Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 01:11

;

 

Dimanche 7 septembre 2014

Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir…Le système capitaliste repose sur des médias de plus en plus omniprésents car parfaitement adaptés aux évolutions technologiques du XXIème siècle. Journaux et chaînes télévisées représentent aujourd’hui une arme redoutable pour ceux qui tirent les manettes de l’économie globale. Et ne parlons pas de liberté de la presse ! Tout récemment, les mésaventures de Libération, affrontant une des plus graves crises de son histoire, ont nécessité d’avoir recours à des hommes d’affaires fortunés prêts à renflouer les caisses, moyennant forcément une emprise plus ou moins directe sur l’entreprise et partant, la ligne éditoriale. On ne mord pas la main qui vous nourrit…

 

Malgré ceci, de nombreuses voix se font entendre pour critiquer ce système qui nous pousse inexorablement vers une crise, économique et morale, de grande ampleur. Certains, tel l’éditorialiste du New York Times Roger Cohen, estiment même que les tensions qui agitent l’Ukraine, la guerre syrienne et les conflits territoriaux en mer de Chine sont autant d’éléments qui pourraient déclencher un nouveau conflit mondial. 

 

Plus que jamais l’Occident, qui continue à être à la traîne de ce système en n’acceptant pas de céder le témoin aux BRICS, met le feu aux poudres en alimentant les guerres et autres entreprises de déstabilisation. Et là encore, l’appareil médiatique n’a jamais autant joué son rôle de propagandiste que depuis la chute du Mur. Le principe du « deux poids et deux mesures » est à ce petit jeu-là un véritable atout dans la manche des États-Unis et de leurs alliés, une arme dévastatrice utilisée au fil des ans pour hypnotiser et tromper une opinion publique de plus en plus privée de sens critique et de profondeur culturelle. Les États-Unis ont même rendu systématique ce « deux poids et deux mesures » en trouvant le terrain d’entraînement idéal avec la Guerre froide qu’elle a menée contre l’Union soviétique au cours du XXème siècle.

 

Mais comment diable s’y sont-ils pris ? C’est très simple : en accusant le pays des soviets de ne pas respecter les droits humains et d’arrêter injustement les dissidents politiques. Dans le même temps, le maccarthysme battait pourtant son plein au pays des soi-disant libertés, et des milliers d’Américains suspectés d’avoir de simples sympathies pour le socialisme ont connu les foudres de la « chasse aux sorcières ». Certains, à l’image des époux Rosenberg, ont même connu la chaise électrique. Et lorsque les chancelleries dites démocratiques mettaient en cause le bloc socialiste pour son intervention en Hongrie et en Tchécoslovaquie, les États-Unis et leurs alliés écrasaient les revendications populaires en Corée, au Vietnam, en Angola, au Congo ou en Amérique du sud sans que personne n’osât alors remettre en doute la supériorité morale de l’Empire. Et peu importe si, à la même période, les États-Unis étaient en train de dépasser l’URSS en termes de taille relative de sa population carcérale… Les médias avaient déjà fait le tri.

 

On ne parlera même pas de la politique intérieure des États-Unis, marquée durant les années cinquante et soixante par un racisme quasi institutionnel à l’encontre des Noirs et des Hispaniques. Un racisme impensable pour un pays se faisant le chantre de la liberté. Rappelons que l’ancien président sud-africain Nelson Mandela figurait sur la liste des terroristes établis par l’Empire, et ce depuis la présidence de Ronald Reagan jusqu’en 2008. Son parti, l’ANC (Congrès national africain), était alors considéré par les autorités américaines comme une organisation terroriste en raison de son engagement contre l’apartheid. Ces éléments n’ont pourtant jamais entamé la confiance aveugle des pays d’Europe de l’ouest vis-à-vis de son allié d’Outre-Atlantique. Cela pouvait encore se comprendre tant que l’URSS était debout ; il s’agissait alors d’une guerre idéologique entre l’Ouest et l’Est, et l’Occident se retrouvait, bon gré mal gré, sous le parapluie de l’OTAN.

 

Avec la chute de son ennemi soviétique, les États-Unis ont perdu toute excuse. N’ayant plus d’Empire du mal à défier, la « reine des démocraties » aurait dû tenir ses promesses et délivrer au monde entier la prospérité que la présence du monstre soviétique empêchait jusque-là d’offrir. Force est de constater que la chute de l’URSS n’a pas conduit à une amélioration des conditions sociales. Pis, les droits des travailleurs ont commencé à être malmenés et le bien-être ne s’est pas propagé si ce n’est par le développement de nouveaux biens technologiques, mais au prix d’un processus de fragmentation de la richesse aboutissant à la capitalisation par quelques-uns de sommes considérables d’argent au détriment du plus grand nombre.

 

Quant aux guerres, elles sont loin d’avoir disparu. L’Iraq, la Yougoslavie, le 11 Septembre, l’Afghanistan, les Printemps arabes et l’Ukraine nous rappellent que le monde entier verse chaque jour un peu plus dans le chaos. Le « deux poids et deux mesures » figure toujours en pointe de la propagande de guerre que les médias ont mise en place pour apporter un soutien diplomatique et moral aux interventions militaires de l’Occident. De la Libye de Kadhafi à la Syrie d’Assad, les médias ont orchestré sans discontinuer un gigantesque martèlement visant à identifier l’ennemi de la liberté et de la démocratie, le méchant pourrait-on dire, pour le jeter en pâture à l’opinion publique et justifier du même coup leurs prétentions impérialistes.

 

Ces manipulations, grossières au demeurant, sont d’autant plus possibles que les masses sont littéralement gavées par la propagande d’État. Il est facile dans ces conditions pour les dirigeants occidentaux de ne présenter qu’une analyse sommaire et manichéenne des faits,  une analyse n’appelant aucune réflexion. Pourtant, les militants djihadistes qui combattent Assad après avoir combattu contre Kadhafi sont présentés par les médias comme des combattants de la liberté, alors que les moudjahiddines qui luttent contre les États-Unis en Afghanistan deviennent subitement des terroristes. Plus près de nous, Hollande affirme que le président Assad n’est pas un partenaire fiable contre le terrorisme, alors que ces mêmes terroristes étaient les interlocuteurs de l’Élysée dans ses velléités de destitution des dirigeants syrien et libyen.

 

En Ukraine, le mouvement de contestation, baptisé « Euromaïdan », montre comment un coup d’État contre un gouvernement démocratiquement élu peut être fomenté avec succès avec un appui étranger et sans intervention militaire. Il dévoile, une fois de plus, la partialité des médias occidentaux qui, avec une argumentation fallacieuse, appuient aveuglément l’interventionnisme occidental et, avec une vision dichotomique, qualifient là aussi les uns de bons et les autres de méchants. Parmi ceux-ci, les séparatistes de la République populaire du Donetsk… comme si cette appellation suffisait à faire d’eux des terroristes.

 

L’Occident n’a eu de cesse de rendre ces ennemis inaudibles, pratiquant la désinformation par une perte de repères due à la surinformation en vue de créer non des illettrés ou des incultes, mais des êtres en phase de « désorientation », psychologiquement conditionnés et réorientés dans le sens souhaité. Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir…

 

 

 

 

 


 

Capitaine Martin

Repost 0
Published by Eva R-sistons
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 14:52

 

L’affaire Abdallah est un double scandale, une vilaine moisissure sur les pages de l’histoire de France

Publié par Gilles Munier sur 12 Septembre 2014, 06:40am

Catégories : #Sionisme

L’affaire Abdallah est un double scandale, une vilaine moisissure sur les pages de l’histoire de France

Par Jacques-Marie Bourget (revue de presse : Afrique Asie – 11/9/14)*


Le 24 octobre prochain, Georges Ibrahim Abdallah, citoyen et militant révolutionnaire internationaliste et libanais, va compter trente années de prison passées dans les geôles françaises. Dans un pays vraiment démocratique, qui aurait donc un souci sincère de la liberté et du droit, cet homme - selon la loi, libérable depuis 1999 - serait dans l’heure rendu aux siens.


Mais nous sommes en France, État gouverné par un président qui fait la fête avec Netanyahou ; et par Valls qui, chaque matin en se rasant, cherche la bonne idée du jour qui puisse faire plaisir à Israël. Manque de chance : Abdallah a été condamné pour l’assassinat, en 1982 en France, de deux diplomates, un Américain et un Israélien. Des représentants de pays qui ne comptent que des amis à l’intérieur de l’état PS. Voilà pourquoi Abdallah à la demande de Washington et Tel-Aviv, même sa peine purgée, doit mourir dans sa centrale de Lannemezan. Le 23 septembre son avocat va, à nouveau, déposer une demande de mise en liberté : elle risque d’être une illusion de plus.


L’affaire Abdallah est un double scandale, une vilaine moisissure sur les pages de l’histoire de France. Tout d’abord, le révolutionnaire libanais a été mal jugé, mal condamné. Mais, pour ceux qui ne veulent pas tenir compte de la réalité de ce massacre judiciaire, il existe une ignominie dans l’ignominie : le maintien en prison d’un homme qui a accompli « son » temps derrière les murs. Difficile après cela de dénoncer ces dictatures où les portes des prisons ne s’ouvrent que dans un sens. En sémantique, on peut dire qu’aujourd’hui Abdallah est un otage du gouvernement français.


Dans les premiers mois de son emprisonnement, le révolutionnaire, marxiste et compagnon de route des Palestiniens et des nationalistes arabes, a été soumis à un traitement digne du Moyen Âge et de la Question. Un exemple. Un week-end, une petite équipe de la DST débarque (illégalement) à la Santé et s’installe près de la cellule d’Abdallah. Cette bande barbouzarde, conduite par un policier aujourd’hui en retraite et qui ne cesse d’encombrer les plateaux de télévision, soumet le prisonnier à la torture avec un revolver sur la tempe, et le menace d’être jeté mort dans la Seine… Pour ces flics hors la loi, en 1986, il s’agit de faire avouer au détenu libanais les secrets d’attentats commis ou programmés à Paris. Ces hommes obtus, cow-boys incompétents, ignorent que leur malheureuse cible n’a rien à leur avouer. Ces attentats, dont celui de la rue de Rennes, liés aux dossiers Eurodif et Gordji, sont commis à la demande de l’Iran… alors que lui, Abdallah est un militant de la Fraction armée libanaise (FARL) qui n’a rien de commun avec les desseins de Khomeiny… Peu importe, Pasqua entend « terroriser les terroristes » donc, on torture. Mais ce n’est pas seulement cela. Pour la gestion d’une justice à sa main, le SDECE, les services spéciaux français (ex-DGSE), parvient à faire nommer un de ses agents comme avocat du révolutionnaire. Dans tout État, simplement normal, les responsables de ces forfaitures auraient été eux-mêmes conduits devant un juge…


Arrive le temps du procès. À partir de quelle preuve Abdallah est-il condamné ? À partir du contenu d’une valise retrouvée dans une planque du guérillero anticolonialiste. Elle contient l’arme utilisée pour assassiner les diplomates et une bouteille de « Corrector » portant les empreintes d’Abdallah. La cause est entendue : voilà le coupable. Hélas, l’agent qui a chargé cette valise y a oublié son journal… Un quotidien qui date d’après l’arrestation de Georges Ibrahim Abdallah. C’est la preuve que les indices accusateurs ont été manipulés, et qu’on ne peut condamner un homme sur l’édifice d’une « vérité » scellée avec du vent. Peu importe, le Libanais est condamné à perpétuité.


Nous avons reçu le témoignage anonyme d’un membre du cabinet de Taubira, ministre de la Justice : « Pour nous, sans aucun doute, il faut libérer ce prisonnier. Mais, après le blocage imposé par Sarkozy, le relais du « niet » a été pris par Valls dès qu’il a été nommé à l’Intérieur. A cette différence que, dans le passé, ce sont les ambassadeurs des États-Unis et d’Israël qui se rendaient place Beauvau pour y faire part de leur opposition à la libération du perpétuel prisonnier. Alors que, dès sa nomination, c’est Valls qui se rendait lui-même dans les deux chancelleries pour y recevoir les ordres. »

 

Source : Afrique Asie


http://www.afrique-asie.fr/component/content/article/75-a-la-une/8228-l-affaire-abdallah-est-un-double-scandale-une-vilaine-moisissure-sur-les-pages-de-l-histoire-de-france.html

 

 


 

La barbarie nazie de Kiev !

 

 

Actualité :

 

 

 

 

Roland DUMAS: "La France, chien d’avant-garde de l'OTAN"

Roland Dumas : "La France, chien d'avant-garde de l'OTAN

 

 

 

 

.


 


Roland Dumas : "La France, chien d’avant-garde de l’OTAN " - See more at: http://www.humanite.fr/roland-dumas-la-france-chien-davant-garde-de-lotan-551010#sthash.knRtm9jZ.dpuf
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Scandale
commenter cet article
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 00:50

 

PAS VU EN FRANCE. Pour les 45 ans de la révolution: Démonstration de force des Libyens

Posted on sept 6, 2014 @ 17:11

40

 

kadaMalgré son assassinat macabre orchestré par les Etats-Unis et la France, le frère Guide Mouammar Kadhafi reste et restera LE leader incontesté de la Libye, n’en déplaise aux esprits chagrins et autres mamamouchis de la rapine internationale. Alors que la Libye est en proie aux querelles entre milices pour le contrôle de la rente pétrolière et du gaz, sachant en plus que le Gouvernement des félons est en fuite, le peuple libyen se réhabilite. Terrorisé par la force de frappe machiavélique de l’Otan, est resté silencieux durant des années.


Le 1er septembre dernier, date anniversaire de la 45e année de l’accession du colonel Kadhafi au pouvoir -sans effusion de sang-, le peuple a profité de ce chaos ambiant pour fêter comme il se doit, de façons démonstrative donc, la fête de la Victoire. Malgré la présence des milices islamistes soutenues par les Occidentaux, ce peuple fier, dans toute la Libye sans exclusive, a fêté son chef, conscient désormais qu’il a été floué et dupé.


C’est ainsi qu’a Sebha, Bani Walid, Syrte, Zliten, Al Zaziya , et bien d’autres villes libyennes, ont eu lieu des festivités, avec en bonus, excusez du peu, des feux d’artifice afin de célébrer la Grande Jamahiriya arabe libyenne. Bien sûr, la presse mainstream ou nid d’espions ne peut pas relayer une telle information. Elle se contente de faire le buzz sur Valérie Trierweiler…


kada1Fait nouveau pour ce 45e anniversaire de la révolution libyenne, la fête à Kadhafi,  a franchi les frontières libyennes. C’est ainsi que les Libyens exilés en Tunisie ont célébré massivement a travers le pays, cette fête du souvenir, à Ben Gardan, Sousse, Medine mais aussi Tunis. Le drapeau vert,  vrai drapeau de la Libye, a été déployé, ainsi que les portraits du frère Guide Mouammar Kadhafi.


Il en fut de même en Égypte, notamment au Caire et à Alexandrie ou l’ex géneral Abdel Fateh al-Sissi a autorisé la manifestation.


Par cette démonstration, le peuple libyen prouve ainsi au monde son attachement éternel à la Jamahiriya arabe libyenne et à son Guide Mouammar Kadhafi.


kada2Ce sont près de 3 millions et demi de Libyens exilés, qui ont manifesté leur soutien à Mouammar Kadhafi, ainsi que le peu de Libyen restés en Libye. Un pied de nez aux Occidentaux, qui ont renversé non seulement un homme , mais un système de société qui fut accepté par la majorité du peuple libyen.

C’est la raison pour laquelle vous ne verrez pas cette information relayer par les médias occidentaux , outil de propagande et ennemis du véritable peuple libyen.

 

http://allainjules.com/2014/09/06/pas-vu-en-france-pour-les-45-ans-de-kadhafi-demonstration-de-force-des-libyens/

 

 

.

Un article exceptionnel, plébiscité !

Libye : Le vrai Kadhafi, un grand réformateur sauvagement assassiné

 

 

kadhafi-jeune.jpg

 

 

 

ET les meRdias ne parlent pas de cela non plus ! (eva)

 

Le blocus de l’enclave palestinienne continue

5 septembre 2014

Dans un communiqué publié sous le titre « Laissez les eurodéputés voir Gaza de leurs yeux ! », Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et Président du Parti de la gauche européenne, dénonce le refus d’Israël de laisser entrer à Gaza une délégation de députés au Parlement européen. Parmi eux, Younous Omarjee, député des Outre-mer :

« Israël vient de refuser l’entrée de Gaza à une délégation de 13 eurodéputés du groupe de la Gauche unie européenne – Gauche verte nordique (GUE-NGL). Parmi eux, Younous Omarjee, député français des territoires ultramarins. Je m’insurge contre cette décision arbitraire et contraire au droit international. C’est un nouveau geste qui montre le refus d’Israël d’œuvrer à la paix et au règlement pacifiste, juste et durable du conflit.

 

Le motif évoqué est irrecevable. Les eurodéputés de la GUE-NGL sont là pour voir de leurs yeux la situation à Gaza, et c’est cela qui dérange les autorités Israéliennes. Je demande au Ministre des affaires étrangères de la France de protester fortement auprès du gouvernement israélien qui doit revenir sur sa décision. »

 

http://www.temoignages.re/international/moyen-orient-et-afrique-du-nord/des-deputes-interdits-d-entrer-a-gaza,79944.html

 

 

.

L'actualité sur un de mes blogs  :

 

 

 

 

JPEG - 392.1 ko

.

 

Sur le blog ce que les médias ne nous disent pas :

 

 
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Désinformation
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 23:17

, 

ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

SALES CAR NE RESPECTANT PAS

LE CONTENU, LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR !

FUYEZ  LES SITES OVER-BLOG, SOUILLES COMME CELUI-CI !

Over-blog est devenu une poubelle !


OB-pub-panneau.jpg .

Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

ne sont pas de mon fait.

Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

mais pas pour l'instant, car je suis occupée

à préparer deux nouveaux ouvrages

à paraître sous quatre mois environ §.

NB: Boycottez les produits faisant de la pub.

Un bon produit n'a pas besoin de pub... chantal dupille

 

§ Après celui-ci, disponible sous huit jours,

un document choc sur les fondements

de la violence en Amérique (260 pages).

voir ici :   

Chantal Dupille publie un document sur l'Amérique - L'Actualité (+ vidéos)

 

.

 

§§§

  

 

Vu sur le site Atlas Alternatif 

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

Pour ne plus les voir téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !

  .

 

Mercredi 23 octobre 2013

Les troupes russes et les chars ne sont pas entrés en Ukraine

 

 

 PLANÈTE 09:59, 28/08/2014.Modifié:14h49, 28/08/2014.

Auteur: EPK

 

Cellule44 : traduction sommaire du serbe au français  de Nicolas Divjak avec les fautes et coquilles habituelles

Sexe Picard, Photo ReutersPaul Picard, PhotoReuters 

 

MOSCOU – Le chef de la mission de l’OSCE dans la région de Rostov Paul Picard a confirmé que ni lui ni aucun de ses hommes, qui surveillent la frontière russo-ukrainienne, n’a vu de soldats ou de matériel militaire en provenance de Russie sur le territoire de l’Ukraine.

Picard a rapidement répondu «non» lorsqu’on lui a demandé si il a constaté une invasion de l’armée russe en Ukraine.

"Les seules armes aperçues par les membres de l’OSCE sont les armes personnelles de service portées par les gardes-frontières, at-il dit, ajoutant  que ses hommes entendent tous les jours les tirs d’artillerie de l’armée ukrainienne dans le dépôt de la frontière.

"Régulièrement, nous entendons les bombardements de nuit, parfois toute la journée,ceci, sans interruption", a déclaré Picard.

14:44 –  En face du Ministère de la Défense de l’Ukraine à Kiev a débuté une grande manifestation de citoyens qui revendiquent un  sauvetage du  gouvernement d’unités ukrainien en Ilovaisk entourées des  forces pro-russes, rapporte UNN. Des centaines de persones rassemblées ont  adressés au commandant du bataillon de la Garde nationale "Donbass" ukrainien Semyon Semjonovič , et lui ont signifié que, si les autoritéspersistent à faire la  sourde oreilleà leurs exigences, demain ils auront recours à des mesures plus draconiennes.

Donetsk, Photo Reuters

14h19 –  Le quartier général d’auto-défensede la république auto-proclamée de Donietsk, a nié que les unités de l’armée de la Fédération de Russie sont de leur côté et qu’ils sont entrés dans le territoire de l’Ukraine , rapporte RIA Novosti. "Pas de troupes russes sur le territoire de Novorusie a déclaré un représentant anonyme de la DNR général d’auto-défense à RIA Novosti. Selon lui, la désinformation sur la saisied’armes russes en Ukraine justifie la défaite des troupes ukrainiennes. d’autre part le fait que «l’armée de DNR dispersés groupe polugerilskih grandi l’organisation militaire puissante qui est capable non seulement de résister à l’armée ukrainienne, mais aussi de la vaincre sur le champ de bataille ".

AP Photo
AP Photo

13:42L’Union européenne a exprimé aujourd’hui sa  préoccupationà-propos des rapportsd’une prétendue incursion des troupes russes en Ukraine. "Nous sommes profondément préoccupés par les récents développements, y compris les rapports de ce qui se passe sur le terrain", a déclaré un porte-parole de la HauteReprésentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, Maja Kocijančič . "Une fois encore, nous appelons la Russie y-compris l’armée ukrainiene à cesser toute forme d’hostilités à la frontière, at-elle ajouté, notant qu’une solution politique est nécessaire à la sortie de la crise dans l’est de l’Ukraine. Les dirigeants européens seront au sommet de samedi, il sera discuté avec  Catherine Ashton, pour parler de la situation en Ukraine.

Peter porcs, AP photos

13:30 – Le président ukrainien Porochenko a déclaré que les forces russes ont envahi l’Ukraine et l’Ukraine ont convoqué une réunion d’urgence du comité de sécurité et de défense, qui décidera des prochaines étapes. "a pris la décision d’annuler une visite de travail en Turquie en raison de la détérioration significative de la situation dans région de Donetsk, en particulier dans les villes Amvrosijivka et Starobeševe, en gardant à l’esprit que lors de l’invasion des forces russes ", a indiqué dans un communiqué publié sur le site de la présidence de l’Ukraine, ont indiqué des responsables.

13:20Russie nie qu’elle est impliquée dans le conflit en Ukraine par les forces armées pro-russes et a envoyé des troupes à la frontière de l’Ukraine. Le Ministère de la Défense russe a refusé de commenter les rapports des médias qui ont observés des chars russes dans Novoazovsk . "Les autorités russes ont clairement dit à plusieurs reprises qu’il n’y a pas de troupes régulières de l’armée russe., la Russie ne participe pas au conflit", a déclaré une source du ministère russe des Affaires étrangères.

Donetsk: Exécution avant le bombardement, AP Photo
Donetsk: Exécution avant le bombardement, AP Photo

13.02 – Au moins 11 personnes ont été tuées dans le bombardement de Donetsk., a annoncé aujourd’hui les habitants  .Les  bombardements de l’armée ukrainienne a causé d’importants dommages à l’hôpital de la ville, mercredi soir, à déclaré l’agence de nouvelles Itar.Tass Pendant la nuit, l’armée ukrainienne a bombardé les bâtiments résidentiels dans deux quartiers de la ville et un obus est tombé sur l’école et le bureau du registre de la population qui devraient essuyer de nouvelles frappes aériennes pendant la journée, parce que l’armée ukrainienne fonctionne par des  attaques féroces pendant les vacances orthodoxes et  aujourd’hui c’est l’Assomption de la Mère de Dieu, a déclaré l’agence de nouvelles.

12:24 - Lituanie accuse la Russie de "l’invasion militaire" de l’Ukraine ,et appele les  forces pro-russes a une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies . La déclaration du ministère lituanien des Affaires étrangères déclare: "La Lituanie condamne fermement l’invasion évidente de territoire ukrainien par les forces armées de la Fédération de Russie", a indiqué la compagnie.

Alexander Zakharchenko, AP Photo
Alexander Zakharchenko, AP Photo

12:15 –  Le Premier ministre de la République autoproclamée du peuple de DonetskAlexander Zakharchenko dit que les membres de l’armée russe pendant l’absence viennent à se battre contre l’armée ukrainienne . "Parmi nous nous battons soldats qui préfèrent passer leurs vacances avec nous, parmi les frères qui se battent pour leur liberté, mais la la plage ", a déclaré Zakharchenko le site Web de l’Etat russe télévision Vesti.ru, rapporte Reuters. Zakharchenko déclaré que près de 4.000 soldats russes dans leur temps libre se battre aux côtés de DNR auto-défense:

Déclaration Zaharčenkovu, vous pouvez regarder ici :

10:55L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) aura lieu aujourd’hui une session d’urgence sur la situation en Ukraine, après les rapports est apparu que les forces russes ont franchi la frontière ukrainienne et entrés sur le territoire du pays.  "L’invasion des forces russes en Ukraine sera le principal émettre une réunion d’urgence de l’OSCE prévue pour aujourd’hui à 11 heures à Vienne ", a déclaré la mission américaine à l’organisation de votre compte sur Twitter, l’agence de nouvelles AFP.

Moscou a également nié catégoriquement ces allégations.

10:40 – Après avoir conquis la ville  de Novoazovsk dans le sud del’Ukraine, les  forces pro-russes ont continué de progresser au sud vers le port de  Marijupolju , rapporte la BBC.Rapports de Petr Selimovski. La BBC a déclaréque les derniers soldats ukrainiens sont partis ce matin Novoazovsk. «Ils ont  quitté la ville ce matin et je pense que ce sont les derniers APC qui ont quitté," dit-il.Un porte-parole anonyme pour les forces pro-russes a déclaré à Interfax que Novoazovsk est  maintenant sous leur contrôle et qu’ils vont délivré bientôt Marijupolj.

10:04 – Le Premier ministre de l’Ukraine Arsenij Jacenjuk nécessaire de convoquerune session extraordinaire du Conseil de sécurité de l’ONU à cause des actions de la Fédération de Russie dans Donbasu, publiés par la rédaction de l’Ukrainien Nouveau portail temps sur Twitter.

Angela Merkel, AP Photo
Angela Merkel, AP Photo

09:50 – La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré dans un entretien téléphonique mercredi, a déclaré au président russe Vladimir Poutine que les rapports sur les nouvelles incursions militaires russes sur le territoire de l’Ukraine doivent être clarifiées, a déclaré son porte-parole Steffen Seibert . "Elle a fait remarquer que la Russie a une grande responsabilité pour calmer la situation et de surveiller leurs frontières", a déclaré Seibert dans une déclaration à Reuters.

 

Source : Kurrir

 

http://philippehua.com/2014/08/28/video-les-troupes-russes-et-les-chars-ne-sont-pas-entres-en-ukraine/

 

.

 

PRINTEMPS RUSSE. Ukraine (Donbass): l’incroyable manipulation occidentale contre la Russie

Posted on août 28, 2014 @ 21:16

7


alexPar Alexandre Sivov

_________________________________________________________________________________________

 

Alors qu’une horde de mercenaires appuient l’armée ukrainienne dans son conflit contre les pro-russes du Donbass, rappelons-le, qui exigent simplement la reconnaissance de leur langue "russe" et plus d’autonomie, la presse occidentale parle de "séparatistes", tandis que Kiev parle de "terroristes". Tous les ingrédients pour faire monter la pression. Que d’indignations sélectives ! Ces dernières 24h, face à la poussée des milices pro-russes du Donbass et devant la fuite des éléments de l’armée ukrainienne appuyée par les puissances occidentales, l’éclairage de notre correspondant dans le Donbass, Alexandre Sivov, journaliste ukrainien qu’on ne présente plus, est salutaire. De savoir que le Conseil de sécurité se réunit en urgence après des allégations pour le moins fantaisistes, il y a de quoi craindre le pire. AJ


Alexandre Zakhartchenko (à droite), Premier ministre de Donetsk

Alexandre Zakhartchenko (à droite), Premier ministre de Donetsk

Les propos d’Alexandre Zaharchenko sont volontairement déformés (vidéo). Voici, en substance, ce qu’il a dit:

"Nous n’avons jamais caché le fait que nous avons beaucoup de ressortissants russes dans nos rangs. Beaucoup d’entre-eux sont des anciens militaires. Ils se battent avec nous en comprenant que c’est leur devoir", a déclaré le Premier ministre de la République populaire du Donetsk Alexandre Zaharchenko dans une interview à la chaîne de télévision "Russie 24". Des propos qui sont devenus pour les propagandistes: "les militaires russes nous appuient".

"De plus, je vais dire ouvertement qu’entre nous il y a les militaires qui ont préféré de ne pas passer des vacances sur la plage, mais être parmi leurs frères qui se battent pour la liberté"

"Les volontaires vénus de Russie se comptaient entre trois ou quatre mille hommes. Beaucoup d’entre eux ont déjà quitté le Donbass mais, la plupart sont restés. Malheureusement, quelques uns sont morts dans les combats."

Le journal israélien Haaretz n’avait-il pas présenté un des nombreux volontaires qui rejoignaient les pro-Maidan ? Il s’agissait d’un ex soldat israélien nommé "Delta" de son petit nom…Dans sa croisade en Ukraine, "Delta" était accompagné de 40 hommes et femmes, y compris plusieurs anciens combattants de Tsahal…

 

Alexandre Sivov

 

http://allainjules.com/2014/08/28/printemps-russe-ukraine-donbass-lincroyable-manipulation-occidentale-contre-la-russie/

 

 

La vidéo à voir sur le génocide, 1mn 40 :

L'effroyable génocide que le monde cache ! Vidéo CRI à relayer partout (1:45)

.


3

(entre autres conflits)

 

Exclusif | Comment les États-Unis ont façonné le Monde en 2014 ?

 

 


 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 04:08

,,

 

 
ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

SALES CAR NE RESPECTANT PAS

LE CONTENU, LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR !

FUYEZ  LES SITES OVER-BLOG, SOUILLES COMME CELUI-CI !

Over-blog est devenu une poubelle !


OB-pub-panneau.jpg .

Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

ne sont pas de mon fait.

Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

mais pas pour l'instant, car je suis occupée

à préparer deux nouveaux ouvrages

à paraître sous quatre mois environ §.

NB: Boycottez les produits faisant de la pub.

Un bon produit n'a pas besoin de pub... chantal dupille

 

§ Après celui-ci, disponible sous huit jours,

un document choc sur les fondements

de la violence en Amérique (260 pages).

voir ici :   

Chantal Dupille publie un document sur l'Amérique - L'Actualité (+ vidéos)

 

.

 

§§§


 

 

Vu sur le site Atlas Alternatif 

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

Pour ne plus les voir téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !

  .

 

Mercredi 23 octobre 2013
.
.

L'accord TOP SECRET qui doit dépecer les Services Publics ! L'Humanité le dévoile...

 

’accord top secret qui doit dépecer les services public - See more at: http://www.humanite.fr/laccord-top-secret-qui-doit-depecer-les-services-publics-545491#sthash.MoAviKwB.dpuf
’accord top secret qui doit dépecer les services public - See more at: http://www.humanite.fr/laccord-top-secret-qui-doit-depecer-les-services-publics-545491#sthash.MoAviKwB.dpuf
Bruno Odent
Mercredi, 25 Juin, 2014
Les États-Unis, les pays de l’UE et une vingtaine d’autres États ont entamé à Genève des négociations sur le commerce des services. Signe particulier : ces tractations devaient rester secrètes pendant cinq ans. WikiLeaks a réussi à lever en partie le voile sur leur contenu.

Tout devait rester entièrement secret. Rien ne devait filtrer des négociations sur l’accord sur le commerce des services (ACS) entamées depuis deux ans à l’ambassade d’Australie à Genève entre les États-Unis, l’Union européenne et une vingtaine de pays. Une vaste entreprise de libéralisation qui touche jusqu’aux services publics fondamentaux. Des mesures assurant une confidentialité totale des discussions ont été prises, dans un langage digne d’un scénario à la James Bond. Les textes établissant l’avancée des pourparlers ont été « classifiés », selon un jargon utilisé généralement pour les dossiers secret-défense. Ils doivent être « protégés de toute diffusion non autorisée » et stockés dans un système d’ordinateurs lui-même classifié et maintenu « dans un building ou un container clos » sous haute surveillance. L’objectif déclaré est que rien ne puisse transpirer du contenu de ces tractations « jusqu’à cinq ans après la conclusion d’un accord » ou la fin des négociations si celles-ci devaient finalement ne pas aboutir.

C’était sans compter sur la dextérité des lanceurs d’alerte de WikiLeaks qui sont parvenus à récupérer une partie des textes surprotégés. Ils ont publié ainsi le 19 juin sur leur site l’annexe du traité en préparation consacré aux services financiers.

https://wikileaks.org/tisa-financial/

Ces révélations soulignent, en fait, l’ampleur de l’offensive engagée par Washington, suivi par les États membres de l’Union européenne, pour permettre aux multinationales de truster, le moment venu, le commerce des produits financiers mais aussi celui de tous les services sur les grands marchés transatlantique et transpacifique, dont les négociations, on le sait, avancent au même moment, dans la plus grande discrétion.

Contourner les résistances populaires et réfractaires de l’OMC

Les pourparlers secrets pour parvenir à un accord sur le commerce des services (ACS) ont démarré en 2012 et leurs initiateurs entendent tout faire pour les conclure avant la fin 2015. Ils sont en fait destinés à contourner l’obstacle que constituaient les résistances de forces progressistes, de mouvements sociaux, de syndicats et de plusieurs pays en développement pour la conclusion d’un accord global sur le commerce des services (AGCS) au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Devant la paralysie du processus multilatéral lancé en 2001 dans le cadre du cycle dit de Doha de l’OMC, un groupe de pays a décidé, sous l’impulsion des États-Unis et des États membres de l’UE, d’entamer, il y a deux ans, une négociation parallèle.

Autrement dit : désavoué démocratiquement et donc sorti par la porte, l’AGCS pouvait ainsi rentrer par la fenêtre sous l’impulsion d’une cinquantaine de gouvernements. Les négociateurs autoproclamés ont l’espoir de définir dans un cadre plurilatéral des normes pour qu’elles s’imposent, à terme, comme unique référence internationale. Ils misent d’évidence sur leur poids économique – ils représentent ensemble près de 70 % du commerce mondial – pour rallier en fin de compte les pays récalcitrants de l’OMC court-circuités. Le lieu géographique des tractations a simplement été transféré de quelques rues à Genève, passant du siège de l’OMC aux locaux de l’ambassade d’Australie, pays opportunément tout acquis à la libéralisation.

Principale source d’inspiration du groupe : les « experts » de la « coalition globale des services » (GSC) au sein de laquelle on retrouve, côté états-unien, les géants du secteur (banque, Internet, énergie) mais aussi, côté européen, le Medef ou le poids lourd français, Veolia (voir ci contre). Le document diffusé par WikiLeaks, qui correspond au relevé de la négociation au 14 avril dernier, révèle le forcing déployé pour banaliser le commerce des produits financiers, comme si rien n’avait été retenu des causes du krach ravageur qui s’est produit seulement sept ans en arrière.

Échanges financiers, 
le retour du délire

Les normes proposées dans l’annexe du texte secret consacré au commerce des produits financiers visent d’abord à restreindre la capacité d’intervention de la puissance publique et se fixent ouvertement comme objectif un modèle « autorégulateur » de la finance. Les États signataires du futur ACS ne seraient quasiment plus autorisés à légiférer pour limiter les transactions financières transfrontalières (article X 3.2.).

Au nom de la libre concurrence les « monopoles d’État en matière de fonds de pension » – traduisez : les systèmes publics de Sécurité sociale – seraient, à terme, démantelés. Même « les assurances pour calamité naturelle » se devraient de ne plus fonctionner sous contrôle public.

L’approbation de l’autorisation de produits financiers innovants est recherchée (article X 2.1.). On sait combien le laxisme organisé à cet égard a nourri la boursouflure financière qui a éclaté, il y a sept ans. « Les CDS (credit defaut swaps), qui furent considérés comme des produits innovants, ont été au cœur de la crise », fait remarquer à juste titre Jane Kelsey, professeure à la faculté d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, sur le site de WikiLeaks.

Les firmes Internet états-uniennes font pression pour transmettre sans véritable garde-fou les données de leurs clients. En particulier celles qui sont présentes dans les systèmes dits « clouds » (nuages) qui permettent de stocker des documents hors du disque dur de l’ordinateur. Cette information-là suscite depuis le jour de sa divulgation par WikiLeaks, le 19 juin, une vive réaction dans la presse allemande où les révélations d’un autre lanceur d’alerte, Edward Snowden, sur l’espionnage de masse pratiqué par la NSA (National Security Agency), avec la complicité des géants états-uniens de l’Internet, avaient déjà suscité beaucoup d’inquiétudes dans l’opinion.

Privatisations interdites

Les orientations du texte secret stipulent que les sociétés étrangères ne sauraient être victimes d’un traitement dit « discriminatoire ». Autrement dit : elles doivent avoir accès au marché des pays signataires exactement dans les mêmes conditions que les prestataires locaux, qu’ils fournissent ou non un service public à la population.

Un géant de la fourniture d’eau ou de gaz, comme les français Veolia ou GDF Suez, aurait ainsi non seulement le droit de s’installer sur un marché tiers. Mais il pourrait aussi faire jouer une clause d’engagement au respect de la concurrence pour exiger de bénéficier de subventions d’un montant égal à celui versé par l’État en question au service public de l’eau ou de l’énergie.

Par ailleurs le retour à une nationalisation d’un service public privatisé, fût-il partiel, serait strictement interdit aux États signataires au nom des garanties accordées aux investisseurs afin de favoriser, explique-t-on, la fluidité des échanges. Ainsi deviendrait impossible une remunicipalisation de l’eau décidée en maints endroits en France comme à Paris, après la gabegie et l’explosion des factures des particuliers provoquées par les requins de la Générale et de la Lyonnaise des eaux, qui se sont longtemps partagé le marché de la capitale française.

Éducation, santé, transports, rien n’échapperait à l’appétit du privé

L’ACS doit s’appliquer à tous les domaines capables de fournir un service à l’échelle internationale. Selon l’Internationale des services publics (PSI), qui regroupe quelque 669 syndicats dans le monde entier, il englobe ainsi un champ immense : la fourniture transfrontière (le mode 1 de l’ex-AGCS) – telle que la télé-médecine, la formation à distance ou les paris sur Internet –, le tourisme (mode 2 de l’ex-AGCS), l’investissement étranger direct avec les principes et les conséquences que l’on vient d’exposer (mode 3 de l’ex-AGCS) et le mouvement temporaire des personnes physiques (mode 4 de l’ex-AGCS). L’objectif d’accords comme celui dont la négociation est secrètement engagée, dénonce Rosa Pavanelli, la secrétaire générale de la PSI, est « d’institutionnaliser les droits des investisseurs et d’interdire toute intervention des États dans un large éventail de secteurs ».

Santé, éducation, transports, rien n’échapperait à cette logique qui accélérerait, dans des dimensions inédites, la libéralisation des services publics. Selon une logique d’écrémage par le capital privé en mal d’acquérir de nouvelles ressources dans la phase actuelle de la crise où les débouchés se rabougrissent. Il cherche à s’accaparer les secteurs financièrement les plus prometteurs. Les cheminots français en lutte ont ainsi parfaitement discerné la menace qui pourrait conduire à une polarisation des investissements privés sur les tronçons voyageurs les plus rentables quand des dizaines de voies dites secondaires et donc de gares seraient condamnées à disparaître. Le 4e paquet ferroviaire de la Commission européenne n’est certes pas dans le traité secret en cours de négociation. Il n’en épouse pas moins la ligne dévastatrice pour l’avenir des services publics et, au passage, pour… un certain mode de construction européenne. Comme on devrait le savoir au moins depuis l’élection du 25 mai l’acharnement libéral, prêt à nier la démocratie au point d’agir caché contre les intérêts des citoyens, met pourtant l’Europe en danger. 

À lire également: 
David Boys: "Des pressions inévitables sur les pays émergents

http://www.humanite.fr/laccord-top-secret-qui-doit-depecer-les-services-publics-545491

 

.

A lire aussi pour savoir ce qui nous attend !

 

 

Réedition enrichie et actualisé du livre « GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : Dracula contre les peuples » La première édition de cet ouvrage avait permis de révéler au grand public les négociations tenues secrètes sur le Grand Marché Transatlantique. Cette réédition actualisée et augmentée de plus de 65 pages donne des éléments nouveaux sur les débats en cours et comporte un chapitre supplémentaire sur la négociation secrète sur un projet de traité international pour la privatisation des services public. A mettre entre toutes les mains pour que le mouvement de résistance populaire contre le TAFTA mette en échec ces funestes projets. ..................................................................................................................... Je commande « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples » Au prix de 8€ + 2€ de frais de port par exemplaire (valable uniquement pour la France métropolitaine) Soit 10€ X……………. = …………….€ Nom………………………………………..Prénom…………………………………………… Adresse…………………………………………………………………………………………................................................................................................. Ville……………………………………………………………………................. CP…………………..................................................................................... Téléphone……………………….................................................................. Mail ………...........……………………………………………. ..................................................................................................................... Renvoyer ce bulletin sur papier libre accompagné de votre règlement (chèque à l’ordre de l’Humanité) à : L’Humanité, service de la diffusion militante, 5, rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis cedex
Député européen

 

Réedition enrichie et actualisé du livre « GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : Dracula contre les peuples »

La première édition de cet ouvrage avait permis de révéler au grand public les négociations tenues secrètes sur le Grand Marché Transatlantique.
Cette réédition actualisée et augmentée de plus de 65 pages donne des éléments nouveaux sur les débats en cours et comporte un chapitre supplémentaire sur la négociation secrète sur un projet de traité international pour la privatisation des services public. A mettre entre toutes les mains pour que le mouvement de résistance populaire contre le TAFTA mette en échec ces funestes projets.
.....................................................................................................................

Je commande « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples »

Au prix de 8€ + 2€ de frais de port par exemplaire (valable uniquement pour la France métropolitaine)

Soit 10€ X……………. = …………….€

Nom………………………………………..Prénom……………………………………………
Adresse………………………………………………………………………………………….................................................................................................
Ville…………………………………………………………………….................
CP………………….....................................................................................
Téléphone………………………..................................................................
Mail ………...........…………………………………………….

.....................................................................................................................

Renvoyer ce bulletin sur papier libre accompagné de votre règlement (chèque à l’ordre de l’Humanité) à :
L’Humanité, service de la diffusion militante, 5, rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis cedex

 

es États-Unis, les pays de l’UE et une vingtaine d’autres États ont entamé à Genève des négociations sur le commerce des services. Signe particulier : ces tractations devaient rester secrètes pendant cinq ans. WikiLeaks a réussi à lever en partie le voile sur leur contenu.

Tout devait rester entièrement secret. Rien ne devait filtrer des négociations sur l’accord sur le commerce des services (ACS) entamées depuis deux ans à l’ambassade d’Australie à Genève entre les États-Unis, l’Union européenne et une vingtaine de pays. Une vaste entreprise de libéralisation qui touche jusqu’aux services publics fondamentaux. Des mesures assurant une confidentialité totale des discussions ont été prises, dans un langage digne d’un scénario à la James Bond. Les textes établissant l’avancée des pourparlers ont été « classifiés », selon un jargon utilisé généralement pour les dossiers secret-défense. Ils doivent être « protégés de toute diffusion non autorisée » et stockés dans un système d’ordinateurs lui-même classifié et maintenu « dans un building ou un container clos » sous haute surveillance. L’objectif déclaré est que rien ne puisse transpirer du contenu de ces tractations « jusqu’à cinq ans après la conclusion d’un accord » ou la fin des négociations si celles-ci devaient finalement ne pas aboutir.

C’était sans compter sur la dextérité des lanceurs d’alerte de WikiLeaks qui sont parvenus à récupérer une partie des textes surprotégés. Ils ont publié ainsi le 19 juin sur leur site l’annexe du traité en préparation consacré aux services financiers.

https://wikileaks.org/tisa-financial/

Ces révélations soulignent, en fait, l’ampleur de l’offensive engagée par Washington, suivi par les États membres de l’Union européenne, pour permettre aux multinationales de truster, le moment venu, le commerce des produits financiers mais aussi celui de tous les services sur les grands marchés transatlantique et transpacifique, dont les négociations, on le sait, avancent au même moment, dans la plus grande discrétion.

Contourner les résistances populaires et réfractaires de l’OMC

Les pourparlers secrets pour parvenir à un accord sur le commerce des services (ACS) ont démarré en 2012 et leurs initiateurs entendent tout faire pour les conclure avant la fin 2015. Ils sont en fait destinés à contourner l’obstacle que constituaient les résistances de forces progressistes, de mouvements sociaux, de syndicats et de plusieurs pays en développement pour la conclusion d’un accord global sur le commerce des services (AGCS) au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Devant la paralysie du processus multilatéral lancé en 2001 dans le cadre du cycle dit de Doha de l’OMC, un groupe de pays a décidé, sous l’impulsion des États-Unis et des États membres de l’UE, d’entamer, il y a deux ans, une négociation parallèle.

Autrement dit : désavoué démocratiquement et donc sorti par la porte, l’AGCS pouvait ainsi rentrer par la fenêtre sous l’impulsion d’une cinquantaine de gouvernements. Les négociateurs autoproclamés ont l’espoir de définir dans un cadre plurilatéral des normes pour qu’elles s’imposent, à terme, comme unique référence internationale. Ils misent d’évidence sur leur poids économique – ils représentent ensemble près de 70 % du commerce mondial – pour rallier en fin de compte les pays récalcitrants de l’OMC court-circuités. Le lieu géographique des tractations a simplement été transféré de quelques rues à Genève, passant du siège de l’OMC aux locaux de l’ambassade d’Australie, pays opportunément tout acquis à la libéralisation.

Principale source d’inspiration du groupe : les « experts » de la « coalition globale des services » (GSC) au sein de laquelle on retrouve, côté états-unien, les géants du secteur (banque, Internet, énergie) mais aussi, côté européen, le Medef ou le poids lourd français, Veolia (voir ci contre). Le document diffusé par WikiLeaks, qui correspond au relevé de la négociation au 14 avril dernier, révèle le forcing déployé pour banaliser le commerce des produits financiers, comme si rien n’avait été retenu des causes du krach ravageur qui s’est produit seulement sept ans en arrière.

Échanges financiers, 
le retour du délire

Les normes proposées dans l’annexe du texte secret consacré au commerce des produits financiers visent d’abord à restreindre la capacité d’intervention de la puissance publique et se fixent ouvertement comme objectif un modèle « autorégulateur » de la finance. Les États signataires du futur ACS ne seraient quasiment plus autorisés à légiférer pour limiter les transactions financières transfrontalières (article X 3.2.).

Au nom de la libre concurrence les « monopoles d’État en matière de fonds de pension » – traduisez : les systèmes publics de Sécurité sociale – seraient, à terme, démantelés. Même « les assurances pour calamité naturelle » se devraient de ne plus fonctionner sous contrôle public.

L’approbation de l’autorisation de produits financiers innovants est recherchée (article X 2.1.). On sait combien le laxisme organisé à cet égard a nourri la boursouflure financière qui a éclaté, il y a sept ans. « Les CDS (credit defaut swaps), qui furent considérés comme des produits innovants, ont été au cœur de la crise », fait remarquer à juste titre Jane Kelsey, professeure à la faculté d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, sur le site de WikiLeaks.

Les firmes Internet états-uniennes font pression pour transmettre sans véritable garde-fou les données de leurs clients. En particulier celles qui sont présentes dans les systèmes dits « clouds » (nuages) qui permettent de stocker des documents hors du disque dur de l’ordinateur. Cette information-là suscite depuis le jour de sa divulgation par WikiLeaks, le 19 juin, une vive réaction dans la presse allemande où les révélations d’un autre lanceur d’alerte, Edward Snowden, sur l’espionnage de masse pratiqué par la NSA (National Security Agency), avec la complicité des géants états-uniens de l’Internet, avaient déjà suscité beaucoup d’inquiétudes dans l’opinion.

Privatisations interdites

Les orientations du texte secret stipulent que les sociétés étrangères ne sauraient être victimes d’un traitement dit « discriminatoire ». Autrement dit : elles doivent avoir accès au marché des pays signataires exactement dans les mêmes conditions que les prestataires locaux, qu’ils fournissent ou non un service public à la population.

Un géant de la fourniture d’eau ou de gaz, comme les français Veolia ou GDF Suez, aurait ainsi non seulement le droit de s’installer sur un marché tiers. Mais il pourrait aussi faire jouer une clause d’engagement au respect de la concurrence pour exiger de bénéficier de subventions d’un montant égal à celui versé par l’État en question au service public de l’eau ou de l’énergie.

Par ailleurs le retour à une nationalisation d’un service public privatisé, fût-il partiel, serait strictement interdit aux États signataires au nom des garanties accordées aux investisseurs afin de favoriser, explique-t-on, la fluidité des échanges. Ainsi deviendrait impossible une remunicipalisation de l’eau décidée en maints endroits en France comme à Paris, après la gabegie et l’explosion des factures des particuliers provoquées par les requins de la Générale et de la Lyonnaise des eaux, qui se sont longtemps partagé le marché de la capitale française.

Éducation, santé, transports, rien n’échapperait à l’appétit du privé

L’ACS doit s’appliquer à tous les domaines capables de fournir un service à l’échelle internationale. Selon l’Internationale des services publics (PSI), qui regroupe quelque 669 syndicats dans le monde entier, il englobe ainsi un champ immense : la fourniture transfrontière (le mode 1 de l’ex-AGCS) – telle que la télé-médecine, la formation à distance ou les paris sur Internet –, le tourisme (mode 2 de l’ex-AGCS), l’investissement étranger direct avec les principes et les conséquences que l’on vient d’exposer (mode 3 de l’ex-AGCS) et le mouvement temporaire des personnes physiques (mode 4 de l’ex-AGCS). L’objectif d’accords comme celui dont la négociation est secrètement engagée, dénonce Rosa Pavanelli, la secrétaire générale de la PSI, est « d’institutionnaliser les droits des investisseurs et d’interdire toute intervention des États dans un large éventail de secteurs ».

Santé, éducation, transports, rien n’échapperait à cette logique qui accélérerait, dans des dimensions inédites, la libéralisation des services publics. Selon une logique d’écrémage par le capital privé en mal d’acquérir de nouvelles ressources dans la phase actuelle de la crise où les débouchés se rabougrissent. Il cherche à s’accaparer les secteurs financièrement les plus prometteurs. Les cheminots français en lutte ont ainsi parfaitement discerné la menace qui pourrait conduire à une polarisation des investissements privés sur les tronçons voyageurs les plus rentables quand des dizaines de voies dites secondaires et donc de gares seraient condamnées à disparaître. Le 4e paquet ferroviaire de la Commission européenne n’est certes pas dans le traité secret en cours de négociation. Il n’en épouse pas moins la ligne dévastatrice pour l’avenir des services publics et, au passage, pour… un certain mode de construction européenne. Comme on devrait le savoir au moins depuis l’élection du 25 mai l’acharnement libéral, prêt à nier la démocratie au point d’agir caché contre les intérêts des citoyens, met pourtant l’Europe en danger. 

À lire également: 
David Boys: "Des pressions inévitables sur les pays émergents"

- See more at: http://www.humanite.fr/laccord-top-secret-qui-doit-depecer-les-services-publics-545491#sthash.MoAviKwB.dpuf
Les États-Unis, les pays de l’UE et une vingtaine d’autres États ont entamé à Genève des négociations sur le commerce des services. Signe particulier : ces tractations devaient rester secrètes pendant cinq ans. WikiLeaks a réussi à lever en partie le voile sur leur contenu.

Tout devait rester entièrement secret. Rien ne devait filtrer des négociations sur l’accord sur le commerce des services (ACS) entamées depuis deux ans à l’ambassade d’Australie à Genève entre les États-Unis, l’Union européenne et une vingtaine de pays. Une vaste entreprise de libéralisation qui touche jusqu’aux services publics fondamentaux. Des mesures assurant une confidentialité totale des discussions ont été prises, dans un langage digne d’un scénario à la James Bond. Les textes établissant l’avancée des pourparlers ont été « classifiés », selon un jargon utilisé généralement pour les dossiers secret-défense. Ils doivent être « protégés de toute diffusion non autorisée » et stockés dans un système d’ordinateurs lui-même classifié et maintenu « dans un building ou un container clos » sous haute surveillance. L’objectif déclaré est que rien ne puisse transpirer du contenu de ces tractations « jusqu’à cinq ans après la conclusion d’un accord » ou la fin des négociations si celles-ci devaient finalement ne pas aboutir.

C’était sans compter sur la dextérité des lanceurs d’alerte de WikiLeaks qui sont parvenus à récupérer une partie des textes surprotégés. Ils ont publié ainsi le 19 juin sur leur site l’annexe du traité en préparation consacré aux services financiers.

https://wikileaks.org/tisa-financial/

Ces révélations soulignent, en fait, l’ampleur de l’offensive engagée par Washington, suivi par les États membres de l’Union européenne, pour permettre aux multinationales de truster, le moment venu, le commerce des produits financiers mais aussi celui de tous les services sur les grands marchés transatlantique et transpacifique, dont les négociations, on le sait, avancent au même moment, dans la plus grande discrétion.

Contourner les résistances populaires et réfractaires de l’OMC

Les pourparlers secrets pour parvenir à un accord sur le commerce des services (ACS) ont démarré en 2012 et leurs initiateurs entendent tout faire pour les conclure avant la fin 2015. Ils sont en fait destinés à contourner l’obstacle que constituaient les résistances de forces progressistes, de mouvements sociaux, de syndicats et de plusieurs pays en développement pour la conclusion d’un accord global sur le commerce des services (AGCS) au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Devant la paralysie du processus multilatéral lancé en 2001 dans le cadre du cycle dit de Doha de l’OMC, un groupe de pays a décidé, sous l’impulsion des États-Unis et des États membres de l’UE, d’entamer, il y a deux ans, une négociation parallèle.

Autrement dit : désavoué démocratiquement et donc sorti par la porte, l’AGCS pouvait ainsi rentrer par la fenêtre sous l’impulsion d’une cinquantaine de gouvernements. Les négociateurs autoproclamés ont l’espoir de définir dans un cadre plurilatéral des normes pour qu’elles s’imposent, à terme, comme unique référence internationale. Ils misent d’évidence sur leur poids économique – ils représentent ensemble près de 70 % du commerce mondial – pour rallier en fin de compte les pays récalcitrants de l’OMC court-circuités. Le lieu géographique des tractations a simplement été transféré de quelques rues à Genève, passant du siège de l’OMC aux locaux de l’ambassade d’Australie, pays opportunément tout acquis à la libéralisation.

Principale source d’inspiration du groupe : les « experts » de la « coalition globale des services » (GSC) au sein de laquelle on retrouve, côté états-unien, les géants du secteur (banque, Internet, énergie) mais aussi, côté européen, le Medef ou le poids lourd français, Veolia (voir ci contre). Le document diffusé par WikiLeaks, qui correspond au relevé de la négociation au 14 avril dernier, révèle le forcing déployé pour banaliser le commerce des produits financiers, comme si rien n’avait été retenu des causes du krach ravageur qui s’est produit seulement sept ans en arrière.

Échanges financiers, 
le retour du délire

Les normes proposées dans l’annexe du texte secret consacré au commerce des produits financiers visent d’abord à restreindre la capacité d’intervention de la puissance publique et se fixent ouvertement comme objectif un modèle « autorégulateur » de la finance. Les États signataires du futur ACS ne seraient quasiment plus autorisés à légiférer pour limiter les transactions financières transfrontalières (article X 3.2.).

Au nom de la libre concurrence les « monopoles d’État en matière de fonds de pension » – traduisez : les systèmes publics de Sécurité sociale – seraient, à terme, démantelés. Même « les assurances pour calamité naturelle » se devraient de ne plus fonctionner sous contrôle public.

L’approbation de l’autorisation de produits financiers innovants est recherchée (article X 2.1.). On sait combien le laxisme organisé à cet égard a nourri la boursouflure financière qui a éclaté, il y a sept ans. « Les CDS (credit defaut swaps), qui furent considérés comme des produits innovants, ont été au cœur de la crise », fait remarquer à juste titre Jane Kelsey, professeure à la faculté d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, sur le site de WikiLeaks.

Les firmes Internet états-uniennes font pression pour transmettre sans véritable garde-fou les données de leurs clients. En particulier celles qui sont présentes dans les systèmes dits « clouds » (nuages) qui permettent de stocker des documents hors du disque dur de l’ordinateur. Cette information-là suscite depuis le jour de sa divulgation par WikiLeaks, le 19 juin, une vive réaction dans la presse allemande où les révélations d’un autre lanceur d’alerte, Edward Snowden, sur l’espionnage de masse pratiqué par la NSA (National Security Agency), avec la complicité des géants états-uniens de l’Internet, avaient déjà suscité beaucoup d’inquiétudes dans l’opinion.

Privatisations interdites

Les orientations du texte secret stipulent que les sociétés étrangères ne sauraient être victimes d’un traitement dit « discriminatoire ». Autrement dit : elles doivent avoir accès au marché des pays signataires exactement dans les mêmes conditions que les prestataires locaux, qu’ils fournissent ou non un service public à la population.

Un géant de la fourniture d’eau ou de gaz, comme les français Veolia ou GDF Suez, aurait ainsi non seulement le droit de s’installer sur un marché tiers. Mais il pourrait aussi faire jouer une clause d’engagement au respect de la concurrence pour exiger de bénéficier de subventions d’un montant égal à celui versé par l’État en question au service public de l’eau ou de l’énergie.

Par ailleurs le retour à une nationalisation d’un service public privatisé, fût-il partiel, serait strictement interdit aux États signataires au nom des garanties accordées aux investisseurs afin de favoriser, explique-t-on, la fluidité des échanges. Ainsi deviendrait impossible une remunicipalisation de l’eau décidée en maints endroits en France comme à Paris, après la gabegie et l’explosion des factures des particuliers provoquées par les requins de la Générale et de la Lyonnaise des eaux, qui se sont longtemps partagé le marché de la capitale française.

Éducation, santé, transports, rien n’échapperait à l’appétit du privé

L’ACS doit s’appliquer à tous les domaines capables de fournir un service à l’échelle internationale. Selon l’Internationale des services publics (PSI), qui regroupe quelque 669 syndicats dans le monde entier, il englobe ainsi un champ immense : la fourniture transfrontière (le mode 1 de l’ex-AGCS) – telle que la télé-médecine, la formation à distance ou les paris sur Internet –, le tourisme (mode 2 de l’ex-AGCS), l’investissement étranger direct avec les principes et les conséquences que l’on vient d’exposer (mode 3 de l’ex-AGCS) et le mouvement temporaire des personnes physiques (mode 4 de l’ex-AGCS). L’objectif d’accords comme celui dont la négociation est secrètement engagée, dénonce Rosa Pavanelli, la secrétaire générale de la PSI, est « d’institutionnaliser les droits des investisseurs et d’interdire toute intervention des États dans un large éventail de secteurs ».

Santé, éducation, transports, rien n’échapperait à cette logique qui accélérerait, dans des dimensions inédites, la libéralisation des services publics. Selon une logique d’écrémage par le capital privé en mal d’acquérir de nouvelles ressources dans la phase actuelle de la crise où les débouchés se rabougrissent. Il cherche à s’accaparer les secteurs financièrement les plus prometteurs. Les cheminots français en lutte ont ainsi parfaitement discerné la menace qui pourrait conduire à une polarisation des investissements privés sur les tronçons voyageurs les plus rentables quand des dizaines de voies dites secondaires et donc de gares seraient condamnées à disparaître. Le 4e paquet ferroviaire de la Commission européenne n’est certes pas dans le traité secret en cours de négociation. Il n’en épouse pas moins la ligne dévastatrice pour l’avenir des services publics et, au passage, pour… un certain mode de construction européenne. Comme on devrait le savoir au moins depuis l’élection du 25 mai l’acharnement libéral, prêt à nier la démocratie au point d’agir caché contre les intérêts des citoyens, met pourtant l’Europe en danger. 

À lire également: 
David Boys: "Des pressions inévitables sur les pays émergents"

- See more at: http://www.humanite.fr/laccord-top-secret-qui-doit-depecer-les-services-publics-545491#sthash.MoAviKwB.dpuf
Repost 0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 15:25
 
ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

SALES CAR NE RESPECTANT PAS

LE CONTENU, LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR !

FUYEZ  LES SITES OVER-BLOG, SOUILLES COMME CELUI-CI !

Over-blog est devenu une poubelle !


OB-pub-panneau.jpg .

Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

ne sont pas de mon fait.

Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

mais pas pour l'instant, car je suis occupée

à préparer deux nouveaux ouvrages

à paraître sous quatre mois environ §.

NB: Boycottez les produits faisant de la pub.

Un bon produit n'a pas besoin de pub... chantal dupille

 

§ Après celui-ci, disponible sous huit jours,

un document choc sur les fondements

de la violence en Amérique (260 pages).

voir ici :  

Chantal Dupille publie un document sur l'Amérique - L'Actualité (+ vidéos)

 

.

 

§§§


 

 

Vu sur le site Atlas Alternatif 

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

Pour ne plus les voir téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !

 

.

 

Mercredi 23 octobre 2013
§§§

 


Ukraine: la vérité transpire enfin dans les médias en Occident (Lavrov)

Dossier: Règlement de la situation en Ukraine

Sergueï Lavrov
21:19 12/08/2014
SOTCHI, 12 août - RIA Novosti

 

La vérité sur la situation dans le sud-est de l'Ukraine commence à se faire connaître en Occident, a constaté mardi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, en remerciant les journalistes russes de leur contribution dans la couverture de ces événements.

"Les médias occidentaux commencent, sans doute malgré eux, à couvrir la situation dans le détail, en montrant toutes les horreurs vécues par la population civile dans ces lieux", a déclaré le ministre devant les journalistes.


Et de rappeler que lundi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations unies avait publié un bulletin contenant l'évaluation de la situation humanitaire dans les régions de Lougansk et de Donetsk.


"Le document donne un tableau plus que triste: des milliers de morts et de blessés, pas d'électricité ni eau courante, le fonctionnement des hôpitaux, des maisons de retraite et d'autres sites d'infrastructure sociale est impossible", a indiqué le ministre des Affaires étrangères.


"Mieux vaut tard que jamais, mais la vérité sort de plus en plus souvent maintenant de la bouche de ceux qui occupaient au départ une attitude plutôt réservée face aux événements en cours. Merci aux journalistes russes qui ont apporté une immense contribution à ce que cette vérité éclate enfin au grand jour dans les journaux, à la télévision et du haut des tribunes des organisations internationales", a conclu M.Lavrov.

 

http://fr.ria.ru/world/20140812/202123123.html

 

..

 

Actualité :

 

L'effroyable génocide que le monde cache ! Vidéo CRI à relayer partout (1:45)

Gaza - Ukraine, avec des Netanyahu en Palestine occupée ou des BHL à Kiev, c'est le même génocide ciblant population, infrastructures, écoles, hôpitaux..

 


Moment d'éloquence de Jean-Luc Mélenchon sur l'Ukraine et Gaza


Sanctions contre la Russie : l’Allemagne anticipe une chute de 20 à 25% des exportations vers la Russie


Pour la législation directe par le référendum (partie 1 & 2)

 

....

  .

Je vous conseille ce livre, à relayer :

;

Réedition enrichie et actualisé du livre « GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : Dracula contre les peuples » La première édition de cet ouvrage avait permis de révéler au grand public les négociations tenues secrètes sur le Grand Marché Transatlantique. Cette réédition actualisée et augmentée de plus de 65 pages donne des éléments nouveaux sur les débats en cours et comporte un chapitre supplémentaire sur la négociation secrète sur un projet de traité international pour la privatisation des services public. A mettre entre toutes les mains pour que le mouvement de résistance populaire contre le TAFTA mette en échec ces funestes projets. ..................................................................................................................... Je commande « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples » Au prix de 8€ + 2€ de frais de port par exemplaire (valable uniquement pour la France métropolitaine) Soit 10€ X……………. = …………….€ Nom………………………………………..Prénom…………………………………………… Adresse…………………………………………………………………………………………................................................................................................. Ville……………………………………………………………………................. CP…………………..................................................................................... Téléphone……………………….................................................................. Mail ………...........……………………………………………. ..................................................................................................................... Renvoyer ce bulletin sur papier libre accompagné de votre règlement (chèque à l’ordre de l’Humanité) à : L’Humanité, service de la diffusion militante, 5, rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis cedex
Député européen

 

Réedition enrichie et actualisé du livre « GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : Dracula contre les peuples »

La première édition de cet ouvrage avait permis de révéler au grand public les négociations tenues secrètes sur le Grand Marché Transatlantique.
Cette réédition actualisée et augmentée de plus de 65 pages donne des éléments nouveaux sur les débats en cours et comporte un chapitre supplémentaire sur la négociation secrète sur un projet de traité international pour la privatisation des services public. A mettre entre toutes les mains pour que le mouvement de résistance populaire contre le TAFTA mette en échec ces funestes projets.
.....................................................................................................................

Je commande « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples »

Au prix de 8€ + 2€ de frais de port par exemplaire (valable uniquement pour la France métropolitaine)

Soit 10€ X……………. = …………….€

Nom………………………………………..Prénom……………………………………………
Adresse………………………………………………………………………………………….................................................................................................
Ville…………………………………………………………………….................
CP………………….....................................................................................
Téléphone………………………..................................................................
Mail ………...........…………………………………………….

.....................................................................................................................

Renvoyer ce bulletin sur papier libre accompagné de votre règlement (chèque à l’ordre de l’Humanité) à :
L’Humanité, service de la diffusion militante, 5, rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis cedex

 

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Désinformation
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 01:47

 

Aymeric Caron affirme que les actes islamophobes augmentent bien plus que les actes antisémites, France 2 le censure


Dans la même rubrique:
< >



E. B.
Mardi 29 Avril 2014

 

Aymeric Caron affirme que les actes islamophobes augmentent bien plus que les actes antisémites, France 2 le censure
Samedi soir, Alexandre Arcady était l'invité de l'émission de Ruquier "On n'est pas couchés" pour son film "24 jours". Dans cette émission, Arcady a lancé des affirmations complètement grotesques, comme « Il n’y a plus un élève juif dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis », affirmation démentie et dénoncée par le site "Rue89". (http://rue89.nouvelobs.com/2014/04/27/y-a-encore-quelques-eleves-juifs-les-ecoles-93-monsieur-arcady-251799)

Lien de la séquence:
http://vk.com/video231636035_168569729?hash=b464ada6abd32b71

Au cours de cette émission selon le magazine Causeur, Aymeric Caron aurait eu un accrochage avec Arcady, qui a été censuré au montage. Caron aurait déploré, chiffres à l'appui, « que le film passe sous silence les actes islamophobes qui ont bien plus augmenté que les actes antisémites » (ce que confirme le récent rapport officiel de la CNCDH). Caron aurait également dénoncé les crimes de l'armée israélienne, ce qui là aussi a été coupé au montage.

Arcady a reconnu que les propos de Caron avaient bien été censurés par France 2, ce qu'il a approuvé et justifié sur RMC:
http://www.dailymotion.com/video/x1rwd6r_aymeric-caron-sur-l-antisemitisme-censure-au-montage-d-on-n-est-pas-couche-pour-alexandre-arcady-c-e_news?start=224

En résumé, quand Arcady fait une affirmation grotesque basée sur aucune donnée officielle (puisque le recensement de la confession des élèves de l'école publique est interdit par la loi), on la garde à l'antenne.
Mais quand Caron rappelle chiffres officiels à l'appui que les actes islamophobes augmentent bien plus que les actes antisémites, on le censure.
.
http://www.alterinfo.net/Aymeric-Caron-affirme-que-les-actes-islamophobes-augmentent-bien-plus-que-les-actes-antisemites-France-2-le-censure_a102081.html
.
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Scandale
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 00:40

 


OB-pub-panneau.jpg

 

 

Vu sur le site Atlas Alternatif 

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog

de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

Pour ne plus les voir téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !


NON à la publicité envahissante !

Comment y échapper

 

 

 

Mercredi 23 octobre 2013

 

 ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

SALES CAR NE RESPECTANT PAS LE CONTENU,

LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR ! FUYEZ CE SITE POLLUE

ET TOUT SITE OVER-BLOG, SOUILLE COMME CELUI-CI !

Et choisissez un autre hébergeur,

respectant le visiteur !


 

.

Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

ne sont pas de mon fait.

Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

mais pas pour l'instant, car je suis occupée

à rédiger trois nouveaux ouvrages

à paraître sous quatre mois environ §.

NB: Boycottez les produits faisant de la pub.

Un bon produit n'a pas besoin de pub... eva R-sistons

 

§ Le premier sous une vingtaine de jours,

un document choc sur les fondements

de la violence en Amérique (près de 300 pages).


braquage-saoud.jpg

France - 19 août 2014 - Les services secrets français braquent un prince saoudien et lui volent des documents secrets (vidéos)

Vidéos ici :


lundi 18 août 2014, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 18 août 2014).

 

Note de do : sachant que l’Arabie joue un rôle essentiel dans les événements du Moyen-orient, en Syrie, en Irak, etc. On peut se demander si cette attaque est liée à ces événements. Par exemple, un prince dissident qui alimente une guérilla pas aimée par le pouvoir saoudien ? Ou bien les services de renseignements français pas contents du tout de diverses cachoteries que leur feraient l’Arabie Saoudite au sujet de l’EIIL ou d’autres groupes de jihadistes ?

 

Ce braquage s’est-il fait à l’insu, ou bien en accord,
voire à la demande de l’État saoudien ?


Enregistré sur Fr3 le 18 août 2014 vers 19h30

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.


 

 

L’Arabie Saoudite refuse de révéler l’identité du prince
qui a subi cette attaque !


Enregistré sur France 2 le 18 aout 2014 au 20h

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.


 

Les services de renseignement français

étaient vraiment bien renseignés !


TF1 18 août 2014 au 20h

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 00:08

 

 

Asselineau-anc-photo.jpg

 

 

C'est avec retard que je prends connaissance de ce mail, mais il est finalement toujours d'actualité; La France se dit une démocratie, et elle censure ou diffame le candidat français Gaulliste, indépendant ! C'est une honte ! Eva R-sistons


Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Roland sur l'article

"Coup de coeur pour le Parti qui résiste clairement à l'UE des escrocs",

sur votre blog Coups de coeur d' Eva R-sistons

Extrait du commentaire:


Et les médias - notre Pravda -  au service de ce régime d'escrocs sont eux aussi de sacrés escrocs !


Dernier cas, l'affaire France-Info
voici le récit de François Asselineau :

J'ai été interrogé mardi 20 mai, dans les locaux de France Info, par une journaliste travaillant, semble-t-il, de façon intermittente pour cette radio publique, dans les locaux de France Info, dans la Maison de la Radio.

J'étais accompagné par François-Xavier Grison, responsable des relations presse, et Karim Sehrane, membre du Bureau national de l'UPR, qui ont assité à la demi-heure qu'a duré la rencontre.

La journaliste m'a tout d'abord interrogé pendant une dizaine de minutes pour que je lui expose ce qu'étaient l'UPR, nos analyses et notre programme. Au cours de cet entretien, j'ai eu l'occasion de lui exposer en quoi l'UPR se distinguait du FN, non seulement parce que le parti de la Famille Le Pen a des positions d'extrême-droite ou outrancières sur bien des sujets, mais aussi parce que le FN ne propose tout simplement pas de sortir de l'UE, ni même de l'euro, il suffit de lire la "profession de foi" du FN pour les européennes 2014 pour en avoir une nouvelle fois la confirmation.

J'ai également précisé que le ministère de l'intérieur nous avait classé dans les "Listes Divers", et non pas en "Divers droite".

Après ce premier entretien d'une dizaine de minutes, nous sommes entrés dans un studio, où elle m'a enregistré pour un entretien de 20 minutes. La journaliste m'a indiqué que l'entretien serait coupé et réduit à "une dizaine de minutes".

Je découvre avec effarement, comme tous nos lecteurs, que non seulement la "dizaine de minutes" s'est transformée en une trentaine de secondes, mais que l'UPR y est assimilée de façon scandaleuse au FN.

Je viens de laisser un message sur le répondeur téléphonique de la rédactrice en chef du service politique de France Info pour élever la plus énergique des protestations devant ce procédé qui relève de la diffamation.

J'ai demandé d'avoir un droit de réponse demain, avant la clôture de la campagne pour les européennes, faute de quoi nous saisirons le CSA et nous envisagerons des poursuites judiciaires contre France Info, probablement pour diffamation.

François Asselineau

Ces propagandistes manipulateurs au service de la dictature capitaliste, vont tomber sur un os avec FA, qui est un légaliste, quand ils vont avoir une plainte judiciaire pour diffamation ils vont voir ça !

voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

22 5 14 9 H 10

 


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Scandale
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 00:08

OB-pub-panneau.jpg

 

 

Vu sur le site Atlas Alternatif 

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog

de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

Pour ne plus les voir téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !


NON à la publicité envahissante !

Comment y échapper

 

 

 

Mercredi 23 octobre 2013

 

 ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

SALES CAR NE RESPECTANT PAS LE CONTENU,

LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR ! FUYEZ CE SITE POLLUE

ET TOUT SITE OVER-BLOG, SOUILLE COMME CELUI-CI !

Et choisissez un autre hébergeur,

respectant le visiteur !


 

.

Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

ne sont pas de mon fait.

Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

mais pas pour l'instant, car je suis occupée

à rédiger trois nouveaux ouvrages

à paraître sous quatre mois environ §.

NB: Boycottez les produits faisant de la pub.

Un bon produit n'a pas besoin de pub... eva R-sistons

 

§ Le premier sous une vingtaine de jours,

un document choc sur les fondements

de la violence en Amérique (près de 300 pages).

Poubelle la vie
Journaliste en cdd depuis 10 ans à la téloche de David Pujadas - par Funambule

samedi 16 août 2014, par Comité Valmy


Journaliste en cdd depuis 10 ans à la téloche de David Pujadas

Elle est journaliste à France Télévisions, en CDD depuis dix ans. En procédure judiciaire avec la télé publique, elle utilise le pseudonyme de « Funambule » pour ce texte qu’elle a fait parvenir à l’Humanité et qu’elle a intitulé Poubelle la vie :

"C’est tout de même étrange.
Je suis rentrée à France 3 la même année que Plus belle la vie dans la grille des programmes. C’était en 2004.
J’étais CDD. Déjà. Tout avait pourtant si bien commencé. Comme dans un soap opera. Hypokhâgne, Sciences-Po, école de journalisme.
Un stage décroché à France 3 et puis rapidement un chef qui me repère.
“Reste dans le coin petite, sois disponible, tu as un style, ça me plaît.” Alors j’ai poséma valise.

 

Allô maman bobo
Et voilà.
Dix ans plus tard. Je suis toujours là.
Dans le coin devenu franchement exigu.
Moisi.
J’ai pourtant donné de ma petite personne pour me faire une place. Une vraie.
Les sujets tard, les sujets loin, les sujets cons et les sujets compliqués.
Des journées à rallonge et des contrats courts. Avec le sourire toujours.
Sans se plaindre jamais.
Heureusement il y a les compliments.
Mais comme dit ma mère : ce n’est pas ça qui te fait vivre.
Elle sait de quoi elle parle, ma mère.
C’est elle qui paie mon loyer.
Quand mon ersatz de salaire arrive
systématiquement avec deux mois de retard.
Quand mes heures sup ne sont pas payées.
Quand mes 300 euros de frais de déplacement me sont remboursés au compte-gouttes.
Quand depuis six mois je suis rémunérée aux 35 heures au lieu de 39 heures à cause d’un bug de logiciel, et parfois même aux 25 heures parce que le repos hebdomadaire nous est gentiment sucré. Comme les navettes provençales.
Quand je vais à Pôle emploi pour leur expliquer que j’ai 20 bulletins pour le mois de mars. Que non je ne suis pas intermittente. Que oui c’est le service public. Mais que maintenant, monsieur, j’aimerais bien avoir mes indemnités s’il vous plaît.
Indemnités que je n’aurais finalement pas parce que France 3 m’envoie les attestations Assedic trop tard.
Merci. Au revoir. Alors je baisse les bras.
Et je prends mon téléphone. Allô maman
bobo.

 

Plan social déguisé
Ha ça, oui, je suis toujours disponible.
De plus en plus même.
J’ai perdu 60 % de mon activité en un an.
Comme des centaines d’autres CDD
de France Télévisions. Victimes d’un plan social gratuit et silencieux. Car à France Télévisions, contrairement au quartier du Mistral, ça ne se finit pas
autour d’un verre. Une bonne tape dans le dos.
Ça se finit à la poubelle.
À coups de pied au cul.
Et les éboueurs de FTV ne sont jamais en grève.
Poubelle la vie.
Une vie en miettes. Aucune visibilité : rien prévoir, rien attendre, rien demander.
Désormais c’est par SMS qu’on me siffle pour travailler. La veille pour le lendemain.
Pour un jour, pour deux et pour la semaine si le collègue que je dois remplacer est par chance très malade.
J’en viens même à souhaiter la pécole à ma voisine de bureau.
Pas douloureuse mais longue, très longue.
Je l’aime bien quand même.
Il faut faire des économies. Voilà ce qu’ils nous disent.
Ces licenciements déguisés auraient permis à l’entreprise d’économiser 8 millions d’euros l’année dernière.
Alors que France Télévisions fait les poches de ses précaires avant de les jeter,
le Canard enchaîné parle de 1,2 million d’euros partis dans la besace Bygmalion.
Sans compter le million des contrats de FTV Publicité.
Comment voulez-vous digérer cela ?
À trop avaler de couleuvres… moi, mon gosier est bouché comme le port de Marseille.

 

1 800 jours, 400 contrats
Ça j’ai toujours du style. Oui. Mais il a viré à l’aigre.
J’ai plus envie de rire.
De toutes façons mon chef non plus.
Ou si jaune pastis.
Il a pris du grade et je ne lui plais plus.
Du tout du tout.
Je suis une plaie. Qui le gratte.
Avec mes 1 800 jours, mes 400 contrats et ma gueule béante : je représente désormais une menace. Une bombe judiciaire à retardement.
Tic. Tac.
300 ont explosé l’année dernière.
Aux prud’hommes.
Cette année, 200 de plus devraient péter.
Mais France Télévisions a des économies. De sacrés bas de cachemire. 50 millions d’euros provisionnés pour ces contentieux sur la période 2013-2014.
L’inspection du travail aussi s’est saisie du problème. Recours abusif aux CDD.
Le dossier est au tribunal de grande instance de Paris. Au pôle financier. Boum.
Apocalypse Now en prime time.

 

SOS négociations
Alors, une question me taraude.
Pourquoi en arriver à ces extrémités ?
Pourquoi préférer payer au tribunal plutôt que de nous embaucher ?
Aurélie Filippetti avait pourtant promis dès avril 2013 de faire baisser le taux de précarité à France Télévisions en intégrant les CDD et intermittents historiques.
Un an après, je crois qu’ils ont tout compris de traviole.
Ils ont juste fait baisser le taux de précaires. En les jetant.
Des négociations sur l’emploi non permanent sont en cours.
Négociations si restrictives qu’elles ne concerneraient même pas les CDD comme moi, vieux de dix ans.
De la bouillabaisse de communicant pour calmer les esprits. Pour nous servir la soupe.
Aujourd’hui, on en a marre de déguster. On veut des emplois stables et largement mérités.
Pour que ce mauvais feuilleton finisse, au moins, par un happy end."

16 Août 2014

Le blog de Roger Colombier

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4911

 

 

.

Sur ce site, voir aussi :

 

L’idéologie de Mediapart...
Par Richard Labévière

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Journaliste
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 00:05


OB-pub-panneau.jpg

 

 

Vu sur le site Atlas Alternatif 

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog

de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

Pour ne plus les voir téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !


NON à la publicité envahissante !

Comment y échapper

 

 

 

Mercredi 23 octobre 2013

 

 ALERTE PUBS ENVAHISSANTES, DELIRANTES,

AUCUN HEBERGEUR N'IMPOSE AUTANT DE PUBS

PARTOUT, MEME ENTRE DES LIGNES, ENORMES,

SALES CAR NE RESPECTANT PAS LE CONTENU,

LE BLOGUEUR ET LE VISITEUR ! FUYEZ CE SITE POLLUE

ET TOUT SITE OVER-BLOG, SOUILLE COMME CELUI-CI !

Et choisissez un autre hébergeur,

respectant le visiteur !


 

.

Toutes les pubs pouvant surgir sur ce site,

ne sont pas de mon fait.

Nous en reparlerons, car je réagirai en conséquence,

mais pas pour l'instant, car je suis occupée

à rédiger trois nouveaux ouvrages

à paraître sous quatre mois environ §.

NB: Boycottez les produits faisant de la pub.

Un bon produit n'a pas besoin de pub... eva R-sistons

 

§ Le premier sous une vingtaine de jours,

un document choc sur les fondements

de la violence en Amérique (près de 300 pages).

 

.

 

Lavrov « La colonne de blindés que les autorités de Kiev revendiquaient avoir détruites appartenait à l’ armée ukrainienne»

2 Lavrov « La colonne de blindés que les autorités de Kiev revendiquaient avoir détruites appartenait à l’ armée ukrainienne ».


Le rapport des forces militaires de l’Ukraine, qui affirment avoir détruit il y a deux jours une colonne de blindés russes, ne reflète pas la réalité des faits.

« Quand  de la désinformation flagrante est diffusée par les médias, je crois que tous les adultes sont en mesure de distinguer les faits de la fiction »-a déclaré le ministre à des journalistes à Berlin. « Par exemple, les articles qui ont été émis après les entretiens entre le Président de l’Ukraine Petro Poroshenko et le  premier ministre britannique David Cameron, ont signalé que les forces de sécurité ukrainiennes avaient détruit une colonne militaire avançant en Ukraine depuis la Russie. Ces articles sont faux."
 "Ce qui s’est réellement passé : une colonne militaire ukrainienne, qui se déplaçait vers la région de Lougansk, apparemment dans le but de couper la voie à l’acheminement de l’aide humanitaire, a été détruite par les milices séparatistes. C’est ce qui s’est passé",  a déclaré Lavrov.


 "Si ces événements sont présentés comme des exploits de la courageuse armée ukrainienne, bon, si ça leur fait plaisir . Mais qu’ils ne fassent pas  tomber sur nous le blâme pour leurs actions, "a ajouté le ministre des affaires étrangères.

D’ailleurs vous remarquerez que cette affaire que les médias ne mettaient pas en doute le moins du monde a disparu du jour au lendemain… personne ne met en doute la crédibilité de notre cher allié, ni celle du premier ministre britannique.


Autre disparition étonnante, celle du boeing  malaysien. On pourrait presque se dire qu’il  a été abattu une première fois au-dessus de l’Ukraine et il semble qu’il ait disparu une autre fois effacé par le désintérêt soudain des médias… Moscou qui s’est vu imposer des sanctions avant même toute enquête sur seule déclaration de l’intime conviction d’Obama, envisage  de demander un rapport d’enquête sur le crash du Boeing malaisien dans l’est de l’Ukraine, C’est ce qu’a  annoncé lundi aux journalistes le représentant de la Russie auprès de l’ONU, Vitali Tchourkine.

"Nous demanderons au secrétariat d’organiser un point de presse consacré à l’application de la résolution 2166", a déclaré le diplomate.

Selon M. Tchourkine, un mois s’est écoulé depuis la catastrophe de l’avion de ligne malaisien. Le paragraphe 13 de cette résolution engage le secrétaire général de l’Onu à rendre compte du déroulement de l’enquête.

"J’espère que le rapport sera présenté ce soir", a indiqué l’ambassadeur russe à l’Onu.

 

http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/08/18/nouvelle-reflexion-de-lavrov-la-colonne-de-blindes-que-les-autorites-de-kiev-revendiquaient-avoir-detruites-appartenaient-a-l-armee-ukrainienne/

 

 

L’ex-journaliste d’Al-Jazeera Fayçal Al-Kacim : « Au diable ces révolutions qui détruisent les Etats ! »

John McCain, le chef d’orchestre du « printemps arabe », et le Calife

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 00:01

 

la-voix-de-son-maitre_1244103623.jpg

 

 

Benoît ou le triomphe du journalisme courtisan

Par eva R-sistons

 


J'ai vraiment découvert Benoît Duquesne en 2005, lors du Référedum français sur le Traité établissant une Constitution pour l'Europe. Il interviewait chaque jour des personnalités des différents Partis Politiques. Tout se passait bien. Jusqu'au jour où l'invité fût... Nicolas Dupont-Aignan, très critique vis-à-vis de ce Traité, très offensif et très convainquant. Patatra ! Le journaliste perdit contenance et se fendit même de quelque chose comme "oh non, vous allez trop loin" ! Son Journal changea alors, et il prit toutes les précautions possibles... pour écarter les invités imprévisibles et pour que les Français soient désinformés, votent "comme il faut" (c'est-à-dire pour l'Europe), en tordant la réalité pour les convaincre.

 

Le temps à passé. En zappant, ici ou là, je suis tombée sur le sieur en question. Pas longtemps, car toutes ses émissions étaient des chefs-d'oeuvre... de désinformation, de propagande la plus énorme pour que les Français ne s'écartent surtout pas de la Pensée Unique mondialiste. Du grand, du très grand journalisme courtisan ! A tel point que dès que la frimousse du journaleux apparaissait, je changeais de chaîne.

 

Hop là ! Par hasard, je suis tombée sur sa dernière émission, concernant le plus triste sire de France, à l'origine des plus grandes tragédies humaines de notre temps : Le sayan BHL, promoteur de guerres iniques, illégitimes, sauvages, détruisant des pays comme la Libye, si prospère (1). Et là, je n'ai jamais eu autant envie de vomir devant mon écran. Tout était fait pour flatter, encenser le misérable bonhomme, celui qui devrait se retrouver depuis longtemps devant la CPI. J'ai d'ailleurs manqué m'étouffer en entendant B.Duquesne évoquer Malraux à son égard ! Là ce n'était plus du journalisme courtisan, mais une abjecte falsification de la réalité (2). Voir transformer un criminel de haut vol au seul service des intérêts de l'entité sioniste voyou Israël, en grande figure de l'Histoire de France comme Malraux, est une des choses les plus insensées, horribles, révoltantes, qui soient. Et cela a scandalisé beaucoup d'honnêtes gens ! Notre Presse est d'ailleurs si servile, elle aussi, qu'elle a relayé l'extrait évoquant Malraux au sujet du personnage le plus immonde de France. Et on s'étonne, après, que la Presse française soit considérée comme la pire d'Europe, "lanterne Rouge" ?

 

Lorsque la mort du journaleux B. Duquesne a été connue, le lendemain de la diffusion de l'horrible reportage de cour sur BHL, cela a été la curée sur les Réseaux Sociaux. J'y suis allée aussi de mon tweet, de la même veine irrévérencieuse : "Le tueur en série a sévi de nouveau. B. Duquesne est sa nouvelle victime...".

 

Ceux qui ont une haute idée de la fonction de journaliste, professionnel scrupuleux, neutre, courageux, n'ont pas versé une larme sur la disparition de M. Duquesne.

 

Eva R-sistons (Chantal Dupille)

 

 (1) Mon article très documenté sur le VRAI Kadhafi :

- Libye : Le vrai Kadhafi, un grand réformateur sauvagement assassiné

 

 

(2) Morceaux choisis :

 

"BHL est l'icône du pouvoir médiatique, Il arrive sans drapeau - il est lui-même le drapeau.  Le philosophe se rend indispensable au Pouvoir.  Il a un grand talent persuasif, son premier coup d'éclat est à Serajevo, c'est un intellectuel de combat comme Hemingway, Malraux.  Son couple fascine il est riche, beau, célèbre. Il aime avoir une influence.  En Libye il est à l'apogée de son savoir-faire.  Nicolas Sarkozy qui voulait peser sur l'Histoire célèbre sa victoire.  Une vie témoignage qui rend vie à des milliers de morts.  Une voix vibrante à Kiev un peu aux accents gaulliens,  il est la conscience des politiques, une grande voix,  il n'y a pas beaucoup d'hommes comme ça.  Ses engagements marqueront l'Histoire pour rejoindre le Panthéon des journalistes engagés... ". Le sommet du mensonge courtisan et communautariste, un sioniste célébrant un sioniste ! Et le criminel N°1 de France, BHL, ajoute : " Je fais BON usage du pouvoir, je ne regrette rien..." !  Comme dit Alain Jules, il est fou ! (§)

 

(§)

FAUT-IL INTERNER BHL ? Vidéo: Voici son numéro de .

 

 

Voir aussi cet article très virulent :

Benoît Duquesne abattu par BHL ?


.BHL-wanted-a-jules.jpg.

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Presse courtisane
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 06:21

 

25 vérités sur le siège de Gaza par Israël

       
Bombes Gaza

Contrairement aux affirmations des autorités israéliennes, l’actuel bombardement de Gaza a pour but de briser l’union nationale entre le Fatah et le Hamas et d’empêcher la relance du processus de paix.

1. En 2005, Israël s’est formellement retiré de la Bande de Gaza et a démantelé ses colonies de peuplement. En réalité, l’armée israélienne dispose d’un contrôle total de l’espace aérien et maritime de l’enclave, occupe une zone tampon à l’intérieur de Gaza, contrôle l’unique zone commerciale du territoire palestinien avec l’extérieur, ainsi que le passage pédestre à Erez qui lie Gaza à la Cisjordanie et à Israël, et tient le registre d’état civil.

2. Depuis 2007, Gaza vit sous blocus israélien et égyptien. Selon l’ONG israélienne GISHA, les habitants de l’enclave sont privés de nombreux produits de base (confiture, vinaigre, chocolat, fruits en conserve, graines, noix, biscuits et bonbons, chips, gaz pour boissons gazeuses, fruits secs, viande fraîche, plâtre, bitume, bois de construction, ciment, fer, glucose, sel industriel, contenants en plastique/verre/métal, margarine industrielle, revêtements à base de bitume pour les huttes, tissus pour vêtements, cannes à pêche, divers filets de pêche, cordages pour la pêche, pièces détachées pour tracteurs, laiteries pour étables, tuyaux d’irrigation, instruments de musique, papier format A4, instruments pour écrire, carnets de notes, journaux, jouets, rasoirs, machines à coudre et pièces détachées, chevaux, ânes, chèvres, bétail, poussins, etc).

Efe

3. Avec une superficie de 360 km² et une population de 1,7 millions d’habitants, Gaza dispose de la plus forte densité au monde avec plus de 4 700 habitants/km². Sous état de siège militaire, avec un taux de chômage de 40% (60% chez les jeunes de 15 à 29 ans), 53% de la population âgée de moins de 18 ans, la population est confrontée à de nombreuses pénuries matérielles ainsi que de régulières coupures d’électricité et survit dans des conditions de vie proches de l’indigence. Près de 70% des Palestiniens dépendent de l’aide humanitaire.

4. La séquestration et l’assassinat de trois jeunes adolescents israéliens en juin 2014 ont servi de prétexte au Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu pour déclencher une nouvelle agression meurtrière contre la population civile de Gaza.

5. A ce jour, il n’existe aucune preuve de l’implication du Hamas dans ce crime. Au contraire, les dirigeants de l’organisation armée palestinienne ont rejeté toute responsabilité. Le 25 juillet 2014, Jon Donnison, correspondant de la BBC, a rapporté que Mickey Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne, a reconnu que le Hamas n’était pas impliqué dans les assassinats et qu’il s’agissait sans doute de l’action d’une “cellule isolée”.

6. Durant les jours suivants l’enlèvement des trois jeunes juifs, l’armée israélienne a lancé une vaste opération militaire, procédant à l’arrestation de près de 350 Palestiniens dont la plupart des leaders du Hamas de Cisjordanie – y compris des députés et le Président du Parlement palestinien Aziz Dweik – et a assassiné cinq personnes. Un jeune palestinien est également brûlé vif par des extrémistes israéliens.

Efe

7. En réponse à cette offensive militaire, le Hamas procède à des tirs de roquettes sur plusieurs villes israéliennes et exige la levée du blocus de Gaza déjà prévue dans les accords de cessez-le-feu de 2008 et 2012, ainsi que la libération des prisonniers politiques palestiniens.

8. A partir du 8 juillet 2014, Israël lance l’Opération « Bordure protectrice » et bombarde les populations civiles de Gaza, faisant plus de 1 000 morts et près de 10 000 blessés. L’objectif officiel est de détruire les tunnels qui permettent les incursions en territoire israélien par les combattants du Hamas.

9. A la date du 3 août 2014, les incessants bombardements de l’armée israélienne ont causé la mort d’au moins 1 439 Palestiniens, dont 90% de civils, et au moins 250 enfants, selon le Bureau de coordination humanitaire des Nations unies.

10. Jon Snow, journaliste pour la télévision britannique Channel 4, s’est rendu à Gaza et a apporté son témoignage : “L’âge moyen des habitants de Gaza est de 17 ans. Près de 250 000 enfants ont moins de 10 ans. Donc, dans cette zone urbaine très densément peuplée, si vous décidez de lancer des missiles, des obus, etc., vous tuerez inévitablement des enfants. Et c’est ce qu’Israël fait”.

11. Du côté israélien, selon les chiffres officiels, 63 soldats et 3 civils ont perdu la vie suite aux attaques du Hamas et d’autres factions palestiniennes armées.

12. Le 22 juillet 2014, Majed Bamya, porte-parole de la diplomatie palestinienne, a dénoncé l’hypocrisie occidentale lors d’une interview à la télévision française France 24 : “Laissez-moi comprendre : Le Hamas, qui dans cette agression israélienne et cette guerre a fait 27 morts dont 25 militaires de la puissance occupante, serait une organisation terroriste et des criminels, alors que ceux qui ont fait 530 morts, dont 90% sont des civils et plus d’une centaine d’enfants, seraient le pays civilisé dans ce conflit ? […] Ce n’est pas parce qu’il y a la révolte des esclaves que l’esclavage est acceptable”.

13. Le 14 juillet 2014, le Hamas rejette la proposition égyptienne de cessez-le-feu considérée comme étant une “reddition” car elle n’inclut ni la levée du blocus ni la libération des prisonniers politiques, alors qu’elle avait été acceptée par Israël.

14. Le 18 juillet, l’armée israélienne lance une invasion terrestre de Gaza et y déploie 70 000 soldats.

15. Le 19 juillet, le Hamas présente une proposition de trêve en sept points. Le 24 juillet, le projet de trêve proposé par John Kerry, secrétaire d’Etat des Etats-Unis, est rejeté par Israël.

16. Le 28 juillet, 4 enfants jouant sur la plage près du camp de réfugiés d’Al-Shati sont tués par un tir de missile israélien, devant les caméras de télévision internationales, suscitant une émotion mondiale.

17. Depuis le début des bombardements, trois écoles ont été détruites par l’armée israélienne, faisant des dizaines de morts, dont de nombreux enfants. Le 23 juillet, l’école des Nations unies à Beit Anoun est frappée par un missile. Le 29 juillet, l’école des Nations unies à Jabaliya est bombardée par l’armée israélienne, causant la mort de 16 personnes, dont au moins 6 enfants. Ban Ki Moon, secrétaire général des Nations unies, a dénoncé ce crime et a rappelé que “la localisation exacte de cette école élémentaire avait été communiquée 17 fois aux autorités militaires israéliennes, notamment la nuit dernière, quelques heures seulement avant cette attaque”. Le 3 août, l’armée israélienne a bombardé une troisième école des Nations unies à Rafah. Selon l’ONU, “il y a de nombreux morts et blessés”.

18. Selon l’UNICEF, depuis le début des bombardements, au moins 10 enfants ont été tués chaque jour. Pernille Ironside, responsable UNICEF à Gaza, a dénoncé les massacres et rappelle que “des enfants sont tués, blessés, mutilés, brûlés en plus d’être absolument terrifiés”.

19. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, près de 250 000 personnes ont dû fuir les combats et se trouvent actuellement sans abri.

20. Navy Pillay, haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, a accusé Israël de s’être rendu coupable de “crimes de guerre” en bombardant les écoles des Nations unies et les hôpitaux.

Efe

21. Le 31 juillet, Benjamin Netanyahu mobilise 16 000 soldats supplémentaires, portant leur nombre à 86 000.

22. Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a adopté une résolution à une majorité de 29 voix (17 abstentions, 1 vote contre) déposée par la Palestine, condamnant “les violations généralisées, systématiques et flagrantes des droits de l’Homme et des libertés fondamentales”. La résolution demande également de placer la population palestinienne sous “protection internationale immédiate”.

23. Sous le gouvernement de Mahmoud Abbas, Israël a construit plus de 100 000 nouvelles colonies dans les territoires occupés, en violation du droit international, et détient actuellement plus de 6 000 prisonniers politiques palestiniens.

24. Malgré les appels à un cessez-le-feu, les Etats-Unis et l’Union européenne continuent de soutenir économiquement et militairement Israël, malgré ses violations réitérées du droit international et les crimes de guerre actuellement commis à Gaza. En revanche, l’Amérique latine a adopté une position différente en exigeant une cessation des hostilités, une levée du blocus et une reprise du dialogue entre les deux parties. Dans un communiqué commun, les Présidents du Brésil, de l’Argentine, de l’Uruguay et du Venezuela “ont fermement condamné l’utilisation disproportionnée de la force de la part de l’armée israélienne dans la Bande de Gaza, qui affecte principalement les civils, y compris des enfants et des femmes”. Le Brésil, l’Equateur, le Chili, le Salvador et le Pérou ont rappelé leur ambassadeur, Cuba, le Venezuela et la Bolivie ayant déjà rompu leurs relations diplomatiques.

25. En réalité, l’Opération “Bordure protectrice” n’a pas pour but de détruire des tunnels qui seront inévitablement reconstruits tant que durera le blocus, à moins d’une nouvelle occupation militaire israélienne de Gaza. Cette nouvelle agression militaire contre une population sans défense est destinée à briser l’union entre le Fatah et le Hamas qui ont formé un gouvernement d’union nationale le 2 juin 2014 –  initiative saluée par la communauté internationale, mais rejetée par Israël – afin d’empêcher toute naissance d’un véritable Etat palestinien et de poursuivre ainsi la politique de colonisation. La seule solution au conflit israélo-palestinien est d’ordre politique et passe par le respect du droit international, c’est-à-dire l’application de la résolution du Conseil de Sécurité des Nations unies n°242 du 22 novembre 1967, avec un retrait complet de l’armée israélienne de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, un démantèlement de toutes les colonies illégales, le respect des frontières de 1967 et un retour des réfugiés palestiniens. Seuls le dialogue et la négociation entre les deux parties permettront l’établissement d’une solution pacifique avec deux Etats souverains et égaux.

*Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis. 

Son nouvel ouvrage s’intitule Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité, Paris, Editions Estrella, 2013 et comporte une préface d’Eduardo Galeano. 

Salim Lamrani

.
Gaza-resistons.jpg

Gaza, colo­ni­sation, crimes de guerre :

des sanc­tions pour en finir avec l’impunité d’Israël

http://www.france-palestine.org/Gaza-colonisation-crimes-de-guerre



Pétition adressée à M. François Hol­lande,
Pré­sident de la Répu­blique, et au gou­ver­nement français



L’attaque israélienne lancée massivement en juillet 2014 contre la population palestinienne de Gaza exprime une fois de plus le déni par l’Etat d’Israël de toutes les règles du droit international et humanitaire et des droits humains les plus élémentaires. Ceux qui en sont responsables devront répondre devant la justice des crimes de guerre commis, voire de crimes contre l’humanité.

Cette attaque est intervenue dans la logique du rejet par Israël du processus palestinien de réconciliation nationale, qui avait été salué entre autres par l’Union Européenne et les Etats-Unis, et qui constituait une immense chance pour la paix.

Une fois de plus, c’est l’intolérable impunité dont bénéficie l’État d’Israël qui pousse celui-ci à des violations sans limites du droit international.

Devant cette agression militaire dirigée contre la population de Gaza et ses infrastructures les plus vitales, les pays membres de l’UE, dont la France, ne peuvent laisser se poursuivre de tels massacres et exactions à grande échelle sans prendre des sanctions adaptées pour contraindre Israël à renoncer à toute opération militaire dirigée contre la population palestinienne, et à cesser l'agression permanente que constituent le blocus et le siège de Gaza, la colonisation en Cisjordanie et l’expulsion d’habitants palestiniens de Jérusalem Est.

Les soussigné(e)s demandent au Président de la République et au gouvernement français :

- de cesser immédiatement toute coopération militaire avec Israël et de mettre un embargo total sur les armes à destination d’Israël,

- d’agir de manière énergique et publique pour que soit décidée, dès le prochain Conseil Européen, la suspension sans délai de l’accord d’association entre l’Union Européenne et Israël, en s’appuyant sur l’article 2 de cet accord, et ceci tant qu’Israël ne se conformera pas au droit international.

 

 

Cliquer ici pour signer la pétition


Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

.
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 23:39

 

5 Août 2014

 

Pourquoi Israël ment

Israël profère ces mensonges à couper le souffle qui caractérisent les régimes despotiques et totalitaires.


Pourquoi Israël ment

 

Tous les gouvernements mentent, comme le faisait remarquer IF Stone, y compris Israël et le Hamas. Mais Israël profère ces mensonges à couper le souffle qui caractérisent les régimes despotiques et totalitaires. Il ne déforme pas la vérité ; il la retourne. Il brosse régulièrement un tableau destiné au MONDE EXTÉRIEUR qui est diamétralement opposé à la réalité. Et nous tous, journalistes qui avons couvert les territoires occupés connaissons ces narratives israéliennes sorties d'Alice au pays des merveilles, et que nous insérons consciencieusement dans nos articles - chose requise en vertu des règles du journalisme américain, même si nous savons qu'elles sont fausses. 

J'ai vu des PETITS GARÇONS appâtés et tués par des soldats israéliens dans leCAMP DE RÉFUGIÉS de Khan Younis à Gaza. Les soldats ont insulté les garçons en arabe par des haut-parleurs de leur jeep blindée. Les garçons, âgés d'environ 10 ans, ont ensuite jeté des pierres sur un véhicule israélien et les soldats ont ouvert le feu, tuant quelques-uns, en blessant plusieurs autres. J'étais présent plus d'une fois lorsque les troupes israéliennes ont tiré et tué des enfants palestiniens de cette façon. Ces incidents, dans le jargon israélien, deviennent des enfants « pris ENTRE DEUX feux ». J'étais dans la BANDE DE GAZA lorsque des avions de combat F-16 ont largué des bombes à fragmentation de 500 kg sur des taudis surpeuplés dans la ville de Gaza. J'ai vu les cadavres des victimes, y compris les enfants. Cela s'est transformé en une « frappe chirurgicale sur une usine de fabrication de bombes ». J'ai regardé Israël démolir des maisons et des immeubles entiers pour créer de larges zones tampons entre les Palestiniens et les troupes israéliennes qui entourent la bande de Gaza. J'ai interrogé les familles démunies et sans-abri, certaines campaient dans des abris de fortune érigés au milieu des décombres. La destruction devient « la démolition des maisons des terroristes ». J'ai foulé les ruines d'écoles - Israël a frappé deux écoles des Nations Unies au cours des six derniers jours, faisant au moins 10 morts dans une école à Rafah le dimanche et au moins 19 dans le camp de réfugiés de Jebaliya mercredi - ainsi que des ruines de cliniques et de mosquées. J'ai entendu Israël prétendre que des roquettes perdues ou des tirs de mortier des Palestiniens avaient provoqué ces décès et d'autres, ou que les points attaqués avaient été utilisés comme des dépôts d'armes ou des sites de lancement. Moi, comme tous les autres journalistes que je connais qui ont travaillé dans la bande de Gaza, je n'ai jamais vu la moindre preuve que le Hamas utilise les civils comme « boucliers humains ». 

Il y a une logique perverse dans le recours incessant par Israël au Grand Mensonge - Große Lüge - le mensonge favori des tyrans d'Adolf Hitler et Joseph Staline à Saddam Hussein. Le Grand Mensonge alimente les deux réactions qu'Israël cherche à susciter - LE RACISME parmi ses partisans et la terreur parmi ses victimes. 

En brossant le tableau d'une armée qui ne s'attaque jamais à des civils, qui fait tout son possible pour les protéger, le Grand Mensonge dit que les Israéliens sont civilisés et humains, et que leurs adversaires palestiniens sont des monstres inhumains. Le Grand Mensonge sert l'idée que le massacre à Gaza est un choc des civilisations, une guerre entre LA DÉMOCRATIE, la décence et l'honneur d'un côté et la barbarie islamique de l'autre. Et DANS LES rares cas où LES NOUVELLES des atrocités atteignent le grand public, Israël rejette les destructions et les morts sur le Hamas. 

George Orwell dans son roman « 1984 » a qualifié cette forme de PROPAGANDEde double-pensée. La double-pensée emploie « la logique contre la logique » et « rejette LA MORALE tout en s'en réclamant ». Le Grand Mensonge n'autorise ni les nuances ni les contradictions qui peuvent empoisonner la conscience. C'est une réponse orchestrée par l'État au dilemme de la dissonance cognitive. Le Grand Mensonge ne connaît pas de zones grises. Le monde est en noir et blanc, le bien et le mal, le juste et l'injuste. Le Grand Mensonge permet aux croyants de se consoler - un confort qu'ils cherchent désespérément dans leur propre supériorité morale au moment même où ils ont abandonné toute morale. 

Le Grand Mensonge, comme l'a écrit le père des RELATIONS PUBLIQUESaméricaines, Edward Bernays, n'est limité que par la capacité du propagandiste à comprendre et exploiter les courants sous-jacents de la psychologie individuelle et de masse. Et puisque la plupart des partisans d'Israël n'ont aucun désir de connaître la vérité, une vérité qui les obligerait à examiner leur propre racisme et AUTO-illusion sur la supériorité morale sioniste et occidentale, tels une meute de chiens affamés ils se jettent sur les mensonges offerts par le gouvernement israélien. Le Grand Mensonge trouve toujours un terrain fertile dans ce que Bernays a appelé le « compartiment de l'adhésion dogmatique à l'épreuve de toute logique. » Toute propagande efficace, a écrit Bernays, cible et s'appuie sur ces « habitudes psychologiques » irrationnelles. 

C'est le monde que Franz Kafka envisageait, un monde où l'irrationnel devient rationnel. Un monde où, comme Gustave Le Bon l'a relevé dans (son livre) « La psychologie des foules », ceux qui fournissent aux masses les illusions dont elles rêvent deviennent leurs maîtres, et « celui qui tente de détruire leurs illusions est toujours leur victime ». Cette irrationalité explique la violence de la réaction des supporters d'Israël envers ceux qui ont le courage de DIRE LA VÉRITÉ - Uri Avnery, Max Blumenthal, Noam Chomsky, Jonathan Cook, Norman Finkelstein, Amira Hass, Gideon Levy, Ilan Pappé, Henry Siegman et Philip Weiss. Le fait que tant de voix soient juives, et ont donc plus de crédibilité que les non-juifs parmi les pom-pom girls d'Israël, renforce encore le niveau de haine. 

Mais le Grand Mensonge est aussi consciemment conçu pour envoyer un message dissuasif aux Palestiniens de Gaza, qui ont perdu UN GRAND NOMBRE de leurs habitations, cliniques, mosquées, et installations d'énergie, d'eau et d'assainissement, ainsi que des écoles et des hôpitaux, et qui ont subi 1650 morts depuis le début de cet assaut, la plupart des des femmes et des enfants, et qui ont vu 400 000 personnes déplacées de leurs foyers. Le Grand Mensonge dit clairement aux Palestiniens qu'Israël continuera à mener une campagne de terreur d'Etat et n'admettra jamais ses atrocités ni ses objectifs. La grande disparité entre ce qu'Israël dit et ce qu'Israël fait dit aux Palestiniens qu'il n'y a pas d'espoir. Israël va faire et dire ce qu'il veut. Le droit international, comme la vérité, seront toujours ignorés. Les Palestiniens comprennent par le Grand Mensonge que les dirigeants israéliens ne reconnaîtront jamais la réalité. 

Le site internet des Forces de Défense d'Israël est rempli de propagande. « Le Hamas exploite la sensibilité de l'IDF qui tente de protéger les structures civiles, en particulier les lieux saints, en cachant les centres de commandement, des caches d'armes et l'entrée des tunnels dans les mosquées », peut-on lire sur le site de Tsahal. « Dans le monde du Hamas, les hôpitaux sont des centres de commandement, les ambulances sont des véhicules de transport, et des médecins sont des boucliers humains », insiste le site. 

« .. Les officiers [israéliens] sont chargés d'une énorme responsabilité : protéger les civils palestiniens sur le terrain, peu importe les difficultés rencontrées », assure le site à ses visiteurs. Et le site de Tsahal fournit cette citation d'un opérateur de drone identifié comme le lieutenant Or. « J'ai personnellement vu des roquettes tirées sur Israël à partir d'hôpitaux et d'écoles, mais nous ne pouvions pas riposter parce qu'il y avait des civils à proximité. Dans un cas, nous avions repéré une cible, mais nous avons vu qu'il y avait DES ENFANTS à proximité. Nous avons attendu, et quand nous avons vu qu'ils ne partaient pas, nous avons du interrompre la frappe sur une cible importante. » 

L'ambassadeur d'Israël aux Etats-Unis, Ron Dermer, dans un Grand Mensonge individuel, a déclaré le mois dernier lors d'une conférence de Chrétiens Unis pour Israël que l'armée israélienne devrait recevoir le « Prix Nobel de la paix ... un prix Nobel de la paix pour avoir fait preuve d'une retenue inimaginable ». 

Le Grand Mensonge détruit toute possibilité d'histoire et donc d'espoir d'un dialogue entre les parties antagonistes qui serait basé sur la vérité et la réalité. Alors que, comme Hannah Arendt l'a souligné, les sophistes anciens et modernes cherchaient à remporter un argument au détriment de la vérité, ceux qui brandissent le Grand Mensonge « veulent une victoire plus durable au détriment de la réalité ». Les anciens sophistes, dit-elle, « ont détruit la dignité de la pensée humaine ». Ceux qui ont recours au Grand Mensonge « détruisent la dignité de l'action humaine ». Le résultat, a mis en garde Arendt, est que « l'histoire elle-même est détruite ainsi que son intelligibilité ». Et lorsque les faits n'importent plus, lorsqu'il n'y a pas d'histoire commune fondée sur la vérité, lorsque les gens croient bêtement à leurs propres mensonges, il ne peut y avoir d'échange d'information utile. Le Grand Mensonge, employé par Israël comme une matraque, réduit tous les problèmes du monde à une expression brutale de violence - ce qui était peut-être son objectif initial. Et quand les gens opprimés ne sont interpellés qu'avec la violence, ils ne répondent que par la violence.

 

http://www.wikistrike.com/2014/08/pourquoi-israel-ment.html

 

.GAZA-avant-apres.jpgGaza avant et après

 

.

 

Holocauste palestinien à Gaza

Publié par Gilles Munier sur 6 Août 2014, 10:08am

Catégories : #Palestine

Holocauste palestinien à Gaza

par Fidel Castro Ruz ( revue de presse: Granma - 4/8/14)*


De nouveau, je prie Granma de ne pas utiliser l’espace de la première page pour ces lignes, relativement brèves, à propos du génocide qui est en train d’être commis contre les Palestiniens.

Je les écris à la hâte seulement pour laisser constance de ce sur quoi il est nécessaire de méditer profondément

Je pense qu’une nouvelle et répugnante forme de fascisme est en train de voir le jour avec une force considérable à ce moment de l’Histoire humaine, où plus de 7 milliards d’habitants tentent de survivre.

Aucune de ces circonstances n’a à voir avec la création de l’Empire Romain il y a environ 2 400 ans ni avec l’empire américain dans cette région du monde, que Simon Bolivar, il y a à peine 200 ans, décrivit en ces termes « … Les États Unis semblent destinés par la providence à couvrir l’Amérique de misères au nom de la liberté. »

L’Angleterre fut la première réelle puissance coloniale qui utilisa sa domination sur une grande partie de l’Afrique, du Moyen Orient, de l’Asie, de l’Australie, d’Amérique du nord et de nombreuses iles antillaises dans la première moitié du 20ème siècle.

Je ne parlerai pas à cette occasion des guerres et des crimes commis par l’empire des États Unis durant plus de cent ans, mais je signalerai seulement qu’ils tentèrent de faire avec Cuba ce qu’ils firent avec beaucoup d’autres pays dans le monde et qui ne servit qu’à démontrer « qu’une idée juste depuis le fond d’une grotte peut plus que toute une armée ».

L’Histoire est bien plus complexe que tout ce qui a été dit précédemment, mais c’est ainsi, à grands traits, que la connurent les habitants de Palestine, et il est logique également que dans les médias modernes se reflètent les nouvelles qui arrivent quotidiennement. C’est ce qui s’est produit avec la guerre honteuse et criminelle dans la bande de Gaza, un morceau de terre où vit la population de ce qui reste de la Palestine indépendante, jusqu’à il y à peine un demi-siècle.

L’agence française AFP a informé le 2 aout : « la guerre entre le mouvement islamiste palestinien Hamas et Israël a causé la mort de près de 1800 Palestiniens […] la destruction de milliers de maisons et la ruine d’une économie déjà affaiblie en soi », même si elle omet d’indiquer, évidemment, qui a démarré cette terrible guerre.

Puis elle ajoute : « … samedi à midi l’offensive israélienne avait tué 1712 Palestiniens et blessés 8 900. L’ONU a pu vérifier l’identité de 1 117 morts, en majorité des civils […] l’UNICEF a dénombré au moins 296 enfants parmi les tués ».

« L’ONU a estimé […] qu’(environ 58 900 personnes) sont sans abri dans la bande de Gaza. »

« 10 sur les 32 hôpitaux ont fermé et 11 autres ont été endommagés. » « Cette enclave palestinienne de 362 Km² ne dispose pas non plus des infrastructures nécessaires pour les 1,8 millions d’habitants, surtout en terme de distribution d’eau et d’électricité ».

« Selon le FMI, le taux de chômage dépasse les 40% dans la bande de Gaza, territoire soumis depuis 2006 à un blocus israélien. En 2000, le chômage s’élevait à 20% et à 30% en 2011. Plus de 70% de la population dépend de l’aide humanitaire en temps de paix, selon Gisha. »

Ce lundi à 7h, le gouvernement israélien a décrété une trêve humanitaire à Gaza, cependant, quelques heures plus tard, il a brisé la trêve en attaquant une maison où 30 personnes, en majorité des femmes et des enfants, furent blessés et une petite fille de 8 ans tuée.

À l’aube de ce même jour, 10 Palestiniens ont été tués lors d’attaques israéliennes dans toute la bande de Gaza et le nombre de Palestiniens assassinés atteignait près de 2000. Ce massacre est arrivé à un tel point que « le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, a annoncé ce lundi que le droit d’Israël à la sécurité ne justifie pas "le massacre de civils" qu’il est en train de perpétrer ».

Le génocide des nazis contre les juifs a récolté la haine de tous les peuples de la terre. Pourquoi le gouvernement de ce pays croit-il que le monde sera insensible au macabre génocide qu’il est en train de commettre aujourd’hui contre le peuple palestinien ? Attend-on peut-être que l’on ignore la complicité de l’empire nord-américain dans ce massacre honteux ?

L’espèce humaine vit une étape sans précédent dans l’Histoire. La collision entre des avions militaires ou des navires de guerre qui se surveillent étroitement ou d’autres faits semblables peuvent déchainer un conflit où seraient utilisées les armes modernes sophistiquées qui deviendrait l’ultime aventure de l’Homo sapiens.

Il y a des faits qui témoignent de l’incapacité quasi totale des États Unis de faire face aux problèmes actuels du monde. On peut affirmer qu’il n’y a pas de gouvernement dans ce pays. Ni le Sénat, ni le Congrès, ni la CIA, ni le Pentagone ne détermineront le dénouement final. C’est vraiment triste que cela se produise alors que les dangers sont plus grands, mais également les perspectives d’aller de l’avant.

Durant la Grande guerre Patriotique, les citoyens russes ont défendu leur pays comme des Spartiates ; les sous-estimer fut la pire erreur des États Unis et de l’Europe. Leurs alliés les plus proches, les Chinois qui, comme les Russes obtinrent leur victoire à partir des mêmes principes, constituent aujourd’hui la force économique la plus dynamique de la terre. Les pays veulent des yuans et non des dollars pour acquérir des biens et des technologies et développer leur commerce.

De nouvelles forces indispensables sont nées. Le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, l’Afrique du Sud, dont les liens avec l’Amérique latine, la plupart des pays de la Caraïbe et de l’Afrique, qui luttent pour le développement, constituent la force qui, à notre époque, est disposée à collaborer avec le reste des pays du monde, sans exclure les États Unis, l’Europe et le Japon.

Accuser la Fédération russe de la destruction en plein vol de l’avion de Malaisie est d’un simplisme inconcevable. Ni Vladimir Poutine, ni Serguei Lavrov, ministre des Affaires étrangères de Russie, ni les autres dirigeants de ce pays ne commettraient jamais une telle stupidité.

26 millions de Russes sont morts en défendant la Patrie contre le nazisme. Les combattants chinois, hommes et femmes, enfants d’un peuple à la culture millénaire, sont des personnes dotées d’une intelligence privilégiée et d’un esprit de lutte invincible et Xi Jinping est un des leadeurs révolutionnaires les plus fermes et les plus capables que j’ai connu dans ma vie.

 

Source : Assawra (6/8/14)

 

.

 

Dernier crime à Gaza : le crime de haute trahison

Rédigé par Christophe Oberlin | Mercredi 6 Août 2014


Dernier crime à Gaza : le crime de haute trahison
Aujourd’hui est un jour de deuil supplémentaire pour les Palestiniens. Ce mardi 5 août, Riad Al-Maliki, ministre des Affaires étrangères de Palestine, a obtenu de Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale (CPI), l’annulation de la plainte déposée le 25 juillet par Saleem Al-Saqqa, ministre palestinien de la Justice, et Ismaïl Jaber procureur général de Gaza, pour les crimes de guerre commis à Gaza par l’armée israélienne.

Cette plainte, élaborée par les meilleurs spécialistes du droit International, avait reçu l’appui de 130 professeurs de droit de par le monde qui avaient affirmé sa complète recevabilité au regard des statuts de la CPI. Dès la publication de la plainte, le président palestinien Mahmoud Abbas, le représentant de la Palestine à l’ONU, et Leïla Shahid, ambassadrice de Palestine auprès de l’Union européenne, ont développé une stratégie en vue de l’annulation de la plainte.

Le représentant à l’ONU a prétendu, à l’unisson avec la partie israélienne, que le dépôt de plainte risquait de se retourner contre la résistance palestinienne, ce qui est juridiquement faux (article 31D du statut de la CPI). Leïla Shahid est allée dans le même sens, provoquant le 4 août, une réaction officielle du Hamas par l’intermédiaire de son porte-parole Sami Abu Zouhri :

« N’écoutez aucune voix qui suggérerait que nous serions opposés à une action auprès de la Cour pénale internationale. Certaines personnes disent que le Hamas ou d’autres personnes résistantes pourraient être victimes d’une telle démarche, mais ce n’est pas vrai. Ce n’est que de la propagande. Rien de ce que nous faisons ne nous fait peur. Nous sommes sous occupation et c’est notre droit, selon la loi, de résister. Et c’est aussi le droit de notre population d’être défendue. »

Céder aux pressions, taire la justice

Ces pressions sur la CPI aboutissant à l’annulation de la plainte étaient malheureusement prévisibles. Déjà à la suite de guerre de l’hiver 2008-2009, Mahmoud Abbas avait dépêché Riad Al-Maliki auprès du procureur de la Cour, aboutissant à l’annulation de la procédure de plainte en cours. Ce sont les mêmes acteurs aujourd’hui qui sont à la manœuvre.

Il faut dire que la plainte déposée le 25 juillet, outre les crimes de guerre, mentionnait le crime de colonialisme, faisant ainsi peser une lourde menace sur Israël : dès la plainte transmise à la chambre intermédiaire, les entreprises étrangères travaillant dans les territoires occupés devenaient susceptibles de poursuites pour complicité. Les conséquences économiques pour Israël auraient pu être rapides, bien avant que n’advienne le jugement des commanditaires des crimes de guerre. Avant même que la bataille des armes ne soit terminée, Benjamin Netanyahu a remporté, grâce à Mahmoud Abbas et Leïla Shahid, une victoire politique déterminante : la menace économique est éloignée.

L'appel à adhérer à la CPI, un leurre

Comme toujours en pareilles circonstances, la communication palestinienne, et en particulier Leïla Shahid, prétend avoir une autre stratégie : celle de l'adhésion à la CPI. Pourquoi ne l’avoir pas fait plus tôt ? La supposée nécessité de reconnaissance préalable de l’Etat palestinien à l’ONU est un mensonge juridique. Mahmoud Abbas et Leïla Shahid auraient pu saisir la Cour depuis près de dix ans. Trois massacres à Gaza auraient peut-être pu être évité.

La décision de faire taire le droit met à nouveau en lumière le jeu meurtrier et la nature réelle de l’Autorité palestinienne. A-t-elle servi les Palestiniens en 2006 lorsqu'après avoir perdu les élections elle tente de reprendre le pouvoir par les armes ? A-t-elle servi les Palestiniens en 2006 lorsqu’elle condamne la capture d’un soldat israélien au poste de combat ? A-t-elle servi les Palestiniens en 2009 quand elle contribue à enterrer le rapport Goldstone sur les crimes commis à Gaza ?

Sert-elle les Palestiniens quand elle soutient officiellement le nouveau dictateur égyptien qui est à l’origine de la fermeture du seul point de passage de Gaza avec le monde ? Sert-elle les Palestiniens lorsque son président déclare quelques jours avant l’attaque israélienne : « Les tunnels entre Gaza et l‘Egypte sont illégaux. Nous (sic) avons essayé de les détruire, nous (sic) avons construit un mur d’acier souterrain, nous (sic) avons essayé de les noyer. »

Détruire le Hamas à tout prix

Toutes ces attaques ont en fait pour but de détruire un parti politique à référence culturelle musulmane, le Hamas, et quel qu’en soit le prix pour la population palestinienne.

Le droit international étant bafoué, force est d’observer à nouveau le droit national palestinien bafoué lui aussi. Le président Abbas, selon des lois fondamentales palestiniennes, a terminé son mandat en janvier 2009. Des élections ne pouvant avoir lieu, c’est le président du Parlement Aziz Duwaik qui aurait dû le remplacer. Aziz Duwaik est en prison. Alors que le Parlement aurait dû légalement voir son mandat prolongé, nombre de parlementaires ont été emprisonnés, parfois avec l’appui de la police palestinienne, et le Parlement est empêché de fonctionner.

Ainsi, on se bouscule aujourd’hui, parmi les dictatures arabes, pour être « le meilleur ennemi d’Israël ». Le président actuel est donc illégal autant qu’illégitime. Mahmoud Abbas règne sur un champ de ruines physique, politique et moral. Il sert l’intérêt de l’ennemi. La Palestine a son gouvernement de Vichy qui ne représente pas les Palestiniens, pas plus que Vichy ne représentait la France. Que ceux qui le contestent osent organiser des élections libres et non faussées à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

****
Christophe Oberlin est chirurgien orthopédiste, engagé depuis 30 ans dans l'humanitaire, et professeur émérite à l'université Denis-Diderot - Paris 7.

.
..

Destruction de Gaza : Impunité pour un Etat pas comme les autres

           
gaza-destruction

 

Le 22 avril 2014, après le énième échec des négociations entre l’Autorité palestinienne et L’Etat d’Israël, le Premier ministre israélien ironisa en ces termes “L’Autorité Palestinienne, qui menaçait hier de se dissoudre, parle aujourd’hui de réunification avec le Hamas. Ils doivent décider s’ils veulent être dissous ou se réunifier avec le Hamas, et quand ils voudront la paix, qu’ils nous le fassent savoir”.

Le 2 juin 2014, le Hamas répondit à l’ironie de Benjamin Netanyahu, en saluant le nouveau gouvernement d’union de “tous les Palestiniens”. Le soutien apporté à cet unité palestinienne par la communauté internationales tranche avec le rejet manifesté par l’Etat d’Israël. Sur ce point, il faut rappeler que les puissances occidentales avait dénoncé le gouvernement d’union nationales palestinien issu des élections de 2007. Un changement de braquet politique qu’il faut insérer dans le nouveau contexte géo-politique moyen-oriental dont il sera question dans les convergences stratégiques qui s’opèrent dans la région, sujet de la 2° partie de cette modeste contribution.

Le 12 juin 2014, trois jeunes Israéliens sont enlevés en Cisjordanie et assassinés. Sans aucune preuve, L’Etat d’Israël accusa le Hamas d’ en être le commanditaire. Ce dernier rejeta catégoriquement toute implication dans cet acte.

Tout observateur, un tant soit peu au fait de la scène politique palestinienne, aurait mis en doute une telle accusation. D’une part, parce qu’en contradiction avec la volonté réelle du Hamas et du Fath de mettre fin à la division du mouvement de libération nationale palestinien. D’autre part , aucune organisation palestinienne n’a revendiqué l’enlèvement et les assassinats. Un crime condamné par l’Autorité palestinienne mais rien n’y fait, la Cisjordanie, lieu d’une comédie diplomatique, se transforma en une scène biblique « Œil pour œil ,dent pour dent. ».

Le 8 juillet, Gaza est bombardée car comme l’affirme le « négociateur de bonne volonté » ne peut permettre qu’à sa porte s’installe le terrorisme et mette ainsi en danger sa sécurité.

Dès la première bombe larguée sur la bande de Gaza, les puissances occidentales sans exception ont brandi le sacro- saint dogme « L’Etat d’Israël a le droit de se défendre » . Un dogme déconnecté du droit fondamental d’un peuple à disposer de lui-même dans l’espace et le temps. Lequel induit le droit de résister à l’ occupant y compris par les armes. Pour les puissances occidentales, coloniser la Cisjordanie et occuper, sous la forme d’un blocus total, l’enclave de Gaza est un instrument de défense de l’Etat d’Israël, négociable certes.

Autrement dit, la cause et l’effet ne font qu’un d’où la symétrie établie entre la sécurité de l’occupant et la résistance de l’occupé. Ce qui signifie que, pour les chancelleries occidentales et israélienne, bafouer le droit du peuple palestinien n’est pas une injustice en soi mais un dommage collatéral de l’exercice du droit de défense de l’occupant.

C’est ainsi que l’impunité de l’Etat d’Israël est imposé en tant que droit non écrit supplantant le droit international.

De là, à considérer que l’existence de l’Etat d’Israël relève du droit divin, il n’ y a qu’un pas que l’idéologie du sionisme politique avait franchi dès la déclaration de l’indépendance de cet Etat.


Les convergences stratégiques


La position politique des puissances occidentales y compris la France signifie en terme diplomatique que l’Etat d’Israël a les mains libres à Gaza. Ce qui fait des gesticulations diplomatiques américaines et françaises au Caire ou à Paris et des condamnations morales un écran de fumée servant à calmer une opinion internationale de plus en plus révoltée par les destructions et le massacre de civils, notamment d’enfants, perpétrés par l’armée israélienne.

Certes, une fois l’entreprise israélienne de destruction de la bande de Gaza terminée, une fois le décompte macabre du massacre de la population palestinienne achevé, la Communauté Internationale avec à sa tête l’Union Européenne , rivaliseront en bonnes intentions en faveur du peuple palestinien. De nouveau, les puissances occidentales, et les Monarchies du Golfe reviendront au chevet d’une population palestinienne meurtrie. De nouveaux rapports, semblables à ceux qui jaunissent déjà dans les tiroirs onusiens rendront compte de la situation matérielle de la population gazouie Pour être en cohérence avec les directives de l’UNICEF, un rapport spécial « Enfance » alertera le monde sur la situation matérielle et psychologique des enfants palestiniens. Une enfance à aucune autre semblable puisque le milieu naturel où elle grandit est une prison à ciel ouvert.

Mais «C’est le prix à payer» comme dirait Madeleine Albright concernant les centaines de milliers de morts d’enfants irakiens dus à la guerre et à l’embargo de l’Irak pour … l’instauration d’un « bordel djihadiste » où la minorité chrétienne n’a pas sa place.

Un prix à payer que les puissances occidentales, l’Egypte, l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie assument en toute conscience.puisque aucune condition n’est imposée à Israël pour l’instauration d’un cessez-le feu et mettre fin à l’occupation. Aucune partie servant d’intermédiaire n’invoque le Conseil de Sécurité afin de mettre sous protection internationale le peuple palestinien en Cisjordanie et à Gaza. Car défendre le droit international, dans ce cas de figure reviendrait à mettre fin aux expériences Accords d’Oslo , Camp David, Feuille de route, Annapolis , etc… Des négociations qui ont démontré leur stérilité quant à la réalisation du droit du peuple palestinien. En revanche, elles ont contribué à faire du peuple palestinien, un paria de l’humanité tout en justifiant la colonisation sioniste et l’ apartheid. Loin de considérer que la sécurité du colonisateur n’est qu’une conséquence de la réalisation des droits du colonisé, les puissances occidentales et les dirigeants saoudiens, égyptiens et qataris poursuivent d’autres buts stratégiques aux agendas différents, voire contradictoires. Le point commun est l’ennemi perse, l’Iran (1)

Pour Israël, la destruction de Gaza a pour pour but sa  démilitarisation , à l’image de la Cisjordanie et d’imposer par les négociations un Etat palestinien comme le définit Shimon Péres sur 12 ̈% de la Palestine mandataire car « Ce n’est pas la question de la taille d’un Etat qui compte, mais le niveau de son développement. La viabilité d’un Etat dépend de la modernité de son économie, pas de son agriculture ni de sa terre. Nous ne sommes pas fous : nous ne voulons pas avoir un Etat palestinien qui souffrirait. Nous voulons un Etat palestinien heureux, indépendant et qui nous respecte. »(Le Monde ,9/03/10),)

 

Un Etat constitué de Bantoustans reliés à une enclave de Gaza , démilitarisée.

 

Pour l’Arabie Saoudite, le Qatar , l’Egypte et la Turquie, les priorités stratégiques du moment ont pour nom : Irak, Syrie, Hezbollah et Iran.

Concernant l’Irak, il s’agit de réduire l’influence iranienne. Quitte à parachever l’œuvre entreprise par les Etats-Unis et l’Angleterre : diviser l’Irak en trois entités kurde, sunnite et chiite. Vue les forces intégristes déployées pour l’avènement d’un tel dessein , le sort de la minorité chrétienne d’Irak est considéré comme un dommage collatéral inévitable, y compris par les puissances occidentales.

Concernant la Syrie, il ne fait pas de doute que l’ «l’hiver syrien » a pour objet l’instauration d’un régime sous la tutelle des monarchies pétrolières, quitte aussi à morceler ce pays. Là aussi, isoler politiquement la Syrie de l’Iran étant l’objectif stratégique des monarchies pétrolières et …de. L’Etat d’Israël.

Tout indique que l’Etat islamique « sunnite », d’un autre âge, proclamé sur une partie de l’Irak et sur la région limitrophe syrienne ne s’arrêtera pas à la frontière syro-libanaise.

Reste le cas du Hezbollah. Ce dernier, contrairement à ce que propage la propagande « sunnite » et occidentale, incarne, au delà du Liban, la résistance arabe dans sa diversité ,chrétienne , sunnite et chiite face aux visées des puissances occidentales et israélienne : redessiner un nouvel Moyen-Orient .

En effet, sur les décombres du Moyen-Orient de Sykes-Picot, un nouvel Moyen-Orient aux frontières religieuses homogènes est en train de naître.

Pour réduire l’influence du Hezbollah, à défaut de le détruire, rien de mieux qu’une importation au Liban de la guerre de l’Etat islamique. Une menace réelle à laquelle fait face l’armée et la résistance au Nord du Liban. Jusqu’à quand ?

Les peuples du Moyen-Orient sont-ils en train de vivre leur guerre de 30 ans ?

En 2010, à la question « Le Proche-Orient fait-il face à de nouveaux dangers ? » du journaliste du Monde, Laurent Zechini, Shimon Péres souligna déjà ces convergences stratégiques, en des termes simples et sans ambiguïté « Oui, car nous sommes confrontés à de nouvelles ambitions. Les Perses veulent de nouveau contrôler le Proche-Orient. Que ce soit pour des motifs religieux importe peu… » et concernant les pays arabes, il ajoute « … La plupart des Arabes en sont profondément préoccupés. Ils ont peur d’une agression de l’Iran, et ils ne savent pas quoi faire… Israël n’est plus le principal problème pour eux, c’est l’Iran, qui utilise le conflit israélo-arabe comme une excuse pour ses ambitions…Ils ne le diront jamais ouvertement bien sûr. Mais aujourd’hui, les contacts secrets sont plus importants que les contacts diplomatiques. L’Iran a aujourd’hui deux agences de terreur : le Hezbollah et le Hamas. Ils ont divisé le Liban et divisé les Palestiniens. Le Hezbollah ne permet pas au Liban de revenir vers la paix, et le Hamas – pas nous ! – ne permet pas aux Palestiniens d’avoir un Etat.. ».(Le Monde (9/03/10),

Concernant le Hamas, du moins l’aile politique, l’allié n’est plus syro-iranien mais qatari. Cette nouvelle tutelle explique le soutien des puissances occidentales à l’Unité palestinienne. Elle s’inscrit dans le projet de démilitarisation de la Bande de Gaza,voulu et soutenu par l’Egypte, l’Arabie saoudite , le Qatar et la Turquie. Pays qui voient d’un bon œil la réalisation de ce projet sous les bombes israélienne. Pour ces pays, l’ Iran, la Syrie et le Hezbollah demeurent l’ennemi principal. Par conséquent, ramener le Hamas et la question palestinienne dans le giron des pétro-monarchies et de l’Egypte afin de couper tout lien politique et militaire avec le « monde chiite » est un impératif incontournable.

Un impératif qui est sous condition égyptienne et israélienne : démilitarisation de la bande de Gaza. Cependant, la barbarie avec laquelle l’Etat d’Israël, terrorise, massacre la population à Gaza et réprime les manifestations en Cisjordanie risque de produire l’effet inverse. En effet, cette barbarie crée les conditions de nouvelles divisions au sein du mouvement de libération palestinien entre tenants de la voie diplomatique et partisans d’une résistance armée.

Brandir à la fois la branche d’olivier et le fusil.

En résumé, l’impunité de l’Etat d’Israël, la duplicité des puissances occidentales et des pays arabes et en l’absence d’une véritable protection internationale sous l’égide de l’ONU, le peuple palestinien peut être amener à changer de stratégie.

Constatant les limites du rôle de l’Autorité Palestinienne, même élargie, les forces politiques palestiniennes peuvent transformer celle-ci en un simple instrument diplomatique intégré dans l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), élargie aux forces de résistance armées.

La grande difficulté résiderait alors dans l’harmonisation du corpus idéologique et philosophique au service du but stratégique, à savoir, la souveraineté du peuple palestinien sur l’ensemble de la Cisjordanie , y compris Jérusalem-Est et Gaza comme le droit international le lui reconnaît sans oublier le principe du droit au retour des réfugiés dans leur terre…Ou un Etat démocratique et laïque pour les juifs, les chrétiens et les musulmans sur l’ensemble de la Palestine mandataire. Une réponse courageuse à « l’Etat islamique » .

Dans tous les cas de figure, la résistance palestinienne serait bien inspirée si elle s’appuyait sur la sagesse de Ben Gourion face au Livre Blanc de 1939, « Faire la guerre auprès des anglais comme si le Livre Blanc n’existait pas et combattre le Livre Blanc comme si la guerre n’existait pas. » ? (2)

Pour paraphraser Ben Gourion: « Utiliser la diplomatie comme si l’Etat d’Israël est prête, sans aucune arrière pensée, à mettre fin à l’occupation et agir par les armes comme si ni les puissances occidentales ni l’Etat d’Israël ne veulent reconnaître au peuple palestinien le droit à un Etat indépendant et souverain».

Brandir à la fois la branche d’olivier et le fusil.

Mohamed El Bachir

(1) http://www.legrandsoir.info/Amalek-et-l-Etat-d-Israel.html

(2) Arthur Koestler, Analyse d’un miracle, Circé, coll. « Poche », 1998

 

http://linkis.com/shar.es/hx11k

 

.

.

Un Etat commun entre le Jourdain et la mer

http://rogergaraudy.blogspot.fr/2014/08/un-etat-commun-entre-le-jourdain-et-la.html

arton675.jpg75 ans : c’est le temps écoulé depuis le premier plan officiel de partition de la Palestine en deux États, l’un juif et l’autre arabe. Trois quarts de siècle pendant lesquels on a vu passer d’innombrables résolutions, conférences, déclarations, missions, « feuilles de route » et autres « relances du processus de paix ». Pourtant la perspective de voir « deux États vivant côte à côte dans la paix et la sécurité » est plus lointaine que jamais.
C’est que la partition de la Palestine historique en deux États n’est pas une solution, mais un discours. C’est un discours de guerre drapé dans une rhétorique de paix, qui permet de justifier les faits accomplis comme ceux à venir. Ce discours si commode ne peut pas déboucher, ne débouchera jamais sur une solution véritable, car la partition de la Palestine n’est tout simplement pas possible.
Il faut en finir avec l’idée de la partition et la remplacer par celle du partage de ce pays, sa mise en commun entre tous ceux qui y habitent et qui en deviendront les citoyens libres et égaux. Le partage, loin de représenter une utopie, est la seule solution réaliste et réalisable car elle correspond à la situation actuelle dans le pays.
Fait étrange, cet État commun est présenté tantôt comme une utopie – face à la solution « réaliste » qui n’a pas avancé d’un pouce en trois quarts de siècle – et tantôt comme une grave menace. Il faut choisir : une utopie ne peut pas être une menace – et si l’État commun constitue une menace, c’est qu’il n’est pas une utopie.
Aujourd’hui, le thème de One State, de l’État commun, est discuté dans le monde entier y compris en Israël. Il est grand temps que le public français, tenu jusqu’ici soigneusement à l’écart, puisse être informé des termes d’un si crucial débat.

Offert avec cet ouvrage, Un État commun, conversation potentielle, film réalisé par Eyal Sivan, éclaire et précise le propos du livre qu’il accompagne. Ce film rassemble une série de vingt quatre entretiens sur l’État commun, avec des responsables politiques et des colons, des juristes et des artistes, des vieux et des jeunes, des juifs israéliens sépharades et ashkénazes, des arabes palestiniens d’Israël et des territoires occupés… Les mêmes questions leur sont posées, auxquelles ils répondent dans leur langue maternelle, en dialogue avec le réalisateur. L’écran est divisé en deux, un israélien juif d’un côté et un Palestinien de l’autre : l’un parle et l’autre écoute, et vice versa. La mise à l’écran vient réunir ceux que la fragmentation de la situation sépare, le film permet la rencontre que le conflit empêche jour après jour.
Eric Hazan
Eric Hazan est éditeur, gérant et fondateur des éditions La fabrique, et écrivain.
Eyal Sivan
Eyal Sivan est cinéaste israélien, Il est professeur à la School of Arts and Digital Industries de l’University of East London où il codirige le master de cinéma. Il est également enseignant à l’École des arts du son et de l’image du College Academic Sapir en Israël. Parmi ses derniers films : Route 181, fragments d’un voyage en Palestine-Israël (coréalisé avec Michel Khleifi, 2003), Pour l’amour du peuple (coréalisé avec Audrey Maurion, 2004) et Jaffa, la mécanique de l’orange (2009).
 

.

A Gaza, 400.000 enfants sont en «détresse psychologique»

Les enfants ont payé un lourd tribut au cours des quatre semaines de la guerre à Gaza. Depuis le début del’opération «Bordure protectrice», 419 enfants (moins de 18 ans) ont trouvé la mort, selon les chiffres de l’Unicef. Interview de Catherine Weibel, porte-parole de l’Unicef pour Israël et la Palestine, par 20 Minutes.

rs47561_cildren_of_rayanfamily___2__1678

Dans quelles mesures, les enfants sont-ils victimes du conflit?

419 enfants sont morts depuis le début. Les enfants tués étaient très jeunes. Plus de 70 % avaient douze ans ou moins. On compte également presque 3.000 blessés. Avec parfois des blessés très graves, qui sont mutilés, brûlés, ou qui ont perdu la vue. Plus généralement, on estime que 400.000 enfants sont en état de choc et ont besoin d’un soutien psychologique. Cela représente presque la moitié des enfants à Gaza.

Comment repère-t-on un enfant en état de choc?

Les enfants sont terrifiés. En raison des bombardements notamment, le jour et la nuit. Plusieurs marqueurs montrent leur détresse psychologique. On voit des enfants qui ne dorment pas, qui ne mangent pas, qui font des cauchemars, ou pipi au lit. Certains ne parlent plus, regardent dans le vide, ne réagissent plus lorsqu’on s’adresse à eux. D’autres ne veulent plus quitter leurs parents et s’accrochent à eux lorsqu’ils quittent la pièce.

Quelle aide l’Unicef peut-elle leur apporter?

Un enfant en état de choc, il faut le prendre dans ses bras, lui dire qu’on l’aime. Même quand ils dorment par terre, il faut les bercer, leur raconter une histoire, des choses qui peuvent paraître toutes bêtes, mais qui permettent de réinstaurer une routine. Le fait de les faire parler de ce qu’ils ont vécu va les aider à guérir. Pour les cas plus extrêmes, des psychologues vont les prendre en charge. 120 conseillers psychologiques d’urgence, soutenus et formés par l’Unicef, sont présents à Gaza. Pendant les combats, en raison des risques, seule la moitié pouvait s’installer sur le terrain. On avait mis en place un numéro d’appel d’urgence pour les parents. Mais très vite, il n’y avait plus d’électricité.

Le cessez-le-feu est donc bienvenu…

S’il tient, toutes les équipes de psys vont pouvoir aider les enfants traumatisés. On pourra alors les rassembler à l’extérieur, les faire jouer, leur donner une impression de normalité. Les plus touchés seront pris en charge. Ça va prendre beaucoup de temps pour qu’ils guérissent, pour qu’ils repartent sur des bases saines. Des mois, des années même.

Est-ce qu’un enfant peut s’habituer à la guerre?

Un enfant de six ans qui vit à Gaza aujourd’hui a déjà connu trois guerres: Plomb durci [2008-2009], Pilier de défense [2 012], et celle-ci. Contrairement à ce qu’on pense, les enfants peuvent bien se remettre d’un grand épisode de violence. Ce qui fait beaucoup de dégâts, c’est quand ils traversent plusieurs épisodes. Avec la répétition, ils pensent que la violence est une chose normale. A long terme, la violence reproduit la violence. Ceux qui ont connu des épisodes traumatiques pourront la retranscrire à l’adolescence ou même à l’âge adulte.

En dehors du soutien psychologique, quels sont les besoins les plus urgents?

L’eau. Il n’y en a pas beaucoup, et les infrastructures d’eau potable ont connu de très gros dommages. La quasi-totalité de la population n’a pas accès à l’eau potable. Les autres urgences sont les produits d’hygiène. Plus du quart de la population s’est enfui pour se réfugier dans les écoles. Les établissements accueillent parfois plus de 3.000 personnes. Les conditions sont épouvantables, on constate des maladies de peau, des poux. L’Unicef distribue des kits d’hygiène pour bébés, des vêtements, ou des récipients pour pouvoir aller chercher de l’eau. On donne aussi des médicaments pédiatriques et des fournitures médicales aux hôpitaux

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2014/08/06/a-gaza-400-000-enfants-sont-en-detresse-psychologique-903371.html


tsahal.jpg


Le top des brêles

 Certains se font moucher quand d'autres font leur travail de journaliste

La liste des 110 parlementaires opposés à la création d'un Etat palestinien

Des israéliens chantent: "Il n'y aura pasd'école demain, on a tué tous les enfants"
Alerte ! Gaza: Réacteurs nucléaires, ports, villes et avion israéliens visés

Génocide progressif de Gaza – Voici comment l’entité sioniste avertit la population avant de livrer un immeuble aux promoteurs…


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 05:32

Ukraine: la société européenne moins réceptive à la propagande (expert)

Dossier: Règlement de la situation en Ukraine

La situation dans l'Est de l'Ukraine
17:01 05/08/2014
MOSCOU, 5 août - RIA Novosti

L'Occident substitue les informations sur la situation en Ukraine par de la propagande, mais la société s'y oppose progressivement, selon Vera Tatarnikova, membre de l'Union internationale des journalistes. 

"En Occident, l'information est substituée par une propagande qui consiste à dire que [le président Poutine] incarne le mal. A mon avis, il s'agit d'une politique sans vergogne. Nous espérions qu'elle changerait et beaucoup est fait à cet effet. D'ailleurs, l'Allemagne accueille régulièrement des meetings, ne pensez pas qu'ils soient organisés par des russophones. Des Allemands de souche et des journalistes y interviennent pour parler de cette guerre. Mais ils se font traiter de marginaux, de militants de la gauche, de communistes ou d'attardés mentaux. La société se soulève progressivement contre la propagande", a indiqué Mme Tatarnikova sur les ondes de la radio La Voix de la Russie.  

"Des informations fiables apparaissent, mais il est très difficile de se frayer un passage vers la presse officielle. Des journalistes allemands interviennent lors de meetings populaires car ils sont privés d'accès à la radio, dans les journaux et à la télévision", a conclu Vera Tatarnikova. 

 

http://fr.ria.ru/world/20140805/202041009.html

 

.

 

Ukraine démocratie liberté - Internet, délation, surveillance mutuelle, espionnite

Repost 0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 05:15

 

SOS lancés aux reporters qui regardent les bombes tomber à Gaza

 

SOS lancés aux reporters qui regardent les bombes tomber à Gaza

 

 

Internet un jour, Internet toujours : je me jette sur les nouvelles pour entendre des mots horribles, « Gaza : un journaliste tué, deux blessés »… Apeuré, je continue d’être tout ouïe. En me disant « pourvu, surtout, qu’ils n’aient pas tué Christophe Barbier ».

Hagard, je poursuis mon écoute, la radio me dit : « le journaliste mort et les deux confrères blessés sont des palestiniens de Gaza… ». Et là, je suis vraiment en colère. Comment peut-on jouer ainsi avec nos nerfs, avec la réserve de notre si précieuse émotion… Tout est dans la précision entendue en fin de phrase : « palestiniens ». On nous laisse d’abord nous faire un sang d’encre et craindre le pire. Par exemple, qu’outre Barbier on nous ait aussi fauché du blé en herbe comme Pujadas et pourquoi pas F.O.G. tant qu’on y est ! La phrase complète, « trois journalistes palestiniens » me rassure : aucun vrai journaliste n’a été tué ou blessé. Ouf !

On nous avait déjà fait le coup en 2006 quand, dans leur juste combat pour leur sécurité, les israéliens avaient tué un confrère libanais présenté, lui aussi comme « journaliste ». Heureusement, nos dominants nous précisaient que ce reporter travaillait pour un journal « proche du Hezbollah », ce qui, là encore, relâchait la soupape de l’émotion. Ce n’était donc pas un reporter qui était mort mais « un proche de… ». A cet instant je me suis mis à penser à mon merveilleux ami, Jean-Pierre Elkabach, et me suis dit : « pourvu que mon JPE ne prenne jamais une balle ou une bombe perdue ». Et pourquoi ? Imaginez dans ce cas le pauvre préposé de l’AFP en train d’écrire : « Jean-Pierre Elkabach, un journaliste proche de VGE, de Tonton, de Chirac, de Sarko et de Hollande a été tué ou blessé à Gaza… ». Trop long, trop compliqué pour placer dans un communiqué devant exprimer la douleur par sa sécheresse.

Pour revenir sur le terrain, celui de Gaza et de nos confrères palestiniens, , jambe coupée, blessures multiples, bureaux et immeubles de presse éventrés, ne sont sûrement que des bavures. Au moment d’appuyer sur le bouton de son missile, le pilote a sûrement éternué, enrhumé qu’il est par le courant d’air d’une porte laissée ouverte par un tueur du . Impossible d’imaginer qu’un pays dont le ministère des Affaires étrangères est tenu par un ancien videur de boîtes de nuit, raciste d’extrême droite, puisse viser la liberté de dire et d’écrire…

En ce qui me concerne, j’aime bien les pilotes de chasse. Ils font un métier qui fait rêver les enfants et, par ailleurs, simplifie le boulot des types du genre Netanyahou. Imaginez que, pour faire la guerre, il lui faille faire comme les commandos de Libre entre 40 et 44, comme ceux du FLN ou autres mouvements pas gentils de l’, donc qu’il faille mettre des bombes dans les trains, les bistrots ou les gares. C’est tuant. En revanche, là, vous avez sous la main des pilotes. Ils sont sportifs, jolis garçons, diplômés et citoyens exemplaires. Le matin ils peuvent aisément pulvériser une famille à Gaza et, l’après-midi, tondre la pelouse et aller chercher les enfants à l’école. Citez-moi un système plus parfait. Sauf celui des drones où, depuis un bureau paysagé on peut flinguer une école à Rafah avant d’aller à la cafeteria, puis une autre à Jabalia après l’expresso.

En dehors de quelques cinéastes drogués, avez-vous vu, à l’époque heureuse du Vietnam, quiconque dénoncer comme « terroriste » un pilote d’ qui vous largue ses tonnes pyrotechniques ? Un bombardier c’est un technicien, l’égal du garçon qui, pour Orange, vient vous restaurer la Live Box.

tsahal_dur_pour_tous2-c3ebc

Mais revenons à nos héros qui ne sont pas, eux, des techniciens de presse mais des journalistes courageux. Présents à Gaza dans des conditions de travail très difficiles. Ils doivent bouger sans cesse afin d’échapper aux bombardements, c’est-à-dire jouer à la roulette russe. Approcher des zones de combat leur est impossible, sauf à être kamikazes. Cette réalité d’une guerre cachée est frustrante dans une bataille où l’on ne voit ni chars israéliens ni tireurs de RPG du Hamas. Les confrères sont donc assignés, par nécessité, à filmer la mort dans les couloirs d’hôpitaux, ou des décombres d’immeubles d’où des enfants tentent d’extraire un livre, un cahier ou une casserole intacts.

Khaled Hamad, un caméraman palestinien de 25 ans, pour avoir tenté de filmer les blindés israéliens est mort. Un sniper l’a assassiné alors qu’il portait sur la poitrine un sigle « Press » parfaitement visible. Le Syndicat des journalistes Palestiniens nous confirme aussi ce que j’ai entendu à la radio, que deux autres confrères, Karim Tartouhi et Mahmoud al-Louh ont été gravement blessés par des tirs intentionnels. Jim Boumelha, le président de la Fédération Internationale des Journalistes a déclaré, à propos de ces reporters tirés comme du gibier : « Ce que nous sommes en train de voir à Gaza est horrible et choquant. Les journalistes doivent être libres de rapporter ce qui arrive sans être ciblés par l’armée. Nous demandons à Israël de stopper immédiatement ces attaques. »

Paroles perdues. Le 25 juillet un obus, qui heureusement n’a pas explosé, a été directement tiré dans l’appartement d’un « fixeur », c’est à dire ce guide indispensable qui aide la presse à faire son travail dans des zones si périlleuses. Par chance, Rami Abou Jammous et sa mère ont échappé à la mort. Ce gazaoui parfaitement bilingue, après avoir collaboré au Monde, travaille aujourd’hui pour des télévisions françaises.

Je connais personnellement la haine qu’éprouvent les responsables israéliens pour les journalistes et leurs « fixeurs ». Le 20 octobre 2000, à Ramallah, j’ai été la victime (miraculée) d’un sniper de l’armée de Tel-Aviv qui m’a logé une balle de M16 dans le poumon. Quelques jours plus tard le magnifique Abdel Khorty, mon ami et mon guide, a été « coincé » par un commando de militaires alors qu’il rentrait chez lui. Bilan, les doigts coupés puis une balle dans la tête. Abdel est un mort anonyme du champ d’honneur de la liberté de la presse.

En ce qui me concerne, « l’enquête » soi-disant diligentée par Israël s’est perdue dans les mensonges et le sable. La politique de l’armée d’occupation étant d’annoncer une enquête, vernis démocratique, puis de ne rien faire. L’affaire Rachel Corrie, écrasée par un bulldozer, étant un parfait exemple de cette stratégie.

Je me permets donc, par expérience et très modestement, de mettre en garde les amis courageux présents à Gaza. Plus le bilan des morts d’enfants, de et autres civils palestiniens va monter, plus l’armée va piétiner, plus le danger sera grand qu’ils soient pris pour cibles. Lors de la seconde Intifada, en 2000, subitement et en quelques jours, 29 journalistes ont été victimes de « cartons » des soldats israéliens. Le signal de départ était donné : « foutez le camp qu’on puisse écraser en paix ». Bonnes filles, les rédactions du monde entier avaient alors compris ce langage du signe, et retiré leurs envoyés spéciaux. Donc, double ration de gilets pare-balles pour ceux qui s’entêtent à Gaza. Pour l’honneur d’un métier par ailleurs perdu.


Jacques-Marie BOURGET


israel_temoignages_poignants-f9317

 

 

http://www.legrandsoir.info/sos-lances-aux-reporters-qui-regardent-les-bombes-tomber-a-gaza.html

Partager la publication "SOS lancés aux reporters qui regardent les bombes tomber à Gaza"

 

 

http://reseauinternational.net/sos-lances-aux-reporters-regardent-les-bombes-tomber-gaza/

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Journaliste
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 05:04

 

 

A la première question,

on reconnaît la presstituée sioniste !

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Désinformation
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 05:21

 

 

Gaza et le sionisme financier international !


Le drame de Gaza, est ce qu’on doit appeler le sionisme financier international, cette idéologie soutenue par une poignée de ploutocrates racistes - dominant les grandes banques occidentales, les grands marchés boursiers et les grandes compagnies - se proclamant sinistrement une essence juive, faisant de leur identité une calamité, un sinistre exterminateur contre les palestiniens. Ce sont ces sionistes opulents qui désarment l’Onu et les États occidentaux pourtant si vite enclins à pénaliser par sanctions économiques, diplomatiques et frappes militaires les impairs des pays jugés non démocratiques.


Camille Loty Malebranche a toujours sa façon de le dire, mais il le dit !


Michel Peyret

 

bourreau de Gaza…

2 Août 2014

Par Camille Loty Malebranche 

http://blogs.publico.es/fuera-de-foco/files/2012/12/foto32.jpg 

  

La nouvelle rage meurtrière du Tsahal contre la gazaouis nous révèle cette fois encore, l’indécence d’un monde où la moralité baveuse des puissances soi disant moralisatrices tarit et s’évanouit devant l’argent des financiers sionistes qui contrôlent une forte partie de l’économie mondiale. Car en fait, Netanyahu et l’armée ne tiennent leur garantie d’impunité des crimes gratuits perpétrés à Gaza encore une fois, en ce juillet 2014, que par les grands banquiers et financiers de tendance sioniste qui imposent la loi de l’aile dure d’Israël où il existe pourtant de nombreux citoyens honorables répugnés par le comportement criminel de leur gouvernement imprimé à l’État-Nation israélien.

 

Car Israël n’est ni un pays raciste ni une nation belliciste par essence, c’est une idéologie écliptique qui raye du débat public tout ce qui est contraire à la phraséologie unique officielle, raciste de sa propagande, reléguant à la marge l’opinion publique hébraïque et la voix des intellectuels juifs contestataires, mis à quia par la violence colonialiste de la frange sioniste toujours ivre du sang palestinien.


 Le drame de Gaza, est ce qu’on doit appeler le sionisme financier international, cette idéologie soutenue par une poignée de ploutocrates racistes - dominant les grandes banques occidentales, les grands marchés boursiers et les grandes compagnies - se proclamant sinistrement une essence juive, faisant de leur identité une calamité, un sinistre exterminateur contre les palestiniens. Ce sont ces sionistes opulents qui désarment l’Onu et les États occidentaux pourtant si vite enclins à pénaliser par sanctions économiques, diplomatiques et frappes militaires les impairs des pays jugés non démocratiques.


 Ainsi, derrière le radotage maniéré de certains présidents et premiers ministres occidentaux, les uns gênés, manifestant mignardement leur désolation, les autres sans vergogne, accusant éhontés le Hamas comme si l’origine du problème de l’occupation des territoires palestiniens était du ressort des extrémistes du Hamas, nous nous sommes en face du même problème global de la vampirisation de la politique décisionnelle des États par la ploutocratie d’un quarteron de milliardaires substituant leur infâme diktat ploutocratique à la démocratie en séquestrant les États, se foutant supérieurement des nations, et des principes onusiens.


 La décision suprême en politique mondiale est, hélas, suspendue aux basques de quelques richissimes selon leurs bons plaisirs et leurs plus bas, leurs plus malsains instincts de racisme et de massacre! 

 

 CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

 

http://intellection.over-blog.com/2014/08/la-finance-du-sionisme-international-le-veritable-bourreau-de-gaza.html

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 03:59

 

 

BHL-Porochenko-300

 

ALERTE A RELAYER !

 

Kiev avec des sionistes comme BHL,

prépare un génocide monstrueux en Ukraine Est,

alors que déjà des missiles sont tirés

sur villes et villages,

avec à la clé ruines, morts, blessés, tortures...

Et comme l'armée ukrainienne se révolte

(désertions massives),

voici que se profile une solution radicale

pour exterminer la population d'Ukraine-Est !

Elle va être gazée !

Cela ne vous rappelle-t-il pas une certaine Shoah ?

 

Nous devons tous alerter,

les médias sionistes cachent la vérité :

En Ukraine Est, un génocide est en cours !

Et le pire est sur le point d'arriver !

 

Eva R-sistons

 

http://www.youtube.com/watch?v=LnrJSyel_j0

 

 

Un site à visiter :

Paralipomènes d'une journée ordinaire

.

Voir aussi
Alexandre Sivov sur le site d'Allain Jules

PRINTEMPS RUSSE. Ukraine (Donbass):

est-ce la préparation lente d’un génocide ?

 

Ukraine,ce qu'on vous cache. Le rôle d'Israël, de Soros. Crimée et Ukraine

 

 

Ukraine : un journaliste propose le génocide de 1.5 millions d'habitants en direct à la télévision !  

.

 

VIDEO Ukraine est :

 

Alerte, "gazage" au chlore des populations !

 

.
..
Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 01:28

,

PALESTINE VERSUS ISRAËL. Le soldat Hadar Goldin est mort, tué par une balle amie

Posted on août 3, 2014 @ 10:24

273

 

Hadar Goldin

Hadar Goldin

 

 

Le Gouvernement israélien a pour habitude, à chaque petit doute sur la direction de ses affaires, d’accuser le Hamas. C’est une nouvelle fois vraie, avec la découverte semble-t-il -à prouver-, des restes du corps du sous-lieutenant d’infanterie de la brigade Givati​​, Hadar Goldin, 23 ans.


Dans la foulée, le pouvoir israélien annonce que Goldin sera inhumé ce soir au cimetière militaire de Kfar Sava. Un comité spécial dirigé par le chef militaire Rabbi Brig, le Général Rafi Peretz a annoncé la mort de Goldin, "tué au combat". C’est pas tout à fait ça. En effet, c’est lors de l’attaque des militants du Hamas sur des soldats israéliens dans le sud de la bande de Gaza, alors que ceux-ci voulaient détruire un tunnel à la périphérie de Rafah. C’est alors que deux soldats avaient été tués sur le coup. Les militants du Hamas qui tentaient alors de s’enfuir avec le soldat Goldin, blessé, ont alors été pulvérisés par un tir de F16 et les corps auraient été entièrement calcinés…


L’armée ne peut l’avouer à la famille. Elle a tué son propre soldat pour qu’il ne soit pas capturé. Par la suite, il fallait accuser le Hamas. Une méthode surranée. Voilà finalement un enterrement sans corps. Le Hamas avait donc raison et, comme lors de l’enlèvement de trois jeunes juifs religieux.


Sur le terrain, point de répit. 7 Palstiniens ont encore été tués au sein même d’une école de…l’ONU. Des morts de trop ? Pas du tout, lorsqu’on bénéficie d’une impunité crasse…Ceux qui soutiennent ces crimes croyant aimer Israël, en réalité, ils n’aiment pas Israël.

 

http://allainjules.com/2014/08/03/palestine-versus-israel-le-soldat-hadar-goldin-est-mort-tue-par-une-balle-amie/

 

 

.

 

UNILATERALISME. Palestine: après 1800 morts, Israël se retire donc de la bande de Gaza…

Posted on août 3, 2014 @ 22:58

44

 

…Sans cessez-le-feu ?

STOP-A-LA-GUERRESelon des indiscrétions, ce soir, le gros des troupes de Tsahal aura quitté la bande de Gaza. Après avoir tué 1800 Palestiniens, dont des enfants, des femmes et des vieillards, de très grands combattants du jihad sans doute, l’armée la plus morale du monde, slogan creux, selon la formule consacrée, se retire donc la queue entre les jambes. Pour les criminels qui dirigent Israël et qui ne seront jamais poursuivis, tout dépend maintenant du Hamas. Tiens donc. 

 

 

L’armée la plus morale du monde


Ecoles, mosquées, hôpitaux bombardés. Quelle moralité ! Et quel cynisme que celui de demander à des gens de rentrer chez eux..dans des ruines ? Après, on se cache derrière le Hamas, qui lui, a le don d’ubiquité, prétexte morbide pour donner la pleine mesure de sa barbarie sans fin. Les Israéliens qui ont soutenu ce carnage, n’ayons pas peur des mots, ne sont que des animaux comme leurs dirigeants. Parce que, un être humain ne peut ainsi tuer ses semblables, surtout des enfants. C’est inadmissible et inacceptable.

 

Le mensonge de Tsahal


Les médias persistent à raconter la propagande de Tsahal à propos de la mort du soldat Hadar Goldin, tué par un tir ami. Comment peut-on expliquer qu’une équipe a été attaquée par des militants du Hamas et dire après que leur soldat a disparu alors qu’il y a deux corps à terre et des survivants qui ont vu ce qu’il s’est passé comme nous l’avons indiqué ?  Tsahal s’est trahi ce soir en parlant du test ADN qui a déterminé que c’était le corps …calciné du soldat qu’ils ont retrouvé ? Où ? Bla bla !

 

Cherchez donc le Hamas et non les civils


De dire que tout dépend du Hamas est une vraie flagornerie. De qui se moque-t-on ? Si les Occidentaux ne règlent pas ce problème de Gaza très vite, et de la Palestine en général, qu’ils ne soient pas surpris de la suite. On ne peut pas plonger des gens dans la misère jusqu’à ce point, avec ce blocus criminel de Gaza qui dure depuis près de 8 ans. Si c’est le Hamas qu’Israël veut, il n’a qu’à mettre l’accent sur des commandos et des actions terrestres au lieu de bombarder des innocents. Parce que, les bombardements renforcent le Hamas qui n’a point été défait.

 

Chaque deux ans, rebelote


Israël attaque, détruit des quartiers entiers mais ne paye jamais la note, ne paye jamais rien, ni sur le plan diplomatique ni politique. D’ailleurs, les crédits venus des Etats-Unis afflueront encore. En revanche, les "qui" vont être encore une fois obligés de mettre la main à la poche ? Vous, bien sûr, moi aussi. Parce que, ce sont nos impôts qui reconstruiront la bande de Gaza. C’est avec notre argent que ce nouveau champ de ruines renaîtra de ses cendres pour re-disparaître sous les bombes dans deux ans. Quelle ironie ! C’est une habitude. Personne ne constate ou ne remarque cette fréquence cyclo-diabolique ?

 

http://allainjules.com/2014/08/03/unilateralisme-palestine-apres-1800-morts-israel-se-retire-donc-de-la-bande-de-gaza/

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 12:43

« Israël vise l’annexion de la Cisjordanie et la consolidation du système d’apartheid »

Entretien réalisé par Rosa Moussaoui
Samedi, 2 Août, 2014

 

 

 

photo: APF
Crédit: 
afp
Entretien avec le Dr Mustapha Barghouti. Le climat reste très tendu en Cisjordanie, où un Palestinien de vingt-deux ans a été tué par l’armée israélienne ce vendredi au cours de heurts à Tulkarem. À Hébron, cinq-mille personnes ont manifesté pour réclamer qu’Israël soit traduit devant la justice internationale pour ses crimes de guerre à Gaza. Le secrétaire général de l’Initiative nationale palestinienne parle de soulèvement populaire.
De Ramallah (Palestine), envoyée spéciale 
 
Que change cette nouvelle guerre contre Gaza
dans l’esprit des Palestiniens ?

Dr Mustapha Barghouti. Rien ne sera plus comme avant. Israël est en train de commettre à Gaza le pire des crimes humanitaires. Le problème ne se pose pas seulement avec Israël, il se pose avec tous les pays qui se rendent complices de ces crimes. C’est honteux, inacceptable. Les dirigeants du monde devraient venir constater par eux-mêmes qu’Israël a le droit de se défendre, tandis que les Palestiniens ne peuvent exercer ce droit. Ce sont eux, pourtant, qui sont opprimés depuis plus de 70 ans par l’occupation et par un système de ségrégation.  
Nous assistons aujourd’hui à la fin d’une ère, celle du processus d’Oslo. L’approche des Palestiniens est désormais complètement différente, ils réalisent qu’Israël ne comprend malheureusement que le langage de la force. D’importants efforts seront déployés à l’avenir, pour adopter une nouvelle stratégie unifiée, basée sur la résistance, que nous espérons non violente. Il nous faudra aussi renforcer la campagne en faveur du boycott et des sanctions. Enfin, les Palestiniens doivent impérativement s’unir. Les trois formations qui sont encore à l’extérieur de l’OLP, le Hamas, le Jihad islamique et l’Initiative nationale devront y entrer. La direction palestinienne devra être rajeunie et plus attentive aux besoins de notre peuple. Avec cette agression, Benyamin Netanyahou a tenté de faire voler en éclat nos efforts d’unification. Jusqu’ici, nos divisions lui permettaient d’affirmer qu’aucune force n’était représentative des Palestiniens. La constitution d’un gouvernement d’entente nationale l’a rendu fou. Avec le Hamas, nous avons de profonds désaccords idéologiques. Mais ils sont issus de notre peuple, c’est aux Palestiniens de choisir qui les représente. Ces évènements ne feront en définitive que renforcer le Hamas. Il incarne désormais la résistance, au détriment du Fatah, qui apparaît comme incapable de combattre l’occupation.
 
Comment expliquez-vous la complaisance
qui permet à l’armée et au gouvernement israéliens
de violer le droit international, le droit humanitaire,
en toute impunité ?

Dr Mustapha Barghouti. Les Israéliens laisseront derrière eux, à Gaza, un désastre. Toutes les infrastructures sont détruites. Les pertes humaines sont au-delà de toute description. Des civils, des femmes, des enfants sont massacrés. Comment l’armée israélienne aurait-elle pu se permettre de bombarder une école de l’ONU où des civils étaient réfugiés, sans la complicité, sans le silence du monde ? Je constate toutefois qu’il y a un abîme entre les peuples, révoltés par ce massacre, et les gouvernements, soumis aux pressions des lobbies pro-israéliens. Selon la propagande israélienne, cette offensive militaire serait dirigée contre le seul Hamas, qualifié d’organisation terroriste. Mais cette agression vise en réalité tous les Palestiniens ! C’est toute la population qui souffre aujourd’hui à Gaza ! Tous ceux qui se taisent devant cette catastrophe devront rendre, un jour, des comptes. Nous exhortons le président Abbas à porter l’affaire devant la justice internationale et je ne doute pas que des démarches en ce sens seront engagées dans les heures qui viennent. Des commissions d’enquête internationales feront, j’en suis sûr, la lumière sur ces crimes de guerre. 
 
Vous parlez d’un soulèvement populaire
en Cisjordanie…

Dr Mustapha Barghouti. Ceux qui pensaient que la Cisjordanie resterait calme et silencieuse devant le spectacle du massacre à Gaza se trompaient. La manifestation durement réprimée qui a réuni près de 30 000 personnes à Qalandiya le 24 juillet a marqué un tournant. Mais ce qui se passe aujourd’hui à Gaza révolte le monde entier. Aux antipodes des positions honteuses de certains pays, États-Unis en tête, et du silence des Européens, il y a aussi la réaction de ces huit pays d’Amérique latine qui ont rappelé leurs ambassadeurs en Israël. Quant à la plupart des dirigeants arabes, c’est peu dire qu’ils se sont mal comportés.

 
Pensez-vous à l’Egypte ?

Dr Mustapha Barghouti.   L’Egypte pose des limites à son implication à cause de ses conflits internes avec les Frères musulmans. Nous disons aux pays arabes que la Palestine ne peut être ni le terrain de règlement de leurs affaires interne, ni l’enjeu de compétitions régionales, au prix du sang.
 
Cette nouvelle guerre contre Gaza
permet-elle au gouvernement israélien
de faire oublier la poursuite de la colonisation
en Cisjordanie et à Jérusalem-est ? 

Dr Mustapha Barghouti. Bien sûr. Gaza serait à part, il n’y aurait pas de problème palestinien… En fait, leur jeu vise l’annexion de la Cisjordanie et la consolidation du système d’apartheid. Rappelons que cette guerre a commencé en Cisjordanie, avec l’arrestation de plus de 1000 personnes, avec les actions de punition collective. Les Israéliens poursuivront cette politique tant qu’on les laissera s’affranchir du droit international. À mon avis, le problème ne se résume pas au gouvernement israélien. C’est toute la société israélienne qui a glissé. Un profond racisme s’y exprime désormais ouvertement.  

 

Un pays qui accepte qu’un membre de la Knesset appelle en séance à l’assassinat des femmes palestiniennes pour qu’elles ne puissent plus donner naissance à « des serpents »,  un pays qui tolère que l’un de ses scientifiques de renom appelle publiquement à user du viol comme arme de guerre, un pays où l’écrasante majorité de la population s’oppose au cessez-le-feu est, à mon avis, un pays qui a déjà glissé vers le fascisme.

 

http://www.humanite.fr/israel-vise-lannexion-de-la-cisjordanie-et-la-consolidation-du-systeme-dapartheid-548763#sthash.UyLjVMFM.uxfs

 

 

..

« Gaza est le symbole de ce qu'un pouvoir militariste et colonial peut faire de pire »

entretien réalisé par Rosa Moussaoui
Mercredi, 30 Juillet, 2014
Yonathan Shapira
Yonathan Shapira
Crédit: 
dr
Ancien pilote d’hélicoptère, Yonathan Shapira a été mis au ban de l’armée israélienne en 2003 pour avoir dénoncé ses méthodes. Il soutient aujourd’hui les appelés et les réservistes qui refusent de servir à Gaza.
Tel Aviv, envoyée spéciale 
 
Quel est le sens du combat des refuzniks israéliens ?

Yonathan Shapira. Ces jeunes gens et ces jeunes filles qui rendent public leur refus de servir sont pour nous source d’espoir. Aucun changement ne viendra de ceux qui sont intégrés au système. Ancien pilote d’hélicoptère, Yonatan Shapira  a quitté l’armée israélienne en 2003 après avoir dénoncé ses méthodes. Il soutient aujourd’hui les appelés et les réservistes qui refusent de servir à Gaza.
 
Quel est le sens du combat des refuzniks israéliens ?

Yonatan Shapira. A Gaza, Israël sème la mort et la destruction. Ceux qui refusent de prendre part à cette folie en rendant public leur refus de servir sont une lueur d’espoir. Aucun changement ne viendra de ceux qui sont intégrés au système, qui larguent en ce moment même des bombes sur des enfants palestiniens. Les enfants, les adolescents subissent en Israël un lavage de cerveau orchestré par le système éducatif, par les médias. Mais certains échappent à ce formatage. lls sont comme des nénuphars flottant sur les eaux sales d'un marais d'obéissance et d'ignorance.
 
Ce phénomène prend-il de l'ampleur?

Yonatan Shapira. Des jeunes de plus en plus nombreux évitent le service militaire par différentes techniques. La plupart invoquent des problèmes personnels ou psychologiques. Mais ceux qui déclarent publiquement qu'ils refusent d'aller à l'armée pour des raisons politiques, à cause des crimes de guerre, de l'apartheid, de l'occupation restent encore très  peu nombreux. Il faut dire que ceux qui refusent de servir en dénonçant les massacres sont jetés en prison.
 
Quelles sont les conséquences pour ces objecteurs de conscience?

Yonatan Shapira. Il sont incarcérés sur décision du commandant du centre de recrutement, sans passer devant un tribunal, pour les priver de toute tribune leur permettant d'exposer publiquement les raisons de leur refus. Ils restent deux semaines à un mois en prison et lorsqu'ils en ressortent, ils sont de nouveau incarcérés. L'un d'entre eux est en prison depuis le mois d'avril, avec ce système d'aller retour. Quant aux conséquences à long terme, dans une société militarisée comme la nôtre, certains objecteurs de conscience peinent à trouver du travail. 
 
Pour vous, quel fut le point de basculement?

Yonatan Shapira. Je n'ai pas autant de mérite que ces jeunes objecteurs de conscience. Je me suis engagé dans l'armée, j'ai servi durant de longues années comme pilote d'hélicoptère. Longtemps témoins des méthodes de cette armée, j'ai finalement ouvert les yeux et pris conscience que je me battais du mauvais côté. Je ne voulais plus être l'un des rouages de ce système de violence, qui sème la mort et la destruction. Je n'ai pas, moi même, appuyé sur les déclencheurs qui larguent les bombes. Mais peu importe. J'étais responsable de servir un tel système.
 
Comment jugez-vous la  guerre en cours à Gaza?

Yonatan Shapira. Ce massacre d'innocents est un crime contre l'humanité. C'est pour Israël une façon brutale de tenter de détruire l'unité entre le Hamas et le Fatah, en prenant pour cible 1, 8 millions de personnes. Nous ne devrions pas oublier que cette guerre a été précédée d'une opération folle en Cisjordanie. Des Palestiniens ont été tués, près de 500 d'entre eux ont été kidnappés et jetés en prison, en guise de réaction au meurtre des trois adolescents israéliens. Gaza est le symbole de ce qu'un pouvoir militariste et colonial peut faire de pire.
 
Dans une situation si grave, comment imaginer encore un chemin de paix? 

Yonatan Shapira.  À  mes yeux, entre le Jourdain et la mer, chacun, qu'il soit juif, chrétien ou musulman, athée,  devrait être libre d'aller et venir, de vivre où il veut, de quitter le pays et d'y revenir. Ce qui fait aujourd'hui obstacle à la paix, c'est cette classe d'Israéliens qui se croit supérieure aux gens qui vivent sur cette terre. Ils appellent cela « démocratie » mais en pratique, Israël contrôle la vie de près de 4 millions de personnes dont les droits sont confisqués. Peu importe la forme, l'essentiel  est que tous puissent vivre sur cette terre en citoyens égaux, qu'il y ait ou non des frontières.
http://www.humanite.fr/gaza-est-le-symbole-de-ce-quun-pouvoir-militariste-et-colonial-peut-faire-de-pire-548684#sthash.vdSw5XAh.vzlXo8gJ.uxfs

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 12:05

 

CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN. Guerre à Gaza: Une question d’« équilibre »

Posted on août 2, 2014 @ 8:18

11

 

serge halimipar Serge Halimi, août 2014
______________________________________________________________________________________

gazL’expédition punitive de l’armée israélienne à Gaza a réactivé l’une des aspirations les plus spontanées du journalisme moderne : le droit à la paresse. En termes plus professionnels, on appelle cela l’« équilibre ». La chaîne de télévision américaine d’extrême droite Fox News se qualifie ainsi, non sans humour, de « juste et équilibrée » (fair and balanced ).


Dans le cas du conflit au Proche-Orient, où les torts ne sont pas également partagés, l’« équilibre » revient à oublier qui est la puissance occupante. Mais, pour la plupart des journalistes occidentaux, c’est aussi un moyen de se protéger du fanatisme des destinataires d’une information dérangeante en faisant de celle-ci un point de vue aussitôt contesté. Outre qu’on n’observe pas ce même biais dans d’autres crises internationales, celle de l’Ukraine par exemple (lire « Médias français en campagne ukrainienne »), le véritable équilibre souffre pour deux raisons. D’abord parce que, entre les images d’un carnage prolongé à Gaza et celles d’une alerte au tir de roquettes sur une plage de Tel-Aviv, une bonne balance devrait pencher un peu… Ensuite, parce que certains protagonistes, israéliens dans le cas d’espèce, disposent de communicants professionnels, tandis que d’autres n’ont à offrir aux médias occidentaux que le calvaire de leurs civils.


Or inspirer la pitié ne constitue pas une arme politique efficace ; mieux vaut contrôler le récit des événements. Depuis des décennies, on nous explique donc qu’Israël « riposte » ou « réplique ». Ce petit Etat pacifique, mal protégé, sans allié puissant, parvient pourtant toujours à l’emporter, parfois sans une égratignure… Pour qu’un tel miracle s’accomplisse, chaque affrontement doit débuter au moment précis où Israël s’affiche en victime stupéfaite de la méchanceté qui l’accable (un enlèvement, un attentat, une agression, un assassinat). C’est sur ce terrain bien balisé que se déploie ensuite la doctrine de l’« équilibre ». L’un s’indignera de l’envoi de roquettes contre des populations civiles ; l’autre lui objectera que la « riposte » israélienne fut beaucoup plus meurtrière. Un crime de guerre partout, balle au centre, en somme.


Et ainsi on oublie le reste, c’est-à-dire l’essentiel : l’occupation militaire de la Cisjordanie, le blocus économique de Gaza, la colonisation croissante des terres. Car l’information continue ne semble jamais avoir assez de temps pour creuser ce genre de détails. Combien de ses plus gros consommateurs savent-ils, par exemple, qu’entre la guerre des six jours et celle d’Irak, soit entre 1967 et 2003, plus du tiers des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies ont été transgressées par un seul Etat, Israël, et que souvent elles concernaient… la colonisation de territoires palestiniens (1) ? Autant dire qu’un simple cessez-le-feu à Gaza reviendrait à perpétuer une violation reconnue du droit international.


On ne peut pas compter sur Paris pour le rappeler. En déclarant, le 9 juillet dernier, sans un mot pour les dizaines de victimes civiles palestiniennes, qu’il appartenait au gouvernement de Tel-Aviv de« prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces », M. François Hollande ne se soucie plus d’équilibre. Il est devenu le petit télégraphiste de la droite israélienne.

 

Serge Halimi


Le Monde Diplomatique

 

http://allainjules.com/2014/08/02/conflit-israelo-palestinien-guerre-a-gaza-une-question-d-equilibre/

 


Presidentielles 2012 Union populaire republicaine

 

Actualité  :

Chronique d'une guerre mondiale annoncée. L'hystérie médiatique la précède

 

media_propaganda_against_putin-4f8bf.jpg

 


 

Massacres en Ukraine : ce que révèlent les documents secrets du président Porochenko

 

BHL-Porochenko-300

 

.

 

  zionismisnazism1

 

 

L'autre visage du FN: Marine Le Pen collabore avec les sionistes et les loges maçonniques

 

 

 

 

Le rôle trouble du FN - Va-t-on tuer la pensée ? (2 posts de Ch. Dupille)

 

europe israel david cronin alliance contre nature

 

Sur Instagram, un sniper israélien se vante d'avoir abattu 13 enfants en une seule journée

 

.

Ukraine : un journaliste propose le génocide de 1.5 millions d'habitants en direct à la télévision !

 

 

.....

La vraie menace pour le monde, c'est le sionisme. Pourquoi ?

Assad-vu-par-Venezuela.jpg

 

 

Islamic State Caliph is an Israeli Mossad agent : Simon Eliot. Iranian intel


 

 

 

Permalien de l'image intégrée

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 04:41

,

Malaysia Airlines : Ron Paul rappelle pourquoi il faut se méfier de la version d’Obama et des médias du système

ron-paul-mpi

 

Après le journaliste Robert Parry, c’est au tour d’une autre personnalité américaine, Ron Paul, un homme politique bien connu des Américains, de mettre en garde les Etats-Unis concernant l’empressement de Barack Obama et des médias aux ordres à pointer la responsabilité de la Russie dans l’affaire de l’avion de la Malaysia Airlines.

 

La tribune de Ron Paul à ce sujet :

Quelques jours après l’accident tragique d’un vol de la Malaysia Airlines dans l’est de l’Ukraine, les politiciens et les médias occidentaux se sont réunis pour diffuser une propagande maximale autour de la catastrophe. Cela doit être la Russie ; il doit s’agir de Poutine, ont-ils dit. Le président Obama a tenu une conférence de presse pour déclamer – avant même une enquête – que les rebelles pro-russes dans la région étaient les premiers responsables. Son ambassadeur à l’ONU, Samantha Power, a fait de même au Conseil de sécurité des Nations unies – juste un jour après l’accident !

 

Alors que les médias occidentaux se précipitent pour répéter la propagande du gouvernement étasunien sur l’événement, il y a quelques éléments d’informations qu’ils ne signaleront pas.


Ils ne vont pas rapporter que la crise en Ukraine a commencé à la fin de l’année dernière, lorsque des manifestants soutenus par l’UE et les États-Unis ont comploté pour renverser le président ukrainien élu, Viktor Ianoukovitch. Sans le soutien US au « changement de régime », il est peu probable que des centaines de personnes auraient été tués lors des troubles qui ont suivi. De même le crash de la Malaysia Airlines ne serait pas arrivé.

 

Les médias ont déclaré que l’avion devait avoir été abattu par les forces russes ou séparatistes russes, parce que le missile qui aurait touché l’avion était de fabrication russe. Mais ils ne signalent pas que le gouvernement ukrainien utilise également les mêmes armes de fabrication russe.


Ils ne vont pas annoncer non plus que le gouvernement post-coup d’État de Kiev a, selon les observateurs de l’OSCE, tué 250 personnes dans la région séparatiste de Lugansk depuis juin, dont 20 tués alors que les forces gouvernementales ont bombardé le centre-ville le lendemain de l’accident d’avion ! La plupart d’entre eux sont des civils et, ensemble, ils équivalent à peu près au nombre de personnes tuées dans l’accident d’avion. En revanche, la Russie n’a tué personne en Ukraine, et les séparatistes ont frappé essentiellement des cibles militaires et non civils.


Ils ne vont pas dire que les États-Unis ont fortement soutenu le gouvernement ukrainien dans ces attaques contre les civils, qu’un porte-parole du département d’État considère comme « mesurées et modérées ».

Ils ne vont pas signaler que ni la Russie ni les séparatistes dans l’est de l’Ukraine n’ont quelque chose à gagner, mais plutôt ont tout à perdre à abattre un avion plein de civils.


Ils ne signalent pas que le gouvernement ukrainien a tout à gagner à épingler la Russie, et que le Premier ministre ukrainien a déjà exprimé sa satisfaction que la Russie soit mise en cause pour l’attaque.


Ils ne rapportent pas que le missile, qui a apparemment abattu l’avion, était un système sophistiqué de missile sol-air qui exige une bonne formation que les séparatistes n’ont pas.


Ils ne signalent pas que les séparatistes dans l’est de l’Ukraine ont infligé des pertes considérables au gouvernement ukrainien dans la semaine précédent la destruction de l’avion.


Ils ne rapportent pas non plus comment cette action est similaire à la déclaration des États-Unis l’été dernier selon laquelle le gouvernement Assad en Syrie aurait utilisé des gaz toxiques contre les civils à la Ghouta. Assad était également en train de prendre le dessus dans sa lutte contre les rebelles soutenus par les États-Unis, et les USA ont affirmé que l’attaque provenait du gouvernement syrien. Ensuite, les déclarations des États-Unis nous ont conduits au bord d’une nouvelle guerre au Moyen-Orient. À la dernière minute, l’opposition du public a forcé Obama à faire marche arrière – et nous avons appris depuis que les allégations des États-Unis au sujet de l’attaque au gaz de la Ghouta étaient fausses.


Bien sûr, il est tout à fait possible que l’administration Obama et les médias US aient raison cette fois, et que la Russie ou les séparatistes dans l’est de l’Ukraine aient délibérément ou par inadvertance abattu cet avion. Le vrai problème est qu’il est très difficile d’obtenir des informations précises dans un contexte où tout le monde s’engage dans la propagande. À ce stade, il serait imprudent de dire que les Russes l’ont fait, que le gouvernement ukrainien l’a fait, ou bien que les rebelles l’ont fait. Est-il si difficile de simplement exiger une véritable enquête ?

 

Ron Paul

 

 

ALERTE ! Le Pentagone voudrait donner une réponse militaire aux agissements militaires de la Russie en Ukraine (Gl Dempsey)

 

L' Europe, c'est la guerre avec l'OTAN

http://www.youtube.com/watch?v=2st9BVIR1b4

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4831

 

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Propagande de guerre
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 06:30

medias-censure.jpg

DRÔME Bourg-lès-Valence:

frappée et menacée d’un poignard par un inconnu

 

En larmes, un Bourcain d’une trentaine d’années peine à trouver ses mots ce samedi après-midi. « Je suis sous le choc. Désemparé. Ma femme et mes enfants sont traumatisés. Je n’arrive pas à comprendre ».


Samedi matin, vers 11 heures, « alors que je suis au travail, je reçois un appel de mon épouse ». Blessée et totalement bouleversée, elle va lui raconter sa violente agression. « Tout s’est passé très vite témoigne le Bourcain. Ma femme, vers 10h30, a entendu gratter à la porte. En ouvrant, elle a surpris un homme en train de taguer la porte d’entrée de mon appartement ».


« Si tu bouges ou si tu cries, je te coupe les veines »


Au feutre rouge des injures racistes et deux mots inscrits en lettres capitales : “Israël Vainqueur” entourent un cercueil.


Le trentenaire poursuit : « L’homme, un inconnu, a également dû être surpris. Il a alors aussitôt porté un coup de poing au visage de ma femme qui a lourdement chuté au sol.

 

Il a sorti un poignard avant de la menacer : “si tu bouges ou si tu cries, je te coupe les veines”. Avant de lui scarifier l’avant-bras. Pour ma femme, l’agresseur doit être âgé d’une vingtaine d’années ».


Pour le Bourcain : « Nous étions ciblés. Nous sommes la seule famille d’origine maghrébine à vivre dans cette résidence à Bourg-lès-Valence ».

Une enquête de police en cours


Toujours sous le choc, il s’interroge : « Pourquoi une telle agression ? Pourquoi nous ? Je vis depuis cinq années sur la commune. Je n’ai jamais eu de problème, avec personne ».


Hier après-midi, le parquet de Valence a confirmé les faits et en précisant que différentes investigations et vérifications étaient en cours, menées par les policiers valentinois.

 

Par Thomas ZIMMERMANN | Publié le 27/07/2014 à 06:08

 

http://www.ledauphine.com/faits-divers/2014/07/26/frappee-et-menacee-d-un-poignard-par-un-inconnu

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Censure Médias scandaleuse
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 01:31

 

Affaire Yukos :
la Russie vient de s’offrir une leçon à 50 milliards de dollars - par Karine Bechet-Golovko

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4835

 

lundi 28 juillet 2014, par Comité Valmy


 

Affaire Yukos :
la Russie vient de s’offrir une leçon à 50 milliards de dollars


Il est des leçons qui coûtent cher, mais il peut être encore plus risqué de ne pas en tirer toutes les conséquences, aussi désagréables soient-elles. La Russie vient d’être condamnée en arbitrage international à payer plus de 50 milliards de dollar de compensation à trois actionnaires offshore de Yukos en violation des dispositions de la Charte européenne de l’énergie du 17 décembre 1994 dans le cadre de la CNUDCI, la Commission de l’ONU pour la mondialisation de la réglementation commerciale, qui s’est également trouvée dotée d’un mécanisme d’arbitrage international. Or, la Russie n’a pas ratifié cette Charte. Plusieurs questions se posent donc. Pourquoi la Russie a nommé un arbitre auprès d’un tribunal arbitral dont elle ne reconnaît pas la compétence ? Pourquoi un tribunal arbitral peut être compétent dans une affaire quand l’Etat visé ne reconnait pas sa compétence ? Pourquoi la Russie recours-elle à des cabinets d’avocats américains ? Quelles sont les conséquences ? Peut-on réellement dire que la décision est politique ?

Le 2 novembre 2004, trois compagnies offshores situées à Chypres, Hulley, YUL et UPL, qui sont trois actionnaires de la OAO Yukos Oil Company, s’adressent au Président russe pour contester ce qu’ils considèrent être l’expropriation illégale de Yukos faite par l’Etat russe au profit de compagnies étatiques. La procédure amiable échoue et ces trois actionnaires s’adressent à l’arbitrage institué auprès de la CNUDCI.

En effet, cette procédure a la particularité, par rapport aux autres procédures d’arbitrage, de prévoir la possibilité, grâce à l’article 26 de la Charte énergétique, de permettre aux investisseurs - ici aux actionnaires - de défendre leurs intérêts en arbitrage, sans que l’Etat ne donne son consentement inconditionnel. C’est un pas phénoménal dans la lutte contre la justice étatique, ressentie comme un mécanisme de soumission du business à la souveraineté des Etats. Par ce renversement des valeurs, l’on met des compagnies internationales au-dessus des lois nationales, quasiment au même niveau que les Etats.

Or, si la Russie des années 90 a eu la faiblesse de signer cette Charte, elle a eu le réflexe de ne pas la ratifier. Cette Charte, quelle que soit son appellation, est un simple traité international. Il ne peut donc être opposable qu’après ratification, dans le cas contraire il ne peut produire aucun effet juridique envers l’Etat qui ne l’a pas ratifié.

Donc comment apprécier la compétence de la juridiction ? Et en effet, la Russie a contesté pendant 4 ans cette question. Le 15 octobre 2005, elle rejette la compétence du tribunal arbitral, qui finira quand même par se reconnaître compétent lui-même en 2009. En effet, les investisseurs peuvent le saisir sans le consentement de l’Etat visé. C’est plus simple.

Etant dans une impasse, comprenant qu’elle peut de toute manière se faire condamner sans même avoir un arbitre pour la défendre, elle en nomme un, un américain. Donc concernant le droit russe, pour une affaire qui touche une société russe, qui se trouve en Russie, les règles de la Charte énergétique non ratifiée par la Russie seront appliquées contre elle par des "arbitres" dont aucun n’est russe.

Pour achever le tableau, la Russie recourt aux services de deux cabinets américains, Cleary Gottlieb Steen and Hamilton et Baker Botts LLP. La langue "choisie" est exclusivement l’anglais et le règlement se fait à La Haye.

Donc, la Russie accepte de jouer le jeu de cet arbitrage qu’elle ne reconnaît pas, selon des règles qu’elle ne maîtrise pas et sans reconnaissance de sa langue nationale comme langue de procédure.

Toutefois, si la Russie estime qu’une telle procédure est apte à être équitable, à respecter les intérêts légitimes de la Russie, pourquoi ne recourt-elle pas aux services de cabinets juridiques russes ? Peut-on réellement penser qu’un grand cabinet d’avocats américains va réellement se battre pour la Russie dans une affaire aussi politique au risque de perdre en image ? C’est absurde et naïf. Pourquoi aussi avoir choisi un arbitre américain ? En définitive, l’affaire se joue "entre soi", dans une logique exclusivement anglo-saxonne, à laquelle la Russie s’est alors pliée, soit par naïveté, soit par incompétence.

Ensuite, le déroulé du procès est intéressant. La personnalité des témoins-experts. D’un côté, l’on appelle, notamment, des personnalités à caractère politique en tant que témoins ou experts. Par exemple, Leonid Nevzlin, le numéro deux de Yukos qui est parti en Israel ou Andreï Illarionov, l’ex-conseiller du Gouvernement et l’un des symboles de l’opposition anti-Poutine. De véritables experts, en effet, d’une objectivité incontestable.

Face à cela, la position russe cherchant des experts juristes n’émettant qu’un avis "défensif" totalement décalé du contexte politique.

Résultat, la Russie est très lourdement condamnée. La somme est historique. L’agence Reuters affirme même que cela tombe dans une période de grande stabilité financière de la Russie et qu’il est possible qu’elle prenne fin. Surtout si l’on pense que dans quelques jours la CEDH va rendre une décision qui pèse également plusieurs milliards. La décision tant attendue apparaît juste après le crash du Boeing et dans le contexte de tension internationale que nous connaissons. Ce peut être le moyen de faire plier la Russie, si elle ne veut pas détruire son économie et renoncer à sa politique.

De plus, elle a 10 jours à compter du prononcé de la décision pour faire appel. Et comme le tribunal arbitral se trouve à La Haye, l’appel se ferait devant les juridictions nationales hollandaises. Après le crash, peut-on garantir une réelle impartialité ?


Sans entrer dans le fond de l’affaire, quelles leçons peuvent-être tirées.


Tout d’abord, si la Russie veut jouer selon les règles anglo-saxonnes, elle doit former ses propres juristes à cela. Quand une affaire est technique, il est possible de la "sous-traiter". Ici et maintenant c’est du suicide. La preuve en est faite.


Il est peut-être temps pour la Russie de sortir de sa traditionnelle position défensive pour être plus offensive. Pour cela aussi, elle a besoin d’avoir ses spécialistes à l’intérieur du pays. Mais elle doit surtout faire un choix. Car elle ne peut pas laisser jouer "les grands occidentaux" sur son dos, sans maîtriser ni le processus, ni les règles. C’est un renoncement de souveraineté et cela contrevient totalement à sa politique et à son discours souverainiste. Les effets s’annulent donc les uns les autres et entraînent une certaine confusion, notamment à l’intérieur.


Les réactions peuvent être de contester en justice, mais en attaquant réellement cette fois-ci. Ou alors le moment est peut-être venu de sortir de certains organismes internationaux dont les processus sont de plus en plus politisés. Rappelons que les Etats Unis sont particulièrement réticents à reconnaître la juridiction internationale.

 

Karine Bechet-Golovko

lundi 28 juillet 2014

Russie politics

 

 

Sur ce site,

 

 

Ukraine, le blog à visiter :

 

  2014 (102)

 

La tragédie du vol MH 17 pourrait déclencher la troisiéme guerre mondiale, tenez-vous prêt pour un autre monde !

Comment brader une Nation aux oligarques : L'Ukraine lance une vague massive des privatisations

[Encore du boulot sérieux de l'AFP] La Russie et le gaz ukrainien (Olivier Berruyer)

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Journalisme d'investigation
commenter cet article

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • R-sistons  à  la  désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages