Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 18:10
Spécimen - Comment on vous manipule

 

Nous nous croyons libres mais en réalité, à longueur de journée, nous sommes sous influence. De nos proches, de la pub et de toutes sortes de stimulations ou pressions quotidiennes. Grâce à plusieurs expériences étonnantes, "Specimen" démontre comment, par des simples techniques de manipulation, il est possible de modifier le comportement de quelqu'un. Comment une étiquette de vin agit directement sur ses papilles gustatives. Comment on peut implanter des faux souvenirs dans sa mémoire. Et comment on parvient à changer ses décisions en envoyant des impulsions magnétiques dans son cerveau.

 

Un documentaire de TSR, par Luigu Marra journaliste et présentateur de l'émission.


Lorsqu’on lance une vidéo tout devient blanc, c’est normal, ça peut durer 15 à 30 secondes et la vidéo commençera. Il faut simplement patienter un peu, ces vidéos font entre 700Mo à 900Mo, alors c’est normal.


 

Tous manipulés!

 

(cliquer sur ce lien)

 

 

Et les Médias occidentaux nous manipulent en permanence ... eva R-sistons

 

 

 

 


 


Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 01:07



1968-mai-Information-libre.jpg

 

 

LES REBELLES ACHÈTENT LES JOURNALISTES

 

Maintenant que vous savez que les prétendus "révoltés" de Benghazi ont plein de fric, demandez-vous d’où il provient. De la CIA ou du Mossad ?

Maintenant que vous savez que les journalistes "indépendants" et autres "envoyés spéciaux" peuvent être achetés par des liasses de billets, vous savez par la même occasion que vous ne pouvez plus leur faire confiance.

Mais, cette histoire d’achat de journalistes à Benghazi m’en rappelle une autre, qui s’est passée à Guernica en 1937.

À Guernica, l’on n’acheta pas les journalistes, on les menaça :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2369

« Le 29 avril, vers midi, les Franquistes entrent dans Guernica et font visiter, sous bonne escorte, les ruines de la ville aux correspondants de presse étrangers. Les articles de ceux-ci sont soumis à censure. Sous la menace des mitraillettes, tous envoient dans leurs pays respectifs des articles expliquant comment et pourquoi les anarchistes ont brûlé Guernica ! »

La dictature franquiste se fonda sur le mensonge de Guernica.

Dans l'est de la Libye, à Benghazi, c’est la même technique, à part qu’au lieu de menacer les journalistes, on les achète.

Vous pourrez constater que c’est la même Caroline Mier qui fit quelque temps après une horrible propagande anti-Kadhafi dont il est facile de prouver qu’elle est mensongère :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2352

        Merci pour votre attention,
        Meilleures salutations,
        do

Libye - 26 février 2011 - Analyse et destruction de la propagande télévisuelle (vidéos) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2371

Une guerre de l’Occident pour recoloniser la Libye :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2329

Comment déguiser une opération militaire en opération humanitaire :

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article2364

 

 

En Libye, les rebelles achètent les journalistes (vidéo-preuve 21’’)

 

Cliquer sur l’image pour voir cette vidéo de 21 secondes.

Enregistré sur BFM le 26 février 2011 à 22h05.

 http://mai68.org/spip/spip.php?article2367

 

Maintenant que vous savez que les prétendus "révoltés" de Benghazi ont plein de fric, demandez-vous d’où il vient. De la CIA ou du Mossad ?

Maintenant que vous savez que les journalistes "indépendants" et autres "envoyés spéciaux" peuvent être achetés par des liasses de billets, vous savez par la même occasion que vous ne pouvez plus leur faire confiance.

Mais, cette histoire d’achat de journalistes à Benghazi m’en rappelle une autre, qui s’est passée à Guernica en 1937.

À Guernica, l’on n’acheta pas les journalistes, on les menaça :

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article2369

« Le 29 avril, vers midi, les Franquistes entrent dans Guernica et font visiter, sous bonne escorte, les ruines de la ville aux correspondants de presse étrangers. Les articles de ceux-ci sont soumis à censure. Sous la menace des mitraillettes, tous envoient dans leurs pays respectifs des articles expliquant comment et pourquoi les anarchistes ont brûlé Guernica ! »


La dictature franquiste se fonda sur le mensonge de Guernica.

À Benghazi, c’est la même technique, à part qu’au lieu de menacer les journalistes, on les achète.

Vous pourrez constater que c’est la même Caroline Mier qui fit quelque temps après une horrible propagande anti-Kadhafi dont il est facile de prouver qu’elle est mensongère :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2352

 

Pour voir la vidéo, cliquer ci-dessous :
 

Libye - 26 février 2011 - Analyse et destruction de la propagande télévisuelle (vidéos)

jeudi 3 mars 2011, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 3 mars 2011).

Voici trois enregistrements vidéos, à trois heures différentes, de la même journaliste sur la même chaîne de télévision "informative" : ces trois séquences diffèrent !

Il faut le constater et en tirer les conclusions, en regardant ce qui est retiré, et conservé.


Interview de Caroline Mier sur BFM à 18h35 :

 

Cliquer sur l’image pour voir cette vidéo de 1’40’’.

Enregistré sur BFM le 26 février 2011 à 18h35.


 

Voici maintenant la même journaliste, toujours sur la même chaîne de télé, mais enregistrée à 22h05 :


Cliquer sur l’image pour voir cette vidéo de 1’41’’.

Enregistré sur BFM le 26 février 2011 à 22h05.


Vous pouvez constater que cette fois il y a un passage de plus, celui où Caroline Mier nous explique qu’on a cherché à l’acheter. Elle nous raconte ça avec un grand sourire !

Pourquoi une telle chose aussi importante n’est-elle pas dite dans la première version ?

Cette info avait-elle été jugée inutile, voire nuisible pour la propagande ?

Ou peut-être cet événement ne s’était-il pas encore produit ?

Je pencherai en fait pour cette dernière hypothèse ; car, en revisionnant la vidéo où elle dit cela, elle a l’air assez naïve, et ne semble pas vraiment se rendre compte de la signification et de l’importance de ce qu’elle raconte. Peut-être est-elle obligée de nous dévoiler ce fait pour en prendre elle-même conscience.

 

Revoici maintenant Caroline Mier le 27 février 2011 à 02h37. Après que tout ce qui était important ait eu le temps d’être analysé et censuré :

 

 

Cliquer sur l’image pour voir cette vidéo d’une minute.

Enregistré sur BFM le 27 février 2011 à 02h37.

 


Vous aurez constaté que la censure a eu tout le temps de faire son effet, à cette heure tardive de la nuit. Non seulement l’on a supprimé le fait qu’à Benghazi, on achète les journalistes, mais on a estimé aussi qu’il avait été malheureux de signaler auparavant cette voiture lourdement armée et occupée par des gens cagoulés. Sans doute s’agissait-il de mercenaires ou d’agents très spéciaux au service de l’impérialisme américano-sioniste et était-ce trop facilement devinable avec un peu de présence d’esprit. Ainsi, cette info a-t-elle été elle aussi supprimée !

La vérité est dans l’instant

3 Vidéos ici,
vous pourrez voir la différence
entre l'information et son traitement
en désinformation :


__________________________________________________________________________________________
Comment déguiser une opération militaire en opération humanitaire

mercredi 2 mars 2011, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 2 mars 2011).

19 mai 2007

 

INFAME KOUCHNER !

mai68.org/ag/1154.htm
cronstadt.org/ag/1154.htm
kalachnikov.org/ag/1154.htm

        Salut à toutes et à tous,


    À l'époque où Beyrouth, la capitale du Liban, était tenue par diverses milices en guerre les unes contre les autres, donc avant la première guerre du Golfe (puisque pour acheter la neutralité de la Syrie pendant cette guerre, l'occident lui livra le contrôle total de Beyrouth et promit un futur État palestinien), l'ambassade de fRANCE (petit "f" et grand "RANCE") était au cœur du quartier contrôlé par la milice du général Aoun.


    Un jour, les infos nous "apprennent" qu'il y a beaucoup de morts à Beyrouth à cause de la guerre perpétuelle à laquelle se livrent les diverses milices. "On" va envoyer 15 bateaux à Beyrouth pour ramener tous ces blessés en fRANCE, sans tenir compte de leur camp, et : « on va les soigner, on va faire de l'humanitaire, c'est Kouchner qui va s'en occuper. »


    Quelques jours plus tard, fRANCE-info nous apprend que les quinze bateaux sont revenus à peu près vides, mais qu'ils étaient partis pleins : pleins d'armes que Kouchner livra au général Aoun. Le lendemain, on apprenait que le directeur de fRANCE-info s'était fait virer pour avoir osé dire la vérité. Et fRANCE-info fit grève contre la censure pendant plusieurs jours. Mais fRANCE-info apprit à fermer sa gueule, et, depuis cet épisode, fRANCE-info est beaucoup moins intéressant.


    On put tout de même apprendre, quelques mois plus tard, qu'un bazooka ayant servi à attaquer en fRANCE un fourgon blindé bancaire faisait partie, à l'origine, du lot livré par Kouchner au général Aoun.


        Merci pour votre attention,
        Meilleures salutations,
        do
        http://mai68.org


Post-scriptum :
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
1°) Au final, on a pu constater l'été dernier que le général Aoun était bien moins infréquentable que le sioniste Kouchner puisque, tout de même, Aoun et sa milice chrétienne se sont alliés au Hezbollah de Hassan Nasrallah pour défendre ensemble leur pays, le Liban, contre une énième invasion israélienne :

http://mai68.org/ag/1047.htm


2°) L'investiture de Kouchner au poste de ministre des affaires étrangères est certes due en partie à son absence totale de scrupule à mener des opérations militaires en les camouflant derrière de prétendues opérations "humanitaires", mais elle est surtout due à son sionisme et au fait qu'il avait publiquement pris parti pour la guerre américaine contre l'Irak. C'est un signe que je ne me trompais pas quand je parlais de la future politique étrangère du sarkonazi :

http://mai68.org/ag/1134.htm



COMMENTAIRE de Véro :

Je confirme!!!!!!!

Selon Le Canard Enchaîné du 16 mai c'est le pdt du Crif qui décide du futur ministre des affaires étrangères de la France !

 

Voici l'article :

L’ennemi d’Israël

Dès que les dirigeants du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) ont appris ce projet du nouveau chef de l’Etat, Roger Cukierman, président sortant du Crif, a appelé au téléphone Claude Guéant pour une violente mise en garde.

« On a eu une réunion au Crif, aujourd’hui, et la rumeur d’une nomination de Védrine aux affaires étrangères a circulé. Cela a provoqué la panique parce que, pour nous, Védrine est pire que les anti-israéliens habituels du Quai d’Orsay. »

Un peu plus tard, Cukierman a joint directement Sarkozy et lui a dit que la communauté juive prendrait la nomination de Védrine comme un « casus belli ».

Il faut le comprendre : Cukierman et ses amis avaient fait campagne pour Sarko en expliquant que la victoire de Ségolène provoquerait le retour de Védrine au Quai !

bises à bientôt!!!

___________________
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
COMMENTAIRE de sousmarinvert :

 

Kouchner est un menteur invétéré :

Mensonges en Bosnie :

http://www.michelcollon.info/Oui-Bernard-Kouchner-mentait.html?lang=fr

 

Mensonges bien rémunérés par Total en birmanie :

http://www.freewarriors.org/editorial31.htm

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article2364

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 21:43

Buch et ben laden

j'ai pris d'un site le 3:22/20007 - http://album.aufeminin.com/album/see_276361/Buch-et-ben-laden.html

 

 

Mode d’emploi pour créer une alerte terroriste maximale en Allemagne (et sans doute ailleurs)

 

L’actualité du moment, ce n’est pas le terrorisme, al Qaïda & Cie. Il est plus que probable que ce ne serait pas le bon moment pour Ben Laden de sortir de son tombeau pour nous pondre un de ces enregistrements menaçants dont il a le secret et que les services d’intoxication américano-sionistes s’empresseraient d’authentifier.
Les choses sérieuses ont en effet commencé dans le monde arabe avec l’engagement d’un processus de démocratisation qui sera sans doute lent et peut-être chaotique mais irréversible.
C’est le début du rendez-vous des civilisations dont parlaient Emmanuel Todd et Youssef Courbage et je vous fiche mon billet que l’entité sioniste ne sera pas présente à ce rendez-vous: trop hostile du point de vue arabe et finalement trop encombrante pour ses tuteurs occidentaux.
Mais bon, même si c’est quelque chose de marginal dans le contexte actuel, mon attention a été attirée par un petit article du Spiegel allemand. On s’en souvient, en octobre dernier, des attentats à la photocopieuse menaçant le trafic aérien avaient été déjoués. Une des cibles des terroristes était d’ailleurs une synagogue de Chicago accueillant des fidèles homosexuels.
Toute cette affaire était cousue de fil blanc bien entendu mais a été l’occasion de renforcer les dispositifs sécuritaires dans les aéroports avec notamment la multiplication des scanners corporels.
En novembre 2010, l’Allemagne connaissait une alerte terroriste de niveau très élevé en raison d’informations en provenance de deux sources « crédibles » dont l’une promettait des attaques de type Mumbai en Allemagne.
Le première de ces sources n’étaient autres que les autorités des Etats Unis. La deuxième, crédible justement par le fait qu’elle se manifestait en concomitance avec l’information américaine, était une source interne à al Qaïda.
En conséquence, le gouvernement allemand avait fortement renforcé la présence policière dans les gares et les aéroports et fermé le dôme du Reichstag aux touristes venus visiter Berlin.
Or, le Spiegel nous dit aujourd’hui que la police allemande doute maintenant de la crédibilité de cette source interne à al Qaïda avec laquelle elle a d’ailleurs perdu le contact.
Personnellement, je pense que la police allemande n’a jamais cru à la crédibilité de cette source qu’elle a refusé de récompenser conformément à ses demandes en échange d’informations. En effet, comment refuser de payer un informateur si on pense que ce qu’il a à dire peut éviter un effroyable massacre?
Les circonstances mêmes dans lesquelles les autorités allemandes ont perdu le contact avec cet individu témoignent d’un intérêt plutôt distant puisque ce monsieur était capable de se rendre dans une agence de voyages sans être filé par les services secrets . Et si j’ai bien lu, on comprend à la fin de l’article que cet individu se trouvait à l’étranger et disposait d’un passeport allemand (car on ne peut pas vérifier auprès des services consulaires allemands autre chose que l’authenticité d’un passeport allemand).
Voilà qui nous rappelle quelque chose!

L’Allemagne doute de la crédibilité de l’informateur sur la menace terroriste

Der Spiegel (Allemagne) 21 février 2011 traduit de l’anglais par Djazaïri
Les autorités allemandes doutent de plus en plus de la crédibilité d’un informateur dont les avertissements sur des attentats terroristes imminents ont été en partie responsables d’une alerte massive de sécurité en novembre. Elles ont perdu le contact avec ce membre présumé d’al Qaïda suite çà un petit problème qui a impliqué une ambassade d’Allemagne.
Le gouvernement allemand doute de plus en plus de la crédibilité d’un informateur dont le témoignage a en partie été responsable d’une alerte de sécurité massive décidée en novembre dernier.
Selon des informations obtenues par le Spiegel, les spécialistes Allemands de l’anti terrorisme ont maintenant perdu le contact avec ce membre d’al Qaïda. Ce dernier avait approché la police criminelle fédérale (BKA) en novembre dernier et l’avait avertie d’attaques du « style Mumbai » qui étaient supposées être imminentes en Allemagne.
Compte tenu du fait que les autorités US avaient aussi alerté sur d’éventuels attentats, le ministre de l’intérieur Thomas de Maizière avait relevé le niveau d’alerte et ordonné le renforcement des mesures de sécurité. Le dôme du Reichstag, le parlement, une des principales attractions touristiques berlinoises avait été fermé aux visiteurs et des policiers lourdement armés avaient été déployés dans les aéroports et les gares.
Dans plusieurs conversations téléphoniques ultérieures, l’informateur était apparemment resté flou sur la nature de la menace. Il demandait des garanties de sécurité pour lui et sa famille ainsi qu’une grosse somme d’argent pour des informations supplémentaires. Les autorités allemandes n’étaient pas disposées à satisfaire à ces exigences.
Depuis lors, le contact avec cet homme a été perdu à cause d’une bourde des autorités. Il y a quelques jours, il a attiré l’attention du personnel d’une compagnie aérienne quand il a acheté un billet d’avion. La compagnie aérienne s’était adressé à l’ambassade d’Allemagne locale pour savoir si le passeport du voyageur était authentique. Mais comme c’était le weekend et qu’aucun diplomate n’était joignable; elle n’a pas eu de réponse immédiate. Après ça, l’homme d’al Qaïda avait disparu.
Certaines des mesures de sécurité introduites en raison de l’alerte de novembre ont déjà été allégées.


Mercredi 23 Février 2011


http://mounadil.wordpress.com/ http://mounadil.wordpress.com/

 

http://www.alterinfo.net/Mode-d-emploi-pour-creer-une-alerte-terroriste-maximale-en-Allemagne-et-sans-doute-ailleurs_a55577.html

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:32

Informations et manipulations


La manipulation mentale évoque de sinistres choses. Il y a des siècles, les églises furent les premières à façonner nos pensées. Les souverains se sont servis des religions pour modeler nos esprits et nous imposer l’obéissance. Avant, il y avait l’Église qui distillait la bonne parole des puissants et maintenant il y a les médias, et quand on sait que près de 90% des médias appartiennent à seulement 3 hommes, proches du pouvoir … et amis de notre cher président : N.Sarkozy !

Pendant la grande messe du 20 H les informations importantes sont noyées dans une masse de faits divers qui détournent l’attention du téléspectateur. Malgré cela beaucoup de sujets n’ont pas été traités, dommage ! Mais en matière de médias, rien n’est innocent, le silence moins que tout.

Ce n’est pas parce que l’on ne parle pas de misère sociale que ça n’existe pas.

Et ce n’est pas parce qu’ils l’ont « dit à la télé » que c’est forcément vrai !

Les médias agissent à la manière d’une drogue, et accroissent la vulnérabilité des individus aux idéologies fabriquées à leur intention. Les images déconnectent l’individu du monde réel pour un monde virtuel. Ils façonnent nos esprits et la diffusion de séries américaines nous fait adopter progressivement la culture et les valeurs américaines. Et si le modèle anglo-saxon bat de l’aile, alors, les médias font l’apologie du modèle scandinave. Il ne faut pas laisser le temps au téléspectateur de se poser trop de questions, il ne faut surtout pas qu’il se dise : « et si finalement notre système n’était pas si mal que ça ? ».

Préparer nos cerveaux au discours de l’idéologie dominante : voilà le rôle des médias !

Une nouvelle technique de manipulation est apparue depuis quelques années : les sondages. Les instituts de sondage sont, pour la plupart, détenus par les patrons de presse qui sont très proches du pouvoir. L’IFOP est la propriété de L. Parisot. La présidente du MEDEF contrôle donc un organe de fabrication de l’opinion publique. Elle peut donc influencer les citoyens avec des pseudos sondages.

Au bout de plusieurs années de dénigrement de la fonction publique, à la télé, à la radio, dans les journaux, par des pseudos reportages ou des réflexions d’animateurs et journalistes à la botte du pouvoir, le scénario est en place pour le dépeçage de l’état. Et le citoyen qui vient de perdre quelque chose d’essentiel pour lui, applaudit des deux mains à ce qu’il croit juste : la propagande a joué son rôle ! Il en est de même pour les retraites, la dette, les salaires, la santé, ou le travail du dimanche, l’individu manipulé est persuadé que les décisions prises sont justes et obligatoires. La propagande agit et lui enlève tout sens critique.

Avant chaque élection, pour essayer de nous faire oublier l’essentiel, les médias, tous comme un seul homme nous parlent d'insécurité, d’immigration ou d’identité nationale. Une multitude de faits rendus plus horribles les uns que les autres sont commentés, analysés, répétés. Personne ne se soucie de leur véracité.

Actuellement l’écologie est à la mode et si tous les médias nous parlent régulièrement d’écologie, ce n’est pas parce que nous sommes devenus subitement écolos. C’est simplement pour nous préparer à certaines réformes, certaines taxes qu’il va falloir justifier : le travail de manipulation a déjà commencé !

Celui qui maîtrise les techniques de l’information peut manipuler l’opinion publique. Celui qui tient les rênes de l’information et des médias dirige en fait la société. Personne ne devrait posséder plus d’un moyen d’information : c’est une des conditions de la liberté !

Article original publié sur http://2ccr.unblog.fr/

Conscience Citoyenne Responsable

Très bon commentaire ici de pensesy:

 

http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=18041&cpage=1#comment-28777

« Allumer la télé est un mouvement réflexe chez beaucoup de gens et les conditions de vie imposées par la société favorisent largement ce réflexe. C’est le serpent qui se mord la queue, c’est bien réfléchi par ceux à qui cela profite ; « du pain et des jeux », on n’en sort pas…
Éteindre sa télé est un mouvement qui a été anticipé par une réflexion. Encore faut il avoir été correctement éduqué pour développer sa propre pensée

 

Et maintenant on nous fait croire que nous voulons DSK, alors que c'est le candidat imposé par l'Oligarchie pour sauver le Système (et ses privilégiés),  et même l'enraciner ! (note d'eva)


 

a-medias-menteurs.jpg

Partager cet article
Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 01:28

Je viens de publier cela sur mon blog destiné aux Seniors :

Vous pouvez en faire un tract, ce que vous voulez... eva

(en citant juste la source)

 

 

desinformation.jpg

 

http://molex.unblog.fr/2010/10/17/

 

Comment on se moque de vous,

par eva R-sistons

 

 

"Douce France" de Carla Bruni,

"La France me manque" de DSK,

complaisamment relayés par une presse

ou une télé aux ordres, serviles.

Impostures !

 

 

Les Grands de ce monde ne vont pas vous avouer qu'ils ne tiennent compte ni de vos intérêts, ni de vos désirs, ni de vos besoins. Qu'ils ne pensent qu'à profiter de vous.

 

Ils ne vont pas vous dire ce qu'ils font réellement pour continuer à garder le pouvoir contre VOS intérêts : Par exemple, mettre en scène de faux prétextes pour vous faire accepter les guerres qui tueront vos enfants et leur rapporteront gros (armes de destruction massive en Irak, conflits ethniques en Yougoslavie...), provoquer des crises financières pour que vous engraissiez les grosses banques, susciter de fausses pandémies pour inoculer des substances nocives dans les vaccins (programme de dépopulation déguisé en objectifs sanitaires) ou encore de faux attentats via la CIA afin de vous dresser contre les Arabes ou contre les Musulmans et ensuite, vous faire accepter les guerres, les chocs de civilisations qui permettront de piller les ressources convoitées. 

 

Les Puissants de ce monde ne vous diront pas qu'ils ont conçu le 11 septembre pour vous faire peur, et ensuite vous faire accepter toutes les mesures de contrôle (à l'aéroport par exemple), toutes les lois contre vos libertés ou encore les guerres juteuses pour eux.

 

Ils se garderont de vous dévoiler que les attentats terroristes sont créés de toutes pièces par la CIA et qu'Al Quaïda ne représente que 2000 membres ne pouvant rien contre l'Occident surarmé.

 

Et de la même façon, après vous avoir dit que les Communistes allaient vous prendre votre maison afin que vous ne votiez pas pour ceux qui défendaient les intérêts des plus défavorisés, voici maintenant qu'ils suscitent en vous la peur de l'étranger, de l'Arabe, du Musulman, en brandissant la menace de quelques barbus ou de 200 femmes voilées !

 

Votre colère contre les Ennemis du peuple (eux, c'et-à-dire ceux qui, tout en Haut, conçoivent une Europe ou une économie au service des Grandes Banques ou des Grands Industriels,  la destruction des emplois de la fonction publique, dans l'agriculture ou l'industrie, et les délocalisations là où la main-d'oeuvre est bon marché, ou encore la fin des services publics ou de proximité, la fin des protections sociales, d'une S.S. remboursant réellement les frais, etc) doit être détournée.  

 

Il ne faut surtout pas que vous identifiez  les auteurs de vos ennuis, sinon vous pourriez voter contre eux, ou vous révolter...

 

Non, on vous propose des boucs-émissaires : Hier le communiste, aujourd'hui l'Arabe. En espérant que vous votiez pour le Pouvoir, en pensant qu'il assurera votre sécurité, votre protection...

 

Sarkozy est déconsidéré ? Or, le Pouvoir doit rester dans les mêmes mains. Car Sarkozy ou DSK, c'est blanc bonnet ou bonnet blanc.

 

Strauss-Kahn, au FMI,  est celui qui orchestre l'austérité pour les peuples, la fin des protections sociales, des services publics, des emplois stables et correctement rétribués, etc, pour enrichir les Grandes banques et les PDG du CAC 40.

 

Bref, vous devez "bien" voter, pour Sarkozy ou pour son "clone"  DSK.


 

2012S

 

http://large.canalblog.com/tag/DSK

Voici une nouvelle campagne:

Cette fois, pour vous faire croire

que Sarkozy et DSK

aiment la France, votre pays.


 

Sarkozy et Carla Bruni, avant d'être là où ils sont aujourd'hui, confiaient volontiers qu'ils ne se sentaient pas Français. Lui d'origine hongroise, elle italienne.

 

Quant à DSK, au micro d'une radio juive il a dit ceci: "Le matin, quand je me lève, je me demande comment je peux servir Israël, mon pays". Et c'est cet homme qui voudrait, maintenant, servir la France ?

 

Alors, pour mieux vous manipuler, vous faire croire qu'ils aiment la France, les Médias vont répercuter certaines choses.

 

Carla Bruni, brusquement, sort un "Douce France". Sans aimer notre pays ! Et DSK, champion de la communication, vieux renard, clame partout : "La France, au FMI, me manque". Faux ! Sa patrie est d'abord Israël, ensuite... celle de l'argent. Donc apatride ! 

 

Citoyens, on se moque de vous !

 

Tout est communication !  Imposture ! Mensonge !

 

Ne vous laissez pas avoir par de fausses postures ou de fausses déclarations ! On vous ment, on abuse de vous, et de même que les Grands de ce monde se fichent pas mal de vous, les Médias sont vos ennemis, et mentent en permanence : Désinformation, mensonges, propagande... Ne leur faites pas confiance ! Informez-vous sur Internet !

 

Votre eva

 

Comment on vous manipule (via les Médias aux ordres du pouvoir)

 

.

e

Partager cet article
Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 04:32

grenouille

A méditer et à diffuser!!!

http://lafeerhaisy.canalblog.com/archives/2008/07/14/9921224.html

 

 

Voici la grenouille

et l' autruche

dans la société actuelle.


Il y a quelques années, André Glücksmann prônait la désobéissance civile au sujet du scandale du sang contaminé, qui « n’aurait peut-être jamais existé si, quand il était encore temps, quelqu’un avait civilement désobéi. »


Il est certain que le sang contaminé n’est qu’un exemple parmi bien d’autres : le nuage de Tchernobyl, le distilbène, l’amiante, l’encéphalopathie spongiforme bovine, l’hormone de croissance, les hormones dans la nourriture des animaux, les produits chimiques dans l’agriculture, les centaines de médicaments retirés parce qu’ils avaient tué, alors qu’ils avaient été mis sur le marché après de « longues études sur leur innocuité absolue ». Aucun des véritables responsables de ces délits n’a été sanctionné, excepté, parfois, quelques rares boucs émissaires.


La liste les tueurs potentiels toujours en liberté s’allonge tous les jours mais la plupart des consommateurs de médicaments chimiques l’ignorent la plupart du temps, comme le dernier « petit » scandale de l’Avandia®, qui a été occulté ou presque par les médias alors qu’il pourrait être responsable de plus de 4 000 attaques cardiovasculaires et de 9 000 défaillances cardiaques annuellement aux États-Unis. Selon l'EMA, l'Avandia® ne devrait plus être vendu en Europe d'ici « quelques mois ». Pourquoi ces délais ?


En janvier 2010, l'Afssaps a enfin supprimé le Sibutral®, utilisé pour le traitement de l'obésité car il réduit l'appétit, mais génère de nombreux effets secondaires graves comme l’hypertension artérielle et même des décès en raison de l'absence d'un suivi cardiovasculaire. Ces effets indésirables étaient connus depuis longtemps, parfois dès la mise sur le marché, ou prévisibles à cause de sa parenté chimique avec d’autres médicaments aux effets indésirables graves avérés. L'Italie a retiré le Sibutral® de ses pharmacies il y a 8 ans.


Ces « petits » scandales n’ont pas autant mobilisé les médias que celui du Vioxx®, qui était utilisé par environ deux millions de patients dans le monde, il était retiré du marché, car on estimait alors qu’il était responsable d’environ 28 000 attaques cardiaques et décès depuis sa mise en vente en 1999. A présent, nous savons que le nombre d’accidents cardiaques, attaques ou décès, pourrait s’élever à près de 140 000, rien qu’aux États-Unis. Les décès concerneraient 30 à 40 % d’entre eux. Or, nous ne devons pas oublier que ce poison a été choisi en 2003 comme « médicament de l’année » par plus de 6 000 généralistes dans le cadre du Medec qui récompense le médicament le plus « performant » de l’année sur le plan de la santé.


Tout cela pourrait être imputé à des erreurs involontaires, donc pardonnables, si on n’avait pas appris que le laboratoire avait donné à ses visiteurs médicaux des renseignements mensongers. Les résultats d’un procès qui a eu lieu en 2000 ont bien prouvé la collusion de Merck et de la FDA qui connaissaient l’existence des attaques cardiaques, alors que le laboratoire poursuivait la publicité pour son produit le soir à la télévision. Mais en France, où les laboratoires ont continué à le vendre et les médecins à le prescrire, l'Afssaps a déclaré : « Le risque de complication cardiovasculaire reste cependant faible et n'apparaît qu'à long terme. » Jusqu’à combien de morts le risque reste-t-il « faible » ? Nous sommes habitués à ce genre de protection depuis le désastre de Tchernobyl.


En outre, les effets secondaires des médicaments sont souvent décelés avec de gros retards, et la liste initiale de ces effets étant rarement exhaustive, elle peut être remise en cause à tout moment, même des dizaines d’années plus tard. Ainsi, en mai 2006, un rapport édifiant signalait que le Distilbène dont le scandale est oublié depuis longtemps serait aussi à l’origine d’une véritable série de suicides. La justice a alors demandé une expertise scientifique, car « aucune recherche approfondie n’avait été lancée sur ce sujet ». Que faisait l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) à l’époque ?


Actuellement, c’est le Médiator® qui est sur la sellette, mais il n’est que la partie visible de l’iceberg car l’omerta, cette loi du silence imposée par une mafia, concerne également la vaccination contre l’hépatite B dont on refuse d’admettre les milliers de victimes, celle contre le papillomavirus, qui a pris comme cobayes des milliers de jeunes filles, ou l’autisme généré par certains vaccins mais qui n’intéresse guère nos députés. Sans compter la « grippette » porcine qui représente un scandale international mais n’a pas fini de faire parler d’elle car les accidents vaccinaux (et non grippaux) se manifesteront peu à peu et pendant longtemps.


Qui est ou sera responsable des accidents ? Personne évidemment. Parfois, certains fabricants sont mis en examen, mais ils s’en tirent toujours à leur grand avantage et, surtout, aucun des responsables de la santé publique qui laissent faire sans jamais intervenir n’a été inquiété, ni les ministres de la Santé, ni les organismes chargés d’évaluer les risques sanitaires présentés par les médicaments, alors qu’ils sont tous grandement complices de la désinformation et des mensonges propagés par les fabricants et les medias.

 

Il ne nous reste plus qu’à espérer que le grand public va enfin cesser d’écouter les nombreux experts, juge et partie, qui sont à la solde d’une industrie aussi aveugle que criminelle et sortira de son autisme avant que de nouvelles catastrophes ne se manifestent, comme c’est devenu une habitude dans notre pays et même dans le monde.

 

Tous ces scandales ont de nombreux points communs et une même origine : l’appât du gain au détriment de la santé.

 

Cependant, après chaque scandale, d’éminents « spécialistes » nantis de l’absolution générale nous expliquent avec des trémolos dans la voix que les décisions incriminées étaient justifiées par les « données actuelles de la science », d’autant qu’à présent, à la notion de « responsable mais pas coupable » s’est ajoutée celle de « coupable mais pas condamnable ». Au fil des ans, dans tous les pays, les catastrophes sanitaires connaissent les mêmes phases de déroulement. L’industrie nous abreuve d’informations venant de scientifiques corrompus qui produisent des contre-expertises truquées et, alors que les rapports de maladies et de décès se multiplient, nos gouvernants persistent à se référer aux expertises sécurisantes, à nier toute relation entre le produit et ses effets délétères, et interdisent aux scientifiques contestataires de s’exprimer en public, n’hésitant pas à discréditer leurs travaux.


De toute manière, tant que les rares responsables condamnés ne le seront qu’à des amendes, si importantes soient-elles, ils récidiveront car le risque est loin d’égaler le bénéfice. Le seul moyen de les empêcher de nuire est de les emprisonner avec des condamnés de droit commun, comme toute personne ayant commis un crime.


Dans son Carnet d’un biologiste, Jean Rostand constatait : « Je croyais qu’un savant était un homme qui cherche la vérité, alors que c’est souvent un homme qui vise une place ». Il est certain que tout scientifique consciencieux se pose des questions d’éthique à chaque moment, mais le consensus scientifique privilégie plutôt les recherches qui ne le perturbent pas trop, alors que le propre de la science devrait être de pouvoir sans cesse remettre en question des idées reçues. De la sorte, si notre société est loin d’être informée, les scientifiques eux-mêmes ne le sont pas de manière systématique. D’abord parce qu’ils ignorent souvent ce qui ne relève pas de leur strict domaine d’investigation, ensuite parce qu’ils n’ont pas toujours, dans ce même domaine, une vision univoque de la réalité.


Si une grande partie des scientifiques et des professionnels de santé a perdu toute conscience c’est parce que notre époque est celle de la compétition et de la surconsommation dans laquelle le profit règne à tous les niveaux, et qu’ils se sentent à l’abri de toute critique grâce au lavage de cerveau infligé à la population générale.


Il ne faut donc pas compter sur eux pour faire changer les choses, seuls les consommateurs peuvent agir. Or, dans son ouvrage Le Meilleur des mondes, écrit en 1932, Aldous Huxley prédisait l'avènement d'une dictature scientifique dont les sujets en viendraient à abandonner l'idée même de révolution. Visionnaire de génie, il décrivait une dictature parfaite qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader et un système de dépendance où les esclaves, anesthésiés par la consommation et les divertissements, ne se poseraient aucune question et « aimeraient leur servitude ».


En 1961, lors d’une conférence donnée à Santa Barbara, en Californie, au sujet du contrôle du comportement humain, Aldous Huxley confirmait ses propos et anticipait : «Il existera, dans la prochaine génération, une méthode pharmacologique pour que les gens chérissent leur servitude et génèrent, pour ainsi dire sans plaintes, une sorte de camp de concentration pour des sociétés entières, alors que les peuples verront leur liberté confisquée, mais s’en réjouiront plutôt, car ils seront dépouillés de tout désir de révolte par la propagande et le lavage de cerveau prodigué par des méthodes pharmaceutiques. Et cela sera la révolution finale. »


Ne sommes-nous pas, aujourd’hui, dans ce « meilleur des mondes », où les informations frisent la propagande et le lavage de cerveau, où nos « gouvernants » s’érigent en maîtres à penser et ne supportent guère la contestation, et où le « bon peuple » est ravi de ne plus avoir à réfléchir puisque d’autres, évidemment « plus savants », le font pour lui.
Les citoyens ignorent encore que les grandes écoles et les Académies nous enseignent le savoir, mais pas la connaissance qui est un don rare et inné et encore moins le simple bon sens, qui semble disparaître peu à peu au cours du parcours universitaire pour laisser la place au même enseignement stéréotypé dans toutes les disciplines.


La religion et la politique sont considérées comme les deux principaux foyers d’endoctrinement, mais on peut leur ajouter la médecine moderne, qui n’est plus ni un art ni une science, comme elle le fut longtemps, mais une véritable religion car la confiance accordée de nos jours au corps médical relève plus du domaine de la foi et parfois même du fanatisme. On ne réfléchit plus, on « croit ». On écoute les diktats des « experts », la plupart du temps autoproclames, sans faire la moindre réserve quant à leur validité, oubliant souvent combien ceux-ci ont pu être démentis et ont même été au centre de certains scandales au cours des dernières années.


De surcroît, tous les pouvoirs utilisent la peur pour mieux dominer, et ceux qui font profession de « savoir » pratiquent savamment cette stratégie parfaitement efficace qui permet d’obtenir la dépendance des citoyens.

 

Comme le disait Machiavel : « Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes ».

 

 

autruche


Cet instrument de manipulation, qui permet d’abolir tout sens critique et d’exploiter la crédulité des populations en les maintenant dans l’ignorance des faits essentiels de l’existence, a toujours été utilisé, mais à présent il opère sur une plus grande échelle grâce aux multiples moyens de diffusion. Les religions nous ont appris à croire aux dogmes sans chercher à les comprendre. Nous persistons à appliquer cette règle bien établie en écoutant les injonctions de despotes, non plus religieux certes, mais tout aussi tyranniques. Et le dogmatisme médical actuel pourrait être comparé aux pratiques de l’Inquisition qui brûlait tout ce qui dépassait son entendement ou pouvait mettre en péril l’hégémonie de l’Église catholique.


Le meilleur exemple et le plus récent est celui de la « pandémie » d’hystérie générée par la peur, savamment orchestrée, du modeste virus H1N1. Fort heureusement, nombreux sont ceux qui ont refusé d’être entraînés par cette folie collective, mais certains n’ont pas eu cette indépendance d’esprit que chacun d’entre nous devrait posséder et qui fait tellement défaut au commun des mortels.


Alors que la majorité des populations mondiales a résisté aux menaces gouvernementales et médiatiques, des centaines de milliers de gens se sont tout de même précipités sur les centres de vaccinations, tendant le bras vers l’aiguille vénérée comme s’il s’agissait du Saint-Sacrement, sans se poser aucune question sur la sainteté du rite, se fiant seulement aux grands prêtres de la religion des vaccins qui voulaient les protéger des atteintes du diable, en l’occurrence le virus de la grippe. Les rites et les dogmes perdurent, seuls les dieux que l’on adore et le diable que l’on redoute ont changé de visage.


Évidemment personne n’a dit que le diable était fabriqué de toute pièce par des pontifes à la solde de l’industrie qui nous menaçaient depuis plusieurs années d’une « pandémie » grippale, sans bien savoir laquelle.


Il est surprenant de voir que dans notre pays où Voltaire et Diderot ont théoriquement détrôné la superstition et le fanatisme, la sagesse n’est guère de mise et les lavages de cerveaux qui vont bon train chez nous causent des dégâts irréparables.


Comme l’avait remarqué le Dr Gustave Le Bon dans son ouvrage Les opinions et les croyances : « L’immense majorité des hommes ne possède guère que des opinions collectives. Les plus indépendants eux-mêmes professent généralement celles des groupes sociaux auxquels ils appartiennent. » À ses yeux, l'homme descend de plusieurs degrés sur l'échelle de la civilisation et devient un barbare dès qu'il fait partie d'une foule organisée. Il se laisse impressionner par des mots, des images qui n’auraient aucun impact sur chacun des individus isolés, mais en foule, il commet des actes contraires à ses intérêts les plus évidents et à ses habitudes les plus connues. Combien d’entre nous ont vraiment des opinions personnelles sur ces sujets et, dans ces cas, combien osent les exprimer ?


Et le Dr Le Bon ajoutait : « L'individu en foule est un grain de sable au milieu d'autres grains de sable que le vent soulève à son gré. » Nous sommes comme ces grains de sable soulevés au gré des courants d’« informations » qui tourbillonnent autour de nous et balaient nos idées personnelles.


Or dans De la désobéissance et autres essais, paru en 1982, le psychanalyste humaniste Erich Fromm nous prévenait : « L’homme qui ne peut qu’obéir est un esclave [...]. L’obéissance pourrait très bien être la cause de la fin de l’histoire humaine ». Nombreux sont ceux qui pensent de cette manière et s’inquiètent de l’obéissance passive de nos contemporains bien-pensants. Mais pour être libre, il faut être informé, et la véritable information ne circule, à vrai dire, que dans certains magazines à tirage limité, et sur Internet où elle est noyée dans un fourre-tout parfois inextricable. Aussi, devons-nous apprendre à devenir responsable, à ne pas céder à la crainte du jugement des autres, à la peur habilement distillée par des pouvoirs qui refusent de prévoir comment et pourquoi leurs brillantes inventions actuelles deviendront les calamités de demain, car la simple logique leur échappe. Quant aux technocrates, à l’instar des cartels de l’industrie, ils ne raisonnent qu’à court terme et refusent de prendre en compte les effets pernicieux engendrés par leurs décisions actuelles, mais qui n’apparaîtront qu’à long terme. Tous ces profiteurs semblent oublier leurs descendants qui risquent de payer très cher cette inconséquence et ce manque de conscience.


Pourtant, comme le disait Sénèque au IVe siècle avant J.C. : « La sagesse ne demande pas beaucoup d’instruction », et il faut espérer que le bon sens n’a pas totalement déserté la planète, bien que, parfois, il soit légitime de se poser la question.


Heureusement une partie de la population commence à prendre conscience que tous ceux qui détiennent un pouvoir en profitent impunément et que la plupart des hommes politiques sont, de gré ou de force, les otages des compagnies industrielles qui pourraient influencer leurs carrières.


Toutefois, la majorité, non seulement des Français mais aussi des populations mondiales, est ravie de ne pas être informée et ne cherche surtout pas à l’être. Cela lui poserait de nombreux problèmes, l’obligerait à réfléchir alors qu’elle n’en a pas la moindre envie, et installerait chez elle des états d’âme, des peurs, des culpabilités et, surtout, risquerait de provoquer la remise en question de tout un système de vie et de pensée.


Comme l’explique Noam Chomsky, philosophe radical de réputation internationale et professeur pendant plus de cinquante ans au MIT (Massachussets Institute of Technology) : « Les médias ne représentent qu'une toute petite partie de la vaste machine de propagande. Il existe un système d'endoctrinement et de contrôle beaucoup plus vaste, dont les médias ne sont qu'un rouage : l'école, l'intelligentsia, toute une panoplie d'institutions qui cherchent à influencer et à contrôler les opinions et les comportements, et dans une large mesure à maintenir les gens dans l'ignorance. »


Pour sa part, Georges Bernanos avait, lui aussi, prévu ce qui nous attend si nous acceptons l’esclavage qu’on cherche à nous imposer. « Je pense depuis longtemps que si un jour les méthodes de destruction de plus en plus efficaces finissent par rayer notre espèce de la planète, ce ne sera pas la cruauté qui sera la cause de notre extinction, et moins encore, bien entendu, l’indignation qu’éveille la cruauté, ni même les représailles et la vengeance qu’elle s’attire, mais la docilité, l’absence de responsabilité de l’homme moderne, son acceptation vile et servile du moindre décret public.

 

Les horreurs auxquelles nous avons assisté, les horreurs encore plus abominables auxquelles nous allons maintenant assister, ne signalent pas que les rebelles, les insubordonnés, les réfractaires sont de plus en plus nombreux dans le monde, mais plutôt qu’il y a de plus en plus d’hommes obéissants et dociles ». Bernanos avait un don de prophéties car, à cette époque, la situation était loin d’être aussi préoccupante que de nos jours.


Devant la puissance financière des fabricants de médicaments, pesticides, herbicides, OGM et autres poisons, et la persistance méprisante de leur mainmise sur l’économie et la politique de santé, nous risquons d’être contraints à développer la désobéissance qui est une arme que n’apprécient ni les laboratoires ni les gouvernements qui les cautionnent. Dans notre lutte contre Goliath, le refus d’obéir aux ordres peut être la seule arme efficace.


Toutefois, comme l’avait aussi constaté Gandhi, il est plus facile de croire ce qu’on nous affirme officiellement, de source « sûre », que de s’aventurer dans l’indépendance intellectuelle. En fait, le conformisme et l’inertie ont de tout temps été les plus sérieux obstacles à l’évolution de l’humanité.


Ils sont nombreux à prôner une certaine désobéissance civique si elle peut contribuer à sauver la Terre et ses habitants. Déjà, au milieu du XIXe siècle, David Henry Thoreau, enseignant, philosophe, poète américain et écologiste avant l’heure prônait la résistance individuelle à un gouvernement qu’il jugeait injuste, qui tolérait l’esclavagisme et menait une guerre de conquête au Mexique, contre tous les droits individuels et contre toute morale. Il est considéré comme à l'origine du concept contemporain de non-violence. Dans son essai La Désobéissance civile Thoreau affirmait ses positions politiques et idéologiques et proposait une philosophie de résistance non violente qui influença des figures politiques, spirituelles ou littéraires telles que Léon Tolstoï, Gandhi et Martin Luther King.


Olivier Clerc, écrivain et philosophe, s’est servi de la «métaphore de la grenouille » pour démontrer la situation actuelle. « Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager. La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude. C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant. L’eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. La température continue à monter jusqu'au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir. Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite. Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte ».

 

Olivier Clerc compare l’humanité actuelle à cette grenouille. Il est exact que les prédateurs ne manquent pas, mais les victimes sont consentantes, soit par ignorance, soit par négligence. Et il pose la question : « Sommes-nous déjà à moitié cuits ? », puis il conseille : « Alors si vous n'êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuits, donnez le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard. » Seule une petite minorité de personnes dont la conscience est bien éveillée est capable de donner le coup de patte salutaire. D’autres, bien que partisans de ce changement d’un monde qui n’est plus supportable, pratiquent la politique de l’autruche car ils estiment qu’il est déjà trop tard, que de toute façon, ils sont trop peu nombreux pour avoir un impact quelconque, et qu’il faudrait une majorité de gens impliqués dans ce processus pour faire pencher la balance.

Ils ignorent sans doute que toutes les révolutions sont nées de petits groupes de citoyens déterminés, ce qui est logique, puisque selon la physique quantique nous sommes tous reliés.


Nous n’avons ainsi plus beaucoup de choix : ou bien nous pratiquons la désobéissance civile ou bien nous rejoignons les esclaves qui chérissent leurs bourreaux, annoncés par Aldous Huxley.

 

Sylvie Simon

 

 

 

L'esclave libéré

L'esclave libéré

http://wizzz.telerama.fr/francky/photos/3344896290

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 17:08

Terrorisme bidon et guerre contre nos esprits

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=VswdzWA6T-s&feature=player_embedded

.

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 10:58

manipulation-masques-j.jpg

 

 

Attentats contre les chrétiens en Irak

ou Côte d'Ivoire,

tout n'est que mensonges...

par eva R-sistons

 

Les Médias, en Occident... sont aux mains des Occidentaux; Et les Médias, ailleurs, sont aussi aux mains des Occidentaux: Les pays sont dirigés par des corrompus ou par des dictateurs achetés par les Occidentaux, ou bien, après avoir été bombardés ou bernés, ils ont vu arriver à leur tête des marionnettes au service de l'Oligarchie anglo-saxonne et israélienne, ou bien leurs médias sont colonisés par ces derniers. De toutes façons, les citoyens sont manipulés.

 

Les chrétiens sont, nous dit-on à longueur "d'informations", massacrés par des Musulmans, des Arabes (d'ailleurs tous plus ou moins ravalés, de façon scandaleuse, au rang d'islamistes fanatiques, haineux, assassins, et j'en passe), en réalité ils vivaient en bonne intelligence, avant les interventions militaires de l'Occident carnassier un peu partout, notamment en terres musulmanes. L'Irak est un excellent exemple: Du temps du "dictateur" S. Hussein, ils étaient bien traités. Comment, aujourd'hui, pourrait-il en être de même, alors qu'un Bush a claironné partout qu'il menait sa croisade "chrétienne" contre le Mal ?

 

Les Chrétiens d'Orient ont toujours défendu, par exemple, la cause palestinienne, encore récemment par la voie de leurs Représentants locaux... ont-ils été victimes d'attentats sous faux drapeau pour payer leur appui officiel ? Toujours est-il que la CIA et le Mossad provoquent en permanence des attentats un peu partout, pour les attribuer ensuite à Ben Laden, aux Islamistes, et, via les Médias aux ordres, dresser l'opinion contre eux... et plus généralement contre les Arabes et contre les Musulmans. Tout est scandaleusement fait pour susciter le rejet, la haine, et justifier ensuite les juteux (pour les multinationales) chocs de civilisation menant aux guerres désormais "préventives, totales, planétaires, permanentes, nucléaires", le moment venu.

 

Et lorsque les Services secrets de l'Occident provoquent des attentats contre les chrétiens, ils ont en vue la manipulation de l'opinion, son conditionnement, pour ensuite dresser les chrétiens du monde entier contre les Musulmans. C'est machiavélique...

 

La Côte d'Ivoire

et les médiamensonges...

 

Côte d'Ivoire: Gbagbo est diabolisé par l'Occident, alors qu'il mène un combat exemplaire contre le colonialisme toujours vivant. Très critique vis-à-vis de la politique française en Afrique, ami des Chinois, socialiste, il a tout pour déplaire aux Occidentaux, et son rival Ouattara, tout pour plaire: Ancien dirigeant du FMI, il est le candidat idéal des multinationales qui pillent les pays (au détriment des peuples), soumis, obséquieux, et totalement indifférent au sort des Africains. Vendu ! Grâce aux Occidentaux, il s'est implanté au Nord de la Côte d'Ivoire, et Gbagbo contrôle le Sud. Les médias occidentaux ont fait silence sur les exactions des partisans de Ouattara au Nord, et si les résultats ont été truqués, c'est dans cette partie du pays ! Bref, Gbagbo est bel et bien élu. Mais il déplaît aux Occidentaux, car il ne se soumet pas, lui... Et la Côte d'Ivoire est le pays le plus riche de la région (notamment avec son cacao), et une manne pour les prédateurs occidentaux qui ne veulent pas entendre parler d'un dirigeant indépendant ! Autant dire que tout est question d'influence, de géo-politique, et qu'une fois de plus les peuples sont sacrifiés... Si une guerre civile éclate, les Occidentaux seront entièrement responsables, d'autant que Gbagbo est prêt à partager le pouvoir ! Voilà la vérité que les Médias vendus aux Occidentaux ne vous diront pas....

 

Quant au procès Khodorkovski, on assiste à une nouvelle ingérence de l'Occident (abusivement auto-proclamé "communauté internationale") dans les affaires intérieures d'un pays étranger, pour défendre son poulain, là aussi: Un oligarque corrompu, qui mérite la prison à vie pour avoir raflé à son profit (au temps d'Eltsine, une autre crapule au service des Anglo-Saxons) une grande partie des richesses pétrolières russes. Poutine, haï de l'Occident parce qu'il défend les intérêts de SON pays, a mis bon ordre: En rendant à la Russie la maîtrise de ses richesses, au profit de tous plutôt qu'au profit des multinationales occidentales; et en condamnant, bien évidemment, l'oligarque corrompu et prédateur. Celui-là même que les Médias menteurs, au service de l'Occident pourri, font désormais passer pour une victime... Que diraient les Etats-Unis, l'Angleterre, Israël, si des étrangers mettaient leur nez dans leurs affaires ? Ces ingérences deviennent de plus en plus insupportables à la Communauté internationale, ou plutôt à l'opinion internationale, puisque la plupart des dirigeants sont corrompus... Ne comptez pas sur les Médias pour faire leur métier, pour vous informer !!!!  

 

Amis Lecteurs, boycottez la télévision asservie, et informez-vous sur le Net !

 

eva R-sistons aux médiamensonges...

 

 

decrochons-de-la-TV-copie-1.jpg

 

 

 


Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 07:45

 

.

 Une video pour NONO ! Il y est aussi question d'Ahmadinejad et Daniel Lindenberg est d'ascendance judaïque, lui aussi ! Ce qui ne l'empêche pas d'être juste, ce qui est tout à son honneur.

 

http://nom666.over-blog.com/article-video---daniel-lindenberg-la-manipulation-pour-diaboliser-l-islam-63873823.htm

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 08:28
Aimer la vérité sans épouser un système .
Echange d’artillerie sur la péninsule coréenne : ce n’est pas le bon pays qui est accusé
..
Stephen GOWANS
Bien que la Corée du Nord ait été blâmée pour l’échange de tirs d’artillerie de mardi sur la péninsule coréenne, une lecture attentive des bulletins d’information montre que c’était la Corée du Sud qui a créé une véritable poudrière et a ensuite provoqué l’étincelle.

L’incident s’est produit le long de la Northern Limit Line, une frontière maritime occidentale unilatéralement établie par les États-Unis à la fin de la guerre de Corée et qui n’a jamais accepté par le Nord. La Northern Limit Line a été le théatre d’un grand nombre d’accrochages entre les forces navales de la République Sud-Coréenne et la République Nord-Coréenne (RPDC).

Il y a un an, les navires de guerre de ces pays se sont affrontés dans la zone contestée, et un navire de guerre nord-coréen a été descendu en flammes. "En 1999, un navire nord-coréen a coulé avec 30 marins morts et peut-être 70 blessés" dans la même zone. [1] La frontière litigieuse ne fait pas partie de l’accord d’armistice qui a mis fin aux hostilités actives.

La toile de fond pour le dernier incident en date a été la mobilisation par le Sud de 70.000 soldats, 50 navires de guerre, 90 hélicoptères, 500 avions de combat et 600 chars, dans des exercices de simulation de guerre que le Nord a vigoureusement dénoncé. Pyongyang a décrit ces exercices, qui impliquent également les Marines US et l’US Air Force, comme "simulant une invasion du Nord", "un moyen de provoquer une guerre" et "une répétition pour une invasion." Les rapports dans la presse occidentale et les officiels du gouvernement US ont rejeté les inquiètudes de Pyongyang au sujet de cette war-game comme étant exagérées, soulignant que les exercices avaient été annoncés à l’avance. Mais ’annoncer à l’avance’ ne réduit guère la menace potentielle de masser des troupes, ni ne rend plus aisée la tâche de l’armée nord-coréenne de distinguer entre ’war-game’ et préparation d’une invasion.

Avec les Nord-Coréens déjà sur les nerfs, la Corée du Sud a agi pour accroître la tension.

Selon un rapport d’Associated Press : "Le combat a commencé mardi, lorsque la Corée du Nord a averti le Sud de mettre fin aux exercices militaires à proximité de leur frontière maritime ... Quand Séoul a refusé et a commencé des tirs d’artillerie dans les eaux contestées ... Le Nord a riposté en bombardant la petite île de Yeonpyeong ..." [2]

Le journal sud-coréen, The Hankyoreh, a publié un rapport similaire : "Avant l’incident, l’armée sud-coréenne a effectué un exercice de tir ... dans la zone (litigieuse) autour de l’île de Yeonpyeong et de l’île de Baengnyeong (...) la Corée du Nord a envoyé un message matin mardi qu’elle ne tolérerait pas de tir dans ses eaux territoriales." [3]

Le New York Times a noté que « des unités d’artillerie [de la Corée du Sud] avaient tiré à partir d’une batterie sur l’île sud-coréenne de Baeknyeongdo, à proximité de la côte nord-coréenne » et que « le Sud a reconnu avoir fait des tirs d’essai dans la zone (contestée). » [ 4]

Ces rapports de presse indiquent que la Corée du Sud a agi de manière à enflammer une situation déjà explosive. Bien que la plupart des médias passent sous silence ce point, c’est la Corée du Sud qui a tiré les premières salves.

Le Sud organise régulièrement des exercices de ’jeux de guerre’ visant la Corée du Nord, mettant le Nord sur un pied de guerre continuel et constamment dans un état d’alerte élevé. La réponse de la Corée du Nord à la provocation est utilisée pour justifier un accroissement des forces étatsuniennes dans la région, et un accroissement des exercices militaires conjoints entre les États-Unis et Republique Sud-Coréenne.

« Le président Obama et le président sud-coréen ont convenu (...) de tenir des exercices militaires conjoints comme une première réponse », a rapporté le New York Times. « Les exercices comprendront l’envoi du porte-avions George Washington et un certain nombre de navires l’accompagnant dans la région ... » [5]

Plus tôt cette année, les États-Unis et la Corée du Sud ont utilisé le naufrage du Cheonan, un navire de guerre sud-coréen, comme une excuse pour augmenter la pression militaire sur la Corée du Nord. Le navire de guerre semble avoir échoué dans la même zone dans laquelle le dernier incident s’est produit. Séoul et Washington ont accusé la Corée du Nord pour le naufrage, mais la preuve présentée par la Corée du Sud, dans un rapport rédigée par elle-même et ses alliés, est contestée en Corée du Sud même, et a été mise en question par une enquête officielle russe. La Corée du Nord nie avec véhémence avoir coulé ce navire de guerre.

La dernière provocation Sud-Coréenne peut faire partie d’une plus vaste campagne pour intensifier la pression militaire sur la Corée du Nord, avec comme objectif de forcer Pyongyang à détourner encore davantage de ses ressources limitées pour la défense, au risque de comprommettre les perspectives de développement de la Corée du Nord et, éventuellement, d’initier l’effondrement du pays. Washington a longtemps suivi la pratique de l’isolement, du blocus et de l’utilisation de menaces militaires pour intimider les pays qui se sont libérés de la domination impérialiste. Ceci n’est pas un incident isolé, dans lequel une Corée du Nord imprévisible et belliqueuse, se comporterait mal dans le but d’arracher des concessions à l’Occident - comme, de manière prévisible les médias occidentaux l’affirment - mais bien une partie d’une shéma plus large où l’Occident recherche la destruction de la RPDC via un programme d’isolement diplomatique accru, de guerre économique et de provocations militaires.

Stephen Gowans

SOURCE : Comité Valmy.

Mondialisation.ca - Le 5 decembre 2010.

Article original en anglais : http://gowans.wordpress.com/2010/11...

1. “Historian Bruce Cumings : US Stance on Korea Ignores Tensions Rooted in 65-Year-Old Conflict ; North Korea Sinking Could Be Response to November ’09 South Korea Attack”, Democracy Now, May 27, 2010.

2. Hyung-Jin Kim and Kwang-Tae Kim, “Tensions high as North, South Korea trade shelling”, The Associated Press, November 23, 2010.

3. Kwon Hyuk-chul, “President Lee has changed his position from controlled response to manifold retaliation”, The Hankyoreh, November 24, 2010.

4. Mark McDonald, “Crisis Status’ in South Korea After North Shells Island” The New York Times, November 23, 2010.

5. David E. Sanger, “U.S. to send carrier for joint exercises off Korea”, The New York Times, November 23, 2010

Article original en anglais : http://gowans.wordpress.com/2010/11...

Version française : Alerte Otan

 

URL de cet article 12216 legrandsoir.info

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 17:34

  marseille's bay - Marseille, Provence-Alpes-Cote-dAzur

  http://www.trekearth.com/gallery/photo191657.htm

 

Marseille, et surtout le PS,

(à travers la famille Guérini)

ciblés par Calvi dans C dans l'Air du 10.12.10,

en vue des prochaines Sénatoriales

Par eva R-sistons au faux journalisme

 

 

 

Alerte !

 

On savait que Calvi (C dans l'Air, fausse émission de débats - entre gens du même bord, libéral -  ou mots Croisés) n'était PAS un journaliste, mais un vulgaire propagandiste pour la Droite anglo-saxonne ultra-libérale et pour l'Empire américano-israélien. Mais là, il va encore plus loin que d'habitude dans l'ignominie : En discréditant la Gauche marseillaise, sournoisement, subtilement, de manière indirecte.

 

D'abord, Marseille (voir description émission plus bas)  est présentée comme le clone de Chicago, voire en pire: Mafia, règlements de compte, insécurité, population en danger, etc. C'est scandaleux ! J'ai vécu, encore récemment, douze ans dans cette ville, sans doute la plus belle de France et l'une des perles mondiales. D'éminents photographes, artistes ou journalistes, la classent comme la 2e plus belle baie du monde après Rio de Janeiro. Imaginez: Il s'agit de la seconde ville de France, et la nature la plus séduisante, la plus saisissante, la plus sauvage, la plus préservée, est aux portes de l'agglomération, accessible à pied ou en bus, en quelques mn !

 

Marseille est composée de 122 villages, tous plus attractifs et picturaux les uns que les autres, reliés ensemble pour faire de cette commune originale et attachante une agglomération homogène, si homogène d'ailleurs qu'il n'y a pas de banlieue, la ville est une, fraternellement une, bien qu'elle soit un melting-pot de toutes les nations, cultures, religions. 

 

 

Location Appartement Marseille
http://www.abritel.fr/annonces-detail/france_provence-alpes-cote%20d%27azur_13/appartement_marseille_649727.php  (un des 122 villages de Marseille)

 

Ville mosaïque ? Qu'on en juge.  Voici, approximatifs, quelques chiffres: 50.000 Comoriens (Jean-Marie le Pen s'en est ému, "I/10 e des Comoriens vivent à Marseille !"), 200.000 Arabes ou Musulmans, 80.000 Juifs, presque autant d'Arméniens, 15.000 Bouddhistes, et j'en passe. Et même une spécificité marseillaise, une association pour réunir le tout : "Marseille Espérance". Communion des civilisations, des cultures, des religions, on est loin des clichés sur la ville ! Des repas communs de toutes les couleurs, des fêtes  chatoyantes, et aussi un Arbre de l'Espérance, scellant dans le marbre l'unité dans la diversité. Marseille est unique, même si le FN a ses (nombreux) inconditionnels !

 

http://location-vacances.vivastreet.fr/annonces-location-vacances+marseille-13001/location-studio-marseille-ile-du-frioul/25179488

 

Alors, voici Marseille ravalée au rang de cité de la pègre, de l'insécurité. Un peu réducteur, non ? Témoignage perso.

 

Je reçois mon ex-mari là où j'habite, une résidence du Redon (Marseille Sud, près des calanques). Il vient pour la première fois à Marseille, muni de la réputation d'une ville sulfureuse, et pas très rassuré. Patatra ! Voici le parking de la résidence, où nous stationnons, et à côté de la voiture, une bande de jeunes, armés de fusils. Mon ex-mari préfère rester prudemment dans le véhicule,. Quelques instants passent, et je dis : "On ne va pas dormir ici, je sors et je leur parle". 

 

Je prends les choses à la Marseillaise, en "galéjant":  "Et alors, on s'amuse bien ?" "Oui," répondent les jeunes en choeur. "Et pourquoi tous ces fusils ?" "On revient de la salle de painting-ball".

 

"Le paintball est une activité sportive opposant deux équipes dont les joueurs sont équipés de masques de protection et de lanceurs (ou marqueurs). Les lanceurs propulsent par air comprimé ou par CO2 des billes de peinture de calibre 0.68 constituées de capsules médicales renfermant une gélatine colorée." (Wikipedia).

 


Restaurant, baie des singes, 13008 marseille

Un village du 8 e arrondissement de Marseille, mon coin préféré, la Baie des Singes,

parfois coupée du monde quand les vagues la submergent...

http://www.justacote.com/marseille-13008/restaurant/baie-des-singes-917483.htm,

(cliquer, effet zoom)

 

La peur ? Pardi, j'ai vécu un temps dans le Bronx, au milieu des gangs de rues, les côtoyant, mangeant avec les membres, discutant avec eux, essayant de les comprendre, de les connaître de l'intérieur. Ils ne m'ont rien volé, ils ne m'ont jamais agressée. Alors après ça, les jeunes de Marseille ne me font pas peur ! Et d'ailleurs, j'ai parcouru en tous sens et à toute heure la ville,  en toute quiétude. Un seul mauvais souvenir, en douze ans:

 

Une sortie isolée de métro, près du port, en haut d'un escalator plusieurs gamins, je porte un sac à dos. En un instant, ils ont subtilisé dans la poche arrière mon portefeuille que j'y avais  imprudemment mis. Dedans, trois sous, mais mes papiers d'identité. Qu'à cela ne tienne, je les poursuis jusqu'à leur cité, à quelques pas de la station de métro. Et je me plante au milieu de la cité, en criant: "Gardez l'argent, rendez-moi mes papiers d'identité !" 5 mn passent, les habitants  sont à leur balcon. Et soudain, un gamin arrive: "Tiens, Madame, voilà ton porte-monnaie, il y a tes papiers".  Je suis ravie, j'ai eu ce que je voulais, je remercie mon jeune interlocuteur, et je tourne les talons. Ce sera mon seul contact avec la délinquance marseillaise, des voisins policiers m'ont d'ailleurs dit : "Cette ville n'est que 9e au classement, il faut relativiser !". "Quelle est la ville la moins sûre ?" "Montpellier !"

 

J'ajoute d'ailleurs que si la ville a mauvaise réputation, usurpée selon moi, elle le doit à l'équipe au pouvoir, de Droite. Oui, c'est la Droite qui est aux commandes, elle est donc pleinement responsable de l'insécurité dénoncée par le sieur Calvi !

 

calanques de Marseille

Calanques de Marseille

http://www.aideordi.com/wallpapers-cartes/image9243-calanques-de-marseille.html

 

Calvi prépare à sa façon

les prochaines sénatoriales

 

Or donc, voici le dernier pseudo débat de C dans l'Air, axé sur la "Connection", les trafics de drogue dans la cité phocéenne. Faux débat ! Car si le discrédit est jeté sur cette ville éblouissante, plus attachante qu'aucune autre (je dis toujours, le Marseillais c'est "une grande gueule et un grand coeur"), c'est surtout la Gauche qui est visée, dans la perspective des prochaines Sénatoriales qui risquent d'aboutir à un dangereux basculement pour la majorité et pour ses réformes anti-populaires.

 

Comment le Gouvernement poursuivra-t-il ses réformes au service du Grand capital si la Gauche, majoritaire au Sénat, l'en empêche ?

 

^Jean Noël Guérini photo officielle.jpgJean-Noël Guerini, Wikipedia

 

Le journaleux Calvi se sert de son émission, sur une chaîne publique, avec nos sous, pour "descendre" la Gauche marseillaise, sans kalashnikov, mais avec un venin perfide...  Disons-le clairement: L'émission est un prétexte pour discréditer le P.S. de Guérini,  Président du Conseil Général et Sénateur des Bouches-du-Rhône. Il faut à tout prix que le Système Gaudin (UMP) se perpétue ! L'enjeu est décisif pour la Majorité qui entend rester majoritaire - coûte que coûte ! Les hommes comme Calvi-Krettly sont là pour donner un coup de main bien peu journalistique....

 

Une opportunité est offerte à Calvi de jouer un rôle plus scandaleux que professionnel : Le placement en détention provisoire du frère cadet de Jean-Noël Guérini, Alexandre,  entre autres pour trafic d'influence et abus de biens sociaux. Voici ce que J.N. Guérini dit de son frère cadet :

 

"Mon frère est mon frère et le demeurera toujours. Mais lui, c’est lui et moi, c’est moi. Je ne suis concerné ni de près, ni de loin par les affaires et les entreprises de mon frère. Je souhaite que la justice fasse son travail dans la sérénité et la transparence, le Conseil général n’étant en aucun cas concerné par les affaires judiciaires. Le président que je suis, les cadres et les employés peuvent être fiers du mode de fonctionnement de leur collectivité, de la rigueur dans sa gestion". (http://www.jn-guerini.fr/2010/12/02/je-ne-suis-concerne-ni-de-pres-ni-de-loin-par-les-affaires-article-de-la-provence-du-02122010/) 

 

Mais pour Calvi, il en va autrement. Indirectement, insidieusement, perfidement, sournoisement, il tente de discréditer le PS de Guérini auprès des futurs électeurs marseillais.

 

Marseille ? "Clientélisme, affairisme, intimidations, ambiance sicilienne, liens éventuels des Milieux marseillais et des milieux politiques"... A Droite ? Mutisme total. A Droite, tout va pour le mieux, Mme la Marquise ! Mais à Gauche, il y a l'affaire Guérini, deux frères qui portent le même nom, alors bonjour les futurs amalgames ! Rien n'est clairement dit, tout est subtilement suggéré, par l'insistance, par les questions, par les allusions...

 

Deux frères Guérini, Calvi appuie sur les allusions sensibles - et au fait, quel lien avec la famille de Mémé Guérini, gangster dans les années quarante ? Eh oui, ça va jusque là, toutes les confusions sont possibles... Un clan mafioso ? Pour les prochaines Sénatoriales, un futur candidat mafioso, quelque part, non ? Comme toutes ces choses-là sont délicatement présentées,  afin d'introduire le doute dans l'esprit des futurs électeurs ! Après tout, quelle parenté entre les Guérini ? 

 

"Antoine Guérini (1902-1967) était, avec son frère Mémé, l'un des plus puissant gangster de France (voire d'Europe) dans les années 1940 et jusqu'au au milieu des années 1960 " (Wikipedia)

 

Et, au fait, quelle parenté entre Calvi et l'UMP ? Il serait temps de poser les vraies questions, sur l'emploi, au sein d'une chaîne publique, d'un homme au service de l'UMP, de l'ultra-libéralisme, et de l'Empire anglo-saxon et israélien...

 

Eva R-sistons à l'intolérable

 

TAGS: Marseille, Bouches du Rhône, mafia, clan sicilien, Guérini Jean-Noël, Guérini Alexandre, Mémé Guérini, UMP, Calvi, C dans l'Air, Mots Croisés, pègre, Droite, Gauche, P.S.

 

 

 

 

vendredi 10 décembre 2010
Marseille Connection

C dans l'Air, France V

 

Présentation de l'émission

(à noter, à ce niveau, pas un mot sur les Guérini)

 

Depuis des mois, Marseille est le théâtre d’une série de règlements de compte sur fond de trafic de drogue. L’enquête sur la fusillade qui a tué un jeune de 16 ans et blessé un de 11 ans se poursuit dans une cité phocéenne secouée par une affaire politico-financière. 


Même quand l’on veut lutter contre les clichés, il est parfois difficile d’y parvenir. Vague de règlements de compte à l’arme de guerre, hausse de la criminalité sur fond de trafics de stupéfiants... Marseille semble renouer avec ses vieux démons.

Pas moins de vingt-six actes de vendetta ont été recensés en près d’un an dans la ville. Commis essentiellement à l’arme de guerre, ils ont coûté la vie à dix-neuf personnes et en ont blessé seize autres, dont récemment des enfants.

 

Ainsi, le 19 novembre 2010, à environ 22 heures, deux voitures avec plusieurs personnes à leurs bords ont fait irruption dans la cité du Clos-la-Rose, dans les quartiers nord de la cité phocéenne, et leurs occupants ont ouvert le feu. Leur cible : un adolescent de 16 ans, connu des services de police pour infraction à la législation sur les stupéfiants.

Visé par plusieurs rafales de fusils d’assaut kalachnikov, le jeune homme est décédé à l’hôpital, après s’y être rendu par ses propres moyens. Un enfant de 11 ans a également été grièvement blessé lors de cet échauffourée.

Avec cette fusillade, un palier semble avoir été franchi dans la guerre des gangs qui ensanglantent la cité phocéenne. "C’est la première fois à ma connaissance que l’on s’en prend à de si jeunes mineurs", s’est ainsi alarmé le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, évoquant des "exécutions bien organisées et très violentes" et demandant l’aide des habitants par le biais de témoignages sous X.

En déplacement dans la ville, deux jours plus tard, le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a dévoilé une batterie de "mesures opérationnelles", dont l’envoi de renforts de policiers pour qu’une "nouvelle et forte impulsion soit donnée à la lutte contre les trafics d’armes et de stupéfiants".

Des mesures qui, si elles ont été saluées par les élus UMP de la région, laissent néanmoins dubitatifs bon nombre de Marseillais quant à leur résultat et leur efficacité à long terme.

 

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1596

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 07:53
Israël recrute des « amis » en Europe

par Manlio Dinucci
Le 4 decembre 2010
Il manifesto

 



Silvio Berlusconi en visite en Israël en janvier 2010


Le document n’a pas été filtré par Wikileaks. C’est le Guardian de Londres qui se l’est procuré directement (28 novembre) : un câble transmis quelques jours avant par le ministère israélien des affaires étrangères à ses ambassades dans dix pays européens. Il contient l’ordre du ministre Avigdor Lieberman de trouver d’ici fin janvier environ 1000 personnes qui agiront en « amis d’Israël ». Elles devront être « recrutées parmi des journalistes, universitaires, étudiants et militants soit juifs soit chrétiens ».  Elles seront informées par des fonctionnaires israéliens pour intervenir en faveur d’Israël par des articles, lettres et interventions dans des assemblées publiques. Elles devront non seulement recevoir des messages mais en faire une active promotion.

Les principaux centres de cette campagne seront cinq capitales européennes : Londres, Paris, Berlin, Madrid et Rome. Là, « les ambassades israéliennes recevront des fonds pour recruter aussi des professionnels : sociétés spécialisées en relations publiques et lobbyistes ». Elles auront comme tâche de renforcer l’action des « amis d’Israël » en diffusant des messages politiques sur des arguments comme la position israélienne à l’égard des Palestiniens et la violation des droits de l’homme en Iran.

Le ministère des affaires étrangères suggère en outre aux ambassades en Europe d’organiser mensuellement des événements publics de haut niveau en faveur de la politique israélienne et d’inviter des personnages influents à visiter Israël. Lieberman lui-même rencontrera le mois prochain ses ambassadeurs dans les pays européens pour donner une impulsion à cette nouvelle « offensive dans les relations publiques ».

Interviewé par le Guardian à propos de ce document, un fonctionnaire israélien  s’est refusé à commenter la découverte. Il a cependant déclaré : « Evidemment nous cherchons toujours de nouvelles façons d’améliorer nos communications, il n’y a rien d’étrange à cela ». Il a ainsi précisé qu’il « existe une préoccupation particulière sur la façon dont Israël est vu à l’étranger, en particulier dans certains pays d’Europe occidentale ».

Une nouvelle offensive de propagande du gouvernement israélien est donc en train de se préparer, focalisée dans les principales capitales européennes, parmi lesquelles Rome.  Pourquoi en ce moment ? On se souviendra que, bien que la propagande soit une denrée quotidienne (pas seulement pour Israël), la dernière grande campagne israélienne fut lancée en décembre 2008 pour présenter l’opération « Plomb durci » contre Gaza comme une action défensive. Il n’est pas difficile de comprendre quel est l’objectif de cette nouvelle campagne : convaincre l’opinion publique italienne et européenne que non seulement Israël mais aussi les pays européens sont menacés par l’Iran. En préparant ainsi l’opinion à accepter comme inévitable une nouvelle guerre, encore plus catastrophique, au Moyen-Orient. Il faudra nous en souvenir quand les « amis d’Israël », recrutés par Lieberman, commenceront leur offensive sur les journaux et dans les talk show.

 

Il manifesto, 4 décembre 2010

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Manlio Dinucci est géographe.

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=22262

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 02:51

.

http://www.lepost.fr/article/2008/03/28/1173394_sarkostyle-le-tres-gros-mensonge-du-figaro.html

Publié le 6 novembre 2010 par Henri Maler

Le Figaro est un quotidien de droite : soit ! Il soutient inconditionnellement Nicolas Sarkozy : soit encore ! Il soutient la réforme des retraites : c’est son droit. Mais quand, à cette fin, il falsifie les études sur lesquelles il s’appuie (comme on peut le lire ici), de quel journalisme est-il question ?

Le Figaro adore les sondages : il n’est pas le seul. Mais il les instrumentalise avec un acharnement particulier, comme nous l’avions déjà relevé.

Quand la propagande dévore l’information, peut-on encore parler de journalisme ? Parfois il est préférable de rire que de se scandaliser. Qu’on en juge

À la « Une » du Figaro.fr, le 5 novembre 2010, ce titre :

Si cette « popularité » (sic) est stable, c’est donc qu’elle très basse.

Mais Le Figaro ne serait pas Le Figaro s’il avait titré

La popularité de Sarkozy reste très basse dans la tempête

Qui dit « tempête », dit baromètre : « Selon le baromètre TNS Sofres pour Le Figaro Magazine, la popularité de Nicolas Sarkozy est restée inchangée ». Depuis quand ?

Certes, cette « popularité » est en baisse depuis septembre, mais voici qui est plutôt rassurant (pour Le Figaro) : « Depuis septembre, le président de la République n’a finalement perdu que 4 points dans le cœur de ses concitoyens : ce n’est pas si cher payé pour une réforme qui se veut la plus emblématique du quinquennat ! »

Les concitoyens dont le cœur palpite pour Sarkozy seraient 26%. Mais cette « popularité » (sic) est restée stable entre octobre et novembre. « Victoire ! », crie Le Figaro :

« À force de répéter que la réforme des retraites n’a fait "ni vainqueur ni vaincu", Nicolas Sarkozy a réussi un exploit que révèle la dernière livraison du baromètre TNS Sofres pour Le Figaro Magazine  : des millions de Français ont eu beau défiler dans la rue, crier haut et fort leur sentiment d’amertume et d’injustice, la popularité du chef de l’État, qui n’a rien lâché sur l’essentiel, est restée inchangée. Basse, certes, mais intacte : comme en octobre, 26 % des Français lui font confiance pour résoudre les problèmes qui se posent à la France. »

À la différence de l’original stalinien, La Pravda de la droite française ne délivre, en guise de vérités officielles, que celles de la droite française. Le pluralisme limité a parfois du bon…

Henri Maler (avec Yannick Kergoat)

 

http://www.acrimed.org/article3476.html

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 02:27

 

 

Ce 25 octobre, les syndicalistes de la section Ouest-France du Syndicat national des journalistes (SNJ) ont publié un tract dans lequel ils dénoncent la « ligne idéologique à sens unique » de leur journal.

Ils déplorent que le projet gouvernemental de réforme des retraites soit présenté « comme une évidence qui doit s’imposer à tout esprit sain et raisonnable » ; tandis que la contestation est qualifiée d’« irresponsabilité coupable au regard des générations futures » ; et sa radicalisation accusée de mettre « en péril l’équilibre économique » et de saper « les fondements de notre démocratie ».

Quant au gouvernement, il « incarne l’ordre et la fermeté » face à des opposants « divisés et sans projets sérieux »…

Les syndicalistes du SNJ posent la question : « Que deviennent le pluralisme, la défense de la démocratie, le respect du lecteur qu’Ouest-France brandit, à la première occasion venue comme son étendard ? »

Ils révèlent les consignes données aux rédactions par la hiérarchie : « restreindre la couverture des manifestations “pour éviter de lasser” le lecteur » ; « mettre l’accent sur les perturbations – lycées bloqués, stations services à sec… – et [...] donner surtout la parole “aux gens dont l’activité commence à être perturbée par le mouvement” ».

Pour conclure, ils tiennent à préciser que « le SNJ n’est pas opposé à l’expression d’opinions affirmées dans les éditoriaux. A condition que les points de vue divergents puissent s’exprimer à la même place. A condition que le traitement de l’actualité reste dans le cadre dont il n’aurait jamais dû sortir : celui d’une information honnête et équilibrée des lecteurs.

C’est pourquoi le SNJ mène un combat pour la reconnaissance, par la loi, de l’indépendance des équipes rédactionnelles, leur permettant de s’opposer collectivement à toute pratique porteuse d’un risque heurtant la conscience professionnelle des journalistes ».


Source : Grève générale

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=17428

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 02:24
Jeudi 4 novembre 2010 4 04 /11 /2010 12:50
arton4098-54022.jpg
 

L’affaire Sakineh est à nouveau sur le devant de la scène portée par l’éclaireur boufffon BHL. Nous savons pourtant que cette histoire est une mise en scène organisée, uniquement, à des fins politiques afin de diaboliser l‘Iran pour que l‘opinion publique accepte sans moufter son prochain bombardement par Isarël ou les USA.

Peu importe si il a été mis en évidence que, la photo de la condamnée n’était pas la sienne, les médias la ressorte du placard pour déclencher l’émoi bafouant une fois encore leur devoir de vérification de l‘information.

Il est évident que si vous mettez cette photo, la jeunesse et la beauté supprimées, vous aurez moins d’émotion suscitées et de supporters à défendre votre cause. k1252626 

Monsieur Levy défendrait les Droits de l’Homme, nous dit-on ? Ah bon !... C'est une blague ! Mais alors pourquoi ne s’insurge-t-il pas quand une femme déficiente mentale se fait exécuter aux Etats-Unis pour le même chef d’inculpation ? Où est-il ?

Pourquoi n’organise-t-il pas des pétitions et des manifestations de soutien pour ces autres femmes qui attendent dans le couloir de la mort chez son ami Sam ? Où est-il ?

Pourquoi ne fait-il pas la même chose pour qu’Israël cesse de massacrer et de bombarder des innocents à Gaza ? Où est-il ?

Pourquoi est-il absent des plateaux télé et des radios pour dénoncer les victimes toujours innocentes de ces guerres iniques en Iraq, en Afghanistan et au Pakistan ? Où est-il ?

Et que lis-je dans le Figaro ici ! Toujours selon l’histrion sioniste : «  Nicolas Sarkozy aurait ainsi personnellement appelé Téhéran mardi. «Il a fait savoir aux autorités iraniennes qu'il faisait de l'affaire Sakineh une affaire personnelle. Et que si l'on touchait - ce sont ses mots dans la conversation que nous avons eue hier soir - à un cheveu de Sakineh, cela interromprait ipso facto tous les dialogues aujourd'hui en cours ». Ce message est passé directement et il semblerait qu'il ait été entendu », a-t-il expliqué sur RMC.

Bernard Kouchner, sans doute en préparant ses cartons, y  va aussi des sa petite blagounette ; Il aurait téléphoné aux autorités iraniennes pour leur faire part de sa «consternation».

Ouah !!!! L’ingérence est donc toujours à son paroxysme et les sophismes les plus éhontés pour abuser les Français seraient devenus un symbole démocratique et républicain ? Non !  je n’ose y croire. En politique carcérale et étrangère n'aurions-nous rien alors à balayer devant nos portes ? 

Bernard-Henri-Levy-fervent-defenseur-de-Sakineh_pics_390.jpgMais au fait ! Si je me souviens bien lors du défilé du 14 juillet, le roi Abdallah, d'Arabie saoudite, était présent à la tribune.

Comment est-il possible alors de recevoir un monarque en lui déroulant le tapis rouge quand on sait qu'il fait encore décapiter au sabre et en place publique des condamnés, hommes et femmes, et même des mineurs ? 

En 2009, 13 décapitations ont eu lieu et, en 2008, 102 personnes ont été décapitées en Arabie saoudite. Vidéo ici Cela ne te déranges pas Bernard ?

 

Bernarrrrrrrrrrd ! Bernarrrrrrrrrrrrd où es-tu ?…  Tu dis : « Sakineh » vit un calvaire» mais ces autres condamnés sont-ils morts de rire quand ils sont massacrés par tes potes ou décapités par des monarques que tu sembles respecter ?

Quand tu dis «Sakineh est une sorte d’otage» que dis-tu alors des parqués du camp concentrationnaire de Gaza ? Ah oui, eux, sans doute ne sont-ils pas des êtres humains à tes yeux ?…

Tu dis ici sur l‘Iran : « Un crime d'Etat, à coup sûr » . « Un crime contre l'Humanité, peut-être - car visant, à travers cette innocente, toutes les femmes d'Iran et toutes celles qui, hors d'Iran, pourraient devenir, comme elle, la proie du fanatisme des islamistes ».

Ton cerveau est quand même limité Bernard, car, innocente pour toi, peut-être, mais elle serait tout de même condamnée en France à une lourde peine d'emprisonnement.

Et l’erreur judiciaire, si erreur judiciaire il y a, est-elle réservée au pays que tu hais et que tu veux voir bombarder ; je n'ose pas dire rayer de la carte ?

N’a-t-on jamais condamnés et exécutés des innocents en France ? Et que fais-tu des arrestations arbitraires privant les détenus de plaider l'Habeas corpus en Israël, aux USA et ailleurs ?

Et que penses-tu des arrestations d'enfants mineurs en Israël  sur qui urine pour rire la soldatesque sioniste ici ?

Peut-être es-tu vert de jalousie de l’Histoire indiscutable, incontestable de ce grand pays l'Iran, berceau de l'Humanité, contrairement à la tienne contredite par  les juifs Shlomo Sand , Ilan Pappé et Finkelstein  et les autres ?

Alors Bernard as-tu de la m..... dans les yeux et les oreilles bouchées par un gros tas de cérumen pour ne pas voir ni entendre les cris horribles, les pleurs et les douleurs de ces autres victimes de la peine de mort et de celles massacrées par tes amis ? Où peut-être es-tu absent pour te faire tailler une autre chemise blanche pour tes prochaines prestations télévisées en ces moments là ? Ah oui ! C'est vrai. Tu passes aussi beaucoup de temps à défendre un personnage de fiction, nommé Botul.

 

Des défenseurs de ton genre, Bernard, les vrais humanistes n’en veulent pas ! Tu leur fait honte. La compassion, et il est évident que tu ignores ce que cela veut dire, n'a pas de liste sur laquelle sont incrites des races et des religions à condamner et à laisser massacrer. Alors oust  !

Payer une redevance télé pour entendre systématiquement des propagandes sionistes n'est plus tolérable ! REMBOURSEZ ! ;-))))

Et puis stop ! Si il était obligatoire de critiquer le Communisme et le Fascisme,  pourquoi alors n'est pas un devoir encore plus important au XXI siècle de critiquer le Sionisme ? Et pourquoi cet amalgame constant relayé par les médias entre antisémitisme et antisionisme ?  

 

http://www.diatala.org/article-bhl-ou-es-tu-60279307.html

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 23:29

 

.

Laurent Mucchielli, sociologue et historien, directeur de recherches au CNRS attaché au Centre de recherches sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales, publie un court article au titre explicite, La diversion médiatique des «casseurs» fait bien les affaires du pouvoir politique, dont nous tirons notre Phrase du jour : « la concentration sur ce phénomène sert directement la stratégie d’absence de dialogue social et de pourrissement du mouvement adoptée par le gouvernement. Pendant ce temps-là, les policiers frappent fort (on voit même resurgir les vieilles méthodes de la provocation policière, y compris exercée par des policiers déguisés en syndicalistes), interpellent massivement et n’hésitent même pas à écarter par la force les journalistes trop curieux. Et, à l’échelle nationale, ce ne sont pas principalement les «casseurs» qui feront les frais de la répression, mais plutôt les manifestants, les grévistes et les syndicalistes. »

.

PS : au sujet des provocations qu’il évoque, relire notre billet Casseurs ou policiers ? La stratégie de la tension.

 

http://www.plumedepresse.net/la-diversion-mediatique-des-casseurs/

 

 

Matin d’un jour de mobilisation sur RTL : les signes avant-coureurs de l’Apocalypse ?

 

En cette matinée du 19 octobre 2010, les journalistes de la rédaction de RTL et Vincent Parizot, présentateur de la tranche 7-9h30 à leur tête, sont dans les starting-blocks. Une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites s’annonce.

D’ordinaire pourtant, au matin d’une telle journée, sur RTL comme ailleurs, hormis les désagréments dans les transports, rien de passionnant ne mérite l’attention. La routine en quelque sorte. D’autant que sur RTL, comme d’ailleurs sur Europe 1 ou sur RMC ou dans la plupart des médias audiovisuels privés, les professionnels de l’information ne font jamais grève ou si rarement ! Aucune raison alors, dans ce milieu fortement marqué par l’individualisme et l’arrivisme, de se laisser emporter par l’émotion des solidarités collectives. Aucun risque de « dérapages » de l’ « objectivité » !

Or, ce matin-là, la journée s’annonçait plus palpitante.

La veille, une poignée d’affrontements entre jeunes et force de l’ordre (Lille, Lyon, Nanterre) ont été dramatiquement mis en avant par un grand nombre de médias : « Manifestations lycéennes : violences dans plusieurs villes » clame l’AFP ; « Manifestations lycéennes : 290 casseurs interpellés, 231 en garde à vue » poursuit toujours l’AFP ; « Retraites - Violences dans les manifestations lycéennes à Lyon » surenchérit le concurrent Reuters. « Des manifestations de lycéens dégénèrent, 290 "casseurs" interpellés », tremble TF1 ; « IdF : une lycéenne blessée dans une manif », frémit Europe 1 ; « Lycées : des violences et des affrontements en marge des blocages », grelotte Libération. Mais ce n’est pas tout. Les raffineries sont bloquées par les salariés, la pénurie d’essence guette. Et, cerise sur le gâteau, les transports sont sérieusement touchés un peu partout en France par la mobilisation des cheminots et autres chauffeurs de bus.

Autant d’événements qui font qu’un journaliste de RTL digne de ce nom se sent stimulé. Tout est en place pour réaliser un « excellent » journal. Vincent Parizot le sait instinctivement, et ses acolytes de la tranche matinale, Jean-Michel Aphatie, Alain Duhamel et Yves Calvi également. Les auditeurs, parmi lesquels un certain nombre égarés suite à la grève des stations de Radio France – dans le service public, des salariés font malgré tout grève – vont en avoir plein les esgourdes…

7h : les casseurs de tous les dangers

… Et ça commence très fort dès le journal de 7h. Les duettistes, Vincent Parizot et Marie Guerrier, en leur qualité de grands professionnels de RTL, épousent spontanément la ligne éditoriale de leur station et informent d’abord, dans le registre qui convient, sur le point de vue de la police : « La police redoute la violence des casseurs dans les manifestations d’aujourd’hui contre la réforme des retraites. Il y a eu des incidents dans plusieurs villes hier », s’alarme ainsi Marie Guerrier. « Les syndicats de police s’inquiètent de nouveaux débordements dans les manifestations aujourd’hui. Il faut dire que déjà hier 290 casseurs ont été interpelés dans plusieurs grandes villes », crisse des dents avec elle Vincent Parizot. La mise en bouche est un peu lourde pour un petit déjeuner, mais la suite s’avère encore plus consistante.

Marie Guerrier : « Des voitures avaient été incendiées, du mobilier urbain détruit, tous les signaux d’alerte sont au rouge  », Jean-Alphonse Richard. Le fameux Jean-Alphonse Richard, chef du service police-justice, n’a plus qu’à déclamer les communiqués de ses amis bien placés : « Effectivement du coté des forces de l’ordre on redoute cette journée qui apparaît comme celle de tous les dangers. En ligne de mire bien sûr la grande manifestation parisienne. Deux cortèges dont celui des lycéens. Les policiers, renseignements à l’appui savent qu’il sera particulièrement exposé. Confirmation de Mohamed Douhane, syndicat Synergie officier ».

Et pour confirmer, Mohamed Douhane confirme : « Nous avons des signes alarmants des services de renseignement. Ce qu’on craint, c’est non seulement des pillages de commerce mais également que des lycéens soient pris à partie par des casseurs qui tentent toujours de s’infiltrer au cœur du cortège pour dépouiller les manifestants ». Ce cher Jean-Alphonse réserve le meilleur pour la fin : « Selon nos informations ces fauteurs de troubles vont mélanger en fait casseurs professionnels, militants de l’ultra gauche, mais aussi sympathisants d’extrême droite. »

La loi des amalgames est dure, mais c’est là loi ! Avant tout jugement, les violences sont mises sur le compte de « casseurs » (et jamais de jeunes qui résistent aux violences policières) et de « fauteurs de troubles » politiquement étiquetés.

7h30 : double peine pour le citoyen lambda

Mais ce n’est pas fini. L’auditeur de RTL déjà passablement rassasié d’informations dramatiques, n’a pas eu le temps de digérer le journal de 7h que déjà arrive celui de 7h30.

Vincent Parizot, désormais en roue libre, psalmodie sa leçon : « À la une de l’actualité, il y a ces manifestations à hauts risques un peu partout en France. La police craint l’action des casseurs en marge des cortèges […] ce qui a changé depuis mardi dernier, depuis le record de la mobilisation, c’est l’atmosphère, vraiment beaucoup plus tendue autour de ce mouvement social. »

Son complice d’antenne s’appelle cette fois-ci Philippe Antoine. Le tout nouveau co-rédacteur en chef de la tranche matinale est lui aussi rodé à dérouler la machine à faire peur : « Et hier déjà 300 interpellations. Cette nuit un collège au Mans a été entièrement détruit par un incendie, sans doute criminel. On ne sait pas s’il y a un lien avec ces violences redoutées. » Rien ne permet effectivement de faire à cette heure de la matinée le lien entre cet incendie et le mouvement social, mais Philippe Antoine le fait quand même.

Sur sa lancée, l’ancien correspondant de RTL aux USA (où, pendant cinq ans, il a sans doute appris à observer les luttes sociales…), change de registre, mais continue surtout à dénigrer le mouvement actuel : « En ce jour de grève surtout dans les transports, cette pénurie ponctuelle et localisée d’essence ne facilite évidemment pas les déplacements de ceux qui doivent aller travailler. On peut parler d’une sorte de double peine : pas d’essence pour rouler et peu de trains pour circuler. »

L’opposition entre les grévistes et manifestants d’une part, et le gouvernement de l’autre ? Disparue. Place au conflit présumé entre les premiers et les usagers... C’est ce que s’empresse de faire un des journalistes de la rédaction, Dominique Tenza, envoyé sur le terrain pour récolter bien entendu le désarroi de ceux qui veulent travailler : « On a du mal ce matin à percevoir cette solidarité qui semblait pourtant exister mardi dernier entre les usagers et les grévistes ». Aussi fragiles soient-ils, les sondages publiés les jours suivants contredisent absolument le grand reporter de terrain qui, sur le terrain (mais lequel ?), n’a vu que ce qu’il voulait voir [1].

7h40 : les pilleurs de l’économie

Et pour bien diviser monsieur tout le monde du gréviste obtus, rien de mieux après le registre de la peur que d’aborder celui du porte-monnaie : les grèves coûtent cher !

Première salve à 7h40 avec le chroniqueur économique de la station, Christian Ménanteau : « Des milliers d’entreprises subissent, durant ces conflits, des pertes financières tout simplement parce qu’elles vont rater des ventes, perdre des commandes ou qu’elles vont livrer en retard, ce qui entraînera des pénalités. D’une façon générale, on considère que le chiffre d’affaires perdu lors d’une journée de grève n’est jamais, jamais récupéré à 100% […] Le coût invisible est celui qui est le plus dommageable. C’est celui de l’érosion de notre réputation économique. »

Et comme tout bon journaliste opposé à la grève, Christian Ménanteau prend alors l’exemple de… Marseille : « Le bon ou le pire exemple de cette destruction d’un potentiel économique, c’est le port de Marseille. L’ancien port numéro 1 en Europe est aujourd’hui un port de seconde zone. Il est boycotté par tous les grands transporteurs internationaux, et même par les industriels locaux, à cause de mouvements sociaux à répétition. […] Impossible, aujourd’hui, de chiffrer les dommages avec précision. En revanche, il est certain que les coûts indirects seront largement supérieurs à l’évaluation que vont livrer les experts. »

7h50 : les putschistes en herbe

50 minutes après le début des hostilités, l’auditeur de RTL est forcément conscient de la situation : les grévistes sont des casseurs et des gaspilleurs d’argent. Ils vont apprendre grâce à Jean-Michel Apathie que ce sont aussi des putschistes en herbe. Celui-ci que ses multiples activités empêchent de faire grève – chroniqueur au Grand Journal de Canal+, animateur du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI en plus de son activité d’intervieweur sur RTL – justement reçoit le porte-parole du PS Benoît Hamon. Une nouvelle occasion de manifester son désamour quasi pathologique pour les syndicats, lui qui fut pourtant dans les années 80 un des leaders bordelais du mouvement étudiant contre le ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur de l’époque, Alain Devaquet et membre du syndicat national des journalistes (SNJ) au début des années 90.

« 2.500 des 12.500 stations-service sont aujourd’hui sans essence sur le territoire français. Est-il légitime au nom de l’opposition à la réforme des retraites voulue par le gouvernement de priver des français d’essence ? »
« Ma question c’était : est-il légitime de couper le robinet d’essence ? »
« Vous avez parlé, Benoît Hamon, la formule vous venez de l’employer, de "légitimité sociale". La légitimité sociale, est-ce que c’est supérieur à la légitimité parlementaire ? »
« Dans votre esprit, j’essaie de comprendre, les syndicats ont une forme de droit de veto sur ce type de réforme ? »
« Il y a des gens avec qui on ne peut pas se mettre d’accord ! »

Questions de « l’avocat du diable » ou éditorial déguisé en interrogations ?

8h : la peur, le retour

Cela fait presque une demi-heure que les auditeurs de RTL n’ont pas entendu le mot « casseur ». Le journal de 8h est l’occasion de réparer cet oubli… et de quelle façon ! Vincent Parizot, toujours en première ligne… de l’information, en profite tout d’abord pour élargir son vocabulaire un peu limité depuis le début de la matinée : « À la Une ce casse-tête des syndicats pour cette dixième journée d’action contre la réforme des retraites. À la fois maintenir la mobilisation et en même temps gérer sa radicalisation.  »

Le troisième journal de la matinale permet à une troisième duettiste, Adeline François de faire son entrée dans le studio et de seconder un Vincent Parizot épuisé par l’intensité de la tâche.

Adeline François, le 23 août 2008, avait choisi… France Soir pour confier ses rêves après sa nomination à la tranche matinale de RTL : « C’est un mythe. Mes parents écoutaient RTL quand j’étais toute petite. Quand je suis arrivée à Paris en 2004 et que j’ai gravi les marches de la rue Bayard, j’ai dû me pincer pour y croire. […] Oui, c’est dans mes gènes. Mais j’ai bien failli faire une carrière d’orthophoniste […] Je n’ai pas peur du travail. Je sais que j’ai une certaine résistance physique ».

C’est sans doute son goût du travail, fût-il le plus harassant, qui explique pourquoi elle n’est pas en grève ce 19 octobre 2010 et confie ainsi l’angoisse qui l’étreint : « Question ce matin : les casseurs vont-ils faire dégénérer le mouvement ? L’autre point noir du conflit, c’est l’approvisionnement en carburant. Plus de 2600 stations-service à sec. La pénurie tant redoutée complique déjà le quotidien de nombreux automobilistes. Quotidien très compliqué aussi pour les usagers des transports en commun. Toujours de fortes perturbations y compris dans les airs ».

L’apport du sang neuf d’Adeline François dope visiblement le présentateur vedette de la matinale qui retrouve aussitôt ses automatismes : « À chaque journée d’action, ses enjeux. La semaine dernière on s’interrogeait sur l’impact de la mobilisation des jeunes qui commençait à peine. Eh bien ce matin on redoute surtout les intrusions des casseurs  ». Le numéro produit alors par les duettistes de choc de RTL est de toute qualité… journalistiquement parlant. « Cette dixième journée d’action contre la réforme des retraites est de tous les dangers  », s’enflamme immédiatement Adeline François qui poursuit : « Les heurts entre jeunes et policiers qui se sont produits hier notamment à Nanterre et Lyon ne laissent rien augurer de bon ce matin. 290 casseurs ont été arrêtés sur la seule journée d’hier. Les autorités craignent le pire. »

Et devinez quelles « autorités » Adeline ressort pour évoquer le pire ? Le fameux Mohammed Douhane du syndicat de police Synergie-Officiers, déjà utilisé dans le journal de 7h30. Le « sonore » a visiblement été « retravaillé » pour faire un peu plus neuf et surtout encore plus inquiétant : « C’est la journée de tous les dangers. On sent que la tension est très importante. Nous avons des signes alarmants des services de renseignement. Ce qu’on craint, c’est non seulement des pillages de commerce mais également que des lycéens soient pris à partie par des casseurs qui seront venus dans cette manifestation uniquement pour commettre des déprédations et dépouiller les manifestants. » Et là on ne peut qu’applaudir RTL pour le choix de l’interviewé. C’est, comme il se dit dans le métier, un « bon client », un très, très bon client : « Ce qu’on craint par dessus tout c’est un dérapage, un mouvement de panique au milieu de la foule qui pourrait générer des blessés, et voire des morts. »

C’est dans des moments comme celui-là que l’on mesure le chemin parcouru depuis un an par une journaliste qui, comme elle le confiait à France Soir, possède RTL « dans les gènes ». La voix lugubre, Adeline François reprend à l’antenne : «  Des blessés, voire même des morts...  » Oui, vraiment, Adeline est promise à un bel avenir professionnel. « Génétique » ?

8h15 : le bloq de Benjamin

À la sortie d’un tel journal, l’auditeur peut enfin mesurer quels dangers les grévistes font courir à la population et notamment aux jeunes. Il est donc grand temps justement… et tout à fait démocratiquement d’entendre à l’antenne un de ces fameux grévistes. La tâche d’en interviewer un est dévolue à l’inégalable Yves Calvi, le présentateur tout en nuance de « C Dans L’air », tout juste passé en cet automne du service public de France Inter à RTL : « Vous êtes en direct de votre lieu de travail ou plutôt de blocage, puisque vous êtes représentant syndical CGT à la raffinerie de Dunkerque. » Là l’auditeur mesure le talent d’un intervieweur comme Yves Calvi : « de votre lieu… de blocage puisque vous êtes représentant syndical CGT » car comme chacun le sait un représentant CGT ne travaille pas - jamais ? - mais bloque.

Yves Calvi continue sur sa lancée : « 28 ans, père de famille avec trois enfants, vous travaillez depuis l’âge de 19 ans et donc j’imagine que vous comprenez très bien à quel point un mouvement comme le vôtre est dur à vivre pour les français qui nous écoutent, autrement dit je m’adresse à l’être humain et non au syndicaliste obtus, vous pouvez comprendre alors ? Alors première question, difficulté dans les transports plus pénurie d’essence, est-ce que vous ne trouvez pas que ça fait quand même beaucoup ? »

Le syndicaliste, Benjamin Tange, a beau tenter de s’expliquer, rien ne peut faire dévier Yves Calvi de sa mission, informer correctement l’auditeur de RTL sur l’action des salariés des raffineries : « Il y a une rumeur qui dit que les techniciens de maintenance même grévistes sont payés, c’est vrai ou c’est faux ça Benjamin ? [...] On est bien entendu dans un rapport de force. C’est votre mouvement – celui de la pression sur l’essence – qui modifie la donne dans le conflit des retraites, justement est-ce que ce n’est pas la pression de trop  ? »

8h40 : les pilleurs de l’économie, le retour

RTL n’hésite pas en ce 19 octobre à se répéter pour mieux informer l’auditeur. À 8h40 il est normalement entendu que les casseurs vont à nouveau casser. Reste à convaincre que toutes ces grèves coûtent cher. Christian Menanteau a ouvert le bal à 7h40. C’est l’heure de la deuxième couche.

Michel Godet, grand expert français anti-grèves, est donc invité sur RTL… pour la 88e fois depuis trois ans [2]. Il est intéressant d’analyser la manière avec laquelle un journaliste objectif comme Vincent Parizot, dont la neutralité ne peut être mise en question, s’y prend pour aborder le sujet : « À l’aube de cette dixième journée d’action contre la réforme des retraites, on se demande si la France a bien les moyens de se payer ce conflit dur et surtout long ? Est-ce que le bon sens ça serait de faire l’addition et de dire qu’elle sera trop lourde  ? » Oui, oui Vincent Parizot pose des questions. Il y a à chaque fois des points d’interrogation à la fin de la phrase. Comme par exemple dans ces autres questions que pourraient poser les enquêteurs d’Acrimed : « À l’aube de cette dixième journée d’action contre la réforme des retraites, on se demande si RTL est la meilleure radio pour informer sur un mouvement social ? Est-ce que le bon sens ça serait de poser le constat et de dire que Vincent Parizot est un journaliste dont l’objectivité est aussi grande que le présentateur de la télévision soviétique à l’époque de Brejnev ? ».

Après de telles questions, l’expert anti-grèves Michel Godet peut développer son expertise truffée de… mensonges sans risquer d’être contredit.

Paroles d’expert : « Tout à l’heure ça a été annoncé par Christian Ménanteau. Madame Lagarde parle de 300 millions d’euros. En fait les chiffres de l’INSEE depuis des années c’est plutôt 400 millions d’euros que représente chaque jour de grève et trois jours de grève ça fait deux fois le montant du bouclier fiscal […] Donc chaque jour qui passe, on ne fait que creuser le déficit, on ne fait que creuser la dette et donc c’est complètement irresponsable vis à vis des générations futures qu’en plus on fait descendre dans la rue ». À ce moment de l’intervention, n’importe quel journaliste ayant travaillé son sujet pourrait contredire Michel Godet. Pas Vincent Parizot, « un gros bosseur » (selon Le Parisien du 24 août 2008) qui avoue lui-même « être très concentré sur l’information, mais savoir aussi prendre du recul ». Un recul si bien informé qu’il ne lui permet pas de relever que les chiffres avancés par Michel Godet non seulement sont datés, mais sont en grande partie faussés ou faux.

L’expert préféré de RTL, en effet, fait très probablement référence à deux estimations - l’une de Bercy et l’autre de l’INSEE - publiées en 2007, suite au long conflit des cheminots protestant contre la réforme des régimes spéciaux de retraites. Autant l’estimation de Bercy était calculée pour un jour de grève, autant celle de l’INSEE couvrait… dix jours de grèves. De plus le contexte n’était pas le même : pas le même type de perturbation, pas le même nombre de grévistes. Un rapport rédigé par le député UMP Hervé Mariton en 2009 sur le coût des grèves reprenait du reste les deux chiffres pour conclure : « Il importe de souligner que, selon la méthode de l’INSEE, l’impact des grèves de 2007 sur l’économie française est 10 fois inférieur à celui calculé par le ministère de l’économie. Cette divergence majeure entre ces deux évaluations les fragilise toutes deux. On peut se demander s’il n’appartient pas à une démocratie adulte de construire des instruments d’analyse des coûts des grèves, dont les résultats pourraient être versés au dossier des négociations » [3].

Michel Godet peut mystifier la réalité sans effrayer en aucune façon le professionnalisme de Vincent Parizot. L’expert préféré d’Yves Calvi (qui l’a invité huit fois depuis le début de l’année dans « C Dans L’air » sur France 5) n’a aucun mal à dérouler tranquillement la même prose qu’il récite depuis 20 ans : « Écoutez, je ris d’une façon un peu triste pour mon pays et pour mes enfants, parce que ceux qui font grève aujourd’hui, de toute façon ils ne risquent pas de perdre l’emploi […] On a le record de la gréviculture comme on dit. La SNCF, c’est 1% des salariés de ce pays, c’est 10% de jours de grève. »

8h45 : vive le rire pompier !

La « matinale » tire à sa fin. Après un tel moment d’informations, RTL ne peut que terminer en beauté. À croire que consommer une information de la sorte ouvre des dispositions pour écouter la suite, c’est à dire Laurent Gerra. Ce 19 octobre c’est donc avec l’imitation de Guy Béart que les auditeurs de la station la plus écoutée de France partent travailler. Les autres qui font grève ont, peut-être depuis longtemps, déserté l’antenne : « Il n’y a plus d’essence, on est coincé, merci à la CGT et même le pompiste s’est fait pomper [gros rires gras derrière… sans doute Vincent, Jean-Michel, Yves et les autres ?] merci à la CFDT […] Ce matin il y a plus de carburant et demain il aura plus de carburant. On sera bloqué sur les rou-outes, on se touchera la birou-oute [re-rires gras], si les pompistes sont fermés, dans la voiture on se fera pomper [re-rires gras]. »

La matinale s’achève. Les journalistes de RTL, harassés, peuvent enfin se détendre la conscience tranquille après un travail si bien fait.

Le 18 décembre 2008, le chef d’orchestre de la matinale, Vincent Parizot, faisait part dans France Soir, un autre grand journal de qualité, du professionnalisme de l’ensemble de l’équipe : « C’est la marque RTL, l’information de qualité et aussi les diverses interventions des acteurs de cette matinale comme Jean-Michel Aphatie. D’ailleurs ce dernier a le rendez-vous politique de référence à la radio. Sur RTL, nous essayons de rendre cette actualité plus digeste, dans une période qui n’est pas facile. On veut donner quelques raisons aux auditeurs de sourire avec des rendez-vous comme Laurent Gerra à 8h50 qui permet chaque jour de décompresser un peu. Cependant, ce qui compte avant tout, c’est la rigueur. »

Ce mardi 19 octobre, faut-il rappeler qu’il n’y a eu aucun mort dans l’ensemble des manifestations et, finalement, très peu d’incidents graves.

Mais, sur RTL, « ce qui compte avant tout, c’est la rigueur » !

Gilles Balbastre

Notes

[1] 74% de la France en âge de travailler favorable au mouvement, 58 % aux grèves dans les transports, 53% au mouvement étudiant et même 52% aux blocages des raffineries, BVA pour la matinale de Canal, 22 octobre 2010.

[2] Source Inathèque. À noter que l’économiste Frédéric Lordon, par exemple, a été invité zéro fois sur RTL durant cette période.

[3] Voir le « Rapport d’information sur l’évaluation économique et financière des récents mouvements sociaux à la SNCF et l’impact du service minimum », du 4 février 2009, publié sur le site de l’Assemblée nationale.

 

Publié le 25 octobre 2010 par Gilles Balbastre

 

http://www.acrimed.org/article3466.html


 

La désinformation dans le Figaro

auteur: Roland

 



Capture d'écran de cette page du Figaro :

Voilà donc ce qu'écrit le Figaro à propos de ces photos :

LA LOI DES CASSEURS. Il a voulu s’interposer. Faire un geste quand soudain la manifestation a débordé sous la pression des casseurs. Travaille-t-il dans cette banque? Est-il policier? Syndicaliste? Ou un simple citoyen qui n’en peut plus de la violence gratuite, qui empoisonne chaque fois davantage les cortèges ? Sous les yeux médusés des passants et des manifestants, le 16 octobre dernier près de la place de la Bastille à Paris, l’homme a fini par céder sous le nombre, tabassé à coups de barre de fer. Un peu partout en France, en marge des manifestations contre la réforme des retraites, de véritables scènes de pillages et de guérilla urbaine ont terni une nouvelle fois la forte mobilisation des lycéens. (Lucas Dolega/EPA/MAXPPP)

La France a peur...

Maintenant allons voir la réalité ici

Edifiant non ?

(info pêchée sur Bellaciao)


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=17141
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 08:06

bourrage-crane-copie-2.jpg

Bonjour à toutes et à tous,

Le mercredi 29 septembre 2010 eut lieu sur Arte à partir de 21h35 une soirée de propagande islamophobe que je tiens à dénoncer ici. Cette soirée était constituée de deux pseudo-"documentaires", La cité du mâle à 21h35 et Quand le rap dérape ! à 22h30, suivis d’un pseudo-"débat" à 22h55.

Bien entendu, ces prétendus "documentaires" étaient constitués de cas particuliers, que l’on peut trouver dans tous les milieux, et artificiellement généralisés par l’émission à l’ensemble des musulmans. Il est même très probable que certains de ceux qui ont proféré les pires insanités furent payés pour cela.

Quant au "débat", on ne peut pas non plus appeler cela un débat, puisque toutes les personnes présentes étaient bien d’accord pour casser du sucre sur le dos des Arabos-musulmans.

Histoire de se mettre dans l’ambiance, je vous montre un extrait vidéo tiré de ce prétendu "débat" :

 

Serap Çileli déclare se battre contre les musulmans
et contre les politiques d’immigration laxistes.
Cliquer sur l’image pour voir la vidéo de 1’20’’
enregistrée sur Arte le 29 septembre 2010.

Voici maintenant un exemple de ce qu’on a pu entendre de pire dans le premier documenteur. En écoutant parler ce jeune homme, demandez-vous s’il est possible qu’il prenne le risque de dire tout ça à visage découvert sans avoir été payé pour le dire ; et, dans ce cas, qu’y a-t-il de vrai dans ce qu’il dit ?

Quand, ensuite, on nous montre sa soeur, qui, elle, n’a visiblement rien à se reprocher, on nous la montre masquée. Pourquoi ? pour la protéger ? Non, puisqu’elle dit elle-même, vers la fin de la vidéo (à 3’05’’), qu’elle est la soeur d’Okito. Alors, pourquoi ? Pour le spectacle ! Pour impressionner le télespectateur naïf. Mais, regardez et écoutez :

 

Okito et sa soeur.
Cliquer sur l’image pour voir la vidéo de 3’22’’
enregistrée sur Arte le 29 septembre 2010.

Voici maintenant Daniel Leconte dans ses grandes oeuvres, après l’ouverture du "débat", en train de nous "prouver" qu’il y a bel et bien un problème de phallocratie en banlieue ; c’est-à-dire, dans sa petite tête, en milieu Arabo-musulman, puisqu’il semble croire qu’il n’y a que des Arabos-musulmans en banlieue :

 

Daniel Leconte accuse les banlieusards : « Depuis 2006,
pas moins d’une agression sexuelle sur deux
aurait lieue dans les cités, alors… »
Cliquer sur l’image pour voir cette vidéo de 20’’
enregistrée sur Arte le 29 septembre 2010.

Répétons après Daniel Leconte : « Depuis 2006, pas moins d’une agression sexuelle sur deux aurait lieu dans les cités, alors… »

Alors, alors… alors quoi ?

Alors, monsieur Leconte parle de la banlieue sans même savoir que la moitié des gens vivant sur le sol de France vivent, si l’on peut appeler cela "vivre", en banlieue.

Du coup, son chiffre, loin de prouver qu’il y a bien plus d’agressions sexuelles en banlieue qu’ailleurs, prouve au contraire que, malgré des conditions de vie déplorables, les banlieusards ne sont pas plus méchants que les autres avec les femmes.

Le document suivant provient de l’INSEE et prouve bien qu’en France la moitié de la population réside en banlieue :

http://www.insee.fr/fr/themes/docum…

C’est la dernière ligne qui nous intéresse. Le chiffre de la colonne "Ensemble" est la somme des chiffres des colones "Ville-centre", "Banlieue" et "Périurbain" ; on a donc 82% des habitants qui résident en zone urbaine. Et, bien sûr, la colonne de droite indiquant le pourcentage de ceux qui vivent à la campagne, elle indique forcément 18%, puisque 82 + 18 = 100.

La zone "périurbaine", c’est la grande banlieue ; c’est donc toujours la banlieue. Si l’on ajoute les deux chiffres "banlieue" + "périurbain", on trouve qu’en France 54% de la population vit dans les cités.

Donc, il est tout à fait normal que "pas moins d’une agression sexuelle sur deux ait lieue dans les cités". Félicitons ici Daniel leconte pour sa brillante démonstration.

Merci pour votre attention,
Meilleures salutations
do
http://mai68.org

Post-scriptum :

1°) Rappelons que la loi française définit le racisme et l’interdit.

La loi de 1972 introduit en outre à l’art. 24 de la loi de 1881 la disposition suivante :

« Ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l’article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 2 000 F à 300 000 F ou de l’une de ces deux peines seulement. »

Sauf, bien sûr, quand il s’agit d’un racisme d’État ; comme celui, en fRANCE, contre les Roms ou les Arabos-musulmans.

2°) Attaquer les Arabos-musulmans sur leur rapport avec les femmes est d’un ringardisme des plus classiques et pourtant très courant chez les propagandistes de l’impérialisme américano-sioniste dans le but de justifier leurs guerres ; notamment en Palestine ou en Afghanistan.

Pourtant, en fRANCE (petit"f" et grand "RANCE") l’on n’a jamais élu de femme à la tête de l’État, contrairement à un pays musulman comme le Pakistan, considéré non seulement comme étant musulman, mais carrément islamiste. Rappelons qu’une femme, Benazir Bhutto, fut élu premier ministre du Pakistan. C’est très probablement les Américains qui l’ont faite assassiner.

Rappelons que ce n’est pas un cas isolé qu’une femme d’un pays musulman soit à la tête d’un parti puissant ; puisque c’est une autre femme, Maryam Radjavi, qui dirige les Moudjahidines du Peuple, dont l’idéologie était, en 1978, une espèce de synthèse entre islam et marxisme. Les Moudjahidines du Peuple, et Maryam Radjavi avec eux, furent à la tête de la révolution iranienne en 1978 jusqu’à ce qu’ils se fassent virer par l’Ayatolah Khomeyni envoyé en Iran par la France avec l’accord des USA pour récupérer la révolution en la détournant vers l’islamisme. Khomeyni était jusque là en résidence surveillée en France.

3°) Justement, et j’insiste beaucoup là-dessus, l’islamisme a été puissamment installé dans les pays musulmans par l’impérialisme occidental.

La démonstration est ici : http://mai68.org/spip/spip.php?article1419

Extrait :

« En Afghanistan, ce sont les Américains qui ont financé (avec l’aide de l’Arabie Saoudite grande alliée des USA), et armé, entre autre avec les fameux missiles Stinger, et entraîné militairement Ben Laden et les Islamistes pour virer les Russes. Même que les femmes afghanes doivent regretter l’époque russe avec la pilule et l’avortement libres et gratuits et le droit au divorce, au travail et aux études ! »

Alors, quand on nous dit qu’il faut faire la guerre en Afghanistan pour sauver les pauvres femmes afghanes de ces méchants Talibans, on se fout totalement de notre gueule !

D’ailleurs, regardez comment les Occidentaux traitent les femmes en Afghanistan (article et vidéo-preuve) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article218

Extrait :

« les jets en rase motte poursuivaient des femmes et des enfants qui se réfugiaient dans des maisons en pisé, lesquelles étaient mitraillées et incendiées par des bombes au phosphore… »

Comme quoi, les barbares ne sont pas ceux qu’on croit.

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=16434

 

 

do (sans qualité)  Hier 15H10 

 

Comme cette analyse est importante, je vais bientôt donner dans ce cadre des adresses alternatives pour le cas où les vidéos cesseraient d'être visible depuis mai68.org.

 

Voici déjà une adresse alternative :

 

http://vlr.chez.com/ag/1606.htm

 

Et encore une :

 

http://lacarmagnole.free.fr/ag/1606.htm

 

 

Les vidéos sont effectivement ici, voyez-les vite, eva :

 

 

http://vlr.chez.com/ag/1606.htm

 

 


 

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 23:10

                      Sarkozy_Delambre-9-7cd91-TT-POSSIBLE.jpg  

 

            Souriez, vous êtes roulés par le gouvernement !

Par eva R-sistons 

Suivi des "dix stratégies de manipulation",

par Noam Chomsky

 

Amis Lecteurs,

 

Voici quelques évidences, si évidentes qu'on n'a pas besoin de les dire. Mais cela va encore mieux en les disant. Et donc je vais les dire. En quelques lignes, car le sieur que nous avons choisi avec tant d'enthousiasme et d'espoir pour nous représenter au sommet de l'Etat, ou de ce qu'il en reste, est maître es-manipulations. Il faudrait un gros livre pour les raconter. Echantillons...

 

Vous voulez de la sécurité, puisqu'on vous dit que c'est bon pour vous, eh bien vous allez être servi. De la Haute sécurité ! Les 200 femmes portant voile intégral vont se dévoiler, vous verrez leur frimousse, au moins. Vous saurez donc si vous avez affaire à une terroriste, puisque c'est bien connu, en chaque Musulman se cache un, ou une, terroriste. C'est le CRIF qui va être content ! Et comme vous avez besoin de déverser votre colère sur quelqu'un pour votre niveau de vie qui s'amenuise tous les jours un peu plus, voilà, prenez un Musulman, encore lui, le CRIF va à nouveau se réjouir, faites-en un terroriste, un poseur de bombes même à la Tour Eiffel, et le gouvernement sera épargné. Après les Juifs et les communistes, voilà les nouveaux boucs-émissaires !

 

Un gouvernement, justement, qui insiste bien, comme avec le sieur Bertrand, sur le mot "populaire" pour l'UMP, afin de faire oublier qu'il est anti-populaire. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, les jeunes UMP ont choisi de s'appeler les "jeunes populaires", au moment où ils le sont de moins en moins. Mais ça fait peuple ! Souriez, vous êtes roulés.

 

Ah, le bon peuple ! Terrorisé par les Roms et par trois tueurs de gendarmes. Affamé de sécurité. Voilà, créée spécialement pour lui, la Haute securité ! Dehors, les Roms, les voleurs de poules (quand il en reste, car les volailles sont surtout en taule, aujourd'hui, dans les élevages industriels. Jusqu'où se niche le progrès !), et hors de nos frontières, le délinquant immigré, tueur de forces de l'ordre. Il paraît que cela fera 3 ou 4 bonhommes par an ! Olé ! Ils font du bruit, au moins, c'est ça la communication moderne. Et ils permettent de monopoliser les infos au détriment de ce qui se détricote au Parlement. Patatra ! Le bon peuple n'est pas dupe. On a beau lui dire que la tour Eiffel est en danger, beau lui dire que la France sera préservée de ses pires délinquants, la courbe de popularité du Président ne cesse de descendre. Raté ! Ce qu'on gagne côté FN, on le perd du côté grenouille de bénitier. Fichtre ! Même le Pape n'est pas d'accord avec la politique de super Bling-Bling. Quand le Vatican s'en mêle, les brebis de Dieu obtempèrent. Dehors, Sarkozy ! Cachez-moi tout ça, et servez nous Fillon, vite fait ! Il a bonne mine, lui....

 

Français, oyez bonnes gens, on ne touche pas à vos impôts, promis, juré ! Mais revoici la redevance télé, et puis vos médicaments sont déremboursés, les niches fiscales des plus modestes sont traquées, l'électricité devient compétitive à votre détriment, le forfait hospitalier va augmenter, etc etc. Pas touche mon impôt... bouclier fiscal ! Et touche au bouclier social.... Et comme l'Etat se désengage des collectivités territoriales, les contribuables, les classes populaires vont payer. Attention à vos impôts locaux !

 

Mais le chômage régresse. Dans les statistiques, du moins. On fait tout pour ça, d'ailleurs. Vous n'arrrivez pas à vous entendre avec votre boîte vocale ? Vous avez 5 mn de retard ? Radié. Demain, cocorico, les médias vont annoncer les bons chiffres du chomâge.

 

Et la crise ! Bravo la crise, on prend dans les poches des citoyens pour donner aux banquiers qui s'en mettent plein les coffre-forts; 700 milliards sur notre dos ? Bien plus, chut ! Et la dette, alors ? On va payer, aussi. L'austérité, la rigueur, les coupes dans les budgets sociaux et les services publics, c'est pour nous. Le chef d'orchestre de ces politiques, c'est Strauss-Kahn. Vous savez, le joli-joli "socialiste" chou-chou des Médias. Souvenez-vous: "Un homme nommé désir", sur C dans l'Air, l'émission de faux débats entre libéraux et ultra-libéraux. Désir de DSK ! Pfff, dehors l'imposteur ! On n'en veut pas, de votre "socialiste" qui brûle de prendre la Présidence de la France pour l'offrir à Israël. Et pour mieux retirer tout ce qui restait de social dans le PS, il s'y est glissé, il est devenu le conseiller économique de Jospin; la suite, vous la connaissez... Le Trotskyste est devenu champion du libéralisme bruxellois. Bien joué, Dominique ! Mais on t'a vu une fois, on a compris.


Et l'Afghanistan ! Fichtre, nos soldats vont défendre la liberté, là-bas, puisqu'on nous le dit. Et surtout la sécurité ! Si on se bat en Afghanistan, juré, promis, les barbudos islamistes ne viendront pas en France semer la terreur, c'est simple. Fallait y penser ! Et ils y ont pensé.

 

On nous prend pour des gogos, ou quoi ? 26 % de popularité, le grand Président ! Quand même, se donner tant de mal pour en arriver là, payer des hordes de communiquants et des brillants cerveaux sortis de Polytechnique pour imaginer comment toujours mieux berner les Français, et être toujours plus impopulaire, faut l'faire ! Les Français sont imprévisibles.... 

 

Au fait, quand il n'aura même pas 10 % de popularité, il sera toujours le Président de tous les Français, qu'il aura d'ailleurs soigneusement dressés les uns contre les autres au préalable ? Hé hé....

 

L'Histoire (de France) ne jugera pas, elle rigolera...

 

Eva R-sistons aux manipulations du gouvernement le plus antipopulaire qu'elle ait eu.

 

 

TAGS : Sarkozy, sécurité, UMP, CRIF, Tour Eiffel, Polytechnique, Jospin, Bling-Bling, D. strauxss-Kahn, Rom, délinquant, Médias, Israël, Fillon, Afghanistan, Juifs, communistes

 

http://r-sistons.over-blog.com/article-les-10-strategies-de-manipulation-souriez-vous-etes-roules-par-sarkozy-58040963.html

 

 

 

Les 10 stratégies de manipulation de masse,

par Noam Chomsky 

Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Nous la reproduisons ici. Elle détaille l'éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu'à maintenir le public dans l'ignorance et la médiocrité.

                                                      Chomsky_thelastminute.1280x960
Image by: thelast minute

PressenzaBoston, 9/21/10PRESSENZA Boston, 21/09/10


1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

 

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

 

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

 

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

 

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

 

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

 

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

 

http://www.pressenza.com/npermalink/les-dix-strategies-de-manipulation-de-masses

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 02:24
Que le blog de Paul Moreira:
Photo
De l’art du bidonnage en général et de la science de la propagande en particulier (et vice-versa)

Dans ce métier particulier qui s’appelle le journalisme, avancer une information choc sans être capable de la prouver, de la sourcer, de l’étayer par une déclaration, un rapport, un procès-verbal, quelques noms, des évènements, des dates, des lieux… c’est une faute.

Quand cette faute est commise par de jeunes journalistes enflammés, plus pressés de donner leur opinion que d’établir méticuleusement des faits, leur rédacteur en chef leur conseille, d’une voix bienveillante, d’enquêter un peu plus et de ramener une référence, un truc qui rende son affaire crédible. Et, bien sûr, on ne publie pas. Ou on ne diffuse pas.

Quand c’est porté par des vieux renards sur le retour, le cas de figure est différent. Il y a alors deux solutions.

Soit c’est du bidonnage pur et simple : on invente un truc plus ou moins gros pour « sexyfier » son papier (plus répandu qu'on le croit, malheureusement...).

Soit c’est de la propagande. On veut convaincre avec tant de brutalité qu’on imagine des faits, peut-être fondés sur une rumeur ou sur une véritable envie de croire. Peut être des déclarations qu'on a pas eu trop envie de vérifier.

La différence entre le bidonneur et le propagandiste, c’est l’intention politique. Le propagandiste a un agenda idéologique. Le bidonneur veut surtout faire avancer sa carrière.

Mais, voyons les choses en face : entre les deux, la frontière est parfois floue.

 

L’autre soir, dans l’émission de Durand, l’objet du scandale, sur France 2, j’ai vu une superbe œuvre de déconstruction journalistique appliquée par Frédéric Bonnaud au livre d’Eric Zemmour, présent sur le plateau et qui pourrait illustrer notre propos.

Zemmour, la star de la droite extrême "identitaire" a écrit un livre intitulé "Mélancolie Française". Enorme surface médiatique pour un "essai" de plus sur le déclin de la France soumis aux hordes mahometanes. Normalement, ça fait de la mousse idéologique à pas cher, on rompt des lances en étant pour ou contre, sans vraiment s'occuper du réel.

Le talent et la rigueur de Bonnaud : avoir traité le pamphlet de Zemmour en objet journalistique normal. Pouvant donc être soumis à vérification selon les règles de ce métier : une information = une source.

Bonnaud s’est mis à demander à Zemmour ce qui lui permettait d’écrire qu’en Seine Saint Denis, « nombre de familles musulmanes interdisent à leurs enfants de parler le français, la langue du diable » ?

Le dialogue qui suit est un verbatim que vous pouvez aller vérifier ici à la 27 ème minute du débat :

- Bonnaud : D’où vous sortez ça ?

-Zemmour : Mais de rapports, de mes lectures…

-Bonnaud : Mais quels rapports ? D’où vous sortez ça ?

-Zemmour : Mais je sors ça… de choses… intéressantes… de choses… de policiers… de rapports… y’a même des articles de journaux… dans le monde… dont je sors ça, oui monsieur!… de témoins qui racontent ça dans leurs familles… »

 

Au bout de tout ce vasouillage, Eric Zemmour décontenancé finira par sortir l’argument de la Foi à Bonnaud : « Mais vous ne voulez pas voir… »

Zemmour Voit, donc… Au lieu de visions, on aurait préféré une note de bas de page qui renvoie à ces fameux articles du monde. Peut être existent-ils mais alors, pourquoi ne pas les citer ?... C’est ce qui différencie le travail d’historien ou de journaliste du propos de bistrot. Et dans ce cas précis, propos de bistrot avancé d’un électeur rural du Front National qui n'aurait jamais vu un arabe ailleurs qu'à la télé...

Dans les livres des journalistes d’enquête anglo-saxons que j’aime bien lire, chaque info un peu saillante est marquée par un renvoi à une référence, elle ressort dans un index. Il existe un appareil éditorial permettant de crédibiliser le travail du confrère. Des « fact checkers » qui passent vos écrits au crible. Les fact checkers vérifient chaque information que vous avancez. Ils passent des coups de fil et épurent tout ce qui n’est pas prouvable. Ce n’est pas une atteinte à la liberté d’expression. C’est la possibilité de fonder les opinions les plus radicales sur le béton armé des faits.

 

http://premiereslignes.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/03/13/de-l-art-du-bidonnage-en-general-et-de-la-science-de-la-prop.html

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 18:13

 

Chiffres du chômage de juillet : Des résultats en parfait ... trompe l'oeil !

 

Christine Lagarde est aux anges, après laa publication des chiffres du chômage de juillet, au point de déclarer : " Deux mois, ça commence à devenir du tendanciel" Faisant l'impasse sur les chiffres réels dont ceux des 50 ans ou plus, pour qui la hausse s’est poursuivie (+ 0,8 % en juillet, + 17,6 % sur un an)

Décidément très en verve madame Lagarde a ajouté : " Si on couple ça avec le supplément de croissance par rapport aux prévisions, les créations nettes d'emplois pendant le premier semestre et une légère diminution des prix en juillet, ca nous fait un cocktail de rentrée qui est tout à fait positif ... / ... " - Source JDD

En clair, avec la "formidable" politique de l'emploi du gouvernement, on va finir par manquer de chômeurs !

Au delà du discours quasi "hystérique" habituel, auquel nous soumet chaque ministre en charge de l'emploi, il faut noter que madame Lagarde appuie sa démonstration exclusivement sur la seule catégorie A, qui est selon les termes de l'INSEE les : "demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi "

Or, selon la nomenclature de l'INSEE, il existe d'autres catégories

catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;
catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois) ;
catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), sans emploi ;
catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés).

Et, comme le fait remarquer le JDD : " ... / .... depuis le début de l'année, le nombre de demandeurs d'emploi a progressé de 5,4% par rapport aux sept premiers mois de l'année 2009. En outre, si l'on additionne les catégories A, B et C, le chômage a augmenté de 0,1% en juillet par rapport à juin (+5.300) pour s'établir à 3.963.800 personnes, un chiffre en hausse de 8,1% sur un an ... / ... "

Afin d'être le plus précis possible, il préciser que : " ... / ... Si l'on ajoute les demandeurs d'emploi en stage, en formation ou en maladie (catégorie D) et ceux en contrats aidés (catégorie E), plus de 4,57 millions de personnes étaient inscrites à Pôle emploi fin juillet en métropole. Avec les DOM, le chiffre du chômage a atteint 4,2 millions ... / ... " - Source Europe1

Sans oublier comme l'indique Alain Vidalies, secrétaire national du PS au travail et à l'emploi, dans un communiqué : " les chiffres exploités par le gouvernement ne sont obtenus que grâce à une explosion des entrées en stage (+ 17,2 % sur un mois) et des dispenses de recherche d'emploi (+ 24,4 % en juillet)" - Source Le Monde

Tout ceci venant fortement relativiser la joie de madame Lagarde qui déplore quand même que : " En revanche sur les plus de 50 ans on a toujours un socle de seniors qui restent au chômage et qu'on arrive pas à ramener vers le marché de l'emploi", a commenté la ministre. "Là, je compte beaucoup, avec Laurent Wauquiez, sur le projet de loi qui sera en discussion bientôt devant l'Assemblée puisqu'il prévoit un dispositif spécifique d'aide à l'embauche des seniors pour encourager les entreprises à recruter des plus de 50 ans ... / ... "

C'est probalement un oubli de la part de madame Lagarde, de ne pas avoir évoqué la discrimination à l'embauche dont les plus de 50 ans sont victimes au quotidien et la recrudescence de "ruptures conventionnelles " qui les touche de plein fouet : "Comme en matière de licenciement, ce sont les seniors (plus de 58 ans) qui sont principalement concernés par cette forme de rupture ... / ... " Voir Slovar du 19 août 2010

Alors, quel est le contenu de ce dispositif "miracle" ?

Transposer : " le dispositif "zéro charges" aux embauches, pour toutes les entreprises, "de salariés de plus de 55 ans", répond, sur Europe 1, Laurent Wauquiez"

Dispositif zéo charges ?

Le dispositif zero charges fonctionnait de la façon suivante : " Jusqu’au 30 juin 2010, toute embauche dans une TPE est totalement exonérée de charges patronales pendant 12 mois pour un salarié au SMIC " - Source Gouvernement

Pourquoi a t-il été supprimé ?

En mai 2010, Nicolas Sarkozy expliquait que : " ... / ... le nombre de demandes d'embauches au titre de cette mesure introduite début 2009 a atteint le million début avril, pour un coût total qui approche les 800 millions d'euros pour le budget de l'Etat. "Je crois qu'elle a bien rempli son office au plus fort de la crise et qu'avec l'amorce de la reprise depuis le quatrième trimestre 2009, elle est moins nécessaire ... / ... " - Source La Tribune

" Elle est moins necessaire" ? Sauf qu'en septembre, reprend le débat sur la réforme des retraites. Et que la mesure phrare de cette réforme consiste à allonger la durée de cotisation et de reporter l'âge légal de départ à 62 ans !

Ces modifications vont plonger nombre de chômeurs de 50 ans et plus dans la plus grande des précarités ... durable, une fois qu'ils ne seront plus indemnisés. Et ça, le gouvernement le sait ! Comme il sait que son discours sur le : "travailler plus longtemps" perd toute sa valeur au cas où le chômage frappant la catégorie des 50 ans et plus, augmenterait, de façon exponentielle !

Alors, d'une leçon de gestion donnée en mai par le Président de la République, on va à nouveau faire cadeau de millions de charges sociales, pendant quelques mois ou un an tout au plus, "pour un salarié au SMIC " ? afin de "faire bouger les chiffres" !

D'ailleurs, Laurent Wauquiez, assure sur Europe1 que : " cette mesure sera mise en place avant la fin de l’été, par le gouvernement et sera étudiée ... dans le cadre du projet de loi sur les retraites ... / ... " Quelle coincidence !


Crédit photo
AID
Agefos PME


Auteur : Slovar - Source : Slovar les nouvelles

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15357

 

 

 

Après les soi-disant bons chiffres du chômage, la soi-disant efficacité du RSA. Décidément, retour de vacances du gouvernement rime avec… boniments.

L'Institut national de la statistique est l'incontournable étalon de l'économie française, bien que nous ne lui fassions pas toujours confiance (notamment en ce qui concerne sa façon d'élaborer le taux d'inflation ou de considérer "le moral des ménages").

Le voici qui s'est lancé dans des "simulations" autour du RSA : simulations dont on se demande si elles sont au sens propre… ou au sens figuré. Car ses conclusions sont tellement ahurissantes, tellement éloignées de la réalité que vivent les RSAstes (dont nous recueillons les témoignages sur nos forums), qu'on se demande si l'UMP n'a pas racheté l'Insee avec les enveloppes de Mme Bettencourt pour en faire son officiel vecteur de propagande, à l'heure où le RSA "activité" est loin d'attirer les foules de travailleurs pauvres...

Spectaculaire ?

L'Insee estime que "l’efficacité du RSA en termes de gains du retour à l’emploi apparaît spectaculaire". Pourtant, c'est tout le contraire !

Avant la mise en place du RSA, le 1er juin 2009, il existait pour les allocataires du RMI et de l'API un dispositif d'intéressement au retour à l'emploi, qui a été supprimé. Certes, ce dispositif était limité à douze mois et avait des allures d'usine à gaz, mais il était plus avantageux que le RSA "activité".

Car le RMIste qui reprenait un emploi pouvait cumuler intégralement durant les trois premiers mois son allocation et son salaire (sans critère de montant), puis, les neuf mois suivant, recevait une prime mensuelle de 150 €. Sous certaines conditions, certes restrictives voire injustes, il pouvait demander la "prime exceptionnelle de retour à l'emploi" de 1.000 € au bout du quatrième mois. Enfin, s'il perdait son job (ce qui est le lot des précaires, les emplois "durables" de plus de 6 mois et les CDI n'étant plus la majorité des offres sur le marché) et restait sans activité durant plus d'un semestre, les compteurs étaient mis à zéro et le dispositif d'intéressement reconduit dès la reprise d'activité suivante.

Aujourd'hui, le RMIste qui retravaille (et dont la rémunération autorisée pour en bénéficier est désormais plafonnée à 1,04 Smic pour une personne seule) perçoit sans bonus un complément de revenu mensuel moyen de 157 €, celui-ci étant fixé à hauteur de 62% du salaire : pour 100 € gagnés, le RSA "socle", devenu "activité", est déduit de 38 €. Effectivement, le versement de ce complément n'est plus limité dans le temps. Mais, convenez que le gain n'est pas "spectaculaire" ! Si l'on compare avec ce qui existait avant, la réputation de "subvention aux bas salaires" collée au RSA semble, hélas, plutôt justifiée.

Droits connexes

L'Insee dit : "Les droits connexes diminuent de façon progressive lorsque les revenus d’activité s’accroissent" alors qu'ils chutaient "de manière brutale lors de la sortie du RMI". C'est une vérité de La Palice, puisque que le gain de la reprise est nettement moindre !

Il n'empêche que les RSAstes qui reprennent un emploi — parce qu'on leur force davantage la main sous menace de leur couper les vivres — sont confrontés aux mêmes problèmes : nombreux sont ceux à qui on suspend illico le RSA dès le trimestre suivant. Ils sont obligés mendier à la CAF la "neutralisation" de leurs ressources en cas de fin de contrat afin qu'on leur rétablisse un RSA à taux plein, sinon justifier leurs revenus quasiment en temps réel. Les incidences sur leur APL et autres droits connexes (CMU, taxe d'habitation, réduction transports…) sont immédiates, alors que pour les chômeurs en ASS ou d'autres bénéficiaires de prestations sociales, ces droits ne sont révisés que d'une année sur l'autre, au rythme de la déclaration d'imposition.

Enfin, l'Insee occulte l'aspect particulièrement répressif et inégalitaire du RSA. Les allocataires doivent se soumettre, tous les trois mois, à une fouille en règle par le biais d'un formulaire intrusif — la DTR — où même votre épargne disponible ou les dons (famille, associations caritatives) pèsent dans son attribution. Et, effet de la décentralisation, les modalités du RSA peuvent varier plus ou moins sensiblement selon les départements.

Pour cette "simulation" plus que sommaire, l'Insee mérite un carton rouge.

SH


Auteur : SH - Source : Actuchomage

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15364

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 17:15

 

 

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15397

 

 


Partager cet article
Repost0
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 03:29
Saint-Aignan - « Les gendarmes étaient cachés, ils nous ont tiré dessus »

vendredi 23 juillet 2010, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 23 juillet 2010).

Audio Les invités 22/07/2010 à 12h20

http://www.liberation.fr/societe/06…

 

exclusif libération

Miguel Duquenet est le conducteur qui, au moment du drame, accompagnait Luigi, le jeune gitan tué la semaine dernière par un gendarme. Il s’est livré à la justice en fin de matinée. Voici son témoignage, recueilli par téléphone.

 


Par LIBÉRATION.FR

Interview : 4’33"

Miguel Duquenet, le conducteur présent aux côtés de Luigi, le jeune gitan tué la semaine dernière par un gendarme dans le Loir-et-Cher, s’est constitué prisonnier. Il s’est rendu jeudi matin au palais de justice de Blois pour témoigner sur le tir mortel, survenu selon lui, sans barrage ni sommation. Mourad Guichard, notre correspondant à Orléans, l’a suivi et a recueilli son témoignage.

Rappel des faits : vendredi dernier, Luigi Duquenet, 22 ans, meurt, victime de deux tirs de gendarmes après avoir forcé un barrage. S’en suivent deux jours de heurts, notamment à Saint-Aignan, une commune de 3.400 habitants du Loir-et-Cher. La communauté gitane accuse les forces de l’ordre d’avoir exécuté Luigi par « racisme antigitans ». (Récit sur LibéOrléans).

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article1361


 

Eva R-sistons :

 

Et les "Gitans", dûment filmés, qui s'en prennent aux arbres ou qui dessinent sur les murs, ont plus la carrure de mercenaires que de Tsiganes ! Je les connais bien, ils sont dans l'ensemble plutôt petits, et là ils étaient vraiment grands et bien baraqués, et masqués (je ne vois pas les Gitans masqués, ils ne sont pas si prévoyants) !

 

Ca ressemble formidablement à une provocation organisée pour faire diversion et pour prendre des voix au FN !

 


Partager cet article
Repost0
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 00:41

Et de surcroît, comme la Drucker avec FR2, il s'agit de falsifier les résultats défavorables au gouvernement ! eva

 

Le Post met en ligne une vidéo très instructive sur la façon dont nous sommes informés dans notre beau pays.


Chiffres du chômage: ça sent l'embrouille!
envoyé par LePostfr. - L'info video en direct.

 

Sans Commentaires...

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14593&rech=25127#14593

 

 

 

Mon commentaire :

 

Justement, sur eva désinfo je voulais en parler

La seule info honnête, finalement (bravo !) : France Info. Chômage en hausse, mais en baisse si on tient compte des emplois à temps partiel qui ont trouvé preneur. Voilà l'explication ! Est-ce qu'un emploi à 500 euros fait un chômeur de moins ????? smiley-yell

eva

Eva, R-sistons à l'intolérabl

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 01:49

assaut television turque israel-flotille-gaza

 

Cette interview est une traduction de celle que IARA LEE a accordée à l'émission de radio américaine « Democracy Now ! » JUAN GONZALEZ: Plus d'une semaine après l 'agression mortelle d'Israël sur la flottille de l'aide humanitaire à Gaza, qui fit neuf morts Turcs, des questions demeurent quant à ce qui s'est exactement passé sur le Marmara Mavi et sur les autres bateaux ce fameux lundi matin fatidique.

Le président Obama a évoqué l'incident lors d'une conférence de presse conjointe avec le Président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, mercredi dernier. Il a exprimé son soutien à une enquête, je cite, « conforme aux normes internationales» et a déclaré qu'il était, je cite, « dans l'intérêt d'Israël de faire en sorte que tout le monde sache exactement comment cela est arrivé afin que nous ne voyons pas ce genre d'événement se reproduire ». M. Obama a également décrit la situation à Gaza comme «non viable».

Barack Obama: « Nous avons vu la tragédie de la flottille, et je pense que quelque chose a attiré l 'attention du monde entier sur les problèmes en cours à Gaza. Dans le cadre du Conseil de sécurité des Nations Unies, nous avons été très clairs, en condamnant les actes qui ont conduit à cette crise et nous avons appelé à une enquête complète. Et il est important que nous connaissions tous les faits à ce sujet. Mais ce que nous savons aussi, cest que la situation à Gaza n'est pas viable. »

AMY GOODMAN: Bien, Israël a refusé d'accepter une enquête internationale, et a également étroitement contrôlé les images de son raid naval sur la flottille, en saisissant la quasi-totalité de l équipement photographique et vidéo des passagers à bord du navire, Ils ont également bloqué toutes les communications alors quils menaient leur raid sur les navires.

Mais une poignée de gens ont réussi à sortir clandestinement certaines de leurs vidéos, et des photographies. Hier, nous vous avons rapporté que la journaliste australienne du Sydney Morning Herald Kate Geraghty avait réussi à sortir certaines de ses photos. Nous les avons montré, et vous pouvez vous rendre sur notre site en ligne democracynow.org pour les voir.

Aujourd'hui, sur Democracy Now! en exclusivité mondiale, nous vous apportons un aperçu des premières images jusqu'alors invisibles du Marmara Mavi qui seront officiellement publiées lors dune conférence aujourdhui à l'Organisation des Nations Unies. La séquence montre l'ambiance et les activités à bord du Marmara Mavi dans la période qui a précédé l'attaque, et la réaction immédiate des passagers lors de l'attaque, ainsi que d'un certain nombre de passagers blessés, et d'autres qui ont été abattus .

Afin d'en savoir plus, nous avons été rejoints ici à New York par la cinéaste et activiste Iara Lee. Elle dirige le réseau « Culture Of Resistance », et fut l'une des rares Américaines sur le Marmara Mavi. Son matériel a été confisqué lors de l'assaut, mais elle a réussi à sortir clandestinement l'équivalent dune heure de tournage.
Iara Lee, Bienvenue dans l'émission Democracy Now! Décrivez-nous ce jour-là...

IARA LEE: Nous étions prêts pour une confrontation, mais nous n'avons jamais pensé que cela allait être aussi violent, une violence disproportionnée. Ainsi, les femmes se préparaient à crier (ndlr : pour protester), et les hommes à être bousculés. Mais quand nous avons vu ces commandos descendant de l'hélicoptère et l'ensemble de ces zodiacs plein de soldats de la marine venir tout près, à vrai dire, nous n'avions plus de mots.
Cela a commencé à vingt-trois heures. Nous avons remarqué les deux navires de la marine Israélienne.
JUAN GONZALEZ: A vingt-trois heures c'est ça ?

IARA LEE: Ouais, il était vingt-trois heures, et nous étions au milieu des eaux internationales. Et puis, autour de quatre heures du matin, l'assaut a commencé. Et apparemment, leur marque de fabrique, c'est le silence, alors, tout à coup, ils sont venus,

AMY GOODMAN: Pendant que vous parlez, nous allons envoyer quelques extraits de la vidéo. Et pour nos auditeurs à la radio, vous pouvez aller sur notre site Web democracynow.org. Continuez, Iara.

IARA LEE: Alors, les Zodiac nous ont entouré, et les hélicoptères ont fait descendre leurs commandos descendre. C'était le chaos, un chaos total. On demanda aux femmes de descendre plus bas, et de rester calmes et tranquilles. Vous le savez, j'étais très préoccupée par mon caméraman, et mes amis, alors je suis montée. Et au moment où je suis juste montée pour voir ce qui se passait, j'ai déjà vu beaucoup de corps blessés et de morts. C'était terrifiant. Dans la salle de presse, les journalistes ont essayé de se cacher. Mais à la fin de l'opération, nous nous sommes fait confisqué tout notre matériel. Pendant le raid, tous les gens avaient des caméras et des appareils photo, mais malheureusement tout a disparu.

JUAN GONZALEZ : Vous dites que vous êtes montée, ce qui signifie que vous étiez dans un pont inférieur quand l'attaque s'est déroulée, et votre caméraman était sur le pont supérieur?

IARA LEE : Oui. Tout le monde bougeait,, et tout le monde avait des appareils photo, et leurs caméras vidéo. C'est juste que personne n'a été en mesure de ramener ces images ou ces photos

AMY GOODMAN: Lorsque vous montrer la vidéo des hélicoptères au-dessus, que nous regardons pendant que nous parlons, on peut entendre ci-dessous le bruit dune explosion. Que se passait-il ?

IARA LEE : Je ne peux pas vous donner toutes les informations techniques sur ce qu'est le bruit d'une balle , ou ce qui est, vous le savez, celui des munitions réelles. Mais évidemment, ils sont venus avec des munitions réelles. Et d'ailleurs, quelques minutes après l'assaut, nous avons entendu le mégaphone dans nos chambres, dans chaque chambre sur le navire, qui disait : « Restez calmes et tranquilles. Ils utilisent des balles réelles. Il n'est pas possible pour nous de résister. Ils ont pris les commandes du navire. Rester calme et surtout, ne résistez pas » . Vous savez, pour les autres bateaux, ils ont utilisé des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, et ils n'ont pas tué les gens. Mais dans notre bateau, ils sont venus pour tuer.

JUAN GONZALEZ : A propos de ces explosions, plusieurs personnes nous ont dit, que les explosions se sont produites, et même des coups de feu, avant que tout soldat ait atterri sur le bateau. Est-ce que ce sont des souvenirs confus,ou en êtes-vous sûre ?

IARA LEE: Nous n'avions pas d' armes. Et, vous le savez, les hommes prenaient tout ce qu'ils pouvaient se procurer, comme des manches à balai, etc. Et c était justement tout à fait disproportionné. Et les premiers blessés et les morts sont arrivés très rapidement. Vous savez, vous pouvez voir ici la vidéo. Ils ont réussi à s'emparer de quelques soldats israéliens, mais évidemment, nous étions tellement endoctrinés à la non-violence comme méthodologie que nous n'avons pas tué l'un des soldats Israéliens. En fait, quand ils se sont blessés et commotionnés, ils ont réellement été bien traités par nos passagers. Et le porte-voix ne cessait de répéter: «Nous sommes des civils. Ne n'utilisez pas la violence. Et nous avons des blessés. Nous avons besoin d'aide médicale,« parce que nous n étions pas préparés à prendre médicalement en charge ce genre de personnes blessés mortellement. Mais nous avons été ignorés, et beaucoup de personnes qui ont été blessées ont effectivement fini par saigner ont fini par mourir.

AMY GOODMAN : Décrivez-nous cela, parce que c'est ce qu'il y a dans le film, et que le récit a été aménagé au cours des jours même si l'armée israélienne a tout cela en sa possession. Ces images que vous avez montré qu'on les tirait l'un après l'autre dehors, et que l'on tentait de les soigner. Décrivez-nous les blessures que vous avez vu.

IARA LEE: Comme je lai dit, je n'ai fait que monter et descendre, en essayant simplement d'avoir un aperçu et en vous m'assurant qu'une partie des gens que je connaissais étaient OK. Mais, vous savez, c était très chaotique. Je sais juste que, quand ils nous appellent « un bateau de haine », c' est fou, car il est évident que nous étions là pour apporter une aide humanitaire à Gaza, et que ce sont eux en utilisant des balles réelles qui étaient remplis de haine. Au point que l'autopsie, montre que certaines personnes décédées, avaient reçu près de trente balles. Alors, peut-on dire que la marine israélienne et les commandos sont juste venus jouer à la balle avec nous ? Non, ils sont venus pour tuer. Ils voulaient s'emparer du navire. Et nous étions en réalité en fuite, car nous ne voulions pas de ce genre de confrontation lourde. Mais ils sont venus au milieu des eaux internationales pour nous maîtriser.

AMY GOODMAN: Nous montrons quelques séquences maintenant, que je veux décrire pour nos auditeurs de la radio, d'un homme blessé. Il est à terre. Il a été blessé à la poitrine, et ils essaient de le soigner sur le sol du navire. Écoutons cela, qu'est-ce que c était?

(Dans le reportage) Une Femme non identifiée: « Tous les passagers sont assis !«

AMY GOODMAN: Et maintenant, nous voyons une femme qui parle.

La Femme non identifiée: « Nous ne sommes pas [inaudible]. Nous sommes des civils prenant soin de blessés ! N'usez pas de la violence ! Nous avons besoin d'aide pour ces gens ! N'utilisez pas la violence contre des civils !«

AMY GOODMAN : La femme dit: «N'utilisez pas la violence contre des civils. Les gens sont assis. Nous avons beaucoup de blessés. Sil vous plaît n'attaquez pas » Et c'est la séquence vidéo.

IARA LEE: Oui, je pense que l'erreur de calcul a été que les Israéliens ont pensé, que grâce à leur système de brouillage par satellite, le monde n'aurait pas accès à l' information. Mais ils ne savaient pas que nous avions un système de sauvegarde qui a été en mesure de retransmettre en direct certains événements. Et, évidemment, il faisait noir dans le milieu de l' océan,. Alors ils pensaient avoir pris toutes les précautions pour qu' aucune information ne sorte. Ils voulaient être les seuls à détenir l'information. Mais nous étions des centaines de personnes à filmer et à prendre des photos, même certains d'entre nous n'ont pas réussi à ramener, comme vous le savez, des photographies et des séquences vidéo. Aujourd'hui, nous montrons les premières, des images non censurées, et tout le monde peut prendre la mesure de ce qui s'est réellement passé. Et nous allons les rendre disponibles au monde entier, pour les enquêtes.

JUAN GONZALEZ : Une chose intéressante, dans la vidéo que vous montrez ici, de toute évidence, à l' extérieur, il fait très sombre, et sans une lumière, il est difficile de comprendre ce qui se passe. Mais dans les images que les Israéliens ont posté sur YouTube, il semblait qu'il faisait jour. Pourriez-vous nous dire comment ils ont réussi à faire cela ? Parce qu'il semblait que l'action se déroulait dans le milieu de la journée, et non pas, comme il a été dit, à quatre heure du matin.

IARA LEE: Ouais, c'est la technologie. Mais Je pense que lorsque les gens vont commencer à utiliser nos images pour des enquêtes, ils seront toujours en mesure d' éclairer et d'analyser, image par image Mais il était bien quatre heure du matin, et il faisait nuit.

AMY GOODMAN : Dans une interview dans le New York Times, le Dr Hasan Huseyin Uysal, un médecin turc, dit qu'il a soigné des commandos Israéliens qui ont été capturés et détenus brièvement durant les phases initiales du raid sur le navire contestant le blocus. Et puis les soldats ont été rendus aux commandos israéliens.

IARA LEE : Ce qui prouve essentiellement que nous n'étions pas là pour lyncher quelqu'un, parce que nous avions la possibilité de tuer ou de maltraiter vraiment ces soldats, et que nous ne l'avons pas fait, vous le savez, parce que nous sommes humanitaire. Malgré le chaos, nous savions que nous étions censés rester non-violents.

JUAN GONZALEZ: Une des choses étonnantes pour moi, c'est, étant donné le nombre de personnes qui se trouvaient sur le bateau, l'absence de toute tentative des médias américains, de «reconstruire» ce qui s'est passé, y compris dans cette interview du New York Times. Personne ne donne vraiment de détail sur la façon dont ces gens ont été fusillés. Où étaient-ils au moment où ils ont été fusillés ? Quelles ont été leurs blessures ? Qu'est-ce qui se passait autour deux? Il n'y a vraiment aucune tentative de reconstituer un incident où il y avait des centaines de témoins afin de savoir ce qui s'est réellement passé.

IARA LEE: C'est pourquoi nous exigeons que nos images nous reviennent, car ils ont confisqué tous nos disques durs et nos appareils photos. Nous pourrions reconstituer les événements, si l'on nous rendait nos images, au lieu d'utiliser un mode de manipulation. Ils ont extrait des choses pour leurs version et les ont mise sur YouTube par leur canal. C'est comme une violation totale du respect envers les médias.

AMY GOODMAN : Hier, nous avons interviewé deux journalistes du Sydney Morning Herald, reporters et photographes : Paul McGeough et Kate Geraghty, et elle a réussi à récupérer quelques-uns de ses disques dur. Ils disent en avoir retrouvé d'autres. Mais les Israéliens ont gardé tout le reste de leur matériel, soit 60 à 80.000 dollars d'équipement et de disques durs. Ils leur ont déclaré à plusieurs reprises que cela leur serait rendu, mais une fois en Turquie, il n'y avait rien. Les gens peuvent aller en ligne et voir ses photos sur notre site.

Il est intéressant, également, de savoir qu'un groupe de hauts officiers de réserve de la marine israélienne, dimanche, dans je crois
JUAN GONZALEZ: Dans Haaretz.

AMY GOODMAN: Dans Haaretz, a «publiquement demandé à Israël de permettre une enquête externe à propos de son raid de commando sur la flottille d'aide humanitaire pour Gaza. » Ils ont écrit une lettre à Netanyahu et au chef des Forces de défense israéliennes. Les officiers de la Marine ont dénoncé le raid de commando comme ayant eut « une fin en tragique à la fois tant pour l'armée qu'au niveau diplomatique. «

Ils ont dit, « Nous sommes en désaccord avec les allégations répandues selon lesquelles ce n'était que le résultat d'une erreur du renseignement. En outre, nous n'acceptons pas les allégations selon lesquelles il s'agirait d'un « échec des relations publiques » et nous pensons que le plan était voué à l'échec dès le début ». «D'abord et avant tout, nous protestons contre le fait que la responsabilité de ces évènements tragiques a été immédiatement mise sur les organisateurs de la flottille. » Ces officiers de la Marine Israélienne exigent une enquête indépendante.

IARA LEE: Ouais, j'ai lu cet article, et je pense que la communauté internationale doit continuer à mettre la pression pour une enquête indépendante, impartiale. Et nous devons tout faire pour que nos films nous reviennent afin de reconstruire ce qui s'est passé. C'est pourquoi le film que je présente est non censurée, il est brut. Ainsi, les gens pourrons les apporter aux juristes internationaux, qui ont besoin d'appliquer le droit international et d'enquêter sur ces crimes.

JUAN GONZALEZ : Je veux lire ici un extrait du Guardian de vendredi en Angleterre, je pense que c'est l'un des rares qui tente effectivement d'expliquer ce qui s'est passé. Et ils confirme que les autorités turques, dans le rapport médico-légal disent que sur les neuf personnes qui sont identifiées à ce jour comme mortes, certaines d'entre-elles ont reçu près de 30 impacts de balles. Cinq ont été tués par balles dans la tête. Et ils disent également que le jeune homme agé de 19 ans Furkan Dogan, qui a également la nationalité américaine, a été abattu de cinq balles tirées à moins de 45 cm dans la tête, ainsi que deux balles dans la jambe et une dans le dos. « A moins de quarante-cinq centimètres », c'est à dire à bout portant, cinq balles. (1)

IARA LEE : Notre responsable principal d'Internet, dans notre salle de presse a également reçu une balle dans la tête. Vous savez, ce n'était pas comme si c'était non-prémédité.
AMY GOODMAN : A-t-il été tué ?
IARA LEE : Non, non. Les seules personnes tuées étaient des turcs, mis à part ce citoyen US (qui avait également la nationalité turque, ndlr).
AMY GOODMAN: Et comment lui ont-ils tiré une balle dans la tête?
IARA LEE : Je n'ai pas les détails, mais j'ai entendu dire, par le service des médias, qu'il avait été touché.
JUAN GONZALEZ : Le Guardian rapporte également que quarante-huit autres personnes ont subi des blessures par balle et que six militants sont toujours portés disparues.
IARA LEE : Oui.

JUAN GONZALEZ : Avez-vous identifié qui sont les personnes disparues ?

IARA LEE: De toute évidence, nous ne pouvons pas tirer de conclusions hâtives, mais ils ne sont pas blessés, ils n'ont pas été tués. Ils ont disparu. Je ne sais pas. C'est un des points qui doit être étudié. Je veux dire, certains vont même jusqu à supposer que nous avions des espions, à bord alors peut-être certaines de ces personnes disparues étaient, vous savez des agents du Mossad. Nous ne savons pas. Nous avons besoin d' étudier. Ont-ils été jetés hors du bateau ?
AMY GOODMAN : Qu'est-ce qui vous est arrivé après?

IARA LEE: Tout le monde a été menotté et emmené, essentiellement enlevés dans les eaux internationales jusqu'en Israël. Puis, quand nous sommes arrivés là-bas, ils disaient, «Signez ici, que vous allez être expulsés parce que vous êtes entré illégalement en Israël ». Et nous étions comme, choqués. Nous ne voulions pas aller en Israël. Nous avons été kidnappés dans les eaux internationales et ramenés en Israël. Et nous étions complètement « au secret ».
AMY GOODMAN : Avez-vous accepté de signer ?

IARA LEE : Non, au début, nous n'avons pas signé. Nous n'avons pas répondu aux questions. Je veux dire, la plupart des gens. Pour ma part, je leur ait dit « Écoutez, j'ai besoin de mon ambassade. J'ai besoin d'un avocat. Je ne vais pas à me soumettre à ce genre d'interrogatoire. » Mais nous étions au secret, vous savez ? Et je pense que les ambassades ont exercé beaucoup de pressions. Et puis, deux ou trois jours plus tard, je ne me souviens même, pas parce que tout était tellement chaotique des ambassades ont pu commencer à parler de nous, et nous avons été en mesure de faire un appel téléphonique à notre familles, mais pas tout le monde. Nous avons put joindre nos familles pour dire que nous étions vivants.
AMY GOODMAN : Combien de temps pouviez-vous parler?
IARA LEE : Hmm?
AMY GOODMAN : Combien de temps pouviez-vous parler au téléphone ?

IARA LEE: Oh, non, c'était quelque chose comme une minute. Et moi, j'ai dû appeler mon bureau, parce que les gens travaillaient. Et la jeune fille, la fille de sécurité, elle a raccroché en disant: «Je vous ai dit que vous ne pouviez téléphoner que chez vous. ». J'ai dit: «Mais ma soeur est au bureau. Je ne peux pas l'appeler à la maison. Elle travaille. » Elle ne m'a alors permis de dire juste deux mots supplémentaires. J'ai dis «Êtes-vous au bureau ? » . Et puis elle a raccroché.
AMY GOODMAN : Où étiez-vous déportés ?

IARA LEE: Le navire a été amené au port d'Ashdod, et apparemment ils avaient déjà organisé, quelques semaines ou quelques mois plus tôt, un établissement pénitentiaire pour nous héberger. C 'était une nouvelle installation qui était prête à maintenir des centaines de personnes en détention, des personnes innocentes.
AMY GOODMAN : Donc, vous avez été détenu pendant plusieurs jours. Et puis ensuite, où avez-vous été déportés ?

IARA LEE: A la fin, nous ne savions pas. Nous avons pensé que nous rentrions à domicile. Et quand nous sommes arrivés à l'aéroport de Tel Aviv, ils nous ont dit que nous allions tous à Istanbul. Et puis j'ai découvert que le Premier ministre de Turquie avait envoyé des avions turcs pour évacuer tout le monde. Ce fut un autre drame énorme, parce que le Premier ministre turc a déclaré que nous ne pourrions pas partir avant que tout le monde soit de retour, et en particulier le président de IHH, et les membres dIHH, la principale organisation humanitaire. Alors nous nous sommes assis sur la piste d'atterrissage de Tel-Aviv pour de nombreuses heures à l'agonie complète, parce qu'il y avait une sorte de déclaration que sils n'ont pas renvoyé le président dIHH, cela serait considéré comme une déclaration de guerre. Et je pensais, « mon dieu, cela devient de plus en plus surréaliste à chaque minute ». Mais enfin, très tard, je crois que c était vers le milieu de la nuit, ils expulsèrent le président dIHH. Nous avons alors décollé et nous avons tous atterri autour de quatre heures du matin à Istanbul.
AMY GOODMAN : Bien, Iara Lee, je tiens à vous remercier d'être avec nous. Quand allez-vous vous rendre à l'ONU ? Aujourdhui ?

IARA LEE: Cest à 16 heures pour les gens de la presse aux Nations Unies. Pour les autres, en dehors des gens des médias, ils peuvent simplement aller sur notre page Facebook « Culture of resistance » ou sur http://www.culturesofresistance.org/ pour obtenir plus d'informations.

AMY GOODMAN : Merci beaucoup d'être avec nous, Iara Lee, cinéaste et directrice du réseau « Culture of Resistance » qui rassemble des artistes et activistes du monde entier. Sur le Marmara Mavi, elle a tourné ces images de contrebande que nous avons diffusé aujourd'hui. Et il y a en tout une heure quelle publiera plus tard.


Extrait de la vidéo diffusée par IARA LEE aux Nations Unies :

http://www.youtube.com/watch?v=e1xI6OOPp8Y&feature=related

 

 

Traduction

 

(Traduction : Al-har.com)

 


> http://www.al-har.fr/blog/2010/06/11/un-film-echappe-a-la-censure-israelienne-concernant-lattaque-de-la-flotte-de-la-liberte/

 

 

Extrait de la vidéo diffusée par IARA LEE aux Nations Unies :

 

(Le livret que montre l’homme entre 3′ et 3′15 a été trouvé sur l’un des soldats Israéliens blessé, il contient les photos de plusieurs personne présentent sur le bateau… l’opération était donc bien préparée de longue date)


——–

L’équipe d’al-har tient à féliciter le réseau « Culture of Resistance » et  « Democracy Now ! » pour son travail, et s’excuse par avance des erreurs involontaires ayant put se glisser dans la traduction que nous avons fait avec nos faibles capacités… :-)

(1) Il nous semble utile d’ajouter ici la vidéo de l’exécution sauvage de Furkan Dogan par les soldats sionistes :

 

—————-

Reproduction autorisée en citant la source en français : http://www.al-har.fr/blog/2010/06/11/un-film-echappe-a-la-censure-israelienne-concernant-lattaque-de-la-flotte-de-la-liberte
Ainsi que le lien de l’article original (publié sous licence Creative Commons) : http://www.democracynow.org/2010/6/10/exclusive_journalist_smuggles_out_video_of
——————
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 02:01


 

maitre serviEst-ce par manque de formation politique, par une sorte de paresse intellectuelle que beaucoup vont chercher un leader pour conduire une politique qui leur sied ? Toutefois, on serait  plus enclin à croire que c'est surtout un conditionnement qui amène à considérer que son favori, fabriqué, est l'homme providentiel. On connaît ceux du passé, d'autres apparaissent portés par une médiatisation s'appuyant sur le  principe du consentement pour conditionner des individus à la manière de ceux qui sont atteint de « mélenchonite » aigüe, portant ainsi aux nues un ancien sénateur politicard (il lui donne d'ailleurs des petits noms familiers pour mieux se rapprocher encore plus de leur héraut, « Méluche » par exemple ; on se croirait à l'encan !), alors qu'un porte-parole de la gauche soi-disant radicale ne devrait être que l'humble représentant de la souveraineté populaire. Ce sont donc ces mécanismes amenant à cette situation médiatisant un futur maître que dépeint très bien Patrick Mignard dans son article : « La fabrication des maîtres »…

 

Par Patrick MIGNARD

 

A deux ans (2012) d'une échéance électorale, qui n'a en vérité que peu de sens, (supprimez la fonction de Président de la République, vous verrez qu'il ne se passera... rien !), mais qui est présentée au « bon peuple » comme la quintessence de la démocratie, tout ce que le système dispose de moyens d'information, de faiseurs d'opinions, de piétaille politicienne,... se mobile pour conditionner l'opinion publique.

 

Il faut qu'à l'échéance fatidique les « esprits » soient disponibles pour ingurgiter les discours où on leur promettra — comme d'habitude - des « lendemains qui chantent ».

 

LE MAITRE ET LE NEANT

 

J'appelle -ici - néant, tout ce qui est en dehors de la quotidienneté, c'est-à-dire de ce qui fait l'essentiel de la vie de tout un chacun.

 

Les maîtres, comme la monnaie, se fabriquent ex nihilo, à partir de rien. Ce ne sont que de purs produits bureaucratiques qui n'ont qu'une seule fonction : assurer la pérennité du système.

 

Exemple : depuis des mois, on nous présente l'actuel Président du Fond Monétaire International, comme le « candidat alternatif » au pouvoir actuel en France, quasiment le futur président de la République. Mais qui « on » ?

 

Avez-vous entendu parler de lui dans les bureaux, les ateliers, les champs, les marchés,... ? Bref partout où les gens, comme vous et moi, vivent. Non certainement pas. En fait tout le monde s'en fout. Pourtant c'est cette question -comme beaucoup d'autres mineures, inessentielles et à mille lieux de nos préoccupations- qui défraient les chroniques radiophoniques, les chaînes de télé, les magazines « politico-pipeuls ». Un véritable produit préfabriqué nous est imposé par de multiples canaux, interférents avec des questions, elles essentielles, qui sont passées à la trappe.

 

Cet exemple démontre deux choses :

- cette élection appartient à un cercle restreint qui échappe largement aux citoyens,... elle se conçoit dans des sphères étrangères à la « vraie vie » ;

- le « produit proposé », largement élaboré dans le cadre du système marchand, est totalement étranger aux préoccupations du citoyen Lambda - pur produit de l'alliance politique-finance, il est le vecteur idéal pour le système.

 

L'intérêt d'une telle méthode c'est qu'elle assure que les choses ne changeront pas. Le « produit proposé » appartient au sérail des décideurs, des nantis, des parasites — milieu qui n'hésite pas à se qualifier abusivement d' « élite » ( ?) - milieu dans lequel ils/elles sont tous interchangeables.

 

Tout ce que ce système dégénéré a de parasites, profiteurs, courtisans,... concours à capter notre attention, non pas sur ce qui est essentiel pour notre vie présente et future, mais ce qui est essentiel pour sa propre survie à lui.... Et comme nous sommes, en principe, dans un système dit « démocratique », il faut conditionner celles et ceux qui, croyant exercer un pouvoir, vont légitimer, celle ou celui qui va continuer à les exploiter.... Et ça marche depuis prés de deux siècles.

 

Reste pourtant à « vendre » le produit.

 

L'OPERATION MARKETING

 

Vendre le produit est l'affaire des partis politiques et des médias.

 

Le conditionnement se poursuit depuis des mois,... il n'est pas près de se terminer.

 

Certes, cette nomination ne fait pas l'unanimité dans les milieux politico-financiers,... les loups s'entredévorent — les intérêts des clans, le partage du pouvoir - mais le cadre de leurs affrontements est strictement limité par la survie du système et la mise à l'écart de tout risque d'interférence inopportune. Cette lutte de clans, entre partis gestionnaires, ou au sein d'un même parti, donne l'illusion d'un débat de fond, de lignes de fractures irréductibles, ... présenté au « bon peuple » comme un choix de société. Il n'en est évidemment rien.

 

L'Histoire nous a montré que l'alternance des uns et des autres au pouvoir, sur le moyen terme, ne change rien. Mais cette illusion il faut l'entretenir. C'est là qu'interviennent les médias.

 

Le matraquage, très en amont de l'élection, prépare le terrain. On ne parle que de untel ou untel,... dont on ne sait d'où sort ce choix. L'opinion publique versatile et malléable est manipulée, sondée, orientée, conditionnée, « intéressée », guidée dans son choix limité... Tout est mis en oeuvre pour la séduire : appel aux milieux sportifs, médiatico-pseudo-culturels, journalistiques,... toute une galaxie de courtisans qui gravite autour du pouvoir, s'y alimente et s'y reproduit.

 

Des noms ?

 

Le sommet de la manipulation médiatique est le « débat politique ». Véritable spectacle avec une mise en scène particulièrement soignée, une annonce alléchante massivement répétée,... elle interpelle le quidam entre deux matchs de football. La comparaison sportive est d'ailleurs de rigueur pour donner plus de piquant à l'opération. Les « experts », politologues, faiseurs d'opinions et autres charlatans, qui gravitent dans les sphères des partis, du pouvoir, des médias et des salons parisiens viennent dans de multiples émissions causer, disséquer, analyser, prédire.

 

Les matchs, pardon, les débats sont préparés comme de véritables rencontres sportives. Les champions entraînés par une équipe de spécialistes en communication. Les mots utilisés disséqués, les répliques répétées, les attitudes étudiées, les mots soupesés, les petites phrases finement ciselées, les costumes testés...

 

Le combat, pardon, le débat, est annoncé comme un combat de gladiateurs. Les paris sont ouverts,...

 

Le « bon peuple » baigne littéralement dans une sauce savamment préparée dans laquelle on a ajouté des ingrédients conformes à ses goûts, le suspense est total, l'incertitude savamment maintenue.

On rajouté à cela une dose non négligeable de culpabilisation pour faire sauter les derniers doutes - « Songez à celles et ceux qui sont morts pour la démocratie. Amen ! »... et le tour est joué.

 

AU BOUT, ... LE BIPARTISME

 

Toute cette comédie, cette manipulation grotesque n'a qu'un seul et unique objectif : légitimiter le pouvoir qui garantira la pérennité du système marchand.

Faire entrer la masse des citoyens dans une logique, une mécanique de légitimation du pouvoir qu'il ne maîtrise pas, telle a été l'objectif du processus dit « démocratique »,... et il est en passe d'aboutir.

 

Aujourd'hui un candidat se promeut comme une marchandise. Le marketing politique a remplacé le dialogue et la réflexion. Le produit est prêt-digéré et consommable immédiatement.

 

Le jeu politique est devenu une véritable escroquerie ou le gagnant est toujours le même, le politicien et le perdant toujours le même, le citoyen.

 

Que ce soit A ou B rien ne changera. Seules les apparences changeront.

 

Le lendemain des élections, tout est comme avant.

 

Toute cette manipulation n'a qu'un seul objectif politique : promouvoir le bipartisme qui assure la stabilité du système. Présenté au « bon peuple » comme une stabilité et l'expression même de la sagesse ( ?) il permet de tourner en rond, en donnant l'illusion du changement,... en fait en assurant simplement une alternance au pouvoir en vue de sauvegarder le système marchand. Les « réformes » que font les uns, sont immédiatement assumées par les autres qui leur succèdent.

 

Ainsi, dans une « grande démocratie » se construit le pouvoir. Les apparences sont sauves et celles et ceux qui dénoncent cette escroquerie sont traités d'anti démocrates ( ?). Jouer ce jeu c'est se rendre complice, c'est consciemment accepter d'être trompé et refuser de le reconnaître au nom d'un civisme de courte vue.


http://www.legrandsoir.info/La-fabrication-des-maitres.html

 



Article ajouté le 2010-07-16

sabre au clair


Auteur : Michel Mengneau - Source : Le Ragondin Furieux

 

 

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14381

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages