Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 17:41
agoravox.fr
par yvesduc
(son site)
lundi 18 mai 2009
Après le débat avec Dieudonné : lettre ouverte à Elisabeth Lévy

Madame Elisabeth Lévy, l’intéressant débat qui vous a opposé à Dieudonné (1) n’a à mon avis pas atteint son terme, en n’évoquant pas la question du partage des richesses à l’échelle mondiale. Permettez-moi d’aborder ce point de vue, en espérant avoir la chance de parvenir à établir avec vous un langage commun.

Madame, ouvrez un livre d’histoire et vous constaterez comme, de tous temps, l’homme s’est employé à dominer son prochain et à s’accaparer ses richesses. Or, l’homme n’a pas muté génétiquement et est toujours le même aujourd’hui : dominateur et conquérant. Nos démocraties modernes sont en guerre pour les ressources, guerre maquillée par une propagande car l’homme est un animal étonnant qui se débat entre le bien et le mal et n’accepte de faire le mal qu’à condition de se mentir à lui-même, signe d’ailleurs que l’espoir est permis. La guerre pour les ressources engendre le mensonge, lequel n’émane pas du néant mais des plus conquérants parmi nos responsables politiques, journalistes et dirigeants de multinationales. Car, et on peut le déplorer ou non et ce serait un débat intéressant, la question "Etes-vous prêt à sacrifier des milliers de vies pour s’approprier du pétrole ?" reçoit beaucoup moins de soutien que la question : "Faut-il arrêter ce dictateur fou, dangereusement armé et qui ne rêve que de nous détruire ?" C’est donc la deuxième question que l’on pose au peuple.
 
Il arrive qu’un gouvernement ne parvienne pas à faire adopter une loi ou qu’il réduise l’ambition d’une autre pour la faire adopter : ce n’est pas le bout du monde. Mais les intérêts vitaux ne peuvent pas, eux, être retardés car il en va tout simplement de l’alimentation de nos usines et de notre mode de vie. Pour ceux-là, le gouvernement est prêt à sacrifier des dizaines, des centaines ou des milliers de vies parmi son propre peuple (par exemple : 5000 soldats étasuniens morts en Irak) et des milliers d’hommes à l’étranger (par exemple : 650 000 irakiens décédés du fait de la guerre), s’il le faut. Ces morts sont acceptées parce qu’elles servent les intérêts vitaux et permettent de maintenir le niveau de vie du pays.
 
Vous ne croyez pas au "complot sioniste" et qualifiez le bannissement médiatique de Dieudonné de consensus, et je vous donne en partie raison : il y a bien un consensus mais il concerne le fait de mener des guerres et de les couvrir par des mensonges. Dès lors, les partisans de la solution guerrière s’emploient naturellement aussi à faire taire ceux qui dénoncent leurs mensonges, car il y en a toujours, et l’on se souviendra de l’interrogatoire musclé (et scandaleux) subi par Guillaume Dasquié : tout journaliste sait qu’il se rend service en évitant de mettre son nez dans la raison d’État...
 
Alors, pourquoi Israël ? Parce que ce pays artificiel est la guerre de conquête la plus médiatisée qui soit, guerre qu’Israël mène contre ses voisins pour les maintenir au Moyen Âge, les empêcher de s’émanciper et de réclamer leur dû. Israël est avant tout une entreprise coloniale et dénoncer cette entreprise coloniale est un point de départ pour dénoncer de façon générale la domination brutale du nord sur le sud.
 
Vous avez eu raison de rappeler, dans le débat qui vous a opposé à Dieudonné, que de par sa proximité, il est normal que la mémoire de la Shoah et la lutte contre l’antisémitisme soient particulièrement présentes en France. Mais constatez avec moi qu’Israël est l’endroit le plus dangereux au monde où vivre pour un Juif : le pays est en guerre depuis sa création, le service militaire y dure 3 ans et on y court de réelles chances d’y mourir, si l’on n’est pas tué ou blessé en ville par une roquette ou un attentat suicide. Pour un Juif, mieux vaut vivre partout ailleurs qu’en Israël, y compris et cela ne manque pas de sel : en Iran. Par conséquent, dénoncer la brutalité de la politique d’Israël n’est pas antisémite mais exactement le contraire ! C’est prendre la défense des Juifs qui, bernés par la propagande religieuse couvrant l’opération coloniale, sont victimes dans leur chair de ce projet israélien irréalisable, injuste pour les Palestiniens, brutal pour tous et source de mensonges dans nos médias.
 
Comment alors lutter contre l’antisémitisme, me direz-vous ? Et bien, comme vous le dites vous-même, par le dialogue et la pédagogie afin de fournir à la population et aux jeunes les armes intellectuelles leur permettant de repousser la xénophobie. En enseignant l’histoire.
 
De plus, pour avoir eu l’occasion à plusieurs reprises de discuter avec des antisémites, j’ai observé que dans tous les cas la question d’Israël sortait dès les premières minutes, et qu’en les interrogeant un peu plus ceux-ci faisaient la différence entre le Juif "de la rue", semblable à eux-mêmes, et celui qui dans les hautes sphères complote pour couvrir et mener des guerres de conquête : tiens, que voilà une pensée beaucoup plus nuancée qu’attendu ! Et qui nous ramène au consensus dont nous parlions, dans lequel une partie des élites, servant les intérêts vitaux, accepte de mener les guerres et pour cela de mentir au peuple et de manipuler les médias. L’État d’Israël, parce qu’il est le cas le plus flagrant de deux-poids-deux-mesures en faveur des Juifs et en défaveur des Arabes (les Juifs ont droit à un État et de violer allègrement le droit international, pas les Arabes) est donc, selon mes modestes observations, la première source de l’antisémitisme. Dans ces conditions, dénoncer la politique d’Israël combat l’antisémitisme et montre à ceux qui seraient tentés par la thèse du grand complot Juif que non, les Juifs ne sont pas au-dessus des lois et qu’il faut les arrêter lorsqu’ils exagèrent (il s’agit bien sûr des israéliens mais je prolongeais le raccourci utilisé par mes interlocuteurs). Et bingo ! Dieudonné et sa liste luttent donc doublement contre l’antisémitisme.
 
En donnant l’occasion à tout un chacun de toucher du doigt l’écart à 180° existant entre le véritable Dieudonné et son image médiatique, Dieudonné nous montre les mécanismes de la manipulation médiatique et de l’erreur collective, ceux-là mêmes qui sont mis en oeuvre pour maquiller les guerres. L’initiative de Dieudonné est tout sauf anecdotique.
 
Pour ce qui est du "divorce dû aux sionistes", ces propos que vous aviez relevés dans la conférence de presse, je pense qu’il s’agissait de dire que ces questions sont à ce point difficiles à traiter qu’elles peuvent éloigner des amis ou séparer un couple marié.
 
Aux travers de thèmes comme Israël et l’esclavage, Dieudonné s’interroge sur la nature de l’être humain, pointe certains de ses mauvais comportements et s’attaque au sujet le plus difficile qui soit. De proche en proche, c’est le mode de vie occidental et le partage des richesses à l’échelle de la planète qui sont remis en cause. Parce qu’il apporte enfin un peu de rêve en politique, le rêve d’un monde plus civilisé, je suis fier d’annoncer que mon vote ira à la liste Dieudonné, porté par l’espoir que son score rendra l’Occident moins guerrier et plus partageur des ressources naturelles avec l’ensemble de la communauté humaine. Vous me répondrez que c’est de l’utopie et vous aurez raison, mais alors dénoncez Dieudonné pour cela, l’utopie, et non pour son supposé antisémitisme (il ne l’est pas) et sa supposée théorie du complot (il y a bel et bien un consensus pour mentir au peuple à propos des guerres). Ne me répondez pas que tout cela n’est pas écrit dans le programme de Dieudonné car c’est justement dans ces rebonds que Dieudonné est génial. Et d’ailleurs, peut-être ai-je dévoilé ici le secret du magicien !
 
Yves Ducourneau, le 17 mai 2009
 
Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 09:00


Mme Arlette Chabot, par Eva R-sistons


http://www.ozap.com/magazine/a-vous-de-juger/476#tab_fiche_accueil





Mme Chabot !

Rédactrice en chef du service politique et économique de France 2, telle est votre fonction. Journaliste, chargée d'informer sur le plan politique. Et que faites-vous ? Tout le contraire. Vous désinformez, vous faites de la propagande. Quelle honte ! La déontologie vous oblige à rendre votre carte de presse, vous n'en êtes pas digne. C'est une journaliste qui vous le dit, une journaliste digne de ce nom: Intègre, honnête, courageuse. Pour une information neutre et non partisane, plurielle et non au service d'un Clan lui-même au service d'un pays étranger.

Je ne m'étendrais pas: Pour mémoire, vous avez osé, le mot n'est pas trop fort, consacrer une longue émission à Sarkozy, afin de faire sa promotion, la veille de l'ouverture de la Campagne Présidentielle et donc du décompte électoral, enfreignant toutes les règles de l'éthique. Cela vous a souvent été reproché, par la suite. Bien évidemment ! C'est un boulet à traîner, en effet.

Ensuite, tous vos "A vous de Juger" sont une caricature de ce que doit être un débat. Faussé, partisan, avec des invités essentiellement pro- Sarkozy et de l'ultra-libéralisme, et quelques figurants de Gauche, condamnés à se critiquer au lieu de pouvoir critiquer la politique du gouvernement, comme ce devrait être le cas. En effet, dès qu'ils ouvrent la bouche pour le faire, on leur coupe la parole, ou on détourne leurs propos... en général contre la Gauche elle-même !  C'est abject. Avec de prétendus journalistes comme vous, la France n'est plus une démocratie mais une République bananière. Les Français ne vous remercient pas, Madame. Vous leur faites honte !

Et maintenant, vous qui êtes chargée du service politique, d'ailleurs toujours au service de Sarkozy, du Libéralisme, de l'Europe du Oui, d'Israël, etc, maintenant, donc, vous fermez l'information à des candidats comme MM Dupont-Aignan ou Melenchon, et bien sûr au courageux M. Dieudonné, qui pourtant à des choses à dire aux Français sur les coulisses de la politique dans notre pays, confisquée par un Clan au service de ses intérêts, en clair ceux de l'Oligarchie et d'Israël. Honteux, encore et toujours. Merci pour le pluralisme ! Et ne prétendez pas que la liste de M. Dieudonné est antisémite, j'ai lu le programme, elle ne l'est pas, et aucune autorité judiciaire n'a trouvé à y redire. Voilà qui est parlant !! Et je connais bien des Français très patriotes, bien des humanistes, bien des intellectuels, qui vont voter pour cette liste.

Quant à MM. Dupont-Aignan et Melenchon, vous les avez fait venir parce que des télespectateurs ont demandé Justice. Quelques instants, à Télé-Matin, en évitant soigneusement de les laisser critiquer la politique du Gouvernement. Honteux ! Très logiquement, M. Dupont-Aignan a affirmé que si les Français se désintéressaient de ce scrutin, c'est parce qu'on n'entendait que ceux qui sont d'accord avec l'Europe telle qu'elle est, contraire aux intérêts des peuples, et pas les partisans du Non, ou seulement pour leur demander de se critiquer mutuellement. Il a ajouté : Si vous organisiez de vrais débats, les Français seraient intéressés.

Mais non. Pas de vrais débats, des interviews truqués, de la propagande, de la désinformation. Avec vous, les Français ne sont pas prêts de se réconcilier avec la politique. C'est votre but, sans doute, puisque loin de vous comporter en journaliste, vous vous prosternez devant les puissants, vous servez leurs SEULS intérêts. Avec l'argent des contribuables français.

Honte à vous, qui transformez, le matin, l'information en show lamentable, et tout au long de la journée, en véritable propagande.

Madame, je ne vous salue pas. Au nom des Français floués.

Eva R-sistons

N.B. Qu'attendez-vous pour inviter MM Dupont-Aignan, Melenchon, Dieudonné, etc, à défendre leurs projets, comme un Média neutre doit le faire ? Dès ce soir, dans A vous de Juger ! Pour ne pas continuer à être jugée indigne de l'Information, Mme Chabot !



Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 08:47
Ostracisé, quand il n'est pas lynché ! Dieudonné première victime de la politique partisane de la France, au service d'un Clan qui ne dit pas son nom et cache ses vraies intentions. Cet ostracisme est la preuve même que quelque chose ne va pas en France. Désinformation, propagande, voire lynchage médiatique, censure (même d'un livre qui aborde la question, justement), tout ceci est la démonstration éclatante du bien-fondé de la candidature de M. Dieudonné, pour attirer l'attention des Français sur l'intolérable. Sur ce qu'on ne leur dit pas ! Au nom de la vérité, et de la liberté d'opinion, aujourd'hui piétinées par les Médias comme par le pouvoir, même de Gauche (Delanoë, honte à lui !)

Eva R-sistons à l'intolérable.


La projection d'un film sur Dieudonné annulée 

La projection d'un film
sur Dieudonné annulée !

La projection prévue mercredi d'un film sur le «candidat antisioniste» a été annulée d'un commun accord entre les auteurs du documentaire - intitulé «Sans forme de politesse, regard sur la mouvance Dieudonné» - et l'exploitant du cinéma parisien l'Entrepôt. «Avec Philippe Brizon [directeur de l'Entrepôt, ndlr], nous avons décidé à l'amiable de renoncer à la projection de ce film», a annoncé Francesco Condemi, réalisateur dans le passé de documentaires sur la gauche libertaire. La projection devait se tenir avec Dieudonné et son co-listier Alain Soral.

Bertrand Delanoë avait exprimé sa «totale désapprobation» à l'égard de l'exploitant. Laurent Fary, porte-parole du maire (PS) de Paris, a indiqué que ce cinéma «n'étant pas une salle municipale», la mairie ne pouvait pas autoriser ou interdire le contenu de sa programmation. «Mais dans la mesure ou l'Entrepôt reçoit une subvention de la ville, nous avons pris contact avec son exploitant et lui avons fait savoir le plus clairement du monde notre désapprobation totale», a-t-il ajouté

http://fr.news.yahoo.com/76/20090603/tpl-la-projection-d-un-film-sur-dieudonn-894f5eb.


______________________________________________________________________________________



Sur le Nouvelobs de M. de Rotschild 


Nouvelle levée de boucliers contre l'"antisémitisme" de Dieudonné

NOUVELOBS.COM | 03.06.2009 | 13:25

L'UMP Roger Karouchi dénonce "les provocations antisémites" du candidat aux Européennes tandis que le socialiste Bertrand Delanoë affirme sa désapprobation concernant la projection dans une salle financée par la mairie de Paris, en présence de Dieudonné, d'un film qui lui est consacré.

Dieudonné au ministère de l'Intérieur le 13 mai dernier (AFP)

Dieudonné au ministère de l'Intérieur le 13 mai dernier (AFP)

Alors que le candidat "antisioniste" Dieudonné a fait sensation lundi 1er juin en laissant notamment affirmer que les mouvements islamistes Hamas et Hezbollah soutiennent sa liste dans la campagne pour les Européennes, les réactions ont été nombreuses tout au long de la journée de mardi.
Dans un communiqué, Roger Karoutchi, secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, a dénoncé mardi "avec force les provocations antisémites de Dieudonné" qui "rappellent les heures les plus sombres de l'histoire européenne".
"Il est plus juste de s'ériger contre ces provocations en les exposant et en les condamnant plutôt qu'en gardant le silence", écrit Roger Karoutchi.

Prose antijuive

De son côté, la Licra a reproché au gouvernement de rester "muet face aux provocations antisémites" de Dieudonné et sa liste anti-sioniste, demandant que le Parquet engage des poursuites à l'encontre de celui-ci, mardi dans un communiqué.
"Contrairement à ses engagements du début de la campagne pour les Européennes, le gouvernement de la République reste impassible et muet face aux provocations antisémites, incitatrices à la haine, de Dieudonné et sa liste antisioniste", écrit la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme.
"L'autoproclamé humoriste continue impunément à répandre sur Internet, une prose et des vidéos antijuives (Daily motion) dignes des pires instants des années 30 et 40 au prétexte d'antisionisme", ajoute la Licra qui "demande au gouvernement de tenir ses engagements républicains".

Interdiction

Une position soutenue par le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNCVA) qui demande "l'interdiction" du parti de Dieudonné et de sa liste de "la haine antijuive" avant les élections européennes du 7 juin, dans un communiqué publié mercredi.
Le BNVCA juge que "la liberté d'expression a des limites et qu'il n'est pas plus longtemps tolérable d'accepter que cette liste de la haine antijuive ait droit de cité dans ce scrutin républicain des élections européennes" et qu'on "ne peut accepter non plus les affiches de cette propagande nauséabonde devant les écoles de nos enfants".
Rappelant que "l'antisémitisme est un délit" et non "une opinion", le BNCVA en appelle "à tous les partis politiques républicains UMP, PS, PCF, Modem, Nouveau Centre, MPF, Verts, etc." pour "réclamer ensemble la "dissolution" et "l'interdiction avant le 7 juin" du parti de Dieudonné.

Projection

De son côté, le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, a fait connaître mardi sa "totale désapprobation" à l'égard de l'exploitant du cinéma l'Entrepôt où est prévue mercredi soir la projection d'un film sur Dieudonné, en sa présence et celle de son colistier Alain Soral, a indiqué son porte-parole.
"Nous avons appris que l'Entrepôt était susceptible de projeter un film sur la mouvance de Dieudonné", a déclaré à l'AFP Laurent Fary, porte-parole du maire. Ce cinéma parisien du XIVème arrondissement "n'est pas une salle municipale et nous n'avons pas le pouvoir d'autoriser ou interdire le contenu de sa programmation", a-t-il ajouté.
La projection du documentaire a finalement été annulée a annoncé L'Entrepot mercredi. (nouvelobs.com avec AFP)

http://www.juif.org/go-news-99707.php


____________________________________________________________


A vous de juger !
Le programme du Parti anti sioniste :

  • Faire disparaître l’ingérence sioniste dans les affaires publiques de la Nation.
  • Dénoncer tous les hommes politiques qui font l’apologie du Sionisme.
  • Eradiquer toutes les formes de Sionisme dans la Nation.
  • Empêcher les entreprises et les institutions de contribuer aux efforts de guerre d’une nation étrangère qui ne respecte pas le Droit International.
  • Libérer notre état, notre gouvernement et nos institutions de la main mise et de la pression des organisations sionistes.
  • Libérer les médias pour une pluralité de l’information afin de promouvoir la liberté d’expression.
  • Promouvoir l’expression libre de la politique, de la culture, de la philosophie et de la religion et les libérer du Sionisme.
  • Redonner le pouvoir à la France et aux Français selon les nouvelles  règles géopolitiques et économiques sur les grandes questions qui engagent la responsabilité de la Nation.
  • Ne plus engager la France dans des guerres de colonisation et rapatrier nos armées postées en Afrique, en Afghanistan et partout dans le monde.
  • Exiger un référendum populaire pour tout nouvel engagement de la France à l’étranger.
  • Etablir un projet de loi pour interdire aux binationaux de participer aux guerres sans mandant explicite de la Nation.
  • Interdire toute milice quelle que soit sa confession religieuse.
  • Instaurer un dialogue national de sensibilisation pour un projet de société qui exclut  toute apologie du Sionisme.
  • Etablir le mode de scrutin à la proportionnelle afin que toutes les composantes de la société soient représentées.
  • Militer pour l’instauration d’une société de justice, de progrès et de tolérance

_____________________________________________________________________________________

Communiqué de presse du 03 juin 2009

 


L’UMP, le PS et les médias en campagne pour Dieudonné et la Liste antisioniste.

 

 

Les déclarations ahurissantes de Christophe Barbier de l’Express, comme celles du Ministre Karoutchi ou du Maire de Paris Delanoé raisonnent comme un clair appel à voter Dieudonné et la Liste antisioniste.

 

En demandant en effet comme monsieur Barbier la remise en cause des élections, en demandant et obtenant comme monsieur Delanoë l’annulation d’une projection - dans un cinéma parisien - d’un documentaire sur la mouvance Dieudonné de notre colistier Francesco Condemi, ou en se rendant coupable de déclarations diffamatoires et hystériques comme monsieur Karoutchi, tout ce petit monde fait la démonstration de ce que les positions de la Liste antisioniste sont pleinement justifiées.

 

Ils ne font là que répondre aux mots d’ordre du CRIF et de la LICRA, deux organisations sionistes approuvant ouvertement le génocide palestinien et dont l’objet même est de peser sur la politique Française afin qu’elle s’aligne sur leur vision haineuse et raciste du monde.

 

Dimanche, les Français feront le choix de la France libre et juste et voteront pour la Liste antisioniste !

 

La Liste antisioniste. 


--
Celui qui combat peut perdre, mais celui que ne combat pas a déjà perdu.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 23:18

La puce mortelle contrôlée par GPS,
une idée qui fait son chemin

En langage nerd, on appelle ça une "killer application" - un truc mortel, l'application qui tue. Et pour le coup elle porte bien son nom.

 verichippoison

Il s'agit d'une «puce tueuse» commandée à distance par satellite... Le procédé, décrit il y a trois semaines dans quelques dépêches, paraît simple comme bonjour: une puce électronique contenant un émetteur GPS, un composant assez minuscule pour être injectée sous la peau, et qui permettrait de suivre à la trace un individu afin par exemple qu'il ne dépasse pas certaines limites géographiques. A ce stade là, rien de bien nouveau. En matière de géolocalisation judiciaire, le principe du bracelet électronique mobile, inscrit depuis presque 3 ans dans le code de procédure pénale français, revient à peu près au même résultat. Mais si cette invention a, parait-il, été retoquée par l'Office allemand des brevets, le DPMA, c'est pour son application finale: le dispositif contiendrait une capsule de poison - du cyanure, par exemple -, et une fois qu'un certain périmètre serait dépassé, la puce serait capable de libérer une dose létale afin de foudroyer sur le champs le contrevenant...

Nous n'avons pas encore pu mettre la main sur la description exacte de cette demande de brevet, qui émanerait d'un inventeur saoudien. Les finalités décrites ici et là évoquent le fait de surveiller «terroristes, criminels, fugitifs, immigrés clandestins, dissidents politiques», ou même, semble se réjouir Fox News, du «personnel de maison» d'origine étrangère qui dépasserait la limite de validité de son permis de séjour... 

En matière de débouchés vicieux à la géolocalisation, c'est un concours Lépine permanent. Surtout avec l'arrivée en fanfare des "perfides", les puces d'identification par radio-fréquences (RFID), qui peuvent être déclinées pour être détectables par à peu près tous types de réseaux télécoms. Au début des années 2000, la société Applied Digital Solutions sortait un de ces produits miracles que les accros du NASDAQ affectionnent particulièrement: Digital Angel. Une puce de type RFID de la taille d'un grain de riz, à injectée sous la peau. Sa première application, malin, était réservée aux... animaux de compagnie. Il n'était pas question, ô grand jamais, de l'autoriser sur des êtres humains. Mais chemin faisant, les autorités sanitaires (Food and Drug Administration) ont accepté, en 2004, de valider leur application sur l'homme dans des «circonstances particulières». Comme, par exemple, pour garder une trace sur sa progéniture ou une personne âgée. Aujourd'hui, la société - rebaptisée Digital Angel, Inc. - est sous le contrôle d'un autre géant du secteur, Verichip, celui-là même qui est parvenu à obtenir le feu vert de la FDA pour "pucer" des êtres humains. Après l'utile, l'agréable: une boite de nuit de Barcelone continue de se faire mousser pour proposer la puce sous la peau en guise de carte de membre...

Bien entendu, cette seconde étape repose sur le consentement de la personne, ou tout du moins sur celui de ses responsables légaux. Dans certains hôpitaux français, outre des tentatives de "protéger" les nouveaux nés contre le rapt de bébés, en leur imposant des bracelets RFID, il est prévu d'équiper des mêmes bracelets toute personne se présentant aux urgences. Il n'est pas encore question de les injecter d'office, dans le bras... Et les responsables mettent en avant le caractère "volontaire" de cet étiquetage, même si en arrivant aux urgences, le discernement nécessaire pour accepter un tel bracelet peut laisser à désirer.

En 2007, un collectif d'éleveurs de brebis s'oppose au "puçage" obligatoire de leurs troupeaux. Une directive européenne oblige en effet, sous peine de ne plus recevoir d'aides de l'Union européenne, les bergers à radio-identifier leurs bêtes. «On sait que l'on fait d'abord aux bêtes ce que l'on fait ensuite aux hommes, en commençant par les plus faibles et démunis : les enfants, les vieux, les malades, les SDF, les nomades, les étrangers, les prisonniers», écrivaient-ils en octobre 2007, dans un inventaire à la Prévert que ne renierait pas notre cher inventeur saoudien! (La revue Z a rencontré quelques uns d'entre-eux récemment - cf le sommaire du numéro 1).

L'étape suivante, après s'être assuré que l'être humain vaut autant qu'un animal lorsqu'il s'agit de «sauver des vies» - argument déjà entendu du côté de fabricants d'armes dites «non létales» comme le pistolet Taser - consiste ensuite à envisager des applications «non désirées», c'est à dire contraintes par la volonté d'une autorité supérieure, judiciaire, politique ou économique. Exemple parmi tant d'autres, iSecureTrac - une balise satellite spécifiquement dédiée au repérage de délinquants en tous genres. En France c'est début 2004 que le Parlement  lance ses premières études sur la SEM, la "surveillance électronique mobile" - à différencier du bracelet "fixe", instauré un peu plus tôt; et son premier "bénéficiaire" sera équipé en août 2006. 

La face cachée du système OpTag

La face cachée du système OpTag

Dans cette histoire de "puce tueuse", la question n'est donc pas de se réjouir de la décision de l'office allemand des brevets - c'est sur des bases d'éthique et de morale que le DPMA à refusé d'enregistrer cette bien belle invention. L'enjeu est bel et bien de repousser les limites de l'«acceptable» - donner la mort à distance en appuyant sur un bouton, quelle horreur... - , afin de convaincre la population que tout le reste l'est, «acceptable»... En agitant le chiffon rouge autour d'une application ouvertement scandaleuse de la géolocalisation, on s'assure que le principe de surveiller un individu en permanence, lui, n'est même plus discable - il passe d'autant plus comme une lettre à la poste. Et chacun sait que le curseur de la "moralité" répond à une géométrie variable facilement manipulable au gré des menaces ou des peurs qu'un Etat est capable de distiller dans la population.

Aux Etats-Unis, la "moralité" a ainsi poussé l'USPTO, l'office des brevets et des marques, à accepter l'invention de la société canadienne Lamperd FTS, un confrère de Taser, qui a conçu un bracelet RFID destiné à immobiliser à distance (pas à tuer, quand même!) des dissidents politiques... Brevet US n°6.933.851.

Autre exemple: OpTag. Un système financé par la Commission européenne et destiné - finalité première - à pister les «retardataires» dans les aéroports. La carte d'embarquement serait insérée dans un bracelet géolocalisable pour faciliter la "fluidité" à l'embarquement... Pourtant, la fiche technique précise qu'il s'agit aussi - grâce à de savants relais de vidéo-surveillance - de «surveiller et repérer les individus pouvant poser un risque économique ou de sécurité à la gestion effective des aéroports»... Et qu'il serait un jeu d'enfant d'y ajouter une fonction "paralysante" comme celle 

Bref, la puce tueuse au cyanure n'a pas encore de brevet. Mais c'est déjà une "killer app" pour l'imaginaire collectif. 

PS - Attention aux effets seconds des "puces tueuses". Car pour dénoncer l'absurde argument "sécuritaire" du passeport électronique, contenant ces fameuses puces guidées par radio, il est possible de déclencher une explosion à distance: passé un certain périmètre, la puce d'un passeport servirait de détonateur...

~ par numerolambda le 02/06/2009.



http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=4113#4113

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 19:30




 
Merci si vous pouviez diffuser


Puisque France2 ne souhaite pas inviter NDA, nous pourrions peut-être appeler  leur centre d'appels téléphoniques pour protester. Qu'en pensez-vous ?


Siège social
7 esplanade Henri de France 75907 PARIS CEDEX 15

  • .01 56 22 42 42

Relations téléspectateurs
86982 FUTUROSCOPE CEDEX



Elections Européennes :

Vous en avez assez de la désinformation, de la censure ?

Vous voulez de l'information ? La neutralité ? Le pluralisme ?

Alors, prouvez-le !

Je reçois le message ci-joint pour Nicolas Dupont-Aignan. Mais on pourrait en dire autant pour Melenchon ou pour Dieudonné, ou pour d'autres.

Téléphonez pour la Liberté de l'information, la démocratie !

Cordialement, eva R-sistons

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 19:22


Le parti socialiste serait prêt à boycotter l'émission politique de Dimanche soir sur TF1 au prétexte que l'Institut Opinionway choisi par la chaîne serait partial.
Voici l'article:

Le principal parti d'opposition ne partagerait pas le choix de TF1 de confier à l'institut Opinon Way la réalisation des sondages des résultats des élections européennes du 7 juin, selon le quotidien. 

Les socialistes soupçonneraient cet institut de "partialité, voire de manipulation". Ils devraient donc décider au dernier moment d'envoyer ou non des représentants du parti sur le plateau de TF1 dimanche soir, précise Le Parisien.

Dans son livre 'Ma plus belle histoire, c'est vous', Ségolène Royal a accusé plusieurs instituts de sondage -dont OpinionWay- d'avoir été "particulièrement zélés" envers Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle de 2007, rappelle Wikipedia.

Edit de la rédaction du Post, ce mardi à 15h30:

Contactés par Le Post, les principaux responsables du PS ne confirment ni ne démentent cet écho du Parisien. Ils ne souhaitent pas s'exprimer sur le sujet.


Après le discours de Martine Aubry au meeting de Rezé avouant que " Ségolène Royal avait eu raison de dénoncer les mensonges de Nicolas sarkozy", voilà que la direction socialiste se trouve elle aussi confrontée au mur médiatique qui a pénalisé Ségolène Royal durant toute la campagne. Un mur qui manipule l'opinion en évitant de lui parler d'Europe à coups d'émissions insultantes pour l'idée de démocratie, donc de pluralité d'opinion dans notre république, et à coups de sondages Opinionway venant rappeler avec constance que le PS est à la ramasse et que l'UMP loin devant. Ainsi cete direction socialiste qui a tant moquée Ségolène Royal dénonçant la propagande médiatique s'y trouve elle aussi confrontée. Elle est donc obligée de réagir. Cette hésitation et ce questionnement de l'appareil socialiste vient valider  a-posteriori les difficultés rencontrées par Ségolène Royal lors de sa campagne présidentielle. Et vient rehausser encore plus sa performance sachant que l'appareil socialiste n'avait à l'époque pas levé le petit doigt pour la défendre. Préférant même parfois rigoler avec la propagande. Cette condescendance aveugle se retourne contre eux et c'est un mal pour un bien. Peut-être que le parti socialiste va-t-il enfin prendre conscience qu'on n'est plus en démocratie mais en sarkozie

http://la-loire-soutient-segolene-royal.over-blog.com/article-32164518.html
Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 08:21

Dieudonné joue la baston
sur un marché parisien

On croit Libération sur parole ! Dieudonné vient sur les marchés faire campagne pour attaquer tout le monde ! Tiens donc ! Le comité d'accueil, curieusement, serait gauchiste... Eva

 448 réactions

F. W.-D.


Selon un témoin, «cela s’est passé très vite, dix minutes à peine». Il était 11 heures hier, quand «l’humoriste» Dieudonné a déboulé rue des Pyrénées à Paris (XXe), où se tient chaque dimanche le marché de Ménilmontant. Une trentaine de ses affidés sont descendus de son autobus de campagne, pompeusement baptisé le «Dieudobus». «Ils ont commencé à interpeller les gens en criant : "racistes, sionistes, assassins !"» raconte une jeune femme qui faisait le marché avec ses filles : «L’ambiance est tout de suite devenue électrique.»


Parmi les habituels distributeurs de tracts qui se retrouvent chaque semaine sur ce paisible marché de quartier, un petit groupe n’a pas trop apprécié la présence du candidat aux européennes dont les propos ont des relents antisémites, et qui a fait de Jean-Marie Le Pen le parrain de sa fille. Ils ont coursé à travers les étals les hommes de Dieudonné, lesquels ont au passage bousculé quelques badauds et commerçants éberlués. La poursuite a dégénéré en bagarre générale, brève et violente, qui a fait trois blessés légers. La police est intervenue immédiatement pour séparer les deux camps. Cinq personnes ont été interpellées.

http://www.juif.org/go-news-99440.php



_____________________________________________________________________________________

 

 

http://www.dailymotion.com/search/centre-zahra/video/x9gka1_agression-contre-la-liste-antisioni_news?hmz=746162736561726368

Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 20:00


Commémorations de la Shoah partout, en tous temps, et abondamment relayées par les médias communautaristes complaisants,

mais future interdiction  de la commémoration de la Naqba.

2 poids 2 mesures que dénonce l' UJFP, l'Union Juive Française pour la Paix.


Poursuivant sa politique d'épuration ethnique, l'Etat d'Israël examine un projet de loi visant à interdire toute commémoration du jour de la Naqba.


Nous vous communiquons ci-dessous les textes de 2 associations réagissant à cette situation et réaffirmons notre double volonté de soutenir le droit au retour des Palestiniens expulsés lors de la création de l'Etat d'Israël et d'appeler au BDS (Boycott Désinvestissement et Sanctions) face à la politique d'apartheid et d'épuration ethnique d'Israël.
Les 2 associations sont l'Association Arabe pour les Droits Humains et Zochrot.

*Le gouvernement soutient le projet de loi visant à interdire la commémoration de la Nakba.* HRA

L'association arabe pour les droits humains se présentera au Conseil d'association UE-Israël qui doit se réunir le 15 juin 2009, afin de demander l'inscription de cette question à l'ordre du jour, étant donné que l'adoption de la loi est une violation flagrante des termes de l'accord d'association entre les deux parties –
- Mohammad Zeidan (directeur de l'association arabe pour les droits humains, le 27 mai2009).
Au début de cette semaine, le comité ministériel législatif a ratifié à la majorité absolue un projet de loi soumis par huit membres du parti d'extrême droite Israël Beteinou, visant à amender la Loi du jour de l'indépendance de manière à ce que quiconque commémorerait la Nakba serait passible de trois ans d'emprisonnement !!?


L'argumentaire était le suivant : « il est proposé que la loi interdise toute action qui revient à faire du jour de l'indépendance ou de l'établissement de l'Etat un jour de deuil et que soient sévèrement pénalisés ceux qui exploitent le caractère démocratique et éclairé de l'Etat d'Israël pour le déstabiliser de l'intérieur ».
L'association arabe pour les droits humains, en même temps qu'elle rejette sans équivoque ces lois, considère le soutien du comité ministériel (gouvernemental) à cet amendement comme un l'adoption de fait du programme des partis fascistes de droite de ce gouvernement. Ces partis adoptent des programmes racistes qui appellent à la restriction des droits fondamentaux de la personne et du citoyen et aux libertés fondamentales de la minorité palestinienne de ce pays, sous prétexte de déloyauté envers l'Etat.
HRA voit cette décision comme l'adoption officielle par le gouvernement des programmes des partis racistes. En effet, un bon nombre de propositions de lois du même genre ont été faites au cours des derniers mois, toujours avec le soutien de la majorité des membres du gouvernement actuel et de la Knesset. Il y a là une menace réelle contre les droits fondamentaux et les libertés, en particulier le droit élémentaire de s'exprimer librement, de s'associer et de manifester qui sera directement et substantiellement affecté si ces lois passent.
A ce sujet, Mohammad Zeidan, directeur de HRA a déclaré: "l'augmentation du racisme dans la partie juive et les appels croissants, dans les dernières années, au rejet de la présence palestinienne dans le pays tant au plan officiel que vécu, expliquent la présence de programmes racistes aux niveaux légal et législatif, lesquels sont un défi fondamental qui exige une réponse ferme de la communauté internationale et, pour le moins, l'adoption d'un rejet sans équivoque".
Zeidan a ajouté: "Continuer à tenir des réunions dans les capitales du monde avec Lieberman (le ministre des affaires étrangères) est absurde alors que lui et son parti sont les leaders et le symbole de cette approche et de l'idéologie fasciste et raciste qui produit, propose e adopte une législation raciste contraire aux droits humains et aux principes du droit international
Il est inconcevable que l'Union européenne continue à avoir des liens aussi forts avec Israël et s'emploie à les rehausser et à les développer en dépit de ces revers et des violations des droits humains élémentaires.
Zeidan a affirmé que 'L'association arabe pour les droits humains se présentera au Conseil d'association UE-Israël qui doit se réunir le 15 juin 2009, afin de demander l'inscription de cette question à l'ordre du jour, étant donné que l'adoption de la loi est une violation flagrante des termes de l'accord d'association entre les deux parties et des conventions universelles sur les droits humains et, avant tout, de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et de la Convention Internationale sur les droits civils et politiques."
" Zeidan a egalement declare: "L'association arabe pour les droits humains appelle à poursuivre la commémoration de la Nakba, afin que l'action populaire soit une réponse aux lois racistes, parce que l'histoire et la mémoire humaine, individuelle comme collective, ne se soumettent pas aux lois ni aux politiques conçues dans un état d'esprit raciste ou dans une atmosphère fasciste hostile."

L'association arabe pour les droits humains
Nazareth - - 25 mai 2009

Une réponse à la proposition d'interdiction de la commémoration de la naqba le Jour de l'indépendance -Eitan Bronstein - Zochrot-

La proposition d'une loi interdisant la commémoration de la Naqba le jour de l'indépendance d'Israël montre la nervosité grandissante en Israël devant l'inévitable confrontation avec la Naqba palestinienne et la compréhension de la part que la Naqba tient dans l'identité israélienne. Il y a peu encore, on ne craignait pas la mention la Naqba. Pas besoin de combattre ce démon réprimé, qui pouvait faire une apparition soudaine et rompre le calme apparent de l'harmonieuse démocratie juive. Mais la Naqba n'est pas un démon, ni le fruit d'une imagination malade, et l'on ne peut alors sous-estimer le défi que doit affronter la société israélienne : reconnaître le rôle d'Israël dans l'expulsion en 1948 de la majorité des habitants palestiniens du pays, la destruction de la plupart des localités palestiniennes (plus de 500), la destruction de la civilisation palestinienne dans les villes, et les dizaines de massacres, viols, incidents violents, et expropriation. Se regarder dans un miroir aussi sombre apporte courage et maturité, comme le prouvent les travaux de chercheurs comme Morris, Gelber, Milstein, Khalidi, Pappe, et autres, tout autant que les journaux de Netiva Ben Yehuda et Yosef Nahmani.
On ne s'étonnera pas que la " réponse sioniste adéquate", soit d’inscrire cette oblitération d'une horreur humaine par une loi, soit l'œuvre des milieux d'extrême droite. Ils ont toujours eu la franchise de leur racisme contre les arabes d'Israël, si on les compare avec la gauche qui marchande devant le monde et devant nous son honnête (et illusoire ) désir de paix.
Voici quatre vingt ans, Jabotinsky, le leader historique de la droite, sans doute le penseur sioniste le plus réaliste, disait clairement qu'un état juif demanderait que ses citoyens soient à jamais des soldats protégés par un "Mur d'acier". Jabotinsky comprenait qu'une existence juive dépendait de l'usage d'un force violente, être tué ou tuer dans une région où les Arabes prédominaient et ne voudraient pas les accepter. Il y a
un an, Tzipi Livni, sa disciple, a suggéré, dans le cadre d'un accord de paix général, que les Palestiniens bannissent le mot Naqba de leur vocabulaire.
Le philosophe grec Thrasymaque nous a enseigné que « la loi est ce qui est bon pour le plus fort », mais aucune loi, pas même celle de la démocratique Knesset juive, ne peut gommer les horreurs de l'histoire. Les traces de ces horreurs sont toujours visibles, dans les mémoires collectives et individuelles, et dans l'oubli. En Israël, les "sabras", ces buissons épineux de cactus, sont devenus les monuments vivaces et torturés de la Naqba palestinienne. Les Palestiniens avaient fait venir du Mexique cette plante obstinée pour borner et défendre leurs terres. Le sabra n'a pas fait que persévérer dans le paysage bien après qu'Israël ait chassé ceux qui l'avaient plantée, il est devenu sauvage en dépit de tous les efforts pour l'éradiquer. Peut-être, en réponse, le gouvernement israélien pourrait-il rendre illégale la consommation de ses fruits.
Pendant ce temps le souvenir de la Naqba grandit et a s’enracine dans les fissures du Mur d'acier. Les réfugiés palestiniens – la majorité des Palestiniens sont de fait des réfugiés - portent le deuil depuis le premier jour de la Naqba, et demandent justice. Après les accords d'Oslo, quand ils ont réalisés que leurs demandes seraient renvoyées aux calendes grecques, ils sont entrés en lutte contre l'indifférence du monde envers leur tragédie; Quoi qu'il en soit, la proposition d'une loi d'oubli de la Naqba est de fait une réponse aux changements culturels et politiques à l'intérieur de la société israélienne juive pour tenir compte de ce désastre. Ce qui menace vraiment le Mur d'acier colonialiste est qu'une majorité de ses soldats refuse d'obéir au commandement de ne pas se souvenir. Ces dernières années, des milliers de juifs en Israël ( et dans le monde), ont participé à la commémoration de la Naqba au moment de la commémoration de l'indépendance d'Israël. Ces dernières années, des centaines d'Israéliens se sont adressés à Zochrot - une organisation qui travaille à inscrire la mémoire de la Naqba dans la conscience des Juifs israéliens - pour s'informer. Des journalistes, des écrivains, des architectes, ainsi que des gens venus du cinéma, de la télévision et du théâtre qui ont été nourris des bonnes vieilles histoires d'Israël veulent découvrir leur passé refoulé. Des enseignants ont acquis le matériel éducatif sur la Naqba que propose Zochrot. Des anciens soldats du Palmach se sont adressés à Zochrot pour raconter, avant que leur vie ne finisse, ce qu'ils ont fait et vu en 1948.
Qui sait, peut-être que le jour n'est pas loin où le choix central du débat politique sera Israël tel qu'il est aujourd'hui, contre la reconnaissance de la Naqba et le droit au retour des réfugiés palestiniens. Quand nous en serons là, les citoyens d'Israël pourront choisir entre deux perspectives claires : la séparation et la violence perpétuelle, ou la vie en égalité avec les autres habitants du pays et les réfugiés. Pour faire advenir ce jour, nous devrions créer un nouveau mot en hébreux :" dé-colonisation".

Eitan Bronstein
Zochrot
Translation: Yuval Orr (and Talia Fried) et en français ujfp (JJ)
Tel Aviv, May 2009


http://www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=560

___________________________________________________________



Lundi 8 Juin 2009, 19:00


A Paris: Rencontre -
débat avec Denis Sieffert
et Michel Warschawski

De l'épuration ethnique de 1948
au massacre de Gaza : Continuités et Ruptures

Denis Sieffert, rédacteur en chef de Politis, journaliste écrivain abordera l'actualité notamment de Gaza avec une relecture des événements depuis 2005 en s'appuyant sur le livre qu'il vient de publier:

La nouvelle guerre médiatique israélienne– Edition La découverte mai 2009

Michel Warschawski, co fondateur de l' Alternative Information Centre Jérusalem et Bethléem, militant journaliste et écrivain analysera dans une perspective historique et politique la situation d'aujourd'hui en Israël et en Palestine, à partir de son dernier ouvrage:

Destins croisés - Israéliens-Palestiniens, l’histoire en partage-

Préface de Avraham Burg - Edition "Riveneuve"

Organisé par ATMF - CCIPPP- GENERATION PALESTINE - UJFP

CICP
21ter rue Voltaire
75011 Paris


http://www.ujfp.org/modules/extcal/event.php?event=260
Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 07:17


mardi 02 juin 2009
de 10h30 à 12h00

Avec Edwy Plenel, Face aux trois crises – démocratique, économique, morale – qui minent l'information et à des mesures qui ne font que renforcer un rapport clientéliste des médias à l'État, Edwy Plenel, lance un Manifeste pour une presse libre et indépendante
Issu du trotskisme, journaliste à "Rouge" puis au "Monde" il en devient directeur de la rédaction de 1996 jusqu’à sa démission en novembre 2004. En désaccord avec les orientations prises par le journal et le groupe dirigés à l'époque par Jean-Marie Colombani et Alain Minc, il quitte ses fonctions le 31 octobre 2005 après avoir travaillé vingt-cinq ans dans la rédaction du quotidien. Il a depuis fondé le site Mediapart, journal payant d'information accessible sur internet, qui a ouvert le 16 mars 2008.

http://forums.nouvelobs.com/avenir/,20090526175503044.html
Partager cet article
Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 01:08



http://laplote.over-blog.fr


Alerte, résistons au conditionnement quotidien !


(..) Comme disait Goebbels, il suffit de répéter n’importe quoi suffisamment longtemps pour que tout le monde finisse par en être persuadé. Avec la main-mise sur les journaux, radios et télévisions qui font l’opinion, et bientôt sur le web, on assiste à des prodiges. Les individus finissent par croire qu’ils sont les auteurs des pensées dont on les bombarde ! Même les plus réfractaires au conditionnement finissent par renoncer à leurs idées déviantes pour ne pas devenir fous, tellement la dissonance entre ce qu’ils pensent et l’omniprésence du message finit par les perturber".
http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-31972309.html

Je ne cesse de le dire !

Tous journalistes !
http://r-sistons.over-blog.com/article-18915143.html
http://r-sistons.over-blog.com/article-24397159.html

Remplaçons les journalistes. Informons nous-mêmes, puisque les Médias nous disent comment penser, pour qui voter, qui rejeter (les adversaires de Sarkozy, les partisans du Non à l'Europe, les pacifistes etc)... Les médias menteurs ont tué la démocratie, la liberté, et si nous ne faisons rien, il n'y aura plus d'alternance. Le fascisme est à nos portes !

 
J'appelle aussi les citoyens à organiser quoditiennement, en se relayant, des rassemblements devant les sièges des grands médias. Harcelons-les, relayons les mouvements de résistance, le monde a besoin d'images fortes, à défaut de VRAIS débats qui nous sont refusés partout, comme avec la Chabot, sur FR2, le Calvi (C dans l'Air, Mots croisés, sur FR2 ou la V).... De surcroît, il n'y a plus de reportages dignes de ce nom (cf Envoyé Spécial), plus d'enquêtes, plus de journalisme d'investigation. .. Tout est assassiné par les Patrons de presse grands financiers, et grands marchands de mort, de guerres. J'en suis la première témoin, car l'émission qui m'a été censurée sur une grande chaîne de télévision française, était... l'interview de la Présidente de l'Association Internationale des Femmes pour la.. PAIX !

J'ai mis en place mon blog, le premier, R-sistons à l'intolérable,
http://r-sistons.over-blog.com, pour lutter contre la désinformation. Puis son contenu a évolué... jusqu'à étudier le Nouvel Ordre Mondial qu'on élabore - en fonction de l'Actualité.

Alerte ! On nous prépare l'intolérable ! Nous sommes au bord du précipice ! Et ce précipice, on le devra d'abord aux assassins de la démocratie, à ceux qui sont aux ordres, par carriérisme, de l'Elite de crapules qui gouvernenent le monde, sans être élus la plupart du temps (Bilderberg). Les Chabot, Darmon, Pujadas, Calvi, Drucker - Marie - , Duquesne, Elkabbach, et tant d'autres, ne sont pas des journalistes, mais les laquais de la Haute Finance, des Industriels de la mort (armement, pétrole, chimie etc lisez TOUS
http://r-sistons.over-blog.com/article-31862933.html, les CARTELS, une horreur !!!), etc. Boycottons-les ! Exigeons qu'ils rendent leur carte de presse, qu'ils desservent quotidiennement par leurs mensonges ! Rencontrons-les par exemple quand ils signent leurs livres (ici, voyez un modèle : http://www.dailymotion.com/user/wearechangeparis/video/x8xm8v_pujadas-face-a-we-are-change-paris_news )

Les Mères de Mai en Argentine ont fait le tour du monde ! Faisons comme elle, venons régulièrement manifester devant le siège des Rédactions infâmes, vendues, pourries, crions notre dégoût, exigeons l'application de notre PREMIER droit, celui d'avoir une information LIBRE, digne de ce nom !!! Et écrivons sans cesse aux Rédactions !

Il faut ORGANISER ces rassemblements réguliers, si nous ne faisons rien, les Médias vont détruire nos cerveaux !!!

Alerte, la démocratie est en jeu ! La liberté ! Notre avenir, celui de nos enfants, celui de l'humanité, tous en grand danger !

En réagissant contre les médias, nous nous en prenons au coeur du Système Totalitaire qui se met en place, et qui va tous nous broyer !

La politique actuelle est si opposée aux intérêts de tous les citoyens, sauf aux petits Tapie, qu'elle ne peut que provoquer l'opposition de tous ! Alors, les Décideurs durcissent leur pouvoir pour, à défaut de nous convaincre, nous asservir définitivement !

Contactons des Juristes engagés pour avoir leurs conseils, et mettons en place, comme le suggère Jean Ziegler, un  nouveau Tribunal de Nuremberg, pour juger les criminels qui font de la planète un enfer, à travers les crises provoquées, financières, sanitaires, armées.. (on connaît leurs noms, Bush, Cheney, Rockefeller, Rothschild, etc) et les mettre hors d'état de nuire !

Les Médias, en l'occurrence, sont notre PIRE ennemi. C'est si vrai, que les Drucker-Duquesne font ouvertement de la progande pour la guerre ! Et le 6 juin, soyons sûrs que Marie Drucker sera là pour faire l'apologie des USA, de l'amitié franco-américaine, des guerres, mêmes.... faisant de nos Chaînes publiques, de simples instruments de propagande, que Goebbels ne renierait pas !

Alerte, chers Lecteurs et chères Lectrices, soyons actifs si nous ne voulons pas être radio-actifs, ou, au moins, les esclaves des monstres qui décident des guerres, des crises, de la réduction du nombre d' habitants, sur notre dos !

Mobilisons-nous tous devant les Rédactions, écrivons, manifestons, refusons l'intolérable, ces Médias vendus aux ennemis de l'humanité !

Eva R-sistons





http://laplote.over-blog.fr

Partager cet article
Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 01:07


Elections européennes truquées
par Eva R-sistons


Scandale ! Candidats boycottés, moqués, le lynchage pour certains (Dieudonné, parce qu'il ose s'en prendre au Dieu néo-sioniste, péché suprême !), discrédités, salis, et même l'opposant officiel, le  PS,  est brocardé.

Mélenchon ? Aux abonnés absents. Chevènement, chouchouté parce qu'il appelle la Gauche à voter blanc ou nul, Besancenot mis en avant pour faire du tort au PS, Bayrou coupé quand il est trop pertinent, Dupont-Aignan aussi, et le PS, le PS....  "désunion, divisions, échecs", etc sont les mots, et les thèmes de prédilection. Surtout, aucun extrait des discours mettant en cause la politique de Sarkozy ! Silence assourdissant ! On ne saura rien des reproches adressés au gouvernement. Et pratiquement rien du programme des socialistes.  Et tout des postures de Martine Aubry et de Ségolène Royal ensemble ! Pour mieux discréditer la Gauche pouvant menacer le gouvernement...

Mais par contre, gros plan sur chaque mot, chaque image, chaque thème mettant en valeur les candidats de l'UMP, et les réalisations de l'Europe. Ah oui, grâce à l'Europe les jouets sont plus sûrs.... fabriqués où, au fait ????

Et à l'instant, FR2 voix de ses maîtres sionistes et sarkoziens, par la bouche du grand valet du Désordre Libéral, Pujadas, interview de Bertrand en direct de Lille. Ecoutons : "Je veux une Europe qui protège l'emploi, les OUVRIERS ". Français, l'UMP vous protège ! D'ailleurs, Bertrand (vous savez, celui qui revient de Bilderberg) a un visage et une voix rassurants, bien choisis pour servir les fossoyeurs de la France. Un gouvernement protecteur des salariés et de l'emploi, en cassant le Droit du Travail, en imposant des heures supplémentaires créant du chômage à la pelle, etc. De qui se moque-t-on ?  Pujadas, vous pouvez vous regarder dans la glace, le soir ??? Sans dégoût ? Vous n'avez pas honte ?

Amis Lecteurs, boycott de tous ces pantins menteurs !

Eva R-sistons à l'intolérable

TAGS : Pujadas, FR2, UMP, PS, Besancenot, Melenchon, Bayrou, Dupont-Aignan, Chevènement, Bilderberg, Droit du Travail, Europe, Martine Aubry, Ségolène Royal, PS, Dieudonné, sionisme....

Partager cet article
Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 01:04

 



Etre ou ne pas être Juif ?
Les vieux démons réapparaissent sur Internet
28/05/09
 
- - Thème: Antisémitisme


Eva :  C'est le néo-sionisme qui doit être dénoncé, la main-mise sur les médias par des individus qui défendent une idéologie néo-coloniale, impérialiste, militaro-financière, va-t-en guerre (Monique Atlan, Marie Drucker...) et non le peuple juif, sa culture, sa religion. Par leur nombre élevé dans les médias - 60 % au moins en France -  les néo-sionistes portent tort au principe le plus sacré, gage d'indépendance : Le pluralisme.

 

Suite à une recherche effectuée sur Google, la journaliste de France Inter Colombe Schneck s’est trouvée confrontée à une bien triste réalité, rapporte le site Internet de l’Express, jeudi 28 mai 2009. Elle s’est aperçue qu’en cliquant sur les noms de journalistes et d’animateurs connus en France, le deuxième mot le plus associé à leurs patronymes était le mot « juif ».
 
Yves Calvi, Michel Denisot, Laurence Ferrari, David Pujadas, Naguy et Colombe Schneck elle-même suscitent la curieuse curiosité de très nombreux internautes : l’une des toutes premières informations communément recherchée à leur propos sur la toile est leur origine juive. Interrogée par Colombe Schneck, la direction de Google France, qui n’est pas en cause naturellement et qui disait même sa tristesse et son effroi face à cela, a confirmé cette réalité, indiquant même qu’il n’y avait à  sa connaissance qu’en France que l’on constatait un tel phénomène: une démarche lourde de non-dits et de sous-entendus pesants qui nous renvoie forcément à de vieux démons que l’on pensait disparus.
 
Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 15:28

Fascisme 2.0 :
votre logiciel démocratique va être mis à jour

Une version 2.0 plus puissante et moins gourmande en ressources policières

Le contrôle des individus dans une société dictatoriale réclamait jusque là des exécutions de masse, de nombreuses arrestations, tortures, enlèvements. C’est à ce prix que le conditionnement des individus devenait suffisamment efficace pour qu’ils n’osent plus jamais remettre en cause le système. Avec le fascisme 2.0 cette brutalité massive est devenue terriblement dépassée. Grâce au contrôle mental des individus, plus souple et assumé par les individus eux-même, le fascisme 2.0 est incroyablement plus efficace que l’ancien. Je vous invite donc en exclusivité à découvrir ensemble les améliorations et les nouvelles fonctionnalités du fascisme 2.0. avant son déploiement imminent près de chez vous.

  1. La prise en main des médias est un des points forts du fascisme 2.0. Comme le disait Goebbels, il suffit de répéter n’importe quoi suffisamment longtemps pour que tout le monde finisse par en être persuadé. Avec la main-mise sur les journaux, radios et télévisions qui font l’opinion, et bientôt sur le web, on assiste à des prodiges. Les individus finissent par croire qu’ils sont les auteurs des pensées dont on les bombarde ! Même les plus réfractaires au conditionnement finissent par renoncer à leurs idées déviantes pour ne pas devenir fous, tellement la dissonance entre ce qu’ils pensent et l’omniprésence du message finit par les perturber.

  2. L’utilisation à grande échelle de la novlangue, telle qu’imaginée par ce grand visionnaire d’Orwell, a sculpté les esprits sans possibilité de retour en arrière. Bien plus ambitieuse que la poussive « langue de bois », l’utilisation systématique de la novlangue par les hommes politiques et les publicitaires a eu comme résultat de vider de leur sens la plupart des mots du vocabulaire courant, rendant ainsi impossible l’idée même de changement. Même ce mot de « changement » ne veut plus rien dire quand il est prononcé dans un discours ! Ainsi les instances gouvernementales peuvent dire tout et son contraire sans avoir peur de se contredire, et dire ensuite qu’on a mal compris leur pensée. Cela ne choque plus personne. Mieux, on habitue les gens à ces pataquès permanents qui finissent par rendre inintelligible toute communication, jusqu’à ce que les administrés finissent par renoncer à comprendre quoi que ce soit. Le quidam, convié solennellement à écouter la messe gouvernementale télévisuelle, n’en tirera donc aucune idée intelligible, à part quelques grosses ficelles qui lui seront tendues pour le rassurer et le conforter dans l’idée qu’il est un imbécile.
    En reprenant non seulement les mots du vocabulaire courant mais aussi le vocabulaire politique et les concepts porteurs développés par ses ennemis politiques (écologie, solidarité, social, etc.) le fascisme 2.0 fait coup double : il profite dans un premier temps de l’aura positive qui entoure les concepts qu’il s’apprête à vampiriser pour mettre en place des lois dont l’objectif est l’exact contraire de ce qui est annoncé. La confusion mentale qui s’ensuit (qui par exemple peut se réclamer contre une loi « pour la solidarité » ?) permet de faire passer la loi sans déclencher d’émeutes. Dans un second temps, les individus vont associer le mot qui avait auparavant une connotation positive aux effets désastreux de la politique appliquée. Le mot est
    vampirisé
    , et ne peut plus être utilisé par ceux qui le mettaient en avant précédemment (le mot réforme en est le plus bel exemple) . Chaque effort de l’opposition pour trouver des concepts porteurs sera ainsi utilisé et détourné avec succès par le fascisme 2.0. car c’est lui qui détient la force de frappe médiatique.
    En pratiquant ainsi la politique de la terre brûlée linguistique, le fascisme 2.0 oblige ceux qui voudraient s’opposer à lui à réinventer jusqu’aux mots pour exprimer leur désaccord. L’opposition se retrouve donc rapidement muette, faute de mots pour parler ! Nous leur souhaitons quand même bon courage !

  3. Nouveau Donner l’illusion du choix politique : préférez-vous élire au gouvernement un homme (ou une femme) qui se prétend de gauche et qui appliquera le programme de la droite ou une femme (ou un homme) politique de droite honnête qui vous dit sans détour comment il a l’intention de vous exploiter ? A vous de choisir ! La terrible double-contrainte chère à l’école de Palo Alto plonge les électeurs dans la confusion mentale, ce qui les rend incapable de sortir du piège qu’on leur tend. Toute la subtilité du fascisme 2.0 est visible ici.
    Comme l’a dit Nicolas Sarkozy « l’important en démocratie c’est d’être réélu » Effectivement ! Peu importent les moyens pour y arriver. D’ailleurs qu’est-ce qui interdirait à Nicolas Sarkozy d’être premier ministre à partir de 2017 avec un président potiche, sur le modèle de Vladimir Poutine  ? Rien.

  4. Une pincée de terreur « old school » : le fascisme 2.0 ne peut pas s’empêcher de faire quelques clins d’oeil à la version 1.0, qui est encore dans toutes les mémoires. Pour marquer les esprits on lâche de temps en temps les forces de l’ordre, les laissant commettre quelques bavures effrayantes, sans jamais désavouer ce qui a été commis. Il faut que les gens comprennent que s’ils ne vont pas dans le sens dans lequel ils doivent aller, on peut les humilier, les frapper, les mettre en prison de façon arbitraire et pendant le temps que l’on veut, ruiner leur vie, et même les tuer de façon extra-judiciaire. Des piqûres de rappel fréquentes sont indispensables. On notera ici la supériorité de la version 2.0 du fascisme : une seule personne rouée de coups et suffisamment médiatisée est aussi efficace que 10 000, et c’est plus économique ! Il faut aussi habituer les gens à ce que leur vie soit en permanence exposée à la surveillance et à l’arbitraire, au nom de la sécurité.

  5. Nouveau Des trolls à votre service Le fascisme 1.0 faisait taire tous ceux qui s’opposaient à lui, un travail épuisant et voué à l’échec sur le long terme. Le fascisme 2.0 utilise une technique innovante, plus simple à mettre en oeuvre et plus robuste. Elle consiste à rendre inopérantes les communications de ses adversaires au lieu de chercher à les empêcher, en lançant par exemple des trolls*. Un exemple : la veille d’une grève nationale des salariés pour défendre le pouvoir d’achat, lancez la nouvelle que dès la rentrée scolaire prochaine les châtiments corporels vont être rétablis à l’école, ou que les personnels des maisons de retraites vont être équipés de pistolets Taser à 20 000 V pour maîtriser les personnes âgées qui essaient de s’échapper**. Que va-t-il se passer ? Tout le monde commentera jusqu’à l’hystérie votre sortie, tous les ténors des partis adverses monteront sur leurs grands chevaux et satureront les médias de leurs cris outragés pendant 24h, le temps que passe la grève et les manifestants dont personne ne parlera. Il faut juste prendre la mesure du troll nécessaire en fonction de la taille de l’évènement à étouffer***.
     

  6. Nouveau La prison intérieure Le nec plus ultra du fascisme 2.0 c’est d’arriver à emprisonner les gens sans prisons physiques. Prisonniers de faux concepts, saturés de non informations, bombardés à leur insu d’injonctions et de sollicitations permanentes, les individus cherchent à combler leurs insupportables frustrations dans toujours plus de consommation, toujours plus d’enfermement, toujours plus de solitude. La boucle est bouclée.

 

* un troll est un internaute ou un usenaute qui poste des messages polémiques, provocants, insultants et souvent répétitifs sur des sites communautaires, comme les forums de discussion, pour susciter la colère des autres internautes ou usenautes. Les trolls utilisent souvent de nombreux pseudonymes appelés faux-nez. (Wikipedia)

 

** NDLA oui je sais que je ne devrais pas donner des idées qui pourraient réellement être employées, mais bon...

 

*** La communication du fascisme 2.0 inspirée du web a 20 ans d’avance sur la loi. De tels procédés sont déjà proscrits sur le web et un troller qui tenterait un coup pareil se verrait immédiatement banni du forum sur lequel il a posté. Pourtant, dans les médias traditionnels, on ne peut que regarder passer le troll de son pas pesant, et admirer la manoeuvre. Et cela risque de durer encore un moment.


http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/fascisme-2-0-votre-logiciel-56669

_________________________________________________________________________________________


Tout s'enchaine
Il existe deux sortes de maitres : ceux qui forgent des chaines et ceux qui les brisent. Souvent ce sont les mêmes ...

2 commentaires:
Milun a dit…

"Il y a, bien entendu,aucune raison pour que les totalitarismes nouveaux ressemblent aux anciens. Le gouvernement aux moyens de triques et de pelotons d'execution, de famines artificielles, d'emprisonnement et de deportations en masse, est non seulement inhumain (cela personne ne s'en soucie de nos jours); il est -on peut le demontrer- inefficace: et, dans une ere de technologie avancée, l'inefficacité est le péché contre le Saint Esprit.

Un Etat totalitaire vraiment "efficient" serait celui dans lequel le Tout Puissant comité executif des chefs politiques et leurs armées de directeur auraient la haute main sur une population d'esclaves qu'il serait inutile de contraindre, parce qu'ils auraient l'amour de leur servitude.

La leur faire aimer -telle est la tache assignée dans les Etats totalitaires d'aujourd'hui au ministeres de la propagande, aux redacteurs en chef de journaux et aux maîtres d'ecole." Meilleur des mondes - Aldous Huxley (préface 1946)

Milun a dit…

Fascisme 2.0 : votre logiciel démocratique va être mis à jourUne version 2.0 plus puissante et moins gourmande en ressources policières

Le contrôle des individus dans une société dictatoriale réclamait jusque là des exécutions de masse, de nombreuses arrestations, tortures, enlèvements. C’est à ce prix que le conditionnement des individus devenait suffisamment efficace pour qu’ils n’osent plus jamais remettre en cause le système. Avec le fascisme 2.0 cette brutalité massive est devenue terriblement dépassée. Grâce au contrôle mental des individus, plus souple et assumé par les individus eux-même, le fascisme 2.0 est incroyablement plus efficace que l’ancien. Je vous invite donc en exclusivité à découvrir ensemble les améliorations et les nouvelles fonctionnalités du fascisme 2.0. avant son déploiement imminent près de chez vous.

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/fascisme-2-0-votre-logiciel-56669

Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 15:20



Le réchauffement climatique…un mensonge ! Vidéo à l’appui !

Posted by admin on mai 26th, 2009 and filed under International, Santé & Environnement. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Source: AmériQuebec

Les climatologues ont besoin de dire qu’il y a un problème grave pour avoir des fonds de recherche. Ils ont intérêt à créer l’hystérie et la panique. Des dizaines de milliers de jobs dépendent de la théorie du réchauffement climatique par l’homme. C’est un big business. Une grosse industrie multinationale. Si toute la structure de la théorie de base s’effondre, il y aura beaucoup de chômeurs.

On vous dit que vous êtes responsables de tous les maux de la terre, notamment du « réchauffement climatique ». On vous ment. Ce n’est pas la faute des humains si la glace fond, si la mer monte et si les ouragans déferlent.

Le discours sur le réchauffement climatique n’est pas de la science. C’est de la propagande. De la frénésie. Il n’y a aucune preuve directe qui relie le réchauffement du 20ième siècle aux gaz à effets de serre anthropiques. Nous ne pouvons pas dire que le CO2 est le moteur du climat.

VIDEO



On dit que si le CO2 augmente dans l’atmosphère en tant que gaz à effet de serre, alors la température s’élève. Les forages glaciaires montrent exactement le contraire. Ainsi, l’hypothèse centrale de toute la théorie du changement climatique dû à l’homme est fausse.

Le réchauffement global provoqué par l’homme n’est plus seulement une théorie sur le climat. C’est devenu une cause morale et politique. Une religion. Les activistes disent que le temps des débats est terminé et les critiques, aussi scientifiquement rigoureuses qu’elles soient, sont illégitimes voire dangereuses. Les opposants au discours officiel sont des hérétiques. Il y a une grande intolérance pour n’importe quelle opinion dissidente. Douter de l’orthodoxie du changement climatique par l’homme est devenu la chose politiquement la plus incorrecte possible.

Il y a des moments dans l’histoire de la terre où nous avions un taux de CO2 trois fois celui actuel, d’autres où il était dix fois celui actuel. Si le CO2 a un effet important sur le climat, alors nous devrions le voir dans les reconstructions de températures. Aucun des changements climatiques majeurs des mille dernières années ne peut être expliqué par le CO2.

Le mensonge sur le réchauffement global anthropique est propagé par le sceau de l’autorité du GIEC, le Groupement Intergouvernement pour l’Étude du Climat, dont le corps armé d’activistes politiques est le Sierra Club, des anti-humains. Ils vont même jusqu’à agresser physiquement les scientifiques qui s’opposent à leur mensonge.

Les climatologues ont besoin de dire qu’il y a un problème grave pour avoir des fonds de recherche. Ils ont intérêt à créer l’hystérie et la panique. Des dizaines de milliers de jobs dépendent de la théorie du réchauffement climatique par l’homme. C’est un big business. Une grosse industrie multinationale. Si toute la structure de la théorie de base s’effondre, il y aura beaucoup de chômeurs.

Dans la longue histoire de la terre, il y a eu d’innombrables périodes où celle-ci était bien plus chaude et bien plus froide qu’aujourd’hui. Le climat a toujours changé sans aucune aide venant des humains. Les ours polaires sont très adaptables. Les variations climatiques du passé sont naturelles.

Il y a sept ou huit mille ans, une grosse partie du permafrost a fondu bien plus qu’actuellement. Il y a mille ans, le Groenland était plus chaud que maintenant et il n’a pas subi une fonte dramatique.

La source principale d’une perturbation météo est attribuée à la différence de température entre les tropiques et les pôles. Dans un monde plus chaud, cette différence diminue. Moins de tempêtes, moins de variabilité.

La calotte polaire est toujours en train de croître et de se réduire de manière naturelle. Les gens oublient que la glace est toujours en mouvement. Les ruptures dans les glaciers sont des événement naturels. C’est juste le printemps qui arrive.

Le niveau des océans change partout dans le monde en général. Il est gouverné fondamentalement par deux facteurs; le facteur local qui est la relation de la mer par rapport à la terre qui s’élève ou s’abaisse, puis l’expansion thermique des océans, processus énormément lent qui n’a rien à voir avec la glace qui fond. Il faut des milliers d’années à l’océan profond pour répondre aux forces et aux changements qui ont eu lieu à la surface.

Dans l’alarmisme actuel on dit que le coupable est la société industrielle. Le CO2 forme seulement 0,054% de l’atmosphère et la portion de l’homme censée l’augmenter est plus petite. Le CO2 est un gaz à effet de serre mineur. 95% des gaz à effet de serre sont de la vapeur d’eau.

Le CO2 ne peut pas être responsable des changements de la température. Il est une conséquence de l’augmentation des températures. Le CO2 est un gaz naturel produit par tout ce qui est vivant. Il assure la croissance des êtres vivants. Chacun de nous est fait de CO2.

L’homme n’est pas la source principale du CO2. Les volcans produisent chaque année plus de CO2 que tout ce qui vient des usines, des avions, des voitures, des camions et de toutes les autres sources de CO2 générées par l’homme, mises ensembles. Plus de CO2 provient des bactéries et des animaux que de l’homme.

Mais où est la vraie source du problème ? Il faut regarder la troposphère. Il faut regarder l’activité du soleil. C’est le soleil, et non le CO2 ou n’importe quoi d’autre, qui est le moteur des changements climatiques. Il a un effet de refroidissement par les nuages.

L’intensité du champ magnétique du soleil a plus que doublé durant le 20ième siècle. Chaque année, le soleil se rapproche de la planète Terre. Dans un futur très lointain, le soleil va bouffer la Terre. Fin du monde terrien. Tout se résume au soleil: le climat est commandé par les nuages, ceux-ci par les rayons cosmiques, ces derniers par le soleil. Le changement climatique est provoqué par le soleil. Le CO2 n’y est pour rien.

L’écologie extrême est apparue avec l’échec du communisme mondial. La gauche était fortement désorientée par l’échec du socialisme en tant qu’idéal. Par conséquent, il fallait trouver une nouvelle voie pour leur anti-capitalisme et leur anti-ce-grand- satan, les États-Unis.

Le principe de précaution est toujours utilisé dans une seule direction. Ça parle des risques d’utiliser les combustibles fossiles, mais jamais des risques de ne pas les utiliser. Ni des bienfaits de les utiliser. Il y plus de deux milliards de personnes qui n’ont pas accès à l’électricité. Les écolos sont silencieux à propos de la gestion des déchets nucléaires, pour lesquels personne n’a trouvé la solution pour s’en libérer, mais qu’on continue de produire. Le discours des écolos dit d’en faire plus. L’éolien et le photovoltaique sont trop chers pour les pays en voie de développement afin de diminuer l’apport des combustibles fossiles. Si l’Afrique n’utilise pas son charbon et son pétrole, c’est un suicide .

Si vous tripotez les paramètres d’un modèle mathématique, vous pouvez modéliser n’importe quoi. Des scientifiques trichent en changeant de manière subtile les hypothèses à la base des modèles de prévision. Ils vont les ajuster pour que ça donne quelque chose de très excitant, intéressant, spectaculaire. Ils aiment beaucoup la visibilité média.

La menace de désastres climatiques est une histoire d’intimidation par des occidentaux pour empêcher les progrès industriels vitaux dans les pays en voie de développement.

Le film çi-joint montre que le climat de la Terre est toujours en train de changer, qu’il n’y a rien d’anormal dans les températures actuelles, et que les preuves scientifiques n’accréditent pas la thèse d’un changement climatique provoqué par le CO2, d’origine humaine ou non.

http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=842#comment-93

Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 15:16


US : des Etats fédérés pourraient faire sécession

"Des hommes politiques de premier plan ont évoqué la possibilité de voir des Etats fédérés faire sécession, au Texas en particulier. Comme on le voit, la distance entre la réalité de la première puissance mondiale et l’image qu’elle projette à travers les médias grand public est devenue absolument stupéfiante." Michel Drac.


C’est en lisant cette réflexion que toutes les fleurs du futur se sont ouvertes à mes yeux éblouis. J’ai vu un papillon bleu. Il s’est posé sur la carte ci-contre. D’où vient-il ?

Du 15 avril 2009, date du recueil des taxes aux USA auprès des états fédéraux.


Chaque année au printemps, le gouvernement US réclame aux états assujettis la manne taxifère qui lui permettra d’alimenter ses corporations et ses fonctionnaires. C’est ce jour-là qu’un papillon s’est mis à voleter dans la tête sérieuse d’un gouverneur vassalisé.
Rick Perry, gouverneur du Texas, vient de lancer à la mairie d’Austin une "tea-party anti-taxes mercredi de même qu’un discours musclé contre le gouvernement revendiquant les droits des états, tandis que les participants criaient : Sécession ! … Perry a dit que les fonctionnaires de Washington ont abandonné les principes fondateurs du gouvernement limité, qu’ils étranglent les Américains aves leurs taxes, leur dépense et leurs dettes, que l’économie du Texas est en forme, si on la compare à celle d’autres états victimes de la prédation fédérale. De nombeux assistants portaient des pancartes tournant en dérision Obama et son renflouement aux corporations de 786 milliards de dollars."

Le Texas, grand comme la France, trois fois moins d’habitants, agricole et pétrolier se porte plutôt bien économiquement, malgré un taux d’obésité très élevé. Il est le seul état qui ait fonctionné un temps comme un pays indépendant. Et voilà qu’il en remet une couche.

Visualisons sans tarder l’image stupéfiante de cette Amérique qui se pixellise.

On l’a constaté : les Etats-Unis sont peuplés grosso modo de deux populations antagonistes du point de vue des valeurs, et qui, souvent, se distinguent aussi physiquement. L’une vote démocrate, l’autre républicain. La population R est plus enracinée, la population D plus cosmopolite. En 1988, au moment de l’élection de Reagan, la population R était majoritaire dans presque tous les états.

En 2008, on constate que la population D, au fur et à mesure des migrations et des bouleversements socio-culturels, a pris de l’importance : on la trouve principalement sur les côtes est et ouest et dans les états du nord, dont les industries anciennes ont été au fil des décennies délocalisées ou gravement plombées.

Si on en juge par les préférences électorales, le coeur de la fédération demeure fondamentalement républicain, ainsi que nombre d’états frontaliers du sud, confrontés aux tensions migratoires. L’influence des grands médias, du plaisir goulu de consommer et d’un pouvoir mondial encore très conséquent relativisent la rebellitude de ces régions : les masses sont souvent bien peu conscientes, et encore moins désireuses de le devenir. Mais procédons par grands traits et ne retenons des populations R et D que leurs éléments moteurs et l’énergie que ceux-ci dégagent. Benjamin Franklin l’a dit : " La rébellion envers les tyrans c’est l’obéissance à Dieu. " Or Dieu ne s’adresse qu’aux élites et en 2009, le Rebelle s’écrie avec Musset :
" Dieu parle, il faut qu’on lui réponde !"

Le Rebelle veut divorcer de son gros état fédéral pompeur et censeur, et même parfois pompier pyromane. Son gouvernement n’est-il pas en train de concocter à l’américaine une espèce de monstre hadopi, là, pendant que mai s’y met ?

Sécession, la seule réponse.

Est-ce bien légitime ? Oui ! répond Clifford F. Thies qui décrit dans le Mises Daily les trois raisons pour l’état rebelle de reprendre son tablier :
"1. le droit inaliénable à la sécession
2. la loi internationale de la sécession
3. la loi états-unienne de sécession.
Ces trois options autorisent toutes la sécession qu’un peuple a, plus que le droit, le DEVOIR de concrétiser quand sa liberté ou sa vie sont menacées par les comportements populicidaires de son gouvernement."

Thies analyse ces trois niveaux et a contrario l’hydre bipartite américaine où la moitié de la population US, dans tous ses états au propre comme au figuré, subit le joug de l’autre moitié. Il signale que les Etats- Unis, comme leur nom l’indique, sont constitutionnellement et historiquement une association d’états souverains politiquement comparable à la Suisse et non un état centralisé, de type jacobin. Il en ressort que "nous sommes face à une situation d’aliénation d’une moitié identifiable de la population par l’autre, dans un lieu identifié. Les conditions pour faire sécession sont réunies."

Et alors, le papillon bleu, quel rapport ? Le voilà. Si on superpose la carte électorale 2008 à celle des demandes d’indépendance des états par rapport au gouvernement fédéral, on y arrive. Voyez-le posé sur le gros état fédéral comme pour nous dire : je m’en occupe.

Les états sécessionnistes ou presque sont les suivants. Républicains : Alabama, Idaho, Nevada, Alaska, Arkansas, Kansas, Oklahoma, Missouri , Montana, Texas, Georgia. Démocrates : Illinois, + Hawaii, Colorado, Pennsylvania, Indiana, Maine, Washington, California, Arizona, Michigan, New Hampshire

Partons de l’idée que l’opposition à l’état fédéral a plus de chance de provenir des états qui ont voté "républicain" puisqu’un démocrate occupe depuis janvier 2009 le fauteuil présidentiel. Notre papillon pourrait représenter la géographie des opposants, non pas au gouvernement, ce dernier n’étant que l’expression en alternance républicain/démocrate du même complexe militaro-industriel, mais à son système actuel de valeurs.

Il se trouve que c’est la population D qui a actuellement son "représentant" socio-culturel au pouvoir. Elle ne peut espérer gouverner puisqu’on ne lui demande en fait jamais son avis, mais seulement imposer à l’autre population, via son élu, et par des mesures coercitives, un style de vie, un poids fiscal au profit de l’adversaire, une volonté de changer l’homme sans son accord, y compris physiquement, tout comme un épi OGM. 
On comprend qu’il y ait de la réaction du côté R
.

L’augmentation des taxes est telle qu’elle devient une raison suffisante à elle seule pour faire sécession. Mais il y a des raisons encore meilleures car parfaitement légitimes : la restriction des libertés fondamentales, telles que la liberté de parole, la suppression de la presse qu’elle soit virtuelle ou de papier, la confiscation des armes, l’aliénation des enfants de leurs parents et leur formatage scolaire, idéologique et social, l’impôt du sang (plus de 4 000 américains tués, 12 000 blessés avec séquelles dans les guerres du pétrole).
Oui il y a beaucoup trop de raisons de casser le vivre-ensemble des états plus très unis
.

Alors, révolutionnaires les républicains, et conservateurs les démocrates ? Certes non. Cinq états républicains et cinq états démocrates ont entrepris des démarches en vue de la sécession. Six états républicains et six états démocrates songent actuellement à les entreprendre. Sur la carte ci-dessus, pour les démocrates : sont représentés en rouge ceux qui ont entrepris ces démarches, en mauve ceux qui y songent. Seuls les états colorés en jaune sont à la fois, et de longue date, démocrates et contents : ils ne parlent jamais de faire sécession, le système, qu’il se traduise pour eux en retombées positives économiques ou en bénéfice psychologique, semble leur convenir. Ils abritent une population généralement cosmopolite, urbanisée, avec une forte proportion de catégories privilégiées et d’étudiants d’université sur la côte atlantique, et ouvrière ou sans emploi au nord. Ils se trouvent, à l’exception du Nouveau Mexique, sur la partie est et nord des Etats-Unis.

Voilà pourquoi nous abandonnerons les qualificatifs, dépourvus de clarté ou même de sens, de "républicaines" et "démocrates" pour qualifier les populations, et que nous leur préférerons R comme "révolutionnaires" et D comme "dominants". Sur la carte, le papillon s’étendra en tache jusqu’à couper les USA en deux parties distinctes. Il n’est que le début d’un mouvement inéluctable. Souvenez-vous, un frémissement de son aile provoque un cyclone à l’autre bout du monde.

On l’a vu, les 9e et 10e amendements de la constitution américaine garantissent aux états et au peuple tous les pouvoirs qui ne sont pas explicitement accordés par le gouvernement fédéral.
"Quand il deviendra clair qu’une majorité des états, parmi les plus productifs ont fait sécession, poursuit Clifford Thies, les autres états voudront reconsidérer leur statut : auront-ils le désir de renflouer les corporations, (...) les états en banqueroute du New Jersey et de la Californie, entre autres, quand le fardeau leur tombera dessus encore plus durement ?"

Observons la superposition bleue/mauve/rouge des volontés d’indépendance et des votes. Un état comme celui du Colorado, démocrate mais indépendant proclamé, ne peut à terme que suivre ses voisins dans la sécession. Le Nouveau Mexique resté loyal au gouvernement fédéral se verrait entouré d’états sécessionnistes, et dans sa position risquerait de devenir l’objet de proches convoitises, suivies de l’annexion guerrière au Mexique ou au Texas. Pourquoi dans ces conditions s’accrocher au gouvernement fédéral ?
Selon le Mises Daily, l’Alaska, la Floride et le Texas, parmi tous les autres, ont tout intérêt à faire sécession : ils en seront bien plus riches
.

Développons un scénario pixel :
2022.
Tout l’ouest, grande partie du sud, et le centre des USA, constitués, à part le Nouveau Mexique, d’états démocrates et indépendantistes ou républicains, ne forment plus qu’un bloc d’états indépendants, le bloc R des confédérés, tandis que l’est et le nord continuent l’état fédéral, non plus depuis longtemps une Union de territoires autonomes, mais bien un seul pays pourvu d’une direction oligarchique plus qu’autoritaire, héritière de l’actuelle. C’est le bloc D des fédéralistes. Plus réduit, il bénéficie des restes d’une armée qui s’est dispersée puis recentrée, de réserves financières, ainsi que d’une côte lui permettant la continuation du commerce transatlantique.
L’Alaska a préféré à la guerre d’annexion une politique de bons échanges avec la Russie. C’est l’intermédiaire obligé entre les états confédérés et Moscou
.

Ceux du bloc R ont abandonné aux états atlantiques la quasi totalité des relations avec l’Europe de l’ouest. Peu à peu cependant, il devient impératif pour les Européens de renouer les relations sectionnées avec les états confédérés, car les fédérés du bloc D continuent leur politique d’ingérence et d’humanitarisme gênant, pour ne pas dire pesant. Ils veulent être partout où on ne les attend pas. Il faut secouer ces habitudes, s’imaginent l’une après l’autre les nations européennes qui sortent d’épreuves sur lesquelles nous ne nous étendrons pas.

Les états confédérés de la côte pacifique se tournent vers l’Asie, les états agricoles du centre sur eux-mêmes. La meilleure façon de cultiver sans OGM ni éthanol, de récupérer les terres empoisonnées, les occupe infiniment. Ceux du sud, menés par le Texas gardent la frontière en permanence. La Floride a le choix soit de se détacher de l’état fédéral, de s’associer aux états voisins et de se tourner vers les Caraïbes, l’Amérique latine ou même l’Afrique, soit de rester quelque peu enclavée, pilier sud fortement hispanisé du gouvernement fédéral.

Pendant que les autres états retrouvent leurs racines et mentalités européennes, ceux du bloc D évoluent vers l’orientalisation voire l’afro-américanisation des mentalités. D’importants transferts de population s’exécutent volontairement d’un bloc vers l’autre, en fonction des affinités et schéma mentaux des individus.

Amaigris, les Etats-Unis se recréent peu à peu au sein du bloc R, plus homogènes, enfin libres.
Un bémol à cette félicité sans partage : après quelques années de coexistence difficile, la guerre éclate entre les deux blocs. Ceux du bloc D veulent retrouver ceux du bloc R et vivre ensemble comme avant. Les R sont si bien développés maintenant, en paix avec le monde. Et la liste de clients qu’ils ont ! On n’aurait pas dû divorcer, se disent les fédéraux D (goûtés). Ce n’est pas l’avis des R.

On ne connaît pas la suite.

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/us-des-etats-federes-pourraient-55945

Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 04:14


Liberté de la presse
ou encadrement de l'information ?


Extrait :

Les médias, la pub, le conseil politique, la sondagite aiguë et la com' politique

Quelles sont les méthodes utilisées ?
L’actualité, quelle actualité ?
Mais quel est ce produit "miraculeux" ?
Mais quels sont exactement ces "produits" ?
Réécriture (rewriting) des évènements de l’histoire des peuples.
De quels moyens disposent-ils pour asservir l’information ?

Un exemple récent
La presse et les médias :
Comment utilisent-ils ces moyens à la fois économiques et politiques pour "asservir" l’info ?
Quel est le rôle réel des femmes et des hommes politiques ?
Qui sont les acteurs de cette mascarade mondiale ?
Quel est le mode de fonctionnement ?

Avertissement:
Il n’est pas question de mettre tous les médias dans le même sac, certains sont authentiquement indépendants, et les journalistes* de ces rédactions sont d’honnêtes et vrais investigateurs, (c-à-d, qu’ils font un travail d’enquête sans concession si ce n’est qu'à la vérité). Leur travail s’apparente à un authentique exploit, car pour exercer aujourd’hui ce métier il faut avoir une sacrée dose de courage ; les autres sont aux ordres et ne méritent aucune indulgence de notre part… …on peut citer au hasard, Berlusconi, Murdoch et consorts, qui se vantent grâce à leur "empire de presse" de faire ou de défaire respectivement, les gouvernements italien ou anglais. Et d'ailleurs Sarkozy se serait fait élire en partie grâce à ses relations avec des propriétaires de groupes médias (presse écrite, radio, télés etc.), qui sont aussi à la tête d’importantes sociétés internationales.

Note: *Il leur arrive d’écrire des livres sur des sujets brûlants et leurs enquêtes sont généralement assez honnêtes.

Lien :
http://la-sociale.viabloga.com/news/liberte-de-la-presse-ou-encadrement-de-l-information


http://vigicitoyen.canalblog.com/archives/2009/05/26/13863277.html



_______________________________________________________________________________________



Quelles sont les méthodes utilisées ?

Les méthodes sont issues de la pub (via les agences d’opinions), et relayées par les médias aux ordres. Et l’on distingue nettement deux méthodes (deux types de vente, puisqu’il s’agit de vendre des infos et des images). La première, réservée aux professionnels bonimenteurs, qui vantent indifféremment tel ou tel produit, c’est du vent ! Elle correspond à une période qui se situe avant la seconde guerre mondiale (grosso-modo, l’entre-deux guerres).

La seconde est axée sur des techniques de persuasion (issues en grande partie de la propagande de masse, qu’on appelle parfois "bourrage de crâne"), on manipule l’opinion, et la méthode s’adresse prioritairement à une clientèle de femmes et hommes politiques (le contenu des messages est pour l’essentiel constitué de slogans et d’"images", et ces dernières peuvent être retouchées à l'infini) aux chefs d’entreprise et aux décideurs de toutes sortes. Une variante est directement tirée de cette méthode ; dans cette variante on ne persuade pas (il s’agit toujours de propagande, mais...) on suggère, nuance !


L’actualité, quelle actualité ?

Il s'agit d’infos de complaisance, d’infos bidons (infos décriées et en réalité des non-évènements), et les ordres des dirigeants ou des maîtres du monde. Des Techniques fondamentales, telles la Suggestion et l'autosuggestion, dont les marchands de soupe (1) croient détenir "la pierre philosophale" (un "produit" qui transformerait tout en or !), et dont l'usage pourrait laisser espérer de nombreux avantages, et même plus !


Mais quel est ce produit "miraculeux" ?

Il s’agit de "com’ politique".
Elle s’accompagne généralement de son pendant, le *sondage (2), et ce sont les entreprises étasuniennes qui ont été les premières à utiliser ces derniers pour connaître les attentes supposées des consommateurs et ainsi augmenter leurs marchés. Progressivement, la frontière entre marketing et politique s’est effacée, et en 1936 le journaliste G.H. Gallup (Gallup, (3) il s'agit de la seconde méthode non-sophistiquée "la persuasion") fonde l’American "Institute of Public Opinion" en vue de l’élection présidentielle.

*Notes techniques : Les sondages d’opinion concernant les sujets politiques sont nés du développement des techniques de marketing. Aujourd’hui encore, le sondage politique d’opinion est indissociable du marketing : ce type de sondage ne représentait que dix à vingt % du chiffre d’affaires (C.A.) des instituts de sondages (qui leur sert de "vitrine"), l’essentielle de l'activité commerciale concerne les études marketing commandées par les entreprises. À ce titre il serait plus juste de les qualifier "d’entreprise de marketing et d’opinion" plutôt que d’ "institut de sondages", terme laissant à penser qu’il s’agit d’organismes universitaires ou scientifiques. Tous les sujets sont évidemment traités, et en particulier les plus porteurs comme, la consommation, les jeux, le sexe, le sport, la santé, les faits divers etc.
Fini l'art de la rhétorique ! Aujourd'hui il faut faire place nette à la com' politique...


Mais quels sont exactement ces "produits" ?

On distingue plusieurs types de "produits".

Dans la première technique (grosso-modo la période de l’entre-deux guerres mondiales), il s’agit du bagout ; peu de moyen matériel, un bonimenteur (menteur professionnel expérimenté) pour vanter de supposés mérites à tel ou tel produit de consommation courante, et au final pour vendre à peu près n’importe quoi ; mais rapidement cette méthode ne sera plus adaptée aux nouveaux moyens de communication (les nouvelles technologies).


Dans la seconde technique, beaucoup plus dangereuse pour la sauvegarde du droit à l’information, car les "produits" sont d’une tout autre espèce.

Beaucoup plus sophistiqués que celui de la première catégorie, car il s’agit de manipuler l’opinion (certains diront pour nuancer le terme manipulation, "influencer").

La clientèle potentielle (ciblée) sera adaptée aux nouveaux "produits".


Cette clientèle est exclusivement composée de personnes influentes : des décideurs (chefs d’entreprises, les fameux "capitaines" d’industries etc.) ou de dirigeants politiques et syndicaux (toutes tendances confondues).


Les produits proposés auront la même finalité que le "produit" décrit dans la première catégorie, mais "le challenge" aura changé, il s'agira de vendre n’importe quoi, mais pas n’importe comment ! La différence est de taille, car les "produits" opèrent dans les deux sens ; on surajoute au "produit" décrit dans la première catégorie des effets beaucoup plus sophistiqués et normalement plus efficaces (leur efficacité stratégique n'est absolument pas prouvée, c’est aussi ça la pub !)

On vendra de l’"image", et cette "image" sera constamment retouchée pour adhérer à l’actualité, toujours dans le soucis permanent de plus d’efficacité, (une actualité/évènement fabriquée de toute pièce) et de la "com’ politique" (le "message" ). Elles composeront l’essentiel du discours politique dont l’orientation coïncidera merveilleusement avec les "préoccupations" du moment (et correspondant aux résultats de sondages effectués par des agences d’opinion). Leur contenu ainsi que la technique utilisée s’apparente au slogan publicitaire. Les thèmes sensés intéresser prioritairement les consom… les citoyennes et les citoyens, thèmes qui "ornent" les beaux discours de ces messieurs-dames.

Il s’agit bien d’un "produit" de consommation, à une nuance près, sa fonction première réelle est de prendre en compte la vie de nos concitoyens.


Cette technique se substitue au discours "classique", fondés sur de réelles propositions et sur un programme en adéquation aux réelles préoccupations s’adressant à de vrais citoyens. Ces discours furent ringardisés (T.I.N.A. est passée par là) et remplacés par du slogan et de l’image.


Des "produits" éminemment politique, bien sûr, mais dont le rôle est d'aseptiser la politique, de la vider du réel et la rendre plus consommable !


Ceci permet de mieux comprendre le désintérêt grandissant de nos concitoyennes et de nos concitoyens pour la gente politique, de la décrédibilisation du personnel politique. Celui-ci est assimilé à un produit de consommation courante, dont on n’attend rien, et s’avère incapable de résoudre les problèmes quotidiens.

Les communicants ne sont pas à la hauteur, et n’ont aucune compétence politique, alors pourquoi sont-ils si utiles aux gouvernants en ce moment ? Aucune réponse claire ne sera apportée à la question, et vous comprendrez pourquoi.


Lorsque des spécialistes ou des conseillers (les agents d’agences de pub-communication-sondage-conseil en image (4), pensaient que les Françaises-Français donnaient l’impression de "mordre" (c-à-d, paraissaient être influencé par les nouvelles techniques de vente), et qu’il suffisait de transposer la "cuisine" (la technique) publicitaire au monde réel, en créant par exemple de l'"image" idyllique du candidat-dirigeant politique ainsi qu’un "discours-produit" (5) tiré de résultats d’enquêtes d’opinion, en imaginant que le tour serait joué, se sont lourdement fourvoyés !


Notes

(1) Il faudrait ajouter à la liste toutes les organisations et les organismes (plus ou moins secrets), qui gravitent dans les sphères du pouvoir et qui en tirent de nombreux avantages, en se faisant un maximum de fric.

(2) En France, le sondage d’opinion appliqué à la politique est apparu autour de la seconde guerre mondiale par l’entremise de Jean Stoetzel fondateur de l’"IFOP" (Institut Français d’Opinion Publique). Certains (les agents d'agences de pub par exemple) le situent juste après guerre.

(3) Il y a un fort décalage par rapport aux méthodes de "communication" actuelles, car il n’est plus question de persuasion mais de suggestion. Gallup c’est dépassé ! Gallup, c'était des techniques issue de la propagande de masse, des méthodes de persuasion et d’autopersuasion, qui étaient dans l’air du temps, et à cette époque la propagande sévissait partout dans le monde ( les nazis ont appliqué la propagande de masse via leur organisation la Reichs-Rundfunk-Gesellschaft (RRG), centrale de commandement de la radio national socialiste, la RRG, dont le siège était situé à Berlin, qui regroupait 38 stations et en composait les programmes de propagande, qui avaient un double objectif, diffuser la voix du Führer et « procurer la force par la joie ». Sous la République de Weimar, la RRG est une radio d'État dont la Reichspost a le monopole. Celle-ci, en pleine déconfiture économique due à la crise qui sévit dans les années 1920, prend l'initiative de créer des stations en faisant appel au privé). A présent, grâce aux nouvelles technologies, les techniques de marketing se sont transformées et la "com’ politique" aussi.

(4) Les agences de marketing et d’opinion ont discrètement ajouté une activité à leurs pratiques commerciales, le conseil (le "consulting" pour faire branché) et proposent des "produits" adaptés à cette nouvelle pratique (et dans cette nouvelle pratique, il est beaucoup plus clair qu’il s’agit de vendre du vent !) Il y a de grande chance que ce type de "produits", finissent de la même manière que les nouveaux produits financiers trop sophistiqués (se fut l’une des excuses avancées pour justifier les causes de la crise économique mondiale), par perturber et finalement faire crever la bête !

(5) Les thèmes abordés dans le discours des femmes et des hommes politiques seront en rapport direct avec les résultats d’enquêtes d’opinion, mais ne proposeront rien en réponse aux réelles attentes de nos concitoyennes et concitoyens. D'autre part, selon une étude récente, Il a été prouvé que de plus en plus de "sondés" refusaient de répondre aux questionnaires des enquêtes des agences d’opinion, et que ce pourcentage était tellement élevé, qu'il obérait la crédibilité de ces résultats d'enquêtes, et pouvait même remettre en cause la méthode ! Avis à la clientèle des consommatrices/teurs de résultats d’enquête d’opinion fournis par nos agences en marketing, les produits qui vous seront proposés n’auront peut-être pas la qualité de celui que vous êtes en droit d'attendre, méfiance camarades consommateurs de résultats d’enquête d’opinion !


Réécriture (rewriting) des évènements de l’histoire des peuples.

Quand les peuples se réfèrent à l’histoire réécrite, ils n’ont pas le sentiment qu’en réalité il s’agit d’une contrefaçon due à des décisions politiques (c'est aussi une grande partie de "l’information" qu'on nous est fournie aujourd'hui), il pense (à tort) qu'elle est authentique. Les seuls (1) qui pourraient émettre quelques doutes, se sont les étudiants, les chercheurs ou quelques érudits, mais que font-ils pour lutter contre ?

Les nouveaux encyclopédistes sont nos internautes !

Certains internautes, par pure provocation ou par malveillance, publient des contre-vérités sur tel événement, tel fait historique ou tel personnage, et tout le monde sait qu’il est (ou sera) de plus en plus difficile, sinon impossible de corriger (d’en corriger la portée) ces actes de malveillance caractérisée, et ces contre-vérités seront nos références de demain.

Déjà de nombreuses vraies-fausses références et informations circulent sur Internet, sans que grand monde ne s'en soucie réellement.

Dans le domaine de l’écrit, aux archives nationales ou locales (privées ou publiques), ainsi que les bibliothèques/médiathèques, font des choix pas toujours très clairs, et détruisent certaines archives dites "secondaires" ou des volumes que l’on jugent moins intéressants (puisque peu demandés et donc lus) selon des critères bien souvent fallacieux et avant tout politiques.

Certaines rééditions ne sont que des contre-façons manifestes, et bien souvent sans rapport avec les originaux. On aura compris qu'il s'agit de "compiles", dont le but réel est de faire des sous, et cette pratique n’a rien à voir avec le travail d’un honnête éditeur.

Dans le domaine de l’information ou des médias, les commentateurs actuels sont très souvent des courtisans-laudateurs, et l’interprétation de tel ou tel événement est souvent sujette à caution. Le journalisme n’a rien à voir avec ces mœurs déshonorantes.


De quels moyens disposent-ils pour asservir l’information ?

Tous les gouvernements mondiaux et les vrais décideurs de toutes les Nations, pratiquent de la sorte, mais on peut dire que les gouvernements étatsunien, chinois (2), israélien et russe (2) sont particulièrement actifs dans ce domaine, et sont sans conteste les mieux adaptés (et équipés) pour le "travail" de réécriture d'évènements de l’histoire des peuples.

Un exemple récent
Durant les derniers conflits "mondiaux" (3) en cours (rappel : il s’agissait d’anéantir en le détruisant un pays désigné à la vindicte mondiale, et pour commettre cette ignominie, une coalition de plusieurs pays (3) était formée à cet effet), et pendant toute la durée d’une période "exceptionnelle" (en fait les premières semaines du conflit) les médias étaient réduits à néant (bien souvent avec le consentement de leurs propriétaires, bien sûr), toutes les informations étaient canalisées puis filtrées, pour être ensuite substituées par d’autres, fournies par les agences de propagande gouvernementale et les officines officielles (ou officieuses) de toutes espèces, les évènements et les faits réels étaient ouvertement réécrits et adaptés à l’idéologie dominante.

Maintenant que les gens sont habitués aux conflits en cours, les gouvernants suppriment tous ce qui les dérangent et en premier lieu les images en provenance des théâtres d’opérations (là où se commettent les pires exactions).

Les pays occidentaux sont considérés comme en temps de paix (bien qu’ils se déclarent en guerre contre le terrorisme), imaginez-vous le contraire !
Suite à ces conflits (en Irak, en Afghanistan, au Pakistan etc.), le dispositif anti-terroriste et les décisions politiques qui accompagnent ce dispositif ont eu pour premiers résultats immédiats et visibles par tous de restreindre les libertés individuelles, de donnés aux juges anti-terroristes des moyens juridiques quasi illimitées, pour obtenir les résultats que l'on connaît... (lire à ce sujet "Le coup de Tarnac" de Marcel Gay, paru chez Florent Masso).

Très rapidement les dirigeants politiques et les propriétaires de puissants groupes médiatiques franchirent le pas, et prirent la mauvaise habitude de (au mieux) de tronquer ou de taire les faits réels et au pire de les transformer ( méthodes de réécriture, d’interprétation et de commentaires complaisants). Il s’agit là, d'une conception partiale de l’actualité (les médias consentent puisqu’ils sont entre les mains de financiers, le fameux "mélange des genres"). Cela ressemble de plus en plus aux méthodes développées et utilisées systématiquement par les anciens pays du "bloc communiste" et du régime nazi ou fasciste.



Notes


(1) les historiens furent à toutes les époques, soit complices, soit consentants pour des raisons de sécurité, de leur propre sécurité et de celle de leurs proches, de ces pratiques)
(2) En ce qui concerne la Chine et la Russie (ou d’autres pays), la presse y est très encadrée, ce qui ne veut pas dire qu’aux Etats-Unis où en Israël la presse ne l’est pas, mais les méthodes de contrôle des médias sont assez différentes, car il s’agit d’autocensure ou de persuasion (par exemple, si vous écrivez sur tel responsable ou telle société, au hasard, un groupe du BTP, et que (toujours au hasard) vous travaillez à télébouygues (TF1-LCI), on vous persuadera amicalement, bien entendu, qu’il n’est pas dans votre intérêt de critiquer ouvertement votre "protecteur" ou la main qui vous nourrit, sinon vous pourriez en subir rapidement les conséquences…)
(3) "mondiaux" n’est pas très approprié, car il s’agissait en majeur partie d’une coalition de pays occidentaux.


La presse et les médias :

Dans les salles de rédaction les priorités ne sont pas partout les mêmes ; tel journal ou tel hebdo tairait tel ou tel événement au prétexte qu’il n’intéressait pas les gens (Chabot, la cheftaine de l’info des chaînes publiques FR2 et FR3, en a fait une brillante démonstration (1) durant la campagne des élections présidentielles, elle en fut "récompensée" - n’a-t-elle pas le droit de faire la bise à Sarkozy ?)

Pas d’indulgence pour ce type de pratique !

Rien ne dit que dans le futur elle n’aura pas à le regretter amèrement.

Comment utilisent-ils ces moyens à la fois économiques et politiques pour "asservir" l’info ?


Un peu d’histoire, s.v.p.


Le conseil en stratégie managérial est un concept purement étasunien, c’est le système économique mondial (sauf évidemment pour les pays du "bloc communiste") qui domine à ce moment là (l’après seconde guerre mondiale et a perduré jusqu’au début des années soixante dix), il était directement issu des accords de Bretten Woods, et la France n’y avait joué qu’un rôle mineure ; le leadership étasunien était la seule référence en la matière et le suivisme politique était très répandu (aucun pays n’aurait pris le risque de l’isolationnisme), et ce, malgré de Gaulle et son goût très prononcé pour l’indépendance. Lorsque les dirigeants politiques et les maîtres de la finance nationaux, s’en attribuaient tout le mérite, on ne peut qu’être assez sceptique. Il était les vrais propriétaires de la France, certes, ils pouvaient éventuellement s’adapter (via un système de réseaux) pour mettre en relation les chefs d’entreprises (ou d’autres décideurs) avec les femmes et les hommes politiques français. Puisque ces derniers avaient d’énormes commandes à passer (entre autre, dans le cadre du plan Marshall), ils devenaient tributaires des uns et des autres (et par la suite les chefs d’entreprises devenaient leurs obligés...), et les gouvernants étaient des entremetteurs, moyennant une commission de X % sur toutes les transactions (en général elle tournait autour de 10%), et de ce fait les moyens économiques étaient évidemment énormes, rien n'est trop cher ni trop beau dans ce domaine (l’image et la com’politique), car il s’agit de pigeonner les gogos !


Quel est le rôle réel des femmes et des hommes politiques ?

Les techniques d'escamotage : Ce fut de tout temps une priorité permanente qu’exécutèrent fébrilement (dans l’ombre à l’abri des regards indiscrets) les vrais décideurs et les maîtres du monde, la pratique de ces techniques d'escamotage s'opère par petites touches successives et continues (on mêle des mensonges aux faits réels), de la réécriture d’évènements historiques (les évènements fabriqués n’entrent pas dans cette catégorie, puisqu’il sont "fabriqués" de toutes pièces), où les faits réels sont revus et corrigés pour correspondre à l’idéologie du moment (l’idéologie que choisissent les maîtres du monde, bien entendu). Les gens du commun n’ont pour référence que cette réécriture permanente de leur propre histoire (les étudiants, les chercheurs etc. peuvent à loisir se documenter dans les bibliothèques misent à leur disposition, mais la "réalité" réécrite ne colle pas aux résultats de leurs travaux).

Ainsi va le peuple dit "souverain" (peuple alibi) (2), vers un oubli total de sa propre histoire.

Et les vrais décideurs, discutent de ce que seront les évènements à venir (ils s’agit des ordres qu’ils donnent), et surtout quelle idéologie sera la mieux adaptée à leurs propres intérêts. Le peuple n’aura rien à redire, il devra s’exécuter sans rechigner. Tel est son avenir.


Qui sont les acteurs de cette mascarade mondiale ?

En France, c’est "le tout Paris", des femmes et des hommes politiques, des journalistes, des stars, les barons des grandes entreprises ou des sociétés multinationales. Ce fut durant les "trente glorieuses" (pas "glorieuses" pour tout le monde, loin de là), que se développèrent à l’échelle mondiale les réseaux d’obligés et les méthodes affinées pour mettre en relation le monde de la finance et le monde politique, via les lobbyistes (des groupes très structurés, des agences de pub, des agences d’opinion ou autres officines).

Ils se réunissent en organisant des "fêtes" ou plus discrètement dans des endroits privés. C’est durant ces rencontres que se construisent ou reconstruisent (et aussi déconstruisent) les "contacts", réseaux d’"amitiés" et d’influences (multiples, diverses et variées) se rendant indispensable (on peut ajouter les réseaux d’obligés) les uns des autres, du grand patronat, des membres du gouvernements, des politiques (toutes étiquettes confondue) etc.

Ils (les méthodes décrites ici et les résultats escomptés) sont plus que jamais les ingrédients de la vie politique actuelle, et sont importés directement des Etats-Unis. Pour illustrer ces lignes, on peut citer cette phrase : «… ils (les dirigeants politiques et les décideurs) contribuent à faire entrer la France dans le siècle de la communication… », tout est dans le "ils contribuent"…


Quel est le mode de fonctionnement ?

Là même où le modèle de direction (centres de décision, structures et organisations) bien que surannés, perpétue l’emprise sous le commandement d’un chef, d’un leader etc. On déresponsabilise les personnes dépendantes des décisions d’un leader, elles obéissent et rendent des comptes, mais en aucun cas ne contestent les ordres ! (en complément lire ou relire l’article : « Axiome de base. "Le centre directeur est devenu maintenant occulte : on n'y place jamais plus un chef connu, ni une idéologie claire." (axiome extrait de « Commentaires sur la société du spectacle »), paru sur ce site.


(1) Il s’agissait de taire une affaire concernant le maire de Neuilly (Sarkozy), dont le sujet était l'octroi de certains avantages sonnants et trébuchants via une manœuvre illicite avec la complicité d'une promoteuse immobilière locale. A l’époque elle avait déclaré à des journalistes travaillant dans ses rédactions et un peu plus scrupuleux qu'elle : « ça n’intéresse pas les Français ! »
Un candidat aux élections présidentielles commet un détournement, et ça n’intéresserait pas les Français !
(2) On peut tout aussi bien dire "peuple virtuel", puisqu’il n’est sollicité qu’un jour tous les cinq ans, par exemple lors des élections présidentielles.

PS : Sous le règne sarkoziyen, l’indépendance de la presse est largement remise en cause, et le contrôle permanent de nominations de responsables médias publiques et de journalistes (qu'elles soient dans les rédactions publiques ou privées) se multiplient, et Sarkozy s’implique directement dans ce jeu de dupes. (les dupés ne sont pas toujours ceux qu’on croit !)

http://la-sociale.viabloga.com/news/liberte-de-la-presse-ou-encadrement-de-l-information
Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 03:20

Un journaliste Anglais:
”Il faut à tout prix stopper le groupe Bilderberg “


source
http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=706#comment-81

 

 

Source: ThruthNews

- Témoignage
- Appel


Reproduction autorisée pour les bloggeurs à condition de citer clairement SpreadTheTruth.fr


Reproduction strictement interdite pour tous les médias en ligne.

Traduction réalisée par l’équipe de SpreadTheTruth.fr. Tous droits réservés SpreadTheTruth.fr


Charlie Skelton, journaliste pour le journal britannique The Guardian, et qui a commencé la couverture de l’évènement de la réunion des Bilderbergs dans une atmosphère détendue, est désormais averti du traitement épouvantable que la police et les agents secrets lui ont fait subir. Ce qu’il a subit n’est qu’un avant-goût de ce qui nous attend, si nous nous référons au programme du groupe Bilderberg, et plus précisément des cartes d’identités et micro puces sous cutanées destinées à être implanté sous la peau.


(Nous précisons que la carte d’identité n’existe pas au Royaume Uni. Mais un projet de loi récent vise à rendre obligatoire le port de la carte d’identité.)


Au début, la couverture de l’événement prenait la forme d’une satire, Charlie Skelton a quitté la Grèce hier, pétrifié jusqu’à l’os en raison de la manière dont il a été harcelé, détenu, par les autorités grecques pendant plusieurs jours, et ce pour avoir pris de simples photos de l’Hotel ou se trouvait les membres du groupe Bilderberg.


« Mon expérience durant ces derniers jours en Grèce m’a dégouté » « Nous devons nous battre, nous battre, nous battre, maintenant, tout de suite, de tout notre cœur, pour stopper le projet de carte d’identité »

« Je peux vous dire désormais que l’argument qui consiste à dire « Si je n’ai rien fait de mal, je n’ai donc rien à craindre des autorités» n’est que foutaise, plus que ça, c’est une connerie. »


« J’ai appris quelque chose durant ces fouilles, cette détention, que j’ai du subir à cause du groupe Bilderberg. J’ai passé la semaine à vivre un cauchemar. Durant cette semaine, j’ai eu un clair aperçu d’un monde ou la police règne en maitre sans gardes fous. Ça m’a terriblement meurtri »


Skelton ajoute que la carte d’identité fera de tout citoyen un suspect potentiel, et ce serait « la fin de toutes choses » précisant que des plans sont également en cours pour substituer la carte d’identité par une puce sous cutanée pour une plus grande efficacité et un suivi total de la population.


Durant la précédente réunion des Bilderberg à Washington en 2008, une source du journaliste d’investigation Jim Tucker lui a dit que le groupe Bilderberg était en discussion pour pucer les hommes à grande échelle.
Ce plan serait présenté sous le prétexte de la lutte anti-terroriste. Les « gentils citoyens » seraient autorisées à voyager librement aussi longtemps que leur puces pourront être scannées et les informations stockées dans une base de données.


Charlie Skelton a mis en lumière le fait que les autorités grecques étaient en situation de force pour harceler et intimide les journalistes en raison du faible nombre présent à l’évènement.

Aujour’dhui, Charlie Skelton, appelle tous les journalistes citoyens à se rendre au prochain lieu du meeting du groupe Bilderberg en 2010.

« Si les grands noms de la presse refusent de couvrir cet événement annuel, c’est alors un devoir pour les journalistes citoyens que d’accomplir cette tache nécessaire : les médias du peuple. Trouvez vous une caméra ou un appareil un photo, et rejoignez nous pour le prochain rendez vous des bilderbergs en 2010. Aucune idée ou cette réunion se tiendra, mais habituellement, on le découvre quelque jours auparavant »


La réunion des Bilderberg a été une fois de plus marqué par un black out absolu de la part des médias alors que 150 des personnalités les plus importantes de la planète décidaient en secret de l’avenir de tout un chacun.
Un sommet du G20 ou le Forum Economique Mondial aurait systématiquement fait l’objet de milliers de reportages dans les médias. Le Groupe Bilderberg en raison de son caractère secret devrait normalement attirer les journalistes à la recherche d’un scoop. Aucun des médias américain n’ont osé abordé le sujet.


Faites des pétitions, saisissez vos parlementaires afin qu’ils interrogent le gouvernement.
Cela s’est produit il y a quelques jours au pays bas. Citant un article de Paul Joseph Watson(contributeur des sites d’alex jones), un membre du parlement néerlandais a saisi le parlement au sujet de l’implication du premier ministre néerlandais, le ministre néerlandais des affaires européennes, et la reine Beatrix au sein du groupe Bilderberg. Ce même parlementaire a demandé si la ratification du traité de Lisbonne a fait l’objet de discussions durant la réunion du Groupe Bilderberg et de rendre public tous les éléments figurants au programme, ainsi que l’ordre du jour


En France, il existe un mouvement de protestation contre les activités secrètes et nocives du Groupe Bilderberg. Ce mouvement est WeAreChangeParis
http://www.wearechangeparis.com



_________________________________________________________________________________________




Conférence à ne pas manquer:
S’adapter au nouvel ordre mondial!

.

Attention, attention, la grande coterie se rencontre. Les pharaons en cravates se rencontrent, les grands esprits se retrouvent.
Tout d’abord, à Athènes, certains des plus importants hommes d’affaires et politiciens de la planète se sont rencontrés pour tenir leur
rencontre annuelle secrète avec le groupe des Bilderberg, sous un contrôle de sécurité très étroit. Le luxueux hôtel, le Astir Palace, était protégé par des douzaines de policiers qui avaient pour mission de garder à l’écart la presse et le public, rapporte un journaliste de AFP.

Ensuite, le Sunday Times nous apprend qu’un club de milliardaires de l’Amérique s’était réuni pour discuter de leurs lourds soucis concernant la menace désastreuse environnementale, sociale et industrielle. Parmi les soucis les plus importants à émerger de cette rencontre est la surpopulation de la planète, ainsi que des différents moyens pour parvenir à la contrôler et la réduire. Dépopulation mondiale. Ils se sont eux aussi rencontrés en privé, à l’abri des regards indiscrets, « pour considérer comment leurs fortunes pouvaient être utilisées pour ralentir la croissance de la population mondiale et accélérer les améliorations en santé et en éducation. Les philanthropes qui ont assisté au sommet organisé par l’initiative de Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft, ont discutés de joindre leur force pour vaincre les obstacles politiques et religieux qui s’opposent au changement. »


Ce club nommé le « Good Club » par un « insider » inclue David Rockefeller Jr, le patriarche de la dynastie la plus fortuné de l’Amérique, Warren Buffett et George Soros, des financiers, Michael Bloomberg, le maire de New York, et des dirigeants de grands médias, tels que Ted Turner et Oprah Winfrey.


Mais nous ne seront pas en reste. À Montréal va se tenir une conférence du 8 au 11 juin 2009, à l’Hôtel Hilton Montréal Bonaventure, intitullée:
S’adapter au nouvel ordre mondial. Le tout se passe dans le cadre de la 15e conférence annuelle du Forum économique international des Amériques. Ça va être fantastique, amener vos enfants et des sandwichs. Parmi les fiers commanditaires de cet évènement, on retrouve Power Corporation du Canada du clan Desmarais, La Banque Royale du Canada, Rio Tinto Alcan, Génome Québec, GDF Suez, la Société générale de financement du Québec, Exportation et développement Canada (EDC), VIA Rail Canada, la Banque de développement du Canada (BDC),  Investissement Québec, la firme d’avocats Fraser Milner Casgrain, Deloitte, SNC Lavalin, le CRDI et la CSST, le HEC Montréal, La Presse, le National Post, le gouvernement du Québec et du Canada ainsi que de quelques banques internationales.


Au programme
:

S’ADAPTER AU NOUVEL ORDRE MONDIAL

Nous traversons actuellement une période de crise économique et financière planétaire qui instaurera un nouvel ordre mondial. Les leaders internationaux et gouvernementaux, chefs d’État, gens d’affaires, universitaires, membres de syndicats et représentants de la société civile doivent se réunir et repenser leurs stratégies. Le moment est venu de développer des solutions multidisciplinaires innovatrices qui nous permettront de faire face aux nombreux défis que représente ce monde multipolaire et en améliorer l’état.



LES GRANDS THÈMES DES QUATRE JOURNÉES DU FORUM :

Lundi 8 juin 2009 : économie et gouvernance

Mardi 9 juin 2009 : Journée du millénaire : développement durable, santé et énergie

Mercredi 10 juin 2009 : le commerce international et les Amériques

Jeudi 11 juin 2009 : finance internationale


Vous aurez la chance, vous et vos enfants, d’entendre des somptueux invités spéciaux, tels que Madeleine ALBRIGHT, ancienne secrétaire d’État des États-Unis; Mark CARNEY, gouverneur de la Banque du Canada; Stockwell DAY, ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie Pacifique, Robert B. ZOELLICK, président, Groupe de la Banque mondiale; Paul Desmarais, président du conseil et co-chef de la direction, Power Corporation du Canada; L’honorable Pierre S. Pettigrew, conseiller de la direction, Deloitte et ex-ministre des Affaires étrangères et du Commerce international (Canada); Michael Wilson, ambassadeur du Canada aux États-Unis et plusieurs autres superbes personnages.

Alors, régalez-vous, il y en a pour tout le monde. Les prix vont de $400 par personne pour la moitié d’une journée à $1600 pour les 4 jours. Les tarifs exécutifs varient de  $1 150 à $2 850. Une aubaine.

Si c’est cela que ça prend pour s’adapter au nouvel ordre mondial, et bien moi, je n’hésite pas. On se retrouve là-bas!

À bientôt!

François Marginean des 7 du Québec

Le blog personnel de François 

Le site des 7 du Québec

Sun Tzu

Le blog qu'il faut lire,
http://suntzu.vox.com/

Vidéos sur la pandémie à voir absolument !

Julien coupat, interview du faux coupable des attentats de Tarnac
(Julien Coupat, bientôt libre !)


________________________________________________________________________________



Mon article :


http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/post/7010605/des-criminels-sont-a-la-tete-du-monde-ils-doi




_________________________________________________________________________________________



Ainsi le sort en est jeté, tout ça serait donc inéluctable :

Rendez-vous a Montreal de 08 au 11 juin 2009
Pour la grande conférence "S'adapter au Nouvel Ordre Mondial"
 

Le Forum économique international des Amériques a l'honneur de confirmer la présence de :
ALBRIGHT, Madeleine, ancienne secrétaire d'État des États-Unis
ASHTON, Catherine, commissaire au commerce, Union européenne
AZIZ, Shaukat, ancien premier ministre du Pakistan
BOURNE, Compton, président, Banque de développement des Caraïbes
BURRILL, G. Steven, président et chef de la direction, Burrill & Company
CARNEY, Mark, gouverneur, Banque du Canada
DAY, Stockwell, ministre du Commerce international et ministre de la porte d'entrée de l'Asie Pacifique
GABR, Shafik Mohammed, président du conseil et directeur général, ARTOC Group
GIOIA, Nancy L., directrice en chef - Programmes de véhicules hybrides et de technologies mobiles durables, Ford Motor
GURRÍA, Angel, secrétaire général, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)
IMMELT, Jeffrey R., président et chef de la direction, General Electric (GE)
INSULZA, José Miguel, secrétaire général, Organisation des États Américains (OEA)
KABERUKA, Donald, président, Groupe de la Banque africaine de développement (BAD)
KURODA, Haruhiko, président, Banque asiatique de développement (BAsD)
MESTRALLET, Gérard, président-directeur général, GDF SUEZ
MONTAGNIER, Luc, président, Fondation mondiale prévention et recherche SIDA (FMPRS) et lauréat du prix Nobel de médecine 2008
MORENO, Luis Alberto, président, Banque interaméricaine de développement (BID)
ORTÍZ-MARTÍNEZ, Guillermo, gouverneur, Banque centrale du Mexique
PLATA-PÁEZ, Luis Guillermo, ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, République de la Colombie
RYDER, Guy, secrétaire général, Confédération syndicale internationale (CSI)
SALAMÉ, Riyad Toufic, gouverneur, Banque du Liban
SHARMA, Kamalesh, secrétaire général, Secrétariat du Commonwealth
SPECKER, Steven, président et chef de la direction, Electric Power Research Institute (EPRI)
SPECTOR, Jonathan, président-directeur général, The Conference Board (États-Unis)
STEVENS, Ron, vice premier ministre et ministre des Relations internationales et intergouvernementales, gouvernement de l'Alberta
STRAUSS-KAHN, Dominique, directeur général, Fonds monétaire international (FMI)
TALBOTT, Strobe, président, The Brookings Institution
URIBE VÉLEZ, Álvaro, président de la République de Colombie
WANG, Suilian, vice-gouverneure, province du Shandong, Chine
WRIGHT, Craig, économiste en chef, RBC Groupe Financier
WYSS, David, économiste en chef, Standard & Poor's
ZOELLICK, Robert B., président, Groupe de la Banque mondiale
 
Autres conférenciers confirmés :
• Ali, Farhat, président et chef de la direction, Fujitsu Computer Systems Corporation
• Bachand, Raymond, ministre des Finances et ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du Québec (MDEIE)
• Barrio, Francesco, ambassadeur, Ambassade du Mexique au Canada
• Bazin, Jean, président du conseil d'administration, Société générale de financement du Québec.et avocat-conseil, Fraser Milner Casgrain S.E.N.C.R.L.
• Bhattacharyay, Biswa Nath Ph.D., conseiller spécial du recteur, Institut de la Banque asiatique de développement (IBAD)
• L'hon. Beatty, Perrin, président et chef de la direction, Chambre de commerce du Canada
• Beaudet, Alain, président, Instituts de recherche en santé du Canada
• Benqué, Jean-Pierre, directeur adjoint, commerce, Électricité de France (EDF)
• Bernier, Pierre, vice-président exécutif, Autorité des marchés financiers (AMF)
• Bertrand, Françoise, présidente, Fédération des Chambres de commerce du Québec (FCCQ)
• Bloomgarden, David, coordonnateur pour les partenariats publics privés en projets d’infrastructure (PPPI), Fonds d’investissement multilatéral (FIM), Banque Interaméricaine de développement (BID)
• Bonfils, Sibi, directeur adjoint, Institut de l’énergie et de l’environnement de la Francophonie (IEPF)
• Boothe, Paul, sous-ministre délégué principal, Industrie Canada
• Bouhel, Youssef, directeur général, ministère du Développement et de la Coopération internationale (Tunisie)
• Bouthelier, Anthony, président délégué, Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN)
• Brunet, Michel A., président et chef de la direction, Fraser Milner Casgrain S.E.N.C.R.L.
• Bugailiskis, Alexandra, sous-ministre adjointe, Amérique Latine et Caraïbes, Ministère des affaires étrangères et du commerce international (MAECI)
• Burmistrov, Boris A., premier secrétaire, Ambassade de la Russie au Canada  
• Cappon, Paul, président, Conseil canadien sur l’apprentissage
• Côté, Jacynthe, chef de la direction, Rio Tinto Alcan
• Creighton, David, chef des opérations, Cordiant Capital
• Cronel, Hervé, conseiller économique auprès du secrétaire général de la Francophonie, Organisation internationale de la francophonie (OIF)
• Daigneault, Benoît, premier vice-président, développement des affaires, Exportation et développement Canada (EDC)
• Daoust, Jacques, président et chef de la direction, Investissement Québec
• Dell, Annie, directrice régionale - Région du Centre-Sud-Ouest, Réseau de développement économique et d’employabilité de l’Ontario
• Deschamps, Denis, président et chef de la direction, Drakkar
• Desmarais, Hélène, présidente du conseil et chef de la direction, Centre d’entreprise et d’innovation de Montréal
• Desmarais, Paul, président du conseil et co-chef de la direction, Power Corporation du Canada
• Diarra, Mamadou Igor, Ministre de l'Énergie, des Mines et de l'Eau (Mali)
• Diaz, Thelma A., directrice génétale résidente pour l'Amérique du Nord, Banque asiatique de développement (BAD)
• Dieppa, Rodolfo Móseres, consul et commissaire au Commerce, Commission commerciale de la Colombie au Canada
• Dirckx, Gauthier, président et chef de la direction, BNP Paribas (Canada)
• d’Orville, Hans, sous-directeur général, Organisation des Nations Unis pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO)
• Doutriaux, Yves, conseiller d’État, Conseil d’État, France
• Durand, Martine, directice adjointe, Directio de l'Emploi, du Travail et des Affaires sociales, Organisation de coopération et de développement économique (OCDE)
• Fall, Alioune, vice-président, Conseil mondial de l’énergie (CME)
• Faruqui, Naser, directeur, Innovation, politique et science, Centre de recherches pour le développement international (CRDI)
• Fleurent, Pierre, directeur général, Banque d’investissement, et Chef, Banque d’affaires – Québec, RBC Marchés des Capitaux
• Frankel, Ken, président, Conseil canadien pour les Amériques et conseiller juridique auprès du secrétaire général, Organisation des États Américains (OÉA)
• Freeman, Varel, premier vice-président, Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD)
• Garcia, Luis Enrique, président exécutif, Corporación Andina de Fomento (CAF)
• Glennie, Elaine, spécialiste senior des capacités à renforcer, Institut de la Banque asiatique de développement (IBAsD)
• Golden, Anne, présidente et chef de la direction, The Conference Board of Canada
• Gustin, Philippe, directeur général, Centre international de Lafayette, Louisiane
• Hamad, Sam, ministre de l’emploi et de la Solidarité sociale (Québec)
• Halde, Jean-René, président et chef de la direction, Banque de développement du Canada (BDC)
• Hatzius, Jan, économiste en chef pour les États-Unis, Goldman, Sachs & Co.
• Hornby, Ross, ambassadeur canadien auprès de l'Union Européenne
• Howard, John, consultant senior, Public Health Law Program, Centres for Disease Control and Prevention, US Department of Health and Human Services
• Immelt, Jeffrey R., président et chef de la direction, General Electric (GE)
• James, Yolande, ministre, ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles, gouvernement du Québec
• Jean, Michèle S., présidente, Commission canadienne pour l'UNESCO
• Juneau, André, directeur pour le Canada et le Maroc, Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD)
• Kamar, Georges, ancien Conseiller du Ministre de l’Énergie et de l’Eau (Liban)
• Kawale, Nitin, président, Cisco Systems (Canada)
• Kjaer, Edward, directeur, Transports électriques, Southern California Edison
• Knoopers, Bartha-Maria, titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, chercheure principale au Centre de recherche en droit public (CRDP), titulaire de la recherche du Canada en droit et médecine et détentrice de la Chaire d’excellence Pierre Fermat (France)
• Kyte, Rachel, vice-présidente, International Finance Corporation (IFC) (en principe)
• Lacasse, Christian, président, Union des producteurs agricoles du Québec (UPA)
• Lamarre, Patrick, président et chef de la direction, SNC-Lavalin Nucléaire inc.
• Laplante, Denis, directeur général, Bureau international de la ville de Dieppe
• Larue, Marie, présidente, Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST)
• Levy, Joaquim, secrétaire d’État aux Finance, État de Rio de Janeiro
• Lortie, Pierre, conseiller principal, Affaires, Fraser Milner Casgrain S.E.N.C.R.L.
• Macklem, Tiff, sous-ministre délégué et député pour le Canada au G7, Finances Canada, Bureau du sous-ministre délégué et représentant du Canada auprès du G7
• MacLaren, Roy, coprésident canadien, Forum sur le commerce Canada-Europe
• Maila, Michel G., vice président, gestion du risque, International Finance Corporation (IFC)
• Malone, David, président, Centre de recherches pour le développement international  (CRDI)
. Martin, Laurent, directeur, économiste principal, analyse macroéconomique, Caisse de dépôt et placement du Québec
• Martinez-Palomo, Dr Adolfo, président, Comité international de Bioéthique, Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) 
• McCall MacBain, John, entrepreneur et philanthrope, président, Europe Climate Foundatio
• McGrath, Muriel, associée, Services mondiaux d’affaires IBM, leader, Énergie et Communications Québec, IBM Canada
• McManus, Matt, chef de division, Département d’État, Energy Producer Country Affairs (États-Unis)
• Meilleur, Madeleine, ministre des Services sociaux et communautaires et ministre déléguée aux Affaires francophones, Ontario
• Morland, Eddy, chef de la direction, Health and Safety Laboratory, Royaume-Uni
• Mu, Prof. Rongping, directeur général, Institut pour la politique et la gestion (IPM), directeur général, Centre pour l’innovation et le développement,
Académie chinoise des sciences
• Mulaire, Mariette, directrice générale, Agence nationale et internationale du Manitoba 
• Nair, Govindan, économiste en chef, Développement finance et secteur privé et leader de programme, partenariats publics privés en infrastructure, Institut de la Banque mondiale
• Nixon, Gordon, président et chef de la direction, Banque Royale du Canada (RBC)
• Papademetriou, Demetrios, président et membre du conseil, Migration Policy Institute 
• Pettigrew, L’honorable Pierre S., conseiller de la direction, Deloitte et ex-ministre des Affaires étrangères et du Commerce international (Canada)
• Picciotto, Marcel de, ancien président et chef de la direction, Thalès Canada Inc.
• Poloz Stephen, premier vice-président, Affaires générales, Exportarion et développement Canada (EDC)
• Queiroz, Prof. Sérgio, professeur, Département des politiques scientifiques, Université de Campinas (Unicamp) et coordonnateur pour la recherche et l’innovation, Fondation de la recherche de São Paulo, Brésil (FAPESP)
• Ramasani, Dr T, secrétaire pour le gouvernement indien, Département de la science et de la technologie 
• Robitaille, Michel, président-directeur général, Centre de la francophonie des Amériques
• Spitz, Bernard, président, Association des assureurs de France
• Stevens, Ron, vice-premier ministre et ministre des Relations internationales et intergouvernementales, gouvernement de l’Alberta
• Swan, Andrew, ministre de la Compétitivité, de la Formation professionnelle et du Commerce (Manitoba)
• Talabe, Chaibou, directeur des Infrastructures, Banque ouest africaine de développement (BOAD)
• Tardif, Dr Jean-Claude, directeur, Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal
• de Tilly, Mario, directeur-général, Saint-Hyacinthe Technopole
• Thornton, Simeon, économiste en chef, Département de l’énergie et des changements climatiques (Royaume-Uni)
• Touré-Diallo, Fadima, directrice, Institut de l’énergie et de l’environnement de la Francophonie (IEPF)
• Trudeau, Dennis, ancien chef de pupitre de la Société Radio-Canada 
• Watanabe, Hiroshi, président et chef de la direction, Banque du Japon pour la coopération internationale (JBIC)
• Wilson, Michael, ambassadeur du Canada aux États-Unis

merci à Stéphan, eva


http://sos-crise.over-blog.com/article-31971323.html



Et pour le dessert, un peu de fantaisie,
c'est ici :


http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vers-la-3e-guerre-mondiale-56666?debut_forums=0#forum2116928

Je suis surpris que n’évoquiez pas le seul scénario important, celui qui fut décidé par Bilderberg dès 1963.
Il fut décidé à cette date qu’Obama devrait succéder à Bush en 2008 (il fut choisi alors qu’il n’avait que 5 ans et éduqué comme un jeune Dalaï Lama US pour remplir la mission qui lui était confiée)
Le plan prévoit de vider le continent africain de tous ses habitants en 2 semaines, à partir de Janvier 2010, et d’annexer dans la foulée les pays européens ainsi que tous ceux du bassin méditerranéen.
Le but ultime de l’opération est évidemment la conquète du continent asiatique qui ne deviendra possible qu’une fois que les 2 opérations précédentes seront terminées.
Actuellement la construction, dans les bases secrètes américaines, des vaiseaux qui doivent déporter la population africaine et européenne est partiquement terminée.

Pour éviter toute reproduction future de ces populations il a été décidé d’expédier tous les habitants féminins sur Vénus et ceux de sexe masculin sur Mars, par un juste retour à leurs origines.

Le plan se déroule comme prévu

Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 03:13



Lettre ouverte au président de la République
(à relayer d'urgence)

Voici un mail que je reçois de Patrice, je vous demande de relayer cette lettre sur vos blogs et sites, merci.

Lettre ouverte au président de la République
Paris et Internet, le 27 mai 2009


Patrice Hénin
75012 Paris
http://patricehenin.blogspot.com

 

 

Monsieur le président de la République,


Vous avez affirmé, aux côtés de M. le président Barak Obama, "... la France a une politique droite, honnête et conforme au droit international !".


C'est faux, la France n'est plus un état de droit.
J'ai découvert, au bout de 3 ans de procédures policière et judiciaire, que vous êtes, non pas le président d'une "démocratie irréprochable", mais d'une véritable république "bananière".


J'aie ouïe dire que vous vouliez moraliser le capitalisme.
Alors, vous devriez vous intéresser à ce qui m'arrive.
Tous ceux qui connaissent déjà mon affaire sont révoltés par cette machination judiciaire destinée à m'éliminer, moi et ma mère. Pour du fric. Et au profit de mon frère et de ma soeur, qui vivent en Floride.


Je suis convoqué le jeudi 28 mai 2009 par le juge d'application des peines qui va m'expliquer comment exécuter les obligations auxquelles j'ai été condamné. Je suis condamné à 6 mois de prison ferme si je n'exécute pas ces 3 obligations.


Monsieur le président, je n'irais pas à cette convocation. Vous pouvez envoyer vos gendarmes, je n'aurais pas d'armes, comme dans la chanson. Je ne suis pas un déserteur, je respecte la loi et ses obligations.

Mais nul ne peut remplir des obligations absolument impossibles à exécuter.


J'ai été condamné le 2 juin 2008 par la cour d'appel à trois obligations :


- trouver un logement et être assigné à résidence fixe.
Je suis locataire de mon appartement depuis 28 ans, Monsieur le président.
Je n'ai pas l'intention de déménager.
Je ne vois pas pourquoi je devrais trouver un logement et y fixer résidence. Votre justice est folle.


- trouver un travail.
J'ai travaillé toute ma vie, Monsieur le président.
Aujourd'hui, je suis un handicapé déclaré inapte au travail depuis 2001, à cause d'un grave emphysème et d'une BPCO.
Je suis mis en retraite d'office le 1er août 09 et j'ai déposé mon dossier de pension de retraite le 26 mai 09.


Je ne vois pas pourquoi je devrais trouver un travail sous peine d'aller en prison. Votre justice est folle.


- me soumettre à des soins médicaux obligatoires, avec hospitalisation si nécessaire.
Pour faire soigner une "dangerosité" inventée par une experte-psychiatre, sans procès ni avocat.
Je ne suis pas dangereux, Monsieur le président. Cela m'est physiquement impossible.
Je ne peux plus faire le moindre effort sans être essoufflé, avec 53% de poumons utiles.


Tout ceci se rapporte à un courriel que mon frère m'avait envoyé en juin 2004, dans lequel il écrivait : "je te ferai interner le moment venu".

 

Une lettre de cachet.


Mon frère s'est présenté en avril 2006 dans un commissariat de mon quartier après m'avoir frappé comme un fou avec un vélo trouvé dans la cour de ma mère.
Il a déclaré que j'étais dangereux pour ma mère, que je l'avais menacée de mort, parce que je voulais hériter plus vite de tout (!), que j'étais un vagabond type SDF, parasite de la société qui n'avait jamais travaillé de sa vie (à 57 ans !) et que donc il fallait me faire interner pour le bien de tous.


C'est une captation d'héritage fondée sur une série de diffamations ahurissantes.
Le fait qu'il parle d'héritage dans une déposition pour coups et blessures aurait dû mettre la puce à l'oreille des policiers de ce commissariat.


Au lieu de cela, les policiers ont créé les faux témoignages nécessaires. Le fait que je sois la victime avec plaies et hématomes constatés par un médecin a été ignoré. Ils ont écrit que j'étais l'agresseur. Puis les juges ont entérinés, sans que je puisse me défendre ou être présent.


Les avocats ne se sont jamais présenté, m'ont fuit. Une avocate m'a quand même reçu pour me prendre 600€ en espèces avant de disparaître. J'attends depuis 3 ans que ma députée veuille bien alerter la Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité. J'ai écrit à la police des polices. Au bâtonnier des avocats.
Le fait que mon frère a déjà été condamné aux Etats-Unis pour violences physiques envers sa femme pendant leur divorce a été ignoré.
Les 4 dépositions du rapport de police qui décrivent la scène de l'altercation sont différentes !
Une experte-psychiatre déclare un handicapé respiratoire "dangereux, en particulier envers son frère..."


Il me semble que l'on a surtout tenu compte du fait qu'il était millionnaire, franco-américain, promoteur immobilier en Floride ayant travaillé dans le groupe Bouygues comme Directeur Général.


J'ai raconté l'affaire dans mon blog politique, je vous ai envoyé un courriel à la présidence en juillet 2007. Pour toute réponse, mon blog a été suspendu, ma ligne TV Internet et téléphone coupée plus de trois mois sans explications.
Même un forum où j'avais lancé un débat sur les machines à voter a été interdit.


Je vous signale que mon frère a touché son chômage de 1993 à 1996 alors qu'il était promoteur immobilier en Floride.
Je l'ai hébergé quelques jours en 1995. Il avait pris l'avion pour répondre à une convocation de l'ANPE.


Expliquez aux français comment vous allez moraliser cela.


Puisque ce frère qui vit en Floride se faisait adresser son courrier chez moi, j'ai reçu son relevé de carrière. Ses 4 années de chômage comptent dans le calcul de ses annuités.


Expliquez aux français comment vous allez moraliser cela.


Il ne m'est plus possible d'aller à la police, qui n'est pas policée, de faire intervenir des élus, qui sont tous soit corrompus ou se disent impuissants.


Parce que mon frère est intouchable. S'il est arrêté, il se vengerait en parlant des transports de fonds nationaux et internationaux qu'il a effectué pour corrompre des hauts fonctionnaires, pendant qu'il travaillait chez Bouygues Immobilier. Et de bien d'autres choses qu'il me racontait à l'époque, pour m'épater !


Alors, au soulagement général, il a été décidé que je devais disparaître avec camisole chimique pour ne plus parler, écrire et publier.


J'ai donc cherché l'aide ailleurs que dans le pays des Droits de l'Homme. Le 07 juin 2008, j'ai été reçu par le premier secrétaire d'ambassade de Chine pour lui expliquer que les droits de l'homme étaient bafoués en France et de publier mon affaire. Il m'a demandé les copies des pièces du dossier qui prouve que le président de la République française couvre des atteintes aux droits de l'homme dans son pays.
Je lui ai donné les codes d'accès du blog, pour qu'il puisse accéder aux nouveaux articles malgré la suspension.


Depuis ma visite "en Chine", Monsieur le président, vous avez renoncé à exiger du gouvernement chinois qu'il reçoive le Dalaï-Lama. Vous avez renoncé à le rencontrer. Aujourd'hui, vous faites dire à votre ministre des affaires étrangères que le Secrétariat des Droits de l'Homme "est un erreur".


Monsieur le président de la République, je vous soupçonne de haute trahison.


Monsieur le président de la République, donnez une prime aux acteurs de mon drame, policiers, magistrats, avocats, notaires, élus...
Vous remettrez une Légion d'Honneur à mon frère, parce que je continue à recevoir des témoignages de ses escroqueries aux Etats-Unis, il se lève tôt le matin pour cela.
Quand je travaillais en Floride, on me disait que mon frère faisait du trafic d'armes.


Si vous trouvez que mon histoire est normale, alors vous êtes aussi fou que votre justice est folle.
Et vous perdez toute légitimité, en laissant la police et la justice aider des escrocs à "prospérer".
J'attends vos gendarmes, Monsieur le président.
Si vous êtes incapable de me rendre justice, sur ordre de mon frère, alors vous n'êtes plus légitime.


Monsieur le président, démissionnez, ou abdiquez, comme vous voulez, mais partez !
http://www.lepost.fr/sondage/2009/03/25/1470133_sarkozy-doit-il-demissionner.html

 

Je demande aux lecteurs de ce courriel de ne pas le considérer comme un "spam", mais comme une bouteille à l'Internet. Demandez l'explication à Sarkozy, ou au juge d'instruction Catherine BARES 01 44 32 70 97, 12-14 rue Charles Fourier 75013 Paris. Elle me convoque le 28 mai 2009 à 10h30.
Ecrivez à la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour qu'elle passe en urgence ma requête numéro 32405/08 du 13 janvier 09.
Et vous, les médias, publiez.
A qui donc puis-je m'adresser, si ce n'est à l'opinion publique ?


Monsieur le président, la République, c'est pas à vous, c'est à nous.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le président, l'expression de mes sentiments respectueux.


Patrice Hénin
 

http://patricehenin.blogspot.com

http://patricehenin.over-blog.com/

http://patricehenin.blogspirit.com/

http://www.xooit.com/app/forum-inexistant.php?lang=fr&forum=patricehenin.xooit.com&uri=%2Findex.php

http://patrice-henin.magix.net/


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-31942595.html

Partager cet article
Repost0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 17:20



Scandaleux médiamensonges
envers la Russie (et l'Iran)
par Eva R-sistons

Alerte ! Les Médias nous mentent ! L'Amérique n'est pas venue sauver les Européens du nazisme, elle a été partie prenante des événements, avec la famille Bush, derrière Hitler; elle n'est intervenue, modestement, que par intérêt, elle a récolté les fruits de ces événements, avec l'industrie de la reconstruction, et aussi en accédant au statut de puissance dominante, sur les décombres de l'Europe.

Ceux qui nous ont sauvé de la barbarie nazie, ce sont les Russes, avec 27 millions de morts,  et non (je crois) 300.000 mots comme les cow-boys américains. Je tiens à saluer le courage de cette nation, et à la remercier au nom du peuple de France pour le sacrifice qu'elle a accompli. En lui demandant pardon pour l'injustice qui lui est faite de la part des Occidentaux "menteurs" (voir le 11.9, ou la prétention à incarner la démocratie), arrogants, falsificateurs de l'Histoire, et désormais péril majeur pour l'humanité.

Merci au peuple russe, notre reconnaissance sera éternelle.

Eva, au nom du peuple de France, abruti par les médiamensonges criminels.

Traitement de l'information :

NB : J'ajoute que le traitement de l'information envers la Russie est SCANDALEUX. On tend à présenter ce pays comme stalinien, et comme l'ennemi du monde. Alors que notre "démocratie" n'a rien à envier à la leur, et que cette démocratie occidentale fait le malheur d'une grande partie de l'humanité. A la différence des Russes, qui n'interviennent pas dans les affaires du monde, sinon pour empêcher qu'on empiète un peu plus sur leur territoire, leurs prérogatives, qu'on ne les encercle un peu plus, qu'on ne bafoue leurs droits légitimes. Toujours en étant présentés sous un mauvais jour, alors que par exemple dans le Caucase, ils ont défendu leurs alliés, protégé leurs ressortissants, et agi avec beaucoup de mesure, ce que ne font pas les Occidentaux lorsqu'ils tuent des civils en masse, détruisent des zones entières, en chassant les habitants, en ruinant leurs villages, et tout cela pour voler les ressources qui ne leur appartiennent pas. CRIMES CONTRE L'HUMANITE ! Innombrables et toujours plus importants..

Il est temps de rétablir la vérité. Quand des reportages nous présenteront-ils l'Amérique d'Obama comme elle est, avec 50 millions de pauvres hères laminés ? Quand organisera-t-on de vrais débats pour expliquer les vrais enjeux, la domination de l'Occident sur une partie de l'humanité, sa prétention à tout régenter, à imposer ses abjects modèles ultra-libéraux dressant les individus les uns contre les autres, encensant Mâmon, provoquant conflits et guerres un peu partout dans le monde ? La Russie est présentée, à l'image de l'Iran, comme dangereuse. C'est faux. L'Iran  use de son droit légitime à l'auto-protection au milieu d'une zone hostile, dans un but UNIQUEMENT défensif. La Russie n'attaque personne, elle défend son pré-carré que l'Occident carnassier tente de lui disputer, honteusement. Il est temps de rétablir la vérité : Ce sont les USA, Israël, les Anglo-Saxons, et maintenant aussi les Européens, qui menacent l'humanité. Tout le reste n'est que MENSONGES, Messieurs et Mesdames les Journalistes vendus au pouvoir par carriérisme ! Honte à vous, faux journalistes, et vrais menteurs !

Eva






 
Medvedev ordonne la création d'une commission contre la falsification de l'histoire
10:31 | 19/ 05/ 2009
Version imprimée

MOSCOU, 19 mai - RIA Novosti. Le président russe Dmitri Medvedev a signé le décret "Sur la Commission auprès du président de la Fédération de Russie de lutte contre toute tentative de falsifier l'histoire au détriment des intérêts de la Russie", rapporte mardi le service de presse du Kremlin.

Le chef de l'Etat a plus d'une fois insisté sur l'inadmissibilité de toute falsification de l'histoire, notamment de celle de la Grande Guerre patriotique (1941-1945, ndlr). Le 8 mai dernier, le président a fait remarquer dans son blog-vidéo que les tentatives de falsification "devenaient de plus en plus cruelles, méchantes et agressives".

http://chiron.over-blog.org/article-31627430.html

http://fr.rian.ru/russia/20090519/121653822.html

___________________________________________________________




La Russie est le pays qui a perdu le plus de soldats et de civils lors de la dernière guerre. Mais malgré tout, Sarkozy ne parle que des Américains...

 

 


Guerre 1941-1945: une victoire qui a coûté cher

 

Par Dmitri Babitch, RIA Novosti

 


Pendant la perestroïka (réformes sociales et économiques de 1985 à 1991 en URSS), il a été admis de s'indigner: que dira-t-on de notre pays, si nous ne connaissons pas le nombre exact de pertes essuyées dans la Grande Guerre Patriotique? L'expérience mondiale est un bon médicament contre le complexe d'infériorité. De nombreux autres pays, y compris l'Allemagne, notre principal adversaire dans cette guerre, se heurtent aux mêmes problèmes. La RFA avait rendu public en 1953 le bilan "presque définitif" des pertes: 6.500.000 morts, dont 3.250.000 militaires. Il est vrai, les auteurs du rapport gouvernemental avaient ajouté que le "bilan réel serait plutôt plus élevé" que les chiffres cités en 1953. Selon des sources officielles, le bilan des pertes militaires allemandes est évalué aujourd'hui à 5.533.000 personnes, mais, évidemment, ce chiffre n'est pas non plus définitif.

En Russie, presque personne ne conteste le terrible bilan de 26,6 millions de pertes dites démographiques, établi en 1993 par un groupe de chercheurs avec à leur tête le conseiller du Centre historique des forces armées russes Grigori Krivocheïev. Le dilemme est ailleurs: comment déterminer les pertes au cours des combats dont la responsabilité n'incombe qu'aux chefs militaires? Les employés du ministère russe de la Défense qui accomplissent ces derniers temps, à la demande du président Dmitri Medvedev, les travaux visant à établir la base électronique des pertes militaires ont annoncé des chiffres sensationnels.

"D'après nos estimations, les pertes militaires générales de l'Armée Soviétique se sont chiffrées à 8.668.400 personnes, a déclaré Alexandre Kiriline, chef du Département du ministère de la Défense pour la commémoration des morts pour la Patrie. Bien entendu, ce chiffre n'est pas définitif. Il peut s'accroitre de 100, 200, voire 300.000 personnes, mais pas de millions".

L'historien militaire indépendant Alexeï Issaïev estime que le rapport entre les pertes soviétiques et allemandes de 1 à 2 fut le même durant la majeure partie de la guerre, bien qu'il ait atteint 1 à 3, même 1 à 4 aux moments les plus difficiles, surtout durant l'année tragique de 1941. D'ailleurs, à cause du chaos qui régnait lors du recul de l'armée soviétique au début de la guerre, les statistiques militaires de 1941 contiennent d'immenses "taches blanches": selon l'affirmation d'Alexandre Kiriline, les soldats de nombreuses unités qui se trouvaient dans l'encerclement furent considérés comme morts, alors que beaucoup d'entre eux gagnèrent ensuite les leurs et continuèrent à combattre. Les Allemands se heurtèrent aux mêmes difficultés en 1945, lorsque, selon Alexeï Issaïev, de nombreuses pertes ne furent pas prises en compte à cause de l'état déplorable des bureaux de statistiques du Reich qui tombait en ruines.

Alexandre Kiriline et d'autres employés de son département affirment que les prisonniers de guerre soviétiques péris dans la captivité nazie, ainsi que 103.000 personnes fusillées pour désertion, selon le verdict des tribunaux soviétiques, font également partie de ces pertes de 8,68 millions.

Il convient de signaler que la question relative aux prisonniers de guerre ne sera probablement pas élucidée entièrement. Selon les estimations du Département, il y avait environ 4,5 millions de prisonniers de guerre soviétiques, dont environ 2 millions sont retournés dans le pays. Il est difficile d'établir le sort des autres. La majeure partie d'entre eux sont certainement morts en captivité, mais 390.000 à 700.000 d'autres ont choisi de s'installer dans des Etats occidentaux ou de rester en Allemagne et dans d'autres pays de captivité. "Les Américains nous transmettent actuellement des données sur certains d'entre eux", a fait savoir Alexandre Kiriline.

La base électronique plus ou moins définitive des pertes essuyées dans la Grande Guerre Patriotique sera soumise à l'opinion publique en mai de l'année prochaine. D'immenses pertes non militaires essuyées par l'URSS, essentiellement parmi les civils (18 millions de personnes), selon les nouvelles estimations, suscitent déjà des doutes. Mais puisque 32,400 millions de personnes firent alors l'objet de la mobilisation (mis sous les drapeaux) en URSS dans des périodes différentes, il devient difficile de séparer les pertes militaires des pertes civiles.

D'ailleurs, il est clair dès aujourd'hui que la base des pertes militaires ne cessera d'augmenter. Il faut avouer que la Seconde Guerre mondiale fut une catastrophe aussi épouvantable que nous n'apprendrons jamais toute la vérité sur elle, y compris le nombre exact de morts. Par conséquent, les débats ne cesseront pas, entre autres, sur des sujets aussi délicats que le nombre de victimes, la responsabilité de tel ou tel chef militaire, la contribution apportée à la victoire par tel ou tel pays, etc.

Espérons donc que l'heure viendra où tous ceux qui participent à ces débats s'occuperont tout d'abord de la recherche de la vérité, au lieu de discuter qui a combattu plus habilement et qui a souffert le plus. On peut manifester autrement ses sentiments patriotiques tant dans le pays natal qu'à l'étranger. La plupart des monuments érigés à la mémoire des 600.000 soldats soviétiques morts en Pologne, ainsi qu'à 700.000 autres morts dans les pays baltes sont dans un état déplorable. Le monument au Soldat libérateur n'est revenu à sa place au Treptow Park après la restauration qu'il y a cinq ans. L'Allemagne a financé elle-même la restauration de ce monument érigé en 1949 en y allouant 7 millions d'euros.

"L'état des mémoriaux militaires érigés en Russie est encore pire", fait remarquer Alexandre Kiriline. Notre pays compte 26.000 tombes communes et quelque 28.000 mémoriaux. Faits de matériaux bon marché dans les années 1950, ils tombent rapidement en ruines. Le ministère de la Défense et le Comité Victoire ont proposé un projet de programme fédéral de rétablissement de ces monuments. Ce programme échelonné sur 5 ans prévoit l'octroi de 10 milliards de roubles (229,4 millions d'euros). La lutte pour cet argent du ministère des Finances promet d'être dure.


Sources
Ria Novosti

http://vladimir-poutine.activblog.com/article-542878.html

Lisez le blog V.  Poutine d'Adriana,
découvrez-le, il est magnifique;
Il rétablit la vérité !!! Eva


___________________________________________________________________________________

 




Combattre le révisionnisme historique !

 

par Jean Levy

 


Le président russe Dmitri Medvedev a déclaré :

"Nous n'oublierons jamais que c'est l'Union Soviétique qui a apporté une contribution décisive à la fin de la Deuxième guerre mondiale, que c'est justement notre peuple qui a anéanti le nazisme et a déterminé les destinées du monde entier, en payant un prix extrêmement élevé"; a souligné le président.

"Nous chérirons cette vérité sur la guerre et nous la défendrons toujours", a déclaré M.Medvedev

Cet hommage mérité à l’Armée rouge et aux sacrifices consentis par l’URSS pour mettre à bas l’Allemagne nazie, ne touve aucun écho en Occident, et particulièrement en France, en ces jours anniversaires de la capitulation allemande du 8 mai 1945.

Toute la classe politique, des socialistes à l’UMP, et l’ensemble des médias, pratique depuis des décennies « l’omerta » sur l’apport décisif du peuple soviétique à la victoire sur le nazisme. On cache délibérément le fait historique que notre pays n’aurait pu être libéré par les seules forces alliées, débarquées en Normandie. Celles-ci ont dû faire face à une résistance opiniâtre de la Wehrmacht pour établir une tête de pont durable et élargir celle-ci au-delà du périmètre des plages du débarquement. Deux mois et demi ont été nécessaires pour franchir les 200 kms qui séparent Caen de Paris. Or, les forces allemandes, qui faisaient face aux Alliés, ne représentaient que 20% de leur potentiel global.

80% de celui-ci tentait de résister aux Soviétiques, sur plus de 2000 kilomètres, de la Baltique à la mer Noire.

Que se serait-il passé en France, sans le front oriental ?

Les Anglo-américains auraient-ils même tenté de débarquer sur le continent ?

De cette situation, pas un mot dans les manuels scolaires.

Nos enfants apprennent que la libération de notre pays a été le fait des « Américains », à qui nous devons notre liberté.

Et toutes les autorités officielles, en masquant la part décisive prise par l’Union soviétique dans la victoire, ne manquent pas de ressasser ce mensonge par omission, lors de la célébration de chaque 8 mai et à chaque anniversaire du débarquement en Normandie. Pour bien enfoncer le clou, Nicolas Sarkozy a invité Barak Obama, aux cérémonies du 6 juin prochain.

Il s’agit, en l’occurrence, d’une attitude négationniste de l’histoire, tant reprochée à ceux qui nient l’atroce réalité des camps de la mort nazis.

Mais cette version, revue et corrigée de l’histoire, par « l’élite » qui nous gouverne, ne constitue que l’écume du révisionnisme officiel.

- Qui connaît la collaboration économique permanente entre le capital américain (et français), dans la machine de guerre hitlérienne, qui s’est poursuivie, via les banques suisses, tout au long du conflit, jusqu’en 1944 ?

- Qui sait les intérêts US engagés dans les grandes entreprises allemandes, tel l’IG Farben, le géant de l’industrie chimique, dont le siège n’a jamais été bombardé, devenu, en 1945, le GQG américain en Europe ?

- Qui est au courant des tentatives de renversement d’alliance, fin 44, début 45, initiées par Allan Dulles, le patron des services secrets US (future CIA), en vue de coopérer militairement avec l’armée allemande contre l’Union soviétique ? Cette offre a été acceptée par le maréchal Kesselring, commandant des forces nazies en Italie, et le chef SS de ce secteur, un des adjoints de Himmler.

Mais Hitler a refusé cette nouvelle et sainte alliance « contre le bolchevisme ».

Que se serait-il passé, si le Führer avait accepté l’offre ?

Tous ces faits sont passés sous silence.

Le peuple de France n’a pas le droit de savoir.

La vérité historique contrarie la stratégie et les objectifs du Capital dominant.

On apprend ainsi, dès l’école, que les deux guerres mondiales, celle de 14-18 comme celle de 39-45, ne sont qu’un accident de l’histoire, une sorte de « guerre civile européenne », et que seule « la construction de l’Union européenne » permet aux peuples de notre continent de vivre en paix.

Car l’objectif est là : construire un nouvel Empire, bien sûr dominé par le Capital, essentiellement allemand, destiné à vivre mille ans.

Telle était déjà la perspective mise en scène par un certain Adolf Hitler…

Sources http://canempechepasnicolas.over-blog.com/


http://vladimir-poutine.activblog.com/article-542875.html


____________________________________________________________________________________



Samedi 09 Mai 2009

 

MOSCOU, 9 mai - RIA Novosti. Les enseignements de la Grande Victoire sur le fascisme n'ont perdu rien de leur actualité de nos jours quand certains sont prêts à s'engager dans des aventures militaires, a estimé samedi le président russe Dmitri Medvedev devant plusieurs milliers de militaires réunis sur la place Rouge à l'occasion d'une parade militaire.

"C'est une leçon qui est toujours d'actualité aujourd'hui quand certains s'engagent de nouveau dans des aventures militaires", a déclaré le chef de l'Etat, en s'adressant aux participants de la parade célébrant le 64e anniversaire de la victoire de l'Armée rouge sur l'Allemagne nazie.

"Toute agression contre nos citoyens fera l'objet d'une riposte digne de ce nom, est l'avenir de la Russie sera pacifique", a assuré M.Medvedev.

Le cérémonial a débuté en présence de quelque 10.000 soldats alignés face à la tribune officielle, dans laquelle avaient notamment pris place M. Medvedev et le Premier ministre, Vladimir Poutine.

A 10H00 sonnantes (06H00 GMT) au carillon du Kremlin, un immense silence a envahi la place Rouge.

Le ministre de la Défense Anatoli Serdioukov a passé en revue les troupes.

Une armada de chars, missiles et autres matériels lourds a ensuite défilé devant le Kremlin.

La place Rouge a également été survolée par des dizaines d'hélicoptères et d'avions militaires.

L'anniversaire de la victoire du peuple soviétique dans la Grande Guerre patriotique a été marqué par des défilés militaires dans de nombreuses villes de Russie comme chaque année le 9 mai.

Sources Ria Novosti



http://vladimir-poutine.activblog.com/article-542874.html

_____________________________________________________________________________________




Articles récents

liste complète

 Vladimir Poutine, un homme d'envergure

"Les Etats-Unis sortent de leurs frontières nationales
dans tous les domaines
et cela est très dangereux. Personne ne se sent plus en sécurité
parce que personne ne peut plus trouver refuge
derrière le droit international"

"L’usage de la force n’est légitime que sur la base
d’un mandat des Nations unies,
pas de l’OTAN ou de l’Union européenne"

"Un monde unipolaire ne signifie en pratique qu'une chose,
un centre de pouvoir, un centre de force,
un centre de décision agissant comme un maître unique,
un souverain unique, qui s'effondrera de l'intérieur.
Cela n'a rien de commun avec la démocratie."

 

Propos de Vladimir Poutine à la Conférence de Munich

Signez la pétition L'indépendance du Kosovo est illégitime

"Le Kosovo va vous revenir dans la gueule."

Les pays de l'Est, "ânes de Troie" des USA

Les dernières news en anglais en videos sur RUSSIA TODAY

Les incontournables sites russes en Français

 


http://vladimir-poutine.activblog.com/

Partager cet article
Repost0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 02:51


Dees

Tandis que la propagande médiatique s'évertue à nous montrer Obama comme un homme neuf, allant tout changer, la réalité est bien plus sombre. Partout, la télévision nous présente de façon mensongère une Amérique nouvelle, et nous rappelle, via Marie Drucker par exemple, la dette que nous devons avoir envers les USA sauveurs de l'humanité en 44. En réalité, c'est la Russie, avec ses 27 millions de morts, qui nous a délivrés de la barbarie nazie et de sa "shoa" de 60 millions d'individus. Voilà la vérité.

La vraie Amérique d'Obama, la voici. Tout le reste est mensonge médiatique Eva


La dystopie Obama, le cauchemar étasunien.

Manipulation, propagande, magie des images
et de la communication



Après les huit années du cauchemar Bush-Cheney, durant lequel nous avons vu la destruction arbitraire de l'Afghanistan et de l'Iraq, la négation cynique des principes séculaires visant à protéger les plus élémentaires droits de l'homme, et une politique étrangère digne de Genghis Khan, est arrivé le « Grand Espoir Noir, » en la personne de Barack Obama. La conscience collective mondiale s'est tournée naïvement vers ce qui était présenté comme une nouvelle ère de paix, de changement et de confiance envers le gouvernement.

 

Jamais avant nous n’avions vu un recours aussi accompli envers la manipulation, la propagande, la magie de l’image et de la communication, pour vendre au public un homme qui allait prendre le relais de Bush, et participer avec lui à la course à la destruction de l'économie, des droits du peuple, et aider à la naissance d'une nation entièrement contrôlée par ceux qui ont toujours été en embuscade dans l'ombre du pouvoir. Le « changement » a été promis et a été accordé sous la forme de l’aggravation d’une anomalie de développement cauchemardesque.

 

Sans justification, les promesses ont été rompues. Le même jargon juridique astucieux, qui infestait l'administration Bush, en la personne de John Yoo et d’Alberto Gonzalez, sert de nouveau à refuser la justice aux détenus de Guantanamo. Il a été utilisé pour justifier la torture, détruire davantage la Constitution et surveiller encore illégalement le citoyen étasunien.

 

Le président, qui a tendu une main pacifique au monde musulman, a massacré des centaines de Pakistanais, hommes, femmes et enfants. Le président, qui a promis le devoir de rendre compte du gouvernement pour ses actions, a pourvu son personnel de lobbyistes, banksters et bellicistes. Son ministre de la Justice refuse d’engager des poursuites judiciaires contre ceux qui ont commis les pires crimes de guerre de l'histoire moderne, et couvre toujours juridiquement les criminels qui ont torturé en toute impunité.

 

Le pays a été en outre ruiné par le détournement continu de l'argent du contribuable, tandis que, à Wall Street, les donateurs de la campagne présidentielle d’Obama reçoivent leur compensation. Obama reste là à ne rien faire pendant que Bernancke déclare que la Réserve fédérale privée n'a aucun compte à rendre au Congrès ou au public étasunien. Le contribuable étasunien en est désormais pour 14,3 billions de dollars de sa poche, et ça monte. Les saisies et le chômage augmentent sans qu’aucune mesure significative de l'administration ne soulage les symptômes, peu importe les conséquences. La nouvelle image des États-Unis montre des villes de tentes, de longues files devant la soupe populaire, des shérifs expulsant des milliers de jeunes et de moins jeunes de leur maison, des villes autrefois prospères tombant dans un silence étrange, et une population de plus en plus désabusée.

 

La « guerre contre le terrorisme » s’est transformée en quadrillage de contrôle d’une population de plus en plus lucide. Le germe de ceci avait déjà été mis en place par Bush, avec le Patriot Act, le Patriot Act 2, la loi sur les commissions militaires et les nombreux décrets qui étranglent ce qui reste du Posse Comitatus et de la Constitution.

 

Le ministère de la Sécurité intérieure définit désormais comme « terroristes » ceux qui croient en la Constitution, au premier, deuxième et quatrième amendements. Les anciens combattants de retour font la cible d’un déni des droits que leur accorde le deuxième amendement. Une Terrorist Watchlist (liste des terroristes sous surveillance) de plus de un million de noms, et en croissance rapide, sert de base pour refuser aux citoyens le droit de voyager et travailler.

 

Obama est aujourd’hui en train de songer à l'idée d’une détention indéfinie, sans jugement, pour le citoyen étasunien. Et cela de la part d'un professeur en Constitution ! Il y a au Congrès des projets de loi pour criminaliser la liberté d'expression sur Internet grâce au Cyberbullying Act, qui pénalisera la pensée criminelle humaine. Exactement comme le Patriot Act, ça se transformera en criminalisation de la liberté d'expression politique et de toute critique contre le gouvernement.

 

Le « cyberterrorisme » sert de prétexte pour mettre la réglementation gouvernementale dans le dernier bastion de l'information impartiale. Washington, réalisant qu’il est de plus en plus difficile de s’en tirer avec ses ordres fascistes, s’active vers le contrôle de terrain. La population devient de plus en plus consciente du genre de « changement » qu’Obama avait l’intention d’apporter.

 

Il y a une résistance croissante au niveau national, avec plusieurs invoquant les droits que leur accorde le 9ème et 10ème amendements, dans une démarche courageuse pour que le Vampire fédéral cesse le drainage des dernières gouttes de sang, des derniers vestiges de Liberté et d’Espoir.

 

C'est dans cette anomalie de développement cauchemardesque que se trouvent les États-Unis aujourd'hui, et chaque jour amène de nouvelles atteintes contre la liberté et la raison. La structure du contrôle total de la population, de l'économie et des médias, est en cours de développement dans le cadre de l’inflation incessante du pouvoir gouvernemental. Obama est assis au sommet de son nouvel Empire, toujours souriant de manière peu sincère à en être écœurant, entouré de ses courtisans aguerris, qui travaillent depuis des décennies à faire entrer les États-Unis dans cette nouvelle ère du nouvel ordre mondial.

 

 

Article original : America's Nightmare: The Obama Dystopia, Manipulation, propaganda, imagery & PR wizardry, publié le 24 mai 2009.

Traduction : Pétrus Lombard.

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13727

Partager cet article
Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 21:55
Silence médias quand Frèche grand fan d' Israël, au lieu de boycotter sa production, menace la production locale en voulant implanter ... une entreprise d'import-export de fruits et légumes de cet Etat criminel ! Eva 

Georges Frêche veut implanter l’entreprise israélienne AGREXCO à Sète
publié par roland (Dazibaouebmaster) Aujourd'hui 10H04

Georges Frêche, président de la région Languedoc-RoussillonCommuniqué CAPJPO-EuroPalestine


Nos amis de la CCIPPP à Montpellier lancent un avertissement au conseil régional Languedoc Roussillon, qui fait de la pub pour l’installation dans le port de Sète de l’entreprise israélienne d’import-export de fruits et légumes, en promettant la création de 200 emplois. Mais qui est AGREXCO, et qu’est-ce qui se cache derrière ces manoeuvres ?

 


"Depuis bientôt 6 mois, le président de la région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche en personne, a lancé sa campagne de marketing pour la promotion de l’entreprise israélienne d’import/export AGREXCO (fruits et légumes et fleurs) et son implantation dans le port de Sète à grand coup « de création d’emplois » : 200 emplois grâce à Israël, promet-il sur tous les médias…

Depuis des décennies la situation de l’emploi est dramatique dans la région et les politiques libérales nationales mais aussi régionales plus récentes n’ont fait qu’aggraver la situation. L’invocation de « la crise » ne saurait en aucun cas justifier ni dédouaner, ceux qui, aux postes de commande, sont tout de même les artisans de ces politiques. Si bien que quand un de ces responsables se présente en créateur d’emplois sur fond d’élections régionales, il y a tout lieu de se méfier.


Bien évidemment, d’abord sur le nombre d’emplois annoncés car en la matière on a vu bien des montagnes accoucher d’une souris les élections passées…

Mais plus important encore, il s’agit d’évaluer en quoi ce projet va renforcer ou non le libéralisme, dont on sait que les mécanismes directs ou indirects ont toujours des effets catastrophiques pour les travailleurs (des entreprises et des champs) et pour toute la société civile, en termes d’écologie, de santé, d’habitat etc. Quelles seront les conséquences de l’importation massive de fruits et légumes à des prix défiant toute concurrence pour les agriculteurs et primeurs de la région ? N’y a il pas d’autres moyens pour avoir des fruits et légumes que de les importer depuis des milliers de km selon des technologies coûteuses, des consommations d’énergie démesurées et une pollution accrue ? Est-ce le seul mode de développement social possible et souhaitable ?

A eux seuls, chacun de ces motifs mérite que la « création d’emplois », sciemment agitée comme un leurre destiné à aveugler et piéger une population en désespérance d’emploi, soit soumise à une étude serrée pour évaluer si le jeu en vaut la chandelle.


Il ne fait aucun doute que les partis, syndicats ouvriers, salariés et paysans, que les organisations altermondialistes et toutes celles qui d’une façon ou d’une autre se battent pour une autre approche éthique, économique, écologique du développement, pour un autre mode de société, ont l’expertise pour répondre à ces questions.


Et puisque le président de région a annoncé un plan d’investissement de 200 millions d’euros sur 10 ans, il ne fait aucun doute non plus que ces organisations sauront bien trouver d’autres projets alternatifs, d’autres propositions concrètes, réellement créatrices d’emplois pour le port de Sète et en synergie conforme avec un autre type de développement régional tant agricole qu’en terme d’infrastructure. Qu’en est-il de la souveraineté alimentaire ? Combien d’installations de jeunes agriculteurs pourrait-on financer dans la région avec une infime partie de ces sommes ?


A toutes ces raisons s’ajoute un motif qui a lui seul serait suffisant pour s’opposer à l’installation de cette entreprise israélienne dans le port de Sète : la politique de l’état colonial israélien.


Car nous prétendons que cette question ne saurait être l’apanage des seules associations de solidarité avec la Palestine, pas plus que dans les années 70, la lutte contre l’apartheid en Afrique du sud n’a été l’apanage des organisations de solidarité avec la lutte des africains.


Aurions-nous accepté dans les années 70 – au nom de la seule création d’emploi – l’implantation à Sète de l’entreprise « Outspan » en vue d’en faire la porte d’entrée européenne N°1 des fameuses « oranges Outspan » … boycottées dans le monde entier ?


Car c’est bien en ces termes que la question se pose en regard de la politique de l’état colonial d’Israël.


G. FRÊCHE : UN SOUTIEN INCONDITIONNEL À LA POLITIQUE COLONIALE ISRAÉLIENNE :



Les déclarations racistes de G. FRÊCHE sont connues, le mépris et l’insulte à l’égard des arabes et des musulmans, contre les Harkis qu’il a traité de « sous-hommes », trop de « blacks » dans l’équipe de France, sans compter le mépris des électeurs « J’ai toujours été élu par une majorité de cons » etc. Ce serait une indulgence grave de penser qu’il a simplement « pété un câble », alors que ses positions sont le reflet de sa vision du monde arrogante et raciste. Son implication ancienne dans le soutien à la politique coloniale de l’état d’Israël va bien au delà du clientélisme qui fonde son maintien au pouvoir ; elle est une adhésion au sionisme.


Dessin réalisé par Khéridine Mabrouk (co-réalisateur avec Samir Abdallah de "GAZAstrophe) pour la ccippp34, lors de son passage pour la "conférence cinématographique" à Montpellier.


Inaugurant le festival international de danse à Montpellier, il a accueilli une troupe israélienne par ces mots « Montpellier est le poste avancé de Tsahal » . Tsahal n’est autre que l’armée israélienne, celle qui s‘illustre chaque jour dans l’occupation de la Palestine et les crimes de guerre ! Chaque année G. Frêche participe en Juin au parc de Grammont (Montpellier) à la dite « journée de Jérusalem », où il clame haut et fort « Jérusalem est une et indivisible et la capitale éternelle d’Israël » . En violation flagrante du droit international et de l’ONU qui désigne Tel Aviv et non Jérusalem comme capitale d’Israël, qui affirme que Jérusalem est sous juridiction internationale et que Jérusalem-Est est palestinienne. Dans ces mêmes rassemblements composés d’une majorité écrasante de citoyens français de religion juive, il s’adresse à eux comme si c’étaient des Israéliens ( !), les félicitant de la construction du Mur : « Vous savez qu’ici (il parle de Montpellier !) nous sommes une zone libérée d’Eretz d’Israël depuis trente ans. Alors je voudrais vous dire que nous, pour le mur que vous érigez contre les attentats, à l’époque où tout le monde hurlait, nous avons ici à Montpellier soutenu la faction (sic !) de ce mur parce que, bien sûr, je savais bien que ça faisait pas un plaisir fou aux Israéliens de faire un mur, mais c’était la seule façon d’éviter des dizaines de victimes innocentes semaine après semaine. Ce mur était justifié, tellement justifié qu’il a fait tomber de façon extraordinaire le nombre des attentats meurtriers en Israël. »
 

Ainsi on ne s’étonnera pas du choix partial et délibéré d’Israël par G. Frêche, mais devons nous obéir à de telles considérations ?



AGREXCO FER DE LANCE DE LA COLONISATION :


Agrexco est une entreprise israélienne d’import-export qui commercialise les fruits, les légumes et les fleurs. Agrexco-Carmel- ecofresh – biotop – jordan river (pour les dattes) sont autant d’étiquettes distribuées par AGREXCO. Propriété à 50% de l’Etat israélien et traite 70% des exportations israéliennes.


Mais ce qui fait la spécificité d’Agrexco c’est qu’elle emballe, exporte et vend tous les produits en provenance de la vallée du Jourdain en Cisjordanie, c’est à dire en Palestine où elle applique directement la politique coloniale.


La vallée du Jourdain, située à l’est de la Cisjordanie, c’est environ 24000 km2, soit presque ¼ de la Cisjordanie. En 1967, il y avait 350 000 Palestiniens dans la vallée du Jourdain. Il n’en reste plus que 52 000 en 2007, soit moins de 15% de la population de 1967. Par contre il y a 7000 colons qui contrôlent 95% des terres et 98% de l’eau pompée dans de nouveaux forages à plus de 400m de profondeur. L’eau du Jourdain a été rendue inaccessible aux Palestiniens par la construction d’une barrière métallique électrifiée dont la construction a permis la confiscation supplémentaire de 500 Km2 de terres palestiniennes.

Les 52 000 palestiniens restants sont parqués dans 32 villages dont 13 déclarés illégaux depuis 1967 interdits de tout (notamment permis de construire). 4500 palestiniens vivent dans les deux plus grands villages de Fasayel et Al Jiflik. Dans ce dernier village en 2007 Israël a refusé le permis de construire pour une école en disant aux habitants d’accompagner leurs enfants à une école voisine à plus d’une heure de route (sans compter les check-points) ou en leur disant tout simplement d’aller habiter ailleurs ( !). La situation des palestiniens est désastreuse à tous les points de vue. Ils ont beaucoup de difficultés à cultiver les 5% des terres qui leur restent en raison du manque d’eau laquelle est sous contrôle israélien. Tous les fruits et légumes récoltés qu’ils voudraient acheminer et commercialiser dans le reste de la Cisjordanie doivent passer par l’unique check-point de Tayasir qui bien sûr ouvre et ferme au bon vouloir de l’armée d’occupation. Si bien que tous les produits frais et périssables n’arrivent presque jamais à destination et pourrissent sur place. Quand à vendre ces produits sur le marché israélien c’est hors de question. En effet leurs produits ne peuvent en aucun cas être concurrentiels avec ceux des colons qui occupent leurs propre terres et reçoivent d’importantes aides et subventions : 22 millions de dollars en 2007 pour le développement agricole des 7000 colons de la vallée du Jourdain. C’est ce qui permet à Israël non seulement d’anéantir toute tentative de commercialisation des produits agricoles palestiniens mais également d’envahir le marché et les étals palestiniens avec les produits israéliens qui comble de cynisme, sont la plupart du temps cultivés sur les terres volées aux palestiniens !. Et c’est AGREXCO qui orchestre tous ces mécanismes commerciaux destinés à rentabiliser l’agriculture coloniale et obliger ainsi les palestiniens à abandonner leurs terres.


Voilà la raison pour laquelle les prix des fruits et légumes israéliens, y compris bio, sont compétitifs en Europe et vont directement concurrencer les produits de la région. N’oublions pas qu’Israël reçoit des Etats-Unis 3 milliards de $ par an d’aides. Même si la majeure partie de la somme doit être consacrée à l’armement, l’autre partie vient en soutien à la colonisation.


LA POLITIQUE COLONIALE ISRAÉLIENNE EST CONDAMNÉE PAR L’ONU ET LES INSTANCES INTERNATIONALES :


A tous ceux qui seraient tentés de caractériser le conflit Israélo-palestinien de conflit religieux et confessionnel, il n’est que de se reporter aux nombreuses résolutions de l’ONU et des instances internationales. Ce qui caractérise la condamnation de politique de l’état d’Israël c’est la violation du droit international : de l’ONU, des conventions de Genève et des droits humains et rien d’autre.


Trois exemples plus récents parmi tant d’autres :


1- Le parlement européen constate et condamne la violation des droits de l’homme par Israël en 2002 : Le 20 novembre 1995 l’Union Européenne concluait un accord d’association avec Israël. Cet accord entrait en vigueur le 1er juin 2000. L’Union Européenne est alors devenue le Premier partenaire économique d’Israël, plus grand importateur de produits israéliens et son second plus grand exportateur. En 2006, le total des échanges entre l’UE et Israël s’élevait à 23,5 milliards d’euros.

L’article 2 de cet accord d’association stipule que son application est conditionnée au respect des traités et conventions internationales par Israël. Or au terme d’une enquête de deux ans en Israël et en Palestine les experts du parlement européen ont constaté qu’Israël viole quasi systématiquement les droits de l’Homme dans les Territoires occupés (bouclage des territoires, implantation de colonies, déplacements forcés de population, arrestations arbitraires…). Mais également qu’Israël bafoue les principes démocratiques à l’égard des Palestiniens citoyens israéliens qui font l’objet de discriminations toujours plus nombreuses : inégalités d’accès aux emplois, discriminations sur le plan de la propriété et de la représentation politique...

En conséquence de quoi, le 10 avril 2002, le Parlement européen a adopté une résolution par laquelle il demande à la Commission et au Conseil européen de suspendre les accords d’association avec Israël en raison de la violation de l’article 2. A ce jour on attend l’application de cette résolution . (Chacun sait que le 4 décembre 2008 le parlement européen à manifesté à nouveau son désaccord face à la politique israélienne en refusant de voter le « rehaussement » des ces accord, c’est à dire leur extension. Chacun sait aussi que le 12 décembre B. Kouchner et N. Sarkozy, en violation flagrante de leur propre démocratie, sont passé outre ce vote et ont fait approuver ce « rehaussement » par le conseil des ministres européens !)


2- La cour Internationale de Justice (CIJ) condamne la construction du Mur en 2004

La construction du Mur, tant applaudi par G. Frêche et dont la longueur est deux fois celle du périmètre de la ligne verte (frontières de l’ONU en 1967) a été condamnée par la Cour Internationale de Justice (CIJ) qui en a demandé la destruction en 2004 car ce Mur pénètre largement en territoire palestinien, jusqu’à parfois 15km, coupant les paysans de leurs terres, annexant leurs terres et leur points d’eau.


3- Guerre contre Gaza en Décembre-Janvier 2009 : Violations des conventions de Genève, crimes de guerre et crime contre l’humanité. 1315 tués, 433 enfants, 6000 blessés en 22 jours d’une agression sans précédent de l’armée israélienne contre toute la population civile de la bande de Gaza déjà affaiblie par le blocus total israélien depuis plus de 8 mois. Attaques délibérées contre les civils, bombardement des habitations, des hôpitaux, des mosquées, des écoles y compris une école de l’ONU ! des universités et bien sûr de toutes les infrastructures industrielles et commerçantes existantes en activité ou non. Emploi d’armes interdites, bombes au phosphore (napalm), bombes à fragmentation, à uranium appauvri etc.


Ce qui a fait dire à Richard Falk le rapporteur spécial de l’ONU sur les Droits de l’Homme dans les territoires occupés depuis 1967 : « L’attaque (israélienne) diffère de tous les précédents recours à la force, à la fois par les armes utilisées et par la mise en œuvre d’une tactique meurtrière contre une population sans défense .(…) L’approche militaire visant à « punir » Gaza était intrinsèquement criminelle ; elle violait les lois de la guerre et à abouti à des crimes contre l’humanité ». Le président de l’Assemblée Générale de l’ONU lors de l’AG a qualifié « d’apartheid » la politique israélienne et l’a comparée à celle de l’Afrique du Sud du temps de l’apratheid. Il a également appelé a soutenir la campagne non violente de boycott, désinvestissement et sanctions lancé par la société civile palestinienne. Des plaintes sont portées devant le TPI par des dizaines d’associations réunies, un tribunal « Russel » instruit le dossier …


Pour ceux qui en doutaient encore, la Guerre israélienne contre Gaza a levé le voile sur la politique criminelle d’un état qui, dès avant sa création en 1947, comme le démontrent les nouveaux historiens israéliens, avait pour projet de chasser les palestiniens de leur terre et d’étendre sa possession territoriale à toute la Palestine historique. (Lire en particulier : « Le nettoyage ethnique de la Palestine » de Ilan Pappé, 2008 chez Fayard et « Comment le peuple juif fut inventé » de Shlomo Sand, 2009, chez fayard également.)


En plus du nettoyage ethnique il faudrait également évoquer la politique non seulement de discrimination mais d’apartheid pratiquée en Israël même à l’égard des « arabes palestiniens », des « palestiniens d’Israël » qui sont 1,5 millions à vivre en Israël. Cette politique d’apartheid consciencieusement menée depuis 60 ans et qui vise l’expulsion des non juifs de l’état-juif d’Israël prend aujourd’hui pignon sur rue avec l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir en Israël et s’exprime sous le mot d’ordre de « transfert » des palestiniens d’Israël vers la Cisjordanie et ailleurs...


LE SENS DE L’APPEL AU BOYCOTT, DÉSINVESTISSEMENT ET SANCTIONS (BDS) DE 171 ORGANISATIONS PALESTINIENNES EN JUILLET 2005


En juillet 2005 s’est élevé de Palestine un APPEL sans précédent de la société civile palestinienne adressé aux sociétés civiles du monde entier. L’appel au Boycott, aux Sanctions et aux Retraits des Investissements, contre Israël jusqu’à ce qu’il applique le Droit International et les Principes Universels des Droits de l’Homme.


Un Appel exceptionnel :


- D’abord parce qu’en regroupant les associations des trois composantes du peuple palestinien produites par la colonisation il réunifie les Réfugiés, les Palestiniens sous occupation et les Palestiniens d’Israël.

- Par le nombre et la diversité : 171 organisations, associations, partis et syndicats ont dépassé leurs divergences pour trouver un accord.

- Enfin cet Appel révèle l’existence d’une société civile palestinienne malgré la féroce occupation militaire.


Un Appel direct aux sociétés civiles et aux citoyens de la planète :

« Étant donné que toutes les formes d’intervention internationale et de tentatives de paix n’ont pas jusqu’ici convaincu ou forcé Israël à se conformer à la loi humanitaire, à respecter les Droits de l’Homme fondamentaux et à mettre fin à son occupation et son oppression du peuple de la Palestine (…) Nous, représentants de la Société Civile Palestinienne, invitons les organisations des sociétés civiles internationales et les gens de conscience du monde entier à imposer de larges boycotts et à mettre en application des initiatives de retrait d’investissement contre Israël tels que ceux appliqués à l’Afrique du Sud à l’époque de l’Apartheid. (…) Nous faisons appel à vous pour faire pression sur vos états respectifs pour qu’ils appliquent des embargos et des sanctions contre Israël. »

« Ces mesures punitives non-violentes devraient être maintenues jusqu’à ce qu’Israël honore son obligation de reconnaître le droit inaliénable des Palestiniens à l’autodétermination et respecte entièrement les préceptes du droit international (…)


Une riposte d’une ampleur internationale :

Après 4 ans de gestation, d’oppositions et de difficultés, la guerre contre Gaza a permis de réduire les résistances et dans de nombreux pays d’Europe les sanctions sont en route et en France les actions de boycott, de désinvestissement et de sanctions sont en marche


JLM. CCIPPP34 . 20 mai 2009

Source: CAPJPO-EuroPalestine


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=3943#3943


Rappel : Silence médias quand Delanoë utilise des fonds de la ville qu'il gère, Paris, (donc l'argent des contribuables),  pour offrir des fontaines à 100.000 euros à Israël (pas à Gaza privée d'eau, détournée par Israël ou polluée par cet Etat criminel)

Partager cet article
Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 21:15

 

 ENCOURAGER LA DIVERSITÉ ET LA RESPONSABILITÉ SOCIALE DANS LES MÉDIAS

 

Dans une époque caractérisée par l'évolution rapide du monde des médias, par des technologies en mutation et par la concentration croissante de la propriété des médias aux mains d'un petit nombre de groupes puissants, le groupe socialiste a fait preuve de vigilance pour défendre la diversité, s'opposer à la concentration excessive de la propriété, favoriser l'accès aux nouvelles formes de communication et veiller à ce que les médias - y compris les nouveaux médias - répondent aux besoins et aux préoccupations des Européens.

 

En décembre 2005, la Commission européenne a proposé une mise à jour de la directive "Télévision sans frontières". Au cours de l'examen de ce texte par le PE (adopté en décembre 2006), le groupe socialiste a obtenu, par ses amendements, trois améliorations fondamentales :

- de nouvelles sauvegardes pour le pluralisme des médias, qui garantissent aux consommateurs un large choix de contenus reflétant différents points de vue et différentes cultures ;

- l'obligation, pour les gouvernements européens, de veiller à ce que les services audiovisuels soient progressivement rendus accessibles aux personnes souffrant de handicaps auditifs ou visuels ;

- un système européen de signalisation, d'évaluation et de filtrage donnant aux parents et autres responsables plus de contrôle sur les programmes à contenu pornographique ou violent.

 

Le groupe socialiste a également pris l'initiative d'un rapport parlementaire sur la concentration et le pluralisme dans les médias dans l'UE, élaboré par Marianne MIKKO (PSE Estonie) et adopté par le Parlement européen en septembre 2008.

Au cours des dernières années, on a assisté à une prolifération de nouveaux médias commerciaux (notamment radios et télévisions). Le nombre d'entreprises de média a pourtant diminué car de plus en plus de sociétés indépendantes sont passées sous le contrôle de quelques grands groupes. Sur la base du rapport MIKKO, le Parlement européen a demandé :

- la divulgation complète de la propriété des médias, afin d'éviter la confusion dangereuse entre propriété des médias et pouvoir politique (comme on le voit -c'est le cas le plus connu- en Italie avec Berlusconi) ;

- une série de mesures visant à améliorer la qualité des médias, par exemple en assurant l'indépendance journalistique et éditoriale par des garanties appropriées ou en aidant les services publics de diffusion de grande qualité ;

- l'amélioration des conditions de travail des journalistes.

 

La division dans l'autre camp

Divisions au sein de la droite: le groupe PPE-DE s'est opposé à l'essentiel du contenu du rapport, notamment au passage musclé sur la concentration de la propriété des médias ainsi qu'à la nécessaire indépendance des médias vis-à-vis du pouvoir politique. Une résolution du groupe socialiste, qui a reçu l'appui des libéraux et des verts, a été adoptée par 307 voix contre 262 en septembre 2008, contre l'opposition du groupe PPE-DE, isolé, dont la faible résolution alternative a été rejetée à plate couture.

 


Nos prochains objectifs politiques

Le groupe socialiste continuera à œuvrer pour plus de transparence dans la propriété des médias, à lutter contre les monopoles, à réclamer des normes journalistiques plus élevées et à soutenir les services publics de diffusion de grande qualité, ainsi qu'à se battre contre la précarité des conditions de travail dans le secteur des médias. Nous défendrons un modèle audiovisuel européen basé sur la coexistence des diffuseurs publics et privés, afin de sauvegarder le pluralisme, de défendre la liberté d'expression, l'accès du public à de nouveaux services (tels que la vidéo à la demande) et de veiller à l'existence d'un espace pour les contenus à haute valeur culturelle et économique.


http://sego-dom.over-blog.com/article-31904928.html




Sur ce blog de soutien à Ségolène Royal,
le bilan du PSE. Pour les amateurs, ou les curieux :

liste complète

Partager cet article
Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 21:11

voltairenet.org

Axe du Mal
Affaire Hariri : après la Syrie, le Hezbollah et l’Iran mis en accusation
par Thierry Meyssan*

Quatre ans après l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, l’enquête internationale n’a toujours pas abouti et donne lieu à de nouvelles manipulations politiques. Loin de la rigueur qui sied à une procédure judiciaire, un article du Spiegel ouvre un nouvel épisode du feuilleton : puisqu’il a fallu renoncer à accuser la Syrie, faute de preuves, les enquêteurs proches des États-Unis et d’Israël désignent maintenant l’Iran. Ce rebondissement intervient comme un contre-feu, après qu’un journaliste états-unien s’exprimant sur Russia Today, ait accusé Dick Cheney d’avoir commandité le crime.




Le 14 février 2005, le convoi de Rafic Hariri est attaqué à Beyrouth. A ce jour, les enquêteurs ne sont pas en mesure d’expliquer les dégâts commis qu’une explosion classique ne saurait provoquer.

Selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, les investigations du Tribunal spécial pour la Liban se dirigent désormais vers une mise en cause du Hezbollah dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. La nouvelle a immédiatement été reprise par les agences de presse occidentales tandis que le ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman, a demandé le lancement d’un mandat d’arrêt international ou l’interpellation par la force du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah.

Cette agitation intervient alors que, sur la chaîne de télévision publique Russia Today, le journaliste états-unien Wayne Madsen avait affirmé, deux semaines plutôt, que l’assassinat de Rafic Hariri avait été commandité par le vice-président des États-Unis de l’époque, Dick Cheney ; une nouvelle qui avait été ignorée par les agences de presse occidentales et le gouvernement israélien, mais qui avait semé le trouble au Proche-Orient dans son ensemble et au Liban en particulier [1].

Ces deux accusations ne sont pas seulement contradictoires entre elles, elles contredisent aussi les données de l’enquête officielle selon lesquelles treize terroristes islamistes sunnites, actuellement incarcérés au Liban, ont avoué leur participation à l’attentat.

Survenant en pleine campagne électorale, ces imputations n’auront pas le temps d’être sereinement débattues avant le scrutin du 7 juin.

Le positionnement du Spiegel

L’article qui a mis le feu aux poudres en Occident sera publié dans la prochaine livraison du Spiegel. Cependant, il est déjà disponible sur le site internet du magazine, mais en version anglaise [2]. Ce choix éditorial montre que, bien que publié à Hambourg, l’article est moins destiné aux lecteurs allemands qu’à l’opinion publique internationale, voire aux Libanais.

L’auteur de l’article, Erich Follath, est un journaliste réputé qui écrit depuis trente ans sur les sujets de politique internationale les plus divers. Il s’est fait connaître, en 1985, en publiant un livre documenté de l’intérieur sur les services secrets israéliens, L’Œil de David [3]. Il est ajourd’hui membre de l’Atlantische Initiative, un groupe de pression en faveur de l’OTAN. Il ne cache pas son antipathie pour le Hezbollah, qu’il ne considère pas comme un mouvement de résistance, mais comme un « État dans l’État » et qu’il rend responsable des attentats survenus en 2002 et 2004 en Amérique latine [4].

Le Spiegel est un hebdomadaire créé en 1947, après la chute du IIIe Reich, par l’autorité d’occupation anglaise. Celle-ci en confia la direction au journaliste Rudolf Augstein. À la mort de celui-ci, en 2002, le capital a été réorganisé. Le journal appartient désormais pour un quart à la famille Augstein, pour moitié aux rédacteurs, et pour le quart restant au groupe Bertelsmann. Ce dernier est étroitement lié à l’OTAN pour le compte de laquelle il organise à Munich la conférence annuelle sur la sécurité [5].

Tout au long de son histoire, le Spiegel s’est distingué par une série de scoops qui ont profondément influé sur la vie politique allemande en détruisant bien des carrières. Généralement très bien informés, ses articles servaient toujours les intérêts anglo-américains. À droite, Franz Josef Strauß l’appelait « la Gestapo d’aujourd’hui », tandis qu’à gauche, le chancelier Willy Brandt le qualifia de « feuille de merde ».

En 2002, c’est le Spiegel qui avait été chargé de démontrer la fausseté de mon enquête sur le 11-Septembre. L’hebdomadaire avait envoyé pendant six mois une équipe contre-enquêter aux États-Unis. Elle était rentrée bredouille, les autorités US persistant à interdire aux journalistes l’accès aux sites des attentats et tout contact avec les fonctionnaires concernés. Le magazine n’en avait pas moins publié un dossier spécial pour exprimer son opposition idéologique à mes conclusions, faute de pouvoir leur opposer des contre-arguments [6].

Plus récemment, en 2008, la direction du journal a censuré un reportage de l’un de ses plus célèbres photographes, Pavel Kassim. Il avait eu le tort de prendre des clichés des crimes et des destructions commises par l’armée géorgienne, encadrée par des officiers israéliens, en Ossétie du Sud. Le Spiegel entendait expliquer à ses lecteurs la vulgate atlantiste selon laquelle les Géorgiens étaient d’innocentes victimes de l’Ours russe.

Les révélations du Spiegel

Ceci étant posé, que nous apprend l’article d’Erich Follah ? Selon le journaliste, le Tribunal spécial pour le Liban dispose depuis un mois d’informations nouvelles mais se retient de les divulguer pour ne pas politiser l’affaire en interférant dans la campagne électorale législative libanaise. Toutefois, un ou des membres de ce tribunal lui ont donné accès à des documents internes couverts par le secret de l’instruction. Et le journaliste d’ajouter que, a contrario, la publication de son article sera dommageable pour le Hezbollah et lui fera peut-être perdre les élections.

Si le Spiegel a légitiment choisi son camp, il est déplorable que cela lui fasse rendre compte de l’enquête du Tribunal spécial sans le moindre esprit critique. La fuite organisée de l’intérieur du Tribunal pose, quant à elle, une grave question sur l’impartialité de cette juridiction.

On se souvient que, au moyen de logiciels sophistiqués, les enquêteurs libanais, assistés par la Commission d’enquête de l’ONU, avaient passé au peigne fin les 94 millions de communications téléphoniques ayant eu lieu dans la période de l’attentat à Beyrouth. Ils avaient constaté que plusieurs numéros prépayés avaient été activés ce jour-là, qu’ils avaient émis des appels les uns vers les autres sur le parcours du convoi du président Hariri, puis n’avaient plus été utilisés, sauf pour quelques appels « sortants » [7]. Juste après avoir commis leur crime, les conspirateurs avaient tenté de joindre directement ou indirectement quatre généraux libanais, qualifiés en langage médiatique occidental de « pro-Syriens ». Sur la base de cette présomption, le chef de la Commission de l’ONU, Detlev Mehlis, avait fait arrêter les quatre généraux le 30 août 2005 et mis en cause la Syrie. Mais ces appels sortants ne prouvant rien du tout, sinon que les conspirateurs souhaitaient désigner aux enquêteurs ces quatre généraux, les suspects ont été libérés par le Tribunal après trois ans et demi de détention préventive [8]. La Commission des Droits de l’homme de l’ONU avait qualifié cette incarcération demandée par les enquêteurs de l’ONU « d’arbitraire » [9].

Le Tribunal aurait découvert qu’un autre appel sortant a été donné depuis un des téléphones mobiles des conspirateurs. Il conduit vers une jeune femme qui s’avère être la compagne d’Abd al-Majid Ghamlush, un résistant du réseau du Hezbollah, ayant reçu une formation militaire en Iran. Au sein de la Résistance, cet individu serait placé sous les ordres d’Hajj Salim, lequel dirigerait une cellule obéissant aux seuls ordres d’Hassan Nasrallah. Salim serait donc le cerveau du complot et le secrétaire général du Hezbollah en serait le commanditaire.

Le problème est que, si cette méthode d’investigation a été jugée erronée dans le cas des quatre généraux, on ne voit pas pourquoi elle serait soudain devenue correcte pour mettre en cause le Hezbollah. Peu importe : puisque la piste syrienne est morte, voici venir la piste iranienne. Erich Follath précise en effet que si le Hezbollah n’avait pas de mobile clair pour tuer le président Hariri, ses soutiens en Iran pouvaient en avoir. Bref, veuillez cocher la case suivante dans la liste « Axe du Mal ».

Un Tribunal tout aussi spécial que la Commission

La Commission d’enquête de l’ONU avait sombré dans le ridicule avec la Justice-spectacle de son premier président, l’Allemand Detlev Mehlis, dont même le Spiegel pense le plus grand mal [10]. Elle s’était fourvoyée en recourant à de faux témoins bientôt démasqués. Elle avait progressivement retrouvé en crédibilité avec le Belge Serge Brammertz, puis avec le Canadien Daniel Bellemare. Ce dernier ayant été nommé président du Tribunal spécial, l’on pouvait espérer que cette juridiction ferait preuve du sérieux qui avait manqué à la Commission à ses débuts.

Seulement voilà, le Tribunal dispose de ses propres enquêteurs et ceux-ci ont été choisis sur recommandation de Detlev Mehlis. M. Mehlis est un ancien procureur qui a fait sa carrière en Allemagne de l’Ouest à l’ombre de la CIA avant de travailler à Washington pour le WINEP, un think tank satellite de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) [11]. M. Mehlis, de nationalité allemande, mais éligible à la nationalité israélienne, s’entoura à Beyrouth d’une équipe majoritairement composée d’Allemands et d’Israéliens. Le nouveau chef des enquêteurs est l’Australien Nick Khaldas. En réalité un Égyptien naturalisé australien, également éligible à la nationalité israélienne [12]. Ainsi, le même groupe de pression reste aux manettes, il emploie les mêmes méthodes, et poursuit les mêmes objectifs bien éloignés de la recherche de la vérité : mettre en accusation ceux qui s’opposent aux États-Unis et à Israël au Proche-Orient.

Au demeurant, le problème ne se limite pas aux élucubrations de M. Mehlis et de ses amis, il concerne le Tribunal spécial, ses fuites organisées dans la presse et son absence de volonté de poursuivre les pistes dont il dispose.

Durant les trois années où Detlev Mehlis et ses relais dans la presse atlantiste ont crié haro sur la Syrie et ont dénigré les juges Brammertz et Bellemare, ils ont produit un témoin miracle venu corroborer les soupçons, Mohammed Al-Siddiq. Ce personnage trouble s’est finalement rétracté après que l’on ait mis en évidence des invraisemblances dans ses propos. Il a trouvé refuge en France et devait être entendu par le Tribunal afin de comprendre qui avait voulu manipuler la Justice. Or, ce témoin avait disparu au nez et à la barbe des policiers français [13]. Ayant imprudemment noué contact avec sa famille, les services secrets syriens retrouvèrent sa trace aux Émirats arabes unis, où il fut arrêté en possession d’un faux passeport tchèque. Interrogé aux Émirats par l’équipe de Daniel Bellemare, il décrivit sur procès-verbal comment il avait été recruté, payé et protégé par quatre personnalités dont le ministre pro-US Marwan Hamade et l’oncle pro-US du président syrien, Rifaat el-Assad.

Affolé de cette découverte, le Tribunal a décidé de renoncer à citer à comparaître l’ex-témoin-clé. Son audition conduirait automatiquement à la mise en examen de ses commanditaires et tournerait les regards vers… Washington et Tel-Aviv.

Quoi qu’il en soit, les enquêteurs de l’ONU et le Tribunal spécial se grandiraient en examinant la piste Cheney avec l’acharnement dont ils ont fait preuve pour la piste syrienne et qu’ils retrouvent pour la piste iranienne.

 Thierry Meyssan

Analyste politique, fondateur du Réseau Voltaire. Dernier ouvrage paru : L’Effroyable imposture 2 (le remodelage du Proche-Orient et la guerre israélienne contre le Liban).


Les articles de cet auteur

Envoyer un message





[1] « Dick Cheney aurait commandité l’assassinat de Rafic Hariri », Réseau Voltaire, 7 mai 2009.

[2] « New Evidence Points to Hezbollah in Hariri Murder », par Erich Follath, Spiegel Online, 23 mai 2009.

[3] Das Auge Davids. Die geheimen Kommandounternehmen der Israelis, par Erich Follath, Goldmann Wilhelm éd, 1985. Ouvragé réédité, en 1989, par le groupe Bertelsmann.

[4] Sur cette intox, lire « Washington veut réécrire les attentats de Buenos-Aires », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 13 juillet 2006.

[5] « La Fondation Bertelsmann au service d’un marché transatlantique et d’une gouvernance mondiale », par Pierre Hillard, Réseau Voltaire, 20 mai 2009. Pour approfondir : La Fondation Bertelsmann et la « gouvernance » mondiale, par Pierre Hillard, François-Xavier Guibert éd., 2009, 160 pp.

[6] Reconnaissons au Spiegel l’honnêteté d’avoir au moins essayé de contre-enquêter, ce qu’aucun autre grand médias n’a tenté de faire. Observons au passage que certains auteurs m’ont reproché de ne pas avoir fait ce qu’ils n’ont pas fait et que le Spiegel a constaté qu’il était impossible de faire : investiguer sur les lieux des attentats dont l’accès est interdit aux médias au nom du Secret-Défense.

[7] « Utilisation de cartes téléphoniques prépayées » (§148 à 152 et §199 à 203) in Premier rapport de la Commission Detlev Mehlis sur l’assassinat de Rafic Hariri.

[8] « Affaire Hariri : l’ONU clôt la piste syrienne et libère les quatre généraux libanais », Réseau Voltaire, 29 avril 2009.

[9] « Rapport du Groupe de travail de la Commission des droits de l’homme de l’ONU sur les détentions arbitraires », 29 janvier 2008.

[10] « La commission Mehlis discréditée », par Talaat Ramih ; «  Attentat contre Rafic Hariri : Une enquête biaisée ? », entretien de Jürgen Cain Kulbel avec Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 9 décembre 2005 et 15 septembre 2006.

[11] L’AIPAC se définit comme le lobby ro-israélien aux USA. Voir Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine, par John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt, La Découverte éd. (2009), 500 pp.

[12] « Un étrange enquêteur nommé au Tribunal spécial de l’ONU pour le Liban », Réseau Voltaire, 22 décembre 2008.

[13] « Kouchner a « perdu » le témoin-clé de l’enquête Hariri », par Jürgen Cain Külbel, Réseau Voltaire, 21 avril 2008.

http://www.voltairenet.org/article160282.html


http://bridge.over-blog.org/article-31893262.html

Partager cet article
Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 20:53
publié par roland (Dazibaouebmaster) Avant-hier 14H16

colonel Ralph PetersPar Jeremy SCAHILLE photo : colonel Ralph Peters


A une époque où les médias se retrouvent « embarqués » avec les militaires dans les zones de conflit, les journalistes indépendants sont devenus les yeux et les oreilles du monde.

Sans ces journalistes non-embarqués qui risquent leurs vies pour rendre compte de ce qui se passe de l’autre coté du fusil ou sous les bombes, l’histoire serait pratiquement entièrement rédigée du point de vue des puissances militaires ou – pour le moins – du point de vue ceux qui tiennent les armes, plutôt que de celui des civils qui sont toujours les principales victimes.


Dans le cas de l’invasion et occupation de l’Irak, les journalistes qui ont pris des risques ont sont souvent été les journalistes locaux irakiens. Quelques 116 journalistes et travailleurs des médias irakiens ont été tués depuis mars 2003. En tout,
189 journalistes ont été tués en Irak. Au moins 16 parmi eux ont été tués par les militaires US, selon le Comité pour la Protection des Journalistes.

Un média qui a souvent été l’objet d’attaques US est Al Jazeera. Comme je l’ai écrit il y a quelques années dans The Nation :


« Les Etats-Unis ont bombardé les bureaux d’Al Jazeera (Eva : Au nom de la liberté ?) en Afghanistan en 2001, tiré à l’obus contre l’hôtel Basrah où des journalistes d’Al Jazeera étaient les seuls clients en avril 2003, tué le correspondant irakien Tareq Ayoub quelques jours plus tard à Bagdad et emprisonné plusieurs reporters d’Al Jazeera (y compris à Guantanamo), dont certains affirment avoir été torturés. En plus des attaques militaires, le gouvernement irakien soutenu par les Etats-Unis a banni la chaîne de l’Irak. »


Un nouveau rapport d’un groupe néoconservateur influent, qui défend une ligne politique de « priorité à Israël » comme moyen de conquête du Moyen Orient, suggère que pendant les futures guerres, les Etats-Unis devraient officiellement adopter une politique de censure des médias et suggère « des attaques militaires contres les médias partisans. » (
MuzzleWatch) Le rapport rédigé pour JINSA, l’Institut Juif pour les Affaires de Sécurité Nationale, fut écrit par le colonel à la retraite Ralph Peters. Il est publié dans le « journal officiel » du JINSA, The Journal of International Security Affairs. « Aujourd’hui, les Etats-Unis et leurs alliés ne se retrouveront plus jamais seuls face à leur ennemi sur le théâtre des opérations. Il y aura toujours un tiers qui participe aux combats », écrit Peters, qui qualifie les médias de « tueurs sans armes. »

« Bien sûr, les médias ont influencé le cours des conflits depuis des siècles, depuis les guerres de religion européennes jusqu’au Vietnam. Cependant, plus récemment, les médias sont devenus déterminants quant à l’issue d’un conflit. Alors que les journalistes n’ont pas réussi à battre le gouvernement US en Irak, les caméras vidéos et les reportages partisans ont assuré la survie du Hezbollah dans la guerre de 2006 contre Israel et, au moment où j’écris ces lignes, ils semblent avoir sauvé le Hamas de la destruction à Gaza.

[...]

Bien que cela paraisse encore impensable, les guerres futures pourraient nécessiter la censure, l’imposition d’un black-out et, en dernier recours, des attaques militaires contre les médias partisans.

Les journalistes se prennent pour des êtres supérieurs et se considérent comme des combattants appartenant à une espèce protégée. Mais la liberté de la presse s’arrête là où ses abus tuent nos soldats et renforcent l’ennemi. Une telle idée est traitée aujourd’hui avec dédain, mais l’élite médiatique qui a perdu tout sens du patriotisme pourrait bien découvrir un jour que cette idée est entrée dans le domaine du bon sens.


L’objectif de tout ceci est bien simple : Gagner. Dans une guerre, rien d’autre ne compte. Si on ne peut pas gagner en respectant les règles, alors il faut gagner en les brisant. Mais il faut gagner. Nos victoires sont celles de l’humanité toute entière, tandis que nos échecs engendrent des monstres. »

Evidemment, qu’un tel cri du coeur aussi méprisable appelant au meurtre de journalistes soit publié dans le journal du JINSAIl est tout à fait à-propos. L’organisation s’est longtemps enorgueilli de compter dans ses rangs des « conseillers » criminels étoilés. Parmi eux, Dick Cheney, Richard Perle, James Woosley, John Bolton, Douglas Faith et d’autres. JINSA, avec le « Projet pour un Nouveau Siècle Américain » (Project for a New American Century - PNAC), fut un des groupes les plus influents sur la politique des Etats-Unis des années Bush et garde une forte influence sur Obama et la Maison Blanche.

En lisant les propos de malade de ce tordu de Colonel Peters, je me suis souvenu d’un rapport sorti fin 2005 qui accusait l’administration Bush de planifier le bombardement du siège international d’Al Jazeera au Qatar, et sur lequel j’écrivais :

« le quotidien britannique Daily Mirror a écrit qu’au cours d’une réunion tenue au mois d’avril 2004 à la Maison Blanche avec le premier ministre britannique Tony Blair, George W. Bush a soulevé l’idée de bombarder le siège international d’Al Jazeera au Qatar. Cette information est tirée des transcriptions « top-secret » du sommet Bush-Blair. Le ministre de la justice britiannique Lord Goldsmith a invoqué la loi Officiel Secrets Act et a menacé toute publication qui publierait une quelconque partie du mémo (il a déjà porté plainte contre un ancien membre du cabinet et un ancien assistant au parlement). Alors, bien que nous ne connaissions pas le contenu du mémo, nous savons que lors de la réunion entre Bush et Blair, l’administration US avait développé une campagne publique trés dure contre Al Jazeera. La réunion s’est déroulé le 16 avril, en plein siège de la ville de Falluja par les Etats-Unis, et Al Jazeera était l’un des rares médias à couvrir les événements de l’intérieur de la ville. Ses reportages exclusifs étaient diffusés par toutes les chaines, de CNN à BBC.


L’offensive de Fallujah, un des assauts les plus meurtriers de l’occupation US, fut un point tournant. En deux semaines de ce mois d’avril, 30 marines furent tués tandis que la guérilla locale résistait aux assauts de l’armée américaine. Quelques 600 irakiens ont été tués, dont de nombreux femmes et enfants. Al Jazeera émettait depuis l’intérieur de la ville des images à travers le monde entier. En direct à la télévision, la chaine démontrait par l’image que les Etats-Unis, malgré toutes les dénégations, étaient bien en train de tuer des civils. Du point de vue des relations publiques, ce fut un désastre pour les Etats-Unis et ils ont riposté en attaquant le messager.


Quelques jours avant la tenue des propos attribués à Bush, le correspondant d’Al Jazeera à Fallujah, Ahmoud Mansour, rapporta en direct à la télévision : « la nuit dernière nous avons été attaqués par quelques tanks, deux fois... mais nous avons réussi à nous échapper. Les Etats-Unis veulent nous faire sortir de Fallujah, mais nous restons. » Le 19 avril, Washington exigeait le départ d’Al Jazeera comme préalable à un cessez-le-feu. La chaine a refusé. Mansour écrivait le lendemain : « des avions de combat américains ont tiré autour de nos nouveaux locaux et ils ont bombardé la maison où nous avions passé la nuit et ils ont tué son propriétaire, M. Hussein Samir. A cause des menaces sérieuses qui planent, nous avons du interrompre nos émissions pendant quelques jours parce que chaque fois que nous tentions d’émettre, les avions nous repéraient et nous tiraient dessus. »


Le 11 avril, un porte-parole de l’armée, Mark Kimmit, déclarait : « les médias qui montrent les Américains en train de délibérément tuer des femmes et des enfants ne sont pas de véritables sources d’information. C’est de la propagande, ce sont des mensonges ». Le 15 avril, Donald Rumsfeld faisait écho à ces propos en des termes trés peu diplomatiques, qualifiant les reportages d’Al Jazeera de « pervers, inexacts et inexcusables... ce dont cette chaine est capable est une honte. » C’est le lendemain même, selon le Daily Mirror, que Bush faisait part de son plan à Blair. « Il a clairement fait comprendre qu’il voulait bombarder le siège international d’Al Jazeera au Qatar et ailleurs, » a déclaré une source au Mirror. « Il ne fait aucun doute que Bush voulait le faire, et aucun doute que Blair ne voulait pas qu’il le fasse. »

Au cas où certains penseraient que le point de vue du Col. Ralph Peters et des neocons du JINSA/PNAC est une relique du passé, rappelons que l’administration Obama compte de nombreux poids lourds qui appartiennent à ce milieu, ainsi que de farouches partisans. Bien qu’ils ne soient plus en train de tirer toutes les ficelles, comme sous l’administration Bush/Cheney, leur influence disproportionnée sur la politique des Etats-Unis demeure.


Jeremy Scahille

Journaliste d’investigation primé, auteur de « Blackwater : The Rise of the World’s Most Powerful Mercenary Army ».

ARTICLE ORIGINAL
http://rebelreports.com/post/110980714/us-colonel-advocates-us-military-attacks-on-partisan

traduction VD pour le Grand Soir http:// www.legrandsoir.info


Source: Le Grand Soir


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=3914&rech=5321#5321

Partager cet article
Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 01:15




Mots Croisés, sur FR2 !
Quel scandale !
Les élections (Thème du jour) ? Truquées !
Un de Gauche, sept de Droite,
et un faux débat, comme sur C. dans l'Air !

Un invité du PS, Harlem Désir.
Une du Modem, et puis 2 UMP,
et puis les gus des Instituts de Sondage,
payés pour berner les Français
(ce n'est jamais la politique de Sarkozy qui est en cause,
mais la crise, l'étranger, la Gauche, la fatalité..),
et puis des journalistes libéraux,
du Libé de Rothschild,
du Figaro,
et.... le comble de la mauvaise foi,

Adler ... le plus atlantiste et sioniste !

Un monument d'hypocrisie...

Et donc, discours sur l'Europe qui.. protège !!!

Circulez, il n'y a rien à voir...
Tout va très bien, Mme la Marquise !
Et cette perle d'Adler :
"On est en train de construire un monde nouveau".
Hélas ! Hélas pour les peuples...
Au fait, au passage appréciez le "on".
Adler n'est-il pas un habitué des  Bilderberg ?

Et en conclusion, le "débat" a été préparé par...
Gilles Bornstein ! Allez, on tourne en rond,
libéraux, ultra-libéraux, hyper conservateurs...
et rebelotte !

Bonne soirée, amis lecteurs
Cordialement, Eva

NB: Et après, Monique Atlan.
Avec un invité du Clan, pour présenter son livre... 
Vous avez dit favoritisme ?



Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages