Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 20:56
Lundi 28 février 2011 1 28 /02 /Fév /2011  

 

Le 25  février l'OTAN s'est réuni pour préparer une zone d'exclusion aérienne au dessus du territoire libyen semblable à celle qui fut imposée à l'Irak dans les années 1990 (une suggestion de la France et de la Grande Bretagne). Cette option a été ensuite soumise au conseil de sécurité de l'ONU. Le même jour Ian Birrel dans le journal de gauche britannique le Guardian recommandait une invasion militaire directe. Aux Etats-Unis les anciens partisans de l'invasion de l'Irak John McCain et le Joe Lieberman ont plaidé pour la reconnaissance d'un gouvernement libyen d'opposition et son armement lourd par Washington. Une autre option est de faire intervenir militairement la Tunisie ou l'Egypte, mais les exactions provoquées par l'intervention de l'Ethiopie en Somalie pour le compte des Etats-Unis et le risque de remobilisation patriotique derrière Kadhafi contre l'ingérence extérieur font hésiter les analystes. L'intervention militaire directe ou indirecte reste cependant sur la table, et Washington a pris des contacts dans ce sens avec ses alliés. Londres envisage quant à elle d'envoyer des forces spéciales, officiellement pour venir en aide à ses ressortissants mais les autres pays comme la Chine évacuent leurs ressortissants sans présence militaire.

 

Les velléités interventionnistes occidentales ont été accélérées au cours des derniers jours par la décision du colonel Kadhafi révélée dans Time par un ancien agent de la CIA (mais l'information est-elle fiable ?) le 23 février de saboter les puits de pétrole de Libye. Les importations du pétrole libyen couvrent 51% des besoins de l’Italie, 13% de l’Allemagne et 5% de la France. Le risque de perdre le pétrole libyen a fait flamber les cours aux alentours de cent dollars le baril sur les places boursières internationales.

 

Par ailleurs selon l'analyste russe Grigori Melamedov, la crainte d'un exode massif de réfugiés libyens et l'annonce par le vice-ministre libyen des Affaires étrangères Khaled Kaïm de la proclamation par Al-Qaïda d'un émirat islamique dans la ville de Derna dans l’Est de la Libye aurait aussi précipité l'ardeur des Occidentaux (et rallié aussi l'Iran au souhait de voir Kadhafi renversé, Téhéran étant inquiet du risque de la montée d'Al Qaida en Afrique du Nord).

 

Le représentant de la Russie dans le cadre d'une réunion du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU à Genève a clairement refusé toute ingérence étrangère en Libye, de même que le gouvernement vénézuélien et les gouvernements cubain et nicaraguayen.

 

F. Delorca

 

 

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-le-risque-de-perdre-le-petrole-libyen-ravive-l-interventionnisme-des-occidentaux-68276873.html

 

 

Liste complète

Lundi 28 février 2011 1 28 /02 /Fév /2011 20:05

.

 

A Moscou, Thierry Meyssan analyse les insurrections arabes


 

Invité principal de trois grandes émissions politiques de la télévision russe, Thierry Meyssan a développé son analyse des insurrections arabes.


Pour le président du Réseau Voltaire, il est erroné de comparer ces mouvements aux « révolutions colorées ». D’une part parce qu’elles ne vise pas à remplacer des dirigeants anti-US par des pro-US, et d’autre part parce qu’elles ne sont pas focalisées contre des leaders politiques en particulier. Les peuples d’Afrique du Nord et du Proche-Orient se soulèvent contre la domination des Etats-Unis et d’Israël incarnée par des dirigeants fantoches. Ils ne renversent pas simplement des gouvernements, mais aspirent à une transformation sociale. A la différence des « révolutions colorées » qui ne duraient que quelques jours ou semaines, ces insurrections populaires marquent le début d’un processus révolutionnaire régional de plusieurs années qui aboutira à l’éclosion de régimes variés et souverains.


A Moscou, Thierry Meyssan a insisté sur l’intervention états-unienne pour détourner ces mouvements de leur objectif central, donnant de nombreux exemples concrets d’actions entreprises ces dernières semaines par les agents de l’Albert Einstein Institute et du Canvas. Pourtant, a-t-il poursuivi, ces manipulations ne fonctionnent pas sur le terrain. Les manifestants ne lâchent pas leurs revendications. Au contraire, on voit surgir un sentiment pan-arabe face à l’impérialisme et au sionisme. Tout au plus, les USA arrivent-ils à manipuler les médias occidentaux pour masquer au monde le soudain déclin de leur influence.


Dans de longs entretiens à la presse écrite, le président du Réseau Voltaire a souligné que jadis les révolutionnaires étaient des militants qui allaient se former en URSS, aujourd’hui ils ont été se former en Iran. Cette révolution a débuté par la voie constitutionnelle au Liban et s’est poursuivie dans la rue en Tunisie, en Egypte, en Libye, au Yémen et à Bahrein, compte tenu de la nature autoritaire de ces régimes, a t-il affirmé.


Enfin, il a prédit que ce mouvement ne se cantonnerait pas aux peuples arabes, mais déborderait en Afrique noire.


SOURCE : http://www.voltairenet.org/article168638.html

Partager cet article
Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 20:54
 


 

L’empressement de Nicolas Sarkozy à se débarrasser de Michèle Alliot-Marie trois mois après sa nomination au Quai d’Orsay vise à éteindre une polémique avant que de nouvelles révélations n’atteignent le président Sarkozy lui-même.


Dans cet entretien au site helvétique Mecanopolis.org, enregistré le 9 février 2011, soit au début de la polémique sur les vacances tunisiennes de la ministre, de ses parents et de son compagnon, Thierry Meyssan évoque la vente discrète d’un ancien avion présidentiel français de type A319CJ à la société tunisienne Karthago Airlines, propriété d’Aziz Miled et de Belhassen Trabelsi (frère de Mme Ben Ali).

 

La vente aurait été négociée par Mme Alliot-Marie à la fois au nom du ministère français de la Défense et de la présidence de la République qu’elle représentait en sa qualité de ministre des Affaires étrangères. Les vacances de rêve de la ministre et de ses proches sont donc la partie émergée d’un iceberg de corruption dont Nicolas Sarkozy en personne est partie prenante.


VOIR VIDEO SUR LIEN SOURCE

 

http://www.voltairenet.org/article168615.html

Partager cet article
Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 20:53

 

Lundi 28 février 2011 1 28 /02 /Fév /2011 20:42

 

 

Des médecins, souvent missionnés par le gouvernement américain, ont réalisé des dizaines d'expérimentations médicales sur leurs concitoyens, handicapés, malades ou détenus. Ce n'était pas au XVIème siècle, mais dans les cinquante dernières années. De quoi reléguer les pires conspirationnistes au rang de doux rêveurs...


Scandale des expérimentations médicales aux Etats-unis

 

Des malades mentaux et des enfants présentant un retard mental auxquels on a délibérément inoculé l'hépatite dans le Connecticut et dans l’État de New-York, des prisonniers sous le nez desquels on a agité un virus de grippe pandémique dans le Maryland, des malades chroniques auxquels on a injecté des cellules cancéreuses dans un hôpital juif de New York, des Afro-américains qu'on a regardé mourir de la syphilis alors que la pénicilline était disponible... des journalistes de l'Associated Press ont retrouvé la trace d'une quarantaine d'études du genre. Un inventaire hallucinant des pires dérives de l'industrie pharmaceutique.

Tout commence à l'automne dernier, lorsque le gouvernement américain s'est solennellement excusé pour des expérimentations médicales menées au Guatemala dans les années 50. Les médecins mandatés par le gouvernement US avaient alors refourgué le virus de la syphilis à des malades mentaux pour tester quelques remèdes, qui se sont finalement avérés inefficaces. Pas de chance. Du coup, d'aucuns ont cherché à savoir combien d'expériences de ce genre ont été menées. La réponse est : au moins 40, mais sûrement beaucoup plus. Est-il utile de préciser que les cobayes n'étaient pas avertis ?

 

Pas mieux que les nazis

Pour bien nous présenter la chose, l'AP nous avertit : A cette époque, "la vision de la recherche médicale était alors différente. Les maladies infectieuses avaient tué beaucoup de gens durant les années précédentes et les médecins ont travaillé dans l'urgence pour inventer et tester des remèdes. De nombreux chercheurs de premier plan ont estimé qu'il était légitime d'expérimenter sur des personnes qui n'ont pas de pleins droits dans la société - les prisonniers, les malades mentaux, les Noirs pauvres. C'est une attitude d'une certaine manière similaire à celle des médecins nazis qui ont mené des expérimentations sur les Juifs".

 

Moins chers que des chimpanzés !

Dans les années 50, l'industrie pharmaceutique a connu une énorme croissance aux États-Unis. L'expérimentation sur les prisonniers aussi : au moins la moitié des États ont autorisé les expérimentations - publiques et privées - sur ces cobayes humains. Pour une bonne raison : lors d'auditions devant le Congrès, en 1973, les responsables de l'industrie pharmaceutique ont reconnu que les prisonniers étaient moins chers que les chimpanzés. Pourquoi se gêner ? Il aura fallu attendre le milieu des années 70 pour que ces études soient explicitement interdites par l'administration pénitentiaire.

Mais, le cours du chimpanzé US ne connaissant pas la crise, l'histoire s'est perpétuée dans d'autres pays. Durant les 15 dernières années, des médecins américains ont délibérément tenu des femmes ougandaises enceintes infectées par le VIH à l'écart des traitements existant, pour les besoins de leur étude. Pfizer a aussi testé un antibiotique sur des enfants atteints de méningite au Nigeria, alors que des doutes importants planaient sur son efficacité. L'année dernière, le département américain de la Santé a indiqué qu'entre 40 et 65% des études cliniques relatives à des produits médicaux destinés au marché américain avait été effectués dans d'autres pays ! Des pays où la vie d'êtres humains vaut moins que celle de chimpanzés...

 

http://www.lesmotsontunsens.com/etats-unis-plus-de-40-experimentations-medicales-sur-des-prisonniers-des-noirs-et-des-malades-mentaux-9188

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

A lire également :

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 22:11

Salah Hamouri : l’Elysée ne tient pas ses promesses !

 

 

Le 29 juin dernier, Jean-David Levitte, Conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, recevait Denise Hamouri rue de l’Elysée. J’accompagnais cette dernière. Suite à l’entretien où des propos nouveaux étaient tenus, un communiqué (ci-joint) était publié et mis en ligne sur le site de Salah Hamouri. Jean-David Levitte devait me téléphoner aussitôt pour me demander de retirer celui-ci du site, compte tenu (sic) de la réaction de l’Ambassadeur d’Israël en France et, que s’il confirmait ses dires, c’était dans l’intérêt de Salah que de le retirer. Aussitôt demandé, aussitôt fait. Mais, comme vous le verrez, cet engagement n’a plus lieu d’être : il tenait des propos "nouveaux" sur le cas de Salah et l’attitude de la France à l’égard de notre compatriote. Il prenait des engagements. Aucun n’a été tenu. C’est pourquoi nous rendons public ce communiqué. Bonne lecture ! Et continuons plus que jamais, pour Salah. Bientôt opération "Attaque Facebook"... Cordialement.


Jean-Claude Lefort.

Communiqué

Madame Denise Hamouri, la mère de Salah, accompagnée de Jean-Claude Lefort, a rencontré hier lundi 28 juin, rue de l’Elysée, Jean-David Levitte, Conseiller diplomatique du Président de la République, en présence de Nicolas Galey, Conseiller technique sur le Proche et le Moyen-Orient.

Le Conseiller diplomatique a indiqué d’emblée que le Président Nicolas Sarkozy aurait une égale attention et une même détermination pour obtenir la libération de Gilad Shalit et de Salah Hamouri. Pour le Président, les deux jeunes sont des Français et il les défendait également.

S’agissant de Salah Hamouri il a été noté par le Conseiller que l’acte d’accusation du tribunal militaire israélien ne mentionne aucun fait ni acte répréhensibles mais une simple « intention », notion qui relève d’un pur arbitraire.

C’est pourquoi, selon le Conseiller, parmi les 2.000 Français détenus à l’étranger, le Président concentre son attention sur les cas les plus patents d’iniquité et donc qu’il serait mobilisé en cela pour obtenir la libération de Salah Hamouri qu’il a déjà, selon le Conseiller, demandé à plusieurs reprises auprès des actuelles autorités israéliennes.

Il a été fait observer au Conseiller que ses paroles dénotaient assez nettement de ce qui avait été dit jusqu’ici sur Salah Hamouri et que si les deux cas signalés étaient traités sur un pied d’égalité il était alors difficilement compréhensible que, par exemple, le Président n’ait toujours pas encore reçu la famille de Salah Hamouri à la différence notable de la famille Shalit.

Il a également été relevé que Salah Hamouri n’a pas été jugé par un « Etat de droit » mais par un Etat en guerre qui condamne par ses tribunaux militaires ceux-là mêmes qu’il occupe quand bien même ils étaient innocents des charges accusatrices qui pesaient sur eux ou bien qui procédaient de l’arbitraire pur et simple. Il a été redit que de ne pas avoir pris en compte et d’emblée ce fait majeur constituait une faute grave.

De même il a été signalé que ce même Etat ne libère jamais, quand il y a échange de prisonniers, de Palestiniens originaires de Jérusalem.

Il a été rappelé la demande de remise de peine déposée par Salah, au 2/3 tiers de sa peine accomplie, s’est soldée par un net refus de la Commission ad hoc et par une aggravation des charges portées contre lui.

L’idée israélienne selon laquelle Salah, qui est innocent, devrait en plus présenter des « excuses » étant une humiliation inacceptable ajoutée à l’injustice lourde qui le frappe depuis plus de 5 ans.

De même il a été redit hautement que l’expulsion de Salah ou son extradition en France était clairement refusée. Salah a le droit comme tout être humain de vivre là où il le souhaite.

Le Conseiller a insisté sur le fait que rien ne sera de nature à faire cesser la demande de libération de Salah alors qu’il a déjà passé plus de 5 ans en prison pour une « intention » supposée. Il a indiqué aussi que de nouvelles initiatives seront prises auprès des autorités israéliennes. L’entretien a duré ¾ d’heure.

Commentaires

Le changement de ton et d’approche énoncés verbalement au cours de cet entretien sont, sans aucun doute possible, à mettre au compte des multiples initiatives prises dans un esprit de large rassemblement pour demander la libération de Salah. Malgré les affirmations du Conseiller, on peine à voir une même volonté pour libérer Salah Hamouri et Gilad Shalit.

Le Président de la république vient d’écrire aux parents de Gilad à l’occasion du 4ème « anniversaire » de sa capture.

Quand donc écrira-t-il à Monsieur et Madame Hamouriune lettre se terminant, ainsi que celle envoyée aux parents de Giladle 25 juin dernier, par ces mots : « Je mesure la lassitude, la colère ou l’incompréhension que, jour à après jour, depuis le 25 juin 2006, vous ressentez. La dignité dont vous avez fait preuve, votre courage et votre action de tous les instants ont été exemplaires. Vous pouvez être fiers de vous et de votre fils, comme nous le sommes de Gilad et de ses parents. »

Pour l’heure pas une seule lettre n’a été envoyée à la famille Hamouri qui n’ont pas été reçus à l’Elysée et jamais le nom de Salah n’a été cité publiquement par le Président. Et si les demandes de libération ont été faite de manière répétée il est difficile de dire qu’elles aient été efficaces.

Il peut être tiré clairement une conclusion de cette rencontre : l’écho grandissant de l’exigence de la libération de Salah ne peut plus être ignoré en haut-lieu. C’est dire si notre mobilisation rassembleuse, jour après jour, a été utile. Elle doit être poursuivie. Salah est victime et non coupable.

Aucun fait ne lui est reproché – une intention supposée n’étant pas un fait – et donc certainement pas d’avoir voulu faire exploser la voiture du rabbin Yossef Ovadia et d’avoir lancé un cocktail Molotov contre un véhicule de l’armée israélienne comme on a pu le lire dans une dépêche mensongère d’« Associated Press » publiée hier soir, à 21 h 17, par « Yahoo ».

Salah a déjà passé plus de 5 ans en prison pour rien. Sa libération ne dépend pas de lui mais de ses geôliers. Pour Gilad Shalit, le Président a demandé à de multiples occasions sa libération sans condition. Pourquoi devrait-il en aller autrement pour Salah ?

Salah a encore 16 mois de prison à faire. Nous ne nous résignons pas à l’idée qu’il ne soit pas libéré bien avant. Chaque jour qui passe, après ces plus de 5 ans en prison, est donc un jour de trop qui voit Salah embastillé. A la différence notable de Gilad Shalit, et ce n’est pas de notre fait, le sort de Salah n’est pas lié à des négociations obscures.

Sa libération dépend uniquement des autorités israéliennes.

C’est la seule certitude que nous ayons – nous, mais aussi les autorités françaises.

Nous n’avons pas à nous substituer à ces dernières ni à leur manière de faire mais il nous revient de l’exiger auprès d’elles comme nous n’avons cessé de le faire. Nous avons quelques raisons de continuer et de ne pas relâcher la pression.

Les propos nouveaux tenus par le Conseiller du Président, le fait que pour la première fois le site Internet de la Présidence évoque publiquement, à sa façon, le cas de Salah montrent que notre mobilisation ne laisse plus indifférent et qu’elle n’est pas vaine.

Salah a déjà bien lourdement et très injustement « payé » l’occupation de Jérusalem et de son pays natal. Il est plus que temps que Salah rentre à la maison.

Les nouveaux mots entendus n’endormiront pas notre volonté et notre action. Tout au contraire puisqu’ils témoignent que nos efforts ne sont pas vains.

C’est pourquoi notre exigence – qui est la seule garantie tangible qui existe de manière certaine pour obtenir sa libération – demeure plus forte que jamais :

Libération de Salah Hamouri ! Et vite !

Paris, le 29 juin 2010

_

 

 http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4998

 
Sur le même sujet :
 

 

Sur ce site, aussi :

 

Jean-Claude Lefort Publié le samedi 26 février 2011 La chose est désormais entendue. Madame Michèle Alliot-Marie va quitter le Quai d’Orsay, et celles et ceux qui ont la France et son honneur fichés au fond de leur esprit et de (...)

En savoir plus »

Par Sara Flounders De toutes les luttes qui se déroulent actuellement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, la plus malaisée à décortiquer est celle qui se passe en Libye. Quel est le caractère de l’opposition au régime de (...)  image 1

En savoir plus »

Si la démocratie des riches est en péril, la démocratie du peuple, elle, est en devenir. Il n’y a pas qu’en Égypte, en Libye, en Tunisie, en Algérie, au Bahreïn et au Yémen que la démocratie populaire soit réprimée par les (...)

En savoir plus »

"Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer" Guillaume d’Orange « Quarante ans déjà ! Quarante ans que l’Algérie a su trouver la méthode qui lui a permis - en évitant un (...)

En savoir plus »

Le pétrole est devenu la principale richesse aux mains des grandes transnationales yankees ; cette source de richesse leur a permis de disposer d’un instrument qui a accru considérablement leur pouvoir politique dans le monde. (...)

En savoir plus »

« Ce que nous avons fait vise à geler le processus de négociation. Et, en gelant le processus de négociation, vous empêchez la création d’un Etat palestinien et vous empêchez la discussion sur la question des réfugiés. (...) Le (...)

En savoir plus »

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 21:55

 

Nicolas Sarkozy lors de son allocution télévisée du 27 février 2011.
France
Nicolas Sarkozy réajuste sa politique étrangère en remaniant les ministères régaliens

Dans une allocution télévisée de près de sept minutes, enregistrée à l'avance et diffusée ce dimanche 27 février au soir, Nicolas Sarkozy a annoncé lui-même trois nominations ministérielles, Alain Juppé aux Affaires étrangères, Gérard Longuet à la Défense et Claude Guéant à l'Intérieur. Le président français a également annoncé que la France avait demandé une réunion du Conseil européen pour l'adoption d'une stratégie commune de l'Union européenne face à la crise libyenne.

 

 

 

Dimanche, 27 Février 2011 21:42

Bahreïn : la fraction parlementaire Vefak démissionne IRIB- A Bahreïn, les 18 députés du Parti chiite, (opposition), Vefak, ont présenté leur démission, ce dimanche, pour protester contre la répression sanglante des manifestations de ces derniers jours.
Révoltes, dans le monde arabe : Oman, pris dans la tourmente IRIB- La révolte, dans les pays arabes, se répand. Pour la première fois, des appels à manifester ont été lancés, via internet, au Qatar et en Arabie saoudite.
Irak : un délai de 100 jours pour parer aux impérities du gouvernement IRIB- Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a annoncé, dimanche, qu'il donnait 100 jours aux membres de son gouvernement, pour qu’ils «fassent mieux leur travail».
Irak : Maliki donne 100 jours aux membres de son gouvernement pour une amélioration de leurs performances IRIB- Le Premier ministre Nouri al-Maliki a annoncé, dimanche, qu'il donnait 100 jours aux membres de son gouvernement, pour améliorer leurs performances.
Oman : deux victimes, lors des manifestations, à Mascate IRIB-Deux manifestants omanais ont été tués, et cinq, blessés, dimanche, par des tirs de la police, lors de la dispersion d’une manifestation de chômeurs à Sohar, à 200 km au nord de Mascate, a indiqué une source, au sein des services de sécurité.
IRIB- Le Sultan Qabous, en réponse aux revendications du peuple, a remanié son cabinet, en destituant 6 de ses ministres.
Dimanche, 27 Février 2011 17:54
IRIB- Selon l’IRNA, câblant d’Ankara, Najmeddine Arbakane, qui, 3 mois auparavant, en revenant sur la scène politique, avait été chargé de diriger le Parti Saadat, est décédé, aujourd’hui, à l’âge de 85 ans.  
Egypte : le Conseil suprême des forces armées présente ses excuses IRIB- L'armée égyptienne a présenté ses excuses, hier, samedi, après les affrontements survenus, dans la nuit de vendredi, entre des militaires et des manifestants, sur la place Tahrir, au centre du Caire.
Dimanche, 27 Février 2011 09:12
Les Bahreïnis veulent un gouvernement populaire Press TV- Le Cheik Ali Salman, Chef d'Al Wefaq (Entente), a affirmé, samedi, lors d'une interview avec le journaliste de Press TV, que toutes les couches de la société souhaitent l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement démocratique.
Manifestation antiraciste, dans l'Ouest de la noble Qods IRIB- Près de 2000 habitants des territoires occupés sont descendus, hier soir, dans les rues, dans l'Ouest de la noble Qods, pour protester contre le racisme.
Les opposants bahreïnis : la destitution de 4 ministres n’est pas suffisante IRIB- A la suite de l’intensification des manifestations protestataires populaires de Bahreïn, le roi, en annonçant la destitution de 4 ministres peu importants de leurs postes, les a qualifiés de ministres controversés, et ce, alors que les opposants ont jugé ces destitutions insuffisantes et ont insisté sur la poursuite des…
Samedi, 26 Février 2011 20:21
Bahreïn: le gouvernement, remanié IRIB - Bahreïn a remanié son gouvernement, pour apaiser l'opposition chiite, qui a, encore, manifesté, en nombre, vendredi, a rapporté Reuters, citant une source gouvernementale.
Liban : le Hezbollah met en garde contre les complots américains IRIB - Seyyed Hassan Moussaoui, député du Hezbollah libanais, a lancé, samedi, une mise en garde contre les ingérences américaines, dans les affaires de son pays, en particulier, concernant le TSL chargé d’enquêter sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre, Rafic Hariri, tué, au mois de février 2005, dans un attentat,…
4 morts et 40 blessés, au Yémen, et la manifestation, en Algérie IRIB - Quatre personnes ont été tuées, et 40 autres, blessées, par les tirs de la police, lors de la dispersion de manifestations demandant la chute du régime, vendredi après-midi, et dans la nuit, à Aden, grande ville du sud du Yémen, a-t-on appris, samedi, de sources médicales.
Irak: arrêt de la production de la plus grande raffinerie IRIB - La production de la plus grande raffinerie pétrolière a été interrompue, samedi, à la suite d'un attentat, qui a gravement endommagé sa principale unité, a affirmé à l'AFP, le Directeur adjoint du complexe pétrolier de Baiji, Abdel Kader Saab.
Samedi, 26 Février 2011 10:49
Les Egyptiens réclament la démission du Premier ministre IRIB - Deux semaines, jour pour jour, après la démission de Hosni Moubarak, des dizaines de milliers d'Egyptiens se sont rassemblés, vendredi, sur l'emblématique place Tahrir, au Caire, pour maintenir la pression sur le pouvoir.
Samedi, 26 Février 2011 10:46
Remaniement ministériel, à Bahreïn IRIB - Le gouvernement bahreïni, qui a entamé un dialogue national, après une vague de manifestations, il y a plusieurs jours, compte effectuer un remaniement ministériel et calmer, ainsi, la grogne.
Samedi, 26 Février 2011 10:45
Qods: nouvel infanticide de l’armée sioniste IRINN - Un bébé palestinien a trouvé le martyre, vendredi, à Qods-Est, après le recours, par les militaires sionistes, de grenades de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc, pour disperser les fidèles réunis, à l’issue de la prière de vendredi.
Kurdistan-irakien: manifestation contre la violence IRIB - A l’issue de la prière du vendredi, quelque 20.000 fidèles kurdes ont manifesté, à Soleymaniyeh, en Irak.
L'ambassadrice américaine, au Caire, impliquée dans l'affaire du meurtre de 25 personnes IRINN - Le secrétaire général de la Commission des libertés du Barreau d'Egypte a révélé que l’ambassadrice américaine, au Caire, Margaret Scoby, figure parmi les personnes accusées, dans le dossier du meurtre de 25 manifestants.
La réunion sur le sort de l’Imam Moussa Sadr, au Liban IRIB - La réunion d’urgence, pour examiner le sort de l’Imam Moussa Sadr, leader d’origine iranienne des Chiites libanais, s’est déroulée, à Beyrouth.
Vendredi, 25 Février 2011 20:28
Sarkozy, en Turquie IRIB - Le Président Nicolas Sarkozy est arrivé, à Ankara, aujourd'hui, en début d'après-midi, pour une visite consacrée au G-20, actuellement, présidé, par la France, a-t-on appris, auprès de la présidence française.
Bahreïn : l’attaque nocturne des militaires contre les manifestants Press TV - A la veille des vastes manifestations décidées pour honorer la mémoire des victimes du soulèvement, à Bahreïn, les militaires bahreinis s’en sont pris aux tentes des manifestants dressées sur la place de la Perle, alors que les manifestants s'y étaient endormis.
Les Yéménites, les Jordaniens et les Egyptiens ont manifesté, après la prière du vendredi IRIB - «Abdallah Saleh dégage, le peuple ne veut plus de toi», c’est le slogan que des dizaines de milliers de Yéménites scandaient, aujourd’hui, unanimement, après les cérémonies de la prière du vendredi.
Les chasseurs israéliens attaquent le sud de la bande de Gaza IRIB - Les chasseurs de l’armée israélienne ont lancé un raid contre le sud de la bande de Gaza.
Bahreïn : le gouvernement doit accepter les exigences du peuple (opposition) IRIB- Le gouvernement de Bahreïn, contesté dans la rue, souhaite instaurer un dialogue national, au cours duquel, tous les sujets pourront être abordés, a déclaré, jeudi, le ministre des Affaires étrangères du royaume, a rapporté l’AFP.
Jordanie: un comité mis au point pour amender la Constitution IRIB - Le gouvernement jordanien a fait état de la création d'un comité pour étudier l'amendement de la Constitution.
Vendredi, 25 Février 2011 09:47
L'ONU exige l'arrêt de la colonisation israélienne IRIB - Le Coordonnateur spécial des Nations Unies, pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Robert Serry, a appelé, jeudi, lors de la réunion du Conseil de sécurité, à l'arrêt total de la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens.
Bahreïn : l’appel du président du Conseil des Oulémas bahreïni à participer aux manifestations IRIB- Le président du Conseil des Oulémas bahreïni a demandé la participation de toutes les couches de la société aux manifestations de demain, vendredi.
Irak : le renforcement des mesures de sécurité, à Bagdad, au seuil des manifestations de vendredi. IRIB- Les périmètres de sécurité, à Bagdad, se rétrécissent, à l’approche de la journée de vendredi, où le peuple de la capitale a l’intention d’effectuer une marche, pour faire entendre ses revendiactions.

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 21:45
Voilà ce que j'avais écrit en tête de
ma Lettre aux Officiers et aux Soldats de l'Armée française,

Bio-express de Gérard Longuet
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bio-express-de-gerard-longuet_854501.html

 

NB 27.2.11, 16 h : Si, comme le bruit court, Brice Hortefeux devait devenir Ministre de la Défense, cela signifierait clairement que l'Armée française changerait de fonction. Au service de la Nation, elle devrait se retourner contre ses citoyens (considérés comme des ennemis de l'intérieur, potentiellement) quand, légitimement, ils diront NON à la société qui sacrifiera les individus (et par exemple l'emploi, les services publics, les protections sociales, le Droit du Travail) aux intérêts financiers spéculatifs, qui instaurera une dictature et un contrôle total (notamment par l'implant RFID),  qui participera activement au programme de dépopulation (en obligeant par exemple à subir des vaccins toxiques)... Ce qui serait un détournement de la finalité même de l'Armée, qui dot être au service de la Nation et non destinée à se retourner contre elle. L'Armée ne peut accepter d'être mise au pas et détournée de sa finalité... (eva R-sistons)

 

20 h. C'est donc Gérard Longuet qui a eu le Ministère de la Défense,

un très grand bourgeois coupé du peuple, né à Neuilly.

C'est un ancien d'Occident et du F.N., d'extrême-droite,

incarcéré pour complicité de violences avec armes,

inquiété pour le financement occulte du Parti Républicain

et pour la construction de sa villa,

il est mis en examen,

à son palmarès également, il est renvoyé

devant le Tribunal Correctionnel

pour "recel d'abus de crédit", etc, bref un joli C.V..

C'est aussi un grand administrateur de sociétés.

Enfin, il a fait partie du catastrophique

Comité pour la réforme des Collectivités locales.

Surtout, c'est un homme d'une grande arrogance, méprisant le peuple.

Pauvres Français aux mains de tels hommes !

Avec lui, on peut être sûr qu'il... "défendra" l'Oligarchie

qui écrase les peuples !

Neuilly au pouvoir, on est loin du terroir

et de la France profonde (eva R-sistons)

  

 

Honneur et Patrie

http://militaire90200.skyrock.com/6.html

 

 

Lettre ouverte aux Officiers

 

et aux Soldats de l'Armée française,

 

par eva R-sistons 

 

 

 Lettre solennelle aux Officiers et aux Soldats de l'Armée française (eva R-sistons)


 

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 21:43

 

Dimanche 27 février 2011 7 27 /02 /Fév /2011 21:08

Alerte ! Société financière hautement toxique.

Des locataires en paient le prix fou !

 

 


 

Lyon : quand les bombes toxiques font exploser les loyers

 

 

26 février 2011 (Nouvelle Solidarité) – Il y a quelques mois, 900 des 8500 locataires de la Société anonyme de construction de la ville de Lyon (SACVL) apprennent que leurs loyers ont été augmentés de 100, voire de 140% ! Faute de revenus suffisants pour faire face à de telles hausses, 176 locataires à revenus très modestes se sont retrouvés assignés devant le tribunal et risquent l’expulsion.

Pourtant, fondée en 1954, la SACVL, une société d’économie mixte, est à l’origine un bailleur social détenue à 76,9% par la ville de Lyon dont huit élus siègent au conseil d’administration, parmi lesquelles l’adjoint aux Finances.


La souscription en 2007 de six « prêts toxiques » a mis la SACVL dans le rouge. Comme l’explique un article de Libération  : « En 2005, la Sacvl avait contracté des prêts à taux variables auprès du Crédit Agricole. Puis pour parer à une éventuelle envolée des taux, elle a voulu sécuriser ces prêts, en contractant sur les conseils de la banque, des produits censés les garantir. Pour la Sacvl, le Crédit Agricole fait office à la fois de conseil et de banquier, tout en siégeant au conseil d’administration. L’un des cinq produits contractés, appelés aussi "swaps", s’est révélé bien plus toxique que les prêts qu’ils étaient censés protéger. »


« A l’époque peu de gens en France savaient comment ces produits financiers fonctionnaient, y compris ceux qui les vendaient » avoue Michel Le Faou président de la SACVL. Ils ont déjà coûté 46 millions d’euros. Conséquence, la SACVL se sépare d’une partie de son patrimoine pour augmenter sa trésorerie. 176 millions d’euros d’actifs seront cédés entre 2010 et 2011, 43 millions en 2012. Et en attendant, ce sont les locataires qui paient la facture.


Voici, après l’affaire des emprunts toxiques de Lille, de Saint-Etienne, de Rouen et de tant d’autres collectivités locales, un exemple supplémentaire plaidant pour la création immédiate d’une vraie Commission d’enquête sur la crise financière qui exigerait la séparation immédiate des activités bancaires entre banques de dépôts et banques d’affaires ainsi que le rétablissement la Caisse des dépôts et des consignations dans sa mission de partenaire historique des collectivités locales.


http://www.solidariteetprogres.org/article7471.html

 

.

 

Collectivités. LES PRETS TOXIQUES FONT TOUSSER LES COLLECTIVITES LOCALES

 

(attention :27 novembre 200)

 

 

 

http://blog.pressebook.fr/criseanatomy/page/2/

 

Pour réaliser leurs investissements, de nombreuses régions, départements ou communes ont eu recours ces dernières années à des crédits financiers risqués. Les fameux prêts dit « toxiques ». Avec l’éclatement de la crise financière, ces emprunts risquent de plomber leurs finances dans les mois qui viennent.


Depuis le début de cette crise, l’Etat agit souvent comme un pompier. Pour éviter une faillite du système financier, pour sauver certains secteurs stratégiques ou encore pour relancer la machine économique. Mais il arrive également à l’Etat, et plus précisément aux collectivités locales, de tirer la sonnette d’alarme.


Cri d’alarme. Un cri d’alarme relayé d’abord par Claude Bartolone, le président du conseil général de Seine-Saint-Denis en octobre. Il déplore l’importance des prêts risqués pris par son prédécesseur. 97 %  du total de l’encours de la dette. Par conséquent, les intérêts de la dette du département pourraient grimper au grès des variations de la Bourse.

 

Qu’est-ce qu’un prêt toxique ?

 

Cependant, tous les prêts à taux variables contractés par les collectivités locales ne sont pas toxiques. Certains sont indexés sur des cours qui varient peu ou sont adossés sur plusieurs valeurs pour minimiser les risques. Les prêts toxiques sont ceux indexés sur des valeurs dont le cours peut beaucoup fluctuer. Par exemple une monnaie ou le cours d’une marchandise comme le pétrole.

 

http://blog.pressebook.fr/criseanatomy/page/2/

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 05:32
« Kadhafi n’a plus que quelques heures » - © Juif.org
Le représentant libyen qui a récemment démissionné de la Ligue Arabe, Abd El-Mounim Al-Houni, a déclaré samedi que « le régime libyen est dans ses dernières heures ». Mouammar Kadhafi n’a plus le contrôle sur des grandes parties de Tripoli, a-t-il ajouté.
 
Le premier ministre italien Silvio Berlusconi a également commenté la détérioration de la situation en Libye, affirmant que le leader ne semble plus être au contrôle du pays.
 
« Il semble qu’effectivement Kadhafi ne contrôle plus la situation en Libye, » a déclaré Berlusconi lors d’une réunion à Rome.
 
Dans une interview publiée samedi par le journal Al-Sharq Al-Awsat basé à Londres, al-Huni a dit que Kadhafi est dans une situation désespérée et qu’il avait envoyé des appels à l’aide aux membres de sa tribu de la ville côtière de Syrte.
 
La tribu a envoyé 30 véhicules blindés armés de mitrailleuses, a expliqué al-Huni, mais les manifestants anti-gouvernementaux ont empêché leur arrivée dans la capitale. Il a ajouté que Kadhafi contrôle actuellement qu’une petite partie de Tripoli, son bâtiment et quatre camps.
 
Le diplomate libyen a déclaré que les manifestants étaient prêts à sacrifier leurs vies afin de se débarrasser du dictateur. « Ce n’est plus qu’une question de temps, » a-t-il dit. « Kadhafi n’en a plus que pour quelques heures. »
 
Le dictateur honni a également fait des efforts pour négocier avec l’Occident, a dit al-Huni, offrant de se débarrasser d’Al-Qaida en échange de sa conservation du pouvoir. « Mais l’Occident voit ces efforts comme rien d’autre qu’un disque rayé, » a-t-il dit.
 
Plus tôt, des diplomates de l’ONU ont déclaré qu’une nouvelle résolution sur des sanctions contre la Libye inclut un embargo sur les armes, ainsi que l’interdiction de voyager et un gel des actifs des 23 plus hauts dirigeants du pays.
 
Les diplomates ont déclaré que le conseil de sécurité a déjà discuté la proposition, qui a été rédigée par la France et la Grande-Bretagne, et est similaire au contenu de la proposition approuvée par l’Union Européenne vendredi. Le conseil de sécurité des Nations Unies devrait se prononcer sur la résolution dans les prochaines 24 heures.
 
Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, s’est prononcé contre les sanctions, avertissant que le peuple libyen en souffrirait plus que le régime de Kadhafi.
 

Il a également suggéré samedi que la communauté internationale agit par crainte concernant les réserves de pétrole de la Libye et non son peuple. « Nous appelons la communauté internationale à agir avec conscience, justice, et en rapport avec les valeurs universelles, et non pas selon ses préoccupations pétrolières, » a-t-il dit.

 

 

http://www.juif.org/societe-israel/146340,kadhafi-n-a-plus-que-quelques-heures.php

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 05:31

 

 

Le Grand Moyen-Orient vu par les Etats-Unis

 

 

  http://www.alternatives-internationales.fr/-au-moyen-orient--la-democratie-regresse-_fr_art_284_28162.html

 

 

 

Attention! Les évènements et soulèvements actuels dans les
pays arabes et musulmans ont été provoqués et soutenus parl'élite
sioniste. Connu sous le nom d'"Initiative du Grand Moyen-Orient".

 

Il s'agit  en fait d'un plan proposé sous l'administration Bush, visant à  procéder
à  un remodelage de l'ensemble des pays arabo-musulmans, du Maghreb au
Pakistan, en passant par la Syrie, l'Iran et l'ensemble de la péninsule
Arabique qui vient d'être relancé.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Moyen-Orient


(..) La liberté qui est laissée miroiter n'est en réalité qu'illusoire et le
but est clairement d'installer des systèmes ouverts qui leur soient
complètement acquis.  

http://www.monde-diplomatique.fr/2004/04/ACHCAR/11101


Malheureusement, les aspirations légitimes à  la liberté portées par la
jeunesse de ces pays, ont été utilisées pour servir ces intérêts.

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23084 - (Il s'agit
d'un article déjà  publié sur le site d'alterinfonet.org)


Nb: Commencer par renverser leurs alliés de longue date comme l'ont été
Ben Ali et Moubarak, n'était en réalité qu' une manœuvre stratégique,
notamment pour garantir plus de succès à  cette vaste opération et pour
provoquer une désinformation, ainsi la grande majorité du monde n'a pas
compris qui se cachait réellement derrière ces évènements.  


Bien sûr, le renversement de tous ces gouvernements corrompus, injustes,
violents et tyranniques serait une très bonne chose dans l'absolu, mais pas
non-plus à  n'importe quel prix, et surtout pas celui qui verrait triompher
ce plan cynique et machiavélique de contrôle planétaire orchestré par les
sionistes.


Ps: Savoir la manipulation est déjà  un premier pas, mais bien sûr cela ne
suffit pas, toutefois je vous invite à  communiquer cette position et à la
faire savoir, afin de dénoncer ainsi cette grande manipulation et essayer de la
contrecarrer autant que possible, avec l'aide de Dieu !   (..)

 

http://www.alterinfo.net/PLAN-SIONISTE-POUR-LE-GRAND-MOYEN-ORIENT_a55658.html

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 05:30
Dimanche 27 février 2011 7 27 /02 /Fév /2011 05:15

Pétrole,révolte, répression, révolution, LIBYE, Mouammar Kadhafi,

http://polymedia.skynetblogs.be/archive/2011/02/22/libye-une-etrange-passivite-diplomatique.html

 

 

25 février 2011 (Nouvelle Solidarité) – Réunis près de Budapest en Hongrie, les 27 ministres de la Défense de l’UE se sont penchés depuis jeudi soir, sous la houlette de la baronne Catherine Margaret Ashton of Upholland, haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la sécurité, sur la « renforcement du partenariat UE-Otan ». Rejoints par le secrétaire général de l’OTAN, le danois Anders Fogh Rasmussen, la discussion s’est rapidement orientée sur la gestion des soulèvements au Maghreb, en particulier ce qu’il se passe en Libye. Rasmussen a d’ailleurs convoqué aujourd’hui les ambassadeurs du Conseil de l’Atlantique nord au sujet de la crise libyenne.

D’après le quotidien l’Humanité , on sait déjà que l’UE examine actuellement la possibilité d’une « intervention militaire à but humanitaire » , et que « la question est à l’étude » .

Bien que nous ne cultivons aucune sympathie pour le dictateur fou de Tripoli, avec le prix du baril de pétrole qui s’envole au-dessus des 120 dollars, la menace d’une vague d’immigration de « dimensions bibliques » , Ashton, jusqu’ici très critiquée pour sa passivité, mais agissant au nom des intérêts « supérieurs » de l’UE, pourrait activer l’OTAN comme le bras armée de l’Empire européen selon un scénario arrivant tout droit des visions fantasques de son conseiller Robert Cooper, grand pourfendeur de l’Etat-nation et de l’ordre de Westphalie protégeant la souveraineté nationale depuis 1648.

Interrogé sur la crise libyenne par Le Monde , Charles F. Dunbar, professeur de relations internationales à Boston et ex-ambassadeur américain au Yémen et au Qatar, ne mache pas ses mots. Il pense qu’il faut agir « dans deux directions : un, faire monter très vite la pression sur le régime pour mettre fin à ses exactions ; deux, préparer une intervention active pour protéger ceux qui peuvent l’être. (…) Une zone du pays aujourd’hui entrée en dissidence est menacée gravement par le régime. Cela pourrait justifier une intervention armée pour empêcher une funeste répression, parce que, contrairement au cas égyptien, les Libyens supplient la communauté internationale de leur venir en aide. Ce serait un cas d’école de droit d’ingérence ».

Pour sa part, également dans Le Monde , Laurence Pope, diplomate à la retraite et ancien conseiller du Central Command de l’armée américaine, se dit hostile à une intervention militaire occidentale en Libye. « Bien entendu, le Pentagone dispose de plans pour parer à toute éventualité. Mais trop de choses pourraient mal tourner en cas d’attaque contre le régime. Diplomatiquement, Washington devrait pousser Rome à prendre les devants, mais avec Berlusconi ce sera très compliqué, tant il est peu fiable… » Si les choses deviennent hors de contrôle, « le risque est de voir surgir une nouvelle Somalie sur les rives de la Méditerranée. »

En Italie, l’ancien ministre de la défense Antonio Martino, vient également d’appeler en faveur d’une intervention militaire « sur les mêmes bases que l’intervention en 1999 au Kosovo » , c’est-à-dire pour répondre à « une catastrophe humanitaire ».

Lors d’un entretien avec l’hebdomadaire des néo-conservateurs The Weekly Standard , le ministre américain de la Défense Robert Gates a affirmé il y a quelques jours que l’avenir de la Libye restait « une question ouverte » . En tout cas, pour lui, il serait fort compliqué pour les Etats-Unis d’imposer une zone d’exclusion aérienne, mais que « Les Français – je ne sais pas dont quoi les Britanniques disposent dans la région – enfin les Français et potentiellement les Italiens, j’imagine, pourraient y déployer bien plus vite quelques éléments ».

Daniel Cohn-Bendit, véritable « caniche » de l’UE, a lui aussi appelé de ses vœux une « intervention immédiate de l’ONU en Libye, et si nécessaire une aide de l’OTAN, avec notamment des forces turques et égyptiennes ». Cette « intervention militaire » d’urgence permettra, on s’en doute, de libérer le peuple libyen qui aspire, à vivre en démocratie…

L’histoire semble s’accélérer une fois de plus. Le secrétaire général de l’OTAN a convoqué une réunion d’urgence du Conseil atlantique (les ambassadeurs de Etats membres de l’OTAN) au siège de l’institution à Bruxelles cet après-midi. Alors que le Conseil de sécurité de l’ONU risque de se réunir sur la crise libyenne dans les quarante huit heures, cet après midi, le porte parole du ministère des Affaires étrangères Bernard Valero a fait savoir que la France « ne voit pas la nécessité d’une réunion du Conseil de l’Otan » sur la Libye, souhaitée par le secrétaire général de l’Alliance atlantique.

En tout cas, on peut s’étonner de cette volonté soudaine de l’Otan, qui a joué au chat et à la souris avec Khadhafi pendant 40 ans, pourvue qu’il donne du pétrole, de vouloir établir la démocratie en Libye.

Interrogé sur une éventuelle intervention militaire de l’Otan, l’Onu ou de l’armée américaine en Libye, l’économiste américain Lyndon LaRouche a clairement mis en garde : « Les Nations Unies — particulièrement avec Susan Rice en tant qu’ambassadrice américaine — ne sont pas compétent pour régler la crise lybienne. Ils ne feraient qu’aggraver la situation. »

De toute façon, a-t-il ajouté, « Kadhafi est déjà au bord de l’effondrement. Il est abandonné par tout le monde — même ses amis Tony Blair et le Prince Bandar voient que la situation est inéluctable. Il est clairement devenu totalement fou et le peuple libyen ramasse déjà ses morceaux. »


http://www.solidariteetprogres.org/article7465.html

Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 23:04

 

 

Les dictateurs changent,

 

les coulisses sont identiques.

 

Tout est orchestré par Washington.

 

Et les peuples sont toujours floués !

 

 

 

Révolutions arabes :

 

C'est Washington qui tire les ficelles, en réalité.

 

Comme du temps de Suharto, en Indonésie.

 

Pourquoi ?

 

Pour le contrôle des populations et des ressources.

 

Pour tuer dans l'oeuf toute velléité de nationalisme,

 

d'indépendance, comme du temps de Nasser.

 

Les ressources des pays

 

ne doivent pas être nationalisées,

 

au service des populations

 

(comme au Vénézuela aujourd'hui),

 

mais pillées par les Compagnies étrangères.

 

Néo-colonialisme pas mort !

 


 

Les dictateurs placés par Washington

 

sont "éjectables" au gré de ses intérêts.

 

Les populations sont toujours flouées,

 

et privées de leurs "révolutions".

 

Celles-ci, dans l'ombre,

 

sont préparées par Washington,

 

puis récupérées au profit du Grand Capital.

 

Ainsi, tout est imposture.

 

En Indonésie hier,

 

comme aujourd'hui en Egypte,

 

bientôt en Libye,  convoité pour son pétrole.

 

 

En Egypte, les hommes de Washington

 

(Souleimane, Vice-Président,

 

ou le Général Tantawi)

 

gèrent une fausse démocratie,

 

et en coulisses, torturent les opposants.

 

On a changé de dictateur,

 

mais au final, rien n'a changé.

 

Washington, la G.B. et Israël

 

continuent de tout orchestrer,

 

et une fois de plus, les peuples sont bernés.

 

Quand se réveilleront-ils ?

 

eva R-sistons


 

 

Lire l'article ici :

 

Michel Chossudovsky, Bandung, Indonésie, 15 février 2011

 

De Suharto à Moubarak: L’histoire se répète ? Dictateurs "éjectables"

 

 

Lire aussi :

 

Obama déclare l'état d'urgence sur la Libye: Invasion du pays qui mettra le feu aux poudres?

 

 

OTPOR : Quel rôle dans les Révolutions ? Les interrogations d'un Lecteur

 

 http://www.partiantisioniste.com/communications/le-canal-de-suez-appartient-il-a-israel-0625.html

 

 

http://www.la-bible-sur-le-net.org/images/Symbole/fin-du-monde.jpg

 

 

La fin du monde ? En tous cas il se délite lentement sous nos yeux..

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 20:57

24 février 2011

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Le 03 février 2011, Denis Robert a été blanchi par la Cour de Cassation dans l'affaire qui l'opposait à la banque luxembourgeoise Clearstream. Cette décision met un terme à dix années de déboires judiciaires après que le journaliste ait dénoncé dans deux livres et un documentaire les pratiques de blanchiment d'argent au Luxembourg. (Investig'Action)


Depuis dix années que Révélation$ est sorti (28 février 2001), de nombreuses plaintes ont été déposées contre mon éditeur, les chaînes qui ont diffusé mes films, de nombreux journaux et contre moi. Une soixantaine en tout, dans plusieurs pays, en comptant les procédures pénales et les constitutions de partie civile.

Parmi ces plaintes, une dizaine émanait de la Banque Générale de Luxembourg et une vingtaine a été lancée par la Menatep une banque russe liée à la mafia. Je peux dire que globalement j’ai gagné tous ces procès.

La Chambre de Compensation luxembourgeoise Clearstream a diligenté une grande partie des autres procédures. Leur stratégie a été essentiellement basée sur la calomnie, une extrême mauvaise foi, le harcèlement, l’acharnement et l’intimidation.

Cette stratégie, loin du droit, échoue lamentablement aujourd’hui, pour laisser place à la justice et au journalisme. Une victoire sans tambour, ni trompette. Une victoire gravée dans le marbre. Un souvenir de victoire bientôt. Peu importe. Cette décision ouvre d’intéressantes perspectives. Clearstream ne pourra plus faire comme avant…

Une vingtaine de plaintes ont été déposées par la multinationale en France, en Belgique, au Luxembourg, occasionnant des centaines de visites d’huissiers à mes domiciles. Passé les limites, je ne compte plus.

J’ai perdu quelques procès (en particulier pour des interviews à des journaux, je pense à Sud Ouest ou VSD). J’en ai gagné (Nouvel Obs, le Point, « Tout le monde en parle » sur France 2). J’aurais pu et j’aurais dû, si j’avais eu les moyens financiers, aller systématiquement pour toutes ces procédures jusqu’à la Cour de Cassation. Je ne l’ai fait que pour trois d’entre elles. Les plus importantes à mes yeux, puisque ces procédures concernaient les deux livres originelles « Révélation$ », la « Boîte Noire » et « Les dissimulateurs », mon premier documentaire sur l’affaire.
 
Passons sur « Clearstream l’enquête » qui a occasionné une condamnation symbolique (mais onéreuse en frais de procédure) à Luxembourg, pour nous intéresser au reste…

Pour « Révélation$ » et « Les dissimulateurs » (mon premier documentaire diffusé en février 2001), j’ai été condamné en diffamation à hauteur d’un euro symbolique de dommages et intérêts en mars 2004, puis (en appel) à 1500 euros en octobre 2008, sans compterles frais de procédure.

Pour « La Boîte Noire » (sorti en octobre 2002), Clearstream a été déboutée et condamnée à me verser 3 500 euros de dommages et intérêts en première instance. Devant la Cour d’Appel (Paris, octobre 2008), j’ai été condamné à 1500 euros, sans compter les frais de procédures et de publication des décisions.

Je me suis pourvu en cassation. J’ai pris cette décision contre l’avis de nombreuses personnes, dont mon éditeur, Les Arènes et la chaîne Canal + qui ont refusé de poursuivre les procédures. Je ne les accable pas. De leur place, il leur était sans doute difficile d’aller au bout de la bataille à mes côtés. Certains auraient lâché avant.

Dans les jours qui ont suivi les décisions de la Cour d’appel, Clearstream a acheté une page dans le Monde pour proposer une transaction qui consistait à accepter ces condamnations contre la non-exécution des arrêts. En gros, le non paiement des sommes auxquelles j’étais condamné.

Il était impensable d’accepter un tel compromis, de renier mon travail, mon enquête. Il était indispensable sur les principes qui fondent ce que doit être le journalisme, de me battre jusqu’au bout pour obtenir une décision reconnaissant le droit. J’étais prêt à aller jusqu’à la Cour Européenne des Droits de L’homme s’il le fallait.

Je savais ce que j’avais vu et fait. J’avais intégré les enjeux de cette bataille. Un système financier sain au départ a été dévoyé, ouvrant d’incroyables possibilités de dissimulation. Mon enquête était, est, restera fondée. Mes écrits reposent sur des documents, des courriers, des listings, des microfiches, des témoignages filmés. Des éléments suffisamment probants qui ont permis de mettre à jour des comptes non publiés produisant de l’opacité, un système d’effacement de traces de transactions, la probabilité très forte d’une double comptabilité, des liens présumés entre Clearstream et l’Eglise de scientologie, l’hébergement de banques mafieuses, l’utilisation de Clearstream pour la mise en œuvre d’opérations occultes, l’absence totale de transparence et de contrôle, la complicité des auditeurs, le licenciement du personnel qui refusait de procéder à des manipulations comptables et de publier des bilans de fait maquillés… Mon enquête et la simple lecture de mes documents montraient, montrent que cette firme abritait plus de 6000 comptes ouverts dans des paradis fiscaux. Parmi ces comptes, des sociétés off shore, mais aussi des filiales de banques respectables. J’ai révélé que des multinationales pétrolières, agroalimentaires ou industrielles avaient également ouvert des comptes discrets à Clearstream. J’en passe et des dizaines.

Au delà du coup de projecteur sur cette firme, l’ensemble de ce travail explicitait les dérives inquiétantes du système financier international et révélait les contours d’une finance véritablement parallèle.

J’en savais beaucoup et je ne voulais pas me taire. Je restais persuadé que les juges de la Cour d’Appel ne m’avaient pas jugé comme il le fallait au vu des éléments du dossier.

L’appui de mes amis du comité et des mille huit cent quatre vingt six personnes ayant soutenu ce qui devenait un combat de longue haleine ont été déterminants.

Canal plus et mon éditeur ont été condamnés à mes côtés, mais Clearstream s’est retournée systématiquement vers moi. Le but n’était pas tant l’argent que la volonté de m’étouffer financièrement, de m’empêcher de poursuivre mes recherches et de me défendre.

Le moment de bascule a été l’affaire pénale dite « Clearteam 2 ». Celle mettant en cause Dominique de Villepin.

Clearstream s’est constituée partie civile dans cette procédure concernant les listings truqués. J’ai été mis en examen pour vol et recel en fin d’année 2006. Dès lors sans que je m’en rende compte, la suspicion a changé de camp. Les communicants de la firme et leurs avocats ont habilement utilisé cette seconde procédure pour influencer les juridictions dans les procès qui m’étaient faits.

Clearstream me présentait comme le pivot de cette nouvelle affaire qui n’avait aucun lien avec les litiges nous concernant. Tenter de ridiculiser mon travail ne suffisait plus, il fallait pratiquer l’amalgame et la confusion.

Combien de fois ai-je entendu les avocats de la firme ou des journalistes malveillants se moquer de « mes erreurs », m’appeler le « falsificateur » ou le « conspirationniste ». Tout cela a joué. Comme ont dû jouer les articles fielleux écrits par des procureurs à moustaches, des éditorialistes à deux balles, des concierges du net. Je sais, je ne devrais pas. Mais bon. Je pense aussi à certains politiques qui m’avaient épaulé et qui soudainement ont baissé les yeux.

J’ai arrêté mon blog. J’ai arrêté le contact frontal. Je suis resté zen. J’ai attendu que ça passe. J’ai été relaxé en janvier 2010. Cette décision pénale est définitive.

Pour le reste, j’ai attendu que des magistrats jugent, tranquillement. Loin du tumulte. C’est ce qui vient de se passer.

La Cour de cassation est la plus haute instance judiciaire française. Le dernier recours avant la Cour européenne des droits de l’homme. Je l’avais envisagé.

Chacun des trois arrêts qui me libère aujourd’hui et accable Clearstream est rédigé dans des termes clairs, précis et sans ambiguïté. La Cour de Cassation « autorise » les propos et les imputations contenues dans mes deux livres et mon documentaire.

La Première Chambre Civile de la Cour de Cassation, se fondant sur l’article 10 de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, a rendu trois arrêts qui sonnent le glas à mes ennuis et ouvrent des brèches importantes chez ceux qui m’attaquaient.

C’est fondamental. Ça fera jurisprudence.

Les arguments retenus par la Cour de Cassation sont intégralement ceux développés par mes défenseurs Michel Zaoui et Bénédicte Litzler au cours de ces dix années. Pour des raisons de procédure, nous nous sommes adjoint un avocat à la Cour de Cassation, Denis Carbonnier. Il s’est aussi battu à nos côtés. Il s’agit d’une reconnaissance de la qualité de leur travail et du mien.

La Cour de Cassation a annulé mes trois condamnations du 16 octobre 2008 pour diffamation. Elle a explicitement reconnu « l’intérêt général du sujet » et le « sérieux de mon enquête ».

Tout le monde peut maintenant citer partout ce que j’avais écrit.

Dix ans pour mesurer l’aveuglement du dirigeant de Clearstream qui a porté plainte à l’origine contre moi. Ses successeurs n’ont pas démontré plus de clairvoyance puisqu’ils ont régulièrement relayé et encouragé ces plaintes.

Je ne sais pas ce que deviendront les informations contenus dans mes livres et mes films. Je ne sais pas ce que les Allemands qui ont racheté Clearstream en 2002 (suite à mon enquête) et qui ont forcément constaté ces dérives ont fait. La justice luxembourgeoise étant peu équipée pour traiter ces sujets et la justice européenne encore défaillante, je crains que le combat pour mettre un peu de rationalité et de contrôle dans cette banque des banques soit encore long. Pourtant ici plus qu’ailleurs, la question de la régulation du capitalisme se pose. Je rappellerai ce chiffre : Clearstream a annoncé en 2010 plus de dix trillions d’euros de valeurs enregistrées dans ses comptes. Dix mille milliards d’euros.

Pour revenir aux arrêts de la Cour de Cassation, toutes les demandes de Clearstream à mon encontre sont définitivement rejetées. Ils sont condamnés à me verser la somme de 9 000 euros au titre des frais de procédure et à me rembourser le montant de mes précédentes condamnations aujourd’hui annulées.

En ce qui concerne le préjudice financier et moral subi par moi pendant ces années, les trois affaires sont renvoyées devant la Cour d'Appel de Lyon. Je vais demander réparation aux dirigeants de la firme.

Par leur harcèlement, leur entêtement, leurs mensonges, leur acharnement judiciaire, Clearstream et ses communicants sont responsables de dix années à bien des égards perdues. 

La crise financière étant passée par là, on voit bien les raisons politiques et financières qui les ont amenés –par tous les moyens- à me faire taire. Ils n’y sont pas parvenus.

Au final, toute mon enquête est entièrement validée. Les arrêts sont définitifs et sans recours pour Clearstream.

Merci du fond du cœur à tous ceux qui m’ont soutenu. Et vous êtes nombreux. Je ne me suis jamais senti seul ou angoissé pendant ces années. Et ça je vous le dois.

Denis Robert. Chatel, le 7 février 2011

http://www.michelcollon.info/Dix-ans-et-toutes-mes-dents.html

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 20:37

Mondialisation.ca, Le 8 février 2011 Il manifesto par Manlio Dinucci Après plus de trente ans de service honorable pour les États-Unis (durant lesquels il a accumulé une richesse personnelle estimée à plus de 30 milliards de dollars), le moment est venu pour Moubarak de céder le bâton de commandement : c’est ce qu’on a décidé à Washington. Le temps presse. La marée montante du soulèvement populaire risque d’emporter non seulement le dictateur mais l’appareil de pouvoir que les USA ont construit en Égypte. Le président Obama fait donc pression pour une « […]

robertbibeau.ca 17 février 2011 Révolution, ou révolte populaire ? Lorsqu’on examine des événements politiques, il importe d’appeler un chat par son nom, au risque que les déceptions ne succèdent aux illusions. Impossible de biaiser : si un éléphant accouche d’une souris, inutile de tergiverser, il vaut mieux l’admettre et regarder la vérité en face pour y faire face. Après trente années de gestation, le peuple égyptien, gros d’une révolution, a vu l’accoucheur de l’armée assassiner le bébé. Le dictionnaire de la langue française est formel : « Une révolution […

Internationalnews Mondialisation.ca, Le 22 février 2011 Il Manifesto Muhammar Kadhafi au pouvoir absolu depuis 41 ans. Les nouvelles qui nous arrivent de Libye sont celles d’une véritable guerre contre des civils en révolte, donc de massacre. Ce que Kadhafi avait toujours promis, qu’il n’aurait jamais retourné les armes contre son peuple, cette promesse aussi il ne l’a pas tenue. Il est temps qu’il s’en aille, il est temps d’entrevoir au-delà du bain de sang une solution de médiation qui, comme en Egypte et Tunisie, ne peut pas ne pas commencer seulement par […]

Internationalnews WSWS 24 février 2011 Les protestations se sont étendues la semaine dernière à différentes villes à travers l’Irak, les manifestants exigeant des emplois et des services sociaux et exprimant leur opposition à l’encontre de certaines autorités locales corrompues appuyées par le régime soutenu lui, par les Etats-Unis. Il s’agit des plus récentes parmi une série de journées de protestations inspirées par les luttes de masse révolutionnaires qui ont renversé le président Zine El Abidine Ben Ali en Tunisie et le président Hosni Moubarak en Egypte. […]

Internationalnews Le site de Robert Bibeau Si la démocratie des riches est en péril, la démocratie du peuple, elle, est en devenir. Il n’y a pas qu’en Égypte, en Libye, en Tunisie, en Algérie, au Bahreïn et au Yémen que la démocratie populaire soit réprimée par les balles : dans tous les pays occidentaux, la démocratie du peuple est galvaudée sous les balles en sucre du despotisme et du népotisme. Un journaliste dubitatif s’interroge : « Le système de « représentation démocratique » par l'élection à intervalles réguliers est-il devenu une astuce commode […]
INVESTIG'ACTION - michelcollon.info

LIBYE
La Libye et l'impérialisme- Sara Flounders
Equilibrisme : soutenir le peuple libyen sans faire le jeu de ceux qui voudraient occuper le pays

« Kadhafi va tenir, en Cyrénaïque la révolte est endémique » Tommaso di Francesco
Le colonel est-il sur la sellette ? L'avis d'un historien italien spécialiste de la Libye.

MAGHREB
Tunisie, Egypte : quand un vent d'est balaie l'arrogance de l'Occident- Alain Badiou
Ce que les révoltes arabes nous apprennent

La révolution de onze heures à midi- Ghania Mouffok
Récit d'une étrange manifestation en Algérie

Égypte : les mouvements sociaux, la CIA et le Mossad- James Petras
Pourquoi les services de renseignements US et israéliens n'ont rien vu venir

Maroc : regards croisés sur une révolution en marche- Hind Aissaoui Bennani
Pour mieux comprendre les revendications de la jeunesse marocaine

MOYEN-ORIENT
Grand Moyen-Orient, Guerres ou Paix ? Plaidoyer pour une révolution arabe- Rafik Chekkat
En 2008, le journaliste Hocine Belalloufi écrivait un essai prémonitoire sur les révolutions arabe...

Après l'Egypte, l'Iran ? - Marc Botenga
C'est le souhait de Washington, mais la réalité sur le terrain est différente

Ce matin, je l'ai traduit et publié- Euro Palestine
«Tous les matins, je reçois un message recensant les exactions de l'armée israélienne et me demande que faire»

BAHREIN
Bahrein : « Ils n'ont pas fui. Ils ont fait face aux balles » - Robert Fisk
L'Arabie Saoudite derrière cette répression sanglante ?

Bahreïn : Mise au pas de l'opposition légaliste, surenchère de la minorité radicale- Claire Beaugrand
Pourquoi la révolte gronde-t-elle dans cette monarchie pétrolière ?

SOCIETE
Pourquoi ne font-elles pas la une ? - Anissa Mouhoub
Un débat pour 360 burqas en France, mais rien sur les milliers de femmes battues

Qui sont les assistés ? - Nico Cué
Les travailleurs se saignent, les patrons se goinfrent : cherchez les profiteurs !

Wisconsin : 55.000 personnes occupent le parlement contre l'anti-syndicalisme - Solidaire
L'effet domino : Egypte, Tunisie... Etats-Unis ?

LE MEXIQUE, PARLONS-EN !
Année du Mexique : pendant le show, la guerre continue - Jean-Pierre Petit-Gras
"On parle beaucoup du Mexique, mais très peu de la guerre mexicaine. Quelle guerre ?"

Cancun, paradis des touristes, enfer pour les Mexicains - Anne Vigna
Cancun, ses jolies plages, ses beaux touristes et ses nombreux suicides
Vendredi, 25 Février 2011 20:34
La réunion sur le sort de l’Imam Moussa Sadr au Liban IRIB - La réunion d’urgence pour examiner le sort de l’Imam Moussa Sadr, leader d’origine iranienne des Chiites libanais, s’est déroulée à Beyrouth.
Vendredi, 25 Février 2011 20:28
Sarkozy en Turquie IRIB - Le président Nicolas Sarkozy est arrivé à Ankara aujourd'hui en début d'après-midi pour une visite consacrée au G20, actuellement présidé par la France, a-t-on appris auprès de la présidence française.
Bahreïn : L’attaque nocturne des militaires contre les manifestants Press TV - A la veille des vastes manifestations décidées à la mémoire des victimes du soulèvement à Bahreïn, les militaires bahreinis s’en sont pris aux tentes des manifestants, dressées sur la place de la Perle alors que les manifestants y s’étaient endormis.
Les Yéménites, les Jordaniens et les Egyptiens ont manifesté après la prière du vendredi IRIB - « Abdallah Saleh dégage, le peuple ne veut plus de toi », c’est le slogan que des dizaines de milliers de yéménites scandaient, aujourd’hui, unanimement, après les cérémonies de la prière du vendredi.
Les chasseurs israéliens attaquent le sud de la bande de Gaza IRIB - Les chasseurs de l’armée israélienne ont lancé un raid contre le sud de la bande de Gaza.
Bahreïn : le gouvernement doit accepter les exigences du peuple (opposition) IRIB- Le gouvernement de Bahreïn, contesté dans la rue, souhaite instaurer un dialogue national, au cours duquel, tous les sujets pourront être abordés, a déclaré, jeudi, le ministre des Affaires étrangères du royaume, a rapporté l’AFP.
Jordanie: un comité mis au point pour amender la Constitution IRIB - Le gouvernement jordanien a fait état de la création d'un comité pour étudier l'amendement de la Constitution.
Vendredi, 25 Février 2011 09:47
L'ONU exige l'arrêt de la colonisation israélienne IRIB - Le Coordonnateur spécial des Nations Unies, pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Robert Serry, a appelé, jeudi, lors de la réunion du Conseil de sécurité, à l'arrêt total de la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens.
Bahreïn : l’appel du président du Conseil des Oulémas bahreïni à participer aux manifestations IRIB- Le président du Conseil des Oulémas bahreïni a demandé la participation de toutes les couches de la société aux manifestations de demain, vendredi.
Irak : le renforcement des mesures de sécurité, à Bagdad, au seuil des manifestations de vendredi. IRIB- Les périmètres de sécurité, à Bagdad, se rétrécissent, à l’approche de la journée de vendredi, où le peuple de la capitale a l’intention d’effectuer une marche, pour faire entendre ses revendiactions.
IRIB- Les activistes saoudiens, qui, au travers d’un appel, sur la page sociale de «Face book», ont proclamé la journée du 11 mars, «journée de la colère et de l’indignation» envers les dirigeants saoudiens, ont affirmé que, ces jours-ci, ils organiseront de vastes manifestations générales.
Jordanie : appel à une Farsnews- Une "journée de la colère" est organisée, vendredi, à Amman, pour "dénoncer les violences et réclamer des réformes", a annoncé, mercredi, l'opposition, espérant en faire la plus grande manifestation, depuis le début du mouvement de contestation, dans le royaume hachémite, en janvier.
Ali Abdallah Saleh demande aux forces de sécurité d'empêcher les heurts IRIB- A la suite du meurtre de deux étudiants, mardi, devant l'Université de Sanaa, et de la démission de neuf ministres, Saleh a «ordonné aux forces de sécurité d’offrir une protection complète aux manifestants», selon un communiqué, publié, par l’Agence officielle Saba.
Jeudi, 24 Février 2011 21:40
Poursuite des manifestations, à Bahreïn IRIB- Des centaines de manifestants ont fait mouvement, aujourd'hui, vers le centre historique de Manama, pour la première fois, depuis le début des mouvements de contestation, à Bahreïn, le 14 février.
 
Images diffusées par la chaîne de télévision al-Andalus le 30 septembre 2010, où l'on voit l'otage française Françoise Larribe, floutée, avec ses ravisseurs et un aute otage.
Niger / France
L’Elysée confirme la libération des otages enlevés au Niger

Au Niger, trois otages d'AQMI (al-Qaïda au Maghreb islamique) ont été libérés. L'Elysée a confirmé cette information ce vendredi 25 février dans l'après-midi. Il s'agit de trois des sept otages enlevés le 16 septembre dernier à Arlit, un enlèvement revendiqué par AQMI.

Pour aller plus loin
Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 20:32

 

 

 

 

 

Article primé par Project Censored

Réseau Voltaire 16 février 2011


Moins souvent évoquées par la presse des pays du Nord que les mésaventures des otages, les conditions de vie des « pirates » somaliens et de leurs concitoyens rèvèlent qu’ils sont avant tout des pêcheurs en lutte contre le pillage occidental de la pêche et la décharge de déchets toxiques. Dans cet article retenu par le Projet Censuré 2010, la réalité des conséquences du chaos politique persistant en Somalie n’apparaît pas seulement sous l’aspect de la piraterie : en effet même l’ONU y fait depuis longtemps preuve de négligence quant aux traités en vigueur sur les déchets toxiques. 

La communauté internationale a condamné avec force les pirates-pêcheurs somaliens et leur a déclaré la guerre, tout en dissimulant derrière un voile de discrétion les opérations des flottes qui se consacrent à la pêche illégale non déclarée et non réglementée.

Ces flottes en provenance du monde entier pratiquent la pêche furtive et déchargent des déchets toxiques dans les eaux somaliennes depuis la chute du gouvernement de ce pays, il y a dix-huit ans.

Lorsque le gouvernement somalien s’effondra, en 1991, les intérêts étrangers saisirent l’occasion pour entreprendre le pillage des richesses alimentaires marines de la nation et faire de ses eaux échappant à toute surveillance la décharge des déchets nucléaires et toxiques.

Selon le Groupe de travail en haute mer (HSTF, sigle en anglais), en 2005, plus de huit cent bateaux de pêche [IUU] opéraient dans les eaux somaliennes, tirant profit de l’incapacité dans laquelle se trouvait le pays de surveiller ses eaux et ses zones de pêche.

Les bateaux IUU puisent chaque année dans les eaux somaliennes des fruits de mer et des poissons pour une valeur globale de 450 millions de dollars : ils privent ainsi la population somalienne, l’une des plus pauvres du monde, d’une source inestimable de protéines et ruinent les pêcheurs, privés de leur gagne-pain.

Dès le début des années 90, on enregistrait des réclamations concernant le largage de déchets toxiques et la pêche illégale, mais il a fallu que le tsunami dévaste le pays, en 2004, pour qu’apparaissent les pièces à conviction [1]. Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a signalé que le tsunami a poussé des conteneurs oxydés, pleins de déchets toxiques, jusqu’aux terres du Puntland, dans le nord de la Somalie.

Nick Nuttall, porte-parole du PNUE, a déclaré à la chaîne arabe Al Jazeera que lorsque les conteneurs furent éventrés par la force des vagues, on a pu découvrir que des inconnus se livraient à une « activité terrifiante » depuis plus de dix ans.

« La Somalie sert de décharge pour les substances dangereuses depuis le début des années 90 et cela s’est prolongé pendant toute la durée de la guerre civile », ajoute-t-il. « Les déchets sont de natures diverses : on y trouve des résidus radioactifs d’uranium, pour l’essentiel, mais aussi du plomb, des métaux lourds comme le cadmium et le mercure, ainsi que des déchets industriels, hospitaliers et chimiques : de tout ! »

Nuttall précise que depuis que les conteneurs ont échoué sur des plages, des centaines d’habitants de la côte sont tombés malades, souffrant d’hémorragies abdominales et buccales et d’infections de la peau, entre autres maladies. « Ce qu’il y a de plus alarmant, ce sont les déchets nucléaires.

Les résidus radioactifs d’uranium menacent les Somaliens de mort et détruisent totalement l’océan », précise-t-il.

Ahmedou Ould-Abdallah, envoyé de l’ONU pour la Somalie, assure que dans les faits, le pétrole a contribué à la guerre civile qui dure depuis dix-huit ans dans ce pays, car pour décharger leurs déchets, les compagnies paient les ministres du gouvernement et/ou les leaders des milices. « Il n’y a pas de contrôle gouvernemental… et peu de gens respectueux de l’éthique… ils payent des gens haut placés, mais c’est à cause de la fragilité du «gouvernement fédéral transitoire», sans compter que quelques-unes des corporations ne consultent même pas les autorités : elles déchargent leurs déchets et s’en vont. »

En 1992, les pays membres de l’Union européenne et 168 autres nations ont signé la Convention de Bâle, sur le contrôle des mouvements transfrontaliers des déchets dangereux et leur stockage.

L’accord interdit le commerce de résidus entre les pays signataires de même qu’aux pays qui n’ont pas signé le document, à moins d’un accord bilatéral négocié. Il interdit de même l’envoi de résidus dangereux dans les zones de guerre.

L’ONU a trahi ses propres principes et fait la sourde oreille aux demandes somaliennes et internationales pour mettre un terme à la dévastation ininterrompue des ressources marines somaliennes et à la décharge de déchets toxiques. Ces violations ont également été ignorées par les autorités maritimes de la région.

Documentaire vidéo sur les déchets nucléaires (uranium) et autres des pays industrialisés jetés en Somalie. 

 

 

el est le contexte dans lequel ont surgi ceux qu’on a appelés les « pirates »

On s’accorde à dire que dans un premier temps, ce sont de simples pêcheurs somaliens qui ont pris leur canot à moteur pour tenter de dissuader les incursions de bateaux qui déchargeaient leurs déchets et pêchaient à la traîne, ou au moins leur faire payer un « impôt ». Ils s’étaient eux-mêmes donnés le titre de « Gardes-côtes volontaires de Somalie »

Un des leaders des pirates, Sugule Ali, a expliqué pour sa part qu’il se proposait de «mettre fin à la pêche illégale et au largage de déchets dans nos eaux…

Nous ne nous considérons pas comme des bandits de la mer. Nous considérons que les bandits, ce sont eux, ceux qui pêchent, déversent des déchets illégalement et portent des armes dans nos eaux nationales

Le journaliste britannique Johann Hari a fait remarquer, dans le Huffington Post, que malgré le fait que rien ne justifie la prise d’otages, les pirates bénéficient du soutien écrasant de la population locale, et cela pour une raison.

Le site web indépendant somalien Wardher News [2], a mené la meilleure enquête dont nous disposons sur ce que pense le citoyen somalien lambda. 70 % des personnes sondées par ce site « soutiennent énergiquement la piraterie, parce que c’est une manière d’assurer la défense des eaux territoriales du pays ». [3]

Au lieu de prendre des mesures pour protéger la population et les eaux somaliennes contre les infractions internationales, la réponse de l’ONU a été d’approuver des résolutions agressives qui donnent droit aux transgresseurs de faire la guerre aux pirates somaliens, quand elles ne les y encouragent pas.

Les voix des pays exigeant en chœur le durcissement de l’action internationale ont obtenu que des forces navales multinationales et unilatérales se hâtent d’envahir les eaux somaliennes et prennent le contrôle.

Le Conseil de sécurité de l’ONU (certains de ses membres pourraient fort bien avoir des motifs cachés pour protéger indirectement leurs flottes de pêches illégales en eaux somaliennes) a approuvé les résolutions 1816, en juin 2008, et 1868, en octobre 2008, qui « invitent les Etats favorables à la sécurité des activités maritimes à participer activement à la lutte contre la piraterie en haute mer, au large de la Somalie, notamment en déployant leurs bateaux de guerre et leur aviation militaire… »

L’OTAN et l’Union européenne ont également donné des ordres en ce sens. La Russie, le Japon, l’Inde, la Malaisie, Égypte et le Yémen se sont joints à la bataille, aux côtés d’un nombre croissant de pays.

Pendant des années, il était demeuré impossible de faire passer des résolutions de l’ONU pour contrôler la piraterie dans les mers du monde, en grande partie parce que les nations membres subodoraient qu’il y allait de leur souveraineté et de leur sécurité.

Les pays renâclent à l’idée de céder la surveillance et le contrôle de leurs eaux territoriales. Les résolutions 1816 et 1838 de l’ONU, auxquelles s’opposèrent plusieurs nations d’Afrique occidentale, des Caraïbes et d’Amérique du Sud, ont donc été taillées exclusivement à la mesure de la Somalie, un pays qui n’a pas de représentation assez solide aux Nations unies pour exiger des amendements destinés à protéger sa souveraineté.

De la même manière furent ignorées les objections de la société civile somalienne au projet de résolution, qui ne faisait même pas mention de la pêche illégale ni du déversement de déchets.

Hari s’interroge : « Nous attendons-nous à ce que les Somaliens affamés s’installent passivement sur leurs plages ou rament au milieu de nos déchets nucléaires tout en regardant comment nous leur volons leurs poissons pour les déguster dans des restaurants de Londres, de Paris et de Rome ?

Nous n’avons strictement rien fait contre ces délits. Mais quand des pêcheurs rétorquent en interrompant le trafic du couloir maritime par lequel passe 20 % du pétrole du monde, nous poussons des hauts cris contre ce « coup bas ». Si nous entendons réellement combattre la piraterie, commençons par en extirper la racine, c’est-à-dire par poursuivre nos propres délinquants, avant d’envoyer nos canonnières nettoyer le couloir de tout criminel somalien. »

Mise à jour de Mohamed Abshir Waldo (de WardheerNews)

Les crises de piraterie multiple n’ont pas reculé en Somalie depuis mon dernier article « Les deux pirateries en Somalie : pour l’une ignore-t-elle l’autre ? », publié en décembre 2008. [4] La piraterie de la pêche illégale, du dépôt de déchets et du trafic maritime non contrôlé se poursuit de plus belle. Les pêcheurs somaliens réagissent à la pêche furtive étrangère, en provenance de bateaux armés, par une guerre intensifiée contre tout bâtiment empruntant le golfe d’Aden et l’océan Indien

Les gouvernements étrangers, les organisations internationales et les grands médias se sont unis pour diaboliser la Somalie et faire passer ses pêcheurs pour de dangereux assassins qui attaquent par surprise et terrorisent les marins (même si, jusqu’à présent, aucun n’a été blessé). Cette version est de toute évidence manipulée. Les grands médias se montrent infiniment plus discrets quant aux autres formes de piraterie, celles de la pêche illégale, et du largage de déchets.

Les marines de guerre du monde —plus de 40 navires de guerre dont dix asiatiques, arabes et africains, et les autres de nations de l’OTAN et de l’Union européenne— livrent une véritable chasse aux pêcheurs-pirates somaliens et ne se soucient guère de savoir si leurs cibles repérées en eaux somaliennes pratiquent la pêche, tout simplement, ou la piraterie. Les diverses réunions du Groupe international de contact pour la Somalie (ICGS, sigle en anglais) sont continuellement l’occasion de stigmatiser les pêcheurs somaliens et d’inviter ses membres à lancer des expéditions punitives, sans qu’il y soit jamais question des violations commises par leurs propres flottes.

Lors de la réunion anti-piraterie de l’ICGS du Caire, qui s’est tenue le 30 mai 2009, Égypte et l’Italie sont les pays qui ont le plus insisté pour exiger des châtiments sévères contre les pirates-pêcheurs somaliens.

Tandis que ces pays se réunissaient à nouveau à Rome, le 10 juin 2009, la communauté de la ville côtière somalienne de Las Khorey a retenu une barge italienne et deux bateaux égyptiens pleins à craquer de poisson capturé illégalement en eaux somaliennes. La barge acheminait deux énormes réservoirs dont on soupçonne qu’ils contenaient des déchets toxiques ou nucléaires. La communauté de Las Khorey a invité les experts internationaux à venir enquêter sur place, mais n’ont toujours pas reçu de réponse.

Il reste à signaler que la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (IUU) ainsi que le déversement de déchets se produisent aussi au large d’autres pays africains, et en particulier la Côte d’Ivoire, autre grande victime du réseau de déchetterie toxique international.

Certains affirment que les actes de piraterie obéissent à la logique du désespoir, et, dans le cas de Somalie, les pirates des uns ne seraient-ils pas les gardes-côtes des autres ?

 

Documentaire en anglais sur les déchets toxiques jetés en Somalie par le compagnies maritimes italiennes. Deux journalistes de la péninsule enquêtant sur ces trafics dans ce pays africain furent assassinés à Mogadiscio.

 

[1Al Jazeera English, 11 octobre 2008, “Toxic waste behind Somali piracy”, par Najad Abdullahi.

[2] Voir : http://wardheernews.com/Editorial/e...

[3Huffington Post, 4 janvier 2009, “You are being lied to about pirates”, par Johann Hari.

[4WardheerNews, 8 janvier 2009, “The Two Piracies in Somalia : Why the World Ignores the other”, par Mohamed Abshir Waldo

Jeffrey St. Clair, pour le Réseau Voltaire

Les emphases sont d'IN

Url de cet article:

http://www.internationalnews.fr/article-somalie-pirates-ou-pecheurs-en-lutte-par-jeffrey-st-clair-67765197.html

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 16:09

 

La Libye dans le grand jeu du nouveau partage de l’Afrique

 

par Manlio Dinucci

 

 

Ceux qui fuient la Libye ne sont pas seulement des familles qui ont peur pour leur vie et de pauvres immigrés d’autres pays nord-africains. Il y a des dizaines de milliers d’autres « réfugiés » qui sont rapatriés par leurs gouvernements  par bateaux et avions : ce sont surtout des techniciens et opérateurs des grandes compagnies pétrolières. Pas seulement l’Eni (Ente nazionali idrocarburi, société nationale des hydrocarbures, NdT), qui réalise en Libye environ 15% de son chiffre d’affaires, mais aussi d’autres multinationales surtout européennes : BP, Royal Dutch Shell, Total, Basf, Statoil, Rapsol. Sont obligés aussi de quitter la Libye des centaines de Russes de Gazprom et plus de 30 mille Chinois de compagnies pétrolières et du bâtiment. Image emblématique de la façon dont l’économie libyenne est interconnectée à l’économie globalisée, dominée par les multinationales.

 

Grâce aux réserves de pétrole et de gaz naturel, la Libye a une balance commerciale en actif de 27 milliards de dollars annuels et un revenu moyen-haut par habitant de 12 mille dollars, six fois plus élevé que l’égyptien. Malgré les fortes disparités, le niveau de vie moyen de la population libyenne (à peine 6,5 millions d’habitants par rapport aux 85 millions en Egypte) est ainsi plus haut que celui de l’Egypte et des autres pays nord-africains.  En témoigne le fait que travaillent en Libye environ un million et demi d’immigrés en majorité nord-africains. 85% des exportations énergétiques libyennes sont destinés à l’Europe : en premier lieu à l’Italie qui en absorbe 37%, suivie par l’Allemagne, la France et la Chine. L’Italie est au premier rang aussi des importations libyennes, suivie par la Chine, la Turquie et l’Allemagne.

Ce cadre saute à présent sous l’effet de ce qui se caractérise non pas comme une révolte de masses appauvries, comme celles en Egypte et Tunisie, mais comme une vraie guerre civile, due à une fracture dans le groupe dirigeant. Ceux qui ont fait le premier pas ont exploité le mécontentement contre le clan Kadhafi, mécontentement répandu surtout dans les populations de la Cyrénaïque et les jeunes des villes, à un moment où toute l’Afrique du Nord est parcourue de mouvements de rébellion. A la différence de l’Egypte et de la Tunisie, cependant,  l’insurrection libyenne apparaît pré-commandée et organisée.

 

Emblématiques aussi les réactions dans le champ international. Pékin s’est dit extrêmement préoccupé par les développements en Libye et a « souhaité un rapide retour à la stabilité et à la normalité ». La raison en est claire : le commerce cino-libyen est en forte croissance (d’environ 30% rien qu’en 2010), mais à présent la Chine voit mise en jeu toute l’assise de ses rapports économiques avec la Libye, de qui elle importe des quantités croissantes de pétrole. Position analogue à Moscou. Et de signe diamétralement opposé, par contre, celle de Washington : le président Obama, qui face à la crise égyptienne avait minimisé la répression déchaînée par Moubarak et fait pression pour une « transition ordonnée et pacifique », condamne sans moyens termes le gouvernement libyen et annonce avoir à sa disposition « la gamme complète d’options que nous avons pour répondre à cette crise », y compris « les actions que nous pouvons entreprendre et celles que nous coordonnerons avec nos alliés à travers des institutions multilatérales ». Le message est clair : la possibilité existe d’une intervention militaire Usa/OTAN en Libye, formellement pour arrêter le bain de sang.  Tout aussi claires les raisons réelles : Kadhafi renversé, les Etats-Unis pourraient  renverser tout le cadre des rapports économiques de la Libye, en ouvrant la voie à leurs multinationales, jusqu’ici exclues de l’exploitation des réserves énergétiques libyennes. Les Etats-Unis pourraient ainsi contrôler le robinet énergétique, dont dépend une grande partie de l’Europe et où s’approvisionne aussi la Chine.

 

Ceci advient dans le grand jeu de la répartition des ressources africaines, qui voit s’amplifier le bras de fer surtout entre Chine et Etats-Unis. La puissance militaire asiatique, en ascension - présente avec environ 5 millions d’entrepreneurs, techniciens et ouvriers en Afrique- construit  des industries et des infrastructures, en échange de pétrole et autres matières premières. Les Etats-Unis, qui ne sont pas compétitifs sur ce plan, s’appuient sur les forces armées des principaux pays africains, qu’ils entraînent à travers le Commandement Africa (AfriCom), leur principal instrument de pénétration dans le continent. Maintenant, entre en jeu aussi l’OTAN qui est sur le point de conclure un traité de partenariat militaire avec l’Union africaine, dont sont membres 53 pays. Le quartier général du partenariat OTAN-Union africaine est déjà en construction à Addis Abéba : une structure très moderne, financée avec 27 millions d’euros par l’Allemagne, et baptisée « Edifice de la paix et de la sécurité ».

 


Edition de vendredi 25 février de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/25-Febbraio-2011/art21.php3 

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23372

 

 

 

Castro doit avoir raison

 

Rasmussen (Secrétaire Général OTAN)

 

vient de dire (Source France24) :

 

Toutes les options (de l'OTAN) sont sur la table.

 

On ne peut entrer dans les détails.

 

On ne peut laisser une crise à nos frontières.

 

L'huanitaire d'abord ! "

 

Humanitaire à la sauce haïtienne, occupation du pays.

 

La Libye ne doit pas être laissée aux Russes et aux Chinois !

 

Eva R-sistons

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 22:06
http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2009/11/17/un-complot-contre-lart/ vous-avez-dit-complot-copie11.1258422363.jpg

 

Libye: Un réseau étranger impliqué dans un complot de déstabilisation

 

Manifestation en Libye - La télévision libyenne avait diffusé samedi soir des images d'éléments d'un réseau composé de dizaines de personnes de nationalités tunisienne, égyptienne, soudanaise, turque, palestinienne et syrienne, qui ont été arrêtés dans plusieurs villes libyennes pour leur implication dans un vaste complot visant à déstabiliser le pays et la sécurité de ses citoyens ainsi que la dislocation de son unité nationale.
.
De son côté, l'Agence de presse libyenne (JANA) a indiqué, citant une source proche des services de sécurité, que ces éléments étrangers sont entraînés à provoquer des chocs avec les forces de sécurité et créer le vide et le chaos ainsi que le désordre.

La JANA a signalé que certaines villes libyennes ont fait l'objet, depuis mardi dernier, d'actes de sabotage, d'incendie d'hôpitaux, de banques, de tribunaux, de prisons, de postes de sûreté publique et de police militaire, des bien publics et privés.

La même source a indiqué que ces attaques sont organisées dans le but de piller les banques, mettre le feu aux dossiers judiciaires relatifs à des crimes pendant devant les tribunaux et concernant les fauteurs de troubles ou leurs proches, tout comme elles sont destinées à s'emparer des armes afin d'en faire usage.

Par ailleurs, la sources sécuritaire n'a pas écarté que ce réseau soit liée au plan qui a été annoncé par le général Amos Yadlin, ex-chef des renseignements militaires israéliens (Aman) relatif à l'implantation de réseaux et cellules d'espionnage en Libye, en Tunisie et au Maroc ainsi qu'au Soudan, en Egypte, au Liban et en Iran.

Le général israélien a, rappelle-t-on, déclaré, lors de la cérémonie de passation de service à son successeur Afif Kukhfi, en octobre dernier, en présence de plusieurs correspondants militaires israéliens, que ses services ont déployé de nombreux réseaux et des cellules d'espionnage dans différents pays arabes dont la Libye.

Le général israélien aurait indiqué à ce propos, selon ces correspondants 'nous avons réussi au cours des quatre dernières années à aller de l'avant dans le déploiement de réseaux d'espionnage en Libye, en Tunisie et au Maroc. Les activités de ces réseaux sont concentrées sur les composantes et potentialités de ces pays'.

Le général Amos avait ajouté que 'ces réseaux sont capables d'exécuter tout ce que nous voulons et sont capables d'influer négativement sur la situation en Libye, en Tunisie et au Maroc, signalant que 'cela constitue une grande réalisation après celles en Irak, au Yémen, au Soudan, en plus des réalisations escomptées prochainement au Liban'.

Pana 21/02/2011


Mercredi 23 Février 2011


http://www.afriquejet.com/afrique-du-nord/libye/libye:-un-reseau-etranger-implique-dans-un-complot-de-destabilisation-201102212372.html http://www.afriquejet.com/afrique-du-nord/libye/libye:-un-reseau-etranger-implique-dans-un-complot-de-destabilisation-201102212372.html

 

http://www.alterinfo.net/Libye-Un-reseau-etranger-implique-dans-un-complot-de-destabilisation_a55589.html

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 21:43

Buch et ben laden

j'ai pris d'un site le 3:22/20007 - http://album.aufeminin.com/album/see_276361/Buch-et-ben-laden.html

 

 

Mode d’emploi pour créer une alerte terroriste maximale en Allemagne (et sans doute ailleurs)

 

L’actualité du moment, ce n’est pas le terrorisme, al Qaïda & Cie. Il est plus que probable que ce ne serait pas le bon moment pour Ben Laden de sortir de son tombeau pour nous pondre un de ces enregistrements menaçants dont il a le secret et que les services d’intoxication américano-sionistes s’empresseraient d’authentifier.
Les choses sérieuses ont en effet commencé dans le monde arabe avec l’engagement d’un processus de démocratisation qui sera sans doute lent et peut-être chaotique mais irréversible.
C’est le début du rendez-vous des civilisations dont parlaient Emmanuel Todd et Youssef Courbage et je vous fiche mon billet que l’entité sioniste ne sera pas présente à ce rendez-vous: trop hostile du point de vue arabe et finalement trop encombrante pour ses tuteurs occidentaux.
Mais bon, même si c’est quelque chose de marginal dans le contexte actuel, mon attention a été attirée par un petit article du Spiegel allemand. On s’en souvient, en octobre dernier, des attentats à la photocopieuse menaçant le trafic aérien avaient été déjoués. Une des cibles des terroristes était d’ailleurs une synagogue de Chicago accueillant des fidèles homosexuels.
Toute cette affaire était cousue de fil blanc bien entendu mais a été l’occasion de renforcer les dispositifs sécuritaires dans les aéroports avec notamment la multiplication des scanners corporels.
En novembre 2010, l’Allemagne connaissait une alerte terroriste de niveau très élevé en raison d’informations en provenance de deux sources « crédibles » dont l’une promettait des attaques de type Mumbai en Allemagne.
Le première de ces sources n’étaient autres que les autorités des Etats Unis. La deuxième, crédible justement par le fait qu’elle se manifestait en concomitance avec l’information américaine, était une source interne à al Qaïda.
En conséquence, le gouvernement allemand avait fortement renforcé la présence policière dans les gares et les aéroports et fermé le dôme du Reichstag aux touristes venus visiter Berlin.
Or, le Spiegel nous dit aujourd’hui que la police allemande doute maintenant de la crédibilité de cette source interne à al Qaïda avec laquelle elle a d’ailleurs perdu le contact.
Personnellement, je pense que la police allemande n’a jamais cru à la crédibilité de cette source qu’elle a refusé de récompenser conformément à ses demandes en échange d’informations. En effet, comment refuser de payer un informateur si on pense que ce qu’il a à dire peut éviter un effroyable massacre?
Les circonstances mêmes dans lesquelles les autorités allemandes ont perdu le contact avec cet individu témoignent d’un intérêt plutôt distant puisque ce monsieur était capable de se rendre dans une agence de voyages sans être filé par les services secrets . Et si j’ai bien lu, on comprend à la fin de l’article que cet individu se trouvait à l’étranger et disposait d’un passeport allemand (car on ne peut pas vérifier auprès des services consulaires allemands autre chose que l’authenticité d’un passeport allemand).
Voilà qui nous rappelle quelque chose!

L’Allemagne doute de la crédibilité de l’informateur sur la menace terroriste

Der Spiegel (Allemagne) 21 février 2011 traduit de l’anglais par Djazaïri
Les autorités allemandes doutent de plus en plus de la crédibilité d’un informateur dont les avertissements sur des attentats terroristes imminents ont été en partie responsables d’une alerte massive de sécurité en novembre. Elles ont perdu le contact avec ce membre présumé d’al Qaïda suite çà un petit problème qui a impliqué une ambassade d’Allemagne.
Le gouvernement allemand doute de plus en plus de la crédibilité d’un informateur dont le témoignage a en partie été responsable d’une alerte de sécurité massive décidée en novembre dernier.
Selon des informations obtenues par le Spiegel, les spécialistes Allemands de l’anti terrorisme ont maintenant perdu le contact avec ce membre d’al Qaïda. Ce dernier avait approché la police criminelle fédérale (BKA) en novembre dernier et l’avait avertie d’attaques du « style Mumbai » qui étaient supposées être imminentes en Allemagne.
Compte tenu du fait que les autorités US avaient aussi alerté sur d’éventuels attentats, le ministre de l’intérieur Thomas de Maizière avait relevé le niveau d’alerte et ordonné le renforcement des mesures de sécurité. Le dôme du Reichstag, le parlement, une des principales attractions touristiques berlinoises avait été fermé aux visiteurs et des policiers lourdement armés avaient été déployés dans les aéroports et les gares.
Dans plusieurs conversations téléphoniques ultérieures, l’informateur était apparemment resté flou sur la nature de la menace. Il demandait des garanties de sécurité pour lui et sa famille ainsi qu’une grosse somme d’argent pour des informations supplémentaires. Les autorités allemandes n’étaient pas disposées à satisfaire à ces exigences.
Depuis lors, le contact avec cet homme a été perdu à cause d’une bourde des autorités. Il y a quelques jours, il a attiré l’attention du personnel d’une compagnie aérienne quand il a acheté un billet d’avion. La compagnie aérienne s’était adressé à l’ambassade d’Allemagne locale pour savoir si le passeport du voyageur était authentique. Mais comme c’était le weekend et qu’aucun diplomate n’était joignable; elle n’a pas eu de réponse immédiate. Après ça, l’homme d’al Qaïda avait disparu.
Certaines des mesures de sécurité introduites en raison de l’alerte de novembre ont déjà été allégées.


Mercredi 23 Février 2011


http://mounadil.wordpress.com/ http://mounadil.wordpress.com/

 

http://www.alterinfo.net/Mode-d-emploi-pour-creer-une-alerte-terroriste-maximale-en-Allemagne-et-sans-doute-ailleurs_a55577.html

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 21:25
Le colonel Kadhafi lors de son intervention à la télévision nationale à Tripoli, le 22 février 2011.
Libye
Le colonel Kadhafi accuse ben Laden d'être derrière le soulèvement libyen

Pour la deuxième fois depuis le début de la contestation, Mouammar Kadhafi s'est exprimé à la télévision d'Etat dans un message audio cette fois. Le colonel qui, il y a deux jours avait promis du sang pour mater la rébellion, présente ses condoléances aux victimes de la Libye. Il estime aussi que les manifestants sont drogués et servent les intêrêts d'Oussama ben Laden.

 

 

Nos dossiers d'actualité

 

 

 

Jeudi, 24 Février 2011 23:54

IRIB- Les activistes saoudiens, qui, au travers d’un appel, sur la page sociale de «Face book», ont proclamé la journée du 11 mars, «journée de la colère et de l’indignation» envers les dirigeants saoudiens, ont affirmé que, ces jours-ci, ils organiseront de vastes manifestations générales.
Farsnews- Une "journée de la colère" est organisée, vendredi, à Amman, pour "dénoncer les violences et réclamer des réformes", a annoncé, mercredi, l'opposition, espérant en faire la plus grande manifestation, depuis le début du mouvement de contestation, dans le royaume hachémite, en janvier.
IRIB- A la suite du meurtre de deux étudiants, mardi, devant l'Université de Sanaa, et de la démission de neuf ministres, Saleh a «ordonné aux forces de sécurité d’offrir une protection complète aux manifestants», selon un communiqué, publié, par l’Agence officielle Saba.
Jeudi, 24 Février 2011 21:40
IRIB- Des centaines de manifestants ont fait mouvement, aujourd'hui, vers le centre historique de Manama, pour la première fois, depuis le début des mouvements de contestation, à Bahreïn, le 14 février.
Jeudi, 24 Février 2011 19:54
Manifestations anti-américaines, en Cisjordanie IRIB- Quelque 5.000 Palestiniens ont manifesté, aujourd'hui, à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, en protestation contre "le veto américain de la honte", au Conseil de sécurité de l'ONU, à une résolution réclamant un arrêt de la colonisation israélienne.
L’inquiétude de Netanyahou, quant à la chute des alliés d’Israël IRIB- Selon l’IRIB, citant la chaîne d’Al-Alam, Benyamin Netanyahou a évoqué les répercussions négatives de l’effondrement et de la chute des dictateurs alliés d’Israël, pour le régime occupant, tout en reconnaissant, en même temps, l’incapacité des experts du renseignement à prévoir les révolutions populaires, dans ces pays.
Rencontre entre le président du parlement irakien et Bachar al-Assad IRIB- Oussama al-Noujaifi, le Président du parlement irakien, et le Président syrien, Bachar al-Assad, lors d’une rencontre, se sont entretenus des questions régionales.
Jeudi, 24 Février 2011 15:03
Un manifestant a été tué, au Yémen IRIB- Selon Xinhua, citant un policier local, 1 manifestant a été tué, lors de l’explosion d’une mine, dans la province d’Abyan.
Bahreïn: la police et l'armée rejoignent les protestataires IRIB - A Bahreïn, des forces de la police et de l'armée ont rejoint le peuple.
Le roi Abdallah regagne Riyad, en distribuant des milliards à ses sujets Press TV- De retour des Etats-Unis, après y avoir subi une opération chirurgicale, suivie d'une convalescence, au Maroc, le roi Abdallah d'Arabie saoudite a regagné, mercredi, le royaume, en pleine vague de soulèvements populaires pour la démocratie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.
Jeudi, 24 Février 2011 09:41
Jordanie: l'opposition se prépare pour vendredi Mehrnews - Amman et d'autres villes jordaniennes seront, vendredi, le théâtre de manifestations massives de l'opposition, a indiqué un membre du Front d'action islamique (FAI).
Mercredi, 23 Février 2011 22:12
Déploiement des forces saoudiennes, à Qatif Al-Alam- Les forces saoudiennes ont été déployées, à Qatif, dans l'est du pays, pour faire face à toute manifestation et tout rassemblement.
Mercredi, 23 Février 2011 19:57
Les Irakiens sur la place Al-Tahrir de Bagdad IRIB- La vague des revendications populaires des pays arabes a gagné Bagdad avec le rassemblement de centaines d’Irakiens, sur la place Sahat Al-Tahrir, pour observer une grève, tandis que des milliers d’autres sont en train de se diriger vers cette place, pour rejoindre les grévistes.
Le peuple égyptien réclame un transfert rapide du pouvoir du gouvernement militaire de transition à un gouvernement civil IRIB- Le peuple égyptien, en organisant des manifestations, au Caire, a réclamé le transfert rapide du pouvoir du gouvernement militaire de transition à un gouvernement civil.
Mercredi, 23 Février 2011 08:41
Les nouveaux ministres égyptiens prêtent serment IRINN - Malgré les revendications du peuple égyptien, en faveur du départ du Premier ministre du gouvernement transitoire égyptien, Ahmed Chafiq, les membres de son cabinet ont prêté serment.
La France et l'Arabie saoudite signent un accord de coopération nucléaire IRIB - La France et l'Arabie saoudite ont signé, mardi, à Riyad, un accord de coopération, dans le domaine du nucléaire civil, ont annoncé les deux parties
Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 20:26
Le scénario d'Haïti se répèterait-il pour prendre pied sur une terre convoitée (Haïti zone stratégique, en utilisant Haarp, les armes climaques), cette fois là où le pétrole coule et où il faut d'urgence compenser la perte d'influence en Egypte ? L'humanitaire est un joli prétexte ! L'Occident est vraiment une mafia... (eva R-sistons)

NB : Et voilà, à l'instant, Public Sénat nous prépare : "Crainte de crise humanitaire", titre du 22 h du 24 février 2011 !

(mauvaise traduction anglais > français)
 Kurt Nimmo
Infowars.com
23 février 2011

Dans un discours prononcé plus tôt aujourd'hui avec le secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton à ses côtés, M. Obama a annoncé que le gouvernement des États-Unis vont bientôt intervenir en Libye avec ses partenaires mondialiste sous le couvert corde de l'aide humanitaire et le respect des droits de l'homme.

Obama a annoncé qu'il enverra CFR membres et sous-secrétaire d'État adjoint aux affaires politiques, William Burns, J. à l'Europe et le Moyen-Orient.

Selon téléprompteur-lecteur en chef d'Obama, M. Burns "intensifier nos consultations avec les alliés et partenaires." En d'autres termes Burns servira de point d'avance sur l'homme de l'intervention mondialiste à venir en Libye, où il se situe autour de 44 milliards de barils de réserves pétrolières estimées.

 

.
ARTICLE EN ANGLAIS



Kurt Nimmo
Infowars.com
February 23, 2011

In a speech delivered earlier today with Secretary of State Clinton at his side, Obama announced that the government of the United States will soon intervene in Libya with its globalist partners under the threadbare cover of humanitarian aid and respect for human rights.
Obama announced he will send CFR member and Under Secretary of State for Political Affairs William J. Burns to Europe and the Middle East.
According to teleprompter-reader-in-chief Obama, Mr. Burns will “intensify our consultation with allies and partners.” In other words Burns will serve as the point man ahead of the coming globalist intervention in Libya, where there is around 44 billion barrels of estimated oil reserves.




Obama’s speech coincided with a pronouncement made by UN boss Ban Ki-moon who demanded international action against attacks on civilians in Libya. Ki-moon said the North Africa country is now at a dangerous juncture. The UN Security Council and the Arab League chimed in with a round of condemnation as Ban said he was sure more international action is imminent.
The corporate media in the United States and Europe has called for intervention in Libya and has characterized the Security Council’s reaction inadequate. Carne Ross, writing for the Guardian, called for a no-fly zone or exclusion zone, a proposal originally suggested by Navi Pillay, the UN’s High Commissioner for Human Rights.
Even the Huffington Post – now a subsidiary of the global transnational corporation AOL – has called for the UN to unleash the dogs, once again demonstrating that some liberals support invading small countries if it is done while one of their own is at the helm of the teleprompter in the United States.
Naturally, and right on cue, the CIA created bogeyman al-Qaeda has surfaced in eastern Libya. Earlier today it was reported that the manufactured terrorist group has set up an Islamic emirate in Derna, in eastern Libya, headed by a former US prisoner at Guantanamo Bay. It is said the scary Sunni terrorists have grabbed an FM radio station and have begun to impose the burqa on female Libyans, a scenario that plays right into the UN’s handbook on politically correct human rights.
One resident to the AFP the claims of an al-Qaeda emirate “was something to scare Europe with” and were not valid.
Finally, it should be noted that Libya has consistently refused to pay homage to the New World Order by refusing forays by the IMF and the banksters. The cult of personality dictator Qaddafi has made a fatal mistake by attacking his own people and thus allowing the globalists the option of militarily entering his country.
The people of Libya may believe things will change for the better after Qaddafi is gone, but they will be in for a surprise after their oil is stolen and they are reduced groveling at the feet of the banksters and their loan sharking operations run out of the IMF and World Bank.
.

http://www.prisonplanet.com/obama-prepares-invasion-of-libya-under-humanitarian-cover.html

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 20:19


le clan sarkozy

 

Cette info vient de Gérard Bapt, député PS du 31, médecin cardiologue qui se bat sur ce dossier

 

Vive les génériques !!!!
Depuis des mois voire des années on nous impose les génériques et le laboratoire Leader est BIOGARAN.
Il faut savoir que BIOGARAN est une filiale des Laboratoires Servier (Cf Médiator, ...)  et le PDG de BIOGARAN n'est autre que François Sarkozy, petit frère de notre Président
"François Sarkozy PDG de Biogaran, et s'occupant directement des recherches sur l'Alzheilmer, priorité de santé numéro 1 de la Monarchie Sarko."

 Autres info glanées sur Internet :
« PETIT COMMENTAIRE : BIOGARAN EST LA FILIALE GENERIQUE DE SERVIER A 100 %, ET SERVIER EST LA BOITE QUI PAIE LA LOCATION DES LOCAUX DE L'UMP A PARIS !!! A BON ENTENDEUR..... »
Donc quand on nous vend des génériques Biogaran, on enrichit la famille Sarko. Voilà où vont les fameuses économies de la Sécu...
 N'hésitez pas à faire passer l'info

 

 

Sécu, Retraites par Répartition

OU Malakoff Mederic de Guillaume Sarkozy

 

 

Officiellement la crise financière a accéléré la chute aux enfers de notre système par répartition. La raison était louable, les conséquences logiques.


Sauf que depuis hier, l’information révélée par Médiapartrelayée par notre fidèle Loubomyr que nous remercions vivement -fait l’effet d’une bombe aussi grande que le topo d’inepties du nouveau rapport Attali, véritable poudre aux yeux.

Ainsi on apprend que cette réforme a été créée dans le but de favoriser un groupe privé de complémentaire Santé comme Malakoff-Mederic. Juste que là rien de surprenant, de la part d’un gouvernement éminemment corrompu, faisant fi des conflits d’intérêts. Non, ce qui choque le plus, comme à chaque fois, ce sont les coïncidences.

1ère coïncidence: le président de Malakoff-Mederic s’appelle…Guillaume Sarkozy, frère de l’illustre minable.
Rappelons rapidement le profil de l’énergumène: diplômé de l’École Spéciale des Travaux Publics en 1974, pour une carrière dans le BTP, il se retrouve immédiatement cette même année au ministère de l’Intérieur – Chargé de mission à la direction de la sécurité civile. Jacques Chirac étant premier ministre et VGE président de la République de l’époque.
Wikipedia nous informe qu’entre 1977-78, il est Ingénieur commercial grands comptes chez IBM, logique pour quelqu’un qui vient du BTP…
Puis toujours dans cette même logique, il devient PDG de Tissages de Picardie et de Rinet jusqu’en 2005 où…l’entreprise fait faillite! Comme quoi chez les Sarkozy, la médiocrité est de famille.
Pistonné à plein tubes, le futur frère de se relance dans une autre société Groupe Résalliance Conseil spécialisée en Marketing, propulsé président jusqu’à 2006. Depuis cette date, nouveau coup de boost question carrière, où il devient PDG de Malakoff-Mederic.
Tout ça avec un joli diplôme d’ingénieur du… BTP, cherchez l’erreur!
Peut être qu’il eut fallu préciser que parallèlement à cette dure vie de labeur, gagnée à la sueur de son front,

 

Guillaume Sarkozy est:


* 1993-2006 : Union des Industries textiles (UIT). Il est 1er vice-président entre 1994 et 2000, en charge des Affaires sociales, puis président jusqu’en mai 2006.
* 1994-2006 : CNPF puis MEDEF
o au CNPF, il est président de la commission protection sociale de 1994 à 1998
o au MEDEF, il a successivement présidé la Commission sociale et l’Union des Textiles avant d’en devenir le vice-président. Il est membre du Conseil exécutif et du Comité financier de 2000 à 2006. Il est également président du groupe Proposition et Action sociale. Nommé vice-président en 2004, il est chargé des réformes de la protection sociale et chef de file du MEDEF dans le cadre des négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux lors de la mise en place des réformes des retraites et du système de santé.
* 2004-2006 : Groupe des Fédérations industrielles

Ceci expliquant sûrement cela? Nul doute que la place de Laurence Parisot le tentait bien, mais le piston n’était pas suffisant.

 

2ème coïncidence: le mode de fonctionnement
La logique dévoilée et étayée par Médiapart est simple comme de l’eau de roche, et rappelle le principe des vases communicants:« l’un [Nicolas] assèche les régimes par répartition tandis que l’autre [Guillaume] pose les fondements du système par capitalisation ».
« Guillaume Sarkozy a engagé son entreprise dans une politique visant à en faire un acteur majeur de la retraite complémentaire privée. Et il a trouvé des alliés autrement plus puissants que lui, en l’occurrence la Caisse des dépôts et consignations (CDC), le bras armé financier de l’Etat, et sa filiale la Caisse nationale de prévoyance (CNP). Ensemble, tous ces partenaires vont créer, le 1er janvier prochain, une société commune qui rêve de rafler une bonne part du marché qui se profile. »

 

3ème coïncidence: Pour que Malakoff-Mederic, il fallait des soutiens de poids dans le monde de la Finance et notamment à la CDC. Quoi de mieux que le pion François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée, président groupe Caisses d’Epargne, détenant avec la Caisse des dépôts et consignations, la Banque postale, la… Caisse nationale de prévoyance (CNP)
Une vraie partie de jeu d’échec.

 

4ème coïncidence. Qui gère le Fonds de réserve des retraites? La Caisse des dépôts et Consignation (CDC)
D’où la question de Mediapart: « Pourquoi la CDC se lance-t-elle dans pareille aventure pour faire le jeu du système adverse, celui par capitalisation? » [...] « Et pourquoi, de surcroît, le faire avec une entreprise dont le patron est le frère du chef de l’Etat? »
La CDC se tire ainsi deux balles: une balle dans le pied et une balle dans les finances de l’Etat.

 

5ème coïncidence: L’appétit et les projections du groupe Malakoff-Mederic: 17% de croissance sur 10 ans avec un gros gateau de 40 à 100 milliards d’euros. Rien que ça!

 

6ème coïncidence: Les activités et les achats du groupe Malakoff-Mederic comme en octobre 2009, le rachat de LVL Médical Groupe, spécialiste de l’assistance médicale à domicile. Maintenant on comprend pourquoi on détricote à l’UMP, la Sécurité Sociale, on diminue le remboursement des hospitalisations, pour forcer au final – officiellement pour des raisons de coûts – à rentrer le patient plus vite chez lui.
Autre acquisition: « Le groupe Malakoff Médéric détient plus de 10% du capital et des droits de vote de Korian » spécialisée dans les métiers de la prise en charge de la dépendance. Le plans Alzheimer 2008-2012 de l’Etat s’inscrit à merveille dans les objectifs du groupe de Guillaume Sarkozy. Moins l’Etat aide financièrement les vieux, plus Malakoff Mederic s’enrichit.

« Et pour demain, on fait quoi? » dit le slogan. « Du fric sur notre dos et nos malheurs de santé » pourrait-on répondre!

Pour l’anecdote…
 

 

7ème coincidence, prouvant les conflits d’intérêts sur un autre plan…celui du marketing.
QUATREM, filiale à 100% du groupe Malakoff Médéric depuis 2010, associait dès 2006-2007 à celle de… Bernard Laporte, à l’époque sélectionneur de l’équipe de France de rugby. Un Laporte qui intégrera ensuite un des gouvernements Fillon.

 

———————————————


Alors si vous ne savez pas pourquoi vous iriez manifester, c’est simple.
Manifester c’est dire NON à la main mise du modèle social français par le clan mafieux Sarkozy.
C’est dire Non à l’emprise du Groupe Malakoff-Mederic, comme des autres mutuelles de ce type, ennemies de la Sécurité Sociale et du système par répartition des Retraites.


Manifester, c’est défendre les principes du CNR, Conseil national de la Résistance, souhaitant la protection sociale pour toutes et tous, quels que soient l’âge et les revenus.


 

 

 

 

http://www.cpolitic.com/cblog/2010/10/16/secu-retraites-par-repartition-ou-malakoff-mederic-de-guillaume-sarkozy/
.
Incident à propos du frère de Sarkozy
Reuters
26/10/2010 | Mise à jour : 17:39
Réactions (58)

Un incident s'est produit à l'Assemblée nationale lors des questions au gouvernement quand un député communiste a brandi dans l'hémicycle une photo montrant Nicolas Sarkozy et son frère Guillaume. Le député du Rhône André Gérin a refuse de remettre aux huissiers qui le lui demandaient la photo détournant une affiche électorale de l'UMP utilisant le slogan "ensemble". Les députés de la majorité ont protesté et la séance a été brièvement suspendue.

Le parlementaire mettait en rapport la réforme des retraites et le fait que le groupe d'assurance Malakoff-Médéric, dont Guillaume Sarkozy est le délégué général, développe des produits d'épargne de retraite complémentaire privés, avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations, institution contrôlée par l'Etat.

Georges Tron, secrétaire d'Etat à la Fonction publique, a répondu au député communiste que la gauche avait déjà combattu les précédentes réformes des retraites en 1993 et 2003, sans les remettre en cause ensuite.

La société Malakoff-Méderic s'était déclarée "injustement mise en cause", lorsque le site internet d'information Mediapart a mis en avant la semaine dernière la fonction du frère du chef de l'Etat, en pleine protestation nationale contre la réforme des retraites.

Sur le site internet de la société, Guillaume Sarkozy déclare : "Pour demain, Malakoff-Médéric va proposer de nouveaux produits, va vouloir expérimenter, va vouloir innover et nous offrirons à nos clients (...) une vision cohérente, globale, transparente, lisible, de leur protection sociale".

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/10/26/97001-20101026FILWWW00652-incident-a-propos-du-frere-de-sarkozy.php

 

 

La saga des frères Sarkozy

On parle beaucoup de conflits d’intérêts dans la vie politique ces derniers temps. Des amitiés de Nicolas Sarkozy avec le milieu de la finance et des médias, de l’affaire Woerth-Bettencourt aux récentes révélations du livre de Martin Hirsch, mais les journalistes « officiels » oublient aussi d’autres évidences. Alors que le déficit prévisionnel de la Sécurité Sociale a été annoncé cette semaine et qu’une diminution des remboursements est d’ores et déjà au programme, il est temps de se pencher sur le secteur de la santé, de comprendre son fonctionnement, et surtout d’en connaître les acteurs.


le clan sarkozy

 

Le Pôle Emploi, né de la fusion de l’ANPE et de l’ASSEDIC sur une idée de Nicolas Sarkozy, compte 50.000 employés. La Sécurité Sociale, comprenant l’Assurance Maladie, l’Assurance Vieillesse et les URSSAF compte 120.000 employés. Ces deux organismes ont été concernés par une réforme récente concernant les Complémentaires Santé. Ainsi, depuis le 1er janvier 2009, 170.000 employés ont été contraints de résilier leurs contrats avec leurs mutuelles pour adhérer à une « mutuelle employeur obligatoire ». Ceux qui ont des enfants ont également été obligés d’inscrire ces derniers sur le nouveau contrat (sauf s’ils étaient déjà ayant-droits sur le compte du conjoint via une mutuelle employeur obligatoire). On peut appeler ça du passage en force. C’est une conséquence de la loi Fillon de 2003.

Ce qui est encore plus étonnant, c’est de constater que c’est le même organisme qui a remporté les deux marchés. Je ne connais pas les modalités des appels d’offre mais je m’étonne de voir que c’est le groupe Malakoff-Médéric qui a raflé la mise, obtenant d’un coup, d’un seul, 170.000 adhérents supplémentaires, sans compter les ayant-droits. Ajoutez à cela les 800.000 salariés CHR (café-hôtellerie-restauration) qui rentreront dans le dispositif en janvier 2011… c’est encore Malakoff Médéric qui a emporté le marché. Revenons donc sur l’histoire de cette compagnie d’assurance et de prévoyance pour comprendre un peu mieux les enjeux.

Pour vous donner une idée du poids de Malakoff-Médéric sur le marché français, c’est le n°1 des groupes paritaires de protection sociale, n°2 de la retraite complémentaire et n°3 en santé collective (classement Argus de l’Assurance). Le groupe est né de la fusion de Malakoff et Médéric (d’où son nom) le 30 juin 2008, soit 6 mois avant la mise en place du dispositif « mutuelle obligatoire employeur » pour la Sécurité Sociale et le Pôle Emploi. Ainsi, dès le 1er Juillet, le président de Médéric cède sa place pour laisser seul au commande du groupe, le président de Malakoff : un certain Guillaume Sarkozy. Ce dernier est loin d’être un inconnu : au Medef de 2000 à 2006, il a aussi été le vice-président de la CNAM de 2004 à 2005. Guillaume Sarkozy, comme son nom l’indique, est le frère de Nicolas.

Puisque j’évoque la fratrie Sarkozy, intéressons-nous maintenant au troisième larron : François Sarkozy. Pédiatre de formation, François a abandonné la pratique de la médecine pour se consacrer à l’industrie pharmaceutique (principalement orientée vers la gériatrie) depuis 2001. Ainsi, il siège au conseil de surveillance de Bio Alliance Pharma et est devenu le président d’AEC Partners dont une des missions est le conseil aux fonds d’investissement.

Par ailleurs, François Sarkozy a également lancé une chaîne de télévision spécialisée dans la santé sur internet… financée par le laboratoire Sanofi. Ajoutons à cela ses relations avec le groupe Paris Biotech Santé, l’un des protagonistes de l’affaire de l’Arche de Zoé, et on l’aura compris, l’homme a tissé sa toile : il fait partie aujourd’hui des puissants lobbyistes de l’industrie pharmaceutique. D’ailleurs le grand plan Alzheimer lancé par le gouvernement est un joli cadeau de quelques centaines de millions d’euros, une aubaine pour le secteur dont il défend les intérêts.

Et maintenant la cerise sur le gâteau, celui dont on ne parle jamais, le cerveau, l’éminence grise : Olivier Sarkozy (demi-frère de Nicolas Sarkozy), qui copilote depuis avril 2008 l’activité mondiale de services financiers de Carlyle Group (), probablement celui qui tire les ficelles. Le Groupe Carlyle est une société d’investissement américaine fondée en 1987. Basé à Washington D.C., il est présent dans de nombreux domaines d’activités, comme l’aéronautique, la défense, l’industrie automobile et des transports, l’énergie, les télécommunications et les médias. Ses investissements sont essentiellement situés en Amérique du Nord, en Europe et en Asie du Sud-Est. Le groupe possède 89,3 milliards de dollars de capitaux propres et il emploie plus de 515 professionnels de l’investissement dans 21 pays. Les différentes entreprises de son portefeuille emploient, quant à elles, plus de 286 000 personnes dans le monde et Carlyle a environ 1 100 investisseurs répartis dans 31 pays à travers le monde.

Pour rappel, le groupe Carlyle a ou a eu parmi ses membres actifs l’ancien Premier ministre britannique John Major, James Baker, ancien secrétaire d’État américain, George Bush père, ancien directeur de la CIA et ancien président des États-Unis, Frank Carlucci, ancien directeur de la CIA et secrétaire à la Défense américain, Karl Otto Pöhl, ex-président de la Bundesbank, la famille Ben-Laden et plusieurs chef d’État et de gouvernement.

Le groupe Carlyle n’est pas coté en Bourse, et n’est donc non tenu de communiquer à la Securities and Exchange Commission (la commission américaine chargée de veiller à la régularité des opérations boursières) le nom des associés, des actionnaires, pas plus que le nombre de leurs parts respectives.

4 frères : Le cerveau qui copilote l’activité mondiale des services financiers d’une multinationale tentaculaire, l’un en charge de l’exécutif de la France, notre Président, l’un à la tête d’un des plus gros groupe d’assurance santé et le dernier qui sert les intérêts des laboratoires. Si ça ne s’appelle pas un conflit d’intérêt, je me demande ce que c’est… Pourtant les médias en parlent peu et préfèrent s’étendre sur les amis milliardaires de Nicolas Sarkozy. On peut légitimement nourrir des inquiétudes sur l’avenir de notre pays. Les réformes engagées depuis 2004 ne font que confirmer sa détérioration et l’on peut prédire le démantèlement de toutes nos structures sociales et services publiques d’ici quelques années.

 

Source : Lociol

Articles liés

http://www.notre-ecole.net/la-saga-des-freres-sarkozy/

 

 

 

Un reportage sur Nicolas Sarkozy censuré en France

Mise à jour  pourquoi constituer Société Civile Responsable ?


http://lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=110:pur-une-socite-ccivile-responsable&catid=10:actualites&Itemid=58

 

cordialement René CHABOY

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 20:17

 41 - Désindustrialisation

http://blog-economique-et-social.blogspot.com/2009/11/la-desindustrialisation.html

 

Avec la réforme de la taxe professionnelle, les communes n'ont plus d'intérêt à accueillir des implantations industrielles. Une situation qui pourrait aggraver la désindustrialisation. 

 

Réindustrialiser la France, c'est une des priorités du gouvernement. Et Christine Lagarde, la ministre de l'Économie, cite souvent la réforme de la taxe professionnelle (TP) comme une des pièces maîtresses de cette politique. Reste que sur le terrain, les maires des communes industrielles ne partagent pas cette vision. Ils estiment qu'investir dans des infra­structures (routes, évacuation…) pour attirer une usine n'est plus rentable. Car le panier d'impôts économiques remplaçant depuis cette année la TP ne leur rapporte pas assez.

«L'implantation d'un terminal méthanier nous fournira 2,1 millions d'euros de rentrées fiscales. À l'époque de la TP, la recette aurait été de 15 millions! Quel intérêt avons-nous désormais à dépenser de l'argent pour aider les entreprises industrielles à s'implanter? Et à affronterdes habitants de plus en plus hostiles aux nuisances environnementales?», alerte Bernard Granié, le président PS de la communauté Ouest Provence, un groupe de communes industrielles centré autour de Fos-sur-Mer.

 

Entreprises inquiètes

À l'autre bout de la France, la communauté d'agglomération Maubeuge-Val-de-Sambre subit le même phénomène. «La TP nous rapportait 54 millions par an, le panier d'impôts la remplaçant, à peine 16», explique son président, Rémi Pauvros (PS). Sur les quelque 2100 intercommunalités françaises, une centaine, toutes industrielles, pâtiraient de la réforme de la TP.

C'est là le corollaire d'une réforme qui, d'après Bercy, a allégé de 32% la facture fiscale de l'industrie. Le principal nouvel impôt est basé sur la valeur ajoutée, assez faible dans l'industrie, alors que la TP, assise en grande partie sur les équipements des entreprises, était élevée pour les usines.

Sur le plan fiscal, la perte financière des communes industrielles dépasse même le gain des entre­prises de leur territoire, car l'État payait directement de la TP aux communes et ne le fera plus. Certes, cette perte est compensée par des versements de l'État et d'un fonds, sous forme de dotations. Sans que cela satisfasse les élus: «À la différence des impôts, ces dotations ne progresseront pas. Or chez nous, elles vont représenter 60% à 70% de nos ressources, contre moins de 10% auparavant», regrette Jean-Claude Weiss, le président de la communauté Caux-Vallée-de-Seine, située dans le couloir industriel entre Le Havre et Rouen.

Fini, l'époque où les recettes de TP progressaient autour de 5% par an. À la place, ces communes devront se contenter, entre les dotations et les nouveaux impôts, des ressources en hausse de 2,5%, selon l'ADCF (Assemblée des communautés de France). Les villes axées sur les services, plus riches en valeur ajoutée, ne subiront pas une telle baisse de régime.

Pour remédier à ce problème, l'ADCF propose que les communes industrielles récupèrent une part plus importante de l'impôt économique payé par les groupes à multiples filiales. Ces villes seraient alors moins lésées, sans que les entreprises payent plus d'impôts. La mesure n'est pas passée en loi de finances pour 2011, mais l'ADCF compte revenir à la charge. Car l'enjeu est de taille: «Les industriels, qui se réjouissent de payer moins d'impôts, s'inquiètent tout de même de ne plus trouver de nouvelles implantations», témoigne Rémi Pauvros.

 

http://www.lefigaro.fr/impots/2011/02/23/05003-20110223ARTFIG00715-l-industrie-n-est-pas-assez-rentable-pour-les-maires.php

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:49
Soutien bipartisan au Sénat aux missions militaires italiennes

par Manlio Dinucci


Le 24 fevrier 2011
Il manifesto

Tandis que le gouvernement central états-unien annonce que les raids OTAN/Isaf en Afghanistan sont montés à environ 34 mille interventions annuelles (plus du double de 2007), avec utilisation de plus de 5 mille bombes et missiles, le Sénat italien reconduit le financement de la mission militaire en Afghanistan, avec le projet de loi 2537 sur la " prorogation des interventions de coopération au développement et au soutien des processus de paix et de stabilisation, ainsi que des missions internationales des forces armées et de police ". Déjà passé à la Chambre, il a été approuvé hier par le Sénat avec 208 voix contre 9, ces dernières provenant toutes de l'IdV (Italie des Valeurs, parti d'opposition de l'ancien magistrat Antonio Di Pietro, NdT)

 

Pour les six premiers mois de 2011 sont alloués 754,3 millions d'euros : plus d'un milliard et demi pour l'année. Cette somme, inscrite au budget du ministère des finances, s'ajoute à la dépense militaire, qui a atteint environ 25 milliards d'euros annuels.

Le gros de la dépense pour les six premiers mois de 2011, plus de 395 millions d'euros, va à la " Mission OTAN d'assistance au gouvernement afghan pour l'extension de son autorité et de son influence dans le pays ". 106 autres millions vont à la mission Unifil au Liban, 37 aux missions dans les Balkans. S'y ajoutent 13 millions pour l'activité navale de l'OTAN de " combat contre le terrorisme international " en Méditerranée, 8 pour la mission italo-libyenne destinée à " faire face au phénomène de l'immigration clandestine ", 25 pour les missions OTAN/Ue de " lutte contre la piraterie dans les eaux de la Somalie ". Et des sommes mineures, d'environ 4 millions d'euros chacune, sont destinées à l'entraînement de militaires et policiers irakiens et albanais, et de non mieux identifiées " forces de sécurité " somaliennes et congolaises.

De la somme totale pour les six premiers mois, 692 millions sont destinés aux missions militaires, 62 à la " reconstruction civile ". Nous sommes engagés -a expliqué le rapporteur Bettamio (PdL, Popolo della Libertà, Peuple de la Liberté, parti de la majorité du premier ministre Berlusconi, NdT))- non seulement dans les " opérations de sécurité " mais aussi dans l' " assistance humanitaire ". Pour cela on finance une " mission de stabilisation économique, sociale et humanitaire en Afghanistan et au Pakistan ", dont une " Maison de la société civile " à Kaboul, et des organisations non gouvernementales qui opèrent en Afghanistan et au Pakistan " à des fins humanitaires " sous l'égide des militaires.

Il est emblématique que, dans une période de fortes coupes dans la dépense publique, le groupe Pd du Sénat ait voté de façon compacte avec le PdL. En sa battant d'abord, cependant, non pas pour que le gouvernement réduise la dépense pour les missions militaires, mais pour qu'il la rende systématique, en augmentant en même temps celle pour les " interventions de coopération ". Le sénateur Di Giovan Paolo (Pd, Partito democratico, parti d' " opposition " de " centre-gauche ", NdT) s'est plaint de ce que les missions militaires ne jouissent pas d'un cadre juridique constitutionnel : " Moins de rhétorique patriotarde et plus d'esprit patriotique véritable imposeraient ce choix au service de nos militaires ". Le sénateur Tonini (Pd) a affirmé qu'en Afghanistan nous devons " garantir l'équilibre d'une stratégie qui ne soit pas de sortie immédiate et banale " Pour le sénateur Del Vecchio (Pd), en Afghanistan "l'objectif de la stabilisation est à poursuivre " et " seule la composante militaire peut intégrer les principes de solidarité, de générosité et de soutien à ceux qui souffrent, aux exigences de sécurité ". En condamnant les " manifestations viles de personnes sans patrie ni idéaux " qui ont " injurié " l'activité des militaires. " Je veux rappeler - a conclu le sénateur Pinotti (Pd)- que les missions de nos militaires à l'étranger sont au service du bon renom et de l'image du Pays ".

C'est ce dont s'est rappelé l'association franciscaine Assisi Pax International, qui a attribué à l'armée italienne la Palme d'or pour la Paix pour " l'affirmation des valeurs de la paix entre les peuples et pour le mérite de nous donner l'espoir de prospérer et continuer à être reconnus dans le milieu international ". Le prix est constitué d'un rameau d'olivier, trempé dans un bain d'or, provenant de l'arbre qui se trouve à l'intérieur du sanctuaire de la maison natale de Saint François d'Assise. Qui, certainement, s'est retourné dans sa tombe.

 

Edition de jeudi 24 février 2011 de il manifesto


http://abbonati.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/24-Febbraio-2011/art18.php3

Traduit de l'italien par Marie-Ange Patrizio

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23371

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:32

Informations et manipulations


La manipulation mentale évoque de sinistres choses. Il y a des siècles, les églises furent les premières à façonner nos pensées. Les souverains se sont servis des religions pour modeler nos esprits et nous imposer l’obéissance. Avant, il y avait l’Église qui distillait la bonne parole des puissants et maintenant il y a les médias, et quand on sait que près de 90% des médias appartiennent à seulement 3 hommes, proches du pouvoir … et amis de notre cher président : N.Sarkozy !

Pendant la grande messe du 20 H les informations importantes sont noyées dans une masse de faits divers qui détournent l’attention du téléspectateur. Malgré cela beaucoup de sujets n’ont pas été traités, dommage ! Mais en matière de médias, rien n’est innocent, le silence moins que tout.

Ce n’est pas parce que l’on ne parle pas de misère sociale que ça n’existe pas.

Et ce n’est pas parce qu’ils l’ont « dit à la télé » que c’est forcément vrai !

Les médias agissent à la manière d’une drogue, et accroissent la vulnérabilité des individus aux idéologies fabriquées à leur intention. Les images déconnectent l’individu du monde réel pour un monde virtuel. Ils façonnent nos esprits et la diffusion de séries américaines nous fait adopter progressivement la culture et les valeurs américaines. Et si le modèle anglo-saxon bat de l’aile, alors, les médias font l’apologie du modèle scandinave. Il ne faut pas laisser le temps au téléspectateur de se poser trop de questions, il ne faut surtout pas qu’il se dise : « et si finalement notre système n’était pas si mal que ça ? ».

Préparer nos cerveaux au discours de l’idéologie dominante : voilà le rôle des médias !

Une nouvelle technique de manipulation est apparue depuis quelques années : les sondages. Les instituts de sondage sont, pour la plupart, détenus par les patrons de presse qui sont très proches du pouvoir. L’IFOP est la propriété de L. Parisot. La présidente du MEDEF contrôle donc un organe de fabrication de l’opinion publique. Elle peut donc influencer les citoyens avec des pseudos sondages.

Au bout de plusieurs années de dénigrement de la fonction publique, à la télé, à la radio, dans les journaux, par des pseudos reportages ou des réflexions d’animateurs et journalistes à la botte du pouvoir, le scénario est en place pour le dépeçage de l’état. Et le citoyen qui vient de perdre quelque chose d’essentiel pour lui, applaudit des deux mains à ce qu’il croit juste : la propagande a joué son rôle ! Il en est de même pour les retraites, la dette, les salaires, la santé, ou le travail du dimanche, l’individu manipulé est persuadé que les décisions prises sont justes et obligatoires. La propagande agit et lui enlève tout sens critique.

Avant chaque élection, pour essayer de nous faire oublier l’essentiel, les médias, tous comme un seul homme nous parlent d'insécurité, d’immigration ou d’identité nationale. Une multitude de faits rendus plus horribles les uns que les autres sont commentés, analysés, répétés. Personne ne se soucie de leur véracité.

Actuellement l’écologie est à la mode et si tous les médias nous parlent régulièrement d’écologie, ce n’est pas parce que nous sommes devenus subitement écolos. C’est simplement pour nous préparer à certaines réformes, certaines taxes qu’il va falloir justifier : le travail de manipulation a déjà commencé !

Celui qui maîtrise les techniques de l’information peut manipuler l’opinion publique. Celui qui tient les rênes de l’information et des médias dirige en fait la société. Personne ne devrait posséder plus d’un moyen d’information : c’est une des conditions de la liberté !

Article original publié sur http://2ccr.unblog.fr/

Conscience Citoyenne Responsable

Très bon commentaire ici de pensesy:

 

http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=18041&cpage=1#comment-28777

« Allumer la télé est un mouvement réflexe chez beaucoup de gens et les conditions de vie imposées par la société favorisent largement ce réflexe. C’est le serpent qui se mord la queue, c’est bien réfléchi par ceux à qui cela profite ; « du pain et des jeux », on n’en sort pas…
Éteindre sa télé est un mouvement qui a été anticipé par une réflexion. Encore faut il avoir été correctement éduqué pour développer sa propre pensée

 

Et maintenant on nous fait croire que nous voulons DSK, alors que c'est le candidat imposé par l'Oligarchie pour sauver le Système (et ses privilégiés),  et même l'enraciner ! (note d'eva)


 

a-medias-menteurs.jpg

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:19

Les chaînes de télévision, les journaux, ont leurs spécialistes, toujours prêts à nous pousser à nous faire vacciner.

Voici un autre écho... que vous ne trouverez  pas dans les Médias officiels ! eva R-sistons

Médecin, elle découvre la vérité sur les vaccins

Suzanne-Humphries--MD.jpgInterview du Dr Suzanne Humphries, néphrologue à Fridley dans le Minnesota.

 

Cette néphrologue est non seulement docteur en médecine, mais aussi diplômée en Physique Théorique (Université Rutgers). Elle a dirigé un laboratoire de biochimie et enseigné la médecine interne et la néphrologie aux étudiants en médecine. 

 

Comme beaucoup de médecins, j’ai, pendant des années eu une foi aveugle dans les vaccinations. Je croyais qu’elles étaient nécessaires, sûres et efficaces. Comme beaucoup de médecins, je n’ai jamais ouvert le moindre document pour me faire une opinion personnelle. Mais contrairement à beaucoup de médecins, je ne puis supporter d’adhérer à de faux paradigmes et je ne dois rien au gouvernement. Au cas où se présenterait le pire des scénarios et contrairement à la plupart des médecins, j’ai la possibilité de gagner ma vie sans avoir besoin d’une licence médicale. Je ne crains pas de clamer haut et fort la vérité que j’ai découverte. Les milliers de pages que j’ai consultées, les centaines d’heures de travail que j’ai consacrées à la recherche m’ont permis de découvrir l’horrible vérité par rapport à ce qui est fait aux gens, comme aux animaux partout dans le  monde sous le faux prétexte de « santé publique ».

Jusqu’il y a deux ans, j’étais heureuse de faire mon travail de médecin et de m’occuper de personnes souffrant de graves maladies des reins. Il y a deux ans tout a changé. à la suite de plusieurs cas de problèmes rénaux qui s’étaient produits après les vaccinations chez des personnes qui auparavant étaient en parfaite santé, j’ai commencé à creuser davantage le thème des vaccinations que pendant longtemps j’avais cru ne pas être digne de quelque débat que ce soit.

027p05J’ai commencé à étudier les vaccins leurs composants, ainsi que la science qui affirme leur innocuité et leur efficacité. à partir de ce moment, j’ai été submergée par une avalanche de vérités qui ont fait que je ne serai plus jamais la même. En fait, tout ce que je verrai à partir de maintenant ne sera plus jamais comme avant. Les maladies chroniques dégénératives, les troubles rénaux, les maladies auto immunes, de même que les autorités en place, plus rien ne sera plus jamais comme avant. Il y a maintenant des choses que je puis dire sans avoir peur de me tromper. Les vaccins n’ont pas sauvé l’humanité et ne la sauveront jamais. [...]

Les vaccins sont dangereux et ne devraient jamais être injectés à qui que ce soit pour aucune raison. Les vaccins ne constituent pas la réponse adéquate aux maladies infectieuses. D’autres solutions sans danger existent. Je supplie les médecins d’aborder ce thème des vaccins avec un esprit ouvert. Je les implore pour qu’ils se documentent aux sources de la littérature alternative.

Je leur demande de comprendre que la littérature médicale a censuré tout ce qui pouvait induire le doute quant à la sécurité des vaccins. Je vous fais cette demande pour le véritable bien de l’humanité. De grâce, parents et médecins faites votre devoir ; les corps et les esprits des générations futures dépendent de ce que vous pourrez faire.

 

Au cours de cette interview, le Dr Humphries explique :

 

* Pourquoi elle s’est intéressée aux vaccins après avoir remarqué des troubles

rénaux chez des patients qui venaient d’être vaccinés ;

* Pourquoi les vaccins sont souvent contaminés par des souches virales dont on ne parle pas et pourquoi l’industrie des vaccins a camouflé des contaminations vaccinales ( et a sciemment vendu des vaccins contaminés) ;

* Pourquoi une enquête est absolument nécessaire et pourquoi de nouveaux efforts doivent être déployés pour évaluer si les vaccins sont réellement sûrs et efficaces ;

* Pourquoi le conte de fées qui nous dit que « les vaccins ont éradiqué la polio » relève de la mythologie. Il s’agit de se rendre compte de ce qui s’est réellement passé ;

* Pourquoi on n’a jamais pu prouver que le vaccin contre la variole s’est     avéré efficace contre cette maladie ;

* Pourquoi l’industrie du vaccin prend les choses trop à la légère et semble ignorer les règles rigoureuses de la démonstration scientifique (Elle utilise par exemple de faux placebos pour minimiser les effets secondaires) ;

* Pourquoi l’industrie du vaccin ne veut pas comparer les enfants vaccinés aux enfants non vaccinés (L’industrie est terrifiée des résultats qui pourraient apparaître) ;

* Pourquoi les enfants qui font la rougeole au cours d’épidémies de rougeole sont les mêmes enfants qui ont été vaccinés contre la rougeole ;

* Pourquoi les vaccins sont susceptibles de déprimer le système immunitaire tout en augmentant la vulnérabilité à d’autres infections :

* Pourquoi plusieurs maladies infectieuses de l’enfance comme la varicelle sont tout à fait naturelles, normales et même SALUTAIRES ;

* Pourquoi le comportement bizarre et non scientifique de l’industrie du vaccin est en train de provoquer l’érosion de la crédibilité de toute « science » ;

* Pourquoi de nombreuses personnes qui sont parties prenantes dans la promotion des vaccins ont des liens d’intérêts avec les compagnies pharmaceutiques ;

* Pourquoi l’industrie du vaccin ne peut pas tolérer que des questions intelligentes soient posées au sujet de la sûreté des vaccins.

 

Elle conclue « Les milliers de pages que j’ai consultées, les centaines d’heures de travail que j’ai consacrées à la recherche m’ont permis de découvrir  l’horrible vérité par rapport à ce qui est fait aux gens comme aux animaux partout dans le monde sous le faux prétexte de “santé publique”. »


http://www.naturalnews.tv/v.asp?v=BAE7F6323813CFAFB8338173FB11D429

http://www.wat.tv/audio/part-of-the-healthranger-3cfeb_31wod_.html

http://www.NaturalNews.com/031173_vaccines_science.html

 

 

http://www.sylviesimonrevelations.com/article-medecin-elle-decouvre-la-verite-sur-les-vaccins-67989195.html

 

.

 

Lire aussi :

 

Plutôt guérir que prévenir
Le 22 février 2011 - par l'équipe de Fakir
Il critique la campagne pour « le dépistage du cancer de la prostate » ? Il s’oppose au gouvernement– qui autorise la publicité pour les alcools sur Internet ? Boum. Viré. Pour cause de « réduction des coûts », bien sûr…
La santé perd une vigie. Qui, parfois, empêche des Médiators…
Le journal Fakir est un journal papier, en vente chez tous les bons kiosquiers ou sur abonnement. Il ne peut réaliser des enquêtes, des reportages, que parce qu'il est acheté.

dessin: Plutôt guérir que prévenir

Mieux vaut un traitement long que la prévention : ça rapporte plus

« A high profile expert on public health, Alain Braillon, has lost his position at the University Hospital of Amiens. »
C’est le British Medical Journal, l’une des revues médicales de référence, qui rapporte la nouvelle Outre-Manche : « Un grand expert de santé publique, Alain Braillon, a perdu son poste à l’hôpital universitaire d’Amiens. »
Comme c’est à côté de chez nous, un coup de pédale, et on passe lui dire bonjour. Il est déprimé, assez. Occupait son bureau comme un clandestin. N’en revient toujours pas de la décision qui le frappe. Détaille comment il a appris son éviction par courriel, « comme à France Télécom »
Et se désespère surtout pour les dossiers qu’il suivait.
« J’avais mis en place, avec toutes les maternités de la région, publiques comme privées, un programme de lutte contre le tabagisme durant la grossesse. Ca tombe à l’eau. Alors qu’en France, on est très très bas, c’est la première cause de prématurité…La même chose pour les récidives dans les tentatives de suicide - alors qu’on enregistrait déjà des progrès. Ou encore la transmission de l’hépatite B de la mère à l’enfant. Tout est cassé. »
Ce docteur-là ne soigne pas avec un stéthoscope et des piqûres. Juste avec un papier et des crayons. Il dresse des statistiques – et adresse des critiques.
C’est tout le problème.

Pas coûteux, donc pas rentable…

« Cette suppression de poste a été décidée dans le cadre du ‘plan de retour à l’équilibre’ », avance Michel Slama, le président du CHU. Et c’est vrai. C’est vrai que, côté infirmières, un premier plan de licenciement a détruit 160 emplois. Et qu’un second plan doit suivre. C’est vrai également que, depuis la T2A, la tarification à l’acte, le docteur Alain Braillon ne rapporte rien : il ne fait pas passer de radio, il n’opère pas, vraiment pas rentable. Roselyne Bachelot l’avait promis, pourtant : « Les crédits de la prévention seront sanctuarisés »
Mais la « réduction des coûts » n’explique pas tout. Voire rien du tout.
D’abord, côté médecins, la foudre n’est pas tombée au hasard : que sur la tête du docteur Braillon. C’est pourtant lui qui, en Picardie, publie le plus d’articles scientifiques médicaux dans les revues internationales. Et il s’autofinancerait largement, d’après son chef de service, le professeur Gérard Dubois : « En quatre ans, il a obtenu 500 000 € de subventions sur appels d’offres. »
La raison serait ailleurs.

« Touche pas à ma prostate ! »

Vous vous souvenez de cette pub ? « Le cancer de la prostate touche un homme sur neuf après cinquante ans. Faites-vous dépister ! » En 2009, toutes les radios nous en donnaient l’ordre, à nous, les hommes : il fallait qu’on se contrôle la glande – et éventuellement enlever.
Y avait du pèze à la clé.
Notamment pour « le puissant lobby des urologues ».
Là, c’est le docteur Braillon qui cause, et le professeur Dubois aussi, et plus de deux cents médecins finalement qui ont signé l’appel « Touche pas à ma prostate ! » Ce dépistage serait, selon eux, « coûteux et inutile ». Voire, ils avancent, « contre-productif, provoquant peut-être plus de cancers qu’il n’en élimine ». A l’inverse du cancer colorectal, efficace, et pourtant guère recommandé. C’est qu’il a l’inconvénient, disent-ils, « de ne rien coûter »
Le docteur Braillon, donc, s’est fait des copains dans sa profession. Et comme il s’attaque, en prime, au gouvernement, qui a autorisé la publicité pour les alcools sur Internet, le voilà dans la ligne de mire. D’autant que ces prises de position, appuyées par des données, des comparaisons, ont trouvé un écho international. Dans les mois qui ont suivi cette polémique, l’Agence Régionale d’Hospitalisation lui coupait ses crédits. Un coup de plus porté contre le « service d’évaluation médicale » du professeur Dubois : déjà sans secrétaire, sans interne, il perd encore un membre… et il est poursuivi, par ailleurs, par la Confédération des buralistes pour avoir révélé un scoop : le tabac tuerait.


C’est pas à Fakir, on s’en doute, de départager les « pro-prostate » des « pro-colorectal ». Mais avec Alain Braillon, la santé publique perd une vigie. Et y en a pas tant que ça. Sans lui, sans eux, le Médiator serait encore vendu. L’amiante remplirait toujours nos bâtiments.
Et c’est le but, qui sait.
Qu’on taise les critiques, pas de débat sur ces choix. Qu’aucune vérité qui dérange ne sorte de ces recherches. Qu’on se contente des « experts officiels », qui expertisent aussi pour les laboratoires. Qu’on n’empêche pas l’économie – du médicament, notamment – de tourner en rond.
A croire qu’on préfère traiter les maladies en aval plutôt qu’en amont. C’est qu’il faut les traiter, justement, alors. Que c’est souvent long, coûteux – donc juteux. Mieux vaut guérir que prévenir.
Voilà qui rapporte. A certains.

(exclusivité édition électronique)

http://www.fakirpresse.info/articles/374/plutot-guerir-que-prevenir.html

 

A lire également :

 

http://www.lesmotsontunsens.com/plutot-guerir-que-prevenir-9158

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:01
NOM-illuminati-j.jpg
.
Les Plans du Nouvel Ordre Mondial :
Soumettre les pays arabes
(dernier rempart contre eux)
et exploiter leurs richesses
.
.
Par ailleurs, je voulais attirer ton attention sur toutes ces révoltes subites et simultanées des peuples arabes.

On ne peut trouver cela que très curieux, que tous se réveillent en même temps, sauf s'il s'est agit d'un plan bien préparé par avance par les tenants du Nouvel Ordre Mondial.
 
Je pense que toutes ces révoltes soi-disant des peuples sont bien orchestrées et téléguidées par des agitateurs, agents de la CIA et du Mossad pour déstabiliser les pays arabes et qui utilisent comme par hasard les réseaux sociaux Internet tels Twitter et Facebook pour manipuler les peuples.
 
J'ai lu par ailleurs que ce sont les Anonymous, le groupe d'anonymes qui a soi-disant aidé Julian Assange qui ne leur avait rien demandé, qui sont à l'origine de ces nouveaux exploits d'organisation de révoltes dans les pays arabes. Il faudrait savoir qui est derrière ce groupe d'anonymes et je ne serais pas étonnée d'y retrouver des agents de la CIA et du Mossad. C'est facile sous couvert de l'anonymat de faire faire n'importe quoi aux peuples et d'agiter la propagande.
 
Entendons-nous bien, je ne suis pas en train de déplorer la révolte des peuples qui souhaitent se libérer du joug de leurs dictateurs et avoir accès à la véritable démocratie en élisant le président de leur choix. Encore que nous savons toi et moi, ce' qu'est leur démocratie et comment sont élus nos présidents. Ils sont choisis par le Bildenberg Group qui finance leur campagne présidentielle en qualité de leur meilleur VRP.
 
Je suis au contraire à fond avec les peuples arabes, car je sais que tout ce que l'on raconte sur eux, ne relève que de la propagande et ce sont les seuls peuples qui peuvent mettre un frein définitif au Nouvel Ordre Mondial. L'Islam est donc notre dernier rempart contre le Nouvel Ordre Mondial et le contrôle du Monde par l'Oligarchie.
 
Mais, je voudrais te suggérer de mener une réflexion sur tout ce qui se met en place en ce moment, dans l'objectif de nous instaurer le NOM.
 
D'après mes nombreuses recherches, je sais que la date du 21 décembre 2012 est la date primordiale, avant laquelle les concepteurs du Nouvel Ordre Mondial doivent instaurer leurs plans.

Comme tu dois le savoir, le projet est celui de désigner le Président de l'ONU en fonction en qualité de président du Gouvernement Mondial. Dès que la déclaration officielle du gouvernement mondial, le siège de l'ONU serait transféré en Israël. Du reste si tu connais les écrits dits sacrés, tu dois savoir qu'ils attendent tous la Jérusalem Céleste.
 
Donc, ils doivent à tout prix instaurer le NOM avant le 21 décembre 2012 et leurs plans ont avorté à plusieurs reprises dont notamment lors de la conférence de Copenhague en décembre 2009. C'est la Chine qui a fait avorter leurs plans. Ils essaient bien de nous instaurer l'unique monnaie mondiale, en invoquant la crise financière créée de toutes pièces et surtout virtuelle, mais là aussi, ça ne passe pas.
 
Pour pouvoir instaurer le NOM, il leur manque quoi ? Les pays musulmans qu'ils doivent s'accaparer ou au sein desquels ils doivent implanter leurs pions (agents de la CIA et du Mossad) pour pouvoir passer.

C'est la raison pour laquelle ils sont en train de déstabiliser tous les pays musulmans pour y mettre leurs pions. Mais, car il y a un mais....
 
Tu remarqueras que les pays qu'ils sont en déstabiliser actuellement, sont pour la plupart des pays producteurs de richesses et notamment de pétrole.
 
Or, cela fait des années que l'on raconte que nous devrions atteindre le soi-disant pic pétrolier.
Je vois donc là une bonne raison supplémentaire pour eux de s'accaparer les pays arabes, et il faut espérer que les peuples ne se laissent pas faire.
 
Il ferait donc d'une pierre deux coups : s'accaparer les pays arabes pour instaurer le NOM et exploiter toutes leurs richesses.

Du reste, tous ces charognards sont en train de se ruer aux pôles qui regorgent de richesses : diamants, pétrole, etc...

Un Lecteur
(bien renseigné - note d'eva)
.
.
Note d'eva R-sistons :
.

Pour cela, 2 objectifs:

- Empêcher l'accession au pouvoir des Musulmans authentiques (qualifiés d'Islamistes)
- Mettre au pouvoir des marionnettes dociles, voire des Musulmans à la Turque... dociles ! Intégrés ! Pour tout dire, occidentalisés, prêts à accepter le Nouvel Ordre Mondial.


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages