Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 06:06

Présentation Dossier par eva R-sistons  

 

(1) http://r-sistons.over-blog.com/article-2-causes-a-relayer-partout-referendum-sauver-la-terre-shoah-tsiganes-49741770.html - 2e volet

 

tsigane-caravane-j.jpg

http://www.mandora.fr/mandorine/index.php/cinema/liberte 

 

Mes amis,

 

Je reviens sur ce sujet d'une importance capitale pour lancer un Appel aux rescapés tsiganes de la Shoa, afin qu'ils témoignent de leur vécu.

 

La "Shoah"  en tant que génocide de populations, est un événement historique de première importance. Malheureusement, nous n'en connaissons qu'une facette: Celle des Juifs, qui perdirent un tiers de leurs citoyens européens pendant cette sinistre période, alors que les Tsiganes, les handicapés mentaux, les homosexuels, les communistes, les patriotes... en furent aussi largement victimes.  C'est une grande injustice historique. La mémoire ne doit pas être sélective, de même qu'elle ne doit pas être excessive, obsessionnelle, et trop envahissante, au point de présider, négativement, à certaines politiques ! 

 

Le devoir de mémoire est une nécessité, mais la mémoire doit être digérée, et encore mieux, faire l'objet d'une démarche de pardon, de réconciliation, pour ne pas être castratrice, paralysante. Il n'est pas juste que seuls les Juifs se soient appropriés cette douloureuse période, les camps de la mort ont fait d'autres victimes, tout aussi spoliées, et il n'est pas bon, non plus, que nous soyions soumis à une overdose de commémorations, de rappels, de mémoires, car cela va à l'encontre des buts recherchés. Lorsque nous entendons à longueur d'émissions, de films, d'articles, parler de la Shoah, nous sommes excédés. L'excès se retourne contre leurs auteurs. Il est à mon avis bien plus efficace de projeter un film comme Nuit et Brouillard, que de nous servir, presque chaque jour, d'une façon ou d'une autre, le rappel de cette période, au demeurant concernant les seuls Juifs. Les génocides de l'Histoire se valent, ils sont tous aussi atroces, qu'ils concernent les Amerindiens, les Arméniens, les Karens, les Noirs...

 

Tsiganes-scene-liberty-j.jpg

 

Aujourd'hui, la grande amie des Tsiganes que je suis se contentera d'évoquer la "Shoah" des seuls Tsiganes, à nouveau, pour demander que l'on répare enfin une injustice historique: Parce que le peuple tsigane ne défend jamais ses droits, parce qu'il est ostracisé, encore et toujours, parce que trop des siens ne sont pas scolarisés, et pour bien d'autres raisons, ils subissent l'intolérable: Non seulement PLUS que quiconque ils ont été liquidés, anéantis, exterminés dans les camps de la mort, mais ils sont deux fois victimes: Par notre indifférence, par notre silence, par notre oubli. Plus de la moitié d'entre eux ont péri, et nul n'en parle ! Non seulement il faut les associer aux commémorations,  mais il faut mettre en valeur leur vécu, rétablir la vérité, relayer leur cause. Et dans ce but, je lance un double appel:

- Aux Tsiganes eux-mêmes, afin que les derniers témoins rescapés témoignent, avant qu'ils ne disparaissent à leur tour. Un Lecteur, documentaliste, s'est proposé pour les aider. Je rappelle que plus de la moitié des Tsiganes européens furent exterminés dans les camps de la mort.

- Aux citoyens photographes, écrivains, journalistes, cinéastes... pour qu'ils relaient dans les livres d'Histoire, dans des articles, dans des films, dans des vidéos, cette page méconnue et douloureuse. Au nom de la vérité, de la justice, et bien sûr de la nécessaire mémoire ! Oui, pour réparer une injustice historique !

 

Il y va de notre crédibilité, et de l'honneur des Tsiganes.

 

Eva R-sistons à la mémoire sélective, à l'injustice, à l'oubli.

 

 (JPEG) 

 

Rappel:

Eva et son guitariste tsigane, à Grenade

3es-copie-1-1.jpg 

Reçu ce commentaire d'un documentariste:

 

Etant "documentariste" je mettrais bien volontiers mes outils à disposition d'un projet autour du génocide Tzigane, et éventuellement aussi des raisons de l'ignorance totale dans lequel nous sommes tenus. J'ai visité le Mémorial de la Shoah et j'ai été surpris qu'il n'y ai pas un mot sur le sujet. La seule personne qui a souvent évoquée la chose est Simone Weil...Dans un premier temps, s'il y a encore des survivants dont il faut enregistrer le témoignage, faites le moi savoir . pregoli2001@yahoo.fr  Pascal Regoli 

 

 

Liberté, le film de Tony Gatlif

Le destin, mal connu du grand public, des Tsiganes pendant la 2e Guerre Mondiale

 

LIBERTE

 

Tony Gatlif
et Eric Kannay

Perrin, janvier 2010, 235 pages
17 €

 

« Et sur ses cordes, le vent moqueur, pour qui savait l’écouter, jouait un dernier air de…liberté. »

Tony Gatliff, réalisateur, musicien et scénariste, né d’une mère d’origine gitane et d’un père kabyle s’est souvent inspiré de ses racines dans ses films. Dans Liberté tiré du film éponyme sorti en salles le 24 février dernier, il s’associe au romancier Eric Kannay pour raconter le destin, mal connu du grand public, des Tsiganes pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

Théodore et le clan de Puri Dai
   
Zanko, Kako, Taloche, Tatane et leur clan sont gitans, tsiganes, bohémiens, Roms. Sous l’autorité de l’ancienne Puri Dai, ils voyagent au gré de leurs envies et de leurs besoins sur les routes de France et de Belgique. Se pliant à la loi de 1912, ils viennent faire pointer leur carnet anthropométrique dès leur arrivée auprès de la gendarmerie ou de la mairie. L’arrivée de l’occupant allemand ne signifie pas grand-chose pour eux. Aussi se rendent-ils à Saint Amont, en zone occupée, pour passer l’hiver et gagner de quoi survivre. Sur le chemin, ils recueillent Petit Claude, un jeune orphelin. A leur arrivée, ils sont accueillis par Théodore, maire et vétérinaire du village, un humaniste et un républicain convaincu. Secondée de Lise Lundi, il réussit à les convaincre d’envoyer leurs enfants à l’école.
   
Leur insouciance et leur joie de vivre sont de courte durée : ils sont rapidement inquiétés puis arrêtés par la police de Vichy qui les parque dans le camp de Villers. Théodore décide de les aider, « pour faire quelque chose, juste quelque chose ». Pour cela, il leur cède une vieille maison de famille. Propriétaires, ils sont rattachés à un lieu et sont libérés. Mais se fixer, c’est renoncer à l’essence même de leur vie et sacrifier leur liberté. Et comme ils l’ont toujours fait, ils veulent reprendre la route.

Des laissés pour compte de l’histoire

Tony Gatliff porte en lui l’alma gitana, l’âme gitane. Riche de ses origines, il désirait depuis longtemps traiter ce sujet mal connu du massacre des Tsiganes qui fut la 2ème population, victime de la politique génocidaire des Nazis. Force est de reconnaître que cet épisode de l’Histoire est très peu mentionné, ne serait-ce dans les livres scolaires. Il voulait également axer son histoire sur les « Justes » ayant aidé la population tsigane pendant cette période.

Il a d’abord été confronté au problème des sources françaises, peu d’entre elles mentionnant l’arrestation ou l’internement des Roms. Pourtant à force de patience, il est tombé sur un document mentionnant un certain Joseph Toloche qui fut interné le 2 août 1942 dans le camp de Montreuil-Bellay. Toloche deviendra son Taloche.  Un autre mentionné l’acte d’un notable ayant cédé pour un franc symbolique sa maison à un clan de tsiganes. Il s’en inspire pour le personnage de Théodore. Lise Lundi a été inspiré par la résistante-déportée, Yvette Lundy. Si cette dernière n’a pas eu l’occasion de cacher des Tsiganes, son action résistante a inspiré le personnage de l’institutrice.  C’est à partir de ces maigres sources qu’est né le scénario du film et dont le roman est tiré.

 

Mère Gitane et son enfant, Hongrie, 1917, wikipêdia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roms
 
Retour sur la politique génocidaire

Pendant de nombreuses années, le sort de la population tsigane durant la 2nd guerre mondiale est resté en marge dans l’historiographie consacrée à la politique génocidaire mise en place par les nazis. L’action du conseil central des Sinti und Roma (les tsiganes allemands) a permis d’exhumer bon nombre d’informations sur la Zigeunerpolitik (la politique anti-tsigane).
     
Cette politique associe la politique Völkish à la construction politique de l’asociabilité. Des experts allemands, dont le spécialiste du problème tsigane le docteur Sigmund Wolf, ont tenté dès les années 1860 de percer le mystère entourant les origines ethniques des Tsiganes. Ils avaient en charge de montrer que les Tsiganes étaient des asociaux, par leur mode de vie et qu’ils étaient une population hybride mélangée de tous les sangs inférieurs. Cette dévalorisation ethnique permit d’associer le sort des tsiganes à celui des « hybrides ». C’est ainsi que le docteur Hans Globke, chef du bureau au ministère de l’Intérieur, déclarait en 1936 : « Seuls en Europe les Juifs et les Tsiganes sont d’un sang étranger ». La messe était dite. Un statut, celui de « criminel asocial » fut défini pour faciliter les arrestations. Basé sur les recherches du docteur Ritter et de son assistante Eva Justin, les Tsiganes furent recensés et étudiés. Le docteur Ritter préconisa leur rassemblement dans des camps de travail et la stérilisation de masse.

Avec le décret du 16 décembre 1942 est décidé le transfert des Tsiganes du Grand Reich à Auschwitz. Là- bas, le médecin chef, le docteur Mengele les utilise comme cobaye humain, les enfants tsiganes étant marqué du signe « matériel de guerre ». Les Tsiganes étaient devenus une population test pour l’hygiène raciale. Le bilan est d’autant plus lourd que les rafles furent facilitées par les recensements effectués les années précédentes : cette politique aboutit à la disparition physique de 300 000 personnes soit 40 à 90% de la population tsigane selon les régions.
   
Belle et douce France…

Les Tsiganes ont d’abord été bien accueillis en France au XVe siècle grâce aux lettres de recommandation des princes et du pape. C’est à partir de 1912 qu’ils font l’objet d’un traitement administratif spécifique : la loi du 16 juillet 1912 réglementait l’exercice des professions ambulantes et la circulation des populations nomades. Un carnet anthropométrique était attribué dès 14 ans aux membres d’une même famille n’ayant pas de domicile fixe, sans profession bien définie et quelque soit leur nationalité. Il devait être visé à chacun de leur déplacement. Cette loi faisait des Tsiganes des citoyens de 2nd ordre. Le début de la guerre entraîne un durcissement de la législation : le décret du 6 avril 1940 les assigne à résidence sur l’ensemble du territoire métropolitain. Cette assignation à résidence facilite l’internement des Roms de la zone occupée après l’ordonnance du 4 octobre 1940. 6000 à 6500 furent internés dans 30 camps dont 5 en zone libre, ces derniers relevant directement du régime de Vichy.

Les Tsiganes français ne furent pas directement concernés par l’ordonnance du 16 décembre 1942, hormis ceux du Pas-de-Calais. Ceux qui furent déportés, le furent dans le cadre du travail au service de l’Allemagne.

A la fin de la guerre, le gouvernement provisoire retarda au maximum leur libération ne voulant pas les voir sur les routes. Ils furent les derniers libérés après les collaborateurs et encore le furent-ils sous surveillance puisque le régime administratif de 1912 fut réactualisé. Le carnet anthropométrique resta donc en vigueur jusqu’en 1969, date à laquelle il fut remplacé par un carnet de circulation qui est toujours d’actualité.

 
(dossier) suite ici :
 
 
 
(dossier) ou ici :
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • R-sistons  à  la  désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages