Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 02:00
La guerre de l’information
menée sur Internet


Les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur veulent savoir ce qu’on dit d’eux sur Internet et qui le dit. Les revues de presse traditionnelles ne leur suffisent plus. Comme on les comprend. Sans doute découvrent-ils que contrairement aux médias traditionnels, on peut dire du mal d’eux sur Internet et avec raison. Ils viennent donc de lancer deux appels d’offre intitulés « veille de l’opinion » d’un montant estimatif de 100.000 et 120.000 Euros HT par an pour une surveillance quotidienne des sites internet de toute nature. Un cahier des charges daté du 15 octobre dernier en précise les exigences.




 Le langage est celui des services de renseignement ou de « l’intelligence économique » : il s’agit d’ « une veille » sur Internet à laquelle trois objectifs sont assignés : l’identification, l’analyse et l’anticipation pour préparer la riposte.

Traquer les opinions

L’identification est d’abord celle des opinions exprimées qu’il convient de classer par thèmes 1- "pérennes", 2- "prévisibles" et 3- "émergents". Sous ses vocables mystérieux se cachent, pour les deux premiers, les agendas des ministères avec les projets et les débats auxquels ils peuvent donner lieu ; les thèmes "émergents" sont les critiques qui « émergent » ici et là qu’il faut tout de suite repérer pour mieux les contrer.

L’analyse consiste à faire ressortir « les informations signifiantes » : l’euphémisme désigne, dans ce jargon, celles qui comportent un risque à venir pour les ministères, voire une crise : un appel à pétition, à démission, à manifestation, etc. Et pour ne pas être pris au dépourvu, il importe d’ «  évaluer » ce risque, d’« anticiper », d’ « alerter  » en cas de « signaux faibles susceptibles de monter de manière inhabituellement accélérée  » (sic), et de proposer des solutions pour une riposte.

Traquer les émetteurs d’opinions

Mais les opinions n’étant exprimées que par des individus, une seconde partie simultanée du travail porte sur les émetteurs de ces opinions. Il est demandé de « repérer les leaders d’opinion », « les lanceurs d’alerte ». Leur mode de fonctionnement intéresse particulièrement. Il importe surtout de mesurer leur influence par des « indicateurs quantitatifs », à savoir « (le) volume des contributions, (le) nombre de commentaires, (leur) audience » et même leurs « mots les plus fréquemment cités ». Aucune « source stratégique en ligne » ne doit échapper à la vigilance, c’est-à-dire les « sites "commentateurs" de l’actualité, revendicatifs, informatifs, participatifs, politiques, etc. », qu’ils appartiennent à des syndicats, des partis ou qu’ils soient ceux d’ associations de toute nature ou d’individus.

Traquer même les « sites informatifs »

Il est amusant de découvrir que ces ministères s’intéressent même aux sites dits « informatifs ». Car le qualificatif « informatif » est un des dogmes de leur théorie officielle de l’information : il désigne un discours qui n’a aucune visée d’influence ! Il est ainsi enseigné aux malheureux élèves que « le discours informatif  » s’oppose aux autres discours « argumentatif », « narratif  » « descriptif » ou encore « explicatif  ». Les médias diffusent la même erreur en faisant croire qu’un « journal d’information  » diffère d’un «  journal d’opinion ».

Ces ministères paraissent donc être les premiers à ne pas croire aux billevesées qu’ils enseignent. S’ils s’intéressent autant aux « sites informatifs » qu’aux « sites revendicatifs et participatifs », n’est-ce pas qu’ils craignent que ces « sites informatifs » exercent aussi une influence néfaste ? Ils n’ont pas tort. Gardée secrète ou révélée, toute information influence, comme le montre l’exemple de la maladie du président Mitterrand. Celui-ci aurait-il pu se présenter pour un second mandat en 1988 si l’information avait été divulguée ? On voit bien que, cachée, cette information a exercé une influence sur ses rivaux et les citoyens. Si elle avait été au contraire révélée, elle en aurait exercée une autre en empêchant, par exemple, que le président sortant se représente.

Il ressort de ce dispositif de « veille » que l’information est une guerre et que les deux ministères entendent la mener avec un organe de renseignement qui lui fournisse des « notes de synthèse » quotidiennes et hebdomadaires à heures précises afin de « suivre l’opinion internaute » au plus près. Comme si cela n’allait pas de soi, il est explicité comiquement qu’elles doivent être « lisibles et facilement appropriables (…) tout en préservant la profondeur d’analyse et l’exhaustivité du corpus ». Il n’est question en tout cas que d’ « anticipation », d’ « alerte ». On est bien sur le pied de guerre. L’ennemi, à lire ce document, est au sein même de la cité. Et avant de le réduire, il faut, c’est logique, tout savoir de lui à son insu. Un problème toutefois se pose : un service stratégique d’information peut-il être confié par le pouvoir d’État à une officine privée ? Comment peut-il s’assurer qu’elle lui fournira des informations fiables ? 

Paul Villach


http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=47446


Merci à Armand :

Bonsoir Eva,

L’article que vous venez de diffuser
“avec Chauprade”  § fait tilt!
Vous êtes lue avec un puissant intérêt car vous redorez le blason des vaincus que nous sommes...
Eh oui! La pieuvre est puissante. Vous connaissez la dernière pour nous mater et nous espionner tous azimuts?

La lutte va être âpre et douloureuse. Qui gagnera? Nous?... Ou eux? Dieu va compter ses fidèles.......... Morts!...
L’horreur est à nos portes. Les camps de concentration aussi. Mais d’abord la Puce, la marque de la Bête.
Ensuite les persécutions. Malheur aux Justes. Cela durera sept ans avant que Dieu intervienne et détruise l’Antéchrist
et la fausse religion qui va orchestrer notre propre calvaire.

Essayez ce lien, sur “la guerre de l’information”:

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=47446


Bien à Vous. Très sincèrement.

Armand


§ Voir mon dernier article "le 11 septembre, du nouveau avec Chauprade", sur mon blog http://r-sistons.over-blog.com/article-27674108.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Cher Morsli, te revoilà ! Tant mieux !

Et cela ne va pas s'améliorer, avec Sarkozy-Berlusconi..

cordialement eva
Répondre
M
Que va-t-il nous rester comme espace d'intimité et de pensée : sûr que ça les embête plus que les journaleux troncs, comme ceux qui ont interviewé le président dernièrement.Il existe un énorme déficit d'information honnête et de libre parole dans ce pays comme dans d'autres.
Répondre

Présentation

  • : R-sistons à la désinformation
  • : Blog d'opinion et de résistance. Les médias ne sont pas libres, mais simples outils de désinformation et de propagande pour l'Occident militaro-financier. Pas de liberté d'informer, donc pas de liberté ni de démocratie. La désinformation est l'ennemie Public N°1. Eva, journaliste-écrivain, libre-penseuse, dénonce et interpelle.
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.
  • Journaliste de profession. Radio,TV,presse,productrice émissions. Auteur de plusieurs ouvrages chez éditeurs de renom. Milite pour une information libre,plurielle,diversifiée, indépendante des grands groupes.

Recherche

Archives

Pages