Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 16:49

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alexandre_Adler-2009%283%29.jpghttp://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6b/Alexandre_Adler-2009%283%29.jpg

Les facéties d’Alexandre Adler : un historien « expérimental » des pays arabes

.

L’oligarchie des commentateurs multimédias confisque largement le débat public. Elle ne dispose d’aucune autre légitimité que celle qu’elle s’attribue. En son sein, la distribution des rôles tient souvent lieu de diversité des analyses et des positions. Dans le rôle de l’omniscient, Alexandre Adler. Une caricature. Ce n’est pas la seule, mais elle est exemplaire. C’est pourquoi une rubrique est ici dédiée aux facéties d’Alexandre.

Que les obsessions d’Alexandre Adler puissent s’exprimer dans un journal, et au sein de ce journal, dans un espace réservé à l’expression d’opinions personnelles, on ne saurait y trouver à redire. La liberté d’expression est indissociable du droit à l’erreur, voire à l’aberration.

Mais que ce personnage dispose d’une surface médiatique démesurée compte tenu de ses compétences approximatives, de ses connaissances sélectives, de ses ignorances opportunes et… de ses obsessions, voilà qui pose davantage problème. Une surface médiatique proportionnée à l’ampleur d’une imposture. Comme permet de le vérifier la géopolitique arabe de l’omniscient.
Dans une interview publiée par Nice Matin, le 28 janvier 2011, Alexandre Adler était invité à revenir sur de précédentes déclarations, élogieuses, concernant Ben Ali et son régime. « Regrettez-vous d’avoir évoqué en 2009 les "acquis démocratiques″ de ce pays ? », lui demande ainsi le journaliste. « C’était peut-être excessif », admet le chroniqueur du Figaro – ce qui est en soi une petite « révolution ». Mais c’est pour bien vite se reprendre : « Je maintiens que la Tunisie qu’il incarnait bon an mal an était – et demeure – une expérience encourageante au Maghreb. Si cette société n’était pas une démocratie, elle n’était pas non plus son contraire. »
« La captation des richesses par le clan Trabelsi ? L’emprisonnement des opposants ? », relance alors son interlocuteur, qui pousse ainsi notre omniscient à avouer une « ignorance » très opportune : « J’ignorais à quel point ces canailles se comportaient comme des doryphores ». « Comportements » relativisés aussitôt par une comparaison avec les Algériens spoliés par leurs « technocrates formés à l’énarchie française ». Dernière question : « Avez-vous de l’indulgence ? ». Dernière réponse, en forme de faux-fuyant : « Même dans la pire période de Ben Ali, les Tunisiens ont toujours été plus libres que leurs voisins algériens ou marocains. »
Dans sa livraison du 12 février 2011, notre éditocrate nous précise par ailleurs que « Moubarak n’était pas Ben Ali », et développe une comparaison cette fois défavorable au second. Que faut-il en conclure ? Que la situation en Égypte était plus heureuse que celle que connaissait la Tunisie, elle-même plus souhaitable que celle de l’Algérie et du Maroc ? Pour vérifier ce palmarès tout en nuances, remontons le fil, de mal en pire, en suivant la production éditoriale d’Adler sur les dix dernières années, et en commençant par le meilleur de tous : Moubarak.
L’Égypte et son « régime débonnaire »
Si « Moubarak n’est pas Ben Ali », la formule laisse tout de même à penser qu’on pourrait à bon droit adresser quelques reproches au Président égyptien. Si Adler le concèderait peut-être – bien qu’il ne précise pas lesquels –, c’est que nous sommes à la veille de sa destitution. Car, depuis dix ans, qu’a-t-il dit à propos de ce dirigeant ?
Pas grand-chose. En réalité, la pratique du pouvoir de Moubarak, le régime qu’il dirige, les trente années d’état d’urgence, la situation économique, sociale et politique de la population égyptienne – bref, tout ce qui fait la Une, ou du moins apparaît dans les journaux depuis peu –tout cela est quasi-absent des discours d’Alexandre Adler. Ce qui l’intéresse, ce qui l’inquiète, à propos de l’Égypte, c’est son basculement toujours prochain et toujours presque achevé dans « l’islamisme radical ». Ne rien savoir des peuples : c’est à cela qu’on reconnaît un expert en géopolitique, du moins dans le microcosme des éditocrates.
Ainsi, le 4 mai 2005, Alexandre Adler nous met en garde : « Plus gravement, la déstabilisation structurelle, tant de l’Égypte de Moubarak que de l’Arabie saoudite du prince Abdallah par leurs majorités islamistes respectives, ne laisse pas d’inquiéter pour l’avenir ». Le 30 décembre 2006, la « Songerie moyen-orientale » (c’est le titre) de notre chroniqueur prend fugitivement des allures de cauchemar quand il songe à la « crise intégriste lancinante en Arabie saoudite et en Égypte ». Et si, en juin 2007 [1], il fait mine d’évoquer enfin la « situation interne » de l’Égypte et les « préoccupations très grandes que donne l’état général » du pays, c’est pour ne rien en dire, sinon s’inquiéter du « renforcement du rôle des Frères musulmans égyptiens » et des élections législatives remportées à Gaza par le Hamas qui pourraient provoquer « l’implosion d’un État égyptien qui, du Darfour aux rues populeuses du Caire, est défié aujourd’hui sur tous les fronts ».
En décembre 2008, il a encore un mot pour le peuple égyptien : « Le sacrifice des islamistes de Gaza devrait, dans l’esprit de ses instigateurs, tout à la fois vaincre sur le terrain les capitulards chiites de Téhéran et de Bagdad, qui ne rêvent que de dialogue avec Obama, et à déstabiliser pour de bon une Égypte de plus en plus intégriste. » Pour rendre compréhensible cet extrait de ce qu’au Figaro l’on nomme « chronique », mais que l’on pourrait tout aussi bien qualifier de bouffée délirante, il faut sans doute préciser qu’à la lecture de l’article il apparaît que l’expression « sacrifice des islamistes de Gaza » désigne l’opération israélienne « Plomb durci » qui se prépare, opération dont les « instigateurs » sont, évidemment, les “durs” de Téhéran. Et Adler de conclure, visionnaire : « L’impuissance de Moubarak pourrait fragiliser définitivement l’État et faire basculer toute la région vers une sorte de califat ». Adler, comme on le disait dans un bon livre – Les Éditocrates – récemment réédité en poche, c’est l’imagination au pouvoir.
Une imagination, comme on le voit, échauffée par un prurit anti-islamiste faisant régulièrement verser la chronique dans le prêche enflammé ou la propagande hallucinée, qui n’ont rien à envier à d’autres fanatiques. Mais ce fanatisme-là ne mobilise guère les gardiens de l’ordre et de la raison médiatiques : ils en partagent généralement les présupposés et les méthodes.
Ainsi, le 18 mai 2005, Alexandre Adler fustige la « vulgate démocratico-humanitaire  » qu’il attribue à... l’administration Bush ! Cette « politique américaine de soutien énergique et intrusif en faveur de la démocratie dans le monde musulman » - c’est toujours du Adler dans le texte - est une politique vouée à l’échec, en raison de réalités naturellement « beaucoup plus complexes »  : Adler prévient qu’« une révision sera inévitablement nécessaire ». En Égypte, par exemple, où « le régime Moubarak s’affaiblit chaque jour », déclare Adler pour déplorer, cela va sans dire, la mollesse de ce « pouvoir, qui n’est bien évidemment que semi-autoritaire  » face à l’islamisme.
Le 15 août 2005, nouvelle appréciation dont les révoltés de la place Tahrir ne semblent pas avoir tenu compte : «  Le régime débonnaire et affaibli du président Moubarak en Égypte est lui, de son côté, la moins mauvaise des solutions pour le grand voisin du Sud » [2].

Six mois plus tard, ce pouvoir « débonnaire » et « semi-autoritaire » organise assez logiquement des « élections semi-libres » (selon la chronique du 26 janvier 2006) : des élections grâce auxquelles Moubarak sera tout de même réélu grâce à un score semi-démocratique de 88,5% des voix.
Il faut attendre 2011 pour que le « printemps arabe » altère – un peu – la vision du grand Alexandre.
Le 29 janvier, Adler nous avertit : « L’Egypte bouge [...] De là à penser que la chute de Moubarak est imminente, il n’y a qu’un pas à franchir, et certains - dont le président Obama, qui a appelé le Raïs à des réformes démocratiques - le font de manière inconsidérée  ». Le départ de Moubarak une dizaine de jours plus tard, le 11 février montre à quel point la prudence intéressée d’Adler était… inconsidérée. Il n’empêche : pour justifier le désaveu d’Obama, notre expert en comparaisons farfelues invoque la différence entre Ben Ali et Moubarak. Un nouvel adjectif apparaît alors sous la plume du chroniqueur du Figaro. « À la différence de Ben Ali, Moubarak ne s’affaiblit pas du fait de son obstination dictatoriale mais, tout au contraire, des nombreuses concessions sans principe qu’il aura été amené à consentir à son opposition islamiste ». La prose d’Adler est (volontairement ?) ambiguë. Faut-il comprendre qu’à l’instar de Ben Ali, Moubarak fait effectivement preuve d’une « obstination dictatoriale » ou que c’est seulement ce que prétendent ceux qui n’ont pas la clairvoyance d’Alexandre Adler ? Ceux qui ne voient pas que sa chute serait imputable à sa mollesse face aux islamistes, et non à son « obstination » à refuser des réformes démocratiques « inconsidérées » ?
De l’Égypte vue d’Adler, tournons-nous maintenant vers la Tunisie, pour nous pencher sur le Ben Ali selon Alexandre, « dictatorial », lui, sans ambiguïté. Aujourd’hui du moins.
La Tunisie et son « despotisme très relatif »

Alexandre Adler parle rarement de la Tunisie. Mais, avant le 29 janvier 2011, toujours en bien. Deux chroniques lui sont spécifiquement consacrées, qui valent le détour.
- La première, le 17 novembre 2005, célèbre « Le paradoxe tunisien ». On pourrait imaginer que ce paradoxe concerne la contradiction entre réussite économique et échec démocratique. Mais tout l’article tente précisément de convaincre son lecteur que ce prétendu échec est une « argutie » : celle-ci aurait pour fondement un « mélange de complaisance à l’égard de l’islamisme, de haine de soi et de trouille pure et simple » qui conduit indûment « à des condamnations sans appel ». Il faut donc se résoudre à comprendre que ce « paradoxe tunisien » oppose la réalité tunisienne à l’incrédulité des « idéologues de la capitulation face à l’islamisme » - comprenez : des droits-de-l’hommistes à l’entendement troublé.
Notre chroniqueur est cependant prêt à une fugitive concession, dont on appréciera la formulation prudente : « Non certes que la Tunisie soit un modèle achevé de participation démocratique. Car même si des partis et des mouvements d’opposition ont pignon sur rue, ils sont encore loin d’évoluer dans un cadre parfaitement démocratique. » Mais, nous rassure aussitôt Adler : « la démocratie peut aussi se mesurer à d’autres critères. Qui, dans le monde musulman […] préférerait aujourd’hui l’incontestable pluralisme politique iranien [...] au despotisme très relatif d’un Etat tunisien qui reste éclairé ? ».
- La seconde chronique est publiée le 31 octobre 2009, au lendemain des élections présidentielles, remportées par Zine El-Abidine Ben Ali avec un score très relativement despotique de 89,62%. Chronique intitulée « Où en est la Tunisie ? », et selon laquelle la Tunisie est, à bien y regarder, en pleine forme démocratique.
Certes, « un tel scrutin suscite évidemment les critiques les plus acerbes et les mises en cause les plus radicales ». Certes, on peut confraternellement regretter « les mauvais traitements infligés à notre consœur Florence Beaugé du Monde, lesquels ne s’imposaient pas  » : une délicate précision qui, en revanche, « s’imposait » manifestement. Mais ces deux légères concessions ne sauraient masquer l’essentiel : « Pourtant, il n’y a dans ces élections aucun élément qui devrait enflammer les esprits, si l’on a bien en tête la situation géopolitique de la Tunisie, les acquis démocratiques de sa société et surtout la nature des ennemis qui guettent son éventuelle faiblesse. »

Des acquis démocratiques ? Mais oui, et Alexandre Adler le prouve : « Pour ce qui est du totalitarisme, le bilan du régime en matière de liberté civile et d’égalité des citoyens parle de lui-même. » Prudemment, Adler se tait sur les libertés politiques. Et puisque ce bilan parle de lui-même, Adler n’en dit pas un mot et enchaîne aussitôt : « La Tunisie atteint d’ailleurs, grâce à sa liberté d’entreprendre, un PIB par tête d’habitant à peu près double de celui de ses voisins pourtant mieux pourvus en ressources naturelles. » On se perd en conjectures sur le sens de l’adverbe « d’ailleurs »... Quoi qu’il en soit, ayant ainsi brillamment démontré l’étendue des « libertés civiles », Adler pointe le véritable ennemi : l’opposition prétendument « démocratique » : « Mais peut-on prétendre que l’opposition soit aussi “démocratique” qu’elle le proclame ? Ici, il faut lire l’ouvrage de l’un de ses principaux représentants  ». Et après avoir résumé d’adlérienne façon un ouvrage de Moncef Marzouki [3], le grand Alexandre conclut sans faiblir : « Avec de tels démocrates en embuscade, on préférera la poursuite de l’expérience actuelle dont les succès économiques et humains ne sont plus à démontrer. » Puisqu’ils parlent d’eux-mêmes !
Qu’est-ce qu’un éditocrate omniscient ? Un commentateur, souvent journaliste, qui fait parler les faits, le cas échéant sans rien en dire et compare des allusions. Comme on va le voir.
Maroc, Algérie : de mal en pis ?

Confronté, en 2011, à ses éloges passés du régime de Ben Ali, Adler, comme on l’a vu plus haut, avait au moins assumé partiellement ses propos, affirmant, avec simplement un peu moins d’aplomb, que la Tunisie de Ben Ali était une « expérience encourageante ». Il avait surtout botté en touche en évoquant la situation, bien pire, du Maroc et de l’Algérie. Mais qu’en disait-il avant d’être pris en faute ?
Si le Maroc et l’Algérie font un peu moins bien en matière démocratique que le despotisme « très relatif » et très « éclairé » de Ben Ali, on peut supposer qu’aux yeux d’Alexandre Adler leur bilan n’est peut-être pas si négatif. Et de fait, selon des chroniques antérieures au « printemps arabe », on y assistait plutôt au « réveil de la démocratie "andalouse" ». C’est le titre d’une chronique surréaliste datée du 23 mars 2005, soit une semaine trop tôt pour un poisson d’avril.
Tout commence par un « souvenir » : celui « du célèbre Secret de la Licorne », épisode de Tintin dans lequel, comme le rappelle notre expert et comme le sait tout spécialiste de géopolitique, le héros trouve l’emplacement d’un trésor en superposant trois cartes. Or l’astuce de Tintin fonctionne aussi avec le Maghreb : « Ce n’est qu’en superposant les trois cartes du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie, que peuvent se révéler enfin les contours d’un bien plus grand trésor, celui de la démocratie "andalouse" ».
Et Alexandre Adler de passer en revue les atouts démocratiques des trois pays, à l’abri de cet alibi grotesque : la démocratie n’est achevée dans aucun pays, mais la superposition des trois dessine un pays joyeux et merveilleux qui ressuscite la « démocratie andalouse ».
- L’Algérie d’abord : « Il n’est pas douteux que l’Algérie n’ait pas pour l’instant franchi la barre fatidique d’élections, sincères et vérifiables. Il s’agit là d’une toiture qui ne manquera pas d’être posée en son temps. Mais tous les étages du bâtiment sont là. La liberté d’expression de la presse est considérable, la possibilité pour des partis politiques aux visions contradictoires d’avoir pignon sur rue est incontestée, la légitimité du pouvoir lui-même est de plus en plus descendue vers l’opinion publique ». Cette dernière phrase est à savourer à petits traits.
- « Si l’on se tourne à présent vers le Maroc », poursuit le Tintin du Figaro, « on constate qu’il y existe à présent un développement là aussi tout à fait original, celui de l’État de droit ». Et si « la monarchie marocaine, même modeste dans son expression, n’est toujours pas devenue une monarchie constitutionnelle, […] la Movida marocaine est bien là ». Tintin se rapproche du trésor : « Le Maroc nous fournit ainsi le complément juridique et idéologique qui, combiné au pluralisme algérien authentique, semblerait nous conduire très directement à un modèle de démocratie andalouse. »
- Ne manque plus que la Tunisie, « qui, seule, présente aujourd’hui dans la région un modèle de société civile véritablement prédémocratique », croulant sous « des libertés encore inexistantes ailleurs [4]. Celle d’aller et de venir, de créer son entreprise sans être accablé par une parafiscalité politique écrasante ».

Certes, cette dernière déclaration peut surprendre, aujourd’hui que toute la presse fait état de la corruption généralisée au profit de l’oligarchie au pouvoir. Mais Adler nous l’a dit : « J’ignorais à quel point ces canailles se comportaient comme des doryphores ». Et en bon éditocrate, quand on ignore ce que tous ceux qui voulaient savoir savaient depuis longtemps, on affirme bruyamment le contraire.
En 2008, on prend les mêmes et on recommence [5]. À défaut de superposer des cartes, Adler opère des regroupements. Deux, pour être exact : « Un groupe d’États tournés vers l’Europe et implicitement vers la démocratie : Maroc, Tunisie, Jordanie, Autorité palestinienne et, de plus en plus, Syrie. Et de l’autre, un front du refus autoritaire comprenant, d’ores et déjà, l’Algérie, la Libye et, de façon plus discrète, l’Égypte, le Liban étant devenu de facto un condominium euro-iranien. » On recommence donc, mais en bousculant quelque peu la hiérarchie : le Maroc et la Tunisie adeptes de la démocratie implicite s’opposent cette fois à l’autoritarisme (discret) de l’Egypte et de l’Algérie.
Pourtant, deux mois auparavant, dans une chronique intitulée « La coexistence pacifiée de deux Algérie », Adler se faisait une joie de s’arrêter pour une fois « sur ces trains qui arrivent à l’heure ». Il s’agissait en l’espèce de… l’Algérie stabilisée par « les deux mandats réparateurs de Bouteflika », à l’issue desquels « personne, à Alger comme à l’extérieur, n’est vraiment satisfait, mais personne non plus n’est vraiment mécontent ». Et Adler de conclure : « Certes, il s’agit d’un bilan encore modeste mais sans équivalent ailleurs dans le monde arabe, Maroc excepté ».
On l’aura compris : la cohérence, la pertinence ou la véracité importent peu à un médiacrate en roue libre. La réussite d’une chronique, pour le paraphraser, « peut aussi se mesurer à d’autres critères ».
***
Qu’Alexandre Adler ne soit qu’un idéologue, nul ne saurait en douter, et nul ne saurait reprocher au Figaro de lui offrir une tribune hebdomadaire. Que cette idéologie se propage à coups d’assertions péremptoires, de pétitions de principe, de considérations tintinophiles et de prophéties déguisées en déductions scientifiques, mais généralement démenties rapidement par les faits (voir en annexe, un exemple éclatant), voilà qui est plus difficile à défendre. Et le fait qu’elle passe par le soutien cynique à des régimes dictatoriaux, qu’on couvre d’éloges pour leurs acquis ou leurs conquêtes démocratiques... ne mérite guère de commentaires.
La critique la plus cinglante de cette pratique éditocratique largement partagée, on la trouve étrangement sous la plume d’Alexandre Adler lui-même, à qui nous laisserons donc le dernier mot : « Ils savent, quand ils le veulent et avec une dextérité exemplaire, détourner le regard devant les meurtres et l’oppression la plus nue, pour ensuite se faire les procureurs vétilleux, là aussi quand ils le veulent » [6]. Il faut dire que le plus décomplexé des éditocrates parlait alors des… « idéologues de la capitulation face à l’islamisme ».

Olivier Poche

Annexe : Le « théorème égypto-iranien » – Un condensé d’éditocratie
C’est en 2004 – du moins selon nos recherches – qu’Alexandre Adler invente ce qu’il appellera plus tard le « théorème égypto-iranien ». Dans un article rendant compte des « grandes conférences du Figaro » Olivier Zajec relate l’exposé du « spécialiste de géopolitique », qui a « fait observer que l’Iran et l’Egypte évoluaient sous nos yeux de façon parallèle mais néanmoins inversée ».
C’est le 26 janvier 2008 qu’il baptise sa découverte. La chronique du Figaro s’intitule ce jour-là « Le théorème égypto-iranien », et développe cette « simple observation empirique, s’agissant du "Grand Moyen-Orient" : l’Égypte à l’ouest et l’Iran à l’est semblent y fonctionner comme deux pôles de charge électrique opposée […] Le Caire et Téhéran alternent depuis 1945 dans des postures toujours aussi symétriques ».
Trois périodes se détachent : « De 1945 à 1953, l’Iran est en proie à une fièvre nationaliste et démocratique, dont la haute figure de Mossadegh domine le déroulement. À la même époque, l’Égypte du roi Farouk demeure une monarchie parlementaire débonnaire, bien que de plus en plus chaotique ». Deuxième étape : « À peine le cycle révolutionnaire iranien se ferme-t-il avec la contre-révolution pro-impériale organisée par les services secrets britannique et américain en 1953, et voici qu’en Égypte, après le coup d’État pacifique des “officiers libres” de 1952, l’ardent nationaliste révolutionnaire qu’est Nasser s’impose ». Troisième phase : « en 1978 le visionnaire Anouar el-Sadate impose, après sa visite prophétique à Jérusalem, un nouveau cours pro-occidental et réformiste en Égypte. Au même moment, le pouvoir du chah vacille ».
Retour au présent : « Nous en sommes, en apparence, encore là avec Hosni Moubarak[…] mais aussi avec Ahmadinejad […] ».
Mais, nouvel exemple des prophéties burlesques d’Adler, « le basculement est déjà visible à l’oeil nu, en Iran à tout le moins. Tout indique qu’au lendemain des élections générales de mars, qui, à la différence des présidentielles de 2005, ne seront pas, cette fois-ci, truquées dans la même proportion , une offensive généralisée des conservateurs éclairés et des progressistes assagis cherchera à se débarrasser pour de bon de l’énergumène terroriste, négationniste et obscurantiste qui tient lieu de président à la grande nation iranienne ». Si le sort de l’Iran est écrit (dans le Figaro), celui de l’Egypte est encore incertain : « l’Égypte demeurera-t-elle stable tandis que l’Iran entreprend son grand basculement vers l’Ouest ? Tout indique là aussi[…] qu’une grande mutation politique se prépare aussi au Caire, et de toute évidence en sens opposé. L’agent de cette mutation n’est autre que le Hamas ».
Et Adler de conclure, sûr de son fait : « Décidément, le théorème égypto-iranien semble bien prêt de se réaliser une fois de plus... et l’histoire est bien une science expérimentale ».
Trois ans plus tard, alors que « l’histoire » a infligé un triple camouflet à la « science expérimentale » d’Adler, ce dernier tente de persister, et signe cette chronique déjà évoquée : « Vers une dictature intégriste au Caire ? ». Déjà évoquée, et déjà lue, puisqu’au beau milieu de l’histoire en marche, le chroniqueur du Figaro, peut-être un peu secoué, demande qu’on lui « permette ici une considération tout à fait inactuelle  » : une considération qui lui permet… de recopier sa chronique de janvier 2008. Et Adler de pontifier : « on observe depuis 1945 une sorte de corrélation troublante et inversée entre les deux seules grandes nations du Moyen-Orient que sont l’Iran et, précisément, l’Égypte ».
Passons le développement, et allons jusqu’à la conclusion. Qui est la même. Mais pas tout à fait : «  Nous en sommes en apparence toujours là. Mais pas tout à fait  ». En effet, « le trucage des élections iraniennes de 2009[Adler prédisait le contraire…] et les gesticulations de plus en plus vaines du pseudo-président Ahmadinejad ne font pas oublier un seul instant aux Iraniens que la légitimité est d’ores et déjà du côté de la coalition informelle réformatrice qui se forge en ce moment même contre lui. En Égypte, en revanche, jusqu’à ces derniers jours, aucun mouvement parallèle, même si en pointillé on ressent une érosion de la légitimité du pouvoir de Hosni Moubarak  ».
Lumineuse lecture de la situation égyptienne ! Mais pour conserver une apparence de crédibilité à son pseudo « théorème », Adler décide que le sort de l’Egypte repose entre les mains du cheikh Badie, leader des Frères Musulmans : « Restera à savoir ce que le cheikh Badie aura lui-même décidé : se débarrasser tout de suite de Moubarak ou continuer à jouer la succession Souleïmane […] reste surtout à savoir si la corrélation Le Caire-Téhéran nous réserve encore une nouvelle et immense surprise : la liberté en Iran, et hélas la dictature intégriste en Égypte ». Dictature qui serait une immense « surprise » pour les Egyptiens, après les années de « liberté » sous Moubarak…
Reste à préciser qu’entre la première formulation du théorème et son autoplagiat, une chronique datée du 26 janvier 2006 avait démontré le contraire : « Avec les élections palestiniennes nous arrivons au point extrême de l’offensive islamiste qui fait rage depuis plusieurs mois […]Nous aurions en parallèle , le redressement inattendu de l’islamisme iranien qui retrouve son intensité militante des premiers jours avec l’élection surprise d’Ahmadinejad, l’affirmation en force du courant islamiste égyptien  ». Offensive islamiste qui, autrement dit, réduisait à néant le théorème égypto-adléro-iranien, deux ans seulement après sa découverte, et deux ans avant sa démonstration officielle !
Notes
[1] Dans deux chroniques successives, datées du 16 et du 23.
[2] Replacée dans son contexte, la formule éclaire la vision adlérienne du monde, bien partagée au sein del’éditocratie contemporaine : « Sur toutes ses frontières, Israël est à présent confronté à des régimes ou à des individualités qui représentent sans exception un très net progrès par rapport au monde arabe d’il y a quarante ans gangrené et tuméfié par la xénophobie nationaliste ». Vision du monde dans laquelle toute réalité politique est appréciée à l’aune de la sécurité supposée d’Israël – après tout, pourquoi pas ? Mais elle nous vaut une série d’hommages aux grands démocrates de la région qui mérite d’être signalée : « Le roi Abdallah de Jordanie est un souverain exemplaire de courage et de sensibilité démocratique, Bachar el-Assad lui-même est la meilleure incarnation possible de ce qu’il reste du Baas à la recherche de la modernité. Le régime débonnaire et affaibli du président Moubarak en Égypte est lui, de son côté, la moins mauvaise des solutions pour le grand voisin du Sud. L’accès au trône, avec le roi Abdallah d’Arabie saoudite, du premier membre de la dynastie qui ait accepté sans restriction mentale, l’existence d’Israël, pourrait aussi représenter un tournant géopolitique. En Abou Mazen enfin, Israël se trouve confronté à un interlocuteur courageux et loyal ». Fermez le ban !
[3] Dictateurs en sursis, Éditions de l’Atelier, 2009
[4] Honnêteté intellectuelle oblige, Adler prend tout de même soin de préciser que « la liberté d’expression n’est pas parfaite ».
[5] « L’Europe dans une zone de turbulences », Le Figaro, 14 juin 2008.
[6] « Le paradoxe tunisien », Le Figaro, 17 novembre 2005.

 

http://www.acrimed.org/article3554.html http://www.acrimed.org/article3554.html


Lundi 14 Mars 2011
http://www.alterinfo.net/Les-faceties-d-Alexandre-Adler-un-historien-experimental-des-pays-arabes_a56277.html
Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 11:19

 

media-brainwash-j.jpg

 

 

Médias occupés,

ça suffit !

par eva R-sistons

 

 

Vous qui occupez nos Médias,

nous vous disons : ca suffit ! 

 

En permanence,

les Médias sont utilisés

pour nous dresser contre les Musulmans,

assimilés à des Islamistes, à des terroristes.

Et par exemple, les Iraniens

n'ont jamais attaqué personne !

Pourtant, ils sont sans cesse diabolisés !

Les armes de destruction massive

qui menacent l'humanité

appartiennent à l'Occident !

 

Ca suffit, le terrorisme des Médias !

Ca suffit, l'incitation au rejet,

aux discriminations,

à la xénophobie,

à la haine raciste !

En d'autres temps, celle-ci a conduit aux progroms,

est-ce cela que vous voulez ?

Alors pourquoi commémorer tous les jours

l'horreur de la Shoah,

si c'est pour préparer celles de demain,

tous les chocs de civilisation infâmes,

toutes les Nuits de Cristal,

tous les génocides ?

 

Vous n'avez pas le droit

au nom de votre idéologie élitiste

et dominatrice,

de détourner les Médias de leur fonction,

c'est-à-dire l'information neutre et plurielle,

au profit d'incitations au racisme et à la haine !

 

C'est un abus scandaleux,

cessez de polluer nos médias

à des fins racistes et sulfureuses !

 

Et cessez de mettre en avant

vos candidats ennemis des peuples, interchangeables,

les Sarkozy ou les DSK,

nous n'en voulons pas,

vos sondeurs mentent,

ils sont payés par les Puissances de l'Argent

qui font de la vie des citoyens un enfer !

 

Citoyens,

libérons nos Médias occupés,

ou boycottons-les

puisqu'ils sont utilisés

à des fins de propagande

pour l'Empire prédateur et... va-t-en guerres !

 

Colère d'eva R-sistons

attachée à la neutralité et au pluralisme,

à l'information - digne de ce nom !

 

N.B. :  Que font les Associations contre le racisme,

elles ne réagissent pas face au déferlement

d'incitations au racisme et à la haine

sur nos chaînes de télévision

ou dans nos Médias ?

 


decrochons-de-la-TV-copie-3.jpg



Tags :

 

Iraniens, médias, terrorisme, sionisme, progroms,

Musulmans, Islamistes, sionistes, racisme, Nuits de Cristal,

Occident, armes de destruction massive, DSK, Sarkozy, Shoah

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 23:52
Alors que la révolution se poursuit en Egypte, qu’en Tunisie Ben Ali a enfin quitté le pouvoir sous la pression des manifestations, et que la protestation semble gagner l’Algérie et le Yemen, bref : alors qu’un formidable mouvement démocratique traverse les pays arabes du Maghreb et du Moyen Orient, les kiosques français ont été recouverts par une singulière une du magazine Le Point, livrant à la vindicte générale le visage d’une jeune manifestante portant le voile, et résumant la révolution arabe en trois sinistres mots : « Le spectre islamiste ».


Que nous dit cette une ? La même chose que les tribunes alarmistes d’Alexandre Adler, Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy, que les leçons de Caroline Fourest sur la nécessité de « séculariser avant de démocratiser », que le fameux « Ben Ali plutôt que les barbus » de Christophe Barbier ou qu’une récente chronique de Ruth Elkrief sur BFM-TV, s’inquiétant de l’atavisme antisémite des révolutions arabes : un refus obstiné de voir, dans des pays arabes et des populations musulmanes, des manifestations exemplaires d’aspiration à la liberté et à l’égalité.

Alors que, par ailleurs, plusieurs pays européens, pieds et poings liés aux marchés financiers, voient leurs gouvernements dériver vers la droite extrême, le rappel à l’ordre de notre hebdomadaire est clair : la démocratie c’est « nous », le fanatisme c’est « eux ».
 
Pour quiconque s’informe ailleurs que dans la presse française, ou simplement regarde les images de la Place Tahrir, une telle couverture est risible : comment peut-on être autant à côté de la plaque ? Tout simplement par haine. Par haine de la démocratie, par haine de toute une confession, par haine de toute une population. Rien de neuf, en vérité : cela fait plus de dix ans que les musulmans – et plus encore les musulmanes lorsqu’elles portent un voile – endossent en France le rôle de la menace ou de l’ennemi intérieur contre lequel la nation se doit de se protéger.
Nous pourrions rire sans fin de ces marchands de peur si leur sale besogne demeurait sans effet sur la pensée et les actes de la population, mais c’est hélas loin d’être le cas. Alors rêvons, à défaut de rire. Imaginons, le temps d’un rêve donc, un autre hebdomadaire, qui s’appellerait par exemple Le Poing (Levé), et qui poserait de tout autres questions :

  
Un spectre hante l’Europe Quelques réflexions sur une couverture du magazine Le Point


Jeudi 17 Février 2011


http://lmsi.net/Un-spectre-hante-l-Europe http://lmsi.net/Un-spectre-hante-l-Europe

 

http://www.alterinfo.net/Un-spectre-hante-l-Europe-Quelques-reflexions-sur-une-couverture-du-magazine-Le-Point_a55325.html

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 20:06


Dominique Strauss-Kahn président

 

 

  http://ph.ris.free.fr/Presidentielle-DSK/DSK_humour.html

 

 

Quant à Strauss-Kahn,


nous avons tous le devoir d'informer

nos concitoyens :


Imposture totale !

Propagande Médias !


DSK n'est pas plébiscité

par les Français,

mais par les sondeurs aux ordres

et par les Médias

 "occupés" par les sionistes.

 

DSK serait une solution de rechange

acceptable pour l'Oligarchie,

fausse Gauche

et moins déconsidéré

que Nicolas Sarkozy.

Aussi libéral,

aussi atlantiste

et aussi inféodé à Israël.


Lui et sa femme

mettent leur clocher

en premier, Israël,

(de leur propre aveu

au micro d'une radio juive),

pas la France !


Ils incarnent le capitalisme financier

apatride.


DSK est d'une arrogance inouïe,

il méprise les peuples

( je l'ai rencontré),

il est au seul service

des Grandes Banques

notamment via le FMI,


il va achever d'offrir notre pays

aux milliardaires,

au MEDEF, au CRIF,

à l'Oligarchie,

au Nouvel Ordre Mondial,

à ses amis d'Israël

et aux Anglo-Saxons !


 

NON à cet imposteur !

On ne choisit pas

entre la peste et le choléra !


eva R-sistons

.

 

2012

http://large.canalblog.com/tag/DSK

 

 

Strauss-Kahn serait une catastrophe pour la France, par eva R-sistons

 

2 textes différents !

 


DSK,une catastrophe pour la Gauche et pour la France (eva

 

 

La propagande commence !

 

DSK qui a reconnu que chaque matin,

il se demandait

comment servir le pays de son coeur, Israël,

clame maintenant à tous vents,

devant les micros complices

(qui d'ailleurs passent en boucle cette déclaration),

que "la France lui manque !"

 

Mensonge !

La France, comme sa femme,

il s'en fout ! Sauf pour la diriger,

sauf pour le pouvoir !

Et pour l'offrir au pays de son coeur,

et achever de détruire les spécificités de la France,

son indépendance nationale !

 

Ne tombons pas dans le piège mortel pour la France

que nous tend le Nouvel Ordre Mondial

pour notre malheur et celui de notre pays !

 

Eva R-sistons,

ajouté à 22 h le 18.2.11

en entendant partout dire que l'enfant d'Israël

se languit de notre pays !

 

Et actuellement,

on nous montre un Sarkozy attaché à réguler la Finance,

sans dire que ce sera en faveur de ses amis banksters,

et pour préserver le Système capitaliste,

en sacrifiant les intérêts, les besoins,

les désirs des peuples !

 

NB à l'instant, sur France24,

Michel Taubmann,

encore un enfant du Sérail,

fait de la propagande pour son poulain, DSK,

pour nous conditionner

(c'est ça la "démocratie" en Occident !)

sous couleur d'information.

Il vient de sortir un bouquin pour célébrer

les louanges de DSK son pote,

lorsqu'un bouquin sort contre Sarkozy

ou révélant les coulisses de son pouvoir

( Par exemple des livres sur son état mental,

écrits par des psy,

ou un "Sarkozy, Israël et les Juifs",

de Paul-Eric Blanrue,

censuré par la Police de la Pensée du Sérail ),

on n'en parle pas,

on ne fait de la pub que pour les ouvrages

en faveur de nos Ennemis,

ce sera la même chose avec Strauss-Kahn:

Personne ne mentionnera les livres contre DSK !

 

A noter que pour séduire les gogos, en France,

les Médias font de la propagande pour "le Douce France"

de l'épouse de Sarkozy, qui pourtant avait toujours dit,

comme son époux, qu'elle ne se sentait pas française !

 

"Douce France" de Mme Sarkozy,

"La France me manque" de DSK :

Mêmes mensonges,

Sarkozy et DSK deux individus prêts à tout

pour le Pouvoir,

et pour offrir ce pouvoir à l'Etranger..

parce qu'en réalité, ils se foutent de la France !

 

Enfin à l'instant, la colonisation en Palestine occupée

est condamnée au Conseil de Sécurité,

une voix contre: Celle d'Israël.

Très exactement, celle des Etats-Unis.

Pourquoi "Israël" ?

Car les USA votent comme Israël le demande,

Israël a la haute main sur l'ONU via son clone américain,

par procuration. Un scandale de plus !

 

Citoyens, nous n'avons rien à attendre

des gouvernants,

ne comptons que sur nous-mêmes !

(eva R-sistons)



 

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 19:39
Les révolutions arabes, où est l’islamisme ?

 

 

 

 

 

 

 

 

(..) Mais voilà, ce que viennent de faire les Tunisiens et les Egyptiens a bouleversé les préjugés simplistes, qui conçoivent la révolution arabe comme étant forcément fanatisée, encadrée par de dangereux islamistes ayant leurs couteaux entre les dents. Et brusquement, la révolte arabe est pacifique et ne demande rien d’autre que la liberté, la dignité, la justice et la démocratie.

 

Depuis le 11 septembre, le concept d’ islamisme est devenu une arme psychologique et une propagande islamophobe utilisé afin de façonner l’inconscient des masses et de faire accepter leurs régimes autoritaires et leurs politiques d’humiliations. (..)

 

 

http://www.legrandsoir.info/Les-revolutions-arabes-ou-est-l-islamisme.html

 

 

 

__________________________________________________________________________________________

 

 

 

La laïcité, utilisée comme arme de guerre antimusulmane

par les milieux sionistes et pro-sionistes islamophobes

 

Après le « débat » sur l’identité nationale, la « Commission contre la burqua » les Assises contre l’islamisation de la France » (sic) les propos de Marine le Pen du Front National sur « l’occupation » de rues par les musulmans ; le discours de Sarkozy au Dîner du CRIF soulignant « les racines juives de la France » ; Copé et d’autres, veulent relancer  « le débat » sur   « la place de l’islam et des musulmans en France » . Cela fait quand même beaucoup depuis environ un an ! Comme s’il n’y avait pas d’autres sujets infiniment plus importants à traiter !

 

On prend bien sûr le soin de dire que ce sont « les extrémistes musulmans », qui sont visés. C’est ce même « argument » qui fut utilisé par l’hebdomadaire « Charlie Hebdo » en 2007, pour justifier la publication de caricatures islamophobes.

 

Mais qu’est-ce donc, qu’un « extrémiste musulman » ? Mais où sont donc, ces « extrémistes musulmans » ? ; Car en trente ans de conversion à l’Islam et 17 ans de vie dans des « banlieues », je n’en ai jamais rencontré un seul !

 

Par contre, j’ai vu (et subi leurs exactions aussi !) beaucoup d’extrémistes et d’extrémismes dans ma vie, aucun n’était musulman !

 

Si les faits de réfléchir et d’oser revendiquer toute sa place, mais rien que la place qui nous revient dans notre propre pays, est de « l’extrémisme », alors, je dois être aussi « un extrémiste » !

 

Force m’est de constater en permanence, que les extrémistes ne sont pas les musulmans qualifiés « d’extrémistes », mais bien les individus qui les qualifient ainsi ;  et qui n’ont cesse d’inciter à la haine à leur égard.

 

Nos concitoyens musulmans sont majoritairement relégués à des emplois de service ; et l’on se permet encore aujourd’hui de leur dire « vous occupez trop de place ». C’est à vomir !

 

Au lieu de pointer du doigt sans cesse les musulmans, à propos de tout et de rien ; à coups de prétendus « débats », de « commissions », de « lois » de « discours » ; les politiques, le président de la République seraient mieux inspirés de respecter et de faire respecter les principes fondateurs de la république. Et en premier lieu, celui de l’Egalité entre les citoyens ; alors que nous entendons dans leur bouche que des discours de préférence, voire de servilité, à l’égard des uns, et de mépris et de haine à l’égard des autres.

 

Mais le président de la République et les élus politiques, en principe au service de TOUS LES CITOYENS, apparaissent de plus en plus (et je suis bien en dessous de la réalité !) comme aux ordres d’une minorité de citoyens, contre l’ensemble des citoyens !

 

On nous parle encore d’intégration à propos des musulmans, alors que beaucoup de musulmans sont présents depuis plusieurs générations en France et sont même des « Français de souche ». De qui se moque-t-on !

 

Mais d’où vient donc cette obsession à l’égard des musulmans ? Qui distille et entretient cette haine et suspicion à l’égard des musulmans et ce refus de les regarder et de les voir comme des citoyens majeurs et égaux ?

 

Tout naturellement des milieux sionistes qui veulent renforcer leur suprémacie et leurs privilèges sur les autres ; et qui refusent l’égalité pour nos concitoyens musulmans.

Des milieux, qui se sont alliés à de prétendus « nationalistes » ou « laïcs », -qui ne sont en fait que leurs supplétifs-, chargés de mener avec eux un terrorisme psychologique à l’égard de tous ; de déconstruire l’islam et les musulmans, pour les reconstruire sous les traits les plus affreux et mensongers possibles.

 

Ces prétendus « nationalistes » et « laïcs » seulement contre l’Islam et les musulmans, -il est important de le préciser-, ont pour mission de susciter et de « légitimer » toujours plus de répression, de discriminations et d’interdictions à l’égard des musulmans,  pour les déposséder de leur être, en tant que citoyens, musulmans et êtres humains.

 

Le but étant de parvenir à terme à la soumission de tous au culte idolâtre de l’idole, et de régner en maîtres sur un troupeau d’esclaves et de robots.

 

Indignons-nous, mobilisons-nous, révoltons-nous, pour faire échec à ce qu’ils ont prévu pour nous !

 

 

Daniel Milan

 

Liens avec les articles de Daniel Milan

http://lejournaldessurvivants.centerblog.net/220-les-articles-et-les-dossiers-de-daniel-milan

http://portailantitotalitaire.unblog.fr/2010/07/04/articles-de-daniel-milan-2 

  

Liens avec tous les dossiers de Daniel Milan

http://portailantitotalitaire.unblog.fr/ 

http://portailantitotalitaire.unblog.fr/2009/11/06/dossiers-verites-cachees/

http://portailantitotalitaire.unblog.fr/2010/07/23/documentsdossiersvideossitesblogsarticles/ 

 

Liens avec TOUTE L’ACTUALITE

http://portailantitotalitaire.unblog.fr/2010/10/05/lessentiel-de-lactualite/ 

http://fr.netlog.com/milandaniel

http://fr.netlog.com/milandaniel/video

 

 

 

.
2 réponses à l'islamophobie d'Etat
.
D'abord Volaire :
 
 
 
Et puis Bourdieu :
 
Il vient du fond des pays islamiques une question très profonde à l’égard du faux universalisme occidental, de ce que j’appelle l’impérialisme de l’universel. (…) S’il est vrai que certain universalisme n’est qu’un nationalisme qui invoque l’universel (les droits de l’homme, etc.) pour s’imposer, il devient moins facile de taxer de réactionnaire toute réaction fondamentaliste contre lui.
Le rationalisme scientiste, celui des modèles mathématiques qui inspirent la politique du FMI ou de la Banque mondiale, celui des Law firms, grandes multinationales juridiques qui imposent les traditions du droit américain à la planète entière, etc., ce rationalisme est à la fois l’expression et la caution d’une arrogance occidentale, qui conduit à agir comme si certains hommes avaient le monopole de la raison, et pouvaient s’instituer, comme on le dit communément, en gendarmes du monde, c’est-à-dire en détenteurs autoproclamés du monopole de la violence légitime. La violence terroriste, à travers l’irrationalisme du désespoir dans lequel elle s’enracine presque toujours, renvoie à la violence inerte des pouvoirs qui invoquent la raison. La coercition économique s’habille souvent de raisons juridiques. L’impérialisme se couvre de la légitimité d’instances internationales. Et il tend à susciter ou à justifier au sein des peuples arabes, sud-américains, africains, une révolte très profonde contre la raison qui ne peut pas être séparée des abus de pouvoir qui s’arment ou s’autorisent de la raison (économique, scientifique ou autre). Ces « irrationalismes » sont en partie le produit de notre rationalisme, impérialiste, envahissant, conquérant ou médiocre, étriqué, défensif, régressif et répressif, selon les lieux et les moments. C’est encore défendre la raison que de combattre ceux qui masquent sous les dehors de la raison leurs abus de pouvoir ou qui se servent des armes de la raison pour asseoir ou justifier un empire arbitraire. (…)
Ce qui est en jeu, aujourd’hui, c’est la reconquête de la démocratie contre la technocratie : il faut en finir avec la tyrannie des « experts », style Banque mondiale ou FMI, qui imposent sans discussion les verdicts du nouveau Léviathan, « les marchés financiers », et qui n’entendent pas négocier, mais « expliquer » ; il faut rompre avec la nouvelle foi en l’inévitabilité historique que professent les théoriciens du libéralisme (…). On peut récuser le technocratisme autoritaire sans tomber dans un populisme, auquel les mouvements sociaux du passé ont trop souvent sacrifié, et qui fait le jeu, une fois de plus, des technocrates : je pense en effet qu’on ne peut combattre efficacement la technocratie, nationale et internationale, qu’en l’affrontant sur son terrain privilégié, celui de la science, économique notamment, et en opposant à la connaissance abstraite et mutilée dont elle se prévaut, une connaissance plus respectueuse des hommes et des réalités auxquelles ils sont confrontés. (…)
La crise d’aujourd’hui est une chance historique pour tous ceux, chaque jour plus nombreux, qui, en Europe et ailleurs dans le monde, refusent la nouvelle alternative : libéralisme ou barbarie.
Pierre Bourdieu, "Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale", Ed. Liber-Raisons d’Agir, 1998.

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 23:15

baillonner-la-pensee--.-non-juive.jpg

 

 

A l'instant, un Lecteur m'envoie cette alerte :

 


Source : Reçu par Courriel

COMMUNIQUE DE CRI ET RESISTANCE PALESTINE


La Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie et  le collectif Résistance Palestine dénoncent avec la plus grande fermeté la décision du Maire de Lyon Gérard Collomb de nous interdire la Salle Rameau à Lyon, dans laquelle nous devions organiser ce 12 Février 2011 la conférence "Gaza, 2 ans après" avec Georges Galloway (ex député britannique, convoi Viva Palestina) ; Gilles Devers (avocat) , René Naba (journaliste et écrivain) et Tahar Al Labadi (président des Etudiants Palestiniens en France). Etaient prévues aussi deux interventions téléphoniques d’un représentant du Hamas et un autre du Hezbollah, annulées suite à un échange téléphonique, et confirmé par écrit, hier auprès du cabinet de Gérard Collomb, dans un esprit de conciliation de notre part.


Rappelons que l’année dernière nous avions fait la même conférence avec les mêmes intervenants en plus d’une intervention d’un ministre du Hamas à Gaza Monsieur Ahmed El Kourd, et cela s’est déroulé sans aucun problème.


La liberté d’expression est la règle, et nous la revendiquons dans le cadre du débat démocratique, au service de la cause palestinienne. La mairie n’a aucun droit pour interdire une réunion, car c’est de la censure. Nous avions pris l’engagement d’assurer le service d’ordre et la bonne tenue des interventions. Nous sommes prêts à assumer toutes nos responsabilités, mais ne pouvons accepter cette censure néocolonialiste.

 

Cette annulation scandaleuse a eu lieu alors que nous avions réglé la totalité de la location, signé le contrat de location et obtenu toutes les autorisations pour cette soirée. Aucun document officiel ne nous est parvenu pour ce changement arbitraire de dernière minute : le Régisseur de la salle a reçu l’ordre de la Mairie le matin même de la conférence et il nous a affirmé n’avoir jamais vu cela durant sa vie professionnelle.


Non content d’avoir obtempéré aux injonctions du lobby sioniste qui fait la pluie et le beau temps chez nous, (qui fait interdire même les conférences de Stéphane Hessel et Leila Shahid pourtant loin du Hamas et du Hezbollah)  Gérard Collomb et les autorités préfectorales nous ont envoyé des dizaines de CRS qui nous ont agressés, gazés, matraqués avec sauvagerie :  des femmes, des enfants et des vieillards pacifiques ont été frappés et mis à terre puis deux d’entre eux ont été emmenés au poste de police.


Une plainte va donc être déposée contre le Maire de la ville de Lyon et une diffusion massive des images aura lieu pour montrer le visage de la France (pays des Droits de l’Homme)  et celle du socialiste et soi disant progressiste, en fait ami des sionistes à qui il a donné la même salle pour le gala pour le "bien être du soldat israélien", et offre gratuitement une salle pour la conférence du Patronat Juif en France. Il faut rappeler que le Parti Travailliste d’occupation en Palestine est membre de l’Internationale Socialiste de Collomb qui affirme: "Je tiens à confirmer mon soutien fidèle et inconditionnel à la communauté juive ainsi qu’à l’état d’Israël, dans les épreuves douloureuses qui les touchent, comme je soutiens tous les défenseurs de la paix au Proche Orient". 


 Au moment où les dictateurs tombent et les oppresseurs tremblent, la France et Gérard Collomb continuent à soutenir un régime raciste et d’apartheid qui massacre en Palestine depuis plus de 60 ans, en salissant l’image de notre pays à l’étranger et en donnant des arguments aux extrémistes qui exploitent ces atteintes aux libertés fondamentales et constitutionnelles (droit de manifester, et droit de s’exprimer).


Cette réaction montre la peur des sionistes devant des évènements qui leur échappent. L’avenir nous appartient car nous, nous défendons le droit, la liberté et la justice..


 Nous appelons tous les amis du peuple palestinien ainsi que les démocrates à dénoncer ce choix politique désastreux et à en tenir compte lors de toutes les prochaines échéances électorales.


 RESISTANCE PALESTINE              06 18 79 76 61        www.resistancepalestine.fr

Partager cet article
Repost0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 19:31

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=acJzZrl8QGM&feature=player_embedded

 

.

 

 

 .

 

.

http://lesouffledivin.wordpress.com/2011/02/01/il-est-temps-de-se-lever-comme-melenchon-contre-la-dictature-du-crif/

 

 

Là, il n’en peut plus le lobby israélien. Il a beau se mettre en quatre, se retourner dans tous les sens, essayer d’empêcher des expositions photos sur les Gazaouis mutilés par l’armée israélienne, faire interdire des réunions à l’ENS, insulter des rescapés des camps, aller rencontrer tous les ministres de notre gouvernement, les transporter en Israël... ça ne marche pas. Israel n’est pas populaire ! Alors le CRIF se lâche : il faut tout interdire !


C’est tout de même incroyable cette "délégitimisation" d’Israël, comme ils appellent l’indignation et le refus croissant de cautionner une politique criminelle.


On ne peut pourtant pas dire qu’Israël ne fait pas son maximum pour se faire aimer ! Il n’est qu’à voir les avions militaires envoyés à Moubarak pour l’aider à se maintenir au pouvoir !


Alors, il faut prendre des mesures plus radicales ! les diners de c... du CRIF n’y suffisent plus. Il faut obtenir la fermeture de tous les centres culturels français en Palestine, la suppression du soutien gouvernemental à des ONG françaises qui travaillent avec des ONG palestiniennes, l’interdiction de musiques, de blogs, de films....


Sur son site et sous la plume en folie d’Hélène Keller Lind, le CRIF n’a plus peur du ridicule. Outre l’interdiction du boycott d’israël, il faudrait interdire le droit de parler et de se déplacer à Stephane Hessel, mais aussi, à quiconque, celui de prononcer les mots "Mur", "occupation", "réfugiés palestiniens" "droit au retour", ou "colonisation" (sic !), autant de gros mots qui ont pour résultat d"’importer le conflit israélo-palestinien en France", explique cette bonne dame.

Sans parler de la musique de MAP (Ministère des Affaires Populaires), des conférences dans les Centres Culturels Français à Jérusalem, à Gaza et en Cisjordanie (autant de repères d’antisémites), des films tels que "Rachel" de Simone Bitton, de "Impunity" d’Edward Salem ou de Gaza-Strophe....


Figurez-vous que dans un café littéraire de Ramallah, Raja Shehade a osé écrire à propos de la Palestine : "Le paysage, comme le droit, la dignité et l’identité même sont en morceaux". Ce n’est pas une preuve d’antisémitisme ça ?


Dans un paragraphe final émouvant, le CRIF se soucie même du sort des contribuables français qui participeraient malgré eux aux largesses de la France à l’égard de tous ces terroristes cachés derrière la culture.


Les contribuables français préfèrent, c’est sûr, contribuer au financement de différentes officines israéliennes en France, telles le Fonds national Juif et le KKL, spécialistes du nettoyage ethnique palestinien, et qui ont le droit de collecter en France des dons bénéficiant de déductions fiscales. Tout comme ils adorent financer les réceptions en France de criminels de guerre, de tortionnaires patentés, et de dirigeants de l’extrême-droite israélienne, ou encore les festivités organisées à Tel Aviv avec notre argent.


Attention, messieurs dames du CRIF, c’est pire que ce que vous imaginez : le loup est maintenant dans la bergerie. Le mouvement de boycott se propage en Israël, où il y a de plus en plus de Juifs qui appellent au Boycott d’Israël sous toutes ses formes. Nous vous conseillons le récent reportage d’Arte à ce sujet :

 

http://videos.arte.tv/fr/videos/israel_appel_au_boycott-3357272.html

 

Source : article du CRIF du 1/2/2011 http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=23504&artyd=108

 

CAPJPO-EuroPalestine

Partager cet article
Repost0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 22:34

Le couperet de la justice est tombé. Le jury populaire a jugé le prévenu Bernard-Henri Lévy coupable des faits qui lui ont été reprochés à savoir :


· - Promotion effrénée de l’impérialisme et du sionisme

· - Escroquerie intellectuelle, symptôme des errances de la philosophie, de l’accumulation du capital et du pouvoir.

· - Dénonciation calomnieuse d’un crime imaginaire à l’encontre de l’Iran

· - Propagande belliciste et apologie de l’impérialisme humanitaire

· - Complicité dans la création et la promotion de SOS Racisme en vue de l’étouffement des mouvements autonomes de l’immigration

· - Diffusion de fausses nouvelles de nature à semer la discorde communautaire et religieuse entre chrétiens et musulmans


C’est après les déclarations de Sadri Khiari et Tariq Ali sur la révolution du monde arabe que le procès commença. Le prévenu n’osa pas se présenter mais son avocat nous apporta sa chemise blanche et immaculée. Elle siégea tout le long du procès.


Le verdict fut sans appel et la peine à la mesure des crimes commis.


Malgré la vibrante et audacieuse plaidoirie de Maître Jean-François Botul (lire ci-dessous), Bernard Henri-Lévy a été condamné par la cour d’assises des DOP-TOP (Départements et Territoire d’Outre Périphérique). La peine a été bien plus lourde que celle requise par le procureur de la seule République Universelle. En effet, celui-ci demandait la condamnation de Monsieur Bernard-Henri Lévy à subir la lecture complète de toute sa production littéraire, articles de presse compris. En dépit de la dureté inhabituelle des réquisitoires, Madame Missaoui, Présidente de la cour, atterrée par les témoignages accablants de Messieurs Tariq Ali, Norman Finkelstein, Omar Slaouti, Pierre Piccinin, Olivier Vilain et Hicham Hamza a prononcé une sentence encore plus lourde.

 

Monsieur Bernard-Henri Lévy a ainsi été condamné en plus à :

-  financer et à entreprendre lui-même la destruction du mur de la honte en Palestine.

-  financer et à entreprendre lui-même, la remise en état des tunnels de l’espoir entre Gaza et l’Égypte dont les Palestiniens, a-t-elle souligné, sauront faire bon usage.

Tant que ces peines ne seront pas exécutées, BHL sera privé d’approcher le café de Flore. Enfin, Madame la Présidente a lancé un appel urbi et orbi pour que le produit BHL fasse lui-même l’objet d’une action BDS. Justice a été rendue.

La vidéo du procès bientôt en ligne sur notre site.


En attendant, vous pourrez lire ci-dessous la plaidoirie de son avocat, Maître Jean-François Botul.


(JPG)

Plaidoirie de Maître Jean-François Botul, avocat de l’accusé

Cours d’assise du 9-3, le 28 janvier 2011

Mon client n’a pas pu venir. Il demande à la cour de l’excuser pour cette absence. Mais il a deux bonnes raisons pour cela : la première est qu’il a dû se rendre au Maroc pour superviser de nouveaux travaux (financés par la chaîne Arte) dans sa villa de Tanger. Des travaux de la plus haute importance pour le rayonnement de la culture française. La seconde est que le ministère de l’intérieur n’a pas pu lui assurer l’escorte policière nécessaire à son passage en Zone DOP ( territoires d’outre périphérique). Il s’en voit fort désolé.

Je répondrai tout d’abord à l’accusation première de « Promotion effrénée de l’impérialisme et du sionisme ».

Nos accusateurs affirment par là que nous serions en toute choses des défenseurs acharnés des Etats-Unis, de l’Etat d’Israël et par la même occasion des islamophobes, motivés uniquement par une haine éperdue de l’islam.

Ils invoquent pour cela notre soutien affiché aux guerres étasuniennes contre l’Irak depuis 1990, l’Afghanistan etc., ainsi que notre soutien inconditionnel à l’Etat d’Israël.

-  Ce qu’oublient nos contempteurs c’est que jamais le monde n’a été aussi incertain, ni dangereux. Ce qu’ils oublient c’est que le mal existe, ce que d’ailleurs niaient également nos disciples, heu, nous voulons dire nos collègues, Sartre et Camus.

Au passage signalons que nous avons enrichi la philosophie d’un nouveau concept. Si Sartre et Camus peuvent se vanter d’être les maîtres de la conscience de l’absurde, notamment à travers la pensée existentialiste, nous, nous sommes fiers d’avoir promu une pensée qui range l’existentialisme au magasin des accessoires : celle de l’absurdité de la conscience.

Car qu’est ce que la conscience sans la force, face au mal ? Ne vivons nous pas une période où la conscience stérile doit enfin s’effacer devant la puissance féconde, régulatrice, celle des Etats-Unis en particulier et de l’Occident en général ?

Et la force militaire des Etats Unis n’apporte t- elle pas paix et prospérité partout dans le monde ?

Que serions nous devenus depuis la fin de guerre froide si les Etats-Unis n’avaient partout imposé leur puissance régulatrice ?

Surtout si on considère comme tout le monde le sait que la détestation des Etats-Unis est en soi la vraie matrice du totalitarisme que celle ci conduit immanquablement à l’anti sémitisme et que l’antisémitisme, mal absolu par nature est bien le véritable baromètre de l’Etat du monde.

-  C’est pourquoi en 1990 et 2003, nous avons pris fermement position pour les Etats-Unis contre Saddam Hussein. Il fallait absolument éliminer la menace que l’Irak faisait peser sur Israël, à terme. Même si celle ci était considérablement exagérée. Car de toute façon un pays arabe qui entre en dissidence, c’est très mauvais pour la cohérence générale du système surtout quand il risque de faire de l’ombre à Israël.

-  Ces deux guerres, je vous le dis étaient nécessaires. Certes l’Irak a connu un drame humain sans précédent, avec des centaines de milliers de morts civils depuis 1990, ce que d’ailleurs nous avons déploré mais aujourd’hui ce pays ne connaît il pas, désormais, une transition démocratique avérée ? Des élections libres ne s’y sont elles pas déroulées ?

-  Nos détracteurs habituels auront beau jeu de nous rétorquer que la trainée de révoltes démocratiques qui enflamme la région arabe actuellement, contredit totalement la stratégie d’exportation militaire de la démocratie chère au clan Bush.

-  Comme en Tunisie, en Egypte depuis peu , et bientôt au Yemen et en Jordanie, nul besoin des Etats-Unis pour ce changement. Ne fallait il pas, en Irak, laisser le peuple décider de son sort lui même, sans ingérence occidentale ?

-  Mais c’est qu’il y va de notre instance de responsabilité !

-  Savent ils ces inconscients le danger d’une liberté débridée chez ces Tunisiens, Egyptiens et autres maghrébins frénétiques. Des peuples encore mineurs, mal dégrossis qui ont tant à apprendre de nous, qui nous réclament même. Comme nous le faisait remarquer il y a peu, notre ami le docteur Saïd Saadi du RCD algérien, lorsque nous nous sommes retrouvés au dernier festival de Cannes ?

(JPG)

Que feraient-ils sans nos valeurs ? Que sauraient ils de la liberté sans nous ?

Les exemples iranien et plus encore algérien ne sont ils pas là pour prouver que livrés à eux mêmes ces peuples sont aussitôt sujets à leurs pulsions totalitaires naturelles ? Comme dirait cette chère Hanna Arendt ?

-  N’ont ils pas besoin, disais-je, d’être conseillés, fraternellement tenus par la main, encadrés dans leur marche timide vers la liberté. Par le PS par exemple comme le proposait récemment mon amie Ségolène aux Tunisiens révoltés.

C’est ainsi que nous en arriverons à un chef d’accusation qui transparait en filigrane : notre islamophobie supposée !

Rien n’est plus faux !

Est ce notre faute si un mal indicible ronge le monde, prenant naissance dans les terres d’Islam justement. Le fascislamisme.

(Encore un concept dont la paternité doit enfin nous être reconnue ! )

-  Et c’est un fascisme encore plus violent que les précédents qui menace le monde libre à l’instar de ses prédécesseurs totalitaires, le fascisme nazi et le totalitarisme stalinien (que nous connaissons bien pour l’avoir défendu comme maoïste dans notre jeune temps).

Mais attention, à la différence de notre ami Alain Finkielkraut qui ne fait pas dans la dentelle, lorsqu’il déclare qu’Oriana Fallaci, nous citons, « enferme les musulmans dans leur essence mauvaise » ; nous au contraire nous pensons que tous les musulmans ne sont pas forcément des intégristes et des terroristes.

-  Car comme nous l’avons écrit récemment « Une bataille politique se mène au sein même de l’espace civilisationnel musulman, entre les assassins et ceux qui leur résistent ».

« Entre ces marocains qui encouragent leurs femmes à aller visage découvert et les Somaliens qui les enferment dans des cages de tissus, entre les musulmans européens de Bosnie et les tenants de la croisade contre les valeurs émancipatrices de l’Europe dont les islamistes des GIA qui éventraient les femmes enceintes parce que leurs tenues leur paraissaient exagérément occidentales, ce qui pour eux était une façon de prendre clairement parti pour " la djellaba nationale " contre " le jean cosmopolite " ? »...et libérateur.

D’ailleurs nos propriétés à Tanger (remise à neuf par la chaîne Arte ) et mon ryad à Marrakech ne témoignent elles pas de la sympathie que nous éprouvons pour les peuples musulmans en maintenant debout un patrimoine culturel qui sans nous s’effondrerait.

Car en fait, y a t-il une autre voie pour l’Islam que de se couler dans le moule émancipateur et moderniste que nous lui tendons ?

-  C’est pourquoi nous ne comprenons pas le refus du monde musulman à entrer dans l’universalisme que nous lui offrons si généreusement .

-  Une entrée dans l’universalisme qui mettrait à l’abri l’Occident du danger majeur que représente l’Islam. Sachons le, une fois devenu israélo-compatible, le monde musulman ne posera plus de problème.

-  Existe t-il d’autre issue pour l’Islam que d’effectuer cet aggiornamento pratiqué par les autres monothéismes avant lui ?!

-  En un mot, le pouvoir mobilisateur de l’islam est une chose trop importante pour être laissée entre les mains de musulmans indépendants.

-  C’est la raison pour laquelle dés le début nous avons fait barrage à Tariq Ramadan, un musulman trop indépendant, donc dangereux ! Nous avons même réussi à lui interdire l’entrée des Etats-Unis, grâce entre autres à notre ami Daniel Pipes. C’était nécessaire.

C’est la raison pour laquelle nous sommes aux côtés de Ni Putes, ni Soumises, une association de musulmanes, bien sous tout rapport qui a défaut d’avoir de l’avenir a au moins assurer l’avenir de sa présidente, Mme. Amara.

(JPG)

Mais qui sont ces résistants intègres de l’intérieur de l’Islam, parmi ces courageux modernisateurs de l’Islam que nous offrons comme exemple,

-Rachid Kaci qui de chauffeur de Charles Pasqua ( Un des Pasqua-boys ) se retrouve aujourd’hui sous préfet, preuve de ses compétences et d’un talent indéniable.

-  Mohamed Abdi, ancien vice(s)-président de NPNS, condamné à deux reprises pour un détournement de fonds publics de plus d’1 million de francs mais devenu depuis conseiller spécial de Fadela Amara, donc honnête.

-  L’Imam Chalghoumi, imam de Drancy qui en janvier 2009 en pleine offensive contre Gaza n’a pas hésité courageusement à aller visiter Israël et les colons de Sderot.

Ne sont ils pas des figures rêvées de l’Islam de demain ?

-  Malek Bouthy, disciple de notre ami Julien Dray dont la laisse mérite d’être en or.

Bidar, le self-musulman, qui peut se passer de tout, même de l’Islam...

C’est dans la même veine que nous nous sommes engagés pour la Bosnie ? Un pays de musulmans modérés, celui là, pratiquant à peine, ( une, voire deux prières par jour, pas plus ) non arabe et européen de surcroît, aux antipodes de toute préoccupation palestinienne. Car ne s’agit il pas en définitive de sauver l’Islam de lui-même ?!

2) Le deuxième délit dont on nous accable est celui de « Complicité dans la création et la promotion de SOS Racisme en vue de l’étouffement des mouvements autonomes de l’immigration ».

C’est vrai, déjà en 1983, voila une preuve de notre inclination altruiste à l’égard de l’Islam, ainsi que de notre flair politique. A travers notre implication dans la création d’SOS racisme.

Rappelons les faits. Un mouvement beur avait réussi à entrainer derrière lui tout un pan de la gauche et connaissait un franc succès auprès de nombreux jeunes. Pensez donc une manifestation de 100 000 personnes à Paris pour le soutenir. Seul problème : il était indépendant du P.S et était dirigé par des jeunes musulmans de banlieue à l’aggiornamento incertain pour pas dire réticent.

Pouvions nous laisser entre des mains aussi peu se constituer un mouvement politique aussi prometteur ? Ne risquait il pas d’être dilapidé en pure perte, loin de nos idéaux politiques, opposés à nous, c’est à dire au monde libre, quoi ?!

En effet que dire de ces keffieh palestiniens provocateurs qu’arboraient ces jeunes ?

N’y avait il pas là si un tel mouvement prenait, un danger pour Israël, juste après les grandes protestations mondiales de Septembre 1982 contre les massacres de Sabra et Chatila ?

Alors oui nous avec notre ami Julien Dray et bien d’autres, nous avons mis tout notre poids dans la balance et avons aidé à la création d’SOS racisme. Le secrétariat général en a été confié à Harlem Désir, quelqu’un de bien docile mais la présidence a été donnée à Eric Ghebali un sioniste pur et dur, également président de l’union des Étudiants juifs de France et membre du parti travailliste israélien dont il deviendra le représentant au congrès sioniste mondial. Mais on l’a bien compris, c’était pour le bien de tous y compris de l’Islam car ces jeunes n’auraient pas su géré cette situation.

3) Nous en venons enfin à expliquer notre soutien à Israël.

On nous accuse d’être sioniste invétéré mais n’avons nous pas signé l’appel JCall en faveur de la paix avec notre ami Alain Finkielkraut ?

Car là encore nous croyons qu’il faut sauver Israël de lui-même, devant la montée des périls. Un État palestinien est la seule réponse face à la bombe démographique palestinienne. Chacun chez soi ! Imaginez un État bi national, avec tous ces Arabes, quelle horreur !

L’image d’Israël est complètement détériorée et nous savons à quel point à trop tirer sur la corde...C’est pourquoi réagissant à l’attaque contre le Mavi Marmara qui a fait 9 morts, nous n’avons pas hésité à la qualifier,de « stupide » celle-ci risquant de ternir davantage encore l’image d’Israël. C’est vrai nous n’avons pas eu un mot de condamnation, pas un mot de regret pour les tués, mais n’étaient-ils pas mal intentionnés ?

Il nous faut lâcher du lest car comment ne pas s’inquiéter ? Des dizaines de milliers de manifestants pour Gaza en 2009 et maintenant ce misérable appel au boycott d’Israël, la campagne BDS, une délégitimation en règle qui semble prendre. Même Vanessa Paradis s’y met, le péril est sans précédent ! Si nous qualifions cette campagne BDS de "saloperie", ce n’est pas parce que Stéphane Hessel, l’un de ses promoteurs a vendu en un seul petit ouvrage « indignez vous », plus d’exemplaires que tous les livres que nous avons commis en 40 ans. Non, mais c’est parce que cette fois, c’est sérieux, l’avenir ne joue pas pour Israël. Comme nous le disions au pilote du char dans lequel nous sommes entrés dans Gaza en janvier 2009, tant qu’Israël restait la seule démocratie du Moyen Orient, enfin pour les juifs, et que par contre pullulaient les dictatures arabes, son avenir était assuré, mais avec ce vent de révolte démocratique chez les Arabes, quelle catastrophe !

C’est ainsi, par la tactique du salami chère à Staline, rondelle après rondelle, que nous aurions eu raison des ennemis arabes ou musulmans d’Israël. Le démantèlement du Soudan étant en cours, Israël ayant pris pied au Darfour, nous n’aurions pas alors donné cher de Égypte.

C’est là que la guerre étasunienne contre l’Iran prend tout son sens, faire le ménage encore une fois au Moyen Orient pour Israël. Pour cela avions nous d’autre choix que de vendre cette histoire d’Iran, un pays barbare, dirigé par un énième nouvel Hitler menaçant le monde libre comme naguère l’Irak et ses fantomatiques armes de destruction massive ? C’est incroyable mais avec ces occidentaux ça marche toujours cette histoire.

Et puis rien de tel qu’une femme Sakineh menacée de lapidation pour émouvoir comme on le sait. D’où cette campagne, même si nous savions très bien que la lapidation n’a pas cours en Iran et que le crime de Sakineh n’a jamais été l’adultère mais le meurtre de son mari commis avec préméditation avec son amant.

Mais revenons en à Israël. Justement, si nous sommes entrés à Gaza en janvier 2009 dans un char, ça n’est pas que pour le romanesque de la photo. C’est parce qu’Israël c’est notre vie, c’est notre guerre d’Espagne, c’est notre Amérique à nous. Ne trouvez vous pas qu’Ahmadi Nejad ressemble de plus en plus à Hitler et Ismaël Hanyé, au général Franco ?

Et puis si l’histoire devait retenir une image de nous ce serait celle-ci. Après Bourdieu, Sartre, Camus, Foucault, Deleuze, que reste il à part nous ? Ne sommes-nous pas le dernier monstre sacré ? Notre réception au Flore pour les 20 ans de la règle du jeu notre revue, n’en est elle pas la preuve ? Le tout Paris se déplacerait-il ainsi si nous n’en valions pas la peine ? Ce serait vraiment prendre les Jack Lang, les Kouchner, les Christophe Barbier et autres Caroline Fourest et Malek Bouty pour une bande de flagorneurs stipendiés.

Pour finir avons-nous le choix : est ce notre faute si nous sommes arrivés trop tard pour la commune de Paris, la révolution d’Octobre, la guerre d’Abyssinie, la guerre d’Espagne, la libération de Paris, la Guerre des Six Jours, pour mai 68 et si nous étions trop vieux pour la lutte contre le CPE ?

Qu’aurait été un Lord Byron sans la Grèce ?

Bref que nous reste t-il dans ce monde incertain ? N’oubliez pas que la barbarie à visage humain menace à chaque coin de rue !

Compte tenu de tous ces éléments nous demandons la relaxe pure et simple de Bernard-Henri Lévy.

Pour finir, nous tenons à informer l’assemblée que pour autant nous n’en n’oublions pas la banlieue à laquelle nous avons décidé de consacrer notre prochain et passionnant roman-enquête. Aussi élaboré et impartial que le précédent « Qui a tué Daniel Pearl ». « Pour quelques burqas de plus » c’est son titre, est l’histoire d’un reporter qui traque les réseaux clandestins d’importation de burqas à travers le 93. Arrivant dans le hall de la station de métro St Denis Basilique, d’emblée un indice troublant lui montre qu’il est sur la bonne voie : il ne s’y trouve que très peu d’occidentaux !


Mardi 1 Février 2011


http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1226 http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1226

 

http://www.alterinfo.net/Bernard-Henri-Levy-condamne-_a54597.html

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 00:26


(vidéos censurées par la Police de la Pensée)
.
Introduction
par eva R-sistons
.
Démocratie ? Pas avec le CRIF qui, à travers son "homme" au sommet de l'Etat français, gouverne la France. Dans notre pays, il est de bon ton d'attaquer en permanence les Musulmans (via les Médias aux ordres), présentés comme Islamistes, voire terroristes, au prix d'amalgames scandaleux, d'incitations à la haine, qui conduiront à terme à des chocs de civilisations meurtriers. Gare à ceux qui disent la vérité, comme Paul-Eric Blanrue boycotté par les censeurs qui occupent les Médias ! La chaîne arabe El manar interdite, la parole confisquée quand elle ose s'affranchir de la Pensée unique servile, le boycott de l'apartheid d'Afrique du Sud toléré mais pas celui d'Israël, la liberté de nier des faits communément admis réprimée, la Police de la Pensée avec la FDII de Juif.org qui censure les vidéos (par exemple citant des extraits du Talmud !) ! Et maintenant, les ambassades israéliennes tentent d'empêcher la vérité de circuler au sujet des Etats-Unis et d'Israël, à travers un film turc, "La Vallée des loups" (volet Palestine)  ... Et on ose encore parler de démocratie, et on ose tenter de l'imposer là où les tyranniques valeurs de l'Occident ne font pas recette ?
.
Notre pays est occupé, lance Marine Le Pen. Occupé par qui ? Par les Musulmans, ou par le Crif qui dicte ses volontés au Gouvernement, aux Médias, au Quai d'Orsay, etc ?

La France est méconnaissable ! Toutes ses valeurs, toutes ses traditions, tous ses idéaux, tous ses Droits de l'Homme, sont piétinés, elle perd son âme avec l'Occupant de l'Elysée docile envers Anglo-Saxons comme envers Israéliens ! L'Etranger doit-il dicter sa politique à notre pays ?

Il n'y a pas que la Tunisie ou l'Egypte à avoir besoin de libération !

Eva R-sistons


La Vallée des loups streaming  
 

« La Vallée des loups - Palestine » ne sera pas programmée dans votre cinéma

.

Le film turc La Vallée des loups - Palestine (Kurtlar Vadisi Filistin) est sorti en salle en Turquie et en Allemagne le 28 janvier 2010, avec deux mois de retard sur la date annoncée.

Toutes les ambassades israéliennes sont mobilisées depuis des mois pour empêcher la diffusion de cette oeuvre dans des pays tiers. Elles semblent avoir convaincu la plupart des diffuseurs occidentaux de s’abstenir de la présenter en salle et en DVD.

La Vallée des loups est une série de télévision qui met en scène les aventures du James Bond turc, Polat Alemdar. Au cours des dernières années, elle est devenue très populaire dans tout le Proche-Orient depuis que des télévisions satellitaires la diffusent en version arabe.

En 2006, la série a été portée pour la première fois au cinéma avec un film sur la guerre en Irak. Doté du plus fort budget de l’histoire du cinéma turc, il reproduisait avec minutie les crimes états-uniens, y compris la prison d’Abu Ghraib.

Le nouvel opus débute avec l’attaque pirate israélienne contre le navire humanitaire Mavi Marmara en eaux internationales. Polat Alemdar est alors envoyé en Israël pour venger ses compatriotes et abattre l’officier israélien qui a commandé l’opération. Mais Moshé est occupé à réprimer de la pire manière les Palestiniens…


« L’anti-Hollywood turc à l’assaut des crimes états-uniens », par Mireille Beaulieu, Réseau Voltaire, 5 mai 2006.


Dimanche 30 Janvier 2011
.
.
COMMENTAIRES
.
Ce n'est pas grave !   
A la place nous allons encore nous régaler avec les films sur la shoah, sauf que cette fois, il sera obligatoire de les regarder et verser des torrents de larmes, sous peine d'une condamnation à 5 ans de prison et à 150 000 euros d'amende pour négationnisme et appel à la haine raciale !
.
Il est à craindre que si un cinéma diffuse le film, le BETAR et la LDJ viendront commettre des pogroms contre les telespectateurs
.
http://www.alterinfo.net/La-Vallee-des-loups-Palestine-ne-sera-pas-programmee-dans-votre-cinema_a54513.html
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 20:06
Jean-Pierre Elkabbachhttp://www.jeanmichelrenault.fr/mes-annees-pilote

 

Jean-Pierre Elkabbach,

Introduction

par eva R-sistons

 

Elkabbach faux journaliste et vrai communautariste, au service d'Israël, du libéralisme, de l'UMP. Le prototype du journaleux aux ordres du Pouvoir, du CRIF, de l'Oligarchie. Comment peut-on laisser une carte de journaliste à un individu pareil, uniquement capable de désinformer et de faire de la propagande ? Et sa poussiéreuse Bibliothèque Medicis qui promet de nous étonner toujours, est affligeante: Toujours les mêmes têtes, surtout des membres de la Communauté juive, ressassant les mêmes thèmes (Shoa, Israël, etc), et du même bord, libéral. Sinistre décor, sinistres invités, sinistre ton, sinistres évocations... Cette émission dessert les Chaînes Parlementaires, et le journalisme, le vrai ! D'autant qu'elle ressasse sans cesse les obsessions de son animateur...

 

Merci à Nicolas Dupont-Aignan d'avoir remis en place ce journaleux sans talent, sans personnalité, communautariste, partial, intolérant, ennuyeux, soporifique ..  Des individus comme Elkabbach n'ont rien à faire dans la Presse ou à la télévision ! Qu'il dégage, qu'il prenne sa retraite, on l'a assez vu ! eva R-sistons

 

 

Jean-Pierre Elkabbach et Nicolas Sarkozy, le 23 janvier au diner annuel du Crif.

Jean-Pierre Elkabbach et Nicolas Sarkozy, le 23 janvier 2009.

MAXPPP - http://actualite.portail.free.fr/france/06-09-2010/taisez-vous-elkabbach-oui-taisez-vous-enfin/

.

Le "n'importe qui" salue la serpillière des puissants

(Nicolas Dupont-Aignan)

 

 

Par Nicolas Dupont-Aignan le mercredi, janvier 26 2011, 13:21 - Lien permanent

Ce matin sur Europe1, juste après une chronique de Thierry Guerrier sur ma campagne présidentielle et les intentions de Jean Arthuis de se porter candidat pour le centre, Jean-Pierre Elkabbach - avec le ton méprisant et suffisant qu’on lui connaît bien - nous a placés sur sa liste des "n’importe qui".

Mon premier réflexe a bien entendu été de considérer cette insulte comme une véritable légion d’honneur venant de la serpillère des puissants que représente M. Elkabbach.


Mais très vite, c'est le sentiment de malaise qui m'a saisi violemment, car cette saillie de Jean-Pierre Elkabbach est également un crachat au visage de toutes celles et tous ceux qui m’accompagnent dans mon combat politique, un bras d'honneur aux centaines de milliers d’électeurs qui ont voté pour mon mouvement aux européennes et aux régionales de 2010.


En fait, Jean Pierre Elkabbach voit son petit monde s’écrouler, ne supporte pas l’émergence de nouvelles personnalités politiques qui refusent le bipartisme réducteur auquel il est tant attaché et qui protège si bien les intérêts d'une oligarchie complètement déconnectée du réel.


Jean Pierre Elkabbach parle toute la journée de tolérance, mais il a fait la preuve, une nouvelle fois ce matin, de son intolérance viscérale à l’égard de ceux qui veulent changer les choses, faire bouger les lignes.


Souvenons-nous comme il s’était moqué d’Arnaud Montebourg, lui qui propose la démondialisation.

Alors, il est vrai que je ne suis pas reçu dans les dîners en ville qui ne m’intéressent pas.

Il est vrai que je ne suis pas le confident du Président de la République.

Il est vrai que cela ne fait pas 40 ans que je cire les pompes des riches et des célèbres.

Il est vrai que je ne suis qu’un élu de la Nation, réélu député par deux fois au 1er tour de scrutin, le Maire le mieux élu de France avec 79,8 % des voix dès le 1er tour et le responsable d'un mouvement gaulliste qui représente un courant de pensée dans notre pays.

Heureusement, nous ne sommes plus au 18ème siècle et ce genre de différends ne se règle pas en duel à l'épée. Quelque chose me dit pourtant que M. Elkabbach se serait de toute façon défilé, lui qui refuse de m'affronter derrière un micro.

Jadis, il fallait payer des impôts pour avoir le droit de voter. Aujourd'hui, il semble falloir l’autorisation de M. Elkabbach pour se présenter !

M. Elkabbach, le "n’importe qui" vous salue bien.

.

SOURCE : http://blog.nicolasdupontaignan.fr/post/Le-%22n-importe-qui%22-salue-la-serpilli%C3%A8re-des-puissants

 

 

Taisez-vous, Elkabbach !

.

 

"J'ai changé. J'ai changé parce qu'à l'instant même où vous m'avez désigné j'ai cessé d'être l'homme d'un seul parti, fût-il le premier de France. J'ai changé parce que l'élection présidentielle est une épreuve de vérité à laquelle nul ne peut se soustraire. Parce que cette vérité je vous la dois. Parce que cette vérité je la dois aux Français. J'ai changé parce que les épreuves de la vie m'ont changé."

Ces mots, c'est Nicolas Sarkozy qui les avait prononcés le 14 janvier 2007 lors du congrès d'investiture de l'UMP. 3 années plus tard, nous ne pouvons que constater que celui qui prononçait ces mots n'a jamais et en rien, changé.


Jean-Pierre Elkabbach, comme son ami Nicolas Sarkozy, lui n'ont plus n'a jamais changé. En 1981, Jean-Pierre Elkabbach coupait systématiquement la parole de ses interlocuteurs de gauche, jouant allégrement les défenseurs du Giscardisme finissant. Au point qu'il était devenu la cible des humoristes, notamment Pierre Douglas qui faisait dire à Georges Marchais, le célèbre : "Taisez-vous Elkabbach !".


29 ans plus tard, en 2010, Jean-Pierre Elkabbach, toujours à l'antenne, continue de servir la droite de manière éhontée pour quelqu'un qui se réclame du journalisme. Invitée de la matinale d'Europe 1, Ségolène Royal aura eu bien du mal à finir ses phrases. La ré-écoute de l'émission est flagrante.


A peine, Ségolène Royal a-t-elle commencé à repondre 3 mots que Jean-Pierre Elkabbach l'interrompe par une autre question.


Mais Ségolène Royal résiste : "Attendez, attendez, je termine", "je réponds très précisement à votre question",


Mais Jean-Pierre Elkabbach fait les questions et les réponses surtout quand les réponses ne sont pas dans la ligne UMP. Ainsi alors que Ségolène Royal propose de taxer le capital plutôt que le travail, Jean-Pierre Elkabbach l'interrompe pour déclarer "c'est à dire beaucoup plus d'impôts, une fiscalité plus lourde pour les hauts revenus" ( à 2 min 53 s de la vidéo ).

.

 

 

 

 


Et tout est à l'avenant. "Vous savez, vous qui savez tout" déclare ainsi, très condescendant voire insultant, Jean-Pierre Elkabbach.


A propos du retour de la gauche au pouvoir et de son attitude vis à vis de la régression sociale mis en place par Sarkozy sur les retraites, l'interviewer d'Europe 1 se déchaîne, interrompant systématiquement : "Non, non, il l'a balance, il l'a supprimé qu'est-ce qu'il fait?", "Donc il pourrait la garder et l'aménager?".

 

Puis dans un incroyable parti pris, Jean-Pierre Elkabbach reprend l'argumentaire de l'UMP en expliquant à l'antenne : "Vous avez vu qu'en Allemagne, c'est 67 ans et qu'il y a des économistes unanimes qui disent qu'il faudraient 70 ans, vous vous rendez compte..."

 

Et Ségolène Royal de rétablir la vérité pour les auditeurs : "Mais ce n'est pas exact, parce qu'en Allemagne la durée de cotisation est beaucoup moins longue. C'est en France que la durée de cotisation est la plus longue, puisqu'elle va passer en 2012 à 41 ans. On ne peut donc pas raisonner uniquement en terme d'âge de départ à la retraite."

 

Et Jean-Pierre Elkabbach de vouloir faire dire à Ségolène Royal que Claude Guéant est un menteur... Et puis voilà que Jean-Pierre Elkabbach claque des doigts, quand Ségolène Royal évoque la croissance verte et l'absence de politique industrielle de relance digne de ce nom.

Absolument incroyable. Et indigne.

Un manque de respect et une agressivité dépassant toutes les bornes, surtout quand on se souvient de l'obséquiosité et des petites interviews entre amis dont est capable Jean-Pierre lorsqu'il reçoit Nicolas.

 

Mais taisez-vous donc Elkabbach !

Reste que quelques heures après cette interview, nous apprenons par MediaPart et Le Monde que Ségolène Royal avait raison lorsqu'elle pointait ainsi du doigt, durant cette interview sur Europe 1, la responsabilité et l'éventuelle culpabilité présidentielle dans l'affaire Woerth-Bettencourt.

En fait dans leur édition de cette après-midi, MediaPart et Le Monde nous apprennent qu'Eric Woerth a demandé en 2007 à voir Nicolas Sarkozy pour évoquer directement avec lui la demande d'attribution de la Légion d'honneur au gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre.

Le courrier de mars 2007 dans lequel Eric Woerth fait auprès de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, la demande d'attribution de la Légion d'honneur de M. de Maistre comporte une annotation manuscrite du ministre du Travail : "je t'en reparle".

 

Alors Elkabbach ?
Est-ce la fin prochaine du Sarkozysme comme autrefois la fin du Giscardisme qui vous rend si agressif et si peu journaliste ?

Rejoignez-moi sur Twitter à l'adresse suivante :


http://twitter.com/richardtrois

... lire la suite sur lepost.fr

 

http://actualite.portail.free.fr/france/06-09-2010/taisez-vous-elkabbach-oui-taisez-vous-enfin/

 

 

FREDERIC  HAZIZA

 

 

A propos de télévision communautariste,

 

je suis choquée par l'interpellation du journaleux Frédéric Haziza lors de la Conférence de Presse de Sarkozy de lundi dernier (G20) : Il est intervenu en dernier pour relancer l'idée de l'attaque contre l'Iran, à demi mots ! Est-ce qu'un journaliste doit informer, ou défendre son clocher ? Car Israël veut la guerre contre l'Iran, et donc Haziza défend cette idée au mépris de la neutralité, de l'information, et des Français qui eux, ne sont pas va-t-en guerre. M. Haziza, défendez vos idées en Israël, pas chez nous sous couleur d'"information" ! (eva R-sistons)

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 22:09

Caricature : Calvi Yves Caricature : Pujadas David

http://www.caricatures.fr/caricatures.php?id_rubrique=6

Calvi-Krettly et Pujadas,

l'intolérable à la télévision !

 

 

Colère d'eva R-sistons

contre la télé communautariste,

contre la télé "occupée" !


 

IMMONDE !   

 

Notre télé est immonde !

Stalinienne ?  Berlusconienne ?

Ignoble, en tous cas ! A vomir !

 

Ce 20 janvier 2011,

alors qu'on fustige la Hongrie pour ses médias,

qu'avons-nous en France ?

 

Pujadas qui discrédite la Chine,

en vue de la future guerre

de ses amis israéliens et anglo-saxons

contre la Chine trop dynamique,

et surtout, surtout,

Pujadas qui prépare la guerre de Sarkozy

contre les banlieues

(juste avant les élections présidentielles, pour être réélu)

en dressant les télespectateurs

contre les jeunes des cités sensibles.

Tous les jours, ce faux journaliste et vrai propagandiste,

"Laisse d'or" de l'employé le plus servile,

s'emploie à dresser les Français contre les Musulmans,

pour servir ses maîtres à la tête de l'Etat,

et son clocher (les sionistes orchestrent

le choc de civilisations, en sous-mains).

 

Autre honte pour la France,

Calvi-Krettly avec ses faux débats de C dans l'Air,

"opposant" chaque jour

un journaliste ultra-libéral du Figaro,

un Barbier ultra-libéral et néo-conservateur,

un sondeur aux ordres du gouvernement militaro-financier

et un économiste ultra-libéral.

 

Aujourd'hui, outre Calvi-Krettly

(grand sioniste devant l'Eternel,

"adorateur" du Veau d'Or ultra-libéral,

inconditionnel de l'Occident impérialiste,

faux journaliste et vrai propagandiste du Gouvernement),

il y avait ce jeudi 20 janvier 2011

un ancien conseiller "social" de Sarkozy,

un économiste fanatiquement libéral,

un Professeur de Droit du Travail très libéral,

et pour cette émission sur les fonctionnaires,

la caution des fonctionnaires, tendance FO,

mais qu'on laissait à peine parler.

Bref, les fonctionnaires ne font rien,

ils ne sont pas mobiles,

ils ont des privilèges insupportables,

et ils se croient malheureux, les bougres,

alors ils sont mal-aimés, bien sûr,

qu'attend-on pour se débarrasser d'eux ?

Même la progressiste Suède

n'embauche plus de fonctionnaires,

 allons, allons, vive le privé ! 

Calvi-Krettly employé par une chaîne de service public,

avec les sous des Français,

plaide contre eux,

plaide contre leurs derniers avantages,

au lieu d'informer, de débattre

(comme son collègue de Ce soir ou Jamais),

il relaie les diktats du Gouvernement.

Lavage de cerveaux

pour que le Français soit prêt à accepter,

bientôt, la fin des fonctionnaires,

la fin de la sécurité du travail.

Aussi servile que son compère Pujadas !

 

Et la soirée se termine en apothéose.

La Chabot invite deux jeunes loups,

version ultra-libérale,

et version libérale (mais sous drapeau "socialiste").

Aussi ambitieux.

Copé plus réactionnaire que Celui, au sommet,

qu'il veut supplanter.

Avocat d'affaires comme Sarkozy,

au service des affairistes sans patrie,

toujours prompt à pourfendre les conquêtes sociales

et à défendre les intérêts des privilégiés.

Quelles différences avec Valls ?

Tous deux juifs, tous deux rêvant de diriger la France,

tous deux libéraux, même si Valls se prétend de gauche,

et le bel espagnol, lui, a été à Bilderberg.

 

Pourquoi leur pote Bornstein les a-t-il invités

sur le plateau de A vous de Juger

(dont il est rédacteur en Chef) ?

Favoritisme de groupe ?

Les deux, certes, sont de bons ambassadeurs d'Israël:

L'un, Copé, pour perpétuer à la place de Sarkozy

le Système militaro-libéral,

et même l'accentuer et l'ancrer définitivement,

aux dépens des Français, et surtout des plus modestes,

l'autre pour ultra-libéraliser le PS déjà libéral.

Bref, deux versions d'un même modèle,

d'un même type d'individu,

communautariste, libéral, ambitieux,

au service du Nouvel Ordre Mondial,

version d'une dureté impitoyable, Copé,

et l'autre, Valls, version plus soft, au moins en paroles.

Bref aussi, deux roues de secours

d'un capitalisme criminel démasqué et discrédité !

Les Décideurs anglo-saxons et sionistes, en coulisses,

préparent l'alternative pour calmer le peuple.

Sans lui dire que ces deux-là

sont en réalité au service du même Système !

 

Voilà nos médias.

Et si la Chabot fait venir de Villepin et Védrine,

(après elle pourra se vanter de servir le pluralisme),

ce n'est surtout pas pour les opposer au Système Sarkozy,

mais pour aborder le sujet de la diplomatie,

à la lisière, côté africain où l'on s'embourbe facilement,

car il ne faut surtout pas dire aux Français la vérité :

Sarkozy, contre la volonté du peuple qui l'a élu

(en écoutant les bobards des journalistes aux ordres),

vend la France aux Américains et aux Israéliens,

sacrifiant ses traditions, ses idéaux, ses valeurs,

décidant seul de l'orientation de la politique étrangère,

l'alignant complètement sur les diktats yankees.

L'asservissant, l'enchaînant à des intérêts étrangers !

Oui, la Chabot fait venir de Villepin et Védrine

pour tenter de leur faire commettre un faux pas fatal,

(pour qu'il soit relayé dans les médias),

sur des sujets sensibles, la Côte d'Ivoire,

le terrorisme, l'Islamisme.

Machiavéliquement, pour que ces deux grands diplomates

se mettent à dos la frange racisle,

lepéniste, de la France !

Sans jamais leur donner la possibilité d'aborder

les questions qui fâchent, la politique anti-sociale

du Gouvernement, et sa politique étrangère

bradée, dissoute dans l'OTAN impérial et impérialiste.

 

Et la soirée se termine comme une chaîne sioniste

peut le faire (sans l'avouer honnêtement):

Par une page, encore et toujours

(à travers Anne Franck cette fois §),

pour apitoyer les Français sur le sort des malheureux juifs,

persécutés - au moment où leurs décideurs

persécutent aux quatre coins du monde,

ici les Palestiniens, là les Tunisiens

(en tentant d'organiser la terreur

pour que la révolution échoue,

pour que le pays ne se démocratise pas,

 ne se libère pas de ses chaînes), 

ailleurs les Irakiens, les Afghans,

les Soudanais, les Haïtiens, etc etc.

 

Elle est pas belle, la télé

aux mains des sionistes

Pujadas, Calvi-Krettly, Bornstein,

Copé, Valls et tutti quanti ?

Et après, on va traiter d'antisémites

ceux qui demandent des médias honnêtes,

qui informent, qui respectent le pluralisme,

qui organisent de vrais débats,

et qui ne font pas la chasse aux Musulmans,

aux Iraniens, aux Russes, aux Chinois, aux Cubains...

pour servir les intérêts de la Haute Finance ?

 

Honte à vous les Pujadas, les Calvi-Krettly, les Bornstein,

de trahir votre profession,

et pire encore, la France et les Français !

Vous ne méritez que le mépris.

Et le boycott de ces médias communautaristes infâmes

au service de la propagande et de la désinformation !

 

eva R-sistons


 

France24 d'Ockrent,

ce n'est pas mieux.

Heureusement, Gérard Leclerc, sur LCP,

et Gilles Leclerc, sur Public Sénat,

permettent, eux, de vrais débats,

(même si la part faite au Figaro est grande),

et une information digne de ce nom.

C'est si rare aujourd'hui, qu'on doit le signaler.

Quant à moi, je vais changer de chaîne

(je suis sur FR2),

c'est insupportable de voir toujours

les mêmes images défiler,

de Juifs persécutés,

alors que la Shoah concernait bien plus

les Tsiganes, et autant les homosexuels,

les handicapés mentaux, les Russes,

les résistants, les communistes, les témoins de Jéhovah...

 

Ces images sur la Shoah des seuls Juifs

  sont d'autant plus insupportables

que des citoyens de cette Communauté,

avec leurs amis anglo-saxons et francs-maçons,

préparent en coulisses la Shoah... planétaire !

Et que ces images éclipsent les autres souffrances,

bien plus effroyables:

Celles des Amérindiens, un vrai carnage,

cent millions de victimes,

ou les 22 millions d'esclaves noirs,

vivant un martyre quotidien !

Sans parler de TOUS les autres,

Arméniens, Rwandais, Irakiens...

PERSONNE n'a le monopole de la souffrance !

 

Jusqu'à mon dernier souffle,

l'injustice me sera insupportable.

Bon sang, indignons-nous contre l'intolérable,

comme le grand Stéphane Hessel,

Juif... persécuté par les siens

pour oser la Parole réellement libre

et libérant réellement !

 

Nous avons, comme les Tunisiens,

besoin d'être libérés, nous aussi,

des chaînes qui nous rendent captifs,

chaînes politiques, alimentaires, médicales,

policières, guerrières ... !

 

Et quand je vois tous les jours les images

 de la Shoah ou d'Israël,

je bous, et je commence à dire:

Vive la Palestine  libre !

Car l'excès de propagande

se retourne contre ses auteurs.

Un jour ou l'autre !

Heureusement... 

 

§ Il paraît que toute l'histoire d'Anne Franck

  serait romancée pour les besoins de la propagande !

On en a fait une icône pour mieux apitoyer

ceux qui seraient tentés de critiquer Israël...

En pure perte ! Car trop, c'est trop !

Et c'est malhonnête !

 

La soirée FR2 se termine 

 avec l'interview de Christine Orban

par Monique Atlan (qui rêve d'une guerre contre l'Iran).

La boucle est bouclée !

Vous avez dit télé sioniste ?  Communautariste ?

J'ai mal à la France de Voltaire...

 

Non ! Ce n'est pas fini, l'intox !

Voici maintenant un film de Lanzman sur la Shoah,

sur les camps d'extermination !

La télé est occupée par les mêmes,

par un seul sujet !

C'est ENORME ! Caricatural !

Jusqu'à quand va-t-on tolérer ce lavage de cerveaux

sur une chaîne PUBLIQUE ?


 

Indignez-vous ! (Stéphane Hessel)

 






Partager cet article
Repost0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 07:26

http://www.halalmagazine.com/category/islamophobie/

 

 

Messages subliminaux véhiculés contre les Musulmans,

pointés comme les boucs-émissaires

d'une société en pleine décomposition (eva)

 

Pour 42% des Français, la « présence musulmane » est « plutôt une menace » : c’est ce que vient de nous apprendre un sondage réalisé par l’IFOP pour le journal Le Monde. On a raison de s’en alarmer, mais pas d’être étonné-e : l’islamophobie progresse, ou plus précisément elle s’épanouit, se lâche, s’exprime en toute bonne conscience. Par voix de sondage pour les 340 personnes (42% des 809 sondés) qui ont accepté de répondre aux questions bêtes et méchantes de l’IFOP et de choisir la plus violente des réponses proposées, mais aussi de mille autres manières, au quotidien : regards hostiles, propos injurieux, discriminations… Sans parler des formes les plus haut-de-gamme, celles qui précèdent, préparent et légitiment toutes les autres : la stigmatisation politique, éditocratique, journalistique… et sondagière.
Il est bon de le rappeler : les sondages sont rarement neutres. Tous les scientifiques le savent : un instrument d’observation peut avoir un impact sur la réalité qu’il est censé enregistrer de manière objective, et même produire cette réalité – et c’est par excellence le cas des sondages d’opinion [1].
C’est le cas, tout particulièrement, du sondage de l’IFOP, pour la simple raison, d’abord, que ce sondage est performatif : le simple fait de poser la question d’une éventuelle « menace islamique » contribue à semer le doute, inquiéter, et donc donner consistance à ladite menace. Chacun-e a déjà pu l’expérimenter : le meilleur moyen de susciter la peur dans une situation anodine, par exemple à la tombée du jour ou en cas de coupure de courant, est de poser la question de la peur. Que l’on demande « Tu as peur ? » ou qu’on affirme « Moi je n’ai pas peur », ou même qu’on déclare qu’« Il n’y a aucune raison d’avoir peur », le message implicite est le même : « Tu pourrais avoir peur », et il y a donc bien, en réalité, des raisons d’avoir peur.
  • Texte

Le sondage de l’IFOP est d’autant plus anxiogène qu’il ne dit pas, loin s’en faut, qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur. Par les mots qu’il utilise, il construit au contraire, de manière discrète mais d’autant plus pernicieuse, une scène belliqueuse sur laquelle s’opposent d’un côté « la France », « notre pays », et de l’autre la spectrale « présence » d’une étrange « communauté musulmane » :
« Diriez-vous que la présence d’une communauté musulmane en France est :
- plutôt une menace pour l’identité de notre pays ;
- plutôt un facteur d’enrichissement culturel pour notre pays ;
- ni l’un ni l’autre. »

Aucun de ces mots n’est neutre. Parler d’une « communauté musulmane », tout d’abord, c’est immanquablement suggérer que les musulmans n’appartiennent pas à la communauté nationale, ou pas vraiment, ou pas loyalement : ce qui est faux et tendancieux – la plupart des musulmans vivant en France étant français, et rien (sinon le racisme) ne permettant de préjuger de leur manière d’être français.
Quant au mot « présence », il réactive, sous une forme à peine euphémisée, le sinistre « occupation » de Marine Le Pen qui a fait la une ces dernières semaines, en suggérant que ladite communauté musulmane forme un corps étranger, n’entretenant pas ou peu de relations avec le reste du pays. Ce qui, là encore, est tout simplement faux : les musulmans sont parfaitement intégrés dans la société française, fût-ce à des places subalternes dans la division du travail, et à la place du mort – je veux dire du bouc émissaire – dans le jeu politique et l’espace médiatique.
Cette inquiétante étrangeté de « la communauté musulmane » est ensuite opposée à « l’identité » du pays, ce qui achève de dicter « la bonne réponse » – en tout cas pour toute personne qui, dans la temporalité TGV des questions-réponses de l’IFOP, reste dans le vague et dans l’abstrait : à l’évidence, l’Autre s’oppose à l’Identique, donc oui, l’Autre musulman ne peut que menacer l’Identité française.
Et pour celles et ceux qui ne l’auraient pas compris, la France est rebaptisée « notre pays », sous-entendu : « pas le leur » – ce qui là encore est aussi faux que tendancieux. Non seulement parce que la majorité des musulmans de France sont de nationalité française, mais aussi parce que des résidents étrangers peuvent tout aussi légitimement, dès lors qu’ils y ont élu domicile, considérer la France comme leur pays.
Enfin, la structure binaire plutôt…/plutôt… construit de toutes pièces une alternative tout à fait fallacieuse : l’Islam serait soit une menace, soit un enrichissement. La question laisse il est vrai la possibilité de répondre « Ni l’un ni l’autre », mais sans donner aucun contenu substantiel un tant soit peu précis et concret à ce « Ni l’un ni l’autre » – alors que, de facto, l’Islam peut représenter, pour un musulman comme pour un non-musulman, mille autres choses qu’une menace identitaire ou un enrichissement culturel.
  • Hors-texte

Une réponse, par exemple, n’est pas proposée, alors qu’elle aurait sans doute pu recueillir un nombre conséquent de suffrages :
« L’Islam ne représente absolument rien pour moi. Je ne connais pas, et j’ai bien d’autres chats à fouetter. »
Ou encore celle-ci :
« l’Islam, pour moi, est une religion parmi d’autres, à laquelle on pourrait peut-être commencer à lâcher la grappe ».
D’autres réponses assez basiques ne sont pas proposées, par exemple celle-ci :
« La communauté musulmane n’existe pas, cette expression ne veut rien dire, on ne peut pas mettre tous les musulmans dans le même sac. »
Ou encore celle-ci :
« Les musulmans ne forment pas une communauté, ils sont différents les uns des autres, exactement comme les non-musulmans sont différents entre eux. »
Mille autres réponses possibles peuvent être imaginées, et en particulier des réponses non-racistes. En ne les proposant pas, en imposant une fausse alternative entre enrichissement culturel et menace identitaire, le sondage de l’IFOP maximise – c’est arithmétique – les chances pour la réponse raciste de casser la baraque : pour tous ceux qui n’éprouvent pas de sympathie ou de curiosité particulière à l’égard de « la culture musulmane », pour tous ceux qui se contrefoutent de la problématique de l’« enrichissement culturel », pour tous ceux qui, tout simplement, ne voient pas ce que ces mots au fond très vagues peuvent bien signifier, il ne reste plus que :

  • - le refus de répondre, qui est la plus sage des réactions, mais que l’orgueil humain et le plaisir d’être pour une fois entendu nous poussent bien souvent à ne même pas envisager [2] ;
  • - le vague et peu engageant « Ni l’un ni l’autre » ;
  • - la première réponse, « la bonne », qui a pour elle l’apparente évidence de la tautologie : l’altérité (musulmane) menace l’identité (nationale).

En caricaturant à peine, je serais tenté de conclure que la question manifeste – « Diriez-vous que l’Islam est une menace ? » – recouvre une question latente et subliminale, nécessairement entendue par les sondés :
« Savez-vous que l’Islam est une menace ? »  [3]
Ce à quoi 340 personnes sur 809 ont donc accepté d’acquiescer. Il ne s’agit pas en disant cela d’exonérer lesdits 340 de toute responsabilité : il y a après tout 469 autres sondés qui n’ont pas joué le jeu, et même davantage si l’on songe aux refus de répondre – toujours effacés soigneusement des résultats publiés par des instituts de sondage soucieux de nous convaincre que leurs questions idiotes et orientées passionnent tous les Français.
Il s’agit plutôt de souligner que les 340 racistes déclarés ne portent pas l’entière responsabilité de leur « opinion », et que les experts en blouse blanche de l’IFOP n’ont pas seulement « enregistré » cette immondice mais l’ont aussi légitimée, en mettant ces réponses racistes au coeur du débat public, et co-produite, en allant poser à des gens qui n’en demandaient pas tant une question qui est tout sauf neutre – puisqu’aussi bien un milliard d’autres menaces virtuelles (ou, pour certaines, bien réelles) ne sont jamais (ou très rarement) mises sur le tapis sondagier : la menace par exemple que pourrait représenter le catholicisme, le judaïsme, le bouddhisme, le libéralisme, le socialisme, le romantisme, le cubisme, le scoutisme, l’athlétisme, l’alcoolisme, le tabagisme, le tourisme, l’échangisme, le journalisme, l’éditorialisme ou… les sondages eux-mêmes !

  • Contexte

Il ne s’agit pas non plus de faire des sondeurs les seuls « engraineurs », ni même les principaux. L’effet performatif de la question de la menace n’atteint ici sa pleine efficience que parce que ladite question advient dans un contexte particulier, beaucoup moins anodin que la tombée du jour ou une coupure de courant, et beaucoup plus anxiogène : elle ponctue un flot quotidien et ininterrompu d’invectives politiques, de tribunes injurieuses, d’éditoriaux alarmistes et de faits divers dramatisés qui ont, depuis le 11 septembre 2001 et plus encore ces derniers mois, fait de l’Islam la figure par excellence de la menace. Moyennant quoi les sondés savent inconsciemment, lorsque la question leur est enfin posée, quelle est la bonne réponse – celle qu’il convient d’apporter pour donner à son interlocuteur aussi bien qu’à soi-même l’image d’un citoyen responsable, informé, lucide, bref : « averti ».
Cet alliage explosif bruit médiatique + sondages et sa force de suggestion ne sont pas de pures conjectures sorties de mon cerveau paranoïaque : n’importe quel-le psychologue, n’importe quel-le sociologue, sait que l’expression d’une opinion n’est pas un phénomème simple et strictement individuel, mais au contraire une interaction, dans laquelle se jouent de manière largement inconsciente des rapports de pouvoir, des stratégies de distinction et de présentation de soi, des questions d’image, de confiance, de légitimité… Ces phénomènes ont d’ailleurs maintes fois été vérifiés, à chaque fois par exemple qu’on a eu la bonne idée de comparer plusieurs sondages, portant sur les mêmes objets mais formulés différemment – et notamment lorsqu’on a comparé des sondages-standard, proposant une formulation hyper-générale sur un « sujet de société » ayant fait l’objet d’un matraquage médiatique, avec des enquêtes beaucoup plus rares renvoyant les sondés à leur propre individualité, leur propre vécu et leur propre ressenti :
  • - une enquête parue dans L’Humanité en novembre 2002 a par exemple fait apparaître que des sondés pouvaient faire de « l’insécurité » le plus préoccupant des « problèmes », devant neuf autres « problèmes » énoncés (comme l’emploi, les retraites, l’éducation ou la santé), et faire de « l’insécurité dans mon quartier et ma ville » le problème le moins préoccupant, très loin derrière « mon emploi », « ma retraite », « ma santé » ou « l’éducation de mes enfants »  [4].
  • - en avril dernier, un même sondage nous apprenait que 66% des jeunes de 15 à 24 ans estimaient, quand ils étaient interrogés sur « l’autorité en général », que les parents n’en avaient « pas assez », mais que ces mêmes jeunes étaient 89% à estimer que leurs propres parents avaient « suffisamment d’autorité » sur eux.

Qu’est-ce à dire ? Tout simplement que nous sommes capables d’oublier nos propres vies, nos propres expériences, nos propres griefs et nos propres inquiétudes, dès que nous nous trouvons en situation d’avoir à exprimer « une opinion » sur un « problème de société » médiatiquement homologué, et qu’alors nos réponses consistent essentiellement à montrer que nous savons « ce que tout le monde sait » – qui n’est rien d’autre que ce que la télévision nous a appris.
C’est ce phénomène qui explique qu’une même « opinion publique » peut, tour à tour et dans un très court intervalle, se montrer par sondages

  • - impitoyablement sécuritaire et répressive au lendemain d’un crime atroce qui a fait la une du 20H ;
  • - formidablement humaniste et protestataire, capable d’une forte compassion avec des taulards après deux semaines de médiatisation d’un livre dénonçant les conditions de vie dans les prisons  [5].Moyennant quoi le 42% de l’IFOP sur la « menace islamique », comme tous les résultats de sondages, ne nous apprend rien de précis sur le for intérieur, l’intime conviction ou le ressenti profond des Français, et pas davantage sur leurs doutes, leurs contradictions et leurs tiraillements intérieurs, mais nous renseigne en revanche de manière infaillible sur le contenu des magazines, des JT et des talk-shows – et donc sur les préoccupations, les stratégies ou les fantasmes de la petite élite sociale et politique qui décide de ce contenu.

Moyennant quoi, aussi, on pourrait imaginer un contre-point rassurant au sondage ignoble de l’IFOP, qui nous ferait descendre bien en-dessous de ce terrifiant 42% – un sondage par exemple qui demanderait :
« Avez-vous déjà été menacé par un musulman ou une musulmane ? »
Ou même, puisque c’est le « ressenti » des Français que prétendent recueillir les sondeurs :
« Vous êtes-vous déjà senti-e menacé-e par des musulmans ou des musulmanes ? »
Ou encore : un sondage qui demanderait à chacun-e si il ou elle a déjà eu souvent, régulièrement, rarement ou jamais, à se plaindre du comportement d’un musulman, mais aussi d’un catholique, d’un policier, d’un employé de guichet, d’un propriétaire, d’un employeur ou d’un supérieur hiérarchique. Nul doute que la « menace islamique », telle que « les Français » la « ressentent », s’en trouverait pour le moins relativisée.
  • Effets
Je le répète, mon propos n’est pas ici d’innocenter à tout prix les 340 racistes anonymes que l’IFOP vient d’élever au rang de « stars d’un jour » : même chauffés à blanc – c’est le cas de le dire – par des médias et des sondeurs zélés, ils portent la responsabilité d’un consentement qu’ils étaient fortement incités à donner, mais pas absolument obligés. Il s’agit simplement de souligner l’écrasante responsabilité de tous ceux qui, en amont, ont produit, attisé et légitimé ce racisme.
Mon propos n’est pas davantage d’opposer les salauds qu’acceptent de devenir les sondés quand on leur pose une question générale au chic type qu’ils redeviennent immédiatement quand on les renvoie à leur propre vie, dans leur propre ville, avec leurs propres collègues ou voisins musulmans. Les choses sont malheureusement plus complexes, dialectiques, dynamiques – et là encore performatives : si une même personne peut dire au même instant t que « l’Islam est une menace » et qu’elle n’a jamais rien eu à reprocher à un musulman, le premier énoncé finit par produire un effet sur la seconde problématique.

Je m’explique : entendre tous les jours que l’Islam est une menace, entendre un jour que 42% des Français le pensent, être amené soi-même à prononcer cette phrase magique, tout cela transforme une subjectivité, engendre des comportements (par exemple des réflexes de méfiance ou de défiance face à toute « manifestation ostensible d’islamité ») et bouleverse donc les interactions futures avec des musulman-e-s de chair et d’os. Pour être plus concret : à force d’entendre, puis de dire soi-même, que l’Islam est une menace, on finit qu’on le veuille ou non, qu’on le sente ou non, par adopter vis-à-vis des musulman-e-s qu’on croise une attitude hostile, distante, craintive ou méprisante, que lesdit-e-s musulman-e-s ne peuvent que ressentir, à laquelle ils ou elles ne peuvent que réagir – et à laquelle ils ne peuvent réagir que d’une manière vive qui sera à son tour décryptée par notre bon français comme la preuve que, décidément, « l’Islam est une menace ». Avec en prime, cette fois-ci, une « expérience » à faire valoir si d’aventure on le sonde sur son rapport personnel avec des musulmans réels.
  • Système

Voilà dans quels cercles vicieux nous ont enfermés plusieurs années de journalisme racoleur et tendancieux (sur « la poussée fondamentaliste », « les filières terroristes » et « les reculs de la laïcité »), d’éditorialisme belliqueux (sur « la défense du modèle républicain »), d’opérations idéologiques (sur « l’identité nationale », « les tournantes » et « les cités du mâle ») et de législations d’exception (sur « le voile » en 2004, sur « la burqa » en 2010).


Les 340 racistes anonymes de l’IFOP ne sont en somme que la toute petite partie émergée d’un immense iceberg : c’est tout un système qui porte aujourd’hui l’idée que « l’Islam est une menace ». Un système dont les agents – conscients ou pas – sont des ministres, des partis de droite, des partis de gauche, des patrons de presse, des intellectuels, des journalistes… et des sondeurs. Un système qui a ses petites mains mais aussi ses Grands Commis : Yves Calvi, Christophe Barbier, Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Caroline Fourest, Alain Finkielkraut, Élisabeth Badinter, Fadela Amara, Sihem Habchi, Abdennour Bidar, Abdelwahab Meddeb, Michel Onfray, Philippe Val, Robert Redeker, Claude Lanzmann et Bernard-Henri Lévy… Un système qui constitue, pour le coup, une véritable menace – pour la démocratie, pour la paix civile, mais plus directement, plus immédiatement, plus durement, pour les musulmans.
Est-il encore temps d’enrayer cette machine infernale ? Y-a-t-il encore une gauche pour rompre clairement avec cette dynamique, plutôt que « refuser-la-haine-de-l’autre-tout-en-restant-à-l’écoute-de-l’inquiétude-des-Français » ? Les musulmans doivent-ils ne plus compter que sur eux-mêmes et une poignée d’islamogauchistes ? Faut-il agir sur le terrain juridique, politique, social, culturel, à l’échelle locale, nationale, internationale ? Je n’ai évidemment pas la réponse – mais une chose est sûre : la propagande islamophobe bat son plein et porte ses fruits, les injures, violences et discriminations sont quotidiennes, et l’histoire nous a appris que tout cela peut, si on laisse faire, aller encore plus loin.

P.-S.

Sur le même sujet :
Thomas Deltombe, « Un islamisme télégénique »
Thomas Deltombe, « Armer les esprits : »
Houria Bouteldja, « De la cérémonie du dévoilement (Alger, 1958) à Ni Putes Ni Soumises : l’instrumentalisation coloniale et néo-coloniale de la cause des femmes »
Laurent Lévy, « Censure, droit au blasphème et islamophobie »
Pierre Tevanian, « Une révolution conservatrice dans la laïcité »
Pierre Tevanian, « La faute à Voltaire ? »
Pierre Tevanian, « Anatomie de l’opération Burqa »
Pierre Tevanian, « Naissance de l’islamophobie neuroscientifique »
Sylvie Tissot, « Toujours plus soumises »
Les TumulTueuses, « Féministes contre la xénophobie, féministes contre la loi sur le voile intégral »
Anne Souyris, Caroline Mécary, Emmanuelle Cosse, Karima Delli, Véronique Dubarry, « Pour Ilham Moussaïd »
Mona Chollet, « Phil & Robbie, Sister Fourest et le spectre de l’islamisation »
Leila Belkacem, « Élisabeth, la crèche et la voilée »
La Voilée, « Va te faire voiler ! »
Princesse de Clèves Islamogauchiste, « Décrypter le décryptage islamophobe de L’Express »
Frédéric Gies, « Manta : la chasse au voile, version chorégraphique »
Ismahane Chouder, Malika Latrèche, Pierre Tevanian, « Les filles voilées parlent »
Mariame, « Marianne, ta tenue n’est pas laïque ! »

Notes

[1] Cf. aussi Collectif Les mots sont importants, « État de l’opinion ou opinion de l’État ? ».

[2] Et qui, lorsqu’on l’a envisagé et pratiqué, n’est de toute façon pas comptabilisé !

[3] De même que, symétriquement, l’autre hypothèse recouvre sous une forme manifeste – « Diriez-vous que l’Islam est un facteur d’enrichissement culturel ? » – une question latente et subliminale :
« Vous ne croyez tout de même pas que l’Islam est un facteur d’enrichissement culturel ?!! »

[4] Les sondés étaient 80% à qualifier l’insécurité urbaine de « préoccupante », mais seulement 19% à se déclarer « plutôt » ou « très insatisfaits » de la sécurité dans leur quartier et leur ville – contre 81% de « plutôt » ou « très satisfaits » ! Pour une analyse critique des sondages sur l’insécurité, cf. Pierre Tevanian, « La France d’en bas n’a rien demandé ».

[5] Ce qui se produisit en janvier 2000, après la parution du livre de Véronique Vasseur, Médecin Chef à la prison de la Santé.


Pierre Tevanian pour   http://lmsi.net/Pour-100-des-musulmans-les

Relire :

 

http://www.islamenfrance.fr/2011/01/10/reflexions-sur-la-construction-mediatique-de-l%E2%80%99islamophobie/

 

 

Les détracteurs de tous poils, à court d’arguments contre ce phénomène qui les dépasse, en viennent d’ailleurs de plus en plus à déserter le terrain intellectuel et les débats d’idées au profit des manifestations haineuses et de la promotion du « hooliganisme » xénophobe qu’ils jugent sans doute plus expéditifs pour défendre leur point de vue.

Après les « apéros saucisson pinard » provocateurs, étouffés dans l’oeuf par les Préfectures de Police de l’Hexagone pour « risques graves de troubles à l’ordre public », nos islamophobes se risquent aujourd’hui à organiser des « assises de la haine (1) » dans le but non dissimulé d’inciter leurs émules à réprimer brutalement les expressions islamiques. Les ténors nationalistes européens auront donc une tribune libre et un public acquis à leur cause pour éructer à loisir leurs divagations et leurs techniques de répression. En surfant sur la crise économique et les frustrations qu’elle engendre chez les esprits simples, gageons que ces apprentis sorciers n’auront aucun mal à réunir les ingrédients nécessaires pour initialiser l’épuration ethnique qu’ils appellent de leurs voeux. Tant que c’est encore possible, et s’ils s’intéressent véritablement à maintenir la paix sociale, les Pouvoirs Publics seraient bien inspirés d’intervenir au plus vite et fermement pour empêcher la prolifération de ces rassemblements racistes. Quand la guerre aura éclaté entre les communautés, il sera trop tard pour calmer le jeu. Lire le reste…

 

http://www.halalmagazine.com/category/islamophobie/

 

 

Oui à la défense des chrétiens, non à l’islamophobie
Nanterre, 27 décembre 2010 (Apic) Mgr Gérard Daucourt, évêque de Nanterre et membre du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, s’inquiète de l’amalgame fait entre terrorisme et islam. Il appelle les croyants à cultiver la fraternité avec les musulmans, dans un message publié le 20 décembre. Pendant les fêtes de Noël, les chrétiens ont été victimes de graves violences.
Mgr Gérard Daucourt, évêque de Nanterre et membre du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens (Photo: Diocèse de Nanterre)

 

 

L'article ici :

France: Mgr Daucourt condamne l’assimilation de l’islam au terrorisme

 

A lire :

 

L’islamophobie est à la source du nouveau populisme de droite

 

  • Le blog d' Eva, R-sistons à la crise

 

 

Ne soyons pas complices de cette campagne islamophobe permanente, alimentée par des attentats ou des enlèvements perpétrés par les Services Secrets ! Elle vise d'une part à détourner notre attention des VRAIS responsables de nos problèmes, et surtout, elle nous prépare à accepter d'envoyer nos enfants mourir pour les multinationales apatrides, via un  choc de civilisations artificiellement provoqué. Enfin, tout cela profite, artificiellement aussi, à Sarkozy, qui en 2012 surfera sur NOS peurs !

 

eva R-sistons aux mensonges

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 13:57
Israël recrute des propagandistes en Europe (Le Courrier)

FUITE • Lieberman cherche mille personnalités amies.Pour préparer l’opinion à une attaque contre l’Iran ?

Le document n’a pas été filtré par WikiLeaks. C’est le Guardian de Londres qui se l’est procuré directement : un câble transmis en novembre par le Ministère israélien des affaires étrangères à ses ambassades dans dix pays européens. Il contient l’ordre du ministre Avigdor Lieberman de trouver d’ici à fin janvier environ mille personnes qui agiront en « amis d’Israël ».

Elles devront être « recrutées parmi des journalistes, universitaires, étudiants et militants soit juifs soit chrétiens ». Elles seront informées par des fonctionnaires israéliens pour intervenir en faveur d’Israël par des articles, lettres et interventions dans des assemblées publiques. Elles devront non seulement recevoir des messages mais en faire une active promotion.

Les principaux centres de cette campagne seront cinq capitales européennes : Londres, Paris, Berlin, Madrid et Rome. Là, « les ambassades israéliennes recevront des fonds pour recruter aussi des professionnels : sociétés spécialisées en relations publiques et lobbyistes ». Elles auront comme tâche de renforcer l’action des « amis d’Israël » en diffusant des messages politiques sur des arguments comme la position israélienne à l’égard des Palestiniens et la violation des droits humains en Iran.

Le Ministère des affaires étrangères suggère en outre aux ambassades en Europe d’organiser mensuellement des événements publics de haut niveau en faveur de la politique israélienne et d’inviter des personnages influents à visiter Israël. Lieberman lui-même rencontrera en janvier ses ambassadeurs dans les pays européens pour donner une impulsion à cette nouvelle « offensive dans les relations publiques ».

Interviewé par le Guardian à propos de ce document, un fonctionnaire israélien s’est refusé à commenter la découverte. Il a cependant déclaré : « Evidemment nous cherchons toujours de nouvelles façons d’améliorer nos communications, il n’y a rien d’étrange à cela. » Il a ainsi précisé qu’il « existe une préoccupation particulière sur la façon dont Israël est vu à l’étranger, en particulier dans certains pays d’Europe occidentale ».

Une nouvelle offensive de propagande du gouvernement israélien est donc en train de se préparer, focalisée dans les principales capitales européennes, parmi lesquelles Rome. Pourquoi en ce moment ? On se souviendra que, bien que la propagande soit une denrée quotidienne (pas seulement pour Israël), la dernière grande campagne israélienne fut lancée en décembre 2008 pour présenter l’opération « Plomb durci » contre Gaza comme une action défensive. Il n’est pas difficile de comprendre quel est l’objectif de cette nouvelle campagne : convaincre l’opinion publique italienne et européenne que non seulement Israël mais aussi les pays européens sont menacés par l’Iran.

En préparant ainsi l’opinion à accepter comme inévitable une nouvelle guerre, encore plus catastrophique, au Moyen-Orient. Il faudra nous en souvenir quand les « amis d’Israël », recrutés par Lieberman, commenceront leur offensive sur les journaux et dans les talk-shows. MANLIO DINUCCI

Paru dans Il manifesto, 4 décembre 2010.

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Source : le Courrier du 30/12/2010

 

URL de cette breve 1469 - Legrandsoir.info

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 18:22

Alerte ! Les tenants, au sommet de la pyramide, qui rêvent d'imposer

un Nouvel Ordre Mondial totalitaire, militaire et financier,

divisent pour régner, dressent les citoyens les uns contre les autres,

masquent les vrais enjeux, les vrais périls.

Après la chasse aux Juifs et aux communistes,

voici le nouveau bouc-émissaire désigné à la vindicte populaire :

Le Musulman, l'Arabe, l'Islam.

Ne tombons pas dans ce piège infâme,

artificiellement provoqué à des fins hégémoniques et prédatrices,

et quotidiennement relayé par les Médias aux ordres.

Citoyens, ne soyons pas dupes de la scandaleuse manipulation !

Nos ennemis sont tout en Haut,

et pas à côté de nous...

Eva R-sistons aux impostures

conduisant aux chocs de civilisations meurtriers

et aux guerres nucléaires apocalyptiques !

 

 

 
 
 
 
 

http://curieuxlycee.blogspot.com/2008/12/mise-au-point-sur-le-choc-des.html

 

Les Médias au service du choc de civilisations,

par eva R-sistons

 

 

 

5 janvier 2011:

C dans l'Air, "Religions: Guerres à venir".

 

 

Si les guerres à venir deviennent un jour chocs de civilisations, c'est à cause de l'Occident qui sème partout divisions et haine, notamment à travers les Médias. Et non pas comme Calvi-Krettly voudrait le faire croire, à cause des méchants Islamistes (amalgame facile mais honteux, ensuite, avec les Musulmans) qui se lanceraient dans des croisades d'ailleurs perdues d'avance ! 

 

En réalité, les guerres qui sont programmées, seront "préventives, permanentes, totales, et même nucléaires" et pour satisfaire les appétits pantagruéliques des banksters et des affairistes véreux, des multinationales de mort de l'Occident. Voilà la vérité qu'on dissimule derrière un pseudo conflit de civilisations, en réalité artificiellement provoqué par l'Occident prédateur, hégémonique, assassin, pour masquer ses vraies intentions et pour dresser les citoyens contre les Musulmans, et les Arabes, dont le péché est de ne pas vouloir s'aligner sur le "money-théisme" chrétien ou juif, sur les valeurs matérialistes et égoïstes de l'Occident. Et en prime, ces boucs-émissaires modernes ont dans leurs sous-sols des richesses convoitées par les cupides Occidentaux, seulement désireux, bien peu chrétiennement, de s'emparer des ressources ne leur appartenant pas.

 

Quant à l'émission, que j'écoute d'une oreille, elle est, disons-le, programmée par le très sioniste Calvi-Krettly pour une fois de plus, dresser les citoyens contre les Musulmans et les Arabes haïs, aujourd'hui, par nombre de Juifs, c'est une réalité lourde de menaces, bien plus que celle des très peu nombreux Islamistes (et Al Quaïda, c'est juste deux mille militants, source ancien Chef de la lutte anti-terroriste en France, militants ne menaçant nullement un Occident sur-armé et sur-financé).

 

Et le sieur Calvi se défoule ! En écrivant, voici ce que j'entends:  "Vous n'imaginez PAS qu'on puisse DISCUTER avec les Frères Musulmans !" - "Les Musulmans intégristes s'en prennent aux Chrétiens d'Orient car ils incarnent l'Occident" - "Les Eglises d'Occident sont-elles devenues des cibles pour les "terroristes" ? "L'Eglise copte est menacée en France, à Châtenay Malabry" - "Selon un sondage, l'Islam représente plutôt une menace, et l'intégration se passe plutôt mal" (évidemment, avec le conditionnement permanent des médias crapuleux, note d'eva) - "L'islam devient-il de plus en plus régressif et expansionniste ?" (et scandaleusement, Calvi-Krettly appuie bien sur les deux accusations, note d'eva) - "Cela ne favorisera-t-il pas l'émigration des Chrétiens vers l'Europe ?" (tous les poncifs y passent, note d'eva) - "Ne risque-t-on pas une dégradation - soigneusement favorisée et entretenue par les Médias, note d'eva - des relations entre Chrétiens et Musulmans au niveau mondial ?" (il en salive d'avance, le faux journaliste et vrai propagandiste Calvi-Krettly. C'est son but, de travailler aux chocs, les tensions sont alimentées par des apprentis-sorciers comme lui) - "L'inquiétude grandit parmi tous les chrétiens, pas seulement parmi ceux d'Orient" - "Les sondages montrent que les Musulmans sont craints" (le journaleux Calvi-Krettly adore jeter de l'huile sur le feu, note d'eva) - etc, etc.

 

Tout, absolument tout, est fait non pour informer honnêtement, mais pour conditionner l'opinion contre ces nouveaux boucs-émissaires, remplaçant désormais les Juifs d'antan. Et la déontologie ? Qu'en dissent ceux qui travaillent pour les Observatoires des médias ? Que font les Associations anti-racistes dénonçant les incitations à la haine ? Silencieuses car il s'agit de racisme anti-Musulmans et non anti-Juifs ? Deux poids deux mesures, alors ?

 


 
 
       
 
 

Les Mécaniques du chaos : bushisme, prolifération et terrorisme

 

.

Surprise ! Pour une fois, un invité indépendant, au franc-parler décapant ! Gageons qu'il ne sera pas réinvité ! Retenez son nom : Pierre Conesa. Lui remet les pendules à l'heure, quel plaisir, un vent frais d'honnêteté intellectuelle, pour une fois ! Et par exemple, "Montée de l'Islamisme radical ? Oui, mais pas plus de radicalisme que dans les deux autres religions monothéistes" ! - "L'erreur de l'Occident est de soutenir les dictatures" ! - "Les néo-évangéliques américains justifient la guerre en Irak !" (Et moi qui les connais bien, je peux affirmer que leur radicalisme est dangereux, il constitue une authentique menace pour la paix et pour la justice - sociale entre autres, car ils soutiennent la Théologie de la "prospérité", de l'Argent-Roi - Bush en est le plus affreux exemple !) ! - "Dans  TOUTES les religions, on a tendance à vouloir exterminer l'autre" - "Et les Juifs, quelle limite avec le Grand Israël" ? Tiens donc, voilà enfin une fois abordé, bien sûr furtivement, la responsabilité de ces derniers dans les guerres, les troubles, les conflits ! Car jamais, jamais on ne verra à la télévision le sionisme mis en cause, en accusation, dans son affreuse réalité militaro-financière à l'origine de tant de drames sur la planète,  c'est un sujet tabou, le "terrain est glissant" comme dit Pierre Conesa, bref les problèmes peuvent venir de partout, mais jamais de lui, c'est la vache sacrée de l'Occident cupide, inique et prédateur ! Et lorsqu'un intervenant dit "Les Juifs apportent également leur soutien aux Coptes", Calvi-Krettly jubile, et commente : "Très bien !". Une spontanéité qui en dit long sur son rôle à la télévision...


http://curieuxlycee.blogspot.com/2008/12/mise-au-point-sur-le-choc-des.html

 

.

En réalité, depuis le 11 septembre, j'ai toujours renvoyé dos à dos tous les intégrismes, et je m'élève avec force contre le fait que sauf exception inattendue  (et remarquable, comme avec un Pierre Conesa, intègre lui), on ne stigmatise que l'Islamiste, pour mieux l'instrumentaliser au profit... des profiteurs des Grandes Banques et des conglomérats de l'Occident criminel ! Les néo-évangéliques  et les néo-sionistes sont bien plus dangereux, car ils disposent des moyens financiers et militaires pouvant mettre à genoux la planète - et la ruiner, finalement, car leurs préoccupations sont aux antipodes des besoins humains, du Bien commun, de l'intérêt général ! Et ils songent les uns comme les autres à conquérir les plus hautes sphères du pouvoir, ainsi que le rappelle Pierre  Conesa. Pourtant, jamais les Médias aux ordres du Grand Capital et de l'Etranger (comme en Côte d'Ivoire, actuellement, où le candidat du FMI et de l'Occident est soutenu) n'évoquent le rôle de ces fanatiques trublions de l'ordre mondial (et je n'aborde même pas la question de leurs groupes extrémistes comme le Bétar, outrageusement sioniste et d'une violence rare), préférant braquer les projecteurs, au mépris de l'honnêteté la plus élémentaire, sur les seuls Islamistes qui, en fait, représentent peu l'ensemble de la Communauté musulmane. Et au risque de mettre le feu aux poudres nucléaires de la planète !

 

Hormis un "franc-tireur" comme l'intègre Pierre Conesa, les débats de C dans l'Air ne sont que de stériles discussions de salon entre des ultra-libéraux néo-conservateurs comme Barbier, de l'Express, et des économistes plaidant pour le Nouvel Ordre Mondial qui broie les peuples. Et lorsqu'un Musulman ou un Arabe est convié à représenter sa communauté, c'est un Abdennour Bidar, plus royaliste que le roi, ou plus exactement plus Occidental que les Occidentaux eux-mêmes, qui tire à boulets rouges sur "son" camp, traître de service, comme le sont des DSK, des Valls, des Kouchner, des Besson ou des Rocard au P.S., et qui piétine allègrement les idéaux musulmans parce qu'il ne les comprend pas, ou parce qu'il est trop bien installé dans le Système qui se sert de lui comme alibi... Là encore, Calvi-Krettly jubile en écoutant ce pseudo Musulman (invité pour  accréditer l'indépendance de la télévision) attaquer ses pairs : "Ce qui est inquiétant avec l'Islam..." - "L'Islam n'arrête pas de donner des signes de crispation"  (en réponse aux attaques continuelles de l'Occident, note d'eva) - "Tous les clignotants sont au rouge" - "De plus en plus l'Islam ne négocie pas" - "Il s'affirme de façon frontale"... Son rêve ? Que l'Islam se confonde avec les valeurs occidentales, avec  la "modernité", autrement dit... qu'il disparaisse, non ? Voilà le genre de potiche que Calvi-Krettly invite à son micro pour défendre les Musulmans, en... les attaquant ! En les discréditant, en les déconsidérant... (Comme l'animateur de C dans l'Air invite un Olivennes pour défendre Sarkozy et trahir  le Parti censé l'envoyer).

 

Quelle honte pour la télévision, quelle honte pour la France, un journaleux comme ce Calvi-Krettly ! A quand la laisse d'or de la désinformation, comme son compère l'inénarrable Pujadas, grand valet du Nouvel Ordre Mondial impérial devant Yahvé, et sans doute tous deux grands adorateurs du Veau d'Or au risque de s'attirer les foudres de Moïse, pour l'éternité ! 

 

En conclusion, je dirais que le pseudo terrorisme (en réalité très minoritaire, mais épinglé par les médias assoiffés de conflits et de chocs) est volontairement et artificiellement provoqué et alimenté par l'Occident machiavélique, quand il ne le crée pas lui-même avec des attentats sous faux-drapeau, portant une lourde responsabilité relevant selon moi de Tribunaux internationaux. Et j'ajouterais que la VRAIE menace ne vient pas des Islamistes, mais de l'Occident judéo-chrétien prédateur et assassin. Et cela, les Médias anglo-saxons (NouvelObs, le Figaro, Libération...) et néo-sionistes, ne le diront jamais. Tant pis pour la vérité, pour l'information, pour la liberté, pour la démocratie, pour les peuples !

 

Quant à Calvi-Krettly, à la solde de l'Oligarchie Anglo-saxonne et israélienne, sa place n'est pas à la télévision, mais au Pôle Emploi... Les maîtres recherchent des valets comme lui, et des soubrettes comme Marie Drucker. Pour les servir inconditionnellement !

 

Il est temps que le journalisme retrouve sa dignité, ses lettres de noblesse ! En se débarrassant de ses scories, d'abord...

 

eva R-sistons

 

 

http://r-sistons.over-blog.com/article-33390532.html

 

 


 


 

 

 


 

.

 

 

 

.  .

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:00

Le sort des musulmans en Europe : des « Nuits de cristal » au XXIe siècle

« Nous sommes tous les témoins passifs d’une barbarie sans cesse renouvelée. »
Günter Grass, Prix Nobel de Littérature

Depuis début décembre, deux événements anodins pour la presse française mais lourds de significations pour les Français de confession musulmane se sont déroulés. Il s’agit d’une déclaration de Marine Le Pen qui compare la prière des musulmans, le vendredi, à une « Occupation » avec son imaginaire dans les consciences qui rappelle les heures sombres de l’Occupation nazie en France. Quelques protestations comme celle du Mrap, noyées dan un océan, au mieux d’indifférence, au pire d’assentiment. On dit que 40% des Français que l’on est allé rapidement sonder approuvent Marine. C’est autant d’électeurs potentiels pour elle qui ambitionne de prendre la succession de son père en donnant du FN une image lisse, fréquentable. Marine Le Pen est dans le sens de l’histoire de l’Occident qui a décrété que l’Islam devait être pourfendu pour être détruit. Elle a tout à fait repositionné l’image du FN qui était auparavant vu comme un parti antijuif et qui maintenant devient un parti ouvertement islamophobe et protégé par la LDJ !

Même Jean Daniel a cru bon de nous donner son avis sur la déclaration de Marine Le Pen : « Il me paraît absolument normal et dans l’ordre des choses que Marine Le Pen devienne populaire et arrive à donner à sa formation, si elle en est le chef, un vrai pouvoir dans le paysage politique et électoral. Nous avions toujours prévu que le courant lepéniste se renforcerait lorsque s’écarterait de la scène Jean-Marie Le Pen, cet homme de l’entre-deux guerres et des vieilles milices antisémites, qui n’avait cessé de jouer avec les démons de la Seconde Guerre mondiale. (...) Marine Le Pen, dans ses excellentes prestations n’a pas su éviter un dérapage décidément génétique, celui d’évoquer une « Occupation ». Nous serions occupés par des étrangers dont les minarets et les prières publiques rappelleraient la présence en France des troupes nazies ! En fait, j’ai peine à croire qu’il s’agisse vraiment d’un dérapage. Je pense qu’elle a éprouvé le besoin de rassembler les fidèles de son père, dont elle avait, dangereusement pour elle, paru s’éloigner. Elle a estimé qu’elle avait toutes les chances de séduire les nombreux Français qui sont prêts à transformer leur allergie xénophobe en un rejet pur et simple de l’Islam français. » (1)

On le voit, pas de condamnation de celui qui connaît l’Islam, les musulmans, les Algériens, le même Jean Daniel qui écrivait en 1972 à propos de l’Occupation, dans « Le temps qui reste » : Quand on voit ce qu’a fait dans l’esprit des Français quatre ans d’Occupation allemande, on comprend l’action des Algériens. » Peut-être parce que Marine Le Pen est devenue plus fréquentable au point d’être invité, en Israël au même titre que les partis d’extrême droite européenne. Marine Le Pen, fille de Jean-Marie qui déclarait que les fours crématoires et la Shoah étaient « un détail de l’histoire ».

Un détail de l’histoire

Alain Gresh ne paraît pas étonné outre mesure, par les déclarations de Marine Le Pen. Ecoutons-le : « J’avais repris ces six arguments du Front national dans un précédent billet (« Peut-on encore critiquer l’Islam ? (II) - La lepénisation des esprits ») et montré comment ils sont devenus des thèmes récurrents dans les médias et dans les formations politiques. (...) Le fait que le FN n’a plus le monopole de ces thèmes est illustré par les tentatives de faire croire que nos banlieues vivent à l’ère de la charia et de l’oppression des femmes, qu’elles sont remplies de sauvageons à la fois islamistes et mafieux, dont le comportement s’explique par le Coran. (...) Autre exemple, celui du documentaire produit par Daniel Leconte, La Cité du mâle, et diffusé par Arte. Ce documentaire n’est pas seulement islamophobe - Daniel Leconte est un habitué de ces propos et de la mélancolie coloniale -, mais il a été truqué pour donner une image préconçue, ce qui n’empêche pas Arte, « la chaîne culturelle » (de la culture blanche, bien sûr), de continuer à le défendre. (..) Enfin, dans la stigmatisation des musulmans, on aurait tort d’oublier Alain Finkielkraut qui tient les mêmes propos que Marine Le Pen sans être diabolisé (lire Sébastien Fontenelle, « Suivant Que Vous Serez Le Pen Ou Finkielkraut... », les blog de Politis, 11 décembre 2010). (...) Un ancien Premier ministre socialiste disait que Le Pen posait les bonnes questions, mais apportait les mauvaises réponses. Qui prendra conscience que le FN pose de mauvaises questions et que tenter d’y répondre, c’est faire son jeu ? »(2)

Par ailleurs, le 18 décembre, un Rassemble-ment antimusulman a eu lieu. Toute la droite extrême européenne s’est donnée rendez-vous à Paris pour défendre les valeurs fondamentales de l’Europe menacées par une Hallalisation rampante. La France, qui s’intronise patrie des droits de l’homme, laisse ses extrêmes convoquer des assises de la haine. A ces assises du procès de l’Islam, le Suisse Freysinger a été ovationné par des centaines de personnes quand il a fait la promotion des référendums « antiminarets » et pour l’expulsion des délinquants étrangers, tous deux approuvés par les électeurs helvétiques, dont l’UDC avait été à l’initiative. Il a dénoncé le « dogme » et la « religion » du « multiculturalisme » : « Face aux coutumes de l’Islam, on s’aligne (...). Alors que nous ne pensons qu’à nos retraites, à nos vacances, à nos assurances, le monde musulman produit des armées de combattants, hommes et femmes prêts à sacrifier leurs vies en tant que bombes humaines et dans la guerre », a-t-il affirmé (3)

« Le message, c’est de montrer que l’Islam est une menace pour la laïcité et pour les valeurs de la civilisation européenne, le problème n’est pas qu’il n’y a pas assez de mosquées, mais qu’il y a trop de musulmans », a affirmé à l’AFP Fabrice Robert, le leader du Bloc Identitaire. Même le prix Nobel de littérature 2010, l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa, a déclaré samedi au Chili que « le fondamentalisme islamique avait remplacé le communisme comme principal ennemi de la démocratie ».

Invité, le 18 décembre 2010, dans leur émission hebdomadaire sur France Culture, « La rumeur du monde », par Jean-Marie Colombani et Jean-Claude Casanova, à l’occasion des vingt ans de sa revue La règle du jeu, Bernard-Henri Lévy a livré sa stratégie face à l’Islamisme, vivement approuvée par ses hôtes à quelques nuances près (...) Il s’agirait donc à nouveau d’un conflit idéologique comparable aux deux précédents conflits contre le Nazisme et le Communisme, regardés comme de simples occupants de l’Allemagne et de la Russie qu’il fallait ne pas confondre avec les deux pays concernés (..) La stratégie préconisée par B.H. Lévy consiste donc à opérer une distinction entre les radicaux islamiques qualifiés de « néo-nazis » qu’il faut combattre, et les modérés islamiques qui doivent être soutenus. Est-ce aussi simple ? M.Lévy refuse, d’un côté, d’admettre qu’une guerre existe entre l’Islamisme et l’Occident selon la thèse d’Huntington pour n’y voir qu’une guerre entre radicaux et modérés au sein de l’Islam, et, de l’autre, il prophétise la mort de l’Occident si la distinction entre radicaux et modérés n’est pas opérée. Celle-ci, s’écrie-t-il, est « indispensable sinon nous sommes morts. Les musulmans modérés et les Occidentaux musulmans et non musulmans. Si on n’opère pas cette distinction et si on n’élargit pas la brèche... »(4)

Bernard-Henry Lévy rêve d’une fitna inter-musulman puisque pour lui les Meddeb, Bendjelloun représentent l’Islam des Lumières opposé à celui des taliban, il appelle donc l’Occident et les musulmans modérés à combattre d’autres musulmans. La réalité lui donne raison. Les conflits actuels ont pour victimes des musulmans qu’ils soient modérés ou pas.

D’où vient cet acharnement antimusulman, cette islamophobie qui connaît un regain ? Il faut, d’après Samuel Vasquez, déconstruire le mot Islamophobie qui est devenu un mot « valise » une éponge, un fourre-tout bien pratique et qui permet de donner corps à tous les amalgames et à toutes les haines. Ecoutons-le : « Avec la bénédiction du pouvoir, dans l’esprit des récents « Apéros-Saucisson-Pinard » et autres « Soupes au cochon », une partie du gotha de l’extrême droite européenne s’est donnée rendez-vous pour quelques heures à l’Espace Charenton, et ce, afin de débattre - joyeusetés gauloises oblige -, des dangers d’une Europe en voie de « s’hallaliser ». L’usage du concept d’islamophobie accuse, en effet, deux écueils fatals, à savoir : d’une part, l’amalgame entre racisme antimusulman et légitime critique de l’Islam, entendue au sens strict comme questionnement d’une religion ; d’autre part, la lente et pernicieuse stigmatisation, sous couvert de liberté d’expression, d’une communauté de croyants.(...) Si, de nos jours, l’expression de convictions religieuses est une liberté dont jouit tout fidèle, chaque individu est libre de questionner un dogme religieux, d’interroger et de critiquer une religion, démarches intellectuelles et philosophiques qui relèvent du pur et simple usage de la liberté d’expression.

Le rêve d’une fitna

Ainsi en est-il de la critique de la religion musulmane, à la stricte et égale mesure de toute autre religion. Or, l’islamophobie, et c’est là son premier écueil, le terme « éponge » qui embrasse et décrit à la fois une situation de fait, les discriminations et traitements inégaux subis par les musulmans ; et son corollaire, à savoir la peur irrationnelle de l’univers mahométan, prête aujourd’hui à un pernicieux amalgame entre critique de l’Islam et racisme antimusulman. En entretenant une confusion entre la critique du message, le Coran, et celle de ses messagers, le Monde musulman, le concept d’islamophobie, orienté sous couvert de l’antiracisme, concourt à une mise sous verre de l’Islam. Car, une fois la critique de la religion associée invariablement à celle de ses croyants, l’anathème est jeté sur toute velléité de questionnement tant du dogme que de la pratique coranique. La notion d’islamophobie, ainsi appréhendée, participe clairement à amalgamer critique de l’Islam et racisme anti-musulman afin de proscrire du champ des débats intellectuels toute objection formulée à l’encontre de la religion mahométane. (...) Depuis lors, l’amalgame semble largement consommé. Le tollé provoqué en début de semaine par les déclarations de Marine Le Pen, comparant les prières de rue à l’Occupation allemande, suffit à lui seul à illustrer une situation de fait. Car ne sépare du rejet de l’Islam en France à celui, par extension, des populations d’origine maghrébine et arabe, qu’un pas, que la vice-présidente du FN se défend d’avoir franchi. (...) De Riposte laïque au Bloc Identitaire, les préjugés nourris envers la religion musulmane sont drapés des plus belles toges républicaines, de la défense de l’égalité homme-femme en passant à celle de la laïcité ; pour autant, ces subterfuges ne sauraient dissimuler le fond des discours, à savoir une lente mais sûre dégénérescence de la critique de l’Islam vers une stigmatisation de ses pratiquants. Ainsi, l’islamophobie apparaît être un concept suffisamment malléable à tout type d’extrémisme pour qu’il soit justifié de le récuser.(5)

A titre d’exemple, voyons comment sont protégés les juifs en France. Ecoutons Dominique Vidal : La scène se passe à l’Elysée, le 11 mai 2002. Appelé par le Premier ministre israélien, le président de la République en profite pour s’élever « fortement - dira sa porte-parole - contre la campagne antifrançaise en Israël visant à [nous] présenter comme un pays antisémite ». Peu après, le général Ariel Sharon dénonçait une « très dangereuse vague d’antisémitisme » et annonçait des « préparatifs » pour accueillir les juifs de France.(...) Indiscutablement, les attaques antijuives, en recul depuis dix ans, ont connu une recrudescence à partir de l’automne 2000 : incendies de synagogues et d’écoles juives, insultes et parfois agressions contre des porteurs de kippa...(...)Ces énumérations fondées sur des rapports communautaires, posent plusieurs problèmes. D’abord, l’insuffisante vérification des faits : ainsi l’incendie, emblématique, de la synagogue de Trappes se révélera être un accident (...) D’où ces « centaines d’actes antisémites » qui amenèrent Jean Kahn, le président du Consistoire central de France, à discerner « les prémisses d’une nouvelle Nuit de cristal », Alain Finkielkraut allant jusqu’à inventer le concept d’« Année de cristal »...Rappelons que, le 9 novembre 1938, les nazis détruisirent 191 synagogues et 7500 magasins, assassinèrent 91 juifs et en conduisirent 30.000 autres en camps de concentration...(...) »(6)

On l’aura compris, personne ne viendra au secours des Musulmans de France socialement défavorisés, ne serait ce que par la plume . Abandonnés par leurs pays d’origine avec lequel ils ont coupé tout lien affectif, ils se retrouvent à la merci de toutes les dérives. D’autant que l’Islam de France n’existe pas. Entre l’Islam sans aspérité et mondain d’un Abdelwahab Medebb, d’un Tahar Bendjelloun ou d’un Malek Chebel, plus soucieux d’être en odeur de sainteté, et l’Islam fondamental du petit peuple musulman de France, il y a un monde que le manque d’instance à l’image du Crif -qui, sans aller jusqu’à organiser un tribunal dinatoire selon Alain Finkielkraut, qui consiste, par sa puissance, à interpeller, voire admonester les dirigeants de la République-, aurait contribué à l’émergence d’espaces de dialogue devant permettre d’éviter ces solutions extrêmes et contre-productives qui consistent à prier dans la rue par manque de place dans les rares mosquées et garages.

Si rien n’est fait pour mettre un terme à ces dérives en Europe, il arrivera aux Musulmans ce qui est arrivé aux Juifs du XXe siècle, des Nuits de cristal de plus en plus récurrentes. Pour la première fois, il y a une internationale dans le mal qui décide de déclarer la guerre à l’Islam. Partout dans le monde, l’Islam est combattu au nom de la doxa occidentale,la majorité des conflits actuels mettent aux prises des musulmans avec un ordre occidental venu lui imposer sa vision du monde. Que l’on ne s’y trompe pas ! les ennemis des Européens d’en bas ne sont pas les étrangers, les mélanodermes et les musulmans qui, les premiers, servent de variables d’ajustement en temps de crise, c’est justement la crise générée par un libéralisme sauvage , une mondialisation-laminoir qui ne fait pas de places aux plus faibles, et qui se faisant sont sensibles au discours de la haine, de l’étranger qui vient moanger le pain des français et qui suprême provocation vient « occuper » nos rues pour nous imposer une hallalisation rampante de l’Europe.

Il arrivera un jour prochain où le racisme antimusulman servira d’exutoire à une mal-vie dont les racines sont ailleurs. Les Musulmans d’Europe même de la dixième génération doivent accepter , comme les autres citoyens, les lois de la République, éviter l’ostentation et le m’as-tu-vu, la religion devant rester pour tous du strict ressort de la sphère privée en espérant que la République se tienne d’une façon équidistante des religions et aplique dans les faits, la laïcité, rien que la laïcité, toute la laïcité . les Européens de confession musulmane se doivent d^être exemplaires et montrer que ce sont des citoyens à part entière qui respectent les lois de la République qui doit montrer sa forte volonté d’intégration en combattant l’intolérance et les discriminations

Pr Chems Eddine CHITOUR
Ecole Polytechnique enp-edu.dz

 

 
P.S.

1.Jean Daniel : L’homme de l’année Nouvelobs.15.12.2010

2.Alain Gresh http://blog.mondediplo. net/2010-12-17-Marine-Le-Pen-n-est-pas-le-probleme

3.Le Suisse Freysinger fait un tabac aux « Assises contre l’islamisation »NouvelObs.com 19.12.2010

4.Paul Villach : La tentation de Munich face à l’Islamisme Agoravox : 20.12.2010

5.Samuel Vasquez : L’ « islamophobie » : un concept à déconstruire http://www.legrandsoir. info/L-islamophobie-un-concept-a-deconstruire. Html

6.Dominique Vidal : Une « Année de cristal » ? Le Monde Diplomatique : Décembre 2002

 

 

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4884#forum16207

 

 

  • Le blog d' Eva, R-sistons à la crise

L'opinion d'eva R-sistons

 

 

M. Chitour,

Tu es l'un des plus grands penseurs de notre temps. Un vrai intellectuel, qui anticipe les problèmes, d'ailleurs ! Je déguste tes articles. Ta signature est gage de qualité.

Pour ma part, cela fait des mois que je dénonce cette montée du racisme anti-Musulmans (et anti-Arabes), qui se substitue au racisme de jadis, anti-Juifs, et qui est aussi abominable, et qui va en effet conduire à de graves stigmatisations, à des Nuits de Cristal, au choc de civilisations et au final à la tragédie nucléaire planétaire si on continue comme ça. Et je soupçonne (non sans raisons) des Juifs (alors qu'ils devraient être vaccinés par leur propre histoire, brandie sans cesse d'ailleurs de façon scandaleuse tandis que beaucoup d'entre eux se gênent de moins en moins pour alimenter le racisme anti-Musulmans - alors que TOUS les racismes sont abominables, il n'y en a pas qu'un seul) de contribuer au "lynchage" de ces nouveaux boucs-émissaires.

Il y a un an environ, j'ai écrit un post sur l'étoile verte après la jaune, sur
http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/

Et comme au sommet on essaie de détourner l'attention des vrais problèmes, des vrais AUTEURS des malheurs croissants des peuples, on accuse les Musulmans (après les Juifs et les communistes), ce sont les nouveaux boucs-émissaires, c'est intolérable.

Notre monde devient fou. Comment les Juifs qui ont vécu l'intolérable tolèrent-ils ce qui se passe actuellement ? Comment certains d'entre eux, tout en rappelant sans cesse la Shoah (des seuls Juifs d'ailleurs, alors que par ex proportionnellement les Tsiganes en ont été plus victimes), peuvent-ils se prêter à de telles campagnes, pouvant en effet déboucher sur des tragédies, et même, au moins en sous-mains (comme avec Marine le Pen qui a changé de cible, ayant sans doute compris que pour avoir le pouvoir - dont elle rêve -, aujourd'hui, il faut s'agenouiller devant le CRIF) participer pour certains à ces pré-progroms, c'est-à-dire les préparer en entretenant un climat sulfureux ?

Nous vivons des temps effroyables, avec le Nouvel Ordre Mondial, avec le conditionnement des esprits, aussi, pour préparer les citoyens aux futures croisades (meurtrières pour les peuples - et juteuses pour les Affairistes) pouvant déboucher sur l'apocalypse ultime.

Je défends à quiconque de m'accuser d'antisémitisme, en 40 j'aurais défendu les Juifs persécutés comme aujourd'hui je défends les Musulmans et les Arabes persécutés. La nouvelle Islamophobie en partie issue des rangs israéliens et de ses défenseurs, est une abomination dangereuse et tragique. La preuve: Un Stéphane Hessel est voué aux "bûchers" par des extrémistes de plus en plus nombreux ! Et je n'hésite pas à le dire: Le rôle des Médias (aux mains du Lobby sioniste, c'est un défilé permanent de leurs tenants, comme à FR2, France24 etc) est criminel. Ils jouent avec le feu. Au lieu d'informer, ils incitent à la haine raciale, et ils devraient être poursuivis.

Oui, la France est occupée. Mais pas par les Arabes et les Israéliens. Et les Médias, occupés eux aussi, sont scandaleusement partisans. Ne soyons pas surpris de voir les Médias de la Patrie des Droits de l'Homme décrocher la palme de la désinformation en Europe (avec la Hongrie, maintenant, et derrière l'Italie de Berlusconi).

Au fait, la France va donner des leçons à la Hongrie en matière d'information ? Sinistre plaisanterie !  Balayons devant notre porte...et notre porte, aujourd'hui, est pourrie à la base... elle est répugnante !

Qui libèrera la France ? En particulier de ses vieux démons racistes, soigneusement entretenus à des fins politiques militaro-financières.

Eva R-sistons à l'intolérable de la haine de l'autre, quel qu'il soit.

http://r-sistons.over-blog.com

.

.

2_ww_nuit_de_cristal

 

http://290364.canalblog.com/archives/2006/01/30/1292311.html

 

L'histoire  se  répète !

 

(JPG)
Une ligne de mire de fusil, une femme palestienne enceinte, une balle, deux tués...
(Israël et les intermittents des droits de l’homme)

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 09:30

 

 

 

Fr2 infos-poubelles, encore et toujours

par eva R-sistons

 

 

FR2 se moque du monde ! Pujadas le valet de l'Oligarchie qui conçoit des plans dévastateurs pour les peuples, au Journal de 20 h, nous a comme chaque soir, fourni un bel échantillon de propagande au service de ses maîtres. Trois exemples, saisis au vol pendant l'écriture d'un article :

 

- Gaza est évoqué en ces termes : "Ciel radieux à Gaza". Pourquoi, au fait ? Parce que les mères mettent au monde des enfants malformés, à la suite des innombrables bombardements sur le petit territoire ? Parce que ses habitants sont tous incarcérés (punition collective) et en voie d'extermination ?

 

- "Voleurs, assassins, dont cinq jeunes d'origine maghrébine semble-t-il". Il n'attend même pas d'avoir la preuve ! Au fait, quand le voleur ou l'assassin est d'origine juive, on n'en entend jamais parler. Tant pis si les faits, eux, sont avérés ! Réaction clanique, communautariste... Et on appelle ça de l'information ?

 

- Moralès, en Bolivie, augmente le prix de l'essence et se met à dos la population. Pour une fois ! Là, FR2 se jette sur l'ami des peuples. On n'a pourtant rien entendu sur FR2-poubelle quand le même Moralès a diminué l'âge du départ à la retraite...  Pour salir les dirigeants progressistes, FR2 est toujours là. Mais pour informer, jamais.... Au fait, quand parle-t-on de la casse sociale en France ? Pujadas préfère les faits divers, l'insécurité, pour dresser une partie des Français contre l'autre et préparer la ré-élection de celui qui détruit la France et l'offre à l'Etranger.

 

Presque chaque jour, l'Assemblée Nationale elle aussi aux ordres, vote des mesures anti-populaires. Et là, le journal de 20 h se tait. Information, ou désinformation et propagande ?

 

Ce média me donne envie de vomir. Et je suis journaliste de profession !

 

Et ne parlons pas des 13 h 15 du samedi et du dimanche de Delahousse, tournant en dérision les informations les plus graves pour abêtir les Français. C'est ignoble !

 

FR2 ? Télé-poubelle !

 

eva R-sistons

 

 

.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 23:36

Les Musulmans n'ont rien à voir

avec l'image donnée par les Médias

- témoignage

Le racisme des Médias est dangereux,

par eva R-sistons

 

 

Introduction d'eva R-sistons:
Le racisme des médias est dangereux
L'islamophobie, ça suffit !
.
J'ai lu le Coran, livre poétique, livre de paix, livre de tolérance. Rien à voir avec les caricatures qui sont données actuellement, en toute mauvaise foi. Lisez vous-mêmes ! Et le Coran reconnaît les 2 autres religions monothéistes, lui: juive et chrétienne.
Il ne faut pas confondre Musulmans et Islamistes radicaux, CHAQUE religion a ses extrémistes et ses fanatiques.
Les Chrétiens d'Orient ont toujours été bien traités par les Musulmans (Iran, Irak, Palestine, Liban...), s'ils ne le sont plus, c'est parce que les Occidentaux sèment partout divisions et haine dès qu'ils posent le pied en terre d'islam, pour des raisons impériales, divisant pour régner, et ensuite fasant main-basse sur le pays avec marionnette à l'appui quand le pays n'est pas bombardé ! Et les attentats sont probablement sous faux drapeau (CIA et MOSSAD, pour inciter les chrétiens à haïr les Musulmans et leur faire accepter l'abominable choc de civilisations qui conduira l'humanité à l'enfer nucléaire).
Les médias sont abjects: Ils jouent avec le feu, en incitant à la haine contre les Arabes et contre les Musulmans, à tous propos, en faisant preuve de mauvaise foi, en tordant les événements, en les falsifiant, en les grossissant.. A ce jeu ignoble, FR2 est passé maître (sur France24, par exemple, c'est plus insidieux, sournois, discret, mais très réel aussi)! Chaque jour ou presque, tout est bon pour fustiger, stigmatiser, inciter à la haine, au racisme, au choc de civilisations. Les médias deviennent des ferments de haine au lieu d'informer honnêtement ! Quand les associations anti-racistes se saisiront-elles de la question ? Ou seul le racisme  anti-Juif est-il stigmatisé ? Le climat actuel est irrespirable, il préfigure de nouvelles nuits de Cristal, cette fois contre les frères sémites des juifs, arabes, et contre les Musulmans. Ca suffit les interventions partisanes des BHL et autres faux intellectuels ! Ils devraient défendre la vérité, la paix, la justice, au lieu de militer outrageusement pour LEUR clocher ! 
Quant à nous, ne faisons pas le jeu des diviseurs pour mieux régner contre nous, ne nous trompons pas d'adversaires: ils sont en Haut, au sommet de la pyramide, pas à côté de nous, hier Juifs aujourd'hui Musulmans ou Arabes.
A l'heure des armes de destruction massive de l'Occident, tout cela va très mal finir si on ne stoppe pas rapidement la machine infernale du racisme, de la haine, des conflits, des guerres...
eva R-sistons à l'intolérable.
.
TAGS : Racisme, antisémitisme, juif, musulman, chrétien, chrétiens d'orient, Iran, Liban, Palestine, Irak, USA, Israël, choc civilisations, médias, guerres, FR2, France24, nuits de Cristal, BHL, sémites, intellectuels, Marie Drucker.
.
 
Siné, sur le blog de Laplote le caricaturiste
http://laplote.over-blog.fr/
..
.
Voici les commentaires trouvés sur Alterinfo.net,
témoignage d'un Musulman ulcéré par l'islamophobie:
 
9.Posté par Pasdaran le 03/01/2011



N'est-il pas édifiant que partout où les régimes musulmans sont sous contrôle USraélien, les églises et les mosquées explosent, les civils (chrétiens et musulmans) sont massacrés tandis que les pays qui échappe à la botte de l'Empire criminel comme l'Iran, la Syrie, dans une moindre mesure le Liban, et hier l'Irak comme le souligne à juste titre Eva, sont les pays qui ne font jamais l'objet du "terrorisme aveugle" d'inspiration "islamiste".

Au contraire, les pays musulmans qui résistent à l'axe atlanto-sioniste sont un havre de paix pour les minorités religieuses, notamment pour les disciples du Très Vénérable Christ fils de Marie, que la paix soit sur eux. Dans mon entourage, partout, en tant que musulman, je ne connais pas un seul musulman de notre communauté qui ne soit pas indigné et révolté par le massacre programmé de nos frères chrétiens en Orient.

C'est toujours la très nébuleuse Al-Qaida qui est derrière le massacre des fidèles en terre d'Islam, comme récemment cet odieux attentats contre une église qui a endeuillée les coptes d'Egypte. La télévision -- pour calmer les esprits et désamorcer les tensions inter communautaires, je suppose -- ouvre le journal par le "massacre des chrétiens par des musulmans fanatiques"! Tel est le raccourci que Marie Drucker a fait à 20 heures sur France télévision. Si on voudrait créer une guerre civile, on ne s'en prendrait pas autrement!

A travers les attentats contre les chrétiens en Egypte et en Irak, c'est le monde musulman dans sa totalité que l'on désigne à la vindicte populaire comme des barbares sanguinaires qu'il faut haïr puisque ces derniers sont les ennemis de la chrétienté et de l'Occident. Le "monde libre" représentés par les Etats- Unis et Israel ont raison de traiter les musulmans avec mépris, d'occuper leurs terres et de piller leurs richesses. Telle est le message que les médias dominants essaye de faire passer.

Maintenant, j'ai une question qui me taraude : les musulmans fanatiques ou les islamistes s'en prennent aux minorités religieuses puisque l'Islam -- selon les propos du propagandiste communautaire BHL -- serait intrinsèquement violent, comment se fait-il que les juifs et leur Synagogue ne soient jamais inquiété? Pourtant les musulmans savent qu'une grande partie des juifs en terre d'Islam soutiennent l'entité sioniste et que parallèlement ceux qui sont religieusement, culturellement et politiquement les plus proche d'eux sont les chrétiens! Or ce sont toujours ces derniers qui sont l'objet du "terrorisme islamiste"!

A méditer!

.

10.Posté par Pasdaran le 03/01/2011

Malgré la colère que j’éprouve à l’endroit de ceux qui planifient et organisent l'islamophobie planétaire en semant la graine de la haine et de la division dans le cœur des hommes à des fins politiques ( servir Israel), malgré le profond mépris que j’ai contre la race des corrupteurs et des semeurs de trouble dans le monde jamais je ne souscrirai à un appel à la ratonnade généralisée et à la guerre civile, ni en Occident ni en Orient.

“Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injuste” Coran, Sourate 5 la Table Servie verset 8

Croyez-moi, si le musulman devait laisser sa colère légitime l’emporter sur sa raison il n’ y aurait plus un seul juif dans le monde islamique!

Un travail de réveil des consciences auprès des masses européennes lobotomisées par l'élite s’impose. Il est urgent de lui faire connaitre l’idéologie mondialiste sioniste qui se cache derrière son malheur. La violence doit être dirigée contre les véritables détenteurs du pouvoir par une révolution populaire et nationaliste qui remplacera le régime parlementaire et laïque pourri — trop favorable aux sionistes — par un Etat souverain fort et respecté fondé sur les valeurs religieuses ancestrales. 

 

 

http://www.alterinfo.net/Attentats-contre-les-chretiens-en-Irak-ou-Cote-d-Ivoire-tout-n-est-que-mensonges_a53290.html?com#last_comment

 

 

.

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 10:50

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 01:39
Lettre Ouverte à propos d’un Faux Débat
Diana JOHNSTONE

Le numéro de décembre de Points Critiques, organe de l’Union des Progressistes Juifs de Belgique (UPJB), a publié un dossier sur "la liberté d’expression" qui contient un article par Jean Vogel attaquant Jean Bricmont nominalement et quelques autres qui l’attaquent par allusion. Suivirent d’autres articles ici et là prenant pour cible Jean Bricmont, professeur belge de physique mathématique bien connu pour son opposition à la censure et aux guerres "humanitaires".

 

C’est l’article de Vogel qui constitue la pièce de résistance dans ce festin anti-Bricmont. Ce qui est absolument remarquable dans ce texte c’est qu’il illustre parfaitement l’argument de Bricmont qu’il est en train de vouloir démolir !

L’argument de Jean Bricmont, cité par Vogel, est le suivant :

Si le lobby sioniste fonctionne en apparence comme tous les autres lobbies, à travers le ciblage, la propagande, les pressions, la corruption, etc., il s’en distingue par un facteur essentiel qui permet d’expliquer sa puissance extraordinaire, il inspire la peur : l’Occident "n’a aucun intérêt, à long terme, à soutenir Israël (et à s’aliéner tant de gens dans le monde). Mais qui, dans les hommes ou femmes politiques ou les hommes ou femmes d’affaires, va faire ce calcul ? Et qui, à supposer qu’il ou elle le fasse, va oser le dire ? On ne peut rien comprendre à ce qui se passe en Europe et aux Etats-Unis tant qu’on ne prend pas en compte le facteur de peur - peur des organisations sionistes, de leurs campagnes de dénigrement et d’intimidation".

 

Comment Vogel répond-il à cette affirmation ?

D’abord en la ridiculisant : "C’est un homme de science, il l’a vérifiée ex-pé-ri-men-ta-le-ment par une enquête auprès d’un échantillonnage de dizaines de ‘personnes d’origine non-juive’" qui avouent se taire "ce qu’ils pensent sur l’Etat qui se dit ‘Etat juif’ de peur d’être traité d’anti-juif et d’être assimilé aux antisémites du passé." Trop absurde pour en débattre.

Et puis, le ridicule ne tuant toujours pas, Vogel se met à confirmer cette thèse, et le bien-fondé de cette peur, en accablant la personne d’origine non-juive, c’est-à-dire Bricmont, qui a osé en dire trop.

Une personne d’origine non-juive qui ne se tait pas par culpabilité envers la Shoah ? Un malade…

"Jean Bricmont est hostile à la psychanalyse et c’est dommage, car le soin constant avec lequel il répète qu’étant né en 1952 il n’est pour rien dans ce que les Juifs ont subi et qu’il n’y a de culpabilité ou de responsabilité qu’individuelles, cette insistance obsessionnelle à rappeller son innocence est très probablement une clé du ressort de sa position et de son engagement."

 

Arrêtons-nous ici un instant. Cela veut dire quoi, exactement ?

Cela ne dit rien, cela insinue. Mais quoi ? Que Jean Bricmont serait en réalité la réincarnation d’un gardien à Auschwitz ? Non, c’est plus vague que cela. C’est si vague qu’on ne peut pas accuser Vogel d’avoir dit quoi que ce soit. Mais il fait ce qu’il peut pour créer un malaise, un soupçon…

On utilise comme d’habitude la "culpabilité par association", ou par fréquentation, tentant de lier Bricmont, "l’atypique", libre penseur hors de toute chapelle, aux personnes avec qui il n’a jamais partagé que quelques discussions contradictoires, exercice que Bricmont affectionne particulièrement, ne refusant jamais le débat.

 

L’opposition à la loi Gayssot suscite un procès d’intention. Ce n’est pas nouveau. Comme d’autres, Bricmont est opposé à toute loi qui limite la liberté d’expression, pour un tas de raisons qui dépassent l’objet de ces lois ou la question d’Israël.

Vogel écrit que Bricmont "envisage la banalisation des discours antisémites et négationnistes comme une contribution utile à la ‘déculpabilisation’ de l’opinion et donc ainsi à sa ‘désionisation’." Cette phrase est inexacte et participe à la confusion régnant en France entre défense de la liberté de la parole et défense du contenu du discours interdit. Le seul discours que Bricmont cherche à défendre concerne la critique d’Israël qui pourrait mettre en question le soutien de l’Occident à Israël dans son conflit avec les Palestiniens, si toutes les personnalités influentes osaient dire ce qu’elles en pensent. En France, contrairement à ce qui se passe au Royaume Uni ou même aux Etats-Unis (où le lobby pro-israélien est pourtant plus puissant), on va jusqu’à invoquer la loi "contre l’incitation à la haine raciale" pour criminaliser le mouvement international de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) qui vise à obliger Israël de respecter le droit international et les droits de l’homme. Cela illustre les conséquences réelles des lois réprimant la liberté d’expression.

Puisque Vogel aime la psychologie, on pourrait suggérer – ouvertement ! – que ce procès d’intention procède d’une certaine peur proche de la paranoïa selon laquelle le monde extérieur à la communauté juive ne veut qu’une chose : la liberté d’être antisémite, de haïr les juifs, de les exterminer même.

 

Alors, je pourrais – mais hélas je crois que cela ne servirait à rien – l’assurer que cela n’est pas vrai. Nous autres, nous connaissons trop de personnes d’origine juive que nous aimons, que nous estimons, dont nous avons même besoin dans notre vie quotidienne, pour jamais être antisémites. En effet, c’est cette connaissance humaine, et non pas la mémoire culpabilisante de l’Holocauste, qui est notre garde-fou contre l’antisémitisme. Dans le monde d’aujourd’hui, s’il y a deux choses qui risquent de susciter un nouveau sentiment anti-juif, ce sont d’abord Israël, et puis l’effort de faire de la Shoah la religion dogmatique de notre époque, une religion qui sacralise une seule communauté humaine en laissant les autres en dehors. C’est un danger que certaines "personnes d’origine non-juive" sont mieux placées pour sentir autour d’elles que les juifs progressistes qui se hâtent de faire la police de la pensée tuant toute hérésie dans l’oeuf. Ils devraient, au contraire, remercier leur ami Jean Bricmont qui essaie de prémunir tout le monde contre ce danger.

 

Depuis que Noam Chomsky a osé en donner l’exemple, on a tendance en France à dénigrer la défense de la liberté d’expression comme une excentricité américaine, bonne pour les cowboys mais pas pour nous. C’est faux. Malgré sa sanctification par la Constitution, la liberté d’expression a souvent été violée aux Etats-Unis – surtout aux dépens des personnes et des mouvements progressistes. C’est pour cela que la gauche américaine est farouche dans sa défense des libertés, sachant que si elles ne sont pas respectées, c’est elle qui sera la principale cible de la répression. C’est un système de lois fondé sur le respect des libertés qui, en Europe comme ailleurs, est le meilleur moyen de défense de la gauche et de tous les citoyens, y compris ceux d’origine juive. Une minorité qui cherche à se défendre en limitant les libertés universelles manque gravement de sagesse politique.

Diana Johnstone

VOIR AUSSI : http://www.legrandsoir.info/Les-tro...

URL de cet article 12280 Legrandsoir.info

 

 

Jean VOGEL

 

(..) Autre exemple : pourquoi, Israël continue-t-il à bénéficier d’un soutien sans faille des Etats-Unis et d’une indulgence coupable de l’Union Européenne ? Bricmont rejette catégoriquement l’idée ordinaire qui l’explique par les intérêts stratégiques et économiques de ces Etats, couplés à une vision néocoloniale d’Israël comme tête de pont occidentale au Proche-Orient : « Le degré d’engagement américain en faveur d’Israël est totalement irrationnel et ne répond à aucun de leurs intérêts » (3) Non, s’ils soutiennent Israël à l’encontre de leurs intérêts les plus évidents (pétrole, etc.), c’est parce que « les Etats-Unis sont manipulés par le lobby pro-israélien ». Toutefois, précise Bricmont, l’explication par le rôle du lobby « n’est pas l’entière vérité ». (4) Si le lobby sioniste fonctionne en apparence comme tous les autres lobbies, à travers le ciblage, la propagande, les pressions, la corruption, etc., il s’en distingue par un facteur essentiel qui permet d’expliquer sa puissance extraordinaire, il inspire la peur : l’Occident « n’a aucun intérêt, à long terme, à soutenir Israël (et à s’aliéner tant de gens dans le monde). Mais qui, dans les hommes ou femmes politiques ou les hommes ou femmes d’affaires, va faire ce calcul ? Et qui, à supposer qu’il ou elle le fasse, va oser le dire ? On ne peut rien comprendre à ce qui se passe en Europe et aux Etats-Unis tant qu’on ne prend pas en compte le facteur de peur - peur des organisations sionistes, de leurs campagnes de dénigrement et d’intimidation » (5). Cette omniprésence du facteur de la peur, Bricmont ne l’affirme pas gratuitement. C’est un homme de science, il l’a vérifiée ex-pé-ri-men-ta-le-ment par une enquête auprès d’un échantillonnage de dizaines de « personnes d’origine non-juive » : « prenons un journaliste, un homme politique ou un éditeur, enfermons-nous avec lui dans une pièce où il peut vérifier qu’il n’y a ni caméra cachée ni micro, et demandons-lui s’il dit publiquement tout ce qu’il pense vraiment d’Israël et, s’il ne le dit pas (à mon avis, la réponse la plus probable), pourquoi se tait-il ? A-t-il peur de nuire aux intérêts des capitalistes en Cisjordanie ? D’affaiblir l’impérialisme américain ? Ou encore, de risquer d’affecter les cours ou les flux du pétrole ? Ou a-t-il au contraire peur des organisations sionistes, de leurs poursuites et de leurs calomnies ? Ma conviction, après des dizaines de discussions avec des personnes d’origine non-juive, est que la bonne réponse (la dernière) est évidente. On tait ce qu’on pense de l’Etat qui se dit "Etat juif" de peur d’être traité d’anti-juif et d’être assimilé aux antisémites du passé ». (6)

A côté de cette peur, ou, plus exactement, en étayage de celle-ci, le lobby s’appuie sur le sentiment de culpabilité des « personnes d’origine non-juive » par rapport à la « culpabilisation liée aux événements de la guerre de 40-45 » (7). (On admirera la maîtrise de la Verwaltungsprache dont fait preuve M. Bricmont). Ce sentiment est le produit d’une pseudo-« éthique », « qui exige que les Européens et les Américains se repentent sans cesse de crimes du passé auxquels ils ne peuvent rien faire et qui n’ont pas été commis par eux mais tout au plus par leurs parents » (8). Jean Bricmont est hostile à la psychanalyse et c’est dommage, car le soin constant avec lequel il répète qu’étant né en 1952 il n’est pour rien dans ce que les Juifs ont subi et qu’il n’y a de culpabilité ou de responsabilité qu’individuelles, cette insistance obsessionnelle à rappeler son innocence est très probablement une clé du ressort de sa position et de son engagement : « l’immense majorité des Français, des Allemands ou des prêtres catholiques aujourd’hui sont tout aussi innocents que les Palestiniens de ce qui s’est passé pendant la guerre, pour la simple raison qu’ils sont nés après la guerre ou étaient enfants pendant celle-ci…Peut-être que le meilleur slogan à mettre en avant lors des manifestations sur la Palestine ne serait pas ‘‘nous sommes tous des Palestiniens’’ (…), mais plutôt : ‘‘nous ne sommes pas coupables de l’holocauste’’. » (9)

L’accusation ou le soupçon d’antisémitisme représentent donc une botte secrète imparable du lobby. En outre, la censure de ce dernier s’exerce encore plus à l’encontre de toute critique à son égard – voire même de la simple mention de son existence - que par rapport à Israël : « tous les hommes politiques et tous les journalistes savent, en leur for intérieur, qu’il faut faire très attention dès que l’on parle d’Israël. Mais pourquoi ? A cause des menaces que font peser les groupes de pression. Mais, alors qu’on peut parfaitement émettre des critiques modérées et inefficaces d’Israël, il est absolument impossible de parler librement de ces groupes (on est alors immédiatement attaqué pour "délires antisémites" ou quelque chose du genre) » (10). Le lobby a donc réussi à enfermer « le débat dans des limites très étroites ». D’une part, il est interdit d’en parler publiquement. D’autre part, le procès en antisémitisme représente une bombe atomique morale à laquelle nul ne peut résister : « les antisémites, réels ou supposés, sont les sorcières de notre temps. Cette accusation est la façon la plus simple d’éliminer quelqu’un du débat » (11). On peut être d’accord avec cette dernière proposition lorsqu’on examine les agissements de la plupart des défenseurs inconditionnels d’Israël et leur propension à flinguer pour antisémitisme quiconque s’oppose à eux. Mais ce constat n’efface pas la distinction entre un « antisémite réel » et un « antisémite supposé » (c’est-à-dire accusé mensongèrement de l’être), en les considérant au même titre comme des victimes du lobby sioniste. Or c’est précisément cet amalgame que Bricmont juge indispensable.

 

Les trois formules du professeur Bricmont découlent assez directement de l’analyse qui précède.

 

1.- Développer le plus largement possible la dénonciation et la condamnation d’Israël : « la seule façon de procéder est de créer un climat de ‘‘désintimidation’’, en soutenant chaque homme politique, chaque journaliste, chaque écrivain, qui ose écrire une phrase, un mot, une virgule, critiquant Israël ». Pour ce faire, il faut arrêter de procéder à des distinctions inutiles voire nuisibles au sein de la coalition anti-israélienne : « ll faut le faire tous azimuts, sans se limiter à soutenir des personnes qui ont des positions ‘‘correctes’’ sur d’autres sujets (selon l’axe gauche-droite), ou qui ont des positions ‘’parfaites’’ sur le conflit » (12). Les démarcations vis-à-vis de l’extrême-droite ou des islamistes, etc., sont encore des effets de la vieille intimidation sioniste qu’il faut complètement surmonter : « Nous ne devons pas montrer aux sionistes que nous sommes ‘‘gentils’’, en nous ‘‘démarquant’’ sans arrêt de X ou de Y qui a eu une parole trop dure ou trop franche, mais montrer que nous sommes libres et que le temps de l’intimidation est passé » (13).

 

2.- Développer en tout premier lieu la dénonciation de l’existence et du rôle du lobby sioniste aux Etats-Unis ou en Europe et soutenir toux ceux qui s’y n’opposent, quels que soient leurs motivations ou leur idéologie : « il faudrait systématiquement prendre la défense de tout homme politique, tout journaliste, tout professeur qui est pris à partie par le lobby pour ses vues ou ses déclarations, sans tenir compte de leurs opinions politiques sur d’autres sujets ».Bricmont se place avec évidence dans la suite des thèses de James Petras, un professeur d’université américain ex-marxiste et désormais voué à la lutte contre la mainmise du lobby, qui dans ses livres Zionism, Militarism and the Decline of US Power, Rulers and Ruled in the US Empire : Bankers, Zionists and Militants, et The Power of Israel in the United States propose l’alliance de la gauche et des “conservateurs patriotes” pour libérer les Etats-Unis de la domination de la « Israel power configuration ». De même, pour Bricmont, « le sort d’une grande partie du monde dépend de la capacité des Américains à exercer leur propre droit à l’autodétermination » (14) - thèse qui sous-entend visiblement que les juifs américains sionistes sont des dominateurs étrangers au peuple américain. Dans la même veine, Bricmont explique la faiblesse manifestée par la gauche française (y compris la gauche de la gauche) face « à la guerre en Afghanistan ou à l’alignement français sur l’Etat d’Israël », par le fait qu’elle ait complètement renoncé à l’héritage du nationalisme français au profit d’une posture morale impuissante : « Sous Pétain, la France devait se repentir des crimes du front populaire ; aujourd’hui elle doit se repentir des crimes de Pétain (et, pour certains, du colonialisme). Mais aucune politique progressiste ne pourra jamais se fonder sur la culpabilité et la haine de soi » (15).

 

L’autre volet de cette position est la nécessité de condamner tous ceux qui occultent ou minimisent la toute-puissance du lobby sioniste : « Il faut critiquer tous les défenseurs d’Israël ou du lobby pro-israélien, y compris ceux qui en minimisent l’importance, à l’intérieur des cercles progressistes » (16) Ici aussi Bricmont suit Petras qui s’est fait une spécialité de dénoncer le fait que les juifs de gauche, - et en particulier Noam Chomsky -, aussi anti-impérialistes et pro-palestiniens soient-ils, ne pouvaient jamais accepter de reconnaître le rôle prépondérant du lobby dans la détermination de la politique étrangère américaine. Qu’est-ce qui les en empêche ? Une solidarité ethnique juive dont ils restent prisonniers. C’est d’ailleurs ce que passe sa vie à dénoncer Gilad Atzmon, le musicien londonien d’origine israélienne devenu une référence majeure des « antisionistes radicaux » : « l’antisionisme juif est en soi encore une autre forme de sionisme ». En quoi et pourquoi ? : « d’abord elle [la gauche juive] s’efforce de présenter, et de renforcer, une image positive des juifs en général . Deuxièmement, elle est là pour réduire au silence et brouiller toute tentative faite par un outsider pour appréhender la signification de l’identité juive et des politiques juives au travers des machinations de l’État juif. Sa fonction est également d’empêcher des éléments de ce mouvement de mettre en évidence le rôle crucial du lobbying juif. La gauche juive est donc là pour étouffer toute critique éventuelle des politiques juives au sein des mouvements de gauche. Elle est là pour empêcher les goys de mettre le nez dans les affaires juives. » Dernier exemple en date, l’initiative « Irene, le bateau juif pour Gaza » : il ne s’agissait pas d’aider les gazaouis mais de « restaurer la réputation des juifs ». (17)

3.- Libérer tous azimuts la parole des « personnes d’origine non-juive » sur Israël, le sionisme, le lobby ou les juifs en général : « … l’étape qui reste à franchir, pour qu’une autre politique envers le Moyen-Orient soit possible, est de libérer la parole et de faire cesser l’intimidation et la culpabilisation à propos de tout ce qui concerne Israël et le sionisme » (18) Bricmont prend parfois soin de préciser qu’il n’est personnellement ni antisémite, ni négationniste mais qu’il défend le droit à la libre expression de ce genre d’opinions. Il combine dans ce cas une affirmation de principe universelle, en faveur d’un élargissement de la liberté d’expression sur le modèle américain et une affirmation « stratégique » qui envisage la banalisation des discours antisémites et négationnistes comme une contribution utile à la « déculpabilisation » de l’opinion et donc ainsi à sa « désionisation ».

C’est dans cette optique que Jean Bricmont s’est fait le chantre et le propagateur du livre Sarkozy, Israël et les Juifs (Editions Oser dire, Embourg, 2009), en le présentant comme victime d’une forme de censure et en le louant comme l’équivalent pour la France de la remarquable recherche empirique de John Mearsheimer et Stephen Walt, Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine (Ed. La Découverte, 2007). Il s’agit en réalité d’un simple exercice de compilation et surtout de plagiat (19), commis par un certain Paul-Eric Blanrue, polygraphe en quête de notoriété, auteur notamment d’un Carla et Nicolas : chronique d’une liaison dangereuse, ainsi que d’un Le Joueur : Jérôme Kerviel, seul contre tous. Présenté par le vétéran du négationnisme en France, Serge Thion, comme un « plumitif pisseur de copie » sans autre conviction que l’espoir d’atteindre de gros tirages (20), Blanrue s’est lancé avec Bricmont dans une bataille pour faire libérer un militant nazi français, Vincent Reynouard, condamné à un an de prison ferme en France et en Belgique pour être l’auteur d’une brochure négationniste Holocauste, ce que l’on vous cache. Reynouard a d’ailleurs exprimé sans ambages comment et en quoi sa propagande négationniste s’inscrivait dans un enjeu beaucoup plus large : « le combat révisionniste que je mène – et dont les implications dépassent largement le domaine de l’Histoire – je le mène précisément pour mes enfants, ainsi que pour ceux des autres, pour les Palestiniens, pour l’Europe, et, plus généralement, pour un monde qui sera débarrassé de ce Nouvel Ordre mondial bâti sur les ruines du IIIe Reich » (21). Sur cette base, Bricmont et Blanrue ont lancé une pétition en faveur de l’abrogation de la loi Gayssot et ils auraient réussi à obtenir une déclaration en sa faveur de Noam Chomsky. (22)

Je ne voudrais cependant pas conclure cet article en suscitant l’impression que la pensée de Jean Bricmont se réduit à cet « anti-impérialisme des imbéciles » dont Isaac Deutscher anticipait l’advenue au lendemain de la guerre des six jours de 1967. (23) Non, il arrive à ce penseur d’éclairer politiquement l’opinion sur des questions essentielles de l’avenir du monde. Ainsi, l’attribution du prix Nobel de la Paix à Liu Xiabo lui arrache cet avertissement prophétique : « Le jour - sans doute pas si lointain - où les Chinois seront devenus plus forts que nous, on peut craindre qu’ils se "souviendront" de toutes les humiliations que nous leur avons fait subir dans le passé, depuis les guerres de l’opium et le sac du palais d’été jusqu’au soutien actuel au Dalai Lama et aux dissidents ; si la vengeance est un plat qui se mange froid, je préfère ne pas faire partie d’un banquet chinois lorsque ce moment du souvenir sera venu » (24).

Vous voyez ça d’ici : Jean Bricmont servi laqué et rôti au cours d’un festin à Zhongnanhai… Souhaitons aux Chinois de posséder un estomac bien accroché.

Jean Vogel
Institut Marcel Liebman  (..)

 

article paru dans le n° de décembre 2010 de Points critiques, le mensuel de l’Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB) et transmis par son auteur

EN COMPLEMENT, VOIR : http://www.legrandsoir.info/Lettre-... (Réaction de Diana Johnstone)

.

http://www.legrandsoir.info/Les-trois-formules-du-professeur-Bricmont.html

 

 

.http://mcpalestine.canalblog.com/tag/colonisation/p20-0.html

 

 

.
Politique Nationale/Internationale

Sionisme contre démocratie


Dominés par une propagande qui nous dit que les Juifs israéliens innocents sont persécutés par les Arabes palestiniens mauvais, les USA continuent de subventionner l'Etat juif, et entraînent la nation dans des guerres destructrices, en son nom. Ressasser continuellement l'histoire de l'épouvantable persécution passée donne l'impression que parce que les nazis allemands ont brutalisé les Juifs européens, les Ashkénazes israéliens sont moralement justifiés à brutaliser les Arabes palestiniens.

Par Frank Scott frankscott@comcast.net
Les commentaires politiques de Frank Scott apparaissent dans The Coastal Post, une publication mensuelle de Marin County, Californie, et sur de nombreux sites web, ainsi que sur son blog : http://legalienate.blogspot.com/
 


 

Sionisme contre démocratie
i["La loyauté première de la configuration du pouvoir sioniste va à l'Etat d'Israël et sa politique est conçue pour coloniser le congrès US au nom et au bénéfice de la 'mère patrie', Israël"]i. James Petras
James Petras parle d'une réalité rarement discutée dans des cercles habitués à au mieux murmurer des critiques sur le soutien des USA à Israël. Il parle du Congrès, mais l'exécutif a été "colonisé" de la même façon. Le comportement téléguidé des principaux candidats à la présidence, faisant des courbettes devant le lobby israélo-américain ou priant devant le Mur des lamentations à Jérusalem, en sont des preuves suffisantes. La domination exercée par ce qu'il appelle la Configuration du Pouvoir Sioniste est un problème très grave pour un public qui n'a généralement pas conscience de son existence, et moins encore du contrôle qu'il exerce sur notre système politique. Avec une économie paralysée et des forces armées sur-augmentées, des groupes du vieil establishement américain essaient de reprendre le contrôle avant que le dévouement stupide à l'Etat juif ne mène à la ruine totale. Une coterie du vieux pouvoir WASP (protestant blanc anglo-saxon) revitalisé se trouve en lutte avec le bloc du pouvoir juif plus récent. Cet affrontement de gangs au sein de l'establishment n'apportera pas la justice sociale et la paix à l'Amérique, mais il peut donner au public l'opportunité de revenir à la raison.
Le soutien à un Etat raciste qui brutalise sa population autochtone d'une manière qui choque les vétérans de l'Afrique du Sud de l'apartheid ne peut que continuer, avec un public maintenu dans le noir. Dominés par une propagande qui nous dit que les Juifs israéliens innocents sont persécutés par les Arabes palestiniens mauvais, les USA continuent de subventionner l'Etat juif, et entraînent la nation dans des guerres destructrices, en son nom. Ressasser continuellement l'histoire de l'épouvantable persécution passée donne l'impression que parce que les nazis allemands ont brutalisé les Juifs européens, les Ashkénazes israéliens sont moralement justifiés à brutaliser les Arabes palestiniens. Sur une terre qu'ils croient, sans aucune preuve à part la foi juive, être celle de leur origine, les colons sont vus comme les indigènes, alors que le peuple qui y vit depuis des siècles est expulsé, traité de terroristes et, en dépit de ses origines sémites, traité d'antisémite par ceux dont le seul lien avec le sémitisme est leur système de croyance.
Cette situation serait digne de la dernière comédie macabre si elle n'était si dangereuse pour l'humanité toute entière. Israël est dirigé par quelques personnalités sérieusement perturbées, qui n'ont pas en main une hache, mais des armes nucléaires. Ce qui n'est bien sûr jamais mentionné par ce qu'on appelle la communauté internationale, ce qui veut dire l'Amérique, Israël et une poignée d'états larbins. Comment les USA peuvent-ils poursuivre leur multi-milliards de dollars d'aide à Israël, les guerres interminables et le maintien de bases militaires dans des centaines de pays étrangers, alors que son peuple subit un statut économique en sérieux déclin ? C'est seulement avec l'aide de médias qui nous dirons que l'origine de nos problèmes se trouve dans des endroits lointains plutôt qu'à la maison, et que notre allié le plus important au monde est Israël. Les deux sont dans un déni total de réalité. Une attitude individuelle sur de telles présomptions serait jugée cliniquement folle et vaudrait à son auteur l'internement psychiatrique. Notre société se comporte comme si les illusions étaient la réalité, les mensonges la vérité et un comportement psychotique le signe d'une excellente santé mentale. Les USA ont pour des milliards de dollars de dettes et sont haïs non seulement au Moyen Orient, mais aussi dans de plus en plus d'autres endroits du monde, ce qui entraîné les appels au changement qui ont vu les WASP revenir, reprendre le contrôle au bloc au pouvoir qui a joué un rôle majeur dans la création de la crise actuelle, à part celui, non reconnu, qui est là depuis plus longtemps, le capitalisme lui-même. Cette menace majeure sur l'avenir de l'humanité dépend peu du caractère "gentil" ou juif du groupe dirigeant, mais du fait qu'il permette ou non que le système détruise la planète entière, et pas seulement le Moyen Orient.
La relation entre la politique et la manière dont elle est rapportée est claire dans la préparation des Américains à une guerre avec l'Iran, et puis leur suggérant une indécision peut-être oui – peut-être non. Chaque fois que les discours enflammés sur l'Iran refroidissent légèrement, le prix du gasoil descend. Jusqu'à la prochaine poussée de brouhaha fanatique qui clamera que l'Iran veut atomiser Israël et exterminer tous les Juifs, auquel cas le prix remontera. Ces fluctuations entre la rhétorique maniaque et le prix du pétrole font partie de la lutte pour exercer le contrôle sur la politique US au Moyen Orient. Le fait que les Américains n'utilisent pas autant d'essence n'a pas échappé à la vigilance du pétro-capital et cela joue sûrement un rôle dans la diminution récente du prix, qui est encore bien plus haut qu'il ne l'était il y a un an. On continue pourtant à faire croire que ce sont les puissances pétrolières qui nous poussent à la guerre en Irak, en dépit du fait que cela voudrait dire que Big Oil a décidé de compromettre ses relations étrangères et d'observer les Américains consommer moins de son produit. Cette histoire ridicule est à la mesure de l'étendue du pouvoir juif-israélien non seulement sur le gouvernement, mais sur les médias qui contrôlent la connaissance du public américain. Des fables continuelles sur une prétendue menace iranienne, basée sur la même preuve fictive, des craintes surnaturelles et des tendances psychotiques qui transforment Israël en un cauchemar national pour les Arabes palestiniens en Disneyland paradisiaque pour les Juifs israéliens, rendent encore plus vital que jamais de mettre un terme à cette folie. Elire un nouveau membre de la population colonisée à la présidence, que ce soit aux USA ou en Palestine, ne fera pas une grosse différence. Plutôt que d'un simple changement au sommet, qui est une partie du problème, nous avons besoin que les masses populaires de la base se réveillent à l'action, ce qui pourrait apporter une réelle solution : une démocratie à 50 états aux USA, et une démocratie à un Etat en Palestine.
Source : [Online Journal]url:http://onlinejournal.com/artman/publish/article_3591.shtml Traduction : MR pour [ISM ]url:http://ism-france.org/news/article.php?id=9618&type=analyse&lesujet=Sionisme


Dimanche 10 Août 2008

 

http://www.alterinfo.net/Sionisme-contre-democratie_a22590.html

 

 

http://www.sionisme.net/5.html

(Informations à découvrir)

 

 

 

.

D’abord, la vérité crue des chiffres de la liste antisioniste…

 

Aux dernières élections européennes, la liste antisioniste, a réalisé le score de 0,05% des électeurs inscrits.

 

En 2004, lors des élections européennes, Dieudonné avec la liste Europalestine avait fait 0,12% des électeurs inscrits. Je prend ces chiffres qui incluent de facto l'abstention pour rappeler que le vote est un acte volontaire et prémédité et non une réponse rapide à un inconnu lors d'un sondage par téléphone. 

 

On pourrait dire qu’en apparence, la politique de chasse aux sorcières envers les contestataires du sionisme a marché au-delà de toute espérance.

Qu’utilise-t-on pour cela ?

On invoque l’antisémitisme probable ou certain… On culpabilise, on stigmatise.

 

On monte en épingle la moindre agression contre un juif, la moindre insulte, la moindre incivilité comme révélatrice d’un climat dangereux qui menacerait la communauté juive et nous ramènerait aux heures les plus sombres des années 1930-40.

 

Pourtant, le nombre d’actes racistes envers d’autres communautés, envers d’autres groupes, est beaucoup plus élevé. Et ce n’est pas forcément dans les statistiques. Allez sur un stade de foot un dimanche… Les cris « sales arabes », « sale nègre » entendus ici et là, ne font pas souvent l’objet de plainte, de signalements aux officines agrées du ministères de l’intérieur. Seule la presse en parle et cela, seulement si un joueur professionnel porte plainte. Qu’en serait-il si on y entendait « sale juif » dans les stades tous les dimanches?

 

Tout d’abord, il y a  les procédures judiciaires systématiques et abondamment médiatisées dés qu’une critique contre Israël et les groupes de pression pro-israéliens, sort de son cadre tacite qui veut que si le gouvernement d’Israël est critiquable, l’idéologie, le projet qui rassemble la nation israélienne et une partie de la diaspora juive dans le monde ne peut l’être. Edgar Morin, Daniel Mermet, Charles Enderlin, Pascal Boniface, Siné

 

 

Ensuite, la mise au ban par son administration ou son ministère de tout fonctionnaire qui dans le cadre de ses fonctions ou en dehors, se livrerait à donner un avis sur la question. Comme ce fut le cas pour le sous-préfet Guigne ou le professeur Chauprade.

 

 

 

Et si un débat a lieu quand même, alors on en arrive à la mise au pilori en assimilant la critique d’Israël à pire que l’anti-sémitisme : le nazisme. Et dans ce cas, plus aucun débat n’est possible, toute opinion est refoulée du champ public, grâce ce qu’on peut qualifier de censure.

 

Même une partie de l’extrême gauche française s’est fait avoir au point d’envoyer des nervis armés « antifascistes » manipulés par l’extrême droite juive s’en prendre à des hommes et des femmes désarmés en train de faire leur campagne électorale comme tout démocrate. Imbibés de fausses informations depuis des années sur Dieudonné et ses colistiers, ils s’étaient dits sûrement qu’ils auraient à faire à une milice comme celle du FN. Mais non ! Rien ! La honte pour ces anars d’opérette, ces pieds nickelés du « No Pasaran ! » dont 4 ont été déférés devant la justice pour violences volontaires.

 

Ce qui est arrivé au livre « Sarkozy, Israël et les juifs » de Paul-Eric Blanrue est révélateur. Voilà un livre passionnant très bien écrit et très documenté qui dresse un constat sur la communauté juive de France et ses institutions, et surtout sur Sarkozy qui en a utilisé les réseaux pour arriver à la mairie de Neuilly puis à la présidence. Oui, Sarkozy s’est servi de réseaux. Un article du Point évoque aussi d’ailleurs en ce moment les francs-maçons, d’autres parlent de ses relations chez les grands hommes d’affaire, d’autres encore les corses. Classique finalement, chaque homme politique fait de même. Le livre relate des faits qui montrent la relation singulière qui unit le président à la communauté juive de France, aux grandes organisations juives américaines et à Israël.

 

Malgré sa neutralité, le livre n’est pas diffusé en France…

 

Autocensure, peur de déplaire à la cour, peur de l’accusation d’antisémitisme.

 

Alors donc, c’est cela la France ? Un pays qui a peur des vérités qui dérangent, une nation qui n’a pas confiance dans ses capacités à digérer les pages les plus sombres de son histoire ?

 

Tout cela coupe encore un peu plus encore l’élite politique, médiatique et économique du peuple de France. Et d’après le livre de Blanrue, le vrai danger est là. Certains seront tentés de voir dans cette relation privilégiée brandie comme un étendard, un communautarisme élitiste. Ils feront peut-être l’erreur d’assimiler le judaïsme au sionisme, la filiation juive au sionisme. La faute n’en incombera pas à Dieudonné mais à ceux qui auront favorisé ce communautarisme privilégié, certains par sincérité ; d’autres, plus nombreux, par calcul politique,

 

On aurait pu s’attendre à ce que le secret de l’isoloir amène des antisémites authentiques à vouloir se compter en votant pour Dieudonné.

 

Qu’est-ce qu’on a eu au bout du compte ? Des votes de gens qui ne savent pas vraiment s’ils doivent détester les institutions juives qui ont pignon sur cour ou témoigner leur soutien à Dieudonné pour sa rébellion contre un totem dans lequel ils ne se reconnaissent pas.

 

Malgré tous ces efforts pour étouffer l’expression publique autour de la question du sionisme et d’Israël, il n’y a qu’à lire les commentaires des internautes sur les sites des grands médias sur le net pour se faire une idée du sentiment de beaucoup de français qui ne sont pas dupes de la réalité des intentions d’Israël.

 

En cela, les inconditionnels d’Israël et de sa politique de colonisation ont échoué…

 

http://miltondassier.over-blog.com/article-32608166.html

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 15:52

 

Arte... Un média méconnaissable !

 

Médias colonisés

par eva R-sistons

 

 

 

Bonjour

 

Pourquoi néo-sionisme ? Parce qu'au-delà de la question palestinienne, il y a un sionisme spécifiquement militaro-financier qui se coule parfaitement dans le moule anglo-saxon, impérial, financier, guerrier. C'est pourquoi je préfère l'ajout du mot "néo".

 

Israël est un petit Etat par la superficie et par le nombre d'habitants, mais grand par l'influence de ses citoyens, de sa "diaspora" et de ses amis haut placés. Et donc, cela va de soi, il cherche partout, et à tous moments, à faire entendre sa voix, sa spécificité, et surtout à défendre ses intérêts. Et qu'ils sont gourmands, les citoyens ! Jamais repus, toujours avide de nouvelles conquêtes territoriales, financières, médiatiques, etc. Et ils sont futés, les bougres ! Ils ont bien compris que pour influencer la politique dans le sens de leurs intérêts, il faut placer leurs supporters partout, dans les partis politiques (Sarkozy ou DSK, c'est blanc bonnet ou bonnet blanc, même si l'étiquette change, mais vous les trouverez partout, comme chez les Verts devenus docilement européens via Cohn-Bendit, vous savez la roue de secours du capitalisme si décrié)... Ils se faufilent partout, eh oui ! Et particulièrement dans les Médias, le Cinéma, l'Histoire (nos historiens ou ceux qui présentent l'Histoire, comme il y a peu encore Adler sur la V, sont d'enthousiastes et zélés descendants d'Abraham): Car tout se joue là. L'opinion doit être orientée, manipulée, conditionnée... Suivez mon regard ! Donc, Médias, cinéma, Histoire, ils sont là et bien là pour nous dire comment penser...

 

Or donc, les voici,  du matin jusqu'au soir, en passant par la nuit, et même, désormais, pour présenter la météo, voici les infos, la page littéraire, les débats, les reportages, et même les variétés... emplis de ces zélés inconditionnels de la politique israélienne.

 

Un document sur nos bons zamis américains ou sur la guerre pour la "patrie" (laquelle ?), voici Marie Drucker, et si vous préférez les divertissements, voici Michel Drucker, avec des invités qui, naturellement, se garderont bien d'égratigner la vache sacrée israélienne et qui, de préférence, vanteront les bienfaits de la mondialisation si heureuse qu'elle laisse sur le carreau de plus en plus de citoyens. Les invités ? Soigneusement sélectionnés. BHL, BHL, BHL, BHL... ou ses ptits copains du même acabit, les Frites je ne sais quoi, Finkielkraut je crois, et puis Taguieff, Glucksmann, Attali, etc etc vous les connaissez bien, ce sont toujours les mêmes qui défilent; s'ils sortent un ouvrage, cocorico voici la promotion assurée, même si c'est un navet, ou une chansonnette, tiens par exemple vous voyez combien de fois par jour, vous, Enrico Macias ou Bruel, Goldman, etc ?

 

Les animateurs, les invités, les débats ? On prend les mêmes, et on recommence. Depuis que je connais mieux les ressorts profonds de la politique et que je connais le rôle d'Israël dans l'élaboration de celles-ci, je suis interdite d'antenne. Vous avez dit pluralisme et démocratie "irréprochable" ?  Et Paul-Eric Blanrue, vous le voyez à la télé, maintenant ?

 

Pour accéder aux Médias, la recette est simple: Pas un mot de travers sur le 11 septembre, pas une critique d' Israël, mais au contraire, attaquez les Arabes, les Musulmans, les jeunes des cités, l'Iran, la Chine, la Russie, le Vénézuela, Cuba... les portes s'ouvriront grandes devant vous ! 

 

Nos zamis néo-sionistes ont su occuper les lieux stratégiques, et ils veillent. Même comme modérateurs ! Ainsi, le Figaro, fidèle allié d'Israël, s'est fait prendre en flagrant délit de liberté de modération: Les commentateurs disaient ce qu'ils pensent. Crime de lèse-majesté !

 

Les débats, n'en parlons pas. Avec Calvi à Mots Croisés ou à C dans l'Air, on a droit à un défilé de gens comme il faut: Libéraux bon teint, ultra-libéraux, sondeurs aux ordres, économistes alignés, défenseurs d'Israel ou de la politique américaine, etc. Voyez par exemple une émission comme "Fillon bis, un commando pour 2012", lundi dernier, avec toujours les mêmes invités, sondeurs aux ordres comme Cayrol, directeur Rédactions comme Barbier, journalistes du Figaro ou de Valeurs Actuelles, tout ce beau monde ultra-libéral et atlantico-sioniste discute de la politique en France et dans le monde en étant toujours d'accord entre eux, et tant pis pour l'information, la diversité, le pluralisme, la démocratie ... les citoyens, en définitive ! De qui se moque Calvi-Krettly ? De nous tous. Et du journalisme ! Déontologiquement tranquille ? Pff...

 

Eh oui, ils squattent tous les Médias, même si vous ne les reconnaissez pas toujours derrière un nom bien de chez nous, Calvi ou Pujadas, ou derrière une blondeur hollywoodienne. Et les discours se suivent, et se ressemblent:


- Vive Sarkozy, la Droite (non gaullienne), DSK, Cohn-Bendit...

- Vive le capitalisme, le libéralisme, la mondialisation, la finance, les guerres contre le terrorisme, le choc de civilisations...

- Vive les USA, la GB, Israël, l'Europe, le Nouvel Ordre Mondial.

- Vive l'Ordre, la soumission, les vaccins, la crise est finie, etc etc (et la crise n'est jamais celle du capitalisme, elle est toujours vague. Bien sûr, tout ce qui ne va pas, c'est "la faute à la crise" !).

- La Shoah (des seuls Juifs) est l'événement majeur de l'Histoire, et de l'Actualité.

- A bas la Gauche, les cités, les chômeurs, le socialisme, le communisme, les Arabes, les Musulmans, les contestataires, les Noirs, les immigrés, à bas l'Iran, la Syrie, les Palestiniens, les Libanais, le Hezbollah, les Russes, les Chinois, les Vénézueliens, les Cubains... Liste non exhaustive !

 

Denis Olivennes - Wikipedia

 

Quelle différence y-a-t-il entre le Figaro, l'Express, le Nouvelobs ? La devanture change, droite, soi-disant centre, soi-disant gauche. En réalité, même si l'étiquette (les buts, si vous préférez) est différente, les orientations fondamentales sont identiques: Anglo-saxonnes, pro-israéliennes. Pour illusrer, sachez que le Nouvelobs a du jour au lendemain, sans prévenir, supprimé mon blog chez eux à partir du moment où il s'en prenait clairement aux Anglo-Saxons; j'avais fini par identifier le coeur du Mal: La City, et plus seulement les USA, les Israéliens. Et écoutez Olivennes, directeur du NouvelObs et fervent supporter d'Israël, sur C dans l'Air: Invité à représenter la Gauche, il défend tellement la Droite, qu'un jour Calvi, spontanément, lui a dit: "Mais vous êtes le meilleur défenseur de la Droite!". Défense de rire ! L'imposture est trop énorme...

 

Ils sont tous là pour mentir, falsifier, désinformer, conditionner, faire de la propagande, etc, et même tourner en dérision les souffrances des Français, les victimes... Voyez donc l'info ludique de Leymergie, dès le matin, ou l'humour des 13 h 15... Elle est pas belle, la vie, avec les néo-sionistes ? Surtout, ne pensez pas, citoyens, dépensez, riez, ce que vous voulez, mais ne pensez pas !

 

Un conflit israélo-palestinien ? Un mort en Israël, toutes les caméras accourent; Cent en Palestine, on les ignore; La guerre ? Virtuelle. Un enfant israélien est blessé par une bombinette, on nous montre le chagrin de la famille; des Palestiniens sont déchiquetés par les bombes ? Les images sont floues, pas d'émotion, rien... Pas de ruines à Gaza, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes néo-sionistes !

 

Un débat sur la question israélo-palestinienne ? Quatre israéliens en discutent, deux plutôt anti-guerres, les deux autres pro... Où sont les Palestiniens ? Envolés ! Ne comptez pas entendre un(e) représentant(e) des Palestiniens: Ils n'existent plus. Et des dégâts de la colonisation rampante, des spoliations continues, on ne verra rien, ou presque, en tous cas plus jamais à FR2. Même le grand Enderlin a disparu des écrans ! Trop consciencieux, trop honnête, trop professionnel, sans doute...

 

Les prochaines élections ? Elles sont pliées d'avance. Toute l'infanterie se mobilisera pour critiquer la Gauche becassine (sauf celle de DSK qui, justement, n'en est pas une mais seulement au service d'Israël), et faire la promotion de Sarko et de ses potes. Y'a pas photo, les Médias (des)servis par les supporters d'Israël devant l'Eternel, pardon devant Yahvé, ont colonisé tous les domaines, et tant pis pour le pluralisme, la diversité, la neutralité, l'information, la démocratie ! Les contribuables français paieront pour, par exemple, une télévision au service d'intérêts étrangers, israéliens et anglo-saxons, militaro-financiers...

 

Morale de l'Histoire, s'il y en a une ?

 

Eteignez votre télé, boycottez les Médias aux ordres, et informez-vous sur Internet. Et par exemple, lisez mes blogs contre l'intolérable, la désinformation, les crises, le choc de civilisations, les guerres... 

 

Eva R-sistons à l'occupation de nos Médias par des intérêts qui ne sont pas les nôtres...(en bonne souverainiste de Gauche !)

 

N.B.:

 

C dans l'Air de ce 22.11.10: On y parle de l'OTAN, entre Atlantistes.

Ca donne cela: "L'OTAN cherche de nouvelles missions". Non, il cherche, et crée, des ennemis ! Il en faut pour justifier les guerres de prédation, hégémoniques, et il faut aussi faire tourner la juteuse machine de mort (c'est-à-dire de l'Armement) !

"L'OTAN est le gendarme au service de l'ONU". Non, au service des intérêts Anglo-Saxons et israéliens !

Et goûtez le titre de l'émission, svp: "OTAN: Al Quaïda remplace le Mur". Non, le Mur de l'Argent remplace celui du communisme. Et Al Quaïda, ce sont juste deux mille hommes (Source, ancien Chef Français du renseignement). Et surtout de faux attentats, manigancés par l'Occident crapuleux ! (Eva R-sistons)

 

Ce soir, Journal 20 h Pujadas: On insiste sur les faits divers, et on glisse sur ce qui est important, comme l'entrave à la recherche de la vérité par le Gouvernement Fillon (Affaire Karachi) au moment où Sarkozy promet la transparence (mensonge d'Etat, silence FR2, même les autres Médias abordent la question plus clairement !).


 

- R-sistons à l'intolérable

http://r-sistons.over-blog.com

 

- R-sistons à la désinformation
  http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com

- R-sistons à la crise (tuyaux,analyses,alternatives..)
  http://sos-crise.over-blog.com 

- R-sistons à l'actualité
  http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/

- R-sistons au choc de civilisations
  http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/

- Eva coups de coeur blogs
  http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

 

- Eva informe les seniors

  http://senor-information.over-blog.com

 


 

 



 


 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 00:32
 
(JPG)

http://www.radio-fmr.net/rubrique.php3?id_rubrique=169

 

 

Billet d'humeur

d'eva R-sistons:

Vous avez dit diversité ?

 

 

Infos FR2,

 

Le 8 h,

le 13 h,

le 20 h,

 

ne souriez pas, citoyens !

Vous êtes roulés, floués !

 

La France est riche de sa diversité...

mais pas sur FR2 !

 

Journalistes, animateurs, présentateurs, invités,

météo, émission littéraire, de reportages..

porte-parole du monde de la Médecine, savant, expert,

ne cherchez pas, ils sont tous issus de la même communauté.

Celle du Peuple élu. Elu pour peupler nos écrans ?

En tous cas avec nos sous, puisqu'il s'agit de chaîne publique.

Ils ont un nom qui fleure bon le Castillan, l'Espagne ensoleillée,

ou une perruque blonde, bien blonde,

mais il s'agit de la même grande petite famille.

Chaîne privatisée, clanisée !

Tant pis pour la diversité...

 

Tiens, voilà des Arabes, des Noirs, comme il y en a tant

dans notre pays de la diversité et des Droits de l'Homme.

Pff ! Ce sont des lycéens qui s'agitent, des activistes..

Et voilà les cités, les délinquants...ou les chômeurs,

et puis les manifestants, les grévistes. Encore eux !

Noirs, marrons, café-au-lait, ils sont là,

abondamment représentés.

 

Que croyez-vous que va penser la petite vieille qui dure, qui dure,

qui refuse de s'en aller, et qui se pelotonne

dans sa chaise, et qui tremble en entendant le mot

cité, ou terrorisme, c'est la même chose, hein,

et elles votent, les ptites mémés, elles votent !

Si elles ne votent pas, on va les chercher.

Elles votent si bien, pour les bourreaux

de leurs petits-enfants, pour les bourreaux

des générations précaires, vous savez...

l'UMP de Sarko-Ubu !

Et même si elles sortent une fois l'an,

du fin fond de leur maison de retraite,

c'est pour voter, voter, voter !

 

Et que voient-elle, sur l'écran ?

Des gentils UMP, des gentils Américains, des gentils Juifs,

des méchants arabes, des méchants musulmans, des méchants noirs,

des méchants iraniens, des méchants russes, des méchants chinois...

 

Pff ! La télé publique, avec nos sous,

chut, est privatisée, communautarisée !

Et tant pis pour la diversité, 

roulés, roulés, vous êtes roulés,

et demain, les ptites mémés, elles décideront de votre avenir,

de l'avenir des jeunes, des travailleurs, des chômeurs,

en confiant les charges suprêmes aux mêmes,

encore et toujours, pour le grand Bien de la France du Fouquet's !

 

Vous avez dit diversité ?

Ne souriez pas, vous êtes roulés, roulés, roulés...

Alors, elle est pas belle, la vie, à FR2 ?

 

eva R-sistons au communautarisme

 

 

Entrez dans le cercle,

pour promouvoir la diversité républicaine,
détecter les “talents de la diversité”,
proposer des politiques innovantes
pour lutter contre les discriminations
et favoriser l’intégration.
Pour instaurer l’égalité à l’embauche et
une meilleure représentation des minorités
dans tous les domaines, pour construire
une France du mérite, de la justice sociale
et de l’égalité des chances :


Rejoignez le CDR
Contactez le CDR



http://www.cercle-diversite.org/site/

 

 

 

 

A l’heure de la diversité  

diversite

.

 

Le groupe France Télévisions s’est officiellement doté d’un Comité permanent de la diversité présidé par Hervé Bourges. Ses missions principales : aider à évaluer et à orienter sur le long terme la politique du groupe en matière de diversité, la mesurer au travers des indicateurs de suivi, qu’il aura mis en place, à l’écran et au sein de l’entreprise. Cette «brigade légère», comme l’a qualifiée son président, «aidera chaque responsable (du groupe) à accoucher le plus vite des idées qu’il avait pour l’instant gardées à l’état d’embryon dans son esprit». L’installation de ce comité, a estimé Christine Albanel, la ministre de la Culture, est l’expression «d’une impulsion, d’une volonté politique», l’audiovisuel public étant «le média du lien et de la cohésion sociale». 

Dix ans après avoir été à l’initiative, en tant que président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), de la première initiative institutionnelle en faveur de la diversité, Hervé Bourges se retrouve à la tête d’un comité composé de 16 membres répartis en deux collèges. 

Le premier réunit des personnalités extérieures à l’entreprise, comme le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, le second, des collaborateurs du groupe, à l’instar de la rédactrice en chef adjointe de France 3, Audrey Pulvar. Elle fait partie des rares figures de la diversité visibles sur les antennes de l’audiovisuel public, qui mène néanmoins, au travers de ses fictions et programmes une politique active en la matière. 

De même que des actions un peu plus «souterraines», selon son président Patrick de Carolis, quand il s’agit du soutien apporté aux jeunes de la diversité, inscrits notamment à Sciences Po, en leur octroyant des bourses. L’entreprise ouvre également ses portes à ceux intéressés par les métiers de l’audiovisuel.

«Des oreilles attentives» à la diversité au sein de France Télévisions 
«Notre écran est blanc, parfois noir, rarement maghrébin, presque jamais asiatique», a constaté Hervé Bourges. La France est «en retard», souligne-t-il, comparé à d’autres pays quand il s’agit de diversité. «En France métropolitaine, il y a une seule députée noire (…). La télévision n’y échappe pas. Il y a de vrais problèmes qui se posent aussi bien dans les programmes que sur les antennes. On va essayer de les régler sans se substituer aux rédactions et aux responsables de programmes (…), et surtout (veiller) à ne pas laisser s’échapper des talents» à cause de leurs origines.

Après son Programme d’action positive en faveur de l’intégration (Papi), venu à échéance, cette année, France Télévisions franchit une nouvelle étape que d’aucuns pourraient considérer comme tardive. Christine Albanel voit les choses autrement. Elle considère que la réforme de l’audiovisuel permet aujourd’hui de relever ce défi. «C’est important qu’une structure comme France Télévisions montre l’exemple sur ces questions de présence, de visibilité, et de lutte contre les discriminations», estime Dominique Sopo. Pour Yamina Benguigui, la cinéaste dont le téléfilm Aïcha, a réuni, il y a quelques semaines, 5 millions de téléspectateurs sur France 2, les membres de ce comité seront «des oreilles attentives» à un problème qui n’est pas «palpable». La première réunion du Comité, qui devrait se réunir «quatre ou cinq fois en session plénière» en dehors de ces différentes commissions, est prévue le mois prochain.

F. G.

 

http://www.pyepimanla.com/juillet-aout-2009/articles/France/diversite.html

 

 

 

Et à FR2 ? !!!!!

 


 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 00:20


 
CNN révoque un célèbre animateur qui a stigmatisé les juifs
.
Nouvelle victime de la répression américaine à la liberté d’expression : la chaine de télévision américaine CNN a renoncé aux services de l’un de ses célèbres animateurs, Rick Sanchez pour avoir exprimé des commentaires jugés inconvénients à l’encontre des Juifs.
 
Interrogé par une radio locale, Sanchez qui animait un programme principal de deux heures a qualifié son collègue sarcastique d’origine juive, John Stewart de «  fanatique », affirmant qu’il n’y a pas de juifs aux États-Unis qui souffrent du chômage.
Et d’ajouter : «  tout personne qui dirige la CNN ressemble à Stewart, beaucoup de ceux qui dirigeants les autres réseaux médiatiques lui ressemblent aussi », laissant supposer que ceux qui dirigent les médias aux États-Unis sont les juifs.
Dans un communiqué publié vendredi, la CNN a déclaré que Sanchez ne faisait plus partie de la société, le remerciant pour les années qu’ils passées chez elle et lui souhaitant tout le bien.
 
Sachant que la CNN avait également révoqué la journaliste Octavia Nasr, le mois de juillet dernier, pour avoir exprimé son respect pour l’éminent homme de religion libanais l’ayatollah Sayed Mohammad Hussein Fadlallah, après sont décès.
Le mois précédent, la doyenne des journalistes de la Maison Blanche Hélène Thomas a été amenée à démissionner pour avoir dit que «  les juifs devraient quitter la Palestine et revenir en Pologne, en Allemagne aux États-Unis, ou n’importe où ailleurs ».
Il est vrai que ces deux femmes se sont excusées pour leurs positions, mais malgré leur révocation, de plus en plus de personnalités osent enfreindre le tabou, multipliant leurs déclarations hostiles à Israël ou au lobby judéo-sioniste.


Lundi 4 Octobre 2010


http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb

 

http://www.alterinfo.net/CNN-revoque-un-celebre-animateur-qui-a-stigmatise-les-juifs_a50438.html

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 01:02

 

Logo de l'association
Wikipedia

 

 

Alerte ! Sous l'apparente neutralité,

islamophobie sur FR2 (Journal de 20 h du 2.9.10)

Par eva R-sistons

 

Choquant !

 

Comme régulièrement lorsque j'observe les informations de FR2 (Chaîne au service de Sarkozy, du Medef, du libéralisme, de l'Empire, d'Israël...), je suis choquée. En réalité animée essentiellement par des tenants du Nouvel Ordre Mondial anglo-saxon et israélien comme Pujadas, Darmon, Atlan, Leymergie, Drucker...,  cette chaîne qui devrait être au service du public se livre à l'apologie de la guerre (celle d'Irak, par exemple, avec les "héros" américains), se fait le relais des mesures gouvernementales pour que le public les accepte, dénonce l'Iran, la Russie, la Chine, Cuba, les résistants arabes à l'occupation etc, et d'une façon générale les Arabes ou les Musulmans. Mais cette fois, cela va plus loin, insidieusement. Beaucoup trop loin !

 

J'accuse Pujadas, lauréat de la Laisse d'or du journaliste le plus servile de France, de dresser les Français, sans en avoir l'air, contre les Arabes et les Musulmans.

 

Sous couvert de dénonciation de la parution d'un pamphlet de Thilo Sarrazin contre les immigrés en Allemagne, il met en valeur, en paroles et en images, les poncifs les plus éculés contre les Arabes et les Musulmans. On croirait entendre le Front National ou les populistes !

 

En effet, que dit-il ? Cet auteur en costume-cravate, social-démocrate, dirigeant de la Banque Centrale d'Allemagne, s'en prend aux Juifs, aux immigrés, aux Musulmans. Des Juifs, des reproches qu'on leur fait couramment, ce journaliste d'origine juive ne parlera évidemment pas. Par contre, en réalité soucieux de préparer l'opinion publique à la future guerre inique et monstrueuse contre l'Iran, il va détailler aux télespectateurs français, au cours de son reportage, tout ce que les plus racistes reprochent aux Musulmans, c'est-à-dire  pêle-mêle, le foulard, l'appel, les mariages forcés, les problèmes d'intégration, la démographie "qui constitue une menace pour la Nation". Un intervenant dira: "Je ne veux pas que mon pays devienne en partie musulman". Certes, cette dénonciation de l'islamisation en Allemagne choque la classe politique, en particulier Angela Merckel ("ce sont des propos inacceptables") MAIS rencontre l'adhésion populaire: 95 % des Allemands trouvent que l'auteur ne va pas trop loin !

 

Que reproche Sarrazin aux immigrés ou aux Juifs ? On ne saura rien. On saura seulement tout le mal qu'il pense des Musulmans, comme par hasard, et les télespectateurs français auront reçu ce 2 septembre 2010 de quoi alimenter leurs propres fantasmes, ou phobies, s'ils en ont. Je le dis haut et fort: Sous couvert de dénonciation du pamphlet, Pujadas jette en pâture aux Français tous les poncifs islamophobes ! En insistant sur le fait qu'une majorité d'Allemands pense que Sarrazin dit vrai ! Et à l'accusation de racisme, l'auteur répond ceci: Liberté d'expression ! A ceux qui veulent criminaliser toute critique de la politique d'Israël, il faudra se souvenir de cette page "d'information" !

 

C'est très grave. Pujadas se sert d'un instrument public, au service de la nation, financé avec l'argent des Français, pour son propre clocher, en l'occurrence, indirectement, la cause israélienne. Réaction identitaire, réflexe communautariste intolérable ! D'autant qu'au final, ce journaleux qui mérite si bien sa Laisse d'Or, prépare en fait les esprits, jour après jour, à la guerre contre l'Iran ! C'est un venin qui est distillé au quotidien, contre les Arabes, les Musulmans, l'Iran, le Hezbollah.. dans le but de rendre la guerre qu'il désire, inévitable ! Alors que s'il faisait son métier, il aurait cité des faits pour chaque religion, car M. Sarrazin dénonce les immigrés de tous bords, de toutes confessions, bref le sieur Pujadas n'aurait pas axé son intervention sur les seules attaques contre les Musulmans ! Tout cela est de la propagande déguisée, la télévision est détournée au service des intérêts d'un seul groupe, et c'est scandaleux, honteux, intolérable !

 

Français, Lecteurs, Lectrices, boycottez cette télé poubelle, FR2 est une chaîne scandaleusement partiale, communautariste, conditionnant les citoyens pour leur faire accepter l'inacceptable, le gouvernement Sarkozy, le libéralisme assassin, les guerres abjectes pour le profit d'une minorité de prédateurs sans foi ni loi ni conscience !

 

Je vous demande de regarder la vidéo, puis de protester auprès de l'infâme chaîne qui ne répond pas à sa mission de service public. Des informations comme celles-là sont une incitation au racisme, au rejet de l'autre ! C'est une abomination...

 

Le gouvernement Sarkozy est montré du doigt partout dans le monde, et les médias Français officiels sont aujourd'hui lanterne rouge de l'information !

 

Va-t-on voir les pseudos intellectuels s'élever contre de tels scandales ? Pas du tout ! Ils sont eux-mêmes gangrenés par une seule idéologie, qui étend sa toile d'araignée partout !

 

Nous, journalistes soucieux d'impartialité, citoyens républicains, Français n'acceptant pas le racisme, nous dénonçons la télé qui dresse les citoyens les uns contre les autres ! Nous rappelons que les principes de notre Nation sont Liberté, Egalité, Fraternité !

 

Honte à ces pseudos journalistes qui, à l'image de notre gouvernement, salissent la réputation de notre République en incitent indirectement à la haine raciale.

 

Eva R-sistons

 

Vous avez une semaine pour regarder la vidéo ici :

 

http://jt.france2.fr/20h/

(J.T. en vidéo)

Partager cet article
Repost0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 18:32

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 00:26

decrochons-de-la-TV.jpg


La faute des médias meanstream occidentaux

Je pense qu’il faudrait plus clairement en occident, mettre les médias meanstream, y compris ceux qui se vivent "de gauche", face à leurs écrasantes responsabilités : les mots comme "terroristes " ou "activistes" sont utilisés pour jeter l’anathème sur les arabes et les musulmans dès qu’ils ne sont pas corrompus par l’occident.


Jamais un occidental qui commet un crime (par exemple un membre des services secrets occidentaux : pensons à ceux du Mossad récemment) n’est appelé terroriste, par ces médias.


On met rarement en valeur la culture arabe ou musulmane, la télévision évoque très rarement les grands écrivains, cinéastes ou autres artistes de ces cultures...

On conditionne le public à la xénophobie.


La télévision et les grands quotidiens et mensuels sont les acteurs de cette marche vers un affrontement xénophobe.


Sauf le Monde Diplo bien sûr qui n’est pas meanstream (un jour peut être ... !)


http://blog.mondediplo.net/2010-07-05-La-droite-dure-europeenne-au-secours-d-Israel


(commentaire 5 juillet @18h13)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages