Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 05:46




Bonjour

On doit à Arnaud de Montebourg cette perle :

"La télé publique ? C'est une machine à orchestrer la propagande gouvernementale". Protestations vertueuses du journaliste qui l'interviewait... de pure forme !

C dans l'Air se surpasse : Débat sur la guerre en Afghanistan, avec quatre libéraux atlantistes.. dont Pierre Sergent, des journalistes de Valeurs actuelles, du Point... Vous avez dit débat ? Entre partisans de la fin de l'indépendance gaullienne de la France ? Une honte ! Et on appelle ça une émission de débats....

Et on retrouve le dénommé Calvi sans son C dans l'Air cette fois, mais avec son Mots Croisés, sur FR2. Les Français souffrent, la casse sociale s'amplifie, l'indépendance nationale se meurt, la guerre menace, la Bolivie est en voie de destabilisation par l'Empire, etc etc, et calvi vient nous entretenir des naissances, mariages, divorces des célébrités. Et on appelle ça de l'information ? De qui se moque-t-on ? C'est ça, la démocratie irréprochable annoncée par Sarkozy?

Quant à Duquesne, il  programme un "Mourir pour la France" dans son Complément d'Enquête. Au service du Grand Capital militaro-financier. Petits Français, mourez pour la patrie des multinationales apatrides... faites le lit des grandes fortunes, sacrifiez votre unique existence pour permettre aux nantis de s'enrichir toujours plus !

Et savez-vous ce qu'il faut faire pour lire l'information ? Aller sur le Net, ou acheter la presse étrangère. Voilà où est tombée la France de Sarkozy... Propagande, mensonges, silences : Ce sont désormais les grandes caractéristiques de l'information aujourd'hui.  Oui, j'ai honte de mon pays avec des gens comme Calvi, Duquesne, Pujadas, Chabot, Darmon, Elkabach... la liste est longue. Ils deshonorent la presse !

Boycottons la télé, lisons les médias alternatifs !

Eva

TAGS : Net, presse, télé, propagande, Pujadas, Chabot, Duquesne, Calvi, Darmon, Elkabach, FR2, C dans l'Air, Mots croisés, Bolivie, Pierre Sergent, Afghanistan, Arnaud de Montebourg, Complément d'Enquête..



Bolivie : Mensonges ou silences !


Bolivie : le choix des mots,
le poids des faits
Claire Heukemes, Albert Verschueren  



 

 
Actuellement, « on » parle, ou plutôt les médias parlent beaucoup de ce pays oublié. La manière dont sont présentés les événements – sans être fausse – occulte néanmoins certaines réalités, comme un arbre peut cacher la forêt des faits.
Ainsi, le 11 septembre, des « affrontements » entre partisans et opposants au gouvernement auraient fait entre 4 et 8 morts, selon les organes de presse. En vérité, on dénombre une trentaine de décès. Une marche de paysans indigènes, qui utilisaient leur droit d’exprimer et de manifester leur opinion, a été prise en embuscade. L’assemblée permanente des Droits de l'Homme de Bolivie détient les preuves de la présence de tueurs à gages brésiliens et péruviens, parmi les attaquants, financés et équipés par l’opposition.
 
16 septembre 2008


Les départements « riches », surnommés « Media Luna », s’« opposent » au gouvernement de « gauche », nous explique-t-on. Pareille présentation des choses – vraiment simpliste – occulte cependant la réalité sociologique. Nous avons voyagé dans ces régions, mais nous y avons rencontré bien plus de familles démunies que de nantis.
Certes, ces zones recèlent d’importantes ressources naturelles, des terres en abondance, des hydrocarbures. Mais à qui et à combien de personnes profitent-elles ? Une centaine de clans familiaux contrôlent l'économie, l'industrie agro-alimentaire, les banques, le commerce extérieur, la plupart des moyens de communication, 25 millions d'hectares de terre … tandis que deux millions de paysans se serrent sur 5 millions d'hectares . De plus on estime que 250.000 familles ne possèdent pas de terre.
Dans le Chaco, là où se trouvent les plus gros gisements de gaz, des centaines de familles indigènes vivent dans une situation de servage, elles travaillent dans les latifundia, sans contrat de travail, sans salaire, sans papier d'identité dans leur propre pays, sans la possibilité de s’en échapper.

Par ailleurs, ce ne sont pas les « masses populaires » qui se mobilisent spontanément. Les actions, souvent très violentes, sont réalisées par de petits groupes, bien préparés et très organisés. Ceux-ci sont équipés de casques, gourdins, armes blanches et même d’armes à feu, qui sont de plus en plus souvent utilisées. Leurs « manifestations » (terme employé par les médias), s’apparentent à des opérations de commandos, dont l'ensemble semble parfaitement cohérent, planifié, et obéit à une véritable stratégie militaire. Ces groupes de choc se sont emparés de la plupart des aéroports, ont coupé des routes importantes, avant d’occuper les bâtiments des institutions publiques. Ils saccagent les rares stations de radio ou de télévision qui ne soutiennent pas l’opposition. Ce dernier élément illustre la nature fondamentalement anti-démocratique de ce mouvement. Nous assistons au déroulement des classiques phases d’un coup d’état, mais dont « on » ne dit pas le nom.

Auparavant, l'opposition « libérale » avait réussi à paralyser les principales institutions démocratiques. Les magistrats de « droite » ont démissionné de la Cour constitutionnelle, de la Cour Suprême. La Cour Nationale Électorale ne compte plus que 3 membres sur 5. Des remplaçants doivent être désignés par le Congrès, où le gouvernement détient une large majorité. Mais celui-ci est lui aussi bloqué, en raison du boycott des sénateurs de droite qui ne permet par d'atteindre le quorum requis. Ou comment saboter un régime démocratique en toute légalité…

Sur le terrain, les méthodes appliquées sont les mêmes que celles des fascistes en Europe dans les années 1930. Elles visent à faire régner la terreur. Les agressions contre les militants des mouvements indigènes et sociaux, des partis de la majorité, contre les représentants de l’État et les élus du peuple, deviennent systématiques : menaces de mort, y compris de leur famille, bastonnades, destruction de maisons, attentats à la dynamite… Des responsables, de plus en plus nombreux ont abandonné leur domicile, leur ville, et vivent dans la clandestinité. À Santa Cruz, une liste de « traîtres à abattre » (parmi lesquels figurent même des « centristes »), a été distribuée et affichée sur la place principale. Lors des grèves dites « civiques » décrétées par ces opposants, des bandes de jeunes patrouillent dans les rues, afin de contraindre la population à suivre leurs mots d’ordre. Les boutiques des récalcitrants sont incendiées. Même les marchés populaires sont attaqués. Les actions sont accompagnées d'actes de vandalisme, de l'aveu même de sources favorables à l'opposition.
Dans ces régions « riches » et « développées », les libertés élémentaires d’expression et de manifestation sont bafouées. Les assemblées ou marches des partisans du gouvernement sont réprimées violemment, non pas par les forces de l’ordre, mais par des bandes qui ressemblent de plus en plus à des organisations paramilitaires.

Bien ancré en Amérique latine, le vieil héritage culturel raciste anti-indien, débouche sur de nouvelles dérives allant du harcèlement verbal à la persécution physique. Les insultes fleurissent jusque dans les discours des responsables politiques de l’opposition (« mal nés, macaques, ordures… »). Comme au bon vieux temps des colonies et jusque dans les années 1950, les Indiens ne peuvent plus traverser la « Gran plaza » de certaines villes. À Sucre on a même pu assister à des scènes d’humiliation publique, avec coups et blessures, devant un rassemblement de foule. Les plus extrémistes appellent à expulser les « indiens de merde », et appellent ouvertement au meurtre. Avant que les choses ne s’aggravent encore, il faut dénoncer un risque d'épuration ethnique dans la Media Luna.

Facteur d’autant plus inquiétant : certaines autorités locales (municipalité de Sucre), départementales (Santa Cruz par exemple), des magistrats, des responsables politiques d’opposition, voire certains recteurs d'université, laissent faire, tandis que d’autres incitent, voire financent ou participent aux agressions et attentats.
La passivité de la police, des autorités judiciaires, est sidérante. Les auteurs de ces agressions et actes de vandalisme ne sont quasi jamais poursuivis, alors que des témoignages, des photos de presse, des reportages permettent de les identifier clairement.
Dans les faits, on peut en conclure que l’état de droit y a disparu dans cinq départements sur neuf. « On » parle d’un risque de « dictature » en Bolivie, qui serait instaurée par le président indien Evo Morales Ayma, reconduit dans ses fonctions lors d’un référendum révocatoire le 10 août dernier avec… plus de 67 % des suffrages. Toutefois, ce n’est plus un risque, c’est déjà une réalité, mais dans des zones contrôlées par l’opposition qu’« on » dit « libérale ».

« On » parle d’Autonomie. Ce terme, a priori suscite plutôt la sympathie. Il s’agirait apparemment de la principale revendication des départements des plaines. « On » sous-entend par la même occasion que le gouvernement est hostile à la décentralisation. Or le projet de nouvelle constitution, violemment rejeté par l’opposition (y compris par de véritables batailles de rues et un climat insurrectionnel), instaure quatre niveaux d’autonomie : départementale (comme l’exige l’opposition), provinciale (des subdivisions des départements), municipales, et des territoires de peuples premiers, c’est à dire des gens qui vivaient dans ce pays avant son invasion par les Européens. Ce texte reconnaît l’existence de territoires autochtones autogérés. Nous sommes donc en présence non pas de revendications d’autonomie face à l’« étatisme » du gouvernement, mais en présence de deux modèles différents d’autonomie : celui de la nouvelle constitution, riche et fondé sur la diversité culturelle, et celui de l’opposition « libérale », qui équivaut à réintroduire un nouveau centralisme, départemental.

Il reste à définir à qui profiterait ce dernier. Très symboliquement, les locaux de l'INRA (l'Institut national de la Réforme agraire), sont pris d'assaut. Concrètement cela signifie que les premiers acquis de la réforme agraire et la délimitation des terres indigènes sont enterrés.
Significativement aussi, le principal « front » se situe dans le Chaco (département de Tarija, sud), où se trouvent les principaux gisements de gaz. Les préfets en exigent le versement des revenus aux départements, sans toutefois préciser leur future affectation. Le gouvernement quant à lui les utilise déjà, entre autre, pour financer une rente aux personnes âgées, dans un pays où la sécurité sociale est inconnue pour la plupart des gens.
Nous assistons donc en réalité à une guerre pour la terre, les territoires autochtones , et les hydrocarbures. Voilà ce que masquent les revendications d’« autonomie départementale » avancées par l'opposition : bloquer les réformes sociales, la redistribution des richesses et des terres. Bref, défendre les privilèges de l'oligarchie qui détenait tous les pouvoirs.

Pour terminer, nous ne pouvons ignorer le contexte international, car l'affaire dépasse largement les frontières de la Bolivie. Là où se trouve du pétrole, les États-Unis ne sont jamais bien loin… Certes, nous ne détenons nous-même pas les preuves d'une implication directe de l’ambassadeur américain dans le déclenchement des troubles, même s'il a tenu des réunions avec les principaux leaders de droite ces dernières semaines. Ce qui est cependant certain, c'est que les États-Unis soutiennent et conseillent des organisations proches de l’opposition à travers l’USAID (agence américaine pour l’aide au développement) et une multitudes d’ONG. Le président Correa de l’Équateur vient de déclarer que les pays d'Amérique du Sud, solidaires avec le gouvernement légitime de Bolivie, ne toléreront pas une balkanisation de la région. Du point de vue historique, les tentatives de séparatisme en Bolivie rappellent en effet dangereusement les manœuvres qui ont conduit à l’éclatement de la Yougoslavie, et son cortège de guerres civiles, massacres et atrocités.

Certes, il ne nous appartient pas de juger la politique du gouvernement bolivien. Nous constatons simplement que, depuis plus d'un an, il a refusé de recourir à la force et ce jusqu'au 5 septembre dernier, (instauration de l'état de siège dans le département du Pando, pour stopper le massacre des paysans indiens). Depuis le mois d'août 2007, la droite utilise des méthodes de plus en plus violentes, pour bloquer le fonctionnement des institutions démocratiques, dont l'Assemblée Constituante élue par la population. Après avoir subi un net revers électoral, elle tente à présent un coup d'état fascisant. Belle leçon de "libéralisme"…

En espérant, comme les Républicains espagnols en 1936 que : "no pasaran". Car l'histoire nous enseigne que, chaque fois qu'ils sont passés, les conséquences ont été dramatiques.


Claire Heukemes et Albert Verschueren, historien.
 http://www.michelcollon.info/articles.php?dateaccess=2008-09-17%2018:11:28&log=invites



Medias-mensonges au Pakistan



Un attentat d’une violence sans précédent dans le pays a ravagé l’hôtel Marriott d’Islamabad, le 21 septembre 2008. Un camion piégé, contenant une puissance explosive estimée à au moins 600 kg de TNT et diverses munitions, a creusé un vaste cratère, tué plus de 60 personnes et blessé plus de 226 autres. Commentant l’événement à la télévision, le rédacteur en chef du Daily Times a déclaré : « C’est le 11-Septembre du Pakistan ». Ce cri a été repris par l’ensemble des agences de presse occidentales. Bien qu’il n’ait pas été revendiqué, l’attentat a été attribué par les autorités à la mouvance Al-Qaida. En réaction, le président Zardari a annoncé qu’il ne renoncerait pas et intensifierait sa lutte contre le terrorisme.

 

Replacés dans leur contexte, ces événements n’ont malheureusement rien de surprenant.

Dans la foulée de l’effondrement de l’Union soviétique et de l’indépendance des États d’Asie centrale, les grandes compagnies pétrolières occidentales ont multiplié les plans pour exploiter les hydrocarbures du Bassin caspien. La firme californienne UNOCAL a porté deux vastes projets. Le premier (dit BTC) devait relier la Caspienne à la Mer noire en passant par l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie, notamment avec l’aide du britannique BP ; le second devait relier la Caspienne à l’Océan indien via le Turkmenistan, l’Afghanistan et le Pakistan, principalement avec l’aide du saoudien Delta Oil. Suite à .

http://www.alterinfo.net/-L-attentat-d-Islamabad,-c-est-le-11-Septembre-du-Pakistan-Acculee-en-Afghanistan,-l-OTAN-organise-un-attentat-au_a24132.html?PHPSESSID=d058abf044caa08bc56bc9ee8576a2cb

    

Silence médias sur ce qui se prépare (manoeuvres aériennes etc)

 
http://r-sistons.over-blog.com/article-23065360.html



Silences médias en ce qui concerne les OGM contraceptifs, l'eugénisme etc

http://r-sistons.over-blog.com/article-23051152.html




C O M M EN T A I R E S  :  I C I
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 06:57


http://laplote.over-blog.fr/

Les médias ont...
mauvaise presse !!!


21 septembre, journée mondiale pour la paix

propositions d'actions contre les médias


En ce qui concerne les médias et leurs faire valoir, nous avons pensé à des actions quotidiennes, visant à faire naître une étincelle de conscience chez les pseudo journalistes . Il s’agirait d’aller les attendre à la sortie des studios de télévision  et de simplement gronder sur leur passage, afin de créer un malaise que même la prise de béta bloquant ne saurait empêcher. Il est impératif de tourmenter ces véhicules du mensonge, de la propagande aux ordres de l’oligarchie financière mondiale .

Le traitement de l’information sur le 11 septembre 2001 nous prouve bien que ces « journalistes » sont payés pour matraquer des formules éculées qu‘aucune preuve tangible ne vient jamais étayer . Alors que des voix chaque jour plus nombreuses s’élèvent pour dénoncer le mensonge, en s’appuyant sur des arguments que la logique ne peut démentir et que des demandes d’enquête sont vivement souhaitées, ces « journalistes » qui ne craignent pas le ridicule, s’évertuent à continuer de promulguer leur scénario diabolique .


Mais, comme dit le proverbe,  « le temps met la vérité au jour » .

Depuis l’année dernière, les ennemis de l’occident ont de nouveaux visages . Ils se nomment Russie, Chine, Venezuela, Bolivie, Equateur…L’Iran est toujours aussi diabolisée , en vue d’une attaque conjointe d’Israël et des Etats-Unis, pourtant d’un point de vue logistique inenvisageable . Mais tout semble indiquer que ces belligérants sont prêts à attaquer, appuyés par leurs fidèles valets . Profiteront-ils de la débandade financière pour agir ?


La politique étrangère de la France, hélas mal orientée, s’accroche au wagon israélien et anglo-saxon, alors que d’autres alliances permettraient d’envisager notre avenir avec plus de sérénité .

Le conflit éclair Géorgie/Ossétie du sud nous a permis de voir apparaître l’émergence d’un nouvel équilibre des forces, assuré par la renaissance d’un monde multipolaire, écrasant la puissance arrogante du monstre « anglo usraélien » . L’organisation d’un contre pouvoir est indispensable à la survie de l’humanité . Nous ne pouvons et ne devons pas nous laisser entraîner dans une spirale infernale de guerre permanente contre le terrorisme que le pouvoir occulte met en place selon un programme bien déterminé et qui fera de nous tous des esclaves.

 

L’Europe et la Russie devraient former une entité non seulement géographique, mais aussi économique, sociale et stratégique, comme le préconisait le Général de Gaulle en son temps, « de l’Atlantique à l’Oural » , afin de contrer l’hégémonie du triumvirat…

Au nom de la Paix, il est temps de redéfinir les valeurs communes de l’humanité pour faire face à la révolution conservatrice mondiale . Etablir la Paix est un préalable à l’Harmonie universelle ; pour cela notre qualité de présence est indispensable .


Heureusement, la prise de conscience d’un nombre d’hommes et de femmes de la nécessité d’établir une Paix durable partout sur la terre, afin de pouvoir répondre plus efficacement aux énormes problèmes d’ordre sociaux, économiques, environnementaux se développe de manière exponentielle .
 

La Paix doit être envisagée, non pas en tant qu’accalmie entre deux guerres, mais comme un véritable mode de vie .

 

Association imagine la Paix


_______________________________________________________________________________________



 

Propos de Poutine après la tragédie de Beslan,
naturellement passés sous silence
par les media "occidentaux".
inv
On ne peut être plus clair sur les enjeux qui déterminent la politique actuelle de la Russie vis à vis des Etats-Unis et de l'OTAN. Ces propos de Poutine ont été tenus après la tragédie de Beslan. La presse occidentale n'en a naturellement rien dit à l'époque.


http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkkEAuEFuZhbnWdFOP.shtml


Financial Collapse and Destructive War


by J. R. Nyquist

Weekly Column Published: 09.19.2008

Print

I took a break while working on this column and read an email which contained the following phrase: “several U.S. Treasury charts are not unlike what you see before a country goes into default.” The email writer noted, “That really would be ‘game over’ for the United States. “

If the United States went bankrupt the following sequence would occur: The U.S. government would lose its credibility, the country’s currency would fail and imports could not be maintained – especially oil imports. There would be shortages. But the sequence doesn’t end with shortages. It doesn’t end with mere economic loss. When the financial structure collapses, the national security structure collapses. Then nothing will restrain the military power of Russia and China.

A few days ago Russia’s representative to NATO, Dimitry Rogozin, made a striking statement. He warned that the Europeans risk war if Georgia joins the alliance. “We will terminate all contact with NATO because we cannot cooperate with an organization which supports an aggressor against us. If NATO makes another mistake in its relations with the East, we will be unable to continue our relations. Our people will not understand. For us, it is a ‘red line.’” He then characterized Mikhail Saakashvili as a war criminal and “puppet of the United States.” Rogozin warned that Europe should stay out of the “somebody else’s war, which is a war against Russia.”

What did Rogozin mean by this? If the Europeans know what is good for them, they will leave the Americans to fend for themselves. In other words – Europe must break with the United States. The real conflict is between Russia and America. Europe need not get involved. The Kremlin’s position was clarified recently by Prime Minister Putin. He said that George Bush was a good man, but that George Bush was no longer in charge of the U.S. government. Evil advisors have taken over in Washington, and these must be dealt with.

If you follow Russia closely, and listen to the words of Russian leaders, then you know that there is a low-level war being fought between Russia and America. In fact, it is a war of national survival and Russia is determined to prevail. This has not been stated directly, but was indirectly alluded to by Vladimir Putin when he spoke to the Russian people after the Beslan massacre in 2004.  “Despite all the difficulties,” said Putin in a televised speech, “we have managed to preserve the core of the colossus that was the Soviet Union.” And that core has come under attack. “Someone” wants to destroy what remains of the USSR.

The Russian leadership is consistent in its policy. Talk of Russia’s “partnership” with America has always been a smokescreen. The Kremlin seeks to justify future military action against the United States and has long been building a case. The Kremlin wants America cut off from its allies, and has patiently waited for the advent of financial collapse as the signal to push hard for Europe’s neutrality. As explained in previous columns, this is the basis of Russia’s recent turn of policy.

“Some want to cut a juicy morsel from us,” said Putin in 2004, referring to the oil-rich Caucasus region. “Others are helping them. They are helping because they believe that, as one of the world’s major nuclear powers, Russia still poses a threat to them, and therefore this threat must be removed. And terrorism, of course, is only a tool for achieving these goals.” They want to break the back of the Russian state. They want to deprive Russia of its nuclear arsenal because it “still” threatens them. “This is a challenge to the whole of Russia,” Putin explained, “to the whole of our people. This is an attack on our country.” The plan is to “intimidate” Russia with “inhuman cruelty,” to “paralyze our will and demoralize our society.” The Russian president added: “It would appear that we have a choice of resisting them or agreeing to their claims, surrendering or allowing them to destroy and split Russia….”

It is a case of kill or be killed, split or be split. Russia is therefore at war with America. “One cannot fail to see the obvious,” said Putin. “We are not just dealing with separate actions aimed at frightening us, or separate terrorist sorties. We are dealing with direct intervention by way of terrorism against Russia, with total, cruel and full-scale war in which our compatriots die again and again.”

Putin is lying, of course. He knows that the wars of the Caucasus were contrived by the Russian General Staff and the KGB. The Kremlin has long operated on the basis of a secret policy. This policy includes the retreat from ideology, the abdication of the Communist Party and false liberalization. KGB defector Anatoliy Golitsyn described this secret policy five years before the Berlin Wall came down, warning that a long-range strategy had been jointly agreed upon by Russia and China in 1960. He outlined the details of the planned collapse of Communism: including the unification of Germany, the elimination of the Warsaw Pact and the push for European neutrality at the outset of a renewed Cold War. To be sure, no policy works exactly as the planners envisioned. There were setbacks and delays. But the objective of the conspiracy remains. It is global revolution. This was Lenin’s conception. This was also the rationale of the Soviet state and the mission of the KGB.

The collapse of the Soviet Union was conceived as a strategic maneuver in the late 1950s. It was discussed by KGB Chairman Alexander Shelepin at a secret meeting in 1959. The KGB infiltrated and financed various dissident movements inside the Soviet Bloc. The future role of these movements was clear. A period of fake democracy would be initiated and the West would be “put to sleep.” The Communists in the East denied their faith publicly. They repeated Lenin’s New Economic Policy with a straight face and their hands out.

When Communism lost its official standing in Russia, the Communists discovered the feebleness of their revolutionary order. They discovered that fraud is a two-way street. The party bosses weren’t the only ones who could steal, cheat and lie. The reality of the Soviet economy was, in part, expressed in a simple formula: “We pretend to work and they pretend to pay us.” A fraudulent system engenders a fraudulent citizenry and a hollow center. The Soviet public suspected the official ideology was rotten with lies; so once the bankruptcy of the system was publicly admitted the people were confirmed in their cynicism. Besides this, they never really cared about class struggle. The ruling ideology was not theirs. They did not choose it willingly, or embrace it enthusiastically. It was imposed on them by Lenin and Stalin. Only a sub-faction within the aspiring cadre of the Communist Party Soviet Union appreciated Marxist concepts. For such people, Communist ideas signified foreknowledge and power. It was the science and method, pure and rigorous, of global revolutionary conquest. It was a method of seizing power, winning wars and crushing enemies. That is why Mao Zedong scoffed at the atomic bomb. Weapons don’t decide everything, he said. Man decides what happens, and men are guided by ideas, and the ideas of Marx and Lenin are “more powerful than a machine gun,” and more destructive than the atomic bomb.

To understand the power of Communist ideas we must come to terms with the emergence of the modern nihilistic misfit and his special brand of narcissistic megalomania. Lenin once wrote that there is no such thing as Communist dogma. This statement may confuse the party idiots, but it clarifies the real situation for the politically perceptive. The apparent abdication of the Communists during the period 1989-91 was a subterfuge long in the making. It was conceivable by the strategists in Moscow because the framework of their ideology involved the integration of sociology, economics and psychology with politics and war. It represented the science of “divide and conquer” carried to perfection.

Today the name of Hitler has become a caricature. In our mind’s eye we see the carpet-chewing megalomaniac foaming at the mouth, screaming hate before demented crowds, parading around with goose-stepping soldiers. We call Hitler a “madman” and dismiss him as an aberration. We fool ourselves by thinking there is nobody like him today. But the leaders in Moscow and Beijing are more cunning and better equipped for mass extermination than Hitler ever was. The leaders of the totalitarian countries, behind the façade of liberal reform, are serial killers imprinted with an impulse to butchery. They want more victims, and they want the victims piled ever higher. These are the blood-proofs of their power, and the ultimate assurance of longed-for preeminence.

If the ancient Romans destroyed Carthage without nuclear weapons, without modern instruments of war, what will Moscow and Beijing do to the United States when America is paralyzed by financial collapse? Again and again I am asked the question: Why would the leaders of Russia or China want to destroy the United States? One might as well ask why Hitler sought the destruction of the Jews. Why did Genghis Khan exterminate entire cities and depopulate entire regions of the earth? You say that these are the acts of “madmen.” But history is populated with madmen.

Everyone can see that Lenin’s successors have refused to bury him. They buried Stalin. They buried Khrushchev. They buried everyone in the country. But they refuse to bury Lenin. He lays in state, in his mausoleum, the great symbol of Communism’s persistence and the KGB’s ongoing mission. The cadre stays the course. The dynamos continue to propel the great engine of destruction. They are there, wearing their masks – in league with their comrades around the globe (in Cuba, in Venezuela, in Bolivia, in South Africa, in Congo, in the American universities). Only when they bury Lenin, only when the Red Tsar is laid to rest, should we accept the death of Communism as an authentic happening in Russia. You see, it doesn’t matter if one percent of a country actually adheres to something. If that one percent is driven to dominate, if that one percent guides the machine, if that one percent makes policy and follows the same old strategy, then the rest are fodder. They are grist for a terrible mill. Ideas are decisive in every system, even if those ideas are a rationale for mass murder, even if those ideas only appeal to thieves and murderers. The killer has an impulse to kill, the tyrant to tyrannize and the warmonger to make war. Vladimir Putin has referred to himself as a “Soviet person.” He has publicly decried the fall of the Soviet Union. He has overseen the return of Soviet symbols to the Russian military, the rebuilding and modernization of key elements of the old Soviet war machine. Whether he is a true tsar or the public face of a secret ruling group, the spirit of Lenin bleeds through his cold Napoleonic façade.

America’s financial collapse threatens to uncork the totalitarian genie from its bottle. I believe it is too late to stop the worst from happening. The sequence has begun. The Kremlin knew that a financial crash was about to take place. They’ve been waiting on it. They are prepared to exploit it. And the Americans are completely oblivious.  They are utterly unprepared. 

http://www.financialsense.com/stormwatch/geo/pastanalysis/2008/0919.html


 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 08:20
 
arton4006.jpg

Alerte, médiamensonges !




http://www.michelcollon.info/archives_articles.php?log=attentionm



Peut-on parler de démocratie si nos infos sont déformées, voire contrôlées ?
Des infos, analyses, commentaires - à l'état brut - pour contrôler nos médias.
Voir aussi : | Livre « Attention, médias ! » | Rubrique test-médias |
Envoyez votre témoignage !
4x4blank.gif
Jean-Luc Mélenchon - Les médias et la Géorgie
Philippe Arnaud - Au secours, les Russes reviennent !
Gilles Deleuze - A propos des nouveaux philosophes et d’un problème plus général
CAPJPO-EuroPalestine - La chasse aux sorcières s¹amplifie : Richard Labévière licencié de RFI
Luc Delval - Sarkozy et le médiamensonge afghan
Julien Martin, Pascal Riché et David Servenay - BHL n'a pas vu toutes ses "choses vues" en Géorgie
- Soutenir Siné
Colin - Irlande: un de nos lecteurs décode France Culture
Jeremy Bigwood - Comment les États-Unis financent des organes de la presse mondiale pour acheter une influence médiatique.
Jacques-Marie Bourget - RSF, les banlieues, et la liberté de la presse
Marine - Française vivant en Chine, j'ai été très choquée par la couverture médiatique
Marc-Antoine Coppo - Le Monde, la Serbie et l'UE
Jean-Guy Allard - RSF et Ménard impliqués dans un scandale de corruption
Bernard Langlois - Le Proche-Orient pour les nuls
Le Plan B - Des journalistes mentent aussi sur Internet
Peter Franssen - Que s'est-il vraiment passé à Lhassa ? Journalistes et touristes disent autre chose.
Andy Worthington - Les médias ont créé une version imaginaire de la guerre en Afghanistan
Mick Napier - Attentat à Jérusalem : ce n'était pas n'importe quelle "école"
Greg Palast - Les 300 millions $ de Chavez aux FARC : une invention
Diana Johnstone - Le Kosovo : une colonie de l’Otan dans le Nouvel Ordre Mondial
Marco Van Hees - Quand un ministre des Finances aide les fraudeurs, les médias en parlent-ils?
Romain Migus - Le Journal Le Monde et la propagande de guerre étasunienne
Bernard Hennebert - Comment sauver la télé publique en Belgique ?
Salim Lamrani - Quand Washington dément ce que prétend Reporters sans Frontières
Romain Migus - Le Bon, La Brute et le Truand
John Pilger - Freedom Next Time
Elisabeth Martens - Spécial Tibet, le défi à la Chine
Activista - A propos du petit Emmanuel, les FARC ne mentaient pas
Jean Paul Desimpelaere - "La Chine force les nomades tibétains à habiter en ville” : info ou intox ?
Jorge Alonso - Particratie contre médiacratie : un accrochage significatif
Laure Lugon Zugravu - L'humanitaire est un très gros business
Maxime Vivas - Chávez et la Kalachnikov du plébiscite
Salim Lamrani - Pourquoi Reporters sans frontières s'acharne contre Hugo Chavez
Vincent Présumey - Le Monde : haro sur les grévistes !
Philippe Bach - SNCF, RATP : les médias briseurs de grève
Maxime Vivas - La face cachée de Reporters sans Frontières
Romain Migus - Chavez - Juan Carlos : les phrases censurées par Le Monde et autres médias européens
Maxime Vivas - Le curieux classement de Reporters sans Frontières
Appel - Trop indépendant, le CSA ?
Jacques-Marie Bourget - Israël tire sur un journaliste français et refuse de coopérer à l'enquête
Etienne Rondeleux - Comment les médias nous préparent à la prochaine guerre contre l’Iran
Alexis Berg et Dominique Vidal - Israël : même de Gaulle était isolé...
Thierry Meyssan - "Ahmadinejehad veut rayer Israël de la carte" Info ou intox ?
Giulietto Chiesa - Si ponctuel, ce Ben Laden !
Daniel Mermet - Nous avons tous passé l'été avec lui
Brendan O Neill - La Coalition "Sauvez le Darfour" condamnée pour publicité mensongère
Grégoire Seither - Pétition iranienne : les traces remontent vers la CIA - N SA
Réseau Voltaire - "L'Iran s'apprête à exécuter plusieurs homosexuels" Info ou intox ?
Thierry Deronne - Réponse au Monde à propos de "Chavez fait son cinéma"
Marc Moulin - L'éducation aux médias, ha, ha, ha
Grégoire Seither - "Sauvez deux personnes de la lapidation" ? Faux mails, fausses pétitions, vraies manips.
Rosa Miriam Elizalde - Internet, Chavez et Cuba : dix médiamensonges
Benito Perez - Michel Collon : «Le pluralisme des médias progresse au Venezuela»
Thierry Deronne - Les rues du Sud
Romain Migus - Cher Monsieur Paranagua...
Maxime Vivas - Les dessous du cirque européen contre Chavez
Romain Migus - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis
Bernard Cassen - Désinformation sur le Venezuela
Mark Weisbrot - La désinformation économique joue un rôle majeur dans l’élection française
Appel des 100 - Davantage de pub à la télé ? Que le débat ne soit plus confisqué à la population !
Wim de Neuter - Proche-Orient et médias : un journaliste explique pourquoi il renonce
Jean-Michel Cros - Comment travaillent ces journalistes
Véronique Hummel - Vanessa Stojilkovic dérange les médias
Ignacio Ramonet - Pourquoi les médias français boycottent mon livre sur Castro
Les mots sont importants - Charlie Sarkozy et Nico Hebdo
Nonasarko.com - Nicolas Sarkozy ou la collusion avec les grands patrons (de presse)
Salim Lamrani - Reporters sans Frontières en guerre contre le Venezuela
Aline de Diéguez - Analyse d'un édito de Guetta, journaliste sans mémoire (France-Inter)
-
Alexandre Lamiaud - Les médias nous imposent-ils réellement Ségolène et Sarkozy ?
Thierry Deronne - Les mensonges du Monde à propos du Venezuela
Stop USA - La question non posée : pourquoi a-t-il été pendu ?
Curtis F.J. Doebbler - Un avocat de Saddam Hussein accuse les médias occidentaux
Jean Bricmont - Blair recopié sans problème : "Mentez, mentez..."
Danielle Bleitrach - Je ne sais rien sur Cuba ni sur Fidel Castro, mais moi je sais que je ne sais rien
Mohammed El Oifi - Voyage au cœur des quotidiens panarabes
Bernard Hennebert - Le débat sur la pub confisqué par la RTBF
Jacques Richaud - Redeker et les médias : il n'y a jamais eu de fatwa!
Marc-Antoine Coppo - Redeker, un philosophe "voltairien" vraiment?
Bernard Hennebert - RTBF : à quand de vraies émissions de médiation ?
Association des Journalistes - Indépendants, ces journalistes ? Témoignages de pigistes surexploités
Salim Lamrani - Reporters sans Frontières osera-t-il publier cette réponse ?
Respire - RTBP : Radio Télévision Bourrée de Pub
Associated Press - 10 journalistes US touchaient des pots-de-vin du gouvernement pour écrire contre Cuba
Romain Migus - Le Monde s´ouvre la voie de la désinformation à vie
François Bayrou - Médias et intérêts financiers orchestrent l'élection présidentielle
L'équipe de "Là-bas si j'y suis" - Désolé, on continue !
Philippe Le Roux - Pourquoi nier l'impact du blocus sur Cuba ?
Jonathan Cook - Le rôle des médias dans la guerre d'Israël
Ed Herman - USA "prêts à négocier avec l'Iran" ? Les médias feignent d'y croire.
George Galloway - Défi aux médias
Maxime Vivas - La presse et Cuba
Roger Assaf - Messieurs de TF1
Assawra - 10 commandements pour le bon usage des médias
Réseau Voltaire - Les médias ont caché le lieu de la capture
Paul Vanlerberghe - Lagardère, July, Paris-Match : le dessous des affaires
Abel Prieto - Les buts politiques des médiamensonges contre Cuba
Fidel Castro - Réponse à Forbes
Philippe Le Roux - La supercherie de la "fortune" de Castro
John Pilger - "Pour l'instant, on prépare le public"
Leila - Pasolini, la télévision et l'asservissement des dominés
Jorge Palma - Criminaliser la solidarité et la défense du droit
Jérôme Rivollet - « Chávez a compris que la critique est nécessaire à la révolution »
Silvia Cattori - Jacques Vergès : "Un jour l'opinion se réveillera"
Ed Herman - Comparaison des "bons massacres" et des "mauvais massacres"
Cismigiu - Samedi, j'étais en famille, et je regardais France 5...
John Pilger - Channel 4 prépare les esprits à une invasion du Venezuela
Andrew Buncombe - Oh, qu’elle est belle, la guerre !
Philippe Le Roux - La dépêche AFP que vous ne lirez pas
Maxime Vivas - Polémique : RSF payé par la CIA et les multinationales ?
Georges Gastaud - La France n'est pas la Biélorussie
Viktor Dedaj - Cuba et les truqueurs masqués de Canal +
Ed Herman - 12 principes de propagande de guerre appliqués à l'Iran
Réseau Voltaire - L'accusé Milosevic est mort, la presse peut rendre le verdict
Donald Rumsfeld - Le Pentagone prépare sa guerre Internet
Neta Golan - "Rappelez-nous quand il sera mort" ou la non-info
Miami Herald - Comment les USA forment les journalistes cubains "indépendants"
Omar Benderra et Houria Bouteldja - Charlie-Hebdo, islamophobie à la française et "néo-doriotisme"
Maxime Vivas - Enivré par l'odeur des $, RSF a "égaré" un journaliste
Salim Lamrani - Le cas des vrais-faux exilés politiques cubains
Euro-Palestine - "Musulmans déchaînés à Naplouse" : des images mises en scène ?
Garry Leech - Colombie, drogue, guerre et propagande
Roland Marounek - Petite manip classique sur le Hamas
Maxime Vivas - Procès contre Chavez : Libé persiste et signe à un plus haut niveau
Salim Lamrani - Pourquoi RSF se tait-elle sur ce journaliste torturé ?
Ed Herman, etc. - Analyse des événements de Srebrenica
Ed Herman, etc. - Le dossier caché de Srebrenica
Marie-José Cloiseau - Libé ne désarme pas
- L'ambassade du Venezuela dément Libé
- La communauté juive de Caracas dément Libé
Romain Migus - Chavez, antisémitisme et campagne de désinformation
Michel Collon - Les 5 règles de la propagande de guerre
Viktor Dedaj - Ma lettre au Centre Simon Wiesenthal
Un journaliste français proteste contre la manipulation commise par le Centre Wiesenthal - Ma lettre au Centre Simon Wiesenthal
Bernard Hennebert - La télé, la pub, les enfants
Justin Delacour - Médias US Anti-Chavez : la Fabrication du Mensonge
Leila - BHL, les patrons et les médias
Fouad Laroui - Al Jazira, du mythe à la réalité
Geoffrey Geuens - Médias, économie et société
Robert Fisk - Al-Jazeera, une cible ? Pas étonnant!
John Pilger - Ces journalistes qui protègent "notre camp"
Michel Collon - Médias et pillards : le jeu des 2 erreurs
Marcel Trillat - Les choristes du "Oui
G.L. - Lettre à, et réponse de, la médiatrice de France 3 sur la censure du Non
Journalistes de France 2, France 3... - Le Non censuré dans les médias, ça suffit!
Marc-Antoine Coppo - Au commencement fut le mensonge
Alexandre Lamiaud - Kirghizstan : France 2 derrière Bush
Marie-José Cloiseau - Chavez et les médias français
William Bowles - Zarquaoui ? La BBC, première propagandiste de l’Empire
Dahr Jamail - Les médias tenus pour coupables de duperie
Marc-Antoine Coppo - Ukraine : les sirènes médiatiques de l'Occident
Maxime Vivas - Les otages, Reporters Sans Frontières et l’US Army
Mail - 1989 : Timisoara (Roumanie) - 1999 : Racak (Kosovo)
Marc-Antoine Coppo - Le Monde, Milosevic et les libéraux de choc
Maxime Vivas - Mais qui tue les journalistes ?
John Pilger - IRAK : l'impensable devient banal
Madeleine Bunting - Fallujah – On n’entendra pas les cris
Oulala.net / Judith - IVe rencontre internationale des reporters de guerre
Danielle Bleitrach - France 2, Fidel Castro et le peuple cubain
Mail - Manifs anti RSF censurées à France 3
Gilles Martin - Exécutions et médiamensonges en Irak
PIF Gadget / Réseau Voltaire - Le drame du Darfour, deux explications
FAIR - March on the Media in New York (English)
Danielle Bleitrach - Venezuela, Cuba, Irak
Thierry Deronne / Maurice Lemoine - Misère du journalisme face au Venezuela
Mail - Réponse à L’Express « Les mouroirs de Cuba »
Euro-Palestine - Agression du RER D : des excuses, svp !
Gilles Martin - Schneidermann et le génocide rwandais
AFP / Michel Collon - Des «civils» ? Ce que dit une dépêche AFP...
Jean-Guy Allard - Qui est Robert Ménard (Reporters sans Frontières) ?
Philippe Scheller - CIA, syndicats suisses et la guerre de l'information...
Périphéries - Quand les mots tuent


http://www.michelcollon.info/archives_articles.php?log=attentionm
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 08:54


France Télévisions :
une mobilisation s'organise
NOUVELOBS.COM | 10.09.2008 | 17:10

Les leaders syndicaux ont invité le personnel à rester vigilant et à se préparer à manifester en octobre et novembre. Le projet de suppression de la publicité doit être adopté par le gouvernement le 8 octobre, et soumis à l'Assemblée nationale le 18 novembre.



(c) Sipa

Les syndicats de France Télévisions ont appelé mercredi 10 septembre à une mobilisation contre le projet de loi du gouvernement sur l'audiovisuel public, même si  le texte n'a pas encore été adopté par le conseil des ministres. La suppression de la publicité après 20h est prévue pour le 1er janvier 2009, tandis que la suppression totale doit intervenir fin novembre 2011.
A l'occasion d'une assemblée générale qui a réuni une centaine de personnes mercredi dans le hall de France Télévisions, à Paris, les leaders des différents syndicats (SNRT-CGT, CFDT, CFTC, FO, SNJ, SUD, CSA, SITR, SRCTA/UNSA, SNJ-CGT) ont invité le personnel du groupe public à rester vigilant et à se préparer à manifester en octobre et novembre.

Accords collectifs "remis en question"

Selon Carole Petit, déléguée SNJ, les différents accords collectifs qui régissent les différentes catégories de personnel et les différentes sociétés de France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5, France ô) vont "être remis en question dans le cadre du changement juridique".
Le projet de loi prévoit notamment de transformer France Télévisions en entreprise unique et de supprimer ainsi les différentes sociétés qui composent la holding actuelle.
"Nous serons de toute façon dans la rue et vraisemblablement en grève le 18 novembre devant l'Assemblée nationale pour aller rappeler aux députés et aux sénateurs qu'ils ne casseront pas l'audiovisuel public contre nous", a indiqué pour sa part Jean-François Téaldi, du SNJ-CGT.
Le projet de loi sur l'audiovisuel public, actuellement entre les mains du Premier ministre, doit être présenté au Conseil d'Etat avant d'être adopté par le Conseil des ministres.

Nouvelles taxes


Selon le ministère de la Culture et de la Communication, le projet devrait être adopté par le gouvernement le 8 octobre prochain, de façon à être soumis à l'examen de l'Assemblée nationale à partir du 18 novembre.
Par ailleurs, l'intersyndicale de l'audiovisuel public doit se rendre jeudi à Bruxelles pour y rencontrer les services de la commission européenne et les interroger sur les taxes que le gouvernement se propose d'imposer aux chaînes privées, aux opérateurs de télécoms et aux fournisseurs d'accès internet pour compenser la suppression des recettes publicitaires du service public.
Selon l'intersyndicale, ces taxes sont contraires au droit européen de la concurrence et devrait être rejetées par la commission.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/medias/audiovisuel/20080910.OBS0795/france_
televisions__une_mobilisation_sorganise.html




Les amis du Président

Propriétaires de chaînes de télévision, grands patrons qui passent des marchés avec l'Etat, vedettes du show-biz... Le chef de l'Etat en a beaucoup, d'amis ! L'impudence tranquille avec laquelle il intervient dans les dossiers qui les concernent frise la provocation... et fait naître des soupçons

Mon premier, Christian Clavier, fut l'un des «visiteurs» de Nicolas Sarkozy au Fouquet's, le soir du second tour de l'élection présidentielle. Mon second, Frédéric Péchenard, est un ami d'enfance du président. Mon premier est tout, sauf un emmerdeur : «Clavier n'appelle pas Nicolas pour un oui ou pour un non, contrairement à d'autres», soupire un conseiller élyséen. Mon second est unanimement considéré comme un grand flic, mais sa promotion fulgurante à la direction générale de la Police nationale a fait jaser : la faveur du prince n'y était pas étrangère. Mon premier a vu le jardin de sa villa corse envahi par une cinquantaine de nationalistes le 30 août. Scandalisé, il n'en a pas téléphoné à son ami le président pour autant. Mais celui-ci l'a appelé, et le coordonateur des services de sécurité de l'île, Dominique Rossi, s'est retrouvé muté à Paris. Qui est venu défendre cette sanction le 4 septembre sur RTL ? Mon second. Rossi a commis «une faute professionnelle», a estimé Frédéric Péchenard, avant d'assurer qu'il avait lui-même «décidé de nommer [Rossi] à ITGPN», le cimetière des éléphants de la police.

La «république des copains» ? L'affaire Clavier en est une flagrante illustration. Que l'Elysée n'ait pas vu ce qu'il y avait d'inconvenant à demander à un pote parisien du président de gérer et de commenter à la radio les mésaventures corses d'un autre pote du président laisse songeur. Nicolas Sarkozy n'est pas le premier président de la République à avoir des amis. Il n'est pas le premier président à mélanger parfois relations privées et affaires de l'Etat. De l'affaire Pelât et des surprofits de Vibrachoc, du temps de François Mitterrand, à la manière dont Jacques Chirac a calé la politique arabe de la France sur les desiderata de son ami Rafic Hariri, un temps Premier ministre du Liban avant d'être assassiné, aucun de ses deux prédécesseurs n'est sans reproche sur ce terrain. Mais la tranquille impudence de Sarkozy parfois frise la provocation. Un président sans gêne ! C'est peut-être ce qui irrite le plus les Français dans le comportement du chef de l'Etat : Sarkozy semble considérer qu'être le premier des Français lui donne tous les droits.

Le chef de l'Etat a beaucoup d'amis, parfois proches, parmi les patrons de chaînes de télévision. On aurait pu imaginer qu'il s'interdise de lui-même d'intervenir dans ce domaine, en particulier sur son mode de financement. Question d'hygiène ! Il fait exactement le contraire ! De la suppression de la publicité sur les chaînes publiques à l'augmentation des coupures publicitaires sur les chaînes privées, il multiplie les initiatives. Il serait diffamatoire de le suspecter a priori de ne chercher qu'à complaire à ses amis. Mais pareil activisme fait nécessairement naître le soupçon !

Nicolas Sarkozy est très sourcilleux sur la déontologie des journalistes. Il n'hésite pas à leur administrer la leçon en public, en particulier lors de ses conférences de presse. Il l'est moins sur sa propre déontologie. Non seulement il prétend régenter un secteur où il compte beaucoup d'amis, mais il n'hésite pas à leur demander de taper sur les doigts des journalistes qui lui ont déplu. Sarkozy a été scandalisé que «Paris Match», alors dirigé par Alain Genestar, fasse sa couverture sur Cécilia et son amant. Violation caractérisée de la vie privée, a-t-il estimé; à l'époque, il était encore marié à Cécilia. Il n'a pas plus digéré que Patrick Poivre d'Arvor le traite de «petit garçon» lors d'une interview télévisée. De quel droit le présentateur l'avait-il ainsi souffleté, a-t-il pensé ? Sarkozy a encore moins accepté que «le Point», qu'il considérait comme un hebdomaire «ami», et dont le directeur est Franz-Olivier Giesbert, le fasse ausculter par des psys. C'était suggérer qu'il n'était pas tout à fait sain d'esprit, a-t-il jugé. Mû par un fort sentiment d'injustice, Sarkozy s'est plaint de ces insolents auprès de leurs patrons respectifs : Arnaud Lagardère, Martin Bouygues et François Pinault. Nul ne peut affirmer que Genestar et PPDA doivent leur destitution à ces récriminations. Mais on se prend à rêver d'un président qui s'interdirait toute intervention dans le domaine des médias. On en trouve, à l'étranger...


Sarkozy ne connaît pas les seuls patrons de presse. Il entretient des relations avec de nombreux grands patrons dans presque tous les secteurs de l'économie. Là encore, on aurait pu imaginer que cette promiscuité le conduise à déléguer la gestion de ce domaine au gouvernement. Là encore, il n'en fait rien. Un conseiller élyséen défend son interventionnisme : «Le président ne peut pas se désintéresser des regroupements entre grandes entreprises.» Mitterrand ou Chirac ne se sont pas fait élire à l'Elysée pour devenir ministre de l'Industrie. «Sarkozy est un président de plein exercice, qui ne se conduit pas en superministre des Affaires étrangères», plaide ce conseiller, avant d'asséner : «La vraie différence entre Sarkozy et ses prédécesseurs réside dans l'absence d'hypocrisie. Mitterrand et Chirac aussi avaient des copains patrons. Ils leur donnaient des coups de pouce, mais en douce. Sarkozy joue la transparence. Comme l'a souligné Carla Bruni dimanche chez Michel Drucker, il n'est pas dans l'opacité.»

Transparent, Sarkozy ? Plus que Mitterrand et Chirac, à coup sûr. Mais il s'agit d'une transparence relative. Dans l'affaire Clavier, l'Elysée a vendu aux Français une fable : la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, aurait décidé seule de sanctionner Dominique Rossi. Comme le montre notre enquête (voir p. 49), c'est l'Elysée qui s'est enflammé. Interrogé sur cette affaire lors de son voyage à Damas, Sarkozy a résumé son état d'esprit : «Le fait d'être mon ami ne doit pas faire qu'on a moins de droits.» Une partie de la classe politique, François Bayrou en tête (voir p. 57), l'a accusé de délit de favoritisme. Sarkozy pense avoir fait preuve d'équité. Il reçoit régulièrement des victimes anonymes de faits divers pour leur témoigner sa compassion. Il ne voit pas pourquoi Clavier, sous prétexte qu'il est riche et célèbre, serait condamné à une sorte de «double peine» : avoir d'abord reçu, à cause de sa proximité avec lui, la visite intempestive de nationalistes corses; ne pas pouvoir obtenir ensuite, toujours à cause de cette proximité, que les responsables de cette intrusion soient sanctionnés. Le fait que le président se cache derrière la ministre de l'Intérieur montre cependant qu'il est conscient d'être à la limite de l'excès de pouvoir.

Même transparence relative dans la nouvelle affaire Tapie (voir p. 50). Là encore, une femme fait écran : Christine Lagarde, la ministre de l'Economie, aurait décide de son propre chef de recourir à une procédure arbitrale. Qui peut le croire ? Sarkozy et Tapie ne sont pas à proprement parler des amis, mais ce sont de vieilles connaissances. Tapie a voté Sarkozy en 2007. A l'Elysée, on assure qu'ils se sont uniquement croisés depuis pour parler de la politique de la ville... «Le Point» a affirmé au contraire qu'ils sont en contact régulier. Comment imaginer que le chef de l'Etat n'ait pas au moins été informé de la décision de Bercy ?

Dans cette affaire, le Crédit lyonnais a sans doute fauté : il a été sévèrement condamné en appel. Mais Tapie a obtenu en 2007 ce qu'il avait échoué à obtenir avant : quitter le terrain strictement judiciaire. On ne peut affirmer qu'il le doit à Sarkozy, mais il n'y a aucun doute, là encore, sur l'état d'esprit du chef de l'Etat : quels que soient ses errements passés, Tapie n'a pas «moins de droits» que quiconque. On connaît le respect présidentiel pour la réussite et l'argent : tout moneymaker est à ses yeux un héros positif. Même quand il a utilisé des moyens limite pour faire fortune. «Contrairement à certains donneurs de leçons, Tapie n'est pas un héritier», observe un ministre proche du président.

La «république des amis» peut-elle à nouveau flétrir l'image de Sarkozy ? Ce proche ne le croit pas :
«La séquence jet-set du début du quinquennat, le Fouquet's plus le yacht, a été catastrophique pour Nicolas : elle est dans son ADN. Mais maintenant qu'il a compris la solennité de la fonction, les règles du jeu, il est en train de regagner l'estime des Français à force de travail. Clavier, les Français s'en foutent : ils n'aiment pas les nationalistes corses. Le RSA, ça, c'est énorme : 80% des gens y sont favorables.»

Pour l'instant, les sondages valident cette analyse : la cote du président continue de remonter, parfois spectaculairement, comme dans une enquête LH2 pour le Nouvelobs.com : +11%. La principale victime de l'affaire Clavier pourrait être le comédien lui-même. Le président lui a-t-il rendu service en intervenant si promptement ? Pas sûr. Sa carrière n'était déjà plus à son zénith. Maintenant qu'il a, accrochée dans le dos, une pancarte de pote-du-président-qui-fait-tomber-les-flics, il pourrait rejoindre la cohorte des éclopés du sarkozysme. Le voilà doc-gynéco-isé ! On lui file le mail de Christine Angot (1) ?

(1) Dans son dernier livre, «le Marché des amants», la romancière raconte sa liaison avec le rappeur.

Hervé Algalarrondo
Le Nouvel Observateur

http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2288/articles/a383146.html



SARKOZY    
Télévisions publiques :
ça craint !



Quelques instants avant la remise protocolaire du rapport de la Commission Copé, le président de la République a reçu l’Intersyndicale et a confirmé la teneur de décisions que l’on connaissait déjà début janvier. Il a estimé qu’un délai de six mois pour définir la réforme de la télévision publique est assez rapide, compte tenu des enjeux et de l’immobilisme qui avaient régné jusqu’alors. Il a confirmé qu’un projet de loi serait débattu à l’automne (cahier des charges, contenus, gouvernance).

La publicité disparaîtra des antennes de 20h à 6h dès le 1er janvier 2009 et non pas septembre 2009, comme le préconisait la Commission Copé. Cette décision a été prise pour des raisons « de plus grande lisibilité ». La publicité resterait sur les antennes (notamment à RFO et dans les régions de France 3) là où il n’y a pas « d’offre publicitaire alternative ».

La compensation de la perte de ressources publicitaires sera bien assise sur deux éléments :
„Ï Taxation sur les bénéfices supplémentaires des télévisions privées (3%)
„Ï Taxation de 0,9% du chiffre d’affaires des opérateurs internet et de téléphonie mobile.

La dotation en capital de 150 millions d’euro est maintenue, ce qui selon Nicolas Sarkozy écarte toute rumeur de privatisation. « On ne privatise pas une société qu’on recapitalise », ajoute-t-il.

icolas Sarkozy a réaffirmé son soutien à l’équipe dirigeante actuelle de France Télévisions dont il a suivi les préconisations concernant l’évolution vers une entreprise unique.
La nomination du président de France Télévisions interviendra sur décision du Gouvernement après concertation avec le CSA et les commissions compétentes du Parlement.
Sur l’ensemble de tous les autres points (et non des moindres), la Ministre de tutelle, Christine Albanel, mènera les concertations pendant l’été
.

L’Intersyndicale a émis des réserves sur la régularité des taxes proposées face à la législation européenne. Nicolas Sarkozy semble passer outre en estimant qu’elles sont parfaitement conformes aux dispositifs de Bruxelles et qu’il existe d’ailleurs d’autres mesures si un blocage intervenait (4e licence).

En revanche, les préconisations concernant le prélèvement de la redevance de l’INA et de RFI ont été abandonnées puisqu’on attend davantage des taxes proposées. Le président de la République est toujours opposé à une augmentation de la redevance, allant au-delà de l’indexation sur l’inflation, mais ajoute que cette question pourrait être revue après l’adoption de la réforme, notamment sur l’assiette de la redevance qu’il préfère à une révision des taux.

La question de la modification des décrets Tasca reste ouverte et devrait être tranchée avant la rentrée. Nicolas Sarkozy estime qu’il faut trouver un équilibre entre les producteurs et diffuseurs, France Télévisions ne pouvant être réduit « au rôle de loueur de cassettes ». Il faut faire bouger l’équilibre actuel.

La CFDT, comme plusieurs organisations, estime qu’on ne s’est pas assez attaché au contenu et au cahier des charges au cours des débats menés par la Commission Copé. Le président de la République estime, effectivement, qu’il s’agit d’une question importante, mais renvoie l’ensemble de ces questions aux travaux que devra mener Christine ALBANEL.

Il a simplement précisé que l’Outre-Mer devrait être davantage présent sur les autres chaînes du Groupe, au-delà de RFO. L’Europe devrait également occuper une place plus importante dans les contenus.
Sur le développement régional de France 3, dont le financement paraît incompatible avec la nouvelle configuration définie, il considère que les économies réalisées sur la masse salariale seront de nature à y pourvoir !

En matière de gouvernance, il est donc confirmé que sera constituée une entreprise unique, ce qui amène bien évidemment la question des textes collectifs qui y seront applicables. La CFDT a bien réaffirmé que l’application des textes conventionnels couvrant actuellement 90 % des effectifs du Groupe (Convention collective de la communication et production audiovisuelle pour les PTA, Convention collective nationale de travail et avenant Audiovisuel pour les Journalistes), doit être la base sur laquelle s’engageraient les négociations nécessaires.

A la fin de l’entretien avec Nicolas Sarkozy, la rencontre normale qui aurait dû intervenir avec la presse écrite et audiovisuelle a été perturbée par des directives officielles visant à empêcher toute communication. Au-delà du bouclage hermétique de l’Elysée, de quoi le président de la République et le Gouvernement avaient-ils peur face à une dizaine d’intervenants de l’Intersyndicale ?

Tout cela nous paraît bien bâclé et très mal improvisé. La question du financement n’est pas tranchée et de graves interrogations demeurent tant sur la compensation à court terme que sur le financement durable d’une télévision publique ambitieuse et distincte du modèle commercial. Les craintes que nous avions émises sur la nécessité de réaliser des économies ont été confirmées. C’est bien la masse salariale (emploi, Convention collective et accords d’entreprise) qui devrait faire les frais de l’opération.

Aussi grave, le dossier des contenus et des missions, déjà à peine effleuré par la Commission Copé, est simplement renvoyé à une concertation pendant l’été avec une ministre dont la marge de manœuvre paraît être voisine de zéro.

La CFDT va donc s’employer avec les organisations syndicales qui partagent ses positions sur les contenus et le mode de financement, à rencontrer tous les parlementaires qui auront la responsabilité d’adopter la réforme de la télévision publique. Elle en appelle également à toutes les associations et à tous les citoyens qui ne peuvent rester les bras croisés devant une véritable opération d’étranglement et d’assassinat programmé du service public de l’audiovisuel.

 

News publiée par: SNM - CFDT
Le: 26/06/2008

http://www.usj-cfdt.fr/site/portail.php?titre=news&sstitre=news&contenu=news&id=246&aff=on

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 15:01





Quelle information ?
La France des Lumières trahie.
Sur la voie des
néoconservateurs américains.
Silence, ou mauvaise foi
sur le 9 septembre 2001 ?
Bigard, Meyssan...




Avec sept années de retard, les dirigeants étatiques français s'engagent sur la voie des néocons US. Il est fait un usage exorbitant et à tout propos du « terrorisme international ». De manière concertée, cela vise directement les libertés publiques et une mise au pas de la société française très loin de ses valeurs traditionnelles – du moins celles issues du siècle des lumières et de la révolution française.


Premier point : les informations
sur le déroulement de la guerre.



Les autorités militaires ont menti à la nation au sujet du déroulement d'une opération en Afghanistan qui a coûté la vie à dix soldats français. On nous ment sur le déroulement des faits sur le terrain. Des journalistes ont fait leur devoir et nous ont apporté des informations qui contredisent les déclarations officielles. Les autorités militaires reconnaissent le mensonge. Et au lieu de s'en excuser, elles réclament le droit de nous mentir pour sauvegarder notre moral dans cette guerre. Les journalistes sont presque traités de traîtres parce qu'ils font honnêtement leur travail et informent valablement la nation pour lui permettre de prendre démocratiquement les décisions qui s'imposent.


Or les militaires savent bien qu'il ne leur revient pas de dire ce que les citoyens doivent penser en politique. Les citoyens ont d'abord et avant tout droit à une information fidèle à la réalité ; c'est à partir de cela que dans un cadre démocratique, ils pourront se prononcer sur la politique étrangère du pays. Il ne revient pas aux généraux de dire du haut de leur colline en face du champ de bataille ce que les Français doivent penser de la guerre.


Les généraux doivent mener les guerres et les batailles dont les chargent les instances politiques. Ils peuvent et doivent dire s'ils disposent des moyens adéquats et la Nation doit leur donner des moyens qui correspondent à leur mission. Normalement, la Nation, si elle est correctement informée, ne doit engager ses troupes que dans les batailles qu'elles peuvent remporter.


Second point : les magouilles
autour de l’opportunité d’une guerre.



Les militaires ne doivent pas se prononcer sur l'opportunité politique ou l'inopportunité des guerres ; c'est du ressort exclusif des civils.


Qui plus est, ils leur est interdit de mentir sur le déroulement des batailles dans le but d'induire des attitudes déterminées des citoyens en faveur ou en défaveur d'une guerre déjà engagée. Il leur est interdit de voler au secours des responsables politiques pour renforcer la position de ceux-ci en mentant aux citoyens français. Ceux-ci sont adultes. Nous n'avons pas besoin que nos généraux nous racontent des bobards démentis par les journalistes qui font bien leur boulot.


Il est totalement malhonnête et grave de mentir aux parents ou de magouiller avec un ou plusieurs parents pour cacher la dure réalité de la guerre aux Français. Même si cela est sollicité par les autorités civiles.


Pour être clair, nous ne voulons pas retomber dans la fange de la guerre d'Algérie avec ses tortures cachées, avec sa propagande mensongère de la part des politiques et de complices militaires : « maintien de l'ordre », des bandits, des hors-la-loi », des « fellaghas », puis des « terroristes » et enfin des responsables politiques avec lesquels nous avons négocié et signer les accord d’Evian.


Entre-temps, 70 000 Français et près d'un millions d'Algériens avaient perdu la vie... On aurait pu en faire l'économie si les politiques et les militaires avaient dès le début dit la vérité aux électeurs. Et finalement, il fut constaté que la France, débarrassée du fardeau du colonialisme s'est développée comme jamais et s'est hissée au plus haut niveau de l'estime internationale !


Plus près de nous, le Président Mitterrand fut le complice actif d'un génocide au Rwanda dans le but de défendre « la grandeur de la France et la francophonie ». Pour quel résultat ? La population française n'en a rien su. Et si elle l'avait su, elle n'aurait jamais accepté qu'en son nom fut commis un génocide. Directement ou en complice.


Nos dirigeants savent que cette guerre d'Afghanistan n'est pas voulue par l'opinion et ils réclament le droit de nous manipuler pour faire passer la pilule. Pour y parvenir, ils font appel aux plus zélés parmi les fonctionnaires militaires.


Le développement du terrorisme international a montré à l'opinion mondiale que les dirigeants du Tiers-Monde, à la solde des USA, dirigés par des rois et « présidents à vie » sans base sociale et sans avenir sans le soutien de nos services spéciaux et de nos armées, ces dirigeants ne sont pas représentatifs de leur population qui continue de fournir des volontaires pour se faire exploser contre nos soldats.


Des généraux suffisants, des politiques ignares sur les choses de la guerre nous parlent de « guerre asymétrique » là où il y a guérilla populaire contre une présence militaire étrangère. La guerre asymétrique ce fut la guerre entre la Chine et le Vietnam en 1979 ou celle de Koutouzov contre Napoléon.


Si le plus fort fait attention, il peut remporter une guerre asymétrique ; il ne remporte jamais la victoire dans une guerre contre une guérilla qui rassemble un peuple entier.


Or les USA, comme en Irak, ont fait tout le nécessaire depuis 2001 pour que le peuple afghan soit solidaire contre eux : ils ont promis une aide économique massive, il n'y en pas eu ; ils ont débarqué un dirigeant de leur avion militaire, celui-ci n'a aucune base sociale ; ils sont venus soi-disant imposer le respect de la personne humaine et les droits de l'homme, ils tuent les civils à tour de bras au point que Karzaï lui-même proteste.


La guerre dure déjà depuis sept ans... autant que la guerre d'Algérie ; plus que la Seconde Guerre Mondiale !


Et pourtant l'échec est patent : il faut encore faire venir des renforts.


Et nous, Français, nous nous retrouvons dans le rôle des supplétifs thaïlandais, cambodgiens, australiens des troupes US embourbées au Vietnam. Ces renforts qui n'ont pas permis aux USA de remporter la guerre du Vietnam. Nos enfants sont en train de mourir loin du pays dans une guerre qui n'est pas la nôtre et alors que la France n'est pas menacée. Alors qu'il existe d'autres moyens pacifiques d'atteindre les mêmes résultats.


Il est grand temps de revoir notre politique étrangère, notamment en faveur de la chimère politique qu'est l'État d'Israël. La facture que nous avons payée et que nous continuons de payer pour soutenir à bout de bras l'existence d'Israël, ses crimes de guerres, des atteintes aux droits de l'homme et ses ambitions colonialistes et d'apartheid commencent à peser un peu trop sur notre démographie, sur notre économie, sur nos finances, sur notre moral.


Les véritables raisons de la guerre


On nous ment sur les finalités réelles de cette guerre non déclarée, non décidée par la représentation nationale. La guerre d'Afghanistan est directement liée au conflit israélo-palestinien : Benladen et ses sbires ont voulu se venger contre l'Amérique pour son soutien inconditionnel et contraire aux résolutions de l'Assemblée Générale de l'ONU. Tout le monde sait que, du fait des lois US sur le lobbying, la politique étrangères des USA est inféodée au lobby israélien (lire à ce sujet l'ouvrage de deux chercheurs américains de renommée mondiale : ).

En faisant un raccourci, nous pouvons dire que la France s'est engagée dans une guerre non déclarée derrière les USA, eux-mêmes engagés dans une guerre pour défendre Israël. Nos soldats sont morts indirectement pour Israël.


Est-ce bien la volonté bien informée du peuple français ?


Non. Il n'a pas été informé correctement et on ne lui a pas posé cette question.


Au lieu de se lancer dans une croisade belliciste de soixante années contre les peuples arabes et musulmans, il y a des solutions sans effusion de sang et notamment celui des Juifs de Palestine pour satisfaire tout le monde au Proche-Orient. Tout le monde à l'exception des sionistes : un État multi-confessionnel, multi-ethnique avec des citoyens égaux. Si ça marche en France, si ça marche dans le Royaume-Uni avec des citoyens Catholiques et des Protestants, si cela marche en Bosnie et partout ailleurs dans le monde, cela doit marcher en Palestine : il suffit de faire revenir les réfugiés Palestiniens et d'imposer aux fascistes sionistes la coexistence pacifique avec tous ceux qui veulent vivre dans ce pays.


La conséquence de ces mensonges
sur la démocratie dans notre pays



Le fait de tenir ces propos, pourtant frappés au coin du bons sens, fait automatiquement que je dois faire l'objet d'un fichage des Renseignements Généraux (selon les différents ministres qui se sont prononcés au sujet du projet Edwige) – ce fichage est une pratique illégale que justement le projet Edvige voudrait légaliser.


Il faut ajouter que ce fichage concerne aussi des enfants à partir de l’âge de treize ans ! ON se moque déjà de la France dans les pays civilisés parce que nous sommes le seul pays qui veut juger les fous au lieu de les soigner et parce que nous préférons mettre les enfants délinquants en prison au lieu de les éduquer.


Le projet Edwige voudrait légaliser les pratiques illégales de la police des Renseignements Généraux : on veut ficher et porter atteinte à la vie privée de citoyens français qui ne sont coupables d'aucun délit. C'est une grave infraction à des droits constitutionnels que l'on voudrait légaliser « pour assurer la sécurité des Français, menacés par le terrorisme international ».


Les ténors du gouvernement sont montés au créneau. Mais le ministre de la défense se pose des questions tandis que l'opinion même modérée (Le Monde) se mobilise contre ce projet liberticide. Oui, certainement, la technique et l’informatique permettent aujourd'hui de . Mais faut-ils autoriser les dirigeants politiques à le faire ?


Des sbires de Mitterrand ont été jugés et condamnés parce qu'ils avaient espionné des comédiennes, des journalistes pour satisfaire des instincts basiques inavouables.


Et voilà qu'on voudrait nous vendre la daube fliquer tous les citoyens jusque dans les alcôves secrètes de leurs amours! « on vous flique dans votre intérêt ». Et cette fois-ci ce ne sont pas seulement des imams ou des Arabes ou des Blacks, bref des Français de culte musulman qui font l'objet de la surveillance très attentive des services.


Ce sont aussi les syndicalistes, les responsables associatifs,… toute personne en situation d'être un facteur d'influence sociale. Pensez-y : les maires, les écrivains, les journalistes, les scénaristes, les syndicalistes, les responsables associatifs, les concierges qui sont en contact avec les habitants de toute une cité et peuvent donc les influencer.


L'objectif poursuivi est de mettre en fiches et au pas toute la population pour avoir le monopole de la fabrication de l'opinion publique, y compris en mobilisant les militaires afin de mentir au peuple.


La vérité se nomme maintenant « propagande ». La propagande du gouvernement (ses mensonges par omission), c’est de l'information et de la sollicitude pour le petit peuple si prompt à se démoraliser.


C'est dans ce contexte que les médias gouvernementaux, plus particulièrement la télévision publique nous a assommés ce jour, dimanche avec l'agression antisémite dont auraient été victimes trois jeunes Juifs.


Tout de suite, des politiques sont montés au créneau stigmatisant haut et fort l'antisémitisme des jeunes du XIXème arrondissement de Paris.


De quoi s'agissait-il ?


Trois jeunes Juifs portant des kippa ont fait l'objet d'une agression dans la rue. Il s'en est suivi une bagarre.


Le journaliste a demandé : des mots antisémites ont-ils été prononcés avant ou pendant ou après la bagarre ?


Réponse : non. Mais, pourquoi nous attaquer, nous. Nous portions des kippa ! C'était donc de l'antisémitisme.


Effectivement pourquoi eux et pas les autres passants ?


L'enquête de la police n'a trouvé aucun élément d'antisémitisme.


Pensez-vous ! Ce dimanche, j'ai appris que le fils de mon voisin a été attaqué, jeté au sol, frappé par deux jeunes voyous qui voulaient le dépouiller. Un Noir et un Arabe. Mais, ce jeune voisin ne peut pas porter plainte pour antisémitisme : il est de culte catholique.


Selon une théorie tordue et perverse qui commence à être utilisée de façon répétitive et abusive, si des voyous frappent des Français ordinaires, c'est condamnable mais pas trop grave. Mais agresser des passants qui portent une kippa est très grave !


Devrons-nous tous porter une kippa, même si nous ne sommes pas Juif, pour que la justice et les médias montent au créneau pour nous défendre si nous sommes agressés ?


Faut-il conseiller à mon voisin catholique de porter désormais une kippa pour dans l’avenir profiter de la protection spéciale de la police et de la justice, pour obtenir la sollicitude de certains de nos politiques ?


Voilà c'est tout et pourtant le maire de Paris, espérant peut-être un appui politique lors des élections à la tête du parti socialiste y est allé de son couplet. Ou alors avait-il d'autres motivations ; lesquelles ?


Madame la ministre de l'Intérieur a elle aussi fait des déclarations fracassantes au sujet d'une vulgaire bagarre dans la rue entre jeunes.


Ces pratiques sont au contraire de nature à faire naître et se développer un racisme nouveau, un antisémitisme réactif contre la perception d'une ségrégation réelle ou fictive dirigée contre les jeunes Français de culte musulman, Arabes ou Noirs ou Asiatiques.


Madame la ministre, le maire de Paris, les médias dominants feraient bien de se souvenir que tous les jeunes Français sont des enfants de la France. S'il y en a qui ont mal tourné, il faut les éduquer. S'ils refusent de comprendre, il faut les punir. Mais point n'est besoin d'inventer de manière obsessionnelle un antisémitisme là où de toute évidence il n'existe pas.


Mais il faut les punir comme un parent punit ses enfants. Il ne faut pas les punir avec une haine de raciste refoulé.


Les autorités du pays doivent s'attacher à faire triompher la vérité en toutes circonstances et à respecter les citoyens de ce pays. Que ce soit en politique intérieure ou en politique étrangère.


Les autorités françaises n'ont pas à installer une ségrégation dans le pays, entre les différentes origines et les différents cultes.

On entend déjà à la radio et à la télévision publique des voix qui voudraient officialiser l’existence en France de certaines « milices juives » pour mater les Français arabes et les Français musulmans, normalement interdites.


Effectivement, certains sionistes qui n'ont pas encore quitté la France, et qui sont des agents de l’étranger, voudraient reproduire chez nous la situation coloniale qui prévaut en Israël. Leur phobie, c’est le fait que la voix d’un Français vaut celle de tout autre Français et ils ne se sentent pas assez nombreux.


Tout ce cirque pourrait s'appeler « Machiavel au pouvoir », mais cela ne sera jamais la démocratie, c'est tellement contraire aux valeurs de la France. Imaginez que cela vienne à se savoir à l'étranger : que vont-ils penser de « la patrie des droits de l'homme » ?


La France dit non à tout lobby en politique étrangère qui voudrait inféoder l’action internationale de notre pays à un autre pays étranger, les USA ou Israël.


L'Afghanistan, Edwige, de jeunes Français accusés d'antisémitisme là où la police n'en voit point... qu'y a-t-il de commun entre tout cela ?


Ma réponse est que certaines forces politiques bien connues voudraient commettre en France ce qu'elle sont déjà réalisé aux USA : soumettre la politique intérieure et extérieure du pays aux intérêts d'un État étranger, Israël qui n'est rien d'autre qu'une chimère politique, enracinée dans une idéologie colonialiste qui a disparu de la surface de la terre depuis plusieurs décennies... sauf en Israël.


Permettez-moi de réclamer « une France aux Français », à tous les Français sans aucun distinction de race et de religion, blacks, blancs, beurs. Une France aux Français, dans une "Europe européenne", pas une France soumise aux intérêts des Américains ni des Israéliens.


Ce n'est pas du Lepen, c'est du 1789, 1848, 1870 (la Commune de Paris), 1914, 1945, 1962 (fin du colonialisme français) et 1966 (décision de Charles de Gaulle de quitter l'Otan) : il s'agit de ce qui a fait depuis des siècles la grandeur et le rayonnement de la France.

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/
article03/EkkEpppulVWiEkZuPo.shtml



__________________________________________________________________________________________________________________________


Bigard sacrifié sur l’autel médiatique !

Posté par Kyja le 10/9/2008

  Bigard nouvelle victime de la faillite des médias

 "Je demande pardon à tout le monde pour les propos que j’ai tenus vendredi dernier… Je ne parlerai plus jamais des évènements du 11 Septembre. Je n’émettrai plus jamais de doutes."

C’est par une dépêche AFP de quelques mots que Jean-Marie Bigard a décidé (sous quelles pressions ?) de faire acte de contrition. La polémique qu’il avait déclenchée vendredi dernier sur Europe 1  en exprimant son avis sur les attentats du 11 septembre 2001 a donc fait une nouvelle victime parmi les moutons noirs osant sortir des rangs. Après quatre jours de buzz médiatique où les réactions diffamatoires et insultantes des journalistes ont fait face à des arguments construits de nombreux citoyens, cette dépêche, véritable "mea culpa", permet de "rétablir la vérité".  Tout comme le CSA avait explicitement demandé à Thierry Ardisson, en 2002 lorsqu’il avait reçu Thierry Meyssan, "de prendre des mesures pour que la vérité soit rétablie et que de tels dérapages ne se renouvèlent pas."

Ainsi, une fois encore les médias coupent court à tout débat, réflexions ou doutes sur ce qui s’est réellement passé le 11 Septembre 2001 !         

Sommes-nous à ce point dans une société Orwellienne que le crime de pensée soit puni si rapidement.
Sommes-nous encore en démocratie lorsque les médias font preuve d’une telle négligence et d’une absence totale d’esprit critique?
A l’heure
du quatrième pouvoir, il semblerait,  que comme dans beaucoup de sports, l’argent et l’opportunisme triomphent de la beauté du geste et de la conscience professionnelle.
Le devoir du journalisme c’est d’assurer un contre pouvoir, un esprit de veille critique face, certes aux bêtises humaines, mais surtout aux dérives et menaces de la démocratie.
Le devoir du journalisme est d’informer non de copier/coller des dépêches en ajoutant quelques invectives.

Les lecteurs auront donc, sur cet évènement, une preuve de plus de l’inconséquence de nombre de journalistes qui, ne se contentant pas d’injurier Jean-Marie BIGARD, bêlent et ânonnent un nombre faramineux de contre vérités. C’est ainsi que Damien Delseny du Parisien déclare que ‘la thèse du complot, remet [ant] en cause l’existence même des attentats". René PICHON, de libération lui, n’hésite pas à qualifier les doutes de Bigard de "propos totalement délirants". Quant à Gérard Carreyrou de France Soir il nous fait cadeau d’une compilation certes éculée mais néanmoins exhaustive:  "les fameuses théories négationnistes", "débiter de pareilles stupidités" ou encore "trouver des disciples sur Internet pour relayer ses mensonges" et autre "victimes des attentats organisés par Ben Laden et Al-Quaida",. L’auteur de ce florilège méritoire à donc élucidé le dossier le plus complexe de notre décennie, contrairement au FBI qui ne possède toujours pas les preuves de l’implication de Ben Laden! Chapeau bas!
Le Monde le NouvelObs et d’autres restent informatifs et professionnels en ne cédant pas à l’épanchement ironique.

On remarquera au passage que, comme Marion Cotillard, le proche du président Français, ne se défile pas, et ne renie en rien ses affirmations. Il présente ses plates excuses d’avoir ouvert malencontreusement la boite de Pandore. Susceptible de faire germer le doute parmi le bon peuple. "Rendormez-vous braves gens, nous veillons à votre sécurité": militaires dans les gares et jeunes soldats en Afghanistan. Aux Etats-Unis, Sarah Palin, la vice-présidente de John Mc Cain, ajoute même qu’il s’agit d’"une mission qui vient de dieu". Nous voilà rassuré!

Comme à la grande époque stalinienne ou même celle de l’inquisition, le communiqué de repentance de Jean-Marie Bigard est repris par tous les médias français comme le retour à une morale salutaire et la fin d’une incartade devenant très vite dérangeante. Sacrifié sur l’autel médiatique, le déviant n’a pas d’autre choix que d’abjurer sa pensée dangereusement malfaisante et de promettre qu’il ne parlerait plus JAMAIS de ces évènements. Diantre! Il ne fait pas bon aborder ce sujet en place publique: même la célèbre grande gueule capable de remplir le Stade de France et ami proche de Sarkozy, file doux face aux gardiens du temple de la vérité officielle.

Et pendant ce temps, la première chaine de télévision russe enregistrait un débat contradictoire avec Giulietto Chiesa (député européen italien), Léonid Ivashov (ancien chef d’état major des armées russes) et Thierry Meyssan face à un panel de 10 experts. Ce programme sera diffusé ce vendredi soir après la projection de Zéro - Enquête sur le 11 Septembre en prime time.

L’association ReOpen911 déplore une fois de plus l’impossibilité en France de pouvoir débattre sur le fond du 11 Septembre. Nous poursuivons plus que jamais notre travail citoyen, pacifique et démocratique de libre information sur cette tragédie et notre combat pour la mise en place d’une nouvelle enquête internationale et indépendante sur le 11 Septembre !

http://www.reopen911.info/11-septembre/bigard-sacrifie-sur-lautel-mediatique/

L’association ReOpen911 propose dans cadre de la "Semaine de la vérité", du 7 au 16 septembre 2008, une série d’événements à travers toute la France à Paris, Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Grenoble, St Etienne, Caen  mais aussi la Belgique la Suisse et le Canada! Venez Nombreux c’est le moment de se mobiliser ! 

suite à http://www.reopen911.info/

11 Septembre 2008, 7 ans après… L’âge de raison ?

Posté par Kyja le 5/9/2008

Logo Association ReOpen911La tragédie du 11 septembre 2001 est encore très présente dans nos mémoires façonnées par des images-choc surmédiatisées qui n’ont fait l’objet d’aucune analyse objective ni contre-enquête sérieuse et indépendante. L’énorme émotion suscitée par cette catastrophe a été canalisée pour appuyer, depuis 7 an

Avant-première à Paris du film documentaire Zéro - Enquête sur le 11 Septembre - Le samedi 13 septembre à 20h00

Posté par Kyja le 5/9/2008

Avant-première à PARIS du film documentaire italien
Zéro, enquête sur le 11 Septembre
Samedi 13 septembre à 20h00
au cinéma GRAND ACTION

5 rue des écoles, Paris 5 (métro Cardinal Lemoine)


L’équipe du film Zéro et l’association ReOpen911
, sont particulièrement heureux de vous proposer cette première projection à Paris. L’eurodéputé Giulietto Chiesa, à l’origine du film, sera représenté par son assistant Giovanni Melogli. C’est le premier film non américain qui offre une synthèse sur les questions préoccupantes que soulèvent les rapports officiels sur les événements du 11 septembre 2001. Projeté pour la première fois fin octobre 2007 lors du Festival de Rome, il a été largement commenté et majoritairement soutenu par la critique italienne. Comme le dit Giulietto Chiesa : « On ne saura peut-être jamais la vérité sur le 11 Septembre, mais ce qu’on sait, c’est que l’administration américaine a menti, et qu’il faut une nouvelle enquête indépendante qui permette de saisir les autorités judiciaires compétentes ».
Lire le reste de l’article »


Thierry Meyssan :« Il faut arrêter les processus de diabolisation! Retrouvez l’esprit critique »

Posté par Kyja le 1/9/2008

La seule évocation du nom de Thierry Meyssan semble capable de susciter des réactions d’une rare violence. Épidermiques et passionnelles, voire irrationnelles, mais rarement pondérées ! Tel n’était pas notre objectif lorsque nous avons décidé de publier

ses réponses aux questions posées par quelques membres de notre association.  

http://www.reopen911.info/


De l'info neutre ? R.V. sur le site
d'Eva r-sistons à l'information
Numéros spéciaux :

Spécial Afghanistan
http://r-sistons.over-blog.com/article-22660598.html

Spécial Russie
http://r-sistons.over-blog.com/article-22350756.html
http://r-sistons.over-blog.com/article-22293145.html
http://r-sistons.over-blog.com/article-22040900.html

Spécial Palestine
http://r-sistons.over-blog.com/article-22678750.html

Autres blogs d'Eva :

R-sistons à l'intolérable
http://r-sistons.over-blog.com

R-sistons à l'actualité

http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/

R-sistons au choc de civilisations
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/

Eva coups de coeur blogs
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/


11 Septembre, La Faillite des médias
Une conspiration du silence

Fiche technique

  • Auteur : David Ray GRIFFIN
  • › Éditeur : Editions Demi Lune
  • › Collection : Résistances
  • › 512 pages
  • › Titre original : Debunking 9/11 Debunking
  • › Traducteur(s) : Pierre Henri BUNEL
  • › ISBN : 978-2-952557-17-7
  • › Parution : 09/2007
  • › Prix : 21,00 €

Extraits

Extraits du livre au format PDF, à télécharger :

Résumé

Grâce à ses 4 précédents livres sur le sujet, David Ray GRIFFIN est largement reconnu comme l'un des porte-parole majeurs du mouvement pour la vérité sur le 11 Septembre. Bien que ce mouvement ait longtemps été ignoré par le gouvernement US et les médias dominants, des études d'opinion récentes ont révélé que le rejet de la version officielle est devenu, comme l'a écrit le magazine Time « un phénomène politique incontestable ». Il n'est donc pas surprenant que le gouvernement et les grands médias aient changé de tactique. Choisissant la contre-attaque, ils ont publié en rafale des articles et des "rapports" destinés à discréditer ces critiques.

Dans cet ouvrage, David Ray GRIFFIN montre à quel point il est facile d'invalider ces tentatives, en analysant les plus récents des rapports et articles publiés par le Département d'État, l'Institut national de normes et de techniques, le New York Times, Vanity Fair, et Time. Il répond aussi aux critiques émises par des publications de gauche, ou chrétiennes, dont on aurait pu s'attendre à ce qu'elles soient positives.

D'un bout à l'autre, GRIFFIN démontre que l'accusation portée à l'encontre des critiques de la version gouvernementale - à savoir qu'ils utilisent des méthodes irrationnelles et non scientifiques pour parvenir à leurs conclusions qui seraient basées sur des croyances - s'applique en réalité bien plus à ceux qui défendent la version officielle.

Ce livre, en détruisant par l'argumentation raisonnée les essais de réfutation les plus répandus à l'encontre des preuves mises en avant par le mouvement pour la vérité sur le 11/9, établit que la thèse centrale de ce mouvement - que le 11 Septembre est une conspiration interne - demeure la seule explication possible en accord avec les faits.

[Étant donnée la manière répétée et récurrente dont l'administration Bush a instrumentalisé la tragédie du 11 Septembre pour nous lancer dans des guerres immorales, ... les questions posées par David Ray GRIFFIN au sujet du 11/9 doivent être prises en compte et il est nécessaire d'y répondre.]

- Howard ZINN, professeur émérite en sciences politiques à l'université de Boston
et auteur de Une histoire populaire des États-Unis.

A propos de l'auteur

David Ray GRIFFIN est professeur émérite de philosophie des religions et de théologie, à l'école de théologie de l'université de Claremont en Californie ; sommité de renommée internationale dans sa spécialité, il demeure co-directeur du Center for Process Studies. Parmi ses 30 livres, 5 sont dévolus au 11 Septembre : "Le Nouveau Pearl Harbor : 11 Septembre, questions gênantes à l'administration Bush" (2004), "Omissions et manipulations de la Commission d'enquête sur le 11 Septembre" (2005), "9/11 and American Empire" (en 2 volumes , en collaboration avec Peter Dale Scott, 2006), et celui-ci, son plus récent et un chef d'œuvre d'intelligence.

http://www.reopen911.info/livres/11-septembre-la-faillite-des-medias.html

Lu sur R-sistons à l'intolérable :
hh

 Laïcité en danger ! Médias collabos !
              Travail, famille, patrie, Eglise ! 
                 Sarkozy-Franco !

Alerte ! La laïcité française, vecteur de paix sociale, est en danger ! Les médias, à la suite de Saint-Sarkozy, nous préparent à une religiosité généralisée ... soumise aux Pouvoirs établis, même tyranniques, même facteurs de régressions sociales, même va-t-en guerre...

Faire de nous des béni-oui-oui à tout !  Des esclaves soumis à leurs maîtres ! Délocalisés, précarisés, pressurés, sans droits, chair à canon, et à genoux devant nos bourreaux ! ...

Et on nous dresse contre les "terroristes islamistes" (FR2, FR3 aujourd'hui, etc), on nous demande de nous émouvoir sur l'occupant israélien (shoah commémorée à l'école), on nous habitue à l'idée de rapprocher  Eglise et Etat et à célébrer les héros des guerres.... 

Sarkozy, c'est Franco ! Travail, famille, patrie (mourir pour la patrie des multinationales, quelle joie  !), Eglise !  Et les médias serviles nous préparent des "spécial journées du pape" ! 

Quelle pourriture, ces médias !
     

http://r-sistons.over-blog.com/article-22700040.html

C O M M E N T A I R E S  :  I C I

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 06:47
17 septembre 2001 - Une petite partie de la scène où le World Trade Center s'est écroulé après les attaques du 11 septembre. 


Repris sur mon blog http://r-sistons.over-blog.com

Les médias "voyous" nous préparent aux guerres
contre l'Iran, contre la Russie, en Afghanistan...
Ils nous conditionnent sans cesse !



Mes amis,

Comme vous sans doute, j'ai regardé les documents projetés par FR2 sur le 11 septembre 2001. Mes amis, alerte ! On prépare nos esprits à la guerre, une fois de plus on nous conditionne, les médias sont criminels, ils exécutent les ordres de ceux qui dirigent le monde contre nos intérêts à nous peuples, ils nous dressent artificiellement contre des ennemis créés de toutes pièces par l'Occident pour engraisser ses multinationales, oui les médias complices de la mafia dirigeante nous habituent à l'idée d'une guerre, nous motivent pour défendre la patrie contre le terrorisme, vague entité si commode pour ceux qui veulent attenter à nos libertés, mais si mobilisatrice avec le savoir-faire des télévisions !

Les médias ne sont plus là pour nous informer, mais pour nous conditionner ! Déjà, l'idée apparemment saugrenue de Sarkozy de commémorer Guy Môquet (un communiste, pour mieux faire passer la pilule) n'était pas comme je le pensais, pour nous faire accepter celle, non moins saugrenue, de demander à des gamins de se souvenir de l'horreur nazie, de la barbarie anti-sémite. Non, au fond notre Agent de l'Etranger ne songe qu'à faire de nous de dociles (par la religion, notamment) chairs à canon pour les guerres impériales des Néron modernes ! Dociles, et motivés, comme Guy, en nous donnant le goût du sacrifice pour notre patrie - en réalité, celle de l'Argent dont nous ne verrons jamais la couleur, mais qui gonflera les coffre-forts des cupides prédateurs aux commandes !

Sarkozy va à l'encontre des traditions françaises, gaulliennes. Il a entraîné notre pays contre son gré en Afghanistan,  et il nous prépare aussi à la guerre contre l'Iran, que de toutes parts on s'évertue à nous présenter comme inéluctable, une guerre que nous ferons, pas ceux qui les ordonnent. Et dans ce cadre, il a enrôlé ses fidèles soldats, ceux de nos grands médias qui, je vous le rappelle, sont liés aux multinationales de l'armement. Ceux-ci ne sont plus des organes d'information, mais des instrument de propagande pour le gouvernement, le libéralisme, l'Occident, les guerres. Dans mon blog sur la désinformation, je vous ai par exemple cité Monique Atlan, qui anime une émission littéraire devant l'écran, et derrière celui-ci, qui appelle à la guerre contre l'Iran, au choc de civilisations si préjudiciable aux peuples, et complètement artificiel (voyez mon blog contre le choc de civilisations).  

Et donc ce soir nous avons pu assister à deux documentaires sur le 11 septembre, alors que les rumeurs de guerre enflent. Nous ne sommes pas prêts à être enrôlés ?  Qu'à cela ne tienne, on nous sert ces documents.  A point nommé.

Dans le premier, il est dit clairement : " Une bande de TERRORISTES attaque le Pentagone. On est EN GUERRE. " Et ce mot, les médias le martèlent sans cesse. En Afghanistan, nous sommes en guerre. Déjà. Et ce n'est pas fini...

Quant au deuxième documentaire, j'ai relevé ceci : " Ils (les terroristes) ont des plans maléfiques" (pour moi, c'est l'Occident qui est maléfique et destabilisateur). "Série d'attentats terroristes. Notre société n'a pas compris que le Mal rôdait". "Al Quaïda est capable d'un assaut contre le monde" (contre nous, donc, alors vite, défendons-nous !). "Les extrémistes, les terroristes, les islamistes..." "Attaques, terroristes.. " (mots sans cesse martelés), et cette perle, en conclusion, auréolée d'images de Musulmans dans des camps d'entraînement et avides d'en découdre : "Les attentats démontrent que les assassins d'Al Quaïda sont toujours ASSOIFFES DE SANG"  !!!!

A quand un débat sur les vrais vampires de la planète, de la Haute Finance ? A quand un débat sur la réalité des attentats du 11 septembre, ou une vaste manipulation pour provoquer en nous la peur, et justifier les lois liberticides, le contrôle de tous, les guerres profitables à ceux qui les décrétent ?

Oui, pour ma part je suis convaincue que la guerre est proche. Guerre des Anglo-Usraéliens contre l'Iran, guerre de l'Europe contre la Russie (tout est fait pour faire de ce pays notre nouvel ennemi). J'espère me tromper ! Mais je sais une chose, comme je l'ai écrit dans un article sur mon blog R-sistons à la désinformation (liens plus loin), c'est que les médias occidentaux sont les ennemis des peuples !

Je joins un article, au moins, sur le Totalitarisme qui se met en place.
Et je martèle à mon tour cette vérité hélas tellement d'actualité : Nos médias ne sont pas libres, mais de simples instruments de propagande. Et sans liberté d'informer, il n'y a pas de liberté et donc pas de démocratie. Notre monde, et particulièrement l'Occident donneur de leçons, est bien malade. La démocratie, en Occident, est un vain mot. Et une imposture dont les peuples sont de moins en moins dupes !

Refusons de nous enrôler pour les actionnaires des multinationales ! Ce n'est pas la patrie que nous aurons à "défendre", mais les industriels du Pétrole, comme nos ancêtres le Charbon et l'Acier !

Il est des désobéissances qui sont plus que des actes de résistance : Des actes de survie. Aujourd'hui, nous devons en effet choisir entre la barbarie et la civilisation. Mais la barbarie est désormais dans le camp de l'Occident, comme dans le Caucase ! N'en déplaise aux médias - encore eux !

Eva

NB : Les rencontres avec les Palestiniens, les Syriens, ou les Lybiens, sont à mon avis juste destinées à les embobiner, à les neutraliser le temps de bombarder les Iraniens ! Ensuite, ce sera leur tour...

Procurez-vous des pastilles d'iode. Les pharmacies n'en délivrent pas. J'ai réussi à me procurer un flacon à 29 euros, de quoi prendre en charge une commune entière ! Les citoyens sont juste bons pour la boucherie. Leur sort est rarement la préoccupation des dirigeants !

Abonnez-vous à mon blog, c'est gratuit. Recommandez-le, faites votre part, je me donne du mal pour vous informer....

TAGS : Occident, guerre, démocratie, médias, propagande, barbarie, civilisation, Guy Möquet, 11 septembre, commémoration barbarie antisémite, Sarkozy, Etats-Unis, anglo-usraéliens, Afghanistan, Europe, Russie, Iran, libéralisme, Monique Atlan, choc civilisations, Al Quaïda, Islamistes, Musulmans, Palestiniens, Syriens, Lybiens,  terroristes, Pentagone...


Les derniers articles sur R-sistons :

 



________________________________________________________________________________________

TORAPAMAVOA, YOUTUBE,
LA CYBER PROTESTATION
 

Bonjour,

vous nous avez soutenu et vous avez raison !

Lisez avec attention le mail ci dessous ;)

En esperant pouvoir toujours compter sur votre soutien !

Merci !

Source :

http://torapamavoa.blogspot.com/200...

**

TORAPAMAVOA YOUTUBE LA CYBER PROTESTATION

Nous devons agir.

+ 10 000 visites en 3 jours.

Plusieurs centaines de soutiens d’internautes, de sites internet, de journalistes, d’associations.

Les esprits les plus retords se sont penchés sur notre cas (on en a plein dans l’équipe et parmi vous) une ACTION est sorti du lot, idée géniale trouvée quasi simultanément par quelques personnes…

Nombre d’entre vous ont désiré participer à une WEBACTION en direction de Youtube autrement qu’en postant un simple commentaire donc …

[EDIT : dernière minute Dailymotion nous empeche deposter notre video de protestation voir détails et captures d’écrans ici !] http://torapamavoa.blogspot.com/200...

- TORAPAMAVOA t’invite à LA CYBER PROTESTATION – JOIN !

Participez à la REVANCHE DE TORAPAMAVOA SUR YOUTUBE.

Si déjà là vous ne comprenez pas revenez à CE message,

http://torapamavoa.blogspot.com/200...

merci.

Pour ceux qui suivent…

Youtube supprime toutes nos videos…

Il serait évidemment à la fois simple et très long de reposter nous même la centaine de vidéos présentes sur Youtube… Et cela rendrait à Youtube ce qu’ils ont supprimés sans subir de préjudice quant à la suppression de notre compte.

Qu’ils assument et que l’info et le clip soient trouvables mais pas visibles sur Youtube !

Que ca se sache !

Cette procédure amènera une vague de « non vidéos » sur leur site détournant leurs visiteurs vers leur concurrent direct Dailymotion.

TORAPAMAVOYEN(NE)S

suivez simplement les 4 étapes suivantes :

(Temps approximatif 5 minutes maximum)

- Choisir une vidéo dans la liste disponible ici : Les +Récentes Les +Commentées Les +Vues Les mieux notées (plusieurs pages de résultats !)

- Vérifier qu’elle n’a pas déjà été repostée sur youtube dans les commentaires de CE message.

Mieux vaut chaque vidéo au moins une fois que la même par centaines

MAIS cela pourrait arriver si nous créons plus de cent comptes différents

Les plus acharnés posteront sans doute plusieurs vidéos.

Vous pouvez répéter cette procédure avec différents titres de nos vidéos…

Il se pourrait donc que Youtube se retrouve avec des centaines de vidéos toutes identiques et des centaines de compte Torapamavoa montrant leur censure et détournant leurs visiteurs.

Youtube se retrouvera donc maintenant avec plus de problèmes qu’avant la suppression de notre compte et son image fortement atteinte.

Ca te tente ?

Go !

suite à http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7092





ATTENTION, MEDIAS !


sur michelcollon.info

Jean-Luc Mélenchon
- Les médias et la Géorgie
" Le principal problème que posent les évènements auxquels nous sommes confrontés est la manière avec laquelle nous en avons connaissance."

Médias Géorgie


Philippe Arnaud - Au secours, les Russes reviennent !
"J'ai eu le sentiment que France Inter désinformait ses auditeurs."
Au secours



Luc Delval - Sarkozy et le médiamensonge afghan
« On ne peut pas discuter avec des gens qui coupent la main d'une femme parce qu'elle a mis du vernis à ongles » (Sarkozy)
« On ne peut pas faire confiance à un président qui raconte un tel bobard inventé de toutes pièces » (Investig'Action)
Sarko Afghanistan

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 08:46



Les néocons,
Les plus grands ennemis de l'humanité,
avec les médias complices !

lundi 1 septembre 2008 à 07:55 ::
Edito :: #5699    translate  ubersetzen

Les plus grands ennemis de l'humanité?

Paul Craig Roberts fut secrétaire adjoint du Trésor au sein de l’administration Reagan, surnommé le « père de l’économie Reagan », c'est aussi un ancien rédacteur et éditorialiste du Wall Street Journal, du Business Week et du Scripps Howard News Service, et l'auteur de ces paroles éloquentes (voir ReOpenNews parue en mai 2008 ) : « Demandez-vous si un gouvernement qui nous a menti pour nous plonger dans deux guerres, et qui continue à nous mentir pour attaquer l’Iran, hésiterait à orchestrer des attaques “terroristes” pour supprimer toute opposition à son programme ? ».

Paul Craig Roberts

__Les néocons et la Géorgie Les plus grands ennemis de l'humanité?__

Le succès de la propagande du régime Bush, les mensonges, et les duperies à l'adresse des Américains crédules et inattentifs depuis le 11 Septembre ont mis à mal l'optimisme sur l'avenir de l'Amérique de ceux qui sont dotés d'intelligence et de conscience politique. Pendant près de 8 ans, les médias américains ont servi de Ministère de la Propagande à un régime de criminels de guerre. Les Américains incapables de penser par eux-mêmes, de lire entre les lignes, ou de chercher par eux-mêmes sur Internet des informations issues de la presse étrangère ont subi un lavage de cerveau.

Comme l'a dit Joseph Goebbels, le chef de la propagande nazi: il est facile de tromper un peuple. Il suffit de dire que la patrie a été agressée et d'agiter le drapeau.

Cela, pas de doute, a fonctionné à merveille avec les Américains.

La crédulité et le désintérêt des Américains ont fait de nombreuses victimes. 1,25 millions d'Irakiens sont morts. Quatre millions d'Irakiens ont été déplacés. Et nul ne sait combien ont été mutilés ni combien d'enfants ont perdu leurs parents.

L'Irak est en ruines, ses infrastructures ont été détruites par les bombes, les missiles et les hélicoptères d'attaque américains.

Nous ne connaissons pas le nombre de victimes en Afghanistan, mais même le régime fantoche proaméricain dénonce les nombreux assassinats de femmes et d'enfants perpétrés par les troupes américaines et celles de l'OTAN.

Nous ne savons pas quel serait le bilan en Iran si Darth-Vader Cheney et les néocons parviennent à mettre en œuvre le stratagème imaginé avec Israël de bombarder l'Iran, peut-être même avec des armes nucléaires.

Ce que nous savons bel et bien c'est que tous ces assassinats et ces destructions n'ont aucune raison d'être et sont diaboliques. C'est l'œuvre de gens démoniaques qui n'ont aucun état d'âme à mentir et à tromper dans le but de tuer des innocents pour réaliser leurs desseins inavoués.

Que ces gens là aient le contrôle du gouvernement et des médias condamne la population américaine pour l'éternité. L'Amérique ne se remettra jamais de la honte et du déshonneur qui lui sont tombés dessus à cause du régime Bush.

Le succès de la propagande néocon est si important que le parti d'opposition n'a pas levé le petit doigt pour enrayer les crimes du régime Bush. Même Obama, qui promet le "changement", est trop impressionné par le succès des néocons à lobotomiser les Américains pour faire ce qu'espéraient ses partisans et nous faire sortir de la honte dans laquelle le Régime Bush nous a plongés.

Tout cela résume grosso modo le pessimisme qui régnait avant le feu vert donné par le régime Bush à sa marionnette en Géorgie pour procéder au nettoyage ethnique de la population russe en Ossétie du Sud dans le but de désamorcer le mouvement séparatiste. Les médias américains, également connus sous le nom de "Ministère des Mensonges et de la Duperie", ont, là encore, obligé le régime criminel de Bush en annonçant à grands cris une "invasion russe" pour occulter le nettoyage ethnique des Russes en Ossétie du sud qui a été effectué lors de l'agression militaire de la Géorgie.

Seulement, cette fois-ci, le reste du monde n'a pas gobé ça - les mensonges depuis de longues années, le 11 Septembre, les ADM en Irak, les connexions avec al-Qaïda, le "yellowcake", l'anthrax, les armes nucléaires en Iran, les "Les Etats-Unis ne pratiquent pas la torture", le bombardement de noces, d'enterrements et de matchs de football entre enfants, Abou Ghraib, les enlèvements de pseudo terroristes, Guantanamo, divers "complots terroristes" inventés de toutes pièces, l'attaque opiniâtre contre les libertés civiles … ont eu raison de la crédibilité des Américains. Personne en dehors des Etats-Unis ne croit encore les médias américains et le gouvernement US.

Il y a eu dans le reste du monde des articles qui rapportaient les faits – une agression contre des civils russes par les troupes de Géorgie entraînées et équipées par les Américains et les Israéliens.

Le régime Bush, bouffi de son importance, pensait que la Russie se soumettrait à cet acte d'hégémonie américaine. Mais les Russes n'ont pas accepté ça et ont mis en débandade l'armée géorgienne.

La réponse des républicains néocons au refus des Russes de se conformer au scénario établi et de se laisser intimider par l'uni-puissance" était si stupide qu'elle a annihilé le lavage de cerveau que subissaient les Américains.

Mc Cain a déclaré: "Au XXI° s les pays n'envahissent pas d'autres pays". Imaginez les rires que Jon Stewart va provoquer avec cette déclaration dans son émission le Daily Show. Depuis le début du XXI°s, les Etats-Unis ont d'ores et déjà envahi deux pays et battent les tambours de la guerre pour en attaquer un troisième. Le président Bush, l'envahisseur n°1 du XXI°s, a repris cette déclaration que les nations n'en envahissent pas d'autres.

Cette affirmation discordante a scandalisé jusqu'aux Américains lobotomisés, comme le révèlent les mails de lecteurs. Si au XXI°s les pays n'envahissent pas d'autres pays, que fait donc Bush en Irak et en Afghanistan, et pourquoi les armadas navales et la propagande sont-elles déployées contre l'Iran? Nous connaissons tous la réponse.

Les deux polichinelles s'étonnent de ce que les Américains aient inculqué l'hégémonie aux Russes, qui fonctionnaient jusqu'à présent, naïvement peut-être, sur la base de la bonne volonté.

Les Européens occidentaux ont soudain réalisé qu'être alliés aux US c'était comme tenir un tigre par la queue. Pas un seul pays européen ne veut être précipité dans une guerre contre la Russie. L'Allemagne, la France et l'Italie doivent remercier actuellement le ciel d'avoir bloqué l'adhésion de la Géorgie à l'OTAN.

L'Ukraine, où un nationalisme nauséabond a pris le pouvoir grâce aux fonds de la National Endowment for Democracy (Dotation Nationale pour la Démocratie), organisme des néocons, sera le prochain lieu de conflit entre les prétentions américaines et la Russie.

La Russie apprend des néocons que d'avoir donné leur indépendance aux anciennes républiques soviétiques qui composaient l'empire n'a pas conduit à leur indépendance mais à leur absorption dans l'empire américain.

S'il n'y a pas suffisamment d'Américains pour sortir de l'état comateux où ils ont été plongés et pour réagir contre les machines à voter truquées de Diebold, chasser ces crétins de républicains et poursuivre les néocons pour crimes contre l'humanité, alors, un gouvernement américain néocon fou furieux va déclencher une guerre nucléaire avec la Russie.

Les néoconservateurs représentent le plus grand danger qu'aient jamais connu les Etats-Unis et le monde. L'humanité n'a pas de pire ennemi.

Paul Craig Roberts

- - - - - -

Article paru le 15 août sur CounterPunch Traduction de emcee pour blog.emceebeulogue.fr

http://www.choix-realite.org/?5699-les-plus-grands-ennemis-de-l-humanite


source
: w41k.info



A lire : Spécial résistance
http://r-sistons.over-blog.com/article-22321751.html



J'exhorte tous
les blogueurs


- à faire circuler le texte de Paul Craig
- à faire circuler mon texte sur les médias (Lettre ouverte...)
- à exhorter leurs lecteurs à écrire aux élus en leur envoyant le texte de Paul Craig,
- à protester en masse auprès des médias complices
- à se servir d'Internet pour organiser rapidement des mouvements de masse
contre les horreurs en préparation !

Soyons actifs avant d'être radioactifs

http://r-sistons.over-blog.com/article-22441221.html

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 01:10



Lettre ouverte aux dirigeants
des Grands Médias,
par Eva R-sistons :


Madame, Monsieur,

Vous pouvez vous regarder dans la glace, le soir ?

Vous êtes fier(e) du travail accompli, de la manière dont vous transmettez l'information ? Vous n'avez pas le sentiment de trahir votre fonction ? Vos engagements ? La déontologie ?

Qu'attendez-vous pour dire non à l'intolérable ? Vous ne voyez donc pas que notre pays dit démocratique se vautre dans l'infâme, devient une république bananière ? Vous êtes aveugle au point d'ignorer que nos médias sont devenus comme dans l'Italie de Berlusconi, serviles, complaisants, mensongers ?

Plus de débats authentiques, mais seulement orientés, pour faire de la propagande en faveur du gouvernement, du libéralisme, de la guerre, de l'Occident et de ses injustices ! Des invités qui se ressemblent tous, ayant une parole identique, libérale, obséquieuse vis-à-vis des néo-cons criminels,  flatteuse à l'égard du pouvoir et de ses courtisans, de Strauss-Kahn à B H Lévy, en passant par les marionnettes au service de Washington, au Pakistan, en Afghanistan, en Irak, en Georgie, en Ukraine, en Colombie...



Encore aujourd'hui, la pire émission de "débat", C dans l'Air, s'est servi du sujet sur Martine Aubry, comme prétexte pour discréditer la gauche, du début à la fin ! C'est une imposture, c'est caricatural !

Quelques mots, entre autres : Les éléphants incarnent "l'échec", Martine Aubry a "une vision archaïque, autoritaire, elle a un problème d'image à gérer", "ceux qui ont cru en Ségolène Royal sont déçus", le PS "n'est pas un parti de gouvernement, il n' a pas d'équipe, pas de programme, pas de projet, pas d'électorat populaire...". N'en rajoutez pas ! La coupe est pleine, la coupe de l'infâmie déborde ! Par la faute de tous ces faux journalistes, la France est ravalée au rang des pires Etats ! Mais vous n'avez pas  honte de tolérer tout ça, pire encore, de favoriser une telle mascarade, réellement stalinienne ?

Jamais une critique de Sarkozy, la moindre vélléité de réprobation  de sa politique est interrompue, on dévie le sujet... sur les prétendus problèmes de la gauche, outrageusement grossis, déformés !

Le temps d'antenne ne compte pas : Les séquences présentées sont choisies de telle sorte que Sarkozy, et son gouvernement, sont montrés sous leur meilleur jour, la moindre de leurs paroles est soigneusement mise en valeur, tout embryon de critique est écarté ! Et c'est toujours le détail signifiant qui est choisi... L'opposition n'a pas droit à ces égards ! Vos journalistes s'étendent sur des détails insignifiants, sans intérêt, et surtout dénués de critiques à l'égard du Pouvoir !

Les écrans ont été vidés de tous les sujets qui peuvent inciter à réfléchir, à la place sont diffusés des jeux stupides et des séries américaines abêtissantes ! Où sont les grands reportages d'antan sur les souffrances des Palestiniens, les dirigeants conservateurs américains, les graves problèmes de société ? Remplacés par de la télé-réalité (soi-disant), des shows futiles, des documents-people qui font rêver et détournent l'attention, des châteaux en France ou en Espagne, des voyages dépaysants, des racines et des ailes fastueuses ! Ou par de pseudo-documents  qui sont censés faire le point sur les grands événements, comme ceux de Duquesne sur la 2, et qui en réalité masquent les vrais problèmes et font le lit du libéralisme !





Silence assourdissant sur toute la casse sociale ou de l'indépendance de la France, mais par contre des projecteurs braqués sur les faits-d'armes réels ou surtout supposés, du Président, ou encore sur les péripéties de la princesse captive en Colombie ! Et mensonges éhontés sur la Yougoslavie, le Vénézuela, Cuba, le Tibet, la guerre de Georgie ! Sans parler de la propagande quotidienne, et scandaleuse, contre la Chine, la Russie, ou  les pays Arabes !

Et que dire des invités ? Un défilé permanent des mêmes, faux intellectuels et vrais courtisans du pouvoir, stars yé-yé et "bien pensantes", sondeurs au service de la caste militaro-financière, libéraux bon teint ou faussement de gauche, philosophes au service de l'Occident usraélien, romanciers reptiles ou bo-bo, animateurs bling-bling...

Quant au communautarisme, il règne en maître ! Fini, le pluralisme ! Fr2, par exemple, nous sert dès le matin critique littéraire (Monique Atlan, qui prêche, quelle honte, pour la guerre contre l'Iran !), animatrices météo ou pour parler de sujets de société, journalistes.... coulés dans le même moule, la même idéologie, les mêmes obsessions ! Ce n'est plus de l'animation ou de l'information, c'est de la désinformation à pleine dose, partisane, scandaleuse ! Comment peut-on oser confier le secteur presque complet des médias aux mêmes personnes, qui n'aiment pas la France et prêchent pour leur paroisse ? C'est une imposture, à dénoncer sans cesse !  J'ai honte de vivre dans ce pays, ravalé au rang de dictature (d'un clan au service d'intérêts étrangers) !

http://laplote.over-blog.fr

Nous voulons une information libre, plurielle, qui traite des graves problèmes (guerre en préparation, casse sociale, danger des multinationales notamment du secteur de la Santé...), des grands enjeux (stratégies du chaos; dangers liés au néoconservatisme évangéliste et néo-sioniste; lois liberticides; impérialisme de l'Occident, et non de la Russie comme encore ce soir Arte voulait nous le faire croire !) ! Assez de mensonges, de falsifications, de débats tronqués, d'interwiews malhonnêtes, de communautarisme, de silence sur les vrais problèmes qui menacent l'humanité ! Car ce n'est pas Al Quaïda, fruit de l'imagination de stratèges machiavéliques, que nous devons craindre, ou la Russie, ou la Chine, mais le néo-libéralisme et l'Occident dominé par Washington !

Au fait, à quand un débat honnête sur le 11 septembre ? Une information digne de ce nom doit le favoriser !

Vous attendez quoi, un nouveau 1789 qui vous enverra devant un Tribunal des peuples excédés ? Et au mieux en prison, au pire face à la colère des citoyens excédés, révulsés par tant de mépris de leur vie, de leurs intérêts ?  

Savez-vous que votre comportement est criminel ? Oui, criminel ! Parce qu'en nous dressant, par exemple, à longueur d'informations contre les Russes ou les Iraniens, vous nous conduisez tous à la boucherie dont évidemment vous vous protégerez avec vos amis haut placés ! Et c'est ignoble ! Vous êtes là pour servir l'information, pas pour nous précipiter vers l'horreur de la mondialisation ultra-libérale ou de la guerre ! 




Celui qui sème le vent récolte la tempête. Vous l'aurez mérité. On ne regrettera pas les faux journalistes que vous êtes, et les vrais serviteurs du grand désordre planétaire si préjudiciable aux peuples.
Honte à vous ! Les citoyens ouvrent les yeux, ils en ont assez d'être trompés, ils sont en colère !

Eva, journaliste. Attachée à la vérité, quoiqu'il en coûte.  Et indépendante de tout parti, clan, pouvoir. Qui s'est toujours montrée digne de sa carte de presse, elle ! Comme tant d'autres, Michel Collon, Thierry Meyssan, Olivier Bonnet....

TAGS :  Médias, FR2, C dans l'Air, Sarkozy, Chine, Russie, Israêl, Etats-Unis, Washington, Palestiniens, 11 septembre, Thierry Meyssan, Olivier Bonnet, Michel Collon, mondialisation, Occident, néo-libéralisme, néoconservatisme, Arabes,  néo-sionisme, communautarisme, lois libertifices, dictature, démocratie, Georgie, Arte, Al Quaïda, Monique Atlan, Arte, Tibet, Yougoslavie, people, bling-bling, Espagne, France, des Racines et des Ailes, PS, Gauche, Ségolène Royal, Martine Aubry, Ukraine, Pakistan, Afghanistan, Irak, Iran, Colombie, libéraux, B.H. Lévy, Strauss-Kahn, Italie, Berlusconi...





Les journalistes
au service de l’argent


CARTAGENA & BRIATTE
 

On sait maintenant, grâce aux révélations issues de l’enquête de la Commission Church du Sénat Américain en 1975 et à la publication de documents officiels et confidentiels à la fin du gouvernement Clinton, que les journaux d’opposition à Allende –en particulier El Mercurio-, ont été généreusement financés par Washington par le biais de la CIA.

Pendant longtemps la dénonciation qu’en faisaient les démocrates a été traitée comme une campagne menée par les marxistes.

Des journaux, stipendiés par les Etats-Unis, ont non seulement contribué à la chute du gouvernement d’Allende mais, plus tard, participé à la politique systématique d’extermination menée par la dictature de Pinochet.

L’opération de presse la plus macabre reste l’Opération Colombo. En 1975 une liste de 119 militants disparus chiliens fut publiée dans plusieurs pays, les présentant comme les victimes de purges et de règlements de comptes des partis de gauche.

Au mois de mars 2006, le Collège des Journalistes du Chili a prononcé des condamnations à l’encontre de professionnels ayant participé à cette opération. C’est ainsi qu’ont été punis les ex-directeurs de quotidiens René Silva Espejo (décédé) de « El Mercurio », Mario Carneyro (décédé) de « La Segunda », Alberto Guerrero Espinoza de « La Tercera », Fernando Diaz Palma de « Las Ultimas Noticias ». Ce dernier présente comme circonstance aggravante le fait qu’à l’époque il assurait la Présidence du Collège des Journalistes. Et la simple journaliste Beatriz Undurraga Gomez a aussi été sanctionnée.

En juin 2008, ce même Collège a réuni les familles des 125 victimes de la dictature mortes et disparues dans le cadre des opérations dénommées « Colombo » et « Rinconada de Maipu » et leur a présenté ses excuses pour le comportement de certains de ses membres.

En même temps, il a sanctionné les journalistes Claudio Sánchez de Canal 13, Julio López Blanco, Vicente Pérez, Manfredo Mayol et Roberto Araya de Télévision Nationale (TVN), la chaîne de l’Etat, pour leurs implications dans ces opérations d’intelligence.



Cependant, lorsqu’un crime est commis, on n’est pas moins coupable pour être journaliste. Ainsi, les familles des victimes ont porté plainte contre cinq d’entre eux. Claudio Sánchez, Julio López Blanco, Manfredo Mayol, Roberto Araya et Vicente Pérez devraient donc répondre de délits d’homicide qualifié, de tortures et d’association illicite. Rappelons qu’ils pointaient dans les services de Pinochet. On ne saura jamais s’ils n’étaient que des fascistes motivés par l’aspect financier. Par ailleurs, Roberto Araya qui a reconnu avoir participé comme spectateur aux tortures infligées à des militants de gauche, a déjà été mis en cause dans un procès pour crimes contre l’humanité au Chili.

Le Président du Collège des Journalistes, Luis Conejeros lui-même, a manifesté sa préoccupation devant la décision des familles des victimes de porter plainte contre ses collègues car il considère que leurs actes sont de nature purement professionnelle. D’après lui nier, dissimuler et justifier des crimes de lèse-humanité constitue tout au plus une mauvaise pratique, mais jamais un délit passible de condamnation.

Rappelons que Conejeros a publiquement appelé, en octobre 2007, au boycott du journal des communistes « El Siglo », lors d’un conflit qui opposait la direction de ce journal à certains de ses prestataires contractuels.

L’anticommunisme, substrat essentiel pour de tels agissements, peut aussi encourager d’autres attitudes équivoques dont les motivations sont tout autant inavouables. Chassez le naturel, il revient au galop, surtout quand les anticommunistes se déguisent en démocrates.

En France, pendant tout le temps que les dénonciations et les preuves s’accumulaient sur le financement nord-américain de l’ONG Reporters sans Frontières (RSF), son président, Robert Ménard, s’est défendu en niant les faits et prétendant que ses accusateurs menaient une campagne communiste contre lui.


 En France, c'est plus libre :

http://laplote.over-blog.fr  


Robert Ménard est effectivement financé par la National Endowment for Democracy (NED) qui dépend de Washington et il a empoché 100.000 dollars de Taipei juste avant le déclenchement de la campagne contre la Chine à l’occasion des Jeux Olympiques de Pékin.

 

La justification des crimes commis par la politique américaine à travers le monde constitue un domaine où « Bob » Ménard excelle. En effet, Ménard a disculpé systématiquement l’armée américaine des crimes commis à Bagdad contre des journalistes. De même il a justifié le coup d’Etat contre Chavez au Venezuela en 2002. Mais le domaine où Ménard se montre le plus obsédé est dans la justification de toutes les agressions américaines contre Cuba, au point de participer lui-même au financement des « journalistes » cubains qui contribuent à mettre en pratique la politique de déstabilisation du pays prônée par la Maison Blanche.

Est-ce qu’un journaliste qui met ses compétences au service d’un crime contre l’humanité, soit en y participant, soit en le couvrant ou en le justifiant, est moins coupable que le criminel lui-même ?

J.C. Cartagena et N. Briatte

http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7067




Avec Eva,  R-sistons !

Spécial Résistance en marche :
Armes de persuasion massive. A relayer !
http://r-sistons.over-blog.com/article-22321751.html

Parution spécial Occident prédateur et militaro-financier
http://r-sistons.over-blog.com/article-22259480.html

Refusons le clash de civilisations pour masquer
la faillite libérale
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/article-22348806.html

Le village du bonheur et la planète du malheur
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/archive-day/20080309


Les médias commerciaux se déchaînent contre les nouveaux décrets-lois de Chavez
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7040


Lorsque la télévision donne la parole :

Aujourd’hui, la télévision occupe le temps libre des citoyens, laisse à croire au libre-arbitre, mais finalement fabrique un étonnant formatage pour une société ultra-libérale. Le bonheur se révèle dans la consommation et la subjectivité devient règle. Il existe pourtant d’autres pratiques pour que ce média apporte tout autre chose. Le Venezuela s’attelle à cette tâche et y réussit pour la plus grande satisfaction de ses téléspectateurs qui en sont également les acteurs

Une autre télévision existe pourtant ailleurs. Le Venezuela travaille à cela. En 2000, Hugo Chavez, président actuel, élu en 1998, rend légaux les organes de communication locaux et leur donne droit à l’expression. Le ministère de l’Information et de la Communication prononce une loi de responsabilité sociale des médias, avec des règles éthiques, déontologiques face aux dérives des médias privés.

Pour rompre avec les pratiques traditionnelles journalistiques – qui reproduisent et favorisent la logique de présentation, qui prive le peuple de toute participation –, pour être le contraire de l’information passive, pour fabriquer une « chaîne du continent », le gouvernement met à disposition des populations, cinéastes, réalisateurs et distributeurs des canaux hertziens, où l’indépendance est totale en matière d’information. La production devient collective, en rupture avec les oligopoles qui s’accaparent la communication. Un tel système encourage les communautés les moins organisées à faire leur propre information par des cellules locales de production. La caméra est donnée – véritable fusil pour recouvrer la vue. La notion de temps dans l’information est revisitée, un nouveau journalisme revit.

Télévision participative.

Cette nouvelle télévision ouvre un canal d’information entre le peuple et Chavez, qu’il reprend dans son émission Alo Presidente – émission hebdomadaire diffusée tous les dimanches sur la chaîne Canal 8 –, et qui oriente l’agenda ministériel. Un « contraloria social » – « inspecteur social » – s’installe, efficace et constructif. L’objectif : une éducation citoyenne, collective et individuelle, pour aboutir à une société consciente, critique et participative.

Ouverture

Catia TV sera l’exemple de cette ouverture dans le pays. Initiée par Blanca Eekhout en 1990, cette télé communautaire est une chaîne de quartier émettant dans les « barrios » ouest de Caracas. Son message : « No vea televisión, hágala » – « Ne regardez pas la télévision, faites-la ! ». En décembre 2000, Catia TV obtient sa licence grâce à la loi organique sur les télécommunications, sans aucune condition politique ou idéologique exigée à son lancement. Son indépendance est totale et à tous les niveaux. Parce qu’il n’y a pas de liberté d’expression sans moyens de communication, Catia TV défend une télévision intelligente, l’antidote aux formats imposés. « Se demander où est le besoin pour y donner la réplique » symbolise l’action et le travail de la chaîne. La télévision donne enfin la parole. Catia TV, qui informera sur la réalité du coup d’Etat du 11 avril 2002 et qui sera un facteur important de son échec, sera brutalement fermée en 2003 par Alfredo Peña – maire du district fédéral de Caracas et ex-journaliste, farouche opposant au gouvernement. En cadenassant son transmetteur, en confisquant son matériel, Peña privera les communautés populaires du droit de s’exprimer et d’informer de façon indépendante. Catia TV reprendra ses droits grâce à la Commission nationale des télécommunications, seul organe disposant d’un contrôle sur les médias alternatifs. Catia TV émet aujourd’hui quotidiennement de 10 h à minuit.

Vive TV a la dimension d’un projet politique, culturel, pluraliste et participatif, critique et sans propagande. L’intention : donner la parole au peuple dans son contenu comme dans son fonctionnement. Son slogan : « Te gustara saber » – « Tu aimeras savoir ». Ainsi, les protagonistes sont les membres de la communauté,
le citoyen, tous ces vénézuéliens invisibles dans un monde où les médias dominent la culture et le monopole du message.

à la question de Blanca : « Quelle est notre marge d’autonomie ? », Chavez répondra : « J’ai besoin de critiques, mais si l’une d’elles pouvait faire tomber le gouvernement, prévenez-moi une heure avant ».

Dans ce média, les pratiques de travail et les relations sociales à l’intérieur sont hors du commun. Ici, la hiérarchie est horizontale, la considération et le respect de chacun essentiels

Vive TV se fait aussi l’écho des radios communautaires locales
,

D’autres modèles existent. Celui de TeleSur, lancée en juillet 2005 à l’initiative du Président vénézuélien Hugo Chávez. En partenariat avec l’Argentine, l’Uruguay et Cuba, l’objectif est de permettre aux habitants de l’Amérique latine d’avoir un média défendant « leurs propres valeurs, divulguant leur propre image, débattant de leurs idées et diffusant leurs propres programmes, de façon libre et égale ».

Promotion de la culture et de l’éducation s’opposant à une télévision commerciale, portes ouvertes aux producteurs indépendants.

De par une démocratisation et une socialisation de la communication, l’intégration solidaire des peuples à celle-ci, l’appropriation et la régionalisation populaire participative, et la libéralisation du langage, les résultats sont époustouflants.

Alors que Paulo A. Paranagua écrit dans Le Monde que les paysans latinos sont des illettrés, la seule répartie possible à ce petit journaliste aliéné sera la pertinente remarque de Hugo Chavez : « La domination n’est jamais aussi parfaite que lorsque les dominés pensent comme les dominants ».

Muriel KNEZEK
pour Le Grand Soir
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6725

De la corruption
de la presse...

Confessions d’un journaliste qui en a croqué... un tout petit peu, et qui en a vu d’autres se gaver autour de lui. Ou comment, en quelques anecdotes vécues, vous dégoûter à jamais... d’un métier dont vous aviez la vocation.
http://novovision.fr/?De-la-corruption-de-la-presse


C O M M E N T A I R E S   :    I C I

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 07:13


http://www.relatio-europe.eu/

Avec le chou-chou des
médias partisans....

Georgie, je l'ai vu...
comme si j'y étais !


Comme prévu, non seulement les intellectuels médiatiques français ne se bousculent pas pour dénoncer les massacres massifs commis par l'armée géorgienne dans la nuit du 7 au 8 août 2008 (2000 personnes en une nuit sur une population de 98 000, on voit ce que cela aurait donné sur une semaine si la Russie n'était pas intervenue...), mais en plus ils versent comme d'habitude dans le n'importe quoi pour discréditer l'adversaire russe. A preuve cette enquête sur les propos d'un intellectuel connu publiée par Rue89 :

"www.rue89.com
 
 
Contrairement à ce qu’il a écrit dans Le Monde, le philosophe n’a pu se rendre dans la ville de Gori. Ce n’est pas la seule affabulation.

Qu’on l’apprécie ou non, il faut reconnaître que Bernard-Henri Lévy, qui s’est rendu la semaine dernière en Géorgie, ne manque ni de courage, ni de convictions. Mais BHL n’est pas un journaliste, et le récit qu’il a rapporté pour Le Monde <http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/08/19/choses-vues-dans-la-georgie-en-guerre-par-bernard-henri-levy_1085547_3214_1.html> , titré « Choses vues dans la Géorgie en guerre », est à prendre avec des pincettes. Ainsi, lorsque BHL déclare qu’il est arrivé à Gori mercredi 13 août et qu’il a vu une ville « brûlée », il affabule. Il n’a pas réussi à entrer dans la ville.
 
Rue89 a entrepris de faire ce que les confrères anglo-saxons appellent un « fact-checking », une vérification des informations livrées par un reporter. Ce que BHL n’est pas : il est présenté dans le quotidien comme « philosophe et essayiste » et son récit a été prudemment rangé sous l’étiquette de « témoignage ». Il n’en reste pas moins que ce récit occupe deux pages au centre d’un journal jouissant d’une autorité certaine en matière d’information internationale.
 
Deux jours et demi de balade, dans la confusion de la guerre
 
Commençons par ce que ne raconte pas le « témoignage » de BHL : les conditions de la balade. Mercredi 13 août, rendez-vous est pris à l’aéroport du Bourget devant l’aérogare de Darta, une compagnie d’aviation privée. Le philosophe a loué un jet pour rallier Tbilissi, qui n’est plus desservie.
 
Il est accompagné par son vieux complice, l’éditeur Gilles Hertzog, le documentariste Raphaël Glucksmann et un journaliste de France Culture, Omar Ouamane. Plus un garde du corps. Le jet se pose vers midi en Géorgie, « juste pour le déjeuner », précise Raphaël Glucksmann. Prévenue par son ambassadeur à Paris, la présidence géorgienne a dépêché l’un de ses traducteurs pour accompagner BHL durant tout son séjour.
 
Celui-ci sera court, puisque Bernard-Henri Lévy repartira samedi matin, à 8 heures, de Tbilissi. Il aura donc passé deux jours et demi en Géorgie. L’équipage descend au Marriot Tbilissi, un hôtel cinq étoiles fréquenté par les journalistes et les diplomates.
 
Plusieurs journalistes français, surpris par sa présence, interrogent dès son arrivée l’intellectuel qui ne cache pas les motifs de son voyage : défendre la liberté en Géorgie contre l’ogre russe. Plusieurs radios, comme France Inter, France Info ou RFI, diffuseront des extraits de ces interviews.
 
La multiplication des chars
 
Dans un minibus blanc climatisé, direction Gori, l’une des villes occupées par les troupes russes. Première « chose vue », sur la route :
 
« Le fait est que la première présence militaire significative à laquelle nous nous heurtons est un long convoi russe, cent véhicules au moins, venu tranquillement faire de l’essence en direction de Tbilissi. »
 
L’envoyé spécial du Nouvel Observateur, Christophe Boltanski, qui emprunte la même route, le même jour, a compté les véhicules de cette colonne. Il en a recensé trente: six camions de troupes, six camions citernes, sept blindés APC, trois camions essence, six chars, deux ambulances.
 
Encore quelques kilomètres et l’équipage retrouve un groupe de journalistes, bloqués à un barrage tenu par la police géorgienne. Les journalistes ont suivi Alexandre Lomaia, le conseiller géorgien pour la sécurité nationale, qui avait décidé courageusement de se rendre à Gori, accompagné de l’ambassadeur d’Estonie. Le convoi est bloqué à quelques kilomètres au sud de la ville. BHL descend alors de sa camionnette blanche.
 
Vincent Hugeux, grand reporter à L’Express <http://www.lexpress.fr/actualite/monde/gori-ville-fantome-et-cite-interdite_550120.html> , s’étonne :
 
« J’ai reconnu sa silhouette. Il était accompagné de Gilles Hertzog et Raphaël Glucksmann. BHL a même lancé à un journaliste français : ‘Ah, mais nous sommes confrères !’ »
 
Ne pas voir Gori, mais en parler quand même
 
BHL franchit le barrage, dans des conditions sur lesquelles nous reviendrons, et racontera dans Le Monde la scène suivante :
 
« Nous arrivons à Gori. Nous ne sommes pas au centre-ville. Mais, du point où Lomaia nous a laissés avant de repartir, seul, dans l’Audi, récupérer ses blessés, de ce carrefour que contrôle un char énorme et haut comme un bunker roulant, nous pouvons constater les incendies à perte de vue. Les fusées éclairantes qui, à intervalles réguliers, illuminent le ciel et sont suivies de détonations brèves. Le vide encore. L’odeur, légère, de putréfaction et de mort.
 
« Et puis, surtout, le bourdonnement incessant des véhicules blindés et, une fois sur deux à peu près, des voitures banalisées remplies de miliciens reconnaissables à leurs brassards blancs et à leurs cheveux retenus par des bandanas.
 
« Gori n’appartient pas à cette Ossétie que les Russes prétendent être venus « libérer ». C’est une ville géorgienne. Or ils l’ont brûlée. Pillée. Réduite à l’état de ville fantôme. Vidée. »
 
Problème : BHL n’est jamais « arrivé à Gori », et les Russes n’ont pas « brûlé » la ville.
 
Que s’est-il passé ? Avec son équipe, il s’est débrouillé pour passer ce premier barrage en compagnie d’Alexander Lomaia et de quelques autres personnes (l’ambassadeur estonien, la députée européenne Marie-Anne Isler-Béguin et la journaliste du Washington Post Tara Bahrampour).
 
Deux heures plus tard, vers 22h30, dans la nuit noire, BHL est de retour au premier barrage où attend la presse. Il sort du véhicule, le visage grave, et avec sa voix de Malraux, il témoigne devant les journalistes:
 
« La ville est nettoyée, Gori est une ville fantôme, il y a des flammes partout ; apparemment pas âme qui vive, Gori a été vidée de sa population. C’est ce que les Russes appellent la pacification. »
 
L’eurodéputée Marie-Anne Isler-Béguin intervient alors pour démentir : « mais non, on n’était pas à Gori », dit-elle aux journalistes, « on a été bloqués à un barrage à 1,5 kilomètre de la ville ». Elle connaît cette région depuis huit ans. Seuls les champs brûlaient, ajoute-t-elle. Les armées brûlent parfois les champs pour éviter le risque des snipers embusqués.
 
Plusieurs témoins confirment : BHL n’était pas à Gori
 
Déléguée du Parlement européen pour le Caucase Sud, Marie-Anne Isler-Béguin revient sur l’épisode pour Rue89:
 
« Je viens de découvrir son témoignage. Je suis un peu surprise qu’il n’ait pas tout à fait dit comment ça c’était réellement passé. Mais il a peut-être oublié… J’ai vu Bernard-Henri Lévy pour la première fois lors de ce voyage au check-point où étaient bloqué tous les journalistes, à cinq kilomètres de Gori.
 
« Si Bernard-Henri Lévy est monté avec Lomaia et moi, c’est parce que j’ai intercédé en sa faveur. C’est lui qui m’a demandé : « Madame la députée, je voudrais me joindre à la délégation. » Et c’est moi qui ait obtenu l’accord de l’ambassadeur d’Estonie. Dommage qu’il ait oublié ce petit détail… En plus, c’est le seul qui soit monté dans la voiture avec son garde du corps.
 
« Et il y a d’autres approximations. S’il arrive à distinguer les militaires des paramilitaires, il est plus doué que moi. S’il a senti une odeur de putréfaction, moi pas. Il écrit aussi que Gori a été brûlée, pillée et réduite à l’état de ville fantôme, mais à ce moment-là, on ne pouvait pas le dire, tout simplement parce que personne n’y était encore allé. Enfin, nous nous sommes arrêtés à 1,5 kilomètre de Gori. »
 
Gilles Hertzog, fidèle compagnon de route de BHL, confirme lui aussi la version de l’élue :
 
« Non, on n’est pas rentrés dans la ville, on est resté à l’orée de la ville, je ne sais pas à combien de kilomètres de Gori. Il faisait nuit, on apercevait vaguement des bâtiments quand il y avait des fusées éclairantes, mais on n’était que sur le bas-côté d’une route. Il y avait des champs qui brûlaient autour de nous, on nous a dit que c’était du ‘farming’ [des feux allumés par des cultivateurs, ndlr], mais je ne l’ai pas cru. »
 
Et même divergence avec BHL sur l’odeur de putréfaction :
 
« Personnellement, je n’ai rien ressenti, mais peut-être que mon ami Bernard-Henri Lévy lui l’a ressentie. »
 
Dans son reportage, la journaliste du Washington Post raconte elle aussi cette virée <http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/08/13/AR2008081303759.html> , mais en précisant bien clairement, en début de l’article, qu’elle n’a pas vu la ville. Le « byline », l’indication du lieu et de la date du reportage placée au début du texte, est très clair : « OUTSIDE GORI, Georgia, Aug. 13 » [« En dehors de Gori, en Géorgie, le 13 août »].
 
Vendredi 15 : un « braquage » qu’il n’a pas vu
 
Et que penser de la seconde tentative pour se rendre à Gori le vendredi ? BHL écrit dans Le Monde :
 
« Vendredi matin. Nous décidons, avec Raphaël Glucksmann, Gilles Hertzog et la députée européenne, de revenir à Gori que, suite à l’accord de cessez-le-feu rédigé par Sarkozy et Medvedev, les Russes auraient commencé d’évacuer et où nous sommes censés rejoindre le patriarche orthodoxe de Tbilissi en partance, lui-même, pour Shrinvali, où des cadavres géorgiens seraient livrés aux porcs et aux chiens.
 
« Mais le patriarche est introuvable. Les Russes n’ont rien évacué. Et nous sommes même, cette fois, bloqués vingt kilomètres avant Gori quand une voiture, devant nous, se fait braquer par un escadron d’irréguliers qui, sous l’œil placide d’un officier russe, fait descendre les journalistes et leur arrache caméras, argent, objets personnels et, finalement, leur véhicule.
 
« Fausse nouvelle, donc. L’habituel ballet des fausses nouvelles dans l’art duquel les artisans de la propagande russe semblent décidément passés maîtres. Alors, direction Kaspi, à mi-chemin entre Gori et Tbilissi, où l’interprète de la députée a de la famille et où la situation est, en principe, plus calme. »
 
Le documentariste Raphaël Glucksmann conserve un souvenir différent de ce « braquage ». Le convoi de trois voitures est stoppé au dernier barrage de la police géorgienne où on leur déconseille fortement de continuer :
 
« Les policiers nous ont raconté qu’une voiture de l’UNHCR [le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies, ndlr] venait de se faire dépouiller au barrage russe. Nous avons donc rebroussé chemin. Je n’ai pas vu cette scène. C’est simple, la route fait un coude et juste après, à 500 mètres environ de là où nous sommes, il y a le barrage russe, mais on ne le voit pas. »
 
La version de l’eurodéputée sonne, elle aussi, bien différemment de celle de BHL. Contrairement à ce qu’affirme l’intellectuel, elle n’était pas à ses côtés à ce moment précis :
 
« Le jeudi, les autorités géorgiennes m’ont assuré que je pourrais aller le lendemain à Gori avec un convoi humanitaire. Mais, le vendredi, on attend une heure, deux heures, et on n’obtient toujours pas d’accord des Russes pour faire partir le convoi humanitaire.
 
« Je n’ai donc pas pris de voiture en direction de Gori avec Bernard-Henri Lévy. Je n’ai pas non plus cherché le patriarche, qui a eu l’autorisation de se rendre à Shrinvali pour aller récupérer des corps de Géorgiens, car je savais où il était, mais j’ai seulement regretté de ne pas l’avoir contacté avant.
 
« Je n’avais toujours pas bougé de Tbilissi quand, avec mon assistante géorgienne, on décide alors de se rendre au village de Kaspi, qui n’est pas en zone occupée. Et c’est là que Bernard-Henri Lévy revient vers moi et me dit : « On a fait équipe hier, est-ce qu’on continue à faire équipe ? »
 
Gilles Hertzog, n’était pas non plus avec BHL :
 
« Moi, je ne sais pas, je n’étais pas dans la même voiture que lui. Je ne sais plus exactement… Vous savez, on laisse faire nos chauffeurs, ce sont eux qui décident, qui savent où on peut aller. »
 
Les autos partent en fait à Kaspi pour constater la destruction d’une usine électrique que filmera Glucksmann.
 
Dernière soirée à Tbilissi, Sartre et la pureté dangereuse
 
Vendredi, seconde rencontre du philosophe avec le président géorgien Mikheïl Saakachvili. Bloqué depuis plusieurs jours dans sa résidence, le chef d’Etat interroge BHL et Raphaël Glucksmann :
 
« Il nous a demandé comment c’était à Gori et Kaspi. Puis, ils ont un échange sur le thème : « Pourquoi l’Occident ne répond pas ? »
 
Dans le récit qu’il a rapporté pour VSD, Hertzog raconte :
 
« Bernard-Henri Lévy tente de leur remonter le moral. Pourquoi ne pas inciter les pays de l’Otan qui ont appuyé la demande de la Géorgie à se prononcer solennellement ? Pourquoi ne pas tenir vos conseils des ministres dans une ville menacée ? Saakachvili retrouve un instant le sourire. ‘Très bonnes idées !’, lance-t-il. »
 
Ensuite, selon Glucksmann, les deux hommes parlent philosophie :
 
« Saakachvili a lu ‘La Pureté dangereuse’ et puis il a eu une prof de philo, ancienne correspondante de Sartre, et comme BHL a écrit sur Sartre… »
 
Retour à l’hôtel à l’aube, fin de l’escapade, tout le monde reprend l’avion vers 8h du matin. Direction Nice, où BHL a un rendez-vous. La folle vie continue.
 
Le journal britannique The Independant <http://www.independent.co.uk/opinion/columnists/pandora/pandora-bernardhenri-lvy-french-gift-to-georgia-900650.html> ne s’est pas trompé sur la leçon à tirer de toute l’histoire. Dès lundi 18 août, ils écrivait:
 
« Les Américains ont envoyé des couvertures, les Estoniens des médecins, mais ce sont les Français qui, assurément, sont venus au secours des gens de l’Ossétie du Sud en proposant d’envoyer leur ‘nouveau philosophe’ [en français dans le texte, ndlr] Bernard-Henri Lévy. »
 
Julien Martin, Pascal Riché et David Servenay"

http://delorca.over-blog.com/article-22285909.html


Faut-il faire taire Tariq Ramadan ?

Impartiale couverture
des médias !



jeudi 28 octobre 2004, par Tariq Ramadan 
  

C’est le magazine L’Express qui a obtenu l’exclusivité de l’annonce et de la présentation du livre de Caroline Fourest, Frère Tariq. La publication du livre a non seulement fait la Une mais ce ne sont pas moins de huit pages qui lui sont offertes, avec une interview aux questions faussement objectives et des extraits qui sont présentés avec des annotations qui prouveraient que Caroline Fourest a bien lu et qu’il s’agit là d’un travail scrupuleux et honnête. Caroline Fourest est d’ailleurs présentée comme une « journaliste d’investigation » (donc neutre) et « féministe » (dont l’engagement est forcément noble). Aucune prise de distance de la part du magazine, aucune manifestation de prudence qu’exigerait le minimum de déontologie... Ces dernières années, l’Express, quant à son traitement de l’islam et de la réalité des Français de confession musulmane, va vraiment de plus en plus mal...

La formidable campagne médiatique qui s’est abattue sur moi en France a commencé après la publication de mon texte sur les (nouveaux) intellectuels communautaires. Depuis, on n’a point cessé la critique et tous les moyens ont été bons pour chercher à me diaboliser. Le livre Frère Tariq vient poursuivre cette campagne, et Caroline Fourest est non pas seulement « une journaliste d’investigation », mais également une militante de longue date pour qui toute critique de la politique israélienne est en fait de l’antisémitisme. Proche de Pascal Bruckner, protégée de Bernard-Henri Lévy, elle est l’auteure d’un pamphlet qui est tout sauf une étude sérieuse : le mensonge le dispute à la citation tronquée ; le raisonnement construit de toutes pièces n’a d’égal que l’approximation et les erreurs de dates, de noms, de lieux et de personnes. Une honte... et les Éditions Grasset qui osent publier une pareille « enquête » (romanenquête idéologique ?) se déshonorent...

Les exemples de distorsions transpirent à chaque page et nous n’en prendrons que trois.
• Caroline Fourest affirme que j’ai fait interdire la pièce Mahomet, de Voltaire, en 1993, ce qui est un mensonge éhonté. Le conseiller administratif de la ville de Genève, M. Alain Vaissade, a pris cette décision en juin 1993, alors que j’étais depuis plusieurs mois en Égypte (je ne suis revenu qu’en août...). M. Vaissade a publiquement affirmé à la Radio suisse romande qu’il avait lui-même pris cette décision et qu’il ne m’avait ni vu ni consulté sur cette question.
• Par ailleurs, l’auteure construit des raisonnements en utilisant de courtes citations de trois mots pour faire croire que c’est moi qui parle. Elle ne va pas jusqu’au bout de mes raisonnements. Je dis, par exemple, aux musulmans qu’il serait légitime de se battre si on nous empêchait de pratiquer les piliers de l’islam. Caroline Fourest coupe mon raisonnement et insiste sur le fait que j’encourage les musulmans à lutter contre nos Constitutions quand elles ne respectent pas l’islam. Elle omet de citer la suite, où j’affirme que toutes les Constitutions européennes respectent les piliers de l’islam. Il est donc tout à fait possible d’être Français et musulman. Ce genre de déformations est plus la règle que l’exception.
• Dernier exemple : le cinéma. J’ai toujours soutenu que le cinéma n’était pas interdit en islam et qu’il appartenait à chacun de faire son choix et d’être sélectif : tout n’est pas bon dans le cinéma et il est évident que je fais allusion à la violence, à la pornographie ou encore à ces films de « grandes industries » abrutissants. Caroline Fourest interprète ces réserves comme des attaques contre le cinéma, que, à la manière des talibans, j’interdirais forcément en pays majoritairement musulman.
Tout le livre est à l’avenant : un édifice mensonger produit par un esprit profondément malhonnête. Cela suffit, je n’accorderai pas plus d’attention à ces quatre cents pages qui sont une insulte à la pensée, à la probité et qui n’ont qu’une seule fonction : noircir et répandre la peur. L’avenir montrera assez vite qu’entre Caroline Fourest et moi-même c’est elle et ses collègues qui sont le véritable danger, qui entretiennent la peur, poussent au repli communautaire et pervertissent le débat, qu’ils ne conçoivent que comme un monologue dont ils imposent les termes et les conditions.

Caroline Fourest a été invitée par la Télévision suisse romande (TSR) pour venir débattre de son livre en face à face. Sa maison d’édition a d’abord prétendu qu’elle ne pouvait se rendre à Genève « pour des raisons de sécurité »... Cela fait sourire. Le duplex était envisagé. Puis une réponse étrange était apportée en conclusion : le plan médias de Caroline Fourest ne lui permettait pas de participer au débat. Est-ce si étonnant au fond ? L’imposture est telle qu’elle ne peut soutenir la confrontation. Et puis elle nous ramène à la sagesse : la seule réponse à l’indigne est désormais de l’ignorer, quelle que soit la publicité que les médias donneront à ces pages.
Lionel Favrot, l’auteur de Tariq Ramadan dévoilé et journaliste à Lyon Mag (qui a été condamné pour diffamation à mon égard) est venu à l’émission. Pour l’essentiel, on trouve dans son livre les mêmes arguments, les mêmes exemples et les mêmes thèses que ceux de Caroline Fourest. La même malhonnêteté. Ils auraient sans doute pu écrire un livre à deux... mais il est vrai que « Tariq Ramadan fait vendre aujourd’hui » ! Avec la malhonnêteté, on doit sans doute ne pas négliger l’argument pécuniaire pour comprendre les motivations de cette folle campagne médiatique. Celles et ceux qui le veulent pourront se rendre sur le site de la
TSR pour voir l’émission... triste spectacle d’un homme, d’un « journaliste d’investigation », approximatif, menteur et surtout imposteur. Je n’insiste pas.

Un petit mot encore. Le journaliste Darmon, d’Antenne 2, vient d’écrire un livre sur Nicolas Sarkozy : Sarko Star. On y apprend que Nicolas Sarkozy, quelques heures avant notre émission en novembre dernier, rassurait Bernard-Henri Lévy et lui promettait d’être dur avec moi. La stratégie générale, nous apprend-on, était méticuleusement pensée et planifiée entre la discussion « dure » sur la lapidation et la proposition plus ouverte du bandana. Ceux qui avaient des doutes sur la réalité d’une mise en scène peu noble doivent réviser leur jugement. Ce doit être aussi le cas de ceux qui refusent de voir les manœuvres politiciennes de celui qui se présente comme « l’ami des musulmans » et qui fait aujourd’hui une série de propositions, dont la surprenante idée de revisiter la loi de 1905. Officiellement, pour permettre à l’islam français de s’épanouir et à chaque grande ville d’avoir sa mosquée... À moins que ce ne soit pour mieux contrôler les musulmans, les surveiller et les transformer en un vivier électoral docile à l’horizon des élections.
La tradition laïque française est chaque jour un peu plus trahie au nom, nous dit-on, de la laïcité elle-même et de l’unité de la République. Il appartient aux Français de confession musulmane de dire avec détermination qu’avant de penser à la réformer il conviendrait que la loi de 1905 soit appliquée de façon stricte et égalitaire à l’endroit de tous les cultes ; que les musulmans n’ont pas à être traités de façon singulière, mis sous tutelle, et « accompagnés » de façon paternaliste, et à coup d’actions symboliques (« le préfet musulman »), vers la citoyenneté et l’installation durable et définitive de « l’islam français ».
Celui qui est capable de telles manipulations médiatiques peut aussi être capable des manipulations politiciennes les plus sournoises. L’« ami des musulmans » est surtout l’ami de leur vote... et tout semble permis pour parvenir à ses fins. Les organisations musulmanes qui feront semblant de négliger la réalité du second terme de la proposition, en trompant les musulmans sur la fausseté du premier, auront une responsabilité majeure quant à l’avenir.
Pour le dire simplement, et sur un plan plus général, on ne peut pas vouloir, d’un côté, rassurer et satisfaire Bernard-Henri Lévy et ceux qui défendent ses positions (tellement nombreux dans l’entourage politique de Nicolas Sarkozy) et, d’un autre côté, respecter fondamentalement les citoyens de confession musulmane. Pourquoi ? Parce les premiers abhorrent et redoutent au plus haut point l’idée qu’un jour la France puisse voir apparaître des citoyens français de confession musulmane, assumant le caractère multidimensionnel de leur identité, farouchement indépendants, sujets de leur Histoire, acteurs de leur société, capables de s’exprimer de façon audible et de prendre des positions critiques et des décisions circonstanciées sur les questions nationales et internationales. Entre les premiers et les seconds, il faut faire un choix... et l’Histoire marche dans le sens des seconds, avant comme après 2007.

http://www.tariqramadan.com/spip.php?article94




Soutien de F Delorca  à R. Labévière:

A part ça, je vous signale que j'ai signé la pétition en faveur du journaliste de RFI Richard Labévière (
http://www.ipetitions.com/petition/Labeviere2008?e), qui m'avait interviewé en 2006 lors de la publication de l'Atlas alternatif. Le licenciement de Labévière n'est guère une surprise sachant comment fonctionnent nos médias, mais il est souhaitable en effet de manifester notre désaccord devant la réduction du pluralisme dans le service public. Le bloggueur Bernard Fischer consacre au dossier Labévière plusieurs pages sur http://fischer02003.over-blog.com/, y compris au début d'une controverse (si j'ai bien compris) sur ses propos tenus récemment au Liban... en présence de Meyssan...

http://delorca.over-blog.com/article-22303114.html



Le récit que BHL a rapporté pour Le Monde, titré "Choses vues dans la Géorgie en guerre", est à prendre avec des pincettes. Ainsi, lorsque BHL déclare qu’il est arrivé à Gori mercredi 13 août et qu’il a vu une ville "brûlée", il affabule. Il n’a pas réussi à entrer dans la ville. Rue89 a entrepris de faire ce que les confrères anglo-saxons appellent un "fact-checking", une vérification des informations livrées par un reporter. Ce que BHL n’est pas : il est présenté dans le quotidien comme « philosophe et essayiste » et son récit a été prudemment rangé sous l’étiquette de "témoignage".

Il n’en reste pas moins que ce récit occupe deux pages au centre d’un journal jouissant d’une autorité certaine en matière d’information internationale. Deux jours et demi de balade, dans la confusion de la guerre Commençons par ce que ne raconte pas le « témoignage » de BHL : les conditions de la balade. Mercredi 13 août, rendez-vous est pris à l’aéroport du Bourget devant l’aérogare de Darta, une compagnie d’aviation privée. Le philosophe a loué un jet pour rallier Tbilissi, qui n’est plus desservie.
suite à

http://www.marcfievet.com/article-22329998.html




Malakine critique vertement la manière dont les dirigeants occidentaux se sont saisis de la crise dans le Caucase pour transformer la Russie en ennemi menaçant. Et il se demande si ce n'est pas une manière, pour eux, de détourner l'attention des difficultés économiques rencontrées dans leurs pays. Vladimir Poutine (cc Flickr pecariopoli) Les diplomaties occidentales, avec leurs cris de vierges effarouchées, n'auront fait que précipiter l'inéluctable issue de la crise géorgienne. Très logiquement, la Russie a reconnu l'indépendance des provinces sécessionnistes d'Ossétie du sud et d'Abkahzie.

En dépit de toute rationalité comme de ses propres intérêts, la communauté internationale s'insurge depuis contre « cet acte irresponsable qui bafoue le sacro-saint principe d'intégrité territoriale », relayé en cela par un appareil de presse hystérique qui n'hésite plus à présenter la Russie comme la nouvelle grande menace géopolitique de ce siècle. L'affaire géorgienne n'est pourtant qu'une réplique light du Kossovo où il est bien difficile de reprocher
[...]


http://www.marcfievet.com/article-22330050.html



Georgie,
désinformation :


Les moyens «objectifs» d’information de masse de l’Occident ont également été bien préparés qui, ayant sciemment ignoré l’information concernant le début des opérations militaires de la Géorgie et qui ont ensuite désinformé avec zèle le public occidental par la prétendue bestialité des Russes en montrant des images de la bestialité, bien réelle celle—là, de la soldatesque géorgienne.

En d’autres termes, ils ont tout complètement inversé et ont tenté d’accuser la Russie de tout, prétendant qu’un grand pays est tombé sur un petit.

Grâce à la désinformation des moyens occidentaux d’information de masse, la critique objective de ce qui s’est réellement passé dans le Caucase fait jusqu‘à ce jour défaut en Occident.

http://socio13.wordpress.com/2008/08/29/comaguer-nouvelles-durss/#more-3632



Le trublion de Georgie s’est trouvé des dirigeants occidentaux capables d’appuyer une telle politique aventurière, des médias occidentaux capables d'inverser les rôles au point de prendre des images d’ossètes bombardées et de maison des mêmes en ruine, pour des Géorgiens éplorés par l’agression des Russes. Fallait le faire, ils l’ont fait !!!

http://socio13.wordpress.com/2008/08/28/nouvelles-du-jour-les-etats-unis-responsables-leurope-envisage-des-sanctions/




Du droit et du devoir d'informer

 

Juste une petite contribution au débat actuel sur le traitement de l’information sécuritaire! Non, aucun avis, ni point de vue. Juste quelques pistes. Commençons par l’information tout court, avant d’entamer ses dérivés. Il est clair que «le droit à l’information» et «le devoir d’informer» sont, en ce troisième millénaire, admis et reconnus universellement. Tous les citoyens ont droit à l’information. Entendez: toute l’information. Sans censure.

En face, les journalistes ont l’obligation d’informer les citoyens. Sans aucune restriction. Jusque-là, tout est parfait dans le meilleur des mondes. Mais qu’en est-il dans notre monde qui, lui, n’est pas parfait? C’est bien l’Occident qui a «drapé» (pour ne pas dire «menotté») notre monde de ces généreux concepts. Les droits de l’homme, la liberté d’expression, c’est lui, n’est-ce pas? Un Occident qui veille à l’application de ses «lois». Gare à celui ou ceux qui les bafouent ou simplement, s’en éloignent! Tous pays confondus. Les riches et les pauvres. Tout le monde sait tout cela. Les journalistes plus que les autres.

Mais là où cela devient plus difficile à comprendre, c’est lorsqu’on constate que ces «lois» sont bafouées en toute impunité en Occident même ou que les chantres de ces «lois» s’en éloignent sans états d’âme. Des exemples? Allez, on fait un choix arbitraire d’exemples car ces lignes ne suffiraient pas, tant il y en a.

Quelle différence peut-il y avoir entre un Salman Rushdie et un Roger Garaudy? Par leurs écrits, le premier s’est attaqué à la religion, à l’Islam, tandis que le second dénonce une doctrine, le sionisme.

Quelle différence peut-il y avoir entre l’auteur des caricatures «danoises» et le dessinateur français Siné? Le premier s’est attaqué à la religion, à l’Islam, tandis que le second dénonce la mainmise sioniste sur la France.

Quelle différence peut-il y avoir entre le sort des Tibétains et celui des Palestiniens? Pour les premiers, l’ONG «Reporters sans frontières» dénonce la Chine mais personne -ou très peu- pour témoigner du crime contre l’humanité qui se déroule à Ghaza.
Trois exemples sur mille pour dire comment l’Occident conçoit l’information chez lui. La version qu’il exporte est complètement différente de celle qu’il consomme.

Cela dit, la manipulation de l’information ne date pas d’aujourd’hui. Et quand on ne dit pas «information» seulement, mais en reprenant à son compte la précision «information sécuritaire», tout est dit. En matière de sécurité, l’information a toujours été et est toujours une arme de guerre. Qui ne se souvient de Goebbels? C’était juste une petite contribution!

 

Zouhir MEBARKI sur http://www.lexpressiondz.com

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2008/09/06/10480318.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 09:15

htt://Laplote.over-blog.fr


Les médias occidentaux sont "criminels" par leur soutien inconditionnel et actif à des politiques iniques, eugéniques, monstreueuses, envers les peuples ! Leurs mensonges, leurs falsifications, sont énormes ! Ce sont des armes de destruction massive des esprits !

Ils sont co-responsables !

Ils doivent être dénoncés et poursuivis !

Ils ne font pas leur travail, ils sont une incitation à l'affrontement des peuples !

Dénonçons-les devant leurs Rédactions ! Manifestons !

Et comme je l'ai dit sur mon blog
http://r-sistons.over-blog.com, organisons une manifestation géante, dans le monde entier, tous ensemble, au même moment, contre les guerres qu'on nous impose, et qui vont provoquer morts, handicaps, ruines, misère, et effroyables souffrances !!! Servons-nous du Net comme outil ! 

Quand les organisateurs de ces politiques abjectes seront-ils enfin poursuivis pour crimes contre l'humanité ?

Eva




« Saakashvili a commis une grave erreur politique »
Interview à Giulietto Chiesa


Mondialisation.ca, Le 15 aout 2008
Liberazione


La Russie a agressé la Georgie. C’est ce que dit le président Saakashvili, ainsi que les nouvelles qui nous arrivent. Mais Giulietto Chiesa, qui connaît très bien la Russie, son histoire, celle d’un empire qui s’appelait Urss, nie résolument. Il était en Ossétie cette année, où il a de nombreux amis, et suit tous les jours les journaux télévisés russes.

 

Sommes-nous devant l’énième bourrasque médiatique ? Quelque chose qui rappelle  les tristes armes de destruction de masse « découvertes » en Irak ?

 

« Cette information est fausse, on ne doit pas y croire. Les Russes n’ont rien occupé du tout, ils se sont  postés sur la ligne de l’accord de 1992 de Dagomys et ils n’ont aucune intention de sortir de ces positions là.

 

Que se passe-t-il alors ?

 

 Comme les Georgiens continuent à bombarder les centres d’Ossétie du Sud, les Russes évidemment doivent empêcher ces bombardements et ils iront survoler les points de concentration des troupes géorgiennes en dehors de la frontière d’Ossétie du Sud. Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt. Il s’agit ici d’une guerre déclarée contre une population de moins de 100 mille habitants, attaqués de sang froid. Fait absolument inexplicable si ce n’est par une opération  politique de provocation.

 

Provocation dans quel objectif ? Et pourquoi maintenant ?

 

 Le président Saakashvili a déclaré : « Nous intervenons pour rétablir l’ordre constitutionnel ». Cette phrase est une confession, parce que l’ordre constitutionnel que le président voudrait rétablir  en Géorgie n’existe pas depuis 1991, depuis que  l‘Ossétie du Sud s’est déclarée  indépendante au moment même de la déclaration d’indépendance de la Géorgie vis-à-vis de l’Union soviétique. Quel ordre constitutionnel veut-il reconstruire ? N’importe qui comprend que cette histoire ne tient pas debout. Il y a eu des massacres de milliers de civils, 70 mille personnes sont en fuite sur une population de 100 mille. Que devait faire la Russie, retirer ses troupes ?  La Russie est là sur la base d’un accord politique signé aussi par la Géorgie, ce qi explique qu’il y avait des forces d’interposition. Se retirer alors qu’une grande partie de ces 100 mille individus, tous citoyens russes (parce que pendant cette période ils ont demandé et obtenu la citoyenneté russe), ne veulent pas rester sous la juridiction géorgienne… Mais passons.  Il s’agit d’une opération politique  entièrement construite par les Etats-Unis.

 

Pourquoi justement maintenant ?

 

Pour créer  un état de guerre en Europe. C’est l’unique réponse politique  à cette situation.  Le contexte est très simple : la Géorgie veut entrer dans l’Otan demain et dans l’Union Européenne après-demain. Comme elle considère qu’elle a cette chance à portée de main, elle force les événements. Je crois que le calcul a été une erreur, peut-être pourra-t-elle entrer dans l’Otan, mais il est certain qu’en Europe… faire rentrer un pays qui est en conflit avec la Russie…

 

La Russie n’a pas accepté  la proposition de trêve européenne.

 

La Russie s’arrêtera quand les Géorgiens quitteront le territoire qu’ils ont occupé. Medvedev  l’a répété aujourd’hui (11 août, NDT) : nous porterons l’opération jusqu’à sa conclusion logique. La thèse selon laquelle la Géorgie est occupée par la Russie est un mensonge éhonté. Il n'y a pas eu une seule attaque, une seule bombe sur des villes géorgiennes.

 

Pourtant on voit arriver des images de guerre…

 

Les images qui arrivent viennent de Tskhinvali et de la zone d’Ossétie du Sud. Regardez la carte, même si elle est un peu compliquée.

 

Reste le fait que cette guerre nous a pris à l’improviste, à part quelques observateurs attentifs de la politique de l’ex-empire...

 

Oui, disons que nous sommes tous un peu distraits. Je savais que la guerre allait commencer, j’ai même écrit un long article sur La Stampa. Il n’y a pas l’ombre d’un doute : il y a eu une erreur d’évaluation de la part de la Géorgie et des Etats-Unis. Ils ont attaqué en pensant que Poutine et Medvedev auraient laissé faire comme ça a été le cas de nombreuses fois pendant cette décennie. Mais la Russie n’est plus celle d’il y a dix ans, ni celle de 1999. La Russie est un grand et puissant pays, qui a en main toutes les ressources cruciales pour l’avenir. Qui n’a plus de dettes extérieures ; c’est un pays qui a reconquis le sens de sa dignité nationale. Après on peut discuter sur le fait qu’il y ait ou pas de démocratie… mais ça n’a rien à voir ici. Selon moi Saakashvilli a commis une terrible erreur politique. Maintenant la Russie ne bougera plus de là où ils sont, ils resteront sur la frontière établie par les accords de Dagomys, ils protègeront l’  Ossétie du Sud ; Poutine a déjà déclaré qu’il dépensera 10 milliards d’euros pour reconstruire Tshinvali, et il le fera.

 

Revenons à l’Europe. Que faire, comment trouver une issue ?

 

L’Europe doit tout simplement décider si elle est du côté des américains ou si elle veut éviter une nouvelle guerre froide avec la Russie. Je m’explique : avoir en son sein des  pays comme l’Ukraine et la Géorgie, fondamentalement multiplicateurs, avec lesquels les Usa introduisent avec force en Europe leurs vassaux comme avec la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovénie, tous pays qui travaillent en Europe contre l’Europe en faveur des Usa, cela veut dire créer une situation  de guerre avec la Russie. L’Europe doit décider si elle veut changer de politique. A partir de là  la Russie ne se retirera plus d’aucun des fronts de tension qu’on a créés autour d’elle : ni de l’Ukraine, -et si on essaie d’amener l’Ukraine dans l’Otan elle brisera l’Ukraine- ni d’Ossétie, et si on essaie de prendre l’Ossétie par la force la Russie interviendra pour la défendre. La diplomatie ne peut faire qu’une chose, réaliste : dire aux Géorgiens de revenir sur leurs positions précédentes.

 

N’y a-t-il pas  aussi des raisons économiques importantes. Par exemple le pétrole ?

 

Non. J’ai lu des idioties retentissantes là-dessus, comme par exemple que les Russes n’ont pas bombardé le pipe-line. Bien sûr ! le pipe-line est complètement en dehors de cette zone d’intérêt et c’est la preuve manifeste qu’ils sont en train de rester dans les limites du retour à la ligne précédente. S’ils avaient voulu bombarder, ils auraient bombardé Tbilissi. Il n’y a pas la moindre preuve d’une intervention militaire russe en dehors des frontières d’Ossétie du Sud.

 

Les médias semblent s’être radicalement rangés du côté de la Géorgie. Ou non ?

 

Je trouve que le comportement des médias internationaux est une honte, à l’échelle mondiale. Ce devrait même être le signal d’alarme qui nous montre comment nous pouvons tous être entraînés dans la guerre avec une falsification générale des choses.

 


Edition de mardi 12 août 2008 de Liberazione 

Voir aussi sur le site de Giulietto Chiesa, le 13 août 2008

http://www.giuliettochiesa.it/modules.php?name=News&file=article&sid=327



Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


 Articles de Antonella Marrone publiés par Mondialisation.ca

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9841




Les sombres mensonges
de la Maison-Blanche



A quelques mois de la fin de son mandat, un scandale vient ternir un peu plus le bilan de la présidence BUSH.

En effet, comme un pavé dans la mare, vient de sortir le 28 mai dernier, l'ouvrage de Scott McClellan, ancien porte-parole de la Maison Blanche : "What happened : inside the Bush White House and Washington's culture of deception" (Littéralement : Ce qui s'est passé : au cœur de la Maison Blanche de Bush et la culture de la désinformation à Washington)".

Dans ce livre, McClellan accuse le président Bush d'avoir contribué à propager de fausses informations dans l'affaire Valerie PLAME : "Le plus puissant dirigeant du monde m'a demandé de parler en son nom et de rétablir la crédibilité qu'il avait perdue après qu'aucune arme de destruction massive n'eut été trouvée en Irak", mentionne-t-il.

Pour mémoire, le nom et la fonction de V. PLAME, agent de la CIA, avaient été divulgués le 14 juillet 2003, dans un article du chroniqueur conservateur Robert NOWAK, après que l'époux de Valérie PLAME, Joseph WILSON, ancien ambassadeur américain, ait écrit un texte publié dans le New York Times, le 6 juillet 2003, affirmant qu'il n'avait trouvé aucune trace de tentative d'achat d'uranium au Niger par Saddam Hussein (principale justification de la guerre en Irak par G.W. BUSH).

Aussitôt le diplomate avait accusé la Maison Blanche d'être à l'origine de cette fuite et plus particulièrement deux conseillers de la présidence : Karl ROVE et Scooter LIBBY.

A l'époque, Scott McClellan, alors porte-parole de la Maison Blanche, avait passé plus de deux semaines lors d'interminables conférences de presse, à innocenter publiquement ROVE et LIBBY.
"Il y a un problème, ce n'était pas vrai", affirme-t-il aujourd'hui dans son livre.
Il poursuit : "J'avais sans le savoir propagé de fausses informations. Et cinq des plus hauts responsables de l'administration étaient impliqués dans cette action : ROVE, LIBBY, le Vice-Pdt CHENEY, le directeur de cabinet du Prsident Andrew CARD et le Président lui-même".

Rappelons que révéler l'identité d'un agent de la CIA est un crime aux USA.

A ce jour, seul LIBBY a été condamné à 30 mois de prison et à une amende de 250 000 $ pour obstruction à la justice, faux témoignage et parjure.

Il a été partiellement gracié par G.W BUSH en juillet dernier, de sa peine de prison.

Au cœur de la Maison Blanche de Bush et la culture de la désinformation à Washington


http://www.limmediat.com/article/politique/0063-les-sombres-mensonges-maison-blanche

Partager cet article
Repost0
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 00:21
Caucase : La propagande
fonctionne   à   plein   !


L'impérialisme se sert des Médias
pour sa propagande.
Médias collabos.
J.O.Manupilation sacndaleuse !
L'Occident en sort avili...


Bonjour

Une honte ! Les médias sont abjects ! ils n'informent plus, ils sont un instrument de propagande ! Comme dans l'Italie de Berlusconi, comme dans une vulgaire République Bananière. Et soyez sûrs que plus Georges Bush parle de "pays libres", moins ils le sont !

Le VRAI pouvoir, aujourd'hui, ce sont les médias qui le détiennent. Eux font et défont les réputations. Ceux qui trouvent grâce à leurs yeux ? Uniquement les pays, les citoyens,  qui sont alignés sur Washington, sur sa politique néo-libérale. Point de pitié pour les autres : ils sont impitoyablement marqués au fer rouge. Ou bien, passés sous silence, niés, comme s'ils n'existaient pas. Aujourd'hui, par exemple, les médias font silence sur la victoire, au Paraguay, de l'Evêque des pauvres. Un pouvoir choisi librement par un peuple, a son service, et notamment au service des plus démunis, n'intéresse pas les médias. Chavez ou Castro sont caricaturés. Chavez se soumet au verdict populaire, il est dépeint comme un dictateur. Le Président de Georgie est un autocrate, il est représenté sous les traits d'un démocrate. Tout est inversé. La Georgie attaque l'Ossétie, c'est la Russie qui est représentée comme l'assaillant, au mépris de la vérité, alors qu'elle n'a fait que défendre ses citoyens.

Sans cesse, les médias nous montrent les dégâts provoqués par les bombardements russes répondant à la provocation usraélienne en Georgie. Les victimes humaines ou les ravages matériels dûs à la Georgie, état agresseur, sont passés sous silence ou ignorés. On va même jusqu'à qualifier la Russie de puissance occupante ! Au fait, quand il s'agit d'Israël en Palestine, vous avez entendu, vous, parler de puissance occupante, de violations du Droit international ? Jamais. Deux poids, deux mesures. C'est scandaleux, c'est abject, c'est intolérable.

A l'instant, sur une chaîne d'information continue, je vois le représentant d'Human Rights interviewé qui, très explicitement, accuse les deux parties, georgienne et russe,  de se livrer à des atrocités. Une illustration est aussitôt donnée : Concernant la Russie. L'autre est coupée. Cela va jusque là !

La Chine n'est pas mieux lotie. Tout est fait pour la dénigrer, au bénéfice de l' Occident américanisé, tu parles d'un modèle ! On voit d'ici l'objectif final, pour la Russie comme pour la Chine - ou pour l'Iran : Désigner nos futurs adversaires, à notre place, désigner ceux que nous devons rejeter, et, un jour, combattre.

LES MEDIAS SONT DES COLLABOS de l'impérialisme occidental !

On se réclame de la démocratie, on nous fait voter pour le Traité européen, et on n'accepte pas le résultat de notre vote. Pire, on nous dit comment voter, ou bien on falsifie l'information. Je me souviens de Fr2, aux infos  de 13 heures ce jour-là animées par  Duquesne, qui reçoit Dupont-Aignan. Il plaide si efficacement pour le non, qu'il est interrompu, et on ne l'a plus revu. Sans doute catalogué comme dangereux pour le néo-libéralisme pur et dur. Et pour détourner les gaullistes de voter pour Sarkozy ! Quand il s'est présenté aux élections, au premier tour, contre le futur Président, ... silence médias ! Juste un mot pour annoncer sa candidature, sans un seul instant évoquer le sens de celle-ci, ce qui aurait fait ombrage au candidat de l'oligarchie mondiale chargé de détricoter le modèle social français et son indépendance nationale.

Oui, nous ne sommes pas en démocratie, et nous n'avons pas de leçons à donner à la Chine et à la Russie. Nous ne valons pas mieux qu'eux, et nous sommes pires, en fait, car nous sommes de grands hypocrites.

Notre démocratie est pourrie, à la base.  Quand les médias ne sont qu'un instrument de propagande, comme sous Hitler, il n'y a plus de liberté, plus de démocratie.

Ainsi, le Veau d'or a eu raison de la démocratie, il a tué la liberté.

Triste constat pour un pays qui prétend donner des leçons au monde entier, et s'ériger en censeur des autres.

Eva

TAGS : Médias, Chine, Russie, Hitler, démocratie, berlusconien, veau d'or, modèle social français, indépendance nationale, Sarkozy, Fr2, Dupont-Aignan, Traité européen, Human Rights, Droit nternational, Caucase, Président georgien, Palestine, Israël, Ossétie, Chavez, Paraguay...

Abonnez-vous à mon blog, c'est gratuit, voir présentation du blog en haut à droite.

Mes autres  blogs :

Mon blog de référence,
(Le blog de la résistance) :

R-sistons à l'intolérable
http://r-sistons.over-blog.com
 
et aussi :

R-sistons à l'actualité
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be

Eva coups de coeur :
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

R-sistons au choc de civilisations
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com




_________________________________________________________________________________________
COMAGUER: LA FOURBERIE DE
L’IMPERIALISME N’A PAS DE BORNES

Il faut avoir un culot monstre et pratiquer le mensonge comme une seconde nature pour oser dire que la Russie a agressé la Géorgie alors que, outre le contexte de droit international rappelé dans notre bulletin 197 :

 

1 – Condoleeza Rice  est venue à Tbilissi début Juillet pour mettre au point le coup du 8 Août et rencontrer très officiellement la marionnette ossète, DIMITRI SANAKOJEW, chef du « gouvernement ossète en exil » fabriqué par SAAKASHVILI,  qui aurait dû être installé  à TSHKINVALI  après l’éviction manu militari,  voire la liquidation physique, de l’actuel gouvernement de l’Ossétie du Sud.

2 – que le 7 Août, ont pris fin sur le territoire géorgien des manœuvres militaires communes USA-GEORGIE auxquelles ont participé, outre les instructeurs militaires US à demeure en Géorgie, 1000 hommes venus de la base US de VICENZA en Italie et de la base US de   KAISERSLAUTERN (RFA) et provenant du 3° bataillon du 25° régiment de Marines de l’Ohio et du 1° bataillon du 121° régiment d’infanterie de la Garde Nationale de l’Etat US de Géorgie (ne pas confondre !). Comble d’ironie, les troupes US étaient basées à VAZIANI, ancienne base militaire  russe évacuée conformément aux engagements pris par Moscou et où se trouvent toujours les 170 « instructeurs » US.

L’armée géorgienne était donc fin prête et il ne restait plus à SAAKASHVILI qu’à appuyer  sur le bouton une fois que les soldats US seraient partis.

Comme dans le système du mensonge impérialiste, la manipulation langagière occupe une place importante, ces manœuvres avaient été baptisées par l’armée US «Immediate response » ce qui veut dire « Réplique immédiate ». On  préparait ainsi l’opinion, les journalistes et les innocents à croire que c’était la Géorgie qui allait devoir répliquer alors que c’est la Russie qui l’a fait !

3 – que SAAKASHVILI est intervenu à la télévision géorgienne le 7 Aout au soir pour dire qu’il avait décidé d’arrêter les escarmouches contre l’Ossétie du Sud qui n’avaient pas cessé depuis des mois, fourberie suprême de cet avocat d’affaires formé aux Etats-Unis avec une bourse du Département d’Etat (en application du FREEDOM SUPPORT ACT ce qui laisse à penser qu’il est un agent étasunien depuis cette période 1994-1995 où il a obtenu ses diplômes dans les universités COLUMBIA et GEORGE WASHINGTON)

4 – que devant la tournure militaire imprévue des évènements, l’armée Us a rapatrié au plus vite par avion les 2000 soldats géorgiens combattant en Irak confirmant ainsi que l’entrainement militaire de l’armée géorgienne se faisait pour la partie théorique en Géorgie et pour la partie pratique en Irak sur cible irakienne vivante et apportant la preuve que sa plus grande crainte était que  des soldats US meurent dans un affrontement direct avec l’armée russe. Dans ce cas le discours imprécateur visant le grand (Russie) qui attaque le petit (Géorgie) serait devenu impraticable.



_______________________________________________________________________________________

Les jeux olympiques
et le détestable Occident
par Francisco Umpiérrez Sánchez

 

« Les occidentaux non seulement se prennent pour les maîtres du monde, mais ils se croient aussi les maîtres de ses idées, de son sens et de sa vérité »

Une cérémonie impressionnante

J’ai vu en différé la cérémonie d’inauguration des jeux olympiques de Beijing. Ma belle sœur, adhérente du PP, avait recommandé à mon épouse de ne pas la rater, que c’était impressionnant, la plus grande cérémonie que l’on avait jamais vu.  Chez nous qui avons milité dans des partis maoïstes, la cérémonie a créé un sentiment  de fierté et d’identification

La Chine a su mêler l’ancien avec le moderne, elle a fait des masses le principal protagoniste, et elle a montré son identité et sa puissance. .Si nous ajoutons à cela l’acteur qu’a été l’énorme drapeau rouge avec ces quatre étoiles jaunes qui symobolisent les quatre grandes forces de la Révolution, les paysans, les ouvriers, les soldats et les étudiants, la manière dont il a été hissé et le chant de son hymne, dont les premiers mots sont : »levez-vous, ceux qui refusent d’être esclaves ». l’émotion et la fierté nous a empli. J’ai pensé à Sarkozy, à Bush et à la poisse des capitalistes impérialistes, eux qui devait subir la vue d’un tel triomphe, et savoir que le parti qui a gouverné le destin de la Chine depuis 1949 et qui a rendu possible la Chine d’aujourd’hui est le Parti Communiste. J’étais plein de reconnaissance et de joie. A la fin la Chine pouvait dire : nous en sommes là, voilà ce que nous sommes, ceci demontre ce dont nous sommes capables.

Oui, mais ...

Le lundi, 11 août, alors que ma cousine venait dans le bureau où je travaille, je l’ai interrogée : « Tu as vu la cérémonie d’inauguration des jeux olympiques ? Elle m’a repondu d’un Oui peu enthousiaste. Je l’ai interrogé encore : Qu’en penses-tu ? Elle me répond : C’était bien, mais après il y a le reste, ils ont caché la pauvreté et… He ne l’ai pas laissé terminer. Je me suis indigné.

Les medias occidentaux ont réussi ce qu’ils voulaient ou au moins une bonne part de ce qu’ils cherchaient. Ils ne cessent de critiquer la Chine. Ils ne cessent d’exposer les côtés obscurs et mauvais de la Chine. Parce que je ne nie pas qu’il y ait des côtés mauvais et sombres en Chine, mais quel est le pays où il n’y en a pas ?

C’est une autre question : qui decide quand exposer à la télévision les aspects sombres et mauvais d’un pays ? Les occidentaux ?
Comment peut-on admettre que le même jour où se célèbrerait une fête d’une grande magnificence, comme l’a été l’inauguration des jeux olympiques, il faudrait que les médias tentent d’enlaidir cet évènement avec des informations lourdes d’intentions et orientées ? Comment peut-on expliquer un tel comportement ? Cela peut l’être pour une raison évidente : leurs intérêts impérialistes. Et  les grandes masses de l’occident participent de cet impérialisme, de cette mentalité grâce à laquelle l’occidental croit que toute la terre est sienne et qu’il ne doit respecter aucune forme de vie distincte de la sienne.


En proie à une irritation grandissante, .j’ ai dit à ma cousine : Est-ce qu’il t’es arrivé une seule fois dans ta vie d’écouter  un quelconque moyen d’information chinois? Et cela n’appelait qu’une réponse : Non, jamais elle n’avait écouté un média chinois.  Ce qu’elle sait elle le sait seulement à travers les moyens d’information occidentaux. Et ceci nous donne une idée de la réalité peu démocratique de l’opinion publique pour les Occidentaux. Le fait  est que je n’ai pas eu l’opportunité de parler avec ma cousine de la cérémonie, de son contenu, du positif, seulement du « MAIS »… Et il en a été ainsi parce que les médias ont manipulé l’opinion occidentale en vue de ce résultat..

Il serait bon que chaque fois que Nadal jouera un match, le commentateur dise : « Oui, c’est joli et émouvant, mais il gagne beaucoup d’argent. Et alors il ajoutera : « Et en Espagne il y a aujourd’hui 8 millions de personnes qui vivent sous le seuil de la pauvreté. »

Et ce « Oui mais… » ils devraient l’utiliser quand se joue une partie de football de première division, quand se célèbre un événement de mode, quand il y a un reportage sur les châteaux, quand il est question des  grandes fortunes, et quand ce sont les fêtes de Noël et une infinité d’événements du même genre. Mais ceci n’arrive pas et ne peut pas arriver parce que ce sont les occidentaux qui décident quand il est nécessaire d’employer le « Mais ».

A partir de là ma cousine doit  méditer sur le fait que l’image qu’elle se fait du monde n’est ni libre, ni objectif, mais tronqué et intéressé. Puisque pour qu’elle soit libre et objective il aurait fallu qu’elle ait pu au préalable entendre quelques voix autorisées de un milliard trois cent mille Chinois.

Les détestables
occidentaux

Les Occidentaux non seulement se croient les maîtres du monde, mais ils se croient les maîtres des idées, de son sens et de sa vérité. Le monde est la représentation que se fait de lui l’occidental. Et la Chine est , évidement, comme se la représentent les occidentaux. Le fait que les Chinois soient un milliard trois cent mille personnes importe peu.Ce qu’ils pensent, sentent et croient ne rentrent pas en jeu. Que ce soit un civilisation avec 5000 ans d’histoire compte pour rien. Ce qui compte est l’Occident et ce que celui-ci pense et se représente. Et pourquoi en est-il ainsi ? Parce que les occidentaux monopolisent les grands moyens de communication de masse et avec ceux-ci donnent l’image du monde qu’ils veulent.

Les Occidentaux veulent ou prétendent que le monde soit un reflet d’eux-mêmes, que tout y soit à leur image et à eux semblables. Mais ceci n’est pas seulement ce que veut la droite bourgeoise, la bourgeoisie de gauche le veut également. Et pire encore c’est ce que veulent la gauche radicale et l’extrême gauche. Si la droite et la gauche bourgeoises veulent que la Chine soit comme l’occident, la gauche radicale et l’extrême gauche veulent que la Chine soit comme elles ont imaginé que le socialisme doit être. Il n’y a aucun doute, les occidentaux sont détestables et ils comportent d’une manière impérialiste.

Est-ce qu’on peut parler
d’un point de vue neutre ?


Je me suis réjoui énormément quand j’ai su que Fidel Castro avait décrit la cérémonie comme un « merveilleux spectacle ». Il parle d’un point de vue particulier et partisan. Néanmoins il y a eu une série d’articles, dont certains dans Rebelion, qui ont paru provenir d’un point de vue neutre et objectif. Je ne crois pas qu’il soit objectif de parler depuis le point de vue des droits humains ou du point de vue de la liberté d’expression, les deux aspects dépendant du pouvoir. Il est injuste de parler sans perspective historique, sans examiner où en était la Chine en 1949 et où elle en est aujourd’hui. Et il est peu conforme à la vérité que les sources soient toujours étrangères, comme si les chinois n’avaient pas de bouche. Il serait équitable que de temps en temps il soit fait état de sources chinoises.
Lénine savait ce qu’était une vision stratégique du monde. Il savait comprendre que les mouvements de libération nationale, les mouvements bourgeois, formaient une partie de la révolution socialiste. Il eut la clairvoyance de distinguer entre les puissances capitalistes oppressives, et les puissances capitalistes opprimées.

Et la Chine est une société qui a entamé un processus de libération national  tout en faisant un socialisme avec des caractéristiques chinoises. Et dans l’actualité la Chine est le plus grand frein à l’impérialisme des Etats-Unis et de l’Union Européenne.

La perspective
historique

Sans doute la Chine a sa part d’obscurité et de mal. Mais en 1949 la Chine était encore un pays semiféodal et semi colonial. Jusqu’alors la France et l’Angleterre exerçaient le colonialisme sur une bonne partie de ce continent. Réfléchissons seulement aux temps où l’Europe était un pays semi-féodal, dans les XVI, XVII, XVIIIe siècle. Nous contenions tout le mal et toute la misère qu’il y avait en Europe occidentale durant cette période, ajoutons leur le XX e siècle et des deux guerre mondiales.

Réfléchissons au système colonial et à l’accumulation primitice du capital en Europe occidentale. Nous avons comptabilisé  combien de pillage, de vol et de meurtre sur lesquels la société occidentale a été édifiée. Sans doute que l’Occident dans le cadre de cette perspective historique est plus maudite que la Chine..

Est-ce que l’occident ne comprend pas que l’Afrique d’aujourd’hui, son immense pauvreté et son sous développement, est son œuvre ? Pourquoi s’alarme-t-elle de la pauvreté qui existe en Chine quand celle qu’elle a engendré en Afrique est mille fois pire ? ? Peut-être ignorez vous que l’Amérique a été conquise par les occidentaux au coutelas et qu’elle a été pillée ? Vous ignorez peut-être que vous avez transformé les Africains en esclaves et que vous avez récolté une bonne partie des richesses naturelles de l’Afrique ?

Si les occidentaux se décidaient de se regarder face à  l’histoire, ils ne seraient pas si hautains et siassurés. Ils seraient plus compréhensifs, ils reconnaîtraient qu’il est difficile de trouver plus de sang et plus de boue que celle que l’on trouve dans l’histoire de l’Europe occidentale, il n’est pas possible de le trouver dans aucun autre groupe de nations, et ils aideraient la Chine au lieu d’essayer de la fustiger constamment.

Est-ce que les Occidentaux ne comprennent qu’en  1949 la majorité de la population paysanne étaient des serfs et le reste du peuple était sous le pouvoir despotique des puissances coloniales ? N’est-on pas un défi historique et un grand triomphe de la raison communiste que dans un tel  délai de moins de soixante ans la Chine soit devenue l’une des grandes puissances économiques, politiques et culturelles du monde ? Sans doute qu’il en est ainsi. Et il ne va pas rester aux occidentaux d’autre solution que de s’y résigner : l’avenir du monde sera aussi un avenir communiste.

La petite fille chinoise :
image et un son


J’avais considéré cet article comme fini quand les médias occidentaux ont recommencé à alerter les masses sur un fait apparemment révoltant. L’information fournie avait effectivement de quoi captiver la conscience des masses sociales : la petite fille qui apparaissait en train de chanter lors de l’inauguration des jeux olympiques en vérité n’était pas en train de chanter, elle simulait simplement, et pire encore : la voix qui s’entendait n’était pas la sienne, mais celle d’une autre petite fille. Et vous savez pourquoi la petite fille qui chantait en réalité n’apparaissait pas dans le scénario ?  « parce qu’elle était  laide et grassouillette ». Dans les lieux de travail, dans le supermarché et dans le quartier tout le monde parlait de ce qu’ils avaient fait à la pauvre petite, et combien les Chinois sont méchants.

Je n’a pas pu contenir mon indignation. J’ai demandé : quelqu’un a-t-il vu une fois dans le spot des publicitaires sur des langes, de la soie et d’autres effets, un enfant ou une petite fille qui ne soit pas outrageusement beaux ? Quelqu’un a-t-il vu sur une scène ou dans n’importe quel évènement publicitaire des hommes et des femmes qui ne sont pas beaux ? Il faut répondre d’un non franc et massif. Est-ce qu’il n’est pas évident que les maisons qui élaborent des produits pour des bébés choisissent  les plus beaux enfants et les petites filles pour vendre leur image. Alors, Pourquoi vous êtes tellement bouleversés par ce qui vient de se passer en Chine ? Mais la réponse est simple : les occidentaux se croient dans le droit de juger et de condamner des autres peuples. Et pourquoi ont-ils cette croyance ? Parce que dans leurs veines court encore la mentalité colonialiste et impérialiste.

Celui qui a dirigé l’inauguration des jeux olympiques a choisi la meilleure voix et la meilleure image. Ce qui est tout à fait  dans son droit. Et même si les Occidentaux ne le faisaient pas, auraient-ils le droit de croire que leur échelle de valeurs est l’étalon de toutes les pratiques éthiques des autres peuples.

De tout cela j’en déduis toujours la même chose : les occidentaux sont vraiment exécrables..

Francisco Umpiérrez Sánchez

aporrea traduit par danielle Bleitrach pour http://socio13.wordpress.com/

asantana@asantana.com

Partager cet article
Repost0
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 09:32

           http://socio13.files.wordpress.com/2008/08/90.jpg                                                   




Média mensonges
en Georgie

Cmmentaire reçu :

Merci pour votre analyse. Hélas, sachez qu'il semblerait d'après les renseignements que je reçois de mes amis sur place, que le bombardement du 8 août sur Tskhinval ait tué plus de 2000 personnes et non 1500.
Pour mieux comprendre la situation en Ossétie du Sud, et le drame de Tskhinvali, voir ce blog qui y est consacré et qui donne le point de vue ossète du conflit :
http://ossetie.canalblog.com/
Il contient des témoignages et des articles qu'on ne trouve pas dans la presse francophone.
Je parle moi-même ossète et j'étais à Vladikavkaz en avril dernier, plusieurs de mes amis ossètes sont originaires de Tskhinval - la couverture des évènements en Occident est une honte : je suis abasourdi de constater que le massacre de 2000 personnes en une nuit et un jour n'apparait pas dans les journaux comme un crime aussi grave que la réponse de l'armée russe.




Saakachvili, phénomène de propagande
 Par Andreï Fediachine, RIA Novosti

Depuis le 8 août, les chaînes de télévision mondiales, surtout anglo-saxonnes, montrent la principale personnalité du moment: Mikhaïl Saakachvili, qui fait montre de son anglais impeccable, de son style artistique et de son art de manipuler les faits. Dimanche dernier, j'ai écouté ses interviews données à CNN et à la BBC, ainsi que les discussions au Conseil de sécurité de l'ONU sur l'Ossétie du Sud. Tout cela est consternant. Plus précisément, nous sommes nous-mêmes consternants. Dans le contexte des mensonges répandus par Mikhaïl Saakachvili (il faut commencer enfin à appeler les choses par leurs noms), notre impulsivité éternelle ne peut que laisser perplexe, d'autant qu'elle nous avait déjà joué plus d'une fois de mauvais tours dans des circonstances analogues. Mais, comme pour nous faire enrager nous-mêmes, nous continuons avec obstination à emprunter des voies où traînent les mêmes râteaux.

Aux premiers jours de la guerre sud-ossète, nous n'avons pas trouvé le temps de faire ce qui apparaît comme les choses les plus élémentaires du manuel de base en matière de formation de l'opinion, à savoir fournir une simple chronologie du lancement et du développement des opérations militaires. Au lieu de cela, les militaires ont fait depuis la zone du conflit des déclarations incompréhensibles (d'ailleurs, ce n'est pas leur faute, car ce n'est pas leur métier) qui n'ont pas permis de bien se représenter ce qui s'y produisait en réalité. Quant aux auditeurs et spectateurs occidentaux, ils ne s'y sont pas retrouvés.

Le fait que nous perdrions la guerre médiatique autour de l'Ossétie du Sud, face à Mikhaïl Saakachvili et, naturellement, aux Etats-Unis, était clair à priori. Nous n'avions encore jamais gagné aucune guerre médiatique. D'ailleurs, nous ne pouvions par définition gagner une guerre médiatique pour les sympathies de l'Europe sur un fait aussi difficile à comprendre en Occident que l'introduction de troupes d'une puissance nucléaire sur le territoire d'un petit Etat voisin. Il ne faut certainement pas céder à la panique. Quoi qu'on dise, les sympathies de l'Europe vont non pas à Saakachvili, mais aux Géorgiens qui souffrent autant du conflit caucasien que les Ossètes. C'est une habituelle pratique tout à fait humaine que de soutenir le faible contre le fort. Le fait que, dans l'ensemble du monde occidental, seuls les Etats-Unis identifient avec attendrissement Mikhaïl Saakachvili, la Géorgie et la démocratie est toutefois quelque peu rassurant.

La similitude des "registres" de Saakachvili, du Département d'Etat et des grands journaux américains est surprenante par leur intensité émotionnelle, et même par leur hystérie et l'absence presque totale de vérification des faits. Dans tous les manuels de manipulation de l'opinion publique, la substitution des faits par des émotions, des sermons et une indignation artificielle sont citées comme les méthodes les plus efficaces. Le fait que toutes les thèses brandies par Saakachvili et les ministres de son régime, ainsi que par son représentant à l'ONU aient été préparées à l'avance n'est pas étonnant. C'est la pratique habituelle. Mais elles ont été accordées non seulement au niveau du sens, mais aussi en ce qui concerne leur durée "d'injection" dans les médias. On décèle ici une méthode bien précise et une approche structurelle. Dans la matière qu'on a appelée ces dernières années la "physique sociale" et qui étudie les lois de l'existence et du développement de la société et de l'opinion publique, y compris les méthodes pour influer sur elles, les "gérer", on trouve la notion de "dynamique du seuil". En deux mots: deux postulats opposés ont un droit de cité presque égal, mais en faisant un certain effort (introduction opportune d'une information, désinformation, actions, réactions, etc.), on peut provoquer une asymétrie et "aider" à surmonter le seuil, en pénétrant dans la conscience de récepteurs déjà prêts à accepter n'importe quel point de vue. Cela ne laisse plus de place à un avis contraire. Mikhaïl Saakachvili semble avoir réussi en cela.

Il nous a devancés, c'est pourquoi l'examen de la guerre ossète au Conseil de sécurité laisse une étrange impression d'écart total par rapport à l'essence du sujet, en tout cas, de la part du représentant permanent des Etats-Unis. On a l'impression que l'Ossétie du Sud est pour tous, sauf pour la Russie, une sorte de réserve peuplée de tribus sauvages, antidémocratiques qui ne valent même pas la peine d'être mentionnées. Il ne s'agit que de sauver la "révolution des roses" et la démocratie géorgienne, jeune et fragile.

A entendre Mikhaïl Saakachvili, tout le monde aurait dû se persuader depuis longtemps que ce n'est pas la Géorgie qui a écrasé la petite Ossétie avec ses lance-roquettes multiples Grad, mais que c'est la Russie qui a attaqué la Géorgie par surprise, perfidement, avant le début des Jeux olympiques. Voici les extraits de sa récente interview à CNN. "Les Russes affirment que plus de 2.000 civils ont été tués en Ossétie du Sud. Que pouvez-vous dire à ce sujet?"

Saakachvili (avec sarcasme): "Tskhinvali est une minuscule bourgade. Bien avant ce qui s'y est produit, les Russes en ont évacué la majeure partie de la population. Il ne pouvait même pas y rester autant d'habitants". "Mais on vous accuse d'avoir pilonné la ville et d'avoir fait des victimes parmi la population". "Nous n'avons pas pilonné la ville. Nous avons été contraints de commencer à tirer en apprenant que les chars russes étaient entrés en Ossétie du Sud, par le nord. Avant cela, j'avais décrété un moratoire sur les tirs. Nous n'avions et nous n'avons pas l'intention de faire la guerre à qui ce soit. Mais, lorsque les Russes ont fait irruption dans notre petit pays épris de liberté, nous avons été contraints de nous défendre. Nous avons déjà abattu 20 avions russes. A présent, ils ont imposé un blocus maritime à la Géorgie et arrêtent les navires transportant des cargaisons humanitaires. Un navire avec à son bord des céréales destinées à la population sinistrée vient d'être arrêté. Une agression cruelle et barbare a été lancée contre notre petit pays". Celui qui a déclenché cette guerre n'est même pas mentionné. La "dynamique du seuil" a apporté ses fruits.

J'ai toujours estimé que n'importe quel gouvernement de n'importe quel Etat était toujours loin d'être innocent. Chacun a un squelette dans son placard, peut-être même plusieurs. Nous avons battu de tristes records en ce sens. Mais ce que fait aujourd'hui Mikhaïl Saakachvili dépasse toutes les bornes. Il ne s'agit même plus de l'amoralité politique qui distingue obligatoirement, dans telle ou telle mesure, n'importe quel gouvernement du monde. Mais, au milieu de tout cela, des voix raisonnables retentissent tout de même. "Le président géorgien Mikhaïl Saakachvili ne se préoccupe pas le moins du monde du sort de ces gens (Ossètes), ce qui le préoccupe le plus, c'est qu'ils résident sur le territoire géorgien. Sinon, il n'aurait pas lancé, dans la nuit du 7 au 8 août, des tirs d'artillerie massifs sur la minuscule ville de Tskhinvali, qui n'a jamais compté de cibles militaires, et dont les habitants, comme le disent les Géorgiens eux-mêmes, il ne faut pas l'oublier, sont citoyens de la Géorgie. Il s'agit d'une violation flagrante du droit humanitaire international... M. Saakachvili est connu pour ses flottemenrts entre humeurs belliqueuses et pacifiques, entre démocratie et autocratie. Il a déjà été maintes fois retenu, et littéralement retiré du bord du précipice. Cette fois, il a franchi la limite". C'est l'avis de Thomas de Waal, de l'Institut de journalisme de guerre et de paix de Londres.

Sources Ria Novosti

Posté par Adriana Evangelizt


Saakachvili, phénomène de propagande

Par Andreï Fediachine, RIA Novosti

 
http://vladimir-poutine.activblog.com/article-250519.html

Ossétie du Sud: McCain propose l'envoi d'un contingent de l'OTAN (12/08/2008 catégorie: Les provocations des Etats-Unis)

Et ce pauvre McCain ! Un antirusse des plus primaires. Si ce triste sire était élu, les Américains ne seraient pas fauchés avec ça ! Il est pire que Bush. Une vraie calamité. Ossétie du Sud: McCain propose l'envoi d'un contingent de l'OTAN WASHINGTON, 12 août - RIA Novosti. Le candidat ...

“L’Ouest” en déroute (11/08/2008 catégorie: Les provocations des Etats-Unis)
 Les Occidentaux s’agitent, mais un peu dans tous les sens, en observant certaines limites, en alternant des semi-condamnations et des offres pressantes de médiation, ceci et cela mesurant leur impuissance. Depuis le 8 août “l’Ouest” observe avec stupéfaction ce monstre qu’est la guerre ...

Une guerre orchestrée par les Etats-Unis ? (11/08/2008 catégorie: Les provocations des Etats-Unis)
Editorial Pravda Moscou dénonce la politique de va-t-en-guerre des autorités géorgiennes et affirme que c'est le soutien de Washington à Tbilissi qui a rendu possible ce conflit. Après l'Irak et le Kosovo, les Etats-Unis bafouent une nouvelle fois le droit international, accuse le quotidien russe La Pravda. Le ...

Conflit russo-géorgien: plus de 80 avions russes abattus (11/08/2008 catégorie: ABKHAZIE - GEORGIE)
Saakachvili est un menteur ! Quand il parle, il est comme Pinocchio, il a le nez qui s'allonge ! Entre «80 et 90» avions militaires russes ont été abattus et «des centaines de soldats russes» tués dans le conflit armé opposant Moscou et Tbilissi, a affirmé lundi le président ... (info reprise par les médias)

Ossétie du Sud: Washington avait sous-estimé l'armée russe (Stratfor) (11/08/2008 catégorie: Les provocations des Etats-Unis)
WASHINGTON, 11 août - RIA Novosti. Le conflit en Ossétie du Sud a démontré la capacité de Moscou à mener des opérations militaires et à s'imposer face aux troupes formées par des instructeurs américains, a affirmé lundi le cabinet de conseil Stratfor, surnommé ...

La Géorgie victime de cyberattaques (11/08/2008 catégorie: ABKHAZIE - GEORGIE)
Depuis plusieurs jours, les sites gouvernementaux font l'objet de piratage. Le pays va recevoir le soutien d'experts estoniens. Le conflit qui oppose la Russie à la Géorgie trouve un prolongement sur Internet. Depuis quelques jours, certains sites géorgiens sont bloqués, d'autres piratés. Récemment,

Lundi 11 Août 2008

  (journaliste russe)

 

MOSCOU, 11 août - RIA Novosti. Le président de l'Association nationale russe des travailleurs de la TV, Edouard Sagalaiev, s'est dit lundi à RIA Novosti choqué par la manière dont les médias occidentaux couvraient les événements dans la zone du conflit osséto-géorgien.

La Géorgie a lancé une offensive contre Tskhinvali, la capitale de la république autoproclamée d'Ossétie du Sud, dans la nuit de jeudi à vendredi derniers, utilisant notamment des lance-roquettes multiples Grad. Une grande partie de la ville est détruite. Les autorités sud-ossètes font état de plus de 2.000 victimes civiles. Seul le renfort venu en aide au contingent de paix russe a réussi à inverser la situation. Après quoi, certains politiques en Occident ont accusé la Russie d'emploi disproportionné de la force.

"J'ai regardé des reportages de compagnies de télévision occidentales, notamment de la CNN, qui m'ont frappé, voire choqué", a avoué le journaliste.

Et d'ajouter que pendant de longues années il avait collaboré avec cette compagnie américaine qui avait été pour lui un modèle d'objectivité. "La CNN avait toujours présenté deux, trois où autant qu'il y avait de points de vues", a rappelé M. Sagalaiev.

"Mais aujourd'hui, malheureusement, cette télévision n'est qu'un outil de propagande", a-t-il dit.

A titre d'exemple, M. Sagalaiev a évoqué le journal de la CNN de dimanche dernier.

"Je vois notamment le correspondant de la CNN en gilet pare-balles se trouvant à plusieurs dizaines de kilomètres de l'impact d'une bombe larguée par des avions russes sur un ouvrage militaire géorgien et essayant de faire croire qu'il couvre l'événement sur place, s'exposant à un danger certain. Pas une seule séquence sur Tskhinvali, aucune mention de la déclaration de Saakachvili sur le cessez-le-feu, suivie, le jour de l'ouverture des Jeux Olympiques, par le pilonnage de Tskhinvali par des lance-roquettes multiples. Ensuite, une longue interview avec le délégué permanent géorgien auprès de l'ONU, un tout petit fragment de l'intervention de notre représentant Vitali Tchourkine et le dernier mot accordé à la partie géorgienne", a indiqué le journaliste de télévision russe.

"C'est une couverture absolument tendancieuse, unilatéraliste des événements", a déploré M. Sagalaiev.

Sources Ria Novosti

Posté par Adriana Evangelizt

http://vladimir-poutine.activblog.com/

Les Etats-Unis: toujours plus paranos…
du cyberespace à un “
contrat” avec l’Irak

ÉTATS-UNIS: ” NOS BOMBES TAPISSERONT LE CYBERESPACE” ou la STRATÉGIE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT  DES ÉTATS-UNIS face au cyber espace et à internet. Ce qui ne les empêche pas d’avoir des stratégies éprouvées de longue date comme la prolifération de bases.

  ÉTATS-UNIS: ” NOS BOMBES TAPISSERONT LE CYBERESPACE”
Le Pentagone a décidé de se doter d’une unité spécialisée destinée à détruire sans sommation les sites Internet de ses adversaires, comme mentionné dans le numéro de mai 2008, de la revue de l’Armed Forces Journal, de l’Armée des Etats-Unis.

« Tapisser de bombes le cyberespace », c’est la stratégie que vient d’annoncer le Département de la Défense nord-américain, ce qui signifie, détruire délibérément les sites Internet qui dérangent le gouvernement nord-américain, en cas de conflit réel ou possible, ce qui lui permet de frapper d’une agression cybernétique n’importe quelle partie du réseau mondial.

Bien que cette stratégie ait été déjà rendue publique grâce à certaines évidences dans les discours officiels des militaires nord-américains, c’est la première fois qu’un haut officiel, le Colonel Charles W. Williamson, Juge de l’Agence d’Intelligence Vigilance et Reconnaissance des Forces Aériennes, vient de l’admettre et a tenté de justifier légalement ces violations à la liberté d’expression dans le Web et les mécanismes de guerre cybernétique, pour laquelle les nord-américains se préparent à toute vitesse.

La « guerre aux réseaux » (network warfare), dans les mains de la 67è brigade de guerre aux réseaux, dispose déjà de 8000 hommes commandés par le colonel Joseph Pridotkas. Cette force complètera le Commando du Cyberespace de la Force Aérienne, qui opère à partir de Los Angeles, Californie, et qui sera opérationnelle en octobre prochain.

Lorsque ces deux forces seront officiellement prêtes, les Etats-Unis pourront compter avec une force impressionnante pour opérer sur Internet. Elle s’unira avec les armées traditionnelles – mer, air et terre – et recevra des moyens importants capables d’éliminer de façon simultanée des milliers de sites Internet.

« L’Amérique du Nord à besoin d’un réseau d’une puissance suffisante pour reprendre le contrôle des ces énormes quantités de trafic sur Internet…que nos adversaires utilisent. L’Amérique du Nord nécessite un grand tapis de bombes dans le cyberespace pour créer la dissuasion qui nous manque », affirme le colonel Williamson dans la revue Armed Forces.

Il admet que les « ramifications politiques peuvent être difficiles à manipuler », faisant allusion que les Etats-Unis ne doutent pas de pénétrer le réseau d’un site, qui appartienne à un pays qui ne soit pas listé dans leurs ennemis politiques : « Évidemment, les EEUU chercheront des alliés, mais nous pourrions être en conditions également de lancer une attaque contre une nation dont nous avons juré de protéger avec un pacte de défense mutuelle. Les EEUU ensemble avec ses alliés peuvent réduire ce risque au moyen d’une coopération afin de maximiser la sécurité informatique », affirme Williamson.

L’industrie militaire a rendu possible que les Etats-Unis se transforment en une puissance de cyber vigilance et dans des opérations couvertes à travers le réseau. Le secrétaire de la Force Aérienne Michael W. Wynne avait annoncé le 2 décembre 2006 que le Pentagone avait décidé de construire une 8è Force Aérienne, « le nouveau commandement du cyberespace de service, qui focalisera son attention sur la lutte contre le terrorisme au plan technologique ».

Le Commando du Cyberespace est sous la direction du Lieutenant Général Robert Elder, un général à trois étoiles spécialisé dans la technologie militaire soviétique – un de ses livres s’intitule Objectif stratégique du Commerce de la Technologie Avancée avec l’Union Soviétique.

Lors de la présentation à la presse du Commando du Cyberespace, Elder avait exprimé : « En définitive, il résulte beaucoup plus d’intérêts d’utiliser le cyberespace comme domaine de combat, contre nos adversaires au moins, et c’est ce que nous sommes en train de compenser. … S’ils veulent se battre contre nous dans le cyberespace, nous sommes disposés à leur livrer le combat  dans ce cercle également».

La mission du nouveau Commando, selon Elder, est “le monde à notre portée, vigilance mondiale, pouvoir mondial ». « Jusqu’à présent –a-t-il dit- nous étions sur la défensive. Le changement culturel fait que nous passons à l’offensive et nous allons traiter le cyberespace comme un domaine de combat…En liaison avec les universités, nous allons former des guerriers du cyberespace qui soient capables de réagir devant n’importe quelle menace 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7… ».

Afin qu’il n’y ait aucun doute sur la gravité de l’ordre du Pentagone, il a ajouté: « Dans ce domaine, et à l’image de n’importe quel scénario de guerre, il n’y a pas de place pour les amateurs ».

Le commando du cyberespace a une contrepartie dans le Département d’État : le Groupe Spécial de Travaux pour la Liberté sur la Globalité d’Internet (Global Internet Freedom Task Force, GIFTF, pour son sigle en anglais), une organisation multi-agences subordonnée à Condoleezza Rice et dirigée par la sous-secrétaire de l’Économie, du Commerce et de l’Agriculture de ce Département, Josette Sheeran Shiner. Ce Groupe de Travaux, Dans lequel participent des agences du gouvernement, des universités et des chercheurs privés qui « sont opérationnels 24 heures sur 24 », avait été dévoilé publiquement le 14 février 2006.

Lors de sa seconde réunion de travail organisée le 3 avril 2006, le GIFTF « a discuté de la pratique et de la construction de stratégies pour aider la liberté sur Internet ». Josette Shiner avait averti, pendant cette rencontre dans laquelle avaient participé de “hauts” fonctionnaires du gouvernement que, « nous nous concentrons spécifiquement sur les défis de la liberté d’Internet en Iran, Cuba et la Chine ».

Cubadebate

Traduction: Esteban

Posté par LE TACLE

Je signale que le Livre blanc de Nicolas  Sarkozy s’inscrit totalement dans cette surveillance du cyber espace. Mais cet intérêt pour la toile et les sites mal pensants s’accompagne d’une autre prise de l’espace beaucoup plus traditionnelle. C’est ainsi que l’hebdomadait “jeune Afrique”n°2474n du 8 juin au 14 juin décrit “le plan secret de bush”.*

L’administration Bush- en particulier le vice président Dick Cheney et l’ambassadeur américain à Bagdad Ryan Crocker- multiplie les pressions sur le premier ministre irakien Nouri al-Maliki afin qu’il signe avant la fin juillet un document accordant à l’armée américaine la jouissance permanente d’une cinquantaine de bases militaires à travers le pays.

Ce “contrat”, dont certains détails ont commencé à filtrer, prévoit également le contrôle de l’espace aérien irakien, l’immunité juridique pour les Etats-Unis et la possibilité pour ces dernières d’agir sans en référer aux autorités irakiennes. Si maliki et son gouvernement finissent par consentir, contraints ou non, à cet accord, ce dernier pourrait sérieusement entraver la marge de manoeuvre de Barack Obama s’il était élu en novembre.
http://socio13.wordpress.com/2008/06/24/les-etats-unis-toujours-plus-paranos-du-cyberespace-a-un-contrat-avec-lirak/#more-1909


A visiter :
http://spe.over-blog.com  Blog Tibet.
Pour comprendre ce qui s'y passe réellement !


Articles sur les mensonges des médias 
concernant la  Georgie,
voir les derniers posts
sur
http://r-sistons.over-blog.com


Le parti-pris des médias
occidentaux en Georgie :



Le Véritable Agresseur c'est La Georgie et son Dictateur Corrompu Saakashvili - Attention Medias Mensonges


Le parti pris des médias occidentaux contre la Russie est cynique, malhonnête et immoral. Occupés à couvrir la vie des pipole pour faire du chiffre et vendre leurs torchons, ils n'ont même plus, pour la plupart, de correspondant sur place, et se contente de reprendre les dépêches du Cartel des agences de presse, ou les informations que leurs distillent les communicants des politiciens impliqués. Voilà à quoi en est réduite la presse occidentale : à servir à couvrir des crimes de guerre et à accuser les victimes d'être les agresseurs.


Le 8 aoüt 2008, le dictateur georgien, Saakashvili, a envoyé ses troupes entraînées par les US/OTAN et les Israéliens bombarder et semer la destruction dans la capitale d'Ossétie du sud, Tsklhinvali, et plusieurs villages ossètes situés alentours. Compte tenu des techniques militaires employées, l'objectif n'était pas de s'emparer de cette ville, mais de la détruire et de liquider ses habitants, dont 90% sont russes. 2000 civils ont été tués et 30 000 se sont enfuis en Russie. La destruction de la ville de Tsklhinvali, les tueries, et le nettoyage ethnique organisé constituent des crimes de guerre, voire un crime contre l'humanité. Pour les Russes, l'attaque georgienne du 8 août ressemble au nettoyage ethnique que les puissances occidentales ont considéré comme un crime contre l'humanité quand il a été commis dans l'ex Yougoslavie, au Kosovo.


Pourtant, les médias se sont empressés de mettre sur le même plan l'attaque de Saakashvili planifiée avec l'accord des US/OTAN, et la réponse russe à cette attaque. Les titres ont pris une allure mensongère très agressive « La Russie envahit la Georgie », « La Russie Attaque la Georgie », la mention du nombre de victimes civiles ossètes minimisée et présentée comme sujet à controverse.


Ce que les journalistes occidentaux ne disent pas, c'est que le Président Mikhail Saakashvili, présenté comme un «démocrate», porté au pouvoir au cours de l'une de ses « révolutions colorées » (Rose) made in CIA, a violemment réprimé l'année dernière des manifestations alors qu'il a failli être renversé, a fermé les médias d'opposition, et a jeté ses opposants politiques en prison, les accusant d'espionnage. Les prisons Georgienne sont notoirement connues, les opposants au régime dictatorial y sont torturés. Certains opposants ont pu s'enfuir. C'est le cas de l'ancien ministre de la défense, Okruashvili, réfugié à Paris où il bénéficie de l'asile politique. Ce dernier est un candidat potentiel pour remplacer Saakashvili, quand l'opinion publique se retournera contre lui car les géorgiens ont déjà compris dans quel désastre il les a entraînés. Okruashvili est considéré comme « neutre » vis-à-vis de Moscou car il n'a pas eu par le passé dans sa carrière politique de liens avec les Russes. Saakashvili a engagé son pays depuis l'année dernière dans une militarisation forcenée que bon nombre d'opposants lui ont reproché, clamant sur les toits sa volonté de reconquérir l'Ossétie du Sud et l'Abkhasie par la force, soutenu en cela par son parti ultra nationaliste, et sa cohorte de mafieux. L'opposition à Saakshvili l'accuse, lui et sa famille, de corruption, notamment son oncle Alasaniya, de trafic d'armes, de s'être emparé des ressources du pays, et des concessions portuaires et commerciales pour eux-mêmes et leurs supporters. Alasaniya, qui est le frère de la mère de Saakashvili, occupe, comble de cynisme, la position officielle de représentant georgien à la Commission des Nations Unies sur le Désarmement à New York . Ce qui est particulièrement choquant, c'est de voir Saakashvili se pavaner dans les médias occidentaux invoquant son grand amour de la « démocratie » et de la « liberté », et demandant aux Etats Unis et à l'UE d'intervenir au nom de « valeurs partagées ».


Saakashvili utilise la plateforme que lui offrent les médias occidentaux pour nier ses crimes en Ossétie, malgré les faits, attaquant les Russes qualifiés « d'agresseurs », comparant l'actuel conflit à l'invasion par l'ex union soviétique de l'Afghanistan dans les années 80. C'est complètement stupide. La Russie n'est pas l'Union Soviétique, il y a longtemps que le rideau de fer est tombé. Mais fort du soutien de Washington, il pérore, alors que sa place est à la Haye, car ce qu'il a fait en Ossétie du Sud est comparable dans son ampleur à ce que Milosevitch a fait au Kosovo, rapporté au nombre d'habitants de ce petit pays (70 000).


Ce que les médias occidentaux ne disent pas c'est que l'Ossétie du Sud et l'Abkazie sont de facto indépendants depuis 1991, quand ils se sont soulevés contre le gouvernement central «démocratique » georgien qui avait interdit aux partis régionaux de participer aux élections. Ils ont vaincu l'armée georgienne, au prix de lourdes pertes et d'importantes destructions. Les puissances occidentales et l'OTAN, mettent en avant la « souveraineté « de la Georgie, mais elles ne se sont pas embarrassées de telles considérations lorsqu'il s'agissait de la Yougoslavie, cette année même notamment en reconnaissant « l'indépendance « du Kosovo . Mais en Ossétie du Sud et en Abkahzie, les populations n'aspirent qu'à une chose, l'indépendance.


Les medias occidentaux ne vous disent pas non plus qu'en promettant à Saakashvili qu'il ferait tout son possible pour que la Georgie devienne membre de l'OTAN, George.W.Bush – au grand dam de certains pays européens dont l'Allemagne qui n'apprécie pas la menace d'un conflit direct avec la Russie- n'a fait que renforcer les attitudes guerrières de Saakashvili qui pourraient plonger toute la région dans une guerre ressemblant à la Ière Guerre Mondiale, tout aussi stupide qu'elle. Avec sur l'Agenda US/Israël une attaque possible contre l'Iran, alors que la Russie rechigne à se prononcer pour de nouvelles sanctions, et a même récemment prôné un dialogue soutenu pour résoudre le différent sur le programme nucléaire iranien, les encouragements de Washington à Saakashvili constituent, semble –t-il, une contre attaque américano sioniste par proxy ( Les soldats georgiens ont été entraînés par les US/OTAN et des militaires israéliens). Les tanks georgiens ne seraient pas entrés en Ossétie du Sud sans l'accord préalable de Washington. Que faisaient ces 1000 soldats américains engagés dans des « exercices militaires conjoints » en Georgie alors que la crise allait crescendo ?


Les médias occidentaux bien sûr ne font pas non plus le rapprochement avec ce qui s'est passé en 1999 dans les Balkans, quand Slobodan Milosevic faisait comme ce que Saakashvili fait actuellement en Ossétie du Sud, ce qui a amené, souvenez vous, les US à bombarder l'ex Yougoslavie et « libérer » le Kosovo. On peut se demander pourquoi on n'applique pas les mêmes normes ? Réponse simple : parce que les victimes sont des slaves, et qu'une vie slave n'a pas le même statut officiel de victime dans le lexique des « humanitaires » occidentaux. (On ne parle jamais par exemple des 20 millions de slaves morts victimes des Nazis, dont une grande partie tués en les combattants, mais aussi morts dans les camps, et pour qui les Nazis avaient la même haine « raciale » que pour les juifs).


Les medias occidentaux bien sûr ne font pas non plus le rapprochement avec les attaques du 11 septembre à New York, qui ont tué 3000 citoyens américains, à l'origine de la guerre d'Afghanistan lancée par les Etats Unis qui ont invoqué la défense de leurs citoyens pour la justifier. A Tskhinvali, en Ossétie du Sud, on dénombre actuellement 2000 morts, pour la plupart Russes. Alors qu'on explique pourquoi la Russie n'aurait pas le droit de défendre ses citoyens, en allant bombarder des bases militaires georgiennes et autres infrastructures (usine de fabrication d'avions de combat) qui ont permis aux assassins en uniforme de s'entraîner et de bénéficier d'armements sophistiqués ?


Aux USA, le parti de la guerre et le complexe militaro industriel voient d'un très bon œil cette renaissance de la Guerre Froide. La Russie de Poutine et de Medvenev est la cible idéale. Démanteler la Russie après avoir contribué à démanteler l'ex Union Soviétique reste le but ultime de l'Impérialisme américain et de son bras armé en Europe l'OTAN.


Mais cela non plus les médias au service de l'Impérialisme US et de leurs vassaux européens ne le disent pas.

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkElykZkFuZVwdWvAP.shtml


sego-dom 

Royalgate :
La désinformation



J’ai pris l’exemple de ce que l’on dénomme le Royalgate, ces intrusions criminelles chez Ségolène Royal, ces vols multiples d’ordinateurs et j’ai fait le tour de la plupart des médias pour voir si cette information qu’une autre candidate à la présidentielle (également rivale de Sarkozy) Leila Bouachera, candidate UMP, avait été victime d’actes criminels analogues (effraction hautement professionnelle de son domicile et vol du disque dur de son ordinateur).


En recherchant sur le site de chaque média, avec le moteur de recherche du média, ce qui se disait de Leila Bouachera, j’ai voulu voir si on évoquait cela. Logiquement, on aurait dû le faire, après l’interview que Mme Bouachera a donné au Parisien, le 10 juillet :
http://www.leparisien.fr/home/info/politique/articles/UN-CABINET-NOIR-A-L-ELYSEE_298618520


- Libé : rien (lien sarkozyste : Edouard de Rothschild est un ami notoire de Sarkozy. Ont même passé des vacances ensemble. (Voir article de Le Point de janvier 07))

- Figaro : rien (lien sarkozyste : Dassault et le directeur de la rédaction invités à fêter directement avec Sarkozy au Fouquet’s, le 6 mai 2007)

- Le Point : rien (Lien sarkozyste : François Pinault, actionnaire-propriétaire du point est un ami de longue date de Sarkozy)

- Le journal du dimanche : rien (lien sarkozyste. L’actionnaire principal n’est autre qu’Arnaud Lagardère qui a déclaré qu’il considère N. Sarkozy « comme son frère », les mises au placard de Génestar (ex-directeur de Paris-Match, photos de Cécilia avec son amant en 2006) et d’Espérandieu (ex-directeur du jdd, limogé en 2008, beaucoup pensent en raison d’une orientation insuffisamment sarkozyste et de la résistance du jdd à la suppression du scoop que Cécilia Sarkozy se fusse abstenue lors de la présidentielle en mai 2007)L’autre actionnaire principal serait Dassault...

- Paris-match : rien (groupe Lagardère. Affaire Génestar)

- Elle : rien (Lagardère)

- Direct Soir : rien entre le 10 juin et le 10 juillet – pas de moteur de recherche- (groupe Bolloré)

- Direct Matin Plus : rien entre le 10 juin et le 10 juillet – pas de moteur de recherche- (Bolloré)

- 20minutes.fr : mentionné dans les commentaires (pas de lien sarkozyste connu)

- Marianne2 : mentionné à plusieurs reprises (pas de lien sarkozyste connu)

- Le Parisien : article ci- dessus, en lien (PME à capital familial, Lagardère comme actionnaire minoritaire)

- Betapolitique : mentionné dans les commentaires (pas de lien sarkozyste connu)

- Agoravox : article consacré à ce problème (pas de lien sarkozyste connu)

- Mediapart : mentionné dans les commentaires (pas de lien sarkozyste connu)

- NouvelObs : rien (pas de lien sarkozyste connu)

- Le Post : mentionné plusieurs fois (émerge du sarkozysme de deux membres du triumvirat qui dirigeait le Monde depuis une dizaine d’années, mais a comme souvenir de Minc, désormais 3 membres du groupe Lagardère au conseil de surveillance du Monde)

- Rue 89 : mentionné dans les commentaires (Pas de liens sarkozystes connus).

En résumé : les médias connus pour leurs liens avec Sarkozy taisent l’information que l’ex-candidate UMP contre Sarkozy avait subi les mêmes intrusions criminelles que Ségolène Royal, alors que les autres dans leur vaste majorité la mentionnent, soit par des articles, soit dans des commentaires d’internautes qui n’ont pas été censurés et que l’on retrouve facilement par le moteur de recherche du média.


NB : La Tribune, L’Express et Le Monde n’ont pas été inclus, car je les considère en phase de convalescence après avoir subi des restructurations sarkoziennes plus ou moins lourdes et récentes.

Source : anonyme sur Betapolitique

http://sego-dom.over-blog.com/article-21940044.html

 


Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 03:32


JPG - 142.9 ko 

Virez-moi tout ça ... !



Après Alain Genestar, viré de « Paris-Match » pour avoir déplu à Nicolas Sarkozy, c’est au tour de Franz-Olivier Giesbert de subir les reproches du président, qui lui reproche d’avoir fait analyser son comportement par des psys. « Le Point » n’a pourtant rien d’un fanzine anar…

Pas facile, la vie d’un patron de presse sous l’ère Sarko. Pas vraiment soupçonné d’anti-sarkozysme, Franz-Olivier Giesbert, le PDG du Point, fait les frais, ces dernières semaines, de l’ire présidentielle. Le chef de l’Etat lui reproche-t-il d’en faire trop, avec ses multiples couvertures consacrées au chef de l’Etat, à sa femme et aux ministres phares du gouvernement ? Même pas.

Non, Nicolas Sarkozy semble estimer que la brosse à reluire utilisée au Point ne l’est pas avec suffisamment de constance. L’impertinence d’un dossier consacré le 29 mai 2008 à « Sarkozy et les psys » a mis l’intéressé en rage. « Séduisant, voire fascinant pour les uns, décevant, voire exaspérant pour les autres, Nicolas Sarkozy ne laisse personne indifférent. Un tel personnage, qui plus est président, ne peut qu’intéresser les psys, dont les analyses reflètent les sentiments extrêmes qu’il suscite », avançait le magazine.



JPG - 142.9 ko
Chez FOG
(DR)


Toutes ces questions que les journalistes posaient noir sur blanc dans l’un des articles sur le comportement de Sarko ont été jugées bien insolentes au Château. Il faut en relire un extrait : « Nicolas Sarkozy ne résiste pas à se montrer tel qu’il est. Et sa nature, comme celle de beaucoup de dirigeants, est hors du commun. On peut la trouver vulgaire ou primaire, elle n’est pas banale, pas plus que son intelligence ou son instinct politique. D’où vient donc ce trouble qui s’empare des analystes, ou même du peuple, dans leurs réactions vis-à-vis de ce personnage qui s’exhibe sans compter ? » Rien de plus que les questions que tout le monde se pose, en somme.

Un échange aigre-doux à l’Elysée

Pour atténuer la verdeur de ces interrogations, le corps de l’article est régulièrement saupoudré de gentillesses, du style : « Sarkozy reste cette incomparable machine à décider, sabrer, fasciner, ressusciter, même s’il exaspère souvent et choque parfois ». Ouf, on est rassurés. Mais ce fameux numéro du Point a valu à son patron une volée de bois vert administrée au téléphone puis en direct. Un invité à la réception donnée à l’Elysée pour la remise de la Légion d’honneur à Claude Imbert, le fondateur du Point, se souvient avoir assisté à un échange aigre-doux entre FOG et Sarko. Ce dernier s’est également fendu d’un coup de fil au propriétaire du journal, François Pinault, pour obtenir la tête de Giesbert, dit-on. Un coup de fil que les équipes de l’homme d’affaires breton démentent.

Nicolas Sarkozy, se voyant déjà le patron de presse qu’il a toujours rêvé d’incarner, n’aurait pas non plus apprécié les chroniques de Nicolas Baverez et de VGE publiées de temps à autre par l’hebdo. Pas vraiment des personnalités gauchistes pourtant…

  Merci à Bakchich. http://www.bakchich.info/article4555.html


Alerte ! Georgie !
Comme pour la Chine,
(avec les "gentils moines",
en réalité armés par la CIA
pour affaiblir la Chine) ,
intoxication permanente !
Nous sommes en permanence
manipulés ! C'est une honte,
pour un pays qui se dit
"démocratique" !

Non, l'agresseur n'est pas la Russie. Mais la Georgie.
Non, l'occident ne veut pas la paix,
C'est lui qui a provoqué la guerre !
Non, la Russie n'est pas responsable de tout.
Elle ne fait que tenter de défendre son dernier pré carré.
Et les Etats-Unis ne songent qu'à restreindre son influence !
Non, l'Occident ne défend pas la souveraineté des Etats.
Il y porte sans cesse atteinte !
Tout se fait en sous-mains :
On a retrouvé des Américains parmi les "Georgiens" décédés,
et pourtant silence médias !
Et les israéliens ont formé à la guerre les Georgiens !
Non, l'Ossétie n'est pas peuplée de Georgiens,
mais essentiellement de Russes.
Non, les habitants ne sont pas remontés
contre les Russes, mais contre les Georgiens !
Non, le Président de Georgie n'est pas un
démocrate, mais un autocrate !
Non, il ne défend pas les Georgiens,
il est formé par Washington,
et est au service de l' Occident !
Violation de l'intégrité territoriale ?
Et l'Irak, qui n'a pas agressé les Etats-Unis ?
Les EU n'ont pas été attaqués,
pourtant, ils ont pris possession d'un pays....
Et l'Ossetie est peuplée de Russes !
La Russie ne devrait pas défendre
ses ressortissants, maintenant ?


Voyez le post que j'ai sorti (et le précedent)
sur R-sistons à l'intolérable,
spécial Georgie !
Eva
http://r-sistons.over-blog.com/article-21895755.html


Propagande
anti-russe :

MOSCOU (Reuters) - L'Occident se livre à une propagande antirusse et ses médias caricaturent injustement la Russie dans le cadre de la crise géorgienne : tel est le sentiment exprimé à Moscou par de simples citoyens, des responsables politiques et des organes de presse.

Les Russes déplorent qu'on les désigne comme des coupables évidents à propos du conflit qui s'est enflammé jeudi lorsque la Géorgie a envoyé des troupes reprendre le contrôle de l'Ossétie du Sud séparatiste, provoquant une riposte militaire de Moscou.

"Nous examinons de près la façon dont les médias occidentaux couvrent les événements", a déclaré Boris Malakhov, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d'un point de presse à Moscou, ajoutant que le ministère était très irrité par leur vision "partiale" des faits.
"Il est très inhabituel que le Financial Times (de Londres) s'écarte comme ces derniers jours de son traitement d'ordinaire équilibré", a-t-il dit.

Sur son site internet (www.rosbalt.ru), l'agence de presse russe Rosbalt publie l'image d'une griffe d'ours qui déchire un croquis stylisé de la Géorgie, avec pour légende "Un résultat de la propagande pro-géorgienne dans la presse occidentale".

"La plus grande partie des médias occidentaux soutiennent la Géorgie dans ce conflit et accusent la Russie de chercher à annexer un territoire étranger. La Russie est traitée d'"agresseur" et d'"empire militant", commente Rosbalt.

Les pays occidentaux ont réclamé lundi à Moscou un cessez-le-feu immédiat, la Géorgie ayant accusé la Russie de faire avancer ses troupes à l'intérieur de son territoire et de tenter de provoquer la chute du président Mikheïl Saakachvili.

OBJECTIVITÉ

"L'Occident diffuse une sorte de propagande contre la Russie. Mais en l'occurrence, la Russie ne se montre pas particulièrement agressive", a déclaré à Reuters Svetlana, femme au foyer refusant d'indiquer son nom de famille, près de la place Rouge où se croisaient touristes et passants.

Le quotidien russe Izvestia présente comme "un exemple parmi bien d'autres" ce titre du numéro de lundi du Daily Mail britannique - "La Guerre des Pipelines : l'Ours russe s'attaque aux points faibles de l'Occident".

"Si les journalistes ont déjà découvert qui étaient les coupables, ce n'est pas aussi clair pour l'opinion publique", écrit le journal en lançant une pique à la couverture des organes de presse occidentaux.

La Russie parle de 1.600 morts dans les combats et de milliers de sans-abri, mais ces chiffres n'ont pas été confirmés de source indépendante.

"Il est clair comme le jour que les Etats-Unis appuient la Géorgie financièrement et à la télévision. Ils imputent à la Russie des choses que nous n'avons pas faites", estime Viktor Ternovoï, directeur de banque âgé de 52 ans.

Dimanche, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Grigori Karassine, a déclaré: "L'objectivité n'est pas un trait typique des journalistes occidentaux."

Pour certains, la presse occidentale privilégie la Géorgie, pays aspirant à entrer dans l'Otan et par lequel passent des voies d'approvisionnement énergétique de première importance pour l'Union européenne, tout comme Saakachvili entretient des liens avec les Etats-Unis.
"Saakachvili a été mis en place par les Américains et par l'argent américain, il est payé par les Américains et l'Amérique finance ce conflit", affirme en toute bonne foi Vladimir, moine orthodoxe russe de 58 ans qui refuse néanmoins d'indiquer son nom de famille.
"Cela vous surprend, vous, qu'ils (les Occidentaux) ne nous aiment pas ?"
Avec Tania Mossolova, version française Philippe Bas-Rabérin
 
 
MOSCOU ACCUSE LES PAYS OCCIDENTAUX DE PROPAGANDE DANS LA CRISE GÉORGIENNE

Aux journalistes qui ne
connaissent pas les
vrais décideurs
qui travaillent dans l'ombre !



Voici " L'élite ", qui se superpose aux gouvernements et qui, dans l'ombre, travaille à notre perte et à son enrichissement !

Petite leçon à l'intention des journalistes qui, comme l'équipe de C dans l'Air et ses invités, pourtant choisis, ne savaient pas ce qu'est Bilderberg.
 
Gageons qu'ils ignorent de la même façon, qu'il y a une sorte de gouvernement
mondial, qui se superpose à ceux des Etats, des individus très puissants qui
se connaissent, se rencontrent,
et décident en fin de compte de notre sort.
Dans leur intérêt,
et pour notre malheur à tous.
Ils s'appellent Bush, Barroso, Rockefeller, Kissinger, A. Adler,
Ockrent, et bien d'autres... et ils nous pourrissent la vie !

Petit article pour vous mettre au parfum, si ce n'est déjà fait. Eva


 
 
02-08-2008

Sommes-nous manipulés ?

illuminatii2
http://candide-exocet.skynetblogs.be/


La guerre est une chose trop sérieuse que pour être confiée à des militaires, dit-on, de même la démocratie pour être confiée au peuple.
C’est à partir de ce constat cynique que certains rêvent d’un gouvernement mondial occulte qui, sous la légalité affichée des gouvernements élus, influencerait et dirigerait de facto les affaires du monde.
Qui sont-ils ?
Tous occidentaux, soit des Etats-Uniens (la majorité) et des européens.
Ils sont banquiers, juristes, universitaires, journalistes convaincus, hommes d’affaires et personnalités politiques de tout bord.
Pas très nombreux : moins de mille.
Ils privilégient les grands organismes internationaux : l’ONU (qui a toutes leurs faveurs), l’Union Européenne, le Fonds Monéraire International, la Banque Mondiale, l’Organisation Mondiale du Commerce et d’autres moins connus mais tout aussi influents.
Ils travaillent ensemble à la mondialisation des affaires de la planète et sur tous les plans : cohérence des politiques (encore) nationales, rapprochement des législations, création de juridictions ad hoc comme le Tribunal Pénal International ou des Cours d’arbitrage privées plus feutrées, destinées à aplanir discrètement leurs différends mercantiles.
Des noms ? Tout plein !
A commencer par le concepteur de cette mouvance, le banquier David Rockfeller, Bush père et fils, Henry Kissinger,  Clinton, Reagan en était, la Reine des Pays-Bas, la Reine d’Angleterre, des politiques européens comme feu Monsieur Barre, Rocard et Strauss-Kahn (Président du FMI)  pour la France, mais aussi Berlusconi en Italie et ainsi de suite…
On écrit beaucoup sur la composition de cette étrange « franc-maçonnerie », gardons-nous de prendre ces rédactions au pied de la lettre ; en somme nous ne savons rien de précis sur le fonctionnement interne de cette organisation cryptée.
Ce qui est sûr c’est qu’un comité exécutif, dont nous supposons la composition (Rockfeller en fait partie et, sous toutes réserves, en serait encore le Président, ), est en charge de l’organisation de « rencontres » où sont convoqués les membres, actifs ou non, et des « invités » triés sur le volet. Sarkozy en fut un alors qu’il était Ministre. C’est par ces derniers que des indiscrétions ont filtré. En effet, il s’est trouvé des professeurs d’université et des hommes politiques intègres que la teneur de ces discussions a effrayé.
En effet, de quel droit quelques centaines d’hommes influents et riches, prônent-ils l’application d’une politique et d’un régime économique dans le monde entier, sans solliciter l’aval des intéressés, le peuple lui-même, et en dehors de toute concertation officielle avec leurs gouvernants élus ?
Il s’agit, ni plus, ni moins, d’une concrétisation, une de plus, de ce vieux fantasme de « gouvernement mondial », sauf que, dans le cas d’espèce, ces gens se comportent en groupe de pression actif dans la défense de leurs intérêts propres, mais aussi dans la perennité de cette dernière à travers la mise en pratique d’une doctrine politique, sociale et économique qui lui est favorable.
Et cette doctrine, vous l’aurez deviné, est le libéralisme économique le moins bridé qui soit.
Ils iraient encore plus loin (le conditionnel est de mise) en favorisant l’émergence de spiritualités minoritaires, connues sous le vocable de « New Age » et qui, elles aussi, mettent plus l’accent sur l’émulation personnelle que sur le salut collectif. Libéralisme et individualisme vont de pair.
Mais, me rétorquerez-vous, comment quelques centaines d’hommes, influents peut-être, mais inconnus du grand public, peuvent-ils, à ce point, peser sur le cours des choses et
des gens ?
C’est oublier que l’Histoire nous a appris que les grands bouleversements sont toujours l’œuvre d’une toute petite minorité qui imprime sa marque à son cours.
Ces gens pensent, avec l’historien américain Fukuyama (qui ferait partie de leurs membres), que l’Histoire n’a plus aucun sens sinon celui que l’ont veut bien lui imprimer, fut-ce au mépris des choix démocratiques.
Et ils n’ont pas tort. Ce que de braves citoyens comme vous et moi souhaitent, qu’ils soient occidentaux ou africains, océaniens ou asiatiques, c’est de vivre un bonheur tranquille, un idéal à la hauteur d’un « Sam’suffit ».
Or cette petite suffisance n’est pas du goût des affaires de ces Messieurs. Vous imaginez un monde où, somme toute, les gens consommeraient le nécessaire et puis flâneraient tranquillement en jouissant du temps qui passe plutôt que de remplir leurs caddies dans les supermarchés ? C’est leur bonheur opposé à celui de quelques archontes affairés.
Ne psychotons pas cependant, ne prenons pas à la lettre les affirmations de certains sites alarmistes qui voient la main de ce Nouvel Ordre Mondial dans le moindre éternuement suspect chez un politicien de quartier.
Mais gardons-nous d’être naïfs. La manipulation fut et est de tout temps et manipulés, nous le sommes.


02-08-2008, 12:30:15 Candide
Général
comment Commentaires (0)
z z

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 02:40
wikipedia.org
Shah Abbas et son page, Iran, début du XVIIe siècle.Cette image est un portrait du shah safavide Abbas Ier le Grand
Shah Abbas et son page, Iran, début du XVIIe siècle.
Cette image est un portrait du shah safavide Abbas Ier le Grand





Propagande médiatique

 L'express,
du racisme au grand jour
'l'islam les vérités qui dérangent'


Ce déchaînement anti musulman déborde en ce jeudi avec ce numéro de l'express qui annonce fièrement " islam,les vérités qui dérangent",sans vouloir faire de comparaison malsaine je met ma main à couper que dans les années 30 en Allemagne ou pendant l'occupation,c'est exactement le genre de titre de presse que l'on pouvait lire dans des magazine fasciste,bien entendu,le titre était:"Le judaïsme,les juifs,les vérités qui dérangent".
Comment ,en 2008,la presse hebdomadaire colporte un racisme sans que personne ne se rende compte de la gravité de ces faits.


Le sujet occupe une dizaine de page,je vais vous présenter chaque rubrique,qui comme vous le verrez fait le jeu de l'ignorance du rejet et de la censé incompatibilité de l'islam dans la république.
Voila comment commence l'article :
"L'affaire du mariage annulé pour non virginité a relancé le débat sur sur l'intégration de la religion musulmane dans la République .Du statut des femmes à la laïcité en passant par une foi qui régit tout ,c'est l'occasion de confronter le coran et ses traditions aux valeurs d'une démocratie moderne,Et d'aborder sans tabou les sujets qui fâchent."
Voila comment commence l'article,rien que ça! Quant à cette histoire de mariage annulé,"qualité essentiel" est l'expression qui a cristallisé les passions ,mais quoiqu'il en soit,le couple se connaissait depuis 2 ans,point de mariage forcé,la femme a tout simplement menti sur quelque chose qui est essentiel aux yeux du mari,et le cadre juridique de notre beau pays autorise un homme à avoir le droit de vouloir se marier avec une femme vierge,voila un lien d'article dans lequel la femme déjà traumatisé par ce mariage raté,se dit révolté par le traitement de cette histoire personnelle.
http://www.alterinfo.net/Mariage-annule-l-ex-epouse-revoltee-_a20602.html

il est suivi par:

"L'actualité,une fois encore vient de rappeler à la France que l'intégration musulmane est un défi continu."
on croit rêver,une version papier de fitna le nazillon danois,en France sur un journal "normal"

Après une introduction reprenant en boucle le faux scandale du mariage annulé,voila les thèmes de l'article

1. les femmes,un statut d'infériorité:

ou ils osent dire "allah est t-il misogyne?,l'argument fétiche de ceux qui critiquent l'islam,peut -être que ces biens pensant devraient connaître les chiffres des violences conjugales en France et se rendraient compte de comment les "français chrétiens ou athées"ont des comportements qui n'ont rien envier aux méchants musulmans
http://www.arte.tv/fr/histoire-societe
En France, la seule véritable enquête nationale sur les violences envers les Femmes, l'ENVEFF a été publiée en juin 2001 et a fait l'effet d'une bombe : une femme sur 10 est victime de violences conjugales, 6 femmes en meurent chaque mois. Des chiffres confirmés par esondage IPSOS/Marie-Claire publié en février 2005 : « 10% des femmes interrogées affirment qu'au cours de leur vie actuelle ou passée, il leur est déjà arrivé « plusieurs fois » que leur partenaire les gifle ou les frappe ou qu'il les oblige « plusieurs fois » à faire l'amour alors qu'elles leur avaient dit ne pas le vouloir. ». D'après l'enquête ENVEFF, Le profil de l'agresseur concerne majoritairement des hommes bénéficiant par leur fonction professionnelle d'un certain pouvoir. On remarque une proportion très importante de cadres (67 %), de professionnels de la santé (25 %) et de membres de la police ou de l'armée. 70 % des agressions
conjugales se sont produites alors qu'aucun des deux partenaires n'avait bu.

En Allemagne, 14,5% des femmes ont subi des violences sexuelles par des membres de la famille (Lobby européen des femmes). 3 femmes sont assassinées tous les quatre jours par les hommes avec lesquels elles vivaient : soit près de 300 par an.

En Norvège 10 000 femmes reçoivent des soins pour dommages corporels engendrés par la violence conjugale.

En Finlande : 22% des femmes qui vivent en couple disent avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles.

En Grande-Bretagne, les femmes battues représentent près d'1/4 de la totalité des femmes.

En Belgique : Une femme sur 5 est victime de violence domestique.

A la vue de ses chiffres on se rend compte que la violence conjugale n'est en rien une spécificité musulmane,il est aisé de focaliser sur ces histoires de voile et de mariage annulé,alors que chez soi,la situation est loin d'être idéale,mais comme dans l'inconscient collectif français(raciste),une femme voilé est une femme soumise,au mieux les quiproquo au pire les manipulations sont facile ,et le public friand de ce genre d'histoire.



2. les enfants, allah d'abord:

Peut être le point le plus obscène,nous pouvons y lire:"dans les textes sacrés,le nouveau né est mis sur le même point que les biens terrestres,explique genevieve Gobillot,professer d'études arabes et islamique,a l'université lyon 3,s'attacher à lui,c'est s'attacher à ce bas monde et se détourner de dieu"la foi passe avant tout lien familiales j'ai failli vomir tellement c'est abject,les musulmans n'aiment pas leurs enfants,cela me fait penser à ces histoires,ces mythes comme quoi les juifs faisaient du pain azyme en le mélangeant à du sang d'enfants,tout cela pour montrer le coté affreux et sans coeurs des juifs à cette époque ou l'antisémitisme avait contaminé toutes la population.Très sincèrement,oser écrire qu'aux yeux des parents un nouveau né ne vaut pas plus qu'un bien matériel frise le lynchage et pousse à la haine,cette phrase prononcé par une professeur,spécialiste de culture Arabe qui plus est,dépasse
l'entendement,un procès pour diffamation s'impose même,et je ne serai pas surpris qu'une action judiciaire soit intentée par diverses associations contre le racisme.




3. l'individu "sous le regard de dieu"


Ici,c'est le coté de la "soumission" qui mis en exergue,tout le monde sait que islam veut dire soumission,et bien entendu pour nous autres Européens,ce mot a une connotation négative,on l'oppose aisément à la liberté de chacun que nous procure notre constitution,le musulman est par définition "soumis" et il lui est impossible d'opérer une critique ou une d'évolution.
Ici les questions posés sont très significatives de l'état d'esprit du journal,en voici deux:
"L'idée d'égalité,au sens ou nous l'entendons en occident,existe-t-elle? rien que ça,comme si c'était le moyen âge,et"Des chrétiens et des musulmans critiques sont aujourd'hui persécutés dans ces pays islamique.La liberté religieuse est-elle incompatible avec l'islam".Ici deux choses transpirent de cette question,dêja le fait d'écrire "dans ces pays islamiques" masque les differences entre tout ces pays à majorité musulmane et met tout le monde dans le même sac,en effet quel est le lien entre la République Islamique d'Iran et le Royaume du Maroc ou de l'Indonesie,bien entendu aucun,ensuite pourquoi est-il dit "la liberté religieuse est-elle incompatible avec l'islam " et non pas compatible avec l'islam,cela oriente négativement la question,on lie islam et incompatible dans la même phrase.Même dans les questions juste avec le choix des mots,on ressent la volonté de stigmatiser les musulmans.




4. la laicité,l'etat ou mahomet:

Ici,le ton est donné,"l'état ou mahomet?" comme si un juste milieu n'était possible,soit l'on est musulman soit l'on est républicain,quel scandale,aucune nuance,c'est noir ou blanc.Est cité la phrase très connu de hassan al banna le créateur des frères musulmans qui disait "le coran est notre constitution",c'est deja une imposture intellectuelle que de ne pas situer cette déclaration dans le contexte insurrectionnel de l'egypte, colonie anglaise,en 1920.Bien entendu,une photo met l'accent sur cette incapacité de l'Islam à vivre en démocratie,avec "une manifestation contre le projet de loi interdisant les signe religieux dans les écoles en 2004",sauf que nous sommes en 2008 et que ce problème a depuis été réglé.Mais il faut bien "montrer" quelque chose.Honteux.




5. la violence au nom du jihad:

Ici,on parle du jihad, on remarque déjà que les articles "la laïcité,l'état ou mahomet" fait face à "la violence,au nom du jihad",donc cote à cote,on mélange les deux aisément "mahomet", "violence" et" jihad"sont sur la même ligne,enfin passons.
Voila comment commence l'article:"La religion du Prophète n'a évidemment pas le monopole du sang versé",comme si on s'adressait à des gens qui pensait que l'Islam est violence,qu'elle lui est constitutif. Et... c'est bien ce qu l'on lit un peu plus bas,en effet "L'ancien Testament regorge de batailles et de tueries,et le christianisme a brulé les hérétiques et promu les croisades,en trahissant le pacifisme de son message originel.L'Islam,cependant,a admis la guerre sainte dès son origine:elle est non seulement juste,mais licite dit le coran...la tradition musulmane va donc réglementer et codifier très tôt l'usage des armes jusque dans la répartition des avantages matériels qu'il entraîne,et l'associer à un expansionnisme territorial étranger au judaisme"
Donc,même si les Chrétiens ont été violent,les musulmans eux le sont dès leurs origines,mais aussi le message des chrétiens(un beau message) a été travesti et les chrétiens ont péchés mais les musulmans eux,n'ont fait que suivrent le message originel,le djihad.Et dire que l'express est tiré à 663 000 exemplaires,cela fait peur.Il est intéressant de noter que l'islam est mis en opposition avec le judaisme,à qui "l'expansionnisme est étranger",il serai utile de faire part de cette remarque aux palestiniens,enfin passons encore.Il est aussi étrange que pas une seul fois il est dit que le djihad aujourd'hui est un outil pour lutter contre les invasions étrangères comme en Irak en Afghanistan,ou au liban,et il est tout aussi étrange que la photo qui illustre cet article est celle "d'une manifestation contre la reproduction d'une caricature de mahomet",histoire de bien insister sur le caractère obscurantiste du Coran.Il n'est même pas
dit qu'il y a deux jihad,un offensif et un défensif,qui s'applique à des situations bien particulière.C'est peut etre une vérité qui n dérange pas!




6. la modernité,ce passé trop présent:

Ici,c'est l'argument du poid,de l'intrusion de l'islam dans la vie privé qui est repris, "le poid de la tradition et du coran freine les sociétés musulmanes,comment trouver un autre chemin vers le progrès" ,combien de fois avons nous entendus cela,les musulmans sont arriérés,leurs religions les tirent vres le bas,bien évidemment cet argument est faux,quelles différences y-a-t-il entre les croyants musulmans et les croyants évangélistes de la bible belt,si ce n'est le niveau de vie,ces américains sont très croyant,ils sont tres conservateurs sur des sujets touchant à l'avortement,l'homosexualité et vivent selon les préceptes du Livre.Alors pourquoi les musulmans par le simple fait de Croire sont eux,incapable de se conformer aux critères du monde moderne (critère occidentaux).Il est également significatif de voir l'article aller jusqu' à nier l'efficacité de démarche qui va pourtant dans le sens d'une évolution des mentalités
musulmanes,"la modernité ne se décrète pas non plus d'en haut,comme l'ont montré les limites du modèle de laïcité turc ou tunisien;elle s'accomplit de manière intrinsèque grâce au libre jeu de la politique.Dans la modernité,l'avenir remplace le passé;elle permet de changer les règles du jeu social et de s'affranchir des normes héritées des générations précédentes.Or,dans l'écrasante majorité des pays concernés ,l'exaltation du passé sert encore de grilles de lecture du présent".Donc non content,de la démarche qui va portant dans le sens des occidentaux,c'est ici la méthode qui n'est pas bonne,ce n'est pas en imposant que les choses changent,l'auteur doit oublier les loi anti-clérical du début du siècle et la volonté des gouvernements de la 3 ème et 4 ème république de minimiser ,pour ne pas dire annihiler l'influence de l'Église catholique en france.Quand à se tourner vers son passé,c'est tout de même la moindre des
choses quand son passé est glorieux,je crois savoir que de très nombreuses personnes,des Européens appréciaient les somptueuses reconstitutions célébrant la grandeur de la perse antique de Darius,réceptions qui aidaient le shah à montrer la grandeur d'une Perse retrouvé, avec l'héritage Islamique totalement occulté ,il me semble que les puissances occidental approuvaient la méthode.De même en France,personne n'a osé dire que les célébrations du bicentenaire de la révolution Française allaient à l'encontre de la modernité.




7. esclavage,histoire d'un tabou:


On continue dans la stigmatisation des musulmans,alors qu'en france,notre président nous a montré son agacement quand aux démarches de repentances et de contritions,ici l'auteur se délecte à nous rappeler la traite des noirs réalisés par les arabes,et se pique de bien opérer un distinguo en disant "...la traite oriental ,du 7ieme siecle aux années 1920,à asservi 17 millions d'africains.A cela il faut ajouter 3 à 4 millions d'esclaves "blancs" raflés par les Turcs,mais aussi les pirates barbaresque du maghreb."Quel crime de lèse-majesté,des blancs esclavasigés,mais en fait pourquoi cette donnée est -elle mise en évidence de la sorte,un esclave est un esclave quelque soit sa couleur de peau ou sa religion,non?Pour répondre à cette question et connaitre un peu plus Mr Olivier Petré-Grenouilleau,historien de profession voila un extrait du JDD le 12 juin 2005 :
A une question sur « l'antisémitisme véhiculé par Dieudonné », Olivier Petre-Grenouilleau répond que « cela dépasse le cas Dieudonné. C'est aussi le problème de la loi Taubira qui considère la traite des Noirs par les Européens comme un crime contre l'humanité, incluant de ce fait une comparaison avec la Shoah. Les traites négrières ne sont pas des génocides... Le génocide juif et la traite négrière sont des processus différents. Il n'y a pas d'échelle de Richter des souffrances ».
Ces propos font froid dans le dos ,surtout venant d'un historien,la mort et le déracinement de dizaines de millions d'africains n'est pas un crime contre l'humanité,et affirmer le contraire affaiblirai la shoah et ferai le jeu des antisémites,c'est plus proche de la science fiction que de l'histoire une théorie comme cela,enfin passons une fois de plus.
En plus d'insister sur le passé esclavagiste des arabes,le doigt est mis sur la continuité mais aussi la résurgeance de telle pratique,la palme de l'hypocrisie est attribué à Malek Chebel qui lorsqu'il annonce : "les serviteurs noirs de Mauritanie,les domestiques des palais Marocains ou des monarchies du golfe,les enfants exploité en afrique de l'ouest ou en Indonésie sont-ils autre chose que des "esclaves moderne" oublie le sort des immigrants illegaux aux U.S.A,les conditions de leurs passages de la frontière,leurs bas salaires,l'absence de couverture social et le racisme,en france aussi la situation n'est pas très enviable,il suffit de voir les mouvements de grêve de ces sans-papiers pour se rendre compte du malaise,et pour l'anecdote des ouvriers sans-papiers étaient employés sur un chantier du pavillon de la lanterne à Paris la résidence du premier ministre,
http://diophante.centerblog.net/2034839-Des-clandestins-aux-petits-soins-d-une-residence ,il est important de savoir que Mr Chebel est souvent invité sur les plateau tv en tant que musulman "modéré",une sorte de caution abulante qui dit à qui veut l'entendre qu'il est possible de conciller islam et modernité.



8. les plaisirs,parfum d'orient:

Ici encore,dès le début le ton est donné"L'Islam,une religion hédoniste?Qui le croirait?"une fois de plus, on a l'impression que l'on s'adresse à des gens qui ont une idée arrété et rétrograde sur l'Islam et que cette idée est la norme,accepté de tous,quoique qu'il en soit c'est le seul moment ou l'Islam n'est pas attaqué,critiqué ou rabaissé.Mais il y a un problème, l'auteur ne parle que du passé, comme cette exposition au Louvre "l'art de l'Iran safavide(1501-1736) qui "témoigne de l'extrème variété des plaisirs que la terre d'Allah accorde aux croyants"C'est donc en insistant sur le passé sensuel et érotique de l'Islam que paradoxalement est mis en avant l'obscurantisme et le puritanisme qui est censé caractériser la religion d'Allah,je dis censé parce que même moi (ce qui prouve la force des préjugés intégrés in-intentionellement),j'ai été totalement surpris d'apprendre que les femmes Saoudienne achetaient plus de
dessous "affriolant"que les Européennes,de quoi renverser tout un monde,dans le même style j'ai appris que sur les chaines stellitaires arabes,regne une véritable liberté de parole avec des questions (très crues) posées soit à des femmes totalement libérées,qui parlent de sexe sans tabou,mais aussi à des hommes,religieux, qui disent si tel ou tel acte sexuelle est licite ou pas,et vous imaginez bien que les questions sont exactement les mêmes que celles de nos adolescents Européens.




9. quand l'algérie s'en prend aux chrétiens:


Il est effectivement indéniable et inadmissible que le Président Bouteflika bouffoue le droit le plus élémentaire,la possibilité de choisir sa religion.Toutefois,c'est une histoire interne à l'Algerie,qui n'engage que le pouvoir Algérien dans une problématique spécifique de consolidation du pouvoir et de guerre psychologique ne voulant pas laisser de champ aux extrémistes d'Al Quaida au Maghreb Islamique.Comme Saddam Hussein qui,dans un soucis d'apaisement avec les forces Islamistes ajouta sur le drapeau Irakien "Il n'y a de Dieu que Dieu,et Mohamed est son Prophète",ces procès retentissant en Algérie n'ont d'existence qu'afin de masquer la misère social,faire une diversion face à des problèmes bien réels,et affaiblir l'inflence des extrémiste Islamiste en intégrant une parti de leurs thématiques.Cela me rappelle en France un certain Sarkozy faire sien des thèmes jusque là frontiste,avec tout le succès que l'on connait.Enfin,ce
que je veux dire c'est qu'une fois de plus l'express stigmatise l'Islam,cette fois c'est le caractère unique et totalisant qui est mise en cause à travers un problème Algero-Algérien,qui n'est en rien représentatif d'une quelconque volonté collective englobant les pays musulmans.C'est une corde sensible que le sort des chrétiens en Algérie,en effet tout le monde se souvient avec horreur des sept moines décapités par le GIA en Mai 1996,mais une fois encore la vérité éclata,le chef du GIA à ce moment la,un certain Djamel Zitouni était en réalité un homme des services secrets Algérien,et sa mission ,si j'ose dire, était de totalement discréditer la mouvance islamiste par des massacres terriblement meurtriers et totalement aveugle .
http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/tigha_moines/veilleux_tibhirine.htm
et
http://www.algeria-watch.org/farticle/tigha_moines/benhadjar.htm





10.que devons nous aux philosophes arabes:




Ici,et cela ne m'ettonne pas que ce soit la dernière des "vérités cachés de l'Islam",c'est à la transmission
des savoirs Grecs par les savants arabes et plus précisement Averroès que l'on s'attaque."Dans un livre critiqué,l'historien Sylvain Gouguenheim minimise l'influence du grand penseur musulman Avérroès sur l'europe chrétienne médiévale s'explique et répond à ceux qui le taxe d"islamophobie"."l'Express donne ici la parole à un historien,de l'aveu même du journal,qui "a cité dans ses remerciements un auteur d'extrême droite",ce qui n' a pas l'air de gêner outre mesure la rédaction,puisqu'il est offert à ce monsieur une large tribune.

La première question est presque marrante:"Vous n'êtes pas un spécialiste d'Aristote mais des chevaliers teutoniques.Comment vous est venu l'idée de ce livre?"J"ai peur de nager en plein cliché,un spécialiste de l'ordre teutonique,remerciant un confrère d'extrême droite,élabore une théorie ,remettant en cause un consensus depuis longtemps établi,
http://www.liberation.fr/culture/livre/323869.FR.php parce que monsieur tombe sur un article qui "fait état d'une série de traduction directes du grec au latin par jacque de venise et d'autre auteurs anonyme,au mont saint michel",et pourtant étant mis devant le fait accomplis il dit "l'historien Italien auquel je fais référence n'est pas catégorique",en réponse au journaliste qui avance qu'il n'y a aucune preuve de la présence de Jacques de Venise au Mont-Saint-Michel.on croit rever,l'Express interview un homme,aux tendances un peu spéciales,qui plus est non spécialiste,et sans avancer de preuve se permet sous couvert de fausses questions,de remettre en cause une des rares personnes ayant pour spécificité d'être un trait d'union entre deux civilisations .Impressionnant de serieux!Voici une question posé par Christian Makarian,le directeur de la rédaction délégué de l'express,"Votre livre remet en question la figure d' un Averroès qui serait un pont entre l'islam et l'occident,au profit d'une version plus conflictuelle de la pensée du philosophe arabe.Est-ce que ce n'est pas cela qui choque?"et la réponse de notre historien,"sans doute,bien que je ne sois pas le premier à l'écrire!"




L'express numéro 2971,de la semaine du 12 ou 18 juin 2008 est marqué du sceau de l'infamie,le racisme au grand jour,et c'est pour se donner une dimension honorable à travers le prisme de travaux universitaire que le journal fait appel à des spécialistes voila les spécialistes:Olivier Petre-Grenouilleau qui dit que la traite des noirs n'est pas un crime contre l'humanité, Malek Chebel ,la cinquième colonne,semant le trouble dans la oumma avec des idées étrangères à la culture musulmanes,de quel droit l'occident donne-t-il des conseils de savoir vivre,et de savoir s'organiser au monde entier,viens ensuite Sylvain Gouguenheim,de cheville avec l'extrême droite,sa thèse le prouvant sans problème,enfin Genevieve Gobillot dont le cas est plus difficile à cerner,étant une vrai spécialiste des textes musulmans et aussi juifs comme on peut le voir sur internet,son analyse,a été ,à mon avis sortit de son contexte,et je ne pense pas qu'elle approuverai la démarche raciste de cet hebdomadaire,quant à Makarian ses prises de positions pour Israél ne sont un mystère pour personne,
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-grande-histoire-des-juifs_474054.html
Ce numéro de l'express me fait penser au magazine minute du front national sauf que la,c'est plus "sérieux",plus "scientifique".

On peut également se demander pourquoi l'express dit "islam ,les vérités qui dérangent",quel est le but,à quoi cela sert-il?En ces temps troubles,ou le racisme guette à nouveau l'ensemble de la population,faire de telle une ne fait que jeter de l'huile sur le feu,l'express participe à la diffusion du racisme,de l'islamophobie plus précisément et nous nous devons de remarquer pour mieux le combattre afin que le racisme ne s'installe pas de nouveau en France comme système dominant.

Mardi 17 Juin 2008
fonzibrain@yahoo.fr

charliehebdo

http://candide-exocet.skynetblogs.be/


L'obsession anti-sémite.

Moquez-vous des catholiques, représentez leur Pape de la manière la plus ridicule, vous ne risquez rien d’autre qu’un froncement de sourcils. Faites de même avec les bouddhistes et leur Dalaï Lama, gaussez-vous des évangéliques Allelui-âneries, personne ne se risquera au ridicule de vous assigner.

Quant aux musulmans, allez-y franco ! Tous des poseurs de bombes, des terroristes en germe, des bigots barbus et masochistes. Aucun danger !

Mais pas touche aux juifs !

Cette semaine, l’obsession de l’anti-sémitisme a encore frappé, et fort.

Siné, ce monument de l’irrespect, ce parangon de l’anarchie, se voit privé de contrat avec « Charlie-Hebdo » pour avoir colporté la rumeur (fausse, paraît-il) que Jean Sarkozy, le rejeton de notre si aimable Président, se convertirait au judaïsme pour épouser la riche héritière de Darty.

Rien de plus, rien de moins.

Vous y voyez une attaque raciste dans ce propos ? Une diffamation de la religion juive ? Moi pas.
 
Et Philippe Val, rédacteur de la publication de « Charlie », non plus, qui a laissé passer l’articulet sans moufter.

Il a suffi que Claude Askolovitch du « Nouvel Obs » lui fasse remarquer, une semaine après, que Jean Sarkozy et sa promise allaient attaquer son magazine pour propos anti-sémites pour qu’aussitôt la lumière surgisse dans son esprit et qu’il mette Siné en demeure de se rétracter.

Ecrire qu’un quidam va se convertir au judaïsme pour se marier avec une riche héritière, c’est opérer un dangereux rapprochement entre richesse et judaïsme, constitutif d’anti-sémitisme.

A croire que judaïsme et richesse sont ontologiquement inséparables…

Si, pour la même raison, il avait voulu se convertir à l’islam ou à l’évangélisme, y aurait-eu un tel tollé ?

Bien sûr que non !

Et c’est pas tout.

Dans son édition du 16 juillet, « Libération » consacre une page entière au baptême du quatrième enfant de Dieudonné, l’humoriste bien connu. Et si mon journal de prédilection ( !?) le fait, c’est parce que ce baptême a eu lieu quelque part en Gironde, sous l’égide d’un abbé traditionaliste, Philippe Laguerie, et Jean-Marie Le Pen, parrain du nourrisson.

Et le quotidien d’en remettre sur la coïncidence qui veut que deux des  protagonistes aient été condamnés pour propos anti-sémites, Le Pen et Dieudonné.

Mais où est le rapport ?

Je sais que les vacances n’apportent pas toujours leur lot d’informations enthousiasmantes, mais quand même. Où est le rapport entre Dieudonné, Le Pen et le baptême par un curé (catalogué à l’extrême droite) d’un enfant innocent ? Noircir des pages, je ne vois que ça.

En attendant, je constate, qu’il est très facile, quand on s’appelle Sarkozy, d’avoir la peau d’un caricaturiste au premier prétexte venu.


Parlez-nous encore de liberté d’expression…

charliehebdo

N.B. Eva :

D'accord avec cet article, car je suis pour la liberté d'opinion et d'expression, mais pas d'accord quand il s'agit comme Siné de se déclarer publiquement anti-sémite. Certes, c'est ancien; Mais la charge était ... caricaturale !

Ceci étant dit, la liberté d'expression, en démocratie,  ne se divise pas. Pourquoi par exemple, pourrait-on se moquer du Prophète de l' Islam, ce qu'il y a de plus sacré pour les Musulmans - et ne pas se moquer des Juifs ?

J'ai horreur du deux poids, deux mesures ! Eva

Partager cet article
Repost0
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 10:40


Scandale étouffé par les Médias :
Reçu ce commentaire
sur mon blog
http://r-sistons.over-blog.com



Il est un fait que vous ne mentionnez pas et qui pourrait bien , correctement utilisé, déboucher sur une insurrection. Le contrôle des médias est désormais quasi absolu et viens de franchir une étape décisive avec l'affaire Lesieur.

Faites  un tour sur
http://scandaledusiecle.canalblog.com
c'est un blog assez complet sur l'affaire lesieur, vous y trouverez les liens vers la doc officielle et vous saurez pourquoi les médias étouffent l'affaire !
C'est édifiant !
Vous y apprendrez, en épluchant le rapport de l'AFSSA que la DJA est atteinte et même légèrement dépassée pour l'enfant de 3 ans et
plus.Que dire alors des moins de 3 ans et des femmes enceintes, a fortiori lorsque le foetus fait moins de 1 kg, c'est à dire dans les premiers mois de la grossesse ? ?
C'est ce qui a motivé notre réaction. C'est vraiment le scandale du siècle, la vache folle ou le sang contaminé, a côté c'était rien.

Et tout le monde est fautif:

Lesieur n'a pas testé son huile avant de la revendre,du 23 février au 7 avril,

Lesieur a attendu deux semaines pour informer la DGCCRF, une fois la fraude avérée.

Les pouvoirs publics n'ont pas tenus compte de la toxicité pour les
enfants à naître  et de moins de 3 ans, avant d'autoriser la vente des lots contaminés.

Les médias n'ont rien cherché à savoir. Ils se taisent. 

Si le lien ne marche pas ou si le serveur est saturé, essayez voir les liens suivants : http://scandaledusiecle.over-blog.com/
ou http://scandaledusiecle.blog.fr/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Lesieur_%28huile%29

 Nous sommes désormais en dictature mes chers.
Il ne nous reste que l'internet et l'alliance tactique.
Pour mémoire, c'est une alliance tactique entre les khmers rouges et les royalistes de Sihanouk contre Lon Nol et l'amérique qui permis de vaincre les américains et les multinationales en 1975...ne l'oubliez pas, camarades !
Gardez vos identités politiques respectives, continuer de clamer haut et fort vos différences, mais de grâce, concentrez vos attaques sur l'ennemi commun.
Le pouvoir vient de mettre en place le couvre feu médiatique, alors préparez vous à sortir les armes.
Et visez bien !
La cible : les permanences de L'UMP et des médias en premier.
Ensuite négociations pour des médias libres et indépendants.
Si échec des négociations, montée en puissance de la violence populaire jusqu'à la guerre civile s'il le faut et renversement de la cinquième république. Puis nous instaurerons la  République Fédérale de France (sur le modèle de la  RFA)
Et les jacobins n'auront qu'à trembler...
commentaire n° : 20 posté par : Joinneau & Choubrac (site web) le: 09/08/2008 23:19:02
http://www.marcfievet.com/article-21860428.html


LE SCANDALE LESIEUR
sources: Joinneau-Choubrac, wikipedia)

-une Chronologie-

Le 26 avril 2008 sur Europe 1 , à 16 h27 tombe la dépêche suivante : "Une alerte a été déclenchée par la Commission européenne après la découverte de lots contaminés d'huile de tournesol. Les lots proviennent d'Ukraine. Ils ont été exportés dans plusieurs Etats membres de l'Union, dont la France."(source Europe1.fr)

"Une alerte européenne sur de l'huile de tournesol contaminée a été lancée par la Commission européenne. La contamination a été signalée mercredi par les autorités françaises sur une cargaison d'huile de tournesol d'Ukraine arrivée le 23 février en France. Tous les Etats membres ont aussitôt été avertis et à ce jour, neuf containers avec des lots de cette huile contaminée ont été découverts dans cinq Etats membres: France, Espagne, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni, a-t-elle indiqué(...)(source afp)"

Les 14 mai 2008, 21 mai 2008, et 28 mai 2008 le Canard enchaîné publie plusieurs articles selon lesquels une partie des produits fabriqués sous différentes marques détenues par le groupe Saipol, dont Lesieur, comme de la mayonnaise, des vinaigrettes et diverses autres préparations à base d'huile, contiendraient de l'huile de synthèse (huile moteur). Cette contamination proviendrait d'un lot de 40.000 tonnes d'huile partiellement frelaté, acheté en Ukraine par Saipol en avril 2008. Toujours selon le Canard enchaîné, tous les produits concernés n'auraient pas été retirés de la vente, certains industriels arguant d'une toxicité faible de l'huile moteur. Divers médias français s'en sont fait l'écho, comme par exemple le « Midi Libre » le 15 mai 2008, ''Le Figaro'' du 16 mai 2008,
C dans l'air sur France 5 le 30 mai 2008, le point du 23 mai 2008, le Forum de France 3 le 20 juin 2008, L'Humanité du 23 juin 2008, Mathieu Vidard sur France Inter le 23 juin 2008...

Selon le communiqué de presse de la DGCCRF du 15 mai 2008 il ressort qu'étant informé de la fraude le lundi 7 avril 2008 l'importateur (Saipol-Lesieur) n'a informé la DGCCRF que le mardi 22 avril 2008, soit plus de deux semaines après. Aucune explication a ce sujet sur le blog de Lesieur.

-Toujours selon le communiqué de presse de la DGCCRF du 15 mai 2008 Il ressort que du 23 février au deux avril 2008 ce sont au total 18800 tonnes d'huile de tournesol brute qui ont été importée en France d'Ukraine avec, selon le rapport de la RASFF du 23 avril 2008 un taux de contamination de 5790mg/kg dans l'huile de tournesol brute.

-Toujours selon le communiqué de presse de la DGCCRF du 15 mai 2008 Tous les produits issus de la cargaison ont été bloqués le 22 avril depuis le stock de l'importateur jusqu'aux entrepôts de la grande distribution.Cela signifie que les huiles importées depuis le 23 février ont été utilisées et commercialisées,sous l'unique responsabilité de Saipol et Lesieur, au moins jusqu'au 7 avril, date de la découverte de la fraude.Combien de femmes enceintes en ont consommé ? Combien de produits alimentaires pour bébé contaminés ont été fabriqués et vendus ? Lesieur semble refuser de donner la liste des produits, des marques et des entreprises concernées. Il est donc impossible de mesurer l'ampleur de la contamination. Entre le 7 avril et le 22 avril, ces mêmes produits ont ils été maintenus dans les rayons de la grande distribution ? Si oui cela c'est fait sous la seule responsabilité de la grande distribution.

-Toujours selon le communiqué de presse de la DGCCRF du 15 mai 2008 Une étude (à postériori ?) (sur les produits en rayon avant le 22 avril ?) montre un taux de contamination variant de 0 à 1100 mg/kg tout en proclamant "l'absence de danger pour le consommateur".

-Le 25 avril 2008 la DGCCRF demande le retrait des linéaires des grandes surfaces des produits contenant plus de 10% d'huile contaminée.Position confirmée par la commission Européenne le 30 avril,après consultation de l'AESA (EFSA).
Il réside une ambiguïté, les produits contaminés étaient censé être bloqués depuis le 22 avril, il ne devaient donc plus se trouver dans les linéaires des grandes surfaces le 25 avril. Ce point reste à éclaircir.

-Quoiqu'il en soit le rapport de L'AFSSA (Agence Française de Sécurité des Aliments) tombe le 7 mai et il est sans appel: Les huiles minérales identifiées contiennent environ 5 % d'huiles toxiques de classe II et III.Les données de contamination montrent clairement qu'un enfant de 3 à 14 ans , fort consommateur d'aliments contaminés contenant moins de 10 % d'huile minérales est soumis à une exposition de 0,012mg/kg pc/j en ce qui concerne les huiles de classe II et III dépassant ainsi légèrement la DJA de ces mêmes huiles de classe II et III qui est de 0,01mg/kg pc/j, selon JECFA 2002.
Le
rapport de l'AFSSA ne donne pas de données de contaminations pour les enfants de moins de 3 ans, les femmes enceintes,le foetus humain et les enfants à naître.Toutes ces catégories étant à priori plus fragiles qu'un enfant de 3 à 14 ans, ont peut en conclure qu'elle furent inutilement  exposées du 25 avril au 7 mai soit pendant 11 jours, et ce sous la seule responsabilité de la DGCCRF du 25 avril au 30 avril, puis sous la responsabilité conjointe de la DGGCCRF, de L'AESA(EFSA) et de la commission européenne  à compter du 30 avril.

-A compter du 7 mai 2008, sur la base d'un nouvel avis de l'AESA(EFSA) la commission européenne émet un nouvel avis par lequel elle propose de libérer(d'autoriser à la vente) les produits alimentaires contenant une proportion d'huile contaminée inférieure à 300mg par kg de produit fini.

-Le 14 juin 2008, Romain Nouffert, en tant que directeur général délégué de Lesieur France, a ouvert un blog pour communiquer au sujet de cette affaire. De nombreux internautes qui sont allé sur ce blog se sont plaints de n'avoir pas obtenu de réponses à leurs questions, notamment:
- Quelle est la liste complète des produits et des marques commercialisés entre le 23 février et le 7 avril 2008 contenant de l'huile contaminée, et quelle est la liste des magasins concernés ?
-Quels sont les numéros de lots concernés, que faut-il faire si l'on a chez soi des produits achetés entre le 23 février et le 7 avril ? Peut on les rapporter aux commerçants et se faire rembourser ? Même sans ticket de caisse ?... etc.

Selon un Communiqué de presse la DGCCRF publié le 30 juin 2008 la Commission européenne a considéré  le 27 juin que les huiles contenant plus de 100 mg d'huile minérale par kg étaient non conformes et les autorités françaises ont interdit la commercialisation de toute huile de tournesol contaminée au-delà de ce seuil ou denrée fabriquée avec une telle huile après le 25 avril.

Les huiles Lesieur contaminées ne dépassant pas ce plafond ont été commercialisés et incorporés dans de nombreuses préparations alimentaires, aussi bien des marques Unilever, que de marques distributeurs, tels Carrefour ou Auchan.

En résumé, les produits contaminés commercialisés entre le 23 février et le 7 Avril 2008 l'ont été sous la seule et unique responsabilité de Saipol & Lesieur, qui sont censés tester et garantir la qualité de leurs produits, image de marque oblige.

-Les produits contaminés commercialisés de façon délibérée entre le 7 avril et le 22 avril 2008 l'ont été sous la responsabilité des intermédiaires concernés(grossistes et grande distribution) lorsque ceux-ci étaient informés-et sous la seule responsabilité de Saipol & Lesieur lorsque les intermédiaires concernés n'étaient pas informés.

-Les produits contaminés commercialisés de façon délibérée du 22 avril au 25 avril l'ont été sous la seule responsabilité de la grande distribution.

-Les produits contaminés commercialisés de façon délibérée du 25 avril au 30 avril l'ont été sous la seule responsabilité de la DGCCRF.

-Les produits contaminés commercialisés de façon délibérée du 30 ,avril au 7 mai l'ont été sous la responsabilité conjointe de la DGCCRF, de la commission européenne et de l'AESA(EFSA).

-Les produits contaminés commercialisés de façon délibérée du 7 mai au 27 juin l'ont été sous l'unique responsabilité de l'AFSSA.

-Les produits contaminés commercialisés de façon délibérée depuis le 27 juin l'ont été sous l'unique responsabilité de la commission Européenne.

Les responsables  de la distribution délibérée des produits alimentaires contaminés sont donc: Saipol, Lesieur,certains grossistes et intermédiaires, la grande distribution, la DGCCRF* , la commission Européenne, l'AESA (EFSA), l'AFSSA.
S'il y avait eu des morts, tous seraient passibles de la cour d'Assises. Si un jour des enfants à naître sont invalides ou ont des séquelles tous seront passibles d'empoisonnement.

Le lobby surpuissant constitué par les "empoisonneurs potentiels" dispose de moyens de pressions et d'arguments suffisants pour faire taire le plus obstiné des rédacteurs en chef.

On comprend dès lors le peu d'empressement des médias pour relater et diffuser l'information.

Les quelques médias qui en parlent ne font qu'évoquer le sujet, une seule fois, sur la version internet du média en question, et pas sur la version papier.(Hormis le Canard enchaîné) Aucun article de fond. Seul un résumé expéditif et parfois incorrect-voir l'huma qui titre "salades européennes à l'huile de vidange".(sic)-

Dans ces conditions pas de relais de l'information au plan national ce qui semble être l'objectif de Saipol and co ...

 

 

 

*851300571dépendante du ministère de christine Lagarde,une sarkosienne hystérique...



Appel aux médias, aux élus, et aux représentants de la force publique !

 

Faites votre devoir, relayez l'information !
Les intérêts supérieurs de la France ont été et seront encore sacrifiés pour une histoire de fric.
Vous êtes fondés à lancer une mutinerie générale.
Le peuple vous soutiendra.

Voici une série de liens utiles à vous faire votre idée.

http://www.superno.com/blog/images/canard_14-05-2008.jpg

http://www.superno.com/blog/images/canard_21-05-2008.jpg

http://www.superno.com/blog/images/canard_28-05-2008.jpg

http://www.midilibre.com/articles/2008/05/15/20080515-FAIT-DU-JOUR-L-huile-frelatee-servait-a-faire-monter-la-mayonnaise.php5

http://www.humanite.fr/2008-06-23_Politique_Salades-europeennes-a-l-huile-de-vidange

http://www.lesieur-info.fr/2008/06/20/mettre-fin-aux-rumeurs/

http://www.liberation.fr/actualite/economie_terre/326262.FR.php

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/huile-ukrainienne-bruxelles-pose-ses-conditions-pour-l-importatio/920/0/247607

http://www.dailymotion.com/video/x5vuql_danger-huile-frelatee-dans-les-alim_news

Afssa – Saisine n° 2008-SA-0125 et saisine 2008-SA-0124 
saisine liée n° 2008-SA-0116 (extrait)

􏰀 "Il apparaîtrait souhaitable de préciser, dans la mesure du possible, l’existence éventuelle d’huiles
minérales de classe II et III dans les huiles minérales non identifiées comme des huiles de haute
viscosité (au plus 5%), compte tenu de la toxicité plus élevée de ces huiles (DJA de 0,01 mg/ kg pc
/j, JECFA 2002).
L’application d’une hypothèse maximaliste de présence de 5% d’huiles minérales de classe II et III
pourrait conduire à une exposition maximale chez l’enfant fort consommateur d’aliments contenant
ou pouvant contenir de l’huile de tournesol comprise entre 0,012 mg/kg pc/j (aliments inférieur à
10%) et 0,039 mg/kg pc/j (ensemble des denrées alimentaires). "selon l'extrait du rapport de l'Afssa que j'ai reproduit ci dessus, il apparait que la DJA est dépassée pour les enfants fort consommateurs de 3 à 14 ans.
Dès lors la DJA est largement atteinte pour les enfants de moins de trois ans et à fortiori les femmes enceintes et leur foetus , à fortiori quand celui ci fait moins de 1 kg de poids corporel, c'est à dire dans les premiers mois de la grossesse.

Les intérêts supérieurs de la France ont été et seront encore sacrifiés pour une histoire de fric.
Vous êtes fondés à lancer une mutinerie générale.

Pourquoi aller si loin ?
Tout simplement parce qu'il faut mettre un coup d'arrêt à certaines pratiques,certaines tolérances, qui, si elles se répétent chaque année, finirons par impacter sérieusement sur la santé de l'ensemble des générations à naître.

Aujourd'hui c'est de l'huile de moteur, l'an prochain ce sera des métaux lourds comme le mercure, les années suivantes se sera autre chose...

Il s'agit donc bien d'une atteinte exceptionnelle aux intérêts vitaux de la Nation.

Ce qui justifie toute mesure exceptionnelle

Le peuple vous soutiendra.

http://scandaledusiecle.canalblog.com/


Georgie : ce qu'on ne vous dit pas à la télé....
C'est sur mon blog R-sistons à l'intolérable

http://r-sistons.over-blog.com/article-21871936.html


Il y a sur ce blog d'autres articles sur le sujet,
et notamment les miens !

  Medvedev.jpg 
Géopolitique du conflit caucasien
La proclamation unilatérale, en février dernier, de l’indépendance du Kosovo vis-à-vis de la Serbie a été le principal facteur qui a déterminé l’évolution des événements. On pourrait disserter indéfiniment sur la question de savoir si cela constitue ou non un précédent juridique, mais la politique réelle va son train. Moscou et de nombreuses autres capitales du monde y ont vu un nouveau pas dangereux vers la dégradation du droit international et le triomphe de l’approche arbitraire du règlement des problèmes mondiaux.
http://www.marcfievet.com/article-21878360.html

Ossétie du Sud :
le dangereux calcul de la Georgie
Nous sommes dans le Caucase, où chaque conflit est un scénario catastrophe. Car ici, si on sait quand et où une guerre commence, on ne sait jamais ni comment ni où elle se termine.
http://www.marcfievet.com/article-21878414.html

Bataille pour l' Eurasie
Nous étions tous, hier, des Serbes,
aujourd'hui nous sommes tous des Ossètes !

La révolution des roses de 2003 va compliquer la situation, le nouveau président aux ordres de washington, Mixeil Saakašvili ayant comme priorité de transformer son pays en satellite de l’OTAN, de se distancer de la Russie et de transformer la georgie (comme le kosovo) en lieu de passage des pipes caspiens. Malgré un second référendum en 2006, l’Ossétie ne se voit pas reconnaitre le statut d’autonomie et d’indépendance demandé, l’Amérique et l’Union Europeenne ne reconnaisant pas ce referendum, contrairement a la Russie. La situation s’est alors tendue jusqu’à cet été 2008 ou après divers accrochages, l’armée Georgienne a lancé le 7 aout au soir une offensive d’envergure sur l’Ossétie du sud afin de conquérir sa capitale Tskhinvali au motif de “restaurer l’ordre constitutionnel” dans la république.


L’Ossétie n’est pas une petite région sans importance du caucase, c’est un point névralgique “essentiel” de la lutte entre l’Amérique et son projet néfaste pour le Caucase, et la Russie, garante de la paix dans cette région depuis 300 ans. Le soutien a l’Ossétie est une des pierres angulaires du refus de la contre attaque planétaire en cours, lancée par Washington et ses alliés “euro-turques” de l’OTAN


La bataille en cours
est la bataille pour l’Eurasie,
la bataille finale contre les visées
mondialistes criminelles de l’empire Américain
.


La résistance passe par “bouter” les Américains hors de cette zone, à rendre aux Grecs, aux Ossètes, et aux Arméniens ce qui leur est du ! La Georgie est en effet un des membres du GUAM et un des pions essentiels du contournement et de l’encerclement de la Russie (Europe de l’est, Ukraine, Caucase, Asie centrale). L’objectif de Washington est en effet de créer un espace “pan caucasien”fondé sur les autonomismes et les indépedantismes anti Russe. Cette stratégie de la dislocation des états en micro identités faibles et dépendantes est la politique appliquée en europe de l’est (ex yougoslavie et ex tchécoslovaquie) et au moyen orient (Irak dépecé en 3 états).

http://www.marcfievet.com/article-21882308.html

Ca suffit, les hécatombes pour les multinationales ! 
Et pendant ce temps, hypocritement, les Bush, Kouchner etc
appellent à la paix, alors qu'en sous-mains ils attisent les conflits !
Leur jeu est trouble, diabolique !
Quand Kouchner demande l'arrêt des bombardements,
cela signifie qu'il attend de la Russie
qu'elle laisse le champ libre aux Occidentaux !
Et si Sarkozy essaie de ménager la Russie, c'est pour le pétrole ! (Eva)


______________________________________________________________________________

                                  L'OTAN a encouragé la Georgie
                                             a attaquer l'Ossétie

- "C'est une agression non déguisée accompagnée par une propagande de guerre",
- Les troupes spéciales géorgiennes ont été
formées par des spécialistes étrangers.
- «

Il s'agit du troisième génocide du peuple d'Ossétie réalisé par la Géorgie, et Saakashvili est le principal assassin " 

                                               
                                 Preuves du génocide géogien en Ossétie du Sud

MOSCOU, 10 août - RIA Novosti. Le président russe Dmitri Medvedev a chargé dimanche le Comité d'enquête auprès du Parquet général de Russie de recueillir des preuves du "génocide" géorgien des Ossètes en Ossétie du Sud (république autoproclamée sur le territoire géorgien).

Il faut "tout faire pour recueillir des preuves des crimes commis en Ossétie du Sud pour traduire en justice les personnes coupables de ces crimes", a déclaré M.Medvedev lors d'une rencontre avec le président du Comité d'enquête Alexandre Bastrykine.

"La Géorgie a soumis l'Ossétie du Sud à une agression cynique,
des civils ont été tués. Il s'agit de nos concitoyens -
habitants de l'Ossétie du Sud et soldats de la paix",
a indiqué le président russe.

"Les actions géorgiennes ne sont rien d'autre qu'un génocide, parce qu'elles ont un caractère massif et visent les civils et les soldats chargés de maintenir la paix dans cette région", a conclu M.Medvedev.

La Géorgie a lancé une offensive contre Tskhinvali, la capitale de la république autoproclamée d'Ossétie du Sud, dans la nuit du 7 au 8 août, utilisant notamment des lance-roquettes multiples Grad. La ville de Tskhinvali est détruite et beaucoup de villages ossètes sont fortement endommagés. 34.000 réfugiés ont quitté l'Ossétie du Sud. Les autorités sud-ossètes font état de 2.000 victimes civiles. Douze soldats de la paix russes ont été tués et 150 autres blessés, selon le ministère russe de la Défense.

http://www.marcfievet.com/article-21882274.html


_____________________________________________________________________________



Rôle des Etats-Unis
en Georgie

Danièle Bleitrach
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-21860999.html

(extraits) Les troupes russes ont annoncé à l’agence Izvestia avoir capturé un groupe de géorgiens en train de poser des mines près du village de Zare dont un américain, supposé être un instructeur de l’OTAN. Ce dernier, étant d’origine afro-américaine, pouvait difficilement se camoufler au sein de la population locale.
Par ailleurs, un officiel russe, Dmitri Medoyev, a déclaré que plusieurs corps d’hommes noirs ont été retrouvés parmi les soldats géorgiens tués lors des combats, ce qui laisse supposer la participation d’un pays tiers aux hostilités.
http://www.marcfievet.com/article-21882146.html

Rôle des Israéliens
en Georgie

(Je
vous l'annonçais hier,
ils sont derrière tous les événements,
derrière tous les malheurs des peuples, 
comme les Anglais  et les Américains,
voir précédente
parution - Eva )


Ce qui se passe en Ossétie du Sud intéresse décidément beaucoup de monde. Les liens du président géorgien Mikhaïl Saakachvili, qui vient de signer samedi un décret instituant la loi martiale, avec les néocons américains sont un secret de Polichinelle : celui qui fut avocat à New-York a été porté au pouvoir par une « Révolution des roses » qui doit beaucoup au multimilliardaire américain George Soros, très lié au Département d’Etat ainsi qu’à l’ambassadeur américain Richard Miles, toujours dans les parages lors des « révolutions en douceur » intervenues dans le passé (Azebaïdjan, Yougoslavie, Bulgarie). Mais son offensive militaire contre l’Ossétie du Sud doit beaucoup, elle, aux conseillers militaires israéliens présents sur place.

  Selon le journal israélien Debka File, « ces conseillers ont indubitablement participé de façon active aux préparatifs militaires de l’armée géorgienne pour la prise de Tskhinvali, la capitale sud-ossète, vendredi ». Et pour cause : les compagnies pétrolières occidentales, parmi lesquelles des firmes israéliennes, aimeraient bien s’assurer le contrôle du transport du pétrole d’Azerbaïdjan et les gazoducs du Turkménistan, qui traversent la Géorgie.

"Cette semaine, deux géants ont refait leur apparition dans l’histoire pour faire face à l’empire américain et l’Europe vassalisée: la Chine et la Russie.
Le signal est donné. Désormais, il appartient aux peuples d’Europe de se libérer de la mortelle tutelle américaine pour constituer avec tous les états continentaux -au premier rang desquelles la Russie- une véritable Europe des Nations."
http://www.marcfievet.com/article-21882146.html


La Géorgie a modelé son armée sur l'exemple de Tsahal
Le ministre géorgien de la Réintégration Temour Iakobachvili a déclaré qu'« Israël doit être fière de son armée qui a encadré les soldats géorgiens ». Il a précisé que grâce à Tsahal, un petit groupe de soldats géorgiens avait réussi à décimer toute une division russe.  (Guysen.International.News)
http://www.juif.org/blogs/9637,la-georgie-a-modele-son-armee-sur-l-exemple-de-tsahal.php


Question aux Israéliens :
Comment pouvez-vous trahir votre vocation de Juif,
de peuple élu, de sacerdoce royal,
pour vous vautrer devant le Veau d'Or, l'Argent, le Pétrole,
et combattre (dans des guerres)
au lieu de laisser combattre l' Eternel pour vous ?? 
Quelle trahison ! (Eva)


Tribune Altermedia

Et pendant ce temps, une fois de plus,
on nous ment aux Informations !
On nous fait croire que l'agresseur est Russe,
que c'est lui qui se livre à un génocide !
Il ne fait que répliquer, certes brutalement,
mais pour défendre légitimement ses derniers intérêts,
et sa population russe dans la région ! (Eva)


Mes autres blogs :

R-sistons à l'intolérable
http://r-sistons.over-blog.com
 
et aussi :

R-sistons à l'actualité
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be

Eva coups de coeur :
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

R-sistons au choc de civilisations
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/

Abonnez-vous, c'est gratuit ! (newsletters sur présentation blog)

Partager cet article
Repost0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 03:36



Islam, Judaïsme et Occident :
 
l’échantillonnage médiatique
 
au JT de France 2 au service
 
de la théorie du choc des civilisations ?

Article publié sur Agoravox ici


Nous sommes le jeudi 20 juin 2008, il est 20 heures piles et, sur France 2, David Pujadas annonce les titres du JT du soir :

 « Dans l'actualité ce soir :

1- [Premier bilan] Un tournevis sur l'immigration : Brice Hortefeux présentait son bilan aujourd'hui, en un an le nombre de reconduites à la frontière a augmenté de 31 % ;

2- [Fermetures annoncées] Altadis - ex-Seita - va fermer deux usines de tabac sur huit celle de Metz et la fabrique de cigares de Strasbourg vieille de deux siècles, inquiétude des salariés, plus de 1 000 emplois sont supprimés ;

3- [Interdit aux hommes] Deux affaires relancent le débat sur la mixité et le communautarisme, dans l'Isère un créneau horaire est réservé aux femmes à la piscine, près de Paris un tournoi de basket finalement annulé était interdit aux hommes ;

4- [Un nazi démasqué] A l'étranger un ancien nazi croate piégé par l'Euro 2008, il a été filmé et reconnu au milieu des supporters, Zagreb réclame son extradition ;

5- [Particules mortelles] Une première grande étude sanitaire sur l'impact de la pollution de l'air dans neuf grandes villes de France, cette étude établit un lien entre la présence de particules nocives et le nombre de décès ;

6- [L'année des méduses] Enfin, une page Environnement, avec l'invasion des méduses, le phénomène s'amplifie dans toutes les mers du monde, éléments d'explication à la fin de ce journal. »


Ainsi commence donc le JT du jour ou les dirigeants européens se sont réunis à Bruxelles pour essayer de digérer ensemble la claque irlandaise à leur bien-aimé Traité de Lisbonne : une rapide exposition récapitulative des informations que la rédaction du journal avait triées parmi des centaines d'autres et choisies pour mettre à la une, dans un ordre bien précis et des formulations soigneusement travaillées, évidemment selon des critères qu'un consommateur ordinaire d'information n'est pas supposé connaître. Naturellement. Aux dernières nouvelles, on n'enseigne pas encore les stratégies de communication au grand public. Pourtant, disséquer le contenu d'un JT n'est pas une tâche herculéenne, bien qu'elle reste à première vue « étrange », voire absurde. Car, face à un média de masse quelconque, l'attitude habituelle est celle d'analyser les informations qu'il présente, et non la manière par laquelle elles se font présenter. On se concentre sur le fond, au point d'en oublier la forme, que nous concevons comme évidente, ou c'est plutôt ainsi qu'on a toujours aimé la concevoir. C'est justement parce qu'elle a été longtemps mise aux oubliettes que cette forme paraît plus que jamais mystérieuse, quoique certains pourraient pressentir dans la remise en question de ce qu'ils ont depuis longtemps indexé dans la colonne de l'évidence l'expression d'un ridicule désir fantasmatique à voir du mystère là où il n'y en a pas. Ou plutôt, là où on préfère de toutes nos forces qu'il n'y en ait pas...


Nous sommes alors à un jour où le rêve européen prend les allures d'un interminable cauchemar de ratifications que l'on souhaite à tout prix être taillées sur la mesure des politiques gladiateurs de l'arène européenne, qui n'attendent que des « Oui Oui à vos ordres ! » de la part de leurs peuples, habitants d'un continent qui occupe dans le monde une place plus grande que celle qu'il occupe dans les têtes de ses citoyens. C'est normal, aujourd'hui l'Europe, comme beaucoup d'autres exploits architecturaux contemporains, se bâtit à l'envers : on l'impose dans le monde, et puis on verra pour les Européens, de toute façon ils finiront tôt ou tard par accepter ce que leurs dirigeants ont décidé qu'il soit « bon » pour eux. Dans un jour aussi terrible pour le Traité de Lisbonne, la réunion de Bruxelles n'est apparemment pas une information qui mérite de figurer à la une des titres du JT. En tout cas, c'est ce qu'a décidé la rédaction. Une omission qui ne semble pas dénudée de « bon sens », puisqu'il ne serait pas « gentil » de désenchanter davantage une opinion publique exaspérée par Bruxelles en continuant à la marteler dès le résumé des titres par les informations en rapport avec les mésaventures de l'« European Dream ». Le lexique qu'on avait choisi de mettre en avant étant : immigration, fermeture, inquiétude, mixité, communautarisme, nazi, mortelles, nocives, décès, invasion. Un vrai cocktail Molotov de péjoration présentant des informations visiblement différentes, mais qui demeurent homogènes, cohérentes et développant des sujets en rapport direct ou indirect avec la construction européenne : l'immigration, les crises sociales, le communautarisme, le nazisme, les crises de l'environnement. Loin de là, si on visionne bien l'exposé des six titres, on verra aussi que toutes les informations mises en avant s'articulent autour d'un dualisme capital : celui de l'intrus/exclus. En effet, le flash des titres, bien qu'étalé sur six points majeurs, présente en réalité un seul squelette communicationnel : « L'exclusion de ce qui est intrus ». La notion d'intrus est indéniablement constante dans toutes les informations, mais à chaque fois l'intrus, ainsi que la description de son exclusion, changent de forme. Démonstration :

 

Intrusion

Exclusion

Nuage lexical amplificateur et/ou densifiant

Immigrés clandestins

Reconduites aux frontières

Tourne vice

Augmenté de 31%

Salariés qui ne sont plus les bienvenues chez leurs patrons

Fermeture d'usines/Suppression d'emplois

Inquiétude

Veille de deux siècles

Plus de mille emplois

Evènement/service interdit aux hommes, réservé aux femmes d'une communauté pour le moment indéterminée

Annulation

Communautarisme

Ancien Nazi

Extradition

Démasqué

Filmé

Reconnu

Particules mortelles/nocives

Pollution de l'air

implicite : si on parle de quelque chose de mortel c'est qu'on doit la combattre

Première grande étude

Neuf grandes villes

Lien avec nombre de décès

Invasion par des méduses

Imagée : méduse extraite par un sceau, traitement médical

Phénomène s'amplifie

Toutes les mers du monde



Et voilà. Une sorte d'unité contextuelle entre toutes les informations classifiées comme « importantes » vient de se dégager par elle-même. L'essentialité du traitement de l'information du « Non irlandais » (le « Non » étant aussi un intrus dans la cour des « Oui oui ») étant à la fois évidente et lassante à souligner, c'est donc bien volontiers qu'on ne l'annoncera pas dès le commencement. L'attention du téléspectateur est ainsi sollicitée et préparée pour être plus réceptive aux infos figurant « à la première page » du JT - celles traitées dans le tableau ci-dessus - et dont l'importance lui a été suggérée par le fait qu'elles ait été choisies pour figurer dans le « menu général ». Bien sûr, le téléspectateur qui est en train de regarder le JT n'est pas en mesure d'agir activement vis-à-vis du contenu médiatique qui lui est véhiculé. Il est passif, et se contente de recevoir les informations qui iraient subir dans son cerveau le traitement tabulateur inconscient décrit en haut et basé sur le couple notionnel élémentaire d'« intrus-exclus ». D'ailleurs, heureusement que toutes ces informations étaient triées de sorte que leur digestion mentale puisse s'effectuer facilement, en mobilisant un seul critère de classification subconsciente ( !). Pur hasard dites-vous ? Le hasard c'est quand on ignore les lois de la nature, disait Newton...



Ce qui est intéressant dans les six titres, c'est que l'un d'eux, à la différence des autres, « relance » un débat particulier, faisons pour le moment abstraction de sa nature. La question qui se pose est : est-ce la seule information susceptible de « relancer » un débat quelconque ? Evidemment que non, toutes les autres informations évoquent elles aussi des « débats » spécifiques à chacune d'elles. Toutefois, on a plutôt préféré mettre l'accent sur un seul débat, celui relatif au « communautarisme », et qui selon le troisième titre évoque une polémique dont les héros principaux sont les « hommes » et les « femmes ». Innocente correspondance à connotation sexuelle avec l'affaire du mariage annulé « pour motif de non-virginité » toujours présente dans l'esprit de chacun... Il est facile alors de lire entre les lignes pour s'apercevoir dans quelle continuité logique de l'actualité s'inscrit alors ce débat « relancé ». Jusqu'à ce stade, la formulation, prudente, n'identifie pas explicitement la communauté à l'origine des « deux affaires », mais elle suggère par l'expression « relancer le débat sur le communautarisme », à quiconque qui a eu connaissance de l'affaire du mariage annulé, la possibilité que cette communauté soit la communauté musulmane. Mais pour le moment, suspense. On décale le « relancement de la polémique » au milieu du journal. Les Français étant de nature des consommateurs gourmands de polémiques, surtout celles qui touchent aux mœurs libérales (qu'on amalgame souvent avec les principes laïcs), ils sauront attendre le développement de cette information. Le moment venu, on ne tarde pas à assouvir leur gourmandise par des mots bien choisis comme « On va s'y arrêter assez longuement »...


La question qui se pose est pourquoi l'information était présentée sur un plateau d'actualité ou tous les plats crient par la même voix « attention à l'intrus ! » ? « Ce qui attire l'attention à cette occasion » - pour reprendre les termes de David Pujadas -, c'est que la veille, le mercredi 19 juin, une délégation d'académiciens égyptiens de l'université d'Al Azhar, rendait visite en France, au CAPE (Centre d'Accueil de la Presse Etrangère) là ou elle avait donné une conférence ayant pour thème « Les enjeux et les exigences du dialogue entre les religions - Les rapports entre l'islam et l'Occident ». Malgré son caractère visiblement important, la conférence n'a bénéficié d'aucun coup de projecteur médiatique de la part du JT de Pujadas, les projecteurs étant occupés par analyser au microscope les perspectives de conflits entre les musulmans et la France et non les horizons d'entente et de cohabitation pacifique. Pourquoi la rédaction du JT de France 2 avait elle choisi de reprendre uniquement l'information qui sent le « choc des civilisations » et omis d'aller voir ce qui s'est passé à la conférence du CAPE, même pas pour relativiser un peu l'air conflictuel qui se dégage de son dossier sur le "communautarisme" ?



Paradoxalement, le JT d'hier évoquait dans son grand format la manipulation de jeunes enfants par les talibans, qui leur lavent le cerveau pour les entraîner à se faire exploser dans des attentats suicides. Alors que celui d'aujourd'hui parlait des efforts qu'entreprend un rabbin pour améliorer l'entente de la communauté juive avec les autres communautés religieuses, essentiellement musulmane, tout en relatant les agressions que subissent parfois des rabbins de la part des jeunes issus des quartiers musulmans. Ainsi, en trois jours de suite, le JT de 20 heures de France 2 avait présenté l'islam sous un gigantesque prisme péjoratif : « menaces contre la laïcité et les valeurs républicaines », « usage du discours fondamentaliste pour manipuler des enfants par les talibans », et « agressions antisémites » contre un rabbin qui fait tout pour que les gens de différentes confessions s'entendent mieux, un rabbin dont "la modernité a parfois eu du mal à passer", et qui milite pour "l'ouverture envers les autres communauté de la cité". Admirons le contraste ainsi dressé, dans les JT de jeudi et samedi, entre une communauté musulmane qui "se replie sur elle-même", et une communauté juive qui "milite pour s'ouvrir aux autres".


En passant dans l'indifférence totale la visite de mercredi de toute une délégation d'académiciens spécialistes en islamologie et qui viennent, eux aussi, dans une mission d'ouverture et de dialogue, et en s'attardant deux jours après sur les efforts d'un rabbin de banlieues, dont "la modernité a souvent eu du mal à passer", dans le dialogue interreligieux, et ce tout en continuant à agiter dans le subconscient des téléspectateurs le spectre de la « menace islamiste », n'y aurait-il pas eu de la part du JT de France 2 un traitement préférentiel, volontaire ou involontaire, du sujet du dialogue entre les religions, qui privilégie l'évocation des efforts entrepris par des juifs sur les efforts entrepris par les musulmans ? Un rabbin de banlieue (sans vouloir être rabaissant) est-il plus visible que toute une délégation de théologiens d'Al Azhar, qui a d'ailleurs pendant sa visite eu l'occasion de rencontrer plusieurs dirigeants politiques et religieux français, y compris le Grand Rabbin de France ? Et face à la constatation d'un traitement médiatique disproportionné pareil, ne pourrait-on pas avoir l'impression qu'il y ait quelque part une certaine dérive médiatique de l'audiovisuel public qui constitue à présenter les musulmans comme responsables de tous les maux de la démocratie occidentale, reprenant ainsi la fameuse thèse de Samuel Huntington sur le choc des civilisations, et cultivant une sorte de sanctuarisme occidental qui se présente d'une part comme l'incarnation suprême de la perfection démocratique, et d'une autre part comme une victime sans cesse menacée par l'« invasion des méduses » de l'islam, « phénomène qui est en train de s'amplifier » dans tout l'Occident, pour ainsi reprendre la terminologie du titre relatif à la page « Environnement » ? D'ailleurs, une telle politique médiatique des « deux poids deux mesures », qui d'une part décrit les musulmans comme des démons partisans de communautarisme et les juifs comme des anges partisans d'ouverture, n'est-elle pas un facteur qui, justement, favorise davantage les replis communautaires et identitaires, les conflits interculturels et interreligieux, vu que vraisemblablement l'audiovisuel « laïc » ne traite pas de manière égale les questions relatives aux différentes religions du pays ?


Il serait peut-être excessif d'essayer de faire porter au constat des analyses plus qu'il n'en peut supporter, mais on peut facilement palper les brèches de malentendus que de telles dérives - invisibles à l'œil nu du simple observateur - des médias de masse peuvent ouvrir dans une opinion publique toujours domptée à être constamment dressée contre tout ce qui est d'origine islamique. D'ailleurs peut-être bien que l'on devrait se poser la question : à qui profitent de telles acrobaties et de tels remodelages de l'opinion publique occidentale ? Peut-être bien à ceux, qui comme M. Bush, préparent dans les coulisses politiques internationales de nouvelles « croisades » qui n'osent pas dire leur nom... Du moins, pour le moment...


Il y a là une autre polémique qui s'élève derrière la polémique, celle des critères sur lesquels sont triées les informations que l'on met dans un JT du soir. Parce qu'il ne faut pas l'oublier : en décidant de ce qui doit être appelé « actualité du jour », les médias de masse décident des sujets sur lesquels doit se focaliser l'opinion publique. Une lumière de plus braquée sur un événement est une lumière de moins braquée sur un autre. Il y a là encore une nécessité morale de trouver un équilibre entre les deux. Car continuer à mettre sous le microscope médiatique les braises des conflits et passer au second plan (volontairement ou involontairement) tout ce qui se rapporte à l'apaisement ne peut que conditionner davantage l'opinion publique à être hostile à l'égard de l'autre, et donc inconsciemment favorable à tout ce qui peut être entrepris contre lui. Cet autre « reconduit aux frontières », cet autre qui suscite « l'inquiétude », cet autre « communautariste », « musulman », « sexiste », qui essaie de « récolter des fonds pour les territoires palestiniens », cet autre qui comme « les méduses qui envahissent toutes les mers du monde » ou « les particules mortelles » polluant l'air, menace de nous envahir par ses coutumes et valeurs « nocives » et peut-être - pourquoi pas tant qu'on y est - de nous ramener à une ère ou les « nazis » régnaient sur l'Europe.

Et voilà que le lexique des titres de l'actualité se révèle parfaitement adapté à cet esprit d'accusation et de montrer à l'index, comme par hasard... Etranges concordances...

http://ordrecitoyen.over-blog.org/article-21785000.html


Sur le choc de civilisations, voir mon blog
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com
 

Partager cet article
Repost0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 02:07


 

J.O. Chine : Scandale !
"Propagande chinoise"
dénoncée par nos médias...
ou, en réalité, occidentale
contre la Chine ?

La Chine, future super-puissance rivale des USA !
Et donc, l'Occident pro-Américain
s'acharne contre la Chine,
grâce aux Médias menteurs !
Tout est bon pour la dénigrer !
On monte en épingle les manifestations
en faveur du Tibet,
en taisant le fait que les gentils moines
sont armés par la CIA
pour destabiliser le géant Chinois, l'affaiblir !
Et par ex, à l'instant, j'entends
sur une chaîne publique :
"La Chine n'est pas prête à
faire son examen de conscience !"


Et l'Occident, lui,
est-il prêt à faire son examen de conscience ?

Il s'est acharné contre la Chine,
et il ose donner des leçons à ce pays ?

Lisez le superbe article de Georges Stanechy
"Excuses d'un Français au peuple Chinois"
Il remet les pendules à l'heure !
http://stanechy.over-blog.com/article-18658527.html

Eva


" Mes Amis Chinois

J'ai honte.

Depuis des semaines, dans mon pays, en France, votre peuple, votre pays, vos institutions, votre gouvernement, votre Histoire sont traînés dans la boue, dans une hystérie collective entretenue par nos médias. Médias qui se prétendent "libres"... Les manifestations antichinoises qui ont eu lieu à Paris, lors du passage de la flamme olympique, sont indignes de mon pays, des valeurs qu'il prétend défendre, et des lois élémentaires de l'hospitalité.



Dans l'arrogance et l'ignorance, l'imbécillité en résumé, des journalistes, présentateurs de radio et de télévision, politiciens, et autres ballots en quête de publicité gratuite, se disputent l'opportunité de se mettre en valeur, en vous donnant des leçons de morale, de liberté et de "droits de l'homme".


Mais, vous le savez. En Occident, et chez ses vassaux, des manifestations, soigneusement organisées depuis longtemps, ont la volonté de perturber vos Jeux Olympiques, fanatisant les populations et les opinions publiques contre vous. Nos castes au pouvoir ne supportent pas votre succès. Vous sortez d'une longue histoire, douloureuse, héroïque, magnifique. Elles ne supportent pas votre indépendance.


Vous parlez d'égal à égal, avec ceux qui se sont comportés en maîtres du monde, pendant des siècles. Aveugles, ils ne se rendent même pas compte, qu'ils ne le sont plus. Dans votre réussite, ils y voient le basculement prochain du rapport de forces. Ils le redoutent, car cela remet en cause leur règne sans partage dans la domination, et le sentiment de supériorité, à l'égard du reste de la planète.

Ils ne souhaitent, en conséquence, qu'une chose : entraver votre développement, en vous isolant, vous divisant. Comme ils le font dans d'autres pays, ou sur d'autres continents. Comme ils l'ont fait dans votre pays. Mais tout cela, vous le savez...

Au nom de beaucoup de français, à qui nos médias soi-disant "libres" ne donnent pas la parole, je voudrais vous présenter nos excuses, et mes excuses personnelles.

Oui, "Excuses". Mais, auparavant, je voudrais vous demander "Pardon"...


Pardon, au nom du Passé, pour avoir envahi votre pays, nous être livrés à des atrocités et participé à son pillage, pendant un siècle

Vous, vous n'avez jamais envahi l'Europe. Ni aucun autre continent, d'ailleurs. Votre Grande Muraille, est là pour en témoigner. Vous avez toujours voulu vous défendre des agressions extérieures, et vous concentrer sur votre unité. Ce qui ne fut pas une entreprise facile, dans votre immense pays, au cours des siècles de votre histoire. Une des plus longues de l'humanité.

Nous, nous avons envahi votre pays. Nous avons contribué à son pillage, pendant un siècle. Il est si grand, que nous nous sommes réunis à plusieurs pour le faire.

la suite de cet article sur http://stanechy.over-blog.com/article-18658527.html

Quand nous informera-t-on réellement, honnêtement, au lieu de se servir des médias pour nous dire comment penser - c'est à dire en définitive contre nos intérêts ?  Eva 

Voir http://r-sistons.over-blog.com/article-21761363.html



______________________________________________________________________________

Par Serge, Mariannaute, qui ne veut pas croire que c'est «pire ailleurs». L'Occident n'est pas exempt de problèmes graves. Pourtant, en ces temps de Jeux olympiques, c'est à la Chine que les journalistes et observateurs adressent tous leurs reproches.


Pékin - cc flickr antonindcortes
Pékin - cc flickr antonindcortes
Je n'apprécie pas le gouvernement chinois. Mais il est un juste miroir de nos gouvernements occidentaux, de même que leurs chefs d'entreprises sont à l'image des nôtres (nous les occidentaux blancs porteurs des valeurs universelles, vous savez bien !).

Leurs journalistes, eh bien, ils sont comme les nôtres aussi et leurs responsables itou. Fondamentalement,
il s'agit de désinformer, façonner l'opinion, formater des valeurs, soutenir une politique économique.

Alors, une sacrée part des journalistes partis là-bas ont donc déjà le tracé de leurs articles à venir : anti-chinois à fond la caisse, sans mise en contexte ni confrontation et les sites internet en question sont là pour leur en fournir le contenu sans avoir à quitter le centre de presse. Ils ne parlent pas le chinois, et donc inutile d'aller parler avec l'homme de la rue, d'ailleurs il est «conditionné».

La malveillance journalistique occidentale
Bien sûr, ceux qui parlent le chinois et connaissent le pays savent que rien n'est comme décrit par la gent médiatique ménardo-joffrino-bendito...(remplissez les pointillés, il y a le choix), et que s'il y a là-bas des choses terribles, tout y est aussi évolutif, contradictoire, à comprendre. Un miroir encore de nos sociétés.
Rien d'étonnant donc à ce que les autorités chinoises réagissent à cette malveillance journalistique occidentale. Ce qui n'est pas une excuse, juste une explication. Un partout, balle au centre.

Car tout ce qui est reproché aux Chinois par nos chers journalistes peut aussi s'appliquer à nombre de pays occidentaux ou «amis» ; Israël, par exemple, et la Palestine ; les US et Guantanamo, l'Irak, le racisme ou les wetback mexicains, le monde anglo-saxon et les techniques d'espionnage Echelon, l'Italie et les Roms, son berlusconisme, la France et ses expulsions, sa pauvreté galopante, ses exactions policières, etc. Il faut simplement sortie du ghetto boboïen et regarder autour de soi.

Alors pourquoi ces éructations anti-chinoises, ces leçons arrogantes assénées par des petits blancs arrogants, y compris dans ces commentaires? Ce nouvel empire du mal ? La démocratie ? Allons donc. C'est que ça va mal chez nous, et il faut qu'on continue de croire que c'est pire ailleurs. Pour ne pas lutter ici. Le nouvel opium du peuple, peut-être.


Pour consulter l'article qui a inspiré Serge, cliquez ici.

Dimanche 03 Août 2008 -
Serge

http://www.marcfievet.com/article-21717895.html


Les Chinois remontés
contre l'esprit
anti JO en France

 

A Paris, près de 5 000 chinois ont manifesté pour dénoncer « les médias qui manipulent » et rétablir la « vérité sur le Tibet ».

Comme en Chine, les manifestants pro-JO ont mobilisé samedi en France. A Paris, ils ont rassemblé environ 5000 personnes place de la République, pour dénoncer « les médias dominants qui manipulent » et rétablir la « vérité sur le Tibet ». Jeunes, plutôt sincères, les manifestants s’estiment méprisés par les partisans du boycott.

« La Chine est une dictature, c’est comme un homme malade »

Après un quart d’heure de discussion, l’étudiant lyonnais finit par lâcher:
« - C’est vrai, la Chine est une dictature, c’est comme un homme malade.
- Et cela, vous pouvez le dire en Chine…?
- Euh… en privé, oui. »

Comme des dizaines de Chinois venus de province dans des cars affrétés par de gentils organisateurs, il est venu scander sa colère et sa fierté. Fierté d’être un descendant des fils du Ciel, colère de se voir rabaisser au rang de vulgaires méchants, briseurs d’espoir, conquérants sans scrupule du petit peuple tibétain. Personne n’est dupe, mais l’honneur de la Nation est en jeu. Alors…

La manifestation est remarquablement organisée. Comme dit un officier des Renseignements Généraux observant la scène avec sa radio, « c’est autre chose que la manif’ des étudiants il y a quatre jours ». T-shirts floqués en Français « Les J.O. sont un pont, pas un mur » ou en Anglais « One China, one Family ». Tracts, pancartes, slogans: rien ne manque à l’arsenal des techniques de communication publique. Jusqu’aux « étudiants volontaires » armés d’un mégaphone qui incitent les participants à brandir haut le drapeau rouge et à ne pas jeter de déchets par terre!

Les organisateurs? Des entreprises de la communauté chinoise et l’ambassade

Qui organise? « Des entreprises installées ici », dit une étudiante qui recueille des « dons » pour les Jeux olympiques. Mais aussi, nous précise un fin connaisseur de la communauté chinoise, l’ambassade de Chine à Paris qui a affrété les cars et incité fortement les étudiants vivant en province à manifester. Sans oublier ces étudiants un peu âgés pour étudier qui relancent la foule au mégaphone à coup de slogans: « Bienvenue en Chine », « Nous aimons les JO ». Certains, oreillettes en coin, échangent des informations à l’aide de talkies-walkies. Ils canalisent la foule qui ne doit pas sortir du terre-plein de la place.

Ils prévoyaient 10 000 manifestants, ils ne furent « que » 5 000, suffisamment pour faire effet, la plupart âgés de 20 à 35 ans. (Voir la vidéo)

 

Video (voir article)

 

Un peu plus tôt dans la journée, d’autres manifestants ont défilé devant l’ambassade de France et le lycée français de Pékin, ainsi que devant plusieurs magasins Carrefour (plus d’une centaine dans le pays). Dans la capitale, le cortège a fini par rassembler 10 000 manifestants pour relayer les appels au boycott visant les entreprises et produits français. Principal grief: une couverture jugée biaisée des récents événements survenus au Tibet, où les journalistes étrangers ont pourtant été interdit de séjour. Après le tour du monde controversé de la flamme olympique, la contre-offensive médiatique de Pékin est en marche.

http://www.rue89.com/2008/04/19/les-chinois-remontes-contre-lesprit-anti-jo-en-france




____________________________________________________________________________________________________________________________


Les médias nous tiennent volontairement
non-informés des graves sujets du moment !

Un exemple ?


Les mensonges sur l'innocuité des micro-ondes dénoncés preuves à l'appui. La déclaration rassurante de l'Académie de Médecine était due uniquement à André AURENGO en liens étroits avec les industriels !

La guerre psychotronique ou comment contrôler les foules
par les micro-ondes. Les antennes relais vont leur
permettre de faire bon nombre de dégâts
dans tous les pays. (..)

http://www.next-up.org/pdf/AmyWorthingtonLesRayonnementsElectromagnetiquesEmpoisonnementl
Amerique17112007
.pdf




____________________________________________________________________________________________________________________________


La gazette
d'@rrêt sur images, n° 31
 
Dernier conseil des ministres : les ministres ne partent pas les mains vides. Vous avez certainement lu, vu et entendu que Carla Bruni a offert son disque au gouvernement de la France reconnaissant. Et vous les aurez vus, les ministres, faire la promotion des chansonnettes officielles à la sortie du palais.
 
Ce qui s'est décidé lors de ce dernier conseil, les JT n'en parleront qu'après vous avoir montré le disque. Trois projets de loi, résument-ils. Lesquels? Ils en ont retenu deux : développement du bracelet électronique pour les détenus, et « maison à 15 euros par jour ». Certes, ils ont évoqué en quelques mots l'absence de moyens. Dans le meilleur des cas, ils ont pointé l'incohérence qui consiste à remplir les prisons, tout en s'efforçant de les vider. Mais sur la troisième mesure, rien. Il est vrai qu'il s'agit de la création d'une nouvelle niche fiscale pour l'Outre-mer. Alors que le gouvernement avait affiché sa volonté de supprimer ces niches, on comprend qu'il ait tenté de faire passer ce projet avec discrétion. Avec la complicité de tous nos médias. C'est un petit oubli estival. Mais tellement révélateur. Comblez cette lacune ici (1).
 
Quand une « affaire » dépasse-t-elle l'anecdote, pour devenir importante ? Au début, nous n'avons pas souhaité accorder trop d'importance à l'affaire Val-Siné. Un théâtre de postures, une petite guerre des bulles, nous semblait-il. Et puis, voici que s'enflamment les politiques, des intellectuels, et...nos internautes (2). Voici qu'on s'étripe, autour de la liberté d'expression, et des frontières de la provocation. Et il devient évident que, parlant de cette affaire, nous parlons, en fait, d'autre chose (3). Mais de quoi donc ? Tout notre dossier est là (4). D'ailleurs (mais c'est un hasard) c'est un caricaturiste, Plantu, qui est un des invités de notre émission de cette semaine. Il n'y est pas tendre pour Internet, et pour le site de son propre journal (Le Monde). Les meilleurs moments de l'émission sont ici (5). Et pour vous abonner (même en été) c'est là (6).
 
Daniel Schneidermann
 
Certains clients de courrier électronique bloquent l'accès direct aux liens. Aussi, vous trouverez ci dessous et en clair l'ensemble des adresses web de ce présent message :
(1)
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1009
(2) http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1038
(3) http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1035
(4) http://www.arretsurimages.net/dossier.php?id=92
(5) http://www.dailymotion.com/asi/video/x688km
(6) http://www.arretsurimages.net/abonnements-formulaire.php

Le dessin du jour
Pour agrandir l'image
CLIC ICI
http://erby.free.fr/

http://marcfievet.com 




____________________________________________________________________________________________________________________________

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages