Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 04:34




- Article d'introduction
- Notes que j'ai prises en regardant la LCP



  Introduction

J'ai pris les notes jointes en écrivant le précédent article (Pujadas), et je les ai d'abord ajoutées à l'article.

Au fur et à mesure que les émissions se suivaient, les notes devenaient plus substantielles, et j'ai éprouvé le besoin de faire une parution spéciale sur la LCP.

Or, il ressort de ce suivi, que toutes les émissions se ressemblent.

Sous couleur d'information - je rappelle que la LCP se présente comme " la chaîne d'info politique " -, nous sommes complètement désinformés.

Tout est pure propagande.

Ier débat, pris en cours de route, je ne porterai pas de jugement; les suivants sont de faux débats, opposant des gens d'accord entre eux. De toutes façons, quand il y a un opposant, il est en minorité. Seul parmi les autres, journalistes compris (là pour le contrer).

On retiendra du 2e débat que les deux ans de présidence Sarkozy sont une CHANCE pour la France, qu'en pensent les Français ? Et du 3e, avec un Elu français de Droite et une Elue portugaise de Gauche, que l'OTAN est une CHANCE pour la France et pour le monde. Bienheureux citoyens ! Ils sautent de joie. Pour permettre aux banques de ne pas sauter, et même de continuer à faire de super-profits.

Et à l'instant, sur Public Senat, émission "Enjeux d'avenir", la réforme de l'hôpital. A propos d'avenir, d'ailleurs, la Chaîne nous sert des "conversations d'avenir", sous la houlette d'Attali, pour nous faire avaler le futur Nouvel Ordre Mondial judéo-chrétien, comme elle nous fait avaler tous les jours la bienfaisante mondialisation libérale. On est gâtés !

Concernant les Hôpitaux, moi j'ai lu ceci, en résumé :

" Avec Sarkozy et CETTE EUROPE libérale, la fin du Système Public de Santé, aussi, extraits (Fin du Service Public de Santé, le profit avant tout avec direction non médicale mais financière, là pour baisser les coûts au détriment de la qualité des soins - moins d'infirmières par ex - et de l'accès pour tous aux Equipements hospitaliers, il faudra payer comme pour, déjà, les suppléments, les DEPASSEMENTS D' HONORAIRES lors d'opérations):

La loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires, dite loi " Bachelot " Voici ce que prévoient les textes soumis aux élus nationaux.

Le principe est de réserver aux grands hôpitaux d'un territoire donné les interventions les plus pointues, et d'inciter dans le même temps les petits établissements du même territoire à se « convertir » dans la prise en charge des personnes âgées ou encore dans les soins de rééducation.

Le secteur social et médico-social va être bouleversé. Un véritable « tsunami » pour celui-ci

Un directeur ayant tous les pouvoirs

Pour être autorisé, le projet devra répondre à des critères de qualité et d'efficience financière

Les dispositions de la loi 2002-2 en matière de planification et d'autorisation seront remises à plat.

Il incite aux regroupements des structures.

Mise en concurrence du secteur avec le secteur lucratif, par la procédure d'appel à projet et son corollaire, les CPOM, représente un danger véritable sur laquelle pèseront lourdement des objectifs liés à l'économie et au rationnement.

Le gouvernement a déclaré l'urgence sur ce projet de loi, car il veut imposer sa réforme contre vents et marées, et ainsi remettre en cause les fondements républicains de la santé publique du secteur social et médico-social et de son organisation, ainsi que les fondements de sa couverture par l'assurance maladie devant le pays.

Mais, d'ores et déjà, la résistance s'organise contre ce projet de loi : Par exemple,

- le conseil supérieur de la fonction publique, l'ensemble des fédérations syndicales de la santé, la Caisse Nationale d'assurance Maladie, la Confédération syndicale des médecins français ont rejeté le projet de loi ;
- les 39 présidents des Comités Consultatifs Médicaux et des 38 hôpitaux de l'APHP, dénoncent « l'étranglement financier pur et simple ».

Ils sont formels : « la qualité des soins va en pâtir, de même que l'accès aux soins pour tous ».

Il permet au gouvernement pour trouver les 360 milliards d'euros nécessaires, de s'emparer de la gestion de nos cotisations sociales

Les Agences Régionales de Santé seront le pivot de la maîtrise des dépenses de santé, et cela aura pour conséquences :

- la mise en concurrence, du secteur social, médico-social, sanitaire médical, avec le secteur lucratif, entre autre, par l'intermédiaire de la procédure d'appel à projet, et le non-lucratif ne pourra pas l'emporter....

- l'étranglement financier des établissements, par la mise en place des CPOM, dans le cadre d'enveloppes financières nationales bloquées avec comme conséquence la fermeture de services entiers de santé ou médico-sociaux,

- la poursuite du démantèlement de la sécurité sociale de 1945, et de sa gestion paritaire, pourtant seule garante de l'égalité d'accès aux soins et aux services sociaux et médico-sociaux sur tout le territoire.

Ce projet de loi est un véritable outil de démantèlement du secteur social, médico-social, sanitaire et médical. "



Or, dans cette émission,  on apprend que les Hôpitaux manquent d'argent et de personnel, qu'ils sont mal gérés, et qu'il FAUT les réformer. Dans le sens d'une gestion plus rigoureuse, qui préservera, bien entendu, la qualité.  Les directeurs seront plus puissants.  Les hôpitaux seront plus performants, comme à Barcelonne.  Les petites unités se regrouperont autour d'un gros hôpital, la référence, pour pallier le manque de médecins, et pour diminuer les coûts.  Les soins seront mieux organisés.

Et cerise sur le gâteau, à défaut d'opposants à la réforme, qui est interviewé ? Roselyne Bachelot, pour défendre SA réforme. 

Idyllique, n'est-ce pas ? Tout est pour le mieux, dans le meilleur des mondes libéraux. On se demande, en écoutant tout ce qui est débité, comment il peut y avoir des opposants à la politique de Sarkozy. Et pourtant, il me semble qu'il y en a. Au moins 60 %, non ? Malgré toute cette hideuse propagande ????

Quand vous aurez lu mon papier sur Pujadas, vous verrez que les chaînes se suivent et se ressemblent. Pas d'information, de la pure propagande.Tout est fait pour amener les télespectateurs à approuver la sauce dans laquelle ils vont être mangés, sauce toujours ultra-libérale bien sûr. Et Marie Drucker sera là, ensuite, pour nous faire aimer les guerres impériales au profit des Anglo-Saxons et des Israéliens....  Et si les sondages sont mauvais pour la Droite, qu'à cela ne tienne, la veille du scrutin les gentils médias serviront un fait-divers tout chaud. Brûlant, même... 

Si nous continuons à ne pas protester auprès des Chaînes, à ne rien faire, à ne pas exiger des Partis et des Syndicats une information digne de ce nom, nous pouvons nous attendre au pire.

Nous l'aurons !

Eva



FAUX  DEBATS  sur LCP.
Notes prises pendant la rédaction du précédent article (Pujadas).

 




Je regarde, en écrivant, LCP. Débat. Quatre intervenants de Droite, un de Gauche. Vous avez dit débat ???
Et à l'instant, alors que l'excellent Jean-Pierre Brard, au micro de LCP, évoque les "salariés taillables et corvéables à merci, il s'agit de précariser les emplois...", il est interrompu par le journaliste de  l'émission (Débat 6 mai à 2 h 30). Changement de sujet.

Mieux le journaliste interrompt, mieux, sans doute, il doit être noté par ses Maîtres.

Vous voulez savoir ? Je ne pourrais plus être journaliste dans ces conditions. Question d'honnêteté ...



Au fait, à l'instant nouveau "débat", les 2 ans de présidence Sarkozy, trois intervenants. Trois libéraux, dont Slama, du Figaro, un secrétaire d'Etat (à la Coopération), M. Joyandet, et, selon ses propres mots, "pas un opposant" à Sarkozy, mais "un évaluateur" (sic), M. Zylberberg. Ca, c'est de l'information ! Le meneur, comme le précédent, est d'ailleurs néo-sioniste. On tourne en rond.... (les mêmes causes produisant les mêmes effets).

Quelle est la conclusion de cette émission chargée, je le rappelle, de faire le BILAN des 2 ans de la présidence Sarkozy ? Joyandet : "C'est la rencontre d'un homme  exceptionnel et d'une situation exceptionnelle. Une chance pour la France. N. Sarkozy, c'est la recherche permanente de la Justice" (sic). Slama: "Sarkozy dirige remarquablement les affaires, comme un PDG. Il a contribué à dépolitiser la société...". Le 3e larron répète qu'il n'est pas un opposant ... Vous avez dit débat ?
J'ai honte pour mon pays. Ignoble !

 

Anniversaire : 2 ans déjà, et pas de croissance !!!
http://laplote.over-blog.fr


Et une autre émission commence, évaluation sur le retour de la France dans l'OTAN. Débat gauche-droite. Lamassoure député PPE, fait l'éloge de la France dans OTAN. Et la Gauche est représentée par Mme Ana Maria Gomes, député PSE. Que dit-elle ? Sarkozy a eu raison, la France sera plus forte si elle est membre de l'OTAN, elle est d'accord avec la façon dont NS l'a proposée, d'accord avec la politique en Afghanistan, d'accord avec une Défense européenne comme Sarkozy la souhaite, etc... Débat entre 2 opposants, ou propagande pour persuader les télespectateurs que la politique de Sarkozy est bonne pour la France ? En tous cas, semblant de débat... puisque les intervenants sont d'accord, de gauche comme de droite. Sarkozy a raison, circulez, il n'y a rien à voir... Débat ? Quelle imposture ! 

Et au cours de ce "Traits d'Union",  la présentatrice propose une séquence d'opposition à l'OTAN . Que voit-on ???  "Le mouvement de protestation... dégénère". Violences au menu, donc. Pourquoi s'oppose-t-on à l'OTAN ? Chut. Secret Defense ! La présentatrice s'enhardit cependant en posant timidement une question : " Ils s'insurgent UN PEU que l' OTAN soit une machine de guerre...". Un  peu  ? (les deux invités défendent l'OTAN - à l'unisson ! La neutralité est respectée : Invité droite ET gauche)

J'aimerais retourner  à l'Ecole de Journalisme, voir ce qu'on y enseigne aujourd'hui.

Et je me pose une question : Comment font les journalistes, TOUS, pour rentrer ainsi dans le MOULE ? Même les interruptions d'opposants sont très étudiées... Ils se conduisent tous de la mêmer façon ! Ca doit être effrayant d'être journaliste aujourd'hui !

On devrait rebaptiser la fonction :  Journaliste,  ou... propagandiste ? Pujadas ne manquera pas de disciples...


Je me demande si désormais, dans les Ecoles de journalisme, on n'enseigne pas l'art d'interrompre les opposants au Libéralisme... (les opposants à la guerre, eux, ne sont jamais interviewés. Et pour cause, les Médias appartiennent aux marchands d'armes, une ignoble spécificité française dont on se passerait bien....).

Eva

Partager cet article
Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 22:44

Avis à mes Lecteurs. Pour la première fois (depuis des changements à over-blog (?) ),  je viens de recevoir deux commentaires, et je ne peux les lire, parce que je n'aurais pas les "filtres" nécessaires.... (?). Qu'est-ce que cela signifie ?  Eva



Le terrorisme intellectuel,
avec Pujadas, sur FR2-télé néo-sioniste.




J'ai déjà parlé de ce Pujadas, présenté par son copain Drucker (en zappant, je suis tombée par hasard dessus) comme un "Grand" de l'information (on s'échange toujours des éloges, entre ptits copains). Faux journaliste (§), authentique propagandiste au service de ses vrais maîtres , les financiers, les banquiers, les grands patrons, les dirigeants d'Etats occidentaux, les Américains, Israël....

Toutsaufsarkozy

Alors, "l'information", avec un pseudo journaliste, se limite à du fait divers, à la glorification de la politique de Sarkozy, avec un défilé permanent de ministres ou de partisans du Président pour justifier... la politique du Gouvernement, à des attaques plus ou moins déguisées, sournoises, hypocrites, contre la Gauche, à des reportages tendancieusement élogieux sur nos zamis Américains (le dernier, sur le Jardin d'Acclimatation à l'heure américaine, avec force éloges sur le mode de vie yankee, pour nous inciter à aimer ce pays et, un jour, ensuite, à accepter de mourir pour ses multinationales), à des silences sur la souffrance des Palestiniens, à de l'apitoiement sur la Shoah des seuls Juifs, à des critiques permanentes contre les non-alignés à la politique militaro-financière de Washington comme les Russes, les Chinois, les Iraniens, les Vénézueliens, ou encore à la défense des Tibétains, et j'en passe.

De l'information ? Non, de la désinformation, de la propagande qui ne dit pas son nom pour Sarkozy ou pour la droite ultra-libérale et ultra-sioniste, du lavage des cerveaux des citoyens afin qu'ils se soumettent joyeusement à des politiques contraires à leurs intérêts, et j'en passe.

Les techniques de manipulation sont souvent très sournoises. Par exemple, ce soir le laquais Pujadas a fait un reportage sur la popularité du fasciste Berlusconi, en des termes soi-disant objectifs mais qui ne laissent aucun doute, au final, sinon sur la sympathie du Présentateur pour le sieur en question, du moins pour sa connivence,
et comme par hasard il est montré avec un fasciste dans son genre, le corrompu extrémiste Lieberman, une manière de nous mettre dans la tête, insidieusement, que des chefs d'Etat populaires peuvent recevoir de dangereux individus, sans poser de problèmes.






Comme le dit Lieberman doit être reçu à l'Elysée (alors qu'il est poursuivi pour corruption et qu'il prône ouvertement l'emploi de la bombe atomique pour se débarrasser des gêneurs palestiniens ou iraniens - que n'aurait-on pas dit si le Président d'Iran avait proféré de telles menaces ! -), et comme cela pose problème à ceux qui ont encore le goût de la vérité, de la paix, de la justice, de l'éthique, FR2, par la bouche du valet des intérêts militaro-financiers, prépare les esprits à l'intolérable.  Voilà comment un organe d'information - qui aurait dû rappeler exactement les positions de Lieberman au lieu de les édulcorer et de banaliser le bonhomme - se transforme en organe de propagande pour Israël, en falsifiant, en taisant, en minimisant, et donc, en soutien à la politique criminelle de l'Etat qui, mieux que tous les Présidents iraniens du monde,  souhaite utiliser ses armes de destruction massive et, partant, transformer le monde en champ de bataille, cela afin de servir les actionnaires et les marchands de mort ou de pétrole.

Quand on voit, ici ou là, les images des peuples écrasés, piétinés, bombardés, hurlant de terreur et de souffrance au milieu des ruines, on se demande où devraient vraiment se trouver ceux qui, comme Pujadas, se prétendent journalistes. Devant un Tribunal, pour incitation indirecte à des politiques mortifères, sans doute. Car en banalisant des hommes comme Lieberman, ou même "seulement" Berlusconi son soutien (il faut voir l'accueil qu'il a réservé au vaurien israélien !), les Médias contribuent à faire accepter par les peuples ce qui se retournera contre eux. Economiquement, socialement, militairement.

La spécialité de Pujadas la carpette (devant les Puissants, vraisemblablement par carriérisme), est donc d'inviter à son micro tous ceux qui de près ou de loin, soutiennent les politiques néo-libérales, impérialistes, néo-sionistes. Pour justifier l'intolérable.  Et aussi, bien sûr, de discréditer d'une façon ou d'une autre (par exemple en parlant des "divisions" au sein du P.S., en centrant sur elles, en évitant toute critique de l'opposition envers le Gouvernement) la Gauche, et donc, le moment venu, de l'empêcher, bien peu démocratiquement, d'accéder au pouvoir. Ce qui revient à tuer l'alternance, la liberté, la démocratie.  Quelle responsabilité !

Vendus - http://laplote.over-blog.fr

Ce mardi soir, Pujadas  est à l'oeuvre, il sévit sur FR2, égal à lui-même. Rachida Dati est malmenée par la Gauche au Parlement, ou devant les prisons ? Soit ! Le propagandiste de FR2 va faire allusion aux turbulences, sans donner la parole à l'Opposition pour qu'elle puisse expliquer ses griefs à l'égard du gouvernement (car bien sûr les critiques de la politique du du Gouvernement ne sont pas tolérées à l'antenne de FR2 télé aux mains du Clan sioniste, celui qui les esquisse a la parole coupée, il est interrompu ou on s'arrange pour couvrir sa voix et bien sûr pour changer de sujet), et il va demander à Rachida Dati de donner son point de vue.

Autant dire qu'on arrive au degré zéro de l'information, et à la propagande pure ! Voici ce qui est dit au 20 heures du "Grand journaliste" Pujadas (pour reprendre l'expression de Michel Drucker) : " On écoute la réponse de Rachida Dati contestée par l'opposition ". Des griefs, on ne saura rien. Mais de la justification de la politique gouvernementale, on saura tout.

Dois-je m'étendre davantage ? Chaque numéro d' "information" de FR2 est mauvaise foi, mensonge, silence, hypocrisie. Même les Médias berlusconiens ne s'abaissent pas à un tel niveau.

Assurément, avec des organes comme FR2 Télé sioniste et des présentateurs comme Pujadas, nos médias n'ont rien à envier à ceux des Républiques bananières. Ils tuent la France - ses valeurs, sa démocratie, ses Droits de l'Homme...



Avec des gens et des médias comme ceux-là, la patrie des Lumières plonge dans les ténèbres les plus nauséabondes.

Pauvre France aux mains des Pujadas, des Drucker (Michel ou Marie), des Duquesne, des Calvi, des Elkabach, des Darmon, de l'animatrice de Dans quelle étagère - littéraire, sur FR2 - (je ne me souviens même plus de son nom, tellement il me fait horreur, et tellement son visage est repoussant - vous savez, celle qui fait si volontiers la propagande pour la guerre contre l'Iran, tout en officiant sur une chaîne publique française !), et de tant d'autres, comme Leymergie qui présente Télématin avec ses petits copains sionistes, sur le mode des Demoiselles de Rochefort pour mieux désamorcer l'information ...

Avec ces pseudo journalistes, la France éternelle est tombée bien bas...

Eva, journaliste appelant les Médias à faire de l'Information, non de la désinformation et même de la propagande, et outrée par l'absence de pluralisme,  synonyme de totalitarisme. De terrorisme intellectuel ?

(§) Qu'est-ce qu'un journaliste (et je suis bien placée pour répondre, pour avoir été journaliste professionnelle, détentrice de la carte de presse), sinon une personne chargée d'informer ? Et Pujadas, lui, n'informe pas.  Il désinforme !  Il fait à longueur d'antenne, insidieusement, habilement, de la propagande pour le Pouvoir libéral, militaro-financier, qui sévit sur la planète.

TAGS : FR2, Pujadas, Drucker Michel, Drucker Marie, Yves Calvi, Benoît Duquesne, Darmon, Dans quelle étagère, Demoiselles de Rochefort,  Sarkozy, Gauche, Droite libérale, sionisme, Israël, Américains, Jardin d'Acclimatation, le 20 heures, Rachida Dati, Lieberman, Elysée, Berlusconi, Italie, Leymergie, Télématin, République bananière, LCP, Palestiniens, Shoah, Juifs...


6.5.9 Journal de 20 h., Pujadas sur FR2

Rebelotte, le fasciste Berlusconi à l'honneur, deux jours de suite, une première !  Ca en dit en long sur les orientations de cette chaîne la plus ultra-sioniste de France. Berlusconi est célébré comme un héros. En d'autre temps, le dirigeant autrichien était épinglé pour ses orientations.  Aujourd'hui, la vedette est un populiste nouveau riche d'extrême droite, maître de presque tous les médias, au comportement anti-démocratique.  Un homme qui se croit tout permis, au mépris des lois et des citoyens. Voilà le chéri de FR2... pour nous amener à célébrer des hommes comme Berlusconi et Sarkozy ? Vous voyez où tombe la France entre les mains du Clan ultra-sioniste, via le CRIF et autres Institutions anti-démocratiques, ultra-libérales et va-t-en guerre ? La France n'est plus elle-même, elle dérive lentement mais sûrement vers un Régime non républicain, non laïc, avec à la clef la mort du modèle social et de l'indépendance nationale, bref un Régime opposé aux valeurs de notre pays : FR2 fait de la propagande pour l'Amérique communautariste, Israël, le fascisme, le libéralisme dont on voit les effets, et la guerre (via les Duquesne ou Marie Drucker).

Et d'ailleurs, tandis qu'on nous chante les vertus de l'homme Berlusconi (on se garde évidemment bien d'évoquer sa politique, FR2 comme d'habitude préfère parler de style, de manière de gouverner...), on se tait sur la visite en France d'un homme, Lieberman, qui prône ouvertement la destruction de l'Iran, de Gaza... (pour ne pas avoir à l' évoquer, tout au plus le mot "controversé" est-il utilisé au sujet du triste sieur)... deux poids deux mesures, haro sur le Président iranien, en déformant ses paroles, et silence au sujet des intentions réelles de Lieberman, corrompu et présentant une menace pour l'humanité, dangereux extrémiste fasciste, haineux, raciste. Trop gênant, n'est-ce pas ? Cet homme ne devrait pas être reçu par le gouvernement français, même à la sauvette, mais traduit devant un Tribunal pour incitation à la haine, au racisme, à la guerre !

Alors FR2 télé ultra-sioniste aux mains d'un Clan et avec des porte-paroles comme Pujadas, Leymergie ou Darmon, c'est la banalisation du fascisme, et la promotion des politiques militaro-financières qui font le malheur des peuples. Joli palmares ! Qu'attend-on pour virer ces traîtres à la Nation française ? C'est une Gaullienne de gauche qui parle...

"Elle est pas belle, la vie", hein, sur FR2 ?

Putain de chaîne, honte des Médias et de la France...

Boycottons ces Médias pourris !

Eva

_________________________________________________________________________




Et ils tuent la France !

Partager cet article
Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 22:24

 

 




Je
ne suis pas certain que nos compatriotes soient absolument conscients des graves inconvénients que représente l’inquiétant phénomène de concentration des médias auquel nous assistons depuis une vingtaine d’années. Il semble malheureusement que ce phénomène touche pratiquement toutes les démocraties. C’est ainsi que l’immense majorité de tout ce qui s’imprime, se lit, s’écoute à la radio, ou se regarde à la télévision, se trouve entre les mains d’un nombre très réduit de magnats (les tycoons aux Etats Unis) des médias.

Quoiqu’on pense de le probité des propriétaires des grands médias, on ne peut s’empêcher de se dire que cela doit grandement contribuer à restreindre le spectre des informations qui nous parviennent chaque jour. Autrement dit, nous disposions autrefois d’un véritable arc-en-ciel d’opinions en lisant la presse. De nos jours, le spectre s’est singulièrement réduit et la couleur de ce qui nous parvient me semble gravement monochrome. De nos jours, il ne reste pratiquement plus de presse réellement indépendante à quelques rares exceptions près, comme le Canard Enchaîné qui reste la propriété de ses journalistes et qui ne dépend pas de la publicité. Le plus génant de ce processus, semble t’il, inéluctable de concentration des médias, n’est pas réellement apparent. Il est dissimulé et l’on ne voit que la partie émergée de l’iceberg.

En réalité, les médias sont actuellement la propriété d’un entrelac très complexe de quelques personnages qui sont eux mêmes très interdépendants par des liens d’amitiés, d’intérêts politiques ou financiers. Bref, tout ce petit monde se connaît, s’estime, se rencontre dans les conseils d’administration ou dans les ministères et éventuellement assiste au marriage de...etc.
Tout cela est d’une telle complexité que je mets au défi quiconque n’est pas spécialiste de s’y retrouver.
J’en donnerai quelques exemples ci-dessous, mais il me semble que le meilleur travail sur cette question a été publié par Janine Brémond de l’Observatoire des Media. Lisez
cet article et vous serez édifié.. ou effrayé ! L’article de Wikipedia est assez bien fait, lui aussi.

Bon. Pour nous montrer que nous ne sommes pas les seuls dans ce cas, rappelons nous que 90% du marché des médias américains sont dans les mains de six conglomérats : Disney, Viacom, Time Warner, Bertelsmann et la General Electric. L’Australo-américain Rupert Murdoch n’est pas seulement un “tycoon” des médias américains (presse, radio et télé) mais c’est aussi un magnat de la presse au niveau mondial, spécialisé notamment dans les tabloïds (la presse de caniveau comme nous disons).


Néanmoins, on pourrait se dire qu’il existe au moins une réelle concurrence entre ces différents propriétaires, ne serait-ce qu’au plan des affaires. C’est sans doute le cas en amérique mais absolument pas pour la petite france. Dans notre doulce france, quelques grands groupes (Lagardère, Dassault...) se partagent l'essentiel des médias.

Les neuf principaux groupes de presse français réalisent un chiffre d'affaires qui se situe entre 2,2 milliards d'euros et 280 millions d'euros. Par ordre décroissant de chiffre d'affaires, il s'agit d'Hachette Filipacchi Médias (Lagardère), de la Socpresse (Dassault, 70 titres dont Le Figaro), du groupe Amaury (Le Parisien), de Prisma Presse, du groupe La Vie-Le Monde, d'Emap Media, de Bayard Presse, d'Ouest-France et de Sud Ouest.


Mais comme je vous l’ai dit, les liens entre les différents partenaires sont à la fois nombreux et complexes.

Prenons un exemple
: Le cas de TF1, la chaîne favorite de beaucoup de français. Le principal actionnaire (41% du capital) de TF1 (avec TMC et le groupe AB) est Martin Bouygues comme chacun le sait. Les groupes Pinault et Arnault sont par ailleurs actionnaires de Bouyghes. Bernard Arnault dirige le groupe LVMH qui contrôle La Tribune. Il est très proche de Nicolas Sarkozy. D’autre part, le patron du pôle de presse de LVMH est Nicolas Bazire ancien directeur de cabinet de Balladur et vieil ami de N. Sarkozy...Bref, une grande partie du gratin industriel et politique français se trouve lié de près ou de loin à l’ensemble des médias de l’hexagone.


Si on est optimiste on se dit que tout cela n’est pas bien grave car il s’agit de magnats dont la probité ne peut être mise en doute. Il est certain que ces hommes bien connus doivent faire preuve d’une grande indépendance vis à vis de la presse et laisser la bride sur le cou à leurs rédacteurs en chef et à leurs journalistes. Malheureusement, il faut être un peu naïf pour croire que les choses se passent ainsi. Et ceci pour au moins deux raisons, hélas, justifiées par des faits incontournables :

  • Tout d’abord le phénomène d’autocensure : Les opinions des magnats de la presse en question sont bien connues tout comme leurs amitiés réciproques sur l’échiquier économique et politique. Dès lors, il existe une forme insidieuse d’autocensure qui fait qu’aucun journaliste qui tient vraiment à son job n’aura le courage ( ou l’inconscience) de proférer des idées qui vont à l’encontre de celles, bien établies, de son grand patron... ou de l’un de ses amis. On a assisté à un exemple récent de ce type de comportement. Ce serait suicidaire ! Terminée, l’indépendance de la presse !
  • Hélas, il y a des précédents pour lesquels la censure n’a pas été de l’autocensure mais de la pure et simple censure, largement étalée (par des journalistes courageux) sur la place publique. Il existe aussi des discours extrêmement inquiétants pour la noble idée de l’indépendance de la presse. En voici un exemple : Tout le monde connaît Serge Dassault, le fils de Marcel du même nom, grand avionneur devant l’éternel. Serge Dassault est évidemment PDG de Dassault mais aussi le patron de la Socpress (70 titres dont Le Figaro). Le vendredi 15 decembre 2004, ce dernier s’est laissé aller à quelques confidences sur France Inter sur sa déontologie de patron de presse. Il a dit, textuellement, ceci :
    "
    Les journaux doivent diffuser des idées saines" et les "idées de gauche ne sont pas des idées saines"
    Comme les journalistes présents s’inquiétaient de cette affirmation qui équivaut à priver, à peu près, un français sur deux du droit d’écrire dans les journaux, il clarifia sa pensée :
    "Ce n’est pas de la désinformation", a-t-il expliqué. Pour lui, les "idées saines" sont "les idées qui font que ça marche". Les "idées de gauche", en revanche, "ne sont pas des idées saines" et "nous sommes en train de crever à cause des idées de gauche qui continuent", a-t-il affirmé.

Voila qui a le mérite d’être clair ! Et qui doit nous ôter nos dernières illusions sur la pseudo-liberté actuelle de la presse. C’est donc un fait, à quelques exceptions notables près, elle n’existe plus !
Je suis persuadé que cette concentration pernicieuse des médias expliquent un certain nombre d’évolutions actuelles :

  • La décroissance persistante et, semble t’il, inéluctable, de quelques pourcents par an de l’audience des grands médias, surtout de la presse écrite. Ce phénomène semble concerner l’ensemble des pays développés où les médis ont été concentrés. Peut-être que les lecteurs en ont assez de retrouver les mêmes opinions, les mêmes nouvelles, les mêmes analyses dans tous les médias, au même moment.
  • La prolifération actuelle des blogs de toute sorte dans lesquels ont peut effectivement trouver des idées différentes et parfois iconoclastes (comme ici) par rapport à ce que nous rapportent, à l’unisson, les médias.


Enfin, et pour les malheureux qui ne peuvent ou veulent lire les blogs et diversifier leurs sources d’information, c’est le règne sans partage de la Pensée Unique !
Qui est, vous l’avez compris, le Grand Satan de l’auteur de ces lignes !

Alors, cher(e) lecteur(rice), si vous voulez échapper à la concentration pernicieuse des médias, si vous voulez lire des points de vue alternatifs sur ce qui nous est martelé à longueur de journée par le biais d’une presse canalisée et contrôlée, lisez ce blog et ceux de mes amis bloggueurs. Eux et moi, sommes totalement indépendants et supportons la critique ! Pour nous, (presque) toutes les idées sont saines !


http://www.pensee-unique.fr/medias.html

Partager cet article
Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 02:55


De Nuremberg à Durban II :
On ne vit qu'une histoire au sommet des peuples
Version imprimable Suggérer par mail
par jmarc2006

 Après la conférence Durban II à Genève, occasion d'un face à face entre "anti-sionistes "et "sionistes", le monde se trouve dans un tournant nouveau : on nous propose en effet de nous déterminer non plus selon un clivage "droite-gauche" qui n'en était pas vraiment un, mais "sioniste-anti-sioniste", qui n'en n'est pas plus un désormais. 

Tandis que le président Iranien discourait sur la face sombre de l'Occident en pointant l'hypocrisie et la cupidité d'une prédation mortelle pour les autres cultures, on trouvait le responsable du CRIF en France applaudissant près de la porte de sortie, comme posté derrière la "soudaine" réaction des principaux pays riches de la planète décidant alors de quitter la dite conférence.


Etonnant de voir le représentant d'un pareil mouvement typiquement national si proche de leaders politiques étrangers...

L'allégeance à Israël serait-elle le nouveau genre de la classe dirigeante occidentale ?

Nullement. Car on sait combien les élites européennes ont abandonné les juifs au cours de la seconde guerre au triste sort de la déportation et de l'extermination.

Simplement, les intérêts communs réunissent les criminels et les victimes d'hier.
 

Leçon de tolérance ? Nullement non plus. L'Europe a largement montré au monde que l'ignominie trouvait sa source dans la civilisation technologique et que le projet industriel d'extermination, ou l'esclavage, fondait sa richesse et sa vision du monde.


La Presse française, sans aucun état d'âme, a conspué le président Iranien du terme « d'anti-sémite » au moyen de gros titres provocateurs. Dans les articles, au fond, très peu de choses nouvelles, beaucoup de choses convenues sur l'anti-sémitisme supposé et ambiant, par contre beaucoup de choses qui n'ont nullement été décrites. 

Une presse unanime comme sous Pétain ?



Au-delà des idéologies pour lesquelles on nous impose de prendre partie, il semble qu'une fracture non-idéologique est en train de se jouer au sommet du monde : différents dirigeants de la planète, propriétaires des principales ressources pétrolières, sont en train d'oeuvrer à une dénonciation en règle des crimes et des criminels, pour mieux démontrer la manipulation du Droit international dans un sens ou un autre depuis la "parodie de Justice qu'a été en son temps le procès de chefs nazis" par l'Amérique et l'Angleterre soi-disant libératrices.


Quand on sait que la dite Amérique a favorisé la fuite de la majorité d'entre eux, dont Klaus Barbie, en Amérique latine, pour lutter efficacement contre l'implantation du communisme dans cette région du monde, on peut légitimement se demander s'il n'a pas été naïf de notre part de croire que nous étions du bon côté, celui de la liberté retrouvée.


Cette Amérique-là n'a d'ailleurs jamais cessé d'être en guerre officiellement ou non : soit pour protéger son jardin particulier en Amérique du Sud, sous couvert de gouvernements militaires installés contre l'avis des peuples, soit en libérateur des populations ou en combattant le communisme pour un monde dont on se demande aujourd'hui quelle est encore sa liberté lorsque la crise bancaire le frappe.  


Nos pays restent finalement gouvernés de fait par l'étranger !


Soixante ans après, c'est le monde entier qui veut retirer aux USA son titre de libérateur des peuples : c'est tout un modèle d'allégeance basé sur la satisfaction exarcerbée des besoins économiques, mais nullement sprituels, que le monde a dû subir, comme une empreinte creuse et profonde, au point de dénaturer des civilisations de plus de dix mille ans d'âge, tandis que la culture US se substituait à celles-ci en se prévalant seulement de deux cents ans d'existence !


Soixante années sont donc passées d'une histoire manipulée destinée à asseoir l'hégémonie anglaise sous couvert d'hégémonie US.


La dénonciation d'un monétarisme d'inspiration plusieurs fois millénaire (cf Babylone), dont les crises ne sont nullement les signes d'une mauvaise santé, mais au contraire pleinement le reflet de sa réelle puissance, a parlé au coeur de nombreux observateurs étrangers, à un moment où la propagande nous martèle le caractère mondial de la crise, en tous cas telle que l'information la diffuse dans l'hémisphère nord.


Il semble dérisoire de se prononcer sur l'existence de l'Etat d'Israël en ce cas.


La problématique dépasse le simple droit à existence ou non d'un Etat.
La protection d'u peuple particulier parmi d'autre n'a pas de sens. Nous vivons une époque inédite où une seule culture va réussir le tour de force d'écraser toutes les autres.


Mais on comprend que l'Occident fasse son cheval de bataille de la protection d'Israël chaque fois que le débat sur les institutions internationales ne lui convient plus.


Nombreux, à commencer par les Chinois, voudraient voir émerger dans le monde un modèle multi-polaire où l'Onu ne serait pas la vitrine respectable de l'Occident, ni le FMI l'appareil à crédit des bailleurs de fonds étrangers qui tirent leur enrichissement de la pauvreté organisée des autres.


Les différentes élites de notre planète, bien que déterminées à ne pas laisser les peuples s'auto-déterminer eux-mêmes, ne sont pas tendres entre elles non plus. Chacune veut sa part du gâteau planétaire, et le pétrole est là pour les y aider.


Le chantage aux ressources se double d'une efficace rétention de la monnaie internationale par la Chine, laquelle, au moment où elle le choisira, rendra le dollars caduque et prononcera ainsi la faillite de l'Amérique.


Preuve que tout le système est assis non sur le juridique, mais sur l'avantage que procure seule la monnaie qui, lorsqu'elle est internationale, permet de faire payer aux autres ses propres dettes...


Les moments de paix ne sont que les périodes nécessaires pour accumuler les forces au moyen de l'argent qui se jetteront dans les nouveaux conflits : le massacre des Innocents échelle mondiale.


L'Euro n'a pas d'autres raisons d'exister que de substituer le moment venu à une précédente monnaie de singe pour renouveler le cycle.


Tant que cette base existera : une monnaie qui ne s'appuie sur aucun stock conséquent d'or, nous vivrons dans le monde virtuel des MacDo et Disneyland, des WTC et guerre des étoiles, des empoignades à sens unique lors de grandes conférences destinées à entretenir l'illusion d'une possible réconciliation à partir de principes universels.


Comme un Hollywood flanqué de baraques uniquement constituées d'un seul mur et soutenu par des poutres en bois l'autre côté. Les cow-boys s'affronteront à blanc d'un bout à l'autre de la rue, pendant que les balles réelles tueront nombre d'habitants de la planète sans qu'aucune guerre ne trouve sa justification dans autre chose que le profit qu'elle procure.


Rien ne peut sortir de bon pour les peuples des batailles de ruches que se livrent les reines au sommet.



http://www.come4news.com/de-nuremberg-a-durban-ii-on-ne-vit-quune-histoire-au-sommet-des-peuples-523415#comment-66204
Partager cet article
Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 01:49
 



Un pamphlet ? Un brûlot ? Non, une philippique i Voici comment je définirai le dernier opus de M. François Bayrou qui, tout au long de ses 261 pages nous dit tout ce qu'il faut penser du régime qui veut mettre la France à sa mesure, je devrais écrire « démesure ».


Le régime, bien sûr, mais surtout son mentor...


Sur le plan du style, c'est parfait. Rien d'étonnant, M. Bayrou est agrégé lettres classiques, comme l'est M. Juppe et l'était feu M. Pompidou. J'ai de l'admiration pour ces gens qui tutoient Homère, Virgile et Sénèque, c'est plus fort que moi, ils m'en imposent, un peu comme si la maîtrise des langues mortes me les rendaient plus vivants. Et puis les études, comme l'écrivait Céline, cela vous permet de pénétrer le fond des choses.

Ce n'est plus vrai aujourd'hui, ce l'était avant quand on étudiait les humainités et que l'on devenait, parfois, humaniste.

Et puis, je l'avoue, l'homme me plaît. C'est un gascon, avec le panache de sa race, le verbe choisi, l'honneur à fleur de peau. On en fait plus beaucoup comme ça. Le genre de type qui résiste à l'uniformisation rampante qui nous fait tous pareils dans un maelström où tout se perd, surtout l'âme.

Le livre vient de paraître aux éditons Plon, il a pour titre « Abus de Pouvoir ».

Extrait:


« Nous n'avions pas vu que cette fois, on allait aligner les grands moyens. Un candidat habile, actif, entreprenant. Des milieux d'influence déterminés. Des intérêts de parti. Plus encore, des intérêts de classe. Et qui ne se trompaient pas sur leurs préférences. Un discours qui prenait le peuple par où, dans ces milieux, on s'imagine qu'il faut le prendre: par le bas. Par le bouc. Bouc émissaire, s'entend. Ceux qui ne se lèvent pas le matin, et ceux qui égorgent les moutons dans les baignoires, les fainéants de chômeurs, et les musulmans, et la racaille, firent l'essentiel de l'affaire, au nom du « travailler plus pour gagner plus » et de « l'identité nationale ».

Mais l'essentiel était dans le soutien massif, organisé, de puissances médiatiques complices et conniventes. Beaucoup étaient volontaires, les autres étaient intimidés. Je le découvris au  delà de mes certitudes déjà établies lorsqu'il s'agit d'organiser entre les deux tours un simple débat, élémentaire échange d'idées, avec la candidate du parti socialiste.

Toutes les chaînes voulaient organiser ce débat: toutes, les unes après les autres se défilèrent, usant des prétextes les plus dérisoires; Mais auparavant, pendant la campagne, pour soutenir le candidat officiel, déluge de « unes », cataracte de people, sur le thème de la vie de famille au château, des vacances de la famille, des scènes de la vie de famille, du désarroi sentimental, des retrouvailles sentimentales, etc. Pas besoin de donner des ordres. Ce qui devait être fait était fait.


L'élection passée, il ne fallut pas attendre une minute pour voir qui avait gagné. Se réunirent au Fouquet's, haut lieu symbolique de la jet set et du business qui veut en jeter, les vrais vainqueurs. Non pas les pauvres bougres qui chantaient « on a gagné, on a gagné » sur une place de la Concorde où on les laissa mariner entre eux pendant plusieurs plombes , mais les vrais vainqueurs opulents, les triomphateurs de l'ombre, avec qui il convenait de partager le triomphe en ses premiers moments, avant que d'aller sacrifier quelques minutes à la plèbe, et de partir prendre soleil sur le yacht de l'un d'entre eux.
Ainsi, au soleil, sur le pont luxueux, se prépara l'inauguration du règne, que l'on avait promis de méditer dans l'ombre du couvent. »

(pages 14 & 15)

http://fatahelbab.over-blog.com/article-30981010-6.html



____________________________________________________________________________



L'écrivain que je suis est ébloui par ces quelques lignes, et en même temps j'ai envie de pleurer. Elles symbolisent le décalage entre les  arrogants nantis et la plèbe, flouée et dupée... Oui, j'ai mal en pensant à ceux qui ont chanté "on a gagné, on a gagné", sans savoir que leurs vainqueurs adulés allaient faire le lit de leurs souffrances.... la fin des retraites, la disparition des Droits du Travail et des protections sociales, la mort de l'Hôpital, de la Recherche, des Facs, voilà ce qui les attend, eux les pauvres bougres floués !  Une société à deux vitesses dont ils seront les premiers exclus...

La classe moyenne suivra.

Et bienheureux s'ils ne sont pas entraînés dans des aventures impériales au profit des industriels de mort...

Le monde ouvre les yeux, le monde se lève,  le monde se dresse contre la Tyrannie occidentale.... Russes, Chinois, Latino-méricains, et tant d'autres, les voici qui s'émancipent de la domination !

Joie pour les peuples !

Eva

Partager cet article
Repost0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 02:49



Censure en direct sur France Inter :
on ne parle pas des extrémistes juifs


mamL’habituel présentateur du 7/10 sur France Inter, Nicolas Demorand, étant parti quelques jours en vacances, nous avons eu le plaisir et l’honneur de le remplacer lors de l’émission du 16 avril dernier. Nous avons donc pu interroger la ministre de l’Intérieur invitée ce matin-là, Michèle Alliot Marie, l’interview ménageant la possibilité aux auditeurs de téléphoner à la radio pour lui poser des questions en direct.

C’est ainsi qu’une certaine Sabrina a pris la parole : "Madame, nous avons en France une organisation juive, le Bétar, qui a poignardé un commissaire de police français, en plein Paris, il y a trois ans..." Devant le silence de la ministre, nous l’avons relancée : "Notre auditrice aborde là la question de la tolérance dont bénéficient en France des groupes juifs d’extrême droite tels que le Betar ou la Ligue de défense juive (LDJ), cette dernière organisation étant interdite aux États-Unis et même en Israël, classée comme raciste et terroriste. Comment expliquer la mansuétude de l’État français à leur égard, quand la justice a pourtant condamné à plusieurs reprises leurs militants pour des actes de violence ?" Pour éclairer nos lecteurs qui ne connaissent pas ces organisations, effectuons un rappel, tiré de notre
billet du 25 juin 2008, l’un des plus lus de Plume de presse avec ses 15 164 visites au compteur :


betar"Il y avait aussi des actions plus musclées, comme la protection des manifestations. On débarquait en scooter, casques sur la tête. On encerclait les opposants à nos idées et, à coups de matraque ou à mains nues, on les tabassait. J’ai participé à plusieurs actions dont la presse a parlé. Aujourd’hui, à cause de ça, je suis sous contrôle judiciaire pour violence en réunion" : ainsi parle Mickaël Tolédano, ancien membre du Betar,
interviewé par le site Recherches sur le terrorisme. Le Betar ? Un mouvement de jeunesse ultrasioniste effectivement connu pour ses pratiques violentes.

Quant à la LDJ, c’est le Betar en pire. Un de ses militants, Anthony Attal, a été condamné à 10 mois de prison avec sursis et deux ans de mise à l’épreuve pour sa participation à l’agression de quatre étudiants d’extrême gauche de l’Association générale des étudiants de Nanterre, perpétrée le 30 décembre 2003 à l’intérieur même du tribunal administratif de Paris. Un autre de ces extrémistes, du Betar - les frontières entre les deux groupuscules sont poreuses -, Joseph Ayache, a été pour sa part condamné en août 2004 à quatre mois de prison ferme pour agression raciste (celle de militants pro-palestiniens et d’organisations pacifistes juives, lors d’une manifestation devant le siège de la délégation palestinienne en France à Paris).

Le ldjprésident du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, Mouloud Aounit, fut lui aussi agressé le 13 novembre 2003. Signalons également les attaques contre l’intellectuel d’extrême droite Alain Soral en 2004 (dans une librairie où il dédicaçait son livre) et contre l’humoriste Dieudonné en 2005 (dont on pense par ailleurs
ce qu’on veut).

Pire, le 7 avril 2002, en marge d’une manifestation organisée par le Conseil représentatif des institutions juives de France "contre le terrorisme et l’antisémitisme avec Israël pour la paix et sa sécurité", un policier avait été poignardé, un crime attribué à un membre du Betar, jamais interpellé.

Des scènes de ratonnades se sont aussi déroulées dans le sillage de la manifestation du 26 février 2006 en hommage à Ilan Halimi, assassiné par Fofana et le "gang des barbares". Le 15 mai dernier encore, 25 nervis de la LDJ ont agressé 5 personnes fermant le Centre international de culture populaire, où est par exemple domiciliée la très recommendable
Union Juive française pour la paix, au terme d’une conférence sur la Palestine. Voyez le genre d’énergumènes.

Complément d’enquête s’était intéressé à la question et un extrait édifiant de l’émission de France 2 est
en ligne sur YouTube. On voit que le dossier du Betar et de la LDJ est lourd, très lourd... Comment Michèle Alliot-Marie va-t-elle justifier que le ministère de l’Intérieur ne prenne pas de mesure pour les interdire ?


edOn ne le saura pas. Parce que ce n’est évidemment pas nous qui remplacions Nicolas Demorand ce matin-là sur Inter, mais Éric Delvaux, qui a mené l’interview aux côtés de l’éditorialiste habituel, Thomas Legrand. Et que s’est-il passé lorsque l’auditrice a posé sa question ? Delvaux l’a interrompue avant même qu’elle ait fini de la formuler ! "Je ne suis pas certain que ça soit du registre de Madame la ministre de l’Outre-mer, de l’Intérieur, a-t-il tranché. Votre question, euh..." Legrand est alors intervenu : "C’est un commissaire de police mais, en même temps, je crois que vous n’avez pas l’air d’être au courant de cette affaire. Peut-être que... Bon." Il n’a pas insisté davantage, et Delvaux d’alors parachever le coup de ciseau, donnant la parole à un autre auditeur : "On va peut-être passer à Daniel..." (toute l’interview est
en vidéo sur Dailymotion,  "l’incident" se produisant exactement au bout de 14 minutes et 10 secondes, ce passage de l’émission étant également disponible seul, en fichier audio, ici).


affiche"Je ne suis pas certain que ça soit du registre de Madame la ministre de l’Outre-mer, de l’Intérieur" : pitoyable procédé de la part du journaliste d’Inter qui met en avant l’Outre-mer dans l’énoncé du ministère d’Alliot-Marie ! À quoi peut bien servir cette précision si ce n’est pour noyer le poisson, signifiant implicitement : "elle s’occupe de ce qui se passe dans les îles, c’est vous dire si l’agression d’un policier par un membre du Betar à Paris ne la concerne pas !"

Mais désolé, cher confrère : si l’interdiction d’un groupuscule extrémiste ne regarde pas la ministre de l’Intérieur, qui donc ? Au nom de quoi Delvaux se permet-il de décider que l’on n’a pas à interroger MAM sur le sujet ? Parce qu’elle fait mine de ne pas être au courant ? Mais alors, il faut pousser l’interrogation : "Vous ne connaissez pas le Betar, Madame Alliot-Marie ?"

Entre parenthèses, sa méconnaissance de l’affaire est proprement invraisemblable : on veut bien qu’Alliot-Marie soit incompétente, mais de là à ce qu’un ministre de l’Intérieur ne connaisse pas le Betar ni ne soit au courant des événements de la manifestation à laquelle fait allusion l’auditrice, c’est vraiment se moquer du monde !

Reste qu’on ne saura toujours pas en vertu de quel principe des organisations ouvertement violentes comme le Betar et la LDJ peuvent impunément prospérer en France*. Et que les chiens de garde de France Inter ont pris soin d’éviter à la ministre de devoir tenter de le justifier. Il s’agit bien d’un cas flagrant de censure. Scandaleux.


* Alors qu’on invente une mystérieuse "cellule invisible" pour
embastiller un Julien Coupat sur lequel, à la différence des nervis de l’extrême droite juive, ne pèse aucune charge sérieuse !

Olivier Bonnet


http://www.come4news.com/censure-en-direct-sur-france-inter-on-ne-parle-pas-des-extremistes-juifs-633226 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 23:18


Objet : Pandémie : un nouvel opium pour le peuple ?

Pandémie : un nouvel opium pour le peuple ?

Pourquoi suis-je tellement exaspérée par le battage médiatique autour du virus d’origine porcine dit H1N1? Est-ce parce que le même battage, il y a peu, autour de celui du poulet, m’avait déjà violemment interpellée? Quitte à passer pour une dangereuse irresponsable, ou une douce dingue, je refuse de faire semblant de jouer à ce jeu pervers qui consiste à se faire peur et à faire peur aux autres en abusant de certains termes, voire en les dévoyant.

Si mon dictionnaire a toujours son bon sens, une pandémie est une contamination à grande échelle. Or, si le principe de précaution doit être de mise chaque fois qu’un virus se développe quelque part, l’entreprise qui consiste à entretenir la panique en étalant la débauche des milliards de boîtes de Tamiflu, enfermées à grand frais dans des sous-sols bien gardés au moment de la précédente supposée épidémie de H5N1, devrait davantage intriguer les médias si prompts à se jeter sur le premier os un peu juteux. Oserais-je demander quelles sont les dates de péremption de ces boîtes enfermées (depuis combien de temps déjà?) et combien de masques sont périmés (ceux que le ministère de la Santé m’avait personnellement envoyés le sont depuis déjà deux ans…)?

La population sait-elle que le budget de la sécu qui ne peut plus la couvrir selon ses besoins est illimité lorsqu’il s’agit de financer les fantasmes de grippes ou autres catastrophes planétaires virtuelles? Sans compter le coût des formations obligatoires de tous les soignants et autres acteurs du social, plans blancs, et autres facéties dispendieuses? Les citoyens savent-ils combien ils paient pour entretenir ces caves de Tamiflu périssables (car contrairement au pinard, le temps gâte ce précieux médicament dont rien ne garantit qu’il soit opérant contre un virus encore inconnu?) Enfin, quelqu’un peut-il nous dire combien cela a rapporté au laboratoire fabriquant le précieux antivirus?

De plus comment peut-on qualifier de pandémie (et même d’épidémie!) une pathologie qui touche moins de mille personnes sur toute la surface du globe quand nous sommes près de 7 milliards? A moins que nos dirigeants aient besoin de détourner un peu nos esprits de la crise qu’ils ont amenée et dont nous sommes tous les victimes, à l’échelon mondial cette fois et sans Tamiflu pour nous la faire avaler…

• Anne Perraut Soliveres •

http://infirmiere.blogs.liberation.fr/anne_perraut_soliveres




Commentaire intéressant reçu
:


Une des clefs de réussite de cette opération de communication à la fois sanitaire et marketing prend forme à travers le témoignage misérabiliste.
Celui-ci valide le facteur temps, après celui de l’espace promulgué part internet. La temporalité insinue que les rescapés d’ailleurs feront les victimes d’ici.
Quand le doute responsable flirte avec la mise en quarantaine systématique, la société se replie sur elle-même tout en surveillant son voisin.
Dès que l’objet psychose laisse place à l’outil paranoïa, les présomptions deviennent des obsessions qui conduisent à la recherche frénétique d’un nouveau shoot d’information.
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/04/27/bloc-note-psychose-mediatique/
Commentaire n° 1 posté par walkmindz aujourd'hui à 23h28
Partager cet article
Repost0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 23:06





"Je n'ai aucune raison de croire que celui qui m'enlèverait mes libertés, ne m'enlèverait pas, une fois en son pouvoir, tout le reste." John Locke

_________________________________________________________



Il faut dénoncer, informer. Il faut chercher ce qu´on nous cache, il faut découvrir la vérité et aller au dela des manipulations.

 

"La Vérité vous rendra libre".

http://illuminati.over-blog.net/article-4856095.html

NB Eva : pendant que je publie ce post, j'écoute sur La Chaîne Parlementaire l'émission Traits d'Union.
Comme celle qui précède, bourrage de crâne pour nous faire comprendre que la France dans l'OTAN, c'est parfait. Deux intervenants, de Droite, de Gauche (Parti Socialiste Portugais). Unanimité complète !

Le divorce Médias-Elites et peuples est consommé.... Révoltant !

 

 

 

http://grumotland.free.fr/wpgl/wp-content/liberte-parole.jpg 

Sur le blog illuminati

Derniers articles de ce blog :

liste complète
Partager cet article
Repost0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 22:49
Survivant d'un camp de concentration




Thème le plus souvent traité dans les Médias :

Devinez !

Réponse : la Shoah (des seuls Juifs)

Un événement pourtant ancien,

mais qui fait toujours la Une de l'Actualité.

Chacun pourra en tirer les conclusions qu'il veut....

Eva



Enfants dans le ghetto de Varsovie


Le terme Shoah[1] (hébreu : השואה, « catastrophe ») désigne l'extermination par l'Allemagne nazie des trois quarts des Juifs de l'Europe occupée[2], soit les deux tiers de la population juive européenne totale et environ 40 % des Juifs du monde, pendant la Seconde Guerre mondiale ; ce qui représente entre cinq et six millions de victimes selon les estimations des historiens[3]. Ce génocide des Juifs constituait pour les nazis « la Solution finale à la question juive » (die Endlösung der Judenfrage). Le terme français d’Holocauste est également utilisé et l’a précédé. Le terme « judéocide » est également utilisé par certains pour qualifier la Shoah.

Illustrations de Wikipedia.org


NB :  50 à 60 millions de morts. Qui en parle ? Dont la moitié russes. Qui en parle ? C'est pourtant au sacrifice de ces derniers qu'on doit d'avoir retrouvé la liberté, à leur combat exemplaire et meurtrier, pas aux Américains (300.000 morts ?  Et l'Amérique doit sa prospérité à cette abominable guerre !). Eva
 




Partager cet article
Repost0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 22:13
File:People1979.jpg


Actualité :

Du grand journalisme d'investigation !

Une exclusivité du Blog R-sistons,
grippe porcine,

interview de porcs, à ne manquer
sous aucun prétexte

http://r-sistons.over-blog.com/article-30983007.html

 
Partager cet article
Repost0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 17:17

Grippe porcine ou mexicaine ? Grippe médiatique contre ceux qui luttent !


Dès les premiers cas avérés, le gouvernement de Calderon a lancé une répression féroce sur les indigènes et les communautés zapatistes du Chiapas et de l’Oaxaca.

En effet, une nouvelle loi sécuritaire autorise la police et l’armée, en cas d’urgence, à rentrer dans les habitations et à procéder à des arrestations sans autorisation ni justification.

De plus tous les rassemblements ont été annulés : 1er mai a Oaxaca, 3 mai atenco, etc. Les lieux publics sont fermés. La seule chose qu’il reste à faire c’est aller à la plage. La police est déployée partout et l’ambiance est pesante.

Les masques anti-grippe remplacent les masques des catcheurs et la cagoule du sous-commandant Marcos ... Comment faire en France, alors que la ministre de la Création de l’ennemi intérieur veut interdire de manifester cagoulé, lorque la grippe ce sera vraiment déclarée ? Sera-t-il répréhensible de manifester avec un masque ?

Devant un problème aussi insoluble, le mieux est de s’en remettre aux partenaires sociaux dont la sagesse est reconnue par tous, enfin surtout par les patrons et les politiciens. Voici les propos qui pourraient être tenus par un leader syndical : "après une journée d’action historique comme celle que nous devrions vivre aujourd’hui, il est essentiel de protéger nos concitoyens contre la grippe et de ne plus manifester avant le 14 juillet, voire même le 11 novembre. Il faut décréter l’Union sacrée contre le virus. Perdre son revenu ce n’est pas grave, mais la santé est irremplaçable."

Petit rappel statistique : la grippe aviaire, qui avait déclenché une panique mondiale, a fait 250 morts en 5 ans dans 15 pays. Il y a environ un suicide par jour dans les prisons françaises ... Où sont les priorités ?

La grippe médiatique réussit là où Sarko a échoué : faire oublier la crise et rentrer les gens chez eux ..."

source article:
HNS
source image: Latin Photo


Après la grippe aviaire, une nouvelle forme de grippe interplanétaire apparaît... spontanément, cela va de soi ! Si l’on en croit les médias, il s’agirait d’un virus inconnu. Foulant au pied toutes les théories scientifiques, notamment celles exposées par Darwin sur l’évolution des espèces, la petite bête de la grippe mexicaine apparaît, sortant du néant, pour envahir les médias internationaux... mais surtout ceux de l’Hexagone. Ah ! la génération spontanée des virus, quelle belle invention tout de même ! Rien ne lui résiste, pas même l’esprit critique.

C'est bien la grippe finaaale ! lire la suite sur
Le Grand Soir

Ces 2 articles sur ce blog alter-mondialiste
http://unisavecbove46.blogspot.com/

Partager cet article
Repost0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 08:19
Dimanche 3 mai 2009

Les mensonges politiques et la campagne de désinformation médiatique concernant la pandémie de grippe porcine 

Mensonge politique
et désinformation médiatique
concernant la pandémie porcine



Mondialisation.ca, Le 2 mai 2009
 


Qu'est-ce que la grippe? L'influenza (la grippe) est une maladie respiratoire grave et contagieuse causée par des virus de la grippe. Des millions de personnes aux États-Unis ont la grippe chaque année. La plupart des gens sont malades pendant environ une semaine. Certaines personnes (surtout les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes ayant des problèmes de santé chroniques) peuvent devenir très malades et peuvent mourir de la grippe. (Centers for Disease Control and Prevention)

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a relevé le niveau d’alerte pandémique au niveau 5 sur une échelle qui en compte 6.

Le niveau 5 d’alerte de l'OMS signifie qu’«une propagation interhumaine du virus (a été observée) dans au moins deux pays et qu’une pandémie est imminente... Il signifie également une augmentation des efforts pour produire un vaccin ... Des cas humains ont été confirmé, au Mexique, aux États-Unis, au Canada, en Grande-Bretagne, en Israël, en Nouvelle-Zélande et en Espagne. »

Selon les reportages, l'OMS a pris cette décision après qu’un « [enfant] de 23 mois soit décédé [de la grippe porcine] au Texas, après être rentré d’un voyage au Mexique dont le but était d’y recevoir un traitement médical. »

Toujours selon les reportages, la grippe porcine a été confirmée dans les 11 états des États-Unis. Les responsables de la santé à l'OMS à Genève et à Washington, sont cités pour avoir dit que la « propagation du virus ne s’arrêtera probablement pas. »

Les médias ont passé en mode pleine vitesse, en faisant peu d'analyse et d'examen de la preuve, en concentrant leur attention sur les quelque 2,400 cas de grippe non confirmés au Mexique.

« la propagation mondiale est imminente ...

tous les pays devraient activer leurs plans de préparation »,

La pire crise sanitaire à laquelle le monde a fait face depuis 90 ans ... »

Le jour suivant celui où l’OMS a augmenté l’alerte pandémique au niveau 5, un scientifique attaché au Centre de contrôle et de prévention des maladies de l'Union européenne, a insinué, sans preuve, que l'épidémie pourrait avoir des répercussions sur 40% à 50% de la population de l'UE « de manière bénigne ». (Voir europeanvoice.com, le 30 avril 2009).

Le professeur Neil Ferguson, un membre du groupe de travail sur la grippe porcine de l'Organisation mondiale de la santé, a déclaré que « 40 pour cent des personnes au Royaume-Uni pourraient être infectées dans les six prochains mois si le pays était frappé par une pandémie. »

« Nous ne savons pas vraiment de quelle ampleur sera l'épidémie, nous le saurons au cours des deux prochains mois ... Il est presque certain que, même si elle devait s’estomper au cours des prochaines semaines – ce qui est probable - nous aurons une épidémie saisonnière à l'automne. »

« Nous pouvons nous attendre à ce que plus de 30 à 40 pour cent de la population devienne malade au cours des six prochains mois, si elle se transforme bel et bien en une pandémie. Nous pourrions avoir un nombre important de personnes infectées les prochaines semaines mais, si j’étais un homme qui aimait parier, je dirais que ça ne durera pas longtemps, car nous arrivons à l’été. » Le professeur Ferguson a déclaré que les 152 morts au Mexique sont probablement une proportion relativement faible du nombre total de personnes infectées, qui pourrait se transformer en des dizaines ou des centaines de milliers. » (Daily Express, 1er mai 2009)

Les reportages des médias déforment la vérité. La réalité est transformée. Les déclarations politiques ne sont pas soutenues par des preuves médicales et scientifiques. Les déclarations du professeur Ferguson ne sont pas fondées. Il n'a pas pris la peine de vérifier le nombre de cas de grippe porcine au Mexique qui ait été « confirmé en laboratoire ».

Trente à quarante pourcent de la population britannique? Jusqu'à 50% de la population de l'Union européenne?

Sur quelles bases reposent ces déclarations?

Le 27 avril, il y avait, selon les reportages, un seul cas de la grippe porcine dans l'ensemble de l'Union européenne: « Le premier cas confirmé de grippe porcine en Europe fut diagnostiqué en Espagne. Le ministère de la santé du pays a confirmé la nouvelle lundi matin, à la suite d’examens fait sur un homme qui vient de rentrer d'un voyage au Mexique. » ((
BBC, 27 avril, 2009)


Les mensonges politiques et la campagne de désinformation médiatique concernant la pandémie de grippe porcine

Affaiblir le mouvement de protestation sociale
Les déclarations de cette nature sur « l’inévitable propagation » de la maladie, crée, tout à fait délibérément, une atmosphère de peur, d'insécurité et de panique. Elles servent également à détourner l'attention des gens d'une crise économique mondiale dévastatrice qui entraîne le Monde dans la pauvreté et le chômage de masse, sans parler de la guerre au Moyen-Orient et des questions entourant les crimes de guerre de l'US-OTAN.

La Vraie Crise Mondiale se distingue par la pauvreté, l'effondrement économique, les conflits ethniques, la mort et la destruction, la dérogation aux droits civils et la disparition des programmes sociaux. L'annonce de l’UE d’une pandémie de grippe porcine sert inévitablement à affaiblir le mouvement de protestation sociale qui se propageait à travers l'Europe.

Les mesures d'urgence qui ont « fermé » des zones urbaines entières, sont largement perçues comme un prétexte du gouvernement de Felipe Calderon pour lutter contre la dissidence sociale grandissante envers l'une des administrations les plus corrompues de l’histoire mexicaine. Au Mexique, la parade du 1er mai, qui était organisée contre le gouvernement Calderon, a été annulée.

Le bilan de l'OMS
Le groupe consultatif de l'OMS a identifié 148 cas confirmés en laboratoire à travers le monde de grippe porcine, dont 8 décès, à peine une pandémie:

« Le 29 avril 2009 - La situation continue d'évoluer rapidement. À 18h00 GMT, le 29 avril 2009, neuf pays ont officiellement rapporté 148 cas d'infection par la grippe porcine A/H1N1. Le gouvernement des États-Unis a signalé 91 cas humains confirmés en laboratoire, avec un mort. Le Mexique a signalé 26 cas humains confirmés d'infection, dont 7 morts.

Les pays suivants ont signalé des cas confirmés en laboratoire, sans décès: l'Autriche (1), le Canada (13), l'Allemagne (3), Israël (2), la Nouvelle-Zélande (3), l'Espagne (4) et le Royaume-Uni (5).

D’autres informations sur la situation seront rendues disponibles sur le site de l'OMS sur une base régulière. » (
WHO.org)

Dans une déclaration faite le 29 avril, la Directrice générale de l'OMS, la Dr Margaret Chan a confirmé que :

« Sur la base de l'évaluation de toutes les informations disponibles, et suite à plusieurs consultations d'experts, j'ai décidé de relever le niveau actuel de l'alerte à la pandémie de grippe du niveau 4 au niveau 5.

Les pandémies de grippe doivent être prises au sérieux en raison précisément de leur capacité à se propager rapidement à tous les pays du monde.

... L’OMS suivra la pandémie aux niveaux épidémiologique, clinique et virologiques.

... J’ai fait appel aux pays donateurs, à l’UNITAID, à l'Alliance GAVI, à la Banque mondiale et à d'autres afin de mobiliser les ressources.

Une mine d’or pour les conglomérats pharmaceutiques
Big Pharma a été identifiée par l'OMS comme étant la solution à la crise:

« J’ai [la Directrice générale de l'OMS] fait appel aux entreprises de fabrication de médicaments antiviraux pour évaluer la capacité de production ainsi que tous les moyens de l’augmenter. J'ai également pris contact avec les fabricants de vaccins contre la grippe qui puissent contribuer à la production d'un vaccin contre la grippe pandémique. »

La pandémie de grippe porcine constitue une mine d’or pour une poignée de conglomérats du domaine de la biotechnologie. L'Union européenne a déjà donné le feu vert pour travailler avec Big Pharma afin de développer un vaccin contre la grippe porcine.

L’étude de la preuve
Les données utilisées pour justifier une alerte mondiale de niveau 5 sont infimes. L'OMS a déclaré qu’une « épidémie mondiale de la maladie est imminente ». Tel que le documente William Engdahl, les symptômes de la grippe porcine ne sont pas spécifiques, ils sont semblables à ceux de la grippe en général. (Voir William Engdahl, Mondialisation.ca, le 29 avril 2009).

L'avis scientifique contredit la déclaration officielle de l’OMS:

« Les scientifiques qui étudient le virus arrivent au consensus que cette souche hybride de la grippe - au moins dans sa forme actuelle –
n’est pas de nature à être aussi mortelle que les souches qui ont causé les pandémies précédentes.

En fait, l'actuelle épidémie de virus H1N1, qui a fait son apparition le mois dernier à San Diego et au sud du Mexique,
pourrait même ne pas faire plus de dommages que les habituelles grippes saisonnières qui se propagent chaque hiver sans tambour ni trompette.

La reproduction en modèles épidémiologiques et mathématiques des preuves préliminaires provenant des laboratoires de génétique, démontrent que les pires scénarios sont susceptibles de ne pas se produire au cours de l'épidémie actuelle. » (
Los Angeles Times, le 30 avril 2009)

Le Mexique
La grippe est une maladie courante. Il y a des millions de cas de grippe dans toute l’Amérique, sur une base annuelle. « Selon le Canadian Medical Association Journal, la grippe tue chaque année jusqu'à 2,500 Canadiens et environ 36,000 États-uniens. Dans le monde entier, le nombre de décès attribuables à la grippe chaque année se situe entre 250,000 et 500,000 » (Thomas Walkom, The Toronto Star, 1er mai, 2009)

La plupart des cas de grippe signalés au Mexique ne portent pas la marque de la souche A/H1N1.

Selon les reportages de la presse, la plupart des cas mexicains «suspectés » d’être la grippe porcine, n'ont pas été confirmés par des analyses en laboratoire. Le ministre mexicain de la Santé, José Ángel Córdova a confirmé qu'il y avait « 2,498 cas graves de pneumonie atypique liés à des conditions de grippe... [qui] pourraient être liés au virus A/H1N1 ». Parmi les 2,498 cas de grippe, 159 sont morts, de la grippe ou de ses effets, mais seulement sept de ces décès étaient liés à la souche de la grippe porcine, selon la déclaration officielle du ministre de la Santé.

Les chiffres ci-dessus correspondent au modèle en général des grippes observées au Mexique au cours des années précédentes. « Dans une année normale, entre 6,500 et 7,500 Mexicains meurent de maladies comme la pneumonie. » (Ibid)

159 décès « ont été imputés à l'épidémie », mais les rapports des laboratoires laissent entendre que la grippe porcine a été la cause de seulement 7 des 159 cas.

Par exemple, dans la ville de La Gloria dans le Veracruz, où il y a eu une épidémie d'infections respiratoires aiguës, des 450 cas, 35 ont été testés pour déterminer s’il s’agissait du virus de la grippe porcine et un seul de ces cas était positif.

Aucun détail n'a été donné quant aux résultats de laboratoire relatifs aux 7 cas de décès.

La plupart des reportages de presse parlent de 152 morts attribuables au virus H1N1, alors qu’en fait, seulement 7 de ces décès sont associés à la souche A/H1N1, selon le ministre de la Santé. Les autres décès pourraient être dus à des cas de grippe ordinaire et/ou de ses effets.

Aux États-Unis, un seul laboratoire dans tout le pays a la capacité de confirmer la souche du virus à savoir, le Centers for Disease Control and Prevention situé à Atlanta. Combien y a-t-il de laboratoires au Mexique qui ont la capacité de confirmer la souche du virus?

Selon les reportages, les échantillons sont envoyés au « National Institute of Epidemiological Diagnosis and Reference » du Mexique, qui les transmet à des laboratoires du gouvernement des États-Unis et du Canada. Ce que cela laisse entendre, c’est qu’il n'y a pas de laboratoire d'analyse qui puisse documenter le nombre relativement élevé de cas suspects. Selon les déclarations du ministre, les analyses en laboratoire portant sur les 159 décès sont menées dans les laboratoires du Mexique avec le support de la CDCP basée à Atlanta, et que les résultats sont disponibles.

Les États-Unis
Aux États-Unis, il y a eu 109 cas signalés du virus (au 30 avril 2009), dont seulement cinq furent hospitalisés. Le Centers for Disease Control des États-Unis a confirmé que l'enfant de 23 mois au Texas était mort du virus de la grippe porcine, suite à son hospitalisation et à son examen clinique.

 
U.S. Human Cases of Swine Flu Infection
(As of April 30, 2009, 10:30 AM ET)
States
# of laboratory confirmed cases
Deaths
Arizona 1  
California 14  
Indiana 1  
Kansas 2  
Massachusetts 2  
Michigan 1  
Nevada 1  
New York 50  
Ohio 1  
South Carolina
10
 
Texas
26
1
TOTAL COUNTS 109 cases 1 death
International Human Cases of Swine Flu Infection
See:
World Health Organization


La désinformation des médias

Les reportages aux nouvelles indiquent que « des centaines d’écoliers de New York seraient tombés malades de la grippe porcine. » Il n'y a toutefois aucune preuve corroborée par des analyses en laboratoire de l'incidence de la souche H1N1 de grippe porcine. En toute probabilité, les enfants souffrant de la grippe, n’est en fait qu’un événement courant au mois d'avril. « Tous les cas étaient bénins, aucun enfant n’a été hospitalisé, aucun enfant était gravement malade, » a déclaré le Dr. Frieden. Les responsables de la santé en sont arrivés à la conclusion préliminaire après avoir procédé à des analyses virales de prélèvements dans le nez ou dans la gorge de huit élèves, ce qui leur a permis d'éliminer les autres souches de grippe. »

Les tests ont été effectués sur des enfants dans le Queens, mais les tests n'ont pas été concluants: parmi ces « centaines d'enfants », il n'y avait pas de rapports d'analyse en laboratoire qui aient pu permettre une identification positive du virus de la grippe. En fait, les reportages sont contradictoires: selon les reportages, le CDCP basé à Atlanta est le « seul laboratoire dans le pays qui puisse confirmer la présence de la nouvelle souche de la grippe porcine, qui a été identifié comme H1N1. » (NYT, le 25 avril 2009)

La grippe est une maladie courante. À moins d’une analyse approfondie en laboratoire, l'identité du virus ne peut pas être établie.

Il est révélateur que le CDCP basé à Atlanta joue un rôle clé dans l'identification du virus pour le compte de plusieurs pays d'Amérique latine, dont le Mexique, le Guatemala, le Salvador et le Costa Rica. Le 30 avril, le gouvernement états-unien a établi un laboratoire du CDCP au Mexique. En d'autres mots, une agence gouvernementale états-unienne monopolise la réalisation des examens en laboratoire, les données et les analyses.



Source :
Political Lies and Media Disinformation regarding the Swine Flu Pandemic, publié le 1er mai 2009.

Traduction : Dany Quirion.

Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur d'économie à l'Université d'Ottawa. Il est l'auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en 12 langues).    

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13468


http://sos-crise.over-blog.com/article-30956342.html
Partager cet article
Repost0
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 01:29
GRIPPE PORCINE,GRIPPE AVIAIRE,CHEMTRAILS,MEXIQUE,NOUVEL ORDRE MONDIAL,ILLUMINATI


L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, continue sa lutte contre les fausses grippes, fabriquées par les marchands de fric sionistes et francs-maçons des illuminatis pour dominer le monde et imposer le Nouvel Ordre Mondial.

Revoir mon dernier article avant de continuer, merci:


GRIPPE PORCINE,CHEMTRAILS,ILLUMINATI,PROTOCOLES DE TORONTO, PANDEMIE,CRIME CONTRE L'HUMANITE





Donc:

La grippe porcine, encore des salades pour les limaces.


Il n’y aurait pas d’élections européennes en vue ?

Ce qui est à craindre, ce ne sont pas les virus imaginaires colportés par les journalistes.
Ce qui est à craindre, ce sont les toxines bien réelles avec lesquelles on va vacciner les cochons.

Comme pour la grippe aviaire, le bétail à peine vaccinés, la convalescence vaccinale tout juste commencée, les toxines vont se retrouver dans nos assiettes.


Une population malade est une population soumise.


L’Europe des curés n’a t-elle pas prévu d’élection prochainement ? Encore une fois, grâce à la grippe porcine, l’argent du financement de la campagne des partis, risque bien de sortir des caisses de la Sécu.


La construction européenne, merci la grippe porcine !


La grippe aviaire a été une représailles. En revanche, la grippe porcine est visiblement une prévention.


Ces virus imaginaires qui nous manipulent.
http://levirusmachin.hautetfort.com/archive/2007/03/01/ces-virus-imaginaires-qui-nous-manipulent.html

Le virus de la Grippe aviaire

http://levirusmachin.hautetfort.com/archive/2007/08/01/le-virus-de-la-grippe-aviaire.html

On compte sur les journalistes pour se taire.
Le premier métier d’un journaliste est de se taire, son deuxième est de mentir.
C’est bien simple ! Quand un journaliste ne se tait pas, c’est qu’il ment.

Quand un professionnel du mensonge me parle, je sais que ce qu’il me dit n’est pas vrai.


La grippe porcine ne se transmet que de fonctionnaires à fonctionnaires.

Bernard MONNIER

Voir absolument:


Voici un dossier très précis et très important
en prévision de la pandémie sur ordres des sionistes et des francs-maçons, pour liquider les tocks de plusieurs milliards de vaccins qui vont être périmés, faute de pandémie.
Merci MERIEUX,Merci MONSONTO,Merci les Illuminati, Merci les Sionistes? Merci les Francs-Maçons.


On y retrouve même un patriot act avant l'heure.


http://www.noslibertes.org/dotclear/index.php?post/2009/04/28/263
Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 23:57
Mercredi 22 avril 2009


Dans la lignée de la position d’Israël ainsi que de nombre d’autres nations, Bernard-Henri Levy dans une interview donnée sur France Info se prononce pour le boycott de la conférence Durban II qui débute ce lundi 20 avril 2009 à Genève. Libre à lui de se positionner ainsi, et d’utiliser le levier de l’appel au boycott de cette conférence afin d’en dénoncer les éventuels dérapages, si par ailleurs, ce dernier n’avait pas déclaré le 6 janvier 2003 devant l’université de Jussieu : « pas de boycott ! Pas la honte du boycott ! ». Certes, me direz-vous, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, même si nous sommes plutôt enclins à penser que notre philosophe national représente, en l’espèce, l’exception qui confirme la règle.

Il fallait s’en douter, la conférence dite "Durban II" sur le racisme qui vient de débuter aujourd’hui sous le haut patronage de l’ONU suscite déjà la polémique alors qu’une myriade de nations, au rang desquelles les États-Unis, avaient annoncé leur volonté de boycotter cette rencontre internationale pourtant porteuse d’un thème essentiel au regard du devenir de l’humanité.

Ainsi, saisissant la balle au rebond, ne pouvant s’empêcher de prendre la parole, Bernard-Henri Levy, celui qui n’a du philosophe que la posture, sans en avoir la dimension, a fait une déclaration tonitruante sur les ondes d’une grande radio nationale (afin d’être certain que le plus grand nombre entende son cri offusqué), appelant au boycott de cette conférence sur le racisme, et cela dans les mêmes termes que ceux employés par Israël qui dénonce « la mascarade de Durban II » [1]. Nous assistons donc à un revirement de jurisprudence personnelle de l’immense penseur médiatique puisque ce dernier s’était littéralement enflammé en 2003 en déclarant « pas de boycott ! Pas la honte du boycott », fustigeant de son courroux théâtralisé ce moyen d’action radical qui allait à l’encontre de sa posture bien connue, par ailleurs parfaitement démontée par Guy Hocquenghem [2], de maître chanteur professionnel à l’antisémitisme. A l’époque, pour mémoire, notre Tartuffe amoureux de sagesse s’était élevé contre la position défendue par l’Université de Paris VI en faveur du sort peu envieux réservé au peuple palestinien en remettant en cause les moyens budgétaires alloués aux universités israéliennes par l’Union Européenne. Le débat avait été houleux comme le rappelle avec justesse Olivier Esteves dans son ouvrage intitulé Une histoire populaire du boycott [3]. Dés lors, il était impossible de ne pas rappeler cela à Bernard-Henri Levy tant il sait être constant quant à l’instrumentalisation perpétuelle de sa notoriété au profit d’une pensée toujours hémianopsique située aux antipodes de la posture saine de l’honnête philosophe. Mais il n’est point philosophe, me direz-vous, il n’en possède que les habits et non les outils indispensables, ni même les lettres de noblesse, qui permettent de creuser les méandres infinis de la pensée profonde, apportant au monde des idées une quelconque plus value avérée. Hier diabolisant le boycott, aujourd’hui parfait apôtre médiatique de cette pratique, le voilà sorti avec vivacité de sa tanière pour, tel un loup qui arbore le pelage soyeux de celui qui est bien repu, hurler avec convulsions ses convictions à jamais orientées dans le sens de ses propres doctrines. Tel un malvoyant de l’Histoire à l’esprit un brin perturbé par une certaine paranoïa, il ne perçoit que l’antisémitisme qu’il sous tend en permanence chez son alter ego (si tant est qu’il en ait), ramenant en permanence à lui la couverture d’une posture dés plus malsaine. Et si ce n’est cela, le voilà en pourfendeur invétéré de l’islam, cette religion qu’il n’a de cesse de diaboliser, n’hésitant pas à remiser aux oubliettes de sa conscience tous les apports fondamentaux de la civilisation arabo-musulmane, tel un véritable négationniste en creux. Jamais, nous ne l’avons entendu stigmatiser les versants intégristes du judaïsme, jamais nous ne l’avons entendu vociférer à l’encontre des fondamentalistes juifs et autres fascistes israéliens, faisant au contraire toujours preuve d’une indignation à sens unique, sans cesse prompt à amener de l’eau au moulin de son idéologie intérieure. Non content de cela, sans complexe aucun, il se permet aujourd’hui de s’endimancher des habits du boycotteur qu’il vomissait il y a pourtant peu. S’il fallait une preuve supplémentaire pour démontrer toute l’incurie de ce donneur de leçon bien médiocre, la voici, incontestable, et même au prix d’un sophisme improbable, Bernard- Henri Levy aura le plus grand mal à se justifier quant à cette pirouette de girouette.

Concernant le déroulement de cette conférence, s’il avait été le philosophe qu’il prétend, il aurait dû, au contraire de sa posture fausse, profiter de sa présence en Suisse [4], ce pays qu’il connaît si bien, pour occuper le banc des auditeurs afin d’écouter, de scruter, puis éventuellement contester les propos qui pourraient être en contradiction avec les objectifs fixés par cette réunion deuxième du genre. Il aurait pu gratifier l’assistance de sa présence, éclairer de son aura lumineuse les débats, illuminer de son savoir sans commune démesure l’inculture dénoncée de certains participants. En lieu et place de cela, il aura préféré se dénier, se faire mentir, se ridiculiser une fois de plus, et prêter le flan à une critique qu’il ne manquera pas de qualifier d’antisémite. A l’instar de l’antisionisme qu’il ne manque jamais de définir comme un antisémitisme déguisé - précisons que les arabes appartiennent au groupe des peuples sémites - , ce dernier travestit volontiers son islamophobie derrière son combat récurrent contre la barbarie de certains intégristes musulmans, dont l’exemple le plus abouti n’est autre que son ouvrage très vivement contesté consacré au destin tragique de Daniel Pearl [5]. De fait, il incarne ce qu’il dénonce, il est ce trompeur invétéré, cette figure immuable de l’escroc de la pensée, il n'’est donc pas le philosophe qu’il prétend. Pour clore le débat, rappelons aux mémoires, toujours sélectives, les propos énoncés avec acuité par Gilles Deleuze au sujet des nouveaux philosophes : « Plus le contenu de pensée est faible, plus le penseur prend de l’importance, plus le sujet d’énonciation se donne de l’importance par rapport aux énoncés vides... ». S’il convient de ne rien ajouter à cela, demandons toutefois au philosophe à la chemise blanche de méditer la formule avancée par le maître [6], de s’en inspirer afin de corriger les travers qui composent son personnage tant de fois décrié.

Enfin, au-delà du fait dénoncé ici, concernant le déroulement de Durban II, on peut se demander si la présence de toutes les nations du monde n’aurait pas été préférable au boycott proposé, afin justement de s’essayer à faire consensus sur ce sujet d’une importance ô combien cruciale pour l’ensemble de cette humanité qui aura subi les plus graves outrages tout au long de son Histoire du fait notamment de cet archaïsme nommé racisme. Malheureusement il n’en est rien, et cette conférence de s’avérer le triste reflet de l’état de notre monde, toujours si profondément divisé au point de susciter moult inquiétudes quant à son avenir immédiat.

 

[1] Bloc notes du 05/03/2009de BHL sur lepoint.fr

[2] Guy Hocquemghem, Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, Marseille, Agone, 2003.

[3] Olivier Esteves, Une histoire populaire du boycott, tome I, l’Harmattan 2008.

[4] Il prononçait ce-jour l’allocution finale devant l’ONU sur la commémoration de la Shoah.

[5] Bernard Henri Levy, Qui a tué Daniel Pearl ?, Grasset, 2003.

[6] Gilles Deleuze, À propos des nouveaux philosophes et d’un problème plus général, In supplément de la revue Minuit, Juin 1977.

Illustration : Laurent Blachier parue à la une de Politis

par hans lefebvre
(son site)

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-30531618.html
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/bernard-henri-levy-en-plein-54832

Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 23:33
A propos de l’émission d’Arte mettant sur le même plan l’URSS et le Troisième Reich

Déclaration de Georges Gastaud, militant du Pôle de Renaissance Communiste en France

LES VRAIS DEMOCRATES DOIVENT REJETER CET AMALGAME ODIEUX QUI VISE A CRIMINALISER LES IDEES REVOLUTIONNAIRES TOUT EN BANALISANT LES NAZIS.




A propos de l’émission d’Arte mettant sur le même plan
l’URSS et le Troisième Reich


Poursuivant avec acharnement sa besogne de conditionnement anticommuniste, Arte diffuse ce 8 avril une émission intitulée Hitler-Staline, la diagonale de la haine. A nouveau, on va donc nous présenter Staline comme aussi, sinon plus fou et plus criminel que Hitler, et on va renvoyer dos-à-dos l'URSS et le Troisième Reich, la lutte prolétarienne pour le communisme et la violence ultra-réactionnaire du nazisme.
Cette campagne n'a rien d'innocent : l'Union européenne, au culte de laquelle Arte se voue depuis sa création, a entrepris depuis 2005 de criminaliser le communisme passé, présent et à venir, comme en témoignent la motion alors adoptée par le Conseil de l'Europe qui voulait lancer la chasse aux sorcières dans toute l'Europe ; l'ex-commissaire européen Frattini ne proposait-il pas alors d'interdire les emblèmes du communisme sur tout le territoire de l'Union Européenne ? Pire, certains eurodéputés, parmi lesquels le fascisant Gollnisch, le « vert » Cohn-Bendit et le « socialiste » Peillon, défendent ensemble un projet de loi tendant à faire du 23 août de chaque année une journée européenne de condamnation de l'URSS en prétextant de la signature à cette date du Pacte de non-agression germano-sovié
tique (rappelons que l'URSS n'a signé ce pacte défensif que contrainte et forcée, après que les « démocraties occidentales » eurent refusé l'alliance anti-hitlérienne proposée par Moscou et que, lors des accords de Munich de 1938, Chamberlain et Daladier eurent donné le feu vert à Hitler pour attaquer à l'est : ces accords permirent le dépeçage de la Tchécoslovaquie, ouvrirent à Hitler la voie de l'invasion de la Pologne, ; ils se traduisirent aussi par la « drôle de guerre » qui laissa les armées franco-anglaises l'arme au pied pendant près d'un an face aux maigres armées allemandes disposées sur le Rhin. Le but annoncé de Hitler dans « Mein Kampf » étant de se ruer sur l'URSS, les Soviets tentèrent par cette manœuvre de gagner du temps et surtout, de diviser les forces impérialistes plus antisoviétiques les unes que les autres ; Moscou ne voulait pas avoir à combattre à la fois l'Allemagne, le Japon... et les Etats occidentaux qui, par haine de classe, poussaient Hitler à se tourner contre l'URSS...).
C'est pourquoi les travailleurs, la jeunesse et les intellectuels démocrates doivent refuser ce martelage idéologique dont le but réel est d'amorcer en France la campagne anticommuniste mondiale qui ne manquera pas de déferler sur le monde le 9 novembre 2009 à l'occasion du 20ème anniversaire de l'ouverture de la frontière berlinoise de la RDA. Le but de l'amalgame Staline=Hitler à base de négationnisme antisoviétique est de criminaliser le communisme et de résistance au capitalisme et à l'Union Européenne ; il est de réhabiliter le fascisme et l'extrême droite, déjà associée à plusieurs gouvernements européens ; il est de préparer idéologiquement la répression continentale contre les communistes restés fidèles à l'idéal révolutionnaire de Marx et de Lénine, cela dans le but de priver les travailleurs licenciés et précarisés par le capital de perspectives révolutionnaires.
Mais malgré son apparence d'offensive généralisée contre le communisme, le harcèlement antisoviétique actuel, vingt ans après la chute du camp socialiste, montre surtout la fébrilité du système capitaliste et des forces maastrichtiennes. Celles-ci s'inquiètent à juste titre car des millions de prolétaires de l'Est et de l'Ouest constatent que la « construction européenne » érigée sur les ruines du camp socialiste et que la re-mondialisation du capitalisme résultant de la contre-révolution des années 87/91 n'a apporté qu'exploitation, misère, précarité, destruction des libertés, casse de l'emploi, re-colonisation de fait des peuples de l'est et du Sud, menaces accrues sur la paix mondiale avec l'extension permanente de l'alliance agressive de l'OTAN.
On peut certes critiquer Staline, comme l'a fait publiquement Lénine en 1924, et le débat sérieux, objectif et de bonne foi entre progressistes est toujours le bien venu sur le bilan réel de l'URSS à l'époque de Staline ou après sa mort ; c'est même le devoir des communistes et des démocrates que de réfléchir ensemble de façon critique, sur la base des principes du socialisme et du progressisme, sur les aspects positifs et négatifs des processus révolutionnaires du passé. Avec le soutien de leur organisation, des militants du PRCF ont d'ailleurs entrepris ce travail de critique marxiste et constructive dans de nombreuses publications ignorées des médias.
Pour autant, les vrais communistes ne hurleront jamais avec les loups de l'antisoviétisme comme le font les dirigeants du PCF ou du NPA qui rivalisent d'antisoviétisme, quitte à fournir à la réaction les armes qui lui permettront demain de réprimer l'ensemble de ses opposants, non communistes inclus. C'est pourquoi, sans s'aveugler sur les contradictions et les déviations qui ont pu à tel ou tel moment affecter la construction du socialisme en URSS ou ailleurs, le PRCF n'oublie pas dans quelles conditions la 1ère expérience historique de socialisme a dû se construire sous la menace permanente de l'impérialisme, obsédé pour des raisons de classe et non pour des motifs humanistes, à faire échec par tous les moyens, y compris la menace croissante de guerre nucléaire, à l'épanouissement d'une société libérée de l'exploitation capitaliste.
D'autre part, et sans s'aveugler sur les répressions qui, dans les conditions de la montée du fascisme, puis de la guerre froide, frappèrent non seulement des agents ennemis acharnés du socialisme, mais aussi hélas des communistes sincères, les progressistes doivent rejeter catégoriquement la diabolisation de l'URSS, y compris à l'époque de Staline : alors que la crise capitaliste ravageait le monde « libre », le socialisme établissait le plein emploi, développait l'industrie, donnait la terre au paysan et l'usine à l'ouvrier, impulsait l'enseignement, la recherche, la technique et la culture, instituait les soins médicaux gratuits et le logement bon marché pour tous, transformait le pays arriéré des tsars en grande puissance économique de premier plan et en point d'appui solide pour tous les antifascistes et pour les anticolonialistes du monde. Le capitalisme a si peu de leçons à donner au socialisme soviétique qu'à la même époque, sous la forme du nazi-fascisme, il détruisait les libertés, liquidait le mouvement syndical, persécutait la culture humaniste et institutionnalisait le génocide raciste, lançant la seconde guerre mondiale quelques années seulement après avoir provoqué la tuerie impérialiste de 14/18 contre laquelle s'était faite la Révolution socialiste d'Octobre.
L'amalgame Hitler=Staline est d'autant plus odieux que, tandis que le Comité des forges, ancêtre de l'UIMM, déclarait « plutôt Hitler que le Front populaire » puis collaborait cyniquement avec l'occupant, c'est l'héroïque peuple soviétique dirigé par le PCUS avec Staline à sa tête, c'est l'armée rouge ouvrière et paysanne, qui ont stoppé les «invincibles » hordes nazies à Leningrad, Koursk et Stalingrad. Tout cela s'est fait alors que les bourgeoisies allemande et française, dont les héritiers non repentis osent faire la leçon aux communistes sur Arte, se roulaient dans la fange nazie et vichyste... Pendant ce temps, 25 millions de morts soviétiques dont d'innombrables victimes civiles génocidées par la Wehrmacht et ses Einsatzgruppen tombaient pour libérer le monde du plus grand danger qu'il ait jamais couru ! De Gaulle avait bien raison de déclarer en 1965 lors de sa visite d'Etat à Moscou : « les Français savent que l'URSS a joué le premier rôle dans leur Libération ».
En France, c'est le PCF, notamment par le biais des FTP et des FTP-MOI, qui a versé le prix du sang le plus élevé et conduit l'essentiel de la lutte armée anti-nazie. Ce n'est pas pour rien qu'en 1945 le prestige de l'URSS était immense partout, que le PCF recueillait 29% des voix en France, et que les ministres PCF du Général De Gaulle, les Thorez, Croizat, Paul, Grenier, Tillon, Billoux, Wallon, Joliot-Curie, mettaient en place les conquêtes sociales (Sécu, statuts, retraites, conventions collectives, nationalisations, plan, comités d'entreprise, loi sur la jeunesse, plan Langevin-Wallon sur l'école, CNRS, CEA) que Sarko et l'Union Européenne détruisent aujourd'hui en exploitant au profit du MEDEF la disparition de l'URSS et les reniements du PC « mutant ».
Enfin nous mettons au défi les « historiens » qui criminalisent le « socialisme réel », de sonder sur une large échelle les habitants des pays de l'Est « décommunisés » et annexés par l'OTAN et par l'Union Européenne : car une forte MAJORITE d'entre eux REGRETTE le socialisme et ses acquis bien réels, non parce que la « nostalgie » l'aveuglerait sur les défauts des premières expériences socialistes de l'histoire, mais parce que, EXPERIENCE FAITE, les travailleurs de l'Est peuvent par eux-mêmes voir que le socialisme, même avec ses défauts passés qu'il faut identifier et dépasser, est humainement supérieur au capitalisme, qui étale d'autant sa nocivité qu'il dispose actuellement d'une hégémonie quasi-totale sur la planète.
Plus que jamais le capitalisme est porteur de régression, de fascisation et d'exterminisme (Irak, Palestine...), comme le montre l'étranglement des libertés et de la souveraineté nationale dans notre pays.
Plus que jamais l'anticommunisme et l'antisoviétisme sont des armes de destruction massive contre les libertés de tous et à pousser en avant les fascistes.
Plus que jamais le PRCF invite les anticapitalistes, les républicains, les progressistes, les militants du mouvement ouvrier et étudiant, à combattre la criminalisation du communisme qui vise, comme en 33, l'ensemble des forces de progrès.
Oui, l'avenir est au socialisme du 21ème siècle qui tirera avec esprit critique, mais sans auto-flagellation, les leçons de l'expérience socialiste issue d'Octobre 17 pour ouvrir une nouvelle ère de fraternité à toute l'humanité.

 

Plus d'informations : Pôle de Renaissance Communiste en




http://eldiablo.over-blog.org/article-30154155.html
Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 23:06



Quel média en parle ? :
Epidémie de méningite en Afrique de l’Ouest :

21.04.2009

Plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest font face à une épidémie de méningite majeure ; des centaines d’équipes MSF/Ministère de la Santé sont mobilisées pour soigner et vacciner. Au Nigeria, au Niger et au Tchad, MSF travaille avec les autorités sanitaires pour des campagnes de vaccination ciblant une population totale d’environ 8 millions de personnes.

Les épidémies de méningite sont un fléau bien connu dans les pays d’Afrique de l’Ouest, situés dans « la ceinture de la méningite ». Mais cette année, les épidémies ont atteint une ampleur inhabituelle. Selon les bilans des ministères de la Santé, plus de 1600 personnes infectées par cette maladie sont mortes depuis le début de l’année, dans les deux pays où l’épidémie est la plus forte, le Nigéria et le Niger. L’épidémie continue de progresser par endroits. Si la situation s’améliore dans les premiers districts touchés, qui ont bénéficié de campagnes de vaccination, d’autres zones franchissent maintenant le seuil épidémique.

La pire épidémie depuis des années. Au Nigéria, c’est la pire épidémie de méningite dans le pays depuis 1996. MSF travaille en étroite coopération avec le ministère de la Santé dans 9 Etats (voire la carte). « Il y a de nombreux foyers épidémiques un peu partout dans le Nord du Nigéria », décrit Dounia Dekhili, une des coordinateurs d’urgence MSF sur le terrain. « La situation évolue rapidement, mais le nombre de décès reste relativement bas ». Plus de 37 000 cas de méningite ont été enregistrés par les équipes mixtes de MSF et du ministère de la Santé, qui circulent dans les centres de santé pour soigner, organiser l’approvisionnement en traitement et collecter les données. En moyenne, la méningite tue la moitié des personnes infectées s’il n’y a pas de traitement et un sur dix avec un traitement. Mais il apparait que durant cette épidémie, les bactéries sont plus sensibles au traitement et près de 97% des patients atteints de méningite survivent.

Le Niger est relativement moins touché mais l’épidémie se propage dans des régions au sud du pays. Les équipes MSF travaillant avec le ministère de la Santé soignent les patients atteints de méningite et vaccinent dans les régions de Dosso, Maradi et Zinder. Un total de 4,591 cas de méningite et 161 décès ont été enregistrés dans ces régions.

Vaccination massive. « La situation à laquelle nous devons faire face maintenant est très différente du plan initial », explique Ramon Arrieta, responsable de l’intervention d’urgence MSF dans la région de Dosso, « l’épidémie a gagné de nouvelles zones donc nous avons dû adapter nos activités en fonction de l’évolution et vacciner dans de nouvelles zones ». Les moyens déployés sont très importants. Par exemple, dans la seule région de Zinder, 8 000 accumulateurs de froid doivent être congelés chaque nuit afin d’être utilisés par les 65 équipes de vaccination. Une équipe, composée de 5 personnes, peut vacciner jusqu’à 1500 personnes en une journée. La population cible est âgée de 2 à 30 ans.

Au total, 2,7 millions de personnes ont déjà été immunisées (1,1 million au Nigéria et 1,6 million au Niger) et des campagnes supplémentaires pour environ 5,5 millions de personnes sont en cours ou en préparation au Nigéria, au Niger et au Tchad. Habituellement, le nombre de cas de méningite chute deux semaines après une campagne de vaccination.

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES EN OPTION - CHIFFRES URGENCE MENINGITE

-         210 expatriés au Nigéria et au Niger

-         8 millions de vaccins commandés par MSF

-         50 équipes pour la prise en charge des malades de méningite

-         270 équipes pour la vaccination

-         1,5 euros en moyenne par personne vaccinée contre la méningite (hors prix du vaccin)

 

 

Détails des interventions MSF au Niger
 

Les équipes MSF travaillent en étroite collaboration avec le ministère de la Santé pour limiter la propagation de l’épidémie et soigner les malades dans 3 régions (Maradi, Zinder, Dosso) du sud du Niger. Les équipes MSF aident le personnel soignant des structures de santé pour identifier les cas de méningite et donner le traitement. Outre la formation, les médicaments et le matériel médical nécessaires à la prise en charge des cas simples sont donnés sous forme de kits dans les centres de santé. Des kits adaptés à la prise en charge des cas de méningite compliqués sont donnés dans les hôpitaux.

En parallèle, des campagnes de vaccination sont menées avec le personnel du ministère de la Santé. 1,6 million de personnes ont été vaccinées par MSF/Ministère de la Santé au Niger. Au total, si toutes les campagnes prévues sont réalisées, plus de 2,9 millions de personnes seront vaccinées durant cette épidémie par MSF/Ministère de la Santé au Niger.

Région de Maradi : Dans plusieurs districts de la région de Maradi, le nombre de patients atteints de méningite est supérieur au seuil épidémique depuis plusieurs semaines. 1 871 cas de méningite dont 60 décès ont été enregistrés par le ministère de la Santé dans cette région depuis le début de l’année. Trois médecins MSF surpervisent la prise en charge des patients atteints de méningite dans les structures de santé.

Les équipes MSF, en collaboration avec le ministère de la Santé, ont déjà vacciné 663 595 personnes dans les districts de Maradi ville, Madarounfa et Tessoua. Les équipes MSF ont commencé à vacciner dans le district d’Aguié, où le nombre de cas de méningite continue d’augmenter. Au total, MSF prévoit de vacciner dans cette région 900 000 personnes, âgées de 2 à 30 ans.

Région de Dosso : Quatre médecins se concentrent sur les soins médicaux pour les malades souffrant de méningite, ils supervisent la prise en charge dans les 5 hôpitaux du district et dans les centres de santé où le taux de mortalité et/ou le nombre de cas sont élevés.

MSF a débuté le 26 mars dernier une campagne de vaccination de trois semaines dans les districts de Dosso et de Doutchi. A ce jour, 275 000 personnes ont été vaccinées. Une nouvelle campagne débute dans le district de Boboye qui a franchi le seuil épidémique. MSF prévoit de vacciner dans cette région environ 600 000 personnes.

Région de Zinder : MSF soutient les structures de santé pour la prise en charge des patients atteints de méningite dans 6 districts de la région de Zinder. 1 770 patients ont reçu un traitement, 38 sont décédés.

Une campagne de vaccination est menée par 65 équipes MSF/Ministère de la Santé, en bonne coopération avec les autorités sanitaires de Zinder. Après le district de Matameye et la ville de Zinder, MSF a débuté la vaccination dans les districts de Mirriah (population cible de 300 000 personnes), Magaria ( population cible de 380 000 personnes) et Tanout( population cible de 190 000 personnes). A ce jour, 700 000 personnes ont déjà été vaccinées et un total de 1,4 million de personnes devraient avoir été vaccinées à la fin de cette campagne dans la région de Zinder.

 

Détail des interventions MSF au Nigéria


Durant les dix dernières semaines, les équipes MSF ont travaillé en étroite collaboration avec le ministère de la Santé pour soigner les personnes atteintes de méningite et contenir la propagation de l’épidémie dans 9 Etats.

46 équipes dédiées à la prise en charge des malades et la surveillance de l’évolution de l’épidémie ont enregistré jusqu’ici 37 385 cas de méningite, dont 1210 décès, pour une population totale de 38 millions de personnes dans ces 9 Etats.

Parallèlement au volet curatif, des campagnes de vaccination sont menées par 182 équipes MSF/ministère de la Santé. Jusqu’ici, plus de 1,1 million de personnes ont été immunisées dans les Etats les plus touchés (Jigawa, Katsina, Sokoto). Des campagnes sont en cours dans les Etats de Bauchi, Gombe, Jigawa, Kaduna, Katsina, Kebbi, Sokoto et Zamfara. Au total, si toutes ces campagnes sont réalisées, plus de 5,2 millions de personnes auront été vaccinées par MSF/Ministère de la Santé durant cette épidémie de méningite au Nigéria

Source MSF 



http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-30811719.html



Silence aussi :



Les vaccins pourraient avoir causé l'autisme chez des milliers d'enfants 28/04/2009

Je ne veux pas rajouter à la panique d'une pandémie annoncée et programmée, mais je tiens vraiment à vous dire de REFUSER LA VACCINATION! Je peux vous fournir des nuits de lecture qui vous décourageront à utiliser la vaccination. Ce n'est pas le virus qui sera le plus mortel, ce sera le vaccin! Si vous n'aviez qu'un avis à lire sur la vaccination, voici un article écrit par le neveu de John F. Kennedy Jr.: "IMMUNITÉ MORTELLE".

Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 22:52


La rédactrice en chef de la revue scientifique
Open Chemical Physics Journal a démissionné suite à la publication de l’article concluant à la présence de nanothermite dans les poussières du World Trade Center.

Le professeur à l’Université Pierre et Marie Curie
Marie-Paule Pileni n’aurait, selon elle, « pas été informée de la publication. »


En réponse à un mail envoyé par le site
Videnskab.dk pour lui demander quel était son avis de scientifique sur la teneur de l’article, elle a répondu « Ils ont imprimé l’article sans ma permission, donc  lorsque vous m’avez appelé, je ne savais pas que l’article avait été publié. Je ne peux pas accepter cela, et par conséquent j’ai écrit à [l’éditeur] Bentham  que je démissionnais de toutes mes activités avec lui. »


Madame Pileni est également choquée par le sujet de l’article : « Je ne peux pas accepter qu’un tel sujet soit publié dans mon journal. Cet article n’a rien à voir avec de la chimie physique ou de la physique chimique, et je veux bien croire qu’il y a un point de vue politique derrière sa publication. Si quelqu’un m’avait demandé, j’aurais dit que cet article n’aurait jamais dû être publié dans ce journal. Point final. »


La scientifique souligne par ailleurs que  le sujet est en dehors de son domaine d’expertise et qu’elle ne peut donc pas juger de la qualité de l’article en lui-même. Pourtant, en examinant l
’impressionnant CV de Madame Pileni, on apprend qu’elle a travaillé au Laboratoire des matériaux mésoscopiques et nanométriques et fut consultante pour la Société Nationale des Poudres et Explosifs
  Elle a en outre été membre de l’équipe éditoriale du Journal of experimental nanosciences et du Journal of Physical Chemistry.


Madame Pileni est une scientifique à la pointe de la recherche en nano-matériaux et fut, entre autre, membre de l"Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale" (IHEDN) ainsi que de l’Institut des Hautes Etudes de Sécurité Intérieure” (IHESI), voici quelques une de ses nombreuses compétences:

TOPICS OF RESEARCH

  • Nanomaterials : synthesis, characterisation and physical properties
  • Chemical modification of enzymes
  • Physical chemistry in condensed matter
  • Colloids sciences
  • Solar energy
  • Photochemistry in gas phase

OTHER ACTIVITIES

  • 2006: Chair of a scientific committee of the enginering and material sciences division of the European academy of sciences.
  • 2006: Vice-Chair of the committee for professional equality between woman and man in academia and research.
  • 2001-2004: Member of the board of “Institut Universitaire de France”.
  • 1991-1999: Member of the Education National Comity.
  • 1991-1992: Member of the “Institut des Hautes Etudes de Sécurité Intérieure” (IHESI)
  • 1990-1992: Chairperson on workshops related to the French Defense research.
  • 1989-1992: Consultant at the Minister of Recherche concerning the National Defense 1989: Member of the “Institut des Hautes Etudes de Défense Européenne”.
  • 1987-1988: Member of the ’“Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale” (IHEDN)1984-1986: Member of National exam in Chemistry

CONSULTING EXPERIENCE

  • 1985-2001: Nuclear Center, C.E.A. D.S.M, Saclay, France.
  • 1995: Procter & Gamble, Cincinnatti, USA.
  • 1990-1994: Société Nationale des Poudres et Explosifs, SNPE, France.
  • 1990: Toyota (Japan), Aventis (France), EADS (France).

Il étonnant qu’une experte en nanotechnologie et ancienne consultante dans le domaine des explosifs n’ait pas les compétences pour commenter, un article sur des explosifs nanothermitiques.


Madame Pileni a également fortement critiqué le jeune journal Open Chemical Physics. Le fait que les autres journaux scientifiques ne l’aient pas encore cité est, selon elle, le signe que le journal est mauvais et ne présente aucun intérêt.  Elle dit avoir accepté d’être rédactrice en chef de ce journal scientifique en libre accès car il donnait l’opportunité à de jeunes chercheurs de se faire connaitre.  Elle le regrette aujourd’hui : « On ne devrait pas être autorisé à faire n’importe quoi, tout ça ce sont des absurdités. J’essaie d’être une chercheuse sérieuse, et je ne veux pas que mon nom soit associé à ce
genre de chose. »

Il semble que l’enjeu politique dépasse de loin l’aspect scientifique.
Car si elle déclare ne pas avoir les compétences pour juger l’article elle a pourtant déjà sa conclusion: se sont des "absurdités".


Le chimiste danois Niels Harrit, un des auteurs de l’article (qui a
présenté les conclusions de l’étude sur la télévision danoise) a jugé regrettable la décision de Madame Pileni


« J’ai été surpris, bien sûr, et je trouve cela regrettable si notre travail s’en trouve discrédité. Mais son départ ne change pas nos conclusions, car c’est une affaire purement personnelle qui l’a mise en colère. Je reste convaincu que nous avons fait de la physique chimique et s’il y a des erreurs dans notre étude, nous serions heureux d’entendre ses critiques. » a réagi le Maitre de Conférence à l’Institut de chimie de l’université de Copenhagen.


Source :
http://www.911blogger.com/node/19963


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-30890603.html

Partager cet article
Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 09:01


Scandale ! Les Médias
boycottent le Front de Gauche...
Par Eva R-sistons

Besancenot a la faveur des Médias. Et pour cause : Il peut nuire à la Gauche, comme le Front National en son temps à la droite. Par contre, silence médias intolérable pour le Front de Gauche qui, lui, est réellement dangereux pour Sarkozy : Car il représente une alternance authentique, étant un parti de gouvernement; et il est réellement à gauche, anti-libéral, donc susceptible de rallier à lui les suffrages des déçus d'un socialisme pâle, comment dire ? Social-démocrate, incapable de rompre clairement avec le Libéralisme financier qui nuit aux intérêts des citoyens, soucieux seulement de le rendre plus supportable aux Français. Manuel Valls représente ce danger de la façon la plus caricaturale. Impossible, avec lui, de démêler le "socialisme" du libéralisme, tant ils sont intimemet liés. Quel attrait peut-il représenter pour les classes populaires ? Aucun. Son seul avantage est de mordre sur l'électorat de droite, le cas échéant...

Cette alternative authentiquement de Gauche, et en même temps apte à diriger la France, représente la menace la plus grande, aujourd'hui, pour le pouvoir UMP. C'est pourquoi les Médias ont ordre d'ignorer le Front de Gauche, comme ils ont ignoré pendant les Présidentielles Nicolas Dupont-Aignan, gaulliste social pouvant dissuader les vrais Gaullistes d'apporter leur voix à Sarkozy.  Oui, avec les Médias officiels, rien n'est gratuit : Tout doit être fait pour masquer aux Français qu'une autre politique, authentiquement de Gauche, porteuse d'espoir, et en même temps de gouvernement, est possible.

Nous devons tous dénoncer cette partialité intolérable des Médias, qui deshonore notre République, notre patrie des Droits de l'Homme. 

Notre silence scellerait la mort de la démocratie, la mort de l'espoir d'une véritable alternance. 

Eva


TAGS :
Médias, Front de Gauche, Manuel Valls, Sarkozy, UMP, N. Dupont-Aignan, Gaullisme social, Gaullisme, libéralisme, O.Besancenot, socialisme, Front National...

__________________________________________________________



Commentaire reçu, à lire :



Chère Eva,

il est vrai que le facteur de Neuilly ne dérange pas la droite, sans quoi il y a longtemps que ce bobo comique aurait eu des problèmes avec la justice, comme certains pamphlétaires honnêtes dont les retombées infinies des lois mémorielles (anticonstitutionnelles) ont bloqué la plume, alors qu'il n'écrivaient que la vérité. Tout le monde sait que la LCR en son a fait crever le PCF qui lui représentait vraiment les ouvriers et non pas une poignée de bourgeois étudiants glandeurs, qui s'imaginent incarner les classes populaires quelle suffisance! Quand vous parlez de front de gauche je ne vois pas à quoi vous faites allusion? Les clivages politiques appartiennent désormais au passé, d'autant plus que tous les partis sont réunis sous la bannière du libéralisme, qui a conduit l'humanité dans la crise systémique actuelle dont elle n'est pas prête de sortir.

Même les syndicats sont à côté de la plaque, le pouvoir d'achat ne changera pas, si on ne met pas en premier lieu le système financier actuel en redressement judiciaire, pour repenser l'économie, comme le proposent Lydon Larouche ou Jacques Cheminade en France. Il faut obliger nos dirigeants à faire leur boulot, afin qu'il ne se contentent pas d'obéir aux ordres des chantres de l'ultra libéralisme, qui sont en train de faire crever la planète mais qu'ils agissent afin de nous sortir de nous substituer à la gouvernance mondiale de style orwéllien à laquelle on nous destine. Les syndicats devraient défiler pour obliger les banques à rendre des comptes sur l'utilisation de l'argent que le peuple leur a généreusement offert, en gage de leur mauvaise gestion!
Il devraient également se rebeller contre la politique de Bruxelles première responsable des délocalisations, même si il est vrai que la politique du gouvernement est lamentable et doit être réprimée.
Ceux qui sortiront la France de la fange dans laquelle elle patauge, doivent livrer un combat contre le mondialisme, contre UE qui livre les nations aux mains de l'oligarchie financière anglo-américaine, malthusienne et eugéniste pour qui tout ce qui est social représente un danger.

Le combat gauche-droite n'est plus à l'ordre du jour. Les médias font parti du système et sont dans les mains des marchands d'armes, des sionistes quand ce n'est pas des deux à la fois, inutile d'attendre un éclaircissement de leur part, il ne nous reste que la presse alternative ou les blogs pour se faire une opinion, mais les citoyens préfèrent perdre leur temps sur les communautés virtuelles.

Alain -
http://infofranclibre.blogspot.com
Partager cet article
Repost0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 05:52
 http://laplote.over-blog.fr

Samedi 25 avril 2009

Ce glissement annoncé de la guerre vers le Pakistan, avec les forces de l'Otan resoudé grâce à l'administration Obama, rapproche l'Occident d'une guerre mondiale. Et on est en train de la faire accepter à l'opinion avec l'épouvantail du 'péril islamique', 'al-Qaida int.':

Le Pakistan, vraie cible des talibans (Le Figaro)
Pakistan - L'inexorable progression des talibans vers la capitale (TF1)
Pakistan : Le péril taliban (Le Monde)
****************************************************************************************
 
Le Pakistan, vraie cible des talibans
 
Le Figaro
L'éditorial de Pierre Rousselin du 24 avril.
 
Un État menacé d'implosion, disposant de l'arme nucléaire et traversé par un puissant courant islamiste : le mouvement djihadiste international ne peut rêver meilleure cible pour asseoir son projet de nouveau califat. Si les talibans ne sont plus, aujourd'hui, qu'à une centaine de kilomètres d'Islamabad, la capitale du Pakistan, ce n'est pas par hasard.
 
Les alliés d'al-Qaida ont lancé une campagne redoutable qu'ils mènent avec application. Leur stratégie militaire et politique est autrement plus efficace que les atermoiements occidentaux en Afghanistan.
 
Inexorablement, ils grignotent du terrain. Et ils le font là où cela compte : au Pakistan. L'Afghanistan n'est pour eux qu'un piège où ils ont attiré les forces de l'Otan. Les soldats de quarante-deux pays s'épuisent à y défendre un gouvernement corrompu et à contrôler des vallées inaccessibles pendant que les talibans poursuivent leur véritable objectif, de l'autre côté de la frontière.
 
Au Pakistan, les islamistes profitent de la gangrène qui mine l'appareil d'État et de l'incapacité des États-Unis à trouver un point d'appui pour les combattre.
 
L'accord conclu, en février, entre la province de la Frontière du Nord-Ouest et les talibans de la vallée de Swat est un cas d'école. Les autorités provinciales voulaient acheter le calme en autorisant les insurgés à faire régner la charia dans le district de Swat.
 
En échange du contrôle de la vallée, qui ouvre sur le Pendjab, le cœur du pays, les talibans étaient censés déposer les armes. Évidemment, il n'en a rien été. Le gouvernement fédéral a hésité avant d'entériner l'accord. Quelques jours plus tard, les islamistes s'emparaient du district voisin de Buner. Désormais un émirat taliban est implanté à une centaine de kilomètres de la capitale, Islamabad. Il va servir de point de ralliement pour les terroristes et de tremplin pour leurs attaques. Le Pendjab, la région la plus peuplée du pays, est directement menacé. Le danger est d'autant plus pressant que les grandes villes plus au sud, Islamabad, Lahore ou Karachi, ont déjà montré combien elles étaient vulnérables aux attentats.
 
L'épisode de la vallée de Swat illustre la difficulté de distinguer les «bons» talibans des «mauvais», de dénicher ces fameux «talibans modérés», avec lesquels la nouvelle Administration américaine veut négocier en Afghanistan. Comment le pourrait-elle alors que les services pakistanais n'ont pas réussi à encourager les talibans à combattre en Afghanistan pour avoir la paix chez eux ?
 
Le Pakistan est à la dérive. Le pouvoir civil est dépassé par les événements et l'armée, seule colonne vertébrale du pays, est elle-même divisée. Beaucoup de militaires ne sont pas prêts à faire la guerre à une partie de la population ou à combattre des groupes djihadistes qu'ils ont eux-mêmes formés.
 
La menace d'un effondrement du Pakistan devient réelle. Avant que les talibans ne s'emparent des leviers de commande de ce pays doté de l'arme nucléaire, il serait bon de trouver une riposte.
 
*************************************************************** 
Pakistan - L'inexorable progression des talibans vers la capitale
TF1, 24/04/2009
 
Jusqu'où iront les talibans au Pakistan ? Face à l'impuissance de l'armée et des autorités, président Asif Ali Zardari compris, ils progressent lentement mais sûrement vers Islamabad, la capitale. Les accords de cessez-le-feu locaux signés en échange de la mise en place de la charia, comme dans la vallée du Swat, dans le nord-ouest du pays, n'y changent rien. L'arrêt des hostilités est en effet rarement respecté par les miliciens islamistes. Et chaque nouvelle reprise des combats leur est favorable.
 
Cette semaine, le coup de semonce est venu du district de Buner,  toujours au nord-ouest. Les talibans de la vallée du Swat, rompant leur promesse, y sont entrés,  sans véritable résistance de l'armée. Ils se sont ensuite emparés de bâtiments officiels, d'ONG et de mosquées. Pour montrer leur force, ils patrouillent désormais dans les rues à bord de pick-up et de 4x4 équipés d'armes légères et de lance-roquettes. Ils ont également établi des barrages filtrants sur les principaux axes de circulation. Vendredi matin, alors que l'armée a envoyé des renforts à Buner, ils ont néanmoins commencé à se retirer de la ville.
 
Etat nucléaire
 
Même si ce retrait était mené à bien, sans retour ultérieur, il ne changerait pas fondamentalement la nouvelle situation. Buner est en effet situé à environ une centaine de kilomètres d'Islamabad. Le temps où les talibans étaient confinés dans la zone tribale à la frontière avec l'Afghanistan, secteur servant de base arrière contre les forces de l'Otan soutenant le régime en place à Kaboul, est désormais bel et bien révolu.  Face à cette inexorable progression, le danger de la prise de la capitale et de l'installation des talibans au pouvoir est donc de plus en plus réel. Avec tout ce qui s'en suit puisque le Pakistan possède l'arme nucléaire.
 
Les Etats-Unis, qui ont fait du Pakistan le point névralgique de la lutte contre le terrorisme, avant même l'Afghanistan, ont tiré le signal d'alarme. "Nous sommes extrêmement inquiets  et c'est une affaire qui occupe beaucoup du temps de Barack Obama", reconnaît Robert Gibbs, le porte-parole de la Maison-Blanche."Ce qui se passe au Pakistan et en Afghanistan est le sujet de préoccupation central de cette administration", souligne-t-il, en rappelant que c'était la raison pour laquelle le président américain avait intégré le Pakistan à sa nouvelle stratégie pour l'Afghanistan. De son côté, Hillary Clinton, la ministre des Affaires étrangères, accuse le gouvernement pakistanais d'avoir "abdiqué" et prévient que l'existence même de l'Etat pakistanais est désormais "menacée".

 
*************************************************************** 
Pakistan : Le péril taliban
LE MONDE | 24.04.09
 
Le scénario est tellement cauchemardesque que l'on peine à y croire. Le Pakistan tombant aux mains des talibans ? On n'en est pas encore là, fort heureusement. Mais les événements, qui se sont accélérés depuis près de quinze jours au "pays des purs", le seul Etat musulman doté de l'arme nucléaire, sont rien de moins qu'alarmants.
 
Partis de leur fief de la vallée de Swat (Nord-Ouest), des groupes de talibans, ces islamistes ultraorthodoxes prêchant une lecture obscurantiste du Coran, ont conquis un nouveau district, situé à une centaine de kilomètres de la capitale, Islamabad. Il n'en fallait pas davantage pour que la crainte d'une "talibanisation" du Pakistan y trouve un nouveau motif.
 
La nouvelle a provoqué l'indignation à Washington. La secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, évoque "une menace mortelle" pesant désormais sur l'Etat pakistanais. Si les Américains dramatisent, c'est qu'ils veulent convaincre les dirigeants d'Islamabad d'en finir avec la pusillanimité, la faiblesse, l'incohérence, voire la duplicité, que ces derniers ont jusqu'à présent observées face au danger taliban.
 
L'enjeu est énorme pour les Américains, et derrière eux pour les Occidentaux. Car la "talibanisation" du Pakistan a évidemment des répercussions en Afghanistan. La stratégie de Barack Obama, qui veut stabiliser l'Afghanistan en remettant de l'ordre au Pakistan, est aujourd'hui en péril.
 
Dans l'immédiat, c'est l'opinion pakistanaise modérée qui est sous le choc. Car c'est elle qui vit avec la pression exercée par ces tenants d'un islam médiéval, ces fanatiques qui interdisent d'école les fillettes, éliminent physiquement leurs adversaires, récusent la démocratie comme "non islamique". Les Pakistanais libéraux s'estiment trahis, car un accord de paix dans la région de Malakand, qui ouvrait la voie à l'imposition de la charia dans cette région du Nord-Ouest, imposait aux talibans de déposer leurs armes.
 
Marché de dupes. Les miliciens islamistes viennent de prouver qu'ils se moquent de cet accord. Ils confirment les pires craintes des Cassandre qui mettaient en garde contre un pacte diabolique.
 
Les talibans veulent conquérir le pouvoir total au Pakistan et ne s'en cachent plus. Les éditoriaux de la presse pakistanaise appellent depuis deux jours au réveil, à la résistance. Il est urgent que la communauté internationale soutienne ce courant d'opinion au Pakistan. Un courant qui crie son espoir de vivre au "pays des purs" dans une société musulmane ouverte et éclairée.

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-30669226.html http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

Partager cet article
Repost0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 02:00



Circulez, il n'y a rien à voir et à entendre
par Eva R-sistons


Bonjour

Juste quelques mots pour vous dire que j'ai regardé France V à partir de 16 heures 30. Inutile d'ailleurs de perdre son temps avec "Revu et corrigé", qui a remplacé Arrêt sur Images. Pâle et insipide copie de l'autre. Et pour cause, Sarkozy est passé par là : La liberté de pensée ou de ton, c'est terminé; Pas touche le Président, son Gouvernement, ses Médias aux ordres, il faut des laquais.  Avec Revu et Corrigé, on est servi. Circulez, il n'y a rien à voir, que ce que nous détestons à la télévision, et qui surabonde maintenant.

Donc, voici "Médias, le magazine". Que penser de Libé qui a "osé" rapporter les propos de Sarkozy sur Zapatero ? Deux journalistes vont répondre. L'un de Challenges, l'autre du Figaro. Circulez, il n'y a rien à entendre... Aussitôt après, Demorand, si mes souvenirs sont bons ancien Président de l'Union des Etudiants Juifs de France (ceux-là mêmes qui ont perturbé la réunion de Durban 2 avec la complicité des diplomates français, et qui sont désormais interdits d'ONU), Demorand, donc, invité d'honneur, bien évidemment, puisque le Clan préside aux destinées des Médias pourris. Les ptits copains d'abord... Circulez, il n'y a à entendre que ce que vous entendez tous les jours. Les mêmes se suivent. Tiens, pas de BHL aujourd'hui ?

Et ensuite, Ripostes, avec un Moati très en verve, avec toujours les mêmes clichés, les mêmes clins d'oeil, les mêmes réparties, et le même style d'invité. Donc, on a droit à l'inénarrable Frédéric Lefèvre, le porte-parole de l'UMP ou de Sarkozy comme vous voulez, vous savez, celui qui cultive la mauvaise foi comme d'autres l'humour. Quand je le vois, je pense à Yago. Physionomie du parfait traître (pire encore, quand il est mal rasé, il a l'air d'un repris de justice. C'est du moins mon impression), le regard bas, fuyant, la mine patibulaire, l'invective à la lèvre et surtout, surtout, la fameuse mauvaise foi qui le porte à attaquer en permanence tout ce qui de près ou de loin, ne vénère pas son patron : Attaques gratuites, perfides,  acerbes, malhonnêtes, médisantes, méchantes.... vous avez le choix, le fin du fin.  Par exemple, Ségolène Royal a besoin de se faire soigner, c'est de l'assistance à personne en danger de dire ça, et elle est "dans le camp de ceux qui détruisent", la dernière trouvaille Léfébriste!  La calomnie, le dénigrement, sont son fond de commerce. Circulez, le bonhomme est répugnant .... On se demande d'ailleurs qui a besoin de soins. Assurément, le sieur en question nécessiterait une bonne thérapie pour évacuer toute son agressivité. En tous cas, Moati a choisi d'inviter, en pleines polémiques, celui qui pouvait les réactiver, jeter de l'huile sur le feu, et encore et toujours, justifier l'injustifiable (la politique du gouvernement).

Après l'invité du jour, voici le thème du jour. Les patrons, venus se justifier, eux aussi. Sont si malmenés, les pôvres, avec tous ces vilains futurs chômeurs qui les séquestrent !

Allez, on passe  aux Infos du soir, sur Arte, le cousin germain. Délicieux ! Justement, au programme une exposition sur la RDA. L'occasion idéale de rappeler combien le communisme était un régime intrinsèquement pervers, vilain vilain, oui, y'a bon le libéralisme financier, avec tous ses chômeurs, ses pauvres, ses sans logis, ses délocalisés, ses précarisés, ses dégraissés, allez petits enfants, allez vite voir ce que vos parents ont vécu, et surtout, surtout, ne vous avisez pas de les imiter ! Le seul modèle qui vaille, c'est celui du libéralisme financier, mieux encore, celui de Thatcher ou de Reagan faisant par exemple du chantage à l'emploi, et puis le Système américain, que son ambassadeur en France, vous savez, le sieur Sarkozy, veut nous imposer... Du moins quand la crise sera finie, car ce n'est évidemment pas le moment. Ensuite, bonjour les retraites par capitalisation, vous savez celles qui ont fait le bonheur des floués d' Enron, et de tant d'autres....

Vous avez remarqué de quoi on parle, en ce moment, à part de la Shoah, encore et toujours ? Eh bien, de ces affreux systèmes socialistes et communistes  qui ont le culot de faire passer l'intérêt collectif avant celui des Tapie et Co... Quoi ? Un emploi pour tous ? Un toit pour tous ? Une école, des facs, des crèches, des hôpitaux, des sports, etc... gratuits ? Et en prime, des produits de première nécessité subventionnés ? Ca alors, ôtez-moi du regard ces vilains Systèmes, dénoncez-les,  ainsi que toute alternative au Capitalisme, et surtout, surtout, perpétuons cette merveilleuse invention qui a pour nom : L'ultra-libéralisme, la mondialisation financière heureuse ! Hé hé, pas touche aux actionnaires, à l'économie virtuelle, à la compétition, au culte de l'Argent, aux croissances illimités, aux inégalités sociales, aux super-profits pour les uns et à la précarisation continue pour les autres, allez en avant le capitalisme moderne, source d'un évident bonheur planétaire complaisamment relayé par les Médias aux ordres !

C'était une journée ordinaire sur France V (et sur Arte infos)

Circulez, y a rien à voir et à entendre sur France V et aux Infos d'Arte. Allez sur Internet, lisez la presse alternative, ou celle de l'étranger ! Et faites savoir aux Rédactions qu'il y en a marre de leur bourrage de crâne quotidien !

Eva

TAGS : France V, Arte, Libération, Arrêt sur Images, Revu et Corrigé, Médias le magazine, Challenges, le Figaro, Arte infos, Internet, Frédéric Lefèvre, UMP, patrons, RDA, communisme, socialisme, libéralisme, Tapie, Serge Moati, Sarkozy, Yago, Demorand, Union des Etudiants Juifs de France, Durban 2, Ségolène Royal, Enron, Shoah, Médias, BHL, Zapatero...


Partager cet article
Repost0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 01:51

Bernard Tapie et Nicolas Sarkozy se connaissent depuis 1983. C’est grâce à cette longue amitié qu’une fois arrivé au pouvoir le président de la république a permis à l’homme d’affaires de gagner l’interminable procès qui l’opposait au Crédit Lyonnais. Cette histoire, les journalistes Denis Demonpion et Laurent Léger la racontent en détail dans leur livre, « Tapie-Sarkozy, les clés du scandale » (Pygmalion éditeur).

Quelle différence y a-t-il entre 390 millions d’euros et 11 euros ? Aucune. C’est la même somme. La première est allée dans la poche de Bernard Tapie. Pour l’atteindre il suffit de multiplier la seconde par autant de foyers fiscaux français. Pensez-y lorsque vous déclarerez bientôt vos impôts. Pensez aussi que cette somme n’aurait jamais été dépensée si Nicolas Sarkozy n’était pas président de la république.

C’est la thèse centrale de « Tapie-Sarkozy, les clés du scandale », remarquable ouvrage que viennent de publier les journalistes Denis Demonpion (Le Point) et Laurent Léger (actuellement journaliste indépendant, ex de Bakchich.info). Ce dernier est aujourd’hui l’invité des
Rendez-vous de l’Agora.

390 millions…Cette somme conclue l’interminable démêlé judiciaire qui a opposé pendant 13 ans Bernard Tapie au Crédit Lyonnais ou plutôt au Consortium De Réalisation (l’organisme chargé de récupérer les dettes de la banque), suite aux "soucis" de l’homme d’affaires, alors spécialiste du rachat d’entreprises en difficultés (Adidas, en l’occurence).

Jusqu’en 2004, cette partie était loin d’être gagnée pour l’homme d’affaires, le showman, le patron sportif et l’ancien ministre mitterrandien de la ville, l’homme politique qui n’a jamais roulé que pour lui sous les couleurs d’un opportunisme politique très français, entre radicalisme de gauche et de droite. C’est aussi une des révélations de ce livre. Aucun ministre n’est prêt à lui venir en aide. Pour les socialistes il est génant. Pour les autres…aussi.

Et puis Nicolas Sarkozy devient ministre des finances et l’affaire se débloque. Comme par enchantement.

Bernard Tapie a beau jurer ses grands dieux qu’il ne connaît pas personnellement l’actuel président de la république, Denis Demonpion et Laurent Léger démontrent, force preuves à l’appui, que ce n’est pas le cas. Il y a plus de 25 ans que Tapie et Sarkozy se connaissent, se fréquentent. C’est Jacques Séguéla, décidément ami précieux pour le président de la république, qui les a présentés l’un à l’autre. Ils partagent les mêmes intérêts et les mêmes amis, de Michel Charasse à Patrick Balkany, de Bouygues père et fils à Bernard Kouchner en passant par Borloo.

A ceux qui doutent qu’il existe en France des journalistes d’investigation digne de ce nom, il suffit de conseiller la lecture de cette enquête roborative et tirée au cordeau. Le portrait de Sarkozy y apparaît d’avantage en filigrane que celui de Tapie, plus central. Mais il dessine aussi un appareil, des réseaux parallèles aujourd’hui au sommet de l’état et dont les têtes sont Claude Guéant, Stéphane Richard, Patrick Ouart et surtout François Pérol.

Quand un homme arrivé aux affaires aide un homme d’affaires, cela ne s’appelle plus de l’amitié, mais des intérêts bien compris. Tout cela est parfaitement décrypté et analysé dans ce livre qui commence le 7 juillet 2008, ou plutôt les 4 et 5 juin devant un tribunal arbitral spécialement taillé sur mesure pour Tapie, et n’est sans doute pas terminé. Depuis, en dehors de François Bayrou et de Charles-Amédée de Courson (seul membre de la commission parlementaire au fait du dossier), politiques et médias ne se sont guère insurgés à propos de cette razzia sur l’argent public. Pire, Tapie s’est même payé le luxe (il peut, maintenant) de se moquer d’eux ouvertement au
théâtre, en fin d’année, où le service public lui a déroulé un tapis rouge.

Dernière précision : sur les 390 millions accordés à Bernad Tapie, Denis Demonpion et Laurent Léger précisent dans leur livre que, après contributions sociales et remboursements divers, « 120 millions lui resteront acquis, somme dont la moitié n’est même pas imposable puisqu’elle provient de l’indemnisation d’un préjudice moral, non soumis à taxation ».

Laurent Léger, co-auteur avec Denis Demonpion de Tapie-Sarkozy, les clés du scandale, est l’invité des RDV de l’Agora.


Olivier Bailly : La thèse centrale du livre c’est que, contrairement a ce que prétend Bernard Tapie, son amitié avec Nicolas Sarkozy est ancienne.
Laurent Léger : C’est une longue histoire. Ils se sont connus lors d’un repas grâce à Jacques Séguéla en 1983. Ce dernier voulait présenter à Tapie le nouveau maire de Neuilly. A l’époque Tapie est un homme d’affaires très connu qui passe tout le temps à la télévision, qui s’est déjà lancé dans le rachat d’entreprises tout azimut.
 
Il représente la France entrepreneuriale qui avance, qui bouge, il a la tchatche, la frime, il est bling-bling avant l’heure.
 
Séguéla lui présente donc le tout jeune maire de Neuilly. Nicolas Sarkozy à l’époque n’est pas connu, il a 28 ans et il a réussi un coup de force en arrachant Neuilly à Charles Pasqua qui normalement aurait dû se présenter et emporter la mairie à la mort d’Achille Peretti.

Donc c’est un repas un peu spécial puisqu’il s’agit d’un homme d’affaires très célèbre qui rencontre un jeune élu que personne ne connaît. Mais à partir de ce moment-là, leur relation démarre et ne va pas s’arrêter.

OB : Pourquoi Tapie explique-t-il qu’il n’est pas lié à Nicolas Sarkozy ?

LL : Parce qu’il veut se dédouaner du soupçon qui pèse sur le dénouement de son affaire. Cette affaire, rappelons-le, c’est quinze ans de procédures contre le Crédit Lyonnais et le Consortium De Réalisation (CDR) qui représente aujourd’hui les intérêts du Crédit Lyonnais banque publique.
 
Ces quinze ans de procédures vont se régler grâce à l’intervention de Nicolas Sarkozy. C’est indéniable, c’est ce qu’on révèle, c’est ce qu’on montre dans le livre. Pour se dédouaner de ce soupçon l’un et l’autre prennent bien soin de ne jamais apparaître sur des photos, de ne jamais être vus ensemble.


VIDEO


Tapie publiquement explique qu’il n’est pas spécialement ami de Nicolas Sarkozy ni de ses conseillers. Or, en privé il dit le contraire. On a des témoins dans le livre qui racontent que lorsque Sarkozy arrive au pouvoir Tapie se frotte les mains. Il téléphone à ses copains et leur dit « mon affaire est finie ». Il sait très bien ce qui va se passer.
 
Notre enquête montre que Nicolas Sarkozy est le seul dans un gouvernement ou à la tête de l’état qui a prêté une oreille attentive aux demandes de Bernard Tapie. Tous les autres gouvernements ont toujours refusé de régler l’affaire au mieux pour Tapie. Seul Sarkozy a accepté. On voulait savoir pourquoi, comment, dans quelles conditions.

Depuis qu’il est sorti de prison, en 1997, Tapie passe son temps à vouloir essayer de régler cette affaire auprès des ministres successifs des finances. Donc il va tous les voir, au gré des différents gouvernements.

OB : Et un jour il rencontre Thierry Breton

LL : Avant, il y a Nicolas Sarkozy. Juste avant son arrivée aux finances, il trouve des oreilles qui restent indifférentes à ses demandes ou qui lui prêtent un peu d’attention, mais, comme c’est le cas de Fabius, ça ne va pas très loin. Fabius n’était pas contre le fait d’aider Tapie, mais il savait très bien que Jospin, premier ministre à l’époque, refuserait absolument de lui venir en aide.
 
Le premier ministre à approuver l’idée d’aider Bernard Tapie c’est donc Nicolas Sarkozy en 2004, quand il est à Bercy. A ce moment-là son cabinet exige que l’affaire Tapie soit réglée en accédant tout simplement à sa demande, c’est-à-dire sortir son dossier de la justice - celle qui règle tous les conflits, ceux des citoyens lambda - pour le donner à une justice privée.
 
Parce que là il savait qu’il pouvait tirer son épingle du jeu. Cette mesure très particulière, le seul à la lui accorder sera Nicolas Sarkozy, en 2004. Finalement ça ne se fait pas parce que déjà à cette époque Tapie est trop gourmand, il demande trop d’argent. La transaction va capoter. Thierry Breton va essayer de continuer dans cette voie-là.

OB : Thierry Breton liquide tout de même le CDR, ce qui va faciliter les choses pour Tapie

LL : Il liquide le CDR, mais de toute façon cette liquidation est prévue pour 2014. Toutes les affaires du Crédit Lyonnais arrivent petit à petit à leur terme. Il n’y a que celle de Tapie qui dure exceptionnellement longtemps parce qu’avec tous les recours, toutes les procédures, la justice prend du temps.
 
Mais la justice a le temps ! C’est Tapie qui n’en a pas. Il considère qu’il doit devenir riche aujourd’hui et non pas dans dix ans. L’état va donc accéder à la volonté du citoyen Tapie. Ce qui finalement va coûter 11 euros à chaque foyer fiscal.

OB : Pourquoi faut-il accéder à cette volonté ?

LL : Parce que cela arrange Nicolas Sarkozy. La popularité de Tapie l’arrange. Sa personnalité fascine Nicolas Sarkozy. Le poids politique de Tapie arrange le président de la république. Quand la réforme des institutions est sur le point de ne pas être voté par le congrès (Assemblée et Sénat), pendant l’été 2008, qui va faire en sorte que cette réforme soit adoptée ? Jack Lang et les radicaux de gauche. Ces derniers sont les copains de Tapie. Il les a « vendus » à Nicolas Sarkozy. Dans les prochaines années, au fur et à mesure que des réformes auront du mal à être adoptées, on verra que le rôle des radicaux de gauche sera un rôle d’appoint qui viendra au secours de Nicolas Sarkozy. Et à chaque fois leurs dirigeants seront récompensés. Bernard Tapie, lui, a déjà été récompensé. C’est un ancien responsable des radicaux de gauche, c’est sa famille politique. Jean-Michel Baylet va être récompensé, Jean-François Hory a été récompensé…
 
Ils le seront tous. Donc Bernard Tapie est le lien essentiel avec les radicaux. Il y a aussi ce parcours un peu similaire de Tapie et de Sarkozy. Ils aiment la provocation, le rebrousse-poil, ils aiment frimer, la tchatche, la transgression, tout ce côté qui s’affirme en dépit des convenances et des règles. Nicolas Sarkozy est complètement fasciné par le personnage de Bernard Tapie. Et on peut le comprendre. C’est une personnalité unique, il a été ministre, il est aujourd’hui comédien, il a été chanteur, il a été détenu, chef d’entreprise… Il a plusieurs vies et à chaque fois il a rebondi.

OB : En prison il rencontre l’homme d’affaires André Guelfi, dit Dédé la Sardine. Quel rôle joue-t-il ?
LL : On ne peut pas dire que Guelfi a joué un rôle dans le dénouement du Crédit Lyonnais… En fait, Bernard Tapie a des réseaux qui se mélangent avec d’autres réseaux, très étranges, ceux d’André Guelfi, ceux de Nicolas Sarkozy aussi.

OB : Comme Hortefeux…
LL : Voilà. Il y a des réseaux communs depuis vingt, vingt-cinq ans : les mitterrandiens (Charasse) qui se mêlent aux sarkozystes. Des réseaux qui se fréquentent et qui sont un peu « trans-partis ». Leurs intérêts sont communs. Tapie est presqu’un personnage des Hauts-de-Seine. Dès 83 il installe des sièges de sociétés à Neuilly puis à Levallois, la commune du meilleur copain de Sarkozy, Patrick Balkany. Il est très proche de la famille Bouygues qui va construire énormément dans les Hauts-de-Seine, qui va privatiser TF1 et donner un peu du capital de cette société à Tapie, alors que Nicolas Sarkozy lui-même est l’avocat de Bouygues…Donc tout ça forme des réseaux indissociables.


VIDEO


OB : Est-ce qu’à terme Tapie pourrait devenir un allié encombrant pour Sarkozy ?
LL : Tapie peut tout à fait être un allié encombrant le jour où il décide de ne plus soutenir Nicolas Sarkozy. Ou bien le jour où, par malheur, une nouvelle affaire éclaterait. Mais pour le moment Nicolas Sarkozy n’a que du profit à retirer de cette relation. Il en a déjà profiter politiquement et médiatiquement personne ne lui a vraiment reproché d’avoir donné un immense coup de pouce à Bernard Tapie.
 
La commission des finances qui s’est penchée sur cette affaire en automne dernier n’a soulevé aucun lièvre. Des gens lui ont menti en audition, elle n’a pas cherché à vérifier derrière. Il n’y a pas eu de commission d’enquête. La ministre de l’économie et des finances a raconté n’importe quoi devant la commission. Elle a prétendu que c’est elle qui avait décidé de donner cette affaire en arbitrage, c’est-à-dire ce qu’attendait Tapie, alors que dans notre livre, un des conseillers de Sarkozy affirme le contraire.
 
Cette commission ça a été du bluff, du vent et finalement, médiatiquement, personne n’est venue contrarier la décision de Nicolas Sarkozy.

OB : Il est vrai qu’en dehors de Charles de Courson et de François Bayrou, peu d’hommes politiques ont exprimé leur désaccord
LL : On a juste entendu des politiques de l’UMP défendre Sarkozy et Bercy. Dans l’opposition on n’a entendu personne. Les socialistes sont très gênés à cause de leur ancienne relation avec Bernard Tapie. Là encore on révèle des choses puisqu’aujourd’hui encore dans l’imaginaire des gens Tapie est un homme de gauche, c’est un ancien ministre de Mitterrand donc proche du PS. C’est faux.
 
Avant d’être lancé par Mitterrand il a cherché à être lancé par le RPR. Il va voir Jacques Toubon, alors secrétaire général du parti gaulliste, pour obtenir une circonscription à Marseille. Le RPR dira non, donc cela ne se fera pas, mais Tapie draguait le RPR, Pasqua… Il a dragué beaucoup de gens à droite avant finalement d’être lancé par Mitterrand.

OB : C’est d’abord un opportuniste, non ?
LL : C’est un opportuniste total, mais il a commencé à droite. Son discours sur l’entreprise était vraiment libéral. C’est pour ça qu’il était copain avec tous les libéraux de l’époque comme
Madelin, Philippe Vasseur…Cela dit les partis ne l’intéressent pas, ce sont les hommes qui l’intéressent. En cela il se rapproche de Sarkozy qui lui-même a toujours été fasciné par les mitterrandiens. On voit bien que l’ouverture aujourd’hui se fait dans cet esprit-là. Faire entrer dans son gouvernement des gens comme Kouchner ou utiliser des conseillers comme Attali cela montre qu’au-delà des partis il veut essayer de s’attacher les hommes plutôt que les dogmes des bureaux politiques. Et Tapie c’était déjà ça à l’époque de Mitterrand.

OB : Dans cette affaire du Crédit Lyonnais les politiques ont été marginalisés. C’est la grande victoire des conseillers du prince : Guéant, Ouart, Stéphane Richard et surtout Pérol, des hommes de l’ombre.

LL : C’est complètement ça. La représentation politique n’a pas du tout été consulté. On règle une affaire d’état, puisqu’il s’agissait d’une banque publique dont les pertes ont été abyssales, en la confiant à trois juges qu’on choisit soi-même, des juges privés qui vont régler leur affaire à huis-clos et qui rendent une sentence que l’état ne va même pas appliquer.
 
Cette affaire a été rendue effectivement entre une poignée de personnes, à l’Elysée, et effectivement les députés, les français, n’ont pas été consultés sur ce dossier qui va, je le répète, coûter 11 euros par foyer fiscal.
 
Quand l’opposition a exprimé son opposition à l’issue de l’affaire, l’état n’en a pas tenu compte puisqu’il a refusé de faire appel de la décision, de faire des recours devant la juridiction adéquate. Cette affaire c’est du jamais vu.


VIDEO


Et je trouve incroyable qu’il y a ait eu si peu de réactions dans la classe politique, dans la presse et qu’il ait fallu que nous sortions notre livre pour que les gens s’y intéressent. Près de 400 millions d’euros, c’est une fortune.
 
Je ne veux pas faire de démagogie, mais il faut quand même rappeler que les français se serrent tous un peu la ceinture, c’est difficile et il y en a un, pour avoir charmé le prince, qui a réussi à obtenir un chèque de 400 millions d’euros. Certes, il ne va pas tout garder, il va en rendre une partie à l’état, sous forme d’impôts, de cotisations sociales, mais dans sa poche il va garder au moins 100 millions. 

OB : Bernard Tapie en a-t-il complètement fini avec la justice ?

LL : Il lui reste une procédure pour banqueroute qui doit être examinée cet automne.

OB : Politiquement vous expliquez qu’il a tiré un trait sur sa carrière, sinon sa femme divorce !

LL : Oui, il préfère garder sa femme que de retourner en politique. Mais avec Tapie on ne sait jamais. Il pourrait jouer un rôle de conseiller occulte. C’est peut-être ce qu’il fait déjà avec Sarkozy puisqu’il va le voir très souvent…

OB : Par des portes dérobées
...
LL : ...par des portes dérobées, régulièrement, parce qu’effectivement il ne faut pas qu’on voit Tapie à l’Elysée. Un journaliste de Bakchich l’a vu un jour dans un couloir, à l’Elysée. Peu après ce journaliste l’a appelé et Tapie lui a rétorqué « non, vous avez rêvé, je n’y étais pas ». Il a osé lui répondre ça. Mais cela montre qu’il ne fallait pas qu’on voit Tapie à l’Elysée parce que se réglait discrètement, en douce, toute son affaire du Crédit Lyonnais.

OB : Est-ce une illustration de la république des copains et des coquins ?

LL : C’est la république des copains. On peut le dire. On est dans une époque ou le copinage politique fonctionne à plein. C’est le prince qui distribue les postes, les privilèges, qui permet aux uns et aux autres de se tirer d’affaires, juste par sa volonté et parce qu’il a été fasciné. Tapie a su séduire, fasciner Nicolas Sarkozy suffisamment pour obtenir ce qu’il voulait.

OB : Tapie et Sarkozy n’ont pas voulu répondre à vos questions. Mais ce ne sont pas les seuls.

LL : Oui. Beaucoup de gens ont eu peur. On a cité le témoignage de Jean Veil, qui était l’avocat du Crédit Lyonnais pendant treize ans, personnage connu à Paris, fils de Simone Veil, un avocat de premier plan. Son témoignage n’apportait rien sur le fond de l’affaire elle-même, sur le déroulement de la procédure Tapie contre le Lyonnais, mais il indiquait que le climat était lourd, pesant, malsain, mauvais. Cela montre comment cette affaire s’est déroulée puisqu’il nous dit, et il nous autorise à le reproduire, qu’il a peur de Bernard Tapie. C’est du jamais-vu qu’un avocat de cette envergure se permette une telle appréciation d’un homme public tel que Bernard Tapie.

OB : Pensez-vous que Bernard Tapie fricote avec des réseaux à la limite de la criminalité ?

LL : Tapie connaît énormément de gens, mais c’est difficile d’aller plus loin. On révèle dans le livre qu’en 1996-97, quand il est vraiment dans la panade, il y a une société américaine, US Bridge, dont il n’a jamais rencontré le patron à l’époque, qui lui signe un contrat pour qu’il reçoive un salaire mensuel de 12000 dollars. Société dont les autorités américaines démontrent qu’elle n’est pas loin de la mafia new yorkaise. Hasard ? On l’ignore. On ne sait pas comment Tapie est arrivé jusqu’à elle. C’est un mystère. Mais c’est vrai que Tapie a un entregent phénoménal.

OB : A-t-il u votre livre ?
LL : Oui. Il l’a épluché avec son avocat.

OB : Pas de nouvelles ?
LL : Pour le moment, non


VIDEO

Lire aussi :

Bernard Tapie soutient Nicolas Sarkozy

Affaire Tapie suite : affaire d’Etat

Bayrou au Tapie

« Procès » Tapie : erreur sur la personne !

La vengeance contre Tapie

Le préjudice moral de Bernard Tapie


http://www.agoravox.fr/rdv-de-l-agora/article/tapie-et-sarkozy-les-copains-d-54831

Partager cet article
Repost0
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 05:05


RFI condamnée en Appel
pour le licenciement
« sans cause réelle ni sérieuse »
d’Alain Ménargues

dimanche 19 avril 2009, par Comité Valmy

Un message d’Alain Ménargues


Je tiens, aujourd’hui, à vous faire part de la (presque, un recours en cassation est toujours possible) fin de l’histoire, après près de 5 années de procédure (une conciliation ratée, quatre audiences de première instance émaillées d’incidents faisant douter de la sérénité de la Justice et enfin un appel qui dans ses attendus rétablit les faits et surtout réaffirme les principes immuables de la liberté d’expression. Et pour le journaliste que je suis, c’est de loin le plus important. Vous trouverez-ci après le texte refusé par les média qui à l’époque ont traité de ce dossier.

J’avais inclus votre mail du 20 octobre 2004 dans mes différentes conclusions présentées devant les juges et vous portez donc une partie de mon succès.

Avec mes remerciements renouvelés et toute ma cordiale sympathie.

Alain Ménargues


En décembre 2004, alors Directeur Général Adjoint pour l’information et les antennes de RFI, Alain Ménargues avait été licencié « pour faute grave » à la suite de la publication de son livre « le Mur de Sharon ».

Durant la promotion de son ouvrage, Alain Ménargues, avait affirmé « qu’Israël est un état raciste ». La phrase avait provoqué une réaction émotionnelle de circonstance chez une poignée de journalistes de RFI. Réaction relayées en externe par des personnes engagées avant d’être reprise par certains syndicats de la radio. Fait exceptionnel, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères avait qualifié les propos d’Alain Ménargues d’ « inacceptables », à la veille d’un déplacement à Tel-Aviv du ministre de l’époque Michel Barnier. Le Président de RFI, Antoine Schwarz, dans la foulée, licenciait son N°2 pour « faute grave et sérieuse » avec mise à pied immédiate, au motif qu’Alain Ménargues, par ses déclarations avait causé des « troubles importants » au sein de l’entreprise et qu’il avait tenté « de déstabiliser » la direction de sa filiale en langue arabe RMC-mo.

La Cour d’Appel de Paris, dans un arrêt rendu le 6 mars dernier, a estimé que les propos d’Alain Ménargues avaient été émis « dans le cadre de sa liberté d’expression d’auteur, insusceptible de tomber sous le coup du pouvoir disciplinaire de l’employeur. » Quant au « prétendu trouble (..) il s’avère dépourvu de pertinence et doit donc être écarté ». Pour le reste, la Cour a jugé « qu’aucune des fautes invoquées par la société RFI à l’encontre d’Alain Ménargues n’étant établie, (son) licenciement doit être dépourvu de cause réelle et sérieuse ». RFI a été condamnée à verser à son ancien N°2 l’intégralité des droits inhérents à son licenciement, aux indemnités qui lui sont dues pour ses 32 ans d’ancienneté dans l’audiovisuel public ainsi qu’à des dommages et intérêts. »

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article238


Commentaires :


Vous voyez, même en France, il y a parfois de bonnes nouvelles... Souhaitons que cette décision de justice ne sera pas remise en question, comme c’est souvent le cas. Mais si cette petite victoire met Alain M. à l’abri, elle est hélas sans effet sur le comportement d’Israël !



Il faut dire que le lobby qui se cache derrière ces attaques et soumet tous les medias dominants, n’a pas encore la main sur la JUSTICE Française.... Quant à Israël, quand les USA cesseront de soutenir cet état raciste et arrogant, on pourra commencer à espérer un changement.


http://www.comite-valmy.org/spip.php?page=forum&id_article=238&id_forum=3820

Partager cet article
Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 19:03
Mardi 21 avril 2009

Partout où passe Dieudonné, les condamnations pleuvent avant qu’il ait fait quoi que ce soit. L’humoriste est décrit, comme un dangereux sectaire antisémite, dépeint comme une sorte de diable capable de manipuler les pauvres gens pour leur faire faire ce qu’il veut. Un véritable cauchemard!


La bête du Gévaudan est de retour. On n’a aperçu qu’une vague silhouette dans la nuit, quelques traces ont été trouvées mais on en est sûr, elle existe, elle est dangereuse et va tuer ce soir même en invoquant les forces obscures du fascisme, du nazisme même.

 

Drôle d’époque que la notre. La bête du Gévaudan a défrayé la chronique au 18ème siècle. C’est qu’à l’époque, une simple rumeur pouvait vous mener en prison. Si vous déplaisiez à un puissant, il avait le pouvoir de vous faire enfermer dans un cachot sans jugement, à son bon gré, à sa guise.

 

Bizarrement, la lettre de cachet demeure mais elle s’est démocratisée, ça se passe aujourd'hui au niveau des maires qui s’imaginent ainsi en protecteurs des âmes républicaines, en chevalier de la morale publique, en combattants de la sécurité mentale. Ils signent leur petit décret d’interdiction, le justifient dans la presse régionale en rappelant leur attachement aux grands principes  et ainsi s’assurent des voix pour les prochaines élections. Pas mal non ?

 

Dieudonné devrait demander un pourcentage pour ce rôle d’épouvantail et d’aspirateur de voix.

Mais il préfère assurément une autre façon de faire. Il attaque en justice et si on lui donne raison, se produit dans le fameux bus. Et dire que certains pensaient qu’il était suffisamment riche pour continuer à déchainer les foules.

Conclusion provisoire : Dieudonné ne court pas après l’argent. Rare, très rare à notre époque bling-bling…

 

Et puis, loin de jouer les victimes, loin de renoncer, il poursuit sa carrière. Il a renoncé à devenir une star adulée, admirée, applaudie à chaque mouvement de sourcils. Il préfère à cette vie factice, le statut le plus noble, celui qui poussait Molière sur les routes pour se produire dans chaque petite bourgade : Saltimbanque.

Ils sont nombreux les saltimbanques à avoir reçu des cailloux, à s’être opposé à un bourgmestre pointilleux craignant la débauche, la licence et la vulgarité dans leur belle commune. Ils sont nombreux les artistes à qui on interdisait même d’être enterré parmi les bons chrétiens.

 

Il a provoqué avec Faurisson, on lui fait payer au centuple. On cherche à le détruire car il aurait profané un tabou.

 

Touche pas à mon totem !

La question à se poser est mais pourquoi une telle hystérie autour de Dieudonné ?

 

Un grand savant, le père de la psychanalyse, vous aurez reconnu Sigmund Freud, a écrit un livre incroyable dans les années 30 : « Totem et Tabou ».

Pour Freud, le premier interdit qui détermine l’homme social, c’est l’interdiction du meurtre du père. Il part de l’histoire de la horde primitive régie par un père tout-puissant qui fut assassiné. Un totem fut érigé en souvenir et un tabou devint la règle : ne pas tuer le père.

 

L’holocauste représente un tabou collectif à l’échelle de l’Europe et rappelle étrangement dans l’inconscient collectif des européens, la destruction du père. Il y a toute une symbolique religieuse, historique et culturelle dans ce tabou autour de l’holocauste. L’Europe a intégré cette barbarie comme étant le drame le plus épouvantable qu’elle a commis.

 

Mais dans ce cas, il y a certainement un totem et un catéchisme totémique. L‘expression est de Freud.

 

Je vous laisse trouver vous-mêmes quel est le totem et ce qu’il en est du catéchisme totémique.

 

Quoi qu’il en soit, Dieudonné a enfreint les règles de ce catéchisme, il s’est rendu coupable d’avoir simplement parlé du totem sur un mode trivial. Pourquoi dit-on qu'il est antisémite? Parce qu'en s'attaquant au totem, on a considéré qu'il remettait en cause les faits qui ont façonné le tabou. Or, Faurisson est le plus représentatif de ceux qui nie ces faits à l'origine du tabou. On a exclu Dieudonné de la tribu. Et à chaque tentative d’y retourner, on lui fait comprendre qu’il n’en est plus.

 

Cette histoire renvoie à des réflexes très archaïques, primitifs même. C’est ce qui fait le côté déraisonnable des boycotts envers Dieudonné et la démesure hystérique des justifications invoquées (idées nazies, trouble à l’ordre public). Ici, l'inconscient collectif est un surmoi qui censure et s'indigne sur des bases de menaces supposées, fantasmées. La peur est démesurée. En réalité, on exclut Dieudonné pour que son sang  ne se mélange pas à celui qui coule dans les veines d'une nation qui cultive sa repentance pour le crime commis.  Du sang mental quoique étant noir, le fantasme du sauvage ou de l’étranger joue aussi un certain rôle ! Grâce au totem et au tabou, beaucoup se croit libérés de la culpabilisation.

D’où l’idée défendue par certains qu’il est fou ou malade. Car, pour ces gens, seul un fou, un enragé peut agir ainsi...

La liberté d’expression ne pèse pas bien lourd face aux conduites infantiles de ceux qui s’érigent aujourd’hui en défenseurs acharnés de ce nouveau catéchisme.

 

En tous cas, comment ne pas être épaté par le formidable courage de cet artiste et sa persévérance ? Car une chose est certaine, il se bat contre des forces qui défient la raison.


http://miltondassier.over-blog.com/article-30527992.html

Partager cet article
Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 18:32


Mea Culpa de Bigard :
« Tu n’as pas de couilles »



Retour en septembre 2008. Jean-Marie Bigard se prononce sur les attentats du 11 septembre 2001. Il déclare qu’« On commence à penser sérieusement que ni Al-Qaida, ni aucun Ben Laden, n’ont été responsables du 11 septembre » et il ajoute « J’en suis sûr et certain : les deux avions qui se sont écrasés sur le Pentagone n’existent pas. C’est un missile américain qui a frappé le Pentagone ».


De tels propos lui valent les foudres du politiquement correct et un lynchage médiatique de ses « amis ». Baffie sera le seul à devenir l’avocat de se nouveau damné. Bigard a été mis au pilori des personnalités infréquentables.


L’humoriste est attaqué de toute part. Il analyse sa propre situation, qu’il juge critique. Il constate que ses propos sont tronqués et déformés dans la presse. Ses déclarations sont incomprises et passent très mal au sein de l’opinion. C’est à bout de nerf et sous la pression qu’il « demande pardon à tout le monde pour les propos que j’ai tenus vendredi dernier pendant l’émission de Laurent Ruquier sur Europe 1 » et « Je ne parlerai plus jamais des événements du 11 septembre. Je n’émettrai plus jamais de doutes. J’ai été traité de révisionniste, ce que je ne suis évidemment pas ».


Bigard est résigné et exprime son mea culpa. Mais la proie est la cible des chasseurs de têtes qui ne le lâche pas. La cote de popularité de Bigard dégringole chaque jour, des campagnes de diabolisation de plus en plus violentes sont orchestrées contre lui. L’humoriste est contraint d’annuler la tournée de son spectacle « Clerambard » par faute de spectateurs. Bigard est seul, abandonné de tous. Il se retire et se consacre finalement à la réalisation de son film « Le missionnaire ».


Toutefois, l’humoriste a bien conscience que son émersion ne pourra se faire sans une promotion impulsée par une émission « populaire » à une heure de grande écoute. Pourtant, il y arrivera. Nous sommes le dimanche 19 avril 2009. Il est 14h00. L’émission « Vivement dimanche » animée par Michel Drucker débute sur la chaîne de France 2. Ainsi donc, après plusieurs mois de boycotte et de lynchage médiatique, l’animateur reçoit sur son plateau le controversé Jean-Marie Bigard.


Il s’agit donc pour Bigard de se rattraper, de se donner une nouvelle virginité, quitte à vendre son âme. Bref, il doit exprimer un second mea culpa beaucoup plus fort et symbolique. L’homme aime réagir à l’actualité marquante de la société. Quelle aubaine ! L’ « Affaire » des déclarations du Pape sur le préservatif arrive à point nommé. Bigard profitera de la campagne de diabolisation et de déstabilisation orchestrée par les névrosés de l’extrême gauche et les débiles de la tolérance à l’encontre de Benoît XVI et à l’ensemble de l’Eglise catholique.


Décidément, tout semble de nouveau sourire pour Bigard.


L’homme qui avait rencontré le Pape au Vatican lors d’une visite diplomatique au côté du président de la République en décembre 2007 n’aura donc ni pu résister, ni hésiter, dimanche chez Drucker, à dénigrer Benoît XVI. Une succession de jeux de mots douteux et de propos minables contre le Saint-Père sortiront de la bouche de Jean-Marie Bigard. Le fou-rire niais exprimé par Drucker et de ses compères confirment bien que Bigard est pardonné. Le mea culpa a enfin franchit les portes impénétrables de la bien-pensance soixante-huitarde.


L’ancien supplicié de l’inquisition devient désormais un parfait inquisiteur. Mais le cocu du show biz reste toujours le bouffon de Drucker. Tous ces moralisateurs, défenseurs du respect et de la tolérance, n’auront pas hésités à un seul moment, à travers une hystérie sectaire, à insulter le guide spirituel de l’Eglise Catholique.


Bigard a choqué la bien-pensance, il fut donc mis au ban de la « la bonne société » en se moquant de la sorte du Pape, Bigard a fait sa beat : il peut désormais être de nouveau accueilli avec sourire dans le sérail des médias.


Mais les réactions s’affirment et s’entrechoquent. Les valeurs et les traditions françaises et chrétiennes s’affrontent ouvertement contre l’anarchisme ambiant et les idées dégénérées de mai 68.


Ne voyons nous donc pas les jeunes français et les catholiques se mobiliser pour promouvoir les grandes valeurs humaines qui n’ont pas de prix : l’honneur, la vie, le courage, la franchise, l’amitié, la justice, la fraternité, l’amour, la solidarité, la famille… C’est désormais ensemble, que nous devons déclarer une guerre contre les fossoyeurs qui n’ont que pour valeur l’argent et la haine des grands Hommes. Démontrons, nous aussi, notre capacité à les mépriser et à leur nuire.


Nous devons boycotter l’émission de la bande à Drucker et dénoncer par la voie d’Internet et par la diffusion de tracts le comportement honteux et les déclarations scandaleuses de Bigard. Boycottons son film ! Montrons et affirmons notre volonté de ne plus laisser nos valeurs et nos traditions se faire piétiner et dévaloriser par les incultes de la sous-culture télévisuelle.


Soyons cette avant-garde culturelle qui à l’équinoxe de printemps fera de nouveau rayonner le goût de l’art, du beau, du sacré, la voie du spirituel et du temporel.


Pour conclure sur une touche populaire et provocatrice, comme semble bien les apprécier Bigard, je tiens à mettre en contradiction un de ses sketchs « Bigard met le paquet » montrant sur l’affiche un slip portant « des couilles », ses déclarations sur le 11 septembre 2001 et ses dernières « blagues » à propos du Pape en guise de pardon. Si je juxtapose toutes les bigareries rapportées précédemment avec la célèbre expression de Danton qu’il exprima dans un dernier échange verbal avec Robespierre : « Tu n’as pas de couilles Robespierre », je ne peux qu’affirmer la chose suivante concernant cet humoriste, c’est que « Tu n’as pas de couilles Bigard » !

Partager cet article
Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 04:49




Le témoignage d' Eva :
Non aux marchands de mort
patrons des Médias !

J'ai été journaliste pour une grande chaîne de télévision publique. La seule émission que l'on m'ait censurée, dans les années 82, était l'interview de la Présidente de l'Association Internationale des Femmes pour la Paix. Elle a purement et simplement été interdite d'antenne. Le Rédacteur en Chef m'a convoquée, exceptionnellement, pour me dire que l'on ne pouvait diffuser ce genre d'émissions à la télévision. A ma question : " Pourquoi ? " Il m'a répondu : " C'est comme ça". J'étais jeune, j'ai obtempéré sans chercher à en savoir plus.

Ne vous étonnez donc pas si les plus serviles des "journalistes" (si on peut les appeler comme cela !), comme Marie Drucker ou Benoît Duquesne, fassent à la télévision la promotion de la guerre ! J'en ai parlé sur ce blog. Pour mémoire : "Mourir pour la France", de la demoiselle Drucker, avec en prime l'apologie des femmes qui remplacent les hommes dans les usines et aux champs, la guerre étant en quelque sorte l'occasion idéale pour elles d'être promues ! Qu'en pensent les intéressées ? La dite promotion (si tant est qu'il y en ait une), vaut-elle la vie de leurs hommes, mari, frère, fils ? Fichtre ! Cher payé, non ?

Si notre télé, en particulier France 2, est une telle poubelle, on le doit aux patrons marchands d'armes, et à leurs relais néo-sionistes plus enclins à faire la propagande pour Israël et pour nous servir la Shoa à toutes les sauces (afin qu'ensuite les politiques puissent à leur tour l'instrumentaliser à des fins liberticides et va-t-en guerre), qu'à nous donner une information digne de ce nom.

Vous avez dit journalistes ? Ces pseudos informateurs ne méritent pas leur carte de presse, ils sont indignes de servir cette magnifique profession, ils méritent d'être rappelés à l'ordre pour avoir failli à leur mission et à la déontologie, et certains, comme la Drucker, devraient être poursuivis devant un Tribunal, pour incitation à la guerre sur une chaîne publique, avec l'argent des contribuables français, futurs chair à canons.

Il est impératif que les citoyens, par le biais de leurs Syndicats, des partis politiques, des associations, ou individuellement (en écrivant aux Rédactions leur réprobation), demandent une information neutre, plurielle, garante de la démocratie, et surtout qu'ils exigent le remplacement des dirigeants marchands de mort, par des professionnels de la presse.

La démocratie est à ce prix. Sans doute aussi l'avenir de l'humanité,  compromis par la faute de journalistes scélérats relayant une information nauséabonde, fausse, mensongère, incitant à la guerre.

Car cette fois, la guerre mondiale sera nucléaire. Et même ses promoteurs, véritables apprentis sorciers jouant avec le feu, risquent d'avoir à subir les conséquences de leurs folies, jusque dans leurs bunkers dorés de Norvège, pourtant abondamment approvisionnés en semences diverses, grâce aux dons de mécènes comme Bill Gates.

Israël n'est-il pas confronté, au-delà du boycott de ses produits par les éléments de la population  les plus conscientisés, à une méventes de ses produits agricoles, en raison des bombardements qu'il inflige à ses innocents voisins Palestiniens, et qui, fatalement, ne cessent de rejaillir sur ses propres habitants ? Effet boomerang, vous connaissez ?

Si nous voulons préserver la démocratie, permettre aux citoyens de voter en connaissance de cause, éviter des guerres inutiles et meurtrières, et au-delà, préserver la survie de l'humanité, il est temps d'exiger que les assassins qui vendent des armes ne puissent plus sévir dans les Médias.

Leur place est d'ailleurs plus devant un Tribunal pour crimes contre l'humanité, que dans les coulisses des salles de Rédaction.

Sans la cessation de cette monstrueuse spécificité française, nous pouvons nous attendre au pire. Nous l'aurons !

Eva

TAGS : Marchands d'armes, Médias, démocratie, Marie Drucker, Benoît Duquesne, FR2, shoah, israël, néo-sionistes, Palestiniens, guerre, femme, TV, Tribunal, France 2, Bill Gates, Mourir pour la France, Norvège, France ....



Print This Post

Par Farid, We Are Change Paris

mediasarmes1

Le cas des médias de masse français est constitué de nombreux conflits d’intérêts expliquant toute une série de médiamensonges. En voici quelques uns :


-Avant que les services secrets américains ne revèlent le 3 décembre 2007 que l’Iran a cessé son programme nucléaire militaire en 2003, tous les médias dominants mentaient sur les armes nucléaires iraniennes. On était tout prés d’un désastre supplémentaire basé sur un mensonge.


Remarquons au passage qu’il y a les mauvaises bombes iraniennes et les bonnes bombes nucléaires et atomiques d' Israel qui a violé plus de 200 résolutions de l’ONU notamment…
 

- Selon les médias de masse,la guerre en Afghanistan est légitime pour chasser la barbarie des talibans. Le réel enjeu de cette guerre est le trafic d’opium. Avant l’invasion,la production d’opim a chuté atteignant 200 tonnes en 2001.Depuis l’occupation du pays par les troupes de l’OTAN, la production d’opium a augmenté atteignant 3400 tonnes en 2002,8400 tonnes en 2007.En 2006,92% de la production mondiale d’opium provenait d’Afghanistan…Depuis l’invasion,les seigneurs de guerre soutenus par l’OTAN sont revenus sans compter les milliers de morts afghans et les bombes à Uranium Appauvri.


-Le Hamas a violé la trève qui a provoquée l’opération d' Israel sur Gaza fin 2008 :

En réalité,la trève a été violée le 5 novembre 2008 par Israel qui a tué 5 combattants du Hamas.(2)


-L’union Européenne permet une europe puissance pour contrer les Etats-Unis :
 

Ce mensonge a été démenti par le parlement européen en personne avec sa résolution du 5 janvier 2005 sur les relations transatlantiques(3) avec la création d’une assemblé transatlantique afin de préparer la future union transatlantique (entre l’Union Européenne et la future Union Nord Américaine) de l’agenda mondialiste. Cette résolution se base sur le Nouvel Agenda Transatlantique de 1995 issu des travaux du groupe de rélfexion « le Transatlantic Policy Network »(4).Le fondateur de la Paneurope, Richard de Coudenhove Kalergi parlait déjà en 1950 lors de la relise du prix Charlemagne d’une union atlantique avec la Grande Bretagne faisant le pont entre l’Europe et les Etats-Unis.(5)

figarodassaut

Le vendeur d’armes Serge Dassaut, propriétaire du Figaro


A qui appartiennent certains « médias » français


Intéressons nous tout d’abord au Groupe Lagardère. Ce groupe contrôle ”Europe1” via Lagardère Active,”Le Monde” a hauteur de 17%,Le Journal Du Dimanche via Hachette Filipacchi Médias. Arnaud Lagardère est l’un des deux président du directoire de EADS. EADS a signé le 3 décembre 2008 un contrat de 208 millions d’euros avec l’armée américaine(6)…EADS est le principal soutien de la fondation

Franco-Américaine(7). Cette fondation a depuis trente ans pour fonction de recruter les jeunes leaders appelés à occuper des postes de dirigeants pour les former au soutien de la politique atlantiste et mondialiste dans le cadre du rapprochement transatlantique entre l’Union Européenne et la futur Union Nord Américaine.

Les textes officiels de la fondation affirme que: « Le programme phare des Young Leaders, piloté par les deux entités (ndlr : New-York et Paris), vise à créer et à développer des liens durables entre des jeunes professionnels français et américains talentueux et pressentis pour occuper des postes clefs dans l’un ou l’autre pays »


Parmi les Young Leaders français(8),on trouve : Alain Juppé (1981),Valérie Pécresse (2002),
François Hollande (1996,), Arnaud Montebourg (2000), Pierre Moscovici (1996), Henri de Castries (1994,Directeur général du groupe AXA assurances), Christine Ockrent (1983) Emmanuel Chain (1999). Le co-président de EADS,Thomas Enders est le président de groupe de réflextion Atlantic-Brücke(9) qui a pour objectif de resserer les liens transatlantiques.Ont bénéficié de son prix Eric M. Warburg » :Henry Kissinger (1992), Manfred Wörner (1994, ancien secrétaire général de l’OTAN), l’ancien chancelier Helmut Kohl (1996),Klaus Naumann (2000, ancien président du comité militaire de l’OTAN et membre du comité d’administration d’Atlantik-Brücke jusqu’en 2007) et George H. W. Bush senior (2002, pour le cinquantième anniversaire de la création de l’institut).
 

Pour continuer avec la fondation Franco-Américaine, Denis Olivennes, le directeur de la publication du ”Nouvel Observateur” est le young leader de la fondation pour l’année 1996.


Le directeur de la rédaction du journal ”Libération”, Laurent Joffrin est également Young Leader de la fondation Franco-Américaine pour l’année 1994 et fait partie du groupe de réflexion mondialiste « Le Siècle ». L’actionnaire majoritaire de Libération est Edouard de Rothschild (10) (de la dynastie de banquiers mondialistes) et est associé-gérant de Rothschild & Cie Banque qui est l’un des soutiens de la Fondation Franco-Américaine. Edouard de Rothschild fait partie du « Siècle »(11) également…Le monde est petit !


Le journal ”Le Figaro” est contrôlé par Socpresse qui appartient à Serge Dassault.
Ce dernier avec Dassault Aviation est dans l’aéronautique et l’armement. Il a notamment signé un accord industriel majeur dans le domaine des drones MALE en Mai 2008 avec Israel(12).Pour continuer avec ”Le Figaro”,son rédacteur éditorial, Alexandre Adler est membre, lui aussi,  du groupe « Le Siècle » et était invité en 2003 à la réunion du Groupe Bilderberg à Versailles(13).Il a également co-écrit un rapport de la fondation Franco-Américaine titré « le congrès démocratique et la politique américaine concernant l’Irak et le Moyen-Orient(14).Avec toutes ses relations,on comprend son parti pris pour « l’axe du bien », l’axe américano-sioniste et mondialiste.


Quand au Groupe Bolloré, il diffuse ”Direct Matin” et ”FranceSoir” et contrôle le CSA(16) depuis juillet 2008. Bolloré est impliqué dans la déforestation en Afrique depuis le rachat du groupe Rivaud. Il a acquis notamment deux grandes sociétés forestières au Cameroun : la Sibaf à la frontière du Congo-Brazzaville et la Société HFC/Forestière de Campo, dans la province de l’Océan, à la frontière de la Guinée Equatoriale. Très implanté en Afrique dans le secteur des transports, Bolloré est également lié à de nombreux dictateurs africains comme Denis Sassou Nguesso et Idriss Déby(17).Au sein du comité stratégique du Groupe Bolloré,on trouve Alain Minc(18) qui conseille de nombreux politiciens français et qui a la particularité d’être lui aussi un Young Leader de la fondation Franco-Américaine pour l’année 1981 et d’appartenir au groupe de réflexion « Le Siècle ».


En ce qui concerne ”France Monde”(France24,RFI et 49%de TV5), la directrice Chrisitne Ockrent a été en 2008 à la réunion du Groupe Bilderberg(19) à Chantilly aux USA et elle est Young Leader de la fondation Franco-Américaine pour l’année 1981.


Quand à David Pujadas qui présente le « JT » de France2,il fait partie du groupe « Le Siècle » également.


Les médias RTL et M6 apprtiennent en totalité à la fondation Bertelsman(20).La fondation est actionnaire de Canal+ à hauteur de 5.1%.Cette fondation Bertelsman est un groupe de réflexion mondialiste.La Fondation est derrière le projet de relance de la constitution européenne,derrière l’Union Méditerranéenne et travaille sur le partenariat transatlantique(21).Elle compte parmi ses membres Henry Kissinger, Joschka Fischer et Jean Claude Trichet (Président de la Banque Centrale Européenne) et est très lié au gouvernement allemand et à Bruxelles.


Intéressons nous au journal ”Marianne”, réputé à gauche et anti-système.Le journal est détenu à 25% par Yves de Chaisemartin(22).Ce dernier est le conseiller de Carlyle Europe depuis juillet 2005.Le Groupe Carlyle est un fond d’investissement américain basé entre autres dans l’armement. Carlyle compte parmi ses sociètés Halliburton dont Dick Cheney a été le PDG.Ce Groupe compte parmi ses conseillers George H.W Bush, Franck Carlucci(ancien président de la CIA),à la direction Olivier Sarkosy(le demi frère de Nicolas Sarkosy) et parmi les financiers George Soros.


Avec tous ces conflits d’intérets, l’information des médias dominant ne peut pas être impartiale.Certains sujets font tomber le masque de l’appareil médiatique.Entre autres,l’élection d’Obama,la couverture du conflit au Moyen-Orient,la désinformation sur les projets mondialistes et la chasse à toute personne osant remettre en cause la version officielle du 11 septembre 2001 comme des centaines de familles de victimes américaines, des universitaires, ingénieurs et scientifiques américains.

Basculez sur internet ou vous pourrez au moins avoir deux opinions différentes.

Farid, de WAC-Paris, pour Mecanopolis

Cet article est un tract de We Are Change Paris, téléchargeable sur leur site

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-30601713.html




Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages