est libre de son temps. Ca tombe bien, France24 la télé des néoconservateurs Ockrent-Kouchner, cherchait un nouvel adversaire du Régime syrien à interviewer pour faire sa propagande contre Bachar-el-Assad dont le principal crime est de vouloir garder son pays hors du giron impérial. Voilà ce que ça donne le 11 février 2012, un moment d'une grande sincérité, rempli de bons sentiments américains, respectueux de l'indépendance des pays, et grands amateurs de démoncratie devant le diable lui-même ! Morceaux choisis, ne riez pas (citations entre guillemets):

 

Le journaleux : Ca sort de vos implications politiques ?

Que nenni ! Nous avons de la compassion pour les Syriens, "ils ont peur, même dans les banlieues", vous vous rendez compte ? Nous sommes là, nous Américains, pour les rassurer (comme en Libye ??). Vous vous rendez compte ? Il y a "un grand nombre de groupes armés" qui sèment la terreur (en omettant de dire qu'ils le sont par ses concitoyens si gentiment démocrates), "les chrétiens, les minorités ont peur" (des amis islamistes de Washington pour mettre fin à la laïcité de Bachar-el-Assad, chut !), "peur des gouvernements fondamentalistes" (que les Etats-Unis oeuvrent à mettre en place), "peur de l'avenir" (dessiné par les démoncrates de l'Occident !).

 

Et là, l'ex ambassadeur US de Syrie à la recherche d'un nouveau pays à déstabiliser, se fait tout doux, tout respectueux : "On veut traiter les minorités sans discrimination, dans le respect de la diversité...". On n'en doute pas !!!!!

 

Suit une envolée lyrique : "La Syrie est un pays multiculturel qui a une longue histoire !", puis une envolée compassionnelle : "La violence doit cesser tout de suite (quel joli double jeu !), les soins médicaux doivent arriver, la Syrie a besoin d'une solution pacifique, politique, avec NOS partenaires, on soutient la transition, un changement politique pacifique !"  Un sommet d'hypocrisie ! Les USA font oeuvre de paix désintéressée, maintenant ? Ils choisissent la diplomatie plutôt que le colt ? C'est nouveau !

 

Et notre bon homme poursuit sa prestation devant le micro de France24 chaîne au service des guerres impériales, une prestation qui omet naturellement le rôle de l'Occident dans la destruction systématique du pays : "L'économie de la Syrie va de mal en pis, le chômage augmente, les usines ferment (l'Occident fait tout pour ça avec son boycott - tiens, on peu boycotter des pays, maintenant ? Mais pas Israël ?), l'électricité est parfois coupée + de 4 h par jour, en plein hiver, même dans la capitale..."

 

Grave, il ajoute : "Nous allons porter nos efforts dans 3 dimensions : Sur le plan économique, nous allons développer nos relations avec les hommes d'affaires. Nous allons aplanir les chemins de l'Opposition, faciliter son travail (que ces choses sont joliment dites ! Comprenez ingérence avec à la clef soutien aux groupes et aux commandos armés semant la peur dans le pays), enfin nous allons nous occuper des réfugiés, les soutenir financièrement, même dans les banlieues !" Quelle touchante sollicitude ! Avec une jolie guerre civile au bout et la prise du pouvoir par les Islamistes ces nouveaux copains de Washington (après tout, l'Oncle Sam a sympathisé avec les Talibans en Afghanistan quand ils combattaient les Russes, en oubliant, alors, la condition féminine qu'ils défendent maintenant que le pays est "débarrassé" des Slaves) !

 

Pour une fois, un journaleux de France24 se souvient qu'il est journaliste : "Votre position n'est pas CLAIRE, elle menace les relations avec la Russie..." Et il demande aussi qui sont les groupes armés...

 

Claire ? Groupes armés ? L'agent de l'Etranger botte en touche :

 

"La position américaine est HESITANTE... Mais on ne veut pas recourir à la force militaire (!), on veut une solution pacifique" (moins coûteuse pour un Etat quasiment en faillite). Suit une grande vérité, enfin : "Le peuple syrien ne veut pas d'intervention militaire pour résoudre la crise !" Et il ajoute : "On va oeuvrer avec la Ligue arabe" (corrompue, mais l'éthique est le cadet des soucis américains). Dans quel sens ? "Celui des Droits de l'homme !!! Respect de la liberté d'expression, liberté des associations politiques (comme celles occupées à déstabiliser le pays), liberté de manifester... pacifiquement" (en armant les opposants, en envoyant des groupes US paramilitaires ?) !!!

 

Encore un sommet de l'hypocrisie : "Ce n'est pas à la Communauté internationale de décider si Bachar-El-Assad doit rester - dans le même temps, Obama appelle à son départ, cherchez l'erreur là aussi -, MAIS c'est juste une opinion, après 20 ans Bachar-el-Assad devrait partir, je n'ai pas vu de réformes politiques essentielles..." (Il a des oeillères ! Voir   La vérité sur la Syrie. Le terrorisme au nom de la démocratie. Médias collabos). La transition politique est IMPOSSIBLE (pour les marionnettes islamistes de Washington) tant que Bachar-el-Assad sera au pouvoir donc on pense qu'il DOIT partir. Mais... c'est au peuple syrien de décider !" Que ces choses-là sont dites en termes diplomatiques !

 

Bon vent, M. l'agitateur professionnel au service des cow-boys anglo-saxons et israéliens ! Et que votre démoNcratie aille au Diable !

 

Eva R-sistons à l'hypocrisie...
.

 

Avant son départ - L'agent US de déstabilisation de la Syrie, allias ambassadeur !

 

http://1.bp.blogspot.com/-3GvF22BLaM8/TmmkeAhCwkI/AAAAAAAAx7M/mQ4DZFx0fM0/s1600/71739949-new-us.jpg

http://1.bp.blogspot.com/-3GvF22BLaM8/TmmkeAhCwkI/AAAAAAAAx7M/mQ4DZFx0fM0/s1600/71739949-new-us.jpg.

 

 

 

La démoNcratie , exemple .

11 février 2012

NDAA, camps FEMA et centres de surveillance "made in america"
Le 6 décembre 2011, la FEMA a activé ses camps sur le territoire américain. Dans le même temps, la loi NDAA a été votée, autorisant l'armée américaine a arrêté sans charge et sans preuve les citoyens qui constituent une menace pour les intérêts ou le gouvernement américain. Ils peuvent être détenus indéfiniment dans des prisons militaires (secrètes ou non), être torturés pour obtenir des aveux, voire même être assassinés. Tout cela légalement. Dans le même temps, les lois SOPA et PIPA sur la surveillance et la censure de l'Internet sont également sur le point d'être votées.
.
Partager cet article
Repost0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 17:10

 

 

 

http://frenchweb.fr/nouveau-site-pour-le-nouvelobs-com-une-copie-a-revoir/

 

Le Nouvelobs, le faux journal de gauche en réalité

au service des intérêts de l'Empire (eva)

 

.

 

Mensonges et mauvaise foi du Nouvelobs

par eva R-sistons 


 

Il vaut mieux un média comme le Figaro, dont on sait qu'il est lu par les plus nantis et qu'il défend leurs intérêts, qu'un journal prétendument de gauche, qui abuse de ses lecteurs en faisant croire qu'il défend les valeurs universelles de justice et de paix, alors qu'il se situe dans la droite ligne de la Pensée Unique, d'essence anglo-saxonne, mondialiste, va-t-en guerre, et alignée sur les contrevaleurs israéliennes - l'Etat hébreu, en particulier, violant en permanence les règles les plus élémentaires du Droit international et du Droit.

 

Donc, comme ses confrères de Droite, le Nouvelobs (comme d'ailleurs Libération - ou même Marianne, proche d'ailleurs, en réalité, de Bayrou, mais populiste), sous couleur progressiste, défend en réalité les "idéaux" ultra-libéraux (saupoudrés d'un zeste de social pour faire illusion et prendre dans ses filets les lecteurs de gauche) et impérialistes, néo-coloniaux. Il fait exactement les mêmes analyses qu'à Droite, notamment en matière d'Affaires Etrangères, lorsque par ex il ment sur la Syrie, en parlant des massacres du Régime - acculé à se défendre contre l'Etranger qui veut le déstabiliser pour le contrôler surtout au bénéfice du Grand Israël hégémonique, prédateur, criminel - et en taisant ceux, provocateurs, traîtres, sournois, et plus brutaux, des paramilitaires au service de l'Occident, comme jadis les Contras de sinistre mémoire, créés en Amérique Latine par la CIA.  

 

Ici, voyez comment le Nouvelobs vomit sa désinformation à sens unique, en donnant seulement la parole aux suppôts de l'Occident assassin pour grossir les coffres-forts de l'Oligarchie, et curieusement - mais il n'y a pas de hasard - ces témoins syriens s'expriment... en Anglais, et portent des noms, ou des prénoms, à consonance anglaise. Les images (j'ai juste regardé un instant) montrent l'une ou l'autre maison en ruines, alors que le quartier ne l'est pas, ce qui laisse supposer qu'il n'y a pas de bombardements sauvages, systématiques, mais ciblés - technique popularisée partout par les Hébreux, justement, mais eux discrètement et en toute impunité - pour évidemment, légitimement, mettre hors d'état de nuire les snippers au service de l'Etranger, snippers qui provoquent d'ailleurs le maximum de meurtres et de dégâts. 

 

Au lieu de défendre la souveraineté des Etats, les peuples attaqués, spoliés, opprimés, le Nouvelobs ne fait pas mieux que le Figaro l'organe de la Presse bourgeoise, mais... plus hypocritement ! Car en se prétendant de gauche..

 

Citoyens, ne soyons pas dupes de cette fausse presse de gauche, qui se sert de la soif de justice de ses lecteurs pour les amener à accepter les causes criminelles qui ne profitent en définitive qu'aux ennemis des peuples.

 

Eva R-sistons à l'imposture d'une fausse presse de gauche

 

La répression va grandissante dans ce foyer de la contestation devenu ville martyre.

http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120210.OBS1047/videos-l-armee-d-assad-ecrase-le-quartier-de-baba-amr-a-homs.html

 

 

Un bombardement à Homs jeudi 9 février (Capture d'écran Youtube)

Un bombardement à Homs jeudi 9 février (Capture d'écran Youtube)

 

Le régime syrien écrase militairement la révolte syrienne depuis 11 mois. Mais la répression a pris une dimension encore plus effroyable à Homs où des quartiers sont en train d'être broyés. Notamment Baba Amr dans l'Ouest de la ville. Voici quelques vidéos tournées dans ce quartier jeudi 9 février.

 

A Baba Amr, un homme endosse le rôle de journaliste pour décrire la situation face à une habitation détruite dans laquelle des civils ont été tués. Il en appelle aux Nations-unies pour qu'elles "fassent cesser les opérations militaires" (Comment ? Note d'eva. Comme en Irak ou en Libye ? Au fait, le Nouvelobs ne s'émeut pas des massacres effroyables commis quotidiennement en Libye, notamment racistes envers les Noirs, ou en Côte d'Ivoire... ).

 

 

Vidéos ici :

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120210.OBS1047/videos-l-armee-d-assad-ecrase-le-quartier-de-baba-amr-a-homs.html

 

 


Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 12:02

 

http://4.bp.blogspot.com/-affb2Uce8x8/TZ_TuBvTkNI/AAAAAAAASH4/RxaJGZ9E3iw/s1600/Cerveau.jpg

http://4.bp.blogspot.com/-affb2Uce8x8/TZ_TuBvTkNI/AAAAAAAASH4/RxaJGZ9E3iw/s1600/Cerveau.jpg

 

 

France24, ça suffit !

par eva R-sistons

 

France24, la chaîne de la désinformation par excellence,

pire encore, de propagande... de guerre !

 

 

Ca suffit !

 

La France, via Christine Ockrent

moins au service de l'Information

que des intérêts d'Israël et donc de l'Empire militaro-financier,

la France a tenu à mettre en place

une Chaîne d'Informations internationales.

Dans quel but ? Servir l'Information en langue française,

ou servir les intérêts économiques et militaires

des Anglo-Saxons et des Israéliens,

accessoirement euro-atlantistes ?

 

En tous cas, France24 n'informe jamais.

En temps de guerres

(et les conflits sont permanents avec les fauteurs de guerres US,

et avec en France Nicolas Sarkozy

le représentant de la CIA dans notre pays),

France24 se contente de pousser aux conflits,

à la déstabilisation des Etats souverains

non-alignés à l'Empire !

 

Ce n'est pas la mission d'un Média !

C'est une honte, c'est un scandale !

C'est une haute trahison du journalisme et des Français  !

 

Tous les jours,

l'obsession de France24

est la Syrie.

Les massacres, c'est Bachar-el-Assad.

Les civils tués, c'est lui.

Les enfants tués, c'est lui.

Les bombardements, c'est lui.

Les snippers, c'est lui.

Au mépris de la vérité,

au mépris des faits !

Car il s'agit, comme du temps des sinistres Contras,

de groupes para-militaires inféodés aux Occidentaux

pour déstabiliser le pays,

faire croire qu'il est attaqué par les fidèles de Bachar-el-Assad

(très nombreux)

et conditionner l'opinion internationale

afin de lui faire accepter les guerres impérialistes,

les guerres de contrôle des pays et de prédations !

Même le Rapport des Observateurs de la Ligue arabe

est passé sous silence, car il gêne les va-t-en guerre !

 

Le rapport de Mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie: Texte intégral

 

 

Fuyez France24 comme Arte d'ailleurs

ou les grandes chaînes d'"Infos",

vous ne serez pas informés,

vous serez manipulés,

vous serez poussés à la guerre,

et à votre corps défendant, contre vos intérêts,

vous finirez par accepter les guerres qui profiteront

aux Industriels de mort, à la Haute Finance anglo-saxonne

et aux tenants du Grand Israël !

 

Et vous, journaleux de France24,

comment osez-vous accepter d'être

de simples pions des assassins des peuples ?

 

Citoyens, boycottez ces Médias infâmes,

organisez des manifestations devant les Rédactions

de ces suppôts de l'Oligarchie militaro-financière !

 

eva R-sistons

,

 

 

 

Propagande de guerre, rappel :

 

Cette expérience, nous l’avons résumée dans les « cinq principes de la propagande de guerre », exposée dans notre livre Israël, parlons-en ! À chaque guerre, les médias veulent nous persuader que nos gouvernements font bien et pour ça, ils appliquent ces cinq principes : 1. Occulter les intérêts économiques. 2. Inverser la victime et l’agresseur. 3. Cacher l’Histoire. 4. Diaboliser. 5. Monopoliser l’info.
Ces cinq principes ont été appliqués à nouveau contre la Libye, on s’en est rendu compte dans les pages précédentes. Pour finir, attirons l’attention sur le quatrième : la diabolisation de l’adversaire. Les va-t-en-guerre doivent toujours persuader l’opinion qu’ils n’agissent pas pour obtenir des avantages économiques ou stratégiques, mais bien pour éliminer une grave menace. Dans chaque guerre, depuis des décennies, le dirigeant adverse a toujours été présenté comme cruel, immoral et dangereux, avec les pires récits d’atrocités. Par après, beaucoup de ces récits - et parfois tous - se sont dégonflés, mais peu importe, ils avaient rempli leur rôle : manipuler l’émotion du public pour l’empêcher d’analyser les intérêts réellement en jeu. Impossible de revenir en arrière.

Extraits de cet article ici,
visitez cet excellent blog :
Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 22:02
Mardi 7 février 2012
Se312770_250229411699179_100001363671692_613111_952180859_n.jpgnt: Tuesday, February 07, 2012. Subject: http://www.silviacattori.net/article2787.htmlHoms, une ville plongée dans l'horreur organisée par des groupes armés et non par Damas
Le Syrien qui témoigne ici vit à Homs, dans le quartier où a été tué Gilles Jacquier en même temps que huit sympathisants syriens du gouvernement Assad. Les obus tombaient tout autour de son immeuble au moment où nous parlions. Tétanisé par la peur et l’angoisse de la mort qui rôdait, il parlait à voix basse, difficilement.

Nous croyons ce que ce cadre, père de deux enfants, nous a dit avec sobriété. Nous croyons en sa sincérité. Ce qu’il affirme contredit ce qu’affirment les autorités politiques -impliquées dans le conflit- et nos médias, qui persistent à nier la réalité ; à attribuer les destructions et les assassinats aux forces armées syriennes et à affirmer à tort qu’elles torturent des enfants, violent des jeunes filles, tuent intentionnellement des civils.

En opposant leur véto à la résolution proposée par l’Occident et ses alliés arabes des pays du Golfe, la Chine et la Russie viennent de montrer qu’elles ne sont pas dupes de cette colossale désinformation. Mais, depuis que le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni, ces bandes armées ont redoublé de sauvagerie se sentant de toute évidence fortes du soutien que leur apporte la prétendue « communauté internationale ».

Silvia Cattori : Dans un article du 4 février, le journaliste de l’AFP, Khaled Soubeih [1], affirme que, selon des militants, « dans la nuit, les forces du régime ont bombardé au mortier et au char plusieurs quartiers rebelles comme Baba Amro, Bab Dreib, Bab Sebaa, Bayada, Wadi Araba, et surtout Khaldiyé. » Le Conseil national syrien (CNS) fait, lui, état d’au moins 260 morts et de centaines de blessés. Est-ce bien votre point de vue sur ce qui s’est passé dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 février 2012 ?

Réponse : Ils tirent de tous côtés…ils veulent juste tuer…Leurs tirs ont tué 20 militaires qui se trouvaient dans notre quartier (Hadara)… Ce sont eux qui tirent et nous bombardent. Vous entendez ? Ils lancent des bombes sur notre quartier en ce moment [11h40 du dimanche 5 février] Ils tirent et tuent pour tuer aussi bien des alaouites que des sunnites dont ils contrôlent les quartiers.

Silvia Cattori : Quand vous dites « ils », « eux » qui désignez-vous ?

Réponse : Je parle des opposants armés contre Bachar.

Silvia Cattori : On a vu des images montrant des opposants devant des dizaines de corps recouverts de linceuls blancs que l’on a dit avoir été tués dans le quartier de Khaldiyé. Alors, selon vous, ce sont les corps de civils et de militaires exécutés par des groupes armés ?

Réponse : Oui. Ce sont eux qui les ont tués. Parmi ces corps, des gens de notre quartier ont reconnu des personnes qui avaient été kidnappées [2], certaines depuis longtemps. Ils ont enlevé beaucoup de gens. Les enlèvements ont commencé en avril.

Silvia Cattori : A-t-on reconnu parmi ces corps une personne enlevée que vous connaissiez ? Le ministre des Affaires étrangères françaises, Alain Juppé, a parlé de 100 enfants tués à Homs l’autre jour…

Réponse : Des parents de mon quartier ont reconnu, parmi ces cadavres, une vingtaine d’hommes qui avaient été kidnappés. Ils portaient des traces de torture. Ils n’ont pu voir tous les corps. Ils n’ont vu ni femmes ni enfants, parmi les cadavres. Ils ont vu les corps d’hommes, de disparus, de parents, présentant pour certains des traces de torture apparemment antérieures à la mort ; ils ont assuré que ces hommes avaient été enlevés auparavant, qu’ils paraissaient avoir été exécutés et non pas tués par des obus.

Silvia Cattori : Savez-vous combien de personnes ont été enlevées par ces groupes armés depuis avril ?

Réponse : On ne sait pas exactement…mais beaucoup d’hommes ont disparu. L’un d’eux est mon cousin. Ils l’ont kidnappé il y a 15 jours. On n’a plus eu aucune nouvelle. Il y a des familles ici qui ont eu des fils, des pères ou des oncles kidnappés. On estime à quelques 400 le nombre de personnes enlevées, disparues.

Je connais un autre cas récent. Celui du frère d’une amie. Il est parti en voiture le 24 janvier et on ne l’a plus revu. Sa famille a eu des nouvelles de lui par téléphone il y a 4 jours disant que ses ravisseurs demandent une rançon. La famille est en train de trouver une somme importante … Il arrive que, une fois trouvé, l’argent se perde en route, car le médiateur se fait tuer…

Silvia Cattori : Mais, ici, on dit que l’armée viole, torture les enfants...On dira en vous lisant que c’est peut-être l’armée qui kidnappe les gens ?

Réponse : Tout cela ne reflète pas ce que nous voyons depuis notre côté. Ce sont les opposants armés qui assiègent, qui kidnappent, qui tuent et torturent les enfants dont l’on voit ensuite la photo sur Aljazeera. Ils attribuent leurs crimes à l’armée syrienne. Les destructions, les morts, les blessés que nous avons, ce sont les opposants armés qui en sont responsables.

Silvia Cattori : Toujours est-il que ce chiffre de 260 civils [3] « dont une centaine d’enfants et de femmes », qui auraient péri sous les obus de l’armée d’Assad dans le faubourg de khalidiya, à Homs, la nuit du vendredi 3 février, ont mis le monde en émoi ; ce qui n’arrange pas les choses. Or, parmi les corps exposés à Khaldiyé on ne voit ni femmes ni enfants. On voit des jeunes hommes dont les corps portent des traces de tortures. Ils ne paraissent pas avoir été tués sous les décombres, suite à des bombardements. Tout cela confirme ce que vous nous avez dit. Que les tueries sont davantage le fait de groupes armés. Il est important de mettre cela au clair ; car si ce que vous dites - que les corps exposés sont ceux de gens qu’ils ont préalablement enlevés et exécutés - cela incrimine ceux qui, comme Obama et Sarkozy, couvrent les atrocités de ces opposants car ils veulent obtenir le renversement d’Assad coûte que coûte. Y a-t-il des photos des immeubles qu’ils auraient bombardés ?

Réponse : Oui. Ils ont bombardé Hadara, notre quartier (là où ils ont tué Gilles Jacquier - Nda) vendredi nuit. Les tirs partaient depuis Baba Amro, Bab Dreib, Bab Sebaa, Bayada, Khaldiyé …dans tous les sens. Ce n’étaient pas des tirs qui partaient de l’endroit où se trouvaient des forces armées gouvernementales qui sont ici dans notre quartier pour nous protéger. C’est un petit quartier le nôtre.

Silvia Cattori : Alors, ce qu’ont rapporté des Syriens par téléphone au journaliste de l’AFP n’est pas vrai ?

Réponse : Non, ce n’est pas vrai. Ils sont lourdement armés. Ils ont pris le contrôle de Baba Amro, Bab Dreib, Bab Sebaa, Bayada, Khaldiyé... Ils détruisent, tuent, blessent les gens. Ils bombardent en ce moment…Ce sont eux (les groupes islamistes armés) qui font exploser des bâtiments, qui menacent les gens pas seulement dans notre quartier, partout. Il y a des tirs en ce moment dans plusieurs endroits. Les habitants appellent l’armée à l’aide.

Silvia Cattori : Avez-vous peur en ce moment ?

Réponse : Oui, on est effrayés. C’est très dangereux pour nous.

Silvia Cattori :On peine à comprendre comment ces groupes peuvent « contrôler » la population de quartiers entiers de la ville de Homs ?

Réponse : Ils sont entrés dans les quartiers ; ils s’y sont installés par la terreur ; ils maintiennent les habitants sous la menace ; ils les obligent à collaborer pour les protéger ; ils les obligent à fermer leurs échoppes, les écoles.

Silvia Cattori : Qu’est-ce qui est le plus difficile pour vous qui êtes exposés à leurs tirs ?

Réponse : On ne peut pas sortir, on ne peut pas voir d’autres gens, on vit dans la crainte permanente qu’une bombe nous touche, nous tue. Nous ne vivons pas en sécurité…Je ne peux pas aller à mon travail ; il y a sans cesse des bombardements dehors ; ils nous tuent dès que l’on sort ; la maison de mon voisin a été détruite…

Silvia Cattori : Depuis quand la situation est-elle devenue à ce point intenable ?

Réponse : Depuis deux jours cela est allé de pire en pire. Mais les choses se sont aggravées depuis sept jours.

Silvia Cattori : Avez-vous l’impression que l’administration d’el-Assad ne fait pas ce qu’il faut pour vous protéger ?

Réponse : Ils font de leur mieux dans un contexte très difficile.

Silvia Cattori : Les journalistes des médias traditionnels parlent de manifestants pacifiques, d’une révolution qui promet la démocratie…

Réponse : Non, il n’y a pas de manifestations pacifiques de leur côté. Toutes leurs manifestations sont violentes, sont des incitations à la violence.

Silvia Cattori : Ce que vous dites atteste que ce que les politiques et les médias qualifient chez nous de « militants pro-démocratie » sont en réalité des groupes armés qui terrorisent la population. C’est tout de même une douloureuse équation. Que ressentez-vous quand vous entendez MM. Alain Juppé et Gérard Araud, l’ambassadeur de France à l’ONU, donner raison à ces opposants armés qui vous tuent, vous kidnappent et tuent les soldats qui, avec la meilleure volonté, n’arrivent pas à vous protéger ?

Réponse : Ce que je ressens ? De la tristesse. Je suis très triste pour mon pays, mon peuple…je ne cesse de me demander pourquoi ils mentent…Nous sommes ici face à l’inconnu…Je remercie la Russie et la Chine pour avoir opposé leur veto au Conseil de sécurité. Car si eux aussi laissent faire ce que veulent d’autres pays, ce qui est arrivé en Libye arrivera ici en pire…

J’aimerais dire aux journalistes et aux responsables politiques que par leurs mensonges, par leur biais en faveur des opposants armés qui nous terrorisent, ils détruisent l’esprit, et surtout l’âme de notre jeunesse.

Silvia Cattori : Nous vous remercions d’avoir accepté de nous répondre. Nous allons faire de notre mieux pour faire connaître votre témoignage.

*****
Atterrée par ce que nous venions d’entendre, nous avons posé le téléphone tout en sachant que nos politiciens et nos médias ne voudront pas l’entendre [4]. (5 février 2012 )

Post scriptum

Ce matin, 6 février, alors que nous nous apprêtions à publier ce témoignage, en entendant dire sur France Culture que l’armée syrienne pilonnait sans discontinuer depuis samedi les opposants, et l’invité du matin, Salam Kawabiki, opposant syrien résidant à Paris, se plaindre que « malheureusement les médias du régime (sont) relayés par des sites d’extrême droite français... » [5], nous avons dressé l’oreille. Salam Kawabiki parlait de plus de 400 morts du côté des opposants dans la nuit de vendredi. Opposants qu’il présente comme étant totalement pacifiques, manifestant en chantant, comme les membres d’une révolution qui a «  développé un humour syrien ».

Nous ne l’avons pas cru. Tout ce qu’il disait transpirait la propagande, ne cadrait aucunement avec ce que, depuis des mois, nos contacts à Homs, terrorisés par les opposants armés, disent et répètent. Nous les avons rappelés pour leur demander qui les pilonnait aujourd’hui. Il nous ont dit : « Aujourd’hui les groupes armés ont attaqué le centre de communication ; ils ont fait exploser des immeubles dans le quartier d’al-Nazihin et le quartier al-Inchaat ; ils ont menacé de faire sauter d’autres immeubles dans d’autres quartiers ; sur les toitures des pneus brûlent [6] ; les habitants appellent l’aide de l’armée ».

Silvia Cattori

Pour des raisons de protection nous n’indiquons pas le nom de nos correspondants.

Cet entretien n’aurait pas pu être réalisé sans le précieux soutien de Rim, une jeune Syrienne.

 


 

[1] « Syrie : choc et horreur dans la ville dévastée de Homs », par Khaled Soubeih, (AFP) 4 février 2012.

[2] Mgr Jean-Clément Jeanbart dit lui aussi que « des gens sont tués en plein jour, kidnappés par des gangsters, qui demandent des rançons élevées » Voir :
http://www.silviacattori.net/article2780.html

[3] Le correspondant de la BBC en Arabe qui se trouvait à Homs du côté des rebelles estime lui à 50 le nombre des tués (et non pas 260), tout en précisant que, dans le chaos actuel, il est difficile de compter.

[4] Voir : « Les Syriens sont une majorité à soutenir le président Assad, mais ce n’est pas des médias occidentaux que vous pourriez l’apprendre », par Jonathan Steele, The Guardian, 17 janvier 2012.

[5] Il y a de nombreux sites d’information en France, de sensibilités politiques diverses, qui publient des auteurs sérieux et sans biais, (traduisent également des auteurs étrangers comme MAHDI DARIUS NAZEMROAYA, BILL VAN AUKEN, PEPE ESCOBAR, JEREMY SALT, JONATHAN STEELE, etc), infiniment plus crédibles, au sujet de ce qui se passe au Moyen et au Proche Orient, que les journalistes Christophe Ayad ou Georges Malbrunot, publiés par Le Monde et Le Figaro

[6] Il y a deux jours, sur Facebook, de prétendus « révolutionnaires démocrates épris de liberté » ont appelé à mettre le feu a des pneus sur les toitures

166934 234517459950607 100001770649973 533313 995009093 n

.Voir aussi :

Témoignage d'une Syrienne dont le frère a été tué à Homs par des "opposants"

 

Sur ce blog,

La coopération sino-allemande pleine d'espérance

connaît des perspectives d'avenir prometteuses.

La coopération sino-allemande pleine d'espérance connaît des perspectives d'avenir prometteuses La Chancelière allemande Angela Merkel a entamé depuis le 2 février sa visite officielle en Chine et…


Pour lire la suite cliquez ici


 

 

§§§§§

 

 

International, voir aussi :

 

 

 

La Révolution arabe pour arriver à ça ?


 

 

Il veut forcer la main, là aussi, comme pour le Traité de Lisbonne ?

Il veut séduire et corrompre Medvedev, plus malléable ?

 

 

 

  .

Les pays de l’ALBA dénoncent à leur tour l’ingérence des « Contras » en Syrie

Dans un communiqué publié en marge du XIème sommet de l’organisation, les 9 États membres de l’ALBA (Alliance Bolivarienne pour les peuples de notre Amérique) ont rejeté ce dimanche la « politique systématique d’ingérence et de déstabilisation » qui cherche à « imposer par la force un changement de régime au peuple Syrien ».


Reseau Voltaire
Mardi 7 Février 2012


Les pays de l’ALBA dénoncent à leur tour l’ingérence des « Contras » en Syrie
La résolution des membre de l’ALBA condamne « les actes de violence armée que des groupes paramilitaires appuyés par des puissances étrangères on lancé contre le peuple syrien ».

Les chefs des États membres de l’organisation d’intégration latino-américaine ont manifesté leur soutient à la « politique de réforme nationale initiée par le Gouvernement du président Bashar al-Assad, qui cherche à trouver une solution politique à la crise actuelle », « dans le respect de la souveraineté du peuple syrien et de l’intégrité territoriale de la Syrie ».

Les États atlantistes et du Golfe, ainsi que leurs relais de communication, accusent le gouvernement syrien de réprimer dans le sang une contestation pacifique. Au contraire, le gouvernement syrien affirme que ces mêmes pays occidentaux soutiennent des groupes armés qui mènent des opérations de sabotage dans le pays, ayant entrainé la mort de plusieurs milliers de citoyens, civils et militaires.

Les observateurs de la Ligue arabe ont invalidé les accusations de leurs propres gouvernements et ont partiellement validé le point de vue syrien.

Bien que le cynisme qu’implique la mise en œuvre d’une stratégie de déstabilisation puisse laisser les Européens incrédules, il n’en est pas de même pour les latino-américains. Là-bas l’épisode des « Contras » est encore dans toutes les mémoires, et le parallèle avec la situation syrienne est immédiat.

Ces groupes armés (en espagnol : « Contre-Révolutionnaires ») avaient été soutenus et entrainés d’abord par la dictature Argentine, en tant que sous-traitant, puis directement par les administrations Carter et Reagan pour renverser le gouvernement socialiste du Nicaragua durant les années 80. Ils opéraient des raids contre l’économie et la population du Nicaragua à partir de bases arrières situées au Honduras.

Le bilan de cette fausse guerre civile organisée par les États-Unis contre un État et un peuple souverains est estimé à 57 000 victimes, dont 29 000 morts.

Les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN et du CCG, eux, multiplient les déclarations à l’encontre de la Syrie, à leurs yeux « plus isolée que jamais ».

Résolution du XIème sommet de l’ALBA-TCP sur la République Arabe Syrienne

Les chefs d’États et de gouvernements de l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA) réitèrent leur condamnation de la politique systématique d’ingérence et de déstabilisation contre notre sœur la République Arabe Syrienne, qui a pour but d’imposer par la force un changement de régime au peuple Syrien.

Les pays membres de l’ALBA condamnent les actes de violence armée que des groupes paramilitaires appuyés par des puissances étrangères ont lancés contre le peuple syrien, et formulent le vœu que la société syrienne retrouve le calme et la paix.

Les pays de l’ALBA réitèrent leur appui à la politique de réforme nationale initiée par le Gouvernement du président Bashar Al Assad, qui cherche à trouver une solution politique à la crise actuelle, dans le respect de la souveraineté du peuple syrien et de l’intégrité territoriale de ce pays arabe frère.

http://www.voltairenet.org/Resolution-du-XIeme-sommet-de-l

http://www.voltairenet.org/Les-pays-de-l-ALBA-denoncent-a http://www.voltairenet.org/Les-pays-de-l-ALBA-denoncent-a

 

http://www.alterinfo.net/Les-pays-de-l-ALBA-denoncent-a-leur-tour-l-ingerence-des-Contras-en-Syrie_a70878.html

 

.

 

.

.

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 17:01
Les médias passent sous silence les morts dont les Etats-Unis sont responsables
Un million de morts en Irak (Socialist Worker)
Danny LUCIA

Plus d’un million d’Irakiens sont morts dans la guerre américaine.

Cette phrase est un test décisif. La réaction immédiate de certaines personnes est de dire "Ce n’est pas possible" parce que les Etats-Unis ne pourraient pas faire une chose pareille. Ou parce que des crimes d’une telle envergure ne se produisent plus. Ou parce qu’ils se produisent mais seulement dans des endroits épouvantables que les Etats-Unis n’ont pas encore libérés.

Un million de morts c’est un chiffre qui vous fait dire "Grand-papa, pourquoi n’as-tu rien fait pour empêcher ça ?". C’est un chiffre qui place indéniablement les Etats-Unis au rang des méchants de l’histoire. Ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas accepter cela ne peuvent pas non plus admettre qu’un million d’Irakiens soit mort. Leur cerveau rejette cette éventualité comme s’il s’agissait d’un virus étranger.

Noam Chomsky a écrit un jour que "le signe d’une culture vraiment totalitaire est que des vérités importantes ont tout simplement perdu tout sens pour les gens et sont assimilées à des provocations du niveau de ’Va te faire foutre !’ et ne peuvent générer en réponse qu’une torrent parfaitement prévisible d’injures."

C’est en effet à peu près la manière dont les médias ont réagi au chiffre de un million quand il a été annoncé en 2007 par la firme de sondages britannique, Opinion Research Business (ORB) (En fait la firme estimait que 1 220 580 Irakiens étaient morts, ce qui confirmait en la mettant à jour une étude réalisée l’année précédente par des chercheurs de l’Université Johns Hopkins et publiée dans le journal médical The Lancet).

Prenons par exemple Kevin O’Brien, le rédacteur en chef du Cleveland Plain Dealer. Quand il a reçu le mail qui l’informait des résultats des recherches de ORB qui a parmi ses clients le Parti Conservateur Britannique et Morgan Stanley, il a répondu : "Enlevez-moi de votre mailing list et épargnez-moi votre propagande cousue de fil blanc".

* * * *

"Nous ne tenons pas le compte des cadavres" est la célèbre réponse que le Général Tommy Franks a faite à un reporter qui l’interrogeait sur les pertes civiles. Il n’est pas le seul dans son cas.

Dans les commentaires moroses du mois dernier sur la fin de la guerre en Irak, on a rarement trouvé un chiffre correspondant au nombre d’Irakiens morts. Les reporters ont répété que les chiffres des pertes irakiennes "n’étaient pas connus", ce qui montre que les médias ont à peu près le même intérêt pour le nombre de morts en Irak que pour le nombre d’écureuil morts dans un feu de forêt.

Ce que Mary Milliken de Reuters a écrit est typique : "Aujourd’hui nous avons commémoré la mort dans cette guerre d’un nombre inconnu d’Irakiens et celle de presque 4 500 Etasuniens."

Combien d’Etasuniens sont morts, Mary ? - Presque 4 500. Et combien d’Irakiens ? - Oh, vous savez, beaucoup. Un grand nombre.

"Un nombre inconnu" signifie qu’il n’y a pas d’estimation disponible du nombre exact de morts irakiens. En fait, il y en a deux : une organisation intitulée Iraq Body Count (IBC) a estimé à environ 110 000 le nombre d’Irakiens morts, sur la base des rapports des médias et des statistiques du ministère de la Santé. IBC admet que ce total est sûrement inférieur à la réalité parce que les armées d’occupation et les combattants de guerres civiles sectaires n’ont pas l’habitude de bien tenir leurs livres de comptes, mais il n’est pas d’accord avec le chiffre plus élevé de ORB et Johns Hopkins indiqué plus haut.

Sans vouloir entrer dans un débat méthodologique, il y a des chiffres disponibles qui permettraient de se faire une bonne idée des pertes civiles en Irak. Mais les reporters comme Kevin O’Brien et Mary Milliken ne les font pas "connaître".

Le silence qui entoure les chiffres n’est pas tant une conspiration que l’évidence que certains chiffres sont absolument incompatibles avec la mentalité impériale étasunienne.

Prenons un autre chiffre funeste d’une décennie antérieure : selon le Fond pour les Enfants de l’ONU, 500 000 enfants irakiens sont morts dans les années 1990 à cause des sanction imposées par l’ONU (sous la pression des Etats-Unis) qui empêchaient les médicaments et autres produits de première nécessité d’entrer dans le pays.

En 2000, le coordinateur des l’aide humanitaire de l’ONU a donné sa démission pour protester contre les sanctions, deux ans après que son prédécesseur ait fait la même chose. Ces deux diplomatiques expérimentés ont plus tard utilisé le mot "génocide" pour décrire la politique étasunienne.

Si vous ignorez ces faits ou les avez oubliés, vous n’êtes pas le seul. Il en est de même pour ceux qui ont décidé d’attaquer l’Irak. Il n’y a pas d’autre explication au fait que la stratégie de guerre et d’occupation étasunienne reposait sur la présomption que leur soldats seraient accueillis en libérateurs par les parents de ces 500 000 enfants. (Les sanctions d’ailleurs n’avaient pas été imposées au nord kurde, la seule partie d’Irak qui n’a pas offert de résistance massive à l’occupation étasunienne).

Ce n’est pas par hasard que la plupart des militants pacifistes les plus engagés sont des révolutionnaires d’une couleur ou d’une autre. Nous sommes capables d’appréhender l’atrocité du crime commis contre l’Irak parce que nous sommes radicaux. Et vice-versa.

Nous, les révolutionnaires, nous sommes confrontés ironiquement à la sagesse conventionnelle qui nous accuse d’être des adeptes fanatiques de "la fin justifie les moyens" sans aucun souci du sang versé, parce que nous voulons transformer la société.

Mais c’est Madeleine Albright, la Secrétaire d’Etat de l’époque, qui a dit en parlant de la mort des 500 000 enfants irakiens que "c’était le prix à payer". Et c’est Leon Panetta, le secrétaire de la Défense actuel qui a utilisé exactement la même expression à propos de la seconde invasion et occupation de l’Irak.

Ces paroles sont l’expression d’une ordre fanatique auquel nous devrions tous nous opposer de toutes nos forces.

Danny Lucia

Pour consulter l’original : http://socialistworker.org/2012/01/30/one-million-dead

Traduction : Dominique Muselet


URL de cet article 15724
http://www.legrandsoir.info/un-million-de-morts-en-irak-socialist-worker.html
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 01:10

      Spécial Presse Criminelle

 

http://www.pacainfoeco.com/actune/2011/phot/sarkovatenguerre.jpg

http://www.pacainfoeco.com/actune/2011/phot/sarkovatenguerre.jpg

Image illustrant ce post : SARKOZY LE VA-T-EN GUERRE????? Et maintenant, que va t'on faire ?

 

 

Courriel reçu, 14 janvier 2012

 

Coucou Eva,

je viens de regarder ce document :

.
.
Commentaire vidéo : Comment les médias poussent le monde à la guerre par Cosmo765
Alors que le ton monte dans le détroit d'Ormuz entre les gouvernements US et iranien, et que la Chine et la Russie dénoncent l'ingérence de Washington dans leur politique intérieure, la tension est à son comble dans le monde. Loin d'être des observateurs impartiaux de ces développements, les médias alimentent ces tensions et préparent le public à une confrontation militaire. Avec l'essor des médias en ligne qui supplantent les anciens supports dans la présentation des problèmes mondiaux, nous découvrons comment les médias poussent le public à la guerre.

http://www.corbettreport.com/faking-it-how-the-media-manipulates-the-world-into-war/
http://www.youtube.com/watch?v=y4P2O8UjQeU
.
Et évidemment je suis scandalisé une fois de plus a propos des comportements Américains qui n'ont jamais cessé de provoquer la mort pour s'en nourrir comme seuls le font les charognards d'un monde animal de loin beaucoup moins pervers que n'osent l’être ces impérialistes sans âmes.
Leurs méthodes ignobles de manipulations et de mensonges utilisées pour asservir le monde et servir leurs seuls intérêts au mépris des peuples doivent être condamnées et dénoncées par le plus grand nombre pour qu'enfin le doute s'installe dans les consciences de ceux qui écoutent le monstrueux chant des machiavéliques sirènes diffusé par leurs médias.
En attendant une sanction définitive qui consistera j'espère en une mise en  quarantaine absolue et définitive afin qu'ils ne puissent plus jamais distiller le fiel et le poison de leurs stratégies pour détruire tout ce qui ne leur convient pas, tout ce qui ne se soumet pas, tout ce qui n'est pas acquis a leurs certitudes funestes.
J'ai hâte de vivre le temps du boycott sans réserve de ce pays qui représente en fait a lui seul l'essentiel des troubles que nous constatons amèrement depuis si longtemps ...

 

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/258746-324521.jpg?v=1289419679

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/258746-324521.jpg?v=1289419679

 

 

Les médias français criminels

poussent à la guerre

par eva R-sistons

 

 

Je reçois à l'instant ce courriel d'un ami blogueur que je tiens à mettre en valeur dans un post spécial, en effet il va droit au but, il cerne l'essentiel, sans doute le plus grave problème de notre temps : Les Médias censés nous informer sont en réalité des relais CRIMINELS des politiques meurtrières, eugéniques, sordides, des Anglo-Saxons et de leurs alliés israéliens ou français. Les journaleux, vendus aux intérêts des Industriels de mort et aux gangsters de la Finance, devraient se retrouver devant un Tribunal pour incitation à la haine (islamophobe aujourd'hui), à l'acceptation de l'ultra-libéralisme meurtrier, aux guerres assassines ! Loin d'informer, ils désinforment, ils font de la propagande de guerre, ils deviennent des collabos des ennemis des peuples déstabilisant les pays, les bombardant, les ruinant, les morcellant, crachant sur l'humanité comme les soldats américains sur les résistants afghans défendant leur pays contre le modèle américain vomi dans le monde entier - sauf par le cow-boy à la tête de notre pays afin de l'aligner sur le mode de vie yankee, contrairement à nos traditions et à nos valeurs et pour notre malheur à tous !

 

Et que dire du choc de civilisations quotidiennement entretenu par les suppôts des Médias aux ordres des néo-sionistes, à travers les tirades quotidiennes contre les Musulmans désignés comme nos adversaires pour détourner l'attention des vrais ennemis des peuples, au sommet ? Musulmans qui sont des citoyens modèles, ne bronchant pas (et heureusement ! Sinon tout serait épinglé par les Médias aux ordres, par exemple on tait la profanation des cimetières musulmans, mais on fait tout un plat d'un incident provoqué par un Arabe !), modérés pour la plupart, alors qu'on ne se prive pas de pointer du doigt les rares extrémistes tout en se servant d'eux en Libye, en Syrie ou ailleurs, pour contrer les gouvernement arabes laïcs non-alignés sur la dictature de l'Occident ?

 

Un Lecteur m'écrivait aussi récemment: On ne devrait pas parler de guerres, mais d'assassinats de masse ! N'oublions pas, par exemple, que les pays bombardés le sont avec des armes de destruction massive, ce n'est pas l'Irak qui les possédait (un mensonge de plus des "bons" chrétiens américains), ou l'Iran qui menace le Moyen Orient, mais les bombes par exemple à l'uranium appauvri qui pleuvent sur Gaza (minuscule territoire, c'est un véritable génocide de masse, une Shoah lente mais implacable, occultée par les Médias dirigés par des Industriels de l'armement et occupés par les néo-sionistes chantres de toutes les guerres), ou qui déciment l'Irak, l'Afghanistan, la Libye.... savez-vous que de plus en plus de malformés naissent ? C'est un scandale volontairement tu par les Médias de Droite comme de Gôche ! Sait-on, aussi, que toutes les infrastructures sont bombardées dans les pseudos guerres humanitaires, volontairement, pour couper l'eau, l'électricité, tous les moyens d'assainissement... C'est un génocide déguisé ! Il s'agit d'éliminer les gêneurs, c'est-à-dire les populations ! D'ailleurs même chez eux, nos "bons zamis" américains, au sommet, programment le malheur de leurs concitoyens, laissent par exemple leurs étudiants financer leurs études hors de prix en devenant de la chair à canons, interdisant aux habitants de cultiver leur potager (pour mieux leur imposer la nourriture industrielle remplie de poisons), construisant d'immenses camps de la mort, via la FEMA, aux portes des grandes villes, pour ceux qui oseraient se rebeller contre l'enfer programmé par leurs dirigeants ,

 

Et la France, avec le caniche des Etats-Unis, du CRIF et du MEDEF, surtout des Industriels de l'Armement qui se frottent les mains avec un tel homme ? Eh bien, elle a élu Celui qui pousse à la guerre, aux "assassinats de masse" pour satisfaire ses amis anglo-saxons, israéliens et... ses potes du Fouquet's ! Et outre le coût pour notre image de marque à l'étranger et pour nos finances (c'est NOUS qui payons les frasques sanguinaires des amis milliardaires de notre Bush), nous serons désormais bien exposés lorsque le conflit deviendra planétaire grâce à tous les psychopathes qui se repaissent de guerres juteuses pour leurs coffre-forts personnels, oui grâce à "Super Sarko" (comme disent les Médias collabos), nous serons aux premières loges pour recevoir le prix de nos forfaits quand les peuples agressés se défendront - attentats ou armes bactériologiques, par exemple ! 

 

Avec des dirigeants comme Sarko-Bush, Obama Prix Nobel de la guerre, Cameron l'Anglo-Saxon, et tous les rats néo-sionistes qui prospèrent actuellement dans le sillage des Lieberman et Co au sommet d'un Etat devenu fascisant, avec des dirigeants comme ceux-là, nous sommes sur une poudrière ! Et sans les Médias qui distillent dans notre esprit toutes sortes de poisons, sans les chaînes de télévision comme France2, Arte ou France24 pour ne citer que celles-là, qui polluent sans cesse tous ceux qui les croient encore, sans elles, nous pourrions voir en face la réalité, la vérité, et choisir notre destin, nous libérer des chaînes qu'on nous impose pour notre malheur et pour celui de nos enfants ! Que faisons-nous du sens des responsabilités, du respect de la vie humaine ?

 

Je ne cesse de le dire sur ce blog né du dégoût de la désinformation : Les Médias sont notre pire ennemi car ils sont en réalité de simples relais, de simples courroies de transmission des psychopathes qui mènent le monde à sa perte, détruisent des Etats prospères comme la Libye ou souverains comme la Syrie et l'Iran millénaire, et menacent même la survie de l'humanité en faisant le jeu de la future guerre mondiale nucléaire !

 

Moi la journaliste attachée à la neutralité de l'information et au pluralisme, je le dis haut et fort : Les journaleux qui, pour faire carrière, se couchent devant les assassins de l'humanité (pratiquant des crimes de masse en effet), ces individus-là devraient se retrouver devant un Tribunal pour crimes contre l'humanité, au lieu de recevoir leur carte de presse et de se pavaner dans des clubs nauséabonds comme le Siècle ou courir à des repas serviles comme celui du CRIF !

 

Y-a-t-il encore des journalistes intègres ? Savent-ils qu'ils sont en train de préparer un avenir dantesque pour leurs descendants ? Quand ouvriront-ils enfin les yeux ?

 

J'appelle les citoyens du monde entier, et en France en particulier, à occuper les places, les rues, les sites... devant les Rédactions, pour imposer enfin le droit le plus élémentaire d'une démocratie enfin digne de ce nom : La liberté de la Presse !

 

Eva R-sistons à l'intolérable 

 

http://r-sistons.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 04:05

Al Jazeera, une arme de guerre

au service de l’empire israélien

par Ali Dani

Al Jazeera, une arme de guerre au service de l’empire israélien par Ali Dani

 

 

Depuis son ouverture au milieu des années 90, la chaîne qatarie « Al Jazzera » a constitué un événement dans les médias arabes, noyés de discours officiels insipides. La chaîne est créée et financée par l’Emir du Qatar, dont le pays abrite le centre de commandement pour le Moyen-Orient des armées des États-Unis, connue sous le nom de CENTCOM (« US Central Command »). En 2003, l’Amérique a installé ses quartiers généraux au Qatar et ce pays est aussi l’hôte d’une grande base de l’armée de l’air américaine. En outre, le Qatar a servi de quartier général et a été une des principales bases de départ lors de l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003.


Avec le déclenchement de la révolution populaire en Égypte et sa façon de mettre en avant certains des insurgés au détriment des autres, ainsi que son insistance à transformer le cheikh Kardaoui en véritable inspirateur de la révolution, alors qu’il s’y est rallié en retard et qu’il n’a cessé de tenir un langage confessionnel, loin es idéaux des insurgés. Puis la couverture de la chaîne des événements du Bahreïn a révélé son hypocrisie. Alors qu’en Égypte et en Tunisie, « Al Jazeera » faisait une couverture « non stop », là il n’y avait plus moyen de savoir ce qui se passait véritablement, la chaîne faisant une couverture assez maigre de la situation à Bahreïn, et ouvrant surtout sa tribune aux proches du pouvoir et à la thèse officielle.


Pourquoi les insurgés de Bahreïn, qui constituent certainement l’opposition arabe la plus pacifiste n’avaient-ils pas droit à la neutralité, si ce n’est à l’appui, d’« Al Jazeera » ? En quoi étaient-ils moins intéressants, et leurs revendications moins justifiées que celles des autres insurgés arabes ? Les journalistes sont soudain devenus serviles avec les représentants du pouvoir au Bahreïn et agressifs avec les rares représentants de l’opposition Bahreini, qui, rapidement, n’ont plus eu droit d’antenne. D’ailleurs, depuis quelques semaines, les événements de Bahreïn, comme la destruction des mosquées, l’invasion des hôpitaux, les arrestations des opposants n’intéressent pas la chaîne du Qatar. D’autan que cheikh Kardaoui y a été de son discours incitant à la discorde confessionnelle entre musulmans chiites et sunnites, largement diffusé pare la chaîne.


Al Jazeera préfère consacrer son temps à appuyer l’opposition en Syrie et à inciter la population contre le régime là bas, en dépit des réformes effectuées par le président syrien. Les présentateurs des nouvelles passent leur temps à pousser les opposants à descendre dans la rue et à ne pas céder au régime de Bachar al Assad. Des films, soi-disant, de la répression sont diffusés en boucle et des informations basées sur « les témoignages de témoins oculaires » sont sans cesse évoqués. Or, les témoins oculaires n’ont aucune valeur en langage journalistique.


Désormais, peu importe aux journalistes de montrer la réalité ; les morts qui tombent de façon atroce à Bahreïn sont des « chiites sectaires », tandis qu’en Syrie les « rebelles » à la solde d’Israël qui tuent les forces de l’ordre et qui complotent contre un régime qui a su résister à toutes les pressions occidentales sont des révolutionnaires. La grandeur « d’Al Jazeera » est tombée aux portes de Bahreïn et de Syrie.


En réalité, les masques sont aujourd’hui tombés : « Al Jazeera » ne défend que ce qui arrange ses « parrains » et finalement le plan américain. Le but est pour elle d’attirer le maximum de téléspectateurs, d’asseoir sa crédibilité et de commencer ensuite à influer sur les esprits arabes perturbés par cet emballement de l’Histoire.


Le grand rêve d’un média arabe libre et défendant les aspirations réelles des peuples, au lieu de reproduire les thèses occidentales, est tombé aux portes de la Syrie et de Bahreïn, en attendant que son manque d’objectivité se confirme dans d’autres pays. La méthode était pourtant subtile : gagner les esprits arabes épris de liberté et de dignité en couvrant les agressions israéliennes contre le Liban et la Palestine, avant de profiter de la brèche des aspirations arabes pour défendre discrètement les plans américains de déstabilisation de la région.


Heureusement, ces manœuvres ne passent plus. Tant pis pour ce rêve-là. D’autres médias comme Al Alam ou Al Manar portent haut le flambeau de la résistance. Ceux qui suivent la voie d’Al Mahdi auront le dernier mot.

 

Source

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 00:50
Méthodes et fonctions de la propagande en Syrie
Méthodes et fonctions de la propagande en Syrie

 

Cet article de Sharmine Narwani est avant tout un compte rendu de lecture d’un texte publié par Stratfor, un institut privé d’analyse stratégique basé au Texas.

Stratfor s’est intéressé au discours sur la Syrie et aux récits colportés par les uns [le gouvernement] et surtout les autres [l’opposition] et à ses implications sur la crédibilité des acteurs Syriens de la crise.

Je n’ai pas de commentaire particulier à faire, le texte est d’une grande clarté.

 

Stratfor remet en cause le discours sur la Syrie

par Sharmine Narwani, The Huffington Post (USA) 19 décembre 2011 traduit de l’anglais par Djazaïri

Depuis l’éclatement des premières manifestations de rue en Syrie en mars dernier, les discours sur la crise syrienne sont restés assez fidèles au thème propose pour toutes les révoltes arabes. Un dirigeant autoritaire qui écrase une opposition pacifique à son régime et ouvre le feu sur des civils avec un nombre de contestataires qui explose et une montée du nombre des tués…

Mais nous entrons maintenant dans le dixième mois de cette révolte particulièrement violente – même la Libye avec sa guerre civile à outrance, les choses n’ont pas été si longues. Alors qu’est-ce qui se passe ?

Selon l’organisme texan d’analyse du risque géostratégique Stratfor, qui a publié la semaine dernière un article à rebrousse-poil sur les efforts propagandistes de l’opposition syrienne, « la plupart des accusations les plus graves faites par l’opposition se sont avérées être grandement exagérées ou tout simplement fausses, nous en apprenant ainsi plus sur la faiblesse de l’opposition que sur le niveau d’instabilité à l’intérieur du régime syrien.»

C’est important pour deux raisons. Premièrement, c’est peut-être la première fois qu’une firme américaine de recueil d’informations ayant pignon sur rue met en cause ouvertement le discours en vigueur sur la Syrie. Deuxièmement, les conclusions de Stratfor soulèvent la question : sur quoi basons-nous nos initiatives politiques si nos hypothèses sous jacentes sont faussées ?

Quel est  réellement le niveau d’instabilité en Syrie? Quelle est l’ampleur de l’opposition au régime de Bachar al-Assad ? Le bilan des victimes nous  cloue sur place de dégoût – aujourd’hui, le plus fort taux de décès par jour – mais quelle est la valeur de ces chiffres ? Qui sont ces victimes et peut-on vérifier ? Les militants locaux sont-ils capables de distinguer entre un civil pro-régime tué et un civil anti-régime mort  – surtout maintenant que les deux camps sont armés et tirent ?

Je ne suis pas en mesure de discuter ces chiffres et ces aspects, alors je ne le ferai pas. Mais je poserai la question : d’où viennent les « faits » rapportés ?

Un biais inhérent aux données syriennes?

Le problème avec les données qui proviennent des organisations d’opposition est que ces dernières ont un intérêt évident à diffuser des informations dont elles tirent un « bénéfice » et à minimiser les statistiques qui leur sont « dommageables.» Et ce même principe vaut aussi pour le gouvernement – et c’est pourquoi nous accueillons avec prudence les annonces du régime syrien.

On ne voit pas l’opposition syrienne informer activement sur les simples soldats tués par exemple – sauf à dire que ce sont des militaires tués pour avoir déserté. Twitter grouille e ce moment de messages selon lesquelles plus de 70 de la grosse centaine de tués sont des «déserteurs».

On n’entend pas non plus parler du nombre de civils favorables au régime tués par l’opposition armée – dont certains auraient été tués alors qu’ils «manifestaient» pour soutenir le régime syrien.

Maintenant, ça ne veut pas dire que l’opposition syrienne ment purement et simplement pour s’adjuger la sympathie et le soutien de l’étranger – surtout parce que « l’opposition » n’est pas homogène et vient de différents horizons, par leur importance et leurs orientations.

Mais Stratfor s’interroge clairement sur les vises de certaines de ces organisations et le fait sur la base de preuves très récentes sur des campagnes de désinformation :

L’article de Stratfor s’intéresse principalement aux efforts de l’opposition pour créer l’impression ces dernières semaines qu’il existe une fracture significative dans le propre clan du président Assad et dans sa secte alaouite minoritaire dont des membres occupent les plus hautes fonctions dans les forces armées du pays et au gouvernement.

Parmi ces gaffes de toute première importance, une information du 10 décembre qui laissait entendre que le “vice ministre syrien de la défense et ancien chef du renseignement militaire Asef Shawkat avait été tué avec son adjoint et ancien chef de la direction générale de la sécurité, le général Ali Mamlouk.”

Stratfor postule que “l’image [sans fondement réel] de deux sunnites haut placés dans le régime tournant leurs armes l’un contre l’autre » contribue à créer « une histoire convaincante » pour des organisations qui veulent « entamer l’image d’un cercle rapproché d’Assad uni dans la volonté de réprimer l’opposition et de sauver le régime. »

Autre exemple avec une déclaration du 9 décembre publiée dans le journal à capitaux saoudiens Asharq al Awsat par une « ligue Alaouite des Comités de Coordination » auparavant inconnue qui prétend représenter la communauté alaouite en Syrie, « rejetait toute tentative de tenir la secte alaouite pour responsable de la ‘barbarie’ du régime Assad. Stratfor explique que cette histoire fabriquée donne « l’impression que la communauté alaouite se fissure et que le régime Assad fait face à une sérieuse perte de soutien à l’intérieur de sa propre secte minoritaire. »

Les analystes bases aux USA citent alors leurs propre source interne à l’opposition syrienne qui “admet que cette organisation était en fait une invention de l’opposition Sunnite en Syrie.”

Le même jour, d’autres organisations d’opposition connues, dont le Conseil national Syrien (CNS), l’Armée Syrienne libre (ASL) et l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme établi à Londres, commençaient à diffuser « des affirmations selon lesquelles les forces du régime assiégeaient Homs et avaient donné un ultimatum de 72 heures aux déserteurs Syriens pour qu’ils se rendent avec leurs armes sous peine de risquer d’être massacrés.»

Cette information a fait la une dans le monde entier – après tout, Homs avait été le centre de la colère et de la dissidence contre le régime, avec un nombre de tués bien supérieur à celui d’autres points chauds. L’enquête de Stratfor n’a cependant trouvé « aucun signe [annonciateur] de massacre, » et nous avertit que «les forces de l’opposition ont un intérêt à brosser le tableau d’un massacre imminent, dans l’espoir de reproduire les circonstances qui ont entraîné une intervention militaire en Libye.»

L’article poursuit en laissant entendre que les massacres dont on parle sont peu probables parce que « le régime a calibré sa répression pour éviter un tel scénario. Les forces gouvernementales, » soutient Stratfor, « ont pris soin d’éviter les chiffres élevés de tués qui pourraient conduire à une intervention sur la base de principes humanitaires. »

Et ainsi de suite

Les récits mensongers brouillent les pistes

Stratfor identifie quelques objectifs évidents qui orientent la propagande des organisations syriennes d’opposition

- Convaincre les Syriens à l’intérieur du pays (en allant au delà de la majorité Sunnite pour toucher les minorités qui pour l’instant soutiennent largement le régime) que le régime se lézarde et qu’il n’y a donc plus d’intérêt à le soutenir.

- Convaincre les acteurs externes, comme la Turquie, la France et les Etats Unis, que le régime est en train de se fracturer et s’apprête à commettre des massacres pour écraser l’agitation, dans le droit fil de ce que le régime avait fait en 1982 à Hama.

- Convaincre les Syriens comme les acteurs extérieurs que l’effondrement du régime Assad ne débouchera pas sur le niveau d’instabilité qui a sévi en Irak pendant près d’une dizaine d’années, ni sur la montée des islamistes comme cela semble être le cas en Libye. A cette fin, l’ASL a mis l’accent sur ses actions défensives et de protection des civils pour éviter d’être qualifiée de militants [terroristes]. Entre temps, l’opposition civile a souligné couloir conserver les structures étatiques intactes, de sorte à éviter le scénario irakien ou d’avoir à reconstruire l’Etat à partir de zéro en pleine guerre sectaire.

Stratfor relève que les organisations d’opposition ont réussi à faire passer leurs messages dans les media grand public occidentaux, et que ces organes d’informations « citent [régulièrement] des dénombrements de victimes fournis par l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, sans être en mesure de vérifier l’information. ». Mais l’article observe aussi que « le manque de coordination entre les divers organes d’informations de l’opposition et le manque de fiabilité des informations fragilise la crédibilité de l’opposition dans son ensemble.»

La Syrie a signé aujourd’hui un protocole avec la Ligue Arabe qui ouvrira la voie à une mission d’enquête sur le terrain. Si cet important processus n’est pas détourné par des forces politiques régionales – un scénario improbable même avec les meilleures intentions – nous devrions commencer à avoir des informations vérifiables sur ce qui se passe dans le pays.

En l’absence de faits, l’histoire syrienne n’a aucune chance de surmonter l’animosité et la rancœur ressentis dans les deux camps. Des histoires fausses, même sincères, ne feront qu’entretenir le conflit. Bravo à Stratfor pour avoir mis en relief l’importance de la transparence de l’information.

[http://mounadil.wordpress.com/]urlblank:http://mounadil.wordpress.com/

 

http://www.alterinfo.net/Methodes-et-fonctions-de-la-propagande-en-Syrie_a68408.html

 

 

VOIR  AUSSI :

 

Dossier Syrie: Désinformation médiatique et dangers d'une nouvelle guerre

 

Syrie: La vérité (témoignage) - Visées inquiétantes du Qatar et de l'Occident

 

Ingérence en Syrie: Armée syrienne libre = Mercenaires d'Al Quaïda encadrés par CIA

 

Nouvelle guerre Proche-Orient: Génocide pour compenser des dettes souveraines?

 

Israël et les USA sur le point d'attaquer l'Iran ? Signes inquiétants

 

Ron Paul: Les sanctions contre la Syrie et l’Iran sont des actes de guerre

 

Les Frères Musulmans Syriens avec l'OTAN travaillent au démantèlement de la Syrie laïque et nationaliste

 

Iran, 3e guerre mondiale: Moscou et Pékin font barrage - Silence Médias

 

Israël est la seule menace nucléaire dans la région, mais c’est l’Iran qui est dans le collimateur !

 

Obama rallume la mèche pakistanaise dans la poudrière mondiale

 

Guerres en cours ou en préparation. Chine-USA. La Russie arme la Syrie..

 

La Turquie a des visées sur la Syrie: Une nouvelle guerre se prépare

 

Les disciples de Goebbels à l’œuvre contre la Syrie (+ tous les liens à lire)

 

La Russie se prépare à une guerre nucléaire contre l'OTAN - via la Syrie

 

Nouvelle guerre froide - Syrie enjeu du jeu géostratégique - Russie et Chine garants paix

 

Le Sud-Soudan, nouveau terrain de la guerre du pétrole sino-américaine

 

Préparation de la 3ème guerre mondiale: le plan de destruction de l’Iran va bien au delà des installations nucléaires…

 

 

.

Critique de la "révolution" syrienne (3) : Le Hezbollah face à Tsahal

Fida DAKROUB

La plus évidente des vérités ? Un mensonge qui nous plaît [1] . Contrairement à ce que les médias impérialistes ambitionnent, l’image mensongère des événements en Syrie, qu’on fabrique inlassablement, se décompose rapidement et constitue de nouvelles substances, une fois qu’une lecture critique de l’épisode syrienne du prétendu Printemps arabe soit impliquée.

Des ambitions impérialistes Une telle lecture doit prend comme objet d’analyse les intérêts stratégiques des puissances impérialistes dans la région, depuis la floraison des violettes odorantes du Printemps arabe, arrosées soigneusement par les puissances impérialistes elles-mêmes, jusqu’au lendemain du retrait des troupes américaines de l’Irak, qui s’accomplira à la fin du mois de décembre 2011. En ce qui concerne l’ambition des médias impérialistes, il est tout naturel. On commence par falsifier les données objectives sur le terrain, pour que les choses se montrent sur scène comme épisodes de l’épopée humaine, âpre, immense, — écroulée [2] ; une sorte de bataille épique entre les forces du bien et celles du mal ; on diabolise le personnage de l’Autre – ici le président Bachar al-Assad et son régime – jusqu’au point où l’on voit en lui un Chashmodai [3] , un Astaroth [4] ; enfin on glorifie les groupes salafistes wahabites armés ; on les sublime jusqu’au point qu’on les présente comme moines méditateurs, (...) Lire la suite »

 

 
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 02:29
Propagande médiatique, politique, idéologique
Protestations en Russie: Les mensonges des médias occidentaux : Ce que les médias disent et ce qu’ils ne vous disent pas


Tony Cartalucci
Lundi 12 Décembre 2011
Protestations en Russie: Les mensonges des médias occidentaux : Ce que les médias disent et ce qu’ils ne vous disent pas
Ingérence impérialiste en Russie: la NED / CIA prise la main dans le sac de l’ingérence dans les élections russes…

 

1. Ce que les médias disent: De CNN : “Entre 20 et 25 000 manifestants se sont rassemblés dans la capitale Moscou, a dit Ria Novosti Samedi, citant la police. Il n’y a eu aucun trouble et la sécurité a été renforcée.
Vladimir Ryzhkov, co-premier secrétaire du parti de la liberté du peuple, a dit que 40 000 personnes étaient rassemblées et quelques 10 000 se dirigeaient vers des lieux de protestation, a rapporté l’agence de presse.”
 

 

Ce que les médias ne vous disent pas:
Vladimir Ryzhkov est un membre de la NED, financée par le gouvernement Etats-Unien.” La NED finançait également les observateurs des élections que Ryzhkov cite comme sa justification pour remplir les rues de Russie avec de la contestation.
 

 

2. Ce que les médias disent:
From CBS/AP : “Des centaines de personnes ont été arrêtées dans de plus petites manifestations plus tôt dans la semaine. Quelques-uns, incluant le bloggeur influent de l’opposition Alexei Navalny, furent condamnés à 15 jours de prison.”
 

 

Ce que les médias ne vous disent pas:
Alexei Navalny, défendu by Neo-Con, Fortune 500 think-tank (page 18) Henry Jackson Foundation, était le co-fondateur de US NED-funded “Da! ” ou “Democratic Alternative.” L’autre co-fondateur Mariya Gaydar coordonnerait les activités avec un autre US NED-funded movement, le Moscow Helsinki Group qui mène la campagne “Stratégie 31”, mené par un autre activiste “important” que les médias occidentaux mentionnent beaucoup: Ilya Yashin.
 

 

3. Ce que les médias disent:
From the London Telegraph : “Les élections russes: Boris Nemtsov appelle pour une nouvelle élection. Boris Nemtsov, un personnage haut en couleur de l’opposition libérale du pays, fut un de ceux qui furent arrêtés durant la manifestation anti-Kremlin de Jeudi soir. Il a été relâché depuis.
 

 

Ce que les médias ne vous disent pas:
Boris Nemtsov mène le “Parti de la Liberté du Peuple” russe avec le sus-mentionné et collaborateur de la NED-USA (NdT: la NED est une vitrine reconnue de la CIA, branche de l’USAID), Vladimir Ryzhkov. A part le fait d’être membre du même parti, le conseiller politique de Nemtsov, Vladimir Kara-Murza (de Solidarnost), a récemment pris part le 14 Septembre 2011, à un évènement sponsorisé par la NED et intitulé: “Les élections en Russie: Sondages et perspectives”.
 

 

4. Ce que les médias disent:
From the Guardian, Comment is Free : “Pour avoir travaillé avec Golos, la seule organisation indépendante de Russie pour l’observation des élections, pendant plus de huit ans, je n’avais jamais imaginé que l’administration du président se serait engagée dans une campagne ouverte contre notre organisation, spécifiquement dans la semaine précédent les élections législatives pour la Douma de Dimanche dernier.”
 

 

Ce que les médias ne vous disent pas:
Golos est financée par la NED, elle-même financée par le gouvernement des Etats-Unis. Cité sur le site internet de l’agence the official NED.org website :
“Regional Civic Organization in Defense of Democratic Rights and Liberties “GOLOS”
65 000 US$ afin de procéder à une analyse détaillée du cycle des élections de l’automne 2011 et du printemps 2012 en Russie, ce qui incluera une observation de la presse, de l’agitation politique, de l’activité des commissions électorales et des autres aspects de l’application de la législation électorale sur le processus d’élection dans le long-terme. Golos tiendra des conférences de presse locales et nationales et publiera des rapports sur ses trouvailles, ainsi que donnera un avis méthodologique détaillé à ses observateurs et à ceux d’autres agences.”
 

 

Conclusion
Le fil conducteur inséparable entre la mozaïque des groupes d’opposition qui remplissent maintenant les rues de Russie est leur financement et leur soutien de courtoisie par le gouvernement des Etats-Unis et la NED. Les médias occidentaux de masse refusent de reconnaître ceci et sont complètement imperméables au fait que les observateurs qui ont reportés de la “corruption” et “de la fraude électorale” sont en première instance financés par la NED états-unienne, ceci incluant la très souvent mentionnée GOLOS. Quand certaines reconnaissances sont faites, elles sont minimisées et des mots comme “indépendant” sont toujours utilisés alors même que Golos est financée par un gouvernement étranger qui est clairement en faveur de l’opposition russe; ceci est une question importante et illustre parfaitement un conflit d’intérêt.
Quand les médias omettent systématiquement les liens de l’opposition russe avec le gouvernement des Etats-Unis qui facilite ses réseaux, ses ONG et son activité politique, il existe une conspiration réelle. Exposer ces liens entre le gouvernement américain et l’opposition russe est le devoir de tout journaliste digne de ce nom, ainsi que de relater les faits et la vérité de manière impartiale afin d’informer le public. Ce n’est seulement qu’avec un corps de journaliste honnête, motivé, éthique et fonctionnant correctement que la démocratie peut réellement fonctionner. Alors que le gouvernement des Etats-Unis croasse sur le fait de promouvoir “la vraie démocratie” en Russie, l’hypocrisie aveuglante qui émane des gouvernements occupés par la clique des financiers de Wall Street et de la City de Londres, ne peut que faire sonner le message creux.
par Tony Cartalucci
Url de l’article original: http://landdestroyer.blogspot.com/2011/12/russian-protests-western-media-lies.html


~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

http://www.alterinfo.net/Protestations-en-Russie-Les-mensonges-des-medias-occidentaux-Ce-que-les-medias-disent-et-ce-qu-ils-ne-vous-disent-pas_a67889.html

 

.

 

 

 

Lire aussi :

 

 

Législatives russes : L'Opposition peut-elle échapper à la récupération occidentale ?

 

csto.pngComme en Libye et en Syrie, la question de la récupération de l'opposition populaire par les puissances occidentales est aujourd'hui d'actualité après que les élections législatives du 4 décembre dernier aient accordé une courte majorité au parti "Russie Unie" de Vladimir Poutine et Dimitri Medvedev.

 

Dès le 6 décembre la bouillante secrétaire d'Etat américaine Mme  Clinton s'est empressée de qualifier d' "injuste" les élections législatives russes et a demandé uen enquête sur les fraudes présumées, à l'heure où se tendent à nouveau les relations entre Moscou et Washington sur le projet de bouclier antimissile de l'OTAN.

 

Le journaliste belge Jean-Marie Chauvier explique dans un article récent que l’association « Golos », que dirige M. Gregory Melkoyants, est un des principaux relais de l'action des Etats-Unis en Russie. Elle, "a plusieurs implantations régionales, et figure également sur les listes d’ONG assistées par National Endowment for Democracy (NED) la fondation conservatrice créée en 1983 par Ronald Reagan pour combattre l’URSS et le communisme et qui s’emploie, depuis 1991, à étendre l’influence et les clientèles de Washington dans tout l’espace ex-soviétique", précise-t-il. Les Occidentaux peuvent aussi compter sur "de nombreuses associations russes de lutte pour les Droits de l’Homme et les libertés, pour l'inventaire des crimes de l'ère soviétique, contre le racisme et la guerre en Tchétchénie. Parmi ces associations, il ne manque pas de noms connus du public occidental, vu qu’elles sont aussi les sources d’information des journalistes étrangers en poste ou en reportage à Moscou : le centre Youri Levada d’étude de l’opinion publique, la Fondation Andrei Sakharov, le Comité tchétchène de salut national,  les associations « Sova », "Memorial" etc…" .

 

Dans son compte rendu de la manifestation du 10 décembre à Moscou qui a réuni 30 à 40 000 personnes Jean-Marie Chauvier remarque que les libéraux, interlocuteurs privilégiés des Occidentaux, dirigés par Boris Nemtsov ont cherché à voler la vedette aux autres tendances présentes dans le cortège, notamment le Parti communiste (qui dépasse Russie Unie en Moyenne Sibérie -  Novossibirsk, Irkoutsk, Argansk, Omsk) et Russie Juste (le parti propulsé par le Kremlin pour concurrencer le PC et qui occupe aujourd'hui l'espace socialdémocrate). De nouvelles manifestations sont prévues les 17, 18 et 24 décembre.

 

Dans un communiqué du 12 décembre le vice président du comité central du Parti communiste de la fédération de Russie, Vladimir Kachine accuse les libéraux pro-Occidentaux d'essayer de voler la victoire au peuple et rappelle que les libéraux, qui avaient participé à la prise de la Douma par les armes aux côtés de Eltsine, ont été associés à toutes les manipulations de la présidence eltsinienne sont tout aussi autoritaires et aussi peu démocrates que Russie Unie. Le parti communiste a proposé le 7 décembre à Russie Juste une alliance électoral pour que Ziouganov soit le candidat unique de tout "le centre gauche", proposition rejetée le 10 par Russie Juste qui a désigné son propre candidat.

 

Delphine Jaen

 

Après les législatives russes : l'opposition peut-elle échapper à la récupération occidentale ?

 


.

Lire aussi sur les mensonges des Médias :

 

.

 

 

 

 

 
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 13:16
Syrie : Un rapport
en prévision d'une nouvelle guerre 

La secrétaire d’état américaine, Hillary Clinton, s’est félicitée des conclusions du rapport de la Commission d’enquête sur la Syrie créée à l’initiative du Haut Commissaire du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, une juriste Sud Africaine, Navy Pillay. Clinton a en effet de quoi féliciter Mme Pellay et se réjouir puisque les conclusions de ce rapport préconisent de façon à peine voilée une intervention militaire en Syrie, en proie, selon la Secrétaire aux risques de l'éclatement d'une "guerre civile".


Syrie : Un rapport en prévision d'une nouvelle guerre
Le fait de déterminer dans des instances onusiennes que la situation en Syrie peut être qualifiée de guerre civile ouvre en effet la porte à une intervention militaire ONU/OTAN pour protéger les populations civiles. Actuellement, se sont des escadrons de la mort constitués majoritairement de mercenaires payés par les dictatures monarchiques du golfe Persique et entraînés par des forces spéciales US/GB/France/Israël en Turquie et au Liban Nord qui terrorisent les populations civiles, s’attaquent à l’armée et aux forces de sécurité.
Les pays qui soutiennent ces opérations ne se cachent d’ailleurs plus comme pour la Libye pour reconnaître leur soutien que ce soit logistique ou financier et ont annoncé à plusieurs reprises leur objectif : changement de régime à Damas en totale violation de la Charte de l’ONU et du Droit International.

Il s’agit donc juridiquement d’actes de terrorisme planifiés organisés soutenus par des états étrangers pour renverser le régime en place et non d’une guerre civile comme annoncée par Pillay Clinton et consorts. La Russie - échaudée par ce qui s’est passé en Libye - a réagit négativement à la publication de ce rapport déclarant que ce rapport était « inacceptable » et mis en garde contre son utilisation à des fins militaires.

Le ministère des affaires étrangères russe a fait savoir publiquement que « les positions adoptées dans ce document qui incluent une possibilité à peine voilée d’une intervention militaire étrangère sous le prétexte de défendre le peuple syrien sont inacceptables pour la partie russe. »

Le Conseil des Droits de l’Homme a adopté une résolution condamnant « les violations flagrantes étendues systématiques continues des droits de l’homme et des libertés fondamentales en Syrie par les autorités syriennes ». Le ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov a déclaré que : « malheureusement la résolution…présentée par des pays occidentaux a un caractère politisé et partial… il ne montre pas les dernières mesures prises par les autorités syriennes pour stabiliser la situation mettre en place des réformes… et lancer un dialogue national ».

La Chine aussi a accusé le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU d’être manipulé afin d’engager une action militaire contre la Syrie. L’envoyé chinois à Genève He Yafei a déclaré : « …Les états membres des Nations Unies devraient se conformer aux principes et buts de l’ONU et s’abstenir de résoudre les différents par la force ou la menace d’utiliser la force.

L’envoyé chinois a aussi dénoncé la résolution comme une tentative d’utiliser le Conseil des Droits de l'homme pour forcer le Conseil de Sécurité à voter une Résolution, soit une violation flagrante de la Charte de l’ONU.

Les Américains n’ont pas caché que c’était leur objectif. Selon Reuters l’ambassadrice US Eileen Chamberlain Donahoe, lui a confié que la Résolution «préparait le terrain» pour une action future par l’ONU et d’autres institutions. Et quand on lui a demandé si cela incluait la CPI elle a répondu : « absolument cela inclus la CPI si le CS choisit d’envoyer le cas devant elle ».

Ce qui frappe à la lecture de ce nouveau rapport de la commission spéciale sur la Syrie du Conseil des Droits de l’Homme c’est à l’évidence le manque de professionnalisme tant sur le fond que sur la forme ce qui montre à quel point il y a manipulation.

Les autorités syriennes ayant elle-même crée un comité indépendant d’enquête sur les évènements depuis mars 2011 - ce qui est leur droit la Syrie est un état souverain et à maintes reprises Israël a invoqué ce même droit sans s’attirer les foudres de la « communauté internationale » - cette commission d’enquête ne s’est donc pas rendue en Syrie. Son enquête a été faite à Genève. Dans ses méthodes de travail (Chapître I - B) la Commission précise qu’elle a interviewé au total 223 victimes et ou témoins dont des déserteurs de l’armée et des forces de sécurité. Elle se réfugie derrière la nécessité de protéger les témoins pour fournir des informations à mini minima sur des faits sur lesquels pourtant elle se base pour accuser le régime syrien et ses responsables de « crimes de guerre et contre l’humanité ». Pour lancer publiquement de telles accusations il faut bien d’autres preuves que ce qui est rapporté dans ce rapport.

On a vu comment pour la Libye de fausses accusations de ce genre ont mené à une guerre barbare de l’OTAN ramenant un pays africain au niveau de vie relativement élevé à « l’âge de pierre » tuant blessant et handicapant des milliers de libyens.

Cette commission s’est également basée sur des témoignages suite à un appel public :Chapître I - C.8: « un appel public a été lancé à toutes les personnes et organisations intéressées pour présenter des informations et documents pertinents qui aideraient la commission à appliquer son mandat. Elle a tenu des réunions avec des états membres de tous les groupes régionaux des organisations régionales dont la Ligue Arabe et l’Organisation de Coopération Islamique, des défenseurs des droits de l’homme des journalistes et des experts. Des rapports des analyses académiques et des comptes rends des médias de même que du matériel audiovisuel ont également été étudiés. »

La Commission reste néanmoins vague sur tous ceux qui ont participé à son enquête sauf de citer la LA dont on connaît l’asservissement aux Américano-Sionistes et l’OCI sous domination des dictatures monarchiques/pétrodollars.
Compte tenue de la propagande de guerre développée dans les médias depuis le début de la crise contre la Syrie et compte tenue également du précédent libyen cette commission se devait honnêtement de ne pas s’appuyer sur de telles accusations dont certaines sont basées sur de faux documents y compris audio visuels. A plusieurs reprises il a été prouvé que certains médias occidentaux mais aussi arabes (al Jazeera et Al Arabia) falsifiaient les informations.

Les ONG et autres opposants exilés accusant le régime d’Assad sont tous situés dans des pays occidentaux favorables à un renversement du régime syrien (Londres Paris Washington) financés par des organisations paragouvernementales - les opposants syriens en France sont eux carrément pris en charge financièrement par le gouvernement Sarkozy inclus leur sécurité.

Même Amnesty International a été accusée de rapports partiaux manipulateurs de faits concernant la Syrie. Lire sur le sujet l’article en anglais de Franklin Lamb. La direction d’AI USA a été confiée à une assistante d’Hillary Clinton, Suzanne Nossel, qui auparavant avait été assistante de l’ambassadeur US à l’ONU, Richard Holbrooke. C’est dire à quel point les responsables politiques et d’ONG des Droits de L’Homme sont liés. Sur son rabattage guerrier non seulement contre la Syrie mais aussi contre la Libye et contre l’Iran lire l’article du Réseau Voltaire

Alors qu’en prélude à l’attaque militaire des US et de leurs alliés contre l’Irak de Saddam Hussein une vaste campagne de propagande avait été menée dans les médias occidentaux l’accusant lors de l’invasion du Koweït d’avoir ordonné à ses troupes de sortir les nouveaux nés des couveuses - ce qui par la suite s’est avéré complètement faux - cette fois encore on a le droit à toute une campagne de propagande nauséabonde sur les «tortionnaires d’enfants » que sont Assad et ses troupes par un crypto juif sioniste, Paulo Pinheiro, qui hurle à la torture au massacre quand il s’agit de Damas mais se tait quand il s’agit de Tel Aviv.

La Commission d’enquête sur la Syrie est présidée par Paulo Pinheiro les deux autres membres étant Yakin Ertürk et Karen Koning AbuZayd. Akin Ertürk est un universitaire turc ayant servi auparavant comme rapporteur spécial sur les violences faites aux femmes. Avoir choisi un Turc pour cette commission compte tenue des relations tendues entre la Turquie et la Syrie n’est pas le gage d’une parfaite volonté d’impartialité de la part de Mme Pillay. La Turquie sert actuellement de base arrière pour les groupes terroristes lançant des vagues d’attaques meurtrières en Syrie.

AbuZayd et Pinheiro ont dominé la rédaction de ce rapport pour servir les intérêts Américano Sionistes contre la Syrie mais aussi ceux de l’Arabie Saoudite qui œuvre activement en coulisses pour faire tomber le régime d’Assad et le remplacer par une dictature islamiste sunnite des Frères Musulmans syriens. Karen Koning AbuZayd, est vice présidente du Middle East Policy Council un think-tank américain privé de Washington: http://www.mepc.org/about-council/our-leadership/board-directors dont l’actuel président est Frank Anderson qui a travaillé pour la CIA pendant 26 ans. Comme président d’honneur on trouve C.W.Freeman qui a été vice secrétaire à la défense US pour les affaires internationales et ambassadeur US en Arabie Saoudite. Le MEPC publie une revue le Middle East Policy.

Le MEPC est en grande partie financé par l’Arabie Saoudite ce que Freeman - qui fait le tour des pays du Golfe régulièrement pour collecter des fonds - a reconnu publiquement en 2006. Freeman a également joué un rôle prépondérant lors de son passage au ministère de la défense pour concevoir un système de sécurité post guerre froide pour l’Europe ayant comme centre l’OTAN. Nul doute qu’en plus d’avoir cultiver des relations avec les dictatures monarchiques du Golfe il a ses entrées à l’OTAN.

A l’évidence, sauf aux yeux de Mme Navy Pillay - qui compte peut être se recycler dans un de ces think Tank et pourquoi pas le MEPC - il y a un conflit d’intérêts entre les activités de cette Mme AbuZayd comme membre de cette commission d’enquête et sa fonction au MEPC sans parler de l’influence que d’autres membres de ce MEPC peuvent avoir eu sur la rédaction de ce rapport. Quant à Paulo Sergio Pinheiro, un crypto juif (anousim)* -Juif portugais obligé de se convertir au Christianisme : les crypto juifs adoptaient une attitude extérieure chrétienne mais pratiquaient le Judaïsme en secret ; un grand nombre ont émigré dans les pays d’Amérique Latine dont le Brésil- juriste brésilien il vit entre Paris Genève et Sao Polo.

Dans ses activités de recentrage de sa vie sur le judéo sionisme il a aidé à créer un centre d’études juives à Porto en partenariat avec une association culturelle hébraique de Porto afin de développer un programme pour éduquer à revitaliser les Anousim Portugais (Crypto Juifs portugais). Certains de ces « Anousim » portugais ont fait leur «Alyah» en Israël. Le soutien de Pinheiro à Israël - bien que très discret - est néanmoins indéfectible.

C’est Pinheiro qui est chargé au sein de cette commission d’enquête de faire la propagande contre le régime syrien l’accusant de tuer torturer blesser des enfant syriens. Pinheiro est cité par de nombreux médias notamment Al Jazeera - la TV propagandiste de l’Emir du Qatar dont on connaît le rôle prédominant pour répandre de fausses informations sur ce qui se passe en Syrie incluses de fausses vidéos - qui maintient un lien direct avec son blog.

Attaquée pour sa désinformation flagrante Al Jazeera publie désormais sous les vidéos et autres « informations » la note suivante :

« Al Jazeera can't verify the video or claim responsibility of the content “ Al Jazeera ne peut vérifier la video ou être tenue pour responsable du contenu.” Une façon particulièrement lâche de se dérober à ses responsabilités journalistiques.

Pinheiro utilise sa notoriété pour charger le régime de Bashar al Assad alors qu’il n’a aucune preuve tangible des accusations qu’il porte contre lui. Car s’il a effectivement des preuves incontestables pourquoi ne figurent-elles pas en appendice de son rapport ? En principe c’est comme cela que tout juriste qui se respecte et respecte le droit international doit procéder. Hors il n’en est rien ce rapport politisé au maximum est vide côté preuves s’appuyant sur des dires d’individus principalement des déserteurs - ce mot revient en permanence dans ce rapport- qui ont tout intérêt à servir la propagande du CNS et de sa milice de terroristes ASL qui se sont rencontrées récemment en Turquie pour coordonner leurs attaques terroristes contre la Syrie le CNS agissant sur le front politico médiatique et diplomatique l’ALS sur le terrain en coordonnant les opérations de ses escadrons de la mort à partir de la Turquie.

Le CNS s’est engagé s’il réussit à renverser le régime de Bahsar Al Assad à couper les liens avec l’Iran, le Hamas et le Hezbollah ce qui en dit long sur sa collaboration avec l’Axe malfaisant de Washington Tel Aviv Ryad et notamment avec les Sionistes. Ce n’est pas surprenant aux vues des multiples rencontres qui ont eu lieu à Paris - sous haute protection de la Sarkozie aux frais de la Princesse - entre le CNS et la clique des agents sionistes BHL en tête.

 

http://french.irib.ir/analyses/articles/item/156684-syrie--un-rapport-puis-une-nouvelle-guerre

 

 

http://www.alterinfo.net/Syrie-Un-rapport-en-prevision-d-une-nouvelle-guerre_a67470.html

 

Autres articles

.

http://lhddt.files.wordpress.com/2011/11/raqqa-20111102-130137.jpg

http://lhddt.files.wordpress.com/2011/11/raqqa-20111102-130137.jpg

4 millions de manifestants pro Assad en Syrie !

 

 

Lahttp://lhddt.files.wordpress.com/2011/11/raqqa-20111102-130137.jpg
Communauté syrienne en France
en collaboration avec l’Union nationale des Etudiants syriens
organise une marche de soutien au peuple syrien,
à l’armée et au président Bashar Al Assad,
contre l’ingérence étrangère dans les affaires syriennes,
contre les mensonges médiatiques,
contre la décision de la Ligue "arabe"
et contre les dernières sanctions de l’ONU.
 
Cette manifestation
aura lieu
le dimanche 4 décembre
à 14 heures
de la Place Saint-Michel
jusqu’au Panthéon.

 
Une présence massive, y compris des anti-colonialiste français, interpellera l’opinion publique et contribuera à établir la vérité sur ce qui se passe réellement en Syrie
 
Nous comptons sur vous. Le peuple syrien doit être écouté autrement que par des mensonges assénés à longueur d’ondes par des medias-mensonges domestiqués.
 
L’OTAN avec son supplétif CNT a détruit la Libye et causé plus de 70000 morts dont beaucoup d’enfants sur des mensonges médiatiques fomentés par le Qatar et sa télé domestiquée El Jazeera.
 
Nous ne pouvons accepter que le scénario se répète en Syrie.

 

Al-Jazeera n’est pas une voix indépendante

de l’Amérique :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2378

 

Libye - 7 septembre 2011 -

al Jazeera prise en flagrant délit

de falsification (vidéo 3’57) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3277

 

 

Syrie, Libye - Comment la CIA

provoque des ’révolutions’

dans les pays qu’elle veut soumettre :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2532

 

LE PRÉSIDENT DU COMITE VALMY À DAMAS

POUR SAUVER LA PAIX

EN RÉTABLISSANT LA VÉRITÉ :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3455


Faire circuler le plus rapidement possible. Merci !

 

.

Ce que vous ne verrez pas sur Al Jazeera  04/12/2011

Israël - Qatar



C’est le titre d'un enregistrement audiovisuel diffusé sur Youtube montrant l'émir du Qatar Hamed Ben Khalifa Al-Thani en compagnie de Tzipi Livni, ex-ministre israélienne des Affaires étrangères. L'émir, qui semblait gêné par la présence d'une caméra qui filmait la rencontre, refusa même de faire une déclaration à la chaîne de télévision israélienne Channel 10 qui diffusait les images. «Thanks to channel 10 in israël», est-il écrit à côté de l'enregistrement. L'auteur de l'écrit remercie fort probablement la chaîne israélienne d'avoir diffusé les images de la rencontre.

«Ce que vous ne verrez pas sur Al Jazeera» est le titre accompagnant l'enregistrement. L'émir du Qatar est montré engageant une discussion avec l'ex-ministre israélienne des Affaires étrangères avant de lui serrer la main en lui tapant sur l'épaule. Les auteurs de commentaires sur l'enregistrement dénoncent et qualifient d'«hypocrisie» le double discours de l'émir qatari qui, d'un côté, se targue de défendre la cause palestinienne et, d'un autre, tente d'échapper à la caméra qui le filmait en compagnie de Tzipi Livni. Plusieurs dirigeants arabes ont rencontré différents responsables israéliens. Là n'est pas le problème. Chose qui ne peut éventuellement pas être dénoncée et pourrait peut-être mieux servir la cause palestinienne par l'engagement de négociations entre tous les pays de la région, y compris Israël, mais ce qui est intriguant, c'est le caractère confidentiel que l'émir du Qatar aurait souhaité donner à la rencontre. Le visage de Hamed Ben Khalifa Al-Thani affichait une panique mal cachée à la vue de la caméra de la chaîne de télévision israélienne. L'émir du Qatar était accompagné par différents autres responsables qataris, dont l'actuel ministre des Affaires étrangères, Hamad Ben Jassim Al-Thani, le ministre qui préside la commission ministérielle de la Ligue arabe pour la Syrie.

http://www.letempsdz.com//content/view/66820/1/
http://www.alterinfo.net/notes/Ce-que-vous-ne-verrez-pas-sur-Al-Jazeera_b3502788.html

 

L'Occident a déclaré la guerre à la Syrie.. guerre économique pour commencer

 

 

 

A lire : Syrie et Médias

 

 

  Mossad versus Assad ?
Les escadrons de la mort de la CIA derrière le bain de sang en Syrie
Webster Tarpley depuis Damas*

 

 

 

 

 

A lire absolument !

 

 

.

 

.

 


Partager cet article
Repost0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 04:58

  A relayer partout !

La vérité doit triompher !   

Avec le Comité Valmy, sauvons la paix en Syrie ! Tout n'est que mensonges !

Syrie - 18 novembre 2011 - Sauver la Paix en Rétablissant la Vérité (vidéo 4’36)

vendredi 18 novembre 2011, par Visiteur

*Communiqué de Presse*

 

http://4.bp.blogspot.com/-22IV7FyULfU/TcGNQT0hVyI/AAAAAAAAAJY/jB7pSxN8FbA/s1600/Gregorios_III_Laham.jpg

Le Patriarche des Chrétiens d'Orient

 

LE PRÉSIDENT DU COMITE VALMY À DAMAS

POUR SAUVER LA PAIX EN RÉTABLISSANT LA VÉRITÉ


http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2037


jeudi 17 novembre 2011, par Comité Valmy


Depuis une semaine, accompagné de personnalités françaises et francophones, Claude Beaulieu, Président du Comité Valmy, est présent en Syrie, à l’invitation du Patriarche des Chrétiens d’Orient.

Il a eu l’occasion d’observer la réalité de la situation et il a pu faire de nombreuses rencontres, notamment avec le Patriarche orthodoxe russe Cyrille, quand celui-ci est venu exprimer la solidarité du peuple russe avec le peuple syrien.

Aujourd’hui, Claude Beaulieu tient à témoigner de ce qu’il a constaté sur place.


1) Le scandale de la propagande guerrière

véhiculée par les médias occidentaux


A écouter les médias occidentaux, l’armée et la police syrienne seraient devenues des hordes sanguinaires qui massacreraient le peuple. La réalité ridiculise ce grossier mensonge, dont le seul but est de justifier une invasion guerrière.

Sur le terrain, nous constatons que les meurtres et les attentats, mensongèrement attribués par les médias français aux forces syriennes, sont en réalité le seul fait de groupes armés étrangers ou de salafistes syriens extrêmement minoritaires, qui tirent sur la foule et sur les militaires pour créer le chaos et pour fabriquer des images trompeuses, à destination des médias complices des va-t-en-guerre occidentaux.

Les policiers et les militaires syriens doivent à la fois déjouer ces pièges, protéger les populations et mettre hors d’état de nuire ces criminels fauteurs de guerre.

Cette mission est d’autant plus difficile que les groupes en question sont soutenus, armés et financés par les USA et l’Union européenne, comme l’a avoué leur chef, Khaddam 

:

Le chef des rebelles syriens avoue être financé par la CIA 14-mai-2011

SOS Besoin volontaire pour sous-titres en français !

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.


2) La force de l’union nationale syrienne

contre l’éventualité d’une agression occidentale


Il ne se passe pas un jour sans manifestations de masse, au cours desquelles les Syriens se retrouvent dans les rues pour exprimer leur volonté unitaire patriotique et pour soutenir le gouvernement légitime.

Cette vigueur à défendre la souveraineté de la nation syrienne transcende les clivages politiques et confessionnels ; elle soude le peuple, fermement décidé à résoudre par lui-même ses difficultés en restant maître de son destin et en respectant la légalité.

Malgré les crimes et les exactions commis par les terroristes, la manipulation visant à exacerber les clivages confessionnels échoue : dans une clairvoyance exemplaire, le peuple syrien se rassemble et démontre encore une fois l’invincibilité et la cohérence de l’attachement à la souveraineté populaire, de la laïcité et de la prééminence du Droit.

Les opposants syriens préfèrent majoritairement éviter à leur pays une intervention étrangère plutôt que rallier le Conseil national syrien, dans lequel ne se regroupent en définitive que des aventuriers instrumentalisés par les ennemis de la Syrie et des extrémistes salafistes qui envisagent de transformer le pays en place forte d’Al Qaïda.

 


Dans ces conditions, le Président du Comité Valmy appelle les Français à la plus grande vigilance sur les informations et reportages diffusés par les médias français, déjà coupables d’avoir travesti la réalité pour rendre possible les agressions sur la Côte d’Ivoire et la Libye.


Il souhaite, sans illusion, que la diplomatie française prenne conscience que son asservissement aux Etats-Unis - qui construisent une manipulation de plus pour justifier une agression guerrière de plus - n’est pas une erreur, mais une faute. De par l’Histoire, la France a une responsabilité particulière envers les peuples syriens et libanais. Tout gouvernement qui l’oublierait ne serait pas un authentique gouvernement français mais un pitoyable exécutant états-unien.


Que la faute libyenne ne soit pas répétée en Syrie !

 

 

  
Pour voir la vidéo et lire l'article, cliquer ici :
  
.
 
Pour télécharger la vidéo, voici mon lien :
 http://mai68.org/spip/IMG/flv/Syrie_chef_rebelles_avoue_finance_CIA_14-mai-2011.flv 
  (Faire un clic droit sur le lien, puis "Enregistrer sous".)  
 Le grand malheur c'est que ce sont les francophones (et les anglophones ?) qui doivent regarder cette vidéo pour qu'elle serve à quelque chose. Aussi, faut-il des sous-titres.  
 D'où mon appel au secours !  
 Si quelqu'un me fournit des sous-titres en français et/ou en anglais, je pense pouvoir les incruster moi-même dans la vidéo. Auquel cas, je ferai une ou deux vidéos, une en français et/ou une en anglais. Et je livrerai les liens après les avoir mis sur mon site.  
 Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip


Lire aussi :

Syrie: Nouvelle guerre pour la France ? Interview du Colonel Corvez

Syrie: Témoignages sur ce qui s'y passe vraiment. Alerte, désinformation !


Et concernant Kadhafi,
Hommages à Kadhafi - Il n'était pas un dictateur - Les Chinois en Afrique


Partager cet article
Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 20:04

 

 

 

 

Iran, le scénario de la catastrophe


par Manlio Dinucci

Le 11 novembre 2011

 

Sur un ton de bonimenteur, le ministre israélien de la défense Ehud Barak a annoncé que si « le pays était contraint à une guerre » contre l’Iran, cela ne lui coûterait pas « 100mille morts, ni 10mille ni même 1.000 mais à peine 500 et même moins si tout le monde reste à l’abri chez soi ». Ne sont pas compris, dans le calcul macabre, tous les autres morts.


Selon de hauts fonctionnaires britanniques, l’attaque contre l’Iran pourrait avoir lieu entre Noël et le début de la nouvelle année, avec l’appui logistique étasunien. Les experts pensent que les sites nucléaires iraniens seraient touchés par des missiles et des chasseurs-bombardiers, à travers trois couloirs aériens : un direct à travers Jordanie et Irak, un méridional à travers Jordanie et Arabie saoudite, un septentrional à travers la Méditerranée et la Turquie (carte jointe, NdT). Les implantations nucléaires seraient touchées par des bombes pénétrantes à tête non-nucléaire, comme les Blu-117 déjà fournies par les USA, qui peuvent être larguées à plus de 60 Kms de l’objectif, sur lequel elles se dirigent automatiquement.


Iran, le scénario de la catastrophe

Que se passerait-il si était détruite la centrale nucléaire iranienne de Bushehr, qui a commencé à produire de l’électricité en septembre dernier pour une capacité de 60 mégawatts ? Un nuage radioactif se produirait, semblable à celui de Tchernobyl, qui, selon les vents, se propagerait sur le Golfe persique ou même sur la Méditerranée. Les conséquences seraient encore plus graves si, par rétorsion, l’Iran frappait le réacteur israélien de Dimona, dont la puissance est estimée à 70-150 MW.

 

L’Iran ne possède pas d’armes nucléaires, mais a des missiles balistiques à moyenne portée, testés en juin dernier, qui, avec leur portée d’environ 2.000 Kms, sont en mesure d’atteindre Israël. Ces missiles sont installés dans des silos souterrains et, donc, difficilement neutralisables par une attaque « préventive ».

 

Si le réacteur de Dimona, qui produit du plutonium et du tritium pour les armes nucléaires israéliennes, était endommagé ou détruit, le nuage se propagerait non seulement sur Israël (Dimona est à seulement 85 Kms de Jérusalem), mais aussi sur la Jordanie (distante de 25 Kms) et l’Egypte (distante de 75 Kms). Et, selon les vents, ce nuage pourrait atteindre même l’Italie et d’autres pays européens. Les radiations (surtout celles de l’iode-131 et du césium-137) provoqueraient avec le temps des milliers de morts par cancer.

 

Voila ce qui est prévu par ceux qui planifient l’attaque contre l’Iran. Il est donc prévu de neutraliser la capacité de riposte de l’Iran. Ceci ne pourrait être fait par les seules forces israéliennes. Selon Dan Plesch, directeur du Centre d’études internationales de l’Université de Londres, « les bombardiers étasuniens sont déjà prêts à détruire 10mille objectifs en Iran en quelques heures ».

 

Et même la Grande-Bretagne, révèle  The Guardian, est prête à attaquer l’Iran.

 

Le plan prévoit à coup sûr le déploiement d’armes nuclaires israéliennes (parmi lesquelles le missile Jericho à longue portée testé le 2 novembre) et aussi étasuniennes et britanniques. Soit pour dissuader l’Iran d’effectuer de lourdes représailles, même contre des bases étasuniennes du Golfe, soit par une attaque résolutive effectuée avec une bombe à neutrons, qui contamine moins mais tue davantage.

 

Une guerre contre l’Iran comporterait la plus haute probabilité d’une utilisation d’armes nucléaires depuis la fin de la guerre froide jusqu’à nos jours.

 

Tandis que l’opinion publique est concentrée sur le « spread » (écart) financier, le « spread » humain augmente : le différentiel entre les choix politiques et ceux nécessaires pour la survie de l’espèce humaine.

 

Edition de vendredi 11 novembre 2011 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20111111/manip2pg/09/manip2pz/313153/


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=27602

 

.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 19:42
http://4.bp.blogspot.com/-2m4RVICzgzQ/TqGUpgpnINI/AAAAAAAAUCU/g-YNOIvXSTw/s1600/123+kadhafi+mort.JPG
http://4.bp.blogspot.com/-2m4RVICzgzQ/TqGUpgpnINI/AAAAAAAAUCU/g-YNOIvXSTw/s1600/123+kadhafi+mort.JPG
Claude Angeli :
 

   Mercredi, 19 octobre en fin d’après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l’un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l’une des priorités actuelles des généraux de l’équipe Obama, l’Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu’il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu’il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.

   Depuis quelques jours d’ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.

   Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisé par un officier du CPCO, «´´traiter´´ le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n’échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard ?».

Hypocrisie internationale

   À l’Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l’un de ses fils s’étaient réfugié à Syrte, avec gardes corps et mercenaires. Et Sarko avait chargé le général Benoît Puga, son chef d’état-major particulier, de superviser la chasse à l’ancien dictateur. Ce qu’il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l’étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d’ailleurs pour évoquer l’ «élimination physique» du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l’Élysée, s’il faut en croire un conseiller du Président.

   « La peine de mort n’était pas prévue dans les résolutions de l’ONU qui ont permis à l’OTAN d’intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d’un procès devant la Cours pénale internationale, « ce nouvel ami de l’Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l’aide qu’il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu’il offrait aux uns et aux autres. Voire plus grave, sait-on jamais ? ».

   Le 20 octobre à 8h 30 du matin, l’objectif allait être atteint. Trois avions de l’OTAN s’approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui large deux bombesGBU-12 de 225 kilos guidées au laser. Bilan : 21 véhicules détruits et Kadhafi seulement blessé.

 

Soupirs de satisfaction


   Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L’histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande Allah Akbar » à pleine poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d’autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie ».

     On connaît la suite, quelques images de ce lynchage suivi d’une exécution par balles sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n’est pas la fin de l’histoire car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man’s land politique, une zone de turbulences imprévisibles.» Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d’un procès international.

Vendredi 28 octobre 2011 5 28 /10 /Oct /2011 09:16

Par Claude Angeli (revue de presse : Le Canard Enchaîné – 26/10/11)

http://www.france-irak-actualite.com/article-kadhafi-condamne-a-mort-par-washington-et-paris-87423047.html

 


 

2-2 Thierry Delforge:

Libye :

Djibril annonce le chaos, la Chariah et...démissionne.

 

 

Vous avez aimé l'Afghanistan, l'Irak...

Vous allez adorer la Libye

 

 

Ils ont donc fini par le tuer. Depuis le début, ils ont cherché à le faire. Les frappes de l'OTAN le cherchaient sans arrêt. Mais aujourd'hui, tel Ponce Pilate, ils veulent s'en laver les mains. Ponce Pilate  avait livré Jésus  aux marchands du Temple et aux grands prêtres proches des Romains. Il avait préféré  laissé les collaborateurs de l'empire Romain décider de sa mise à mort. Pour Kadhafi, l'OTAN a fait l'essentiel du travail, mais il a laissé faire le sale travail,  finir le travail  à des Libyens contre un autre Libyen.  Le crime était presque parfait, mais il y a eu d'abord cet anonyme qui a filmé et mis ces images sur You tube, puis les images d'une extrême cruauté de cette hystérie collective hallucinante  sur le site "The Global Post". Il a bien fallu ensuite trouver des explications.

Le colonialisme a toujours agi ainsi: libyens contre libyens, algériens contre algériens, vietnamiens contre vietnamiens, irakiens contre irakiens.  Faire ainsi coup double: éliminer l'ennemi,  Kadhafi, et tenter de faire perdre son âme à tout un peuple, en tentant de faire peser sur sa conscience un acte ignoble.

Mais pourquoi l'OTAN a-t-il si peur de dire la vérité, qu'il est le véritable responsable de cet assassinat  car les autres ne sont que des exécutants. Pourquoi cette campagne médiatique inouïe, acharnée, non seulement pour dégager sa responsabilité de ce crime, mais pour dévaloriser et salir sans cesse la personne de Kadhafi. Il ya certes la tentative bien vaine de faire encore croire que l'OTAN a agi dans le cadre de la résolution 1973 de l'ONU, que son but était  de protéger des populations civiles et non d'intervenir comme belligérant dans cette guerre pour abattre le régime libyen. Il y a aussi l'éventualité d'une accusation de crime de guerre, Kadhafi ayant été fait prisonnier puis assassiné. Mais on découvre soudain que cette campagne traduit au fond une peur, celle que les dominants ont toujours, la peur de leurs victimes, la peur de la mémoire des peuples. En effet, pourquoi parler autant de Kadhafi s'il est une personnalité aussi monstrueuse, aussi misérable qu'il est décrit  dans les médias occidentaux et les medias arabes qui leur sont liés. Pourquoi lui consacrer autant de temps. Pourquoi cette obsession  le concernant.

J'avais toujours été impressionné par la rage de Rome envers Hannibal et Jugurtha. Ils les avaient traqués partout, sans leur laisser un endroit où se refugier dans le monde connu de cette époque, menaçant quiconque leur donnerait asile, alors même qu'ils ne représentaient plus un danger militaire. Comme Kadhafi.., ai-je songé le jour de sa mort. N'avait il pas d'ailleurs appelé l'un de ses fils Hannibal, comme une provocation, comme un symbole, comme une continuité de la lutte de ses ancêtres, de l'ancienne à la nouvelle Rome.

                                                                         

LA TACHE

 

Déjà la vérité commence à se frayer un chemin dans le torrent de mensonges dont on a voulu inonder la planète au  sujet de la Libye. C'est ainsi qu'on découvre stupéfait qu'il n'y a aucune image, aucune preuve des allégations qui ont permis le déclenchement de l'intervention de l'OTAN: aucune preuve sur l'allégation que l'aviation de Kadhafi  bombardait Benghazi et qu'il y avait des milliers de morts.   On apprend que le responsable de la ligue des droits de l'homme libyen, à l'origine de ces allégations, qui ont été à la base de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, est en réalité lié au CNT libyen et que des ministres du CNT sont membres de cette Ligue.  

Lumumba avait été tué par d'autres congolais, Che Guevara par un bolivien pour le pays duquel il luttait pourtant,  Kadhafi par d'autre libyens. Certes la vie de chacun est différente, plus ou moins exemplaire, plus ou moins "pure", plus ou moins glorieuse, plus ou moins critiquable. Ils n'ont peut être pas tous la même dimension. L'Histoire fera le tri. Elle dira les mérites et les fautes de chacun.  Mais ils ont en point commun d'avoir refusé la domination étrangère sur leur pays ou leur continent, d'avoir refusé de se soumettre, d'avoir préféré la mort à la honte de l'esclavage, d'avoir voulu mourir debout, la tête haute. J'ai souvenir de  ces images de Lumumba, ligoté mais qui gardait la tête haute et fière, même lorsqu'on le  trainait dans la poussière pour la lui faire baisser. 50 ans après, le même geste chez Kadhafi quand ils  le ballotent, le brutalisent, le frappent  et qu'il tente quand même de rester debout,  et qu'il s'efforce, le cou raide, tendu, de dresser la tête sous les coups. Ils ont tous en commun ce qu'on appelle le courage, ceci personne ne pourra le leur nier, et encore moins ceux qui bombardent du ciel,  sans risques  des villes et des populations, ou qui lynchent. 

Certains aujourd'hui  se félicitent de l'intervention militaire étrangère tout en déplorant les violences qui s'en sont suivies, la guerre civile qu'elle y a enflammée, la destruction du pays, et jusqu'à la façon avec laquelle a été assassiné Kadhafi et probablement ses fils et bien d'autres. Quelles contradictions, quelle naïveté feinte ou alors quelle cécité! Qu'attendaient-ils de la violence extrême de cette intervention militaire ?  Quand le colonialisme a-t-il eu un état d'âme, une pitié quelconque. Peut on être si aveugle pour ne pas comprendre que le véritable objectif sont les richesses de la Libye et qu'il ne s'agit que de rapine et de brigandage international.

En tout cas, ils ont rendu au fond le meilleur service à Kadhafi. Il avait voulu ne jamais quitter son pays, y mourir debout. Ils ont exaucé son souhait. D'un coup, ils l'ont réhabilité, ils l'ont lavé de tous ses péchés, de toutes ses fautes et l'ont fait rentrer dans l'Histoire, comme celui qui a refusé la soumission. Mais pour les autres, tous les autres, les commanditaires comme les exécutants, ils sont souillés à jamais  Comme Ponce Pilate, ils auront beau se laver les mains, la tache est indélébile.

 Paru dans "Le Quotidien d'Oran" du 23 Octobre 2011

 

La guerre coloniale ? Une question de relations publiques...

 

Et oui , c’est vrai, personne n’a INTERNET et tout le monde fait confiance aux journaux, aux télévisions, aux communiqués de l’OTAN !!! Pour la partie militaire , les "plans de largage" suffisent : l’OTAN et un drone isolé ont largué des bombes sur la caravane de 4 X 4 ..( ils s’excusent d’ailleurs " ils ne savaient pas que MK était dedans " !!!!!)

Ensuite, il suffisait de regarder les courtes vidéos (qui ont pieusement été retirées )...que ce soit RTBF (qui l’a enlevée ), AL JAZEERA (qui l’a enlevée )..pour voir cet homme , déjà gravement blessé, mais VIVANT servant de ballon au sol.  Il parlait encore, au début, puis il s’est tu !

Les courtes vidéos cachent soigneusement les visages des "vengeurs", on ne voit que les pantalons ..Quel courage !

  

La « Communauté internationale » et la « Libye nouvelle »

 

La mort de Kadhafi a été programmée afin qu’il ne puisse livrer aucune information compromettantes sur certains dirigeants de pays occidentaux. Et révéler à nouveau la collusion des services occidentaux et de l’OTAN avec les Jihadistes. Le pétrole justifie les moyens mais aussi l’alliance des USA et de l’UE avec les régimes réactionnaires et féodaux arabes, à commencer par l’Arabie Saoudite.

 

Le TPI,  bras « juridique »

de l’impérialisme et de l’OTAN.


 

On se souviendra aussi que lorsque des palestiniens se sont constituées parties civiles portant une plainte contre Sharon à Bruxelles, les USA ont menacé Bruxelles de déplacer le siège de l’Otan dans un autre pays... Et qui a mené les bombardements en Libye ? L’Otan.
Tout cela pour dire que pour pas mal de dirigeants des pays occidentaux, la vie d’un homme noir ou arabe ne vaut pas grand chose pour ne pas dire rien. C’est quand même Sarkosy qui avait osé déclarer sans complexe avec un naturel déconcertant et choquant que "l’Homme noir n’était pas encore rentré dans l’Histoire"... Nous en sommes-là, ne nous voilons pas la face. Ce qu’on a reproché à Kadhafi c’est d’avoir financé des programmes scolaires et universitaires en Afrique noire, d’avoir contribué à doter l’Afrique noire de certaines technologies dont un satelite pour les télécommunications, et ce gratuitement... Le pays de l’ UE  qui ne veulent pas d’étrangers chez eux, ont été jusqu’à détruire l’unique pays où pouvaient travailler des noirs sans être victimes de racisme ou de discrimination. Dès le début de l’agression nous avons vu le sort réservé aux Noirs qu’ils soient de Libye ou de pays d’Afrique ...Les dispositifs « Frontex » ont subsistés aux frontières de la Libye, sans parler du blocus maritime des côtes libyennes, dont les navires de guerre regardaient se noyer des centaines de fugitifs. Kadhafi avait ses défauts mais il n’a jamais jeté les Algériens dans la Seine, n’a jamais massacré les Palestiniens à Sabra et Chatila, n’a jamais gazé de Kurdes, Kadhafi, contrairement à la France et à la Belgique n’a pas été mêlé ni au génocide congolais, ni au génocide rwandais et encore moins à celui des Algériens...


L'OTAN a ouvert un nouveau front djihadiste  en Mauritanie, au Niger, au Mali, au Burkina, au Tchad, au Nigéria…


L’hypocrisie de l’ONU est dans la nature des choses, sans parler des « relations publiques de l’OTAN. Le problème c’est surtout les médias et les journalistes-mercenaires de la PPPA (la « Presse du Pouvoir, de la Police et de l’Argent).


D’autre part c’est Sarkozy, Rasmussen, De Crem et consort  qu’il faudrait convoquer à l’ONU, comme « témoins assistés », puis comme suspects et enfin inculpés, ainsi que tous les élus de tous les partis dits démocratiques, qui ont voté pour les bombardements et l’intervention au sol, pour qu’ils s’expliquent et non demander une enquête au CNT qui déjà dit "non" à l’ONU... Et puis, il y a ce silence coupable des dirigeants occidentaux et du Golfe arabo-persique qui ne disent rien, tous les pays de l’UE qui se tait devant le lynchage de Kadhafi ? Qui est responsable sinon le trio responsable, pour la France, de la guerre en Libye : BHL, Sarkozy et Juppé, et bien d’autres dans les pays de l’UE ?...En Belgique, le parti Ecolo, ses élus, ses membres, se proclament pacifistes ! Du moins dans les colloques, caucus, symposiums etc...Très pacifistes au moment des élections...


 Kadhafi restera une grande figure africaine.   Lui et son fils, comme tant d’autres soldats pro Kadhafi et civils pro Kadhafi ont été exécutés de façon sommaire. Ce qui reste choquant n’est pas tant la barbarie du CNT et des islamistes libyens, celle qu’ a connu l’Algérie pendant 10 ans. Ce qui reste choquant ce sont toutes les images, la réalité horrible du terrain qu’aucun média mainstream occidental n’a relaté, les pogroms anti-noirs, la chasse aux Touaregs, la fermeture des frontières de la Libye avec la Tunisie (" les Noirs ne sont pas bienvenus dans ce pays" déclarait un journaliste de la RTBF, prudemment posté côté tunisien) et avec l'Egypte. Pas plus que les manifestations de soutien à Kadhafi au Mali. Heureusement qu’il existe des sites tenus par des citoyens qui désormais forme "la cinquième colonne", le rempart à la propagande, car décidément, en même temps que la mort de Kadhafi, nous assistons à la mort de la presse libre...


Thierry Delforge 

 

 

 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

.


 

 


.Les posts d'eva R-sistons

 

 

.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 05:11

http://medias.francetv.fr/bibl/url_images/2009/06/27/image_55720687.jpg

http://medias.francetv.fr/bibl/url_images/2009/06/27/image_55720687.jpg

Servent et Drucker

 

 

Médias et Libye - Des experts militarisés déguisés en civils : le cas de Pierre Servent
Mars était le nom du dieu de la guerre des romains, c’est aussi, en cette année 2011, le mois de l’offensive médiatique de l’« expert » en questions militaires et (surtout) du colonel de réserve Pierre Servent.
Il est normal que l’armée française et le ministère de la défense exposent et défendent leurs points de vue dans les médias, et que des services officiels comme le Service d’information et de relations publiques des armées (Sirpa) se consacrent à cette activité.
Toutefois, il est plus troublant de voir et d’entendre toujours les mêmes points de vue partisans de la politique militaire française exposés par des « experts » dont les médias ne nous donnent pas les liens passés et présents avec les institutions militaires et diplomatiques.
Suivons l’offensive médiatique de l’un de ces « experts » : Pierre Servent.
Les états de service de Pierre Servent

A lire ses notices sur le site de son éditeur Buchet-Chastel et sur le site de Glam Speak, une « agence conseil en conférenciers et animateurs », Pierre Servent a un curriculum vitae pouvant impressionner des médias en mal d’experts :
- « Diplômé de l’IEP et DEA d’Histoire contemporaine »
- « journaliste, chroniqueur et essayiste », « journaliste indépendant »
- « ancien du Monde », « écrit régulièrement des chroniques dans le quotidien La Croix »
- « auteur de plusieurs ouvrages politiques et historiques »
- « Directeur de la communication du groupe Caisse d’Épargne de 2002 à 2005, il exerçait les mêmes fonctions au groupe Vivendi Waters (Veolia) de 1997 à 2002 »
- « excellent animateur [tarifé] de conventions »
- « spécialiste des conflits et de l’armée », « consultant « Défense et Stratégie » pour un grand nombre de médias audiovisuels français et étrangers »
Une lecture plus approfondie de ces notices [1] nous amène à rajouter quelques brillants galons à ce CV :
- « a servi comme officier dans les Balkans, en Afghanistan et en Afrique (notamment au sein de l’état-major de la Force Licorne/Côte d’Ivoire, au côté du général Poncet) »
- « a été conseiller du Ministre de la Défense de 1995 à 1997 et Porte-parole de ce Ministère avec en point d’orgue la création du point presse hebdomadaire en 1996 »
- « Colonel de réserve »
- « Président de la Réunion des ORSEM (association regroupant plus de 1200 officiers de réserve français et européens spécialistes d’état-major) »
- « directeur de séminaire au Collège Interarmées de Défense (CID) »
- « conseiller du Commandement des opérations spéciales (COS) »
On le voit, les liens passés et présents de Pierre Servent avec les institutions militaires sont si forts que les passer sous silence ne permettrait pas de comprendre ses prestations médiatiques qui ne contredisent jamais le point de vue des autorités françaises sur les interventions militaires… de l’armée française.
Pierre Servent, spécialiste de l’expertise ou expert en spécialités ?

Et pourtant... tout au long de ce mois de mars 2011, les médias qui ont fait appel, de manière directe ou indirecte, à l’ « expertise » de Pierre Servent (près de quarante fois !) ont été d’une remarquable discrétion sur ses liens avec l’armée française et très imaginatifs pour le qualifier. « Spécialiste » ? « Expert » ? « Journaliste » ? Qu’on en juge plutôt avec cet inventaire à la Prévert :
« Spécialiste » par lepelerin.info le 9 mars, france-info.com le 20 mars ; « spécialiste des conflits et de l’armée » par radiobfm.com le 5 mars ; « spécialiste de la défense » par le parisien.fr le 22 mars, 20minutes.fr le 22 mars ; « spécialiste des questions de défense » par Europe1.fr le 18 mars, france-info.com le 20 mars, parismatch.com le 19 mars, site du téléphone sonne de France Inter le 3 mars, le site de C dans l’air de France 5 les 16 et 18 mars ; « spécialiste des questions militaires » par pelerin.info le 9 mars, lexpress.fr le 18 mars, lepoint.fr (dans 2 dépêches) le 18 mars ; « spécialiste des problèmes de défense » par rfi.fr le 20 mars ; « spécialiste des affaires militaires » par le jdd.fr le 20 mars ; « spécialiste des conflits » par letemps.ch le 22 mars.
« Expert en stratégie militaire » par le dauphine.com le 2 mars, le site de C dans l’air de France 5 les 16 et 18 mars, leparisien.fr le 20 mars ; « expert » par ledauphine.com le 2 mars, l’ estrepublicain.fr le 22 mars ; « expert militaire » par l’ estrepublicain.fr le 22 mars ; « expert en défense » par le parisien.fr le 22 mars ; « expert en questions militaires » par le site des matins de France Culture le 18 mars ; « expert des questions militaires » par pelerin.info le 9 mars.
« Journaliste indépendant » par radiobfm.com le 5 mars, lejdd.fr le 20 mars ; « journaliste spécialiste des questions stratégiques et militaires » par le site d’Inter activ’ de France Inter le 18 mars ; « analyste » par lexpress.fr le 18 mars, lepoint.fr le 18 mars ; « consultant militaire » dans Mots croisés sur France 2 le 28 mars.
Et enfin :
« Enseignant au Collège Interarmées de Défense » par ledauphine.com le 2 mars ; « professeur à l’Ecole de guerre » par le site du téléphone sonne de France Inter le 3 mars, letemps.ch le 22 mars ; « professeur au Collège interarmées de Défense » par le site des matins de France Culture le 18 mars.
Mission accomplie ! Pierre Servent est bien un « pro » de la communication car il arrive à se faire percevoir et présenter par la quasi totalité des médias comme il le souhaite, c’est à dire comme un « spécialiste », un « expert », un « journaliste », c’est à dire comme quelqu’un d’indépendant des pouvoirs militaires et diplomatiques… ce qu’il n’est évidemment pas.
Psychologie de guerre

Notre « expert » atteint son objectif d’occultation quasi-totale de ses engagements présents aux côtés des autorités françaises, et, depuis le début du mois de mars 2011, en bon petit soldat de « la communication de crise », il n’a tenu aucun propos dissonant par rapport au discours officiel. Et délesté de son bel uniforme, il traduit en langage civil la ligne diplomatico-militaire du moment, avec un tropisme « psychologisant » prononcé : « mener une action psychologique » [2], « Casser le moral de l’armée. Abîmer psychologiquement les généraux (…) le mental des troupes (…) mener une guerre psychologique » [3], « une phase militaire et psychologique importante (…) sidérer psychologiquement » [4], « la psychologie des généraux du régime » [5], « les mensonges et manipulations psychologiques (…) politiquement et psychologiquement » [6]. Etc.
D’une certaine façon, Pierre Servent est un peu au traitement médiatique de la guerre, ce que Christian de Boissieu [7] ou Daniel Cohen sont au traitement médiatique de l’économie : des partisans. Si ces derniers sont acteurs dans la finance (car membre d’institutions financières ou bancaires), ils ne sont pas moins des commentateurs – des « experts » - adoubés par les médias. Il en est de même avec Pierre Servent, « expert » médiatique et militaire.
Quand un individu doit sa position sociale à une institution (militaire, par exemple), qu’il est formé aux techniques de communication et qu’il est reconnu comme « spécialiste » ou « expert » par des médias, il officie, sans s’en rendre compte, comme un porte-parole de cette institution lorsqu’il est convié dans les médias.
Nicolas Boderault
http://www.acrimed.org/article3566.html
Notes
[1] Voir aussi l’article « Mission séduction pour l’armée française » paru dans Le Monde diplomatique d’août 2010.
[2] estrepublicain.fr le 22 mars
[3] leparisien.fr le 20 mars
[4] europe1.fr le 18mars
[5] lejdd.fr le 20 mars
[6] letemps.ch le 22 mars
[7] Voir « Un expert médiatique : Christian de Boissieu, économiste engagé… dans la finance ».

http://www.acrimed.org/article3566.html http://www.acrimed.org/article3566.html


Lundi 4 Avril 2011
Nicolas Boderault
http://www.alterinfo.net/Medias-et-Libye-Des-experts-militarises-deguises-en-civils-le-cas-de-Pierre-Servent_a57134.html
Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 20:05

chez-moi--la-guerre.jpg

 

La guerre de Sarkozy

par eva R-sistons

 

Attention : A partir de maintenant,

propagande de guerre.

Sarkozy se fiche des insurgés libyens,

sinon il interviendrait au Bahrein,

où le Régime assassine aussi son peuple.

Sarkozy aime les bastons, comme Bush son pote,

il aime être au centre de tout,

il aime qu'on parle de lui

et il veut faire oublier, à l'extérieur,

ses échecs à l'intérieur.

 

La France de de Gaulle se méfiait

des Anglo-Saxons, Britanniques et Américains,

la France de Chirac a refusé de s'enrôler

dans la coalition impériale,

la France de Sarkozy l'impulse, au contraire,

comme il ferraille pour l'avoir contre l'Iran.

Voici notre pays en guerre,

la Libye est riche en pétrole

et à sa tête, elle a un dirigeant imprévisible,

insoumis, rebelle.


La France, c'est un signal,

a fait équipe avec les Anglais

toujours au premier rang pour coloniser,

et les Américains, en embuscade, ont rejoint

les va-t-en guerre.

Ils font la guerre par procuration,

via leur homme en France.

 

L'alliance naissante Sarkozy-Cameron

est de mauvaise augure,

elle était préfigurée par la visite du nouvel élu en 2007

en Angleterre, tout un symbole

du changement d'orientation de la France,

qui efface les traditions gaullienne,

mitterandienne et chiraquienne :

Pour le couple franco-allemand.

 

Les insurgés seront privés de leurs luttes,

  elles seront confisquées par les marionnettes

de l'Occident prédateur, criminel.


Victoire de la France,

clame Delahousse au Journal de 20 h

de FR2 la télé gouvernementale,

en prévision des Elections proches.

Il y a des guerres, aussi,

qui se font pour gagner des voix à l'intérieur,

comble du cynisme.

Il faut le savoir.

 

Delahousse demande pourquoi la France

n'intervient pas, aussi, en Côte d'Ivoire !

Elle est jolie, la télé des marchands d'armes !

 

Place à la propagande, maintenant,

la guerre est belle,

les peuples bombardés les acclament,

et les lendemains seront plus radieux,

au milieu des ruines

et avec des familles amputées.

 

La Ligue arabe a cautionné

le sémillant Président français,

avec ses dirigeants qui représentent plus

les multinationales du pétrole

que les populations arabes.

Mais la caution est là, cocorico !

Sauf que seul le Qatar est parti

batailler contre ses pairs arabes.

 

Les Américains vont participer à la guerre, "pleinement",

comme l'assure Alain Juppé.

C'est l'assurance d'une guerre propre,

sans dommage collatéraux !

On a vu ça en Irak... en partout !

 

Il est temps que les peuples

se débarrassent de leurs dirigeants cupides et belliqueux !

 

comme dubaï ou abu dhabi, le qatar se lance dans la construction de complexes de

http://www.linternaute.com/savoir/magazine/photo/qatar-iles-artificielles/ile-artificielle-the-pearl-qatar.shtml

 

La France est partie en guerre,

ses zamis américains en font des dizaines dans le monde,

en silence, avec, chut, des millions de sacrifiés

aux intérêts financiers.

La France est partie en guerre

sans consulter le Parlement,

l'Empire a bien choisi notre Président:

Il oeuvre pour Lui et pour ses privilégiés.

 

On devait avoir une simple zone d'exclusion aérienne,

nous avons une guerre.

Souriez, Français, vous êtes roulés !

Vos enfants vont mourir pour

les multinationales apatrides !

 

Une bonne nouvelle, quand même,

quatre grandes nations émergentes

se sont abstenues à l'ONU :

Chine, Russie, Inde, Brésil.

Le signe d'une nouvelle alliance

contre l' Empire unilatéral ?

 

Les Infos sont terminées,

place au Sport et aux Variétés.

Les Français s'amusent !

 

Et nous, si nous sommes la cible d'attentats, demain,

nous ne pourrons pas nous plaindre.

Nous l'avons eu, notre Sarkozy de Nagy Bocsa,

"ensemble, tout est possible" !

 

eva R-sistons

 

Tout est étudié, dans les "Infos"

de la télé aux ordres:

On nous rappelle, pour les Cantonales,

que les Elus dans trois ans seront remplacés par

les conseillers territoriaux !

Alors, abstenez-vous, les veaux !

 


 

La propagande en temps de guerre
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-23413830.html
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-33565761.html

 

 

« À défaut d’avoir recours à la force pour contrôler les populations, on peut parfaitement les contrôler par l’opinion » Harold Laswell, spécialiste des médias.

"La presse libre n'existe pas. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes les pantins qui sautent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous sommes les laquais des puissances financières derrière nous. Nous ne sommes rien d'autre que des intellectuels prostitués. Le travail du journaliste est la destruction de la verite, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l opinion au service des Puissances de l Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses". John Swaiton, l'éditeur du New York Times, lors de son discours d'adieu.

"Informer n'est pas une liberté pour la presse, mais un devoir"  Viktor Dedaj


Décodage de 25 techniques de désinformation :
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-23391706.html
 

Télévision : De l'info sans infos. Tour d'horizon
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-31419415.html

.

 

 

a-guerre.jpg

Partager cet article
Repost0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 21:20
Propagande de guerre USA – John Rendon Mr Propagande, manipulateur, faiseur de guerre de Bush et profiteur
http://www.planetenonviolence.org/Propagande-de-guerre-USA-John-Rendon-Mr-Propagande-manipulateur-faiseur-de-guerre-de-Bush-et-profiteur_a327.html

 

 

Insidieuse campagne contre l'Iran,

sur FR2 -13 h 15,

par eva R-sistons à l'intolérable

 

 

Mon Oeil avec Delahousse,

le 13 h 15 de FR2,

ce 12 février 2011,

sur la chaîne animée par des supporters d'Israël 

et des porte-paroles du gouvernement,

au service de l'UMP et d'Israël,

avec les sous des contribuables,

 

voici un nouveau détournement d'une chaîne publique

au service de la propagande de guerre d'Israël.

 

Scandaleux montage. Contre l'Iran...

Pour insinuer que ce pays s'apprête à attaquer Israël

et donc pour dresser les téléspectateurs contre lui,

et préparer la future guerre voulue par Israël

et par l'Occupant de l'Elysée,

bref pour inciter nos jeunes à partir, demain, mourir en Iran

en croyant protéger la France et ses alliés,

alors qu'il s'agit de satisfaire le désir d'hégémonie d'Israël

et d'accroître les profits des multinationales.

 

 

"L'Iran, son programme nucléaire, la bombe,

il n'a qu'une envie, balancer sa bombe nucléaire sur Israël

qui ripostera, ça arrivera,

eh bien ce péril là a reculé d'au moins deux ans

2 ans de paix offerts, et à quoi on doit ça ?

Les centrifugeuses d'enrichissement d'uranium sont en arrêt

elles n'ont pas été attaquées, pas bombardées,

et pourtant elles sont paralysées !

A quoi doit-on cette BONNE nouvelle ?

... à la cyber-guerre ! Avec des bijoux d'informaticiens !

Des ordinateurs rendus inopérants,

une cyber-attaque,

bienvenue dans la guerre d'avenir, la cyber-guerre !"

 

Sur le ton de la badinerie, une vraie propagande de guerre

au service de l'Entité sioniste,

considérée par les citoyens européens

comme l'Etat le plus menaçant de la planète !

 

Alors, FR2 au service d'Israël

falsifie la réalité, la tord complètement,

en présentant l'Iran

qui n'a jamais attaqué personne

et qui n'a pas l'intention d'attaquer,

comme désireux de détruire Israël avec sa bombe !

Alors qu'en réalité, c'est Israël qui brûle d'attaquer l'Iran,

et le fera, on le verra tous,

attaquer pour perpétuer sa domination criminelle sur la région,

et au passage piller, avec son allié US,

les ressources pétrolières du pays, les voler

comme un vulgaire cambrioleur !

 

Ce n'est pas l'Iran qui attaquera,

c'est un odieux mensonge,

un abus scandaleux de dire cela,

FR2 est aux mains des tenants d'Israël

qui se servent d'une télévision d'Etat,

financée par l'argent des contribuables,

pour préparer la guerre qui mettra à feu et à sang toute la région,

l'Iran sera détruit comme l'Irak

et actuellement, l'Afghanistan,

c'est le but d'Israël,

et FR2 ose prétendre que l'Iran

constitue un danger pour cette entité !

 

Il n'y a personne pour dénoncer ces mensonges,

ce scandaleux détournement d'une chaîne publique

à des fins de propagande de guerre

et d'incitation abusive à la haine d'un Etat toujours pacifique ?

Justement, je viens de revoir une vidéo du temps de S. Hussein,

l'Iran a été attaqué par cet Etat avec la complicité de l'Occident.

Il s'est défendu, en perdant des centaines de milliers d'Iraniens.

 

L'Iran n'a JAMAIS attaqué personne,

il cherche seulement à se protéger par l'arme de dissuasion suprême,

alors qu'il est entouré d'ennemis cherchant à le détruire !

C'est son droit absolu de se protéger, et son devoir !

Et FR2 ose le présenter comme un Etat belliqueux ?

 

En permanence, FR2 ne manque jamais une occasion

de critiquer, d''attaquer les pays arabes, l'Islam,

et au passage la Chine, la Russie, et... l'Opposition en France.

Comme Calvi-Krettly sur C dans l'Air.

 

C'est un détournement intolérable de l'information

au service du Pouvoir,

du monde de l'Argent,

des industriels de guerre,

d'Israël,

et donc CONTRE les intérêts des citoyens

qui pourtant financent eux-mêmes cette Chaîne infâme

en croyant qu'elle est au service de l'information.

 

Citoyens, sachez que FR2 a érigé

la désinformation et la propagande

en règle absolue,

cette chaîne doit être boycottée par tous.

 

Elle bat tous les records de désinformation !

D'ailleurs son journaliste vedette,

entendez le plus servile,

a vu sa servilité récompensée

par une LAISSE d'or,

vous savez on attache une laisse à un toutou.

 

C'est avec des gens comme ceux-là

que la France perd son identité, ses valeurs,

son indépendance, son âme.

Et le journalisme, ses lettres de noblesse !

Honte à FR2 !

 

 

Citoyens, protestez en masse !

Cette chaîne dépasse toutes les limites !

 

Eva R-sistons


decrochons-de-la-TV-copie-2.jpg

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 02:37

 La couverture de TIME du 9 juillet est particulière. Elle se compose de la photo de la jeune Bibi Aisha (18 ans, mariée à 12), mutilée par son mari (pour avoir quitté le domicile conjugal), et d'une affirmation expliquant que c'est "ce qui arrivera si nous quittons l'Afghanistan".

Ma première impression est marquée par la qualité de la photo.
Mais le commentaire montre tout le poids des mots derrière le choc de l'image.

Tout d'abord, on peut considérer que cette mutilation barbare s'est produite en 2009, alors que le pays était déjà occupé depuis 8 ans par les forces occidentales. Leur présence n'a donc rien changé.
L'Afghanistan serait-il pire s'il n'était pas occupé ? Le journal Time veut-il suggérer que ce cas se multiplierait jusqu'à devenir habituel si les armées commandées par les Etats-Unis quittaient ce pays ?
Encore faudrait-il pouvoir observer sous les burqas pour s'en assurer.

Se servir de la légitime horreur qu'inspire cet acte barbare exceptionnel pour justifier la guerre est une manière de procéder très douteuse. On pourrait tout autant se servir du prétexte de cette mère infanticide pour déclarer la guerre à la France, ce pays "barbare" où les mères tuent leur nouveau-né. La perversion de certains doit-elle rejaillir sur tout un peuple ?

On trouve des images semblables, pendant la guerre d'Algérie.


A cette époque, il n'y avait pas de Taliban, ni Al Qaïda, juste des nationalistes Algériens. Après la prise de pouvoir du FLN, les mutilations se sont-elles multipliées ? Non, bien sûr…

On en viendrait même à se dire que c'est le climat de guerre, avec toute son horreur, ses chairs meurtries, ses membres coupés, ses gueules cassées, qui banalise d'une certaine façon cette mutilation absurde, qui n'est qu'une moindre blessure parmi d'autres, souvent mortelles.

De son côté, la voix du Djihad (site "officiel" Taliban) dément être impliqué dans cet acte contraire à la Charia, selon une traduction signalée par le site @rrêt sur images.

Dans la lois Islamique sacrée, couper des oreilles et des nez humains, que la personne soit vivante ou morte, est illégal et interdit. Dans de nombreux hadith de Muhammad , la mutilation et le fait de couper nez, oreilles ou lèvres chez un mécréant mort a été fortement interdit, comment alors l'Emirat Islamique peut être faire une telle chose chez quelqu'un de vivant, et musulman qui plus est? Dans la Sharia, si quelqu'un commet un acte aussi haineux en toute injustice, il sera récompensé par la loi du Talion.

Nous sympathisons avec notre soeur Aisha et nous appelons cet acte atroce un crime contre l'humanité et contre la loi Islamique.


D'une propagande à l'autre, qui croire ? Que chacun se fasse sa propre opinion, voici simplement quelques éléments de réflexion.


Auteur : Rimbus - Source : Rimbus le blog

 

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14916

Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 02:03
JPEG - 24 ko
Troupes US en Irak
© Rick Lomis / Los Angeles Times


Guerre et mensonge (3/3)

L’Empire du Mensonge, les Etats-Unis, a doté ses armées d’un Bureau d’influence stratégique qui a intoxiqué les médias du monde entier ; Pour « vendre » la guerre contre l’Irak, il a caricaturé la situation et inventé la menace des armes de destruction massive. Mais cette guerre n’est rien, pas plus que les autres conflits intermédiaires auxquels on nous prépare. La cible ultime, c’est la Chine, car elle se développe et il n’y a pas de place sur Terre pour une seconde puissance consommatrice de cette taille. C’est pourquoi, souligne Giulietto Chiesa, la paix exige le changement de nos modes de vie.


Comment pouvait-on justifier une attaque contre l’Irak ? Il fallait au préalable fournir à l’opinion publique internationale la preuve que Saddam Hussein était en possession d’armes nucléaires et biologiques. À cette fin, on a fondé aux Etats-Unis ce que certains appellent le « Bureau pour l’information et la désinformation », en anglais l’Office of Strategic Influence (OSI). Pour la première fois dans l’histoire des États-Unis, c’est le Pentagone qui s’occupe directement de ces affaires-là. Avant, il existait bien quelque chose du même genre, mais ça dépendait du Département d’État. À présent, l’Office of Strategic Influence est aux mains de Donald Rumsfeld [1].

Le Pentagone émet une série de documents que le système médiatique mondial se charge immédiatement de diffuser. On prépare ses amis, comme ils disent. On les (et ils nous) prépare en disant beaucoup de choses dont certaines sont vraies, d’autres à moitié vraies, d’autres encore complètement fausses. Il sera ainsi très difficile de faire la part entre information et désinformation. Nous le savons d’ailleurs, la guerre du Vietnam a commencé avec une formidable invention : l’accusation portée contre les perfides Vietnamiens d’avoir attaqué les navires états-uniens dans le golfe du Tonkin. Ce n’est que plusieurs années après, lorsque la guerre était terminée, qu’on a découvert qu’il n’y avait eu aucune attaque. Faire la liste de ces combines demanderait des ouvrages entiers. Ce qui est stupéfiant, c’est que les journalistes — les Italiens en premier lieu — se font toujours avoir et n’essaient même pas d’en tirer une leçon.

La société civile états-unienne

En ce qui concerne les États-Unis, il est très difficile d’espérer que les opposants à la guerre deviennent suffisamment nombreux pour obliger cette Administration à changer de cap. Les raisons en sont multiples et profondes, et nous devons encore y réfléchir à fond. Pendant des dizaines d’années, on nous a inlassablement présenté les États-Unis comme étant le modèle de la démocratie occidentale. Les choses en vont-elles ainsi ? Non ! L’Amérique n’est plus le modèle de la démocratie occidentale. Il y a belle lurette qu’elle ne l’est plus.

En ce qui concerne le développement de la société civile, l’Europe est beaucoup plus en avance que les États-Unis. En regardant les choses en profondeur, même le système électoral états-unien — que nous avons cherché à copier sans comprendre que chaque démocratie avait sa propre histoire — se révèle beaucoup moins démocratique que nos scrutins proportionnels obsolètes [2]. Même dans les pays européens où l’on pratique le scrutin majoritaire, il s’agit de systèmes électoraux bien mieux articulés et moins embaumés que le bipartisme absolu des Etats-uniens, où les différences entre les deux partis sont désormais si ténues que choisir entre les deux apparaît dénué de sens. C’est pourquoi, en toute logique, la majorité ne se rend même plus aux urnes. Par ailleurs, le niveau de formation démocratique (et d’information politique) du citoyen états-unien est très bas.

Il ne s’agit pas d’être pour ou contre les États-Unis. J’y ai pour ma part vécu et travaillé. J’ai connu une société dynamique et très diversifiée, mais aussi repliée sur elle-même, réduite à l’adoration du rendement et de la carrière et, dans sa majorité, incapable de défendre ses propres droits. En tout cas dépourvue d’organisations qui lui donnent la possibilité de les défendre. Ce n’est pas un hasard si, dans l’ensemble de l’Occident avancé, les États-Unis sont le seul pays qui maintienne la peine de mort. Le fait est que nous vivons dans un monde d’information où un pourcentage important des articles publiés dans les pages de nos journaux est consacré à l’exaltation de la démocratie états-unienne Des propos comme ceux que je tiens ne trouveraient probablement pas de place dans les pages d’un journal à grand tirage en Italie.

Une dizaine de jours après le 11-Septembre, lorsque le président des États-Unis a transmis son message à son peuple, sur toutes les chaînes, il n’a rien trouvé de mieux à dire que cette phrase : « Retournez faire du shopping ». En l’écoutant, j’ai eu le frisson. N’y avait-il rien de mieux à faire que d’appeler à remplir les centres commerciaux, les temples de la consommation ? Quelques jours plus tard, nous avons vu les queues de milliers de consommateurs états-uniens qui s’étaient levés à six heures du matin pour aller aux soldes de fin de saison. Anticipés pour la circonstance. Alors si ce qu’on nous dit est vrai, que l’Amérique nous devance toujours de vingt ans, c’est nous-mêmes que nous risquons de voir en regardant dans ce miroir. Horreur.

Peut-être que les Chinois aussi s’y reflètent, unis par l’idée qu’il faut consommer toujours plus, gaspiller toujours plus, s’amuser toujours plus et ainsi de suite dans une sorte de compulsion de répétition. Mais la compulsion est le symptôme d’une grave maladie mentale, et il m’est difficile de ne pas avoir l’impression que des millions d’Etats-uniens sont désormais arrivés à un haut degré de lobotomisation. Regardez leurs villes, construites à la mesure de et en fonction des malls, des centres commerciaux. On ne va plus faire une promenade, on va acheter quelque chose dans les malls, on va visiter les malls, comme on allait autrefois visiter un musée.

C’est pourquoi il me semble improbable d’espérer de la part du peuple états-unien une réponse massive hostile à la guerre. Qui a été atteint par le virus de l’hyperconsommation, qui a parcouru jusqu’au bout la route le transformant en consommateur impénitent conçoit mal l’existence même des problèmes que nous soulevons ici. Il ne les voit pas, tout simplement. Il est devenu aveugle. S’il est vrai que — comme on l’a efficacement résumé — pendant les dix dernières années, les Etats-uniens se sont enrichis en dormant, comment leur faire comprendre qu’ils doivent se réveiller ? C’est difficile, pour eux. Pour nous aussi, très bientôt, ce sera difficile.

On a aussi dit, justement, que les USA étaient l’unique pays au monde où l’épargne n’existait plus et où les gens dépensaient plus qu’ils ne gagnaient. C’est une situation absolument anormale. La dette des États-Unis envers le reste du monde s’élève à quelque 12 000 milliards de dollars et elle continue de croître au rythme de 12-15 milliards de dollars par mois. Comment peut-on imaginer vivre en paix dans un monde où un pays de 300 millions d’habitants consomme à lui seul un tiers des ressources mondiales, et qui se trouve à l’origine de près d’un quart de la pollution de l’environnement, notre maison commune ?

JPEG - 23.6 ko
Giulietto Chiesa
© Humberto Salgado / Agence IPI.
La super-société globale

La vérité est que nous nous dirigeons vers une super-société globale gouvernée par une super-classe globale de super-riches de toutes les régions du globe. Lesquels vivront dans leurs villes réservées, surveillés par leurs polices privées parce que les polices nationales seront destinées exclusivement au contrôle des pauvres. On assiste déjà à ce nouveau genre de configuration urbaine. À Johannesburg, en Afrique du Sud, les villes séparées des riches existent déjà. À Moscou, des quartiers entiers sont conçus tout exprès pour les riches, de grands bâtiments où l’on trouve tout — terrain de golf, salles de gymnastique, magasins, promenades, jardins d’enfants, écoles — avec une issue unique que surveillent des agents privés et de très hauts murs. Voilà l’image du futur.

Les élites n’auront plus besoin de vivre dans un seul pays, elles vivront dans le monde, dans les endroits qui leur seront réservés. Il ne sera plus possible de mélanger les classes car ce sera devenu trop dangereux pour elles. Telle est l’idée qui s’impose aujourd’hui dans le monde. L’idée de ceux qui pourront consommer, et consommer énormément, tandis que les autres, l’écrasante majorité, resteront dehors. Une partie affectée aux services indispensables sera admise à l’intérieur et pourra bénéficier des retombées de ce bien-être. Les autres pourront crever, parce qu’ils seront inutiles. Et la preuve du fait qu’ils seront inutiles sera tautologique : ils seront inutiles car ils auront perdu la course au succès. Or, ceux qui perdent, dans cette super-société des puissants et des avides, auront de toute façon tort et aucun capitalisme compatissant ne viendra à leur secours. Pourquoi donc les laisser continuer impunément de consommer de l’air, de l’eau et de la nourriture ?

Après la guerre en Irak

On savait qu’il allait couler du sang, beaucoup de sang : on nous l’a montré, mêlé à la poussière du désert. Cette fois, ils ont décidé que ça fonctionnerait mieux ainsi. Il ne s’agissait plus de mission humanitaire, qui exige une certaine délicatesse. On allait en Irak pour faire peur aux réprouvés qui continuaient de peupler le monde. Il fallait donc que le sang se voie et qu’il soit suivi d’une punition exemplaire, dure, implacable. Une guerre emblématique, une guerre exemplaire, un avertissement. La deuxième guerre d’Irak des États-Unis a eu sa nécessaire chorégraphie impériale, réglée par avance, exécutée avec la plus grande précision.

En réalité, il y a bien eu quelque raté. Les chaînes impériales devaient se contenter d’instiller la peur. Aucun autre type de message n’était prévu. Mais les télévisions arabes sont venues troubler la fête de cette quatrième guerre de l’Empire. Pour la première fois dans l’histoire des médias mondiaux (Kaboul n’avait été qu’une modeste avant-première), on a commencé à nous raconter la douloureuse histoire des perdants. Pis encore : non pas celle des perdants naïfs, qui cultivent en secret l’espérance de David — pouvoir abattre Goliath d’un seul coup de lance-pierre entre les yeux —.

Non, les télévisions arabes nous ont raconté la guerre à travers les yeux des perdants qui savent qu’ils ne peuvent pas vaincre, qui ne se font pas d’illusions ; qui sont conscients que, dans le pire des cas, ils mourront comme des chiens et que dans le meilleur, ils ne sauveront leur vie et celle de leurs enfants que pour être asservis. Et puisque les télévisions occidentales ne pouvaient pas montrer grand-chose, enfermées qu’elles étaient dans de grands hôtels soigneusement exclus des cibles (à part ça, c’est bien connu, il y a toujours des erreurs de visée), voilà que le monde entier a vu, lors des deux premières semaines, les images des perdants plus que celle des gagnants. Cela a produit un effet fantastique.

C’était comme assister à Hiroshima du côté des Japonais. Une primeur absolue même si, sous cette perspective, l’héroïsme des pilotes d’Enola Gay, ceux qui ont largué la Bombe, apparaissait moins clairement. Quoi qu’il en soit, il était malaisé d’interpréter ce que nous avions sous les yeux comme de l’héroïsme. Parce que ces attaquants aussi bien équipés, avec tous ces machins suspendus autour, avec tous ces avions au-dessus et ces hélicoptères à côté, avaient l’air de robots programmés pour apporter une liberté sans mode d’emploi.

Comme des gens qui auraient débarqué sur une Lune complètement équipée pour la plantation de pommiers et de poiriers. Et le plus étrange semblait de découvrir que, depuis les anfractuosités de cette Lune, il y avait des gens qui résistaient et qui combattaient, sans aucun espoir de victoire. Ces pommiers et ces poiriers, ils n’en voulaient pas. Pouvait-on le prévoir ? Nombreux l’avaient prévu. Certes, George Bush et Tony Blair, eux, ne l’avaient pas prévu. Alors que je rédige ces lignes finales, le scandale des fausses armes de destruction massive, les mensonges proférés au monde entier pour faire la guerre contre l’Irak, ont déjà explosé. Gagnée en mai, la guerre irakienne se transforme en défaite au mois d’août. La guerre en Afghanistan se poursuit. L’illusion d’une paix palestinienne conçue en tant que capitulation des Palestiniens devant Sharon s’est envolée. La feuille de route est bonne à jeter. Bref, aucun des objectifs déclarés par George Bush n’a été atteint.

La seule, la vraie, la grande guerre remportée par Bush est celle qu’il a menée contre l’Europe, en la divisant (par le biais de la guerre en Irak) et en préparant les dix chevaux qu’elle s’apprête à faire entrer dans ses murs. L’Europe, Troie mal assurée et ignorante du danger, abritera bientôt dix Achéens plus américains que l’Amérique. Dans ce contexte, le rôle qu’elle pourrait avoir de contenir la stratégie impériale américaine devient extrêmement problématique. La France et l’Allemagne tiennent bon mais Bush a de son côté Blair, Berlusconi, Aznar qui, dans la « vieille Europe », jouent le rôle d’alliés des « dix Achéens de la « nouvelle Europe ». Paris et Berlin sont écrasées.

Quant à la Russie de Poutine, elle a perdu avant même de commencer. Exemple sans précédent dans l’histoire d’un pays qui se suicide, elle a assisté sans bouger à sa propre ruine. Elle a accepté l’annulation du traité ABM de 1972, apposant sa signature sous la déclaration formelle marquant la fin de sa puissance, même moyenne. L’élargissement de l’Otan à l’Est ne lui a arraché qu’une grimace. Enfin, elle a perdu l’Asie centrale sans broncher. Dans quinze ans, cette Russie sera tombée à moins de 100 millions d’habitants et elle flottera dans ses frontières actuelles comme les habits d’un géant sur le dos d’un nain. Peut-être aura-t-elle encore des missiles, qui ne lui serviront même plus (comme maintenant) à exercer une pression politique sur l’Empereur : ustensiles rouillés et inutiles.

De la Chine enfin, on devra parler encore longtemps. Le destin et l’histoire lui ont attribué un rôle prépondérant dans le siècle qui vient de commencer. C’est la Chine, le vrai problème de Washington. C’est à la Chine qu’était consacré le PNAC, le « Projet pour le Nouveau Siècle Américain ». Les dirigeants chinois le savent pertinemment. Et aucune reprise, ou reprise partielle, de Wall Street ne permettra de se débarrasser du problème, qui contrecarrera l’axiome de Bush, qui fut aussi celui de Reagan : le niveau de vie états-unien n’est pas négociable. Très bientôt, il n’y aura plus de place sur cette planète pour deux Amériques, une blanche et une jaune. Même l’hypothèse d’englober la Chine (comme subalterne des États-Unis, évidemment) dans le marché occidental ne résoudrait pas la question. Tel est le véritable profil de la situation que notre génération et la suivante devront affronter : nous sommes arrivés au terminus.

Le développement que le monde a connu ne peut pas se prolonger indéfiniment. Il faut choisir — si l’on accepte le tableau que j’ai dressé — qui peut survivre dans un univers déjà gravement « troublé ». Ceux qui pensent, même à gauche, en termes de « reprise » du vieux développement (sur le plan économique) et qui croient pouvoir modérer les prétentions de l’Empire (sur le plan politique) sont condamnés à la stupeur et à l’impuissance devant les événements tragiques qui s’annoncent.

 Giulietto Chiesa

Giulietto Chiesa est journaliste. Il fut correspondant de presse d’El Manifesto et d’Avvenimenti, et collaborateur de nombreuses radios et télévisions en Italie, en Suisse, au Royaume-Uni, en Russie et au Vatican. Auteur de divers ouvrages, il a notamment écrit sur la dissolution de l’URSS et sur l’impérialisme états-unien. Ancien député au Parlement européen (Alliance des démocrates et libéraux, 2004-2008), il est membre du Bureau exécutif du World Political Forum.


http://no-war.over-blog.com/ext/http://bridge.over-blog.org/ext/http://www.voltairenet.org/article164026.html
Le système d’information et la guerre contre l’Irak

par Giulietto Chiesa*
Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 16:22

haro sur l'iran

(JPG) 


ALERTE - Iran: après le rapport de l'AIEA, il est "urgent" d'agir

PARIS - Le dernier rapport de l'AIEA sur le programme nucléaire iranien "montre combien il est urgent d'agir avec détermination pour répondre à l'absence de coopération de l'Iran", a déclaré vendredi le ministère français des Affaires étrangères.

(©AFP / 19 février 2010 13h00)

 
Les leçons de l’Irak sont ignorées et la cible est maintenant l’Iran


Seumas Milne
vendredi 12 février 2010

Le réarmement militaire du Golfe par les Etats-Unis et la promotion par Blair d’une guerre contre Téhéran, sont de sérieux avertissements que nous sommes à la veille d’une nouvelle catastrophe, écrit Seumas Milne.

[Où l’on peut se demander si le battage fait en France sur le port du voile intégral ne fait pas partie d’une campagne psychologique de préparation à une confrontation armée avec l’Iran - N.d.T] (Evidemment, voir mon article :
http://no-war.over-blog.com/article-du-debat-de-l-identite-nationale-au-choc-de-civilisations-et-a-la-guerre-45340559.html - Eva)


(JPG)

Les troupes occidentales ont commis d’innombrables massacres en Irak. Ici une photo prise à Falloujah, ville irakienne bombardée avec des obus au phosphore par l’armée américaine en 2004.


Nous étions supposés avoir compris les leçons de la guerre contre l’Irak. C’est ce à quoi l’enquête Chilcot en Grande-Bretagne est censée avant tout servir. Mais les signes venus du Moyen-Orient indiquent que cela pourrait se produire encore une fois. Les Etats-Unis pratiquent
l’escalade militaire dans le Golfe, ont indiqué des officiels cette semaine, amplifiant sa présence navale et fournissant de nouveaux systèmes d’armes aux états arabes alliés, pour une valeur atteignant des dizaines de milliards de dollars.


La cible est tout naturellement l’Iran. Le Koweit, les Emirats Arabes Unis, le Qatar et le Bahrain sont tous en train de prendre livraison de batteries de missiles Patriot. En Arabie Saoudite, Washington commande directement une importante force de 30 000 hommes pour protéger les installations pétrolières et les ports. A eux seuls les Emirats Arabes Unis ont acheté 80 chasseurs F-16, et le Général Petraeus, commandant des forces armées des Etats-Unis, prétend maintenant être en mesure « d’abattre l’armée de l’air iranienne en entier ».


Les Etats-Unis prétendent que cette militarisation croissante est défensive, destinée à décourager l’Iran, à calmer Israël et à rassurer ses alliés. Mais l’évolution politique que cela représente est assez claire. La semaine dernière Barack Obama a averti que l’Iran ferait face « à des conséquences de plus en plus graves » pour ne pas avoir arrêté son programme nucléaire, tout en faisant le lien avec la Corée du Nord - comme George Bush l’avait fait dans à son discours sur « l’axe du mal » en 2002.


Lorsque le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a rappelé cette semaine son accord pour que l’Iran transfère la majeure partie de son uranium enrichi à l’étranger pour y être retraité, les Etats-Unis ont répondu par la négative. « La main tendue » d’Obama, jusqu’alors combinée avec la menace de sanctions, voir pire, semble avoir été presque retirée.


Le vice-président des Etats-Unis, Joe Biden, l’a souligné en déclarant que les dirigeants iraniens « semaient les graines de leur propre destruction ». Et en Israël - qui s’est juré d’utiliser tous les moyens possibles pour empêcher l’Iran d’être en mesure d’acquérir des armes nucléaires - se multiplient les menaces de guerre contre les alliés de l’Iran, le Hezbollah au Liban et le mouvement palestinien du Hamas. « Nous devons recruter le monde entier pour combattre Ahmadinejad, » a éructé le président israélien Shimon Peres ce mardi.

Les similitudes avec les préludes de l’invasion de l’Irak sont indubitables. Comme en 2002-2003, on nous dit qu’un état dictatorial du Moyen-Orient, développant secrètement des armes de destruction massive, défie les résolutions des Nations Unies, empêche des inspections, menace ses voisins et soutient le terrorisme.

Comme dans le cas de l’Irak, aucune preuve n’a été fournie pour étayer ces accusations, bien que de fausses fuites au sujet de programmes secrets soient régulièrement diffusées dans la presse dominante. Récemment, un ancien responsable de la CIA a rapporté que les services de renseignements américains avaient donné foi à des documents, forgés de toutes pièces et publiés dans le Times, prétendant démontrer que l’Iran prévoyait d’expérimenter un « déclencheur à neutrons » pour une arme atomique. Cela rappelle les soit-disant tentatives de l’Irak d’acheter de l’uranium au Niger.

Au cas où quelqu’un n’ait pas saisi le parallèle, Tony Blair a martelés [ces accusations] chez nous lors de l’enquête sur l’Irak vendredi dernier. Loin de montrer des remords quant au carnage qu’il a contribué à répandre sur le peuple irakien, l’ancien premier ministre a été autorisé à transformer ce qui était supposé être un gril pour lui, en une plate-forme pour faire la promotion d’une guerre contre l’Iran.

Démontrant que le néo-conservatisme est bien vivant et en parfaite santé à Londres, Blair a essayé de traiter le fait que l’Irak n’avait aucune arme de destruction massive comme un simple question juridique, tout en adoptant la même approche à l’égard de l’Iran. Les intentions supposées [de l’Iran] et ses capacités étaient suffisants pour justifier la guerre, a-t-il insisté. Mentionnant l’Iran 58 fois, il a expliqué que la nécessité « de s’occuper » de l’Iran faisait apparaître « des questions très similaires à celles que nous discutons ».

Vous pourriez penser que les opinions d’un homme qui selon l’avis de 37% de peuple britannique, devrait être poursuivi pour crimes de guerre seraient traitées avec mépris. Mais Blair reste délégué du Quartet [Etats-Unis, Russie, Union Européenne et Nations Unies] pour le Moyen-Orient - même si durant le même temps il empoche 1 million de livres sterling par an d’un fonds d’investissements des Emirats Arabes Unis qui négocient actuellement une participation aux bénéfices de l’exploitation des réserves de pétrole irakiennes.

Il n’est pas non plus le seul à faire pression en faveur de la guerre contre l’Iran. Un autre néo-conservateur de l’ère Bush, Daniel Pipes, a écrit cette semaine que la seule façon pour Obama de sauver sa présidence était « de bombarder l’Iran » et de détruire « la capacité en armes nucléaires » de ce pays, impliquant quelques éléments un peu gênants pour les Etats-Unis comme une occupation au sol ou des victimes.


La réalité est qu’une telle attaque serait potentiellement encore plus dévastatrice que l’agression contre l’Irak. L’Iran a la capacité d’appliquer des représailles armées, à la fois directement et indirectement par ses alliés, ce qui non seulement mettrait le feu à la région mais bloquerait aussi 20% des approvisionnements mondiaux en pétrole qui transitent par le détroit d’Ormuz. Cela ferait aussi certainement reculer la possibilité d’un changement [politique] graduel de l’Iran.

L’Iran est un État autoritaire mais divisé, maintenant durement fissuré par l’opposition. Mais ce n’est pas une dictature du type de celle de Saddam Hussein. Contrairement à l’Irak, Israël, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, l’Iran n’a envahi et occupé le territoire de personne, mais elle a à ses frontières les troupes de deux puissances hostiles et dotés d’armes nucléaires. Et malgré tous les discours incendiaires de M. Ahmadinejad, ce sont les États-Unis et Israël disposant d’armes nucléaires qui maintiennent l’option d’une attaque contre l’Iran, et non l’inverse.

L’agence nucléaire des Nations Unies, l’AIEA, n’a de son côté trouvé aucune preuve que l’Iran chercherait à fabriquer des armes nucléaires, tandis que les propres agences de renseignements des Etats-Unis ont estimé que le programme suspecté d’armements avait été arrêtée en 2003, bien que cela doive maintenant être révisé vu le nouveau climat. Les dirigeants iraniens ont longtemps insisté sur le fait qu’ils ne voulaient pas d’armes nucléaires, alors que beaucoup les soupçonnent de vouloir devenir une puissance nucléaire capable de produire des armes s’ils se sentent menacés. Etant donné l’histoire récente de la région, ce ne serait guère surprenant.


Pour le gouvernement américain, comme sous l’administration Bush, le vrai problème est le pouvoir indépendant que représente l’Iran dans la région la plus sensible dans le monde - dans une situation encore aggravée par la guerre en Irak. Les signaux émanant de Washington sont mélangés. Le responsable du renseignement au niveau national expliquait ce mardi que les États-Unis ne pouvaient rien faire pour empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires s’il était décidé à le faire. Peut-être que le renforcement du dispositif militaire dans le Golfe n’est qu’un bruit de bottes... La préférence est clairement pour un changement de régime, plutôt que pour une guerre.

Mais Israël est très capable d’aller de l’avant si cette option échoue, et les risques seraient élevés pour les États-Unis et ses alliés, dont la Grande-Bretagne, d’être entraînés dans les retombées d’une éventuelle attaque.

Comme on l’a compris dans le cas de l’Irak, l’opinion des boute-feu comme Blair et Pipes peut rapidement se généraliser. Si nous voulons éviter une répétition de cette catastrophe, des pressions pour empêcher la guerre avec l’Iran devraient s’appliquer dès à présent.

(JPG)
Seumas Milne

* Seumas Milne est journaliste et éditeur associé au journal britannique The Guardian


Du même auteur :

-  Mahmoud Abbas : « Je soutiens le mur égyptien » - 5 février 2010
-  
Le terrorisme est le prix à payer pour le soutien aux despotes et aux dictateurs - 10 janvier 2010

3 février 2010 - The Guardian - Vous pouvez consulter cet article à :
http://bridge.over-blog.org/ext/http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2010/feb/03/iraq-inquiry-blair-missile-shield-iran
Traduction de l’anglais : Nazem

http://bridge.over-blog.org/ext/http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=8155

 

http://bridge.over-blog.org/article-haro-sur-l-iran-45260835.html

liste complète

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages