Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 17:25

 

 



new_sheeple_dees.jpg

 

 

Libye : Guerre pour protéger les populations civiles.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

 

Hier, entre autres :

 

Yougoslavie : Guerre pour protéger les populations des massacres ethniques.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

Afghanistan : Guerre contre le terrorisme.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

Irak : Guerre pour détruire les armes de destruction massive.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

 

Demain, entre autres :

 

Iran : Pour protéger du nucléaire iranien.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

 

D'une façon générale, guerres pour défendre "la liberté",

"la démocratie", "les peuples", le Bien...

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

eva R-sistons

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 17:22
Article placé le 20 mar 2011, par Réseau Voltaire

 Les frappes françaises sur la Libye ne sont pas une opération française, mais une sous-traitance de l’opération Odyssey Dawn placée sous l’autorité de l’US AfriCom. Elles n’ont pas pour objet de secourir les populations civiles libyennes, mais elles prétextent de la situation pour ouvrir la voie au débarquement des forces états-uniennes sur le continent noir, observe Thierry Meyssan.

 

Ce sont la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis qui ont proposé au Conseil de sécurité des Nations Unies le texte adopté en tant que résolution 1793, instituant une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Libye.

Cette initiative doit se comprendre de deux manières :

Premièrement, Barack Obama ne souhaitait pas endosser vis-à-vis de son opinion publique intérieure une troisième guerre dans le monde musulman, après celles dans lesquelles son pays est embourbé, en Afghanistan et en Irak. Washington a donc préféré déléguer cette opération à ses alliés.

Deuxièmement, Nicolas Sarkozy—qui représente les intérêts états-uniens partisans de la « relation spéciale » entre Londres et Washington— s’est efforcé prioritairement depuis le début de son mandat de rapprocher les défenses françaises et britanniques. Il y est parvenu avec les accords de défense du 2 novembre 2010 et trouve dans la crise libyenne l’occasion d’une action commune.

Avec le retour dans le commandement intégré de l’OTAN, voté le 17 mars 2009 et acté au sommet de Strasbourg-Kehl, les 3-4 avril 2009, Nicolas Sarkozy a renoncé au principe d’une défense française indépendante.

Avec le Traité de Lisbonne, dont il revendique être l’un des principaux artisans, il avait déjà contraint l’Union européenne à renoncer à toute défense indépendante et à s’en remettre définitivement à l’OTAN.

Sa politique marque le triomphe, avec un demi-siècle de retard, du principe de la CED, jadis combattu par les gaullistes et les communistes.

Sous le prétexte de réaliser des économies d’échelle en période de crise, David Cameron et Nicolas Sarkozy ont liquidé les derniers acquis du front nationaliste gaullo-communiste et signé deux traités.

Le premier prévoit une coopération accrue ainsi que le partage et la mutualisation de matériels et d’équipements, dont les porte-avions. Surtout, il institue une force expéditionnaire interarmées conjointe, mais non permanente, composée de 3 000 à 3 500 hommes, susceptible d’être déployée, avec préavis, pour des opérations militaires bilatérales de l’OTAN, de l’Union européenne ou des Nations Unies.

Le second initie des projets industriels et de recherche-développement. Surtout, il prévoit la mise en commun de technologies en matière d’essais nucléaires en laboratoire. Ce qui implique que la force de dissuasion nucléaire française ne sera plus indépendante —tandis que la force de dissuasion britannique est sous contrôle états-unien—.

Pour concrétiser la force expéditionnaire franco-britannique, les ministres compétents des deux pays, Liam Fox et Alain Juppé (ministre de la Défense du 14 novembre 2010 au 27 février 2011) ont planifié un vaste exercice aérien commun qui devait se dérouler du 21 au 25 mars 2011, sous la dénomination Southern Mistral.


 

 

Il devait comporter « des missions aériennes de type COMAO (Composite Air Operations) et un raid spécifique (Southern Storm) en vue de délivrer une frappe conventionnelle à très longue distance. Plus de 500 personnes seront mobilisées pour cet exercice bilatéral », indique le site internet dédié édité par le Commandement de la Défense aérienne et des Opérations aériennes, « Southern Mistral ».

« Six avions Tornado GR4, un ravitailleur Vickers VC-10 et un Boeing E3D seront mobilisés aux cotés des Mirage 2000D, 2000N et 2000C de l’Armée de l’air française qui engagera une trentaine d’aéronefs incluant hélicoptères, Boeings ravitailleurs et avions radar Awacs (…)

Simultanément, le Commando Parachutiste Air 20 (CPA20) accueillera à Dijon un de ses homologues britanniques, le RAF Regiment et s’entrainera à la mission de protection des bases aériennes en théâtre opérationnel telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée en Afghanistan.

Par ailleurs, des membres du RAF Regiment seront entraînés à la pratique des mesures de sécurité aérienne à partir d’hélicoptères. Ces procédures particulières sont appliquées au quotidien par les hélicoptères « sûreté aérienne » de l’armée de l’air afin de pouvoir intervenir contre les aéronefs se déplaçant à faible vitesse », poursuit le communiqué officiel.

Cet exercice devait être dirigé par les généraux Desclaux et de Longvilliers (France), l’air marshall Garwood et l’air commodore Maas (Royaume-Uni).

Hasard ou préméditation ? Quoi qu’il en soit, c’est une opération réelle et non un exercice qui a été lancée le 19 mars 2011 en application de la résolution 1793 du Conseil de sécurité. Seuls la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis y ont participé le premier jour. En attendant la participation d’autres Etats membres de l’OTAN et la constitution d’un commandement de coalition, toutes les opérations —y compris françaises— sont coordonnées depuis l’AfriCom, basé à Stuttgart (Allemagne) par le général états-unien Carter Ham. Les forces navales —y compris les bâtiments italiens et canadiens qui rejoignent la zone— et le commandement tactique sont placés sous l’autorité de l’amiral états-unien Samuel J. Locklear, embarqué sur l’USS Mount Whitney. Tout cela conformément à la planification préalable de l’OTAN [1].On est donc bien loin du bla-bla officiel sur l’initiative française, mais dans la logique décrite plus haut de vassalisation des forces.

Le volet français de l’opération a été dénommé Harmattan, mot qui désigne ce « Mistral du Sud » qui balaye l’Afrique occidentale.

Le volet britannique s’appelle Operation Ellamy.

Mais le volet US est dénommée Odyssey Dawn, afin que chacun comprenne qu’il marque l’aube d’une odyssée états-unienne en Afrique [2]. Il importe ici de noter que, contrairement aux discours lénifiants et mensongers des leaders atlantistes, la résolution 1793 est rédigée en termes si flous qu’elle peut autoriser le débarquement de troupes coloniales en Libye. En effet, l’interdiction « déploiement d’une force d’occupation étrangère sous quelque forme que ce soit et sur n’importe quelle partie du territoire libyen » ne s’applique pas à la création de la zone d’exclusion aérienne, mais uniquement aux opérations de protection civile (§ 4). Ce point a été soulevé par les ambassadeurs de Russie et de Chine au Conseil de sécurité et n’a pas trouvé de réponse, en conséquence de quoi, ils se sont abstenus durant le vote [3]



 

Pour ce premier jour de l’Harmattan, les forces françaises ont déployé les appareils qui devaient être utilisés dans l’exercice Southern Mistral ainsi que deux frégates anti-aériennes et de défense aérienne (le Jean Bart et le Forbin) positionnées au large de la Libye. Elles auraient détruit quatre blindés. De leur côté, les forces anglo-saxonnes ont utilisé un sous-marin britannique de la classe Trafalgar et onze bâtiments états-uniens —dont deux destroyers (le Stout et le Barry) et trois sous-marins (le Providence, le Florida, et le Scranton)— pour tirer 110 missiles guidés Tomahawk.

Cette opération militaire pourrait durer si les forces libyennes opposent une résistance. Quoi qu’il en soit, la logique adoptée devrait conduire à la situation qui avait prévalu en Irak entre Tempête du désert et Iraqi Freedom : une partition de facto du pays entre loyalistes et rebelles.


Thierry Meyssan, pour le Réseau Voltaire

 

Notes :


[1] « Press conference by Anders Fogh Rasmussen on Libya », Réseau Voltaire, 10 mars 2011.

[2] Sur la manipulation de la crise libyenne et les intentions US en Afrique, lire : « Proche-Orient : la contre-révolution d’Obama », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 16 mars 2011.

[3] « Résolution 1973 » (avec le texte des débats), Réseau Voltaire, 17 mars 2011.

 

ShareThis

Washington regarde se lever « l’aube de l’odyssée » africaine

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 04:37

6-3

 

Massacres :

Questions troublantes,

par eva R-sistons

 

 

 

En écoutant une vidéo du 23 septembre 1982 (Soir 3) sur le

 

je me suis interrogée sur le massacre de Srebrenica ,

sans que les Casques Bleus interviennent.

Et si ce massacre avait été permis en Haut lieu,

puisque les décideurs sont en général des psychopathes,

pour ensuite mieux discréditer les Serbes,

Radovan Karadzic,

et en fin de compte,

ce qui est plus subtil,

dresser les  Serbes eux-mêmes

contre leurs dirigeants

qu'ils considéraient comme des héros,

donc contre leur passé, contre leur Histoire,

pour faciliter ensuite leur intégration

dans l'Union européenne

qui est elle-même le tremplin du Nouvel Ordre Mondial ?

 

Comme tous doivent le savoir désormais,

la guerre de Yougoslavie a été programmée par l'Occident

sous de fallacieux prétextes,

sous de fallacieuses mises en scène

de massacres ethniques,

pour disloquer la fédération de Yougoslavie

afin, encore et toujours, de diviser pour régner

(comme au Soudan récemment et bientôt en Libye,

les zones riches en ressources devant être contrôlées

par les prédateurs de l'Occident,

et les zones pauvres laissées aux dictateurs),

et de détacher les YougoSLAVES de leurs frères slaves,

à des fins géo-stratégiques de containment de la Russie,

mais aussi, bien sûr,

  pour mettre en place la principale base de l'OTAN dans la région

  afin, ensuite, de pouvoir un jour attaquer plus facilement

la Russie et la dépecer avec ses immenses ressources.

 

Plan machiavélique à l'image des dirigeants occidentaux

qui en tous temps programment divisions,

destabilisations, conflits, guerres,

dépeçages et pillages,

et bien sûr les innombrables drames humains,

par leurs politiques insensées..

Qui tirera les leçons des drames nucléaires, des choix funestes partout ?

 

Je soulève la question,

comme j'ai eu l'occasion d'en poser d'autres,

par exemple celle de la mort du Commandant Massoud,

juste avant l'invasion américaine de l'Afghanistan...

Bien curieuse coïncidence !

Pour moi elle porte la marque

de ceux qui ne voulaient en aucun cas risquer de voir

arriver au pouvoir un mythe vivant,

attaché à l'indépendance de son pays,

et capable de fédérer les Afghans

que justement les Occidentaux souhaitaient voir

dressés les uns contre les autres

  afin de mieux exploiter leurs divisions.

 

Quand comprenda-t-on que les Occidentaux

sont les pires ennemis de l'humanité,

les guerres ont toujours été de leur fait,

(elles ne sont jamais déclarées

par les Chinois ou par les Russes,

par les Iraniens ou les Vénézueliens) ?

On leur doit les malheurs qui assaillent les peuples,

avec tout ce qu'ils imposent

de manière anti-démocratique,

irresponsable, brutale

- de la société de sur-consommation

à la compétition,

en passant par l'alimentation ou la médecine

conçues pour nuire !

Et que dire du machiavélique plan du 11/9 ?

Des cerveaux bien malades sont à la tête du monde...

 

Les vrais dictateurs ne sont pas ceux que l'on désigne

à la vindicte populaire.

 

eva R-sistons



Des mises en scène pour retourner l'opinion :

 

 

Karadzic : la vidéo

qui a retourné l'opinion serbe

Le 3 juin 2005, le Tribunal International de La Haye projetait une cassette vidéo dont l'impact est une des origines lointaines de l'arrestation de Radovan Karadzic. Avant d'avoir vu sur leurs écrans de télévision l'exécution de six Bosniaques par un groupe paramilitaire, les Serbes ne croyaient pas à l'implication directe de leur pays dans le massacre de Sebrenica. Après la diffusion de ce document, la Serbie a globalement cessé de considérer ses tueurs comme des héros.

 

http://www.contre-feux.com/international-rp/karadzic-investigation-sur-la-video-qui-a-retourne-lopinion-serbe.php

 

 

 

Manipulation:

 

Un responsable irakien a révélé que les hommes armés impliqués dans l’attaque meurtrière d’ une église  pourraient être  en réalité des membres de compagnies de sécurité étrangères.

 

Qassem Atta, porte-parole du commandement des opérations à Bagdad, a déclaré lundi que les assaillants qui ont donné l’assaut à l’église catholique Sayidat al-Nejat de Bagdad, portaient des uniformes utilisés par les entreprises de sécurité étrangères.

Dimanche, un groupe d’hommes armés a pris en otage des dizaines de fidèles dans l’église. L’incident a duré près de quatre heures jusqu’à ce que la police intervienne. Le ministère de l’Intérieur irakien a dit plus tard que 52 personnes ont été tuées et plus de 60 blessées dans l’incident.


« Grenade à la main, des hommes armés ont attaqué l’église, » a dit Atta à l’agence de presse Aswat al-Iraq. Il a fait remarquer que les forces de sécurité irakiennes ont arrêté cinq hommes armés, l’un des détenus ayant une nationalité arabe.

« Les forces de police ont désamorcé quatre bombes, huit grenades à main et deux ceintures d’explosifs, » a-t-il ajouté.

Les autorités irakiennes ont lancé une enquête sur l’incident et les interrogatoires des assaillants arrêtés sont en cours, selon le responsable irakien qui a ajouté que cinq des hommes armés se sont suicidés pendant l’attaque terroriste.

Lundi, dans l’intervalle, 18 membres de compagnies de sécurité étrangères ont été arrêtés pour infraction à la loi par la police irakienne dans la région d’al-Ramiela, au nord-ouest de Bassorah.

Malgré le retrait des forces de combat américaines plus tôt cette année, l’Irak continue à héberger quelque 50.000 Gi’s qui restent dans le pays pour  « conseiller et former, » ( Hum..)  sans parler des milliers de mercenaires armés étrangers employés par les entreprises de sécurité privées qui opèrent dans le pays pour assurer la protection de fonctionnaires et d’entrepreneurs pour la plupart étrangers.

 

http://www.forsane-alizza.com/toute-lactualite/verite-sur-vrais-terroristes-irak-3932

 

 

 

Et à propos de Nouvel Ordre Mondial,

a-t-on fait le rapprochement avec "Ordre Nouveau",

le groupuscule d'extrême-droite de sinistre mémoire ?

 

eva R-sistons

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 04:02

Une fusion du coeur du réacteur n° 2 de la centrale de Fukushima n'est "pas à exclure"

 

http://www.lepoint.fr/monde/une-fusion-du-coeur-du-reacteur-n-2-de-la-centrale-de-fukushima-n-est-pas-a-exclure-14-03-2011-1306094_24.php

 

 

 

Fukushima leaks, revue de presse 

30 ans d’accidents et de mensonges

à la centrale nucléaire de Fukushima

Revue de presse

(attention : pour usage personnel seulement.
Les articles sont sous copyright)

 

 

http://fukushimaleaks.wordpress.com/

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 03:40

 

 

 

Face à un séisme sans précédent, suivi d’un tsunami dévastateur, le Japon est confronté à ses pires souvenirs et  renoue bien malgré lui avec ses cauchemars nucléaires d’antan : après les explosions nucléaires de Hiroshima et Nagasaki, celles de Fukushima…

 

Au-delà du drame japonais dont personne ne peut imaginer les conséquences à terme, et loin de « profiter » de cette catastrophe - comme certains tentent de le dénoncer afin d’éviter le débat - qui met à mal la troisième économie de la planète et ses 125 millions d’habitants, tout citoyen responsable est amené à s’interroger sur l’ampleur de ce drame pour essayer d’en tirer les leçons, au premier rang desquelles, le  choix funeste d’une poignée d’individus voulant contraindre envers et contre tout la majorité des autres, à se soumettre à un modèle de société que ces derniers ne veulent pas.

 

Devant une telle folie suicidaire, ci-après, un extrait du livre que je publiais en 2008, sous le titre « La Démocratie Mensonge » paru aux Ed. M. Pietteur, où il est question de certains de ces choix :

 

« (…) Les aérosols parfumés et leurs gaz CFC (chlorofluorocarbures) nocifs pour la couche d’ozone ont été remplacés par des diffuseurs de parfums électriques. Tout comme les produits anti-moustiques qui répandent leur poison silencieux pendant votre sommeil. Débarrasser une table de ses miettes à l’aide d’une serviette, ou en en secouant la nappe à l’extérieur tient lieu d’archaïsme et la chose n’est envisagée que par l’intermédiaire d’un ramasse-miettes à piles électriques. A l’efficacité éprouvée de l’ancienne brosse à dents, l’on nous convainc que seul un modèle électrique est efficient. Découper une pièce de viande au coutelas est révolu et ne s’envisage qu’à l’aide d’un couteau électrique. La cuisson au gaz relève presque d’une coutume moyenâgeuse et seules les taques électriques – et encore, pas n’importe lesquelles – sont de mise… sans compter la batterie de casseroles et de poêles qu’il convient d’adapter. De la même manière, le chauffage électrique est présenté comme propre, moins polluant, participant à la diminution des gaz à effets de serre… quand il est prouvé depuis longtemps que pour produire une calorie (unité de mesure de quantité de chaleur), l’électricité est le moyen le plus dispendieux qui soit ! [1] Mais le rendement est d’un tel profit pour quelques groupes industriels et pour les Etats, que l’on nous certifie que l’avenir proche passe irrémédiablement par nos centrales nucléaires, devenues par la cherté des énergies fossiles, plus que jamais indispensables. Omettant soigneusement au passage, d’y inclure les coûts que représente le traitement des tonnes de déchets radioactifs qu’il faut se résoudre à traiter d’une façon ou d’une autre… Sans parler de l’aspect moral de leur envoi dans les pays du tiers-monde dont nous faisons nos poubelles sans sourciller – et sans bruit… Ni d’évoquer l’échéance prochaine du manque d’uranium pour les alimenter, estimée à moins de 50 ans, et du même coup, l’augmentation vertigineuse de son prix… Ni de mentionner le facteur risque (du type Tchernobyl) que ces centrales représentent dans un environnement géologique parfois instable (comme au Japon), et international, de plus en plus tendu. Et sans compter les boucliers de béton dont les sites sont recouverts après quelques décennies d’usage… pendant les millénaires indispensables à leur lente décontamination. Autre domaine où certains ingénus étudient la faisabilité de tout envoyer dans l’espace, après avoir constaté qu’une immersion en eau profonde se révèle être un échec pour cause de fissures des containeurs… Non contents d’avoir rendu notre fabuleuse planète invivable, nous envisageons dès à présent de répandre nos déchets radioactifs dans l’univers. Dont dangers ? Et dont coûts ? Il s’agit-là de questions que l’on ne pose pas à des « experts ». Etant entendu que ces messieurs ont toujours tout prévu, ou quand ce n’est pas le cas… réponse à tout, quitte à perpétuer des mensonges, aussi gros que les centrales (et les profits) qu’ils défendent. Pour cet héritage précieux, merci pour les générations futures ! Alors que si les mêmes colossaux budgets avaient été investis dans la recherche et la technologie des énergies renouvelables depuis le premier choc pétrolier du début des années ‘70, l’on aurait pu lentement (mais en 35 ans quand même !) remplacer les énergies fossiles par celles qui permettaient aux individus d’accéder à des énergies moins polluantes et moins chères, les rendant par ailleurs ainsi que la plupart des pays, indépendants en la matière. Le soleil, la lumière, le vent, la chaleur de la terre, le mouvement des marées, l’hydroélectricité, etc… Bref, tout ce qui est à portée de mains de la plupart des Etats et de leurs citoyens. Sans compter les innombrables emplois qu’auraient créées ces nouvelles technologies… avec la préservation de la nature en prime !

 

Devant les terribles constats que l’on peut établir aujourd’hui de l’état de dévastation de la planète, nombre de décisions prises en haut lieu, gravement irresponsables au regard de l’environnement pour les générations futures, devraient être répertoriées en tant que « crimes contre l’humanité » et jugés pour tels.

 

L’actuelle orientation vers les biocarburants ou plus justement, les agrocarburants, s’inscrit dans la même mauvaise veine. Consacrer des millions d’hectares pulvérisés aux pesticides et engrais – des habituelles multinationales – pour en obtenir un maximum de rendement, à produire du carburant vert pour remplacer l’essence des bagnoles est tout aussi irresponsable et criminel quand l’on sait que cette furieuse demande entraînera des hausses de prix de ces produits de base, les rendant ainsi moins accessibles pour les paysans mêmes qui les cultivent et pour l’ensemble des pays pauvres en premier lieu. Sans compter les millions de m³ d’eau nécessaires à leur développement. Cet or baptisé « bleu » que tentent de monopoliser quelques multinationales également, avant que sa raréfaction ne déclenche des tensions pour son contrôle. Ni que ces mêmes hectares pourraient en outre pourvoir à la nourriture de quantité d’indigents. Quelle mentalité retorse faut-il donc avoir pour transformer de la nourriture en carburant !? La même probablement que celle qui vous assène la désormais célèbre formule du travailler plus pour gagner plus ! Cet autre mythe, érigé en vérité, quand il est assurément un nouveau piège à cons !

 

Ces multiples incitations à produire et consommer toujours plus mal sont légion, et l’on sait maintenant leurs effets sur l’environnement : catastrophiques ! Qui se lèvera pour interpeller les responsables de ces criminelles décisions et les traîner devant la Justice ? Quand la seule urgence qui nous occupera bientôt sera celle de trouver les solutions pour sauver ce qui pourra l’être encore, d’une planète que nous persistons à anéantir. (…) »

 

Sans parler des déplacements massifs de populations, ni des conditions de vie qu'un tel cauchemar leur impose, comment nos instances politiques vont-elles réagir, face au désastre que subit le Japon ? L’on perçoit bien ici-et-là quelque gouvernement dans l’hésitation, probablement le temps qu’une nouvelle information en provenance du monde ne chasse celle-ci. Et les évènements qui s’annoncent en Libye s’y emploieront sans doute. Mais ne soyons pas dupes, passé l’effet d’annonce, la plupart de nos gouvernements restent déterminés à ne pas remettre fondamentalement le choix nucléaire en cause. Ils se borneront à préconiser comme à l’habitude, quelques solutions cosmétiques pour soi-disant améliorer la sécurité des centrales. Pas plus les reportages sur la catastrophe ukrainienne de Tchernobyl – où d’éhontés mensonges tinrent lieu de vérités ! – que les images de villes entières dévastées dans le Japon d’aujourd’hui où des individus hagards et ne trouvant pas les mots pour exprimer leur désarroi errent au milieu de ruines, ainsi que les avertissements d’un prochain séisme majeur dans l’archipel, ne les émeut plus que le temps d’une banale minute de silence qui ne les engage à rien, en mémoire de morts qui leur resteront à jamais anonymes... Les dégâts incommensurables d’un tel cataclysme et de ses victimes traumatisées à vie, les survivants et les familles brisés, les destins effondrés, un pays mutilé ne provoquent que l’hypocrisie odieuse et coutumière d’une poignée de nantis à travers une mise en scène lamentable… juste le temps d’une minute. Pour penser à quoi ? A leur inanité, peut-être… ou plus probablement aux opportunités inespérées qui se présentent dans la reconstruction après un tel déluge, pour des économies en panne…

 

Ces derniers soirs, après avoir suivi quantité de débats télévisés sur cette blessure majeure qui frappe le Japon, je me suis aperçu que pratiquement aucun intervenant ne soulevait la question essentielle liée au nucléaire et ses déchets : celle de l’armement. Les journalistes évitent-ils la question qui fâche ? Toujours est-il que les « experts » évitent cette part essentielle du dossier, préférant nous convaincre que l’environnement géologique du Japon n’est pas le même que le nôtre – merci de cette perspicace observation qui nous avait échappé, flanquée de son obséquieux sous-entendu que chez nous il n’y a aucun risque de ce genre – ainsi que de l’impossibilité de se priver du nucléaire… quand dans le monde actuellement, moins de 5% de l’énergie produite est d’origine nucléaire. Voyez l’énormité du mensonge ! C’est dire qu’une fois encore si la volonté politique le décidait, on pourrait s’en passer rapidement – et avant l’irrémédiable – et la remplacer par des énergies propres. Mais non, des choix erronés en termes environnementaux ont été faits, les profits sont gigantesques et l’exploitation de l’atome permet l’accumulation d’armes redoutables. Certains construisent ainsi scrupuleusement et de manière acharnée, résolue, entêtée et criminelle les conditions de notre propre fin probable.

 

Nous asséner que le nucléaire est indispensable au développement de nos sociétés procède du même mensonge que l’imposture quotidienne à laquelle nos gouvernements nous ont habitués, à la différence que les conséquences de celui-ci présagent sans doute de la disparition prochaine de pans entiers de l’espèce humaine…

 

 

Daniel Vanhove –Observateur civil Auteur

19.03.11

 

 

[1] « N’oubliez jamais cette loi de la physique élémentaire, que les polytechniciens qui règnent sur notre énergie s’abstiennent de vous rappeler : le principe de Carnot qui veut que moins de 30% des calories mises en jeu soient transformées en électricité, cependant que 70% sont perdues dans les eaux et les tours de refroidissement des centrales. » Haroun Tazieff – Ouvrez donc les yeux – Ed. Robert Laffont – 1980

Daniel Vanhove –Observateur civil, Auteur de La Démocratie Mensonge – 2008 – Ed. Marco Pietteur – coll. Oser Dire.

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23794

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 02:00

antisemitisme-critique-no.jpg

 

Comment une chaîne de télévision

peut perdre toute sa crédibilité

par eva R-sistons

 

 

Tout en écrivant, je regarde d'anciennes vidéos. Celle-ci date d'août 2002.  Un petit exemple pour comprendre ce qui sépare une télévision qui, en 2002, informait honnêtement, et celle d'aujourd'hui, squattée par des journalistes aux ordres du Gouvernement, du CRIF et du MEDEF.

 

Vous entendez parler de l'enfer vécu par les Gazaouis, aujourd'hui, vous ? Plus jamais. En 2002, voici le genre d'informations que l'on pouvait entendre, avant que les zélés supporters d'Israël et de ses politiques inhumaines ne se saisissent de la Chaîne pour en faire un instrument de désinformation et de propagande.

 

Reportage sur les Gazaouis sous-alimentés. Gérard Grizbec (que devient-il ? Hélas remplacé ...) fait son métier :

 

"Coincée entre la mer et Israël, Gaza est maintenant isolée du reste du monde. Le ravitaillement pose de plus en plus de problèmes. A force de s'enfoncer dans le sous-développement, les Palestiniens de Gaza, surtout les enfants, sont maintenant confrontés à de multiples problèmes de santé" ( Et que dire des cancers et des malformations dûs aux bombardements illicites et au déversement des eaux usées sur leur territoire ? Note d'eva)

 

Le grand Charles Enderlin intervenait régulièrement. Exposant les problèmes des uns et des autres, équitablement. Ce journaliste faisait honneur à la télévision. Aujourd'hui, silence nsupportable sur les souffrances des Palestiniens, sur un lent génocide scandaleusement oublié et tu. 

 

Il ne faut pas s'étonner ensuite si nos Médias poubelles sont aujourd'hui les pires d'Europe, pires encore que les Berlusconiens !  Et on ose parler de "démocratie irréprochable" ? Quelle imposture ! Le degré de démocratie se mesure d'abord à la neutralité de l'information.

 

Et malheureusement, aujourd'hui, nos Médias sont occupés par un Clan qui place ses pions et qui diffuse une information à sens unique, contraire aux règles déontologiques,  et aux intérêts des citoyens, puisqu'elle fait le lit des deux pires ennemis des peuples : L'ultra-libéralisme inique et barbare, et l'Empire prédateur et va-t-en guerre...

 

eva R-sistons

 

Et à l'instant, autre information sur cette vidéo. Cette fois le MRAP porte plainte "contre l'extrémisme qu'on croyait d'un autre âge", contre un site pro-israélien qui s'en prend à des personnalités juives prônant des solutions pacifiques, comme Axel Kahn, généticien, dénoncé, insulté par ces "sites internet sionistes" (eh oui, le mot, alors, était prononcé ! Il est banni, aujourd'hui, note d'eva) pour leur soutien à la paix au Proche-Orient. Axel Kahn traite "d'assassins" ces blogueurs "qui introduisent un racisme dont leurs pères ont tant souffert". L'appel propose "crachat ou même un bon coup de base-ball pour les traîtres". Me Pierre Mairat, au nom du MRAP, a porté plainte contre cet appel considéré comme un lynchage. "Les Palestiniens sont assimilés à des déchets.." ! "Ces sites Internet fascisants sont hébergés à l'étranger, ils échappent à la législation française" (FR2, repris par TV5 Europe, Journal du 22 août 2002)

 

 

 

Qui diffusera cette information, par exemple,

induisant le désespoir illimité ?

 

Lieberman : ceux qui sont pour la création d'un Etat palestinien soutiennent un "Etat terroriste"

Le ministre israélien des Affaires étrangères a soutenu samedi que le soutien apporté par la communauté international à la création d'un Etat palestinien était en fait un "soutien à un Etat terroriste dont le seul but est la destruction d'Israël".
.

Ou celle-ci ?
.

Helen Thomas : les lobbies juifs contrôlent totalement les Etats-Unis

Dans une interview pour le magazine Playboy, la reporter américaine Helen Thomas a vivement critiqué les lobbies juifs qui selon elles contrôlent les Etats-Unis, de la Maison Blanche au Congrès, jusqu'à Hollywood et les marchés financiers. La journaliste a par ailleurs démenti être antisémite.
http://www.juif.org/antisemitisme-juif/147480,helen-thomas-les-lobbies-juifs-controlent-totalement-les-etats-unis.php
.
.
Commentaire : je voudrais dire a helen thomas qui sans doute n.est pas antijuive, qu.aulieu de critiquer le lobbie juisf,devrais au cotraire l.admirer? car voila un peuple qui represente 00.2pourcent de la population mondiale et selon ses dires controle le monde c.est fantastique? on devrait surtout l.admirer l.honorer et surtout apprendre de lui? mais c.est vrai cela n.est pas donne a tout le monde pour preuve
Envoyé par Hai_001 - le Samedi 19 Mars 2011 à 19:39

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 01:58

 


 

Le Pentagone est en train de retirer ses troupes de la vallée de Pech dans le Nord-Est de l’Afghanistan qu’il avait précédemment qualifiée de stratégiquement vitale pour cette guerre menée par les Etats-Unis et qui est maintenant dans sa dixième année.


L’on s’attend à ce que le retrait, qui a débuté le 15 février, soit accompli au cours des deux prochains mois selon un article publié dans le New York Times. Il est prévu que les Etats-Unis abandonnent une série d’avant postes le long de cette vallée où plus de 100 soldats américains ont été tués et plusieurs milliers blessés depuis l’invasion pour la première fois de cette région en 2003.

Ce retrait n’est que le dernier d’une série de retraits. En avril dernier, l’armée américaine s’était retirée de la vallée voisine de Korengal, plus au sud, après que 42 soldats aient été tués et des centaines d’autres blessés au cours de trois années de combat. En octobre 2009, elle s’était retirée de la province de Nuristan, plus au nord, où quatre bases-clés avaient été abandonnées après avoir presque été prises dans une série de batailles l’année précédente.

Certains officiers américains ont souligné que chaque retrait avait encouragé les groupes armés qui résistent à l’occupation américaine à étendre leurs attaques à d’autres régions.

La signification stratégique de la vallée de Pech est soulignée par le rôle qu’elle a joué dans la désintégration de l’occupation soviétique de l’Afghanistan. Elle avait été le théâtre de durs combats durant l’intervention soviétique qui avait duré de 1979 à 1988. Moscou avait alors décidé de retirer ses troupes de la vallée. En l’espace de quelques mois, les combattants moudjahiddines de la résistance y avaient vaincu l’armée afghane, soutenue par les soviétiques et en 1989, l’armée soviétique avait quitté le pays, vaincue.

Cette vallée est l’une des principales artères de la région. Elle est frontalière du Pakistan et elle est un point de passage-clé pour les combattants pashtounes de la résistance qui traversent sans contrainte la Ligne Durand, la frontière arbitraire imposée par l’impérialisme britannique et qui sépare la population pashtoune en Afghanistan de celle du Pakistan.

Le déploiement de l’armée américaine dans la région avait été précédemment considéré comme la clé d’une stratégie anti-insurrectionnelle qui partait de l’idée que la résistance ne pourrait être vaincue que dans la mesure où les troupes américaines étaient déployées dans les villages afghans et pas seulement dans les grandes villes. Parallèlement à l’implantation de bases avancées opérationnelles lointaines, les Etats-Unis ont largement investi dans la région, dont 7,5 millions de dollars pour la construction d’une nouvelle route.

Un réexamen de cette stratégie qui avait débuté sous le général Stanley McChrystal et avait été intensifiée par son successeur, le général David Petraeus, a abouti à la conclusion que le déploiement dans la vallée de Pech ne pouvait pas être maintenu et qu’un déploiement équivalent dans l’ensemble de l’Afghanistan nécessiterait une force d’occupation forte d’au moins 600.000 hommes.


Dans les principaux organes de presse, la couverture médiatique du retrait a été remarquablement discrète et l’armée elle-même a tenté de présenter ce retrait comme un simple réajustement tactique. L’intention est clairement de masquer cette évidence : l’armée américaine a subi une défaite importante.


Le général John Campbell, qui dirige les opérations de l’armée américaine dans l’Est de l’Afghanistan, est en train de « repositionner » ses troupes « au sein de la province pour plus d’efficacité et plus de flexibilité, » a dit un porte-parole du Pentagone en ajoutant, « Il y a des dizaines de cols dans les montagnes et nous ne pouvons pas être présents partout. »

Ceci est incontestablement vrai et, dans la mesure où les forces d’occupation américaines ne sont pas présentes dans ces régions, les Talibans et d’autres groupes de résistance armés les utiliseront pour organiser leurs forces et lancer des attaques.

Un raisonnement plus instructif a été fourni par quelqu’un que le New York Times a qualifié de « responsable américain de l’armée au courant » de la décision de retrait. « Nous avons trouvé que les gens dans la vallée Pech ne sont pas vraiment anti-américains ou anti-quelque chose ; ils veulent tout simplement qu’on les laisse tranquille, » a-t-il dit. « C’est notre présence qui déstabilise la région. »

La même chose pourrait être dite de l’Afghanistan tout entier où la présence de près de 100.000 soldats américains et 50.000 soldats étrangers ont « déstabilisé » le pays entier, causant la mort et blessant des centaines de milliers de civils et provoquant l’augmentation constante de la résistance armée qui est à présent active dans littéralement chaque région. Ils veulent « qu’on les laisse tranquille » et ils veulent se battre pour se débarrasser de l’occupation américaine de façon à pouvoir l’être.

Ce retrait anéanti également le raisonnement derrière le « surge » (déferlement, poussée soudaine, n.d.t.) américain lancé par le gouvernement Obama et selon lequel l’escalade américaine ferait reculer l’« insurrection » permettant ainsi l’entraînement d’une armée afghane fantoche qui prendrait le contrôle des régions précédemment occupées par les troupes américaines.

Comme en fait état le New York Times, « les responsables afghans craignent que le retrait des troupes ne corresponde à un abandon de territoire où de multiples groupes d’insurgés sont fermement installés, une région que les Afghans redoutent de ne pouvoir défendre par leurs propres moyens.

En effet, un rapport de novembre 1988 publié par le Combating Terrorisme Centre (CTC) de West Point a fourni une évaluation franche de l’état des forces opérant dans la région : « L’ennemi à Korengal et à proximité de Pech consiste en une diversité de combattants appartenant à la faction Hezb-i-Islami de Kashmir Khan, à l’al-Qaïda d’Abou Ikhlas, des Afghans locaux qui n’acceptent pas la présence d’« infidèles » ou d’étrangers dans leurs vallées, Lashkar-i-Tayyaba, des combattants talibans menés par Dost Mouhammad et Qara Ziaur Rahman, des Nuristanis dirigés par Mullah Munibullah, des combattants arabes issus d’un groupe se nommant Jami’at al-Da’wa al-Qur’an wal’l-Sunna et de volontaires pakistanais. Parmi ces groupes se trouvent des centaines de combattants qui tendent régulièrement des embuscades aux patrouilles américaines, posent des mines improvisées, attaquent par surprise les soldats exposés, lancent des grenades sur des postes d’observation, et essaient parfois même d’attaquer des bases opérationnelles avancées. »

Un haut gradé afghan a avoué au Times qu’il est impossible que les troupes afghanes tiennent la région. « D’après mon expérience de l’armée et ma connaissance de la région, il est absolument impossible à l’armée nationale afghane de la protéger sans les Américains, » a dit le général Turab, ancien commandant adjoint du bataillon afghan stationné dans la vallée. « Ce sera une mission suicide. »

Une opinion identique a été exprimée par le ministre afghan de la Défense, Rahim Wardak, qui se trouve à Washington pour des consultations avec ses chefs suprêmes du Pentagone. « Il sera difficile pour les Afghans de tenir ces régions par leurs propres moyens, » a-t-il dit au Washington Post. En remarquant qu’il avait lui-même participé à la campagne dans la vallée de Pech qui avait initié la défaite de l’occupation soviétique, il a jouté, « Nous devons faire très attention à la manière de procéder dans cette région. »

L’article du Times reconnaît que le débat au sein de l’armée relatif au retrait de la vallée de Pech avait été « douloureux » en grande partie en raison de la crainte des échelons supérieurs quant aux conséquences qu’auraient sur le moral des troupes l’abandon d’une région dans laquelle plusieurs milliers de soldats américains ont été déployés, et où plus sont morts que dans n’importe quelle autre région, mis à part la province du Helmand dans le sud.

Le ton de ce débat au niveau des troupes sur le terrain a été reflété dans des interviews données au journal militaire Stars and Stripes par des soldats de l’armée américaine au moment où les projets de retrait étaient discutés en septembre dernier.

« Beaucoup de gens le prennent personnellement, » a dit le sergent Kelly O’Donnel. « Ils demandent tous pourquoi finalement avons-nous été là-bas. Parce que nous y avons perdu quelques gars. Comment expliquer cela à tes hommes ? »

De la même façon, dans un commentaire affiché sur Internet en début de semaine, un soldat qui avait été déployé l’année dernière dans la région de la vallée de Pech écrit : « Ce qui m’exaspère le plus c’est que tout le sang, la sueur et les larmes que les milliers de fantassins qui sont passés par Kunar au cours des années y ont laissé… auront été pour rien. Je me demande parfois à quoi servent tous ces déploiements et ces guerres quand il semble que ce soit pour rien»

Le fait que de tels sentiments ne se limitent pas aux simples soldats était clairement apparu dans un discours prononcé vendredi par le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates à l’Académie militaire de West Point.

Dans un discours prononcé devant des cadets, Gates a prédit que « les chances de répéter un autre Afghanistan ou un autre Irak – l’invasion, la pacification et l’administration d’un pays du tiers monde » étaient faibles, tout en ajoutant que l’armée américaine allait devoir se préparer à combattre une série d’adversaires potentiels, dont « des terroristes, des insurgés, des milices, des Etats parias ou des puissances émergentes. »

Il a poursuivi – se référant aux déploiements actuels en Irak et en Afghanistan – en déclarant que « tout futur secrétaire d’Etat à Défense qui conseillerait à nouveau au président d’envoyer une importante armée terrestre américaine en Asie, au Moyen-Orient ou en Afrique devrait ‘se faire examiner la tête’, comme l’avait dit si délicatement le général MacArthur. »

Ces commentaires, adressés à un auditoire de futurs officiers dont un certain nombre sera envoyé pour combattre et mourir en Afghanistan ou en Irak dans le courant de l’année, sont extraordinaires.

Ils démystifient les affirmations de propagande faites par le gouvernement Obama que l’intervention américaine en Afghanistan était une « guerre nécessaire, » menée pour protéger la population américaine contre une menace terroriste prétendument omniprésente. Au lieu de cela, Gates nous dit que la simple proposition même d’une telle guerre aujourd’hui serait insensée.

Le discours du secrétaire d’Etat à la Défense reflète la perplexité et même la démoralisation, au sein du Washington officiel et de l’élite dirigeante américaine et qui est générée par une crise économique insoluble sur le plan national et l’incapacité de réaliser à l’étranger, au moyen d’une guerre d’agression, l’objectif d’établir l’hégémonie américaine dans les régions-clés productrices d’énergie.

Les remarques de Gates tout comme les retraits militaires de régions stratégiques d’Afghanistan portent à ne pas s’y tromper l’odeur de la défaite prochaine. Une défaite qui pourrait bien, en fait d’impact social et politique aux Etats-Unis mêmes, rivaliser avec la débâcle du Vietnam.

 

Source : Mondialisation.ca, Le 10 mars 2011

Les États-Unis se retirent d’une vallée stratégique en Afghanistan
par Bill Van Auken

vendredi 11 mars 2011, par Comité Valmy

 


 

Lire aussi sur ce site :

Afghanistan : Manifestations contre la présence des forces d’occupation
http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve524

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 01:55

 

PARIS, 10 MARS. Paris reconnaît le Conseil national de transition (CNT) comme «représentant légitime». La France va envoyer un nouvel ambassadeur en Libye, à Benghazi, deuxième ville du pays sous contrôle des insurgés.

http://www.leparisien.fr/crise-egypte/sarkozy-et-cameron-kadhafi-et-sa-clique-doivent-partir-de-libye-10-03-2011-1352386.php

 

 

Pour perpétrer une agression contre la Libye


 

Le peuple libyen est, aujourd’hui, très anxieux en ce qui concerne son destin et celui de son pays.


Il s’était soulevé pour en finir avec un dictateur qui avait pratiqué toute sorte d’oppression et de répression durant 43 ans dans le but d’asseoir son régime et de remplir de quelques 100 milliards de dollars ses poches et celles de ses enfants.


Le peuple libyen s’est soulevé contre un tyran, prenant pour exemples les révolutions arabes, dont celle de la Tunisie, son plus proche voisin.


Cependant, son soulèvement est menacé de grands dangers, dont le plus important viendrait de l’alliance non sainte passée par la France et la Grande Bretagne avec le régime « officiel » arabe, représenté par Amr Moussa et, avec lui, Hochiar Zibari, façonné par les Etats-Unis et l’OTAN, ainsi que tous ceux dits »les Arabes de Washington ».


Cette alliance a, en effet, a décidé de profiter des crimes commis par le régime de dictature libyen afin de mettre la main sur la Libye et toutes les richesses qu’elle recèle ; surtout que Kadhafi leur avait déjà montré l’importance de ces richesses, tant à travers des donations pour des campagnes électorales ou, encore, des commissions pour des ventes d’armes ou, enfin, des concessions pétrolières…


Ainsi, nous assistons à une nouvelle tentative de retour sur le terrain du projet dit « Le Nouveau Moyen Orient » élargi, après une certaine stagnation. Le but actuel : mettre la main sur la Libye comme troisième pays arabe à la suite du nouveau morcellement du Soudan qui, après l’Irak, est passible d’une guerre confessionnelle.


Mais ce que le tyran, qui pense pouvoir résister à la marche inéluctable de l’Histoire, et, avec lui, les nouveaux « défenseurs » des libertés ont oublié, c’est que leur sort ne sera pas meilleur que celui déjà connu par Saddam Hussein et George Bush.

 

Aidons le peuple libyen dans sa lutte pour mettre fin à la dictature.

Œuvrons pour empêcher que la Libye et son peuple ne tombent entre les mains des impérialistes.

Faisons face à l’alliance non sainte et empêchons-la de réaliser ses objectifs.

 

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2011/03/19/20675131.html

 

 

 

 

LA REVOLUTION DES PEUPLES ARABES

 

Les événements qui bouleversent les pays arabes, à commencer par le Maghreb en passant par le Proche-Orient, sont des faits marquants, unique et majeurs de l’histoire arabe. Le mouvement populaire arabe vit une nouvelle période de développement qui jette les fondements d’un éveil nationaliste lequel n’en n’est qu’à ses débuts. Dans sa lutte, la jeunesse révolutionnaire veut en même temps obtenir la justice sociale, la liberté politique, la fin de la tyrannie et de l’exploitation économique et le retour de la dignité nationale.

                                                          

Si nous observons attentivement ces événements, nous constatons que les sociétés concernées sont différentes démographiquement, économiquement et socialement, mais alors qu’ont-elles de commun pour descendre dans la rue ?               

                                                                                                                       

 -Premièrement, les régimes arabes : Dans leur quasi-majorité, sont des dictatures qui ont privé leur peuples de toute liberté et de toute justice comme de toute indépendance politique, coupés de la réalité, et Kadhafi en est l’exemple qui se passe de tout commentaire !

 

 -Deuxièmement, L’arabité : Le citoyen arabe sait que la condition américaine pour soutenir les régimes oppresseurs et corrompus, qui ont érigé des systèmes de pillage des ressources et appauvri leurs peuples, était leur soumission totale à Israël. L’arabité, visée par les régimes assujettis à l’Occident pour imposer la soumission à Israël et l’abandon de la cause palestinienne, en remplaçant par un sentiment extrémiste d’appartenance nationale, a prouvé qu’elle est profondément ancrée dans la mémoire collective des Arabes. La jeunesse arabe a exprimé d’une manière spontanée son arabité, qui constitue un élément essentiel de sa conscience révolutionnaire.

 

-Troisièmement, le développement : Les pays arabes ont connu un développement spectaculaire, au cours de la dernière décennie, dont certains n’ont rien à envier à la Chine, en effet, selon le rapport 2010 de l’idh (indice de développement humain) 5 pays arabes font parti du Top 10 des pays qui ont le plus progressé, il s’agit, par ordre d’importance , d’Oman, Arabie Saoudite, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, ces mêmes pays connaissent les mêmes revendications populaires.

 

-Quatrièmement, La cause Palestinienne : La rue arabe adhère pleinement à la culture du refus de l’occupation israélienne de terres arabes depuis 60 ans. Elle adhère encore plus à la culture du soutien à la cause palestinienne. L’Occident, lui, apporte son soutien inconditionnel à Israël qui continue de bafouer le droit international, ce dernier a le plus grand nombre de résolutions de l’ONU au monde jamais respectées, faisant preuve d’une impunité totale et un « deux poids et deux mesures » criant. Toute révolte qui éclatera dans le monde arabe prendra pour cible l’influence politique occidentale. Et les peuples arabes exprimeront un fort soutien aux mouvements de résistance qui ont réussi à proposer un modèle convaincant, alors que des décennies de négociations n’ont rien apporté aux Palestiniens.

 

-Cinquièmement, La mémoire : Les révoltes arabes sont, d’abord, celles des jeunes et se n’est pas un hasard, car les années 2000 sont pleines de faits au combien humiliants et méprisants pour tous les arabes. En effet, le mensonge de « l’arme de destruction massive » et l’invasion de l’Irak en 2003 résonne  encore, l’agression contre le Liban en 2006, et celle contre la population de Gaza en 2008, Gaza qui elle reste la plus grande prison à ciel ouvert du monde, soumise à un blocus illégal, par l’état Israélien qui n’hésite pas à tuer des humanitaires désarmés lors de l’attaque (dans les eaux internationales) de la flottille Turque  en route pour Gaza en 2010, et la cerise sur le gâteau fut le véto Etasunien contre une résolution de l’ONU, qui devait condamnée Israël pour sa politique de colonisation. Tous ces événements sont bien encrés dans toutes les mémoires Arabes et Musulmanes qui demandent justice, c’est à travers cette revendication centrale et légitime que les peuples Arabes jugent leurs états avant toute autre.

 

AIT MESSAOUD Lahsen

 

 

 

Commentaire reçu :

 

Bonjour, pour l’amour de la liberté en France et dans le monde, je vous demande d’envoyer à tous vos adhérents, à toutes vos connaissances, et de publier partout sur internet autant que possible ce document que je vous envoie. Il vient d’un agent des services secrets français, ce document en question démontre preuves à l’appui l’appartenance du Président de la République Française Nicolas Sarkozy à la CIA, ainsi que son implication dans son affaire clearstream (..)

Ce document a déjà été envoyé à plus de 450 000 internautes. Nous vous demandons, nous, membres de l’URC, Union Révolutionnaire Citoyenne, branche française de Wikileaks, de publier ce document sur votre site et sur votre blog en première page, et de demander la démission du Président de la République Française Nicolas Sarkozy pour haute trahison de l’Etat français.

Plus d’internautes le publieront, moins l’Etat français aura d’impact sur la rétention de cette information capitale pour notre pays (..)

 

La montée au pouvoir de Nicolas Sarkozy


Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d’après sa personnalité. Mais lorsque son action surprend jusqu’à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s’interroger sur les alliances qui l’ont conduit au pouvoir...

Les Français, lassés des trop longues présidences de François Mitterrand et de Jacques Chirac, ont élu Nicolas Sarkozy en comptant sur son énergie pour revitaliser leur pays. Ils espéraient une rupture avec des années d’immobilisme et des idéologies surannées. Ils ont eu une rupture avec les principes qui fondent la nation française. Ils ont été stupéfaits par cet « hyper-président », se saisissant chaque jour d’un nouveau dossier, aspirant à lui la droite et la gauche, bousculant tous les repères jusqu’à créer une complète confusion.


Comme des enfants qui viennent de faire une grosse bêtise, les Français sont trop occupés à se trouver des excuses pour admettre l’ampleur des dégâts et leur naïveté. Ils refusent d’autant plus de voir qui est vraiment Nicolas Sarkozy, qu’ils auraient dû s’en rendre compte depuis longtemps.


C’est que l’homme est habile. Comme un illusionniste, il a détourné leur attention en offrant sa vie privée en spectacle et en posant dans les magazines people, jusqu’à leur faire oublier son parcours politique.


Que l’on comprenne bien le sens de cet article : il ne s’agit pas de reprocher à M. Sarkozy ses liens familiaux, amicaux et professionnels, mais de lui reprocher d’avoir caché ses attaches aux Français qui ont cru, à tort, élire un homme libre.


Pour comprendre comment un homme en qui tous s’accordent aujourd’hui à voir l’agent des États-Unis et d’Israël a pu devenir le chef du parti gaulliste, puis le président de la République française, il nous faut revenir en arrière. Très en arrière. Il nous faut emprunter une longue digression au cours de laquelle nous présenterons les protagonistes qui trouvent aujourd’hui leur revanche.... (..)

 

http://r-sistons.over-blog.com/article-japon-dossier-arme-sismique-contre-le-japon-liens-se-premunir-69252072-comments.html#anchorComment

 

Et c'est ainsi que NS se retrouve à exécuter les besognes demandées par ses amis anglo-saxons, il a mis en place cette guerre pour leur compte, et grâce aux médias, en se faisant passer pour un "sauveur" des Libyens ! (eva)

 

 


Libye : La France convainc le Conseil de Sécurité de l’ONU d’intervenir…Libye : La France convainc le Conseil de Sécurité de l’ONU d’intervenir…

La France tue en Libye !

Communiqué du Parti Anti Sioniste


Aujourd’hui, samedi 19 mars 2011, à 15 heures (heure de Paris), l’offensive contre la Libye a commencé. Prétextant les troubles graves qui secouent ce pays depuis plusieurs semaines, les puissances occidentales ont obtenu un mandat onusien pour intervenir militairement en Libye. Ce mandat a été obtenu grâce à la complicité de la Russie et de la Chine qui ont refusé d’opposer leur veto. Plus grave, des gouvernements dits arabes se sont non seulement associés à cette agression, mais en ont pris l’initiative, apportant ainsi la « caution » dont ont besoin l’USraël et l’Occident pour prendre pied en terre musulmane et arabe.

Malgré tous les mandats, cette guerre contre la Libye reste une agression coloniale dont les vrais objectifs sont stratégiques et économiques. Une partition de la Libye sur la base de  l’existence de matières premières et d’hydrocarbures est, depuis longtemps, à l’ordre du jour. En France, le rôle particulier joué par Sarkozy et son conseiller sioniste Bernard-Henri Lévy montre clairement qui a souhaité cette agression : le lobby sioniste et ses complices occidentaux.

Le Parti Anti Sioniste condamne cette agression. Il affirme sa complète solidarité avec le peuple libyen, qui n’a rien de bon à attendre de ceux-là mêmes qui exploitent et humilient les nations arabo-musulmanes depuis des siècles. Nous condamnons fermement les régimes arabes traîtres qui ont rendu possible cette guerre. Leurs peuples les jugeront dans un avenir proche.

Cette nouvelle agression doit renforcer, en France, le combat commun de tous ceux qui ont à cœur l’indépendance de notre pays. Il faut barrer la route à ceux qui nous ramènent aux temps des pires interventions coloniales, à la sinistre politique de la canonnière, creusant ainsi davantage le fossé entre la France et les pays arabes pour le plus grand profit d’Israël et de son lobby en France.
Cette guerre n’est pas la guerre des Français, mais celle de M. Bernard-Henri Lévy !

 

http://www.partiantisioniste.com/communications/la-france-tue-en-libye-0651.html

 


Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 20:05

chez-moi--la-guerre.jpg

 

La guerre de Sarkozy

par eva R-sistons

 

Attention : A partir de maintenant,

propagande de guerre.

Sarkozy se fiche des insurgés libyens,

sinon il interviendrait au Bahrein,

où le Régime assassine aussi son peuple.

Sarkozy aime les bastons, comme Bush son pote,

il aime être au centre de tout,

il aime qu'on parle de lui

et il veut faire oublier, à l'extérieur,

ses échecs à l'intérieur.

 

La France de de Gaulle se méfiait

des Anglo-Saxons, Britanniques et Américains,

la France de Chirac a refusé de s'enrôler

dans la coalition impériale,

la France de Sarkozy l'impulse, au contraire,

comme il ferraille pour l'avoir contre l'Iran.

Voici notre pays en guerre,

la Libye est riche en pétrole

et à sa tête, elle a un dirigeant imprévisible,

insoumis, rebelle.


La France, c'est un signal,

a fait équipe avec les Anglais

toujours au premier rang pour coloniser,

et les Américains, en embuscade, ont rejoint

les va-t-en guerre.

Ils font la guerre par procuration,

via leur homme en France.

 

L'alliance naissante Sarkozy-Cameron

est de mauvaise augure,

elle était préfigurée par la visite du nouvel élu en 2007

en Angleterre, tout un symbole

du changement d'orientation de la France,

qui efface les traditions gaullienne,

mitterandienne et chiraquienne :

Pour le couple franco-allemand.

 

Les insurgés seront privés de leurs luttes,

  elles seront confisquées par les marionnettes

de l'Occident prédateur, criminel.


Victoire de la France,

clame Delahousse au Journal de 20 h

de FR2 la télé gouvernementale,

en prévision des Elections proches.

Il y a des guerres, aussi,

qui se font pour gagner des voix à l'intérieur,

comble du cynisme.

Il faut le savoir.

 

Delahousse demande pourquoi la France

n'intervient pas, aussi, en Côte d'Ivoire !

Elle est jolie, la télé des marchands d'armes !

 

Place à la propagande, maintenant,

la guerre est belle,

les peuples bombardés les acclament,

et les lendemains seront plus radieux,

au milieu des ruines

et avec des familles amputées.

 

La Ligue arabe a cautionné

le sémillant Président français,

avec ses dirigeants qui représentent plus

les multinationales du pétrole

que les populations arabes.

Mais la caution est là, cocorico !

Sauf que seul le Qatar est parti

batailler contre ses pairs arabes.

 

Les Américains vont participer à la guerre, "pleinement",

comme l'assure Alain Juppé.

C'est l'assurance d'une guerre propre,

sans dommage collatéraux !

On a vu ça en Irak... en partout !

 

Il est temps que les peuples

se débarrassent de leurs dirigeants cupides et belliqueux !

 

comme dubaï ou abu dhabi, le qatar se lance dans la construction de complexes de

http://www.linternaute.com/savoir/magazine/photo/qatar-iles-artificielles/ile-artificielle-the-pearl-qatar.shtml

 

La France est partie en guerre,

ses zamis américains en font des dizaines dans le monde,

en silence, avec, chut, des millions de sacrifiés

aux intérêts financiers.

La France est partie en guerre

sans consulter le Parlement,

l'Empire a bien choisi notre Président:

Il oeuvre pour Lui et pour ses privilégiés.

 

On devait avoir une simple zone d'exclusion aérienne,

nous avons une guerre.

Souriez, Français, vous êtes roulés !

Vos enfants vont mourir pour

les multinationales apatrides !

 

Une bonne nouvelle, quand même,

quatre grandes nations émergentes

se sont abstenues à l'ONU :

Chine, Russie, Inde, Brésil.

Le signe d'une nouvelle alliance

contre l' Empire unilatéral ?

 

Les Infos sont terminées,

place au Sport et aux Variétés.

Les Français s'amusent !

 

Et nous, si nous sommes la cible d'attentats, demain,

nous ne pourrons pas nous plaindre.

Nous l'avons eu, notre Sarkozy de Nagy Bocsa,

"ensemble, tout est possible" !

 

eva R-sistons

 

Tout est étudié, dans les "Infos"

de la télé aux ordres:

On nous rappelle, pour les Cantonales,

que les Elus dans trois ans seront remplacés par

les conseillers territoriaux !

Alors, abstenez-vous, les veaux !

 


 

La propagande en temps de guerre
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-23413830.html
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-33565761.html

 

 

« À défaut d’avoir recours à la force pour contrôler les populations, on peut parfaitement les contrôler par l’opinion » Harold Laswell, spécialiste des médias.

"La presse libre n'existe pas. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes les pantins qui sautent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous sommes les laquais des puissances financières derrière nous. Nous ne sommes rien d'autre que des intellectuels prostitués. Le travail du journaliste est la destruction de la verite, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l opinion au service des Puissances de l Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses". John Swaiton, l'éditeur du New York Times, lors de son discours d'adieu.

"Informer n'est pas une liberté pour la presse, mais un devoir"  Viktor Dedaj


Décodage de 25 techniques de désinformation :
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-23391706.html
 

Télévision : De l'info sans infos. Tour d'horizon
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-31419415.html

.

 

 

a-guerre.jpg

Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 17:58
Samedi 19 mars 2011 6 19 /03 /Mars /2011 16:38

VRAIE OU FAUSSE DEMOCRATIE

http://ascop-cdm.over-blog.com/article-vraie-ou-fausse-democratie-60793012-comments.html

 

Alerte ! Magouilles politiques,

fausse démocratie,

et black-out  médias soirée cantonale !

 

(titre d'eva)

 

 

Alerte !

 

 

Si je reprends le clavier c’est pour une mise en garde politique. J’ai quelque chose de plus à dire et je dois le faire avant minuit car cela concerne les élections cantonales. A l’heure où les carrosses sont transformés en citrouille, le silence de la propagande est obligatoire. C’est la loi. C’est pourquoi l’accès aux commentaires va être coupé. Le webmaster va donc connaitre une pause bien méritée dans son activité d’élagueur des injures, et diffamations qui sans trêve tachent de se faufiler pour mettre ce blog en défaut devant la loi, la morale ou seulement le respect du aux autres.


Je dois parler ici de ce que va être l’annonce du résultat des élections cantonales. Le Ministère de l’Intérieur manœuvre pour brouiller cette annonce. Il refuse d’enregistrer le Front de Gauche parmi les « nuances politiques » qu’il utilisera dimanche soir pour communiquer les résultats.


Comment le ministère en charge des élections peut-il ignorer l’existence du Front de Gauche qui se présente pour la troisième fois au suffrage universel?  Comment peut-il nier la réalité politique de notre regroupement quand celui-ci est présent dans plus de 1660 cantons, un niveau dépassé seulement par le Parti socialiste ?

 

Alors que l’UMP cache l’étiquette de ses candidats pour masquer la raclée qui l’attend, le ministre Guéant, récemment nommé par Nicolas Sarkozy pour préparer sa présidentielle, voudrait en plus effacer l’étiquette Front de Gauche ! Pour « se sentir chez lui », sans doute, au mépris de la réalité politique et de la volonté des organisations du Front de Gauche, Guéant a ordonné aux préfectures de répartir les 1660 candidats du Front de Gauche parmi les seules nuances admises par le Ministère : PCF (COM), PG, divers gauche (DVG) voire extrême-gauche (EXG).

 

Comprenez ce qui va advenir. Les candidats du Parti Communiste, qui sont en réalité des candidats du Front de gauche dont le suppléant est le plus souvent un membre d‘une autre formation du front de gauche, seront comptés seulement comme « communistes ». Le score du « parti communiste » sera alors comparé à celui de la fois précédente. Alors qu’il y aura deux cent candidats de moins que la dernière fois. Ou sont passés ces deux cents candidatures non présentées ? Ce sont celles qui viennent du Parti de Gauche ! En effet deux cent soixante candidats sont déclarés comme tels. Alors qu’à leur tour eux aussi ont un suppléant d’un autre parti du Front de gauche. Résultat : le parti de gauche sera évalué à partir de deux cent soixante candidats rapportés à 1950 cantons renouvelables. Du pain béni pour tous ceux qui nous aiment ! Enfin tous ceux qui n’ont pas été déclaré à l’un ou à l’autre des deux partis  sont engloutis dans la dénomination « divers gauche » et mélangés aux dissidents socialistes, au PRG, MRC, et sans étiquette de gauche. D’autres enfin seront étiquetés « extrême gauche » !


De la sorte, communistes et Parti de gauche vont être réduits à des scores disqualifiant. Et le front de gauche totalement minoré : non seulement il n’apparaitra pas mais ceux qui voudraient faire l’addition de ses composantes ne le pourront pas puisqu‘une part des nôtres aura été dissoute dans le marais des « divers gauche » et la marge de l’extrême gauche. Comme si cette manœuvre ne suffisait pas, le ministère de l’intérieur essaie de provoquer de la division d’une façon particulièrement perverse. Il essaie de faire croire que c’est à la demande des communistes que ces distinctions ont été arrêtées. Le journal « Libération » publie une réponse du ministre qui sent fort le coup de billard à deux bandes : « la création d’une nuance « Front de Gauche » aurait conduit à faire disparaitre la nuance communiste » tordue. Les bonnes âmes ne manquent pas de faire des confidences sur le sujet pour faire croire que ce serait une demande des communistes eux-mêmes Bien sur il n’en est rien. Ce n’est pas à Monsieur Guéant de décider du paysage politique de la France. En démocratie, le pouvoir en place n'a pas à choisir ses opposants.


Pour mesurer notre nouvelle influence politique, il vous faudra donc procéder à l’addition du résultat prêté au PCF et de celui prêté au PG. Ce total ne prendra malheureusement pas en compte les voix des autres candidats de notre rassemblement unitaire issus de la Gauche Unitaire, de la Fase, de mouvements locaux comme ADS dans le Limousin ou de personnalités non membres d’un parti qui ont été comptabilisées dans les catégories divers gauche ou extrême-gauche. En conséquence, il faudra rapporter les voix recueillies par les candidats estampillés PCF et PG au nombre total de suffrages exprimés dans les cantons dans lesquels ces étiquettes sont enregistrées. En effet, rapporter ce total au nombre de suffrages exprimés dans la France entière, ce que fera vicieusement le ministère de l’Intérieur, conduirait à minorer artificiellement le Front de Gauche.


Ces mauvaises nouvelles vous confirment qu’il n’y a rien à attendre de ce système et des hommes qui le composent. Leur manipulation en et attestent. Nous en appelons donc pour ceux qui peuvent le faire a une observation vigilante des résultats. Attendez nos propres communications. Diffusez autant que faire se peut cette information et la mise ne garde qu’elle explique. Nous savons très bien que cela va nous couter des jours et des jours d’explication auprès des amis qui vont avaler tout rond la publication du résultat truqué. Et que nous allons être frustrés de notre succès. C’est fait pour. Le but de toute cette engeance c’est de parler de la percée de Le Pen et de l’abstention. Rien d’autre ne les intéresse. Cela seulement peut faire oublier la raclée que le pouvoir va prendre.


Dans la mesure où nous avons envoyé cette information à toute la presse et que plusieurs organes de presse l’ont jugée digne d’intérêt et l’ont fait connaitre, vous pourrez apprécier l’honnêteté de chaque commentateur au sujet de ce résultat. Et vous serez définitivement édifiés. Gardez la mémoire des noms.

 

Dimanche soir vous verrez une soirée d’un genre nouveau : pas d’émission sur l’élection sur les plateaux des deux plus grandes chaines de télé. Le service public est le premier à avoir annoncé qu’il y renonçait ! Bravo pour l’encouragement civique !

 

Mais le plus dommageable est l’annonce qui sera faite a vingt heures. A ce moment là, seul seront annoncés les résultats globaux, de la façon suivante : droite gauche et Front national ! Sa soupe est servie.


 

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/03/18/alerte/

Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 17:54

ALERTE CODEX ALIMENTARIUS

 

 

 

http://deit.bloguez.com/deit/529403/Produits-all-g-s

 


 



 

 

 

« Complot mondial contre la santé » Un (excellent) livre de Claire Séverac qui fait suite à « La Mafia médicale » du Dr. Ghislaine Lanctôt (une référence mondiale)
Une multitude de détails sur ces médicaments faits pour empoisonner, sur les techniques employées pour dissimuler les victimes, une bonne enquête sur les raisons et les auteurs, et le tout confirme l’importance de la démosophie.
MAIS, si chimie, biotechnologie, agro-alimentaire et médico-pharmaceutique associés à l’OMS représentent bien l’une des armes du nouvel ordre mondial pour exterminer 90% de la population humaine et imposer une dictature mondiale sur le reste, ce n’est que l’un des aspects du plan general !
Et cela se sait depuis longtemps : une fronde citoyenne contre le « Codex Alimentarius » de 438 millions de pétitions inonda les messageries des euro-députés à tel point que les communications internes en furent bloquées. Mais que vaut une pétition de 438 millions de personnes contre l’argent des meneurs du Nouvel Ordre Mondial ? Le vote des eurodéputés est la réponse !
 
Beaucoup de gens n’ont pas compris le rôle et l’importance du Codex Alimentarius dans les plans du Nouvel Ordre Mondial. Et pourtant, les dirigeants de Bilderberg ont dépensé une petite fortune pour soudoyer les députés afin d’obtenir que cette loi soit votée, pas sans raisons :
Le Codex Alimentarius régit tous les aspects de la santé humaine, de l’alimentation à la médecine. A l’origine, c’est Hitler qui avait conçu ce plan pour devenir le maître du monde en contrôlant la totalité de l’alimentation humaine. Immédiatement après la guerre, c’est Rockefeller qui reprend l’idée à son compte.
Propriétaires des plus grands groupes pharmaco-chimiques de la planète, ainsi que des multinationales de produits transgéniques et des réseaux de distribution alimentaire, Rockefeller et consorts ont créé un codex alimentarius sur mesure qui leur permet désormais autant d’interdire à un agriculteur de réutiliser les semences recueillies lors de sa récolte, qu’à un jardinier de faire pousser des plantes qui pourraient avoir des effets curatifs, comme d’imposer les produits de leurs industries pétrochimiques en interdisant tous les autres. Cela leur permet aussi d’imposer l’introduction de leurs produits chimiques dans notre nourriture.

Quelques exemples concrets du codex alimentarius :

Boucherie charcuterie : Tous les produits élaborés ONT OBLIGATION d’inclure leurs produits chimiques (additifs, conservateurs, etc.)
Boulangerie pâtisserie :  Par exemple, si dans le temps, la pâtisserie se réalisait avec des œufs et du beurre , aujourd’hui leur emploi est INTERDIT ! On doit utiliser la poudre de jaune d’œuf, la poudre de blanc d’œuf et la poudre de beurre, produits chimiques pour lesquels ils ont obtenus d’avoir droit à l’appellation « œufs, beurre » que le consommateur verra sur l’étiquette. Mais le pâtissier qui s’aviserait d’utiliser de vrais œufs ou du vrai beurre risquerait au minimum une grosse amende ou la fermeture, au pire la prison ! Et il en est de même pour tous les produits « élaborés » ! Et pour toutes les professions, du restaurateur au charcutier traiteur !
Tous les produits « prêts à cuisiner » vendus dans leurs grandes surfaces sont encore pires car à ce genre de fabrication industrielle s’ajoute la nécessité de conservation pour en assurer la vente même lorsqu’ils sont caduques : pour cela, un renfort de conservateurs chimiques, mais aussi la destruction totale de toutes les vitamines par une irradiation au cobalt 60 ! (sur l’étiquette « ionisation » fait plus joli qu’irradiation).
On pourrait entrer dans les mêmes détails concernant l’agriculture,  les médicaments comportant des poisons lents, les vaccins, etc… mais encore une fois, tout cela n’ est possible que parce que cela entre dans un plan global :

- Comment pourraient-ils obtenir les faux étiquetages des produits de consommation sans contrôler les lois ?
- Comment pourraient-ils introduire dans notre nourriture des poisons destinés à vitaliser leurs industries médicopharmaceutiques sans contrôler les instituts sanitaires et les principaux laboratoires de contrôle ?
- Comment pourraient-ils contrôler tous les producteurs afin d’imposer leurs produits sans le concours des organismes « sanitaires » officiels de contrôle ?
- Comment pourraient-ils dissimuler les effets nocifs de leurs médicaments sans contrôler la Presse, depuis les journaux en passant par toutes les chaines de radio et télévision nationales ?
- Comment pourraient-ils superviser plus de 130 pays dans lesquels s’applique le Codex Alimentarius, sans l’appui des politiciens nationaux, au pouvoir ou dans « l’opposition » ?


IL EST URGENT DE SE RÉVEILLER !

Le livre de Claire Séverac est excellent pour la multitude de détails, mais ces détails ne doivent pas faire perdre de vue l’important : le Codex Alimentarius est une loi votée par les eurodéputés, donc légalement en vigueur. Cette loi garantit, en amont, de contrôler tous les produits qui seront consommés par les humains et d’y introduire ce que l’on veut afin d’en faire des «malades consommateurs de médicaments», et, en aval, de vendre (à prix de folie) des médicaments qui généreront des maladies encore plus graves et plus chroniques. Nous étions déjà 438 millions à en avoir conscience avant le vote de cette loi !

Le pas suivant, grâce à ce Codex Alimentarius, consiste à assurer l’exclusivité de la vente de leurs médicaments, donc d’interdire toutes les autres médecines (NMG, ortomoléculaire, acupuncture, homéopathie, , etc.). Pour cela, contrôlant les lois, ils contrôlent les universités, donc la formation des médecins, ils contrôlent donc aussi forcément toutes les organisations officielles de médecine, ce qui leur permet d’exclure les médecins qui tentent de guérir réellement (donc sans leurs produits), et il ne reste donc plus qu’à interdire tous les types de médecines locales ne faisant pas appel à leurs produits (médecine traditionnelle, locale, perse, ayurvédique, tibétaine, chinoise, etc.). Ce qui est maintenant en train de se produire !

La loi interdisant les médecines naturelles et les compléments entrera en vigueur le 30 avril 2011

Bien sûr, comme toujours, l’interdiction est déguisée par des « normes  de sécurité », astuce classique de ces gens qui présentent toujours leurs actions à l’inverse de leur réalité. (la même technique pour restreindre les libertés personnelles est utilisée sous prétexte de « sécurité contre le terrorisme»).
Or, si 438 millions de pétitions n’ont pas empêché que passe le codex alimentarius, que croient obtenir les pauvres malheureux qui essaient de résister aujourd’hui ? Même si, dans le meilleur des cas, ils obtiennent quelques centaines de milliers de signatures et d’euros , ils se réveillent trop tard ! Ce n’est pas leurs protestations qui gêneront le moins du monde les intérêts de l’industrie medicopharmaceutique ! Et encore moins provoqueront la moindre modification de la part des politiciens!
Dans tous les pays, nombreuses sont ces tentatives ridicules qui échouent régulièrement.  Le Codex Alimentarius a été rejeté du Japon au Mexique en passant par le Canada, la Thaïlande et la majorité des pays d'Europe, mais la loi établie par ces groupes pétrochimiques en complicité avec la FAO et l’OMS est DEJA adoptée par leurs politiciens qui maintenant la mettent en vigueur (sinon à quoi servirait-elle ?).

Et après l'interdiction des médecines naturelles et des compléments, le pas suivant sera l'interdiction de l'agriculture bio et des potagers individuels (ce qui commence déjà aux USA et au Canada).

            MAIS ENCORE UNE FOIS, ce n’est qu’un petit aspect du plan général du Club Bilderberg, possible seulement parce que TOUT le monde politique leur appartient, dans quelque pays que ce soit. Pour comprendre l’ensemble, il faudrait parler aussi des chemtrails, de l’arme sismique, de HAARP, du système monétaire, des OGM, du fluor, des nano robots, des guerres, comme de leurs principaux organismes : FMI, OMS, ONU, OTAN, etc.Etc.
            C’est pourquoi, la seule défense du citoyen face à cette menace générale, n’est pas la pétition (qui les fera à peine sourire), car le concept même de la pétition est ridicule : cela revient à dire : « Vous voulez nous faire du mal. Nous sommes nombreux à signer pour vous dire que nous préférerions que vous ne nous en fassiez pas"!

Cette démarche est à mon sens profondément ridicule !
Nous devons cesser de les craindre
et de les supplier comme s'ils étaient nos maîtres!
.
Ce que nous devons faire, c’est virer leurs politiciens, prendre nous-mêmes les rênes de notre destin, et nous indépendantiser de tous ces organismes ! Il n’y a rien d’autre à faire ! C’est l’objet de la Démosophie !



Etant "libre penseur", je suis conscient des réalités et sais l'inutilité de signer de telles pétitions (j'en ai reçu plus d'une dizaine de différents pays ces derniers jours, et ce texte est la traduction adaptée à la France d'une réponse que j'ai faite à l'un de mes correspondants en Sud-Amérique ). Toutefois, pour ceux qui voudraient appuyer l'action de Jean Pierre et Basanti, voici le lien: http://www.defensemedecinenaturelle.eu/  (Rapidement car la censure française permet désormais au gouvernement de bloquer les sites gênants).

 

Eric FIORILE
http://demosophie-demosophy.blogspot.com/



http://agentssanssecret.blogspot.com/2010/08/s



http://agentssanssecret.blogspot.com/2010/08/sus-au-codex-alimentarius.html
.
Le Codex pense pour vous, agit pour vous et vous protège de vous-même, selon des normes qui causeront votre perte.
.
.
                   


                                  

http://agentssanssecret.blogspot.com/2010/08/sus-au-codex-alimentarius.html
Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 17:39

 

.

Le royaume du Bahrein, dirigé par une famille sunnite, est le seul Etat majoritairement chiite de la péninsule arabique.(Carte : RFI)

Le royaume du Bahrein, dirigé par une famille sunnite, est le seul Etat majoritairement chiite de la péninsule arabique.
(Carte : RFI)

 

 

Alerte Bahrein !

eva R-sistons

 

Monarchie sunnite coincée

entre Arabie saoudite sunnite

et Iran Chiite.

Deux états rivaux !

Quand donc les deux tendances de l'Islam

se réuniront-elles ?

Et quand donc les dirigeants arabes

(ceux qui sont inféodés à l'Occident)

représenteront-ils enfin leurs peuples ?

 

Bahrein, c'est une base américaine.

Les Etats-Unis ne lâcheront pas le morceau,

surtout pour laisser le pouvoir aux Chiites,

majoritaires dans le pays

(le pouvoir est sunnite)

et soutenus par l'Iran !

 

Deux poids deux mesures:

Les insurgés attaqués en Libye par le Pouvoir sont défendus par l'Occident,

pas ceux du Bahrein, attaqués par leur Pouvoir.

L'Occident est immonde,

son attachement à la "démocratie" est à géométrie variable !

 

eva R-sistons

 

.

 

Quelques liens d'actualité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je rajoute ce post trouvé à l'instant :

 

Craig MURRAY


Dans le presse occidentale, l’invasion saoudienne du Bahreïn est poliment qualifiée de « mouvement de troupes » ou « arrivée » - et les réactions de Washington et des autres capitales occidentales brillent par leur absence, alors que le roi sunnite du Bahreïn autorise l’écrasement violent des manifestants pro-démocratie de la majorité chiite.

L’outrage sélectif est de retour – par exemple, (la radio) Democracy Now est à peu près le seul média qui mentionne qu’un autre allié brutal des Etats-Unis, l’Ouzbékistan, vient d’expulser l’organisation Human Rights Watch.


Imaginez l’outrage si l’homme fort de la Libye, Muammar Kadhafi appelait en renfort les armées du Tchad, du Mali et du Burkina Faso pour attaquer les rebelles de Benghazi.


Croyez-vous que les dirigeants occidentaux, qui condamnent à juste tire le recours apparent de Kadhafi à des mercenaires étrangers, condamneront le recours à une force militaire étrangère par les cheikhs pétroliers pour écraser une majorité de manifestants à Bahreïn ? Bien-sûr que non.

Un haut diplomate d’une mission occidentale aux Nations Unies à New-York, que je connais depuis plus de dix ans et en qui j’ai confiance, m’a dit qu’en fait la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton a donné son feu vert pour l’entrée des troupes afin d’écraser la démocratie dans le Golfe, en guise d’échange de bons procédés avec la Ligue Arabe qui a soutenu l’intervention occidentale en Libye.

On a aussi entendu la chaine Sky News, appartenant à la famille Murdoch, justifier l’invasion saoudienne du Bahreïn en déclarant que la Conseil de Coopération du Golfe a un accord militaire qui permet à un état de demander de l’aide en cas d’attaque. Ce qui n’inclue pas une attaque par son propre peuple qui, soi-dit en passant, n’est pas armé.

L’OTAN est une alliance militaire. Cela ne signifie pas que le Premier Ministre britannique aurait le droit d’appeler les troupes US pour abattre des manifestants pacifiques devant le Parlement.

Mais le terrible outrage des cheiks arabes sera passé sous silence en Occident parce que ce sont « nos » fils de pute (allusion à la célèbre phrase d’un président US en référence à un dictateur sud-américain « c’est peut-être un fils de pute, mais c’est notre fils de pute » - NdR), ils hébergent « nos » troupes ; ils achètent « nos » armes – et ils « nous » vendent du pétrole.

J’espère que les derniers évènements vont faire prendre conscience à eux qui ont été dupés à soutenir l’intervention occidentale en Libye, ceux qui croient que les dirigeants des armées occidentales sont motivés par des préoccupations humanitaires.

Il y avait déjà des forces étrangères stationnées au Bahreïn – notamment la 5ème Flotte US. Croyez-vous que la Secrétaire d’Etat Clinton ou le Président Obama vont menacer d’intervenir pour se porter au secours des manifestants pro-démocratie si les armées d’Arabie Saoudite et d’autres royaumes locaux se déchaînent contre euxx ? Je ne crois pas.

Quel sera l’effet de l’invasion militaire du Bahreïn sur une opinion politique entraînée derrière l’intervention militaire en Libye ?

Je serais fasciné d’entendre, par exemple, si Menzies Campbell et Philippe Sand, qui ont écrit un éditorial dans The Guardian intitulé « Notre Devoir est de Protéger le Peuple Libyen », pensent que l’Occident a pour devoir de protéger aussi les manifestants pro-démocratie au Bahreïn – de les protéger des attaques des forces militaires du roi et de ses alliés.

Nous savons, grâce à l’Irak, l’Afghanistan, la Serbie, le Liban et Gaza, que les « dommages collatéraux » d’un bombardement des défenses aériennes libyennes fera plus de victimes que les terribles événements en cours.

Si l’interdiction de survol de l’espace aérien remontera le moral des rebelles, le fait est que la majorité des dommages subis par les rebelles proviennent des tirs d’artillerie. Une telle mesure ne changera donc pas le rapport de forces sur le terrain.

Il semblerait que se débarrasser de Kadhafi risquerait de prendre plus de temps que prévu par l’Occident, mais une tentative de rafistolage aboutirait à un autre Irak et donnerait à Kadhafi l’aura immérité d’un patriote. C’est l’ancien ambassadeur britannique en Libye, Oliver Miles, qui a déclaré qu’il faut éviter une intervention militaire occidentale surtout à cause des conséquence imprévisibles.

Une conséquence a déjà eu lieu aujourd’hui, conséquence involontaire de la part des progressistes qui se sont rangés derrière les appels à une agression militaire contre Kadhafi. La campagne menée contre Kadhafi a permis de couvrir l’écrasement de la démocratie au Bahreïn par une armée étrangère.

Clinton et Obama gagnent sur tous les fronts : l’imposition de la politique étrangère des Etats-Unis en Libye où Kadhafi a longtemps été la bête boire des Etats-Unis, et dans les états pétroliers du Golfe où la démocratie est considérée comme une menace pour la stabilité. Il y a vraiment de quoi pleurer.

Craig Murray

Ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan de 2002 à 2004. Il fut démis de ses fonctions lorsqu’il a protesté contres les renseignements obtenus lors d’interrogatoires sous des tortures extrêmement violentes par les autorités Ouzbèkes.

http://www.consortiumnews.com/2011/...

Traduction VD « la Gauche la Plus Conne de la Planète a encore frappé très fort » pour Le Grand Soir avec probablement les fautes et coquilles habituelles.


URL de cet article 13118 - Legrandsoir.info

Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 07:11

malbouffe-2.jpg

http://malbouffe-cie.over-blog.com/9-index.html

 

.

La malbouffe radioactive

http://observ.nucleaire.free.fr/La%20malbouffe%20radioactive.pdf

 

Un document exceptionnel
Comment on nous prépare à manger des produits contaminés en cas de catastrophe nucléaire en France

L'Observatoire du nucléaire diffuse ce jour une enquête édifiante qui montre de quelle manière les autorités françaises nous préparent, en cas de catastrophe nucléaire en France, à consommer des produits contaminés.

L'objectif est double : préserver les intérêts du lobby agro-productiviste (qui ne veux écouler ses productions, même si elles sont contaminées) et, dans le même temps, accréditer l'idée que l'on peut continuer à vivre presque normalement en zones contaminées. Et donc que, finalement, une catastrophe nucléaire ne justifierait pas de remettre en cause l'industrie nucléaire.

C'est ainsi que les entreprises du nucléaire (EDF, Areva, CEA) et l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), appuyés par le lobby agro-productiviste (FNSEA et structures associées), organisent depuis plusieurs années de curieux programmes.

Des programmes "scientifiques" en Biélorussie dans les zones contaminées par la catastrophe de Tchernobyl, et des programmes visant à transposer à la France, pour le cas où une catastrophe nucléaire s'y produirait, les "enseignements" de ces curieuses études. Des simulations sont d'ailleurs déjà organisées en France, par exemple dans l'Aube.

Cette enquête a été menée en 2005 mais ses conclusions sont hélas d'une brûlante actualité. Une catastrophe nucléaire est en cours au Japon, mais une autre est possible à chaque instant en France. Les autorités s'y préparent... de la pire des façons : pour empêcher quoi qu'il arrive la remise en cause du nucléaire français.



La malbouffe radioactive
Qui veut écouler les productions agricoles contaminées par un accident nucléaire ?

 

Autopsie des programmes Ethos, Core, Sage, Farming

Il y a eu Tchernobyl. Et il y aura peut-être bientôt un nouveau désastre nucléaire, que ce soit aux Usa, au Japon, en Europe et particulièrement en France, royaume de l'atome. Pessimisme ? Catastrophisme ? En tout cas, il y a des organismes qui se préparent très sérieusement à une si dramatique hypothèse.

Surprise : il s'agit principalement… des entreprises du nucléaire et des autorités. Il est vrai qu'elles sont certainement mieux informées que quiconque de l'aggravation du risque nucléaire : les centrales vieillissent, elle sont soumises à des plans de restrictions budgétaires, elles sont inadaptées au risque sismiques…

Ainsi, divers programmes ont été mis en place pour :

- manipuler et minimiser les informations sur les conséquences de Tchernobyl

- préparer l'éventualité d'un accident nucléaire en Europe de l'Ouest et particulièrement en France

Fait notable, le lobby agro-productiviste, lié à la FNSEA, est partie prenante de ces programmes.

Objectif : empêcher la destruction des productions agricoles contaminées par un accident nucléaire et imposer le postulat que ces productions seraient consommables sans danger ( !) et/ou exportables.

 

DES PROGRAMMES POUR ECOULER LES PRODUCTIONS AGRICOLES CONTAMINEES

Peut-être doutez-vous que de si machiavéliques projets puisent exister. Alors prenez connaissance de Farming (Food and Agriculture Restoration Management Involving Networked Groups ; www.ecfarming.net ).

Il s'agit d'un programme financé par la commission européenne dont l'objectif est de mettre en place "un groupe de travail qui, en cas d’accident nucléaire affectant l’agriculture, l’alimentation et la vie rurale en France, pourrait fournir des données pour des décisions stratégiques", mais aussi de travailler sur "deux problèmes clé : la gestion des produits alimentaires contaminés après un accident ; et les stratégies pour un retour des territoires à la production agricole tout en minimisant les quantités de déchets générés".


Ces "décisions stratégiques" concernant les "déchets générés" (c'est-à-dire les productions agricoles contaminées) consistent à en minimiser la quantité… en décrétant que la plus grande part de ces productions peut être consommée.

Voir ici : www.ec-farming.net/stakeholderpage/french_stake ; cliquer sur "Prisentation de Farming" (sic !)

Notons aussi que la liste des participants français au programme Farming est édifiante
(Voir ici : www.ec-farming.net/stakeholderpage/french_stake ; cliquer sur "Farming-D16 French report ") .

On trouve des représentants :

- du lobby agro-productiviste : FNSEA, INAPG (Institut National Agronomique Paris Grignon), Sol et Civilisation, mais aussi la Sopexa (www.e-sopexa.com/francais/index.html ), une structure spécialisée dans…l'exportation des production agricoles françaises ! ; (Voir annexe)

- du CEPN qui regroupe EDF, Areva-Cogéma, l'Irsn (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) et le CEA (Commissariat à l'énergie atomique). Cf www.cepn.asso.fr

- de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) qui se prépare à cautionner la consommation de produits contaminés

- et bien sûr de l'État avec le ministère de l'agriculture mais aussi les ministères… de l'Intérieur et de la Défense, ce qui montre bien que l'affaire est importante… et sensible.


LES FRANÇAIS AU POUVOIR DANS LES ZONES CONTAMINEES PAR TCHERNOBYL

Mais, avant de lancer le programme Farming, et pour pouvoir "justifier" la mise à la consommation de produits contaminés, un long travail de désinformation a été mené dans les zones contaminées par la catastrophe de Tchernobyl. Problème : même si le nuage radioactif a traversé une grande partie de l'Europe, ce sont l'Ukraine et surtout la Biélorussie qui ont été les plus touchées.

Or, c'est en Europe de l'Ouest, que le lobby nucléaire est le plus puissant, en particulier en France avec EDF, la Cogéma (désormais composante du groupe Areva), le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), ou l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN).

Qu'à cela ne tienne : ces quatre puissantes structures sont unies dans le CEPN ("Centre d’étude sur l’évaluation de la protection dans le domaine nucléaire" ; www.cepn.asso.fr ) qui leur sert de véritable cheval de Troie pour s'imposer partout où leurs intérêts sont en jeu.

Le CEPN a ainsi mis en oeuvre, dans les zones contaminées par la catastrophe de Tchernobyl, des programmes (Ethos, Core) dont la finalité dépasse l'entendement : la meilleure défense étant l'attaque, le lobby nucléaire veut imposer dans l'opinion un certain nombre de contrevérités :

- les conséquences d'un désastre nucléaire seraient bien moins graves qu'on ne le pense généralement

- seule une petite zone géographique devrait être évacuée

- vivre en zone contaminée serait tout à fait possible

- consommer des produits contaminés ne serait pas dangereux (à condition tout de même de prendre quelques précautions !)

- la plupart des maladies dans les zones contaminées sont en réalité… psychosomatiques ! Elles ne seraient pas dues à la radioactivité mais à un choc psychologique post-catastrophe…

Sur ce dernier point, Francis Sorin, directeur du pôle information de la Société Française d’Energie Nucléaire (la SFEN, www.sfen.org , qui regroupe plusieurs milliers de cadres de l'industrie nucléaire), explique sans plaisanter le 4 décembre 2004 dans l'Yonne Républicaine : "L’accident a été un drame pour les populations résidentes avec l’apparition incontestable de pathologies notamment psychosomatiques avec troubles cardiaques, maladies digestives, anxiété." Affligeant.

LE ROLE DU LOBBY AGRO-PRODUCTIVISTE

Il est tout à fait intéressant de noter que le lobby agro-productiviste, en particulier le lobby des grands céréaliers français, est présent dès le lancement du programme Ethos, par l'intermédiaire de l’Institut National d’Agronomie de Paris-Grignon (INAPG), vite rejoint par l'association Sols et civilisation : "La deuxième phase du projet (2000-2001), co-financée par la Commission Européenne, le Ministère Suisse des Affaires Etrangères, l’Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire, l'association Sol et Civilisation, ainsi qu' Electricité de France et COGEMA" (www.cepn.asso.fr/fr/ethos.html ).

Sol et civilisation est une émanation des grandes structures agro-productivistes, fortement liée à la FNSEA. (voir ici : www.soletcivilisation.fr ). D'ailleurs, le programme Core a été rejoint par le groupe FERT (Formation, Épanouissement, Renouveau de la Terre), dirigée par Gérard de Caffarelli, ancien président de la FNSEA, et dont le Directeur du développement est un dénommé Michel Mollard, ingénieur Agronome à… l'INAPG.

Sur le site web www.fert.fr , on peut lire que "FERT s'appuie sur les ressources humaines du groupe Les Céréaliers de France (…) FERT confie la gestion technique des projets qu'elle appuie à sa filiale FERTILE, S.A. au capital de 7.500.000 FRF, principaux actionnaires : FERT, UNIGRAINS, Sol et Civilisation."

Ces riches structures imposent en France l'agriculture productiviste, extrêmement polluante, fortement subventionnée et exportatrice (entre autre au détriment des productions locales des pays du Sud). Elles ne cachent par ailleurs pas leur soutien aux OGM (voir annexe) dont la problématique est fortement comparable à celle du nucléaire.

Mais cette analogie ne suffit pas à expliquer que le lobby de l'agriculture productiviste prenne la peine (et l'argent) de financer et participer à différents programmes comme Ethos ou Core. Cet engagement semble clairement lié au problème de l'écoulement des productions agricoles contaminées en cas d'accident nucléaire en Europe de l'Ouest et particulièrement en France.

D'ailleurs, comme par hasard, Core décrète que l'on peut consommer des produits contaminés… à condition de prendre quelques précautions et surtout de nier les graves conséquences sur la santé de la contamination (ingestion de particules radioactives).

Ainsi, sur son site web, FERT valorise sa participation à Core "depuis 2001" et explique :"Le programme d'amélioration de la qualité radiologique et de l'économie de la production de pommes de terre dans les territoires contaminés (…) a permis de diffuser des techniques qui ont contribué à l'amélioration de la qualité radiologique de 25 à 30% et à un accroissement des rendements de 250%."

Bon appétit : vous reprendrez bien un peu de ces aliments contaminés à "seulement" 70%. Et vous en reprendrez bien 2,5 fois plus : c'est fou ce que ça pousse bien en zone contaminée ! Par ailleurs, sur le site web de l'IRSN on peut lire : "En Ukraine, sur la plus grande partie des territoires contaminés, les entreprises agricoles et les particuliers produisent des produits alimentaires conformes aux normes en vigueur depuis le 25 juin 1997 (pour le 137Cs : 100 Bq/l pour les produits laitiers, 200 Bq/kg pour la viande, 20 Bq/kg pour les pommes de terre et le pain)." (Voir annexe).

Le même texte explique que seuls 90 000 hectares sont exclus de toute production agricole alors qu'il y a au moins 8 millions d'hectares de terres contaminées. A peine 1% des terres contaminées sont donc exclues de production agricole. Voilà un rapport qui doit convenir aux grands producteurs agricoles dans l'hypothèse d'un accident nucléaire en France.



VIVEZ"HEUREUX"EN ZONE CONTAMINEE

Le Pr Bandajevski a mené des recherches en Biélorussie montrant les conséquences dramatiques de l'ingestion de produits contaminés (même faiblement) par le césium. Il a été condamné en juin 2001 à 8 ans de réclusion, ce qui n'empêche pas les membres du programme Core de coopérer "fructueusement" avec les autorités de la dictature Biélorusse. Notons encore que l'INAPG participe à Farming par l'intermédiaire de plusieurs responsables dont Henry Ollagnon… déjà engagé dans Core !

D'ailleurs, l'INAPG revendique la connexion entre ces différents programmes : "INAPG, contractor/ in charge of the French Farming group, was then relied on its experiences within the framework of the projects towards the "rehabilitation of the living conditions in the contaminated territories of Belarus following the accident of Tchernobyl" (projects Ethos 1 and 2, then project Core)" et avoue l'implication de la FNSEA, des grands producteurs de lait et du lobby nucléaire dont l'incontournable CEPN : "This process, for which the INAPG played the role of facilitor, joined together, in addition to the French farmers national association (FNSEA), the National Milk Producers Federation (FNPL), the Nuclear Protection Evaluation Centre (CEPN) and the Institute for Radiological Protection and Nuclear Safety (IRSN), ten institutes and technical national centers for agriculture."

Parallèlement au programme Farming, un autre programme est mis en oeuvre pour nous apprendre à vivre "normalement" en zones contaminées. Il s'agit de SAGE (Strategies And Guidance for establishing a practical radiation protection culture in Europe in case of long term radioactive contamination after a nuclear accident. En français : "Stratégies pour le développement d’une culture de protection radiologique pratique en Europe en cas de contamination radioactive a long terme suite a un accident nucléaire").

Sur le site Internet dédié (www.ec-sage.net), on peut lire "A l'issue du Projet Ethos, la Commission Européenne a reconnu l’intérêt d’engager une réflexion sur les conditions et les moyens d’application de la démarche pour l’Europe occidentale et, à cette fin, soutient le projet Sage. Ce dernier vise à élaborer un cadre stratégique pour le développement d’une culture de protection radiologique pratique en cas de contamination radioactive à long terme, aussi faible soit elle, suite à un accident nucléaire ou tout autre événement ayant entraîné une dispersion de radioactivité dans l’environnement."

 

D'ailleurs, nous ne devrions pas tarder à découvrir comment vivre heureux en zone contaminée puisque "Le CEPN organise les 14 et 15 Mars 2005 un séminaire européen intitulé "Surveillance radiologique et culture pratique de radioprotection pour les populations habitant dans les territoires contaminés à long terme", pour présenter les résultats du projet Sage"

Des "travaux pratiques" ont d'ores et déjà été mis en oeuvre, dans le département de l'Aube (voir ici : www.cc-pays-de-gex.fr/assoc/atsr-ri/c_grenoble/conf15.pdf ). Il faut dire que c'est un département quasiment colonisé par l'industrie nucléaire avec la centrale nucléaire de Nogent et surtout les sites de stockage des déchets nucléaires de Soulaines et de Morvilliers.

Extraits : "A la demande du Préfet de l’Aube, différents groupes de travail se sont intéressés aux conséquences et à la gestion d’un accident nucléaire fictif sur la centrale de Nogent-sur-Seine. Le groupe «Décontamination des sols et chaîne alimentaire», animé par la Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt et composé de représentants de la Direction Départementale des Services Vétérinaires, de la Chambre Départementale d’Agriculture et de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a analysé les conséquences d’un accident fictif sur l’agriculture locale afin d’élaborer des stratégies de gestion post-accidentelle des productions animales et végétales contaminées et de réhabilitation de l’espace agricole."

(Voir document complet en annexe).


LES INITIATEURS SE CACHENT DERRIERE LA "SOCIETE CIVILE"…

Le lobby nucléaire est à l'origine des programmes de désinformation "post-Tchernobyl", à commencer par le premier d'entre eux, Ethos. On peut d'ailleurs lire sur le site web du CEPN : "Le projet Ethos a été mis en oeuvre par une équipe de recherche impliquant quatre organismes scientifiques : le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire (CEPN), l’Institut National d’Agronomie de Paris-Grignon (INAPG), l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) et le groupe d’étude Mutadis (gestion sociale du risque) qui assurait la coordination scientifique."

(www.cepn.asso.fr/fr/ethos.html ).

Rapidement rejoint par le lobby agro-productiviste, le lobby nucléaire a inlassablement travaillé à l'intégration continue de nouveaux partenaires d'horizons divers (sociologues, associations, médecins, ONG, établissements scolaires, etc.).

Ainsi, peu à peu, Ethos et Core n'apparaissent plus comme l'émanation du lobby nucléaire mais comme des programmes pluridisciplinaires, humanitaires et humanistes. Le fin du fin a été atteint à partir de la fin 2004 : des conférences de présentation du programme Core sont maintenant animées par les seules associations ou organismes "de la société civile": le lobby nucléaire n'a même plus besoin de se déplacer ni d'apparaître, ce qui éveillerait légitimement les soupçons. Les documents diffusés comportent simplement, parmi une longue liste, le sigle CEPN dont presque personne ne sait qui il cache.

Ainsi, le 26 novembre 2004 à Bordeaux, une conférence intitulée "Tchernobyl et les villages oubliés" a été organisée et présentée par des associations participant au programme Core qui a été évoqué et vanté avec insistance, sans que jamais la responsabilité totale de l'industrie nucléaire, ni même sa présence dans ce programme ne soit évoquée. Cet "oubli" a été rectifié par des militants antinucléaires qui ont pu se rendre à cette conférence, mais on peut légitimement craindre que le subterfuge ne fonctionne en d'autres occasions.

Notons aussi le rôle que joue le ministère des affaires étrangères de Suisse, qui a intégré Ethos et Core et les subventionne : questionnés sur leur présence dans ces programmes, plusieurs associations et organismes jurent qu'ils sont invités et financés par ce ministère Suisse et qu'ils n'ont aucun lien avec le lobby nucléaire.

Pourtant, nous savons par exemple que "la deuxième phase du projet Ethos (2000-2001) a été cofinancée par la Commission Européenne, le Ministère Suisse des Affaires Etrangères, l’Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire, l'association Sol et Civilisation, ainsi qu'EDF et COGEMA." (cf www.cepn.asso.fr/fr/ethos.html ).

Ces différentes structures sont bel et bien unies dans la mise en oeuvre de leurs projets et il est un peu trop facile de ne prétendre être invité que par les Suisses. Enfin, le lobby nucléaire a atteint son objectif principal : il ne ressort jamais des programmes Core et Ethos, ne serait-ce que sous forme d'hypothèse, que la sortie du nucléaire serait un bon moyen pour éviter une nouvelle catastrophe nucléaire. Le discours qui est tenu est que, quoi que l'on en pense, le nucléaire est là et qu'il faut faire avec. Que le risque nucléaire est là et qu'il faut l'accepter. Que la catastrophe nucléaire est possible, voire probable… et donc qu'il faut s'y préparer !

 

FAUT-IL SE PREPARER À LA CATASTROPHE NUCLEAIRE ?

On nous dit que le danger est là et qu'il n'est pas inutile de se préparer au pire. A cette remarque qui peut sembler de bon sens, nous répondons plusieurs choses : - l'expérience montre que rien ne peut vraiment limiter les conséquences d'une catastrophe nucléaire.

La mise en oeuvre de programmes comme Sage et Farming pourra certainement sauver des intérêts économiques, industriels, politiques. Mais cela ne protègera en rien les populations. Que faire contre un nuage comme celui de Tchernobyl ?

- des questions fondamentales ne reçoivent jamais de réponse : à Tchernobyl, 800 000 liquidateurs se sont sacrifiés pour stopper la catastrophe. Qui ira si une nouvelle catastrophe nucléaire se produit ?

Par ailleurs, comment évacuer des millions de personnes ? Et où les évacuer ?

- les programmes de "réhabilitation" des zones contaminées reposent sur deux graves mensonges : d'abord, il existerait un seuil en dessous duquel une dose de radioactivité ne serait pas dangereuse. Or, un tel seuil n'a jamais été démontré. Ensuite, l'ingestion de particules radioactives, c'est-à-dire la contamination, ne serait pas particulièrement grave. Or, nous l'avons déjà mentionné, le Pr biélorusse Bandajewski a démontré exactement le contraire auprès des enfants vivant dans les zones contaminées.

Ces enfants sont atteints de maladies qui n'affectent normalement que des personnes âgées (foie, coeur, rhumatismes, etc.), leurs organes étant gravement endommagés par le césium ingéré.

- pire : il existe des dizaines de produits de fission contenus dans un nuage de type Tchernobyl.

On sait bien qu'ils sont radioactifs mais la plupart sont des éléments artificiels dont on ne connaît pas le

comportement chimique dans l'organisme et les effets en cas d'ingestion.

Pour le Césium, Bandjevski a commencé à montrer que les conséquences sont graves. Qu'en est-il de l'américium ? De l'actinium ? Du neptunium ? Etc. De fait, prétendre qu'on peut tolérer ces produits dans l'alimentation tant humaine qu'animale, même en quantité limités, sans en avoir mesuré les conséquences n'est ni plus ni moins qu'un crime. On pourrait même parler d'empoisonnement avec préméditation, comme dans l'affaire du sang contaminé.

- de fait, les distributions de pastilles d'iode sont dérisoires : elles ne protègent que de l'Iode radioactif – et encore, dans certaines conditions précises qui risquent bien de ne pas être respectées en situation de panique. Mais les pastilles d'iode ne protègent en rien de tous les autres produits. Pastilles ou non, les personnes situées à proximité de l'accident nucléaire mourront en quelques heures ou quelques jours, et de millions d'autres seront touchées. Les distributions de pastilles servent surtout à abuser les citoyens en leurs faisant croire qu'ils sont protégés.

- c'est la même chose pour les exercices et autres simulations d'accident qui sont ridicules : un nuage radioactif restera-t-il dans le périmètre de 10 kilomètres concerné par les exercices officiels alors que celui de Tchernobyl a, lui, traversé toute l'Europe… Il est clair que rien ne se passera comme prévu en cas de véritable catastrophe : les exercices ne peuvent reproduire les réactions de panique. La majorité des gens auront la réaction naturelle de tenter de s'échapper en voiture avec leur famille. Imaginez-vous dans un embouteillage gigantesque, et le nuage radioactif qui arrive...

- enfin, nous considérons qu'il est choquant, scandaleux, inhumain et criminel de se positionner dans l'hypothèse du désastre nucléaire. La seule chose sérieuse à faire est d'éviter par tous les moyens qu'un nouveau Tchernobyl ne se produise. Et la seule solution réelle est de fermer au plus vite toutes les installations nucléaires. Cela ne fera d'ailleurs pas disparaître tous les problèmes, en en particulier pas les déchets radioactifs, mais ce sera déjà un grand progrès pour la planète et pour l'humanité.

 

Conclusion

Dans les mois à venir, le lobby nucléaire va tenter d'imposer plusieurs projets indispensable à sa perpétuation : l'enfouissement des déchets nucléaires (à Bure dans la Meuse, pour imposer comme en Finlande l'idée que la question des déchets "haute activité vie longue" est réglée) ; un ou plusieurs réacteurs nucléaires EPR dont une tête de série à Flamanville (Basse-Normandie) ; une nouvelle usine de production du combustible nucléaire (usine Georges Besse 2, en remplacement de la première, vieillissante, située à Pierrelatte dans la Drôme).

Parallèlement, les centrales nucléaires actuelles sont vieillissantes alors que les budgets de maintenance subissent d'importantes restrictions budgétaires : les risques d'accident nucléaire, voire même

de catastrophe, n'ont jamais été aussi élevés. Le lobby nucléaire (Etat, multinationales comme EDF – ex service public – et Areva) est prêt à utiliser toutes les méthodes pour arriver à ses fins mais aussi pour survivre à un nouveau Tchernobyl. A l'approche du 20ème anniversaire de ce drame (26 avril 1986), les opérations de désinformations vont se succéder : les lobbies nucléaire et agro-productiviste ont d'immenses intérêts industriels et financiers à protéger.

Il revient aux citoyens de rétablir la vérité et d'organiser la résistance, en ne perdant pas de vue que le colosse nucléaire que nous avons face à nous a des pieds d'argile. En effet, à l'échelle mondiale, l'heure de vérité approche : plus le pétrole deviendra cher, et plus apparaîtra l'incapacité du nucléaire à représenter une alternative.

En effet, les réserves planétaires d'uranium – le combustible qui "nourrit" les réacteurs nucléaires – seront épuisées vers 2050, et bien plus tôt encore en cas d'augmentation du nombre de réacteurs nucléaires sur la planète. Aucun "miracle" ne permettra à l'industrie nucléaire d'éviter cette fin inéluctable : après l'échec criant de Superphénix, la filière du retraitement des déchets montre son incapacité à relever le défi… tout en démultipliant les risques.

Le nucléaire, manifestement incapable "sauver" l'humanité du réchauffement climatique et de la montée du prix du pétrole, doit redevenir aux yeux de l'opinion ce qu'il n'a jamais cessé d'être à nos yeux : une industrie injustifiable qui doit disparaître au plus vite.

 

Stéphane Lhomme – Février 2005

(Stéphane Lhomme est aujourd'hui Président de l'Observatoire du nucléaire)

 



ANNEXES


Annexe 1 : Écouler des productions agricoles contaminées

a) Le groupe "Les céréaliers de France"

 

(..)



Annexe 1 : Ecouler des productions agricoles contaminées
b) Ce qu'en dit l'IRSN

www.irsn.org/vf/05_inf/05_inf_1dossiers/05_inf_17_tcherno/pdf/Tcherno17_chap3.pdf

 

(..)


Annexe 1 : Ecouler des productions agricoles contaminées

c) Le programme Farming

 

(..)

 

 

Annexe 1 :

Ecouler des productions agricoles contaminées
d) Premiers entraînements en France, dans l'Aube

www.cc-pays-de-gex.fr/assoc/atsr-ri/c_grenoble/conf15.pdf

 

(..)

 

 

Annexe 2:

Comment le lobby nucléaire "démontre" qu'il est somme toute possible de bien vivre en zone contaminée

a) Le projet ETHOS en Biélorussie (1996–2001)

www.cepn.asso.fr/fr/ethos.html

 

Présentation officielle :

Le projet européen ETHOS avait pour but d'améliorer durablement les conditions de vie des habitants des villages dont la vie quotidienne a été fortement affectée par la présence à long terme de contamination radioactive à la suite de l’accident de Tchernobyl. Il s’agissait d’une nouvelle démarche pluridisciplinaire basée sur une implication forte de la population dans l’évaluation et la gestion du risque radiologique en concertation avec les autorités locales, régionales et nationales et des experts biélorusses.

Le projet ETHOS a été mis en oeuvre par une équipe de recherche impliquant quatre organismes scientifiques :
le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire – CEPN (radioprotection, économie),
l’Institut National d’Agronomie de Paris-Grignon – INAPG (agronomie, gestion patrimoniale),
l’Université de Technologie de Compiègne – UTC (communication, sécurité)
et le groupe d’étude Mutadis (gestion sociale du risque) qui assurait la coordination scientifique.
Dans une première phase (1996-1998), financée par la Commission Européenne, la démarche ETHOS a été mise en oeuvre dans le village d’Olmany (District de Stolyn), situé au sud-est de la Biélorussie, à 200 km environ de Tchernobyl.

Des améliorations très significatives des conditions de vie, notamment sur le plan de la protection radiologique et de la qualité des productions agricoles privées, ont été obtenues grâce à une forte implication de la population du village. Le projet a créé les conditions d’une prise en charge de la protection radiologique des enfants par les mères de famille et a permis le développement d’une culture radiologique pratique en lien avec les activités de la vie quotidienne au village. La diffusion de cette culture a été parallèlement réalisée par l’école du village dans le cadre de modules pédagogiques pratiques.

Cette première phase ayant démontré la faisabilité à l’échelle d’un village d’une implication active de la population dans le processus de réhabilitation des conditions de vie, les autorités biélorusses (locales et nationales) ont souhaité que soient étudiées les conditions d’une diffusion de cette démarche basée sur un transfert d’expérience et de méthodologie vers l’administration locale biélorusse opérant dans les territoires contaminés. Au cours de l’année 1999, un nouveau projet a été préparé en collaboration avec les autorités biélorusses pour étendre la démarche ETHOS à l’échelle du district de Stolyn.

La deuxième phase du projet (2000-2001), co-financée par la Commission Européenne, le Ministère Suisse des Affaires Etrangères, l’Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire, l'association Sol et Civilisation, ainsi qu'Electricité de France et COGEMA, s'est déroulée dans 5 villages du District de Stolyn (90 000 habitants) en coopération avec des instituts scientifiques biélorusses : le Centre Régional de Pinsk pour la Recherche sur la Réhabilitation Radiologique, l'Institut de Recherche Biélorusse en Science des Sols et en Agrochimie et l'Université de Brest-Livostk. (…)

Le projet ETHOS s'est achevée par l’organisation d’un Séminaire International les 15 et 16 novembre 2001 à Stolyn en présence des autorités nationales biélorusses et de nombreuses organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales. Les objectifs du séminaire étaient de présenter les résultats du projet et de discuter les enjeux d'une réhabilitation durable des territoires contaminés et de la prise en charge des problèmes sanitaires qui restent une préoccupation majeure de la population.

En effet le projet a montré que la protection radiologique est un objectif qui ne peut être atteint isolément des autres dimensions d'une amélioration globale des conditions de vie des territoires qui sont affectés par une forte crise économique. La qualité radiologique n'a de sens que dans un contexte de redéploiement de la qualité de vie et de prise en charge de la santé.

Les 150 participants du Séminaire ont adopté une déclaration qui recommande aux organisations internationales de poursuivre la coopération avec les autorités locales et nationales et les instituts scientifiques biélorusses dans le cadre de nouveaux projets visant à favoriser le développement économique durable et la réhabilitation radiologique des territoires contaminés et tenant compte de l'expérience du Projet ETHOS.



Annexe 2 :

Comment le lobby nucléaire "démontre" qu'il est Somme toute possible de bien vivre en zone contaminée

b) Le projet CORE en Biélorussie


b1) La propagande :

CORE : coopérer pour réhabiliter et améliorer les conditions de vie dans les territoires contaminés

« Le programme CORE s’inscrit dans la continuité du projet ETHOS qui, reposant sur une démarche pluridisciplinaire et participative, a permis d’améliorer la situation radiologique d’un, puis de cinq villages du district de Stolyn. Il repose sur une déclaration de principe qui souligne la nécessité d’une prise en charge globale du problème de la contamination et fixe comme objectif d’améliorer durablement les conditions de vie des habitants de 4 districts : Stolyn, Tchetchersk, Slavgorod et Braguin.

En janvier 2004, 23 parties prenantes, institutions, autorités, organisations non gouvernementales, avaient approuvé cette déclaration, autorisant pour la première fois la mise en place d’une gouvernance locale, nationale et internationale pour la réhabilitation des conditions de vie. » (www.patrimsf.org/brochure%20CORE.pdf )

 

b2) la réalité de CORE :

Extrait d'un texte de Wladimir Tchertkoff, secrétaire de l'Association "Les enfants de Tchernobyl-Belarus" - 18 juin 2003

« Que veut dire concrètement REHABILITATION d'un territoire imbibé de césium137 ? Quelle peut être la liberté de CHOIX alors qu'on est contraint de continuer à vivre dans un tel territoire ? Choix entre quoi et quoi ? Les choix concrets de "réhabilitation", effectués par CORE et financés par les contribuables européens, ne constituent-ils pas une prédétermination et un conditionnement en amont des choix de la population ?

En 1998, ETHOS publie un album poétique de photos en couleurs sur papier glacé, montrant des paysans intemporels aux prises avec un "monde nouveau". Sa publication de propagande se termine par cette phrase : "...vivre sous Tchernobyl, c'est réapprendre à vivre, à vivre autrement, intégrer au quotidien la présence de la radioactivité comme composante nouvelle de l'existence...".

En 1958, l'OMS écrivait déjà que : "... du point de vue de la santé mentale, la solution la plus satisfaisante pour l'avenir des utilisations pacifiques de l'énergie atomique serait de voir monter une nouvelle génération qui aurait appris à s'accommoder de l'ignorance et de l'incertitude..." [Rapport Oms N°151, 1958]

En effet, la censure des travaux scientifiques de la Faculté de médecine de Gomel, dirigée par le Recteur Bandazhevsky et de l'Institut indépendant "Belrad" du Professeur Nesterenko, alliée à cette gestion virtuelle des conséquences de "l'accident", financée par l'Union Européenne, garantit "l'ignorance et l'incertitude" dans un monde nouveau, c'est à dire un monde auquel on est condamné, auquel on devra "s'accommoder"… »

 

Annexe 2 :

Comment le lobby nucléaire "démontre" qu'il est somme toute possible de bien vivre en zone contaminée

  1. le programme SAGE : application à l'Europe de l'Ouest en cas de catastrophe

Présentation officielle - www.ec-sage.net/D03_01.pdf

 

SAGE - Stratégies pour le développement d’une culture de protection radiologique pratique en Europe en cas de contamination radioactive a long terme suite à un accident nucléaire


Introduction - Le projet ETHOS en Biélorussie (1996-2001) [1], soutenu par la Commission Européenne, a montré que la capacité de la population et des professionnels locaux à s’impliquer dans la gestion quotidienne des problèmes soulevés par la contamination radioactive de l’environnement, était une condition nécessaire dans le processus de réhabilitation et de redéploiement, à long terme, des territoires affectés. (…)

Le concept de « culture de protection radiologique pratique » repose d’une part, sur quelques savoirs élémentaires concernant les différents mécanismes à travers lesquels les personnes se trouvent exposées à une contamination de l’environnement et, d’autre part, sur un accès direct à des moyens pratiques de mesure de la contamination des produits alimentaires et du corps humain.

Cela nécessite la mise en place d’une infrastructure spécifique de moyens de mesure et de diffusion de « l’information radiologique », en lien direct avec le système de santé et d’éducation. Pour être fiable et crédible au sein de la population, et reconnue légitime aux niveaux local, national et international, cette infrastructure doit s’appuyer sur une expertise pluraliste, à travers une contribution complémentaire d’organismes gouvernementaux et non gouvernementaux.

 

Le projet SAGE - A l'issue du Projet ETHOS, la Commission Européenne a reconnu l’intérêt d’engager une réflexion sur les conditions et les moyens d’application de la démarche pour l’Europe occidentale et, à cette fin, soutient le projet SAGE. Ce dernier vise à élaborer un cadre stratégique pour le développement d’une culture de protection radiologique pratique en cas de contamination radioactive à long terme, aussi faible soit elle, suite à un accident nucléaire ou tout autre événement ayant entraîné une dispersion de radioactivité dans l’environnement.

Ce projet constitue une plate-forme d’échange et de réflexion dans le domaine du suivi de la situation radiologique d'une population devant vivre dans un territoire contaminé durablement. Démarré en novembre 2002 pour une durée de deux ans et demi, il est coordonné par le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire – CEPN.

Il réunit en outre deux instituts d’Europe occidentale : le « Forschunzszentrum für Umwelt und Gesundheit » - GSF en Allemagne et le « National Radiological Protection Board » - NRPB au Royaume Uni, ainsi que deux instituts biélorusses : le « Brest Branch of the Research Institute of Radiology » - BB RIR et le « Belarussian Institute of Radiation Safety » BELRAD. L’Institut de radioprotection et sûreté nucléaire - IRSN - (France) et le Comité Tchernobyl (Biélorussie) ont exprimé leur volonté de s’engager dans le projet.

 

Un guide à l’usage des professionnels de la santé - Concrètement, l’objectif du projet SAGE est de réaliser un guide pratique destiné en premier lieu aux professionnels de la santé susceptibles d’être sollicités en cas de situation post-accidentelle. (…) Une synthèse de l’expérience acquise dans ce domaine au cours des 17 années qui ont suivi l’accident de Tchernobyl, notamment en ce qui concerne l’implication de la population et des professionnels locaux dans la gestion, au quotidien, de la situation radiologique dans les territoires contaminés, est réalisée. Ces synthèses serviront à l’élaboration d’une version préliminaire du guide, présentant les principes généraux d’un système opérationnel de mesure radiologique et d’information des professionnels de la santé et de la population. (…)

Références - [1] HERIARD DUBREUIL G. et al, The ETHOS project in Belarus, Rapport final, 2000.

[2] Site CEPN - www.cepn.asso.fr

 

Annexe 3 -
Le CEPN : Centre d’étude sur l’évaluation de la protection dans le domaine nucléaire

Présentation officielle sur www.cepn.asso.fr/fr/present.html :

"Le CEPN est une association à but non lucratif créée en 1976 pour constituer un pôle de recherche et d'études dans les domaines de l'évaluation des risques pour la santé et l'environnement associés au cycle électronucléaire et l'optimisation de la protection radiologique."

 

Les membres actuels du CEPN sont au nombre de quatre :

- Electricité de France (EDF),

- Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN)

- Commissariat à l'Energie Atomique (CEA )

- Compagnie Générales des Matières Nucléaires (COGEMA)

 

(..)

Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 07:02

 

Nucl%25C3%25A9aire.jpg
La modernité - http://lavoixduveilleur.blogspot.com/

 

Eva et le nucléaire

par eva R-sistons

 

 

Le nucléaire ! Militante au PS, je m'étais la première saisie du dossier, dans ma Fédération. Je ne suis pas une scientifique, mais d'instinct, je sentais qu'il fallait se méfier de cette technique. Comme vous le savez, adolescente on m'avait baptisée "la force vitale de Bergson" tant j'avais, déjà, des forces de vie en moi, une vitalité extaordinaire. Or, pour moi, le nucléaire sentait la mort.

 

On m'avait donc confié au PS le soin de faire un long exposé sur le sujet, à partir de documents compilés. Il faut dire qu'à l'époque, cette technique avait suscité pas mal d'espoirs, et la même année je me suis présentée aux Municipales comme tête de liste PS en tandem avec un camarade du PC lui-même ingénieur... nucléaire. C'est donc devant un auditoire plus favorable que moi au nucléaire, que j'ai pris la parole. Et ce dont je me souviens, justement, c'est d'avoir dit : "Vous pouvez défendre cette technique, mais quand même, que se passera-t-il en cas de catastrophe climatique, ou de guerre, ou d'attentat ? Difficile de prévoir le pire, me semble-t-il... Quant au surgénérateur, c'est de la folie !"

 

Le temps a passé. Le seul fait de songer au stockage des déchets nucléaires  continuait à me donner des frayeurs. Et Mourmansk ? Etc, etc...

 

Deuxième flash, Tchernobyl. J'étais à l'époque journaliste à Strasbourg, et un chercheur du CNRS m'avait contactée pour me signaler un taux de radioactivité anormal. J'ai contacté le Rédacteur en Chef, qui n'a pas donné suite.  Comme chacun sait, le nuage pestilentiel s'est arrêté à la frontière franco-allemande. Et dire qu'on a supprimé les douaniers !

 

Par précaution, j'ai voulu me procurer des comprimés d'iode, en prévision de la guerre contre l'Iran, voici deux ans. Impossible ! Réservé aux femmes enceintes et aux enfants, sur ordonnance. J'ai fini par trouver une pharmacie complaisante, qui m'a vendu un stock de poudre, de quoi faire le bonheur de plusieurs centaines de personnes. Comment s'en servir ? C'est une autre affaire...

 

"Ils" nous empoisonnent, et on n'a pas le droit de se soigner.  Vous avez dit programme de dépopulation ?

 

Et je reviens à mon dada concernant le nucléaire : Le terrorisme. Vous savez, celui qu'on nous brandit quotidiennement. Islamique, bien sûr, surtout pas d'Etat ! En tous cas, compte tenu de la sagesse de notre Président, prêt à guerroyer partout, on peut s'attendre, un jour, à recevoir la monnaie de notre pièce ou plutôt de nos bombardements. Et là, fiesta ! Pour nous, en tous cas. Sarkozy trouvera bien une Arche de Noë quelque part...

 

Reste une menace qu'on n'aime pas évoquer : La privatisation progressive de notre industrie nucléaire. Economies garanties, même sur la sécurité, profit oblige... Si on échappe aux représailles des victimes que nous faisons un peu partout, soyons sûrs qu'un jour ou l'autre, nous subirons les conséquences de notre imprévoyance juteuse (pour les apprentis-sorciers et les profiteurs en tous genres).

 

Il faut impérativement arrêter les centrales les plus anciennes. Et les privatisations en cours. Pour commencer...

 

En sachant qu'il y aura toujours un fossé entre les paroles rassurantes et la réalité !

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com 

 

 

 

 

 

Catastrophe nucléaire au Japon
Les communiqués de l'Observatoire du nucléaire


 17 mars 2011 :
Un document exceptionnel :

 La malbouffe radioactive


http://observ.nucleaire.free.fr/La%20malbouffe%20radioactive.pdf


"Comment on nous prépare à consommer des aliments contaminés en cas d'accident nucléaire en France"


Révélations - Nucléaire :


 

EDF a falsifié des données sismiques pour économiser sur la sûreté


Observatoire du nucléaire- Communiqué du mercredi 16 mars 2011

http://observ.nucleaire.free.fr/falsification.htm

  

A lire aussi sur www.next-up.org :
http://www.next-up.org/France/EDF.php#1

 


 

Les données sont accablantes pour 32 des 58 réacteurs français

   
Les documents : 

 
 

  • EDF a imposé ses vues à l'Autorité de sûreté par du lobbying :

  ICI : http://lobying-edf-risque-sismique-nucleaire.pdf/

  • EDF a ainsi économisé 1,9 milliards de remise à niveau de ses centrales :

 

ICI http://cout-travaux-centrales-seismes.jpg/



 

 L'Observatoire du nucléaire révèle un véritable scandale : en 2003 (la situation est restée la même depuis), EDF a falsifié des données sismiques afin de s’éviter des travaux onéreux… et pourtant indispensables pour la sûreté des centrales nucléaires.

 

 Il faut savoir que, si le risque sismique est moindre en France qu'au Japon, la résistance des centrales françaises est, elle aussi, moindre... donc le danger est le même. Chaque centrale est théoriquement dimensionnée par rapport au risque sismique qui la concerne. Nous disons bien "théoriquement"...


 

En effet, par un courrier du 17 juin 2003, diffusé aujourd'hui par l'Observatoire du nucléaire, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a couvert EDF en lui donnant raison contre l’avis des experts de l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), tenus au silence.



   Les données sont accablantes et concernent 32

des 58 réacteurs français :

 


   - Chinon (Indre et Loire) : EDF a baissé d’office la valeur de l’intensité des séismes de référence. Il s’agit là d’une falsification aussi incroyable que grossière.


   - Belleville (Cher) : EDF s’est autorisée à prendre comme référence un séisme datant de 1079 pour lequel il existe très peu de données, écartant le séisme de référence (de 1933) qui impliquait des mesures plus contraignantes.

   - Blayais (Gironde) : les chiffres d’EDF sont trois fois moins contraignants que ceux de l’IRSN. Or André-Claude

Lacoste, directeur de l’Autorité de sûreté nucléaire donne raison à EDF sans se justifier. Idem pour Saint-Laurent des Eaux (Loir-et-Cher)


   - Plus généralement, EDF a redéfini à sa manière les zones sismiques afin de ne pas avoir à tenir compte de certains séismes.

 

   - Les centrales de Dampierre (Loiret), Bugey (Ain), Fessenheim (Haut-Rhin), Civaux (Vienne), Saint-Alban (Isère), Golfech (Tarn-et-Garonne), Nogent (Aube) et Chooz (Ardennes) également mises en cause.


    

Les documents que nous publions montrent que c'est par des actions de "lobbying" et de "contre-feux" ( http://lobying-edf-risque-sismique-nucleaire.pdf/ ) que EDF a pu contraindre l'ASN à lui donner raison au détriment des ingénieurs de l'IRSN.

   C'est ainsi que EDF a économisé 1,9 milliards d'euros de travaux (http://cout-travaux-centrales-seismes.jpg/ ) de remise à niveau de ses centrales nucléaires par rapport au risque sismique, travaux qui auraient été obligatoires si les chiffres de l'IRSN avaient été pris en compte.

   Ironie de l'Histoire, au moment où cette affaire a été étouffée par l'Autorité de sûreté française (en 2003), 15 réacteurs nucléaires japonais étaient

fermés administrativement

suite à la falsification par l'électricien TEPCO (propriétaire des réacteurs actuellement en perdition à Fukushima) de documents concernant la sûreté.


Il aurait fallu en faire de même, c'est à dire fermer au moins 32 réacteurs en France...

Il en est encore temps !

 


http://observ.nucleaire.free.fr/

 

.

 

 

tchernobyl-nuage.gif

 

On sait enfin aujourd'hui

ce que l'on a ingurgité avec Tchernobyl ! 

C'est édifiant.

Voici la cartographie exacte heure par heure

 

 

 

Le lien ci-dessous vous permettra de vous faire une idée assez réaliste de ce qui nous est tombé dessus en ce printemps-là. Vous vous rappelez : le fameux nuage qui n'avait pas franchi nos frontière.   Très impressionnant

 

(cliquez sur le petit triangle blanc en bas a gauche du rectangle noir pour lancer l'animation)


 

 http://www.irsn.fr/FR/popup/Pages/tchernobyl_animation_nuage2.aspx

 

 

 

Pourquoi et comment on nous prépare à la catastrophe nucléaire
Pierre Péguin,
pour l'Observatoire du nucléaire - Décembre 2010

 

La centrale nucléaire de Tchernobyl après l'explosion de l'un des 4 réacteurs en 1986. Document Chernobyl.com.

Aspect alarmant des installations du réacteur N°.4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl quelques semaines après l'explosion du 26 avril 1986. La photographie a été prise durant les interventions des liquidateurs. Document AP.

http://www.astrosurf.com/luxorion/tchernobyl.htm


La centrale nucléaire de Tchernobyl a connu en 1986 une catastrophe dont les conséquences, loin de s'estomper, s'aggravent au fil du temps...
 

Autrefois le nucléaire était « sûr ». Pourtant, dès 88, un responsable de la sécurité à EDF, Pierre Tanguy, avait pu dire en colloque qu'on ne pouvait exclure un accident nucléaire dans les 10 ou 20 ans.

Quant au réacteur dit de 3ème génération, l'EPR, qui a été présenté comme « plus sûr », l'actualité en a montré qu'il n'en était rien : conception remise en cause à l'étranger, secret défense concernant la vulnérabilité à la chute d'avion de ligne
(cf http://reacteur.epr.free.fr ).
Depuis quelques temps, le discours change et, visiblement, on cherche à nous préparer à l'éventualité d'une catastrophe nucléaire.
Avec le vieillissement des réacteurs et des centres nucléaires, avec le risque sismique et le risque terroriste, avec la précarité des travailleurs chargés de la maintenance et la réduction des budgets qui y sont affectés (rentabilité oblige), la probabilité que nous soyons un jour confronté à un grave accident nucléaire en France ou en Europe de l'ouest augmente.
 
Et pourquoi faut-il nous y préparer? Il ne s'agit pas, comme on pourrait l'espérer, de mieux protéger la population : pour cela le mieux est de s'engager vers une sortie au plus vite du nucléaire. Il s'agit en réalité de sauver à tout prix l'industrie nucléaire au nom de la raison d'Etat.
Les nucléocrates n'oublient pas que la catastrophe de Three Miles Island en 1979 a stoppé tous les projets nucléaires au U.S. jusqu'à maintenant ; et celle de Tchernobyl en 86 a porté un coup dur à l'extension du nucléaire civil partout dans le monde. Il faut aussi éviter d'avoir à assurer de grandes migrations de populations affolées, qu'on ne saurait pas de toutes façons accueillir ailleurs. On verra qu'il s'agit aussi de protéger l'agriculture industrielle dont les productions devront continuer à être consommées et exportées, même en étant contaminées.
 
Et comment nous y préparer, tout d'abord en faisant accepter ce risque par l'opinion.
Et c'est le bureau d'études Mutadis Consultant qui travaille activement pour le lobby depuis 91 qui a défini des stratégies pour cela.
- rendre le nucléaire indispensable : s'il nous est impossible de nous en passer, et bien on en accepte de fait le risque. Et pour qu'on ne puisse pas s'en passer, il faut qu'il n'y ait pas d'alternatives. Voilà pourquoi en France nous n'avons pas de politique réelle d'économie d'électricité, ni même d'énergie : on freine le développement du solaire et de l'éolien, soutenu en cela par des associations souvent menées par des anciens du nucléaire, et on développe de nouveaux débouchés pour l'électricité (chauffage électrique qui continue à équiper les ¾ des logements neufs, pompes à chaleur à « géothermie » ou pas, climatisations, voitures électriques etc.). Cette stratégie a réussi : la majorité de la population croit que, sans le nucléaire, nous reviendrions à la bougie et aux cavernes.
 
- imposer l'idée que vivre en zone contaminée est possible. Pour cela la France, soutenue par la Commission européenne, a lancé des études en zones contaminées par Tchernobyl, études dont l'objet officiel est d'améliorer les conditions de vie dans ces zones, études menées par Mutadis avec le soutien de ministères, de structures agricoles françaises, de l'université de Compiègne, avec un financement de l'état, de l'Europe. Le but est de montrer la possibilité de vivre en zone contaminée en "responsabilisant" les habitants, en prenant des "précautions" : ainsi la responsabilité n'est plus collective mais devient individuelle...

Cela  a été effectué par des programmes nommés « Ethos », « Core », « Sage », depuis 96, initiés par le lobby nucléaire français (CEPN, Centre d'études sur l'évaluation de la protection) et dont je passerai le détail, mais qu'on retrouve sur Internet et dans l'ouvrage de Stéphane Lhomme « L'insécurité nucléaire » (cf http://tchernobyl.en.france.free.fr ). Ils permettent de prétendre que sur une grande partie des territoires contaminés, on se trouve en-dessous des normes admissibles (normes qu'il suffit de relever), et que la vie y est possible.
L'un de ces programmes est étonnant : FARMING (food and agricultur restoration management), financé par la Commission Européenne, étudie en cas de catastrophe la gestion des produits alimentaires et le retour à la production agricole. On y retrouve les structures de l'agriculture industrielle, l'Institut national Agronomique de Paris-Grignon, et même Sopexa qui gère l'exportation des produits agricoles. Donc non seulement on nous prépare à consommer des produits contaminés, mais aussi à en exporter...
 
Ces études ignorent superbement les victimes de Tchernobyl, dont le nombre a été ramené à 58 décès, toutes les autres étant d'origine... psychosomatiques (c'est la peur du nucléaire qui en engendrerait des dégâts !). Elles nient que les faibles doses de radioactivité puissent avoir un impact sur la santé.  Or, si 120 000 personnes ont été évacuées dans un périmètre de 30 km autour de la centrale, près de 9 millions de personnes vivent toujours en zone contaminée, l'équivalent d'un tiers de la France, essentiellement en Biélorussie. Quant au sort des 500 000 « liquidateurs », dont beaucoup sont morts et la plupart des survivants invalides, il n'en est pas question...
 
Mais des études indépendantes sont gênantes pour le lobby nucléaire : celles de Youri Bandazhevski ont montré que les enfants qui présentent les anomalies les plus graves sont contaminés au Césium 137 provenant de la catastrophe de Tchernobyl. Nombre d'entre eux ont des maladies "de vieux" (la consommation de peptine pouvant néanmoins entraîner un soulagement). Pour mettre un terme à ce travail, l'état autocratique biélorusse, avec qui nos experts collaborent sans problèmes, et qui ne peut pas de toutes façons gérer une telle catastrophe, a incarcéré cette personnalité gênante pendant plusieurs années pour une supposée « corruption ».
Quant à Vassili Nesterenko, son institut Belrad, soutenu par des personnalités comme le Pr Fernex et Y. Lenoir, est asphyxié financièrement et sa survie ne dépend que de notre générosité. C'est le dernier rempart d'information indépendante sur les dégâts de Tchernobyl.
 
L'état militaire aussi se prépare au pire :
que se passera-t-il après une catastrophe nucléaire ? D'après l'arrêté du 24 juillet 2003 et le décret du 8 septembre 2003, la responsabilité de la gestion de la crise incombera à l'armée qui canalisera et bloquera les flux de population à qui on recommandera de rester à l'interne des bâtiments, de ne pas les quitter sans autorisation, et de même pas aller chercher les enfants à l'école.
L'armée aura à museler et  neutraliser les militants "alarmistes" à qui on ne fera pas croire que la distribution de pastilles d'iode nous protègera de la contamination. Qui peut croire que la Criirad pourra poursuivre son travail d'information aussi bien en direction de la population que des liquidateurs ?
Les textes prévoient que ceux-ci pourront recevoir 100 microsieverts de rayonnement (soit 500 morts probables sur 100000 personnes). Mais qui vérifiera que devant l'urgence et la panique on ne leur fera pas prendre bien plus ?

Si un slogan déjà ancien disait "Société nucléaire- société policière". On peut y ajouter "Société militaire".
Comment après toutes ces considérations ne pas vouloir stopper le nucléaire ?
 
Pierre Péguin, décembre 2010.

 

pectines
http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/paroi/pectines.htm

 

Les pectines

 

 

Le Vitapect est une boisson à base de pomme déshydratée vitaminée. Le matériau brut est constitué de pulpes compressées et séchées, sous produit de l’extraction industrielle du jus de pomme. Il est constitué de poudre de pectine et d’un mélange de 7 vitamines et de 3 micro-éléments (K, Zn, Se)

  La particularité importante des préparations de pectine est de permettre l’élimination des radionucléides et des métaux lourds de l’organisme.

- En 1980 – 1981, le Comité d’experts pour les additifs alimentaires des Nations Unies a effectué des tests de pectines et a conclu (publication N° 16 datée de 1981) que les pectines ne sont pas toxiques, n’ont pas d’effets secondaires et peuvent être administrées tous les jours.


  L’essai en double aveugle de l’efficacité de la pectine (lorsque les enfants consomment des aliments non contaminés) effectué au sanatorium « Serebryanye Klyuchi » en 2001 a montré que la prise de Vitapect-2 pendant 21 jours à la dose de 2 fois 10g/jour permettait de réduire les taux internes de Césium 137 de 63,7 %, la prise de placebo de 13% seulement.

 

- De 2001 à 2003, dans le cadre d’un projet international *, des cycles de mesures ont été effectués  sur 1400 enfants dans 10 écoles (enfants de 13 villages) du district de Narovlya.

  Ils ont reçu du Vitapect-2 5 fois et on a mesuré leur taux de Césium 137 par comptage de la radioactivité du corps entier (WBC) avant et après la prise. Le taux de Césium a été réduit de 3 à 5 fois.

 

- En 2006, le Ministère de la Santé du Bélarus a donné l’autorisation de mise sur le marché du Vitapect sous forme de poudre et de tablettes.

- Au début de 2007, le résultat des tests du département des Brevets du Bélarus a permis le dépôt de 2 brevets pour le Vitapect sous forme de poudre et de tablettes au bénéfice de l’Institut « Belrad ».

 

- En 2005, l’Institut « Belrad », en collaboration avec l’Université Technologique du Bélarus, a fabriqué un moulin mélangeur (PKD-1) qui a été installé au rez-de-chaussée de la Maison de Belrad. (fig 1).. 

 

 

http://jpbachy.free.fr/Vitapect.htm

http://dictionnaire.sensagent.com/pectine/fr-fr/


Les pectines permettent l'élimination des métaux lourds radioactifs.

 

Notes et références

 

  1. Flavour release from pectin gels: Effects of texture, molecular interactions and aroma compounds diffusion (REGA Barbara ; GUICHARD Elisabeth ; VOILLEY Andrée, in Sciences des aliments,2002, vol. 22, no3, pp. 235-248, 14 p. ISSN 0240-8813, (anglais) Fiche Inist
  2. Directeur de l'institut indépendant de Radioprotection Belrad
  3. Article de Libération, du 8 mai 2004
  4. V.B. Nesterenko et al, Reducing the 137Cs-load in the organism of « Chernobyl » children with apple-pectin, Swiss Med wkly, 134 (2004) p. 24
  5. Bandazhevsky Y.I. Chronic Csl37 incorporation in children's organs, SMW 133: 488-490, 2004 www.SMW.ch / Bandajevsky Y.I. & Bandajevskaya G. revue de cardiologie française CARDINALE Tome XV, No 8 p 40-43, oct. 2003.
  6. Association pour le Contrôle de la Radioactivité de l'Ouest, Laboratoire indépendant d'analyse de la radioactivité
  7. Page de l'ACRO consacrée à la pectine(dec 2004)
  8. Fiche Inist ; Mise en évidence d'une évidence d'une activité pectine-lyase chez Bacillus subtilis (Pectin-lyase activity in Bacillus subtilis), Comptes rendus de l'Académie des sciences)
  9. Fiche Inist concernant une étude de l'université de Rouen

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 03:13

Entre deux tempêtes et un équinoxe (ce week-end),

je fonctionne au ralenti.

J'ai alimenté mon blog sos-crise,

voici une sélection de contre-infos.

Merci de votre compréhension,

cordialement, eva

 

 

 

 

 

 

Lire aussi :

 

Aux Etats-Unis, le Net plus consulté que la presse écrite

http://www.metrofrance.com/info/aux-etats-unis-le-net-plus-consulte-que-la-presse-ecrite/mkco!x0HjwyIly2Pw/

 

 

A lire également :

 

 

DOSSIER : Catastrophe au Japon et les dangers du nucléaire

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23766

 

 


Ignacio Ramonet. L'Explosion du journalisme.

Des médias de masse à la masse des médias.
par Bernard GENSANE

Dans ce livre précis, très argumenté, bourré de références, l'ancien
directeur du Monde Diplomatique analyse le changement en profondeur de ce
qu'il appelle « l'écosystème médiatique » et la fin vraisemblablement
inéluctable d'une grande partie de la presse écrite, les quotidiens en
particulier. Ramonet consacre de nombreuses pages à la nature de
l'information à l'ère du Web 2.0 Circulant à la vitesse de la lumière, elle
s'inscrit dans un (...)

http://www.legrandsoir.info/Ignacio-Ramonet-L-Explosion-du-journalisme-Des-medias-de-masse-a-la-masse-des-medias.html

 

 

 

 

 

France Info -

 

 

 

Investig'Action - michelcollon.info

GUERRE HUMANITAIRE EN LIBYE ?
Vers une nouvelle "guerre juste et humanitaire" pour s'emparer des richesses d'un peuple - Rodrigue K. Kpogli

"L'Occident ne roule jamais pour les autres, ni pour des idées abstraites comme la liberté, la démocratie ou la justice"

Lybie : Nous refait-on le coup du Kosovo ? - Diana Johnstone
Propagande, diabolisation, prétexte humanitaire... L'Histoire se répète-t-elle?

Chavez et Kadhafi : despotisme ou diplomatie ? - Guadalupe Saenz
"Les évènements en Lybie vus depuis la fenêtre de chez moi...à Caracas "

Ne pas hurler avec les loups - JPD
Mission civilisatrice ou intervention humanitaire? L'impérialisme et ses synonymes conventionnels

BURKINA FIASCO
Comme un ras le bol social qui résonne dans toute l'Afrique : Blaise Compaoré, dégage ! - P. Imbach, Zinaba A. Rasmane
Du fait divers à la révolte: pourquoi le Burkina Faso s'embrase-t-il?

Burkina Faso : La France doit cesser de soutenir un dictateur face à la révolte de son peuple ! - Survie
La théorie française de la stabilité, consistant à soutenir des dictateurs: une impasse stratégique et un crime politique

CATASTROPHE AU JAPON
Le Japon, le nucléaire et nous - Jean-Marie Matagne
"Le nucléaire c'est sûr, Tchernobyl, c'est l'exception qui confirme la règle." Vraiment?

Je suis un Français du Japon en colère - Madjid Ben Chikh
Le plupart des ressortissants étrangers tentent de fuir le pays, lui reste. Pourquoi ?

SERVILE COLOMBIE
60% des syndicalistes assassinés dans le monde, le sont en Colombie - Azalea Robles
La politique génocidaire menée par le gouvernement colombien contre les syndicats et les travailleurs sociaux

Les révélations de Wikileaks montrent la servilité du gouvernement colombien devant les États-Unis - Jorge E. Botero
"Nous avons toujours su que la Colombie était une colonie US. Ces câbles sont une terrible confirmation, très concrète."

LIBERTE EN PALESTINE
Avez-vous déjà imaginé une femme palestinienne accouchant en prison, les pieds et mains liés ? - Salah Hamouri
Lettre de Salah Hamouri, ressortissant français emprisonné abusivement depuis six ans dans les geôles israéliennes

Les révolutions arabes et la cause palestinienne - Ziad Medoukh
« Résister à l'occupation, c'est être libre ! »

AUTO-MOTO
Les conseils indispensables de Christine Lagarde pour consommer moins d'essence - SuperNo
L'idée fabuleuse de Christine-les-bons-tuyaux pour lutter contre l'inexorable épuisement du pétrole: gonfler ses pneus!

Ernesto Guevara et Alberto Granado, une amitié plantée sur deux-roues - Cathy Ceïbe
« L'Amérique latine qu'il a traversée et connue, a bien changé depuis. »

BETISES BELGE ET FRANCAISE
La dernière bêtise à faire - Nico Cué
"Sachez qu'une oligarchie, cela se renverse"

Halte au totalitarisme linguistique de M. Copé - George Gastaud
Le français imposé dans les mosquées mais l'anglais managérial à toutes les sauces... Etonnant, isn't it?
 
L'AUTRE HISTOIRE
Louis Renault et « la fabrication de chars pour la Wehrmacht » - Annie Lacroix-Riz
La réhabilitation du haut patronat français sous l'occupation est-elle justifiée?

VIDEO
Quelques-unes des contradictions de Laurent Gbagbo - Rodrigue Kpogli
"La Françafrique de droite et la Françafrique de gauche s'affrontent en Côte d'Ivoire"

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 16:50

Afficher taille réelleAkira Kurosawa Image 11 sur 12

Akira Kurosawa

tag : réalisateur japonais

 

http://www.toutlecine.com/images/star/0006/00060720-akira-kurosawa.html

 

 


 
LES PEURS NUCLÉAIRES ET ÉCOLOGIQUES D'AKIRA KUROSAWA

 

Les rêves cauchemardesques du grand réalisateur japonais, exprimées dans Dreams (1989), n´étaient pas qu´allégoriques. Jugez-en :

   

http://www.youtube.com/watch?v=oTRw66CnWLI

http://www.dailymotion.com/video/x8y2ti_dreams-les-demons-rugissants-akira_shortfilms

http://www.youtube.com/watch?v=Zd8T76E45k0

 

http://mathieu.perrin.free.fr/reves.html

http://www.dailymotion.com/video/xfdw45_deces-akira-kurosawa_news

 

(C'est à la suite d'un accident que Kurosawa fut obsédé par le sang. Alors qu'il traversait une rue avec son chien, celui-ci passa sous un tramway et fut coupé en deux. Cette image le marqua durablement à tel point qu'il ne put plus manger de viande.)

 

N´écoutez plus les politiques, mais croyez les artistes !

  

« Il y a vingt mille ans qu'ils sont à leur fenêtre
Il y a vingt mille ans qu'ils crient dans le désert. »

(Léo Ferré, Les artistes)

http://www.youtube.com/watch?v=z7fxdBDgzug

 

Michel R. Tarrier

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 16:07

 

 

Complot américain contre les Japonais...

et indirectement contre Chinois et Russes ?

Par eva R-sistons

 

 

Suite catastrophe nucléaire Japon:

J'ai sur ce blog R-sistons posté l'article "Arme sismique US contre le Japoon ?"

je le reposte par souci de clarté, en effet j'ai publié sur mon blog sos-crise

les lignes qui suivent (après le drapeau nazi),

  auxquelles j'ajoute maintenant ces précisions.

 

La Chine, l'Extrême-Orient russe paniquent. 

2 pays non-alignés sur le "nazisme" américain

(Rappel: Les USA veulent étendre leur domination sur le monde,

de gré ou de force, comme les Nazis).

Ils peuvent être touchés par la catastrophe nucléaire qui frappe le Japon.

 

Source pour la Chine : France24 ce 17 mars 2011

Source pour la Russie :

Japon:Taux de radioactivité, nervosité en Russie (Extrême-Orient russe), etc

 

Alors, je me pose des questions.

Les USA ont probablement provoqué 

le tremblement de terre à Haïti, peuplée de Noirs

(racisme sous-jacent),

car cette île est importante sur le plan stratégique.

Depuis, Haïti est occupé par les Américains.

Du genre... humanitaire en treillis !

 

Souvenez-vous :

http://r-sistons.over-blog.com/article-ile-de-diego-garcia-le-vrai-visage-du-capitalisme-anglo-saxon-monstrueux-51076065.html

Comment les Anglo-Saxons ont fait main-basse sur une île convoitée,

et tant pis pour les autochtones.

Depuis, l'île est devenue la principale base US de lancement des attaques.

 

Avec en tête de ce post cette remarque d'actualité :
 

Un Lecteur m'envoie un commentaire, avec un lien qu'il faut regarder, ici :

http://www.jp-petit.org/Presse/tsunami.htm#13_1_05  (Spécial Diego Garcia)  

Voyez en particulier ce sommet de cynisme, à relayer: Condolessa Rice au Sénat Américain le 18 janvier 2005 ( cité par le journal " le Monde " ) :  " Ce tsunami est une aubaine car il nous permet de nous implanter dans des pays menacés pour y rétablir la démocratie et la liberté "

 

Quand on sait ce que signifient démocratie et liberté pour les USA

(l'enchaînement à leur idéologie, à leur Système ultra-libéral monstrueux,

à leur Empire prédateur, colonial et criminel) ....

 

Donc, je me demande si les USA n'auraient pas fait d'une pierre deux coups :

Provoquer un terrible séisme et donc nuire aux intérêts d'un Japon

en train de leur échapper avec le nouveau gouvernement

(Les USA n'aime pas les insoumis)

avec les conséquences prévisibles:

Tsunamis et catastrophe nucléaire...

 

En nuisant aux intérêts du Japon,

les Etats-Unis nuisent aux intérêts de la Russie et de la Chine proches.

Ce qui ne serait pas inenvisageable

de la part d'un Etat qui bombarde ceux qui leur résistent

(S. Hussein, les Yougoslaves proches des Russes,

ou bientôt les Iraniens défendant leur souveraineté et leur modèle, etc)

quitte à provoquer un génocide colossal :

Comme ceux d'Hiroshima ou de Nagasaki.

Au fait, on rappelle sans cesse le génocide envers les Juifs

(en oubliant au passage les autres victimes de la Shoah comme les Tsiganes),

et on ne se souvient jamais des victimes d'autres génocides

(Arménie, Amérindiens, Traite des Noirs, Japonais etc) ?

Qu'attend-on pour les commémorer tous ensemble ?

Ou y en a-t-il de plus importants que d'autres ?

Serait-ce gênant pour nos zamis américains ?

 

Voici donc la thèse que j'expose,

se venger d'un Japon tendant à s'émanciper du joug US,

et en même temps porter atteinte aux rivaux chinois et russes.

 

Des USA, il faut s'attendre au pire.

Leurs dirigeants sont une menace permanente pour le monde

comme pour leur propre peuple, sacrifié en permanence

par les Financiers ou par les Industriels de l'Armement

en attendant de l'être par les promoteurs

de Monsanto ou de Big Pharma interdisant

alimentation naturelle et médecine naturelle.

 

Mais, il y a un mais pouvant laisser penser

qu'il ne s'agirait pas d'un complot

contre les nouveaux "trublions" japonais :

 

L'industrie nucléaire,

prônée aux USA tant par les Démocrates que par les Républicains,

va pâtir des événements.

"Obama est contrarié par ce qui arrive",

dit-on dans les Médias aux ordres.

Sincèrement ? Ou piste de diversion pour dédouanner ?

Ou les USA auraient-ils été dépassés par leur forfait ?

 

Il est vrai que les apprentis-sorciers

finissent tôt ou tard par être dépassés

par les événements qu'ils provoquent inconsidérément.

La bête finit par échapper à son Créateur !

 

Autant dire que je ne tranche pas :

 

Complot contre le Japon, ou pas ?

A chacun de choisir...

eva R-sistons

 

NB Complot contre notre santé, aussi ?

(Dans le cadre du programme mondial de dépopulation,

après les Rouges - Amérindiens -,

les Noirs - traite des Noirs -,

les Jaunes chinois, mongols, coréens,  japonais).

Pour l'instant, je lance l'idée...

 

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS :

Etats-Unis, Japon, Haïti, Diego Garcia, nucléaire, Nagasaki, Hiroshima,

complot, Russie, Chine, génocide, Shoah, Juifs, Tsiganes, Arméniens,

Amérindiens, Traite des Noirs, Yougoslavie, Sadam Hussein, Iran..

 


 

 

https://secure.gn.apc.org/members/www.bilderberg.org/phpBB2/viewtopic.php?p=15146&sid=1f900346c2653c941726844d07b7e745

 

 

Rappel de cette information,

 

à la lumière de ce que l'on commence à entendre

dans les médias aux ordres :

 

"Le Gouvernement (japonais) ne maîtrise pas bien la situation,

il n'est pas à la hauteur,

il communique mal"

 

Et s'il sagissait en effet

de la manifestation du mécontentement de Washington

pour mettre au pas un pays jusque là fidèle,

et depuis moins aligné avec  le nouveau gouvernement ?

Ce qui serait aussi un avertissement

pour ceux qui souhaitent s'émanciper de l'Empire

théoriquement démocratique

et de plus en plus totalitaire...

eva R-sistons

 

 

 

 

Arme sismique US contre le Japon ?

 

 

Benjamin Fulford , journaliste de renommée mondiale, depuis son passage chez Forbes, puis une interview de Rockefeller, avait annoncé dès 2008 qu'il était probable que les américains usent de l'arme sismique contre le Japon au cas où celui-ci refuserait les contraintes économiques que souhaitent lui imposer les dirigeants de Bilderberg.

    

Les récents entretiens entre l'empereur du Japon et les dirigeants de Bilderberg n'ont apparemment pas donné satisfaction, et l'attaque du Japon par l'arme sismique Haarp/Pamir 3 semble en être la conséquence. C'est ce qu'affirme aujourd'hui Benjamin Fulford dans un article où il apporte une riche documentation semblant prouver que tous ces récents tremblements de terre (Sumatra, Chili, Haïti, Chine, Japon) sont bien le résultats d'opérations militaires américaines. 

    

Par ailleurs, cette thèse est également soutenue par de nombreux services secrets de gouvernements. 

      

Benjamin Fulford est aussi l'un des rares occidentaux à entretenir des contacts avec la "White Dragon Society". 

    

Il y a peu, des annonces paraissaient indiquant des accords passés entre les triades chinoises et les yakusas pour s'opposer au "Nouvel Ordre Mondial". Ces accords se sont encore renforcés en 2010 après que le Vatican ait envoyé deux commandos pour assassiner des "gêneurs" au Japon qui révélaient certaines malversations financières de "très haut niveau" incluant Berlusconi, Bush, Clinton, Ban Ki-moon, Kissinger, Greenspan... (tous du Bilderberg) et Daniele Dal Bosco de la banque du Vatican (et grand-maître de la trop fameuse loge P2). L'arnaque montée porte sur plus d'un trillon de dollars !!!  

    

La "White Dragon Society" serait l'association de plusieurs "mafias" asiatiques ayant décidé de s'unir pour protéger leurs populations contre la tentative de génocide du Nouvel Ordre Mondial. 

      

Ce qui est "étrange" pour le citoyen moyen, est que plus internet se développe, permettant à tous de s'exprimer (journalistes, agents secrets, etc.), et plus il découvre que la véritable mafia, ce sont ceux qui le gouvernent, tandis que les "mafias", officiellement désignées ainsi par le Pouvoir, sont maintenant ceux qui s'opposent aux plans d'hégémonie du Nouvel Ordre Mondial et tentent de protéger les populations! (Ainsi, certains écrivains, journalistes ou agents secrets sont maintenant sous leur protection après avoir dévoilé certaines de ces affaires sales dans lesquelles sont impliqués comme toujours les dirigeants américains...

 

Eric Fiorile, Démosophie

L\

  link

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 16:06

Complot contre notre santé

(suite du précédent post

"sauver la médecine naturelle")

 

 

 

LES VACCINS TUENT !!!!!!!

 

Complot mondial contre la santé

l'empoisonnement des corps pour un avilissement de l'Homme

par son affaiblissement

 

 

 

Bonjour,

Voici l'ITW de Claire Séverac, auteure du livre "Complot Mondial contre la Santé" aux éditions Alphée. Livre très intéressant sur la dérive de l'industrie pharmaco-agro-chimique du monde occidental et ses conséquences tragiques : Nouvelles maladies émergentes, cancers par millions, maladies neurodégénératives, autisme, etc... Les preuves sont accablantes (plus de 560 références dans ce livre) et les techniques perfides et insidieuses de cette industrie scélérate sont impitoyablement mises à nu. Livre à lire et à offrir à tous ceux que l'on aime et qui ne saisissent pas encore l'importance de ce sujet, celui de l'empoisonnement des corps pour un avilissement de l'Homme par son affaiblissement. Il sera question des pesticides, de Monsanto et ses pratiques plus que douteuses, de Big Pharma et de bien d'autres forfaitures ...

La force de ce complexe pharmaco-agro-chimique réside dans notre soumission à son diktat chaotique et mortifère ; il suffit juste de le rejeter en commençant par son boycott, mais surtout par l'information de votre entourage proche et moins proche, car le savoir est une arme que l'empire essaie de nous confisquer en lui substituant une propagande médiatique, certes grossière, mais tenace.

 

2 conférences sont en préparation avec l'auteure, une à Marseille et l'autre sur Paris. Nous vous tiendrons informés d'ici peu.

Lien du fichier vidéo :

http://dl.free.fr/nPrgpItIt

ITW
http://rutube.ru/tracks/4216867.html?v=78d0f6b741f06fbca7a954219b6e1491&&bmstart=697107

SOURCE
http://www.lelibrepenseur.org/

 

 

 

 




 

 

 

 

..

LE VACCIN TUE !!!

Initiative citoyenne - Appel urgent

Regardez ces films. Les vaccins ne sont que des virus, bactéries et d'autres substances qui tuent tout de suite ou dans quelques années.

Complot contre la santé

le vaccin tue

 

http://mchris999.centerblog.net/12-MORGELLONS

 

 

LES VACCINS DETRUISENT L'ADN HUMAINE !!!

La modification génétique des êtres humains sur PlanetEarth
Par Kathryn Augustyn
et Kandy A Griffin
Morgboard.Proboards.com
11-11-9

traduit par google

 

 

 

iL FAUT QUE L'HUMANITE SE REVEILLE !!!!!

Cela fait longtemps que nous sommes des esclaves mais les conditions vont être de plus en plus dures.

Regardez la vidéo, vous verrez que le mal de vivre est bien réél car nous vivons dans l'illusion.

FAUSSE DEMOCRATIE

prophecies

REVEILLEZ-VOUS HUMANITE !!!!!

SUPERBE CHANSON CONTRE LA PUCE

la servitude moderne

la DEMOCRATIE n'a jamais existé

 

Curieux ! Les liens ne sont, pour l'essentiel, plus valables ! Censurés ? En tous cas, les titres sont explicites ! (eva)

.

 

MANSANTO EST UN POISON POUR LA TERRE

 

MANSANTO EST UN POISON POUR LA TERRE

 

L'engrais et le désherbant détruisent la terre. La terre meurt. Si vous plantez rien ne pousse, il faudra beaucoup de temps pour que la biodiversité de l'endroit revienne. Il faut diversifier les plantations et effectuer la jachère et la mise en repos du sol.

MONSANTO est en train de détruire tous les codes génétiques des plantes et des animaux pour avoir le contrôle sur la création. Ils veulent détruire ce que DIEU a créé.

ALERTE MONSANTO VEUT CONTROLER TOUTES LES SEMENCES ET ANIMAUX DONC DETRUITRE LE BON CODE GENETIQUE

2-million-dead-in-us-as-mysterious-die-off-accelerates
CONTRE MONSANTO
STOP MONSANTO
COMBAT MONSANTO
http://www.mdrgf.org/210pesticides.html

 

SOLUTIONS NATURELLES
KARL ZERO+COLINE SERREAU
http://www.zetika.com/20080428525/recettes-maison-et-jardin/pesticides-naturels-pour-se-defaire-des-insectes-nuisibles.html
http://www.jardinage-biologique.com/pesticides-intro.htm

 

 

 

L'ESCLAVAGE ARRIVE EN EUROPE

 

L'ESCLAVAGE ARRIVE EN EUROPE

Les conditions de travail partout dans le monde se dégradent.
Je vais droit au but :le projet du N.O.M est de rendre esclave la population mondiale. Petit à petit les acquis sociaux partiront en fumée. Les peuples du monde sont en train de dormir ou de baisser les bras devant le fléau qui les accable.(..)

 

la servitude moderne

tenth-worker-at-ipad-factory-commits-suicide
suicides-au-travail
souffrances-et-suicides-au-travail-par-stephane-lauer_
suicides-de-salaries-le-monde-du-travail-est-aujourdhui-un-lieu-devaste-christophe-de
nouvelle-tentative-de-suicide
ETC......

 

 

LA PREUVE QUE L'ESCLAVAGE DEVIENT CATASTROPHIQUE à cause du Nouvel Ordre Mondiale ou de la Gouvernance Mondiale.
MONDIALISATION IPAD ET S-NEWS DE ALEX JONES


http://www.megaupload.com/?d=8T3PIPQN

 

 

 

Lire aussi :

 

Apocalypse et immonde pollution du GOLF DU MEXIQUE

 

http://mchris999.centerblog.net/2.html

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 00:12

 

Blog de medecine :Votre Guide Santé, La Médecine Naturelle ou Alternative

http://medecine.rmc.fr/590912/La-Medecine-Naturelle-ou-Alternative/

 

 

Alerte !

 

Rouleau Compresseur des multinationales.

 

Bientôt l'Union Européenne va se prononcer.

 

Non aux abus de pouvoir !

 

Des traditions millénaires vont êtres perdues

 

ou criminalisées au profit d'une médecine toxique

 

dédiée exclusivement au profit.

 

Il faut faire valoir les droits des citoyens !

 

eva R-sistons

 

 

Document à voir,

et pétition à signer

 

Pour défendre la médecine naturelle

voici la pétition à signer

La CEE est coupable d'abus de pouvoir !

http://www.defensemedecinenaturelle.eu/

Attendre 2 minutes .

 

 

 

Votre signature donne une légitimité démocratique décisive aux démarches que l'Alliance for Natural Health a entreprises sur le plan juridique.

Transférez ce message à toutes les personnes que vous connaissez.

Dites-leur qu’il est temps d’agir. Il n’y a vraiment pas de temps à perdre.

Un grand merci.

 

PARLEZ-EN A VOS AMIS !


Regardez sur Youtube la vidéo sur l'action de l'Alliance for Natural Health concernant la directive THMPD (cette vidéo est en anglais : elle peut être vue sous-titrée en espagnol à l'adresse suivante : http://vimeo.com/17475721. Notre collectif travaille en ce moment à la sous-titrer en français) :

http://www.youtube.com/watch?v=Rah6T1Thf1c&feature=player_embedded#at=202

Si vous souhaitez en savoir plus sur la directive THMPD et les actions entreprises pour la contrer au niveau européen, cliquez sur le lien suivant (document en anglais) :

http://www.anh-europe.org/files/100824_ANH-Briefing_Paper_THMPD_final.pdf

 

 

http://www.defensemedecinenaturelle.eu/merci.php

 

 

www.defensemedecinenaturelle.eu

 


Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 00:04

Depuis quelques jours le monde découvre, abasourdi, l'ampleur des dégâts causés au Japon par le séisme, et surtout le tsunami qui s'est créé en plein océan pacifique, à quelques 140 kilomètres de la côte nord est du Japon.

 

epicentre

 

Si vous voulez avoir un panorama de ces dégâts, allez voir cette vidéo chinoise.

 

Les dégâts créés au Japon par le Tsunami

 

Ces images sont extrêmement impressionnantes. Voici quelques échantillons :

 

arrivée du tsunami

L'arrivée du tsunami

 

tourbillon

Un immense tourbillon formé au reflux de la masse liquide. Apercevez un bateau près du centre, qui semble minuscule

 

 

incendie1

Incendie dans un parc de stockage d'hydrocarbures

 

incendie2

Un autre incendie ( stockage de gaz )

 

incendie urbain

Incendie urbain, ville de Sandaï

 

tsunami sur l'aéroport

Filmé depuis un hélicoptère, le tsunami déferle sur l'aéroport de Sandaï

 

aéroport

Une partie de l'aéroport de Sandaï, dévasté par le tsunami

 

chasseur dans immeuble

Sans commentaire .....

 

Nous attendons les images des dégâts subis par la centrale nucléaire installée en bord de mer. Elles ne sont pas diffusées pour ne pas créer de panique au sein de la population.

On dit que " gouverner, c'est prévoir ". En la matière c'est prévoir les conséquences, que l'on pourrait appeler "secondaires" ou " collatérales" d'une telle catastrophe naturelle. Le Japon, surpeuplé, possède 58 réacteurs nucléaires, pour subvenir à ses besoins en électricité. Un réacteur nucléaire, c'est une cuve en acier, très résistante, dans laquelle se trouve des barres d'un matériau fissile. Techniquement, ce sont des tubes qu'on appelle des "crayons" dans lesquelles sont empilés des éléments fissiles, mélanges d'oxydes, qui ont l'aspect de cachets d'aspirine.

Par rapport à une bombe atomique, qui se comporte comme un explosif, un réacteur ressemble à un amas de braises. Dans ces barres, la décomposition d'uranium 235, voire d'un certain pourcentage de Plutonium 239 dégage de la chaleur et provoque l'émission de neutrons qui, frappant d'autres atomes d'uranium 238, provoquent des réactions secondaires.

Pour bien comprendre le fonctionnement d'un réacteur, téléchargez ma bande dessinée "Energétiquement vôtre" sur le site de Savoir sans Frontières http://www.savoir-sans-frontieres.com (près de 400 albums de la série des Aventures d'Anselme Lanturlu, gratuitement téléchargeables, en 36 langues, sans écho médiatique, toutes presses confondues ).

Il faut un "fluide caloporteur" qui circule en permanence dans cette cuve, ce coeur du réacteur, pour évacuer les calories, la chaleur dégagée par les réactions de fission, sinon le pire peut se produire.

Je ne suis pas omniscient.

Considérant que j'ai le devoir de tenter d'éclaircir des informations, de m'efforce de les diffuser, je m'informe, souvent dans l'urgence, quand cela n'est pas dans la précipitation, quand il s'agit de faits d'actualité. Je le fais en marge des nombreuses activités que je dois mener de front (j'ai deux nouveaux livres à écrire et des recherches de MHD à conduire, des calculs complexes à faire).

Je profite de cette remarque pour demander à des dizaines de lecteurs qui, quotidiennement me sollicitent pour que j'acceptent de figurer sur "leur liste de discussion" de s'abstenir de le faire. Je n'ai pas le temps d'échanger à bâtons rompus, comme sur un blog. Des lycéens, me sollicitent pour leurs TPE (je leur demande de s'abstenir : je n'ai absolument pas le temps de m'occuper d'eux). D'autres s'attendent à ce que je réponde à des questions comme " pourriez-vous m'expliquer en termes simples la relativité ? " ou "que pensez-vous de la théorie de la Terre creuse ?" . A moins que ce ne soit pour me dire " je suis personnellement très dubitatif à propos de .... pourriez vous me fournir des arguments propres à convaincre le sceptique que je suis ? ". Certains, étant tombés sur des sites ou des vidéos qui ont retenu leur intérêt, se contentent de m'en " forwarder " les adresses, sans explication. Si celles-ci ne sont pas assorties de quelques lignes d'explication, je n'ai pas le temps matériel d'aller explorer chacun de ces contenus.

Parfois, des lecteurs me posent une question à laquelle je réponds laconiquement, cette réponse pouvant être simplement " je ne sais pas". Il arrive que l'interloculeur insiste, ne comprenant pas pourquoi "un scientifique tel que moi ne prend pas le temps de répondre de manière convenable et argumentée". Parfois l'échange se termine par un lettre assortie d'insultes violentes.

Ceci étant, ce que je reçois en continu, quotidiennement, constitue une documentation irremplaçable, et c'est grâce à ces apports et éclaircissements de spécialistes que je peux être mieux équipé pour tenter de vous informer. Certains, qui me suivent de longue date, savent me fournir ces informations, avec quelques lignes de présentation, voire une image, en me disant "il me semble que ceci est important ", et je leur en sais gré. D'autres savent découper un document vidéo pour en extraire des éléments clé.

Quand je construis une nouvelle page, vous pourrez constater que je ne me contente pas d'indiquer une adresse URL d'un article ou d'une vidéo. Je fais de nombreuses copies d'écran, je compose mon propre texte et il est fréquent que le montage d'une simple page, où des tâches élémentaires se trouvent accumulées, représent de 6 à 12 heures de travail.

Dans ce qui va suivre, je vais corriger ce que j'ai mis en ligne hier, rapidement, concernant les réacteurs japonais, et que des lecteurs ont aussitôt corrigé. Non, il ne s'agit pas de réacteurs à eau pressurisée, mais de réacteurs à eau bouillante.

Je donne ces précisions dans ce qui va suivre.

Abordons le schéma des réacteurs à eau pressurisée, solution d'origine américaine, majoritairement mise en oeuvre en France

A la pression atmosphérique, l'eau bout à 100°. A plus faible température en haut du Mont Blanc. Et inversement à plus de cent degrés si cette eau est à une pression supérieure à un bar.

Si la chaleur n'est pas évacuée en continu, ces barres, métalliques, peuvent fondre (c'est la "fusion du coeur") et le résultat de cette fusion peut se rassembler en fond de cuve, en constituant ce qu'il faut avant tout éviter : que ce matériau soit confiné, ce qui accroîtrait drastiquement le dégagement d'énergie.

En effet, un réacteur nucléaire est un lieu où se produisent des réactions en chaîne, que l'ont doit soigneusement contrôler. Ces barres de matériau fissile pendant comme des jambons, dans la cuve du réacteur. Autour de celles-ci circule un fluide qui collecte les calories (de l'eau sous 150 bars, dans le cas des réacteurs à eau pressurisée, les PWR : pressurized water reactors). Cette eau entre dans la cuve sous une température de 295°C et ressort à 330°C . Le débit est considérable : 60.000 mètres cubes à l'heure, soit seize mètres cubes par seconde. Dans cette formule, on décide d'isoler ce circuit primaire du second circuit, couplé au premier par un échangeur, et qui sera envoyé vers la turbine à gaz, actionnant une génératrice électrique.

 

 

réacteur à eau pressurisée

 

En violet : le circuit primaire empli d'eau pressurisée, circulant dans l'enceinte du coeur du réacteur. En bleu et rouge, le circuit secondaire. Dans l'échangeur, situé dans l'enceinte de confinement du réacteur, cette eau (bleu foncé à l'état liquide) passe à l'état de valeur, en rouge. Cette vapeur actionne alors du turbine à gaz à deux étage : haute et basse pression. La vapeur, détendue et refroidie, passe alors dans un condenseur, où elle se reliquéfie

Un système produisant de l'énergie possède une source chaude et une source froide. La source chaude, ce sont les "crayons" du coeur du réacteur, baignant dans de l'eau sous pression, au sein desquels se produisent des réactions de fission, exo-énergétiques. La source froide, c'est l'air atmosphérique (pour les réacteurs qui utilisent ce système terminal de réfrigération). Les deux premiers systèmes, fonctionnant en boucles fermées, sont couplés avec un troisième, en contact avec l'air atmosphérique, grâce à d'immenses tours de refroidissement que l'on voit, flanquant les centrales françaises.

On fait ruisseler l'eau, le long de la paroi interne de ces tours, ouvertes en bas pour permettre à l'air d'y circuler. Cette eau communique ainsi la chaleur collectée dans le condenseur, à l'air qui monte dans la tour. Au passage, une partie de l'eau se trouve vaporisée ( 500 litres par seconde). Il faut donc disposer d'une alimentation en eau à proximité (fleuve ou mer). C'est cette eau vaporisée qui fait que les tours sont surmontées d'un panache de vapeur, lorsque le réacteur est en fonctionnement.

Il y a en France 58 réacteurs à eau pressurisée. Liste des réacteurs français.

Passons aux réacteurs à eau bouillante, du type de ceux équipant les centrales japonaises.

Comme vous, je découvre et je tente d'expliquer. Voyons le schéma suivant :

 

réacteur à eau bouillante

Les réacteurs à eau bouillante (REB) des centrales japonaises

Voir aussi : http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/Reacteurs_REB.htm

La comparaison avec le schéma précédent est immédiate. Il n'y a plus qu'un seul circuit fermé. C'est l'eau qui est envoyée dans le coeur du réacteur qui se trouve vaporisée et est ensuite dirigée directement vers la turbine à gaz à deux étage. A gauche (1), le coeur, dans son enveloppe en acier. En (2) les éléments combustibles. En (3) les barres de contrôle qui dans ce montage doivent monter et ne peuvent plus, en cas d'urgence, tomber par gravité.

L'eau à l'état liquide (bleue) est un meilleur conducteur de la chaleur que la vapeur d'eau (en rouge, à la partie supérieure du coeur).

En sortie de turbine l'eau en train de retourner à l'état liquide, dans le condenseur, est figurée en violet. Il n'y a pas de tour de refroidissement. C'est de l'eau de mer, en gris, qui est envoyée dans le condenseur.

Comment pilote-t-on l'activité d'un réacteur nucléaire ?

En utilisant des barres de contrôle (par exemple en cadmium) qui absorbent les neutrons, mais sans que ce phénomène ne donne lieu à de nouvelles réactions nucléaire exo-énergétiques. Quand ces barres sont complètement descendues (ou remontées, dans le cas des montages japonais), l'activité du réacteur devient insignifiante.

A l'inverse, c'est le relèvement (ou l'abaissement dans le montage japonais) de ces barres qui provoquera le démarrage du réacteur, lors de sa mise en fonctionnement. On dira alors " que le réacteur diverge ".

Si on constate une défaillance quelconque dans le système d'évacuation de la chaleur produite dans le coeur du réacteur, là où se trouvent les barres, il faut soit mettre en oeuvre un système de pompage de secours, soit réduire drastiquement la puissance produite en descendant les barres de contrôle (ou en les montant, dans le cas des montages japonais).

La production d'énergie électrique s'effectue à l'aide d'alternateurs, entraînés par des turbines à gaz. La vapeur qui circule dans ces turbines doit être transformé en eau, liquide, dans un condenseur. Ces condenseurs sont ces hautes tours que l'ont voit, flanquant le local où se trouve le réacteur nucléaire, en France. La vapeur d'eau s'y condense et est récupérée dans la partie basse de la tour. Une partie de l'eau s'évapore, la perte étant de 500 litres par seconde.

On ne trouve pas de telles structures sans les réacteurs japonais. Pourquoi ? Parce qu'on utilise de l'eau de mer pour cette réfrigération. Pour des raisons d'économie et de rentabilité, les Japonais ont installé leurs réacteurs à proximité de l'océan, ce qui est une belle connerie, dans un pays dont les côtes peuvent être frappées par des tsunami.

 

implantation au Japon

L'implantation des centrales nucléaires japonaises, en bord de mer (...)

 

J'imagine que les ingénieurs ont étudié ces installations vis à vis d'un certain nombre de risques. Tous les réacteurs nucléaires japonais sont construit en respectant des normes anti sismiques. Celles-ci correspondent à la valeur 7 sur l'échelle de Richter et traduisent une possibilité d'accélération horizontale d'un "g". La technique consiste à poser le bâtiment sur l'équivalent des "cylindre-blocks", en beaucoup plus gros.

Pour info, la secousse sismique ressentie par le Japon a atteint la magnitude 8,9.

Cliquez sur le lien. Vous verrez, en bas de la page, qu'un séisme de magnitude 8,9 peut créer des dommages à des centaines de kilomètres de distance de l'épicentre. C'est ce qui s'est passé, l'épicentre se situant à la frontière entre deux plaques, à 140 km de distance.

Grosso modo, la magnitude est la mesure logarithmique de la puissance d'un séisme (ce qui doit être corrigé en tenant compte de la durée des secousses et du type d'ondes mises en oeuvre).

En ayant dimensionné leurs installations pour une magnitude de 7 les Japonais ont sous-estimé la puissance de séismes à venir d'un facteur quatre vingt (dix puissance 1,9).

 

fracture_route.gif

Fait étonnant : cette route s'est fracturée selon sa ligne médiane.

L'explication d'un lecteur : il est fréquent que des routes soient "fabriquées" en deux temps, par moitié, leur ligne médiane constituant une amorce de fracture

 

Je rappelle brièvement la "raison suffisante" des secousses sismiques. Sur une planche du début de la page on a figuré les plaques tectoniques, qui peuvent être comparées à des plaques de glace flottant à la surface d'un fleuve. Celles-ci peuvent se chevaucher. Dans le cas de ce séisme japonais il s'agit de la rencontre entre la plaque nipponne de Okhotsk et la plaque Pacifique. L'épicentre est situé à une profondeur de 10.000 mètres. L'une des deux plaques passe sous l'autre (phénomène de subduction). Ces plaque ne sont pas "lubrifiées" et ce glissement ne s'effectue que par à-coups. Ces à-coups sont la source de tremblements de terre. Quand ce ré arrangement s'effectue sou l'eau, le relèvement d'une des plaques soulève une vaste masse liquide. Ce soulèvement, pour quelqu'un qui naviguerait juste au dessus de cet événement, serait imperceptible. Il peut s'évaluer en dizaines de centimètres. Mais si des centaines de kilomètres carrés d'océan sont soulevés de 10 cm, voire plus, ceci représente une énergie potentielle considérable, qui va se dissiper avec le départ d'ondes de surface de grande longueur d'onde, se propageant à très grande vitesse (de l'ordre de la centaine de kilomètres à l'heure). Lorsque ce tsunami arrive près d'une côté, si le relèvement du fond s'effectue de manière progressive, la longueur d'onde diminue, pendant que l'amplitude de la variation de niveau croît. Ainsi une vague qui représentait une variation de 10 cm, à peine perceptible, d'une onde ayant une largeur (on parle de longueur d'onde) de dix kilomètres se transformera, près de la côte en une vague de dix mètres de haut et dont la longueur d'onde se chiffre alors en centaines de mètres. Au plus près, la vague pourra déferler.

Ce séisme aurait provoqué un déplacement de l'ensemble de la plaque portant le Japon de 2,4 mètres. Ce chiffre devrait être multiplié par dix au niveau de la zone de subduction, près de l'épicentre. Cartes et coordonnées GPS à revoir. Ce mouvement a eu une incidence sur la Terre entière, en entraînant un déplacement de l'ensemble de la croûte terrestre de 25 cm, ce qui entraîne un racourcissement des jours. Ce séisme est un des cinq plus puissants enregistrés sur Terre depuis qu'on y effectue des relevés sismographiques.

Ce qui a entraîné un disfonctionnement dans l'ensemble de réacteurs du site Fukushima ne découle pas du séisme, mais du fantastique tsunami, avec sa vague de dix mètres de haut (ce qui ne s'était jamais produit au Japon depuis des centaines d'années). Il n'existe pas de moyens de se protéger d'un tel impact. Ceux qui connaissent la mer savent ce que peuvent produire des vagues de tempêtes. Elles peuvent éclater des digues, tordre des ferrures de forte section. Il y a une cinquantaine d'année un homme avait voulu construire près de Marseille une attraction qu'il avait nommée "téléscaphe". Le principe était celui d'un téléphérique sous-marin. Mais au lieu de suspendre des bennes à un câble, on aurait accroché des nacelles emplies d'air, à un câble circulant sur des pylônes ancrés sur le fond. Le but était d'amener nos touristes sous-marins à proximité de " l'arche des Farillons ", au bout de l'île Maïre, voisine, un superbe décore sous-marin, que je connais bien. La base de départ du téléscaphe devait être implantée à l'est du "Cap Croisette".

 

Croisette.

Le petit port du Cap Croistte, en 1958, à quelques centaines de mètres du point de départ prévu pour le téléscaphe.

 

Les marins prévinrent l'ingénieur :

- Vous savez, dans notre région, nous avons un vent d'Est qu'on appelle le Labé. Et quand il se déchaîne, certains jours d'hiver, les vagues sont sacrément puissantes.

L'ingénieur passa outre. Les premiers pylônes furent installés, et furent emportés comme des fétus de paille l'hiver suivant, par la première tempête de Labé qui se présenta.

Je cite cette anecdote pour évoquer la fantastique puissance de la mer (l'eau est huit cent fois plus dense que l'air). Un lecteur me signale des effets du tsunami qui n'ont pas été évoqués dans les médias. La vague peut avoir entraîné des mouvements de sédiments qui pourraient avoir obturé les "crépines" immergées, à travers lesquelles l'eau de mer de refroidissement serait prélevée. Les dispositifs de secours qui auraient été prévus, comme de l'eau stockée dans de vastes citernes, auraient pu être mis hors d'usage par l'impact de la vague. Même chose pour des installations de secours fonctionnant avec des groupes électrogènes.

Sur le powerpoint ci-dessus vous avez pu voir les dégâts que le tsunami avait pu causer, impressionnants. Si les ingénieurs japonais avaient conçu leurs installations en tenant compte d'un risque sismique, ils n'avaient de toute évidence pas envisagé que la centrale puisse être frappée par une vague de cette intensité. Même si les bâtiments les plus visibles ont pu tenir le coup, quid du reste de l'installation, du local des pompes, de la salle de contrôle, du système d'alimentation des pompes en puissance électrique ? Il suffit qu'un seul de ces éléments soit endommagé pour que le geste d'arrêt du réacteur, ou de réfrigération du coeur par un système de secours ne puisse être mis en oeuvre. Ajoutons, fait aggravant, que dans le système japonais les barres de contrôle ne peuvent tomber par gravité, mais doivent être relevées !

Les réacteurs japonais sont conçus pour réagir à la sismicité. La secousse terrestre a précédé l'arrivée du tsunami. L'épicentre étant à 140 km de la côte et le temps de propagation ayant été de 20 minutes, la vagues a parcouru cette distance à une vitesse de 300 km/h. Les systèmes de sécurité des réacteurs, conçus pour encaisser des secousses sismiques de force 7, ont-ils fonctionné correctement, sous l'effet d'une secousse approchant la force 9 ? L'enceinte censée assurer le confinement a-t-elle été endommagée, fissurée ?

On ne connaît pas actuellement (14 mars 2011) la nature et l'étendue des dommages subis par les réacteurs japonais. Le tableau semble s'aggraver d'heure en heure. Une défaillance dans le système de refroidissement peut faire que les barres de combustible, au lieu de baigner dans de l'eau chaude, se trouvent environnées de vapeur, dont la température ira croissant. Celle-ci se combinera alors avec le métal constituant les enveloppes des "crayons". Cette oxydation, prélevant l'oxygène, libérera des grandes quantités d'hydrogène et disséminera dans la vapeur des éléments devenus radioactifs. On a parlé dans les jours précédents d'un envoi d'hydrogène pour refroidir le coeur. Il semble que ceci soit faux. Quand cet hydrogène a commencé à envahir le circuit unique du réacteur à eau bouillante, les ingénieurs ont dû lui permettre de s'échapper, pour éviter que le coeur lui-même n'explose (...), si cela n'a pas déjà été le cas. En se combinant avec l'oxygène de l'air, cela a donné cette explosion, qui semble bien avoir soufflé le toit d'un des bâtiments. Je parle de la première explosion, celle du samedi 12, le lendemain du tsunami.

Les ingénieurs japonais en sont arrivés à tenter de contrôler la montée en température du coeur (des coeurs des trois réacteurs) en y injectant ... de l'eau de mer, directement, ce qui revebait à rendre ces unités inutilisables, à cause de la corrosion.

Qu'est-ce qui fonctionne encore dans ces installations ? Bien malin qui pourrait le dire et il est possible que les ingénieurs Nippons ne le sachent pas non plus. On a vu que les barres de contrôle devaient être relevées. Peuvent-elles l'être encore maintenant ? Si la réponse est non, il sera impossible de descendre le niveau d'activité du réacteur. Par ailleurs l'eau de mer envoyée dans le coeur ressort porteuse d'une radioactivité qui est renvoyée dans les eaux du Pacifique...

L'erreur majeure a été :

- De construire ces réacteurs en bord de mer

- De sous-estimer la magnitude des séismes à venir ( 8,9 au lieu de 7 ) c'est à dire de sous-évaluer la puissance destructrices d'un facteur 80.

Si les locaux de la centrale nucléaire japonaise ont été ravagés comme ont pu l'être les quartiers de la ville de Sandaï, ou son aéroport, bonjour les dégâts !

Il n'existe pas de moyen de se protéger d'un tsunami d'une telle puissance. On ne peut pas envisager de monter un réacteur nucléaire et toutes ses installations sur ... pilotis. La solution aurait été de loger ces installations au dessus du niveau de la mer, à une altitude suffisante. Quinze mètres auraient suffi : une simple colline. Or le Japon n'en manque pas : 71 % du pays est sous forme de montagnes. Mais dans ce cas, en envisageant d'utiliser l'eau de mer comme réfrigérant, on aurait perdu en rendement en dépensant de la puissance pour pomper cette eau, avec le fort débit requis ( seize mètres cube par seconde ).

Prévoir ....

Un spécialiste Nippon de sismologie avait vainement, en 2006, insisté sur la nécessité de revoir les dispositions relatives à la résistances des centrales nucléaires aux séismes. Lien

 

Ishibashi

Le professeur Ishibashi

Sismologue, Professeur au Centre de recherche sur la sécurité urbaine à l'université de Kobé

 

De toute façon, dans un pays sensible aux tsunami, construire toutes les centrales en bord de mer était de l'irresponsabilité totale.

 

 

Les photos satellites, comparatives, montrant le site, avant et après :

 

site avant

site après

 

16 mars 2011 : Il y a eu plusieurs explosions. La première a soufflé la partie supérieure du bâtiment abritant le réacteur numéro 1. Celle-ci semble due à l'accumulation de l'hydrogène produit par la décomposition de l'eau baignant les éléments du coeur, l'oxygène ayant oxydé les gaines métalliques des "crayons". Les Japonais ne pouvaient pas laisser la pression monter dans le circuit fermé, interne, du réacteur, ou même dans l'enceinte de confinement. Ils ont donc laissé l'hydrogène monter et envahir le local situé au dessus du réacteur. En se mélangeant à l'air, le tout a fait explosion, soufflant le toit de ce local. Cette explosion a suscité le départ d'une onde de choc, suivie de la condensation de la vapeur d'eau produite, ceci étant bien visible sur la vidéo.

L'explosion du numéro 3 semble plus problématique :

 

explosion réacteur 3

Le film montre que des fragments de béton d'une taille impressionnante ont été projetés à des centaines de mètres de hauteur.

 

réacteur japonais

 

L'opinion d'un lecteur :

Voici le schéma des réacteurs de Fukushima, il n’y a pas d’enceinte de confinement au sens ou l’on entend ce terme en France. Les BWR General Electric Japonais, qu’ils soient  signés GE,Hitachi ou Toshiba sont construits par KAJIMA (le BOUYGUES japonais) sur le même modèle, qui évoque les VVR soviétiques, ou même les RBMK de type Tchernobyl : un gros tas de béton avec un hangar en tôle mince dessus.

En haut du bloc de béton, il y a des piscines pour entreposer les éléments combustibles en MOX, les neufs et les vieux, soit environ 20 ans de fonctionnement, ce qui fait pas mal de mégacuries. On peut aussi placer dans les piscines  le couvercle de la cuve, les goujons (boulons), et tout ce qui crache de la radioactivité. Un énorme pont roulant est ancré sur le béton, et sert notamment à la manutention des énormes dalles de béton qui scellent le puits de cuve.

Évidemment, si le cœur n’est plus refroidi, les barres fondent, réagissent avec l’eau et forment de l’hydrogène. Si la cuve est percée, l’hydrogène fuit en passant sous la dalle et s’accumule dans le hangar. Les rejets volontaires devraient se faire par la cheminée de l’usine, bien entendu. Si de l’hydrogène s’est accumulé sous le hangar, c’est bien évidemment contre la volonté des ingénieurs, parce que les tuyaux de vapeur étaient percés, ou même la cuve.

La première explosion, samedi, celle du réacteur numéro 1, est bien une détonation d’hydrogène : peu de débris, une onde de choc bien visible, peu de poussière, quelques tôles qui voltigent : c’est bien une explosion sous le hangar.

Sur le réacteur 3, l’accident a été beaucoup plus grave : je pense que le cœur a fondu, a percé le fond de la cuve en acier et c’est accumulé au fond du puits de cuve en béton.

A force de goutter au fond, le CORIUM a formé une masse critique. (on appelle « corium » la matière du cœur fondu, un mélange d’oxyde d’uranium, d’oxyde de plutonium, de produits de fission et d’acier et de zirconium) C’est ce que l’on appelle un « accident de criticité », ou « excursion nucléaire » (une petite explosion nucléaire, en fait)

Je pense que la puissance de l’explosion a pulvérisé le puits de cuve, et on voit bien les énormes morceaux de béton voltiger dans les airs sur les vidéos. Noter que le bâtiment réacteur fait près de 100 m de haut, ce qui donne l’échelle de ces morceaux de béton : la taille d’un petit bunker du mur de l’Atlantique !

Faites un arrêt sur image et mesurez avec une règle la hauteur maximale du nuage de poussières et de débris : entre 600 et 800 mètres ! Regardez les morceaux de béton et estimez leur taille, toujours avec une règle. Vous croyez toujours que l’enceinte de confinement est intacte ?

Par rapport à Tchernobyl, le problème est que le combustible MOX contient grosso modo DIX FOIS PLUS de plutonium. Le MOX est fabriqué en France à l’usine MELOX située sur la commune de Chusclan. Sa construction a été décidée par M. Jospin.

Les japonais ont construit leur usine de MOX, mais si je me souviens bien il semble qu’elle soit fermée provisoirement (à vérifier) depuis que trois ouvriers avaient malencontreusement mélangé des produits fissiles dans un sceau de trop grande taille, ce qui a endommagé leurs cellules de manière irrémédiable sous l’effet des neutrons produits. Il est difficile de dire si le combustible contenu dans le réacteur 3 de Fukushima a été produit en France ou bien au Japon. Nous pouvons faire confiance à M. Besson pour
nous éclairer sur ce point.

Ne poussons pas de cocoricos : dans le même cas de figure, confronté à une telle explosion, le béton de l’enceinte de confinement des centrales françaises n’aurait pas mieux résisté.

Par contre, dans les EPR français, un système de "tuile à crêpes" en béton réfractaire est censé étaler le corium pour éviter toute criticité, et le refroidir sous forme d'une belle galette radioactive.

 

D'autres images de ce type de réacteur BWR (Boiling Water Reactor). De conception américaine. Un quart du parc mondial. Puissance : de 570 à 1300 mégawatts.

 

bwr

En bleu, la "piscine" dans laquelle étaient entreprosés des éléments extraits du réacteur, "arrêté", dont un lot de "crayons", en vue de leur remplacement.

Selon un lecteur, la mise à l'arrêt d'un réacteur n'est pas immédiate, même si la montée des barres de contrôle stoppe les réactions de fission exo-énergétiques. Ces fissions produisent des éléments ayant une certaine durée de vie, qui continuent, en se décomposant, à produire de la chaleur. C'est la raison pour laquelle il faut continuer de refroidir le coeur d'un réacteur " à l'arrêt ". Le lecteur chiffre à 60 mégawatts la puissance thermique ainsi dégagée. Ainsi, même si un de ces réacteurs était " à l'arrêt ", la mise HS du dispositif de refroidissement par l'impact du tsunami créait un risque de fusion du coeur. Il fallait maintenir le refroidissement du coeur, coûte que coûte. Oui, mais comment ??.

bwr

 

bwr

 

bwr

Description à : http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/Reacteurs_REB.htm

La température de la vapeur est d'environ 300°C et la pression de 70 à 80 atmosphères. Les barres de contrôle, introduites par en dessous, sont poussées par des vérins hydrauliques, et ne peut donc tomber verticalement, par gravité. Dans ces réacteurs, il faut contrôler en permanence le niveau de l'eau à l'état liquide. Ceci est réalisé en utilisant un réservoir de forme torique, situé en bas du dispositif.

Entre la première enceinte, cylindrique, entourant le coeur et la seconde enceinte de confinement, en forme de bouteille, se trouve ( en jaune ) un gaz inerte ( argon ). Une précaution au cas où une montée en température entraînerait la production d'hydrogène, après dissociation de l'eau, l'oxygène dégagé se combinant avec les enveloppes des éléments combustibles, en zirconium. Ainsi l'hydrogène produit, se diluant dans un gaz chimiquement inerte, ne pourrait entraîner une explosion (...).

Les jours et les mois vont passer. Viendra l'heure du bilan. C'est triste à dire, mais le fait que cette catastrophe se soit produite au Japon pourrait peser sur le développement du nucléaire dans le monde et sa réorientation (voir plus loin). Tchernobyl, c'était il y a 25 ans. Et l'Ukraine, c'est loin, c'est grand. Peu importe qu'une région grande comme la Provence ait dû être vidée de ses habitants pendant des décennies et que des milliers de gens soient morts, à l'époque, puis des conséquences de l'irradiation.

Si l'accident nucléaire japonais s'était produit aux Indes, ou en Chine, ou dans un pays de l'Est, qui s'en soucierait, même si les morts se comptaient alors par centaines de milliers, même si les régions empoisonnées étaient immenses.

L'Inde, la Chine, les pays de l'Est, c'est loin. Et puis, tout le monde sait que ces gens font ... n'importe quoi, c'est bien connu. Pour que le monde prenne enfin conscience de la dangerosité du nucléaire civil (ne parlons pas du nucléaire militaire !), que faudrait-il ? Souhaiter que les Japonais connaissent un Tchernobyl-bis, que le quart de leur territoire, surpeuplé, devienne inhabitable pour des décennies, que des vents soufflant vers l'ouest exigent l'évacuation immédiat de Tokyo (distant de 250 kilomètres ) et des habitants des environs, ce qui représente 30 millions de personnes ? Que la pêche dans les eaux nippones devienne problématique, du fait de retombée en mer, dans une zone côtière ?

Dans six mois, "tout sera rentré dans l'ordre". "Le Japon pansera ses plaies", dira-t-on.

Quel média a soulevé le problème clé : la dangerosité de l'implantation de centrales nucléaire en bordure de mer, comme elles le sont toutes, ce qui les rend vulnérables aux tsunamis. Mais si ces implantations furent des erreurs, quid du coût de leur réinstallation sur une simple colline ? Quid du coût des modifications à apporter aux bâtiments pour qu'ils tiennent non à des séismes de force 7, mais à ceux atteignant 9 !!

Il n'y a pas de risque zéro....

 

Derrière cet état de fait, il y a l'incurie des gens qui gèrent le destin des hommes, l'irresponsabilité des scientifiques, l'incompétences des politiques, des décideurs, la cupidité des puissances d'argent, la courte vue. Face à cela l'irréalisme angélique des écologistes qui s'imaginent que le solaire, ou "les économies" vont tout résoudre. Je vais vous dire une chose. Il y a deux mois le local attenant à la maison, contenant le bassin d'aquagym grâce auquel j'ai pu sortir de ma chaise roulante, me tirer moi-même d'affaire, a brûlé, suite à un court-circuit. Sur les murs : un placage de matière plastique, vieux de plus de trente années. Le CES de Pailleron, situé dans le XIX° arrondissement de Paris, où vingt enfants ont trouvé la mort en quelques dizaines de minutes, le night club 5 à 7, à Saint Laurent du Pont, dans l'Isère, 180 morts, ça ne vous dit rien ?

Ce placage n'est en rien ignifugé. Mais son comportement face à un début d'incendie, est redoutable. Soumis à un simple rayonnement, ce matériau se décompose en particules noirâtres, formant un mélange toxique, rapidement asphyxiant, pour qui se trouverait dans l'impossibilité de s'échapper du lieu au plus vite. Mais cette poussière, se mélangeant à l'air, peut alors s'enflammer d'un coup. J'ai vu en une dizaine de minutes émerger de mon local, situé en rez de chaussée, des flammes de 2 mètres. J'ai pu éteindre cet incendie, devenu immédiatement violent, en utilisant le tuyau d'arrosage du jardin et en pulvérisant de fines gouttelettes en haut des flammes, sinon la maison y serait passée. Leur vaporisation rapide a refroidi le brasier, qui a disparu en une minute. J'y ai laissé quelques mèches de cheveu.

Un conseil : si votre maison ou appartement contient des placages d'isolation thermique ou phonique de ce genre, remplacez-les sans attendre par des éléments modernes, incombustibles.

Le local a été remis en état. Au passage, j'ai fabriqué un panneau solaire d'un mètres carré et demi, disposé verticalement sur le mur sud, encastré, camouflé en fausse fenêtre. Mon bassin étant aussi isolé qu'un glacière de camping, par un revêtement de polyuréthane de 8 cm d'épaisseur, doublé de résine polyester et de gel coat, et couvert par des plaques de même nature, son maintien à une température constante de 32° ne requiert que 175 watts. Je pourrai donc entretenir cette température avec mon capteur solaire (un caisson en bois, une plaque de tôle d'un millimètre et demi, un serpentin de cuivre, une plaque en double vitrage de 4 - 6 - 4 et un circulateur ). Mais serait-ce à dire que je pourrais, grâce à cela, chauffer ma maison, faire la cuisine, etc.... ?

Quand nos gentils écolos en appellent aux "nouvelles énergies", les industriels sourient. Comment alimenter les installations industrielles, faire circuler les TGV, fabriquer de l'aluminium, etc ?

Voir plus loin

Ceci étant, tous les pays qui se sont fortement équipés en centrales nucléaires commencent à se poser des questions. En France, les trois quarts de l'électricité consommée est d'origine nucléaire. Nous ne sommes pas en reste en matière d'imprévoyance. Si les centrales japonaises en question accusent 40 printemps, celle de Fessenheim, de 33 ans d'âge, ne possède pas de double enceinte de confinement. Elle ne résisterait pas à un séisme. Lorsque Super-Phoenix a été construit, le toit du local abritant le système de pompage du fluide réfrigérant s'est effondré le 8 décembre 1990 ... sous le poids de la neige ! Personne n'avait envisagé cette éventualité. Eh oui, en Isère, il neige parfois....

En France, nous avons cette absurdité nommée ITER, simple "plan social" et séjour de rêve pour des milliers d'ingénieurs et de techniciens, conscients et complices, qui pourront, avant leur départ en retraite, concéder que " oui, c'était une erreur ...".

Mais ce qui est extraordinaire c'est que deux scientifiques, Balibar et notre prix Nobel Charpak, récemment décédé, en même temps qu'ils dénonçaient ce projet ruineux, militaient pour la reprise du projet nucléaire civil le plus dangereux que l'homme ait pu imaginer à ce jour : le surgénérateur à neutrons rapides.

 

charpak

Georges Charpak, prix Nobel, décédé le 29 septembre 2010

Celui-ci prônait, juste avant son décès, avec Balibar, l'implantation de surgénérateurs à neutrons rapides

 

superphoenix

Superphoenix, surgénérateur à neutrons rapides de Creys Malville, dans le Gard

(en cours de démantèlement, arrêté en 1998)

Le 8 décembre 1990 le plafond du hall de pompage du réacteur, mal calculé, s'est effondré sous le poids de la neige

Pour comprendre le principe général, se référer à ma bande dessinée où tout ceci se trouve expliqué. Les réactions de fission produisent des neutrons. Si cette production s'effectue dans un environnement aqueux ( réacteur à eau pressurisée ) cette eau joue le rôle de modérateur, ralentit ces neutrons.

Si on s'arrange pour que ces neutrons ne soient pas ralentis, il pourront provoquer une transmutation d'uranium 238 (non fissile) en Plutonium 239 ( fissile, n'existant pas dans la nature ). C'est ainsi que dans des réacteurs à usage militaire on fabrique l'explosif des bombes à fission. On associe à un réacteur à neutrons rapides une couverture fertile, en U 238, qui se transforme au fil du temps en Pu 239.

On peut transposer ce schéma à celui de réacteurs civils, avec un danger d'utilisation considérable. Le fluide caloporteur ne peut plus être de l'eau pressurisée, qui ralentit les neutrons. On doit alors opter pour un montage où la chaleur produite par la fission est prélevée dans le coeur en y faisant circuler du sodium fondu, à 550°C. Celui-ci ne ralentit pas les neutrons. Mais, libéré, celui-ci s'enflamme spontanément dans l'air.

Dans ce type de réacteurs, dits surgénérateurs, on utilise la fission de plutonium. Dans un surgénérateur comme Superphoenix (qui est censé renaître de ses cendres...) un fonctionnement à l'année représenterait une consommation de près d'une tonne de plutonium (contre 27 tonnes d'uranium, à puissance équivalente). Les neutrons émis par ces réactions de fission pourraient transformer une couverture en U 238 en Pu 239.

L'uranium 238 est le déchet du retraitement nucléaire effectué à la Hague. C'est en quelque sorte la "cendre"' d'un fonctionnement à l'uranium, où c'est l'isotope 235 qui est consommé.

 

schéma de réacteur au sodium

Le surgénérateur à neutrons rapides.

 

En jaune, 5000 tonnes de sodium fondus, portés à 550°. S'enflamme spontanément au contact de l'air et explose au contact de l'eau (en cas d'incendie d'une mase de sodium, les dernières personnes à appeler sont ... les pompiers !).

Dans le coeur, en rouge, les éléments combustibles, en plutonium. Autour, en rose, les éléments "fertiles", en Uranium 238, que le bombardement neutronique transforme en plutonium 239. A droite le système d'échangeur, de turbine à gaz et de contact avec la "source froide".

Sous cet angle, on pourrait dire que le surgénérateur fonctionnerait en " brûlant les cendres issues des réacteurs fonctionnant à l'uranium 235". Comme la France est très riche en "cendre", du fait du fonctionnement de ses réacteurs à uranium, et des services qu'elle offre aux pays voisins en matière de retraitement, elle accéderait ainsi à une indépendance complète en matière de combustible fissile.

Un beau rêve

Le hic est l'extrême dangerosité du fonctionnement d'un tel réacteur. Sont coeur est à 550° au lieu de 300°. Le recours au sodium fondu comme fluide caloporteur représente un risque majeur d'incendie, en cas de contact de celui-ci avec l'air. Ajoutons l'extrême radiotoxicité du plutonium. Un dixième de milligramme de plutonium, inhalé et se fixant dans les poumons, suffit à provoquer une tumeur cancéreuse. Faites le calcul. Chargé d'une tonne de plutonium, un surgénérateur recèle une quantité suffisante de ce poison pour tuer dix milliards d'êtres humains.

Le moindre incident notable sur un surgénérateur pourrait faire dix millions de victimes.

Recommander une évolution du nucléaire français vers le formule des surgénérateurs à neutrons rapide et de l'irresponsabilité complète. Mais, en France, un réacteur de ce type est de nouveau à l'étude.

Simple remarque : la France, de même que d'autres pays, dont en particulier le Japon, utilise comme matière fissile, dans 20 de ses réacteurs un mélange appelé MOX. C'est un mélange de deux composants. 6 à 7 % de plutonium, dilués dans 93 % d'uranium 238, non fissile. Partout où il y a du plutonium, la situation n'est pas de tout repos (par exemple au Japon.....).

Alors, quelle est la solution ? ....

J'ai vu que dans son numéro de mars 2011 la revue Nexus avait publié un article de dix pages sur la Z-machine, signé par un certain Jérôme Dangmann "professeur de science physique dans l'enseignement supérieur" (en fait enseignant dans une classe de "prépa"), qui est un coupé-collé de l'article que j'avais installé sur mon site en 2006, à l'adresse http://www.jp-petit.org/science/Z-machine/papier_Haines/papier_Haines.htm, modulo des confusions et imprécisions.

Dans cet article manquent des données plus récentes, des éclaircissements concernant ce projet et les mécanismes qui sont à l'oeuvre, qu'on ne pouvait y trouver, puisqu'ils n'étaient pas présents sur mon site. Je vais publier une suite à cet article, dans la revue Nexus, en corrigeant au passage les erreurs contenues.

J'ai des informations "brûlantes" à communiquer, qui sont de première main, puisque j'ai été les recueillir dans deux congrès internationaux, Vilnius 2008 et Jeju, Corée, octobre 2010 ) et auprès de Malcom Haines lui-même. Nexus a accepté de publié l'article. Ces informations démultiplieront conjointement les espoirs et les craintes liées à cette nouvelle technologie des ultra-hautes températures. Sans déflorer le sujet (l'article sera vite rédigé) :

- Les Américains ont bien obtenu 3,7 milliards de degrés en 2005 dans la Z-machine de Sandia. Optant pour les applications militaires en priorité (bombes à fusion pure), ils désinforment à tout va. Avec ZR l'intensité est passée de 17 à 26 millions d'ampères et les performances de l'engin sont désormais tenues secrètes.

 

 

http://jp-petit.org/nouv_f/seisme_au_japon_2011/seisme_japon_2011.htm

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 22:46

 

Information verrouillée 

 

 

15 mars 2011

 

En début de nuit, les médias, dont CNN, rapportaient des taux de radiation très élevés, dangereux pour les populations, suite à l'incendie du réacteur no.4, causant des brèches majeures.  Sans compter les radiations émises par les incidents précédents dans les autres réacteurs.

 

Ce matin, certaines agences de presse prétendent que le danger n'est pas encore important, que les niveaux de radioactivité sont acceptables.

 

Il est évidement que les gouvernements, l'élite dirigeante, contrôlent tous les réseaux de nouvelles et laissent circuler des informations qui sont filtrées pour ne pas alerter les gens, pour faire croire que la situation est encore sous contrôle.  LA SITUATION N'EST PAS DU TOUT SOUS CONTRÔLE, les dangers ont été annoncés par le président japonais lui-même, les gens doivent éviter d'aller à l'extérieur selon ses recommendations et les spécialistes en nucléaire appréhendent une catastrophe bien pire que Chernobyl. 

 

Actuellement, le niveau d'alerte est à 6, le maximum est de 7 comme l'a été la catastrophe de Chernobyl.

 

Alimentez-vous ailleurs que dans les médias traditionnels pour avoir l'heure juste!

 


 

Le cauchemar du japon va-t-il atteindre les Etats-Unis dans quelques jours ?

 

15 mars 2011

 

J'écoute un analyste américain en ce moment et il dit que d'ici 10 jours, les radiations pourraient envelopper les États-Unis et le Canada.  Il invite les gens à prendre des mesures dès maintenant

 

Les autorités américaines sont sur les dents parce qu'un nuage radioactif pourrait être en route dès maintenant. 

 

Les radiations en ce moment, sont 400 fois supérieures à la limite admise pour une année complète pour un individu.

 

Un bateau de l'armée américaine serait en décontamination, après avoir traversé un nuage radioactif.  Les autorités janonaises sont sans équivoque, la situation est vraiment très dangereuse.  Le Président s'est adressé à la population ce soir.

 

Ce site http://www.nationalterroralert.com/ vous donne les plus récentes informations sur l'urgence nucléaire et des analystes vérifient les taux de radiation sur le territoire américain.

 

Le mensonge est terminé, l'heure juste est donnée!

 

Un homme dénonce avec rage au coeur le mensonge entretenu par les autorités: les citoyens du Japon n'ont que très peu d'informations sérieuses, que des absurdités télévisées!

 
Un témoin raconte. Désinformation au Japon

 

16 mars 2011

 

Voici le témoignage poignant d'un citoyen qui habite le Japon et qui nous fait part de la réalité du quotiden.  Il dénonce le mutisme des autorités et la censure médiatique qui empêche les japonais de connaître précisément ce qui se passe.  La vidéo a été tournée hier, le 15 mars, après la 3ème explosion dans un réacteur et depuis, plus de nouvelles sur les réseaux télévisés.  Ils ont simplement déclaré qu'il n'y a rien à craindre même si la plus grande centrale nucléaire au monde est en train de brûler!

 

Il s'inquiète, et avec raison, du fait que les populations ne soient pas évacuées, il dénonce l'inertie des autorités à protéger les citoyens, il cri son indignation face à l'impuissance de tous ces gens qui sont laissés à eux-mêmes.

 

http://www.dailymotion.com/video/xhmb8u_urgence-nucleaire-le-japon-ment-15-03-11-we-want-the-truth_webcam#from=embed

 

 

 

14 mars 2011

 

Le Premier ministre japonais demande à la population de rester à l'intérieur, les taux de radiations sont maintenant reconnus dangereux pour la santé humaine.

 

Les radiations nocives émanent de l'explosion du 4ème réacteur déclarent les autorités. Le Premier ministre japonais, Naoto kan, a dit que les niveaux de radiation ont augmentés considérablement dans la zone autour de l'usine.  Il appelle les citoyens qui habitent à 30 km de la centrale de rester à l'intérieur. 

 

Il y a eu une explosion au réacteur no.1 samedi, suivie d'une explosion au n.3 lundi et la troisième explosion au no.4 en début de soirée.

 

Source:

http://www.smh.com.au/environment/stay-indoors-japan-pm-issues-warning-to-residents-after-blast-20110315-1buq7.html

 

 

 

Jean-Pierre Petit, astrophysicien et chercheur

 

extrait :

  

"Le hic est l'extrême dangerosité du fonctionnement d'un tel réacteur. Sont coeur est à 550° au lieu de 300°. Le recours au sodium fondu comme fluide caloporteur représente un risque majeur d'incendie, en cas de contact de celui-ci avec l'air. Ajoutons l'extrême radiotoxicité du plutonium. Un dixième de milligramme de plutonium, inhalé et se fixant dans les poumons, suffit à provoquer une tumeur cancéreuse. Faites le calcul. Chargé d'une tonne de plutonium, un surgénérateur recèle une quantité suffisante de ce poison pour tuer dix milliards d'êtres humains.

 

Cet extrait a été sorti de son contexte, il est donc souhaitable de se référer à l'article dans son entier pour saisir le sens qui y est donné.

 

L'article en entier:

http://jp-petit.org/nouv_f/seisme_au_japon_2011/seisme_japon_2011.htm

 

 

Site qui détecte les radiations aux Etats-Unis et au Canada 

http://www.blackcatsystems.com/RadMap/map.html

 

Les données sont actualisées aux 5 minutes.

 

 

 

Rappel (lien donné voici tois jours) 

 

Un site francophone à consulter régulièrement:

 

http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=actualites&sousmenu=communiques&page=index

 

(Le Réseau Sortir du nucléaire)

 

Blog consciencedupeuple2007

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 16:49

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alexandre_Adler-2009%283%29.jpghttp://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6b/Alexandre_Adler-2009%283%29.jpg

Les facéties d’Alexandre Adler : un historien « expérimental » des pays arabes

.

L’oligarchie des commentateurs multimédias confisque largement le débat public. Elle ne dispose d’aucune autre légitimité que celle qu’elle s’attribue. En son sein, la distribution des rôles tient souvent lieu de diversité des analyses et des positions. Dans le rôle de l’omniscient, Alexandre Adler. Une caricature. Ce n’est pas la seule, mais elle est exemplaire. C’est pourquoi une rubrique est ici dédiée aux facéties d’Alexandre.

Que les obsessions d’Alexandre Adler puissent s’exprimer dans un journal, et au sein de ce journal, dans un espace réservé à l’expression d’opinions personnelles, on ne saurait y trouver à redire. La liberté d’expression est indissociable du droit à l’erreur, voire à l’aberration.

Mais que ce personnage dispose d’une surface médiatique démesurée compte tenu de ses compétences approximatives, de ses connaissances sélectives, de ses ignorances opportunes et… de ses obsessions, voilà qui pose davantage problème. Une surface médiatique proportionnée à l’ampleur d’une imposture. Comme permet de le vérifier la géopolitique arabe de l’omniscient.
Dans une interview publiée par Nice Matin, le 28 janvier 2011, Alexandre Adler était invité à revenir sur de précédentes déclarations, élogieuses, concernant Ben Ali et son régime. « Regrettez-vous d’avoir évoqué en 2009 les "acquis démocratiques″ de ce pays ? », lui demande ainsi le journaliste. « C’était peut-être excessif », admet le chroniqueur du Figaro – ce qui est en soi une petite « révolution ». Mais c’est pour bien vite se reprendre : « Je maintiens que la Tunisie qu’il incarnait bon an mal an était – et demeure – une expérience encourageante au Maghreb. Si cette société n’était pas une démocratie, elle n’était pas non plus son contraire. »
« La captation des richesses par le clan Trabelsi ? L’emprisonnement des opposants ? », relance alors son interlocuteur, qui pousse ainsi notre omniscient à avouer une « ignorance » très opportune : « J’ignorais à quel point ces canailles se comportaient comme des doryphores ». « Comportements » relativisés aussitôt par une comparaison avec les Algériens spoliés par leurs « technocrates formés à l’énarchie française ». Dernière question : « Avez-vous de l’indulgence ? ». Dernière réponse, en forme de faux-fuyant : « Même dans la pire période de Ben Ali, les Tunisiens ont toujours été plus libres que leurs voisins algériens ou marocains. »
Dans sa livraison du 12 février 2011, notre éditocrate nous précise par ailleurs que « Moubarak n’était pas Ben Ali », et développe une comparaison cette fois défavorable au second. Que faut-il en conclure ? Que la situation en Égypte était plus heureuse que celle que connaissait la Tunisie, elle-même plus souhaitable que celle de l’Algérie et du Maroc ? Pour vérifier ce palmarès tout en nuances, remontons le fil, de mal en pire, en suivant la production éditoriale d’Adler sur les dix dernières années, et en commençant par le meilleur de tous : Moubarak.
L’Égypte et son « régime débonnaire »
Si « Moubarak n’est pas Ben Ali », la formule laisse tout de même à penser qu’on pourrait à bon droit adresser quelques reproches au Président égyptien. Si Adler le concèderait peut-être – bien qu’il ne précise pas lesquels –, c’est que nous sommes à la veille de sa destitution. Car, depuis dix ans, qu’a-t-il dit à propos de ce dirigeant ?
Pas grand-chose. En réalité, la pratique du pouvoir de Moubarak, le régime qu’il dirige, les trente années d’état d’urgence, la situation économique, sociale et politique de la population égyptienne – bref, tout ce qui fait la Une, ou du moins apparaît dans les journaux depuis peu –tout cela est quasi-absent des discours d’Alexandre Adler. Ce qui l’intéresse, ce qui l’inquiète, à propos de l’Égypte, c’est son basculement toujours prochain et toujours presque achevé dans « l’islamisme radical ». Ne rien savoir des peuples : c’est à cela qu’on reconnaît un expert en géopolitique, du moins dans le microcosme des éditocrates.
Ainsi, le 4 mai 2005, Alexandre Adler nous met en garde : « Plus gravement, la déstabilisation structurelle, tant de l’Égypte de Moubarak que de l’Arabie saoudite du prince Abdallah par leurs majorités islamistes respectives, ne laisse pas d’inquiéter pour l’avenir ». Le 30 décembre 2006, la « Songerie moyen-orientale » (c’est le titre) de notre chroniqueur prend fugitivement des allures de cauchemar quand il songe à la « crise intégriste lancinante en Arabie saoudite et en Égypte ». Et si, en juin 2007 [1], il fait mine d’évoquer enfin la « situation interne » de l’Égypte et les « préoccupations très grandes que donne l’état général » du pays, c’est pour ne rien en dire, sinon s’inquiéter du « renforcement du rôle des Frères musulmans égyptiens » et des élections législatives remportées à Gaza par le Hamas qui pourraient provoquer « l’implosion d’un État égyptien qui, du Darfour aux rues populeuses du Caire, est défié aujourd’hui sur tous les fronts ».
En décembre 2008, il a encore un mot pour le peuple égyptien : « Le sacrifice des islamistes de Gaza devrait, dans l’esprit de ses instigateurs, tout à la fois vaincre sur le terrain les capitulards chiites de Téhéran et de Bagdad, qui ne rêvent que de dialogue avec Obama, et à déstabiliser pour de bon une Égypte de plus en plus intégriste. » Pour rendre compréhensible cet extrait de ce qu’au Figaro l’on nomme « chronique », mais que l’on pourrait tout aussi bien qualifier de bouffée délirante, il faut sans doute préciser qu’à la lecture de l’article il apparaît que l’expression « sacrifice des islamistes de Gaza » désigne l’opération israélienne « Plomb durci » qui se prépare, opération dont les « instigateurs » sont, évidemment, les “durs” de Téhéran. Et Adler de conclure, visionnaire : « L’impuissance de Moubarak pourrait fragiliser définitivement l’État et faire basculer toute la région vers une sorte de califat ». Adler, comme on le disait dans un bon livre – Les Éditocrates – récemment réédité en poche, c’est l’imagination au pouvoir.
Une imagination, comme on le voit, échauffée par un prurit anti-islamiste faisant régulièrement verser la chronique dans le prêche enflammé ou la propagande hallucinée, qui n’ont rien à envier à d’autres fanatiques. Mais ce fanatisme-là ne mobilise guère les gardiens de l’ordre et de la raison médiatiques : ils en partagent généralement les présupposés et les méthodes.
Ainsi, le 18 mai 2005, Alexandre Adler fustige la « vulgate démocratico-humanitaire  » qu’il attribue à... l’administration Bush ! Cette « politique américaine de soutien énergique et intrusif en faveur de la démocratie dans le monde musulman » - c’est toujours du Adler dans le texte - est une politique vouée à l’échec, en raison de réalités naturellement « beaucoup plus complexes »  : Adler prévient qu’« une révision sera inévitablement nécessaire ». En Égypte, par exemple, où « le régime Moubarak s’affaiblit chaque jour », déclare Adler pour déplorer, cela va sans dire, la mollesse de ce « pouvoir, qui n’est bien évidemment que semi-autoritaire  » face à l’islamisme.
Le 15 août 2005, nouvelle appréciation dont les révoltés de la place Tahrir ne semblent pas avoir tenu compte : «  Le régime débonnaire et affaibli du président Moubarak en Égypte est lui, de son côté, la moins mauvaise des solutions pour le grand voisin du Sud » [2].

Six mois plus tard, ce pouvoir « débonnaire » et « semi-autoritaire » organise assez logiquement des « élections semi-libres » (selon la chronique du 26 janvier 2006) : des élections grâce auxquelles Moubarak sera tout de même réélu grâce à un score semi-démocratique de 88,5% des voix.
Il faut attendre 2011 pour que le « printemps arabe » altère – un peu – la vision du grand Alexandre.
Le 29 janvier, Adler nous avertit : « L’Egypte bouge [...] De là à penser que la chute de Moubarak est imminente, il n’y a qu’un pas à franchir, et certains - dont le président Obama, qui a appelé le Raïs à des réformes démocratiques - le font de manière inconsidérée  ». Le départ de Moubarak une dizaine de jours plus tard, le 11 février montre à quel point la prudence intéressée d’Adler était… inconsidérée. Il n’empêche : pour justifier le désaveu d’Obama, notre expert en comparaisons farfelues invoque la différence entre Ben Ali et Moubarak. Un nouvel adjectif apparaît alors sous la plume du chroniqueur du Figaro. « À la différence de Ben Ali, Moubarak ne s’affaiblit pas du fait de son obstination dictatoriale mais, tout au contraire, des nombreuses concessions sans principe qu’il aura été amené à consentir à son opposition islamiste ». La prose d’Adler est (volontairement ?) ambiguë. Faut-il comprendre qu’à l’instar de Ben Ali, Moubarak fait effectivement preuve d’une « obstination dictatoriale » ou que c’est seulement ce que prétendent ceux qui n’ont pas la clairvoyance d’Alexandre Adler ? Ceux qui ne voient pas que sa chute serait imputable à sa mollesse face aux islamistes, et non à son « obstination » à refuser des réformes démocratiques « inconsidérées » ?
De l’Égypte vue d’Adler, tournons-nous maintenant vers la Tunisie, pour nous pencher sur le Ben Ali selon Alexandre, « dictatorial », lui, sans ambiguïté. Aujourd’hui du moins.
La Tunisie et son « despotisme très relatif »

Alexandre Adler parle rarement de la Tunisie. Mais, avant le 29 janvier 2011, toujours en bien. Deux chroniques lui sont spécifiquement consacrées, qui valent le détour.
- La première, le 17 novembre 2005, célèbre « Le paradoxe tunisien ». On pourrait imaginer que ce paradoxe concerne la contradiction entre réussite économique et échec démocratique. Mais tout l’article tente précisément de convaincre son lecteur que ce prétendu échec est une « argutie » : celle-ci aurait pour fondement un « mélange de complaisance à l’égard de l’islamisme, de haine de soi et de trouille pure et simple » qui conduit indûment « à des condamnations sans appel ». Il faut donc se résoudre à comprendre que ce « paradoxe tunisien » oppose la réalité tunisienne à l’incrédulité des « idéologues de la capitulation face à l’islamisme » - comprenez : des droits-de-l’hommistes à l’entendement troublé.
Notre chroniqueur est cependant prêt à une fugitive concession, dont on appréciera la formulation prudente : « Non certes que la Tunisie soit un modèle achevé de participation démocratique. Car même si des partis et des mouvements d’opposition ont pignon sur rue, ils sont encore loin d’évoluer dans un cadre parfaitement démocratique. » Mais, nous rassure aussitôt Adler : « la démocratie peut aussi se mesurer à d’autres critères. Qui, dans le monde musulman […] préférerait aujourd’hui l’incontestable pluralisme politique iranien [...] au despotisme très relatif d’un Etat tunisien qui reste éclairé ? ».
- La seconde chronique est publiée le 31 octobre 2009, au lendemain des élections présidentielles, remportées par Zine El-Abidine Ben Ali avec un score très relativement despotique de 89,62%. Chronique intitulée « Où en est la Tunisie ? », et selon laquelle la Tunisie est, à bien y regarder, en pleine forme démocratique.
Certes, « un tel scrutin suscite évidemment les critiques les plus acerbes et les mises en cause les plus radicales ». Certes, on peut confraternellement regretter « les mauvais traitements infligés à notre consœur Florence Beaugé du Monde, lesquels ne s’imposaient pas  » : une délicate précision qui, en revanche, « s’imposait » manifestement. Mais ces deux légères concessions ne sauraient masquer l’essentiel : « Pourtant, il n’y a dans ces élections aucun élément qui devrait enflammer les esprits, si l’on a bien en tête la situation géopolitique de la Tunisie, les acquis démocratiques de sa société et surtout la nature des ennemis qui guettent son éventuelle faiblesse. »

Des acquis démocratiques ? Mais oui, et Alexandre Adler le prouve : « Pour ce qui est du totalitarisme, le bilan du régime en matière de liberté civile et d’égalité des citoyens parle de lui-même. » Prudemment, Adler se tait sur les libertés politiques. Et puisque ce bilan parle de lui-même, Adler n’en dit pas un mot et enchaîne aussitôt : « La Tunisie atteint d’ailleurs, grâce à sa liberté d’entreprendre, un PIB par tête d’habitant à peu près double de celui de ses voisins pourtant mieux pourvus en ressources naturelles. » On se perd en conjectures sur le sens de l’adverbe « d’ailleurs »... Quoi qu’il en soit, ayant ainsi brillamment démontré l’étendue des « libertés civiles », Adler pointe le véritable ennemi : l’opposition prétendument « démocratique » : « Mais peut-on prétendre que l’opposition soit aussi “démocratique” qu’elle le proclame ? Ici, il faut lire l’ouvrage de l’un de ses principaux représentants  ». Et après avoir résumé d’adlérienne façon un ouvrage de Moncef Marzouki [3], le grand Alexandre conclut sans faiblir : « Avec de tels démocrates en embuscade, on préférera la poursuite de l’expérience actuelle dont les succès économiques et humains ne sont plus à démontrer. » Puisqu’ils parlent d’eux-mêmes !
Qu’est-ce qu’un éditocrate omniscient ? Un commentateur, souvent journaliste, qui fait parler les faits, le cas échéant sans rien en dire et compare des allusions. Comme on va le voir.
Maroc, Algérie : de mal en pis ?

Confronté, en 2011, à ses éloges passés du régime de Ben Ali, Adler, comme on l’a vu plus haut, avait au moins assumé partiellement ses propos, affirmant, avec simplement un peu moins d’aplomb, que la Tunisie de Ben Ali était une « expérience encourageante ». Il avait surtout botté en touche en évoquant la situation, bien pire, du Maroc et de l’Algérie. Mais qu’en disait-il avant d’être pris en faute ?
Si le Maroc et l’Algérie font un peu moins bien en matière démocratique que le despotisme « très relatif » et très « éclairé » de Ben Ali, on peut supposer qu’aux yeux d’Alexandre Adler leur bilan n’est peut-être pas si négatif. Et de fait, selon des chroniques antérieures au « printemps arabe », on y assistait plutôt au « réveil de la démocratie "andalouse" ». C’est le titre d’une chronique surréaliste datée du 23 mars 2005, soit une semaine trop tôt pour un poisson d’avril.
Tout commence par un « souvenir » : celui « du célèbre Secret de la Licorne », épisode de Tintin dans lequel, comme le rappelle notre expert et comme le sait tout spécialiste de géopolitique, le héros trouve l’emplacement d’un trésor en superposant trois cartes. Or l’astuce de Tintin fonctionne aussi avec le Maghreb : « Ce n’est qu’en superposant les trois cartes du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie, que peuvent se révéler enfin les contours d’un bien plus grand trésor, celui de la démocratie "andalouse" ».
Et Alexandre Adler de passer en revue les atouts démocratiques des trois pays, à l’abri de cet alibi grotesque : la démocratie n’est achevée dans aucun pays, mais la superposition des trois dessine un pays joyeux et merveilleux qui ressuscite la « démocratie andalouse ».
- L’Algérie d’abord : « Il n’est pas douteux que l’Algérie n’ait pas pour l’instant franchi la barre fatidique d’élections, sincères et vérifiables. Il s’agit là d’une toiture qui ne manquera pas d’être posée en son temps. Mais tous les étages du bâtiment sont là. La liberté d’expression de la presse est considérable, la possibilité pour des partis politiques aux visions contradictoires d’avoir pignon sur rue est incontestée, la légitimité du pouvoir lui-même est de plus en plus descendue vers l’opinion publique ». Cette dernière phrase est à savourer à petits traits.
- « Si l’on se tourne à présent vers le Maroc », poursuit le Tintin du Figaro, « on constate qu’il y existe à présent un développement là aussi tout à fait original, celui de l’État de droit ». Et si « la monarchie marocaine, même modeste dans son expression, n’est toujours pas devenue une monarchie constitutionnelle, […] la Movida marocaine est bien là ». Tintin se rapproche du trésor : « Le Maroc nous fournit ainsi le complément juridique et idéologique qui, combiné au pluralisme algérien authentique, semblerait nous conduire très directement à un modèle de démocratie andalouse. »
- Ne manque plus que la Tunisie, « qui, seule, présente aujourd’hui dans la région un modèle de société civile véritablement prédémocratique », croulant sous « des libertés encore inexistantes ailleurs [4]. Celle d’aller et de venir, de créer son entreprise sans être accablé par une parafiscalité politique écrasante ».

Certes, cette dernière déclaration peut surprendre, aujourd’hui que toute la presse fait état de la corruption généralisée au profit de l’oligarchie au pouvoir. Mais Adler nous l’a dit : « J’ignorais à quel point ces canailles se comportaient comme des doryphores ». Et en bon éditocrate, quand on ignore ce que tous ceux qui voulaient savoir savaient depuis longtemps, on affirme bruyamment le contraire.
En 2008, on prend les mêmes et on recommence [5]. À défaut de superposer des cartes, Adler opère des regroupements. Deux, pour être exact : « Un groupe d’États tournés vers l’Europe et implicitement vers la démocratie : Maroc, Tunisie, Jordanie, Autorité palestinienne et, de plus en plus, Syrie. Et de l’autre, un front du refus autoritaire comprenant, d’ores et déjà, l’Algérie, la Libye et, de façon plus discrète, l’Égypte, le Liban étant devenu de facto un condominium euro-iranien. » On recommence donc, mais en bousculant quelque peu la hiérarchie : le Maroc et la Tunisie adeptes de la démocratie implicite s’opposent cette fois à l’autoritarisme (discret) de l’Egypte et de l’Algérie.
Pourtant, deux mois auparavant, dans une chronique intitulée « La coexistence pacifiée de deux Algérie », Adler se faisait une joie de s’arrêter pour une fois « sur ces trains qui arrivent à l’heure ». Il s’agissait en l’espèce de… l’Algérie stabilisée par « les deux mandats réparateurs de Bouteflika », à l’issue desquels « personne, à Alger comme à l’extérieur, n’est vraiment satisfait, mais personne non plus n’est vraiment mécontent ». Et Adler de conclure : « Certes, il s’agit d’un bilan encore modeste mais sans équivalent ailleurs dans le monde arabe, Maroc excepté ».
On l’aura compris : la cohérence, la pertinence ou la véracité importent peu à un médiacrate en roue libre. La réussite d’une chronique, pour le paraphraser, « peut aussi se mesurer à d’autres critères ».
***
Qu’Alexandre Adler ne soit qu’un idéologue, nul ne saurait en douter, et nul ne saurait reprocher au Figaro de lui offrir une tribune hebdomadaire. Que cette idéologie se propage à coups d’assertions péremptoires, de pétitions de principe, de considérations tintinophiles et de prophéties déguisées en déductions scientifiques, mais généralement démenties rapidement par les faits (voir en annexe, un exemple éclatant), voilà qui est plus difficile à défendre. Et le fait qu’elle passe par le soutien cynique à des régimes dictatoriaux, qu’on couvre d’éloges pour leurs acquis ou leurs conquêtes démocratiques... ne mérite guère de commentaires.
La critique la plus cinglante de cette pratique éditocratique largement partagée, on la trouve étrangement sous la plume d’Alexandre Adler lui-même, à qui nous laisserons donc le dernier mot : « Ils savent, quand ils le veulent et avec une dextérité exemplaire, détourner le regard devant les meurtres et l’oppression la plus nue, pour ensuite se faire les procureurs vétilleux, là aussi quand ils le veulent » [6]. Il faut dire que le plus décomplexé des éditocrates parlait alors des… « idéologues de la capitulation face à l’islamisme ».

Olivier Poche

Annexe : Le « théorème égypto-iranien » – Un condensé d’éditocratie
C’est en 2004 – du moins selon nos recherches – qu’Alexandre Adler invente ce qu’il appellera plus tard le « théorème égypto-iranien ». Dans un article rendant compte des « grandes conférences du Figaro » Olivier Zajec relate l’exposé du « spécialiste de géopolitique », qui a « fait observer que l’Iran et l’Egypte évoluaient sous nos yeux de façon parallèle mais néanmoins inversée ».
C’est le 26 janvier 2008 qu’il baptise sa découverte. La chronique du Figaro s’intitule ce jour-là « Le théorème égypto-iranien », et développe cette « simple observation empirique, s’agissant du "Grand Moyen-Orient" : l’Égypte à l’ouest et l’Iran à l’est semblent y fonctionner comme deux pôles de charge électrique opposée […] Le Caire et Téhéran alternent depuis 1945 dans des postures toujours aussi symétriques ».
Trois périodes se détachent : « De 1945 à 1953, l’Iran est en proie à une fièvre nationaliste et démocratique, dont la haute figure de Mossadegh domine le déroulement. À la même époque, l’Égypte du roi Farouk demeure une monarchie parlementaire débonnaire, bien que de plus en plus chaotique ». Deuxième étape : « À peine le cycle révolutionnaire iranien se ferme-t-il avec la contre-révolution pro-impériale organisée par les services secrets britannique et américain en 1953, et voici qu’en Égypte, après le coup d’État pacifique des “officiers libres” de 1952, l’ardent nationaliste révolutionnaire qu’est Nasser s’impose ». Troisième phase : « en 1978 le visionnaire Anouar el-Sadate impose, après sa visite prophétique à Jérusalem, un nouveau cours pro-occidental et réformiste en Égypte. Au même moment, le pouvoir du chah vacille ».
Retour au présent : « Nous en sommes, en apparence, encore là avec Hosni Moubarak[…] mais aussi avec Ahmadinejad […] ».
Mais, nouvel exemple des prophéties burlesques d’Adler, « le basculement est déjà visible à l’oeil nu, en Iran à tout le moins. Tout indique qu’au lendemain des élections générales de mars, qui, à la différence des présidentielles de 2005, ne seront pas, cette fois-ci, truquées dans la même proportion , une offensive généralisée des conservateurs éclairés et des progressistes assagis cherchera à se débarrasser pour de bon de l’énergumène terroriste, négationniste et obscurantiste qui tient lieu de président à la grande nation iranienne ». Si le sort de l’Iran est écrit (dans le Figaro), celui de l’Egypte est encore incertain : « l’Égypte demeurera-t-elle stable tandis que l’Iran entreprend son grand basculement vers l’Ouest ? Tout indique là aussi[…] qu’une grande mutation politique se prépare aussi au Caire, et de toute évidence en sens opposé. L’agent de cette mutation n’est autre que le Hamas ».
Et Adler de conclure, sûr de son fait : « Décidément, le théorème égypto-iranien semble bien prêt de se réaliser une fois de plus... et l’histoire est bien une science expérimentale ».
Trois ans plus tard, alors que « l’histoire » a infligé un triple camouflet à la « science expérimentale » d’Adler, ce dernier tente de persister, et signe cette chronique déjà évoquée : « Vers une dictature intégriste au Caire ? ». Déjà évoquée, et déjà lue, puisqu’au beau milieu de l’histoire en marche, le chroniqueur du Figaro, peut-être un peu secoué, demande qu’on lui « permette ici une considération tout à fait inactuelle  » : une considération qui lui permet… de recopier sa chronique de janvier 2008. Et Adler de pontifier : « on observe depuis 1945 une sorte de corrélation troublante et inversée entre les deux seules grandes nations du Moyen-Orient que sont l’Iran et, précisément, l’Égypte ».
Passons le développement, et allons jusqu’à la conclusion. Qui est la même. Mais pas tout à fait : «  Nous en sommes en apparence toujours là. Mais pas tout à fait  ». En effet, « le trucage des élections iraniennes de 2009[Adler prédisait le contraire…] et les gesticulations de plus en plus vaines du pseudo-président Ahmadinejad ne font pas oublier un seul instant aux Iraniens que la légitimité est d’ores et déjà du côté de la coalition informelle réformatrice qui se forge en ce moment même contre lui. En Égypte, en revanche, jusqu’à ces derniers jours, aucun mouvement parallèle, même si en pointillé on ressent une érosion de la légitimité du pouvoir de Hosni Moubarak  ».
Lumineuse lecture de la situation égyptienne ! Mais pour conserver une apparence de crédibilité à son pseudo « théorème », Adler décide que le sort de l’Egypte repose entre les mains du cheikh Badie, leader des Frères Musulmans : « Restera à savoir ce que le cheikh Badie aura lui-même décidé : se débarrasser tout de suite de Moubarak ou continuer à jouer la succession Souleïmane […] reste surtout à savoir si la corrélation Le Caire-Téhéran nous réserve encore une nouvelle et immense surprise : la liberté en Iran, et hélas la dictature intégriste en Égypte ». Dictature qui serait une immense « surprise » pour les Egyptiens, après les années de « liberté » sous Moubarak…
Reste à préciser qu’entre la première formulation du théorème et son autoplagiat, une chronique datée du 26 janvier 2006 avait démontré le contraire : « Avec les élections palestiniennes nous arrivons au point extrême de l’offensive islamiste qui fait rage depuis plusieurs mois […]Nous aurions en parallèle , le redressement inattendu de l’islamisme iranien qui retrouve son intensité militante des premiers jours avec l’élection surprise d’Ahmadinejad, l’affirmation en force du courant islamiste égyptien  ». Offensive islamiste qui, autrement dit, réduisait à néant le théorème égypto-adléro-iranien, deux ans seulement après sa découverte, et deux ans avant sa démonstration officielle !
Notes
[1] Dans deux chroniques successives, datées du 16 et du 23.
[2] Replacée dans son contexte, la formule éclaire la vision adlérienne du monde, bien partagée au sein del’éditocratie contemporaine : « Sur toutes ses frontières, Israël est à présent confronté à des régimes ou à des individualités qui représentent sans exception un très net progrès par rapport au monde arabe d’il y a quarante ans gangrené et tuméfié par la xénophobie nationaliste ». Vision du monde dans laquelle toute réalité politique est appréciée à l’aune de la sécurité supposée d’Israël – après tout, pourquoi pas ? Mais elle nous vaut une série d’hommages aux grands démocrates de la région qui mérite d’être signalée : « Le roi Abdallah de Jordanie est un souverain exemplaire de courage et de sensibilité démocratique, Bachar el-Assad lui-même est la meilleure incarnation possible de ce qu’il reste du Baas à la recherche de la modernité. Le régime débonnaire et affaibli du président Moubarak en Égypte est lui, de son côté, la moins mauvaise des solutions pour le grand voisin du Sud. L’accès au trône, avec le roi Abdallah d’Arabie saoudite, du premier membre de la dynastie qui ait accepté sans restriction mentale, l’existence d’Israël, pourrait aussi représenter un tournant géopolitique. En Abou Mazen enfin, Israël se trouve confronté à un interlocuteur courageux et loyal ». Fermez le ban !
[3] Dictateurs en sursis, Éditions de l’Atelier, 2009
[4] Honnêteté intellectuelle oblige, Adler prend tout de même soin de préciser que « la liberté d’expression n’est pas parfaite ».
[5] « L’Europe dans une zone de turbulences », Le Figaro, 14 juin 2008.
[6] « Le paradoxe tunisien », Le Figaro, 17 novembre 2005.

 

http://www.acrimed.org/article3554.html http://www.acrimed.org/article3554.html


Lundi 14 Mars 2011
http://www.alterinfo.net/Les-faceties-d-Alexandre-Adler-un-historien-experimental-des-pays-arabes_a56277.html
Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 16:27

346500_need_revolution_usa

http://rustyjames.canalblog.com/tag/revolte

 

Les Medias et les révoltes sociales en Amérique.

Mardi 15 Mars 2011
http://www.alterinfo.net/Les-Medias-et-les-revoltes-sociales-en-Amerique_a56322.html


Y a t-il une censure ? Une tentative de dissimulation ou de minimisation de la part de la presse en ce qui concerne les mouvements sociaux qui ont lieu en Amérique du nord ? La question peut être assimilée à de la paranoïa, mais à la vue des faits, rien n’est plus sûr.


Malik.M
Mardi 15 Mars 2011


Les Medias et les révoltes sociales en Amérique.
Deux grands événements majeurs dans la lute sociale ont secoué le nord de
l’Amérique et ont eu lieu le même jour, samedi 12 mars 2011.  
L’un dans la ville de Montréal au Québec, avec la grande marche contre le
budget du gouvernement libéral du Premier Ministre Jean Charest , et le
deuxième, une manifestation de la plus grande envergure qui a eu lieu à
Madison dans l’état du Wisconsin aux Etats unis, celle-ci avait pour
revendication de contrer la loi abrogeant une grande partie des pouvoirs des
syndicats
.
La manifestation de Montréal à elle, réuni entre 50.000 et 55.000
personnes. Autant dire une réussite totale dans un pays ultra capitaliste comme
le Canada où les démonstrations de force de la sorte sont très rares.  
Plus d’une centaine de syndicats et organisations d’étudiants se sont
donc unies pour dire stop à la partie libérale et à sa politique.  


La presse écrite montréalaise à parlé de l’événement, ainsi que sur
les sites internet de différents journaux ou sites d’information. Mais à la
lecture de leurs articles et mis à part le chiffre de 50.000 personnes, rien ne
laisse penser que cette manifestation fut capitale ou qu’un message fort est
lancé à tous les gouvernements ultra libéraux qui tentent de dépouiller les
travailleurs et la population de leurs acquis sociaux en privatisant à tour de
bras. J’ai donc trouvé que le traitement de l’information par certains
organes de presse fut timide.


Sur le journal Metro par exemple, le gratuit le plus distribué à Montréal,
on peut observer ou plutôt ne pas observer le traitement de l’information de
cette manifestation. En effet aucune ligne n’est consacrée à la
mobilisation…Pourquoi ? Le mystère reste entier. Et pourtant différents
sujets sont traités dans cette édition du 14 Mars 2011, mais pas un mot sur la
manifestation.  
La télévision a quant à elle aussi boudé l’événement, en se limitant
au strict minimum. S’il en faut une preuve, beaucoup de Montréalais absents
ou restant chez eux le samedi 12 mars n’ont apprit nulle part qu’une
manifestation de 50.000 personne avait eu lieu a quelques encablures de chez
eux. J’ai moi même informé plusieurs personnes de mon entourage que
l’événement avait eu lieu, car ces derniers ne lisent pas certains organes
de presse, ils s’informent principalement par le biais des journaux gratuits,
notamment Metro.

Quant au rassemblement qui a eu lieu à Madison et qui est tout simplement
historique, (100.000 personnes) il a quant à lui été boudé par les médias
canadien et français. Alors que ce mouvement dure depuis plusieurs semaines et
que des célébrités très prisées en général par les medias comme «
Michael Moore » sont allé prêter main forte et soutenir les milliers de
personnes qui résistent à la suppression de tous leurs droits. Bizarre donc
que les medias français n’en font pas écho plus que cela. Seulement quelques
brèves sont publiées sur les versions électroniques des quotidiens. Il faut
aller sur des sites d’info citoyenne comme agoravox.fr pour trouver plus
d’infos.


Somme-nous donc en face d’une censure pure et simple des gros medias face à
une prise de conscience de la masse dite capitaliste et de société de
consommation ? Faut-il dissimuler ou minimiser le fait que la population qui vit
dans ces modèles de capitalisme, commence à se réveiller et ne plus tolérer
cette course effrénée pour l’argent, allant jusqu'à piétiner les
populations les plus modestes et pauvres ? Les gros medias qui sont financés
pour la plupart par ces multinationales, font-il de l’autocensure et vont
jusqu’a occulter l’information dans leur presse ?  
Les révoltes et les prises de conscience des peuples ne se résument plus
qu’au monde arabo-berbère, mais touchent tous les peuples. Après plus de
30ans de léthargie, de consommation à outrance, de bourrage de crane à base
de coupures publicitaires et de propagande télévisuelle, les gens se rendent
compte petit à petit que c’est la rue qui détient le pouvoir. Et que si le
peuple n’est pas d’accord, rien ne va plus.  


Dans le cas des oligarchies occidentales, et contrairement aux dictatures qui
elles peuvent se permettre de tirer sur la foule pour calmer les ardeurs, aux
Etats Unis ou au Canada il faut faire preuve d’imagination et user d’autres
méthodes afin de stopper net toute révolte contre le dictat de la
libéralisation.
Il faut créer des ennemis et les alimenter tel que le communisme qui de nos
jours est toujours présenté  comme un mangeur d’enfants, il faut abreuver
sans cesse l’esprit des gens de pub, de promotion, de boxing day, de nouvelle
menasse terroriste, de choc des civilisations… Bref il faut maintenir la masse
sous constante perfusion afin qu’elle ne se lève plus de son lit d’hôpital
privatisé. Autrement dis le "Tittytainment", terme utilisé par Zbigniew
Brzeziński, conseiller à la sécurité nationale du Président des États-Unis
Jimmy Carte, le tittytainment, est un mélange d'aliment physique et
psychologique, pour endormir les masses, le mot est un mélange des mots anglais
"tits" "seins" et "entertainment" .  

Oui, un changement est en train de s’opérer, le 12 mars 2011 fut l’un des
signaux, même si la plupart de la population ne se sent pas concernée par ces
luttes sociales, c’est les retombées catastrophiques de ces politiques
libérales qui la réveillera lentement. Cherté de la vie, inégalités
sociales, fossé entre les riches et le reste de la population, l’accès a
l’éducation de plus en plus cher, le système de santé qui s’apparente
plus à un marché boursier… . Toutes ces conséquences vont pousser les
peuples à choisir une autre direction que celle que les medias de masse et la
publicité les encourage à prendre.


Mardi 15 Mars 2011
http://www.alterinfo.net/Les-Medias-et-les-revoltes-sociales-en-Amerique_a56322.html
Des manifestations dans plusieurs États américains   07/03/2011
Jamais les Etats-Unis n’avaient vécu une telle ferveur syndicale et depuis 17 jours, les employés américains ont amorcé une bataille contre la politique d’austérité mise en place. Quelques centaines de rassemblements ont déjà...

Plus de 50.000 manifestent à Montréal contre les compressions budgétaires   14/03/2011
Plus de 50.000 personnes, venues des quatre coins du Québec, ont manifesté ce samedi à Montréal contre la nouvelle série de compressions budgétaires prévues dans le budget provincial qui sera déposé jeudi prochain par le...
.
.
.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 16:12

 

tsunami japon catastrophe tokyo tremblement de terre quake.jpg

 

Au vu des chiffres Les Tokyoïtes dépassent actuellement, en moyenne en 7 heures la limite autorisée pour l'exposition de la population aux rayonnements artificiels
par an par personne !! (Mesure moyenne de radioactivité relevée sur ce compteur :
0,16 microSievert/heure)

Le taux actuellement  est a 0,29 mSv à 1 heure du matin. !! (heure française)
http://www.ustream.tv/channel/geiger-counter-chiba



"On considère aujourd'hui que la radioactivité a un effet direct sur l'organisme à partir de 50 millisievert par an. Pour info (on parle ici de milliSievert, mSv) : Dose annuelle moyenne reçue en France : ~2,4 mSv/an/personne. Une radiographie des poumons : 0,3 mSv. Fumer une cigarette : 0,001 mSv. Limite autorisée pour l'exposition de la population aux rayonnements artificiels, en France : 1 mSv/an/personne. Limite autorisée pour les personnels exposés, en France : 20 mSv sur douze mois glissants par personne. Plus de précisions sur le Sievert : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sievert Pour Chernobyl, les quelque 600 000 "liquidateurs" qui étaient intervenus sur le site reçurent en moyenne une dose de l'ordre de 100 mSv (de 10 à 500 mSv). Dans le reste de l'Europe, le passage des "nuages radioactifs" a conduit à une hausse détectable de la radioactivité, mais la population a été exposée à moins de 10 mSv (c'est-à-dire deux ou trois fois la dose moyenne reçue par la radioactivité naturelle). Plus de précisions sur Tchernobyl : http://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_Tchernobyl"

.

  

Lisez tout le suivi des opérations : HALLUCINANT !

 
.
Et chez nous tout va bien,
sauf qu'ils vont vérifier toutes les centrales nucléaires !
 
Au fait, on se demande si l'urgence aujourd'hui était celle de vérifier les centrales nucléaires qui sont toutes défectueuses comme nous le savons, et qui sont données pour être les plus sûres au monde ou s'il était plus urgent de vérifier si la radioactivité nous touche ou doit nous toucher ?
(..)


 
.
Deux nouvelles répliques frappent le nord-est du Japon
 
Deux nouvelles répliques ont frappé mardi soir le nord-est du Japon à quelques minutes d'intervalle, faisant trembler les immeubles de Tokyo.
La première secousse, d'une magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter, a été enregistrée mardi soir au large de la préfecture de Fukushima, à 325km au nord-est de la capitale, non loin de l'épicentre du puissant séisme de vendredi dernier. Trois minutes plus tard, une réplique de magnitude 6 a été recensée sous la préfecture de Shizuoka, à 90km au sud-ouest de Tokyo.
 
.
Nervosité en Russie

La nervosité s'est emparée mardi de l'Extrême-Orient russe, les habitants de Vladivostok surveillant en temps réel le niveau de radiation alors que les militaires se préparaient à évacuer les îles près du Japon en cas de détérioration de la situation.

En dépit des assurances officielles sur le niveau de radiation qui reste pour le moment dans les normes, l'armée russe a prévu de mobiliser les navires de la flotte du Pacifique et des avions militaires en cas d'évacuation de la population des îles Kouriles et de Sakhaline, qui disposent de moyens de transport limités.
 
 


Par ailleurs, il y a eu aujourd'hui nombre d'incidents d'avions
sur les USA, qu'ils se sont chargés de censurer immédiatement.
 
Ce sont des icônes jaunes (§) avec un avion noir
dessus !

 

La nouvelle vient de tomber, la situation s'aggrave de jour en jour et on peut réellement se demander s'il y aura une fin au cauchemar! C'est donc officiel, le réacteur numéro 4 est en feu et toutes les infos sont plus terribles les unes que les autres. Nous avons réellement dépassé Tchernobyl. Je vous met [...]

Lire la suite

 

 

.

 

Le Japon après la catastrophe,

en cent images.

Un spectacle de dévastation, un autre monde dans lequel l'humain n'est plus grand chose... 100 Images qui montrent l'ampleur des dégâts actuels, à faire froid dans le dos !

Lire la suite

 

 

.

Informations au fur et à mesure :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/alerte-nucleaire-au-japon-apres-un/

 

 

.

Réseau "Sortir du nucléaire" 
Fédération de 875 associations agréée

pour la protection de l'environnement
http://www.sortirdunucleaire.org/

 

 

.

 

Catastrophe de Fukushima : les premières mesures indépendantes de radioactivité sont alarmantes

 

 

 Fukushima (Japon): vers un SUPER-TCHERNOBYL? (mise à jour du 13 mars)

 

 

 Catastrophe Nucléaire au Japon: "Le pire est très certainement en cours", selon le président de l’Observatoire du Nucléaire

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 16:10

Libye

http://www.matunisie.com/actu/des-milliers-de-tunisiens-quittent-la-libye-39991.html

 

 

Actualité alternative du 12 au 15 mars - Un ingénieur palestinien enlevé par le Mossad..

 

 

Mardi, 15 Mars 2011 20:48

IRNA - A la suite des affrontements entre les révolutionnaires et les forces gouvernementales, les révolutionnaires ont pris le contrôle des deux villes importantes d'Al-Jouf et de Marib, dans le Nord-Est du Yémen.
Press TV - Ils étaient des milliers les Bahreïnis à se rassembler, sur la place de la Perle, aujourd’hui, mardi, au «jour de la colère», pour exprimer, haut et fort, leur vive protestation contre la présence des forces saoudiennes et émiraties, dans leur pays.
Bahreïn : aujourd’hui, «La journée de la colère», contre l’Arabie saoudite IRIB- Le débarquement des militaires saoudiens et émiratis, à Bahreïn, et l’occupation de ce pays, ont rempli de colère le peuple de ce pays, à tel point qu’il a proclamé "journée de la colère", cette journée de mardi.
IRIB- L’opposition au gouvernement de Manama a qualifié l’agression du territoire bahreïnie par les forces militaires étrangères de guerre non déclarée contre le peuple.
IRIB - Selon la presse italienne, les documents secrets de l'ambassade américaine, en Italie, diffusés par le site "Wikileaks", révèlent que les Etats-Unis ont envoyé, en 2003, via une base, en Italie, des armes de destruction massive, en Irak.
Yémen: Marib et Al-Jouf entre les mains des révolutionnaires Press TV- Les révolutionnaires yéménites sont parvenus à s'emparer de deux villes importantes, dans le Nord et l'Est du pays.
Mardi, 15 Mars 2011 09:40
IRIB- Un millier de forces militaires saoudiennes sont arrivées, à Bahreïn, sous prétexte de vouloir mettre fin aux menaces d'ordre sécuritaire, dans le pays. Riyad a prétendu, lundi, dans un communiqué, que le Conseil des ministres saoudiens considère l'envoi des forces militaires sur le territoire voisin Bahreïn, comme une réponse…
Bahreïn: l'intervention des pays du golfe Persique est une déclaration de guerre Farsnews - L'opposition au gouvernement bahreïni considère toute intervention des forces du bassin du golfe Persique, dans la crise du pays, comme une déclaration de guerre et d'occupation.
Lundi, 14 Mars 2011 20:18
Quatre morts, au Yémen Al-Alam - Quatre protestataires yéménites sont tombées sous les balles tirées par les forces de sécurité ; or, des dizaines de membres du parti au pouvoir ont démissionné, manière d’exprimer leur protestation contre la répression des manifestants.
Des soldats saoudiens, envoyés, à Bahreïn, pour réprimer le peuple IRIB - Le secrétaire général de l'Organisation des droits de l'Homme de Bahreïn s'est dit, vivement, inquiet de l'envoi de soldats saoudiens, pour réprimer les manifestants.
La répression des manifestants se poursuit au Yémen IRIB - Le gouvernement yéménite a annoncé avoir installé des fils barbelés autour de la capitale, Sanaa, pour empêcher les manifestants venus des autres villes d'y entrer.
Lundi, 14 Mars 2011 10:52
Attaques terroristes, en Irak IRIB - Dans une attaque d'assaillants armés et suite à l’explosion de bombes, dans les différentes  régions irakiennes, au moins, 2 personnes, ont été tuées, et 6 autres, blessées.
Les journalistes turcs manifestent contre Erdogan IRNA - Des centaines de journalistes turcs sont descendus, dimanche, dans les rues d’Istanbul, pour protester contre l’arrestation d’un certain nombre de leurs confrères.
Bahreïn : les universités en ébullition IRNA - Rassemblées, dimanche, sur le campus de l’Université de Manama, des centaines d’étudiants bahreïnis ont été attaqués par des forces de l’ordre et des policiers armés de grenades de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc.
Une nouvelle Egypte sans «démocratie américaine» Al Alam - "L’idée de bâtir une nouvelle Egypte respectueuse des règles de la démocratie est parfaitement réalisable, et pour ce faire, les Egyptiens n’ont nul besoin des Américains", a estimé Essam Al-Erian, l’un des porte-paroles des "Frères musulmans", dimanche, à l’antenne d’Al-Alam.

Dimanche, 13 Mars 2011 21:32

Bahreïn: des manifestants dispersés, dans la capitale IRIB- Des dizaines de personnes ont été hospitalisées, après des tirs de gaz lacrymogènes de la police, dimanche, sur des manifestants, à Manama, dont certains tentaient de bloquer l'accès au district financier.
Dimanche, 13 Mars 2011 20:40
Manifestation au Yémen, réprimée IRIB- La police yéménite a ouvert le feu sur des milliers de manifestants qui dénonçaient, pour le 30ème jour consécutif, le régime d'Ali Abdallah Saleh.
Israël construit des centaines de nouveaux logements, en Cisjordanie IRIB- Le régime sioniste vient d'accorder son aval à la construction illégale de centaines de nouveaux logements, en Cisjordanie.
Oman : le parlement dispose de davantage de pouvoirs IRIB- Le Sultan d'Oman, Qabous bin Saïd, a décidé de céder à un Conseil, partiellement, élu, certains pouvoirs législatifs qui lui étaient dévolus.
Arabie saoudite : les femmes, de nouveau, privées de voter IRIB- Les femmes saoudiennes ont été, de nouveau, privées de participer aux élections municipales, prévues, pour l’année prochaine.
Dimanche, 13 Mars 2011 17:22
Le commencement de vastes grèves, à Bahreïn IRIB- Suite à de nouveaux actes de répression du régime bahreïni contre les manifestants, les Bahreïnis, en réponse à l’appel de l’opposition, ont observé une grève.
Yémen : des dizaines de blessés dans les accrochages entre le peuple et les forces de sécurité yéménites IRIB- Lors des affrontements d’hier entre les grévistes, réclamant la chute du gouvernement yéménite, et les policiers et les progouvernementaux, sur une place, devant l’Université de Sanaa, des dizaines de personnes ont été blessées.
Bahreïn: le palais royal, encerclé, par les protestataires IRIB- Des dizaines de milliers de Bahreïnis ont encerclé le palais royal de Hamad Ben Issa Al-e-Kkhalifa, exigeant la fin de la monarchie bahreïnie.
Dimanche, 13 Mars 2011 08:49
Yémen : la police abat cinq manifestants IRNA- Samedi, les forces de sécurité ont tiré sur des manifestants réclamant la chute du Président Ali Abdallah Saleh.
Irak: sept soldats irakiens, tués, dans une embuscade, près de Mossoul IRIB - Sept soldats irakiens ont été tués, samedi, dans une embuscade, près de Mossoul, dans le nord de l'Irak, ont indiqué la police et l'armée irakiennes.
Des officiers supérieurs yéménites rejoignent les rangs des révolutionnaires. IRIB - Simultanément aux manifestations, dans les villes yéménites, contre le régime dictatorial d’Ali Abdullah Saleh, des sources d’information ont révélé que 3 officiers supérieurs de l’armée yéménite avaient rejoint les rangs des révolutionnaires.
IRIB - A la suite de la mort de 5 colons sionistes, l’armée du régime sioniste a, entièrement, encerclé, samedi, la ville palestinienne de Naplouse, située, en Cisjordanie.
Samedi, 12 Mars 2011 19:43
Yémen: le martyre de trois manifestants IRIB - Trois manifestants sont tombés en martyrs sous les balles des policiers.
Le Hamas dénonce l'enlèvement d'un Palestinien par le Mossad IRIB - Le Mouvement de la résistance islamique de la Palestine, le Hamas, a dénoncé, vendredi, la disparition, en Ukraine, d'un ingénieur palestinien de la bande de Gaza, enlevé, par le Mossad (services secrets israéliens- ndlr).
Liban: rhétorique anti-Hezbollah de Saad Hariri IRIB - L'ancien Premier ministre libanais, Saad Hariri, a accusé le Hezbollah de prendre en otage l'avenir du pays avec ses armes, et a appelé ses partisans à se rallier, dimanche, contre ce qu'il a appelé "les armes non-étatiques", a rapporté Press TV.
.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages